Résultats trouvés dans le Tome 76

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-0914 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 sur 26 résultats
Tri par date d'édition croissante

Séance du vendredi 4 octobre 1793

- search term matches: (1)

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page
« Commune de Paris, le 3 octobre 1793, « Commune de Paris, le 3 octobre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
Présidence de Charlier. Présidence de Charlier.
A l'ouverture de la séance, un secrétaire lit le procès-verbal de celle du 26 septembre. A l'ouverture de la séance, un secrétaire lit le procès-verbal de celle du 26 septembre.
Un membre du comité de correspondance donne lecture des lettre... Un membre du comité de correspondance donne lecture des lettres et adresses ci-après mentionnées.
La commune de Paris fait passer l'état journalier des détenus dans les maisons de justice : leur nombre se porte à 2,398. La commune de Paris fait passer l'état journalier des détenus dans les maisons de justice : leur nombre se porte à 2,398.
(1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64.
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64.
Suit la lettre de la commune de Paris (1) : Suit la lettre de la commune de Paris (1) :
l'an II de la République une et indivisible. l'an II de la République une et indivisible.
« Les administrateurs du département de Police vous font passer le total journalier des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt, de détention, du département de Paris, à l'époque du 2 octobre. Parmi l...
... renfermés, il y en a qui sont prévenus de fabrication ou distribution de faux assignats, assassinats, contre-révolution, délits de police municipale, correctionnelle, mil...
« Les administrateurs du département de Police vous font passer le total journalier des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt, de détention, du département de Paris, à l'époque du 2 octobre. Parmi les individus qui y sont renfermés, il y en a qui sont prévenus de fabrication ou distribution de faux assignats, assassinats, contre-révolution, délits de police municipale, correctionnelle, militaire, et d'autres pour délits légers. , , ;,

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 2
...ux. Le monstre royal n'est plus; sortie de ses cendres impures, l'hydre du fédéral...
... s'est élevé l'édifice majestueux d'une constitution véritablement populaire, les sceptres d...
...célérats jadis français altérés du sang de leurs frères ont reçu partout, ou vont bientôt recevoir le prix de leurs trahisons et de leurs forfaits.
...re sagesse, votre énergie révolutionnaire ont jusqu'à ce jour rempli tous nos vœux. Le monstre royal n'est plus; sortie de ses cendres impures, l'hydre du fédéralisme est terrassée. A travers les éclairs et les tonnerres des préjugés et des passions déchaînées s'est élevé l'édifice majestueux d'une constitution véritablement populaire, les sceptres des tyrans européens ne frappent presque plus que des coups impuissants, et les scélérats jadis français altérés du sang de leurs frères ont reçu partout, ou vont bientôt recevoir le prix de leurs trahisons et de leurs forfaits.
... remises par les concierges des maisons de justice et d'arrêt du département de Paris. ï « Certifié conforme aux feuilles journalières à nous remises par les concierges des maisons de justice et d'arrêt du département de Paris.
...ilitaires composant la presque totalité de la Société des Amis de la liberté séant à Nice, les Sociétés populaires de Mousson (1), de Garlin, district de Pau, de Libourne, de Castelnau-de-Montratier, le conseil général de Provins (2) et la commune de Mont-Saint-Père, félicitent la Conventi... Les militaires composant la presque totalité de la Société des Amis de la liberté séant à Nice, les Sociétés populaires de Mousson (1), de Garlin, district de Pau, de Libourne, de Castelnau-de-Montratier, le conseil général de Provins (2) et la commune de Mont-Saint-Père, félicitent la Convention nationale sur ses travaux, et l'invitent à ne quitter son poste que lorsque l...
...presque en totalité la Société des Amis de la liberté et de Végalité, séante à Nice, aux représenta... Les militaires composant presque en totalité la Société des Amis de la liberté et de Végalité, séante à Nice, aux représentants du peuple (4).
...ants, ce serait une erreur bien funeste de penser qu'il ne reste rien à faire pour...
...ncelle plus, à la vérité, sur les bords de l'abîme, ses dangers sont beaucoup moin...
...s obscurcissent encore quelques parties de notre horizon politique, le levain de l'aristocratie fermente encore sur plusieurs points de la République; Toulon, Lyon, Bordeaux, ...
« La patrie, cependant, n'est pas sauvée, citoyens représentants, ce serait une erreur bien funeste de penser qu'il ne reste rien à faire pour assurer son triomphe, que tous les obstacles sont surmontés, que tous ses ennemis sont vaincus; la patrie ne chancelle plus, à la vérité, sur les bords de l'abîme, ses dangers sont beaucoup moins grands aujourd'hui qu'autrefois, mais ils ne sont pas tous passés. Des nuages sombres obscurcissent encore quelques parties de notre horizon politique, le levain de l'aristocratie fermente encore sur plusieurs points de la République; Toulon, Lyon, Bordeaux, etc., ne sacrifient plus, hélas ! à la liberté, ces villes infâmes ont renversé ...
... trames ourdies contre elle. Fondateurs de la République française, qui mieux que ... ...ais ce ne peut être que par ceux qui tiennent dans leurs mains tous les fils des trames ourdies contre elle. Fondateurs de la République française, qui mieux que vous la fera triompher des
(1) 11 s'agit de Mouzon. (1) 11 s'agit de Mouzon.
... retrouver l'adresse du Conseil général de Provins. (2) Nous n'avons pas pu retrouver l'adresse du Conseil général de Provins.
(3) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64. (3) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64.
...têtes renaissantes, et purger avec plus de succès notre atmosphère des restes de ces vapeurs liber-ticides, dont le germ...
...nous fera goûter les précieux avantages de notre régénération sainte, dirigera plu...
...eux que vous pourra saisir le protée du royalisme, couper plus radicalement ses têtes renaissantes, et purger avec plus de succès notre atmosphère des restes de ces vapeurs liber-ticides, dont le germe négligé ou ignoré produirait tôt ou tard une corruption universelle? Qui plus sûrement que vous, nous fera goûter les précieux avantages de notre régénération sainte, dirigera plus heureusement, fixera plus irrévocablement nos destinées, en imprimant le mouve...
...vous, représentants, des agents infâmes de Pitt ou de Cobourg, livrez-les sans délai au glaiv...
...s, purifiez la représentation nationale de l'orgueil, de l'intrigue et de toutes les passions ennemies de l'égalité; chassez de votre sein-et vouez à la haine des dépa...
...me le peuple qui vous a délégués. Point de pusillanimité, point de demi-mesures, frappez de mort et l'ambitieux pour qui une guirlande de chêne ne serait pas la plus belle des c...
« S'il était encore parmi vous, représentants, des agents infâmes de Pitt ou de Cobourg, livrez-les sans délai au glaive vengeur des lois, purifiez la représentation nationale de l'orgueil, de l'intrigue et de toutes les passions ennemies de l'égalité; chassez de votre sein-et vouez à la haine des départements les députés conspirateurs qui protestèrent contre les décrets postérieu...
... imposante et fière. que vous prîtes à cette époque, continuez à être grands comme le peuple qui vous a délégués. Point de pusillanimité, point de demi-mesures, frappez de mort et l'ambitieux pour qui une guirlande de chêne ne serait pas la plus belle des couronnes, et le lâche qui se courberait devant son égal.
...urs la montagne inébranlable des droits de l'homme, soyez toujours le Sinaï des Fr...
...reconnaissante vous appelle du doux nom de pères, et vous proclame ses libérateurs...
... une nouvelle surface formée des débris de tous les despotismes; restez à votre po...
« Restez à votre poste, soyez toujours la montagne inébranlable des droits de l'homme, soyez toujours le Sinaï des Français. Restez à votre poste jusqu'à ce que la patrie reconnaissante vous appelle du doux nom de pères, et vous proclame ses libérateurs; restez à votre poste jusqu'à ce que vous ayez terminé la grande révolution qui va jeter sur la terre une nouvelle surface formée des débris de tous les despotismes; restez à votre poste enfin jusqu'à ce que le peuple qui vous a envoyé pour son bonheur vous dise ...
...ciété populaire jacobite et montagnarde de La Société populaire jacobite et montagnarde de
« Mouzon, le 24 septembre 1793, « Mouzon, le 24 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
...e premier besoin que nous éprouvons est de vous témoigner aussi notre juste admiration pour vos travaux immortels, et de vous payer le tribut de reconnaissance et de confiance qui vous est dû, en vous parlant de la tâche qui vous reste à remplir. « Le premier besoin que nous éprouvons est de vous témoigner aussi notre juste admiration pour vos travaux immortels, et de vous payer le tribut de reconnaissance et de confiance qui vous est dû, en vous parlant de la tâche qui vous reste à remplir.
(1) Il s'agit probablement de Mouzon (Ardennes). (1) Il s'agit probablement de Mouzon (Ardennes).
« Vous avez donné aux Français une Constitution libre et républicaine, une Constitution « Vous avez donné aux Français une Constitution libre et républicaine, une Constitution

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 3
Rapport fait à la Société républicaine de Garlin, par le citoyen Mandron, médecin et député de VAssemblée primaire du canton de Garlin, à la fédération du 10 août, à Paris, séance du 8 septembre 1793, Van II de la République française u/ne et indivis... Rapport fait à la Société républicaine de Garlin, par le citoyen Mandron, médecin et député de VAssemblée primaire du canton de Garlin, à la fédération du 10 août, à Paris, séance du 8 septembre 1793, Van II de la République française u/ne et indivisible (2).
...la source, vous ne restez au gouvernail de la République jusqu'à ce que le calme l...
...mes votre ouvrage des attaques ouvertes de la tyrannie qui se débat encore contre ...
... avez porté, et des menées souterraines de l'aristocratie déguisée sous toutes les...
...ssible, le moment où il ne restera plus de ce monstre que l'horreur qu'inspirera l...
...our l'affermir sur des bases aussi durables que l'inaltérable vérité qui en est la source, vous ne restez au gouvernail de la République jusqu'à ce que le calme le plus parfait ne nous laisse plus qu'à jouir des biens que vous nous avez préparés; si vous ne défendez vous-mêmes votre ouvrage des attaques ouvertes de la tyrannie qui se débat encore contre le coup mortel que vous lui avez porté, et des menées souterraines de l'aristocratie déguisée sous toutes les formes qui s'est coalisée avec le despotisme pour éloigner, s'il est possible, le moment où il ne restera plus de ce monstre que l'horreur qu'inspirera l'idée seule qu'il a pu exister.
...importants. Nous en voyons un à la tête de l'avant-garde de l'armée des Ardennes. Serez-vous donc encore longtemps sourds à la voix de la patrie alarmée qui vous demande leur...
...us qu'il soit trop tard? L'aristocratie de ces nobles une fois anéantie, ayez touj...
...xez tous les objets que vous avez jugés de première nécessité, comme vous avez tax...
...nobles, conservent encore dans la République, dans nos armées mêmes, des postes importants. Nous en voyons un à la tête de l'avant-garde de l'armée des Ardennes. Serez-vous donc encore longtemps sourds à la voix de la patrie alarmée qui vous demande leur expulsion? Attendez-vous une nouvelle trahison? Attendez-vous qu'il soit trop tard? L'aristocratie de ces nobles une fois anéantie, ayez toujours l'œil ouvert, ou craignez que l'hydre ne renaisse. L'aristocratie financière et mercantile siffle déjà, étouffez-la dans son berceau, taxez tous les objets que vous avez jugés de première nécessité, comme vous avez taxé le grain.
...ce nationale, qui donc arrête le glaive de la loi suspendu sur leur tête? Pourquoi Bailly, assassin du peuple au Champ de Mars; pourquoi Brissot, Gensonné, apôtr...
...lice, les scélérats qui seraient tentés de les imiter
« Vous avez livré des traîtres à la justice nationale, qui donc arrête le glaive de la loi suspendu sur leur tête? Pourquoi Bailly, assassin du peuple au Champ de Mars; pourquoi Brissot, Gensonné, apôtres exécrables du fédéralisme, pourquoi tous leurs vils complices n'ont-ils pas subi la peine due à leurs forfaits? Epouvantez, par leur prompt supplice, les scélérats qui seraient tentés de les imiter
... le plus acharné, souille-t-elle encore de son souffle impur l'air de la liberté? que sa tête tombe, que tous les despotes de la terre pâlissent d'effroi, en songean... ...a femme du tyran, ou plutôt celle qui fut elle-même notre tyran le plus cruel et le plus acharné, souille-t-elle encore de son souffle impur l'air de la liberté? que sa tête tombe, que tous les despotes de la terre pâlissent d'effroi, en songeant qu'un sort pareil les attend, et qu'ils demeurent enfin convaincus que la Répu...
...n nom que nous vous rendons des actions de grâce, de ce qu'enfin renonçant à une philanthrop...
..., ou qui même se plaisant dans la fange de la servitude, regrette d'en avoir été t...
...ge, qu'il soit traité en esclave. Point de pitié, l'humanité n'aura pas à gémir de nos rigueurs; les esclaves ne sont point de l'espèce humaine.
...e que nous vous demandons, il vous le demande tous les jours; c'est encore en son nom que nous vous rendons des actions de grâce, de ce qu'enfin renonçant à une philanthropie mal entendue, vous avez décrété que tous les pays soumis par nos armées victo...
...ous lui devons notre secours; mais celui qui voit ce trésor d'un œil indifférent, ou qui même se plaisant dans la fange de la servitude, regrette d'en avoir été tiré, que des républicains n'aient pour lui qu'indignation et mépris ; il chérit l'esclavage, qu'il soit traité en esclave. Point de pitié, l'humanité n'aura pas à gémir de nos rigueurs; les esclaves ne sont point de l'espèce humaine.
« Les membres de la Société populaire jaco-bite et montagnarde de Mouzon. » « Les membres de la Société populaire jaco-bite et montagnarde de Mouzon. »
« Garlin, ce 15 septembre 1793, « Garlin, ce 15 septembre 1793,
l'an II de la République française Une et indivisi... l'an II de la République française Une et indivisible (1).
« La Société républicaine de Garlin, chef-lieu de - canton, district de Pau, département des Basses-Pyrénées, t...
...orable du sans-culotte Warmé, président de la section de Marat, et à l'unanimité elle t'invite à...
...épublique seront en danger. Le vaisseau de l'Etat est ancré sur la seule montagne ...
« La Société républicaine de Garlin, chef-lieu de - canton, district de Pau, département des Basses-Pyrénées, t'envoie le rapport du citoyen Mandron, médecin et député à la fédération du 10 août; elle te demande mention honorable du sans-culotte Warmé, président de la section de Marat, et à l'unanimité elle t'invite à ne pas quitter ton poste tant que la patrie et la République seront en danger. Le vaisseau de l'Etat est ancré sur la seule montagne qui puisse nous sauver; qui le sauverait du naufrage si l'ancre était levée, au ...
...confiée, l'Assemblée primaire du canton de Garlin m'avait choisi pour son député à... . « Une mission importante m'avait été confiée, l'Assemblée primaire du canton de Garlin m'avait choisi pour son député à la fédération du 10 août, puissé-je avoir répondu à la confiance dont elle m'a ...
« C'est au milieu de vous, frères "et amis, c'est dans le se...
...s l'élite des sans-culottes et des amis de la patrie, que je m'empresse de déposer les sentiments qui pénètrent mo...
« C'est au milieu de vous, frères "et amis, c'est dans le sein d'une société où je vois l'élite des sans-culottes et des amis de la patrie, que je m'empresse de déposer les sentiments qui pénètrent mon âme. Les cœurs républicains sont bientôt à l'unisson, et les vôtres sont faits...
...our un père qui précédèrent mon départ, de cette lutte qui s'établit entre la natu... ...ne vous parlerai point des circonstances cruelles pour un fils, pour un époux, pour un père qui précédèrent mon départ, de cette lutte qui s'établit entre la nature et le républicanisme, lorsqu'à côté d'une mère, d'une épouse

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 4
...e fendre l'os du front en deux. L'amour de la patrie l'emporta, je partis sans voi... ...des, je vis mon unique enfant se précipiter, au moment où. je l'embrassais, et se fendre l'os du front en deux. L'amour de la patrie l'emporta, je partis sans voir même le premier pansement, je me rappelai que j'étais votre frère, vous eussie...
« Je ne vous parlerai pas non plus de ces bruits alarmants, de ces terreurs paniques, de ces soupçons injurieux que ne cessaient de répandre avec une affectation criminelle les ennemis de la Patrie. Que pouvaient ces considérat...
...me. Ni la Vendée que j'ai eu le courage de côtoyer pendant plus de 40 lieues, et dont je n'ai eu que des v...
...mnies atroces, dirigées contre la ville de Paris, n'ont pas pu, un moment, ébranle...
...time persuasion où j'étais que le génie de la Révolution planait et veillait sur ma tête, et que, porté sur ses ailes par l'amour de la patrie, j'arriverais heureusement dans le temple du républicanisme et de la philanthropie.
« Je ne vous parlerai pas non plus de ces bruits alarmants, de ces terreurs paniques, de ces soupçons injurieux que ne cessaient de répandre avec une affectation criminelle les ennemis de la Patrie. Que pouvaient ces considérations sur une âme cuirassée par le républicanisme. Ni la Vendée que j'ai eu le courage de côtoyer pendant plus de 40 lieues, et dont je n'ai eu que des victoires à vous annoncer sur les brigands qui l'infestaient, ni les calomnies atroces, dirigées contre la ville de Paris, n'ont pas pu, un moment, ébranler cette forte et intime persuasion où j'étais que le génie de la Révolution planait et veillait sur ma tête, et que, porté sur ses ailes par l'amour de la patrie, j'arriverais heureusement dans le temple du républicanisme et de la philanthropie.
...ction ci-devant des Corde-liers, depuis de Marseille, aujourd'hui de Marat, cette section digne du nom qu'elle porte et si célèbre dans les fastes de la Révolution, cette section qui s'enorgueillit de compter 15 députés dans la Convention sur 25 députés de Paris, parmi lesquels il suffit d'avoir...
...tte section qui a toujours marché à pas de géants dans la carrière révolutionnaire, qui a toujours été l'amante passionnée de la Révolution et un des foyers les plus...
...aquelle j'aurai toujours l'enthousiasme de la reconnaissance, parce que je me glor...
...vé à Paris que des amis, des frères et des républicains. Je descendis dans la section ci-devant des Corde-liers, depuis de Marseille, aujourd'hui de Marat, cette section digne du nom qu'elle porte et si célèbre dans les fastes de la Révolution, cette section qui s'enorgueillit de compter 15 députés dans la Convention sur 25 députés de Paris, parmi lesquels il suffit d'avoir nommé les Marat, les Danton, les Camille Desmoulins, etc. Cette section qui a toujours marché à pas de géants dans la carrière révolutionnaire, qui a toujours été l'amante passionnée de la Révolution et un des foyers les plus ardents du républicanisme, cette section enfin, pour laquelle j'aurai toujours l'enthousiasme de la reconnaissance, parce que je me glorifierai toujours d'en avoir été membre en 1789 et d'avoir reçu dans son sein les...
...rères et moi, le citoyen Manaut, député de May et Vigneau de Thize, qu'un sans-culotte de cette section, devinant sans doute aux battements de son cœur que nous étions des députés du...
...maires », et, sans nous donner le temps de lui répondre, il s'élance à notre cou, nous serre, nous presse dans le sein de l'amitié et après cet élan de la plus aimante sensibilité, il nous conduit à l'hôtel national de Saint-Corne, où l'on n'a cessé de nous prodiguer pendant notre séjour, le...
« A peine y arrivâmes-nous, mes confrères et moi, le citoyen Manaut, député de May et Vigneau de Thize, qu'un sans-culotte de cette section, devinant sans doute aux battements de son cœur que nous étions des députés du peuple, vint à nous en nous disant : « Vous êtes, je n'en doute pas, des commissaires des assemblées primaires », et, sans nous donner le temps de lui répondre, il s'élance à notre cou, nous serre, nous presse dans le sein de l'amitié et après cet élan de la plus aimante sensibilité, il nous conduit à l'hôtel national de Saint-Corne, où l'on n'a cessé de nous prodiguer pendant notre séjour, les soins les plus tendres et les plus fraternels.
...ut, frères et amis, après s'être occupé de nous, le sans-culotte de la section de Marat conduisit lui-même nos chevaux da...
... était destiné, il fût lui-même au fond de la rue de la Harpe chez un grainetier, chercher pour eux de l'avoine et "du foin, en endossa lui-mê...
« Ce n'est pas tout, frères et amis, après s'être occupé de nous, le sans-culotte de la section de Marat conduisit lui-même nos chevaux dans le logement qui leur était destiné, il fût lui-même au fond de la rue de la Harpe chez un grainetier, chercher pour eux de l'avoine et "du foin, en endossa lui-même trois bottes sur ses épaules et les porta malgré toutes nos instances à leur ...
sance le nom de ce brave sans-culotte. Nous voulions cependant le connaître, lui payer le juste tribut de notre sensibilité, nous fûmes, le citoy...
...œur satisfit au doux besoin qu'il avait de s'épancher. De la tribune au bureau du président, de qui nous reçûmes le baiser fraternel au nom de toute la section.
sance le nom de ce brave sans-culotte. Nous voulions cependant le connaître, lui payer le juste tribut de notre sensibilité, nous fûmes, le citoyen Manaut et moi, le chercher dans la section. Elle nous reçut avec la dignité q...
...méritions, les applaudissements unanimes nous conduisirent à la tribune où mon cœur satisfit au doux besoin qu'il avait de s'épancher. De la tribune au bureau du président, de qui nous reçûmes le baiser fraternel au nom de toute la section.
... Notre portefaix ! C'était le président de la section, le sans-culotte Warmé qui, bien loin de rougir d'avoir porté du foin sur ses ép... « Camarades, celui que nous embrassâmes était, devinez qui? Notre portefaix ! C'était le président de la section, le sans-culotte Warmé qui, bien loin de rougir d'avoir porté du foin sur ses épaules, se félicita lorsque nous le reconnûmes, s'enorgueillit même d'un fardeau ...
...itié toujours vive, toujours ingénieuse de nos frères, s'empressa de nous préparer ici; la seption nous ouvr...
...es ordres, Melpo-mène étayait la statue de la liberté, les Brutus, les Guillaume T...
...t saluées; l'union la plus indissoluble de tous les patriotes fut scellée sur le mausolée érigé par la reconnaissance au martyr de la liberté, et sur ses mânes sanglantes...
...es, les royalistes, et tous les ennemis de notre sainte révolution.
« Chaque jour fut signalé par des fêtes républicaines que l'amitié toujours vive, toujours ingénieuse de nos frères, s'empressa de nous préparer ici; la seption nous ouvrait les spectacles du Théâtre français, et par ses ordres, Melpo-mène étayait la statue de la liberté, les Brutus, les Guillaume Tell soutenaient l'énergie nationale et l'horreur du despotisme, là dans un banqu...
...lieu des toasts les plus patriotiques, la liberté, la fraternité du globe étaient saluées; l'union la plus indissoluble de tous les patriotes fut scellée sur le mausolée érigé par la reconnaissance au martyr de la liberté, et sur ses mânes sanglantes fut proclamée la guerre à mort contre les fédéralistes, les royalistes, et tous les ennemis de notre sainte révolution.
...citoyens, l'accueil que nous avons reçu de la section de Marat, tel est à peu près celui qu'ont ...
...hages? Quelle réponse aux calomniateurs de Paris. Mais la ville qui a fait et sout...
... besoin d'apologie? Il est donc inutile de vous dire que l'étendard tricolore flot...
...mais qu'il s'enorgueillit des attributs de la liberté, qu'il est hérissé de bras nerveux et républicains et qu'il est l'arsenal et la forteresse de la République, ses Thermopyles sont à l...
...i courageux, mais plus heureux que ceux de la Grèce. Ils feront, n'en doutez pas, ...
... ou la Montagne en s'écroulant écrasera de ses décombres leurs milliers de satellites; tels sont, citoyens, vos dé...
« Tel fut, citoyens, l'accueil que nous avons reçu de la section de Marat, tel est à peu près celui qu'ont reçu tous les commissaires du peuple dans les sections respectives qui les ont p...
...-vous à ces traits philanthropiques, des monstres, des cannibales, des anthropophages? Quelle réponse aux calomniateurs de Paris. Mais la ville qui a fait et soutenu la Révolution, la ville sur qui les tyrans coalisés voudraient exercer leur ...
... effroi et l'écueil funeste où viendra se briser leur rage impuissante, a-t-elle besoin d'apologie? Il est donc inutile de vous dire que l'étendard tricolore flotte sur tous les édifices nationaux, que sur chaque porte, comme dans tous les cœ...
...; que Paris n'a plus à rougir du luxe asiatique des Sardanapales du despotisme, mais qu'il s'enorgueillit des attributs de la liberté, qu'il est hérissé de bras nerveux et républicains et qu'il est l'arsenal et la forteresse de la République, ses Thermopyles sont à la Convention. Six cents spartiates y combattent pour vous, aussi courageux, mais plus heureux que ceux de la Grèce. Ils feront, n'en doutez pas, mordre la poussière aux Xerxès ambitieux, ou la Montagne en s'écroulant écrasera de ses décombres leurs milliers de satellites; tels sont, citoyens, vos députés.
« Je vous parlerai de leur amour, de leur sollicitude pour la chose publique... « Je vous parlerai de leur amour, de leur sollicitude pour la chose publique, je vous retracerai tout ce qu'ils font pour la patrie, je vous rappellerai leu...

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 5
...sible d'ajouter aux sentiments d'amour, de respect, de reconnaissance, dont j'ai toujours vu c...
...ais que vous avez exprimé en caractères de feu notre idolâtrie pour elle dans une adresse brûlante d'enthousiasme et de reconnaissance pour les services qu'ell...
... déchirer, et que j'ai présentée au nom de l'assemblée primaire de Garlin. Eh ! me serait-il possible de vous peindre la majesté de l'aréopage français, lorsque les député...
... vermineux (sic) qui avaient osé tenter de le miner; où trouver un Apelle digne du tableau de la fédération? Quelles couleurs assez é...
...re ce concert unanime, cet élan sublime de plus d'un million de Français vers le Dieu des républicains,...
...exprimer tout ce qu'il a senti ! ruines de la Bastille, cachots affreux du despotisme, fontaine de la nature, coupe de la fraternité, faisceau des piques départementales, arche sainte, Constitution, des vieillards, des enfants, des aveug...
...es muets, tous les âges, dans l'ivresse de la joie et de la reconnaissance; les vainqueurs de la Bastille, les héros du 10 août, les ...
...patriotiques et des roulements soutenus de l'artillerie républicaine; la statue de la liberté, son inauguration solennelle...
...'horreur à la vue des attributs infâmes de la royauté, et de leur horrible et noire fumée lorsque l'...
...s les eût livrés aux flammes. L'Hercule de la Montagne terrassant le monstre du fédéralisme; le joug auguste de l'égalité; le Champ de Mars; l'autel de la patrie; plus d'un million de bras jurant la République ! Quel spectacle pour un républicain, quelle tête de Méduse pour l'aristocratie.
gente; si je croyais qu'il me fût possible d'ajouter aux sentiments d'amour, de respect, de reconnaissance, dont j'ai toujours vu cette société pénétrée pour notre auguste Convention, si je ne savais que vous avez exprimé en caractères de feu notre idolâtrie pour elle dans une adresse brûlante d'enthousiasme et de reconnaissance pour les services qu'elle a rendus à la patrie, et d'horreur pour les monstres parricides qui auraient voulu la déchirer, et que j'ai présentée au nom de l'assemblée primaire de Garlin. Eh ! me serait-il possible de vous peindre la majesté de l'aréopage français, lorsque les députés des sections du peuple, confondus avec vos représentants, remettaient dans leu...
...s titans orgueilleux qui voudraient escalader l'olympe national, et les reptiles vermineux (sic) qui avaient osé tenter de le miner; où trouver un Apelle digne du tableau de la fédération? Quelles couleurs assez énergiques pourront rendre ce concert unanime, cet élan sublime de plus d'un million de Français vers le Dieu des républicains, leur enthousiasme pour la liberté, leur reconnaissance pour la Convention, leur...
...te pour embrasser tant d'objets si chers au républicanisme; quel cœur capable d'exprimer tout ce qu'il a senti ! ruines de la Bastille, cachots affreux du despotisme, fontaine de la nature, coupe de la fraternité, faisceau des piques départementales, arche sainte, Constitution, des vieillards, des enfants, des aveugles, des sourds, des muets, tous les âges, dans l'ivresse de la joie et de la reconnaissance; les vainqueurs de la Bastille, les héros du 10 août, les sociétés populaires, les autorités constituées, tous les sans-culottes entrelacé...
...la fraternité, conduisaient. L'air retentissant des cris d'allégresse, d'hymnes patriotiques et des roulements soutenus de l'artillerie républicaine; la statue de la liberté, son inauguration solennelle; le soleil qui paraît pour lui sourire, et qui recule d'horreur à la vue des attributs infâmes de la royauté, et de leur horrible et noire fumée lorsque l'indignation des sans-culottes les eût livrés aux flammes. L'Hercule de la Montagne terrassant le monstre du fédéralisme; le joug auguste de l'égalité; le Champ de Mars; l'autel de la patrie; plus d'un million de bras jurant la République ! Quel spectacle pour un républicain, quelle tête de Méduse pour l'aristocratie.
... vous et la France entière, 25 millions de Français le proclamâtes aussi ce sermen...
...t, la haine des tyrans, du fédéralisme, de l'anarchie et l'amour inviolable pour la Convention et la Constitution. »
« Frères et amis, vous et la France entière, 25 millions de Français le proclamâtes aussi ce serment. Répétons-le, et nous le tiendrons. Je jure la République une et indivisible ou la mort, la haine des tyrans, du fédéralisme, de l'anarchie et l'amour inviolable pour la Convention et la Constitution. »
...ous avez juré notre bonheur, vous venez de l'effectuer en nous donnant une constitution populaire, une constitution qui, en écrasant la tyrannie nous assure pour toujours le règne des lois, le triomphe de la liberté, la prospérité de la République, le bonheur de nos descendants. Cette constitution, l'essence de toutes les vertus, sera bientôt, n'en d...
...s que le royalisme au désespoir lançait de toutes parts contre vous, les fondements de la félicité nationale et universelle; vos noms seront inscrits dans le livre sacré de l'immortalité et recevront d'âge en âge...
« Législateurs, vous avez juré notre bonheur, vous venez de l'effectuer en nous donnant une constitution populaire, une constitution qui, en écrasant la tyrannie nous assure pour toujours le règne des lois, le triomphe de la liberté, la prospérité de la République, le bonheur de nos descendants. Cette constitution, l'essence de toutes les vertus, sera bientôt, n'en doutez pas, celle du inonde entier, le genre humain y reconnaîtra ses droits et l...
... législateurs, d'avoir posé d'une main ferme et courageuse, au milieu des foudres que le royalisme au désespoir lançait de toutes parts contre vous, les fondements de la félicité nationale et universelle; vos noms seront inscrits dans le livre sacré de l'immortalité et recevront d'âge en âge jusqu'aux siècles les plus reculés les bénédictions d'un peuple vertueux et lib...
...t et le jure au milieu des cris répétés de : Vive la Convention, Vive la Montagne, Vivent les Parisiens, Vive la section de Marat, Vive la République une et indivi... (La Société se lève spontanément et le jure au milieu des cris répétés de : Vive la Convention, Vive la Montagne, Vivent les Parisiens, Vive la section de Marat, Vive la République une et indivisible.)
...'ajouter ceux qui me pénètrent à la vue de mes frères et amis, la douce et tendre ...
...ai ressentie lorsque j'ai eu le bonheur de vous revoir et de vous embrasser. Un républicain ne peut ...
...stueux qui remplissent mon âme se joignent bien naturellement, et je vous prie d'ajouter ceux qui me pénètrent à la vue de mes frères et amis, la douce et tendre émotion que j'ai ressentie lorsque j'ai eu le bonheur de vous revoir et de vous embrasser. Un républicain ne peut que savourer la plus douce volupté, lorsqu'il
...ntre parmi ses camarades dans le temple de la fraternité et du patriotisme. rentre parmi ses camarades dans le temple de la fraternité et du patriotisme.
« Signé : Mandron, médecin et député de Vassemblée primaire du canton de Garlin, district de Pau, département des Basses-Pyrénées, à... « Signé : Mandron, médecin et député de Vassemblée primaire du canton de Garlin, district de Pau, département des Basses-Pyrénées, à la fédération du 10 août, à Paris. »
Les membres de la Société populaire de Libourne, à la Convention nationale (1)... Les membres de la Société populaire de Libourne, à la Convention nationale (1).
...nous gémissons sous le joug des ennemis de la République, des agents soudoyés de Pitt et de Cobourg; depuis trop longtemps le peupl...
...es royalistes et des intrigants, manque de pain, et est prêt à succomber sous le p...
...actieux, à être la victime des sangsues de l'État, des barbares accapareurs, dont la seule passion est de ramper sous un maître pour mieux domine...
...des hommes et s'abreuver à longs traits de la substance du malheureux artiste. Dep...
...arjures et traîtres entravent la marche de la Révolution et semblent vouloir, par ...
...imer la vertu et préparer par un déluge de maux l'anéantissement de cette République naissante. Depuis trop...
... est le jouet et la victime des riches, de ces âmes de boue, de ces êtres vils et insensibles, pour qui...
...qui, pour assouvir leur soif insatiable de l'or, vendraient aux despotes ce qu'ils ont de plus cher, leurs enfants, leur liberté.
« Depuis trop longtemps nous gémissons sous le joug des ennemis de la République, des agents soudoyés de Pitt et de Cobourg; depuis trop longtemps le peuple partout opprimé par les manœuvres perfides des royalistes et des intrigants, manque de pain, et est prêt à succomber sous le poignard des factieux, à être la victime des sangsues de l'État, des barbares accapareurs, dont la seule passion est de ramper sous un maître pour mieux dominer eux-mêmes le reste des hommes et s'abreuver à longs traits de la substance du malheureux artiste. Depuis trop longtemps des administrations parjures et traîtres entravent la marche de la Révolution et semblent vouloir, par l'inexécution des lois, protéger le crime, opprimer la vertu et préparer par un déluge de maux l'anéantissement de cette République naissante. Depuis trop longtemps enfin, le peuple est le jouet et la victime des riches, de ces âmes de boue, de ces êtres vils et insensibles, pour qui la patrie n'est rien, la République une chimère, la sainte égalité un outrage et qui, pour assouvir leur soif insatiable de l'or, vendraient aux despotes ce qu'ils ont de plus cher, leurs enfants, leur liberté.
...elle du peuple qui vous conjure, au nom de la patrie et de l'humanité, de le sauver. Ne quittez pas, ...ublique dans son berceau, mais soyez sourds à leur voix perfide; n'écoutez que celle du peuple qui vous conjure, au nom de la patrie et de l'humanité, de le sauver. Ne quittez pas,

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 6
« Libourne, département de la Gironde, le 22 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisi... « Libourne, département de la Gironde, le 22 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisible.
...e publique dans la Société républicaine de Libourne, le 22 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisi... Fait en séance publique dans la Société républicaine de Libourne, le 22 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisible.
3° Que nous défendrons de toutes nos forces la liberté et l'égalité, les droits de l'homme et la Constitution acceptée le 10 août par le peuple français et que nous périrons plutôt que de souffrir qu'il y soit porté la moindre ... 3° Que nous défendrons de toutes nos forces la liberté et l'égalité, les droits de l'homme et la Constitution acceptée le 10 août par le peuple français et que nous périrons plutôt que de souffrir qu'il y soit porté la moindre atteinte;
vous dit-il, le gouvernail au moment de la plus violente tempête; ne cédez à d'autres représentants les rênes de l'Etat que lorsque tous nos ennemis int...
...re évanouir tout le fruit que le siècle de lumière nous a donné; faites remplacer de suite dans toute la République les admi...
...i a osé encore une fois souiller le sol de la liberté; continuez avec vigueur votr...
...u couronné d'Angleterre et les brigands de la Vendée stipendient encore au milieu de vous des monstres partisans du fédérali...
...es tomber d'un seul coup les sept têtes de cette hydre monstrueuse; purifiez entièrement le temple des lois; qu'aucun de nos collègues ne siège à la Convention, si son patriotisme n'est à la hauteur de la Montagne sainte; que l'armée révolutionnaire s'organise et vole sur toute la surface de la République pour extirper les racines...
...me et du fédéralisme; prononcez l'arrêt de mort des assassins du peuple et de la patrie, frappez du glaive de la loi toutes les têtes coupables; frap...
...rant, mais partout juste, partout digne de la liberté, partout ardent ami des lois et de la République, partout attaché à la Con...
...me à son unique espoir, comme au centre de son bonheur; partout enfin disposé à cimenter de la dernière goutte de son sang la liberté, l'égalité, la stabilité de la République, et à mourir plutôt mille fois que de vivre un seul instant sous un nouveau t...
vous dit-il, le gouvernail au moment de la plus violente tempête; ne cédez à d'autres représentants les rênes de l'Etat que lorsque tous nos ennemis intérieurs et extérieurs seront anéantis ; affermissez la République et notre bonhe...
...es secours publics et l'instruction nationale dont un trop grand retard peut faire évanouir tout le fruit que le siècle de lumière nous a donné; faites remplacer de suite dans toute la République les administrateurs gangrenés, par des sans-culottes qui feront exécuter vos lois; poursuivez jusque dans ses antres les plus ténébreux le despotisme qui a osé encore une fois souiller le sol de la liberté; continuez avec vigueur votre marche révolutionnaire; consommez la demi-révolution des 31 mai, 1er et 2 juin, car, législateurs, n'en doutez pas, le fou couronné d'Angleterre et les brigands de la Vendée stipendient encore au milieu de vous des monstres partisans du fédéralisme que la massue du 10 août aurait dû écraser. Eh, quoi ! vous feriez enfermer ...
...isans du fédéralisme, et vous en garderiez les autres dans votre sein? Non, faites tomber d'un seul coup les sept têtes de cette hydre monstrueuse; purifiez entièrement le temple des lois; qu'aucun de nos collègues ne siège à la Convention, si son patriotisme n'est à la hauteur de la Montagne sainte; que l'armée révolutionnaire s'organise et vole sur toute la surface de la République pour extirper les racines du royalisme et du fédéralisme; prononcez l'arrêt de mort des assassins du peuple et de la patrie, frappez du glaive de la loi toutes les têtes coupables; frappez, n'hésitez pas; le peuple est là, il est partout le même qu'à Paris, partout pauvre, partout souffrant, mais partout juste, partout digne de la liberté, partout ardent ami des lois et de la République, partout attaché à la Convention comme à son unique espoir, comme au centre de son bonheur; partout enfin disposé à cimenter de la dernière goutte de son sang la liberté, l'égalité, la stabilité de la République, et à mourir plutôt mille fois que de vivre un seul instant sous un nouveau tyran.
... Nous vous faisons passer la profession de foi que la Société vient d'adopter, chacun de ses membres y reconnaissant ses princip...
...et a prêté individuellement sur l'autel de la patrie, avec ce saint enthousiasme q...
« P.-S. — Nous vous faisons passer la profession de foi que la Société vient d'adopter, chacun de ses membres y reconnaissant ses principes l'a signée et a prêté individuellement sur l'autel de la patrie, avec ce saint enthousiasme qui caractérise les vrais républicains, le serment d'observer fidèlement tous les...
Profession de foi des membres composant la Société républicaine de Libourne. Profession de foi des membres composant la Société républicaine de Libourne.
La Société républicaine de Libourne, toujours invariable dans ses principes et réunie dans le temple de la liberté, considérant que tous les vrais amis de la liberté doivent aujourd'hui se déclarer ouvertement et se réunir autour de l'autel de la patrie pour assurer à jamais par une sainte union la stabilité de la République, le règne des lois, le triomphe de la liberté et de l'égalité; La Société républicaine de Libourne, toujours invariable dans ses principes et réunie dans le temple de la liberté, considérant que tous les vrais amis de la liberté doivent aujourd'hui se déclarer ouvertement et se réunir autour de l'autel de la patrie pour assurer à jamais par une sainte union la stabilité de la République, le règne des lois, le triomphe de la liberté et de l'égalité;
...ntinelles toujours vigilantes du peuple de surveiller plus que jamais dans ce moment de crise le crime et la perfidie; Considérant qu'il appartient surtout aux sociétés populaires, aux sentinelles toujours vigilantes du peuple de surveiller plus que jamais dans ce moment de crise le crime et la perfidie;
...ution des lois est aujourd'hui la cause de tous les maux qui nous accablent et qu'...
...isme, les deux plus redoutables ennemis de l'homme vivant en société;
Considérant que l'inexécution des lois est aujourd'hui la cause de tous les maux qui nous accablent et qu'elle seule peut nous conduire à l'anarchie ou au despotisme, les deux plus redoutables ennemis de l'homme vivant en société;
...rant enfin que sans lois il n'est point de sûreté, que sans sûreté il n'est point de liberté et que sans liberté il n'est point de bonheur. Considérant enfin que sans lois il n'est point de sûreté, que sans sûreté il n'est point de liberté et que sans liberté il n'est point de bonheur.
Déclarons par serment, en présence de l'Etre suprême et sur l'autel de la patrie : Déclarons par serment, en présence de l'Etre suprême et sur l'autel de la patrie :
...ne nous sommes jamais souillés du crime de fédéralisme, et qu'ainsi nous voulons v...
...'à la mort avec nos frères les Jacobins de Paris et de la République entière, dans les princip...
1° Que nous ne nous sommes jamais souillés du crime de fédéralisme, et qu'ainsi nous voulons vivre et mourir libres et persévérer jusqu'à la mort avec nos frères les Jacobins de Paris et de la République entière, dans les principes qui ont mérité tant d'éloges à la société;
...s tous la guerre aux monstres couronnés de l'Europe ligués contre notre liberté, aux royalistes de l'in-, térieur, aux fédéralistes, aux a...
...ge et à tous ceux qui auraient l'audace de prêcher la désobéissance aux lois ou d'attenter à l'unité et à l'indivisibilité de la République ;
5° Que jusqu'au dernier nous ferons tous la guerre aux monstres couronnés de l'Europe ligués contre notre liberté, aux royalistes de l'in-, térieur, aux fédéralistes, aux anarchistes, aux modérés, aux accapareurs, aux agioteurs, aux provocateurs au meurtre et au pillage et à tous ceux qui auraient l'audace de prêcher la désobéissance aux lois ou d'attenter à l'unité et à l'indivisibilité de la République ;
...tion du peuple français, le seul centre de l'autorité nationale, le seul point de ralliement de tous les vrais républicains, et que nou... 6° Que nous regardons la Convention comme la seule représentation du peuple français, le seul centre de l'autorité nationale, le seul point de ralliement de tous les vrais républicains, et que nous emploierons tous nos moyens pour faire exécuter ses lois.
Adresse de la Société populaire de Gastélnau-Montratier, district de Oahors, département du Lot, à la Conven... Adresse de la Société populaire de Gastélnau-Montratier, district de Oahors, département du Lot, à la Convention nationale (1).

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 7
...is pour fonder leur liberté; vous aviez de grands obstacles à vaincre, votre courage en a su triompher. S'il est affligeant de rappeler que la plus grande résistance à vos sublimes travaux est sortie du sein même de votre assemblée, il est bien consolant de voir que c'est au milieu de ces orages que vous avez achevé l'édifice de notre Constitution. çais; ils vous ont choisis pour fonder leur liberté; vous aviez de grands obstacles à vaincre, votre courage en a su triompher. S'il est affligeant de rappeler que la plus grande résistance à vos sublimes travaux est sortie du sein même de votre assemblée, il est bien consolant de voir que c'est au milieu de ces orages que vous avez achevé l'édifice de notre Constitution.
...iciaires, le maire dans le centre, orné de fleurs et guirlandes, portant le titre sacré des droits de l'homme et de la Constitution; derrière était une bête asine attelée ...
...et effigies qui retraçaient le souvenir de l'ancien régime; derrière était la deuxième compagnie de la garde nationale.
4° Les officiers municipaux, membres des corps constitués et judiciaires, le maire dans le centre, orné de fleurs et guirlandes, portant le titre sacré des droits de l'homme et de la Constitution; derrière était une bête asine attelée et traînant les titres et effigies qui retraçaient le souvenir de l'ancien régime; derrière était la deuxième compagnie de la garde nationale.
« Débarrassés de ces vils intrigants qui, sous le masque...
...rtiez la terreur et l'effroi dans l'âme de ceux qui seraient assez lâches pour vou...
« Débarrassés de ces vils intrigants qui, sous le masque du patriotisme, étaient parvenus à égarer une partie du peuple; les plus grands...
...les horribles trames des conspirateurs, il faut que par un grand exemple vous portiez la terreur et l'effroi dans l'âme de ceux qui seraient assez lâches pour vouloir les imiter.
...s pour y toucher, qu'il fallait d'abord de facilités pour le construire. ...ternelles, une forme fixe et stable, et qu'il faille désormais autant d'obstacles pour y toucher, qu'il fallait d'abord de facilités pour le construire.
...les punir d'avoir osé souiller la terre de la liberté, en y creusant leurs tombeau... ...a rage impuissante des tyrans coalisés qui menacent notre indépendance, il faut les punir d'avoir osé souiller la terre de la liberté, en y creusant leurs tombeaux.
...résentants du peuple, que vos fonctions de législateurs seront finies; restez donc...
...nos vies sont nécessaires pour le salut de la patrie, parlez, représentants du peu...
« Ce n'est qu'alors, représentants du peuple, que vos fonctions de législateurs seront finies; restez donc à votre poste, et si nos biens et nos vies sont nécessaires pour le salut de la patrie, parlez, représentants du peuple, le sacrifice en est fait, nous saurons imiter votre généreux dévouement.
Procès-verbal de la fédération de la commune de Mont-Saint-Père, chef-lieu de canton, district de Château-Thierry et département de VAisne (1). Procès-verbal de la fédération de la commune de Mont-Saint-Père, chef-lieu de canton, district de Château-Thierry et département de VAisne (1).
...ourd'hui samedi dix août, l'an deuxième de la République française une et indivisible, mil sept cent quatre-vingt-treize, issue de la messe célébrée solennellement, où on...
...a garde nationale en ordre, accompagnée de musique. Lecture faite du procès-verbal du département de l'Aisne dans la séance du 4, interprétatif de la loi qui ordonne une fête civique en mémoire de la mémorable journée du 10 août 1792.
Aujourd'hui samedi dix août, l'an deuxième de la République française une et indivisible, mil sept cent quatre-vingt-treize, issue de la messe célébrée solennellement, où ont assisté les officiers municipaux en écharpes, la garde nationale en ordre, accompagnée de musique. Lecture faite du procès-verbal du département de l'Aisne dans la séance du 4, interprétatif de la loi qui ordonne une fête civique en mémoire de la mémorable journée du 10 août 1792.
On se rendit à l'autel de la patrie dans la marche qui suit : 1° la première compagnie de la garde nationale, à la tête le drapea... On se rendit à l'autel de la patrie dans la marche qui suit : 1° la première compagnie de la garde nationale, à la tête le drapeau tricolore;
2° Le Président de la Société populaire portant dans sa main un guidon portant pour efiflgie l'œil de la surveillance, à la suite étaient 4 adjoints, un grand nombre de filles et femmes vêtues en blanc, ornées de fleurs, ceintes du ruban tricolore comme symbole de l'unité et de l'indivisibilité de la République; 2° Le Président de la Société populaire portant dans sa main un guidon portant pour efiflgie l'œil de la surveillance, à la suite étaient 4 adjoints, un grand nombre de filles et femmes vêtues en blanc, ornées de fleurs, ceintes du ruban tricolore comme symbole de l'unité et de l'indivisibilité de la République;
3° Un groupe composé de la masse respec- 3° Un groupe composé de la masse respec-
table de la souveraineté, de tout sexe et de tout table de la souveraineté, de tout sexe et de tout
Arrivés à l'autel de la patrie, le cercle formé dans l'ordre...
... maire monte à l'autel, dépose le titre de la loi, les officiers municipaux, la to...
Arrivés à l'autel de la patrie, le cercle formé dans l'ordre du départ, le maire monte à l'autel, dépose le titre de la loi, les officiers municipaux, la torche à la main, mettent le feu à tous les attributs du despotisme, le maire parl...
...emble ici a deux motifs, le premier est de solenniser avec pompe la journée à jamais mémorable, où nous avons, par le patriotisme de nos frères de Paris, échappé au glaive du plus grand de nos tyrans et de ses satellites ; « Citoyens, la loi qui nous rassemble ici a deux motifs, le premier est de solenniser avec pompe la journée à jamais mémorable, où nous avons, par le patriotisme de nos frères de Paris, échappé au glaive du plus grand de nos tyrans et de ses satellites ;
« 2° De nous joindre avec eux pour repousser et... « 2° De nous joindre avec eux pour repousser et vaincre les tyrans [qui] veulent ravir notre liberté; la force pour cet ouvrage...
...isible, une seule voix se fait entendre de toutes [parts], les citoyens de tout sexe et de tout âge : Vive la liberté, vive la Rép... C'est l'union indivisible, une seule voix se fait entendre de toutes [parts], les citoyens de tout sexe et de tout âge : Vive la liberté, vive la République, doublement réitéré.
...rs municipaux et les conseils généraux, de concert avec tous les citoyens, vouent ...
...lique la mémoire des tyrans, et somment de fuir tous ceux qui veulent des fers; et montant à l'autel, font la lecture des droits de l'homme, ensuite avec tous les citoyens de tout sexe et de tout âge font le serment de défendre la liberté et d'exterminer les satellites, de présent coalisés, et donne ensuite le b...
Les maire, officiers municipaux et les conseils généraux, de concert avec tous les citoyens, vouent à l'exécration publique la mémoire des tyrans, et somment de fuir tous ceux qui veulent des fers; et montant à l'autel, font la lecture des droits de l'homme, ensuite avec tous les citoyens de tout sexe et de tout âge font le serment de défendre la liberté et d'exterminer les satellites, de présent coalisés, et donne ensuite le baiser fraternel à tous ceux qui formaient l'intérieur du cercle, et plusieurs on...
Et ensuite on se rendit à l'arbre de la liberté, où étant arrivés, autour du...
...ma des colonnes serrées par les peuples de tout sexe et de tout âge, chantant la Carmagnole, et ch...
.... La journée se passa aVec des sociétés de frères.
Et ensuite on se rendit à l'arbre de la liberté, où étant arrivés, autour duquel on forma des colonnes serrées par les peuples de tout sexe et de tout âge, chantant la Carmagnole, et chacun forma des danses détachées. La journée se passa aVec des sociétés de frères.
Et le dimanche onze août, issue de la messe paroissiale, lecture faite des...
...du peuple envoyés dans les départements de l'Oise et de l'Aisne sur l'arrestation et séquestre ...
...mesure est regardée comme sage et digne de patriotes qui veulent surveiller à sauv...
...prises par ces satellites, comme otages de ceux qui ont pris les armes en main con...
Et le dimanche onze août, issue de la messe paroissiale, lecture faite des mesures prises par les représentants du peuple envoyés dans les départements de l'Oise et de l'Aisne sur l'arrestation et séquestre des ci-devant nobles et parents des émigrés. Cette mesure est regardée comme sage et digne de patriotes qui veulent surveiller à sauver la patrie. Considérant différentes mesures prises par ces satellites, comme otages de ceux qui ont pris les armes en main contre leurs frères (sic) et ont signé :
...tte publication, un cri se fit entendre de toute l'assemblée. Notre union fait not...
...e jusqu'à ce que les tyrans aient perdu de
...énergie nous publions vos décrets. Quand vous déclarez la patrie en danger, à cette publication, un cri se fit entendre de toute l'assemblée. Notre union fait notre force, notre obéissance aux lois sauvera la patrie. Vive la République une et indivisible. Vive la nation. Dignes représentants, demeurez à votre poste jusqu'à ce que les tyrans aient perdu de

