Résultats trouvés dans le Tome 17

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-066 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
9 sections trouvées
Tri par date d'édition croissante

Séance du vendredi 16 juillet 1790

- search term matches: (633)

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 133
Locuteur: Regnaud
(de Saint-Jean d'Angely) lit le procès-verbal de la cérémonie du 14 juillet. La rédaction en est adoptée. (de Saint-Jean d'Angely) lit le procès-verbal de la cérémonie du 14 juillet. La rédaction en est adoptée.
Locuteur: Le Président
donne lecture d'une lettre de M. Jacques-Henri Moreton (ci-devant comte de), qui demande à être admis à la barre pour présenter une pétition qui i...
...n honneur. (Voy. les pièces aux Annexes de la séance de ce jour, p. 139.)
donne lecture d'une lettre de M. Jacques-Henri Moreton (ci-devant comte de), qui demande à être admis à la barre pour présenter une pétition qui intéresse son état et son honneur. (Voy. les pièces aux Annexes de la séance de ce jour, p. 139.)
Locuteur: Le Président
annonce une lettre de M. Ruffray, commandant des gardes nationales de Veigné en Touraine, qui, ayant reçu les ordres trop tard, n'a pu se rendre à la fédération; il s'y unit de cœur et de sentiment. annonce une lettre de M. Ruffray, commandant des gardes nationales de Veigné en Touraine, qui, ayant reçu les ordres trop tard, n'a pu se rendre à la fédération; il s'y unit de cœur et de sentiment.
Locuteur: De La Rochefoucauld
, député de Paris, fait, au nom du comité d'aliénat... , député de Paris, fait, au nom du comité d'aliénation, le rapport suivant sur les ventes des domaines nationaux aux municipalités.
Locuteur: De La Rochefoucauld
Le comité, que vous avez chargé de l'aliénation des domaines nationaux, ap...
...articuliers, suit avec zèle l'exécution de vos décrets, et vous proposera bientôt l'accomplissement de plusieurs ventes; mais il vous doit le compte de l'état actuel des demandes qui vous ont...
...z statuer sur les moyens d'accélérer et de terminer cette opération, sur laquelle repose la confiance publique dans les assignats-m...
...dre à des acquéreurs particuliers, sont la principale hypothèque.
Le comité, que vous avez chargé de l'aliénation des domaines nationaux, après vous avoir successivement présenté les formes et les conditions des ventes à faire tant aux municipalités qu'aux particuliers, suit avec zèle l'exécution de vos décrets, et vous proposera bientôt l'accomplissement de plusieurs ventes; mais il vous doit le compte de l'état actuel des demandes qui vous ont été faites par les municipalités, afin que vous puissiez statuer sur les moyens d'accélérer et de terminer cette opération, sur laquelle repose la confiance publique dans les assignats-monnaie, dont les biens, que les municipalités doivent acquérir et revendre à des acquéreurs particuliers, sont la principale hypothèque.
PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY.
...re instruction du 31 du même mois, avec la désignation spéciale des objets qu'elle... ...4 mai, et ont adressé des soumissions conformes au modèle qui a été annexé à votre instruction du 31 du même mois, avec la désignation spéciale des objets qu'elles (1) Cette séance est incomplète au Moniteur.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 134
Locuteur: De La Rochefoucauld
...vos yeux, et vous verrez qu'il surpasse de beaucoup la somme de 400 millions, à laquelle vous avez sage...
...n en faveur des municipalités, mais que la somme des soumissions en règle lui est ...
...diverses déffiatides quet Votre comité a reçues jusqu'aujourd'hui sera mis sous vos yeux, et vous verrez qu'il surpasse de beaucoup la somme de 400 millions, à laquelle vous avez sagement borné l'aliénation en faveur des municipalités, mais que la somme des soumissions en règle lui est encore inférieure.
Locuteur: De La Rochefoucauld
...ue rien ne peut s'opposer soit à ce qUé la vente des objets désignés fût effectuée...
...aites j et que vous jugeriez convenable de donner un temps suffisant aux municipal...
...e à celles qui n'ont point encore formé de demandes, pour faire des soumissions da...
...connaîtrez alors précisément le montant de ces soumissions, et vous serez à portée de prendre les mesures que votre sagesse v...
...icipalités soumissionnaires le bienfait de cette aliénation, si, comme il est certain, la somme de leurs offres régulières se trouve alors supérieure à la somme que vous avez déterminée.
Votre comité a pensé que rien ne peut s'opposer soit à ce qUé la vente des objets désignés fût effectuée aussitôt que les opérations préliminaires auront été faites j et que vous jugeriez convenable de donner un temps suffisant aux municipalités qui ne se sont pas encore mises en règle, et même à celles qui n'ont point encore formé de demandes, pour faire des soumissions dans les formes que vous avez prescrites. Vous connaîtrez alors précisément le montant de ces soumissions, et vous serez à portée de prendre les mesures que votre sagesse vous suggérera pour répartir entre les municipalités soumissionnaires le bienfait de cette aliénation, si, comme il est certain, la somme de leurs offres régulières se trouve alors supérieure à la somme que vous avez déterminée.
Locuteur: De La Rochefoucauld
Voici le projet décret que nous vous proposons : Voici le projet décret que nous vous proposons :
Locuteur: De La Rochefoucauld
..., après avoir entendu son Comité chargé de l'aliénation des domaines nationaux, voulant accélérer l'exécution de la vente ordonnée par ses décrets des 17 mars et 14 mai de la présente année, en faveur des municipal...
...monnaie, et assurer leur hypothèque par la désignation spéciale des objets sur les...
L'Assemblée nationale, après avoir entendu son Comité chargé de l'aliénation des domaines nationaux, voulant accélérer l'exécution de la vente ordonnée par ses décrets des 17 mars et 14 mai de la présente année, en faveur des municipalités, jusqu'à concurrence de400millions; hâter le remboursement des assignats-monnaie, et assurer leur hypothèque par la désignation spéciale des objets sur lesquels elle doit porter, a décrété et décrète ce qui suit :
Locuteur: De La Rochefoucauld
. Le comité chargé de l'aliénation des « domaines nationaux p...
... l'instructidtt du 31 du même mois, « à la vente aux municipalités de ceux de ces « biens pour lesquels elles ont fai...
. Le comité chargé de l'aliénation des « domaines nationaux procédera sans délai, dans « les formes prescrites par le décret du 14 mai « dernier et l'instructidtt du 31 du même mois, « à la vente aux municipalités de ceux de ces « biens pour lesquels elles ont fait des soumis* « sions avec désignation spéciale, conformément t au modèle annexé...
Locuteur: De La Rochefoucauld
...les « conditions exigées, seront tenues de faire par-« venir au comité Une nouvell...
...ers, et conformément aux dispositions « de 1 article 15 du décret des 25, 26 et 29...
...s demandes Soit à l'Assemblée natio-« nale, soit à son comité, n'ont pas rempli les « conditions exigées, seront tenues de faire par-« venir au comité Une nouvelle soumission dans « les formes prescrites, et ce avant le 15 Sep-« tembre procha...
...r à l'acquisition des do-« maines nationaux que comme les acquéreurs « particuliers, et conformément aux dispositions « de 1 article 15 du décret des 25, 26 et 29 juin « dernier.
Locuteur: De La Rochefoucauld
...palités qui n'ont point en-« core formé de demandes seront reçues à faire « dçs so... « Art. 3. Les municipalités qui n'ont point en-« core formé de demandes seront reçues à faire « dçs soumissions dans les mêmes formes et « dans le même délai.
Locuteur: De La Rochefoucauld
...t, par elle, sur l'exécution « complète de l'aliénation aux municipalités. » ... prochain, « des soumissions qu'il aura reçues, pour être « statué définitivement, par elle, sur l'exécution « complète de l'aliénation aux municipalités. »
Locuteur: De La Rochefoucauld
{Ce projet de décret est mis aux voi* et adopté sans ... {Ce projet de décret est mis aux voi* et adopté sans discussion.)
Locuteur: Le Président
L'ordre du jour est suite de la discussion du projet de décret sur les pensions. L'Assemblée a ... L'ordre du jour est suite de la discussion du projet de décret sur les pensions. L'Assemblée a adopté les articles 1 à 12 dans sa séance du 10 juillet.
Locuteur: Palasne de Champeaux
« Art. 13. La liste civile étant destinée au payement...
...aire, Je Trésor public demeure déchargé de toute pension et gratification qui peuvent avoir été accordées, ou qui le seraient, par la suite, aux personnes qui auraient été* sont, ou seront employées à l'un ou à l'autre de ces services. »
« Art. 13. La liste civile étant destinée au payement des personnes attachées au service particulier du roi et à sa maison, tant domestique que militaire, Je Trésor public demeure déchargé de toute pension et gratification qui peuvent avoir été accordées, ou qui le seraient, par la suite, aux personnes qui auraient été* sont, ou seront employées à l'un ou à l'autre de ces services. »
Locuteur: D'Estourmel
Je demande l'ajournement de cet article, parce que la question de la maison militaire du roi est très importante et qu'on lie peut traiter, à propos de pension, le point de savoir si le roi aura ou n'aura pas une... Je demande l'ajournement de cet article, parce que la question de la maison militaire du roi est très importante et qu'on lie peut traiter, à propos de pension, le point de savoir si le roi aura ou n'aura pas une maison militaire.
Locuteur: De Custine
Il y aurait d'ailleUrsà excepter de l'article les personnes de la maison du roi qui ont obtenu des pensions à cause de leurs services militaires ; ces pensions devraient être ées par la nation. Il y aurait d'ailleUrsà excepter de l'article les personnes de la maison du roi qui ont obtenu des pensions à cause de leurs services militaires ; ces pensions devraient être ées par la nation.
Locuteur: Palasne
« Art. 14. Il sera versé dans la caisse des pensions une somme de 12 millions de livres, à laquelle demeureraient fixés ...
... y prétendre, les plus anciens d'âge et de service auront la préférence ; les autres l'expectative, ...
« Art. 14. Il sera versé dans la caisse des pensions une somme de 12 millions de livres, à laquelle demeureraient fixés les fonds destinés aux pensions, dons et gratifications; savoir : 10 millions po...
...t pas une somme suffisante nour accorder des pensions à tous ceux qui pourraient y prétendre, les plus anciens d'âge et de service auront la préférence ; les autres l'expectative, avec l'assurance d'être les premiers employés successivement. »
Locuteur: D'Estourmel
...M. le rapporteur si le comité a un état de toutes les pensions accordées dans les différents départements, et si le résultat de ces différents états est conforme à la somme de 12 millions ? Je demande à M. le rapporteur si le comité a un état de toutes les pensions accordées dans les différents départements, et si le résultat de ces différents états est conforme à la somme de 12 millions ?
Locuteur: Camus
La nlupart des départements ont exécuté le décret qui leur enjoint de fournir ces états, mais quelques-uns so...
...t était moins connu, s'élevaient à plus de 8 millions, èt les gratifications à 40. Il était une autre espèce de dons qui, par leur nature, étaient incalculables ; tels que la remise des droits féodaux et des portions de domaines accordées sous différents prét...
...que ces aliénations se montaient à plus de 20 millions par année, et qu'on payait plus de 80 millions inutilement : l'intention de 1 Assemblée n'étant pas donner à tous ceux qui avaient, la Somme de 12 millions sera suffisante pour ré-
La nlupart des départements ont exécuté le décret qui leur enjoint de fournir ces états, mais quelques-uns sont en retard. Les pensions motivées se montent à 30 millions ; d'autres, dont l'objet était moins connu, s'élevaient à plus de 8 millions, èt les gratifications à 40. Il était une autre espèce de dons qui, par leur nature, étaient incalculables ; tels que la remise des droits féodaux et des portions de domaines accordées sous différents prétextes. J'estime que ces aliénations se montaient à plus de 20 millions par année, et qu'on payait plus de 80 millions inutilement : l'intention de 1 Assemblée n'étant pas donner à tous ceux qui avaient, la Somme de 12 millions sera suffisante pour ré-
Locuteur: Duhart
...à M le Président pour prier l'Assemblée de lui accorder Une prolongation de congé afin de vaquer à ses affaires. (ci-devant le marquis), écrit à M le Président pour prier l'Assemblée de lui accorder Une prolongation de congé afin de vaquer à ses affaires.
Locuteur: Palasne de Champeaux
, rapporteur, donne lecture de l'article 13 en ces termes : , rapporteur, donne lecture de l'article 13 en ces termes :
Locuteur: De Custine
n demande la question préalable sur les amendements.... n demande la question préalable sur les amendements. Elle est prononcée.
Locuteur: Palasne
, rapporteur, donne lecture de l'article 14. , rapporteur, donne lecture de l'article 14.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 135
Locuteur: Camus
compenser tous Ceux qui ont bien mérité de la patrie. Pour mieux faire connaître si ceux quî réclament ont de justes motifs de le faire, nous ùe croyons pas qu'il existe meilleur moyen que d'ordonner l impress...
...oires. Il y ën a beaucoup qui rougiront de leurs demandes, et dans ce moment où no...
...ée en proverbe, c'est le meilleur moyen de prouver qu'elle est légitime.
compenser tous Ceux qui ont bien mérité de la patrie. Pour mieux faire connaître si ceux quî réclament ont de justes motifs de le faire, nous ùe croyons pas qu'il existe meilleur moyen que d'ordonner l impression des mémoires. Il y ën a beaucoup qui rougiront de leurs demandes, et dans ce moment où notre sévérité est presque passée en proverbe, c'est le meilleur moyen de prouver qu'elle est légitime.
Locuteur: D'Estourmel
Il est impossible de connaître positivement quelle est la somme nécessaire à ceux qui ont bien mérité de Ist patrie ; en conséquence, je demande l'ajournement de l'article. Il est impossible de connaître positivement quelle est la somme nécessaire à ceux qui ont bien mérité de Ist patrie ; en conséquence, je demande l'ajournement de l'article.
Locuteur: Populus
... consulté l'état actuel des finances et la possibilité où l'État se trouve de se livrer à la munificence. Le comité des pensions doit avoir certainement consulté l'état actuel des finances et la possibilité où l'État se trouve de se livrer à la munificence.
Locuteur: Palasne
...it sans l'avis des Comités militaire et de la marine. , rùp^ortédf. Le comité, pour établir le total qu'il vous propose n'a rien fait sans l'avis des Comités militaire et de la marine.
Locuteur: Palasne
...4. Il sera destiné à l'avenir une somme de 12 millions de livres, à laquelle demeurent fixés les ...
...y prétendre ; les plus anciens d'âge-et de service auront la préférence; les autres, l'expectative, ...
« Art. 14. Il sera destiné à l'avenir une somme de 12 millions de livres, à laquelle demeurent fixés les fonds des pensions, dons et gratifications; savoir : 1,0 millions pour les pensi...
... pas une somme suffisante pour accorder des pensions à tous ceux qui pourraient y prétendre ; les plus anciens d'âge-et de service auront la préférence; les autres, l'expectative, avec assurance d'être les premiers employés successivement. :>
Locuteur: Le Président
Je dois informer l'Assemblée que M. de Toulouse-Lautrec, revenu à l'Assemblée nationale, demande à être entendu sur l'objet de la procédure dirigée contré lui à Toulouse. (Voy. l'information faite par la municipalité de Toulouse, aux Annexes de la séance de ce jour. p. 161.) Je dois informer l'Assemblée que M. de Toulouse-Lautrec, revenu à l'Assemblée nationale, demande à être entendu sur l'objet de la procédure dirigée contré lui à Toulouse. (Voy. l'information faite par la municipalité de Toulouse, aux Annexes de la séance de ce jour. p. 161.)
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
...nculpations si atroces et si dépourvues de fondement. Sans doute, l'Assemblée n'a ...
...; je n'ai parlé à l'Un ët à l'autre que de choses indifférentes, ët cependant ils ...
... le projet d'empêcher, avec 800 hommes, la fédération qui devait avoir lieu à Toul...
...raisemblance doit détruire toùtë espèce de soupçon ; il y avait à Toulouse 30,0t)0 hommes pour la fédération. Celui qui aurait voulu l'em...
...à l'abri du soupçon d'exercer le métier de suborneur : si j'avais été Un homme à causer des troubles, la ville de Castres m'en fournissait le moyen ; eliéaété agitée, et il fallait peu de chose pour occasionner lés plus grands malheurs. Mais, au contraire, j'y ai recommandé la paix, le respect et l'obéissance aux dé...
...semblée nationale. Je prie d'interroger -dessus nos députés à la fédération, qui sont dans les tri-
Il est affligeant pour moi d'avoir à me justifier d'inculpations si atroces et si dépourvues de fondement. Sans doute, l'Assemblée n'a vu que comme.des calomniateurs les deux hommes qui ont déposé contre moi ; je n'ai parlé à l'Un ët à l'autre que de choses indifférentes, ët cependant ils ont dénoncé le fait le plus faux et le plus incroyable. J'aurais pu confier a deux hommes, dont l'un m'est inconnu, le projet d'empêcher, avec 800 hommes, la fédération qui devait avoir lieu à Toulouse ! Une pareille invraisemblance doit détruire toùtë espèce de soupçon ; il y avait à Toulouse 30,0t)0 hommes pour la fédération. Celui qui aurait voulu l'empêcher, avec 800 homhieé, ne serait-il pas digne des Petites-Maisons? Jê dois être à l'abri du soupçon d'exercer le métier de suborneur : si j'avais été Un homme à causer des troubles, la ville de Castres m'en fournissait le moyen ; eliéaété agitée, et il fallait peu de chose pour occasionner lés plus grands malheurs. Mais, au contraire, j'y ai recommandé la paix, le respect et l'obéissance aux décrets deT Assemblée nationale. Je prie d'interroger -dessus nos députés à la fédération, qui sont dans les tri-
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
bunes : ils pourront dire la vérité. Je trouve dans mon cœur une assurance si Certaine de ma conduite, que je me crois à l'abri du Soupçon ; mais j'ai encore besoin de l'approbation de l'Assemblée pour être content: et afin qu'elle puisse juger si je l'ai méritée, je la prie de vouloir bien entendre la lecture des certificats des municipalit...
...s j'ai passé. Je suis tellement affecté de tout ce qui peut porter atteinte à mon ...
bunes : ils pourront dire la vérité. Je trouve dans mon cœur une assurance si Certaine de ma conduite, que je me crois à l'abri du Soupçon ; mais j'ai encore besoin de l'approbation de l'Assemblée pour être content: et afin qu'elle puisse juger si je l'ai méritée, je la prie de vouloir bien entendre la lecture des certificats des municipalités dans lesquelles j'ai passé. Je suis tellement affecté de tout ce qui peut porter atteinte à mon honneur, que j'en suis tout tremblant.
Locuteur: Regnaud
(député de Saint-Jean-d} Angely). Quoique l'Assemblée soit sûrement Convaincue de l'innocence de M. de Lautrec,pour son propre intérêt il faut...
...elle sera un creuset duq uel llnnocence de l'accusé sortira plus éclatante et plus pure. L'Assemblée doit non seulement la justification des innocents, elle doit ...
...airepunir. Je demande que l'information de l'affaire soit continuée, poUr qu'après la clôture et son rapport, l'Assemblée pui...
(député de Saint-Jean-d} Angely). Quoique l'Assemblée soit sûrement Convaincue de l'innocence de M. de Lautrec,pour son propre intérêt il faut se défendre d'une opinion précipitée; il faut continuer l'information ; elle sera un creuset duq uel llnnocence de l'accusé sortira plus éclatante et plus pure. L'Assemblée doit non seulement la justification des innocents, elle doit aussi chercher quels sont les calomniateurs, et les fairepunir. Je demande que l'information de l'affaire soit continuée, poUr qu'après la clôture et son rapport, l'Assemblée puisse statuer ce qu'il appartiendra.
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
J'avais oublié de rendre compte de la conduite de la gardé nationale et de la municipalité à mon égard ; il est impossible d'avoir de meilleurs procédés ; je leur dois la vie, et je supplie l'Assemblée de vouloir bien leur témoigner sa reconnaissance pour la conduite qu'elles ont tenue envers un de ses membres. (Les applaudissements recommencent). — La proposition de M. Regnaud est adoptée. J'avais oublié de rendre compte de la conduite de la gardé nationale et de la municipalité à mon égard ; il est impossible d'avoir de meilleurs procédés ; je leur dois la vie, et je supplie l'Assemblée de vouloir bien leur témoigner sa reconnaissance pour la conduite qu'elles ont tenue envers un de ses membres. (Les applaudissements recommencent). — La proposition de M. Regnaud est adoptée.
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
(Sur la proposition de M. le Président, l'Assemblée accorde au...
...ns les tribunes, et qui sont aux portes de l'Assemblée, la permission de s'asseoir sur les bancs de l'intérieur de la salle, au-delà des colonnes.)
(Sur la proposition de M. le Président, l'Assemblée accorde aux députés fédérés qui n'ont pu trouver place dans les tribunes, et qui sont aux portes de l'Assemblée, la permission de s'asseoir sur les bancs de l'intérieur de la salle, au-delà des colonnes.)
Locuteur: Le Président
L'Assemblée revient à la discussion du projet de décret sur les pensions. L'Assemblée revient à la discussion du projet de décret sur les pensions.
Locuteur: Palasne
On demande la question préalable. Elle est adoptée. , On demande la question préalable. Elle est adoptée. ,
Locuteur: Palasne
L^articie 14 est ensuite décrété avec la rédaction ci-dessous : L^articie 14 est ensuite décrété avec la rédaction ci-dessous :
Locuteur: Le Président
(L'Assemblée décide que M. de Toulouse-Lautrec sera entendu sur-le-ch... (L'Assemblée décide que M. de Toulouse-Lautrec sera entendu sur-le-champ.)
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
(Plusieurs fois M. de Lautfec est interrompupar les applaudissements- de l'Assemblée). (Plusieurs fois M. de Lautfec est interrompupar les applaudissements- de l'Assemblée).
Locuteur: De Toulouse-Lautrec
...t lecture des certificats délivrés à M. de Toulouse-Lautrec, par les municipalités de Saint-Sulpice en Languedoc, de Castres, de Blagnac et Saint-Geniez. llrésulte de ces différents certificats, qué M. de Toulouse-Lautrec s'est partout coin-por...
...e plusieurs fois il a donné des marques de patriotisme et d'humanité.
On fait lecture des certificats délivrés à M. de Toulouse-Lautrec, par les municipalités de Saint-Sulpice en Languedoc, de Castres, de Blagnac et Saint-Geniez. llrésulte de ces différents certificats, qué M. de Toulouse-Lautrec s'est partout coin-porté comme Un bon citoyen, et que plusieurs fois il a donné des marques de patriotisme et d'humanité.
Locuteur: Goupil
... qu'il soit décrété sur-le-champ que M. de Toulouse-Lautrec est exempt de toute inculpation. ...er devant vous un brave homme, qui ne trembla jamais devant l'ennemi. Je demande qu'il soit décrété sur-le-champ que M. de Toulouse-Lautrec est exempt de toute inculpation.
Locuteur: De Causans
...), député d'Orange, demande, pour cause de santé, une prolongation de congé qui lui est accordée. (ci-devant le marquis), député d'Orange, demande, pour cause de santé, une prolongation de congé qui lui est accordée.
Locuteur: Le Président
...n ainsi qu'il suit : « Art. 15. Au delà de cette somme, il ne pourra être payé ni ... Les articles 15,16,17, 18, 19, 20 et 21 sont décrétés sans discussion ainsi qu'il suit : « Art. 15. Au delà de cette somme, il ne pourra être payé ni àccôrdé, pour quelque cause, sous quelque prétexte ou dénomination que ce puisse...

