Résultats trouvés dans le Tome 55

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-119 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
9 sections trouvées
Tri par date d'édition croissante

Séance du mardi 18 décembre 1792

- search term matches: (22)

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 126
Locuteur: Treilhard
1° LettYe Gàràt, ministre de la justice, qui demande une interprétation de la loi du 8 septembre dernier, qui a suppr... 1° LettYe Gàràt, ministre de la justice, qui demande une interprétation de la loi du 8 septembre dernier, qui a supprimé les six tribunaux criminels provisoires établis à Paris.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie sa lettré au comité de législation.) (La Convention renvoie sa lettré au comité de législation.)
Locuteur: Treilhard
2° Lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à des indemnités solli... 2° Lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à des indemnités sollicitées pour les travaux du camp.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie la lettre aux comités la guerre et des finances.) (La Convention renvoie la lettre aux comités la guerre et des finances.)
Locuteur: Treilhard
3° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, sur des mémoires qui lui ont été adressés par la commission des monuments ; il demande sur quel fonds sera fait le paiemëht du montant de ces mémoires, et qu'il soit mis à sa di...
...e pour faire face âû montant (les états de frais relatifs au rassemblement et à la conservation des monuments des sciences...
3° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, sur des mémoires qui lui ont été adressés par la commission des monuments ; il demande sur quel fonds sera fait le paiemëht du montant de ces mémoires, et qu'il soit mis à sa disposition un fonds temporaire et provisoire pour faire face âû montant (les états de frais relatifs au rassemblement et à la conservation des monuments des sciences et arts.
Locuteur: Treilhard
(La Convention en décrète le renvoi aux comités de législation, de finances et d'instruction publique réun... (La Convention en décrète le renvoi aux comités de législation, de finances et d'instruction publique réunis.)
Locuteur: Treilhard
40 Lettre de Roland, minisire de l'intérieur, qui adresse Une pétition des habitants de la paroisse de Notre-Dame-la-Chaussée à Valenciennes, à l'effet de transférer leur église dans celle du ci... 40 Lettre de Roland, minisire de l'intérieur, qui adresse Une pétition des habitants de la paroisse de Notre-Dame-la-Chaussée à Valenciennes, à l'effet de transférer leur église dans celle du ci- j devant Regaignage, dite Sainte-Elisabeth.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie la lettre au comité de | vision.) (La Convention renvoie la lettre au comité de | vision.)
Locuteur: Treilhard
5° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, au sujet des gages attachés à la place de garde des archives de Lorraine, et réclamés par le citoyen Go... 5° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, au sujet des gages attachés à la place de garde des archives de Lorraine, et réclamés par le citoyen Gochin.
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
, au nom du comité de marine, fait un rapport (1) et présente un projet de décret (1) pour ordonner que Ferdinand ...
...continueront d'être employés au service de la marine avec la totalité de leur traitement; il s'exprime ainsi :
, au nom du comité de marine, fait un rapport (1) et présente un projet de décret (1) pour ordonner que Ferdinand et Louis Berthoud, horlogers-mécaniciens, continueront d'être employés au service de la marine avec la totalité de leur traitement; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
Gitoyeils, il est digne de la protection que vous voulez accorder aux talents utiles de réparer l'injustice qui a été faite à deux artistes célèbres. Votre comité de marine me charge de réclamer auprès de vous contre la fausse application de la loi du 16 octobre 1791, qui prive Fef-dinand et Louis Berthoud de leur état. Gitoyeils, il est digne de la protection que vous voulez accorder aux talents utiles de réparer l'injustice qui a été faite à deux artistes célèbres. Votre comité de marine me charge de réclamer auprès de vous contre la fausse application de la loi du 16 octobre 1791, qui prive Fef-dinand et Louis Berthoud de leur état.
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
La loi s'exprime ainsi : « Les places de tous les officiers militaires et ingénieurs, d'officiers de santé, d'officiers d'administration de la marine ou des colonies, et généralement...
... près du ministre, à Paris, n'ayant pas de fonctions actives et permanentes, sous ...
La loi s'exprime ainsi : « Les places de tous les officiers militaires et ingénieurs, d'officiers de santé, d'officiers d'administration de la marine ou des colonies, et généralement toutes les places des personnes attachées près du ministre, à Paris, n'ayant pas de fonctions actives et permanentes, sous quelque dénomination que les-dites places aient été jusqu'à présent désignées, s...
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
La solution du pronlème des longitudes a é...
... des découvertes les plus importantes à la navigation. La difficulté d'arriver à cette solution, ...
...nomènes célestes, rarement praticable â la mer, tourna les efforts du génie vers u...
...-rison, en Angleterre, se distingua par la composition d'une machine en ce genre, qui lui valut ae la munificence de la nation anglaise, la moitié du prix qu'elle avait promis à la découverte d'une méthode pour détermine...
La solution du pronlème des longitudes a été regardée par tous les peuples maritimes, comme une des découvertes les plus importantes à la navigation. La difficulté d'arriver à cette solution, par l'observation des phénomènes célestes, rarement praticable â la mer, tourna les efforts du génie vers une autre méthode. Les compagnies savantes, les artistes distingués, imaginèrent les montres marines ou garde-temps. Ha-rison, en Angleterre, se distingua par la composition d'une machine en ce genre, qui lui valut ae la munificence de la nation anglaise, la moitié du prix qu'elle avait promis à la découverte d'une méthode pour déterminer les longitudes, c'est-à-dire 10*000 livres sterling; après un second essai il ...
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
...anmoins,avec le même succès. Les essais de ses horloges faits sur plusieurs vaisseaux de l'État, donnèrent les résultats les plus complètement satisfaisants. L'artiste obtint de Praslin, alors ministre de la marine, une pension de 3,000 livres, faible dédommagement de ses dépenses, récompense plus faible encore de ses talents. ...Berthoud travaillait à Paris sur le même objet, par des moyens différents, et néanmoins,avec le même succès. Les essais de ses horloges faits sur plusieurs vaisseaux de l'État, donnèrent les résultats les plus complètement satisfaisants. L'artiste obtint de Praslin, alors ministre de la marine, une pension de 3,000 livres, faible dédommagement de ses dépenses, récompense plus faible encore de ses talents.
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
...horloges fit que le gouvernement désira de l'attacher à la marine en qualité d'horloger mécanicien...
...llut aussi faire les frais du logement, de l'atelier pour le travail, et ces diver...
...serverai que sur le traitement primitif de 3,000 livres, la somme de 1,000 livres était réversible à la femme de Ferdinand Berthoud.
Mais l'utilité ses horloges fit que le gouvernement désira de l'attacher à la marine en qualité d'horloger mécanicien, et les pendules se multipliant, il fallut aussi faire les frais du logement, de l'atelier pour le travail, et ces divers objets furent portés en totalité à 7,500 livres. J'observerai que sur le traitement primitif de 3,000 livres, la somme de 1,000 livres était réversible à la femme de Ferdinand Berthoud.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie la lettre au comité des finances.) (La Convention renvoie la lettre au comité des finances.)
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
... et à Louis Berthoud, il est nécessaire de faire un court exposé des faits. Pour sentir si cette loi peut être appliquée à Ferdinand et à Louis Berthoud, il est nécessaire de faire un court exposé des faits.
...thoud, digne d'être le neveu et l'élève de Ferdinand, a porté les montres marines à un point de perfection vraiment étonnant. Son mé- (1) Bibliothèque . la Chambre des députés : Collec- tion Portiez (de l'Oise), tome 59, n° 23 bis. Louis Berthoud, digne d'être le neveu et l'élève de Ferdinand, a porté les montres marines à un point de perfection vraiment étonnant. Son mé- (1) Bibliothèque . la Chambre des députés : Collec- tion Portiez (de l'Oise), tome 59, n° 23 bis.
PRÉSIDENCE DE DEFERMON président. PRÉSIDENCE DE DEFERMON président.
La séâncë est ouverte à dix heures du mati... La séâncë est ouverte à dix heures du matin.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 127
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
rite avait porté, eii 1784, le ministre de la marine, à lui accorder sur les fonds de son département^ un traitement annuel de 1,000 livres, que cet artiste généreux ...
...rès, quand il crut que ces travaux pour la marine faisaient de cette générosité Un acte de justice.
rite avait porté, eii 1784, le ministre de la marine, à lui accorder sur les fonds de son département^ un traitement annuel de 1,000 livres, que cet artiste généreux refusa d'abord, et qu'il n'accepta que quelque temps après, quand il crut que ces travaux pour la marine faisaient de cette générosité Un acte de justice.
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
Tels sont les deux citoyens privés de la juste indemnité due à leurs services. Votre comité pense que la loi du 16 octobre 1791 ne doit pas leur...
...prix d'un travail soutenu, d'une avance de fonds qu'ils ont fait à l'utilité publi...
...aient sûrement acquise, si moins avides de gloire, ils s'étaient bornés à des trav...
...Louis Rerthoud sont, défait, attachés à la mariné, puisque, comme ie l'ai remarqué...
...aitement accoraé à Ferdinand se compose de ses appointements cotnme horloger-mécan...
...orloges, et du logement des pendules et de l'atelier du travail. Enfin, parce que la République ne doit pas être moins génér...
...our honorer leur pays et rehausser, par la glôire des arts, le prix de la liberté.
Tels sont les deux citoyens privés de la juste indemnité due à leurs services. Votre comité pense que la loi du 16 octobre 1791 ne doit pas leur être appliquée ; d'abord, parce que le traitement fait à Ferdinand et à Louis Berthoud, est le prix d'un travail soutenu, d'une avance de fonds qu'ils ont fait à l'utilité publique, et du sacrifice d'une grande fortune qu'ils auraient sûrement acquise, si moins avides de gloire, ils s'étaient bornés à des travaux plus communs et plus lucratifs ; en second lieu, parce que Ferdinand et Louis Rerthoud sont, défait, attachés à la mariné, puisque, comme ie l'ai remarqué, une partie du traitement accoraé à Ferdinand se compose de ses appointements cotnme horloger-mécanicien, d'un salaire pour l'entretien des horloges, et du logement des pendules et de l'atelier du travail. Enfin, parce que la République ne doit pas être moins généreuse que le despotisme envers ces hommes distingués, faits pour honorer leur pays et rehausser, par la glôire des arts, le prix de la liberté.
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
« La Convention nationale, considérant que la loi du 15 octobre 1791, qui supprime to...
...es personnes attachées près du ministre de la marine, à Paris, et n'ayant point de fonctions actives et permanentes, n'a p...
... utiles, après avoir entendu le rapport de son comité de marine, décrète ce qui suit :
« La Convention nationale, considérant que la loi du 15 octobre 1791, qui supprime toutes, les places des personnes attachées près du ministre de la marine, à Paris, et n'ayant point de fonctions actives et permanentes, n'a pu s'appliquer à des artistes distingués qui ont rendu et rendent encore des services très utiles, après avoir entendu le rapport de son comité de marine, décrète ce qui suit :
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
... Louis Berthoud, horlogers-mé-caniciens de la marine, continueront d'être employés au service de la marine* avec la totalité ae leur traitement, aux mêmes ...
...ur être dû leur sera payé sur les fonds de ce département, avant la fin de l'année 1793. »
« Ferdinand et Louis Berthoud, horlogers-mé-caniciens de la marine, continueront d'être employés au service de la marine* avec la totalité ae leur traitement, aux mêmes termes et conditions que parle passé; et leur activité n'ayant pas dû être interrompue, ce qui peut leur être dû leur sera payé sur les fonds de ce département, avant la fin de l'année 1793. »
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
Plusieurs membres demandent la question préalable sur ce projet de décret. Plusieurs membres demandent la question préalable sur ce projet de décret.
Locuteur: Le Président
(La Convention ordonne l'impression de ce projet de décret et prononce l'ajournement de la discussion.) (La Convention ordonne l'impression de ce projet de décret et prononce l'ajournement de la discussion.)
Locuteur: Henry-Larivière
, au nom du comité de législation.} fait un rapport et présente un projet de décret sur la réclamation de Philibert-François Rouxel-Blanchelande,...
...n sa faveur une dérogation à un article de la loi sur l'institution du juré; il s'exp...
, au nom du comité de législation.} fait un rapport et présente un projet de décret sur la réclamation de Philibert-François Rouxel-Blanchelande, qui sollicite en sa faveur une dérogation à un article de la loi sur l'institution du juré; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Henry-Larivière
Citoyens, la Convention nationale a renvoyé, le 8 de ce mois, à son comité de législation, une pétition de Philibert-François Rouxel-Rlanche-lande...
...ssé au tribunal criminel du département de
Citoyens, la Convention nationale a renvoyé, le 8 de ce mois, à son comité de législation, une pétition de Philibert-François Rouxel-Rlanche-lande, ci-devant lieutenant au gouvernement généra] des îles Sous-le-Vent, dans laque...
... qu'ayant été décrété d'accusation le 8 novembre dernier, l'acte n'en a été adressé au tribunal criminel du département de
Locuteur: Henry-Larivière
Le pétitionnaire se plaint du retard de cet envoi, qui prolonge sa détention ju...
...ent accusés auprès du tribunal criminel de Paris* vont être incessamment jugés, ta...
... seul ne le sera qu'après une captivité de deux mois. Il importe à la chose publique que son affaire soit promptement décidée, et u est persuadé qUe la Convention nationale regardera comme co...
Le pétitionnaire se plaint du retard de cet envoi, qui prolonge sa détention jusqu'au renouvellement du jury. Tous ceux qui, comme lui, se trouvent accusés auprès du tribunal criminel de Paris* vont être incessamment jugés, tandis que lui seul ne le sera qu'après une captivité de deux mois. Il importe à la chose publique que son affaire soit promptement décidée, et u est persuadé qUe la Convention nationale regardera comme contraire au droit naturel d'aggraver son sort par une détention inutile.
Locuteur: Henry-Larivière
...que le tribunal criminel du département de Paris soit autorisé à le comprendre au nombre des accusés qui doivent être jugés dans la session actuelle; sauf à procéder, pour cet effet, à la formation d'un tableau de jurés afin que les récusations, tant de la part de l'accusateur public que celle de l'accusé, puissent être exercées conformément à la loi. Pour quoi il demande que le tribunal criminel du département de Paris soit autorisé à le comprendre au nombre des accusés qui doivent être jugés dans la session actuelle; sauf à procéder, pour cet effet, à la formation d'un tableau de jurés afin que les récusations, tant de la part de l'accusateur public que celle de l'accusé, puissent être exercées conformément à la loi.
Locuteur: Henry-Larivière
...culière, puisque, par un décret récent, la Convention nationale a ordonné qu'un pa...
...yés au tribunal criminel du département de Paris, après le tirage, seraient néanmoins jugés dans la session présente.
... actuels est très peu considérable, et qu'il ne sollicite point une faveur particulière, puisque, par un décret récent, la Convention nationale a ordonné qu'un pareil tirage aurait lieu pour ceux des accusés au tribunal du 17 août, qui avaient été décrétés avant sa suppression, et qui, quoique renvoyés au tribunal criminel du département de Paris, après le tirage, seraient néanmoins jugés dans la session présente.
Locuteur: Henry-Larivière
...nfin tout concourt à lui faire accorder la simple mais juste réparation du tort que lui cause un retard dans la rédaction de l'acte d'accusation porté contre lui ; ...
...s'il eût été traduit devant un tribunal de district, créé à l'époque où la Convention a cru devoir le décréter, comme il n'aurait été incarcéré qu'après la déclaration du juré, comme l'acte eût é...
... doute qu'il ne se trouvât compris dans la liste de ceux qui vont être jugés, et qu'à ce moyen, il n'obtînt l'avantage de languir moins longtemps dans les fers, consoler plus tôt sa famille, et de faire éclater plus tôt son innocence.
Qu'enfin tout concourt à lui faire accorder la simple mais juste réparation du tort que lui cause un retard dans la rédaction de l'acte d'accusation porté contre lui ; retard sans doute nécessaire, mais qui ne doit pas lui nuire ; car s'il eût été traduit devant un tribunal de district, créé à l'époque où la Convention a cru devoir le décréter, comme il n'aurait été incarcéré qu'après la déclaration du juré, comme l'acte eût été envoyé sur-le-champ, et lui interrogé dans les vingt quatre heures, nul doute qu'il ne se trouvât compris dans la liste de ceux qui vont être jugés, et qu'à ce moyen, il n'obtînt l'avantage de languir moins longtemps dans les fers, consoler plus tôt sa famille, et de faire éclater plus tôt son innocence.
Locuteur: Henry-Larivière
... sérieusement examinés par votre comité de législation, qui, fidèle aux principes de la liberté, a cru devoir donner une attent...
...resse une si belle cause. Mais soit que la nécessité, soit qu'un défaut d'expéditi...
...ire se plaint, votre comité a pensé que la demande de ce citoyen ne pouvait être octroyée san...
...e qu'elle prescrit pour le premier jour de chaque mois se faisait indifféremment à toute autre époque ou si les accusés de la seconde session pouvaient être compris parmi ceux qui ne doivent être jUgés qu'à la première.
Ils ont été sérieusement examinés par votre comité de législation, qui, fidèle aux principes de la liberté, a cru devoir donner une attention particulière à tout ce qui intéresse une si belle cause. Mais soit que la nécessité, soit qu'un défaut d'expédition ait occasionné le retard dont le pétitionnaire se plaint, votre comité a pensé que la demande de ce citoyen ne pouvait être octroyée sans abus, et sans porter atteinte au décret du 29 septembre 1791, sur les jurés. Cette loi deviendrait même nulle, si le tirage qu'elle prescrit pour le premier jour de chaque mois se faisait indifféremment à toute autre époque ou si les accusés de la seconde session pouvaient être compris parmi ceux qui ne doivent être jUgés qu'à la première.
Locuteur: Le Président
la met aux voix. la met aux voix.
Locuteur: Le Président
(La Convention repousse la question préalable.) (La Convention repousse la question préalable.)
Locuteur: Henry-Larivière
de ce mois, et à l'instant même où le tirage des jurés de jugement venait d'être terminé. de ce mois, et à l'instant même où le tirage des jurés de jugement venait d'être terminé.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 128
Locuteur: Henry-Larivière
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, t sur la réclamation à elle présentée le 3 de ce mois par Philibert-François Rouxel-B...
...que le tribunal criminel du département de Paris soit autorisé à le comprendre au nombre des accusés qui doivent être jugés dans la session actuelle, décrète qu'elle passe...
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, t sur la réclamation à elle présentée le 3 de ce mois par Philibert-François Rouxel-Blanche-lande, ci-devant lieutenant au gouvernement général des Isles-sous-le-Vent, tendant à ce que le tribunal criminel du département de Paris soit autorisé à le comprendre au nombre des accusés qui doivent être jugés dans la session actuelle, décrète qu'elle passe à l'ordre du jour. »
Locuteur: Henry-Larivière
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Treilhard
...° Adresse présentée au nom des sections de Paris, sur la proclamation par laquelle le conseil exécutif a annulé la nomination faite par le corps électoral... 1° Adresse présentée au nom des sections de Paris, sur la proclamation par laquelle le conseil exécutif a annulé la nomination faite par le corps électoral, du procureur-général-syndic du département.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie l'adresse au comité de législation.) (La Convention renvoie l'adresse au comité de législation.)
Locuteur: Treilhard
Lettre de Pache, ministre de la guerre, qui adresse la copie d'une lettre par laquelle le général Sparre, sollicite une pension pour de braves citoyens qui ont arrosé de leur sang le champ de la victoire, à la journée du 20 septembre. Ces citoyens sont au nombre de huit et leurs états de services sont annexés à la lettre. Le ministre recommande ces braves gens à la générosité de la Convention, fait connaître qu'ils sont presque tous estropiés et réduits à la triste nécessité de ne pouvoir plus combattre les ennemis de la liberté; il ajoute qu'ils viendront eux... Lettre de Pache, ministre de la guerre, qui adresse la copie d'une lettre par laquelle le général Sparre, sollicite une pension pour de braves citoyens qui ont arrosé de leur sang le champ de la victoire, à la journée du 20 septembre. Ces citoyens sont au nombre de huit et leurs états de services sont annexés à la lettre. Le ministre recommande ces braves gens à la générosité de la Convention, fait connaître qu'ils sont presque tous estropiés et réduits à la triste nécessité de ne pouvoir plus combattre les ennemis de la liberté; il ajoute qu'ils viendront eux-mêmes présenter leurs réclamations aux représentants du peuple.
Locuteur: Treilhard
(La Convention renvoie cette lettre aux comités de la guerre et des finances réunis, pour fai... (La Convention renvoie cette lettre aux comités de la guerre et des finances réunis, pour faire leur rapport dans le plus bref délai possible.)
Locuteur: Thuriot
...s les annales françaises et qui couvrit la turpitude de la tyrannie par des qualités brillantes et des entreprises audacieuses, ouvrit un asile à la valeur rendue inutile, ou par des blessures reçues dans les combats, ou par les glaces de cet âge qui annule presque toutes les facultés de l'homme. Cet acte d'humanité qui s'est étendu jusques sur la postérité, ce monument toujours subsistant de bienfaisance, a presque fait pardonner ...
...s guerriers, qui se sont sacrifiés pour la patrie, et auxquels il ne, reste plus q...
...it pour eux qu'un malheur continuel, si la société ne leur tendait une main secourable? J'applaudis la Convention d'avoir pris en considératio...
...x sort et d'avoir ordonné à ses comités de la guerre et des finances réunis de faire un rapport sur cet objet le plus ...
Un des despotes dont le règne a le plus marqué dans les annales françaises et qui couvrit la turpitude de la tyrannie par des qualités brillantes et des entreprises audacieuses, ouvrit un asile à la valeur rendue inutile, ou par des blessures reçues dans les combats, ou par les glaces de cet âge qui annule presque toutes les facultés de l'homme. Cet acte d'humanité qui s'est étendu jusques sur la postérité, ce monument toujours subsistant de bienfaisance, a presque fait pardonner à Louis XIV son despotisme, même par les plus grands ennemis des rois. Ce qu'a f...
...ient-ils ne pas le faire? Pourraient-ils ne pas accorder des secours à ces braves guerriers, qui se sont sacrifiés pour la patrie, et auxquels il ne, reste plus qu'une existence dont le poids ne serait pour eux qu'un malheur continuel, si la société ne leur tendait une main secourable? J'applaudis la Convention d'avoir pris en considération leur malheureux sort et d'avoir ordonné à ses comités de la guerre et des finances réunis de faire un rapport sur cet objet le plus tôt possible, mais en attendant et, pour bien leur marquer notre sollicitude, je...
Locuteur: Thuriot
(La Convention adopte la proposition de Thuriot.) (La Convention adopte la proposition de Thuriot.)
Locuteur: Thuriot
« La Convention nationale décrète qu'il sera payé dans le jour, par la trésorerie nationale, à titre de secours provisoire, la somme de 100 livres à Pierre-Marie Hervau, né à ... « La Convention nationale décrète qu'il sera payé dans le jour, par la trésorerie nationale, à titre de secours provisoire, la somme de 100 livres à Pierre-Marie Hervau, né à Vannes, département du Morbihan, soldat du trentième régiment d'infanterie.
Locuteur: Thuriot
... lettres du général Sparre; du ministre de la guerre et l'état joint, aux comités des finances et de la guerre, pour faire leur rapport dans le... Renvoie les lettres du général Sparre; du ministre de la guerre et l'état joint, aux comités des finances et de la guerre, pour faire leur rapport dans le plus bref délai. »
Locuteur: Lequinio
(La Convention décrète qu'il sera payé dans le jour, par la Trésorerie nationale, à titre de secours provisoire, la somme de 100 livres |au citoyen Dubois, chasseur volontaire national de Lorient.) (La Convention décrète qu'il sera payé dans le jour, par la Trésorerie nationale, à titre de secours provisoire, la somme de 100 livres |au citoyen Dubois, chasseur volontaire national de Lorient.)
Locuteur: Lequinio
...u nom du comité d'agriculture, soumet à la discussion le projet de décret relatif au canal de navigation pour joindre la Vilaine à la Rance, par les rivières de Ville et du Linon; ce projet de décret est ainsi conçu (1) : , au nom du comité d'agriculture, soumet à la discussion le projet de décret relatif au canal de navigation pour joindre la Vilaine à la Rance, par les rivières de Ville et du Linon; ce projet de décret est ainsi conçu (1) :
Locuteur: Lequinio
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité d'agriculture, l'avis du département de l'Ille-et-Vilaine, et celui de l'administration centrale des ponts-et-chaussées, sur la demande du sieur Auboiiin et compagnie, d'être autorisés à ouvrir un canal de navigation pour ioindre la Vilaine à la Rance, par les rivières de Fille et du Linon, décrète ce qui suit ... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité d'agriculture, l'avis du département de l'Ille-et-Vilaine, et celui de l'administration centrale des ponts-et-chaussées, sur la demande du sieur Auboiiin et compagnie, d'être autorisés à ouvrir un canal de navigation pour ioindre la Vilaine à la Rance, par les rivières de Fille et du Linon, décrète ce qui suit :
Locuteur: Henry-Larivière
... desquels il était d'ailleurs essentiel de prononcer sans délai. ...u'il jugeait un cas général, en embrassant tous les accusés d'alors, sur le sort desquels il était d'ailleurs essentiel de prononcer sans délai.
Locuteur: Henry-Larivière
...entes considérations que j'ai l'honneur de vous proposer le décret suivant : C'est d'après ces différentes considérations que j'ai l'honneur de vous proposer le décret suivant :
Locuteur: Thuriot
...est question dans ces lettres une somme de 100 livres. chacun des citoyens dont il est question dans ces lettres une somme de 100 livres.
Locuteur: Thuriot
...is Tremblay, né à Pontoise, département de Seine-et-Oise, grenadier du quatrième bataillon de Seine-et-Oise. A François Tremblay, né à Pontoise, département de Seine-et-Oise, grenadier du quatrième bataillon de Seine-et-Oise.
Locuteur: Thuriot
...ri Duhaviel, né à Verneuil. département de l'Eure, volontaire du cinquième bataillon de Paris. A Henri Duhaviel, né à Verneuil. département de l'Eure, volontaire du cinquième bataillon de Paris.
Locuteur: Thuriot
...ve-l'Amour, né à Montlhéry, département de Seine-et-Oise, soldat du quatre-vingt-u... A Alexis-Jacques Lardenois, dit Vive-l'Amour, né à Montlhéry, département de Seine-et-Oise, soldat du quatre-vingt-unième régiment.
Locuteur: Thuriot
...rre Petrey, né à Rubelourt, département de l'Oise, grenaaier du deuxième bataillon de l'Oise, et à Charles Gredon, né à Fontaine-Brie, département de Seine-et-Marne, volontaire du bataillon du Ponceau, de Paris. A Pierre Petrey, né à Rubelourt, département de l'Oise, grenaaier du deuxième bataillon de l'Oise, et à Charles Gredon, né à Fontaine-Brie, département de Seine-et-Marne, volontaire du bataillon du Ponceau, de Paris.
Locuteur: Lequinio
...mé Dubois, chasseur volontaire national de Lorient, qui a eu le bras cassé dans un...
...est maintenant à l'Hôtel-Dieu par suite de son traitement.
Je demande que le même secours soit accordé au nommé Dubois, chasseur volontaire national de Lorient, qui a eu le bras cassé dans un combat près Sainte-Menehould et qui est maintenant à l'Hôtel-Dieu par suite de son traitement.
...ever entièrement à leurs frais un canal de navigation, pour ioindre la. Vilaine à la Bance, par les rivières d'ille et du Linon, de Rennes au Pont de Léon, près de Dinan, (1) Voy. Archives parlementaires... » Le sieur Auboiiin et compagnie sont autorisés à ouvrir et achever entièrement à leurs frais un canal de navigation, pour ioindre la. Vilaine à la Bance, par les rivières d'ille et du Linon, de Rennes au Pont de Léon, près de Dinan, (1) Voy. Archives parlementaires, lre
...LU,séance du 17 octobre 1792, page 539, la deuxième lec- ture de ce projet de décret. série, t. LU,séance du 17 octobre 1792, page 539, la deuxième lec- ture de ce projet de décret.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 129
Locuteur: Lequinio
...ard, et adoptés par les ci-devant Etats de Bretagne, et tous les objets principaux...
...ucune réserve, seront établis aux frais de la compagnie Aubouin.
suivant les plans, devis et détails dressés par M. Liard, et adoptés par les ci-devant Etats de Bretagne, et tous les objets principaux ou accessoires à cette navigation, sans aucune réserve, seront établis aux frais de la compagnie Aubouin.
Locuteur: Lequinio
« La compagnie acquerra de gré à gré, ou à dire d'experts nommés c...
...et propriétés nécessaires à l'exécution de ce canal et de ses dépendances; s'il surveuait quelque...
« La compagnie acquerra de gré à gré, ou à dire d'experts nommés contradictoirement avec les propriétaires, tous les terrains et propriétés nécessaires à l'exécution de ce canal et de ses dépendances; s'il surveuait quelques difficultés dans l'estimation, elles seront terminées par un tiers-expert, nom...
Locuteur: Lequinio
..., qu'après le paiement réel et effectif de ce qu'il devra acquitter ; si on refusait de recevoir ce paiement, la consi-nation de la somme à payer (faite dans tel épôt public que le directoire de département ordonnera) sera considérée ... « Le sieur Aubouin ne pourra se mettre en possession d'aucune propriété, qu'après le paiement réel et effectif de ce qu'il devra acquitter ; si on refusait de recevoir ce paiement, la consi-nation de la somme à payer (faite dans tel épôt public que le directoire de département ordonnera) sera considérée comme paiement, après qu'elle aura été légalement notitiee ; alors toutes opposi...
Locuteur: Lequinio
« Quinzaine après le paiement, ou la consignation dûment notitiee, le sieur ...
...eront dans l'emplacement dudit canal ou de ses dépendances; à l'égard des bâtiments, clos, marais légumiers, lé délai sera de trois mois.
« Quinzaine après le paiement, ou la consignation dûment notitiee, le sieur Aubouin est autorisé à se mettre en possession des bois, pâtis, prairies et terres à champ, emblavées ou non, qui se trouveront dans l'emplacement dudit canal ou de ses dépendances; à l'égard des bâtiments, clos, marais légumiers, lé délai sera de trois mois.
Locuteur: Lequinio
...ques dont les biens qu'il acquerra pour la construction de ce canal et de ses dépendances, pourront être chargés, seront purgées en la forme ordinaire. « Les hypothèques dont les biens qu'il acquerra pour la construction de ce canal et de ses dépendances, pourront être chargés, seront purgées en la forme ordinaire.
Locuteur: Lequinio
...urra construire des moulins sur le côté de ce canal, à la chute des écluses, mais sans que les moulins et autres établissements, de quelque nature qu'ils soiem, puissent préjudicier en rien à la navigation ou a l'agriculture. « Le sieur Àuboiiin pourra construire des moulins sur le côté de ce canal, à la chute des écluses, mais sans que les moulins et autres établissements, de quelque nature qu'ils soiem, puissent préjudicier en rien à la navigation ou a l'agriculture.
Locuteur: Lequinio
...aient été divisées par le canal, auront la faculté d'établir des batelets pour le service de leur terre, traverser le canal d'une rive à l'autre, sans toutefois entraver la navigation, et pour leur seul usage. Le... « Les cultivateurs riverains dont les propriétés auraient été divisées par le canal, auront la faculté d'établir des batelets pour le service de leur terre, traverser le canal d'une rive à l'autre, sans toutefois entraver la navigation, et pour leur seul usage. Le sieur Aubouin et compagnie ne pourront exiger d'eux aucune rétribution, sous au...
Locuteur: Lequinio
« Le projet, le mémoire de M. Liard, les cartes et la soumission resteront déposés au directoire du département de l'Ille-et-Vilaine. « Le projet, le mémoire de M. Liard, les cartes et la soumission resteront déposés au directoire du département de l'Ille-et-Vilaine.
Locuteur: Lequinio
« A compter du jour de la publication du prisent décret, le sieur Aubouin et sa compagnie sont tenus de commencer les travaux dans trois mois, et de les exécuter et achever dans l'espa* e de dix années; s'ils ne remplissent pas ce...
...ent décret, sans pouvoir rien répéter à la charge i.'e la nation pour tous les travaux qui auraie...
« A compter du jour de la publication du prisent décret, le sieur Aubouin et sa compagnie sont tenus de commencer les travaux dans trois mois, et de les exécuter et achever dans l'espa* e de dix années; s'ils ne remplissent pas celle clause, ils seront déchus du bénéfice du présent décret, sans pouvoir rien répéter à la charge i.'e la nation pour tous les travaux qui auraient éré faits.
Locuteur: Lequinio
...rois mois, à compter du jour du décret, la compagnie Auboiiin justifiera devant le ministre de l'intérieur, de la possession de trois millions cinq cent mille livres destinés à être employés à l'exécution de ce canal, et ne pourra commencer aucuns travaux sans en avoir rapporté la preuve au directoire du département de l'Iile-et-Vilaine. « Dans trois mois, à compter du jour du décret, la compagnie Auboiiin justifiera devant le ministre de l'intérieur, de la possession de trois millions cinq cent mille livres destinés à être employés à l'exécution de ce canal, et ne pourra commencer aucuns travaux sans en avoir rapporté la preuve au directoire du département de l'Iile-et-Vilaine.
Locuteur: Lequinio
... canal, et mis en activité par le cours de ^es eaux, appartiendront à la nation sans indemnité, lors de la remise du canal, aux termes de la jouissance de la compagnie Aubouin. « Tous les moulins et usines à eau établis sur ce canal, et mis en activité par le cours de ^es eaux, appartiendront à la nation sans indemnité, lors de la remise du canal, aux termes de la jouissance de la compagnie Aubouin.
Locuteur: Lequinio
« L'exécution de ce canal est remise à la sur- « L'exécution de ce canal est remise à la sur-
Locuteur: Lequinio
...aux communications, les bermes, chemins de halage, fossés, francs-bords et contre-...
...exécutés ainsi qu'il est dit au mémoire de M. Liard, et sa largeur sera augmentée ...
« Ce canal, les écluses, tous les ponts et bacs nécessaires aux communications, les bermes, chemins de halage, fossés, francs-bords et contre-fossés, seront exécutés ainsi qu'il est dit au mémoire de M. Liard, et sa largeur sera augmentée dans les endroits où il sera nécessaire d'établir des réservoirs, bassins, gares...
Locuteur: Lequinio
...mme le seront les autres établissements de ce genre. « Ce canal sera traité, à l'égard des impositions, comme le seront les autres établissements de ce genre.
Locuteur: Lequinio
« La compagnie est autorisée à détourner 1rs...
... ;t former des canaux d'irrigation dans la campagne, en indemnisant préalablement ...
...s établissements utiles au public, dont la suppression aurait été jugée indispensa...
« La compagnie est autorisée à détourner 1rs eaux qui seraient nuisibles au canal, et à y amener celles qui y seraient nécessaires, ;t former des canaux d'irrigation dans la campagne, en indemnisant préalablement ceu ; dont les propriétés seraient endommagées, 5 en remplaçant les établissements utiles au public, dont la suppression aurait été jugée indispensable.
Locuteur: Lequinio
...tion et l'achèvement du canal) du dro;t de péage qui sera décrété; après ce temps,...
...t possible; toutes les écluses et ponts de communication exécutés en maçonnerie.
...ndant soixante années (dans lesquelles est compris le temps nécessaire \ l'exécution et l'achèvement du canal) du dro;t de péage qui sera décrété; après ce temps, ce canal et ses dépendances appartiendront à i i nation, et lui seront remis dans le meilleur état possible; toutes les écluses et ponts de communication exécutés en maçonnerie.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 130
Locuteur: Lequinio
...ire desquels il passe; ils seront tenus de veiller à ce qu'il soit exécuté avec toute la solidité nécessaire, et entretenu en même état jusqu'au moment de sa rentrée aux mains de la nation. » veiilance des corps administratifs sur le territoire desquels il passe; ils seront tenus de veiller à ce qu'il soit exécuté avec toute la solidité nécessaire, et entretenu en même état jusqu'au moment de sa rentrée aux mains de la nation. »
Locuteur: Lequinio
...ester quatre jours sans payer les frais de séjour; après ce terme, ils les acquitt...
...il est dit ci-dessus, hors les temps où la navigation serait interrompue.
...ides, les batelets ou bachots qui emprunteront le passage du canal, pourront y rester quatre jours sans payer les frais de séjour; après ce terme, ils les acquitteront comme il est dit ci-dessus, hors les temps où la navigation serait interrompue.
Locuteur: Lequinio
...férents volumes d'eau rigoles, au point de partage à établir à 37 pieds a lande du Tanoir, entre le village de la Villebué e TABLEAU INDICATIF des différents volumes d'eau rigoles, au point de partage à établir à 37 pieds a lande du Tanoir, entre le village de la Villebué e
Locuteur: Lequinio
...essus du terrain naturel pris au sommet de la le bourg de Bazouges. que Von pourra rassembler et conduire, par des i-dessus du terrain naturel pris au sommet de la le bourg de Bazouges.
Locuteur: Lequinio
Source dans la montagne de Hédé.. Source dans la montagne de Hédé..
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de la Bougrais............. Ruisseau de la Bougrais.............
Locuteur: Lequinio
Celui de la Boujardière.............. Celui de la Boujardière..............
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de la Chenal,............. . Ruisseau de la Chenal,............. .
Locuteur: Lequinio
A la tête de l'étang: du Boulai... A la tête de l'étang: du Boulai...
Locuteur: Lequinio
A la tête de cet étang. A la tête de cet étang.
Locuteur: Lequinio
Dans les prés de la Lande-Gautier, au-dessous de Guipel.... Dans les prés de la Lande-Gautier, au-dessous de Guipel....
Locuteur: Lequinio
Au pied de la butte de ce nom Au pied de la butte de ce nom
Locuteur: Lequinio
Tarif de péage. Tarif de péage.
Locuteur: Lequinio
« Les bateaux chargés de grains, farines, vins, cidres, morues, ...
... toiles, chanvres, bois, fers, charbons de toutes espèces,;sels, poteries, pierres...
...s, paieront 6 deniers du quintal, poids de marc, en raison de chaque lieue de 2,000 toises qu'ils parcourront sur ce ...
« Les bateaux chargés de grains, farines, vins, cidres, morues, sardines, harengs, fruits, légumes, raisinés, toiles, chanvres, bois, fers, charbons de toutes espèces,;sels, poteries, pierres, chaux, plâtre, tuiles, ardoises, engrais, paieront 6 deniers du quintal, poids de marc, en raison de chaque lieue de 2,000 toises qu'ils parcourront sur ce canal.
Locuteur: Lequinio
...., paieront 9 deniers du quintal, poids de marc, en raison de chaque lieue. « Toutes autres marchandises encombrantes, comme foins, pailles, etc., paieront 9 deniers du quintal, poids de marc, en raison de chaque lieue.
Locuteur: Lequinio
« Les trains de bois de toutes espèces, et les bateaux vides qu...
...ur ce canal, paieront 12 sols par toise de longueur et par lieue.
« Les trains de bois de toutes espèces, et les bateaux vides qui passeront sur ce canal, paieront 12 sols par toise de longueur et par lieue.
Locuteur: Lequinio
« Les bateaux qui n'auront que le tiers de leur charge ou moins, paieront les mêmes droits en sus de ceux dus par les marchandises. Les ba-telets ou bachots d'environ vingt pieds de longueur, paieront 15 sols par lieue. « Les bateaux qui n'auront que le tiers de leur charge ou moins, paieront les mêmes droits en sus de ceux dus par les marchandises. Les ba-telets ou bachots d'environ vingt pieds de longueur, paieront 15 sols par lieue.
Locuteur: Lequinio
... leurs effets et marchandises au-dessus de ce qui excédera le poids de 10 livres. ... ce canal, paieront 3 sols par lieue, et 6 deniers par quintal et par lieue pour leurs effets et marchandises au-dessus de ce qui excédera le poids de 10 livres.
Locuteur: Lequinio
...u bacbots qui les suivent et les trains de bois qui entreront dans ce canal pour s...
...nt dix jours sans rien payer pour droit de séjour ; après ce temps, les bateaux et trains de bois paieront 1 s. 3 d. par journée de vingt-quatre heures, et par toise de longueur, pendant leur séjour dans ce c...
« Les bateaux chargés, les batelets ou bacbots qui les suivent et les trains de bois qui entreront dans ce canal pour se rendre, à leur destination, pourront y rester pendant dix jours sans rien payer pour droit de séjour ; après ce temps, les bateaux et trains de bois paieront 1 s. 3 d. par journée de vingt-quatre heures, et par toise de longueur, pendant leur séjour dans ce canal ou ses ports ; et les batelets ou bachots, 2 sols seulement par journée.
Locuteur: Lequinio
« Tous les objets appartenant à la nation, transportés sur ce canal, ne pa... « Tous les objets appartenant à la nation, transportés sur ce canal, ne paieront que lajmoitié des droits du tarif ci-dessus. »
Locuteur: Lequinio
Eaux de l'étang du Boulai.......... Eaux de l'étang du Boulai..........
Locuteur: Lequinio
Celles de l'étang du Plessix.......... Celles de l'étang du Plessix..........
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Villandre............... Ruisseau de Villandre...............
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Hédé................... Ruisseau de Hédé...................
Locuteur: Lequinio
Petit ruisseau en deçà de Saint-Sym-phorien......................... Petit ruisseau en deçà de Saint-Sym-phorien..........................
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Saint-Brieuc............ Ruisseau de Saint-Brieuc............
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Montmuran..........«.. Ruisseau de Montmuran..........«..
Locuteur: Lequinio
Celui de Saint-Gaudran............. Celui de Saint-Gaudran.............
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Berrecher.............. Ruisseau de Berrecher..............
Locuteur: Lequinio
Ruisseau de Bécherel............... Ruisseau de Bécherel...............
Locuteur: Lequinio
A la levée du troisième moulin, vers la rigole................. A la levée du troisième moulin, vers la rigole.................
Locuteur: Lequinio
... rigole qui aura son origine au-dessou§ de Bécherel, près le moulin des Lan-delles... Toutes ces eaux seront prises par une seule rigole qui aura son origine au-dessou§ de Bécherel, près le moulin des Lan-delles.
Locuteur: Lequinio
Au-dessous du moulin de ce nom......................... Au-dessous du moulin de ce nom.........................

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 131
Locuteur: Lequinio
Mur de revêtement pour le talus des berges. toises, pieds. la toise'. Mur de revêtement pour le talus des berges. toises, pieds. la toise'.
Locuteur: Lequinio
...nt faites d'après les mémoires et devis de M. LiarJ, ingénieur en chef des ponts et chaussées, sous l'inspection de M. de Chezy, inspecteur général des ponts et chaussées de France, et adjoint à M. Perronnet. La Compagnie, sous le nom de Matthieu Aubouin, a fait un fonds de 3,500,000 livres, pour l'exécu-cution d... Ces estimations sont faites d'après les mémoires et devis de M. LiarJ, ingénieur en chef des ponts et chaussées, sous l'inspection de M. de Chezy, inspecteur général des ponts et chaussées de France, et adjoint à M. Perronnet. La Compagnie, sous le nom de Matthieu Aubouin, a fait un fonds de 3,500,000 livres, pour l'exécu-cution du canal mentionné ci-dessus, tout ayant augmenté depuis 1784.
Locuteur: Lequinio
(La Convention, après une légère discussion, adopte ce projet de décret.) (La Convention, après une légère discussion, adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Osselin
, au nom du comité de législation et des décrets réunis, donne lecture de la rédaction proposée par l'acte d'accusat... , au nom du comité de législation et des décrets réunis, donne lecture de la rédaction proposée par l'acte d'accusation contre Dufresne-Saint-Léon; cette rédaction est ainsi conçue :
Locuteur: Osselin
Dans le nombre des pièces déposées à la commission extraordinaire des Douze, ét...
...ment des papiers trouvés dans l'armoire de fer, au château des tuileries, et cotés par le ministre de l'intérieur et les secrétaires, lors de la remise qu'en fit ce ministre sur le bureau de la Convention nationale, il s'est trouvé :
Dans le nombre des pièces déposées à la commission extraordinaire des Douze, établie pour le dépouillement des papiers trouvés dans l'armoire de fer, au château des tuileries, et cotés par le ministre de l'intérieur et les secrétaires, lors de la remise qu'en fit ce ministre sur le bureau de la Convention nationale, il s'est trouvé :
Locuteur: Osselin
1° Une lettre de Laporte, apostillée de la main du ci-devant roi, par ces mots, mardi 15. Elle porte : « Il est très intéressant de terminer l'affaire du remboursement des charges de la maison du roi, qui est en très bon train, et pour lequel M. de Saint-Léon demande actu 50,000 livres. ... 1° Une lettre de Laporte, apostillée de la main du ci-devant roi, par ces mots, mardi 15. Elle porte : « Il est très intéressant de terminer l'affaire du remboursement des charges de la maison du roi, qui est en très bon train, et pour lequel M. de Saint-Léon demande actu 50,000 livres. M. Ribes en fait l'avance, et voici l'ordre du roi pour son remboursement. »
Locuteur: Osselin
... que ce dernier a reconnu et avoué lors de son interrogatoire, et qui annonce un ordre donné de la part de Sa Majesté, de suspendre le rapport de l'affaire des pensions au moment où tou...
...es membres, y est-il dit, qui ont formé la majorité dans le comité, ont rempli plus des trois quarts de leur mission; s'ils nous ont procuré le premier succès, le projet de décret favorable, c'est-à-dire l'opinio...
... cinq séances très chaudes, et que dans la dernière et définitive assemblée, la question a été emportée à la majorité de douze contre neuf. Nous devons, y est-il ajouté, cette victoire au zèle, de M. Saïnt-L... qui n'a pas craint de se compromettre en contractant avec quelques-uns d'entre eux. Quant aux membres de l'Assemblée qui doivent fournir le projet de décret et qui se sont distribué d'avanc...
Sainte-Foy, que ce dernier a reconnu et avoué lors de son interrogatoire, et qui annonce un ordre donné de la part de Sa Majesté, de suspendre le rapport de l'affaire des pensions au moment où toutes les dispositions étaient faites pour le succès du projet du comité, et en met sous les yeux du ci-devant roi l'inconvénient. Les membres, y est-il dit, qui ont formé la majorité dans le comité, ont rempli plus des trois quarts de leur mission; s'ils nous ont procuré le premier succès, le projet de décret favorable, c'est-à-dire l'opinion que l'Assemblée est toujours présumée devoir adopter, nous ne pouvons nier que...
...ne n'ait été pour eux extrêmement laborieuse, puisqu'ils y ont employé quatre ou cinq séances très chaudes, et que dans la dernière et définitive assemblée, la question a été emportée à la majorité de douze contre neuf. Nous devons, y est-il ajouté, cette victoire au zèle, de M. Saïnt-L... qui n'a pas craint de se compromettre en contractant avec quelques-uns d'entre eux. Quant aux membres de l'Assemblée qui doivent fournir le projet de décret et qui se sont distribué d'avance les arguments les plus persuasifs, c'est nous qui les avons engagés par nos pr...
Locuteur: Lequinio
...on du canal depuis Rennes jusqu*au pont de Léon, près de Dinan, et qui aura 37,822 toises de développement, et les rigoles 28,971. DÉPENSE pour Vexécution du canal depuis Rennes jusqu*au pont de Léon, près de Dinan, et qui aura 37,822 toises de développement, et les rigoles 28,971.
Locuteur: Lequinio
...nnes jusqu'à Vembouchure du Linon, dans la Rancen Ouvrages depuis Rennes jusqu'à Vembouchure du Linon, dans la Rancen
Locuteur: Osselin
(*) Plusieurs chiffres de ce tableau ne concordent pas entre eux. Nous sommes obligés — n'ayant aucun moyen de contrôla les reproduire tels qu'ils figurent dans le rapport de Defermon, imprimé en 1792, par l'Imprim... (*) Plusieurs chiffres de ce tableau ne concordent pas entre eux. Nous sommes obligés — n'ayant aucun moyen de contrôla les reproduire tels qu'ils figurent dans le rapport de Defermon, imprimé en 1792, par l'Imprimerie nationale.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 132
Locuteur: Osselin
...ais en leur annonçant aussi inopinément la nécessité de ce retard*, il nous a fallu leur promettre de leur en expliquer les motifs; et c'est ...
...aderont qu'on n'a eu d'autres idées que de sonder leurs dispositions, et qu'on se contentera d'avoir acquis la certitude et la mesure de leur vénalité... La crainte de cette opinion et des indiscrétions qui ...
Mais en leur annonçant aussi inopinément la nécessité de ce retard*, il nous a fallu leur promettre de leur en expliquer les motifs; et c'est où notre embarras va commencer..., parce que tous se persuaderont qu'on n'a eu d'autres idées que de sonder leurs dispositions, et qu'on se contentera d'avoir acquis la certitude et la mesure de leur vénalité... La crainte de cette opinion et des indiscrétions qui pourraient en résulter va les rendre plus malveillants et plus détestables que j...
Locuteur: Osselin
...us osons supplier instamment Sa Majesté de l'adopter; il consiste à leur distribuer, dès à présent, un tiers de la somme promise. On seul moyen se présente pour obvier à ces inconvénients, et nous osons supplier instamment Sa Majesté de l'adopter; il consiste à leur distribuer, dès à présent, un tiers de la somme promise.
Locuteur: Osselin
...coté 266, sur lequel se trouvent écrits de la main du ci-devant roi ces mots : Talon ... 3° Un autre écrit du 2 janvier 1792, n° 15, dans le recueil imprimé et coté 266, sur lequel se trouvent écrits de la main du ci-devant roi ces mots : Talon et Sainte-Foy.
Locuteur: Osselin
... pas une affaire ordinaire; on en l'ait la base d'un très grand plan... Sera-ce da...
... osera proposer une opération en faveur de la liste civile?... car, il faut le dire, que ce papier dont on demande instamment la restitution, exprime, une lois pour toutes, que seize membres les plus forts de V Assemblée ont in-violablement coalisé...
...mois, et, par suite, pour tout le temps de la législature.
Ceci, y est-il dit, n'est pas une affaire ordinaire; on en l'ait la base d'un très grand plan... Sera-ce dans le tourbillon des dépenses les plus accablantes qu'on osera proposer une opération en faveur de la liste civile?... car, il faut le dire, que ce papier dont on demande instamment la restitution, exprime, une lois pour toutes, que seize membres les plus forts de V Assemblée ont in-violablement coalisés; qu'ils vont être acquis pour trois mois, et, par suite, pour tout le temps de la législature.
Locuteur: Osselin
La somme actuelle paraît forte, ^ans doute; mais, après tout, elle n'est qu'à peu près de la moitié du revenu annuel qui va être économisé par la liste civile... Le point important est que la décision presse; que l'affaire est soum...
...rt prêt à être porté à l'Assemblée dans la semaine, tous les intéressés instruits,...
...gagée, n'est entamée dans ce moment que de la manière la plus adroite, par une décision toute naturelle entre l'intendant de la liste civile et le commissaire liquidateur, en laquelle le premier n'ait l'air que de provoquer un juste éclaircissement.
La somme actuelle paraît forte, ^ans doute; mais, après tout, elle n'est qu'à peu près de la moitié du revenu annuel qui va être économisé par la liste civile... Le point important est que la décision presse; que l'affaire est soumise au comité depuis cinq jours; que le vœu du comité est déjà émis, et le rapport prêt à être porté à l'Assemblée dans la semaine, tous les intéressés instruits, engagés, liés mè ne, et qu'il s'agit d'un oui ou d'un non pour fixer invariable...
...us sùr et plus décisif, n'aura été rendu au roi; et cependant l'affaire n'est engagée, n'est entamée dans ce moment que de la manière la plus adroite, par une décision toute naturelle entre l'intendant de la liste civile et le commissaire liquidateur, en laquelle le premier n'ait l'air que de provoquer un juste éclaircissement.
Locuteur: Osselin
... que celui-ci a reconnue et avouée lors de son interrogatoire, dans laquelle lettr...
...émoire sur 1 état actuel et les besoins de la liquidation, par lui adressé à l'Assemblée nationale, il n'évalue le montant de la liquidation à faire des charges de la maison de Leurs Majestés, qu'à la somme de 25 millions; qu'il n'ignore pas que ce capital a été porté par M. de Montesquiou à 35 millions; mais qu'en ayant conféré avec M. de Laporte, celui-ci pensait que la liquidation des offices susceptibles de suppression, ou du moins de remboursement, ne s'élèverait pas à plus de 18 millions, et c'est ce qu'il a porté par évaluation à 25, pout conserver de la marge. Il ajoute qu'il a parlé de cette opération dans le mémoire sur la liquidation, lu au roi et au conseil; q...
...pre à aplanir et à faciliter l'adoption de la liquidation des charges de
...ée du premier janvier 1792, adressée à Delessart, et signée Dufresne-Saint-Léon, que celui-ci a reconnue et avouée lors de son interrogatoire, dans laquelle lettre il est dit que dans le mémoire sur 1 état actuel et les besoins de la liquidation, par lui adressé à l'Assemblée nationale, il n'évalue le montant de la liquidation à faire des charges de la maison de Leurs Majestés, qu'à la somme de 25 millions; qu'il n'ignore pas que ce capital a été porté par M. de Montesquiou à 35 millions; mais qu'en ayant conféré avec M. de Laporte, celui-ci pensait que la liquidation des offices susceptibles de suppression, ou du moins de remboursement, ne s'élèverait pas à plus de 18 millions, et c'est ce qu'il a porté par évaluation à 25, pout conserver de la marge. Il ajoute qu'il a parlé de cette opération dans le mémoire sur la liquidation, lu au roi et au conseil; qu'il l'a moins développée dans son mémoire à l'Assemblée, pour éviter les commentaires des journaux; mais qu'il a cru que c'était une mesure propre à aplanir et à faciliter l'adoption de la liquidation des charges de
Locuteur: Osselin
la maison du roi, que d'en atténuer la dépense en perspective', et qu'il a lieu de croire avoir réussi au moins auprès du comité de liquidation, qu'il a fallu familiariser avec la nécessité et la proximité de cette liquidation. la maison du roi, que d'en atténuer la dépense en perspective', et qu'il a lieu de croire avoir réussi au moins auprès du comité de liquidation, qu'il a fallu familiariser avec la nécessité et la proximité de cette liquidation.
Locuteur: Osselin
De ces différentes pièces, il paraît résul...
... mille livres à Laporte, pour le succès de l'affaire des liquidations des charges et pensions de la maison du ci-devant roi ;
De ces différentes pièces, il paraît résulter que Dufresne-Saint-Léon avait demandé cinquante mille livres à Laporte, pour le succès de l'affaire des liquidations des charges et pensions de la maison du ci-devant roi ;
Locuteur: Osselin
... engagements avec des membres du comité de liquidation, pour s'assurer de leurs suffrages lors de la liquidation desdites charges et pension... Qu'il avait contracté des engagements avec des membres du comité de liquidation, pour s'assurer de leurs suffrages lors de la liquidation desdites charges et pensions;
Locuteur: Osselin
Que dans un moment où la présentation du projet de liquidation devait être différée par le...
...ances ci-dessus expliquées, Saint-Léon, de concert avec Sainte-Foy, a proposé au ci-devant roi, pour obvier aux inconvénients, de distribuer dès lors un tiers de la somme promise;
Que dans un moment où la présentation du projet de liquidation devait être différée par les circonstances ci-dessus expliquées, Saint-Léon, de concert avec Sainte-Foy, a proposé au ci-devant roi, pour obvier aux inconvénients, de distribuer dès lors un tiers de la somme promise;
Locuteur: Osselin
Que Saint-Léon avait entlé le capital de la liquidation en le portant à 25 millions, au lieu de 18 millions, que Laporte avait indiqué ... Que Saint-Léon avait entlé le capital de la liquidation en le portant à 25 millions, au lieu de 18 millions, que Laporte avait indiqué comme pouvant suffire au remboursement;
Locuteur: Osselin
...t-Léon avait familiarisé le comité avec la nécessité et la proximité de cette liquidation; Que Dufresne-Saint-Léon avait familiarisé le comité avec la nécessité et la proximité de cette liquidation;
Locuteur: Osselin
...e un concert coupable pour assurer, par la corruption, le succès de cette liquidation. Qu'enfin il y avait entre Saint-Léon, Sainte-Foy et Laporte un concert coupable pour assurer, par la corruption, le succès de cette liquidation.
Locuteur: Osselin
C'est après avoir entendu la lecture de ces lettres et mémoire et le rapport de sa commission extraordinaire des Douze, que la Convention nationale a, dans sa séance au 3 du présent mois de décembre, décrété qu'il y avait lieu à ... C'est après avoir entendu la lecture de ces lettres et mémoire et le rapport de sa commission extraordinaire des Douze, que la Convention nationale a, dans sa séance au 3 du présent mois de décembre, décrété qu'il y avait lieu à accusation contre Dufresne-Saint-Léon.
Locuteur: Osselin
...ant le tribunal criminel du département de Paris, comme prévenu d'avoir abusé de sa qualité de fonctionnaire public, pour tromper le comité de liquidation sur le montant des sommes nécessaires pour le remboursement des charges de la maison du ci-devant roi; pour séduire et corrompre des membres de l'Assemblée nationale législative par argent, dons et promesses d'argent; de les avoir ainsi provoqués à trafiquer de leurs opinions, soit sur le mode de la liquidation desdits offices, soit pour mettre à la charge de la nation le paiement des pensions de la maison du ci-devant roi, qui devaient rester à la charge de la liste civile. En conséquence, elle l'accuse par le présent acte, par devant le tribunal criminel du département de Paris, comme prévenu d'avoir abusé de sa qualité de fonctionnaire public, pour tromper le comité de liquidation sur le montant des sommes nécessaires pour le remboursement des charges de la maison du ci-devant roi; pour séduire et corrompre des membres de l'Assemblée nationale législative par argent, dons et promesses d'argent; de les avoir ainsi provoqués à trafiquer de leurs opinions, soit sur le mode de la liquidation desdits offices, soit pour mettre à la charge de la nation le paiement des pensions de la maison du ci-devant roi, qui devaient rester à la charge de la liste civile.
Locuteur: Châteauneuf-Randon
..., vous avez décrété que Malus sortirait de l'Abbaye; en restant provisoirement en ...
...niquer avec son rapporteur et le comité de la guerre. Je demande la même décision en faveur de Despagnac, et cette décision, je la demande au nom du comité de la guerre. La volonté bien arrêtée de la Convention a été d'appliquer la même mesure à toutes les personnes plus...
...ble dans le décret obligeât le ministre de l'intérieur d'en différer l'exécution p...
Citoyens, vous avez décrété que Malus sortirait de l'Abbaye; en restant provisoirement en état d'arrestation, afin qu'il pût communiquer avec son rapporteur et le comité de la guerre. Je demande la même décision en faveur de Despagnac, et cette décision, je la demande au nom du comité de la guerre. La volonté bien arrêtée de la Convention a été d'appliquer la même mesure à toutes les personnes plus ou moins intéressées à cette affaire des transports et fournitures pour l'armée du Nord; il ne serait pas équitable qu'une omission regrettable dans le décret obligeât le ministre de l'intérieur d'en différer l'exécution pour l'une d'entre elles.
Locuteur: Osselin
Qu'il avait engagé des membres de l'Assemblée nationale, par aes promesse... Qu'il avait engagé des membres de l'Assemblée nationale, par aes promesses, à soutenir le projet du comité et à remonter et fortifier les membres crainti...
Locuteur: Osselin
(La Convention adopte cette rédaction.) (La Convention adopte cette rédaction.)
Locuteur: Châteauneuf-Randon
(La Convention nationale décrète que le cit... (La Convention nationale décrète que le citoyen

