Résultats groupés par volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-101 hits on 1789-110 hits on 1789-123 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-061 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-1211 hits on 1791-011 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-081 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-122 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-081 hits on 1792-090 hits on 1792-101 hits on 1792-112 hits on 1792-122 hits on 1793-010 hits on 1793-021 hits on 1793-033 hits on 1793-042 hits on 1793-051 hits on 1793-067 hits on 1793-072 hits on 1793-083 hits on 1793-093 hits on 1793-104 hits on 1793-111 hits on 1793-122 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-121 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-121 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-121 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 sur 32 volumes
  • Tome 1 : 1789 – Introduction - états généraux - préliminaires. Cahiers des sénéchaussées et baillages [Agen - Amont] 1 résultat
    • Introduction

      Introduction

      page 19
      ...rce qu'il n'a rien en propre ; un homme de cœur sortira bientôt d'un pays où le de...
      ... qui appartient à un seul homme dispose de tous les autres pour son plaisir, sou c...
      ... chaque individu a la permission tacite de s'avan- tager autant qu'il le pourra su...
      ...n justice réglée, il ne saurait y avoir de trahison dans Un état despotique, parce...
      ...ns un gouver- nement dont l'essence est de n'en avoir point; et ce défaut de règles est le vice qui doit tout - truire; car rien ne se conserve et ne ...
      « Un esclave ne doit rien, parce qu'il n'a rien en propre ; un homme de cœur sortira bientôt d'un pays où le despotisme sera établi : s'il ne le-peut pas, il sera bientôt dégradé. Où la patri...
      ...en, on ne lui doit rien, parce que les devoirs sont réciproques. Le gouvernement qui appartient à un seul homme dispose de tous les autres pour son plaisir, sou caprice ou son intérêt ; dès lors, chaque individu a la permission tacite de s'avan- tager autant qu'il le pourra sur le souverain. En justice réglée, il ne saurait y avoir de trahison dans Un état despotique, parce que l'esclave ne peut être ni créancier ni débiteur. On ne saurait enfreindre des lois et des règles dans un gouver- nement dont l'essence est de n'en avoir point; et ce défaut de règles est le vice qui doit tout - truire; car rien ne se conserve et ne se reproduit dans la nature que par des lois fixes et inva- riables. »
      ...isme dans son ou- vrage sur les lettres de cachet. Veut-on que leur vérité devienne plus frappante, il suffit de relire l'histoire des derniers excès du...
      ...tuées violemment à nos lois antiques... de nouveaux magistrats, à la fois investis de l'opprobre et de leurs dignités ; un militaire éperdu, indécisentre Fordredes ministres et la voix de la conscienee, effrayé de la déso- béissance, mais plus effrayé e...
      ...s en- core à la couronne par l'habitude de leur atta- chement pour leur roi, mais ...
      ...ons qui suivirent les dernières fureurs de la tyrannie, obligée de recourir aux remèdes dont la violence d...
      Telles sont les paroles que Mirabeau, du fond d'un cachot, adressait au despotisme dans son ou- vrage sur les lettres de cachet. Veut-on que leur vérité devienne plus frappante, il suffit de relire l'histoire des derniers excès du despotisme en France. Des dettes énormes et un crédit public anéanti, des impôt...
      ...ar ses malheurs, prêt à se refuser à leur exac- tion, d'impuissantes lois substituées violemment à nos lois antiques... de nouveaux magistrats, à la fois investis de l'opprobre et de leurs dignités ; un militaire éperdu, indécisentre Fordredes ministres et la voix de la conscienee, effrayé de la déso- béissance, mais plus effrayé encore des assistances qu'on lui commande ; des provinces entières prêtes à repousser la violence par la violence, unies en- core à la couronne par l'habitude de leur atta- chement pour leur roi, mais confédérées par leur haine et leur mépris pour les ministres : ce ta- bleau donne l'image exacte des derniers règnes et des commotions qui suivirent les dernières fureurs de la tyrannie, obligée de recourir aux remèdes dont la violence devait la détruire.
      ...ue l'excès du despotisme vînt les tirer de l'engourdissement léthargique dans lequ...
      ...aient plongées : il fallait nous donner de là co- lère pour nous rendre un peu de ressort. Los
      Une longue servitude avait flétri toutes les âmes. Il fallait que l'excès du despotisme vînt les tirer de l'engourdissement léthargique dans lequel elles étaient plongées : il fallait nous donner de là co- lère pour nous rendre un peu de ressort. Los
      formes de la justice anéanties, des enregistremen...
      ...ls, deux cent mille citoyens arra- chés de leurs foyers, jetés dans des cachots ou bannis pour de misérables querelles de théologie; des lettres de cachet sans nombre achetées et sur- pri...
      ... foi publique, 1 palliées par des ruses de chevaliers d'industriç; nouveaux vingtièmes; augmentation de taille; réunion arbitraire au domaine ; surcharge sur les denrées de première nécessité, etc.
      formes de la justice anéanties, des enregistrements forcés, des exils, deux cent mille citoyens arra- chés de leurs foyers, jetés dans des cachots ou bannis pour de misérables querelles de théologie; des lettres de cachet sans nombre achetées et sur- prises à l'autorité, souvent vendues par des cour- tisanes; deux banqueroutes ouvertes et authen- tiques; des milliers d'infractions à la foi publique, 1 palliées par des ruses de chevaliers d'industriç; nouveaux vingtièmes; augmentation de taille; réunion arbitraire au domaine ; surcharge sur les denrées de première nécessité, etc.
      Tous ces prodiges de tyrannie ne suffirent pas pour nous irr...
      ...uple se reposait même avec la confiance de la sécurité sur le recours des Parlemen...
      ... attaché à des corps uniquement occupés de leurs prétentions ambitieuses.
      Tous ces prodiges de tyrannie ne suffirent pas pour nous irriter. Le peuple se reposait même avec la confiance de la sécurité sur le recours des Parlements. Le chancelier Maupeou ne tarda pas à lui montrer sur quels roseaux fragiles ...
      ... on n'osait encore op- poser aucune résistance, et l'on n'était que faible- ment attaché à des corps uniquement occupés de leurs prétentions ambitieuses.
      ...rvitude succéda à la franchise du règne de Henri IV. Il voulut asservir jusqu'au g... Le despotisme avait commencé sous Richelieu ; la dégradante servitude succéda à la franchise du règne de Henri IV. Il voulut asservir jusqu'au génie. C'est lui qui persuada aux rois qu'ils pou- vaient oser tout ce qu'ils pou...
      ...rigue multiplia ses ressorts pour avoir de l'argent, et devint moins scrupuleuse s... ...rtisans à d'énormes dépenses, et les conduisit à. s'avilir pour y suffire. L'intrigue multiplia ses ressorts pour avoir de l'argent, et devint moins scrupuleuse sur le choix des moyens.
      Mais la prétention de dicter des lois à l'Europe soumise, et de la courber sous le joug, le voua à des guerres interminables. De ses orgueilleux Mais la prétention de dicter des lois à l'Europe soumise, et de la courber sous le joug, le voua à des guerres interminables. De ses orgueilleux

      Introduction

      page 20
      triomphes naissait le germe de la vengeance; et de-ses revers, l'espoir d'être enfin .vengé. Le luxe de sa cour, la magnificence de ses bâtiments en tout genre, les travau...
      ...essécher le trésor royal; l'entre- tien de ses armées épuisa ce royaume.
      triomphes naissait le germe de la vengeance; et de-ses revers, l'espoir d'être enfin .vengé. Le luxe de sa cour, la magnificence de ses bâtiments en tout genre, les travaux exécutés à Brest, à Toulon, à Rocheforî, à Dunkerque, étaient déjà plus que suffisants pour dessécher le trésor royal; l'entre- tien de ses armées épuisa ce royaume.
      ...ésolèrent la France pendant la minorité de LouisXIY lui avaient donné la facilité de s'enrichir au point de faire désirer son alliance par des prin...
      ... à épuiser le Trésor dans la proportion de leur faveur et de leurs places ; en sorte que Golbert tro...
      ...désordre effrayant. A l'époque du règne de Charles VII, les dépenses de la cour n'avaient jamais passé 94,000 l...
      ... grandes armées, avec l'éta- blissement de la marine militaire, mais surtout avec ...
      ...s, dans une proportion plus que décuple de l'accroissement naturel qu'eussent pu a...
      ...roisades eût entraîné les Français loin de leurs frontières ; aussitôt que des enn...
      ...clamation des gens éclairés les avertit de leurs usurpations, et les révoltes des ...
      Mazarin avait administré arbitrairement; les troubles et les guerres qui désolèrent la France pendant la minorité de LouisXIY lui avaient donné la facilité de s'enrichir au point de faire désirer son alliance par des princes. Ceux qui administraient sous lui avaient, comme lui, concouru à épuiser le Trésor dans la proportion de leur faveur et de leurs places ; en sorte que Golbert trouva, en 1661, les finances dans un désordre effrayant. A l'époque du règne de Charles VII, les dépenses de la cour n'avaient jamais passé 94,000 livres. C'est avec le besoin ou la manie des grandes armées, avec l'éta- blissement de la marine militaire, mais surtout avec la corruption des cours, que s'accrurent le besoin des finances, dans une proportion plus que décuple de l'accroissement naturel qu'eussent pu apporter dans les impôts l'extension du territoire et la multiplication des métaux précieux. Aus- sitôt que l'épidémie des croisades eût entraîné les Français loin de leurs frontières ; aussitôt que des ennemis étrangers se portèrent en force sur la France, il fallut des fonds régulier...
      ...u ordonner eux- mêmes ces contributions; plus d'une fois ils le tentèrent. La réclamation des gens éclairés les avertit de leurs usurpations, et les révoltes des peuples les forcèrent à y renoncer. Il fallut recon- naître que cette autorité a...
      ...'avait eu d'autre revenu que le produit de son domaine, c'étaient ses sénéchaux, s...
      ...lics. 11 fallut établir un nouvel ordre de choses, lorsque les impositions devinre...
      ...ur, demandât le cinquième ou le dixième de leurs récoltes, le cin- quantième ou le centième de leurs biens meubles et immeubles, soit ...
      ...ces différents tri- buts; et le malheur de l'État voulut qu'on les allât chercher en Italie, où l'art de pressurer les peuples avait déjà fait d...
      Pendant tout le temps que la couronne n'avait eu d'autre revenu que le produit de son domaine, c'étaient ses sénéchaux, ses baillis, qui, chacun dans leur département, étaient chargés du recou- -vrement des deniers publics. 11 fallut établir un nouvel ordre de choses, lorsque les impositions devinrent générales dans" le royaume. Soit que les taxes portassent sur la personne ou sur les mai- sons des citoyens, soit qu'on leur, demandât le cinquième ou le dixième de leurs récoltes, le cin- quantième ou le centième de leurs biens meubles et immeubles, soit qu'on fît d'autres combinaisons plus ou moins heureuses, c'était une nécessité d'avoir des gens pour recueillir ces différents tri- buts; et le malheur de l'État voulut qu'on les allât chercher en Italie, où l'art de pressurer les peuples avait déjà fait des progrès immenses.
      Ces financiers, connus sous le nom de Lom- bards, ne tardèrent pas à montrer ... Ces financiers, connus sous le nom de Lom- bards, ne tardèrent pas à montrer un génie fertile en inventions frauduleuses.
      ...d'établir un impôt sans le consentement de la nation, et qui s'appropria le droit de le faire percevoir par ses délégués. Sous le règne de LouisXII, le revenu public, qui s'était...
      ...000 livres. Cette somme représentait 36 de nos millions actuels.
      ...e ; et cet arrangement continua jusqu'à Charles Vil, qui, le premier, se permit d'établir un impôt sans le consentement de la nation, et qui s'appropria le droit de le faire percevoir par ses délégués. Sous le règne de LouisXII, le revenu public, qui s'était accru par degrés, fut porté à 7,950,000 livres. Cette somme représentait 36 de nos millions actuels.
      A la mort de" François Ier, le fisc recevait 15,730,000 livres; c'était 56 de nos millions. Sur cette somme, il falla...
      ...denier douze, représentaient un capital de 725,000 livres : c'était une innova- tion. Ce n'est pas que quelques-uns de ses prédé- cesseurs n'eussent connu la ...
      ..., mais c'était toujours sous la caution de leurs agents, et l'État n'était jamais engagé. . Quarante ans de guerres civiles, de fanatisme, de déprédations, de crimes, d'anarchie, plongèrent les fina...
      ...é, cou- rageux,éteignit pour 7 millions de rentes, diminua les impositions de 3 millions, et laissa à l'Etat 26 millions grevés seulement de 6;025,666 livres 2 sous 6 deniers de rentes, toutes charges déduites : il en...
      ...nses publiques, et les réserves étaient de 4,500,000 livres.
      A la mort de" François Ier, le fisc recevait 15,730,000 livres; c'était 56 de nos millions. Sur cette somme, il fallait prélever 60,416 livres 3 sous 4 deniers pour les rentes perpétuelles créées par ce prince, et qui, au denier douze, représentaient un capital de 725,000 livres : c'était une innova- tion. Ce n'est pas que quelques-uns de ses prédé- cesseurs n'eussent connu la funeste ressource des emprunts, mais c'était toujours sous la caution de leurs agents, et l'État n'était jamais engagé. . Quarante ans de guerres civiles, de fanatisme, de déprédations, de crimes, d'anarchie, plongèrent les finances du royaume dans un désordre dont il n'y avait qu'un Sully qui pût les tirer. Ce mi- nistre économe, éclairé, vertueux, appliqué, cou- rageux,éteignit pour 7 millions de rentes, diminua les impositions de 3 millions, et laissa à l'Etat 26 millions grevés seulement de 6;025,666 livres 2 sous 6 deniers de rentes, toutes charges déduites : il entrait donc 20 millions dans le trésor royal, 151 millions 500 mille livres suffisaient pour les dépenses publiques, et les réserves étaient de 4,500,000 livres.
      La retraite forcée de ce grand homme fut une calamité publiqu...
      ...a suite, des entreprises que les forces de la natiqn ne comportaient pas. Ce double principe d'une confusion certaine ruina de nouveau le fisc. En 1661, les impositio...
      ...dem- ment insuffisante pour les besoins de l'État. Tel était l'état des finances l...
      La retraite forcée de ce grand homme fut une calamité publique;'la cour s'abandonna d'abord à des profusions qui n'avaient point d'exemple dans la monarchie, et les ministres formèrent dans la suite, des entreprises que les forces de la natiqn ne comportaient pas. Ce double principe d'une confusion certaine ruina de nouveau le fisc. En 1661, les impositions montèrent à 84,222,096 li- vres; mais les dettes absorbaient 52,377,172 li vr...
      ...t par conséquent, pour les dépenses publiques, que 31,844,924 livres,, somme évidem- ment insuffisante pour les besoins de l'État. Tel était l'état des finances lorsque l'administration en fût confiée à Colbert.
      ... reconnaître les revenus et les -dettes de l'Etat pour établir un meilleur ordre d...
      ...portée du roi, qui écrivait chaque mois de sa propre main le montant de la recette et de la - pense, et la balancé de l'une et de l'autre. En 1662, il trouva que les det...
      J1 commença par reconnaître les revenus et les -dettes de l'Etat pour établir un meilleur ordre dans l'administration des finances, et il réussit à rendre son travail si simple et si clair, qu'il était à la portée du roi, qui écrivait chaque mois de sa propre main le montant de la recette et de la - pense, et la balancé de l'une et de l'autre. En 1662, il trouva que les dettes en anticipations, en em- ! prunts sur les receveurs généraux, et les aliéna-...

      Introduction

      page 21
      ...saisit avec avidité le système captieux de l'Écossais Law, au moyen duquel on deva...
      ...es profits que produirait la découverte de la Louisiane, du Missis- sipi, etc. Mal...
      ...e du Sénégal ; elle acquit le privilège de l'ancienne compagnie des Indes, fondée ...
      ...ent dix, vingt fois peut-être au-dessus de leur première valeur. Les plus grandes ...
      ...nts, en firent d'immenses dans l'espace de quelques mois. Law, enivré de l'ivresse publi- que, créa tant de billets, qu'en 1791, la valçur chimérique des actions valai...
      ...me. On remboursa en papier les rentiers de l'Etat. En soutenant le taux des divide...
      ...ne liquidation à peine possible, avait besoin demoyens plus qu'or- dinaires; il saisit avec avidité le système captieux de l'Écossais Law, au moyen duquel on devait satisfaire aux engagements publics avec des bil- lets, et se rembourser sur les immenses profits que produirait la découverte de la Louisiane, du Missis- sipi, etc. Malheureusement les bénéfices étaient fantastiques. Cependant, d'après ces spéculat...
      ... le prix des actions était hypothéqué sur les produits et béné- fices du commerce du Sénégal ; elle acquit le privilège de l'ancienne compagnie des Indes, fondée par Colbert, et prit les fermes générales. Qn courut avec fureur acheter des actions qui semblaient porter sur d'aussi vastes fondements. Elle montèrent dix, vingt fois peut-être au-dessus de leur première valeur. Les plus grandes for- tunes furent bouleversées, et des agioteurs, des intrigants, en firent d'immenses dans l'espace de quelques mois. Law, enivré de l'ivresse publi- que, créa tant de billets, qu'en 1791, la valçur chimérique des actions valait quatre-vingts fois tout l'argent qui pouvait circuler dans le royaume. On remboursa en papier les rentiers de l'Etat. En soutenant le taux des dividendes, l'illusion se soutint quelque temps encore; mais le régent, emporté malgré...
      publics, supprima une infinité de charges oné- reuses à l'État et au peup...
      ...s, qui ne s'élevaient, à la même époque de 1661, qu'à 84,200,000 livres , à 116,05...
      ...Le trésor royal n'avait pas 32 millions de revenus quand il prit les finances : en 1683, il en avait plus de 92. Malgré ses éco- nomies, ce grand ad...
      ... tous fleurir. Son principe était celui de Sully, c'est-à-dire de consulter l'intérêt du roi et celui* de...
      publics, supprima une infinité de charges oné- reuses à l'État et au peuple, diminua le nombre des privilèges, iit des remises sur les- tailles, le sel, ...
      ...274 livres ; elles montaient en 1661, à 52,377,184 li- vres. Il porta les revenus, qui ne s'élevaient, à la même époque de 1661, qu'à 84,200,000 livres , à 116,053,374 livres. Le trésor royal n'avait pas 32 millions de revenus quand il prit les finances : en 1683, il en avait plus de 92. Malgré ses éco- nomies, ce grand administrateur encouragea les sciences, le commerce et l'industrie, et les faisait tous fleurir. Son principe était celui de Sully, c'est-à-dire de consulter l'intérêt du roi et celui* des sujets. Leurs successeurs n'ont été guidés que par le besoin d'argent et la né...
      ...er, . savoir \ les grandes manufacturer Lyon, de Tours, de Nîmes; celles de Vaurobais, Sedan, Louviers et Elbeuf ; ...
      ...ins et des r Glaces. Mais la révocation de l'édil de Nantes, et la persécution des protestan...
      ...t perdré une partie des fruits du génie de Colbert.
      ...lbert quela France dût les puissantes ressources qui lui restèrent pour se réparer, . savoir \ les grandes manufacturer Lyon, de Tours, de Nîmes; celles de Vaurobais, Sedan, Louviers et Elbeuf ; celles des Gobelins et des r Glaces. Mais la révocation de l'édil de Nantes, et la persécution des protestants nous firent perdré une partie des fruits du génie de Colbert.
      Les successeurs de Colbert, au lieu d'éteindre, à sou exem...
      ...isqu'en 1715, ils avaient chargé l'État de plus de 73 millions de rentes; leur incapacité et les désastres delà vieil- lesse de Louis XIV mirent le royaume à deux doigts de sa perte.
      Les successeurs de Colbert, au lieu d'éteindre, à sou exemple, des rentes et des offices à gages, en créèrent sans mesure, puisqu'en 1715, ils avaient chargé l'État de plus de 73 millions de rentes; leur incapacité et les désastres delà vieil- lesse de Louis XIV mirent le royaume à deux doigts de sa perte.
      ...re des terres; les contrats sur l'hôtel de ville ne se ven- daient que la moitié de leur valeur. Louis XIV, sur la fin de ses jours, eut un besoin pressant de 8 millions ; il fut obligé de les acheter par 32 mil- lions de rescriptions : c'était prêter à 4 cent ... ... le commerce fut anéanti ; les consom- mations diminuèrent; on négligea la culture des terres; les contrats sur l'hôtel de ville ne se ven- daient que la moitié de leur valeur. Louis XIV, sur la fin de ses jours, eut un besoin pressant de 8 millions ; il fut obligé de les acheter par 32 mil- lions de rescriptions : c'était prêter à 4 cent p. cent.
      ... avait, il est vrai, 115,389,074 livres de re- venu, mais les charges emportaient ...
      ...taient-ils consommés d'avance pour plus de trois années !
      L'État avait, il est vrai, 115,389,074 livres de re- venu, mais les charges emportaient 82,859,504 li- vres; et il ne restait pour les dépenses du gouver- nement que 32.529,570 livres, à 30 livres 10 sous 6 deniers le marc. Ëncore ces fonds étaient-ils consommés d'avance pour plus de trois années !
      ...néraux : c'était un moyen infail- lible de conserver, d'augmenter même la faveur p... ...ênes du gou- vernement, ses vrais amis désiraient qu'il assem- blât les États généraux : c'était un moyen infail- lible de conserver, d'augmenter même la faveur publique, alors ouvertement déclarée pour lui. Philippe se prêtait, sans efforts,...
      A la mort de ce prince, l'État était endetté de 2,471,000,000 de livres, l'argent étant à 27 livres le marc, ce qui ferait de nos jours plus de quatre milliards; encore est-on étonné ...
      ...t pas plus énorme, quand on compare les - penses en tous genres et tous les revers de son règne, avec la modicité de ses revenus. Pour le concevoir, il faut...
      A la mort de ce prince, l'État était endetté de 2,471,000,000 de livres, l'argent étant à 27 livres le marc, ce qui ferait de nos jours plus de quatre milliards; encore est-on étonné que la dette ne soit pas plus énorme, quand on compare les - penses en tous genres et tous les revers de son règne, avec la modicité de ses revenus. Pour le concevoir, il faut convenir que Colbert a trouvé d'immenses ressources dans ses. opérations, et su...
      Ce ne fut qu'aprçs la mort de Louis XIV que la plaie publique fut bie...
      ... plus accablants, masquait d'un fantôme de grandeur les accès de l'abîme ; mais qu'il parût profond quan...
      ...té cassé, que serait devenu le vaisseau de l'État sous la main impuissante du duc ...
      Ce ne fut qu'aprçs la mort de Louis XIV que la plaie publique fut bien connue. Ce monarque, qui .en avait imposé à la fortune, et qui avait soutenu en grand homme les revers les plus accablants, masquait d'un fantôme de grandeur les accès de l'abîme ; mais qu'il parût profond quand on n'eût plus.que sa mémoire à admirer ou à censurer et qu'on éprouva les terreurs qui précèdent la guerre civile! Si le testament du feu roi n'avait pas été cassé, que serait devenu le vaisseau de l'État sous la main impuissante du duc du Maine ?
      ...tes pendant la Régence et sous le règne de Louis XV pour une convocation des États... les tentatives faites pendant la Régence et sous le règne de Louis XV pour une convocation des États généraux.

      Introduction

      page 22
      put empêcher le masque de tomber, et le crédit tomba tout d'un co...
      ...t suspendre les payements. Les porteurs de -billets devinrent créanciers de l'État, et l'on fut obligé de réduire l'intérêt au centième denier de la primitive valeur.
      put empêcher le masque de tomber, et le crédit tomba tout d'un coup avec lui. Le duc d'Orléans voulut en vain le relever par des arrêts qui l'anéantirent. Il fallut suspendre les payements. Les porteurs de -billets devinrent créanciers de l'État, et l'on fut obligé de réduire l'intérêt au centième denier de la primitive valeur.
      A la majorité de Louis XV, le gouvernement, déchargé de l'énormité du fardeau de la dette, et dirigé par la main timide et pacifique du cardinal de Fleury, se montra avec splendeur. Les trente premières années de ce règne furent brillantes et heureuses. Mais les ministères de Machault et d'Argenson furent les derniers de cette époque, et les dernières années de Louis XV furent le long opprobre d'un t... A la majorité de Louis XV, le gouvernement, déchargé de l'énormité du fardeau de la dette, et dirigé par la main timide et pacifique du cardinal de Fleury, se montra avec splendeur. Les trente premières années de ce règne furent brillantes et heureuses. Mais les ministères de Machault et d'Argenson furent les derniers de cette époque, et les dernières années de Louis XV furent le long opprobre d'un trop long règne (1).
      M. de Ghoiseul, quoique doué d'une certaine é...
      ...plus franc, mérite plus l'animadversion de l'histoire. Il sera cité comme un des corrupteurs de son maître, toujours aux aguets avec le duc de Richelieu pour étouffer les remords qui...
      ...e connaissance du caractère national et de l'art de manier les hommes. Les cours de Vienne, de Pétersbourg et de Berlin n'osèrent tenter le par- tage de...
      ...rique, et celle- ci amena la révolution de France.
      M. de Ghoiseul, quoique doué d'une certaine élévation et d'un caractère plus franc, mérite plus l'animadversion de l'histoire. Il sera cité comme un des corrupteurs de son maître, toujours aux aguets avec le duc de Richelieu pour étouffer les remords qui auraient pu le rendre à ses devoirs. Il avait cependant un coup d'œil juste, une énergie peu commune à la noblesse française, et une par- faite connaissance du caractère national et de l'art de manier les hommes. Les cours de Vienne, de Pétersbourg et de Berlin n'osèrent tenter le par- tage delà Pologne sous son ministère, quoiqu'elles en cherchassent alors les moyens. Ce...
      ...ions que les annales du monde puissent offrir ; il prépara la révolution d'Amé- rique, et celle- ci amena la révolution de France.
      ... mais ce fut d'abord l'effet na- turel -de la réunion des ministères dont il était...
      ...t trois ministères, peut, sans beaucoup de mérite, porter en économie ce que l'envie de se distinguer dans son département fait...
      ...dissipation reconnue, aux augmentations de dépenses faites par lui ? Ne sait-on pas qu'il donnait de toutes mains ? Pour réparer le trésor r...
      On a vanté les réductions qu'il avait faites dans ses départements, mais ce fut d'abord l'effet na- turel -de la réunion des ministères dont il était le chef : car un même homme représentant trois ministères, peut, sans beaucoup de mérite, porter en économie ce que l'envie de se distinguer dans son département fait demander au-dessus du né- cessaire au ministre qui n'en gère qu'un ; quand on passerait ces économies, seront-elles compara- bles à sa dissipation reconnue, aux augmentations de dépenses faites par lui ? Ne sait-on pas qu'il donnait de toutes mains ? Pour réparer le trésor royal, il réduisit les provinces à la misère en ac- caparant tous les blés, pour ...
      ...du roi comme une des principales causes de la déprédation des finances. On évalue ...
      ...essentiellement secrètes ; des milliers de familles leur durent l'opprobre et la f...
      ... faveurs, les autres le dédommage- ment de leur humiliation; mais qui peut calculer au juste ces mystères? Aussi le Parlement de Paris remon- tra-t-il que, sôus Louis X...
      ...tivés ne s'étaient jamais élevés à plus de 10 millions, et que les siens passaient...
      (1) On peut et l'on doit regarder la vie dissolue du roi comme une des principales causes de la déprédation des finances. On évalue à S00 millions ce qu'il en a coûté à l'Etat, sous ce régne, pour les dépenses que leur nature honteuse rendait essentiellement secrètes ; des milliers de familles leur durent l'opprobre et la fortune, et pui- sèrent dans le trésor public, les unes le prix attaché aux plus avilissantes faveurs, les autres le dédommage- ment de leur humiliation; mais qui peut calculer au juste ces mystères? Aussi le Parlement de Paris remon- tra-t-il que, sôus Louis XIV, les bons non motivés ne s'étaient jamais élevés à plus de 10 millions, et que les siens passaient déjà cent.
      exclusif au nom du roi. M. de Ghoiseul avait des talents, mais surtou... exclusif au nom du roi. M. de Ghoiseul avait des talents, mais surtout le ton tranchant qui les fait ressortir (1).
      Après la paix de 1762, l'abbé Terray, homme d'un caractè...
      ...s citoyens qui avaient fourni aux frais de la guerre, en réduisant à deux et demi pour cent les intérêts de leurs créances, soit sur les fermes, le...
      ... combien le gouvernement et le ministre de ces exactions devinrent odieux. Le prod...
      Après la paix de 1762, l'abbé Terray, homme d'un caractère ferme, mais dur et sans moralité, ne pouvant avoir d'argent, en vola au nom du roi y il ruina tous les citoyens qui avaient fourni aux frais de la guerre, en réduisant à deux et demi pour cent les intérêts de leurs créances, soit sur les fermes, les colonies,les pays d'états, billets, etc. Tout le monde sait combien le gouvernement et le ministre de ces exactions devinrent odieux. Le produit en fut bientôt dévoré : c'était une faible "pluie d'or, il en aurait fallu u...
      A la mort de Louis XV, le revenu public s'éle- vait ...
      ...ais Jes engagements, malgré cette foule de banqueroutes qu'on s'était .permises, m...
      ...190,858,531 livres : il ne restait donc de libre que 184,473,343 livres. Les dépenses de l'État exigeaient 210,000,000 de li- vres : c'était par conséquent un vi de de 25,526,657 li- vres dans le trésor de l'État.
      A la mort de Louis XV, le revenu public s'éle- vait à 375,331,873 livres; mais Jes engagements, malgré cette foule de banqueroutes qu'on s'était .permises, montaient à 190,858,531 livres : il ne restait donc de libre que 184,473,343 livres. Les dépenses de l'État exigeaient 210,000,000 de li- vres : c'était par conséquent un vi de de 25,526,657 li- vres dans le trésor de l'État.
      ... et les princes voulaient donner le nom de Désiré, qu'il refusa, appela auprès de lui les hommes qu'on lui désigna pour les plus ver- tueux ou les plus habiles. Le comte de Maurepas devint son conseil intime, son...
      ... était un malheur ; courtisan disgracié de la cour de Louis XIV, on crut qu'il porterait ses ...
      ...ts intéressés à établir un nouvel ordre de choses, à briguer le titre de régénérateur : il n'ap- porta au minist...
      ...nt à la lé- gèreté et à l'esprit futile de sa jeunesse.
      ...e roi, auquel, par mépris pour Louis XV autant que par flatterie, les Parlements et les princes voulaient donner le nom de Désiré, qu'il refusa, appela auprès de lui les hommes qu'on lui désigna pour les plus ver- tueux ou les plus habiles. Le comte de Maurepas devint son conseil intime, son tuteur. Ce choix était un malheur ; courtisan disgracié de la cour de Louis XIV, on crut qu'il porterait ses ressenti- ments intéressés à établir un nouvel ordre de choses, à briguer le titre de régénérateur : il n'ap- porta au ministère que l'intrigue et la corruption, l'égoïsme d'un vieillard courtisan, joint à la lé- gèreté et à l'esprit futile de sa jeunesse.
      M. le comte de Maurepas commença par s'occu- per des Parlements exilés depuis près de cinq ans. Leur rappel fut regardé comme une des plus grandes fautes de son ministère. Le maréchal de Muy, ministre de la guerre, stoïcien sévère, mais auquel...
      ...tropha en plein conseil, lui reprochant de déshonorer sa vieillesse et d'abuser de la jeunesse du roi. La suite a prouvé q...
      ... au moins dans le système du despotisme de la cour. Le roi eût été
      M. le comte de Maurepas commença par s'occu- per des Parlements exilés depuis près de cinq ans. Leur rappel fut regardé comme une des plus grandes fautes de son ministère. Le maréchal de Muy, ministre de la guerre, stoïcien sévère, mais auquel on n'attribuait pas tous les talents néces- saires à sa place, l'apostropha en plein conseil, lui reprochant de déshonorer sa vieillesse et d'abuser de la jeunesse du roi. La suite a prouvé que le maréchal avait raison, au moins dans le système du despotisme de la cour. Le roi eût été
      ...ts qui se sont succédés sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Nous avons pris le fond de la plupart de ces portraits dans des ouvrages imprimé...
      ...primé depuis la Révolution; c'est celui de M. Sénac de Meilhan, qui contient diverses particularités sur les ministères de M. de Calonne et de M, Necker. Nous en avons tiré les détai...
      ... étendue du caractère personnel et des opérations des ministres les plus marquants qui se sont succédés sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Nous avons pris le fond de la plupart de ces portraits dans des ouvrages imprimés avant la Révolution, et publiés par des hommes qui avaient été à même d'avoir ...
      ...re des faits. Nous ne nous sommes servis que pour quel- ques-uns d'un ouvrage imprimé depuis la Révolution; c'est celui de M. Sénac de Meilhan, qui contient diverses particularités sur les ministères de M. de Calonne et de M, Necker. Nous en avons tiré les détails les plus frap- pants, sans prétendre cependant ni en garantir la vérité, ni p...

      Introduction

      page 23
      ...mé s'accommoder aux circonstan- ces que de végéter dans leurs terres. ...aire entrer dans les nouveaux Parlements ceux des exilés qui au- raient mieux aimé s'accommoder aux circonstan- ces que de végéter dans leurs terres.
      ...it demandé à ce jeune monarque la levée de toutes les lettres de cachet, tous les membres des Parle- men...
      ...dans la nation, seraient rentrés comme -de simples particuliers dans le sein'de le...
      ... fonction. Cette démarche était un coup de parti pour le chancelier ; son défaut de prudence entraîna sa chute : il fut env...
      ... qui lùi devaient leur existence. Si, quand Louis XVI monta sur le trône, il avait demandé à ce jeune monarque la levée de toutes les lettres de cachet, tous les membres des Parle- ments qui, dans leur exil, formaient encore une compagnie formidable, ou qui avaient encore un grand parti dans la nation, seraient rentrés comme -de simples particuliers dans le sein'de leur famille. Isolés, sans titre et sans fonction, ils n'auraient osé s'assembler ...
      ...it insensible- ment diminué, on se serait accoutumé à les voir sans robe et sans fonction. Cette démarche était un coup de parti pour le chancelier ; son défaut de prudence entraîna sa chute : il fut envoyé dans ses terres.
      ...mit d'abord ses finances dans les mains de Clugny, ancien intendant des colonies, ...
      ... heureuse. Il déploya dans le ministère de la probité et des vues utiles ; mais il...
      Louis XVI remit d'abord ses finances dans les mains de Clugny, ancien intendant des colonies, administrateur borné, avare et intraitable; ce- lui-ci eut pour successeur M. Turgot, intendant du Limousin, connu par une administration pure, vivifiante et heureuse. Il déploya dans le ministère de la probité et des vues utiles ; mais il fallait s'exposer à déplaire pour opérer des réformes nécessaires : il déplut e...
      M. Necker, connu par son Éloge de Colbert et par son habileté dans la ban...
      ...revoir au vieux Maurepas la possibilité de créer du crédit et de se donner de l'aisance, Il fut nommé directeur géné-...
      ...inances. Ce nouveau ministre, découvert de toutes parts à l'envie, annonçant un système nouveau et un, peu de stoïcisme, dut avoir des prôneurs entho...
      ... emprunts ; d'avoir pris pour principes de son administration qu'il faut à un État un crédit pécuniaire, comme à un banquier, et de n'avoir pas vu que le ban- quier s'enrichit d'un crédit qu'il a l'art de faire valoir à son profit, que les empr...
      ...e la discussion ouverte entre lui et M. de Calonne, ils le taxent d'avoir trompé d...
      M. Necker, connu par son Éloge de Colbert et par son habileté dans la banque, fît entrevoir au vieux Maurepas la possibilité de créer du crédit et de se donner de l'aisance, Il fut nommé directeur géné- ral des finances. Ce nouveau ministre, découvert de toutes parts à l'envie, annonçant un système nouveau et un, peu de stoïcisme, dut avoir des prôneurs enthousiastes et des détracteurs frénéti- ques. Ses censeurs lui reprochent d'avoir établi la ressource illusoire et désastreuse des emprunts ; d'avoir pris pour principes de son administration qu'il faut à un État un crédit pécuniaire, comme à un banquier, et de n'avoir pas vu que le ban- quier s'enrichit d'un crédit qu'il a l'art de faire valoir à son profit, que les emprunts actifs du banquier augmentent sa fortune, tandis que les emprunts passifs d...
      ...s, qu'il a négligé l'agricuiture, Ils l'accusent d'ambition; et prenant pour juge la discussion ouverte entre lui et M. de Calonne, ils le taxent d'avoir trompé dans son Compte rendu (1).
      ...du Compte rendu, qu'en 1781 les retenus de 1 Etat excédaient de 10 millions les dépenses fixes; mais, comme il existait à là mort Louis XV un vide de 25 millions entre la recette et la dépe... (1) II résulte du Compte rendu, qu'en 1781 les retenus de 1 Etat excédaient de 10 millions les dépenses fixes; mais, comme il existait à là mort Louis XV un vide de 25 millions entre la recette et la dépense, il faudrait donc que M. Neker eût remboursé, malgré la guerie,
      ...n ministre philosophe annonça le projet de préparer là nation au grand bienfait de la liberté, par l'établissement des ad-...
      ...suppression pro- chaine des intendants, de ces pachas créés par le visir Richelieu, qui s'engraissaient de la substance des peuples et les affaibl...
      ...s épais que l'i'mpéritie et la rapacité de ses prédécesseurs avaient assemblés sur les finances, mit sous nos yeux l'état de là fortune publique, rendit compte des ...
      ... revenus du royaume, des frais, du mode de leur perception, et l'em- ploi des contributions nationales...
      ...ce par les maux d'un long exil. Elle acquit un nouveau degré d'énergie, lorsqu'un ministre philosophe annonça le projet de préparer là nation au grand bienfait de la liberté, par l'établissement des ad- ministrations provinciales, et la suppression pro- chaine des intendants, de ces pachas créés par le visir Richelieu, qui s'engraissaient de la substance des peuples et les affaiblissaient par les corvées, lès exactions, la misère et la faim pour les con- tenir dans l'obéissance. On se crut déjà libre, lorsque M. Necker, dissipant les nuages épais que l'i'mpéritie et la rapacité de ses prédécesseurs avaient assemblés sur les finances, mit sous nos yeux l'état de là fortune publique, rendit compte des diverses branches des revenus du royaume, des frais, du mode de leur perception, et l'em- ploi des contributions nationales.
      A cette lumière imprévue, cette troupe de trai- tants qui s'abreuvaient dans l'ombre du sang des victimes humaines^ frémit de rage. Favoris, mi- nistres, courtisans,...
      ...hommes d'Etat, qui se flattaient d'être de grands intrigants, crièrent au sacrilèg...
      ...re la majesté du trône. Us se réunirent de concert contre un administrateur qui av...
      A cette lumière imprévue, cette troupe de trai- tants qui s'abreuvaient dans l'ombre du sang des victimes humaines^ frémit de rage. Favoris, mi- nistres, courtisans, tous ces parasites qui cachaient dans une nuit profonde et leurs sourdes rapines, et leur nullité absolue ; ces prétendus hommes d'Etat, qui se flattaient d'être de grands intrigants, crièrent au sacrilège, et représentèrent la révé- lation des mystères du cabinet comme un attentat contre la majesté du trône. Us se réunirent de concert contre un administrateur qui avait, quelle que fût son ambition particulière, su montrer l'énergie d'un citoyen...
      ...t sa durée, qui a réveillé les Français de leur long assoupissement ; c'est son mé...
      ...ur a commu- niqué la première étincelle de l'amour de la li- berté. Ce projet n'était pas abs...
      ...veau : il avait été proposé à M. le duc de Choiseul qui le goûtait assez, mais les clameurs de la finance le forcèrent à l'abandonner.
      ...absolument neuve dans un pays monarchique, a eu tant d'influence sur le crédit et sa durée, qui a réveillé les Français de leur long assoupissement ; c'est son mémoire sur les assemblées provinciales qui leur a commu- niqué la première étincelle de l'amour de la li- berté. Ce projet n'était pas absolument nouveau : il avait été proposé à M. le duc de Choiseul qui le goûtait assez, mais les clameurs de la finance le forcèrent à l'abandonner.
      'Le plan de M. Necker présentait un moyen facile de soulager les peuples sans diminuer la recette du trésor royal; de préparer la nation à la liberté politiq...
      ...raiter elle-même ses propres intérêts ; de créer des hommes, en forçant les talents de se développer
      'Le plan de M. Necker présentait un moyen facile de soulager les peuples sans diminuer la recette du trésor royal; de préparer la nation à la liberté politique, en l'accoutumant peu à peu à traiter elle-même ses propres intérêts ; de créer des hommes, en forçant les talents de se développer
      ...nsion 1 des revenus fiscaux, le capital de ces 25 millions de déficit; ce qui, joint aux 10 millions ...
      ...l annonce, donnerait . une augmentation de 35 millions de revenus. Cela paraît difficile : M. de Calonne prétend au contraire qu'il exis...
      par ses seules économies et l'extension 1 des revenus fiscaux, le capital de ces 25 millions de déficit; ce qui, joint aux 10 millions d'excédant qu'il annonce, donnerait . une augmentation de 35 millions de revenus. Cela paraît difficile : M. de Calonne prétend au contraire qu'il exis- tait, en 1781, un déficit considérable.

      Introduction

      page 24
      ...les abus du système financier, l'esprit de corps des Parlements; c'en fut assez pour le faire marquer du sceau de la proscription : et ce mémoire, qui, appuyé de l'opinion publique, au- rait pu faire le bonheur de la France, et amener sans crise la régénération de l'Etat, demeura se- cret entre le roi e...
      ...tre. On fit dans deux provinces l'essai de cette nouvelle forme d'admi- nistration...
      ...plus grand succès, malgré les obstacles de tout genre qu'on ne manqua pas de lui opposer.
      ...es publiques. Mais il dévoilait les vices du régime oppresseur des in tendants, les abus du système financier, l'esprit de corps des Parlements; c'en fut assez pour le faire marquer du sceau de la proscription : et ce mémoire, qui, appuyé de l'opinion publique, au- rait pu faire le bonheur de la France, et amener sans crise la régénération de l'Etat, demeura se- cret entre le roi et son ministre. On fit dans deux provinces l'essai de cette nouvelle forme d'admi- nistration, et elle obtint le plus grand succès, malgré les obstacles de tout genre qu'on ne manqua pas de lui opposer.
      ...on le vola, et il tomba entre les mains de M. Gromot. Ce dernier, qui se croyait au moins le rival de M. Necker, persuadé qu'il avait trouvé ...
      ...d'y parvenir, tire à la hâte des copies de ce mémoire, s'empresse de les faire parvenir aux intendants, aux Parle- ments, chefs de la finance, c'est-à-dire à tous ceux do...
      ...ait môme jamais seul avec le roi, et M. de Maurepas, qui était toujours en tiers, ...
      ...it procuré à son auteur lui avait donné de l'ombrage, et il ne pouvait lui pardonner de n'avoir pas fait de lui dans cet ouvrage une mention honora...
      En 1781, Monsieur voulut lire ce mémoire; M. Necker le lui confia. On le lut, on le vola, et il tomba entre les mains de M. Gromot. Ce dernier, qui se croyait au moins le rival de M. Necker, persuadé qu'il avait trouvé l'occasion qu'il cher- chait depuis longtemps d'écarter du ministère le seul homme qui l'empêchait d'y parvenir, tire à la hâte des copies de ce mémoire, s'empresse de les faire parvenir aux intendants, aux Parle- ments, chefs de la finance, c'est-à-dire à tous ceux dont l'intérêt particulier repoussait toute innovation pour l'intérêt public. M. N...
      ...comme il ne pouvait avoir dans ce temps-là son entrée au conseil, il ne travaillait môme jamais seul avec le roi, et M. de Maurepas, qui était toujours en tiers, s'était déclaré contre lui. La gloire que le Compte rendu avait procuré à son auteur lui avait donné de l'ombrage, et il ne pouvait lui pardonner de n'avoir pas fait de lui dans cet ouvrage une mention honorable.
      ...me marche pour perdre Turgot. M. Necker de- manda donc au roi, non pas une place a... ...n'y était pas présent, on morcelait, on rejetait ses plans. On avait suivi la même marche pour perdre Turgot. M. Necker de- manda donc au roi, non pas une place au con- seil, mais au moins la liberté d'y entrer, pour discuter ses opérations.
      ... et le sacré collège auraient pu exiger de lui, s'il avait demandé le chapeau de cardinal. Gomme il ne prétendait point aux honneurs de la pourpre, mais à celui de faire prévaloir ses plans de finance, il quitta le ministère en 1782...
      ...onsacrant son loisir au célèbre ouvrage de l'A d-ministration des finances.
      ...dition qu'il abjurerait solennellement le calvinisme; c'est ce que le Saint-Père et le sacré collège auraient pu exiger de lui, s'il avait demandé le chapeau de cardinal. Gomme il ne prétendait point aux honneurs de la pourpre, mais à celui de faire prévaloir ses plans de finance, il quitta le ministère en 1782, empor- tant dans sa retraite les regrets du public, et en consacrant son loisir au célèbre ouvrage de l'A d-ministration des finances.
      ...ui qui osa remplacer un ministre honoré de la confiance de la nation, et dont l'élévation était regardée comme le fruit des intrigues de la cabale qui n'était déclarée contre l...
      ... signalèrent la courte admi- sistration de M. Joly de Fleury ; il retrancha les
      On ne put supposer ni talent ni vertu à celui qui osa remplacer un ministre honoré de la confiance de la nation, et dont l'élévation était regardée comme le fruit des intrigues de la cabale qui n'était déclarée contre lé premier. Deux impôts et un emprunt onéreux signalèrent la courte admi- sistration de M. Joly de Fleury ; il retrancha les
      ...chargea indistinctement tous les'impôts de dix sôus pouï livre de la valeur de leur primitive imposition. Il greva la ville de Paris de droits sur le sucre, etc., et il sortit de place avec des pen- sions et du mépris. ...surchargées, et pour que sa comptabilité fût plus productive et plus simple, il chargea indistinctement tous les'impôts de dix sôus pouï livre de la valeur de leur primitive imposition. Il greva la ville de Paris de droits sur le sucre, etc., et il sortit de place avec des pen- sions et du mépris.
      ...ces. Il fut bientôt obligé, à son tour, de déposer un fardeau trop pesant. Son brillant successeur, avec tous les avantages de la supé- riorité, n'avait pas celui de l'opinion publique. Nommé commissaire dans l'affaire de M. de La Ghalotais, au lieu de l'impartialité d'un juge, il avait servi Facharnement des ennemis puisssants de ce courageux magistrat, uniquement pour en obtenir de la faveur. Mal famé d'ailleurs, il ne lui restait de droits à la confiance que de l'esprit et Fart de l'insinuation. On fut consterné de voir M. de Galonné remplacer M. d'Ormesson, de voir les richesses de l'Etat entre les mains d'un homme qui a...
      ... ses vices, ses dignités par l'opprobre de sa conduite; qui, , étant procureur général du Parlement de Douai, s'était avili jusqu'à se rendre ...
      ...uprès du procureur général du Parlement de Bre- tagne, et avait eu l'impudeur de devenir juge du magistrat dont il avait été le délateur; qui, de- puis, vieilli dans les intrigues amoureuses et dans les intrigues de la cour, chargé de honte et de dettes, venait, avec la troupe avide de ses protec- teurs, fondre sur les riche...
      ...our dévorer les finances, sous prétexte de les administrer.
      ...d'une probité reconnue, M. d'Ormesson, donna, pendant quelque temps, des espérances. Il fut bientôt obligé, à son tour, de déposer un fardeau trop pesant. Son brillant successeur, avec tous les avantages de la supé- riorité, n'avait pas celui de l'opinion publique. Nommé commissaire dans l'affaire de M. de La Ghalotais, au lieu de l'impartialité d'un juge, il avait servi Facharnement des ennemis puisssants de ce courageux magistrat, uniquement pour en obtenir de la faveur. Mal famé d'ailleurs, il ne lui restait de droits à la confiance que de l'esprit et Fart de l'insinuation. On fut consterné de voir M. de Galonné remplacer M. d'Ormesson, de voir les richesses de l'Etat entre les mains d'un homme qui avait dilapidé- son patrimoine ; d'un homme qui, inconsidéré par caractère, immoral par sys- tème, avait déshonoré ses talents par ses vices, ses dignités par l'opprobre de sa conduite; qui, , étant procureur général du Parlement de Douai, s'était avili jusqu'à se rendre l'espion d'un ministre auprès du procureur général du Parlement de Bre- tagne, et avait eu l'impudeur de devenir juge du magistrat dont il avait été le délateur; qui, de- puis, vieilli dans les intrigues amoureuses et dans les intrigues de la cour, chargé de honte et de dettes, venait, avec la troupe avide de ses protec- teurs, fondre sur les richesses du royaume, comme pour dévorer les finances, sous prétexte de les administrer.
      ... fécond en ressources, habile à couvrir de palliatifs la brèche ouverte par les di...
      ...'abîme : on crut l'avoir trouvé dans M. de Galonné. En effet, rien n'était au- dessus de ses talents et de son audace ; il plut au roi, et le subj...
      ...am- bilieux avait principalement besoin de plaire.
      Mais il fallait à la cour un ministre fécond en ressources, habile à couvrir de palliatifs la brèche ouverte par les dissipations, et qui ne se laissât point effrayer par l'abîme : on crut l'avoir trouvé dans M. de Galonné. En effet, rien n'était au- dessus de ses talents et de son audace ; il plut au roi, et le subjugua par ses manières spirituelles; il plut par sa prodigalité à ceux auxquels un am- bilieux avait principalement besoin de plaire.
      ...s le mois d'octobre 1776, jusqu'au mois de mai 1781, M. Necker avait emprunté 530m...
      ...ans, Son successeur avait emprunté plus de 300 millions ; mais M. de Galonné les surpassa l'un et l'autre; ses emprunts montèrent à plus de 800 millions. Ainsi, en dix ans, l'Etat s'est chargé de la rente d'un capital d'un milliard 630...
      Depuis le mois d'octobre 1776, jusqu'au mois de mai 1781, M. Necker avait emprunté 530millions; en deux ans, Son successeur avait emprunté plus de 300 millions ; mais M. de Galonné les surpassa l'un et l'autre; ses emprunts montèrent à plus de 800 millions. Ainsi, en dix ans, l'Etat s'est chargé de la rente d'un capital d'un milliard 630 mil- , lions (1).
      (1) Remontrances du Parlement de Paris, du 24 juillet 1787. (1) Remontrances du Parlement de Paris, du 24 juillet 1787.

      Introduction

      page 25
      ... 10 millions d'excédant, et 25 millions de capitaux éteints, M. de Galonné avait-il élevé le déficit, en t...
      ...avait pas qu'indépendamment des charges de l'Etat, source primitive du déficit (2)...
      rendu, c'est-à-dire 10 millions d'excédant, et 25 millions de capitaux éteints, M. de Galonné avait-il élevé le déficit, en trois ans et quatre mois, à 140 millions (l)?Cela paraîtrait inconcevable, si l'on ne savait pas qu'indépendamment des charges de l'Etat, source primitive du déficit (2), le trésor royal était ouvert à toutes les fantaisies, acces- sible à toutes le...
      ...les gratifications volè- rent au-devant de tous les services réels ou sup- posés ;...
      ...n engageait, on échangeait les domaines de la couronne. Jamais la cour n'avait été...
      ...ps, il est vrai, mais on annonçait dans de brillants préambules que le contrôleur général avait trouvé le secret de libérer le royaume; qu'avant vingt ans ...
      ... tet serait parvenue au plus haut degré de splendeur et de gloire. Tous les édits portant création de nouveaux em- prunts ne manquaient pas de le promettre. Les agioteurs, dont la malfaisante activité s'alimente de la multiplicité des effets publics, de l'accumu- lation et du discrédit des em...
      Les dons, les pensions, les gratifications volè- rent au-devant de tous les services réels ou sup- posés ; les dettes des princes furent liquidées; on acquitta même des créances simulées. On faisait acheter au roi Rambouillet, èt Saint-GIoud à la reine ; on engageait, on échangeait les domaines de la couronne. Jamais la cour n'avait été si bril- lante, ni le prince si magnifique; jamais on n'avait vu tant d'activit...
      ...ent pour éteindre la dette nationale : les emprunts se multipliaient en même temps, il est vrai, mais on annonçait dans de brillants préambules que le contrôleur général avait trouvé le secret de libérer le royaume; qu'avant vingt ans la France aurait remboursé tous ses créanciers, tet serait parvenue au plus haut degré de splendeur et de gloire. Tous les édits portant création de nouveaux em- prunts ne manquaient pas de le promettre. Les agioteurs, dont la malfaisante activité s'alimente de la multiplicité des effets publics, de l'accumu- lation et du discrédit des emprunts, chantaient la louange d'un ministre qui servait si bien leurs désirs.
      ...rsqu'on eut re- marqué les dissipations de son successeur. Aussi les premiers emprunts de M. de Galonné ne ren- dant point ce qu'on avait attendu, il fallut en ouvrir de nouveaux à des conditions plus avanta- ...
      ...in si onéreux, qu'il n'y eût plus moyen de déguiser l'impossibilité de les remplir.
      ...rincipalement à la confiance qu'avait inspirée M. Necker, ne fut plus la même lorsqu'on eut re- marqué les dissipations de son successeur. Aussi les premiers emprunts de M. de Galonné ne ren- dant point ce qu'on avait attendu, il fallut en ouvrir de nouveaux à des conditions plus avanta- geuses pour le prêteur, jusqu'à ce que les engage- ments devinssent enfin si onéreux, qu'il n'y eût plus moyen de déguiser l'impossibilité de les remplir.
      M. de Galonné, parvenu à cette extrémité, fit...
      ...l'audace, et séduire par les ressources de l'esprit ; mais on ne tarda pas à s'ape...
      M. de Galonné, parvenu à cette extrémité, fit convoquer les notables; il espéra imposer par l'audace, et séduire par les ressources de l'esprit ; mais on ne tarda pas à s'apercevoir que les hommes rassemblés s'électrisent puissamment, que la philosophie ...
      ...s-marets, a démontré que, dans l'espace de deux siècles, on a mis forcément sur les peuples plus de 100 millions de .levées nouvelles et perpétuelles, pour remplir les enga- gements de gages et de rentes auxquels a obligé la véna- lité ...
      ...rs capitaux auraient pu être une source de richesses pour l'Etat, 6t les exemp- taient de l'impôt.
      ...s notables l'ont évalué. (2) M. Mal le t, premier commis des finances sous M. Des-marets, a démontré que, dans l'espace de deux siècles, on a mis forcément sur les peuples plus de 100 millions de .levées nouvelles et perpétuelles, pour remplir les enga- gements de gages et de rentes auxquels a obligé la véna- lité des charges, ét qui étaient doublement onéreuses, puisqu'elles éloignaient les titulaires des spéculations utiles du commerce, par lesquelles leurs capitaux auraient pu être une source de richesses pour l'Etat, 6t les exemp- taient de l'impôt.
      ...rageuse explosion. Les premiers moments de son ministère séduisirent par des prome...
      ...La convocation des notables fut un coup de foudre qui tira tout à coup la na- tion étonnée de cette incroyable sécurité. M. de Galonné voulut reculer, il n'était plus...
      ...t dissoudre l'assemblée par des lettres de cachet, mais rien ne pouvait plus surmo...
      ... qu'il ne faut souvent qu'ouvrir une issue à l'énergie, pour qu'elle fasse une orageuse explosion. Les premiers moments de son ministère séduisirent par des promesses et par un instant d'aisance qui en imposa ; c'était un songe flatteur; mais le réveil en fut terrible. La convocation des notables fut un coup de foudre qui tira tout à coup la na- tion étonnée de cette incroyable sécurité. M. de Galonné voulut reculer, il n'était plus temps ; il voulut dissoudre l'assemblée par des lettres de cachet, mais rien ne pouvait plus surmonter l'opi- nion ; elle planait déjà sur la force exécutrice, et annonçait la pu...
      ...e lorqu'on entendit annoncer un déficit de 110 mil- lions. M. de Galonné, prévoyant, par la résistance d...
      ...qui lui donna bientôt lui-même occasion de l'attaquer ouverte- ment. Le contrôleur...
      ... le trésor royal n'était pas, au moment de la retraite de M. Necker, dans l'état d'opulence qu'il...
      ...ésira d'avoir sur ce fait le témoignage de M. Joly de Fleury, son successeur. Sa réponse ne s...
      ...as conforme aux vues et aux assertions, de M. de Galonné, celui-ci jugea plus à propos de la supprimer que de la combattre : mais l'ex-ministre avait...
      ...ême temps au garde des sceaux un double de la lettre qu'il avait adressée au contrôleur général. M. de Miromesnil en parla au roi. Une infidélité de cette nature devait décider de la perte de celui qui s'en était rendu coupable ; m...
      ...avantage : il attaqua vivement le. chef de la justice, provoqua une rixe, et finit par en imposer au monarque. M. de Miromesnil eut tort, car il perdit sa p...
      L'indignation publique fut égale à la surprise lorqu'on entendit annoncer un déficit de 110 mil- lions. M. de Galonné, prévoyant, par la résistance des notables, qu'il aurait plus d'un assaut à livrer au Parlement, mina sourdement dans l'esprit du roi le faible garde des sceaux, qui lui donna bientôt lui-même occasion de l'attaquer ouverte- ment. Le contrôleur général ayant soutenu au grand comité des notables que le trésor royal n'était pas, au moment de la retraite de M. Necker, dans l'état d'opulence qu'il avait annoncé, le roi désira d'avoir sur ce fait le témoignage de M. Joly de Fleury, son successeur. Sa réponse ne se trou- vant pas conforme aux vues et aux assertions, de M. de Galonné, celui-ci jugea plus à propos de la supprimer que de la combattre : mais l'ex-ministre avait envoyé en même temps au garde des sceaux un double de la lettre qu'il avait adressée au contrôleur général. M. de Miromesnil en parla au roi. Une infidélité de cette nature devait décider de la perte de celui qui s'en était rendu coupable ; mais le rusé courtisan sut en tirer avantage : il attaqua vivement le. chef de la justice, provoqua une rixe, et finit par en imposer au monarque. M. de Miromesnil eut tort, car il perdit sa place, mais il retrouva la paix et gagna l'estime pu- blique, par la fermeté avec...
      Dès que la retraite de M. le garde des sceaux fut assurée, M. de Galonné proposa au roi M. de Lamoignon, comme l'homme le plus capable, dans des circonstances difficiles, de remplir les importantes fonctions de chef de la magistrature : son choix fut agréé. ...
      ...édié les nota- bles pour se débarrasser de leur importune pré- sence, mais ils sem...
      Dès que la retraite de M. le garde des sceaux fut assurée, M. de Galonné proposa au roi M. de Lamoignon, comme l'homme le plus capable, dans des circonstances difficiles, de remplir les importantes fonctions de chef de la magistrature : son choix fut agréé. On avait congédié les nota- bles pour se débarrasser de leur importune pré- sence, mais ils semèrent dans les provinces la plainte et le soupçon.
      S'il était facile de trouver un successeur à M. de Calonne, sous le rapport de la probité, il ne l'était pas de lui donner un successeur qui l'égalât en talents ; et l'archevêque de Toulouse surtout, auquel on n'attribua ... S'il était facile de trouver un successeur à M. de Calonne, sous le rapport de la probité, il ne l'était pas de lui donner un successeur qui l'égalât en talents ; et l'archevêque de Toulouse surtout, auquel on n'attribua d'autre mérite que la pré-

      Introduction

      page 26
      ...n d'un ambitieux et les fausses ardeurs de l'impuissance, ne lui parut pas supérie... somption d'un ambitieux et les fausses ardeurs de l'impuissance, ne lui parut pas supérieur en vertus.
      Il avait prévu la chute prochaine de M. de Ga- lonné, et dirigé toutes ses démarches, tous ses discours sur le plan combiné de son élévation fu- ture. Le silence poli...
      ... louvoyait habilement sous les auspices de l'abbé de Ver- mont, et fut servi si chaudement, ...
      ... après le renvoi du contrôleur général. De l'esprit naturel, une élo- cution facil...
      ...vanité exaltée par les fades adulations de quelques litté- rateurs à gages, quelqu...
      ...l prenait pour un plan, des lumières et de l'expérience, tels étaient les moyens a...
      ...sa au Parlement les mêmes impôts que M. de Galonné avait proposés aux notables, l'...
      Il avait prévu la chute prochaine de M. de Ga- lonné, et dirigé toutes ses démarches, tous ses discours sur le plan combiné de son élévation fu- ture. Le silence politique qu'il affecta n'en imposa à personne : on souleva même le voile mystérieux dont il couvrait ses prétentions ; mais il louvoyait habilement sous les auspices de l'abbé de Ver- mont, et fut servi si chaudement, qu'il fut admis au conseil, immédiatement après le renvoi du contrôleur général. De l'esprit naturel, une élo- cution facile, mais un génie étroit, un corps usé par les plaisirs ; un caractère énervé, une vanité exaltée par les fades adulations de quelques litté- rateurs à gages, quelques idées vagues d'admi- nistration qu'il prenait pour un plan, des lumières et de l'expérience, tels étaient les moyens avec lesquels il entrait dans le ministère. Il avait à peine produit un instant d'illusion que ses vues courtes et inconséquentes l'avaient détruit aus- sitôt. Il proposa au Parlement les mêmes impôts que M. de Galonné avait proposés aux notables, l'impôt territorial et celui du timbre, quoique, comme notable, il se fût formelle...
      ...revés par le premier impôt, profitèrent de l'odieux du second pour éluder l'équité de celui qui aurait porté également sur toutes les propriétés. De là ce combat d'ordres et ' de refus, d'injonctions, de remontrances et d'ar- rêtés, qui finit ... Les magistrats, grevés par le premier impôt, profitèrent de l'odieux du second pour éluder l'équité de celui qui aurait porté également sur toutes les propriétés. De là ce combat d'ordres et ' de refus, d'injonctions, de remontrances et d'ar- rêtés, qui finit par l'exil du Parlement 4e .Paris à Troyes.
      ...t acte d'autorité fut le premier sigDal de la guerre, et décida l'opinion publique. Elle se ma- nifesta peu de jours après à l'égard des deux princes ...
      ...e énergie qui étonna également les amis de la liberté et les fauteurs du despotism...
      Cet acte d'autorité fut le premier sigDal de la guerre, et décida l'opinion publique. Elle se ma- nifesta peu de jours après à l'égard des deux princes qui furent envoyés pour le même enre- gistrement, l'un à la chambre des comptes, l'autre à la cour des aides, avec une énergie qui étonna également les amis de la liberté et les fauteurs du despotisme.
      ...s'était déclaré ouverte- ment contre M. de Galonné,, à l'assemblée des no- tables et aux différentes assemblées de chambres que tint ensuite le Parlement,...
      ...d'une foule immense, qui s'em- pressait de lui présenter des bouquets et de jeter des fleurs sur son passage. M. d'...
      ..., par reconnaissance sans doute, obligé de défendre les opérations du mi nistre disgracié, reçut, dès la barrière de la Con- férence, des marques du méconte...
      La mission des deux frères du roi était la même. Cependant, Monsieur, qui s'était déclaré ouverte- ment contre M. de Galonné,, à l'assemblée des no- tables et aux différentes assemblées de chambres que tint ensuite le Parlement, fut reçu dans Paris aux acclamations du peuple, et reconduit après la séance dans son palais du Luxembourg, au milieu des bénédictions d'une foule immense, qui s'em- pressait de lui présenter des bouquets et de jeter des fleurs sur son passage. M. d'Artois, au con- traire, qui s'était cru, par reconnaissance sans doute, obligé de défendre les opérations du mi nistre disgracié, reçut, dès la barrière de la Con- férence, des marques du mécontentement public. Il se manifesta d'une manière effrayante pour sa personne, au Pa...
      ...t quitte pour la peur, Lorsqu'il sortit de la cour des. aides, il fut assailli par de nouvelles clameurs, et pour- suivi par les huées de ce môme peuple, dont il avait été l'ido...
      ...pour lui un nouveau reproche. Un cordon de troupes, disposé sur le Pont-Neuf, ferm...
      ...ltitude, et donna au prince la facilité de continuer librement sa route, après une...
      ...x profité, sans les conseils per- fides de ceux qui l'entouraient. « La nation éta...
      ...ts r enouvelassent l'absurde prétention de tenir le roi en tutelle et de porter la main au gouvernail. Pour cett...
      ...ésentait avec force qu'il était inutile de circuiter insidieusement; que la vérité de leur incompétence était aperçue et sent...
      ... confessèrent donc n'avoir pas le droit de sanctionner l'impôt, que ce droit appar...
      ...seuls États généraux, qui avaient celui de le consentir, et ils en demandèrent la ...
      ... imprudence oU par accident augmenta le tumulte et le danger. Il en fut cependant quitte pour la peur, Lorsqu'il sortit de la cour des. aides, il fut assailli par de nouvelles clameurs, et pour- suivi par les huées de ce môme peuple, dont il avait été l'idole, jusque vers la statue d'Henri IV, dont la vue dut être pour lui un nouveau reproche. Un cordon de troupes, disposé sur le Pont-Neuf, ferma le passage à la multitude, et donna au prince la facilité de continuer librement sa route, après une leçon effrayante dont il eût vraisem- blablement mieux profité, sans les conseils per- fides de ceux qui l'entouraient. « La nation était trop éclairée pour que les Parle- ments r enouvelassent l'absurde prétention de tenir le roi en tutelle et de porter la main au gouvernail. Pour cette fois, réduits à la séule vérité pour sortir d'embarras, ils adoptèrent l'avis d'un conseiller, M. d'Eprémesnil, qui leur représentait avec force qu'il était inutile de circuiter insidieusement; que la vérité de leur incompétence était aperçue et sentie, qu'il fallait se faire un mérite d'un aveu nécessaire. Ils confessèrent donc n'avoir pas le droit de sanctionner l'impôt, que ce droit appar- tenait aux seuls États généraux, qui avaient celui de le consentir, et ils en demandèrent la prochaine convocation.
      ...stres lurent entièrement déconcertés et de l'étrange aveu et de la demande dangereuse du Parlement. En ...
      ...'enthousiasme, que le roi se vit obligé de l'accorder ; il s'y engagea par une pro...
      ...e réel à l'Etat? Oui; mais il s'en faut de beaucoup que leur gloire soit pure ; il...
      ...as même pallier les motifs déterminants de leur résistance et l'aveu de leur incompétence : l'intérêt de corps et l'intérêt personnel percèrent de toutes parts.
      Les ministres lurent entièrement déconcertés et de l'étrange aveu et de la demande dangereuse du Parlement. En effet, elle fut si vivement accueillie, répétée avec tant d'enthousiasme, que le roi se vit obligé de l'accorder ; il s'y engagea par une pro- messe solennelle. Les Parlements ont donc rendu un service réel à l'Etat? Oui; mais il s'en faut de beaucoup que leur gloire soit pure ; ils ne surent pas même pallier les motifs déterminants de leur résistance et l'aveu de leur incompétence : l'intérêt de corps et l'intérêt personnel percèrent de toutes parts.
      ... se trouvait, le conseil n'imagina rien de mieux que de nommer l'archevêque de Toulouse principal ministre ; mais un n... Dans la crise violente où l'on se trouvait, le conseil n'imagina rien de mieux que de nommer l'archevêque de Toulouse principal ministre ; mais un nouveau titre, ne peut donner un nouveau ta- lent, et le principal ministre ne fu...
      ...eux pour l'autorité royale d'avancer ou de reculer, et lui fit faire l'un et l'aut...
      ...que ni plus prudent. L'enregistre- ment de la prorogation du deuxième vingtième, p...
      ...udences en imprudences il amena les chpses au point qu'il était également dangereux pour l'autorité royale d'avancer ou de reculer, et lui fit faire l'un et l'autre: heureusement pour la monarchie française, le Parlement ne fut ni plus politique ni plus prudent. L'enregistre- ment de la prorogation du deuxième vingtième, pendant son exil, montra qu'il n'était pas moins inconséquent qu'incompétent, et ...