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 136
Locuteur: Le Président
« Art. 16.-Ne sont compris dans la somme de 10 millions affectée aux pensions, les ...
...alides, aux soldes et demi-soldes, tant de terre que de mer, sur la fixation et distribution desquels fonds l'Assemblée se réserve de statuer, ni les pensions des ecclésiast...
« Art. 16.-Ne sont compris dans la somme de 10 millions affectée aux pensions, les fonds destinés aux Invalides, aux soldes et demi-soldes, tant de terre que de mer, sur la fixation et distribution desquels fonds l'Assemblée se réserve de statuer, ni les pensions des ecclésiastiques, qui continueront d'être payées sur les fonds qui y seront affectés. »
Locuteur: Le Président
-« Art. 17. Aucun citoyen, hors le cas de blessures reçues ou d'infirmités contractées dans l'exercice de fonctions publiques, et qui le mette hors d'état de les continuer, ne pourra obtenir de pensions qu'il n'ait 30 ans de service effectif, et ne soit âgé de 50 ans, le tout sans préjudice de ce qui sera statué sur les décrets particuliers relatifs aux pensions de la marine et de la guerre. » -« Art. 17. Aucun citoyen, hors le cas de blessures reçues ou d'infirmités contractées dans l'exercice de fonctions publiques, et qui le mette hors d'état de les continuer, ne pourra obtenir de pensions qu'il n'ait 30 ans de service effectif, et ne soit âgé de 50 ans, le tout sans préjudice de ce qui sera statué sur les décrets particuliers relatifs aux pensions de la marine et de la guerre. »
Locuteur: Le Président
« Art. 18. Il ne sera jamais accordé de pension au delà de ce dont on jouissait à titre de traitement ou appointements, dans le grade qu'on occupait. Pour obtenir la retraite d'un grade, il faudra y avoir ...
...parles décrets relatifs à chaque nature de service. Mais quel que fût le montant de ces traitements et appointements, la pension, dans aucun cas, sous aucun pré...
... du pensionné, ne pourra jamais excéder la sommede 10,000 livres. » « Art. 19. La pension accordée à 30 ans de service sera du quart du traitement, sans toutefois qu'elle puisse être moindre de 150 livres. »
« Art. 18. Il ne sera jamais accordé de pension au delà de ce dont on jouissait à titre de traitement ou appointements, dans le grade qu'on occupait. Pour obtenir la retraite d'un grade, il faudra y avoir passé le temps qui sera déterminé parles décrets relatifs à chaque nature de service. Mais quel que fût le montant de ces traitements et appointements, la pension, dans aucun cas, sous aucun prétexte, et quels que puissent être le grade où les fonctions du pensionné, ne pourra jamais excéder la sommede 10,000 livres. » « Art. 19. La pension accordée à 30 ans de service sera du quart du traitement, sans toutefois qu'elle puisse être moindre de 150 livres. »
Locuteur: Le Président
« Art. 20. Chaque année de service, ajoutée à ces 30 ans, produira...
... du vingtième des trois quarts restants de ses appointements et traitements; de manière qu'après 50 ans de service, le montant de la pension sera de la totalité des appointements et traitemen...
...nt, cette pension puisse jamais excéder la somme de 10,000 livres. »
« Art. 20. Chaque année de service, ajoutée à ces 30 ans, produira une augmentation progressive du vingtième des trois quarts restants de ses appointements et traitements; de manière qu'après 50 ans de service, le montant de la pension sera de la totalité des appointements et traitements, sans que néanmoins, comme on l'a dit ci-devant, cette pension puisse jamais excéder la somme de 10,000 livres. »
Locuteur: Le Président
...ublic, ou tout autre citoyen au service de l'Etat,, que ses blessures ou ses infirmités obligeront de quitter son service ou ses fonctions av...
...sus, recevra une pension déterminée par la nature et la durée de ses services, le genre de ses blessures et l'état de ses infirmités. »
« Art. 21. Le fonctionnaire public, ou tout autre citoyen au service de l'Etat,, que ses blessures ou ses infirmités obligeront de quitter son service ou ses fonctions avant les 30 années expliquées ci-dessus, recevra une pension déterminée par la nature et la durée de ses services, le genre de ses blessures et l'état de ses infirmités. »
Locuteur: Palasne
...es pensions ne seront accordées que sUr la recommandation et l'attestation des directoires de ^départements et de districts, des officiers généraux et au... « Art. 22. Les pensions ne seront accordées que sUr la recommandation et l'attestation des directoires de ^départements et de districts, des officiers généraux et autres agents des pouvoirs exécutif, administratif et judiciaire.
Locuteur: De Virieu
Il serait peut-être mieux de mettre le mot demande à la place de ceux de recommandation et d'attestation. Il serait peut-être mieux de mettre le mot demande à la place de ceux de recommandation et d'attestation.
Locuteur: Barnave
Je crois qu'il y a lieu de supprimer tous ces termes et de laisser le Corps législatif libre d'accorder des pensions, sans la permission des corps administratifs et ... Je crois qu'il y a lieu de supprimer tous ces termes et de laisser le Corps législatif libre d'accorder des pensions, sans la permission des corps administratifs et autres agents rappelés dans l'article.
Locuteur: Prieur
...structions fournies par les directoires de "département et de district, et sur l'attestation des offi...
...oir exécutif et judiciaire, chacun dans la partie qui les concerne. »
...té en ces termes : «Art. 22. Les pensions ne seront accordées que d'après les instructions fournies par les directoires de "département et de district, et sur l'attestation des officiers généraux et autres agents du pouvoir exécutif et judiciaire, chacun dans la partie qui les concerne. »
Locuteur: Camus
L'intention du comité a été de s'assurer, tous les ans, si le même pen...
...e pas dans un des cas qui ont déterminé la suppression de la pension.
L'intention du comité a été de s'assurer, tous les ans, si le même pensionnaire ne se trouve pas dans un des cas qui ont déterminé la suppression de la pension.
Locuteur: Robespierre
... n'est que le prix d'un service rendu à la nation ; par conséquent, il ne peut être accordé que par la volonté nationale. Qr, la disposition de la volonté nationale appartient aux représentants de la nation ; donc l'Assemblée nationale doi... Une pension n'est que le prix d'un service rendu à la nation ; par conséquent, il ne peut être accordé que par la volonté nationale. Qr, la disposition de la volonté nationale appartient aux représentants de la nation ; donc l'Assemblée nationale doit revoir sans cesse si elle n'a point commis d'erreur dans les dons qu'elle a fa...
Locuteur: Fréteau
... ; et s'il en est accordé une seconde à la même personne, elle ne pourra l'être que par une nouvelle décision et pour cause de nouveaux services. ...ns l'article 22: chaque gratification ne sera donnée que pour une fois seulement ; et s'il en est accordé une seconde à la même personne, elle ne pourra l'être que par une nouvelle décision et pour cause de nouveaux services.
Locuteur: Regnaud
(de Saint-Jean-d'Angely). Je demande que le mot recommandation soit retranché de l'article et qu'on y substitue celui d'... (de Saint-Jean-d'Angely). Je demande que le mot recommandation soit retranché de l'article et qu'on y substitue celui d'avis.
Locuteur: Prieur
...t. D'après les règles fondamentales sur la résidence et sur la limite des pouvoirs, l'instruc- J'appuie les observations du préopinant. D'après les règles fondamentales sur la résidence et sur la limite des pouvoirs, l'instruc-
Locuteur: Palasne
...3. A chaque législature, le roi formera la liste des pensions à accorder aux diffé...
...istes seront, par Sa Majesté, remises à la législature, qui rendra un décret appro...
, « Art. 23. A chaque législature, le roi formera la liste des pensions à accorder aux différentes personnes qui, d'après les règles ci-dessus, seront dans le cas d'y préte...
...ointe celle des pensionnaires décédés et des pensionnaires existants. Ces deux listes seront, par Sa Majesté, remises à la législature, qui rendra un décret approbatif des pensions qu'elle croira devoir être accordées et conservées. Le roi sa...
Locuteur: Camus
Plusieurs membres demandent la question préalable sur l'article. Plusieurs membres demandent la question préalable sur l'article.
Locuteur: Fréteau
propose une nouvelle rédaction de l'article 23. Elle est adoptée en ces t... propose une nouvelle rédaction de l'article 23. Elle est adoptée en ces termes :
Locuteur: Fréteau
...ps législatif, le roi lui fera remettre la liste des pensions à accorder aux diffé...
...r ces deux listes envoyées par le roi à la législature, elle rendra un décret appr...
« Art. 23. A chaque session du Corps législatif, le roi lui fera remettre la liste des pensions à accorder aux différentes personnes qui, d'après les règles ci-dessus, sont dans le cas d'y prétend...
...e sera jointe celle des pensionnaires décédés et des pensionnaires existants. Sur ces deux listes envoyées par le roi à la législature, elle rendra un décret approbatif des nouvelles pensions qu'elle croira devoir être accordées ; et lorsque ...

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 137
Locuteur: Fréteau
...s gratifications seront déterminées par la nature des services rendus, des pertes souffertes, et d'après les besoins de ceux auxquels elles sont accordées. » Dans tous les cas, les gratifications seront déterminées par la nature des services rendus, des pertes souffertes, et d'après les besoins de ceux auxquels elles sont accordées. »
Locuteur: Fréteau
...et des motifs qui doivent en déterminer la concession et le montant; l'état de celles qui seront jugées devoir être ac... ...t. 25. A chaque session, il sera présenté un état des gratifications à accorder et des motifs qui doivent en déterminer la concession et le montant; l'état de celles qui seront jugées devoir être accordées sera pareillement décrété par l'Assemblée législative. Après que le roi ...
Locuteur: Le Président
L'Assemblée vient de terminer la discussion du décret qui était joint au... L'Assemblée vient de terminer la discussion du décret qui était joint au rapport du comité des pensions.
Locuteur: Camus
...comité dont je suis l'organe, me charge de vous demander de passer tout de suite à Vexamen du projet de décret qu'il vous a soumis à la suite de son troisième rapport (1). , président du comité des pensions. Le comité dont je suis l'organe, me charge de vous demander de passer tout de suite à Vexamen du projet de décret qu'il vous a soumis à la suite de son troisième rapport (1).
Locuteur: Camus
...elle, engagement consenti pour payement de dettes, assurance de dot ou de douaire, concessions gratuites de domaines, existants au 1er janvier 1790...
...t, étant directement ou indirectement à la charge du Trésor public, sont et demeur...
...nsion, don, traitement ou appointement conservés, récompense, gratification annuelle, engagement consenti pour payement de dettes, assurance de dot ou de douaire, concessions gratuites de domaines, existants au 1er janvier 1790, ou accordés depuis cette époque, sous quelque dénomination que ce puisse être, sur quelque caisse que ce soit, étant directement ou indirectement à la charge du Trésor public, sont et demeurent supprimés. Tout ordonnateur qui en autoriserait le payement, et tout caissie...
Locuteur: De Sinéty
...ter l'économie dans toutes les dépenses de l'Etat et c'est pour atteindre ce but q...
...des pensions vous présente en ce moment de grandes réformes dans cette partie de la dette publique. Quel que soit votre dés...
Messieurs, vous voulez porter l'économie dans toutes les dépenses de l'Etat et c'est pour atteindre ce but que le comité des pensions vous présente en ce moment de grandes réformes dans cette partie de la dette publique. Quel que soit votre désir d'économie, il faut cependant examiner si elles sont justes et c'est ce que j...
Locuteur: De Sinéty
...examiné les titres. J'observe qu'il y a des difficultés inextricables pour ceux qui auraient à s'en occuper. A un autre point de vue les ministres seraient encore les c...
...ollicitations motivées qu'on ne cessera de leur faire et deviendraient les plastrons de tous les refus.
ensuite, après avoir examiné les titres. J'observe qu'il y a des difficultés inextricables pour ceux qui auraient à s'en occuper. A un autre point de vue les ministres seraient encore les courtiers perpétuels des sollicitations motivées qu'on ne cessera de leur faire et deviendraient les plastrons de tous les refus.
Locuteur: De Sinéty
...rminé, supporteront une retenue au marc la livre, qui sera calculée et proposée d'après une règle générale de proportion, de manière que le total des pensions conservées, ainsi réduites, n'excédera pas la somme totale que l'Assemblée nationale jugera nécessaire de fixer pour toutes les grâces pécuniaire... ... les pensions conservées et celles même réduites à ce maximum, qui aura été déterminé, supporteront une retenue au marc la livre, qui sera calculée et proposée d'après une règle générale de proportion, de manière que le total des pensions conservées, ainsi réduites, n'excédera pas la somme totale que l'Assemblée nationale jugera nécessaire de fixer pour toutes les grâces pécuniaires conservées;
Locuteur: De Delley d'Agier
(La demande d'impression n'a pas de suite.) (La demande d'impression n'a pas de suite.)
Locuteur: De Wimpffen
Je ne monte à la tribune que pour m'acquilier d'un devoi...
...t plusieurs membres peuvent igno-rtrque la plupart des pensions des gens de l'armée de terre et de l'armée de mer étant tarifées par les ordonnances, ne doivent pas être confondues dans la proscription générale qu'on vous propjs...
...de donc l'exception honorable en faveur de ceux des gens
Je ne monte à la tribune que pour m'acquilier d'un devoir envers l'Assemblée nationale, dont plusieurs membres peuvent igno-rtrque la plupart des pensions des gens de l'armée de terre et de l'armée de mer étant tarifées par les ordonnances, ne doivent pas être confondues dans la proscription générale qu'on vous propjse. J'appelle ceux-ci les justes, et vous savez qu'avant que Dieu lançât le feu du ciel sur Sodôme et Go-morrhe, il en fit sortir les justes. Je demande donc l'exception honorable en faveur de ceux des gens
Locuteur: Fréteau
...mprises dans l'état qui sera présenté à la législature ; et si elle les juge accor... ...gents, le roi pourra accorder provisoirement des gratifications: elles seront comprises dans l'état qui sera présenté à la législature ; et si elle les juge accordées sans motirsou contre les principes décrétés, le ministre qui aura contresig...
Locuteur: Fréteau
...dix ans ; et tous les ans, dans le mois de janvier, l'état des changements survenu...
...s années précédentes ou des concessions de nouvelles pensions et gratifications se...
...ar l'Assemblée nationale, sera rendu public. Il sera imprimé en entier tous les dix ans ; et tous les ans, dans le mois de janvier, l'état des changements survenus dans le cours des années précédentes ou des concessions de nouvelles pensions et gratifications sera pareillement livré à l'impression.»
Locuteur: Camus
donne lecture de l'article 1er ainsi conçu : donne lecture de l'article 1er ainsi conçu :
Locuteur: De Sinéty
...u plan du comité. — Son discours reçoit de fréquents applaudissements.) ...ver au soulagement des peuples sans commettre les injustices qui résulteraient du plan du comité. — Son discours reçoit de fréquents applaudissements.)
Locuteur: De Sinéty
L'orateur termine par la motion suivante : L'orateur termine par la motion suivante :
Locuteur: De Sinéty
...e aucune opposition aux autres articles de. ce projet de décret, en rejetant seulement les premi... Je conclurai donc, sans mettre aucune opposition aux autres articles de. ce projet de décret, en rejetant seulement les premier, sixième, septième et huitième, à ce que l'Assemblée nationale .décrète :
Locuteur: De Sinéty
...les calculs les plus justes, qu'il fera de concert avec le comité des finances, fa... 1° Que votre comité des pensions fixera, d'après les calculs les plus justes, qu'il fera de concert avec le comité des finances, fa somme totale qui pourra être déterminée pour le payement des pensions qui doive...
Locuteur: De Sinéty
...ment à l'Assemblée nationale le tableau de toutes les pensions, qui lui auront par...
...voir été obtenues sans titres ni motifs de services réels pour être supprimées par...
3° Que votre comité remettra incessamment à l'Assemblée nationale le tableau de toutes les pensions, qui lui auront paru rigoureusement avoir été obtenues sans titres ni motifs de services réels pour être supprimées par elle;
Locuteur: De Sinéty
...leau des réductions qu'il croira justes de faire sur les pensions exagérées; 4° Qu'il proposera également un tableau des réductions qu'il croira justes de faire sur les pensions exagérées;
Locuteur: De Sinéty
7° Enfin, que le règlement, fait pour la répartition à l'avenir des grâces pécun... 7° Enfin, que le règlement, fait pour la répartition à l'avenir des grâces pécuniaires, n'aura point d'effet rétroactif contre les pensionnaires actuellement en...
Locuteur: De Murinais
Je demande l'impression du discours de M. de Sinéty, afin d'attester que les militai... Je demande l'impression du discours de M. de Sinéty, afin d'attester que les militaires ont trouvé des défenseurs dans l'Assemblée nationale.
D'abord, je suis effrayé de la grande étendue non moins que de la complication du travail à faire, que vous propose le comité de supprimer dès à présent toutes les pens... D'abord, je suis effrayé de la grande étendue non moins que de la complication du travail à faire, que vous propose le comité de supprimer dès à présent toutes les pensions, sauf à les recréer (1) Voyez le troisième rapport du comité des pensions, ...