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 133
Locuteur: Châteauneuf-Randon
Despagnac, retenu dans les prisons de l'Abbaye, en sortira pour pouvoir communiquer facilement avec le rapporteur du comité de la guerre, chargé de son affaire; mais qu'il demeurera cepen... Despagnac, retenu dans les prisons de l'Abbaye, en sortira pour pouvoir communiquer facilement avec le rapporteur du comité de la guerre, chargé de son affaire; mais qu'il demeurera cependant en état d'arrestation.)
Locuteur: Châteauneuf-Randon
Un membre, au nom du comité de législation, fait un rapport sur le décret du 12 de ce mois, qui a attribué au tribunal criminel du département du DoubSy la connaissance de Vaccusation contre Diétrich, maire de Strasbourg (1). Un membre, au nom du comité de législation, fait un rapport sur le décret du 12 de ce mois, qui a attribué au tribunal criminel du département du DoubSy la connaissance de Vaccusation contre Diétrich, maire de Strasbourg (1).
Locuteur: Châteauneuf-Randon
Il dit que ce décret a été surpris à la Convention; que c'est contre tous les principes qu'on a enlevé l'instruction de ce procès au tribunal criminel de Strasbourg qui devait naturellement en ...
...oser dans cette affaire, ne parlent que la langue allemande; qu'ainsi ils ne peuvent être entendus que par des jurés qui parlent la même langue. 11 propose, en conséquence, de révoquer le décret et d'ordonner que l'...
Il dit que ce décret a été surpris à la Convention; que c'est contre tous les principes qu'on a enlevé l'instruction de ce procès au tribunal criminel de Strasbourg qui devait naturellement en connaître; qu'au reste les témoins qui doivent déposer dans cette affaire, ne parlent que la langue allemande; qu'ainsi ils ne peuvent être entendus que par des jurés qui parlent la même langue. 11 propose, en conséquence, de révoquer le décret et d'ordonner que l'affaire sera ; ugée par un tribunal voisin du département du ias-Rnin, autre tou...
Locuteur: Grarran-de-Coulon
(La Convention passe à Tordre du jour sur ce projet de décret.) (La Convention passe à Tordre du jour sur ce projet de décret.)
Locuteur: Le Président
L'ordre du jour appelle la suite de la discussion (2) du projet de décret, présenté au nom du comité d'Ins...
...sur Vorganisation des écoles primaires. La parole est au rapporteur pour soumettre à la discussion la suite des articles.
L'ordre du jour appelle la suite de la discussion (2) du projet de décret, présenté au nom du comité d'Instruction publique y sur Vorganisation des écoles primaires. La parole est au rapporteur pour soumettre à la discussion la suite des articles.
Locuteur: Lanthenas
Je demande qu'avant de passer à la discussion du décret sur les écoles primaires, on discute les bases générales de l'instruction publique et la question de savoir s'il y aura plusieurs degrés d'i... Je demande qu'avant de passer à la discussion du décret sur les écoles primaires, on discute les bases générales de l'instruction publique et la question de savoir s'il y aura plusieurs degrés d'instruction.
Locuteur: Masuyer
appuie la proposition de Lanthenas et propose qu'on ne s'occupe ... appuie la proposition de Lanthenas et propose qu'on ne s'occupe des écoles primaires qu'après avoir décidé cette question. Y aura-t-il plusieurs...
Locuteur: Jean-Bon-Saint- André
appuie la proposition de Rabaut-Saint-Etienne et combat celle de Masuyer. appuie la proposition de Rabaut-Saint-Etienne et combat celle de Masuyer.
Locuteur: Petit
Des enfants de 5 ou 6 ans élevés jusque-, d'une manière différente, rassemblés pêle-mêle à certains jours sous la férule d'un maître, à qui on aura confié sans la définir, l'autorité paternelle, et cela...
... religions, qui, chacun selon l'intérêt de la secte, leur rempliront le cerveau d'ima...
...es et d'idées sublimes, et se saisiront de leur jeune âme pour l'imprégner en quel...
...rance religieuse, toujours dangereuse à la société; de tels enfants ainsi choisis et classés s...
...t aller chercher l'homme dans l'embrion de l'espèce; et ce n'est pas encore assez,...
Des enfants de 5 ou 6 ans élevés jusque-, d'une manière différente, rassemblés pêle-mêle à certains jours sous la férule d'un maître, à qui on aura confié sans la définir, l'autorité paternelle, et cela pour leur apprendre à lire, à écrire, etc. tout, excepté qu'un jour ils auront ...
...evoirs et des droits, des semblables, livrés intermédiairement aux ministres des religions, qui, chacun selon l'intérêt de la secte, leur rempliront le cerveau d'imaginations plus ou moins extravagantes et d'idées sublimes, et se saisiront de leur jeune âme pour l'imprégner en quelque sorte d'un fanatisme utile au sacerdoce, d'une intolérance religieuse, toujours dangereuse à la société; de tels enfants ainsi choisis et classés sont-ils donc les seuls, les véritables objets dont l'instruction publique doit s...
...; car leur éducation, l'éducation en général, doit remonter plus haut : elle doit aller chercher l'homme dans l'embrion de l'espèce; et ce n'est pas encore assez, les pères et mères, les mères surtout, doivent d'abord fixer son attention.
Locuteur: Lanjuinais
appuie la proposition du rapporteur; il dit qne c... appuie la proposition du rapporteur; il dit qne c'est sur l'exposé des faits les plus faux que ce décret a été rendu; qu'il n'est...
Locuteur: Grarran-de-Coulon
Cet objet n'a pas été renvoyé au comité de législation ; je demande l'ordre du jou... Cet objet n'a pas été renvoyé au comité de législation ; je demande l'ordre du jour.
Locuteur: Grarran-de-Coulon
... appuient l'ordre du jour sur le projet de décret. Plusieurs membres appuient l'ordre du jour sur le projet de décret.
Locuteur: Marie-Joseph Chénier
, rapporteur} monte à tribune. , rapporteur} monte à tribune.
Locuteur: Lanthenas
Je demande auparavant la parole pour une motion d'ordre. Je demande auparavant la parole pour une motion d'ordre.
Locuteur: Le Président
Vous avez la parole. Vous avez la parole.
Locuteur: Rabaut-Saint-Etienne
des citoyens : toute la France le demande. On ne nous demande p... des citoyens : toute la France le demande. On ne nous demande pas des collèges ; mais on nous demande des écoles primaires. Je conclus à ce qu'...
Locuteur: Marie-Joseph Chénier
rapporteur y insiste pour la discussion sur les écoles primaires. rapporteur y insiste pour la discussion sur les écoles primaires.
Locuteur: Sergent
(La Convention décrète que la discussion ne se bornera pas à l'organi... (La Convention décrète que la discussion ne se bornera pas à l'organisation des écoles primaires, mais qu'elle s'ouvrira sur l'ensemble du projet con...
Locuteur: Le Président
La discussion est ouverte, la parole est au citoyen Petit (1). La discussion est ouverte, la parole est au citoyen Petit (1).
Locuteur: Petit
...à quand, citoyens, serons-nous esclaves de nos idées reçues, et nous traînerons-no...
...sente ici qu'une partie, qu'une branche de son travail, de quel tout, de quel tronc monstrueux cette partie a-t-...
Jusques à quand, citoyens, serons-nous esclaves de nos idées reçues, et nous traînerons-nous sur le passé, pour essayer d'atteindre un avenir plus neureux? Que le cercle ...
...t fécondes en bonheur et en vertu, il me paraît avoir oubliées! S'il ne nous présente ici qu'une partie, qu'une branche de son travail, de quel tout, de quel tronc monstrueux cette partie a-t-elie donc été détachée?
...emblée d'observer qu'elle a été mue par de puissants motifs, lorsqu'elle a décrété...
...es. Il y a ici une distinction à faire. La nation doit absolument la doctrine qui enseignera dans les écoles primaires les devoirs de citoyens. C'est pour elle un devoir abs...
...ui l'oblige d'entretenir les pauvres et de soulager les malheureux. ( Vifs applaud...
...gnement des arts et des sciences, c'est la manière de perfectionner l'esprit humain pour amél...
...urs, sans lesquelles il ne peut exister de République. Faisons des hommes; faisons...
Je prie l'Assemblée d'observer qu'elle a été mue par de puissants motifs, lorsqu'elle a décrété qu'on lui présenterait un rapport particulier sur les écoles primaires. Il y a ici une distinction à faire. La nation doit absolument la doctrine qui enseignera dans les écoles primaires les devoirs de citoyens. C'est pour elle un devoir absolu, aussi sacré que celui qui l'oblige d'entretenir les pauvres et de soulager les malheureux. ( Vifs applaudissements.) Ce qu'elle ne doit qu'indirectement, c'est l'enseignement des arts et des sciences, c'est la manière de perfectionner l'esprit humain pour améliorer les mœurs, sans lesquelles il ne peut exister de République. Faisons des hommes; faisons (1) Voy. ci-dessus, séauce du 12 décembre 1792, page 18, le décret rendu sur ce...
Qu'on me permette de dire ce que je pense sur ce sujet, vraiment digne de l'esprit humain. Je serais bien malheureux d'être le créateur de toutes les idées qu'il me fournit ou qu'il m'occasionne : il faut tant de temps pour s'accoutumer à la vérité! et puis il s'agit moins ici de la théorie du bonheur et de la vertu pour l'homme, que de sa pratique pour des républicains. Persuadé de ces vérités, je dirai en traitant ce sujet, tout ce que je crois être la vérité ; et si l'on m'accuse de réminiscence ou de plagiat, je m'ap- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Port... Qu'on me permette de dire ce que je pense sur ce sujet, vraiment digne de l'esprit humain. Je serais bien malheureux d'être le créateur de toutes les idées qu'il me fournit ou qu'il m'occasionne : il faut tant de temps pour s'accoutumer à la vérité! et puis il s'agit moins ici de la théorie du bonheur et de la vertu pour l'homme, que de sa pratique pour des républicains. Persuadé de ces vérités, je dirai en traitant ce sujet, tout ce que je crois être la vérité ; et si l'on m'accuse de réminiscence ou de plagiat, je m'ap- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Portiez (fie l'Oise), tome 93, n° 13.
...s, séance du 14 décembre 1792, page 56, la précédente discussion sur ce sujet. (2) Voy. ci-dessus, séance du 14 décembre 1792, page 56, la précédente discussion sur ce sujet.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 134
Locuteur: Petit
plaudirai d'avoir été l'occasion de faire penser à ceux gui ont, avant moi,...
...n pour inspirer le désir du mieux ! Que la faible copie ne peut-elle commander l'étude de l'original!
plaudirai d'avoir été l'occasion de faire penser à ceux gui ont, avant moi, et beaucoup mieux q«ue moi, traité directement ou indirectement ce sujet. 0 Rou...
...é à cette tribune dans ce sujet qui t'appartient, que ne puis-je faire assez bien pour inspirer le désir du mieux ! Que la faible copie ne peut-elle commander l'étude de l'original!
Locuteur: Petit
...mbrasse généralement tous les individus de la République, tandis que l'éducation qui ...
... institutions dépendent tellement l'une de l'autre, que celle-ci ne pourrait pas être bonne, si celle- était mauvaise. Il faut donc améliorer ...
...ce que le comité n'a pas dit. Au moment de sa naissance, et certes dès la conception, l'enfant tient à la société par rapports sensibles : c'est ce que le comité n'a pas dit. Avant de former son âme, il faut former son corps; il faut lui donner de la santé, de la force, avant de lui donner de la science : c'est ce que le comité n'a pa...
...e les enfants seraient d'abord rendus à la nature, à la liberté, à la gaieté, aux exercices dont ils ont tant besoin. Il les envoie de gré ou de force, apprendre je ne sais quoi; et excepté qu'il éloigne de leur éducation, les prêtres à qui cependant il abandonne la plus importante partie de leur éducation, le droit de leur donner le religieux secret de la moralité; je ne vois rien dans son plan qui ne découle de l'ancien régime monarchique; rien d'écl...
...ses; rien, en un mot, qui ne soit digne de nos collèges, de nos écoles, de nos académies, et de nos anciens pédants célibataires qui n'avaient que beaucoup de morgue, quelque peu d'érudition et poin...
L'instruction publique embrasse généralement tous les individus de la République, tandis que l'éducation qui en est une branche essentielle, se rapporte particulièrement aux enfants. Ces deux institutions dépendent tellement l'une de l'autre, que celle-ci ne pourrait pas être bonne, si celle- était mauvaise. Il faut donc améliorer l'instruction publique, pour obtenir une meilleure éducation : c'est ce que le comité n'a pas dit. Au moment de sa naissance, et certes dès la conception, l'enfant tient à la société par rapports sensibles : c'est ce que le comité n'a pas dit. Avant de former son âme, il faut former son corps; il faut lui donner de la santé, de la force, avant de lui donner de la science : c'est ce que le comité n'a pas dit; il n'a pas dit, ce comité, que les enfants seraient d'abord rendus à la nature, à la liberté, à la gaieté, aux exercices dont ils ont tant besoin. Il les envoie de gré ou de force, apprendre je ne sais quoi; et excepté qu'il éloigne de leur éducation, les prêtres à qui cependant il abandonne la plus importante partie de leur éducation, le droit de leur donner le religieux secret de la moralité; je ne vois rien dans son plan qui ne découle de l'ancien régime monarchique; rien d'éclairé par nos idées acquises; rien, en un mot, qui ne soit digne de nos collèges, de nos écoles, de nos académies, et de nos anciens pédants célibataires qui n'avaient que beaucoup de morgue, quelque peu d'érudition et point d'entrailles.
Locuteur: Petit
...t des écoles primaires, c'est une école de républicanisme. C'est à' vous, législateurs, c'est à vous, fondateurs de la République, à ouvrir cette grande école...
... serons tous élèves : notre maître sera la nature ; et ce que nous avons à apprend...
...ur d'être républicains, ou plutôt celui de travailler à le devenir.
Il est un préliminaire indispensable à rétablissement des écoles primaires, c'est une école de républicanisme. C'est à' vous, législateurs, c'est à vous, fondateurs de la République, à ouvrir cette grande école. Le local d'enseignement ce sera tout le territoire français : vieillards, jeunes gens, hommes, femmes, ignorants ou savants, nous serons tous élèves : notre maître sera la nature ; et ce que nous avons à apprendre est déjà dans nos cœurs. Je ne saurais nous enfermer dans une conception moins vaste, puisque nous avons le bonheur d'être républicains, ou plutôt celui de travailler à le devenir.
Locuteur: Petit
...icain, je ne parcours point les annales de Sparte, d'Athènes et de Rome. Je ne veux pas aller chercher si ...
...et égard les partisans ou les créateurs de la belle chimère d'une république universe...
Pour définir le républicain, je ne parcours point les annales de Sparte, d'Athènes et de Rome. Je ne veux pas aller chercher si loin le prototype d une réalité qu'il nous faudra trouver en France, et je sais qu'à cet égard les partisans ou les créateurs de la belle chimère d'une république universelle, vont dire que je rapetisse l'homme : que m'importe? Je sais aussi qu'en le ...
Locuteur: Petit
...ui qui ayant concouru personnellement à la formation de la loi qui constitue la République, de la loi qui garantit à ses concitoyens et à lui-même, la liberté, l'égalité, la propriété, ne connaît sous le ciel d'autre autorité que la loi : c'est celui pour lequel la loi Le républicain c'est celui qui ayant concouru personnellement à la formation de la loi qui constitue la République, de la loi qui garantit à ses concitoyens et à lui-même, la liberté, l'égalité, la propriété, ne connaît sous le ciel d'autre autorité que la loi : c'est celui pour lequel la loi
Locuteur: Petit
étant toujours l'expression de la volonté générale ou de la majorité des volontés, est toujours un ...
...and bonheur dans le plus grand avantage de ses concitoyens. Le républicain est don...
...ent libre, essentiellement vertueux; et la base de sa liberté et le secret de sa vertu, c'est l'amour de soi, c'est l'amour propre bien entendu. Le républicain appartient à toute la République, et toute la République lui appartient, en ce sens qu'elle emploie tout ce qu'elle a de force pour le soutenir, le protéger dan...
...: on peut dire que c'est avec une sorte de fierté que le vrai républicain acquitte la dette sacrée de l'impôt. C'est ainsi que pour lui l'amour de la patrie et l'obéissance aux lois2 devien...
...s). Le républicain abhorre le mensonge, la fausseté, la dissimulation; car il sait que la vérité seule peut en tout produire le b...
...lomnie ; car il sait que par elle seule la bassesse, l'intérêt et la sottise arrachent à la République ses grands hommes : l'envie; car il jouit des vertus et des talents de ceux qui peuvent être plus utiles que lui; car il craint toujours de ne pas pouvoir faire assez pour une pat...
...ce qu'il sent que lé travail entretient la force de son corps et nourrit l'indépendance de son âme; parce qu'il sait que quand on ...
...es sciences et les arts ont d'oiseux et de nuisible aux mœurs : mais il veut être ...
...onnaissances humaines à ce qu'elles ont de réel et d'utile, il sait bientôt tout c...
...lente loquacité met toujours des mots à la place des choses, et se procurent, aux dépens du bon sens et souvent de la chose publique, une réputation éphémère...
...il pense et ne sépare jamais son esprit de son cœur. Il est trop sensible pour être poli; il ne fait acception de personne; il regarde les gens à qui il parle, et ne met pas arrogam-ment la grimace de la distraction à la place du devoir d'entendre. Du reste, il possède trop de réalités qu'il aime, pour tant soigner ...
...es, dans ses habits, et ne se doute pas de cet art inventé par la coquetterie masculine aux abois, et qui...
...niblement pendant deux heures, le moyen de faire accroire qu'on a été seulement un...
...es privations, et s'exerce sans cesse à la sublime science d'être plus fort que so...
...des supèrfluités et même des commodités de la vie? Que viens-
étant toujours l'expression de la volonté générale ou de la majorité des volontés, est toujours un objet saint et sacré, devant lequel toute volonté particulière, toiit intérêt pr...
... qui oublie l'homme pour ne voir que les hommes, et trouver toujours son plus grand bonheur dans le plus grand avantage de ses concitoyens. Le républicain est donc essentiellement libre, essentiellement vertueux; et la base de sa liberté et le secret de sa vertu, c'est l'amour de soi, c'est l'amour propre bien entendu. Le républicain appartient à toute la République, et toute la République lui appartient, en ce sens qu'elle emploie tout ce qu'elle a de force pour le soutenir, le protéger dans l'exercice des droits les plus utiles, et même les plus glorieux pour l'homme : on peut dire que c'est avec une sorte de fierté que le vrai républicain acquitte la dette sacrée de l'impôt. C'est ainsi que pour lui l'amour de la patrie et l'obéissance aux lois2 deviennent un besoin irrésistible, impérieux, qui s'agrandit en enthousiasme. (Applaudissements). Le républicain abhorre le mensonge, la fausseté, la dissimulation; car il sait que la vérité seule peut en tout produire le bien absolu : il abhorre fa calomnie ; car il sait que par elle seule la bassesse, l'intérêt et la sottise arrachent à la République ses grands hommes : l'envie; car il jouit des vertus et des talents de ceux qui peuvent être plus utiles que lui; car il craint toujours de ne pas pouvoir faire assez pour une patrie qui lui est plus chère que lui-même. Il aime lé travail, parce qu'il sent que lé travail entretient la force de son corps et nourrit l'indépendance de son âme; parce qu'il sait que quand on se suffit à soi-même, on ne peut jamais devenir l'esclave d'autrui. Il cultive m...
... aux beaux livres qui ne lui montrent, que des auteurs. 11 connaît tout ce que les sciences et les arts ont d'oiseux et de nuisible aux mœurs : mais il veut être instruit pour n'être pas trompé; et réduisant les connaissances humaines à ce qu'elles ont de réel et d'utile, il sait bientôt tout ce qu'il a besoin d'apprendre. Il n'est pas grand parleur, et déteste naturellement tous ces petits hommes dont l'insolente loquacité met toujours des mots à la place des choses, et se procurent, aux dépens du bon sens et souvent de la chose publique, une réputation éphémère. (Applaudisse-ments). Il est toujours assez éloquent; car il dit toujours ce qu'il pense et ne sépare jamais son esprit de son cœur. Il est trop sensible pour être poli; il ne fait acception de personne; il regarde les gens à qui il parle, et ne met pas arrogam-ment la grimace de la distraction à la place du devoir d'entendre. Du reste, il possède trop de réalités qu'il aime, pour tant soigner les apparences qu'il méprise; il est franchement négligé dans ses discours, dans ses manières, dans ses habits, et ne se doute pas de cet art inventé par la coquetterie masculine aux abois, et qui consiste à rechercher péniblement pendant deux heures, le moyen de faire accroire qu'on a été seulement une minute à sa toilette. Il secoue ot brise tous ces brinborions élégants, ridicu...
...archisés chargent encore leur personne et leurs habits. Il s'étudie au bonheur des privations, et s'exerce sans cesse à la sublime science d'être plus fort que soi. Qu'es-tu, dit-il, au désir des supèrfluités et même des commodités de la vie? Que viens-
Locuteur: Petit
...in? tâchons tous, tant que nous sommes, de répondre à cette question par notre con... Qu'est-ce qu'un républicain? tâchons tous, tant que nous sommes, de répondre à cette question par notre conduite, par nos actions, beaucoup plus que par nos discours, et l'instruction pub...

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 135
Locuteur: Petit
...faire dans mon âme? Veux-tu ramollir et la corrompre? Ignores-tu que je n'ai besoin que de trois choses, du pain, du travail et de... tu faire dans mon âme? Veux-tu ramollir et la corrompre? Ignores-tu que je n'ai besoin que de trois choses, du pain, du travail et des mœurs?
Locuteur: Petit
...ur cela que son âme soit inaccessible à la plus utile peut-être de toutes les passions : non , le républicain n'est point indifférent à la beauté; il la respecte et Y admire comme le plus brillant ouvrage de la nature, comme la plus délicieuse propriété de l'amour et de la vertu : il s'honore de céder à l'empire de la douceur et des grâces ; il se marie, il aime sa femme, il la chérit, parce qu'elle est l'être qui pe...
...iennes; parce qu'elle est le complément de son existence ; parce qu'elle est sa na...
...eront un jour l'honneur et les soutiens de la République. C'est parce qu'il est fort qu'il est chaste; et la nature, qui, dans ses appétits sensuels, le dirige sous les yeux de la loi, chasse d'autour de son âme toutes les libidineuses déprava...
Et qu'on ne croie pas pour cela que son âme soit inaccessible à la plus utile peut-être de toutes les passions : non , le républicain n'est point indifférent à la beauté; il la respecte et Y admire comme le plus brillant ouvrage de la nature, comme la plus délicieuse propriété de l'amour et de la vertu : il s'honore de céder à l'empire de la douceur et des grâces ; il se marie, il aime sa femme, il la chérit, parce qu'elle est l'être qui peut ajouter des perfections aux siennes; parce qu'elle est le complément de son existence ; parce qu'elle est sa naturelle consolation dans ses maux; parce qu'elle lui donne des enfants qui seront un jour l'honneur et les soutiens de la République. C'est parce qu'il est fort qu'il est chaste; et la nature, qui, dans ses appétits sensuels, le dirige sous les yeux de la loi, chasse d'autour de son âme toutes les libidineuses dépravations, toutes les passions illicites.
Locuteur: Petit
Autant le républicain aime, adore la liberté, autant il exècre la licence, parce qu'il sent, comme je l'ai dit ailleurs, que la licence est le despotisme du crime, ou ...
...l aime l'ordre, parce que l'ordre émane de la justice, sans laquelle il n'est point de société humaine; et cet ordre, avec leq...
...dre qui est lui-même l'ouvrage des lois de la République, qui tue le crime dès sa naissance et encourage la vertu dans ses progrès ; cet ordre lui devient cher à un tel point, à cause de la part qu'il a eue à son établissement, à...
...concitoyens qu'il le maintient au péril de sa vie, et meurt avec joie et avec orgu...
Autant le républicain aime, adore la liberté, autant il exècre la licence, parce qu'il sent, comme je l'ai dit ailleurs, que la licence est le despotisme du crime, ou tout au plus une vertu d'esclave. (Applaudissements.) Il aime l'ordre, parce que l'ordre émane de la justice, sans laquelle il n'est point de société humaine; et cet ordre, avec lequel il s'harmonise sans cesse, cet ordre qui est lui-même l'ouvrage des lois de la République, qui tue le crime dès sa naissance et encourage la vertu dans ses progrès ; cet ordre lui devient cher à un tel point, à cause de la part qu'il a eue à son établissement, à cause du bonheur qu'il apporte à ses concitoyens qu'il le maintient au péril de sa vie, et meurt avec joie et avec orgueil en le défendant.
Locuteur: Petit
Montesquieu a dit que l'honneur était la base du gouvernement monarchique ; il parlait de ce clinquant d'honneur qui peut brillanter la bassesse : moi, je soutiens que le véritable honneur, l'éclat de la vertu, est un des plus grands ressorts de la République et que si, par un héroïsme d...
...e même sa réputation, c'est alors l'œil de la justice éternelle qui seul éclaire sa v...
Montesquieu a dit que l'honneur était la base du gouvernement monarchique ; il parlait de ce clinquant d'honneur qui peut brillanter la bassesse : moi, je soutiens que le véritable honneur, l'éclat de la vertu, est un des plus grands ressorts de la République et que si, par un héroïsme dont Dieu seul est témoin, le républicain peut sacrifier à sa patrie même sa réputation, c'est alors l'œil de la justice éternelle qui seul éclaire sa vertu.
Locuteur: Petit
...icain ; et certes, il ne s'agit pas ici de ces chimères que l'on rencontre dans le...
...dans les livres; il s'agit d'habitudes, de vertus qu'il nous faut acquérir à quelque prix que ce soit, ou bien renoncer à la liberté, à l'égalité, à la République, et tendre les mains aux cha...
...ces idées à toute éducation ; j'en fais la base de l'instruction publique, au moyen de laquelle seule nous pourrons procurer u...
Telles sont les idées que je me forme du vrai républicain ; et certes, il ne s'agit pas ici de ces chimères que l'on rencontre dans le pays des phrases, et qui doivent toujours rester dans les livres; il s'agit d'habitudes, de vertus qu'il nous faut acquérir à quelque prix que ce soit, ou bien renoncer à la liberté, à l'égalité, à la République, et tendre les mains aux chaînes dont le premier tyran voudra bien nous charger. Je prépose donc ces idées à toute éducation ; j'en fais la base de l'instruction publique, au moyen de laquelle seule nous pourrons procurer une bonne éducation à nos enfants. Et, sans doute, il est encore une institution ...
Locuteur: Petit
Législateurs, je veux parler de l'abolition de la mendicité dans tout le territoire franç...
...charité disparaisse, pour faire place à la justice dis-tributive; il est temps de forcer les riches à être les frères des pauvres et d'ôter à ceux-ci le désespoir de la misère absolue, et tous les vices et to...
Législateurs, je veux parler de l'abolition de la mendicité dans tout le territoire français. (.Applaudissements.) Il est temps que, sous un gouvernement équitable, personne ne souffre, que celui Pâ mérité, il est temps que l'insolente charité disparaisse, pour faire place à la justice dis-tributive; il est temps de forcer les riches à être les frères des pauvres et d'ôter à ceux-ci le désespoir de la misère absolue, et tous les vices et tous les crimes qu'elle enfante ; il e6t temps
Locuteur: Petit
enfin de détruire le trafic infâme que la bassesse, la paresse et la friponnerre fondent sur la pitié publique, en lui mettant sans ces...
..., des vieillards, des infirmes couverts de sales guenilles et d'horribles haillons...
...ue par honorer le travail, par soulager la misère et par punir et couvrir de honte et d'infamie l'astucieuse paresse et la crapuleuse oisiveté. Qu'avec des bras et le courage de travailler, je trouve partout de l'honneur et du pain ; que lorsque mes ...
..., je trouve, dans un lieu quelconque, à la commodité de la République, la bienfaisance de mes frères. C'est ainsi que la classe laborieuse et respectable du peuple aimera la chose publique; c'est ainsi que tous ce...
... nous arracherons du milieu des racines de l'arbre de la liberté ces plantes vénéneuses et vorac...
...ongent dès sa naissance et s'opposent à la production de ses fruits.
enfin de détruire le trafic infâme que la bassesse, la paresse et la friponnerre fondent sur la pitié publique, en lui mettant sans cesse sous les yeux des femmes, des enfants, des vieillards, des infirmes couverts de sales guenilles et d'horribles haillons. Commençons l'instruction publique par honorer le travail, par soulager la misère et par punir et couvrir de honte et d'infamie l'astucieuse paresse et la crapuleuse oisiveté. Qu'avec des bras et le courage de travailler, je trouve partout de l'honneur et du pain ; que lorsque mes membres me refusent le travail, je trouve, dans un lieu quelconque, à la commodité de la République, la bienfaisance de mes frères. C'est ainsi que la classe laborieuse et respectable du peuple aimera la chose publique; c'est ainsi que tous ceux qui sont affligés et travaillés par des infirmités sans nombre, se rallieront...
...tions, autour d'un gouvernement qui les protège et les console : c'est ainsi que nous arracherons du milieu des racines de l'arbre de la liberté ces plantes vénéneuses et voraces, qui le rongent dès sa naissance et s'opposent à la production de ses fruits.
Locuteur: Petit
Que chaque municipalité de la République, au moyen d'une charge locale, répartie seulement à commencer de ceux qui auront un revenu présumé de 600 livres, et sur ceux- à raison de 6 deniers pour livre, en augmentant progressivement de 3 deniers par chaque 100 livres au-dessus de 600 livres de revenu; et de 6 deniers depuis 1,200 jusqu'à 3,000 li...
...lus court délai, à pourvoir aux besoins de ses pauvres invalides et au travail des pauvres valides de son arrondissement ; que cet impôt soit versé dans la caisse de la municipalité, pour en être le produit, ...
... secours, et que les ouvrages résultant de ces travaux, les salaires exactement pa...
...fit des contribuables, chacun en raison de leur mise. Cette mesure provisoire va faire dispa-paraître une multitude de vices. Je dis cette mesure provisoire, ...
...étendant généralement à tous les riches de la République, fera disparaître l'inégalité qui résultera momentanément de celle-ci, attendu que les pauvres et le...
...te idée, dont le temps ne me permet pas de suivre les développements, et ie vous invite à la saisir pour la rendre utile le plus tôt possible*
Que chaque municipalité de la République, au moyen d'une charge locale, répartie seulement à commencer de ceux qui auront un revenu présumé de 600 livres, et sur ceux- à raison de 6 deniers pour livre, en augmentant progressivement de 3 deniers par chaque 100 livres au-dessus de 600 livres de revenu; et de 6 deniers depuis 1,200 jusqu'à 3,000 livres, etc., soit autorisée, dans le plus court délai, à pourvoir aux besoins de ses pauvres invalides et au travail des pauvres valides de son arrondissement ; que cet impôt soit versé dans la caisse de la municipalité, pour en être le produit, employé en secours, et que les ouvrages résultant de ces travaux, les salaires exactement payés, soient vendus au profit des contribuables, chacun en raison de leur mise. Cette mesure provisoire va faire dispa-paraître une multitude de vices. Je dis cette mesure provisoire, car il sera important d'en prendre une définitive sur ce même objet et qui, s'étendant généralement à tous les riches de la République, fera disparaître l'inégalité qui résultera momentanément de celle-ci, attendu que les pauvres et les riches ne sont pas, dans toutes les municipalités, en même proportion. Au reste, je vous soumets cette idée, dont le temps ne me permet pas de suivre les développements, et ie vous invite à la saisir pour la rendre utile le plus tôt possible*
Locuteur: Petit
...rfectionnée, nous aurons donné du pain, de l'ouvrage à ceux qui en demandent, alor...
...eau du vrai républicain : ils sentiront la dignité de l'homme qui, en obéissant à la loi, s'obéit à lui-même ; a qui nul êtr...
...ut dire : je suis ton maître. C'est ici la première page de l'instruction publique, et je veux qu'e...
...s occupions des écoles primaires. Avant de nous occuper de cette institution utile sans doute, et de nous en occuper pour des enfants de 6 à 7 ans, d'une manière utile pour eux et pour la République, ne faut-il pas rappeler les...
...rs qu'il leur est si naturel et si doux de remplir : et d'abord, à l'union qui doi...
Quand, par cette mesure perfectionnée, nous aurons donné du pain, de l'ouvrage à ceux qui en demandent, alors ils seront attentifs aux grandes leçons qu'ils doivent recevoir et donner; alors nous mettrons sous leurs yeux le tableau du vrai républicain : ils sentiront la dignité de l'homme qui, en obéissant à la loi, s'obéit à lui-même ; a qui nul être au monde ne peut dire : je suis ton maître. C'est ici la première page de l'instruction publique, et je veux qu'elle soit lue, commentée, expliquée à tous les individus français, avant que nous nous occupions des écoles primaires. Avant de nous occuper de cette institution utile sans doute, et de nous en occuper pour des enfants de 6 à 7 ans, d'une manière utile pour eux et pour la République, ne faut-il pas rappeler les pères et mères aux devoirs qu'il leur est si naturel et si doux de remplir : et d'abord, à l'union qui doit régner entre eux ; au respect, aux égards qu'ils e doivent

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 136
Locuteur: Petit
..., à tous les fcoins, à tout l'amour que la plus précieuse moitié du genre humain semble exiger de l'autre, par ses charmes, par sa faible...
... manière élèveront-ils les enfants liue la nature leur donne pour la République, jusqu'à l'instant où ils po...
...ne seront-elles pas rappelées au devoir de donner leur lait à leurs cnlants? L'aut...
...a-t-elle pas restreinte dans les bornes de la nature et de la bonté? N'écartera-t-an pas de l'enfance tous ces liens, toutes ces chaînes, dont on la surcharge ot la défigure, tous ces mauvais traitements, ces corrections, dignes tout au plus de l'infâme lubricité, dont elles sont l'i...
...l'enfant à suppor-ier les maux naturels de la vie, à s'y endurcir, à n'y ajouter jamais les maux de l'imagination? \Ne le fera-t-on pas remonter, par une analyse machinale de tous les effets, à toutes les causes connues? Lui cachera-t-on, s'il paraît désirer de ja connaître, la cause générale de tous les effets? S'il demande qui est-c...
mutuellement, ajoutes les préférences, à tous les fcoins, à tout l'amour que la plus précieuse moitié du genre humain semble exiger de l'autre, par ses charmes, par sa faiblesse, par ses infirmités iiiême?®e quelle manière élèveront-ils les enfants liue la nature leur donne pour la République, jusqu'à l'instant où ils pourront être livrés aux levons des écoles primaires ?N'y a-t-il pas une gymnastique domestique qu'il faut premièrement instituer pour eux? Les mères ne seront-elles pas rappelées au devoir de donner leur lait à leurs cnlants? L'autorité paternelle ne sera-t-elle pas restreinte dans les bornes de la nature et de la bonté? N'écartera-t-an pas de l'enfance tous ces liens, toutes ces chaînes, dont on la surcharge ot la défigure, tous ces mauvais traitements, ces corrections, dignes tout au plus de l'infâme lubricité, dont elles sont l'infernal stimulant? Ne réduira-t-on pas les enseignements préliminaires plutôt en exemples, en expériences qu'en levons? N'accoutumera-t-on pas l'enfant à suppor-ier les maux naturels de la vie, à s'y endurcir, à n'y ajouter jamais les maux de l'imagination? \Ne le fera-t-on pas remonter, par une analyse machinale de tous les effets, à toutes les causes connues? Lui cachera-t-on, s'il paraît désirer de ja connaître, la cause générale de tous les effets? S'il demande qui est-ce qui fait lever le soleil, que lui répondra-t-on ? Enfin, dans quelle dispositi...
Locuteur: Petit
Certes, je suis bien loin de douter de la nécessité des écoles primaires; je dési...
..., que tous les hommes fussent instruits de manière à ne jamais être dupes des charlatans et des fripons, de quelque nature qu'ils soient vt quelque...
...eu vu nos campagnes ou le peuple pauvre de nos grandes villes. Qu'on me dise donc quel est le vigneron journalier, le valet de charrue, le ma-nouvrier terrassier, le ...
...etc., qui n'emploient pas leurs enfants de 5 ou 6 ans, à esser-uienter, à garder l...
... Les petits garçons, les petites filles de 5,6,7 ans, n'ont }>as d'autre occupatio...
...ême des ouvriers n'ont-ils pas quantité de manipulations (fui les mettent à même de gagner leur pain? J'ai vu une petite fille de 6_ ans, aînée de trois Lambins qui l'appelaient ma grand...
...aver leur linge à l'eau d'un ru profond de 10 toises, et creusé par la nature dans des rochers qu'elle ne gravissait chargée qu'au risque de sa vie. Si un fabricant de systèmes philosophiques, passant par , eût dit à la mère de cette intéressante et malheureuse enfant, qu'elle rouait de coups à la moindre occasion : Envoyez donc votre e...
...u'elle tra- vaille, f nons pas le moyen de l'élever à rien faire : telle eût été la réponse de cette mère endurcie Ear le malheur. 0 p...
...ô rutes ! ô mes semblables ! jetez donc tous vos livres pour apprendre à lire dans le livre de la nature, dans les décrets de la nécessité; puisque vous voulez juger de tout, tâchez donc de tout connaître. Pour la masse générale du peuple, et
Certes, je suis bien loin de douter de la nécessité des écoles primaires; je désirerais aussi, moi, que tous les hommes fussent instruits de manière à ne jamais être dupes des charlatans et des fripons, de quelque nature qu'ils soient vt quelque caractère qu'ils puissent revêtir. Mais, qui est-ce qui profitera des écoles pr...
...es? Le riche, oui, le riche seul. Pour penser le contraire, il faut avoir bien peu vu nos campagnes ou le peuple pauvre de nos grandes villes. Qu'on me dise donc quel est le vigneron journalier, le valet de charrue, le ma-nouvrier terrassier, le bûcheron, etc., qui n'emploient pas leurs enfants de 5 ou 6 ans, à esser-uienter, à garder les volailles, à ramasser du bois pour l'hiver, à demander l'aumône à certains jours dans les maisons des riches? Les petits garçons, les petites filles de 5,6,7 ans, n'ont }>as d'autre occupation dans nos campagnes, é'est un fait que j'atteste. Et dans nos villes, les petits garçons, les petites filles même des ouvriers n'ont-ils pas quantité de manipulations (fui les mettent à même de gagner leur pain? J'ai vu une petite fille de 6_ ans, aînée de trois Lambins qui l'appelaient ma grande sœur, porter, traîner ces marmots du matin au soir, les babiller, les nettoyer, aller laver leur linge à l'eau d'un ru profond de 10 toises, et creusé par la nature dans des rochers qu'elle ne gravissait chargée qu'au risque de sa vie. Si un fabricant de systèmes philosophiques, passant par , eût dit à la mère de cette intéressante et malheureuse enfant, qu'elle rouait de coups à la moindre occasion : Envoyez donc votre enfant à l'école ; ne l'élevez dans l'ignorance. Faut bien qu'elle tra- vaille, f nons pas le moyen de l'élever à rien faire : telle eût été la réponse de cette mère endurcie Ear le malheur. 0 profonds philosophes ! ô rutes ! ô mes semblables ! jetez donc tous vos livres pour apprendre à lire dans le livre de la nature, dans les décrets de la nécessité; puisque vous voulez juger de tout, tâchez donc de tout connaître. Pour la masse générale du peuple, et
Locuteur: Petit
c'est celle- qu'on ne veut jamais voir, c'est tout d...
...es s'arrangent, se gênent et se passent de leurs enfants pendant une heure ou deux...
...cole est dans le village ; mais si vous la reculez seulement d'une demi-lieue, ils...
...u'on me montre un seul manouvrier, père de plusieurs enfants, au nombre des pétiti...
... grande vérité; c'est que non seulement la masse du peuple ignore certaines choses, mais elle n'éprouve pas le besoin de les connaître. Or, il faut lui donner ce besoin-, je le pense avec* tous les amis de l'égalité. Nous lui donnerons ce besoin en lui procurant des moyens de travail, lorsque son travail sera dans ...
...esoins naturels; et ceci sera l'ouvrage de l'opinion, et l'opinion sera l'ouvrage ...
...ants une unité d'instruction, une unité de principes dans les maîtres différents à...
c'est celle- qu'on ne veut jamais voir, c'est tout d avoir élevé un enfant jusqu'à 6 ans. Je sais que plusieurs pères et mères s'arrangent, se gênent et se passent de leurs enfants pendant une heure ou deux pour les envoyer à l'école, parce que l'école est dans le village ; mais si vous la reculez seulement d'une demi-lieue, ils ne les y enverront plus du tout. Vos écoles primaires resteront donc ouvertes s...
...iches : aussi, qui est-ce qui les demande avec le plus d'empressement?Je aéfie qu'on me montre un seul manouvrier, père de plusieurs enfants, au nombre des pétitionnaires, dont votre comité d'instruction dit être assailli. Ceci nous démontre encore une grande vérité; c'est que non seulement la masse du peuple ignore certaines choses, mais elle n'éprouve pas le besoin de les connaître. Or, il faut lui donner ce besoin-, je le pense avec* tous les amis de l'égalité. Nous lui donnerons ce besoin en lui procurant des moyens de travail, lorsque son travail sera dans une proportion plus juste avec ses besoins naturels; et ceci sera l'ouvrage de l'opinion, et l'opinion sera l'ouvrage des instructions républicaines, qui doivent précéder l'éducation. Je veux, lorsqu'il s'agira d'établir les écoles primaires, qu'il existe pour les enfants une unité d'instruction, une unité de principes dans les maîtres différents à qui on les confiera ; et, à cet égard, votre comité me paraît avoir mis en prat...
Locuteur: Petit
...oits sont beaucoup moins frappants pour de jeunes cerveaux, qu'un grand Dieu tout-...
...es conceptions profondes qui embrassent la vie et la mort, et une autre vie donnée à l'âme de ce cadavre qui fait peur. Comment donc ...
...onner aux institutions patriotiques que la première et la moins intéressante des instructions pou...
...re aux personnes les plus intéressées à la propager; comment a-t-il pu donner aux premiers le droit de traiter les choses qui on peu ou point de rapport avec la faiblesse, l'ignorance, la misère de l'homme; et aux seconds, le privilège d...
...hoses qui peuvent embrasser l'existence de l'homme tout entière? Cette matière qui doit précéder ma profession de foi patriotique, je ne la traiterai qu'en usant du droit que nous donne le règlement de parler deux fois sur le même sujet, et je tâcherai de ne rien laisser à désirer à cet égard. ...
...ecret; citoyens, j'embrasserai au péril de ma vie les opinions que je crois utiles à la République.
En effet, une patrie, des citoyens, même des devoirs et des droits sont beaucoup moins frappants pour de jeunes cerveaux, qu'un grand Dieu tout-puissant, un diable qui peut tout, des miracles, des enchantements, des conjurations, des imaginations brillantes, des conceptions profondes qui embrassent la vie et la mort, et une autre vie donnée à l'âme de ce cadavre qui fait peur. Comment donc le comité a-t-il pu ne donner aux institutions patriotiques que la première et la moins intéressante des instructions pour les enfants au moins, et abandonner l'autre aux personnes les plus intéressées à la propager; comment a-t-il pu donner aux premiers le droit de traiter les choses qui on peu ou point de rapport avec la faiblesse, l'ignorance, la misère de l'homme; et aux seconds, le privilège d'enseigner les choses qui peuvent embrasser l'existence de l'homme tout entière? Cette matière qui doit précéder ma profession de foi patriotique, je ne la traiterai qu'en usant du droit que nous donne le règlement de parler deux fois sur le même sujet, et je tâcherai de ne rien laisser à désirer à cet égard. Prêtres, je suis un peu dans votre secret; citoyens, j'embrasserai au péril de ma vie les opinions que je crois utiles à la République.
Locuteur: Petit
En attendant qu'il me soit permis de reprendre la parole sur cet intéressant objet, je de... En attendant qu'il me soit permis de reprendre la parole sur cet intéressant objet, je demande :
Locuteur: Petit
...s écoles primaires, nous nous occupions de détruire la mendicité ; 1° Que, préalablement à l'institution des écoles primaires, nous nous occupions de détruire la mendicité ;
Locuteur: Petit
2° Qu'il soit fait, par la Convention nationale, une adresse à tou...
...; leurs devoirs envers leurs enfants et la manière dont il est bon qu'ils élèvent ...
2° Qu'il soit fait, par la Convention nationale, une adresse à tous les Français, dans laquelle on rappellera à ious les individus les droits et l...
...mariage, pour le rendre heureux; les devoirs des époux les uns envers les autres; leurs devoirs envers leurs enfants et la manière dont il est bon qu'ils élèvent ceux-ci, jusqu'à ce qu'ils puissent entrer aux écoles primaires. ( Vifs applaudi...