      Introduction

      page 27
      ...utre côté, quelques propos indi- screts de l'archevêque l'ayant fait soupçonner de mauvaise-foi, les intéressés craignirent d'être compromis, et lui manquèrent de paroles Cepen- dant une grande majorité...
      ...- tait que deux partis à prendre : l'un de faire re- tourner te Toi à Versailles, et de laisser consom- mer la délibération à la pluralité de voix, puisque le Parlement y attachait tant d'importance ; l'autre, d'accorder surTle-champ les États généraux.
      bunaux; d'un autre côté, quelques propos indi- screts de l'archevêque l'ayant fait soupçonner de mauvaise-foi, les intéressés craignirent d'être compromis, et lui manquèrent de paroles Cepen- dant une grande majorité s'étant déclarée pour l'enregistrement, dans la séance royale, il ne res- tait que deux partis à prendre : l'un de faire re- tourner te Toi à Versailles, et de laisser consom- mer la délibération à la pluralité de voix, puisque le Parlement y attachait tant d'importance ; l'autre, d'accorder surTle-champ les États généraux.
      ...i eût peut-être réussi sans la perfidie de quelques magistrats et la gau- cherie du garde des sceaux. M. de Lamoignon avait engagé Je principal min...
      ...nvinrent des besoins du gouvernement et de la nécessité de lui trouver de l'argent.
      ...que, à qui la voie des impôts était fermée, tenta celle des emprunts, et elle lui eût peut-être réussi sans la perfidie de quelques magistrats et la gau- cherie du garde des sceaux. M. de Lamoignon avait engagé Je principal ministre à entrer en né- gociation avec les membres du Parlement qui avaient le plus d'influence dans leur compagnie. Tous convinrent des besoins du gouvernement et de la nécessité de lui trouver de l'argent.
      ...posante, qui lui don- nerait les moyens de se passer des Parlements. Cette cour de...
      ...e des princes, des pairs, des maréchaux de France et de quelques magistrats ; c'eût été vraimen...
      ...l. Tous les Parlements firent une levée de boucliers terrible ; ils se con- fédérérent, et conclurent un pacte de résistance qu'ils sanctionnèrent d'un s...
      ...roi d'en faire cesser le récolement, et de déclarer ses volontés; ce qui fut fait (1). Le duc d'Orléans s'étant permis de demander au roi si c'était un lit de justice ou une séance royale qu'il entendait tenir, et de protester contre l'enregistrement, fut ...
      ...s conseillers, MM. Fré- teau et Sablier de Cabre, qui avaient parlé avec courage. Le premier mouvement du roi fut de les faire arrêter au milieu de la grand'chambre ; on prévint cette dém...
      ...n furent pas moins poursuivis avec plus de fureur encore par les cris de l'indignation publique, dès que l'ordre...
      Le ministre crut la circonstance favorable pour établir une cour pléniére imposante, qui lui don- nerait les moyens de se passer des Parlements. Cette cour devait être composée des princes, des pairs, des maréchaux de France et de quelques magistrats ; c'eût été vraiment la cour pléniére du despotisme. En même temps, le garde des sceaux Lamoignon s...
      ...iages auxquels il donnait des pouvoirs très-étendus, tant au civil qu'au criminel. Tous les Parlements firent une levée de boucliers terrible ; ils se con- fédérérent, et conclurent un pacte de résistance qu'ils sanctionnèrent d'un serment. Pendant qu'on rècueillait les voix, le garde des sceaux, s'aperce- vant ...
      ...ité ne serait pas pour les projets ministériels, monta au trône pour avertir le roi d'en faire cesser le récolement, et de déclarer ses volontés; ce qui fut fait (1). Le duc d'Orléans s'étant permis de demander au roi si c'était un lit de justice ou une séance royale qu'il entendait tenir, et de protester contre l'enregistrement, fut exilé ainsi que deux autres conseillers, MM. Fré- teau et Sablier de Cabre, qui avaient parlé avec courage. Le premier mouvement du roi fut de les faire arrêter au milieu de la grand'chambre ; on prévint cette démarche, qui n'aurait fait qu'aigrir les esprits. Les ministres n'en furent pas moins poursuivis avec plus de fureur encore par les cris de l'indignation publique, dès que l'ordre d'exil fut connu.
      ... roi, libellée sur son plan, resta plus de huit jours entre ses mains, et la séanc...
      ...es pour demander à distraire du ressort de leur cour plusieurs pro- vinces, et pro...
      ...omme dévant être premier président d'un de ces nouveaux tri-
      M. d'Eprémesnil avait donné l'idée d'un emprunt successif : la déclaration du roi, libellée sur son plan, resta plus de huit jours entre ses mains, et la séance royale ne fut arrêtée au conseil que l'orsqu'on se crut assuré du consentement...
      ...n prétendit que des .membres du Parlement avaient eux- mêmes présenté des mémoires pour demander à distraire du ressort de leur cour plusieurs pro- vinces, et proposé d'y établir des conseils supé- rieurs. M. d'Eprémesnil fut désigné comme dévant être premier président d'un de ces nouveaux tri-
      (1 ) Quand M. de Lamoignon entra au parquet, M. Sé- guie... (1 ) Quand M. de Lamoignon entra au parquet, M. Sé- guier lui- demanda s'il était vrai qu'il fût- décidé à en- registrer sans prendre le...
      Mais M. de Lamoignon pensa que le roi devait suivre aussi strictement les déterminations de son conseil, qu'un premier président les arrêts de la cour. 11 ne sentit pas que l'assemblée des repré- sentants de la nation était désormais indispen- sab...
      ...êt du prince, qu'elle parût un bienfait de sa part plutôt qu'un sacrifice arraché ...
      ...Peut-être aussi n'eût-il pas lé courage de braver le ressentiment du premier minis...
      Mais M. de Lamoignon pensa que le roi devait suivre aussi strictement les déterminations de son conseil, qu'un premier président les arrêts de la cour. 11 ne sentit pas que l'assemblée des repré- sentants de la nation était désormais indispen- sable, et qu'il valait mieux, pour la gloire et pour l'intérêt du prince, qu'elle parût un bienfait de sa part plutôt qu'un sacrifice arraché par la nécessité. Peut-être aussi n'eût-il pas lé courage de braver le ressentiment du premier ministre.
      ... ministres pros- péraient. L'archevêché de Sens et une riche abbaye furent la réco...
      ... et le garde des sceaux reçut pour prix de son habileté 200,000 livres pour marier...
      ...mprunt ne se remplit point,l'Etat périssait; mais les affaires particulières des ministres pros- péraient. L'archevêché de Sens et une riche abbaye furent la récompense des brillants succès du prin- cipal ministre, et le garde des sceaux reçut pour prix de son habileté 200,000 livres pour marier sa fille.
      On résolut de perdre M. de Lamoignon ; pour y réussir, on fatigua la cour d'arrêtés, de députa- tions, de remontrances. L'inflexible garde des sc...
      ...ne fer- meté respectueuse, et faisaient de leur cause la cause de la nation ,JenJparaissant combattre le ...
      On résolut de perdre M. de Lamoignon ; pour y réussir, on fatigua la cour d'arrêtés, de députa- tions, de remontrances. L'inflexible garde des sceaux faisait parler le roi avec la hauteur d'un sultan. Les Parlements répondaient avec une fer- meté respectueuse, et faisaient de leur cause la cause de la nation ,JenJparaissant combattre le des- potisme ministériel, uniquement pour assurer la liberté publique.
      ... des assemblées provinciales leur donna de la défaveur ; et les scènes qui se passèrent au Palais, lors de l'édit qui accordait l'état civil aux protestants, l'humble confession de M. d'Epré- mesnil, la scission dont plu... Cependant la résistance qu'ils opposèrent à l'éta- blissement des assemblées provinciales leur donna de la défaveur ; et les scènes qui se passèrent au Palais, lors de l'édit qui accordait l'état civil aux protestants, l'humble confession de M. d'Epré- mesnil, la scission dont plusieurs membres me- nacèrent la compagnie, jetèrent du ridicule sur leurs délibér...
      Un comité de jurisconsultes philosophes s'oc- cupait, soiis les yeux du chef de la justice, de la réforme de la jurisprudence civile et criminelle. ...
      ... mois ce qui demandait plusieurs années de méditation et de travail. Le principal ministre, jaloux de partager sa gloire, se joignit à lui, et ils arrêtèrent d'opérer une révolution au mois de mai, comme on arrêtait un voyage de Compiègne ou de Fontainebleau.
      Un comité de jurisconsultes philosophes s'oc- cupait, soiis les yeux du chef de la justice, de la réforme de la jurisprudence civile et criminelle. Le garde des sceaux, toujours pressé d'agir, voulut faire en quatre mois ce qui demandait plusieurs années de méditation et de travail. Le principal ministre, jaloux de partager sa gloire, se joignit à lui, et ils arrêtèrent d'opérer une révolution au mois de mai, comme on arrêtait un voyage de Compiègne ou de Fontainebleau.

      Introduction

      page 28
      ...s provinces, ignorant eux-mêmes l'objet de leur mission. Le même jour, à la même h...
      ...paquets cachetés qui renferment le sort de la France. Une imprimerie était dressée à Versailles, une foule de presses y gémissaient jour et nuit, et un triple rempart de bayonnettes dérobait le secret des mini...
      ...leurs drapeaux; des officiers généraux et des conseillers d'Etat partent pour les provinces, ignorant eux-mêmes l'objet de leur mission. Le même jour, à la même heure, ils doivent ouvrir des paquets cachetés qui renferment le sort de la France. Une imprimerie était dressée à Versailles, une foule de presses y gémissaient jour et nuit, et un triple rempart de bayonnettes dérobait le secret des ministres aux regards indiscrets.
      Cet appareil nouveau de despotisme avait semé l'alarme. M. d'Epremesnil vint à bout de découvrir le mystère, et fit jurer les magistrats et les pairs du royaume de se refuser à tout projet qui émane- rai... Cet appareil nouveau de despotisme avait semé l'alarme. M. d'Epremesnil vint à bout de découvrir le mystère, et fit jurer les magistrats et les pairs du royaume de se refuser à tout projet qui émane- rait des presses ministérielles.
      Le ministre, furieux, lance une lettre de cachet contre l'auteur de la découverte et contre un jeune magist...
      ...x-ci échappen t aux satellites porteurs de la lettre, se réfugien t au Palais, et ...
      ... les met sous la sauve- garde du roi et de la loi. Les pairs s'assemblent, le peup...
      ...pplier le roi d'écouter dans sa sagesse de meil- leurs conseils.
      Le ministre, furieux, lance une lettre de cachet contre l'auteur de la découverte et contre un jeune magistrat qui avait dénoncé leurs vexations dans la perception des vingtièmes. Ceux-ci échappen t aux satellites porteurs de la lettre, se réfugien t au Palais, et le Parlement les met sous la sauve- garde du roi et de la loi. Les pairs s'assemblent, le peuple se porte en foule à la grand'salle ; une députation solennelle part pour Versailles et va supplier le roi d'écouter dans sa sagesse de meil- leurs conseils.
      ...s du fameux arrêté du 3 mai. Les portes de la grand'chambre s'ouvrent, et la cour,...
      ...r fait lire au peuple l'ori- ginal même de leur délibération. Cette circon- stance...
      ...r pourrait désormais braver ies foudres de Versailles, ou si les ministres, au risque d'encourir l'exécration de la France, emploieraient la violence pour faire exécuter les lettres de cachet.
      ...mme est surpris dans l'enceinte même du Palais, vendant des exemplaires falsifiés du fameux arrêté du 3 mai. Les portes de la grand'chambre s'ouvrent, et la cour, les pairs y séant, condamnent aux flammés ces imprimés d'imposteurs après avoir fait lire au peuple l'ori- ginal même de leur délibération. Cette circon- stance échauffe les esprits ; la fermentation aug- mentait d'heure en heure, tout Pari...
      ...vait décider si le Palais allait devenir un lieu d'immunité, d'où tout conseiller pourrait désormais braver ies foudres de Versailles, ou si les ministres, au risque d'encourir l'exécration de la France, emploieraient la violence pour faire exécuter les lettres de cachet.
      ...urs bataillons sous le3 armes, précédés de leurs sapeurs, la hache sur l'épaule, a...
      ...ités, prêts à briser les portes en cas- de résistance ; le sieur Vincent d'Agoult ...
      ...t que l'ennemi du ministre et non l'ami de la liberté. Le marquis d'Àgoult montra ...
      ...s n'étaient que ministériels, on refusa de les reconnaître. Il fallut donc retourn...
      ...itions naturelles. Vers les cinq heures de la même nuit, les deux con-
      Il était minuit, lorsque plusieurs bataillons sous le3 armes, précédés de leurs sapeurs, la hache sur l'épaule, accourent au Palais à pas précipités, prêts à briser les portes en cas- de résistance ; le sieur Vincent d'Agoult les commande. Il entre dans la cour des pairs et demande les victimes désignées....
      ...Fran- çais furent ce jour-là pour d'Eprémesnil. Ils ne savaient pas qu'il n'était que l'ennemi du ministre et non l'ami de la liberté. Le marquis d'Àgoult montra ses ordres ; mais comme ils n'étaient que ministériels, on refusa de les reconnaître. Il fallut donc retourner à Versailles, éveiller le roi pour lui faire signer un ordre que l'on doit croire avoir été contraire à ses dispositions naturelles. Vers les cinq heures de la même nuit, les deux con-
      ... ces deux magistrats en robe, à la tête de deux mille homme armés, reçut tout, le long de la route les témoignages de l'indi- gnation publique et contre sa p...
      ...orteur. Comme il avait fait une espèce. de siège du Palais et failli em- porter la...
      ... d'assaut, on lui donna le gouvernement de la place qu'il avait conquise.
      seillers furent enfin enlevés. M. d'Agoult, condui- sant comme en triomphe ces deux magistrats en robe, à la tête de deux mille homme armés, reçut tout, le long de la route les témoignages de l'indi- gnation publique et contre sa personne et contre les ordres dont-il était porteur. Comme il avait fait une espèce. de siège du Palais et failli em- porter la grand'chambre d'assaut, on lui donna le gouvernement de la place qu'il avait conquise.
      Ce dernier acte de despotisme était trop violent ; il deva...
      ...me il nê leur restait plus sur la terre de dédommagement que celui des richesses et des titres, on les en combla. M. de Lamoignon eut une grosse pension, et l'archevê- que obtint tout ce qu'un roi de France peut don- ner , afin de proportionner, autant qu'il était possi...
      ... haine publique. — Il emporta pour près de 800,000 livres de pensions et de bénéfices.
      Ce dernier acte de despotisme était trop violent ; il devait paraître trop odieux à la nation pour que les deux ministres xle qui il émanait conser- vassent leur place. Comme il nê leur restait plus sur la terre de dédommagement que celui des richesses et des titres, on les en combla. M. de Lamoignon eut une grosse pension, et l'archevê- que obtint tout ce qu'un roi de France peut don- ner , afin de proportionner, autant qu'il était possible, les grâces à la haine publique. — Il emporta pour près de 800,000 livres de pensions et de bénéfices.
      ...avait des droits puis- sants à exercer, de longues réclamations à faire valoir. La...
      ...stres et eux, que le peuple ; et forcés de le faire intervenir dans leurs querel- les, ils le mirent bientôt à portée de s'instruire par lui-même de ses droits qu'ils avaient l'air de défendre. Par leur prétention d'être partier essen- tielle de la législation, ils se sont exposés à l...
      ...84, aux États tenus pendant la minorité de Charles VIII, le premier président la V...
      ...et le gouvernement du roi n'étaient pas de son ressort. »
      ... la révolution sous laquelle ils succombèrent. Ils ont averti la nation qu'elle avait des droits puis- sants à exercer, de longues réclamations à faire valoir. La volonté personnelle du roi étant nulle devant l'influence des ministres qui la dirigeaient à leur gré, ils ne trouvaient point d'antres juges à prendre, entre les ministres et eux, que le peuple ; et forcés de le faire intervenir dans leurs querel- les, ils le mirent bientôt à portée de s'instruire par lui-même de ses droits qu'ils avaient l'air de défendre. Par leur prétention d'être partier essen- tielle de la législation, ils se sont exposés à l'exa- men, à la surveillance, à la critique; et l'on vit qu'ils avaient abusé du...
      ...puissance des grands Par- lements, c'est à dire des États généraux, quoiqu'en 1484, aux États tenus pendant la minorité de Charles VIII, le premier président la Vaquerie eût expressément déclaré au régent « que le Parle- ment était pour rendre la justice au peuple ; que les finances, la guerre et le gouvernement du roi n'étaient pas de son ressort. »
      ...es subalternes qui commettaient, au nom de Louis XVI, toutes sortes d'horreurs ? Ont-ils préservé, ou même essayé de préserver le peuple de l'oppressive progression des impôts ? Selon l'auteur de l'Éloge du chancelier de l'Hôpital, ils ont corrompu et ce qu'il y a de plus sacré sur la terre et-1e seul bien... ...» les crimes d'État dans les ministres déprédateurs ou fripons, dans- les despotes subalternes qui commettaient, au nom de Louis XVI, toutes sortes d'horreurs ? Ont-ils préservé, ou même essayé de préserver le peuple de l'oppressive progression des impôts ? Selon l'auteur de l'Éloge du chancelier de l'Hôpital, ils ont corrompu et ce qu'il y a de plus sacré sur la terre et-1e seul bien que les gouvernements puissent faire aux hommes, la justice et les lois. Cepend...

      Introduction

      page 29
      Peu de jours après la scène du Palais, paruren...
      ... vu d'un œil tranquille l'établissement de grands bailliages ; quoique dangereux d...
      ... agréables aux provinces. Mais la haine de la cour plénière réunit la nation aux P...
      ... par la courageuse résistauce du peuple de Rennes et les. écrits vigoureux de la commission inter- médiaire des États de Bretagne, que par la con- duite ferme, ...
      ...t patriotique du Dauphiné, triomphèrent de la puissance royale indignement prostituée, de la force militaire, ébranlée par l'usag...
      Peu de jours après la scène du Palais, parurent les fameux édits du 8 mai 1788 (1). Peut-être eût- ou vu d'un œil tranquille l'établissement de grands bailliages ; quoique dangereux dans l'état où se trouvait alors la législation française, ils ne pouvaient manquer d'être utiles et agréables aux provinces. Mais la haine de la cour plénière réunit la nation aux Parlements, et ceux-ci, forts des sentiments excités dans tous les cœurs, tant par la courageuse résistauce du peuple de Rennes et les. écrits vigoureux de la commission inter- médiaire des États de Bretagne, que par la con- duite ferme, mesurée et vraiment patriotique du Dauphiné, triomphèrent de la puissance royale indignement prostituée, de la force militaire, ébranlée par l'usage déshonorant qu'on en voulait faire, et renversèrent enfin les grands bailliage...
      ...prétend que la France dut être délivrée de l'archevêque de Sens; il ouvrit les yeux ou roi et à la...
      ...ses représentations. Quelques personnes de la cour avaient déjà fait sentir au pri...
      ...e seul homme qui pût retirer le royaume de l'abîme où il était plongé ; il en avai...
      ...e l'archevêque y resterait. La retraite de celui-ci fut donc résolue. La reine vou...
      ...en à ces discours. 11 fallut que l'abbé de Vermont allât les lui expli- quer le jour de Saint-Louis dans la matinée.
      C'est à M. d'Artois que l'on prétend que la France dut être délivrée de l'archevêque de Sens; il ouvrit les yeux ou roi et à la reine sur la situa- tion déplorable des affaires du royaume, sur l'in- capacité...
      ...ui-même demander sa démis- sion ; on l'arrêta en lui promettant d'avoir égard à ses représentations. Quelques personnes de la cour avaient déjà fait sentir au principal ministre que M. Necker était le seul homme qui pût retirer le royaume de l'abîme où il était plongé ; il en avait parlé au roi. Le prélat consentait à lui abandonner en entier le département des finances. Mais l'ancien administrateur refusa d'entrer dans le ministère tant que l'archevêque y resterait. La retraite de celui-ci fut donc résolue. La reine voulut en vain Je préparer à cet événement; il s'était arrangé pour tenir toujours les rênes du gouvernement, et ne comprit rien à ces discours. 11 fallut que l'abbé de Vermont allât les lui expli- quer le jour de Saint-Louis dans la matinée.
      ...son ministère est une nou- velle preuve de la vanité des réputations ; il n'imagin...
      ...l avait persuadé au roi que le Châtelet de Paris avait enregistré avec joie son ér...
      Sa conduite pendant son ministère est une nou- velle preuve de la vanité des réputations ; il n'imagina rien que la cour plénière. La manière dont il travailla à soutenir cette opéra...
      ... ne chercha qu'à tromper le roi et la nation. Toute la France fut instruite qu'il avait persuadé au roi que le Châtelet de Paris avait enregistré avec joie son érection en grand bail- liage (2).
      ...ont rapportés en entier dans le courant de cette Introduction. (1) Ces édits sont rapportés en entier dans le courant de cette Introduction.
      Jaloux de M. Necker, dont il se croyait le rival de gloire, et, dont il craignait l'ascenda...
      ...oi, il favorisa constamment les ennemis de cet administrateur. M. Panchaud, qui eut beaucoup de part à une réponse de M. de Galonné au Compte rendu de M. Necker , trouva dans les bureaux du ...
      ... où mille entraves gê naient la liberté de la presse (l).
      Jaloux de M. Necker, dont il se croyait le rival de gloire, et, dont il craignait l'ascendant sur le roi, il favorisa constamment les ennemis de cet administrateur. M. Panchaud, qui eut beaucoup de part à une réponse de M. de Galonné au Compte rendu de M. Necker , trouva dans les bureaux du contrôleur général toutes les facilités imaginables pour faire des recherches su...
      ...nistration, et son ouvrage fut vendu publiquement et sans obstacle dans un temps où mille entraves gê naient la liberté de la presse (l).
      ... les trois ordres ces fu- nestes germes de division qui depuis ont mis l'État à deux doigts de sa perte ; il jeta également le plus gr...
      ...es sacrifices immenses qu'il fut obligé de faire pour soutenir ses projets. Les so...
      ...- nage, etc. coûtèrent à la France plus de cent mil- lions.
      Il jeta le premier entre les trois ordres ces fu- nestes germes de division qui depuis ont mis l'État à deux doigts de sa perte ; il jeta également le plus grand désordre dans les finances par les sacrifices immenses qu'il fut obligé de faire pour soutenir ses projets. Les sommes répandues pour soulever le peuple, acheter des juges pour les grands bailli...
      ... baisse du change, la suspension du payement des impositions, les frais d'espion- nage, etc. coûtèrent à la France plus de cent mil- lions.
      ...d'événements qui se succèdent avec tant de rapidité, il n'est pas pos- sible, disa...
      ...r que la guerre civile pouvait être une de ces chances. — « Nous avons calculé là-...
      Il marcha toujours au hasard et sans but déter- miné. « Parmi cette foule d'événements qui se succèdent avec tant de rapidité, il n'est pas pos- sible, disait-il, qu'il n'en survienne quelqu'un qui nous soit favorable ; il ne faut qu'un...
      ...ureuse pour nous tirer d'affaire. » Une personne qui l'écoutait, lui fit observer que la guerre civile pouvait être une de ces chances. — « Nous avons calculé là-dessus, » répondit-il froidement.
      Dans les derniers temps de son administration, ses mauvais succès ...
      ...que des violences. Il était à la veille de s'emparer de tout l'argent qui était en dépôt chez l...
      ...e nouveau crime et la ruine d'une foule de fa- milles.
      Dans les derniers temps de son administration, ses mauvais succès l'avaient aigri, la moindre contradiction le mettait en fureur, il ne méditait que des violences. Il était à la veille de s'emparer de tout l'argent qui était en dépôt chez les notai- res, et d'y substituer du papier. Sa retraite prévint ce nouveau crime et la ruine d'une foule de fa- milles.
      ...é aux accusés, la sup- pression absolue de la torture et des supplices atroces et ... ... jurés en matière criminelle, l'instruction publique des procès, un conseil donné aux accusés, la sup- pression absolue de la torture et des supplices atroces et une foule d'autres règlements utiles
      ... venu à Bellevue, leur apporta l'arrêté de cette compagnie, et mit le comble à leu...
      ...despotisme s'est enraciné dans l'esprit de ce ministre : « Concevez-vous, disait-il un jour , rien de pareil à l'extravagance de ces Rretons? Ils ne font que nous harceler de mém.oires, nous fatiguer de dépu- tations; les voilà ici cinquante ...
      ... voulez-voulez qu'on dise à des animaux de cette es- pèce-là? »
      mes; deux heures après, leur médecin étant venu à Bellevue, leur apporta l'arrêté de cette compagnie, et mit le comble à leur surprise et à leur indignation. (1) C'est une chose remarquable que la prodigieuse rapidité avec laquelle le despotisme s'est enraciné dans l'esprit de ce ministre : « Concevez-vous, disait-il un jour , rien de pareil à l'extravagance de ces Rretons? Ils ne font que nous harceler de mém.oires, nous fatiguer de dépu- tations; les voilà ici cinquante et tant pour en demander douze qui sont à la Bastille. J'ai voulu bonnement rai-...
      ...ander ici pour eux, c'est la liberté. — Ma foi, je suis resté confondu, moi; que voulez-voulez qu'on dise à des animaux de cette es- pèce-là? »

      Introduction

      page 30
      M. da Brienne, frère de l'archevêque et ministre de la guerre, arrivait de Versailles à l'instant où ces forcenés, armés de torches brûlantes, s'ap- prochaient de son hôtel. Il va sur-le-champ chercher du secours. On eût pu faire marcher un bataillon de gardes françaises et un corps de gre- nadiers qui en auraient imposé à cette multitude désarmée : on trouva plus court de la massacrer M. da Brienne, frère de l'archevêque et ministre de la guerre, arrivait de Versailles à l'instant où ces forcenés, armés de torches brûlantes, s'ap- prochaient de son hôtel. Il va sur-le-champ chercher du secours. On eût pu faire marcher un bataillon de gardes françaises et un corps de gre- nadiers qui en auraient imposé à cette multitude désarmée : on trouva plus court de la massacrer
      Après la retraite de l'archevêque, la démission qu'offrit M. de Lamoignon ne fut point sur-le- champ acceptée. Il se flatta un moment de con- server sa place ; mais la haine du Parlement de Paris l'obligea de hâter de deux jours le moment fixé pour sa retra... Après la retraite de l'archevêque, la démission qu'offrit M. de Lamoignon ne fut point sur-le- champ acceptée. Il se flatta un moment de con- server sa place ; mais la haine du Parlement de Paris l'obligea de hâter de deux jours le moment fixé pour sa retraite.
      pour l'administration de la justice, entraient dans le plan de travail dont s'occupait sous ses ordres le comité de législation qu'il avait établi. pour l'administration de la justice, entraient dans le plan de travail dont s'occupait sous ses ordres le comité de législation qu'il avait établi.
      ...ropres à balancer et à couvrir l'odieux de ce nouveau divan, ^on s'empara du thava...
      ...t des discours, et le garde des ]sceaux de les prononcer.
      ... fallait, pour faire passer la cour plé- nière, offrir au public quelques lois propres à balancer et à couvrir l'odieux de ce nouveau divan, ^on s'empara du thavail du comité, on le tronqua, on le morcela pour le faire cadrer avec l'opération principale. L'abbé Maury fut chargé des préambules et des discours, et le garde des ]sceaux de les prononcer.
      Cette cour, avant de se rendre à Versailles pour le lit de justice disposé par M. le garde des sce...
      ... pris un arrêté vigoureux contenant une - nonciation contre lui, et avait chargé son prési- dent d'en faire lecture en présence de Sa Majesté ! Sur des copies que l'on eut de cet arrêté, le lit de justice fut contremandé : M. de Lamoignon ren- voya les sceaux du roi, ...
      ...intégrés dans leurs fonctions, sans lit de justice.
      Cette cour, avant de se rendre à Versailles pour le lit de justice disposé par M. le garde des sceaux, avait pris un arrêté vigoureux contenant une - nonciation contre lui, et avait chargé son prési- dent d'en faire lecture en présence de Sa Majesté ! Sur des copies que l'on eut de cet arrêté, le lit de justice fut contremandé : M. de Lamoignon ren- voya les sceaux du roi, et les Parlements furent réintégrés dans leurs fonctions, sans lit de justice.
      La jeunesse de Paris ayant appris le départ du principal ministre, alla demander au lieutenant de police la permission de se divertir, c'est-à- dire de donner des marques publiques de la joie que lui procurait cet événement...
      ...évêque, dont trois cin- quièmes étaient de satin, et les deux autres de papier, en dérision de l'arrêt du conseil du 16 août, qui auto...
      ...s à faire en papier les deux cinquièmes de leurs payements. On le jugea ensuite ; ...
      ...né au feu, ap- paremment comme coupable de l'avoir mis aux quatre coins du royaume...
      ...passait fut arrêté; on lui donna le nom de l'abbé de Vermont, et il fut chargé de confesser son protégé. Cette cérémonie ...
      La jeunesse de Paris ayant appris le départ du principal ministre, alla demander au lieutenant de police la permission de se divertir, c'est-à- dire de donner des marques publiques de la joie que lui procurait cet événement. Elle s'assembla donc à la place Dauphine, et promena un man- nequin vêtu d'une robe d'évêque, dont trois cin- quièmes étaient de satin, et les deux autres de papier, en dérision de l'arrêt du conseil du 16 août, qui autorisait les différentes caisses à faire en papier les deux cinquièmes de leurs payements. On le jugea ensuite ; il fut condamné au feu, ap- paremment comme coupable de l'avoir mis aux quatre coins du royaume. Un ecclésiastique qui passait fut arrêté; on lui donna le nom de l'abbé de Vermont, et il fut chargé de confesser son protégé. Cette cérémonie achevée, le mannequin fut brûlé en grande cérémonie, et chacun se retira.
      (1) Le genre de mort de M. de Lamoignon a fait croire qu'elle était volontaire. Il fut tué par la détente d'un fusil de chasse qu'il avait en main, étant dans une grotte de son jardin. (1) Le genre de mort de M. de Lamoignon a fait croire qu'elle était volontaire. Il fut tué par la détente d'un fusil de chasse qu'il avait en main, étant dans une grotte de son jardin.
      ...ence à la place Dauphine, en s'emparant de bonne heure de cette place, et en faisant garder toutes ses avenues par de nombreux détachements ; c'est ce qu'il ...
      ...aliers, soutenus par une cin- quantaine de fusiliers, lui suffiraient pour dis- perser plus de 20 mille personnes.
      tumulte, et même l'affluence à la place Dauphine, en s'emparant de bonne heure de cette place, et en faisant garder toutes ses avenues par de nombreux détachements ; c'est ce qu'il ne fit pas. Il s'ima- gina que vingt cavaliers, soutenus par une cin- quantaine de fusiliers, lui suffiraient pour dis- perser plus de 20 mille personnes.
      ...nt pas en imposer au peuple, il ordonne fondre sur lui à coups de sabres, à coups de bayonnettes, ét de charger indistinctement tout ce qui se rencontre sur son passage. Plusieurs personnes de marque furent blessées ; quelques autre... Sa présence ne lui paraissant pas en imposer au peuple, il ordonne fondre sur lui à coups de sabres, à coups de bayonnettes, ét de charger indistinctement tout ce qui se rencontre sur son passage. Plusieurs personnes de marque furent blessées ; quelques autres, tant hommes que fem- mes, perdirent la vie.
      ...fuite avec leur chef. On force le corps de garde placé au pied de la statue de Henri IV; on dépouille les soldats qui y étaient cantonnés, on s'empare de leurs armes, on brûle leurs habits, et on les renvoie avec des senti- ments de commisération dont ils s'étaient rendus... ...de au premier désordre, et les satellites du petit tyran subalterne sont mis en fuite avec leur chef. On force le corps de garde placé au pied de la statue de Henri IV; on dépouille les soldats qui y étaient cantonnés, on s'empare de leurs armes, on brûle leurs habits, et on les renvoie avec des senti- ments de commisération dont ils s'étaient rendus indignes.
      ... dans la ville, et brûlent divers corps de garde isolés, sans se permettre de faire aucun mal à ceux qui s'y trouvaie...
      ...plinée se porta sur la Grève, des corps de troupes que l'on y avait postés, et que la nuit couvrait de son ombre, firent des déchar ges redoublées et étendirent sur la place un grand nombre de ces malheureux, dont on jeta les ca- da...
      Une foule d'artisans et d'ouvriers se répandent ensuite dans la ville, et brûlent divers corps de garde isolés, sans se permettre de faire aucun mal à ceux qui s'y trouvaient. C'était un désordre punissable, sans doute ; mais n'était-il pas occa- sionn...
      ... un premier crime par un autre plus grand encore. Lorsque cette jeunesse indisciplinée se porta sur la Grève, des corps de troupes que l'on y avait postés, et que la nuit couvrait de son ombre, firent des déchar ges redoublées et étendirent sur la place un grand nombre de ces malheureux, dont on jeta les ca- davres dans la rivière pendant la nuit. Le len- demain, le calme reparut dans la v...
      La retraite de M. de Lamoignon fit recommencer les mômes scè...
      ...'excitèrent à la vengeance. Des troupes de furieux partent de la place Dauphine pour aller mettre le ...
      La retraite de M. de Lamoignon fit recommencer les mômes scènes. On le brûla comme l'archevêque après avoir ordonné qu'il serait sursis pend...
      ...ar les ennemis personnels des deux ex-ministres, se mêlèrent dans la foule, et l'excitèrent à la vengeance. Des troupes de furieux partent de la place Dauphine pour aller mettre le feu à leurs hôtels et à la maison du chevalier Dubois. ~

      Introduction

      page 31
      impitoyablement. Deux corps de troupes entrent à la fois par deux extrémités de la rue Saint Dominique, chargent à coups de bayonnettes tout ce qui se trouve entre...
      ...cune distinc- tion, et couvrent le pavé de cadavres. La môme scène se répétait dan...
      ...urait le chevalier Dubois, et deux rues de Paris furent inondées de sang.
      impitoyablement. Deux corps de troupes entrent à la fois par deux extrémités de la rue Saint Dominique, chargent à coups de bayonnettes tout ce qui se trouve entre eux sans aucune distinc- tion, et couvrent le pavé de cadavres. La môme scène se répétait dans la rue Meslay où demeurait le chevalier Dubois, et deux rues de Paris furent inondées de sang.
      Sur la dénonciation de ces assassinats, le com- mandant du gue... Sur la dénonciation de ces assassinats, le com- mandant du guet fut mandé par le Parlement. Le major comparut en son nom, et présenta un ordre...
      Le chevalier Dubois fut obligé de fuir de la ca- pitale : sa sûreté personnelle exigea le sacrifice de sa place. Le chevalier Dubois fut obligé de fuir de la ca- pitale : sa sûreté personnelle exigea le sacrifice de sa place.
      ...our les finances un homme qui fût riche de l'opinion publique, plutôt qu'un minist...
      ...mesurer l'abîme; il fallait le concours de 25 millions d'hommes pour le combler. M...
      ...servir d'une immense caution. Le rappel de ce ministre et le rétablissement des tr...
      Le mal était .tel, qu'il fallait pour les finances un homme qui fût riche de l'opinion publique, plutôt qu'un ministre habile. Les facultés d'un seul homme auraient pu à peine mesurer l'abîme; il fallait le concours de 25 millions d'hommes pour le combler. M. Necker fut rappelé, parce qu'il n'y avait que lui qui eût un crédit personnel, qui pût servir d'une immense caution. Le rappel de ce ministre et le rétablissement des tribunaux qui en fut la suite répandirent la joie et une sorte d'enthousiasme qui ...
      ...fut d'ob- tenir la grâce des exilés, et de faire réitérer la promesse de la très-prochaine convocation des États...
      ...convo- qués dans la même forme que ceux de 1614, c'est-à-dire en nombre égal de députés de chaque ordre, et d'après un mode d'élection qui assurât l'entrée de la chambre des communes aux offi- ciers...
      ...t d'y entrer, étaient toujours du parti de la cour qui les nommait. Tel était aussi le vœu de la noblesse et du clergé; mais la grand...
      La première chose que fit M. Necker fut d'ob- tenir la grâce des exilés, et de faire réitérer la promesse de la très-prochaine convocation des États; mais les Parlements, voulant se ménager une retraite, demandaient qu'ils fussent convo- qués dans la même forme que ceux de 1614, c'est-à-dire en nombre égal de députés de chaque ordre, et d'après un mode d'élection qui assurât l'entrée de la chambre des communes aux offi- ciers ministériels, aux baillis, sénéchaux, officiers municipaux et.de justice qui, ayant eu en 1614 le droit d'y entrer, étaient toujours du parti de la cour qui les nommait. Tel était aussi le vœu de la noblesse et du clergé; mais la grande majo- rité des Français, quelques nobles même rejetèrent cette tyrannique prét...
      Le-Dauphiné venait de donner à la France un grand exemple. Il...
      ... ut ils étaient environnés* sous le feu de plusieurs bat- teries dirigées contre e...
      ...e,droit éternel qu'ont tous les peuples de régler eux-mêmes leur existence po- litique, de former des assemblées nationales pour d...
      ... la, tranquillité publique. L'assemblée de Romans fut convoquée par le roi, à l'effet de dresser un plan de consti- tution pour les États du [pays,...
      Le-Dauphiné venait de donner à la France un grand exemple. Il résista aux violences ministé- rielles; ses représentants délibérèrent avec cou- rage à Vizille, au milieu des bataillons do ut ils étaient environnés* sous le feu de plusieurs bat- teries dirigées contre eux, et forcèrent par leur sagesse, leur constance et leur énergie, le minis- tère à reconnaître le,droit éternel qu'ont tous les peuples de régler eux-mêmes leur existence po- litique, de former des assemblées nationales pour discuter leurs intérêts et assurer la, tranquillité publique. L'assemblée de Romans fut convoquée par le roi, à l'effet de dresser un plan de consti- tution pour les États du [pays, dont l'ancienne forme, repoussée par l'opinion et le sentiment universel, ne po...
      ...sacrifiant les misé- rables prétentions de la vanité à cet esprit de pa- triotisme, toujours équitable lorsqu'il est éclairé, s'empressèrént de renoncer à des distinctions aussi injus...
      ... seule peut affermir l'union, et former de toutes les parties de l'État un ensemble, arrêtè- rent que l'ordre du tiers état aurait aux États de la province une représentation égale à ...
      ...tables convoqués pen- dant le ministère de M. de Galonné, et adoptées pour toutes les ad...
      Les deux premiers ordres, sacrifiant les misé- rables prétentions de la vanité à cet esprit de pa- triotisme, toujours équitable lorsqu'il est éclairé, s'empressèrént de renoncer à des distinctions aussi injustes qu'onéreusès pour le peuple ; et afin d'é- tablir entre tous les citoyens cette unité d'intérêts qui seule peut affermir l'union, et former de toutes les parties de l'État un ensemble, arrêtè- rent que l'ordre du tiers état aurait aux États de la province une représentation égale à celle des deux autres réunis ; que l'assemblée serait une, qu'on y délibérerait ...
      ...us les citoyens sans distinction. Ces bases avaient déjà été établies par les notables convoqués pen- dant le ministère de M. de Galonné, et adoptées pour toutes les administrations provinciales créées par cette assemblée. .
      ...urs généraux syndics, afin qu'il en fût - libéré, etc. Ils consommèrent leurs tr...
      ... demandant enfin que les États généraux de la France fussent formés sur les mêmes ...
      ...velle, avant son enregis- trement dans les cours, serait communiquée aux procureurs généraux syndics, afin qu'il en fût - libéré, etc. Ils consommèrent leurs travaux pa- triotiques, en déclarant que, dans aucun temps, oii ne pourrait changer cette constitution sans le concours d'une pareille assemblée nationale géné- rale; en demandant enfin que les États généraux de la France fussent formés sur les mêmes bases d'équité, et qu'on les suivît dans la nomination des députés.
      ...s principes. , Toutes les municipalités de Bretagne, les trois ordres du Velay, du Languedoc, du Vivarais, le tiers état-de Provence, envoyèrent des députés porter... ...royaume. Les provinces qui n'avaient point d'États voulurent s'en .former sur ces principes. , Toutes les municipalités de Bretagne, les trois ordres du Velay, du Languedoc, du Vivarais, le tiers état-de Provence, envoyèrent des députés porter au pied du trône le vœu des peuples.
      Le gouvernement, embarrassé entre ces de- mandes et les arrêtés des Parlements, s'empressa de rassembler l'ancien conseil des notable...
      ...lus ni chargés d'aucun man- dat spécial la nation, ne pouvaient la repré- sente...
      ...l eût peut- être été facile au ministre de décider contre les Parlements qui comme...
      ...venir suspects ; mais il crut plus sage de faire convoquer de nou- veau les notables, pour leur prése...
      ...t les ordres l'emportèrent encore; car, de tous le3 bureaux, celui de Mon-
      Le gouvernement, embarrassé entre ces de- mandes et les arrêtés des Parlements, s'empressa de rassembler l'ancien conseil des notables. La noblesse bretonne, alarmée pour ses privilèges, protesta aussitôt contre u...
      ...n'était point constituée par la loi, et dont les membres, n'étant ni librement élus ni chargés d'aucun man- dat spécial la nation, ne pouvaient la repré- senter ni la lier par leur délibération. Il eût peut- être été facile au ministre de décider contre les Parlements qui commençaient à devenir suspects ; mais il crut plus sage de faire convoquer de nou- veau les notables, pour leur présenter ce nœud à couper. Les corps et les ordres l'emportèrent encore; car, de tous le3 bureaux, celui de Mon-

      Introduction

      page 32
      ...ns quelles proportions territoriales ou de district on députerait, et comment vote...
      ...tre des élec- tions, il s'ensuivait que de petits départements auraient une nombre...
      ...es n'obtien- draient qu'Un petit nombre de représentants. La justice était encore ...
      ...passions. Si on suivait l'ordre naturel de la pQpulation et de la pro priété, la grande question de voter par ordre ou par tête semblait pr...
      ... que d'obtenir pour le peuple l'égalité de représen- tation, et de poser la base de la population pour règle de députation; mais il n'osa pas trancher la dernière conséquence au sujet de la forme de voter. Cette arrière-question resta à d...
      ...travaillaient à étouffer, sous le poids de leur autorité, les récla- mations unive...
      ...êter les vues bienfai- santes du roi et de son ministre, des écrivains philosophes...
      ..., démontraient que le véritable intérêt de l'Etat est nécessairement lié avec le bonheur de la nation, que )es institutions sociale...
      ...s droits naturels et , imprescriptibles de tous les hommes.
      ...de assemblée des notables avait deux points essentiels à déterminer, savoir : dans quelles proportions territoriales ou de district on députerait, et comment voteraient les députés. Si on députait suivant,l'ancien cadastre des élec- tions, il s'ensuivait que de petits départements auraient une nombreuse représentation,' tandis que des provinces riches et peuplées n'obtien- draient qu'Un petit nombre de représentants. La justice était encore évidente ici ; mais l'évidence n'existe point pour les passions. Si on suivait l'ordre naturel de la pQpulation et de la pro priété, la grande question de voter par ordre ou par tête semblait préjuguée; et l'on sait combien le clergé et la noblesse tenaient au domaine arist...
      ...ues devaient être sacrées. Ils cabalèrenl tant que M. Necker crut faire beaucoup que d'obtenir pour le peuple l'égalité de représen- tation, et de poser la base de la population pour règle de députation; mais il n'osa pas trancher la dernière conséquence au sujet de la forme de voter. Cette arrière-question resta à décider aux fyats généraux eux-mêmes ; mais pendant que les notables et les Parlements travaillaient à étouffer, sous le poids de leur autorité, les récla- mations universelles, à arrêter les vues bienfai- santes du roi et de son ministre, des écrivains philosophes remontaient aux principes des so- ciétés, démontraient que le véritable intérêt de l'Etat est nécessairement lié avec le bonheur de la nation, que )es institutions sociales ne peuvent être utiles qu'autant qu'elles sont justes, et qu'elles ne peuvent être justes, siellesne sont fondées sur les droits naturels et , imprescriptibles de tous les hommes.
      M. de Kersaint eut la gloire de ramener les prin- cipes du Gouvernement et de l'ordre politique aux lois éternelles de la raison, dans un ouvrage in- titulé B...
      ...onseillers et les marquis s'efforcèrent de proscrire.
      M. de Kersaint eut la gloire de ramener les prin- cipes du Gouvernement et de l'ordre politique aux lois éternelles de la raison, dans un ouvrage in- titulé Bon sens, que les.évêques, les conseillers et les marquis s'efforcèrent de proscrire.
      Les Observations sur ïhistoire de France, cette production que son vertue...
      ...prédilection, comme le dépôt des titres de la na- tion contre le despotisme des ro...
      ...ment (c'est ainsi que l'appelait l'abbé de Mablv), dicté par le génie de la li- berté en faveur de la France, était entre les mains de tous les citoyens.
      Les Observations sur ïhistoire de France, cette production que son vertueux auteur aimait avec prédilection, comme le dépôt des titres de la na- tion contre le despotisme des rois, des grands et des corps, ce testament (c'est ainsi que l'appelait l'abbé de Mablv), dicté par le génie de la li- berté en faveur de la France, était entre les mains de tous les citoyens.
      ...déjà démontré par les premières notions de la justice, la légalité de la double re- présentation, la nécessité de l'unité de l'assemblée et de la délibération par tête. M. d'Entraigues s'élevait avec force contre les abus de la noblesse héréditaire, le plus épouva...
      ...er une nation libre, peignait en traits de feu les fureurs de la tyrannie, et nous faisait frémir, en...
      ...ds le désespoir et les douleurs, autour de lui la trahison, la terreur, la haine, ...
      ... généraux, et prouvait par l'autorité des faits et des exem- ples, ce qui était déjà démontré par les premières notions de la justice, la légalité de la double re- présentation, la nécessité de l'unité de l'assemblée et de la délibération par tête. M. d'Entraigues s'élevait avec force contre les abus de la noblesse héréditaire, le plus épouvantable fléau qui puisse frapper une nation libre, peignait en traits de feu les fureurs de la tyrannie, et nous faisait frémir, en nous présentant l'effroyable'Louis XI, tout dégoûtant du sang français, armant ...
      ...ant au milieu des ré- fnords, des frayeurs et des angoisses, voyant sous ses pieds le désespoir et les douleurs, autour de lui la trahison, la terreur, la haine, sur sa tête l'implacable colère du ciel.
      Tous les cœurs bouillonnaient de la haine des tyrans et du désir d'une s...
      ...porta le dernier coup à tous les genres de despotisme, et la Révolution fut consom...
      Tous les cœurs bouillonnaient de la haine des tyrans et du désir d'une sage constitution; le pa- triotisme se propageait avec les lumières,lorsque VEssa...
      ...t-ce que le tiers était qui en est la suite et le complément ? Cette production porta le dernier coup à tous les genres de despotisme, et la Révolution fut consommée dans l'opinion pu- blique (1).
      ...nfluènt, parce qu'il joignait aux armes de la raison celles de l'autorité et de J'as- cendant d'un ministre en crédit, ...
      ..., sur les ré- sultats des délibérations de la deuxième assemblée des notables, rap...
      ...el les raisons qui militaient en faveur de la double représentation du tiers état ...
      Parmi les nombreux écrits publiés à cette épo- que, le plus influènt, parce qu'il joignait aux armes de la raison celles de l'autorité et de J'as- cendant d'un ministre en crédit, fut le rapport fait par M. Necker, au conseil .du roi, sur les ré- sultats des délibérations de la deuxième assemblée des notables, rapport dans lequel les raisons qui militaient en faveur de la double représentation du tiers état étaient développées avec une telle énergie qu'elles déterminèrent l'opinion du r...
      Ce rapport au conseil fut un coup de foudre pour les privilégiés. Ils jurère...
      ...24 millions d'hommes formaient le corps de la nation; et n'étaient pas moins citoy...
      Ce rapport au conseil fut un coup de foudre pour les privilégiés. Ils jurèrent dans ce moment la perte d'un ministre qui osait préférer à leurs prérogatives les droits du grand;nombre, et pré- tendre que 24 millions d'hommes formaient le corps de la nation; et n'étaient pas moins citoyens que cent mille oisifs décorés.
      ... exemple contre le système oppres- seur de leur ancien gouvernement, et les trois ...e et pour son mi- nistre. Toutes les provinces méridionales récla- maient à leur exemple contre le système oppres- seur de leur ancien gouvernement, et les trois
      (1) On trouvera à la fin de cette Introduction une no- tice plus dé... (1) On trouvera à la fin de cette Introduction une no- tice plus détaillée des principaux ouvrages qui parurent à cette époque.

      Introduction

      page 33
      (1) Ce fut dans les assemblées d'Aix et de Marseille que l'éloquence de Mirabeau commença à se développer avec ...
      ...aisait ombrage, J'exclut provisoirement de ses séances, en élevant une contesta- t...
      ... fiefs ; elle eut bientôt à se repentir de l'avoir forcé à porter Ta fougue de son génie électrique dans l'assemblée des communes, où il eut toutes les occasions de se venger de la haine des ordres privilégiés. A Aix,...
      ...t son séjour dans cette ville, des feux de joie et des danses perpétuelles lui donnaient sous ses fenêtres le spectacle de l'allégresse publique. On lui destina u...
      ...plus vives acclamations. Devenu l'idole de ses concitoyen^, il en était aussi l'ar...
      ...nfluence, que M. de'Caraman, commandant de la province, crai- gnant les suites d'u...
      ...çait à se manifester, lui écrivit le 20 mars pour le supplier d'interposer l'ascenda...
      ...t il y réussit en effet avec le secours de M. Antonelle.
      (1) Ce fut dans les assemblées d'Aix et de Marseille que l'éloquence de Mirabeau commença à se développer avec le pltfs grand éclat, et lui concilia l'admiration pu- blique. La noblesse, à qui il faisait ombrage, J'exclut provisoirement de ses séances, en élevant une contesta- tion générale contre les non possédant fiefs ; elle eut bientôt à se repentir de l'avoir forcé à porter Ta fougue de son génie électrique dans l'assemblée des communes, où il eut toutes les occasions de se venger de la haine des ordres privilégiés. A Aix, la jeune bourgeoisie lui assigna une garde d'honneur ; à Marseille, sa voiture fut traînée parle peuple. Pendant son séjour dans cette ville, des feux de joie et des danses perpétuelles lui donnaient sous ses fenêtres le spectacle de l'allégresse publique. On lui destina une place particulière à la comédie ; enfin on lui posa une couronne sur la tête au milieu des plus vives acclamations. Devenu l'idole de ses concitoyen^, il en était aussi l'arbitre, et il avait une telle influence, que M. de'Caraman, commandant de la province, crai- gnant les suites d'une effervescence qui commençait à se manifester, lui écrivit le 20 mars pour le supplier d'interposer l'ascendant qu'il avait sur le peuple pour calmer les esprits, et il y réussit en effet avec le secours de M. Antonelle.
      ...rons et lesévêques sup- pliaient le roi de leur accorder, pour leur admi- nistration particulière, le bienfait de cette juste et sage représentation anno...
      ... ils avaient violé le titre fondamental de l'assemblée des Etats, en ne se conformant point aux lois établies pour le nombre de leurs représentants, et en se rendant e...
      ... eux la justice et l'éloquence tonnante de Mirabeau. Ils ne purent. manquer d'être...
      ordres réunis contre lesbarons et lesévêques sup- pliaient le roi de leur accorder, pour leur admi- nistration particulière, le bienfait de cette juste et sage représentation annoncée à la France comme devant être la base des opérations rela- tives à la convo...
      ...fs luttaient encore en Provence contre la noblesse, le tiers état et le clergé ; ils avaient violé le titre fondamental de l'assemblée des Etats, en ne se conformant point aux lois établies pour le nombre de leurs représentants, et en se rendant en corps à une assemblée où ils ne devaient assister que par députés : ils avaient pour eux le Parlement et l'archevêque d'Aix, et contre eux la justice et l'éloquence tonnante de Mirabeau. Ils ne purent. manquer d'être vain- cus(l).
      Les Etats de Bretagne, du Béarn et du Dauphiné avaient formé ensemble un pacte de défense contre le despotisme ministérie...
      ... fut pour ceux-ci une nouvelle occasion de donner des preuves du patriotisme éclai...
      ...rant que leur premier titre était celui de Français et de citoyens ; que les pré- rogatives des o...
      Les Etats de Bretagne, du Béarn et du Dauphiné avaient formé ensemble un pacte de défense contre le despotisme ministériel ; néanmoins on espéra pouvoir engager les provinces à tourner leurs efforts co...
      ...our les exhorter à s'unir avec eux pour la défense- des privilèges. Cette lettre fut pour ceux-ci une nouvelle occasion de donner des preuves du patriotisme éclairé qui avait dirigé toutes leurs démarches, et ils acquirent une nou- velle gloire en déclarant que leur premier titre était celui de Français et de citoyens ; que les pré- rogatives des ordres et (les provinces n'étaient pré- cieuses à leurs yeux, que lorsqu'elles po...
      Les négociants de Grenoble ne se firent pas moins d'honne...
      ...illes du royaume, qui les sollicitaient de se
      Les négociants de Grenoble ne se firent pas moins d'honneur en répondant aux principales villes du royaume, qui les sollicitaient de se
      ...lière pour le commerce; que les membres de cette assemblée devaient être les députés de la nation, et non ceux des corpo- ratio...
      ...r unité, et que ce serait la rompre que de substituer une foule d'intérêts particu...
      joindre à elles, afin d'obtenir aux États généraux une représentation particulière pour le commerce; que les membres de cette assemblée devaient être les députés de la nation, et non ceux des corpo- rations particulières qui la composent; que leur force ne pouvait résider que'dans leur unité, et que ce serait la rompre que de substituer une foule d'intérêts particuliers à l'intérêt commun qui devait les unir.
      Les divisions qui, depuis près de trois mois, déchiraient la Bretagne, ra...
      ...istocrates. Les Bretons, ces vieux amis de la liberté, toujours divisés entre eux,...
      ... ne pouvait recevoir que du choix libre de ses commettants. Le clergé du second or...
      ...esse en totalité y siégeait depuis plus de deux siècles par le seul droit de sa naissance. Cependant cette affluence de noblesse qui, dans les dangers, ac- courait de toutes parts pour la défense de lapa- trie, donnait aux Etats de Bretagne une apparence de force qui en imposait aux ministres, et...
      ...al, ils avaient conservé un si- mulacre de liberté que le despotisme même res- pec...
      Les divisions qui, depuis près de trois mois, déchiraient la Bretagne, ranimèrent les espérances des aristocrates. Les Bretons, ces vieux amis de la liberté, toujours divisés entre eux, mais tou- jours réunis contre l'oppression et la tyrannie, avaient vu renaître ...
      ...ui avaient acheté du roi un droit que le monarque n'avait pas lui-même, et qu'on ne pouvait recevoir que du choix libre de ses commettants. Le clergé du second ordre était exclu des Etats, et la noblesse en totalité y siégeait depuis plus de deux siècles par le seul droit de sa naissance. Cependant cette affluence de noblesse qui, dans les dangers, ac- courait de toutes parts pour la défense de lapa- trie, donnait aux Etats de Bretagne une apparence de force qui en imposait aux ministres, et dans l'assentiment général, ils avaient conservé un si- mulacre de liberté que le despotisme même res- pectait.
      ... si souvent consacrée par l'assentiment de tous les ordres ; mais on commençait à ...
      ...oportion- nelle : la conduite des Etats de Romans, les prin- cipes qui les avaient...
      ...t posées, et Sur lesquelles on désirait de voir établir le système général du gouv...
      ...élatif à celui du royaume, la nécessité de réunir enfin en un seul corps toutes ce...
      ...furent vivement senties dans les villes de Bretagne, oùlaprésence des Etats et leu...
      ...à demander la réforme des abus criants, et l'on aurait respecté une constitution si souvent consacrée par l'assentiment de tous les ordres ; mais on commençait à réfléchir sur la justice et les avantages d'une représentation proportion- nelle : la conduite des Etats de Romans, les prin- cipes qui les avaient guidés, les bases qu'ils avaient posées, et Sur lesquelles on désirait de voir établir le système général du gouvernement, l'im portance d'adopter pour l'universalité des pro- vinces un plan d'administration uniforme et cor- rélatif à celui du royaume, la nécessité de réunir enfin en un seul corps toutes ces provinces qui formaient vingt nations dans une : toutes ces con- sidérations furent vivement senties dans les villes de Bretagne, oùlaprésence des Etats et leurs con- testations fréquentes contre la cour, avaient, ac- coutumé les esprits à...
      Toutes les municipalités de Bretagne s'assem- blèrent; et afin de propager les grandes impul- sions donné... Toutes les municipalités de Bretagne s'assem- blèrent; et afin de propager les grandes impul- sions données par le Dauphiné, envoyèrent au roi

      Introduction

      page 34
      ... propos d'obtempérer, augmenta l'erreur de part et d'autre; et une étourderie de quelques parti- sans outrés des ordres ...
      ...phes, qui menacè- rent la province d'un massacre général et faillirent imprimer au nom b...
      ...personnel les syndics des commu- nautés. Cet arrêt, auquel ils ne jugèrent pas à propos d'obtempérer, augmenta l'erreur de part et d'autre; et une étourderie de quelques parti- sans outrés des ordres privilégiés, occasionna des scènes sanglantes, des catastrophes, qui menacè- rent la province d'un massacre général et faillirent imprimer au nom breton une infamie étemelle.
      Pendant le ministère de l'archevêque de Sens, on avait imaginé de jeter du ridicule sur ces opérations, e...
      ...ridicule sur les assem- blées des corps de métiers et des communautés, on résolut de les employer, Des billets furent en con...
      ...se rendre à une as- semblée indiquée au champ de Montmorin î elles y accoururent en foule. Un laquais fut l'orateur de ces nouveaux comices, une table fut sa ...
      ...les assemblées, qu'alors ils mourraient de faim, ce qui. n'était pas douteux, puisque le pain était hors de prix. Il conclut à ce que l'as- semblée...
      ...our déclarer au Parlement qu'elle était de l'avis de la noblesse ; et prier les magistrats de mettre le pain à bon marché.
      Pendant le ministère de l'archevêque de Sens, on avait imaginé de jeter du ridicule sur ces opérations, en hs parodiant ! on avait installé sous les fenêtres du commandant un grand bail...
      ...deniers en simares. Les mêmes acteurs paraissant égale- ment propres à jeter du ridicule sur les assem- blées des corps de métiers et des communautés, on résolut de les employer, Des billets furent en conséquence distribués dans les dernières classes du peuple, pour les inviter à se rendre à une as- semblée indiquée au champ de Montmorin î elles y accoururent en foule. Un laquais fut l'orateur de ces nouveaux comices, une table fut sa tri- bune aux harangues. Il représenta à ses audi- teurs, avec toute l'éloquence...
      ...ts qui les faisaient vivre ; que le but évident du haut tiers était d'en abolir les assemblées, qu'alors ils mourraient de faim, ce qui. n'était pas douteux, puisque le pain était hors de prix. Il conclut à ce que l'as- semblée se transportât au Palais pour déclarer au Parlement qu'elle était de l'avis de la noblesse ; et prier les magistrats de mettre le pain à bon marché.
      ...orter au pied du trône les réclamations de la province sur les vices de l'organisation de ses Etats, Cet exemple fut suivi par une foule de villes et de provinces ; on n'entendit parler que d'assemblées munici- pales, d'adresses au roi, de pétitions de corps, de communautés, et le prince fut investi d... une députatioû nombreuse, pour porter au pied du trône les réclamations de la province sur les vices de l'organisation de ses Etats, Cet exemple fut suivi par une foule de villes et de provinces ; on n'entendit parler que d'assemblées munici- pales, d'adresses au roi, de pétitions de corps, de communautés, et le prince fut investi des députés du peuple,
      La noblesse bretonne, surprise de ce mouve- ment universel, au moment où elle venait de rendre à la patrie des services signalé...
      ...tée par le mi- nistère, en représailles de la protection qu'elle avait accordée au...
      La noblesse bretonne, surprise de ce mouve- ment universel, au moment où elle venait de rendre à la patrie des services signalés, crut voir dans ce concert unanime du peuple une insurrec- tion contre elle, excitée ou fomentée par le mi- nistère, en représailles de la protection qu'elle avait accordée aux Parlements (1).
      ...1788, Le tiers état n'avait qu'un moyen de prévenir l'influence de la coalition des deux pre- miers ordres...
      ...ssemblée avant quelle fût con- stituée, de manière à pouvoir se lier par ses crets, Il la demanda, et profita, pour parvenir à son but, de la première formalité à laquelle il de- vait concourir.
      ...tion des esprits, lorsque les Etats furent convoqués à Rennes le 29 -décem- bre 1788, Le tiers état n'avait qu'un moyen de prévenir l'influence de la coalition des deux pre- miers ordres s c'était d'obtenir une représentation suffisante dans l'assemblée avant quelle fût con- stituée, de manière à pouvoir se lier par ses crets, Il la demanda, et profita, pour parvenir à son but, de la première formalité à laquelle il de- vait concourir.
      tes délibérations des Etats de Bretagne n'étaient regardées comme léga...
      ...e commission s'appe- lait la commission de la chiffrature: elle devait être nommée le troisième jour de là tenue des Etats. Toutes les communautés de la province - fendirent d'un commun accord à leurs r...
      ... toutes les administrations intérieures de la province, en refusant de continuer, comme cela était d'usage à l'époque des élections, les pouvoirs de leurs députés membres des commis- sions...
      tes délibérations des Etats de Bretagne n'étaient regardées comme légales que lorsque le registre sur lequel elles étaient portées avait été chiffré, signé et paraphé, page par page, par des commis- saires des trois ordres, Cette commission s'appe- lait la commission de la chiffrature: elle devait être nommée le troisième jour de là tenue des Etats. Toutes les communautés de la province - fendirent d'un commun accord à leurs représen- tants deprocéder à cette nomination, avant qu'on eût fait droit à leur ...
      ...t pour déterminer plus efficacement l'assentiment des Etats,, elles suspendirent toutes les administrations intérieures de la province, en refusant de continuer, comme cela était d'usage à l'époque des élections, les pouvoirs de leurs députés membres des commis- sions intermédiaires qui représentaient les Etats.
      Le 7 janvier, le commandant de la province apporta à l'assemblée un ar...
      ...ier, et enjoignait aux députés du tiers de se retirer vers leurs commettants, et de leur demander de
      Le 7 janvier, le commandant de la province apporta à l'assemblée un arrêt du conseil qui suspendait les séances des Etats jusqu'au 3 février, et enjoignait aux députés du tiers de se retirer vers leurs commettants, et de leur demander de
      (1) On prétendit que l'archevêque de Sens avait ré- pandu des sommes considé...
      ...ensuite le peuple sous le poids immense de l'autorité royale.
      (1) On prétendit que l'archevêque de Sens avait ré- pandu des sommes considérables pour armer les rotu- rjers contre les nobles, faire écraser la noblesse par le peuple, ann d'écraser ensuite le peuple sous le poids immense de l'autorité royale.
      ...eur général syndic protesta en présence de M. Thiard contre un acte d'autorité contraire aux droits de la province et aux droits des Etats. Le... nouveaux pouvoirs. Le procureur général syndic protesta en présence de M. Thiard contre un acte d'autorité contraire aux droits de la province et aux droits des Etats. Les présidents et les orateurs des premiers ordres conjurèrent le tiers état. Il r...
      ...rs; et la 9 janvier, après avoir intimé de nou- veau sa résolution à l'assemblée, ...
      ...a ; les deux premiers ordres résolurent de proroger la séance, sans désemparer, ju...
      ...on la constitution actuelle. Mais ça serment ne produisit aucun effet sur le tiers; et la 9 janvier, après avoir intimé de nou- veau sa résolution à l'assemblée, il se retira ; les deux premiers ordres résolurent de proroger la séance, sans désemparer, jusqu'au 3 février.