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 8
... Toutes les communes se sont empressées de répondre aux vues de l'administration du district et ont fourni exactement leur contingent. Celle de Yalmy qui, il y a un an, est restée au pouvoir des Autrichiens l'espace de huit jours par la trahison infâme de Dumouriez, et qui a été presque entière...
... réquisition en nature fournie), un don de 212 livres pour aider à la fourniture d...
...arriver la majeure partie des habitants de cette commune, et apporter sur le bureau de la municipalité, une somme quelconque c...
...voir, tous témoignaient un ardent désir de pouvoir être utile à la chose publique, et tous répétaient à l'envi les cris de : Vive la République, vive la Montagne, mère de nôtre Constitution, et plutôt cent fois mourir que de rentrer sous le règne cruel de la tyrannie. Voilà, citoyen Président, les acclamations de joie que j'ai entendues avec une entièr...
« Toutes les communes se sont empressées de répondre aux vues de l'administration du district et ont fourni exactement leur contingent. Celle de Yalmy qui, il y a un an, est restée au pouvoir des Autrichiens l'espace de huit jours par la trahison infâme de Dumouriez, et qui a été presque entièrement pillée et dévastée par les satellites des tyrans coalisés, a fait (sitôt sa réquisition en nature fournie), un don de 212 livres pour aider à la fourniture desdits édifices; quelle fut la joie que je ressentis lorsque je vis arriver la majeure partie des habitants de cette commune, et apporter sur le bureau de la municipalité, une somme quelconque chacun suivant son pouvoir, tous témoignaient un ardent désir de pouvoir être utile à la chose publique, et tous répétaient à l'envi les cris de : Vive la République, vive la Montagne, mère de nôtre Constitution, et plutôt cent fois mourir que de rentrer sous le règne cruel de la tyrannie. Voilà, citoyen Président, les acclamations de joie que j'ai entendues avec une entière satisfaction.
Les administrateurs du district de Muret font la même demande, et rendent ...
...lequel la levée des nouveaux défenseurs de la patrie s'effectue (1).
Les administrateurs du district de Muret font la même demande, et rendent compte du succès avec lequel la levée des nouveaux défenseurs de la patrie s'effectue (1).
...adresse des administrateurs du district de Muret (2) : Suit l'adresse des administrateurs du district de Muret (2) :
...rateurs et procureur-syndic du district de Muret, département de la Haute-Garonne, à la Convention natio... Les administrateurs et procureur-syndic du district de Muret, département de la Haute-Garonne, à la Convention nationale.
« Bienfaiteurs de l'humanité. « Bienfaiteurs de l'humanité.
« La dernière division des défenseurs de la patrie de notre district, vient de quitter nos murs. Quinzo cents de nos frères volent vers Perpignan; jamais levée de citoyens soldats ne se' fit avec tant d'ardeur, d'ordre et de gaîté. Nul regret de quitter les foyers paternels, nulles la...
...rant son fils dans ses bras, s'étonnait de lui trouver les yeux secs, elle lui parlait de sa douleur ; il ne lui répondait que par les mots de Patrie... Perpignan et Liberté, et ce s...
...orsqu'ils voyaient un subdélégué exiger de tout un village un seul milicien; ce so...
... regardaient, il y a dix ans, le tirage de la milice comme une calamité publique.
« La dernière division des défenseurs de la patrie de notre district, vient de quitter nos murs. Quinzo cents de nos frères volent vers Perpignan; jamais levée de citoyens soldats ne se' fit avec tant d'ardeur, d'ordre et de gaîté. Nul regret de quitter les foyers paternels, nulles larmes- données aux plus douces affections. La mère éplorée, en serrant son fils dans ses bras, s'étonnait de lui trouver les yeux secs, elle lui parlait de sa douleur ; il ne lui répondait que par les mots de Patrie... Perpignan et Liberté, et ce sont là les mêmes hommes qui étaient consternés lorsqu'ils voyaient un subdélégué exiger de tout un village un seul milicien; ce sont ces mêmes hommes qui regardaient, il y a dix ans, le tirage de la milice comme une calamité publique.
« Génie de la liberté, toi qu'adoraient nos aïeux,...
...nation des Francs par son seul courage, de tant de peuples disciplinés et avilis, tu n'aba...
... nos légions, ton autel antique sortira de ses ruines et ses débris réunis seront cimentés du sang des esclaves de l'imbécile tyran espagnol !
« Génie de la liberté, toi qu'adoraient nos aïeux, toi qui fis triompher la brave et loyale nation des Francs par son seul courage, de tant de peuples disciplinés et avilis, tu n'abandonneras pas tes enfants, tu planeras sur nos légions, ton autel antique sortira de ses ruines et ses débris réunis seront cimentés du sang des esclaves de l'imbécile tyran espagnol !
...ateurs, un cri unanime se fait entendre de tous les points de^la République : Pestez à votre poste ! Que deviendrait la France si, sortie depuis peu de l'anarchie, elle était de nouveau livrée aux dissensions. L'or de Cobourg et de Pitt s'accumule dans les départements; tous les moyens de séduction sont employés pour donner de nouveau à la France pour représentants,...
...des Buzot, des Brissot, etc. Déjà l'art de nuire, raffiné par les muscadins, trava...
« Pour vous, citoyens législateurs, un cri unanime se fait entendre de tous les points de^la République : Pestez à votre poste ! Que deviendrait la France si, sortie depuis peu de l'anarchie, elle était de nouveau livrée aux dissensions. L'or de Cobourg et de Pitt s'accumule dans les départements; tous les moyens de séduction sont employés pour donner de nouveau à la France pour représentants, des Mirabeau, des Maury, des Lameth, des Buzot, des Brissot, etc. Déjà l'art de nuire, raffiné par les muscadins, travaille sourdement à jeter des soupçons sur la conduite des meilleurs patriotes.
...représentants, craignez que la majorité de ceux qui vous remplaceraient ne soit composée de pareils faquins. Croyez-nous-en; croyez... « Citoyens représentants, craignez que la majorité de ceux qui vous remplaceraient ne soit composée de pareils faquins. Croyez-nous-en; croyez en la France entière... Pestez à votre poste.
« P. S. — Nous vous adressons la liste de plu- « P. S. — Nous vous adressons la liste de plu-
(1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64.
...4, dossier 698.— Supplément au Bulletin de la Convention du 4 octobre 1792. (2) Archives nationales, carton C 274, dossier 698.— Supplément au Bulletin de la Convention du 4 octobre 1792.
Le commissaire de l'assemblée primaire du canton de La Neuville, fait part du succès de ses réquisitions, pour la fourniture de...
... couvertures; il annonce que la commune de Valmy ayant été pillée par les Autrichiens, elle a fourni en argent la représentation de son contingent (2).
Le commissaire de l'assemblée primaire du canton de La Neuville, fait part du succès de ses réquisitions, pour la fourniture des matelas, draps et couvertures; il annonce que la commune de Valmy ayant été pillée par les Autrichiens, elle a fourni en argent la représentation de son contingent (2).
Suit la lettre du commissaire de VAssemblée primaire du canton de La Neuville-au-Pont (3 Suit la lettre du commissaire de VAssemblée primaire du canton de La Neuville-au-Pont (3
« Yalmy, le 24 septembre 1793, « Yalmy, le 24 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
« Je m'empresse de faire connaître par votre organe, à la ...
...néral, des citoyens composant le canton de La Neuville-au-Pont.
« Je m'empresse de faire connaître par votre organe, à la Convention nationale, le vœu que j'ose dire presque général, des citoyens composant le canton de La Neuville-au-Pont.
... autorisation du directoire du district de Sainte-Menehould, département de la Marne, de requérir les citoyens aisés dudit canto...
... pour le service des édifices nationaux de ladite ville de Sainte-Menehould, moyennant récépissés,...
« Etant chargé par une autorisation du directoire du district de Sainte-Menehould, département de la Marne, de requérir les citoyens aisés dudit canton à fournir des matelas, couvertures, draps, etc., pour le service des édifices nationaux de ladite ville de Sainte-Menehould, moyennant récépissés, afin d'y pouvoir loger les différents dépôts qui pourront y être envoyés;
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 64.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 9
« Signé : Hérisson, commissaire envoyé de l'assemblée primaire du canton de La Neuville-au-Pont, pour porter l'acceptation de l'acte constitutionnel à Paris, le 10 août. » « Signé : Hérisson, commissaire envoyé de l'assemblée primaire du canton de La Neuville-au-Pont, pour porter l'acceptation de l'acte constitutionnel à Paris, le 10 août. »
« La commune de Beau vin mérite les plus grands éloges ...
...ationale s'assemble, le conseil général de la commune est à son poste, les modérés...
...partons tous, la liberté, l'égalité, la Constitution ou la mort, guerre aux modérés. Vive la...
« La commune de Beau vin mérite les plus grands éloges ; à mon arrivée, le tocsin sonne, la générale bat, la garde nationale s'assemble, le conseil général de la commune est à son poste, les modérés arrêtés (je ne dirai pas les aristocrates, car cette paroisse n'en compte aucun...
...eine ai-je prononcé quelques mots, un cri gé--néral se fait entendre : Partons, partons tous, la liberté, l'égalité, la Constitution ou la mort, guerre aux modérés. Vive la République, vive la Montagne, périssent à jamais les crapauds du Marais. Et dès...
...istinctive, aucune ar-moirie, ni fleurs de lys ; et aussitôt tous ces souvenirs qu... « Je leur ai fait observer qu'il ne çlevait plus exister aucune marque distinctive, aucune ar-moirie, ni fleurs de lys ; et aussitôt tous ces souvenirs qui nous saignent encore le cœur, toutes ces marques qui nous avilissaient ont dis...
« Je tâcherai d'apprécier l'importance de cette mission salutaire, et je ne la cr... « Je tâcherai d'apprécier l'importance de cette mission salutaire, et je ne la croirai terminée que lorsque tous les tyrans qui nous environnent et leurs satelli...
Celui de l'assemblée primaire de Carrouge, écrit de son côté que ses efforts ont été partou...
...es, et la levée des nouveaux défenseurs de la patrie (1).
Celui de l'assemblée primaire de Carrouge, écrit de son côté que ses efforts ont été partout secondés, pour l'arrestation des personnes suspectes, et la levée des nouveaux défenseurs de la patrie (1).
Suit la lettre du commissaire de l'Assemblée primaire du canton de Carrouges (2) : Suit la lettre du commissaire de l'Assemblée primaire du canton de Carrouges (2) :
...voyé des assemblées primaires du canton de L'envoyé des assemblées primaires du canton de
« Carrouges, 30 septembre 1793, « Carrouges, 30 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
...s m'avez imposée par votre décret du 14 de ce mois; en rentrant dans mes foyers, j...
...s principes d'unité et d'indivisibilité de la République et exciter la jeunesse à prendre les armes pour la défense de la liberté. J'ai parfaitement réussi, tout s'est rendu à la voix de la patrie, partout les jeunes citoyens ...
... hordes d'esclaves qui souillent le sol de la liberté.
« J'ai rempli la tâche que vous m'avez imposée par votre décret du 14 de ce mois; en rentrant dans mes foyers, je n'ai rien négligé pour ranimer l'esprit public, propager les principes d'unité et d'indivisibilité de la République et exciter la jeunesse à prendre les armes pour la défense de la liberté. J'ai parfaitement réussi, tout s'est rendu à la voix de la patrie, partout les jeunes citoyens ont déployé un zèle et une ardeur incroyable d'écraser les tyrans et d'anéantir les hordes d'esclaves qui souillent le sol de la liberté.
...publicains se sont levés dans le canton de Carrouges et ont juré avec enthousiasme de vaincre ou mourir. ... à la maison d'arrêt toutes les personnes suspectes : en six jours 700 braves républicains se sont levés dans le canton de Carrouges et ont juré avec enthousiasme de vaincre ou mourir.
(1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65.
... lundi 23 du présent, le tocsin général de la liberté se fit entendre dans toutes les communes du canton de Carrouges; bientôt 600 jeunes républicains furent réunis au point de ralliement qui leur avait été indiqué, ...
... à leur tête en leur promettant, au nom de ce que j'ai de plus cher, la liberté et l'égalité, que...
... les despotes souilleront le territoire de la République. Nous nous rendîmes à Ale...
...rivée fut un triomphe, les cris répétés de : Vive la République, guerre aux tyrans! se firent entendre de toutes parts, tous jurèrent de ne rentrer dans leurs foyers que lorsque le dernier de leurs satellites aurait mordu la poussi...
...dè3 le lendemain nous avons été obligés de nous en retourner faute de subsistances. Des armes et du pain et l...
« Le lundi 23 du présent, le tocsin général de la liberté se fit entendre dans toutes les communes du canton de Carrouges; bientôt 600 jeunes républicains furent réunis au point de ralliement qui leur avait été indiqué, je me mis en marche à leur tête en leur promettant, au nom de ce que j'ai de plus cher, la liberté et l'égalité, que je partagerais leurs travaux tant que les despotes souilleront le territoire de la République. Nous nous rendîmes à Alençon en chantant l'hymne des Marseillais. Notre arrivée fut un triomphe, les cris répétés de : Vive la République, guerre aux tyrans! se firent entendre de toutes parts, tous jurèrent de ne rentrer dans leurs foyers que lorsque le dernier de leurs satellites aurait mordu la poussière. Mais, hélas, dè3 le lendemain nous avons été obligés de nous en retourner faute de subsistances. Des armes et du pain et la France est libre.
...vierre, envoyé des assemblées primaires de Carrouges. » « Signé : Chauvierre, envoyé des assemblées primaires de Carrouges. »
Celui de l'assemblée primaire de Brohan-le-Grand (1) fait hommage des di...
...'il a prononcés à son retour, au milieu de ses concitoyens (2).
Celui de l'assemblée primaire de Brohan-le-Grand (1) fait hommage des discours civiques qu'il a prononcés à son retour, au milieu de ses concitoyens (2).
Suit la lettre de Pierre BlondeV, envoyé de ly Assemblée primaire du canton de Frohan-lc Grand (3) : Suit la lettre de Pierre BlondeV, envoyé de ly Assemblée primaire du canton de Frohan-lc Grand (3) :
« J'ai l'honneur de vous envoyer ci-inclus le discours que ...
...lire, publier et afficher, en exécution de ma mission civique, dans 15 communes qui composent le canton de Fro-han-le-Grand. Ecrit par une main in...
...lgence), mais exprimé d'un cœur brûlant de patriotisme, il a produit l'effet le pl...
...i, quoi qu'il ne fût question alors que de la levée depuis 18 jusqu'à 25 ans; mais les citoyens administrateurs du district de Doullens, pour se conformer au décret, ...
« J'ai l'honneur de vous envoyer ci-inclus le discours que j'ai lu, fait lire, publier et afficher, en exécution de ma mission civique, dans 15 communes qui composent le canton de Fro-han-le-Grand. Ecrit par une main inhabile (je vous demande pour lui, Citoyen Président, la plus grande indulgence), mais exprimé d'un cœur brûlant de patriotisme, il a produit l'effet le plus surprenant, car plusieurs se sont levés, jusqu'aux vieillards, pour marcher à l'ennemi, quoi qu'il ne fût question alors que de la levée depuis 18 jusqu'à 25 ans; mais les citoyens administrateurs du district de Doullens, pour se conformer au décret, ont renvoyé tout ce qui dépassait cet âge.
...t, que les communes qui ont montré tant de zèle pour marcher, sont précisément cel...
...us récalcitrantes; lorsqu'il s'agissait de fournir quelques hommes, c'était la plus grande misère. Çe n'est pas que les habitants de ces campagnes manquent de civisme, mais avec l'âme peu belliqueus...
... il n'y a pas d'insurrection à craindre de leur part.
« Remarquez, Citoyen Président, que les communes qui ont montré tant de zèle pour marcher, sont précisément celles qui étaient auparavant les plus récalcitrantes; lorsqu'il s'agissait de fournir quelques hommes, c'était la plus grande misère. Çe n'est pas que les habitants de ces campagnes manquent de civisme, mais avec l'âme peu belliqueuse, ils sont d'une indifférence et d'une apathie singulières. Aussi il n'y a pas d'insurrection à craindre de leur part.
... communes dans l'étendue du département de la Somme fourniront bien du monde pour ... « Toutes les communes dans l'étendue du département de la Somme fourniront bien du monde pour les armées, car il n'en est presque
(1) Il s'agit de Frohan-le-Grand (Somme). (1) Il s'agit de Frohan-le-Grand (Somme).
(2) Procès-verbaux de la Convention, t, 22, p. 65. (2) Procès-verbaux de la Convention, t, 22, p. 65.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 10
« 1° Je regarde comme très essentiel de faire précéder l'instruction publique par les principes de la religion naturelle, sans intolérance... « 1° Je regarde comme très essentiel de faire précéder l'instruction publique par les principes de la religion naturelle, sans intolérance pour tous les autres cultes. Eh ! tous nos droits les plus sacrés, la souverain...
« 2° De conférer l'instruction à tous les enfants des deux sexes depuis l'âge de 3 à 4 ans jusqu'à la puberté, sous la d...
...les où ils recevraient tous les besoins de la nature.
« 2° De conférer l'instruction à tous les enfants des deux sexes depuis l'âge de 3 à 4 ans jusqu'à la puberté, sous la direction d'instituteurs et d'institutrices patriotes et éclairés, dans les maisons nationales où ils recevraient tous les besoins de la nature.
« 3° De former à Paris une armée révolutionnair... « 3° De former à Paris une armée révolutionnaire composée des envoyés des assemblées primaires.
« 4° De laisser aux habitants des villes et des... « 4° De laisser aux habitants des villes et des campagnes le choix des armes dont ils croiraient pouvoir se servir le plus avan...
...sident, je ne fais pas le développement de toutes ces observations, parce que je p...
... j'exposerai par la suite les principes de la religion naturelle. If. s Autre observation : Issu d'une mère de jla caste nobiliaire, mes parents m'ont...
... mépris, parce que j'étais né d'un père de la classe la moins fortunée, la plus malheureuse, mais la plus précieuse de l'Etat. Eh ! n'était-il pas de la plus inconcevable et de la plus révoltante absurdité de voir que ceux qui pompaient la substanc...
« Citoyen Président, je ne fais pas le développement de toutes ces observations, parce que je passerais les bornes d'une lettre; d'ailleurs il suffit que les objets vous soien...
... que vous les aperceviez dans toute leur étendue; néanmoins, si vous le désirez, j'exposerai par la suite les principes de la religion naturelle. If. s Autre observation : Issu d'une mère de jla caste nobiliaire, mes parents m'ont toujours regardé avec un dédain insultant et avec un injuste mépris, parce que j'étais né d'un père de la classe la moins fortunée, la plus malheureuse, mais la plus précieuse de l'Etat. Eh ! n'était-il pas de la plus inconcevable et de la plus révoltante absurdité de voir que ceux qui pompaient la substance du peuple, le dédaignassent pour son peu d'aisance et insultassent à ses malhe...
... c'est pourquoi aussitôt que les portes de ces lieux infectés de tous les vices eurent été ouvertes par les mains bienfaisantes de nos premiers législateurs, entraîné par ma reconnaissance, par l'amour de la patrie et par mon implacable ressent...
...evant clergé et noblesse, je n'eus rien de plus pressé, quoique âgé de 45 ans, que d'entrer dans le premier bataillon des volontaires nationaux de Mayenne-et-Loire que l'on organisa alor...
...et fait la dernière campagne en qualité de caporal de grenadiers et de membre du conseil d'administration.
« J'ai aussi gémi pendant 20 ans sous le despotisme monacal le plus cruel; c'est pourquoi aussitôt que les portes de ces lieux infectés de tous les vices eurent été ouvertes par les mains bienfaisantes de nos premiers législateurs, entraîné par ma reconnaissance, par l'amour de la patrie et par mon implacable ressentiment contre les ci-devant clergé et noblesse, je n'eus rien de plus pressé, quoique âgé de 45 ans, que d'entrer dans le premier bataillon des volontaires nationaux de Mayenne-et-Loire que l'on organisa alors, où j'ai servi pendant un an et fait la dernière campagne en qualité de caporal de grenadiers et de membre du conseil d'administration.
...etiré à la campagne chez le plus pauvre de mes parents paternels, honnête tisserand et bon patriote, chargé de 6 enfants en bas âge avec lequel je partage mon traitement de 900 livres en qualité de ci-devant bénédictin, qui devient bien modique, vu la cherté excessive de toutes les choses nécessaires à la vie. Ainsi, Citoyen Président, je vous supplie de proposer à la Convention nationale, de décréter que mon traitement me soit pay... « Aujourd'hui je suis retiré à la campagne chez le plus pauvre de mes parents paternels, honnête tisserand et bon patriote, chargé de 6 enfants en bas âge avec lequel je partage mon traitement de 900 livres en qualité de ci-devant bénédictin, qui devient bien modique, vu la cherté excessive de toutes les choses nécessaires à la vie. Ainsi, Citoyen Président, je vous supplie de proposer à la Convention nationale, de décréter que mon traitement me soit payé par quartier d'avance, et qu'il soit porté au
maximum de 1000 livres. Par reconnaissance, mon ci...
...x ci-devant ordres, ou plutôt désordres de l'Etat, augmenteront encore s'ils sont,...
maximum de 1000 livres. Par reconnaissance, mon civisme et la haine que j'ai vouée à ces deux ci-devant ordres, ou plutôt désordres de l'Etat, augmenteront encore s'ils sont, ce que je ne crois pas, susceptibles d'accroissement.
...éritent quelque publicité, je vous prie de vouloir bien la leur accorder. « Citoyen Président, si, contre mon attente, mon discours et ma lettre méritent quelque publicité, je vous prie de vouloir bien la leur accorder.
« S'igné : Pierre Blondel, envoyé de VAssemblée primaire du canton de Frohan-le- Grand, district de Doullens, département de la Somme. « S'igné : Pierre Blondel, envoyé de VAssemblée primaire du canton de Frohan-le- Grand, district de Doullens, département de la Somme.
...eillard, près Doullens, ce 18 septembre 1793, « Commune du Meillard, près Doullens, ce 18 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible. »
Je suis chargé par un décret de nos sages législateurs de répandre parmi vous les principes et les sentiments de l'unité et de l'indivisibilité de la République, et de vous inviter à vous prêter courageuseme...
...l'on pourra demander. Outre l'amour pur de la patrie et celui de l'humanité, qui doivent vous pénétrer e...
...ns, et vous faire voler à leur secours, de puissants motifs d'intérêt vous y engagent, comme vous le verrez ci-après. Je parlerai de ces deux objets en deux articles séparé...
Je suis chargé par un décret de nos sages législateurs de répandre parmi vous les principes et les sentiments de l'unité et de l'indivisibilité de la République, et de vous inviter à vous prêter courageusement pour les levées générales et particulières que l'on demande ou que l'on pourra demander. Outre l'amour pur de la patrie et celui de l'humanité, qui doivent vous pénétrer et vous animer des sentiments républicains, et vous faire voler à leur secours, de puissants motifs d'intérêt vous y engagent, comme vous le verrez ci-après. Je parlerai de ces deux objets en deux articles séparés.
De Vunité et de l'indivisibilité de la République. De Vunité et de l'indivisibilité de la République.
Précédées du flambeau de la raison, de l'humanité et de l'expérience, l'Assemblée constituante ...
... la continuelle et opiniâtre résistance de ceux qui étaient intéressés à leur cons...
...ssèrent subsister le plus énorme, celui de la royauté; et, qui plus est, l'investirent de l'inviolabilité. Mais la Convention nat...
...s les plus étendus, a renversé le trône de l'idole, convaincue de parjures et de crimes multipliés, attentatoires à la s...
...le et sa tête est tombée sous le glaive de la loi. La France, la plus belle, la plus riche et la plus fertile contrée de l'Europe, mais toujours malheureuse sou...
... aliénés, je vois vos cœurs s'enflammer de reconnaissance, d'amour et de dévouement pour elle. Sans doute vous n...
Précédées du flambeau de la raison, de l'humanité et de l'expérience, l'Assemblée constituante et la première législature réformèrent une infinité d'abus consacrés par leur antiquité et par la continuelle et opiniâtre résistance de ceux qui étaient intéressés à leur conservation. Mais, soit par condescendance pour l'ancienne idole des Français ou par quelque autre motif, ils laissèrent subsister le plus énorme, celui de la royauté; et, qui plus est, l'investirent de l'inviolabilité. Mais la Convention nationale, convoquée avec les pouvoirs les plus étendus, a renversé le trône de l'idole, convaincue de parjures et de crimes multipliés, attentatoires à la souveraineté et à la vie du peuple et sa tête est tombée sous le glaive de la loi. La France, la plus belle, la plus riche et la plus fertile contrée de l'Europe, mais toujours malheureuse sous le gouvernement monarchique, est érigée en République. Ah ! Citoyens, à ce mot...
...e, qui vous fait rentrer dans tous vos droits imprescriptibles et trop longtemps aliénés, je vois vos cœurs s'enflammer de reconnaissance, d'amour et de dévouement pour elle. Sans doute vous ne voulez plus être gouvernés

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 11
... d'un tyran assassin? Ouvrez l'histoire de France et celle de tous les rois du monde, vous n'y verrez qu'une longue et affligeante suite de crimes et de forfaits commis sans remords par ces mo...
...crime, sa seule existence est, aux yeux de la raison, une insulte et un outrage fa...
...ure. Grâces te soient rendues, ô siècle de lumière, nous serons pour toujours citoyens, frères et amis, à l'aide de votre courage délivrés de ce fléau du genre humain.
...ulez plus accumuler vos trésors et votre propre substance sur la détestable tête d'un tyran assassin? Ouvrez l'histoire de France et celle de tous les rois du monde, vous n'y verrez qu'une longue et affligeante suite de crimes et de forfaits commis sans remords par ces monstres couronnés. Ah ! si le désir est un crime, c'est celui d'un roi. Un bon ro...
...ui n'exista jamais. Ne fut-il, par impossible, personnellement coupable d'aucun crime, sa seule existence est, aux yeux de la raison, une insulte et un outrage faits à l'humanité, et un attentat contre les droits les plus sacrés du peuple, contre sa souveraineté, sa liberté et son égalité, fondées sur la nature. Grâces te soient rendues, ô siècle de lumière, nous serons pour toujours citoyens, frères et amis, à l'aide de votre courage délivrés de ce fléau du genre humain.
...issons donc une République dans le sein de laquelle nous goûterons le bonheur et la paix, et jouirons de l'abondance sitôt que nos ennemis seron...
... pas assez téméraires pour entreprendre de la diviser, de la morceler ou de nous en séparer, car nous attirerions s...
Chérissons donc une République dans le sein de laquelle nous goûterons le bonheur et la paix, et jouirons de l'abondance sitôt que nos ennemis seront écrasés ou rentrés impuissants dans leurs repaires obscurs. N'ayons donc pas p...
...ter, et sans laquelle nous ne pouvons nous-mêmes exister heureux. Ne soyons donc pas assez téméraires pour entreprendre de la diviser, de la morceler ou de nous en séparer, car nous attirerions sur nos têtes coupables sa juste colère et les plus grands malheurs.
... ou mauvais citoyens. Ah! que l'exemple de ces armées départementales dirigées contre Paris, et celui des rebelles de la Vendée qui, chaque jour, en expirant par milliers, arrosent de leur sang criminel le malheureux sol qu...
...tre, doivent effrayer ceux qu'un esprit de fédéralisme et de rebellion tenterait d'agiter. Ces premi...
...u rentré dans la poussière, en présence de nos guerriers républicains, comme un ép...
...ité; placés matériellement dans le sein de la République, et à portée de ses vengeances les plus éclatantes, pou...
...és reconquis ou plutôt sévèrement punis de leur téméraire audace, rentrés forcément dans le giron de leur mèrë-patrie, comment seront-ils re...
...ont constamment conservé les sentiments de l'unité et de l'indivisibilité de la République, ou combattu ou travaillé...
... lois plus sages que celles qui émanent de nos bien-
...son glaive tranchant comme sous sa main bienfaisante, selon que nous sommes bons ou mauvais citoyens. Ah! que l'exemple de ces armées départementales dirigées contre Paris, et celui des rebelles de la Vendée qui, chaque jour, en expirant par milliers, arrosent de leur sang criminel le malheureux sol qui les a vu naître, doivent effrayer ceux qu'un esprit de fédéralisme et de rebellion tenterait d'agiter. Ces premières n'ont-elles pas disparu ou rentré dans la poussière, en présence de nos guerriers républicains, comme un épais et sombre nuage se dissipe et rentre dans l'immensité des cieux à l'aspect d...
...ue le sombre et noir esprit du fédéralisme agite sont aveuglés d'une épaisse cécité; placés matériellement dans le sein de la République, et à portée de ses vengeances les plus éclatantes, pourront-ils soutenir longtemps les efforts toujours renaissants d'une grande et puissante république, justement irritée. Ces enfants dénaturés reconquis ou plutôt sévèrement punis de leur téméraire audace, rentrés forcément dans le giron de leur mèrë-patrie, comment seront-ils regardés par leurs frères soumis et dociles qui auront constamment conservé les sentiments de l'unité et de l'indivisibilité de la République, ou combattu ou travaillé pour son affermissement et pour sa gloire? Supposons, oe qui est impossible, qu...
...rs contrées coupables, des lumières plus vives, des intentions plus pures et des lois plus sages que celles qui émanent de nos bien-
...e foyer des connaissances politiques et de la plus tendre humanité, rassemblés de tous les points de la République avec -le choix le plus sc... faisants législateurs, le foyer des connaissances politiques et de la plus tendre humanité, rassemblés de tous les points de la République avec -le choix le plus scrupulenx et le plus réfléchi?
Que dirai-je de ces trop fameux émigrés, dispersés dans...
...ère, portant partout les signes mérités de leur réprobation et de leur désespoir, comme autrefois les enf...
...lus coupables que ces derniers? L'arrêt de leur mort civile et capitale est pronon...
...es confisqués, à juste titre, au profit de la République. Injustement irrités, la ...
...-devant à se reprocher à leur égard que de trop longs ménagements, dont ils n'ont ...
...mande des bras patriotes pour les punir de tous leurs forfaits.
Que dirai-je de ces trop fameux émigrés, dispersés dans l'Europe entière, portant partout les signes mérités de leur réprobation et de leur désespoir, comme autrefois les enfants d'Israël, dans les siècles d'ignorance, mais plus coupables que ces derniers? L'arrêt de leur mort civile et capitale est prononcé irrévocablement, et leurs biens meubles et immeubles confisqués, à juste titre, au profit de la République. Injustement irrités, la fureur la plus effrénée et la rage la plus forcenée accompagnent partout leurs p...
... territoire français. Mais la République juste et aujourd'hui sévère, n'ayant ci-devant à se reprocher à leur égard que de trop longs ménagements, dont ils n'ont que trop abusé, demande des bras patriotes pour les punir de tous leurs forfaits.
Tous ces différents exemples de sévérité et d'humiliation sont terrible...
... cœurs sont électrisés par le feu sacré de l'amour de la République et de vos semblables, vous n'avez pour jouir de la plus haute considération et de l'estime la plus particulière de vos concitoyens, et pour être comblés d'honneurs et de gloire, qu'à vouloir vous livrer au doux et rapide penchant de vos cœurs enflammés, et la République e...
Tous ces différents exemples de sévérité et d'humiliation sont terribles pour les fédéralistes, les fanatiques, les royalistes, les aristocrates et les émigrants; mais pour vous, ô républicains, dont les âmes et les cœurs sont électrisés par le feu sacré de l'amour de la République et de vos semblables, vous n'avez pour jouir de la plus haute considération et de l'estime la plus particulière de vos concitoyens, et pour être comblés d'honneurs et de gloire, qu'à vouloir vous livrer au doux et rapide penchant de vos cœurs enflammés, et la République est sauvée et conservée une et indivisible.
... qui se font sentir sur quelques points de la République, ne soient pas pour vous une occasion de regretter l'ancien et affreux régime, e...
... exterminés, et, ensuite, nous jouirons de la paix, de l'abondance et de la tranquillité.
..., que la détresse passagère où le peuple se trouve, et les mouvements convulsifs qui se font sentir sur quelques points de la République, ne soient pas pour vous une occasion de regretter l'ancien et affreux régime, et n'enchaînent pas vos bras et votre courage; au contraire, qu'ils décuplent leu...
...t dispendieuse. Que nos ennemis intérieurs et extérieurs soient donc promptement exterminés, et, ensuite, nous jouirons de la paix, de l'abondance et de la tranquillité.
Nous devons aussi regarder notre état de souffrance et ces différentes commotion...
...rps humain; que ce dernier soit attaqué de quelque infirmité, ne lui faut-il pas s...
...s plus ou moins violents selon le genre de sa maladie, et essuyer des crises et de...
...is le royaume sur le bord du précipice. De là l'Assemblée des notables, pour tâcher de trouver quelques palliatifs à tant de maux, qui avoua son insuffisance à ne p...
Nous devons aussi regarder notre état de souffrance et ces différentes commotions, comme les suites inévitables d'une grande et indispensable révolution, car il en est d'un corps politique comme du corps humain; que ce dernier soit attaqué de quelque infirmité, ne lui faut-il pas supporter des remèdes plus ou moins violents selon le genre de sa maladie, et essuyer des crises et des malaises pour obtenir guérison? Eh! notre corps politique n'était-il pas très ...
... ministres pervers, un trésor royal épuisé, des dettes immenses, etc., avaient mis le royaume sur le bord du précipice. De là l'Assemblée des notables, pour tâcher de trouver quelques palliatifs à tant de maux, qui avoua son insuffisance à ne pouvoir en trouver. Le ci-devant roi lui-même convoqua les états généraux qui

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 12
... mélange d'intérêt quelconque que celui de l'humanité entière, et un élan généreux...
...eau et pour délivrer nos frères du Nord de la cruauté ot de la tyrannie de nos féroces ennemis coalisés contre l'h...
...ns toutes les têtes couronnées au titre de rois, et toutes celles de leurs lâches et féroces satellites, et ...
... pour y jouir tranquillement, à l'ombre de nos lauriers et sous l'égide de notre courage', de la paix, de l'abondance, des récompenses nationales et des précieux avantages de notre admirable constitution. Ah ! Citoyens, ô vous dont les âmes so...
...patrie sera à jamais pour lors couverte de gloire, et que cette paix, cette abondance et ces bienfaits de notre Constitution s'étendront jusqu'à la postérité la plus reculée, ainsi qu'à tous les habitants de la terre, pour qui nous serons un objet de la plus profonde vénération, de la plus sublime admiration et de la plus vive reconnaissance sans répandre un torrent de larmes d'attendrissement et de joie, et sans'sentir votre courage s'en...
...la suite une nation qui aura su, seule, de par sa propre
Ah ! que plutôt le civisme le plus pur sans aucun mélange d'intérêt quelconque que celui de l'humanité entière, et un élan généreux et sublime dirigent nos pas pour sauver la République à son berceau et pour délivrer nos frères du Nord de la cruauté ot de la tyrannie de nos féroces ennemis coalisés contre l'humanité, la liberté et l'égalité. Levons-nous donc tous en masse, et serrés étroitement, portons-leur un coup décisif, mais nécessaire. Abattons toutes les têtes couronnées au titre de rois, et toutes celles de leurs lâches et féroces satellites, et qu'il n'en paraisse plus sur la terre. Nous reviendrons sitôt après leur honteuse défaite, glorieux et triomphants dans nos habitations pour y jouir tranquillement, à l'ombre de nos lauriers et sous l'égide de notre courage', de la paix, de l'abondance, des récompenses nationales et des précieux avantages de notre admirable constitution. Ah ! Citoyens, ô vous dont les âmes sont grandes et vertueuses, sensibles et bienfaisantes ! pouvez-vous penser que notre patrie sera à jamais pour lors couverte de gloire, et que cette paix, cette abondance et ces bienfaits de notre Constitution s'étendront jusqu'à la postérité la plus reculée, ainsi qu'à tous les habitants de la terre, pour qui nous serons un objet de la plus profonde vénération, de la plus sublime admiration et de la plus vive reconnaissance sans répandre un torrent de larmes d'attendrissement et de joie, et sans'sentir votre courage s'enflammer. Oui, cette paix sera éternelle, car qui oserait attaquer par la suite une nation qui aura su, seule, de par sa propre
...'ont rien épargné pour sauver la patrie de l'abîme. Ah ! citoyens, avec de la patience et du courage, nous goûterons les doux et précieux fruits de leurs travaux. ...usqu'au vif; aussi nos premiers législateurs, surtout la Convention nationale, n'ont rien épargné pour sauver la patrie de l'abîme. Ah ! citoyens, avec de la patience et du courage, nous goûterons les doux et précieux fruits de leurs travaux.
...aux armes. Ah ! Citoyens, c'est l'amour de la patrie et de l'humanité joints à vos intérêts les pl...
...pellent; car : 1° une cohorte nombreuse de vils esclaves salariés par le despotism...
...vos paisibles foyers et est à la veille de porter le fer, le feu et la désolation ...
...ents, vos amis et tout ce que vous avez de plus cher au monde, si vous n'êtes pas ...
...ère, sous mes yeux, dans le département de la Moselle, depuis à Liège et autres li...
...ent encore avant et depuis la reddition de Condé et de Valenciennes, le pillage, le meurtre, l...
J'entends plusieurs voix qui crient : Aux armes, Citoyens, aux armes. Ah ! Citoyens, c'est l'amour de la patrie et de l'humanité joints à vos intérêts les plus chers qui vous appellent; car : 1° une cohorte nombreuse de vils esclaves salariés par le despotisme et la tyrannie s'avance à grands pas, menace vos paisibles foyers et est à la veille de porter le fer, le feu et la désolation dans vos campagnes, et d'égorger sous vos yeux vos parents, vos amis et tout ce que vous avez de plus cher au monde, si vous n'êtes pas ses premières victimes. Ah ! les barbares ; ils n'ont déjà que trop donné d'exemples d'une semblable férocité; l'année dernière, sous mes yeux, dans le département de la Moselle, depuis à Liège et autres lieux, et récemment encore avant et depuis la reddition de Condé et de Valenciennes, le pillage, le meurtre, le carnage, le viol, les incendies des propriétés suivent partout leurs pas audac...
...enchérissement progressif et journalier de toutes les choses nécessaires à la vie ...
... par les accaparements et par le défaut de confiance dans les assignats, en voyant les trop rapides progrès de nos ennemis, doit aussi vous faire vole...
...e prix. Si, malheureusement, les choses de première nécessité augmentaient encore ...
...ller vos grains qui vous ont coûté tant de peines et de sueurs, et pour dévaster vos propriétés...
...est le but et la criminelle spéculation de nos ennemis intérieurs et extérieurs, elle aurait pour conséquence l'exécution de leurs abominables projets.
2° Le renchérissement progressif et journalier de toutes les choses nécessaires à la vie occasionné par les accaparements et par le défaut de confiance dans les assignats, en voyant les trop rapides progrès de nos ennemis, doit aussi vous faire voler aux armes. Que nos barbares ennemis soient repoussés ou détruits, la confiance dans les assignats renaîtra, tout redeviendra à un juste prix. Si, malheureusement, les choses de première nécessité augmentaient encore dans quelque proportion, ne serait-il pas à craindre que les habitants des ville...
... s'attroupent tous les jours, ne se répandissent enfin dans les communes pour piller vos grains qui vous ont coûté tant de peines et de sueurs, et pour dévaster vos propriétés, d'où naîtrait une guerre civile d'autant plus funeste et terrible que, jointe à la famine qui est le but et la criminelle spéculation de nos ennemis intérieurs et extérieurs, elle aurait pour conséquence l'exécution de leurs abominables projets.
...des difficultés pour se lever à la voix de leur patrie en danger qui les appelle à son secours, j'ai tout lieu de croire qu'on ne les laisserait pas chez... 3° Si quelques-uns d'entre vous faisaient des difficultés pour se lever à la voix de leur patrie en danger qui les appelle à son secours, j'ai tout lieu de croire qu'on ne les laisserait pas chez eux attendre tranquillement les événements, mais que des garnisons nombreuses v...
... peut-être quels regrets alors pour eux de voir revenir dans les foyers l'armée de tant de braves patriotes victorieux, couverte de lauriers, et de n'être pas allé avec elle les partager. Méprisés souverainement de ...rce armée ne les contraignît pas à marcher. Quelle honte ! Quelle confusion ! et peut-être quels regrets alors pour eux de voir revenir dans les foyers l'armée de tant de braves patriotes victorieux, couverte de lauriers, et de n'être pas allé avec elle les partager. Méprisés souverainement de
ces héros rayonnants de gloire, auraient-ils le front de supporter leur aspect radieux? ces héros rayonnants de gloire, auraient-ils le front de supporter leur aspect radieux?
...ontraire, ce qu'à Dieu ne plaise, faute de bras armés, nous essuyons des échecs ou...
... la gloire, le repos et la tranquillité de leur patrie, n'auraient-ils pas tout à craindre de la juste fureur de ces zélés, mais infortunés républicains de retour dans leurs tristes foyers?
4° Enfin si, au contraire, ce qu'à Dieu ne plaise, faute de bras armés, nous essuyons des échecs ou des revers malheureux, les lâches indifférents pour la gloire, le repos et la tranquillité de leur patrie, n'auraient-ils pas tout à craindre de la juste fureur de ces zélés, mais infortunés républicains de retour dans leurs tristes foyers?
...lheurs qui nous menacent, et pour jouir de la douce et inappréciable satisfaction intérieure d'avoir bien mérité de la patrie et du genre humain; car, n'en...
...re zèle et notre dévouement, nos traits de bravoure et d'intrépidité, toutes nos a...
...ensions viagères; nous serons couronnés de lauriers. Si nous trouvons une mort glorieuse au milieu des combats, dans le champ de l'honneur, on célébrera notre mémoire, nous vivrons dans les cœurs et dans les regrets de nos concitoyens et nos familles seront généreusement et honorablement indemnisées de notre perte. Si notre mort est distingu...
... et partons tous s'il est nécessaire, au premier signal, pour éviter tous les malheurs qui nous menacent, et pour jouir de la douce et inappréciable satisfaction intérieure d'avoir bien mérité de la patrie et du genre humain; car, n'en doutez pas, Citoyens, nous n'avons qu'à vouloir, et tous nos ennemis sont terra...
... aux trésors d'une nation grande, généreuse et magnifique; elle récompensera notre zèle et notre dévouement, nos traits de bravoure et d'intrépidité, toutes nos actions vertueuses; nous obtiendrons des gratifications pécuniaires, des pensions viagères; nous serons couronnés de lauriers. Si nous trouvons une mort glorieuse au milieu des combats, dans le champ de l'honneur, on célébrera notre mémoire, nous vivrons dans les cœurs et dans les regrets de nos concitoyens et nos familles seront généreusement et honorablement indemnisées de notre perte. Si notre mort est distinguée par quelque action éclatante, l'honneur du Panthéon français nous attend, mon...

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 13
Au Meillard, près Doullens, département de la Somme, ce 15 septembre 1793, l'an II de la République une et indivisible. Au Meillard, près Doullens, département de la Somme, ce 15 septembre 1793, l'an II de la République une et indivisible.
« Au quartier général de Cùrgies, le 23 septembre 1793. « Au quartier général de Cùrgies, le 23 septembre 1793.
énergie, soutenir et briser les efforts de toutes les puissances de l'Europe dirigés en même temps contre e...
...tes les impies et perfides machinations de ses ennemis intérieurs et extérieurs. Oui, tous les peuples de la terre en profiteront également que n...
...re exemple, triompheront ainsi que nous de leurs ennemis, et adopteront nos lois marquées au sceau de la raison et de l'humanité.
énergie, soutenir et briser les efforts de toutes les puissances de l'Europe dirigés en même temps contre elle, et arrêter les progrès alarmants d'une guerre civile, et déjouer simultanément toutes les impies et perfides machinations de ses ennemis intérieurs et extérieurs. Oui, tous les peuples de la terre en profiteront également que nous, car ne voyez-vous pas cette inquiétude, cette impatience du joug qui agite ...
...hiques. Si nos efforts sont couronnés d'un heureux succès, ils se lèveront à notre exemple, triompheront ainsi que nous de leurs ennemis, et adopteront nos lois marquées au sceau de la raison et de l'humanité.
...ux pour succomber-aux efforts criminels de tous les ^tyrans coalisés contre nous. ...
.... Je vous ai déjà exposé combien il est de votre intérêt de vous opposer courageusement aux progrès de cette armée sacrilège qui souille le sol de la liberté et de l'égalité; de plus, jetez un coup d'œil sur les derniers événements de la Pologne ci-devant révolutionnaire co...
...rd'hui, et vous aurez un type imparfait de tous les malheurs qui fondraient sur no...
...spoir paraît peint sur tous les visages de ces infortunés habitants; pillés,"vexés^ maltraités de la manière la plus inhumaine par leurs ...
...e mot, le plus léger soupçon y est puni de mort : l'on n'ose plus y parler, l'on s...
Au contraire, si nous sommes assez malheureux pour succomber-aux efforts criminels de tous les ^tyrans coalisés contre nous. Ah ! citoyens, s'ils nous laissent la vie, il vaudrait beaucoup mieux pour nous ne pas exister, que d'exister si misérables. Je vous ai déjà exposé combien il est de votre intérêt de vous opposer courageusement aux progrès de cette armée sacrilège qui souille le sol de la liberté et de l'égalité; de plus, jetez un coup d'œil sur les derniers événements de la Pologne ci-devant révolutionnaire comme nous le sommes aujourd'hui, et vous aurez un type imparfait de tous les malheurs qui fondraient sur nos têtes : le désespoir paraît peint sur tous les visages de ces infortunés habitants; pillés,"vexés^ maltraités de la manière la plus inhumaine par leurs barbares vainqueurs, ils n'osent pas se plaindre; le moindre mot, le plus léger soupçon y est puni de mort : l'on n'ose plus y parler, l'on se regarde et l'on pleure.
...iment, les autres ^ transportés do rage de ce que nous avons enfin ouvert les yeux...
...ir un roi-tyran et rentré en possession de nos biens les plus précieux. Ils craind...
...ions laver notre désespoir dans le sang de leur nouveau roi, et pour empêcher nos ...
...ers. Alors nous dirions dans l'amertume de nos âmes, et nos cœurs navrés de douleur : adieu notre légitime souverai...
...e naissante qui nous promettait tant et de si grands avantages ainsi qu'à nos descendants. Adieu aussi le bonheur et la gloire de la patrie, de l'humanité entière. Adieu notre félicité et notre propre gloire inséparables de ces premiers. Adieu les honneurs et les...
...étrant salutaire-ment nos âmes, élèvent de plus en plus nos cœurs et les embrasent de l'amour de la patrie et notre république sortie, c...
... ayant des ennemis plus acharnés contre nous, les uns par intérêt et par ressentiment, les autres ^ transportés do rage de ce que nous avons enfin ouvert les yeux à la lumière, fait mourir un roi-tyran et rentré en possession de nos biens les plus précieux. Ils craindraient que nous ne voulussions laver notre désespoir dans le sang de leur nouveau roi, et pour empêcher nos saintes insurrections, ils nous tiendraient continuellement dans l'esclavage et dans les fers. Alors nous dirions dans l'amertume de nos âmes, et nos cœurs navrés de douleur : adieu notre légitime souveraineté, notre liberté chérie, notre inestimable égalité. Adieu une république naissante qui nous promettait tant et de si grands avantages ainsi qu'à nos descendants. Adieu aussi le bonheur et la gloire de la patrie, de l'humanité entière. Adieu notre félicité et notre propre gloire inséparables de ces premiers. Adieu les honneurs et les récompenses civiles et militaires. Ah ! il ne vous resterait que le désespoir d...
...pieuses entreprises. Que ces tristes et terribles réflexions, en frappant et pénétrant salutaire-ment nos âmes, élèvent de plus en plus nos cœurs et les embrasent de l'amour de la patrie et notre république sortie, comme un astre lumineux, du milieu des foudres et des éclairs qui l'environnent, ...
Pierre Blondel, de retour de sa mission à Paris, en qualité d'envoyé de l'Assemblée primaire de Frohan-le-Grand. Pierre Blondel, de retour de sa mission à Paris, en qualité d'envoyé de l'Assemblée primaire de Frohan-le-Grand.
...esnes, rend compte et transmet la copie de sa correspondance avec un général ennem... Le citoyen Rochette, commandant temporaire d'Avesnes, rend compte et transmet la copie de sa correspondance avec un général ennemi, sur l'échange du capitaine Baudricourt, réclamé par cet avant-dernier (1).
« Avesnes, ce 25 septembre 1793, « Avesnes, ce 25 septembre 1793,
l'an II de la République française. l'an II de la République française.
...transmets ci-jointes deux copies, l'une de la lettre que j'ai reçue du général Co-burg, l'autre de la réponse que je lui ai faite. J'ai ch...
...i à parler le langage le plus rapproché de la vérité et de cette décence énergique qui caractérise...
...menaces, les perfidies et les trahisons de celui-ci que le temps nécessaire pour y répondre à coups de canon.
« Je vous transmets ci-jointes deux copies, l'une de la lettre que j'ai reçue du général Co-burg, l'autre de la réponse que je lui ai faite. J'ai cherché dans celle-ci à parler le langage le plus rapproché de la vérité et de cette décence énergique qui caractérise le vrai républicain; car l'homme libre doit fouler aux pieds le ton impérieux d...
...avec tant d'ostentation le satellite des despotes, il ne doit s'arrêter sur les menaces, les perfidies et les trahisons de celui-ci que le temps nécessaire pour y répondre à coups de canon.
... maréchal commandant en chef les armées de S. M. l'Empereur et de l'Empire, au général commandant dans Av... Le maréchal commandant en chef les armées de S. M. l'Empereur et de l'Empire, au général commandant dans Avesnes (3).
...t le 6 septembre au général commandant, de Landrecies pour réclamer le capitaine B... « J'ai écrit le 6 septembre au général commandant, de Landrecies pour réclamer le capitaine Baudricourt du corps du génie, injustement détenu à Avesnes, puisqu'il est échang...
« Le commandant de Landrecies m'a répondu le lendemain qu'il allait en écrire au commandant en chef de l'armée française. « Le commandant de Landrecies m'a répondu le lendemain qu'il allait en écrire au commandant en chef de l'armée française.
...rellement indiqués par les lois sacrées de la guerre et des échanges, mais ayant appris avec autant de peine que de surprise, que le capitaine Baudricourt,...
...amais entrer, et qu'on l'y fait essuyer de mauvais traitements; je viens, Monsieur...
... les ordres que ce dernier ne pourrait refuser à cet égard, puisqu'ils sont naturellement indiqués par les lois sacrées de la guerre et des échanges, mais ayant appris avec autant de peine que de surprise, que le capitaine Baudricourt, retenu à Avesnes contre la foi des traités, y est enfermé dans une prison d'une espèce où des officiers ennemis ne devraient jamais entrer, et qu'on l'y fait essuyer de mauvais traitements; je viens, Monsieur, vous déclarer d'une manière très positive qu'ayant à mon armée une si grande q...
(1; Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65. (1; Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 14
...t, non pas comme vous l'exprimez par un acte d'injustice, les Français, ceux-là qui,...
...icains, n'en sont pas capables. Ce fait de précaution a été déterminé sur le motif...
...it, je l'ai soumise au citoyen ministre de la guerre et à celui qui commande en ch...
...en faut pas douter, d'une manière digne de la nation qu'ils servent ; c'est à eux ...
...e suis convaincu d'avance du courage et de l'énergie avec lesquels ils le supporte...
...ne verra point dans ce procédé un motif de représailles envers Ceux des vôtres qui...
« J'ai fait arrêter ici monsieur Beaudricourt, non pas comme vous l'exprimez par un acte d'injustice, les Français, ceux-là qui, comme moi, sont vraiment républicains, n'en sont pas capables. Ce fait de précaution a été déterminé sur le motif qu'il s'est trouvé totalement dépourvu des papiers nécessaires pour justifier son état réel; dans cette affaire, j'ai suivi la hiérarchie militaire qui nous régit, je l'ai soumise au citoyen ministre de la guerre et à celui qui commande en chef, c'est à eux à la décider. Ils le feront, il n'en faut pas douter, d'une manière digne de la nation qu'ils servent ; c'est à eux que vous devez réclamer cet officier. Si le retard qu'occasionnera cette démarch...
...auvais traitement à quelqu'un des officiers français qui sont entre vos mains, je suis convaincu d'avance du courage et de l'énergie avec lesquels ils le supporteront. La nation française, toujours grande, toujours équitable, ne verra point dans ce procédé un motif de représailles envers Ceux des vôtres qui sont en son pouvoir.
tité d'officiers et de soldats français prisonniers, et par conséquent tous les moyens d'user à leur égard de fortes représailles, je ferai, si le ca...
...mber sur le lieutenant-colonel du génie de votre nation qui est resté au Quesnoy p...
tité d'officiers et de soldats français prisonniers, et par conséquent tous les moyens d'user à leur égard de fortes représailles, je ferai, si le capitaine Baudricourt n'est pas rendu sur-le-champ avec égards à la liberté et 8b s 3) destination, retomber sur le lieutenant-colonel du génie de votre nation qui est resté au Quesnoy pour la remise, tout le poids du juste ressentiment qu'un semblable procédé doit ...
...que j'ai à prendre avec les prisonniers de guerre français. « J'attends incessamment votre réponse, pour savoir le parti que j'ai à prendre avec les prisonniers de guerre français.
Le chef de bataillon commandant pour la République... Le chef de bataillon commandant pour la République française la place d'Avesnes, ses cantonnements et avant-postes, au maréchal co...
« Avesnes, ce 25 septembre, IIe de la République française. « Avesnes, ce 25 septembre, IIe de la République française.
Le conseil général de la commune de Versailles, remercie les représentants ... Le conseil général de la commune de Versailles, remercie les représentants du peuple du décret par eux rendu le 18 juin, sur les secours à accorder aux enf...
Suit la lettre du conseil général de la commune de Versailles (3) : Suit la lettre du conseil général de la commune de Versailles (3) :
Le conseil général de la commune de Versailles, à la Convention nationale. Le conseil général de la commune de Versailles, à la Convention nationale.
« Versailles, ce 25 septembre 1793, « Versailles, ce 25 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
« Nous venons d'entendre la lecture de votre « Nous venons d'entendre la lecture de votre
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65.
... aux indigents. Toutes les dispositions de ce décret portent les caractères de la justice, de la bienfaisance, de la sagesse et de la saine politique; elles ont excité no...
...t notre reconnaissance; et c'est au nom de nos concitoyens comme au nôtre que nous vous offrons l'hommage de Ces sentiments?
..., relatif à l'organisation des secours à accorder aux enfants, aux vieillards et aux indigents. Toutes les dispositions de ce décret portent les caractères de la justice, de la bienfaisance, de la sagesse et de la saine politique; elles ont excité notre admiration et notre reconnaissance; et c'est au nom de nos concitoyens comme au nôtre que nous vous offrons l'hommage de Ces sentiments?
...fois l'aristocratie insolente affectait de désigner sous ce nom, devenue depuis si...
... des secours et des consolations auprès de ceux dont il avait le droit d'en attend...
...ssante ! Ils étaient accordés avec tant de dédain, avec tant de morgàe et de hauteur ! Ils étaient distribués avec tant partialité et d'injustice, que c'était en quelque sorte se vouer à l'opprobre que de les recevoir. Mais le système du despot...
...et pour le plier au joug que des tyrans de toutes les classes avaient tant d'intérêt de lui imposer. On n'ignorait pas que c'était parmi eux, que les hasards de la fortune exposent le plus fréquemment aux angoisses de l'indigence, que pouvaient se développe...
...hardie et plus terrible, les sentiments de l'indépendance et de l'égalité. Les comprimer, en étouffer le germe fut toujours l'un des principaux objets de la politique des cours; un des principaux objets de la politique des cours fut toujours d'e...
« Le peuple, ou du moins la classe qu'autrefois l'aristocratie insolente affectait de désigner sous ce nom, devenue depuis si imposante et Si formidable, pressé par ses maux ou par ses besoins, épuisait to...
...yait quelquefois, dont sa droiture naturelle l'éloi-gnait, avant d'oser réclamer des secours et des consolations auprès de ceux dont il avait le droit d'en attendre. Hélas ! Il fallait les mendier d'une manière si avilissante ! Ils étaient accordés avec tant de dédain, avec tant de morgàe et de hauteur ! Ils étaient distribués avec tant partialité et d'injustice, que c'était en quelque sorte se vouer à l'opprobre que de les recevoir. Mais le système du despotisme était établi sur ce système d'avilissement. Il fallait bien faire oublier à l'homme sa dignité pour lui faire oublier ses droits, et pour le plier au joug que des tyrans de toutes les classes avaient tant d'intérêt de lui imposer. On n'ignorait pas que c'était parmi eux, que les hasards de la fortune exposent le plus fréquemment aux angoisses de l'indigence, que pouvaient se développer d'une manière plus énergique, plus hardie et plus terrible, les sentiments de l'indépendance et de l'égalité. Les comprimer, en étouffer le germe fut toujours l'un des principaux objets de la politique des cours; un des principaux objets de la politique des cours fut toujours d'empêcher le réveil des sans-culottes.
« Vous qui, loin de le redouter, l'avez provoqué avec tant de courage, et soutenu avec tant de persévérance, législateurs, c'était de vous, c'était de vous seuls que pouvait émaner un code de bienfaisance, basé sur cette maxime si ...
...'amour-propre. Ces secours sont un bien de famille que des pères distribueront à l...
...artage du crime ne sera plus le partage de l'indigence.
« Vous qui, loin de le redouter, l'avez provoqué avec tant de courage, et soutenu avec tant de persévérance, législateurs, c'était de vous, c'était de vous seuls que pouvait émaner un code de bienfaisance, basé sur cette maxime si connue et si peu pratiquée : le malheureux est un objet sacré. Vous avez su alli...
...stination, tous les ménagements qui éloignent les idées qui pourraient blesser l'amour-propre. Ces secours sont un bien de famille que des pères distribueront à leurs en-faiats. Il n'y aura d'autres distinctions, d'autres préférences que celles que légitimera la différence des besoins; et la honte qui ne doit être que le partage du crime ne sera plus le partage de l'indigence.
« Tranquilles désormais sur le sort de leurs enfants, et sur celui qui les att...
... livreront avec sécurité aux impulsions de la nature; et une prévoyance trop inquiète ne les réduira plus à redouter la fécondité de leur union. La patrie, par votre organe...
...t, qu'on peut toujours avoir la volonté de combattre, mais qu'on n'a pas toujours la force de vaincre, cherchent à se soustraire aux ...
...che leur faiblesse, et les met à portée de la réparer et de la rendre même respectable en leur four...
« Tranquilles désormais sur le sort de leurs enfants, et sur celui qui les attend eux-mêmes lorsque l'âge les aura privés des forces nécessaires pour subvenir à leurs besoins, les époux se livreront avec sécurité aux impulsions de la nature; et une prévoyance trop inquiète ne les réduira plus à redouter la fécondité de leur union. La patrie, par votre organe, adopte les enfants et les vieillards. Elle les adopte aussi ces êtres qui, trop facilement séduits par un penchant, qu'on peut toujours avoir la volonté de combattre, mais qu'on n'a pas toujours la force de vaincre, cherchent à se soustraire aux regards du public; elle les adopte; elle cache leur faiblesse, et les met à portée de la réparer et de la rendre même respectable en leur fournissant