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 137
Locuteur: Le Président
Le rapporteur des comités réunis de la guerre et des finances demande la parole pour un rapport pressant. Je lui donne la parole. Le rapporteur des comités réunis de la guerre et des finances demande la parole pour un rapport pressant. Je lui donne la parole.
Locuteur: Cambon
, au nom des comités des finances, de la guerre et diplomatique réunis, fait un ...
...ormulées par Custine au sujet du manque de numéraire dans son armée et propose de nommer trois commissaires, pris dans le sein de la Convention, qui se rendront sur-le-champ dans les pays occupés par les armées de Biron, Custine et Beurnonville; il s'ex...
, au nom des comités des finances, de la guerre et diplomatique réunis, fait un rapport sur les plaintes formulées par Custine au sujet du manque de numéraire dans son armée et propose de nommer trois commissaires, pris dans le sein de la Convention, qui se rendront sur-le-champ dans les pays occupés par les armées de Biron, Custine et Beurnonville; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Cambon
...z renvoyé à vos comités des finances et de la guerre plusieurs lettres de Custine, qui se plaint de manquer de vivres et d'argent. Les comités se sont assemblés hier; les commissaires de la trésorerie se sont joints à eux; ils no...
... presque ie double des besoins présumés de l'armée. Quel est l'emploi qui a été fait de ce numéraire? L'emploi est encore évident pour vos comités. Custine a eu besoin de faire des fortifications à Mayence, de se munir de vivres et de fourrages ; n'ayant point de règles de conduite, il a été obligé de se procurer des fonds sur les caisses publiques, mais il n'a point prévenu de l'emploi, et voilà pourquoi les caisses...
...rouvé que ce qui les a fait manquer est la rivalité qui s'est élevée entre une compagnie ancienne, qui devait cesser de fournir au 1er janvier, et une compagni...
...punir les coupables. Votre décret du 15 de ce mois va prévenir désormais les abus ...
...es mêmes pouvoirs que ceux envoyés dans la Belgique, c'est-à-dire de faire rendre compte à tous les comptables et de vous faire parvenir tous les renseignem...
Citoyens, vous avez renvoyé à vos comités des finances et de la guerre plusieurs lettres de Custine, qui se plaint de manquer de vivres et d'argent. Les comités se sont assemblés hier; les commissaires de la trésorerie se sont joints à eux; ils nous ont prouvé qu'ils avaient envoyé à Custine 22,708,000 livres ; cette somme était presque ie double des besoins présumés de l'armée. Quel est l'emploi qui a été fait de ce numéraire? L'emploi est encore évident pour vos comités. Custine a eu besoin de faire des fortifications à Mayence, de se munir de vivres et de fourrages ; n'ayant point de règles de conduite, il a été obligé de se procurer des fonds sur les caisses publiques, mais il n'a point prévenu de l'emploi, et voilà pourquoi les caisses sont restées vides. A l'égard des vivres, il est prouvé que ce qui les a fait manquer est la rivalité qui s'est élevée entre une compagnie ancienne, qui devait cesser de fournir au 1er janvier, et une compagnie nouvelle qui, à cette époque, devait lui succéder. Vos comités vous feront un rapport particulier pour punir les coupables. Votre décret du 15 de ce mois va prévenir désormais les abus dont on se plaint. Vos comités se bornent, en ce moment, à vous demander trois c...
...e rendre auprès des armées commandées par Biron, Custine et Beurnonville, avec les mêmes pouvoirs que ceux envoyés dans la Belgique, c'est-à-dire de faire rendre compte à tous les comptables et de vous faire parvenir tous les renseignements et toutes les instructions nécessaires.
Locuteur: Cambon
(La Convention adopte la proposition de Cambon.) (La Convention adopte la proposition de Cambon.)
Locuteur: Cambon
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités des finances, de la guerre et diplomatique réunis, décrète ... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités des finances, de la guerre et diplomatique réunis, décrète :
Locuteur: Cambon
...mé trois commissaires pris dans le sein de la Convention, qui se rendront de suite dans les pays occupés par les arm... « En exécution du décret du 15 courant mois, il sera nommé trois commissaires pris dans le sein de la Convention, qui se rendront de suite dans les pays occupés par les armées commandées par les généraux Biron, Custine et Beurnonville.
Locuteur: Cambon
... toutes les caisses, livres et magasins de la République; ils pourront examiner les comptes et la conduite de tous les agents civils et militaires; i... ...es décrets des 13 et 15 courant mois, relatifs aux armées; ils pourront vérifier toutes les caisses, livres et magasins de la République; ils pourront examiner les comptes et la conduite de tous les agents civils et militaires; ils pourront suspendre, destituer, remplacer et faire
Locuteur: Cambon
...dus coupables et tous les perturbateurs de l'ordre public, à la charge d'en instruire la Convention; ils feront toutes les réquisitions nécessaires à l'exécution de leur mandat, et ils se rendront à Strasbourg pour y rétablir Tordre et la tranquillité publique. arrêter ceux qui se seront rendus coupables et tous les perturbateurs de l'ordre public, à la charge d'en instruire la Convention; ils feront toutes les réquisitions nécessaires à l'exécution de leur mandat, et ils se rendront à Strasbourg pour y rétablir Tordre et la tranquillité publique.
Locuteur: Cambon
« La Convention nomme les citoyens Rewbell, Haussmannet Merlin de Thionville. » « La Convention nomme les citoyens Rewbell, Haussmannet Merlin de Thionville. »
Locuteur: Le Président
Nous allons reprendre la suite de la discussion sur le projet de décret présenté au nom du comité d'inst...
...nisation des écoles primaires. Je donne la parole au citoyen Lequinio.'
Nous allons reprendre la suite de la discussion sur le projet de décret présenté au nom du comité d'instruction publique, sur Voraanisation des écoles primaires. Je donne la parole au citoyen Lequinio.'
Locuteur: Lequinio
...ans échappe aux soins des représentants de la nation, et sans lequel cependant tous l... Citoyens (1), vous traitez enfin l'objet important qui depuis quatre ans échappe aux soins des représentants de la nation, et sans lequel cependant tous leurs travaux antérieurs n'auraient qu'un effet passager.
Locuteur: Lequinio
De tous les temps, des révolutions ont existé : l'histoire nous montre la liberté plusieurs fois reconquise et to...
...publicain a plané sur plusieurs Empires de l'univers, et son vol s'est autant de fois abattu sous les efforts du despotisme, ou plutôt sous le poids accablant de l'ignorance et du fanatisme des peuples et de l'hypocrite perfidie des prêtres.
De tous les temps, des révolutions ont existé : l'histoire nous montre la liberté plusieurs fois reconquise et toujours reperdue ; l'esprit républicain a plané sur plusieurs Empires de l'univers, et son vol s'est autant de fois abattu sous les efforts du despotisme, ou plutôt sous le poids accablant de l'ignorance et du fanatisme des peuples et de l'hypocrite perfidie des prêtres.
Locuteur: Lequinio
...e des nations? Du défaut d'instruction, de l'erreur, des folles croyances et de la cécité presque universelle. D'où résulte cette cruelle alternative qui s'est terminée toujours à l'esclavage des nations? Du défaut d'instruction, de l'erreur, des folles croyances et de la cécité presque universelle.
Locuteur: Lequinio
...d à l'homme à réfléchir, et s'il a reçu de la nature la faculté de penser, elle s'est anéantie jusqu'à ce ...
...vait autrefois aucun moyen assez prompt de faire l'éducation des hommes, pour pouvoir propager les lumières à tout un peuple, et la multitude ignorante, perpétuellement le jouet de l'intrigue et des caprices d'une petite poignée d'ambitieux, ne fit jamais qu'entrevoir la liberté ; elle se ras-servit d'elle-mêm...
...itiques et religieux, également ennemis de l'espèce humaine et coalisés contre la liberté publique.
...bientôt connu ses droits ainsi que ses devoirs ; mais l'instruction seule apprend à l'homme à réfléchir, et s'il a reçu de la nature la faculté de penser, elle s'est anéantie jusqu'à ce moment sous les chaînes et les voiles du fanatisme. 11 n'y avait autrefois aucun moyen assez prompt de faire l'éducation des hommes, pour pouvoir propager les lumières à tout un peuple, et la multitude ignorante, perpétuellement le jouet de l'intrigue et des caprices d'une petite poignée d'ambitieux, ne fit jamais qu'entrevoir la liberté ; elle se ras-servit d'elle-même sous le joug des tyrans politiques et religieux, également ennemis de l'espèce humaine et coalisés contre la liberté publique.
Locuteur: Lequinio
Un grand moypn existe aujourd'hui de répandre promptement la lumière, c'est l'imprimerie. Avec lui, vous pouvez porter l'instruction jusque dans la cabane du pauvre, exciter son éducation...
...e manière à jamais permanente, chez lui la connaissance de ses droits, le sentiment de l'égalité, la dignité de son être, et la jouissance de la liberté.
Un grand moypn existe aujourd'hui de répandre promptement la lumière, c'est l'imprimerie. Avec lui, vous pouvez porter l'instruction jusque dans la cabane du pauvre, exciter son éducation et son industrie, et fixer, d'une manière à jamais permanente, chez lui la connaissance de ses droits, le sentiment de l'égalité, la dignité de son être, et la jouissance de la liberté.
Locuteur: Lequinio
..., les Romains ont conquis l'univers par la force des armes, et cependant ils ont p...
...s despotes, y règne maintenant, à force de charlatanisme, sur le peuple le plus lâche de l'Europe et le plus asservi, parce qu'i...
Citoyens, les Romains ont conquis l'univers par la force des armes, et cependant ils ont passé. Rome a été libre quelques instants, et le plus vil, comme le plus faible des despotes, y règne maintenant, à force de charlatanisme, sur le peuple le plus lâche de l'Europe et le plus asservi, parce qu'il est le plus dominé par le mensonge et le plus dévoué à l'ignorance.
Locuteur: Petit
(La Convention ordonne l'impression du disc... (La Convention ordonne l'impression du discours du citoyen Petit.)
Vous pouvez, vous devez même faire la conquête de l'univers, non par la force des armes, mais par celle de la raison ; et votre empire, si (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Port... Vous pouvez, vous devez même faire la conquête de l'univers, non par la force des armes, mais par celle de la raison ; et votre empire, si (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Portiez (fie l'Oise), tome 93, n° 13.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 138
Locuteur: Lequinio
Citoyens, j'invoque mes droits de représentant et la puissance de ce lieu. C'est d ici que s'opèrent vos triomphes; la voix qui sort de cette tribune retentit aux quatre coins...
...ousse vos conquêtes autant que l'audace de vos soldats et l'habileté de vos généraux ; impo-sez-vous donc enfin le devoir de n'y faire entendre désormais que la saine et la pure vérité.
Citoyens, j'invoque mes droits de représentant et la puissance de ce lieu. C'est d ici que s'opèrent vos triomphes; la voix qui sort de cette tribune retentit aux quatre coins du globe ; elle pousse vos conquêtes autant que l'audace de vos soldats et l'habileté de vos généraux ; impo-sez-vous donc enfin le devoir de n'y faire entendre désormais que la saine et la pure vérité.
Locuteur: Lequinio
...quel, et je le dis avec ivresse, auquel la République aura de grandes obligations, Jacob Dupont vous a fait franchir, dans la séance dernière, un espace immense; vou... Un philosophe auquel, et je le dis avec ivresse, auquel la République aura de grandes obligations, Jacob Dupont vous a fait franchir, dans la séance dernière, un espace immense; vous êtes coupables envers les nations si vous rétrogradez (1).
Locuteur: Lequinio
...c'est-à-dire des imposteurs, des tyrans de l'espèce humaine, et des assassins de la raison : dans toutes religions, chez to... ... serez souvent traversés, souvent contredits, car il existe encore des prêtres, c'est-à-dire des imposteurs, des tyrans de l'espèce humaine, et des assassins de la raison : dans toutes religions, chez toutes les nations et dans tous les temps, ils n'ont été rien autre chose; et ce n...
Locuteur: Lequinio
Mais si vous avez la force d'exposer hardiment les vérités, ...
...du charlatanisme cessera comme le règne de l'erreur : or, il faut absolument que l...
...s efforts d'ailleurs sont superflus; et la liberté, sans la raison, ^ n'aura jamais qu'une existenc...
Mais si vous avez la force d'exposer hardiment les vérités, elles seront bientôt senties, et l'existence du charlatanisme cessera comme le règne de l'erreur : or, il faut absolument que l'un et l'autre s'évanouissent, sans quoi tous vos efforts d'ailleurs sont superflus; et la liberté, sans la raison, ^ n'aura jamais qu'une existence éphémère.
Locuteur: Lequinio
De cette tribune osez donner la commotion, et la multitude est déjà toute ébranlée dans ...
...prenez à l'homme à connaître les effets de la nature, et il ne sera plus la dupe des fantômes, et son imagination cessera d'être conduite à mille erreurs par de folles craintes ou de vaines espérances; apprenez-lui surtout...
...es, et à établir des calculs, car c'est qu'il trouvera la lumière et la vérité.
De cette tribune osez donner la commotion, et la multitude est déjà toute ébranlée dans l'Empire; propagez aussitôt l'instruction,* et donnez surtout celle qui dégage des préjugés ; apprenez à l'homme à connaître les effets de la nature, et il ne sera plus la dupe des fantômes, et son imagination cessera d'être conduite à mille erreurs par de folles craintes ou de vaines espérances; apprenez-lui surtout à mesurer les espaces, et à établir des calculs, car c'est qu'il trouvera la lumière et la vérité.
Locuteur: Lequinio
Laissez à chacun le droit de décliner la raison s'il le veut; laissez à chacun le droit d'embrasser la religion qui pourra lui plaire ; mais, ...
...ique ; ne corrompez point les principes de lumière et de vérité par le charlatanisme et l'impost...
Laissez à chacun le droit de décliner la raison s'il le veut; laissez à chacun le droit d'embrasser la religion qui pourra lui plaire ; mais, au nom du bonheur des peuples, n'en fouillez pas l'éducation publique ; ne corrompez point les principes de lumière et de vérité par le charlatanisme et l'imposture.
Locuteur: Lequinio
...u'on â eu le malheur d'être aveuglé dès la plus tendre enfance par une éducation toute tissue de superstitions et de mensonges; et l'homme, alors, est perdu pour toujours, s'il n'a pas reçu de la nature une organisation particulière. ...alité, l'on n'est jamais incertain que quand on a voulu s'aveugler soi-même ou qu'on â eu le malheur d'être aveuglé dès la plus tendre enfance par une éducation toute tissue de superstitions et de mensonges; et l'homme, alors, est perdu pour toujours, s'il n'a pas reçu de la nature une organisation particulière.
Locuteur: Lequinio
11 ne faut pas qu'il existe dans la République un seul individu qui ne reço...
...ysiques et morales propres à lui donner la rectitude de jugement nécessaire au bonheur de tous les hommes.
11 ne faut pas qu'il existe dans la République un seul individu qui ne reçoive les premiers éléments des connaissances physiques et morales propres à lui donner la rectitude de jugement nécessaire au bonheur de tous les hommes.
Locuteur: Lequinio
...struction, vous répandrez les principes de sagesse et de raison gui vont anéantir le besoin dès ...
...ntérêts locaux ou particuliers ; et par , vous devez sentir combien de millions vous économiserez à la République, si même vous pouvez vous permettre de mettre en comparaison la dépense nécessaire pour pourvoir à l'in...
Au surplus, en propageant l'instruction, vous répandrez les principes de sagesse et de raison gui vont anéantir le besoin dès guerres, les préjugés et les disputes privés pour des intérêts locaux ou particuliers ; et par , vous devez sentir combien de millions vous économiserez à la République, si même vous pouvez vous permettre de mettre en comparaison la dépense nécessaire pour pourvoir à l'instruction, avec les avantages qui en doivent résulter.
Locuteur: Lequinio
..., c'est-à-dire les premiers nourriciers de l'âme et du corps. Eh bien ! réparez cette injustice générale : il manque à la Révolution française de faire une révolution aussi dans le système affreux de l'ancienne politique, qui semblait avoi...
...ntes professions, précisément en raison de leur inutilité ; car c'était un honneur même que de vivre bourgeoisement, c'est-à-dire sans état, c'est-à-dire en vrai parasite de la société, en homme oisif, enclin nécessa...
Je veux parler du laboureur, du simple paysan, et du maître d'école, c'est-à-dire les premiers nourriciers de l'âme et du corps. Eh bien ! réparez cette injustice générale : il manque à la Révolution française de faire une révolution aussi dans le système affreux de l'ancienne politique, qui semblait avoir attaché l'honneur aux différentes professions, précisément en raison de leur inutilité ; car c'était un honneur même que de vivre bourgeoisement, c'est-à-dire sans état, c'est-à-dire en vrai parasite de la société, en homme oisif, enclin nécessairement, par son inactivité même, à l'ambition et à tous les vices dont l'homme ...
Locuteur: Lequinio
...ion nouvelle porte l'estime publique et la reconnaissance nationale aux individus en raison de l'utilité de leur travail : c'est le principe que la saine philosophie peut seule consacrer. Qu'une direction nouvelle porte l'estime publique et la reconnaissance nationale aux individus en raison de l'utilité de leur travail : c'est le principe que la saine philosophie peut seule consacrer.
Locuteur: Lequinio
...oit ; mais je soutiens que les regards, la protection et les secours de la République doivent se porter spécialeme... ...prétends pas que l'on doive établir une distinction pour quelque classe que ce soit ; mais je soutiens que les regards, la protection et les secours de la République doivent se porter spécialement sur les hommes qui peuvent lui être
Locuteur: Lequinio
...sse; osez tout, et vous viendrez à bout de tout. Vous n'avez plus rien à craindre que votre propre faiblesse; osez tout, et vous viendrez à bout de tout.
Locuteur: Lequinio
... avec l'instruction, rien sans elle; et de tous les établissements relatifs à l'in... Vous avez tout fait avec l'instruction, rien sans elle; et de tous les établissements relatifs à l'instruction, celui des écoles primaires est le plus essentiel sans contredit.
Locuteur: Lequinio
...ais, si l'on était retenu par le besoin de fonds, je ne balancerais pas à vous dire de ne rendre gratuites que les écoles prim... ...ant aux connaissances plus développées, il n'en est pas actuellement question; mais, si l'on était retenu par le besoin de fonds, je ne balancerais pas à vous dire de ne rendre gratuites que les écoles primaires.
Locuteur: Lequinio
...à son bonheur, sont restés dans un état de mépris général, qui prouve bien l'injus... ...iles à l'espèce humaine, et les deux hommes qui travaillent le plus directement à son bonheur, sont restés dans un état de mépris général, qui prouve bien l'injustice et l'insouciance des peuples.
Quand le développement de ses organes commence à donner à l'homme le pouvoir de réfléchir, il apercevrait aisément la raison, si le fanatisme et l'erreur n'avaient pris soin de l'envelopper d'épaisses ténèbres, et de l'engloutir sous un monceau de chimères et d'absurdités mystérieuses. Pour l'extraire alors de ce tas de décombres et d'immondices morales, il faut tous les efforts du génie même, toute la constance et toute l'énergie de l'homme né philosophe; et l'on connaît ...
...du 14 juillet 1792,page 56, le discours de Jacob Dupont.
Quand le développement de ses organes commence à donner à l'homme le pouvoir de réfléchir, il apercevrait aisément la raison, si le fanatisme et l'erreur n'avaient pris soin de l'envelopper d'épaisses ténèbres, et de l'engloutir sous un monceau de chimères et d'absurdités mystérieuses. Pour l'extraire alors de ce tas de décombres et d'immondices morales, il faut tous les efforts du génie même, toute la constance et toute l'énergie de l'homme né philosophe; et l'on connaît trop que c'est le petit nombre. (1) Voy. ci-dessus, séance du 14 juillet 1792,page 56, le discours de Jacob Dupont.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 139
Locuteur: Ducos
...e demande quel puissant génie a parsemé de merveilles les quatre années qui viennent de s'écouler, qui a proclamé la souveraineté des peuples, dissipé le fantôme de la noblesse, anéanti le papisme et la royauté : l'Europe entière répond : Ce ...
...embellira, s'étendra ce sublime ouvrage de la raison humaine : par ceux mêmes qui l'ont produit, parles lumières. Quoi ! les clartés de la philosophie n'auraient lui un moment à ...
...e pour nous replonger dans les ténèbres de la barbarie ! Ne vous y trompez pas, mes c...
...enaîtraient bientôt et le despotisme et la superstition. Les rois, les nobles et les prêtres sont les enfants de l'erreur. Le retour des préjugés, voilà la véritable contre-révolution. Hâtez-vous, citoyens législateurs de prévenir leur influence en donnant au peuple des écoles primaires. C'est qu'il découvrira tous les bienfaits de sa régénération, qu'il apprendra à chér...
...habitants des campagnes à rie connaître de la liberté que la suppression de la dime et des droits féodaux, et ce bonheur si pur de sentir sa fière indépendance, et de ne voir au
Je demande quel puissant génie a parsemé de merveilles les quatre années qui viennent de s'écouler, qui a proclamé la souveraineté des peuples, dissipé le fantôme de la noblesse, anéanti le papisme et la royauté : l'Europe entière répond : Ce sont les lumières. Je demande par quels moyens se conservera, s'embellira, s'étendra ce sublime ouvrage de la raison humaine : par ceux mêmes qui l'ont produit, parles lumières. Quoi ! les clartés de la philosophie n'auraient lui un moment à nos yeux que pour nous replonger dans les ténèbres de la barbarie ! Ne vous y trompez pas, mes concitoyens, avec elle renaîtraient bientôt et le despotisme et la superstition. Les rois, les nobles et les prêtres sont les enfants de l'erreur. Le retour des préjugés, voilà la véritable contre-révolution. Hâtez-vous, citoyens législateurs de prévenir leur influence en donnant au peuple des écoles primaires. C'est qu'il découvrira tous les bienfaits de sa régénération, qu'il apprendra à chérir des lois qu'il va connaître, à s'élever à sa vraie dignité, à respecter son p...
...proclamées, que par les oppressions qu'elle a détruites? Condam-neriez-vous les habitants des campagnes à rie connaître de la liberté que la suppression de la dime et des droits féodaux, et ce bonheur si pur de sentir sa fière indépendance, et de ne voir au
Locuteur: Lequinio
... dans ce genre d'institution, ce serait la rendre défectueuse, tuer lvEtat, et porter une atteinte réelle à l'égalité, à la liberté, à l'exercice de la souveraineté nationale, qui n'existeron...
...ividus auront reçu les éléments simples de la philosophie naturelle, et les principes de la saine morale et de la vérité.
...être suffisamment et honorablement traités ; et que porter une économie déplacée dans ce genre d'institution, ce serait la rendre défectueuse, tuer lvEtat, et porter une atteinte réelle à l'égalité, à la liberté, à l'exercice de la souveraineté nationale, qui n'existeront jamais dans toute leur plénitude, que lorsque tous les individus auront reçu les éléments simples de la philosophie naturelle, et les principes de la saine morale et de la vérité.
Locuteur: Ducos
(de la Gironde). L'instruction (1) est une dette de la société envers chacun de ses membres; car le pacte social garant...
...ndividus qui le souscrivent l'assurance de leur bien-être et l'exercice de leurs droits, c'est une obligation pour la puissance publique de les leur faire connaître, afin qu'ils puissent en jouir. Si le bonheur individuel et la prospérité générale sont l'objet de l'association politique, les moyens d'obtenir ces résultats appartiennent de droit à tous les citoyens. Il suit de que la distribution de certaines connaissances indispen-sablem...
...l'intérêt commun, telles que les règles de la morale, des notions justes sur les lois de son pays, les moyens d'assurer la subsistance par le développement de l'industrie, doit être considérée comme...
...ameaux, mais elles ont été contestées à la tribune de la Convention nationale ; et lorsque, de toutes les parties de la République, une voix unanime s'élève pour réclamer l'organisation de l'instruction publique, trop longtemps ...
...e lui, ils n'ont pas emprunté les armes de leurs ennemis pour les combattre. Si, d...
... et dans une assemblée qui doit l'être, de telles questions pouvaient être traitée...
... par des autorités, je pourrais m'armer de la doctrine de J.-J. Rousseau lui-même, pour prouver l'antique et fidèle alliance de l'ignorance et de l'esclavage. Il Faudrait d'abord définir les termes, mais c'est de quoi les déclamateurs se mettent peu en...
(de la Gironde). L'instruction (1) est une dette de la société envers chacun de ses membres; car le pacte social garantissant à tous les individus qui le souscrivent l'assurance de leur bien-être et l'exercice de leurs droits, c'est une obligation pour la puissance publique de les leur faire connaître, afin qu'ils puissent en jouir. Si le bonheur individuel et la prospérité générale sont l'objet de l'association politique, les moyens d'obtenir ces résultats appartiennent de droit à tous les citoyens. Il suit de que la distribution de certaines connaissances indispen-sablement liées à l'intérêt commun, telles que les règles de la morale, des notions justes sur les lois de son pays, les moyens d'assurer la subsistance par le développement de l'industrie, doit être considérée comme un devoir sacré pour les représentants du peuple. Ces vérités sont senties jusque dans les hameaux, mais elles ont été contestées à la tribune de la Convention nationale ; et lorsque, de toutes les parties de la République, une voix unanime s'élève pour réclamer l'organisation de l'instruction publique, trop longtemps attendue, lorsque tous les citoyens semblent vous dénoncer l'ignorance et l'erre...
...lu prétendre aux honneurs du paradoxe; mais plus généreux ou plus conséquents que lui, ils n'ont pas emprunté les armes de leurs ennemis pour les combattre. Si, dans un siècle éclairé et dans une assemblée qui doit l'être, de telles questions pouvaient être traitées avec des citations, et résolues par des autorités, je pourrais m'armer de la doctrine de J.-J. Rousseau lui-même, pour prouver l'antique et fidèle alliance de l'ignorance et de l'esclavage. Il Faudrait d'abord définir les termes, mais c'est de quoi les déclamateurs se mettent peu en peine (2).
Locuteur: Ducos
...sent et désolent l'humanité depuis tant de siècles, et qui sont le triste partage de ce qu'on appelle les ignorants. Si l'on...
...gères sont un mal dangereux, on est sûr de ne point trouver de contradicteurs; mais on risque d'avoir ...
...irconstances qui nous environnent l'art de la parole a des grands avantages et de belles prérogatives dans un pays libre;...
...n fait chaque jour le rend redoutable à la raison et funeste à la liberté. Or, pensez-vous que l'instruct...
...e pour répandre dans toutes les classes de citoyens la fatale éloquence de ces hommes qui sont toujours prêts à obscurcir toutes les matières des ténèbres de leur esprit en s'annonçant comme les représentants de la vérité et fes envoyés de l'évidence; pour qui résoudre une quest...
...faut, mais ce qui plaît? Le premier but de l'enseignement puolic ne serait-il pas au contraire de prémunir les citoyens peu éclairés contre les prestiges grossiers de ce charlatanisme oratoire, en leur donn...
...ortent, et les intérêts et les passions de leur vie, en appropriant à leur esprit ...
titions qui tyrannisent et désolent l'humanité depuis tant de siècles, et qui sont le triste partage de ce qu'on appelle les ignorants. Si l'on a voulu dire que le faux savoir, les vaines doc-! trines, les déclamations mensongères sont un mal dangereux, on est sûr de ne point trouver de contradicteurs; mais on risque d'avoir pompeusement annoncé une vérité triviale, sans doute pour tirer un exemple des circonstances qui nous environnent l'art de la parole a des grands avantages et de belles prérogatives dans un pays libre; mais l'abus déplorable qu'on en fait chaque jour le rend redoutable à la raison et funeste à la liberté. Or, pensez-vous que l'instruction publique soit instituée pour répandre dans toutes les classes de citoyens la fatale éloquence de ces hommes qui sont toujours prêts à obscurcir toutes les matières des ténèbres de leur esprit en s'annonçant comme les représentants de la vérité et fes envoyés de l'évidence; pour qui résoudre une question, c'est prendre un parti; qui disent toujours non ce qu'ils pensent, mais ce qu'ils veulent faire croire ; non ce qu'il faut, mais ce qui plaît? Le premier but de l'enseignement puolic ne serait-il pas au contraire de prémunir les citoyens peu éclairés contre les prestiges grossiers de ce charlatanisme oratoire, en leur donnant des notions simples et justes des principaux objets vers lesquels se portent, et les intérêts et les passions de leur vie, en appropriant à leur esprit des méthodes sûres et faciles pour discerner Un sophisme bruyant, d'un raisonnem...
Locuteur: Ducos
...on plus à le diriger. Les usurpa^ tions de la tribune et de la chaire cesseront quand, au lieu d'homme... ...se déclarent aujourd'hui ses patrons et ses tuteurs, songeront à le servir, et non plus à le diriger. Les usurpa^ tions de la tribune et de la chaire cesseront quand, au lieu d'hommes qui croient, les parleurs rencontreront partout des hommes qui raisonnent.
Locuteur: Lequinio
...ité sur les écoles primaires soit mis à la discussion sur-le-champ, me réservant à... Je demande que le projet du comité sur les écoles primaires soit mis à la discussion sur-le-champ, me réservant à faire les amendements nécessaires aux articles qui en ont besoin.
Locuteur: Le Président
La parole est au citoyen Ducos. La parole est au citoyen Ducos.
... ignorance, n'est pas l'absence absolue de toutes les connaissances de l'esprit ; cette disposition, si elle p...
...érable sans doute à ce ramas d'erreurs, de préjugés, et de supers- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collection Portiez (de VOise), tome 438, n° 17.
Ce qu'on entend communément par ignorance, n'est pas l'absence absolue de toutes les connaissances de l'esprit ; cette disposition, si elle pouvait exister, serait préférable sans doute à ce ramas d'erreurs, de préjugés, et de supers- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collection Portiez (de VOise), tome 438, n° 17.
...vaines déclamations des collèges. (Note de Vopinant.) ..., vos éloquentes déclamations? — A abolir, s'il est possible, répondait-il, les vaines déclamations des collèges. (Note de Vopinant.)

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 140
Locuteur: Ducos
...nt aux âmes élevées par le sentiment et la connaissance de leurs droits, serait-il donc perdu pour une portion de nos concitoyens ! Législateurs, l'homme qui dépend d'une autre aison que la sienne, n'est libre qu'à demi ; et ce este de liberté appartient encore au premier imposteur qui sait s'emparer de ses préjugés ou de ses passions. loin que des égaux et des frères, bonheur réservé seulement aux âmes élevées par le sentiment et la connaissance de leurs droits, serait-il donc perdu pour une portion de nos concitoyens ! Législateurs, l'homme qui dépend d'une autre aison que la sienne, n'est libre qu'à demi ; et ce este de liberté appartient encore au premier imposteur qui sait s'emparer de ses préjugés ou de ses passions.
Locuteur: Ducos
...tions d'un grand poids, et puisées dans la situation morale de la République, ajoutent encore à l'urgente...
...hautement cette vérité, n'est pas celui de la liberté véritable ; trop souvent elle e...
...es douceurs qu'après s'être établie par la violence; quelquefois même elle est contrainte à couvrir d'un voile sanglant la statue de la justice et celle de l'humanité. Le salut du peuple l'ordonne, et son bonheur console de ces dures nécessités; mais, citoyens, cette contradiction apparente entre les principes de la liberté et la marche révolutionnaire, cet esprit d'inquiétude, de sévérité, de vexation même indispensable dans l'état de guerre entre des oppresseurs et des opp...
...ans une République? Les douces émotions de la sensibilité, si dangereuses quand il s'agit de punir des traîtres, ne sont-elles point...
...e sont-elles pas développées aux dépens de nos vertus morales? Nous sommes dignes de les avoir toutes, citoyens ; et, grâce ...
...ier les notions erronées que l'habitude de l'oppression et même celle de la résistance auraient pu nous donner ; c'...
...utes ces âmes ces principes d'humanité, de bienveillance universelle, charme et lieu de la société et sur lesquels reposeront déso...
...es, c'est à elle enfin qu'il appartient de créer une génération nouvelle qui sera digne de nos efforts et des lois que nous prépar...
Des considérations d'un grand poids, et puisées dans la situation morale de la République, ajoutent encore à l'urgente nécessité d'organiser une instruction pour le peuple. Le temps des révolutions, il faut proclamer hautement cette vérité, n'est pas celui de la liberté véritable ; trop souvent elle emprunte les armes du despotisme pour le renverser, et ne règne par ses propres douceurs qu'après s'être établie par la violence; quelquefois même elle est contrainte à couvrir d'un voile sanglant la statue de la justice et celle de l'humanité. Le salut du peuple l'ordonne, et son bonheur console de ces dures nécessités; mais, citoyens, cette contradiction apparente entre les principes de la liberté et la marche révolutionnaire, cet esprit d'inquiétude, de sévérité, de vexation même indispensable dans l'état de guerre entre des oppresseurs et des opprimés, n'est-il point propre à faire naître des idées fausses et des sentiments nuisibles dans une République? Les douces émotions de la sensibilité, si dangereuses quand il s'agit de punir des traîtres, ne sont-elles point trop accoutumées à se taire ? et nos vertus politiques ne se sont-elles pas développées aux dépens de nos vertus morales? Nous sommes dignes de les avoir toutes, citoyens ; et, grâce à l'éducation publique, nous n'en aurons aucune à regretter. C'est à elle à rectifier les notions erronées que l'habitude de l'oppression et même celle de la résistance auraient pu nous donner ; c'est à elle à adoucir nos mœurs, à prévenir leur férocité ; à semer dans toutes ces âmes ces principes d'humanité, de bienveillance universelle, charme et lieu de la société et sur lesquels reposeront désormais les gouvernement spopulaires, c'est à elle enfin qu'il appartient de créer une génération nouvelle qui sera digne de nos efforts et des lois que nous préparons, et qui, véritablement libre, ne nous regardera que comme des affranchis.
Locuteur: Ducos
...arler, une grande consommation d'hommes de mérite; elles stérilisent, pendant quel...
...ière, tentent ensuite d'arrêter ou même de modérer leur cours. L'histoire des révolutions de 1789 et 1792 en fournit d'éclatants exe...
... que l'orgueil les ait égarés, soit que la corruption qui s'attachait avec plus de soin à leurs pas, ait remporté de nombreuses et faciles victoires ; soit que l'envie, dont les traits partent toujours de bas en haut, les ait atteints et renversés avec d'autant plus de succès, qu'ils avaient plus de droits à sa vengeance ; soit enfin que la fière indépendance, si naturelle à leur...
...ns, les ait placés en but aux calomnies de tous les partis qui j ne s'entendaient ...
...s que i l'homme ordinaire qui suit dans la foule et qui
... autre malheur nécessaire, attaché aux révolutions; elles sont, si j'ose ainsi parler, une grande consommation d'hommes de mérite; elles stérilisent, pendant quelques années, le champ des talents. A mesure qu'elles avancent dans leur marche r...
...ble, elles écrasent, sans pitié, tous ceux qui leur ayant donné l'impulsion première, tentent ensuite d'arrêter ou même de modérer leur cours. L'histoire des révolutions de 1789 et 1792 en fournit d'éclatants exemples ; elles ont été funestes à beaucoup d'hommes éminents en talents et en lumières, soit que l'orgueil les ait égarés, soit que la corruption qui s'attachait avec plus de soin à leurs pas, ait remporté de nombreuses et faciles victoires ; soit que l'envie, dont les traits partent toujours de bas en haut, les ait atteints et renversés avec d'autant plus de succès, qu'ils avaient plus de droits à sa vengeance ; soit enfin que la fière indépendance, si naturelle à leur caractère et à leurs opinions, les ait placés en but aux calomnies de tous les partis qui j ne s'entendaient que pour les accabler; ils ) n'ont fait que se montrer à nos yeux, tandis que i l'homme ordinaire qui suit dans la foule et qui
Locuteur: Ducos
Que d'hommes dignes, par leurs talents, de défendre la cause du peuple l'ont lâchement abandonnée ou vendue à ses ennemis. Je suis loin de les regretter, citoyens, mais je veux q...
...ue des écoles publiques soient ouvertes de toutes parts à l'étude des Droits de l'homme, aux exercices de l'éloquence et des raisonnements. Hâtons-nous de réparer nos pertes. La République est inépuisable en soldats; ...
...t pour ceux qui observent attentivement la marche des choses, la pénurie des sujets à placer à la tête du gouvernement n'est pas l'obstacle le moins effrayant à l'établissement de la liberté.
Que d'hommes dignes, par leurs talents, de défendre la cause du peuple l'ont lâchement abandonnée ou vendue à ses ennemis. Je suis loin de les regretter, citoyens, mais je veux qu'on songe à les faire oublier; je veux que des écoles publiques soient ouvertes de toutes parts à l'étude des Droits de l'homme, aux exercices de l'éloquence et des raisonnements. Hâtons-nous de réparer nos pertes. La République est inépuisable en soldats; elle ne l'est pas encore en législateurs; et pour ceux qui observent attentivement la marche des choses, la pénurie des sujets à placer à la tête du gouvernement n'est pas l'obstacle le moins effrayant à l'établissement de la liberté.
Locuteur: Ducos
...permis au comité d'Instruction publique de vous soumettre l'ensemble de son projet, et à la Convention nationale de le discuter; car, c'est surtout dans nos rapports avec les autres degrés de l'enseignement qu'il faut considérer le...
... uniforme règne dans toutes les parties de l'éducation nationale, dont l'instructi...
...si parler, avec notre gouvernement, ann de marcher vers un but unique et commun, l'amélioration et le bonheur de l'espèce humaine, en faisant disparaître les vestiges honteux de cette absurde contradiction qui opposai...
...politique, c'est par ce concert sublime de toutes les institutions domestiques et ...
...nt, sur un'point du globe, le spectacle de la liberté triomphant, par sa seule énergie, de ses ennemis, des passions humaines et même de la nature.
Il eût été à désirer, peut-être, que le temps eût permis au comité d'Instruction publique de vous soumettre l'ensemble de son projet, et à la Convention nationale de le discuter; car, c'est surtout dans nos rapports avec les autres degrés de l'enseignement qu'il faut considérer le titre des écoles primaires : il faut qu'un esprit uniforme règne dans toutes les parties de l'éducation nationale, dont l'instruction n'est elle-même qu'un démembrement; il faut qu'elle s'accorde et s'entende pour ainsi parler, avec notre gouvernement, ann de marcher vers un but unique et commun, l'amélioration et le bonheur de l'espèce humaine, en faisant disparaître les vestiges honteux de cette absurde contradiction qui opposait autrefois nos mœurs à nos principes, nos lumières à notre abrutissement politique, c'est par ce concert sublime de toutes les institutions domestiques et nationales, que les Spartiates offrirent, sur un'point du globe, le spectacle de la liberté triomphant, par sa seule énergie, de ses ennemis, des passions humaines et même de la nature.
Locuteur: Ducos
Vous êtes forcés de sacrifier la perfection à la célérité, ce sera longtemps encore le s...
...lées législatives. Mais il est un point de détail que je crois nécessaire de régler d'avance pour toutes les parties de l'enseignement public, afin d'assurer le succès de celui qui vous occupe uniquement aujourd'hui ; je veux parler de la proportion entre les salaires à accorde...
... une assez forte progression, en raison de l'élévation du degré d'instruction. Cette méthode de payer beaucoup plus chèrement ceux qui ...
... des connaissances plus élevées, paraît la plus naturelle au premier aspect, mais ...
... utilité rende sacrée aux yeux des amis de la liberté, c'est celle de l'instituteur des écoles primaires, appelé par la confiance du peuple à ouvrir les premières routes de la sagesse et du bonheur, à créer en quelque sorte une nouvelle existence à la génération naissante, douce et glorieuse espérance de la République. Les professeurs formeront d...
Vous êtes forcés de sacrifier la perfection à la célérité, ce sera longtemps encore le sort des assemblées législatives. Mais il est un point de détail que je crois nécessaire de régler d'avance pour toutes les parties de l'enseignement public, afin d'assurer le succès de celui qui vous occupe uniquement aujourd'hui ; je veux parler de la proportion entre les salaires à accorder aux instituteurs des différents degrés. Si j'ai bien compris le projet du comi...
...r pour les professeurs des écoles supérieures, des appointements augmentant dans une assez forte progression, en raison de l'élévation du degré d'instruction. Cette méthode de payer beaucoup plus chèrement ceux qui sont chargés d'enseigner des connaissances plus élevées, paraît la plus naturelle au premier aspect, mais il suffît d'une réflexion très simple pour prouver qu'elle serait funeste à l'in...
...doute, c'est leur utilité et leur difficulté : or, s'il est une fonction que son utilité rende sacrée aux yeux des amis de la liberté, c'est celle de l'instituteur des écoles primaires, appelé par la confiance du peuple à ouvrir les premières routes de la sagesse et du bonheur, à créer en quelque sorte une nouvelle existence à la génération naissante, douce et glorieuse espérance de la République. Les professeurs formeront des savants et aes artistes. L'instituteur du peuple travaillera à former des hom...

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 141
Locuteur: Ducos
...respectable à vos yeux. Si je considère la difficulté de l'enseignement, je trouve qu'il faut, n...
...s une tête mieux faite pour enseigner à de jeunes enfants les premiers éléments de...
...esprits des méthodes simples et exactes de juger des choses et des hommes, que pou...
... par leurs propres mouvements, agissant de leurs propres forces, des théories plus...
...ais que le concours des hommes éclairés de l'Europe a rendues si claires et si sûres. Et ici se présente une observation digne de remarque : tous les bons livres que nou...
...eux pourtant, c'est des premiers essais de leur intelligence que nous avons appris...
...re à l'esprit humain, depuis un siècle, de si rapides
ractère doit le rendreplus respectable à vos yeux. Si je considère la difficulté de l'enseignement, je trouve qu'il faut, non des connaissances plus vastes, mais une raison plus exercée; non une tête plus pleine, mais une tête mieux faite pour enseigner à de jeunes enfants les premiers éléments des sciences et des arts, pour approprier à leurs débiles esprits des méthodes simples et exactes de juger des choses et des hommes, que pour suivre avec des élèves déjà préparés à l'étude, déjà marchant par leurs propres mouvements, agissant de leurs propres forces, des théories plus élevées, mais que le concours des hommes éclairés de l'Europe a rendues si claires et si sûres. Et ici se présente une observation digne de remarque : tous les bons livres que nous possédons sont écrits pour des hommes, aucun encore pour des enfants. C'est d'eux pourtant, c'est des premiers essais de leur intelligence que nous avons appris cette méthode analytique qui a fait faire à l'esprit humain, depuis un siècle, de si rapides

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 142
...s les écoles primaires (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Port... Je ne considérerai pas les écoles primaires (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- tion Portiez (fie l'Oise), tome 93, n° 13.

Séance du mardi 18 décembre 1792

page 145
Citoyens, les bataillons de Paris, le Bon-Conseil et le Républicain... Citoyens, les bataillons de Paris, le Bon-Conseil et le Républicain, vous ont été dénoncés le 5 octobre dernier, par les généraux Dumouriez et Chaz...

Séance du mercredi 19 décembre 1792

- search term matches: (407)