      Introduction

      page 35
      ...n les saisit au moment où ils sortaient de leurs auberges pour se rendre aux États. On les attaque, on les ppursuit, on les presse de toutes parts. Ils se défendent ayec courage, Chaque rue devient un champ de bataille, le sang coule, deux gentils- ... On les saisit au moment où ils sortaient de leurs auberges pour se rendre aux États. On les attaque, on les ppursuit, on les presse de toutes parts. Ils se défendent ayec courage, Chaque rue devient un champ de bataille, le sang coule, deux gentils- hommes sont tués, Les femmes mêmes des deux partis viennent se mêler dans ces sc...
      ... multitude courut au Palais sur les pas de son tribun. Celui-ci harangua le Parlement, qui promit de faire droit sur sa plainte. Toute la troupe enorgueillie de ses démarches patriotiques, pleine de joie et de vin, se répandit dans la ville, armée de bâtons, et maltraita plusieurs jeunes g... La multitude courut au Palais sur les pas de son tribun. Celui-ci harangua le Parlement, qui promit de faire droit sur sa plainte. Toute la troupe enorgueillie de ses démarches patriotiques, pleine de joie et de vin, se répandit dans la ville, armée de bâtons, et maltraita plusieurs jeunes geps as- semblés dans un café.
      ...ndaient avoir -reconnu, bous des habits de li- vrée, des membres des Etats et du Parlement. Une foule do faits et de détails presque tous altérés et exagéré...
      ...la bourgeoisie l'indignation et la soif de la ven- geance.
      ...me, disait l'un, qui avait distribué des bâtons aux assassins ; d'autres pré- tendaient avoir -reconnu, bous des habits de li- vrée, des membres des Etats et du Parlement. Une foule do faits et de détails presque tous altérés et exagérés par la colère, augmentaient parmi la bourgeoisie l'indignation et la soif de la ven- geance.
      i Le lendemain, la jeunesse de la ville, armée d'épées, sabres et pist...
      ...ion. L'un d'entre eux, blessé d'un coup de couteau, s'écrie que son ennemi est un ...
      i Le lendemain, la jeunesse de la ville, armée d'épées, sabres et pistolets, partagée en divers groupes, parcourait les places et les rues. Une querelle entre deux hommes du peuple vint ral- lumer la fureur générale et précipiter l'explosion. L'un d'entre eux, blessé d'un coup de couteau, s'écrie que son ennemi est un gentilhomme tra- vesti. La rage était au comble; dans les transports qu'elle exc...
      ...rdonne, au, nom du roi et dp la patrie, de mettre bas les armes. Sa pré- sence et sa vqix suspendent la fureur du peuple, l'Hôtel-de-Ville s'assemble et la noblesse rentre ... ...sont insultés; enfin le commandant se jette au milieu des combattants, et leur ordonne, au, nom du roi et dp la patrie, de mettre bas les armes. Sa pré- sence et sa vqix suspendent la fureur du peuple, l'Hôtel-de-Ville s'assemble et la noblesse rentre aux Etats.
      ...tilhommes ne pensent plus qu'aux moyens de se mettre en défense. Les Etats te- nai... Les gentilhommes ne pensent plus qu'aux moyens de se mettre en défense. Les Etats te- naient leurs séances dans une salle des Gorde- liers : dans le cloître était une bo...
      ...en imposaient point au peuple. L'Hôtel- de-Ville était toujours assemblé; mais la ...
      ...efusa d'entrer en composition. Enfin M. de Tbiard, commandant de la province, également cher aux ^eux pa...
      Des troupes étaient entrées dans Rennes'; mais elles n'en imposaient point au peuple. L'Hôtel- de-Ville était toujours assemblé; mais la noblesse refusa d'entrer en composition. Enfin M. de Tbiard, commandant de la province, également cher aux ^eux partis, parvint à leur faire accepter un ac-
      ...ti- rait sans autres armes que son épée de la salle des Etats, et l'on promit de part et d'autre de ne point troubler là tranquillité publi... commodement. On convint que la noblesse sorti- rait sans autres armes que son épée de la salle des Etats, et l'on promit de part et d'autre de ne point troubler là tranquillité publique.
      ...re nouvelle des événements qui venaient de soulever Ja capitale de la province, les citoyens de tous les ordres s'émurent, les no- bles campagnards quittèrent le timon de la char- rue, ceignirent la vieille épée de leurs aïeux, * ornement de leur cabane, et coururent'à Rennes pour défendre leur ordre. Les villes de Nantes et de Saint-Malo firent marcher l'élite de leur jeu- nesse pour soutenir la cause commune ; les villes de Gaen, d'Angers et plusieurs autres, leu...
      ...ennes vit aussi à ses portes une troupe de partisans qui venaient donner à M. Bies-Ha, leur seigneur, deB marques touchantes de leur affection, et lui offrir le secours de leurs bras pour venger la mort de son fils, tué dans l'émeute du 26 janvi...
      A la première nouvelle des événements qui venaient de soulever Ja capitale de la province, les citoyens de tous les ordres s'émurent, les no- bles campagnards quittèrent le timon de la char- rue, ceignirent la vieille épée de leurs aïeux, * ornement de leur cabane, et coururent'à Rennes pour défendre leur ordre. Les villes de Nantes et de Saint-Malo firent marcher l'élite de leur jeu- nesse pour soutenir la cause commune ; les villes de Gaen, d'Angers et plusieurs autres, leur offri- rent des secours, Rennes vit aussi à ses portes une troupe de partisans qui venaient donner à M. Bies-Ha, leur seigneur, deB marques touchantes de leur affection, et lui offrir le secours de leurs bras pour venger la mort de son fils, tué dans l'émeute du 26 janvier.
      M. de Thiard» alarmé de tous ces mouvements, marche, à la tête de quelques troupes, à la rencontre des lé...
      ...après s'être assurées du rétablissement de la tranquillité, con- sentent à retourn...
      ... naient secourir, s'étaient fait suivre de plusieurs chariots remplis de vivres et de munitions, refu- sent de traiter avec le commandant des troupes ...
      ... magasins, où ils établissent des corps de garde, et se décident à attendre les év...
      ..., donna aux Etatg l'ordre ou le conseil de se séparer, jusqu'au mo- ment où le calme renaîtrait et permettrait de les rassembler. Tous les ordres sentirent la nécessité de cette séparation.
      M. de Thiard» alarmé de tous ces mouvements, marche, à la tête de quelques troupes, à la rencontre des légions citoyennes. Quelques-unes, après s'être assurées du rétablissement de la tranquillité, con- sentent à retourner dans leurs foyers; d'autres qui, pour n'être pas à charge à ceux qu'elles ve- naient secourir, s'étaient fait suivre de plusieurs chariots remplis de vivres et de munitions, refu- sent de traiter avec le commandant des troupes du roi, entrent dans la ville, confèrent avec des commissaires nommés par les jeunes patriotes, déposent leurs armes dans les magasins, où ils établissent des corps de garde, et se décident à attendre les événements. Le commandant, ne pré- - voyant que nouveaux désastres, donna aux Etatg l'ordre ou le conseil de se séparer, jusqu'au mo- ment où le calme renaîtrait et permettrait de les rassembler. Tous les ordres sentirent la nécessité de cette séparation.
      ... les démarches courageuses et soutenues de toutes les villes de Bretagne, durent faire présager-la fermeté dés États généraux et le triomphe des amis de la liberté sur les partisans du despoti... L'inaotion des députés du tiers, et les démarches courageuses et soutenues de toutes les villes de Bretagne, durent faire présager-la fermeté dés États généraux et le triomphe des amis de la liberté sur les partisans du despotisme.
      ...rlement. Tous frémissaient à l'approche de cette assemblée qui allait détruire leur existence politique. Deux fois celui de Gre- noble sembla vouloir revenir sur s...
      ...cèrent à garderie silence. Le Parlement de Besançon ne fut pas plus heu- reux dans les actes de despotisme qu'il se permit contre trente-deux membres des deux" premiers ordres de la province, qui avaient eu le courage de s'élever contre leurs collègues et de renoncer aux prérogatives. Un arrêt du conseil flétrit l'arrêt tyrannique de cette cour souveraine ; et pour la première fois peut-être on vit un acte de pouvoir
      On attribua ces désastres à l'insouciance ou à la malveillance du parlement. Tous frémissaient à l'approche de cette assemblée qui allait détruire leur existence politique. Deux fois celui de Gre- noble sembla vouloir revenir sur ses pas et com- mencer la guerre contre les Etats; deux fois les menaces du peuple le forcèrent à garderie silence. Le Parlement de Besançon ne fut pas plus heu- reux dans les actes de despotisme qu'il se permit contre trente-deux membres des deux" premiers ordres de la province, qui avaient eu le courage de s'élever contre leurs collègues et de renoncer aux prérogatives. Un arrêt du conseil flétrit l'arrêt tyrannique de cette cour souveraine ; et pour la première fois peut-être on vit un acte de pouvoir

      Introduction

      page 36
      Tous les membres de la noblesse de Franche- Comté avaient également déclar... Tous les membres de la noblesse de Franche- Comté avaient également déclaré dans leur assem- blée, tenue à Quingey, le 1er octobre 1788, qu'ils
  • Tome 10 : Du 12 novembre au 24 décembre 1789 1 résultat
    • Séance du vendredi 27 novembre 1789

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 267
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse du même genre des communes de The-non en Périgord; elles demandent l'étab... Adresse du même genre des communes de The-non en Périgord; elles demandent l'établissement d'une municipalité, et d'une justice royale :
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...cture du procès-verbal des deux séances de la veille, et des adresses suivantes : , secrétaire, donne lecture du procès-verbal des deux séances de la veille, et des adresses suivantes :
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse de félicitations, remercîments et adhésion de la ville du Mesle-sur-Sarthe en Normand... Adresse de félicitations, remercîments et adhésion de la ville du Mesle-sur-Sarthe en Normandie ; elle demande à être autorisée à substituer un receveur à la place du collec...
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...resse du même genre du comité permanent de la ville Luxeuil en Franche-Comté; il supplie l'...
      ...lection qu'il a faite, avec la commune, de ses magistrats.
      Adresse du même genre du comité permanent de la ville Luxeuil en Franche-Comté; il supplie l'Assemblée d'agréer l'élection qu'il a faite, avec la commune, de ses magistrats.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse du même genre de la ville d'Uzès en Languedoc; dans une ...
      ...imprimé ayant pour titre, « Déclaration de l'ordre de la noblesse de la sénéchaussée de Toulouse, » et enjoint aux officiers de la garde nationale de Veiller : 1° à ce qu'il ne se forme, aucune assemblée de prétendus ordres, corps ou corporations...
      ...éparément et par ordre sur les affaires de l'Etat en général, et de laprovinee en particulier, et 2° de les disperser en se conformant aux dispositions de-la loi martiale.
      Adresse du même genre de la ville d'Uzès en Languedoc; dans une délibération qui y est jointe, le comité permanent s'élève avec force contre l'imprimé ayant pour titre, « Déclaration de l'ordre de la noblesse de la sénéchaussée de Toulouse, » et enjoint aux officiers de la garde nationale de Veiller : 1° à ce qu'il ne se forme, aucune assemblée de prétendus ordres, corps ou corporations, sou3 prétexte d'y délibérer séparément et par ordre sur les affaires de l'Etat en général, et de laprovinee en particulier, et 2° de les disperser en se conformant aux dispositions de-la loi martiale.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...ofond respect et la soumission parfaite de tous les citoyens pour les décrets de l'Assemblée nationale. Il la supplie instamment de lui envoyer directement tous ceux qui o...
      ...e Roi, attendu qu'il n'eu a reçu aucun, de même que les juges des lieux.
      prime le profond respect et la soumission parfaite de tous les citoyens pour les décrets de l'Assemblée nationale. Il la supplie instamment de lui envoyer directement tous ceux qui ont été sanctionnés ou acceptés parle Roi, attendu qu'il n'eu a reçu aucun, de même que les juges des lieux.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse de félicitations, remercîments et adhésion des officiers municipaux et représentants de la commune de Poligny en Franche-Comté. Adresse de félicitations, remercîments et adhésion des officiers municipaux et représentants de la commune de Poligny en Franche-Comté.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...officiers munici* paux et représentants de la commune de Beau-jeu ; ils demandent que le Beaujolais soit séparé de la province du Lyonnais, et applaudisse...
      ... en départements, proposé par le comité de constitution.
      Adresse du même genre des officiers munici* paux et représentants de la commune de Beau-jeu ; ils demandent que le Beaujolais soit séparé de la province du Lyonnais, et applaudissent au plan ue division du royaume en départements, proposé par le comité de constitution.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse du même genre de la ville de Manosque en Provence; elle demande à êt... Adresse du même genre de la ville de Manosque en Provence; elle demande à être le chef-lieu d'un département, et Je siège d'un tribunal supérieur;
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse du même genre de la ville d'Apt en Provence; elle demand... Adresse du même genre de la ville d'Apt en Provence; elle demande que l'avantage d'être chef-lieu du district lui soit conservé;
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...u conseil municipal et comité permanent de la ville d'Anduze en Languedoc; il expr...
      ...re la déclaration séditieuse et perfide de la noblesse de la sénéchaussée de Toulouse ; il attend comme le plus gran...
      ...inistratives, ainsi que l'établissement de nouveaux tribunaux.
      Adresse du même genre du conseil municipal et comité permanent de la ville d'Anduze en Languedoc; il exprime son indignation contre la déclaration séditieuse et perfide de la noblesse de la sénéchaussée de Toulouse ; il attend comme le plus grand bienfait une nouvelle organisation des municipalités et des assemblées administratives, ainsi que l'établissement de nouveaux tribunaux.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adressé du même genre de la ville d'Amboise ; elle demande une j... Adressé du même genre de la ville d'Amboise ; elle demande une justice royale.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Adresse des habitants de Lille, en Flandre, par laquelle ils offrent à l'Assemblée nationale l'hommage de leur respect et de leur reconnaissance pour les bienfaits que la nation recevra des nobles travaux de cette auguste Assemblée. Adresse des habitants de Lille, en Flandre, par laquelle ils offrent à l'Assemblée nationale l'hommage de leur respect et de leur reconnaissance pour les bienfaits que la nation recevra des nobles travaux de cette auguste Assemblée.
      Locuteur: Berthereau
      , membre de la députation de Paris, a observé que les officiers du C...
      ...ersonnes prévenues et accusées du crime de lèse-nation.
      , membre de la députation de Paris, a observé que les officiers du Châtelet avaient été instruits qu'on leur reprochait une négligence marquée dans l'instruction des affaires relatives aux personnes prévenues et accusées du crime de lèse-nation.
      Locuteur: Berthereau
      ...ur du Roi lui avait remis un état exact de ces mêmes affaires, Il a ajouté que, pour prouver l'injustice du reproche, le procureur du Roi lui avait remis un état exact de ces mêmes affaires,
      Locuteur: Berthereau
      ... a entendu avec satisfaction la lecture de cet état; elle a ordonné qu'il serait inséré dans le procès-verbal de la séance, ainsi qu'il suit : L'Assemblée a entendu avec satisfaction la lecture de cet état; elle a ordonné qu'il serait inséré dans le procès-verbal de la séance, ainsi qu'il suit :
      Locuteur: Berthereau
      ...ersonnes prévenues et accusées du crime de lèse-nation, Châtelet contre lès personnes prévenues et accusées du crime de lèse-nation,
      Locuteur: Berthereau
      Le 30 octobre, le procureur-syndic de la commune a dénoncé M. ie prince Lambe... Le 30 octobre, le procureur-syndic de la commune a dénoncé M. ie prince Lambesc.
      Locuteur: Berthereau
      ...is on a fait une addition d'information de 35 témoins ; et le 24, ce décret qui av... L'information a été commencée ce soir même, et décrétée le 10 ; depuis on a fait une addition d'information de 35 témoins ; et le 24, ce décret qui avait été décerné contre un quidam, a été nominativement appliqué à M. le prince L...
      Locuteur: Berthereau
      ...ion a été faite par le procureur-syndic de la commune, le même jour 30 octobre, co... Une seconde dénonciation a été faite par le procureur-syndic de la commune, le même jour 30 octobre, contre le sieur Âugeard ; la plainte du
      Locuteur: Berthereau
      (l) Voy. aux annexes de la séance, le procès du prince de Lambesc. , (l) Voy. aux annexes de la séance, le procès du prince de Lambesc. ,
      PRÉSIDENCE DE M. DE BOISGELIN, ARCHEVÊQUE D'AIX. PRÉSIDENCE DE M. DE BOISGELIN, ARCHEVÊQUE D'AIX.
      Délibération du comité permanent de la ville de Guerlesquin en Bretagne, dans laquelle ... Délibération du comité permanent de la ville de Guerlesquin en Bretagne, dans laquelle il ex- (1) Cette séance est incomplète au Moniteur.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 268
      Locuteur: Berthereau
      ... terminée, parce qu'il a été nécessaire de faire assigner les témoins indiqués, demeurant à plus de 80 lieues de Paris : ces témoins sont sur le point d... procureur du Roi a été aussitôt commencée ; elle n'est pas terminée, parce qu'il a été nécessaire de faire assigner les témoins indiqués, demeurant à plus de 80 lieues de Paris : ces témoins sont sur le point d'arriver. Il a été d'ailleurs annoncé que la commune ferait déposer au greffe du...
      Locuteur: Berthereau
      ...rs comte d'Astorg, du Reynier, Douglas, de Rubat, de Livron, et demoiselle de Bissy. Le 6 novembre, le procureur-syndic a dénoncé l'affaire des sieurs comte d'Astorg, du Reynier, Douglas, de Rubat, de Livron, et demoiselle de Bissy.
      Locuteur: Berthereau
      ...nciation du procureur-syndic contre MM. de Barentin, de Broglie, de Puységur, de Bezenval, et d'Autichamp. Le 19, dénonciation du procureur-syndic contre MM. de Barentin, de Broglie, de Puységur, de Bezenval, et d'Autichamp.
      Locuteur: Berthereau
      ...ocureur du Roi, et le 21 interrogatoire de M. de Bezenval. Le lendemain, plainte du procureur du Roi, et le 21 interrogatoire de M. de Bezenval.
      Locuteur: Berthereau
      La commune a fait déposer, le 24, plus de 400 pièces relatives à cette affaire. La commune a fait déposer, le 24, plus de 400 pièces relatives à cette affaire.
      Locuteur: Berthereau
      Des motions faites au district de Saint-Martin-des-Ghaihps contre la loi ... Des motions faites au district de Saint-Martin-des-Ghaihps contre la loi martiale et la garde nationale ont donné lieu à une plainte, et à une informatio...
      Locuteur: Berthereau
      Un sieur Delcros a été prévenu de faire des en-rôlèments pour l'Espagne; d'après l'information, il a été décrété de prise de corps cejourd'hui 24. Un sieur Delcros a été prévenu de faire des en-rôlèments pour l'Espagne; d'après l'information, il a été décrété de prise de corps cejourd'hui 24.
      Locuteur: Berthereau
      ... aucune pièce relativement au mandement de M. l'évêque de Tréguier. Il n'a été remis au Ghâtelet aucune pièce relativement au mandement de M. l'évêque de Tréguier.
      Locuteur: Brostaret
      ...ssemblée avait attribué la connaissance de l'affaire de l'évêque de Tréguier au Ghâtelet, il doit faire rem... Puisque l'Assemblée avait attribué la connaissance de l'affaire de l'évêque de Tréguier au Ghâtelet, il doit faire remettre à son greffe toutes lès pièces relatives à ce procès.
      Locuteur: Lanjuinais
      ...nde que l'Assemblée use envers l'évêque de Tréguier de la même clémence qu'elle a eue pour les parlements de Rouen et de Metz; ce prélat a, comme les parlements...
      ...nterie des églises, hommage aux décrets de l'Assemblée nationale, et particulièrem...
      Je demande que l'Assemblée use envers l'évêque de Tréguier de la même clémence qu'elle a eue pour les parlements de Rouen et de Metz; ce prélat a, comme les parlements, rendu dans un mandement ultérieur, relatif au décret sur l'argenterie des églises, hommage aux décrets de l'Assemblée nationale, et particulièrement rétracté son premier mandement, en ce qu'il avait donné lieu a des interprét...
      Locuteur: Brostaret
      M. l'évêque de Tréguier n'a point rétracté son mandeme... M. l'évêque de Tréguier n'a point rétracté son mandement.
      Locuteur: Lebrun
      ...jet, je descends quelquefois au-dessous de la dignité de vos séances. être égal à mon sujet, je descends quelquefois au-dessous de la dignité de vos séances.
      Locuteur: Lebrun
      ...rs se flatter qu'elle lui accorde assez de confiance, pour lui laisser,, et le cho...
      ... et le choix du moment où il sera utile de placer sous ses yeux ceux qui lui auront paru dignes de fixer son attention.
      Il avait osé, il ose toujours se flatter qu'elle lui accorde assez de confiance, pour lui laisser,, et le choix des projets, et le choix du moment où il sera utile de placer sous ses yeux ceux qui lui auront paru dignes de fixer son attention.
      Locuteur: Lebrun
      ...elques honorables membres ont témoignée de vérifier ses travaux et de jouir des trésors qu'annoncent à la nation les nombreux auteurs de ces projets, me force de rompre le silence et de révéler les ressources qui nous sont of... Mais la juste impatience, que quelques honorables membres ont témoignée de vérifier ses travaux et de jouir des trésors qu'annoncent à la nation les nombreux auteurs de ces projets, me force de rompre le silence et de révéler les ressources qui nous sont offertes.
      Locuteur: Lebrun
      Je ne vous parlerai point, Messieurs, de ces hommes timides qui se traînent dans les sentiers de la routine, qui ne présentent que les améliorations triviales de l'ordre et de l'économie. Je ne vous parlerai point, Messieurs, de ces hommes timides qui se traînent dans les sentiers de la routine, qui ne présentent que les améliorations triviales de l'ordre et de l'économie.
      Locuteur: Lebrun
      Il y en a très-peu de ce genre ; et les bons esprits qui se s...
      ...la plupart, sur les différentes parties de l'administration que des connnaissances...
      Il y en a très-peu de ce genre ; et les bons esprits qui se sont bornés à ces obscures découvertes n'ont, la plupart, sur les différentes parties de l'administration que des connnaissances incomplètes ou des idées exagérées.
      Locuteur: Lebrun
      ...lus hardis vous enrichissent d'un trait de plume. Des génies plus hardis vous enrichissent d'un trait de plume.
      Locuteur: Lebrun
      ... vous donne une contribution volontaire de 600 à 700 millions. L'un supprime tous les impôts et vous donne une contribution volontaire de 600 à 700 millions.
      Locuteur: Lebrun
      De menues ressources, par exemple un impôt... De menues ressources, par exemple un impôt sur les chiens, sur les cheminées, les rubans civiques, des ordres patriotiques...
      Locuteur: Lebrun
      ...universelle: sur mer et sur terre; plus de militaires, plus de marine, et de là un revenu de 130 millions, qui fonde une caisse d'am... On vous garantira, quand il vous plaira, une paix universelle: sur mer et sur terre; plus de militaires, plus de marine, et de là un revenu de 130 millions, qui fonde une caisse d'amortissement.
      Locuteur: Lebrun
      Créez 300 ou 400 millions de billets, ordonnez qu'ils passeront par cent mains, avant que de se présenter au Trésor public, et qu'à chaque mutation ils décroîtront de 1 0/0. Créez 300 ou 400 millions de billets, ordonnez qu'ils passeront par cent mains, avant que de se présenter au Trésor public, et qu'à chaque mutation ils décroîtront de 1 0/0.
      Locuteur: Lebrun
      Si vous appelez cela une manière de banqueroute, ordonnez qu'ils circulent ...
      ...e vous les rembourserez avec le montant de ces intérêts que vous n'aurez pas payés...
      Si vous appelez cela une manière de banqueroute, ordonnez qu'ils circulent pendant vingt ans sans intérêts, et à la vingtième année vous les rembourserez avec le montant de ces intérêts que vous n'aurez pas payés.
      Locuteur: Lebrun
      ...en sur les capitaux et sur les intérêts de vos créanciers, mais qui les rembourse ...
      ...ées, en appliquant seulement une partie de l'intérêt à l'extinction du capital.
      Voici un profond calculateur qui ne prend rien sur les capitaux et sur les intérêts de vos créanciers, mais qui les rembourse en trente années, en appliquant seulement une partie de l'intérêt à l'extinction du capital.
      Locuteur: Lebrun
      Créez 5 milliards de billets, et vous aurez une banque natio...
      ...les caisses, tout le monde s'empressera de les recevoir.
      Créez 5 milliards de billets, et vous aurez une banque nationale. Ces billets circuleront dans toutes les caisses, tout le monde s'empressera de les recevoir.
      Locuteur: Lebrun
      Vous les prêterez à des propriétaires de fonds qui vous mettront à la place de leurs créanciers privilégiés. Ils vous paieront 4,0/0 par an, et de ces 4 0/0 vous éteindrez vos billets et la dette de l'emprunteur. Vous les prêterez à des propriétaires de fonds qui vous mettront à la place de leurs créanciers privilégiés. Ils vous paieront 4,0/0 par an, et de ces 4 0/0 vous éteindrez vos billets et la dette de l'emprunteur.
      (1). Messieurs, chargé personnellement de l'examen des plans et projets, c'est en...
      ...ous en parler. Je vous supplie d'avance de me pardonner, si, pour (1) Le rapport de M. Lebrun est incomplet au Moniteur.
      (1). Messieurs, chargé personnellement de l'examen des plans et projets, c'est en mon nom seul que je viens vous en parler. Je vous supplie d'avance de me pardonner, si, pour (1) Le rapport de M. Lebrun est incomplet au Moniteur.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 269
      Locuteur: Lebrun
      Morcelez les contrats de vos emprunteurs, faites-en des coupons de 1,000 livres, de 600 livres, etc. Imprimez sut chacun de ces coupons le timbre national. Vous au...
      ...quiderez encore vos billets et la dette de l'emprunteur. Mais il faut trouver 300 ...
      Morcelez les contrats de vos emprunteurs, faites-en des coupons de 1,000 livres, de 600 livres, etc. Imprimez sut chacun de ces coupons le timbre national. Vous aurez un signe représentatif des valeurs réelles, un signe immédiat, ou plutôt les...
      ...d'intérêt pour ces coupons que vous lui livrerez, et avec ce produit-là, vous liquiderez encore vos billets et la dette de l'emprunteur. Mais il faut trouver 300 millions d'argent comptant pour pouvoir payer ces effets à bureau ouvert, fe
      Locuteur: Lebrun
      Dans la séance de samedi dernier, on vous présenta un autre projet de banque qui ne nous était pas inconnu. Dans la séance de samedi dernier, on vous présenta un autre projet de banque qui ne nous était pas inconnu.
      Locuteur: Lebrun
      ...ons d'argent, vous livriez 600 millions de billets d'Etat, auxquels vous attachez ... On trouvait 300 millions d'argent, vous livriez 600 millions de billets d'Etat, auxquels vous attachez 1/2 0/0 d'intérêt par an. La banque les négociait,.les payait à vue, et puis les...
      Locuteur: Lebrun
      ...outes les provinces, comptait avec vous de l'intérêt de toutes les sommes qui séjournaient dans... Elle recevait pour vous, payait pour vous dans toutes les provinces, comptait avec vous de l'intérêt de toutes les sommes qui séjournaient dans les caisses, et partageait encore avec vous les bénéfices.
      Locuteur: Lebrun
      Je ne vous parlerai pas de quelques projets plus modestes, dont le... Je ne vous parlerai pas de quelques projets plus modestes, dont les auteurs ont adopté les bases simples et communes sur lesquelles s'est appuyé J...
      Locuteur: Lebrun
      Je ne vous parlerai point de quelques projets de réforme et d'amélioration qui, peut-êtr... Je ne vous parlerai point de quelques projets de réforme et d'amélioration qui, peut-être, méritent d'être discutés, mais qui ne peuvent l'être que quand vous aurez dét...
      Locuteur: Lebrun
      ...devoir vous offrir qu'un tableau rapide de toutes vos richesses spéculatives; quic...
      ...racté l'habitude des affaires est avare de son temps et doit ménager le vôtre.
      J'ai cru, Messieurs, ne devoir vous offrir qu'un tableau rapide de toutes vos richesses spéculatives; quiconque a un peu contracté l'habitude des affaires est avare de son temps et doit ménager le vôtre.
      Locuteur: Lebrun
      ...us avez encore été justement impatients de connaître le véritable état des finances, les détails et la forme de la dette. Vous avez encore été justement impatients de connaître le véritable état des finances, les détails et la forme de la dette.
      Locuteur: Lebrun
      ... avait présenté ce tableau par l'organe de M. le marquis de Montesquiou, et la plupart des états qu... Votre comité, Messieurs, vous avait présenté ce tableau par l'organe de M. le marquis de Montesquiou, et la plupart des états que vous avez demandés sont annexés à son rapport.
      Locuteur: Lebrun
      ...r nos motifs; mais qu'il me soit permis de vous observer que sans votre confiance ...
      ...ir ceux qui, voués aux, détails obscurs de la finance, ne recueillent souvent de leurs travaux que des dégoûts et des .c...
      Peut-être avions-nous trop compté sur votre indulgence et sur nos motifs; mais qu'il me soit permis de vous observer que sans votre confiance vos comités seraient bientôt découragés, qu'elle est surtout nécessaire pour soutenir ceux qui, voués aux, détails obscurs de la finance, ne recueillent souvent de leurs travaux que des dégoûts et des .censures.
      Locuteur: Lebrun
      ...d'étren-nesdans les différentes parties de: son départe- ...lorsqu'il a appris que M. Necker, ayant eu le même soin, avait défendu les dons d'étren-nesdans les différentes parties de: son départe-
      Locuteur: Lebrun
      ...vous propose, en conséquence, un projet de décret qui défend le don des étrennes p... ment. Le comité a cru que cette sage disposition devait être générale, il vous propose, en conséquence, un projet de décret qui défend le don des étrennes payées par le gouvernement et les différentes administrations.
      Locuteur: Le Président
      ...e que, sans s'arrêter à aucun des plans de finances dont on lui a présenté le détail, elle s'occupe uniquement de la motion qui termine le rapport qu'ell... Je propose à l'Assemblée que, sans s'arrêter à aucun des plans de finances dont on lui a présenté le détail, elle s'occupe uniquement de la motion qui termine le rapport qu'elle vient d'entendre.
      Locuteur: Le Président
      (Ce mode de procéder est adopté.) (Ce mode de procéder est adopté.)
      Locuteur: Lanjuinais
      Je demande que la défense de recevoir à l'avenir quelque présent que...
      ...étrennes, ne soit pas bornée aux agents de l'administration, mais qu'elle soit éte...
      ...uissent recevoir, notamment, le présent de cire et de bougies.
      Je demande que la défense de recevoir à l'avenir quelque présent que ce soit, à titre d'étrennes, ne soit pas bornée aux agents de l'administration, mais qu'elle soit étendue aux juges, et qu'ils ne puissent recevoir, notamment, le présent de cire et de bougies.
      Locuteur: Dupont
      (de Bigorré) s'écrie : Vous êtes professeur de droit canon, pourquoi ne pas y ajouter ... (de Bigorré) s'écrie : Vous êtes professeur de droit canon, pourquoi ne pas y ajouter les professeurs?
      Locuteur: Dusson de Bonnac
      ...ésente un amendement relatif à la peine de concussion. , éoêque d'Agen, présente un amendement relatif à la peine de concussion.
      Locuteur: Target
      ...fense s'étend, non-seulement aux agents de l'administration, mais encore à tous ce... Je propose d'exprimer dans le décret que la défense s'étend, non-seulement aux agents de l'administration, mais encore à tous ceux qui, en chef ou en sous-ordre, exercent quelque fonction publique.
      Locuteur: D'Ailly
      ...mendements et prononcée, sauf sur celui de M. Target. La question préalable est réclamée sur tous les amendements et prononcée, sauf sur celui de M. Target.
      Locuteur: D'Ailly
      ...a motion contenue à la suite du rapport de M. Lebrun est lue une seconde fois, l'amendement de M. Target y est inséré et le décret sui... La motion contenue à la suite du rapport de M. Lebrun est lue une seconde fois, l'amendement de M. Target y est inséré et le décret suivant est rendu :
      Locuteur: D'Ailly
      ...que est un devoir ; que tous les agents de l'administration, salariés par la natio...
      ...s et corporations, d'anéantir le trafic de corruption et de vénalité qui se faisait autrefois sous le nom d'étrennes, vins-de-ville, gratifications, etc., a décrété ...
      ...ochain, il ne sera permis à aucun agent de l'administration, ni à aucun de ceux qui, en chef ou en sous-ordre, exercent quelque fonction publique, de rien recevoir à titre d'étrennes, gratifications, vins-de-ville ou sous quelque autre dénomination que ce soit, des compagnies, administrations de provinces, villes, communautés, corporations ou particuliers, sous peine de concussion.; qu'aucune dépense de cette nature ne pourra être allouée dan...
      « L'Assemblée nationale, considérant que toute fonction publique est un devoir ; que tous les agents de l'administration, salariés par la nation, doivent à la chose publique leurs travaux et leurs soins ; que, ministres néc...
      ...nomie des finances et des revenus particuliers des provinces, villes, communautés et corporations, d'anéantir le trafic de corruption et de vénalité qui se faisait autrefois sous le nom d'étrennes, vins-de-ville, gratifications, etc., a décrété et décrète qu'à compter du 1er décembre prochain, il ne sera permis à aucun agent de l'administration, ni à aucun de ceux qui, en chef ou en sous-ordre, exercent quelque fonction publique, de rien recevoir à titre d'étrennes, gratifications, vins-de-ville ou sous quelque autre dénomination que ce soit, des compagnies, administrations de provinces, villes, communautés, corporations ou particuliers, sous peine de concussion.; qu'aucune dépense de cette nature ne pourra être allouée dans le compte desdites compagnies, administrations, villes, corporations.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 270
      Locuteur: D'Ailly
      « Et sera, Sa Majesté, suppliée de sanctionner incessamment le présent déc... « Et sera, Sa Majesté, suppliée de sanctionner incessamment le présent décret et d'en ordonner la plus prompte exécution. »
      Locuteur: Le Président
      « Monsieur, M. le marquis de Rouillé, commandant à Metz, ayant appri...
      ...exportait des graiDS par les frontières de la province des Trois-Évéchés, a cru de...
      ...ations qu'il a reçues des municipalités de toutes les villes, bourgs et villages r...
      ...il a placé, depuis longtemps, un cordon de troupes destiné à surveiller l'exportation des grains, et il m'a prié d'avoir l'honneur de vous les communiquer. Je le fais d'auta...
      ...ontiers qu'elles vous mettront à portée de juger que le service dés détachements q...
      « Monsieur, M. le marquis de Rouillé, commandant à Metz, ayant appris qu'on avait cherché à répandre dans l'Assemblée nationale qu'il S'exportait des graiDS par les frontières de la province des Trois-Évéchés, a cru devoir m'adresser les différentes attestations qu'il a reçues des municipalités de toutes les villes, bourgs et villages répandus sur la frontière où il a placé, depuis longtemps, un cordon de troupes destiné à surveiller l'exportation des grains, et il m'a prié d'avoir l'honneur de vous les communiquer. Je le fais d'autant plus volontiers qu'elles vous mettront à portée de juger que le service dés détachements qui composent ce cordon paraît se faire avec toute l'exactitude désirable.
      Locuteur: Le Président
      ..., monsieur, mettre aussi sous les yeux^ de l'Assemblée nationale les renseignement...
      ...ieu par Dunkerque et par les frontières de la Flandre. »
      «Vous voudrez bien, monsieur, mettre aussi sous les yeux^ de l'Assemblée nationale les renseignements ci-joints, qui m'ont paru devoir également tranquilliser siir les exportations qu'on avait dit avoir lieu par Dunkerque et par les frontières de la Flandre. »
      Locuteur: Lebrun
      ...ité n'entre pas dans l'examen du mérite de ces réclamations; il se rappelle que vo...
      ... dépêches, qui est ordinairement chargé de juger ces réclamations, et il en propos...
      Le comité n'entre pas dans l'examen du mérite de ces réclamations; il se rappelle que vous avez reconnu la compétence du conseil des dépêches, qui est ordinairement chargé de juger ces réclamations, et il en propose le renvoi au pouvoir exécutif.
      Locuteur: Duport
      ...nances» s'il restait toujours une masse de dettes inconnues, consistant dans des réclamations qu'il est impossible de prévoir. Je propose, en conséquence, qu...
      ...an pour ceux qui habitent en Europe, et de deux ans pour ceux qui demeurent hors d...
      ... des réclamations à faire seront tenues de rapporter les titres sur lesquels elles...
      Vous auriez en vain rétabli l'ordre dans les finances» s'il restait toujours une masse de dettes inconnues, consistant dans des réclamations qu'il est impossible de prévoir. Je propose, en conséquence, que dans le délai d'un an pour ceux qui habitent en Europe, et de deux ans pour ceux qui demeurent hors d'Europe, toutes les personnes qui ont des réclamations à faire seront tenues de rapporter les titres sur lesquels elles seront fondées, sans quoi elles en seront déchues.
      Locuteur: Le comte de Custine
      ...réopinant propose une manière très-sûre de multiplier les réclamations, tandis que...
      ...faites. Je pense qu'il serait dangereux de délibérer sur cette motion.
      Le préopinant propose une manière très-sûre de multiplier les réclamations, tandis que sans cette invitation il y en aurait beaucoup qui ne seraient jamais faites. Je pense qu'il serait dangereux de délibérer sur cette motion.
      Locuteur: De Lachèze
      ...ent pas à une nation noble et généreuse de payer ses dettes par Il ne Convient pas à une nation noble et généreuse de payer ses dettes par
      Locuteur: De Lachèze
      des fins de non-recevoir. J'appuie la question préa... des fins de non-recevoir. J'appuie la question préalable.
      Locuteur: De Lachèze
      ... a pas lieu à déli* bérer sur la motion de M. Duport. L'Assemblée décide qu'il n'y a pas lieu à déli* bérer sur la motion de M. Duport.
      Locuteur: Le Président
      ... l'Assemblée qui prononce l'ajournement de la motion. consulte l'Assemblée qui prononce l'ajournement de la motion.
      Locuteur: Rabaud de Saint-Etienne
      a proposé de faire imprimer les listes des divers comités avec l'indication du lieu de la séance de chacun d'eux, Cette proposition est ado... a proposé de faire imprimer les listes des divers comités avec l'indication du lieu de la séance de chacun d'eux, Cette proposition est adoptée .
      Locuteur: Le Président
      L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet présenté par le... L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet présenté par le premier ministre des finances, pour convertir la Caisse d'escompte en Banque na...
      Locuteur: Bouchotte
      ...ieurs, je sens combien il est difficile de lutter contre l'opinion d'un ministre p... (1). Messieurs, je sens combien il est difficile de lutter contre l'opinion d'un ministre porté et rappelé à la direction des finances par la confiance publique ; d'un min...
      Locuteur: Bouchotte
      ... les cherchent avec le plus d'ardeur et de moyens, je ne me permettrais pas d'atta...
      ..., j'embrasserais le sien, en regrettant de ne pouvoir l'adopter sans avoir à craindre de très-graves inconvénients; je dis très-...
      ... moins je le pense, ne pourront trouver de sûrs moyens pour arrêter leurs progrès,...
      ... plans les plus simples sont les meilleurs, que souvent ils échappent à ceux qui les cherchent avec le plus d'ardeur et de moyens, je ne me permettrais pas d'attaquer celui présenté, ni d'en proposer un, et que si je ne regardais pas celui qu...
      ... votre considération comme propre à remplir le but que s'est proposé le ministre, j'embrasserais le sien, en regrettant de ne pouvoir l'adopter sans avoir à craindre de très-graves inconvénients; je dis très-graves, parce que ses lumières et son expérience, du moins je le pense, ne pourront trouver de sûrs moyens pour arrêter leurs progrès, et en prévenir les suites.
      Locuteur: Bouchotte
      Celui du ministre des financés est de trouver au plus tôt les fonds nécessaires pour faire face aux dépenses extraordinaires de l'année 1789 et de la suivante, sans anticiper sur les rev... Celui du ministre des financés est de trouver au plus tôt les fonds nécessaires pour faire face aux dépenses extraordinaires de l'année 1789 et de la suivante, sans anticiper sur les revenus des années postérieures.
      Locuteur: Bouchotte
      ...il soit tellement réalisé, que dans peu de temps les revenus publics de l'année courante puissent être affectés aux dépenses de l'année suivante. Je tends aussi à ce but, et je désire mémè qu'il soit tellement réalisé, que dans peu de temps les revenus publics de l'année courante puissent être affectés aux dépenses de l'année suivante.
      Locuteur: Bouchotte
      Le ministre a besoin, pour venir à bout de ce qu'il propose, d'un crédit qui lui p... Le ministre a besoin, pour venir à bout de ce qu'il propose, d'un crédit qui lui produise *.
      1° 90 millions pour les besoins de cette année; (1) Le Moniteur ne donne qu'Un sommaire du discours de M. Bouchotte. 1° 90 millions pour les besoins de cette année; (1) Le Moniteur ne donne qu'Un sommaire du discours de M. Bouchotte.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 271
      Locuteur: Bouchotte
      2° 80 millions pour peux de l'année prochaine; 2° 80 millions pour peux de l'année prochaine;
      Locuteur: Bouchotte
      ...s objets qu'il détaille en gro3 (page 8 de son mémoire) sans les spécifier d'une m... 3° 70 millions pour d'autres objets qu'il détaille en gro3 (page 8 de son mémoire) sans les spécifier d'une manière exacte;
      Locuteur: Bouchotte
      ...n crédit plus ample, puisque je propose de payer à terme fixe tous les objets arri... Je pense que la nation a besoin d'un crédit plus ample, puisque je propose de payer à terme fixe tous les objets arriérés, tels que les rentes, gages, pensions, et particulièrement les effets exigi...
      Locuteur: Bouchotte
      ...omme à 300,000 millions; l'augmentation de recette entre des mains aussi pures ne ... Je porte donc cette somme à 300,000 millions; l'augmentation de recette entre des mains aussi pures ne peut servir qu'à diminuer la dépense, et bâter la libération.
      Locuteur: Bouchotte
      ...nistre pour parvenir à trouver la somme de 240 millions est de la créer, d'après son vœu, en papier de banque, d'après ses expressions en papier-monnaie, manière très-simpledit-il, de se tirer de toute espèce d'embar-ras, et que plusie... Le moyen du ministre pour parvenir à trouver la somme de 240 millions est de la créer, d'après son vœu, en papier de banque, d'après ses expressions en papier-monnaie, manière très-simpledit-il, de se tirer de toute espèce d'embar-ras, et que plusieurs personnes proposent (Id., page 8).
      Locuteur: Bouchotte
      ...e une manière encore plus simple, celle de l'emprunter au meilleur marché possible... Et pour trouver ces 300 millions, je propose une manière encore plus simple, celle de l'emprunter au meilleur marché possible.
      Locuteur: Bouchotte
      ...n'étant accordé qu'à ceux qui inspirent de la confiance, il faut donc la ranimer :...
      ...ombiner l'intérêt du prêteur avec celui de l'emprunteur ; ils se réunissent l'un e...
      Mais, pour emprunter, il faut du crédit, et le crédit n'étant accordé qu'à ceux qui inspirent de la confiance, il faut donc la ranimer : la circulation rendue aux espèces en sera l'agent et la preuve ; et pour faire renaître cette circulation, il ne faut que savoir combiner l'intérêt du prêteur avec celui de l'emprunteur ; ils se réunissent l'un et l'autre pour écarter tout papier-monnaie.
      Locuteur: Bouchotte
      Mon travail, d'après ce que je viens de dire, se trouve donc naturellement divi... Mon travail, d'après ce que je viens de dire, se trouve donc naturellement divisé en deux parties : la première contiendra la réfutation du plan du ministre, l...
      Locuteur: Bouchotte
      Le ministre établit la création de la somme dont il a besoin, au moyen de deux actes qui ae réduisent en un, mais... Le ministre établit la création de la somme dont il a besoin, au moyen de deux actes qui ae réduisent en un, mais que je séparerai pour plus (Je commodité; ils consistent :
      Locuteur: Bouchotte
      1° A donner a,ux opérations de la Caisse d'escompte plus d'extension, et à son papier le cautionnement de la nation; 1° A donner a,ux opérations de la Caisse d'escompte plus d'extension, et à son papier le cautionnement de la nation;
      Locuteur: Bouchotte
      ...doit se rendre jamais caution du papier de la Caisse d'escompte, qu'elle doit la r...
      ...son titre d'établissement, et la forcer de satisfaire à ses engagements, à mesure ...
      Sur la première opération, je suis d'avis, au contraire, que la nation ne doit se rendre jamais caution du papier de la Caisse d'escompte, qu'elle doit la réduire aux bornes privées que lui près* crirait son titre d'établissement, et la forcer de satisfaire à ses engagements, à mesure que l'Etat remplira ceux qu'il a pris avec elle.
      Locuteur: Bouchotte
      1° Je ne connais pas de moyens plus petits * et, quoiqu'on en dise, plus ruineux, pour trouver de l'argent, que d'obliger les particulier...
      ...s toute l'étendue du royaume, le papier de la Caisse d'escompte, parce que c'est é...
      1° Je ne connais pas de moyens plus petits * et, quoiqu'on en dise, plus ruineux, pour trouver de l'argent, que d'obliger les particuliers à recevoir en payement dans Paris, ou même dans toute l'étendue du royaume, le papier de la Caisse d'escompte, parce que c'est établir du papier-monnaie ; et je démontrerai dans l'instant les inconvénients du...
      Locuteur: Bouchotte
      2? Je soutiens qu'il est dû de la reconnaissance aux actionnaires de cette caisse pour la confiance avec laq...
      ...u ministère; mais qu'il faut les blâmer de s'y être prêtés sans mesurer les bornes de leur crédit, à moins qu'on ne suppose qu'ils ont calculé sur de
      2? Je soutiens qu'il est dû de la reconnaissance aux actionnaires de cette caisse pour la confiance avec laquelle ils se sont prêtés aux désirs du ministère; mais qu'il faut les blâmer de s'y être prêtés sans mesurer les bornes de leur crédit, à moins qu'on ne suppose qu'ils ont calculé sur de
      Locuteur: Bouchotte
      ...t, ne seraient-ils pas encore blâmables de ravoir fait pour leur propre avantage, ... gros bénéfices ; et, en le supposant, ne seraient-ils pas encore blâmables de ravoir fait pour leur propre avantage, sans s'être rappelé leurs engagements envers les particuliers?
      Locuteur: Bouchotte
      ...outiens enfin que les prêts d'argent ou de crédit que les actionnaires ont pu raire au Trésor royal n'ont pu lier l'existence de cette caisse à celle du Trésor public : car lé propre du Trésor royal est de recevoir des derniers pour tout vivifier en les répandant sagement, et celui de la Caisse d'escompte, est, en dispersant son frêle papier, d'appauvrir, au moyen de l'escompte, ceux qui ont besoin d'un crédit étranger, et de compter sur les accidents pour bénéfici... 3? Je soutiens enfin que les prêts d'argent ou de crédit que les actionnaires ont pu raire au Trésor royal n'ont pu lier l'existence de cette caisse à celle du Trésor public : car lé propre du Trésor royal est de recevoir des derniers pour tout vivifier en les répandant sagement, et celui de la Caisse d'escompte, est, en dispersant son frêle papier, d'appauvrir, au moyen de l'escompte, ceux qui ont besoin d'un crédit étranger, et de compter sur les accidents pour bénéficier du tout sur quelques-uns des porteurs.
      Locuteur: Bouchotte
      ...utile aux banquierSset aux capitalistes de Paris, pour transporter commodément une plus grande quantité de richesses de l'un des faubourgs de cette ville dans un autre, dès qu'elle ... ...qu'on juge d'après l'expérience, et personne ne niera que la Caisse d'escompté, utile aux banquierSset aux capitalistes de Paris, pour transporter commodément une plus grande quantité de richesses de l'un des faubourgs de cette ville dans un autre, dès qu'elle est devenue l'esclave du ministère, a cessé d'être utile et est même devenue dan...
      Locuteur: Bouchotte
      ...ernière ne l'était que sur la certitude de réaliser au besoin; la confiance détrui...
      ...n'a pas été ranimée par l'arrêt du mois de septembre 1788, qui n'eût été propre qu...
      ...ir, si elle eût pu survivre au dénûment de fonds.
      Son utilité n'était fondée que sur la confiance, et cette dernière ne l'était que sur la certitude de réaliser au besoin; la confiance détruite par des faits n'a pas été ranimée par l'arrêt du mois de septembre 1788, qui n'eût été propre qu'à l'anéantir, si elle eût pu survivre au dénûment de fonds.
      Locuteur: Bouchotte
      Parce que, ne pouvant livrer de l'argent, elle n'a prêté qu'un crédit f...
      ... a fait craindre avec quelque apparence de raison qu'elle n'excédât ses forces, ce qui a détruit une partie de la confiance ; que cette multitude de billets répandus dans le commerce a fai...
      ...valeur réçlle, a choisi le gage certain de la Valeur des choses, et l'a préféré à une représentation suspecte ce gage : il garde donc précieusement l'Or et l'argent, et profite de la fatalité des circonstances pour n'of...
      ...nt que des billets qu'il n'est plus sûr de réaliser ; qu'il est, au contraire, devenu certain de ne pas réaliser à son gré, au moyen des arrêts de surséance qui ne garantissent sa propri...
      Parce que, ne pouvant livrer de l'argent, elle n'a prêté qu'un crédit factice fondé sur ses billets ; qu'en les multipliant outre mesure, elle a fait craindre avec quelque apparence de raison qu'elle n'excédât ses forces, ce qui a détruit une partie de la confiance ; que cette multitude de billets répandus dans le commerce a fait resserrer l'or et l'argent monnayés; car leur propriétaire, assuré que les métaux auraient toujours une valeur réçlle, a choisi le gage certain de la Valeur des choses, et l'a préféré à une représentation suspecte ce gage : il garde donc précieusement l'Or et l'argent, et profite de la fatalité des circonstances pour n'offrir en payement que des billets qu'il n'est plus sûr de réaliser ; qu'il est, au contraire, devenu certain de ne pas réaliser à son gré, au moyen des arrêts de surséance qui ne garantissent sa propriété, ni du feu, ni des autres cas fortuits.
      Locuteur: Bouchotte
      ...aires doublant et triplant à proportion de l'intérêt qu'on payait à leur crédit, ils ne firent pas attention, en se féli-citant de leur bénéfice, que lorsque la première ...
      ...ux qui ont cru devoir depuis se défaire de leurs actions, en ont fait une cruelle ...
      Les profits des actionnaires doublant et triplant à proportion de l'intérêt qu'on payait à leur crédit, ils ne firent pas attention, en se féli-citant de leur bénéfice, que lorsque la première ardeur qui avait fait rechercher leurs actions serait amortie, il en résulterait...
      ...perte sur leurs capitaux, parce que la con^ fiance diminuerait à mesure, mais ceux qui ont cru devoir depuis se défaire de leurs actions, en ont fait une cruelle expérience»
      Locuteur: Bouchotte
      Je n'ajouterai pas qu'étant de principe que les emprunts au nom de l'Etat sont des impôts réels sur Je peuple, la Caisse, bien loin de servir la nation, lui fit tort, en donn... Je n'ajouterai pas qu'étant de principe que les emprunts au nom de l'Etat sont des impôts réels sur Je peuple, la Caisse, bien loin de servir la nation, lui fit tort, en donnant à des ministres déprédateurs un moyen d'augmenter la dette na-> tionale, ce ...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 272
      Locuteur: Bouchotte
      ... soit enfin par l'abus qu'on peut faire de ses ressources. ...gmenter ses bénéfices, soit par une satisfaction étrangère à son administration, soit enfin par l'abus qu'on peut faire de ses ressources.
      Locuteur: Bouchotte
      Tel fut en France le sort de toutes les banques; celle de Law fut utile tant qu'elle ne fut que l...
      ...ale, et aux malheurs dont l'association la Caisse d'escompté au Trésor royal no...
      ...nc, pour sa propre sûreté, les intérêts de la Caisse d'escompte de ceux de la caisse nationale; soyons justes enve...
      Tel fut en France le sort de toutes les banques; celle de Law fut utile tant qu'elle ne fut que la sienne ; elle devint dangereuse dès qu'elle fut Banque royale, et aux malheurs dont l'association la Caisse d'escompté au Trésor royal nous menace, elle joignit ceux qui seraient encore en France la s.uite du papier-monnaie, et dont nous allons nous occuper dans l'article suivant. Séparons donc, pour sa propre sûreté, les intérêts de la Caisse d'escompte de ceux de la caisse nationale; soyons justes envers elle, rendons-lui le crédit qu'elle n'eût pas dû perdre, si elle eût été moin...
      Locuteur: Bouchotte
      ...e dans un moment toutes les difficultés de finances. ..., nous est présenté par le ministre des finances comme un moyen propre à résoudre dans un moment toutes les difficultés de finances.
      Locuteur: Bouchotte
      Je conviens de cela pour la première fois où l'on paye... Je conviens de cela pour la première fois où l'on paye ; mais si l'on réfléchit qu'il faudra payer une seconde fois, en remboursant un...
      Locuteur: Bouchotte
      ...meront en France que lorsque les signes de la valeur des choses, reconnus pour tel...
      ... en échange des denrées ou des produits de l'industrie.
      Laxonfiance èt le crédit ne se ranimeront en France que lorsque les signes de la valeur des choses, reconnus pour tels dans tout le monde commerçant, c'est-à-dire les métaux, seront donnés en échange des denrées ou des produits de l'industrie.
      Locuteur: Bouchotte
      Or, si non-seulement à raison de la commodité pour le possesseur, mais de sa défiance pour les effets qu'il offre...
      ...convention particulière, si des billets de la Caisse d'escompte de 200, 300 livres, et même de 1,000 livres présentés à échanger, pour...
      ...e .si l'on croit qu'il sera plus facile de faire ressortir le numéraire, lorsque d...
      ...riculteur garderont avec autant et plus de soin les pièces d'argent.
      Or, si non-seulement à raison de la commodité pour le possesseur, mais de sa défiance pour les effets qu'il offre; si, dis-je, des signes ae convention particulière, si des billets de la Caisse d'escompte de 200, 300 livres, et même de 1,000 livres présentés à échanger, pour payer les moindres objets, sont changés difficilement; si on les change même avec perte, je demande .si l'on croit qu'il sera plus facile de faire ressortir le numéraire, lorsque des papiers-monnaie d'une plus petite valeur seront présentés en payement : je le pense d'autant moins, que si le capitaliste garde maintenant l'or, l'artisan et l'agriculteur garderont avec autant et plus de soin les pièces d'argent.
      Locuteur: Bouchotte
      ...llets du système, suspendus à la poutre de plusieurs de leurs chaumières, comme une leçon contre le trop de confiance. ...s leur enfance, et ils leur sont rappelés à chaque instant par les restes des billets du système, suspendus à la poutre de plusieurs de leurs chaumières, comme une leçon contre le trop de confiance.
      Locuteur: Bouchotte
      ... et cette supposition est bien gratuite de ma part; pourra-t-on parvenir à dominer... Mais je suppose leurs préjugés vaincus, et cette supposition est bien gratuite de ma part; pourra-t-on parvenir à dominer assez leur intérêt pour les disposer à recevoir le papier-monnaie , et parer à ...
      Locuteur: Bouchotte
      ... avec eux toute leur fortune, au hasard de la voir détériorée par la pluie et par ...
      ... le plus petit bénéfice, à l'inclémence de l'air et des saisons, y exposeront-ils ...
      ...richesses, ne craindront-ils pas plutôt de la perdre en entier, ou de la rendre tellement méconnaissable, que leurs voisins, qui souvent refusent des pièces de 2 sols encore marquées, ne veuillent pa...
      ...efois aux- inondations, des valeurs fictives aussi peu solides, ou porteront-ils avec eux toute leur fortune, au hasard de la voir détériorée par la pluie et par le frottement ? ces hommes robustes qui s'exposent, pour le plus petit bénéfice, à l'inclémence de l'air et des saisons, y exposeront-ils toutes leurs richesses, ne craindront-ils pas plutôt de la perdre en entier, ou de la rendre tellement méconnaissable, que leurs voisins, qui souvent refusent des pièces de 2 sols encore marquées, ne veuillent pas prendre en payement du papier qui ne le sera plus?
      Locuteur: Bouchotte
      ...est d'argent ou non, souvent la crainte de prendre une monnaie décriée, élève des ...
      ... payer, et le Vendeur qui veut être sûr de l'avoir réellement été : il est peu de marchés considérables, peu de foires où de pareilles difficultés né surviennent.
      ...s ; quoiqu'on connaisse facilement par le son encore plus qu'à la vue si un écu est d'argent ou non, souvent la crainte de prendre une monnaie décriée, élève des difficultés entre l'acheteur qui veut payer, et le Vendeur qui veut être sûr de l'avoir réellement été : il est peu de marchés considérables, peu de foires où de pareilles difficultés né surviennent.
      Locuteur: Bouchotte
      ...x qu'il en a été répandu quelques-unes. De quelle crainte ne sera donc pas saisie ...
      ...sez bien, même parfaitement les billets de caisse de 1,000 lives, lorsqu'on lui présentera u...
      ...er ! ne sera-t-elle pas toujours tentée de la suspecter? et quel est l'officier pu...
      ...'écu d'argent, sur le triple témoignage de sa vue, de l'ouïe et de la main qui en consultait le poids?
      ...chées au comptoir des marchands, sont réveillées par le moindre avis vrai ou faux qu'il en a été répandu quelques-unes. De quelle crainte ne sera donc pas saisie la paysanne qui entendra dire qu'on a tenté, qu'on est parvenu à imiter assez bien, même parfaitement les billets de caisse de 1,000 lives, lorsqu'on lui présentera une monnaie quelconque en papier ! ne sera-t-elle pas toujours tentée de la suspecter? et quel est l'officier public qui pourra la rassurer, et au témoignage des yeux duquel elle croira devoir s'en rapporter lorsqu'elle hésitait encore à le croire pour l'écu d'argent, sur le triple témoignage de sa vue, de l'ouïe et de la main qui en consultait le poids?
      Locuteur: Bouchotte
      ...upposés, et si cela ne donne pas lieu à de nouveaux abus. Le changeur fëra-t-il le...
      ...r rien? non certainement, donc surcroît de dépense. Le changeur et le receveur des...
      ...t aux particuliers qui les auront reçus de bonne foi? Je ne le pense pas; les répo...
      ...u'il suffit d'un seùl soupçon indiscret de l'un ou de l'autre pour arrêter la circulation du ...
      ...es les caisse royales ; je demanderai si cela pare à tous les inconvénients présupposés, et si cela ne donne pas lieu à de nouveaux abus. Le changeur fëra-t-il le change pour rien? non certainement, donc surcroît de dépense. Le changeur et le receveur des impositions prendront-ils des billets suspects, plutôt que d'en faire perdre le montant aux particuliers qui les auront reçus de bonne foi? Je ne le pense pas; les réponses contraires présentent trop d'inconvénients pour m'être faites ; et alors je...
      ...'espèces métalliques pour changer, et que l'autre n'en ait point pour rendre ; qu'il suffit d'un seùl soupçon indiscret de l'un ou de l'autre pour arrêter la circulation du papier-monnaie, et établir en un instant et dans tout le royaume, un agiotage éq...
      Locuteur: Bouchotte
      ...moyen, tandis que le bénéfice provenant de cet agiotage resterait entre les mains de ceux qui l'auraient amené, en resserran... ...ble encore, puisque chaque contribuable eût au moins été soulagé par le premier moyen, tandis que le bénéfice provenant de cet agiotage resterait entre les mains de ceux qui l'auraient amené, en resserrant les espèces; que la perte serait