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 138
Locuteur: De Wimpffen
de guerre, de terre et de mer qui ne peuvent avoir participé à la dilapidation du Trésor public. Il faut ...
...colonels, qUi ont été forcés d'accepter la réforme ou la retraite, après vingt ou vingt-quatre ans service, et souvent plusieurs campagnes...
...ander. Et cèpéttdant si VOUS pronûnèlez la suppression générale, les officiersne se trouvant pas tousdispdsés â la faveur des nouvelles lois, Seraient encore victimes de l'Assemblée nationale, après l'avoir ét...
...ans doute, tout ce qUé vous avez appris de révoltant sur la distribution des grâces Vous a remplis d'indignation;et l'indignation est la colère du juste ; mais observez, je Vou...
...ne Vous a pas été rapporté un seul abus de faveur qui ait eU aucun grade tarifé pour tibjèt. Ce n'est pas à ceux- qUe fortune prostituait ses caressés ; semblable à ces femmes qui ont le cœur dans la tête, ët qui ne choisissent leurs amant...
... et le bruit qu'ils font dans le monde, fortune n'est jamais descendue à cette classe de subalternes. Je fais donc la motion expresse quetout ce qui est relatif au! pensions des gens de guerle, de terre et de mer, soit rehvoyê au comité de la guerre et de la marine, réuni à celui des pensions, pou...
...ndu compte dans quinzaine, et que d'ici- tout demeure suspendu à cet égard.
de guerre, de terre et de mer qui ne peuvent avoir participé à la dilapidation du Trésor public. Il faut que vous sachiez ehcore que les midistres, les inspecteurs et les Colonels en us...
...ustice, vengeance et réparation, tous ces officiers, victimes du despotisme des colonels, qUi ont été forcés d'accepter la réforme ou la retraite, après vingt ou vingt-quatre ans service, et souvent plusieurs campagnes, par cela seul que leurs têtes ne paraissaient pas assez dociles pour recevoir ...
...roiriez leur devoir cette Vengeance et cette réparation qu'ils viennent vous demander. Et cèpéttdant si VOUS pronûnèlez la suppression générale, les officiersne se trouvant pas tousdispdsés â la faveur des nouvelles lois, Seraient encore victimes de l'Assemblée nationale, après l'avoir été des ministres, et vous exercériez ainsi cruauté sur cruauté. Sans doute, tout ce qUé vous avez appris de révoltant sur la distribution des grâces Vous a remplis d'indignation;et l'indignation est la colère du juste ; mais observez, je Vous prie, qu'il ne Vous a pas été rapporté un seul abus de faveur qui ait eU aucun grade tarifé pour tibjèt. Ce n'est pas à ceux- qUe fortune prostituait ses caressés ; semblable à ces femmes qui ont le cœur dans la tête, ët qui ne choisissent leurs amants que sur le rang qu ils occupent et le bruit qu'ils font dans le monde, fortune n'est jamais descendue à cette classe de subalternes. Je fais donc la motion expresse quetout ce qui est relatif au! pensions des gens de guerle, de terre et de mer, soit rehvoyê au comité de la guerre et de la marine, réuni à celui des pensions, pour Vous en être rendu compte dans quinzaine, et que d'ici- tout demeure suspendu à cet égard.
Locuteur: De Wimpffen
« L Assemblée nationttalé excepte de la suppression générale des pensions : l6 les penslohs obtenues pour ràisott de blessures : 26 les pensiohs accordées en considéràtiôrt d'actions d'eClats ou de Servicës distingués à la guerre, et obtenues pendant la dUrée de la guerre ; 3° les pensions et traitements...
...nt-Colbnél, soit qu'ils l'aientexercé à la tête d'un corps, ou qu'ils en aient obt...
...ctions ou par des services distingués à la guerre, sans toutefois que le total d'aucune de ces pensions ne puisse excéder six mill...
« L Assemblée nationttalé excepte de la suppression générale des pensions : l6 les penslohs obtenues pour ràisott de blessures : 26 les pensiohs accordées en considéràtiôrt d'actions d'eClats ou de Servicës distingués à la guerre, et obtenues pendant la dUrée de la guerre ; 3° les pensions et traitements accordés d'après le prononcé ou lé tarif des ordonnances et règlements du roi, ...
...officiers généraux qui sont parvenus à ce grade par cëlul aë major ou delieutehant-Colbnél, soit qu'ils l'aientexercé à la tête d'un corps, ou qu'ils en aient obtenu le brevet par des actions ou par des services distingués à la guerre, sans toutefois que le total d'aucune de ces pensions ne puisse excéder six mille livres.
Locuteur: De Wimpffen
...ouisseht actuellement MM. les maréchaux de France ët autres offléiërS généraux que...
...charge le comité militaire et le comité la marine, réunis à celui des pensions, de lui présenter, dans la huitaine, Un projet de réduction, et de combiner leur travail de manière à ce qu'il résulte des extinctions successives uti tel ordre de choses, qu'à l'avenir il n'y ait plus q...
« Quant aux pensions, traitements, gouvérné-ments dont jouisseht actuellement MM. les maréchaux de France ët autres offléiërS généraux que ceux désignés ci-dessus, l'Assemblée nationale charge le comité militaire et le comité la marine, réunis à celui des pensions, de lui présenter, dans la huitaine, Un projet de réduction, et de combiner leur travail de manière à ce qu'il résulte des extinctions successives uti tel ordre de choses, qu'à l'avenir il n'y ait plus que des officiers généraux en activité et des officiers généraux retirés, et que ...
Locuteur: Camus
longe sans utilité. La question est fort simple : Supprimera-t...
...t-on un travail particulier sur chacune de ces pensions? Il s'agit d'abord d'établ...
...ions auxquelles noUs destinons un fonds de 4 millions. Le comité des pensions s'engage à achever son travail dans six mois, de manière à cë que les pensionnaires soie...
longe sans utilité. La question est fort simple : Supprimera-t-on les pensions pour les recréer ensuite, où fera-t-on un travail particulier sur chacune de ces pensions? Il s'agit d'abord d'établir des règles générales, ensuite on passera aux exceptions auxquelles noUs destinons un fonds de 4 millions. Le comité des pensions s'engage à achever son travail dans six mois, de manière à cë que les pensionnaires soient payés au l*r janvier 1791.
Locuteur: De Virieu
...n'est pas encore assez mûri. Cet espoir de recréer les pensions n'est qu'illusoire...
...condamner les vieux militaires à mourir de faim. J'ai reçu chez moi un brave homme, âgé de 60 ans, couvert de sept blessures; il m*a dit que s'étant ...
...t les pensions, il se trouvait réduit à la mendicité : Eh bien, lui a-t-oh répondu...
L'article porte sur un objet sur lequel on n'est pas encore assez mûri. Cet espoir de recréer les pensions n'est qu'illusoire ; c'est comme si l'on voulait condamner les vieux militaires à mourir de faim. J'ai reçu chez moi un brave homme, âgé de 60 ans, couvert de sept blessures; il m*a dit que s'étant présenté au comité, il y avait exposé ses services, et qu'il avait dit que par le décret qui supprimait les pensions, il se trouvait réduit à la mendicité : Eh bien, lui a-t-oh répondu, vous demanderez à dîner à vos parents.
Locuteur: Camus
...s bien pensé, qu'en cherchant à remplir la mission difficile qui nous a été confiée, nous nous attirerions la naine de tous les vampires de la cour. (On applaudit.) If est bien étonnant de voir dans une assemblée représentative ...
...e pendant un moment (1) il a été chargé de les faire observer, s'y montre si peu f...
...nt une conversation particulière, et en la tronquant de manière à la rendre odieuse. Voici le fait ; il s'es...
...omité un militaire respectable, couvert de blessures ; il se nomme M. Montagnac. I...
...ndait le payement des six premiers mois de 1790.
Nous l'avions bien pensé, qu'en cherchant à remplir la mission difficile qui nous a été confiée, nous nous attirerions la naine de tous les vampires de la cour. (On applaudit.) If est bien étonnant de voir dans une assemblée représentative qu'un membre, qui doit en connaître particulièrement les règles, puisque pendant un moment (1) il a été chargé de les faire observer, s'y montre si peu fidèle, en vous dénonçant une conversation particulière, et en la tronquant de manière à la rendre odieuse. Voici le fait ; il s'est présenté au comité un militaire respectable, couvert de blessures ; il se nomme M. Montagnac. Il nous a dit qu'il attendait le payement des six premiers mois de 1790.
Locuteur: Camus
...e, aux termes ordinaires, les arrérages de ma pension. J'ai été le trouver au comm...
...a payé, en m'observant que c'était pour la dernière fois, parce que le payement de...
...u par l'Assemblée. » J'avoue que le nom de Montagnac m'a rappelé des bénéficiera, ...
...s. Il nous a répondu : Je M'adresserais que je n'aurais pas seulement un diner....
...rt éloigné. — Enfin nous sommés touchés de toutes ces réclamations ; mais il n'est...
...ui ait le droitd'en faire I il y a plus de trente militaires dans le même cas; il ...
...i au comité un ancien médecin, député à la fédération ; et comme sa pension est de 60 livres* on refuse de la lui payer. On semble douter que le comité puisse recréer en peu de temps les pensions. Qu'on considère ses...
...c le receveur ; il me payait, mois par mois, une somme fixée, et recevait ensuite, aux termes ordinaires, les arrérages de ma pension. J'ai été le trouver au commencement du mois; il m'a payé, en m'observant que c'était pour la dernière fois, parce que le payement des pensions était suspendu par l'Assemblée. » J'avoue que le nom de Montagnac m'a rappelé des bénéficiera, des évêques, En effet, il y en a dans cette famille, et c'est alors que j'ai dit...
...ésentait, qu'il pourrait être secouru par ses parents qui étaient richement dotés. Il nous a répondu : Je M'adresserais que je n'aurais pas seulement un diner. L'évêque qui porte mon nom n'est qu'un parent fort éloigné. — Enfin nous sommés touchés de toutes ces réclamations ; mais il n'est pas le seul qui ait le droitd'en faire I il y a plus de trente militaires dans le même cas; il s'est encore présenté aujourd'hui au comité un ancien médecin, député à la fédération ; et comme sa pension est de 60 livres* on refuse de la lui payer. On semble douter que le comité puisse recréer en peu de temps les pensions. Qu'on considère ses travaux, au milieu des embarras que lui ont sans cesse suscités les ministres e...
Locuteur: De Wimpffen
M. de Wimpffen cite plusieurs passages son rapport du 2 juillét et ^termine en disant, voici mon projet de décret i M. de Wimpffen cite plusieurs passages son rapport du 2 juillét et ^termine en disant, voici mon projet de décret i
Locuteur: Camus
J'observe que la discussion se pro- J'observe que la discussion se pro-
Locuteur: De Virieu
demande la parole» et l'Assemblée décide qu'il ser... demande la parole» et l'Assemblée décide qu'il sera entendu.
(l) AlluSlott à la présidence d'uu jour de M. Virieu. (l) AlluSlott à la présidence d'uu jour de M. Virieu.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 139
Locuteur: Le Virieu
Jë Supplie de hé tirer de tout ce qui a été dit aucuneTnductiotl,...
...x qui ont djs pensions seront réduits à la misère. Je me réfère à l'opinion de M. Wimpffett. Personne n'est plus loin que moi de vouloir perpétuer les abus. (Il i'élève des murtnures.) J'en ai prêché la suppression, lorsque cèux qui murmurent...
...angér à le faire. Je réclame, au floffl de la justice, de l'humanité, et nour lesUccès même de vos opérations, que l'article soit renvoyé à la réunion des trois côtnités, ainsi qu'on Vient de le proposer.
Jë Supplie de hé tirer de tout ce qui a été dit aucuneTnductiotl, Sirion que ceux qui ont djs pensions seront réduits à la misère. Je me réfère à l'opinion de M. Wimpffett. Personne n'est plus loin que moi de vouloir perpétuer les abus. (Il i'élève des murtnures.) J'en ai prêché la suppression, lorsque cèux qui murmurent gardaient le silence, et lorsqu'il y avait encore au dangér à le faire. Je réclame, au floffl de la justice, de l'humanité, et nour lesUccès même de vos opérations, que l'article soit renvoyé à la réunion des trois côtnités, ainsi qu'on Vient de le proposer.
Locuteur: De La Galissonnière
Je fais la motion de bayer toutes les pensions jusqu'à concurrence de 600 livres et les rendre insaisissables. Je fais la motion de bayer toutes les pensions jusqu'à concurrence de 600 livres et les rendre insaisissables.
Locuteur: Prieur
...s, engagements contractés pour payement de dettes, assurances de dots et de douaires, concessions gratuites de domaines existants au premier janvier 1...
...Il serà procédé à une création nouvelle de pensions suivant le mode que l'Assemblé...
...a avec le comité militaire et le comité de marine, et qu'il lui présentera à la huitaine.
...ns, traitements ou appointements conservés, récompenses, gratifications annuelles, engagements contractés pour payement de dettes, assurances de dots et de douaires, concessions gratuites de domaines existants au premier janvier 1790, ou accordés depuis cette époque sont supprimés. Il serà procédé à une création nouvelle de pensions suivant le mode que l'Assemblée nationale déterminera d'après le projet que son comité des pensions concertera avec le comité militaire et le comité de marine, et qu'il lui présentera à la huitaine.
Locuteur: Prieur
...ensionnaires seront payés des arrérages de la présente année de leurs pensions, si elles ne sont que de la somme de 600 livres bu au-dessous, soit en un, s...
...cations dont on jouissait, excéderaient la somme de 600 livres, soit en un article, soit en plusieurs, il sera payé la somme de 600 livfës à Compté sur les arrérages présente année desdites pensions et gra...
...cependant l'Assemblée nationale décrète que, par provision, tous les ci-devant pensionnaires seront payés des arrérages de la présente année de leurs pensions, si elles ne sont que de la somme de 600 livres bu au-dessous, soit en un, soit en plusieurs articles : et dans le cas où les pensions et gratifications dont on jouissait, excéderaient la somme de 600 livres, soit en un article, soit en plusieurs, il sera payé la somme de 600 livfës à Compté sur les arrérages présente année desdites pensions et gratifications. »
Locuteur: De Broglie
...lié avec quel zèle les gardes nationaux de la ville d'Orange sé sont portés au secour...
...ëttts qtii s'y relèvent successivement. La désertion augmenté lotis les iôUrs dans la ville d'Avignon ; elle n'est plus habitée que par des pàùvres qui, n ayant point de
. Vous n'avez pas oublié avec quel zèle les gardes nationaux de la ville d'Orange sé sont portés au secours d'Avignon; le service y devient infiniment pénible et même dangereux pOUt1 lèâ dêtafcheihëttts qtii s'y relèvent successivement. La désertion augmenté lotis les iôUrs dans la ville d'Avignon ; elle n'est plus habitée que par des pàùvres qui, n ayant point de
Locuteur: De Broglie
M. de Broglie fait lecture d'un extrait des registres de la municipalité d'Orange, eh date du 7 jui...
... M. Joseph Richief, capitaine en second de la compagnie de Saint-Martin, commandant le détachement envoyé à Avignon, annonce que misère eàt à son comble, ét qu'il y a t...
M. de Broglie fait lecture d'un extrait des registres de la municipalité d'Orange, eh date du 7 juillet^ d'où il résulte quë M. Joseph Richief, capitaine en second de la compagnie de Saint-Martin, commandant le détachement envoyé à Avignon, annonce que misère eàt à son comble, ét qu'il y a tout à craindre pour cette ville.
Locuteur: De Broglie
...e retirera par devers le roi, à 1 effet de supplier Sa Majesté d'envoyer à Orange des troupes de ligne, pour faire le service extraordinaire aont la garde nationale a été chargée jusqu'à p... ...tionale,après avoir entendus on comité des rapports, décrète que son Président se retirera par devers le roi, à 1 effet de supplier Sa Majesté d'envoyer à Orange des troupes de ligne, pour faire le service extraordinaire aont la garde nationale a été chargée jusqu'à présent* »
Locuteur: Dupont
(de Nemours). En matière d'aliments le prov...
... les pensionnaires, une partie mourrait de faim. Je propose de payer les arrérages jusqu'à ce que le t...
(de Nemours). En matière d'aliments le provisoire emporte le fond, et en faisant jeûner les pensionnaires, une partie mourrait de faim. Je propose de payer les arrérages jusqu'à ce que le tràvail soit terminé.
Locuteur: Prieur
...écret qui porte que toutes les pensions de 600 livres et au-dessous, qu'on peut re... Vous avez déjà rendu un décret qui porte que toutes les pensions de 600 livres et au-dessous, qu'on peut regarder comme alimentaires, continueront d'être payées.
Locuteur: De Broglie
L'Assemblée ordonne l'ajournement à séance du samedi au soir. La séance est levée à 4 heures. L'Assemblée ordonne l'ajournement à séance du samedi au soir. La séance est levée à 4 heures.
a la séance de l'assemblée nationale du 16 juillet 179... a la séance de l'assemblée nationale du 16 juillet 1790
...VAssemblée nationale par Jacques-'HeHri de Moreton-Chabrillan, contre sa destitution arbitraire de la chargé de colonel du régiment d'infanterie de La Fère (!)* Réclamation présentée à VAssemblée nationale par Jacques-'HeHri de Moreton-Chabrillan, contre sa destitution arbitraire de la chargé de colonel du régiment d'infanterie de La Fère (!)*
Messieurs, c'est avec la juste confiance qu'ins» pirent les gran...
...l, et réclamer, en présence des députés de -l'armée et de la nation entière, contre l'acte d'autorit...
...e tri bunal M. Loménies ci-devant comte de Brienne, et ministre de la guerre, qui, abusant indignement de l'autorité que lui avait confiée un roi...
Messieurs, c'est avec la juste confiance qu'ins» pirent les grands principes que Vous avez solennellement consacrés, qu'un soldat citoyen vient ...
...er votre justice en faveur d'un citoyen soldat, victime du despotisme ministériel, et réclamer, en présence des députés de -l'armée et de la nation entière, contre l'acte d'autorité absolue le plus arbitraire et le plus inique. Oui* Messieurs, je viens dénoncer à votre auguste tri bunal M. Loménies ci-devant comte de Brienne, et ministre de la guerre, qui, abusant indignement de l'autorité que lui avait confiée un roi toujours bon, toujours juste, mais souvent trompé, s'est rendu, à mou égard, pr...
... émanée deux mois auparavant, et signée de lUr) il a osé, par une simple lettre mi...
...ontés du roi, et que je m'étais efforcé de mériter par plus de vingt ans de services continus et deux campagnes de guerre; me dépouiller enfin d'un emploi...
...est attaché, et que j'occupais en vertu de provisions signées du roi et scellées du sceau de l'Etat.
..., contre tout usage établi* contre toute ordonnance militaire (même contre cel^e émanée deux mois auparavant, et signée de lUr) il a osé, par une simple lettre ministérielle* me destituer, sans accusateur ni accusation, d'un régiment que je tenais des bontés du roi, et que je m'étais efforcé de mériter par plus de vingt ans de services continus et deux campagnes de guerre; me dépouiller enfin d'un emploi auquel l'honneur est attaché, et que j'occupais en vertu de provisions signées du roi et scellées du sceau de l'Etat.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 140
C'est ce jugement que je n'ai cessé de réclamer avec force dès le premier moment, c'est même un conseil de guerre, que, sous l'ancien régime, les ...
...aient, à leur gré, d'officiers généraux de leur choix, que l'injuste prévaricateur...
...solennellement protesté contre cet acte de despotisme, j'ai été moi-même déposer a...
...protestation; c'est en vain que l'ordre de la noblesse de cette province (car à cette époque il e...
...es ordres) a écrit au roi pour réclamer la justice qui m'était due : rien n'a pu f...
C'est ce jugement que je n'ai cessé de réclamer avec force dès le premier moment, c'est même un conseil de guerre, que, sous l'ancien régime, les ministres composaient, à leur gré, d'officiers généraux de leur choix, que l'injuste prévaricateur que je vous dénonce aujourd'hui m'a constamment refusé, et que je n'ai pu obtenir depuis. C'est en vain qu'après avoir solennellement protesté contre cet acte de despotisme, j'ai été moi-même déposer au greffe des Etats du Dauphiné, dont je suis originaire, cette même protestation; c'est en vain que l'ordre de la noblesse de cette province (car à cette époque il existait encore des ordres) a écrit au roi pour réclamer la justice qui m'était due : rien n'a pu faire revenir mon injuste persécuteur.
de faire apposer la signature du roi (toujours impassible) et de joindre la sienne au bas du brevet de mon successeur, en y articulant que mon... de faire apposer la signature du roi (toujours impassible) et de joindre la sienne au bas du brevet de mon successeur, en y articulant que mon emploi était vacant, tandis qu'en elfet une place qui a provisions et finance, ...
La nation entière, assemblée dans ses bail...
...amations; elles ont été accueillies par la majeure partie; plus de soixante-quinze bailliages ont inséré d...
... implicitement ou explicitement l'objet de ma demande. Les assemblées électorales de Paris en ont fait un article positif de leur cahier. Dans cet état de choses, les représentants de la nation se sont réunis à Versailles; ils...
...s sans relâche et avec un courage digne de la reconnaissance et du respect de tous les citoyens de cet Empire, de poser sur les bases de la liberté et de l'égalité, les fondements inébranlables...
La nation entière, assemblée dans ses bailliages, a reçu mes réclamations; elles ont été accueillies par la majeure partie; plus de soixante-quinze bailliages ont inséré dans leurs cahiers des*articles contenant implicitement ou explicitement l'objet de ma demande. Les assemblées électorales de Paris en ont fait un article positif de leur cahier. Dans cet état de choses, les représentants de la nation se sont réunis à Versailles; ils se sont occupés sans relâche et avec un courage digne de la reconnaissance et du respect de tous les citoyens de cet Empire, de poser sur les bases de la liberté et de l'égalité, les fondements inébranlables d'une Constitution qui assure à jamais le bonheur du peuple français.
...aquelle tout bon citoyen s'est empressé de concourir; alors aussi, oubliant tout pour me vouer à la chose publique, armé comme mes concitoyens pour la cause de la liberté, je n'ai cessé depuis de travailler pour elle. Je me serais cru ...
...s importants travaux, pour vous occuper de ma cause particulière ; je me contenterais même encore aujourd'hui de jouir de leur succès, de la destruction absolue du despotisme, et je me consolerais de mes malheurs passés, en disant : Je fus...
Alors s'est opérée cette révolution mémorable à laquelle tout bon citoyen s'est empressé de concourir; alors aussi, oubliant tout pour me vouer à la chose publique, armé comme mes concitoyens pour la cause de la liberté, je n'ai cessé depuis de travailler pour elle. Je me serais cru coupable si j'avais essayé d'interrompre un instant vos importants travaux, pour vous occuper de ma cause particulière ; je me contenterais même encore aujourd'hui de jouir de leur succès, de la destruction absolue du despotisme, et je me consolerais de mes malheurs passés, en disant : Je fus sa dernière victime.
Mais puisque les fondateurs de notre liberté accueillent avec intérêt ...
...précédemment consommées par des espèces de jugements, puisqu'enfin vous avez écouté les plaintes des officiers de Royal-Comtois, victimes d'un conseil de guerre tenu en 1773; qu'il me soit permis, Messieurs, de réclamer l'effet des principes constitu...
...tés sur les destitutions militaires, et de vous supplier de considérer que la décision de la cause qui vous est soumise aujourd'hui,...
...ardée comme un effet rétroactif donné à la loi, puisque cette affaire n'est pas co...
... dès le premier instant; puisque nombre de colonels, pénétrés de ce
Mais puisque les fondateurs de notre liberté accueillent avec intérêt toutes les justes réclamations qui leur sont faites, puisque vous ne rejetez pas même celles qui portent sur des injustices précédemment consommées par des espèces de jugements, puisqu'enfin vous avez écouté les plaintes des officiers de Royal-Comtois, victimes d'un conseil de guerre tenu en 1773; qu'il me soit permis, Messieurs, de réclamer l'effet des principes constitutionnels que vous avez déjà décrétés sur les destitutions militaires, et de vous supplier de considérer que la décision de la cause qui vous est soumise aujourd'hui, se trouve déjà textuellement exprimée par vos décrets, et que l'application que vous en ferez ne peut être regardée comme un effet rétroactif donné à la loi, puisque cette affaire n'est pas consommée, mais bien véritablement en instance ; puisqu'une seule lettre ministérielle n'a pu légalement effectuer ma destitution contre laquelle j'ai constamment réclamé dès le premier instant; puisque nombre de colonels, pénétrés de ce
...ui qui commande aujourd'hui le régiment de La Fère~(et je me plais à lui rendre haute...
...me le rendre du moment où j'obtiendrais la justice qui m'est due.
...madépouille, que mon persécuteur leur a successivement offerte; puisqu'enfin celui qui commande aujourd'hui le régiment de La Fère~(et je me plais à lui rendre hautement ce témoignage) a déclaré qu'il ne le regardait que comme un dépôt entre ses mains, et qu'il était prêt à me le rendre du moment où j'obtiendrais la justice qui m'est due.
...'invoquer, je conclus en vous suppliant de décréter queje serai rétabli à la tête du régiment que je commandais, et ...
...ent du jugement légal que je n'ai cessé de solliciter, et dans lequel ma conscience ne pourrait trouver qu'un moyen plus éclatant de prouver mon innocence.
D'après cet exposé, Messieurs, et conformément aux principes que je viens d'invoquer, je conclus en vous suppliant de décréter queje serai rétabli à la tête du régiment que je commandais, et dont je ne pouvais être dépouillé que par l'événement du jugement légal que je n'ai cessé de solliciter, et dans lequel ma conscience ne pourrait trouver qu'un moyen plus éclatant de prouver mon innocence.
Je supplie l'Assemblée nationale de faire droit sur ma demande avant qu'une promotion, qu'on annonce devoir être une suite de la nouvelle organisation, me mette dans le cas d'être appelé à un grade où la date de mes services me porte, et que ma délica... Je supplie l'Assemblée nationale de faire droit sur ma demande avant qu'une promotion, qu'on annonce devoir être une suite de la nouvelle organisation, me mette dans le cas d'être appelé à un grade où la date de mes services me porte, et que ma délicatesse ne me permettra jamais d'accepter, que justice ne me soit rendue.
Nota. M. de Moreton ayant écrit à M. le Président de l'Assemblée nationale pour lui demander d'être admis à la barre, et sa lettre ayant été lue à la séance du 16 juillet, le procès-verbal de ce jour porte ce qui suit : Nota. M. de Moreton ayant écrit à M. le Président de l'Assemblée nationale pour lui demander d'être admis à la barre, et sa lettre ayant été lue à la séance du 16 juillet, le procès-verbal de ce jour porte ce qui suit :
« M. le Président a annoncé une lettre de « M. Jacques-Henri de Moreton, qui demandait « d'être admis à la barre pour présenter une « pétition don...
.... L'Assemblée nationale a ren-« voyé M. de Moreton au comité militaire, qui « rendra compte incessamment à l'Assemblée de « sa réclamation pour qu'il y soit stat...
« M. le Président a annoncé une lettre de « M. Jacques-Henri de Moreton, qui demandait « d'être admis à la barre pour présenter une « pétition dont l'objet intéresse, dit-il, son état « et son honneur. L'Assemblée nationale a ren-« voyé M. de Moreton au comité militaire, qui « rendra compte incessamment à l'Assemblée de « sa réclamation pour qu'il y soit statué.
...éclamations faites par M. Jacques-Henri de Moreton, contre sa destitution arbitraire de la charge de colonel du régiment d'infanterie de la Fère, prononcée par une simple lettre de M. Loménie, ci-devant comte de Brienne et ministre de la guerre, en date du 24 juin 1788; et la demande qu'il n'a pas cessé de faire pour obtenir d'être jugé conformé...
...t nommément à celle du 17 mars 1788 sur la hiérarchie militaire (1), et aux règlements particuliers concernant le conseil de la guerre des 9 et 23 octobre 1787 (2).
Qui constatent tontes les réclamations faites par M. Jacques-Henri de Moreton, contre sa destitution arbitraire de la charge de colonel du régiment d'infanterie de la Fère, prononcée par une simple lettre de M. Loménie, ci-devant comte de Brienne et ministre de la guerre, en date du 24 juin 1788; et la demande qu'il n'a pas cessé de faire pour obtenir d'être jugé conformément à toutes les ordonnances militaires, et nommément à celle du 17 mars 1788 sur la hiérarchie militaire (1), et aux règlements particuliers concernant le conseil de la guerre des 9 et 23 octobre 1787 (2).
... Cette ordonnance, qui est antérieure à la destitution de M. de Moreton, est signée du même M. Loménie, alors ministre et président du conseil de la guerre; elle s'exprime ainsi (art. 3, titre 2) : « Que comme il est de « la justice du roi de ne jamais prononcer sans un exact men réfléchi, ni une suspension de rang, ni une exclu-« sion de son service, Sa Majesté déclare que ces sortes « de punitions n'auront lieu que d'après les...
...onseil composé des officiers généraux « de la division, présidé par le lieutenant-général qui la « commande. »
(1) Cette ordonnance, qui est antérieure à la destitution de M. de Moreton, est signée du même M. Loménie, alors ministre et président du conseil de la guerre; elle s'exprime ainsi (art. 3, titre 2) : « Que comme il est de « la justice du roi de ne jamais prononcer sans un exact men réfléchi, ni une suspension de rang, ni une exclu-« sion de son service, Sa Majesté déclare que ces sortes « de punitions n'auront lieu que d'après les informa-« tions les plus approfondies, sur les notes des colo-« nels et inspecteurs, lesquelles informations seront « prises par un conseil composé des officiers généraux « de la division, présidé par le lieutenant-général qui la « commande. »
(2) La disposition ci-dessus n'est pas la seule que M. Loménie ait enfreinte à l'égard de M. de Moreton (2) La disposition ci-dessus n'est pas la seule que M. Loménie ait enfreinte à l'égard de M. de Moreton
...nné à l'original par nous secrétaires « de l'Assemblée nationale. A Paris, le 17 juillet « 1790. Signé : Regnaud (de Saint-Jean d'Angely), « Pierre de Delley et Populus. » « Collationné à l'original par nous secrétaires « de l'Assemblée nationale. A Paris, le 17 juillet « 1790. Signé : Regnaud (de Saint-Jean d'Angely), « Pierre de Delley et Populus. »

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 141
Le comte de Moreton ose prendre la respectueuse liberté de réclamer la justice de Votre Majesté, contre le coup d'autorit... Le comte de Moreton ose prendre la respectueuse liberté de réclamer la justice de Votre Majesté, contre le coup d'autorité dont on le menace en son nom.
Après avoir commandé le régiment de la Fère, de manière à obtenir de M. le duc d'Ayen , son inspecteur, les ... Après avoir commandé le régiment de la Fère, de manière à obtenir de M. le duc d'Ayen , son inspecteur, les témoignages les plus flatteurs, il s'est vu successivement compromis dans trois ...
Il s'est attiré la première en soutenant, conformément aux ordres de M. le maréchal de Ségur, alors ministre de la guerre, et de M. le duc d'Ayen, un officier injusteme... Il s'est attiré la première en soutenant, conformément aux ordres de M. le maréchal de Ségur, alors ministre de la guerre, et de M. le duc d'Ayen, un officier injustement persécuté par son corps.
Inculpé, dans la seconde, sur un propos vague tenu dans ...
...t vu traduire au tribunal des maréchaux de France, où il a subi le jugement le pjl...
...ette affaire suscitée par l'intrigue et la méchanceté, peut, avec raison, être regardée comme une suite de la première.
Inculpé, dans la seconde, sur un propos vague tenu dans une conversation familière, et malignement répété, il s'est vu traduire au tribunal des maréchaux de France, où il a subi le jugement le pjlus sévère; et cette affaire suscitée par l'intrigue et la méchanceté, peut, avec raison, être regardée comme une suite de la première.
Dans la troisième, il est question d'une administration de bois de chauffage ; et il a été bien démontré que, s'il s'est écarté du texte littéral de l'ordonnance, il n'y a pas eu l'apparence même de malversation de sa part ; que l'intention de faire le bien y était clairement manife... Dans la troisième, il est question d'une administration de bois de chauffage ; et il a été bien démontré que, s'il s'est écarté du texte littéral de l'ordonnance, il n'y a pas eu l'apparence même de malversation de sa part ; que l'intention de faire le bien y était clairement manifestée, et que ce n'était qu'une nouvelle tracasserie qu'on voulait lui. faire.
...lût faire pour lui seul une exception à la loi générale que sa sagesse vient de lui dicter, ec qu'elle a solennellement...
... dans sa nouvelle ordonnance concernant la hiérarchie
Pourrait-il se persuader davantage que Votre Majesté voulût faire pour lui seul une exception à la loi générale que sa sagesse vient de lui dicter, ec qu'elle a solennellement consacrée dans sa nouvelle ordonnance concernant la hiérarchie
M. de Guibart, rapporteur du conseil de la guerre, mande à M. de Moreton, par une lettre de sa propre main en date du 22 juin 1788, transcrite à la page 30. « Ayant nommément fait lecture au conseil assemblé de « votre lettre pour mettre l'affaire sur le tapis, M. le « comte de Brienne a dit que le roi s'en était réservé « la désicion et qu'il prendrait de nouveau ses ordres « à ce sujet, etc. » M. de Guibart, rapporteur du conseil de la guerre, mande à M. de Moreton, par une lettre de sa propre main en date du 22 juin 1788, transcrite à la page 30. « Ayant nommément fait lecture au conseil assemblé de « votre lettre pour mettre l'affaire sur le tapis, M. le « comte de Brienne a dit que le roi s'en était réservé « la désicion et qu'il prendrait de nouveau ses ordres « à ce sujet, etc. »
M. Loménie, en éludant ainsi la proposition du rapporteur du conseil de la guerre, avait déjà oublié que deux règl...
...liers, des 9 et 23 octobre 1787, signés de lui, portaient (art. 16 du règlement du...
...« Sa Majesté attribue encore au conseil de la « guerre la connaissance et l'examen de toutes les af-« faires de discipline militaire et de contravention aux « ordonnances, la proposition des punitions à décerner « ...
M. Loménie, en éludant ainsi la proposition du rapporteur du conseil de la guerre, avait déjà oublié que deux règlements particuliers, des 9 et 23 octobre 1787, signés de lui, portaient (art. 16 du règlement du 9 octobre) : « Sa Majesté attribue encore au conseil de la « guerre la connaissance et l'examen de toutes les af-« faires de discipline militaire et de contravention aux « ordonnances, la proposition des punitions à décerner « quand elles n'auront pas été déterminées par les or-« donnances, etc. »
a Le secrétaire d'Etat de la guerre renverra exacte-« ment au rapporteur du conseil de la guerre toutes les « affaires, ainsi que...
...ette ensuite sous les yeux « du conseil de la guerre, en l'accompagnant de toutes « les pièces originales ou justi...
a Le secrétaire d'Etat de la guerre renverra exacte-« ment au rapporteur du conseil de la guerre toutes les « affaires, ainsi que les détails qui seront du ressort « du conseil, afin que celui-ci en dresse le ...
... « lui communique préalablement en sa qualité ae pré-« sident du conseil et le mette ensuite sous les yeux « du conseil de la guerre, en l'accompagnant de toutes « les pièces originales ou justificatives qui y auront « relation. »
...article 3, titre 2 : « Que comme il est de sa justice de ne jamais prononcer, sans un examen réfléchi, ni une suspension de rang, ni une exclusion de son service, elle déclare que ces forte...
... conseil composé des officiers généraux de la division, présidé par le lieutenant-général qui la commandera ? »
• militaire, où Votre Majesté dit, article 3, titre 2 : « Que comme il est de sa justice de ne jamais prononcer, sans un examen réfléchi, ni une suspension de rang, ni une exclusion de son service, elle déclare que ces fortes punitions n'auront lieu que d'après les informations les plus approfondies, sur les notes des colonels et inspecteurs, lesquelles informations seront prises par un conseil composé des officiers généraux de la division, présidé par le lieutenant-général qui la commandera ? »
...ise en parlant des capitaines en second de son armée, le comte de Moreton peut-il croire qu'elle veuille mettre moins d'examen et de réflexion pour prononcer sur le sort d'un chef de corps, d'un colonel qui a l'honneur de servir le roi depuis vingt-un ans, dont...
... deux campagnes, dont une sous les yeux de monseigneur le comte d'Artois, dont il ...
...s, et qui, attaché depuis onze années à la personne de Monsieur, son auguste frère, s'honore de son estime et de ses bontés ?
Si Votre Majesté s'explique ainsi d'une manière aussi claire que précise en parlant des capitaines en second de son armée, le comte de Moreton peut-il croire qu'elle veuille mettre moins d'examen et de réflexion pour prononcer sur le sort d'un chef de corps, d'un colonel qui a l'honneur de servir le roi depuis vingt-un ans, dont onze dans ce grade ; qui a fait deux campagnes, dont une sous les yeux de monseigneur le comte d'Artois, dont il a été assez heureux pour obtenir alors quelques éloges, et qui, attaché depuis onze années à la personne de Monsieur, son auguste frère, s'honore de son estime et de ses bontés ?
La constitution du conseil de la guerre et les règlements qui en fixent ...
...t depuis longtemps fait croire au comte de More-ton que cette affaire était de son ressort; mais si le secrétaire d'État du département de la guerre en a pensé autrement lors des premières décisions qu'il a prises de Votre Majesté à ce sujet, serait-il possible qu'il lui proposât aujourd'hui de prononcer un jugement définitif aussi r...
... elle pût être discutée, et où le comte de Moreton fût au moins entendu avant d'êt...
La constitution du conseil de la guerre et les règlements qui en fixent les fonctions, avaient depuis longtemps fait croire au comte de More-ton que cette affaire était de son ressort; mais si le secrétaire d'État du département de la guerre en a pensé autrement lors des premières décisions qu'il a prises de Votre Majesté à ce sujet, serait-il possible qu'il lui proposât aujourd'hui de prononcer un jugement définitif aussi rigoureux, sans porter l'affaire au conseil, où elle pût être discutée, et où le comte de Moreton fût au moins entendu avant d'être condamné?
La bonté de Votre Majesté répugnerait sans doute à ...
...ter le trouble et l'effroi dans le cœur de tous les colonels de son armée, qui ne seraient point à l'ab...
La bonté de Votre Majesté répugnerait sans doute à cet acte d'autorité, si propre à porter le trouble et l'effroi dans le cœur de tous les colonels de son armée, qui ne seraient point à l'abri d'en devenir à leur tour les victimes ; et le suppliant ne cesserait, tant qu...
Il a d'autant moins de raison de craindre cet acte de rigueur, que MM. de Brienne, d'Ayen et de Flachslanden, rendant hautement justice...
...atesse, ne lui reprochent que des torts de légèreté et de vivacité; qu'ils ont dit tous trois à M...
...ffaires malheureuses dont il a déjà été la victime; qu'enfin, MM. d'Ayen et de Flachslanden se sont réunis pour solliciter le ministre en sa faveur, en tâchant de le faire renoncer au plan rigoureux qu'...
Il a d'autant moins de raison de craindre cet acte de rigueur, que MM. de Brienne, d'Ayen et de Flachslanden, rendant hautement justice à son honneur et à sa délicatesse, ne lui reprochent que des torts de légèreté et de vivacité; qu'ils ont dit tous trois à Monsieur, qu'il n'y avait d'autres griefs contre lui que ceux qui ont donné lieu aux trois affaires malheureuses dont il a déjà été la victime; qu'enfin, MM. d'Ayen et de Flachslanden se sont réunis pour solliciter le ministre en sa faveur, en tâchant de le faire renoncer au plan rigoureux qu'il avait adopté.
Quelqu'authentique que soit la justice qu'ils lui rendent, le comte de Moreton ne peut se dis- Quelqu'authentique que soit la justice qu'ils lui rendent, le comte de Moreton ne peut se dis-
... avec une extrême sévérité pour chacune de ces trois affaires, peut-il croire qu'e...
...i, on veuille en faire un nouveau corps de délit, pour l'en punir une seconde fois...
...ent encore, en le perdant dans l'esprit de Votre Majesté, et en surprenant à sa justice l'ordre rigoureux de sa destitution ?
Puni séparément avec une extrême sévérité pour chacune de ces trois affaires, peut-il croire qu'en les réunissant aujourd'hui, on veuille en faire un nouveau corps de délit, pour l'en punir une seconde fois plus cruellement encore, en le perdant dans l'esprit de Votre Majesté, et en surprenant à sa justice l'ordre rigoureux de sa destitution ?
...s rigoureuses annoncées par le ministre de Votre Majesté, lors de l'exil du comte de Moreton, d'après le jugement rendu par ...
... peuvent être que le résultat des notes de l'inspecteur ou du rapport de l'officier général chargé, par ordre de Votre Majesté, de l'examen de l'affaire du chauffage, le comte de Moreton se croit parfaitement autorisé, par l'article ci-dessus de l'ordonnance, à supplier Votre Majesté de suspendre un jugement aussi sévère, jus...
Si les dispositions rigoureuses annoncées par le ministre de Votre Majesté, lors de l'exil du comte de Moreton, d'après le jugement rendu par le tribunal, sont une suite des comptes qui ont été mis dans le temps sous ses yeux; comme ils ne peuvent être que le résultat des notes de l'inspecteur ou du rapport de l'officier général chargé, par ordre de Votre Majesté, de l'examen de l'affaire du chauffage, le comte de Moreton se croit parfaitement autorisé, par l'article ci-dessus de l'ordonnance, à supplier Votre Majesté de suspendre un jugement aussi sévère, jusqu'à ce que sa justice ait été éclairée par un conseil dans lequel ces notes et ...