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 148
Locuteur: Treilhard
...rétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mardi 18 décembre 1792. , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mardi 18 décembre 1792.
Locuteur: Thuriot
lire au commencement de chaque séance le procès-verbal de la séance de la veille. Je ne sais par quelle fatalité on n'a pas encore lu celui de la séance de dimanche dernier; je demande qu'il soit lu à l'instant, et je me réserve de prendre la parole pour demander le rapport du décret, rendu sur la proposition de Buzot, contre la famille de Philippe-Egalité. J'avoue qu'au premier...
...rendu dimanche était un véritable arrêt de mort contre des gens qui ont toujours bien mérité de la patrie. Cela vous explique ma demande et la proposition que j'ai l'intention de faire. ( Vifs applaudissements à gauche...
lire au commencement de chaque séance le procès-verbal de la séance de la veille. Je ne sais par quelle fatalité on n'a pas encore lu celui de la séance de dimanche dernier; je demande qu'il soit lu à l'instant, et je me réserve de prendre la parole pour demander le rapport du décret, rendu sur la proposition de Buzot, contre la famille de Philippe-Egalité. J'avoue qu'au premier abord cette proposition m'avait séduit, mais d'après les réflexions que j'ai faites depuis, j'ai reconu que le décret rendu dimanche était un véritable arrêt de mort contre des gens qui ont toujours bien mérité de la patrie. Cela vous explique ma demande et la proposition que j'ai l'intention de faire. ( Vifs applaudissements à gauche et dans les tribunes.)
Locuteur: Lequinio
Je suis aussi étonné que Thuriot de ce qu'on n'a pas lu encore le procès-ve...
...appuie sa proposition et je lui dispute la parole pour demander le rapport du décr...
Je suis aussi étonné que Thuriot de ce qu'on n'a pas lu encore le procès-verbal auquel il est fait allusion, j'appuie sa proposition et je lui dispute la parole pour demander le rapport du décret.
Locuteur: Louvet
D'autres membres demandent la lecture de la liste des orateurs inscrits. D'autres membres demandent la lecture de la liste des orateurs inscrits.
Locuteur: Sillery
La discussion relative à Egalité est à l'ordre du jour aujourd'hui par un décret de la Convention ; mais ce n'est pas ce dont ...
...de, comme Thuriot, que le procès-verbal de la séance de dimanche soit lu sur-le-champ et je me réserve de l'attaquer. 11 ne faut pas que le procès-verbal des séances de la Convention soit flétri par un acte aussi immoral, aussi impolitique que le décret de dimanche dernier, et j'observe que l'on a lu le procès-verbal de la séance d'hier et qu'il est bien étonnant que celui de dimanche ne l'ait pas été. Il faut que ...
La discussion relative à Egalité est à l'ordre du jour aujourd'hui par un décret de la Convention ; mais ce n'est pas ce dont il s'agit pour le moment. Je demande, comme Thuriot, que le procès-verbal de la séance de dimanche soit lu sur-le-champ et je me réserve de l'attaquer. 11 ne faut pas que le procès-verbal des séances de la Convention soit flétri par un acte aussi immoral, aussi impolitique que le décret de dimanche dernier, et j'observe que l'on a lu le procès-verbal de la séance d'hier et qu'il est bien étonnant que celui de dimanche ne l'ait pas été. Il faut que l'on ait eu des motifs pour l'avoir passé sous silence et je ne sais sur quelle ...
Locuteur: Henry Larivière
...ation qu'ont dû causer ses réflexions à la Convention, ofîensée par ses épithètes ...
...mais si quelqu'un doit donner l'exemple de la soumission, c'est un membre du Corps législatif. Permettre de décrier dans le sanctuaire de la législation un décret porté la veille à une très grande majorité, c'es...
...s il est lié, mais qui ne peut se faire de cette liaison un droit d'outrager la Convention nationale, en attaquant sans...
...our faire rappeler à l'ordre le préopinant, si je ne comptais assez sur l'indignation qu'ont dû causer ses réflexions à la Convention, ofîensée par ses épithètes d'immoralité et d'impolitique qu'il a employées. Tout citoyen doit se soumettre à une loi lorsqu'elle est décrétée, mais si quelqu'un doit donner l'exemple de la soumission, c'est un membre du Corps législatif. Permettre de décrier dans le sanctuaire de la législation un décret porté la veille à une très grande majorité, c'est ébranler les fondements (Tu corps social et rompre entièrement l'harmonie qui ...
...'aigreur contre un décret qui intéresse si vivement des personnes avec lesquelles il est lié, mais qui ne peut se faire de cette liaison un droit d'outrager la Convention nationale, en attaquant sans mesure une décision aussi importante.
Locuteur: Treilhard
(La Convention en adopte la rédaction.) (La Convention en adopte la rédaction.)
Locuteur: Le Président
Sillery a la parole. Sillery a la parole.
Locuteur: Henry Larivière
...qui éloigne une famille qui peut servir de réunion à un parti, à une faction ? Je ... Que trouve-t-il, d'ailleurs, d'immoral et d'impolitique dans un décret qui éloigne une famille qui peut servir de réunion à un parti, à une faction ? Je vous le demande, citoyens, est-ce par
présidence de guadet, ancien président. présidence de guadet, ancien président.
La séance est ouverte à dix heures du mati... La séance est ouverte à dix heures du matin.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 149
Locuteur: Henry Larivière
...equel va bientôt s'appesantir le glaive de la loi, mais contre ceux qui, parleur crédit et leur puissance, sont dans le cas de porter ombrage aux amis delà liberté? (... ...e votre haine pour les tyrans devait s'étendre, non seulement contre celui sur lequel va bientôt s'appesantir le glaive de la loi, mais contre ceux qui, parleur crédit et leur puissance, sont dans le cas de porter ombrage aux amis delà liberté? (Vives interruptions à l'extrême gauche et huées dans les tribunes.)
Locuteur: Le Président
...yens qui sont dans les tribunes que, si la Convention devient l'objet de leurs murmures ou de leurs huées, je la consulterai pour lever la séance. (Applaudissements à droite et a... Je déclare aux citoyens qui sont dans les tribunes que, si la Convention devient l'objet de leurs murmures ou de leurs huées, je la consulterai pour lever la séance. (Applaudissements à droite et au centre ; murmures à l'extrême gauche.)
Locuteur: Henry Larivière
...rtion turbulente du peuple qui s'arroge la souveraineté nationale et prétend influ...
...ons en nous mettant sous le couteau; je la braverai dans toutes les occasions et d...
..., que nulle puissance ne me fera perdre de mon énergie. ( Vifs applaudissements.)
Je déclare que je ne reconnais pas pour le peuple français cette portion turbulente du peuple qui s'arroge la souveraineté nationale et prétend influencer nos délibérations en nous mettant sous le couteau; je la braverai dans toutes les occasions et dans tous les temps. Je fais cette déclaration pour répondre à ceux qui m'ont envoyé ici, que nulle puissance ne me fera perdre de mon énergie. ( Vifs applaudissements.)
Locuteur: Rewbell
Ceux qui vont dans certains quartiers de Paris exciter les citoyens à la révolte, ceux qui font mouvoir les groupes hors de la Convention, ne pensent pas sans doute qu'ils entraîneront la Convention à des démarches inspirées par la terreur. Il faut envisager la motion qui vous a été faite par Buzot, sous son véritable point de vue ; cette question est assez importan...
...u rapport pur et simple. Je demande que la motion de Buzot soit ajournée jusqu'après le jugement de Louis XVI, c'est le moyen de faire cesser les inquiétudes et de ramener le calme et la paix. C'est ainsi que vous déjouerez le...
...t du décret. On a mal fait, à mon avis, de diviser le décret du bannissement de la famille royale, pour excepter un homme....
Ceux qui vont dans certains quartiers de Paris exciter les citoyens à la révolte, ceux qui font mouvoir les groupes hors de la Convention, ne pensent pas sans doute qu'ils entraîneront la Convention à des démarches inspirées par la terreur. Il faut envisager la motion qui vous a été faite par Buzot, sous son véritable point de vue ; cette question est assez importante pour être examinée et discutée. Je suis d'avis du rapport du décret, moi ; mais non pas du rapport pur et simple. Je demande que la motion de Buzot soit ajournée jusqu'après le jugement de Louis XVI, c'est le moyen de faire cesser les inquiétudes et de ramener le calme et la paix. C'est ainsi que vous déjouerez les projets des factieux qui ne pourront plus, à l'aide des attroupements, demander le rapport du décret. On a mal fait, à mon avis, de diviser le décret du bannissement de la famille royale, pour excepter un homme. Mais je demande le rapport du décret qui a été rendu, et l'ajournement du tout ...
Locuteur: Jean-Bon-Saint-André
...crétaire. Il y a. une très longue liste de membres qui se sont inscrits pour la parole et je dois observer que si on ouvre la discussion, il faut régler le nouvel ordre de parole, car celui qui existe est très irrégulier et il s'est fait selon les caprices de tous ceux qui s'y sont fait inscrire. , secrétaire. Il y a. une très longue liste de membres qui se sont inscrits pour la parole et je dois observer que si on ouvre la discussion, il faut régler le nouvel ordre de parole, car celui qui existe est très irrégulier et il s'est fait selon les caprices de tous ceux qui s'y sont fait inscrire.
Locuteur: Kersaint
Je ne parlerai pas de la proposition qui vient d'être faite de rapporter le décret le plus solennel qu...
...vous en conjure, citoyens, mettez enfin de l'ordre et de la méthode dans vos travaux et que l'on ne voie pas sans cesse ici une conjuration contre la dignité de la représentation nationale et une alliance réelle avec les ennemis de la patrie. N'oubliez pas que tous vos enne...
...ères, vous en avez dans l'enceinte même de cette Assemblée... (Interruptions et mu...
Je ne parlerai pas de la proposition qui vient d'être faite de rapporter le décret le plus solennel que vous ayez rendu. (Murmures à l'extrême gauche et dans les tribunes.) Je vous en conjure, citoyens, mettez enfin de l'ordre et de la méthode dans vos travaux et que l'on ne voie pas sans cesse ici une conjuration contre la dignité de la représentation nationale et une alliance réelle avec les ennemis de la patrie. N'oubliez pas que tous vos ennemis ne sont pas aux frontières, vous en avez dans l'enceinte même de cette Assemblée... (Interruptions et mur-mures à l'extrême gauche.)
Locuteur: Kersaint
...ces accusations anonymes. Je vous somme de nommer ceux que vous désignez comme ennemis de la patrie. ...gauche : On ne saurait tolérer plus longtemps ces insinuations malveillantes et ces accusations anonymes. Je vous somme de nommer ceux que vous désignez comme ennemis de la patrie.
Locuteur: Kersaint
...tions et ne rendous pas l'Europe témoin de nos scandales. Je propose qu'on passe de suite, au petit ordre du jour et qu'on renvoie la discussion sur le rapport du décret contre la famille des Bourbons, au moment où il s'agira de l'exception à faire en faveur de Philippe-Egalité. Cessons toutes ces altercations et ne rendous pas l'Europe témoin de nos scandales. Je propose qu'on passe de suite, au petit ordre du jour et qu'on renvoie la discussion sur le rapport du décret contre la famille des Bourbons, au moment où il s'agira de l'exception à faire en faveur de Philippe-Egalité.
Locuteur: Saint-Just
1° Lettre de M. Clavière, ministre des contribu' lions publiques, relative à la fabrication des monnaies. 1° Lettre de M. Clavière, ministre des contribu' lions publiques, relative à la fabrication des monnaies.
Locuteur: Saint-Just
2° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, qui adresse une réclamation de la Société d'agriculture de Paris. 2° Lettre de Roland, ministre de l'intérieur, qui adresse une réclamation de la Société d'agriculture de Paris.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la lettre au comité des finances et de l'agriculture.) (La Convention renvoie la lettre au comité des finances et de l'agriculture.)
Locuteur: Saint-Just
3° Lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à l'arsenal et à la fonderie de Douai. 3° Lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à l'arsenal et à la fonderie de Douai.
Locuteur: Saint-Just
4° Adresse de Vévêque et des vicaires du département de la Dordogne. 4° Adresse de Vévêque et des vicaires du département de la Dordogne.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie l'adresse aux comités des pétitions et de correspondance.) (La Convention renvoie l'adresse aux comités des pétitions et de correspondance.)
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la pétition aux comités des pétitions et de correspondance.) (La Convention renvoie la pétition aux comités des pétitions et de correspondance.)
Locuteur: Saint-Just
7° Lettre de Monge, ministre de la marine, relative aux invalides ci-devant entretenus à Vil-lefranche par le roi de Sardaigne. 7° Lettre de Monge, ministre de la marine, relative aux invalides ci-devant entretenus à Vil-lefranche par le roi de Sardaigne.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la lettre aux comités réunis de la guerre et des finances.) (La Convention renvoie la lettre aux comités réunis de la guerre et des finances.)
Locuteur: Saint-Just
8° Lettre des commissaires de la trésorerie nationale, relative aux récl... 8° Lettre des commissaires de la trésorerie nationale, relative aux réclamations des prêtres déportés qui vivent dans un pays neutre.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la lettre aux comités de la guerre, diplomatique et des finances ré... (La Convention renvoie la lettre aux comités de la guerre, diplomatique et des finances réunis.) v
Locuteur: Saint-Just
9° Lettre de Pache, ministre de la guerre, pour instruire l'Assemblée que ...
...nt invalide, retiré à Brive, fait don à la patrie d'une pension de 200 livres, fruit de ses longs services ; cette lettre est a...
9° Lettre de Pache, ministre de la guerre, pour instruire l'Assemblée que le citoyen Glivet, lieutenant invalide, retiré à Brive, fait don à la patrie d'une pension de 200 livres, fruit de ses longs services ; cette lettre est ainsi conçue :
Locuteur: Génissieu
Nous aurons aussi de l'énergie, s'il en faut. Nous aurons aussi de l'énergie, s'il en faut.
Locuteur: Kersaint
Un grand nombre de membres : Appuyé! appuyé f Un grand nombre de membres : Appuyé! appuyé f
Locuteur: Thuriot
monte à la tribune pour rappeler ses propositions. monte à la tribune pour rappeler ses propositions.
Locuteur: Thuriot
(La Convention, consultée, passe au petit o... (La Convention, consultée, passe au petit ordre du jour.)
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie au comité des assign... (La Convention renvoie au comité des assignats et monnaies.)
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la lettre aux comités réunis des finances ... (La Convention renvoie la lettre aux comités réunis des finances et d'aliénation.)
Locuteur: Saint-Just
6° Pétition des citoyens du canton de Vic-sur-Allier. 6° Pétition des citoyens du canton de Vic-sur-Allier.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 150
Locuteur: Saint-Just
, l'an Ier de la République. , l'an Ier de la République.
Locuteur: Saint-Just
...vet, lieutenant invalide, retiré àBrive-la-Gaillarde avec une pension de 200 francs qu'il a obtenue à la suite de ses services, offre à la patrie l'abandon de Cette pension pendant la durée de la guerre; il ajoute~qu'il sentirait plus vivement le prix de sa démarche si son offrande était plus ... « Le citoyen Glivet, lieutenant invalide, retiré àBrive-la-Gaillarde avec une pension de 200 francs qu'il a obtenue à la suite de ses services, offre à la patrie l'abandon de Cette pension pendant la durée de la guerre; il ajoute~qu'il sentirait plus vivement le prix de sa démarche si son offrande était plus précieuse.
Locuteur: Saint-Just
« Le ministre de la guerre9 « Signé ; pache. » « Le ministre de la guerre9 « Signé ; pache. »
Locuteur: Saint-Just
10° Lettre de Garaty ministre de la justice, qui instruit la Convention que le procureur général syndic du département de la Meurthe a fait mettre en état d'arrestation Duquesnay, maire de Nancy, et que les scellés ont été appos... 10° Lettre de Garaty ministre de la justice, qui instruit la Convention que le procureur général syndic du département de la Meurthe a fait mettre en état d'arrestation Duquesnay, maire de Nancy, et que les scellés ont été apposés sur ses papiers.
Locuteur: Saint-Just
11° Lettre de Monge, ministre de la marine, relative aux bagnes, galères, e... 11° Lettre de Monge, ministre de la marine, relative aux bagnes, galères, etc...
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie la lettre au comité de marine.) (La Convention renvoie la lettre au comité de marine.)
Locuteur: Saint-Just
12° Lettre de Monge, ministre de la marine, qui demande à la Convention de statuer sur les observations qu'il a soumises au sujet des différentes classes de la marine. 12° Lettre de Monge, ministre de la marine, qui demande à la Convention de statuer sur les observations qu'il a soumises au sujet des différentes classes de la marine.
Locuteur: Saint-Just
Le ministre de Vintérieur au Président de la Convention nationale. Le ministre de Vintérieur au Président de la Convention nationale.
Locuteur: Saint-Just
,1 an Iep de la République. ,1 an Iep de la République.
Locuteur: Saint-Just
« J'ai écrit plusieurs fois à la Convention pour l'engager à statuer sur le mode de remboursement des billets de confiance circulant dans un département...
...sions faites dans d'autres départements de la République.
« J'ai écrit plusieurs fois à la Convention pour l'engager à statuer sur le mode de remboursement des billets de confiance circulant dans un département et provenant d'émissions faites dans d'autres départements de la République.
Locuteur: Saint-Just
...est plus urgent qu'une loi a cet égard. La commission a déjà les arrêtés pris parles départements du Nord, des Vosges, de la Charente-Inférieure, de la Haute-Vienne et par plusieurs districts pour arrêter la fermentation qui commençait à se manife... « Rien n'est plus urgent qu'une loi a cet égard. La commission a déjà les arrêtés pris parles départements du Nord, des Vosges, de la Charente-Inférieure, de la Haute-Vienne et par plusieurs districts pour arrêter la fermentation qui commençait à se manifester.
Locuteur: Saint-Just
...rrêté du conseil général du département de la Corrèze, de celui de la Meurthe et plusieurs autres pièces ci-jointes (1) convaincront la Convention de la uécessité de ne pas perdre un instant pour porter un...
...tion et l'alarme que plusieurs articles de celle de 8 novembre dernier ont jeté dans tous l...
l'Indre, un arrêté du conseil général du département de la Corrèze, de celui de la Meurthe et plusieurs autres pièces ci-jointes (1) convaincront la Convention de la uécessité de ne pas perdre un instant pour porter une loi générale, qui fasse cesser l'agitation et l'alarme que plusieurs articles de celle de 8 novembre dernier ont jeté dans tous les esprits.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention décrète mettre à son ordre du jour le rapport sur le mode de remboursement.) (La Convention décrète mettre à son ordre du jour le rapport sur le mode de remboursement.)
Locuteur: Brunel
...s décombres honteux du régime oppressif de la féodalité, ont laissé, dans ce genre, peu de choses à faire à la Convention nationale ; cependant, il re...
...cours, ont agrandi ou rétréci les fonds de terre rivçrains; les propriétaires, assujettis à souffrir la diminution ae leurs possessions lorsque...
...une partie, doivent sans doute profiter de l'accroissement que ces mêmes eaux y jo...
...te que les vacanis leur étaient dévolus de droit, s'emparaient des terrains formés...
Citoyens, les Assemblées constituante et législative, en déblayant les décombres honteux du régime oppressif de la féodalité, ont laissé, dans ce genre, peu de choses à faire à la Convention nationale ; cependant, il reste encore une usurpation seigneuriale à faire disparaître: les rivières, en déviant leur cours, ont agrandi ou rétréci les fonds de terre rivçrains; les propriétaires, assujettis à souffrir la diminution ae leurs possessions lorsque les eaux en emportaient une partie, doivent sans doute profiter de l'accroissement que ces mêmes eaux y joignaient. Mais qu'est-il arrivé? Les ci-devant seigneurs, sur le prétexte que les vacanis leur étaient dévolus de droit, s'emparaient des terrains formés par alluvium ; ils disaient aux propriétaires :
Locuteur: Brunel
...r; le terrain entre votre possession et la rivière est un vacant qui m'appartient de droit. » Que pouvaient faire des propri...
...espotisme des ci-devant seigneurs, dont la fortune et le crédit les mettaient à mê...
« Vous avez votre contenance, vous n'avez plus rien à demander; le terrain entre votre possession et la rivière est un vacant qui m'appartient de droit. » Que pouvaient faire des propriétaires contre le despotisme des ci-devant seigneurs, dont la fortune et le crédit les mettaient à même d'éterniser les procès ? Ils souffraient l'usurpation.
Locuteur: Brunel
... dans le nouvel ordre des* choses, dans la règle de la justice et de l'égalité, après la correction de tant d'abus, après la restitution de tant d'usurpations, il est digne de la Convention nationale de porter le plus tôt possible une loi qui...
...s propriétaires, qui n'avaient pas même la faculté d'aller faire du bois de chauffage sur ces terrains qu'on leur a...
Mais aujourd'hui, dans le nouvel ordre des* choses, dans la règle de la justice et de l'égalité, après la correction de tant d'abus, après la restitution de tant d'usurpations, il est digne de la Convention nationale de porter le plus tôt possible une loi qui réintègre dans leurs droits les pauvres propriétaires, qui n'avaient pas même la faculté d'aller faire du bois de chauffage sur ces terrains qu'on leur avait usurpés.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention accepte cette offrande avec les plus vifs applaudissements et en ordonne la mention honorable au procès-verbal dont... (La Convention accepte cette offrande avec les plus vifs applaudissements et en ordonne la mention honorable au procès-verbal dont un extrait sera remis au donateur.)
Locuteur: Saint-Just
, secrétaire, suit la lecture des lettres, adresses et pétiti... , secrétaire, suit la lecture des lettres, adresses et pétitions envoyées à l'Assemblée :
Locuteur: Saint-Just
(La Convention renvoie cette lettre à la commission des Vingt-Un.) (La Convention renvoie cette lettre à la commission des Vingt-Un.)
Locuteur: Saint-Just
13° Lettre de Rolandy ministre de Vintérieur, relative au mode de remboursement des billets de confiance, et transmettant plusieurs arrêtés de divers départements, à l'effet de porter une loi générale qui fera cesser... 13° Lettre de Rolandy ministre de Vintérieur, relative au mode de remboursement des billets de confiance, et transmettant plusieurs arrêtés de divers départements, à l'effet de porter une loi générale qui fera cesser l'agitation et l'alarme dont sont actuellement imprégnés tous les esprits ; cet...
Locuteur: Saint-Just
...rétaire, annonce une très longue lettre de Montesquiou. , secrétaire, annonce une très longue lettre de Montesquiou.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention décrète qu'un secrétaire lui... (La Convention décrète qu'un secrétaire lui en présentera le lendemain l'analyse.
Locuteur: Brunel
Je demande la parole (2). Je demande la parole (2).
Locuteur: Le Président
Vous avez la parole. Vous avez la parole.
Locuteur: Brunel
Je propose donc de décréter : Je propose donc de décréter :
Locuteur: Brunel
1° Les fonds de terre confrontant, d'après les cadastre... 1° Les fonds de terre confrontant, d'après les cadastres ou compois, des rivières, auront pour confins lesdites rivières;
Locuteur: Brunel
... sont accrus et appartiennent aux fonds de terre énoncés en l'article ci-dessus ; ... fonds et lesdites rivières, et qui ont été usurpés par les ci-devant seigneurs, sont accrus et appartiennent aux fonds de terre énoncés en l'article ci-dessus ;
La longue jouissance desdits terrains ne pourra servir de titre de propriété auxdits ci-de-vant seigneurs, et nulle indemnité ne l...
... usurpés. (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, p. 169, le texte de ces pièces.
La longue jouissance desdits terrains ne pourra servir de titre de propriété auxdits ci-de-vant seigneurs, et nulle indemnité ne leur est due pour les plantations qu'ils auraient pu faire sur lesdits terrains usurpés. (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, p. 169, le texte de ces pièces.
...département du Loiret, une autre lettre de ceux de (1) Archives nationales. Carton C 242, ... « Une lettre des administrateurs du département du Loiret, une autre lettre de ceux de (1) Archives nationales. Carton C 242, chemise 293, piece n° 31.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 151
Locuteur: Brunel
(La Convention ordonne l'impression de la motion formulée par Brunei et en ordonne le renvoi aux comités réunis de législation et d'agriculture.) (La Convention ordonne l'impression de la motion formulée par Brunei et en ordonne le renvoi aux comités réunis de législation et d'agriculture.)
Locuteur: Laurent Lecointre
, au nom du comité de la guerre, fait un rapport (1) et présente un projet de décret sur une demande faite par des of...
...pour obtenir du service dans les armées de la République française ; il s'exprime ain...
, au nom du comité de la guerre, fait un rapport (1) et présente un projet de décret sur une demande faite par des officiers suédois pour obtenir du service dans les armées de la République française ; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Laurent Lecointre
Les citoyens d'Alheman, lieutenant de marine, Mullin et Zeletti, capitaine et lieutenant de dragons, tous trois au service de Suède, vous ont présenté une pétition tendant à obtenir, dans les armées de la République, du service, au même grade q... Les citoyens d'Alheman, lieutenant de marine, Mullin et Zeletti, capitaine et lieutenant de dragons, tous trois au service de Suède, vous ont présenté une pétition tendant à obtenir, dans les armées de la République, du service, au même grade qu'ils ont dans leur patrie.
Locuteur: Laurent Lecointre
Leur amour ardent pour la liberté et l'égalité les a amenés au milieu de vous pour défendre cette cause dans le ... Leur amour ardent pour la liberté et l'égalité les a amenés au milieu de vous pour défendre cette cause dans le lieu même où elle a pris naissance.
Locuteur: Laurent Lecointre
...ons étrangères, qui en conçoivent toute la sublimité, que vous lui créerez de nouveaux prosélytes, d'autant plus ardents à la soutenir qu'ils en suivront de plus près les développements et les bie... C'est en attachant à elle tous les citoyens des nations étrangères, qui en conçoivent toute la sublimité, que vous lui créerez de nouveaux prosélytes, d'autant plus ardents à la soutenir qu'ils en suivront de plus près les développements et les bienfaits.
Locuteur: Laurent Lecointre
...ur première patrie le règne des lois et de la liberté, forts de leur expérience et de nos succès décidés, ils voleront au milieu de leurs concitoyens, les aideront à saper... ...angers, identifiés avec nos principes régénérateurs, verront se préparer dans leur première patrie le règne des lois et de la liberté, forts de leur expérience et de nos succès décidés, ils voleront au milieu de leurs concitoyens, les aideront à saper et les préjugés et les abus, et guideront les traits que leurs bras incertains ...
Locuteur: Laurent Lecointre
...terai pas davantage pour vous démontrer la nécessité d'encourager cette espèce de noviciat révolutionnaire : la justice, la politique, la raison l'exigent; et je vous propose, au nom de votre comité de la guerre, le projet de décret suivant : Je n'insisterai pas davantage pour vous démontrer la nécessité d'encourager cette espèce de noviciat révolutionnaire : la justice, la politique, la raison l'exigent; et je vous propose, au nom de votre comité de la guerre, le projet de décret suivant :
Locuteur: Laurent Lecointre
« La Convention nationale, après avoir entendu son comité de la guerre, décrète : « La Convention nationale, après avoir entendu son comité de la guerre, décrète :
Locuteur: Laurent Lecointre
« Que, conformément à la loi du 2 août dernier, les ministres de la marine et de la guerre seront chargés d'employer les citoyens d'Alhe-man, lieutenant de la marine suédoise, Muïiin et Zeletti, capitaine et lieutenant de dragons, dans les mêmes armes et au mêm...
...e qu'ils occupaient dans leur patrie et de certificats de leur service. »
« Que, conformément à la loi du 2 août dernier, les ministres de la marine et de la guerre seront chargés d'employer les citoyens d'Alhe-man, lieutenant de la marine suédoise, Muïiin et Zeletti, capitaine et lieutenant de dragons, dans les mêmes armes et au même grade qu'ils avaient dans leur pays : en justifiant par eux des brevets du grade qu'ils occupaient dans leur patrie et de certificats de leur service. »
Locuteur: Kersaint
Je demande l'impression de ce rapport et de ce projet de décret et que la discussion en soit ajournée. Je demande l'impression de ce rapport et de ce projet de décret et que la discussion en soit ajournée.
Locuteur: Kersaint
(La Convention ordonne l'impression du rapport et du projet de décret présentés par Le-cointre, et en ajourne la discussion.) (La Convention ordonne l'impression du rapport et du projet de décret présentés par Le-cointre, et en ajourne la discussion.)
Locuteur: Cambon
Citoyens, je viens annoncer à la Convention que les versements de la caisse de l'extraordinaire à la trésorerie nationale seront beaucoup mo...
...s, et qu'en mettant un peu d'ordre dans la comp-r tabilité nous sommes parvenus à ...
...eu d'un déficit, nous avons un excédent de 3 millions. (Applaudissements.)
Citoyens, je viens annoncer à la Convention que les versements de la caisse de l'extraordinaire à la trésorerie nationale seront beaucoup moins considérables ce mois-ci que les autres, et qu'en mettant un peu d'ordre dans la comp-r tabilité nous sommes parvenus à proportionner nos recettes et dépenses. Les recette ne devaient s'élever le mois...
...s, et l'estimation nous a prouvé qu'elle s'est élevée à 52 millions, et qu'au lieu d'un déficit, nous avons un excédent de 3 millions. (Applaudissements.)
Locuteur: Cambon
...nt provient du versement extraordinaire de 3 millions restant dans les caisses des receveurs de district et que ceux-ci destinaient à des dépenses locales. En totalité, la recette des contributions est améliorée, et s'est élevée bien au delà de ce qu'elle a été dans les mois précédents ; il faut que la République le sache, et nos ennemis mêm...
...aordinaires occasionnées pour les frais de la guerre finissent bientôt ; car les Fran...
...nous pouvons, dès aujourd'hui, formule^ la conviction que nous avons de les voir diminuer chaque jour en raison de cet empressement que mettent les contribuables à acquitter de plus en plus les dépenses légitimes eng...
Nous devons aussi vous prévenir que cet excédent provient du versement extraordinaire de 3 millions restant dans les caisses des receveurs de district et que ceux-ci destinaient à des dépenses locales. En totalité, la recette des contributions est améliorée, et s'est élevée bien au delà de ce qu'elle a été dans les mois précédents ; il faut que la République le sache, et nos ennemis mêmes verront que les Français ne demandent pas mieux qu'à payer leurs contributions pour défendre leur liberté. Nous ne pouvons pas espérer que les dépenses extraordinaires occasionnées pour les frais de la guerre finissent bientôt ; car les Français ne veulent pas déposer les armes avant d'avoir assuré leur liberté; mais nous pouvons, dès aujourd'hui, formule^ la conviction que nous avons de les voir diminuer chaque jour en raison de cet empressement que mettent les contribuables à acquitter de plus en plus les dépenses légitimes engagées pour le pays. (Nouveaux applaudissements.)
Locuteur: Cambon
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances sur le tableau ...
...rdinaires et extraordinaires faites par la trésorerie nationale dans le courant du mois de novembre dernier, fourni par les commissaires de ladite trésorerie, décrète ce qui suit ...
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances sur le tableau des recettes et dépenses ordinaires et extraordinaires faites par la trésorerie nationale dans le courant du mois de novembre dernier, fourni par les commissaires de ladite trésorerie, décrète ce qui suit :
Locuteur: Cambon
« La caisse de l'extraordinaire versera à la trésorerie nationale : 1° 655,008 livre...
...penses extraordinaires et particulières de 1791, acquittées parla trésorerie nationale dans le courant du mois de novembre dernier; 2° 79,815,7361. pour les dépenses extraordinaires de 1792, acquittées aussi dans le même moi...
« La caisse de l'extraordinaire versera à la trésorerie nationale : 1° 655,008 livres pour les dépenses extraordinaires et particulières de 1791, acquittées parla trésorerie nationale dans le courant du mois de novembre dernier; 2° 79,815,7361. pour les dépenses extraordinaires de 1792, acquittées aussi dans le même mois ; 3° enfin, 6,574,418 livres pour avances faites aux départements dans le même...
Locuteur: Cambon
...ements mentionnés à l'article ci-dessus la somme de 3,661,295 liv., pour excédent entre les recettes faites dans le mois de novembre dernier, et l'estimation des d... « Il sera déduit sur les versements mentionnés à l'article ci-dessus la somme de 3,661,295 liv., pour excédent entre les recettes faites dans le mois de novembre dernier, et l'estimation des dépenses ordinaires pour le même mois, fixées par le décret du 18 février 1791, q...
Locuteur: Cambon
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Brunel
Un membre : Je propose l'impression de cette motion et j'en demande le renvoi aux comités réunis de législation et d'agriculture. Un membre : Je propose l'impression de cette motion et j'en demande le renvoi aux comités réunis de législation et d'agriculture.
Locuteur: Cambon
tionalepour les dépenses du mois de décembre 1792; il s'exprime ainsi : tionalepour les dépenses du mois de décembre 1792; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Cambon
Voici le projet de décret que le comité des finances vous ... Voici le projet de décret que le comité des finances vous propose :
... fait un rapport et présente un. projet de décret tendant à ordonner le versement d'une somme de 83,383,867 L par la caisse de l'extraordinaire à la trésorerie na- (1) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collée-ion Portiez (de l'Oise), tome 39, n* 11. , au nom du comité des finances, fait un rapport et présente un. projet de décret tendant à ordonner le versement d'une somme de 83,383,867 L par la caisse de l'extraordinaire à la trésorerie na- (1) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collée-ion Portiez (de l'Oise), tome 39, n* 11.
, au nom du comité de législation, fait un rapport (1) et présente un projet de décret additionnel (1) concernant le mode de constater l'état civil des citoyens par les municipalités ; il s'exprime ainsi : La loi du 20 septembre 1792, (1) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collec- , au nom du comité de législation, fait un rapport (1) et présente un projet de décret additionnel (1) concernant le mode de constater l'état civil des citoyens par les municipalités ; il s'exprime ainsi : La loi du 20 septembre 1792, (1) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collec-
...e du 2 décembre 1792, au soir, page 52, la pétition des officiers suédois. (2) Voy. Archives parlementaires, lre série, t. LIV, séance du 2 décembre 1792, au soir, page 52, la pétition des officiers suédois.
tion Portiez (de l'Oise), tome 67, n° 4. tion Portiez (de l'Oise), tome 67, n° 4.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 152
Locuteur: Lanjuinais
...rd'hui sur ce sujet des mesures puisées la plupart dans une pétition de la municipalité de Paris, que la Convention lui a renvoyée et qu'il a dû promp-tement soumettre à la décision des législateurs. Parmi les ar...
...n est plusieurs qui ne peuvent souffrir de retard.
Le comité ae législation présente aujourd'hui sur ce sujet des mesures puisées la plupart dans une pétition de la municipalité de Paris, que la Convention lui a renvoyée et qu'il a dû promp-tement soumettre à la décision des législateurs. Parmi les articles qu'il adopte, il en est plusieurs qui ne peuvent souffrir de retard.
Locuteur: Lanjuinais
...igent, pour les bien juger, qu'on ait à la main, les décrets du 20 septembre 1792, sur le divorce et sur le mode de constater l'état civil des citoyens. Tous exigent, pour les bien juger, qu'on ait à la main, les décrets du 20 septembre 1792, sur le divorce et sur le mode de constater l'état civil des citoyens.
Locuteur: Lanjuinais
... placer le délai qui doit être fixé par la loi pour faire les déclarations de naissance, et la peine contre ceux qui, sans excuse légi... Au premier rang des dispositions communes, vient naturellement se placer le délai qui doit être fixé par la loi pour faire les déclarations de naissance, et la peine contre ceux qui, sans excuse légitimé, laisseraient écouler ce délai.
Locuteur: Lanjuinais
L'article premier du titre III de la loi du 20 septembre 1792, porte bien que l'acte de naissance sera dressé dans les vingt-quatre heures de la déclaration ; les articles II, III et IV indiquent les personnes tenues de faire les déclarations ; l'article V les punit de deux mois de prison, en cas de contravention aux précédents articles; mais il n'est point dit en quel délai sera faite la déclaration ; et conséquemment, il n'y a point de peine contre ceux qui ne la feraient que plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois après la naissance. L'article premier du titre III de la loi du 20 septembre 1792, porte bien que l'acte de naissance sera dressé dans les vingt-quatre heures de la déclaration ; les articles II, III et IV indiquent les personnes tenues de faire les déclarations ; l'article V les punit de deux mois de prison, en cas de contravention aux précédents articles; mais il n'est point dit en quel délai sera faite la déclaration ; et conséquemment, il n'y a point de peine contre ceux qui ne la feraient que plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois après la naissance.
Locuteur: Lanjuinais
...tre réparée. Le comité propose le délai de vingt-quatre heures depuis la naissance; c'est celui ui est fixé pour les déclarations de décès. L'état es hommes serait compromi... Cette omission paraît évidente et doit être réparée. Le comité propose le délai de vingt-quatre heures depuis la naissance; c'est celui ui est fixé pour les déclarations de décès. L'état es hommes serait compromis par un plus long intervalle.
Locuteur: Lanjuinais
Quant à la peine, c'est la prison, par voie de police correctionnelle. L'article V, déjà cité, fixe la détention à deux mois. Le comité propose d'employer ici la sage économie qui distingue la loi sur la police municipale et sur la police correctionnelle ; elle consiste à fixer \e maximum du temps de la détention, en laissant le reste à l'arbitrage du juge, qui doit se décider par la gravité des circonstances, et même par l'état des contrevenants. Deux mois de prison pour les pères de familles pauvres, sont, pour leurs femm...
...ae mendicité, et une source atfligeante de calamités civiles et morales.
Quant à la peine, c'est la prison, par voie de police correctionnelle. L'article V, déjà cité, fixe la détention à deux mois. Le comité propose d'employer ici la sage économie qui distingue la loi sur la police municipale et sur la police correctionnelle ; elle consiste à fixer \e maximum du temps de la détention, en laissant le reste à l'arbitrage du juge, qui doit se décider par la gravité des circonstances, et même par l'état des contrevenants. Deux mois de prison pour les pères de familles pauvres, sont, pour leurs femmes et leurs enfants deux mois ae mendicité, et une source atfligeante de calamités civiles et morales.
Locuteur: Lanjuinais
La loi sur l'état civil a oublié de taxer les extraits des actes de divorce: la loi sur le divorce, (sect. II, art. IV), à l'égard d'un des actes de comparution devant l'officier municipal... La loi sur l'état civil a oublié de taxer les extraits des actes de divorce: la loi sur le divorce, (sect. II, art. IV), à l'égard d'un des actes de comparution devant l'officier municipal, préliminaire du divorce, ordonne qu'il sera expédié
Locuteur: Lanjuinais
...ans frais d'enregistrement. Elle oublie de s'expliquer, sur cet objet, à l'égard d...
...ui tous peuvent être comparés aux actes de publication de mariages, soumis à la taxe.
gratuitement et sans frais d'enregistrement. Elle oublie de s'expliquer, sur cet objet, à l'égard des autres actes rapportés par l'officier municipal, et préliminaires du divorce, qui tous peuvent être comparés aux actes de publication de mariages, soumis à la taxe.
Locuteur: Lanjuinais
En suivant la comparaison assez juste des actes préliminaires du divorce avec les actes de mariages, les uns comme les autres doiv...
...trement. Il a paru au comité nécessaire de remplir à cet égard quelques lacunes de notre législation.
En suivant la comparaison assez juste des actes préliminaires du divorce avec les actes de mariages, les uns comme les autres doivent être sur un registre coté et paraphé, et non sujet au droit d'enregistrement. Il a paru au comité nécessaire de remplir à cet égard quelques lacunes de notre législation.
Locuteur: Lanjuinais
...les très populeuses, il a reconnu, avec la municipalité de Paris, que l'article VI du titre III de la loi du 2 septembre 1792, concernant les... Venant ensuite à ce qui ne peut concerner que certaines villes très populeuses, il a reconnu, avec la municipalité de Paris, que l'article VI du titre III de la loi du 2 septembre 1792, concernant les naissances, et ce qu'elle prescrit au sujet des décès, présentent, pour cette v...
Locuteur: Lanjuinais
...I ordonne « que l'enfant soit « porté à la maison commune, ou autre lieu « public servant aux séances de la commune « qu'il y soit présenté à l'officier public lequel « sera tenu, en cas de péril imminent, et sur la « réquisition qui lui sera faite, de se transporter « dans la maison où sera le nouveau-né »>. Cet article VI ordonne « que l'enfant soit « porté à la maison commune, ou autre lieu « public servant aux séances de la commune « qu'il y soit présenté à l'officier public lequel « sera tenu, en cas de péril imminent, et sur la « réquisition qui lui sera faite, de se transporter « dans la maison où sera le nouveau-né »>.
Locuteur: Lanjuinais
...dre d'environ 50 par jour, aux affaires de tout genre qui occupent continuellement les séances ae la commune, à l'affluence ordinaire des citoyens dans le lieu d'assemblée, à la foule énorme qui se presse fréquemment dans les avenues de cette salle, jusque dans la place et dans les rues qui l'avoisinent... ...échisse au nombre des naissances dans Paris, par exemple, où il n'est guère moindre d'environ 50 par jour, aux affaires de tout genre qui occupent continuellement les séances ae la commune, à l'affluence ordinaire des citoyens dans le lieu d'assemblée, à la foule énorme qui se presse fréquemment dans les avenues de cette salle, jusque dans la place et dans les rues qui l'avoisinent, on reconnaîtra qu'il est impossible d'y exécuter cette disposition.
Locuteur: Lanjuinais
...e transporterait-il assez promptement à de grandes distances, en différents quarti...
...egistre, qui serait nécessaire, puisque la loi lui défend d'écrire sur feuilles vo...
...le qu'avec les seuls moyens que fournit la loi, le service manquerait ; que le désordre, la confusion, les mécontentements nécessit...
...arriver chaque jour à plusieurs, et au même instant, comment l'officier public se transporterait-il assez promptement à de grandes distances, en différents quartiers très éloignés, et portant avec lui le grand registre, qui serait nécessaire, puisque la loi lui défend d'écrire sur feuilles volantes? Il est sensible qu'avec les seuls moyens que fournit la loi, le service manquerait ; que le désordre, la confusion, les mécontentements nécessiteront une prompte réforme.
Locuteur: Lanjuinais
qui détermine le mode uniforme de constater l'état civil de tous les citoyens, est fondée sur les premiers principes de l'économie sociale, et fut commandée pa...
...ances; mais elle a le défaut inévitable de toutes les lois qui sont de grandes innovations dans les établissem...
...vrages des hommes, elle est susceptible de perfectionnement sous plusieurs points de vue.
qui détermine le mode uniforme de constater l'état civil de tous les citoyens, est fondée sur les premiers principes de l'économie sociale, et fut commandée par les circonstances; mais elle a le défaut inévitable de toutes les lois qui sont de grandes innovations dans les établissements publics: elle ne pourvoit pas à toutes les difficultés d'exécution ; elle omet des dispositions utiles ou nécessaires ; comme tous les ouvrages des hommes, elle est susceptible de perfectionnement sous plusieurs points de vue.
Locuteur: Lanjuinais
...ivisent naturellement en deux classes : la première comprend ceux qui sont d'une application universelle dans toute la république; la seconde, ceux qui ne peuvent convenir qu'à certaines villes, dont la population, très considérable, exige de... Ces articles se divisent naturellement en deux classes : la première comprend ceux qui sont d'une application universelle dans toute la république; la seconde, ceux qui ne peuvent convenir qu'à certaines villes, dont la population, très considérable, exige des précautions particulières.
Locuteur: Lanjuinais
...es laissent aux mœurs publiques le soin de le diffamer quand il est immoral, elles... Les lois permettent le divorce ; mais si elles laissent aux mœurs publiques le soin de le diffamer quand il est immoral, elles ne doivent pas, du moins, l'honorer par des distinctions, par des faveurs.
Locuteur: Lanjuinais
... que ceux qui se rapportent au mariage, de contribuer aux frais de l'établissement public, servant à const... ...ient donc, au moins, que les actes qui le concernent ne soient pas exempts, plus que ceux qui se rapportent au mariage, de contribuer aux frais de l'établissement public, servant à constater l'état des citoyens.
Locuteur: Lanjuinais
Quels dangers pour la vie des enfants nouveau-nés ! Quels dangers pour la vie des enfants nouveau-nés !
Locuteur: Lanjuinais
... peut-être dans les actes! quelle perte de temps pour les personnes obligées de faire les déclarations, et pour leurs t... Quelle lenteur dans les expéditions ! quelles erreurs, peut-être dans les actes! quelle perte de temps pour les personnes obligées de faire les déclarations, et pour leurs témoins.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 153
Locuteur: Lanjuinais
11 y a plus de difficulté encore pour les déclarations des décès, qui doivent être, suivant la loi, vérifiés par Tofhcier public dans la maison de chacun des décédés. 11 y a plus de difficulté encore pour les déclarations des décès, qui doivent être, suivant la loi, vérifiés par Tofhcier public dans la maison de chacun des décédés.
Locuteur: Lanjuinais
...rçoit aussitôt l'impossibilité physique de faire transporter dans un jour l'offici...
... maisons, dans les différents quartiers de la ville.
Supposant à Paris 50 morts par jour, ce qui est le moyen terme, on aperçoit aussitôt l'impossibilité physique de faire transporter dans un jour l'officier public et le registre en cinquante maisons, dans les différents quartiers de la ville.
Locuteur: Lanjuinais
11 est donc indispensable de charger des officiers auxiliaires de suppléer ici les officiers municipaux et les membres de la commune, et de multiplier, suivant le besoin, ces offi... 11 est donc indispensable de charger des officiers auxiliaires de suppléer ici les officiers municipaux et les membres de la commune, et de multiplier, suivant le besoin, ces officiers auxiliaires.
Locuteur: Lanjuinais
Le comité a cru, avec la municipalité de Paris, qui a longtemps médité cette mat...
...uble but, par le moyen des commissaires de police, qui sont en effet des officiers...
Le comité a cru, avec la municipalité de Paris, qui a longtemps médité cette matière, qu'on remplirait heureusement ce double but, par le moyen des commissaires de police, qui sont en effet des officiers municipaux auxiliaires et d'ailleurs élus immédiatement par le peuple.
Locuteur: Lanjuinais
Les commissaires de police de la section ou du quartier recevraient, en premier lieu, les déclarations de naissance et décès dans le lieu public de la séance d'une section, dans le même délai et les mêmes formes qui sont prescrites par la loi; ils inscriraient ces déclarations ...
...l'acte solennel serait ensuite dressé à la maison commune.
Les commissaires de police de la section ou du quartier recevraient, en premier lieu, les déclarations de naissance et décès dans le lieu public de la séance d'une section, dans le même délai et les mêmes formes qui sont prescrites par la loi; ils inscriraient ces déclarations sur des registres simples, qu'ils tiendraient à cet effet, dont ils délivreraient extrait sur-le-champ, sans aucun frais ; sur cet extrait, l'acte solennel serait ensuite dressé à la maison commune.
Locuteur: Lanjuinais
...déposés à chaque trimestre, pour servir de contrôle aux registres communs, et de bases aux poursuites au procureur de la commune contre les contrevenants qui seraient punis pour avoir omis la seconde déclaration, comme pour avoir manqué à la première. Les registres des commissaires y seraient déposés à chaque trimestre, pour servir de contrôle aux registres communs, et de bases aux poursuites au procureur de la commune contre les contrevenants qui seraient punis pour avoir omis la seconde déclaration, comme pour avoir manqué à la première.
Locuteur: Lanjuinais
... ces grandes villes, il n'y aurait plus de double dépôt des registres, l'un pour l...
... ni en souffrir le transport, en ferait la garde et serait chargé de la responsabilité, qui ne pourrait, dans l...
...es comme Paris et autres, reposer, sans de grands inconvénients, directement sur la tête de plusieurs officiers municipaux occupés de ce soin et simultanément et passagèreme...
Dans ces grandes villes, il n'y aurait plus de double dépôt des registres, l'un pour les anciens, l'autre pour les registres courants. Tous seraient dans un seul lieu...
...nt être confiés à un même chef commis ; celui-ci ne devant jamais s'en dessaisir ni en souffrir le transport, en ferait la garde et serait chargé de la responsabilité, qui ne pourrait, dans les grandes villes comme Paris et autres, reposer, sans de grands inconvénients, directement sur la tête de plusieurs officiers municipaux occupés de ce soin et simultanément et passagèrement.
Locuteur: Lanjuinais
La tenue des registres de l'état civil entraîne pour les grandes villes des frais considérables; il paraît juste de soulager les finances de ces communes par une légère augmentation des frais des extraits de ces actes, ils seraient réglés par les administrateurs de département, mais de manière que dans la plus grande ville, le La tenue des registres de l'état civil entraîne pour les grandes villes des frais considérables; il paraît juste de soulager les finances de ces communes par une légère augmentation des frais des extraits de ces actes, ils seraient réglés par les administrateurs de département, mais de manière que dans la plus grande ville, le
Locuteur: Lanjuinais
La Convention nationale, ouï le rapport de son comité de législation, décrète : La Convention nationale, ouï le rapport de son comité de législation, décrète :
Locuteur: Lanjuinais
...cles communs à toutes les municipalités de la République. Articles communs à toutes les municipalités de la République.
Locuteur: Lanjuinais
. — Les personnes désignées par la loi du 20 septembre dernier pour faire les déclarations de naissance, seront tenues de faire ces déclarations dans les vingt-quatre heures de la naissance, sous peine de prison, qui sera prononcée par voie de police correctionnelle, et ne pourra excéder deux mois pour la première fois, et six mois en cas de récidive, sauf les poursuites criminelles en cas de suppression, d'enlèvement, ou de défaut de représentation de l'enfant. . — Les personnes désignées par la loi du 20 septembre dernier pour faire les déclarations de naissance, seront tenues de faire ces déclarations dans les vingt-quatre heures de la naissance, sous peine de prison, qui sera prononcée par voie de police correctionnelle, et ne pourra excéder deux mois pour la première fois, et six mois en cas de récidive, sauf les poursuites criminelles en cas de suppression, d'enlèvement, ou de défaut de représentation de l'enfant.
Locuteur: Lanjuinais
...l sera payé, pour chaque extrait d'acte de divorce, la même taxe que pour un extrait d'un acte de mariage. Art. 2. Il sera payé, pour chaque extrait d'acte de divorce, la même taxe que pour un extrait d'un acte de mariage.
Locuteur: Lanjuinais
...u'il est prescrit pour les publications de mariage; et il sera payé, pour chaque extrait dudit registre, la même taxe que pour un extrait de publication de mariage. ...res du divorce dressés par un officier municipal, un registre particulier, tel qu'il est prescrit pour les publications de mariage; et il sera payé, pour chaque extrait dudit registre, la même taxe que pour un extrait de publication de mariage.
Locuteur: Lanjuinais
Art. k. Les actes de divorce ne seront point enregistrés sur le registre des actes de mariage dans lequel ils seront insérés, mais sur la première expédition qui en sera faite, ...
...oit d'enregistrement, duquel, ainsi que de sa date et du remboursement, il sera fait mention à côté de l'acte, en marge du registre de la municipalité.
Art. k. Les actes de divorce ne seront point enregistrés sur le registre des actes de mariage dans lequel ils seront insérés, mais sur la première expédition qui en sera faite, et qui ne sera délivrée qu'après le paiement du droit d'enregistrement, duquel, ainsi que de sa date et du remboursement, il sera fait mention à côté de l'acte, en marge du registre de la municipalité.
Locuteur: Lanjuinais
...actes préliminaires du divorce, et ceux de publication des mariages, et d'oppositi...
...nt sur papier timbré, fournis aux frais de chaque district, et envoyés aux municip...
... tous les quinze premiers jours du mois de décembre de chaque année; ils seront cotés par prem...
...és sur chaque feuillet par le président de l'administration du district, ou, à son...
...ts qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Art. 5. Les registres desdits actes préliminaires du divorce, et ceux de publication des mariages, et d'opposition auxdits mariages, seront sur papier timbré, fournis aux frais de chaque district, et envoyés aux municipalités par les directoires, tous les quinze premiers jours du mois de décembre de chaque année; ils seront cotés par premier et dernier, et paraphés sur chaque feuillet par le président de l'administration du district, ou, à son défaut, par un membre du directoire. Tous leâdits registres et les extraits qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Locuteur: Lanjuinais
Art. 1er. Dans les communes de 50,000 âmes et au-dessus les déclarations de naissance et décès se feront d'abord devant le commissaire police de la section ou du quartier. Art. 1er. Dans les communes de 50,000 âmes et au-dessus les déclarations de naissance et décès se feront d'abord devant le commissaire police de la section ou du quartier.
Locuteur: Lanjuinais
...éclarations devant lesdits commissaires de police seront faites, au surplus, dans ...
... par les mêmes personnes désignées dans la loi du 20 septembre dernier. En cas de péril imminent, le commissaire de police sera tenu, sur la réquisition qui lui en sera faite, de se transporter en la maison où sera le nouveau-né. Il se transportera au lieu où la personne sera décédée, et s'assurera du décès; et, s'il y a indice de mort violente, il se conformera aux articles 7, 8 et 9 du titre premier de la loi du 20 septembre 1792.
Art. 2. Ces déclarations devant lesdits commissaires de police seront faites, au surplus, dans les mêmes formes, avec les mêmes indications, dans le même délai et par les mêmes personnes désignées dans la loi du 20 septembre dernier. En cas de péril imminent, le commissaire de police sera tenu, sur la réquisition qui lui en sera faite, de se transporter en la maison où sera le nouveau-né. Il se transportera au lieu où la personne sera décédée, et s'assurera du décès; et, s'il y a indice de mort violente, il se conformera aux articles 7, 8 et 9 du titre premier de la loi du 20 septembre 1792.
Locuteur: Lanjuinais
...e, serait faire injure à l'intelligence de nos collègues. Insister davantage, serait faire injure à l'intelligence de nos collègues.
Locuteur: Lanjuinais
...ient un peu moins révoltants, selon que la population y serait moins nombreuse. ...semblables se feraient sentir dans les autres grandes villes; seulement ils seraient un peu moins révoltants, selon que la population y serait moins nombreuse.
Locuteur: Lanjuinais
C'est une gêne, à la vérité, pour les habitants des grandes ... C'est une gêne, à la vérité, pour les habitants des grandes villes, mais ils en sont bien dédommagés par les inestimables avantages d'un seu...
Locuteur: Lanjuinais
... du double du taux commun déjà fixé par la loi. maximum ne pût être porté au delà du double du taux commun déjà fixé par la loi.
Locuteur: Lanjuinais
C'est d'après ces vues que le comité de législation propose le projet de décret suivant : C'est d'après ces vues que le comité de législation propose le projet de décret suivant :
Locuteur: Lanjuinais
...les particuliers pour les communes dont la Articles particuliers pour les communes dont la
Locuteur: Lanjuinais
population est de 50,000 âmes et au-dessus. population est de 50,000 âmes et au-dessus.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 154
Locuteur: Lanjuinais
...l sera fourni à chacun des commissaires de police deux registres simples, l'un pou...
... l'autre pour les décès. Le commissaire de police dressera, sur l'un de ces registres, le procès-verbal de la déclaration qui lui sera faite, et le s...
Art. 3. Il sera fourni à chacun des commissaires de police deux registres simples, l'un pour les naissances, et l'autre pour les décès. Le commissaire de police dressera, sur l'un de ces registres, le procès-verbal de la déclaration qui lui sera faite, et le signera avec les déclarants et les témoins.
Locuteur: Lanjuinais
...rais, copie du procès-verbal, certifiée de lui, aux déclarants, qui seront tenus de se présenter ensuite dans les vingt-qua...
...les peines portées en l'article premier de la section précédente, à la maison commune, assistés de leurs témoins, pour y faire dresser l'acte de naissance ou de décès, en représentant la copie dudit procès-verbal.
Art. 4. Il délivrera sur-le-champ, sur papier libre et sans frais, copie du procès-verbal, certifiée de lui, aux déclarants, qui seront tenus de se présenter ensuite dans les vingt-quatre heures, sous les peines portées en l'article premier de la section précédente, à la maison commune, assistés de leurs témoins, pour y faire dresser l'acte de naissance ou de décès, en représentant la copie dudit procès-verbal.
Locuteur: Lanjuinais
...Les registres mentionnés en l'article 3 de la présente section, seront fournis par le...
... un officier municipal, suivant l'ordre de la liste. Tous lesdits registres et les extraits qui èn seront délivrés sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Art. 5. Les registres mentionnés en l'article 3 de la présente section, seront fournis par les municipalités. Ils seront cotés par premier et dernier, et paraphés sur chaque feuillet, le tout sans frais, par le maire, ou, à son défaut, par un officier municipal, suivant l'ordre de la liste. Tous lesdits registres et les extraits qui èn seront délivrés sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Locuteur: Lanjuinais
Art. 6. Dans les huit premiers jours de chaque trimestre, chacun desdits commissaires déposera ses registres de naissance et décès du trimestre précédent à la maison commune, et les officiers munici...
...écolement avec les registres généraux ; de relever les contraventions, s'il en a été commis, et de les dénoncer au procureur de la commune, qui sera tenu de poursuivre les personnes trouvées en contravention, et de les faire punir comme il est dit en l'article premier de la section première de la présente loi.
Art. 6. Dans les huit premiers jours de chaque trimestre, chacun desdits commissaires déposera ses registres de naissance et décès du trimestre précédent à la maison commune, et les officiers municipaux seront tenus d'en faire le récolement avec les registres généraux ; de relever les contraventions, s'il en a été commis, et de les dénoncer au procureur de la commune, qui sera tenu de poursuivre les personnes trouvées en contravention, et de les faire punir comme il est dit en l'article premier de la section première de la présente loi.
Locuteur: Lanjuinais
...mmunes pourront nommer au scrutin, et à la pluralité absolue des suffrages, un commis en chef, qui sera chargé de la garde de tous les registres servant à constater ... Art. 7. Les conseils généraux desdites communes pourront nommer au scrutin, et à la pluralité absolue des suffrages, un commis en chef, qui sera chargé de la garde de tous les registres servant à constater l'état civil des citoyens ; et tous ces registres seront, en conséquence, réunis...
Locuteur: Lanjuinais
...est fixée à l'égard des autres communes de la République; mais le maximum de cette taxe ne pourra excéder 10 sols pour chaque extrait a'acte de naissance, décès* publication de mariage, ou d'acte préliminaire du divorce; et 20 sous pour chaque extrait d'acte de mariage ou de divorce; le tout non compris le timbre. ...gistres concernant l'état civil des citoyens, une taxe plus forte que celle qui est fixée à l'égard des autres communes de la République; mais le maximum de cette taxe ne pourra excéder 10 sols pour chaque extrait a'acte de naissance, décès* publication de mariage, ou d'acte préliminaire du divorce; et 20 sous pour chaque extrait d'acte de mariage ou de divorce; le tout non compris le timbre.
Locuteur: Lanjuinais
Un membre fait la proposition de décider qu'un chirurgien suffira pour a... Un membre fait la proposition de décider qu'un chirurgien suffira pour accompagner un ofncier public appelé à constater une mort violente.
Locuteur: Lanjuinais
(La Convention renvoie cette proposition au comité de législation.) (La Convention renvoie cette proposition au comité de législation.)
Locuteur: Lanjuinais
« La Convention nationale, ouï le rapport de son comité de législation, décrète : « La Convention nationale, ouï le rapport de son comité de législation, décrète :
Locuteur: Lanjuinais
...cles communs à toutes les municipalités de la République. Articles communs à toutes les municipalités de la République.
Locuteur: Lanjuinais
« Les personnes désignées par la loi du 20 septembre dernier pour faire les déclarations de naissances, seront tenues de faire ces déclarations dans les trois jours de la naissance, sous peine de prison, qui sera prononcée par voie de police correctionnelle, et ne pourra excéder deux mois pour la première fois, et six mois en cas de récidive; sauf les poursuites criminelles en cas de suppression, d'enlèvement ou de défaut de représentation de l'enfant (1). « Les personnes désignées par la loi du 20 septembre dernier pour faire les déclarations de naissances, seront tenues de faire ces déclarations dans les trois jours de la naissance, sous peine de prison, qui sera prononcée par voie de police correctionnelle, et ne pourra excéder deux mois pour la première fois, et six mois en cas de récidive; sauf les poursuites criminelles en cas de suppression, d'enlèvement ou de défaut de représentation de l'enfant (1).
Locuteur: Lanjuinais
... Usera payé, pour chaque extrait d'acte de divorce, la même taxe que pour un extrait d'acte de mariage. « Usera payé, pour chaque extrait d'acte de divorce, la même taxe que pour un extrait d'acte de mariage.
Locuteur: Lanjuinais
...ticulier prescrit pour les publications de mariage, servira aussi pour les actes préliminaires de divorce qui doivent être dressés par un...
...extrait d'acte préliminaire du divorce, la même taxe que pour un extrait de publication de mariage.
« Le registre particulier prescrit pour les publications de mariage, servira aussi pour les actes préliminaires de divorce qui doivent être dressés par un officier municipal, et il sera pavé pour chaque extrait d'acte préliminaire du divorce, la même taxe que pour un extrait de publication de mariage.
Locuteur: Lanjuinais
« Les actes de divorce ne seront point enregistrés sur le registre des actes de mariage dans lequel ils seront inscrits, mais sur la première expédition qui en sera faite, ...
...oit d'enregistrement, duquel, ainsi que de sa date et du remboursement, il sera fait mention à côté de l'acte, en marge du registre de la municipalité.
« Les actes de divorce ne seront point enregistrés sur le registre des actes de mariage dans lequel ils seront inscrits, mais sur la première expédition qui en sera faite, et qui ne sera délivrée qu'après le paiement du droit d'enregistrement, duquel, ainsi que de sa date et du remboursement, il sera fait mention à côté de l'acte, en marge du registre de la municipalité.
Locuteur: Lanjuinais
...actes préliminaires du divorce, et ceux de publication des mariages, et d'oppositi...
...nt sur papier timbré, fournis aux frais de chaque district, et envoyés aux municip...
... tous les quinze premiers jours du mois de décembre de chaque année : ils seront cotés par pre...
...és sur chaque feuillet par le Président de l'administration du district, ou, à son...
...ts qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
« Les registres desdits actes préliminaires du divorce, et ceux de publication des mariages, et d'opposition auxdits mariages, seront sur papier timbré, fournis aux frais de chaque district, et envoyés aux municipalités par les directoires, tous les quinze premiers jours du mois de décembre de chaque année : ils seront cotés par premier et dernier, et paraphés sur chaque feuillet par le Président de l'administration du district, ou, à son défaut, par un des membres du directoire. Tous lesdits registres et les extraits qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Locuteur: Lanjuinais
...les particuliers pour les communes dont la population est de 50,000 âmes et au-dessus. Articles particuliers pour les communes dont la population est de 50,000 âmes et au-dessus.
Locuteur: Lanjuinais
(La Convention repousse l'ajournement et ordonne la discussion immédiate.) (La Convention repousse l'ajournement et ordonne la discussion immédiate.)
Locuteur: Lanjuinais
, rapporteur, soumet à la discussion les différents articles. , rapporteur, soumet à la discussion les différents articles.
Locuteur: Lanjuinais
(La Convention décrète cette proposition.) (La Convention décrète cette proposition.)
« Dans les communes de 50,000 âmes et au-dessus, les déclarations de naissance et décès se feront d'abord devant le commissaire de police de la section du quartier. (1) Voy. ci-après ... « Dans les communes de 50,000 âmes et au-dessus, les déclarations de naissance et décès se feront d'abord devant le commissaire de police de la section du quartier. (1) Voy. ci-après séance du 21 décembre 1792, une nou-
velle rédaction de cet article lor. velle rédaction de cet article lor.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 155
Locuteur: Lanjuinais
...éclarations devant lesdits commissaires de police, seront faites dans les trois jours de la naissance, et, au surplus, dans les mêm...
... par les mêmes personnes désignées dans la loi du 20 septembre dernier. En cas de péril imminent, le commissaire de police sera tenu, sur la réquisition qui lui en sera faite, de se transporter en la maison où sera le nouveau-né.Il se transportera au lieu où la personne sera décédée, et s'assurera du décès ; et s'il y a indice de mort violente, il se conformera aux articles 7, 8 et 9 du titre V de la loi du 20 septembre 1792.
« Ces déclarations devant lesdits commissaires de police, seront faites dans les trois jours de la naissance, et, au surplus, dans les mêmes formes, avec les mêmes indications, et par les mêmes personnes désignées dans la loi du 20 septembre dernier. En cas de péril imminent, le commissaire de police sera tenu, sur la réquisition qui lui en sera faite, de se transporter en la maison où sera le nouveau-né.Il se transportera au lieu où la personne sera décédée, et s'assurera du décès ; et s'il y a indice de mort violente, il se conformera aux articles 7, 8 et 9 du titre V de la loi du 20 septembre 1792.
Locuteur: Lanjuinais
...l sera fourni à chacun des commissaires de police deux registres simples, l'un pou...
... l'autre pour les décès. Le commissaire de police dressera, sur l'un de ces registres, le procès-verbal de la déclaration qui lui sera faite, et le s...
« Il sera fourni à chacun des commissaires de police deux registres simples, l'un pour les naissances et l'autre pour les décès. Le commissaire de police dressera, sur l'un de ces registres, le procès-verbal de la déclaration qui lui sera faite, et le signera avec les déclarants et les témoins.
Locuteur: Lanjuinais
...rais, copie du procès-verbal, certifiée de lui, aux déclarants, qui seront tenus de se présenter ensuite dans les vingt-qua...
...les peines portées en l'article premier de la section précédente, à la maison commune, assistés de leurs témoins, pour y faire dresser l'acte de naissance ou de décès, en représentant la copie dudit procès-verbal.
« Il délivrera sur-le-champ, sur papier libre et sans frais, copie du procès-verbal, certifiée de lui, aux déclarants, qui seront tenus de se présenter ensuite dans les vingt-quatre heures, sous les peines portées en l'article premier de la section précédente, à la maison commune, assistés de leurs témoins, pour y faire dresser l'acte de naissance ou de décès, en représentant la copie dudit procès-verbal.
Locuteur: Lanjuinais
...Les registres mentionnés en l'article 3 de la présente section, seront fournis par le...
... un officier municipal, suivant l'ordre de la liste. Tous lesdits registres et les extraits qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
c Les registres mentionnés en l'article 3 de la présente section, seront fournis par les municipalités. Ils seront cotés par premier et dernier, et paraphés sur chaque feuillet, le tout sans frais, par le maire, ou, à son défaut, par un officier municipal, suivant l'ordre de la liste. Tous lesdits registres et les extraits qui en seront délivrés, sont exempts de la formalité et du droit d'enregistrement.
Locuteur: Lanjuinais
« Dans les huit premiers jours de chaque trimestre, chacun desdits commissaires déposera ses registres de naissance et décès du trimestre précédent à la maison commune, et les officiers munici...
...école-ment avec les registres généraux; de relever les contraventions, s'il en a été commis, pour les dénoncer au procureur de la commune, qui sera tenu de poursuivre les personnes trouvées en contravention, et de les faire punir comme il est dit en l'article premier de la section première de la présente loi.
« Dans les huit premiers jours de chaque trimestre, chacun desdits commissaires déposera ses registres de naissance et décès du trimestre précédent à la maison commune, et les officiers municipaux seront tenus d'en faire le récole-ment avec les registres généraux; de relever les contraventions, s'il en a été commis, pour les dénoncer au procureur de la commune, qui sera tenu de poursuivre les personnes trouvées en contravention, et de les faire punir comme il est dit en l'article premier de la section première de la présente loi.
Locuteur: Lanjuinais
...mmunes pourront nommer au scrutin, et à la pluralité absolue des suffrages, un commis en chef, qui sera chargé de la garde de tous les registres servant à constater ... « Les conseils généraux desdites communes pourront nommer au scrutin, et à la pluralité absolue des suffrages, un commis en chef, qui sera chargé de la garde de tous les registres servant à constater l'état civil des citoyens; et tous ces registres seront, en conséquence, réunis ...
Locuteur: Lanjuinais
...est fixée à l'égard des autres communes de la République î mais le maximum de cette taxe ne pourra excéder 10 sous pour chaque extrait d'acte de naissance, décès, publication de mariage, ou d'acte préliminaire du divorce, et 20 sous pour chaque extrait de mariage ou de divorce; le tout, non compris le timbre... ...gistres concernant l'état civil des citoyens, une taxe plus forte que celle qui est fixée à l'égard des autres communes de la République î mais le maximum de cette taxe ne pourra excéder 10 sous pour chaque extrait d'acte de naissance, décès, publication de mariage, ou d'acte préliminaire du divorce, et 20 sous pour chaque extrait de mariage ou de divorce; le tout, non compris le timbre. »
Locuteur: Saint-Just
...lleau et Çollot-d'Herbois, commissaires de la Convention nationale à l'armée du Var et au pays de Nice, qui annoncent une sédition surven...
...ille et envoient à l'Assemblée le texte de deux proclamations qu'ils ont adressées...
, secrétaire, donne lecture d'une lettre des citoyens Lasource, Goupilleau et Çollot-d'Herbois, commissaires de la Convention nationale à l'armée du Var et au pays de Nice, qui annoncent une sédition survenue dans cette dernière ville et envoient à l'Assemblée le texte de deux proclamations qu'ils ont adressées aux habitants et à l'armée.
Locuteur: Saint-Just
Suit la teneur de ces différentes pièces : Suit la teneur de ces différentes pièces :
Locuteur: Saint-Just
Lettre des commissaires de Varmée du Var à la Convention (1). Lettre des commissaires de Varmée du Var à la Convention (1).
Locuteur: Saint-Just
de la République française. de la République française.
Locuteur: Lanjuinais
...embre demande que le président annonce, la veille, les matières qui seront à l'ord... Un membre demande que le président annonce, la veille, les matières qui seront à l'ordre du jour le lendemain.
Locuteur: Lanjuinais
(La Convention décrète ces différentes prop... (La Convention décrète ces différentes propositions.)
... primaire pour se donner des magistrats de son choix et pour aviser au mode de faire parvenir son vœu à la Convention nationale; le citoyen Giraud...
...t Niçard, fut accusé d'avoir lâché dans la discussion quelque chose d'offensant co...
... il fuit, il est arrêté devant un corps de garde et conduit en prison. Les Niçards s'attroupent et le demandent; alors on répand de tous côtés que le prisonnier est un aristocrate qui a parlé contre la nation française dans les termes les pl...
...s excite en leur disant que c'est à eux de venger la cause delà nation: cette imposture s'accrédite; des militaires égarés grossissent la foule : on se porte à la prison; on force les portes; la dernière, déjà fracassée à coups de hache, allait s'ouvrir quand nous arrivons; nous parlons au nom de la loi et de la Convention nationale; les assassins frappés de honte et de terreur laissent tomber leurs haches et leurs cordes et prennent la fuite. Nous descendons à la première porte, nous parlons à la foule furieuse, mais nous n'obtenons ri...
...dus, on ne nous répond que par des cris de rage. Cependant un détachement de grenadiers de la Sarre, un autre de la Vieille Marine, un piquet de dragons et quelques gendarmes avec leur...
...séditieux se retirent devant l'appareil de (1) Archives nationales. Carton C 242, ...
...eux dont ce malheureux pays a été le théâtre. Le peuple était réuni en assemblée primaire pour se donner des magistrats de son choix et pour aviser au mode de faire parvenir son vœu à la Convention nationale; le citoyen Giraudy, négociant Niçard, fut accusé d'avoir lâché dans la discussion quelque chose d'offensant contre ses concitoyens ; on le menace, il fuit, il est arrêté devant un corps de garde et conduit en prison. Les Niçards s'attroupent et le demandent; alors on répand de tous côtés que le prisonnier est un aristocrate qui a parlé contre la nation française dans les termes les plus offensants; on les excite en leur disant que c'est à eux de venger la cause delà nation: cette imposture s'accrédite; des militaires égarés grossissent la foule : on se porte à la prison; on force les portes; la dernière, déjà fracassée à coups de hache, allait s'ouvrir quand nous arrivons; nous parlons au nom de la loi et de la Convention nationale; les assassins frappés de honte et de terreur laissent tomber leurs haches et leurs cordes et prennent la fuite. Nous descendons à la première porte, nous parlons à la foule furieuse, mais nous n'obtenons rien; après nous avoir entendus, on ne nous répond que par des cris de rage. Cependant un détachement de grenadiers de la Sarre, un autre de la Vieille Marine, un piquet de dragons et quelques gendarmes avec leurs officiers viennent à notre secours; le général arrive avec un autre piquet et les séditieux se retirent devant l'appareil de (1) Archives nationales. Carton C 242, chemise 293,

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 156
Locuteur: Saint-Just
* Les causes de cet événement ne sont pas difficiles à découvrir; on avait un double but; d'abord celui de dissoudre l'assemblée primaire; nous le...
...est renvoyée à huitaine: ensuite, celui de faire couler du sang, mais de faire commettre le crime par des soldats afin de pouvoir en rejeter tout l'odieux sur l'armée. Les valets du brigand de Turin usent ici des mêmes moyens qu'ont employés dans la République les agents de l'assassin Capet.
* Les causes de cet événement ne sont pas difficiles à découvrir; on avait un double but; d'abord celui de dissoudre l'assemblée primaire; nous le savions dès le matin avant que le peuple fût assemblé; on y réussit, en effet, momentanément, car l'assemblée est renvoyée à huitaine: ensuite, celui de faire couler du sang, mais de faire commettre le crime par des soldats afin de pouvoir en rejeter tout l'odieux sur l'armée. Les valets du brigand de Turin usent ici des mêmes moyens qu'ont employés dans la République les agents de l'assassin Capet.
Locuteur: Saint-Just
« Les pièges de toutes espèces qui nous sont tendus ren...
...rrive, nous ne resterons pas àu-dessous de notre mission, et que nous périrons plutôt que de ne pas voir rétablir l'ordre, la justice et la loi.
« Les pièges de toutes espèces qui nous sont tendus rendent tous les jours notre position plus épineuse et notre conduite plus difficil...
...ance, ni alarmer notre courage : soyez bien assurés, citoyens, que, quoi qu'il arrive, nous ne resterons pas àu-dessous de notre mission, et que nous périrons plutôt que de ne pas voir rétablir l'ordre, la justice et la loi.
Locuteur: Saint-Just
« La non-répression des excès dans leur orig...
...it par un instinct malfaisant, soit par la séduction de l'ignorance, soit par l'appât d'un salaire, sont devenus les ministres de leurs complots ténébreux. Voilà, citoyens, la grande et peut-être l'unique cause à la...
« La non-répression des excès dans leur origine les a fait dégénérer en habitude. C'est elle qui a enhardi et les conspirateurs et les brigands qui, soit par un instinct malfaisant, soit par la séduction de l'ignorance, soit par l'appât d'un salaire, sont devenus les ministres de leurs complots ténébreux. Voilà, citoyens, la grande et peut-être l'unique cause à laquelle se rapportent tous les maux.
Locuteur: Saint-Just
« Les commissaires de la Convention nationale à Varmée du Var et au pays de Nice. « Les commissaires de la Convention nationale à Varmée du Var et au pays de Nice.
Locuteur: Saint-Just
Proclamation des commissaires de la Convention Proclamation des commissaires de la Convention
Locuteur: Saint-Just
nationale aux habitants de la ville et du pays nationale aux habitants de la ville et du pays
Locuteur: Saint-Just
...ous avez eu à vous plaindre qui a porté la Convention nationale à envoyer trois ae ses membres au milieu de vous : ils ont commencé de vérifier les faits; ils ont vu avec dou... C'est le récit des malheurs dont vous avez eu à vous plaindre qui a porté la Convention nationale à envoyer trois ae ses membres au milieu de vous : ils ont commencé de vérifier les faits; ils ont vu avec douleur qu'il avait été commis des crimes; ils s'occupent sans relâche des moyens d...
Locuteur: Saint-Just
...s victimes, elles ne sont l'ouvrage que de quelques scélérats qui déshonorent l'ha...
...nt, qui violent ou qui massacrent; ceux- ne sont pas ennemis de vous seuls; ils le sont de la nation française et de tout le genre humain.
N'imputez point à l'armée les horreurs dont vous avez été les témoins et les victimes, elles ne sont l'ouvrage que de quelques scélérats qui déshonorent l'habit qu'ils portent. Les soldats français savent combattre : il n'y a que les brigands jui pillent, qui violent ou qui massacrent; ceux- ne sont pas ennemis de vous seuls; ils le sont de la nation française et de tout le genre humain.
Locuteur: Saint-Just
...ssent des désordres, et qu'en souillant la cause de la liberté ils en dégoûtassent les peuples... ...ir mais non s'en étonner; c'est l'aristocratie qui les y a mis pour qu'ils commissent des désordres, et qu'en souillant la cause de la liberté ils en dégoûtassent les peuples et leur rendissent le nom français odieux.
Locuteur: Saint-Just
Citoyens du pays de Nice, frères et amis, la Convention nationale veut que justice vous soit rendue ; fournissez-lui tous les moyens de réparer vos malheurs. Les commissaires ...
...and ces pertes seront constatées, quand la nation française verra qu'elles ont été...
Citoyens du pays de Nice, frères et amis, la Convention nationale veut que justice vous soit rendue ; fournissez-lui tous les moyens de réparer vos malheurs. Les commissaires vous invitent en son nom à vous adresser à eux avec confiance, à leur porter vos...
... vous avez essuyées ; faites-le certifier par vos municipalités respectives : quand ces pertes seront constatées, quand la nation française verra qu'elles ont été causées par les excès des malveillants introduits dans son armée, elle vous ind...
Locuteur: Saint-Just
...'entrée des troupes françaises, et dont la fuite n'est due qu'à la crainte du pillage et de la mort, n'errez pas plus longtemps loin de vos demeures; le temps des crimes n'est plus ; le règne de la loi commence; elle vous protège, rentre...
...perait soudain quiconque oserait porter la moindre atteinte à votre sûreté ou à votre repos : les commissaires de la Convention nationale en prennent l'enga...
Vous qui avez quitté vos foyers depuis l'entrée des troupes françaises, et dont la fuite n'est due qu'à la crainte du pillage et de la mort, n'errez pas plus longtemps loin de vos demeures; le temps des crimes n'est plus ; le règne de la loi commence; elle vous protège, rentrez; son glaive vengeur frapperait soudain quiconque oserait porter la moindre atteinte à votre sûreté ou à votre repos : les commissaires de la Convention nationale en prennent l'engagement solennel, ils ne le trahiront point, reposez-vous sur eux sans crainte, l...
Locuteur: Saint-Just
...ngez pas plus longtemps sur les soldats de la République les crimes commis par quelqu...
...s avez prises dans les premiers moments de la douleur, de l'indignation et du désespoir. Cessez de combattre pour un tyran : Ne voyez-vous...
...vous que les excès dont vous avez été les victimes ont rendu nos ennemis : ne vengez pas plus longtemps sur les soldats de la République les crimes commis par quelques brigands; déposez les armes que vous avez prises dans les premiers moments de la douleur, de l'indignation et du désespoir. Cessez de combattre pour un tyran : Ne voyez-vous pas qu'après vous avoir fait servir d'instrument à ses fureurs sanguinaires, il...
Locuteur: Saint-Just
Citoyens de tout le pays de Nice, voici l'instant de vous prononcer. Assurés que vous ne ser...
...lle-même comme ses frères, et qui, loin de vouloir vous asservir et vous tourmente...
... et heureux. Si vous ne lui manifestiez de la confiance et de l'amour, elle serait fondée à croire que vous êtes amis de votre tyran et que vous voulez continue...
...s abandonnera jamais, car elle a juré à la face de l'univers d'accorder fraternité et seco...
Citoyens de tout le pays de Nice, voici l'instant de vous prononcer. Assurés que vous ne serez plus exposés à des traitements barbares et que ceux que vous avez soufferts seront réparés, aimez une nation qui vous aime elle-même comme ses frères, et qui, loin de vouloir vous asservir et vous tourmenter, n'aspire qu'à vous rendre libres et heureux. Si vous ne lui manifestiez de la confiance et de l'amour, elle serait fondée à croire que vous êtes amis de votre tyran et que vous voulez continuer d'être ses esclaves. Réunissez-vous donc à elle pour combattre votre ancien oppresseur, elle ne vous abandonnera jamais, car elle a juré à la face de l'univers d'accorder fraternité et secours à tous ceux qui veulent être libres comme elle,
Locuteur: Saint-Just
... soldats républicains, les commissaires de la Convention nationale n'ont qu'un seul mot à vous dire. C'est à vous de prouver, par votre humanité et vos vertus, la loyauté de la nation française, et de réparer son honneur que d'infâmes brigands ont terni. Si vous prévenez de nouveaux désordres en dénonçant, en rejetant de votre sein les hommes assez vils, assez...
...'en commettre, vous aurez l'approbation de la Convention nationale, l'estime de vos concitoyens et les bénédictions des...
... lesquels vous ferez flotter le drapeau de la liberté. Si vous vous taisiez sur les d...
Quant à vous, soldats républicains, les commissaires de la Convention nationale n'ont qu'un seul mot à vous dire. C'est à vous de prouver, par votre humanité et vos vertus, la loyauté de la nation française, et de réparer son honneur que d'infâmes brigands ont terni. Si vous prévenez de nouveaux désordres en dénonçant, en rejetant de votre sein les hommes assez vils, assez scélérats pour tenter d'en commettre, vous aurez l'approbation de la Convention nationale, l'estime de vos concitoyens et les bénédictions des peuples, chez lesquels vous ferez flotter le drapeau de la liberté. Si vous vous taisiez sur les désordres, si vous les partagiez
Locuteur: Saint-Just
la force. Si nous étions arrivés une minut... la force. Si nous étions arrivés une minute plus tard, l'assassinat était commis.
Locuteur: Saint-Just
...dont nous vous envoyons copie ainsi que de toutes celles que nous avions faites pr... « Immédiatement après l'événement d'hier nous fîmes une proclamation dont nous vous envoyons copie ainsi que de toutes celles que nous avions faites précédemment.
Locuteur: Saint-Just
de Nice et aux soldats de l'armée d'Italie. de Nice et aux soldats de l'armée d'Italie.
Locuteur: Saint-Just
La nation française n'a pas voulu vous con...
...s qu'elle abhorre les tyrans. Elle fait la guerre aux esclaves armés ; mais non au...
La nation française n'a pas voulu vous conquérir, mais vous délivrer : elle chérit autant les peuples qu'elle abhorre les tyrans. Elle fait la guerre aux esclaves armés ; mais non aux citoyens paisibles.
Si quelques-uns de ces hommes exécrables se (1) Archives n... Si quelques-uns de ces hommes exécrables se (1) Archives nationales. Carton C 242, chemise 294,