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 15
« De la rade de Yillefranche, le 18 septembre 1793, « De la rade de Yillefranche, le 18 septembre 1793,
... pour que le capitaine et les officiers de la frégate La Vestale gardent le silence, surtout la plupart étant de Toulon. Il leur importe trop essentiell...
...ls ont juré l'unité et l'indivisibilité de la République, de vivre libres ou mourir à leur poste. Soyez bien persuadés de ce sentiment de leur part, et qu'ils verseront jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour être fidèles à leurs serments et à la sage Constitution qu'ils ont reçue de la redoutable Montagne.
« La patrie est trop en danger pour que le capitaine et les officiers de la frégate La Vestale gardent le silence, surtout la plupart étant de Toulon. Il leur importe trop essentiellement, ci-toyens représentants, qu'ils vous rappellent qu'ils ont juré l'unité et l'indivisibilité de la République, de vivre libres ou mourir à leur poste. Soyez bien persuadés de ce sentiment de leur part, et qu'ils verseront jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour être fidèles à leurs serments et à la sage Constitution qu'ils ont reçue de la redoutable Montagne.
les moyens de remplir le premier des devoirs de la maternité. les moyens de remplir le premier des devoirs de la maternité.
...faire pour assurer à jamais le triomphe de la liberté et de l'égalité. ... mœurs publiques . et privées ; et cette révolution était la seule qui restât à faire pour assurer à jamais le triomphe de la liberté et de l'égalité.
« Signé : Pacou, lieutenant de maire; Trufel; Gravois; Messie; Grincou... « Signé : Pacou, lieutenant de maire; Trufel; Gravois; Messie; Grincour; Loir; Blu-teatj; J.-P. Adam; Brou, secrétaire-greffier, »
Le citoyen Goube, curé de Gournay, félicite la Convention nationa... Le citoyen Goube, curé de Gournay, félicite la Convention nationale sur le décret qui réduit le traitement des évêques, et supprime les vicaires ...
« Gournai, le 22 septembre 1793, « Gournai, le 22 septembre 1793,
l'an II de la République une et indivisible. l'an II de la République une et indivisible.
...depuis que vous vous êtes mis en devoir de sauver^ contre la rage despotique et tyran-nique des ennemis du dehors et de l'intérieur, la plus majestueuse des républiques de l'univers, celui que vous avez rendu le 20 de ce mois a de nouveau attiré mon admiration. Lès évêq...
...ent que la représentation des parasites de l'ancien régime; je rougis moi-même d'avoir occupé une de ces places pendant dix-huit mois, depui...
...vie ne sera consacrée que pour soutenir de tout mon pouvoir vos immenses travaux, ...
...s opulent que jamais, et suis au comble de la joie la plus patriotique.
« La justice distributive qui a dicté vos décrets depuis que vous vous êtes mis en devoir de sauver^ contre la rage despotique et tyran-nique des ennemis du dehors et de l'intérieur, la plus majestueuse des républiques de l'univers, celui que vous avez rendu le 20 de ce mois a de nouveau attiré mon admiration. Lès évêques sont bien payés à 6,000 livres, les vicaires épiscopaux n'étaient que la représentation des parasites de l'ancien régime; je rougis moi-même d'avoir occupé une de ces places pendant dix-huit mois, depuis un an je me suis rendu plus utile à mes concitoyens. Je perds par votre décret...
...à leur poste tant qu'elle ne sera pas affermie" sur des bases inébranlables. Ma vie ne sera consacrée que pour soutenir de tout mon pouvoir vos immenses travaux, à faire aimer la loi et les législateurs, et à louer les jours miraculeux des 31...
...ion en fortune, mais j'ai tout gagné pour mes principes, je suis plus riche, plus opulent que jamais, et suis au comble de la joie la plus patriotique.
« Signé : Goube, président du district de Gournai, et curé de la• même ville. » « Signé : Goube, président du district de Gournai, et curé de la• même ville. »
Les officiers de l'état-major de la frégate la Vestale, à la rade de Villefranche, indignés de la trahison des Toulonnais, jurent de rester toujours fidèles à ce qu'ils doi... Les officiers de l'état-major de la frégate la Vestale, à la rade de Villefranche, indignés de la trahison des Toulonnais, jurent de rester toujours fidèles à ce qu'ils doivent à la patrie; la
(1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 22, p. 65.
Société populaire de Quimperlé manifeste les mêmes sentiments. Celle de Mourvilles-Hautes, au district de Revel, rend compte des actions mémorabl...
...du 14 au 15 septembre, près du lieu dit de l'Echarpe, par Planon et Hilaire Rouget...
...andaient 40 hommes. Ces deux défenseurs de la patrie, avec leur petit détachement, y soutinrent le feu de l'ennemi, le firent taire, fournirent à leurs] frères d'armes le temps de se rallier* repoussèrent les satellites...
Société populaire de Quimperlé manifeste les mêmes sentiments. Celle de Mourvilles-Hautes, au district de Revel, rend compte des actions mémorables qui ont été faites dans la nuit du 14 au 15 septembre, près du lieu dit de l'Echarpe, par Planon et Hilaire Rouget, qui y commandaient 40 hommes. Ces deux défenseurs de la patrie, avec leur petit détachement, y soutinrent le feu de l'ennemi, le firent taire, fournirent à leurs] frères d'armes le temps de se rallier* repoussèrent les satellites des tyrans et firent deux prisonniers (1).
Suit le texte de l'adresse des officiers de Vétat-major de la frégate La Yestale (2) :j Suit le texte de l'adresse des officiers de Vétat-major de la frégate La Yestale (2) :j
...françaisjpar les capitaine et officiers de Vétat-major de la frégate La Yestale. Adresse aux représentants du peuple françaisjpar les capitaine et officiers de Vétat-major de la frégate La Yestale.
l'an II de la République française. l'an II de la République française.
...t venus en parlementaires dans le canot de leur frégate, qui n'ont eu d'autre satisfaction de nous que le cri général de cinq fois : Vive la République française. Nous ne parlons pas de leur conférence avec nos représentants de Nice, dont vous serez contents sans dou...
...ue si les Anglais tentent quelque chose de ce côté-ci, ils n'auront, pas affaire à...
...s qui ont livré aux ennemis notre ville de Toulon. Distinguez-nous de ces lâches et comptez sur-tous les mari...
...ate, qui ne manqueront pas, comme nous, de vous renouveler l'assurance de leur civisme à la République une et ind...
... représentants, d'en donner une petite preuve aux deux officiers anglais qui sont venus en parlementaires dans le canot de leur frégate, qui n'ont eu d'autre satisfaction de nous que le cri général de cinq fois : Vive la République française. Nous ne parlons pas de leur conférence avec nos représentants de Nice, dont vous serez contents sans doute. Mais soyez très assurés que si les Anglais tentent quelque chose de ce côté-ci, ils n'auront, pas affaire à des traîtres, comme les scélérats qui ont livré aux ennemis notre ville de Toulon. Distinguez-nous de ces lâches et comptez sur-tous les marins qui sont dans la "frégate, qui ne manqueront pas, comme nous, de vous renouveler l'assurance de leur civisme à la République une et indivisible.
... citoyens représentants, ce faible gage de nos cœurs, et nous nous flattons d'être pour la vie les défenseurs de notre chère patrie. : Recevez, citoyens représentants, ce faible gage de nos cœurs, et nous nous flattons d'être pour la vie les défenseurs de notre chère patrie.
(1) Procès-verbaux de la Conventiony t. 22,- p. 65. (1) Procès-verbaux de la Conventiony t. 22,- p. 65.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 16
« La Société populaire de Quimperlé, animée du même zèle que celui de tous ses concitoyens à accepter à l'unanimité la Constitution, a, dans son acceptation, prêté comme e...
...'être à jamais fidèle à ce chef-d'œuvre de la sagesse humaine, à ce régime bienfai...
« La Société populaire de Quimperlé, animée du même zèle que celui de tous ses concitoyens à accepter à l'unanimité la Constitution, a, dans son acceptation, prêté comme eux le serment, serment inviolable, d'être à jamais fidèle à ce chef-d'œuvre de la sagesse humaine, à ce régime bienfaisant et propre à répandre le bonheur sur les vrais républicains.
...sincère des sentiments des républicains de Quimperlé, vrais amis de la Constitution, expression qu'ils vous prient de considérer comme un sûr garant de leur attachement à l'unité et à l'indivisibilité de la République, de leur obéissance aux lois, et de leur soumission à tous vos décrets. « Voilà, citoyens représentants, l'expression sincère des sentiments des républicains de Quimperlé, vrais amis de la Constitution, expression qu'ils vous prient de considérer comme un sûr garant de leur attachement à l'unité et à l'indivisibilité de la République, de leur obéissance aux lois, et de leur soumission à tous vos décrets.
... donner le jour. J'invite la Convention de vouloir bien me les mettre sous la sauvegarde de la loi, bien que cela ne m'empêchera jamais de marcher contre cette ville infâme et re... dans l'infâme ville qui me vit donner le jour. J'invite la Convention de vouloir bien me les mettre sous la sauvegarde de la loi, bien que cela ne m'empêchera jamais de marcher contre cette ville infâme et rebelle. Tels sont les sentiments d'un républicain.
« Signé : Infeenet, lieutenant de vaisseau commandant ladite frégate. » « Signé : Infeenet, lieutenant de vaisseau commandant ladite frégate. »
Adresse de la Société populaire de Quimperlé à la Convention nationale (1)... Adresse de la Société populaire de Quimperlé à la Convention nationale (1).
Quimperlé, le 23 septembre 1793, Quimperlé, le 23 septembre 1793,
l'an II de la République française une et indivisi... l'an II de la République française une et indivisible.
...ais, s'ils n'ont pas été trompés, vient de joindre à son serment celui de les vouer non seulement à l'exécration, mais encore de leur déclarer une guerre ouverte et un combat à mort à quiconque aurait l'audace de vouloir les imiter. ...ui, cette même Société, justement indignée contre les lâches et infâmes Toulon-nais, s'ils n'ont pas été trompés, vient de joindre à son serment celui de les vouer non seulement à l'exécration, mais encore de leur déclarer une guerre ouverte et un combat à mort à quiconque aurait l'audace de vouloir les imiter.
Adresse de la Société républicaine de Mourville-Hautes (2). Adresse de la Société républicaine de Mourville-Hautes (2).
Extrait du registre de la Société républicaine séante à Mourville-Hautes, district de Bevél, département de Haute-Garonne. Extrait du registre de la Société républicaine séante à Mourville-Hautes, district de Bevél, département de Haute-Garonne.
septembre 1793, septembre 1793,
Présidence de Cappelle. Présidence de Cappelle.
...bres a réclamé celle d'une lettre venue de l'armée des Alpes, écrite de Ris-tolas, le 17 août, par le citoyen P... lorsqu'un des membres a réclamé celle d'une lettre venue de l'armée des Alpes, écrite de Ris-tolas, le 17 août, par le citoyen Pierre Lanes, sergent volontaire à ladite armée.
« Nous nous empressons de vous apprendre ce « qui vient de se passer à notre poste le 15 du « courant : les ennemis, au nombre de 200, vin-« rent bivouaquer dans la nuit du 14 au 15, près « de l'Echarpe où Planon et Hilaire (ce sont deux « frères, le nom de leur famille est Rouger, con-« nue sous le nom de Laplane) commandaient un « détachement de 40 hommes. A la pointe du « jour les brigands commencèrent à faire feu « sur le corps de garde, ce qui donna bientôt « l'alerte. Planon et son frère se transportèrent « de suite sur le heu, n'ayant dans ce momen...
... volontaires avec eux, et avec si « peu de monde ils soutinrent le feu plus d'un «...
...si bien qu'ils débusquèrent l'en-« nemi de son retranchement. En attendant, le « p...
...qui s'en allaient au « diable. Dans peu de temps il y eut à l'Echarpe « près de 400 hommes, nous nous mîmes à la « suite de l'ennemi et le poursuivîmes jusque sur « son territoire, et au bout de quelque temps « nous nous retirâmes.
« Nous nous empressons de vous apprendre ce « qui vient de se passer à notre poste le 15 du « courant : les ennemis, au nombre de 200, vin-« rent bivouaquer dans la nuit du 14 au 15, près « de l'Echarpe où Planon et Hilaire (ce sont deux « frères, le nom de leur famille est Rouger, con-« nue sous le nom de Laplane) commandaient un « détachement de 40 hommes. A la pointe du « jour les brigands commencèrent à faire feu « sur le corps de garde, ce qui donna bientôt « l'alerte. Planon et son frère se transportèrent « de suite sur le heu, n'ayant dans ce moment « que 10 ou 12 volontaires avec eux, et avec si « peu de monde ils soutinrent le feu plus d'un « quart d'heure, si bien qu'ils débusquèrent l'en-« nemi de son retranchement. En attendant, le « poste se renforça, Planon voyant arriver du « secours prit avec lui le petit nombre d'hommes « qu'il avait et gagna une hauteur, toujours en « chargeant les fuyards qui s'en allaient au « diable. Dans peu de temps il y eut à l'Echarpe « près de 400 hommes, nous nous mîmes à la « suite de l'ennemi et le poursuivîmes jusque sur « son territoire, et au bout de quelque temps « nous nous retirâmes.
...quelques heures, puis, s'étant aperçu « de 2 hommes qui venaient du côté de l'en-« nemi, il se laissa dépasser et d...
...alte-là ! — Il s'approche d'eux et leur de-« mande s'ils voulaient se rendre, ils ...
...vons dit, avait gravi la « montagne et en avait gagné le sommet ; il « resta la quelques heures, puis, s'étant aperçu « de 2 hommes qui venaient du côté de l'en-« nemi, il se laissa dépasser et descendit ensuite. « Quand il les eut approchés, il leur cria : Qui « vive ! les autres lui répondirent : Piémont ! « — Halte-là ! — Il s'approche d'eux et leur de-« mande s'ils voulaient se rendre, ils lui répon-« dirent que non. Pour lors, il courut à l'un « d'eux, qui était un of...
« La lecture de cette lettre a été suivie d'applaudisse...
...ger le soldat républicain que l'exemple de ceux qui, par des aotes de valeur, ont droit à l'estime de leurs concitoyens; qu'on ne saurait trop divulguer les hauts faits de ceux qui combattent pour le maintien de la liberté française, qu'en conséquence...
...on fît dans le verbal mention honorable de la conduite magnanime du citoyen Rouger Laplane (Planon), fils de Rouger Laplane qui, en 1791, à l'âge de 55 ans, sans s'arrêter aux difficultés ...
...le grand âge, s'étant dévoué avec trois de ses'fils à la défense de la patrie, entraîna, par son exemple, la plus brillante jeunesse de la commune de Mourville-Hautes, dont il est originair...
..., et qui, depuis ce temps-là, n'a cessé de s'opposer constamment aux efforts des esclaves qui tentent de souiller notre territoire, et que, comm...
...érite d'être connu, il prie l'Assemblée de délibérer qu'un extrait du verbal soit ...
« La lecture de cette lettre a été suivie d'applaudissements excités par le plaisir que produisent les bonnes nouvelles et l'admiration...
... membre ayant obtenu la parole a dit : « que rien n'était plus capable d'encourager le soldat républicain que l'exemple de ceux qui, par des aotes de valeur, ont droit à l'estime de leurs concitoyens; qu'on ne saurait trop divulguer les hauts faits de ceux qui combattent pour le maintien de la liberté française, qu'en conséquence il demandait que l'on fît dans le verbal mention honorable de la conduite magnanime du citoyen Rouger Laplane (Planon), fils de Rouger Laplane qui, en 1791, à l'âge de 55 ans, sans s'arrêter aux difficultés que peut suggérer le grand âge, s'étant dévoué avec trois de ses'fils à la défense de la patrie, entraîna, par son exemple, la plus brillante jeunesse de la commune de Mourville-Hautes, dont il est originaire, et d'autres lieux circonvoisins, et qui, depuis ce temps-là, n'a cessé de s'opposer constamment aux efforts des esclaves qui tentent de souiller notre territoire, et que, comme le patriotisme qui semble inné dans cette famille mérite d'être connu, il prie l'Assemblée de délibérer qu'un extrait du verbal soit envoyé à la Convention nationale.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 17
Du mercredi, 25 du mois de septembre 1793, l'an II de la République française, une et indivis... Du mercredi, 25 du mois de septembre 1793, l'an II de la République française, une et indivisible.
Le directoire du district de Colmar transmet le témoignage honorable...
...u courage et au dévouement du bataillon de Turckheim et des habitants de la contrée, appelés pour protéger la construction d'un pont de bateaux, et soutenir les intérêts de la patrie (1).
Le directoire du district de Colmar transmet le témoignage honorable que le citoyen Diétrich a rendu au courage et au dévouement du bataillon de Turckheim et des habitants de la contrée, appelés pour protéger la construction d'un pont de bateaux, et soutenir les intérêts de la patrie (1).
...délibérations du directoire du district de Colmar (2) : Suit un extrait du registre des délibérations du directoire du district de Colmar (2) :
...délibérations du directoire du district de Colmar. Extrait du registre des délibérations du directoire du district de Colmar.
...port du citoyen commandant le bataillon de la garde nationale sédentaire- du canton de Turckheim, dont la teneur suit : Vu le rapport du citoyen commandant le bataillon de la garde nationale sédentaire- du canton de Turckheim, dont la teneur suit :
...ssigné, commandant en chef le bataillon de la garde nationale sédentaire du canton de Turckheim, certifie que la masse des ci...
...ssemblée la masse du peuple du district de Colmar, et que là, le 17 de ce mois, des hommes ayant été demandés pour protéger la construction du pont de bateaux, 46 hommes de Wintzenheim s'y sont rendus aussitôt qu...
...vailler sur le bord du Rhin, 130 hommes de Wintzenheim se sont encore précipités à...
« Je soussigné, commandant en chef le bataillon de la garde nationale sédentaire du canton de Turckheim, certifie que la masse des citoyens du susdit bataillon s'est levée au premier signal; il s'est transporté au G-roskemps, où s'est assemblée la masse du peuple du district de Colmar, et que là, le 17 de ce mois, des hommes ayant été demandés pour protéger la construction du pont de bateaux, 46 hommes de Wintzenheim s'y sont rendus aussitôt qu'appelés, que ces hommes sont restés au pont aux ordres du général, jusqu'à ce q...
...sque le général avait fait demander des citoyens avec pelles et pioches pour travailler sur le bord du Rhin, 130 hommes de Wintzenheim se sont encore précipités à ce poste important.
...reste du bataillon composé des citoyens de Turckheim, Zimmerbach, Walbach, Wihr, G...
... ces citoyens brûlaient après l'instant de la destruction des vils satellites des ...
...'enfin je n'ai que des louanges à faire de chaque individu : la satisfaction que j'ai eue de tous les citoyens en général et en particulier du bataillon que j'ai l'honneur de commander, le civisme et l'ardeur de tous ces braves gens exigent de ma part le témoignage le plus authentiq...
« Je certifie en outre que tout le reste du bataillon composé des citoyens de Turckheim, Zimmerbach, Walbach, Wihr, G-uinsbach, Gries-bach, Soultzbach et Wasserbourg s'est comporté en vrai républicain français; que tous ces citoyens brûlaient après l'instant de la destruction des vils satellites des tyrans; qu'enfin je n'ai que des louanges à faire de chaque individu : la satisfaction que j'ai eue de tous les citoyens en général et en particulier du bataillon que j'ai l'honneur de commander, le civisme et l'ardeur de tous ces braves gens exigent de ma part le témoignage le plus authentique.
...ce, les corps administratifs supérieurs de tout ce que dessus, pour servir et valo... « Je certifie, en conséquence, les corps administratifs supérieurs de tout ce que dessus, pour servir et valoir aux citoyens composant le bataillon du canton de Turckheim, ce que de raison.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 24
Locuteur: Villers
, au nom du comité de commerce, propose à la Convention de passer à l'ordre du jour sur une pétition des bouchers de la ville de Vitré, département de l'Ille-et-Vilaine, relativement à un marché qu'ils ont passé avec les tanneurs de la même ville, pour la totalité des peaux sortant de leur boucherie, et qu'ils voulaient faire annuler, à cau^e de l'augmentation du prix. , au nom du comité de commerce, propose à la Convention de passer à l'ordre du jour sur une pétition des bouchers de la ville de Vitré, département de l'Ille-et-Vilaine, relativement à un marché qu'ils ont passé avec les tanneurs de la même ville, pour la totalité des peaux sortant de leur boucherie, et qu'ils voulaient faire annuler, à cau^e de l'augmentation du prix.
Locuteur: Villers
tances [Coupé {de VOise), rapporteur (1)] sur la réclamation des entreposeurs de tabac, tendant à obtenir le haussement du prix de cette denrée au delà de celui fixé par la loi du maximum, passe... tances [Coupé {de VOise), rapporteur (1)] sur la réclamation des entreposeurs de tabac, tendant à obtenir le haussement du prix de cette denrée au delà de celui fixé par la loi du maximum, passe à l'ordre du jour (2). »
Locuteur: Villers
Compte rendu du Journal de la Montagne (3). Compte rendu du Journal de la Montagne (3).
Locuteur: Villers
Une compagnie d'entreposeurs de tabac expose qu'elle ne peut, sans se r... Une compagnie d'entreposeurs de tabac expose qu'elle ne peut, sans se ruiner, donner pour 20 sous ce qui lui a coûté beaucoup plus cher.
Locuteur: Villers
...bre [Guffroy (4)] demande que la statue de Descartes soit extraite de la salle des antiques, pour être placée...
...et rendu sur la translation des cendres de cet illustre philosophe.
Un membre [Guffroy (4)] demande que la statue de Descartes soit extraite de la salle des antiques, pour être placée dans le Panthéon, par une suite du décret rendu sur la translation des cendres de cet illustre philosophe.
Locuteur: Villers
...vention nationale décrète que la statue de Descartes, faite par le célèbre Pajou, ...
...acée au Panthéon le jour où les cendres de ce grand homme y seront transférées; autorise le ministre de l'intérieur à faire faire tous les arra...
« La Convention nationale décrète que la statue de Descartes, faite par le célèbre Pajou, et qui se trouve déposée dans la salle des antiques, en sera extraite pour être placée au Panthéon le jour où les cendres de ce grand homme y seront transférées; autorise le ministre de l'intérieur à faire faire tous les arrangements et ouvrages nécessaires pour remplir cet objet (5). »

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 25
Locuteur: Guffroy
Français des cendres de Descartes. Il existe dans le cabinet des Antiques un buste de ce grand homme, fait par le célèbre Pajou. Je propose à la Convention de placer ce buste au Panthéon. Français des cendres de Descartes. Il existe dans le cabinet des Antiques un buste de ce grand homme, fait par le célèbre Pajou. Je propose à la Convention de placer ce buste au Panthéon.
Locuteur: Guffroy
Je propose à la Convention de rendre un hommage éclatant à la vertu, ... Je propose à la Convention de rendre un hommage éclatant à la vertu, en ordonnant aussi la translation au Panthéon Français, des cendres du sage et v...
Locuteur: Bazire
...vernement monarchique était le meilleur de tous, et je crois que l'auteur d'un par... Fénelon a fait un traité pour prouver que le gouvernement monarchique était le meilleur de tous, et je crois que l'auteur d'un pareil système ne peut pas être honoré par des républicains. Je demande l'ordre du ...
Locuteur: Guffroy
Je demande simplement le renvoi de ma proposition au comité de législation. Je demande simplement le renvoi de ma proposition au comité de législation.
Locuteur: Guffroy
...ien gouvernement et Jean Dugué, au mois de février 1581, ainsi qu'il résulte des l...
...erbaux et avis des bureaux des finances de Paris, des 11 et 14 février 1583, est a...
... propriété et jouissance des 10 arpents de pré, appelés le pré des Gro-guets, situé dans le territoire de Gournay, district de Gonesse, département de Seine-et-Oise, donné par Jean Dugué, son auteur, en échange de la haute justice, greffe et tabellionnage de la terre de Champ, à compter de la publication du décret du 4 août 1789...
« L'échange fait entre l'ancien gouvernement et Jean Dugué, au mois de février 1581, ainsi qu'il résulte des lettres-patentes d'Henri III, du 5 mars 1583, et des procès-verbaux et avis des bureaux des finances de Paris, des 11 et 14 février 1583, est annulé; en conséquence, Hen-riette-Françoise Michel, veuve Ange-Jacques Marbeuf, rentrera dans la propriété et jouissance des 10 arpents de pré, appelés le pré des Gro-guets, situé dans le territoire de Gournay, district de Gonesse, département de Seine-et-Oise, donné par Jean Dugué, son auteur, en échange de la haute justice, greffe et tabellionnage de la terre de Champ, à compter de la publication du décret du 4 août 1789.
Locuteur: Guffroy
...ssaire-liquidateur, pour la liquidation de la jouissance des dix arpents de pré dont il s'agit, et pour le remboursement de l'indemnité qu'elle prétend avoir été payée au greffier de Gournay, pour la distraction du greffe et tabellionnage de Champ (1). » « La veuve Marbeuf se pourvoira devant le commissaire-liquidateur, pour la liquidation de la jouissance des dix arpents de pré dont il s'agit, et pour le remboursement de l'indemnité qu'elle prétend avoir été payée au greffier de Gournay, pour la distraction du greffe et tabellionnage de Champ (1). »
Locuteur: Guffroy
...[Lofficial, rapporteur (2)] rend compte de l'offre faite par la section des Champs...
...un bâtiment national, propre à la tenue de ses assemblées.
Un membre du même comité [Lofficial, rapporteur (2)] rend compte de l'offre faite par la section des Champs-Elysées, pour prendre à loyer un bâtiment national, propre à la tenue de ses assemblées.
Locuteur: Guffroy
...La Convention nationale, ouï le rapport de son comité des domaines, qui lui a rendu compte de la pétition de la section des Champs-Elysées, autorise...
...section des Champs-Ely-sées la location de la maison située à Chaillot où cette se...
...ces, pour un an, moyennant 1,500 livres de loyer, prix déterminé par l'architecte de la régie nationale, suivant le compte q...
...es du 23 septembre dernier, à la charge de se conformer aux dispositions du décret...
« La Convention nationale, ouï le rapport de son comité des domaines, qui lui a rendu compte de la pétition de la section des Champs-Elysées, autorise l'administration des domaines nationaux à continuer à la section des Champs-Ely-sées la location de la maison située à Chaillot où cette section tient ses séances, pour un an, moyennant 1,500 livres de loyer, prix déterminé par l'architecte de la régie nationale, suivant le compte qu'en ont rendu au comité des domaines les régisseurs des droits d'enregistrement et des domaines nationaux, par leurs lettres du 23 septembre dernier, à la charge de se conformer aux dispositions du décret du 27 novembre 1792 (3). »
Locuteur: Guffroy
...r décret fournit l'occasion à un membre de proposer la cession aux communes des éd... Ce dernier décret fournit l'occasion à un membre de proposer la cession aux communes des édifices nationaux, absolument nécessaires à des établissements publics.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 26
Locuteur: Guffroy
...s'agissait que d'un échange; il propose de la rectifier, et le décret suivant est ... conservé tout à la fois l'ancien, tandis qu'il ne s'agissait que d'un échange; il propose de la rectifier, et le décret suivant est en conséquence adopté :
Locuteur: Guffroy
« L'hôpital de la ville de Valréas, district de Louvèzé, dit hôpital des malades, sera ...
...dans la maison des ci-devant Augustines de la même ville.
« L'hôpital de la ville de Valréas, district de Louvèzé, dit hôpital des malades, sera transféré dans la maison des ci-devant Augustines de la même ville.
Locuteur: Guffroy
... seront administrés et vendus au profit de la République, suivant les formes précé... ...cupés par ledit hôpital, la maison des ci-devant Antonins et autres dépendances, seront administrés et vendus au profit de la République, suivant les formes précédemment décrétées pour la vente des domaines nationaux (2). »
Locuteur: Guffroy
Suit le texte du rapport de Corenfustier (3) : Suit le texte du rapport de Corenfustier (3) :
Locuteur: Guffroy
... juillet dernier, que les deux hôpitaux de la ville de "Valréas, district de Louvèze, seraient transférés dans la maison des ci-devant Augustines de la même ville. La disposition est erron...
...a seulement entendu effectuer l'échange de l'hôpital de la même ville et la maison des ci-devan...
...otre comité m'a, en conséquence, chargé de vous proposer le changement du décret e...
« La Convention nationale a décrété, le 31 juillet dernier, que les deux hôpitaux de la ville de "Valréas, district de Louvèze, seraient transférés dans la maison des ci-devant Augustines de la même ville. La disposition est erronée ét l'Administration a seulement entendu effectuer l'échange de l'hôpital de la même ville et la maison des ci-devant Antonins contre celle des ci-devant Augustines. Elle a demandé que l'erreur fût rectifiée. Votre comité m'a, en conséquence, chargé de vous proposer le changement du décret en la forme suivante : »
Locuteur: Guffroy
(Suit le texte du projet de décret que nous reproduisons ci-dessus.... (Suit le texte du projet de décret que nous reproduisons ci-dessus.)
Locuteur: Guffroy
Le comité de législation (Pons {de Verdun), rapporteur (4)1 chargé d'examiner une lettre du ministre de l'intérieur sur la mise en séquestre des biens de la citoyenne Bourbon-Penthièvre, propos... Le comité de législation (Pons {de Verdun), rapporteur (4)1 chargé d'examiner une lettre du ministre de l'intérieur sur la mise en séquestre des biens de la citoyenne Bourbon-Penthièvre, propose, et l'assemblée accepte ce qui suit :
Locuteur: Guffroy
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, sur une lettre du ministre de l'intérieur, tendant à ce qu'il fût sta...
...par le département du Loiret, des biens de la citoyenne Bourbon-Penthièvre, épouse...
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, sur une lettre du ministre de l'intérieur, tendant à ce qu'il fût statué sur la mise en séquestre, ordonnée par le département du Loiret, des biens de la citoyenne Bourbon-Penthièvre, épouse, séparée quant aux biens, du citoyen Bourbon-Or-léans, passe à l'ordre du jour,...
Locuteur: Guffroy
...tte malveillance qui n'a pour objet que de jeter des nuages sur le civisme de ces citoyens. mis en état d'arrestation par le décret d'hier. Il réclame contre cette malveillance qui n'a pour objet que de jeter des nuages sur le civisme de ces citoyens.
Locuteur: Guffroy
...envoie les feuilles dénoncées au comité de sûreté générale, qui demeure autorisé à...
...nables contre les auteurs et rédacteurs de ces feuilles (1). »
« La Convention nationale renvoie les feuilles dénoncées au comité de sûreté générale, qui demeure autorisé à prendre toutes les mesures qu'il trouvera convenables contre les auteurs et rédacteurs de ces feuilles (1). »

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 27
Locuteur: Vadier
une vengeance de la part de ceux contre lesquels j'ai lancé des mandats d'arrêt, en qualité de président du comité de sûreté générale. Je vous dénonce un jou...
...incivisme, qui ont mis mon nom et celui de Bô, au nombre de ceux que vous avez mis hier en état d'a...
une vengeance de la part de ceux contre lesquels j'ai lancé des mandats d'arrêt, en qualité de président du comité de sûreté générale. Je vous dénonce un journal intitulé : L'Auditeur national, et celui à.'Etienne Feuillant, dont on connaît l'incivisme, qui ont mis mon nom et celui de Bô, au nombre de ceux que vous avez mis hier en état d'arrestation. Je demande que ma réclamation soit insérée au Bulletin.
Locuteur: Goupilleau
...es dénoncées soient renvoyées au comité de sûreté générale, pour en être décidé ce... Cela ne suffit pas, je demande que les feuilles dénoncées soient renvoyées au comité de sûreté générale, pour en être décidé ce qu'il appartiendra.
Locuteur: Goupilleau
...] fait un rapport et présente un projet de décret sur l'établissement des maisons ...
...sentées, et décrète, afin d'être à même de mieux les apprécier, l'impression du rapport et du projet de décret, pour en reprendre la discussion, comme faisant partie de l'instruction publique (2).
... comités d'agriculture et d'instruction publique réunis, un membre [Grégoire (1)] fait un rapport et présente un projet de décret sur l'établissement des maisons d'économie rurale; l'assemblée applaudit à l'utilité des vues qui lui sont présentées, et décrète, afin d'être à même de mieux les apprécier, l'impression du rapport et du projet de décret, pour en reprendre la discussion, comme faisant partie de l'instruction publique (2).
Locuteur: Goupilleau
Suit le texte du rapport et du projet de décret de Grégoire. Suit le texte du rapport et du projet de décret de Grégoire.
Locuteur: Goupilleau
Rapport et projet de décret, sur les moyens d'améliorer l'ag...
...entés à la séance du 13 du premier mois de l'an II de la République française, au nom des com...
...le citoyen Grégoire (Imprimés par ordre de la Convention nationale) (3).
Rapport et projet de décret, sur les moyens d'améliorer l'agriculture en France, par l'établissement d'une maison d'économie rurale dans chaque département, présentés à la séance du 13 du premier mois de l'an II de la République française, au nom des comités d'aliénation et d'instruction publique, par le citoyen Grégoire (Imprimés par ordre de la Convention nationale) (3).
Locuteur: Goupilleau
...rgé votre comité d'instruction publique de vous faire un rapport sur la pétition des administrateurs du département de l'Isère, qui, appuyant celle de la commune et du district de Grenoble, demandent que, dans chaque di...
...saisissent avec empressement l'occasion de vous proposer des mesures capables de décupler peut-être nos richesses nationales, et d'assurer la prospérité de la République par celle de l'agriculture, la science nourricière de tous les Etats.
Vous avez chargé votre comité d'instruction publique de vous faire un rapport sur la pétition des administrateurs du département de l'Isère, qui, appuyant celle de la commune et du district de Grenoble, demandent que, dans chaque district, Vous établissiez une ferme expérimentale ou maison d'économie rurale. Un...
... consulter celui d'agriculture, qui n'est plus en activité); et les deux réunis saisissent avec empressement l'occasion de vous proposer des mesures capables de décupler peut-être nos richesses nationales, et d'assurer la prospérité de la République par celle de l'agriculture, la science nourricière de tous les Etats.
Locuteur: Goupilleau
salée, de la cire, du suif, et nombre d'autres objets que la nature s'empresserait de nous offrir, si nous savions et si nous...
...ns une dépendance dont il serait facile de nous affranchir.
salée, de la cire, du suif, et nombre d'autres objets que la nature s'empresserait de nous offrir, si nous savions et si nous voulions seconder ses efforts. Ainsi, après avoir brisé les fers que nous avaient imposés nos tyrans, nous restons, à l'égard des peuples étrangers, dans une dépendance dont il serait facile de nous affranchir.
Locuteur: Goupilleau
Tous les arts de luxe ont atteint, chez nous, leur plus ...
...l'enfance. Nous avons 1,500,000 arpents de marais, dont la majeure partie pourrait être facilement saignée (1). De belles moissons croîtraient là où se pr...
..., les parcs, les allées et 1,100 lieues de grands chemins, trop larges pour la plu...
... dérobent à l'agriculture près du quart de notre territoire.
Tous les arts de luxe ont atteint, chez nous, leur plus haute période; et notre économie rurale est encore dans l'enfance. Nous avons 1,500,000 arpents de marais, dont la majeure partie pourrait être facilement saignée (1). De belles moissons croîtraient là où se promènent les reptiles et d'où s'exhalent des épidémies. On prétend que les landes, les terrains marécageux, les parcs, les allées et 1,100 lieues de grands chemins, trop larges pour la plupart, et dont les bords ne sont pas plantés (2), dérobent à l'agriculture près du quart de notre territoire.
Locuteur: Goupilleau
...t ou en seigle, d'une seconde en grains de printemps, et d'une troisième en repos....
...s parties des départements du Bas-Rhin, de Lot-et-Garonne, du Puy-de-Dôme et du Pas-de-Calais, où l'on ait renoncé à ce systèm...
...chères, érigée en principe, présente la rotation triennale d'une année en froment ou en seigle, d'une seconde en grains de printemps, et d'une troisième en repos. Il n'y a guère que quelques parties des départements du Bas-Rhin, de Lot-et-Garonne, du Puy-de-Dôme et du Pas-de-Calais, où l'on ait renoncé à ce système destructeur qui condamne à la stérilité un tiers des terres cultivées.
Locuteur: Goupilleau
L'art de l'irrigation et celui des engrais sont ...
...urs départements, il est encore honteux de manger des pommes de terre; on y craindrait, pour ainsi dire, de se rapprocher des animaux, en usant d'u...
...ombien le despotisme flétrit la dignité de l'homme : il y avait, pour ainsi dire, les fruits à l'usage des riches, différents de ceux qui étaient le partage des pauvres...
... distinction ne résultait pas seulement de la disparité de fortune; le pauvre paysan n'osait aspir...
...i exquis que ceux qui ornaient la table de M. le comte ou M. le bailli; comme si la graisse de la terre et la rosée du ciel n'étaient ...
L'art de l'irrigation et celui des engrais sont à peine ébauchés, ainsi que celui des abris, auquel Rozier attache avec raison une si haute importance. Dans plusieurs départements, il est encore honteux de manger des pommes de terre; on y craindrait, pour ainsi dire, de se rapprocher des animaux, en usant d'une nourriture qui leur est commune. Dans d'autres, la greffe et la taille des arbres sont à peine connues; et remarquez encore ici combien le despotisme flétrit la dignité de l'homme : il y avait, pour ainsi dire, les fruits à l'usage des riches, différents de ceux qui étaient le partage des pauvres; et cette distinction ne résultait pas seulement de la disparité de fortune; le pauvre paysan n'osait aspirer à manger des fruits aussi exquis que ceux qui ornaient la table de M. le comte ou M. le bailli; comme si la graisse de la terre et la rosée du ciel n'étaient pas pour tous !

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 28
Locuteur: Goupilleau
...ourments qu'ils endurent, qu'en tâchant de croire, avec Descartes, que les animaux... ... fait un faux pas ou une chute, un cœur sensible ne se console, à l'aspect des tourments qu'ils endurent, qu'en tâchant de croire, avec Descartes, que les animaux ne sont que des bêtes.
Locuteur: Goupilleau
...orêts sont la partie la plus souffrante de notre économie rurale. Comme les princi...
...ci sont meurtriers, et qu'il n'y a plus de surveillance, la consommation et la déperdition surpassent de beaucoup la reproduction. Ce mal,est se...
...elles la République perd peut-être plus de 200 millions depuis quatre ans. A la vérité, plusieurs départements, tels que ceux de la Meurthe et de la Moselle, abondent en tourbes qu'on n...
...ne autre dans les cheminées économiques de Désarnod, qui réduisent énormément la d...
Les forêts sont la partie la plus souffrante de notre économie rurale. Comme les principes d'aménagement adoptés jusqu'ici sont meurtriers, et qu'il n'y a plus de surveillance, la consommation et la déperdition surpassent de beaucoup la reproduction. Ce mal,est sensible, surtout dans les forêts nationales, sur lesquelles la République perd peut-être plus de 200 millions depuis quatre ans. A la vérité, plusieurs départements, tels que ceux de la Meurthe et de la Moselle, abondent en tourbes qu'on n'a pas encore exploités, et sur lesquelles le conseil -exécutif devait, il y a q...
..., vous faire un rapport dans le mois. Outre cette ressource, l'art en présente une autre dans les cheminées économiques de Désarnod, qui réduisent énormément la dépense du combustible. C'est Franklin perfectionné; mais ces ressources, qui att...
Locuteur: Goupilleau
...on est réduit à chauffer les fours avec de la paille (1), à extraire les racines de bruyère pour alimenter le service des forges; ailleurs, faute de combustible, le travail des usines est ... Déjà, dans quelques contrées, on est réduit à chauffer les fours avec de la paille (1), à extraire les racines de bruyère pour alimenter le service des forges; ailleurs, faute de combustible, le travail des usines est suspendu.
Locuteur: Goupilleau
L'usage des liens de bois pour les gerbes, absorbe par milli... L'usage des liens de bois pour les gerbes, absorbe par millions les brins les plus beaux, et aggrave le mal qui nous menace d'une disette to...
Locuteur: Goupilleau
..., et ordonné qu'on laissât des bouquets de bois dans les plaines, pour fixer les n...
...eaux pluviales (1). Empruntons ce trait de sagesse, et qu'il soit consacré dans no...
...rités : déjà ils ont défendu, dit-on, d'abattre les forêts sur la cime des monts, et ordonné qu'on laissât des bouquets de bois dans les plaines, pour fixer les nuages et s'assurer des eaux pluviales (1). Empruntons ce trait de sagesse, et qu'il soit consacré dans nos lois; mais je déclare que si l'on tarde plus longtemps à nous présenter le pla...
Locuteur: Goupilleau
...t inférieure en produit à l'Angleterre, de 36 livres par acre anglaise, et qu'en é...
... France et l'Angleterre est contre nous de 10 milliards 4 millions; c'est-à-dire q...
...our que notre agriculture fût au niveau de celle des Anglais. Quand même la vanité nationale de l'écrivain aurait exagéré ce calcul de moitié, n'aurions-nous pas encore à gém...
..., qui est à peu près en étendue à celui de l'Angleterre comme 3 est à 1, lui est inférieur en produit comme 1 est à 3, quoique, de l'aveu du même auteur, presque partout il soit meilleur que celui de la Grande-Bretagne (2)? Au lieu de demander, avec le ton de la surprise, si cela est possible, tand...
...s mieux connues y auront amené l'espèce de plantation qui leur convient.
...it chez nous il y a trois ans, prétend que la France, dans toute son étendue, est inférieure en produit à l'Angleterre, de 36 livres par acre anglaise, et qu'en évaluant les capitaux employés à l'agriculture, en bâtiments, instruments aratoires, bestiaux, engrais, enclos et améliorations permanentes, la balance entre la France et l'Angleterre est contre nous de 10 milliards 4 millions; c'est-à-dire qu'il" faudrait dépenser cette somme pour que notre agriculture fût au niveau de celle des Anglais. Quand même la vanité nationale de l'écrivain aurait exagéré ce calcul de moitié, n'aurions-nous pas encore à gémir en pensant que notre sol, qui est à peu près en étendue à celui de l'Angleterre comme 3 est à 1, lui est inférieur en produit comme 1 est à 3, quoique, de l'aveu du même auteur, presque partout il soit meilleur que celui de la Grande-Bretagne (2)? Au lieu de demander, avec le ton de la surprise, si cela est possible, tandis qu'il est vrai, agissons; et des terrains qu'on croit condamnés à une éternelle stérilité donneront abondamment, quand leur topographie et leurs qualités mieux connues y auront amené l'espèce de plantation qui leur convient.
Locuteur: Goupilleau
En 1790, un essai de culture dans les landes au sud de la Gironde, a produit des carottes de 26 pouces de contour et des choux de 39 (3). Qu'on ne regarde pas comme minu... En 1790, un essai de culture dans les landes au sud de la Gironde, a produit des carottes de 26 pouces de contour et des choux de 39 (3). Qu'on ne regarde pas comme minutieuses ces observations : tout est précieux quand on parle des éléments dont l'...

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 29
Locuteur: Goupilleau
et nous négligeons de coopérer à ses soins. Nous tirons chaque année de l'étranger pour 7 ou 8 millions d'alun;...
...prétendait que la France diffère autant de ce qu'elle peut devenir, que de ce qu'elle était avant qu'on l'eût cult...
...tigus. Située entre les 42 et 50 degrés de latitude, elle a des chaînes montueuses, de larges bassins, diverses sortes de température, tous les grains de terre et leurs variétés, depuis le sabl...
et nous négligeons de coopérer à ses soins. Nous tirons chaque année de l'étranger pour 7 ou 8 millions d'alun; et vers Compiègne et ailleurs, nous avons des terres alumineuses. Il avait raison, celui qui prétendait que la France diffère autant de ce qu'elle peut devenir, que de ce qu'elle était avant qu'on l'eût cultivée. Par sa position géographique, elle peut être l'entrepôt des Etats contigus. Située entre les 42 et 50 degrés de latitude, elle a des chaînes montueuses, de larges bassins, diverses sortes de température, tous les grains de terre et leurs variétés, depuis le sable jusqu'aux terres les plus substantielles.
Locuteur: Goupilleau
...arts, et la force nationale eût résulté de l'aisance des citoyens. ... premières eût, sans effort, amené l'industrie, imprimé le mouvement à tous les arts, et la force nationale eût résulté de l'aisance des citoyens.
Locuteur: Goupilleau
...cesse que la population est la richesse de l'Etat. Cette assertion n'est vraie qu'...
...ur trouver sa subsistance, cet excédent de population deviendrait un principe d'af...
...l y a du pain et deux personnes nubiles de sexe différent, il se fait un mariage.
On répète sans cesse que la population est la richesse de l'Etat. Cette assertion n'est vraie qu'autant que l'Etat peut nourrir tous les individus; car si, comme chez les Helvétiens et d'autres anciens peuples, une partie était réduite à s'expatrier pour trouver sa subsistance, cet excédent de population deviendrait un principe d'affaiblissement politique. La population est l'effet; on s'obstine à la citer pour...
...ement à la suite d'une agriculture prospère; car, comme on l'a dit, partout où il y a du pain et deux personnes nubiles de sexe différent, il se fait un mariage.
Locuteur: Goupilleau
Les bienfaits de l'agriculture se reproduisent dans tous... Les bienfaits de l'agriculture se reproduisent dans tous les temps, dans tous les lieux, sous toutes les formes.
Locuteur: Goupilleau
...y gagneront, et les moulins économiques de Durand nous procureront un bénéfice plu...
...ant mieux encore ! il nous importe plus de récolter de beaux blés que de bâtir des ruines, et l'aspect d'un bon ...
... luxe dévorant d'une cour détruite, tombera sans doute : tant mieux ! les mœurs y gagneront, et les moulins économiques de Durand nous procureront un bénéfice plus réel que la poupée envoyée tous les mois dans le Nord. La révolution anéantira quelques jardins anglais : tant mieux encore ! il nous importe plus de récolter de beaux blés que de bâtir des ruines, et l'aspect d'un bon légumier est bien autrement intéressant que celui d'un parterre savamment dessin...
Locuteur: Goupilleau
...urd'hui la première nation cultivatrice de l'Europe; mais aussi elle a prodigué le...
...utionnaires qu'elle jeta les fondements de sa puissance; son agriculture est le ré...
L'Angleterre, qui éprouvait autrefois des disettes fréquentes, est aujourd'hui la première nation cultivatrice de l'Europe; mais aussi elle a prodigué les encouragements. La seule prime d'exportation des grains est montée en quelques...
...inscription : pour avoir semé du gland; et c'est au milieu des convulsions révolutionnaires qu'elle jeta les fondements de sa puissance; son agriculture est le résultat des efforts d'un siècle.
Locuteur: Goupilleau
...amps, et cependant l'on doit s'indigner de rencontrer encore des voitures à laquai...
...teurs, dont plusieurs siègent au milieu de nous (1); faites plus : encouragez efficacement ceux qui sollicitent la fécondité de la terre, et ceux qui donnent la forme ...
vaient d'abus, fera refluer beaucoup d'individus dans nos champs, et cependant l'on doit s'indigner de rencontrer encore des voitures à laquais, où la bassesse au dehors contraste avec l'insolence au dedans. Vous avez toujours honoré ces. estimables agriculteurs, dont plusieurs siègent au milieu de nous (1); faites plus : encouragez efficacement ceux qui sollicitent la fécondité de la terre, et ceux qui donnent la forme à ses productions. La liberté consolidée et une agriculture florissante sont les...
Locuteur: Goupilleau
Avant de vous développer le plan d'une mai-Son d...
...terminants par le tableau des conquêtes de la France, tant sur la nature sauvage q...
...s que tout le café qui fait une branche de richesses de nos îles provient d'un seul pied, qui, transporté d'Asie dans le jardin des plantes de Paris, est passé de là en Amérique.
Avant de vous développer le plan d'une mai-Son d'économie rurale dans chaque département, nous vous présenterons des motifs déterminants par le tableau des conquêtes de la France, tant sur la nature sauvage que sur les climats, avec un aperçu des nouvelles acquisitions qu'elle peut faire. Et d'abord, pour savoir ce que peut la culture, rappelez-vous que tout le café qui fait une branche de richesses de nos îles provient d'un seul pied, qui, transporté d'Asie dans le jardin des plantes de Paris, est passé de là en Amérique.
Locuteur: Goupilleau
La nature n'avait guère donné au climat de la France que des substances fades, des...
...nt le charme des jardins et les délices de l'abeille, sont des présents que nous a...
...e fait un commerce lucratif des oignons de fleurs, et qu'annuellement nous importons pour plusieurs millions de cire, que nous pourrions trouver chez n...
La nature n'avait guère donné au climat de la France que des substances fades, des fruits insipides et des fleurs sans agrément ; car la rose, le lilas, l'anémone, la jacinthe et la tubéreuse, qui font le charme des jardins et les délices de l'abeille, sont des présents que nous avons reçus des autres contrées du globe; cet objet ne paraîtra pas minutieux si l'on considère que la Hollande fait un commerce lucratif des oignons de fleurs, et qu'annuellement nous importons pour plusieurs millions de cire, que nous pourrions trouver chez nous.
Locuteur: Goupilleau
... devons à l'Asie les pois, les haricots de la meilleure qualité, les melons et la ... Nous devons à l'Asie les pois, les haricots de la meilleure qualité, les melons et la luzerne.
Locuteur: Goupilleau
...s a donné le maïs et la précieuse pomme de terre, qui, dans le même sol où l'on récolte 2,000 pesant de froment, donne 12,000 pesant de sa racine (2). L'Amérique nous a donné le maïs et la précieuse pomme de terre, qui, dans le même sol où l'on récolte 2,000 pesant de froment, donne 12,000 pesant de sa racine (2).
Locuteur: Goupilleau
Les fondateurs de Marseille avaient apporté l'olivier de la Phocide; les Grecs et les Romains no... Les fondateurs de Marseille avaient apporté l'olivier de la Phocide; les Grecs et les Romains nous transmirent plusieurs espèces; ce qui vaut mieux que leurs exploits guerriers...
Locuteur: Goupilleau
...'arbres fruitiers, dont 17, originaires de notre sol, ont été perfectionnés par la culture; 3 de ces genres, le pommier, le poirier et l... Nous avons présentement 29 genres ou souches d'arbres fruitiers, dont 17, originaires de notre sol, ont été perfectionnés par la culture; 3 de ces genres, le pommier, le poirier et le prunier ont fourni environ 300 bonnes variétés.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 30
Locuteur: Goupilleau
..., 29 genres d'arbres fruitiers, dont 17 de notre pays, et environ 600 variétés. Peu de peuples en ont autant, et certainement ... Ainsi, somme totale, 29 genres d'arbres fruitiers, dont 17 de notre pays, et environ 600 variétés. Peu de peuples en ont autant, et certainement les combinaisons ne sont pas épuisées.
Locuteur: Goupilleau
...ue des fruits qui ont seulement ou plus de finesse dans la saveur, ou une forme pl... Mais les variétés ne présentent que des fruits qui ont seulement ou plus de finesse dans la saveur, ou une forme plus volumineuse : étant congénères, leurs propriétés sont à peu près les mêmes, a...
Locuteur: Goupilleau
... fruitiers et non fruitiers originaires de la France, non compris les variétés, il... Confondant ensuite les arbres fruitiers et non fruitiers originaires de la France, non compris les variétés, il résulte qu'élle n'a guère que 79 espèces d'arbres, dont :
Locuteur: Goupilleau
42 s'élèvent de 15 à 30 pieds, 42 s'élèvent de 15 à 30 pieds,
Locuteur: Goupilleau
14 de 30 à 60, 14 de 30 à 60,
Locuteur: Goupilleau
Et 23 de première grandeur, de 60 à 110. Et 23 de première grandeur, de 60 à 110.
Locuteur: Goupilleau
De ces 79 espèces, 19 ne croissaient naturellement que dans le midi de la France, les autres partout. De ces 79 espèces, 19 ne croissaient naturellement que dans le midi de la France, les autres partout.
Locuteur: Goupilleau
De ces 79 espèces, 18 sont forestières, do... De ces 79 espèces, 18 sont forestières, dont 5 croissent dans les terrains humides; ce sont le peuplier noir, le tremble, ...
Locuteur: Goupilleau
...ine d'années, nous en avons acquis plus de 800 espèces qui croissent en pleine terre, et toute la France jouirait de ces plantes acclimatées, mais concentré... ..., il est d'environ 1,100; car, depuis Duhamel, c'est-à-dire depuis une cinquantaine d'années, nous en avons acquis plus de 800 espèces qui croissent en pleine terre, et toute la France jouirait de ces plantes acclimatées, mais concentrées jusqu'ici dans quelques jardins, si l'on eut formé des semis et des pépinière...
Locuteur: Goupilleau
Il nous reste à faire de nouvelles conquêtes, auxquelles nous ne devons mettre d'autres bornes que celles de la nature. Jusqu'ici, près de 25,000 plantes sont décrites, dont environ 3,000 sont indigènes à la France; mais de ces 3,000 un très grand nombre n'ont po... Il nous reste à faire de nouvelles conquêtes, auxquelles nous ne devons mettre d'autres bornes que celles de la nature. Jusqu'ici, près de 25,000 plantes sont décrites, dont environ 3,000 sont indigènes à la France; mais de ces 3,000 un très grand nombre n'ont point encore subi les heureuses métamorphoses par lesquelles la culture les condui...
Locuteur: Goupilleau
...rait du manioc, et doit-on être surpris de la distance qui se trouve entre la poire sauvage et le parfum exquis de la virgouleuse, puisque, même en opéran... ...as su tirèr d'une plante vénéneuse, une nourriture saine? La cassa ve est un extrait du manioc, et doit-on être surpris de la distance qui se trouve entre la poire sauvage et le parfum exquis de la virgouleuse, puisque, même en opérant sur une plante étrangère, nous avons dépouillé la pêche des qualités malsaines...
Locuteur: Goupilleau
...nols au Chili, et les Hollandais au cap de Bonne-Espérance, ont pu acclimater les fruits de l'Europe, n'avons-nous pas lieu d'espér...
...sportant chez nous les arbres fruitiers de nos contrées? Voyez les prodiges opérés...
...ard, à Pëtiviers, etc. (1) et au jardin de Paris. Je ne vous présenterai pas l'énumération fastidieuse de ces plantes; permettez-moi seulement qu...
naturaliser. Si les Espagnols au Chili, et les Hollandais au cap de Bonne-Espérance, ont pu acclimater les fruits de l'Europe, n'avons-nous pas lieu d'espérer la même réussite en transportant chez nous les arbres fruitiers de nos contrées? Voyez les prodiges opérés dans ce genre à Montbard, à Pëtiviers, etc. (1) et au jardin de Paris. Je ne vous présenterai pas l'énumération fastidieuse de ces plantes; permettez-moi seulement quelques indications.
Locuteur: Goupilleau
...en renferment un bien plus grand nombre de nuisibles; mais déjà nous avons la pres... Nos prairies n'ont qu'environ 40 plantes utiles aux bestiaux : elles en renferment un bien plus grand nombre de nuisibles; mais déjà nous avons la presque certitude d'acquérir des fourrages égaux, ou même supérieurs aux trèfles (2)...
Locuteur: Goupilleau
...la corderie, se plairait vers les bords de la Méditerranée; il est fâcheux qu'on a... ... le coton qui a déjà réussi dans la France méridionale; le spart, si utile pour la corderie, se plairait vers les bords de la Méditerranée; il est fâcheux qu'on ait laissé tomber la seule sparterie qu'il y eût chez nous.
Locuteur: Goupilleau
On avait commencé la culture de l'algave américain, comme propre à la c...
...mais probablement nous serons dispensés de recourir aux plantes étrangères, lorsque Faujas aura perfectionné le papier qu'il tire de l'écorce du mûrier, et qui peut se manu...
On avait commencé la culture de l'algave américain, comme propre à la confection du papier végétal; mais probablement nous serons dispensés de recourir aux plantes étrangères, lorsque Faujas aura perfectionné le papier qu'il tire de l'écorce du mûrier, et qui peut se manufacturer en un jour. Cette nouvelle découverte ajoutera aux motifs puissants qui...

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 31
Locuteur: Goupilleau
...nt l'usage est indispensable dans l'art de guérir; la plupart nous coûtent cher et...
...ents du transport; et tout nous avertit de l'intérêt puissant que nous avons à les...
Quelques-uns nous fourniront des huiles, des sucs gommeux ou résineux, dont l'usage est indispensable dans l'art de guérir; la plupart nous coûtent cher et nous parviennent falsifiés ou avariés par les accidents du transport; et tout nous avertit de l'intérêt puissant que nous avons à les trouver chez nous.
Locuteur: Goupilleau
D'autres enfin ajouteront à nos moyens de subsistance. Il dépend de nous de propager dans ' nos départements méridi...
...er l'arbre à thé qui supporte le climat de la Corse. Déjà l'arbre à suif de la Chine et le gouya-vier ont donné, le...
...s, et le second son fruit, aux environs de Toulon.
D'autres enfin ajouteront à nos moyens de subsistance. Il dépend de nous de propager dans ' nos départements méridionaux l'yeuse à glands doux, qui vaut la châtaigne; le riz, l'érable à sucre et la canne à sucre, qui est indigène en Sicile (1) : ne désespérons pas même d'acclimater l'arbre à thé qui supporte le climat de la Corse. Déjà l'arbre à suif de la Chine et le gouya-vier ont donné, le premier ses graines, et le second son fruit, aux environs de Toulon.
Locuteur: Goupilleau
...uvent encore tirer du fonds inépuisable de la nature, une foule de plantes hybrides qui participeront des ... Enfin, la marcotte, la greffe et le mariage des plantes peuvent encore tirer du fonds inépuisable de la nature, une foule de plantes hybrides qui participeront des diverses qualités mentionnées ci-dessus (2).
Locuteur: Goupilleau
...strict, comme le propose le département de l'Isère. Vous ne trouveriez pas un nomb... ...ge d'une maison d'économie rurale dans chaque département, et non dans chaque district, comme le propose le département de l'Isère. Vous ne trouveriez pas un nombre suffisant d'hommes expérimentés pour les préposer à ces établissements; leur ...
Locuteur: Goupilleau
grand rapport, a été convertie en bois de chauffage. Sans doute vous n'ordonnerez pas la vente de ces jardins : il faut au contraire leur donner une extension territoriale, pour donner de l'extension à leur culture, bornée comm...
...aceutiques; et comme tous les individus de la grande famille doivent, autant qu'il...
...ur former ces établissements, qui n'ont de modèle en grand chez aucun peuple. Si v...
...uation des ventes peut sortir des mains de la nation les locaux les plus approprié...
...z à cet égard. Rappelez-vous ici le mot de Caton : « Quand il s'agit de bâtir, il faut y penser; mais s'agit-il de planter, il faut agir. »
grand rapport, a été convertie en bois de chauffage. Sans doute vous n'ordonnerez pas la vente de ces jardins : il faut au contraire leur donner une extension territoriale, pour donner de l'extension à leur culture, bornée communément aux plantes pharmaceutiques; et comme tous les individus de la grande famille doivent, autant qu'il est possible, partager les avantages, celui d'un terrain destiné à des essais agronomiques paraît dû à chaque département. Jamais l'occasion ne fut si favorable pour former ces établissements, qui n'ont de modèle en grand chez aucun peuple. Si vous la laissez échapper, il est très douteux que vous la retrouviez jamais. Les ...
...es couches à châssis et une petite serre : voilà toute la mise dehors. La continuation des ventes peut sortir des mains de la nation les locaux les plus appropriés; il est donc indispensable qu'au plus tôt vous vous déterminiez à cet égard. Rappelez-vous ici le mot de Caton : « Quand il s'agit de bâtir, il faut y penser; mais s'agit-il de planter, il faut agir. »
Locuteur: Goupilleau
Sur la somme de 2 millions destinés, par la loi du 22 a...
...uragements, vous avez distrait la somme de 400,000 livres en faveur de l'agriculture, et le décret du 11 septe...
...es départements, autorisés à l'employer de la manière qu'ils croiront la plus avan...
...titude que c'est là l'infaillible moyen de faire en très peu d'années, pour notre ...
... établissements pourront être organisés de manière que bientôt les produits couvre...
Sur la somme de 2 millions destinés, par la loi du 22 août 1790, aux récompenses et aux encouragements, vous avez distrait la somme de 400,000 livres en faveur de l'agriculture, et le décret du 11 septembre 1792 en ordonne la répartition à l'égal entre les départements, autorisés à l'employer de la manière qu'ils croiront la plus avantageuse; élevez cette somme à un demi-million annuel; assurez-en l'utile emploi,...
...es, les terrains restent à la nation; mais toutes les données établissent la certitude que c'est là l'infaillible moyen de faire en très peu d'années, pour notre agriculture, plus que les Anglais n'ont pu dans un siècle. J'ajoute que ces établissements pourront être organisés de manière que bientôt les produits couvrent une partie des dépenses.
Locuteur: Goupilleau
...terrain pourrait se diviser en carreaux de la manière suivante : Le terrain pourrait se diviser en carreaux de la manière suivante :
Locuteur: Goupilleau
Le jardin de Paris qui est insuffisant pour les expé...
...pas tous les climats et tous les grains de terre, se chargerait cependant de fournir à tous par lui-même et par ses ...
...-au-Prince, au cap Français et aux îles de France et de la Réunion. C'est de l'île de France que le célèbre Poivre
Le jardin de Paris qui est insuffisant pour les expériences, puisqu'il ne réunit pas tous les climats et tous les grains de terre, se chargerait cependant de fournir à tous par lui-même et par ses correspondances étrangères, des plantes et des graines. Les essais faits en Fran...
...is dans les jardins nationaux que vous avez à la G-a-brielle, à Cayenne, au Port-au-Prince, au cap Français et aux îles de France et de la Réunion. C'est de l'île de France que le célèbre Poivre

