Résultats trouvés dans le Tome 73

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-077 hits on 1793-0812 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 sur 45 résultats
Tri par date d'édition croissante

Séance du dimanche 25 août 1793

Séance du dimanche 25 août 1793

page 2 - 42
CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 25 aout 1793 L'an deuxième de la République Française, une et indivisible. La séance est ouverte par la lecture du Procès-verbal. La Convention nationale en approuve la rédaction (1). Le ministre des contributions publiques adresse à la Convention plusieurs exemplaires d'un tableau qui présente l'état de situation, au 17 de ce mois, de la confection des rôles
...
fils, lesquels suivant l'avis du comité ont présenté le citoyen Pelleport, logé au Grand marché pour leur servir de caution, et ont promis d'être plus circonspects à l'avenir. Fait au comité de sûreté générale, Bordeaux, les dits jour, mois et an que dessus, dans une des salles du département. Signé ; Pelleport; L. Arrouch neveu; Prunes fils. Gollationné : Signé : Basseterre, secrétaire-greffier.
CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 25 aout 1793 L'an deuxième de la République Française, une et indivisible. La séance est ouverte par la lecture du Procès-verbal. La Convention nationale en appr
...
é générale, Bordeaux, les dits jour, mois et an que dessus, dans une des salles du département. Signé ; Pelleport; L. Arrouch neveu; Prunes fils. Gollationné : Signé : Basseterre, secrétaire-greffier.

Séance du mardi 3 septembre 1793

Séance du mardi 3 septembre 1793

page 343 - 370
CONVENTION NATIONALE Séance du mardi 3 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible. La séance a été ouverte par la lecture de l'état des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du département de Paris, à l'époque du 1er de ce mois. Le total s'en monte à 1,607 (1). La lettre par laquelle les administrateurs du département de police de la commune de Par
...
rte), mais les citoyens qui sont véritablement la nation seront contents (cela vaut bien quelques millions), oui, ils seront contents dès qu'ils pourront manger du pain. Le grand nombre se contente toujours à bon marché. Combien vous achèterez de révolutionnaires avec ces rognures de baux. Je vous invite à réfléchir sur ce que je viens de dire. La matière est très importante f 1). Signé : Raffron.
CONVENTION NATIONALE Séance du mardi 3 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible. La séance a été ouverte par la lecture de l'état des détenus dans les maisons de justice,
...
ujours à bon marché. Combien vous achèterez de révolutionnaires avec ces rognures de baux. Je vous invite à réfléchir sur ce que je viens de dire. La matière est très importante f 1). Signé : Raffron.

Séance du mercredi 4 septembre 1793

Séance du mercredi 4 septembre 1793

page 370 - 398
CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 4 septembre 1793. L'an II de la République Française, une et indivisible Les administrateurs de police de Paris font passer l'état des prisons, dam lesquelles il y avait, au 2 de ce mois, 1,640 détenus (2). La lettre des administrateurs de police de Paris est ainsi conçue (3) : « Commune de Paris, le 3 septembre 1793, l'an II de la République une et indivisib
...
araît que les comités n'ont en vue que de protéger ceux qui ont une certaine fortune; car d'après le projet qui vous est présenté, les petits particuliers qui n'auraient que 15 ou 20 arpents de terre ne jouiraient pas de la même faveur que ceux qui en auraient 50. Je demande la question préalable sur un projet qui viole si ouvertement les principes de l'égalité. La question préalable est décrétée.
CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 4 septembre 1793. L'an II de la République Française, une et indivisible Les administrateurs de police de Paris font passer l'état des prisons, dam lesquelles il
...
ne jouiraient pas de la même faveur que ceux qui en auraient 50. Je demande la question préalable sur un projet qui viole si ouvertement les principes de l'égalité. La question préalable est décrétée.