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 157
Locuteur: Saint-Just
...gnez le mépris public et les vengeances de la nation. en les tolérant, craignez le mépris public et les vengeances de la nation.
Locuteur: Saint-Just
de la République française. de la République française.
Locuteur: Saint-Just
Les commissaires de la Convention nationale. Les commissaires de la Convention nationale.
Locuteur: Saint-Just
proclamation des commissaires de la Convention proclamation des commissaires de la Convention
Locuteur: Saint-Just
, l'an Ier de la République française. , l'an Ier de la République française.
Locuteur: Saint-Just
Les commissaires de la Convention nationale sont venus au milieu de vous pour faire respecter votre liberté ; et vous avez donné l'aflreux spectacle de la licence : ils sont venus mettre vos personnes et vos propriétés sous la protection de la loi, et vous venez de la violer sous leurs yeux. Votre conduite les a pénétrés de douleur et d'indignation. Les commissaires de la Convention nationale sont venus au milieu de vous pour faire respecter votre liberté ; et vous avez donné l'aflreux spectacle de la licence : ils sont venus mettre vos personnes et vos propriétés sous la protection de la loi, et vous venez de la violer sous leurs yeux. Votre conduite les a pénétrés de douleur et d'indignation.
Locuteur: Saint-Just
Ne mettez point sur le compte de l'armée le mouvement séditieux où vous ...
...s naissance, c'est vous seuls qui étiez . Vous accusez un citoyen, c'est à la justice à recevoir, à peser cette accusation ; on instruit son procès, la loi prononcera, tout doit plier devant ...
Ne mettez point sur le compte de l'armée le mouvement séditieux où vous vous êtes livrés. C'est dans votre assemblée primaire qu'il a pris naissance, c'est vous seuls qui étiez . Vous accusez un citoyen, c'est à la justice à recevoir, à peser cette accusation ; on instruit son procès, la loi prononcera, tout doit plier devant elle.
Locuteur: Saint-Just
...us vouliez un crime, et pour en rejeter la honte sur l'armée française, vous avez cherché à le faire commettre par des soldats de la République : vous leur avez insinué que le prisonnier, dont vous demandiez la tête, avait parlé contre la nation française. Eh! c'est une fausset...
...n seul mot, ni des soldats français, ni de la nation; nous avons vérifié le fait, et ...
Vous vouliez un crime, et pour en rejeter la honte sur l'armée française, vous avez cherché à le faire commettre par des soldats de la République : vous leur avez insinué que le prisonnier, dont vous demandiez la tête, avait parlé contre la nation française. Eh! c'est une fausseté, car le prisonnier n'a pas dit un seul mot, ni des soldats français, ni de la nation; nous avons vérifié le fait, et ceux qui l'ont avancé sont des imposteurs et des scélérats.
Locuteur: Saint-Just
Nous en avons vu à la tête de l'attroupement, de ces brigands obtinés à pousser des cris de fureur et à demander du sang. Ce n'étai...
... et à leur langage. Où étaient les amis de la liberté? S'il y en a, pourquoi n'étaient-ils pas autour de nous? S'il n'y en a pas, à qui la nation française doit-elle des indemnités? Vous l'avez outragée, la nation, car vous n'avez pas cédé à la voix de ses représentants, et ce irest que l'appareil de la force armée qui a pu vous en imposer.
Nous en avons vu à la tête de l'attroupement, de ces brigands obtinés à pousser des cris de fureur et à demander du sang. Ce n'étaient pas des Français, c'étaient des Niçards; nous les avons bien observés; nous les avons parfaitement reconnus à leurs habits et à leur langage. Où étaient les amis de la liberté? S'il y en a, pourquoi n'étaient-ils pas autour de nous? S'il n'y en a pas, à qui la nation française doit-elle des indemnités? Vous l'avez outragée, la nation, car vous n'avez pas cédé à la voix de ses représentants, et ce irest que l'appareil de la force armée qui a pu vous en imposer.
Locuteur: Saint-Just
...des crimes pour les imputer aux soldats de la République. Que ces scélérats tremblent, car la République française est l'ennemie de tous les brigands; elle en veut aux esc... tituer en hommes vraiment libres, qu'à faire commettre des crimes pour les imputer aux soldats de la République. Que ces scélérats tremblent, car la République française est l'ennemie de tous les brigands; elle en veut aux esclaves comme aux rois; et si elle découvre les agents et les complices du despote...
Locuteur: Saint-Just
Amis de la liberté, bons citoyens, qui, nous aimons à le croire, formez la majorité, ne donnez plus dans les piège...
...us par ces monstres, aimez et respectez la loi; fuyez ceux qui vous conseillent des crimes; ils ne jouiront pas longtemps de l'impunité; leurs manœuvres sont déjà connues : la foudre nationale va les frapper au mome...
Amis de la liberté, bons citoyens, qui, nous aimons à le croire, formez la majorité, ne donnez plus dans les pièges qui vous sont tendus par ces monstres, aimez et respectez la loi; fuyez ceux qui vous conseillent des crimes; ils ne jouiront pas longtemps de l'impunité; leurs manœuvres sont déjà connues : la foudre nationale va les frapper au moment où ils s'y attendront le moins.
Locuteur: Saint-Just
Soldats de la République, jusques à quand serez-vous le jouet des ennemis de la nation? Vous intéressez-vous assez peu à sa gloire et à la vôtre pour vous porter à des excès dont tout Français doit rougir? Que ce soit la dernière fois qu'on aura vu quelques-uns de vous dans des attroupements criminels ! que ceux- qui vous déshonorent soient retenus par la crainte des châtiments, s'ils ne le sont pas par la honte du crime ! Soldats de la République, jusques à quand serez-vous le jouet des ennemis de la nation? Vous intéressez-vous assez peu à sa gloire et à la vôtre pour vous porter à des excès dont tout Français doit rougir? Que ce soit la dernière fois qu'on aura vu quelques-uns de vous dans des attroupements criminels ! que ceux- qui vous déshonorent soient retenus par la crainte des châtiments, s'ils ne le sont pas par la honte du crime !
Locuteur: Saint-Just
... sont réunis à nous pour faire exécuter la loi, ils ont bien mérité de la patrie ; qu'en récompense de leur zèle, ils reçoivent les remerciements des représentants de la nation. Quant à ceux qui ont secondé nos efforts, qui se sont réunis à nous pour faire exécuter la loi, ils ont bien mérité de la patrie ; qu'en récompense de leur zèle, ils reçoivent les remerciements des représentants de la nation.
Locuteur: Saint-Just
...ois sy-d'Ang las et Vitet7 commissaires de la Convention nationale à Lyon et à Montpellier, qui font part de beaucoup d'abus dans les fournitures et magasins de l'armée, se plaignent des commissaires des guerres et demandent à l'Assemblée de prendre des mesures pour remettre la monnaie en circulation; cette lettre es... , secrétaire, donne lecture d'une lettre des citoyens Alquier, Bois sy-d'Ang las et Vitet7 commissaires de la Convention nationale à Lyon et à Montpellier, qui font part de beaucoup d'abus dans les fournitures et magasins de l'armée, se plaignent des commissaires des guerres et demandent à l'Assemblée de prendre des mesures pour remettre la monnaie en circulation; cette lettre est ainsi conçue :
Locuteur: Saint-Just
...tpellier, le 10 décembre 1792, l'an Ier de la République française. « Montpellier, le 10 décembre 1792, l'an Ier de la République française.
Locuteur: Saint-Just
nationale aux citoyens de Nice et à Varmée du nationale aux citoyens de Nice et à Varmée du
Locuteur: Saint-Just
Citoyens de Nice. Citoyens de Nice.
Locuteur: Saint-Just
...nous vous croyions incapables d'exciter de pareils désordres. Mais aujourd'hui qui... Avant ce que nous avons vu, nous vous croyions incapables d'exciter de pareils désordres. Mais aujourd'hui qui nous garantira que ceux que vous avez dénoncés n'ont pas eu les mêmes causes et...
Citoyens de Nice, les commissaires de la Convention nationale vous ont observés ...
...ocrates, d'esclaves soudoyés par le roi de Turin : aujourd'hui ils ont vu claireme...
...e assemblée primaire pour vous empêcher de vous cons- (1) Archives nationales. Car...
Citoyens de Nice, les commissaires de la Convention nationale vous ont observés attentivement. Depuis leur arrivée, ils s'étaient bien aperçus qu'il existait dans votre ville un parti d'aristocrates, d'esclaves soudoyés par le roi de Turin : aujourd'hui ils ont vu clairement que ce parti ne cherchait qu'à dissoudre votre assemblée primaire pour vous empêcher de vous cons- (1) Archives nationales. Carton C 242, chemise 294,
...écédente dépêche, que nous procédions à la visite du magasin militaire de Montpellier et il s'en faut bien que l'...
... remarqué doivent encore être imputés à la mauvaise administration et à la coupable négligence du commissaire des ...
... demandé aux trois corps administratifs de nommer chacun deux commissaires pris dans leur sein, et de nous désigner aussi deux experts pour chaque espèce de fourniture ; ce sont ces commissaires et ces experts que nous avons chargé de procéder, en présence des fournisseurs ...
« Nous vous avons annoncé, dans notre précédente dépêche, que nous procédions à la visite du magasin militaire de Montpellier et il s'en faut bien que l'examen approfondi que nous avons fait des effets qu'il renferme nous présente des résultats aussi avantageux que nous l'avions espéré. Les abus ruineux que nous avons remarqué doivent encore être imputés à la mauvaise administration et à la coupable négligence du commissaire des guerres. Nous avons suivi dans nos opérations les formes que nous nous étions prescrites à Lyon et qui nous paraissent les plus justes et les plus sûres. Nous avons demandé aux trois corps administratifs de nommer chacun deux commissaires pris dans leur sein, et de nous désigner aussi deux experts pour chaque espèce de fourniture ; ce sont ces commissaires et ces experts que nous avons chargé de procéder, en présence des fournisseurs et du commissaire (1) Archives nationales, Carton C 242, chemise 294,

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 158
Locuteur: Saint-Just
...t des effets militaires. 11 est résulté de cet examen que des fournitures de la plus mauvaise qualité avaient été accep...
...ait été beaucoup plus considérable dans la plus importante partie, celle des draps...
...admis comme pièce d'échantillon un drap de la plus mauvaise qualité, de sorte que les étoffes de ce genre acceptées comme bonnes par les...
... telles que comparativement à un modèle de l'espèce la plus inférieure, et que les fournisseurs étaient en effet autorisés a prendre pour type de leurs livraisons ; aussi la Convention verra que c'est à l'insouciance ou à la complaisance du commissaire des guerres qu'il faut attribuer la mauvaise qualité des approvisionnements...
...e à faire au citoyen Perrot. Une maison de commerce de Montpellier a fait un marché pour la fourniture de 8,000 habits complets, dont les étoffes...
... sur des modèles pour les trois tailles de 5 pieds 5 pouces, 5 pieds 4 pouces et 5 pieds 2 pouces. Un bataillon de volontaires des Pyrénées-Orientales, en garnison à Montpellier, vient de recevoir un équipement complet d'habits...
...us-mêmes que cet équipement était, pour la plus grande partie des soldats du bataillon absolument hors de service. Nous avons cru devoir examiner...
...oyen Perrot, nous avons vu, avec autant de surprise que d'indignation, qu'aucun de...
...odément vêtus; il leur était impossible de faire Je plus léger mouvement sans être...
...ue tous les habits et toutes les vestes de modèle etaient trop étroits de 3, 4 et 5 pouces; c'est cependant avec ...
...e et criminelle légèreté qu'on s'occupe de l'équipement de 8,000 hommes gui, dévoués à la défense de la liberté, sont maintenant exposés à tout...
...e saison rigoureuse dans les neiges die la Savoie. Vous voyez que ce vice d'admini...
...s les fournitures devaient être faites. La défectuosité des modèles devait produire de mauvaises livraisons; aussi une grande ...
... le commissaire des guerres avait admis de mauvais draps dans le magasin. Nous avo...
des guerres, à l'examen le plus exact des effets militaires. 11 est résulté de cet examen que des fournitures de la plus mauvaise qualité avaient été acceptées par le citoyen Perrot, commissaire des guerres, et que sur 1,136 pièces d'é...
...ore été vérifiée, 243 ont été rejetées : le nombre des pièces mises au rebut aurait été beaucoup plus considérable dans la plus importante partie, celle des draps bleus, si, par une négligence qu'on ne peut ni expliquer ni justifier, le commissaire des guerres Perrot n'avait pas admis comme pièce d'échantillon un drap de la plus mauvaise qualité, de sorte que les étoffes de ce genre acceptées comme bonnes par les experts n'ont été déclarées telles que comparativement à un modèle de l'espèce la plus inférieure, et que les fournisseurs étaient en effet autorisés a prendre pour type de leurs livraisons ; aussi la Convention verra que c'est à l'insouciance ou à la complaisance du commissaire des guerres qu'il faut attribuer la mauvaise qualité des approvisionnements militaires dans le magasin ae Montpellier. Quelque forte que soit cette imputation, nous en avons une plus grave encore à faire au citoyen Perrot. Une maison de commerce de Montpellier a fait un marché pour la fourniture de 8,000 habits complets, dont les étoffes sont prises dans le magasin militaire. Ces1 habits doivent, conformément aux règlements, être faits sur des modèles pour les trois tailles de 5 pieds 5 pouces, 5 pieds 4 pouces et 5 pieds 2 pouces. Un bataillon de volontaires des Pyrénées-Orientales, en garnison à Montpellier, vient de recevoir un équipement complet d'habits sortis du magasin militaire; nous nous sommes assurés par nous-mêmes que cet équipement était, pour la plus grande partie des soldats du bataillon absolument hors de service. Nous avons cru devoir examiner les habits acceptés au magasin et prêts à être expédiés pour l'armée des Alpes ...
... hommes des trois tailles militaires, les habits des modèles acceptés par le citoyen Perrot, nous avons vu, avec autant de surprise que d'indignation, qu'aucun des modèles ne convenait aux tailles pour lesquelles ils étaient faits. Les soldats par qui nous les avons fait essayer étaient aussi ridiculement qu'incom-modément vêtus; il leur était impossible de faire Je plus léger mouvement sans être horriblement gênés et nous avons constaté que tous les habits et toutes les vestes de modèle etaient trop étroits de 3, 4 et 5 pouces; c'est cependant avec cette incroyable et criminelle légèreté qu'on s'occupe de l'équipement de 8,000 hommes gui, dévoués à la défense de la liberté, sont maintenant exposés à toutes les aspérités d'une saison rigoureuse dans les neiges die la Savoie. Vous voyez que ce vice d'administration doit encore être imputé au commissaire Perrot, qui n'aurait jamais dû r...
... les vérifier et sans s'assurer s'ils étaient propres aux tailles pour lesquelles les fournitures devaient être faites. La défectuosité des modèles devait produire de mauvaises livraisons; aussi une grande quantité d'habits a-t-elle été rejetée : un grand nombre l'a été également pour mauvaise qualité d'étoffes, ce qui prouve qu'antérieurement à notre arrivée, le commissaire des guerres avait admis de mauvais draps dans le magasin. Nous avons réparé
Locuteur: Saint-Just
...tait en nous les abus qui sont résultés de la mauvaise administration du commissaire. La pièce d'échantillon de drap bleu destinée à servir de type aux livraisons pour l'équipement de 24,000 hommes, et reconnue de mauvaise qualité par les experts et les...
...eux-mêmes, a été retirée du magasin et, de concert avec les entrepreneurs, nous l'avons fait remplacer par une étoffe de qualité supérieure. La réforme des modèles était indispensable...
...our le bien couvrir et pour lui laisser la liberté de tous ses mouvements. Les entrepreneurs chargés de la façon des habits se sont soumis à faire...
...s, et ils s'entendront avec le ministre de la guerre pour fixer le rabais qu'ils doiv...
... habillements dont l'étoffe a été jugée de mauvaise qualité. Les besoins pressants de l'armée doivent autoriser ce marché et ne permettent pas de rejeter irrévocablement la fourniture.
autant qu'il était en nous les abus qui sont résultés de la mauvaise administration du commissaire. La pièce d'échantillon de drap bleu destinée à servir de type aux livraisons pour l'équipement de 24,000 hommes, et reconnue de mauvaise qualité par les experts et les fournisseurs eux-mêmes, a été retirée du magasin et, de concert avec les entrepreneurs, nous l'avons fait remplacer par une étoffe de qualité supérieure. La réforme des modèles était indispensable ; nous en avons substitué d'autres dont nous avons fait prendre mesure, que noUs avons fait essayer et qui assurent au soldat un vêtement assez ample pour le bien couvrir et pour lui laisser la liberté de tous ses mouvements. Les entrepreneurs chargés de la façon des habits se sont soumis à faire réparer ceux qui étaient trop étroits ou mal cousus, et ils s'entendront avec le ministre de la guerre pour fixer le rabais qu'ils doivent éprouver sur les habillements dont l'étoffe a été jugée de mauvaise qualité. Les besoins pressants de l'armée doivent autoriser ce marché et ne permettent pas de rejeter irrévocablement la fourniture.
Locuteur: Saint-Just
« 11 ne nous a pas paru suffisant de réformer les abus, nous avons cru devoir encore ôter la surveillance de l'importante partie des approvisionnements militaires à un fonctionnaire dont la négligence est si ruineuse pour la République, et nous avons interdit le commissaire Perrot de toutes fonctions attachées à son titre;...
...paru convenable qu'il ne s'absentât pas de Montpellier avant que son sort fût définitivement réglé soit par la Convention, soit par le ministre de la guerre, et en vertu des pouvoirs que vous nous avez donnés, nous lui avons enjoint de ne pas sortir de cette ville jusqu'à nouvel ordre. Le commissaire ordonnateur a été prévenu de remplacer provisoirement le citoyen Perrot, et comme la surveillance ne saurait être trop activ...
...upés^ Nous nous croyons surtout obligés de distinguer aux yeux de la Convention nationale le citoyen Brunet,...
...atriotisme et à ses lumières des succès de nos opérations; il nous a fourni sur le...
...ignements très importants et qui seront de la plus grande utilité au comité que vous avez nommé pour la revision des marchés.
« 11 ne nous a pas paru suffisant de réformer les abus, nous avons cru devoir encore ôter la surveillance de l'importante partie des approvisionnements militaires à un fonctionnaire dont la négligence est si ruineuse pour la République, et nous avons interdit le commissaire Perrot de toutes fonctions attachées à son titre; il nous a paru convenable qu'il ne s'absentât pas de Montpellier avant que son sort fût définitivement réglé soit par la Convention, soit par le ministre de la guerre, et en vertu des pouvoirs que vous nous avez donnés, nous lui avons enjoint de ne pas sortir de cette ville jusqu'à nouvel ordre. Le commissaire ordonnateur a été prévenu de remplacer provisoirement le citoyen Perrot, et comme la surveillance ne saurait être trop active et trop exacte, nous lui avons adjoint trois commissaires nommés par nous dans...
...er et nous assister dans les opérations pénibles dont nous sommes sans cesse occupés^ Nous nous croyons surtout obligés de distinguer aux yeux de la Convention nationale le citoyen Brunet, administrateur du département : nous sommes en grande partie redevables à son zèle, à son patriotisme et à ses lumières des succès de nos opérations; il nous a fourni sur les approvisionnements militaires des renseignements très importants et qui seront de la plus grande utilité au comité que vous avez nommé pour la revision des marchés.
Locuteur: Saint-Just
11 est indispensable que la Convention nationale, pour assurer la bonté des approvisionnements militaires...
...s plus grands inconvénients. Nous avons la preuve bien acquise qu'un fournisseur a...
...érable d'effets rejetés dans le magasin de Lyon et des experts d'une probité incon...
11 est indispensable que la Convention nationale, pour assurer la bonté des approvisionnements militaires, décide promptement ce que doivent devenir les objets rejetés parles experts : ...
... ne sont pas acceptées, mais l'expérience nous apprend que cette mesure offre les plus grands inconvénients. Nous avons la preuve bien acquise qu'un fournisseur a voulu acheter une partie considérable d'effets rejetés dans le magasin de Lyon et des experts d'une probité incontestable nous ont paru presque certains qu'on avait présenté à Lyon des fournitu...

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 159
Locuteur: Saint-Just
...dans ceux du Nord, et ne trompent ainsi la République en lui vendant le fruit ue l...
...use friponnerie. Quant à nous, entourés de prévaricateurs dont l'audace nous est bien connue, et révoltés de toutes les dilapidations dont-nous avon...
...etés comme mauvais du magasin militaire de Lyon ne pût être présentée dans aucun a...
...tayer, si nous avions besoin d'exemple, de celui 'de l'ancien régime : les vérificateurs cou...
...dmissibles. Nous demandons instamment à la Convention de s'occuper promptement de cet objet, qui est de la plus haute importance, pour assurer l'économie et la bonté des approvisionnements.
ments rejetés dans ceux du Nord, et ne trompent ainsi la République en lui vendant le fruit ue leur trop industrieuse friponnerie. Quant à nous, entourés de prévaricateurs dont l'audace nous est bien connue, et révoltés de toutes les dilapidations dont-nous avons été les témoins, nous avons pourvu à ce que l'immense quantité d'objets rejetés comme mauvais du magasin militaire de Lyon ne pût être présentée dans aucun autre dépôt d'approvisionnement, et nous avons fait graver une estampille portant...
...ractères ineffaçables sur toutes les fournitures rejetées. Nous pourrions nous étayer, si nous avions besoin d'exemple, de celui 'de l'ancien régime : les vérificateurs coupaient en deux parties tous les habits qu'ils ne jugeaient pas admissibles. Nous demandons instamment à la Convention de s'occuper promptement de cet objet, qui est de la plus haute importance, pour assurer l'économie et la bonté des approvisionnements.
Locuteur: Saint-Just
...ons pris, avec les corps administratifs de ce département, l'engagement de vous informer des alarmes qu'occasionne ici la suppression prochaine des billets de secours au-dessous de 10 sols. Il est difficile de concevoir, en effet, comment le peuple, dans le dénuement absolu de menue monnaie, pourra atteindre aux échanges que nécessite si fréquemment la frugalité de ses besoins et la médiocrité de ses facultés. Il faut que la Convention sache bien que la disparition du numéraire est absolu dan...
...s lui attester que, depuis notre départ de Paris, nous n'avons pas vu deux fois fa...
... numéraire est remplacé par des billets de 5, de 3, de 2 sols et même de 6 deniers. Il est impossible que la suppression de ces billets, gu aucune valeur ne remplacera, ne nuise pas à la tranquillité publique, et nous croyons,...
...eux. On fabrique, il est vrai, beaucoup de monnaie de billon, mais cette monnaie- ne circule point; elle est accaparée av...
...ltante, et l'anéantissement des coupons de secours lui a fait prendre une hausse c...
...ons très nombreuses nous ont appris que la monnaie de billon fabriquée à Montpellier pour le compte de quelques particuliers était défectueuse...
...t assuré qu'il avait dénoncé ce délit à la commission des monnaies en lui envoyant des flans de comparaison et qu'il n'avait reçu aucun...
... remettre quelques-unes des pièces dont la fabrication a excité des plaintes et nous les présenterons à la Convention nationale, qui en ordonnera l'essai et la vérification, si elle le juge convenabl...
« Nous avons pris, avec les corps administratifs de ce département, l'engagement de vous informer des alarmes qu'occasionne ici la suppression prochaine des billets de secours au-dessous de 10 sols. Il est difficile de concevoir, en effet, comment le peuple, dans le dénuement absolu de menue monnaie, pourra atteindre aux échanges que nécessite si fréquemment la frugalité de ses besoins et la médiocrité de ses facultés. Il faut que la Convention sache bien que la disparition du numéraire est absolu dans les contrées que nous parcourons etnous pouvons lui attester que, depuis notre départ de Paris, nous n'avons pas vu deux fois faire des échanges en monnaie. Le numéraire est remplacé par des billets de 5, de 3, de 2 sols et même de 6 deniers. Il est impossible que la suppression de ces billets, gu aucune valeur ne remplacera, ne nuise pas à la tranquillité publique, et nous croyons, en vous en prévenant, obéir à un devoir très impérieux. On fabrique, il est vrai, beaucoup de monnaie de billon, mais cette monnaie- ne circule point; elle est accaparée avec une âpreté vraiment révoltante, et l'anéantissement des coupons de secours lui a fait prendre une hausse considérable. Des réclamations très nombreuses nous ont appris que la monnaie de billon fabriquée à Montpellier pour le compte de quelques particuliers était défectueuse dans son alliage. Nous avons cru devoir demander des éclaircissements au commis...
...attestent en effet qu'il y a un alliage frauduleux dans les flans; il nous a fort assuré qu'il avait dénoncé ce délit à la commission des monnaies en lui envoyant des flans de comparaison et qu'il n'avait reçu aucune réponse. Nous nous sommes fait remettre quelques-unes des pièces dont la fabrication a excité des plaintes et nous les présenterons à la Convention nationale, qui en ordonnera l'essai et la vérification, si elle le juge convenable.
Locuteur: Saint-Just
...ions sont terminées dans le département de l'Hérault; nous allons nous rendre a Ly...
...ez chargé ne se refroidira jamais, mais la Convention nous permettra de lui exprimer combien il nous est pénibl...
...es circonstances où 'elle se trouve, et de
« Nos opérations sont terminées dans le département de l'Hérault; nous allons nous rendre a Lyon pour y recueillir encore quelques renseignements très importants et nous accé...
...le, notre retour à Paris. Notre zèle dans 1 importante mission dont vous nous avez chargé ne se refroidira jamais, mais la Convention nous permettra de lui exprimer combien il nous est pénible, d'être éloignés d'elle dans les circonstances où 'elle se trouve, et de
Locuteur: Saint-Just
...clarer que rien ne pourra nous empêcher de nous réunir à nos collègues pour prendr...
...t le résultat doit cimenter l'existence de la République et assurer pour jamais son r...
lui déclarer que rien ne pourra nous empêcher de nous réunir à nos collègues pour prendre part à des délibérations dont le résultat doit cimenter l'existence de la République et assurer pour jamais son repos et sa gloire.
Locuteur: Castilhon
...t les abus dénoncés parles commissaires de la Convention ne sont peut-être pas les se...
...tant et le plus urgent pour l'heure est de parer aux besoins pressants des armées, et de fournir à nos courageux volontaires les moyens de repousser les tyrans. Je demande que le...
...ures qui seront admises dans le magasin de Montpellier soient visitées par des exp...
...commissaires aient lieu. Je propose que la commission des marchés soit appelée à d...
...e, le plus tôt possible, un rapport sur la matière.
...certes beaucoup à dire sur les méfaits commis parles commissaires des guerres, et les abus dénoncés parles commissaires de la Convention ne sont peut-être pas les seuls qu'il y aurait à punir. Mais l'important et le plus urgent pour l'heure est de parer aux besoins pressants des armées, et de fournir à nos courageux volontaires les moyens de repousser les tyrans. Je demande que les conditions énoncées dans les marchés soient tenus. Il est à regretter que les ...
...as été énoncés dans les marchés passés par Montesquiou ; il faut que les fournitures qui seront admises dans le magasin de Montpellier soient visitées par des experts et que les estampilles proposées par les commissaires aient lieu. Je propose que la commission des marchés soit appelée à délibérer sur le tout et nous fasse, le plus tôt possible, un rapport sur la matière.
Locuteur: Rouyer
...'appuie cette proposition ; il faut que la commission nommée pour examiner les mar...
... sa tâche, je demande que les ministres de la guerre et de la marine fassent parvenir à la commission tous les marchés passés au nom de la République.
J'appuie cette proposition ; il faut que la commission nommée pour examiner les marchés nous fasse dans les trois jours son rapport sur cet objet. Pour lui faciliter sa tâche, je demande que les ministres de la guerre et de la marine fassent parvenir à la commission tous les marchés passés au nom de la République.
Locuteur: Rebecquy
Je demande la confiscation, au profit de la nation, des fournitures qui ne se trouv...
...puleusement examinés à cet égard et que de ce chef une sanction pénale s'impose.
Je demande la confiscation, au profit de la nation, des fournitures qui ne se trouveront pas conformes aux marchés. Il n'est pas douteux que les marchés passés par Montesquiou doivent être scrupuleusement examinés à cet égard et que de ce chef une sanction pénale s'impose.
Locuteur: Rebecquy
(La Convention renvoie à la commission des marchés la proposition de Rebecquy.) (La Convention renvoie à la commission des marchés la proposition de Rebecquy.)
Locuteur: Curée
...membre : Oui, mais décrétons auparavant la prorogation du délai pour l'extinction des billets de confiance. Un autre membre : Oui, mais décrétons auparavant la prorogation du délai pour l'extinction des billets de confiance.
Locuteur: Birotteau
...lution dès aujourd'hui s'impose ; c'est de décréter d'accusation et de Tnettre provisoirement en état d'arrestation le commissaire des guerres Perrot, dont la culpabilité ressort bien nette de la^lecture de la lettre qu'ont adressée à la Convention nos commissaires à Montpelli... Je suis d'avis, avant d'en finir avec cette question, qu'une solution dès aujourd'hui s'impose ; c'est de décréter d'accusation et de Tnettre provisoirement en état d'arrestation le commissaire des guerres Perrot, dont la culpabilité ressort bien nette de la^lecture de la lettre qu'ont adressée à la Convention nos commissaires à Montpellier.
Locuteur: Birotteau
(La Convention renvoie à la commission des marchés la proposition de Rirotteau, ainsi que la lettre à elle adressée par seé commissa... (La Convention renvoie à la commission des marchés la proposition de Rirotteau, ainsi que la lettre à elle adressée par seé commissaires à Lyon et à Montpellier.)
Locuteur: Le Président
annonce la mort de Germignacr annonce la mort de Germignacr
Locuteur: Rouyer
(La Convention décrète ces propositions.) (La Convention décrète ces propositions.)
Locuteur: Curée
... décret qui permettait aux départements de se fournir, pour l'équipement des batai... Je demande le rapport du décret qui permettait aux départements de se fournir, pour l'équipement des bataillons, dans les fabriques et que les bataillons soient fournis dans les entrepôt...
Locuteur: Curée
(La Convention renvoie la proposition à la commission des marchés.) (La Convention renvoie la proposition à la commission des marchés.)
Locuteur: Curée
Un membre : Je propose qu'on passe à la discussion du grand ordre du jour. Un membre : Je propose qu'on passe à la discussion du grand ordre du jour.
Locuteur: Curée
(La Convention décrète que le rapporteur du... (La Convention décrète que le rapporteur du comité des finances sera entendu sur cette matière.)

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 160
Locuteur: Le Président
député de la Corrèze, et désigne la députation d'usage pour assister à son convoi. Ce sont : Escudier, Esnûe de La Vallée, Estadêns, Fauchet, Faure (Pierr... député de la Corrèze, et désigne la députation d'usage pour assister à son convoi. Ce sont : Escudier, Esnûe de La Vallée, Estadêns, Fauchet, Faure (Pierre), Fayau, Fayolle, Féraud, Ferroux, Fleury et Fockedey.
Locuteur: Saint-Just
...secrétaire, annonce que le 4e bataillon de la section du Louvre, qui part pour les fr... , secrétaire, annonce que le 4e bataillon de la section du Louvre, qui part pour les frontières, demande des commissaires pour prêter son serment.
Locuteur: Gillet
..., fait un rapport et présente un projet de décret tendant à reculer le délai fixé par la loi du 8 novembre dernier pour retirer de la circulation les billets de confiance; ce projet de décret est ainsi conçu : , au nom du comité des finances, fait un rapport et présente un projet de décret tendant à reculer le délai fixé par la loi du 8 novembre dernier pour retirer de la circulation les billets de confiance; ce projet de décret est ainsi conçu :
Locuteur: Gillet
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances sur les représe...
...ui ont été faites que le délai fixé par la loi du 8 novembre dernier, pour retirer les billets au-dessous de 25 livres qui sont en circulation, n'es...
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances sur les représentations qui ont été faites que le délai fixé par la loi du 8 novembre dernier, pour retirer les billets au-dessous de 25 livres qui sont en circulation, n'est pas suffisant, décrète :
Locuteur: Gillet
...1 du décret du 8 novembre dernier, pour la circulation, dans les départements, des...
...eables en assignats, connus sous le nom de billets de confiance patriotique, ou de secours, est prorogé; savoir :
« Le délai fixé par l'article 21 du décret du 8 novembre dernier, pour la circulation, dans les départements, des billets au porteur, payables à vue en échange d'assignats ou en billets échangeables en assignats, connus sous le nom de billets de confiance patriotique, ou de secours, est prorogé; savoir :
Locuteur: Gillet
...qui sont déjà rentrés ou rentreront par la voie de l'échange avant les époques fixées par ... « Les billets qui sont déjà rentrés ou rentreront par la voie de l'échange avant les époques fixées par les articles 1 et 2 ci-dessus, ne pourront plus être en mis circulation.
Locuteur: Gillet
let prochain, de la franchise des ports de lettres et paquets pour cet objet seulement; lesdits paquets étant intitulés : Echange de billets de confiance, et contresignés par le procu... let prochain, de la franchise des ports de lettres et paquets pour cet objet seulement; lesdits paquets étant intitulés : Echange de billets de confiance, et contresignés par le procureur général syndic du département.
Locuteur: Gillet
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Lequinio
Puisque nous manquons de petite monnaie et qu'aucun culte ne doit avoir de cloches, j'en demande la suppression. Nous servirons aussi doublement le peuple en lui rendant la tranquillité, et en lui procurant de la monnaie. Puisque nous manquons de petite monnaie et qu'aucun culte ne doit avoir de cloches, j'en demande la suppression. Nous servirons aussi doublement le peuple en lui rendant la tranquillité, et en lui procurant de la monnaie.
Locuteur: Le Président
L'ordre du jour appelle la discussion sur Vexception à faire en faveur de Philippe-Egalité (1), dans le décret qui prononce l'expulsion de la famille des Bourbons. L'ordre du jour appelle la discussion sur Vexception à faire en faveur de Philippe-Egalité (1), dans le décret qui prononce l'expulsion de la famille des Bourbons.
Locuteur: Léonard Bourdon
Je demande que l'on traite simplement la question de savoir si vous rapporterez le décret de dimanche; car dans le cas où vous vous ...
...pour le rapport, il deviendrait inutile de discuter la question relative à Philippe-Egalité.
Je demande que l'on traite simplement la question de savoir si vous rapporterez le décret de dimanche; car dans le cas où vous vous décideriez pour le rapport, il deviendrait inutile de discuter la question relative à Philippe-Egalité.
Locuteur: Louis Legendre
Je demande que chaque membre soit tenu de se tenir dans le calme et assis pendant la délibération. Je demande que chaque membre soit tenu de se tenir dans le calme et assis pendant la délibération.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention désigne les citoyens Lacoste... (La Convention désigne les citoyens Lacoste, Engerran-Deslandes, Enjubault et Eniart, pour recevoir le serment du 4e batail...
Locuteur: Gillet
* Pour les billets au-dessous de 10 sous, qui ont été émis par des corps...
... prochain ; pour les billets au-dessous de dix sous, émis par des compagnies ou particuliers; et ceux de 10 sous et au-dessous de 25 livres, émis par des corps administr...
* Pour les billets au-dessous de 10 sous, qui ont été émis par des corps administratifs ou municipaux, jusqu'au 1er juillet prochain ; pour les billets au-dessous de dix sous, émis par des compagnies ou particuliers; et ceux de 10 sous et au-dessous de 25 livres, émis par des corps administratifs ou municipaux, ou par des compagnies et particuliers, jusqu'au 1er mars pr...
Locuteur: Gillet
« Sont exceptés des dispositions de l'article ci-dessus, les billets émis p...
...épartement ae Paris, quoique au-dessous de 25livres, qui ne pourront rester en cir...
« Sont exceptés des dispositions de l'article ci-dessus, les billets émis par des corps administratifs ou municipaux, ou par des particuliers et compagnies, dans le département ae Paris, quoique au-dessous de 25livres, qui ne pourront rester en circulation que jusques et compris le 31 jan- I vier prochain.
Locuteur: Gillet
« Le délai pour la garantie des communes, fixé par l'artic... « Le délai pour la garantie des communes, fixé par l'article du décret du 8 novembre dernier, est prorogé d'un mois après les délais fixés...
Locuteur: Gillet
( Les administrations de départements pourront prendre entre ell... ( Les administrations de départements pourront prendre entre elles les moyens qu'elles jugeront convenables, pour réchange des billets qui circu...
Locuteur: Gillet
« Pour faciliter la correspondance entre lesdits corps admi... « Pour faciliter la correspondance entre lesdits corps administratifs, ils jouiront, jusqu'au 1er juil- *
Locuteur: Gillet
« La loi du 8 novembre dernier sera au surpl... « La loi du 8 novembre dernier sera au surplus exécutée dans toutes les dispositions auxquelles il n'est pas dérogé par le p...
Locuteur: Lequinio
(La Convention passe à l'ordre du jour sur ... (La Convention passe à l'ordre du jour sur cette proposition.)
Locuteur: Rouyer
La motion présentée par Bourdon n'est pas ... La motion présentée par Bourdon n'est pas du tout incompatible avec l'ordre du jour que nous avons à discuter dans cette s...
Locuteur: Thuriot et Jean-Bon-Saint-André
Mais ce décret pèche par la forme ! Mais ce décret pèche par la forme !
Locuteur: Rouyer
Le jour où vous avez supprimé la royauté, vous avez, par cela même, décrété la République; vous n'avez pas dit ce jour- que vous manquiez à la forme. Le jour où vous avez supprimé la royauté, vous avez, par cela même, décrété la République; vous n'avez pas dit ce jour- que vous manquiez à la forme.
J'appuie la motion de Rouyer. Je crois que dans une question aussi délicate (Murmures), il faut mettre ae la bonne foi de part et d'autre. (Murmures.) Nous cherc...
...erai aussi le rapport. Il faut donc que la discussion se rengage de nouveau. On peut, comme le dit Rouyer, ...
...) Voy. ci-dessus, séance du dimanche 16 -
J'appuie la motion de Rouyer. Je crois que dans une question aussi délicate (Murmures), il faut mettre ae la bonne foi de part et d'autre. (Murmures.) Nous cherchons à nous éclairer. Ce ne sont pas les passions qui doivent lutter ici, mais l...
...celui que j'ai proposé dimanche, si l'on me prouve que j'ai eu tort, j'en demanderai aussi le rapport. Il faut donc que la discussion se rengage de nouveau. On peut, comme le dit Rouyer, traiter simultanément les deux objets. (1) Voy. ci-dessus, séance du dimanche 16 -
de la famille aes Rourbons. de la famille aes Rourbons.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 161
Locuteur: Buzot
Il y a encore la proposition de Rewbell qu'on Çeut admettre; car, peu m...
...soit rendu, pourvu qu'après le jugement de Louis XVI, je ne voie pas derrière le r...
Il y a encore la proposition de Rewbell qu'on Çeut admettre; car, peu m'importe à quelle époque le décret soit rendu, pourvu qu'après le jugement de Louis XVI, je ne voie pas derrière le rideau celui qui doit lui succéder. (Applaudissements.)
Locuteur: Buzot
(La Convention adopte la proposition de Buzot.) (La Convention adopte la proposition de Buzot.)
Locuteur: Fayau
...nerai point quelles sont les intentions de ceux qui vous ont proposé de bannir à jamais du territoire de la République, toute la famille des Bourbons. Je n'examinerai point quelles sont les intentions de ceux qui vous ont proposé de bannir à jamais du territoire de la République, toute la famille des Bourbons.
Locuteur: Fayau
Je me contenterai de faire observer à l'Assemblée, que ceux de ses membres qui, sur des propositions tendant évidemment au bien public, avaient assez de prudence pour réclamer des ajournements...
...est dangereux, ont mis en quelque sorte de l'acharnement pour contraindre la Convention à décréter de prime-abord une question si profonde et si délicate, que ceux- mêmes qui avaient adopté leurs opinions, se rétractèrent aussitôt qu'ils connurent la vérité.
Je me contenterai de faire observer à l'Assemblée, que ceux de ses membres qui, sur des propositions tendant évidemment au bien public, avaient assez de prudence pour réclamer des ajournements, parce que, disaient-ils, l'enthousiasme est dangereux, ont mis en quelque sorte de l'acharnement pour contraindre la Convention à décréter de prime-abord une question si profonde et si délicate, que ceux- mêmes qui avaient adopté leurs opinions, se rétractèrent aussitôt qu'ils connurent la vérité.
Locuteur: Fayau
La première question consiste à savoir si la Convention peut retirer à un de ses membres les pouvoirs qu'il tient du... La première question consiste à savoir si la Convention peut retirer à un de ses membres les pouvoirs qu'il tient du souverain.
Locuteur: Fayau
La seconde consiste à savoir si un individu par cela même qu'il est d'une famille de tyrans et de traîtres, doit être banni d'une société... La seconde consiste à savoir si un individu par cela même qu'il est d'une famille de tyrans et de traîtres, doit être banni d'une société qui a juré l'égalité et l'abolition des despotes.
Locuteur: Fayau
...oix libre du peuple, son représentant à la Convention nationale. Les pouvoirs dont...
...mblables aux vôtres; quand il les reçut de ses commettants, la nation ne vit en lui, comme en chacun de vous, qu'un homn e, qu'un citoyen, qu'un Français: et quand la nation aurait vu dans Philippe-Egalité ...
... des Bourbons, si elle l'eut jugé digne de sa confiance, si elle l'eût voulu pour ...
...orité aurait pu s'opposer à l'»>xercice de ses droits? De qui la nation aurait elle reçu des ordres? (Vi...
Philippe-Egalité est, du choix libre du peuple, son représentant à la Convention nationale. Les pouvoirs dont il est revêtu sont en tout semblables aux vôtres; quand il les reçut de ses commettants, la nation ne vit en lui, comme en chacun de vous, qu'un homn e, qu'un citoyen, qu'un Français: et quand la nation aurait vu dans Philippe-Egalité un desci ndant des Bourbons, si elle l'eut jugé digne de sa confiance, si elle l'eût voulu pour son représentant, quelle autorité aurait pu s'opposer à l'»>xercice de ses droits? De qui la nation aurait elle reçu des ordres? (Vifs applaudissements des tribunes.)
Locuteur: Fayau
...toyens, et j'in Toque ici vos serments, la souveraineté réside essentiellement dan...
...qu'il occupe. Le souverain seul a droit de le rappeler; autrement, si la majorité de la Convention veut voir comme dangereux au bonheur de la patrie 300 de ses membres, elle pourra donc successiv...
...qui ose soutenir que vous avez le droit de dire à un envoyé du souverain : Nous ne voulons pas de toi... Si vous croyiez avoir ce droit, je gémirais sur le sort de ma patrie; je verrais en vous des usurpateurs de la souveraineté; j'y verrais des despotes;...
Vous l'avez dit, citoyens, et j'in Toque ici vos serments, la souveraineté réside essentiellement dans le peuple. Eh bien, c'est le peuple, c'est le souverain qui a placé Philippe-Egalité au poste qu'il occupe. Le souverain seul a droit de le rappeler; autrement, si la majorité de la Convention veut voir comme dangereux au bonheur de la patrie 300 de ses membres, elle pourra donc successivement les éloigner? Je ne crois pas, citoyens, qu'il y ait ici quelqu'un qui ose soutenir que vous avez le droit de dire à un envoyé du souverain : Nous ne voulons pas de toi... Si vous croyiez avoir ce droit, je gémirais sur le sort de ma patrie; je verrais en vous des usurpateurs de la souveraineté; j'y verrais des despotes; et avez-vous oublié que le peuple a juré ae les exterminer tous? (Nouveaux appl...
Locuteur: Fayau
...he pour oublier le serment qu'il a fait de mourir ici en défendant les droits de ceux qui Pont envoyé, je voterais alors...
...nts.) Je le répète, il existe au-dessus de vous une puissance qui ne se vend, ni ne se prête, c'est la souveraineté du peuple. (Les applaudiss...
Je dis que non, et si Philippe-Egalité était assez lâche pour oublier le serment qu'il a fait de mourir ici en défendant les droits de ceux qui Pont envoyé, je voterais alors pour que Philippe-Egalité fût à jamais banni du sein d'une société qu'il aurait trahie. (Mêmes applaudissements.) Je le répète, il existe au-dessus de vous une puissance qui ne se vend, ni ne se prête, c'est la souveraineté du peuple. (Les applaudissements
Locuteur: Fayau
Depuis l'origine de la liberté en France, il s'en est montré l'ami et le défenseur; il n'est pas de sacrifices qu'il n'ait faits pour elle;...
...enus ont aussitôt pensé que chaque acte de bienfaisance de Philippe-Egalité était un degré qu'il m...
Depuis l'origine de la liberté en France, il s'en est montré l'ami et le défenseur; il n'est pas de sacrifices qu'il n'ait faits pour elle; eh bien, des hommes prévenus ont aussitôt pensé que chaque acte de bienfaisance de Philippe-Egalité était un degré qu'il montait pour arriver au trône. Citoyens, s'il fallait juger les hommes sur des pr...
Locuteur: Fayau
... inique! On veut que ta liberté dépende de l'absence d'un individu! Répondez, Fran...
...re l'influence d'un homme? Les colonnes de la République pourraient-elles donc être r...
Ma patrie, c'est toi qu'on invoque; c'est toi qu'on prétend sauver par un acte inique! On veut que ta liberté dépende de l'absence d'un individu! Répondez, Français, seriez-vous assez faibles pour craindre l'influence d'un homme? Les colonnes de la République pourraient-elles donc être renversées par les mains d'un enfant?
Locuteur: Fayau
...sion; mais, citoyens, voyez ce qu'était la République romaine, lorsque les Tarquins en furent chassés, et voyez ce qu'est la République française au jour où l'on vous propose de chasser les Bourbons. On a cru, en vous citant l'exemple des Romains, entraîner votre décision; mais, citoyens, voyez ce qu'était la République romaine, lorsque les Tarquins en furent chassés, et voyez ce qu'est la République française au jour où l'on vous propose de chasser les Bourbons.
Locuteur: Fayau
... il suffisait alors d'avoir assez d'or, de crédit ou de talents pour se gagner 30,000 individus; et la liberté cessait d'être. A Rome il suffisait alors d'avoir assez d'or, de crédit ou de talents pour se gagner 30,000 individus; et la liberté cessait d'être.
Locuteur: Fayau
Ici, il faudrait séduire 13 millions de Français : et ceux-, qui ont proposé le bannissement des BourboAs, savent bien que la chose est impossible : les Français ser...
... républicains; ils ont juré le maintien de leur souveraineté, et la mort plutôt que l'esclavage... (Applaud...
Ici, il faudrait séduire 13 millions de Français : et ceux-, qui ont proposé le bannissement des BourboAs, savent bien que la chose est impossible : les Français seront toujours républicains; ils ont juré le maintien de leur souveraineté, et la mort plutôt que l'esclavage... (Applaudissements.)
Locuteur: Fayau
...raux, je dois vous mettre sous les yeux la position terrible dans laquelle vous je...
...n, qui n'est accusé que d'être trop ami de la liberté de son pays.
Citoyens, après vous avoir parlé des intérêts généraux, je dois vous mettre sous les yeux la position terrible dans laquelle vous jetez un citoyen, qui n'est accusé que d'être trop ami de la liberté de son pays.
Locuteur: Fayau
Lorsque tous les puissants de la France se rangeaient en bataillons sur ... Lorsque tous les puissants de la France se rangeaient en bataillons sur vos frontières, et menaçaient votre liberté naissante, Philippe Egalité était ic...
Locuteur: Fayau
Je ne puis m'empêcher de vous rappeler que, lorsque presque tous...
...vos destinées; comme vous, il attendait la mort en homme libre.
Je ne puis m'empêcher de vous rappeler que, lorsque presque tous les gouvernements devenus vos ennemis se coalisaient pour vous asservir, Philippe-Egalité partageait vos destinées; comme vous, il attendait la mort en homme libre.
Locuteur: Le Président
En conséquence, je déclare la discussion ouverte sur les deux questions et je donne la parole au premier orateur inscrit, qui ... En conséquence, je déclare la discussion ouverte sur les deux questions et je donne la parole au premier orateur inscrit, qui est le citoyen Fayau.
Locuteur: Fayau
...s, doit-il être chassé du territoire.de la République? Maintenant Philippe-Egalité, considéré comme descendant des Bourbons, doit-il être chassé du territoire.de la République?
Locuteur: Fayau
Lorsqu'il était encore incertain si la Révolution opérée en 1789 produirait de... Lorsqu'il était encore incertain si la Révolution opérée en 1789 produirait des résultats tels que ceux dont vous jouissez, Philippe-Egalité se montrait révol...
Locuteur: Basire
(A ces motsy Philippe-Egalité sort de VAssemblée.) (A ces motsy Philippe-Egalité sort de VAssemblée.)
Locuteur: Fayau
...Philippe-Egalité met en avant des actes de civisme, qu'aucun de vous, peut-être, ne saurait produire, v... Citoyens, et quand Philippe-Egalité met en avant des actes de civisme, qu'aucun de vous, peut-être, ne saurait produire, vous le con-

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 162
Locuteur: Fayau
Ennemi de tous les rois, qu'avec vous il a osé co...
...erait moins cruelle. Il n'est donc plus de différence entre le crime et la vertu!...
Ennemi de tous les rois, qu'avec vous il a osé combattre, Philippe-Egalité ne sait où reposer sa tête. S'il eût émigré, s'il se fût ouvertement déclaré votre ennemi, sa punition serait moins cruelle. Il n'est donc plus de différence entre le crime et la vertu!...
Locuteur: Fayau
...Philippe^Egalité ne peut être banni par la Convention nationale; je l'ai prouvé. C...
.... Il faut être juste. (Applaudissements de quelques membres). D'ailleurs, je le déclare, je me aéfie et de la proposition, et de ceux qui l'ont faite...
Je me résume. Comme représentant du peuple, Philippe^Egalité ne peut être banni par la Convention nationale; je l'ai prouvé. Comme descendant des Bourbons, il ne peut l'être, sans qu'au préalable vous lui f...
...vaincu que lui et les autres Bourbons sont coupables, que je voterai pour l'exil. Il faut être juste. (Applaudissements de quelques membres). D'ailleurs, je le déclare, je me aéfie et de la proposition, et de ceux qui l'ont faite...
Locuteur: Fayau
Dimanche, ici, des membres de l'Assemblée invoquèrent la souveraineté du peuple et la représentation de Philippe-Egalité. Quelqu'un osa aire qu...
...te qualité, si ce n'est vous, reviseurs de la Constitution? Louis XVIa-t-il obtenu d'autres suffrages de ses concitoyens, que ceux que vous lui ...
...et d'ailleurs, citoyens, quel est celui de vous qui voudrait condamner aux,mêmes t...
Dimanche, ici, des membres de l'Assemblée invoquèrent la souveraineté du peuple et la représentation de Philippe-Egalité. Quelqu'un osa aire que Louis XVI était aussi représentant du peuple : et qui lui donna cette qualité, si ce n'est vous, reviseurs de la Constitution? Louis XVIa-t-il obtenu d'autres suffrages de ses concitoyens, que ceux que vous lui prodiguâtes?... Ce sont vos expressions qui m'ont rendu défiant ; le crains que vous ne trayiez un chemin aux Bourbons coupables... et d'ailleurs, citoyens, quel est celui de vous qui voudrait condamner aux,mêmes tourments le traître d'Artois et Philippe-Égalité?
Locuteur: Fayau
...e panégyriste des Bourbons, ni l'intime de Philippe-Egalité ; je ne connais ce der...
...toi, ni les tiens que je défends, c est la justice. Songe bien que, si tu étais as...
...te des Français... Songe, tedis-je, que la faux de l'égalité est ...
Citoyens, je ne suis point ici le panégyriste des Bourbons, ni l'intime de Philippe-Egalité ; je ne connais ce dernier, qu'autant qu'il faut le connaître pour être son assassin, s'il cessait d'être le même. Oui, Philippe-Egalité, je te jure que ce n'est ni toi, ni les tiens que je défends, c est la justice. Songe bien que, si tu étais assez audacieux pour vouloir un jour t'élever au-dessus du reste des Français... Songe, tedis-je, que la faux de l'égalité est ...
Locuteur: Saint-Just
Nicolas Chambon, maire de Paris, au président de la Convention nationale. Nicolas Chambon, maire de Paris, au président de la Convention nationale.
Locuteur: Saint-Just
« J'ai l'honneur de vous annoncer que les commissaires des ...
...eur d'accompagner, attendent les ordres de la Convention pour lui présenter une adres...
« J'ai l'honneur de vous annoncer que les commissaires des 48 sections quei'ai l'honneur d'accompagner, attendent les ordres de la Convention pour lui présenter une adresse relative au rapport du décret rendu dimanche. (Quelques applaudissements des ...
Locuteur: Le Président
...par des cris qui partent au corridor où la députation attend les ordres de VAssemblée.) ...s affaires étrangères. Citoyens, le Parlement britannique... (Il est interrompu par des cris qui partent au corridor où la députation attend les ordres de VAssemblée.)
Locuteur: Henry-Larivière
...n fort contre cet homme (1). (On entend de nouveaux cris). La patrie souffre de ces horreurs-. Voilà un argument bien fort contre cet homme (1). (On entend de nouveaux cris). La patrie souffre de ces horreurs-.
Locuteur: Dufriche-Valazé
...nde qu'il soit ordonné aux commissaires de la salle de faire cesser ce tumulte et de nous faire un rapport à ce sujet. Je demande qu'il soit ordonné aux commissaires de la salle de faire cesser ce tumulte et de nous faire un rapport à ce sujet.
Locuteur: Basire
Comme membre du comité de sûreté générale, m'étant aperçu qu'il y avait dans les couloirs un plus grand nombre de citoyens qu'à l'ordinaire, je m'y suis ...
...obtenir le rapport du décret concernant la famille des Bourbons. Je leur ai répond...
...tre ascendant à cette tribune que celui de la raison. (Vifs applaudissements.) Nous sommes de votre avis, m'ont-ils dit, mais allez parler à la tête de la colonne, c'est Chambon surtout qui tient à ce que vous paraissiez à la barre, auressex-vous à lui. Il paraît donc certain que c'est la tête de la colonne qui, voulant absolument entrer,...
Comme membre du comité de sûreté générale, m'étant aperçu qu'il y avait dans les couloirs un plus grand nombre de citoyens qu'à l'ordinaire, je m'y suis rendu; ils m'ont annoncé qu'ils venaient présenter une pétition pour obtenir le rapport du décret concernant la famille des Bourbons. Je leur ai répondu que cette démarche était inutile, qu'il y avait des orateurs inscrits pour et contre, que l'Assemblée ne connaissait d'autre ascendant à cette tribune que celui de la raison. (Vifs applaudissements.) Nous sommes de votre avis, m'ont-ils dit, mais allez parler à la tête de la colonne, c'est Chambon surtout qui tient à ce que vous paraissiez à la barre, auressex-vous à lui. Il paraît donc certain que c'est la tête de la colonne qui, voulant absolument entrer, a occasionné ce tumulte. On sait, d'ailleurs, avec quelles personnes est lié Ch...
Locuteur: Fayau
Vous voulez donc qu'il regrette de n'avoir pas connu le crime?... citoyens... Vous voulez donc qu'il regrette de n'avoir pas connu le crime?... citoyens, je le répète, voyez sa position.
Locuteur: Fayau
...ns doute pour vous déterminer à adopter la proposition suivante: ...otife, ceux que vous avez tous sentis, et que je n'ai pas exprimés, suffiront sans doute pour vous déterminer à adopter la proposition suivante:
Locuteur: Fayau
Je demande que la Convention rapporte le décret que l'ent... Je demande que la Convention rapporte le décret que l'enthousiasme lui arracha dimanche, et qu elle passe à l'ordre du jour sur le surplu...
Locuteur: Le Président
Je suis saisi à l'instant d'une lettre de Nicolas Chambon, maire de Paris, dont je vais vous faire donner l... Je suis saisi à l'instant d'une lettre de Nicolas Chambon, maire de Paris, dont je vais vous faire donner lecture par un secrétaire.
Locuteur: Saint-Just
, secrétaire, donne lecture de cette lettre, qui est ainsi conçue : , secrétaire, donne lecture de cette lettre, qui est ainsi conçue :
Locuteur: Saint-Just
Un grand nombre de membres: L'ordre du jour! Un grand nombre de membres: L'ordre du jour!
Locuteur: Saint-Just
(La Convention passe à l'ordre du jour.) (La Convention passe à l'ordre du jour.)
Locuteur: Saint-Just
...nistre des affaires étrangèresy demande la parole. Lebrun, ministre des affaires étrangèresy demande la parole.
Locuteur: Le Président
La parole est au ministre des affaires étr... La parole est au ministre des affaires étrangères.
Locuteur: Basire
Comme membre du comité de surveillance... Comme membre du comité de surveillance...
Locuteur: Le Président
Basire, tu n'as pas la parole. (Murmures à Vextrême gauche.) Basire, tu n'as pas la parole. (Murmures à Vextrême gauche.)
Locuteur: Basire
Comme membre du comité de surveillance, m'étant aperçu... Comme membre du comité de surveillance, m'étant aperçu...
Locuteur: Le Président
C'est le ministre qui a la parole... Je te rappelle à Tordre... (N... C'est le ministre qui a la parole... Je te rappelle à Tordre... (Nouveaux murmures.)
Locuteur: Le Président
(La Convention accorde la parole à Basire.) (La Convention accorde la parole à Basire.)
Je demande la parole pour dénoncer un complot contre la tranquillité publique. Citoyens, l'inté...
...Ceux qui (1) \oy. ci-après, aux annexes de la séance, pagê 176
Je demande la parole pour dénoncer un complot contre la tranquillité publique. Citoyens, l'intérêt pressant du salut public m'oblige à vous parler avec franchise. Il vous importe d'entendre avec attention et sans préventipn ce que je vais dire. Ceux qui (1) \oy. ci-après, aux annexes de la séance, pagê 176