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 142
...r, qu'il est indispensable pour le bien de son service, de vous retirer ie commandement du régiment d'infanterie de la Fère, ei Sa Majesté voulant, cependant, vous traiter favorablement, elle m'a ordonné de vous marquer qu'en nommant un autre col...
...t, elle vous conserve, en votre qualité de capitaine des gardes du corps de Monsieur, votre entière activité au service, et votre rang parmi les colonels de l'armée, pour parvenir au grade de maréchal de camp; et elle m'a autorisé à vous faire...
Le roi jugeant, Monsieur, qu'il est indispensable pour le bien de son service, de vous retirer ie commandement du régiment d'infanterie de la Fère, ei Sa Majesté voulant, cependant, vous traiter favorablement, elle m'a ordonné de vous marquer qu'en nommant un autre colonel à ce régimeut, elle vous conserve, en votre qualité de capitaine des gardes du corps de Monsieur, votre entière activité au service, et votre rang parmi les colonels de l'armée, pour parvenir au grade de maréchal de camp; et elle m'a autorisé à vous faire espérer d'être nommé au commandement d'un autre régiment lorsque les circonstan...
J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, en date du 24 juin. Je ne pui...
...e dans un conseil. C'est l'avis unanime de tous les militaires, c'est la loi de l'honneur, c'est le dernier cri d'une c...
...ne vois dans ma situation qu'une raison de plus de marquer mon respect pour l'opinion publique en cherchant à l'éclairer. En invoquant la protection des lois militaires, je dois...
...ution, en lui donnant pour base un acte de justice publique.
J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, en date du 24 juin. Je ne puis que me renfermer dans ma juste réclamation, et je persiste à demander que ma conduite soit jugée dans un conseil. C'est l'avis unanime de tous les militaires, c'est la loi de l'honneur, c'est le dernier cri d'une conscience irréprochable ; et je ne vois dans ma situation qu'une raison de plus de marquer mon respect pour l'opinion publique en cherchant à l'éclairer. En invoquant la protection des lois militaires, je dois compter, Monsieur le comte, sur votre propre suffrage, puisque, si je suis coupable, je ne ferai que rendre plus éclatante ma destitution, en lui donnant pour base un acte de justice publique.
Monseigneur, J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, en date du 26, en réponse à la copie de mon mémoire au roi, que j'avais eu celui de vous adresser. Monseigneur, J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, en date du 26, en réponse à la copie de mon mémoire au roi, que j'avais eu celui de vous adresser.
La voix de l'honneur et l'avis unanime de tous les militaires m'imposent la loi de persévérer dans la juste réclamation qui en fait l'objet, ...
...mon respect pour l'opinion publique que de chercher à l'éclairer dans cette circonstance; et j'ai droit de compter sur votre justice im partiale, Monseigneur, pour appuyer auprès de Sa Majesté une demande qui, si je suis ...
...égale, en lui donnant pour base un acte de justice publique. J'ai l'honneur, etc.
La voix de l'honneur et l'avis unanime de tous les militaires m'imposent la loi de persévérer dans la juste réclamation qui en fait l'objet, et je ne puis y être infidèle. C'est marquer mon respect pour l'opinion publique que de chercher à l'éclairer dans cette circonstance; et j'ai droit de compter sur votre justice im partiale, Monseigneur, pour appuyer auprès de Sa Majesté une demande qui, si je suis coupable, ne fera que rendre ma destitution plus éclatante et plus légale, en lui donnant pour base un acte de justice publique. J'ai l'honneur, etc.
Lettres écrites à M. le comte de Brienne par les officiers qui ont refusé le régiment de la Fère. Lettres écrites à M. le comte de Brienne par les officiers qui ont refusé le régiment de la Fère.
Je viens de recevoir, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire pour m'apprendre que le roi a ...
...nommer colonel du régiment d'infanterie de la Fère, dont était pourvu M. le comte de Moreton. Je suis très reconnaissant de la bonté que Sa Majesté a eue de m'accorder un régiment, et des soins qu...
...que je vais vous expliquer, m'empêchent de pouvoir profiter de la grâce que je reçois en ce moment ; je vous supplie de les dire au roi, et de les faire valoir auprès de lui, en mettant à ses pieds l'hommage de mon respect et de ma reconnaissance. Vous ignorez vraisem...
...intimes établies depuis longtemps entre la famille de M. de Moreton et la mienne, et surtout l'amitié qui unit M. le comte de Cbabrillan et mon père. A mon attachement ancien pour M. de Cbabrillan, se joint l'intérêt particulier que je prends à M. de Moreton. Dans cette circonstance, je se...
..., si j'acceptais un régiment vacaut par la destitution d'un colonel dont le père e...
...r été jugé, et qui réclame avec chaleur la justice du roi. Cet acte de délicatesse de ma part, cette conduite commandée par l...
...re ses mains que je dépose les intérêts de ma réputation; c'est lui qui daignera ê...
...ifs impérieux qui me décident à refuser la grâce qu'on daigne m'accorder. Sa Majesté est trop juste pour ne pas sentir la force de mes raisons, et pour douter un instant de ma soumission à . ses volontés. J'espère qu'elle daignera m'honorer de son approbation, et m'accorder, dans un...
Je viens de recevoir, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire pour m'apprendre que le roi a daigné me nommer colonel du régiment d'infanterie de la Fère, dont était pourvu M. le comte de Moreton. Je suis très reconnaissant de la bonté que Sa Majesté a eue de m'accorder un régiment, et des soins que vous avez bien voulu vous donner pour faire valoir mes services et mes droits. Les raisons que je vais vous expliquer, m'empêchent de pouvoir profiter de la grâce que je reçois en ce moment ; je vous supplie de les dire au roi, et de les faire valoir auprès de lui, en mettant à ses pieds l'hommage de mon respect et de ma reconnaissance. Vous ignorez vraisemblablement, Monsieur 1e comte, les liaison^ intimes établies depuis longtemps entre la famille de M. de Moreton et la mienne, et surtout l'amitié qui unit M. le comte de Cbabrillan et mon père. A mon attachement ancien pour M. de Cbabrillan, se joint l'intérêt particulier que je prends à M. de Moreton. Dans cette circonstance, je serais bien condamnable aux yeux des gens honnêtes et délicats, si j'acceptais un régiment vacaut par la destitution d'un colonel dont le père est l'ami du mien, qui perd sa place sans avoir donné sa démission, sans avoir été jugé, et qui réclame avec chaleur la justice du roi. Cet acte de délicatesse de ma part, cette conduite commandée par l'honneur, seront, je n'en doute pas, approuvés par vous. C'est moins, en ce mome...
...stre que je m'adresse, qu'à un homme estimable, connu par sa. probité. C'est entre ses mains que je dépose les intérêts de ma réputation; c'est lui qui daignera être auprès du roi l'interprète et l'apologiste des motifs impérieux qui me décident à refuser la grâce qu'on daigne m'accorder. Sa Majesté est trop juste pour ne pas sentir la force de mes raisons, et pour douter un instant de ma soumission à . ses volontés. J'espère qu'elle daignera m'honorer de son approbation, et m'accorder, dans une occasion plus heureuse, les mêmes bontés qu'elle me témoigne dans celle-ci. Le...
...e, depuis nombre d'années, ces exemples de rigueur n'ayant porté que sur quelques ...
...p avérés, Votre Majesté, le dépouillant de son régiment, entacherait son honneur, le plus précieux de tous ses biens, pour lequel il donnerait sa vie qu'il brûle de consacrer tout entière au service de Votre Majesté.
simuler que, depuis nombre d'années, ces exemples de rigueur n'ayant porté que sur quelques colonels dont les concussions et le péculat n'étaient que trop avérés, Votre Majesté, le dépouillant de son régiment, entacherait son honneur, le plus précieux de tous ses biens, pour lequel il donnerait sa vie qu'il brûle de consacrer tout entière au service de Votre Majesté.
Lettre de M. le comte de Brienne à M. de Moreton. Lettre de M. le comte de Brienne à M. de Moreton.
Signé : le comte de Brienne. Signé : le comte de Brienne.
Réponse de M. de Moreton à M. de Brienne. Réponse de M. de Moreton à M. de Brienne.
Signé ; le comte de Moreton. Signé ; le comte de Moreton.
Lettre de M. Varchevêque de Sens, frère de M. le comte de Brienne, à M. de Moreton. Lettre de M. Varchevêque de Sens, frère de M. le comte de Brienne, à M. de Moreton.
Je me serais plus tôt empressé de vous répondre, Monsieur, si j'avais pu ...
... que vous m'avez adressé. Je suis fâché de n'avoir à vous témoigner que mes regrets, et les assurances de l'attachement et des sentiments avec le...
Je me serais plus tôt empressé de vous répondre, Monsieur, si j'avais pu vous annoncer un heureux succès du mémoire que vous m'avez adressé. Je suis fâché de n'avoir à vous témoigner que mes regrets, et les assurances de l'attachement et des sentiments avec lesquels j'ai l'honneur d'être, etc.
Signé : l'Archevêque de Sens. Signé : l'Archevêque de Sens.
... même où on le dépouille arbitrairement de celui qu'il commande I ...evable et absurde inconséquence ! Promettre un régiment à un colonel à l'instant même où on le dépouille arbitrairement de celui qu'il commande I
Réponse de M. de Moreton à M. Varchevêque de Sens. Réponse de M. de Moreton à M. Varchevêque de Sens.
Signé : le comte de Moreton. Signé : le comte de Moreton.
Lettre de M. d'Aiguillon, alors duc d'Agenais. Lettre de M. d'Aiguillon, alors duc d'Agenais.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 143
...s, Monsieur le comte, d'avoir l'honneur de vous exposer, sont certainement des plu...
...ar ma lettre du mois d'octobre dernier, de me faire obtenir un régiment de cavalerie ou de dragons. J'ai toujours servi dans la cavalerie; et il me semble que par la nouvelle ordonnance de la hiérarchie militaire, articles 1 et 2, ...
viens, Monsieur le comte, d'avoir l'honneur de vous exposer, sont certainement des plus fortes-, mais il s'y en joint encore d'autres. Je vous ai prié, par ma lettre du mois d'octobre dernier, de me faire obtenir un régiment de cavalerie ou de dragons. J'ai toujours servi dans la cavalerie; et il me semble que par la nouvelle ordonnance de la hiérarchie militaire, articles 1 et 2, titre IX, il est impossible que je passe actuellement dans l'infanterie, et qu'e...
...mes justes sollicitations, me donnerait la propriété d'un régiment d'infanterie, autre que celui de la Fère, que ma position ne me permet point d'accepter. Je n'ai point perdu de vue la demande que j'ai eu l'honneur de vous faire à cet égard, et l'approbation que vous avez donnée à la justice des motifs qui Pappuyaieut. J'espère que vous daignerez les faire valoir auprès de Sa Majesté, et m'obtenir enfin de ses bontés le seul dédommagement que je puisse jamais avoir de tout ce que j'ai perdu. Je serai trop heureux de vous devoir de la reconnaissance, et très empressé de vous la témoigner. ...mais me faire entrer dans cette arme, ce serait le cas où le roi, ayant égard à mes justes sollicitations, me donnerait la propriété d'un régiment d'infanterie, autre que celui de la Fère, que ma position ne me permet point d'accepter. Je n'ai point perdu de vue la demande que j'ai eu l'honneur de vous faire à cet égard, et l'approbation que vous avez donnée à la justice des motifs qui Pappuyaieut. J'espère que vous daignerez les faire valoir auprès de Sa Majesté, et m'obtenir enfin de ses bontés le seul dédommagement que je puisse jamais avoir de tout ce que j'ai perdu. Je serai trop heureux de vous devoir de la reconnaissance, et très empressé de vous la témoigner.
...'ai mis sous les yeux du roi, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'ér crire. Sa Majesté approuve la délicatesse qui vous porte à refuser le régiment de la Fère, d'après les liaisons qui existent entre votre famille et celle de M. de Moreton; et elle m'a autorisé à mettre ...
...es yeux lorsqu'il vaquera des régiments de troupes à cheval.
J'ai mis sous les yeux du roi, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'ér crire. Sa Majesté approuve la délicatesse qui vous porte à refuser le régiment de la Fère, d'après les liaisons qui existent entre votre famille et celle de M. de Moreton; et elle m'a autorisé à mettre votre nom sous ses yeux lorsqu'il vaquera des régiments de troupes à cheval.
... vient d'être nommé colonel du régiment de la Fère : ainsi me voilà bien confirmé dans le commandement de celui que j'ai. Je vous supplie de trouver bon que ce soit pour le garder. J'apprends a l'instant que M. le duc d'Agenais vient d'être nommé colonel du régiment de la Fère : ainsi me voilà bien confirmé dans le commandement de celui que j'ai. Je vous supplie de trouver bon que ce soit pour le garder.
Lorsque j'eus l'honneur de vous écrire, il y a environ trois semaines x pour vous demander le régiment de la Fère, j'ai cru que le roi avait donné à M. de Moreton un dédommagement dont il jugeai...
...t qu'obtiendraient tous les lieutenants de l'armée, vous" peserez sans doute, Mons...
...tice, ce qjie vous croire?être en droit de refuser. Si ma voix s'élève en ce moment, c'est pour l'honneur et la vérité. Le témoin subordonné au juge, dont il respecte le pouvoir, ne craint pas de dire ce qui peut l'éclairer.
Lorsque j'eus l'honneur de vous écrire, il y a environ trois semaines x pour vous demander le régiment de la Fère, j'ai cru que le roi avait donné à M. de Moreton un dédommagement dont il jugeait pouvoir être content. S'il réclame un jugement qu'obtiendraient tous les lieutenants de l'armée, vous" peserez sans doute, Monsieur le cpmte, dans votre justice, ce qjie vous croire?être en droit de refuser. Si ma voix s'élève en ce moment, c'est pour l'honneur et la vérité. Le témoin subordonné au juge, dont il respecte le pouvoir, ne craint pas de dire ce qui peut l'éclairer.
avoir l'air de croire à ses torts : je me dois, je dois à l'honneur et à la délicatesse de ne rien faire qui puisse établir l'ombr... avoir l'air de croire à ses torts : je me dois, je dois à l'honneur et à la délicatesse de ne rien faire qui puisse établir l'ombre d'un soupçon.
J'ai reçu le 23 de ce mois la lettre par laquelle vous me faites l'honneur de m'annoncer la faveur que le roi a daigné me faire, en me nommant colonel du régiment d'infanterie de la Fère. Je suis infiniment reconnaissant des bontés de Sa Majesté, et des soins que vous avez bien voulu prendre de faire valoir l'ancienneté de mes services et mes droits au premier r... J'ai reçu le 23 de ce mois la lettre par laquelle vous me faites l'honneur de m'annoncer la faveur que le roi a daigné me faire, en me nommant colonel du régiment d'infanterie de la Fère. Je suis infiniment reconnaissant des bontés de Sa Majesté, et des soins que vous avez bien voulu prendre de faire valoir l'ancienneté de mes services et mes droits au premier régiment vacant.
...z vraisemblablement, Monsieur le comte, la très proche parenté qui me lie avec M. le comte de Moreton. Pourrais-je, j'ose vous en faire juge, prendre la dépouille d un colonel mon parent, dest...
... été jugé, et qui réclame avec instance de l'être ? Ma conduite aurait la censure des gens honnêtes et délicats ;...
...t désunir deux familles, et que mon peu de délicatesse en fût le motif, Permettez ...
...ue je m'adresse, qu'à Monsieur le comte de Brienne, qui de tout temps a eu des bontés pour ma famille, et qui sait peser l'intérêt de l'honneur ; c'est cet honneur qui réclame auprès de lui; c'est entre les mains de Monsieur le comte de Brienne que je dépose le soin de ma réputation, plus chère que ma vie; c...
...grâce dont il m'honore,et en l'assurant de ma soumission à ses volontés, lé supplier de donner son approbation à ma délicatesse, et de me continuer, dans une circonstance plu...
Vous ignorez vraisemblablement, Monsieur le comte, la très proche parenté qui me lie avec M. le comte de Moreton. Pourrais-je, j'ose vous en faire juge, prendre la dépouille d un colonel mon parent, destitué sans avoir donné sa démission, qui perd sa place sans avoir été jugé, et qui réclame avec instance de l'être ? Ma conduite aurait la censure des gens honnêtes et délicats ; j'aurais à me faire un reproche éternel. Vous ne voudriez pas, Monsieur le comte, qu'une action aussi blâmable pût désunir deux familles, et que mon peu de délicatesse en fût le motif, Permettez que ce soit moins au ministre du roi que je m'adresse, qu'à Monsieur le comte de Brienne, qui de tout temps a eu des bontés pour ma famille, et qui sait peser l'intérêt de l'honneur ; c'est cet honneur qui réclame auprès de lui; c'est entre les mains de Monsieur le comte de Brienne que je dépose le soin de ma réputation, plus chère que ma vie; c'est lui qui daignera faire valoir auprès du roi les motifs qui me portent à ne pas accepter une grâce dont il m'honore,et en l'assurant de ma soumission à ses volontés, lé supplier de donner son approbation à ma délicatesse, et de me continuer, dans une circonstance plus heureuse, les mêmes bontés qu'il veut bien me témoigner dans celle-ci.
Réponse de M. de Brienne à M. le due d'Agenais. Réponse de M. de Brienne à M. le due d'Agenais.
Signé : le comte de Brienne. Signé : le comte de Brienne.
Lettre de M. le marquis de Saint-Chamans Lettre de M. le marquis de Saint-Chamans
à M. de Brienne. à M. de Brienne.
...tence militaire, que vous me permettiez de né pas m'écarter du plan de conduite que je me suis prescrit avec M. de Moreton, Pourrais-je être pour lui moin... Il importe à mon bonheur, peut-être à toute mon existence militaire, que vous me permettiez de né pas m'écarter du plan de conduite que je me suis prescrit avec M. de Moreton, Pourrais-je être pour lui moins honnête et moins délicat, que ne l'a été M. d'Agenais, qui lui est plus étrang...
...ifs,Monsieurle comte;je ne puis hésiter de faire le sacrifice d'un petit agrément au grand intérêt de l honneur et au devoir. Bien loi u de m'égarer en me laissant conduire par ce...
...er parla demande que je yous renouvelle de vouloir bien me laisser au commandement...
Vous voyez mes motifs,Monsieurle comte;je ne puis hésiter de faire le sacrifice d'un petit agrément au grand intérêt de l honneur et au devoir. Bien loi u de m'égarer en me laissant conduire par ces principes, je pense, au contraire, acquérir des droits à vos bontés, et les justifier parla demande que je yous renouvelle de vouloir bien me laisser au commandement du régiment que j'ai.
Signé ; le marquis de SAINT-CHAMANS. Signé ; le marquis de SAINT-CHAMANS.
Lettre de M. le commandeur de Mesgrigny à M. de Brienne. Lettre de M. le commandeur de Mesgrigny à M. de Brienne.
Votre absence de Versailles a suspendu ma réponse : je n...
...mes remerciements, et en vous suppliant de mettre aux pieds du roi l'hommage de ma reconnaissance, à vous prier de vouloir bien lui présenter l'impossibil...
Votre absence de Versailles a suspendu ma réponse : je n'aurais pas tardé un instant à vous offrir mes remerciements, et en vous suppliant de mettre aux pieds du roi l'hommage de ma reconnaissance, à vous prier de vouloir bien lui présenter l'impossibilité où je suis d'accepter cette grâce.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 144
...on qu'elle a daigné accorder aux motifs de M. le duc d'Agenais. Les miens acquière...
...ier, annoncer à M. le duc d'Agenais que la délicatesse de son procédé avait reçu la sanction du roi : le mien pourrait-il n...
...aites donc, je vous prie, valoir auprès de Sa Majesté le sacrifice de mon intérêt que l'honneur,commande,et ayez, Monsieur le comte, la bonté d'obtenir du roi qu'il veuille bi...
...giment d'infanterie vacant; ce qui sera la marque assurée de sa satisfaction. Vous avez voulu m'o-bl...
Sa Majesté a tracé ma conduite par l'approbation qu'elle a daigné accorder aux motifs de M. le duc d'Agenais. Les miens acquièrent une plus grande force parla parenté. Vous avez bien voulu, par votre lettre du 30 juillet dernier, annoncer à M. le duc d'Agenais que la délicatesse de son procédé avait reçu la sanction du roi : le mien pourrait-il ne pas l'avoir? Faites donc, je vous prie, valoir auprès de Sa Majesté le sacrifice de mon intérêt que l'honneur,commande,et ayez, Monsieur le comte, la bonté d'obtenir du roi qu'il veuille bien établir mon droit certain au premier régiment d'infanterie vacant; ce qui sera la marque assurée de sa satisfaction. Vous avez voulu m'o-bliger; que votre bienfait ne soit pas sans effet.
J'ai prié M*r l'archevêque de Sens et Mme la marquise de Loménie d'être auprès de vous mes apologistes, comme vous serez ... J'ai prié M*r l'archevêque de Sens et Mme la marquise de Loménie d'être auprès de vous mes apologistes, comme vous serez le mien auprès du roi. Avec un motif aussi pur, appuyé, comme je n'en doute pas,...
Monsieur le comte, j'ai eu l'honneur de vous exposer l'impossibilité où je suis d'accepter la faveur que le roi a daigné me faire en me nommant colonel du régiment d'infanterie de la Fêre. Vous connaissez mon motif : permettez que, sans le répéter, je vous prie de le mettre sous les yeux du roi, et en lui présentant l'hommage de ma respectueuse reconnaissance, de le supplier de me continuer, dans une circonstance plu...
...égiments d'infanterie; et j'ose espérer de la bonté du roi, qu'il voudra bien y avoir...
Monsieur le comte, j'ai eu l'honneur de vous exposer l'impossibilité où je suis d'accepter la faveur que le roi a daigné me faire en me nommant colonel du régiment d'infanterie de la Fêre. Vous connaissez mon motif : permettez que, sans le répéter, je vous prie de le mettre sous les yeux du roi, et en lui présentant l'hommage de ma respectueuse reconnaissance, de le supplier de me continuer, dans une circonstance plus heureuse, les mêmes bontés dont il m'a honoré dans celle-ci. Agréez, je vous p...
...t vacant. Je ne dois pas douter du même intérêt lorsqu'il viendra à vaquer des régiments d'infanterie; et j'ose espérer de la bonté du roi, qu'il voudra bien y avoir égard, en me permettant d'en concevoir l'espérance fondée, ce qui sera un litre...
Lettre de M. de Boyer, qui, en acceptant le régiment de la Fère, a déclaré qu'il ne s'en regarde q... Lettre de M. de Boyer, qui, en acceptant le régiment de la Fère, a déclaré qu'il ne s'en regarde que comme dépositaire.
(1) Nombre de colonels auxquels on a offert le régiment de La Fère, ou qu'on a tenté de disposer à l'accepter, l'ont également ... (1) Nombre de colonels auxquels on a offert le régiment de La Fère, ou qu'on a tenté de disposer à l'accepter, l'ont également refusé.
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 19 de ce mois, et le mémoire qui y était joint. Je vous prie d'agréer mes remerciements de me l'avoir envoyé ; je l'ai lu avec la plus grande attention et l'intérêt que ... J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 19 de ce mois, et le mémoire qui y était joint. Je vous prie d'agréer mes remerciements de me l'avoir envoyé ; je l'ai lu avec la plus grande attention et l'intérêt que l'affaire dont il est question, est faite pour inspirer.
J'ai reçu, Monsieur, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 19 de ce mois, la copie du mémoire que vous avez adressé ...
... vous désirez, et que vous ayiez obtenu la justice que vous méritez.
J'ai reçu, Monsieur, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 19 de ce mois, la copie du mémoire que vous avez adressé au roi. J'apprendrai avec plaisir qu'il ait fait sur Sa Majesté l'impression que vous désirez, et que vous ayiez obtenu la justice que vous méritez.
De M. de la Guiche. De M. de la Guiche.
... comte, pour demander à être jugé. Rien de plus juste ni de plus noble tout à la fois que la réclamation dont vous me faites l'honneur de me faire part. Tout citoyen a droit de demander à être jugé légalement, étant né sous la loi et devant vivre sous sa protection. Dans les gouvernements les plus despotiques, la loi n'excepte de son empire, que le sérail, et veille su...
...uliers. Des ministres sont établis pour la faire exécuter et pour en être les organes. Dans notre gouvernement, le conseil de guerre est celle des militaires : il ne...
L'ordonnance militaire est votre titre, Monsieur le comte, pour demander à être jugé. Rien de plus juste ni de plus noble tout à la fois que la réclamation dont vous me faites l'honneur de me faire part. Tout citoyen a droit de demander à être jugé légalement, étant né sous la loi et devant vivre sous sa protection. Dans les gouvernements les plus despotiques, la loi n'excepte de son empire, que le sérail, et veille sur tous les particuliers. Des ministres sont établis pour la faire exécuter et pour en être les organes. Dans notre gouvernement, le conseil de guerre est celle des militaires : il ne peut vous être refusé,
(1) A l'avènement de M. de Puységur au ministère, M. le comte de Royer écrivit à M. le vicomte de Gand la lettre ci-après : (1) A l'avènement de M. de Puységur au ministère, M. le comte de Royer écrivit à M. le vicomte de Gand la lettre ci-après :
...tre peut être favorable à « M. le comte de Moreton. Ma nomination ne nuit en « rien à la suite qu'il peut donner à cette affaire. La « manière dont un vieux lieutenant-colonel accepte le « régiment de La Fère est plus marquante que le refus « absolu des jeunes gens de la Cour. La lenteur que « j'ai mise et que je mets encore aide à la circonstance. « D'ailleurs, je serait t...
...uite rien qui puisse nuire aux intérêts de M. de Moreton. »
« Le changement du ministre peut être favorable à « M. le comte de Moreton. Ma nomination ne nuit en « rien à la suite qu'il peut donner à cette affaire. La « manière dont un vieux lieutenant-colonel accepte le « régiment de La Fère est plus marquante que le refus « absolu des jeunes gens de la Cour. La lenteur que « j'ai mise et que je mets encore aide à la circonstance. « D'ailleurs, je serait toujours prêt à le lui rendre. En « refusant d'une manière positive et motivée, j...
...suis consulté moite même, j'ai consulté les autres, et je ne vois dans ma « conduite rien qui puisse nuire aux intérêts de M. de Moreton. »
Nota. — M. Meunier, lieutenant-colonel de La Fère, à son arrivée ici pour la Fédération, est venu répéter à M. de Moreton la même chose de la part de M. de Royer. Nota. — M. Meunier, lieutenant-colonel de La Fère, à son arrivée ici pour la Fédération, est venu répéter à M. de Moreton la même chose de la part de M. de Royer.
Signé : le chevalier de Mesgrigny. Signé : le chevalier de Mesgrigny.
Autre lettre de M. de Mesgrigny, au même. Autre lettre de M. de Mesgrigny, au même.
Signé : le chevalier de Mesgrigny (1). Signé : le chevalier de Mesgrigny (1).
Extrait d'une lettre de M. le comte de Boyer à M. le vicomte de Gand. Extrait d'une lettre de M. le comte de Boyer à M. le vicomte de Gand.
Quoique je sois nommé au régiment de M. de Moreton, il peut également suivre le ju...
...t à Je lui rendre. Je ne sais pas si M. de More-ton est à Paris dans ce moment, je...
Quoique je sois nommé au régiment de M. de Moreton, il peut également suivre le jugement qu'il réclame. Il vaut peut-être mieux pour lui que son régiment soit dans mes mains ; il peut le regarder comme en dépôt : je serai toujours prêt à Je lui rendre. Je ne sais pas si M. de More-ton est à Paris dans ce moment, je serais bien aise
...lui. Mon âme est pure et honnête : vous la connaissez (1). que vous en conférassiez avec lui. Mon âme est pure et honnête : vous la connaissez (1).
Lettres des officiers de tous les grades, depuis le maréchal de France jusqu'au colonel, sur l'envoi qui leur a été fait par M. de Moreton, de son mémoire au roi. Lettres des officiers de tous les grades, depuis le maréchal de France jusqu'au colonel, sur l'envoi qui leur a été fait par M. de Moreton, de son mémoire au roi.
De M. le maréchal de Contades. De M. le maréchal de Contades.
De M. le maréchal de Biron. De M. le maréchal de Biron.
...ossible que l'on vous refuse un conseil de guerre, étant de toute équité que l'on donne des juges, ... ...s avez adressé au roi : je pense que vous avez toute raison, et il me paraît impossible que l'on vous refuse un conseil de guerre, étant de toute équité que l'on donne des juges, et que ce ne soit point l'arbritaire qui puisse ôter à quelqu'un son éclat.
De M. le duc de Praslin. De M. le duc de Praslin.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 145
Dans l'état de notre Constitution, votre demande devait être accueillie, étant de toute justice d'être jugé par un tribun...
...e qui peut; ce qui me fait craindre que la justice que vous réclamez ne vous soit ...
...mande à être jugé par ses pairs a droit de l'être, je suis ft-rmement dans l'opini...
...vous-même, et d'avoir acquis, par votre noblesse, des droits à l'opinion publique qui po...
Dans l'état de notre Constitution, votre demande devait être accueillie, étant de toute justice d'être jugé par un tribunal légal ; mais aujourd'hui les ministres se croient des oracles, chacun dans le...
...arroge, et distribuent des arrêts à tort et à travers. Indes mali labes; et sauve qui peut; ce qui me fait craindre que la justice que vous réclamez ne vous soit pas accordée, lin mon particulier, convaincu que tout citoyen qui demande à être jugé par ses pairs a droit de l'être, je suis ft-rmement dans l'opinion que votre demande est juste, qu'elle ne peut ni ne doit vous être refusée : m...
...ment, M. le comte, vous avez à vous féliciter d'avoir fait ce que vous deviez à vous-même, et d'avoir acquis, par votre noblesse, des droits à l'opinion publique qui pourra vous dédommager du despotisme ministériel.
...narque dont le^caractère distinetif est la bienfaisance: sauvegarde du maintien de l'ordre public: lorsque vous l'invoquez sous un monarque dont le^caractère distinetif est la bienfaisance: sauvegarde du maintien de l'ordre public:
... à mon retour, m'ont empêché, Monsieur, de répondre plus tôt à la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'é-crire en m'adressant une copie de votre mémoire au roi. Je me serais bien affligé de me trouver ainsi en retard avec vous, s...
...uste. Ce n'est jamais que dans un objet de faveur que l'autorité peut se dispenser d'informer ; et il n'est pas de faveur plus importante que celle ue don...
Une absence que j'ai faite, et une petite incommodité qui m'est survenue à mon retour, m'ont empêché, Monsieur, de répondre plus tôt à la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'é-crire en m'adressant une copie de votre mémoire au roi. Je me serais bien affligé de me trouver ainsi en retard avec vous, si je n'éprouvais une véritable satisfaction à vous assurer, Monsieur le comte, après l'événement que votre demande ma paru parfaitement juste. Ce n'est jamais que dans un objet de faveur que l'autorité peut se dispenser d'informer ; et il n'est pas de faveur plus importante que celle ue donner des juges à tout accusé.
...'intérêt, qu'il réclame un des articles de la nouvelle ordonnance qui me plaît le plus, parce qu'il tient essentiellement à la justice. L'arbitraire des ministres, dans la répartition des grâces et des emplois, ...
...ourrait-on encore leur laisser le droit de destituer sans nul jugement que le leur...
...qu'un grand nombre d'hommes ont intérêt de tromper? Je suis bien persuadé que ces vérités ont frappé un prince dont les idées de justice sont déjà bien connues et chéries de la nation. Je suis enchanté pour le bien de l'armée, qu'il s'intéresse à votre affa...
... pas espérer qu'il obtiendra le conseil de guerre que vous demandez. Le ministre n...
...sentence. J'espère que celle du conseil de guerre vous sera aussi favorable que je...
...ts, Monsieur, du mémoire que vous m'avez envoyé; je t'ai-lu avec d'autant plus d'intérêt, qu'il réclame un des articles de la nouvelle ordonnance qui me plaît le plus, parce qu'il tient essentiellement à la justice. L'arbitraire des ministres, dans la répartition des grâces et des emplois, a suffi pour produire souvent les plus grands maux. Gomment pourrait-on encore leur laisser le droit de destituer sans nul jugement que le leur, et d'ôter aussi arbitrairement qu'ils donnent? Qui peut douter que le ministre...
...it l'homme du royaume qui fasse le plus d'erreurs, puisqu'il est toujours celui qu'un grand nombre d'hommes ont intérêt de tromper? Je suis bien persuadé que ces vérités ont frappé un prince dont les idées de justice sont déjà bien connues et chéries de la nation. Je suis enchanté pour le bien de l'armée, qu'il s'intéresse à votre affaire; il est trop près du trône pour ne pas espérer qu'il obtiendra le conseil de guerre que vous demandez. Le ministre ne pourra pas répondre qu'il n'y a pas matière à jugement, puisqu'il a déjà prononcé une rigoureuse sentence. J'espère que celle du conseil de guerre vous sera aussi favorable que je le désire.
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire qui y était joint ; je l'ai lu avec la plus grande attention ; et l'amitié que j'ai pour Monsieur le comte de Ghabrillan me fait désirer qu'il fasse ... J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire qui y était joint ; je l'ai lu avec la plus grande attention ; et l'amitié que j'ai pour Monsieur le comte de Ghabrillan me fait désirer qu'il fasse l'impression qu'il paraît mériter.
J'ai reçu, Monsieur, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, la copie du mémoire que vous avez fait remettre au roi; la lecture que j'en ai faite n'a pu que m'affermir dans l'opinion où j'étais de l'injustice inouïe dont on veut vous rendre la victime. J'ai reçu, Monsieur, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, la copie du mémoire que vous avez fait remettre au roi; la lecture que j'en ai faite n'a pu que m'affermir dans l'opinion où j'étais de l'injustice inouïe dont on veut vous rendre la victime.
...e billet que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et auquel était jointe copie ...
...tôt connaissance, je me serais empressé de vous témoigner l'intérêt réel que je pr...
...égard, et sa justice ne vous permet pas de croire un seul instant qu'èlle fasse pour vous seul exception à la loi générale clairement énoncée dans les articles 3 du titre II, et 4 du titre XVI de sa nouvelle ordonnance concernant la hiérarchie militaire.
J'ai reçu hier au soir, Monsieur , le billet que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et auquel était jointe copie du mémoire que vous avez présenté à Sa Majesté. Je vous prie d'être bien persuadé que si vous m'en aviez donné plus tôt connaissance, je me serais empressé de vous témoigner l'intérêt réel que je prends au sort que vous éprouvez. J'espère qu'il n'est pas sans appel. Votre réclamation est on ne saurait mieux fondée : Sa Majesié y aura sûrement égard, et sa justice ne vous permet pas de croire un seul instant qu'èlle fasse pour vous seul exception à la loi générale clairement énoncée dans les articles 3 du titre II, et 4 du titre XVI de sa nouvelle ordonnance concernant la hiérarchie militaire.
... n'aviez pas besoin, mon cher confrère, de faire paraître votre mémoire pour réunir l'estime et les suffrages de ceux qui vous connaissent; tous sont convaincus de votre délicatesse : c'est pour le publi...
...sser au succès d'une demande fondée sur la justice, et que l'honneur vous prescrit...
Vous n'aviez pas besoin, mon cher confrère, de faire paraître votre mémoire pour réunir l'estime et les suffrages de ceux qui vous connaissent; tous sont convaincus de votre délicatesse : c'est pour le public que vous avez écrit, et tout le monde doit s'intéresser au succès d'une demande fondée sur la justice, et que l'honneur vous prescrit.
Je reçois, Monsieur, la copie du mémoire que vous avez fait remettre à Sa Majesté. Témoin d'une part de la valeur, bonne volonté, et envie de vous instruire que vous avez témoigné pendant que vous étiez mon aide-de-camp au siège de Gibraltar, et de l'autre étant votre allié, l'ami de M. votre père, et de tous les vôtres depuis bien des années, j'ai plus de droits que personne à la confiance que vous me témoignez, en me ...
...r espérer que mon avis puisse vous être de quelque utilité. Persuadé de la justice qui règne dans le cœur du roi et des ministres qui doivent la lui présenter dans tout son jour, surtout lorsqu'il est question de défendre (ainsi que vous Je dites) votre honneur, la plus précieuse de toutes les propriétés, je suis très dis...
Je reçois, Monsieur, la copie du mémoire que vous avez fait remettre à Sa Majesté. Témoin d'une part de la valeur, bonne volonté, et envie de vous instruire que vous avez témoigné pendant que vous étiez mon aide-de-camp au siège de Gibraltar, et de l'autre étant votre allié, l'ami de M. votre père, et de tous les vôtres depuis bien des années, j'ai plus de droits que personne à la confiance que vous me témoignez, en me demaodant mon sentiment sur le jugement que vous réclamez; mais je n'en ai aucun pour espérer que mon avis puisse vous être de quelque utilité. Persuadé de la justice qui règne dans le cœur du roi et des ministres qui doivent la lui présenter dans tout son jour, surtout lorsqu'il est question de défendre (ainsi que vous Je dites) votre honneur, la plus précieuse de toutes les propriétés, je suis très disposé à croire que vous
Dans une autre lettre, M. le duc de Praslin écrivait à M. de Moreton : Dans une autre lettre, M. le duc de Praslin écrivait à M. de Moreton :
De M. le marquis de Chastellux. De M. le marquis de Chastellux.
Lettre de M. le comte de Menou. Lettre de M. le comte de Menou.
De M. le maréchal duc de Mouchy. De M. le maréchal duc de Mouchy.
De M. le prince d'Hénin. De M. le prince d'Hénin.
De M. le comte de Buzançais. De M. le comte de Buzançais.
De M. le duc de Lévis. De M. le duc de Lévis.
De M. le duc de Crillon. De M. le duc de Crillon.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 146
...ieur et cher camarade, et je m'empresse de vous dire combien je prends part à ce q...
...e. Les circonstances m'ont mis à portée de voir le régiment de la Fère, commandé par vous ; et je vous ré...
...us dis en le voyant; que je n'ai pas vu de régiment mieux tenu ni mieux exercé. Je...
Je reçois votre lettre, Monsieur et cher camarade, et je m'empresse de vous dire combien je prends part à ce qui vous arrive. Les circonstances m'ont mis à portée de voir le régiment de la Fère, commandé par vous ; et je vous répète avec plaisir ce que je vous dis en le voyant; que je n'ai pas vu de régiment mieux tenu ni mieux exercé. Je ne puis croire au reste, que l'on vous refuse d'être jugé. Je ne connais pas le...
J'ai reçu. Monsieur le comte, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, la copié de votre mémoire au roi, que vous avez eu la bonté de m'envoyer : la réclamation qu'il contient, m'a paru au...
...le à tout homme qui pense et réfléchit; la justice, la raisou, le droit naturel et commun, sol...
... d'avoir été jugé. Si vous êtesjugé par la suite, comme je n'en doute pas, j'espère que la pureté de votre conduite, si bien exposée dans vo...
J'ai reçu. Monsieur le comte, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, la copié de votre mémoire au roi, que vous avez eu la bonté de m'envoyer : la réclamation qu'il contient, m'a paru aussi solide que bien fondée; et elle paraîtra telle à tout homme qui pense et réfléchit; la justice, la raisou, le droit naturel et commun, solliciteront éternellement en votre faveur, pour que le jugement que vous sollicit...
...e roi est juste, il est bon; vous ne pouvez pas même être présumé coupable avant d'avoir été jugé. Si vous êtesjugé par la suite, comme je n'en doute pas, j'espère que la pureté de votre conduite, si bien exposée dans votre mémoire, vous justifiera pleinement.
De M. de Guibert, rapporteur du conseil de la guerre. De M. de Guibert, rapporteur du conseil de la guerre.
...çu il y a longtemps, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, avec la copie de votre lettre au roi, qui y était jointe...
...ais chargé avec tout l'intérêt possible de faire le rapport de votre réclamation au conseil de la guerre; mais lorsque tous les membres qui le composent se sont communiqué la lettre que vous leur avez écrite, et que j'y ai nouvellement fait lecture de la mienne pour mettre l'affaire sur le tapis, M. le comte de Brienne nous a dit que le roi s'en était réservé la décision, (1) et qu il prendrait de nouveau ses ordres à ce sujet : il nous...
...ion; il nous a ajouté, toutefois, qu'en la confirmant, le roi avait prononcé que n...
...votre activité à son service, mais même la susceptibilité d'être nommé au commande...
J'ai reçu il y a longtemps, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, avec la copie de votre lettre au roi, qui y était jointe. Je me serais chargé avec tout l'intérêt possible de faire le rapport de votre réclamation au conseil de la guerre; mais lorsque tous les membres qui le composent se sont communiqué la lettre que vous leur avez écrite, et que j'y ai nouvellement fait lecture de la mienne pour mettre l'affaire sur le tapis, M. le comte de Brienne nous a dit que le roi s'en était réservé la décision, (1) et qu il prendrait de nouveau ses ordres à ce sujet : il nous a dit depuis, qu'il les avait pris, et que le roi avait persisté dans sa première résolution; il nous a ajouté, toutefois, qu'en la confirmant, le roi avait prononcé que non seulement il vous conservait votre activité à son service, mais même la susceptibilité d'être nommé au commandement d'un autre régiment. Je ne puis assez vous marquer combien je regrette que ...
De M. de la Ferté-Sénectère. De M. de la Ferté-Sénectère.
J'ai reçu, mon cher Moreton, la lettre que vous m'avez fait l'amitié de m'écrire en m'adressant votre mémoire au roi : je l'ai lu avec autant de plaisir que d'intérêt, le développement de votre position étant fait de manière à tranquilliser les gens qui, comme moi, font profession de vous être attachés, et à éclairer ceux ...
...particulièrement, auraient pu concevoir de vous une opinion que j'ai été assez heu...
J'ai reçu, mon cher Moreton, la lettre que vous m'avez fait l'amitié de m'écrire en m'adressant votre mémoire au roi : je l'ai lu avec autant de plaisir que d'intérêt, le développement de votre position étant fait de manière à tranquilliser les gens qui, comme moi, font profession de vous être attachés, et à éclairer ceux qui ne vous connaissant pas aussi particulièrement, auraient pu concevoir de vous une opinion que j'ai été assez heureux pour combattre plus d'une fois victorieusement.
De M. de La Fayette. De M. de La Fayette.
...p que, d'après les règles établies dans la dernière ordonnance, vous obteniez l'ex...
...e encore à me faire souhaiter le succès de votre réclamation. Ge sentiment, Monsie...
... comte, le mémoire que vous avez bien voulu me communiquer; et je désire beaucoup que, d'après les règles établies dans la dernière ordonnance, vous obteniez l'examen que vous demandez; je serai toujours disposé à rendre justice au zèle que v...
...ré pendant le temps où nous avons servi ensemble, et cette circonstance contribue encore à me faire souhaiter le succès de votre réclamation. Ge sentiment, Monsieur le comte, est bien sincère.
... mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer ; j'ai déjà eu occasion d'en ...
...leur devant quelques membres du conseil de la guerre. Vous ne doutez pas de la franchise avec laquelle je m'expliquera...
...bien même encore, si vous êtes à temps, de faire un mémoire que vous feriez signer...
J'ai passé chez vous, Monsieur et cher confrère, pour vous dire que j'ai reçu le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer ; j'ai déjà eu occasion d'en parler avec chaleur devant quelques membres du conseil de la guerre. Vous ne doutez pas de la franchise avec laquelle je m'expliquerai dans toutes les circonstances, sur l'estime qu'on vous doit, et sur l'injustice dont on vous menace : je pénse que vous eussiez bien fait, que vous feriez bien même encore, si vous êtes à temps, de faire un mémoire que vous feriez signer par tous les colonels qui sont ici.
La lecture de votre mémoire, Monsieur et cher confrèr...
...ntérêt à votre cause, qui devient celle de tout ce qui est militaire en France, et qui prend un nouveau degré de force dans l'expression très précise de...
...era discutée et approfondie. Le conseil de la guerre ne s'écartera pas de cette loi, qu'il vient de promulguer d'une manière aussi positive...
...asse encore moins éprouver un sort qui, de tout temps, n'a été réservé qu'à un très petit nombre de colonels, accusés et convaincus d'actions déshonorantes. Je ne crois pas que la justice du roi exerce un acte de rigueur aussi nouveau que contraire au bien de son service, par les effets fâcheux qui...
La lecture de votre mémoire, Monsieur et cher confrère, aurait suffi pour me faire prendre le plus vif intérêt à votre cause, qui devient celle de tout ce qui est militaire en France, et qui prend un nouveau degré de force dans l'expression très précise des dernières ordonnances. Par une suite des principes qu'elles renferment, il ne ...
...qui ne soit sûr, dans quelque circonstance que ce puisse être, que sa conduite sera discutée et approfondie. Le conseil de la guerre ne s'écartera pas de cette loi, qu'il vient de promulguer d'une manière aussi positive qu'authentique. Je trouve donc votre réclamation à cet égard trop fondée, pour ...
...s que les affaires où vous avez déjà subi trois punitions différentes, et vous fasse encore moins éprouver un sort qui, de tout temps, n'a été réservé qu'à un très petit nombre de colonels, accusés et convaincus d'actions déshonorantes. Je ne crois pas que la justice du roi exerce un acte de rigueur aussi nouveau que contraire au bien de son service, par les effets fâcheux qui résultent toujours des infractions aux ordonnances ; et vous devez
...u , et qu'on ne refusera pas à un homme de votre espèce et du grade que le roi vou... ne serez pas condamné sans être entendu , et qu'on ne refusera pas à un homme de votre espèce et du grade que le roi vous a donné, ce qui serait accordé au plus petit particulier, et à un simple solda...
De M. de Dillon. De M. de Dillon.
De M. le marquis de Biencourt. De M. le marquis de Biencourt.
(1) Infraction manifeste de l'article VII du règlement du 23 octobre 1787, déjà cité, et signé par le même M. de Brienne^ (1) Infraction manifeste de l'article VII du règlement du 23 octobre 1787, déjà cité, et signé par le même M. de Brienne^
De M. Charles de Lame th. De M. Charles de Lame th.
De M. le marquis de Sinéty. De M. le marquis de Sinéty.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 147
J'aurai l'honneur, Monsieur le comte, VOUS répéter ma profession de foi sur le mémoire que Monsieur a présenté au roi en votre faveur. Le sentiment de l'innocence ferme y est exprimé avec la noblesse et Ja loyauté qui vous caractérisent, e...
...jesté, frappée par les mbtifs puissants de votre juste réclamation, vous reudra une justice qui semble Vous être due à tant de titres.
J'aurai l'honneur, Monsieur le comte, VOUS répéter ma profession de foi sur le mémoire que Monsieur a présenté au roi en votre faveur. Le sentiment de l'innocence ferme y est exprimé avec la noblesse et Ja loyauté qui vous caractérisent, et j'eSpère àutdnt 'que je le désire, que sa Majesté, frappée par les mbtifs puissants de votre juste réclamation, vous reudra une justice qui semble Vous être due à tant de titres.
attendre tranquillement de la bonté de Sa Majesté, qu'en se faisant rendre compte plus amplement de votre conduite par le conseil dont vous...
...tion seule a pu vous donner l'apparence de quelques torts aux yeux de gens prévenus ou mal instruits.
attendre tranquillement de la bonté de Sa Majesté, qu'en se faisant rendre compte plus amplement de votre conduite par le conseil dont vous sollicitez le jugement, elle reconnaisse et distingue particulièrement votre zèle pour le métier, dont l'exagération seule a pu vous donner l'apparence de quelques torts aux yeux de gens prévenus ou mal instruits.
Je viens, Monsieur le comte, de recevoir la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrifè, et la copie jointe de votre mémoire au roi. A peine ie fais q...
...ais je pense que lorsqu'il est question de priver un colonel de son régiment, il faut des faits bien gr...
...éclatante) cette forme est nécessaire à la confiance des juges et aux droits de i'accUsé.
Je viens, Monsieur le comte, de recevoir la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrifè, et la copie jointe de votre mémoire au roi. A peine ie fais quelques détails sur les faits qu'il contient; mais je pense que lorsqu'il est question de priver un colonel de son régiment, il faut des faits bien graves, qui alors doivent être prouvés d'une manière également éclatante) cette forme est nécessaire à la confiance des juges et aux droits de i'accUsé.
...influence sur les décisions du ministre de la guerre ; mais, si par hasard, j'étais c...
...ordonnance du roi portant règlement sur la hiérarchie de tous tes emplois militaires, ainsi que ...
...enants ne pourront être exclus du grade de capitaine en second, que d'après un conseil composé des officiers généraux de ici division, qui, d'après un examen ré...
...supporter; je dirais donc que le gracie de colonel doit être conséquemment sujet a...
Mon avis, mon cher comte, ne peut avoir d'influence sur les décisions du ministre de la guerre ; mais, si par hasard, j'étais consulté sur Paffaire extraordinaire qui VoUs a été suscitée, je dirais que Vordonnance du roi portant règlement sur la hiérarchie de tous tes emplois militaires, ainsi que sur les promotions auxdits emplois, en date du 17 mars 1788, fixant au titre II, articles 1, 2, 3!, que les lieutenants ne pourront être exclus du grade de capitaine en second, que d'après un conseil composé des officiers généraux de ici division, qui, d'après un examen réfléchi, prononcera sut te retard a avancement que lesdits lieutenants doivent supporter; je dirais donc que le gracie de colonel doit être conséquemment sujet aux mêmes règlements.
M. le duc de la Guiche. M. le duc de la Guiche.
... jugés et rendus publics par un conseil de guerre; l'ordonnance prescrit cette (or...
...nes et sous-lieutenants, et doit exiger de plus grandes précautions pour la destitution d'un colonel.
...sé à pèrtser qu'il ne peut pas être destitué, sans que ses griefs soient connus, jugés et rendus publics par un conseil de guerre; l'ordonnance prescrit cette (orme pour les capitaines et sous-lieutenants, et doit exiger de plus grandes précautions pour la destitution d'un colonel.
Je pense que la destitution d'un colonel à la demande de son corps, est la chose Ja plus contraire à la subordination et à la discipline miJi-taire. Je pense que la destitution d'un colonel à la demande de son corps, est la chose Ja plus contraire à la subordination et à la discipline miJi-taire.
... journellement di s économies tendant à la bonification de la masse particulière. ...r aussi sévèrement. Je me crois tout aussi honnête homme qu'un autre, et je fais journellement di s économies tendant à la bonification de la masse particulière.
J'ai reçu, Monsieur le comte * la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et la copie de votre mémoire qui y était jointe; je l'...
...ourrais avoir aucun doute sur le succès de votre réclamation, si je croyais quelqu...
J'ai reçu, Monsieur le comte * la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et la copie de votre mémoire qui y était jointe; je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt; et je ne pourrais avoir aucun doute sur le succès de votre réclamation, si je croyais quelque fondement à vos inquiétudes,
L'ordonnance de la hiérarchie militaire que vous Citez for...
... au plus, et l'établissement du conseil de la guerre, qui assure partout un nouvel ordre de punitions et de récompenses, des principes permanents, et des formes qui sont toujours fa sauvegarde de la justice, vous permettent la discussion approfondie que vous désirez. En la sollicitant, vous annonces que vous n'a...
...le vous était défavorable, un caractère de plus à l'exemple que présenterait votre...
L'ordonnance de la hiérarchie militaire que vous Citez fort bien, pour raisonner du moins au plus, et l'établissement du conseil de la guerre, qui assure partout un nouvel ordre de punitions et de récompenses, des principes permanents, et des formes qui sont toujours fa sauvegarde de la justice, vous permettent la discussion approfondie que vous désirez. En la sollicitant, vous annonces que vous n'avez rien à en redouter : en vous l'accordant, c'est imprimer, si elle vous était défavorable, un caractère de plus à l'exemple que présenterait votre destitution.
Je reçois dans l'instant, Monsieur, la copie de votre mémoire au roi, que vous m'avez f...
...et i'amiliéde m'adresser. Je m'empressé de vous exprimer tout le désir que j'ai de Vous voir obtenir la justice qui vous est due : vous plaidez la cause générale; et tous mes vcëux Serai...
Je reçois dans l'instant, Monsieur, la copie de votre mémoire au roi, que vous m'avez fait l'honneur et i'amiliéde m'adresser. Je m'empressé de vous exprimer tout le désir que j'ai de Vous voir obtenir la justice qui vous est due : vous plaidez la cause générale; et tous mes vcëux Seraient pour le succès quaud tous les sentiments per-, sonnels d'estime et d'attache...
De M. de Chamaille. De M. de Chamaille.
... mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser, avec l'intérêt que je porte... J'ai lu, Monsieur, le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser, avec l'intérêt que je porte à tout ce qui vous touche : il m'a paru bien motivé. Vous battez le ministre av...
De M, le marquis de Toulongeon. De M, le marquis de Toulongeon.
De M. le vicomte de Rochambeau. De M. le vicomte de Rochambeau.
Je pense qu'il n'y a pas de colonel qui ne se soit rendu coupable d... Je pense qu'il n'y a pas de colonel qui ne se soit rendu coupable du prétendu crime qui vouS
Je pense que M- de Brienne a agi avec une légèreté inconce... Je pense que M- de Brienne a agi avec une légèreté inconcevable et sans exemple, ét je l'en crois très fâché.
De M. le comté de Barbantanei De M. le comté de Barbantanei
...veè beaucoup nniërêt.Avant été à portée de vous voir à votre régiment, personne n'...
...onvaincu que moi du désir que vous avez de faire le bien, et pêfSoïïne ri'â pu mie...
Je vous assure, dion eber Ghabriliau, que j'ai lu votre mémoire àveè beaucoup nniërêt.Avant été à portée de vous voir à votre régiment, personne n'est plus convaincu que moi du désir que vous avez de faire le bien, et pêfSoïïne ri'â pu mieux juger du zèle que vous y mettez.
De M. te comte de Walsh-Serrant. De M. te comte de Walsh-Serrant.
De M. le mdrquis de Rochelambert. De M. le mdrquis de Rochelambert.
De M. le comte dyAutiohamp* De M. le comte dyAutiohamp*
De M. le comte de Jumilhac. De M. le comte de Jumilhac.
J ai reçu, Monsieur, la lettre c[Ue vous m'avez J ai reçu, Monsieur, la lettre c[Ue vous m'avez