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 273
      Locuteur: Bouchotte
      en entier pour des malheureux pères de famille, sans qu'ils fussent déchargés de ia moindre con-tribution, à moins qu'on... en entier pour des malheureux pères de famille, sans qu'ils fussent déchargés de ia moindre con-tribution, à moins qu'on ne revînt à la banqueroute, à cette opération infâme, à laquelle nous mènera tô...
      Locuteur: Bouchotte
      ...utez, à ce que j'ai dit, la possibilité de pouvoir faire des billets faux et de les jeter dans le commerce : on fera des réponses spécieuses sur la difficulté de les rendre absolument semblables aux vé...
      ...acilement. Et certes, plusieurs billets de cette espèce auront déjà couru la. prov...
      Ajoutez, à ce que j'ai dit, la possibilité de pouvoir faire des billets faux et de les jeter dans le commerce : on fera des réponses spécieuses sur la difficulté de les rendre absolument semblables aux véritables, mais elles sont détruites, si, malgré cela, b.n a fait des billets fau...
      ... une ville où l'Usage habituel d'en recevoir devait les faire reconnaître plus facilement. Et certes, plusieurs billets de cette espèce auront déjà couru la. province, auront déjà augmenté le discrédit du numéraire en papier, avant qu'on ait ...
      Locuteur: Bouchotte
      ...tenir son crédit, a supporté les pertes de cette nature ; si ses billets ont été p...
      ...e prétend mériter, et qu'elle s'efforce de soutenir; tout banquier particulier, qui veut maintenir son crédit, agit de même et dans les mêmes vues.
      ...e sous vos yeux un nconvénient encore plus grand. La Caisse d'escompte, pour soutenir son crédit, a supporté les pertes de cette nature ; si ses billets ont été parfaitement imités, elle les a payés, parce que la justice ne pouvant les distin...
      ... son honneur et par intérêt; l'un et l'autre sont attachés à la confiance qu'èlle prétend mériter, et qu'elle s'efforce de soutenir; tout banquier particulier, qui veut maintenir son crédit, agit de même et dans les mêmes vues.
      Locuteur: Bouchotte
      ...isque c'est là presque le seul bénéfice de la Banque d'Angleterre. ...se pas que ce sera un profit peu considérable, en supposant le projet adopté, puisque c'est là presque le seul bénéfice de la Banque d'Angleterre.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ationale, établie sous le cautionnement de la nation; je dis plus, pour tous ceux ...
      ...u ministre, la Banque nationale, agehte de la nation, supportera-t-elle ces pertes, Ou se croira-t-elle dispensée de le faire,-parce que son honneur sera re...
      ...on intérêt -sera à couvert par la force de la loi?
      La Banque nationale, établie sous le cautionnement de la nation; je dis plus, pour tous ceux qui ont lu avec attention le mémoirè du ministre, la Banque nationale, agehte de la nation, supportera-t-elle ces pertes, Ou se croira-t-elle dispensée de le faire,-parce que son honneur sera remplacé et que son intérêt -sera à couvert par la force de la loi?
      Locuteur: Bouchotte
      ...ai pour la caution qu'on a même proposé de faire associer au bénéfice, èn démontrant qu'un intérêt de 7 0/0 des fonds fournis ou crédités n'e... Si on,me répond qu'elle payera, je tremblerai pour la caution qu'on a même proposé de faire associer au bénéfice, èn démontrant qu'un intérêt de 7 0/0 des fonds fournis ou crédités n'est pas exorbitant ; article sur lequel je ne serai pas d'accord avec le ministre...
      Locuteur: Bouchotte
      ... d'arriver, soit par les falsifications de billets, soit par une multiplication fr... ...on elle payera encore, si le débiteur devient insolvable, ce qui ne manquera pas d'arriver, soit par les falsifications de billets, soit par une multiplication frauduleuse qu'il sera difficile d'éviter, même au moyen du timbre proposé.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ffets suspects, et ils le seront tous ; de là à l'agiotage général, de là enfin à la banqueroute, et du principal débiteur, et de la caution. Si elle ne paye pas, nous arrivons à la non-circulation d'effets suspects, et ils le seront tous ; de là à l'agiotage général, de là enfin à la banqueroute, et du principal débiteur, et de la caution.
      Locuteur: Bouchotte
      d'avis de payer pour des faussaires ou des agents...
      ...i elle aime mieux faire pèrdre des gens de bonne foi trompés par eux, et couvrir par une immoralité une injustice qui n'est pas de son fait.
      d'avis de payer pour des faussaires ou des agents infidèles, des sommes qui peuvent doubler des engagements qu'elle compte prendre, ou si elle aime mieux faire pèrdre des gens de bonne foi trompés par eux, et couvrir par une immoralité une injustice qui n'est pas de son fait.
      Locuteur: Bouchotte
      ...e un bénéfice fait en entier aux dépens de ceux qui auront perdu leur titre de créance? Quoi ! yne nation généreuse, q...
      ...prononcé, croirai t-elle pouvoir amener de loin l'occasion d'un pareil bénéfice, e...
      ...e la plus propre, à opérer, et la perte de ce titre, et la libération du débiteur?
      Je dis couvrir par une immoralité, et c'est trop peu ; car comment qualifierai-je un bénéfice fait en entier aux dépens de ceux qui auront perdu leur titre de créance? Quoi ! yne nation généreuse, qui regarde la foi due aux engagements comme sacrée, cette nation qui a proscrit le mot fatal que j'ai prononcé, croirai t-elle pouvoir amener de loin l'occasion d'un pareil bénéfice, et compter autant sur les circonstances pour en profiter, que sur son. pouvoir po...
      ...r dans le commerce un titre dont la matière frêle et légère serait employée comme la plus propre, à opérer, et la perte de ce titre, et la libération du débiteur?
      Locuteur: Bouchotte
      ...rs les plus grands feraient 'recourir à de pareils moyens pour se libérer. ...i qui, d'après sa probité reconnue, aurait en horreur un débiteur que les malheurs les plus grands feraient 'recourir à de pareils moyens pour se libérer.
      Locuteur: Bouchotte
      ...nérale, donc la puissance qui a le plus de numéraire a le plus de facilité pour se procurer les choses en...
      ...bré soit établi partout entre la valeur l'or et des productions.
      ...pper à l'homme d'Etat ; le numéraire représente les choses par une convention générale, donc la puissance qui a le plus de numéraire a le plus de facilité pour se procurer les choses en lés payant, jusqu'à ce que l'équilibré soit établi partout entre la valeur l'or et des productions.
      Locuteur: Bouchotte
      ...r un exemple : la découverte" des mines de 'l'Ara é^' rique fit de l'Espagne la plus riche nation de l'Europe ; mais pour se procurer ce qui lui manquait, et beaucoup chosès lui manquaient, elle les paya : ... Cette vérité constante est justifiée par un exemple : la découverte" des mines de 'l'Ara é^' rique fit de l'Espagne la plus riche nation de l'Europe ; mais pour se procurer ce qui lui manquait, et beaucoup chosès lui manquaient, elle les paya : bientôt la richesse se partagea entre les nations qui fournirent à ses besoins, ...
      Locuteur: Bouchotte
      L'augmentation de la monnaie, au moyen du papier, sera po... L'augmentation de la monnaie, au moyen du papier, sera pour la France ce qu'on a fait pour l'Europe en y multipliant l'or. Elle augmenter...
      Locuteur: Bouchotte
      ... faire renchérir le prix des denrées et de l'industrie. Or, la matière première et la nourriture de l'ouvrier augmentant en proportion de l'accroissement des richesses' réelles ou fictives, les objets de commerce portés soit dans l'Allemagne, ... L'un sera d'y faire renchérir le prix des denrées et de l'industrie. Or, la matière première et la nourriture de l'ouvrier augmentant en proportion de l'accroissement des richesses' réelles ou fictives, les objets de commerce portés soit dans l'Allemagne, la Suisse et les Etats du nord, soit dans l'Italie, l'Espagne et les échelles du...
      Locuteur: Bouchotte
      ... fait par le ministre, que notre traité de commercé avec l'Angleterre nous rend débiteurs envers ce royaume d'une somme de marchandises manufacturées que nos prop... Le second inconvénient est la suite d'un aveu fait par le ministre, que notre traité de commercé avec l'Angleterre nous rend débiteurs envers ce royaume d'une somme de marchandises manufacturées que nos propres fabriques fournissaient autrefois.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 274
      Locuteur: Bouchotte
      ...s qu'elle nous fournit croîtra à raison de ce que les nôtres- le renchériront; la ...
      ... çjjàque année, puisqu'ayant été obligé de payer ce supplément en espèces, le papi...
      ...vera augmenté annuellement à proportion de ce que l'argent et l'or "diminueront.
      ...s sommes d^bi* teurs annueUement envers l'Angleterre ; le prix des iparpbaiidises qu'elle nous fournit croîtra à raison de ce que les nôtres- le renchériront; la perte sera dope plu? considérable, pt le 4eyien* dra:encore plus çjjàque année, puisqu'ayant été obligé de payer ce supplément en espèces, le papier combiné ayec notre monnaie aptpelle se trouvera augmenté annuellement à proportion de ce que l'argent et l'or "diminueront.
      Locuteur: Bouchotte
      ..., qu'il doit être rejeté, tant a raison de l'immoralité et des inconvénients qui y... ...ent employé, et qu'il est insuffisant pour remplir, -i'dpjet quil spst prpr-posé, qu'il doit être rejeté, tant a raison de l'immoralité et des inconvénients qui y sont attachés, que comme absolument contraire à l'intérêt d| notre commerce ext...
      Locuteur: Bouchotte
      ... désastreux, Si je yquê5 laissai? tirer de ce que j'ai diua fatale çpqséquencp qu'...
      ...nce, QQVîWie une fhçinièrç très? simple de se tirer ^'embarfq^, et dp pésovdrç eft Étë rnoment toutes les diffici^ltés de finances,
      ...avoir à vous annoncer que l'impossibilité d'adoptèr un plan que j'envisage comme désastreux, Si je yquê5 laissai? tirer de ce que j'ai diua fatale çpqséquencp qu'il ne reste donc plus Je ressources, puisqu'il faut rejeter le projet qqe vous présente un ministre qui piérite notre çpqfiqnce, QQVîWie une fhçinièrç très? simple de se tirer ^'embarfq^, et dp pésovdrç eft Étë rnoment toutes les diffici^ltés de finances,
      Locuteur: Bouchotte
      ...ra sans dout^ ^tORPaPt ÇU^ je P.rO-pose de recourir à des emprunts» que je veuille...
      ...r hue dans ces monterais d'qflarrnes et de discrédit il es,t possible que pette vo...
      Il voUs paraîtra sans dout^ ^tORPaPt ÇU^ je P.rO-pose de recourir à des emprunts» que je veuille vous démontrer hue dans ces monterais d'qflarrnes et de discrédit il es,t possible que pette vojp VOUS fournisse les ressources nécessaires à un intérêt très-modéré, tandis qu...
      Locuteur: Bouchotte
      ...cette confiance, comme Je défaut absolu de la circulation du sang est la preuve fa moins équiyoque de la mort- La circulation active des espèces est la preuve certaine 4e/cette confiance, comme Je défaut absolu de la circulation du sang est la preuve fa moins équiyoque de la mort-
      Locuteur: Bouchotte
      ... il faut donc la rétablir; et le papier de quelque teinte qu'on le colore, quelque... Nous spmjnës arrivés â ce point. La circulation est arrêtée : il faut donc la rétablir; et le papier de quelque teinte qu'on le colore, quelque nom qu'on lui donne, n'étaqt pas propre à 1§ rétablir,
      Locuteur: Bouchotte
      ...ar un numéraire quelconque, fút-it méme de billon, pier-mnnaie, ni méme ceux des billets de banque. ... est la diminution raisonnable des billets 4e là Caisse; et feur reippiapemept par un numéraire quelconque, fút-it méme de billon, pier-mnnaie, ni méme ceux des billets de banque.
      Locuteur: Bouchotte
      ...biiipn» diyisôe en pièces 4 e 3 ?o}s et de 0 sols ; ...e mettre pn cjrcqlatifin, en faveur des pauvres, pour 30 millions 4c monnaie qe biiipn» diyisôe en pièces 4 e 3 ?o}s et de 0 sols ;
      Locuteur: Bouchotte
      De diminuer les sommes anPUel}ement 4ues pour les depênses, lés rentes et intérêts, et de convertir en contrats Ufie portion de§ effets, suspendus» au moyen d^une ppér... De diminuer les sommes anPUel}ement 4ues pour les depênses, lés rentes et intérêts, et de convertir en contrats Ufie portion de§ effets, suspendus» au moyen d^une ppération simple? volon? taire* et aussi favprable au créancier qu'à l'Btat;
      Locuteur: Bouchotte
      De détruireles abusde l'agiotage au moyen de l'établissement d'une caisse d'amortiss... De détruireles abusde l'agiotage au moyen de l'établissement d'une caisse d'amortissement;
      Locuteur: Bouchotte
      '6-° De mettre le décret du 6 août» relatif au ... '6-° De mettre le décret du 6 août» relatif au rachat 4es droits seigneuriaux» 4ans le cas d'être facilement exécuté,, sans rui...
      Locuteur: Bouchotte
      7? ^nflu de réunir leji caisses des consignations e... 7? ^nflu de réunir leji caisses des consignations ej des 4ép^ts judiciaires sqUs l'inspection d'un receveur gênerai.
      Locuteur: Bouchotte
      ... trouver enfre l'intérêt 'qu'il prpppse de donner à la Banque, et celui auquel chacune de gès opérations peut se faire, "ne nuira...
      ... pas couverte par une écpnpmie annuèlip de à 30 millions, que je me réserve d'expl...
      ...r le ministre, et que leUr résultat, est lp pif me; or la différence qui peut sp trouver enfre l'intérêt 'qu'il prpppse de donner à la Banque, et celui auquel chacune de gès opérations peut se faire, "ne nuirait pas . à la bonté 4U plan? quand elle ne serait pas couverte par une écpnpmie annuèlip de à 30 millions, que je me réserve d'expliquer Ci-après,
      Locuteur: Bouchotte
      Effectiyement, le ministre propose de donppr à la ganque, pour l'intérêt ' d'...
      ...édit '4è millions, § a 1> 0/q dont plus de jnpitié s°nt payés par l'Etat.
      Effectiyement, le ministre propose de donppr à la ganque, pour l'intérêt ' d'un simple crédit '4è millions, § a 1> 0/q dont plus de jnpitié s°nt payés par l'Etat.
      Locuteur: Bouchotte
      Je propose le moyen de trouver la somnie effective de 300 millions à § 0/Q èt de réduire à 4 P/P une infinité de créance^ plu? coûteuses; i llptérêt n'est 4ônc pas iisurairp, et les moyens de rétablir la circulation Vont vous en fa... Je propose le moyen de trouver la somnie effective de 300 millions à § 0/Q èt de réduire à 4 P/P une infinité de créance^ plu? coûteuses; i llptérêt n'est 4ônc pas iisurairp, et les moyens de rétablir la circulation Vont vous en faire voir la possibilité.
      Locuteur: Bouchotte
      ...i remettre cette somme* et 4e l'obliger de retirer du pom-mprce pour une pareille ... Il est dpnc évidemment juste 4® Ijii remettre cette somme* et 4e l'obliger de retirer du pom-mprce pour une pareille soin me ftP ses billet^.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 275
      Locuteur: Bouchotte
      les prendre ou de les refuser, d'en exiger Je remboursement ou de les garder, tous les abus disparaîtront...
      ...ent rétablie; ce sera une grande maison de commerce, état dans lequel elle serait ...
      les prendre ou de les refuser, d'en exiger Je remboursement ou de les garder, tous les abus disparaîtront, la confiance sera promptement rétablie; ce sera une grande maison de commerce, état dans lequel elle serait restée, si les actionnaires eussent été sages.
      Locuteur: Bouchotte
      ... existait déjà en 1783 pour 43 millions de billets dp Caisse d'esconipte répandus ...
      ...s sages contenues dans le chapitre XXVI de l'administration des finances de France, et appliquons les remarques fai...
      ...u système, au fonds et au titre pompeux de Banque nationale ; nous ne craindrons pas de nous égarer, puisque nous aurons pour g...
      Rappelons-nous qu'il existait déjà en 1783 pour 43 millions de billets dp Caisse d'esconipte répandus dans }e commerce, c'est-à-dire, avant que le gouvernement forçât cette paisse à manquera son exactitude; relisons en entier les réflexions sages contenues dans le chapitre XXVI de l'administration des finances de France, et appliquons les remarques faites sur le fonds et le nom même du système, au fonds et au titre pompeux de Banque nationale ; nous ne craindrons pas de nous égarer, puisque nous aurons pour guide un administrateur sage, dont l'esprit n'était pas entraîné au delà, du vrai...
      Locuteur: Bouchotte
      ...lation, en faveur des pauvres habitants de la campagne, une somme considérable de monnaie de billon, Mettre en circulation, en faveur des pauvres habitants de la campagne, une somme considérable de monnaie de billon,
      Locuteur: Bouchotte
      Je propose de faire frapper avec une monnaie de billon une certaine quantité de pièces de trois et de six sols. Je propose de faire frapper avec une monnaie de billon une certaine quantité de pièces de trois et de six sols.
      Locuteur: Bouchotte
      ...efusent un pareil sacrifice du superflu de leurs cloches. ...le saura utile, les habitants des différentes paroisses et les monastères nous refusent un pareil sacrifice du superflu de leurs cloches.
      Locuteur: Bouchotte
      ...elle manque absolument, que les billets de caisse le sont à Paris pour les gens de banque et de commerce, et vous voyez, Messieurs, qu'...
      ...e ; car ma proposition est moins encore de compter sur les dons de cette nature, que sur l'argent et le cr...
      ...naie sera aussi commode et très-utile pour les pauvres et pour les provinces où elle manque absolument, que les billets de caisse le sont à Paris pour les gens de banque et de commerce, et vous voyez, Messieurs, qu'elle peut être facilement fournie et frappée ; car ma proposition est moins encore de compter sur les dons de cette nature, que sur l'argent et le crédit pour acheter la matière.
      Locuteur: Bouchotte
      ...èces, composées d'un poids égal à celui de quatre ou huit Iquis, seront accréditées d'un cinquième ou de deux sixièmes au delà. Etablir en faveur du commerce intérieur une monnaie d'or dont les pièces, composées d'un poids égal à celui de quatre ou huit Iquis, seront accréditées d'un cinquième ou de deux sixièmes au delà.
      Locuteur: Bouchotte
      ...première supposition, la pièce du poids de quatre louis vaudrait cinq louis, et celle du poids de huit louis en vaudrait dix. Dans la première supposition, la pièce du poids de quatre louis vaudrait cinq louis, et celle du poids de huit louis en vaudrait dix.
      Locuteur: Bouchotte
      Dar\s la seconde, la pièce du poids de quatre louis vaudrait six louis, et celle du poids de huit louis en vaudrait douze. Dar\s la seconde, la pièce du poids de quatre louis vaudrait six louis, et celle du poids de huit louis en vaudrait douze.
      Locuteur: Bouchotte
      Je remplace donc une partie des billets de banque par des pièces équivalentes, mai... Je remplace donc une partie des billets de banque par des pièces équivalentes, mais quelle différence 1
      Locuteur: Bouchotte
      1° Je profite des observations de tous les monétaires, et singulièrement de M. Necker, pour ne pas proposer d'augmenter le titre de l?or. Des louis simples et doubles rest...
      ...donnera à l'or monnayé ni plus ni moins de valeur.
      1° Je profite des observations de tous les monétaires, et singulièrement de M. Necker, pour ne pas proposer d'augmenter le titre de l?or. Des louis simples et doubles resteront avec leur valeur actuelle, ce qui ne changera rien avec le commerce étranger, et ce qui ne donnera à l'or monnayé ni plus ni moins de valeur.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ticulier qui recevra une pièce du poids de quatre louis, en valant six dans le com... 2° Le particulier qui recevra une pièce du poids de quatre louis, en valant six dans le commerce
      Locuteur: Bouchotte
      ...eux, aura donc les deux tiers effectifs de sa créance, et il aura le titre de l'autre tiers d'une manière bien plus s... parce qu'elle sera créditée pour deux, aura donc les deux tiers effectifs de sa créance, et il aura le titre de l'autre tiers d'une manière bien plus solide que si la reconnaissance était faite | sur un papier sujet à mille inconvé...
      Locuteur: Bouchotte
      3° La falsification de ces pièces est bien moins à craindre, p...
      ...ndis qu'il lui faut | d'abord la valeur de quatre louis pour avoir l'es-j sence" de la moindre pièce, et que les outils néc...
      ...ièces sont fausses, il est aussi facile de le voir que pour un louis ; la perte es...
      3° La falsification de ces pièces est bien moins à craindre, puisqu'avec quatre louis un faussaire | adroit peut se procurer tout ce qui lui est né-I cessaire pour fabriquer des billets pour une somme très-considérable, tandis qu'il lui faut | d'abord la valeur de quatre louis pour avoir l'es-j sence" de la moindre pièce, et que les outils nécessaires pour la fabrication sont infiniment plus chers, infiniment plus difficiles à faire ou à faire faire, et infiniment plus aisés, à découvrir. Si les pièces sont fausses, il est aussi facile de le voir que pour un louis ; la perte est moins considérable, et la fourberie bien plus tôt découverte .
      Locuteur: Bouchotte
      ...t qu'en Angleterre on se permet souvent de fabriquer des monnaies étrangères quand...
      ...énéfice à le faire ; mais il est facile de parer à cet inconvénient en joignant à ...
      4° Il est vrai que ces pièces peuvent être imitées, et qu'en Angleterre on se permet souvent de fabriquer des monnaies étrangères quand on trouve un bénéfice à le faire ; mais il est facile de parer à cet inconvénient en joignant à la pièce d'oi un papier qui fera corps avec elle. Ce moyen unirait § jta difficu...
      Locuteur: Bouchotte
      ...j°nnîiyé, sera reçu jusqu'à coqcprrence de 200 millions. ...ira-t-on? Je réponds, au moyen d'un emprunt où l'or seul, iant monnayé que non nj°nnîiyé, sera reçu jusqu'à coqcprrence de 200 millions.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ble dans dix ans, et portera un intérêt de 7 1/2 0/0. ...e tarif des monnaies; le capital qui en représentera la valeur sera repir boursable dans dix ans, et portera un intérêt de 7 1/2 0/0.
      Locuteur: Bouchotte
      ...au prêteur qui, l'or fourni, est dégagé de tous soins, puisqu'il surpasse de 1/2 0/0 celui que le ministre accordait aux actionnaires de la Caisse, non-seulement pour le crédit...
      ...s opérations majeures dont il proposait de charger la Banque nationale.
      Il est avantageux au prêteur qui, l'or fourni, est dégagé de tous soins, puisqu'il surpasse de 1/2 0/0 celui que le ministre accordait aux actionnaires de la Caisse, non-seulement pour le crédit et les fonds, mais encore pour les soins, la surveillance et le travail que nécessitaient les opérations majeures dont il proposait de charger la Banque nationale.
      ...5 0/0 si le crédit est porté à un tiers de leur valeur. Le premier augmente l'in- (1) Je sais qu'au moment de la lecture de cet article, on a mal entendu ou mal sa...
      ...t à l'or : l'un, en frappant les pièces de la manière dont se frappent les piombs ...
      ...rment un papier ou parchemin ; l'autre, de fabriquer les pièces un peii creuses d'...
      ...attacher à cctte pièce un papier revêtu de trois signatures. Certainement quand un billet de caisse ou papier monnaie sera sale on a...
      ...changer, par conséquent mettre beaucoup de papiers ayant une valeur réelle entre les mains différents caissiers, qui peuvent en ab...
      ...vénients, j puisque ces papiers n'ayant de valeur que lorsqu'ils ! seraient attach...
      ...onales, il ne lui reviendra qu'à 6 0/0 si lè crédit est d'un cinquième, et qu'à 5 0/0 si le crédit est porté à un tiers de leur valeur. Le premier augmente l'in- (1) Je sais qu'au moment de la lecture de cet article, on a mal entendu ou mal saisi, en supposant que le papier donné avec la pièce ferait cependant un corps séparé ; tandis qu'il existe deux moyens pour unir le billet à l'or : l'un, en frappant les pièces de la manière dont se frappent les piombs attachés aux étoffes, et qui renferment un papier ou parchemin ; l'autre, de fabriquer les pièces un peii creuses d'un côté, et d'attacher à cctte pièce un papier revêtu de trois signatures. Certainement quand un billet de caisse ou papier monnaie sera sale on adiré, il faudra trouver un dépôt où on pourra le changer, par conséquent mettre beaucoup de papiers ayant une valeur réelle entre les mains différents caissiers, qui peuvent en abuser. On pour-| rait, dans la supposition que je fais, leur en laisser | entre les mains une' grande quantité sans inconvénients, j puisque ces papiers n'ayant de valeur que lorsqu'ils ! seraient attachés à la pièce, et ne devant y être réunis I par eux que lorsqu'ils détacheraient...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 276
      Locuteur: Bouchotte
      ...re promptement une plus grande quantité de métal étranger ; le second épargne ce c...
      ...tent tous deux davantage la circulation de l'argent monnayé. Dans tous les cas une portion de l'or de la nation et une portion de l'étranger viendront se fondre ici et s...
      térêt d'un sixième, mais il serait peut-être propre à faire introduire promptement une plus grande quantité de métal étranger ; le second épargne ce cinquième; et par la nature des sommes rondes qui forment ordinairement les payements, ils nécessitent tous deux davantage la circulation de l'argent monnayé. Dans tous les cas une portion de l'or de la nation et une portion de l'étranger viendront se fondre ici et se changer en pièces créditées ou billets nationaux plus solides que ceux proposé...
      Locuteur: Bouchotte
      ...ue non : 1° parce que qui pourra donner de l'or non monnayé ne donnera pas de louis ni doubles louis, puisqu'il gagne...
      ...ant dans le royaume, on sait à peu près de combien de pièces d'or est composé le numéraire français, puisque l'auteur de l'administration des finances dit qu'en...
      ...ons ; que d'après cela et les registres de la refonte, il sera bien facile, si on veut, de n'en fondre que moitié, un tiers, un quart ou un cinquième, de s'arrêter à peu près à ce taux et de ne plus recevoir alors que des piastres,lingots, etc.: or, moitié produirait au delà de la somme demandée par le ministre, et u...
      ...tant, on n'aura pas même l'incouvénient de la refonte, puisque, soit en enlevant l...
      ...n et payant le surplus, il est possible de les laisser dans le commerce pour leur ...
      A cela je réponds que non : 1° parce que qui pourra donner de l'or non monnayé ne donnera pas de louis ni doubles louis, puisqu'il gagnerait moins au marché ; 2° que, sur les 2 milliards circulant dans le royaume, on sait à peu près de combien de pièces d'or est composé le numéraire français, puisque l'auteur de l'administration des finances dit qu'en 1780 il en existait pour 957 millions ; que d'après cela et les registres de la refonte, il sera bien facile, si on veut, de n'en fondre que moitié, un tiers, un quart ou un cinquième, de s'arrêter à peu près à ce taux et de ne plus recevoir alors que des piastres,lingots, etc.: or, moitié produirait au delà de la somme demandée par le ministre, et un cinquième seulement, la somme nécessaire; 3° que le nombre des pièces étant fixé au montant, on n'aura pas même l'incouvénient de la refonte, puisque, soit en enlevant le billet que je propose d'y joindre, soit en les marquant d'un poinçon et payant le surplus, il est possible de les laisser dans le commerce pour leur véritable valeur.
      Locuteur: Bouchotte
      ...laçant dans nos fonds publics, l'espèce de métal qu'ils doivent fournir leur serai... ...tre ne dira pas sans doute que cela n'attirera pas l'or des étrangers, puisque plaçant dans nos fonds publics, l'espèce de métal qu'ils doivent fournir leur serait à peu près indifférente, si toutes étaient reçues dans un emprunt qu'ils juger...
      Locuteur: Bouchotte
      ...is que nous rappelant la balance réelle de notre monnaie effective d'or avec la monnaie étrangère de pareille nature, cette circonstance pare à l'inconvénient qui résulterait de faire créditer tout l'or du royaume. ... doubles louis restant à leur valeur actuelle, cela suffit pour y attacher, tandis que nous rappelant la balance réelle de notre monnaie effective d'or avec la monnaie étrangère de pareille nature, cette circonstance pare à l'inconvénient qui résulterait de faire créditer tout l'or du royaume.
      Locuteur: Bouchotte
      ...a difficulté que trouverait le ministre de payer la Caisse Je m'arrête ici pour faire observer que la difficulté que trouverait le ministre de payer la Caisse
      Locuteur: Bouchotte
      d'escompte disparaît au milieu de cet emprunt, et que c'était principalem...
      ...ssait avoir, si l'on ne la servait pas, de lui faire souffrir une injustice qui eû...
      d'escompte disparaît au milieu de cet emprunt, et que c'était principalement une des raisons qui faisaient pencher la balance en sa faveur par la crainte qu'on paraissait avoir, si l'on ne la servait pas, de lui faire souffrir une injustice qui eût pu entraîner sa ruine, sentiment bien précieux sans doute dans un ministre, et...
      Locuteur: Bouchotte
      Mais en admettant que la réunion de l'or et du papier donnât encore lieu à des abus, je me permettrai de répondre : Mais en admettant que la réunion de l'or et du papier donnât encore lieu à des abus, je me permettrai de répondre :
      Locuteur: Bouchotte
      ... est insurmontable; alors convenez donc de bonne foi que votre plan est vicieux, p...
      ... peuvent être remplacés par une monnaie de convention dont la loi fait seule le cr...
      ... aux faussaires vous arrêtent, et vous croyez que dans votre plan une difficulté est insurmontable; alors convenez donc de bonne foi que votre plan est vicieux, parce que les métaux ne peuvent être remplacés par une monnaie de convention dont la loi fait seule le crédit. Eh! empruntez les ZOO millions en effectif, soit en or, soit en argent, so...
      Locuteur: Bouchotte
      ...suspendus, et produire une bonification de 25 à 30 millions dans les revenus, ce que j'offre de démontrer d'après le compte rendu sous le ministère de M. l'archevêque de Sens. ...mettre au pair toutes les rentes et intérêts arriérés, et une partie des effets suspendus, et produire une bonification de 25 à 30 millions dans les revenus, ce que j'offre de démontrer d'après le compte rendu sous le ministère de M. l'archevêque de Sens.
      Locuteur: Bouchotte
      ...era et qu'il pourra varier d'une époque de payement à l'autre, s'il change son domicile, ou si l'intérêt de ses affaires l'exige, condition dont la... ...trict dans lequel il demeure, ou dans telle autre caisse du royaume qu'il indiquera et qu'il pourra varier d'une époque de payement à l'autre, s'il change son domicile, ou si l'intérêt de ses affaires l'exige, condition dont la nouvelle division du royaume assure l'exécution.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ts se payent au Trésor royal, à l'hôtel de ville, ainsi que ceux sur le clergé et ...
      ...é , jusqu'à ce qu'elle se soit, chargée de leurs dettes.
      ...ffets royaux, tels que contrats sur toutes les parties dont les rentes ou intérêts se payent au Trésor royal, à l'hôtel de ville, ainsi que ceux sur le clergé et les pays d'Etats, sauf à la nation à répéter à ces derniers un remboursement ou indemnité , jusqu'à ce qu'elle se soit, chargée de leurs dettes.
      Locuteur: Bouchotte
      ...prunt que pour autant qu'ils produiront de net, après avoir été liquidés sur ce pied, toute déduction faite, même de la partie des capitaux représentant les... ...quelque denier qu'en aient été faits les placements, ne seront reçus dans cet emprunt que pour autant qu'ils produiront de net, après avoir été liquidés sur ce pied, toute déduction faite, même de la partie des capitaux représentant les vingtièmes et sols pour livres.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 277
      Locuteur: Bouchotte
      ...'emprunt, les rentes dues jusqu'au jour de la date du certificat, et dont sera fait mention sur icelui, seront payées sur-le-champ, à moins que le propriétaire ne désire ... Pourvu que tout le capital liquidé soit employé dans l'emprunt, les rentes dues jusqu'au jour de la date du certificat, et dont sera fait mention sur icelui, seront payées sur-le-champ, à moins que le propriétaire ne désire lés employer à augmenter ses capitaux, cas où elles seront également prises au c...
      Locuteur: Bouchotte
      A la date du jour de ce certificat, les rentes anciennes seront rayées de l'état où elles étaient employées, et l... A la date du jour de ce certificat, les rentes anciennes seront rayées de l'état où elles étaient employées, et les nouvelles commenceront à courir.
      Locuteur: Bouchotte
      Chaque partie de l'emprunt sera divisée en contrats de 1,000, portant 40 livres de rentes, exempte de toute retenue. Chaque partie de l'emprunt sera divisée en contrats de 1,000, portant 40 livres de rentes, exempte de toute retenue.
      Locuteur: Bouchotte
      ...niront, au lieu du contrat, la totalité de la somme nécessaire, en effets publics ...
      ...tous la même époque, le premier contrat de 1,000 livres de capital sera payable à l'époque du paye...
      ...t qui complétera ladite somme, et ainsi de suite.
      Ceux qui fourniront, au lieu du contrat, la totalité de la somme nécessaire, en effets publics ayant une époque fixe pour le remboursement, pourront exiger que leurs contrats ...
      ...fets dont ils étaient porteurs; et dans le cas où les effets ne porteraient pas tous la même époque, le premier contrat de 1,000 livres de capital sera payable à l'époque du payement fixé pour le dernier effet qui complétera ladite somme, et ainsi de suite.
      Locuteur: Bouchotte
      ...claration faite sans frais, en présence de l'assemblée du district, au moyen de laquelle l'ancien contrat sera déposé, ... ...ivers districts pourront transporter lesdits contrats, sans autre acte qu'une déclaration faite sans frais, en présence de l'assemblée du district, au moyen de laquelle l'ancien contrat sera déposé, et une nouvelle reconnaissance délivrée à l'instant sans frais. Elle portera le ...
      Locuteur: Bouchotte
      La preuve de tous actes translatifs de cette propriété sera admise comme pour ... La preuve de tous actes translatifs de cette propriété sera admise comme pour toute autre, notamment pour ceux qui, ayant succédé en vertu d'un testament ou a...
      Locuteur: Bouchotte
      ...yement des arrérages se fera exactement de six mois en six mois, à dater du jour o...
      ... cours du mois précédent aux assemblées de chaque district.
      Le payement des arrérages se fera exactement de six mois en six mois, à dater du jour où les fonds auront été fournis par le receveur particulier du district, conformé...
      ...cun d'iceux, duquel état l'extrait arrêté pour -chaque mois sera adressé dans le cours du mois précédent aux assemblées de chaque district.
      Locuteur: Bouchotte
      Deux membres de l'assemblée des districts seront présen... Deux membres de l'assemblée des districts seront présents au payement qui sera fait, signeront le registre du receveur, et conlre-signe...
      Locuteur: Bouchotte
      Un emprunt fait de cette manière aura bien des avantages : Un emprunt fait de cette manière aura bien des avantages :
      Locuteur: Bouchotte
      1° Il fera une espèce de papier-monnaie solide, absolument exempt des inconvénients de celui proposé en faveur de la banque. 1° Il fera une espèce de papier-monnaie solide, absolument exempt des inconvénients de celui proposé en faveur de la banque.
      Locuteur: Bouchotte
      ...dant y gagnera, tant par la possibilité de s'en défaire facilement, que parce qu'i...
      ... des soins et peines qu'il était obligé de prendre pour être payé en l'hôtel de ville; des inquiétudes que semblaient lui donner à plaisir ceux chargés de demander les actes qui à chaque mutatio...
      ...désagréments d'éprouver les retards, et de la part du payeur des rentes, et de la part de son receveur; enfin les inquiétudes que lui causaient l'état de la fortune de ce dernier, les gages qu'il était obligé de lui payer, les ports de lettres, etc.
      3° Le particulier cependant y gagnera, tant par la possibilité de s'en défaire facilement, que parce qu'il sera exempté des soins et peines qu'il était obligé de prendre pour être payé en l'hôtel de ville; des inquiétudes que semblaient lui donner à plaisir ceux chargés de demander les actes qui à chaque mutation prouvaient la propriété, les désagréments d'éprouver les retards, et de la part du payeur des rentes, et de la part de son receveur; enfin les inquiétudes que lui causaient l'état de la fortune de ce dernier, les gages qu'il était obligé de lui payer, les ports de lettres, etc.
      Locuteur: Bouchotte
      4° C'est là le véritable moyen de lier avec utilité l'habitant de la province à la dette publique; jusqu'ici les désagrémenls que nous venons de détailler, l'empêchaient de placer sur le Roi ; il est fatigué lors...
      ...es les formalités prescrites par l'édit de 1771. Jusqu'ici il a toujours payé les ...
      ...perdu pour le pays. Chaque écu qui sort de nos provinces éloignées enlève à la cir...
      ...timée par les "calculateurs à un crédit de 72 livres. Avec un de ces contrats l'habitant des campagnes ne se verra pas forcé de vendre à perte une partie de ses denrées pour payer la taille dans de mauvaises années; et dans les bonnes ce...
      ...rera la facilité d'acheter des engrais, de réparer sa chaumière, etc.
      4° C'est là le véritable moyen de lier avec utilité l'habitant de la province à la dette publique; jusqu'ici les désagrémenls que nous venons de détailler, l'empêchaient de placer sur le Roi ; il est fatigué lorsqu'il aplacésur ses voisins, même avec un privilège, par les peines que lui causent à la moindre vente, toutes les formalités prescrites par l'édit de 1771. Jusqu'ici il a toujours payé les intérêts d'une dette immense, cet argent était perdu pour le pays. Chaque écu qui sort de nos provinces éloignées enlève à la circulation une valeur estimée par les "calculateurs à un crédit de 72 livres. Avec un de ces contrats l'habitant des campagnes ne se verra pas forcé de vendre à perte une partie de ses denrées pour payer la taille dans de mauvaises années; et dans les bonnes cet argent lui procurera la facilité d'acheter des engrais, de réparer sa chaumière, etc.
      Locuteur: Bouchotte
      5° Le capitaliste de Paris même, dont l'argent ne sera pas d...
      ...férera souvent ces contrats aux billets de la Caisse d'escompte, puisqu'ils ne pou...
      ...volés, qu'il pourra les réaliser en peu de temps, et que pendant leur repos ils lu...
      5° Le capitaliste de Paris même, dont l'argent ne sera pas dans une continuelle activité, préférera souvent ces contrats aux billets de la Caisse d'escompte, puisqu'ils ne pourront pas lui être volés, qu'il pourra les réaliser en peu de temps, et que pendant leur repos ils lui procureront un honnête intérêt.
      Locuteur: Bouchotte
      ..., surtout si on y joint l'établissement de la caisse d'amortissement dont je parle... Rien n'est donc plus possible et plus à propos que cet emprunt, surtout si on y joint l'établissement de la caisse d'amortissement dont je parlerai tout à l'heure.
      Non content de vous avoir proposé d'augmenter le numéraire et de diminuer l'intérêt de l'argent, j'y joins un nouveau moyen d'...
      ... les mœurs et fatal pour les créanciers de bonne foi, un sage gouvernement ne peut différer de s'en occuper. L'abus détruit, l'agiotage se trans- (1) Je suis toujours étonné de voir depuis longtemps le ministre plus occupé des intérêts de ceux qui veulent gagner, que de ceux qui ont droit et intérêt à ne pas perdre : cela vient sans doute de ce que les premiers sont toujours hardi...
      ... tandis que le besoin oblige les autres de souffrir la loi que leur dictent l'avar...
      ...ra la plutonarchie : c'est bien la pire de toutes les aristocraties; aucun sentiment de noblesse, qu'on me passe ce terme, aucu...
      Non content de vous avoir proposé d'augmenter le numéraire et de diminuer l'intérêt de l'argent, j'y joins un nouveau moyen d'accélérer la circulation. L'agiotage est poussé à un tel point que, devenu nuisible pour l'Etat, dangereux pour les mœurs et fatal pour les créanciers de bonne foi, un sage gouvernement ne peut différer de s'en occuper. L'abus détruit, l'agiotage se trans- (1) Je suis toujours étonné de voir depuis longtemps le ministre plus occupé des intérêts de ceux qui veulent gagner, que de ceux qui ont droit et intérêt à ne pas perdre : cela vient sans doute de ce que les premiers sont toujours hardis à solliciter l'appui du gouvernement, sous quelques prétextes spécieux, tandis que le besoin oblige les autres de souffrir la loi que leur dictent l'avarice et la rapacité. On a beaucoup crié, et avec raison, contre tous les genres d'aristocratie, j'espère que bientôt on attaquera la plutonarchie : c'est bien la pire de toutes les aristocraties; aucun sentiment de noblesse, qu'on me passe ce terme, aucune grandeur d'âme n'animeront jamais ceux que leurs richesses seules appelleront...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 278
      Locuteur: Bouchotte
      ...onds, mais iridiffé-rent pour le crédit de la nation, et .peu cbûtëUx pour le débi...
      ...imple cortimiSsidti, jointe à l'intérêt de l'argent qu'il sait trouver aii lieu du papier. Tel est le but là Câisâë d'atndHisseitiëiit.
      forîhè en un échange modërë, toujours utile pour celui qui fournira leé fonds, mais iridiffé-rent pour le crédit de la nation, et .peu cbûtëUx pour le débiteur qui sera fdrcé d'y recourir, puisqu'il h'ëXcédera pas les bbrnes d'Une Simple cortimiSsidti, jointe à l'intérêt de l'argent qu'il sait trouver aii lieu du papier. Tel est le but là Câisâë d'atndHisseitiëiit.
      Locuteur: Bouchotte
      ... dU thaï, je placë cëttë feaisâë près - là BbUrse et de la Caisse d'escompte. ...eihèdëë à côté des plantes qui, biëh quë salutairës, pehvërii cependant produire dU thaï, je placë cëttë feaisâë près - là BbUrse et de la Caisse d'escompte.
      Locuteur: Bouchotte
      ... prëmlërs fonds, oli totalement séparée de lui si on en forme une compâgnie ctiii ...
      ...dettes; distraction préalablement faite de Ceux nécessaires pour payer les effets ...
      Dép.ëndàdte entièrement du Trésor royal qtii fournira les prëmlërs fonds, oli totalement séparée de lui si on en forme une compâgnie ctiii fournisse les fonds réels pour cet objet, la caisse serait alimentée par la rentrée des deniers dëvànt servir à, l'acquittement des dettes; distraction préalablement faite de Ceux nécessaires pour payer les effets à terme, à mestirë qu'ils écherront.
      Locuteur: Bouchotte
      ...istre des finances comptait poW acheter de noUVëiles actions y placeront Sûrement ... ... une çompâghië particuliérë, ceiii dës capitalistes sUr l'argent desquels le ministre des finances comptait poW acheter de noUVëiles actions y placeront Sûrement leurs fonds.
      Locuteur: Bouchotte
      ...fonds Serviront à sauver lës créanciers de l'Etat, dés efforts que foht lës accapa... L'emploi eh sera d'âutant plus honnête que ces fonds Serviront à sauver lës créanciers de l'Etat, dés efforts que foht lës accapareurs d'effets pour les obtenirs d'ëui à bon marché, ët pâr CoUsé-queht àu détri...
      Locuteur: Bouchotte
      ...ënt effectif formera lé premiet* forids de la caisse montànt à 50 millions, desque...
      ... fera verser exactement le dërhiër jour de chaque rtibis 2 millions,, à compter du dernier décembre de la présëttte année, qUând mênie les fon...
      Je m'expiiqUe: un certain nombre d'actions payables en argënt effectif formera lé premiet* forids de la caisse montànt à 50 millions, desquels l'intérêt sera payé à 4 Q/0 par la nation. | Le Trésor royal y fera verser exactement le dërhiër jour de chaque rtibis 2 millions,, à compter du dernier décembre de la présëttte année, qUând mênie les fonds .destinés aux amortisse-^ ments hë les auraient pas produits, sâUf à les repr...
      Locuteur: Bouchotte
      ...féra verser en Outre, comme nous venon& de. le dire, tous les fonds de la caissë dii Receveur d'ëxtraqrdihàite... 11 y féra verser en Outre, comme nous venon& de. le dire, tous les fonds de la caissë dii Receveur d'ëxtraqrdihàite, dëfalcatipn faitë dèë ëomnies nëcessairës pour acquitter les ë.ffëts à tërme f...
      Locuteur: Bouchotte
      ...aura été arrêté à la Bourse en présence de deux commissaires nommés par les action...
      ...main les effets royaux au moins à 1 0/Q de bénéfice, au profit des propriétaires, ...
      ...us les jours cette caisse sera ouvërte, et âprèé que le cours des effets royaux aura été arrêté à la Bourse en présence de deux commissaires nommés par les actionnaires, elle recevra le lendemain les effets royaux au moins à 1 0/Q de bénéfice, au profit des propriétaires, et les leur payera argent comptant.
      Locuteur: Bouchotte
      Il lui sera libre de les prendre à un denier encore plus fav...
      ...e qu'ils soient réduits au taux naturel de l'intérêt légal.
      Il lui sera libre de les prendre à un denier encore plus favorable, jusqu'à, ce qu'ils soient réduits au taux naturel de l'intérêt légal.
      Locuteur: Bouchotte
      La caution de la compagnie sera la remise des effets ... La caution de la compagnie sera la remise des effets royaux acquittés, montant à là somme équivalente à ses actions:
      Locuteur: Bouchotte
      ...i prendront sur leur portion tous frais de bureau, logement, dépensé^ caisse, etc. ... effets aura produit, sera partagé entre le Trésor royal et les actionnaires* qui prendront sur leur portion tous frais de bureau, logement, dépensé^ caisse, etc.
      Locuteur: Bouchotte
      ... lëUr sera accordée, lorsquejlë porteur § ëffëts h'aura PoUr indemnité, là tb'talitë defc bénéfices lëUr sera accordée, lorsquejlë porteur § ëffëts h'aura
      Locuteur: Bouchotte
      ëssuyé d autre bertë quë celle 4 0/D stit es arrérages ét intérêts, ët... ëssuyé d autre bertë quë celle 4 0/D stit es arrérages ét intérêts, ët 1 0/0 sur les Cajntaui.
      Locuteur: Bouchotte
      Il leur Sera payé ën dutfe un intérêt de 5 Ô/0j tant pour l'argent qu'ils auront fourni au delà de celbi dëstiné à ce par l'Assemblée Mtio...
      ... rërhboUrsés sof celui qiië le receveur de. l'extraordinaire aura pli fdUhiir, quë ribur 3 millions Billets pàVàblës â lèfine fixe dâhs deU...
      Il leur Sera payé ën dutfe un intérêt de 5 Ô/0j tant pour l'argent qu'ils auront fourni au delà de celbi dëstiné à ce par l'Assemblée Mtionale, jusqu'à cë qu'ils aient ëtë rërhboUrsés sof celui qiië le receveur de. l'extraordinaire aura pli fdUhiir, quë ribur 3 millions Billets pàVàblës â lèfine fixe dâhs deUx bu trois ihdis, dont ils sërdnt àu^ tdiisés à së servir dans le cas où cët àtr...
      Locuteur: Bouchotte
      ...antagëùx ët cothbieti il ë^t plùs utilë répondre atiî âCtibfittàirëS de l'intérêt 7 0/Gi,, qu'il ne l'eût été de prendre un pdreil engagement aVëc ceui de lâ Bâhquë nàtib-: nale pi,0pd&ée. 11 suffit d'indiquer lé plan en grand pOut5 fàif'è sentir combien il est avantagëùx ët cothbieti il ë^t plùs utilë répondre atiî âCtibfittàirëS de l'intérêt 7 0/Gi,, qu'il ne l'eût été de prendre un pdreil engagement aVëc ceui de lâ Bâhquë nàtib-: nale pi,0pd&ée.
      Locuteur: Bouchotte
      ...oute ruiner les SèMëurs èii les forçant recevoir joUroél-lemeht Une portiofi ihinutiëUse leurs câpitàUx^ ...rai qu'Un mot sur cet article : poUr sdii exécution iedëctet hë VeUt pas sains doute ruiner les SèMëurs èii les forçant recevoir joUroél-lemeht Une portiofi ihinutiëUse leurs câpitàUx^
      Locuteur: Bouchotte
      ...is Comme il serait impossiblé cependant prétëild^e qdë leâ particuliers doivëti...
      ... en Un seul jOUr, et par Un ihêmé, mais de tblitës les bdrtiôns de ces. capitaux qui forment pour ChafeUn ...
      Mais Comme il serait impossiblé cependant prétëild^e qdë leâ particuliers doivëtit tdiife s'entendre polir faire lë remboursement en Un seul jOUr, et par Un ihêmé, mais de tblitës les bdrtiôns de ces. capitaux qui forment pour ChafeUn d'eUx un ^rihcipàf séparé; il fàUt dbtic trouvëi*un plan cjui hë nUisë ni à l'un...
      Locuteur: Bouchotte
      Le collecteur ferà lâ levée la rëhte ; mais lës particuliers qui Voudront së libéfér dU bàpit&l ladite rente porteront le montant d'ice...
      ...itions, qUi lë féra passer à la recette l'extraôrdiiiâire.
      Le collecteur ferà lâ levée la rëhte ; mais lës particuliers qui Voudront së libéfér dU bàpit&l ladite rente porteront le montant d'icelui à là caisse du receveur tiës ithpbsitions, qUi lë féra passer à la recette l'extraôrdiiiâire.
      Locuteur: Bouchotte
      ...au capital, lës acquërëurs seront tenus de payer, dans lëâtroiâ mois, intérêts ët câjjitâUx ; ét il ne poUrra lëUr être expédié lëttreë de rëb-tificatibn, si la qUittâricë du rëc...
      ...ou qUë mention ti'ëh âit été fâite dans précédentes lettrék.
      ...djit'iétàii'ëg në se seraient pas libérés et vendraient les immeubles répondant au capital, lës acquërëurs seront tenus de payer, dans lëâtroiâ mois, intérêts ët câjjitâUx ; ét il ne poUrra lëUr être expédié lëttreë de rëb-tificatibn, si la qUittâricë du rëceVèuf n'ëst attachée sdus lë tohtre-sëël, ou qUë mention ti'ëh âit été fâite dans précédentes lettrék.
      Locuteur: Bouchotte
      ...haque seigneur sërâ payé anhuéllëtiient la t-ente â liii due, satOii':les âëigt...
      ...fëctif. La différencë ad ttétiier viënt ce qUë dës gëriè de mainmbrtë né pëUvëht placer que datiè d...
      ... çomhie bon leUr seinblë; il e§t jlistë de leur acCordër Ce qh'ilè trottvëi^aiébt ...
      ...s provenant du payement des ïëbtës et CapitàliX SérOUt Verséë àu TrésOr royal, chaque seigneur sërâ payé anhuéllëtiient la t-ente â liii due, satOii':les âëigtieurs ëcclësiàstiquës ad dénier 25 seulement* ët les seignëUrs lat^Ues àU denier 20, jusqu'au rertibotirseniënt effëctif. La différencë ad ttétiier viënt ce qUë dës gëriè de mainmbrtë né pëUvëht placer que datiè des fonds publics, et que le Trésor royal n'ëihpruUtërà §àns doUte pas a un plus gros intérêt. Les ^ei^hëllrs lâïqUes àU cohtraire pouvant placer lëUrs fottds çomhie bon leUr seinblë; il e§t jlistë de leur acCordër Ce qh'ilè trottvëi^aiébt légalement ailleurs.
      Locuteur: Bouchotte
      ...nt ëmployés pour lé payement des dettes l'Etat dàiis lâ câissë d'amortissemënt; Ces fbhds pourront être utilement ëmployés pour lé payement des dettes l'Etat dàiis lâ câissë d'amortissemënt;
      Locuteur: Bouchotte
      Si vous croyez de votre sagesse, après avoir supprimé des... Si vous croyez de votre sagesse, après avoir supprimé des biens ecclésiastiques; et sâtts aucùn rachat la dîme qui en faisait pârtië; d'i...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 279
      Locuteur: Bouchotte
      l'équivalent sur toutes les espècës de Biens et possessions, vous petiseriez jîeiit-ètré alors que les possesseurs de fonds, Ci-devant sujets à la dirae, qui...
      ..., qui ont au Contraire payé la totalité ce qu'ils ptissèdë.ht, parce que leur p...
      ...onvénients, il ne serait sans doute pas theiHeut* tBoyen que celui que je viens vous proposer pohr le rachat des droite...
      ...ité, et servant à acquitter..les dettës de l'Etat, ils déchargeraient, au profit de tous les contribuables, la caisse natio...
      l'équivalent sur toutes les espècës de Biens et possessions, vous petiseriez jîeiit-ètré alors que les possesseurs de fonds, Ci-devant sujets à la dirae, qui ont acheté avec cette charge, doivent une indétnnité quelconque àUx propriétaires dés bois, prés, marais, etc., qui ont au Contraire payé la totalité ce qu'ils ptissèdë.ht, parce que leur propriété n'était pas sujette à id dîme; et Certes, si cet avis prévalait parmi vous, Mëssiëurs, pour que cette indemnité fût payée sans inconvénients, il ne serait sans doute pas theiHeut* tBoyen que celui que je viens vous proposer pohr le rachat des droite sëigneuriàUx, et il n'existerait entre eux aucune différence parce quë l'écpii-...
      ... remplàCé sii^ 1 Universalité des biens, les capitaux représentant cette inaëihnité, et servant à acquitter..les dettës de l'Etat, ils déchargeraient, au profit de tous les contribuables, la caisse nationale des intérêts dus aux débiteurs qui seraient à Ce moyen remboursés.
      Locuteur: Bouchotte
      La réunion des recettes de consignations éfi ùnè 'seule main à la chargé de payer l'intérêt à 3O/0 sur le pied prop... La réunion des recettes de consignations éfi ùnè 'seule main à la chargé de payer l'intérêt à 3O/0 sur le pied proposé par le ministre des finances est une trop belle opération pour que je ne rép...
      Locuteur: Bouchotte
      Je ne crois pas qu'il y ait de doute qu'en faisant cette réunion , le ...
      ... ne doive être préféré à u.ue compagnie de banque, surtout si en ordonnant que ces...
      Je ne crois pas qu'il y ait de doute qu'en faisant cette réunion , le Trésor royal ne doive être préféré à u.ue compagnie de banque, surtout si en ordonnant que ces deniers, seront versés dans la caisse d'amortissement, l'Etat en retire un avan...
      Locuteur: Bouchotte
      ...ppartenant à leurs pupilles à la charge de les rendre lors de la majorité ; et de leur en payer, jusqu'à ce, un intérêt de 4 0/0. ...it d'autoriser tout tuteur à verser à la recette des consignations les deniers appartenant à leurs pupilles à la charge de les rendre lors de la majorité ; et de leur en payer, jusqu'à ce, un intérêt de 4 0/0.
      Locuteur: Bouchotte
      ...inés me paraissent propres à nous tirer de l'embarras où nous sommes. Tous ces moyens réunis et combinés me paraissent propres à nous tirer de l'embarras où nous sommes.
      Locuteur: Bouchotte
      Le point nécessaire est de rétablir une circulation active qu'un t...
      ... ralentir ; il a pu sortir du numéraire de la France, il a pu en être moins apport...
      ...ne petite- considération en comparaison de celui qui est resserré par la défiance,...
      Le point nécessaire est de rétablir une circulation active qu'un trop grand nombre d'effets en papiers a dû nécessairement ralentir ; il a pu sortir du numéraire de la France, il a pu en être moins apporté par les étrangers ; mais tout cela est d'une petite- considération en comparaison de celui qui est resserré par la défiance, et par conséquent enlevé au commerce et aux finances.
      Locuteur: Bouchotte
      ...le métal transformé en écus ira grouper de quelques sacs de plus le trésor que le capitaliste enser... ...entera la 'masse déjà trop considérable dû papier, M en résultera seulement que le métal transformé en écus ira grouper de quelques sacs de plus le trésor que le capitaliste enserré etquésa Iràhs formation rie sera pas plus utile à l'Etat, que ne l'est la for...
      Locuteur: Bouchotte
      ...rès vous avoir démontre combien le plan de banque serait nuisible,j'ai pu vous ras...
      ...ne justifient jpaS qu'ils Soiiteti état de payer.
      ...Ue soit votre opinion sur les moyens que je propose, j'aurai beaucoup fait,si après vous avoir démontre combien le plan de banque serait nuisible,j'ai pu vous rassurer sur les craintes exagérées que lë désir d'opérer plus prompteirient le bie...
      ...'Une autre manière la Confiance des prêteurs : car on prêté rarement à céux qui ne justifient jpaS qu'ils Soiiteti état de payer.
      Locuteur: Bouchotte
      Après la première faute faite Idrs de l'ouverture l'emprunt de 30 millions qu'oit n'a pif remplir à 4 ...
      ...lement d'en âCëbi'dër 5 poiir l'emprunt 80 millions , mais inêmé de recevoir moitié en effets royaux, ce qu...
      Après la première faute faite Idrs de l'ouverture l'emprunt de 30 millions qu'oit n'a pif remplir à 4 0/0 on s'est vu forcé non-seulement d'en âCëbi'dër 5 poiir l'emprunt 80 millions , mais inêmé de recevoir moitié en effets royaux, ce qui a porté l'intérêt à 7 1/- à en jùgër par le coùrs ; etcëpendaiit cetettipruiit...
      Locuteur: Bouchotte
      ...exiger quë du papier ; mais ëh exigeant de l'argent la circulation n'étant pas rétablie, on doit n'ètrëpàs étoiiiiê dù pëh de réussite. On, ëiit fait lés conditions moins faVoràblës si on eût pu n'exiger quë du papier ; mais ëh exigeant de l'argent la circulation n'étant pas rétablie, on doit n'ètrëpàs étoiiiiê dù pëh de réussite.
      Locuteur: Bouchotte
      ... c'était, après avoir pris l'engagement mettre au hiveàû les recettes ët les dépenses, de donner unë hypothèque certaifië qui rep... il n'y aVait qu'un seùl inoyen : c'était, après avoir pris l'engagement mettre au hiveàû les recettes ët les dépenses, de donner unë hypothèque certaifië qui repohdît des capitaux ët dés intérêts.
      Locuteur: Bouchotte
      ...il faudra prendre lorsqu'on sera obligé faire des emprunts, et si là Caisse d'escompte ne demandait pas l'assurance Cette hypothèque, c'est qu elle comptai...
      ...es, qui, en diminuant les autrës dëttës de J'ÊtàL assiirerait la leur ; quë d'un autre côté elle était d'autant moins jalouse de son remboursement, qu'elle désirait pou...
      ...t-être obtenir ensuite une prolongation de privilège.
      Tel sera toUjburs lé pahi qu'il faudra prendre lorsqu'on sera obligé faire des emprunts, et si là Caisse d'escompte ne demandait pas l'assurance Cette hypothèque, c'est qu elle comptait bien, ainsi que ie ministre vous l'à àrinoncé, sur la vente dës différents immeubles, qui, en diminuant les autrës dëttës de J'ÊtàL assiirerait la leur ; quë d'un autre côté elle était d'autant moins jalouse de son remboursement, qu'elle désirait pouvoir continUër et augmenter sës bénéfices pendant trente ans, ët même peut-être obtenir ensuite une prolongation de privilège.
      Locuteur: Bouchotte
      ...qui en tiendront lieu. Ainsi je proposé leur assurer urie hypothèque spéciale :...
      ... la disposition et sous la surveillance de la nation,, pour que cette denrée, pres...
      ...ines étant déjà hypothéqués aU payement de toutes lés dëttës contractées, on ne pe...
      ...feux du Clergé, affectés au pîiyëtnetii de ses dettës particulières, aux dépenses ...
      ...nt animer ceux qui vods prêteront l'or remboursable dans dix ans, ou les sommes qui en tiendront lieu. Ainsi je proposé leur assurer urie hypothèque spéciale : je fie renoncé Certainement pas à l'aliénation d'unë portion des domaines, et n...
      ...strais les forêts qui,-suivant moi,ne peuvent'sàns inconvénients cesser d'être à la disposition et sous la surveillance de la nation,, pour que cette denrée, presque aussi nécessaire â là vie que lë sel, ne soit sujette à aucun monopole êj à aucun accaparement ; 2b j'obsër-vërai qUe, lés fonds dbS domaines étant déjà hypothéqués aU payement de toutes lés dëttës contractées, on ne peut donner d'hypothèque spéciale sur Ces biëhS, ni Su.r Cfeux du Clergé, affectés au pîiyëtnetii de ses dettës particulières, aux dépenses du culte et au sôulagëmént dës pauvres, saris diminuer d'autant J'hypothèquegéné...
      Locuteur: Bouchotte
      ...C.de déblarer qU'eh rahhèéi799, aù mois de mai, il sera procédé à lâ Vente des bie...
      ..., et, s'il est nécessaire, à lâ , Venté de la portiôn des biens ecclésiastiques désignée par les provinces, jusqu'à concurrëhce de 300 millions nécessaires ah remboursement de l'emprunt de 300 millions, proposé; ët pour que les ahCiehs Créanciers de l'Etat ne puissent pas Se plaindre qu'oii ait dimindé lë gàge de leUr créance, je proposé de déclarer affectée à l'hypothèque dës co...
      ...eur a été fournie eh papier, la portion de toUs lës fonds du royaume, représentative de l'impôt du vingtièthë, ët d'assigner spécialement le produit de cet impôt pour lé payement des rentes de Ceux renouvelés en la forme de Ceux quë nous avons indiquée.
      Je propose donC.de déblarer qU'eh rahhèéi799, aù mois de mai, il sera procédé à lâ Vente des biens dû domaine autres que les forêts, et, s'il est nécessaire, à lâ , Venté de la portiôn des biens ecclésiastiques désignée par les provinces, jusqu'à concurrëhce de 300 millions nécessaires ah remboursement de l'emprunt de 300 millions, proposé; ët pour que les ahCiehs Créanciers de l'Etat ne puissent pas Se plaindre qu'oii ait dimindé lë gàge de leUr créance, je proposé de déclarer affectée à l'hypothèque dës contrats non remboursables dont la Valeur a été fournie eh papier, la portion de toUs lës fonds du royaume, représentative de l'impôt du vingtièthë, ët d'assigner spécialement le produit de cet impôt pour lé payement des rentes de Ceux renouvelés en la forme de Ceux quë nous avons indiquée.
      Locuteur: Bouchotte
      ...enté, en ne paraissant se permettre que de nous présenter un projet, në pourront t... ...ir un avis Contraire à celui du ministre qui Semble vous avoir conseillé cette venté, en ne paraissant se permettre que de nous présenter un projet, në pourront trouver mauvais un arrangement qui ne rend nécessaire cette

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 280
      Locuteur: Bouchotte
      ... au remboursement des 300 millions, que de cette manière ; et ils regarderaient sans doute alors ce sacrifice pour la libération l'Etat, comme leurs pères ont regardé ceux de pareille nature, qui ont eu lieu sous l... ... que dans le cas où, après avoir pris l'avis des provinces, on n'aurait pu parer au remboursement des 300 millions, que de cette manière ; et ils regarderaient sans doute alors ce sacrifice pour la libération l'Etat, comme leurs pères ont regardé ceux de pareille nature, qui ont eu lieu sous les règnes des rois Jean et François Ier.
      Locuteur: Bouchotte
      Les créanciers actuels de l'Etat, ceux du clergé et des provinces y consentiraient volontiers, puisque quelque manière que s'opérât la libérat...
      ...principal, et du payement des arrérages de leurs créances.
      Les créanciers actuels de l'Etat, ceux du clergé et des provinces y consentiraient volontiers, puisque quelque manière que s'opérât la libération ils seraient plus assurés et du sort du principal, et du payement des arrérages de leurs créances.
      Locuteur: Bouchotte
      ...ement pas repoussée par les possesseurs de fonds qui,- devant payer la totalité de ces arrérages, et le remboursement des capitaux, de quelque manière que ce soit, doivent sentir que la totalité de leurs possessions est réellement affectée au payement des dettes l'Etat, puisque les créanciers ne peuve... ...es fonds pour le payement des contrats, remboursables à volonté, ne sera certainement pas repoussée par les possesseurs de fonds qui,- devant payer la totalité de ces arrérages, et le remboursement des capitaux, de quelque manière que ce soit, doivent sentir que la totalité de leurs possessions est réellement affectée au payement des dettes l'Etat, puisque les créanciers ne peuvent compter, pour leur remboursement, que sur les impôts dont ces fonds sont char...
      Locuteur: Bouchotte
      ...que chaque, possesseur ne sera tenu que de ce dont il JPéût été sans la mention de cette hypothèque de subrogation, et l'acquéreur* ne sera pa...
      ...ntenant; tandis que tous les créanciers de l'Etat, assurés du payement de leurs arrérages, s'efforceront d'y cont...
      ...eront payés et au delà par la certitude de loucher exactement leurs arrérages, de les toucher sans frais, et de n& voir détruire leurs titrés, ni en to...
      ...'une hypothèque spéciale ne dérange rien à l'ordre naturel des possessions, puisque chaque, possesseur ne sera tenu que de ce dont il JPéût été sans la mention de cette hypothèque de subrogation, et l'acquéreur* ne sera pas plus grevé alors qu'il l'est maintenant; tandis que tous les créanciers de l'Etat, assurés du payement de leurs arrérages, s'efforceront d'y contribuer par le léger sacrifice, dont ils seront payés et au delà par la certitude de loucher exactement leurs arrérages, de les toucher sans frais, et de n& voir détruire leurs titrés, ni en tout, ni en partie, par aucun accident.
      Locuteur: Duport
      ...ut que nous adoptions un ordre constant de travail. La connaissance de nos besoins doit nous occuper avant la recherche de nos ressources. Pourquoi songer à une b... Si nous voulons nous livrer à une discussion utile, il faut que nous adoptions un ordre constant de travail. La connaissance de nos besoins doit nous occuper avant la recherche de nos ressources. Pourquoi songer à une banque, à un papier-monnaie, sans savoir s'il sera nécessaire d'en établir ? Je p...
      Locuteur: Le baron de Cernon
      Je reconnais là justesse de l'observation qui vient d'être faite et comme j'avais à proposer un plan de libération générale des finances, je de...
      ...finances. (Voy. ce document aux annexes de la séance.)
      Je reconnais là justesse de l'observation qui vient d'être faite et comme j'avais à proposer un plan de libération générale des finances, je demande à être autorisé à l'envoyer au comité. —L'Assemblée ordonne l'impression et le renvoi au comité des finances. (Voy. ce document aux annexes de la séance.)
      Locuteur: Fréteau de Saint-Just
      J'appuie l'observation de M. Duport et j'ajoute que par un décret du 21 vous avez ordonné la nomination de 6 commissaires pour examiner l'état de la Caisse d'escompte. Us ont commencé l...
      ...istres et avec le Roi lui-même au sujet de ces opérations.
      J'appuie l'observation de M. Duport et j'ajoute que par un décret du 21 vous avez ordonné la nomination de 6 commissaires pour examiner l'état de la Caisse d'escompte. Us ont commencé leur travail hier, ils espèrent à peine le terminér demain dans la journée. Nous ...
      ...eu se trouveront portée à 100. Nous avons examiné la correspondance avec les ministres et avec le Roi lui-même au sujet de ces opérations.
      Locuteur: Fréteau de Saint-Just
      La masse des 114 millions de billets doit être rendue certaine à nos... La masse des 114 millions de billets doit être rendue certaine à nos veux, et nous ferons une inspection très-scrupuleuse pour nous assurer que le n...
      Locuteur: Fréteau de Saint-Just
      ...s manque un des élé-: ments nécessaires de votre délibération. Dans cette situation il vous manque un des élé-: ments nécessaires de votre délibération.
      Locuteur: Fréteau de Saint-Just
      ...que le plan du ministre ne peut prendre de consistance qu'après l'établissement de la balance entre la recette et la dépen...
      ...e des départements est la première base de cet équilibre. Pour employer utilement ...
      ...ne. Je crois aussi qu'il est nécessaire de faire exécuter le décret par lequel vou...
      ...sulte des conversations particulières que nous avons eues avec les actionnaires/que le plan du ministre ne peut prendre de consistance qu'après l'établissement de la balance entre la recette et la dépense. La dépense des départements est la première base de cet équilibre. Pour employer utilement le temps, il serait important que l'Assemblée examinât séparément cet objet, soit sur les pensions, soit sur la guerre, soit sur la marine. Je crois aussi qu'il est nécessaire de faire exécuter le décret par lequel vous avez ordonné que beaucoup d'états authentiques vous fussent communiqués.
      Locuteur: Le marquis de Montesquiou
      propose de décréter : que chacun des ministres et ordonnateurs des dépenses publiques sera tenu de présenter dans quinzaine un état de dépenses de son département, réglé avec la plus sév...
      ...mité des finances : lequel état servira de règlement provisoire pour l'année 1790,...
      ...que le travail du comité mettra en état de faire.
      propose de décréter : que chacun des ministres et ordonnateurs des dépenses publiques sera tenu de présenter dans quinzaine un état de dépenses de son département, réglé avec la plus sévère économie et montant aux sommes arbitrées par le comité des finances : lequel état servira de règlement provisoire pour l'année 1790, sans préjudice des autres réductions que le travail du comité mettra en état de faire.
      Locuteur: L'abbé Maury
      ...donner trois jours aux finances au lieu de deux : nous approchons du 1er de janvier, époque bien importante à laque... ...u reconnaître comme la plus sûre et la plus courte. Je pense d'abord qu'il faut donner trois jours aux finances au lieu de deux : nous approchons du 1er de janvier, époque bien importante à laquelle nous devrions arriver avec un travail qui ne sera peut-être pas terminé en y...
      Locuteur: L'abbé Maury
      Chacune de ces séances commencerait par un rapport : le premier jour sur la dette foncière de l'Etat; un autre jour sur les rentes vi...
      ...rtements ; enfin sur toutes les parties de la dette, quelles que soient leurs déno...
      ...ccessivement et séparément des dépenses de chaque département, et nous ferons marc...
      Chacune de ces séances commencerait par un rapport : le premier jour sur la dette foncière de l'Etat; un autre jour sur les rentes viagères; ensuite sur les anticipations, sur l'arriéré des départements ; enfin sur toutes les parties de la dette, quelles que soient leurs dénominations. Alors nous nous occuperons successivement et séparément des dépenses de chaque département, et nous ferons marcher d'une manière parallèle les dépenses et les économies. Nos besoins se trouva...
      Locuteur: De Custine
      s'oppose à ce qu'on ôte un jour de travail de la Constitution : il demande que le comité des finances présente un ordre de travail, et qu'il soit obligé de faire le mardi de chaque semaine l'énoncé des matières do... s'oppose à ce qu'on ôte un jour de travail de la Constitution : il demande que le comité des finances présente un ordre de travail, et qu'il soit obligé de faire le mardi de chaque semaine l'énoncé des matières dont la discussson commencera le vendredi suivant.
      Locuteur: Roederer
      ...un des préopinants pour la distribution de vos travaux, rien n'a été oublié, si ce...
      ...soins perpétuels et journaliers, et non de la crise où. nous sommes.
      Dans le plan qui vous a été proposé par l'un des préopinants pour la distribution de vos travaux, rien n'a été oublié, si ce n'est le cas urgent : il n'a parlé que des besoins perpétuels et journaliers, et non de la crise où. nous sommes.
      Locuteur: Roederer
      La question est de savoir comment vous allez subvenir aux ...
      ...ndamner à l'alternative malheureuse, ou de la méconnaître vous-mêmes, ou de mettre de la précipitation dans les impôts; et qu...
      La question est de savoir comment vous allez subvenir aux besoins du moment, indépendamment des impôts; c'est en janvier qu'est l'époque d...
      ... des mesures promptes; c'est méconnaître l'urgence du cas, ou bien c'est vous condamner à l'alternative malheureuse, ou de la méconnaître vous-mêmes, ou de mettre de la précipitation dans les impôts; et quand il s'agit