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 32
Locuteur: Goupilleau
...le poivrier, le giroflier; c'est encore de l'île de France que Joseph Martin porta à Cayenne l'arbre à pain, et le succès de ces plantations nouvelles donne la perspective d'une nouvelle branche de richesses dans nos colonies (1). envoya à Cayenne le cannelier, le poivrier, le giroflier; c'est encore de l'île de France que Joseph Martin porta à Cayenne l'arbre à pain, et le succès de ces plantations nouvelles donne la perspective d'une nouvelle branche de richesses dans nos colonies (1).
Locuteur: Goupilleau
...eur existence est fondée sur la culture de certaines plantes, l'art d'en extraire ... Leur existence est fondée sur la culture de certaines plantes, l'art d'en extraire les sucs, d'en préparer les produits dont le transport en France, en augmentant ...
Locuteur: Goupilleau
...variées et très précieuses dans le Nord de cette partie du monde, chez nos frères ...
...et l'autre dans le nouveau Jersey, près de New-York; ce dernier contient 17 arpent...
...r les plantes d'Amérique, et surtout pour les espèces forestières qui sont très variées et très précieuses dans le Nord de cette partie du monde, chez nos frères des Etats-Unis, la nation possède deux jardins d'entrepôt, l'un à Charlestown et l'autre dans le nouveau Jersey, près de New-York; ce dernier contient 17 arpents; l'un et l'autre sont dirigés par un homme qu'on dit intelligent, et qui fait ...
Locuteur: Goupilleau
...in que vous avez à Constantinople, près de l'hôtel de l'ambassadeur. Il résulte du mesurage f...
...l doit entrer désormais dans la mission de vos consuls et de vos agents politiques, de procurer à leur patrie tous les renseig...
...une manière trop vague; et votre comité de Salut public est d'accord avec nous sur...
Les plantes du Levant pourront préluder à notre climat dans le jardin que vous avez à Constantinople, près de l'hôtel de l'ambassadeur. Il résulte du mesurage fait en janvier dernier, que le potager et les deux terrasses contiennent 2,157 t...
...nouvelles mesures, font 8 déciares et presque 2 centiares. Ici j'observerai qu'il doit entrer désormais dans la mission de vos consuls et de vos agents politiques, de procurer à leur patrie tous les renseignements possibles sur les procédés agronomiques et industriels des autres peuple...
...ents par le ministère des affaires étrangères, ces objets sont indiqués, mais d'une manière trop vague; et votre comité de Salut public est d'accord avec nous sur l'utilité d'un travail à faire au plus tôt à cet égard.
Locuteur: Goupilleau
...tre parties du globe, à tous les degrés de chaud et de froid; d'autres ne prospèrent que dans ...
...lantes qui croissent du 50 au 78e degré de latitude septentrionale, viendront essayer de nouvelles habitudes dans nos départemen...
...s départements du Midi. On peut augurer de grands succès des tentatives qui seront...
...s jardins : presque toute la végétation de l'Italie est indigène dans cet élysée de la France.
Il est des végétaux qui croissent dans les quatre parties du globe, à tous les degrés de chaud et de froid; d'autres ne prospèrent que dans certaines latitudes. Les plantes qui croissent du 50 au 78e degré de latitude septentrionale, viendront essayer de nouvelles habitudes dans nos départements du Nord; celles d'entre les tropiques, dans nos départements du Midi. On peut augurer de grands succès des tentatives qui seront faites à Nice, où les émigrés nous ont laissé des jardins : presque toute la végétation de l'Italie est indigène dans cet élysée de la France.
Locuteur: Goupilleau
...plus rigoureuse ou plus douce que celle de leur pays natal; ainsi de proche en proche, des familles nouvelle...
...sera en quelque sorte la représentation de tous les climats.
...r leur tempérament, par une suite d'efforts, on les habituera à une température plus rigoureuse ou plus douce que celle de leur pays natal; ainsi de proche en proche, des familles nouvelles, passant du midi au nord, du nord au midi, iront couronner nos côteaux, habite...
...lir nos jardins, vivifier les étables, approvisionner nos maisons, et la France sera en quelque sorte la représentation de tous les climats.
Locuteur: Goupilleau
...s l'avons annoncé, les arts protecteurs de notre faiblesse, si longtemps avilis, e...
... il est inconcevable qu'un grand nombre de manufactures soient encore réduites à le tirer de loin et fort cher.
Là, comme nous l'avons annoncé, les arts protecteurs de notre faiblesse, si longtemps avilis, et rendus par vous à leur dignité première, trouveront des plantes propres à la f...
...t facile, le chardon à foulon, qui abonde, dit-on, vers Elbeuf et Louviers; mais il est inconcevable qu'un grand nombre de manufactures soient encore réduites à le tirer de loin et fort cher.
Locuteur: Goupilleau
L'art de guérir les hommes et la vétérinaire dégagés de l'empirisme trouveront dans ces établis...
... pour combattre les germes destructeurs de l'espèce humaine et des animaux, compag...
...reur, qui sont les premiers instruments de son travail, et dont la perte est souve...
L'art de guérir les hommes et la vétérinaire dégagés de l'empirisme trouveront dans ces établissements des remèdes simples comme la nature, énergiques comme elle, pour combattre les germes destructeurs de l'espèce humaine et des animaux, compagnons du laboureur, qui sont les premiers instruments de son travail, et dont la perte est souvent un fléau pire que la grêle.
Locuteur: Goupilleau
Le muséum d'histoire naturelle de Paris, qui possède les trois règnes de la nature morte, doit être complet pour...
...us y réunirez la ménagerie dépérissante de Versailles (1). Je ne dirai pas, comme d'autres, que la dignité de la nation l'exige, à moins que par ce m...
...des bêtes féroces; nous ne voulons plus de rois, et leurs emblèmes sont inutiles.
Le muséum d'histoire naturelle de Paris, qui possède les trois règnes de la nature morte, doit être complet pour la nature vivante; et sans doute vous y réunirez la ménagerie dépérissante de Versailles (1). Je ne dirai pas, comme d'autres, que la dignité de la nation l'exige, à moins que par ce mot on n'entende sa prospérité. L'étude des mœurs des animaux fournit des lumière...
...spèces tient à notre intérêt. Cependant, je n'insisterai pas pour qu'on y élève des bêtes féroces; nous ne voulons plus de rois, et leurs emblèmes sont inutiles.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 33
Locuteur: Goupilleau
...ce a vécu plusieurs années aux environs de Paris, et déjà elle y serait acclimatée, si comme l'observe Buffon, de la cîme des Cor-dillières on l'eût tran...
... dans nos plaines, mais sur les chaînes de montagnes de nos isles et du continent, dont la temp...
espèce a vécu plusieurs années aux environs de Paris, et déjà elle y serait acclimatée, si comme l'observe Buffon, de la cîme des Cor-dillières on l'eût transférée non dans nos plaines, mais sur les chaînes de montagnes de nos isles et du continent, dont la température et le séjour sont plus analogues à son pays natal. La Poule d'Inde et le...
Locuteur: Goupilleau
Il ne connaît pas encore l'étendue de ses forces et de ses moyens, celui qui a su accoutumer l...
...ilisé l'abeille et le cheval. Il dépend de nous d'avoir la chèvre d'Angora, la bre...
...ue à grand corsage, et si quelques-unes de nos maisons d'économie rurale ont un te...
...ez vaste pour subvenir à la subsistance de beaucoup d'animaux, on y pourra, d'une ...
...s races, et obtenir des espèces métives de la plus haute valeur; de l'autre, résoudre enfin le problème tan...
Il ne connaît pas encore l'étendue de ses forces et de ses moyens, celui qui a su accoutumer les insectes et les quadrupèdes à le reconnaître, et qui a pour ainsi dire civilisé l'abeille et le cheval. Il dépend de nous d'avoir la chèvre d'Angora, la brebis d'Afrique à grand corsage, et si quelques-unes de nos maisons d'économie rurale ont un territoire assez vaste pour subvenir à la subsistance de beaucoup d'animaux, on y pourra, d'une part, multiplier les tentatives sur le croisement des races, et obtenir des espèces métives de la plus haute valeur; de l'autre, résoudre enfin le problème tant débattu sur la préférence qu'il faut accorder aux chevaux ou aux bœufs pour la...
Locuteur: Goupilleau
...ues; ils' ont senti qu'outre l'avantage de la viande, des cuirs, des laines, etc., quand on a des engrais et de l'industrie, on a tout. Tâchons d'imiter, ou plutôt de surpasser les Anglais et les Espagnols....
...t leurs moutons ne sont pas originaires de leur pays; car toutes les belles races de chevaux en Europe viennent de l'Arabie (1); les moutons, pour la plupart, viennent de l'Afrique; et cependant toutes ces race...
...z eux. Nos armées victorieuses viennent de pénétrer en Espagne; et peut-être penserez-vous comme moi qu'une capture considérable de chevaux andalous et l'enlèvement de troupeaux de bêtes à laine seraient peut-être aussi utiles que le serait la prise de Madrid.
...leurs efforts vers le perfectionnement et la multiplication des animaux domestiques; ils' ont senti qu'outre l'avantage de la viande, des cuirs, des laines, etc., quand on a des engrais et de l'industrie, on a tout. Tâchons d'imiter, ou plutôt de surpasser les Anglais et les Espagnols. Leurs chevaux et leurs moutons ne sont pas originaires de leur pays; car toutes les belles races de chevaux en Europe viennent de l'Arabie (1); les moutons, pour la plupart, viennent de l'Afrique; et cependant toutes ces races se sont conservées et même perfectionnées chez eux. Nos armées victorieuses viennent de pénétrer en Espagne; et peut-être penserez-vous comme moi qu'une capture considérable de chevaux andalous et l'enlèvement de troupeaux de bêtes à laine seraient peut-être aussi utiles que le serait la prise de Madrid.
Locuteur: Goupilleau
...nera la météorologie, science qui vient de naître, et la seule propre à dissiper l...
...jugés des agriculteurs, qui, à la honte de la raison, sont encore, pour la plupart...
...re indulgence me permettra "sans doute encore quelques détails. Là se perfectionnera la météorologie, science qui vient de naître, et la seule propre à dissiper les innombrables préjugés des agriculteurs, qui, à la honte de la raison, sont encore, pour la plupart, gouvernés par les rêveries astrologiques.
Locuteur: Goupilleau
...ant la Révolution, les diverses parties de la France étaient, pour ainsi dire, étrangères les unes aux autres ; de là cette diversité d'idiômes, de là cette disparité d'instruments et de procédés, très perfectionnés dans certa... Avant la Révolution, les diverses parties de la France étaient, pour ainsi dire, étrangères les unes aux autres ; de là cette diversité d'idiômes, de là cette disparité d'instruments et de procédés, très perfectionnés dans certains cantons, et absolument grossiers dans d'autres. La houe américaine, le roule...
Locuteur: Goupilleau
laquelle il est le plus difficile de donner des leçons théoriques, parce que les localités repoussent l'application de ce qu'on voudrait ériger en loi général... laquelle il est le plus difficile de donner des leçons théoriques, parce que les localités repoussent l'application de ce qu'on voudrait ériger en loi générale. Elle est presque toute pratique. L'avantage des établissements que nous propo...
Locuteur: Goupilleau
... sa patrie une communication d'idées et de méthodes agronomiques dont Naples eût été le centre. Le muséum d'histoire naturelle de Paris sera le point central de correspondance, non seulement avec tous les établissements analogues de la France, mais avee ceux des autres pa...
...in dernier; vous avez déterminé l'objet de cette correspondance, en la dirigeant vers le perfectionnement de l'agriculture, du commerce et des arts;...
...faillible moyen d'aviver l'agriculture, de la rendre plus florissante peut-être qu...
...n peuple, et j'y vois encore l'avantage de serrer de plus en plus le faisceau républicain, et de fondre tous les intérêts dans le sein de la République une et indivisible.
Le célèbre Filangiéri désirait pour sa patrie une communication d'idées et de méthodes agronomiques dont Naples eût été le centre. Le muséum d'histoire naturelle de Paris sera le point central de correspondance, non seulement avec tous les établissements analogues de la France, mais avee ceux des autres parties du globe. Vous avez déjà consacré ces dispositions par votre décret du 10 juin dernier; vous avez déterminé l'objet de cette correspondance, en la dirigeant vers le perfectionnement de l'agriculture, du commerce et des arts; vous avez même décrété qu'annuellement deux comptes rendus seraient publiés sur cet objet. Ce plan vaste et magnifique présente l'indispensable, mais aussi l'infaillible moyen d'aviver l'agriculture, de la rendre plus florissante peut-être qu'elle ne le fut jamais chez aucun peuple, et j'y vois encore l'avantage de serrer de plus en plus le faisceau républicain, et de fondre tous les intérêts dans le sein de la République une et indivisible.
Locuteur: Goupilleau
Palissy, né sous les lambeaux de l'indigence, sans secours et sans appui, par la seule force de son génie, sut s'élever à de sublimes découvertes; mais très peu sont comme lui capables de s'ouvrir la route. En général, l'homme ...
...pas, et ne perfectionne rien; il craint de compromettre sa fortune, en hasardant d...
..., dispendieux, ou qui demandent un laps de temps considérable pour obtenir un résu...
Palissy, né sous les lambeaux de l'indigence, sans secours et sans appui, par la seule force de son génie, sut s'élever à de sublimes découvertes; mais très peu sont comme lui capables de s'ouvrir la route. En général, l'homme des campagnes, abandonné à lui-même, n'invente pas, et ne perfectionne rien; il craint de compromettre sa fortune, en hasardant des essais douteux, dispendieux, ou qui demandent un laps de temps considérable pour obtenir un résultat : il faut donc que la nation fasse les expériences pour les lui transmettre...
Locuteur: Goupilleau
... peu; et partant, il lui est impossible de consulter ailleurs les hommes et la nature; il manque de correspondants pour se procurer de loin des graines et des plantes. D'aill...
... qualité et l'espèce. Mettons donc près de lui ces objets, et faisons en sorte que...
Il voyage peu; et partant, il lui est impossible de consulter ailleurs les hommes et la nature; il manque de correspondants pour se procurer de loin des graines et des plantes. D'ailleurs les pépiniéristes, qui sont communément dans leur genre ce que sont les maquignons dans le leur, le trompent sur la qualité et l'espèce. Mettons donc près de lui ces objets, et faisons en sorte que ses demandes soient fidèlement remplies.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 34
Locuteur: Goupilleau
de cabinet lui inspirent une assez juste d...
...es contemporains lui faisaient la grâce de le croire tombé en démence; ainsi pensaient à l'égard de Diu hamel les campagnards de son voisinage, lors-qu'afin de perfectionner la physique des arbres, i...
de cabinet lui inspirent une assez juste défiance ; souvent même des tentatives nouvelles, dont il ne peut apprécier le bu...
...s faire heurter les unes contre les autres, et saisir la théorie du mouvement, ses contemporains lui faisaient la grâce de le croire tombé en démence; ainsi pensaient à l'égard de Diu hamel les campagnards de son voisinage, lors-qu'afin de perfectionner la physique des arbres, il en arrachait pour les replanter tête en bas, et refouler la sève dans les raci...
Locuteur: Goupilleau
Le paysan russe ignorait l'usage de la scie : que de peines n'a-t-on pas eu pour lui faire a...
...utres sciences. II reste dans l'ornière de l'habitude; il fait ce qu'ont fait ses ...
.... Parlons donc à ses sens, entourons-le de l'expérience, soutenons son émulation par tous les moyens capables de là stimuler ; que pour lui tout devienn...
...a facile, si vous le croyez avantageux, de lier les établissements que nous propos...
Le paysan russe ignorait l'usage de la scie : que de peines n'a-t-on pas eu pour lui faire adopter un instrument qui ne l'est pas encore partout (1). Personne ^n'est plus t...
...campagnard; c'est une des causes qui ont repoussé l'agriculture en arrière des autres sciences. II reste dans l'ornière de l'habitude; il fait ce qu'ont fait ses pères, à moins que l'évidence des succès ne le détermine à quitter sa routine hé...
...le plus juste ne vaudra jamais, pour le cultivateur, un fait placé sous ses yeux. Parlons donc à ses sens, entourons-le de l'expérience, soutenons son émulation par tous les moyens capables de là stimuler ; que pour lui tout devienne instruction; et tandis que les cultivateurs plus éclairés développeront les vé...
..., une pratique journalière les rendra familières et traditionnelles. Il vous sera facile, si vous le croyez avantageux, de lier les établissements que nous proposons au système général d'instruction publique.
Locuteur: Goupilleau
...art sans lequel il n'est point d'art ni de subsistances, mérite bien autrement vot...
...rez, vous extirperez peut-être la lèpre de la mendicité, qui fut toujours la satyr...
...nts, et dont la destruction est l'objet de votre sollicitude. Une foule d'individu...
...travaux rustiques et l'aspect ravissant de la nature rendront l'homme plus robuste et plus moral/en le rapprochant de son auteur; ils abrégeront la distance ...
Citoyens, vous avez fait beaucoup pour la peinture; mais l'art sans lequel il n'est point d'art ni de subsistances, mérite bien autrement votre sollicitude. Les sommes que vous consacrerez à l'agriculture, seront prêtées ...
... biens nationaux qui restent à vendre. En favorisant l'agriculture, vous diminuerez, vous extirperez peut-être la lèpre de la mendicité, qui fut toujours la satyre des gouvernements, et dont la destruction est l'objet de votre sollicitude. Une foule d'individus qui allaient dans le séjour des villes acquérir des manières moins gauches, et...
... campagnes. La dégradation physique et morale est malheureusement sensible; les travaux rustiques et l'aspect ravissant de la nature rendront l'homme plus robuste et plus moral/en le rapprochant de son auteur; ils abrégeront la distance affligeante qui se trouve entre ce que l'homme est et ce qu'il pourrait être.
Locuteur: Goupilleau
projet de décret. projet de décret.
Locuteur: Goupilleau
...tionale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'aliénation et d'instructi... La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'aliénation et d'instruction publique, décrète ce qui suit :
Locuteur: Goupilleau
...ionaux, un terrain dont le minimum sera de 10 arpents et le maximum de 20, avec une maison attenante et les dé...
...riences propres à accélérer les progrès de l'agriculture, la multiplication des vé...
Dans chaque département il sera réservé, sur les biens nationaux, un terrain dont le minimum sera de 10 arpents et le maximum de 20, avec une maison attenante et les dépendances nécessaires pour former une maison d'économie rurale, qui sera consacrée aux expériences propres à accélérer les progrès de l'agriculture, la multiplication des végétaux et l'éducation des animaux domestiques.
Locuteur: Goupilleau
...tion du présent décret, les directoires de départements indiqueront, dans leurs ar...
...domaines nationaux, qui les fera passer de suite à la Convention nationale.
Dans la quinzaine qui suivra la réception du présent décret, les directoires de départements indiqueront, dans leurs arrondissements respectifs, les locaux qui paraîtront les plus propres à l'établis...
... d'économie rurale; ils adresseront leurs procès-verbaux à l'administrateur des domaines nationaux, qui les fera passer de suite à la Convention nationale.
Locuteur: Goupilleau
Les mêmes comités sont chargés de faire incessamment, de concert avec le comité de Salut public, une instruction pour les agents politiques et les consuls de la République, qui seront tenus de recueillir dans les pays où ils sont envoyés, et de transmettre à la Convention nationale "...
...es végétaux propres à hâter les progrès de l'agriculture en France.
Les mêmes comités sont chargés de faire incessamment, de concert avec le comité de Salut public, une instruction pour les agents politiques et les consuls de la République, qui seront tenus de recueillir dans les pays où ils sont envoyés, et de transmettre à la Convention nationale "les renseignements, les procédés et les végétaux propres à hâter les progrès de l'agriculture en France.

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 35
Locuteur: Goupilleau
Suit le texte du projet de Marin, d'après le document imprimé. Suit le texte du projet de Marin, d'après le document imprimé.
Locuteur: Goupilleau
Projet d'établissement d'un canal de navigation, proposé par Marin, député du Mont-Blanc. (Imprimé par ordre de la Convention nationale (1). Projet d'établissement d'un canal de navigation, proposé par Marin, député du Mont-Blanc. (Imprimé par ordre de la Convention nationale (1).
Locuteur: Goupilleau
...ture, faciliter dans toutes les parties de la République les rapports commerciaux et l'échange mutuel de tous les objets de consommation, c'est ouvrir les sources de la richesse et de la prospérité nationale. Ces principes ... Perfectionner l'agriculture, faciliter dans toutes les parties de la République les rapports commerciaux et l'échange mutuel de tous les objets de consommation, c'est ouvrir les sources de la richesse et de la prospérité nationale. Ces principes sont incontestables, et leur application est illimitée, car la bienfaisance d'un...
Locuteur: Goupilleau
... toute la République : il ne s'agit que de l'application des principes aux localit... ...ion nationale pourrait décréter sur cet objet, ne peuvent être généralisées pour toute la République : il ne s'agit que de l'application des principes aux localités; elle varie comme le sol auquel on les adapte.
Locuteur: Goupilleau
Je viens fixer un moment l'attention de la Convention nationale sur le département du Mont-Blanc, sur cette portion de la République où la nature offre le plus de richesses, et qui fut si opprimée par s... Je viens fixer un moment l'attention de la Convention nationale sur le département du Mont-Blanc, sur cette portion de la République où la nature offre le plus de richesses, et qui fut si opprimée par ses tyrans. C'est par les bienfaits des Français qu'elle est libre ; et si la rec...
Locuteur: Goupilleau
...mais le despotisme s'efforça sans cesse de détruire l'ouvrage de la nature. Placée entre trois nations p...
...à une si grande inertie, que la plupart de ses habitants s'expatriaient pour exerc...
... est susceptible, ses montagnes offrent de tout côté tle nombreux troupeaux, des p...
...étation active porte les plantes à plus de 100 pieds d'élévation : elle recèle des...
... eaux dont les unes offrent des sources de richesse pour l'industrie, les autres d...
...ans que l'industrie humaine fasse usage de ses dons.
La nature a tout fait poUr la ci-devant Savoie ; mais le despotisme s'efforça sans cesse de détruire l'ouvrage de la nature. Placée entre trois nations puissantes, elle semblait destinée à devenir l'entrepôt d'un commerce immense; elle a été jusqu'à ce jour réduite à une si grande inertie, que la plupart de ses habitants s'expatriaient pour exercer ailleurs leur industrie. Sur une étendue d'environ 500 lieues carrées, elle possède toutes les productions dont son climat est susceptible, ses montagnes offrent de tout côté tle nombreux troupeaux, des pâturages excellents, des forêts immenses, dont une végétation active porte les plantes à plus de 100 pieds d'élévation : elle recèle des mines en tout genre, des eaux dont les unes offrent des sources de richesse pour l'industrie, les autres des remèdes contre les infirmités. Cette petite portion du globe ne paraît dans s...
... atelier où la nature étale inutilement ses merveilles aux yeux du philosophe, Sans que l'industrie humaine fasse usage de ses dons.
Locuteur: Goupilleau
mûriers de Savoie, pour soutenir le prix des soies de Piémont. Des négociants génevois attiré...
...e leur fabrique d'indiennes. Le cabinet de Turin répondit que s'il s'agissait de l'établir en Piémont, on ferait les plu...
... négociants firent dans le commencement de l'été de 1787, prendre de la glace dans les rochers de Savoie, pour la transporter à Lyon : le...
mûriers de Savoie, pour soutenir le prix des soies de Piémont. Des négociants génevois attirés par la bonne qualité des eaux et plusieurs autres avantages, résolurent d'établir en Savoie leur fabrique d'indiennes. Le cabinet de Turin répondit que s'il s'agissait de l'établir en Piémont, on ferait les plus grands sacrifices, mais que pour la Savoie, on ne voulait rien accorder. Des négociants firent dans le commencement de l'été de 1787, prendre de la glace dans les rochers de Savoie, pour la transporter à Lyon : le despotisme fit défendre cette exportation.
Locuteur: Goupilleau
Un négociant avait demandé une somme de 24,000 livres à titre d'emprunt sur le ...
...oursement dans dix ans avec intérêts et de donner toutes sûretés pour la créance; ...
Un négociant avait demandé une somme de 24,000 livres à titre d'emprunt sur le Trésor public, sous l'offre d'en faire le remboursement dans dix ans avec intérêts et de donner toutes sûretés pour la créance; dès qu'on sut que c'était pour établir une manufacture en Savoie, on la refusa, ...
Locuteur: Goupilleau
...ont mettait tout en œuvre pour exporter de Savoie les objets de consommation, > tels que les bestiaux, ...
...r en Piémont, des droits fort au-dessus de sa valeur.
Le Piémont mettait tout en œuvre pour exporter de Savoie les objets de consommation, > tels que les bestiaux, fromages, etc., et les matières premières pour la fabrication, sans permettre qu...
...e vendu en Italie; tout, jusqu'au soulier fabriqué en Savoie, payait, pour passer en Piémont, des droits fort au-dessus de sa valeur.
Locuteur: Goupilleau
...alheureux Ilotes, n'est qu'une esquisse de ce qu'éprouva la Savoie sous la dominat...
...qu'en accablant la Savoie sous le poids de la misère, elle ne tenterait jamais l'a...
Tout ce que l'histoire nous retrace sur la situation des malheureux Ilotes, n'est qu'une esquisse de ce qu'éprouva la Savoie sous la domination des Piémontais; ils savaient bien qu'en accablant la Savoie sous le poids de la misère, elle ne tenterait jamais l'avidité d'un conquérant ambitieux; mais ils n'ont pas su prévoir que c'est surtou...
Locuteur: Goupilleau
...ls ne furent pas écoutés. Une compagnie de juifs le proposa ensuite : elle ne demandait pour les frais de construction, que la jouissance pendant...
...lorsque des juifs font des propositions de cette nature, leur intérêt est toujours...
...ent dès longtemps proposé l'établissement du canal dont je présente le projet; ils ne furent pas écoutés. Une compagnie de juifs le proposa ensuite : elle ne demandait pour les frais de construction, que la jouissance pendant trente ans des fonds incultes que cette réparation rendait à l'agriculture, sans payer l'impôt foncier; on s'y refusa : et lorsque des juifs font des propositions de cette nature, leur intérêt est toujours leur premier mobile.
Locuteur: Goupilleau
... que la mort vient d'enlever depuis peu de jours à la République et à ses amis, le...
...ratuite du terrain qui était absolument de nul produit, la faculté d'acheter celui qui, exposé à de fréquentes inondations ou corrosions, était cependant de quelque produit éventuel, en laissant au propriétaire le choix de lui payer l'augmentation de la valeur.
...e fit encore dans ces derniers temps un effort inutile. Un patriote intelligent, que la mort vient d'enlever depuis peu de jours à la République et à ses amis, le citoyen G-arelIas avait proposé la même construction; il en a dressé Jes plans, les instructions et les projets : il ne demandait pour les frais que la concession gratuite du terrain qui était absolument de nul produit, la faculté d'acheter celui qui, exposé à de fréquentes inondations ou corrosions, était cependant de quelque produit éventuel, en laissant au propriétaire le choix de lui payer l'augmentation de la valeur.
Locuteur: Goupilleau
...sante le fait facilement et en très peu de temps. Les peuples jouissent d'abord de l'avantage des plus précieux établissem...
...tière, et le Mont-Blanc en particulier, de celui que je propose, sont incalculable...
...prendre, il ne l'exécute que difficilement et avec lenteur. Mais une nation puissante le fait facilement et en très peu de temps. Les peuples jouissent d'abord de l'avantage des plus précieux établissements ; ceux que retireront la République entière, et le Mont-Blanc en particulier, de celui que je propose, sont incalculables.
Locuteur: Goupilleau
Le projet que je propose est de diguer et rendre navigable, la rivière ... Le projet que je propose est de diguer et rendre navigable, la rivière d'Isère, depuis

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 36
Locuteur: Goupilleau
...us Conflans, jusqu'au dessous du I fort de Montmélian, et celle de l'Arc depuis la croix d'Aiguebelle, jus...
...vra sa direction le long du département de l'Isère, l'autre formée par les eaux des moulins d'Arbin-de-Bon, de Loge, la rivière de l'Eiffe, et des autres ruisseaux adjace...
... : il suffit, pour le rendre navigable, de lui donner un peu plus de largeur et de profondeur, en y réunissant? de l'Eiffe, l'Albane et l'IIyère, qui natu...
...t communique avec le Rhône par le canal de Savières; de sorte que la navigation s'étendra facil...
...le canal à construire n'a que 11 lieues de long dans toute son étendue.
l'hôpital sous Conflans, jusqu'au dessous du I fort de Montmélian, et celle de l'Arc depuis la croix d'Aiguebelle, jusqu'à son confluent avec celle d'Isère. Depuis Montmélian le canal se divisera en deux branches, dont une suivra sa direction le long du département de l'Isère, l'autre formée par les eaux des moulins d'Arbin-de-Bon, de Loge, la rivière de l'Eiffe, et des autres ruisseaux adjacents, continuera le canal jusqu'à Chambéry, en pratiquant une seule écluse à son origine. Depuis Chambéry jusqu'au lac du Bourget, il existe un canal d'irrigation : il suffit, pour le rendre navigable, de lui donner un peu plus de largeur et de profondeur, en y réunissant? de l'Eiffe, l'Albane et l'IIyère, qui naturellement y viennent aboutir. Le lac du Bourget communique avec le Rhône par le canal de Savières; de sorte que la navigation s'étendra facilement du pied des Alpes à la Méditerranée, car le canal à construire n'a que 11 lieues de long dans toute son étendue.
Locuteur: Goupilleau
Le Mont-Blanc offre de tous côtés des mines en tout genre; plu...
...t leur vie à chercher dans les rivières de YArve et de Ghéran des paillettes d'or. Des montagnes entières ne sont que des mines de fer, entre autres celle d'Heurtières, q...
...on entrepôt est à Sainte-Hélène au bord de l'Isère; c'est de là qu'on transportait à dos de mulets et à gros frais la mine en fabri...
...'il fallait voiturer pendant quatre ans de quoi fournir à une coulée de six mois; et malgré cela le produit de cette mine était le principal revenu des couvents de Belle-veaux, Tamiez, Aillon et Saint-Hugon. La des- J traction de ces hordes monacales entraînera peut-être la destruction ou le changement de leurs fabriques; mais, par le moyen du ...
...cilement et sans frais dans l'intérieur de la République cette mine précieuse par ...
Le Mont-Blanc offre de tous côtés des mines en tout genre; plusieurs sont en exploitation. Servoz travaille le cuivre, l'argent, le plomb et l...
...miez, Aillon, Saint-Hugon, Belle-veaux, le fer; et plusieurs particuliers gagnent leur vie à chercher dans les rivières de YArve et de Ghéran des paillettes d'or. Des montagnes entières ne sont que des mines de fer, entre autres celle d'Heurtières, qui fournit à plusieurs fabriques; son entrepôt est à Sainte-Hélène au bord de l'Isère; c'est de là qu'on transportait à dos de mulets et à gros frais la mine en fabrique, au point qu'il fallait voiturer pendant quatre ans de quoi fournir à une coulée de six mois; et malgré cela le produit de cette mine était le principal revenu des couvents de Belle-veaux, Tamiez, Aillon et Saint-Hugon. La des- J traction de ces hordes monacales entraînera peut-être la destruction ou le changement de leurs fabriques; mais, par le moyen du canal proposé, l'on transportera facilement et sans frais dans l'intérieur de la République cette mine précieuse par la qualité du fer et son abondance; on y transportera le fer ouvré, les bois et ...
Locuteur: Goupilleau
...elles des Hauts-Faucigny, par la vallée de Mégîve apporteront à peu de frais le tribut de leur sol et de leur industrie au bord du canal projeté, qui le transportera dans l'intérieur de la République; il y portera les chanvres et les vins des fertiles vallées de Saint-Pierre et Montmélian, les beaux marbres de Tarentaise, les ardoises, dont la qualité est si fort au-dessus de celles de toutes les autres carrières. En un mot, ce canal procurera aux productions de ces vallées un écoulement facile et leu... ...par contrebande, et en payant des frais énormes. Toutes ces montagnes, jusqu'à celles des Hauts-Faucigny, par la vallée de Mégîve apporteront à peu de frais le tribut de leur sol et de leur industrie au bord du canal projeté, qui le transportera dans l'intérieur de la République; il y portera les chanvres et les vins des fertiles vallées de Saint-Pierre et Montmélian, les beaux marbres de Tarentaise, les ardoises, dont la qualité est si fort au-dessus de celles de toutes les autres carrières. En un mot, ce canal procurera aux productions de ces vallées un écoulement facile et leur assurera en échange tout ce qui peut alimenter l'industrie et créer le commerc...
Locuteur: Goupilleau
...n très dispendieux, par le grand nombre de torrents qui les traversent et les dégr...
...'on est obligé d'escarper. Il n'y a que de très petites portions de terrain en plaine; mais les chaussées que l'on sera obligé de construire sur le derrière des digues,
...-Blanc sont en général, surtout dans ces vallées, très inégales et d'un entretien très dispendieux, par le grand nombre de torrents qui les traversent et les dégradent ; et par les rocs que l'on est obligé d'escarper. Il n'y a que de très petites portions de terrain en plaine; mais les chaussées que l'on sera obligé de construire sur le derrière des digues,
Locuteur: Goupilleau
formeront sur les deux rives de très belles routes qui donneront un acc... formeront sur les deux rives de très belles routes qui donneront un accès facile à toutes les communes du département, même aux plus éloignées, qui son...
Locuteur: Goupilleau
Les plaines qui confinent les rivières de l'Isère, l'Arc et l'Eiffe, sont en part...
...tuellement déssécher, telles que celles de Sainte-Hélène, des Millières, d'Aitou, ...
...e-du-Lor, Challes, et une grande partie de la prairie du Bourget.
Les plaines qui confinent les rivières de l'Isère, l'Arc et l'Eiffe, sont en partie des marais que l'on ne peut actuellement déssécher, telles que celles de Sainte-Hélène, des Millières, d'Aitou, des bords du Grêlon, Sainte-Hélène-du-Lor, Challes, et une grande partie de la prairie du Bourget.
Locuteur: Goupilleau
Ces marais sont formés par le versement de ces rivières, qui, lors des crues, font...
...aines, facilement desséchées, formeront de très belles prairies.
Ces marais sont formés par le versement de ces rivières, qui, lors des crues, font refluer les eaux des ruisseaux qui s'y jettent. Ces inconvénients cesseront d'eux-mêmes, et ces plaines, facilement desséchées, formeront de très belles prairies.
Locuteur: Goupilleau
...nt les autres à un état d'épuisement et de maladie habituelle, qui les accable de misère et les rend inutiles à la sociét... ... qui non seulement enlèvent aux campagnes une foule d'agriculteurs, mais réduisent les autres à un état d'épuisement et de maladie habituelle, qui les accable de misère et les rend inutiles à la société. La santé, la vigueur et l'aisance renaîtront dans toutes ces contrées.
Locuteur: Goupilleau
...ertilité à aucune portion du territoire de la République. Le terrain que l'on arra...
...urera annuellement une récolte au moins de 60,000 quintaux de blé, outre des fruits en tout genre, de...
...soies et autres productions. Il est peu de conquêtes aussi avantageuses; il n'en est pas de plus facile, de plus sûre, de plus légitime et do plus agréable.
Les vallées que traversent l'Arc et l'Isère ne cèdent en fertilité à aucune portion du territoire de la République. Le terrain que l'on arrachera aux corrosions des eaux pour le rendre à l'agriculture, assurera annuellement une récolte au moins de 60,000 quintaux de blé, outre des fruits en tout genre, des fourrages excellents, des soies et autres productions. Il est peu de conquêtes aussi avantageuses; il n'en est pas de plus facile, de plus sûre, de plus légitime et do plus agréable.
Locuteur: Goupilleau
... c'est parce que les vues bienfaisantes de la Convention nationale s'arrêtent sur ...
...ut procurer le bonheur et la prospérité de la partie la plus précieuse des citoyen...
... sans cesse attentive aux vrais besoins de la République, elle s'attache à perfectionner les bases de la richesse nationale, l'agriculture et...
...e me suis étendu sur les avantages qu'on procurera au Mont-Blanc en particulier, c'est parce que les vues bienfaisantes de la Convention nationale s'arrêtent sur tout ce qui peut procurer le bonheur et la prospérité de la partie la plus précieuse des citoyens, l'artisan et le cultivateur, que sans cesse attentive aux vrais besoins de la République, elle s'attache à perfectionner les bases de la richesse nationale, l'agriculture et le commerce.
Locuteur: Goupilleau
...Tarentaise, fournit une grande quantité de chanvre excellent, surtout pour les cor...
...s transports, approvisionnera la marine de la République à fort bon marché. Le fer...
...a la préférence et fournira aux besoins de la marine.
...a partie du Mont-Blanc que l'on appelait ci-devant la Savoie propre et la basse Tarentaise, fournit une grande quantité de chanvre excellent, surtout pour les cordages. Ce canal, en facilitant les transports, approvisionnera la marine de la République à fort bon marché. Le fer qui se fabrique dans le Mont-Blanc est très doux et très liant; on s'en sert po...
...reté et d'une cherté surprenantes : porté par eau jusqu'à Marseille, il obtiendra la préférence et fournira aux besoins de la marine.
Locuteur: Goupilleau
...lissement procurera à la République est de lui fournir pour la mâture et la constr... Le plus grand avantage que cet établissement procurera à la République est de lui fournir pour la mâture et la construction tous les bois dont sa marine a besoin.
Locuteur: Goupilleau
...ns la haute Maurienne surtout, la forêt de Bramant, la haute Tarentaise et surtout... ... arbres verts sont préférés pour la mâture ; les autres pour la construction. Dans la haute Maurienne surtout, la forêt de Bramant, la haute Tarentaise et surtout les forêts qui

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 37
Locuteur: Goupilleau
dominent les rochers de la basse vallée, les forêts des ci-deva...
...celles du Désert et des Beauges, celles de Coux, de Candie et de Laserras, proche la prairie du Bourget,...
...e pin, Pinus silvestris; la yaste forêt de Bramant en est presque tout entière; il...
...me hauteur que les précédents. Les bois de construction dont le Mont-Blanc peut fo...
...en très petite quantité, l'autre espèce de chêne, Quercus cerris; le frêne, Fraxin...
dominent les rochers de la basse vallée, les forêts des ci-devant Chartreuses, celles du Désert et des Beauges, celles de Coux, de Candie et de Laserras, proche la prairie du Bourget, fourniront actuellement en abondance des bois pour la mâture dont la beauté ne ...
...es forêts du Nord, d'où la France les tirait dans l'ancien régime. On y trouve le pin, Pinus silvestris; la yaste forêt de Bramant en est presque tout entière; il croît dans le Mont-Blanc à une hauteur considérable et n'est point tortueux com...
...arix et le pin à pignons Pinus Gembra, dont les tiges ne parviennent pas à la même hauteur que les précédents. Les bois de construction dont le Mont-Blanc peut fournir actuellement une très grande quantité, sont le chêne, Quercus robur, dont ...
...variétés : son bois est très dur, son port très élevé : on y trouve aussi, mais en très petite quantité, l'autre espèce de chêne, Quercus cerris; le frêne, Fraxinus excel-sior; le plâne, Acer platanoides ; le charme, Gar-pinus betulus; l'érab...
Locuteur: Goupilleau
...châtaigniers, noyers, etc., qui donnent de très beaux bois de construction. ... être réunis dans des forêts, sont épars sur les terrains cultifs, tels que les châtaigniers, noyers, etc., qui donnent de très beaux bois de construction.
Locuteur: Goupilleau
...i, par sa nature, devrait être la forêt de l'Europe, est réduit, par les dévastati...
...uelles, à manquer dans quelques cantons de bois de construction; mais les forêts des ci-de...
... le plus bel état; on y voit des pièces de plus de cent pieds d'élévation, que l'on a lais...
...ue jamais les lois forestières n'ont été en vigueur en Savoie, et que ce pays qui, par sa nature, devrait être la forêt de l'Europe, est réduit, par les dévastations continuelles, à manquer dans quelques cantons de bois de construction; mais les forêts des ci-devant religieux, seigneurs et émigrés, devenues nationales, sont dans le plus bel état; on y voit des pièces de plus de cent pieds d'élévation, que l'on a laissées pourrir sur la tige.
Locuteur: Goupilleau
...d'élever la richesse nationale au degré de prospérité dont elle est susceptible, je ne parlerais pas des frais de construction; mais l'économie vigilante...
...l'Administration des finances, m'oblige de m'arrêter à cet objet; et j'ose assurer...
Si la paix avait permis d'élever la richesse nationale au degré de prospérité dont elle est susceptible, je ne parlerais pas des frais de construction; mais l'économie vigilante que l'on doit apporter dans ce temps-ci sur l'Administration des finances, m'oblige de m'arrêter à cet objet; et j'ose assurer que cet établissement ne coûtera à la République que l'avance.
Locuteur: Goupilleau
...xaminer ce projet le plan topographique de tout le terrain dans toute sa longueur sur une demi-lieue de large, la toise de terrain réduite à une ligne. Il se convaincra jusqu'à l'évidence que la seule portion de canal qui tend à diguer l'Isère et l'Ar...
...an, rend à l'agriculture 18,000 arpents de terrain absolument inculte et de nul produit : il paraît très juste que ...
Je soumettrai au comité chargé d'examiner ce projet le plan topographique de tout le terrain dans toute sa longueur sur une demi-lieue de large, la toise de terrain réduite à une ligne. Il se convaincra jusqu'à l'évidence que la seule portion de canal qui tend à diguer l'Isère et l'Arc jusqu'à Montmélian, rend à l'agriculture 18,000 arpents de terrain absolument inculte et de nul produit : il paraît très juste que la nation profite du sol qu'elle aura créé; ces fonds vaudront au moins 1,000 li...
Locuteur: Goupilleau
...res : je le porte à 10 millions à cause de l'augmentation de la main d'œuvre. blissement ne porte le prix qu'à 7,480,000 livres : je le porte à 10 millions à cause de l'augmentation de la main d'œuvre.
Locuteur: Goupilleau
Il est vrai que la portion de canal de Montmélian à Chambéry, ne rendrait pas ...
... quantité suffisante aussi considérable de terrain à l'agriculture; mais elle en rendrait au double en valeur des frais de construction, que l'on ne fait monter qu'à 500,000 livres; quant à celui de la prairie du Bourget, il existe : c'es...
Il est vrai que la portion de canal de Montmélian à Chambéry, ne rendrait pas à beaucoup près une quantité suffisante aussi considérable de terrain à l'agriculture; mais elle en rendrait au double en valeur des frais de construction, que l'on ne fait monter qu'à 500,000 livres; quant à celui de la prairie du Bourget, il existe : c'est moins d'une construction que d'une réparation qu'il s'agit; l'on en sera bien ...
Locuteur: Goupilleau
Un membre du comité de sûreté générale [Ba-sire (1)] présente,...
... sont passés dans la ci-devant province de Bretagne* leur liaison avec les manœuvr...
...aires pratiquées, soit dans l'intérieur de la République, soit à l'extérieur, et l...
...les crimes du ci-devant Monsieur, frère de Louis Capet,, le dernier des tyrans de la France : il cite les traits auxquels on reconnaît la malveillance et la complicité de l'ex-ministre des affaires étrangères Lebrun. Il expose d'un autre côté les traits de civisme et de dévouement qui honorent les citoyens qu...
Un membre du comité de sûreté générale [Ba-sire (1)] présente, dans un rapport circonstancié, le détail des événements qui se sont passés dans la ci-devant province de Bretagne* leur liaison avec les manœuvres contre-révolutionnaires pratiquées, soit dans l'intérieur de la République, soit à l'extérieur, et leur connexité avec les crimes du ci-devant Monsieur, frère de Louis Capet,, le dernier des tyrans de la France : il cite les traits auxquels on reconnaît la malveillance et la complicité de l'ex-ministre des affaires étrangères Lebrun. Il expose d'un autre côté les traits de civisme et de dévouement qui honorent les citoyens qui se sont employés pour faire triompher la République et échouer les complots de...
Locuteur: Goupilleau
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de sûreté générale, « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de sûreté générale,
Locuteur: Goupilleau
« Décrète que toutes les pièces de l'affaire de Bretagne actuellement déposées, soit au...
...s affaires étrangères, soit aux comités de sûreté générale et de la guerre, seront publiées par la voie de l'impression : que toutes les pièces seront jointes en original au procès de Lebrun; ex-mi-nistre des affaires étran...
...a-ligan-Morillon depuis le commencement de la révolution sont anéanties, et que le comité de sûreté générale fera choix d'un de ses membres, pour régler, de concert avec le ministre des affaires étrangères, l'indemnité à laquelle il a droit de prétendre pour les peines qu'il s'est d...
...ison des biens qu'il a mis sous la main de la nation. J
« Décrète que toutes les pièces de l'affaire de Bretagne actuellement déposées, soit au greffe du tribunal révolutionnaire, soit au bureau des affaires étrangères, soit aux comités de sûreté générale et de la guerre, seront publiées par la voie de l'impression : que toutes les pièces seront jointes en original au procès de Lebrun; ex-mi-nistre des affaires étrangères, que toutes les poursuites judiciaires exercées contre le citoyen Ha-ligan-Morillon depuis le commencement de la révolution sont anéanties, et que le comité de sûreté générale fera choix d'un de ses membres, pour régler, de concert avec le ministre des affaires étrangères, l'indemnité à laquelle il a droit de prétendre pour les peines qu'il s'est données, les risques qu'il a courus, les pertes qu'il a essuyées dans sa fortune pendant qu'il servait la République et à raison des biens qu'il a mis sous la main de la nation. J

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 38
Locuteur: Goupilleau
...rps politique est, à la vérité, couvert de plaies profondes, mais son cœur est intact, et sa robuste constitution l'aura bientôt mis hors de danger. ...pu susciter que des désordres partiels, que l'on ne saurait trop déplorer. Le corps politique est, à la vérité, couvert de plaies profondes, mais son cœur est intact, et sa robuste constitution l'aura bientôt mis hors de danger.
Locuteur: Goupilleau
...ional à Lamballe; les gardes nationales de Saint-Malo, de Rennes, de Saint-Servan, de Fougères, et toutes autres Qui ont conc...
...sion des brigands dans les départements de l'Ille-et-Vilaine et des Côtes, ont bien mérité de la Patrie.
lager, fils du commissaire national à Lamballe; les gardes nationales de Saint-Malo, de Rennes, de Saint-Servan, de Fougères, et toutes autres Qui ont concouru par leurs efforts à la dispersion des brigands dans les départements de l'Ille-et-Vilaine et des Côtes, ont bien mérité de la Patrie.
Locuteur: Goupilleau
« La Convention nationale décrète, de plus, que le rapport sera imprimé et di... « La Convention nationale décrète, de plus, que le rapport sera imprimé et distribué (1). »
Locuteur: Goupilleau
Suit le rapport de Basire : Suit le rapport de Basire :
Locuteur: Goupilleau
Rapport sur la conjuration de Bretagne, fait au nom du comité de sûreté générale, par Claude Basire, député de la Côte-d'Or ; lu à la séance du treizième jour du premier mois, Van second de la, République [Imprimé par ordre de la Convention nationale (2)]. Rapport sur la conjuration de Bretagne, fait au nom du comité de sûreté générale, par Claude Basire, député de la Côte-d'Or ; lu à la séance du treizième jour du premier mois, Van second de la, République [Imprimé par ordre de la Convention nationale (2)].
Locuteur: Goupilleau
Lorsque vous jetiez ici les fondements de la République, les royalistes préparaient, à l'Occident, des moyens de l'étouffer dans son berceau. Lorsque des hommes perfides, abusant de ce qu'il y a de plus sacré dans la nature, de la bonté du peuple, vous parlaient, dans cette enceinte, de modération et de paix, et que la masse des citoyens fran...
...tait terminée; l'aristocratie profitait de la confiance aveugle dans laquelle nous paraissions plongés, pour faire de cette même révolution l'époque la plus ...
Lorsque vous jetiez ici les fondements de la République, les royalistes préparaient, à l'Occident, des moyens de l'étouffer dans son berceau. Lorsque des hommes perfides, abusant de ce qu'il y a de plus sacré dans la nature, de la bonté du peuple, vous parlaient, dans cette enceinte, de modération et de paix, et que la masse des citoyens français semblait se complaire dans la trop flatteuse opinion que la révolution était terminée; l'aristocratie profitait de la confiance aveugle dans laquelle nous paraissions plongés, pour faire de cette même révolution l'époque la plus sanglante du genre humain.
Locuteur: Goupilleau
...d'observation, que la funeste influence de Brissot et sa faction sur le gouvernement avait pr...
... reposer tout entière sur les ministres de l'intérieur et des affaires étrangères,...
...èrement dévoilés, et le moment est venu de mettre au grand jour tout le secret de la contre-révolution.
Quelque insuffisante que fût alors notre police d'observation, que la funeste influence de Brissot et sa faction sur le gouvernement avait presque anéantie, en la faisant reposer tout entière sur les ministres de l'intérieur et des affaires étrangères, l'on put néanmoins acquérir quelques lumières sur les projets^ des royalistes. Le temps les a depuis entièrement dévoilés, et le moment est venu de mettre au grand jour tout le secret de la contre-révolution.
Locuteur: Goupilleau
...ous agitent en ce moment, n'en sont que de stériles émanations. ...parvenu à le faire échouer dans son ensemble, et comment tous les troubles qui nous agitent en ce moment, n'en sont que de stériles émanations.
Locuteur: Goupilleau
... dans les départements placés àl'Orient de la ci-devant province de Bretagne, devait nous couper toute communication avec cette intéressante portion de notre territoire. Maîtresse de la Vendée, des Deux-Sèvres, de Mayenne-et-Loire, de la Mayenne, de l'Ille-et-Vilaine, de l'Eure, de l'Orne, de la Manche et du Calvados, elle se flattait de toucher à la mer par deux points import... ...s Sables-d'Olonne aux rochers du Calvados," l'aristocratie s'élevant tout à coup dans les départements placés àl'Orient de la ci-devant province de Bretagne, devait nous couper toute communication avec cette intéressante portion de notre territoire. Maîtresse de la Vendée, des Deux-Sèvres, de Mayenne-et-Loire, de la Mayenne, de l'Ille-et-Vilaine, de l'Eure, de l'Orne, de la Manche et du Calvados, elle se flattait de toucher à la mer par deux points importants, le Poitou et la côte depuis Saint-Malo jusqu'à Honfleur.
Locuteur: Goupilleau
15 de nos départements. Ils y formaient dès l...
...ocarde blanche, et que les malveillants de tous les cantons s'agitaient, chacun à leur manière, pour briser tous nos moyens de correspondance, et pour rompre toutes l...
15 de nos départements. Ils y formaient dès lors une puissance redoutable, levaient des armées, ouvraient nos ports à des lég...
... Marseille, Toulon et Bordeaux, où l'on avait des intelligences, arboraient la cocarde blanche, et que les malveillants de tous les cantons s'agitaient, chacun à leur manière, pour briser tous nos moyens de correspondance, et pour rompre toutes les mesures du gouvernement.
Locuteur: Goupilleau
Les patriotes, ainsi pressés de toutes parts et partout entravés dans leurs moyens de défense, n'avaient plus d'autres ressou...
...oir. Ils se voyaient obligés d'enfanter de nouveaux prodiges pour écraser tant d'e...
... triomphé, anéantissait évidemment plus de la moitié de la génération présente.
Les patriotes, ainsi pressés de toutes parts et partout entravés dans leurs moyens de défense, n'avaient plus d'autres ressources que le courage invincible «du désespoir. Ils se voyaient obligés d'enfanter de nouveaux prodiges pour écraser tant d'ennemis, et cette crise effroyable, dont la liberté eût encore triomphé, anéantissait évidemment plus de la moitié de la génération présente.
Locuteur: Goupilleau
... essentiellement sur une pareille levée de boucliers, qui devait s'opérer au même ...
...et les folles espérances des royalistes de la Vendée, qui pensaient faire partie d...
...rés, qu'il serait très dangereux encore de mépriser, quoique leurs plans soient ro...
...udemment les armes dans la Vendée, les Deux-Sèvres, Mayenne-et-Loire> comptaient essentiellement sur une pareille levée de boucliers, qui devait s'opérer au même instant dans la Mayenne, l'Ille- et -Vilaine, les Côtes-du-Nord, l'Eure, l'Orne,...
...t, ont été traduits à Paris, où le tribunal révolutionnaire en a fait justice : et les folles espérances des royalistes de la Vendée, qui pensaient faire partie d'une ligue extrêmement redoutable, se sont tout à coup évanouies. Réduits à leur...
...le avec la République; mais trop avancés pour reculer, ils se battent en désespérés, qu'il serait très dangereux encore de mépriser, quoique leurs plans soient rompus, et dont il faudra bien détruire jusqu'au dernier.
Locuteur: Goupilleau
...nt rendus en grand nombre dans les îles de Jersey et de Cuernesey, se trouvent dans l'impuissance de faire la descente qu'ils avaient projet...
...entales, puisque nous demeurons maîtres de ces parages. Les Prussiens et les Autri...
...s une dispendieuse inaction, leurs amis de
...ences qu'ils y avaient établies. Les Anglais, et surtout les émigrés qui s'étaient rendus en grand nombre dans les îles de Jersey et de Cuernesey, se trouvent dans l'impuissance de faire la descente qu'ils avaient projetée sur nos côtes occidentales, puisque nous demeurons maîtres de ces parages. Les Prussiens et les Autrichiens qui devaient s'avancer par le Nord-Est sur Paris, lorsque les rebelles s'...
... pour les pointes et les apparitions subites, après avoir longtemps attendu, dans une dispendieuse inaction, leurs amis de

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 39
Locuteur: Goupilleau
... frères du roi, considérant que le bien de la province de Bretagne et le service de Sa Majesté, exigent que le chef de l'association bretonne ait en même temp...
...pour diriger les mouvements des troupes de ligne, des maréchaussées et autres mili...
...es ont conféré et confèrent, au marquis de la Rouerie, colonel au service de France depuis le 10 mai 1779 et ancien officier général au service des Etats-Unis de l'Amérique, la commission et le pouvoir de donner en leurs noms les ordres que les...
...lui paraîtront exiger, tant aux troupes de ligne qu'aux maréchaussées et autres mi...
...les sujets fidèles qui y sont demeurés, de quelque état et condition qu'ils puissent être, de le reconnaître comme muni desdits pouvo...
...lité, soit avant, soit pendant le cours de la contre-révolution : le tout sous le ...
..., et jusqu'à ce que les princes, frères de Sa Majesté, jugent à propos de révoquer et d'annuler la présente commission. Leurs Altesses Royales, persuadées de la nécessité de ramener au même but et de faire concourir, avec un accord salutaire, les efforts de tous ceux qui seront employés dans la b...
...ent et jugent à propos que, dans le cas de l'arrivée de ces troupes ou de toutes autres, leurs chefs entrent en relation avec celui de l'association bretonne, pour que ces chefs se conduisent en tous points, de concert avec lui, relativement au bien des affaires du roi, au rétablissement de son pouvoir légitime et à la conservati...
...t leurs Altesses Royales, M. le marquis de la Rouerie, en qui elles ont une juste ...
...ront aux mêmes avantages, à l'exception de ceux qui ne seraient relatifs qu'à la constitution particulière de la Bretagne.
«" Les princes, frères du roi, considérant que le bien de la province de Bretagne et le service de Sa Majesté, exigent que le chef de l'association bretonne ait en même temps le pouvoir nécessaire pour diriger les mouvements des troupes de ligne, des maréchaussées et autres militaires et gens armés dans cette province ; Leurs Altesses Royales ont conféré et confèrent, au marquis de la Rouerie, colonel au service de France depuis le 10 mai 1779 et ancien officier général au service des Etats-Unis de l'Amérique, la commission et le pouvoir de donner en leurs noms les ordres que les circonstances lui paraîtront exiger, tant aux troupes de ligne qu'aux maréchaussées et autres militaires quelconques, et gens armés dans cette provinee. Ordonnant à tous les sujets fidèles qui y sont demeurés, de quelque état et condition qu'ils puissent être, de le reconnaître comme muni desdits pouvoirs, et d'obéir aux ordres qu'il leur donnera en cette qualité, soit avant, soit pendant le cours de la contre-révolution : le tout sous le bon plaisir du roi, et jusqu'à ce que les princes, frères de Sa Majesté, jugent à propos de révoquer et d'annuler la présente commission. Leurs Altesses Royales, persuadées de la nécessité de ramener au même but et de faire concourir, avec un accord salutaire, les efforts de tous ceux qui seront employés dans la bonne cause; voulant d'ailleurs écarter et même détruire les soupçons, jalousies et inquiétudes que l'arrivée des troupes étrangères en Bretagne paraît y inspirer, désirent et jugent à propos que, dans le cas de l'arrivée de ces troupes ou de toutes autres, leurs chefs entrent en relation avec celui de l'association bretonne, pour que ces chefs se conduisent en tous points, de concert avec lui, relativement au bien des affaires du roi, au rétablissement de son pouvoir légitime et à la conservation des propriétés. Autorisent leurs Altesses Royales, M. le marquis de la Rouerie, en qui elles ont une juste confiance, joindre, autant que faire se pourra, à l'association bretonne, les pa...
...ovinces, lesquelles seront sujettes aux mêmes règlements et travaux et participeront aux mêmes avantages, à l'exception de ceux qui ne seraient relatifs qu'à la constitution particulière de la Bretagne.
Locuteur: Goupilleau
... avec leur cavalerie et leur artillerie de campagne, dans notre triple rang de forteresses septentrionales. L'Espagnol...
...yrénées, les Piémontais font à l'Orient de vaines tentatives et l'armée des Alpes ...
...es départements voisins, à la réduction de la ville de Lyon, dont nous tenons déjà les princip...
... tardera pas à se rendre. Les patriotes de Bordeaux ont chassé leurs perfides administrateurs. Les malveillants de tous les cantons sont frappés d'un effr...
... cacher, pour se soustraire aux mesures de sûreté générale que vous avez décrétées...
...i s'approche annonce à tous les ennemis de la liberté que cette campagne est encor...
l'Occident, s'épuisent inutilement aujourd'hui avec leur cavalerie et leur artillerie de campagne, dans notre triple rang de forteresses septentrionales. L'Espagnol frémit derrière les Pyrénées, les Piémontais font à l'Orient de vaines tentatives et l'armée des Alpes qui comprime tous leurs efforts suffit encore, avec le secours des départements voisins, à la réduction de la ville de Lyon, dont nous tenons déjà les principaux faubourgs. Marseille est à nous : Toulon ne tardera pas à se rendre. Les patriotes de Bordeaux ont chassé leurs perfides administrateurs. Les malveillants de tous les cantons sont frappés d'un effroi qui les paralyse : ils sont réduits à se cacher, pour se soustraire aux mesures de sûreté générale que vous avez décrétées : et cependant l'hiver qui s'approche annonce à tous les ennemis de la liberté que cette campagne est encore perdue pour eux.
Locuteur: Goupilleau
...ersion essentielle poUr tout le système de guerre établi par les puissances étrang... ...istocratie avait fondé ses plus chères espérances, et qui devaient faire une diversion essentielle poUr tout le système de guerre établi par les puissances étrangères : cette inaction seule a sauvé la patrie des dangers les plus pressants qu'...
Locuteur: Goupilleau
...tes, un esprit souple, au machiavélisme de l'aristocratie, le talent des négociati...
...and général, était le principal artisan de cette étonnante conjuration. Après en a...
...es énergiques, et dans une lettre datée de Schon-borluft, le 4 octobre 1791, il le chargeait déjà d'indiquer, lui-même, les lieux de débarquement pour les émigrés et les troupes étrangères (1). Cette conduite de la Rouerie lui valut toute la confiance des Bourbons émigrés dont il reçut dans le mois de mars 1792, la commission de chef de l'association contre-révolutionnaire de l'Occident, avec 39 brevets en blanc, p...
...breton, personnage véritablement extraordinaire, qui joignait à des passions fortes, un esprit souple, au machiavélisme de l'aristocratie, le talent des négociations, et à l'intrépidité du soldat, les vues d'un grand général, était le principal artisan de cette étonnante conjuration. Après en avoir conçu le plan dans son ensemble, son vaste génie en embrassait jusqu'aux mo...
...ellement incomparable. Calonne lui en témoignait souvent sa satisfaction en termes énergiques, et dans une lettre datée de Schon-borluft, le 4 octobre 1791, il le chargeait déjà d'indiquer, lui-même, les lieux de débarquement pour les émigrés et les troupes étrangères (1). Cette conduite de la Rouerie lui valut toute la confiance des Bourbons émigrés dont il reçut dans le mois de mars 1792, la commission de chef de l'association contre-révolutionnaire de l'Occident, avec 39 brevets en blanc, pour les officiers qu'il jugerait à propos d'employer sous lui, à la grande levée...
Locuteur: Goupilleau
...nt en résulter, recommandent au marquis de la Rouerie de faire connaître de leur part, à ses compatriotes, que les ...
...s et en se réunissant à cette coalition de zèle et de fidélité, leur paraissent plus importan...
...r'eux à venir se ranger sous les ordres de Leurs Altesses Royales, elles désirent ...
...ont pas abandonné leurs foyers, évitent de prendre le parti de l'émigration.
...esquels s'est formée ladite association, et convaincus des bons effets qui doivent en résulter, recommandent au marquis de la Rouerie de faire connaître de leur part, à ses compatriotes, que les services qu'ils pourront rendre au roi et à l'Etat, en demeurant dans leurs provinces et en se réunissant à cette coalition de zèle et de fidélité, leur paraissent plus importants que ceux qu'ils pourraient rendre au dehors : Et qu'en conséquence, quel-qu'h...
... soient les motifs, qui dans les premiers moments ont déterminé plusieurs d'en-tr'eux à venir se ranger sous les ordres de Leurs Altesses Royales, elles désirent que le nombre n'en soit pas augmenté, et que les gentilshommes ou autres qui, par des raisons également honorables, n'ont pas abandonné leurs foyers, évitent de prendre le parti de l'émigration.
Locuteur: Goupilleau
« En foi de quoi, nous avons signé la présente et y avons fait apposer le cachet de nos armes. Fait à Coblentz, le 2 mars 1... « En foi de quoi, nous avons signé la présente et y avons fait apposer le cachet de nos armes. Fait à Coblentz, le 2 mars 1792. Signé, etc. »

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 40
Locuteur: Goupilleau
...os lois ordinaires concernant la police de sûreté, sont nécessairement insuffisantes pour empêcher les ennemis de la liberté de se communiquer leurs pensées, de convenir entre eux du jour où chacun de...
...ipé, dans tel lieu, pour y faire partie de tel corps, commandé par un tel, et de se lever, tout à coup, comme dans la Vendée, de manière à prendre les patriotes au dépo...
...leurs projets liberticides. Bans l'état de guerre où nous sommes avec l'aristocrat...
... sont presque toujours des mesures hors de la loi, et quelquefois même contre la lettre de la loi qui sauvent la patrie. Ce sont souvent des actes irréguliers, provoqués par l'inquiétude...
...ant une extrême latitude à votre police de sûreté, pendant le peu de temps qui doit s'écouler encore jusqu'au terme de la révolution.
...lus ouverts que jamais 1 II n'est personne qui ne sente bien qu'en révolution, nos lois ordinaires concernant la police de sûreté, sont nécessairement insuffisantes pour empêcher les ennemis de la liberté de se communiquer leurs pensées, de convenir entre eux du jour où chacun devra se rendre tout armé, tout équipé, dans tel lieu, pour y faire partie de tel corps, commandé par un tel, et de se lever, tout à coup, comme dans la Vendée, de manière à prendre les patriotes au dépourvu, et à consommer, sans résistance, leurs projets liberticides. Bans l'état de guerre où nous sommes avec l'aristocratie du dedans, il n'est que trop vrai que ce sont presque toujours des mesures hors de la loi, et quelquefois même contre la lettre de la loi qui sauvent la patrie. Ce sont souvent des actes irréguliers, provoqués par l'inquiétude publique, auxquels on n'a pas pu s'attendre et qu'on n'a pas su prévoir qui déc...
...s les mieux ourdies, et vous l'avez parfaitement senti ces jours passés, en donnant une extrême latitude à votre police de sûreté, pendant le peu de temps qui doit s'écouler encore jusqu'au terme de la révolution.
Locuteur: Goupilleau
Jaloux de remplir les funestes destinées que lui ...
...ant figurer à son tour parmi les fléaux de l'humanité, la Rouerie redouble d'activité. Bientôt des comités de rébellion sont établis à Saint-Malo, à ...
...ésignées par l'association, sous le nom de villes d'évêché, à Fougères et dans plu...
Jaloux de remplir les funestes destinées que lui présageait cette criminelle commission, et comptant figurer à son tour parmi les fléaux de l'humanité, la Rouerie redouble d'activité. Bientôt des comités de rébellion sont établis à Saint-Malo, à Bol, à Rennes, dans toutes les villes désignées par l'association, sous le nom de villes d'évêché, à Fougères et dans plusieurs autres lieux plus ou moins importants des divers départements que l'on vo...
Locuteur: Goupilleau
L'on y fait le recensement de tous ceux qui ont perdu au nouvel ordre de choses; des hommes habiles sont chargés de stimuler leur mécontentement et de les disposer à la révolte. L'on a bient...
...es et l'on s'en assure. Tous les moyens de troubler l'esprit des bons citoyens, de les égarer ou de les diviser, sont adroitement mis en œuvre : l'on parvient à placer des agents de la contre-révolution dans les corps adm...
...aux, dans les tribunaux, dans la police de sûreté, à la tête de la force armée, dans les établissements publics de tout genre, et surtout dans les douanes...
L'on y fait le recensement de tous ceux qui ont perdu au nouvel ordre de choses; des hommes habiles sont chargés de stimuler leur mécontentement et de les disposer à la révolte. L'on a bientôt connu les faux patriotes et l'on s'en assure. Tous les moyens de troubler l'esprit des bons citoyens, de les égarer ou de les diviser, sont adroitement mis en œuvre : l'on parvient à placer des agents de la contre-révolution dans les corps administratifs et municipaux, dans les tribunaux, dans la police de sûreté, à la tête de la force armée, dans les établissements publics de tout genre, et surtout dans les douanes, la garde des ports, les forts et les arsenaux.
Locuteur: Goupilleau
... parmi les associés : tous font l'éloge de la modération de ces prétendues Altesses, présentent avec art les vues qu'elles se proposent, et sont de nature à fomenter dans le parti ce fana...
...actice, dont on a besoin pour les coups de main.
Mille écrits sur les intentions des frères du ci-devant roi circulent parmi les associés : tous font l'éloge de la modération de ces prétendues Altesses, présentent avec art les vues qu'elles se proposent, et sont de nature à fomenter dans le parti ce fanatisme qui doit lui imprimer un courage factice, dont on a besoin pour les coups de main.
Locuteur: Goupilleau
Les plans civils et militaires de l'association sont arrêtés dans les div...
...alonne, qui s'y constitue le rapporteur de tous les objets relatifs aux rebelles de l'Occident. Bes instructions rédigées par le comité de Saint-Malo, indiquent à chacun l'allure qu'il doit prendre avec les patriotes de bonne foi, pour se maintenir en paix da...
Les plans civils et militaires de l'association sont arrêtés dans les divers comités, envoyés au conseil des ci-devant princes, qui les approuvent, avec les changements proposés par Calonne, qui s'y constitue le rapporteur de tous les objets relatifs aux rebelles de l'Occident. Bes instructions rédigées par le comité de Saint-Malo, indiquent à chacun l'allure qu'il doit prendre avec les patriotes de bonne foi, pour se maintenir en paix dans les mouvements et les orages d'une révolution que l'on traite d'éphémère.
Locuteur: Goupilleau
...association, ces instructions du comité de Saint-Malo, sont tous déposés au greffe du tribunal révolutionnaire. Il est impossible de les analyser, et de se refuser à les connaître. Ils apparti... Ces écrits distribués sous le nom des ci-devant princes, ces plans d'association, ces instructions du comité de Saint-Malo, sont tous déposés au greffe du tribunal révolutionnaire. Il est impossible de les analyser, et de se refuser à les connaître. Ils appartiennent à l'histoire, et la Convention doit en ordonner l'impression.
Locuteur: Goupilleau
...verra qu'en donnant seulement une année de son revenu, on obtenait un sauf-con-dui...
...ne et ses propriétés dans tout le cours de la guerre; que l'on était dès lors auto...
...pouvait s'affubler hardiment du manteau de la popularité, pour pénétrer les secrets des patriotes, ou les pousser à de fausses démarches, et servir plus utilement la cause de l'association. L'on y remarquera une in...
...s bien pittoresques et bien énergiques, de se marier avec les autorités constituée...
...udicieux y trouvera peut-être le secret de beaucoup d'énigmes.
On y verra qu'en donnant seulement une année de son revenu, on obtenait un sauf-con-duit pour sa personne et ses propriétés dans tout le cours de la guerre; que l'on était dès lors autorisé à se joindre en apparence aux meilleurs citoyens, et à faire les motions même les plus incendiaires; que l'on pouvait s'affubler hardiment du manteau de la popularité, pour pénétrer les secrets des patriotes, ou les pousser à de fausses démarches, et servir plus utilement la cause de l'association. L'on y remarquera une invitation faite aux associés en termes bien pittoresques et bien énergiques, de se marier avec les autorités constituées, et l'observateur judicieux y trouvera peut-être le secret de beaucoup d'énigmes.
Locuteur: Goupilleau
L'on sera surtout frappé de l'analogie qui règne entre les moyens a...
...sseoir leur conjuration, et la doctrine de la misérable secte que vous avez pulvér...
L'on sera surtout frappé de l'analogie qui règne entre les moyens adoptés par les associés pour asseoir leur conjuration, et la doctrine de la misérable secte que vous avez pulvérisée dans la journée du 2 juin. Qui ne voit pas combien elle favorisait la corre...
Locuteur: Goupilleau
Aussi les départements de l'association étaient-ils ceux où l'on ...
...us universellement les ridicules vertus de M. Roland; où Gorsas avait le plus grand nombre de souscripteurs; où l'on persécutait avec...
...et où l'on parlait avec plus d'amertume de la montagne, des sociétés patriotiques, de la commune de Paris et des plus intrépides défenseurs...
Aussi les départements de l'association étaient-ils ceux où l'on prêchait davantage ce dévouement hypocrite à la loi, si fort recommandé par Brissot; où l'on préconisait plus universellement les ridicules vertus de M. Roland; où Gorsas avait le plus grand nombre de souscripteurs; où l'on persécutait avec plus d'acharnement les commissaires du pouvoir exécutif, et où l'on parlait avec plus d'amertume de la montagne, des sociétés patriotiques, de la commune de Paris et des plus intrépides défenseurs des droits du peuple.
Locuteur: Goupilleau
...sse cette vérité lui imprimer l'horreur de la tyrannie et le besoin de venger ses propres injures, en servant la cause de la liberté ! ...ir avec ignominie : elle reconnaîtra combien nous avons été sages pour elle. Puisse cette vérité lui imprimer l'horreur de la tyrannie et le besoin de venger ses propres injures, en servant la cause de la liberté !
Locuteur: Goupilleau
Bans le courant du mois de septembre de l'année dernière, époque à laquelle le ...
...mmençait à gouverner par des magistrats de son choix, Banton, ministre de la justice, présente au conseil exécutif un jeune homme, ami de la Rouerie et membre de l'un des comités de l'asSociation. Ce jeune homme en développe exactement tous les plans, et fait offre de ses services, pour les entraver ou les ...
Bans le courant du mois de septembre de l'année dernière, époque à laquelle le peuple était debout, et commençait à gouverner par des magistrats de son choix, Banton, ministre de la justice, présente au conseil exécutif un jeune homme, ami de la Rouerie et membre de l'un des comités de l'asSociation. Ce jeune homme en développe exactement tous les plans, et fait offre de ses services, pour les entraver ou les anéantir.
Locuteur: Goupilleau
Le roi de Prusse était alors dans les plaines de la Champagne ; la levée de boucliers était à la veille de, s'opérer dans les départements de l'Occident ; et la descente de nos côtes par les émigrés réunis dans les îles de Jersey et GUernesey, devait avoir lieu ... Le roi de Prusse était alors dans les plaines de la Champagne ; la levée de boucliers était à la veille de, s'opérer dans les départements de l'Occident ; et la descente de nos côtes par les émigrés réunis dans les îles de Jersey et GUernesey, devait avoir lieu au plus tard pour le 10 octobre.
Locuteur: Goupilleau
Il n'y avait pas de temps à perdre pour dissoudre cette lig... Il n'y avait pas de temps à perdre pour dissoudre cette ligue formidable ; mais les administrations des lieux étaient suspectes, l'esprit p...