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 163
Locuteur: Maximilien Robespierre
ne voient dans la délibération qui nous occupe qu'une question de principes, n'en voient pas le véritable point. Toute la question est dans les circonstances et ...
...e, je vais vous faire toucher ?au doigt la vérité de mon assertion. Il me suffira pour vous convaincre de vous proposer de porter un instant vos regards sur le pa...
ne voient dans la délibération qui nous occupe qu'une question de principes, n'en voient pas le véritable point. Toute la question est dans les circonstances et dans les conséquences qu'on veut en faire naître. Cette motion n'a été proposée que pour amener un événement, et si vous voulez m'entendre, je vais vous faire toucher ?au doigt la vérité de mon assertion. Il me suffira pour vous convaincre de vous proposer de porter un instant vos regards sur le passé.
Locuteur: Maximilien Robespierre
...principes ici sont clairs; ce n'est pas ce qui peut jeter le trouble au milieu de nous ; les personnes nous sont à tous indifférentes ; la délibération dangereuse et délicate dan...
...naissons les motiis. Nous avions poussé la crainte des rois jusqu'à nous opposer à...
... les principes nous forcent aujourd'hui de défendre. On a çrévu qu'une délibération qui atteignait des officiers de l'armée, qui touchait la représentation nationale, pourrait occa...
...n cherchait. Qui est-ce qui a déjà fait la motion de faire reviser toutes les élections, c'est-à-dire d'énerver la souveraineté nationale? Qui sont ceux qui ont dit que Paris est un foyer de troubles? que la Convention n'y est pas en sûreté? que la Constitution n'y peut être faite? qui ont répandu tant de calomnies contre les différents membres de cette Assemblée? Ce sont ceux quiontamené la délibération dangereuse qui nous occupe; rien de plus conséquent en effet, avec leurs dé...
...entes, que le trouble qui peut résulter de cette délibération.
Les principes ici sont clairs; ce n'est pas ce qui peut jeter le trouble au milieu de nous ; les personnes nous sont à tous indifférentes ; la délibération dangereuse et délicate dans laquelle on nous a jetés n'aurait pas eu lieu, sans des passions particulières dont nous connaissons les motiis. Nous avions poussé la crainte des rois jusqu'à nous opposer à l'élection d'un représentant au peuple que les principes nous forcent aujourd'hui de défendre. On a çrévu qu'une délibération qui atteignait des officiers de l'armée, qui touchait la représentation nationale, pourrait occasionner les troubles qu'on cherchait. Qui est-ce qui a déjà fait la motion de faire reviser toutes les élections, c'est-à-dire d'énerver la souveraineté nationale? Qui sont ceux qui ont dit que Paris est un foyer de troubles? que la Convention n'y est pas en sûreté? que la Constitution n'y peut être faite? qui ont répandu tant de calomnies contre les différents membres de cette Assemblée? Ce sont ceux quiontamené la délibération dangereuse qui nous occupe; rien de plus conséquent en effet, avec leurs démarches précédentes, que le trouble qui peut résulter de cette délibération.
Locuteur: Maximilien Robespierre
...côté, qui sont ceux qui ont intérêt que la tranquillité règne? Ce sont ces mêmes hommes qui veulent repousser la calomnie et retenir la Convention au milieu du foyer le plus vaste des lumières; ceux qui seraient obligés de se poignarder de leurs propres mains s'il arrivait un mo...
...croire qu'ils sont les auteurs des maux de leur patrie. 11 est certain qu'un mouve...
...r Paris, et pourtant nous n'avons cessé de prêcher la tranquillité publique. (Murmures de lapins grande partie de VAssemblée. — Applaudissements à Vextrême gauche et dans les tribunes.) La calomnie et le soupçon planent encore s...
...mblée, et au moment où je fais entendre la vérité... (Mêmes murmures et mêmes appl...
...s personnes qui veulent faire triompher la motion jetée dans cette Assemblée, sont...
D'un autre côté, qui sont ceux qui ont intérêt que la tranquillité règne? Ce sont ces mêmes hommes qui veulent repousser la calomnie et retenir la Convention au milieu du foyer le plus vaste des lumières; ceux qui seraient obligés de se poignarder de leurs propres mains s'il arrivait un mouvement qui pût faire croire qu'ils sont les auteurs des maux de leur patrie. 11 est certain qu'un mouvement semble menacer Paris, et pourtant nous n'avons cessé de prêcher la tranquillité publique. (Murmures de lapins grande partie de VAssemblée. — Applaudissements à Vextrême gauche et dans les tribunes.) La calomnie et le soupçon planent encore sur cette Assemblée, et au moment où je fais entendre la vérité... (Mêmes murmures et mêmes applaudissements.) Eh bien, je vous déclare que les personnes qui veulent faire triompher la motion jetée dans cette Assemblée, sont les mêmes que iaire celles qui provoquent les troubles.
Locuteur: J.-B. Louvet
...ait le 1er septembre au conseil général de la commune; il veut, par des dénonciations... C'est ainsi que Robespierre parlait le 1er septembre au conseil général de la commune; il veut, par des dénonciations vagues, faire égorger les meilleurs patriotes.
Locuteur: Maximilien Robespierre
...voquent les pétitions dans les sections de Paris, et se servent habilement du méco...
...ils tâchent d'exciter pour compromettre la sûreté publique? Ce sont ces mêmes homm...
...lève un murmure général d'indignation dans l'Assemblée.) Quels sont ceux qui provoquent les pétitions dans les sections de Paris, et se servent habilement du mécontentement qu'ils tâchent d'exciter pour compromettre la sûreté publique? Ce sont ces mêmes hommes qui ont
Locuteur: Maximilien Robespierre
...i ne connaissaient pas les conséquences de cette démarche, un arrêté pour demander, par une pétition, le rapport de votre décret. Cette pétition n'avait pour but que de faire croire qu'on voulait influencer les délibérations de la Convention, que Paris n'est pas digne de la posséder, et qu'il faut la transférer ailleurs. fait prendre à des citoyens qui ne connaissaient pas les conséquences de cette démarche, un arrêté pour demander, par une pétition, le rapport de votre décret. Cette pétition n'avait pour but que de faire croire qu'on voulait influencer les délibérations de la Convention, que Paris n'est pas digne de la posséder, et qu'il faut la transférer ailleurs.
Locuteur: Tallien
J'ai conjuré le maire de Paris de ne pas faire cette pétition. 11 m'a rép...
...oussant avec indignation, qu'il voulait la présenter.
J'ai conjuré le maire de Paris de ne pas faire cette pétition. 11 m'a répondu, en me repoussant avec indignation, qu'il voulait la présenter.
Locuteur: Maximilien Robespierre
...ile au salut publique. Je rends le cœur de tous les hommes de bien et amis de la liberté, je le rends dépositaire du mie... J'atteste ma patrie, que j'ai dit une vérité utile au salut publique. Je rends le cœur de tous les hommes de bien et amis de la liberté, je le rends dépositaire du mien. Je voudrais bien qu'un homme, connu par des haines personnelles contre moi......
Locuteur: Birotteau
La preuve? La preuve?
Locuteur: Camille Desmoulins
Je demande à sauver la patrie. Je demande à sauver la patrie.
Locuteur: Turreau-Linières
Je demande que le maire soit mandé à la barre. Je demande que le maire soit mandé à la barre.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 164
...d'entretenir à Londres (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec- ...exécutif provisoire n'a pas cru devoir suivre les mêmes procédés. Il a continué d'entretenir à Londres (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collec-
...nous alarmer, puisqu'ils n'excèdent que de quatre vaisseaux de ligne ceux qui ont eu lieu dans les ann...
...ent, il y en a au moins dix connus sous la dénomination de garde-côtes, c'est-à-dire les plus vieux et (1) Voy. ci-après ces discours aux annexes de la
Il en résulte que jusqu'ici ces armements n'ont rien qui doive nous alarmer, puisqu'ils n'excèdent que de quatre vaisseaux de ligne ceux qui ont eu lieu dans les années précédentes ; puisque, sur seize vaisseaux en armement, il y en a au moins dix connus sous la dénomination de garde-côtes, c'est-à-dire les plus vieux et (1) Voy. ci-après ces discours aux annexes de la
tion Portiez ( l'Oise), tome 554 ter, n* 14. tion Portiez ( l'Oise), tome 554 ter, n* 14.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 168
La disette des officiers de santé nécessaires a obligé de se servir de ceux qu'on trouvait sous la main, et qu'on a employés à défaut de ceux que le ministre avait annoncés, et...
...e paiement à ceux qui ont (1 ) Bulletin de la Convention nationale du 19 décem- bre 1...
La disette des officiers de santé nécessaires a obligé de se servir de ceux qu'on trouvait sous la main, et qu'on a employés à défaut de ceux que le ministre avait annoncés, et qui n'arrivaient pas. Il s'élève des difficultés sur le paie-mentdeceux qu'on a...
...e pensez-vous pas comme nous, citoyens nos collègues, qu'on ne saurait refuser le paiement à ceux qui ont (1 ) Bulletin de la Convention nationale du 19 décem- bre 1792.
De Liège, le 17 décembre 1792 De Liège, le 17 décembre 1792

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 169
Tallien, instruit de notre démarche près de la Convention, nous avait fait prévenir qu'il nous viendrait donner des avis sur la conduite que nous aurions à tenir. (Vif...
...esoin. Tallien arrive et nous conseille de nous retirer, parce que la Convention, occupée, disait-il, de l'objet de notre pétition, ne consentirait certain...
...en rapportant pas, sur les dispositions de la Convention, au discours d'un seul (1) Voy. ci-après , aux annexes de la séance,
Tallien, instruit de notre démarche près de la Convention, nous avait fait prévenir qu'il nous viendrait donner des avis sur la conduite que nous aurions à tenir. (Vif mouvement d'indignation.) Nous attendions cet avis, dont moi je fais profession d'avoir besoin. Tallien arrive et nous conseille de nous retirer, parce que la Convention, occupée, disait-il, de l'objet de notre pétition, ne consentirait certainement pas à nous entendre. Ne m'en rapportant pas, sur les dispositions de la Convention, au discours d'un seul (1) Voy. ci-après , aux annexes de la séance,
a la séance de la convention nationale du mercredi 19 déc... a la séance de la convention nationale du mercredi 19 décembre 1792.
Pièces annexées à la lettre de Roland, ministre de l'intérieur, pour demander à la Convention nationale une loi générale sur le mode de remboursement des billets de confiance. Pièces annexées à la lettre de Roland, ministre de l'intérieur, pour demander à la Convention nationale une loi générale sur le mode de remboursement des billets de confiance.
, l'an Ier de la République. , l'an Ier de la République.
La loi du 8 novembre concernant les billets au porteur, billets de confiance, patriotiques et de secours et particulièrement l'article'21 a excité une défiance dans plusieurs districts de ce département, dont les suites font cr...
...s marchés; déjà les laboureurs refusent de recevoir pour le prix de leurs denrées les billets des districts et municipalités des différentes parties de la République, que le passage fréquent des...
La loi du 8 novembre concernant les billets au porteur, billets de confiance, patriotiques et de secours et particulièrement l'article'21 a excité une défiance dans plusieurs districts de ce département, dont les suites font craindre des émeutes dans les différents marchés; déjà les laboureurs refusent de recevoir pour le prix de leurs denrées les billets des districts et municipalités des différentes parties de la République, que le passage fréquent des troupes y répand avec profusion, et leur refus paraît fondé :
Dès samedi dernier, au marché de Gien, toutes ces difficultés se sont él...
...yant d'autre numéraire pour se procurer la fournée ont presque forcé les laboureurs de la leur vendre, et il est à craindre que c...
Dès samedi dernier, au marché de Gien, toutes ces difficultés se sont élevées; des pauvres familles n'ayant d'autre numéraire pour se procurer la fournée ont presque forcé les laboureurs de la leur vendre, et il est à craindre que ceux-ci,
... Voy. ci-dessus, même séance, page 150, la lettre de Roland sur cet objet. (1) Voy. ci-dessus, même séance, page 150, la lettre de Roland sur cet objet.
la Dordogne. la Dordogne.
1° Sur le terme de rigueui fixé au 1er février prochain, pour en exiger le remboursement, sous peine de perdre le droit de recours; 1° Sur le terme de rigueui fixé au 1er février prochain, pour en exiger le remboursement, sous peine de perdre le droit de recours;
2° Sur l'obligation de faire enregistrer ceux au-dessous de 25 francs qui ne seraient pas remboursé... 2° Sur l'obligation de faire enregistrer ceux au-dessous de 25 francs qui ne seraient pas remboursés au 1er janvier;
3° Sur l'impossibilité de pouvoir individuellement se procurer le remboursement de ceux des communes hors de leur district, et dont plusieurs sont à... 3° Sur l'impossibilité de pouvoir individuellement se procurer le remboursement de ceux des communes hors de leur district, et dont plusieurs sont à des distances très considérables.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 170
Le mémoire que nous venons de recevoir du conseil du district de Gien et dont nous vous remettons ci-joint copie, vous mettra, citoyen ministre, en état de juger de la réalité et des conséquences de nos alarmes. Vous pèserez dans votre sa...
...établissement qu'il propose d'un bureau de dépôt des billets de confiance dans chaque chef-lieu de département ou même de district, où se feraient les échanges c...
...upures d'assignats, peut être proposé à la Convention nationale. Comme pareilles e...
...us bornerons les nôtres à vous supplier de ne pas perdre de vue la position affreuse où les villes ae Gien et de Montargis sont à la veille de se trouver.
Le mémoire que nous venons de recevoir du conseil du district de Gien et dont nous vous remettons ci-joint copie, vous mettra, citoyen ministre, en état de juger de la réalité et des conséquences de nos alarmes. Vous pèserez dans votre sagesse si l'établissement qu'il propose d'un bureau de dépôt des billets de confiance dans chaque chef-lieu de département ou même de district, où se feraient les échanges contre des assignats ou coupures d'assignats, peut être proposé à la Convention nationale. Comme pareilles entraves et pareilles craintes doivent se faire sentir dans plusieurs départements et qu'ils vous en auront porté leurs condoléances, nous bornerons les nôtres à vous supplier de ne pas perdre de vue la position affreuse où les villes ae Gien et de Montargis sont à la veille de se trouver.
...rver que le terme fixé par l'article 21 de la loi du 8 novembre au 1er février prochain, pour exiger le remboursement des billets de 25 francs et au-dessous, est trop proch...
...exposer à une perte réelle les porteurs de pareils effets.
Nous croyons cependant devoir vous observer que le terme fixé par l'article 21 de la loi du 8 novembre au 1er février prochain, pour exiger le remboursement des billets de 25 francs et au-dessous, est trop prochain pour en exiger l'exécution rigoureuse sans exposer à une perte réelle les porteurs de pareils effets.
Nous osons présumer que, si la Convention nationale prolongeait ce délai, la difficulté de les admettre en paiement serait moins générale, parce qu'il laisserait l'espoir de pouvoir en trouver le débouché, dans un... Nous osons présumer que, si la Convention nationale prolongeait ce délai, la difficulté de les admettre en paiement serait moins générale, parce qu'il laisserait l'espoir de pouvoir en trouver le débouché, dans une plus longue circulation d'affaires.
...ateurs composant le conseil du district de Gien vous présentent le tableau d'un dé...
...t menacé et se ressent déjà par l'effet de la loi du 16 novembre dernier, concernant les caisses patriotiques et deconfiance, la recette des contributions anéantie et la subsistance du pauvre absorbée.
Les administrateurs composant le conseil du district de Gien vous présentent le tableau d'un désastre réel dont leur district est menacé et se ressent déjà par l'effet de la loi du 16 novembre dernier, concernant les caisses patriotiques et deconfiance, la recette des contributions anéantie et la subsistance du pauvre absorbée.
...tifs qui peuvent frapper dans l'étendue de la République, ils veuillent critiquer une... Ce n'est pas qu'en vous offrant des motifs qui peuvent frapper dans l'étendue de la République, ils veuillent critiquer une loi portée et qui d'ailleurs était d'une nécessité absolue.
quantité immense de billets de ces caisses de tous les départements, districts et mun...
...'est pas spontanément et par le ressort de la seule confiance qu'ils ont été reçus- c...
...as d'autres moyens ae payer ; c'est par la force ; des gens armés se faisaient fac...
...e surtout dans les temps d'agitation et de trouble.
quantité immense de billets de ces caisses de tous les départements, districts et municipalités. Ce n'est pas spontanément et par le ressort de la seule confiance qu'ils ont été reçus- c'est par nécessité, ceux qui les donnaient n ayant pas d'autres moyens ae payer ; c'est par la force ; des gens armés se faisaient facilement craindre surtout dans les temps d'agitation et de trouble.
Dans de pareilles conjectures où le commerce et...
...rrêtés, le désordre eût été extrême, si la confiance eût manqué.
Dans de pareilles conjectures où le commerce et les subsistances étaient arrêtés, le désordre eût été extrême, si la confiance eût manqué.
...devenue funeste : les receveurs chargés de ces billets pour des sommes considérables sont exposés à les perdre ; ils sont forcés de les refuser, et les particuliers qui n'en ont que pour de modiques sommes ne pouvant les renvoyer...
...s artisans, les journaliers, qui n'ont, la plupart, que le produit du travail ae la semaine sont rédfiits à effacer avec leurs larmes ces gages de leur subsistance, qui n'ont eu jusqu'ici que le sceau de la confiance.
Mais cette occasion est devenue funeste : les receveurs chargés de ces billets pour des sommes considérables sont exposés à les perdre ; ils sont forcés de les refuser, et les particuliers qui n'en ont que pour de modiques sommes ne pouvant les renvoyer à leurs sources, souvent éloignées, ils sont exposés à les voir périr dans leurs mains ; les artisans, les journaliers, qui n'ont, la plupart, que le produit du travail ae la semaine sont rédfiits à effacer avec leurs larmes ces gages de leur subsistance, qui n'ont eu jusqu'ici que le sceau de la confiance.
Ainsi les créateurs de cette monnaie trompeuse feraient de très grands bénéfices sur la classe indigente du peuple, par la seule impossibilité de leur rapporter les titres trop épars de leurs engagements. Ainsi les créateurs de cette monnaie trompeuse feraient de très grands bénéfices sur la classe indigente du peuple, par la seule impossibilité de leur rapporter les titres trop épars de leurs engagements.
Citoyens, en considérant que c'est de l'intérêt du peuple et de la classe indigente qu'il s'agit, toutes r... Citoyens, en considérant que c'est de l'intérêt du peuple et de la classe indigente qu'il s'agit, toutes ressources doivent être tentées pour venir à son secours.
...t le moyen d'y faire passer les billets de toutes les parties de la République. ...es, car si elles étaient tentées dans un seul district, ce serait infailliblement le moyen d'y faire passer les billets de toutes les parties de la République.
De telles mesures, citoyens, ne peuvent venir que de vous, du ministre ou du représentant de la nation. Les administrateurs laissent à votre sagesse le jugement de celles dont ils croient apercevoir la possibilité. De telles mesures, citoyens, ne peuvent venir que de vous, du ministre ou du représentant de la nation. Les administrateurs laissent à votre sagesse le jugement de celles dont ils croient apercevoir la possibilité.
...cette dépense n'est rien en comparaison de la grande perte des valeurs qui a un reflu...
...e non-paiement des contributions et par la commotion qu'elle doit nécessairement p...
...onfiance cette mesure qui paraît simple; elle peut nécessiter une dépense, mais cette dépense n'est rien en comparaison de la grande perte des valeurs qui a un reflux très sensible sur le Trésor public par le non-paiement des contributions et par la commotion qu'elle doit nécessairement produire.
...toyens, les administrateurs du district de Gien soumettent ces mesures à votre sol...
...sans lequel ils ne peuvent pas calculer la perte dont leur district, croisé par
Citoyens, les administrateurs du district de Gien soumettent ces mesures à votre sollicitude; mais ils vous exposent un mal dont le remède doit être prompt et sans lequel ils ne peuvent pas calculer la perte dont leur district, croisé par
...isionnement des marchés, et que l'effet de cette suspension n'expose ces villes à une disette des articles de première nécessité, dont les suites mal... pour éviter une seconde contrainte, suspendent pour un temps l'approvisionnement des marchés, et que l'effet de cette suspension n'expose ces villes à une disette des articles de première nécessité, dont les suites malheureuses sont incalculables.
Nous espérons, citoyen ministre, de votre sollicitude et de vos lumières, les conseils les plus prompts afin de nous diriger dans les mesures que nous ...
...er les dangers que nous avons l'honneur de vous exposer.
Nous espérons, citoyen ministre, de votre sollicitude et de vos lumières, les conseils les plus prompts afin de nous diriger dans les mesures que nous devons prendre pour éviter les dangers que nous avons l'honneur de vous exposer.
...nté par les administrateurs du district de Gien {1). Mémoire présenté par les administrateurs du district de Gien {1).
Les passages de troupes qui ont eu lieu depuis le commencement du mois d'août jusqu'au milieu de celui de septembre, ont répandu une Les passages de troupes qui ont eu lieu depuis le commencement du mois d'août jusqu'au milieu de celui de septembre, ont répandu une
...e pas l'anéantir en rejetant ces sortes de valeurs. Les administrateurs ont dû exhorter les receveurs des revenus publics à ne pas l'anéantir en rejetant ces sortes de valeurs.
... moyen, est aux trois quarts du montant de celles de 1791 ; beaucoup de districts sont encore fort éloignés de ce terme. ...'ailleurs, ç'a été l'occasion d'avancer le mouvement des contributions qui, à ce moyen, est aux trois quarts du montant de celles de 1791 ; beaucoup de districts sont encore fort éloignés de ce terme.
...lir dans le district un bureau du dépôt de billets de confiance qui les enverrait à un bureau...
...aire l'échange et procurerait le retour de leurs valeurs; les détails de cet établissement et le moyen de parer à l'inconvénient des billets faux...
Elles consistent à établir dans le district un bureau du dépôt de billets de confiance qui les enverrait à un bureau général qui, par des correspondances dans tous les districts, en ferait faire l'échange et procurerait le retour de leurs valeurs; les détails de cet établissement et le moyen de parer à l'inconvénient des billets faux sont des mesures d'ordre faciles à concevoir.
...d'une pareille mesure paraîtrait exiger la prorogation des délais. L'adoption d'une pareille mesure paraîtrait exiger la prorogation des délais.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 171
, l'an Ier de la République française. , l'an Ier de la République française.
Le conseil général du département de l'Indre, justement alarmé des troubles ...
...causes; il en existe deux principales : la cherté des grains et le refus que font les vendeurs de comestibles et autres objets de première nécessité de recevoir les billets de confiance émis par les diverses administrations de municipalités de la République.
Le conseil général du département de l'Indre, justement alarmé des troubles qui l'agitent, s'est empressé d'en connaître les causes; il en existe deux principales : la cherté des grains et le refus que font les vendeurs de comestibles et autres objets de première nécessité de recevoir les billets de confiance émis par les diverses administrations de municipalités de la République.
...es propres à calmer ses inquiétudes sur la première de ces causes, et déjà d'heureux commencements lui font espérer de plus grands succès. Le Conseil s'est essentiellement occupé des mesures propres à calmer ses inquiétudes sur la première de ces causes, et déjà d'heureux commencements lui font espérer de plus grands succès.
Il n'en est pas ainsi, Monsieur, de ses craintes sur les suites de la seconde ; la quantité immense des billets de confiance et au porteur, répandus dans toutes les parties de la République, rend l'exécution de la loi du 8 novembre dernier presque impos... Il n'en est pas ainsi, Monsieur, de ses craintes sur les suites de la seconde ; la quantité immense des billets de confiance et au porteur, répandus dans toutes les parties de la République, rend l'exécution de la loi du 8 novembre dernier presque impossible, particulièrement pour les citoyens indignes.
...e, le conseil général a cru qu'il était de sa sagesse de s'adresser à la Convention nationale, par votre organe,...
...ans perte aux citoyens le remboursement de ces billets.
En conséquence, le conseil général a cru qu'il était de sa sagesse de s'adresser à la Convention nationale, par votre organe, à l'effet d'obtenir une prorogation du délai fixé'par l'article 21 et un mode général pour faciliter l'échange et procurer sans perte aux citoyens le remboursement de ces billets.
« La suppression des cartes et billets représentatifs de la plus petite monnaie va occasionner des pertes et des sujets de mécontentement bien fondés dans la classe des citoyens pauvres, artisans e...
...ls ces effets vont rester à leur perte; la majeure partie d'entre eux ne savent pas écrire pour les renvoyer aux lieux de leur émission et se faire retourner l'échange : d'ailleurs les frais d'envoi et de renvoi absorberaient le capital. Notre administration de district, touchée de la misère de la classe indigente, sans cesse occupée à prévenir les sujets de plaintes, a formé une société employée ...
« La suppression des cartes et billets représentatifs de la plus petite monnaie va occasionner des pertes et des sujets de mécontentement bien fondés dans la classe des citoyens pauvres, artisans et manoeuvres, entre les mains desquels ces effets vont rester à leur perte; la majeure partie d'entre eux ne savent pas écrire pour les renvoyer aux lieux de leur émission et se faire retourner l'échange : d'ailleurs les frais d'envoi et de renvoi absorberaient le capital. Notre administration de district, touchée de la misère de la classe indigente, sans cesse occupée à prévenir les sujets de plaintes, a formé une société employée à se faire rapporter ces billets : elle donne aux citoyens aisés un récépissé de...
... remboursera lorsqu'elle aura les fonds de retour, à l'égard des pauvres journalie...
...s plus petites pertes sont aggravantes, la société rembourse au comptant au risque de perdre sur les billets faux. Citoyen ministre,je vous donne avis de la sagesse de nos mesures ; elles tendent à maintenir le calme et la paix, en donnant à la classe la plus nombreuse une indemnité légitime q...
...ions et, moins que cela, peut engendrer de nouveaux soulèvements. Il serait à désirer que, dans chaque ville de district, des citoyens vraiment patriot...
... commissaires qui ont visité l'habitant de maison en maison et, sans en omettre un...
...ricts; invités par vous, je ne fais pas de doute que, dans tous les lieux, des hom...
...ensable à tous ceux qui veulent assurer la tranquillité et l'union,
et billets étrangers au département; elle les remboursera lorsqu'elle aura les fonds de retour, à l'égard des pauvres journaliers et artisans pour lesquels les plus petites pertes sont aggravantes, la société rembourse au comptant au risque de perdre sur les billets faux. Citoyen ministre,je vous donne avis de la sagesse de nos mesures ; elles tendent à maintenir le calme et la paix, en donnant à la classe la plus nombreuse une indemnité légitime qui leur ôtera l'idée d'injurier le papier-monnaie, d'approuver les aristocrates ...
...e qui perd devient colère; il répand des injures, excite les murmures, les divisions et, moins que cela, peut engendrer de nouveaux soulèvements. Il serait à désirer que, dans chaque ville de district, des citoyens vraiment patriotes voulussent prendre le même soin, à notre exemple. Nous avons nommé des commissaires qui ont visité l'habitant de maison en maison et, sans en omettre un seul, le pauvre a été remboursé. Daignez, citoyen ministre, en donner l'idée à tous les districts; invités par vous, je ne fais pas de doute que, dans tous les lieux, des hommes amis voudront propager une précaution qui me paraît indispensable à tous ceux qui veulent assurer la tranquillité et l'union,
...en sincèrement, citoyen ministre, l'ami de la concorde ; « Je suis bien sincèrement, citoyen ministre, l'ami de la concorde ;
« Loches, 13 décembre an Ier de la République. » « Loches, 13 décembre an Ier de la République. »
...ion est bien avancée. C'est une affaire de huit jours; la société active est composée d'environ d...
... campagnes viennent au bureau les jours de marchés. La Convention, sur vos observations, pourr...
...ement des bureaux d'échange, à l'instar de celui de Loches. »
« P. S. — Notre opération est bien avancée. C'est une affaire de huit jours; la société active est composée d'environ douze membres ; les citoyens des campagnes viennent au bureau les jours de marchés. La Convention, sur vos observations, pourrait proroger le délai d'un mois pour faci liter l'établissement des bureaux d'échange, à l'instar de celui de Loches. »
... composant le Directoire du département de la Corrèze (1). Lettre des administrateurs composant le Directoire du département de la Corrèze (1).
, l'an Ier de la République. •> , l'an Ier de la République. •>
...essons, citoyen ministre, un exemplaire de l'arrêté que le conseil général de ce département a pris le 8 du courant, relativement aux billets de confiance ; nous te prions de présenter à la Convention nationale nos vœux )our la prolongation du terme fatal où les bil-...
... pour calmer les inquiétudes du peuple, la plus pauvre qui possède le plus grand nombre de ces billets, qui est effrayé de l'idée désastreuse qu'ils vont périr dans ses mains, que le prix de la sueur de son front, du travail de ses bras va s'anéantir et que le moyen de pourvoir à sa subsistance va lui manquer; un mouvement général de mécontentement s'est manifesté dès le moment que la loi du 8 novembre a paru ; dans quelque...
Nous t'adressons, citoyen ministre, un exemplaire de l'arrêté que le conseil général de ce département a pris le 8 du courant, relativement aux billets de confiance ; nous te prions de présenter à la Convention nationale nos vœux )our la prolongation du terme fatal où les bil-ets doivent êtreôtésdela circulation; quelques mois suffiront pour calmer les inquiétudes du peuple, la plus pauvre qui possède le plus grand nombre de ces billets, qui est effrayé de l'idée désastreuse qu'ils vont périr dans ses mains, que le prix de la sueur de son front, du travail de ses bras va s'anéantir et que le moyen de pourvoir à sa subsistance va lui manquer; un mouvement général de mécontentement s'est manifesté dès le moment que la loi du 8 novembre a paru ; dans quelques villes les officiers municipaux ont été menacés, maltraités et ont couru des r...
...osant le conseil général du département de VIndre. Lettre des administrateurs composant le conseil général du département de VIndre.
...teurs du conseil général du département de l'Indre. Les administrateurs du conseil général du département de l'Indre.
...; Couturier; Robert ; Huard ; Serviay ; La Brosse ; Péneau ; Gautier. » « Signé : Louis Fleury; Couturier; Robert ; Huard ; Serviay ; La Brosse ; Péneau ; Gautier. »
...ois Billauhy administrateur du district de Loches (t). Lettre du citoyen François Billauhy administrateur du district de Loches (t).

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 172
... composant le directoire du département de la Corrèze. Les administrateurs composant le directoire du département de la Corrèze.
...ons du conseil général d'administration de la Corrèze (t). Extrait du registre des délibérations du conseil général d'administration de la Corrèze (t).
...e publique du 8 décembre 1792, l'an Ier de la République française. « Séance publique du 8 décembre 1792, l'an Ier de la République française.
...es au département par les municipalités de Tulle, Brive, uzercheet ussel qui exposent que depuis la publication de la loi du 8 novembre dernier, la circulation des billets de confiance est engorgée, au point que le commerce est à la veille d'être interrompu, et que les marchés restant sans être approvisionnés, la partie du peuple la plus indigente, entre les mains de qui se trouve le plus grand nombre de ces billets, va se trouver exposée à de grands maux, et au danger de manquer de subsistances, si l'administration ne pr...
...e moyen d'échanger contre des assignats de petite valeur les billets de confiance que la loi et l'intérêt public doivent faire ôter promptement de la circulation.
« Vu les adresses présentées au département par les municipalités de Tulle, Brive, uzercheet ussel qui exposent que depuis la publication de la loi du 8 novembre dernier, la circulation des billets de confiance est engorgée, au point que le commerce est à la veille d'être interrompu, et que les marchés restant sans être approvisionnés, la partie du peuple la plus indigente, entre les mains de qui se trouve le plus grand nombre de ces billets, va se trouver exposée à de grands maux, et au danger de manquer de subsistances, si l'administration ne prend des mesures pour calmer les alarmes du peuple et lui donner le moyen d'échanger contre des assignats de petite valeur les billets de confiance que la loi et l'intérêt public doivent faire ôter promptement de la circulation.
Vu l'avis des quatre districts de ce département, le conseil général du d...
..., considérant : 1° qu'il est nécessaire de calmer les inquiétudes que le peuple éprouve à l'occasion des billets de confiance, qui n'ont d'autre fondement qu'une crainte mal établie d'en perdre la valeur et de la voir dépérir dans ses mains, tandis que la loi accorde un délai suffisant pour pouvoir lui procurer l'échange de ces billets contre des coupons nationau...
...out le département une quantité immense de ces coupons pour faciliter les échanges, et notamment dans celui-ci, pour une somme de cinq cent soixante-quinze mille livres, somme qu'on peut regarder comme au-dessus de celle qui représente les billets émis par toutes les municipalités de notre territoire;
Vu l'avis des quatre districts de ce département, le conseil général du département, considérant : 1° qu'il est nécessaire de calmer les inquiétudes que le peuple éprouve à l'occasion des billets de confiance, qui n'ont d'autre fondement qu'une crainte mal établie d'en perdre la valeur et de la voir dépérir dans ses mains, tandis que la loi accorde un délai suffisant pour pouvoir lui procurer l'échange de ces billets contre des coupons nationaux et qu'il a été distribué dans tout le département une quantité immense de ces coupons pour faciliter les échanges, et notamment dans celui-ci, pour une somme de cinq cent soixante-quinze mille livres, somme qu'on peut regarder comme au-dessus de celle qui représente les billets émis par toutes les municipalités de notre territoire;
Considérant qu'il est instant de retirer de la circulation les billets émis par les mu...
...t, avant que le Ier janvier indiqué par la loi, comme le terme où doit finir cette...
...rivé, et qu'il faut adopter des mesures de prudence qui facilitent les particuliers, autant que les municipalités qui en ont la représentation dans leur caisse, ce qui...
Considérant qu'il est instant de retirer de la circulation les billets émis par les municipalités j du département, avant que le Ier janvier indiqué par la loi, comme le terme où doit finir cette circulation, ne soit arrivé, et qu'il faut adopter des mesures de prudence qui facilitent les particuliers, autant que les municipalités qui en ont la représentation dans leur caisse, ce qui ne peut se faire qu'en indiquant un certain ordre, et en nommant des préposés q...
Considérant que ces billets de confiance qui, dans le principe, ont fa...
...griculture, donné à l'indigent le moyen de subsister, deviennent actuellement inutiles, et pourraient même être nuisibles, puisque la Convention nationale a fait émettre les...
...on suffisante, pour fournir aux besoins de l'agriculture et du commerce, et qu'il est d'une sage politique de ne laisser en circulation dans le territoire de la République qu'une seule et unique monnaie nationale, qui soit connue de tous les citoyens et ne puisse éprouver...
...e, comme l'ont souvent fait ces billets de confiance, qui ne pouvaient être connus...
Considérant que ces billets de confiance qui, dans le principe, ont fait le plus grand bien, en ce qu'ils ont vivifié le commerce, ranimé l'agriculture, donné à l'indigent le moyen de subsister, deviennent actuellement inutiles, et pourraient même être nuisibles, puisque la Convention nationale a fait émettre les coupons d'assignats dans une proportion suffisante, pour fournir aux besoins de l'agriculture et du commerce, et qu'il est d'une sage politique de ne laisser en circulation dans le territoire de la République qu'une seule et unique monnaie nationale, qui soit connue de tous les citoyens et ne puisse éprouver aucun embarras dans sa marche, comme l'ont souvent fait ces billets de confiance, qui ne pouvaient être connus et adoptés (fune manière assurée que dans les départements où ils étaient émis;
Il sera mis provisoirement à la disposition de chacun des secrétaires généraux du district de Brive, Uzerche et Ussel, une somme de deux mille livres, en assignats de cinq livres, pour échanger les bons émis par le département, aux citoyens de leurs districts respectifs qui se prése... Il sera mis provisoirement à la disposition de chacun des secrétaires généraux du district de Brive, Uzerche et Ussel, une somme de deux mille livres, en assignats de cinq livres, pour échanger les bons émis par le département, aux citoyens de leurs districts respectifs qui se présenteront pour en obtenir le remboursement.
Il est enjoint, au nom de la loi, aux quatre districts d'envoyer sur...
...s commissaires pour faire procès-verbal de 1 état de toutes les caisses patriotiques qui son...
...éjà fait, conformément aux dispositions de la loi du 8 novembre 1792, et d'en certifi...
Il est enjoint, au nom de la loi, aux quatre districts d'envoyer sur-le-champ des commissaires pour faire procès-verbal de 1 état de toutes les caisses patriotiques qui sont sur leur territoire respectif, s'ils ne l'ont déjà fait, conformément aux dispositions de la loi du 8 novembre 1792, et d'en certifier le directoire du département.
...t encore dans l'alarme et il est urgent de les calmer entièrement, en prolongeant de deux ou trois mois seulement le terme o...
...urante, pour (tonner au peuple le temps de finir les échanges avec les coupons d'a...
...ts répondent à notre attente et que les troubles ont cessé, mais les esprits sont encore dans l'alarme et il est urgent de les calmer entièrement, en prolongeant de deux ou trois mois seulement le terme où ils cesseront d'être regardés comme une monnaie courante, pour (tonner au peuple le temps de finir les échanges avec les coupons d'assignats nationaux, sans qu'il éprouve aucune perte.
...ent ne doit pas faire éprouver beaucoup de difficultés aux porteurs, il n'en est pas de même des autres qui circulent dans le d...
...loignés, qu'il est cependant nécessaire de venir au secours de ceux qui en sont nantis, en concourant ...
...sidérant encore que si l'échange des billets émis dans le territoire du département ne doit pas faire éprouver beaucoup de difficultés aux porteurs, il n'en est pas de même des autres qui circulent dans le département et qui ont été émis par des corps administratifs éloignés, qu'il est cependant nécessaire de venir au secours de ceux qui en sont nantis, en concourant avec eux à leur en faciliter l'échange-
Les billets de confiance émis par le directoire de ce département seront échangés, à burea...
...ont le remboursement, soit en assignats de cinq livres, soit en assignats de quinze et dix sols.
Les billets de confiance émis par le directoire de ce département seront échangés, à bureau ouvert, au département, à tous les citoyens qui en réclameront le remboursement, soit en assignats de cinq livres, soit en assignats de quinze et dix sols.
... municipalités qui ont émis des billets de confiance, de les changer tous les jours, à bureau ouvert, aux citoyens qui se présenteront, de dresser procès-verbal de ceux qui seront échangés, et de les brûler chaque dimanche, après vérif... Il est enjoint à toutes les municipalités qui ont émis des billets de confiance, de les changer tous les jours, à bureau ouvert, aux citoyens qui se présenteront, de dresser procès-verbal de ceux qui seront échangés, et de les brûler chaque dimanche, après vérification, en présence du peuple.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 173
...nes qui ont émis des billets les moyens de les échanger, il sera établi, dans le cher-lieu de chaque district, un lieu d'échange où c...
...d'une somme en assignats pris du nombre de ceux qui sont déposés dans la caisse, pour échanger à tous les partic...
Pour faciliter aux personnes éloignées des communes qui ont émis des billets les moyens de les échanger, il sera établi, dans le cher-lieu de chaque district, un lieu d'échange où chaque commune sera tenue d'envoyer un des signataires porteur d'une somme en assignats pris du nombre de ceux qui sont déposés dans la caisse, pour échanger à tous les particuliers qui se présenteront.
...d'envoyer sur-le-champ chez le receveur de leur district, retirer les coupons d'assignats de dix et quinze sous, qui leur ont été attribués par leur district, dans la dernière distribution que le département vient de faire, et d'y envoyer des assignats de leur caisse pour en représenter la valeur. ... éviter l'embarras dans les échanges, il tst enjoint à toutes les municipalités d'envoyer sur-le-champ chez le receveur de leur district, retirer les coupons d'assignats de dix et quinze sous, qui leur ont été attribués par leur district, dans la dernière distribution que le département vient de faire, et d'y envoyer des assignats de leur caisse pour en représenter la valeur.
Après la consommation des échanges, s'il existe ...
... communes, et seront portées sur l'état de leurs charges locales.
Après la consommation des échanges, s'il existe des bénéfices décaissé, ils doivent tourner au profit des communes, et non des o...
...tionnés, seront prises d'abord sur lesdits bénéfices, et subsidiairement sur les communes, et seront portées sur l'état de leurs charges locales.
...és à s'en procurer le remboursement par la voie du commerce, sans aucune précipita...
...nquiétude, l'administration s'oc-cupant de demander à la Convention nationale la prolongation des termes qui sont fixés par la loi, au 1er janvier et au 1er février.
...vent être parfaitement rassurés sur ceux qu'ils peuvent avoir, et ils sont invités à s'en procurer le remboursement par la voie du commerce, sans aucune précipitation, ni inquiétude, l'administration s'oc-cupant de demander à la Convention nationale la prolongation des termes qui sont fixés par la loi, au 1er janvier et au 1er février.
...ls inscriront le nom du porteur, le nom de la municipalité qui a émis le billet, celu...
...ms y sont énoncés, le numéro et ensuite la valeur du billet. Les commissaires ne seront point tenus d'en donner la valeur ; et ce ne sera qu'après le remb...
...ci-après, que les particuliers pourront la réclamer.
Ces commissaires tiendront un registre par colonnes dans lequel ils inscriront le nom du porteur, le nom de la municipalité qui a émis le billet, celui du district, celui du département; si ces noms y sont énoncés, le numéro et ensuite la valeur du billet. Les commissaires ne seront point tenus d'en donner la valeur ; et ce ne sera qu'après le remboursement qui en sera opéré, ainsi qu'il sera expliqué ci-après, que les particuliers pourront la réclamer.
...mmissaires établis hors des chefs-lieux de district, enverront à la fin de chaque semaine à ceux qui seront établi...
...issance, et ils les feront parvenir par la voie la plus prompte, la plus sûre et la plus économique, aux districts ou dépar...
...ment avec les commissaires sont invités de réclamer et de surveiller le remboursement de ces différents billets ; les frais de port et rapport seront avancés sur les ...
Les commissaires établis hors des chefs-lieux de district, enverront à la fin de chaque semaine à ceux qui seront établis dans les chefs-lieux les billets qu'ils auront reçus, avec les bordereaux; ceux-ci leur en donneront une reconnaissance, et ils les feront parvenir par la voie la plus prompte, la plus sûre et la plus économique, aux districts ou départements, dans l'étendue desquels sont situées les municipalités qui les ont émis, et les districts concurremment avec les commissaires sont invités de réclamer et de surveiller le remboursement de ces différents billets ; les frais de port et rapport seront avancés sur les fonds d'administration des districts.
...rouverait delà part d'un autre le refus de recevoir des billets de confiance étrangers à ce département, de se livrer à des clameurs, excès, voies de fait ou autres emportements, à peine de demeurer responsable personnellement, en conformité de la loi, de tous les événements fâcheux et désordre... Il est défendu à tout individu qui éprouverait delà part d'un autre le refus de recevoir des billets de confiance étrangers à ce département, de se livrer à des clameurs, excès, voies de fait ou autres emportements, à peine de demeurer responsable personnellement, en conformité de la loi, de tous les événements fâcheux et désordres qui pourraient en résulter.
Dans les vingt-quatre heures seulement de la publication du présent arrêté, tout par...
...t notoirement indigent, porteur d'un ou de plusieurs billets de confiance étrangers à ce département, n...
Dans les vingt-quatre heures seulement de la publication du présent arrêté, tout particulier sans propriété, et notoirement indigent, porteur d'un ou de plusieurs billets de confiance étrangers à ce département, non excédant en total
...s sont fixés, savoir : pour le district de Tulle, au mercredi et samedi de chaque semaine, pour le district de Brive au lundi et vendredi, pour le dis... Les jours indiqués pour faire ces échanges sont fixés, savoir : pour le district de Tulle, au mercredi et samedi de chaque semaine, pour le district de Brive au lundi et vendredi, pour le district d'Uzerche au mercredi et samedi, et pour le district d'Ussel aussi au merc...
Il sera établi dans chaque chef-lieu de district, et dans chacune des villes de son arrondissement, un bureau qui sera tenu de recevoir et enregistrer tous billets ét...
... présentés, et confiés par les citoyens de ce département.
Il sera établi dans chaque chef-lieu de district, et dans chacune des villes de son arrondissement, un bureau qui sera tenu de recevoir et enregistrer tous billets étrangers qui lui seront présentés, et confiés par les citoyens de ce département.
...s nommés, savoir : ceux des chefs-lieux de district, par l'administration de ce district; et ceux des villes, par le... Ce bureau sera tenu par un ou deux commissaires nommés, savoir : ceux des chefs-lieux de district, par l'administration de ce district; et ceux des villes, par les conseils généraux des communes.
Au dos de chaque billet ainsi confié et enregistr... Au dos de chaque billet ainsi confié et enregistré, sera inscrit par un des commissaires et en présence du porteur, le nom du pro...
...en feront compte aux propriétaires sous la surveillance des conseils généraux des ... ...ront effectués, le montant en sera remis aux commissaires des municipalités qui en feront compte aux propriétaires sous la surveillance des conseils généraux des communes.
Moyen de subvenir une fois seulement aux porteurs de bons étrangers au département, sans pro... Moyen de subvenir une fois seulement aux porteurs de bons étrangers au département, sans propriété, et notoirement indigents.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 174
Les municipalités qui feront de pareils échanges seront tenues de prendre le nom et la demeure des particuliers au secours des...
... et elles seront remboursées du montant de leurs avances par le département, sur l...
Les municipalités qui feront de pareils échanges seront tenues de prendre le nom et la demeure des particuliers au secours desquels elles seront venues, et elles seront remboursées du montant de leurs avances par le département, sur l'état qu'elles en fourniront par l'intermédiaire des districts.
...nfidélité, soit en prolongeant le délai de vingt-quatre heures, soit en étendant à...
...uniquement destinée pour le soulagement de l'indigence, soit en présentant une lis...
...l'opinion publique et poursuivi suivant la rigueur de la loi.
Tout officier municipal qui sera convaincu d'infidélité, soit en prolongeant le délai de vingt-quatre heures, soit en étendant à des personnes aisées une mesure qui est uniquement destinée pour le soulagement de l'indigence, soit en présentant une liste fausse, sera dénoncé à l'opinion publique et poursuivi suivant la rigueur de la loi.
Il est enjoint, au nom de la loi, tant aux districts et municipalités qu'aux citoyens de veiller et de concourir à l'exécution du présent arrêté, dont copie sera envoyée au ministre de l'intérieur, et Sui sera imprimé, publié et affiché dans toutes les municipalités de ce département. Il est enjoint, au nom de la loi, tant aux districts et municipalités qu'aux citoyens de veiller et de concourir à l'exécution du présent arrêté, dont copie sera envoyée au ministre de l'intérieur, et Sui sera imprimé, publié et affiché dans toutes les municipalités de ce département.
Fait au conseil du département de la Corrèze, ledit jour 8 décembre 1792, où... Fait au conseil du département de la Corrèze, ledit jour 8 décembre 1792, où ont assisté les citoyens Melou, président; Malepeyre, vice-président; Rivière, ...
...procureur général syndic du département de la Meurthe (1). Lettre du procureur général syndic du département de la Meurthe (1).
, l'an 1 de la République française. , l'an 1 de la République française.
J'ai l'honneur de vous envoyer l'expédition d'un arrêté pris le 9 de ce mois par le conseil du département, relatif à la rentrée des billets de confiance : il a cru devoir prendre les...
...ontient et qui ressortissent des motifs de la loi même, pour faciliter le retrait et ...
J'ai l'honneur de vous envoyer l'expédition d'un arrêté pris le 9 de ce mois par le conseil du département, relatif à la rentrée des billets de confiance : il a cru devoir prendre les mesures qu'il contient et qui ressortissent des motifs de la loi même, pour faciliter le retrait et le remboursement des billets émis dans son ressort.
...empli, si les avantages qu'il se promet de l'exécution de son arrêté, pouvaient s'étendre en même temps sur la rentrée des billets des départements ét... Tout son vœu serait rempli, si les avantages qu'il se promet de l'exécution de son arrêté, pouvaient s'étendre en même temps sur la rentrée des billets des départements étrangers, qui circulent dans son arrondissement.
...procureur général syndic du département de la Meurthe. Le procureur général syndic du département de la Meurthe.
...rocès-verbaux du conseil du département de la Meurthe (1). Extrait dés registres des procès-verbaux du conseil du département de la Meurthe (1).
, 10 heures du matin, l'an Ier de la République française. , 10 heures du matin, l'an Ier de la République française.
...faite d'une pétition du conseil générai de la commune de Nancy, relative aux moyens de faciliter la rentrée des billets de confiance ui est ordonnée par la loi du 8 novembre, et e l'avis donné par le conseil du district de Nancy, sur cette pétition, Lecture faite d'une pétition du conseil générai de la commune de Nancy, relative aux moyens de faciliter la rentrée des billets de confiance ui est ordonnée par la loi du 8 novembre, et e l'avis donné par le conseil du district de Nancy, sur cette pétition,
...les besoins journaliers du citoyen; que la multitude, la diversité, le peu de solidité des billets de confiance, le défaut de moyens pour s'assurer de leur bonté, la facilité des contrefaçons, ont jeté dan...
...contribué au renchérissement des objets de consommation; que la circulation d'effets nationaux bien hyp...
...er aux papiers nationaux, dont les valeurs trop fortes ne pouvaient servir pour les besoins journaliers du citoyen; que la multitude, la diversité, le peu de solidité des billets de confiance, le défaut de moyens pour s'assurer de leur bonté, la facilité des contrefaçons, ont jeté dans le commerce une défiance nuisible, qui a beaucoup contribué au renchérissement des objets de consommation; que la circulation d'effets nationaux bien hypothéqués et d'une uniformité qui rend leur vérification facile, est infiniment p...
Que les billets de trop petite valeur ont fait disparaître...
...op réels, le Corps législatif a ordonné la fabrication d'assignats de 10 et 15 sous, et que l'Assemblée conve...
...une loi qui porte que toute circulation de billets patriotiques et de confiance cessera au premier janvier 1793. Que la proximité de ce terme doit exciter toute la sollicitude du conseil du département,,...
...accélérer et faciliter dans son ressort la rentrée des billets qui s'y trouvent en...
Que les billets de trop petite valeur ont fait disparaître le numéraire; que pour remédier à ces inconvénients trop réels, le Corps législatif a ordonné la fabrication d'assignats de 10 et 15 sous, et que l'Assemblée conventionnelle, au moment où ces coupures ont été en émission, a rendu une loi qui porte que toute circulation de billets patriotiques et de confiance cessera au premier janvier 1793. Que la proximité de ce terme doit exciter toute la sollicitude du conseil du département,, et l'engager à prendre les mesures les plus convenables, pour accélérer et faciliter dans son ressort la rentrée des billets qui s'y trouvent en circulation : pourquoi il a conclu à ce que toute affaire cessante, le conseil ...
La matière mise en délibération, le conseil considérant que la proximité du terme fatal fixé )ar la loi du 8 novembre nécessite des mesures jromptes qu'il regrette de n'avoir pû prendre )lustôt; qu'il est digne de la sbllicitude qui 'anime d'éviter par tous moyens, à la classe indigente, le malheur de voir s'accumuler en ses mains, des effets dont la perte compromettrait son existence, a a... La matière mise en délibération, le conseil considérant que la proximité du terme fatal fixé )ar la loi du 8 novembre nécessite des mesures jromptes qu'il regrette de n'avoir pû prendre )lustôt; qu'il est digne de la sbllicitude qui 'anime d'éviter par tous moyens, à la classe indigente, le malheur de voir s'accumuler en ses mains, des effets dont la perte compromettrait son existence, a arrêté :
Qu'à la réception de la présente délibération, les directoires de district enverront les états de situation dressés par les commissaires, qui, en exécution de la loi du 8 novembre ont du faire la vérification des caisses patriotiques ;...
...e, pour conserver l'échange des billets de confiance.
Qu'à la réception de la présente délibération, les directoires de district enverront les états de situation dressés par les commissaires, qui, en exécution de la loi du 8 novembre ont du faire la vérification des caisses patriotiques ; qu'ils enverront pareillement les bordereaux des coupures qui se trouvent dans les caisses, avec des observations sur leur suffisance ou insuffisance, pour conserver l'échange des billets de confiance.
...é par le corps municipal, en conformité de la loi, il sera adjoint un membre du conseil du district, qui concourra à la surveillance et à l'exécution de toutes les opérations prescrites. Au commissaire nommé par le corps municipal, en conformité de la loi, il sera adjoint un membre du conseil du district, qui concourra à la surveillance et à l'exécution de toutes les opérations prescrites.
une somme de 30 sous, pourra se présenter à sa munic...
...eulement, lesdits bons avec des billets de confiance, si elle en a émis, ou de petits assignats de 10 et de 15 sous.
une somme de 30 sous, pourra se présenter à sa municipalité qui demeure invitée à lui échanger, pour une fois seulement, lesdits bons avec des billets de confiance, si elle en a émis, ou de petits assignats de 10 et de 15 sous.
...oute utile et convenable d'approuver et de seconder ses intentions à cet égard, et...
...m'engage à réclamer sur eux l'influence de ses lumières et votre autorité.
Vous trouverez sans doute utile et convenable d'approuver et de seconder ses intentions à cet égard, et c'est ce qui m'engage à réclamer sur eux l'influence de ses lumières et votre autorité.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 175
...irculation dans le même lieu, avec ceux de la caisse qui y a été établie. ...et retrait des billets des autres caisses du département, qui se trouveront en circulation dans le même lieu, avec ceux de la caisse qui y a été établie.
Chaque caisse, à la réception du présent arrêté, enverra au bureau central dix modèles de chaque espèce de billets qu'elle a mis en circulation, a...
...rtira à chaque caisse du département un de ses modèles, pour servir de pièce de comparaison.
Chaque caisse, à la réception du présent arrêté, enverra au bureau central dix modèles de chaque espèce de billets qu'elle a mis en circulation, avec indication des signes caractéristiques auxquels on peut les reconnaître ; le bureau central répartira à chaque caisse du département un de ses modèles, pour servir de pièce de comparaison.
Pour mettre chaque caisse en état de retirer de la circulation les billets des autres caisses du département, il sera remis des fonds à la disposition des directoires de district et par ceux-ci aux commissaire...
...conséquence, il sera avancé au district de Nancy une somme de 9,000 livres et 3,000 livres à chacun d...
...es commissaires liquidateurs des dettes de l'ancienne province de Lorraine ont déposés entre les mains du...
Pour mettre chaque caisse en état de retirer de la circulation les billets des autres caisses du département, il sera remis des fonds à la disposition des directoires de district et par ceux-ci aux commissaires et entrepreneurs des caisses, à charge du remboursement : en conséquence, il sera avancé au district de Nancy une somme de 9,000 livres et 3,000 livres à chacun des autres districts où il existe des caisses patriotiques ; ces fonds seront pris syr ceux que les commissaires liquidateurs des dettes de l'ancienne province de Lorraine ont déposés entre les mains du secrétaire général du département, qui est autorisé à s'en désaisir.
Attendu que le conseil n'a aucun moyen de s'assurer de l'identité des billets des autres départements de la République, qui se trouvent en circulat...
...res propres pour se procurer des pièces de comparaison, à l'effet d'opérer ensuite, de la manière la plus convenable et la plus sûre, l'acquittement aes mêmes billets ; en attendant les porteurs de billets étrangers au département, seron...
Attendu que le conseil n'a aucun moyen de s'assurer de l'identité des billets des autres départements de la République, qui se trouvent en circulation, il sera pris à l'instant par le directoire toutes mesures propres pour se procurer des pièces de comparaison, à l'effet d'opérer ensuite, de la manière la plus convenable et la plus sûre, l'acquittement aes mêmes billets ; en attendant les porteurs de billets étrangers au département, seront autorisés à les déposer au bureau centrai : le bureau central en sollicitera l...
...n l'assemblée du conseil du département de la Meurthe, ledit jour 9 décembre 1792, l'an Ier de la République française.^ Fait à Nancy, en l'assemblée du conseil du département de la Meurthe, ledit jour 9 décembre 1792, l'an Ier de la République française.^
...nous, secrétaire général du département de la Meurthe. Collationné par nous, secrétaire général du département de la Meurthe.
...re du maire et des officiers municipaux de la ville de Lyon (1). Lettre du maire et des officiers municipaux de la ville de Lyon (1).
, l'an Ier de la République française. , l'an Ier de la République française.
La loi du 8 novembre 1792, concernant les billets au porteur, billets de confiance, patriotiques et de secours, dit, par l'article 21, qu'à co...
... plus rester en circulation, dans toute la République, aucun billet au porteur, de quelque somme qu'il soit. Les personnes...
...é le remboursement du billet au-dessous de 25 francs, seront déchues de leur recours envers les communes.
La loi du 8 novembre 1792, concernant les billets au porteur, billets de confiance, patriotiques et de secours, dit, par l'article 21, qu'à compter du 1er janvier prochain, il ne pourra plus rester en circulation, dans toute la République, aucun billet au porteur, de quelque somme qu'il soit. Les personnes qui, avant le 1er février prochain, n'auront pas exigé le remboursement du billet au-dessous de 25 francs, seront déchues de leur recours envers les communes.
Il y a en circulation, dans la ville de Lyon, une quantité immense de ces billets de confiance qui ont été émis par des communes ou sociétés particulières de toutes les parties de la République. Ces billets de petites valeurs, depuis deux sols jusqu'à vingt sols, sont entre les mains de la portion du peuple la moins fortunée; il lui est impossible, d'ici au terme fixé par la loi, de s'en procurer l'échange, vu Téloignemen... Il y a en circulation, dans la ville de Lyon, une quantité immense de ces billets de confiance qui ont été émis par des communes ou sociétés particulières de toutes les parties de la République. Ces billets de petites valeurs, depuis deux sols jusqu'à vingt sols, sont entre les mains de la portion du peuple la moins fortunée; il lui est impossible, d'ici au terme fixé par la loi, de s'en procurer l'échange, vu Téloignement des différents lieux où ils ont été émis.
...rents bureaux une quantité considérable de personnes pour demander à la municipalité cet échange ; on se plaint hautement de l injustice qu'il y a de le refuser ; nous pouvons craindre que la tranquillité de notre cité ne soit troublée par le refu... Il s'est déjà présenté à nos différents bureaux une quantité considérable de personnes pour demander à la municipalité cet échange ; on se plaint hautement de l injustice qu'il y a de le refuser ; nous pouvons craindre que la tranquillité de notre cité ne soit troublée par le refus ; les ennemis du bien public épient toutes les occasions et saisiront certaine...
Il sera formé à Nancy, sous la surveillance du directoire du départeme...
...es respectives, celles-ci en fourniront la valeur au bureau central, qui la répartira aux caisses qui auront retiré...
Il sera formé à Nancy, sous la surveillance du directoire du département, un bureau central auquel les commissaires enverront les billets retirés et remboursés. Ce bureau les fera parvenir à leurs caisses respectives, celles-ci en fourniront la valeur au bureau central, qui la répartira aux caisses qui auront retiré les effets.
A la diligence au procureur général syndic, ... A la diligence au procureur général syndic, expédition du même arrêté sera adressée au conseil exécutif provisoire.
...licitudes et fournissez-nous les moyens de parer aux maux qui nous menacent. Partagez, ministre patriote, nos sollicitudes et fournissez-nous les moyens de parer aux maux qui nous menacent.
...e et en nous faisant parvenir une somme de 50,000 livres, somme que nous croyons d...
...e, parce que ces billets étrangers sont de petites valeurs. Nous ne courrions ae r...
...re cet échange par les différentes caisses patriotiques établies dans notre ville et en nous faisant parvenir une somme de 50,000 livres, somme que nous croyons devoir suffire à cet échange, parce que ces billets étrangers sont de petites valeurs. Nous ne courrions ae risques que sur ceux qui seraient faux, les autres nous étant remboursés par les ...