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 281
      Locuteur: Roederer
      de janvier qu'on voiis demande des secours... de janvier qu'on voiis demande des secours considérables et nécessaires.
      Locuteur: Roederer
      ...estion préalable, mais essentielle, non de l'ordre proposé par le préopinant, mais des moyens de sortir de l'inextricable labyrinthe où la discuss... Je demande qu'on ajourne à demain cette première question préalable, mais essentielle, non de l'ordre proposé par le préopinant, mais des moyens de sortir de l'inextricable labyrinthe où la discussion se perd. G'est perdre un jour pour en gagner cent.
      Locuteur: Roederer
      Je demanderai aussi que'le comité de constitution prépare votre détermination sur la question de savoir si une banque peut être mise sous la garantie suprême de la nation ; si son établissement serait...
      ...lierait avec les principes fondamentaux toute grande société.
      Je demanderai aussi que'le comité de constitution prépare votre détermination sur la question de savoir si une banque peut être mise sous la garantie suprême de la nation ; si son établissement serait constitutionnel et se concilierait avec les principes fondamentaux toute grande société.
      Locuteur: Pétion de Villeneuve
      : Le dernier préopinant a perdu de vue ce qui a été décrété, en vous proposant de décider si une banque nationale est con... : Le dernier préopinant a perdu de vue ce qui a été décrété, en vous proposant de décider si une banque nationale est constitutionnelle.
      Locuteur: Pétion de Villeneuve
      ...onfiance ne naîtra que quand votre état de situation sera connu ; pour accélérer votre opération, vous risqueriez de la manquer. La première chose est donc de présenter cet état, celui du comité des... ...is, pour trouver les moyens d'y subvenir, il faut, obtenir la confiance, et la confiance ne naîtra que quand votre état de situation sera connu ; pour accélérer votre opération, vous risqueriez de la manquer. La première chose est donc de présenter cet état, celui du comité des finances est insuffisant.
      Locuteur: Pétion de Villeneuve
      On vous a proposé un plan de travail très-sage; si vous n'adoptez pa... On vous a proposé un plan de travail très-sage; si vous n'adoptez pas un ordre certain, les projets sè croiseront et vous marcherez lentement et pén...
      Locuteur: Le comte de Mirabeau
      ...ion. Il faut d'abord relever une erreur de fait ; il n'jf a point de décret sur cet objet : M. Fréteau a seu... ... parfaitement répondu à M. Rœderer, il n'a peut-être pas bien entendu sa conclusion. Il faut d'abord relever une erreur de fait ; il n'jf a point de décret sur cet objet : M. Fréteau a seulement proposé un arrêté qui a un rapport fort indirect avec la question. Je mai...
      Locuteur: Le comte de Mirabeau
      ...ans ce moment. Je demande que la motion de M. Rœderer soit décrétée. ...ne convient pas au provisoire, et c'est du provisoire que nous sommes étouffés dans ce moment. Je demande que la motion de M. Rœderer soit décrétée.
      Locuteur: D'Ailly et Anson
      ...lé sur les besoins urgents d'ici au 1er janvier ; if faut délibérer demain sur la manière de trouver les 91) millions qu'il est indispensable de se procurer. Si nous ne pouvons les avoir avant la fin de l'année, il est inutile de faire une constitution. représentent que le comité peut ofl'rir.à l'instant à l'Assemblée un état détaillé sur les besoins urgents d'ici au 1er janvier ; if faut délibérer demain sur la manière de trouver les 91) millions qu'il est indispensable de se procurer. Si nous ne pouvons les avoir avant la fin de l'année, il est inutile de faire une constitution.
      ...r la nécessité d'agir, et d'agir sur-le-champ. L'état actuel de la France, et surtout celui de la capitale, parle trop haut et trop cl... Je ne perdrai pas le temps à vous démontrer la nécessité d'agir, et d'agir sur-le-champ. L'état actuel de la France, et surtout celui de la capitale, parle trop haut et trop clairement.
      de faire que les moyens de recettes soient plus honnêtes et moins oppresseurs, quand il s'agit de porter le dernier coup à ces compagnies de finances qui ne peuvent pas exister ave... de faire que les moyens de recettes soient plus honnêtes et moins oppresseurs, quand il s'agit de porter le dernier coup à ces compagnies de finances qui ne peuvent pas exister avec notre régénération, il faut en parler plus d'un jour; mais avant tout, il faut...
      à la séance de VAssemblée nationale du 27 novembre 178... à la séance de VAssemblée nationale du 27 novembre 1789
      Plan de libération générale des finances proposé par M. le baron de Cernon (1). (Imprimé par ordre de l'Assemblée.) Plan de libération générale des finances proposé par M. le baron de Cernon (1). (Imprimé par ordre de l'Assemblée.)
      - Messieurs, il est si pressant de faire usage des ressources qui restentà la France ; il est si important de ne pas se tromper dans le choix des moy... - Messieurs, il est si pressant de faire usage des ressources qui restentà la France ; il est si important de ne pas se tromper dans le choix des moyens, les conséquences d'une erreur peuvent devenir si funestes, si irrémédiables...
      ...aine et du clergé pour payer les dettes de l'Etat. Je crois, au contraire, qu'il faut et que nou3 pouvons payer les dettes de l'Etat pour vendre les biens de la couronne et du clergé, ou plutôt pour n'être pas même dans la nécessité de les vendre. On a toujours dit qu'il fallait vendre les biens du domaine et du clergé pour payer les dettes de l'Etat. Je crois, au contraire, qu'il faut et que nou3 pouvons payer les dettes de l'Etat pour vendre les biens de la couronne et du clergé, ou plutôt pour n'être pas même dans la nécessité de les vendre.
      ...lir a sa source dans la vieille opinion de l'importance des métaux précieux monnay...
      ...t que le signe.. On rabattrait beaucoup de l'importance qu'on leur attache, ' si l...
      L'erreur opposée à la vérité que je veux établir a sa source dans la vieille opinion de l'importance des métaux précieux monnayés ; on croit ne pouvoir jamais se passer d'eux. On les regarde comme la réalité dont ils ne sont que le signe.. On rabattrait beaucoup de l'importance qu'on leur attache, ' si l'on voulait bien observer qu'ils ne commencent jamais à être utiles qu'au moment...
      ...'abri des accidents, ils joignent celui de représenter des valeurs réelles plus so... ... qui les rend plus propres au commerce, plus faciles à transporter, à mèttre à l'abri des accidents, ils joignent celui de représenter des valeurs réelles plus solides
      . (1) Le projet de M. Cernon n'a pas été inséré Moniteur. . (1) Le projet de M. Cernon n'a pas été inséré Moniteur.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 282
      ...ossible û'étâbjif ërl France des signes valeurs réelles, préférables aux billets de bàtiqUe d'Aiiglëtërrë, et ndêfnë â l'argent banque d'Ânisteraatil, ëh fcë qUë leur ...
      ... avec là dernière évidëtiëe, il siifflt sàybir si là iiàtiëd possédé des Valeur...
      ...out ébh tëi'Htdire, ét dont les pbhëUrs de signes représentatifs puissent së mettre sUr-lë1 champ eh pbfesëssion par de simulés àctës volonté.
      NoUS sërait-il donc ifhjjossible û'étâbjif ërl France des signes valeurs réelles, préférables aux billets de bàtiqUe d'Aiiglëtërrë, et ndêfnë â l'argent banque d'Ânisteraatil, ëh fcë qUë leur Circulation n'éprbiiveràit àUéUiie difficulté dàné lë roydiiitië ? Non, sans dtiutë, cela n est pas iiiijlbè-siblë; PbUi* lë dèmontrër avec là dernière évidëtiëe, il siifflt sàybir si là iiàtiëd possédé des Valeurs réelles biëh sûres, bietl libres, Biën fràhëheë; toujours croissantes, à pëU $rès é§âlemëîit réparties sur tout ébh tëi'Htdire, ét dont les pbhëUrs de signes représentatifs puissent së mettre sUr-lë1 champ eh pbfesëssion par de simulés àctës volonté.
      ...ue lèâ monhàiës né fbttt qtië dimifthèh de prix par l'accroissement même de, leur thàësë, et coiitbè iefequelïes ot... encore, impbsëiblë§ à énlëvét, tbiljbii^s crôi^safîtes lorsque lèâ monhàiës né fbttt qtië dimifthèh de prix par l'accroissement même de, leur thàësë, et coiitbè iefequelïes oti pedt à fblônté échanger. Ces signés* préifêranlëîfiëiit aux înbîiîlàiëà iï'or ...
      ...est possible, il e.st quelquefois utiip de sub-stituër aê cës sigiiës â l'àrgètit ...
      ...ëst.iiii ëkëhiple : qiidic(uë le crédit s'à banque ne repose que sur un secrët,...
      Il est possible, il e.st quelquefois utiip de sub-stituër aê cës sigiiës â l'àrgètit thêftië. L'Angleterre en ëst.iiii ëkëhiple : qiidic(uë le crédit s'à banque ne repose que sur un secrët, et quê cê sëcrët ne soit en définitive rien, ce crédit prouve seulement que l'o...
      ...hanger à chaque instant; aussi l'argent de banque d'Amsterdam vaut-il couramment p... ...qu'ils he font du'Indiquer Une réalité quelconque contre laquelle on peut les échanger à chaque instant; aussi l'argent de banque d'Amsterdam vaut-il couramment plus quë là tnbhflàië:
      ...iéut avoir cours que dand l'ërifcéititë de la ville, jjàrce que sa réalité est entassée tout entière dans lës cavés dU sëUl. hôtel de villë d'Aibsterdàm. Mais i'argënt Uë Bahdhë d'ÂriiStërdâm hé jiéut avoir cours que dand l'ërifcéititë de la ville, jjàrce que sa réalité est entassée tout entière dans lës cavés dU sëUl. hôtel de villë d'Aibsterdàm.
      ...i eVidemthëtif bdur plusiëurS milliards valeurs fcëttë efepêcë dafië les biënâ jâdis af...
      ...àlné ët a l'entretien i'drt surabondant de âôti clergé. Gës Vàlëurs sont biëri frahëhës et librës de tbtitë hypothèqiië; dès tiUë. la hàtiod se cliiirgë de pourvoir ëile-inême â là splëndëhr du t...
      ...teiiï-plës ët dëë presbytère^ àux fràis de Instruction publique et au soulagement ...
      ...es égalé à cë§ valëiirs ou à là portioh de Cës Valeurs qU'ëllë croira dëvoif fàire...
      Or, la natioil pôSède bieii eVidemthëtif bdur plusiëurS milliards valeurs fcëttë efepêcë dafië les biënâ jâdis affectés ail dblhàlné ët a l'entretien i'drt surabondant de âôti clergé. Gës Vàlëurs sont biëri frahëhës et librës de tbtitë hypothèqiië; dès tiUë. la hàtiod se cliiirgë de pourvoir ëile-inême â là splëndëhr du troné, àUfc appointements dès ministres dti btilte, à la dette dU clergé et aux d...
      ...cclésiastiques éoritraëtées aVant la destruction des ordres, à l'ëntrëtiëti dës teiiï-plës ët dëë presbytère^ àux fràis de Instruction publique et au soulagement des vrais pàhvrës. Donc la Hàtidtt pëut aês à pfédëht* ët éatiâ l'ën-tremisë d'adcUn àgeht étranger, mettre eti circh-latioii effective une itiàsëë.de signes égalé à cë§ valëiirs ou à là portioh de Cës Valeurs qU'ëllë croira dëvoif fàire entrer danà le cdfflthërce:
      ...blë que présente, il he s'agit donc quë de^ ihoyëhs de l'ëf-féctUëh CeS moyens soiit aussi sim... ... nation le peut ; j'ai établi plUs haut qUë bette opération ëst aU§Si ihdispensàblë que présente, il he s'agit donc quë de^ ihoyëhs de l'ëf-féctUëh CeS moyens soiit aussi simples qUe l'idée doht ils dérivent. Voici cêux qUe je propose , ilâ se réduisent ...
      ...ë l'Assemblée nationale jugera à propos de mettH dans le commerce; 'céSser de ftiire fonds pdur unë sùniiiië de tentés égals à céllë que produit lie capital de cette valeur^ et rembourser ce capital en assignats, lesquels feront fonction de monnaie, en bènëùfrënëë atoet l'or et v... ...ne somme d'assignats SÀNS iStÉ-RÊTS, égale, sans plus, à la valeur des bièiih quë l'Assemblée nationale jugera à propos de mettH dans le commerce; 'céSser de ftiire fonds pdur unë sùniiiië de tentés égals à céllë que produit lie capital de cette valeur^ et rembourser ce capital en assignats, lesquels feront fonction de monnaie, en bènëùfrënëë atoet l'or et vargent) ët saM auchne différence que celles qui seront détaillées éi-aptè's,
      ...rhëiit actuel fcjh'il ith-poHe lë çiluè tehir; et pàrcë que là §d.rilihe de cës >ebteë étant spéciàlemeht destinée ...
      ...e pour la triâjeUrë piaHië ëh dëpëiiéëë de inêriie nature ;
      Ensuite lë capital des rentes viagères, parce que,, c'est au secours dii morhëiit actuel fcjh'il ith-poHe lë çiluè tehir; et pàrcë que là §d.rilihe de cës >ebteë étant spéciàlemeht destinée a fonder lës hôliorâiPeg ët retraites du clergé, Se trodVefa ëitljjlbyée pour la triâjeUrë piaHië ëh dëpëiiéëë de inêriie nature ;
      Puis les finances de toutes.les chargés, ftiài-trise§, privilèges et àutres aliënatiotts de droits ComhiUns à tousiëé ëitoyëbs, lefe Cautionnëmëiils, fonds de firiàncëS, ëtc. ; Puis les finances de toutes.les chargés, ftiài-trise§, privilèges et àutres aliënatiotts de droits ComhiUns à tousiëé ëitoyëbs, lefe Cautionnëmëiils, fonds de firiàncëS, ëtc. ;
      Puis les ba pi taux fentës foncièrèë , suivant la nature de...
      ...es assignats ,, et mettre l'acquisition de ces ronds à portée des fprtUnës les plu...
      ...sement et a l'estimation contradictoire de ces biens.. .
      Puis les ba pi taux fentës foncièrèë , suivant la nature des intérêts qu'elles proauiseht ; puis, ëhlin, les capitaux des emprUhts négociés...
      .... , r | ; Poùr connaître la juste valeur des ronds sur lesquels doivent portër les assignats ,, et mettre l'acquisition de ces ronds à portée des fprtUnës les plus médiocres, il paraît nécessaire d'ordonner que dans tdus les départements il s...
      ... districts,, à l'état détaillé des biens nationaux ren-fermés dans leur arrondissement et a l'estimation contradictoire de ces biens.. .
      Ces états devraient être faits manière qu.ë chaque héritage isolé, que...
      ...es, chemins vicinaux et. fossés creusés de main d'homme, seraient compris dans un ...
      Ces états devraient être faits manière qu.ë chaque héritage isolé, quelque peu étendu qu'il fût, formât un article à part. ' Le§ seuls héritages contigus, ou sëuleinent séparés j?ar des haies, chemins vicinaux et. fossés creusés de main d'homme, seraient compris dans un même article.
      ...érables, ils soient divisés en articles de 10,000 livres et au-dessous. ...e d'ordonner quet quàhd ies héritages contigus. formeront des objets trop considérables, ils soient divisés en articles de 10,000 livres et au-dessous.
      ... parvenir à l'estimation contradictoire de chaque article, la seule qui puisse jam...
      ... suffit d'opposer l'intérêt particulier de chaque municipalité à l'intérêt général...
      Pour parvenir à l'estimation contradictoire de chaque article, la seule qui puisse jamais .désigner la valeur réelle» il suffit d'opposer l'intérêt particulier de chaque municipalité à l'intérêt général du département ou du district.
      ...x; parce que la somme des contributions de toute la France, diminuera eh raison des rentes que l'on éteindra avëc la valeur & biens, nationaux; ...ents et districts auront intérêt à faire porter les estimations du plus haut prix; parce que la somme des contributions de toute la France, diminuera eh raison des rentes que l'on éteindra avëc la valeur & biens, nationaux;
      ...nt qUe le quart, ou telle autre portion de ce que les Ventes produiront par-delà l... On donnera aux municipalités un intérêt local et opposé en décrétant qUe le quart, ou telle autre portion de ce que les Ventes produiront par-delà le prix d'estimation* leur sera remis pour leurs besoins particuliers. Ainsi* tan...
      ...cessairement etH tre les deux extrêmes. De plus, les municipalités auront Un intérêt dirëét à la bdhiië àdmlhis-tràtiort cës biehà eh attendant la veiite, parce...
      ...n moyën et d'attirer les acquéreurs, et faire monter le prix. Ainsi, l'intérêt ...
      Le juste milieu se trouvera nécessairement etH tre les deux extrêmes. De plus, les municipalités auront Un intérêt dirëét à la bdhiië àdmlhis-tràtiort cës biehà eh attendant la veiite, parce qUe ce sera encore un moyën et d'attirer les acquéreurs, et faire monter le prix. Ainsi, l'intérêt des municipalités sera qUë les biens soient estimés fort peu* et vendus fort che...
      ...assignats, il est absolument^nécessaire de faite lever géoinétHqueiiient lë pian Û... ...rfaitement i'étertdue des propriétés nationales et assurer à jamais le gage des assignats, il est absolument^nécessaire de faite lever géoinétHqueiiient lë pian Ûë là dfrcôn-

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 283
      ...pieS. L uné restera déposée ail biireau de la tiilinibipalité ; la àëcoridè àii di...
      ...arteihëiit et la cjùàtrièmé à la caisse de l'eltraordiriâirë. Sans dotite te trâyail dcbasibnnërâ iidë beriainë -pénêië, mais ilii éëtilpêut répondit de là cbiisër-vatioh dës biens natiohaiix ...
      ...re rëiitrêë des liilirôfâ que là caisse de réxtrà-ordinàire reril^lâcërà par dés à...
      ...vres par municipalité pour le trànspbrt de l'drperiteUr.
      fëïêh'ck clé chàtfbë article, ët d'en fàirë tirer quatre cbpieS. L uné restera déposée ail biireau de la tiilinibipalité ; la àëcoridè àii directoire du district;,là Irbiiièiiié a fteiiii dû dëparteihëiit et la cjùàtrièmé à la caisse de l'eltraordiriâirë. Sans dotite te trâyail dcbasibnnërâ iidë beriainë -pénêië, mais ilii éëtilpêut répondit de là cbiisër-vatioh dës biens natiohaiix ; ët quand on travaille pour la durée, on, ne doit jamais regretter urië dépensé...
      ...ënt. L'âvànêe ëfi ôëfà fàite par cnàqUë munibipalit$, ëtrëmbburséë su^.ia première rëiitrêë des liilirôfâ que là caisse de réxtrà-ordinàire reril^lâcërà par dés àsSigilàtS. Ohpdtlrra régler' cëttë dépensé à une somme fixé par arpent, les plus torts articles. corbpeiiSaht les faibles, ëiï f ajoutait virigt-dnâtré livres par municipalité pour le trànspbrt de l'drperiteUr.
      ...emise des états eétiinHtifs. Il suffira décréter, que les commuiiautés né cbmfhënberoni à jouir la diminution des impôts, que dû joiir ...
      ...tant fait remettre les bopies des plâns de tdli§ lës atticiës coinbris dans leur arrondissement, à là baisse l'extraordinaire.
      ...e due soit cette tipër ràtiori, elle he doit pas retarder là confection fii là remise des états eétiinHtifs. Il suffira décréter, que les commuiiautés né cbmfhënberoni à jouir la diminution des impôts, que dû joiir auquel ëiies alitant fait remettre les bopies des plâns de tdli§ lës atticiës coinbris dans leur arrondissement, à là baisse l'extraordinaire.
      ... ensëiilblë tdiltâ lés étàts estimatifs leurs districts. Cette opération ne dev...
      ...bië, et son phx eri renvoyant à la page de l'état détaillé du département.
      Les , départements feraient imprimër ensëiilblë tdiltâ lés étàts estimatifs leurs districts. Cette opération ne devrait psts être pHus lp.fagtië |)bur totite la Fhîtibë qUe pour ie plds étendd de...
      ... quattës-vittgt trois dépâhefàents ; cet extrait ne contiendrait que chàqUë âftibië, et son phx eri renvoyant à la page de l'état détaillé du département.
      ...hs les ueiix mois, à comptët dll jbiii1 de ia sàiictibn, les créanciers publics rapporteraient iëdrs titres de créàiiees à la caisse rëxtrâbMinàire, pour f être vérifiés ëi liquidés sous l'inspection de commissaires, membres de l'Assemblée, et nommés par elles. Il est inutile de s'étendre sûr les formes de cette liquidation ; il suffit d'ObserVer qUë Sa durée dépendra uniqUemetit du rionibre commis qu'on y eiki-ploierà; et qu'ëllé peut ôtrë âbhëyéë eh moitié temps qu'il n'en laiidra .pour faire l'...
      ...écessaires, à moins qu'il ne justifient lfeur àbséhce hors dU royâunië. . Gomih...
      ...là fraude, et faciliter la circulation, de les faire seulement de 25, 50 ët 100 livres ; il est indispensable de commencer à les faire, en même temps qu...
      ...timation des biens, et à la liquidation de lâ dette.
      ...rdbnriâiii;, ée traVail l'Assemblée adraii^ décrété .ën tiïêiiië ténias, diîé dâhs les ueiix mois, à comptët dll jbiii1 de ia sàiictibn, les créanciers publics rapporteraient iëdrs titres de créàiiees à la caisse rëxtrâbMinàire, pour f être vérifiés ëi liquidés sous l'inspection de commissaires, membres de l'Assemblée, et nommés par elles. Il est inutile de s'étendre sûr les formes de cette liquidation ; il suffit d'ObserVer qUë Sa durée dépendra uniqUemetit du rionibre commis qu'on y eiki-ploierà; et qu'ëllé peut ôtrë âbhëyéë eh moitié temps qu'il n'en laiidra .pour faire l'état estimatif des biens* si. l'on force les créanciers à s'approcher^ en déclar...
      ... qui n'auront pas remis leurs titres dans les deux mois après les publications nécessaires, à moins qu'il ne justifient lfeur àbséhce hors dU royâunië. . Gomihe il faudra fabriquer lin très-grand hpm-bfe d assignats, car je proposé, pour otër tout attrait à là fraude, et faciliter la circulation, de les faire seulement de 25, 50 ët 100 livres ; il est indispensable de commencer à les faire, en même temps qu'on travaillera à l'estimation des biens, et à la liquidation de lâ dette.
      Il n'est pas impossible rendre la fràiidë bresquë physiquement ...
      ...et en multipliant un peu les signatures de la caisse de l'extraordinaire.
      Il n'est pas impossible rendre la fràiidë bresquë physiquement impraticable, ën offrant des prix, considérables aux artistes, tant nationaux qu'étrangers, qui présenteraient les plus sûrs moyens d'y obvier, et en multipliant un peu les signatures de la caisse de l'extraordinaire.
      ...îles biëtis, si elle d'ègalë; pâs bëllë toutes lës dèttës publiques, et seuiëjn... ...é' d'dSsignats que pour là é&Uiê pHbiie à tdguell'è s'élétièiïait l'ëstirhàtioh îles biëtis, si elle d'ègalë; pâs bëllë toutes lës dèttës publiques, et seuiëjnent pour la somme des dettes, si l'estimation dës biens les égale ou les surpass...
      Je. prbposërai qu'avant de déterminer la massé des biens nàtionaili, dëstitiéë à servir contrë-Valeur aux â$sîgtiats. dû boinni...
      ... une portibn destinée âii sbtilagement. de| pauvres djiné bhâqiie département oii ...
      Je. prbposërai qu'avant de déterminer la massé des biens nàtionaili, dëstitiéë à servir contrë-Valeur aux â$sîgtiats. dû boinniëjïçât b&r distraire une portibn destinée âii sbtilagement. de| pauvres djiné bhâqiie département oii district : ët cëttë portion Serait adiriinistrée à part, pour être employée', àb...
      ...serait donc à l'instant où la dërijièrë de çës trois opéràtiohs Serait termiiiëe, ...
      ... décréterait qu'il he serait pilus fait forifls pour les rentes correspondantes au capital qu'ëiië Serait ëfi état de faire reihbbùrsër; et que i on commënbë...
      Ce serait donc à l'instant où la dërijièrë de çës trois opéràtiohs Serait termiiiëe, qiie l'Assemblée décréterait qu'il he serait pilus fait forifls pour les rentes correspondantes au capital qu'ëiië Serait ëfi état de faire reihbbùrsër; et que i on commënbërâit à délivrer les assignats âux parties preiiântës:
      ...écessaire^ àùx bbhorâiré§ ët fetrài-tës de idiit le clërgé. seraient formés pàr lâ suppression de 100 et quëlquës ihilliôtis de rentës viagères lesquels ii'âUraient cd...
      ...^charilp, sùns àùciin fafhplacktriërit, toUs lës àiiti'ës biëhs pdrtànt rëvenus...
      ...ouirait, à son seul profit, des revenus de tous cës Biëhs, jusqu'à 6ë que lës porteurs d'assignats eussent jUgé à pfdpos de lës acquérir i of-, c'ëst cé qui n'aiiràlt pas liëii lbngteihps, au nioiris pour là mâjëurë partie, comrnë il ést aisé s'en convaincre. .
      Les fonds.nécessaire^ àùx bbhorâiré§ ët fetrài-tës de idiit le clërgé. seraient formés pàr lâ suppression de 100 et quëlquës ihilliôtis de rentës viagères lesquels ii'âUraient cdùté à là nàtidii qu'un milliard en assignats : b'ëSt à pëu près lâ valeur des fo...
      ... d'Habitation éûp-* priniéë^ dans les villé's. La nation profiterait donë shr-lë^charilp, sùns àùciin fafhplacktriërit, toUs lës àiiti'ës biëhs pdrtànt rëvenus, ët ëlle jouirait, à son seul profit, des revenus de tous cës Biëhs, jusqu'à 6ë que lës porteurs d'assignats eussent jUgé à pfdpos de lës acquérir i of-, c'ëst cé qui n'aiiràlt pas liëii lbngteihps, au nioiris pour là mâjëurë partie, comrnë il ést aisé s'en convaincre. .
      ...oidt où sdiit desséchés tous les canaux de là circulation pâr lë resserrëniëilt du...
      ... assignats faisant absolument fbtictidn moniiaie, sëràit absorbée par lës besoi...
      ...les, et ne rëviëhdràit ëntre ies màiris ceux qui vobdraiënè lës bohvertir en bi...
      ...te toutes les différentes ramifications de ràgricultùrë, des manufactures et du co...
      ... sortiraient poUr dévenir moyen u'aëhât de fonds, que quand lës acttuisitibtië foi...
      ...peut crbirë que itdfas d'en sérions pâs de si tôt a cë riëb plus iillrà de la prtispérltë.
      Au poidt où sdiit desséchés tous les canaux de là circulation pâr lë resserrëniëilt du nùhiérdirë; il est clair que là totalité, bu la riiajeùré jiartië des assignats faisant absolument fbtictidn moniiaie, sëràit absorbée par lës besoins et autres emplois utiles, et ne rëviëhdràit ëntre ies màiris ceux qui vobdraiënè lës bohvertir en biehs-fohds qu'apf-èà âvolr parbdùrû ët vivifié comme unë sëvë bienfaisante toutes les différentes ramifications de ràgricultùrë, des manufactures et du commerce, et qu'elles ii'ën sortiraient poUr dévenir moyen u'aëhât de fonds, que quand lës acttuisitibtië foiibiêrësgéraient éViuéhiment le mëilleur emploi qu'on ërt* pût faire. Or, on peut crbirë que itdfas d'en sérions pâs de si tôt a cë riëb plus iillrà de la prtispérltë.
      ...e retrouve ën entier le double avantage de ùë point attacher d'ifcttôrêt aux assig...
      ...tôt nuisible ; secondement, la rapidité de la circulation, objet peut-être plus ësSentiei encore que le pavement de là dëtte publiqdë:
      C'est Ici que Se retrouve ën entier le double avantage de ùë point attacher d'ifcttôrêt aux assignats : premièrement, l'ébbhbmië d'Uhë dépensé non ihoiiiS considérable qu'ihtitile, Ou plutôt nuisible ; secondement, la rapidité de la circulation, objet peut-être plus ësSentiei encore que le pavement de là dëtte publiqdë:
      ...êt direct iilî corjjs ét. des individus là hàtion, à pàrcoilrir la citculàtion ... ...que d'attribuer des intérêts à des valeurs destinées ^spécialement, pour l'intérêt direct iilî corjjs ét. des individus là hàtion, à pàrcoilrir la citculàtion le plus rapidement et à l'àhimër le plus longtemps pbsSible.
      ... reste aujourd'hui resserré par l'effet de ià braintë, l'espérâtice, de là cupidité où de la ihébhancëté, parce qii'il porté avec... Si l'argent reste aujourd'hui resserré par l'effet de ià braintë, l'espérâtice, de là cupidité où de la ihébhancëté, parce qii'il porté avec lui sa

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 284
      Si le porteur de récépissé se rendait adjudicataire, les assignats seraient sur-le-champ bâton-nés en présence du public, et tou... Si le porteur de récépissé se rendait adjudicataire, les assignats seraient sur-le-champ bâton-nés en présence du public, et tout serait fini.
      ...ative, égale et même supérieure à celle de l'argent, comme nous allons le démontrer, auraient encore l'avantage de rapporter un intérêt quelconque à leurs... ...eraient bien plus évidemment à resserrer des assignats, qui outre une valeur relative, égale et même supérieure à celle de l'argent, comme nous allons le démontrer, auraient encore l'avantage de rapporter un intérêt quelconque à leurs possesseurs.
      ...haque instant s'anéantir par les achats de biens nationaux. ...; tout ce qui ne pourrait pas entrer utilement dans la circulation viendrait à chaque instant s'anéantir par les achats de biens nationaux.
      ...qu'on se défait toujours par préférence de la valeur à laquelle on attache le moins de prix. Or, il est évident qu'on préférer... ...ns la circulation, la plus précieuse des deux force l'autre à se montrer, parce qu'on se défait toujours par préférence de la valeur à laquelle on attache le moins de prix. Or, il est évident qu'on préférerait les assignats à l'argent, d'abord à cause des avantages ordinaires d'un papi...
      ...n élevant le prix des denrées au-dessus de son taux naturel, taux qui doit toujour...
      ...moyenne proportionnelle entre le besoin de vendre et le besoin d'acheter.
      ...ul moyen d'empêcher que leur surabondance pût amais être nuisible au commerce, en élevant le prix des denrées au-dessus de son taux naturel, taux qui doit toujours être, pour ainsi dire, la moyenne proportionnelle entre le besoin de vendre et le besoin d'acheter.
      ...prix est dérangée, au grand désavantage de l'acheteur ou du vendeur. Il est donc e...
      ...mportant qu'il existe toujours un moyen de destruction effective pour les signes d...
      ...isqu'ils s'anéantiraient pas les achats de fonds, dès que leur inutilité se manife...
      ...le commerce par la moindre dépréciation de leur valeur comme moyen d'échange.
      ...ire ou réel ou fictif est trop commun ou trop rare, la proportion naturelle des prix est dérangée, au grand désavantage de l'acheteur ou du vendeur. Il est donc extrêmement important qu'il existe toujours un moyen de destruction effective pour les signes d'échange, lorsqu'ils engorgent la circulation par leur surabondance, tant pour é...
      ...circulation : voilà, au contraire, ce qui soutiendrait toujours les assignats puisqu'ils s'anéantiraient pas les achats de fonds, dès que leur inutilité se manifesterait dans le commerce par la moindre dépréciation de leur valeur comme moyen d'échange.
      ...où ils seraient réalisés par des achats de fonds, répondrait au public de l'exacte proportion qui existerait touj...
      ...et celle des biens qui leur serviraient de base, de gage, et de dernier terme d'échange.
      2° L'anéantissement des assignats, au moment même où ils seraient réalisés par des achats de fonds, répondrait au public de l'exacte proportion qui existerait toujours entre leur masse et celle des biens qui leur serviraient de base, de gage, et de dernier terme d'échange.
      Ainsi, au lieu de s'avilir, ils croîtraient en valeur à m... Ainsi, au lieu de s'avilir, ils croîtraient en valeur à mesure que la prospérité publique augmenterait celle des fonds sur lesquels ils r...
      ...ment des assignats au moment des ventes de leur gages, il est indispensable que le prix de ces ventes se paye toujours en assignat... Or, pour assurer l'anéantissement des assignats au moment des ventes de leur gages, il est indispensable que le prix de ces ventes se paye toujours en assignats; c'est le moyen le plus sûr et le plus simple, ou plutôt c'est le seul moyen d...
      ...pour les détruire, et il serait injuste de forcer un individu plutôt qu'un autre à échanger ses assignats contre de l'argent comptant, si tous préféraient ...
      ...it infailliblement, par l'accroissement de valeur des terres dont ils seraient la ...
      ... monnaie, il arriverait souvent qu'on ne trouverait pas à acheter des assignats pour les détruire, et il serait injuste de forcer un individu plutôt qu'un autre à échanger ses assignats contre de l'argent comptant, si tous préféraient leur papier à l'argent, comme cela arriverait infailliblement, par l'accroissement de valeur des terres dont ils seraient la représentation.
      Je propose donc de décréter que les assignats seuls puisse... Je propose donc de décréter que les assignats seuls puissent, exclusivement àl'argent comptant, être reçus en payement des biens nationaux...
      ...ls porteurs d'assignats soient en droit de forcer la vente de ces biens dans la forme suivante (1) : Que les seuls porteurs d'assignats soient en droit de forcer la vente de ces biens dans la forme suivante (1) :
      ...ait en assignats la valeur d'estimation de l'article dont il voudrait forcer la ve...
      ...issé en vertu duquel il serait en droit de poursuivre la vente de l'article, après un mois révolu.
      Le porteur se présenterait au directoire d'un district, y déposerait en assignats la valeur d'estimation de l'article dont il voudrait forcer la vente, et recevrait un récépissé en vertu duquel il serait en droit de poursuivre la vente de l'article, après un mois révolu.
      Les fruits ou revenus de l'article adjugé courraient au profit du porteur de récépissé, à compter de sa date, si l'adjudication avait lieu à son profit ; mais il serait le maître de retirer ses assignats, en tout état de cause, avant l'ouverture du procès-verb... Les fruits ou revenus de l'article adjugé courraient au profit du porteur de récépissé, à compter de sa date, si l'adjudication avait lieu à son profit ; mais il serait le maître de retirer ses assignats, en tout état de cause, avant l'ouverture du procès-verbal d'adjudication définitive, et le bien ne serait pas vendu.
      ...ts se rendait adjudicataire, le porteur de récépissé retirerait les Si un autre porteur d'assignats se rendait adjudicataire, le porteur de récépissé retirerait les
      (1) Il ne serait pas permis de faire vendre, par une même enchère, plusieurs articles séparés, mais on serait tenu de faire faire autant de ventes particulières que l'on voudrait acquérir d'articles afin de prévenir les grands accaparements qui t...
      ...érisseurs, et à empêcher les bien-fonds de se subdiviser entre les familles peu ri...
      ...s, obligerait au contraire les porteurs de grandes sommes d'assignats, à les mettr...
      ...ens serait retardée d'autant, au profit de la nation qui jouirait plus longtemps d...
      ...ncore un très-grand bien : les porteurs de fortes sommes en assignats seraient-con...
      ...ient absolument les employer à acquérir de grandes masses de biens, d'acheter les terres des particu...
      ...naux ne se vendissent que peu au-dessus de leur valeur d'estimation, parce que les...
      ...es particuliers n'auraient pas souffert de la concurrence des biens nouvellement m...
      ...ent répartie entre un plus grand nombre de familles, selon l'esprit de la constitution et presque tous les cit...
      (1) Il ne serait pas permis de faire vendre, par une même enchère, plusieurs articles séparés, mais on serait tenu de faire faire autant de ventes particulières que l'on voudrait acquérir d'articles afin de prévenir les grands accaparements qui tendraient en même temps et à écarter les enchérisseurs, et à empêcher les bien-fonds de se subdiviser entre les familles peu riches. Cette nécessité d'acheter par articles séparés, obligerait au contraire les porteurs de grandes sommes d'assignats, à les mettre dans la circulation qu'ils vivifieraient. La vente des biens serait retardée d'autant, au profit de la nation qui jouirait plus longtemps des fruits. Il en résulterait encore un très-grand bien : les porteurs de fortes sommes en assignats seraient-con-traints s'ils voulaient absolument les employer à acquérir de grandes masses de biens, d'acheter les terres des particuliers dont les affaires souffrent depuis longtemps, parce qu'ils ne trouvent pas...
      ...ative aux plus petites fortunes. Par ce moyen, s'il arrivait que les biens nationaux ne se vendissent que peu au-dessus de leur valeur d'estimation, parce que les assignats excluraient l'argent comptant du droit d'en forcer la vente, le bénéf...
      ...ait été indemnisée d'avance par une longue jouissance des revenus ; les terres des particuliers n'auraient pas souffert de la concurrence des biens nouvellement mis dans le commerce ; la masse des biens nationaux se trouverait naturellement répartie entre un plus grand nombre de familles, selon l'esprit de la constitution et presque tous les citoyens seraient propriétaires.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 285
      ...lée nationale aura environ 200 millions moins à imposer, pour 1791, qu'elle n'aurait à imposer si elle ne ... L'Assemblée nationale aura environ 200 millions moins à imposer, pour 1791, qu'elle n'aurait à imposer si elle ne suivait pas le plan proposé, ou tel autre semblable.
      siens, et ceux de l'acquéreur seraient bâtonnés sur-le-champ, mais il n'entrerait en jouissance que du jour de l'adjudication. siens, et ceux de l'acquéreur seraient bâtonnés sur-le-champ, mais il n'entrerait en jouissance que du jour de l'adjudication.
      ...était faite argent comptant, le porteur de récépissé toucherait sur-le-champ le montant de ses assignats, ils seraient bâtonnés au... Si l'adjudication était faite argent comptant, le porteur de récépissé toucherait sur-le-champ le montant de ses assignats, ils seraient bâtonnés au même instant,et l'acquéreur entrerait en jouissance des fruits ou revenus dès l...
      ...iendrait à la municipalité dans le prix de la vente, par-delà le prix d'estimation... La portion qui reviendrait à la municipalité dans le prix de la vente, par-delà le prix d'estimation, lui serait payée sans intérêts, dans le cours d'une année, en argent ou en ass...
      ...s seraient pareillement bâtonnés sur-le-champ. ... être payé qu'en assignats dans le même délai, aussi sans intérêts. Les assignats seraient pareillement bâtonnés sur-le-champ.
      ...ment, et par lui en-, voyés à la caisse de l'extraordinaire pour y être brûlés publiquement à la fin de chaque année, et le procès-verbal de combustion ferait mention du numérote chaque assignat brûlé et. de la somme qui en resterait en circulatio... Tous les autres assignats bâtonnés seraient déposés au directoire du département, et par lui en-, voyés à la caisse de l'extraordinaire pour y être brûlés publiquement à la fin de chaque année, et le procès-verbal de combustion ferait mention du numérote chaque assignat brûlé et. de la somme qui en resterait en circulation, et serait imprimé et affiché.
      ...sidérable serait, sans contredit, celui de forcer la vente des biens nationaux. En...
      ...mps, dans les propriétaires, la volonté les lui vendre. II faut souvent faire l...
      ...gnats qui porteront avec eux la faculté de faire effectuer les ventes à la volonté...
      ... dont les assignats auraient le pouvoir de transmettre à volonté la propriété.
      ... des avantages assez réels pour 1 urètre préférés dans tous les cas. Le plus considérable serait, sans contredit, celui de forcer la vente des biens nationaux. En effet, le possesseur d'argent, à quelque somme que montent ses capitaux, ne peut jamais les convertir en biënS-fondSj s'il ne-trouve en même temps, dans les propriétaires, la volonté les lui vendre. II faut souvent faire les plus grands sacrifices pour déterminer seulement cette volonté. Combien plus précieux que l'argent seront donc des assignats qui porteront avec eux la faculté de faire effectuer les ventes à la volonté du porteur i cet avantage augmente encore, si l'on considère la nature des biens-fonds dont les assignats auraient le pouvoir de transmettre à volonté la propriété.
      Que l'on, achète un bien de famille, on redoute les privilèges, les...
      ...n acquiert, on possède dès le jour même de l'adjudication aussi pleinement, aussi ...
      Que l'on, achète un bien de famille, on redoute les privilèges, les hypothèques, les douaires, les substitutions, lés retraits, les rachats. Si l'o...
      ...un mot, sans jouir avantageusement. Au contraire, si c'est un bien national qu'on acquiert, on possède dès le jour même de l'adjudication aussi pleinement, aussi sûrement qu'on pourrait le faire après 30ans.
      ...ats augmente encore par l'accroissement de valeurs dans l'objet dont seuls ils peu...
      ...fera adjuger une portion correspondante de biens nationaux, pour le prix ou pour un prix très-approchant de l'estimation primitive, tandis que cette portion de biens aura quelquefois doublé de valeur vénale.
      L'avantage des assignats augmente encore par l'accroissement de valeurs dans l'objet dont seuls ils peuvent mettre en possession. 11 arrivera, dans mille circonstances, qu'un porteur d'assignats se fera adjuger une portion correspondante de biens nationaux, pour le prix ou pour un prix très-approchant de l'estimation primitive, tandis que cette portion de biens aura quelquefois doublé de valeur vénale.
      ...rix d'adjudication qui excédera le taux de l'estimation primitive. ...age augmentera encore par la recherche des assignats, pour payer la portion du prix d'adjudication qui excédera le taux de l'estimation primitive.
      ...rs plus ordinairement pour les porteurs de petites sommes d'assignats que pour les riches qui voudraient en réunir de fortes sommes. Et rappelons-nous que tous ces avantages se réaliseront toujours plus ordinairement pour les porteurs de petites sommes d'assignats que pour les riches qui voudraient en réunir de fortes sommes.
      ...nde partie, ou la partie la plus lourde de nos dettes publiques, en valeurs préfér... Nous aurons payé tout, ou la plus grande partie, ou la partie la plus lourde de nos dettes publiques, en valeurs préférables au numéraire effectif,
      ...omme je n'en saurais douter, à la sommé de 5 milliards, les honoraires du clergé s...
      ...éteindront pour à peu près 200 millions de rentes ou intérêts. Donc, là contributi...
      ...née prochaine, s'élèvera à 200 millions de moins, d'où resuite évidemment qu'on po...
      En effet, si les biens nationaux s'élèvent, comme je n'en saurais douter, à la sommé de 5 milliards, les honoraires du clergé se trouvant fondés par l'emploi d'un seul milliard affecté au remboursement des rentes viagères, il est clair que les 4 milliards restants éteindront pour à peu près 200 millions de rentes ou intérêts. Donc, là contribution publique, pour l'année prochaine, s'élèvera à 200 millions de moins, d'où resuite évidemment qu'on pourra supprimer, sans aucun remplacement, les impôts les plus désas treux.
      ...'argent, et qui, n'étant susceptible ni de hausse ni de baisse, ne ..saurait donner lieu à aucu... ...iotâbles seront supprimés et remplacés par un numéraire aussi réel que l'or et l'argent, et qui, n'étant susceptible ni de hausse ni de baisse, ne ..saurait donner lieu à aucune spéculation. Cet heureux effet serait manqué, si l'on attribuait un intérêt q...
      ...euvent être mieux comparés qu'à un amas de roches inégalés entre elles, de matière plus ou moins friable, de forme bizarre, anguleuse ét variée, qu'... En effet, les papiers agiotables ne peuvent être mieux comparés qu'à un amas de roches inégalés entre elles, de matière plus ou moins friable, de forme bizarre, anguleuse ét variée, qu'on ne peut rouler les unes sur les autres sans des efforts immenses, sans obstru...
      glus rien. Je vous propose de leur substituer un glus rien. Je vous propose de leur substituer un
      ...la ténuité, l'homogénéité et la rondeur de ses éléments, à s'insinuer partout, à p...
      ...hercher toujours son niveau. Si au lieu de ce fluide vous me donnez un sable immob...
      ...s, des engorgements; le cours supérieur de vos canaux sera souvent inondé quand le...
      uide bienfaisant, propre par la ténuité, l'homogénéité et la rondeur de ses éléments, à s'insinuer partout, à pénétrer tout, et à chercher toujours son niveau. Si au lieu de ce fluide vous me donnez un sable immobile et visqueux, Comme seraient des assignats non. forcés ou portant intérêt, il...
      ...ide d'un autre fluide ; et dans son cours, il s'amoncellera, il formera des bancs, des engorgements; le cours supérieur de vos canaux sera souvent inondé quand leurs parties basses seront à peine humectées par une filtration lente et insuffis...
      ...irs élevés: leurs possesseurs profitent de la sécheresse' pour vous en vendre fort...
      ...ues misérables pouces, qu'ils ont l'art de repomper avant qu'elle ait pu imbiber l...
      ...usement dédommagés, en un seul instant, de la non-jouissanCe de plusieurs années, ils s'empresseront de vous l'offrir au plus modique intérêt, ...
      ...tre numéraire monnayé est maintenant une eau stagnante contenue dans des réservoirs élevés: leurs possesseurs profitent de la sécheresse' pour vous en vendre fort cher quelques misérables pouces, qu'ils ont l'art de repomper avant qu'elle ait pu imbiber la terre. Qu'une pluie abondante vienne former des torrents, les digues des réser...
      ...es publiques. Cet or qu'ils resserrent aujourd'hui dans l'espoir d'être avantageusement dédommagés, en un seul instant, de la non-jouissanCe de plusieurs années, ils s'empresseront de vous l'offrir au plus modique intérêt, dès que vous n'en aurez plus besoin.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 286
      ...li la circula? tion, rouvert les sqwces de toutes les dépenses et procuré dçs travyy>çç abondants à des millions de bras qui en manquent auj § proposition ... iYpws aurons sur-lerchamp rétabli la circula? tion, rouvert les sqwces de toutes les dépenses et procuré dçs travyy>çç abondants à des millions de bras qui en manquent auj § proposition n'est
      ...timation çles biens, que la liquidation de là dettèV que la fabrication même des a...
      ...occppatiqn utile à un très-grand nombre de citoyens de tantes classes ; qu'il convient même au...
      ...cs et particuliers d'y employer ie plus de personnes qu'il sera possible parce que...
      ... nous serpns délivrés du poids écr^sâpt de notre dette ppblique, et enfin, parce q...
      ...llibjemeht suivi d'un très-grand nombre de nouvelles acquisitions de fonds, et tout acquêt reur étant tçujoprs très-empressé dp bâtir, de planter, en uu mot, d'améliorer de tputés les manières, il arriverait plut...
      ...t la réaction sur les dernières cjàsses de la société est et sers toujours incalcu...
      ...entes; mais s'il fallait la prouver, je vops observerais que l'arpentage et l'estimation çles biens, que la liquidation de là dettèV que la fabrication même des assignats, offriront, dès les premiers moments, une occppatiqn utile à un très-grand nombre de citoyens de tantes classes ; qu'il convient même aux intérêts publics et particuliers d'y employer ie plus de personnes qu'il sera possible parce que, plus tôt nous aurons terminé, pf^fgt nous serpns délivrés du poids écr^sâpt de notre dette ppblique, et enfin, parce que reiuboprsement devant ptrè iU^illibjemeht suivi d'un très-grand nombre de nouvelles acquisitions de fonds, et tout acquêt reur étant tçujoprs très-empressé dp bâtir, de planter, en uu mot, d'améliorer de tputés les manières, il arriverait plutôt que les ouvriers manqueraient fe trayaux que lès travaux aux oùyriers. Ajp'utez à ce)a J'p,isapce générale dont la réaction sur les dernières cjàsses de la société est et sers toujours incalculable.
      ...$ pouvez venir dès à présent au secours de Paris, eh faisant cesseras rej,qfiom tr...
      ...ous foulez ordonner pppr le département de Paris seulement, et y faire exécuter à ...
      ...ppératipn que je propose popr le j'este de la France, Blte pept y être terminée en...
      Vou$ pouvez venir dès à présent au secours de Paris, eh faisant cesseras rej,qfiom trop désavantageuses du TrésQx pV/We avec la Caisse d'escompte, si yous foulez ordonner pppr le département de Paris seulement, et y faire exécuter à l'instant même ï'ppératipn que je propose popr le j'este de la France, Blte pept y être terminée en moins d'un mois, poiume l'opération générale peut l'être en trpis ou quatre, po...
      ... cer-^ tain, au m9ins,que|è département de Paris seul, offre,ep fpnds nationaux, qppi asgepir lepotU-brë 4'assignats suf...
      ...'psr cèmpte," et iipUS donner lie temps de respirer^
      ... que cette activité séit simultanée ^s toutes }es mumpîpalités à |a fois. Il és| cer-^ tain, au m9ins,que|è département de Paris seul, offre,ep fpnds nationaux, qppi asgepir lepotU-brë 4'assignats suffisant poqr payer [a paisse d'psr cèmpte," et iipUS donner lie temps de respirer^
      ...ux n'étant point une partie èssèntielle de ce plan, on ' peut, on d§|f içêmè, 4es ...
      ...â pilleurs une masse assez considérable de biens nationaux à acquérir 4ès à présen...
      ...me temps forcer la vente'qe la totalité de |eUFs gages.
      ...r-vation importante ; c'est qpp là venté effçctiye et actuelle des biens nationaux n'étant point une partie èssèntielle de ce plan, on ' peut, on d§|f içêmè, 4es à présent, cpmpreïldre dans l'estimation," ,avec les fonds présentement libres, ...
      ...longtemps "Baille autres emplois plus utiles daps la circulation. Jl leur rèsterâ pilleurs une masse assez considérable de biens nationaux à acquérir 4ès à présent, à volonté, pour répondre qu'ils ne yièn^ropt pas tops en même temps forcer la vente'qe la totalité de |eUFs gages.
      Vofts filtrez çissuré honoraire $ de votre clergé. et le patrmme mjmM pauvre...
      ...viagères. Je vous ai montré la facilité de libérer y os rentes viagères avec un milliard de fonds qui pè produisent rien aujourd'hu...
      Vofts filtrez çissuré honoraire $ de votre clergé. et le patrmme mjmM pauvres. Sur la première partie, vpus ayez yp,Messieurs,que j^ai assuré cette dépepsè par {'empTol jijes'fonds qui acquittent à présent yps fentes viagères. Je vous ai montré la facilité de libérer y os rentes viagères avec un milliard de fonds qui pè produisent rien aujourd'hui. Il eh résulte donc que votre clergé ne vous coûtera rée}lemept rie#.
      ... jies vrqis pauvres," pn yous proposant de réserver dqjis chaque djsjrict qes fopd...
      ... ne serait point avantageux à la nation de réserver ces
      J'ai epcore assure le p^trimpipe jies vrqis pauvres," pn yous proposant de réserver dqjis chaque djsjrict qes fopds spécialement affectés à ce respectable e^plpi. ppnen4aidt, Messieurs, il ne serait point avantageux à la nation de réserver ces
      ... somme d'assignat^ ét fonder le revpnii de^ hôpitaux sur la portion 4e rentes qiie... ...ien mieux ajors affecter même la part des pauvres a la création d'une plus forte somme d'assignat^ ét fonder le revpnii de^ hôpitaux sur la portion 4e rentes qiie vous auriez acquise à la nation p&r le payement d'un capital plus ppnsidérabléf
      ... ne payerait pas plus 4'une manière que de l'autre, et que cependant elle continuerait à Per cer voir, au profit delà paisse de l'extraordinaire, les revenus de ces bieps, jqsqu'ft l'extinction dès gf... L'avantage serait évident, eu ce que la nation ne payerait pas plus 4'une manière que de l'autre, et que cependant elle continuerait à Per cer voir, au profit delà paisse de l'extraordinaire, les revenus de ces bieps, jqsqu'ft l'extinction dès gfs signats, c'est-à-dire jusqu'à la vente.
      Outre l'allégement de la contribution publique qui résulterait du payement de la dette nous conserverons à la nation ...
      ...assignats, jusqu'à ce que ïâ prospérité de. la frappe fut parvenue à spq dernier p...
      Outre l'allégement de la contribution publique qui résulterait du payement de la dette nous conserverons à la nation pendant encore une lo.ngue suite ^'années, tout o.u partie du revenu des biens q...
      ...dans la circulatiou î ef par l'évidence du besoin que la circulation aurait des assignats, jusqu'à ce que ïâ prospérité de. la frappe fut parvenue à spq dernier péripde : ce qui demande encpré "près d'un siècle»
      Yqus u effectueriez fa vente de§ biens nationquç^ yu à mesure que l'Qpi...
      ...ujppfsle résultat des intérêts évidepts de fous les individus qui CQmppseU11$ soci...
      Yqus u effectueriez fa vente de§ biens nationquç^ yu à mesure que l'QpiriiQp, publique se serait formée sur cppointj Dr l'opinion publique IsJ toujppfsle résultat des intérêts évidepts de fous les individus qui CQmppseU11$ société.
      ...é d'évidence." par lft seule exposjfion de la suivante : " Cette proposition va 4onc être portée au plus haut degré d'évidence." par lft seule exposjfion de la suivante : "
      ...nstitution, par les liens indissolubles de l'intérçt perçonfie),, tant sps plus da... Enchaîner pour jamais à, la Constitution, par les liens indissolubles de l'intérçt perçonfie),, tant sps plus dangereux ennemis que ses plus zélés partisans.
      ...or, et faisant fijîsolu? nient fpnctjpu de mQUÙaie,' eu concurrepcp avep l'or et l...
      ...t pn prdrè pnop^foiré',' les dçn m^ihes de la cpurppne fëuus eppqpe' une inaliénables, la spuyeraipè^ de la nation méconnue, le pouvoir arbitrai...
      ...gnats devienpeutàlin-stant des feuilles de c^ne.
      ...s 4e-mapde des Assignats sans)ntèrêts, subdivisés ^peu près comme pps pièces iJ'or, et faisant fijîsolu? nient fpnctjpu de mQUÙaie,' eu concurrepcp avep l'or et l'argent. Sivousm'accprflez ces trois poiqts, il e.St évident que la masseurs ass...
      ... la Constitution renversée, la distinction q§S ord/es rétablie, le clergé foMnant pn prdrè pnop^foiré',' les dçn m^ihes de la cpurppne fëuus eppqpe' une inaliénables, la spuyeraipè^ de la nation méconnue, le pouvoir arbitraire ressuscité bouleversant yqtre ouvrage, ef sutjstituanf les abus? Je gaspillag...
      ...vous aurez établie ént'ré la dépense e(; la recette, il est évident que les assignats devienpeutàlin-stant des feuilles de c^ne.
      ...gileï)iiis4ur^ole qui soit jamais sorti la main des lipmmes. Comment, en effet,... ...tra à la postérité la plus reculée, cpmme l'ouvrage, à l(a fpis le pliis litjjë gileï)iiis4ur^ole qui soit jamais sorti la main des lipmmes. Comment, en effet, supposer que la Constitution puisse être rehyers^e, lorsque plusieurs milliards...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 287
      ...es espérances que sur l'intérêt évident de chaque citoyen. 11 a tout fa|t, ettout fait pour jamais, quau4 il .a tropvé 1g moyen de rattacher à l'intérêt public, tous les ... ...our le maintien d'une bonne Constitution ; mais le législateur ne dofj; fonder ses espérances que sur l'intérêt évident de chaque citoyen. 11 a tout fa|t, ettout fait pour jamais, quau4 il .a tropvé 1g moyen de rattacher à l'intérêt public, tous les intérêts pariippliprs.
      ...e trouve solidement établie subdivision de eps biens pu Articles d'un prix, très-m...
      ...ps trèsr varié , pt par l'impossibilité de faire réunir sieurs articles dans up gi...
      ...sées, dans y>ne proportion, plus jQfte encore que Içs riches. Cette proportion se trouve solidement établie subdivision de eps biens pu Articles d'un prix, très-modéré et en même temps trèsr varié , pt par l'impossibilité de faire réunir sieurs articles dans up gi^rpe proGès-verbal d'ep» chères.
      ...en circulation pour plusieqfs milliards de numéraire fictif, mér^e sans contre-val...
      ... çpm? merce avec nous qui Obvions point de numéraire fictif, et qui poussons jusqu...
      ...ais abréger, -ep opposant sjnipfemënt l'ex? emple des pays voisins qui tiennent en circulation pour plusieqfs milliards de numéraire fictif, mér^e sans contre-valeur, qui ne prohibent poiflt la sortie dp numéraire effectif, et qui n'en ont pas iflQifls eu jusqu'ici' pn avantage marqué dans leur çpm? merce avec nous qui Obvions point de numéraire fictif, et qui poussons jusqu'à la rigueur les défenses d'exporter notre numéraire ; pourquoi ? Pc(,rce qqe l...
      ...e je ne fais disparaître" aucune partie de nôtre numéraire effectif, qu'il reste t...
      ...rculation, en faisant cesser Jes motifs de crainte ou d'espérance qui déterminerai...
      ...à présumer, le numéraire ne peqt sortir de Fraricé sans y laisser un équivalent : ...
      ...ur spurpè dans l'élévation des intérêts de nos capitaux et dans la non-valeur de nos matières premières; que cette non-v...
      ...us étions obligés délivrer deux mesures de nos denrées pour Une mesure des denrées...
      ...ion élevait au niveau du marché général de l'Europe, tandis que les nôtres restaient fort au-dessous ; qu'ainsi, en donnant plus de latitude à nos entreprises par le bon m...
      Mais j'observerai à ces personnes timides, qpe je ne fais disparaître" aucune partie de nôtre numéraire effectif, qu'il reste tout entier dans le royaume, et que même je le force à reparaître dans la circulation, en faisant cesser Jes motifs de crainte ou d'espérance qui détermineraient à le resserrer; qu'à moins d'émigrations très-con-sidérables et Nullement compensées, ce qui n'est pas du tout à présumer, le numéraire ne peqt sortir de Fraricé sans y laisser un équivalent : et que, comme les étrangers né mangent pas plus ror et l'argent que nous, il fau...
      ...raire, comme celles dont nous nous plaignons dans le commerce en généràl, ont leur spurpè dans l'élévation des intérêts de nos capitaux et dans la non-valeur de nos matières premières; que cette non-valeur a souvent été telle, que nous étions obligés délivrer deux mesures de nos denrées pour Une mesure des denrées étrangères qup là liberté d'exportation élevait au niveau du marché général de l'Europe, tandis que les nôtres restaient fort au-dessous ; qu'ainsi, en donnant plus de latitude à nos entreprises par le bon marché des capitaux, en laissant monter nos denrées à ieur véritable prix, par là...
      ...ès-mauvais ; ayant pour principal objet de déjouer leurs menées, il sera d'aptant ... ...stes, Ie§ financiers et les agioteurs le trouvaient bon, à coup sûr il serait très-mauvais ; ayant pour principal objet de déjouer leurs menées, il sera d'aptant meilleur qu'il leur déplaira davantage.
      ...ps précises ; il pe pept expé4er celles de la valeur des biens nationaux, ou la so...
      ...manente, qqj ferait dépendre spp succès de l'exactitude' de chefs ou de sous-ordres répandus par toptp la Franc...
      ...uvement, une fois imprimé, se perpétue"'de lui-même ppr 1-actipn journalière dp l'...
      ...e source s'écoule vers là1 mer en dépit de tous les obstacles, par sa seule tendan...
      Le plàn qiie je vous propose est renfermé dans des borpps précises ; il pe pept expé4er celles de la valeur des biens nationaux, ou la somme des dettés pubiiqijes. Il n'éxigp point une administration partlPPlière permanente, qqj ferait dépendre spp succès de l'exactitude' de chefs ou de sous-ordres répandus par toptp la France, par conséquent difficiles à surveiller, ét dont les malversations, trop possi...
      ...ut est absolument terminé paF la simple émission des assignats, et le premier mouvement, une fois imprimé, se perpétue"'de lui-même ppr 1-actipn journalière dp l'intérêt général combiné avec tous les intérêts particuliers, comme l'pau sortie d'une source s'écoule vers là1 mer en dépit de tous les obstacles, par sa seule tendance vers le piveau commun.
      Les revenus de tout ou partie des biens nationaux assurent à la eais'se de l'extraordinaire des fonds annuels fort...
      ...uvent décroître que par l'accroissement de la prospérité publique : car la vente de ces biens s'opérera plus ou moins rapidement en raison de ce que les assignats seront plus ou moi...
      ...moins nuisible aux Etats qu'aux enfants de famille.
      Les revenus de tout ou partie des biens nationaux assurent à la eais'se de l'extraordinaire des fonds annuels fort considérables, qui ne peuvent décroître que par l'accroissement de la prospérité publique : car la vente de ces biens s'opérera plus ou moins rapidement en raison de ce que les assignats seront plus ou moins utiles dans la circulation. Or, l'inutilité du numéraire ne se fait jamais se...
      ... se réduit, en dernière analyse, l'art tant vanté du crédit, qui n'a jamais été moins nuisible aux Etats qu'aux enfants de famille.
      La caisse de Vextraordinaire pourrait done acquitter...
      ...t d'accorder au grand nombre d'employés de tout rang qy,e le retour à l'ordre lais...
      La caisse de Vextraordinaire pourrait done acquitter pendant très-longtemps, et sans surcharger ta nation, les indemnités, retraites...
      ... dédommagements que l'Assemblée nationale jugera nécessaire, éouitable et prudent d'accorder au grand nombre d'employés de tout rang qy,e le retour à l'ordre laissera sans travail et sans ressources.
      ...sufhsanèë des cént et quelques millions reptes autrefois viagèfes, pour acquitt...
      ... dimipuér gradueljeipent par le§ achats de quelques portions dp biens nationaux, et le surplus des ronds de cette caisse s'appliquerait ordinaireme...
      Elfe pourra encore subvenir, s'il le faut, à }'in -sufhsanèë des cént et quelques millions reptes autrefois viagèfes, pour acquitter les pensions des religieux et religieuses les plus âgés. Ces charges, toujour...
      ... pâture, s'accorderaient très-bien avec des revenus qu'on doit's'attendre à voir dimipuér gradueljeipent par le§ achats de quelques portions dp biens nationaux, et le surplus des ronds de cette caisse s'appliquerait ordinairement aux grandes entreprises publiques, comme ports, canaux, ponts, fortifications...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 288
      ... être remis au département avant le Ie* de septembre. Et si quelques municipalités...
      ... ne les auront pas remises avant le Ier de janvier 1791, ne jouiront d'aucune diminution d impôt, pour le temps qui s'écoulera depuis le 1er de janvier, jusqu'à la remise des plans.
      Art. 10. Les états estimatifs devront être remis au département avant le Ie* de septembre. Et si quelques municipalités ne peuvent pas y joindre en même temps les copies des plans, celles qui ne les auront pas remises avant le Ier de janvier 1791, ne jouiront d'aucune diminution d impôt, pour le temps qui s'écoulera depuis le 1er de janvier, jusqu'à la remise des plans.
      Enfin il résulterait de l'exécution de ce plan, que l'Assemblée nationale aura...
      ...serait ne. payant probablement pas plus de 300 à 350 millions, et jouissant, en outre, de revenus extraordinaires, dont la diminution graduelle serait le sûr4 thermomètre de sa prospérité.
      Enfin il résulterait de l'exécution de ce plan, que l'Assemblée nationale aurait trouvé la France payant peut-être 1 milliard, tant en revenus qu'en frais con...
      ...ne suffisant pas à ses dépenses avec cette énorme perception, et qu'elle la laisserait ne. payant probablement pas plus de 300 à 350 millions, et jouissant, en outre, de revenus extraordinaires, dont la diminution graduelle serait le sûr4 thermomètre de sa prospérité.
      PROJET DE DÉCRET. PROJET DE DÉCRET.
      ... chaque municipalité, à l'état détaillé de tous les biens nationaux quelconques, s... . Aussitôt après la formation des districts, il sera procédé en même temps, dans chaque municipalité, à l'état détaillé de tous les biens nationaux quelconques, situés dans son arrondissement.
      Art. 3. Le plan de la circonscription de chaque article, sera levé géométriqueme... Art. 3. Le plan de la circonscription de chaque article, sera levé géométriquement, et contradic-toirement avec les propriétaires voisins, ou eux dûment appelés...
      Art. 4. Une cbpie de chaque plan, ainsi levé ^en gros, sera déposée au bureau de la municipalité, une au district, une au département, et une à la caisse de l'extraordinaire. Art. 4. Une cbpie de chaque plan, ainsi levé ^en gros, sera déposée au bureau de la municipalité, une au district, une au département, et une à la caisse de l'extraordinaire.
      Art. 7, La caisse de l'extraordinaire fera imprimer l'extrai... Art. 7, La caisse de l'extraordinaire fera imprimer l'extrait ou table des 83 états détaillés des départements.
      ...t payés par les municipalités, à raison de 1 livre par arpent et 24 livres pour le déplacement de l'arpenteur, lorsqu'il ne demeurera pas...
      ...es seront prélevées sur les impositions de chaque municipalité.
      Art. 9. L'arpentage et les copies des plans seront payés par les municipalités, à raison de 1 livre par arpent et 24 livres pour le déplacement de l'arpenteur, lorsqu'il ne demeurera pas sur les lieux. Ces sommes seront prélevées sur les impositions de chaque municipalité.
      ... caisses des districts à la disposition de celle de l'extraordinaire. ...strict; et les fermages, après les réparations prélevées, seront versés dans les caisses des districts à la disposition de celle de l'extraordinaire.
      ...» il sera fait mention expresse du prix de ferme de chaque article en particulier. " Art. 12. Lorsqu'un fermier prendra plusieurs articles par un même bail» il sera fait mention expresse du prix de ferme de chaque article en particulier.
      . Dans lès deux mois, à compter de la publication du présent, décret, tous les créanciers de l'Etat, ceux du clergé et des ecclésiastiques seront tenus de rapporter à la caisse de l'extraordinaire, les titres de tout ce qui peut leur être dû, excepté, les arrérages courants depuis le mois de janvier dernier. . Dans lès deux mois, à compter de la publication du présent, décret, tous les créanciers de l'Etat, ceux du clergé et des ecclésiastiques seront tenus de rapporter à la caisse de l'extraordinaire, les titres de tout ce qui peut leur être dû, excepté, les arrérages courants depuis le mois de janvier dernier.
      ...es dans lë délai prescrit seront déchus de leurs prétentions, à moins qu'ils ne justifient de leur absence hors du royaume. • Art. 2. Tous ceux qui n'auront pas remis leurs titres dans lë délai prescrit seront déchus de leurs prétentions, à moins qu'ils ne justifient de leur absence hors du royaume. •
      ...réanciers non régnicoles auront un mois de plus pour rapporter leurs titres de créances. AH. 4. Les créanciers non régnicoles auront un mois de plus pour rapporter leurs titres de créances.
      ...ont admis à faire liquider leurs titres de créances dans le délai prescrit, s'ils ... ...nicoles , intéressés dans les emprunts négociés directement avec l'étranger, seront admis à faire liquider leurs titres de créances dans le délai prescrit, s'ils le jugent à propos ; mais ils n'encourront aucune déchéance, s'ils ne se présent...
      ...procédé, sans délai, à la liquiv dation de la dette publique, sous l'inspection de commissaires de l'Assemblée, nommés par elle. Art. 6. Il sera procédé, sans délai, à la liquiv dation de la dette publique, sous l'inspection de commissaires de l'Assemblée, nommés par elle.
      Art. 2. Ces assignats seront de'25, de 50 et de 100 livres seulement ; ils ne porteront... Art. 2. Ces assignats seront de'25, de 50 et de 100 livres seulement ; ils ne porteront aucun intérêt et ils seront reçus, en toutes circonstances, comme les autres mo...
      Art. 3. Il est défendu à toute personne de stipuler, soit par acte public, soit pa... Art. 3. Il est défendu à toute personne de stipuler, soit par acte public, soit par écriture privée, soit verbalement, qu'une somme quelconque sera payée soit en ...
      Art. 5. Il sera payé une somme de 24,000 livres à l'artiste ou aux artistes qui , au jugement de l'Académie de peinture et de sculpture, à laquelle se réuniront douz...
      ...ont, dans un mois, la meilleure méthode de fabriquer les assignats pour en prévenir la contrefaçon à la charge par eux de mettre le procédé couronné à exécution....
      Art. 5. Il sera payé une somme de 24,000 livres à l'artiste ou aux artistes qui , au jugement de l'Académie de peinture et de sculpture, à laquelle se réuniront douze écrivains jurés, indiqueront, dans un mois, la meilleure méthode de fabriquer les assignats pour en prévenir la contrefaçon à la charge par eux de mettre le procédé couronné à exécution. Si l'Académie juge devoir réunir les procédés indiqués séparément par plusieurs...