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 41
Locuteur: Goupilleau
...lait mettre dans cette opération autant de prudence q*ue d'activité; l'on ne pouva...
...écide à y envoyer un commissaire revêtu de pouvoirs illimités, qui lui seraient conférés par le comité de sûreté générale, et maître de requérir à son gré les officiers civils...
...ce armée, pour s'en faire assister hors de leur arrondissement, s'il le jugeait indispensable au succès de sa mission.
blic y était très mauvais et l'association fort clairvoyante. Il fallait mettre dans cette opération autant de prudence q*ue d'activité; l'on ne pouvait pas y employer indistinctement les magistrats et les gardes nationales. Le conseil exécutif se décide à y envoyer un commissaire revêtu de pouvoirs illimités, qui lui seraient conférés par le comité de sûreté générale, et maître de requérir à son gré les officiers civils et la force armée, pour s'en faire assister hors de leur arrondissement, s'il le jugeait indispensable au succès de sa mission.
Locuteur: Goupilleau
...e plus concouru à déjouer les manœuvres de l'aristocratie dans le cours de la révolution,* et sur lequel on a dû s...
...ouvait toujours nous être utile, venait de livrer à la justice tous les chefs d'une pareille association sur 80 lieues de pays dans les départements connus autrefois sous le nom du Dauphiné, de la Provence et du Languedoc, depuis Gre...
...ntré dans cette grande affaire, où près de 1,500 personnages, plus ou moins influençants, ont payé de leurs têtes leur criminelle audace, une...
...scernement supérieur à toutes les ruses de l'aristocratie; et l'on a peine à conce...
...des hommes dont les travaux, comme militaire et comme observateur citoyen, ont le plus concouru à déjouer les manœuvres de l'aristocratie dans le cours de la révolution,* et sur lequel on a dû se taire jusqu'à présent, par cela seul qu'il pouvait toujours nous être utile, venait de livrer à la justice tous les chefs d'une pareille association sur 80 lieues de pays dans les départements connus autrefois sous le nom du Dauphiné, de la Provence et du Languedoc, depuis Grenoble jusqu'à Nîmes. Il avait montré dans cette grande affaire, où près de 1,500 personnages, plus ou moins influençants, ont payé de leurs têtes leur criminelle audace, une fermeté inébranlable, une discrétion à toute épreuve, un discernement supérieur à toutes les ruses de l'aristocratie; et l'on a peine à concevoir comment il existe encore, après les blessures qu'il y a reçues et les dange...
Locuteur: Goupilleau
Le comité de sûreté générale et le conseil exécutif ...
...elle mission. Il se rend, avec un homme de son choix, dans le département de l'Ille-et-Vilaine, muni de tous les titres dont il avait besoin po...
...'association consternée par la nouvelle de la retraite du roi de Prusse. Les insulaires de Jersey et de Guernesey, très mécontents des rassembl...
...aut, que le gouvernement anglais venait de mettre un embargo sur les deux îles. Ce...
...ent. La Rouerie seul n'avait rien perdu de sa fierté : cet infatigable conspirateur courait de châteaux en châteaux, de comités en comités pour réveiller toute...
...s les forêts et sur les montagnes, armé de toutes pièces, il ne tenait jamais les ...
...s, et il ne s'arrêtait jamais deux fois de suite au même endroit. La difficulté de se saisir de cet homme, aussi prudent qu'intrépide, ...
... longtemps le brave Cadenne, lieutenant de la gendarmerie, suivait partout sans pouvoir l'atteindre, et le défaut de ces preuves matérielles, que l'aristocr...
...ar l'association, rendaient la position de nos émissaires fort embarrassante.
Le comité de sûreté générale et le conseil exécutif ne pouvaient mieux déférer cette nouvelle mission. Il se rend, avec un homme de son choix, dans le département de l'Ille-et-Vilaine, muni de tous les titres dont il avait besoin pour se faire reconnaître dans l'occasion; et celui qui avait donné l'éveil sur to...
...passer tous les avertissements nécessaires : mais à leur arrivée, ils trouvent l'association consternée par la nouvelle de la retraite du roi de Prusse. Les insulaires de Jersey et de Guernesey, très mécontents des rassemblements d'émigrés qui s'étaient faits au milieu d'eux, en avaient crié si haut, que le gouvernement anglais venait de mettre un embargo sur les deux îles. Ces revers avaient jeté tout le parti dans l'abattement. La Rouerie seul n'avait rien perdu de sa fierté : cet infatigable conspirateur courait de châteaux en châteaux, de comités en comités pour réveiller toutes les espérances; il se reposait rarement. Toujours errant dans les forêts et sur les montagnes, armé de toutes pièces, il ne tenait jamais les sentiers battus; passait souvent la nuit dans des grottes inaccessibles pour tout autre, au pied d'un chêne ou dans un ravin. Tous les gîtes lui étaient bons, et il ne s'arrêtait jamais deux fois de suite au même endroit. La difficulté de se saisir de cet homme, aussi prudent qu'intrépide, que depuis longtemps le brave Cadenne, lieutenant de la gendarmerie, suivait partout sans pouvoir l'atteindre, et le défaut de ces preuves matérielles, que l'aristocratie savait si bien exiger quand elle était surprise et que des magistrats abusé...
...inaient à regarder comme nécessaires, surtout dans les départements influencés par l'association, rendaient la position de nos émissaires fort embarrassante.
Locuteur: Goupilleau
L'explorateur de la conjuration pénétrait, L'explorateur de la conjuration pénétrait,
Locuteur: Goupilleau
... des associés; il s'agissait même alors de le députer auprès des ci-devant princes avec un membre du conseil de guerre séant à la Fosse-Hinguant, pour se concerter, avec eux, sur les moyens de rétablir promptement l'harmonie dans le...
...s importantes. L'on sentit la nécessité de suspendre, et il partit pour Coblentz.
d'ailleurs, chaque jour plus avant dans la confiance des associés; il s'agissait même alors de le députer auprès des ci-devant princes avec un membre du conseil de guerre séant à la Fosse-Hinguant, pour se concerter, avec eux, sur les moyens de rétablir promptement l'harmonie dans les mouvements respectifs des rebelles et des armées étrangères. Cela pouvait conduire à des découvertes importantes. L'on sentit la nécessité de suspendre, et il partit pour Coblentz.
Locuteur: Goupilleau
C'est dans le mois de janvier que notre véritable protée revint du pays de l'émigration, apportant la nouvelle que tous les plans étaient repris pour le mois de mars de cette année; qu'à cette époque, la descente sur nos côtes occidentales, et la levée de boucliers dans les départements de la ligue, devaient se faire simultanément avec l'invasion de notre territoire par les puissances bel...
...d-Est, au Midi et à l'Orient. Il tenait de Calonne que l'aristocratie pouvait compter sur un parti considérable dans l'intérieur de nos cités, les plus importantes par leu...
...uvernement anglais avait eu la bassesse de faire fabriquer, lui-même, pour 200 millions de faux assignats dans les valeurs de trois cents, de deux cents, et de cinq livres, afin d'acheter des partisans, et dans l'intention de renverser notre crédit.
C'est dans le mois de janvier que notre véritable protée revint du pays de l'émigration, apportant la nouvelle que tous les plans étaient repris pour le mois de mars de cette année; qu'à cette époque, la descente sur nos côtes occidentales, et la levée de boucliers dans les départements de la ligue, devaient se faire simultanément avec l'invasion de notre territoire par les puissances belligérantes, au Nord-Est, au Midi et à l'Orient. Il tenait de Calonne que l'aristocratie pouvait compter sur un parti considérable dans l'intérieur de nos cités, les plus importantes par leur population, leurs richesses ou leur situation, et que le gouvernement anglais avait eu la bassesse de faire fabriquer, lui-même, pour 200 millions de faux assignats dans les valeurs de trois cents, de deux cents, et de cinq livres, afin d'acheter des partisans, et dans l'intention de renverser notre crédit.
Locuteur: Goupilleau
Entre autres anecdotes de quelqu'intérêt pour l'histoire, il dit ...
... furent qu'une comédie. Cette assertion de la part d'un homme qui a malheureusement fourni trop de preuves de ce qu'il avait avancé d'ailleurs, soute...
...détails tels qu'il les a donnés à cause de leur liaison avec des événements qui on...
... Favras ne parlât. Il lui fit promettre de le sauver, s'il voulait garder le silen...
...en indiqua les moyens, et on s'empressa de les lui faire connaître dans sa prison. Sous prétexte de rendre son supplice plus apparent, et réellement pour que le peuple ne pût s'apercevoir de la supercherie, l'on donna à sa potence...
...ourroies qui prenaient depuis la plante de ses pieds jusqu'à son col, où elles étaient attachées à un collier de fer coloré, on parvint à lui épargner j...
...n, que l'on trouva encore mille raisons de retarder jusqu'à l'entrée de la nuit, se fit à la lueur trompeuse des flambeaux. Sa famille se hâta de l'enlever et il disparut (1).
Entre autres anecdotes de quelqu'intérêt pour l'histoire, il dit avoir vu, dans la maison du vieux Broglie, le trop fameux Favras, dont le jugement et le supplice ne furent qu'une comédie. Cette assertion de la part d'un homme qui a malheureusement fourni trop de preuves de ce qu'il avait avancé d'ailleurs, soutenue par plusieurs autres témoins également sérieux, étant d'un certain poids : l'on me pardonnera sans doute d'en insérer ici les détails tels qu'il les a donnés à cause de leur liaison avec des événements qui ont influé sur notre destinée: Le ci-d'evant Monsieur, qui devait périr sur un échafaud dans cette affaire que l'on connaîtra peut-être bien un jour, tremblait que Favras ne parlât. Il lui fit promettre de le sauver, s'il voulait garder le silence. Un docteur anglais en indiqua les moyens, et on s'empressa de les lui faire connaître dans sa prison. Sous prétexte de rendre son supplice plus apparent, et réellement pour que le peuple ne pût s'apercevoir de la supercherie, l'on donna à sa potence une hauteur prodigieuse, et, par des courroies qui prenaient depuis la plante de ses pieds jusqu'à son col, où elles étaient attachées à un collier de fer coloré, on parvint à lui épargner jusqu'à la moindre douleur, en lui conservant la vie. Cette opération, que l'on trouva encore mille raisons de retarder jusqu'à l'entrée de la nuit, se fit à la lueur trompeuse des flambeaux. Sa famille se hâta de l'enlever et il disparut (1).

Séance du vendredi 4 octobre 1793

page 42
Locuteur: Goupilleau
Côtes-du-Nord et de la Manche, venait encore à l'appui de ses découvertes. Côtes-du-Nord et de la Manche, venait encore à l'appui de ses découvertes.
Locuteur: Goupilleau
Il était possible de porter la Rouerie à appeler le ci-devan...
...ions pris des mesures pour nous assurer de sa personne, de celle de Calonne, et de plusieurs autres qui l'auraient infaill...
...parti, et l'observateur se faisait fort de l'y déterminer. Si cette affaire eût ét...
...esponsable, ne se sentit pas le courage de le tenter. Après une mûre délibération, l'on convient de se borner à l'arrestation des chefs contre lesquels on avait acquis assez de preuves, et l'observateur retourne au m...
...urés, pour indiquer leurs noms, le lieu de leur demeure, le moment de les saisir, et les dépôts de leurs papiers. Il fallait cependant compter sur une explosion très considérable de la fureur des associés, à l'époque de ce coup d'Etat. Morillon demande 7,000 hommes t avant de partir, il en règle le mouvement, de concert avec le ministre des affaires étrangères et le ministre de la guerre; et, plein de confiance dans les arrangements qui ven...
...re pris, il se rend dans le département de l'Ille-et-Vilaine, à portée de recevoir de son correspondant tous les renseignements nécessaires, et de remplir avec exactitude les intentions ...
Il était possible de porter la Rouerie à appeler le ci-devant comte d'Artois pour se mettre à la tête des émigrés dans la descente projetée, tandis que nous aurions pris des mesures pour nous assurer de sa personne, de celle de Calonne, et de plusieurs autres qui l'auraient infailliblement accompagné. On n'en était, point éloigné dans le parti, et l'observateur se faisait fort de l'y déterminer. Si cette affaire eût été bien conduite, le succès n'en était pas douteux; mais le conseil exécutif y tr...
...et le ministre des affaires étrangères, Lebrun, qui en eût été personnellement responsable, ne se sentit pas le courage de le tenter. Après une mûre délibération, l'on convient de se borner à l'arrestation des chefs contre lesquels on avait acquis assez de preuves, et l'observateur retourne au milieu des conjurés, pour indiquer leurs noms, le lieu de leur demeure, le moment de les saisir, et les dépôts de leurs papiers. Il fallait cependant compter sur une explosion très considérable de la fureur des associés, à l'époque de ce coup d'Etat. Morillon demande 7,000 hommes t avant de partir, il en règle le mouvement, de concert avec le ministre des affaires étrangères et le ministre de la guerre; et, plein de confiance dans les arrangements qui venaient d'être pris, il se rend dans le département de l'Ille-et-Vilaine, à portée de recevoir de son correspondant tous les renseignements nécessaires, et de remplir avec exactitude les intentions du conseil.
Locuteur: Goupilleau
... fougueuses, n'avait plus été le maître de se contenir. Il venait d'expirer dans des accès de rage. ...eux la Rouerie, dont la raison avait jusqu'alors suffisamment guidé les passions fougueuses, n'avait plus été le maître de se contenir. Il venait d'expirer dans des accès de rage.
Locuteur: Goupilleau
Les chefs de l'association, désespérés de la perte d'Un homme dont le caractère e... Les chefs de l'association, désespérés de la perte d'Un homme dont le caractère et les talents étaient si nécessaires au parti, gardaient le plus profond silence...
Locuteur: Goupilleau
...t secrète, ils avaient eu la précaution de (lui faire signer beaucoup d'ordres en ...
...ue d'éloigner plus longtemps toute idée de sa mort; et son corps avait été mystérieusement enfoui dans un bois voisin du château de la Guyomarais à une lieue de Lamballe.
Pendant sa maladie, qui a duré très peu d'instants, et qu'on a tenue fort secrète, ils avaient eu la précaution de (lui faire signer beaucoup d'ordres en blanc, dans la vue d'éloigner plus longtemps toute idée de sa mort; et son corps avait été mystérieusement enfoui dans un bois voisin du château de la Guyomarais à une lieue de Lamballe.
Locuteur: Goupilleau
Au milieu de toutes les craintes qui les agitèrent pendant quelque temps, et dans la fluctuation de toutes leurs pensées après cette catast...
...ste des souscripteurs. Tous les papiers de La Rouerie, transportés par eux chez le...
...-Hingant, furent enterrés dans un bocal de verre, en attendant Malsaigne, sur lequ...
Au milieu de toutes les craintes qui les agitèrent pendant quelque temps, et dans la fluctuation de toutes leurs pensées après cette catastrophe, ils avaient brûlé la liste des souscripteurs. Tous les papiers de La Rouerie, transportés par eux chez le père Desilles à la Fosse-Hingant, furent enterrés dans un bocal de verre, en attendant Malsaigne, sur lequel on commençait à jeter les yeux pour remplacer cet homme extraordinaire.
Locuteur: Goupilleau
...r, l'association voulait cacher la mort de La Rouerie, jusqu'à l'arrivée de Malsaigne; Morillon devait la publier a...
...t exhumer avec éclat. C'était le moment de s'emparer de la personne des chefs, et de saisir tou...
...bservateur fait passer tous ces détails à Morillon. Il n'y avait point à balancer, l'association voulait cacher la mort de La Rouerie, jusqu'à l'arrivée de Malsaigne; Morillon devait la publier avant cette époque, en le faisant exhumer avec éclat. C'était le moment de s'emparer de la personne des chefs, et de saisir tous leurs papiers; mais il prévoyait les dernières convulsions du parti, et il éta...

Séance du dimanche 13 octobre 1793

- search term matches: (1)

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 470
...re uni-versel [23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 218, col. 1]. (4) Vifs 'applaudissements, d'après le Mercure uni-versel [23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 218, col. 1].
...sans aucun désordre, et que les troupes de la République ont couronné leur immortelle conduite par des actes d'humanité; que la cohorte rebelle est sortie par Vaise, au nombre de 4,000 environ, avec du canoil et des ca...
... que, d'après les rapports qui viennent de leur parvenir, on leur a tué 1,500 homm...
...els se trouve Virieux, plusieurs pièces de canons et des caissons, dont un chargé ...
Us annoncent que leur entrée dans cette ville s'est faite sans aucun désordre, et que les troupes de la République ont couronné leur immortelle conduite par des actes d'humanité; que la cohorte rebelle est sortie par Vaise, au nombre de 4,000 environ, avec du canoil et des caissons chargés d'or, mais qu'on avait pris des mesures, et que, d'après les rapports qui viennent de leur parvenir, on leur a tué 1,500 hommes, pris 60 à 80, du nombre desquels se trouve Virieux, plusieurs pièces de canons et des caissons, dont un chargé d'or.
...yon sans aucun désordre, et les troupes de la Répubhque ont couronné leur immortelle conduite par des actes d'humanité. Personne n'a eu à se plaind...
...eur pain avec les malheureuses victimes de l'aristocratie (4). La cohorte des rebe...
« Nous sommes entrés dans Lyon sans aucun désordre, et les troupes de la Répubhque ont couronné leur immortelle conduite par des actes d'humanité. Personne n'a eu à se plaindre d'aucune violation, et les soldats ont, malgré leur fatigue, partagé leur pain avec les malheureuses victimes de l'aristocratie (4). La cohorte des rebelles est sortie, ainsi que nous l'avons prévu, par l'endroit le plus favorable
...nales, carton ADxvm* 26. Seconde partie de la réponse de Dubois Crancé aux inculpations de ses collègues Couthon et Maignet, p. 159-160. Aulard : Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 350. (2) Archives nationales, carton ADxvm* 26. Seconde partie de la réponse de Dubois Crancé aux inculpations de ses collègues Couthon et Maignet, p. 159-160. Aulard : Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 350.
...bre. La copie imprimée, dans la Réponse de Dubois-Crancé, est datée du 10. M. Aulard, dans son Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, l'a classée au 10 octobre... ...procès-verbal, ainsi, que la plupart des journaux, datent cette lettre du 9 octobre. La copie imprimée, dans la Réponse de Dubois-Crancé, est datée du 10. M. Aulard, dans son Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, l'a classée au 10 octobre.
... DU VINGT-DEUXIÈME JOUR DU PREMIER MOIS DE L'AN II SÉANCE DU VINGT-DEUXIÈME JOUR DU PREMIER MOIS DE L'AN II
Présidence de Charmer Présidence de Charmer
...ple Gauthier et Du-bois-Crancé écrivent de Lyon, sous la date du 9 octobre. Les représentants du peuple Gauthier et Du-bois-Crancé écrivent de Lyon, sous la date du 9 octobre.
Renvoyé au comité de Salut public (1). Renvoyé au comité de Salut public (1).
Suit le texte de la lettre de Dubois-Crancé et Gauthier d'après un do... Suit le texte de la lettre de Dubois-Crancé et Gauthier d'après un document des Archives nationales (2) :
Lettre de Dubois-Crancé et Gauthier, à la Convent... Lettre de Dubois-Crancé et Gauthier, à la Convention.
(1) Procès verbaux de la Convention, t. 23, p. 21. (1) Procès verbaux de la Convention, t. 23, p. 21.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 471
Locuteur: Dupuy
...ur empêcher leur sortie par le quartier de Vaize. Je demande le renvoi de la lettre au comité de Salut pubhc. ...igands était connue, et cependant on n'a pas pris les précautions convenables pour empêcher leur sortie par le quartier de Vaize. Je demande le renvoi de la lettre au comité de Salut pubhc.
Locuteur: Dupuy
de resserrer les liens de la fraternité, et que la paix ne sera point troublée dans le département de l'Oise. de resserrer les liens de la fraternité, et que la paix ne sera point troublée dans le département de l'Oise.
Locuteur: Dupuy
Renvoyé au comité de Salut public (1). Renvoyé au comité de Salut public (1).
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre de Levasseur (2) : Suit la lettre de Levasseur (2) :
Locuteur: Dupuy
mois de l'an II de la République fran- mois de l'an II de la République fran-
Locuteur: Dupuy
...rivé à Beauvais, mon premier soin a été de voir toutes les autorités constituées. ...
... j'ai fait assembler la garde nationale de Beauvais, l'armée révolutionnaire et un bataillon de nouvelle levée. J'ai harangué tous ces corps, je leur ai peint les douceurs de la fraternité et les horreurs de la guerre civile, avec toute la chaleur...
...ession du sentiment qu'un amour brûlant de la hberté peut seul inspirer. J'ai joui...
...i se soit encore offert à moi, les cris de Vive la République, Vive la Montagne, V...
...ntation nationale se sont fait entendre de toutes parts, la joie était peinte sur tous les visages, le besoin de s'aimer et de fraterniser remplissait tous les cœurs....
« Arrivé à Beauvais, mon premier soin a été de voir toutes les autorités constituées. Le même jour j'ai fait assembler la garde nationale de Beauvais, l'armée révolutionnaire et un bataillon de nouvelle levée. J'ai harangué tous ces corps, je leur ai peint les douceurs de la fraternité et les horreurs de la guerre civile, avec toute la chaleur qui est dans mon caractère, et avec cette expression du sentiment qu'un amour brûlant de la hberté peut seul inspirer. J'ai joui du plus beau spectacle qui se soit encore offert à moi, les cris de Vive la République, Vive la Montagne, Vive la représentation nationale se sont fait entendre de toutes parts, la joie était peinte sur tous les visages, le besoin de s'aimer et de fraterniser remplissait tous les cœurs. Je puis assurer à la Convention que dans aucune ville elle n'est plus respectée...
Locuteur: Dupuy
...ubles qui ont eu heu ici sont l'ouvrage de quelques aristocrates qui ont eu l'attention de se cacher derrière le rideau, où j'espère aller les trouver. De faux rapports avaient aigri les esprits...
...des explications dont le résultat a été de resserrer les hens de la fraternité : la paix ne sera point troublée dans le département de l'Oise.
« Les troubles qui ont eu heu ici sont l'ouvrage de quelques aristocrates qui ont eu l'attention de se cacher derrière le rideau, où j'espère aller les trouver. De faux rapports avaient aigri les esprits; hier à la Société populaire il y a eu des explications dont le résultat a été de resserrer les hens de la fraternité : la paix ne sera point troublée dans le département de l'Oise.
Locuteur: Dupuy
Le troisième jour de la troisième décade de ce mois, j'irai à Chaumont où doivent se réunir des députations de tous les districts de ee département, à l'occasion d'une fête civique. -Nous y chanterons l'hymne de la Uberté, et, dans les doux épanchements de l'amitié, nous jurerons de nous aimer toujours, dussent les aristocrates et les modérés en crever de rage. Le troisième jour de la troisième décade de ce mois, j'irai à Chaumont où doivent se réunir des députations de tous les districts de ee département, à l'occasion d'une fête civique. -Nous y chanterons l'hymne de la Uberté, et, dans les doux épanchements de l'amitié, nous jurerons de nous aimer toujours, dussent les aristocrates et les modérés en crever de rage.
Locuteur: Dupuy
... la vérité tout entière. Si les ennemis de notre sainte hberté se sont flattés de voir le département de l'Oise en insurrection, ils se sont bie... ...rapport qui a été fait à la Convention n'est pas exact, je mettrai sous ses yeux la vérité tout entière. Si les ennemis de notre sainte hberté se sont flattés de voir le département de l'Oise en insurrection, ils se sont bien trompés.
Locuteur: Dupuy
...nnaire, la garde nationale et la troupe de ligne feront le service militaire concurremment, les liens de la fraternité les unissent trop pour qu... « L'armée révolutionnaire, la garde nationale et la troupe de ligne feront le service militaire concurremment, les liens de la fraternité les unissent trop pour qu'ils se séparent.
jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793). Aulard : Recueil des Actes et de la Correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 380. jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793). Aulard : Recueil des Actes et de la Correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 380.
jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3). jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3).
(2) D'après le Journal de Perlet [n° 387 du 3° jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 106]. C'est Jagot, et non Dupuy, qui a fait la motion de renvoi au comité de Salut public. (2) D'après le Journal de Perlet [n° 387 du 3° jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 106]. C'est Jagot, et non Dupuy, qui a fait la motion de renvoi au comité de Salut public.
...thier, représentants du peuple, mandent de Lyon, le 9 octobre, que l'armée de la Répubhque y est entrée sans aucun désordre, qu'elle a couronné sa gloire par des actes d'humanité. Tous les soldats ont respec...
...son pain avec les malheureuses victimes de l'aristocratie lyonnaise. Les rebelles ...
...être le plus favorable, par le faubourg de Vaize; ils étaient environ 4.000 et emportaient beaucoup d'or dans des caissons, et de l'artillerie. Les colonnes françaises l...
Dubois-Crancé et Gauthier, représentants du peuple, mandent de Lyon, le 9 octobre, que l'armée de la Répubhque y est entrée sans aucun désordre, qu'elle a couronné sa gloire par des actes d'humanité. Tous les soldats ont respecté les propriétés; nulle vexation n'a été commise. Le soldat, malgré sa fatigue, a partagé son pain avec les malheureuses victimes de l'aristocratie lyonnaise. Les rebelles se sont en effet échappés par le côté que l'on savait être le plus favorable, par le faubourg de Vaize; ils étaient environ 4.000 et emportaient beaucoup d'or dans des caissons, et de l'artillerie. Les colonnes françaises les cernaient, on en a écharpé 1.500; on leur a enlevé leur artillerie et un cais...
pour eux, par Vaise, au nombre de 4.000 environ, avec du canon, des caissons chargés d'or, et la résolution de forcer le passage ou de périr. On avait pris des mesures partou...
...infâme cohorte; et d'après les rapports de ce soir, on leur a tué 1.500 hommes, fa...
...trouve Virieux, enlevé plusieurs pièces de canon, des caissons, dont un chargé d'o...
pour eux, par Vaise, au nombre de 4.000 environ, avec du canon, des caissons chargés d'or, et la résolution de forcer le passage ou de périr. On avait pris des mesures partout où l'on présumait que pourrait déborder cette infâme cohorte; et d'après les rapports de ce soir, on leur a tué 1.500 hommes, fait 80 à 90 prisonniers, au nombre desquels se trouve Virieux, enlevé plusieurs pièces de canon, des caissons, dont un chargé d'or. Les rebelles se sont divisés en plusieurs colonnes, et ce qui en reste a perc...
...du peuple que nous avons reçu le décret de notre rappel : nous obéissons sans murm...
...on devrait toujours faire, même au sein de la victoire.
« Citoyens, c'est au milieu des embrassements du peuple que nous avons reçu le décret de notre rappel : nous obéissons sans murmure; nous savons que nos collègues ont ordre d'examiner notre conduite : c'est précisément ce que nous demandons, et c'est ainsi qu'on devrait toujours faire, même au sein de la victoire.
...les, puisque aucune considération, même de circonstances, ne peut atténuer Sâi jus... « La République est donc assurée sur des bases inébranlables, puisque aucune considération, même de circonstances, ne peut atténuer Sâi justice.
... représentant du peuple Levasseur écrit de Beauvais, que les troubles qui ont eu lieu dans cette ville sont l'ouvrage de quelques aristocrates, que de faux rapports avaient aigri les esprits... Le représentant du peuple Levasseur écrit de Beauvais, que les troubles qui ont eu lieu dans cette ville sont l'ouvrage de quelques aristocrates, que de faux rapports avaient aigri les esprits; mais qu'il y a eu des explications dont le résultat a été (1) Moniteur univers...
Levasseur (de la Sarthe). (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 21. Levasseur (de la Sarthe). (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 21.
...150, plaquette 1214, pièce 26. Bulletin de la Convention du 2e (2) Archives nationales, carton AFji 150, plaquette 1214, pièce 26. Bulletin de la Convention du 2e

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 472
Locuteur: Dupuy
Compte rendu de VAuditeur national (1). Compte rendu de VAuditeur national (1).
Locuteur: Dupuy
(Suit un résumé de la lettre de Levasseur (Sarthe) que nous reproduison... (Suit un résumé de la lettre de Levasseur (Sarthe) que nous reproduisons ci-dessus.)
Locuteur: Dupuy
...nt applaudie (2) et, sur la proposition de Coupé, elle a été renvoyée au comité. Cette lettre a été vivement applaudie (2) et, sur la proposition de Coupé, elle a été renvoyée au comité.
Locuteur: Dupuy
Les administrateurs du département de police de la commune de Paris, font passer le total des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention à l'époque du 20, montant à 2... Les administrateurs du département de police de la commune de Paris, font passer le total des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention à l'époque du 20, montant à 2,739.
Locuteur: Dupuy
...ttre des administrateurs du département de police (4) Suit la lettre des administrateurs du département de police (4)
Locuteur: Dupuy
jour du 1er mois de l'an II de la République une et indivisible. jour du 1er mois de l'an II de la République une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
« Les administrateurs du département de police vous font passer le total journalier des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du département de Paris, à l'époque du vingt. Parmi les i...
... renfermés, il y en a qui sont prévenus de fabrication ou distribution de faux assignats; assassinats, contre-révolution, délits de police municipale, correctionnelle, mil...
« Les administrateurs du département de police vous font passer le total journalier des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du département de Paris, à l'époque du vingt. Parmi les individus qui y sont renfermés, il y en a qui sont prévenus de fabrication ou distribution de faux assignats; assassinats, contre-révolution, délits de police municipale, correctionnelle, militaire, et d'autres pour délits légers.
Locuteur: Dupuy
... remises par les concierges des maisons de justice et d'arrêt du département de Paris. « Certifié conforme aux feuilles journalières à nous remises par les concierges des maisons de justice et d'arrêt du département de Paris.
Locuteur: Dupuy
...e; il rend compte des succès des armées de la République contre les Piémontais, qu...
... asile dans les rochers, et que l'arbre de la liberté, replanté de nouveau, se balance déjà sur toutes les...
lanches, en date du 1er octobre; il rend compte des succès des armées de la République contre les Piémontais, que l'ennemi en déroute cherche un asile dans les rochers, et que l'arbre de la liberté, replanté de nouveau, se balance déjà sur toutes les contrées insurgées.
Locuteur: Dupuy
...t des troupes du Faucigny, au Président de la Convention nationale. Le commandant des troupes du Faucigny, au Président de la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la République française une et indivisi... , l'an II de la République française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
... un asile dans les rochers, et l'arlbre de la liberté* replanté de nouveau, se balance déjà sur toutes les... « Vive la liberté ! Vive la République ! Victoire ! L'ennemi en déroute cherche un asile dans les rochers, et l'arlbre de la liberté* replanté de nouveau, se balance déjà sur toutes les contrées insurgées.
Locuteur: Dupuy
...ruit que l'ennemi se fortifiait au pont de Saint-Martin, et que déjà il avait environné de retranchements le poste de Méribelle, je me suis mis en marche sur trois colonnes. Celles de droite et de gauche fortes chacune de 300 hommes, parties de Cluses le 28 aux approches de la nuit, devaient s'emparer des hauteurs, tandis que je m'avancerais à la tête de la colonne du centre pour faciliter leu...
...cé. A mon approche, les premiers postes de l'ennemi se sont repliés jusqu'à une redoute qu'il avait établie en avant de Méribelle de l'autre côté de la rivière, et dont le feu était dans le cas de m'inquiéter beaucoup. Je me suis empressé de le répousser de ce poste avantageux et de le faire occuper par nos troupes. La co...
...che, je me suis avancé à la demi-portée de canon de la redoute de Méribelle. J'ai commencé l'attaque par un feu très vif : les colonnes de droite et de gauche ayant eu à gravir, par des senti...
...r encore à leur destination; la colonne de gauche, commandée par le citoyen Sarret...
...venue, en se frayant un chemin au moyen de la baïonnette, à travers des rochers qu...
...ur les hauteurs qui dominent la redoute de Méribelle. L'ennemi, prévenu de sa marche par un poste avancé, l'attend...
...ombre supérieur, sur un plateau couvert de tous côtés par des rochers et des préci...
« Instruit que l'ennemi se fortifiait au pont de Saint-Martin, et que déjà il avait environné de retranchements le poste de Méribelle, je me suis mis en marche sur trois colonnes. Celles de droite et de gauche fortes chacune de 300 hommes, parties de Cluses le 28 aux approches de la nuit, devaient s'emparer des hauteurs, tandis que je m'avancerais à la tête de la colonne du centre pour faciliter leur attaque. En effet, le lendemain, à la pointe du jour, je me suis avancé. A mon approche, les premiers postes de l'ennemi se sont repliés jusqu'à une redoute qu'il avait établie en avant de Méribelle de l'autre côté de la rivière, et dont le feu était dans le cas de m'inquiéter beaucoup. Je me suis empressé de le répousser de ce poste avantageux et de le faire occuper par nos troupes. La colonne n'étant plus arrêtée dans sa marche, je me suis avancé à la demi-portée de canon de la redoute de Méribelle. J'ai commencé l'attaque par un feu très vif : les colonnes de droite et de gauche ayant eu à gravir, par des sentiers affreux, à travers des précipices, n'avaient pu parvenir encore à leur destination; la colonne de gauche, commandée par le citoyen Sarret, après avoir marché toute la nuit était parvenue, en se frayant un chemin au moyen de la baïonnette, à travers des rochers que nul être n'avait franchis, sur les hauteurs qui dominent la redoute de Méribelle. L'ennemi, prévenu de sa marche par un poste avancé, l'attendait en bataille, en nombre supérieur, sur un plateau couvert de tous côtés par des rochers et des précipices, et dont il fallait s'emparer pour se porter sur Méribelle.
Locuteur: Dupuy
« Les soldats de la République, après un combat très opi... « Les soldats de la République, après un combat très opiniâtre, mirent l'ennemi en désordre, et, franchissant les précipices, le contrai...
... du Faucigny, écrit du quartier général de Sal- (1) Auditeur national [n° 371 du 23" jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3]. Le citoyen Verdelin, commandant des troupes du Faucigny, écrit du quartier général de Sal- (1) Auditeur national [n° 371 du 23" jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3].
24e jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 1303, col. 2), mentionnent également que la lecture de cette lettre fut accueillie par des app... 24e jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 1303, col. 2), mentionnent également que la lecture de cette lettre fut accueillie par des applaudissements.
...74, dossier 693. Supplément au Bulletin de la Convention du 2° jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793). (2) Archives nationales, carton C 274, dossier 693. Supplément au Bulletin de la Convention du 2° jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
Commune de Paris, le 21e Commune de Paris, le 21e
(3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23. p. 22. (3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23. p. 22.
« Au quartier général de Sa-lanches, le 1er « Au quartier général de Sa-lanches, le 1er
octobre 1793 octobre 1793
Deux fois, à différentes reprises, fort de l'asile qu'il s'était favorisé, il s'est rallié; deux fois (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22. Deux fois, à différentes reprises, fort de l'asile qu'il s'était favorisé, il s'est rallié; deux fois (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 473
Locuteur: Dupuy
...n patriotique qui consiste en une croix de Saint-Louis, une soupière en argent ave...
...nous a été remis par le patriote Thomé, de la commune de Brignais, lequel s'est souvent distingué par de pareils actes.
« Nous vous envoyons par ce même courrier un don patriotique qui consiste en une croix de Saint-Louis, une soupière en argent avec son couvercle et sa soucoupe. Ce don nous a été remis par le patriote Thomé, de la commune de Brignais, lequel s'est souvent distingué par de pareils actes.
Locuteur: Dupuy
... été vif jusqu'à la nuit, et les succès de cette journée ont beaucoup favorisé ceu... il a été repoussé jusqu'à sa dernière retraite (1). Le feu a été vif jusqu'à la nuit, et les succès de cette journée ont beaucoup favorisé ceux du lendemain.
Locuteur: Dupuy
...r mon feu; l'ennemi, déconcerté, chassé de ses retranchements, a été complètement ... ...t du fusil, il s'est précipité sur la redoute. Au même moment j'ai fait redoubler mon feu; l'ennemi, déconcerté, chassé de ses retranchements, a été complètement mis en déroute, et ne pouvant se rallier, il s'est retiré par le passage du Bonh...
Locuteur: Dupuy
« Nous avons perdu très peu de monde. Parmi les morts se trouve un officier. La perte de l'ennemi a été très considérable. Toutes les hauteurs de Méribelle sont teintes de son sang et jonchées de cadavres. Nous avons fait deux officiers prisonniers, et environ 50 hommes de troupes de ligne piémontaise, qui ont été accueilhs par les soldats de la République avec fraternité, sans comprendre un grand nombre de rebelles qui, pris les armes à la main,... « Nous avons perdu très peu de monde. Parmi les morts se trouve un officier. La perte de l'ennemi a été très considérable. Toutes les hauteurs de Méribelle sont teintes de son sang et jonchées de cadavres. Nous avons fait deux officiers prisonniers, et environ 50 hommes de troupes de ligne piémontaise, qui ont été accueilhs par les soldats de la République avec fraternité, sans comprendre un grand nombre de rebelles qui, pris les armes à la main, ont été fusillés, conformément à la loi.
Locuteur: Dupuy
« Nous avons pris une pièce de campagne de trois hvres de balle, trois pièces de moindre calibre, des caissons, 20.000 cartouches, 5 caisses de gargousses. « Nous avons pris une pièce de campagne de trois hvres de balle, trois pièces de moindre calibre, des caissons, 20.000 cartouches, 5 caisses de gargousses.
Locuteur: Dupuy
...t-Gervais et par Megèves; si la colonne de droite s'était rendue 9» Sâi destinatio...
...ingénieurs, il n'avait eu la précaution de rompre le chemin en plusieurs endroits,...
« L'ennemi s'est évadé par Saint-Gervais et par Megèves; si la colonne de droite s'était rendue 9» Sâi destination et avait pu donner, il ne se serait point échappé un seul homme. Mais des diff...
... pu parcourir à couper la retraite à l'ennemi, si, parfaitement secondé par ses ingénieurs, il n'avait eu la précaution de rompre le chemin en plusieurs endroits, et d'inutiliser par là notre cavalerie.
Locuteur: Dupuy
« Nous devons le succès de cette journée à la bravoure et à l'intelligence du citoyen Sarret, chef de l'état-major. L'armée entière réclame s...
...s services qu'il a rendus; et, aux cris de Vive la République, elle y mêle ceux de vive Sarret, récompense à Sarret.
« Nous devons le succès de cette journée à la bravoure et à l'intelligence du citoyen Sarret, chef de l'état-major. L'armée entière réclame son avancement, en récompense des services qu'il a rendus; et, aux cris de Vive la République, elle y mêle ceux de vive Sarret, récompense à Sarret.
Locuteur: Dupuy
...ommes parvenus à découvrir les 4 pièces de canon qu'il avait emportées et enterrées près de Notre-Dame-de-la-Gorge et que la vivacité de notre poursuite ne lui a pas permis d'e... recherches nous sommes parvenus à découvrir les 4 pièces de canon qu'il avait emportées et enterrées près de Notre-Dame-de-la-Gorge et que la vivacité de notre poursuite ne lui a pas permis d'emporter au delà du Bonhomme (1).
Locuteur: Dupuy
...administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon annoncent que les jeunes agriculteurs des campagnes de ce district demandent instamment à s'élancer sur nos ennemis pour en purger le sol de la liberté. Les administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon annoncent que les jeunes agriculteurs des campagnes de ce district demandent instamment à s'élancer sur nos ennemis pour en purger le sol de la liberté.
Locuteur: Dupuy
...n patriotique qui consiste en une croix de Saint-Louis, une soupière en argent ave...
...ur a été transmis par le citoyen Thomé, de la commune de Brignais, au patriotisme duquel ils s'empressent de rendre hommage.
Ils envoient en même temps un don patriotique qui consiste en une croix de Saint-Louis, une soupière en argent avec son couvercle et sa soucoupe, et qui leur a été transmis par le citoyen Thomé, de la commune de Brignais, au patriotisme duquel ils s'empressent de rendre hommage.
Locuteur: Dupuy
...administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon (3) : Suit la lettre des administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon (3) :
Locuteur: Dupuy
...administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon, à la Convention nationale. Les administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon, à la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la Répubhque une et indivisible. , l'an II de la Répubhque une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...utaires ne parvenaient plus au district de la campagne de Lyon, si vos collègues envoyés près l'a...
...tabhssant un district provisoire chargé de remplacer celui séant à Lyon, dont une ...
« Vos décrets salutaires ne parvenaient plus au district de la campagne de Lyon, si vos collègues envoyés près l'armée des Alpes n'y eussent remédié en étabhssant un district provisoire chargé de remplacer celui séant à Lyon, dont une partie des membres s'est laissée entraîner dans la parti contre-révolutionnaire.
Locuteur: Dupuy
...sentants, que vos collègues ont chargés de ces fonctions importantes; nous n'avons pas hésité d'accepter, persuadés que de vrais répubhcains se doivent tout entie... « C'est nous, représentants, que vos collègues ont chargés de ces fonctions importantes; nous n'avons pas hésité d'accepter, persuadés que de vrais répubhcains se doivent tout entiers à leur patrie.
Locuteur: Dupuy
« Déjà nous avons la satisfaction de vous annoncer que les jeunes agriculteurs des campagnes de ce district demandent instamment à s'élancer sur nos ennemis pour en purger le sol de la hberté, nous entretiendrons de tout notre pouvoir ce feu sacré qui fai... « Déjà nous avons la satisfaction de vous annoncer que les jeunes agriculteurs des campagnes de ce district demandent instamment à s'élancer sur nos ennemis pour en purger le sol de la hberté, nous entretiendrons de tout notre pouvoir ce feu sacré qui fait la force des peuples libres.
...es, qui étaient cachées dans la redoute de Méribelle; et après de vives (1) Applaudissements, d'après le Mercure universel [23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octo- bre 1793), p. 218, col. 2]. ...igé d'abandonner. Dans ce moment-ci, on vient d'en découvrir douze grandes caisses, qui étaient cachées dans la redoute de Méribelle; et après de vives (1) Applaudissements, d'après le Mercure universel [23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octo- bre 1793), p. 218, col. 2].
...res [n* 286 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1300, col. 2]. ...re le bonheur (1) Applaudissements, d'après les Annales patriotiques et littéraires [n* 286 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1300, col. 2].
Neuville-sur-Saône, ce 5 octobre 1793 Neuville-sur-Saône, ce 5 octobre 1793
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 474
Locuteur: Dupuy
Dans la séance publique de l'Administration provisoire du district de la campagne de Lyon, séant à Neuville-sur-Saône; du 28 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisi... Dans la séance publique de l'Administration provisoire du district de la campagne de Lyon, séant à Neuville-sur-Saône; du 28 septembre 1793, l'an II de la République française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon, séant à Neuville-sur-Saône. « Nous sommes fraternellement les administrateurs provisoires du district de la campagne de Lyon, séant à Neuville-sur-Saône.
Locuteur: Dupuy
Déclaration de l'Administration provisoire du district de la campagne de Lyon (1), Déclaration de l'Administration provisoire du district de la campagne de Lyon (1),
Locuteur: Dupuy
Des députés de la municipalité de Brignais se sont présentés à l'Administ...
...éposé sur le bureau deux procès-verbaux de ladite municipalité, en date des 24 fév...
...tant d'une manière honorable les traits de patriotisme et les vertus civiques qui ...
...mment distingué, depuis le commencement de la Révolution^ le citoyen Thomé, comme ...
Des députés de la municipalité de Brignais se sont présentés à l'Administration et ont déposé sur le bureau deux procès-verbaux de ladite municipalité, en date des 24 février et 27 septembre derniers ; le premier constatant d'une manière honorable les traits de patriotisme et les vertus civiques qui ont constamment distingué, depuis le commencement de la Révolution^ le citoyen Thomé, comme l'ami et le défenseur du nouvel ordre des choses, dont il a cherché par tous ses...
Locuteur: Dupuy
...é n'a pas seulement concouru au bonheur de sa patrie par ses facultés morales, mai...
...tudes réitérées et plusieurs sacrifices de cette nature dont est fait mention dans...
Que ledit Thomé n'a pas seulement concouru au bonheur de sa patrie par ses facultés morales, mais encore par ses facultés physiques, ayant procuré fc ses frais des hommes à ladite commune qui n'en put point obtenir du département malgré ses sollicitudes réitérées et plusieurs sacrifices de cette nature dont est fait mention dans ledit procès-verbal.
Locuteur: Dupuy
...onstatant le don patriotique que venait de faire à la République, entre les mains de la municipalité dudit Brignais, le même citoyen Thomé, d'une seconde croix de Saint-Louis et d'une soupière en argent...
...rande patriotique, que ne pouvant payer de sa personne à cause de sa mauvaise santé, il voulait au moins ...
...lui était possible, contribuer au salut de la Répubhque.
Le second constatant le don patriotique que venait de faire à la République, entre les mains de la municipalité dudit Brignais, le même citoyen Thomé, d'une seconde croix de Saint-Louis et d'une soupière en argent avec son assiette, déclarant généreusement par la lettre dont il fit accompagner cette offrande patriotique, que ne pouvant payer de sa personne à cause de sa mauvaise santé, il voulait au moins autant qu'il lui était possible, contribuer au salut de la Répubhque.
Locuteur: Dupuy
Les députés de ladite commune ont déposé en même temps sur le bureau le dernier don que venait de faire à la patrie ce brave républicain. Les députés de ladite commune ont déposé en même temps sur le bureau le dernier don que venait de faire à la patrie ce brave républicain.
Locuteur: Dupuy
...rifier au bonheur général non seulement de vains titres, mais encore une partie de leur fortune; et après avoir ouï le pro...
...e conseil a arrêté que ledit don serait de suite envoyé à la Convention nationale ...
...e, avec extrait des deux procès-verbaux de la commune de Brignais, et de la présente déclaration.
désintéressés pour sacrifier au bonheur général non seulement de vains titres, mais encore une partie de leur fortune; et après avoir ouï le procureur syndic, le conseil a arrêté que ledit don serait de suite envoyé à la Convention nationale pour le rendre profitable à la République, avec extrait des deux procès-verbaux de la commune de Brignais, et de la présente déclaration.
Locuteur: Dupuy
...homé pour lui témoigner la satisfaction de toute l'Administration et pour laisser ... Que pareils extraits seraient envoyés au citoyen Thomé pour lui témoigner la satisfaction de toute l'Administration et pour laisser à ses neveux un exemple bien digne d'être imité.
Locuteur: Dupuy
Extrait des registres de la municipalité de Brignais, canton de Saint- Genis-Laval (I). Extrait des registres de la municipalité de Brignais, canton de Saint- Genis-Laval (I).
Locuteur: Dupuy
...sept cent quatre-vingt-treize, Fan deux de la Répubhque, nous maire, officiers municipaux et notables de la commune de Brignais, assemblés dans le heu ordinaire de nos séances; Ce jourd'hui, vingt-quatre février mil sept cent quatre-vingt-treize, Fan deux de la Répubhque, nous maire, officiers municipaux et notables de la commune de Brignais, assemblés dans le heu ordinaire de nos séances;
Locuteur: Dupuy
"Considérant que depuis le commencement de la Révolution le citoyen Thomé s'est mo...
...e l'ami et le défenseur du nouvel ordre de choses;
"Considérant que depuis le commencement de la Révolution le citoyen Thomé s'est montré d'une manière distinguée l'ami et le défenseur du nouvel ordre de choses;
Locuteur: Dupuy
...péré plus que personne à l'organisation de la garde nationale et qu'il a occupé av... Qu'il a coopéré plus que personne à l'organisation de la garde nationale et qu'il a occupé avec un zèle éclatant les premières places dans cette force armée;
Locuteur: Dupuy
...don à la commune, pendant tout le temps de la guerre, d'une pension de mille dix hvres bien acquise par ses services militaire, et gagnée au péril de sa vie; Qu'il a fait généreusement l'abandon à la commune, pendant tout le temps de la guerre, d'une pension de mille dix hvres bien acquise par ses services militaire, et gagnée au péril de sa vie;
Locuteur: Dupuy
Et enfin qu'il vient encore de remettre en nos mains une croix de Saint-Louis, deux cachets, un tire-bouc...
...t en argent, pour servir à l'équipement de nos frères qui combattent les ennemis de la Répubhque.
Et enfin qu'il vient encore de remettre en nos mains une croix de Saint-Louis, deux cachets, un tire-bouchon, son étui et une garde d'épée, le tout en argent, pour servir à l'équipement de nos frères qui combattent les ennemis de la Répubhque.
Locuteur: Dupuy
..., que ledit citoyen Thomé a bien mérité de la commune de Brignais. Avons déclaré unanimement et avec solennité, que ledit citoyen Thomé a bien mérité de la commune de Brignais.
Locuteur: Dupuy
Lui avons décerné, en faveur de ses vertus civiques, une couronne de chêne, seul hommage digne d'un vrai rép... Lui avons décerné, en faveur de ses vertus civiques, une couronne de chêne, seul hommage digne d'un vrai républicain comme lui.
Locuteur: Dupuy
...ui sera présentée par nous et que copie de la présente déhbération lui sera remise, et sera affichée à la porte de la maison commune et sur l'arbre de la hberté. Et avons arrêté qu'elle lui sera présentée par nous et que copie de la présente déhbération lui sera remise, et sera affichée à la porte de la maison commune et sur l'arbre de la hberté.
...s députés d'assurer ledit citoyen Thomé de sa reconnaissance et des déhcieuses sen... Le conseil, sensible à un pareil dévouement à la chose pubhque, a chargé lesdits députés d'assurer ledit citoyen Thomé de sa reconnaissance et des déhcieuses sensations qu'a éprouvées chaque membre en voyant qu'il existait encore dans sa cas...