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 176
Vous avez aboli la royauté, mais ce n'est point assez; ce ...
...; les excès d'un tyran nécessitaient sa ruine ; mais la ruine de la tyrannie peut paraître bien plus l'effe...
...geance forcée, que celui d'un sentiment de feu pour la liberté.
Vous avez aboli la royauté, mais ce n'est point assez; ce grand acte ne vous donne encore aucun caractère. Un long despotisme avait ulcéré vos cœurs; les excès d'un tyran nécessitaient sa ruine ; mais la ruine de la tyrannie peut paraître bien plus l'effet d'une vengeance forcée, que celui d'un sentiment de feu pour la liberté.
...s yeux du peuple dès les premiers jours de la Révolution? Ne fut-il pas impliqué dans...
... porté en triomphe dans toutes les rues de cette ville immense, et au milieu des cris de joie d'une multitude innombrable qui le...
... du peuple? N'a-t-on pas toujours parlé de lui depuis cette époque? Ne 1 a-t-on pa...
...usiasme, les sacrifices qu'il a faits à la liberté, et le désintéressement avec le...
...s l'Assemblée constituante, l'abolition de la noblesse et des privilèges? N'est-ce pas encore ...
...choisi pour être le dernier des députés de Paris à la Convention nationale?
N'est-ce pas lui qui, comme on nous l'a déjà dit, fixa les yeux du peuple dès les premiers jours de la Révolution? Ne fut-il pas impliqué dans les fameuses journées des 5 et 6 octobre? Son buste ne fut-il pas porté en triomphe dans toutes les rues de cette ville immense, et au milieu des cris de joie d'une multitude innombrable qui le proclamait le père du peuple? N'a-t-on pas toujours parlé de lui depuis cette époque? Ne 1 a-t-on pas toujours cité comme le meilleur des patriotes et le modèle des républicains? Ne rappelle-t-on pas sans cesse, et avec enthousiasme, les sacrifices qu'il a faits à la liberté, et le désintéressement avec lequel il souscrivit le premier, dans l'Assemblée constituante, l'abolition de la noblesse et des privilèges? N'est-ce pas encore à lui, et à lui seul, que, par une affectation étrange, on a donné ce nom d'Egal...
...achalandés n'ont cessé d'indiquer au peuple, et avec un succès tel, qu'il a été choisi pour être le dernier des députés de Paris à la Convention nationale?
...audrait encore ajouter à ce moyen celui de retarder le terme fixé par la loi du 1er janvier prochain jusqu'au 1e...
...e précaution, il nous serait impossible de parvenir à notre but.
Il faudrait encore ajouter à ce moyen celui de retarder le terme fixé par la loi du 1er janvier prochain jusqu'au 1er mars suivant : sans cette dernière précaution, il nous serait impossible de parvenir à notre but.
... citoyen ministre, avec toute instance, de vous occuper de notre demande ; la tranquillité de notre ville paraît en dépendre. Nous vous engageons, citoyen ministre, avec toute instance, de vous occuper de notre demande ; la tranquillité de notre ville paraît en dépendre.
Le maire et les officiers municipaux de la ville de Lyon. Le maire et les officiers municipaux de la ville de Lyon.
A la séance de la convention nationale du mercredi 19 déc... A la séance de la convention nationale du mercredi 19 décembre 1792
Vexpulsion de la famille Bourbon-Capet (2). Vexpulsion de la famille Bourbon-Capet (2).
... pas à"craindre, ne serait-ce pas telle de la vertu ? Et cependant, citoyens, si quelque supériorité pouvait n'être pas à"craindre, ne serait-ce pas telle de la vertu ?
Ehl dans quelles circonstances ce choix- s'est-il fait ? G était au moment même où le sang de nos frères, qui coulait encore, inspirait la plus profonde horreur, non seulement co... Ehl dans quelles circonstances ce choix- s'est-il fait ? G était au moment même où le sang de nos frères, qui coulait encore, inspirait la plus profonde horreur, non seulement contre sa famille et tous les siens.
Eh bien ! c'est au milieu de cette indignation générale, de cette proscription universelle, au plus fort de la vengeance d'un peuple en fureur, que ce...
...r Philippe-Egalité que pour lui confier la première place de l'Etat.
Eh bien ! c'est au milieu de cette indignation générale, de cette proscription universelle, au plus fort de la vengeance d'un peuple en fureur, que ce peuple ne tourne les yeux sur Philippe-Egalité que pour lui confier la première place de l'Etat.
Mais, qu'ai-je besoin de m'occuper de l'avenir, quand mes craintes se réalisent autour de nous et sous nos yeux? Le sort de Philippe n'inspire-t-il pas déjà un intérêt extraordinaire ? La question même qui s'agite aujourd'hui, celle de savoir si sa présence blesse ou non la tranquillité de la République, n'occasionne-t-elle pas une...
...ts ? N'ai-je pas vu ici même, au milieu de nous, des représentants du peuple se tr...
Mais, qu'ai-je besoin de m'occuper de l'avenir, quand mes craintes se réalisent autour de nous et sous nos yeux? Le sort de Philippe n'inspire-t-il pas déjà un intérêt extraordinaire ? La question même qui s'agite aujourd'hui, celle de savoir si sa présence blesse ou non la tranquillité de la République, n'occasionne-t-elle pas une fermentation dans tous les esprits ? N'ai-je pas vu ici même, au milieu de nous, des représentants du peuple se transformer, pour ainsi dire, en gladiateurs lorsqu'il s'est agi ae défendre cet h...
...ffectuerait pour ne pas donner le temps de fabriquer de ces petites valeurs fausses. Nous vous ... ...u compagnies étrangères. Nous pourrions annoncer cet échange au moment où il s'effectuerait pour ne pas donner le temps de fabriquer de ces petites valeurs fausses. Nous vous le répétons, nous ne présumons pas que les risques soient considérables et nous ...
Discours de Henry-Larivière (1) pour le maintien du décret du 16 de ce mois qui prononce Discours de Henry-Larivière (1) pour le maintien du décret du 16 de ce mois qui prononce
...es qui s'élevaient, et défendit jusqu'à la vertu même d'outrepasser l'égalité. ...nts qu'à l'instant où leur fierté farouche nivela toutes les têtes, abattit celles qui s'élevaient, et défendit jusqu'à la vertu même d'outrepasser l'égalité.
...ans cette enceinte, lorsqu'il s'est agi de prononcer sur un homme, qui, sans avoir les moyens rassurants du héros de Marathon, pos- Comment donc a-t-il pu s'élever des réclamations dans cette enceinte, lorsqu'il s'est agi de prononcer sur un homme, qui, sans avoir les moyens rassurants du héros de Marathon, pos-
...es Décrets, Convention nationale : mois de décembre 1792. (1) Supplément au n* 93 du Journal des Débats et des Décrets, Convention nationale : mois de décembre 1792.
...s débats tumultueux que quelques traits de son opinion. (Note du Journal des Débat...
...us, même séance, p. 162, l'intervention de Henry-Larivière).
3ue le rapporter serait une faiblesse. Il ne pu lancer, ans des débats tumultueux que quelques traits de son opinion. (Note du Journal des Débats.) (Voy. ci-dessus, même séance, p. 162, l'intervention de Henry-Larivière).
...sidérations, celles qui naissent encore de l'importance que viennent d'acquérir se... Joindrai-je à toutes ces considérations, celles qui naissent encore de l'importance que viennent d'acquérir ses deux fils dans nos armées ? Dirai-je l'espérance qu'il peut en concevoir et
Ici l'on vous a cité l'exemple de Collatin ; écoutez ce qu'un auteur moderne dit, en parlant de ce consul (1) : Ici l'on vous a cité l'exemple de Collatin ; écoutez ce qu'un auteur moderne dit, en parlant de ce consul (1) :

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 177
« Le peuple, jaloux et comme furieux de sa liberté, le bannit de Rome ; il n'osa se fier à la haine déclarée que ce Romain faisait pa...
... parent du prince, il n'en eût l'esprit de domination, et qu il ne fût plus ennemi du roi que de la royauté. »
« Le peuple, jaloux et comme furieux de sa liberté, le bannit de Rome ; il n'osa se fier à la haine déclarée que ce Romain faisait paraître contre Tarquin; il craignit justement qu'étant parent du prince, il n'en eût l'esprit de domination, et qu il ne fût plus ennemi du roi que de la royauté. »
Vous étiez convaincus de cette vérité, citoyens, et vous ne fûtes jamais plus amis de la liberté, lorsque vous rendîtes, avant-hier, ce décret qui repousse de la République tous ceux qu'un mal hérédita... Vous étiez convaincus de cette vérité, citoyens, et vous ne fûtes jamais plus amis de la liberté, lorsque vous rendîtes, avant-hier, ce décret qui repousse de la République tous ceux qu'un mal héréditaire avait royalisés.
Que ceux-, au reste, sont loin d'avoir une véritable idée de vos fonctions, qui les avilissent au point de croire qu'elles peuvent être exercées a...
...tre une fois revêtu, pour être à l'abri de tout.
Que ceux-, au reste, sont loin d'avoir une véritable idée de vos fonctions, qui les avilissent au point de croire qu'elles peuvent être exercées aux dépens du salut public, et qu'il suffit d'en être une fois revêtu, pour être à l'abri de tout.
...oussera jusqu'à vous contester le droit de renvoyer un de vos membres; peut-être même exigera t-o...
...l faudra proclamer hautement que chacun de nous peut tout faire et tout commettre,...
...erait aussi, et pour le moins, en cela, la souveraineté nationale.
...ndant, que cet argument malheureux doit se reproduire encore. Je sais qu'on le poussera jusqu'à vous contester le droit de renvoyer un de vos membres; peut-être même exigera t-on que vous consultiez les assemblées primaires. C'est alors qu'il faudra proclamer hautement que chacun de nous peut tout faire et tout commettre, puisque, quels que soient les crimes dont un député se rendrait coupable, il ne pourra plus être atteint par aucun tribunal qui violerait aussi, et pour le moins, en cela, la souveraineté nationale.
...olé telle ou telle loi ; mais il s'agit de prévenir, en l'éloignant, le renversement de toutes les lois, la chute de la République, et les malheurs de tous les citoyens; il s'agit enfin de nous délivrer de la peste royale : et sous ce rapport vous prononçâtes l'exil de Philippe dès le jour même où^vous abolîtes la royauté. ...liger une peine à Philippe pour avoir commis telle ou telle faute, pour avoir violé telle ou telle loi ; mais il s'agit de prévenir, en l'éloignant, le renversement de toutes les lois, la chute de la République, et les malheurs de tous les citoyens; il s'agit enfin de nous délivrer de la peste royale : et sous ce rapport vous prononçâtes l'exil de Philippe dès le jour même où^vous abolîtes la royauté.
si nécessaire au maintien de la liberté : et s'il est vrai que cette li...
... celle d'exécuter votre décret; ce sera la plus belle de toutes.
si nécessaire au maintien de la liberté : et s'il est vrai que cette liberté lui soit chère, qu'il joigne à ses vertus civiques tant prônées, celle d'exécuter votre décret; ce sera la plus belle de toutes.
Je conclus à ce que, sans avoir égard à la qualité de représentant du peuple dont Philippe est revêtu, il soit tenu de se conformer à votre loi du 16 de ce mois, relative à la famille des Bourbons. Je conclus à ce que, sans avoir égard à la qualité de représentant du peuple dont Philippe est revêtu, il soit tenu de se conformer à votre loi du 16 de ce mois, relative à la famille des Bourbons.
a la séance de la convention nationale du mercredi 19 déc... a la séance de la convention nationale du mercredi 19 décembre 1792.
Ayant jugé nécessaire de mettre sur pied une partie des milices du royaume, je vous ai, en conséquence de ce que la loi ordonne dans un cas pareil, convoqu...
...s les rapports, une grande satisfaction de vous voir rassemblés en parlement dans ...
Ayant jugé nécessaire de mettre sur pied une partie des milices du royaume, je vous ai, en conséquence de ce que la loi ordonne dans un cas pareil, convoqués dans le délai qu'elle prescrit; et c'est pour moi, sous tous les rapports, une grande satisfaction de vous voir rassemblés en parlement dans cette conjoncture.
Il eût été heureux pour moi de pouvoir vous annoncer la continuation paisible et non interrompue de cette prospérité dont mes sujets ont joui, pendant un état de tranquillité ; mais il est arrivé récemment des événements qui demandent la réunion de notre vigilance et de nos efforts pour conserver les avantage... Il eût été heureux pour moi de pouvoir vous annoncer la continuation paisible et non interrompue de cette prospérité dont mes sujets ont joui, pendant un état de tranquillité ; mais il est arrivé récemment des événements qui demandent la réunion de notre vigilance et de nos efforts pour conserver les avantages dont nous avons joui jusqu'à présent.
...otre déclaration ferme et positive dans la dernière session, et par l'unanimité des sentiments de mon peuple, viennent de se renouveler le plus ouvertement, avec une activité redoublée. Un esprit de tumulte et de désordre (conséquences naturelles de telles menées), s'est montré dans des m...
...qui ont rendu nécessaire l'intervention de la force militaire pour soutenir l'autorit...
...me, a paru venir d'un dessein prémédité de tenter le renversement de notre heureuse Constitution et la subversion de tout ordre et de tout gouvernement; et ce dessein a été évidemment poursuivi concurremment et de concert ave des personnes en pays étran...
Les menées séditieuses réprimées en grande partie par votre déclaration ferme et positive dans la dernière session, et par l'unanimité des sentiments de mon peuple, viennent de se renouveler le plus ouvertement, avec une activité redoublée. Un esprit de tumulte et de désordre (conséquences naturelles de telles menées), s'est montré dans des mouvements d'émeute et d'insurrection qui ont rendu nécessaire l'intervention de la force militaire pour soutenir l'autorité civile. L'industrie qu'on a employée pour exciter les mécontentements, sous différents prétextes et dans différentes parties du royaume, a paru venir d'un dessein prémédité de tenter le renversement de notre heureuse Constitution et la subversion de tout ordre et de tout gouvernement; et ce dessein a été évidemment poursuivi concurremment et de concert ave des personnes en pays étranger.
...ent observé une stricte neutralité dans la guerre présente du continent, et je me suis instamment abstenu de toute intervention dans les affaires intérieures de France; mais il m'est impossible de voir, sans un très sérieux déplaisir, les fortes et nombreuses preuves de l'intention où l'on paraît y être d'exciter des troubles dans d'autres pays, de ne point respecter les droits des nations neutres, de poursuivre des vues de conquêtes et d'agrandissement et d'adopter, à l'égard de J'ai soigneusement observé une stricte neutralité dans la guerre présente du continent, et je me suis instamment abstenu de toute intervention dans les affaires intérieures de France; mais il m'est impossible de voir, sans un très sérieux déplaisir, les fortes et nombreuses preuves de l'intention où l'on paraît y être d'exciter des troubles dans d'autres pays, de ne point respecter les droits des nations neutres, de poursuivre des vues de conquêtes et d'agrandissement et d'adopter, à l'égard de
(2) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collection Portiez (de l'Oise), tome 554 ter% n° 14. (2) Ribliothèque de la Chambre des députés : Collection Portiez (de l'Oise), tome 554 ter% n° 14.
...ui seul, que sa famille entière, et sur la tête duquel tous les soupçons s'accumul... ...t-on donc aujourd'hui nous faire excepter un homme mille fois plus redoutable, lui seul, que sa famille entière, et sur la tête duquel tous les soupçons s'accumulent et pèsent avec un poids énorme?
Serait-ce, comme on n'a pas craint de le dire, parce que Philippe est représe...
...s se pourrait-il qu'un nouveau surcroît de faveur et de puissance vous fît conserver un homme q...
... d'éloigner, par cela même qu'il a trop de puissance et de faveur?
Serait-ce, comme on n'a pas craint de le dire, parce que Philippe est représentant du peuple? Mais se pourrait-il qu'un nouveau surcroît de faveur et de puissance vous fît conserver un homme que vous sentez nécessaire d'éloigner, par cela même qu'il a trop de puissance et de faveur?
...e sainte maxime: le salut du peuple est la suprême loi; c'est alors qu'il vous fau...
...i vous crie sans cesse : sauvez, sauvez la patrie, surtout sauvez-la.
C'est alors, citoyens, qu'il faudra fouler aux pieds cette sainte maxime: le salut du peuple est la suprême loi; c'est alors qu'il vous faudra imposer silence à vos devoirs, et étouffer cette voix qui vous crie sans cesse : sauvez, sauvez la patrie, surtout sauvez-la.
... règles du droit civil, quand il s'agit de décider parcelles du droit politique; c...
...plus ridicule, continue cet auteur, que de prétendre décider des droits des nations et de l'univers par les mêmes maximes sur les...
Je réponds, avec Montesquieu, qu'il ne faut point décider parles règles du droit civil, quand il s'agit de décider parcelles du droit politique; car rien n'est plus ridicule, continue cet auteur, que de prétendre décider des droits des nations et de l'univers par les mêmes maximes sur lesquelles on décide entre les particuliers.
Très gracieux discours de Sa Majesté Britannique aux deux Chambre... Très gracieux discours de Sa Majesté Britannique aux deux Chambres du Parlement (2).
...oy. ci-dessus, même séance/ le discours de Lebrun. (1) Voy. ci-dessus, même séance/ le discours de Lebrun.

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 178
...iés les états généraux (qui ont observé la même neutralité que moi-même), des mesu...
...us ces rapports, j'ai senti qu'il était de mon devoir indispensable d'avoir recours à ces moyens de précaution et de défense intérieure que la loi a confiés à mes soins. En même temps, il m'a paru convenable de prendre des mesures pour faire une augm...
...fficace pour conserver les bénédictions de la paix.
mes alliés les états généraux (qui ont observé la même neutralité que moi-même), des mesures qui ne sont conformes ni aux lois des nations, ni aux stipulations positives des traités existants. Sous tous ces rapports, j'ai senti qu'il était de mon devoir indispensable d'avoir recours à ces moyens de précaution et de défense intérieure que la loi a confiés à mes soins. En même temps, il m'a paru convenable de prendre des mesures pour faire une augmentation dans mes forces navales et militaires, persuadé que ces efforts sont né...
...r a tranquillité intérieure, soit à rendre une conduite ferme et modérée assez efficace pour conserver les bénédictions de la paix.
Rien ne sera négligé, de mon côté, pour parvenir à ce but important, autant que cela peut s'accorder avec la sûreté de mes royaumes, et avec l'observation fidèle des engagements que nous sommes obligés de remplir, et par l'intérêt et par l'honn... Rien ne sera négligé, de mon côté, pour parvenir à ce but important, autant que cela peut s'accorder avec la sûreté de mes royaumes, et avec l'observation fidèle des engagements que nous sommes obligés de remplir, et par l'intérêt et par l'honneur.
Messieurs de la Chambre des communes, Messieurs de la Chambre des communes,
... qu'elles soient, qui nous mettent dans la nécessité de faire des dépenses extraordinaires, qui...
...lque temps, nous empêcher d'appliquer à la réduction de la dette publique des sommes additionnelle...
...y sont déjà consacrées annuellement, ou de retarder le soulagement que mes sujets ...
...r dans une plus considérable diminution de taxes ; mais je suis très persuadé que ...
... dernière analyse, le moyen le plus sûr de remplir ces grands objets, sera de faire tous les efforts nécessaires pour...
Vous vous affligerez certainement avec moi des circonstances, quelles qu'elles soient, qui nous mettent dans la nécessité de faire des dépenses extraordinaires, qui peuvent, pour quelque temps, nous empêcher d'appliquer à la réduction de la dette publique des sommes additionnelles à celles qui y sont déjà consacrées annuellement, ou de retarder le soulagement que mes sujets auraient pu trouver dans une plus considérable diminution de taxes ; mais je suis très persuadé que vous sentirez qu'en dernière analyse, le moyen le plus sûr de remplir ces grands objets, sera de faire tous les efforts nécessaires pour maintenir notre tranquillité et notre sûreté, dans le moment présent et dans l'...
...çant que les brillants succès des armes de la Grande-Bretagne dans les Indes, sous l'habile conduite du marquis Cornwallis, ont amené la fin de la guerre, par le moyen d'une paix honorab...
...s agréables, qu'elles tendent à assurer la tranquillité future des possessions de la Grande-Bretagne dans cette partie du mo...
J'éprouve une grande satisfaction en vous annonçant que les brillants succès des armes de la Grande-Bretagne dans les Indes, sous l'habile conduite du marquis Cornwallis, ont amené la fin de la guerre, par le moyen d'une paix honorable et avantageuse, dont les conditions me paraissent d'autant plus agréables, qu'elles tendent à assurer la tranquillité future des possessions de la Grande-Bretagne dans cette partie du monde.
...e qui pourrait être faite pour troubler la paix et la tranquillité de ces royaumes. pour réprimer toute tentative qui pourrait être faite pour troubler la paix et la tranquillité de ces royaumes.
... l'une et l'autre dépendent du résultat de vos délibérations ; et votre conduite constante est le gage le plus sur que rien de ce qui pourra contribuer à la sûreté présente et à l'avantage permanent de ce pays sera négligé de votre côté. Vous sentirez combien l'une et l'autre dépendent du résultat de vos délibérations ; et votre conduite constante est le gage le plus sur que rien de ce qui pourra contribuer à la sûreté présente et à l'avantage permanent de ce pays sera négligé de votre côté.
...nt des preuves répétées que j'ai reçues de votre sincère attachement pour moi, et je mets une entière confiance dans la continuation de ces sentiments et dans la ferme intention où vous êtes de défendre et de maintenir cette Constitution qui a si l...
...égé les libertés et augmenté le bonheur de toutes les classes de mes sujets.
Je conserve un souvenir profond et constant des preuves répétées que j'ai reçues de votre sincère attachement pour moi, et je mets une entière confiance dans la continuation de ces sentiments et dans la ferme intention où vous êtes de défendre et de maintenir cette Constitution qui a si longtemps protégé les libertés et augmenté le bonheur de toutes les classes de mes sujets.
En vous efforçant de conserver et de transmettre à la postérité les bienfaits inestimables dont, par la grâce de la Providence, vous avez joui vous-mêmes, soyez assurés que j'y coopérerai de tout mon cœur et de toutes mes forces ; et je ne doute pas ... En vous efforçant de conserver et de transmettre à la postérité les bienfaits inestimables dont, par la grâce de la Providence, vous avez joui vous-mêmes, soyez assurés que j'y coopérerai de tout mon cœur et de toutes mes forces ; et je ne doute pas que tous nos efforts réunis n'obtiennent un succès entier, par le soutien décidé...
a la séance de la convention nationale du mercredi 19 déc... a la séance de la convention nationale du mercredi 19 décembre 1792
...en J. Pinet aîné, député du département de la Dordogne, sur le décret rendu par la Convention nationale le 16 décembre 1792, contre la famille Bourbon Capet (2). opinion du citoyen J. Pinet aîné, député du département de la Dordogne, sur le décret rendu par la Convention nationale le 16 décembre 1792, contre la famille Bourbon Capet (2).
Citoyens, sur la motion de Buzot, vous avez décrété, dans la séance de dimanche dernier, le bannissement de tous les individus de la famille Bourbon Capet, à la réserve de ceux détenus au Temple, et vous avez ajourné à deux jours la question de savoir si Philippe, ci-devant d'Orléans...
...hui, citoyens, vous demander le rapport de ce décret, qui, j'ose le dire, viole tous les principes, en osant mettre en doute la souveraineté du peuple, et porte, à mes yeux, avec lui, le caractère de l'injustice. Daignez m'écouter dans le ...
...n, dictée assurément par l'enthousiasme de la vertu, mais qui ne m'en paraît pas moin...
Citoyens, sur la motion de Buzot, vous avez décrété, dans la séance de dimanche dernier, le bannissement de tous les individus de la famille Bourbon Capet, à la réserve de ceux détenus au Temple, et vous avez ajourné à deux jours la question de savoir si Philippe, ci-devant d'Orléans, ayant été nommé représentant du peuple, peut être compris dans le décret. Je viens aujourd'hui, citoyens, vous demander le rapport de ce décret, qui, j'ose le dire, viole tous les principes, en osant mettre en doute la souveraineté du peuple, et porte, à mes yeux, avec lui, le caractère de l'injustice. Daignez m'écouter dans le calme ; c'est à votre raison que je veux parler; c'est elle seule qui doit juger et condamner une précipitation, dictée assurément par l'enthousiasme de la vertu, mais qui ne m'en paraît pas moins irréfléchie et funeste dans ses conséquences.
Votre décret renferme deux questions de la plus grande importance (3). La première est celle-ci : Philippe-Egalit...
...ntant du peuple, peut-il être dépouillé de ce titre par un décret de la Convention? la seconde a pour objet de savoir
Votre décret renferme deux questions de la plus grande importance (3). La première est celle-ci : Philippe-Egalité, représentant du peuple, peut-il être dépouillé de ce titre par un décret de la Convention? la seconde a pour objet de savoir
...ution du décret qui ordonne l'expulsion de la famille des Bourbons. (1) Voy. ci-dessus, même séance, page 169, le décret suspendant l'exécution du décret qui ordonne l'expulsion de la famille des Bourbons.
(2) Bibliothèque de la Chambre des Députés : Collection Portiez (de l'Oise), tome 206, n° 9. (2) Bibliothèque de la Chambre des Députés : Collection Portiez (de l'Oise), tome 206, n° 9.
...nts que le commerce et le revenu public de ce pays peuvent en retirer. Je suis persuadé que l'objet de votre considération immédiate sera d'ad... ... pourvoir à leur prospérité intérieure, et à nous garantir les avantages importants que le commerce et le revenu public de ce pays peuvent en retirer. Je suis persuadé que l'objet de votre considération immédiate sera d'adopter des mesures telles, que, dans les circonstances actuelles, elles peuvent ê...
(3) J'étais inscrit pour la parole; mais la Convention ayant suspendu son décret, a... (3) J'étais inscrit pour la parole; mais la Convention ayant suspendu son décret, après avoir entendu deux orateurs, l'un pour et l'autre contre, je ne pus pas par...

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 179
... l'ostracisme contre tous les individus de la famille Bourbon Capet, et cela sans exa... si nous avons pu et dù prononcer l'ostracisme contre tous les individus de la famille Bourbon Capet, et cela sans examen : ce sont ces deux questions que je vais traiter l'une après l'autre.
Lanjuinais, supposant au rapport de votre décret, vous a fait entendre le d...
...us pitoyable ; je n'entreprendrai point de le réfuter. La fausseté de ses principes, l'absurdité de ses conséquences, les rapsodies dont il...
...nements, comme aux mauvais raisonneurs, la meilleure réponse à faire, c'est de n'en pas faire du tout. Je viens à mon ...
Lanjuinais, supposant au rapport de votre décret, vous a fait entendre le discours le plus insipide, le plus pitoyable ; je n'entreprendrai point de le réfuter. La fausseté de ses principes, l'absurdité de ses conséquences, les rapsodies dont il a été si prodigue, forment un tout si monstrueux, si insignifiant, qu'il ne peu...
...sensation; ainsi le combattre ce serait combattre un fantôme. Aux mauvais raisonnements, comme aux mauvais raisonneurs, la meilleure réponse à faire, c'est de n'en pas faire du tout. Je viens à mon sujet.
Philippe-Egalité, revêtu par le peuple de la qualité de représentant, peut-il se voir enlever ce caractère par un décret de la Convention? Voilà la première question. Après l'avoir énoncée, je m'arrête, citoyens, et je frémis de voir agiter une pareille question au milieu de nous. Quoi ? ne peut-on s'empêcher de s'écrier, la Convention qui a reconnu le principe de la souveraineté nationale, qui a déclaré qu'il ne pouvait exister de Constitution que tout autant qu'elle serait acceptée par le peuple, la Convention ose mettre en question, si e...
..., ta liberté est perdue, je fuirai loin de toi, et je ne verrai plus dans tes mand...
...enséz-vous qu'il ait voulu nous revêtir de celui d'enchaîner, d'annuler les actes de sa puissance? L'eût-il voulu, il ne l'a...
...Jamais il n a pu vous conférer le droit de vous mettre au-dessus de lui; et n'exerceriez-vous pas une autorité supérieure à la sienne, si vous alliez dépouiller un de ses représentants du caractère dont il l'a revêtu? Philippe-Egalité a, comme chacun de nous, reçu ses pouvoirs du peuple; son ...
...s, rien ne peut le lui faire perdre que la volonté de celui qui le lui a conféré. On a osé vo...
...ous faire violer ce principe sacré, que la sûreté publique l'exigeait. Citoyens, vous ne serez pas la dupe d'un appât aussi grossier que perfide. On veut vous faire franchir la barrière qui sépare la liberté du despotisme. Si l'on y parven...
... qui pourrait vous arrêter ? Quelle est la digue qu'on pourrait vous opposer ? Cro...
...ux, pour vous engager à les aébarrasser de ces patriotes vigoureux, dont l'esprit ...
...raitable lorsqu'il s'agit des droits et de l'intérêt du peuple, les gêne, les déco...
...s tend; l'autorité est souvent l'écueil de la vertu ; si vous voulez être véritableme...
Philippe-Egalité, revêtu par le peuple de la qualité de représentant, peut-il se voir enlever ce caractère par un décret de la Convention? Voilà la première question. Après l'avoir énoncée, je m'arrête, citoyens, et je frémis de voir agiter une pareille question au milieu de nous. Quoi ? ne peut-on s'empêcher de s'écrier, la Convention qui a reconnu le principe de la souveraineté nationale, qui a déclaré qu'il ne pouvait exister de Constitution que tout autant qu'elle serait acceptée par le peuple, la Convention ose mettre en question, si elle a le droit d'attenter à cette volonté nationale, d'annuler les pouvoirs qu'u...
...u peuple tient du véritable souverain? 0 ma patrie, si cet attentat est consacré, ta liberté est perdue, je fuirai loin de toi, et je ne verrai plus dans tes mandataires que des tyrans mille fois plus dangereux que celui ue ton courage a préc...
...ons-nous en avoir d'autres que ceux que le peuple a pu et voulu vous déléguer? Penséz-vous qu'il ait voulu nous revêtir de celui d'enchaîner, d'annuler les actes de sa puissance? L'eût-il voulu, il ne l'aurait pas pu ; non, citoyens, il ne l'aurait pas pu. L'autorité souveraine ne se...
...nt; elle ne peut se transmettre; le peuple, malgré lui, en est toujours revêtu. Jamais il n a pu vous conférer le droit de vous mettre au-dessus de lui; et n'exerceriez-vous pas une autorité supérieure à la sienne, si vous alliez dépouiller un de ses représentants du caractère dont il l'a revêtu? Philippe-Egalité a, comme chacun de nous, reçu ses pouvoirs du peuple; son titre est inviolable pour vous, rien ne peut le lui faire perdre que la volonté de celui qui le lui a conféré. On a osé vous dire, pour vous faire violer ce principe sacré, que la sûreté publique l'exigeait. Citoyens, vous ne serez pas la dupe d'un appât aussi grossier que perfide. On veut vous faire franchir la barrière qui sépare la liberté du despotisme. Si l'on y parvenait, quel est le frein qui pourrait vous arrêter ? Quelle est la digue qu'on pourrait vous opposer ? Croyez-vous que les prétextes manqueraient aux intrigants et aux ambitieux, pour vous engager à les aébarrasser de ces patriotes vigoureux, dont l'esprit républicain est intraitable lorsqu'il s'agit des droits et de l'intérêt du peuple, les gêne, les déconcerte et fait souvent échouer leurs perfides manœuvres. Citoyens, prenez garde au piège qu'on vous tend; l'autorité est souvent l'écueil de la vertu ; si vous voulez être véritablement grands, souvenez-vous que vous n'existez que par le peuple et pour lui.
Je crois avoir prouvé que la Convention nationale n'a pas le droit, sous quelque prétexte que ce puisse être, de dépouiller Philippe-Ega- Je crois avoir prouvé que la Convention nationale n'a pas le droit, sous quelque prétexte que ce puisse être, de dépouiller Philippe-Ega-
...revêtu, et que c'est même un attentat à la souveraineté du peuple que d'oser le mettre en question. Je passe à la seconde question, qui a pour objet de savoir si nous avons pu et dû condamner, sans examen, à la peine de l'ostracisme, tous les individus de la famille de Bourbon Capet. lité du caractère don* il est revêtu, et que c'est même un attentat à la souveraineté du peuple que d'oser le mettre en question. Je passe à la seconde question, qui a pour objet de savoir si nous avons pu et dû condamner, sans examen, à la peine de l'ostracisme, tous les individus de la famille de Bourbon Capet.
A l'ouïe d'une pareille mesure, la première idée qui se présente, c'est qu...
...ces individus ont manifesté l'intention de nuire à la République. Car sans cela pourrait-on p...
...i m'ont précédé, ne reconnaissons point de vertus héréditaires, voulussions que le...
...t-être les services qu'ils ont rendus à la Révolution. Ce n'est point de Philippe-Egalité, de ses enfants, que je me déclare ici le d...
...ontre lui. Quoi ? ne peut-on s'empêcher de s'écrier, on a mis en œuvre tout ce que l'astuce et la mauvaise foi ont de plus perfide pour empêcher la Convention nationale de se montrer grande et fière, en prononçant révolutionnairement sur le sort de l'assassin du peuple; sur le sort de cet homme pris, comme l'a dit si énergiquement Saint-Just, la main dans le sang, la main dans le crime; on l'a embarrassée,...
...re royal, dans des formes qui, aux yeux de l'Europe étonnée, n'en font plus qu'un ...
...iaire, et les mêmes personnes coupables de ce délit viennent demander, presque dan...
...n décrète sur-le-champ, et sans examen, la proscription la plus terrible contre tous les individus de la famille Bourbon Capet, dont plusieurs ont rendu, depuis le premier instant de la Révolution, et rendent encore de grands services à la chose publique ! Quel est donc le motif...
...crire des membres du corps social à qui la patrie doit peut-être de la reconnaissance, et un intérêt si tendre pour un tyran couvert de crimes, souillé de tous les forfaits: pour un tyran contre lequel les mânes de tant de millions de citoyens réclament à grands cris vengeance ? A-t-on le dessein d'entraîner la Convention dans des mesures précipitées, qui puissent diminuer l'estime et la considération dont elle ne peut cesser un instant d'être environnée, sans que la chose publique soit en péril? Car enfin,citovens, lorsque la nation considérera de sang-froid votre décret, quelle idée en...
...n côté, son assassin environné par vous de défenseurs officieux, prêts d'employer toutes les ressources de la chicane et de l'astuce pour le soustraire aux châtiments qu'il a si justement mérités; et de l'autre une famille dont le civisme et ...
...pas douteux; une famille qui a renoncé, de bonne grâce, à tous les privilèges dont elle était environnée, pour se réunir à la cause du peuple qu'elle a servi utilement; une famille qui est devenue l'objet de la haine, de la fureur et de la vengeance, non seulement de tous les ennemis que la Révolution compte dans notre sein, et de tous nos perfides et lâches émigrés, mais aussi de tous les despotes de l'Europe, de tous les nobles et des prêtres de tous les pays ; une famille qui ne peut...
A l'ouïe d'une pareille mesure, la première idée qui se présente, c'est que, sans doute tous ces individus ont manifesté l'intention de nuire à la République. Car sans cela pourrait-on penser qu'on eût voulu les punir pour avoir porté le nom du plus criminel des hommes? Pourrait-on penser que nous, qui, comme l'a dit un des orateurs qui m'ont précédé, ne reconnaissons point de vertus héréditaires, voulussions que les crimes le fussent? Cependant, citoyens, vous le savez, ces individus n'ont contre eux que le nom qu'ils portent, et peut-être les services qu'ils ont rendus à la Révolution. Ce n'est point de Philippe-Egalité, de ses enfants, que je me déclare ici le défenseur! Républicain ardent, ce sont les principes que je défends et non les in...
...Philippe-Egalité, et s'il devenait un traître, je serais le premier à m'élever contre lui. Quoi ? ne peut-on s'empêcher de s'écrier, on a mis en œuvre tout ce que l'astuce et la mauvaise foi ont de plus perfide pour empêcher la Convention nationale de se montrer grande et fière, en prononçant révolutionnairement sur le sort de l'assassin du peuple; sur le sort de cet homme pris, comme l'a dit si énergiquement Saint-Just, la main dans le sang, la main dans le crime; on l'a embarrassée, pour ce tigre royal, dans des formes qui, aux yeux de l'Europe étonnée, n'en font plus qu'un petit tribunal judiciaire, et les mêmes personnes coupables de ce délit viennent demander, presque dans le même instant, qu'on décrète sur-le-champ, et sans examen, la proscription la plus terrible contre tous les individus de la famille Bourbon Capet, dont plusieurs ont rendu, depuis le premier instant de la Révolution, et rendent encore de grands services à la chose publique ! Quel est donc le motif qui peut inspirer tant d'empressement à proscrire des membres du corps social à qui la patrie doit peut-être de la reconnaissance, et un intérêt si tendre pour un tyran couvert de crimes, souillé de tous les forfaits: pour un tyran contre lequel les mânes de tant de millions de citoyens réclament à grands cris vengeance ? A-t-on le dessein d'entraîner la Convention dans des mesures précipitées, qui puissent diminuer l'estime et la considération dont elle ne peut cesser un instant d'être environnée, sans que la chose publique soit en péril? Car enfin,citovens, lorsque la nation considérera de sang-froid votre décret, quelle idée en aura-t-elle? Elle verra, d'un côté, son assassin environné par vous de défenseurs officieux, prêts d'employer toutes les ressources de la chicane et de l'astuce pour le soustraire aux châtiments qu'il a si justement mérités; et de l'autre une famille dont le civisme et le patriotisme ne st>nt pas douteux; une famille qui a renoncé, de bonne grâce, à tous les privilèges dont elle était environnée, pour se réunir à la cause du peuple qu'elle a servi utilement; une famille qui est devenue l'objet de la haine, de la fureur et de la vengeance, non seulement de tous les ennemis que la Révolution compte dans notre sein, et de tous nos perfides et lâches émigrés, mais aussi de tous les despotes de l'Europe, de tous les nobles et des prêtres de tous les pays ; une famille qui ne peut mettre les pieds

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 180
...enthousiasme, vient vous citer un trait de l'histoire romaine; et Louvet se dit lé...
...donc qu'il ignore que ce n'est pas avec de l'enthousiasme et des autorités qu'on fait de bonnes lois ? Quelle est donc cette manie qui va chercher des règles de conduite et de gouvernement chez des peuples qui vivaient à plus de deux mille ans de nous? Ëh ! que m'importe à moi que la famille des Tarquins ait été chassée ou non des murs de Rome; que Brutus, dont l'âme n'animera jamais certains individus qui se permettent de le faire parler, ait tenu à Collatin un...
...rendu ensuite parle peuple romain? Qu'a de commun ce peuple avec nous pour que nous le prenions pour modèle? Citoyens, c'est de nous dont il s'agit et non du peuple ro...
...peut-être à combattre tous les despotes de l'Europe, mais qui a pour elle les cœurs de tous les peuples, qu'il s'agit, et non d'une poignée d'hommes qui avaient excité la jalousie de tous leurs voisins et qui les avaient t...
...uelle comparaison peut-il établir entre la République française et la petite ville de Rome? Et comment peut-il nous proposer,...
...s et les patriciens formaient aussi une noblesse; cette noblesse avait dans ses mains une arme terrible,...
...nfin a achevé par asservir les Romains, la dictature; puissance monstrueuse et plu...
...lique qui renfermait dans son sein tant de germes destructeurs de la liberté, n'était-elle pas obligée, pour conserver cette même liberté, à des mesures de sûreté qui ne nous conviennent pas, à nous chez qui les principes de l'égalité sont établis ; à nous qui avo...
Louvet, pour exciter votre enthousiasme, vient vous citer un trait de l'histoire romaine; et Louvet se dit législateur ! Est-ce donc qu'il ignore que ce n'est pas avec de l'enthousiasme et des autorités qu'on fait de bonnes lois ? Quelle est donc cette manie qui va chercher des règles de conduite et de gouvernement chez des peuples qui vivaient à plus de deux mille ans de nous? Ëh ! que m'importe à moi que la famille des Tarquins ait été chassée ou non des murs de Rome; que Brutus, dont l'âme n'animera jamais certains individus qui se permettent de le faire parler, ait tenu à Collatin un discours pour l'engager à s'expatrier lui-même? Que m'importe le décret rendu ensuite parle peuple romain? Qu'a de commun ce peuple avec nous pour que nous le prenions pour modèle? Citoyens, c'est de nous dont il s'agit et non du peuple romain; c'est d'une république naissante il est vrai, mais puissante en moyens, qu...
...e pour ainsi dire dans les murs d'une ville; c'est d'une grande nation qui aura peut-être à combattre tous les despotes de l'Europe, mais qui a pour elle les cœurs de tous les peuples, qu'il s'agit, et non d'une poignée d'hommes qui avaient excité la jalousie de tous leurs voisins et qui les avaient tous pour ennemis. D'après cet exposé, je le demande à Louvet, quelle comparaison peut-il établir entre la République française et la petite ville de Rome? Et comment peut-il nous proposer, comme nous convenant, une mesure adoptée par les Romains ? Il est des hommes qu...
...es rois les employait par des conseils; elle avait des nobles, car les chevaliers et les patriciens formaient aussi une noblesse; cette noblesse avait dans ses mains une arme terrible, qui pouvait ramener le despotisme et qui enfin a achevé par asservir les Romains, la dictature; puissance monstrueuse et plus redoutable cent fois que l'autorité royale. Or, je le demande encore à Louvet, une république qui renfermait dans son sein tant de germes destructeurs de la liberté, n'était-elle pas obligée, pour conserver cette même liberté, à des mesures de sûreté qui ne nous conviennent pas, à nous chez qui les principes de l'égalité sont établis ; à nous qui avons aboli tous les privilèges et chez qui il
hors du territoire de la République, sans courir les risques d'ê...
...tamment au bannissement, que dis-je ! à la mort! Car quel est le lieu où les poign...
...s d'hommes justes, nous qui mettons sur la même ligne, Philippe-Egalité et ses enf...
...ple reconnaîtra, dans un pareil décret, la grandeur et la justice qui doivent caractériser tout ce qui émane de vous? Pour vous entraîner, on a fait va...
...otif bien puissant sur vos cœurs, celui de la tranquillité publique, dans le temps qu'on cherche, par , à la troubler.
hors du territoire de la République, sans courir les risques d'être massacrée; une famille enfin contre laquelle on ne peut articuler aucun grief, et que nous proscrivons, que nous condamnons précipitamment au bannissement, que dis-je ! à la mort! Car quel est le lieu où les poignards des assassins ne soient pas prêts à lui percer le sein? Et nous nous qualifions d'hommes justes, nous qui mettons sur la même ligne, Philippe-Egalité et ses enfants, et les scélérats d'Artois et Condé, qui se sont baignés dans notre sang, e...
...dant d'autre peine que celle du bannissement ! Croyez-vous, citoyens, \ue le peuple reconnaîtra, dans un pareil décret, la grandeur et la justice qui doivent caractériser tout ce qui émane de vous? Pour vous entraîner, on a fait valoir, avec perfidie, un motif bien puissant sur vos cœurs, celui de la tranquillité publique, dans le temps qu'on cherche, par , à la troubler.
...dicule dh rapprochement fait par Louvet de la République française et de la République romaine. L'échafaudage d'un ...
...oule bien vite devant l'examen réfléchi de la sévère raison; j'ajouterai seulement, q...
... propre et utile, sans nous embarrasser de ce qu'ont fait pour des peuples éloignés de nous de quelques milliers d'années, Solon Lycurgue et Numa, que je regarde comme de véritables grands hommes, mais dont les...
Il ne faut pas, citoyens, pousser les choses plus loin pour faire voir le ridicule dh rapprochement fait par Louvet de la République française et de la République romaine. L'échafaudage d'un faux raisonnement croule bien vite devant l'examen réfléchi de la sévère raison; j'ajouterai seulement, que pour faire notre Constitution et nos lois, nous devons chercher ce qui nous est propre et utile, sans nous embarrasser de ce qu'ont fait pour des peuples éloignés de nous de quelques milliers d'années, Solon Lycurgue et Numa, que je regarde comme de véritables grands hommes, mais dont les lois peuvent très bien ne pas nous convenir.
Je crois avoir prouvé, citoyens, que la mesure dans laquelle on vous a entraînés contre la famille Bourbon Capet, était injuste, qu'elle ne peut servir que la passion et des ressentiments particuliers, qu'elle n'est point utile à la République française, assez puissante p...
... s'abandonner à des moyens qui dénotent la faiblesse. C'est contre les traîtres, l...
...uple, que nous devons sévir et déployer la vigueur et l'énergie de vrais républicains; que la faux de l'égalité rase sans cesse la surface plane du sol de la liberté ; qu'elle abatte, sans miséricorde, la tête de tous ambitieux qui voudraient l'élever,...
...er un jour, d'avoir adopté sans examen, la mesure de l'ostracisme, mesure terrible, sur laquelle nous ne devons prendre de détermination qu'après avoir profondéme...
...geux en lui-même, s'il peut l'être pour la République française; et au cas qu'il s...
Je crois avoir prouvé, citoyens, que la mesure dans laquelle on vous a entraînés contre la famille Bourbon Capet, était injuste, qu'elle ne peut servir que la passion et des ressentiments particuliers, qu'elle n'est point utile à la République française, assez puissante pour ne pas s'abandonner à des moyens qui dénotent la faiblesse. C'est contre les traîtres, les conspirateurs et les assassins du peuple, que nous devons sévir et déployer la vigueur et l'énergie de vrais républicains; que la faux de l'égalité rase sans cesse la surface plane du sol de la liberté ; qu'elle abatte, sans miséricorde, la tête de tous ambitieux qui voudraient l'élever, et nous n'aurons rien à craindre. Citoyens, évitons qu'on puisse nous reprocher un jour, d'avoir adopté sans examen, la mesure de l'ostracisme, mesure terrible, sur laquelle nous ne devons prendre de détermination qu'après avoir profondément examiné si l'ostracisme est avantageux en lui-même, s'il peut l'être pour la République française; et au cas qu'il soit adopté, ae quelle manière, dans quelles circonstances et avec quelles précau...
La première ae ces vues, est celle d'exciter dans l'armée de la Belgique et surtout dans Paris une comm...
...iolente un mécontentement si grand, que la division s'établisse au milieu de nos braves défenseurs, et que le peuple de Paris, indigné, se porte à quelques mes...
... lui a donné si souvent, d agitateur et de factieux ; qui puissent justifier surto...
...e officieux a fait retentir jusque dans la dernière commune de chaque département, que la Convention nationale n'est pas en sûret...
...lentée par un peuple séditieux qui veut la dominer. On avait pensé que vos défenseurs, au milieu desquels les deux fils de Philippe-Egalité ont combattu avec tant de courage, se porteraient à quelque extrémité terrible, plutôt que de se laisser enlever deux citoyens qui comme eux et avec eux combattent pour la liberté et l'égalité. On avait pensé surtout, que les citoyens de Paris s'opposeraient à force ouverte à l'exécution de votre décret, et qu'on trouverait dans cette résistance à la loi, le prétexte tant désiré, recherché avec tant d'ardeur, d'entraîner la Convention hors de Paris. A cette
La première ae ces vues, est celle d'exciter dans l'armée de la Belgique et surtout dans Paris une commotion si violente un mécontentement si grand, que la division s'établisse au milieu de nos braves défenseurs, et que le peuple de Paris, indigné, se porte à quelques mesures violentes qui puissent justifier le titre qu'on lui a donné si souvent, d agitateur et de factieux ; qui puissent justifier surtout ce cri qu'un ministre officieux a fait retentir jusque dans la dernière commune de chaque département, que la Convention nationale n'est pas en sûreté à Paris, qu'elle est influencée, violentée par un peuple séditieux qui veut la dominer. On avait pensé que vos défenseurs, au milieu desquels les deux fils de Philippe-Egalité ont combattu avec tant de courage, se porteraient à quelque extrémité terrible, plutôt que de se laisser enlever deux citoyens qui comme eux et avec eux combattent pour la liberté et l'égalité. On avait pensé surtout, que les citoyens de Paris s'opposeraient à force ouverte à l'exécution de votre décret, et qu'on trouverait dans cette résistance à la loi, le prétexte tant désiré, recherché avec tant d'ardeur, d'entraîner la Convention hors de Paris. A cette
Je viens de parler, citoyens, des grands motifs qui... Je viens de parler, citoyens, des grands motifs qui doivent vous déterminer à rapporter votre décret; permettez-moi d'y joindre que...

Séance du mercredi 19 décembre 1792

page 181
La seconde vue de ces hommes de bien, était de perdre dans l'opinion publique des départements, les patriotes vigoureux, les habitants de cette montagne, si terrible pour tous les intrigants, de cette montagne où pétille sans cesse le feu volcanique de la liberté et de l'égalité. Ils ont fait, sans doute, ce raisonnement-ci : la motion du bannissement de la famille Bourbon Capet, aura une enveloppe de patriotisme capable de séduire la majorité de nos collègues et les citoyens des dépar...
...t violation des principes et attentat à la souveraineté du peuple; alors nous les ...
...mme des factieux qui ne veulent abattre la tête de Louis Capet, que pour placer Philippe c...
...léans sur le trône, et le peuple jaloux de son autorité et séduit par ce langage, nous abandonnera cette poignée de forcenés qui ne veut se prêter à aucune de nos vues. J'espère, citoyens, que ce se...
La seconde vue de ces hommes de bien, était de perdre dans l'opinion publique des départements, les patriotes vigoureux, les habitants de cette montagne, si terrible pour tous les intrigants, de cette montagne où pétille sans cesse le feu volcanique de la liberté et de l'égalité. Ils ont fait, sans doute, ce raisonnement-ci : la motion du bannissement de la famille Bourbon Capet, aura une enveloppe de patriotisme capable de séduire la majorité de nos collègues et les citoyens des départements éloignés ; mais ces fiers républicains ne s'y laisseront pas prendre, leur esprit inflexible se raidira contre ce qu'ils appelleront violation des principes et attentat à la souveraineté du peuple; alors nous les représenteront comme des factieux qui ne veulent abattre la tête de Louis Capet, que pour placer Philippe ci-devant d'Orléans sur le trône, et le peuple jaloux de son autorité et séduit par ce langage, nous abandonnera cette poignée de forcenés qui ne veut se prêter à aucune de nos vues. J'espère, citoyens, que ce second moyen ne leur réussira pas mieux que le premier, mais veuillez réfléchir su...
1° Le rapport de votre décret contre la famille de Bourbon Capet ; 1° Le rapport de votre décret contre la famille de Bourbon Capet ;
D'après les divers motifs que je viens de mettre sous vos yeux, je demande : D'après les divers motifs que je viens de mettre sous vos yeux, je demande :
La question préalable sur tout ce qui rega... La question préalable sur tout ce qui regarde Philippe-Egalité, comme représentant du peuple,
3° Le renvoi au comité de Constitution de ces questions : 3° Le renvoi au comité de Constitution de ces questions :
1° L'établissement de l'ostracisme est-il avantageux en lui-m... 1° L'établissement de l'ostracisme est-il avantageux en lui-même?
2° Peut-il être utile pour la République française? 2° Peut-il être utile pour la République française?
3° Et s'il est utile, de quelle manière, dans 3° Et s'il est utile, de quelle manière, dans

Séance du jeudi 20 décembre 1792

- search term matches: (1448)

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 181
Locuteur: Le Président
...st pas saisi du décret que l'on propose de rapporter; il serait peut-être bon, avant de le mettre en discussion, que l'Assemblée en entendît la lecture; je vais donner des ordres à ce... Le bureau n'est pas saisi du décret que l'on propose de rapporter; il serait peut-être bon, avant de le mettre en discussion, que l'Assemblée en entendît la lecture; je vais donner des ordres à cet effet.
Locuteur: Aimé Goupilleau
Je demande la parole pour un objet qui intéresse le salut de l'Etat. J'ai à vous dénoncer un fait extrêmement grave et intéressant pour la sûreté publique et le respect de la Convention. Je vous prie de me répondre à ces différentes questions. Quand vos décrets ont-ils force de loi? Quand doivent-ils sortir de vos bureaux pour être envoyés au consei...
...décret ne doit être expédié au ministre de la justice qu'après que la Convention en a adopté la rédaction.
Je demande la parole pour un objet qui intéresse le salut de l'Etat. J'ai à vous dénoncer un fait extrêmement grave et intéressant pour la sûreté publique et le respect de la Convention. Je vous prie de me répondre à ces différentes questions. Quand vos décrets ont-ils force de loi? Quand doivent-ils sortir de vos bureaux pour être envoyés au conseil exécutif? Vous me répondrez qu'un décret ne doit être expédié au ministre de la justice qu'après que la Convention en a adopté la rédaction.
Locuteur: Aimé Goupilleau
...s principes, reportez-vous, citoyens, à la séance de dimanche dernier, à cette séance scandaleuse dont le résultat, après huit heures de séance, a été un décret qui expulse du territoire de la République tous les Bourbons, excepté Philippe-Egalité. Le pro-cès-verbal de cette séance n'a pas été lu ; vous n'avez pas adopté la rédaction du décret; il n'en est pourta...
...t d'y obéir. Je ne suis point du nombre de ceux qui se livrent à des dénonciations...
...suite du département, comme ayant force de loi. Je dépose cette pièce sur le burea...
Après avoir reconnu ces principes, reportez-vous, citoyens, à la séance de dimanche dernier, à cette séance scandaleuse dont le résultat, après huit heures de séance, a été un décret qui expulse du territoire de la République tous les Bourbons, excepté Philippe-Egalité. Le pro-cès-verbal de cette séance n'a pas été lu ; vous n'avez pas adopté la rédaction du décret; il n'en est pourtant pas moins vrai que ce décret a été affiché, avec injonction au département d'y obéir. Je ne suis point du nombre de ceux qui se livrent à des dénonciations vagues. Lorsque je parais à cette tribune pour y faire une dénonciation, c'est ...
...ticuler. Je vous dénonce cette affiche émanée d'abord du conseil exécutif, et ensuite du département, comme ayant force de loi. Je dépose cette pièce sur le bureau.
Locuteur: J.-B. Louvet
...écret qui n'existait pas ? N'est-ce pas encore de ces moyens de chicane si souvent employés dans cette ... ...avez rendu un qui prouve son existence. Au-riez-vous suspendu l'exécution d'un décret qui n'existait pas ? N'est-ce pas encore de ces moyens de chicane si souvent employés dans cette Assemblée?
Locuteur: J.-B. Louvet
Quanta la lecture du procès-verbal, j'ai voulu la faire avant-hier; Sillery est venu au bureau, et m'a paru satisfait de ce que je ne le lisais pas, parce qu'il...
...ire, on m'a fait remarquer que, le fond de la question allant être discuté, il était inutile de donner lecture du procès-verbal. L'orateur même qui avait le premier la parole, après avoir vivement insisté auprès de moi, me força à quitter la tribune. Voilà l'explication que je dev...
Quanta la lecture du procès-verbal, j'ai voulu la faire avant-hier; Sillery est venu au bureau, et m'a paru satisfait de ce que je ne le lisais pas, parce qu'il voulait demander le rapport du décret. Pourquoi donc ces contraditions continuelles? Hier encore, j'ai voulu le lire, on m'a fait remarquer que, le fond de la question allant être discuté, il était inutile de donner lecture du procès-verbal. L'orateur même qui avait le premier la parole, après avoir vivement insisté auprès de moi, me força à quitter la tribune. Voilà l'explication que je devais à l'Assemblée.
Locuteur: Thuriot
...umis à votre discussion, vous donneront la clé de toutes les intrigues. Souvenez-vous comment dimanche, sous prétexte de présenter un article additionnel au décret que vous veniez rendre sur ma proposition, on fit une motion de la plus haute importance. Buzotlut un trav... Citoyens, je crois que les faits qui sont soumis à votre discussion, vous donneront la clé de toutes les intrigues. Souvenez-vous comment dimanche, sous prétexte de présenter un article additionnel au décret que vous veniez rendre sur ma proposition, on fit une motion de la plus haute importance. Buzotlut un travail qui indiquait que cette motion avait été depuis longtemps préméditée. Ce que...
Locuteur: Treilhard
, secrétaire, donne lecture de l'interrogatoire d'Achille Viard (1). , secrétaire, donne lecture de l'interrogatoire d'Achille Viard (1).
Locuteur: Treilhard
Un membre propose de rapporter le décret qui a mis Viard en ... Un membre propose de rapporter le décret qui a mis Viard en état d'arrestation.
Locuteur: Laurent
..., qu'il soit renvoyé devant un tribunal de police correctionnelle. [Claude). Viard est un chevalier d'industrie; je demande, en conséquence, qu'il soit renvoyé devant un tribunal de police correctionnelle.
Locuteur: Cambacérès
...vant un tribunal : attendez le jugement ce^ tribunal. Vous avez renvoyé Viard devant un tribunal : attendez le jugement ce^ tribunal.
Locuteur: Le Président
En attendant, Goupilleau a la parole. En attendant, Goupilleau a la parole.
présidence de barère, guadet et pétion, anciens prési... présidence de barère, guadet et pétion, anciens présidents.
présidence de barère, ancien président. présidence de barère, ancien président.
La séance est ouverte à dix heures du ïnat... La séance est ouverte à dix heures du ïnatin.
... du 7 décembre 1792, page 419, le texte de cet séance du 7 décembre 1792, page 419, le texte de cet