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 289
      Art. 10. Si le porteur de récépissé se rend adjudicataire, les fruits ou revenus de l'article adjugé courront à son profit, à compter de la date du récépissé ; et les assignats déposés seront bâtonnés sur-le-champ en présence du public. Art. 10. Si le porteur de récépissé se rend adjudicataire, les fruits ou revenus de l'article adjugé courront à son profit, à compter de la date du récépissé ; et les assignats déposés seront bâtonnés sur-le-champ en présence du public.
      ... se rend adjudicataire, ceux du porteur de récépissé lui seront remis, ceux de l'adjudicataire seront bâtonnés sur-le-champ, et il entrera en jouissance des revenus dès le jour de l'adjudication. Art. 11. Si un autre porteur d'assignats se rend adjudicataire, ceux du porteur de récépissé lui seront remis, ceux de l'adjudicataire seront bâtonnés sur-le-champ, et il entrera en jouissance des revenus dès le jour de l'adjudication.
      Art. 13. Si le porteur de récépissé consent à ne recevoir qu'une partie de ses assignats en monnaie d'or ou d'argent, l'enchèrë sera admise et payée de la manière convenue d'avance entre lui ...
      ...et le procès-verbal fera mention sur-le-champ de son consentement; et si.l'adjudication a lieu au profit de celui qui offrira de payer partie en assignats, et partie en espèces, le porteur de récépissé retirera la portion d'assigna...
      ...lles l'adjudicataire sera toujours tenu de payer sur-le-champ, jusqu'à concurrence du prix d'estimati...
      Art. 13. Si le porteur de récépissé consent à ne recevoir qu'une partie de ses assignats en monnaie d'or ou d'argent, l'enchèrë sera admise et payée de la manière convenue d'avance entre lui et l'enchérisseur, et le procès-verbal fera mention sur-le-champ de son consentement; et si.l'adjudication a lieu au profit de celui qui offrira de payer partie en assignats, et partie en espèces, le porteur de récépissé retirera la portion d'assignats et la portion d'espèces convenue, lesquelles l'adjudicataire sera toujours tenu de payer sur-le-champ, jusqu'à concurrence du prix d'estimation.
      Art. 14. Si l'enchérisseur a intention de payer en espèces la totalité du prix d'...
      ...oint tenu d'en convenir avec le porteur de récépissé. Mais au moment même de l'adjudication, quand elle aura lieu au profit du porteur d'espèces, le porteur de récépissé retirera les espèces, et les assignats déposés seront bâtonnés sur-le-champ.
      Art. 14. Si l'enchérisseur a intention de payer en espèces la totalité du prix d'estimation, il ne sera point tenu d'en convenir avec le porteur de récépissé. Mais au moment même de l'adjudication, quand elle aura lieu au profit du porteur d'espèces, le porteur de récépissé retirera les espèces, et les assignats déposés seront bâtonnés sur-le-champ.
      ...me il doit toujours être bâtonné sur-le-champ une somme d'assignats égale au prix d'estimation, le porteur de récépissé ne pourra jamais payer en esp... Art. 16. Gomme il doit toujours être bâtonné sur-le-champ une somme d'assignats égale au prix d'estimation, le porteur de récépissé ne pourra jamais payer en espèces pour retirer ses assignats.
      Art. 17. Si l'article est vendu au-dessus du prix de l'estimation primitive, le quart de cet excédant sera payé à la municipalit...
      ...n, sansnntérêts, et la somme, provenant de ce quart, sera, par elle, employée aux besoins de la communauté.
      Art. 17. Si l'article est vendu au-dessus du prix de l'estimation primitive, le quart de cet excédant sera payé à la municipalité en assignats, ou espèces, dans l'espace d'un an, sansnntérêts, et la somme, provenant de ce quart, sera, par elle, employée aux besoins de la communauté.
      Art. 18. Les trois autres quarts de cet excédant ne pourront jamais être pa...
      ...e du district, qui les bâtonnera sur-le-champ et lui en donnera quittance.
      Art. 18. Les trois autres quarts de cet excédant ne pourront jamais être payés qu'en assignats. L'acquéreur aura.de même le terme d'un an, sans intérêts, pour présenter ses assignats au directoire du district, qui les bâtonnera sur-le-champ et lui en donnera quittance.
      augmenté, s'il y a lieu, de manière que chacun d'eux ait 12,000 liv... augmenté, s'il y a lieu, de manière que chacun d'eux ait 12,000 livres.
      ... octobre prochain, il ne sera plus fait de fonds pour une somme de reDtes viagères et perpétuelles ou d'in... ...er sera connue et que les assignats seront fabriqués, et au plus tard dès le 1er octobre prochain, il ne sera plus fait de fonds pour une somme de reDtes viagères et perpétuelles ou d'intérêts, égaie à Celle que produira le capital dont l'Assemblée ordonnera le remb...
      ...dées, pourront se présenter à la caisse de l'extraordinaire, où ils seront remboursés de tout ce qui leur sera dû, soit en assig...
      ...nt, et sans qu'ils puissent être tenus, de parfaire les appoints s'il y a lieu. |
      ...rt. 7. Dès le même jour, tous les créanciers, dont les créances auront été liquidées, pourront se présenter à la caisse de l'extraordinaire, où ils seront remboursés de tout ce qui leur sera dû, soit en assignats soit en espèces d'or et d'argent indifféremment, et sans qu'ils puissent être tenus, de parfaire les appoints s'il y a lieu. |
      ...es impositions du royaume sera diminuée de toute la somme de rentes constituées ou intérêts, qui ser... Art. 8. Dés le Ier janvier 17Ô1, la masse générale des impositions du royaume sera diminuée de toute la somme de rentes constituées ou intérêts, qui sera anéantie par le remboursement des capitaux.
      Vente de biens. Vente de biens.
      ...nt étrangère que re-gnicole, aura droit de forcer la vente des biens nationaux, en...
      ...u'elle, voudra faire vendre, le montant de l'estimation, en assignats, et jamais e...
      Art. 3. Toute personne, tant étrangère que re-gnicole, aura droit de forcer la vente des biens nationaux, en déposant à la caisse du district où sera situé l'article ou les articles qu'elle, voudra faire vendre, le montant de l'estimation, en assignats, et jamais en aucune autre valeur.
      ...ens nationaux; il ne sera jamais permis de réunir plusieurs articles des biens nat...
      ...hère, mais il sera fait toujours autant de ventes séparées qu'on voudra faire vend...
      ...aparements et ménager aux citoyens les moids aisés, les moyens d'acquérir des biens nationaux; il ne sera jamais permis de réunir plusieurs articles des biens nationaux dans un même procès-verbal d'enchère, mais il sera fait toujours autant de ventes séparées qu'on voudra faire vendre d'articles.
      ...ict, il ^sera délivré au porteur autant de .récépissés particuliers qu'il voudra faire vendre d'articles ; et en vertu de ces récépissés, il aura droit de faire procéder, après un mois révolu, a... Art. 5. A l'instant où les assignats seront déposés dans la caisse du district, il ^sera délivré au porteur autant de .récépissés particuliers qu'il voudra faire vendre d'articles ; et en vertu de ces récépissés, il aura droit de faire procéder, après un mois révolu, aux trois adjudications à huit jours d'intervalle.
      ...tion définitive ou plus tôt, le porteur de récépissé sera libre, de retirer ses assignats, et la vente n'au... Art. 7. Ayant l'ouverture du procès-verbal d'adjudication définitive ou plus tôt, le porteur de récépissé sera libre, de retirer ses assignats, et la vente n'aura plus lieu, mais la vente sera forcée dès l'ouverture du procès-verbal d'adjud...
      ...dicataire aucune somme par-delà le prix de l'adjudication, ni pour frais de vente, ni pour droits de mutation, ni pour droits fiscaux; et le titre de propriété lui sera délivré gratis par le directoire de district. Art. 9. Il ne sera payé par l'adjudicataire aucune somme par-delà le prix de l'adjudication, ni pour frais de vente, ni pour droits de mutation, ni pour droits fiscaux; et le titre de propriété lui sera délivré gratis par le directoire de district.
      Art. 12. Le prix de l'adjudication ne pourra jamais être pa...
      ... sans le consentement exprès du porteur récépissé, et les.enchérisseurs seront tenus de lui demander son consentement avant de faire admettre leur enchère.
      Art. 12. Le prix de l'adjudication ne pourra jamais être payé partie en assignats et partie en monnaie d'or et d'argent, sans le consentement exprès du porteur récépissé, et les.enchérisseurs seront tenus de lui demander son consentement avant de faire admettre leur enchère.
      ...on sera toujours payé comptant, à peine de nullité de la vente, soit en assignats, soit en espèces, et l'adjudicataire, autre que le porteur de récépissé, n'entrera en jouissance que du jour de l'adjudication. Art. 15. Dans tous les cas, le prix d'estimation sera toujours payé comptant, à peine de nullité de la vente, soit en assignats, soit en espèces, et l'adjudicataire, autre que le porteur de récépissé, n'entrera en jouissance que du jour de l'adjudication.
      ...ne pourra ôter au fermier la jouissance de son bail, qu'en s'arrangeant avec lui de gré à gré. Art. 19. L'acquéreur ne pourra ôter au fermier la jouissance de son bail, qu'en s'arrangeant avec lui de gré à gré.
      ...quéreur n'a pas payé l'excédant du prix de son acquisition, tant au district qu'à ...
      ...es revenus à son profit, depuis le jour de l'échéance jusqu'au jour du parfait pay...
      Art. 20. Aussitôt après l'année expirée, si l'acquéreur n'a pas payé l'excédant du prix de son acquisition, tant au district qu'à la municipalité, celle-ci percevra les revenus à son profit, depuis le jour de l'échéance jusqu'au jour du parfait payement.
      Art. 21. Le directoire de district remettra au département les as... Art. 21. Le directoire de district remettra au département les assignats bâtonnés, dàns la huitaine au plus tard, et en recevra la décharge .
      ...a note des articles vendus, à la caisse de l'extraordinaire, qui lui enverra aussi... ...les mois, le directoire du département fera tenir les assignats bâtonnés, avec la note des articles vendus, à la caisse de l'extraordinaire, qui lui enverra aussi sa. décharge.
      Art. 23. A la fin de. chaque année , le caissier de l'extraordinaire fera brûler publiqueme... Art. 23. A la fin de. chaque année , le caissier de l'extraordinaire fera brûler publiquement tous

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 290
      . Du jour où il ne sera plus fait de fonds pour payer les rentes viagères, t...
      ...du clergé , tant séculier que régulier* de l'un et de l'autre sexecesseront de percevoir les revenus des biens dont ils jouissaient, et ils entreront sur-le-champ en jouissance des sommes annuelles qui leur auront été attribuées par les décrets de l'Assemblée, à quelque titre que ce soi...
      . Du jour où il ne sera plus fait de fonds pour payer les rentes viagères, tous les membres du clergé , tant séculier que régulier* de l'un et de l'autre sexecesseront de percevoir les revenus des biens dont ils jouissaient, et ils entreront sur-le-champ en jouissance des sommes annuelles qui leur auront été attribuées par les décrets de l'Assemblée, à quelque titre que ce soit. .
      ...assignats bâtonnés, et le procès-verbal de combustion contenant la note des articl...
      ...méros des assignats brûlés, et la somme de ceux qui resteront en circulation sera ...
      les assignats bâtonnés, et le procès-verbal de combustion contenant la note des articles vendus dans l'année, les numéros des assignats brûlés, et la somme de ceux qui resteront en circulation sera imprimé et affiché.
      ...e les mains du receveur des impositions de la municipalité, dans l'enceinte de laquelle il sera domicilié ; que jamais... ...a été accordé, à quelque titre que ce soit, des premiers deniers qui seront entre les mains du receveur des impositions de la municipalité, dans l'enceinte de laquelle il sera domicilié ; que jamais ce receveur ne pourra , pour quelque cause que ce puisse être, se dessaisir d'a...
      ...rt. 3. Tout ecclésiastique qui changera de domicile sera tenu d'en prévenir les dé...
      ...micile, afin d'être compris dans l'état de sa nouvelle municipalité avant le 1er de janvier ; sinon il ne pourra toucher ses revenus que des mains du receveur de la municipalité qu'il, aura quittée.
      Art. 3. Tout ecclésiastique qui changera de domicile sera tenu d'en prévenir les département, district et municipalité qu'il voudra quitter, et le département, district et municipalité, dans l'enceinte desquels il aura élu son nouveau domicile, afin d'être compris dans l'état de sa nouvelle municipalité avant le 1er de janvier ; sinon il ne pourra toucher ses revenus que des mains du receveur de la municipalité qu'il, aura quittée.
      Art. 4. Au moment où ce nouvel ordre de choses commencera, tous les ecclésiasti...
      ...ont leurs revenus des mains du receveur de la municipalité de leur domicile actuel Jusqu'à ce qu'ils ...
      Art. 4. Au moment où ce nouvel ordre de choses commencera, tous les ecclésiastiques toucheront leurs revenus des mains du receveur de la municipalité de leur domicile actuel Jusqu'à ce qu'ils en aient élu un autre dans la forme prescrite par l'article 3»
      Art. 5. La même règle de payement sera suivie pour les revenus a...
      ...'état estimatif des biens qui serviront de gage aUx assignats.
      Art. 5. La même règle de payement sera suivie pour les revenus attribués aux hôpitaux, si leurs biens sont compris dans l'état estimatif des biens qui serviront de gage aUx assignats.
      ...ement* il y sera suppléé parle receveur de la municipalité la plus voisine, sur l'... ...acquitter les revenus des ecclésiastiques ou hôpitaux compris dans son arrondissement* il y sera suppléé parle receveur de la municipalité la plus voisine, sur l'ordre du district, visé par le département.
      Caisse de l'extraordinaire. Caisse de l'extraordinaire.
      . Les revenus de tous les biens nationaux qui ne seront pas vendus, seront versés par les caisses de district dans celle de l'extraordinaire) ou distribués sur les mandats du caissier de l'extraordinaire. . Les revenus de tous les biens nationaux qui ne seront pas vendus, seront versés par les caisses de district dans celle de l'extraordinaire) ou distribués sur les mandats du caissier de l'extraordinaire.
      Art. 2. Aucune partie de ces revenus ne pourra être employée aux... Art. 2. Aucune partie de ces revenus ne pourra être employée aux dépenses comprises dans l'état des dépenses ordinaires.
      ...les traitements viagers qui ne sont pas de nature à être renouvelés à la mort des ... ...3. 11 ne pourra être attribué, sur Cette caisse, aucun revenu fixe, si Ce n'est les traitements viagers qui ne sont pas de nature à être renouvelés à la mort des titulaires.
      ...mpositions, comme par le passé ; et aux -, penses extrordinaires et libres, aprè...
      ... sera mis sous ses yeux par le caissier de l'extraordinaire.
      continuera à être fait fonds sur le produit des impositions, comme par le passé ; et aux -, penses extrordinaires et libres, après toutefois que ces dépenses auront été ordonnées par l'Assemblée nationale* sur l'aperçu des rentrées certaines, qui sera mis sous ses yeux par le caissier de l'extraordinaire.
      ...des dépenses soldées d'après lës ordres de l'Assemblée, depuis le précédent quarti... Art. 5. Cet aperçu sera présenté tous les trois mois, ainsi que l'état des dépenses soldées d'après lës ordres de l'Assemblée, depuis le précédent quartier.
      Art. 6. Jamais il ne sera ordonné de dépense qui puisse absorber la totalité... Art. 6. Jamais il ne sera ordonné de dépense qui puisse absorber la totalité 4es rentrées comprises dans l'aperçu d'un quartier.
      Art. 7. L'article premier de chaque aperçu sera toujours formé du re... Art. 7. L'article premier de chaque aperçu sera toujours formé du reste net du quartier précédent.
      ...nellement responsables envers la Caisse de l'extraordinaire, du revenu des biens nationaux , et envers les acquéreurs, de la quantité des fonds de même nature, compris dans les procès-ve... Art. 8. Tous officiers municipaux seront per* sonnellement responsables envers la Caisse de l'extraordinaire, du revenu des biens nationaux , et envers les acquéreurs, de la quantité des fonds de même nature, compris dans les procès-verbaux d'arpentage, lorsqu'ils auront été envahis par les propriétaires limitroph...
      ...'être ordonnée pour les biens nationaux de toute la France, sera exécutée en particulier poUr ceux du département de Paris, dans Un mois pour tout délai. . La même opération qui vient d'être ordonnée pour les biens nationaux de toute la France, sera exécutée en particulier poUr ceux du département de Paris, dans Un mois pour tout délai.
      ...ts qui pourra être assise sur la valeur de ces mens, sera employée à acquitter ent... Art. 2. La somme d'assignats qui pourra être assise sur la valeur de ces mens, sera employée à acquitter entièrement la nation envers la Caisse d'escompte, et le surplus à faire face aux b...
      ...où lâ Caisse d'escompte sera remboursée de ce qui lui est dû par l'Etat, elle reco... Art. 3. Dès l'instant où lâ Caisse d'escompte sera remboursée de ce qui lui est dû par l'Etat, elle recommencera ses payements à bureau ouvert, soit en assignats, soit en espèces.
      à la séance de VAssemblée nationale du 27 novembre 178... à la séance de VAssemblée nationale du 27 novembre 1789
      Opinion M. de Laborde de Méréville (1) sur le plan proposé par le comité chargé de Vexamen dés plans de finances (2). Opinion M. de Laborde de Méréville (1) sur le plan proposé par le comité chargé de Vexamen dés plans de finances (2).
      Messieurs, s'il était question de défendre le plan que j'avais eu l'honneur de mettre sous vos yeux, je me flatterais de résoudre les objections qui lui ont été... Messieurs, s'il était question de défendre le plan que j'avais eu l'honneur de mettre sous vos yeux, je me flatterais de résoudre les objections qui lui ont été opposéès. Je crois que je pourrais établir, d'une manière incontestable les ava...
      (1) L'opinion de M. de Laborde de Mérévillô n'a pas été insérée au Monite... (1) L'opinion de M. de Laborde de Mérévillô n'a pas été insérée au Moniteur.
      (2) L'empressemeot de l'Assemblée à terminer la discussion su...
      ...onstances qui ont accompagné le travail l'Assemblée sur ce sujet, je lui devais compte de mon opinion, {Note de M. de Laborde de Méréville.)
      (2) L'empressemeot de l'Assemblée à terminer la discussion sur le projet présenté par le comité m'ayant empêché d'avoir la parole, j'ai cru que, d'après les circonstances qui ont accompagné le travail l'Assemblée sur ce sujet, je lui devais compte de mon opinion, {Note de M. de Laborde de Méréville.)

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 291
      et de la circulation des espèces était le pri...
      ...ondée d'y parvenir dans un court espace de temps, et l'introduction graduelle d'un...
      ... libre devait adoucir les inconvénients de la circulation forcée. Les difficultés ...
      ...es, n'a pas été aussi convaincu que moi de la certitude et de l'étendue de ces ressources. Ils ont paru penser que...
      ...ne banque. Ils ont cru qu'une opération de cette importance exigeait, de leur part et de la vôtre* une discussion que l'état pré...
      ...isoires auxquelles j'ai cru qu'il était de mon devoir de m'empresser de concourir.
      et de la circulation des espèces était le principal objet qui m'avait occupé ; je voyais l'espérance la mieux fondée d'y parvenir dans un court espace de temps, et l'introduction graduelle d'une nouvelle circulation libre devait adoucir les inconvénients de la circulation forcée. Les difficultés et les doutes qui m'ont été présentés sur cet objet n'ont nullement changé mon o...
      ...s'interrompre. Mais votre comité, réuni sur ce point à M. le ministre des finances, n'a pas été aussi convaincu que moi de la certitude et de l'étendue de ces ressources. Ils ont paru penser que le moment n'était pas propre à rétablissement d'une banque. Ils ont cru qu'une opération de cette importance exigeait, de leur part et de la vôtre* une discussion que l'état présent des affaires ne permettait pas, et ils se sont bornés à des mesures provisoires auxquelles j'ai cru qu'il était de mon devoir de m'empresser de concourir.
      ...ser la même doctrine ; et j'ai eu moins de peine à renoncer pour le moment aux moy...
      ...ls la prospérité d'un État et le succès de toute opération financière sont intimement liés. Indépendamment, Messieurs, de l'état du crédit et des finances qui a ...
      ...es, il est dans les personnes une sorte de convenance at d'autorité qui n'est pas ...
      ...e des choses. Le succès d'une opération de ce genre ne dépend pas moins jlu zèle sincère de ceux qui doivent concourir à son exécution, que de la bonté même du plan. Dans la position...
      ...inances, celle même dës administrateurs de la Caisse d'escompte, nous était absolu...
      ...ir sans courir les plus grands dangers. J'ai vu avec plaisir votre comité professer la même doctrine ; et j'ai eu moins de peine à renoncer pour le moment aux moyens que je vous avais présentés, lorsque j'ai été certain que dans ceux qu'il ad...
      ...t que les circonstances pourraient le lui permettre, ces principes sacrés auxquels la prospérité d'un État et le succès de toute opération financière sont intimement liés. Indépendamment, Messieurs, de l'état du crédit et des finances qui a fait penser à votre comité qu'il était indispensable d'adopter dés mesures, extraordinaires, il est dans les personnes une sorte de convenance at d'autorité qui n'est pas moins à; consulter que celle des choses. Le succès d'une opération de ce genre ne dépend pas moins jlu zèle sincère de ceux qui doivent concourir à son exécution, que de la bonté même du plan. Dans la position où nous sommes, l'adhésion du ministre des finances, celle même dës administrateurs de la Caisse d'escompte, nous était absolument indispensable. Votre , comité a donc dû les faire entrer dans la combinaiso...
      ...rs, considérer attentivement l'ensemble de ces difficultés, peut-être, loin d'adopter les critiques exagérées de quelques-uns des préopinants, seriez-vous satisfaits, qu'obligé de répondre à une multitude de circonstances si difficiles à concilier...
      ...que vos besoins présents exigent, sinon de la manière la plus parfaite et la plus ...
      ...ti évitant une partie des inconvénients de ceux qui vous ont été présentés par M. le ministre aes finances et quelques membres de cette Assemblée.
      Si vous daignez, Messieurs, considérer attentivement l'ensemble de ces difficultés, peut-être, loin d'adopter les critiques exagérées de quelques-uns des préopinants, seriez-vous satisfaits, qu'obligé de répondre à une multitude de circonstances si difficiles à concilier, votre comité soit parvenu à remplir tout ce que vos besoins présents exigent, sinon de la manière la plus parfaite et la plus désirable, du moins eti évitant une partie des inconvénients de ceux qui vous ont été présentés par M. le ministre aes finances et quelques membres de cette Assemblée.
      Loin de vous faire coûsolider pour un terme Loin de vous faire coûsolider pour un terme
      ...cé, portant la garantie nationale, loin de vous proposer d'en créer un autre sous une forme différente, pour une somme de 400 millions remboursables à des époque...
      ...tes, votre comité vous offre les moyens de vous débarrasser, dans un espace de temps assez rapproché, des inconvénient...
      indéfini un papier forcé, portant la garantie nationale, loin de vous proposer d'en créer un autre sous une forme différente, pour une somme de 400 millions remboursables à des époques éloignées, et sans. : hypothèques satisfaisantes, votre comité vous offre les moyens de vous débarrasser, dans un espace de temps assez rapproché, des inconvénients qui peuvent être attachés à celui que vous choisissez.
      La Caisse d'escompte, en s'obligeant de payer à „ bureau ouvert au 1er juillet,...
      ...par tous les moyens possibles, la masse de ses billets, et fera, sans peine, les p...
      ...e ces billets, et il ne tient qu'à vous de diminuer encore, par l'affermissement d...
      ...e à reparaître, les dangers inévitables de tout moyen provisoire.
      La Caisse d'escompte, en s'obligeant de payer à „ bureau ouvert au 1er juillet, no prend point un engagement téméraire. Elle diminuera, par tous les moyens possibles, la masse de ses billets, et fera, sans peine, les plus grands sacrifices pour les soutenir. Vous concourrez aussi, Messieurs, par un travail assidu sur les finances, au soutien ae ces billets, et il ne tient qu'à vous de diminuer encore, par l'affermissement du crédit qui commence à reparaître, les dangers inévitables de tout moyen provisoire.
      ...en que le service des six premiers mots de i'année prochaine vous paraisse assuré ...
      ... serait cependant pas si vous négligiez de vous occuper essen-tiellenjgnt de finances, si lè calme momentané que vou...
      Car je dois vous observer à cette occasion, Messieurs, que,: bien que le service des six premiers mots de i'année prochaine vous paraisse assuré par cet arrangement, il ne le serait cependant pas si vous négligiez de vous occuper essen-tiellenjgnt de finances, si lè calme momentané que vous allez éprouver après cette détermination vous portait à croire que votre solli...
      ...déterminiez aujourd'hui que trois jours de la semaine seront employés dorénavant a régler les dépenses de l'annéé prochaine. Vous devez sentir co...
      ...déficit existe encore, et si le travail de la constitution vous avait permis de fàire l'état des dépenses de l'année prochaine, vous ne seriez peut-...
      ...- pour les peuples qui attendent devons de justes soulagements ! Combien d'objets ...
      ...les jours, pour n'avoir pas eu le temps de dire que vous ne vouliez plus les payer! A combien de sacrifices ne vous oblige pas la méfian...
      ... vous n'avez pu éviter! Hâtez-vous donc de donner promptement de nouveaux ressorts à cette machine immen...
      ...ts doit établir dans toutes les parties de l'empire, on osait encore essayer de les diviser, vos ennemis attentifs pour...
      J'insiste donc, Messieurs, pour que vous déterminiez aujourd'hui que trois jours de la semaine seront employés dorénavant a régler les dépenses de l'annéé prochaine. Vous devez sentir combien un plus long délai sur cet objet serait préjudiciable aux intérêts qui vous sont confiés. Le déficit existe encore, et si le travail de la constitution vous avait permis de fàire l'état des dépenses de l'année prochaine, vous ne seriez peut-être pas aujourd'hui dans l'embarras qui vous afflige. Combien, ce retard est funeste- pour les peuples qui attendent devons de justes soulagements ! Combien d'objets dans les dépenses publiques dont -vous méditez la suppression ou la réduction, et que Cependant vous payez tous les jours, pour n'avoir pas eu le temps de dire que vous ne vouliez plus les payer! A combien de sacrifices ne vous oblige pas la méfiance causée par ce désordre que vous n'avez pu éviter! Hâtez-vous donc de donner promptement de nouveaux ressorts à cette machine immense dont les mouvements se sont ralentis par mille causes différentes. Ou vous l'...
      ...nstitution inattaquable. Si, malgré l'heureuse union .que la communauté d'intérêts doit établir dans toutes les parties de l'empire, on osait encore essayer de les diviser, vos ennemis attentifs pourraient trouver dans une crise violente des moyens puissants d'y pàrvenir.
      ...el qui a été proposé hier par M. le duc de La Rochefoucauld : il consiste à donner...
      ...ues spéciales : et pour rendre la vente de | ces biens plus profitable, d'en rédui...
      Il me reste, Messieurs, à vous parler d'un amendement essentiel qui a été proposé hier par M. le duc de La Rochefoucauld : il consiste à donner, sur les biens-fonds que vous voudrez aliéner, des hypothèques spéciales : et pour rendre la vente de | ces biens plus profitable, d'en réduire la somme,

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 292
      ...es qu'on estime à 50 millions, et celle de 120 millions de biens ecclésiastiques dont la majeure p...
      ... être prise dana le ressort du Châtelet de Paris, suffirait aux besoins du moment,...
      ...précier, par l'expérience, l'efficacité de cette ressource.
      ...anta présent, à celle que vous devez à la Caisse d'escompte. La vente des domaines qu'on estime à 50 millions, et celle de 120 millions de biens ecclésiastiques dont la majeure partie pourrait être prise dana le ressort du Châtelet de Paris, suffirait aux besoins du moment, et vous aurez le loisir d'apprécier, par l'expérience, l'efficacité de cette ressource.
      ...sieurs, que vous aurez décrété la vente de ces biens, et qu'un comité nommé par vo...
      ...ssiez à la Caisse d'escompte la faculté de délivrer les billets d'achat, avec hypo...
      ...tte facilité peut rendre la négociation de ces billets infiniment rapide, et rapprocher, par conséquent, l'époque de la reprise des payements de la Caisse d'escompte.
      Lors donc, Messieurs, que vous aurez décrété la vente de ces biens, et qu'un comité nommé par vous en aura fait l'état, il conviendrait que vous laissiez à la Caisse d'escompte la faculté de délivrer les billets d'achat, avec hypothèque spéciale sur tel ou tel fonds, à la demande des acheteurs ou prêteurs. Cette facilité peut rendre la négociation de ces billets infiniment rapide, et rapprocher, par conséquent, l'époque de la reprise des payements de la Caisse d'escompte.
      ...tient l'adhésion d'un plus grand nombre de citoyens. Dans ces moments d'agitation et de. troubles, au milieu de ces combats d'intérêts et d'opinions, a...
      ...peut réussir que par une grande réunion de zèle et de volontés. Tout sentiment déplacé d'amour-propre, toute espèce de vanité attachée à une opinion particuli...
      ...au désir du succès des projets adoptés, de quelque part qu'ils viennent. C'est dan...
      ...ussite du plan que j'avais eu l'honneur de vous proposer, que je me suis réuni au plan de votre comité, sur lequel je vous engage...
      ...quelques objections qu'on puisse lui faire, vous devez le préférer, puisqu'il obtient l'adhésion d'un plus grand nombre de citoyens. Dans ces moments d'agitation et de. troubles, au milieu de ces combats d'intérêts et d'opinions, aucun projet, aucune mesure ne peut réussir que par une grande réunion de zèle et de volontés. Tout sentiment déplacé d'amour-propre, toute espèce de vanité attachée à une opinion particulière, doit céder au désir du succès des projets adoptés, de quelque part qu'ils viennent. C'est dans cet esprit et avec le même intérêt que j'aurais porté à la réussite du plan que j'avais eu l'honneur de vous proposer, que je me suis réuni au plan de votre comité, sur lequel je vous engage à ne pas différer votre détermination.
      à la séance de l'Assemblée nationale du 27 novembre 17... à la séance de l'Assemblée nationale du 27 novembre 1789
      Opinion de M. Poignot (1), député de la ville de Paris, sur le rétablissement provisoire... Opinion de M. Poignot (1), député de la ville de Paris, sur le rétablissement provisoire des finances (2).
      ...je pense qu'il sera d'autant plus digne de toute votre attention que, du plan que vous adopterez, que du plus ou moins de célérité de vos délibérations, peut dépendre ou le salut ou la perte de l'Etat. ...que soient les bases du rapport sur lequel vous aurez incessamment à prononcer, je pense qu'il sera d'autant plus digne de toute votre attention que, du plan que vous adopterez, que du plus ou moins de célérité de vos délibérations, peut dépendre ou le salut ou la perte de l'Etat.
      S'il était nécessaire de remettre sous vos yeux les motifs trop réels de cette assertion, je vous dirais que vot... S'il était nécessaire de remettre sous vos yeux les motifs trop réels de cette assertion, je vous dirais que votre commerce, que toutes vos manufactures sont aujourd'hui dans la plus affreuse ...
      (1) L'opinion de M. Poignot n'a pas été insérée au Monit... (1) L'opinion de M. Poignot n'a pas été insérée au Moniteur.
      (2) Craignant de ne point obtenir la parole, vu le grand nombre de personnes inscrites, j'ai cru, d'après l'avis de quelques honorables membres, devoir recourir à la voie de l'impression (Note de M. Poignot). (2) Craignant de ne point obtenir la parole, vu le grand nombre de personnes inscrites, j'ai cru, d'après l'avis de quelques honorables membres, devoir recourir à la voie de l'impression (Note de M. Poignot).
      payements de la Caisse d'escompte à bureau ouvert, l...
      ...que par la même cause toutes les villes de commerce ne trouvent plus à négocier le...
      ...d'escompte pourrait n'être plus en état de convertir en écus un seul de ses effets ; et ce n'est là qu'une faible esquisse de notre position.
      payements de la Caisse d'escompte à bureau ouvert, les effets publics sont tombés dans une sorte d'avilissement; que par la même cause toutes les villes de commerce ne trouvent plus à négocier le papier sur Paris qu'à un prix excessif; que l'étranger partageant cette défianc...
      ...lus prompt et le plus utile secours; je vous^dirais enfin que bientôt la Caisse d'escompte pourrait n'être plus en état de convertir en écus un seul de ses effets ; et ce n'est là qu'une faible esquisse de notre position.
      Déjà vous avez tous juré de consolider la dette : on ne peut donc douter de votre volonté; des ressources immenses ...
      ... le peuple à peine échappé aux rigueurs de l'esclavage sous lequel il gémissait de...
      ...e connaître complètement et la grandeur de ses ressources, et la hauteur de ses destinées; mais, pour l'amener plus sûrement à cet état de conviction que vous avez droit d'attend...
      Déjà vous avez tous juré de consolider la dette : on ne peut donc douter de votre volonté; des ressources immenses sont sous vos mains : vous en avez donc la possibilité, et cependant la confiance vous fuit encore... Ne vous en étonnez point, Messieurs; le peuple à peine échappé aux rigueurs de l'esclavage sous lequel il gémissait depuis si longtemps, ce peuple porté à l'égoïsme par un gouvernement toujours mobi...
      ..., justement timide et vacillant, doit hésiter à se livrer. Il faut donc lui faire connaître complètement et la grandeur de ses ressources, et la hauteur de ses destinées; mais, pour l'amener plus sûrement à cet état de conviction que vous avez droit d'attendre, ne vous y trompez pas, Messieurs, vous n'y parviendrez que par degrés. Vous ...
      ...ir ce but important; le devoir m'impose de le faire avec autant de courage que de franchise, et je serai fidèle à cette d... ...moyens qu'on vous a soumis pour rappeler la confiance, sont bien propres à remplir ce but important; le devoir m'impose de le faire avec autant de courage que de franchise, et je serai fidèle à cette double obligation.
      On vous a d'abord proposé, Messieurs, de faire un relevé du montant total de l'arriéré, en y comprenant même les avances de la Caisse d'escompte, pour le capital e...
      ...rsés par la voie du sort, dans l'espace de 20 années. Je conçois que l'auteur de cette proposition, qui d'ailleurs vous a donné tant de preuves de son zèle et de son patriotisme, a pu, porté par état à toutes les espèces de sacrifices, céder d'autant plus aisémen...
      ...e dirai pas la créance des actionnaires de la Caisse d'escompte, mais le gage sacré de leurs billets en circulation; comment i...
      On vous a d'abord proposé, Messieurs, de faire un relevé du montant total de l'arriéré, en y comprenant même les avances de la Caisse d'escompte, pour le capital et les intérêts à 5 0/0 être remboursés par la voie du sort, dans l'espace de 20 années. Je conçois que l'auteur de cette proposition, qui d'ailleurs vous a donné tant de preuves de son zèle et de son patriotisme, a pu, porté par état à toutes les espèces de sacrifices, céder d'autant plus aisément à une erreur passagère; mais je lui demande comment il a pu se permettre d'englober dans son plan, je ne dirai pas la créance des actionnaires de la Caisse d'escompte, mais le gage sacré de leurs billets en circulation; comment il n'a pas reconnu qu'une telle disposition entraînerait bientôt les plus funeste...
      ... Je ne serai ici, Messieurs, que l'écho de la capitale. ...ct, quoique tacite, rendu, dans cette occasion, et au monarque et à vos décrets. Je ne serai ici, Messieurs, que l'écho de la capitale.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 293
      ...ne soit convaincu que si l'atermoiement de 20 années eût pu obtenir quelque crédit...
      ...eux sur le cours des effets, à l'époque de cette proposition, vous n'y trouverez p...
      ...e vous avez qualifié d'honnête homme et de bon citoyen, a solennellement déclaré à...
      ...ies, à toutes les privations. Plusieurs de vos décrets ont ratifié cet engagement ...
      ... confier : sa conduite dans ces moments de crise vous est, ce me semble, la preuve...
      ...e saura jamais s'écarter des sentiments de zèle et de respect qu'elle vous doit.
      cours des effets publics, qui ne soit convaincu que si l'atermoiement de 20 années eût pu obtenir quelque crédit, tel effet qui perd aujourd'hui 10 0/0 sur la place en eût perdu 25 le lendemain. Eh bienl Messieurs, si vous jetez les yeux sur le cours des effets, à l'époque de cette proposition, vous n'y trouverez pas la moindre " variation, et pourquoi ? c'est que la capitale n'a point oublié que le Roi, ce Roi qu'à si juste titre vous avez qualifié d'honnête homme et de bon citoyen, a solennellement déclaré à son avènement au trône que,f quelque énorme que fût la dette, il entendait qu'elle fût intégralement payée ; qu'à .ce prix il consentait à toutes les économies, à toutes les privations. Plusieurs de vos décrets ont ratifié cet engagement à jamais mémorable; la capitale a dû s'y confier : sa conduite dans ces moments de crise vous est, ce me semble, la preuve la plus complète qu'elle ne saura jamais s'écarter des sentiments de zèle et de respect qu'elle vous doit.
      ...es propositions qui vous ont été faites de billets d'Etat, de billets nationaux, de papier-monnaie, et je commence par décl...
      ...rdement par une exportation continuelle de notre numéraire à l'étranger, quels rep...
      ...rai plus loin, Messieurs : je n'excepte de ia liste de ces billets, ni ceux de la banque de M. de Laborde, ni le papier forcé du premier ...
      ...porté à 240 millions. Mais, pour mettre de l'ordre dans cette discussion, je m'occuperai d'abord du plan de M. de Laborde ; et désirant ne point abuser de vos moments, je ne me permettrai que de l'effleurer.
      Je passe aux diverses propositions qui vous ont été faites de billets d'Etat, de billets nationaux, de papier-monnaie, et je commence par déclarer hautement que quelque dénomination que vous donniez à ces billets, quelque ...
      ...nt dangereux, s'ils ne devaient qu'accroître le discrédit qui déjà nous mine sourdement par une exportation continuelle de notre numéraire à l'étranger, quels reproches n'auriez-vous pas à vous faire ? J'irai plus loin, Messieurs : je n'excepte de ia liste de ces billets, ni ceux de la banque de M. de Laborde, ni le papier forcé du premier ministre des finances, si, comme il le propose, il était porté à 240 millions. Mais, pour mettre de l'ordre dans cette discussion, je m'occuperai d'abord du plan de M. de Laborde ; et désirant ne point abuser de vos moments, je ne me permettrai que de l'effleurer.
      ... vous, Messieurs, j'ai été frappé, lors de la lecture de ce plan, d'une foule d'idées lumineuses, de moyens économiques et sages ; et tout effrayé que j'étais intérieurement d'une création de billets de banque, je n'en ai pas moins partagé l'enthousiasme de cette Assemblée. Mais quelle a été la cause essentielle de ce premier mouvement? Un seul rayon d'e...
      ...ux ennemis du bien public : c'est celui de voir notre crédit s'anéantir. Le nouvea...
      ... applaudissements se sont fait entendre de toutes les parties de la salle ; un vœu unanime s'est manifesté, et ce vœu était l'effet bien naturel de votre patriotisme.
      Gomme vous, Messieurs, j'ai été frappé, lors de la lecture de ce plan, d'une foule d'idées lumineuses, de moyens économiques et sages ; et tout effrayé que j'étais intérieurement d'une création de billets de banque, je n'en ai pas moins partagé l'enthousiasme de cette Assemblée. Mais quelle a été la cause essentielle de ce premier mouvement? Un seul rayon d'espoir (nous le savons tous) reste peut-être aux ennemis du bien public : c'est celui de voir notre crédit s'anéantir. Le nouveau plan a paru propre à dissiper ce fol espoir. A l'instant les applaudissements se sont fait entendre de toutes les parties de la salle ; un vœu unanime s'est manifesté, et ce vœu était l'effet bien naturel de votre patriotisme.
      ...e hommage et à la pureté des intentions de M. de Laborde, et à la grande utilité de diverses parties de son plan, j'avouerai que quelques autres ne me paraissent par exemptes de reproches. Après avoir rendu un juste hommage et à la pureté des intentions de M. de Laborde, et à la grande utilité de diverses parties de son plan, j'avouerai que quelques autres ne me paraissent par exemptes de reproches.
      J'y remarque d'abord qu'indépendamment de l'intérêt annuel de 6 0/0, il serait formé, par l'excédant ...
      ...s d'accumulation qui porterait l'action de 4,000 à 4,200 livres, puis à 4,400 livr...
      ...ment perfide, la source la plus féconde de ce désordre trop fameux, connu sous le nom d'agiotage, et qu'à tant de titres vous avez résolu de proscrire.
      J'y remarque d'abord qu'indépendamment de l'intérêt annuel de 6 0/0, il serait formé, par l'excédant des bénéfices, un fonds d'accumulation qui porterait l'action de 4,000 à 4,200 livres, puis à 4,400 livres, et successivement à un taux beaucoup plus considérable : d'où je conclus que le nouveau plan deviendrait bientôt l'aliment perfide, la source la plus féconde de ce désordre trop fameux, connu sous le nom d'agiotage, et qu'à tant de titres vous avez résolu de proscrire.
      ...ceptible d'adoption, qu'il conviendrait de fixer l'intérêt annuel des actionnaires... Mon avis est donc, dans le cas où ce plan vous paraîtrait dans la suite susceptible d'adoption, qu'il conviendrait de fixer l'intérêt annuel des actionnaires à 6 0/0, sauf à appliquer l'excédant des bénéfices à l'accroissement des fonds ...
      Comptable de toutes mes pensées, je dois ici, Messie...
      ... part d'une considération que j'ai crue de la plus haute importance. Qui vous dira...
      ...deviendrait pas avec le temps le centre de toutes les espèces de crédit et de richesses ? Qui peut prévoir les danger...
      ...sante? J'en appellerai donc à la motion de ce citoyen aussi distingué par ses tale...
      Comptable de toutes mes pensées, je dois ici, Messieurs, vous faire part d'une considération que j'ai crue de la plus haute importance. Qui vous dira que malgré vos précautions, la nouvelle banque ne deviendrait pas avec le temps le centre de toutes les espèces de crédit et de richesses ? Qui peut prévoir les dangers qu'aurait à courir la liberté publique sous une telle dictature? Qui vous gara...
      ...le convention nationale ne viendraient pas se briser contre une masse aussi imposante? J'en appellerai donc à la motion de ce citoyen aussi distingué par ses talents que par son patriotisme, M. ftœderer, et en l'appuyant, je demande formellem...
      ..., selon moi, qu'une émission quelconque de ses billets, dans un moment de défiance presque universelle, ne pourra...
      ..., et, par une suite nécessaire, à celle de toutes vos espérances.
      ..., ne pût acquérir l'extension que je suppose, il n'en demeure pas moins constant, selon moi, qu'une émission quelconque de ses billets, dans un moment de défiance presque universelle, ne pourrait que tendre à la chute totale du crédit, et, par une suite nécessaire, à celle de toutes vos espérances.
      ...succès devra les couronner. Mais, avant de vous livrer à une opération qui en embr...
      ...espérances, il est, ce me semble, digne de votre sagesse que vous ayez déterminé d'une manière précise la forme de l'impôt, que vous ayez établi le plus p...
      ...s municipales et provinciales, achevant de rétablir partout l'ordre et la paix, ai...
      ...t se consolider soit arrivée à cet état de perfection si justement attendu de vos soins et de vos travaux.
      ...serez certains que quelles que soient vos tentatives en finances le plus entier succès devra les couronner. Mais, avant de vous livrer à une opération qui en embrassant tous vos vœux doit combler toutes les espérances, il est, ce me semble, digne de votre sagesse que vous ayez déterminé d'une manière précise la forme de l'impôt, que vous ayez établi le plus parfait équilibre entre la recette et la dépense, que vous ayez même réglé ce qui...
      ...ayez organisé le pouvoir judiciaire dans toutes ses branches ; que vos assemblées municipales et provinciales, achevant de rétablir partout l'ordre et la paix, aient imprimé au peuple le respect profond qu'il doit à la loi et au Roi ; il faut, en un mot, que cette constitution que chaque jour voit s'élever et se consolider soit arrivée à cet état de perfection si justement attendu de vos soins et de vos travaux.
      C'est alors, Messieurs, que l'intérêt de l'Etat et des particuliers n'étant plus...
      ...e faiblement, sera tout au moins forcée de féconder le commerce et l'agriculture; ...
      ... la nation française s'élevant, superbe de sa nouvelle splendeur, rendra les autre...
      ...eh 1 qui pourrait calculer sous combien de rapports? C'est alors enfin, et ce sera...
      ...nheur, vous n'aurez plus à vous occuper de sa juste reconnaissance.
      C'est alors, Messieurs, que l'intérêt de l'Etat et des particuliers n'étant plus qu'un seul et même intérêt, le crédit devancera nécessairement toutes les deman...
      ... faire. C'est alors que l'opulence financière, que jamais l'impôt n'atteignit que faiblement, sera tout au moins forcée de féconder le commerce et l'agriculture; c'est alors que la nation française s'élevant, superbe de sa nouvelle splendeur, rendra les autres nations ses tributaires : eh 1 qui pourrait calculer sous combien de rapports? C'est alors enfin, et ce sera votre plus douce jouissance, c'est alors, dis-je, que fixant plus particulièrem...
      ...i nombreuse, vous pourrez lui indiquer même le moment où, versant sur elle le bonheur, vous n'aurez plus à vous occuper de sa juste reconnaissance.

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 294
      c'est-à-diçe dans les six derniers mois de 1791, ét lés six premiers mois de 1792, à raison d'un douzième pciitfr ch...
      ...e deviendrait- particulièrement caution de ce remboursement.
      c'est-à-diçe dans les six derniers mois de 1791, ét lés six premiers mois de 1792, à raison d'un douzième pciitfr chaque mois, et par le fait la Caisse deviendrait- particulièrement caution de ce remboursement.
      3° Chaque reconnaissance serait garnie de deux coupons, représentant chacun l'int...
      ... premier au 31 décembre 1790, par ordre de numéros, de telle sorte qu'ils fussent tou3 acquittés dans le courant de janvier suivant ; le second, dans la même forme, au 31 décembre 1791, ou, si vous le jugiez plus convenable, à la même époque qu'arriverait le remboursement de la reconnaissance à laquelle il appartiendrait. Ces intérêts seraient stipulés à raison de 5 0/0 du capital; ce qui est parfaiteme...
      3° Chaque reconnaissance serait garnie de deux coupons, représentant chacun l'intérêt d'une année et ces coupons seraient payables,savoir : le premier au 31 décembre 1790, par ordre de numéros, de telle sorte qu'ils fussent tou3 acquittés dans le courant de janvier suivant ; le second, dans la même forme, au 31 décembre 1791, ou, si vous le jugiez plus convenable, à la même époque qu'arriverait le remboursement de la reconnaissance à laquelle il appartiendrait. Ces intérêts seraient stipulés à raison de 5 0/0 du capital; ce qui est parfaitement conforme à vos principes.-
      ...jugez d'avance que, respectant les vues de ce ministre vertueux qui, à tant d'autr... vironné d'une multitude d'écuéils. Vous jugez d'avance que, respectant les vues de ce ministre vertueux qui, à tant d'autres titres, a su fixer et mériter l'opinion publique, j'ai dû le prendre pour gui...
      ...le, bien moins encore avec un privilège de 10, 20 ou 30 années. Le temps seul peut... ...Je ne crois pas que vous deviéz convertir la Caisse d'escompte en banque nationale, bien moins encore avec un privilège de 10, 20 ou 30 années. Le temps seul peut éclairer votre décision à cet égard.
      2° L'émission proposée de 240 millions billets de caisse, qui né seraient autre chose qu'...
      ...ut que la presque cessation du payement de ces billets est une des principales cau...
      2° L'émission proposée de 240 millions billets de caisse, qui né seraient autre chose qu'un papier-monnaie, me paraît infiniment dan-geureuse dans ses conséquences, si l'on considère surtout que la presque cessation du payement de ces billets est une des principales causes du discrédit actuel.
      ...risée à faire en ses billets une avance de 170 millions, je ne vois pas comment |1 serait convenable de lui payer 3 0/0 d'intérêt pour un papie... 36 En supposant que la Caisse fût autorisée à faire en ses billets une avance de 170 millions, je ne vois pas comment |1 serait convenable de lui payer 3 0/0 d'intérêt pour un papier dont la .. nation fournirait elle-même le gage et sè rendrait caution.
      ... l'Assemblée nationale a conçu l'espoir de réduire souS peu d'années l'intérêt de l'argent à 4 0/0, je suis loin de penser qu'elle pût se décider à garantir aux actions delà banque un intérêt de 6 0/0 de leur capital, sous cette faible considé... 4° Dans un moment où l'Assemblée nationale a conçu l'espoir de réduire souS peu d'années l'intérêt de l'argent à 4 0/0, je suis loin de penser qu'elle pût se décider à garantir aux actions delà banque un intérêt de 6 0/0 de leur capital, sous cette faible considération que la moitié des bénéfices excédant 7 0/0 appartiendrait à l'Etat.
      ... du royaume à prendre un certain nombre de nouvelles actions, dont .la création do...
      ...er qu'on parvienne à les placer au prix de 4,000 livres, les anciennes y étant, y compris le prochain dividende, à plus de 250 livres au-dessus. Une preuve que le...
      ...rable membre, % X>e Couteulx, d'inviter les municipalités des principales villes du royaume à prendre un certain nombre de nouvelles actions, dont .la création doit s'élever à 12,500, j'ai peine à mè persuader qu'on parvienne à les placer au prix de 4,000 livres, les anciennes y étant, y compris le prochain dividende, à plus de 250 livres au-dessus. Une preuve que le ministre dés finances en a lui-même fortement douté, c'est qu'il a cru devoir v...
      ...culables, que je me suis surtout occupé de lever, et, si. j'en crois les assurance...
      ...onnes des plus expérimentées en matière de crédit, le mode que je vais indiquer do...
      ... à bureau ouvert. C'est aussi cet inconvénient, dont les effets m'ont paru incalculables, que je me suis surtout occupé de lever, et, si. j'en crois les assurances qui m'ont été données par quelques personnes des plus expérimentées en matière de crédit, le mode que je vais indiquer doit nécessairement y conduire. Je le proposerai donc comme un amendement essentie...
      ...nderais : 1° que l'Assemblée nationale, de concert avec le Roi, autorisât par un d...
      ...a Caisse d'escompte à ouvrir un emprunt de 200 millions, payables moitié en effets...
      ... mêmes que ceux indiqués pour l'emprunt de 80 millions,où, si on.croyait utile de donner plus de latitude à cette disposition, en tous a...
      Je demanderais : 1° que l'Assemblée nationale, de concert avec le Roi, autorisât par un décret formel la Caisse d'escompte à ouvrir un emprunt de 200 millions, payables moitié en effets royaux, les mêmes que ceux indiqués pour l'emprunt de 80 millions,où, si on.croyait utile de donner plus de latitude à cette disposition, en tous autres effets sur le Roi.
      ...isse d'escompte, et jusqu'à concurrence de ces. 200 millions, des reconnaissances ...
      ...sables par voie dû sort, au terme moyen 2 ans,
      2° Il serait délivré en échange par la Caisse d'escompte, et jusqu'à concurrence de ces. 200 millions, des reconnaissances motivées, remboursables par voie dû sort, au terme moyen 2 ans,
      4° Au moyen de la rentrée prochaine des 100 millions en billets de caisse ou espèces, là Caisse d'escompte'se remplirait de 90 millions qui lui sont dus au 31 déce...
      ...le savez, Messieurs, sont le gage sacré de la plupart de ses billets en circulation. Les 10 mill...
      ... il a été question ci-dessus. A l'égard de 100 millions d'effets sur le Roi, ôu il...
      ...e d'escompte, sous son cachet, et celui de l'Assemblée nàtionale, pour n'être brûlés qu'après l'entier payement des 200 millions de reconnaissances. Vous jugez que dans le...
      ...ues désignées, faire compte à la Caisse de 10 millions représentant l'intérêt des ...
      4° Au moyen de la rentrée prochaine des 100 millions en billets de caisse ou espèces, là Caisse d'escompte'se remplirait de 90 millions qui lui sont dus au 31 décembre et qui, vous le savez, Messieurs, sont le gage sacré de la plupart de ses billets en circulation. Les 10 millions d'excédant seraient versés au Trésor national pour ses besoins les plus urgents, sauf par la Caissè d'escompte, à les répéter pour le payement des intérêts, dont il a été question ci-dessus. A l'égard de 100 millions d'effets sur le Roi, ôu ils seraient aussitôt la rentrée Complète, brûlés publiquement, ou ils demeureraient en dépôt à la Caisse d'escompte, sous son cachet, et celui de l'Assemblée nàtionale, pour n'être brûlés qu'après l'entier payement des 200 millions de reconnaissances. Vous jugez que dans les deux cas le Trésor public devrait, aux époques désignées, faire compte à la Caisse de 10 millions représentant l'intérêt des deux années des 100 millions d'effets royaux, puisqu'il en serait dégagé d'autré...
      ...erminer lës prêteurs,lorsque ^l'emprunt de 80 millions, qui offrait à peu près les... Ces dispositions,pourrait-on objecter, seraient-elles sUfnsantes pour déterminer lës prêteurs,lorsque ^l'emprunt de 80 millions, qui offrait à peu près les mêmes avantages, n'a pas réussi ?
      ...n convenant avec vous que le plus grand de tous les malheurs serait d'écnouer dans...
      ...cune tentative ne doit paraître indigne de votre prévoyance, je n'hésiterai pas à ...
      ..., il n'est plus qu'un seul moyen: c'est de fournir des gages spéciaux, d'entasser ...
      Ici, Messieurs, en convenant avec vous que le plus grand de tous les malheurs serait d'écnouer dans ce moment, que par cette raison aucune tentative ne doit paraître indigne de votre prévoyance, je n'hésiterai pas à vous déclarer que, si vous voulez attirer graduellement la confiance, il n'est plus qu'un seul moyen: c'est de fournir des gages spéciaux, d'entasser gages sur gages, et alors il devient impossible que vous n'en soyez bientôt inve...
      ...c qu'indépendamment et du cautionnement de la Caisse d'escompte, et du dépôt des 1...
      ... nouvelles reconnaissances, d'une somme de 200 millions à prendre sur les fonds de ia contribution patriotique, après toutefois lë prélèvement de cëllë de 75 millions, -qui'"seraient destinés aux besoins extraordinaires de 1790.
      Je proposerais donc qu'indépendamment et du cautionnement de la Caisse d'escompte, et du dépôt des 100 millions d'effets sur le Roi, votre décret contint la délégation spéciale et la plus formelle, en faveur dës porteurs des nouvelles reconnaissances, d'une somme de 200 millions à prendre sur les fonds de ia contribution patriotique, après toutefois lë prélèvement de cëllë de 75 millions, -qui'"seraient destinés aux besoins extraordinaires de 1790.
      ...ort dû comité des finances, devoir être de 275 millions, et que Vous prenez pour b...
      ... des illusions n'est plus ; il convient de répondre net à ces prêteurs. Je voudrais donc que, pour garantie la plus constante de leurs remboursements aux époques déterminées, le même décret portât encore l'aliénation de certaines portions des biens ddmaniaux ...
      ...les prêteurs, qui nous répondra que cette contribution supposée, d'après le rapport dû comité des finances, devoir être de 275 millions, et que Vous prenez pour base, s'élèvera même à 200 millions? Le temps des illusions n'est plus ; il convient de répondre net à ces prêteurs. Je voudrais donc que, pour garantie la plus constante de leurs remboursements aux époques déterminées, le même décret portât encore l'aliénation de certaines portions des biens ddmaniaux ou ecclésiastiques, tels,

      Séance du vendredi 27 novembre 1789

      page 295
      ...s maisons religieuses suppri-» mées, ou de tous autres immeubles non productifs; e...
      ... y aurait pourvu, autoriserait la vente de ces biens jusqu'à due concurrence, le t...
      ...r enchérisseur, et sous la surveillance de douze membres de l'Assemblée nationale.
      par exemple, pour cette dernière partie, que les emplacements des maisons religieuses suppri-» mées, ou de tous autres immeubles non productifs; et dans le cas où suivant les déclarations qui seront incessamment faites pour la contribution patrioque, elle n'offrirait point un gage suffisant, le décret qui y aurait pourvu, autoriserait la vente de ces biens jusqu'à due concurrence, le tout au plus offrant et dernier enchérisseur, et sous la surveillance de douze membres de l'Assemblée nationale.
      ...ne pouvant se défaire qu'à 15 ou 20 0/0 de perte, ne ferait pas les derniers effor...
      ...apitaliste qui, osant se parer du titre de citoyen, voulût que son nom ne se trouv...
      Je le demande maintenant, quel est le porteur d'effets suspendus qui, ne pouvant se défaire qu'à 15 ou 20 0/0 de perte, ne ferait pas les derniers efforts pour se procurer une somme équivalente et échanger le tout au pair contre les titres immeubles qui lui seraient offerts? Quel est le capitaliste qui, osant se parer du titre de citoyen, voulût que son nom ne se trouvât pas inscrit dans la nombreuse liste
  • Tome 17 : Du 9 juillet au 12 août 1790 1 résultat
    • Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      - search term matches: (14)

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 448
      Locuteur: Garat
      , lit le procès-verbal de la séance du 30 juillet. Il est adopté. , lit le procès-verbal de la séance du 30 juillet. Il est adopté.
      PRÉSIDENCE DE M. TREILHARD. PRÉSIDENCE DE M. TREILHARD.
      , secrétaire, lit une adresse de la ville de Riez, département des Basses-Alpes, qui...
      ...ée nationale ; elle demande un tribunal de justice pour la dédom- (1) Cette séance...
      , secrétaire, lit une adresse de la ville de Riez, département des Basses-Alpes, qui se plaint qu'après avoir perdu son évêché, son chapitre, ses maisons religieuse...
      ...on des nouveaux établissements, parce qu'elle n'a aucun représentant à l'Assemblée nationale ; elle demande un tribunal de justice pour la dédom- (1) Cette séance est incomplète au Moniteur.