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 475
Locuteur: Dupuy
... étant assemblés dans le lieu ordinaire de nos séances, il nous a été apporté de la part du citoyen Thomé, une croix de Saint-Louis et une soupière en argent a...
...le il nous déclare que ne pouvant payer de sa personne à cause de sa mauvaise santé, il veut autant qu'il est possible contribuer au salut de la République, et il a été délibéré et arrêté qu'il serait fait mention de ce don sur nos registres, qu'un de nous serait député auprès dudit citoyen Thomé pour le remercier, au nom de la nation de ce don qui, joint à tous ceux qu'il a d...
... toujours eu pour la patrie ; que copie de la présente délibération lui sera délivrée et qu'on fera part au district de la campagne séant à Neuville, de cet acte de générosité.
Nous maire et officiers municipaux étant assemblés dans le lieu ordinaire de nos séances, il nous a été apporté de la part du citoyen Thomé, une croix de Saint-Louis et une soupière en argent avec son assiette; une lettre dudit Thomé par laquelle il nous déclare que ne pouvant payer de sa personne à cause de sa mauvaise santé, il veut autant qu'il est possible contribuer au salut de la République, et il a été délibéré et arrêté qu'il serait fait mention de ce don sur nos registres, qu'un de nous serait député auprès dudit citoyen Thomé pour le remercier, au nom de la nation de ce don qui, joint à tous ceux qu'il a déjà faits, annonce cet "amour inaltérable qu'il a toujours eu pour la patrie ; que copie de la présente délibération lui sera délivrée et qu'on fera part au district de la campagne séant à Neuville, de cet acte de générosité.
Locuteur: Dupuy
Extrait des registres du greffe de la municipalité de Briguais (1). Extrait des registres du greffe de la municipalité de Briguais (1).
Locuteur: Dupuy
...t cent quatre-vingt-treize, l'an second de la République une et indivisible. Ce jourd'hui, vingt-deux septembre mil sept cent quatre-vingt-treize, l'an second de la République une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
Le comité de surveillance et la Société populaire de Courthonne-la-Ville, département du Cal... Le comité de surveillance et la Société populaire de Courthonne-la-Ville, département du Calvados, vouent une haine implacable aux tyrans, invitent la Convention à rester à...
Locuteur: Dupuy
Suit l'adresse du comité de surveillance et de la Société populaire de Courthonne-la-Ville (3) : Suit l'adresse du comité de surveillance et de la Société populaire de Courthonne-la-Ville (3) :
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la République française une et indivisi... , l'an II de la République française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
des gens esclaves de l'avarice et de la tyrannie des despotes. Ce sont certains individus de la classe des gros marchands qui méritent plutôt porter le nom d'accapareur que de marchands, lesquels ayant en magasin de...
...aine, fil, froc (sic) dans une infinité de petits magasins, qu'ils avaient encore achetées dans différentes contrées de la République pour tenir la cherté de toutes choses les plus nécessaires à la...
...rançais, en disant qu'ils n'avaient pas de confiance dans les assignats de la République. Même les boissons de toute espèce n'étaient pas à l'abri des...
...ices, lesquels prétendant éluder la loi de la taxation, empêchent clandestinement les fabricants et autres petits artisans de vendre leurs marchandises en disant qu'...
...capareurs n'avaient d'autre dessein que de faire périr les sans-culottes et d'affa...
des gens esclaves de l'avarice et de la tyrannie des despotes. Ce sont certains individus de la classe des gros marchands qui méritent plutôt porter le nom d'accapareur que de marchands, lesquels ayant en magasin des quantités immenses des différentes marchandises, notamment laine, fil, froc (sic) dans une infinité de petits magasins, qu'ils avaient encore achetées dans différentes contrées de la République pour tenir la cherté de toutes choses les plus nécessaires à la vie et à l'entretien du peuple français, en disant qu'ils n'avaient pas de confiance dans les assignats de la République. Même les boissons de toute espèce n'étaient pas à l'abri des superchiques (sic) connivences accaparatrices, lesquels prétendant éluder la loi de la taxation, empêchent clandestinement les fabricants et autres petits artisans de vendre leurs marchandises en disant qu'ils iront à la Convention et qu'ils feront des représentations pour faire rappor...
...ent bien au-dessous des gains illicites qu'ils ont faits depuis deux ans. Les accapareurs n'avaient d'autre dessein que de faire périr les sans-culottes et d'affamer nos armées.
Locuteur: Dupuy
...t dans les campagnes qui, sous prétexte de patriotisme, mettent la discorde parmi ... ...ont morts, mais non pas tous, nous en avons encore parmi nous, dans les villes et dans les campagnes qui, sous prétexte de patriotisme, mettent la discorde parmi le peuple en décriant les représentants du peuple et en méprisant les sages décr...
Locuteur: Dupuy
« Nous vous prions, citoyens, de vouloir bien fixer votre attention sur ...
...vous envoyons pour vous mettre à portée de la méfiance que vous devez avoir de ces scélérats qui ne cherchent qu'à fai...
...èrement les sans-culottes par la cherté de toutes les denrées de première nécessité, jusqu'à nous vendre une paire de sabots 50 sols qui valaient en 1790, 10...
« Nous vous prions, citoyens, de vouloir bien fixer votre attention sur cette adresse que nous vous envoyons pour vous mettre à portée de la méfiance que vous devez avoir de ces scélérats qui ne cherchent qu'à faire périr entièrement les sans-culottes par la cherté de toutes les denrées de première nécessité, jusqu'à nous vendre une paire de sabots 50 sols qui valaient en 1790, 10 sols la paire, et les souliers d'homme 30 livres la paire, ainsi que tout à pro...
Locuteur: Dupuy
« Nous vous prions donc enfin de soutenir les décrets qui taxent les denrées et de ne pas écouter ces trompeurs au cas qu'... « Nous vous prions donc enfin de soutenir les décrets qui taxent les denrées et de ne pas écouter ces trompeurs au cas qu'ils se présentent, ainsi qu'ils le méditent.
Locuteur: Dupuy
... n'abandonnera pas vos intérêts ni ceux de tous les vrais républicains. Nos enfant...
... armes dès 1791 et 1792 pour la défense de la patrie et ils ne peuvent vivre sans ...
Soutenez le peuple, et le peuple n'abandonnera pas vos intérêts ni ceux de tous les vrais républicains. Nos enfants sont sous les armes dès 1791 et 1792 pour la défense de la patrie et ils ne peuvent vivre sans secours; et comment les pourrons-nous secourir si nous ne pouvons avoir nos subs...
Locuteur: Dupuy
« Le comité de surveillance, ainsi que tous les citoyens de notre canton invitent la Convention nationale de rester à son poste jusqu'à la paix et nous vouons une haine implacable aux tyrans de tout genre. « Le comité de surveillance, ainsi que tous les citoyens de notre canton invitent la Convention nationale de rester à son poste jusqu'à la paix et nous vouons une haine implacable aux tyrans de tout genre.
« A Courtonne-la-Ville, le 6 octobre 1793 « A Courtonne-la-Ville, le 6 octobre 1793
« Le comité de surveillance et la Société populaire du chef-lieu de canton de Courtonne-la-Ville a l'honneur de vous adresser la présente afin de vous prévenir contre les démarches des ennemis cachés de la République, c'est-à-dire (1) Archive... « Le comité de surveillance et la Société populaire du chef-lieu de canton de Courtonne-la-Ville a l'honneur de vous adresser la présente afin de vous prévenir contre les démarches des ennemis cachés de la République, c'est-à-dire (1) Archives nationales, carton C 274, dossier 69S.
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 22.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 476
Locuteur: Dupuy
...la Convention nationale comme le centre de l'unité politique, nous jurons d'obéir à ses lois et de les exécuter. Nous regardons la Constitution de 1793, comme le palladium de la hberté et de l'égalité. ...ux fédéralistes, aux accapareurs et à tous les malveillants. Nous reconnaissons la Convention nationale comme le centre de l'unité politique, nous jurons d'obéir à ses lois et de les exécuter. Nous regardons la Constitution de 1793, comme le palladium de la hberté et de l'égalité.
Locuteur: Dupuy
Le conseil général de la commune d'Evreux applaudit au décret du 3 octobre qui vient de purger le Sénat de la France des germes de discorde et de scélératesse. Il ^invite la Convention ...
... et exprime le vœu que l'administration de district soit rendue à cette ville qui,...
Le conseil général de la commune d'Evreux applaudit au décret du 3 octobre qui vient de purger le Sénat de la France des germes de discorde et de scélératesse. Il ^invite la Convention à rester à son poste, et exprime le vœu que l'administration de district soit rendue à cette ville qui, instruite à l'école du malheur, n'en sera que plus inviolablement attachée à la...
Locuteur: Dupuy
...yens d'Évreux, en faveur des défenseurs de la patrie. Il envoie l'état des dons patriotiques des citoyens d'Évreux, en faveur des défenseurs de la patrie.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre du conseil qénéral de la commune d'Evreux (2) : Suit la lettre du conseil qénéral de la commune d'Evreux (2) :
Locuteur: Dupuy
...lle renfermait dans son sein des germes de discorde et de scélératesse? Votre décret du 31 mai en avait détruit une partie; celui du 3 de ce mois vient d'en purger le Sénat de la France et lui rendre toute sa pureté... ...ent que la Convention nationale n'était pas libre. Pouvait-elle l'être, lorsqu'elle renfermait dans son sein des germes de discorde et de scélératesse? Votre décret du 31 mai en avait détruit une partie; celui du 3 de ce mois vient d'en purger le Sénat de la France et lui rendre toute sa pureté.
Locuteur: Dupuy
« Quelle joie pour les patriotes, de voir à quelle hauteur vous vous êtes él...
...publique est attaquée ! D'une extrémité de la France à l'autre, de zélés coopéràteurs vous secondent; leur vigilance atteint partout les ennemis de notre bonheur commun; ils exécutent ave...
« Quelle joie pour les patriotes, de voir à quelle hauteur vous vous êtes élevés ! avec quel empressement vous extirpez jusque dans ses racines, le mal dont la République est attaquée ! D'une extrémité de la France à l'autre, de zélés coopéràteurs vous secondent; leur vigilance atteint partout les ennemis de notre bonheur commun; ils exécutent avec une rigueur salutaire le décret qui rend impuissantes toutes les conspirations...
Locuteur: Dupuy
...espirer, depuis qu'elles sont délivrées de ces êtres malfaisants qu'elles recélaie...
...as apprendront combien il est dangereux de résister à la volonté d'un peuple grand...
« Déjà les villes commencent à respirer, depuis qu'elles sont délivrées de ces êtres malfaisants qu'elles recélaient. Epouvantés, éperdus, ils éprouvent aujourd'hui le sort qu'ils réservaient au...
... fortaits; et ceux que la faiblesse ou la séduction ont fait marcher sur leurs pas apprendront combien il est dangereux de résister à la volonté d'un peuple grand et libre.
Locuteur: Dupuy
...citoyens législateurs, il n'y avait pas de moyen plus prompt et plus capable de rétablir l'ordre et le respect des lois...
...yens si rigoureux veut absolument jouir de la hberté qu'il a acquise au prix de tant d'or et de sang; qu'il en jouira, dût-il faire des...
...s, ou qu'il s'ensevehra sous les ruines de la patrie, après lui avoir immolé les e...
« Non, citoyens législateurs, il n'y avait pas de moyen plus prompt et plus capable de rétablir l'ordre et le respect des lois que celui que vous avez adopté dans votre sagesse. Cette sévérité juste et néce...
...uées contre nous; elles se convain-queront enfin qu'un peuple qui emploie des moyens si rigoureux veut absolument jouir de la hberté qu'il a acquise au prix de tant d'or et de sang; qu'il en jouira, dût-il faire des sacrifices encore plus considérables, ou qu'il s'ensevehra sous les ruines de la patrie, après lui avoir immolé les ennemis qui déchirent son sein.
Locuteur: Dupuy
d'une manière terrible, celui de sauver la Répubhque. Votre énergie élec...
...e perfide. Nos administrations, purgées de ces hommes vendus aux conspirateurs, ou...
... leur ineptie, ne s'occuperont plus que de l'exécution des lois. La nation ayant s...
...oire à ses serments. Le conseil général de la commune d'Evreux s'empresse de vous exprimer les siens.
d'une manière terrible, celui de sauver la Répubhque. Votre énergie électrise les âmes; tout prend une nouvelle activité. La jeunesse française vole aux...
...nes, depuis qu'elles ne sont plus commandées par des traîtres pris dans une caste perfide. Nos administrations, purgées de ces hommes vendus aux conspirateurs, ou inutiles par leur ineptie, ne s'occuperont plus que de l'exécution des lois. La nation ayant subi ce grand scrutin épuratoire, vous pouvez, citoyens législateurs, croire à ses serments. Le conseil général de la commune d'Evreux s'empresse de vous exprimer les siens.
Locuteur: Dupuy
...Vous avez, citoyens législateurs, rendu de grands services à la patrie, ils sont pour nous le gage de ceux que nous attendons de votre zèle infatigable. La voix publiqu...
...poste. Nous croyons que l'intérêt sacré de la chose pubhque demande que vous perfe...
...é à la machine politique que vous venez de créer, l'impulsion et le mouvement, vou...
« Il nous reste encore un dernier vœu à vous exprimer. Vous avez, citoyens législateurs, rendu de grands services à la patrie, ils sont pour nous le gage de ceux que nous attendons de votre zèle infatigable. La voix publique /vous invite à rester à votre poste. Nous croyons que l'intérêt sacré de la chose pubhque demande que vous perfectionniez l'œuvre que vous avez si heureusement commencée; et après avoir donné à la machine politique que vous venez de créer, l'impulsion et le mouvement, vous retournerez parmi vos concitoyens recevoir les applaudissements et les bénédic...
Locuteur: Dupuy
...serments et les vœux du conseil général de la commune d'Evreux. Nous regrettons bi...
...l'égard d'un grand nombre des habitants de cette ville. Avant cette époque funeste...
...rifices considérables faits sur l'autel de la patrie attestent son attachement à la Révolution. La municipalité, dépositaire de ces dons, n'a pu, à cause de nos fatales divisions, les transmettre ...
...'hiver qui approche nous fait un devoir de ne pas retarder plus longtemps l'envoi ...
...'entremise du ministre, que nous prions de prendre ce soin.
« Tels sont, citoyens législateurs, les serments et les vœux du conseil général de la commune d'Evreux. Nous regrettons bien vivement que le séjour d'un scélérat, né dans nos murs, y ait rompu l'esprit pubhc et soit la cause qu'on y exerce la sévérité des lois à l'égard d'un grand nombre des habitants de cette ville. Avant cette époque funeste, Evreux n'avait pas démérité. Des sacrifices considérables faits sur l'autel de la patrie attestent son attachement à la Révolution. La municipalité, dépositaire de ces dons, n'a pu, à cause de nos fatales divisions, les transmettre à nos braves défenseurs auxquels ils sont offerts. L'hiver qui approche nous fait un devoir de ne pas retarder plus longtemps l'envoi des différents effets d'habillement, par l'entremise du ministre, que nous prions de prendre ce soin.
Locuteur: Dupuy
Suit le détail de ces effets : Suit le détail de ces effets :
Locuteur: Dupuy
« 160 chemises, 168 paires de bas, 46 mouchoirs, 21 cravates, 37 cols, 11 bonnets, 10 bonnets de pohce, 243 paires de souliers, 43 paires de guêtres, 8 sarreaux de toile, 25 habits uniforme, 22 gilets un...
...forme, 1 pantalon uniforme, 8 pantalons de toile, 7 sacs de distribution, 8 sacs de peau, 3 gibernes avec banderolles, 2 sa...
..., 12 polissoirs, 8 vergettes, 12 paires de boules, grandes et petites, un fusil de munition, 26 chapeaux.
« 160 chemises, 168 paires de bas, 46 mouchoirs, 21 cravates, 37 cols, 11 bonnets, 10 bonnets de pohce, 243 paires de souliers, 43 paires de guêtres, 8 sarreaux de toile, 25 habits uniforme, 22 gilets uniforme, 21 culottes uniforme, 1 pantalon uniforme, 8 pantalons de toile, 7 sacs de distribution, 8 sacs de peau, 3 gibernes avec banderolles, 2 sabres, 4 ceinturons, 12 décrottoirs, 12 polissoirs, 8 vergettes, 12 paires de boules, grandes et petites, un fusil de munition, 26 chapeaux.
Locuteur: Dupuy
...s citoyens composant le conseil général de la Les citoyens composant le conseil général de la
« Un même vœu se prononce de toutes parts (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23. « Un même vœu se prononce de toutes parts (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 477
Locuteur: Dupuy
Nous nous empressons de réparer une omission très essentielle f... Nous nous empressons de réparer une omission très essentielle faite à cette adresse.
Locuteur: Dupuy
...d'oser espérer que vous vous relâcherez de la rigueur de votre décret du 22 juillet dernier, et que vous rendrez à cette ville l'Administration de district qu'une juste sévérité lui avait enlevée. L'intérêt de tous les administrés vous fera pencher ... ... d'Evreux à l'ordre, l'heureux changement opéré dans l'opinion, nous permettent d'oser espérer que vous vous relâcherez de la rigueur de votre décret du 22 juillet dernier, et que vous rendrez à cette ville l'Administration de district qu'une juste sévérité lui avait enlevée. L'intérêt de tous les administrés vous fera pencher vers la clémence et vous acquerra des droits à la reconnaissance d'un peuple qui...
Locuteur: Dupuy
Le nouveau comité de surveillance d'Evreux rend compte à la Convention de ses travaux pour purifier l'atmosphère de cette ville du fédéralisme dont les vils agents de l'infâme Buzot l'avaient infecté, et ex... Le nouveau comité de surveillance d'Evreux rend compte à la Convention de ses travaux pour purifier l'atmosphère de cette ville du fédéralisme dont les vils agents de l'infâme Buzot l'avaient infecté, et exprime son vœu pour le rétablissement dans cette ville du district qui doit être ...
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre du nouveau comité de surveillance d'Evreux (2). Suit la lettre du nouveau comité de surveillance d'Evreux (2).
Locuteur: Dupuy
...ques mois des administrateurs perfides, de vils agents de l'infâme Buzot, avaient comprimé les sentiments d'admiration et de reconnaissance que la majeure partie de la commune d'Evreux partageait avec tou... « Depuis quelques mois des administrateurs perfides, de vils agents de l'infâme Buzot, avaient comprimé les sentiments d'admiration et de reconnaissance que la majeure partie de la commune d'Evreux partageait avec toute la France sur vos travaux.
Locuteur: Dupuy
« Le comité de surveillance de cette commune étabh depuis huit jours, vient de purifier l'atmosphère du fédéralisme do...
...nfluence infectait un trop grand nombre de citoyens. Plus de soixante de ces malheureux sont actuellement en arrestation. Plus de soixante autres encore doivent y être m...
...ins au dehors; il s'est saisi d'Un chef de cette horde impie qui, en ne prêchant q...
« Le comité de surveillance de cette commune étabh depuis huit jours, vient de purifier l'atmosphère du fédéralisme dont la funeste influence infectait un trop grand nombre de citoyens. Plus de soixante de ces malheureux sont actuellement en arrestation. Plus de soixante autres encore doivent y être mis dans quelques jours, d'après la décision actuelle du comité. Il ne s'est pas borné à cette première opération, il a étendu ses soins au dehors; il s'est saisi d'Un chef de cette horde impie qui, en ne prêchant que le modérantisme, ne respire que le carnage et le sang.
Locuteur: Dupuy
« Une commune entière, celle de la ville. de Conches, était à la veille d'éprouver u...
...omité s'est décidé, sur la dénonciation de la Société populaire à faire marcher un...
« Une commune entière, celle de la ville. de Conches, était à la veille d'éprouver une explosion immense, dont la traînée aurait pu parvenir jusqu'à nous. Le comité s'est décidé, sur la dénonciation de la Société populaire à faire marcher une armée révolutionnaire pour arrêter les coupables et saisir les gens suspects.
Locuteur: Dupuy
...le comité se flatte d'avoir bien mérité de la patrie. port particulier, le comité se flatte d'avoir bien mérité de la patrie.
Locuteur: Dupuy
« Il a obtenu au moins l'assentiment de ses concitoyens. Quel heureux changement il vient de se faire dans leurs dispositions ! de quelles douces étreintes tous ces événe... « Il a obtenu au moins l'assentiment de ses concitoyens. Quel heureux changement il vient de se faire dans leurs dispositions ! de quelles douces étreintes tous ces événements n'ont-ils pas été suivis !
Locuteur: Dupuy
...eprésentants, comptez sur l'attachement de la très grande majorité de cette "ville. Ses véritables ennemis on...
...ce qu'elle mérite, et qu'elle n'a cessé de mériter, jusqu'à l'époque à jamais exécrable où. des hypocrites de vertus sont venus l'égarer ou la compri...
« Citoyens représentants, comptez sur l'attachement de la très grande majorité de cette "ville. Ses véritables ennemis ont disparu. Accordez-lui donc la confiance qu'elle mérite, et qu'elle n'a cessé de mériter, jusqu'à l'époque à jamais exécrable où. des hypocrites de vertus sont venus l'égarer ou la comprimer. Rendez-lui l'établissement du district qui doit être transféré à Vernon : u...
Locuteur: Dupuy
« Pour assurer encore mieux le succès de vos soins, restez, nous vous en conjuro... « Pour assurer encore mieux le succès de vos soins, restez, nous vous en conjurons, à votre poste jusqu'à ce que la patrie soit entièrement sauvée et que vous a...
Locuteur: Dupuy
L'an II de la Répubhque une et indivisible, ce neu... L'an II de la Répubhque une et indivisible, ce neuf octobre mil sept cent quatre-vingt-treize.
Locuteur: Dupuy
« Les membres composant le comité de surveillance de la ville d'Evreux. » « Les membres composant le comité de surveillance de la ville d'Evreux. »
Locuteur: Dupuy
Le ministre de l'intérieur transmet l'arrêté du conseil général de la commune de Ferrières, portant que le clocher de plomb de l'église paroissiale sera jeté bas, et ...
... balles qui serviront à purger la terre de la liberté, en portant la mort aux escl...
Le ministre de l'intérieur transmet l'arrêté du conseil général de la commune de Ferrières, portant que le clocher de plomb de l'église paroissiale sera jeté bas, et que le plomb en provenant sera donné à la République pour en faire des balles qui serviront à purger la terre de la liberté, en portant la mort aux esclaves des tyrans à couronnes et à ces tyrans eux-mêmes.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre du ministre de l'intérieur (2). Suit la lettre du ministre de l'intérieur (2).
Locuteur: Dupuy
Le ministre de l'intérieur, au Président de la Convention nationale. Le ministre de l'intérieur, au Président de la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
jour de l'an II de la Répubhque française une et indivisib... jour de l'an II de la Répubhque française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...ets, citoyen Président, copie certifiée de l'arrêté du Conseil général de la commune de Ferrières, en date du 24 septembre dernier, portant que le clocher de plomb de l'église paroissiale sera jeté bas, et ...
... balles qui serviront à purger la terre de la hberté en portant la mort aux esclav...
« Je vous transmets, citoyen Président, copie certifiée de l'arrêté du Conseil général de la commune de Ferrières, en date du 24 septembre dernier, portant que le clocher de plomb de l'église paroissiale sera jeté bas, et que le plomb en provenant sera donné à la République pour en faire des balles qui serviront à purger la terre de la hberté en portant la mort aux esclaves des tyrans à couronnes, et à ces tyrans eux-mêmes.
Locuteur: Dupuy
« Je vous prie, citoyen Président, de vouloir bien mettre cet arrêté sous les yeux de la Convention nationale, afin qu'elle puisse apprécier l'offrande civique de la commune de Ferrières. « Je vous prie, citoyen Président, de vouloir bien mettre cet arrêté sous les yeux de la Convention nationale, afin qu'elle puisse apprécier l'offrande civique de la commune de Ferrières.
...upant au contraire plus essentiellement de la chose pubhque, il l'a franchie pour la sauver ; il a percé de leurs propres armes des furieux qui vou...
...être l'en frapper. Il a abattu un reste de fédéralisme que les malveillants essayaient de ressusciter. Sous ce rap- (1) Procés-ve...
...eur des principes, il devait renfermer ses fonctions dans son enceinte, en s'occupant au contraire plus essentiellement de la chose pubhque, il l'a franchie pour la sauver ; il a percé de leurs propres armes des furieux qui voulaient peut-être l'en frapper. Il a abattu un reste de fédéralisme que les malveillants essayaient de ressusciter. Sous ce rap- (1) Procés-verbaux la Convention, t. 23, p. 23.
« Paré. » (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23. « Paré. » (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 478
Locuteur: Dupuy
Ce jourd'hui vingt-quatre septembre 1793, l'an second de la Répubhque française une et indivisib...
...n, assemblée pubhque du Conseil général de la commune a été réunie en présence du ...
Ce jourd'hui vingt-quatre septembre 1793, l'an second de la Répubhque française une et indivisible, huit heures du matin, assemblée pubhque du Conseil général de la commune a été réunie en présence du citoyen commissaire du canton, à laquelle ont assisté tous les membres du Consei...
Locuteur: Dupuy
Copie de l'extrait du registre des délibérations du Conseil général de la commune de Ferrières ( 1 ). Copie de l'extrait du registre des délibérations du Conseil général de la commune de Ferrières ( 1 ).
Locuteur: Dupuy
...t cent quatre-vingt-treize, l'an second de la République française une et indivisi... Séance publique du vingt-quatre septembre mil sept cent quatre-vingt-treize, l'an second de la République française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...oivent venir à son scours et contribuer de tous leurs moyens pour la servir effica... ... général, considérant que lorsque la patrie est en danger, toutes les communes doivent venir à son scours et contribuer de tous leurs moyens pour la servir efficacement.
Locuteur: Dupuy
Arrête que le clocher de plomb sera jeté bas et que le plomb en ...
... balles qui serviront à purger la terre de la hberté, et à porter la mort aux escl...
Arrête que le clocher de plomb sera jeté bas et que le plomb en provenant sera donné à la Répubhque pour en faire des balles qui serviront à purger la terre de la hberté, et à porter la mort aux esclaves des tyrans à couronnes et à ces tyrans eux-mêmes.
Locuteur: Dupuy
...ndre un décret sur l'exécution générale de cette mesure. Arrête encore unanimement que la Convention sera invitée à rendre un décret sur l'exécution générale de cette mesure.
Locuteur: Dupuy
... n'ont signé, ont déclaré ne le savoir, de ce interpellés. Fait et arrêté les dits jour et an que dessus. Ceux des membres qui n'ont signé, ont déclaré ne le savoir, de ce interpellés.
Locuteur: Dupuy
Le ministre de l'intérieur, Paré. Le ministre de l'intérieur, Paré.
Locuteur: Dupuy
Les ennemis de l'intérieur, les royalistes, les fédéra...
...les modérés, écrivent les sans-culottes de la Société populaire de Sarlat, marchent encore le front levé, ...
Les ennemis de l'intérieur, les royalistes, les fédéralistes, les Brissotins et les modérés, écrivent les sans-culottes de la Société populaire de Sarlat, marchent encore le front levé, et travaillent le peuple en tout sens.
Locuteur: Dupuy
Empressez-vous donc de faire organiser les armées révolutionna...
...e l'aurore du bonheur s'efforce en vain de purifier.
Empressez-vous donc de faire organiser les armées révolutionnaires pour balayer tous ces x insectes dont le souffle infect corrompt l'air que l'aurore du bonheur s'efforce en vain de purifier.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre de la Société populaire de Sarlat (3). Suit la lettre de la Société populaire de Sarlat (3).
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la Répubhque une et indivisible. , l'an II de la Répubhque une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
« Unité et indivisibilité de la République! Fraternité! Liberté! Ega... « Unité et indivisibilité de la République! Fraternité! Liberté! Egalité ou la mort!
Locuteur: Dupuy
de se livrer à la discrétion des chefs san...
...à la tête des armées ; mais les ennemis de l'intérieur, royahstes, fédéralistes Br...
de se livrer à la discrétion des chefs sans culottes que vous mettez à la tête des armées ; mais les ennemis de l'intérieur, royahstes, fédéralistes Brissotins et modérés marchent encore le front levé et travaillent le peuple en to...
Locuteur: Dupuy
« Empressez-vous donc de faire organiser les armées révolutionna...
...e l'aurore du bonheur s'efforce en vain de purifier et pour enlever tout espoir au...
...sera reconnue par toutes les puissances de l'univers.
« Empressez-vous donc de faire organiser les armées révolutionnaires pour balayer tous ces insectes dont le souffle infect corrompt l'air que l'aurore du bonheur s'efforce en vain de purifier et pour enlever tout espoir aux faux patriotes, décrétez que vous demeurerez à vôtre poste jusqu'à ce que notre indépendance répubhcaine sera reconnue par toutes les puissances de l'univers.
Locuteur: Dupuy
...culottes composant la Société populaire de Sarlat. Tel est le vœu des sans-culottes composant la Société populaire de Sarlat.
Locuteur: Dupuy
Le citoyen Guichard, membre du bureau de conciliation du district de Sens, ci-devant chanoine, pour venir au secours des défenseurs de la patrie et diminuer le poids des charges énormes et indispensables de la République, fait don de sa pension tout entière de 2,022 livres, non seulement jusqu'à la ... Le citoyen Guichard, membre du bureau de conciliation du district de Sens, ci-devant chanoine, pour venir au secours des défenseurs de la patrie et diminuer le poids des charges énormes et indispensables de la République, fait don de sa pension tout entière de 2,022 livres, non seulement jusqu'à la paix, mais jusqu'à ce que tous les braves sans-culottes puissent mettre la poule...
Locuteur: Dupuy
L'an deuxième de la République une et indivisible, le 7 ... L'an deuxième de la République une et indivisible, le 7 octobre, salut et fraternité.
Locuteur: Dupuy
...et je me suis dit : les bras d'un homme de 50 ans, faible de complexion et amolli par 25 années de canonicat, ne sauraient être d'un grand secours. Mais un traitement, sans fonctions, de 2.022 livres, quand on peut s'en passer...
...ividu patriote qui ne sait point abuser de la générosité de la nation, il doit le reporter à la mas...
...doit donc se demander à soi-même ce qu'il peut offrir à la Patrie. Je l'ai fait et je me suis dit : les bras d'un homme de 50 ans, faible de complexion et amolli par 25 années de canonicat, ne sauraient être d'un grand secours. Mais un traitement, sans fonctions, de 2.022 livres, quand on peut s'en passer en vivant en républicain, n'appartient plus à l'individu patriote qui ne sait point abuser de la générosité de la nation, il doit le reporter à la masse pour être employé tout autrement qu'à lui procurer du superflu.
« Sarlat, le 4 octobre 1793 « Sarlat, le 4 octobre 1793
« Par la découverte des trahisons de nos généraux, nos ennemis sont à demi v... « Par la découverte des trahisons de nos généraux, nos ennemis sont à demi vaincus ; notre courage fera le reste et bientôt ils seront forcés (1) Archives n...
(2) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23. (2) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23.
...u les charges énormes et indispensables de la Répubhque, vu que les besoins de nos frères d'armes vont toujours en cro...
... contente plus, comme l'année dernière, de partager ma pension avec ceux qui nous ...
..., d'accord avec la justice, me commande de la leur abandonner tout entière. Je ne ...
... je vois arriver à grands pas aux pieds de notre Montagne à ja- (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23. (l)
« En conséquence, je vous déclare que, vu les charges énormes et indispensables de la Répubhque, vu que les besoins de nos frères d'armes vont toujours en croissant, je ne me contente plus, comme l'année dernière, de partager ma pension avec ceux qui nous défendent, mon cœur, d'accord avec la justice, me commande de la leur abandonner tout entière. Je ne dis pas seulement jusqu'à la paix, que je vois arriver à grands pas aux pieds de notre Montagne à ja- (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 23. (l)

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 479
Locuteur: Dupuy
« Guillaume Gtjichard, membre du bureau de conciliation du district de Sens. » « Guillaume Gtjichard, membre du bureau de conciliation du district de Sens. »
Locuteur: Dupuy
La Société populaire de Creuilly, district de Caen, annonce à la Convention nationale...
...s objets portant des signes et effigies de féodalité, de royalisme et de tyrannie, qui se trouvaient encore dans...
...é brûlés au milieu des applaudissements de tous les citoyens, et que les jeunes citoyens du canton de Creuilly attendent avec impatience le moment de se mesurer avec les satellites des desp...
La Société populaire de Creuilly, district de Caen, annonce à la Convention nationale que tous les tableaux et autres objets portant des signes et effigies de féodalité, de royalisme et de tyrannie, qui se trouvaient encore dans le château du ci-devant Montmorency, ont été brûlés au milieu des applaudissements de tous les citoyens, et que les jeunes citoyens du canton de Creuilly attendent avec impatience le moment de se mesurer avec les satellites des despotes.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre de la Société populaire de Greully (2). Suit la lettre de la Société populaire de Greully (2).
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la République une et indivisible. , l'an II de la République une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...ngtemps la Société patriotique du bourg de Creully attendait les effets de la lutte qui régnait entre les braves de la Montagne et les lâches de la plaine; elle craignait que le résultat ne fût le bouleversement de tout l'ordre des choses ; elle craignait que le feu de la guerre civile ne se répandît, comme un torrent désastreux, sur toutes les parties de la Répubhque; elle craignait de voir couler le sang des patriotes ; elle craignait enfin de voir finir avec leur vie, le règne de la hberté. Que disons-nous !.,. Ils ne devaient pas périr : de fiers montagnards, comme des dieux tuté... .«. Depuis longtemps la Société patriotique du bourg de Creully attendait les effets de la lutte qui régnait entre les braves de la Montagne et les lâches de la plaine; elle craignait que le résultat ne fût le bouleversement de tout l'ordre des choses ; elle craignait que le feu de la guerre civile ne se répandît, comme un torrent désastreux, sur toutes les parties de la Répubhque; elle craignait de voir couler le sang des patriotes ; elle craignait enfin de voir finir avec leur vie, le règne de la hberté. Que disons-nous !.,. Ils ne devaient pas périr : de fiers montagnards, comme des dieux tutélaires, veillaient sur leur destinée, et en les arrachant du précipice creusé so...
Locuteur: Dupuy
... vous qui avez tiré la France des mains de la tyrannie et de l'esclavage pour la mettre sous le règne de la hberté et de l'égahté, quelle reconnaissance ne vous...
...s? Oui, citoyens, vous avez bien mérité de l'univers entier.
« Généreux défenseurs, vous qui avez tiré la France des mains de la tyrannie et de l'esclavage pour la mettre sous le règne de la hberté et de l'égahté, quelle reconnaissance ne vous devons-nous pas? QueUe reconnaissance ne vous doivent pas tous les hommes? Oui, citoyens, vous avez bien mérité de l'univers entier.
Locuteur: Dupuy
...u peuple, que vous "seuls avez la force de le rendre heureux; frappez, frappez les restes de la tyrannie, de l'aristocratie; servez-vous de tous les moyens qui sont en votre pouvo... « Puisque vous seuls êtes vraiment les amis du peuple, que vous "seuls avez la force de le rendre heureux; frappez, frappez les restes de la tyrannie, de l'aristocratie; servez-vous de tous les moyens qui sont en votre pouvoir pour écraser, anéantir ceux qui s'y opposeraient, tous les royalistes, les fé...
Locuteur: Dupuy
...isée et foulée aux pieds. Des portraits de comtes, de marquis, de ducs, de rois, tous les signes et effigies de la féodalité, du royalisme et de la tyrannie qui étaient encore dans le ...
...t Montmorency, tout a été brûlé au pied de l'arbre de la hberté, au son du tambour, de l'air Ça ira, Allons enfants de la Patrie, et de la danse de la carmagnole. Tous les membres de notre société, le conseil général de la commune, lé tribunal de paix et la garde nationale de Creully étaient présents à cette cérémo...
... actuellement demantelé, une chasse, •emblème du despotisme, a été renversée, brisée et foulée aux pieds. Des portraits de comtes, de marquis, de ducs, de rois, tous les signes et effigies de la féodalité, du royalisme et de la tyrannie qui étaient encore dans le château du ci-devant Montmorency, tout a été brûlé au pied de l'arbre de la hberté, au son du tambour, de l'air Ça ira, Allons enfants de la Patrie, et de la danse de la carmagnole. Tous les membres de notre société, le conseil général de la commune, lé tribunal de paix et la garde nationale de Creully étaient présents à cette cérémonie.
Locuteur: Dupuy
« Les citoyens de la première réquisition de notre Canton brûlent du feu sacré de la hberté et attendent avec impatience le moment de se mesurer avec les despotes coalisés; ...
...résentés en cette société et y ont juré de combattre et de verser jusqu'à la dernière goutte de leur sang, de ne mettre bas les armes que lorsque la ...
...fédéralistes, muscadins et généralement de tous les ennemis de l'ordre pubhc. Ils sont prêts à partir ...
« Les citoyens de la première réquisition de notre Canton brûlent du feu sacré de la hberté et attendent avec impatience le moment de se mesurer avec les despotes coalisés; ceux du bourg se sont présentés en cette société et y ont juré de combattre et de verser jusqu'à la dernière goutte de leur sang, de ne mettre bas les armes que lorsque la République soit vengée des attentats commis envers elle et que son sol soit purgé des royalistes, fédéralistes, muscadins et généralement de tous les ennemis de l'ordre pubhc. Ils sont prêts à partir au premier signal.
Locuteur: Dupuy
« Citoyens, contents de votre travail et de votre énergie, notre société vous invite de rester à votre poste jusqu'à ce que la paix soit rétablie. Depuis le règne de la Montagne, chez nous l'aristocratie e... « Citoyens, contents de votre travail et de votre énergie, notre société vous invite de rester à votre poste jusqu'à ce que la paix soit rétablie. Depuis le règne de la Montagne, chez nous l'aristocratie est aux abois. Encore un dernier effort et elle disparaîtra du globe.
Locuteur: Dupuy
...« Les président, secrétaires et membres de la société : ' . « Les président, secrétaires et membres de la société : '
Locuteur: Dupuy
« Gardin, maire; Legerais, curé de Saint-Gabriel; Dutruissard, curé de Greully, président; Monnin, commissaire du canton, juge de paix, ex-président de la société; Quesnel, secrétaire; Duval, vicaire, procureur de la commune; Le Révérend, officier. » « Gardin, maire; Legerais, curé de Saint-Gabriel; Dutruissard, curé de Greully, président; Monnin, commissaire du canton, juge de paix, ex-président de la société; Quesnel, secrétaire; Duval, vicaire, procureur de la commune; Le Révérend, officier. »
Locuteur: Dupuy
... expose que les infirmités inséparables de son âge, jointes aux circonstances actu...
...te, pour subvenir aux premiers aliments de la vie, sa pension de 227 liv. 10 sous.
Le citoyen Laurent Demiamé expose que les infirmités inséparables de son âge, jointes aux circonstances actuelles, rendent insuffisante, pour subvenir aux premiers aliments de la vie, sa pension de 227 liv. 10 sous.
Locuteur: Dupuy
Renvoyé au ministre de la guerre (1). Renvoyé au ministre de la guerre (1).
Locuteur: Dupuy
La Société des Montagnards de la ville d'Hes-din félicite la Conventi...
...'elle a prises pour déjouer les ennemis de la République, et l'invite à rester à s...
La Société des Montagnards de la ville d'Hes-din félicite la Convention nationale des mesures sages et vigoureuses qu'elle a prises pour déjouer les ennemis de la République, et l'invite à rester à son poste jusqu'à l'extinction des tyrans.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre de la Société des montagnards de la ville d'Hesdin (3) : Suit la lettre de la Société des montagnards de la ville d'Hesdin (3) :
Locuteur: Dupuy
« Le 4 octobre, l'an II de la Répubhque française une, indivisible... « Le 4 octobre, l'an II de la Répubhque française une, indivisible et impérissable.
...ully, département du Calvados, district de Caen, le 30 septembre 1793 « Creully, département du Calvados, district de Caen, le 30 septembre 1793
« Citoyens, d'après une demande de notre société et l'arrêté de la municipalité de Creully, une chasse qui était à l'entrée du château fort (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 2i. « Citoyens, d'après une demande de notre société et l'arrêté de la municipalité de Creully, une chasse qui était à l'entrée du château fort (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 2i.
...du peuple, « La Société des montagnards de la viUe (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 24. « Mandataires du peuple, « La Société des montagnards de la viUe (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 24.
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 480
Locuteur: Dupuy
...ouer les projets pernicieux des ennemis de la République. ...din vous félicite des mesures sages et vigoureuses que vous avez-prises pour déjouer les projets pernicieux des ennemis de la République.
Locuteur: Dupuy
...inction des tyrans, et l'affermissement de notre bonheur. ...espoir : poursuivez votre ouvrage, et surtout restez à votre poste jusqu'à l'extinction des tyrans, et l'affermissement de notre bonheur.
Locuteur: Dupuy
...écret bienfaisant qui va donner le coup de mort à tous les accapareurs. ...ons aujourd'hui, et ajoutons à cette prière nos sincères remerciements pour ce décret bienfaisant qui va donner le coup de mort à tous les accapareurs.
Locuteur: Dupuy
...devoir vous informer, législateurs, que de toutes les adresses, que nous n'avons jamais manqué de vous envoyer dans les différentes circo...
...e Bulletin. Ainsi nous avons la douleur de douter si vous les avez reçues.
« Nous croyons aussi devoir vous informer, législateurs, que de toutes les adresses, que nous n'avons jamais manqué de vous envoyer dans les différentes circonstances où elles ont pu paraître nécessaires ou même utiles, pas une n'a obtenu l'insertion dans votre Bulletin. Ainsi nous avons la douleur de douter si vous les avez reçues.
Locuteur: Dupuy
« Les membres composant le comité de correspondance de la Société des montagnards de la ville d'Hesdin. « Les membres composant le comité de correspondance de la Société des montagnards de la ville d'Hesdin.
Locuteur: Dupuy
...ciers municipaux, procureur et notables de la commune de Mirabel, district de Montauban, invitent la Convention natio...
...camarades ne leur laissent pas le temps de les voir.
Les maire, officiers municipaux, procureur et notables de la commune de Mirabel, district de Montauban, invitent la Convention nationale à rester à son poste. Ils annoncent que tout est debout dans leur commune, ...
...du désir d'aller se mesurer avec les Espagnols, mais qu'ils craignent que leurs camarades ne leur laissent pas le temps de les voir.
Locuteur: Dupuy
...ciers municipaux, procureur et notables de la commune de Mirabel (2) : Suit la lettre des maire, officiers municipaux, procureur et notables de la commune de Mirabel (2) :
Locuteur: Dupuy
... maire, officiers municipaux, procureur de la commune et notables de la commune de, Mirabel, district de Montauban, département du Lot, aux cito... Les maire, officiers municipaux, procureur de la commune et notables de la commune de, Mirabel, district de Montauban, département du Lot, aux citoyens représentants du Peuple à Paris.
Locuteur: Dupuy
...'aurons, ou plutôt mourir sous le poids de ces tyrans. Elle nous charge de vous inviter de rester à votre poste jusqu'à ce que votre mission sera remplie. Continuez de faire des heureux en nous donnant des lois, et nous vous répondons de leur exécution. ...ier soupir; nous voulons la liberté, la République une et indivisible, et nous l'aurons, ou plutôt mourir sous le poids de ces tyrans. Elle nous charge de vous inviter de rester à votre poste jusqu'à ce que votre mission sera remplie. Continuez de faire des heureux en nous donnant des lois, et nous vous répondons de leur exécution.
Locuteur: Dupuy
...vée en masse se rende, la peur commence de les étouffer. Nos jeunes gens levés en exécution de votre loi du 23 août dernier, brûlent d...
...gnent, disent-ils, n'avoir pas le temps de les voir, que leurs camarades déjà part...
...rontière d'Espagne; mais ces pouilleux d'Espagnols n'attendront pas que notre levée en masse se rende, la peur commence de les étouffer. Nos jeunes gens levés en exécution de votre loi du 23 août dernier, brûlent du désir d'aller se mesurer avec les Espagnols; ils craignent, disent-ils, n'avoir pas le temps de les voir, que leurs camarades déjà partis les auront détruits avant leur arrivée.
Locuteur: Dupuy
...in, et nous attaquerons avec courage et de vive force les hordes coalisées des des... ...ns; ils n'ont d'autre but que d'écraser tous les serpents qui déchirent notre sein, et nous attaquerons avec courage et de vive force les hordes coalisées des despotes. Nous répondons du succès.
Locuteur: Dupuy
... Vivre libre ou mourir, c'est la devise de la commune de Mirabel, ni canon ni guillotine ne sera jamais dans le cas de nous le faire enfreindre. « Voilà, citoyens représentants, notre opinion : Vivre libre ou mourir, c'est la devise de la commune de Mirabel, ni canon ni guillotine ne sera jamais dans le cas de nous le faire enfreindre.
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la' République une et indivisible. » , l'an II de la' République une et indivisible. »
Locuteur: Dupuy
... Société républicaine des sans-culottes de Manosque félicite la Convention sur ses...
... elle l'invite à s'occuper sans relâche de la confection du Code civil, de l'institution nationale, et à rester à ...
La Société républicaine des sans-culottes de Manosque félicite la Convention sur ses glorieux travaux; elle l'invite à s'occuper sans relâche de la confection du Code civil, de l'institution nationale, et à rester à son poste jusqu'à l'extinction des tyrans.
Locuteur: Dupuy
Suit la lettre de la Société républicaine des Sans-Culottes de Manosque (2) . Suit la lettre de la Société républicaine des Sans-Culottes de Manosque (2) .
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la République une oi indivisible. , l'an II de la République une oi indivisible.
« La commune de Mirabel, chef-lieu de canton, district de Montauban, département du Lot, a accepté à l'unanimité la Constitution que vous avez bien voulu lui donner le ...
... en a été fait. C'est un timon qui fait de ce moment-ci le bonheur de tous les Français et met aux derniers a...
... aux fédéralistes et à tous les ennemis de la République; elle veut rester attachée à la Convention nationale, (1) Procés-verbaux de la convention, t. 23, p. 25.
« La commune de Mirabel, chef-lieu de canton, district de Montauban, département du Lot, a accepté à l'unanimité la Constitution que vous avez bien voulu lui donner le 14 juillet (sic) dernier, dont l'envoi nous en a été fait. C'est un timon qui fait de ce moment-ci le bonheur de tous les Français et met aux derniers abois les tyrans coalisés. Ce même jour l'assemblée primaire a renouvelé son prem...
... une haine implacable aux tyrans, aux despotes, aux royalistes, aux anarchistes, aux fédéralistes et à tous les ennemis de la République; elle veut rester attachée à la Convention nationale, (1) Procés-verbaux de la convention, t. 23, p. 25.
« Mirabel, ce 29 septembre 1793 « Mirabel, ce 29 septembre 1793
...ement des Basses-Alpes, le 24 septembre 1793 « Manosque, département des Basses-Alpes, le 24 septembre 1793
...el nous pourrions vous offrir le tribut de notre juste reconnaissance et vous mani...
...x les plus ardents. Mais placés au midi de la France, et exposés à tous les maux qu'entraîne avec lui le système désor-ganisatsur de la permanence des sections, notre voix ...
...tage. Aujourd'hui que le génie puissant de la liberté triomphe dans (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.
« Depuis longtemps nous soupirions après le moment auquel nous pourrions vous offrir le tribut de notre juste reconnaissance et vous manifester nos vœux les plus ardents. Mais placés au midi de la France, et exposés à tous les maux qu'entraîne avec lui le système désor-ganisatsur de la permanence des sections, notre voix ne pouvait se faire entendre, et le silence était devenu notre unique partage. Aujourd'hui que le génie puissant de la liberté triomphe dans (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 481
Locuteur: Dupuy
...itoyens, les êtres pervers qui, du fond de leur marais fangeux croassaient la cont...
...ent au loin les influences désastreuses de leur corruption liberticide ne souillent plus de leur horrible présence le temple august...
...ues. Le peuple souverain las et fatigué de vivre sans constitution et sans lois, vous demandait depuis neuf mois des lois et une constitution ; sensibles à sa voix majestueuse et. p...
...us vous êtes débarrassés des compagnons de Roland, et nous avons vu descendre du sommet de la sainte Montagne une constitution sublime, qui assurera le bonheur de la France et de l'univers entier; et des lois capables de jeter l'effroi dans l'âme des traîtres ...
« Citoyens, les êtres pervers qui, du fond de leur marais fangeux croassaient la contre-révolution et répandaient au loin les influences désastreuses de leur corruption liberticide ne souillent plus de leur horrible présence le temple auguste des lois; Brissot, Buzot, Vergniaux, Barbaroux et leurs semblables ne siègent plus parmi vous.Grâces vous en soient rendues. Le peuple souverain las et fatigué de vivre sans constitution et sans lois, vous demandait depuis neuf mois des lois et une constitution ; sensibles à sa voix majestueuse et. plaintive, vous vous êtes débarrassés des compagnons de Roland, et nous avons vu descendre du sommet de la sainte Montagne une constitution sublime, qui assurera le bonheur de la France et de l'univers entier; et des lois capables de jeter l'effroi dans l'âme des traîtres et des conspirateurs. Grâces vous en soient rendues.
Locuteur: Dupuy
« Le district de Dourdan, composé de 53 communes, fournira pour sa part, dan...
...République une et indivisible, ét notre Constitution répubhcaine. Nous attendons l'arrivée d...
...on que nous les dispositions favorables de nos jeunes soldats républicains.
« Le district de Dourdan, composé de 53 communes, fournira pour sa part, dans cette seule levée environ 1,000 défenseurs, et tous disposés à se bien battre pour maintenir la hberté, l'égalité, la République une et indivisible, ét notre Constitution répubhcaine. Nous attendons l'arrivée des citoyens Delacroix et Musset, vos commissaires dans notre département, et je me flatte qu'ils verront avec la même satisfaction que nous les dispositions favorables de nos jeunes soldats républicains.
Locuteur: Dupuy
...té enlevés par l'aris-tacratie viennent de nous être rendus, aujourd'hui qu'il nous est permis de nous assembler et de nous faire entendre, nous parlerons, nous agirons, le traître pâlira, et ça ira autour de nous. nos contrées, aujourd'hui que les patriotes ardents qui nous avaient été enlevés par l'aris-tacratie viennent de nous être rendus, aujourd'hui qu'il nous est permis de nous assembler et de nous faire entendre, nous parlerons, nous agirons, le traître pâlira, et ça ira autour de nous.
Locuteur: Dupuy
...itoyens représentants, la France attend de vous de nouveaux bienfaits et de nouveaux sacrifices. Donnez au peuple un code de lois civiles basé sur les principes de la nature; donnez-lui une institution nationale qui le pré serve de la fatale contagion des préjugés et de l'ignorance; retirez la patrie du bord ... « Mais, citoyens représentants, la France attend de vous de nouveaux bienfaits et de nouveaux sacrifices. Donnez au peuple un code de lois civiles basé sur les principes de la nature; donnez-lui une institution nationale qui le pré serve de la fatale contagion des préjugés et de l'ignorance; retirez la patrie du bord du précipice affreux qui a été creusé sous ses pieds par les despotes et leurs v...
Locuteur: Dupuy
« Tels sont les vœux des sans-culottes de Manosque assemblés en société répubhcai... « Tels sont les vœux des sans-culottes de Manosque assemblés en société répubhcaine.
Locuteur: Dupuy
...oux, patriote opprimé, membre du comité de surveillance. » ...é, vice-président; Henri, secrétaire; J.-L. Lautier, secrétaire subrogé; P.-A. Roux, patriote opprimé, membre du comité de surveillance. »
Locuteur: Dupuy
Le citoyen Robineau, commissaire de l'assemblée primaire du canton de Dourdan, intrà muros, informe la Conven... Le citoyen Robineau, commissaire de l'assemblée primaire du canton de Dourdan, intrà muros, informe la Convention, que la loi du 23 août dernier qui met en réquisition les citoyens depuis 1...
Locuteur: Dupuy
Le citoyen Robineau, commissaire de VAssemblée primaire du canton de Dourdan, intra-muros, chef-lieu de district, au département de Seine-et-Oise, aux représentants du peu... Le citoyen Robineau, commissaire de VAssemblée primaire du canton de Dourdan, intra-muros, chef-lieu de district, au département de Seine-et-Oise, aux représentants du peuple à la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
. l'an II de la Répubhque française une et indivisib... . l'an II de la Répubhque française une et indivisible.
Locuteur: Dupuy
...u chef-heu du district, et les citoyens de Dourdan se sont empressés à l'envi de les recevoir chez eux plutôt que de les laisser caserner. ...un zèle peu commun. Tous ces jeunes répubhcains sont assemblés depuis 15 jours au chef-heu du district, et les citoyens de Dourdan se sont empressés à l'envi de les recevoir chez eux plutôt que de les laisser caserner.
Locuteur: Dupuy
... journellement, toute affaire cessante, de la formation des compagnies, de leur équipement et armement, et il met ... ...toire du district, avec qui je me suis concerté pour faire cette levée, s'occupe journellement, toute affaire cessante, de la formation des compagnies, de leur équipement et armement, et il met dans ces différentes opérations, autant d'activité que d'intelligence.
Locuteur: Dupuy
...et, à notre imitation, tous les peuples de l'univers, voulant être libres comme no... ...à votre poste, et bientôt vous aurez mérité la 'gloire d'avoir sauvé la patrie; et, à notre imitation, tous les peuples de l'univers, voulant être libres comme nous, se coaliseront à leur tour et terrasseront tous les tyrans.
Locuteur: Dupuy
... Votre concitoyen, « Robineau, officier de santé. » « Votre concitoyen, « Robineau, officier de santé. »
Locuteur: Dupuy
...résentant du peuple dans le département de la Somme, écrit de Péronne, et rend compte des mesures qu'... André Dumont, représentant du peuple dans le département de la Somme, écrit de Péronne, et rend compte des mesures qu'il a prises pour comprimer dans cette ville les manœuvres des contre-révolutionn...
Locuteur: Dupuy
...résentant du peuple dans le département de la Somme, à la Convention nationale. André Dumont, représentant du peuple dans le département de la Somme, à la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
, l'an II de la Répubhque française une et indivisib... , l'an II de la Répubhque française une et indivisible.
...es, carton C 274, dossier 693. Bulletin de la Convention du 2° jour de la troisième décade du premier mois de l'au II (dimanche 13 octobre 1793): Aulard : Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 325. — Moniteur universel (n° 24 du 24e jour du premier mois de l'an II, mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3). (2) Archives nationales, carton C 274, dossier 693. Bulletin de la Convention du 2° jour de la troisième décade du premier mois de l'au II (dimanche 13 octobre 1793): Aulard : Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, t. 7, p. 325. — Moniteur universel (n° 24 du 24e jour du premier mois de l'an II, mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3).
« Dourdan, ce 4 octobre 1793 « Dourdan, ce 4 octobre 1793
...yens législateurs, « Je crois qu'il est de mon devoir d'informer (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25. « Citoyens législateurs, « Je crois qu'il est de mon devoir d'informer (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.
« Péronne, le 9 octobre 1793 « Péronne, le 9 octobre 1793
« J'avais gardé la ville de Péronne pour la (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25. « J'avais gardé la ville de Péronne pour la (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 482
Locuteur: Dupuy
... a été adoptée par la Société populaire de Sceaux en sa séance du 10 octobre 1793, lran II de la République. « La présente adresse a été adoptée par la Société populaire de Sceaux en sa séance du 10 octobre 1793, lran II de la République.
Locuteur: Dupuy
... tous les citoyens étaient à la hauteur de la Révolution. Mais hélas ! queUe fut ma surprise de trouver un second Coblentz. bonne bouche, croyant que mon collègue Del-brel l'avait électrisée et que tous les citoyens étaient à la hauteur de la Révolution. Mais hélas ! queUe fut ma surprise de trouver un second Coblentz.
Locuteur: Dupuy
« Monsieur Haussy de Robecourt, de l'Assemblée législative, était maire; deux à trois personnages de cette trempe secondaient les efforts de ce patriote par excellence ; deux de ses partisans étaient dans le district,...
...ut d'assembler le peuple en la présence de mon collègue Laurent, que j'y trouvai. ...
...'autre je forcerais bientôt les ennemis de la Révolution à abandonner leurs projets. Je suspendis de ses fonctions Monsieur le marquis, je l...
...e ses adhérents et je les remplaçai par de braves sans-culottes (1)..
« Monsieur Haussy de Robecourt, de l'Assemblée législative, était maire; deux à trois personnages de cette trempe secondaient les efforts de ce patriote par excellence ; deux de ses partisans étaient dans le district, la ville enfin était menée par ce ci-devant marquis. Mon premier soin fut d'assembler le peuple en la présence de mon collègue Laurent, que j'y trouvai. Après avoir en vain cherché à dégeler la glace que je voyais partout, j'annonçai...
... faire contenance. Je leur dis alors que la torche à la main, le poignard dans l'autre je forcerais bientôt les ennemis de la Révolution à abandonner leurs projets. Je suspendis de ses fonctions Monsieur le marquis, je le fis arrêter ainsi que ses adhérents et je les remplaçai par de braves sans-culottes (1)..
Locuteur: Dupuy
..., après avoir fait arrêter une centaine de mauvais sujets, je fis de nouveau rassembler le peuple, et lui an...
... heu. Pour cette fois je n'avais autour de moi que des sans-culottes, mais en peti...
..., leur dis-je, va être déclarée en état de rébellion, si à l'instant même on ne me...
... plus vifs applaudissements et les cris de Vive la Montagne, périssent les modérés...
« Le lendemain matin, après avoir fait arrêter une centaine de mauvais sujets, je fis de nouveau rassembler le peuple, et lui annonçai les arrestations et suspensions qui avaient eu heu. Pour cette fois je n'avais autour de moi que des sans-culottes, mais en petit nombre. Votre ville, leur dis-je, va être déclarée en état de rébellion, si à l'instant même on ne me dénonce tous les traîtres et si on: ne les arrête. Alors on s'avance, on me sui...
... commencée quand je partis m'a donné un grand espoir. J'avais parlé et alors les plus vifs applaudissements et les cris de Vive la Montagne, périssent les modérés et les feuillants, m'avaient prouvé que les esprits étaient changés.
Locuteur: Dupuy
...és des charrois furent arrêtés; un aide de camp de Belloir fut incarcéré; ce jeune homme, âgé de l'8 ans et sans service, écrivait à sa ...
...hez elle, il avait signé quatre lettres de trois noms différents. C'est, dit-il, m...
« Des employés des charrois furent arrêtés; un aide de camp de Belloir fut incarcéré; ce jeune homme, âgé de l'8 ans et sans service, écrivait à sa mère en faVeur d'émigrés retirés chez elle, il avait signé quatre lettres de trois noms différents. C'est, dit-il, ma chère maman qui me l'a conseillé. Comme ces lettres étaient très mauvaises, la...
Locuteur: Dupuy
tion de l'époque à laquelle ils doivent toucher...
... les retards apportés à la vérification de leurs pouvoirs.
tion de l'époque à laquelle ils doivent toucher leur indemnité, attendu les retards apportés à la vérification de leurs pouvoirs.
Locuteur: Dupuy
« Sur la pétition de la Société populaire de Sceaux, convertie en motion par un memb...
...ention nationale décrète que la commune de Sceaux portera désormais le nom de Sceaux-V TJnité » (2).
« Sur la pétition de la Société populaire de Sceaux, convertie en motion par un membre^ la Convention nationale décrète que la commune de Sceaux portera désormais le nom de Sceaux-V TJnité » (2).
Locuteur: Dupuy
Suit la pétition de la Société populaire de Sceaux (3) : Suit la pétition de la Société populaire de Sceaux (3) :
Locuteur: Dupuy
« Les répubhcains de la société populaire de Sceaux viennent solliciter un décret afin de couper encore une racine de la féodalité. « Les répubhcains de la société populaire de Sceaux viennent solliciter un décret afin de couper encore une racine de la féodalité.
Locuteur: Dupuy
« Le nom de notre commune fut sujet aux variations ...
...gements qu'elle éprouvait dans les noms de ses- propriétaires; tantôt elle fut app...
...i les Français n'eussent secoué le joug de la tyrannie féodale elle s'appellerait ...
« Le nom de notre commune fut sujet aux variations par les changements qu'elle éprouvait dans les noms de ses- propriétaires; tantôt elle fut appelée Sceaux du Maine, tantôt Sceaux PentMèvre, et si les Français n'eussent secoué le joug de la tyrannie féodale elle s'appellerait Sceaux d'Orléans.
Locuteur: Dupuy
« Législateurs, les répubhcains de Sceaux ont pris à cœur d'éteindre et faire anéantir à jamais les restes de la féodalité, c'est dans ces sentiments qu'ils sollicitent un décret de la Convention nationale pour que doréna...
...tant fondés à demander, qu'à deux heues de leur commune il s'en trouve une autre a...
« Législateurs, les répubhcains de Sceaux ont pris à cœur d'éteindre et faire anéantir à jamais les restes de la féodalité, c'est dans ces sentiments qu'ils sollicitent un décret de la Convention nationale pour que dorénavant leur commune soit appelée Sceaux-V Unité; ils sont persuadés que vous leur accorderez ce décret qu'ils sont d'autant fondés à demander, qu'à deux heues de leur commune il s'en trouve une autre appelée Saulx-les-Chartreux.
Locuteur: Dupuy
« Le nom de Sceaux-l'Unité convient d'autant mieux ... « Le nom de Sceaux-l'Unité convient d'autant mieux à notre commune que les vrais répubhcains qu'eUe renferme sont unis par des lien...
Locuteur: Dupuy
« Législateurs, au nom de la Société populaire de Sceaux, bientôt l'Unité, nous vous invi...
...amour pour la patrie vous requiert même de ne point quitter votre poste que quand ...
« Législateurs, au nom de la Société populaire de Sceaux, bientôt l'Unité, nous vous invitons expressément, et notre amour pour la patrie vous requiert même de ne point quitter votre poste que quand la Répubhque sera universellement reconnue; que quand par vos précieux travaux n...
Locuteur: Dupuy
...son bonheur, vous prie d'être persuadés de son dévouement pour protéger l'exécution de vos sublimes décrets. ... notre société en féhcitant votre zèle à sauver la chose pubhque et lui assurer son bonheur, vous prie d'être persuadés de son dévouement pour protéger l'exécution de vos sublimes décrets.
Locuteur: Dupuy
...table par nous président et secrétaires de ladite société, les jour et an susdits. « Certifié véritable par nous président et secrétaires de ladite société, les jour et an susdits.
...s la question relative au remboursement de leurs frais de voyage et à la fixa- (1) Applaudissemen...
...ure universel (23e jour du premier mois de l'an II, lundi 14 octobre 1793, p. 219, col. ï.
... Hes-du-Vent demandent que la Convention nationale renvoie au comité des finances la question relative au remboursement de leurs frais de voyage et à la fixa- (1) Applaudissements., d'après le Mercure universel (23e jour du premier mois de l'an II, lundi 14 octobre 1793, p. 219, col. ï.
...nal [n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 2] et les Annales patriotiques et littéraires (n° 286 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1300, col. 1], la lecture de cette lettre fut accueillie par des app... (2) D'après Y Auditeur national [n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 2] et les Annales patriotiques et littéraires (n° 286 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1300, col. 1], la lecture de cette lettre fut accueillie par des applaudissements.
Plusieurs citoyens défenseurs de la patrie, admis à la barre, réclament ...
...el des Invalides, où (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.
Plusieurs citoyens défenseurs de la patrie, admis à la barre, réclament contre les retards qu'ils éprouvent à l'hôtel des Invalides, où (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 25.
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 483
Locuteur: Dupuy
leurs blessure les forcent de recourir pour y trouver les secours qui... leurs blessure les forcent de recourir pour y trouver les secours qui leur sont dus.
Locuteur: Dupuy
... Convention nationale décrète le renvoi de cette pétition au ministre de la guerre, qui sera tenu de rendre compte, séance tenante, de l'exécution de la loi en faveur de ces défenseurs de la patrie (1). « La Convention nationale décrète le renvoi de cette pétition au ministre de la guerre, qui sera tenu de rendre compte, séance tenante, de l'exécution de la loi en faveur de ces défenseurs de la patrie (1).
Locuteur: Dupuy
...itant la commune d'Hazebrouck, district de Bergues, département du Nord, acquittés...
... octobre,treizième jour du premier moi® de Pan II de la Répubhque française une et indivisible; autorisé le ministre de l'intérieur à payer à titre de secours, pour une fois seulement, et pour se retirer dans le lie» leur domicile, la somme de 200 livres à chacun desdrts citoyens; lesquelles sommes réunies formeront celle 1,200 livres qui seront prises, par le ministre, sur celle de 2 millions mise à sa disposition, pour ...
...es citoyens Delrue, Mackerel, Broigne, Sautrin, Lewer et Tafim, journaliers, habitant la commune d'Hazebrouck, district de Bergues, département du Nord, acquittés par jugement du tribunal extraordinaire et révolutionnaire, en date du 4 octobre,treizième jour du premier moi® de Pan II de la Répubhque française une et indivisible; autorisé le ministre de l'intérieur à payer à titre de secours, pour une fois seulement, et pour se retirer dans le lie» leur domicile, la somme de 200 livres à chacun desdrts citoyens; lesquelles sommes réunies formeront celle 1,200 livres qui seront prises, par le ministre, sur celle de 2 millions mise à sa disposition, pour secours, par décret du 22 août 1790 (3). »
Locuteur: Dupuy
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité des secours publics [BiowsBsoN, rapporteur (4)], sur la pétition de Pierre-Jean-Baptiste TeÛier, cordonnier de Rouen, acquitté par jugement du tribuna...
...octobre, seizième jour dit premier mois de Pan II de la République française une et indivisible, autorise le ministre de Pintérieur à payer à Pierre-Jean-Baptiste Tellier, à titre de secours, pour une fois seulement, et pour se retirer dans son; domicile, la somme de 100 livres; laquelle somme sera prise par le ministre sur celle de 2 millions, mise à sa disposition par d...
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des secours publics [BiowsBsoN, rapporteur (4)], sur la pétition de Pierre-Jean-Baptiste TeÛier, cordonnier de Rouen, acquitté par jugement du tribunal extraordinaire et révolutionnaire, en date du 7 octobre, seizième jour dit premier mois de Pan II de la République française une et indivisible, autorise le ministre de Pintérieur à payer à Pierre-Jean-Baptiste Tellier, à titre de secours, pour une fois seulement, et pour se retirer dans son; domicile, la somme de 100 livres; laquelle somme sera prise par le ministre sur celle de 2 millions, mise à sa disposition par décret du 22 août 1790» (5). *
Locuteur: Dupuy
...tionale, après avoir entendu le rapport ses comités des secours publics et fina... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport ses comités des secours publics et finances [ÊnJubaui/iv rapporteur (6)], décrète ce qui suit :
Locuteur: Dupuy
...le tiendra à ïa disposition du ministre de l'intérieur la somme de 100,000 livres, pour être distribuée, à titre de secours provisoire, aux citoyens de l'Arche (-7)* district de Barcelonnette (département des Basses-A... La trésoférîe nationale tiendra à ïa disposition du ministre de l'intérieur la somme de 100,000 livres, pour être distribuée, à titre de secours provisoire, aux citoyens de l'Arche (-7)* district de Barcelonnette (département des Basses-Alpes), qui ont abandonné leur commune, lorsque les Piémontais s'en sont emparés.
Locuteur: Dupuy
« Dans la répartition qui sera faite de Cette somme, le ministre de l'intérieur aura égard, « Dans la répartition qui sera faite de Cette somme, le ministre de l'intérieur aura égard,
Locuteur: Dupuy
(1)Procès-verbaux de Id Goûventîony t- 23", p.-26 (1)Procès-verbaux de Id Goûventîony t- 23", p.-26
Locuteur: Dupuy
« Le ministre rendra compte de l'emploi de ladite somme à la Convention, et lui pr... « Le ministre rendra compte de l'emploi de ladite somme à la Convention, et lui présentera, dans le mois, la liste des citoyens qui auront participé à ce secours ...
Locuteur: Dupuy
...tionale* après avoir entendu le rapport de son comité de la guerre [Le Tourneur, rapporteur (2)]...
... constructions exécutées dans l'arsenal de Meulan, en vertu du décret du 4 juin de...
« La Convention nationale* après avoir entendu le rapport de son comité de la guerre [Le Tourneur, rapporteur (2)],. sur les constructions exécutées dans l'arsenal de Meulan, en vertu du décret du 4 juin desnier, décrète ce qui suit :
Locuteur: Dupuy
« Les ateliers de l'arsenal établi dans le ci-devant couvent des Bénédictins de Meulan (département de Seine-et-Oisé) seront étendus pour suff...
... et déposés dans les archives du comité de la guerre de la Convention nationale.
« Les ateliers de l'arsenal établi dans le ci-devant couvent des Bénédictins de Meulan (département de Seine-et-Oisé) seront étendus pour suffire à une plus ample construction, conformément aux plans, devis et estimations présentés par le directeur dudit arsenal et déposés dans les archives du comité de la guerre de la Convention nationale.
Locuteur: Dupuy
« Le ministre de la guerre fera passer dans le plus cour...
...es prescrites par ïa loi, Padjudieation de tous les objets de construction relatifs à l'agrandissemen...
« Le ministre de la guerre fera passer dans le plus court délai, d'après les formes prescrites par ïa loi, Padjudieation de tous les objets de construction relatifs à l'agrandissement proposé; et fera délivrer au fur et à mesure du progrés des travaux, les somme...
Locuteur: Dupuy
...ar un commissaire nommé par le ministre de la guerre conjointement avec eeux nommés par ïa municipalité de Meulan. Le mi« nistre de la guerre demeure, pour le surplus, chargé d'étabKf toutes les formes comptabilité qu'il jugera nécessaires pour la sûreté' des deniers de la République. ...t constructions et la réception des affûts et voitures fardiènes seront faites par un commissaire nommé par le ministre de la guerre conjointement avec eeux nommés par ïa municipalité de Meulan. Le mi« nistre de la guerre demeure, pour le surplus, chargé d'étabKf toutes les formes comptabilité qu'il jugera nécessaires pour la sûreté' des deniers de la République.
Locuteur: Dupuy
...vre des affûts-îardières, sera composée de ; « La compagnie des canonniers formée pour la manœuvre des affûts-îardières, sera composée de ;
Locuteur: Dupuy
La solde et la manutention cette compagnie, sera conforme à celle décrétée pour les soldats de cette arme. La solde et la manutention cette compagnie, sera conforme à celle décrétée pour les soldats de cette arme.
... 273, d'ôssler 6Ô7. (•3) Procès-verbaux la Convention, t. 23', p. 26. ' (4) D'a...
...1 G 273, dbssier 687. M Procès-ver baux de la Contentiop, t. 23, p. 27. m D'après ...
...tten G 27S, dossier 687. f?)- Il s'agit de la codfttûuhfr' de Larche. (1) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26.
...)' D'après fa m mate du- décret $ïr se trouve? aux Arehives nationales, carton G 273, d'ôssler 6Ô7. (•3) Procès-verbaux la Convention, t. 23', p. 26. ' (4) D'après la minuté du décret qui se trouve atfx Archives nationales, carton1 G 273, dbssier 687. M Procès-ver baux de la Contentiop, t. 23, p. 27. m D'après fa minute' du cféseret qui se trouve âûl Archives nationales, ciertten G 27S, dossier 687. f?)- Il s'agit de la codfttûuhfr' de Larche. (1) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26.
(3) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26. (3) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 26.
(5) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 27. (5) Proces-verbaux de la Convention, t. 23, p. 27.
(7) II s'agit de la commune de Larche. (7) II s'agit de la commune de Larche.
...s employés jusqu'à ce (1) Pnoeès-verbmv de la Convention, 23> p. 27. Ceux desdits canonniers employés jusqu'à ce (1) Pnoeès-verbmv de la Convention, 23> p. 27.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 484
Locuteur: Dupuy
jour seront payés de leur solde à compter de l'époque où ils seront entrés en activité de service, d'après les états de revue dûment constatés. jour seront payés de leur solde à compter de l'époque où ils seront entrés en activité de service, d'après les états de revue dûment constatés.
Locuteur: Dupuy
...lui étaient alloués par la municipalité de Paris à compter de l'époque où il est entré en fonctions. Le citoyen Berlan, instructeur, jouira également des appointements qui lui étaient alloués par la municipalité de Paris à compter de l'époque où il est entré en fonctions.
Locuteur: Dupuy
« Le ministre de la guerre fixera le rang et traitement ...
...re alloué au citoyen Grobert, directeur de cet arsenal, à raison des avantages que la République doit retirer de son invention.
« Le ministre de la guerre fixera le rang et traitement qui devra être alloué au citoyen Grobert, directeur de cet arsenal, à raison des avantages que la République doit retirer de son invention.
Locuteur: Dupuy
« Le ministre de la guerre prendra les mesures nécessair... « Le ministre de la guerre prendra les mesures nécessaires pour mettre à la réquisition du sieur Grobert les ouvriers dont il pourra avo...
Locuteur: Dupuy
...ivision d'affûts-fardiers sera composée de 4 affûts, 2 caissons et une double forg... « Chaque division d'affûts-fardiers sera composée de 4 affûts, 2 caissons et une double forge, et accompagnée dans les armées, par 8 canon-niers, 1 officier et 1 sous-offic...
Locuteur: Dupuy
...le tiendra à la disposition du ministre de la guerre jusqu'à concurrence de la somme de 1,600,000 livres pour 88 affûts fardier...
...voitures d'ambulance et le harnachement de 748 chevaux; le tout d'après les modèles déposés dans l'arsenal de Meulan, et qui seront timbrés en présen...
...saires nommés à cet effet par le comité de la guerre. Le surplus de la somme indiquée ci-dessus sera employ...
« La trésorerie nationale tiendra à la disposition du ministre de la guerre jusqu'à concurrence de la somme de 1,600,000 livres pour 88 affûts fardiers montés sur leur triqueballe, 44 caissons, 22 doubles forges, 50 voitures d'ambulance et le harnachement de 748 chevaux; le tout d'après les modèles déposés dans l'arsenal de Meulan, et qui seront timbrés en présence des commissaires nommés à cet effet par le comité de la guerre. Le surplus de la somme indiquée ci-dessus sera employé à la préparation des ateliers et à la fourniture des outils et agrès que cette...
Locuteur: Saint-Martin
...s transports d'artillerie, a été témoin de plusieurs expériences qui ne lui ont la...
...il est que cette découverte peut rendre de grands services à la République, qu'il vous propose le projet de décret suivant :
inventée par le citoyen Grobert, destinée à rendre plus faciles les transports d'artillerie, a été témoin de plusieurs expériences qui ne lui ont laissé aucun doute sur son utilité; c'est d'après la persuation où il est que cette découverte peut rendre de grands services à la République, qu'il vous propose le projet de décret suivant :
Locuteur: Saint-Martin
Saint-Martin lit un projet de décret qui est adopté. En voici les pri... Saint-Martin lit un projet de décret qui est adopté. En voici les principales dispositions :
Locuteur: Saint-Martin
(Suit un résumé du projet de décret que nous-avons inséré ci-dessus,... (Suit un résumé du projet de décret que nous-avons inséré ci-dessus, d'après le procès-verbal.)
Locuteur: Saint-Martin
...marchés, fait un rapport sur la demande de plusieurs fournisseurs de souliers, tendant à obtenir le paiement entier de leurs fournitures, jusqu'à ce que la lo... Un membre, au nom du comité des marchés, fait un rapport sur la demande de plusieurs fournisseurs de souliers, tendant à obtenir le paiement entier de leurs fournitures, jusqu'à ce que la loi du maximum fut en pleine activité.
Locuteur: Saint-Martin
Le projet de décret est écarté par la question préal... Le projet de décret est écarté par la question préalable (1).
...rsel [n° 23 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793, p. 93, col. 3]. D'après le compte rendu de ce journal, le rapporteur serait Saint-...
...Archives nationales, porte la signature de Le Tourneur.
(2) Moniteur universel [n° 23 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793, p. 93, col. 3]. D'après le compte rendu de ce journal, le rapporteur serait Saint-Martin et non Le Tourneur. C'est probablement une erreur car la minute du décret, qui se trouve aux Archives nationales, porte la signature de Le Tourneur.
...des marchés. Les fournisseurs en détail de souliers pour les armées se sont présentés à votre comité, ils lui de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 106], rend compte du rapport de Le Tourneur dans les termes suivants : Un membre, au nom du comité des marchés. Les fournisseurs en détail de souliers pour les armées se sont présentés à votre comité, ils lui de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 106], rend compte du rapport de Le Tourneur dans les termes suivants :
...rsel [n° 23 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94, col. 1]. D'autre part, le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 161), rend compte de la discussion de ce projet de décret dans les termes suivants: (2) Moniteur universel [n° 23 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94, col. 1]. D'autre part, le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 161), rend compte de la discussion de ce projet de décret dans les termes suivants:
. Votre comité de la guerre à qui vous avez renvoyé l'examen d'une machine, (1) Procès-verbaux de la Convention. t. 23, p. 28 à 31. . Votre comité de la guerre à qui vous avez renvoyé l'examen d'une machine, (1) Procès-verbaux de la Convention. t. 23, p. 28 à 31.
D'autre part, le Journal de Perlet [n° 387 du 3e jour D'autre part, le Journal de Perlet [n° 387 du 3e jour
« Le comité de la Guerre présente, par l'organe d'un de ses membres, un rapport sur l'invention...
...est-à-dire d'une voiture dont le centre de gravité est au-dessous du point de suspension. Parle moyen de cette invention, et d'après l'expérience qui en a été faite, une pièce de 16, montée sur l'affût fardier, peut êt...
...t activité, et avec une grande économie de chevaux, de conducteurs et de harnais.
« Le comité de la Guerre présente, par l'organe d'un de ses membres, un rapport sur l'invention d'un affût et d'une voilure fardière, c'est-à-dire d'une voiture dont le centre de gravité est au-dessous du point de suspension. Parle moyen de cette invention, et d'après l'expérience qui en a été faite, une pièce de 16, montée sur l'affût fardier, peut être traînée et manœuvrée en bataille avec facilité et activité, et avec une grande économie de chevaux, de conducteurs et de harnais.
...l sera mis à la disposition du ministre de la Guerre une somme de 1.600.000 livres, pour 88 affûts fardie... « Sur sa proposition la Convention décrète qu'il sera mis à la disposition du ministre de la Guerre une somme de 1.600.000 livres, pour 88 affûts fardiers, montés sur triqueballe, 44 caissons, 22 doubles forges et 50 voitures d'ambu...
(1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31.
« Le rapporteur du comité de surveillance des marchés rend compte de...
...s faites par les fournisseurs en détail de souliers pour les armées ; ils avaient ...
...té le cuir sur l'ancien pied et la taxe de cette marchandise n'étant pas encore faite, il ne serait pas juste de réduire le prix de leurs fournitures et ils demandaient qu...
...a pu entendre sans intérêt les plaintes de-citoyens dont la situation approche de l'indigence; et il craint, d'ailleurs, ...
...es soldats ne fussent exposés à manquer de souliers. Il propose que les engagements de fournisseurs, qui ne doivent point fournir plus de cent paires de souliers par semaine soient maintenus.
« Le rapporteur du comité de surveillance des marchés rend compte des réclamations faites par les fournisseurs en détail de souliers pour les armées ; ils avaient représenté qu'ayant acheté le cuir sur l'ancien pied et la taxe de cette marchandise n'étant pas encore faite, il ne serait pas juste de réduire le prix de leurs fournitures et ils demandaient que leurs engagements précédents fussent maintenus. Le comité appuie leurs réclamations. Il n'a pu entendre sans intérêt les plaintes de-citoyens dont la situation approche de l'indigence; et il craint, d'ailleurs, si on n'y avait point égard que les soldats ne fussent exposés à manquer de souliers. Il propose que les engagements de fournisseurs, qui ne doivent point fournir plus de cent paires de souliers par semaine soient maintenus.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 485
Locuteur: Saint-Martin
... ne coûte maintenant, il serait injuste de réduire le prix de leur fourniture. Le comité n'a pu enten...
...des citoyens dont la situation approche de l'indigence ; d'ailleurs, il serait à craindre que les soldats de la Républiquee ne manquassent de chaussure. D'après ces considérations, votre comité vous propose de décréter que les engagements des fournisseurs qui ne doivent point fournir plus de 100 paires de souliers par semaine seront maintenus.
...é qu'ayant acheté le cuir avant la taxe, et par conséquent, bien plus cher qu'il ne coûte maintenant, il serait injuste de réduire le prix de leur fourniture. Le comité n'a pu entendre, sans intérêt, les réclamations des citoyens dont la situation approche de l'indigence ; d'ailleurs, il serait à craindre que les soldats de la Républiquee ne manquassent de chaussure. D'après ces considérations, votre comité vous propose de décréter que les engagements des fournisseurs qui ne doivent point fournir plus de 100 paires de souliers par semaine seront maintenus.
Locuteur: Duhem
...impression du rapport, et l'ajournement de la discussion à demain. ...ageux à la Répubhque, parce qu'il y a des marchandises en magasin. Je demande l'impression du rapport, et l'ajournement de la discussion à demain.
Locuteur: Duhem
... comité n'a rien employé pour s'assurer de la justice de la réclamation ; il a nommé un de ' ses membres pour prendre à cet égard ...
... ; il en résulte qu'une grande quantité de fournisseurs ne peuvent faire honneur à...
Un membre. Citoyens, le comité n'a rien employé pour s'assurer de la justice de la réclamation ; il a nommé un de ' ses membres pour prendre à cet égard les informations convenables ; il en résulte qu'une grande quantité de fournisseurs ne peuvent faire honneur à leurs engagements, parce qu'ils ne peuvent se procurer des matières premières à...
Locuteur: Charlier
. L'humanité vous commande de faire droit à la demande des réclamants... . L'humanité vous commande de faire droit à la demande des réclamants : ce que vous leur accorderez sera moins regardé comme une exception à la loi, ...
Locuteur: Duhem
.... Si vous voulez accorder des secours à de petits fournisseurs, décrétez que ces s... ...oppose et je m'opposerai toujours à ce qu'aucune dérogation soit faite à une loi. Si vous voulez accorder des secours à de petits fournisseurs, décrétez que ces secours n'auront lieu que jusqu'à l'époque où la loi sur le maximum sera en plein...
Locuteur: Cambon
...nde la question préalable sur ce projet de décret, ou si cette proposition n'est p... ... jouiraient ainsi d'un bénéfice que la loi ne prétend pas leur accorder. Je demande la question préalable sur ce projet de décret, ou si cette proposition n'est pas accueillie, j'en réclame le renvoi à la Commission qui a fait la loi sur le m...
Locuteur: Cambon
...'y a pas lieu à délibérer sur le projet de décret présenté par le comité des march... L'Assemblée décide qu'il n'y a pas lieu à délibérer sur le projet de décret présenté par le comité des marchés.
Locuteur: Cambon
...pport du comité des décrets, en qualité de représentant du peuple (1). » ...laude Cherrier, second suppléant du département des Vosges, est admis, sur le rapport du comité des décrets, en qualité de représentant du peuple (1). »
Locuteur: Cambon
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances [Cambon, rappor... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances [Cambon, rapporteur (2)], décrète :
janvier 1793. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31. janvier 1793. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31.
.... On faisait manquer le service : point de souliers, point d'habits, point de culottes ; et au moment du besoin, aprè... ...oujours épouvantés par la perspective habilement ménagée du dénuement des armées. On faisait manquer le service : point de souliers, point d'habits, point de culottes ; et au moment du besoin, après l'avoir provoqué, on vous présentait des marchés et on vous faisait la loi. Ce...
... comité n'a rien négligé pour s'assurer de la justice de la pétition des réclamants; il a nommé un de ses membres pour prendre à cet égard le...
... : il en résulte qu'il existe une foule de petits soumissionnaires auxquels il est impossible de remplir leurs engagements, parce qu'ils ne peuvent se procurer de matière première à un prix proportionné...
Le rapporteur représente que le comité n'a rien négligé pour s'assurer de la justice de la pétition des réclamants; il a nommé un de ses membres pour prendre à cet égard les informations convenables : il en résulte qu'il existe une foule de petits soumissionnaires auxquels il est impossible de remplir leurs engagements, parce qu'ils ne peuvent se procurer de matière première à un prix proportionné à celui auquel on veut réduire leurs fournitures.
... considéré comme une exception à la loi de la taxe que comme une indemnité pour l'... ...oit à la demande des réclamants. Ce que vous leur accorderez, dit-il, sera moins considéré comme une exception à la loi de la taxe que comme une indemnité pour l'achat du cuir qu'ils ont payé jusqu'ici sur l'ancien pied.
...ions sont applicables à toutes les lois de circonstance. Je demande! au moins que ...
...es ; les portes ouvertes, il en passera de plus gros : voilà le mot de l'énigme. Ainsi, point de dérogation, et si vous accordez un seco...
...décrétez ; on les élude; le peuple crie et on vous renvoie le peuple. Ces réflexions sont applicables à toutes les lois de circonstance. Je demande! au moins que si vous accordez la faveur qu'on vous démande, elle soit limitée jusqu'au moment...
...e activité. On fait passer en avant ces petits fournisseurs pour ouvrir les portes ; les portes ouvertes, il en passera de plus gros : voilà le mot de l'énigme. Ainsi, point de dérogation, et si vous accordez un secours, qu'il n'ait lieu que jusqu'à l'époque où la loi sur le maximum sera en acti...
...ournisseurs qui ne fournissant pas plus de cent-paires de souliers par semaine. Mais, qu'arrivera-t-il ? Ceux qui ont des magasins de souliers les feront écouler par cent paires. Je viens de lire une afiiche qui annonce la taxatio... ...s au profit des riches. On dit que l'exception n'aura lieu que pour les petits fournisseurs qui ne fournissant pas plus de cent-paires de souliers par semaine. Mais, qu'arrivera-t-il ? Ceux qui ont des magasins de souliers les feront écouler par cent paires. Je viens de lire une afiiche qui annonce la taxation des denrées. Laissez son cours à la loi ; je demande la question préalable ou ...
...porteur. Il ne s'agit ni d'exception ni de dérogation. !,a question est d'empêcher des malheureux de perdre les factures qu'ils auront faite... Le rapporteur. Il ne s'agit ni d'exception ni de dérogation. !,a question est d'empêcher des malheureux de perdre les factures qu'ils auront faites.
...tre deniers pour livre sur les dépenses de la marine et des colonies, est supprimée à compter de l'exercice commencé le 1er « La retenue des quatre deniers pour livre sur les dépenses de la marine et des colonies, est supprimée à compter de l'exercice commencé le 1er