Séance du jeudi 5 septembre 1793

Séance du jeudi 5 septembre 1793

page 398 - 441
CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal de la séance du 1er septembre présent mois. La Convention en adopte la rédaction (1). .gg Au nom de la Commission des dépêches, un membre donne lecture des pièces suivantes : État des détenus dans les maisons de justice et d'arrêt du dép
...
ue le présent sera sur-le-champ adressé au comité de Salut pubhc avec pressante invitation de proposer à la Convention d'adopter ces mesures et de les rendre communes à tous les départements de la Répubhque. « A Strasbourg, le 14 août 1793, l'an II de la Répubhque française une et indivisible. « Signé : Ruamps, Borie, Milhaut, J.-B. Lacoste et Gutardin. » Pour copie conforme : « Signé: Gutardin. »
CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal de la séance du 1er septembre présent
...
ubhque. « A Strasbourg, le 14 août 1793, l'an II de la Répubhque française une et indivisible. « Signé : Ruamps, Borie, Milhaut, J.-B. Lacoste et Gutardin. » Pour copie conforme : « Signé: Gutardin. »

Séance du jeudi 5 septembre 1793, au soir

Séance du jeudi 5 septembre 1793, au soir

page 441 - 442
CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, au soir. La séance est ouverte à 7 heures et demie. Quelques pétitionnaires sont entendus. Le citoyen Payan, admis à la barre, instruit la Convention que des députés de 74 Sociétés populaires du département de la Drôme se sont réunis à Valence; là ils ont pris les mesures qu'ils ont cru les plus propres pour anéantir le fédéralisme et assurer l
...
ocès-verbaux de la Convention, t. 20, p. 102. Voir l'Auditeur national n® 350, p. 1 — Journal de Perlet (Suite du) n° 350, p. 289 — Annales patriotiques et littéraires, n° , p. 1L44, col. 2 — Journal de la Montagne, n° 97, p. 675, col. 1 — Journal des Débats et des Décrets n9 , p. 87 — Mercure universel du samedi 7 septembre 1793, p. 106, col. 1. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 30, p. 102.
CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, au soir. La séance est ouverte à 7 heures et demie. Quelques pétitionnaires sont entendus. Le citoyen Payan, admis à la barre, instruit la Convent
...
de la Montagne, n° 97, p. 675, col. 1 — Journal des Débats et des Décrets n9 , p. 87 — Mercure universel du samedi 7 septembre 1793, p. 106, col. 1. (4) Procès-verbaux de la Convention, t. 30, p. 102.

Séance du vendredi 6 septembre 1793

Séance du vendredi 6 septembre 1793

page 443 - 471
CONVENTION NATIONALE Séance du vendredi 6 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible Le citoyen Billaud-Varenne, Président, ouvre la séance à dix heures. Les secrétaires font la lecture des procès-verbaux des séances des 16, 22 août et 3 septembre; leur rédaction est approuvée. Un membre du comité de correspondance fait lecture des adresses, lettres et pièces dont l'anal
...
rets n'y parvenaient pas, mais l'or y serait entré tout aussi facilement que celui de Pitt; et 100 millions employés à propos et bien dis- (1). Annales patriotiques et littéraires (n» 250 du di manche 8 septembre 1793, p. 1147, col. 2). tribués depuis le commencement de la guerre auraient déconcerté tous les projets des tyrans ligués contre la hberté. Danton a été adjoint au comité de Salut pubhc.
CONVENTION NATIONALE Séance du vendredi 6 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible Le citoyen Billaud-Varenne, Président, ouvre la séance à dix heures. Les secrétaires fon
...
8 septembre 1793, p. 1147, col. 2). tribués depuis le commencement de la guerre auraient déconcerté tous les projets des tyrans ligués contre la hberté. Danton a été adjoint au comité de Salut pubhc.

Séance du samedi 7 septembre 1793

Séance du samedi 7 septembre 1793

page 471 - 508
CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 7 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des procès-verbaux des séances du 5 et du La rédaction de ces deux procès-verbaux est approuvée (1). L'Administration de police fait passer à la Convention nationale le tableau des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du départem
...
res les plus prompts et les mesures les plus fortes ont été envoyés à Lyon, hier à une heure, par le ministre de la guerre. Il annonce ensuite la mort du général.Del-becq, employé à l'armée des Pyrénées, la prise du fils du ministre de la guerre en Espagne et l'arrestation de Pétion : l'un et l'autre, seront traduits à Paris. Barère annonce" enfin que le général Brunet est actuellement à l'Abbaye.
CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 7 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des procès-verbaux des séances du 5 et du La rédactio
...
es, la prise du fils du ministre de la guerre en Espagne et l'arrestation de Pétion : l'un et l'autre, seront traduits à Paris. Barère annonce" enfin que le général Brunet est actuellement à l'Abbaye.