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 182
Locuteur: Thuriot
Nous parviendrons à la fin à connaître les intrigants. Les agents de Lafayette, qui agitaient Paris en 1790,... Nous parviendrons à la fin à connaître les intrigants. Les agents de Lafayette, qui agitaient Paris en 1790, sont encore ici... (.Murmures à - Qtroite et au centre; vifs applaudissements à...
Locuteur: Thuriot
...t lui qui, en 1791, commit un faux dans la fameuse procédure criminelle qui suivit l'affaire du Champ-de-Mars... c'est lui qui... (On sait qu'il était alors l'ami du général de la garde nationale parisienne) c'est lui q...
...ur faire naître les événements du Champ-de-Mars. 11 rédigea la. pétition, c'est un fait notoire; et La...
...gea les pétitionnaires... (Les murmures de VAssemblée presque entière interrompent l'orateur; on le rappelle a Vordre et à la question.)
Eh bien, c'est Brissot! c'est lui qui, en 1791, commit un faux dans la fameuse procédure criminelle qui suivit l'affaire du Champ-de-Mars... c'est lui qui... (On sait qu'il était alors l'ami du général de la garde nationale parisienne) c'est lui qui s'entendit avec Lafayette pour faire naître les événements du Champ-de-Mars. 11 rédigea la. pétition, c'est un fait notoire; et Lafayette égorgea les pétitionnaires... (Les murmures de VAssemblée presque entière interrompent l'orateur; on le rappelle a Vordre et à la question.)
Locuteur: Chabot
Thuriot. Je reviens à la question. Je suis loin d'imputer à Buzot l'odieux de la proposition qu'il a faite... Je crois q... Thuriot. Je reviens à la question. Je suis loin d'imputer à Buzot l'odieux de la proposition qu'il a faite... Je crois qu'il a été trompé...
Locuteur: Maribon-Montaut, Duquesnoy, Legen-dre
...et quelques autres membres assis auprès de Thuriot : Que dites-vous ?... Cet intrigant!... , et quelques autres membres assis auprès de Thuriot : Que dites-vous ?... Cet intrigant!...
Locuteur: Thuriot
...es procès-verbaux doivent être lus dans la séance suivante. Lundi, nous nous sommes présentés plusieurs au bureau, pour demander la parole sur le rapport du décret; Louvet...
... décret; je ne sais si cela l'a empêché de le lire : il doit y avoir une règle sûr...
... un décret dont vous n'aviez pas adopté la rédaction, soit censuré. (Applaudisse- ...
Revenons au point qui doit nous occuper. Conformément à votre règlement, les procès-verbaux doivent être lus dans la séance suivante. Lundi, nous nous sommes présentés plusieurs au bureau, pour demander la parole sur le rapport du décret; Louvet savait que nous voulions faire des observations sur ce décret; je ne sais si cela l'a empêché de le lire : il doit y avoir une règle sûre pour les secrétaires. Je demande que le secrétaire qui n'a pas lu le procès-verbal, comme le veut le règlement, et qui a expédié un décret dont vous n'aviez pas adopté la rédaction, soit censuré. (Applaudisse- i ments à Vextrême aauche.)
Locuteur: Aimé Goupilleau
Je vais convaincre l'Assemblée de l'iniquité de Louvet; voici les preuves. Je viens de recevoir la note qui nous apprend tous les matins l...
... lis : « Du 16 décembre, au département de Paris, décret relatif à l'expulsion de la famille des Bourbons. » Vous voyez, cit...
...ême. Comment Louvet a-t-il eu l'audace, la scélératesse...
Je vais convaincre l'Assemblée de l'iniquité de Louvet; voici les preuves. Je viens de recevoir la note qui nous apprend tous les matins l'envoi des décrets, et j'y lis : « Du 16 décembre, au département de Paris, décret relatif à l'expulsion de la famille des Bourbons. » Vous voyez, citoyens, que le décret a été envoyé le jour même. Comment Louvet a-t-il eu l'audace, la scélératesse...
Locuteur: Doulcet-Pontécoulant
monte précipitamment à la tribune. Je ne rappellerai point ce qu'...
...ter une motion incidente, qui peut être de grande importance. L'Assemblée constituante et la Législative avaient senti la nécessité de mettre des entraves pour qu'une motion ...
...s donc qu'un décret ne peut avoir force de loi que lorsqu'il est signé du Président et des secrétaires, que lorsque la rédaction a été présentée à l'Assemblée...
monte précipitamment à la tribune. Je ne rappellerai point ce qu'a dit un des préopinants sur les inconvénients d'adopter une motion incidente, qui peut être de grande importance. L'Assemblée constituante et la Législative avaient senti la nécessité de mettre des entraves pour qu'une motion ne fut point adoptée sans avoir été mûrement réfléchie... Je dis donc qu'un décret ne peut avoir force de loi que lorsqu'il est signé du Président et des secrétaires, que lorsque la rédaction a été présentée à l'Assemblée.
Locuteur: Doulcet-Pontécoulant
...sez sévère ; il a compromis le ministre de l'intérieur et la sûreté publique. Je demande qu'il soit ...
...s applaudissements sont aussitôt suivis de ceux des tribunes.)
... l'inscription au procès-verbal avec censure. Je ne trouve pas cette punition assez sévère ; il a compromis le ministre de l'intérieur et la sûreté publique. Je demande qu'il soit envoyé pour trois jours à l'Abbaye. (Vifs applaudissements à Vextrême gauche. — Ces applaudissements sont aussitôt suivis de ceux des tribunes.)
Locuteur: Bréard
Je me contenterai de faire quelques observations ; je les fe...
...ncertain s'il sera rapporté. Je dis que la nation... (Murmures.) Maintenez-moi la parole, Monsieur le Président, les cria...
.... Non, citoyens, ce n'est pas une peine de trois jours d'Abbaye qu'il faut inflige...
...ssion des affiches soit payée aux frais de ceux qui l'ont ordonnée. Demandez à Lou...
...n'a pas fait passer au conseil exécutif la note certaine du décret rendu dimanche, relatif à la famille des Bourbons; 2° s'il l'a seule...
Je me contenterai de faire quelques observations ; je les ferai froidement, parce que je suis sans passions, sans intérêt particulier ; je v...
...délivre un décret important avant qu'il ait été lu et dans le moment où il est incertain s'il sera rapporté. Je dis que la nation... (Murmures.) Maintenez-moi la parole, Monsieur le Président, les criailleries ne m'épouvanteront pas. Non, citoyens, ce n'est pas une peine de trois jours d'Abbaye qu'il faut infliger à Louvet, mais il doit être censuré au procès-verbal et il faut aussi que l'impression des affiches soit payée aux frais de ceux qui l'ont ordonnée. Demandez à Louvet : 1° s'il n'a pas fait passer au conseil exécutif la note certaine du décret rendu dimanche, relatif à la famille des Bourbons; 2° s'il l'a seulement envoyé comme forme d'avis.
Locuteur: Dufriche-Valazé
... les décrets avant que le procès-verbal de la séance où ils ont été rendus n'ait été ... ...cision, on remette sous vos yeux le décret qui défend aux secrétaires d'expédier les décrets avant que le procès-verbal de la séance où ils ont été rendus n'ait été élu.
Locuteur: Carpentier
...re un délit grave, et comme je veux que la punition lui soit proportionnée, je vote pour les trois jours de prison. Moi, mon opinion est toute faite ; je vois dans cette affaire un délit grave, et comme je veux que la punition lui soit proportionnée, je vote pour les trois jours de prison.
Locuteur: Cambacérès
On ne peut se dissimuler que la question qui nous occupe ne fasse jeter de grands soupçons sur celui qui a expédié...
... envoyé une expédition du décret signée de lui, ou s il ne l'a envoyée que comme u...
On ne peut se dissimuler que la question qui nous occupe ne fasse jeter de grands soupçons sur celui qui a expédié le décret; mais il faut d'abord constater les faits et, comme l'a dit Bréard, il faut que le secrétaire soit interpellé s'il a envoyé une expédition du décret signée de lui, ou s il ne l'a envoyée que comme un avis. Lorsqu'il aura répondu, vous statuerez. Je demande aussi que vous prenie...
Locuteur: J.-B. Louvet
...le décret au ministre, je l'ai certifié de ma signature, comme cela se pratique tous les jours. Je vous observe que j'ai fait la même chose pour le décret rendu sur la proposition de Thuriot, qui condamne à mort celui qui voudrait séparer quelque partie de la République pour la joindre à un territoire étranger; pourquoi ne réclame-ton pas contre la signature que j'ai apposée à ce décret?...
..., il y a des passions, il y a un projet de vengeance. (Murmures des tribunes.) Tou...
...Une loi précise, en effet, leur ordonne de certifier chaque jour les décrets
Je réponds : je n'ai point envoyé le décret au ministre, je l'ai certifié de ma signature, comme cela se pratique tous les jours. Je vous observe que j'ai fait la même chose pour le décret rendu sur la proposition de Thuriot, qui condamne à mort celui qui voudrait séparer quelque partie de la République pour la joindre à un territoire étranger; pourquoi ne réclame-ton pas contre la signature que j'ai apposée à ce décret? Dans l'accusation qu'on me fait, il y a des passions, il y a un projet de vengeance. (Murmures des tribunes.) Tous les jours, quand un décret est rendu, les secrétaires signent que le décret a été rendu. Une loi précise, en effet, leur ordonne de certifier chaque jour les décrets
Locuteur: Doulcet-Pontécoulant
...us a dit que Sillery avait paru content de ce qu'il n'avait pas lu le procès-verbal. Je m'embarrasse peu de cela, je m'attache aux principes. Le dé... Louvet vous a dit que Sillery avait paru content de ce qu'il n'avait pas lu le procès-verbal. Je m'embarrasse peu de cela, je m'attache aux principes. Le décret a été affiché par ordre du *

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 183
Locuteur: J.-B. Louvet
...eux disaient qu'ils verseraient jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour défendre ce qu'ils appel... Lorsque, hier soir, des hommes furieux disaient qu'ils verseraient jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour défendre ce qu'ils appellent leur prince, le duc d'Orléans... (Murmures à l'extrême gauche et dans les t...
Locuteur: J.-B. Louvet
Lorsque hier, dans les groupes, sur la terrasse des Feuillants, la tête de Louvet (Mêmes murmures), lorsque hier soir on demandait la tête de Pétion et des amis de la République... (Murmures) c'est le momen...
...stifier et pour répondre à l'impatience de l'Assemblée. Je renonce au facile avantage de dénoncer mes adversaires. (Mêmes murmur...
Lorsque hier, dans les groupes, sur la terrasse des Feuillants, la tête de Louvet (Mêmes murmures), lorsque hier soir on demandait la tête de Pétion et des amis de la République... (Murmures) c'est le moment qu'on choisit pour dénoncer vaguement les vrais républicains. (Les murmures des tribunes continuent.) Je crois en avoir dit assez pour me justifier et pour répondre à l'impatience de l'Assemblée. Je renonce au facile avantage de dénoncer mes adversaires. (Mêmes murmures.)
Locuteur: Treilhard
... (Murmures des tribunes.) IL faut aussi la rendre utile en adoptant une mesure qui...
...reil désordre. 11 est d'usage au bureau de signer les décrets rendus d&ns la séance : un de vos décrets ordonne de le faire. Il y a aussi un décret qui or...
... que les procès-verbaux soient lus dans la séance du lendemain; quant à moi, j'ai toujours lu le procès-verbal de la veille. Je propose de n'expédier à l'avenir aucun décret au conseil exécutif que lorsqu'il aura été lu à la Convention; ce qui peut se faire dans la séance.
Il est temps que cette discussion finisse. (Murmures des tribunes.) IL faut aussi la rendre utile en adoptant une mesure qui obvie à un pareil désordre. 11 est d'usage au bureau de signer les décrets rendus d&ns la séance : un de vos décrets ordonne de le faire. Il y a aussi un décret qui ordonne d'expédier les décrets au ministre dans les 24 heures.Votre règlement veut que les procès-verbaux soient lus dans la séance du lendemain; quant à moi, j'ai toujours lu le procès-verbal de la veille. Je propose de n'expédier à l'avenir aucun décret au conseil exécutif que lorsqu'il aura été lu à la Convention; ce qui peut se faire dans la séance.
Locuteur: Léonard Bourdon
Ce que vient de dire le préopinant n'est pas exact. Les...
...ue 24 heures après que le procès-verbal de la séance où ils ont été rendus, a été lu.
Ce que vient de dire le préopinant n'est pas exact. Les décrets ne doivent être envoyés que 24 heures après que le procès-verbal de la séance où ils ont été rendus, a été lu.
Locuteur: Roux-Fazillac
J'avais demandé la parole pour vous présenter les réflexions qu'on vous a déjà soumises avec plus de clarté peut-être que J'avais demandé la parole pour vous présenter les réflexions qu'on vous a déjà soumises avec plus de clarté peut-être que
Locuteur: Merlin
Je demande que le ministre de la justice, qui a dû apposer les sceaux sur le décret avant de l'envoyer au ministre de l'intérieur, soit mandé. Je demande aussi que le ministre de l'intérieur, qui a envoyé des courriers...
...t mandé séance tenante et que le décret de suspension rendu hier soit envoyé, par ...
Je demande que le ministre de la justice, qui a dû apposer les sceaux sur le décret avant de l'envoyer au ministre de l'intérieur, soit mandé. Je demande aussi que le ministre de l'intérieur, qui a envoyé des courriers extraordinaires aux armées pour porter le décret, soit mandé séance tenante et que le décret de suspension rendu hier soit envoyé, par des courriers extraordinaires, aux départements et aux armées.
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
Avant de punir un délit, il faut le constater. J'appuie la proposition de Merlin. Avant de punir un délit, il faut le constater. J'appuie la proposition de Merlin.
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
(La Convention décrète que le ministre de la justice sera mandé, séance tenante, pou...
... l'expédition du décret du dimanche, 16 de ce mois, relatif à la famille des Bourbons.)
(La Convention décrète que le ministre de la justice sera mandé, séance tenante, pour représenter l'expédition du décret du dimanche, 16 de ce mois, relatif à la famille des Bourbons.)
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
...sommes tiraillés dans tous les sens; et la cause de ces tiraillements, c'est le pouvoir exé...
...ies du gouvernement sont républicaines, la Convention et toutes les administration...
...écutif qui ne soit pas l'effet immédiat de la volonté du peuple...
Un membre : Depuis que nous sommes assemblés, nous sommes tiraillés dans tous les sens; et la cause de ces tiraillements, c'est le pouvoir exécutif. [Murmures.) Toutes les parties du gouvernement sont républicaines, la Convention et toutes les administrations sont électives, il n'y a que le conseil exécutif qui ne soit pas l'effet immédiat de la volonté du peuple...
Locuteur: Laurent
...t le vérifier. On a dit que le ministre de l'intérieur a dépêché un courrier extraordinaire à l'armée de la Belgique pour y porter le décret rendu ... Un fait a été dénoncé, il faut le vérifier. On a dit que le ministre de l'intérieur a dépêché un courrier extraordinaire à l'armée de la Belgique pour y porter le décret rendu dimanche...
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
Le ministre de l'intérieur reçoit lés lois du ministre de la justice. Entendez donc d'abord le ministre de la justice et ensuite vous verrez s'il y a lieu de mander celui de l'intérieur. Le ministre de l'intérieur reçoit lés lois du ministre de la justice. Entendez donc d'abord le ministre de la justice et ensuite vous verrez s'il y a lieu de mander celui de l'intérieur.
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
(La Convention passe à l'ordre du jour.) (La Convention passe à l'ordre du jour.)
Locuteur: J.-B. Louvet
...étaire, donn k lecture du procès-verbal de la séance du dimanche 16 décembre 1792. , secrétaire, donn k lecture du procès-verbal de la séance du dimanche 16 décembre 1792.
Locuteur: J.-B. Louvet
(La Convention en adopte la rédaction sans aucune espèce de réclamation.) (La Convention en adopte la rédaction sans aucune espèce de réclamation.)
Locuteur: Le Président
...te du décret prononcé contre Viard dans la séance du 7 - Voici le texte du décret prononcé contre Viard dans la séance du 7 -
Locuteur: J.-B. Louvet
...aux commis des procès-verbaux, qui sont pour les attendre, et, dès le lendemain, on en distribue la notice imprimée. Si cette loi est vicie... ...tous les jours vos secrétaires remplissent ce devoir. Ils remettent les décrets aux commis des procès-verbaux, qui sont pour les attendre, et, dès le lendemain, on en distribue la notice imprimée. Si cette loi est vicieuse, rendez-en une autre ; mais ne venez pas accuser un homme qui s'y est confor...
Locuteur: Le Président
Il est impossible de maintenir l'ordre ; quand il est établi d'un côté, le trouble recommence de l'autre. Il est impossible de maintenir l'ordre ; quand il est établi d'un côté, le trouble recommence de l'autre.
Locuteur: J.-B. Louvet
Au reste, on connaît le véritable objet de ces accusations absurdes,et je dois rap... Au reste, on connaît le véritable objet de ces accusations absurdes,et je dois rapporter un fait qui doit les éclairer encore.
Locuteur: J.-B. Louvet
Plusieurs membres de Vextrême gauche, s'avan-çant vers Louve... Plusieurs membres de Vextrême gauche, s'avan-çant vers Louvet, l'invectivent et le menacent.
Locuteur: Louis Legendre
C'est un monstre, que cet homme-! C'est un monstre, que cet homme-!
Locuteur: J.-B. Louvet
...s qui l'invectivent. Vous pouvez m'ôter la vie, mais non pas le courage ! , revenu au bureau et tourné vers les membres qui l'invectivent. Vous pouvez m'ôter la vie, mais non pas le courage !
Locuteur: Léonard Bourdon
Plusieurs membres: La clôture! la clôture! Plusieurs membres: La clôture! la clôture!
Locuteur: Léonard Bourdon
...s membres : Pas du tout, nous demandons la parole. D'autres membres : Pas du tout, nous demandons la parole.
Locuteur: Roux-Fazillac
je n'aurais fait. J'insiste pour que la Convention fasse une loi qui obvie à l'... je n'aurais fait. J'insiste pour que la Convention fasse une loi qui obvie à l'inconvénient dont nous nous plaignons tous.
Locuteur: Merlin
(de Thionvile). Je demande à lire un articl... (de Thionvile). Je demande à lire un article du règlement. Le voici :
Locuteur: Doulcet de Pontécoulant
Un grand nombre de membres : L'ordre du jour! Un grand nombre de membres : L'ordre du jour!
Locuteur: Laurent
Je demande la parole pour un fait. Je serai court. Je demande la parole pour un fait. Je serai court.
Locuteur: Turreau-Linières
Je demande que le ministre de l'intérieur soit mandé. Je demande que le ministre de l'intérieur soit mandé.
Locuteur: Turreau-Linières
Un grand nombre de membres : Non! non! Un grand nombre de membres : Non! non!
Locuteur: J.-B. Louvet
Je demande à lire le procès-verbal de dimanche, car on dirait encore que je n... Je demande à lire le procès-verbal de dimanche, car on dirait encore que je n'ai pas voulu le lire.
Locuteur: Le Président
Vous avez la parole. Vous avez la parole.

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 184
Locuteur: Creuzé-Latouche
« La Convention nationale décrète que le pou voir exécutif est chargé de faire lever demain matin les scellés qu...
...lle Viard, en présence des deux membres de la Convention pris dans la commission des Douze.
« La Convention nationale décrète que le pou voir exécutif est chargé de faire lever demain matin les scellés qui ont dû être apposés sur les papiers d'Achille Viard, en présence des deux membres de la Convention pris dans la commission des Douze.
Locuteur: Couthon
...ommissaires envoyés dans le département de Loir-et-Cher, je demande la parole pour la lecture d'un rapport. Au nom des commissaires envoyés dans le département de Loir-et-Cher, je demande la parole pour la lecture d'un rapport.
Locuteur: Couthon
(La Convention décrète l'impression du rapport de Couthon.) (La Convention décrète l'impression du rapport de Couthon.)
Locuteur: Couthon
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances, décrète ce qui... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances, décrète ce qui suit :
Locuteur: Couthon
« Le marché passé avec la veuve Lejay, le 1er décembre 1792, pour l'impression des assignats de 10 livres, de la création du 24 octobre précédent, à raison de 15 livres la rame; « Le marché passé avec la veuve Lejay, le 1er décembre 1792, pour l'impression des assignats de 10 livres, de la création du 24 octobre précédent, à raison de 15 livres la rame;
Locuteur: Couthon
...it avec Pierre Didot, le 6 du même mois de décembre, pour l'impression des assignats de 25 livres, de la même création, à raison de 15 livres la raine; « Celui fait avec Pierre Didot, le 6 du même mois de décembre, pour l'impression des assignats de 25 livres, de la même création, à raison de 15 livres la raine;
Locuteur: Couthon
...cembre, pour l'impression des assignats de 15 sous de la même création, à raison aussi de 15 livres la rame; « Celui fait avec le même, ledit jour 6 décembre, pour l'impression des assignats de 15 sous de la même création, à raison aussi de 15 livres la rame;
Locuteur: Couthon
...e mois, pour l'impression des assignats de 10 sous de la même création, à raison de 12 livres la rame; « Et celui fait avec Dupont, le 17 du même mois, pour l'impression des assignats de 10 sous de la même création, à raison de 12 livres la rame;
Locuteur: Couthon
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Osselin
, au nom du comité de législation. Des renseignements qui par...
...il serait sûrement bon que les articles de la loi contre les émigrés, relatifs aux certificats de résidence, soient extraits delà loi gén...
...r être sur-le-champ envoyés au ministre de la justice et par lui adressés à toutes le...
... fais cette proposition et je demande à la Convention de la décréter. (Applaudissements.)
, au nom du comité de législation. Des renseignements qui parviennent quotidiennement à votre comité, il résulte qu'il y aurait peut-être urgence et qu'en tous cas il serait sûrement bon que les articles de la loi contre les émigrés, relatifs aux certificats de résidence, soient extraits delà loi générale, pour être sur-le-champ envoyés au ministre de la justice et par lui adressés à toutes les autorités constituées, pour être promulgués et exécutés. Je fais cette proposition et je demande à la Convention de la décréter. (Applaudissements.)
Locuteur: Osselin
(La Convention nationale décrète que les articles de la loi contre les émigrés, relatifs aux (La Convention nationale décrète que les articles de la loi contre les émigrés, relatifs aux
Locuteur: Osselin
certificats de résidence, seront extraits de la loi générale, pour être sur-le-champ envoyés au ministre de la justice, et par lui être adressés sans ... certificats de résidence, seront extraits de la loi générale, pour être sur-le-champ envoyés au ministre de la justice, et par lui être adressés sans délai à toutes les autorités constituées, pour être promulgués et exécutés.)
Locuteur: Mailhe
, au nom du comité de législation, fait un rapport et présente un projet de décret tendant à annuler la proclamation du conseil exécutif provisoire du 11 de ce mois, relative aux opérations du corps électoral du département de Paris; il s'exprime ainsi : , au nom du comité de législation, fait un rapport et présente un projet de décret tendant à annuler la proclamation du conseil exécutif provisoire du 11 de ce mois, relative aux opérations du corps électoral du département de Paris; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Mailhe
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, annule la proclamation du conseil exécutif provis...
...tions du corps électoral du département de Paris, et datée du 11 de ce mois, et déclare que le corps électoral doit continuer de procéder au renouvellement de l'administration de ce département. »
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de législation, annule la proclamation du conseil exécutif provisoire, relative aux opérations du corps électoral du département de Paris, et datée du 11 de ce mois, et déclare que le corps électoral doit continuer de procéder au renouvellement de l'administration de ce département. »
Locuteur: Mailhe
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Mailhe
Un membre : Je prie la Convention de décréter que son comité d'instruction p...
...t sur les avantages que doit procurer à la France l'accord de son ère républicaine avec l'ère vulgair...
Un membre : Je prie la Convention de décréter que son comité d'instruction publique présentera, dans le plus bref délai, un projet sur les avantages que doit procurer à la France l'accord de son ère républicaine avec l'ère vulgaire.
Locuteur: Mailhe
(La Convention ordonne l'impression de la liste des personnes et de l'aperçu des sommes énoncées dans le projet de décret et ajourne la délibération à trois jours.) (La Convention ordonne l'impression de la liste des personnes et de l'aperçu des sommes énoncées dans le projet de décret et ajourne la délibération à trois jours.)
Locuteur: Mailhe
...oposition : c'est que les pensionnaires de la République, domiciliés dans les départe...
...irectement et sans frais, des receveurs de district de leur arrondissement, à chaque semestre, le montant de leurs pensions.
Un autre membre : Je fais à cet égard une proposition : c'est que les pensionnaires de la République, domiciliés dans les départements, puissent toucher directement et sans frais, des receveurs de district de leur arrondissement, à chaque semestre, le montant de leurs pensions.
Locuteur: Mailhe
(La Convention renvoie la proposition à ses comités de liquidation et des finances réunis, pou... (La Convention renvoie la proposition à ses comités de liquidation et des finances réunis, pour en faire le rapport sous huitaine.
Locuteur: Le Président
cembre 1792. Un de MM. les secrétaires va en donner lectur... cembre 1792. Un de MM. les secrétaires va en donner lecture à l'Assemblée.
Locuteur: Creuzé-Latouche
(La Convention, après une légère discussion... (La Convention, après une légère discussion, décrète qu'Achille Viard sera remis en liberté.)
Locuteur: Couthon
Un grand nombre de membres : A demain ! à demain ! Un grand nombre de membres : A demain ! à demain !
Locuteur: Couthon
Je demande également la parole pour demain au sujet d'un rappor... Je demande également la parole pour demain au sujet d'un rapport que j'aurais à faire à l'Assemblée sur un fait particulier.
Locuteur: Couthon
(La Convention décrète cette proposition.) (La Convention décrète cette proposition.)
Locuteur: Couthon
..., fait un rapport et présente un projet de décret concernant L'exécution des march...
...ur Vimpression des assignats. Le projet de décret est ainsi conçu :
Un membre, au nom du comité des finances, fait un rapport et présente un projet de décret concernant L'exécution des marchés passés avec divers citoyens pour Vimpression des assignats. Le projet de décret est ainsi conçu :
Locuteur: Mailhe
...oyens, vous avez renvoyé à votre comité de législation une proclamation du pouvoir...
...ar rassemblée électorale du département de Paris et les réclamations qui ont eu li...
...'administration actuelle du département de Paris, élue d'une manière provisoire et...
...'assemblée électorale avait eu le droit de procéder à sa réélection et qu'on n'ava...
... conséquence, il vous propose le projet de décret suivant:
Citoyens, vous avez renvoyé à votre comité de législation une proclamation du pouvoir exécutif qui cassait les'élections faites d'un procureur général syndic par rassemblée électorale du département de Paris et les réclamations qui ont eu lieu contre cet acte. Votre comité a examiné les faits, et il a bientôt reconnu que l'administration actuelle du département de Paris, élue d'une manière provisoire et contre toutes les formes, ne pouvait avoir le caractère d'une administration élue par le peuple. Il a pensé que l'assemblée électorale avait eu le droit de procéder à sa réélection et qu'on n'avait d'autre reproche à lui faire que d'y avoir procédé trop tard. En conséquence, il vous propose le projet de décret suivant:
Locuteur: Mailhe
(La Convention décrète cette proposition.) (La Convention décrète cette proposition.)
Locuteur: Mailhe
Un membre, au nom du comité de liquidation, fait un rapport et présente un projet de décret sur les pensions des fonctionnai... Un membre, au nom du comité de liquidation, fait un rapport et présente un projet de décret sur les pensions des fonctionnaires civils et des militaires (1).
Un membre : Le comité de liquidation s'est posé la question de savoir si le temps pendant, lequel le c...
...ordre arbitraire, doit être compté pour la fixation de sa pension. Il a fait le compte que, si la Convention se prononçait pour l'affirma...
...nsion du citoyen Fontenay s'élèverait à la somme de 1,885 1.10 s. Ce (1) Malgré nos recherc...
Un membre : Le comité de liquidation s'est posé la question de savoir si le temps pendant, lequel le citoyen Fontenay, ancien capitaine au régiment des recrues des colonies, a été détenu à Charenton par un ordre arbitraire, doit être compté pour la fixation de sa pension. Il a fait le compte que, si la Convention se prononçait pour l'affirmative, cette pension du citoyen Fontenay s'élèverait à la somme de 1,885 1.10 s. Ce (1) Malgré nos recherches, nous n'avons pu découvrir
ce projet de décret. ce projet de décret.

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 185
Locuteur: Mailhe
...rté dans Tétat présenté par le ministre de la guerre. On l'a fixé à raison de 44 ans* 3 mois et 12 jours de service. chiffre est conforme à celui porté dans Tétat présenté par le ministre de la guerre. On l'a fixé à raison de 44 ans* 3 mois et 12 jours de service.
Locuteur: Mailhe
(La Convention nationale décrète l'affirmative, et fixe, en conséquence, la pension du citoyen Fontenay à la somme de 1,885 1. 10 s., portée dans l'état présenté par le ministre de la guerre, à raison de quarante-quatre ans, trois mois et douze jours de service). (La Convention nationale décrète l'affirmative, et fixe, en conséquence, la pension du citoyen Fontenay à la somme de 1,885 1. 10 s., portée dans l'état présenté par le ministre de la guerre, à raison de quarante-quatre ans, trois mois et douze jours de service).
Locuteur: Mailhe
Un membre, au nom des comités de la guerre et des finances réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur le mode de payement des troupes qui occupent le quatre-vingt quatrième département; le projet de décret est ainsi conçu : Un membre, au nom des comités de la guerre et des finances réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur le mode de payement des troupes qui occupent le quatre-vingt quatrième département; le projet de décret est ainsi conçu :
Locuteur: Mailhe
« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités militaire et des finances, réunis, sur le mode de payement des troupes qui occupent le qu... « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités militaire et des finances, réunis, sur le mode de payement des troupes qui occupent le quatre-vingt-quatrième département, décrète ce qui suit :
Locuteur: Mailhe
« Les troupes de la République qui occupent actuellement le...
...squ'au 1er février prochain ; à compter de cette époque, elles seront traitées de la même manière que les autres troupes sur le territoire de la République.
« Les troupes de la République qui occupent actuellement le département du Mont-Blanc, continueront à être traitées comme celles qui occupent le territoire étranger, jusqu'au 1er février prochain ; à compter de cette époque, elles seront traitées de la même manière que les autres troupes sur le territoire de la République.
Locuteur: Mailhe
(La Convention adopte ce projet de décret.) (La Convention adopte ce projet de décret.)
Locuteur: Lecointe-Puyraveau
Je propose à la Convention de décréter que le ministre de la guerre rendra compte dans les vingt-quatre heures, et que le ministre de l'intérieur rendra compte dans la huitaine, de l'exécution de la loi du 16 mai dernier, le premier sur l...
...en ce qui le concerne sur les invalides de Paris. Je fais cette demande, car la loi n'est pas exécutée.
Je propose à la Convention de décréter que le ministre de la guerre rendra compte dans les vingt-quatre heures, et que le ministre de l'intérieur rendra compte dans la huitaine, de l'exécution de la loi du 16 mai dernier, le premier sur les invalides retirés dans les départements, le second en ce qui le concerne sur les invalides de Paris. Je fais cette demande, car la loi n'est pas exécutée.
Locuteur: Creuzé-Latouche
... secrétaire, donne lecture d'une lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à l'habillement du 2e bataillon des volontaires de la Vienne. , secrétaire, donne lecture d'une lettre de Pache, ministre de la guerre, relative à l'habillement du 2e bataillon des volontaires de la Vienne.
Locuteur: Creuzé-Latouche
(La Convention renvoie la lettre au comité de la guerre.) (La Convention renvoie la lettre au comité de la guerre.)
Locuteur: Garat
, ministre de la justice, entre dans la salle et demande la parole. , ministre de la justice, entre dans la salle et demande la parole.
Locuteur: Garat
sion de l'ordre constamment établi dans mes bureaux, j'ai envoyé deux expéditions au ministre de l'intérieur; l'une pour lui, l'autre po...
...as par mon ordre. J'ajouterai, en usant de mon droit de réflexion comme citoyen, que s'il est u...
...aître d'apporter dans l'accomplissement de mes devoirs plus ou moins de délai, ce n'eut pas été dans l'expédition du décret relatif à la famille des Bourbons que j'eusse mis plus de célérité.
sion de l'ordre constamment établi dans mes bureaux, j'ai envoyé deux expéditions au ministre de l'intérieur; l'une pour lui, l'autre pour le département; voilà tout ce que j'ai fait. Si ce décret a été imprimé, s'il a été envoyé dans les départements, ce n'est pas par mon ordre. J'ajouterai, en usant de mon droit de réflexion comme citoyen, que s'il est une circonstance où j'eusse été le maître d'apporter dans l'accomplissement de mes devoirs plus ou moins de délai, ce n'eut pas été dans l'expédition du décret relatif à la famille des Bourbons que j'eusse mis plus de célérité.
Locuteur: Garat
, ministre de la justice, lit : , ministre de la justice, lit :
Locuteur: Garat
...ginal par nous président et secrétaires de la Convention nationale. « Collationné à l'original par nous président et secrétaires de la Convention nationale.
Locuteur: Saint-Just
... ai trouvé introduit. Tous les jours, à la fin de la séance, les commis expéditionnaires apportent à la signature des expéditions des décrets rendus dans la séance. Elles sont toutes revêtues de cette formule; ils demandent la signature du Président et de deux secrétaires, et nous les signons t...
...rd a voulu que mon nom tombât sur celui-; je vous prie de n'y attacher aucune importance. (Murmur...
Lorsque je suis entré au bureau, voici l'usage que j'y ai trouvé introduit. Tous les jours, à la fin de la séance, les commis expéditionnaires apportent à la signature des expéditions des décrets rendus dans la séance. Elles sont toutes revêtues de cette formule; ils demandent la signature du Président et de deux secrétaires, et nous les signons tous en masse. Le hasard a voulu que mon nom tombât sur celui-; je vous prie de n'y attacher aucune importance. (Murmures.)
Locuteur: Châles
...mmis peut expédier un décret, avant que la rédaction du procès-verbal ait été adop...
...ropose, en second lieu, que le ministre de l'intérieur soit (interpellé sur la question de savoir, s'il a envoyé des courriers ext...
...n avait le droit, sans un décret exprès de l'Assemblée.
Je demande si un commis peut expédier un décret, avant que la rédaction du procès-verbal ait été adoptée par l'Assemblée. Je propose, en second lieu, que le ministre de l'intérieur soit (interpellé sur la question de savoir, s'il a envoyé des courriers extraordinaires ; et troisièmement qu'on examine s'il en avait le droit, sans un décret exprès de l'Assemblée.
Locuteur: Buzot
J'appuie la demande de Châles, et mon intention est de ne pas laisser peser sur un ministre un soupçon qu'on a l'art de lancer, sans la bonne foi de l'approfondir. Le trait effleure, mais la cicatrice reste. Je demande que le ministre de l'intérieur soit tenu de rendre compte de sa conduite à cet égard. J'appuie la demande de Châles, et mon intention est de ne pas laisser peser sur un ministre un soupçon qu'on a l'art de lancer, sans la bonne foi de l'approfondir. Le trait effleure, mais la cicatrice reste. Je demande que le ministre de l'intérieur soit tenu de rendre compte de sa conduite à cet égard.
Locuteur: Lehardy
...ent toutes ces réclamations. Il demande la question préalable, attendu l'évidence de la calomnie. se plaint des si, des mais et des car qui caractérisent toutes ces réclamations. Il demande la question préalable, attendu l'évidence de la calomnie.
Locuteur: Mailhe
Je demande à l'Assemblée de se prononcer, et je fais cette proposit... Je demande à l'Assemblée de se prononcer, et je fais cette proposition avec l'assentiment du comité à qui a été renvoyé cette atfaire.
Locuteur: Lecointe-Puyraveau
(La Convention adopte ces deux propositions... (La Convention adopte ces deux propositions.)
Locuteur: Le Président
présidence de Guadet, ancien président. présidence de Guadet, ancien président.
Locuteur: Romme
...comité d'instruction publique, commence la lecture d'un rapport sur Vinstruction p... , au nom du comité d'instruction publique, commence la lecture d'un rapport sur Vinstruction publique, considérée dans son ensemble (1).
Locuteur: Le Président
Vous avez la parole. Vous avez la parole.
Locuteur: Saint-Just
monte à la tribune. monte à la tribune.
Locuteur: Saint-Just
Je fais maintenant la motion que l'on corrige cet abus. Je fais maintenant la motion que l'on corrige cet abus.
Locuteur: Saint-Just
(La Convention passe sur le tout à l'ordre ... (La Convention passe sur le tout à l'ordre du jour.)
Locuteur: Lehardy
Plusieurs membres : La question préalable et l'ordre du jour! Plusieurs membres : La question préalable et l'ordre du jour!
Locuteur: Mailhe
La discussion ne se prolonge que parce qu'...
... pas ; le décret exigeait par sa nature la plus prompte expédition; ceux- élèvent donc une réclamation injuste, q...
La discussion ne se prolonge que parce qu'on ne s'entend pas ; le décret exigeait par sa nature la plus prompte expédition; ceux- élèvent donc une réclamation injuste, qui pensent que le ministre pourrait être répréhen-
, ministre de la justice. Je viens, en exécution du décr...
... matin, donner les éclaircissements que la Convention nationale attend de moi. Il a été remis, le 17 de ce mois, à deux heures de l'après-midi, aux bureaux du ministre de la justice, cinq décrets, expédiés en forme, et signés du Président et de deux secrétaires de la Convention nationale. Dans le nombre se trouvait le décret relatif à la famille des Bourbons. Le même jour, san...
...sus, séance du 18 décembre 1792 p. 142, la précédente discussion sur cet objet.
, ministre de la justice. Je viens, en exécution du décret rendu ce matin, donner les éclaircissements que la Convention nationale attend de moi. Il a été remis, le 17 de ce mois, à deux heures de l'après-midi, aux bureaux du ministre de la justice, cinq décrets, expédiés en forme, et signés du Président et de deux secrétaires de la Convention nationale. Dans le nombre se trouvait le décret relatif à la famille des Bourbons. Le même jour, sans aucune interver- (1) Voy. ci-dessus, séance du 18 décembre 1792 p. 142, la précédente discussion sur cet objet.

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 186
Locuteur: Mailhe
... décrets n'auraient été envoyés que par la voie ordinaire de la poste, celui qui en suspend l'exécution, doit le prévenir, ou au moins l'atteindre de près, je demande que le dernier décret ... sible, s'il avait expédié des courriers. Mais, vu que, quand même ces décrets n'auraient été envoyés que par la voie ordinaire de la poste, celui qui en suspend l'exécution, doit le prévenir, ou au moins l'atteindre de près, je demande que le dernier décret soit envoyé par des courriers extraordinaires.
Locuteur: Mailhe
(La Convention ferme la discussion au milieu de quelques réclamations.) (La Convention ferme la discussion au milieu de quelques réclamations.)
Locuteur: Thuriot
(La Convention décrète que le décret du 16 décembre, relatif à la famille des Bourbons, sera envoyé à l'armée de Belgique, par un courrier extraordinair... (La Convention décrète que le décret du 16 décembre, relatif à la famille des Bourbons, sera envoyé à l'armée de Belgique, par un courrier extraordinaire.)
Locuteur: Creuzé-Latouche
Suit la teneur de ces pièces : Suit la teneur de ces pièces :
Locuteur: Creuzé-Latouche
, l'an Ier de la République, , l'an Ier de la République,
Locuteur: Creuzé-Latouche
...ffaires étrangères au citoyen Président de la Convention nationale (1). Le ministre des affaires étrangères au citoyen Président de la Convention nationale (1).
Locuteur: Creuzé-Latouche
« Malesherbes vient de me remettre lui-même la lettre dont copie est ci-jointe par. laquelle il me demande communication de pièces nécessaires à la défense de Louis Capet, et qui existent effectivement dans mes bureaux. Je n'ai pas cru pouvoir la donner sans y être autorisé par un décret de la Convention nationale. Je vous prie, citoyen Président, de vouloir bien faire prononcer sur-le-champ par oui ou par non la Convention à cet égard, attendu que le ... « Malesherbes vient de me remettre lui-même la lettre dont copie est ci-jointe par. laquelle il me demande communication de pièces nécessaires à la défense de Louis Capet, et qui existent effectivement dans mes bureaux. Je n'ai pas cru pouvoir la donner sans y être autorisé par un décret de la Convention nationale. Je vous prie, citoyen Président, de vouloir bien faire prononcer sur-le-champ par oui ou par non la Convention à cet égard, attendu que le temps presse.
Locuteur: Creuzé-Latouche
Copie de la lettre du citoyen Lamoignon-Ma- les her... Copie de la lettre du citoyen Lamoignon-Ma- les herbes au citoyen ministre des affaires étrangères (1).
Locuteur: Creuzé-Latouche
« Je suis chargé de demander, en mon nom et en celui de mes collègues, choisis pour le conseil de Louis, prisonnier au Temple, communication et copie collationnée et certifiée de plusieurs pièces nécessaires pour la défense de ce prisonnier. « Je suis chargé de demander, en mon nom et en celui de mes collègues, choisis pour le conseil de Louis, prisonnier au Temple, communication et copie collationnée et certifiée de plusieurs pièces nécessaires pour la défense de ce prisonnier.
Locuteur: Creuzé-Latouche
...ander au bureau des affaires étrangères la date du traité de Pilnitz, celle de la notification de ce traité, faite par le ministre, à l'Assemblée nationale, et copie de la lettre dans laquelle cette notification... « C'est en cette qualité que je viens demander au bureau des affaires étrangères la date du traité de Pilnitz, celle de la notification de ce traité, faite par le ministre, à l'Assemblée nationale, et copie de la lettre dans laquelle cette notification a été faite.
Locuteur: Creuzé-Latouche
...des affaires étrangères à l'ambassadeur de France à Vienne, pour demander à cette Cour une réponse précise sur l'existence de ce traité, la réponse ae l'ambassadeur et surtout la date de ces deux pièces. { des affaires étrangères à l'ambassadeur de France à Vienne, pour demander à cette Cour une réponse précise sur l'existence de ce traité, la réponse ae l'ambassadeur et surtout la date de ces deux pièces.
Locuteur: Kersaint
...it autorisé à délivrer au conseil copie de ces différentes pièces, à la charge d'en expédier de pareilles à la commission des Vingt-Un. Je demande que le ministre soit autorisé à délivrer au conseil copie de ces différentes pièces, à la charge d'en expédier de pareilles à la commission des Vingt-Un.
Locuteur: Le Président
La parole est au citoyen Romme, pour continuer la lecture de son rapport sur Vinstruction publique, ... La parole est au citoyen Romme, pour continuer la lecture de son rapport sur Vinstruction publique, considérée dans son ensemble.
Locuteur: Romme
... ce rapport présente deux parties; dans la première nous examinons ces deux questions : Qu'était l'instruction publique en France? La réponse formera le développement des mo...
...ue le comité soumettra successivement à la délibération de la Convention nationale.
, rapporteur. Citoyens (1), ce rapport présente deux parties; dans la première nous examinons ces deux questions : Qu'était l'instruction publique en France? La réponse formera le développement des motifs et des principes du plan général que le comité soumettra successivement à la délibération de la Convention nationale.
Locuteur: Romme
La nation doit-elle embrasser tous les degrés dans ses institutions de l'instruction publique? La nation doit-elle embrasser tous les degrés dans ses institutions de l'instruction publique?
Locuteur: Romme
2° L'enseignement sera-t-il aux frais de la République dans tous les degrés de l'instruction publique? 2° L'enseignement sera-t-il aux frais de la République dans tous les degrés de l'instruction publique?
Locuteur: Romme
Un sentiment confus du besoin de l'instruction avait déterminé la bienfaisance religieuse de nos pères à fonder un grand nombre d'écoles, de collèges et d'universités. Un sentiment confus du besoin de l'instruction avait déterminé la bienfaisance religieuse de nos pères à fonder un grand nombre d'écoles, de collèges et d'universités.
Locuteur: Creuzé-Latouche
... secrétaire, donne lecture d'une lettre de Lebrun, ministre des affaires étrangère...
...oignon-Malesherbes, l'un des défenseurs de Louis XVI, lui demande communication de plusieurs pièces qui sont dans ses bure...
, secrétaire, donne lecture d'une lettre de Lebrun, ministre des affaires étrangères, qui annonce que le citoyen Lamoignon-Malesherbes, l'un des défenseurs de Louis XVI, lui demande communication de plusieurs pièces qui sont dans ses bureaux.
Locuteur: Creuzé-Latouche
...istre des affaires étrangères avait eus de ce traité par les ministres du roi dans...
... cours; je crois qu'il en avait reçu ou de Dresde, ou de Naples, ou peut-être de ces deux Cours.
...on ne veut pas me communiquer les pièces entières, des avis indirects que le ministre des affaires étrangères avait eus de ce traité par les ministres du roi dans les différentes cours; je crois qu'il en avait reçu ou de Dresde, ou de Naples, ou peut-être de ces deux Cours.
Locuteur: Creuzé-Latouche
« Enfin, nous avons aussi lieu de croire que, dans le temps que le ministre reçut les avis de ce traité, par des voies indirectes, ce... « Enfin, nous avons aussi lieu de croire que, dans le temps que le ministre reçut les avis de ce traité, par des voies indirectes, ces avis, qui n'étaient pas assez authentiques pour être produits à l'Assemblée na...
Locuteur: Kersaint
(La Convention décrète que le ministre est ...
...n même temps des copies collationnées à la commission des Vingt-Un.)
(La Convention décrète que le ministre est autorisé à délivrer des expéditions des pièces demandées, et qu'il en fera remettre en même temps des copies collationnées à la commission des Vingt-Un.)
Locuteur: Le Président
Présidence de Pétion, ancien président. Présidence de Pétion, ancien président.
Locuteur: Romme
Nous examinons dans la seconde partie les questions suivantes ... Nous examinons dans la seconde partie les questions suivantes :
Locuteur: Romme
...ction publique doit-elle être mise sous la dépendance des corps administratifs? 3° Sous quels rapports l'instruction publique doit-elle être mise sous la dépendance des corps administratifs?
« Je demande aussi la communication ou un extrait certifié de la lettre écrite par le ministre (1) Archi... « Je demande aussi la communication ou un extrait certifié de la lettre écrite par le ministre (1) Archives nationales, Carton C 242, chemise 294, pièce n° 11.
...qui vivaient en corpo- (1) Ribliothèque de la Chambre des Députés : Collée- Le caractère des personnes à qui on confiait l'enseignement public, et qui vivaient en corpo- (1) Ribliothèque de la Chambre des Députés : Collée-
tion Portiez (de l'Oise), tome 93, n* 9. tion Portiez (de l'Oise), tome 93, n* 9.

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 187
Locuteur: Romme
rations religieuses, la nature des objets enseignés, le régime intérieur de ces établissements, tout était calculé pour rendre hommage à la piété des fondateurs, et propager l'esp... rations religieuses, la nature des objets enseignés, le régime intérieur de ces établissements, tout était calculé pour rendre hommage à la piété des fondateurs, et propager l'esprit et les erreurs du temps.
Locuteur: Romme
...t changeait, que tout s'améliorait dans la république des lettres, les collèges, ces écoles de l'erreur et des préjugés, restaient imm... Pendant que tout changeait, que tout s'améliorait dans la république des lettres, les collèges, ces écoles de l'erreur et des préjugés, restaient immuables et comme en léthargie sous l'empire d'une routine superstitieuse et despo...
Locuteur: Romme
Ce ramas informe des erreurs et de la sagesse de plusieurs siècles ne s'est soutenu jusqu'à présent que par son immensité même, par la difficulté et la longueur du travail à faire pour le remplacer en conservant ce qu'il renferme de bon, mais surtout parce que le despotisme avait besoin d'occuper les Français de querelles, de guerres de palais, de les entourer d'abus et d'injustices pou... Ce ramas informe des erreurs et de la sagesse de plusieurs siècles ne s'est soutenu jusqu'à présent que par son immensité même, par la difficulté et la longueur du travail à faire pour le remplacer en conservant ce qu'il renferme de bon, mais surtout parce que le despotisme avait besoin d'occuper les Français de querelles, de guerres de palais, de les entourer d'abus et d'injustices pour qu'ils n'ouvrissent pas les yeux sur lui-même.
Locuteur: Romme
La théologie a aussi ses écoles, ses fonda...
...ant l'artiste ingénieux, qui représenta la loi sous la figure d'une femme voilée, nous nous garderons de toucher au voile sacré qui couvre son e...
...ur dire qu'il ne doit plus faire partie de l'instruction publique, ni être payé pa...
La théologie a aussi ses écoles, ses fondations et ses bourses : mais imitant l'artiste ingénieux, qui représenta la loi sous la figure d'une femme voilée, nous nous garderons de toucher au voile sacré qui couvre son enseignement, et nous n'en parlons ici que pour dire qu'il ne doit plus faire partie de l'instruction publique, ni être payé par l'Etat.
Locuteur: Romme
...erme dans les quatre facultés des arts, de droit, de médecine et de théologie, dont nous venons de parler; qui se regardent comme sœurs, o...
...êmes titres à leurs initiés, et parlent la même langue, sans cependant s'entendre ...
...s, mais qui leur échappent aujourd'hui, de prolonger son ignorance et ses querelle...
Tout l'enseignement des universités se renferme dans les quatre facultés des arts, de droit, de médecine et de théologie, dont nous venons de parler; qui se regardent comme sœurs, ont le même costume, donnent les mêmes titres à leurs initiés, et parlent la même langue, sans cependant s'entendre toujours entre elles, et sans être entendues du peuple, sans doute pour mieux lui voiler les moyens, qui leur sont propres, mais qui leur échappent aujourd'hui, de prolonger son ignorance et ses querelles, ses maux et sa crédulité.
Locuteur: Romme
La langue latine a été jusqu'à présent presque l'unique objet de l'enseignement des collèges. La langue latine a été jusqu'à présent presque l'unique objet de l'enseignement des collèges.
Locuteur: Romme
...vaine, si elle eût conduit à se nourrir de bonne heure de la philosophie des anciens, de leur morale austère, de leur goût dans les beaux-arts, et surtout de l'amour énergique des Romains pour la liberté dans les temps héroïques de la République; mais on fatigue plus la jeunesse pour la maintenir dans une ignorance présomptue... Cette étude eût été moins vaine, si elle eût conduit à se nourrir de bonne heure de la philosophie des anciens, de leur morale austère, de leur goût dans les beaux-arts, et surtout de l'amour énergique des Romains pour la liberté dans les temps héroïques de la République; mais on fatigue plus la jeunesse pour la maintenir dans une ignorance présomptueuse et crédule, que pour lui faire acquérir des vérités utiles.
Locuteur: Romme
... à présent, ces maisons sont des objets de scandale pour les amis de l'égalité, par les tentatives que n'ont cessé de faire les ci-devant nobles, et les succ...
... d'un ministère perfide, pour y placer, de préférence, leurs enfants, contre le vœu de la loi.
Encore à présent, ces maisons sont des objets de scandale pour les amis de l'égalité, par les tentatives que n'ont cessé de faire les ci-devant nobles, et les succès qu'ils ont souvent obtenus d'un ministère perfide, pour y placer, de préférence, leurs enfants, contre le vœu de la loi.
Locuteur: Romme
La marine, le génie, l'artillerie, les pon...
...communes par lesquelles il serait utile de les lier à un système général.
La marine, le génie, l'artillerie, les ponts et chaussées, et les mines ont eu, jusqu'à présent, leur enseignement séparé, quoiqu'ils aient plusieurs parties communes par lesquelles il serait utile de les lier à un système général.
Locuteur: Romme
Un établissement mérite de fixer l'attention publique par son orga...
...rançois Ier, Henri IV, et Louis XV; par la diversité, l'importance et l'utilité de...
...es lumières publiques; c'est le collège de France, trop peu suivi, et qu'il faudrait conserver, s'il n'était pas plus utile de tout refondre dans un système général d...
...e, comme il a été celui des universités de Suisse, d'Allemagne, de Suède, de Hollande et d'Angleterre.
Un établissement mérite de fixer l'attention publique par son organisation, qui s'est successivement perfectionnée sous François Ier, Henri IV, et Louis XV; par la diversité, l'importance et l'utilité des leçons qu'on y donne, et par son régime, qui lui a permis d'être toujours au niveau des lumières publiques; c'est le collège de France, trop peu suivi, et qu'il faudrait conserver, s'il n'était pas plus utile de tout refondre dans un système général d'instruction publique, qui ne peut que gagner à le prendre pour modèle, comme il a été celui des universités de Suisse, d'Allemagne, de Suède, de Hollande et d'Angleterre.
Locuteur: Romme
... leur perfectionnement. Un grand nombre de corps académiques s'y consacrent, quelq...
...traditions sa doctrine et ses préjugés. La naissance osait, dans quelques académies, prendre la place du talent; la jalousie arrêta souvent les progrès de la vérité, èt enfanta de honteuses querelles, assez ordinaires a...
Les sciences, les lettres et les arts ont aussi des institutions pour leur perfectionnement. Un grand nombre de corps académiques s'y consacrent, quelques-uns avec un succès qui leur marque une place distinguée dans l'histoire des ...
...nt ni s'aider, ni correspondre entre eux; il en est résulté que chacun a eu ses traditions sa doctrine et ses préjugés. La naissance osait, dans quelques académies, prendre la place du talent; la jalousie arrêta souvent les progrès de la vérité, èt enfanta de honteuses querelles, assez ordinaires aux petites corporations. Les nominations ont été presque toujours un aliment
Locuteur: Romme
...on versait sur les maisons consacrées à la noblesse les trésors d'un homme opulent, dont la générosité ne fut qu'un acte d'orgueil;... ...laissait dans leur pédantesque nullité les collèges et les écoles des communes, on versait sur les maisons consacrées à la noblesse les trésors d'un homme opulent, dont la générosité ne fut qu'un acte d'orgueil; elle eût été un grand bienfait, s'il l'eût appliqué à l'instruction des campagn...
Locuteur: Romme
...ltante avec les progrès que les arts et la philosophie faisaient partout ailleurs. ...ffisance d'un enseignement qui, depuis longtemps, contrastait d'une manière révoltante avec les progrès que les arts et la philosophie faisaient partout ailleurs.
Locuteur: Romme
Le droit, ce chaos ténébreux de coutumes et de lois écrites, dont les éléments se heur... Le droit, ce chaos ténébreux de coutumes et de lois écrites, dont les éléments se heurtent sans cesse, avait aussi ses écoles et ses maîtres ; et cependant le droit é...
Locuteur: Romme
La médecine, grande, sublime dans son obie...
...humaines, mais souvent malheureuse dans la pratique, est vaine, fastidieuse, et pr...
La médecine, grande, sublime dans son obiet, imposante par les relations nombreuses qui 1 attachent à presque toutes les branches des connaissances humaines, mais souvent malheureuse dans la pratique, est vaine, fastidieuse, et pres-ue nulle dans son enseignement; elle est mal istribuée dans ses parties, trop...
Locuteur: Romme
...France un grand nombre d'universités et de collèges, et comparativement aux besoins des campagnes, fort peu de petites écoles qui sont aussi nulles pa... On compte en France un grand nombre d'universités et de collèges, et comparativement aux besoins des campagnes, fort peu de petites écoles qui sont aussi nulles par les méthodes et les livres qu'on y emploie, qu'elles sont pénibles pour les ma...
Locuteur: Romme
... regardaient tous les postes honorables de l'état comme leur patrimoine, le gouver... Pour favoriser l'ambition d'une classe d'hommes, qui regardaient tous les postes honorables de l'état comme leur patrimoine, le gouvernement, sous les derniers règnes, a institué plusieurs écoles militaires, où l'i...

Séance du jeudi 20 décembre 1792

page 188
Locuteur: Romme
pour l'intrigue, et un sujet de scandale, en mettant aux prises la bassesse et l'audace avec le mérite, et la faveur avec la justice. pour l'intrigue, et un sujet de scandale, en mettant aux prises la bassesse et l'audace avec le mérite, et la faveur avec la justice.
Locuteur: Romme
L'existence de ces corps privilégiés blesse tous nos principes républicains, attaque l'égalité et la liberté de penser, et nuit aux progrès des arts. L'existence de ces corps privilégiés blesse tous nos principes républicains, attaque l'égalité et la liberté de penser, et nuit aux progrès des arts.
Locuteur: Romme
Des bibliothèques nombreuses, où la raison et la sottise, la philosophie et le préjugé, la vérité et le mensonge reposent confondu...
...u. Leur mauvaise répartition sur le sol de la France, et leur mauvais régime les ont rendu souvent inutiles, et ont dérobé à la France la connaissance des ouvrages précieux qu'e...
Des bibliothèques nombreuses, où la raison et la sottise, la philosophie et le préjugé, la vérité et le mensonge reposent confondus, attendent que des hommes laborieux et instruits débrouillent le chaos où elles se trouvent, et séparent le bon, le nécessaire, du mauvais et du superflu. Leur mauvaise répartition sur le sol de la France, et leur mauvais régime les ont rendu souvent inutiles, et ont dérobé à la France la connaissance des ouvrages précieux qu'elles renferment.
Locuteur: Romme
...s n'ont été très souvent dans les mains de nos despotes que des moyens d'avilir le mérite, de flétrir la vertu, de dégrader l'homme et de l'asservir; car très souvent elles étaient prodiguées au vice, à la bassesse et à l'ignorance. Ce n'est que depuis la régénération de la France que les arts commencent à être encouragés, et la vertu à être honorée d'une manière qui ... Les récompenses n'ont été très souvent dans les mains de nos despotes que des moyens d'avilir le mérite, de flétrir la vertu, de dégrader l'homme et de l'asservir; car très souvent elles étaient prodiguées au vice, à la bassesse et à l'ignorance. Ce n'est que depuis la régénération de la France que les arts commencent à être encouragés, et la vertu à être honorée d'une manière qui leur convienne.
Locuteur: Romme
Les privilèges que la Révolution a poursuivis dans toutes les branches de l'ancienne administration, ont su cependant ressusciter dans la nouvelle, sous le titre de brevets d'invention. Cette institution est une violation de l'égalité, une entrave aux progrès de l'industrie, sans être un moyen sûr d'i... Les privilèges que la Révolution a poursuivis dans toutes les branches de l'ancienne administration, ont su cependant ressusciter dans la nouvelle, sous le titre de brevets d'invention. Cette institution est une violation de l'égalité, une entrave aux progrès de l'industrie, sans être un moyen sûr d'indemnité pour l'inventeur.
Locuteur: Romme
...ultés intellectuelles, étend le domaine de la pensée. L'instruction éclaire l'esprit, exerce toutes les facultés intellectuelles, étend le domaine de la pensée.
Locuteur: Romme
...utaire, en règle les affections, dirige la volonté, fait passer dans la conduite et met en action les conceptions de l'esprit; et, conservatrice des mœurs, elle apprend à soumettre au tribunal de la conscience, les actions et les pensées. L'éducation développe le caractère, imprime à l'âme une impulsion salutaire, en règle les affections, dirige la volonté, fait passer dans la conduite et met en action les conceptions de l'esprit; et, conservatrice des mœurs, elle apprend à soumettre au tribunal de la conscience, les actions et les pensées.
Locuteur: Romme
...mme physique et moral, suivant le degré de perfectibilité et la position de chaque individu. L'éducation en fait un choix et en fortifie l'homme physique et moral, suivant le degré de perfectibilité et la position de chaque individu.
Locuteur: Romme
... sans l'éducation, donne des talents et de l'orgueil, des moyens et de la jactance; et peut devenir, pour l'homme qui n'a ni le frein de la raison ni celui de l'exemple, l'instrument funeste de ses passions désordonnées. L'instruction, sans l'éducation, donne des talents et de l'orgueil, des moyens et de la jactance; et peut devenir, pour l'homme qui n'a ni le frein de la raison ni celui de l'exemple, l'instrument funeste de ses passions désordonnées.
Locuteur: Romme
Pour purger le sol de la liberté, de cette fange de corruption et de sottise, dans laquelle le despotisme pl...
...ne sera le guide et l'autre le flambeau de la vie sociale.
Pour purger le sol de la liberté, de cette fange de corruption et de sottise, dans laquelle le despotisme plonge les hommes pour mieux les asservir, associons désormais l'instruction et l'éducation, l'une sera le guide et l'autre le flambeau de la vie sociale.
Locuteur: Romme
C'est de l'indissolubilité de cette union que nous désignerons désorm...
... d'instruction publique, que dépendront la régénération des mœurs, les progrès des...
...t des arts, et leur juste application à la prospérité publique.
C'est de l'indissolubilité de cette union que nous désignerons désormais sous le nom d'instruction publique, que dépendront la régénération des mœurs, les progrès des sciences, des lettres et des arts, et leur juste application à la prospérité publique.
Locuteur: Romme
...e bonne instruction publique assurera à la société de bons fils, de bons époux et de bons pères; à la liberté et à l'égalité, des amis ardent...
...àpprendraau riche à faire un bon emploi de sa fortune et à établir son bonheur sur...
Une bonne instruction publique assurera à la société de bons fils, de bons époux et de bons pères; à la liberté et à l'égalité, des amis ardents et des défenseurs fidèles; au corps politique, des fonctionnaires éclairés, courageux et dévoués à leurs devoirs. Elle àpprendraau riche à faire un bon emploi de sa fortune et à établir son bonheur sur le bonheur d'autrui ; au pauvre, dominer