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 148
fait l'honneur de m'écrire, et j'ai lu avec beaucoup d'intérêt la copie de votre mémoire, qui y était jointe. fait l'honneur de m'écrire, et j'ai lu avec beaucoup d'intérêt la copie de votre mémoire, qui y était jointe.
...i le plus grand désir que vous obteniez la satisfaction que vous pouvez souhaiter;...
...ieur, que vous ne vous trouveriez privé de votre régiment que par des circonstance...
...ous aviez touchés; et sûrement ma façon de penser est celle de tous les gens qui vous connaissent.
J'ai le plus grand désir que vous obteniez la satisfaction que vous pouvez souhaiter; mais si le roi et son ministre s'y refusaient, vous devez croire, Monsieur, que vous ne vous trouveriez privé de votre régiment que par des circonstances malheureuses dans lesquelles vous vous seriez trouvé, et nullement pour des ca...
... d'après l'examen qu'ils en ont fait, rendu justice à l'emploi des deniers que vous aviez touchés; et sûrement ma façon de penser est celle de tous les gens qui vous connaissent.
De M, le marquis de la Tour-Maubourg. De M, le marquis de la Tour-Maubourg.
...ntérêt que je vous dois par toute sorte de-raisons, Monsieur et cher confrère, le ...
...oulu m'adresser; j'espère avec vous que la justice que vous demandez de mettre votre conduite dans tout son jou...
...s triompherez, d'une manière éclatante, de la persécution qu'on vous fait éprouver. Si les circonstances vous mettaient dans le cas de faire appuyer votre sollicitation par les colonels réunis, je vous prie de me compter au nombre de ceux qui se réuniront à vous avec le plus de zèle et d'empressement.
J'ai lu, avec toute l'attention dont je suis capable et tout l'intérêt que je vous dois par toute sorte de-raisons, Monsieur et cher confrère, le mémoire que vous avez bien voulu m'adresser; j'espère avec vous que la justice que vous demandez de mettre votre conduite dans tout son jour, ne vous sera pas refusée ; et c'est alors que vous triompherez, d'une manière éclatante, de la persécution qu'on vous fait éprouver. Si les circonstances vous mettaient dans le cas de faire appuyer votre sollicitation par les colonels réunis, je vous prie de me compter au nombre de ceux qui se réuniront à vous avec le plus de zèle et d'empressement.
...i une peine extrême, Monsieur le comte, de ce que vous m'avez fait l'honneur de me mander, et désire bien sincèrement que la justice que vous sollicitez vous soit r...
...t le décider à vous accorder le conseil de guerre que vous demandez: je prends même la liberté de vous dire que vous ne devez rien néglig...
J'ai une peine extrême, Monsieur le comte, de ce que vous m'avez fait l'honneur de me mander, et désire bien sincèrement que la justice que vous sollicitez vous soit rendue. Le mémoire que vous avec fait remettre au roi, doit le décider à vous accorder le conseil de guerre que vous demandez: je prends même la liberté de vous dire que vous ne devez rien négliger dans le monde pour l'obtenir, moins encore pour conserver votre régiment, ce ...
...destituât un chef sans le juger, et sur de simples accusations ; si on prenait ce parti, peu de nous seraient à l'abri d'être perdus: mon opinion à ce sujet me paraît être celle de toutes les personnes auxquelles j'ai parlé de votre situation, qui m'afflige d'autant...
... suis persuadé et convaincu que vous ne la méritez pas.
D'ailleurs je pense qu'il serait fâcheux militairement, qu'on destituât un chef sans le juger, et sur de simples accusations ; si on prenait ce parti, peu de nous seraient à l'abri d'être perdus: mon opinion à ce sujet me paraît être celle de toutes les personnes auxquelles j'ai parlé de votre situation, qui m'afflige d'autant plus, que je suis persuadé et convaincu que vous ne la méritez pas.
...e lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, avec un mémoire qui y était j...
..., à cause des marches et contre-marches de mon régiment depuis un mois. J'ai lu, M...
...s sincères pour que les choses prennent la tournure que vous désirez, et il paraît...
Je n'ai reçu, Monsieur le comte, qu'il y a deux jours, une lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, avec un mémoire qui y était joint, qui a couru beaucoup après moi, à cause des marches et contre-marches de mon régiment depuis un mois. J'ai lu, Monsieur, votre mémoire avec le plus grand intérêt : je forme les vœux les plus sincères pour que les choses prennent la tournure que vous désirez, et il paraîtrait à mes faibles lumières, que le jugement que vous réclamez
par le conseil de la guerre, ne pourrait vous être refusé sa... par le conseil de la guerre, ne pourrait vous être refusé sans injustice.
J'ai reçu, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire : le mémoire que vous avez bien voulu y joindre est plein de force et d'énergie; vous vous y exprimez en homme qui, ne connaissant rien de plus précieux que l'honneur, réclame av... J'ai reçu, Monsieur le comte, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire : le mémoire que vous avez bien voulu y joindre est plein de force et d'énergie; vous vous y exprimez en homme qui, ne connaissant rien de plus précieux que l'honneur, réclame avec chaleur contre le pouvoir arbitraire qui veut le lui enlever.
...peut être privé sans perdre l'estime et la considération publique; mais il n'en existe aucune de cette espèce dans le service militaire....
...cieux est un des caractères distinctifs de notre nation.
Il est des places, sans doute, dont on peut être privé sans perdre l'estime et la considération publique; mais il n'en existe aucune de cette espèce dans le service militaire. Être destitué ou être déshonoré sont deux mots synonymes pour tout officier Français : ce sentiment précieux est un des caractères distinctifs de notre nation.
...erai point ici, Monsieur le comte, dans la discussion des affaires malheureuses qui peuvent servir de prétexte au traitement rigoureux qu'on ...
... sur tout ce qui intéresse l'honneur et la délicatesse, plus je dois désirer qu'un jugement légal établisse partout la même opinion. Vous êtes coupable, ou vo...
...upable, vous devez être puni avec toute la sévérité des lois militaires ; si vous ne l'êtes pas, toute la France doit être instruite que les impu...
... l'autre cas, il n'est qu'un seul moyen de parvenir à la vérité : c'est l'examen de votre conduite par un conseil de guerre ; si vous succombez, votre punit...
...ndra un exemple terrible pour tout chef de corps qui s'écarterait des voies de la justice ou de l'honneur ; et, sous ce point de vue, le gouvernement est intéressé à vous accorder la demande d'être examiné et jugé publique...
... vérité vient même d'être consacrée par la dernière ordonnance militaire : vous le...
Je n'entrerai point ici, Monsieur le comte, dans la discussion des affaires malheureuses qui peuvent servir de prétexte au traitement rigoureux qu'on veut vous faire éprouver : mon opinion sur ces différents objets est entièrement lixée ; mais plus je vous vois pur et intact sur tout ce qui intéresse l'honneur et la délicatesse, plus je dois désirer qu'un jugement légal établisse partout la même opinion. Vous êtes coupable, ou vous ne l'êtes pas : si vous êtes coupable, vous devez être puni avec toute la sévérité des lois militaires ; si vous ne l'êtes pas, toute la France doit être instruite que les imputations faites contre vous sont fausses; et, dans l'un ou l'autre cas, il n'est qu'un seul moyen de parvenir à la vérité : c'est l'examen de votre conduite par un conseil de guerre ; si vous succombez, votre punition étant plus éclatante deviendra un exemple terrible pour tout chef de corps qui s'écarterait des voies de la justice ou de l'honneur ; et, sous ce point de vue, le gouvernement est intéressé à vous accorder la demande d'être examiné et jugé publiquement. Il est d'ailleurs un principe sacré et inviolable ; c'est que tout accusé ne peut être condamné que par les formes légales ; et cette vérité vient même d'être consacrée par la dernière ordonnance militaire : vous les invoquez dans votre mémoire, Monsieur le comte, et je ne puis me persuader que...
... le comte, à continuer vos réclamations de 1a manière la plus ferme et la plus respectueuse, et je ne doute pas qu'à la fin vous n'obteniez la justice qui vous est due. Je vous exhorte donc. Monsieur le comte, à continuer vos réclamations de 1a manière la plus ferme et la plus respectueuse, et je ne doute pas qu'à la fin vous n'obteniez la justice qui vous est due.
De M. de Menou. De M. de Menou.
De M. le vicomte de Dur fort. De M. le vicomte de Dur fort.
De M. Charles Damas. De M. Charles Damas.
J'ai lu, avec bien de l'intérêt, le mémoire que vous m'avez e...
...ous vos camarades. Je me mets au nombre de vos amis : vous devez penser combien j'...
...si juste que fondée; je ne trouve point de réplique à votre mémoire ; s'il n'a pas...
...e, il vous restera l'estime et l'amitié de ceux qui vous connaissent. C'est une pr...
J'ai lu, avec bien de l'intérêt, le mémoire que vous m'avez envoyé, mon cher Moreton ; il est impossible que votre affaire n'en inspire pas à tous vos camarades. Je me mets au nombre de vos amis : vous devez penser combien j'ai désiré qu'on écoutât votre demande aussi juste que fondée; je ne trouve point de réplique à votre mémoire ; s'il n'a pas l'effet qu'il parait devoir produire, il vous restera l'estime et l'amitié de ceux qui vous connaissent. C'est une propriété que rien ne peut vous ôter, et qui est consolante, quand on n'a rien à s...
De M. le baron de Menou. De M. le baron de Menou.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 149
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre et le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser: je crois, comme vous, que l...
... est irréprochable par l'honneur et par la probité, il ne fait que se rendre ce qu...
...litaire qui assure à tous les officiers de l'armée le jugement précieux de leurs pairs.
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre et le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser: je crois, comme vous, que lorsqu'un militaire est irréprochable par l'honneur et par la probité, il ne fait que se rendre ce qu'il doit à lui-même et à ses compagnons d'armes, en réclamant l'exécution d'une loi militaire qui assure à tous les officiers de l'armée le jugement précieux de leurs pairs.
Je viens de recevoir, Monsieur et cher confrère, le...
... l'ai lu avec tout l'intérêt qu'inspire la malheureuse circonstance dans laquelle ...
...hiver, chaque fois qu'il a été question de vous devant moi : c'est un hommage que ...
...e loyauté, et que je suis bien empressé de vous offrir dans cette occasion.
Je viens de recevoir, Monsieur et cher confrère, le mémoire que vous avez bien voulu m'adresser : je l'ai lu avec tout l'intérêt qu'inspire la malheureuse circonstance dans laquelle vous vous trouvez ; je me flatte que vous rendez justice au désir bien vif que j...
...l'effet que vous devez en attendre. Je ne puis que répéter ce que j'ai dit, cet hiver, chaque fois qu'il a été question de vous devant moi : c'est un hommage que tous ceux qui vous connaissent doivent à votre loyauté, et que je suis bien empressé de vous offrir dans cette occasion.
...i reçu, Monsieur et cher confrère, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m écrire, la copie que vous avez bien voulu y joindre de votre mémoire au roi. Le texte de la nouvelle loi, sur lequel vous appuyez votre demande, me semble la justifier pleinement quand même vous n'auriez pas d'autres titres aux bontés de Sa Majesté, et je souhaite de tout mon cœur qu'elle daigne avoir égar... J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m écrire, la copie que vous avez bien voulu y joindre de votre mémoire au roi. Le texte de la nouvelle loi, sur lequel vous appuyez votre demande, me semble la justifier pleinement quand même vous n'auriez pas d'autres titres aux bontés de Sa Majesté, et je souhaite de tout mon cœur qu'elle daigne avoir égard à vos réclamations.
Je viens de lire, Monsieur le comte, le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser : je ne doute pas que le conseil de la guerre ne vous mette à même de justifier votre conduite, en vous accordant la justice qu'il vous doit, et par ne s'acquitte envers la nation, du droit le plus cher à tout militaire, qui est de ne pouvoir perdre son état sans être ju... Je viens de lire, Monsieur le comte, le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser : je ne doute pas que le conseil de la guerre ne vous mette à même de justifier votre conduite, en vous accordant la justice qu'il vous doit, et par ne s'acquitte envers la nation, du droit le plus cher à tout militaire, qui est de ne pouvoir perdre son état sans être jugé par ses pairs.
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire que vous avez présenté au roi : vos réclamations ine paraissent de toute justice, et je ne doute pas qu'el... J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire que vous avez présenté au roi : vos réclamations ine paraissent de toute justice, et je ne doute pas qu'elle ne vous soit rendue.
... mémoire que vous m'avez fait 1 honneur de m'envoyer; je ne doute point que le conseil de la guerre n'engage M. le comte de Brienne à vous accorder le jugement que...
...'il est intéressant pour tous les chefs de corps que votre conduite, comme colonel...
J'ai reçu, Monsieur le comte, le mémoire que vous m'avez fait 1 honneur de m'envoyer; je ne doute point que le conseil de la guerre n'engage M. le comte de Brienne à vous accorder le jugement que vous demandez; je pense qu'il est intéressant pour tous les chefs de corps que votre conduite, comme colonel, soit soumise à un tribunal militaire.
...i vous regarde depuis que vous êtes né, la copie que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer je votre mémoire au roi ; il ...
...ment, et ce que vous demandez me paraît de la plus grande justice : c'est même l'ordo...
...u, Monsieur le comte, avec une attention égale à l'intérêt que je prends à ce qui vous regarde depuis que vous êtes né, la copie que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer je votre mémoire au roi ; il est écrit simplement, noblement, et ce que vous demandez me paraît de la plus grande justice : c'est même l'ordonnance qui demande pour vous.
... lettre que vous m'avez écrite au sujet de votre affaire de Wissembourg, en m'adressant aussi la copie de votre mémoire, qui a été donné au roi p...
...son frère, et dans lequel vous demandez de vous conserver votre régiment, ou la grâce d être jugé par un conseil de guerre.
J'ai reçu, mon cher comte et confrère, votre lettre que vous m'avez écrite au sujet de votre affaire de Wissembourg, en m'adressant aussi la copie de votre mémoire, qui a été donné au roi par Monsieur, son frère, et dans lequel vous demandez de vous conserver votre régiment, ou la grâce d être jugé par un conseil de guerre.
...comme vous le désirez. Quand on est sûr de son droit, il est tout naturel de désirer d'être jugé avec toutes les for...
...ère que vous voudrez bien me faire part de la réussite de votre demande.
...que l'on ne vous accorde pas d'être jugé par le conseil des officiers généraux, comme vous le désirez. Quand on est sûr de son droit, il est tout naturel de désirer d'être jugé avec toutes les formes. J'espère que vous voudrez bien me faire part de la réussite de votre demande.
De M. le vicomte de Toulongeon. De M. le vicomte de Toulongeon.
De M. le vicomte de Laval. De M. le vicomte de Laval.
De M. le comte O'Connell. De M. le comte O'Connell.
De M. le comte de Lévis. De M. le comte de Lévis.
De M. le chevalier de Puységur. De M. le chevalier de Puységur.
De M. d'Arenberg. De M. d'Arenberg.
De M. de Sarsfield. De M. de Sarsfield.
De M. le baron de Hahn. De M. le baron de Hahn.
...otre honneur, ce qu'un officier général de cette province, et qui a été chargé par...
...laintes contre vous, m'a fait l'honneur de me dire.
...s sévère) n'est pas aussi assuré que moi qu'on ne peut rien vous reprocher sur votre honneur, ce qu'un officier général de cette province, et qui a été chargé par le ministre d'examiner les plaintes contre vous, m'a fait l'honneur de me dire.
M. le duc d'Ayen, notre inspecteur de l'année passée, vous rend le même aveu,... M. le duc d'Ayen, notre inspecteur de l'année passée, vous rend le même aveu, suivant votre mémoire au roi.
...e roi, quand il sera instruit et assuré de cette vérité, ne vous accorde votre dem...
...s comme une justice qui autorise chacun de ses sujets à réclamer suivant sa derniè...
Je ne doute donc pas que le roi, quand il sera instruit et assuré de cette vérité, ne vous accorde votre demande non pas comme une grâce, mais comme une justice qui autorise chacun de ses sujets à réclamer suivant sa dernière ordonnance, comme vous l'observez fort bien dans votre mémoire présenté au ro...
De M. de Noailles. De M. de Noailles.
J'ai reçu, mon cher confrère, la lettre que vous m'avez écrite, avec cel... J'ai reçu, mon cher confrère, la lettre que vous m'avez écrite, avec celle que vous adressez au roi.
...en votre faveur, et qu'il a été reconnu de tout temps qu'après un jugement, on ne ... Il me semble que les nouvelles ordonnances parlent en votre faveur, et qu'il a été reconnu de tout temps qu'après un jugement, on ne devait pas subir deux punitions pour une faute qui n'en comporte qu'une.
M. de Brienne est fait pour être touché par de justes raisons, et le roi écoutera sans... M. de Brienne est fait pour être touché par de justes raisons, et le roi écoutera sans doute avec intérêt les réclamations d'un officier qui l'a servi avec zèle.
De M. de Guerchy. De M. de Guerchy.
De M. le comte d'Avaux. De M. le comte d'Avaux.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 150
Je vous rends grâce, Monsieur le comte, de la marque de confiance dont vous m'honoreg. Je ne connais pas de réclamation plus juste que la vôtre, et je ne crois pas qu'on puisse l'exprimer avec plus de noblesse et de clarté. Je vous rends grâce, Monsieur le comte, de la marque de confiance dont vous m'honoreg. Je ne connais pas de réclamation plus juste que la vôtre, et je ne crois pas qu'on puisse l'exprimer avec plus de noblesse et de clarté.
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écr|rè et le mémoire qui y était join...
...oint, je me permets Cependant l'opinion de vous croire d'autant plus fondé à réclamer un jugement, que l'on a toujours bonne grâce de demander que vous appuyez cette demande...
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écr|rè et le mémoire qui y était joint; et que vous avez bien voulu m'adpes-ser; je l'ai lu avec l'attention et l'int...
...cune réflexion sur les détails d'une affaire que j'ignore et qui ne me regarde point, je me permets Cependant l'opinion de vous croire d'autant plus fondé à réclamer un jugement, que l'on a toujours bonne grâce de demander que vous appuyez cette demande sur le texte même d'une nouvelle ordonnance qui, à ce qu'il me semble, ne doit ...
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la copie que vous m'avez envoyée de votre lettre au roi. J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la copie que vous m'avez envoyée de votre lettre au roi.
La justice de votre demande me fait croire qu'on ne v... La justice de votre demande me fait croire qu'on ne vous refusera pas ce que vous demandez.
L'honnêteté et la loyauté de votre Garaçtère, connu de tous vos amis, doit vous répondre de l'intérêt qu'on prend à ee que voqs épr... L'honnêteté et la loyauté de votre Garaçtère, connu de tous vos amis, doit vous répondre de l'intérêt qu'on prend à ee que voqs éprouvez, et notre bien ancienne liaison vous est un sûr garant du mien en particul...
...nt qu'on puisse vous refuser lg conseil de guerre que vous demandez, Rien ne prouye mieux la bonté de votre cause que demande que vous eu faites, Personne ne prendra plus d'intérêt que moi à la réussite de vqtre affaire, et j'espère que vous vou... ...ire au roi qui y était joint. Il m'a paru parfaitement juste, et je ne crois point qu'on puisse vous refuser lg conseil de guerre que vous demandez, Rien ne prouye mieux la bonté de votre cause que demande que vous eu faites, Personne ne prendra plus d'intérêt que moi à la réussite de vqtre affaire, et j'espère que vous voudrez bien me faire part du succès que vous devez eu attendre.
vous m'avez fait l'honneur de m'adresser : votre réclamation me paraî...
...une manière si précise sur l'ordonnance de la hiérarchie militaire, que je ne doute p...
... favorablement par le roi. Je vous prie de croire, Monsieur le comte, que j'ai pri...
...ndrai pas une moins véritable au succès de votre demande, et à la justice que vous réclamez.
vous m'avez fait l'honneur de m'adresser : votre réclamation me paraît fondée d'une manière si précise sur l'ordonnance de la hiérarchie militaire, que je ne doute point qu'elle ne soit accueillie favorablement par le roi. Je vous prie de croire, Monsieur le comte, que j'ai pris une part infinie aux discussions fâcheuses que vous avez éprouvée?, et que je n'en prendrai pas une moins véritable au succès de votre demande, et à la justice que vous réclamez.
J'ai reçu, Monsieur, la copie de votre mémoire présenté au roi, que vous avez eu la bonté de m'envoyer. Votre réclamation me paraît si juste, qu'il m est impossible de ne pas croire que l'on ne vous accorde le jugement que vous demandez avec autant de raison que de justice. J'ai reçu, Monsieur, la copie de votre mémoire présenté au roi, que vous avez eu la bonté de m'envoyer. Votre réclamation me paraît si juste, qu'il m est impossible de ne pas croire que l'on ne vous accorde le jugement que vous demandez avec autant de raison que de justice.
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire qui y était joi...
...érêt, et je désire bien sincèrement que la demande simple et juste qui en est l'ob...
J'ai reçu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et le mémoire qui y était joint ; je l'ai lu avec un véritable intérêt, et je désire bien sincèrement que la demande simple et juste qui en est l'objet vops soit accordée,
...ur le comte, avec infiniment d'intérêt, la lettre que vous avez écrite au roi, et ...
...est intéressant pour tous les individus de l'armée qu'il vous soit accordé des jug...
...ents émanés des commissions. Le conseil de guerre semble avoir été réuni pour étab...
...incipe d'une constitution militaire est de donner des juges à qui est accusé et eu...
...que le roi peut asseoir sou opinion et, de suite, sa volonté.
J'ai lu, Monsieur le comte, avec infiniment d'intérêt, la lettre que vous avez écrite au roi, et dont vous m'envoyez copie. Je pense qu'il est intéressant pour tous les individus de l'armée qu'il vous soit accordé des juges. 11 serait inquiétant pour tout le mondé qu'une décision du roi ne portât pas sur les formes graves auxquelles sont tenus les tribunaux, même les jugements émanés des commissions. Le conseil de guerre semble avoir été réuni pour établir des bases ; et ie premier principe d'une constitution militaire est de donner des juges à qui est accusé et eu demande. Ce n'est que d'après cette instruction que le roi peut asseoir sou opinion et, de suite, sa volonté.
Je suis chargé, Monsieur le comte, de la part de mon père, qui se trouve dans l'impossibilité de vous répondre lui-même, de vous assurer combien il est reconnaissant de l'attention que vous avez bien voulu avoir de lui envoyer Une copie de votre mémoire au roi. 11 l'a lu avec Je suis chargé, Monsieur le comte, de la part de mon père, qui se trouve dans l'impossibilité de vous répondre lui-même, de vous assurer combien il est reconnaissant de l'attention que vous avez bien voulu avoir de lui envoyer Une copie de votre mémoire au roi. 11 l'a lu avec
... ne doute pas qu'il ne vous soit facile de vous justifier de ceux qui seraient assez graves pour mér...
... toutes circonstances, un homme a drqif de demander à être jugé ; C'est le grand p...
sont attribués, Monsieur, je ne doute pas qu'il ne vous soit facile de vous justifier de ceux qui seraient assez graves pour mériter une punition aussi sévère; rpais, çe que je pense invariablement, c'est que, dans toutes circonstances, un homme a drqif de demander à être jugé ; C'est le grand procès qui se plaide maintenant. Beaucoup l'ont perdu ; je désire bien sincèremen...
De M. le duc de Montmorency. De M. le duc de Montmorency.
De M. le marquis de Montesquiou, De M. le marquis de Montesquiou,
S'il est en mon pouvoir de vous seconder, je vous prie de ne pas douter du zèle que j'y mettrai. S'il est en mon pouvoir de vous seconder, je vous prie de ne pas douter du zèle que j'y mettrai.
De M, le comte de Gçind, De M, le comte de Gçind,
De M, de Caylu.9, De M, de Caylu.9,
De M. de Pôuilly. De M. de Pôuilly.
De M. te chevalier de Fitz-hmes. De M. te chevalier de Fitz-hmes.
Je viens de recevoir, mon cher comte, votre mémoire au roi. Vous ne doutez pas, j'espère, de l'intérêt que je prendrai toujours à ce... Je viens de recevoir, mon cher comte, votre mémoire au roi. Vous ne doutez pas, j'espère, de l'intérêt que je prendrai toujours à ce qui vous regarde, et particulièrement votre honneur se trouvant compromis. Votr...
De M. le duc de Laval. De M. le duc de Laval.
De M. de Boisgelin, De M. de Boisgelin,
De Mi le comte de Mailly. De Mi le comte de Mailly.
De M. le duc d'Agenais,pour M, le duc d'Ai... De M. le duc d'Agenais,pour M, le duc d'Aiguillon.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 151
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez écrite et le mémoire qui y était joint. La demande d'un jugement, qui fait le seul objet de votre mémoire au roi, me semble vous êt...
...e par l'ordonnance que Sa Majesté vient de rendre, portant règlement sur la hiérarchie de tous les emplois militaires, titre II, ...
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez écrite et le mémoire qui y était joint. La demande d'un jugement, qui fait le seul objet de votre mémoire au roi, me semble vous être accordée d'avance par l'ordonnance que Sa Majesté vient de rendre, portant règlement sur la hiérarchie de tous les emplois militaires, titre II, art. 3.
... mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer; après l'avoir lu avec beaucoup d'attention, il m'est impossible de ne pas dire qu'il est de toute justice de vous accorder ce que vous demandez. Un ...
...semble qu'à votre place, je serais dans la plus grande sécurité,
J'ai reçu, Monsieur le comte, le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer; après l'avoir lu avec beaucoup d'attention, il m'est impossible de ne pas dire qu'il est de toute justice de vous accorder ce que vous demandez. Un jugement est le droit d'un citoyen, dans quelque état que le hasard l'ait placé; vous devez d'autant plus l'espérer, que le roi est juste. D'après cette vérité, il me semble qu'à votre place, je serais dans la plus grande sécurité,
J'ai reçu, Monsieur le comte, la copie du mémoire présenté au roi, que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer. Votre cause est d'une telle justice qu'elle doit êlre celle de tou3 vos camarades et de tous les honnêtes gens. Il me paraît im...
...e aussi équitable que monsieur le comte de Brienne. Je ne fais point de vœux pour qu'il soit conforme à ce que ...
...enne connaissance et l'opinion que j'ai de vous, Monsieur le comte, ne me laissent point de doute à cet égard.
J'ai reçu, Monsieur le comte, la copie du mémoire présenté au roi, que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer. Votre cause est d'une telle justice qu'elle doit êlre celle de tou3 vos camarades et de tous les honnêtes gens. Il me paraît impossible que l'on vous refuse le jugement que vous demandez et que vous allez sans doute obtenir promptement d'un ministre aussi équitable que monsieur le comte de Brienne. Je ne fais point de vœux pour qu'il soit conforme à ce que vous désirez; notre ancienne connaissance et l'opinion que j'ai de vous, Monsieur le comte, ne me laissent point de doute à cet égard.
J'ai appris avec beaucoup de regrets, Monsieur, votre destitution du régiment deXa Fère. La réclamation que vous faites d'un jugeme...
...que vous n'obteniez ce que l'ordonnance de la hiérarchie militaire accorde à tous les officiers subalternes de l'armée. Soyez, je vous prie, bien pers...
...teniez ce que vous sollicite? avec tant de justice,
J'ai appris avec beaucoup de regrets, Monsieur, votre destitution du régiment deXa Fère. La réclamation que vous faites d'un jugement me paraît fondée sous tous les rapports; votre honneur y est intéressé, et je ne doute point que vous n'obteniez ce que l'ordonnance de la hiérarchie militaire accorde à tous les officiers subalternes de l'armée. Soyez, je vous prie, bien persuadé, Monsieur, du désir que j'ai que vous obteniez ce que vous sollicite? avec tant de justice,
...ans ; il me semble qu'il est très noble de demander, de provoquer un jugement; vous réunissez au droit naturel qu'a tout homme qu'on inculpp, de demander que la loi prononce. L'ordonnance qui vient d'...
...'on ne pourra pas destituer un officier de son emploi, qu'il n'ait été jugé dans l...
... demande, et que le jugement du conseil de guerre vous sera aussi favorable que je...
... que peut et doit inspirer l'amitié dont monsieur votre père m'honore depuis 40 ans ; il me semble qu'il est très noble de demander, de provoquer un jugement; vous réunissez au droit naturel qu'a tout homme qu'on inculpp, de demander que la loi prononce. L'ordonnance qui vient d'être rendue me paraît très sage, puisqu'elle prononce expressément qu'on ne pourra pas destituer un officier de son emploi, qu'il n'ait été jugé dans les formes qui y sont prescrites. J'espère /Monsieur le comte, que vous obtiendrez votre demande, et que le jugement du conseil de guerre vous sera aussi favorable que je le désire.
J'ai reçu, mon cher Moreton, la lettre que vous m'avez écrite et le mém...
... ne doute pas un instant que le conseil de guerre que vous demandez, ne vous soit ...
...litaires sont, ce me semble, une espèce de propriété acquise par des services, par le sacrifice d'une partie de sa fortune et de son temps, et qu'on ne doit pouvoir per...
...ment prouvées, et jugées par un conseil de guerre. Votre cause est celle de tous les militaires, votre réclamation celle de toute l'armée ; et je ne doute pas qu'e...
J'ai reçu, mon cher Moreton, la lettre que vous m'avez écrite et le mémoire qui y était joint ; il me paraît renfermer une grande réclamation ; et je ne doute pas un instant que le conseil de guerre que vous demandez, ne vous soit accordé. Les grades militaires sont, ce me semble, une espèce de propriété acquise par des services, par le sacrifice d'une partie de sa fortune et de son temps, et qu'on ne doit pouvoir perdre que par des fautes graves, authentiquement prouvées, et jugées par un conseil de guerre. Votre cause est celle de tous les militaires, votre réclamation celle de toute l'armée ; et je ne doute pas qu'elle ne sollicitât vivement le jugement que vous demandez, dans le cas où il vous...
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et ia copie qui y était joint...
...avez présenté au roi. J'ai été à portée de prendre personnellement connaissance de...
...; mais je me flatte que vous me rendrez la justice de croire que je suis convaincu que vous n...
...z craindre d'exposer au grand jour ; et la réclamation que vous faites d'un jugement du conseil de la guerre me paraît de toute justice, et la preuve la plus convaincante de la conscience que vous avez d'une conduite...
...'y aura plus qu'à vous faire compliment de la justice qui vous aura été rendue.
J'ai reçu, Monsieur et cher confrère, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et ia copie qui y était jointe, du mémoire que vous avez présenté au roi. J'ai été à portée de prendre personnellement connaissance des objets qui donnent lieu à votre réclamation ; mais je me flatte que vous me rendrez la justice de croire que je suis convaincu que vous n'avez jamais rien eu dans votre conduite , que vous puissiez craindre d'exposer au grand jour ; et la réclamation que vous faites d'un jugement du conseil de la guerre me paraît de toute justice, et la preuve la plus convaincante de la conscience que vous avez d'une conduite irréproehable. J'espère que votre demande vous sera accordée , et qu'il n'y aura plus qu'à vous faire compliment de la justice qui vous aura été rendue.
... voulu me confier; vous y défendez avec noblesse une cause fort intéressante pour tout l...
...l'honneur* et votre cause devient celle de tout
J'ai lu , Monsieur, avec empressement le mémoire que votre amitié a bien voulu me confier; vous y défendez avec noblesse une cause fort intéressante pour tout le militaire. Votre.but e^t l'honneur* et votre cause devient celle de tout
...e. Il espère que vous ne douterez point de sa façon de penser à cet égard. ... aussi juste qu'elle est noble et respectueuse, ait tout le succès qu'elle mérite. Il espère que vous ne douterez point de sa façon de penser à cet égard.
De M. le prince de Poix. De M. le prince de Poix.
De M. de tiouvernet. De M. de tiouvernet.
De M. de Baye. De M. de Baye.
De M. de Lusignan. De M. de Lusignan.
De M. le prince dç Saint-Mauris. De M. le prince dç Saint-Mauris.
De M. de Fdrgès. De M. de Fdrgès.
... mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et je l'ai lu J'ai reçu, Monsieur, le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, et je l'ai lu
De M. Alexandre de Lameth. De M. Alexandre de Lameth.
...her Moreton, c'est vous dire combien je la crois pure, Désirer que votre conduite soit mise en évidence, mon cher Moreton, c'est vous dire combien je la crois pure,
De M. le vicomte de Ségur. De M. le vicomte de Ségur.
...inspirez, d'être un instant inquiet sur la réponse du roi, dont nous connaissons la justice. ...tre demande si fondée, qu'il m'est impossible, malgré tout l'intérêt que vous m'inspirez, d'être un instant inquiet sur la réponse du roi, dont nous connaissons la justice.
De M. le marquis de Mortemart. De M. le marquis de Mortemart.
De M. le vicomte de Croismare, De M. le vicomte de Croismare,