Séance du dimanche 8 septembre 1793

Séance du dimanche 8 septembre 1793

page 509 - 551
CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 8 septembre 1793, L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte à dix heures par la lecture des procès-verbaux des 29 et 30 août dernier. La rédaction en est adoptée 1). Sur la proposition d'un membre [Merlin (de Douai) (2)]' : « La Convention nationale décrète que dans la loi d'hier, qui défend à tout Français de percevoir des
...
ces abus, source de renchérissement des denrées, elle propose de porter la peine de mort, ou du moins, de la confiscation, contre quiconque garderait de l'argent enfoui et par là de forcer ceux qui en cachent à l'échanger contre des assignats. Cet amas d'argent, versé dans une caisse générale, servirait à acheter à tout prix chez l'étranger des grains et des armes. Renvoyé au comité des finances.
CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 8 septembre 1793, L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte à dix heures par la lecture des procès-verbaux des 29 et 30 août d
...
n cachent à l'échanger contre des assignats. Cet amas d'argent, versé dans une caisse générale, servirait à acheter à tout prix chez l'étranger des grains et des armes. Renvoyé au comité des finances.

Séance du lundi 9 septembre 1793

Séance du lundi 9 septembre 1793

page 551 - 617
CONVENTION NATIONALE Séance du lundi 9 septembre 1793 L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des pièces suivantes : Lettre du citoyen Prud'homme qui adresse à la Convention nationale un exemplaire des « Crimes des empereurs d'Allemagne ». Mention honorable, insertion au « Bulletin » (1). Suit le texte de la lettre du citoyen Pru-dhomme (2) : A la
...
tionaux des Poudres et Salpêtres de la st par celle du 10 juin dernier, portant règlement sur ladite Régie ; et que d'après le mode d'admission et d'avancement, lucune admission n'a pu avoir lieu qu'après les études et examens exigés, et que l'avancement n'a jamais été que la A Paris, ce 30 juillet 1793, l'an II de la République, une et indivisible. Jacques-Pierre Champy, Facchebx, L.-N. Dufourny.
CONVENTION NATIONALE Séance du lundi 9 septembre 1793 L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des pièces suivantes : Lettre du citoyen Prud'homme qui
...
près les études et examens exigés, et que l'avancement n'a jamais été que la A Paris, ce 30 juillet 1793, l'an II de la République, une et indivisible. Jacques-Pierre Champy, Facchebx, L.-N. Dufourny.

Séance du mardi 10 septembre 1793

Séance du mardi 10 septembre 1793

page 618 - 645
CONVENTION NATIONALE Séance du mardi 10 septembre 1793 L'an II de la République française, une et indivisible Un membre fait lecture de la correspon-pondance générale (1). La commune de Paris annonce que le nombre des détenus dans les prisons de Paris est de 1,860 (2). Suit le texte de la lettre des administrateurs du département de police (3). « Commune de Paris, le 9 septembre 1793, l'an II de la
...
ible. « Signé : Flesselles; Pierre-Louis Cordier. » III. Pétition du département de la Corrèze (1). Le département de la Corrèze, qui occupe un rang distingué parmi ceux qui ont fait de grands sacrifices pour le maintien de la République une et indivisible, demande des secours; les grains y sont très rares et la livre de pain de mauvaise qualité se vend 12 sous. Renvoyé au ministre de l'intérieur.
CONVENTION NATIONALE Séance du mardi 10 septembre 1793 L'an II de la République française, une et indivisible Un membre fait lecture de la correspon-pondance générale (1). La commune de Paris annonce q
...
ces pour le maintien de la République une et indivisible, demande des secours; les grains y sont très rares et la livre de pain de mauvaise qualité se vend 12 sous. Renvoyé au ministre de l'intérieur.