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 449
      Locuteur: Bouche
      ...e cette adresse soit renvoyée au comité de Constitution. Je demande que cette adresse soit renvoyée au comité de Constitution.
      Locuteur: Le Chapelier
      fait lecture d'une adresse de M. Armand du Couëdic, ancien membre du parlement de Bretagne, datée de Londres, du 9 juillet courant, qui dema...
      ... permis d'offrir son serment civique et de réclamer le titre de citoyen, comme le seul qui convienne à la noblesse de l'homme. Il ajoute : « Je viens contracter l'enga-« gement libre de participer aux devoirs publics, « et j'...
      fait lecture d'une adresse de M. Armand du Couëdic, ancien membre du parlement de Bretagne, datée de Londres, du 9 juillet courant, qui demande, en attendant son retour en France, qu'il lui soit permis d'offrir son serment civique et de réclamer le titre de citoyen, comme le seul qui convienne à la noblesse de l'homme. Il ajoute : « Je viens contracter l'enga-« gement libre de participer aux devoirs publics, « et j'offre ma vie et mes services, comme l'u-« nique contribution dont je puisse disp...
      Locuteur: Le Chapelier
      ... Constitution formée par « vos décrets, de défendre la souveraineté du « peuple français, de ses lois et de son roi. » « Je viens jurer, sur la Constitution formée par « vos décrets, de défendre la souveraineté du « peuple français, de ses lois et de son roi. »
      Locuteur: Le Chapelier
      II est si rare de voir un noble de Bretagne adhérer à vos travaux et offri... II est si rare de voir un noble de Bretagne adhérer à vos travaux et offrir son serment pour leur maintien, que je demande qu'il en soit fait mention hono...
      Locuteur: Le Chapelier
      Une dèputation de la municipalité et de la garde nationale de Montpellier est admise à la barre. Une dèputation de la municipalité et de la garde nationale de Montpellier est admise à la barre.
      Locuteur: Le Chapelier
      L'orateur de la dèputation s'exprime en ces termes : L'orateur de la dèputation s'exprime en ces termes :
      Locuteur: Le Chapelier
      ..., la municipalité et la garde nationale de Montpellier, placées à une des extrémit...
      ...usqu'ici s'unir à vous, que d'esprit et de sentiment; elles saisissent avec empressement la première occasion qui se présente, de vous renouveler ensemble,et de vive-voix,leur entière adhésion aux pri...
      ...contractés pour le honneur et la gloire de tous.
      « Messieurs, la municipalité et la garde nationale de Montpellier, placées à une des extrémités du royaume, n'ont pu jusqu'ici s'unir à vous, que d'esprit et de sentiment; elles saisissent avec empressement la première occasion qui se présente, de vous renouveler ensemble,et de vive-voix,leur entière adhésion aux principes que vous avez contractés pour le honneur et la gloire de tous.
      Locuteur: Le Chapelier
      « Quel hommage plus digne de vous, quel témoignage plus certain pourrions nous vous offrir de cette adhésion, que de vous rappeler, Messieurs, que les citoyens de Montpellier se sont armés, dès le. mois...
      ...rdes greniers d'abondance, des ateliers de travail et de secours, et établir une caisse patrioti...
      « Quel hommage plus digne de vous, quel témoignage plus certain pourrions nous vous offrir de cette adhésion, que de vous rappeler, Messieurs, que les citoyens de Montpellier se sont armés, dès le. mois d'avril 1789, pour assurer la liberté; qu'ils ont constamment défendu les propr...
      ...lève à environ 1,200,000 livres; qu'ils ont multiplié les sacrifices, pour ouvrirdes greniers d'abondance, des ateliers de travail et de secours, et établir une caisse patriotique, qui facilite aux habitants des campagnes l'échange des assignats.
      Locuteur: Le Chapelier
      ...es fausses insinuations que les ennemis de l'État ont tenté de répandre parmi nous; que nous avons mai... « C'est par ces moyens, Messieurs, que nous sommes parvenus à nous préserver des fausses insinuations que les ennemis de l'État ont tenté de répandre parmi nous; que nous avons maintenu la paix dans nos murs, et que nous avons contribué à la ramener dans les c...
      Locuteur: Le Chapelier
      «, La ville de Gignac était divisée, nous nous y sommes rendus en force, sur la réquisition de sa municipalité, et le calme y a été ré... «, La ville de Gignac était divisée, nous nous y sommes rendus en force, sur la réquisition de sa municipalité, et le calme y a été rétabli.
      Locuteur: Le Chapelier
      « Les patriotes de la ville de Nîmes étaient opprimés, notre garde nationale a volé à leur secours, nombre de victimes ont été sauvées par ses soins ...
      ...oser dans vos archives le procès-verbal de la conduite que nous avons tenue dans c...
      « Les patriotes de la ville de Nîmes étaient opprimés, notre garde nationale a volé à leur secours, nombre de victimes ont été sauvées par ses soins ; nous venons déposer dans vos archives le procès-verbal de la conduite que nous avons tenue dans cette malheureuse circonstance : nous
      Locuteur: Le Chapelier
      ...ssi, Messieurs, une preuve particulière de son patriotisme et de son zèle pour la tranquillité publique. « Notre municipalité vous présente aussi, Messieurs, une preuve particulière de son patriotisme et de son zèle pour la tranquillité publique.
      Locuteur: Le Chapelier
      « Vous avez eu connaissance de la dénonciation faite à la municipalité de Cette, par le colonel de la garde nationale, d'un prétendu projet de contre-révolution. « Vous avez eu connaissance de la dénonciation faite à la municipalité de Cette, par le colonel de la garde nationale, d'un prétendu projet de contre-révolution.
      Locuteur: Le Chapelier
      ...ion a été communiquée à la municipalité de Montpellier, elle a mis tous ses soins à s'assurer de la vérité des faits; nous vous remetton... « Dès que cette dénonciation a été communiquée à la municipalité de Montpellier, elle a mis tous ses soins à s'assurer de la vérité des faits; nous vous remettons le procès-Verbal qu'elle a tenu à cet effet ; vous y verrez, Messieurs, que le...
      Locuteur: Le Chapelier
      « En vain les ennemis de la Révolution se réuniront pour détruir...
      ...rêt public a consolidé ; il n'est point de Français qui puisse en être intimidé; l...
      « En vain les ennemis de la Révolution se réuniront pour détruire un édifice que l'intérêt public a consolidé ; il n'est point de Français qui puisse en être intimidé; la nation a pu ce qu'elle a voulu; elle pourra ce qu'elle voudra.
      Locuteur: Le Chapelier
      ...oin, comme notre premier devoir, serait de leur présenter le livre immortel que vous avez écrit; nous leur offririons le tableau de notre liberté, et peut-être parviendrions-nous à faire de nos rivaux d'armes, les rivaux de notre bonheur; peut-être contribuerions-nous à réaliser le projet que vous avez conçu, de faire un peuple de frères de tous les peuples du monde. ...s, si jamais les ennemis du dehors venaient sur nos frontières, notre pre mier soin, comme notre premier devoir, serait de leur présenter le livre immortel que vous avez écrit; nous leur offririons le tableau de notre liberté, et peut-être parviendrions-nous à faire de nos rivaux d'armes, les rivaux de notre bonheur; peut-être contribuerions-nous à réaliser le projet que vous avez conçu, de faire un peuple de frères de tous les peuples du monde.
      Locuteur: Le Chapelier
      ...ous coûterait pour la défendre. Heureux de transmettre à nos neveux, par le sacrifice même de nos vies, un exemple mémorable de l'amour qu'ils devront aux principes qu... ...rendrions à redouter la force d'un peuple qui combat pour sa liberté ; rien ne nous coûterait pour la défendre. Heureux de transmettre à nos neveux, par le sacrifice même de nos vies, un exemple mémorable de l'amour qu'ils devront aux principes que vous avez fait renaître. »
      Locuteur: Le Président
      ...« La municipalité et la garde nationale de Montpellier ont donné des preuves non équivoques de leur patriotisme : favoriser la perception de l'impôt, secourir son frère indigent, a...
      ...ion, voilà des traits qui caractérisent de vrais citoyens, de bons Français : votre zèle ne s'est pas...
      ... celle qui trouve chez elle tant d'amis de l'ordre et de la liberté?
      répond : « La municipalité et la garde nationale de Montpellier ont donné des preuves non équivoques de leur patriotisme : favoriser la perception de l'impôt, secourir son frère indigent, acquitter généreusement sa contribution, voilà des traits qui caractérisent de vrais citoyens, de bons Français : votre zèle ne s'est pas renfermé dans vos murs, et vous avez porté chez vos voisins, avec l'esprit qui vous anime, la paix et la tranquillité. Que pourrait craindre des nations étrangères celle qui trouve chez elle tant d'amis de l'ordre et de la liberté?
      Locuteur: Le Président
      Une dèputation de la municipalité et de la garde nationale de la ville d'Agde est admise à la barre. Une dèputation de la municipalité et de la garde nationale de la ville d'Agde est admise à la barre.
      Locuteur: Le Président
      L'orateur de la dèputation dit : L'orateur de la dèputation dit :
      Locuteur: Le Président
      « Messieurs, c'est au nom de la municipalité et des gardes nationales de la ville d'Agde, que nous vous présento...
      ... plus entière à tous les décrets émanés de votre sagesse ; cette ville a le malheu...
      ...ciation faite par le commandant général de la garde nationale de Celle, qui porte que les révolutionnair...
      « Messieurs, c'est au nom de la municipalité et des gardes nationales de la ville d'Agde, que nous vous présentons l'hommage le plus respectueux et l'adhésion la plus entière à tous les décrets émanés de votre sagesse ; cette ville a le malheur d'être calomniée : il existe à votre comité des Recherches une dénonciation faite par le commandant général de la garde nationale de Celle, qui porte que les révolutionnaires se flattent d'avoir pour eux la ville d'Agde. Nous démentons cette inculpatio...

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 450
      Locuteur: Le Président
      de donner des preuves de son patriotisme* de vous assurer, par notre organe, qu'ils sont prêts à verser jusqu'à, la dernière goutte de leur sang pour le maintien de la Constitution, l'exécution de vos décrets et la défense de la patrie. de donner des preuves de son patriotisme* de vous assurer, par notre organe, qu'ils sont prêts à verser jusqu'à, la dernière goutte de leur sang pour le maintien de la Constitution, l'exécution de vos décrets et la défense de la patrie.
      Locuteur: Le Président
      ...urs,. d'pr« donner que le procès-verbal de cette séance fesse mention de notre justification. ^ « Nous osons vous supplier, Messieurs,. d'pr« donner que le procès-verbal de cette séance fesse mention de notre justification. ^
      Locuteur: Le Président
      ... véritable satisfaction, les assurances de votre pa-triotisme, et le désaveu de sentiments que vous supposaient des ennemis de votre gloire. Sa justice ne lui permett...
      ...dèles à la Constitution qu'ils ont juré de maintenir. Elle vous permet d'assister ...
      « L'Assemblée nationale entend, avec une véritable satisfaction, les assurances de votre pa-triotisme, et le désaveu de sentiments que vous supposaient des ennemis de votre gloire. Sa justice ne lui permettra jamais d'adopter des inculpations sans preuve. Elle est persuadée que la muuicipalité et la garde nationale d'Agde se montreront toujours fidèles à la Constitution qu'ils ont juré de maintenir. Elle vous permet d'assister à sa séance. »
      Locuteur: Le Président
      La municipalité Saint-Pierre de la Martinique, admise à [la barre, déno...
      ...ns cette ville. Les paroisses patriotes de oette colonie se plaignent du despotism...
      La municipalité Saint-Pierre de la Martinique, admise à [la barre, dénonce une assemblée illégale tenue dans cette ville. Les paroisses patriotes de oette colonie se plaignent du despotisme qui les accable et qUi leur ôte le fruit qu'elles attendaient d'une régénérati...
      Locuteur: Le Président
      ...pétitions des différentes municipalités l'Empire. Elle ne cesse de 3'oc-cuper au bonheur de tous les Français dans quelque partie d...
      ...faction particulière, les protestations de dévouement et les adhésions à ses décrets que lui présentent les habitants de nos colonies.
      « L'Assemblée nationale prêtera toujours une oreille atteptive aux pétitions des différentes municipalités l'Empire. Elle ne cesse de 3'oc-cuper au bonheur de tous les Français dans quelque partie du globe qu'ils résident; et elle entend, avec une satisfaction particulière, les protestations de dévouement et les adhésions à ses décrets que lui présentent les habitants de nos colonies.
      Locuteur: Le Président
      ...nale fera examiner vos demandes par MM. de ses comités. Elle vous permet d'assiste... « L'Assemblée nationale fera examiner vos demandes par MM. de ses comités. Elle vous permet d'assister à sa séance. »
      Locuteur: Malouet
      Plusieurs membres de la partie gauche de la salle : Portez-la à la police. Plusieurs membres de la partie gauche de la salle : Portez-la à la police.
      Locuteur: De Virieu
      C'est à la police de l'Assemblée qu'elle doit être portée. C'est à la police de l'Assemblée qu'elle doit être portée.
      Locuteur: Malouet
      ...t pas d'ordre du jour plus pressant que de Mre connaître des projets atroces, et d'assurer le châtiment de leurs auteurs ; vous frémiriez, si l'on... Il n'est pas d'ordre du jour plus pressant que de Mre connaître des projets atroces, et d'assurer le châtiment de leurs auteurs ; vous frémiriez, si l'on vous disait qu'il existe un complot formé pour arrêter le roi, emprisonner la r...
      Locuteur: Malouet
      ...mille Desmoulins. (Il fèlève beaucoup : de murmures dans la partie gauche de la salle.) Je n'ose croire que ce soit du sein de l'Assemblée nationale que s'échappent ces éclats de rire, lorsque je dénonce un crime publi...
      ...ière que j'ai voulu venger. Après un an de silence et de ! mépris, j'ai dû me rendre vengeur d'u...
      ...ic. Lisez le dernier n° des Révolutions de France et du Brabant. En quoi pourrions-nous * nous y méprendre? Est-il de plus cruels ennemis de la Constitution que ceux qui veulent faire du roi et de la royauté un objet de mépris et de scandale, qui saisissent l'occasion de oette fête mémorable, où le roi a reçu de toutes les parties de l'Empire des témoignages d'amour et de fidélité/pour nous parler de l'insolence du trône, du fauteuil du po...
      ... Camille Desmoulins appelle le triomphe de ; PauUEmile une fête nationale, où un r...
      ...iation le char du triomphateur) il fait de ce trait historique une allusion criminelle à la fête fédérale..,.. Avant de vous dénoncer ces attentats, j'ai essayé de provoquer la surveillance du ministère ...
      ...dent un crêpe funèbre sur le sanctuaire de la justice; qu'ils nous disent que les ...
      ...ent s'offrir les premiers aux poignards de la tyrannie. Vous dénoncer le péril de la liberté, de la chose publique, c'est y remédier, c'...
      ...as que l'Europe nous fasse cet outrage, de croire que nos principes et nos mœurs sont ceux de Marat et de Camille Desmoulins; ce sont là les véritables ennemis de la chose publique, et non ceux qui souffrent de vos réformes. L'homme passionné de la liberté s'indigne d'une licence effr...
      ..., séance tenante, pour recevoir l'ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, les écrivains qui provoque...
      ...e aux lois. (Il sxélève dans une partie de l'Assemblée des murmures, dans Vautre d...
      , le sieur Camille Desmoulins. (Il fèlève beaucoup : de murmures dans la partie gauche de la salle.) Je n'ose croire que ce soit du sein de l'Assemblée nationale que s'échappent ces éclats de rire, lorsque je dénonce un crime public.....Quand j'aurais rendu une plainte contre Camille Desmou-î lins, ce n'est point une injure particulière que j'ai voulu venger. Après un an de silence et de ! mépris, j'ai dû me rendre vengeur d'un crime public. Lisez le dernier n° des Révolutions de France et du Brabant. En quoi pourrions-nous * nous y méprendre? Est-il de plus cruels ennemis de la Constitution que ceux qui veulent faire du roi et de la royauté un objet de mépris et de scandale, qui saisissent l'occasion de oette fête mémorable, où le roi a reçu de toutes les parties de l'Empire des témoignages d'amour et de fidélité/pour nous parler de l'insolence du trône, du fauteuil du pouvoir exécutif t ! $ Camille Desmoulins appelle le triomphe de ; PauUEmile une fête nationale, où un roi, les /mains liées derrière le dos, suivit dans l'humi-| liation le char du triomphateur) il fait de ce trait historique une allusion criminelle à la fête fédérale..,.. Avant de vous dénoncer ces attentats, j'ai essayé de provoquer la surveillance du ministère public; l'embarras du magistrat, qui m'annonçait presque l'impuissance des loi»,...
      ...? c'est à eux à annoncer à la nation le danger qui la menace; sinon, qu'ils étendent un crêpe funèbre sur le sanctuaire de la justice; qu'ils nous disent que les lois sont sans force, qu'ils nous le prouvent en périssant avec elles; car ils doivent s'offrir les premiers aux poignards de la tyrannie. Vous dénoncer le péril de la liberté, de la chose publique, c'est y remédier, c'est assurer le ohâtiment des crimes qui compromettent l'une et l'autre : ne souffrez pas que l'Europe nous fasse cet outrage, de croire que nos principes et nos mœurs sont ceux de Marat et de Camille Desmoulins; ce sont là les véritables ennemis de la chose publique, et non ceux qui souffrent de vos réformes. L'homme passionné de la liberté s'indigne d'une licence effrénée, à laquelle il préférerait les horreurs du despotisme; je demande que le procureur du roi au Cbâtelet soit mandé, séance tenante, pour recevoir l'ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, les écrivains qui provoquent le peuple à l'effusion du sang et à la désobéissance aux lois. (Il sxélève dans une partie de l'Assemblée des murmures, dans Vautre des applaudissements.)
      Locuteur: Malouet
      fait lecture de quelques fragments d'une feuille de VAmi du peuple, intitulés : C'en est fait de nous. fait lecture de quelques fragments d'une feuille de VAmi du peuple, intitulés : C'en est fait de nous.
      Locuteur: Malouet
      Voici Pun des paragraphes de cet imprimé : Voici Pun des paragraphes de cet imprimé :
      Locuteur: Malouet
      « Citoyens de. tout âge et de tout rang, les mesures prises par l'Assemblée ne sauraient vous empêcher de périr : c'en est fait de vous pour toujours, si vous ne courez a...
      ...puissent plus oonspirer; saisissez-vous de tous les ministres et de leurs commis; mettez-les aux fers; assurez-vous du chef de la municipalité et des
      « Citoyens de. tout âge et de tout rang, les mesures prises par l'Assemblée ne sauraient vous empêcher de périr : c'en est fait de vous pour toujours, si vous ne courez aux armes, si vous ne retrouvez cette valeur héroïque qui, le 14 juillet et le 5 ...
      ...épondent des événements ; renfermez l'Autrichienne et son beau-frère, qu'ils ne puissent plus oonspirer; saisissez-vous de tous les ministres et de leurs commis; mettez-les aux fers; assurez-vous du chef de la municipalité et des

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 451
      Locuteur: Malouet
      lieutenants de maire: gardez à vue le général ; arrêtez l'état-major ; enlevez le poste d'artillerie de la rue Verte; emparez-vous de tous les magasins et moulins à poudre; ...
      ...z, s'il en est encore temps, ou bientôt de nombreuses légions ennemies fondront su...
      ...s: elle va coûter la vie à des millions vos frères; que vos ennemis triomphent ...
      ...ur éteindre à jamais parmi vous l'amour de la liberté, leurs mains sanguinaires chercheront le cœur dans les entrailles de vos enfants. »
      lieutenants de maire: gardez à vue le général ; arrêtez l'état-major ; enlevez le poste d'artillerie de la rue Verte; emparez-vous de tous les magasins et moulins à poudre; que les canons soient répartis entre tous les districts et que tous les district...
      ...à jamais permanents, qu'ils fasseut révoquer ces funestes décrets. Courez, courez, s'il en est encore temps, ou bientôt de nombreuses légions ennemies fondront sur vous, bientôt vous verrez les ordres privilégiés se relever; le despotisme, l'...
      ..., liberté et bonheur; une fausse humanité a retenu vos bras et suspendu vos coups: elle va coûter la vie à des millions vos frères; que vos ennemis triomphent un instant, et le sang coulera à grands flots; ils vous égorgeront sans pitié; ils éventreront vos femmes, et pour éteindre à jamais parmi vous l'amour de la liberté, leurs mains sanguinaires chercheront le cœur dans les entrailles de vos enfants. »
      Locuteur: Defermon
      ...âme n'est pas moins oppressée que celle de M. Malouet des horreurs que nous venons...
      ...gne les Actes des apôtres et la Gazette de Paris aux auteurs qui viennent de vous être dénoncés. (On applaudit.)
      Mon âme n'est pas moins oppressée que celle de M. Malouet des horreurs que nous venons d'entendre. Je demande qu'on joigne les Actes des apôtres et la Gazette de Paris aux auteurs qui viennent de vous être dénoncés. (On applaudit.)
      Locuteur: Le curé Royer
      ... préopinant, pour demander que l'auteur de V-Adresse à la véritable armée français...
      ...it j tous, tous!). Je demande le renvoi de ces dénonciations au comité des Recherches. (Les membres de la droite disent : au Châtelet, au Châtelet!) Je demande, pour le salut de la patrie, qu'il soit nommé un tribunal...
      Je joins ma voix à celle du préopinant, pour demander que l'auteur de V-Adresse à la véritable armée française, y soit aussi compris. (On entend ces mots du côté droit j tous, tous!). Je demande le renvoi de ces dénonciations au comité des Recherches. (Les membres de la droite disent : au Châtelet, au Châtelet!) Je demande, pour le salut de la patrie, qu'il soit nommé un tribunal particulier, où seront poursuivis ies auteurs et fauteurs des mouvements popula...
      Locuteur: De Croix
      J'ai partagé, avec tous les membres de l'Assemblée, l'indignation qu'excitent les déclamations sanglantes de M. Marat; sans dpute, l'Assemblée doit ...
      ...s garde, dans un moment d'enthousiasme, de détruire le palladium de la liberté, la liberté de la presse. (Il s'élève à droite h&QuGowp de murmures). Je suis de l'avis ;de M- Malouet et j'adopte son opinion, en ...
      ...es apôtres, mais les autres pam* phlets de cette nature, ils ne méritent que le mépris de ceux qu'ils injurient. Je demande donc ...
      ...ordonné au procureur du roi du Châtelet de poursuivre les auteurs des deux imprimé...
      J'ai partagé, avec tous les membres de l'Assemblée, l'indignation qu'excitent les déclamations sanglantes de M. Marat; sans dpute, l'Assemblée doit chercher à réprimer un tel excès ; mais prenons garde, dans un moment d'enthousiasme, de détruire le palladium de la liberté, la liberté de la presse. (Il s'élève à droite h&QuGowp de murmures). Je suis de l'avis ;de M- Malouet et j'adopte son opinion, en la restreignant expressément aux auteurs qu'il a dénoncés; mais les Actes des apôtres, mais les autres pam* phlets de cette nature, ils ne méritent que le mépris de ceux qu'ils injurient. Je demande donc qu'il soit seulement ordonné au procureur du roi du Châtelet de poursuivre les auteurs des deux imprimés qui vous ont été dénoncés par M. Malouet.
      Locuteur: Malouet
      fait lecture d'un projet de déeret, qui est adopté en ces termes (1... fait lecture d'un projet de déeret, qui est adopté en ces termes (1) :
      Locuteur: Malouet
      roi au Châtelet de Paris sera mandé, et qu'il lui sera donné ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, tous auteurs, imprimeurs e...
      ..., l'effusion du sang et au renversement de la Constitution, i>
      roi au Châtelet de Paris sera mandé, et qu'il lui sera donné ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, tous auteurs, imprimeurs et colporteurs d'écrits excitant le peuple à l'insurrection contre les lois, à, l'effusion du sang et au renversement de la Constitution, i>
      Locuteur: Le Président
      M. de La Luzerne vient de me faire passer une adresse du club de J)undée en ÊcQsse. Un de MM- les secrétaires va vous en don nef ... M. de La Luzerne vient de me faire passer une adresse du club de J)undée en ÊcQsse. Un de MM- les secrétaires va vous en don nef lecture,
      Locuteur: Le Président
      ...us, membres du Ciub-Whig du bourg royal de Dundee, dans le Nord de la Grande-Bretagne, vous priops instamment de vouloir bien présenter à l'Assemblée na... « Monsieur, nous, membres du Ciub-Whig du bourg royal de Dundee, dans le Nord de la Grande-Bretagne, vous priops instamment de vouloir bien présenter à l'Assemblée nationale cette humble adresse, unanimement arrêtée dans notre assemblée.
      Locuteur: Le Président
      « Le triomphe de la liberté et de la raison sur le despotisme, l'ignoranc...
      ...es plus éloignés ; mais la régénération de votre royaume tê devient doublement pou...
      ...bus que renfermait votre ancienne forme de. gouvernement a, dans I§ dernier siècle...
      ...rinces et chez leurs ministres un désir de puissance qui leur fut souvent nuisible...
      ...al, et qui blessa toujours les intérêts de l'Etat.
      « Le triomphe de la liberté et de la raison sur le despotisme, l'ignorance et (a superstition, est un événement intéressant pour les spectateurs ies plus éloignés ; mais la régénération de votre royaume tê devient doublement pour la Grande-Bretagne. En effet, l'exemple des abus que renfermait votre ancienne forme de. gouvernement a, dans I§ dernier siècle, extrêmement nui â la nôtre. Il excita Chez nos princes et chez leurs ministres un désir de puissance qui leur fut souvent nuisible^ quelquefois fatal, et qui blessa toujours les intérêts de l'Etat.
      Locuteur: Le Président
      ...res félicitations sur le rétablissement de votre ancienne et libre Constitution, e...
      ...quons pour l'honneur du siècle et celui de votre nation, que votre Révolution s'es...
      ... qu'ils ont été employés pour l'utilité de l'État, dont ils sont la propriété. Quelques troubles, même quelques actes de violence ont pu accompagner cetté grande Révolution; mais, loin d'y rien voir de surprenant, il n'est pas de politique qui ne s'étonôe de ce qu'ils n'ont pas été plus nombreux-N...
      ...te l'Europe les restes du despotisme et de la superstition.
      « Acceptez, Monsieur, nos sincères félicitations sur le rétablissement de votre ancienne et libre Constitution, et nos ardents désirs pour que la liberté s étabfisse en France d'une manière inj-muahle» Wous remarquons pour l'honneur du siècle et celui de votre nation, que votre Révolution s'est faite sans guerres civiles, et que ni les domaines inutiles du prince, ni ies biens du clergé, n'ont été distribués à des mains avides ; mais qu'ils ont été employés pour l'utilité de l'État, dont ils sont la propriété. Quelques troubles, même quelques actes de violence ont pu accompagner cetté grande Révolution; mais, loin d'y rien voir de surprenant, il n'est pas de politique qui ne s'étonôe de ce qu'ils n'ont pas été plus nombreux-Nous prévoyons avec joie que votre exemple sera universellement suivi, et que la flamme que vous avez allumée consumera dans toute l'Europe les restes du despotisme et de la superstition.
      Locuteur: Le Président
      ...ons fermement que l'Assemblée nationale de France et.lë parlement de la Grande-Bretagne s'uniront à l'avenir... « Non seulement nous espérons, mais nous croyons fermement que l'Assemblée nationale de France et.lë parlement de la Grande-Bretagne s'uniront à l'avenir d'une manière indissoluble, pour assurer la paix et la prospérité des deux Empi...
      Locuteur: Le Président
      ... Nous vous félicitons d'avoir une armée de citoyens, et un monarque sage qui, en se prêtant, avec tant bonté, aux vues de son peuple, donne un nouveau lustre à la maison de Bourbon, et assure la couronne de France sur la tête de $§s descendants. « Nous vous félicitons d'avoir une armée de citoyens, et un monarque sage qui, en se prêtant, avec tant bonté, aux vues de son peuple, donne un nouveau lustre à la maison de Bourbon, et assure la couronne de France sur la tête de $§s descendants.
      Locuteur: Le Président
      ...z, Monsieur, faire agréer cette adresse de la part des membres obscurs d'un Club institué à dessein de célébrer le rétablissement de notre liberté, de garantir et de perfectionner notre cgnt-titution polit...
      ...rendu la liberté, nosjilles deviennent, de jour en jour, plus peuplées ; nos habit...
      ...ureux ; et nous n'ayons aucune raison I de croire que l'amour de la vertu et du bon ordre
      « Daignez, Monsieur, faire agréer cette adresse de la part des membres obscurs d'un Club institué à dessein de célébrer le rétablissement de notre liberté, de garantir et de perfectionner notre cgnt-titution politique. Nous habitons une contrée que la nature n'a rien moins que favorisée; notre climat est froid, notri^pays montagneux; et cependant, depuis que la Révolution nous a rendu la liberté, nosjilles deviennent, de jour en jour, plus peuplées ; nos habitants plus industrieux ; nos montagnes moins stériles; notre pays enfin plus riche et plus heureux ; et nous n'ayons aucune raison I de croire que l'amour de la vertu et du bon ordre
      ...énonciation qui lui a été faite, par un de ses membres, d'une feuille intitulée : C'en est fait de nous, et du dernier numéro des Révolutions de France et de Brabant, a décrété que, séance tenante,...
      ... du Moniteur. Nous insérons aux Annexes de la séance, p. 454, la version imprimée,...
      .... M. Malouet, ainsi qu'une dénonciation de M. de Mirabeau le. jeune.
      « L'Assemblée nationale, sur la dénonciation qui lui a été faite, par un de ses membres, d'une feuille intitulée : C'en est fait de nous, et du dernier numéro des Révolutions de France et de Brabant, a décrété que, séance tenante, le procureur du (1) Nous avons reproduit, dans son intégrité, la version mouvementée du Moniteur. Nous insérons aux Annexes de la séance, p. 454, la version imprimée, publiée par. M. Malouet, ainsi qu'une dénonciation de M. de Mirabeau le. jeune.

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 452
      Locuteur: Le Président
      ...ré parmi nous. Notre souverain, le père de son peuple, est presque l'objet de notre adoration; notre noblesse et notr... ait dégénéré parmi nous. Notre souverain, le père de son peuple, est presque l'objet de notre adoration; notre noblesse et notre clergé sont des membres utiles et illustres d'un Etat où tout est soumis à la ...
      Locuteur: Le Président
      ... pu retenir l'expression des sentiments de joie et d'admiration que nous inspire un événement aussi agréable que le rétablissement de la liberté en France. « Nous voulions être plus courts; mais nous n'avons pu retenir l'expression des sentiments de joie et d'admiration que nous inspire un événement aussi agréable que le rétablissement de la liberté en France.
      Locuteur: Le Président
      ... empires, afin qu'il dirige les efforts de votre patriotisme et le garantisse de la corruption. « Nous finissons en adressant nos prières l'arbitre souverain des empires, afin qu'il dirige les efforts de votre patriotisme et le garantisse de la corruption.
      Locuteur: Le Président
      « Les membres du Club-Whig de Dundée, signé: « Les membres du Club-Whig de Dundée, signé:
      Locuteur: Le Président
      Georges de Dempttor de Duunichen, président ; Georges de Dempttor de Duunichen, président ;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. James Blinshall, û. D. Dundee; The Revd. James Blinshall, û. D. Dundee;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. Robert Small, D. D. F. K. S. Edin... The Revd. Robert Small, D. D. F. K. S. Edin. Dundee ;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. David Davidson, Dundee ; The Revd. David Davidson, Dundee ;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. William Read, — The Revd. William Read, —
      Locuteur: Le Président
      The Revd. James Thomson, — The Revd. James Thomson, —
      Locuteur: Le Président
      The Revd. John Buick; Tannadiee; The Revd. John Buick; Tannadiee;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. John Gellately, Tealine ; The Revd. John Gellately, Tealine ;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. James Playfair, D. D. Histor- to the prince of Wales; The Revd. James Playfair, D. D. Histor- to the prince of Wales;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. Samuel Martin, Monymcal; The Revd. Samuel Martin, Monymcal;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. Alexander Meldrum, Kincaple; The Revd. Alexander Meldrum, Kincaple;
      Locuteur: Le Président
      The Revd. John Gilsen, Mains, James Deck, M... The Revd. John Gilsen, Mains, James Deck, Merchant Dundee ;
      Locuteur: Le Président
      John Walson, Rector of the Gramar Schoel ; John Walson, Rector of the Gramar Schoel ;
      Locuteur: Le Président
      James Sanders, Writerto the signet, Edinbourg; James Sanders, Writerto the signet, Edinbourg;
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée charge son président de répondre à cette adresse qui sera insér... L'Assemblée charge son président de répondre à cette adresse qui sera insérée au procès-verbal.
      Locuteur: Le Président
      .... Le procureur du roi donne l'assurance de son empressement à obéir aux ordres de l'Assemblée. lui fait lecture du décret. Le procureur du roi donne l'assurance de son empressement à obéir aux ordres de l'Assemblée.
      Locuteur: Le Président
      ...ré a réuni 318 voix ; M. Camus 140 ; M. de Cazalès 66. — M. d'André réunit la majo... ...e résultat du scrutin pour l'élection du président et des secrétaires : M. d'André a réuni 318 voix ; M. Camus 140 ; M. de Cazalès 66. — M. d'André réunit la majorité absolue, et est élu président.
      Locuteur: Le Président
      Les nouveaux secrétaires sont MM. de Kys-poter, Gernon (Pinteville de) et Alquier, en remplacement de MM. Dupont (de Nemours), Garat l'aîné et Regnaud (de Saint-Jean-d'Angély), secrétaires sorta... Les nouveaux secrétaires sont MM. de Kys-poter, Gernon (Pinteville de) et Alquier, en remplacement de MM. Dupont (de Nemours), Garat l'aîné et Regnaud (de Saint-Jean-d'Angély), secrétaires sortants.

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 453
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 119... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 1190
      Adresse aux représentants de la nation sur l'exis-tenced'un corps d1 état-major permanent et sur les dangers de la réunion de l'artillerie avec le génie, par M. Rich... Adresse aux représentants de la nation sur l'exis-tenced'un corps d1 état-major permanent et sur les dangers de la réunion de l'artillerie avec le génie, par M. Richard, major au corps royal du génie et suppléant à VAssemblée nationale.
      De tous les corps militaires établis en France, le corps royal du génie est l'un de ceux dans lesquels l'admission dépend de la preuve non équivoque de connaissances acquises : il estincon-te...
      ...ue l'on a imposé à ia plus grande masse de connaissances exigées.
      De tous les corps militaires établis en France, le corps royal du génie est l'un de ceux dans lesquels l'admission dépend de la preuve non équivoque de connaissances acquises : il estincon-testablement celui que l'on a imposé à ia plus grande masse de connaissances exigées.
      ...i ce corps a-t-il acquis une réputation de supériorité dans toute l'Europe, quoiqu... ... des sciences abstraites et habitués, dès lors, à une application sérieuse? Aussi ce corps a-t-il acquis une réputation de supériorité dans toute l'Europe, quoiqu'il semble que l'on se soit particulièrement attaché à y enfouir les talents.
      ...iciers du génie; ils ont su tirer parti de leurs connaissances ; mais momentanémen...
      ...aux grades supérieurs réservés aux gens de la cour.
      Les généraux instruits se sont servis, dans l'occasion, des officiers du génie; ils ont su tirer parti de leurs connaissances ; mais momentanément, individuellement, toutes les fois que le corps a voulu faire quelques efforts...
      ...qui, suivant l'ancien style, n étaient pas particulièrement destinés à parvenir aux grades supérieurs réservés aux gens de la cour.
      ... fait, les officiers du génie sont ceux de l'armée qui, avant leur admission à des...
      ... utiles, ont prouvé le plus d'acquis et de dispositions : leur instruction prélimi...
      ...due que celle que l'on exige des élèves de l'artillerie. Tous ceux qui connaissent le service de l'état-major des armées des géographes,...
      ...ense mal à propos les uns et les autres de faire preuve, ne sont, à proprement parler, que les éléments de celles auxquelles les élèves du génie s...
      Dans le fait, les officiers du génie sont ceux de l'armée qui, avant leur admission à des fonctions utiles, ont prouvé le plus d'acquis et de dispositions : leur instruction préliminaire est même beaucoup plus étendue que celle que l'on exige des élèves de l'artillerie. Tous ceux qui connaissent le service de l'état-major des armées des géographes, conviendront que les études dont on dispense mal à propos les uns et les autres de faire preuve, ne sont, à proprement parler, que les éléments de celles auxquelles les élèves du génie sont assujettis ; en un mot, la saine raison, l'équité, l'économie, et surtout le...
      ...ntique, parmi lesquels les attributions de rang, d'appointements, de fonctions, ne suivent aucune loi déterminée ? C'est (pour me servir des expressions de M. d'Arçon) un puits perdu, dont l'objet est de recevoir indéfiniment tous les abus du ...s ont sans doute des talents, mais dont aucun n'est tenu d'en faire preuve authentique, parmi lesquels les attributions de rang, d'appointements, de fonctions, ne suivent aucune loi déterminée ? C'est (pour me servir des expressions de M. d'Arçon) un puits perdu, dont l'objet est de recevoir indéfiniment tous les abus du
      département de la guerre ; c'est une fausse porte ouve...
      ...e, inutile. Enfin, j ce serait un corps de précepteurs d'officiers généraux qui, s...
      ...humiliant d'ailleurs toutes les classes de l'armée, tandis que les officiers du génie ne demandent pour être chargés de ces fonctions, outre celles qui leur so...
      ...cement fixés pour les différents grades de ce corps.
      département de la guerre ; c'est une fausse porte ouverte aux promotions arbitraires et illimitées; 1 c'est une nouveauté dispendieuse, inutile. Enfin, j ce serait un corps de précepteurs d'officiers généraux qui, s'élevant à côté d'eux, les avilirait en humiliant d'ailleurs toutes les classes de l'armée, tandis que les officiers du génie ne demandent pour être chargés de ces fonctions, outre celles qui leur sont attribuées, que les grâces et l'avancement fixés pour les différents grades de ce corps.
      Le comité militaire propose la réunion de l'ar tillerie et du génie. Le comité militaire propose la réunion de l'ar tillerie et du génie.
      L'artillerie et le génie ont des points de contact, cela est indubitable; mais les...
      ...ins brillantes que celles des officiers de l'artillerie. Est-il probable que la je...
      ...es abstraites, à se vouer à des détails de construction arides, souvent rebutants, plutôt que de se livrer aux exercices brillants et br...
      L'artillerie et le génie ont des points de contact, cela est indubitable; mais les occupations des officiers du génie sont plus sérieuses, plus arides, moins brillantes que celles des officiers de l'artillerie. Est-il probable que la jeunesse, qui se destinera à l'avenir à ces corps réunis, se décidera à approfondir des sciences abstraites, à se vouer à des détails de construction arides, souvent rebutants, plutôt que de se livrer aux exercices brillants et bruyants du Polygone? Non, certainement, et l'on sait qu'à cet âge l'assiduité qui...
      Au moment même de la réunion les individus des deux corps...
      ...és, par l'incorporation. Les plus aisés de part et d'autre, obligés de renoncer à un avancement qu'ils étaient en droit de calculer, quitteront le service, et comme la masse des officiers du génie est de plus de moitié moindre que celle des officiers de l'artillerie, les premiers seront écras...
      ...ficiers attendront avec dégôut l'époque de leur retraite, les jeunes gens riront et trouveront bien plus beau de faire tirer du canon, que de surveiller des maçons, des charpentiers...
      Au moment même de la réunion les individus des deux corps seront généralement froissés, lésés, par l'incorporation. Les plus aisés de part et d'autre, obligés de renoncer à un avancement qu'ils étaient en droit de calculer, quitteront le service, et comme la masse des officiers du génie est de plus de moitié moindre que celle des officiers de l'artillerie, les premiers seront écrasés (1). L'émulation qui subsiste dans les deux corps, dégénérera en jalousie : l'humeur, le découragement s'en mêleront ; les anciens officiers attendront avec dégôut l'époque de leur retraite, les jeunes gens riront et trouveront bien plus beau de faire tirer du canon, que de surveiller des maçons, des charpentiers, des appareilleurs, etc.
      ...s officiers généralement très instruits de l'artillerie, ne produit pas un résultat de 20 à 25 individus qui aient pris la peine de se distinguer dans les fonderies, manuf...
      ...rps du génie fournira-t-il, à l'avenir, de fortificateurs pour sa part ? J'en appe...
      ...ns après la réunion, il sera impossible de former un corps du génie équivalent à c...
      La totalité des officiers généralement très instruits de l'artillerie, ne produit pas un résultat de 20 à 25 individus qui aient pris la peine de se distinguer dans les fonderies, manufactures et constructions, dont ce corps est chargé. Si, comme il est vraisemblable, la même proportion subsiste, combien le corps du génie fournira-t-il, à l'avenir, de fortificateurs pour sa part ? J'en appelle à tous les officiers généraux du génie, aux commandants des écoles, à l'exam...
      ...l'académie des sciences; et s'ils ne décident pas presque unanimement que, dix ans après la réunion, il sera impossible de former un corps du génie équivalent à celui qui existe, je passe condamnation.
      ...aurait d'autres inconvénients que celui de faire du premier coup ce qui s'opérera ... ...t effectuée dans l'instant, en supprimant absolument le corps du géuie ; il n'y aurait d'autres inconvénients que celui de faire du premier coup ce qui s'opérera successivement.
      ...ces vues d'économie que l'on se propose de consacrer l'existence d'un corps Est-ce aussi dans ces vues d'économie que l'on se propose de consacrer l'existence d'un corps
      y(l) On amuse la crédulité de ceux qui se désespèrent de la réunion, en leur promettant des séri...
      ...hacun l'avancement qu'il avait le droit de prétendre, outre que celte opération se...
      ...être convaincu que si cette distinction de séries existe dans le premier instant, ...
      y(l) On amuse la crédulité de ceux qui se désespèrent de la réunion, en leur promettant des séries isolées qui conserveront à chacun l'avancement qu'il avait le droit de prétendre, outre que celte opération serait défectueuse, outre qu'elle entretiendrait les jalousies, elle est illusoire. Il faudrait avoir bien peu d'expérience pour ne pas être convaincu que si cette distinction de séries existe dans le premier instant, elle ne tardera pas à être détruite.

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 454
      ...e d'état-major, qui trouvera bien moyen de conserver encore celui des géographes? Non, sans doute. Les véritables motifs de toutes ces innovations sont la séductio...
      ...(1). Si cette opinion n'était pas celle de tous les officiers du génie que je vois...
      ...a mienne ; je me dispenserais seulement de la mettre au jour. J'ai tort peut-être de me déclarer le chevalier de ma robe, je pourrai me faire des ennemis, j'ai laissé jusqu'ici le champ libre à tous ceux qui auraient dû l'occ...
      ...ment du danger ; je m'immole à la bonté de ma cause ; et si je n'ai eu le temps, n...
      ...ires pour élever mon style à la hauteur de mon âme, pour lui communiquer sa chaleur, j'aurai du moins eu le courage de me faire entendre.
      immense d'état-major, qui trouvera bien moyen de conserver encore celui des géographes? Non, sans doute. Les véritables motifs de toutes ces innovations sont la séduction opérée par l'intrigue, la rivalité, la jalousie et les intérêts particuliers (1). Si cette opinion n'était pas celle de tous les officiers du génie que je vois, que je connais, elle n'en serait pas moins la mienne ; je me dispenserais seulement de la mettre au jour. J'ai tort peut-être de me déclarer le chevalier de ma robe, je pourrai me faire des ennemis, j'ai laissé jusqu'ici le champ libre à tous ceux qui auraient dû l'occuper; mais puisqu'on l'abandonne, je me précipite daus l'arène au moment du danger ; je m'immole à la bonté de ma cause ; et si je n'ai eu le temps, ni les talents nécessaires pour élever mon style à la hauteur de mon âme, pour lui communiquer sa chaleur, j'aurai du moins eu le courage de me faire entendre.
      ... plus qu'absolue majorité des officiers de l'artillerie et du génie est de mon avis. Je ne me permets pas néanmoins de révoquer en doute l'assertion du comité...
      ...ire pleinement convaincu ; les intérêts de l'état-major de l'armée et de l'artillerie devaient produire le résul...
      ...éressés à cette décision ; j'ajouterai que je suis cer-tainque la très grande et plus qu'absolue majorité des officiers de l'artillerie et du génie est de mon avis. Je ne me permets pas néanmoins de révoquer en doute l'assertion du comité, j'en suis au contraire pleinement convaincu ; les intérêts de l'état-major de l'armée et de l'artillerie devaient produire le résultat qu'ils ont obtenu. Ces deux corps ont consenti à être froissés pour en écras...
      Enfin je supplie les représentants de la nation de réfléchir sur les questions suivantes : Enfin je supplie les représentants de la nation de réfléchir sur les questions suivantes :
      ... Est-il moins dangereux pour la liberté de mettre dans les mains du même corps tou...
      ...latifs à l'attaque et à la défense, que de séparer ceux qui les dirigent de ceux qui les exécutent ?
      1° Est-il moins dangereux pour la liberté de mettre dans les mains du même corps tous les moyens relatifs à l'attaque et à la défense, que de séparer ceux qui les dirigent de ceux qui les exécutent ?
      Je suis obligé de parler un instant de moi, pour mettre mes lecteurs à portée de me juger. Lorsque j'ai fondé l'établissement du Corps de l'état-major de l'armée, jo pouvais ajouter ed ancK io ...
      ...ïB. J'ai servi dans ce corps lorsque M. de BoUrcet le commandait ; j'y avais rang de lieutenaut-colonel en 1770 ; et deux ans après, lorsqu'il fut réformé, je. préférai de rester capitaine au corps du génfe, à l'avantage de conserver une existence qui me semblait...
      ...t, feélon tôukt vraisemblance, maréchal de camp aujourd'hui; mais si l'on ne peut ...
      ... malgré moi, me justifier sous ce point de vue.
      Je suis obligé de parler un instant de moi, pour mettre mes lecteurs à portée de me juger. Lorsque j'ai fondé l'établissement du Corps de l'état-major de l'armée, jo pouvais ajouter ed ancK io sono pittoïB. J'ai servi dans ce corps lorsque M. de BoUrcet le commandait ; j'y avais rang de lieutenaut-colonel en 1770 ; et deux ans après, lorsqu'il fut réformé, je. préférai de rester capitaine au corps du génfe, à l'avantage de conserver une existence qui me semblait oisive et parasite', je seraiâ cependant, feélon tôukt vraisemblance, maréchal de camp aujourd'hui; mais si l'on ne peut m'âc-cuser d'intérêts purement personnels, je sais que l'on m'accuse d'en prendre à des individus qui souffriraient des nouveaux systèmes. Il faut encore, malgré moi, me justifier sous ce point de vue.
      ...e j'ai su que l'on décidait le ministre de la guerre à mettre en ligne les officie...
      ...ps du géniê; et à les isoler, j'ai gémi de voir de braves et anciens militaires privés de leui* existence. Plusieurs de nos maréchaux de camp sont très ert état de faire la guerre; j'ai dit et je pense q...
      ...unir dans un siège, la marche accélérée de la grande pratique à la circonspection de la théorie. Ils sont, en un mot, les seuls qui aient fait la guerre de Flandre, et, depuis ce temps, il n'y a presque pas eu de sièges dignes d'être cités, Ge n'est do...
      ...arce que jô suis attaché à quelques-uns de ses confrères que j'ai cette opinion t Trente années d'expérience et de connaissance des officiers de mon corps me l'ont donnée.
      Lorsque j'ai su que l'on décidait le ministre de la guerre à mettre en ligne les officiers généraux du corps du géniê; et à les isoler, j'ai gémi de voir de braves et anciens militaires privés de leui* existence. Plusieurs de nos maréchaux de camp sont très ert état de faire la guerre; j'ai dit et je pense qu'ils sont les seuls, oUi lés seuls qui puissent réunir dans un siège, la marche accélérée de la grande pratique à la circonspection de la théorie. Ils sont, en un mot, les seuls qui aient fait la guerre de Flandre, et, depuis ce temps, il n'y a presque pas eu de sièges dignes d'être cités, Ge n'est donc pas parce que j'ai un onole maréchaljde camp dans le génie, ni parce que jô suis attaché à quelques-uns de ses confrères que j'ai cette opinion t Trente années d'expérience et de connaissance des officiers de mon corps me l'ont donnée.
      ...on d'ébranler la fidélité des officiers de l'artillerie et du génie, qui auraient ...
      ...s leurs offres, ainsi qu'à la certitude de jouir ailleurs d'une considération illi...
      toutes les puissances étrangères ^rment, elles saisissent l'occasion d'ébranler la fidélité des officiers de l'artillerie et du génie, qui auraient lieu d'être mécontents, et qui, jusqu'à ce jour, ont résisté opiniâtrement à toutes leurs offres, ainsi qu'à la certitude de jouir ailleurs d'une considération illimitée pour leurs talents ?
      ...ir sur ces questions, Je me contenterai de les poser; j'ai fait ce que d'autres, aveG plus de temps ét de talents, auraient dû faire à ma place :...
      ... ce que je devais à mon corps, au titre de suppléant à l'Assemblée nationale, dont...
      ...onoré: j'ai cherclié à rallier les amis de la justice autour de se6 étendards.. Je réclame leur secours en faveur du corps le plus constitutionnel de l'Empire, puisque (j'en appelle à sa co...
      ...a mesure prépondérante pour i'admission de ses membres. Il trouvera des défenseurs...
      ...epuis si longtemps en butte aux efforts de l'aristocratie et de l'intrigue; il trouvera des protecteurs instruits et fermes parmi les représentants de la nation ; il en trouvera de généreux et je suis loin d'en douter.
      Je ne puis trop inviter me3 lecteurs à réfléchir sur ces questions, Je me contenterai de les poser; j'ai fait ce que d'autres, aveG plus de temps ét de talents, auraient dû faire à ma place : j'ai fait ce que je devais à mon corps, au titre de suppléant à l'Assemblée nationale, dont je suis honoré: j'ai cherclié à rallier les amis de la justice autour de se6 étendards.. Je réclame leur secours en faveur du corps le plus constitutionnel de l'Empire, puisque (j'en appelle à sa composition) (es talents ont été la mesure prépondérante pour i'admission de ses membres. Il trouvera des défenseurs, ce corps depuis si longtemps en butte aux efforts de l'aristocratie et de l'intrigue; il trouvera des protecteurs instruits et fermes parmi les représentants de la nation ; il en trouvera de généreux et je suis loin d'en douter.
      ...e 1e présume., à peu près sous ce point de vue. Oui, Messieurs, vous analyserez la proposition. Vous la considérerez, je 1e présume., à peu près sous ce point de vue.
      ...des aides maréchaux, généraux des logis de l'armée, celles des géographes, lâgardedu dépôt de la guerre, etc., qui coûtent des sommes... ...lle économie ferait l'Etat, en attribuant au corps royal du génie les fonctions des aides maréchaux, généraux des logis de l'armée, celles des géographes, lâgardedu dépôt de la guerre, etc., qui coûtent des sommes considérables ?
      ...rps du génie au moindre nombre possible de constructeurs militaires ? Quelle est celle.que produirait la réduction du corps du génie au moindre nombre possible de constructeurs militaires ?
      ...vous apercevrez que la balance, chargée de bonne foi, départ et d'autre, conservera à très peu de chose près l'équilibre. Vous vous apercevrez que la balance, chargée de bonne foi, départ et d'autre, conservera à très peu de chose près l'équilibre.
      Après avoir ainsi dépouillé la question de ses accessoires, le bien de la chose sera la seule considération qu... Après avoir ainsi dépouillé la question de ses accessoires, le bien de la chose sera la seule considération que vous aurez à exaSiner et vous ferez justice.
      À LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 179... À LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 1790
      DÉNONCIATION de deux imprimés ayantpour titres, l'un: «...
      ...fait denous; » et Vautre: « Révolutions de France et du Brctbant, » par M. Ma-LOUE...
      DÉNONCIATION de deux imprimés ayantpour titres, l'un: « C'en est fait denous; » et Vautre: « Révolutions de France et du Brctbant, » par M. Ma-LOUET, député d'Auvergne.
      ...le plus pressant pour les représentants de la nation, c'est de prévenir de grands crimes, c'est d'en apprendre les...
      ...rs les principaux magistrats, les chefs de la milice, et demandent 'la mort de cinq ou six cents personnesHé bien, Mes...
      Messieurs, l'ordre du jour le plus pressant pour les représentants de la nation, c'est de prévenir de grands crimes, c'est d'en apprendre les causes et les auteurs. Sans doute vous frémiriez, Messieurs, si voua aviez la c...
      ...aillent à faire arrêter le roi, à emprisonner la famille royale, à mettre aux fers les principaux magistrats, les chefs de la milice, et demandent 'la mort de cinq ou six cents personnesHé bien, Messieurs, c'est sous vos yeux, c'est à votre porte que ces projets atroces se déve...
      ...Ici l'orateur a cru entendre des éclats de rire.) (Ici l'orateur a cru entendre des éclats de rire.)

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 455
      Quoi I Messieurs, tandis que l'un de ces écrivains criminels menace la tête chère et sacrée du chef suprême de l'Etat, et invite une partie de la nation à massacrer l'autre, son digne émule, Camille Desmoulins répand, de la capitale aux extrémités les plus réculéeô de l'Empire, ses perfides conseils et sa doctrine de sang. Ceiui+ci a choisi l'époque mémorable du 14 juillet, pour faire du roi et de là royauté un objet.de scandale et de mépris. h Quoi I Messieurs, tandis que l'un de ces écrivains criminels menace la tête chère et sacrée du chef suprême de l'Etat, et invite une partie de la nation à massacrer l'autre, son digne émule, Camille Desmoulins répand, de la capitale aux extrémités les plus réculéeô de l'Empire, ses perfides conseils et sa doctrine de sang. Ceiui+ci a choisi l'époque mémorable du 14 juillet, pour faire du roi et de là royauté un objet.de scandale et de mépris. h
      Je ne pense pas que ce soit du seio de l'Assemblée législative que s'élève une...
      ... périt et la Constitution avec elle, si de tels attentats restent impunis ; et c'est déjà, Messieurs, un signe trop certain de l'anarchie où nous vivons, que la triste habitude de la supporter sans effroi, et ia nécessité de solliciter avec instance votre attentio...
      Je ne pense pas que ce soit du seio de l'Assemblée législative que s'élève une voix insultante aux malheurs publics ; car c'est le renversement des lois-que je vous annonce, c'est la liberté, qui périt et la Constitution avec elle, si de tels attentats restent impunis ; et c'est déjà, Messieurs, un signe trop certain de l'anarchie où nous vivons, que la triste habitude de la supporter sans effroi, et ia nécessité de solliciter avec instance votre attention sur le péril commun.
      Ce spectaole touchant d'amour et de fidélité, encore présent à nos cœurs attendris, cette union intime des Français et de leur roi ne lui rappelle que l'insolenc...
      ... eMcutif ; ët par une aliusiott barbare de la marche des fédérés au triomphe de Paul-Bmileî il félicite les Romains d'avoir enchaîné à la suite du conseil le roi de Macédoine, les mains liées derrière le dos, les mains qui avaient signé tant de lettres de cachet. Il traite d'esclaves et d'homme...
      ...dans la personne du monarque la majesté de là nation. Doutez-vous donc, Messieurs,...
      Ce spectaole touchant d'amour et de fidélité, encore présent à nos cœurs attendris, cette union intime des Français et de leur roi ne lui rappelle que l'insolence du trône, du fauteuil eMcutif ; ët par une aliusiott barbare de la marche des fédérés au triomphe de Paul-Bmileî il félicite les Romains d'avoir enchaîné à la suite du conseil le roi de Macédoine, les mains liées derrière le dos, les mains qui avaient signé tant de lettres de cachet. Il traite d'esclaves et d'hommes corrompus Ceux qui révèrent dans la personne du monarque la majesté de là nation. Doutez-vous donc, Messieurs, que cet excès d'audace n'épouvante les hommes faibles, et ne leur fasse craindr...
      ...pas tout, Messieurs; ces prétendus amis de la liberté là veulent sans lois, et sur...
      ...dant crier pendant la marche triomphale de Paul-Emile s le peuple romain ne payera plus d'impôts, plus de gabelle, plus de taille, plus de capitation-, »
      Ce n'est pas tout, Messieurs; ces prétendus amis de la liberté là veulent sans lois, et surtout sans impôts ; ils excitent le peuple à n'en pas payer ; c'est-à-dire qu'ils...
      ...échirements. « Les Romains, dit Desmoulins, étaient fondés à se réjouir en entendant crier pendant la marche triomphale de Paul-Emile s le peuple romain ne payera plus d'impôts, plus de gabelle, plus de taille, plus de capitation-, »
      ...e la fête fédérale et celle du triomphe de Paul-Emile ; Voilà leB conseils et les ...
      ... comme nous, que le salut public dépend de l'obéissance aux lois ét de la perception des impôts.
      Voilà lés rapprochements qu'il ose indiquer entre la fête fédérale et celle du triomphe de Paul-Emile ; Voilà leB conseils et les instructions qUe ces amis du peuple lui prodiguent. Ainsi, quand ils auront fait...
      ...es nouvelles lois, ils lui présentent encore comme des tyrans ceux qui ; pensent comme nous, que le salut public dépend de l'obéissance aux lois ét de la perception des impôts.
      Avant de venir à vous, Messieurs, je me suis adr...
      ...oupables écrits, et, comme représentant de la nation, je leur ai demandé vengeance...
      ... • j'eusse distingué Camille Desmoulins de ceux de son espèce dont je dédaigne depuis longtemps les outrages? mais ils m'ont servi de texte pour provoquer le ministre public...
      ...ui renouvellent parmi ; nous les tables de proscription.
      Avant de venir à vous, Messieurs, je me suis adressé aux ministres des lois t js leur ai porté; ces coupables écrits, et, comme représentant de la nation, je leur ai demandé vengeance, non à raison des injures qui me sont personhèlles. Qui; pourrait croire que, pour mon propre dompte, • j'eusse distingué Camille Desmoulins de ceux de son espèce dont je dédaigne depuis longtemps les outrages? mais ils m'ont servi de texte pour provoquer le ministre public et la sévérité des lois sur ces feuilles sanglantes qui renouvellent parmi ; nous les tables de proscription.
      Que vous, diraî-je, Messieurs, de l'impression" que m'ont faite la douleu... Que vous, diraî-je, Messieurs, de l'impression" que m'ont faite la douleur et l'effroi, l'embarras; des magistrats? J'ai vu, sur lêur Visage; j'ai vu,
      ...es lois ; « hâtez-vous, leur ai-je dit, de nous en donner Ja preuve, et d'avertir ...
      ...ndez un crêpe funèbre sur le sanctuaire de la justice : l'impuissance des lois peut seule justifier celle de vos efforts pour la défendre; vous deve...
      ... vous offrir les premiers aux poignards de la tyrannie»
      dans leurs discours, l'impuissance des lois ; « hâtez-vous, leur ai-je dit, de nous en donner Ja preuve, et d'avertir la nation du danger qui la menace; parlez, étendez un crêpe funèbre sur le sanctuaire de la justice : l'impuissance des lois peut seule justifier celle de vos efforts pour la défendre; vous devez périr avant elle, vous devez vous offrir les premiers aux poignards de la tyrannie»
      ...uoi ! nous n'aurions déclaré les droits de l'homme que pour en constater parmi nou...
      ...t croire que les principes et les mœurs de Camille DesmoUlins appartiennent à des ...
      ...ers l ceux-ci ne seront jamais les amis de la liberté, qui n'aura jamais pour enne...
      ...sur ceux que des dissentiments séparent de vos opinions ; qui se plaignent, mais q...
      ...t porte une main parricide dans le sein de la patrie; mais qu'ils discutent nos lo...
      ...inions, les citoyens, les hommes libres de cet Empire, pourvu qu'ils apprécient, q...
      ...endent la liberté, compagne inséparable de l'ordre et de la justice!
      ...i nous assure un roi et un gouvernement monarchique, ne puisse :les défendre. ,Quoi ! nous n'aurions déclaré les droits de l'homme que pour en constater parmi nous la violation! L'humanité, l'égalité, la justice seraient dans vos décrets et la férocité dans nos mœurs ! L'Europe épouvantée pourrait croire que les principes et les mœurs de Camille DesmoUlins appartiennent à des Français. Ah ! qu'ils vous soient enfin connus, les véritables ennemis du bien p...
      ...sont ensanglantées. Messieurs, que les bons citoyens se rallient contre les pervers l ceux-ci ne seront jamais les amis de la liberté, qui n'aura jamais pour enne .mis que les scélérats. Pourriez-vous donc vous y méprendre, laisser en paix ceux dont le crime est l'aliment, et diriger votre sollicitude sur ceux que des dissentiments séparent de vos opinions ; qui se plaignent, mais qui obéissent, et qui distinguent dans la loi même qu'ils improuyent, le caractèr...
      ...ns quelque système, et pour quelque cause que ce soit, trouble l'ordre public, et porte une main parricide dans le sein de la patrie; mais qu'ils discutent nos lois, cénsurent nos opinions, les citoyens, les hommes libres de cet Empire, pourvu qu'ils apprécient, qu'ils chérissent et défendent la liberté, compagne inséparable de l'ordre et de la justice!
      ...e* Messieurs, le dernier paragraphe (1) de la feuille Marat, intitulée : C'en est fait de nous, et le mettre sur le bureau ; quant au dernier numéro des Révolutions de France et de Brabant, je déclare l'avoir remis avant... Je vais vous lire* Messieurs, le dernier paragraphe (1) de la feuille Marat, intitulée : C'en est fait de nous, et le mettre sur le bureau ; quant au dernier numéro des Révolutions de France et de Brabant, je déclare l'avoir remis avant-hier à M. le procureur du roi.
      Voici le projet de décret que j'ai l'honneur de vous proposer ; il remplira les intentions de ceux qui veulent comprendre, dans la mê... Voici le projet de décret que j'ai l'honneur de vous proposer ; il remplira les intentions de ceux qui veulent comprendre, dans la même condamnation tous les libelles atroces quels qu'en soient l'objet et l'auteur...
      ...dénonciation qui lui a été faite par un de ses membres, do l'imprimé ayant pour titre : C en est fait de nous, et du numéro 34 des Révolutions de France et de Brabanty a décrété que le procureur du roi au Châtelet de Paris sera mandé, séance tenante, et qu'il lui sera donné ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, les auteurs, imprimeurs et...
      ... l'effusioln du sang et au renversement de la Constitution.
      « L'Assemblée nationale, sur la dénonciation qui lui a été faite par un de ses membres, do l'imprimé ayant pour titre : C en est fait de nous, et du numéro 34 des Révolutions de France et de Brabanty a décrété que le procureur du roi au Châtelet de Paris sera mandé, séance tenante, et qu'il lui sera donné ordre de poursuivre, comme criminels de lèse-nation, les auteurs, imprimeurs et colporteurs des écrits qui excitent le peuple à l'insurrection contre les lois, à l'effusioln du sang et au renversement de la Constitution.
      Ce n'est point en sortant de cette séance ora- Ce n'est point en sortant de cette séance ora-
      (1) Voyez dans le compte rendu de la séaixee, p, 430, le paragraphe cité. (1) Voyez dans le compte rendu de la séaixee, p, 430, le paragraphe cité.

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 456
      ...ions menaçantes, en excitant le courage de l'homme de bien, lui en laissaient un libre emploi...
      ... je m'arrête aujourd'hui sur cette page de notre histoire avec le même sentiment q...
      ...faits, les caractères et les événements de ce temps-ci.
      ...umulte, si tant d'agitation permettait quelque ordre dans les idées, si les passions menaçantes, en excitant le courage de l'homme de bien, lui en laissaient un libre emploi, je n'aurais pu l'écrire hier au soir. — Mais je m'arrête aujourd'hui sur cette page de notre histoire avec le même sentiment qu'éprouveront sans doute nos neveux en étudiant les faits, les caractères et les événements de ce temps-ci.
      ...mblée tous les efforts, tous les moyens de retour à l'ordre, toutes les vues de justice et de raison qui peuvent seules rétablir la p...
      ...e premier cas, on ne peut trop se hâter de faire jouir tous les Français des bienfaits de la liberté dont ils ne connaissent enco...
      ... réformes par la douceur et la sécurité de l'état de citoyen. — Si, au contraire, on croit encore à la Révolution de puissants ennemis, quelle insigne folie...
      ...i qui fait compter au nombre des appuis de ia bonne cause les libellistes, les insurrections, les violences de toute espèce. Qu'avez-vous à répondre a...
      ... nous diront si ce sont là les éléments de la Révolution : J'en ai horreur; rendez...
      ...est-il possible que les véritables amis de la Constitution ne sentent pas
      ...s atrocités que j'ai dénoncées, mais des oppositions que rencontrent dans l'Assemblée tous les efforts, tous les moyens de retour à l'ordre, toutes les vues de justice et de raison qui peuvent seules rétablir la paix publique et assurer la Constitution. Ou la Révolution est consommée, ou elle ne l'est pas: dans le premier cas, on ne peut trop se hâter de faire jouir tous les Français des bienfaits de la liberté dont ils ne connaissent encore que les orages : toutes les mesures devraient tendre à éteindre, à calmer toutes les inimitiés, à rendre supportables toutes les réformes par la douceur et la sécurité de l'état de citoyen. — Si, au contraire, on croit encore à la Révolution de puissants ennemis, quelle insigne folie, quel étrange aveuglement que celui qui fait compter au nombre des appuis de ia bonne cause les libellistes, les insurrections, les violences de toute espèce. Qu'avez-vous à répondre aux hommes vertueux qui nous diront si ce sont là les éléments de la Révolution : J'en ai horreur; rendez-la pure, je l'aimerai. — Comment est-il possible que les véritables amis de la Constitution ne sentent pas
      ...t qu'on ne peut se reposer sur un ordre de choses qui, en promettant de bonnes lois, accrédite et protège de détestables mœurs ? — Quoi ! il suffira de se dire écrivain patriote, citoyen patr...
      ...ssements ou au moins des défenseurs l — De pitoyables déclamations sur la liberté,...
      ...s hommes faibles, qui acceptent le joug de la tyrannie, pourvu qu'on les asservisse avec les enseignes et le langage de la liberté ; et moi qui ai la lâcheté de défendre l'autorité royale, si puissante aujourd'hui,et de dénoncer les factieux, les assassins, l...
      3u'ils ne sauraient trop la séparer des crimes ont on veut l'environner, et qu'on ne peut se reposer sur un ordre de choses qui, en promettant de bonnes lois, accrédite et protège de détestables mœurs ? — Quoi ! il suffira de se dire écrivain patriote, citoyen patriote, pour que le plus épouvantable cynisme, la plus grossière férocité, obtienne des applaudissements ou au moins des défenseurs l — De pitoyables déclamations sur la liberté, sur le despotisme, ne cessèrent d'avoir le même empire sur la multitude égarée, sur les hommes faibles, qui acceptent le joug de la tyrannie, pourvu qu'on les asservisse avec les enseignes et le langage de la liberté ; et moi qui ai la lâcheté de défendre l'autorité royale, si puissante aujourd'hui,et de dénoncer les factieux, les assassins, les incendiaires si persécutés, et si peu influents sur la chose publique, il res...
      ...ssent, selon leur caractère, les moyens de Solon ou ceux de Cromwel; mais soit qu ils s'illustrent par de grandes vertus ou par des crimes heureux, nous ne connaissons point de législateur qui ne s'empresse à donner ...
      ...ie, en les mettant, dans l'instant même de leur promulgation, sous la garde des mo...
      ...n fournit des exemples. Les hommes destinés à changer la face des empires choisissent, selon leur caractère, les moyens de Solon ou ceux de Cromwel; mais soit qu ils s'illustrent par de grandes vertus ou par des crimes heureux, nous ne connaissons point de législateur qui ne s'empresse à donner à ses nouvelles lois toute l'autorité qu'elles peuvent avoir par leur propre énergie, en les mettant, dans l'instant même de leur promulgation, sous la garde des moeurs.
      préceptes et des lois de Platon, nous employons le discours de Gatilina ; c'est sa coupe galante qu'on nous présente pour le festin de l'union. Les principes constitutifs son...
      ...s douce contre les erreurs et les vices de l'humanité, caractérise le nouveau code; un serment fédéral a réuni, par les liens de la fraternité, tous les Français, et avait été proféré, dès le mois de février, dans toutes les parties de l'Empire. Que nous manque-t-il donc pou...
      ...nque ia pureté, la justice et les mœurs de la liberté. Quoi ! vous laissez corromp...
      ...ces lois! Ce ne sont point les feuilles de Marat et de Desmoulins et de tant d'autres incendiaires qui excitent...
      ...uteuil exécutif; qui ne parle du roi et de la royauté qu'avec mépris; qui voudrait la reléguer sur le théâtre de l'Opéra, et entendre, pour quarante-hui...
      ...volutionsj ; qui a fait un crime au roi de n'avoir pas été à l'autel prononcer son...
      ...35) ; qui se qualifie procureur général de la lanterne ; qui n'a cessé, depuis six mois, de désigner ceux qu'il voudrait mettre à l...
      préceptes et des lois de Platon, nous employons le discours de Gatilina ; c'est sa coupe galante qu'on nous présente pour le festin de l'union. Les principes constitutifs sont établis ; te forme du gouvernement est prononcée: la morale la plus pure dans ses maximes, la plus sévère contre les préjugés, la plus douce contre les erreurs et les vices de l'humanité, caractérise le nouveau code; un serment fédéral a réuni, par les liens de la fraternité, tous les Français, et avait été proféré, dès le mois de février, dans toutes les parties de l'Empire. Que nous manque-t-il donc pour vivre en paix?... ce qu'il nous manque, grand Dieu! Ah! vous l'avez vu dans la séance d'hier ; il nous manque ia pureté, la justice et les mœurs de la liberté. Quoi ! vous laissez corrompre les mœurs du peuple? vous ne punissez pas ses corrupteurs! et vous voudriez ê...
      ...ection du peuple contre les personnes, les fonctions et les droits protégés par ces lois! Ce ne sont point les feuilles de Marat et de Desmoulins et de tant d'autres incendiaires qui excitent vos alarmes, c'est le décret qui les poursuit. On vous dénonce le décret comme attentatoire à la liberté! Celui qui a dénoncé Vinsolence du fauteuil exécutif; qui ne parle du roi et de la royauté qu'avec mépris; qui voudrait la reléguer sur le théâtre de l'Opéra, et entendre, pour quarante-huit sous, chanter une famille royale (n° 29 des Révolutionsj ; qui a fait un crime au roi de n'avoir pas été à l'autel prononcer son serment (n° 35) ; qui se qualifie procureur général de la lanterne ; qui n'a cessé, depuis six mois, de désigner ceux qu'il voudrait mettre à la lanterne. Gelui qui, au moment où j'allais vous retracer ses attentats, a osé ...
      ... par l'histoire comme un signe éclatant de la licence de nos jours et de l'esprit de vertige qui la favorise. Ce scandale ét...
      ...r les Français qu'aux plus doux accents de la philosophie se mêlent les rugissemen...
      Oui, je l'ose! Ahl ces paroles seront recueillies par l'histoire comme un signe éclatant de la licence de nos jours et de l'esprit de vertige qui la favorise. Ce scandale était peut-être nécessaire pour avertir les Français qu'aux plus doux accents de la philosophie se mêlent les rugissements des tigres et des lions.
      ... ! Et qui pourrait s'étonner qu'à force de multiplier et d'aigrir les ressentiments, de chercher, de signaler des victimes, les factieux ne ...
      ...ns d'hommes, en cet instant, tourmentés de notre agitation, incertains, inquiets s...
      ...ons, sans défense, à tous les désordres de l'anarchie; c'est aux plus séditieux écrivains que nous abandonnons le repos de ia France 1 On se dissimule que ces gen...
      ...tres lois et d'autre autorité que celle de la dernière classe du peuple qu'ils tie...
      ... etrqu'ils entendent disposer à volonté de cette forcé oppressive contre les lois,...
      On nous parle, sans cesse, des contre-révolutions ! Et qui pourrait s'étonner qu'à force de multiplier et d'aigrir les ressentiments, de chercher, de signaler des victimes, les factieux ne parviennent à nous créer des ennemis? Des millions d'hommes, en cet instant, tourmentés de notre agitation, incertains, inquiets sur ce qu'ils doivent craindre ou espérer, ne nous demandent que la paix, la sûreté dans leurs foyers, dans leur commerce, dans leurs relations sociales, et nous les livrons, sans défense, à tous les désordres de l'anarchie; c'est aux plus séditieux écrivains que nous abandonnons le repos de ia France 1 On se dissimule que ces gens-là tendent à opérer effectivement une contre-révolution. Car il est évident qu'ils ne veulent d'autres lois et d'autre autorité que celle de la dernière classe du peuple qu'ils tiennent en mouvement, etrqu'ils entendent disposer à volonté de cette forcé oppressive contre les lois, les magistrats, le monarque et le Corps législatif. Il est évident qu'ils ne ve...