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 152
Délibération de l'ordre de la noblesse du Dauphiné. Délibération de l'ordre de la noblesse du Dauphiné.
... sept cent quatre-vingt-huit, à l'issue de la dernière assemblée des trois ordrts de la province de Dauphiné, M. le comte de Moreton-Ghabrillan, capitaine en survivance des gardes du corps de Monsieur, frère du roi, aurait prié M. le comte de Morges, président de l'ordre de la noblesse, d'inviter ceux qui le composent à se rendre à la chapelle des pénitents ; et y étant, M. de Moreton a représenté que, par un acte d...
... été privé' du commandement du régiment de La Fère, infanterie, dont il était colonel...
...il a sollicité l'assemblée d'un conseil de guerre, pour y être jugé, sans l'avoir pu obtenir ; que ce refus l'aurait nécessité de déposer un acte chez M® Brazon, procureur au parlement de Panis, sous la date du 31 octobre 1788; qu'il supplie Messieurs de la noblesse de lui permettre de déposer au greffe des États de la province, une couie collationnée duçtit...
Gejourd'hui huit novembre mil sept cent quatre-vingt-huit, à l'issue de la dernière assemblée des trois ordrts de la province de Dauphiné, M. le comte de Moreton-Ghabrillan, capitaine en survivance des gardes du corps de Monsieur, frère du roi, aurait prié M. le comte de Morges, président de l'ordre de la noblesse, d'inviter ceux qui le composent à se rendre à la chapelle des pénitents ; et y étant, M. de Moreton a représenté que, par un acte d'autorité, il a été privé' du commandement du régiment de La Fère, infanterie, dont il était colonel ; que vainement il a fait toutes démarches auprès des ministres du roi, pour réclamer sa justice, et être réintégré dans son état; que, sur leur refus, il a sollicité l'assemblée d'un conseil de guerre, pour y être jugé, sans l'avoir pu obtenir ; que ce refus l'aurait nécessité de déposer un acte chez M® Brazon, procureur au parlement de Panis, sous la date du 31 octobre 1788; qu'il supplie Messieurs de la noblesse de lui permettre de déposer au greffe des États de la province, une couie collationnée duçtit acte, et des pièces qui y sont rappelées.
L'ordre de la noblesse a délibéré qu'il serait écrit en son nom, par M. le comte de Morges, une lettre au roi, à l'effet d'accepter la convocation d'un conseil de guerre, réclamé par M. de Moreton, à l'effet de Je déclarer innocent ou coupable; décla...
...us qu'il consent le dépôt requis par M. de Moreton. Et ont signé, etc.
L'ordre de la noblesse a délibéré qu'il serait écrit en son nom, par M. le comte de Morges, une lettre au roi, à l'effet d'accepter la convocation d'un conseil de guerre, réclamé par M. de Moreton, à l'effet de Je déclarer innocent ou coupable; déclare au surplus qu'il consent le dépôt requis par M. de Moreton. Et ont signé, etc.
Lettre de M. le comte de Morges, président de l'ordre de la noblesse de Dauphiné, au roi (1). Lettre de M. le comte de Morges, président de l'ordre de la noblesse de Dauphiné, au roi (1).
La noblesse de votre province de Dauphiné, qui rend les plus vives actions de grâces à Votre Majesté pour les bontés ...
...sur les objets généraux qui intéressent la province, prend encore la liberté de réclamer votre justice en faveur d'une ...
La noblesse de votre province de Dauphiné, qui rend les plus vives actions de grâces à Votre Majesté pour les bontés éclatantes qu'elle lui témoigne en ce moment, sur les objets généraux qui intéressent la province, prend encore la liberté de réclamer votre justice en faveur d'une cause particulière, sur laquelle elle ose adresser à Votre Majesté se? respeciue...
J'ai lu, Monsieur le comte, avec bien de l'intérêt, le mémoire que vous m'avez donné, et ne vois rien de plus juste que la demande que vous désirez obtenir : il est certain que l'usage ancien, et la dernière ordonnance que le roi a rendue... J'ai lu, Monsieur le comte, avec bien de l'intérêt, le mémoire que vous m'avez donné, et ne vois rien de plus juste que la demande que vous désirez obtenir : il est certain que l'usage ancien, et la dernière ordonnance que le roi a rendue, vous y autorisent ; je ne puis croire qu'elle soit déjà en désuétude.
...ne devez pas douter, mon cher confrère, de l'intérêt que je prends à ce qui vient de vous arriver. La réclamation que vous faites d'un jugeme...
...ce, me paraît d'autant plus fondée, que la justice, l'ordonnance, l'usage demandent également pour vous la décision d'un conseil de guerre. J'espère que vos instances et l'opinion publique ne manqueront pas de vous faire accorder cette satisfaction à laquelle, d'ailleurs, est liée la sécurité de tous les militaires.
Vous ne devez pas douter, mon cher confrère, de l'intérêt que je prends à ce qui vient de vous arriver. La réclamation que vous faites d'un jugement dans cette circonstance, me paraît d'autant plus fondée, que la justice, l'ordonnance, l'usage demandent également pour vous la décision d'un conseil de guerre. J'espère que vos instances et l'opinion publique ne manqueront pas de vous faire accorder cette satisfaction à laquelle, d'ailleurs, est liée la sécurité de tous les militaires.
J'ai l'honneur de vous remercier, Monsieur le comte, de l'attention que vous avez eue de m'envoyer une copie de votre mémoire au roi; l'intérêt que je ...
...r aucun doute sur celui que m'a inspiré la lecture des raisons qu'il contient. Je ...
...sté se trouvé aussi convaincue que moi, de la justice de votre cause.
J'ai l'honneur de vous remercier, Monsieur le comte, de l'attention que vous avez eue de m'envoyer une copie de votre mémoire au roi; l'intérêt que je prends à ce qui vous regarde ne doit vous laisser aucun doute sur celui que m'a inspiré la lecture des raisons qu'il contient. Je fais des vœux bien sincères pour que Sa Majesté se trouvé aussi convaincue que moi, de la justice de votre cause.
Dépôt de toutes les pièces ci-dessus, fait par M. de Moreton chez un officier public ; et la protestation contre la destitution arbitraire, contre toute no...
..., ou qui pourrait se faire, à sa charge de colonel du régiment de La Fère.
Dépôt de toutes les pièces ci-dessus, fait par M. de Moreton chez un officier public ; et la protestation contre la destitution arbitraire, contre toute nomination déjà faite, ou qui pourrait se faire, à sa charge de colonel du régiment de La Fère.
...rsisterai jusqu'au dernier soupir, dans la réclamation que j'ai pris la liberté de faire mettre sous les yeux du roi ; que je ne cesserai de demander justice qui est due à tout militaire, e...
...licitant le jugement légal d'un conseil de guerre, et que je persévère à croire qu...
...e droit incontestable qu'a tout citoyen de n'être pas condamné sans être entendu. ...
...te ou qui pourrait se faire à ma charge de colonel du régiment de La Fère, dont je n'ai jamais donné ma démi...
En faisant le dépôt des pièces ci-dessus, je déclare que je persiste et persisterai jusqu'au dernier soupir, dans la réclamation que j'ai pris la liberté de faire mettre sous les yeux du roi ; que je ne cesserai de demander justice qui est due à tout militaire, et même à tout autre citoyen, en sollicitant le jugement légal d'un conseil de guerre, et que je persévère à croire qu'il ne peut m'être refusé sans violer également les principes et les lois militaires, et le droit incontestable qu'a tout citoyen de n'être pas condamné sans être entendu. En conséquence, je proteste «ontre urte destitution arbitraire, contre toute nomination déjà faite ou qui pourrait se faire à ma charge de colonel du régiment de La Fère, dont je n'ai jamais donné ma démission; aussi bien que contre toutes les atteintes que l'on pourrait porter à mon...
...ividuelle ; me réservant d'en instruire la nation assemblée, pour éclairer la religion du roi, sur un objet qui intéresse aussi essentiellement thon honneur, la plus précieuse des propriétés d'un citoyen. A Paris, en l'étude de M® Brazon, procureur au parlement, le 3... taire, et à ma liberté politique et individuelle ; me réservant d'en instruire la nation assemblée, pour éclairer la religion du roi, sur un objet qui intéresse aussi essentiellement thon honneur, la plus précieuse des propriétés d'un citoyen. A Paris, en l'étude de M® Brazon, procureur au parlement, le 31 octobre 1788.
Signé : le comte de Moreton, colonel du régiment de La Fère. Signé : le comte de Moreton, colonel du régiment de La Fère.
...ue cette affaire ne regardait nullement la noblesse du auphiné, et que Sa Majesté improuvai... Sue cette affaire ne regardait nullement la noblesse du auphiné, et que Sa Majesté improuvait sa démarche.
officier qui, coupable de quelques légèretés, se verrait exposé à... officier qui, coupable de quelques légèretés, se verrait exposé à les expier par le châtiment réservé aux plus grandes fautes.
De M. de Pérnot. De M. de Pérnot.
De M. le chevalier d'Oraison. De M. le chevalier d'Oraison.
De M. le marquis de Coigny. De M. le marquis de Coigny.
Nota. Tous les autres officiers de l'armée, à qui M. de Moreton avait adressé son mémoire, lui ... Nota. Tous les autres officiers de l'armée, à qui M. de Moreton avait adressé son mémoire, lui répondirent dans le même sens.
M. de Moreton s'étant retiré, sa demande port... M. de Moreton s'étant retiré, sa demande portée en délibération ;
Le comte de Morges, président. Le comte de Morges, président.
Le comte de Moreton-Ghabrillan, un des membres de son corps, lui a représenté que sa déli... Le comte de Moreton-Ghabrillan, un des membres de son corps, lui a représenté que sa délicatesse lui ferait supporter avec douleur, jusqu'à l'apparence d'avoir pu mérite...
(1) M. de Brienne a répondu sèchement à cette let... (1) M. de Brienne a répondu sèchement à cette lettre,