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 486
Locuteur: Cambon
janvier 1793, sur les dépenses de l'exerciee de l'année 1793, soit dans les ports, soit dans les col... janvier 1793, sur les dépenses de l'exerciee de l'année 1793, soit dans les ports, soit dans les colonies, avant la promulgation du présent décret, seront versés à la trésorerie na...
Locuteur: Cambon
« Pour l'année 1793, la Convention nationale met à la disposition du ministre de la marine, jusqu'à la concurrence de 600,000 hvres, pour être employées avec les fonds de la masse commune, au payement des pensions et des secours accordés aux invalides de la marine, des ouvriers des ports et au... « Pour l'année 1793, la Convention nationale met à la disposition du ministre de la marine, jusqu'à la concurrence de 600,000 hvres, pour être employées avec les fonds de la masse commune, au payement des pensions et des secours accordés aux invalides de la marine, des ouvriers des ports et autres personnes désignées par ies lois des 13 mai 1791 et 8 juin 1792.
Locuteur: Cambon
...ps législatif déterminera le supplément de fonds à accorder par la République, pour les besoins des gens de mer, des ouvriers non valides des ports... « Chaque année, le Corps législatif déterminera le supplément de fonds à accorder par la République, pour les besoins des gens de mer, des ouvriers non valides des ports et autres personnes désignées par les lois des 13 mai 1791 et S juin 1792.
Locuteur: Cambon
...compte à la masse commune des invalides de la marine, du montant de la retenue des 4 deniers pour livre exercée, et qui continuera de l'être sur toutes les dépenses non acquittées de 1792 et des années antérieures. « Ù sera tenu compte à la masse commune des invalides de la marine, du montant de la retenue des 4 deniers pour livre exercée, et qui continuera de l'être sur toutes les dépenses non acquittées de 1792 et des années antérieures.
Locuteur: Cambon
« Les fonds qui proviendront, tant de ^liquidation des lettres de change timbrées marine, et des récépiss...
...l, que des autres créances et économies de la caisse des invalides font également partie de la masse commune.
« Les fonds qui proviendront, tant de ^liquidation des lettres de change timbrées marine, et des récépissés des colonies qui ont été déposés entre les mains du liquidateur général, que des autres créances et économies de la caisse des invalides font également partie de la masse commune.
Locuteur: Cambon
...rançais et employés dans le département de la marine, continueront à être régis et... « Les fonds qui composent la tontine des navigateurs français et employés dans le département de la marine, continueront à être régis et administrés par leurs agents particuliers, et serviront également à acquitter l...
Locuteur: Cambon
...rentes provenant des économies des gens de mer, ou des dons à eux faits, continueront aussi à leur être payées et feront partie de la masse commune pour servir aux mêmes ...
...llance et la responsabilité du ministre de la marine.
« Les rentes provenant des économies des gens de mer, ou des dons à eux faits, continueront aussi à leur être payées et feront partie de la masse commune pour servir aux mêmes objets, sous la surveillance et la responsabilité du ministre de la marine.
Locuteur: Cambon
« Les dispositions du titre V de la loi du 13 mai 1791 concernant la comptabilité de cette partie, lesquelles ont été confirmées par l'article 13 de la loi du 8 juin 1792, seront exécutées...
...renantes, certifié par l'agent des gens de mer, qui en aura fait l'avance des fonds de la masse commune, lequel rôle devra êtr...
« Les dispositions du titre V de la loi du 13 mai 1791 concernant la comptabilité de cette partie, lesquelles ont été confirmées par l'article 13 de la loi du 8 juin 1792, seront exécutées. Mais il ne sera remis ou payé aucune partie des 600,000 livres accordées par l...
...t l'article 4 ci-dessus, qu'en rapportant un rôle nominatif émargé des parties prenantes, certifié par l'agent des gens de mer, qui en aura fait l'avance des fonds de la masse commune, lequel rôle devra être vérifié par le sous-chef des classes, et visé par l'ordonnateur du port.
Locuteur: Cambon
: « La masse commune des gens de mer et des invalides de la marine sera créditée sur le grand-li...
... sont dus par la nation. Elle est tenue de verser à la trésorerie nationale tous l...
...a caisse, tant en assignats ayant cours de monnaie, qu'en assignats démonétisés, p...
...re créditer sur le grand-livre à raison de 5 0/0 de leur montant.
: « La masse commune des gens de mer et des invalides de la marine sera créditée sur le grand-livre du produit des rentes ou intérêts qui lui sont dus par la nation. Elle est tenue de verser à la trésorerie nationale tous les fonds qui se trouvent libres dans sa caisse, tant en assignats ayant cours de monnaie, qu'en assignats démonétisés, pour se faire créditer sur le grand-livre à raison de 5 0/0 de leur montant.
Locuteur: Cambon
« L'administration de la masse commune des invalides de la marine et des gens de mer sera suivie sous les ordres du ministre de la marine, par l'adjoint de la quatrième division. Elle supportera les frais de son administration, et les dispositions... « L'administration de la masse commune des invalides de la marine et des gens de mer sera suivie sous les ordres du ministre de la marine, par l'adjoint de la quatrième division. Elle supportera les frais de son administration, et les dispositions des lois des 13 mai 1791 et 8 juin 1792, seront suivies dans tout ce qui n'est ...
Locuteur: Cambon
. La caisse des invalides de la marine a résisté jusqu'à présent aux...
...ignats démonétisés. Les administrateurs de cette maison -se croyant dans lé cas de la loi qui donne la faculté aux caisses...
...eille somme n'a point paru devoir jouir de la faveur de la loi; car votre intention n'est pas de laisser dans Tihaetrvité dès fonds auss...
. La caisse des invalides de la marine a résisté jusqu'à présent aux coups réitérés «que vous avez portés aux caisses particulières; il s'y est trouvé 1,670,000 livres en assignats démonétisés. Les administrateurs de cette maison -se croyant dans lé cas de la loi qui donne la faculté aux caisses pubhques d'échanger les assignats à face royale contre des répubhcains, se sont présentés à la trésorerie nationale. Une pareille somme n'a point paru devoir jouir de la faveur de la loi; car votre intention n'est pas de laisser dans Tihaetrvité dès fonds aussi considérables.
...à votre comité des finances la question de savoir s'il peut y avoir des caisses pa...
...h'est plus contestée (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31 à 34.
Tous avez renvoyé à votre comité des finances la question de savoir s'il peut y avoir des caisses particulières ; la négative h'est plus contestée (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 31 à 34.
...rsel [n° 23,du 23® jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 17931, p. 94,... (2) Moniteur universel [n° 23,du 23® jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 17931, p. 94, col. 1].

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 487
Locuteur: Cambon
...inistre a observé qu'on pourrait abuser de la suppression de eette caisse pour soulever les marins par une interprétation calomnieuse de vos intentions. Votre comité a pesé cet...
...cun intérêt ; au reste, il est à propos de vous faire connaître par quelle opérati...
...imentée : on accordait sur les dépenses de la guerre 4 deniers pour livre pour les Invalides; on prenait de même les 4 deniers pour livre sur les dépenses de la marine, pour fournir les fonds de la caisse des Invalides de la marine; mais que résulte-t-il de là? que les fonds sont trop considérables ou trop modiques, suivant la dépense de la marine qui peut être de 100 millions, ou seulement de 8, et sans que pour cela, les besoins d...
...r des fonds directs à cette caisse, que de la soumettre à de pareilles chances, il reste maintenant ...
...ins, c'est pourquoi nous vous proposons de faire verser ces fonds dans le trésor national, en accordant aux marins un intérêt de 5 0 /0.
aujourd'hui;" mais relativement à eelle dont je vous entretiens, le ministre a observé qu'on pourrait abuser de la suppression de eette caisse pour soulever les marins par une interprétation calomnieuse de vos intentions. Votre comité a pesé cette considération, et s'est appliqué à ne léser aucun intérêt ; au reste, il est à propos de vous faire connaître par quelle opération abusive cette caisse était alimentée : on accordait sur les dépenses de la guerre 4 deniers pour livre pour les Invalides; on prenait de même les 4 deniers pour livre sur les dépenses de la marine, pour fournir les fonds de la caisse des Invalides de la marine; mais que résulte-t-il de là? que les fonds sont trop considérables ou trop modiques, suivant la dépense de la marine qui peut être de 100 millions, ou seulement de 8, et sans que pour cela, les besoins des Invalides éprouvent les mêmes variations, il est donc, plus conforme à votre sagesse d'assigner des fonds directs à cette caisse, que de la soumettre à de pareilles chances, il reste maintenant 2 millions 500,000 livres. Nous avons cru devoir retirer cette somme d'une caisse particulière; mais sans attaquer la propriété des marins, c'est pourquoi nous vous proposons de faire verser ces fonds dans le trésor national, en accordant aux marins un intérêt de 5 0 /0.
Locuteur: Cambon
La proposition de Cambon est adoptée. La proposition de Cambon est adoptée.
Locuteur: Cambon
... meubles et effets mobiliers dépendants de ladite communauté. ... communauté, le conjoint demandeur pourra faire apposer les scellés sur tous les meubles et effets mobiliers dépendants de ladite communauté.
Locuteur: Cambon
...cellés ne pourront, soit dans [le cours de l'instance, soit après le jugement définitif, être levés qu'en procédant de suite à l'inventaire des choses y compr... Ces scellés ne pourront, soit dans [le cours de l'instance, soit après le jugement définitif, être levés qu'en procédant de suite à l'inventaire des choses y comprises, à moins que les deux parties ne consentent à leur levée pure et simple (2)...
Locuteur: Cambon
...ement des contestations sur la question de savoir si, et à quelle époque les époux...
...aire apposer les scellés sur les effets de la communauté pour en prévenir la distr...
N... Citoyens, il s'élève journellement des contestations sur la question de savoir si, et à quelle époque les époux qui poursuivent le divorce, peuvent faire apposer les scellés sur les effets de la communauté pour en prévenir la distraction. Je demande que la Convention décrète que les scellés pourront être mis e...
Locuteur: Cambon
...n pour que chaque bataillon soit chargé de son habillement et équipement. d'exécution pour que chaque bataillon soit chargé de son habillement et équipement.
Locuteur: Cambon
...religieuses Sainte-Marie, dans la ville de Crest, département de la Drôme, demeurent échangés contre ceu...
...pour ces derniers être à la disposition de la nation, conformément à la dispositio...
...teur (2)], décrète que les bâtiments qui avaient été possédés par les ci-devant religieuses Sainte-Marie, dans la ville de Crest, département de la Drôme, demeurent échangés contre ceux destinés à l'hôpital établi dans la même ville, pour ces derniers être à la disposition de la nation, conformément à la disposition des lois sur les biens nationaux (3).
Locuteur: Cambon
Suit le rapport de Corenfustier (4) : Suit le rapport de Corenfustier (4) :
Locuteur: Cambon
La ville de Crest, département de la Drôme contient deux bâtiments public...
...t la municipalité a sollicité l'échange de l'un contre l'autre. Sa délicatesse ne lui a pas permis de surveiller l'estimation par experts que...
... district a rempli sa tâche. Il résulte de l'estimation que la maison des ci-devant religieuses est de valeur de 10,000 livres, et que celle occupée par...
... leur réparation ou ne se dépouille pas de cet immeuble incessamment.
La ville de Crest, département de la Drôme contient deux bâtiments publics; l'hôpital est établi dans l'un, l'autre a été occupé par les ci-devant religi...
... plus salubre, il est d'ailleurs beaucoup plus favorable pour l'établissement, et la municipalité a sollicité l'échange de l'un contre l'autre. Sa délicatesse ne lui a pas permis de surveiller l'estimation par experts que sa démarche exigeait, et c'est d'après sa réquisition que le district a rempli sa tâche. Il résulte de l'estimation que la maison des ci-devant religieuses est de valeur de 10,000 livres, et que celle occupée par l'hôpital est appréciée 11,500 livres. Ce dernier bâtiment renferme un jardin, ...
...s, et que ces vices entraîneront infailliblement sa ruine si la nation n'avise à leur réparation ou ne se dépouille pas de cet immeuble incessamment.
Locuteur: Cambon
Les directoires de district et de département attestent, d'autre part, que l'intérêt de la nation, la bienfaisance et l'humanité concourent à déterminer l'accueil de la demande en échange, et c'est d'après...
...ue votre comité d'aliénation m'a chargé de vous proposer le projet de décret qui suit.
Les directoires de district et de département attestent, d'autre part, que l'intérêt de la nation, la bienfaisance et l'humanité concourent à déterminer l'accueil de la demande en échange, et c'est d'après ces motifs que votre comité d'aliénation m'a chargé de vous proposer le projet de décret qui suit.
Locuteur: Cambon
(Suit le projet de décret que nous insérons ci-dessus d'ap... (Suit le projet de décret que nous insérons ci-dessus d'après le procès-verbal.)
Locuteur: Cambon
Une députation de la section du Muséum est admise à la ba... Une députation de la section du Muséum est admise à la barre.
Locuteur: Cambon
Elle dépose sur l'autel de la patrie trois croix de Saint-Louis et un brevet de ce ci-devant ordre, du citoyen Sabinet,... Elle dépose sur l'autel de la patrie trois croix de Saint-Louis et un brevet de ce ci-devant ordre, du citoyen Sabinet, ancien capitaine dans le régiment ci-devant Royal-Marine.
Locuteur: Cambon
... lafsectionTse prépare à célébrer le 25 de ce mois, une fête civique en l'honneur des martyrs de la liberté, Le Peletier et Marat. Elle prévient la"Convention"que lafsectionTse prépare à célébrer le 25 de ce mois, une fête civique en l'honneur des martyrs de la liberté, Le Peletier et Marat.
...rsel [n° 23 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94, col. 2]. (3) Moniteur universel [n° 23 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94, col. 2].
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 34. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 34.
Elle demande qu'une députation de la Conven- (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35. Elle demande qu'une députation de la Conven- (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35.
(3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35. (3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 488
Locuteur: Cambon
... heures précises, dans le heu ordinaire de l'assemblée générale de la section. Il partira dans l'ordre suivant : par le quai de l'Ecole, les rues de la Monnaie, Saint-Honoré, Saint-Nicaise, la place de la Réunion, où le cortège s'arrêtera pour brûler l'acte d'accusation contre Marat. Cet acte arraché par l'astuce et la plus lâche perfidie, sera porté par une députation de la Convention nationale, épurée, pour réjouir les mânes de cette courageuse victime de la vérité. De là, le~cortège continuera sa marche, to... Le cortège s'assemblera à 3 heures précises, dans le heu ordinaire de l'assemblée générale de la section. Il partira dans l'ordre suivant : par le quai de l'Ecole, les rues de la Monnaie, Saint-Honoré, Saint-Nicaise, la place de la Réunion, où le cortège s'arrêtera pour brûler l'acte d'accusation contre Marat. Cet acte arraché par l'astuce et la plus lâche perfidie, sera porté par une députation de la Convention nationale, épurée, pour réjouir les mânes de cette courageuse victime de la vérité. De là, le~cortège continuera sa marche, toujours dans le même ordre, par le quai du Louvre jusqu'à la rue des Poulies, pou...
Locuteur: Cambon
tion nationale honore la ^cérémonie de sa présence. tion nationale honore la ^cérémonie de sa présence.
Locuteur: Cambon
...ion nationale décrète qu'une députation de douze de ses membres assistera à cette cérémonie... La Convention nationale décrète qu'une députation de douze de ses membres assistera à cette cérémonie civique (1).
Locuteur: Cambon
22e jour du 1er mois de l'an 11 22e jour du 1er mois de l'an 11
Locuteur: Cambon
13 octobre 1793 13 octobre 1793
Locuteur: Cambon
... le discours prononcé par la députation de la Section du Muséum (2) : Suit le discours prononcé par la députation de la Section du Muséum (2) :
Locuteur: Cambon
...s venons en son nom déposer sur l'autel de la patrie ce que jadis ne devait obteni...
...trois croix que ci-devant l'on appelait de Saint-Louis, et un ci-devant brevet du ...
...a récompenser le mérite, les défenseurs de la Répubhque seront aussi fiers d'un ru...
« La section du Muséum nous députe vers vous. Nous venons en son nom déposer sur l'autel de la patrie ce que jadis ne devait obtenir que la bravoure et l'honneur, et qui ne se donnait qu'à l'intrigue. Nous déposons trois croix que ci-devant l'on appelait de Saint-Louis, et un ci-devant brevet du même ordre, dont le citoyen Sabinet, ancien capitaine dans le régiment ci-devant...
...orénavant leurs exploits et leurs vertus; la nation, par ses représentants, saura récompenser le mérite, les défenseurs de la Répubhque seront aussi fiers d'un ruban tricolore attaché à leurs habits que l'était un ci-devant en portant à sa bo...
Locuteur: Cambon
...ons et remplissons en même temps auprès de la Convention nationale, un devoir bien...
...e fête civique en l'honneur des martyrs de la hberté Le PeUetier et Marat. Nous osons espérer qu'une députation de la Convention nationale honorera la cérémonie de sa présence et jurera, avec la section du Muséum, de venger la mort de ces illustres martyrs. La cérémonie aura heu le 25e jour du premier mois de l'an II de la Répubhque, ci-devant 16 octobre prés...
« Nous faisons et remplissons en même temps auprès de la Convention nationale, un devoir bien cher à nos cœurs. La section du Muséum se prépare à célébrer une fête civique en l'honneur des martyrs de la hberté Le PeUetier et Marat. Nous osons espérer qu'une députation de la Convention nationale honorera la cérémonie de sa présence et jurera, avec la section du Muséum, de venger la mort de ces illustres martyrs. La cérémonie aura heu le 25e jour du premier mois de l'an II de la Répubhque, ci-devant 16 octobre présente année, 3 heures après-midi. Le cortège s'assemblera dans le heu ordinaire d...
Locuteur: Cambon
« Ce 22e jour du premier mois de l'an II de la République française une et indivisi... « Ce 22e jour du premier mois de l'an II de la République française une et indivisible.
Locuteur: Cambon
Extrait des registres des délibérations de rassemblée générale de la section du Muséum, le 10 de la 2e décade du 1er mois de Van II de la République une et indivisible (3). Extrait des registres des délibérations de rassemblée générale de la section du Muséum, le 10 de la 2e décade du 1er mois de Van II de la République une et indivisible (3).
Locuteur: Cambon
..., Allart, Louvrier, Couvreur, à l'effet de se transporter à la Convention, et l'in...
...ur assister à l'inauguration des bustes de Le Pelletier et Marat, qui se fera le cinq de la troisième décade du présent mois ; e...
...invitation, ainsi qu'au conseil général de la commune.
...damour, Verrier, Le Jeune, Moudon, Lamarre, Wolf, HiUeret, Petitdelorme, Roussin, Allart, Louvrier, Couvreur, à l'effet de se transporter à la Convention, et l'inviter à envoyer une députation pour assister à l'inauguration des bustes de Le Pelletier et Marat, qui se fera le cinq de la troisième décade du présent mois ; et que les dits commissaires se transporteront à la Société des Jacobins pour y faire la même invitation, ainsi qu'au conseil général de la commune.
Locuteur: Cambon
Ordre de la marche (1) Ordre de la marche (1)
Locuteur: Cambon
mois de l'an deuxième de la République française une et indivisi...
...ctobre), pour l'inauguration des bustes de Marat et de Le PeUetier.
mois de l'an deuxième de la République française une et indivisible (vieux style, mercredi 16 octobre), pour l'inauguration des bustes de Marat et de Le PeUetier.
Locuteur: Cambon
1° Un peloton de canonniers qui ouvrira la marche, ayant en tête des tambours. Ils iront sur 8 ou 10 de front. 1° Un peloton de canonniers qui ouvrira la marche, ayant en tête des tambours. Ils iront sur 8 ou 10 de front.
Locuteur: Cambon
2° Un détachement de la force armée. 2° Un détachement de la force armée.
Locuteur: Cambon
4° Les sections de Paris, précédées de leur bannière. 4° Les sections de Paris, précédées de leur bannière.
Locuteur: Cambon
6° Un détachement de la section armée, son drapeau et des ta... 6° Un détachement de la section armée, son drapeau et des tambours en tête.
Locuteur: Cambon
8° Un corps de musique. 8° Un corps de musique.
Locuteur: Cambon
9° Une députation de la Convention nationale. 9° Une députation de la Convention nationale.
Locuteur: Cambon
10° Les défenseurs de la liberté de la première réquisition de la section du Muséum, porteront et environneront les bustes de Marat et de Le Pelletier, avec le respect, qu'inspire la vertu à ceux qui ont juré de vaincre ou de mourir pour la patrie. Ils auront chacun une branche de chêne à la main. 10° Les défenseurs de la liberté de la première réquisition de la section du Muséum, porteront et environneront les bustes de Marat et de Le Pelletier, avec le respect, qu'inspire la vertu à ceux qui ont juré de vaincre ou de mourir pour la patrie. Ils auront chacun une branche de chêne à la main.
Locuteur: Cambon
11° Toutes les citoyennes de la section, dont le civisme est reconnu...
...rendre à cette fête patriotique, vêtues de blanc, tenant leurs enfants par la main et portant des fleurs pour en couvrir la tombe de Marat,
11° Toutes les citoyennes de la section, dont le civisme est reconnu, sont invitées à se rendre à cette fête patriotique, vêtues de blanc, tenant leurs enfants par la main et portant des fleurs pour en couvrir la tombe de Marat,
Locuteur: Cambon
...a marche sera fermée par un détachement de la force armée de la section. 12° La marche sera fermée par un détachement de la force armée de la section.
Locuteur: Cambon
... cour du Louvre, on déposera les bustes de Marat et de Le PeUetier. Sur les sarcophages, on y verra les tableaux de ces deux martyrs de la hberté, peints par David; on chanter... Lorsqu'on sera arrivé dans la cour du Louvre, on déposera les bustes de Marat et de Le PeUetier. Sur les sarcophages, on y verra les tableaux de ces deux martyrs de la hberté, peints par David; on chantera des hymnes funèbres en leur honneur.
...Richard, secrétaire. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35. Pour extrait conforme : Vivier, président; Richard, secrétaire. (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 35.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 489
Locuteur: Mailhe
...s pétitionnaires, n'ont pu être connues de tous les citoyens de la République. Je pense qu'il est conve... ...les dispositions prises par la Convention sur les jours accordés à l'audition des pétitionnaires, n'ont pu être connues de tous les citoyens de la République. Je pense qu'il est convenable d'admettre ceux qui n'ont pu les connaître.
Locuteur: Mailhe
...e est entendue. Elle dépose sur l'autel de la patrie trois croix de Saint-Louis et invite la Convention à n...
... assister à une fête qu'elle se propose de célébrer en l'honneur de Marat et de Lepelletier, le 25.
Enfin elle est entendue. Elle dépose sur l'autel de la patrie trois croix de Saint-Louis et invite la Convention à nommer des députés pour assister à une fête qu'elle se propose de célébrer en l'honneur de Marat et de Lepelletier, le 25.
Locuteur: Mailhe
Une députation de la Société populaire de Saint-Vincent de Nantes, exprime dans une pétition son é...
...soit entendu ainsi que Ronsin au comité de Salut public, et d'être présents à l'in...
Une députation de la Société populaire de Saint-Vincent de Nantes, exprime dans une pétition son étonnement et ses regrets sur la destitution des généraux Aubert-Dubayet et Cancl...
...mportaient des avantages sur les rebelles. Ils demandent que le général Dubayet soit entendu ainsi que Ronsin au comité de Salut public, et d'être présents à l'interrogatoire.
Locuteur: Mailhe
Ils présentent aussi un arrêté de la Commission des subsistances de Nantes, d'après lequel ils réclament qu... Ils présentent aussi un arrêté de la Commission des subsistances de Nantes, d'après lequel ils réclament qu'il soit accordé 2 millions à cette ville pour cet objet.
Locuteur: Mailhe
...ionale, après avoir entendu la pétition de deux députés de la société de Saint-Vincent, de Nantes, et sur la motion d'un membre, d... « La Convention nationale, après avoir entendu la pétition de deux députés de la société de Saint-Vincent, de Nantes, et sur la motion d'un membre, décrète :
Locuteur: Mailhe
... le général Dubayet se rendra au comité de Salut public, où il sera entendu con-tr...
...général Ronsin, en présence des députés de Nantes;
« 1° Que le général Dubayet se rendra au comité de Salut public, où il sera entendu con-tradictoirement avec le général Ronsin, en présence des députés de Nantes;
Locuteur: Mailhe
...finances pour ce qui regarde la demande de 2 millions; « 3° Que cette pétition sera envoyée au comité des finances pour ce qui regarde la demande de 2 millions;
Locuteur: Mailhe
...ésentants du peuple dans le département de la Loire-Inférieure, qui sont autorisés... « 4° Renvoie les pétitionnaires, pour la demande des subsistances, vers les représentants du peuple dans le département de la Loire-Inférieure, qui sont autorisés, par la loi du 11 septembre, à faire toutes les réquisitions sur cet objet (3)....
Locuteur: Mailhe
... le discours prononcé par la députation de la Société populaire de Saint-Vincent de Nantes (4). Suit le discours prononcé par la députation de la Société populaire de Saint-Vincent de Nantes (4).
Locuteur: Mailhe
...iennent pour déchirer le voile infernal de la prolongation d'une guerre que la jalousie et l'ambition ont seules empêché de terminer par la prompte défaite des reb... « Ils viennent pour déchirer le voile infernal de la prolongation d'une guerre que la jalousie et l'ambition ont seules empêché de terminer par la prompte défaite des rebelles.
Locuteur: Mailhe
...i souillent, par leurs crimes, la terre de la liberté, nous ne pouvons concevoir c...
...s septembre dernier; qui, dans l'espace de vingt-quatre jours ont enlevé aux rebel...
...gu, Clisson et Saint-Symphorien comment de-tels généraux soient destitués et rappelés par le pouvoir exécutif au moment même de leurs victoires, tandis que les armées de Saumur, de La Rochelle et des Sables, composées d'...
...nombreux, n'ont point secondé la marche de l'armée des Côtes de Brest.
...mais nous qui ne voyons que la patrie et la destruction générale des brigands qui souillent, par leurs crimes, la terre de la liberté, nous ne pouvons concevoir comment des généraux qui ont suivi le plan arrêté à Saumur le trois septembre dernier; qui, dans l'espace de vingt-quatre jours ont enlevé aux rebelles les postes du Port Saint-Père, Machecoul, Légé, Montaigu, Clisson et Saint-Symphorien comment de-tels généraux soient destitués et rappelés par le pouvoir exécutif au moment même de leurs victoires, tandis que les armées de Saumur, de La Rochelle et des Sables, composées d'états majors si nombreux, n'ont point secondé la marche de l'armée des Côtes de Brest.
Locuteur: Mailhe
... somm e tous les détails des opérations de la garnison de Mayence. Nous demandons, au nom du salut de la patrie, que la Convention nationale ...
...t soit entendu, dans le jour, au comité de Salut public, contradictoire -ment avec...
« Vos moments sont trop précieux, citoyens représentants, pour vous "donner en somm e tous les détails des opérations de la garnison de Mayence. Nous demandons, au nom du salut de la patrie, que la Convention nationale décrète que le général- Dubayet soit entendu, dans le jour, au comité de Salut public, contradictoire -ment avec le citoyen Ronsin, pour, le rapport, être fait séance tenante, des causes qui o...
Locuteur: Mailhe
...us permettiez d'être présents au comité de Salut public, lors de la discussion, ayant été témoins oculaires des opérations de l'armée des Côtes de Brest, près de laquelle quatre membres de la Société "populaire de Nantes, séante à Saint-Vincent, ont été... « Nous vous demandons aussi que vous nous permettiez d'être présents au comité de Salut public, lors de la discussion, ayant été témoins oculaires des opérations de l'armée des Côtes de Brest, près de laquelle quatre membres de la Société "populaire de Nantes, séante à Saint-Vincent, ont été députés.
Locuteur: Mailhe
« De vrais sans-culottes qui ont combattu avec courage les fédéralistes de Nantes, qui ont en tout temps professé les principes de nos braves montagnards, sont incapables de vous en imposer. « De vrais sans-culottes qui ont combattu avec courage les fédéralistes de Nantes, qui ont en tout temps professé les principes de nos braves montagnards, sont incapables de vous en imposer.
Locuteur: Mailhe
...ité des subsistances du conseil général de la commune de Nantes, que nous déposons sur le bureau, la Convention accorde^ une somme de deux millions pour être employée à proc... « Nous demandons aussi qu'après avoir pris en considération la pétition du comité des subsistances du conseil général de la commune de Nantes, que nous déposons sur le bureau, la Convention accorde^ une somme de deux millions pour être employée à procurer des subsistances à notre cité, laquelle somme sera avancée par la Conventio...
« Vous voyez au milieu de vous deux com- (1) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 165). « Vous voyez au milieu de vous deux com- (1) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 165).
(3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 36. (3) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 36.
« Nantes, le 8 octobre 1793 « Nantes, le 8 octobre 1793
« A qui mieux qu'à vous, pères de la patrie, (1) Archives nationales, car... « A qui mieux qu'à vous, pères de la patrie, (1) Archives nationales, carton G 273, dossier 687.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 490
...rsel [n° 23 du 23a jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94,'col. 2]. D'autre part, le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 166) et les Annales patriot...
...res [n° 286 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1301, col. 1] rendent compte de l'admission à la barre de la Société
(1) Moniteur universel [n° 23 du 23a jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 94,'col. 2]. D'autre part, le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 166) et les Annales patriotiques et littéraires [n° 286 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 1301, col. 1] rendent compte de l'admission à la barre de la Société
C'est celui de tous les généraux qui, depuis le commencement de cette guerre inconcevable de la Vendée, a obtenu le plus de suceès; c'est lui populaire de Saint-Vincent de Nantes, dans les termes suivants : C'est celui de tous les généraux qui, depuis le commencement de cette guerre inconcevable de la Vendée, a obtenu le plus de suceès; c'est lui populaire de Saint-Vincent de Nantes, dans les termes suivants :
Autre députation , de Ja Commission populaire de Saint-Vincent de Nantes. Autre députation , de Ja Commission populaire de Saint-Vincent de Nantes.
(Suit un résumé de la pétition que nous insérons ci-dessus... (Suit un résumé de la pétition que nous insérons ci-dessus d'après le document des Archives.)
...lers. Je ne censurerai point -le comité de Salut public. Il nous faut un point cen... Villers. Je ne censurerai point -le comité de Salut public. Il nous faut un point central; mais qu'il me soit permis d'épancher mon âme.
... peut, quand on sait ce qu'ils ont fait de bien, désirer savoir ce qu'ils ont fait de mal. Je laisserai à ceux qui connaissen...
...sa défense ; je ne veux vous parler que de Canclaux. Est-ce d'avoir été noble? Est...
... alors pourquoi avoir attendu le moment de ses succès? A lui seul appartient l'honneur de repousser les rebelles de Nantes, honneur qu'on attribue à Reysse...
En respectant les motifs qui ont fait destituer Aubert Dubayet et Canclaux, on peut, quand on sait ce qu'ils ont fait de bien, désirer savoir ce qu'ils ont fait de mal. Je laisserai à ceux qui connaissent particulièrement Aubert-Dubayet, prendre sa défense ; je ne veux vous parler que de Canclaux. Est-ce d'avoir été noble? Est-ce cette tache originelle qu'on lui reproche ? Mais alors pourquoi avoir attendu le moment de ses succès? A lui seul appartient l'honneur de repousser les rebelles de Nantes, honneur qu'on attribue à Reysser. C'est lui qui a répondu dans tous les temps qu'il ne reconnaîtrait jamais que...
Je demande : 1° le renvoi au comité de Salut public, pour faire un prompt rapp...
...s réquisitions pour l'approvisionnement de Nantes ; 3° que les pétitionnaires soient présents à l'audition de Dubayet ainsi que de Ronsin {Décrété.)
Je demande : 1° le renvoi au comité de Salut public, pour faire un prompt rapport; 2° sur l'objet des subsistances, que les représentants du peuple soient autorisés à faire toutes les réquisitions pour l'approvisionnement de Nantes ; 3° que les pétitionnaires soient présents à l'audition de Dubayet ainsi que de Ronsin {Décrété.)
Une députation de la société populaire de Nantes, dite de Saint-Vincent, se plaint du rappel et de la destitution des généraux Aubert-Dubayet et Canclaux. , (Suit un résumé de la pétition que nous insérons ci-dessus... Une députation de la société populaire de Nantes, dite de Saint-Vincent, se plaint du rappel et de la destitution des généraux Aubert-Dubayet et Canclaux. , (Suit un résumé de la pétition que nous insérons ci-dessus d'après le document des Archives.)
...sé les brigands qui menaçaient la ville de Nantes, et non pas l'intrigant Reysser ...
... connaissait d'autre autorité que celle de la Convention et qu'il se rallierait to...
...nnaissez tous le civisme d'Aubert-Dubayet ; vous savez aussi que Canclaux a chassé les brigands qui menaçaient la ville de Nantes, et non pas l'intrigant Reysser qui s'est seul attribué cet avantage. C'est encore le général Canclaux, dont tou...
...é dans une caste si justement proscrite, qui a répondu aux fédéralistes qu'il ne connaissait d'autre autorité que celle de la Convention et qu'il se rallierait toujours autour d'elle. Je ne sais pas ce que ces généraux ont pu faire contre la ...
L'Assemblée décrète que son comité de Salut public lui fera un rapport sur la... L'Assemblée décrète que son comité de Salut public lui fera un rapport sur la destitution d'Aubert-Dubayet et. du général Canclaux.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 491
...rsel [n° 23 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793)., p. 94, col. 2]. D'autre .part, VAudi...
...l ,[-n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 2] rend compte de la présentation de ce projet de décret dans les termes suivants :
(3) Moniteur universel [n° 23 du 23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793)., p. 94, col. 2]. D'autre .part, VAuditeur national ,[-n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 2] rend compte de la présentation de ce projet de décret dans les termes suivants :
...rsel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3]. D'autre part, le Journal des Débals et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 167), l'Auditeur national (n° 387 du 23° jour du premier anoi?s de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3], le Journal de Perlet [n° 387 du 3» jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 107] et les Annales patriotiques e...
...remier mois dél'an II (mardi 15 octohre 1793), p. 1303, col. 1] rendent compte de la motion de Pons (de Ver-d«w), ,dans les termes suivants :
(5) Moniteur universel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 96, col. 3]. D'autre part, le Journal des Débals et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 167), l'Auditeur national (n° 387 du 23° jour du premier anoi?s de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3], le Journal de Perlet [n° 387 du 3» jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 107] et les Annales patriotiques et littéraires [n° 282 du 24° jour du premier mois dél'an II (mardi 15 octohre 1793), p. 1303, col. 1] rendent compte de la motion de Pons (de Ver-d«w), ,dans les termes suivants :
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 36. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 36.
« Le rapporteur du comité de la Guerre rend compte « Le rapporteur du comité de la Guerre rend compte
(de Verdun.) Les Anglais se sont livrés contre nous à tous les excès de la rage; mais de la conduite des muscadins dans certaines parties de la République, qui, pour se s.oustraire... (de Verdun.) Les Anglais se sont livrés contre nous à tous les excès de la rage; mais de la conduite des muscadins dans certaines parties de la République, qui, pour se s.oustraire à la réquisition, feignent d'avoir des incommodités. Pour déjouer leurs projets...
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37.
...r n° 687 et d'après les divers journaux de l'époque. ... la miuute du décret qui se trouve aux Archives nationales, carton C 273, dossier n° 687 et d'après les divers journaux de l'époque.
(4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37.
Pons (de VerdunLes Anglais se sont livrés-contre nous à tous les excès de la rage ; mais sont-ils nos Pons (de VerdunLes Anglais se sont livrés-contre nous à tous les excès de la rage ; mais sont-ils nos