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 457
      ...e sieur Desmoulins accable d injures M. de Bonnay et M. de La Fayette, pour avoir rendu trop de respects au roi le jour de la fédération. ment monarchique. Le sieur Desmoulins accable d injures M. de Bonnay et M. de La Fayette, pour avoir rendu trop de respects au roi le jour de la fédération.
      ...ance où sont aujourd'hui les ministres, de faire ni bien ni mal, de les piésenter toujours au peuple comme un épouvantail, et de l'effrayer sur leur despotisme, tandis ... ...épouvanter quiconque voudrait,les défendre. Car il est dérisoire, dans l'impuissance où sont aujourd'hui les ministres, de faire ni bien ni mal, de les piésenter toujours au peuple comme un épouvantail, et de l'effrayer sur leur despotisme, tandis que l'exercice du pouvoir qui doit leur être confié sera toujours suffisamment g...
      ...-révolution, si ce n'est la dissolution de tous les pouvoirs constitués? Or je dem... Qu'est-ce donc qu'une contre-révolution, si ce n'est la dissolution de tous les pouvoirs constitués? Or je demande si, dans tous les écrits qu'on ose défendre comme favorables à la liberté, ...
      Qu'y a-t-il de stable dans un gouvernement où les écri...
      ... du peuple sont ceux qui vouent le chef de l'Etat au mépris et au ridicule, qui ou...
      Qu'y a-t-il de stable dans un gouvernement où les écrivains patriotes, les amis du peuple sont ceux qui vouent le chef de l'Etat au mépris et au ridicule, qui outragent ceux qui le respectent, qui traitentcl'inlâmes et dénoncent à la vengean...
      Je suppose que de tels écrivains arrivassent en troupes d... Je suppose que de tels écrivains arrivassent en troupes dans un pays libre et paisible, habité par des hommes passionnés pour la liberté,...
      ...s aux lois et aux bonnes mœurs, puisque de tels écrivains distribuent impunément p... Nous ne sommes donc ni libres, ni fidèles aux lois et aux bonnes mœurs, puisque de tels écrivains distribuent impunément parmi nous leurs poi&ons l
      ...ution en exceptant seulement la feuille de Mural I ... accueilli les réclamations faites contre son décret; elle en a suspendu, l'exécution en exceptant seulement la feuille de Mural I
      ...écret attaquait, a-t-on dit, la liberté de la presse, et cependant on a dénoncé, p...
      ...rits, parmi lesquels il en est sûrement de très répréhensibles, mais qui ne consei...
      ...le meurtre, l'insurrection, l'abolition de la royauté (2), et de tous les pouvoirs existants.
      Ce décret attaquait, a-t-on dit, la liberté de la presse, et cependant on a dénoncé, par représailles, beaucoup d'autres écrits, parmi lesquels il en est sûrement de très répréhensibles, mais qui ne conseillent point le meurtre, l'insurrection, l'abolition de la royauté (2), et de tous les pouvoirs existants.
      ...nciations qui ont été faites m'obligent de rappeler ies principes d'après lesquels...
      ...t être plus ou moins coupables aux yeux de la loi : je déclare d'abord n'avoir jam...
      ... un gouvernement libre et dans un temps de Révolution, il est iné-
      Les nouvelles dénonciations qui ont été faites m'obligent de rappeler ies principes d'après lesquels les écrivains peuvent être plus ou moins coupables aux yeux de la loi : je déclare d'abord n'avoir jamais douté que, dans un gouvernement libre et dans un temps de Révolution, il est iné-
      (1) On ne manquera pas de répéter que je suis toujours prêt à déf...
      ...ique je ne sois pas sur tous les points de leur avis, j'estime qu'il y aurait plus de courage à les défendre qu'd n'y en a à ...
      (1) On ne manquera pas de répéter que je suis toujours prêt à défendre les ministres ; mais quoique je ne sois pas sur tous les points de leur avis, j'estime qu'il y aurait plus de courage à les défendre qu'd n'y en a à les attaquer.
      ..., où il dit que nous n'avons pas besoin de roi. (2) N° 29, où il dit que nous n'avons pas besoin de roi.
      ...que l'Assemblée adoptera sur la liberté de la presse, il est bien certain qu'elle ...
      ...ies, ni les mettre au nombre des crimes de lèse-nation. Chaque particulier aura toujours la garde de son honneur, et la loi lui assurera, co...
      ... les pays policés, les moyens légitimes de le défendre. Il suftit donc à votre sollicitude que l'autorité de la loi et celle de ses ministres soient assez respectées p...
      ...nger, par des poursuites juridiques. Quels que soient les principes législatifs que l'Assemblée adoptera sur la liberté de la presse, il est bien certain qu'elle ne saurait ni autoriser les outrages et les calomnies, ni les mettre au nombre des crimes de lèse-nation. Chaque particulier aura toujours la garde de son honneur, et la loi lui assurera, comme dans tous les pays policés, les moyens légitimes de le défendre. Il suftit donc à votre sollicitude que l'autorité de la loi et celle de ses ministres soient assez respectées pour qu'ils ne pui-sent être jamais inutilement invoqués par ies parties plaignan...
      ...es plus hardis détracteurs du mérite et de la vertu calomniés, il est un terme où ... ...sont nécessaires pour sa défense, en tolérant même, dans cette fin, l'impunité des plus hardis détracteurs du mérite et de la vertu calomniés, il est un terme où l'audace devient sensiblement criminelle et funeste à la liberté par la destruct...
      ...ne législation équitable sur la liberté de la presse. En s'attacbant fidèlement à ces principes, nous en verrons sortir ceux d'une législation équitable sur la liberté de la presse.
      ...que tous ceux qui écrivent dans le sens de la Révolution, attaquant bien ou mal à ...
      ...oumis à tous les hasards et aux risques de leur profession, ne doivent être conten...
      ... leur en procurer la réparation, à côté de ces inconvénients se trouvent les avantages. Les hommes en place, se voyant environnés de délateurs, en sont plus circonspects, e...
      ...evoir quelque service, pour le maintien de sa liberté, des hommes les plus vils, qui, pour de l'argent, paraissent sur l'arène comme ...
      Nous verrons que tous ceux qui écrivent dans le sens de la Révolution, attaquant bien ou mal à propos ceux qu'ils lui croient contraires, dénonçant les actions, les discours, ...
      ...ns, les projets, les liaisons des hommes publics, ces écrivains, naturellement soumis à tous les hasards et aux risques de leur profession, ne doivent être contenus que par l'assurance et la facilité d'une satisfaction légitime aux parties of...
      ...oient exposés à toutes sortes d'outrages ; mais, outre que les tribunaux peuvent leur en procurer la réparation, à côté de ces inconvénients se trouvent les avantages. Les hommes en place, se voyant environnés de délateurs, en sont plus circonspects, et le peuple peut recevoir quelque service, pour le maintien de sa liberté, des hommes les plus vils, qui, pour de l'argent, paraissent sur l'arène comme les gladiateurs.
      Il n'en est pas de même de ces proclamations sanguinaires qui excitent le peuple au meurtre, qui l'investissent de l'exercice effectif du pouvoir absolu, ...
      ...s, ou qui outragent la majesté royale : de tels délits n'ont rien de commun avec ia liberté de la presse, ils en sont la violation; car il n'est aucun genre de liberté légitime qui puisse s'allier à un acte de tyrannie : or, ce u'e^t pas aux potentats seulement qu'est réservé l'exercice de la tyrannie; un écrivain forcené se saisit aussi de ces poignards ; — et je demande quelle ...
      Il n'en est pas de même de ces proclamations sanguinaires qui excitent le peuple au meurtre, qui l'investissent de l'exercice effectif du pouvoir absolu, l'invitent à juger et à exécuter ses jugements contre ses chefs, ses magistrats, ses représentants, ou qui outragent la majesté royale : de tels délits n'ont rien de commun avec ia liberté de la presse, ils en sont la violation; car il n'est aucun genre de liberté légitime qui puisse s'allier à un acte de tyrannie : or, ce u'e^t pas aux potentats seulement qu'est réservé l'exercice de la tyrannie; un écrivain forcené se saisit aussi de ces poignards ; — et je demande quelle espèce

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 458
      ...re, ceux qui improuvent le nouvel ordre de choses, invitent le peuple à le changer...
      ...tre système, on prêche le meurtre et le massacre, on commet un crime de lèse-nation; si ceux qui n'aiment pas l...
      ...uper pour le faire révoquer, ils sont coupables ; et si, dans le système contraire, ceux qui improuvent le nouvel ordre de choses, invitent le peuple à le changer par la force, ils sont coupables4, si, dans l'un ou l'autre système, on prêche le meurtre et le massacre, on commet un crime de lèse-nation; si ceux qui n'aiment pas la Constitution, en conseillent le renversement par la force, ils sont coupables,...
      de Révolution et de Constitution peuvent exiger de pareils appuis? de Révolution et de Constitution peuvent exiger de pareils appuis?
      ...roposerai pas deux mesures, et je dirai de ceux-ci comme des autres : ils sont cri...
      ...à l'effusion du sang et au renversement de la Constitution.
      Je ne vous proposerai pas deux mesures, et je dirai de ceux-ci comme des autres : ils sont criminels ceux qui, dans leurs écrits, excitent le peuple à l'insurrection contre les lois, à l'effusion du sang et au renversement de la Constitution.
      Au delà de ces faits positifs qui, dans les écrits...
      ...tions, prennent le caractère d'un corps de délit, se trouve la tyrannie ou au moin...
      Au delà de ces faits positifs qui, dans les écrits comme dans les actions, prennent le caractère d'un corps de délit, se trouve la tyrannie ou au moins une dangereuse inquisition.
      ...omme une loi complète contre la licence de la presse, mais comme une loi provisoir... ...prétations du décret du 31 juillet, que je proposai les articles suivants, non comme une loi complète contre la licence de la presse, mais comme une loi provisoire pour en assurer la liberté et en réprimer les abus les plus dangereux i
      ...du roi ou du Corps législatif, à raiBon de ses opinions prononcées ou imprimées su... . Nul ne pourra être poursuivi, au nom du roi ou du Corps législatif, à raiBon de ses opinions prononcées ou imprimées sur les personnes publiques ou privées, sauf à ceux qui seraient injuriés ou calom...
      ... Personne n'ignore que nous n'avons pas de bonnes lois sur les injures et calomnie...
      ...elui qui existe est la seule sauvegarde de l'honneur et de la sûreté des citoyens.
      Nota. — Personne n'ignore que nous n'avons pas de bonnes lois sur les injures et calomnies ; mais en attendant la réformation du code criminel, celui qui existe est la seule sauvegarde de l'honneur et de la sûreté des citoyens.
      ...a punition en seront poursuivies au nom de la nation. — Si les injures ou calomnie... ...injures ou calomnies s'adressent à la personne sacrée du roi, la réparation et la punition en seront poursuivies au nom de la nation. — Si les injures ou calomnies s'adressent au Corps législatif, la réparation et la punition en seront poursu...
      ...TA. Cette dernière disposition a excité de grands murmures, comme si j'entendais faire dépendre de la volonté du roi la punition des injur... NOTA. Cette dernière disposition a excité de grands murmures, comme si j'entendais faire dépendre de la volonté du roi la punition des injures faites au Corps législatif; comme si le ministère des gens du roi n'était poi...
      Art. 3. Il est libre à tout citoyen de s'expliquer verbalement, ou par voie de l'impression, sur les actes du Corps législatif et sur les actes du pouvoir exécutif, de qualifier les abus d'autorité, de les publier et de s'en plaindre; mais celui qui aura cons... Art. 3. Il est libre à tout citoyen de s'expliquer verbalement, ou par voie de l'impression, sur les actes du Corps législatif et sur les actes du pouvoir exécutif, de qualifier les abus d'autorité, de les publier et de s'en plaindre; mais celui qui aura conseillé ou formellement provoqué la résis-
      tance aux lois, ou toute espèce de violence, attroupement et voie de fait contre leur exécution, contre les magistrats, administrateurs et représentants de la nation, à raison de leurs fonctions, opinions ou jugements, sera poursuivi comme criminel de lèse-nation. tance aux lois, ou toute espèce de violence, attroupement et voie de fait contre leur exécution, contre les magistrats, administrateurs et représentants de la nation, à raison de leurs fonctions, opinions ou jugements, sera poursuivi comme criminel de lèse-nation.
      ...calomnie et diffame un citoyen à raison de ses opinions politiques, peut n'être qu...
      ...exterminateurs qui ont consacré l'usage de la lanterne et des poignards dans toute...
      ...atoire, et le droit du plus fort devient la véritable Constitution. — Celui qui calomnie et diffame un citoyen à raison de ses opinions politiques, peut n'être qu'un lâche et un fou ; mais tous ces patriotes exterminateurs qui ont consacré l'usage de la lanterne et des poignards dans toutes les parties du royaume, sont les véritables assassins des Beauffet, des Voisin...
      ...prisé les libelles, ceux qui se servent de cette arme perfide pour défendre la vér...
      ...ut ce que peut avoir d'utile la liberté de la presse, se concilierait parfaitement...
      ... d'extension aux droits et à l'exercice de la liberté, qui agit alors comme la pol...
      ...olérant les mauvais lieux pour empêcher de plus grands crimes, —• et empêchant seu...
      ...frein qu'on doit imposer à cette espèce de prostitués qui, pour constater la liberté de la presse, ne conservent aucune pudeur ...
      ..., ce n'est pas pour mon compte que j'en défendrais la liberté ; j'ai toujours méprisé les libelles, ceux qui se servent de cette arme perfide pour défendre la vérité, la déshonorent ; et, lorsqu'ils l'emploient en faveur du mensonge, ils ajoutent à sa difformité. — Je pense même que tout ce que peut avoir d'utile la liberté de la presse, se concilierait parfaitement avec le respect le plus sévère pour les lois et les mœurs; car les caractères é...
      ...lui les brigands, c'est sans se mesurer avec eux. Maison donne généralement plus d'extension aux droits et à l'exercice de la liberté, qui agit alors comme la police d'une grande ville, tolérant les mauvais lieux pour empêcher de plus grands crimes, —• et empêchant seulement que ces mauvais lieux ne soient aussi le théâtre des vols et des assassinats. — Tel est le seul frein qu'on doit imposer à cette espèce de prostitués qui, pour constater la liberté de la presse, ne conservent aucune pudeur dans leurs satires et dans leurs délations.
      ...nre d'écrits contre lesquels la liberté de ce moment-ci voudrait fort diriger toute sa sévérité de l'ancienne inquisition ; ce sont ceux o...
      ... les inconvénients ou les imperfections de la Constitutions — Le patriotisme exter...
      ...ue la liberté s'étende sur cette partie de notre horizon politique, mais cette dém...
      ... citoyen instruit, le plus libre examen de la nouvelle Constitution. Ceux qui prof...
      ...mais non pas dans le cœur, le sentiment de la liberté et du patriotisme. Ah I si c...
      ...tisme! liberté! si vous étiez au milieu de nous, qui pourrait méconnaître la majesté de vos traits ; les accents fiers, mais sensibles, de votre voix, qui ne se mêla ja-
      Il est un autre genre d'écrits contre lesquels la liberté de ce moment-ci voudrait fort diriger toute sa sévérité de l'ancienne inquisition ; ce sont ceux où l'on s'explique librement sur les inconvénients ou les imperfections de la Constitutions — Le patriotisme exterminateur n'entend pas que la liberté s'étende sur cette partie de notre horizon politique, mais cette démence ne peut être consacrée par une loi : nous devons tous fidélité et obéissanc...
      ...lles qui sont défectueuses; ce qui ne permet pas seulement, mais commande à tout citoyen instruit, le plus libre examen de la nouvelle Constitution. Ceux qui professent des maximes contraires peuvent avoir sur les lèvres, mais non pas dans le cœur, le sentiment de la liberté et du patriotisme. Ah I si ces paroles tant répétées se convertissaient en effets! Patriotisme! liberté! si vous étiez au milieu de nous, qui pourrait méconnaître la majesté de vos traits ; les accents fiers, mais sensibles, de votre voix, qui ne se mêla ja-

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 459
      ... et. que ies Français abusés rougissent de célébrer la vertu sous l'emblème des fu...
      ...se prolonge; ils se réveillent au bruit de nos débats; le tumulte de nos séances calme les spectateurs, et b...
      ...défense; et si quelque Manlius, couvert de crimes, venait nous dire ! fài sauvé le Capitole, on se souviendra de la roche tarpéïenne. Ah! qu'on ne seflatie pas de rendret toujours impuissante la voix des gens de bien ; il ne faut peut-être que quelques nouveaux outrages, quelques crimes de plus, dirigés contre eux, pour leur don...
      ...i détestent l'anarchie que nous assure, de plus en plus, l'impunité des scélérats....
      ...x des Euménides. — Montrez-nous ces vertueux citoyens que votre esprit a formés; et. que ies Français abusés rougissent de célébrer la vertu sous l'emblème des furies 1 —Quedis-je? Les Français 1 il en e8t. peu désormaisdont l'ivresse se prolonge; ils se réveillent au bruit de nos débats; le tumulte de nos séances calme les spectateurs, et bientôt, dans le sein des familles, on nous demandera compte du trouble qui les a...
      ...dénoncés, leur funeste influence, et tout ce qui vient d'être allégué pour leur défense; et si quelque Manlius, couvert de crimes, venait nous dire ! fài sauvé le Capitole, on se souviendra de la roche tarpéïenne. Ah! qu'on ne seflatie pas de rendret toujours impuissante la voix des gens de bien ; il ne faut peut-être que quelques nouveaux outrages, quelques crimes de plus, dirigés contre eux, pour leur donner un empire irrésistible, et pour rallier à eux tous les nommes honnêtes qui veulent la liberté, mais qui détestent l'anarchie que nous assure, de plus en plus, l'impunité des scélérats. malouet.
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 179... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 1790
      Dénonciation par M. de Mirabeau le jeune, député du Limousin, de quelques extraits d'un ouvrage de M. Camille Desmoulins ayant pour titre : Révolutions de France et de Brabaut. Dénonciation par M. de Mirabeau le jeune, député du Limousin, de quelques extraits d'un ouvrage de M. Camille Desmoulins ayant pour titre : Révolutions de France et de Brabaut.
      On n'entend parler que dénonciations ; la Commune de Paris dénonce, le comité des Recherches dénonce, on dénonce au sein de l'Assemblée nationale. Plusieurs ministres ont été l'objet de dénonciations vagues, et on n'a pas cru...
      ...eant que le refus constant qu'on â fait de prononcer une peine contre les dénoncia...
      ...: malgré la demande faite par plusieurs de mes collègues, renouvelée par moi dans ...
      On n'entend parler que dénonciations ; la Commune de Paris dénonce, le comité des Recherches dénonce, on dénonce au sein de l'Assemblée nationale. Plusieurs ministres ont été l'objet de dénonciations vagues, et on n'a pas cru pouvoir donner suiteaux plaintes sur lesquelles reposaient ces mêmes dénonciations; j'avoue, en effet, que rien n'est plus encourageant que le refus constant qu'on â fait de prononcer une peine contre les dénonciateurs injustes : malgré la demande faite par plusieurs de mes collègues, renouvelée par moi dans la séance du 23 avril, et toujours repôussée, sans avoir même été discutée.
      ... et notamment dans celle qui m'a honoré de sa confiance; j'ai déposé sur le bureau...
      ...remises au comité des rapports, signées de moi ; on les a accusées fausseté, d'exagérations; j'ai, demandé...
      ...re, et mes dénonciations n'ont pas paru nature à mériter un moment d'attention de la part de l'Assemblée nationale.
      ...s meurtres, des incendies, des ravages qui ont eu lieu dans plusieurs provinces, et notamment dans celle qui m'a honoré de sa confiance; j'ai déposé sur le bureau mes dénonciations et leurs preuves; je les ai remises au comité des rapports, signées de moi ; on les a accusées fausseté, d'exagérations; j'ai, demandé qu'on s'inscrivît en faux, j'ai demandé à être entendu et jugé, on n'a voulu ni l'un ni l'autre, et mes dénonciations n'ont pas paru nature à mériter un moment d'attention de la part de l'Assemblée nationale.
      ...ecté lorsque j'ai entendu le rapporteur de l'affaire du parlement de .Bordeaux, répondant à M. l'abbé Maury,...
      ...tre commis dans le ressort du parlement de Bordeaux, lorsqu'il avait entre les mai...
      ...ans le Bas-Limousin, et notamment celui de plusieurs soldats citoyens delà milice nationale de Tulle, morts
      J'ai eu lieu même d'être douloureusement affecté lorsque j'ai entendu le rapporteur de l'affaire du parlement de .Bordeaux, répondant à M. l'abbé Maury, assurer que le comité des rapports n'avait la connaissance que d'un seul meurtre commis dans le ressort du parlement de Bordeaux, lorsqu'il avait entre les mains la preuve d'une grande quantité d'assassinats commis dans le Bas-Limousin, et notamment celui de plusieurs soldats citoyens delà milice nationale de Tulle, morts
      ...és et les citoyens menacés, à l'affaire de Favars» ou blessés, en défendant les propriétés et les citoyens menacés, à l'affaire de Favars»
      Quelaue peu de succès qu'aienteu mespremières dénonciations, je crois de mon devoir, de celui de tout bon Français, de dénoncer à la nation entière un écrivai... Quelaue peu de succès qu'aienteu mespremières dénonciations, je crois de mon devoir, de celui de tout bon Français, de dénoncer à la nation entière un écrivain audacieux qui ose apposer son nom au libelle le plus infâme qui tend à éteindr...
      Cet auteur est criminel de lèse-majesté, au premier chef, et par conséquent de lèse-nation; car j'avoue que je n'ai ja...
      ...ste effréné, qui ose se qualifier d'ami de la Constitution et qui assiste, dit-on, aux séances de l'association qui porte ce nom, a-t-il ...
      ...taché à son roi, assez ami du peuple et de l'ordre, pour le dénoncer à la nation? ...
      Cet auteur est criminel de lèse-majesté, au premier chef, et par conséquent de lèse-nation; car j'avoue que je n'ai jamais conçu qu'il pût exister une distinction entre le roi et la nation ; ce libel-liste effréné, qui ose se qualifier d'ami de la Constitution et qui assiste, dit-on, aux séances de l'association qui porte ce nom, a-t-il cru qu'il ne se trouverait pas un Français assez attaché à son roi, assez ami du peuple et de l'ordre, pour le dénoncer à la nation? non assurément, mais il a compté sur le sommeil des lois et sur l'impunité qui e...
      ... tôt au tard il se trouve des ministres de ses éternels et justes décrets? Peut-il se dissimuler qu'il existe un Dieu vengeur, et que tôt au tard il se trouve des ministres de ses éternels et justes décrets?
      ...inel usage que le sieur Desmoulins fait sa plume? L'Assemblée nationale interro... Et à qui pourrai-je dénoncer aujourd'hui le criminel usage que le sieur Desmoulins fait sa plume? L'Assemblée nationale interrompt difficilement son ordre du jour, et la question préalable prononcerait, sans...
      ... ma dénonciation, ce serait même abuser de sa position que de la lui présenter. ... qu'il poursuit les attentats des 5 et 6 octobre; il ne recevrait assurément pas ma dénonciation, ce serait même abuser de sa position que de la lui présenter.
      ...e dénonce donc l'auteur des Révolutions de France et du Brabant à tout Français su... Je dénonce donc l'auteur des Révolutions de France et du Brabant à tout Français sur qui l'honneur n'a pas encore perdu l'empire qu'il exerçait impérieusement autr...
      L'extrait que j'ai fait de quelques morceaux criminels d'un ouvrag...
      ...x que le ne pourrais le faire en faveur de ma dénonciation.
      L'extrait que j'ai fait de quelques morceaux criminels d'un ouvrage dont l'existence seule est un crime, parleront mieux que le ne pourrais le faire en faveur de ma dénonciation.
      ... des Trajan et des Marc-Aurèle, à peine de déchéance, et de se voir condamné à rentrer dans la comm...
      ...couronnements, qui out fuit couler tant de fleuves de sang Ghez les autres peuples, paraissent sensibles; sans que l'état s'aperçoive de ce déménagement du Louvre?
      ...llement à Louis XVI, avec l'obligation imposée à lui et à ses successeurs d'être des Trajan et des Marc-Aurèle, à peine de déchéance, et de se voir condamné à rentrer dans la commune, sans que cela cause le moindre trouble, sans que ces découronnements, qui out fuit couler tant de fleuves de sang Ghez les autres peuples, paraissent sensibles; sans que l'état s'aperçoive de ce déménagement du Louvre?
      (Extrait d'une note de l'auteur des Révolutions de France et du Brabant; pag. 548 de son n° 12.) (Extrait d'une note de l'auteur des Révolutions de France et du Brabant; pag. 548 de son n° 12.)

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 460
      (Pag. 149 et 150 du n° 17 des Révolutions de France et du Brabant.) (Pag. 149 et 150 du n° 17 des Révolutions de France et du Brabant.)
      (Ce morceau est tiré de la feuille du sieur Prud'homme, et a été inséré dans le n° 17 des Révolutions de France et du Brabant, p. 152 et 153.) (Ce morceau est tiré de la feuille du sieur Prud'homme, et a été inséré dans le n° 17 des Révolutions de France et du Brabant, p. 152 et 153.)
      (Page 160 du n° 17 des Révolutions de France et du Brabant.) (Page 160 du n° 17 des Révolutions de France et du Brabant.)
      ...ly ; vous avez dû voir que l'expression de mes sujets, qui se trouve une fois dans... ...e on dit à un maître : vos gens, votre livrée. Autre temps, autre style, M. Bailly ; vous avez dû voir que l'expression de mes sujets, qui se trouve une fois dans le discours du roi, avait déplu ; que ce n'est point la nation qui appartient a...
      (JPage 558, du n° 12 des Révolu-lutions de France et du Bra-bant.) (JPage 558, du n° 12 des Révolu-lutions de France et du Bra-bant.)
      ...ue Favras, allant au supplice, ne cesse de dire qu'il aimait le roi, qu'il meurt victime de son amour pour le roi, et d'entretenir la multitude de cette passion ridicule, je ne vois plus... Que Favras, allant au supplice, ne cesse de dire qu'il aimait le roi, qu'il meurt victime de son amour pour le roi, et d'entretenir la multitude de cette passion ridicule, je ne vois plus dans cet homme que scélératesse et hypocrisie.
      (Page 13, du n° 14 des Révolutions de France et du Bra-bant.) (Page 13, du n° 14 des Révolutions de France et du Bra-bant.)
      ..., je crus remarquer en lui ce caractère de tête et cette pâleur qui effrayait César dans Cassius et Cimber. J'étais ravi de lui voir ces traits d'un conjuré, et je...
      ...e vois bien que ce n'est qu'un chanoine de Chartres. Se peut-il qu'il ait proposé ...
      Mais pour en revenir à notre abbé Sieyès, je crus remarquer en lui ce caractère de tête et cette pâleur qui effrayait César dans Cassius et Cimber. J'étais ravi de lui voir ces traits d'un conjuré, et je le prenais pour un romain. Aujourd'hui, je vois bien que ce n'est qu'un chanoine de Chartres. Se peut-il qu'il ait proposé une pareille loi? (1).
      ...n indigne du nom d'homme, pour un homme de la seconde espèce, d'une espèce inférie...
      ...ut seul, embrasser tout seul les genoux de César, mais nous ne t'avions pas donné la mission de nous jeter avec toi à ses pieds ; certainement les électeurs de Paris et le café Pro-cope, qui s'est donné tant de mouvement, qui a tant péroré pour te faire nommer député, par reconnaissance de la brochure : « Qu est-ce que le tiers?...
      ...ur le moins noté sur les tablettes du censeur ; vous auriez passé pour un citoyen indigne du nom d'homme, pour un homme de la seconde espèce, d'une espèce inférieure et servi le. On vous aurait regardé comme les colons regardent les noirs. Pu...
      ...on, mais, du moins, vous dirai-je comme Cicéron à Antoine : Il fallait ramper tout seul, embrasser tout seul les genoux de César, mais nous ne t'avions pas donné la mission de nous jeter avec toi à ses pieds ; certainement les électeurs de Paris et le café Pro-cope, qui s'est donné tant de mouvement, qui a tant péroré pour te faire nommer député, par reconnaissance de la brochure : « Qu est-ce que le tiers? v ne t'avait pas donné ce mandat « anobis populoque romano mandatum id certe, n...
      ...ag. 137 et 138 du n° 16 des Révolutions de France et du Brabant.) (Pag. 137 et 138 du n° 16 des Révolutions de France et du Brabant.)
      ...narques ce que Tacite dit des ministres de ...emnon, que prendre du ventre et un appétit démesuré, et on peut appliquer aux monarques ce que Tacite dit des ministres de
      (1) Celle de prononcer des peines exemplaires, et se...
      ...des ordonnances contre ceux qui parlent de la royauté et des rois avec irrévérence...
      (1) Celle de prononcer des peines exemplaires, et selon la rigueur des ordonnances contre ceux qui parlent de la royauté et des rois avec irrévérence. ......
      ...es, étant venu à Rome, y reçut du sénat de grands honneurs. Les premiers de la ville lui donnaient à l'envi des tém...
      ...sée, ou bien il faisait attendre le roi de Bithinie dans son antichambre. Quelqu'u...
      ... qu'un roi est un animal qui se nourrit de chair humaine.
      On lit dans Plutarque, que le roi Eumènes, étant venu à Rome, y reçut du sénat de grands honneurs. Les premiers de la ville lui donnaient à l'envi des témoignages d'estime et d'affection. Mais Caton, le censeur, dont la haine pour les...
      ... dire,par son portier,que M. n'y était pas, quoique Eumènes l'eût vu par sa croisée, ou bien il faisait attendre le roi de Bithinie dans son antichambre. Quelqu'un s'en étonna, et lui dit : Pourquoi fuir ainsi Eumènes? c'est un si bon roi et ...
      ...pondit le fier républicain, mais moi je ne m'y fie pas, et ce que je sais, c'est qu'un roi est un animal qui se nourrit de chair humaine.
      ...st donc toi, ô Louis XVI ! restaurateur de la liberté française, roi d'un peuple l...
      ...donner tout autre passe-temps que celui de la chasse, as conçu le projet de faire périr 600 mille citoyens par le f...
      ...que trompé par sa mère et par la maison de Lorraine, et Néron qui ne mit le feu à ...
      ... d'ivresse. C'est donc toi qui as signé de ton propre mouvement l'ordre (ramener autour de Paris des régiments étrangers, un train...
      ... des grils à chauffer les bou-lets,»e t de faire distribuerà ces troupes 1,450 mil...
      ...itue à ta couronne civique une couronne de serpents ! il te dénonce à ton peuple, ...
      ...ment est affiché jusques sur les portes de ton palais.
      C'est donc toi, ô Louis XVI ! restaurateur de la liberté française, roi d'un peuple lidre, roi honnête homme; c'est donc toi qui, sans prétexte et sans motifs et seulement pour te donner tout autre passe-temps que celui de la chasse, as conçu le projet de faire périr 600 mille citoyens par le fer et par le feu I C'est donc toi qui as conservé dans ton cœur, depuis le 15 ju...
      ...illet, un projet dont aurait frémi Charles IX qui n'ordonna la Saint-Barthélemy que trompé par sa mère et par la maison de Lorraine, et Néron qui ne mit le feu à Rome que dans un moment d'ivresse. C'est donc toi qui as signé de ton propre mouvement l'ordre (ramener autour de Paris des régiments étrangers, un train immense d'artillerie, « des grils à chauffer les bou-lets,»e t de faire distribuerà ces troupes 1,450 mille cartouches, etc., etc. Et le jugement du Châtelet dit tout cela ; il substitue à ta couronne civique une couronne de serpents ! il te dénonce à ton peuple, à toute la terre, à toutes les générations, comme le plus cruel, le plus extravagant oes monstres qui ont porté la couronne, et ce jugement est affiché jusques sur les portes de ton palais.
      ... sa dignité, et à user dans ses décrets de cette formule servile que le roi sera supplié de sanctionner, comme si c'était au maître... ...s leurs clubs si l'Assemblée nationale continuera encore longtemps à méconnaître sa dignité, et à user dans ses décrets de cette formule servile que le roi sera supplié de sanctionner, comme si c'était au maître à supplier le serviteur.
      Pourquoi avoir dispensé le roi de la responsabilité ? n'était-ce pas assez de l'avoir déclaré inviolable? Pourquoi av...
      ... législatif du droit qui lui appartient de faire au moins des injonctions au pouvo...
      ...rquoi ne vous être pas réservé le droit de le demander à la barre quand il aurait ...
      Pourquoi avoir dispensé le roi de la responsabilité ? n'était-ce pas assez de l'avoir déclaré inviolable? Pourquoi avoir dépouillé le pouvoir législatif du droit qui lui appartient de faire au moins des injonctions au pouvoir exécutif? Pourquoi ne vous être pas réservé le droit de le demander à la barre quand il aurait fait une sot-

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 461
      ...le peut bien le faire. Quand le congrès de Franceaurait gourmandé Louis XVI, aurait gardé le droit de donner au prince par-ci ...ornay gour-mandait Henri IV ! Hertes, ce que faisait Mornay, l'Assemblée nationale peut bien le faire. Quand le congrès de Franceaurait gourmandé Louis XVI, aurait gardé le droit de donner au prince par-ci
      ... législatif. Nous sommes dans l'enfance de la liberté. Espérons qu'à la prochaine ...
      ...ag. 248 et 249 du n° 19 des Révolutions de France et du Brabant.)
      ... vous avez trop souvent méconnu l'autorité, la dignité, la souveraineté du Corps législatif. Nous sommes dans l'enfance de la liberté. Espérons qu'à la prochaine législature elle sera parvenue à l'âge viril. (Pag. 248 et 249 du n° 19 des Révolutions de France et du Brabant.)
      Le sieur Necker n'a pas craint de déclarer au comité des pensions que le ...
      ..., qu'il parle ainsi au souverain au nom de celui qui n'est que le « premier sujet de la nation. » Oui, je le répète, « le premier sujet de la nation. »
      Le sieur Necker n'a pas craint de déclarer au comité des pensions que le roi trouvait mauvais que l'Assemblée nationale eût fait imprimer le livre rouge....
      ... mauvais qu'un genevois parle en termes si peu mesurés à l'Assemblée nationale -, qu'il parle ainsi au souverain au nom de celui qui n'est que le « premier sujet de la nation. » Oui, je le répète, « le premier sujet de la nation. »
      (Page 335 du n° 21 des Révolutions de France et du Brabant.) (Page 335 du n° 21 des Révolutions de France et du Brabant.)
      (Cette épigraphe se trouve dans un n° de l'auteur des Révolutions de France et du Brabant, qui l'a réimprimé dans son n° 21, en disant à l'auteur de la feuille du Modérateur qu'il n'avait ... (Cette épigraphe se trouve dans un n° de l'auteur des Révolutions de France et du Brabant, qui l'a réimprimé dans son n° 21, en disant à l'auteur de la feuille du Modérateur qu'il n'avait pas entendu l'appliquer au roi; mais il n'a pas dit à qui il en faisait l'applic...
      L'auteur des Révolutions de Paris, en parlant de son n° 35, pages 10 et 11 du projet de Mucius Scevola contre le roi Porsenna, ... L'auteur des Révolutions de Paris, en parlant de son n° 35, pages 10 et 11 du projet de Mucius Scevola contre le roi Porsenna, tient le langage suivant :
      ...mblent dans un lieu coiivenu pour jurer de mettre à mort (avec le secours du ciel)...
      ...t d'asservir la nation! Que la nouvelle de ce serment glace d'épouvante tous les tyrans de la terre, et les enchaîne sur leurs trô...
      ...ui pèsent sur l'Europe ; alors, au lieu de verser le sang des soldats qu'ils enver...
      ...apprendrons la déclaration « des droits de l'homme et du citoyen. »
      ...vertueux et des plus intrépides jeunes gens des 83 départements. Qu'ils se rassemblent dans un lieu coiivenu pour jurer de mettre à mort (avec le secours du ciel) les ennemis, princes ou généraux qui viendraient troubler nos affaires domestiques et qui tenteraient d'asservir la nation! Que la nouvelle de ce serment glace d'épouvante tous les tyrans de la terre, et les enchaîne sur leurs trônes L... alors nous n'aurons plus à craindre les scènes qui vont se jouer entre les individus couronnés qui pèsent sur l'Europe ; alors, au lieu de verser le sang des soldats qu'ils enverront pour nous égorger, nous leur apprendrons la déclaration « des droits de l'homme et du citoyen. »
      ... quelque homme libre, véritablement ami de Louis XVI, s'approche de lui et lui dise : Sire, la conduite de vos ministres calomnie votre attachement aux principes de la Révolution ; vous êtes venu au milieu de l'Assemblée nationale dire « que vous d...
      ...nt à la renverser : comme si, imitateur de la duplicité de
      11 est temps que quelque homme libre, véritablement ami de Louis XVI, s'approche de lui et lui dise : Sire, la conduite de vos ministres calomnie votre attachement aux principes de la Révolution ; vous êtes venu au milieu de l'Assemblée nationale dire « que vous défendriez, que vous maintiendriez I a liberté constitutionnelle ; » et cependant vos ministres travaillent à la renverser : comme si, imitateur de la duplicité de
      ...acé par le secrétaire des commandements de votre épouse, vos discours n'avaient d'autre objet que « de paraître content de votre position » d'être populaire, très affable, de filer ainsi quatre à cinq mois et d'exé...
      ...t avoir lieu lors du départ du maréchal de Broglie.
      ...s votre intérieur vos discours publics : ou comme si, docile à suivre le plan tracé par le secrétaire des commandements de votre épouse, vos discours n'avaient d'autre objet que « de paraître content de votre position » d'être populaire, très affable, de filer ainsi quatre à cinq mois et d'exécuter ensuite ce qui devait avoir lieu lors du départ du maréchal de Broglie.
      ... malheur possible, après la dissolution de l'Assemblée nationale, ce serait que le... Sire, le plus grand malheur possible, après la dissolution de l'Assemblée nationale, ce serait que le peuple retombât dans la même perplexité où il était sur vos intentions, à l'épo...
      ...s 10, 11 et 13 du n° 38 des Révolutions de Paris.) (Pages 10, 11 et 13 du n° 38 des Révolutions de Paris.)
      ...és, ce sont des hommes qui ont le droit de se venger ou de mépriser : mais la royauté est une chos... ... du sang sont encore moins épargnés par l'auteur : quant aux particuliers insultés, ce sont des hommes qui ont le droit de se venger ou de mépriser : mais la royauté est une chose dans un état monarchique.
      ...st réduit à une impuissance plus réelle de Ja manifester. ...tion qu'on exprime difficilement, mais qu'on sent d'autant plus vivement qu'on est réduit à une impuissance plus réelle de Ja manifester.
      ... sont les vôtres! Unis d'intérêts, unis de l'affection la plus réelle et la plus n... mon roi 1 ô ma patrie I quels malheurs sont les vôtres! Unis d'intérêts, unis de l'affection la plus réelle et la plus nécessaire, ou cherche à vous séparer, on calomnie les intentions du meilleur des...
      Puisse l'élan de mon indignation être une preuve de deux sentiments innés en moi et qu'aucu... Puisse l'élan de mon indignation être une preuve de deux sentiments innés en moi et qu'aucune circonstance, qu'aucun événement

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 462
      N. R. Il sera déposé un exemplaire de cette dénonciation, signé de moi sur les bureaux de l'Assemblée nationale et de son comité des Recherches. N. R. Il sera déposé un exemplaire de cette dénonciation, signé de moi sur les bureaux de l'Assemblée nationale et de son comité des Recherches.
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 179... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 31 JUILLET 1790
      ...tobre, a fixé provisoirement la dépense de la maison des princes, frères du roi ; ...
      ...ttant sous vos yeux le tableau raisonné de toutes les parties de ïa dépense publique, vous a proposé de rendre cette fixation définitive. Vous ...
      ... la question, et vous avez voulu, avant de prononcer, entendre votre comité des do...
      ...et pour se mettre d'autant plus en état de vous présenter un plan digne de vous et de son objet, il a demandé à se réunir à vos comités d'impositions et de finances. Ils se sont rendus l'un et l'...
      ... invitation. Quatre commissaires, tirés de chacun de ces comités, se sont assemblés plusieur...
      ... suis chargé par l'honorable commission de vous présenter le résultat de ces conférences.
      Messieurs, l'Assemblée nationale, par un décret du mois d'octobre, a fixé provisoirement la dépense de la maison des princes, frères du roi ; et votre comité des finances, en mettant sous vos yeux le tableau raisonné de toutes les parties de ïa dépense publique, vous a proposé de rendre cette fixation définitive. Vous avez ajourné la question, et vous avez voulu, avant de prononcer, entendre votre comité des domaines, qui vous a annoncé depuis longtemps son travail sur les apanages. 11 s'est empressé d'exécuter vos ordres ; et pour se mettre d'autant plus en état de vous présenter un plan digne de vous et de son objet, il a demandé à se réunir à vos comités d'impositions et de finances. Ils se sont rendus l'un et l'autre à cette invitation. Quatre commissaires, tirés de chacun de ces comités, se sont assemblés plusieurs fois pour traiter ensemble ce sujet important, et je suis chargé par l'honorable commission de vous présenter le résultat de ces conférences.
      Il n'est aucune partie de notre législation qui ait éprouvé d'aus...
      ...e celle qui a réglé le sort des enfants de nos rois sous les trois dynasties. Il n...
      ... aussi marquée. Dans les premiers temps de la monarchie, le droit d'aînesse, étran...
      ...connu. L'Empire se partageait en autant de souverainetés, à peu près indépendantes...
      ...s. Cette première division était suivie de divisions nouvelles dans les différente...
      ...aordinaires, propres à détruire l'effet de ces morcellements progressifs, en réuni...
      Il n'est aucune partie de notre législation qui ait éprouvé d'aussi grands changements que celle qui a réglé le sort des enfants de nos rois sous les trois dynasties. Il n'en est aucune sur qui le progrès des lumières ait obtenu une influence aussi marquée. Dans les premiers temps de la monarchie, le droit d'aînesse, étranger aux lois barbares, était absolument inconnu. L'Empire se partageait en autant de souverainetés, à peu près indépendantes, que le dernier monarque avait laissé d'enfanis. Cette première division était suivie de divisions nouvelles dans les différentes branches ; et le royaume des Francs, réduit en portions infiniment petites, se...
      ...ti, si la fortune, plus sage que la loi, n'avait fait naître des événements extraordinaires, propres à détruire l'effet de ces morcellements progressifs, en réunissant à plusieurs reprises tous les droits sur la même tête.
      ...ant fut associé à la couronne du vivant de son père, et les puînés n'eurent en par...
      ...e le régime féodal subordonnait au chef de leur maison ; mais, si l'on en excepte les droits souvent éludés de la suzeraineté et l'obligation stérile de l'hommage, ils étaient vraiment souvera...
      ...ation à cet égard, ne les empêchait pas de transmettre leur patrimoine aux filles. Il n'est personne de vous, Messieurs, qui ne se rappelle,
      ...les Capétiens, la souveraineté devint indivisible. Le fils aîné du monarque régnant fut associé à la couronne du vivant de son père, et les puînés n'eurent en partage que des provinces que le régime féodal subordonnait au chef de leur maison ; mais, si l'on en excepte les droits souvent éludés de la suzeraineté et l'obligation stérile de l'hommage, ils étaient vraiment souverains dans leur territoire, et la loi salique, sans application à cet égard, ne les empêchait pas de transmettre leur patrimoine aux filles. Il n'est personne de vous, Messieurs, qui ne se rappelle,
      ...d d'Artois; et chacun sait que le comté de Dreux, donné en apanage en 1150 à Robert de France, quatrième fils de Louis-le-Gros, n'est rentré à la couron...
      ...'achat qu'en fit Charles V, des fil h s de Jeanne de Dreux, arrière-petites filles de Robert. Nous ne citons ce dernier exemp...
      à ce sujet, la célèbre Mahaud d'Artois; et chacun sait que le comté de Dreux, donné en apanage en 1150 à Robert de France, quatrième fils de Louis-le-Gros, n'est rentré à la couronne que par l'achat qu'en fit Charles V, des fil h s de Jeanne de Dreux, arrière-petites filles de Robert. Nous ne citons ce dernier exemple que parce qu'il prouve tout à la fois que les H Iles pouvaient succéder,et qu...
      ...l'anéantir. Il donna le premier exemple de l'apanage réversible à défaut d'hoirs. ...
      ...pelions Charles le-Sage, en lit une loi de l'Etat.
      ... l'effet était perpétuel, affaiblissaient la monarchie et qu'ils finiraient par l'anéantir. Il donna le premier exemple de l'apanage réversible à défaut d'hoirs. Cette heureuse innovation, adoptée par Philippe-le-Bel, fut perfectionnée par Philippe-le-Long ; et Charles V, qu'avant la Révolution nous appelions Charles le-Sage, en lit une loi de l'Etat.
      ...ansport, et elle n'a reçu jusqu'ici que de légères modifications. Sans nous attacher à la lettre de ce règlement, nous en avons pénétré l'esprit; il a servi de base à nos discussions; et pour procéde... Cette loi, inspirée par une sage politique, fut accueillie avec transport, et elle n'a reçu jusqu'ici que de légères modifications. Sans nous attacher à la lettre de ce règlement, nous en avons pénétré l'esprit; il a servi de base à nos discussions; et pour procéder avec ordre, et obtenir un résultat complet, nous avons envisagé séparément le ...
      La solution de la première partie de ce grand problème n'a éprouvé aucune di...
      ...s des principes, et nous sommes arrivés de front aux mêmes conséquences*;
      La solution de la première partie de ce grand problème n'a éprouvé aucune difficulté; nous sommes unanimement'convenus des principes, et nous sommes arrivés de front aux mêmes conséquences*;
      ...vocablement à son domaine le patrimoine de ses rois, contractait, par cela même, l'obligation de fournir à leurs enfants puînés une subsistance proportionnée à l'éclat de leur rang et à la splendeur de leur origine; que, comme tout autre débiteur, elle avait le droit de s'acquitter de cette dette de la manière la plus convenable à ses int... JNous avons tous reconnu que la nation, unissant irrévocablement à son domaine le patrimoine de ses rois, contractait, par cela même, l'obligation de fournir à leurs enfants puînés une subsistance proportionnée à l'éclat de leur rang et à la splendeur de leur origine; que, comme tout autre débiteur, elle avait le droit de s'acquitter de cette dette de la manière la plus convenable à ses intérêts, en leur abandonnant des jouissances foncières, ou bien en leur assignant ...
      ...orts, obtenir la préférence : une foule de motifs, également puissants, semble dev...
      ...s ne croyons pas pouvoir nous dispenser de vous en rendre compte, parce qu'ils son...
      ... doivent encore influer sur la solution de la seconde partie du problème. Autrefois les principaux revenus de la nation étaient tirés de ses domaines ; c'étaient surtout avec l...
      ...t à ses dépenses personnelles, à celles de sa maison, et à l'entretien de ses enfants. Il était donc naturel, il ...
      ...es encore tombés d'accord qu'un traitement pécuniaire devait, sous tous les rapports, obtenir la préférence : une foule de motifs, également puissants, semble devoir le jui assurer. Nous ne croyons pas pouvoir nous dispenser de vous en rendre compte, parce qu'ils sont indépendants des décrets qui Ordonnent laventedes biens domaniaux, et qu'ils doivent encore influer sur la solution de la seconde partie du problème. Autrefois les principaux revenus de la nation étaient tirés de ses domaines ; c'étaient surtout avec leurs produits que le monarque fournissait à ses dépenses personnelles, à celles de sa maison, et à l'entretien de ses enfants. Il était donc naturel, il était indispensable alors d'eu détacher une partie, lorsqu'ils se mariaient, pou...

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 463
      ...nt désormais à la liste oi» vile. C'est de la même source que doivent sortir les t... sont eux qui fourniront désormais à la liste oi» vile. C'est de la même source que doivent sortir les traitements annuels qui seront accordés à ses enfants.
      ...e d'ailleurs des inconvénients capables de les faire à jamais proscrire. De grandes possessions territoriales sont ...
      ... Ils coûtent à la nation qu'ils privent de la totalité du fonds concédé ; ils prod...
      ...peu à l'apanagiste, parce que les frais de régie et d'administration absorbent pou...
      La concession des apanages réels présente d'ailleurs des inconvénients capables de les faire à jamais proscrire. De grandes possessions territoriales sont toujours accompagnées d'une grande uissance; elles pourraient, dans des temps ma...
      ...s apanages réels coûtent beaucoup à la nation, et produisent peu à l'apanagiste. Ils coûtent à la nation qu'ils privent de la totalité du fonds concédé ; ils produi-duisent peu à l'apanagiste, parce que les frais de régie et d'administration absorbent pour lui la meilleure partie du produit.
      ... traitement pécuniaire, l'établissement de la liste civile suffirait pour les diss...
      ...foncières, tandis que le monarque, chef de leur maison, serait réduit à un simple ...
      ...nationaux, en affranchissant les autres de l'ancienne loi de l'inalié-nabilité.
      S'il subsistait quelques doutes sur la préférence due au traitement pécuniaire, l'établissement de la liste civile suffirait pour les dissiper. 11 serait contre toutes les convenances d'accorder aux princes des jouissances foncières, tandis que le monarque, chef de leur maison, serait réduit à un simple traitement annuel ; il en résulterait un contraste choquant qu'une Constitution ...
      ...solu le problème, en ordonnant la vente d'une portion considérable des domaines nationaux, en affranchissant les autres de l'ancienne loi de l'inalié-nabilité.
      ...liquer à la rente qu'ils vous proposent de leur substituer; ainsi celte rente apanagère sera payée exclusivement à l'aîné, chef de ta branche, sauf ies aliments dus à ses...
      ...une hypothèque en faveur des créanciers de l'apanagiste, qui ne pourront se venger que sur les arrérages échus de son temps; Cet affranchissement ne souffrira qu'une exception en faveur de la veuve, pour son douaire viager seule...
      ...cette exception sera bornée à la moitié de la rente ; l'autre moitié sera touchée par le successeur, franche et quitte toute dette.
      ...es lois anciennes avaient sagement établi pour les apanages réels, pouvait s'appliquer à la rente qu'ils vous proposent de leur substituer; ainsi celte rente apanagère sera payée exclusivement à l'aîné, chef de ta branche, sauf ies aliments dus à ses puînés. Elle s'éteindra d'elle-même avec la postérité masculine du prince, premier concessionnaire ; elle ne sera susceptible d'aucune hypothèque en faveur des créanciers de l'apanagiste, qui ne pourront se venger que sur les arrérages échus de son temps; Cet affranchissement ne souffrira qu'une exception en faveur de la veuve, pour son douaire viager seulement ; et encore cette exception sera bornée à la moitié de la rente ; l'autre moitié sera touchée par le successeur, franche et quitte toute dette.
      ...ifficile à concilier avec les principes de notre Constitution. Ils n'ont pas fait ...
      ...nce, qui la touche, la reçoit des mains de la nation et ne la tient que d'elle; qu...
      ...qu'en un mot, cette transmission, image de celle de la couronne, n'a rien de commun avec la substitution linéale.
      ...éunis ont eru voir dans cette transmission une substitution fidéi-commissaire, difficile à concilier avec les principes de notre Constitution. Ils n'ont pas fait attention que cette rente n'est point une propriété ; qu elle ne se transmet point à titre héréditaire; que le prince, qui la touche, la reçoit des mains de la nation et ne la tient que d'elle; qu'elle ne suit pas même l'ordre des successions; qu'en un mot, cette transmission, image de celle de la couronne, n'a rien de commun avec la substitution linéale.
      ...is n'ont pas cru devoir prendre sur eux de fixer la quotité des rentes apa-nagères...
      ...et trop variables. Elle dépend du degré de prospérité qu'atteindront un jour les finances nationales, de la quantité du numéraire que l'économie...
      ...mmerce doivent attirer dans cet Empire, de sa valeur I comparée au prix des denrée...
      Vos comités réunis n'ont pas cru devoir prendre sur eux de fixer la quotité des rentes apa-nagères qui seront concédées à l'avenir. Cette fixation éloignée et éventuelle doit porter sur des bases trop incertaines et trop variables. Elle dépend du degré de prospérité qu'atteindront un jour les finances nationales, de la quantité du numéraire que l'économie, les arts et le commerce doivent attirer dans cet Empire, de sa valeur I comparée au prix des denrées, du nombre même '
      ...r publio ; elle tient enfin à une foule de circonstances qu'il ne nous a pas été donné de prévoir. En 1630 le produit des apanage... des princes qui seront alimentés par le Trésor publio ; elle tient enfin à une foule de circonstances qu'il ne nous a pas été donné de prévoir. En 1630 le produit des apanages fut porté à 200,000 liv. : cette somme, peut-être suffisante alors, serait auj...
      La seconde branche du problème de droit pu-, blic, que vos comités réunis ont eu à résoudre, a souffert de plus grandes difficultés. Lorsque, sous...
      ... qu'une simple substitution, une espèce de majorat qui gênait la disposition, sans...
      ...tuèrent comme auparavant, les officiers de justice; ils prirent les titres des sei...
      La seconde branche du problème de droit pu-, blic, que vos comités réunis ont eu à résoudre, a souffert de plus grandes difficultés. Lorsque, sous Charles V, les apanages réels furent soumis par une loi précise, à une perpétuelle réversion, cette.innovation salutaire ne parut alors devoir opérer qu'une simple substitution, une espèce de majorat qui gênait la disposition, sans altérer la propriété. Les apanagistes continuèrent d'en exercer tous les droits; ils instituèrent comme auparavant, les officiers de justice; ils prirent les titres des seigneuries dont on leur avait abandonné la jouissance; ils firent et reçurent foi ...
      ...e opinion visiblement erronée : le chef de la maison régnante, simple administrate... ... les prin» ces apanages sont vraiment propriétaires. Gardons-nous d'adopter cette opinion visiblement erronée : le chef de la maison régnante, simple administrateur des domaines nationaux, n'a pu transmettre à ses puînés des droits plus étend...
      La maxime que nous avons l'honneur de vous rappeler, n'est pas nouvelle. Chop...
      ...h bien I cet auteur, par la seule force de son génie, avait aperçu cette grande vérité, et avait eu le courage de la publier. Il dit positivement dans so...
      ...tit. 3, n° 9, que l'apanage des enfants de France ne consiste plus qu'en une pensi...
      ...livre à l apanage une certaine quantité de fonds de terre, nummaria pensio pro quâ œstimati...
      La maxime que nous avons l'honneur de vous rappeler, n'est pas nouvelle. Chopin, l'un des remiers auteurs qui aient écrit sur le domaine, hopin qui vivait da...
      ... où les lumières philosophiques dont nous jouissons ne brillaient pas encore ; eh bien I cet auteur, par la seule force de son génie, avait aperçu cette grande vérité, et avait eu le courage de la publier. Il dit positivement dans son Traité du Domaine lib. 2, tit. 3, n° 9, que l'apanage des enfants de France ne consiste plus qu'en une pension annuelle et pécuniaire, pour laquelle on délivre à l apanage une certaine quantité de fonds de terre, nummaria pensio pro quâ œstimati fundi prœstantur.
      Ce passage connu et souvent cité, d'un de nos plus anciens publicistes, fournit u...
      ... qu'on nous prépare. La nation, obligée de fournir aux princes une subsistance con...
      ...t dû. Elle leur a assigné, par l'organe de son premier mandataire, des domaines ré...
      Ce passage connu et souvent cité, d'un de nos plus anciens publicistes, fournit une réponse vic« torieuse à toutes les objections qu'on nous prépare. La nation, obligée de fournir aux princes une subsistance convenable, a consenti qu'ils perçussent, par leurs mains, le traitement annuel qui leur est dû. Elle leur a assigné, par l'organe de son premier mandataire, des domaines réels dont elle leur a abandonné la jouissance : c'est une simple délégation, dont...

      Séance du samedi 31 juillet 1790, au soir

      page 464
      ...ier ici des citations dont il est jusle de vous épargner l'ennui. On pourra sans doute nous opposer des faits. Nous venons de citer nous-mêmes des exemples contraire...
      ...ose a été envisagée sous un autre point de vue, nous devons moins nous déterminer ...
      multiplier ici des citations dont il est jusle de vous épargner l'ennui. On pourra sans doute nous opposer des faits. Nous venons de citer nous-mêmes des exemples contraires ; mais d'anciennes erreurs ne forment pas des droits; et si, dans des siècles moins éclairés que le nôtre, la chose a été envisagée sous un autre point de vue, nous devons moins nous déterminer par ce que nos pères ont fait, que par ce qu'ils auraient dû faire.
      ...pes qui nous ont conduits à la solution de la première branche de la grande question qui nous occupe. Ils...
      ...ines, la loi que nous nous sommes faite de les aliéner; les inconvénients, les dangers même de les abandonner à des mains privées, et, plus que tout cela, l'établissement de la liste civile qui ne peut compatir av...
      ...ous ont commandé ; elles nous ont forcé de vous en proposer la suppression actuell...
      Vous n'avez pas oublié, Messieurs, les principes qui nous ont conduits à la solution de la première branche de la grande question qui nous occupe. Ils trouvent encore ici une application bien naturelle. La modicité du produit actuel des domaines, la loi que nous nous sommes faite de les aliéner; les inconvénients, les dangers même de les abandonner à des mains privées, et, plus que tout cela, l'établissement de la liste civile qui ne peut compatir avec les apanages réels, toutes ces considérations réunies nous ont commandé ; elles nous ont forcé de vous en proposer la suppression actuelle.
      ...doptée, a éprouvé, dans leur sein même, de fortes contradictions. La matière est t...
      ... pour que nous puissions nous dispenser de rappeler ici les principales objections...
      ...pas vous dissimuler, Messieurs, que l'opinion que vos comités réunis ont enfin adoptée, a éprouvé, dans leur sein même, de fortes contradictions. La matière est trop importante, pour que nous puissions nous dispenser de rappeler ici les principales objections que nous avons eu à combattre.
      La première a été tirée du texte même de l'ordonnance de 1566, qui, en frappant d'une inalié-nab...
      ...s domainés nationaux, en excepte le cas de l'apanage, et ajoute que les biens ainsi donnés retourneront à la couronne, en cas de décès de i'apanagiste sans hoirs mâles. Pour donner plus de force à l'objection, on a eu soin d'obs...
      ...n 1560, et l'avait confirmée aux Etats^ de Blois en 1576.
      La première a été tirée du texte même de l'ordonnance de 1566, qui, en frappant d'une inalié-nabilité "absolue les domainés nationaux, en excepte le cas de l'apanage, et ajoute que les biens ainsi donnés retourneront à la couronne, en cas de décès de i'apanagiste sans hoirs mâles. Pour donner plus de force à l'objection, on a eu soin d'observer que ce règlement pouvait être considéré comme une loi nationale, parce que la nation l'avait elle-même proposée aux Etats d'Orléans en 1560, et l'avait confirmée aux Etats^ de Blois en 1576.
      Nous avons répondu qu'en vertu de ce règlement, dont la légalité ne serait cependant pas au-dessus de toute critique, les concessions d'apana...
      ...ils ont perçus, quoiqu'ils aient excédé de beaucoup la rente annuelle qui leur ava...
      ... renfermaient qu'une indication du mode de payement; indication qui n'a rien de synallagmatique et qui, par sa nature, doit cesser de subsister, dès que Ja nation juge à propos de s'acquitter d'une autre manière.
      Nous avons répondu qu'en vertu de ce règlement, dont la légalité ne serait cependant pas au-dessus de toute critique, les concessions d'apanage pouvaient être considérées comme des litres réguliers, dans ce sens, que bs princes ne doivent aucun compte des fruits qu'ils ont perçus, quoiqu'ils aient excédé de beaucoup la rente annuelle qui leur avait été accordée; mais que ces concessions n'en etaient pas moins révocables, parce qu'elles ne renfermaient qu'une indication du mode de payement; indication qui n'a rien de synallagmatique et qui, par sa nature, doit cesser de subsister, dès que Ja nation juge à propos de s'acquitter d'une autre manière.
      Il est inutile de vous faire remarquer, Messieurs, que, p...
      ...ns négligé, pour ia réfuter, une partie de nos avantages. 11 nous aurait été certainement bien facile de démontrer que, malgré la sagesse de ses dispositions, l'ordonnance de 1566 n'avait pas les caractères auguste...
      Il est inutile de vous faire remarquer, Messieurs, que, pour combattre cttte objection, nous l'avons présentée dans toute sa force, et que nous avons négligé, pour ia réfuter, une partie de nos avantages. 11 nous aurait été certainement bien facile de démontrer que, malgré la sagesse de ses dispositions, l'ordonnance de 1566 n'avait pas les caractères augustes qui constituent une loi vraiment nationale. Notre silence sur cette suppositio...
      ...ccédé une seconde qu'on a fait résulter de la nature de l'apanage. On a dit que c'était une vér... A cette objection tirée des expressions mêmes delà loi, en a succédé une seconde qu'on a fait résulter de la nature de l'apanage. On a dit que c'était une véritable légitime : quelle représentait la portion héréditaire que la loi civile e...
      naturel déféraient aux enfants de nos rois, dans ces domaines immenses qu...
      ...onne a convertis en domaines nationaux. De ce détail, on a conclu que l'apanage de nos princes était bien inférieur à ce q...
      naturel déféraient aux enfants de nos rois, dans ces domaines immenses que leur maison a réunis à la couronne, et qu'elle leur a, en quelque sorte, appor...
      ...i ont appartenu à Hugues Gapet et à ses descendants, et que leur union à la couronne a convertis en domaines nationaux. De ce détail, on a conclu que l'apanage de nos princes était bien inférieur à ce qui leur serait revenu à titre purement successif.
      ...te objection, il suffirait, sans doute, de répondre que nos rois meurent toujours sans patrimoine, puisque les lois de l'Etat confondent leurs biens particuliers avec ceux de la nation. Cette maxime vous est d'auta...
      ...héréditaire dans les biens patrimoniaux de leur maison; le plus léger examen ferai...
      ...dans cette supposition même, les droits de la branche régnante seraient infiniment au-dessous de l'opinion qu'on s'en est formée. H -nri IV,chef de ia branche de Bourbon, est parvenu au trône à l'extinction de celle de Valois; mais comme il était successeur de Henri III, en vertu de l'ancienne loi salique, sans être son h...
      ...aucune part dans les biens patrimoniaux de cette branche, si la loi politique ne l...
      ...ur la Bretagne : on en peut dire autant de la Provence, de la Guyenne, du Bourbonnais, de la Marche, etc., et, en général, de toutes ces belles et nombreuses provinc...
      ... remontant plus haut, Philippe VI, chef de cette dernière branche, n'était pas lui-même héritier de Charles IV, son prédécesseur immédiat. Ainsi les Bourbon-Vendôme, qu'une foule de branches dont il existe des représentants, devançaient dans l'ordre de primogéniture et qui sont issus d'un des derniers rameaux de la descendance de Robert de Clermont, sixième fils de Louis IX, auraient été réduits par la loi commune à une portion infiniment petite