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 153
...s succès jusqu'à présent, qu'un conseil de guerre lui fût accordé pour juger sa conduite. Le corps de la noblesse ose se joindre à lui pour solliciter de Votre Majesté cette satisfaction : il la supplie de ne considérer dans cette démarche que la délicatesse et l'honneur qui l'animent, et qui l'ont toujours porté au service de ses rois, avec un zèle pur et sans repr... ...esté, sans qu'on lui en ait fait connaître les motifs; et qu'il a sollicité, sans succès jusqu'à présent, qu'un conseil de guerre lui fût accordé pour juger sa conduite. Le corps de la noblesse ose se joindre à lui pour solliciter de Votre Majesté cette satisfaction : il la supplie de ne considérer dans cette démarche que la délicatesse et l'honneur qui l'animent, et qui l'ont toujours porté au service de ses rois, avec un zèle pur et sans reproche.
Signé : le comte' de Morges, président de l'ordre de la noblesse. Signé : le comte' de Morges, président de l'ordre de la noblesse.
Réclamation de M. de Moreton à la nation assemblée dans ses bailliages. Réclamation de M. de Moreton à la nation assemblée dans ses bailliages.
... ministériel, n'a d'autre ressource que de dévorer en silence les affronts et les injustices; mais quand de grands maux ramènent enlin la nation à l'époque désirée où sa voix pe...
...é voulut flétrir, approche sans crainte de l'Assemblée auguste chargée de stipuler les intérêts de tous; il vient y demander justice, y dé...
Il est un temps où le citoyen, frappé par le despotisme ministériel, n'a d'autre ressource que de dévorer en silence les affronts et les injustices; mais quand de grands maux ramènent enlin la nation à l'époque désirée où sa voix peut se faire ente tdre, le citoyen opprimé élève ses espérances. C'est alors que celui que l'autorité voulut flétrir, approche sans crainte de l'Assemblée auguste chargée de stipuler les intérêts de tous; il vient y demander justice, y dénoncer ses oppresseurs et présenter sa lête.
...n 1483 cette foule d'hommes infortunés, de tout rang, de tout âge, qui, sous le règne précédent, avaie ît été les déplorables victimes de la tyrannie de Louis XI. Ainsi se conduisirent en 1483 cette foule d'hommes infortunés, de tout rang, de tout âge, qui, sous le règne précédent, avaie ît été les déplorables victimes de la tyrannie de Louis XI.
...nt, quand l'abus du pouvoir dont il fut la victime, est tel que la continuité de ces abus entraînerait l'Etat sous le joug de la tyrannie, alors ce n'est plus aux représentants de la nation qu'il doit se plaindre, mais à la nation elle-même assemblée dans ses bai...
... particulier l'éclairant sur le malheur de tous, sa suprême volonté charge ses représentants de réprimer ce despotisme odieux qui menace la nation entière.
Mais quand le coup qui atteint un citoyen, les menace tous également, quand l'abus du pouvoir dont il fut la victime, est tel que la continuité de ces abus entraînerait l'Etat sous le joug de la tyrannie, alors ce n'est plus aux représentants de la nation qu'il doit se plaindre, mais à la nation elle-même assemblée dans ses bailliages, afin que le malheur d'un particulier l'éclairant sur le malheur de tous, sa suprême volonté charge ses représentants de réprimer ce despotisme odieux qui menace la nation entière.
Le comte de Moreton s'adresse donc aux bailliages, ...
...t général at:achéà sa cause. Etranger à la plus grande partie des bailliages, inconnu de la plupart de ceux à qui il adresse ses vœux, entouré d'enneinis, de lâches calomniateurs, il n'en a pas moins le juste espoir de voir accueillir sa demande, parce qu'elle est juste et qu'elle est unie à l'intérêt de tous.
Le comte de Moreton s'adresse donc aux bailliages, pour en obtenir le redressement des griefs dont il se plaint : son intérêt personnel disparaît devant l'intérêt général at:achéà sa cause. Etranger à la plus grande partie des bailliages, inconnu de la plupart de ceux à qui il adresse ses vœux, entouré d'enneinis, de lâches calomniateurs, il n'en a pas moins le juste espoir de voir accueillir sa demande, parce qu'elle est juste et qu'elle est unie à l'intérêt de tous.
Le comte de Moreton, colonel du régiment de La Fère en 1785, a été destitué du command... Le comte de Moreton, colonel du régiment de La Fère en 1785, a été destitué du commande-
ment de son régiment le 24 juin 1788, sur une simple lettre ministérielle de M. le comte de Brienne. Aussitôt il a réclamé contre c...
...n tribunal où il pût offrir sa tête, et la conserver avec son innocence, ou la perdre avec son honneur. On lui a refus...
ment de son régiment le 24 juin 1788, sur une simple lettre ministérielle de M. le comte de Brienne. Aussitôt il a réclamé contre cette décision arbitraire; aussitôt il a demandé un tribunal où il pût offrir sa tête, et la conserver avec son innocence, ou la perdre avec son honneur. On lui a refusé justice, on l'a jugé sans l'entendre, et il a perdu son emploi.
Le comte de Moreton a déposé chez un officier publi...
...lles veillaient pour lui, lors même que la tyrannie d'un ministre l'opprimait ; et...
Le comte de Moreton a déposé chez un officier public ses plaintes, ses réclamations; elles veillaient pour lui, lors même que la tyrannie d'un ministre l'opprimait ; et aujourd'hui, il demande aux bailliages leur intervention, pour obtenir qu'il so...
Sa cause est la cause de tous les citoyens; elle est la cause de la patrie elle-même. Elle est la cause de tous les citoyens, parce qu'il sera désormais impossible de servir l'Etat, s'il dépend d'un ministre de flétrir, par l'effet de sa volonté, les militaires qui se dévou...
...itoyen par des grâces, il ne dépend pas de lui de le déshonorer en les lui retirant. Il était libre de les refuser; il ne l'est pas de les reprendre.
Sa cause est la cause de tous les citoyens; elle est la cause de la patrie elle-même. Elle est la cause de tous les citoyens, parce qu'il sera désormais impossible de servir l'Etat, s'il dépend d'un ministre de flétrir, par l'effet de sa volonté, les militaires qui se dévouent à sa défense. Si le roi peut honorer un citoyen par des grâces, il ne dépend pas de lui de le déshonorer en les lui retirant. Il était libre de les refuser; il ne l'est pas de les reprendre.
Les lois ont limité à cet égard la puissance royale; et cette limite salutaire, conservatrice de l'honneur des citoyens contre les attentats du despotisme, fait partie de la Constitution, et fut toujours en vigueu... Les lois ont limité à cet égard la puissance royale; et cette limite salutaire, conservatrice de l'honneur des citoyens contre les attentats du despotisme, fait partie de la Constitution, et fut toujours en vigueur parmi nous.
..., on voit que nul ne pouvait être privé de ses honneurs (ce qui voulait dire de ses offices et dignités) que par jugeme...
...d du despotisme dont se plaint le comte de Moreton, fut blâmé, et la question de ces destitutions fut renvoyée au Plaid ...
Dans le capitulaire donné à Pistes (2), on voit que nul ne pouvait être privé de ses honneurs (ce qui voulait dire de ses offices et dignités) que par jugement. Et Lothaire ayant voulu user à cet égard du despotisme dont se plaint le comte de Moreton, fut blâmé, et la question de ces destitutions fut renvoyée au Plaid national.
...stable tyran, a reconnu l'inamovibilité de toutes les charges et emplois militaires, par la même ordonnance qui constate celle de tous les offices de judica-ture (3). Louis XI, lui-même, ce détestable tyran, a reconnu l'inamovibilité de toutes les charges et emplois militaires, par la même ordonnance qui constate celle de tous les offices de judica-ture (3).
Si, de ces anciennes institutions, nous passons à de plue modernes, nous trouvons que nos lo...
...ait perdre son office sans jugement, et la manière de le juger y est tracée avec exactitude.
Si, de ces anciennes institutions, nous passons à de plue modernes, nous trouvons que nos lois militaires ont toutes prononcé que nul ne pouvait perdre son office sans jugement, et la manière de le juger y est tracée avec exactitude.
...les lois émanées sous le ministère même de l'homme injuste (5) qui a tyranniquement privé le comte de Moreton de son état, lui imposaient la loi de le faire juger avant de le destituer : ainsi il a violé, en le ... Mais les lois émanées sous le ministère même de l'homme injuste (5) qui a tyranniquement privé le comte de Moreton de son état, lui imposaient la loi de le faire juger avant de le destituer : ainsi il a violé, en le destituant arbitrairement, les lois du royaume et ses propres décisions.
...ements portant établissement du conseil de la guerre, articles 14, 15 et 16, et l'ordonnance concernant la hiérarchie militaire, en date des 9 et ... (5) Voyez les règlements portant établissement du conseil de la guerre, articles 14, 15 et 16, et l'ordonnance concernant la hiérarchie militaire, en date des 9 et 23 octobre 1781, et 17 mars 1788.
...re, avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majesté, vos très humbles, etc. Nous avons l'honneur d'être, avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majesté, vos très humbles, etc.
S'il fut permis alors de se plaindre d'un roi qui avait si étrangement abusé de son pouvoir, à plus forte raison sera-t...
...e, sous un roi bon, juste, mais trompé, de dénoncer ses ministres, et l'usage perv...
S'il fut permis alors de se plaindre d'un roi qui avait si étrangement abusé de son pouvoir, à plus forte raison sera-t-il permis en ce siècle, sous un roi bon, juste, mais trompé, de dénoncer ses ministres, et l'usage pervers qu'ils ont fait du pouvoir qui leur fut confié.
Il est deux sortes de crimes dont les ministres se rendent so...
...peut se plaindre des uns, est différent de celui où l'on doit dénoncer les autres.
Il est deux sortes de crimes dont les ministres se rendent souvent coupables; et le tribunal où l'on peut se plaindre des uns, est différent de celui où l'on doit dénoncer les autres.
Plusieurs citoyens ont refusé de lui succéder (1). Un militaire l'a remp... Plusieurs citoyens ont refusé de lui succéder (1). Un militaire l'a remplacé.
Le comte de Moreton, victime du pouvoir d'un minist... Le comte de Moreton, victime du pouvoir d'un ministre, ne se croit ni jugé, ni destitué; il réclame sa place, et demande un tribuna...
Mais, si la loi prescrit qu'aucun militaire ne Mais, si la loi prescrit qu'aucun militaire ne
...) MM. le duc d'Aiguillon, le commandenr de Mes-grigny, le marquis de Saini-Chamans, etc., etc. (1) MM. le duc d'Aiguillon, le commandenr de Mes-grigny, le marquis de Saini-Chamans, etc., etc.
(3) Voyez l'ordonnance de Louis XI, du 21 septembre 1468, rapportée dans les observations sur l'histoire de France, par M. l'abbé Mably, tom V, p. ... (3) Voyez l'ordonnance de Louis XI, du 21 septembre 1468, rapportée dans les observations sur l'histoire de France, par M. l'abbé Mably, tom V, p. 269, édition en 6 vol. in-12.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 154
Les droits de l'homme vont être enfin discutés et sol...
...velle Constitution se formerait sur les ruines et avec les débris de l'ancienne anarchie; en vain serait promulguée la charte nationale qui doit consacrer nos...
...areront à jamais le pouvoir législatif, la puissance exécutrice et l'autorité judi...
...efforts seraient inutiles, et l'édifice de la Constitution serait tôt ou tard renvers...
...it pour bases inébranlables l'assurance de la liberté individuelle et le maintien rigoureux de toute espèce de propriété.
Les droits de l'homme vont être enfin discutés et solennellement reconnus dans l'Assemblée nationale : mais en vain Une nouvelle Constitution se formerait sur les ruines et avec les débris de l'ancienne anarchie; en vain serait promulguée la charte nationale qui doit consacrer nos libertés, en posant les limites immuables qui sépareront à jamais le pouvoir législatif, la puissance exécutrice et l'autorité judiciaire; tous nos efforts seraient inutiles, et l'édifice de la Constitution serait tôt ou tard renversé par le despotisme, s'il n'avait pour bases inébranlables l'assurance de la liberté individuelle et le maintien rigoureux de toute espèce de propriété.
...ir été jugé, l'intérêt national l'exige de telle manière qu'il faudrait créer la loi si elle n'existait pas! perdra sa place qu'après avoir été jugé, l'intérêt national l'exige de telle manière qu'il faudrait créer la loi si elle n'existait pas!
...fet, si le militaire est tellement sous la main du prince, que son honneur soit à sa merci, et que la volonté ministérielle puisse lui ravir ...
...vient esclave, et ses forces, livrées à la disposition du ministère, peuvent servi...
...aux Etats généraux ; car, en ce lieu où la vérité doit se faire entendre, où de lâches et coupables ministres doivent être accusés et payer leur tête les crimes dont ils sont coup...
...oyens libres, inaccessibles aux faveurs de la cour, il est vrai, mais hors des atteintes de ses vengeances ; mais le militaire élu pour représenter la nation , si le roi peut le destituer à volonté, sera intimidé par la seule menace d'un ministre, il sentira qu'au sortir de l'Assemblée, Ja perte de son état sera l'effet de son courage, et qu'il perdra son honneu...
En effet, si le militaire est tellement sous la main du prince, que son honneur soit à sa merci, et que la volonté ministérielle puisse lui ravir sa place et entacher sa réputation, il cesse d'être citoyen, il devient esclave, et ses forces, livrées à la disposition du ministère, peuvent servir à cimenter Ja tyrannie. Dans ce cas, nul militaire ne peut siéger dans un lieu où siègent les citoyens; nul ne peut représenter Ja nation aux Etats généraux ; car, en ce lieu où la vérité doit se faire entendre, où de lâches et coupables ministres doivent être accusés et payer leur tête les crimes dont ils sont coupables, qui osera les accuser? qui? Ce seront des citoyens libres, inaccessibles aux faveurs de la cour, il est vrai, mais hors des atteintes de ses vengeances ; mais le militaire élu pour représenter la nation , si le roi peut le destituer à volonté, sera intimidé par la seule menace d'un ministre, il sentira qu'au sortir de l'Assemblée, Ja perte de son état sera l'effet de son courage, et qu'il perdra son honneur pour avoir voulu faire punir l'homme qui avait déjà perdu Je sien.
Il n'y a donc point de milieu : il faut, ou que l'honneur du m...
...l'esclave du despotisme et l'instrument de la servitude, et, si tel est son sort, il ...
...u choix des bailliages pour représenter la nation aux Etats généraux.
Il n'y a donc point de milieu : il faut, ou que l'honneur du militaire repose à l'ombre des lois, ou qu'il soit l'esclave du despotisme et l'instrument de la servitude, et, si tel est son sort, il ne peut être honoré du choix des bailliages pour représenter la nation aux Etats généraux.
...ent à l'inaction, suffisent au maintien de la discipline; mais elle ne peut lui ravir son office que par un jugement. Telle est la loi, tel est le moyen de conserver à l'officier son droit de cité. ... suspendre l'activité d'un militaire, l'interdire. Cès préalables, qui le réduisent à l'inaction, suffisent au maintien de la discipline; mais elle ne peut lui ravir son office que par un jugement. Telle est la loi, tel est le moyen de conserver à l'officier son droit de cité.
...é sur ces principes immuables, le comte de Moreton, sans entrer dans la discussion des calomnies dont on l'enveloppe, des lâches complots dont il est la victime, mais assuré de les détruire tous jusqu'à l'évidence, demande à la nation qu'oubliant ses malheurs personnels, mais fixant ses regards sur les dangers de l'abus dont il se plaint, elle ordonne qu'un tribunal écoute s^s plaintes, examine la conduite de son qpprefc-seur, le juge, et lui rende...
...se perdre en même temps et l'honneur et la vie.
Fondé sur ces principes immuables, le comte de Moreton, sans entrer dans la discussion des calomnies dont on l'enveloppe, des lâches complots dont il est la victime, mais assuré de les détruire tous jusqu'à l'évidence, demande à la nation qu'oubliant ses malheurs personnels, mais fixant ses regards sur les dangers de l'abus dont il se plaint, elle ordonne qu'un tribunal écoute s^s plaintes, examine la conduite de son qpprefc-seur, le juge, et lui rende sa place et son honneur, ou lui fasse perdre en même temps et l'honneur et la vie.
Lettre de M. de Moreton à Monsieur, frère du roi, pour lui faire part de son recours à la nation assemblée. Lettre de M. de Moreton à Monsieur, frère du roi, pour lui faire part de son recours à la nation assemblée.
...eet profond que je porte à Monsieur, et la reconnaissance éternelle que je dois à ...
...si je ne m'empressais d'avoir l'honneur de lui rendre compte de la démarche que je viens de faire, et si je ne mettais sous ses yeu...
Monseigneur, Je croirais manquer aux devoirs que m'imposent le respeet profond que je porte à Monsieur, et la reconnaissance éternelle que je dois à ses bontés, si je ne m'empressais d'avoir l'honneur de lui rendre compte de la démarche que je viens de faire, et si je ne mettais sous ses yeux le mémoire que j'adresse aux bailliages.
En demandant à la nation assemblée son intervention pour obtenir le jugement légal que je n'ai cessé de solliciter vainement jusqu'à présent, je n'ai fait qu'obéir à la loi impérieuse de l'honneur et au cri d'une conscience ir... En demandant à la nation assemblée son intervention pour obtenir le jugement légal que je n'ai cessé de solliciter vainement jusqu'à présent, je n'ai fait qu'obéir à la loi impérieuse de l'honneur et au cri d'une conscience irréprochable.
..., dans celte circonstance, avait besoin de justification, je la trouverais tout entière dans les propres termes de la lettre que Monsieur a daigné écrire de sa main à M. le comte Si ma conduite, dans celte circonstance, avait besoin de justification, je la trouverais tout entière dans les propres termes de la lettre que Monsieur a daigné écrire de sa main à M. le comte
de Brienne, vers la fin de mai dernier, que je supplie Monsieur de se rappeler dans ce moment, et dont le ... de Brienne, vers la fin de mai dernier, que je supplie Monsieur de se rappeler dans ce moment, et dont le sens littéral portait : que si on m'ôtait mon régiment, ou si même il était dest...
...exister pour moi un plus puissant motif de persister jusqu'au dernier soupir dans ...
...ion? L'aveu que Monsieur n'a pas hésité de faire devant moi de l'injustice dont j'étais la victime, m'autorisait, sans doute, à prendre tous les moyens possibles pour éclairer la religion du roi, surprise par son injus...
Pouvait-il exister pour moi un plus puissant motif de persister jusqu'au dernier soupir dans ma juste réclamation? L'aveu que Monsieur n'a pas hésité de faire devant moi de l'injustice dont j'étais la victime, m'autorisait, sans doute, à prendre tous les moyens possibles pour éclairer la religion du roi, surprise par son injuste ministre.
En profitant de la liberté que le roi accorde à tous ses sujets, je ne fais que répondre à ses vues de justice et de bienveillance, sans blesser le profond ...
...qui s'honore également du titre modeste de citoyen, et de celui de premier gentilhomme français, j'ose espérer que Monsieur daignera protéger, avec la loyauté qui le caractérise, les eiforts que je fais pour conserver intact mon honneur, la plus précieuse des propriétés d'un gentilhomme, comme de tout autre citoyen.
En profitant de la liberté que le roi accorde à tous ses sujets, je ne fais que répondre à ses vues de justice et de bienveillance, sans blesser le profond respect que je lui dois, et en soumettant ma conduite à un prince qui s'honore également du titre modeste de citoyen, et de celui de premier gentilhomme français, j'ose espérer que Monsieur daignera protéger, avec la loyauté qui le caractérise, les eiforts que je fais pour conserver intact mon honneur, la plus précieuse des propriétés d'un gentilhomme, comme de tout autre citoyen.
...ouvernement soient étroitement soumis à la loi et responsables de leur conduite à l'Assemblée des représentants ds la nation; il faut que tout citoyen puisse...
...tout opprimé puisse sans crainte élever la voix, accuser les suppôts de la tyrannie, et obtenir justice; il faut e...
...ner l'esclavage, que tout citoyen, dont la cause particulière se trouve liée à la cause publique, et qui, par quelque motif que ce soit, négligera de provoquer le redressement des griefs qu...
11 est donc indispensable que les mandataires du gouvernement soient étroitement soumis à la loi et responsables de leur conduite à l'Assemblée des représentants ds la nation; il faut que tout citoyen puisse y dénoncer un ministre prévaricateur; ii faut que tout opprimé puisse sans crainte élever la voix, accuser les suppôts de la tyrannie, et obtenir justice; il faut enfin, pour déraciner l'esclavage, que tout citoyen, dont la cause particulière se trouve liée à la cause publique, et qui, par quelque motif que ce soit, négligera de provoquer le redressement des griefs qu'il aurait éprouvés, soit regardé comme un
Le comte de Moreton-Chabrillan. Le comte de Moreton-Chabrillan.
...ent, par un acte solennel et mémorable, de Convoquer les Etats généraux de son royaume,.pour y entendre les souhaits et doléances de ses peuples, et y réformer et prévenir les abus de tous genres, désirant que chacun de ses fidèles sujets soit assuré de faire parvenir jusqu'à lui ses vœux et ses réclamations, et promettant d'y pourvoir de telle manière, que son royaume et tous ... ...-je saisir pour obtenir le jugement légal que je réclame, que celui où Je roi vient, par un acte solennel et mémorable, de Convoquer les Etats généraux de son royaume,.pour y entendre les souhaits et doléances de ses peuples, et y réformer et prévenir les abus de tous genres, désirant que chacun de ses fidèles sujets soit assuré de faire parvenir jusqu'à lui ses vœux et ses réclamations, et promettant d'y pourvoir de telle manière, que son royaume et tous ses sujets en particulier ressentent, pour toujours, les effets salutaires qu'il...
Je suis avec respect, Monseigneur, de Monsieur, le très humble, etc. Je suis avec respect, Monseigneur, de Monsieur, le très humble, etc.
Signé ; lé comte de Moreton-Chabrillan. Signé ; lé comte de Moreton-Chabrillan.
Aux assemblées d'élections de Paris. Aux assemblées d'élections de Paris.