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 492
...rnal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 167). D'autre part, \'Auditeur national [n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3] et\ le Journal de Perlet [11° 387 du 3° jour de la troisième décade du premier mois de (5) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 167). D'autre part, \'Auditeur national [n° 387 du 23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 3] et\ le Journal de Perlet [11° 387 du 3° jour de la troisième décade du premier mois de
...anière dont nous traitons les individus de ces différents pays habitant la Républi...
...nce ? Ces observations n'ont pas besoin de développement.
...ls montrés moins barbares' D'où vient donc avoir établi une différence dans la manière dont nous traitons les individus de ces différents pays habitant la République ? Et. dans quel moment? Lorsqu'il est question d'une descente en" Angleterre...
...ple anglais. Voulez-vous ainsi l'exciter au désespoir et nationaliser sa résistance ? Ces observations n'ont pas besoin de développement.
Duiiem. Toutes les fois que le comité de Sàlut public présente une mesure, on ve...
... m'oppose pas à ce que les observations de Pons soient envoyées au comité.
Duiiem. Toutes les fois que le comité de Sàlut public présente une mesure, on veut la forcer en lui attribuant une latitude nouvelle. Le comité a seul les données qui ont déterminé sa conduite. Au surplus, je ne m'oppose pas à ce que les observations de Pons soient envoyées au comité.
Compte rendo de VAuditeur national : Compte rendo de VAuditeur national :
Pons (de Verdun). En relisant la loi contre les ...
...euls ennemis pour les traiter avec tant de rigueur. Avons-nous oublié les barbarie...
...ollandais ? D'où vient cette différence de traitement? Au moment où l'on parle de faire une descente en Angleterre, voudr...
...it rapportée, ou que du moins le comité de Salut, public nous lasse connaître la différence de ce traitement.
Pons (de Verdun). En relisant la loi contre les Anglais^ je me suis demandé si les Anglais étaient nos seuls ennemis pour les traiter avec tant de rigueur. Avons-nous oublié les barbaries exercées contre nous par les Autrichiens, les Prussiens et les Hollandais ? D'où vient cette différence de traitement? Au moment où l'on parle de faire une descente en Angleterre, voudrait-on nationaliser la résistance que cette puissance peut nous opposer. Je dema...
...due à toutes les puissances avec lesquelles nous sommes en guerre, ou qu'elle soit rapportée, ou que du moins le comité de Salut, public nous lasse connaître la différence de ce traitement.
La dernière partie de la proposition de Pons (de Verdun) est décrétée. La dernière partie de la proposition de Pons (de Verdun) est décrétée.
Compte rendo du Journal de Perlet : Compte rendo du Journal de Perlet :
Pons (de Verdun). Votre décret contre les Anglai...
...spote prussien, du tyran des Bataves et de l'exécrable maison d'Autriche? Aucun de vous n'ignore sans doute qu'il existe en Angleterre des semences de discorde qui peuvent mener ce peuple pa...
...h bien, avez-vous pu vouloir désespérer de ces braves insulaires et nationaliser e...
Pons (de Verdun). Votre décret contre les Anglais m'a suggéré quelques réflexions. Je me suis demandé pourquoi vous ne l'avez pa...
...e la République. Avez-vous donc oublié les cruautés inouïes des satellites du despote prussien, du tyran des Bataves et de l'exécrable maison d'Autriche? Aucun de vous n'ignore sans doute qu'il existe en Angleterre des semences de discorde qui peuvent mener ce peuple parmi lequel, quoiqu'on en veuille dire, nous comptons des amis, à une révolution semblable à la nôtre? Eh bien, avez-vous pu vouloir désespérer de ces braves insulaires et nationaliser encore plus particulièrement à leur égard la guerre actuelle ?
Je demande que le comité de Salut public nous fasse connaître les raisons de la différence qu'il a mise eatre le Je demande que le comité de Salut public nous fasse connaître les raisons de la différence qu'il a mise eatre le
Pons (de Verdun) fixe l'attention de l'Assemblée sur la loi portée contre le...
...erre ; mais ignore-t-on que le jugement de Louis Capet a été pour Pitt un excellent moyen de nationaliser la haine des Anglais pour ...
Pons (de Verdun) fixe l'attention de l'Assemblée sur la loi portée contre les Anglais. On parle, ajoute-t-il, d'une descente en Angleterre ; mais ignore-t-on que le jugement de Louis Capet a été pour Pitt un excellent moyen de nationaliser la haine des Anglais pour la France? Veut-on, par le dernier décret rendu contre les Anglais, détruire les...
...e soit rapportée, ou bien que le comité de Salut public explique pourquoi il a seu... ...ec lesquelles la République est en guerre, soient compris dans la loi, ou qu'elle soit rapportée, ou bien que le comité de Salut public explique pourquoi il a seulement fait proscrire les Anglais, tandis que d'autres étrangers, non moins dang...
...semblée renvoie cette motion à l'examen de son comité de Salut public. L'Assemblée renvoie cette motion à l'examen de son comité de Salut public.
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 37.
(3) D'après les journaux de l'époque. (3) D'après les journaux de l'époque.
(4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 38. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 38.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 493
(1) a demandé „pourquoi l'effet de la loi était fixé à l'époque du 14 juillet 1789 et l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 108] rondent compte de la discussion du Code civil dans les te... (1) a demandé „pourquoi l'effet de la loi était fixé à l'époque du 14 juillet 1789 et l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 108] rondent compte de la discussion du Code civil dans les termes suivants :
...ues, à compter du 14 juillet 1789"; les actes de dernière volonté faits lors de leur profession sont anéantis. Le décre... .... Il est décrété que les religieux sont habiles à recueillir les successions échues, à compter du 14 juillet 1789"; les actes de dernière volonté faits lors de leur profession sont anéantis. Le décret rendu ces jours derniers est rapporté sur celui-ci. Quelques dispositions rela...
. Compte rendu de Y Auditeur-national. . Compte rendu de Y Auditeur-national.
Cambacérès, organe du comité de Législation, présente la rédaction de plusieurs articles additionnels à l'app... Cambacérès, organe du comité de Législation, présente la rédaction de plusieurs articles additionnels à l'appendice sur le partage des successions, lesquels seront expédiés et exécutés sur-...
...sont réintégrés dans tous leurs droits, de même que s'ils n'eussent jamais fait de vœu ; ...religieux et religieuses, qui ont fait leur vœu avant le terme fixé par la loi, sont réintégrés dans tous leurs droits, de même que s'ils n'eussent jamais fait de vœu ;
...nts ne pourront prendre part au partage de succession de leur père et mère et autres ascendants,... 3° Les enfants ne pourront prendre part au partage de succession de leur père et mère et autres ascendants, sans rapporter les donations qu'ils auront reçues antérieurement au 14 juillet ...
4° A compter de cette époque, les successions qui seron...
... entre les enfants, et ils seront tenus de rapporter tout ce qu'ils auront reçu à ...
4° A compter de cette époque, les successions qui seront ouvertes seront partagées également entre les enfants, et ils seront tenus de rapporter tout ce qu'ils auront reçu à quelque titre que ce soit.
...membres s'étaient opposes à l'admission de ces iarticles, parce que, disaient-ils,... Plusieurs membres s'étaient opposes à l'admission de ces iarticles, parce que, disaient-ils, c'était donner un effet rétroactif à la loi.
...et J 789, dès ce moment tous les droits de chaque citoyen ont été assurés ; de sorte qu'admettre les articles ci-dessu...
..., mais consacrer l'exécution des droits de chaque citoyen, du moment qu'ils leur o...
...rver que la liberté et l'égalité ayant été solennellement proclamées le 14 juillet J 789, dès ce moment tous les droits de chaque citoyen ont été assurés ; de sorte qu'admettre les articles ci-dessus, ce n'est pas donner à la loi un effet rétroactif, mais consacrer l'exécution des droits de chaque citoyen, du moment qu'ils leur ont été acquis.
Compte rendu du Journal de Perlet. Compte rendu du Journal de Perlet.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 494
« Chandenier, procureur de là commune. » (1) Procés-verbaux de la Convention, t. 23, p. 38. « Chandenier, procureur de là commune. » (1) Procés-verbaux de la Convention, t. 23, p. 38.
...citoyens Lecamus et Baudin aux honneurs de la séance, et a renvoyé au comité des f... ...on des monnaies, et la somme versée à la trésorerie nationale; elle a admis les citoyens Lecamus et Baudin aux honneurs de la séance, et a renvoyé au comité des finances pour arrêter et faire payer les frais occasionnés par l'apport du dépôt ...
(2) Procès-verbaux de la Convention, t'. 23, p. 38. (2) Procès-verbaux de la Convention, t'. 23, p. 38.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 495
...remettant, citoyen président, n'est pas de faire paradé d'un devoir que je regarde comme indispensable pour un patriote, mais bien de provoquer de la part de (t) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p«, 170). D'autre part, les- A...
...res [n° 287 du 24® jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793),, p. 1303, col. 1] et le Mercure universel [23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 220, col. 1] rendent compte de l'admission à la barre des citoyens Lec...
« Mon objet, en vous les remettant, citoyen président, n'est pas de faire paradé d'un devoir que je regarde comme indispensable pour un patriote, mais bien de provoquer de la part de (t) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p«, 170). D'autre part, les- Annales patriotiques et littéraires [n° 287 du 24® jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793),, p. 1303, col. 1] et le Mercure universel [23e jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 220, col. 1] rendent compte de l'admission à la barre des citoyens Lecamus et Rau-din dans les termes suivants :
Le comité de surveillance de la ville d'Aire a découvert dans des ma...
...es calices, des croix d'or et d'argent, de la vaisselle et du numéraire enfermés d...
Le comité de surveillance de la ville d'Aire a découvert dans des maisons qu'habitaient des ci-devant ducs, marquis, comtes, barons, évêques, prêtres et' religieux, des calices, des croix d'or et d'argent, de la vaisselle et du numéraire enfermés dans des sacs- dont l'étiquette portait : « Pour faire dire des messes à quinze s...
Des membres du comité de surveillance de la ville d'Aire apportent à la Conventi... Des membres du comité de surveillance de la ville d'Aire apportent à la Convention des chasubles, des encensoirs, des burettes, des crucifix, des mitres, des cr...
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39.
...atrie vous a placés, (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39. ...ursuivez votre carrière honorable, demeurez inébranlables au grand poste où la patrie vous a placés, (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 496
...atures que nous reproduisons à la suite de ce document sont celles qui figurent sur le document de la Bibliothèque nationale : le document...
...embres qui composent le conseil général de la commune n'ont pas mis leur signature...
...r municipal; Pierre Cogo-rus, officier municipal; François Lefevre, (1) Les signatures que nous reproduisons à la suite de ce document sont celles qui figurent sur le document de la Bibliothèque nationale : le document des Archives nationales n'en contient que 28. On y lit, in fine, la mention suivante : « Si tous les membres qui composent le conseil général de la commune n'ont pas mis leur signature à la présente adresse, c'est que grand nombre d'eux sont absents par commission...

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 497
« Le 21e jour du 1er mois de l'an II de la Répubhque française _une et indivisible, » (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39. « Le 21e jour du 1er mois de l'an II de la Répubhque française _une et indivisible, » (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 39.
(3) Procès-verbaux de la Coniièntion, t. 23, p. 40. (3) Procès-verbaux de la Coniièntion, t. 23, p. 40.
(4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 498
Je suis parti pour instruire la France de la situation de nos possessions en Amérique et de Pénergie répubhcaine de nos colons; elle sera (1) Moniteur universel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 97, col. 1]. Ce journal, ainsi d'ailleurs que la plupart des journaux de l'époque, écrit partout Lacoste au lieu de Lacrosse. h'Auditeur national [n° 387 du 23® jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1797), p. 4] commet la même erreur et rend compte de l'admission à la barre du citoyen Lacro... Je suis parti pour instruire la France de la situation de nos possessions en Amérique et de Pénergie répubhcaine de nos colons; elle sera (1) Moniteur universel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 97, col. 1]. Ce journal, ainsi d'ailleurs que la plupart des journaux de l'époque, écrit partout Lacoste au lieu de Lacrosse. h'Auditeur national [n° 387 du 23® jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1797), p. 4] commet la même erreur et rend compte de l'admission à la barre du citoyen Lacrosse dans les termes suivants :
...rsel [n° 24 du 248 jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p, 17, col. 1]. (5) Moniteur universel [n° 24 du 248 jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p, 17, col. 1].
« Le citoyen Lacoste, de retour des Isles-du-Vent où il a été en...
...re et présente à l'Assemblée le tableau de ces colonies.
« Le citoyen Lacoste, de retour des Isles-du-Vent où il a été envoyé par le ministre Monge, est admis à la barre et présente à l'Assemblée le tableau de ces colonies.
...le drapeau blanc flottait sur les forts de la Martinique et de la Guadeloupe. Cette dernière île donna... « A son arrivée dans ces parages, le drapeau blanc flottait sur les forts de la Martinique et de la Guadeloupe. Cette dernière île donna la première l'impulsion, en arborant le drapeau tricolore.
...t différentes tentatives pour s'emparer de nos possessions. Ils ont fait une desce...
...partout ils ont été battus et le génie (de la liberté a triomphé. La Guadeloupe n'...
...ttaquée; la Martinique a été le théâtre de la guerre la plus cruelle. Les contre-r...
...s, qui ont été saisis, s'elèvent à plus de 200 millions.
« Les Anglais [ont fait différentes tentatives pour s'emparer de nos possessions. Ils ont fait une descente à l'île Saint-Pierre; mais partout ils ont été battus et le génie (de la liberté a triomphé. La Guadeloupe n'a .pas été attaquée; la Martinique a été le théâtre de la guerre la plus cruelle. Les contre-révolutionnaires ont été arrêtés partout. Leurs biens, qui ont été saisis, s'elèvent à plus de 200 millions.
...pétitionnaire a été invité aux honneurs de la séance, et son récit a été renvoyé au comité de Salut -public. » « Le pétitionnaire a été invité aux honneurs de la séance, et son récit a été renvoyé au comité de Salut -public. »
...près avoir entendu le rapport du comité de Salut public, décrète qu'il sera mis à la disposition du ministre de la marine, par la trésorerie nationale,... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport du comité de Salut public, décrète qu'il sera mis à la disposition du ministre de la marine, par la trésorerie nationale, la somme (1) Voy.[ci-après, annexe n» 1, p.'508, le compte rendu à ses concitoy...
(2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41. (2) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41.
...rnal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 172). (3) Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 172).
(4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 41.
(6) D'après les divers journaux de l'époque. (6) D'après les divers journaux de l'époque.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 499
...'est pas mentionnée dans le Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, de M. Aulard, est insérée en entier dans le Bulletin de la Convention du 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).- ...onnet. » (1) Archives nationales, carton C 274, dossier 693. Cette lettre, qui n'est pas mentionnée dans le Recueil des actes et de la correspondance du comité de Salut public, de M. Aulard, est insérée en entier dans le Bulletin de la Convention du 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).-
...es, carton G 274, dossier 693. Bulletin de la Convention An 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793). (2) Archives nationales, carton G 274, dossier 693. Bulletin de la Convention An 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
...ure universel [23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 222, col. 1]. (4) Applaudissements, d'après le Mercure universel [23° jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793), p. 222, col. 1].
« Le 9 octobre 1793, « Le 9 octobre 1793,
...ue, je meurs pour ma (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 42. ...aves, entre autres le général Chambon qui, en mourant, a crié : Vive la Bépublique, je meurs pour ma (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 42.
(3) Il s'agit de Châtillon-sur-Sèvre. (3) Il s'agit de Châtillon-sur-Sèvre.
« Perpignan,le 7 octobre 1793, « Perpignan,le 7 octobre 1793,

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 500
... c'est que je n'ai pas eu un seul homme de tué ni blessé, pas même (1) Archives na...
... est insérée en entier dans le Bulletin de la Convention du 2* jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
« Ce dont je m'applaudis, c'est que je n'ai pas eu un seul homme de tué ni blessé, pas même (1) Archives nationales, carton C 21&, dossier 693. Cette lettre est insérée en entier dans le Bulletin de la Convention du 2* jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
« Nos troupes, constamment en présence de l'ennemi, s'aguerrissent et chantent et...
... nous tâchons d'adoucir leurs peines et de veiller à leurs besoins. Toujours auprès d'elles, nous tâchons de maintenir à la fois la discipline sévèr...
...es, carton C 274, dossier 693. Bulletin de la Convention, du 3» jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793).
« Nos troupes, constamment en présence de l'ennemi, s'aguerrissent et chantent et rient au bruit du canon; nous tâchons d'adoucir leurs peines et de veiller à leurs besoins. Toujours auprès d'elles, nous tâchons de maintenir à la fois la discipline sévère et l'égalité républicaine, que les Français soient bien conduits, que l'épau-l...
...t l'exemple, efc nos soldats seront des héros. Nous sommes (1) Archives nationales, carton C 274, dossier 693. Bulletin de la Convention, du 3» jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1793).
« Campredon, le 5 octobre 1793, « Campredon, le 5 octobre 1793,
...ure universel [23* jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1193), p. 221... (2) Applaudissements, d'après le Mercure universel [23* jour du premier mois de l'an II (lundi 14 octobre 1193), p. 221, col. 2],
« Bagnols-les-Aspres, le 6 octobre 1793, « Bagnols-les-Aspres, le 6 octobre 1793,

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 501
...rsel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 97, col. 1]. (2) Moniteur universel [n° 24 du 24° jour du premier mois de l'an II (mardi 15 octobre 1793), p. 97, col. 1].
...uf-Randon et Laporte. » (1) Le Bulletin de la Convention du 3e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lunc'i 14 octobre 1793), reproduit le texte du Moniteur. « Signé : Couthon, Maignet, Chateàu-neuf-Randon et Laporte. » (1) Le Bulletin de la Convention du 3e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (lunc'i 14 octobre 1793), reproduit le texte du Moniteur.
...roduisons d'après le Moniteur. Le texte de son premier paragraphe est plus complet...
...rnal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 171). Le voici d'après ce d...
(2) Nous n'avons pu découvrir cette lettre, que nous reproduisons d'après le Moniteur. Le texte de son premier paragraphe est plus complet dans le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n° 390, p. 171). Le voici d'après ce dernier journal :
fait lecture de la correspondance. (Suivent : 1° la lettre de Choudieu et Bélle- (1) A partir de ce paragraphe, le Bulletin ne donne plus que des extraits de la lettre de Fabre, Ronnet et Gaston. fait lecture de la correspondance. (Suivent : 1° la lettre de Choudieu et Bélle- (1) A partir de ce paragraphe, le Bulletin ne donne plus que des extraits de la lettre de Fabre, Ronnet et Gaston.
...lique ; son vœu est rempli. Les troupes de la République sont entrées triomphantes...
... évadés avec des armes et des munitions de guerre,-nous avons donné les ordres les...
...lusieurs ont été pris. Comptez qu'aucun de ces contre-révolutionnaires n'échappera...
...ville : nous y avons été reçus aux cris de: Vive la République] vive la Convention...
« La Convention voulait que Lyon fût sauvé à la. République ; son vœu est rempli. Les troupes de la République sont entrées triomphantes dans cette ville. Ayant appris que les principaux scélérats s'étaient évadés avec des armes et des munitions de guerre,-nous avons donné les ordres les plus précis pour qu'ils fussent arrêtés. On les a cernés dans le faubourg do Vaize : 400 ont mordu la poussière ; plusieurs ont été pris. Comptez qu'aucun de ces contre-révolutionnaires n'échappera ; nous les tuerons tous ou nous les enchaînerons. Notre entrée a ramené la joie dans cette ville : nous y avons été reçus aux cris de: Vive la République] vive la Convention ! »
...rnal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n* 390, p. 172). (3) Vifs applaudissements, d'après le Journal des Débats et des Décrets (octobre 1793, n* 390, p. 172).

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 502
...s, carton C 276, dossier 714. L'adresse de la société populaire d'Aigueperse n'est...
...u Bulletin, le 22e jour du premier mois de l'an II de la République ». On trouve en effet un extrait de cette adresse dans le Supplément du Bulletin du 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
(3) Archive^ nationales, carton C 276, dossier 714. L'adresse de la société populaire d'Aigueperse n'est pas mentionnée au procès-verbal ; mais, en marge du document des Archives, on lit : « n° 19, mention honorable, insertion au Bulletin, le 22e jour du premier mois de l'an II de la République ». On trouve en effet un extrait de cette adresse dans le Supplément du Bulletin du 2e jour de la troisième décade du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793).
...la même armée, se rendront dans le sein de la Convention nationale (1) D'après la ... « Les autres représentants du peuple qui étaient précédemment attachés à la même armée, se rendront dans le sein de la Convention nationale (1) D'après la minute du décret qui se trouve aux
...des ; presque toutes (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 42. ...es complices du système destructeur du fédéralisme propagé par ces députés perfides ; presque toutes (1) Procès-verbaux de la Convention, t. 23, p. 42.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 503
« Paris, ce 7 octobre 1793, « Paris, ce 7 octobre 1793,
* Le comité de Salut public de la Convention m'ayant transmis des plai...
...ons que la décision des commissaires et de rassemblée générale pouvait être «ans a...
...ux ventes malgré dès arrêtés contraires de la municipalité de Paris. Le directoire du département, qu...
...m 370, dossier 1. La lettre du ministre de l'Intérieur n'est pas mentionnée au pro...
... Archives, on lit : « Renvoyé au comité de Salut public le 22s jour du premier mois de l'an II de la République française. »
* Le comité de Salut public de la Convention m'ayant transmis des plaintes des commissaires aux accaparements, qui annoncent que leurs opérations sont...
...l résulte des renseignements pris à cet égard qu'on a pensé dans plusieurs sections que la décision des commissaires et de rassemblée générale pouvait être «ans appel et que la confiscation et la vente des marchandises des prévenus d'accapare...
...es parties intéressées; il paraît même que quelques sections ont fait procéder aux ventes malgré dès arrêtés contraires de la municipalité de Paris. Le directoire du département, que j'ai consulté à eet (f) Archives nationales, carton Dm 370, dossier 1. La lettre du ministre de l'Intérieur n'est pas mentionnée au procès-verbal ; mais en marge du document des Archives, on lit : « Renvoyé au comité de Salut public le 22s jour du premier mois de l'an II de la République française. »
...e vous avez rendu contre Antiboul, l'un de vos collègues, a frappé d'éton-nement tous les citoyens révolutionnaires de cette ville, et leur affliction est profonde. Qui n'aurait pas été surpris de voir ordonner l'arrestation d'un homme ...
... sanguinaires des -royalistes, et forcé de rester ici quelques jours par la nécessité trop évidente de réparer ses forces épuisées, s'appliqua...
...nous seconder enfin dans la préparation de diverses mesures de sûreté (1) Archives nationales, carton ...
...nnées au procès-verbal ; mais, en marge de chacun des documents des Archives, on lit : a Renvoyé au comité de sûreté générale, le 22" jour du premier mois de l'an II de la République, d
« Le décret que vous avez rendu contre Antiboul, l'un de vos collègues, a frappé d'éton-nement tous les citoyens révolutionnaires de cette ville, et leur affliction est profonde. Qui n'aurait pas été surpris de voir ordonner l'arrestation d'un homme qui, à peine échappé des mains sanguinaires des -royalistes, et forcé de rester ici quelques jours par la nécessité trop évidente de réparer ses forces épuisées, s'appliquait avec nous à fortifier l'esprit public, à mettre hors d'insulte le port, la ville, les fortifications et la côte, à nous seconder enfin dans la préparation de diverses mesures de sûreté (1) Archives nationales, carton Dm 343 (dossier Antiboul). Ces deux adresses ne sont pas mentionnées au procès-verbal ; mais, en marge de chacun des documents des Archives, on lit : a Renvoyé au comité de sûreté générale, le 22" jour du premier mois de l'an II de la République, d

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 504
...ssaires dans les, départements du gard, de vaucluse et des bouches-du-rhone, pour ...
...185, plaquette 1527, pièce 5. La lettre de Poultier et Rovère et leurs
lettre des representants poultier et rovère, commissaires dans les, départements du gard, de vaucluse et des bouches-du-rhone, pour transmettre divers arrêtés a la convention (1). (i) Archives nationales, carton AFii 185, plaquette 1527, pièce 5. La lettre de Poultier et Rovère et leurs
22° jour du -1er mois de l'an II 22° jour du -1er mois de l'an II
... Archives, on lit : « Renvoyé au comité de Salut public le 22 du premier mois. » (... arrêtés ne sont pas mentionnés au procès-verbal ; mais, en marge du document des Archives, on lit : « Renvoyé au comité de Salut public le 22 du premier mois. » (1) Archives nationales, carton AFii 185, plaquette 1527, pièce 7.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 506
...égués dans les départements méridionaux de la Répubhque, et spécialement dans ceux du Gard, des Bouches^ du-Rhône et de Yaucluse, par décrets de la Convention nationale des 24, 25 juin... Rovère et Poultier, représentants du peuple français, délégués dans les départements méridionaux de la Répubhque, et spécialement dans ceux du Gard, des Bouches^ du-Rhône et de Yaucluse, par décrets de la Convention nationale des 24, 25 juin, 22 juillet et 1er août derniers ; (1) Archives nationales, carton AFa 185, pla...

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 508
A la séance de la Convention nationale du It1 jour du premier mois de l'an II (dimanche « 3 octobre 1793) A la séance de la Convention nationale du It1 jour du premier mois de l'an II (dimanche « 3 octobre 1793)
...itaine SLacrosse, commandant la frégate de la République, La Félicité, de sa mission anx lslcs-dn-Vent de l'Amérique, pendant les années 1793 à 1 793 (3). Compte rendn à ses concitoyens par le capitaine SLacrosse, commandant la frégate de la République, La Félicité, de sa mission anx lslcs-dn-Vent de l'Amérique, pendant les années 1793 à 1 793 (3).
...yens français. Je vais présenter l'état de cehes du Yent de l'Amérique à l'époque du 1er décembre 1...
...leur position physique et pohtique lors de mon départ, le 25 août 1793.
...pport aux colonies intéresse, d'une manière plus ou moins directe, tous les citoyens français. Je vais présenter l'état de cehes du Yent de l'Amérique à l'époque du 1er décembre 1792, où. j'y arrivai, ce qui s'est passé pendant mon séjour, et leur position physique et pohtique lors de mon départ, le 25 août 1793.
(1) L'adresse de la Société populaire de La Réole n'est pas mentionnée au procès...
...en donnons est emprunté au compte rendu de la séance du 22e jour du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793), dans le Journal de Perlet (n° 387 du 3* jour de la troisième décade du premier mois de l'an II lundi 14 octobre 1793), p. 106].
(1) L'adresse de la Société populaire de La Réole n'est pas mentionnée au procès-verbal. L'extrait que nous en donnons est emprunté au compte rendu de la séance du 22e jour du premier mois de l'an II (dimanche 13 octobre 1793), dans le Journal de Perlet (n° 387 du 3* jour de la troisième décade du premier mois de l'an II lundi 14 octobre 1793), p. 106].
Tout homme pubhc doit compte de sa conduite à ses concitoyens. Je le fu...
... que sa connaissance importe au bonheur de tous, et de chacun en particulier.
Tout homme pubhc doit compte de sa conduite à ses concitoyens. Je le fus, je vais remphr cette obhgation. Il leur doit dans tous les temps la vérité, mais elle devient d'autant plus utile que sa connaissance importe au bonheur de tous, et de chacun en particulier.
J'étais parti de France le 24 octobre 1792, commandant la frégate La Félicité, porteur de décrets, de paquets à l'adresse des commissaires ci...
... citoyens (ci-devant connus sous le nom de .gens de couleur); de répandre les, papiers trouvés chez Laporte, intendant de la hste civile; d'attacher à la métropole les colons, par la connaissance de leurs vrais intérêts. Je devais de là me rendre à Saint-Domingue, y remphr...
J'étais parti de France le 24 octobre 1792, commandant la frégate La Félicité, porteur de décrets, de paquets à l'adresse des commissaires civils, des gouverneurs et intendants, avec ordre d'annoncer la Répubhque, d'éclairer les nouveaux citoyens (ci-devant connus sous le nom de .gens de couleur); de répandre les, papiers trouvés chez Laporte, intendant de la hste civile; d'attacher à la métropole les colons, par la connaissance de leurs vrais intérêts. Je devais de là me rendre à Saint-Domingue, y remphr le même objet; telle était la mission importante dont j'étais chargé (n° 1).
(3) Ribliothèque de la Chambre des Députés : Collée tion Portiez de l'Oise : 54 pages in-4", t. 28, n° 118. (3) Ribliothèque de la Chambre des Députés : Collée tion Portiez de l'Oise : 54 pages in-4", t. 28, n° 118.
De secrets pressentiments me donnèrent les...
... rassemblement considérable d'officiers de différents régiments.
De secrets pressentiments me donnèrent les plus justes défiances, fondées sur les divisions qui déjà avaient agité la Mart...
...euse, dont les principes s'étaient manifestés en plusieurs occasions (1); sur un rassemblement considérable d'officiers de différents régiments.
Dans ma traversée, mes soins furent de combiner tous les moyens de réussite. Je fis, pour cet effet, un ex... Dans ma traversée, mes soins furent de combiner tous les moyens de réussite. Je fis, pour cet effet, un extrait des nouvelles d'Europe, que je destinai à l'impression. Je rédigeai une in...
Sachant que la ville de Saint-Pierre avait, depuis le commencement de la Révolution, donné des preuves du plu...
...rt-Royal, aujourd'hui connu sous le nom de Fort-de-la-Répubhque.
Sachant que la ville de Saint-Pierre avait, depuis le commencement de la Révolution, donné des preuves du plus grand patriotisme, je résolus d'y prendre des informations avant d'arriver au Fort-Royal, aujourd'hui connu sous le nom de Fort-de-la-Répubhque.
...er à mon bord. Je leur donnai une série de questions, dont les réponses devaient me faire connaître la position de la colonie (3). Mon canot parti, je dis...
... même couleur flotta sur les forts. Peu de temps après, je vis revenir à force de rames mon canot, à qui deux autres donn...
...seigne, non entretenu, avec le citoyen Devers, officier d'administration, passager à mon bord. Je leur donnai une série de questions, dont les réponses devaient me faire connaître la position de la colonie (3). Mon canot parti, je distinguai au point du jour un bâtiment portant pavillon et flamme blanche; bientôt la même couleur flotta sur les forts. Peu de temps après, je vis revenir à force de rames mon canot, à qui deux autres donnaient chasse.
...au avait été repoussé; que les colonies de la Martinique et de la Guadeloupe étaient en rébellion; que...
...dérable d'entre eux, vexés et proscrits de Saint-Pierre, s'étaient réfugiés à Rose...
...nc, et par une conversation qu'il eut à terre, il apprit que le général Rochambeau avait été repoussé; que les colonies de la Martinique et de la Guadeloupe étaient en rébellion; que Sainte-Lucie et Marié-Galante avaient conservé le pavillon national, mais que l...
...uccomberaient infailliblement dans ces deux colonies fidèles; qu'un nombre considérable d'entre eux, vexés et proscrits de Saint-Pierre, s'étaient réfugiés à Roseau, île Dominique.
...tention où j'étais d'écrire à Be-hague, de lui envoyer les nouvelles que j'apporta...
.... Le citoyen Lepeltier réclama le droit de la porter, comme faisant suite de la première mission.
J'assemblai mon état-major, à qui je communiquai l'intention où j'étais d'écrire à Be-hague, de lui envoyer les nouvelles que j'apportais, et d'aller conférer avec les patriotes réfugiés; ce fut l'avis unanime. J'écrivis en conséquence la lettre (n° 4). Le citoyen Lepeltier réclama le droit de la porter, comme faisant suite de la première mission.
...me et pavillon national, se rend à bord de la corvette le Balon, commandée par Rob... Mon canot déborde avec flamme et pavillon national, se rend à bord de la corvette le Balon, commandée par Robert; l'officier lui remet les paquets pour le général, dont il prend un reçu (n°...
... n'était venu à mon bord; les habitants de la ville Saint-Pierre croyaient encore ... Pendant ce temps, personne n'était venu à mon bord; les habitants de la ville Saint-Pierre croyaient encore voir la frégate la Calypso, commandée par Malevaux, masquée du paviUon
...e pavillon espagnol. Tous les officiers de la marine ont leur rang et leurs appoin... ...son offre a été acceptée, et il est en ce moment à Porto-Cabello, où il a pris le pavillon espagnol. Tous les officiers de la marine ont leur rang et leurs appointements conservés dans celle d'Espagne.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 509
...ore, et qui la veille était appareillée de cette rade. A 2 heures, n'ayant aucun espoir de communiquer avec sûreté, ni pour son bâ...
...x disposé que le mien, brûlant du désir de venger l'honneur national, outragé par ...
...hand qui m'accosta; c'était le Prudent, de Marseille, capitaine Martin. Je l'instruisis de ce que j'avais vu et appris ; il me dit...
tricolore, et qui la veille était appareillée de cette rade. A 2 heures, n'ayant aucun espoir de communiquer avec sûreté, ni pour son bâtiment, ni pour ma personne, je fis route pour la Dominique. A l'ouvert du canal...
...nt quelque temps, devoir être la frégate la Calypso. Jamais équipage ne fut mieux disposé que le mien, brûlant du désir de venger l'honneur national, outragé par des rebelles; mais je reconnus bientôt après un bâtiment marchand qui m'accosta; c'était le Prudent, de Marseille, capitaine Martin. Je l'instruisis de ce que j'avais vu et appris ; il me dit qu'il allait me suivre.
...élette que je vis venir à bord me donna de plus grands détails. Le soir, une goélette que je vis venir à bord me donna de plus grands détails.
...ouillage. Il envoya le pilote au-devant de moi. J'eus à peine laissé tomber l'ancre, que mon bord fut remph de nos frères, fuyant la persécution des d...
...le je me trouve; je lui demande, au nom de la République française, sûreté et prot...
...l me répond qu'il n'a pas reçu d'ordres de sa co ur de reconnaître la Répubhque, mais que je pouvais rester tant que les besoins de la frégate l'exigeraient. Je lui dis qu...
...s la fermeté qui convient à un officier de la Répubhque.
...icier, le citoyen Jourdan aîné, prévenir le gouverneur Bruce, que je venais au mouillage. Il envoya le pilote au-devant de moi. J'eus à peine laissé tomber l'ancre, que mon bord fut remph de nos frères, fuyant la persécution des deux colonies rebelles. Je me rendis à terre avec les citoyens Coquehn, Devers et...
...éral Bruce me reçoit au gouvernement. Je lui exphque la circonstance dans laquelle je me trouve; je lui demande, au nom de la République française, sûreté et protection pour la frégate la Félicité. Il me répond qu'il n'a pas reçu d'ordres de sa co ur de reconnaître la Répubhque, mais que je pouvais rester tant que les besoins de la frégate l'exigeraient. Je lui dis que deux jours suffisaient, et je le quittai après une conversation, où je mis la fermeté qui convient à un officier de la Répubhque.
...es citoyens Pau-trizel, ci-devant maire de la Basse-Terre, et Sabathier Saint-Andr...
...nts qu'éclairés patriotes, en compagnie de plusieurs citoyens des deux colonies. J...
...idi pour conférer sur ce qu'il y aurait de mieux à faire dans la circonstance prés...
En sortant, je rencontrai les citoyens Pau-trizel, ci-devant maire de la Basse-Terre, et Sabathier Saint-André aîné, aussi ardents qu'éclairés patriotes, en compagnie de plusieurs citoyens des deux colonies. Je les engageai à se rendre à mon bord dans l'après-midi pour conférer sur ce qu'il y aurait de mieux à faire dans la circonstance présente. Us s'y rendirent, et je lus les instructions qui m'avaient été données. J'...
...-Dominique, j'ajoutai mon dernier moyen de conciliation (n° 6). A l'extrait des nouvelles dont j'arrêtai l'impression à Roseau-Dominique, j'ajoutai mon dernier moyen de conciliation (n° 6).
... présence compromettait la tranquillité de la colonie. Cette prière me détermina à... ...rneur Bruce m'envoya un officier pour m'engager à appareiller, prétextant que ma présence compromettait la tranquillité de la colonie. Cette prière me détermina à rester. Je lui écrivis la lettre (n° 7); le lendemain je reçus sa réponse (n° 8...
...rparlers, parut la corvette le Maréchal de Castries, venant de la Guadeloupe, portant pavillon et flam...
...J'étais déjà sous voile, quand la brise de terre manquant, celle du large me jetai...
...ur, commandant cette corvette, instruit de mon dessein par Sainford, négociant de la Dominique (1) et l'agent fidèle
Pendant ces pourparlers, parut la corvette le Maréchal de Castries, venant de la Guadeloupe, portant pavillon et flamme blanche. Sur-le-champ, je me disposai à appareiller. J'étais déjà sous voile, quand la brise de terre manquant, celle du large me jetait à la côte, et je ne mouillai que lorsqu'il n'y eut plus d'autre parii à prendre. Duclesmur, commandant cette corvette, instruit de mon dessein par Sainford, négociant de la Dominique (1) et l'agent fidèle
tants de la Martinique, a reçu dans leur dernièr... tants de la Martinique, a reçu dans leur dernière émi-
...vais être appareiUés la veille, du Fort-de-la-Répubhque, avec ordre de m'enlever partout où ils me rencontreraient. Encouragés par la prise de la gabarre la Bienvenue, à Saint-Christ... ...nner chasse, et éviter le vaisseau la Ferme, et la frégate la Calypso, que je savais être appareiUés la veille, du Fort-de-la-Répubhque, avec ordre de m'enlever partout où ils me rencontreraient. Encouragés par la prise de la gabarre la Bienvenue, à Saint-Christophe, ils crurent aux mêmes succès ; ils se présentèrent devant Roseau, et, ne m...
...e voyant rien à la pointe du vieux fort de la Guadeloupe, je me décidai à faire ro...
...evant la Ferme, aujourd'hui le Phocion, de 74; la frégate la Calypso, de 36; la frégate la Boyaliste, de 24, ci-devant la gabarre la Bienvenue, et le Maréchal de Castries, de 18. On m'avait fait entrevoir que ma pr...
... en passant sous le vent du vaisseau et de la frégate, que je reconnus très bien.
Le 5, au jour, ne voyant rien à la pointe du vieux fort de la Guadeloupe, je me décidai à faire route pour Sainte-Lucie, et à rester dans ces mers, où j'avais à lutter contre le vaisseau ci-devant la Ferme, aujourd'hui le Phocion, de 74; la frégate la Calypso, de 36; la frégate la Boyaliste, de 24, ci-devant la gabarre la Bienvenue, et le Maréchal de Castries, de 18. On m'avait fait entrevoir que ma présence était nécessaire, dans cette île. Je m'y rendis effectivement, en passant sous le vent du vaisseau et de la frégate, que je reconnus très bien.
...égiment. Ma présence raffermit les amis de la Répubhque, et en imposa à un parti q...
... formé pour donner à Behague les moyens de l'entraîner dans la rébellion. Il me parut d'autant plus essentiel de la conserver, que sa position assurait ...
... me fut faite par l'assemblée coloniale de rester, et j'expédiai un de mes officiers avec les paquets pour Sai...
... et un gouverneur patriote, le citoyen Montel, lieutenant-colonel du brave 31e régiment. Ma présence raffermit les amis de la Répubhque, et en imposa à un parti qui s'était formé pour donner à Behague les moyens de l'entraîner dans la rébellion. Il me parut d'autant plus essentiel de la conserver, que sa position assurait à nos vaisseaux un port commode pour diriger leurs opérations contre les rebelles. Je n'hésitai donc pas à me rendre à la réquisition qui me fut faite par l'assemblée coloniale de rester, et j'expédiai un de mes officiers avec les paquets pour Saint-Domingue. L'arrivée prochaine des forces qui devaient me suivre à cette époqu...
...soin fut d'envoyer une goélette au vent de la Martinique pour avertir les bâtiments de commerce, venant de France, de la position des colonies. J'en expédiai...
...pas compter sur lui; effectivement, peu de temps après, il prit la fuite avec le c...
...it entrevoir aux Anglais la possibilité de prendre cette colonie, ce qu'ils ont ex...
...que j'étais le seul commandant légitime de la station française, et que s'il y ava...
...onse qui annonçait déjà la mauvaise foi de son gouvernement (n° 13).
Mon premier soin fut d'envoyer une goélette au vent de la Martinique pour avertir les bâtiments de commerce, venant de France, de la position des colonies. J'en expédiai une autre à Tabago, au gouverneur Marguenat, avec la lettre n° 10 et une partie...
...rtées; je reçus sa réponse (n° 11), qui me fit augurer que la France ne pouvait pas compter sur lui; effectivement, peu de temps après, il prit la fuite avec le commandant en second, Jobal. Les intelligences qu'ils avaient déjà préparées ont fait entrevoir aux Anglais la possibilité de prendre cette colonie, ce qu'ils ont exécuté le 14 avril avec le secours des habitants* J'écrivis aussi au Commodore La Forey, commandant la station aux îles anglaises, pour le prévenir que j'étais le seul commandant légitime de la station française, et que s'il y avait quelque chose à traiter pour la partie maritime, c'était à moi qu'il devait désormais s'adresser (n° 12). Il me fit une réponse qui annonçait déjà la mauvaise foi de son gouvernement (n° 13).
gration l'argent de plusieurs d'entre eux, et quand il en a été nanti, a fait une banqueroute de 4 millions, et a emporté à ces messieur... gration l'argent de plusieurs d'entre eux, et quand il en a été nanti, a fait une banqueroute de 4 millions, et a emporté à ces messieurs 1,200,000 livres.
(1) Il y avait abord de la Calypso, lors de cet enlèvement, un grand nombre d'habitants qui -s'y étaient embarqués en qualité de volontaires. La nation pourra reprendre... (1) Il y avait abord de la Calypso, lors de cet enlèvement, un grand nombre d'habitants qui -s'y étaient embarqués en qualité de volontaires. La nation pourra reprendre sur leurs biens la valeur du pillage qu'ils y ont fait.

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 510
...emps, été suspendues. On planta l'arbre de la Liberté, appelé dans les colonies arbre de la République. J'employai tous les moye... ... puissamment secondé. Je rétablis le club dont les séances avaient, depuis longtemps, été suspendues. On planta l'arbre de la Liberté, appelé dans les colonies arbre de la République. J'employai tous les moyens d'élec-triser les âmes.
...nouvelles d'Europe et mon dernier moyen de conciliation étaient répandus avec prof... Par les soins des patriotes, par ceux du citoyen Devers, le précis des nouvelles d'Europe et mon dernier moyen de conciliation étaient répandus avec profusion : partout on chantait l'hymne des Marseillais.
Cependant l'assemblée coloniale de la Martinique, celle de la Guadeloupe, prirent leur fameux arrê... Cependant l'assemblée coloniale de la Martinique, celle de la Guadeloupe, prirent leur fameux arrêté des 10 et 13 décembre 1792 par lequel elles déclaraient la guerre à la France...
Tous ces traits de lumière avaient éclairé la foule qui ne... Tous ces traits de lumière avaient éclairé la foule qui ne suit que le torrent ; les esprits fermentaient peu à peu; la terreur s'emparait...
...encore restés à Saint-Pierre et au Fort-de-la-République venaient en foule se réunir à leurs frères de Sainte-Lucie. Chaque jour les équipages... Les patriotes encore restés à Saint-Pierre et au Fort-de-la-République venaient en foule se réunir à leurs frères de Sainte-Lucie. Chaque jour les équipages du vaisseau la Ferme désertaient, et se rendaient à mon bord dans les canots qu...
La ville de la Pointe-à-Pitre donna la première l'i...
...sédait dans sa rade une grande quantité de bâtiments du commerce. Ces braves capit...
...résolution bien prononcée des habitants de s'affranchir du joug des factieux, ils ...
La ville de la Pointe-à-Pitre donna la première l'impulsion. Elle possédait dans sa rade une grande quantité de bâtiments du commerce. Ces braves capitaines, officiers et équipages supportaient avec indignation le pavillon blanc qu'on les forçait d'arborer. Lorsqu'ils virent la résolution bien prononcée des habitants de s'affranchir du joug des factieux, ils s'unirent à eux. On fit évacuer le Fort aux planteurs (1) qui le gardaient, et l...
...défense commune; les vrais républicains de la Guadeloupe se montrent. Les citoyens...
...activité du capitaine Frémont. Instruit de leur conduite énergique, je leur écrivi...
...s furent battus et repoussés : la cause de la liberté triompha. On m'envoya les ci...
... pour protéger l'enlèvement du Maréchal de Gastries, qui était mouillé à Saint-Pie...
...belles, commandée par BoisgroMer, élève de la marine. Griselet, officier du Maréchal de Gastries, y fut pris les armes à la mai...
...r présence et leur renfort ne fit qu'augmenter l'énergie : tous concourent à la défense commune; les vrais républicains de la Guadeloupe se montrent. Les citoyens, les marins se forment en compagnies, montent des canons, fortifient des postes avantageux, servent l'artillerie. On remarqua le courage et l'activité du capitaine Frémont. Instruit de leur conduite énergique, je leur écrivis la lettre n° 15. Vainement les rebelles tentèrent, par deux points, d'attaquer la ville ; ils furent battus et repoussés : la cause de la liberté triompha. On m'envoya les citoyens Partarieu, Pinchard, Bertrand et Cossen pour -m'annoncer cet événement. Ils ne me trouvèrent pas à Sainte-Lucie, j'en étais sorti le 29 décembre pour protéger l'enlèvement du Maréchal de Gastries, qui était mouillé à Saint-Pierre, que je faisais tenter à l'abordage par une goélette, la Légère, appartenant aux rebelles, commandée par BoisgroMer, élève de la marine. Griselet, officier du Maréchal de Gastries, y fut pris les armes à la main; le volontaire Boishardy y fut tué (n° 16).
...ar leur conduite, démontrés les ennemis de la Révolution et de la République. Quelques-uns font except... ...omprends, sous cette dénomination, que les habitants des colonies qui se sont, par leur conduite, démontrés les ennemis de la Révolution et de la République. Quelques-uns font exception ; ils sont unis aux patriotes.
Après avoir conféré avec les députés de la Pointe-à-Pitre, je leur promis de m'y rendre le plus tôt possible, ce que... Après avoir conféré avec les députés de la Pointe-à-Pitre, je leur promis de m'y rendre le plus tôt possible, ce que j'exécutai le 5 janvier.
On me reçut avec les marques de la joie la plus vive. Seul délégué de la République, je reçus en son nom les témoignages de respect et de soumission à ses lois. On me reçut avec les marques de la joie la plus vive. Seul délégué de la République, je reçus en son nom les témoignages de respect et de soumission à ses lois.
... à son poste, remplissait les fonctions de maire. Son zèle et son civisme méritent... ...a municipalité en défection, le citoyen Peni-cault, qui en faisait partie, resté à son poste, remplissait les fonctions de maire. Son zèle et son civisme méritent les plus grands éloges.
L'élan que venait de donner la ville de la Pointe-à-Pitre fut bientôt suivi de toute la colonie; le parti des planteur... L'élan que venait de donner la ville de la Pointe-à-Pitre fut bientôt suivi de toute la colonie; le parti des planteurs fut anéanti; Darrot et ses satellites prirent la fuite.
En moins de huit jours, je reçus des députa-tions de toutes les paroisses. La ville de la Basse-Terre m'invita de me rendre dans son sein. Je ne crus pas...
...ter la Pointe-à-Pitre, devenu le centre de tous les mouvements ; mais, sur les cra...
En moins de huit jours, je reçus des députa-tions de toutes les paroisses. La ville de la Basse-Terre m'invita de me rendre dans son sein. Je ne crus pas alors devoir quitter la Pointe-à-Pitre, devenu le centre de tous les mouvements ; mais, sur les craintes qu'ils me témoignèrent qu'il pourrait se commettre quelque désordre, dans ...
J'invitai d'abord les citoyens de toutes les paroisses à former de nouvelles municipalités, et à choisir des magistrats dignes de leur confiance. J'invitai d'abord les citoyens de toutes les paroisses à former de nouvelles municipalités, et à choisir des magistrats dignes de leur confiance.
...s garde-côtes pour protéger le commerce de la métropole, empêcher l'exportation des denrées coloniales. J'annulai l'arrêté de l'assemblée qui le permettait. J'établis des domaines garde-côtes pour protéger le commerce de la métropole, empêcher l'exportation des denrées coloniales. J'annulai l'arrêté de l'assemblée qui le permettait.
Les scellés furent mis sur les papiers de l'ancienne administration, et les séque... Les scellés furent mis sur les papiers de l'ancienne administration, et les séquestres placés sur les biens des (ci-devant) Jacobins, Carmes, Bouillé et Mallevau...
Pendant ce temps, je ne cessai de démontrer aux habitants que leurs intér...
...s lier à la Révolution; ils me parurent de bonne foi, revenus de leurs erreurs ; mais je ne connaissais ...
Pendant ce temps, je ne cessai de démontrer aux habitants que leurs intérêts devaient les lier à la Révolution; ils me parurent de bonne foi, revenus de leurs erreurs ; mais je ne connaissais pas encore à fond le caractère créole. Cependant je mis dans ma conduite la plus...
...és populaires seraient un nouveau moyen de réunion pour les citoyens, j'en formai ...
...ointe-à-Pitre. Le citoyen Devers en fit de même à la Basse-Terre, et bientôt il s'en forma dans plusieurs paroisses de la colonie. Par là se propageaient l'es...
Persuadés que les Sociétés populaires seraient un nouveau moyen de réunion pour les citoyens, j'en formai une à la Pointe-à-Pitre. Le citoyen Devers en fit de même à la Basse-Terre, et bientôt il s'en forma dans plusieurs paroisses de la colonie. Par là se propageaient l'esprit public et les principes républicains.
...u peuple, arracher la colonie au danger de l'anarchie, j'invitai, par une proclama...
...onvenable : ce qu'ils firent sous celle de commission générale -et extraordinaire,
...icipalités étaient organisées, voulant, par des autorités constituées du ehoix du peuple, arracher la colonie au danger de l'anarchie, j'invitai, par une proclamation (n° 17), les paroisses à se choisir des représentants, qui se réuniraient à la Pointe-à-Pitre, pour se constituer sous telle dénomination qu'ils jugeraient convenable : ce qu'ils firent sous celle de commission générale -et extraordinaire,
... refus absolu jetterait la colonie dans de nouveaux embarras. D'un autre côté, sac...
... passait à la Martinique, étant l'homme de toutes les colonies en général, et non ...
...ticulier, je ne pouvais me lier à celle de la Guadeloupe. Pour tout concilier, je ...
...'accepter, avec la faculté bien motivée de me faire^représenter par un officier digne de la cob-
... On m'invita à prendre provisoirement les rênes du gouvernement. Je sentis qu'un refus absolu jetterait la colonie dans de nouveaux embarras. D'un autre côté, sachant ce qui se passait à la Martinique, étant l'homme de toutes les colonies en général, et non celui d'une seule en particulier, je ne pouvais me lier à celle de la Guadeloupe. Pour tout concilier, je proposai d'accepter, avec la faculté bien motivée de me faire^représenter par un officier digne de la cob-

Séance du dimanche 13 octobre 1793

page 511
... soutenu Sainte-Lucie contre les trames de l'aristocratie. On adhéra à ma proposit...
...ermené fut reconnu commandant en second de la Guadeloupe. Pendant mon séjour dans cette colonie, les patriotes de la Martinique intimidaient la horde des...
...itoyens qui faisaient la majeure partie de leurs forces les avaient abandonnés. Éc...
...crits., ils sentirent que les bienfaits de la Révolution les appelaient à l'exercice réel de leurs droits; qu'ils servaient une caus...
...ls étaient le vrai peuple des colonies. De cette époque seule, on peut compter qu'...
...ui, lié à la Franee par la connaissance de ses intérêts, devait les lui assurer co...
...militaire à Marie-Galante, auquel la République a en partie l'obligation d'avoir soutenu Sainte-Lucie contre les trames de l'aristocratie. On adhéra à ma proposition (n° 18), et le citoyen Kermené fut reconnu commandant en second de la Guadeloupe. Pendant mon séjour dans cette colonie, les patriotes de la Martinique intimidaient la horde des satellites du despotisme, ces orgueilleux planteurs, cette marine en apparence si déterminée et si formidable. Les nouveaux citoyens qui faisaient la majeure partie de leurs forces les avaient abandonnés. Éclairés par mes écrits., ils sentirent que les bienfaits de la Révolution les appelaient à l'exercice réel de leurs droits; qu'ils servaient une cause étrangère à la leur; qu'ils étaient le vrai peuple des colonies. De cette époque seule, on peut compter qu'il en existe un dans ces contrées, qui, lié à la Franee par la connaissance de ses intérêts, devait les lui assurer contre les tentatives des planteurs, que nous verrons bientôt coahsés avec nos enn...
Dès les premiers jours de janvier, Behague, Rivière et tous les g...
...nt les esprits montés en sens contraire de leurs espérances, la défection de leur parti à la Guadeloupe ne pouvant p...
...rébellion, leur facihta tous les moyens de s'en aller. Effectivement, le II, Behag...
...ate la Calypso, la corvette le Maréchal-de-Castries, et le bateau le Coureur, fire...
..., emportant un grand nombre d'habitants de tout sexe et de tout âge. Le directoire de l'assemblée coloniale nomma les citoyen...
... on me croyait encore, pour m'instruire de la reprise du pavillon national et de leur retour à la mère-patrie. Cette dép...
...au 31e, au 37e régiment et aux citoyens de Saint-Pierre; j'ordonnai la relaxion de...
... fut envoyée, apportant une déhbération de l'assemblée coloniale, qui me déférait provisoirement le gouvernement de la Martinique (n° 19). Ces paquets me f...
... instruit que le brick le Lutin, venait de mouiller à la Basse-Terre, apportant le...
...que le général Rochambeau était porteur de nouveaux ordres de la Répubhque, expédiés par le ministre ...
Dès les premiers jours de janvier, Behague, Rivière et tous les grands coupables voyant les esprits montés en sens contraire de leurs espérances, la défection de leur parti à la Guadeloupe ne pouvant plus, avec leurs forces, lutter contre l'opinion, résolurent d'abandonner la colonie. La portion des planteurs qui crut pouvoir rester, et pallier leur rébellion, leur facihta tous les moyens de s'en aller. Effectivement, le II, Behague partit, le lendemain, le vaisseau le Phocion, la frégate la Calypso, la corvette le Maréchal-de-Castries, et le bateau le Coureur, firent route pour la Trinité espagnole, emportant un grand nombre d'habitants de tout sexe et de tout âge. Le directoire de l'assemblée coloniale nomma les citoyens Molerat, le Vassor Bonne-terre, Marlet, Delor et Guignot, pour remphr l'intérim du pouvoir exécutif. Il m'envoya aussi une députation à Sainte-Lucie, où on me croyait encore, pour m'instruire de la reprise du pavillon national et de leur retour à la mère-patrie. Cette députation fut mise en état d'arrestation. On me dépêcha un aviso pour m'apporter l...
...'exigeai, avant tout, la remise des forts, dont la garde serait confiée, partie au 31e, au 37e régiment et aux citoyens de Saint-Pierre; j'ordonnai la relaxion des députés qui rapportèrent mes dépêches au directoire. Une seconde députation me fut envoyée, apportant une déhbération de l'assemblée coloniale, qui me déférait provisoirement le gouvernement de la Martinique (n° 19). Ces paquets me furent remis le 28 janvier, époque où je fus instruit que le brick le Lutin, venait de mouiller à la Basse-Terre, apportant les généraux RochambeaU et, Ricard; leur présence inattendue avait excité* dans le peuple une grande fermentation; on ne voulait pas les recevoir. On ignorait alors que le général Rochambeau était porteur de nouveaux ordres de la Répubhque, expédiés par le ministre Monge; je l'ignorais moi-même, et le voyant revenir seul dans des colonies dont ...
...palité, où le peuple assemblé, instruit de ses nouveaux pouvoirs, le reconnut pour...
...général. Le lendemain on planta l'arbre de la hberté; le même soir nous nous rendîmes à bord de la frégate, et nous arrivâmes le lendem...
...l me confirma le commandement militaire de la Guadeloupe, jusqu'à l'arrivée des co...
..., à quatre heures, étant devant la rade de Saint-Pierre, nous descendîmes à terre. L'expression de la joie des citoyens, rentrés dans leur...
...qui, depuis 4 ans, soutenaient la cause de la hberté; ils étaient dans cette ville...
...gination me retracera le plus beau jour de ma vie.
à la municipalité, où le peuple assemblé, instruit de ses nouveaux pouvoirs, le reconnut pour gouverneur général. Le lendemain on planta l'arbre de la hberté; le même soir nous nous rendîmes à bord de la frégate, et nous arrivâmes le lendemain à la Pointe-à-Pitre. Le général visita les forts et se rendit à la commissio...
...reçu et reconnu en sa qualité à la demande unanime, par l'organe du président; il me confirma le commandement militaire de la Guadeloupe, jusqu'à l'arrivée des commissaires civils (n° 21). Le citoyen Kermené prit le service et je le conduisis à la Martinique. Le 3 février, à quatre heures, étant devant la rade de Saint-Pierre, nous descendîmes à terre. L'expression de la joie des citoyens, rentrés dans leurs foyers, naguère errants et fugitifs, présentait un spectacle attendrissant. J'...
...ble d'une pareille position plus longtemps prolongée, des patriotes, des frères qui, depuis 4 ans, soutenaient la cause de la hberté; ils étaient dans cette ville d'où ils avaient été chassés; leur retour était mon ouvrage; j'avais fait mon devoir en me rendant utile à mes concitoyens; ce moment toujours présent à mon imagination me retracera le plus beau jour de ma vie.