Séance du vendredi 16 juillet 1790

page 155
Cette obligation de rendre publiques et communes les injust...
...us étroite encore pour celui qui en est la victime, lorsque, dévoué au service et à la défense de l'Etat, le môme coup qui lui ravit son emploi porte la plus cruelle atteinte à son honneur ; à cet honneur qui constitue la vie du soldat français.
Cette obligation de rendre publiques et communes les injustices privées; obligation inséparable d'une bonne organisation politique, devient plus étroite encore pour celui qui en est la victime, lorsque, dévoué au service et à la défense de l'Etat, le môme coup qui lui ravit son emploi porte la plus cruelle atteinte à son honneur ; à cet honneur qui constitue la vie du soldat français.
Colonel du régiment La Fère depuis 1785, il s'en est vu dépoui...
...88, par une simple lettre ministérielle de M; le comte de Brienne.
Colonel du régiment La Fère depuis 1785, il s'en est vu dépouillé le 24 juin 1788, par une simple lettre ministérielle de M; le comte de Brienne.
Depuis, la province du Dauphiné a inutilement joint ses vœux à ceux du colonel du régiment de La Fère, pour lui obtenir un tribunal. Depuis, la province du Dauphiné a inutilement joint ses vœux à ceux du colonel du régiment de La Fère, pour lui obtenir un tribunal.
Fort de son innocence, encouragé par le vœu général de tous les vrais citoyens, heureux, dans son infortune, de voir la cause publique intimement liée à sa cause particulière, le comte de Moreton a dû et n'a pas craint de s'adresser à la nation assemblée dans ses bailliages. Fort de son innocence, encouragé par le vœu général de tous les vrais citoyens, heureux, dans son infortune, de voir la cause publique intimement liée à sa cause particulière, le comte de Moreton a dû et n'a pas craint de s'adresser à la nation assemblée dans ses bailliages.
...éressante pour l'armée, importante pour la nation, a été favorablement accueillie dans toutes les provinces; un grand nombre de bailliages l'ont consignée dans leurs c...
...urs ont séparément chargé leurs députés de poursuivre le redressement des griefs et de l'abus d'autorité dénoncés à la nation assemblée, par le Comte de Moreton, et de solliciter des Etats gén...
Sa demande, juste en elle-même, intéressante pour l'armée, importante pour la nation, a été favorablement accueillie dans toutes les provinces; un grand nombre de bailliages l'ont consignée dans leurs cahiers en termes énergiques et formels, et ont demandé le rétablissement ae l'in...
... ont rappelé à cet égard les anciennes lois constitutionnelles (1). Enfin plusieurs ont séparément chargé leurs députés de poursuivre le redressement des griefs et de l'abus d'autorité dénoncés à la nation assemblée, par le Comte de Moreton, et de solliciter des Etats généraux l'érection d'un tribunal destiné à prononcer légalement sur les destitutio...
...espotisme, déclaré infâme, et traître à la Patrie. complice volontaire du despotisme, déclaré infâme, et traître à la Patrie.
Tel est le cas où se trouve le comte de Moreton. Tel est le cas où se trouve le comte de Moreton.
Aussitôt le comte de Moreton a réclamé avec force un tribuna...
...est demeurée sans effet. Alors le comte de Moreton a déposé chez un officier publi...
Aussitôt le comte de Moreton a réclamé avec force un tribunal compétent qui pût prononcer sa destitution, l'annuler et lui rendre sa place et l'honneur. Cette réclamation soutenue est demeurée sans effet. Alors le comte de Moreton a déposé chez un officier public des protestations motivées.
Après ce déni invincible de justice, garder un lâche silence, c'eût... Après ce déni invincible de justice, garder un lâche silence, c'eût été s'avouer coupable, et souscrire soi-même son déshonneur.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

- search term matches: (16)

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 164
Locuteur: Le Président
...s qui sont entre les mains des fermiers de la régie aux biens des religionnaires, ser... 2° Celui du 10, portant que les biens des non-catholiques qui sont entre les mains des fermiers de la régie aux biens des religionnaires, seront rendus aux héritiers, successeurs desdits fugitifs;
Locuteur: Le Président
3° Celui du 12, qui fixe définitivement la division du département de l'Eure eu six districts; 3° Celui du 12, qui fixe définitivement la division du département de l'Eure eu six districts;
Locuteur: Le Président
...tribunaux ordinaires dans les paroisses de la Chapelle-la-Reine, Achères, Ury, etc., contre les i... les tribunaux ordinaires dans les paroisses de la Chapelle-la-Reine, Achères, Ury, etc., contre les infracteurs du décret des dîmes;
Locuteur: Le Président
...njoint aux directoires des départements de charger, sans délai, les directoires de district de se faire représenter par les receveurs les registres de leurs recouvrements, afin d'établir la situation des collecteurs et de chaque municipalité du district. 6° Celui du même jour, qui enjoint aux directoires des départements de charger, sans délai, les directoires de district de se faire représenter par les receveurs les registres de leurs recouvrements, afin d'établir la situation des collecteurs et de chaque municipalité du district.
Locuteur: Moreau
fait une motion pour que la question relative au payement des électeurs de département et de district, soit renvoyée au comité de Constitution, afin que, s'il y a lieu, il présente un projet de décret sur la matière, dans le plus court délai possi... fait une motion pour que la question relative au payement des électeurs de département et de district, soit renvoyée au comité de Constitution, afin que, s'il y a lieu, il présente un projet de décret sur la matière, dans le plus court délai possible;
Locuteur: Moreau
Le renvoi de la motion au comité de Constitution est ordonné. Le renvoi de la motion au comité de Constitution est ordonné.
Locuteur: Moreau
Les députés du district de Brigoolles à la fédération demandent à l'Assemblée de fixer l'indemnité qui doit être allouée...
...s nationales fédérées, pour leurs frais de voyage.
Les députés du district de Brigoolles à la fédération demandent à l'Assemblée de fixer l'indemnité qui doit être allouée aux gardes nationales fédérées, pour leurs frais de voyage.
Locuteur: Le Président
...nationale a décrété que les directoires de district fixeraient la somme à attribuer aux députés à la fédération dans les districts où elle n'a pas été réglée ; et qu'en cas de difficultés, elles seraient référées au directoire de département qui les jugerait. » « L'Assemblée nationale a décrété que les directoires de district fixeraient la somme à attribuer aux députés à la fédération dans les districts où elle n'a pas été réglée ; et qu'en cas de difficultés, elles seraient référées au directoire de département qui les jugerait. »
Locuteur: Le Président
...usieurs sont envoyées par les districts de province, demandent à être admises à la barre. Diverses députations, parmi lesquelles plusieurs sont envoyées par les districts de province, demandent à être admises à la barre.
Locuteur: Fréteau
La multiplicité des députations a déjà fai...
...e à l'Assemblée. Elle avait rendu, lors de sa translation, un décret dont l'événement a prouvé la sagesse. Je demande qu'il soit exécuté;
La multiplicité des députations a déjà fait perdre un temps considérable à l'Assemblée. Elle avait rendu, lors de sa translation, un décret dont l'événement a prouvé la sagesse. Je demande qu'il soit exécuté;
Locuteur: Loys
...ivées ou qui sont en route, en refusant de les recevoir, surtout celles qui arrivent des extrémités du royaume; je propose de fixer un terme au delà duquel on n'en admettra "plus, et je demande qu'on introduise à la barre toutes celles qui se présenteront jusque-. Vous obligeriez beaucoup les députations déjà arrivées ou qui sont en route, en refusant de les recevoir, surtout celles qui arrivent des extrémités du royaume; je propose de fixer un terme au delà duquel on n'en admettra "plus, et je demande qu'on introduise à la barre toutes celles qui se présenteront jusque-.
Locuteur: Le Président
annonce qu'il a présenté à la sanction du roi six décrets, savoir : annonce qu'il a présenté à la sanction du roi six décrets, savoir :
Locuteur: Le Président
...uillet, portant suppression des offices de jurés^priseurs ; 1° Celui du 9 juillet, portant suppression des offices de jurés^priseurs ;
Locuteur: Le Président
... continue à l'économe général du clergé la régie qui lui est confiée; 4° Celui du même jour qui continue à l'économe général du clergé la régie qui lui est confiée;
Locuteur: Regnaud
(de Saint-Jean-d'Ange ly). Il y a déjà des ...
...s. Elles n'auront vraisemblablement pas de suite. Le désintéressement dont les gardes nationales ont donné tant de preuves, et auquel je m'estime heureux de pouvoir rendre hommage dans le sein de cette Assemblée, m'en est garant. Il paraîtrait cependant convenable de rendre à cet égard un décret général.
(de Saint-Jean-d'Ange ly). Il y a déjà des difficultés à ce sujet dans plusieurs départements. Elles n'auront vraisemblablement pas de suite. Le désintéressement dont les gardes nationales ont donné tant de preuves, et auquel je m'estime heureux de pouvoir rendre hommage dans le sein de cette Assemblée, m'en est garant. Il paraîtrait cependant convenable de rendre à cet égard un décret général.
Locuteur: Populus
...nt été chargés'de cette fixation par un de vos décrets. Il serait convenable de tarifer l'indemnité qui sera due, sauf ...
..., s'il en survient, par les directoires de département.
J'observe que les districts ont été chargés'de cette fixation par un de vos décrets. Il serait convenable de tarifer l'indemnité qui sera due, sauf à faire régler les difficultés, s'il en survient, par les directoires de département.
Locuteur: Le Président
met aux voix un projet de décret qui est adopté en ces termes : met aux voix un projet de décret qui est adopté en ces termes :
Locuteur: De Kyspoter
...aire une exception pour les députations de département et de district. On pourrait faire une exception pour les députations de département et de district.
PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY.
La séance est ouverte à neuf heures du mat... La séance est ouverte à neuf heures du matin.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 165
Locuteur: Le Président
5« L'état des articles de comptabilité, au nombre de dix, dont la comptabilité simplement n'est plus enco... 5« L'état des articles de comptabilité, au nombre de dix, dont la comptabilité simplement n'est plus encore réglée;
Locuteur: Le Président
...éloignée, le rapport détaillé que vient de faire le sieur Turpin, contrôleur adjoint des restes et des bons d'Etat, de la situation dans laquelle se trouvent auj... Enfin, on a joint à ces divers états, qui remontent à une époque très éloignée, le rapport détaillé que vient de faire le sieur Turpin, contrôleur adjoint des restes et des bons d'Etat, de la situation dans laquelle se trouvent aujourd'hui les diverses poursuites judiciaires dont il est chargé.
Locuteur: Le Président
Un de MM. les secrétaires rend compte que la commune du bourg de Moreuil offre un don patriotique de 4,959 liv. 12 sols en divers articles. Un de MM. les secrétaires rend compte que la commune du bourg de Moreuil offre un don patriotique de 4,959 liv. 12 sols en divers articles.
Locuteur: Robespierre
, secrétaire, lit le procès-verbal de la séance d'hier. Il est adopté. , secrétaire, lit le procès-verbal de la séance d'hier. Il est adopté.
Locuteur: Le Président
annonce que M. de Fontanes fait hommage à l'Assemblée d'un poème séculaire ou chant pour la fédération du 14 juillet. annonce que M. de Fontanes fait hommage à l'Assemblée d'un poème séculaire ou chant pour la fédération du 14 juillet.
Locuteur: Chabroud
... occuper encore l'Assemblée des entrées de la ville de Lyon. Le peuple, excité par des insinua...
...ur demander ia suppression des entrées. La municipalité, ayant proposé de convoquer la commune afin de temporiser, s'adressafà vous, et, le 13...
...le peuple se forma en une assemblée que la municipalité fut contrainte à autoriser...
...bles. Ils déclarèrent qu'il était utile de faire cesser toute perception aux entrées de la ville, excepté celle des. droits de douane, pour les remplacer par une impo...
...rées en très grande quantité sans payer de droits. Les com-
Je viens, au nom du comité des rapports, occuper encore l'Assemblée des entrées de la ville de Lyon. Le peuple, excité par des insinuations secrètes et des déclamations incendiaires, avait, dans les sections respectives, fait des pétitions pour demander ia suppression des entrées. La municipalité, ayant proposé de convoquer la commune afin de temporiser, s'adressafà vous, et, le 13de ce mois, l'Assemblée ordonna que les droits seraient perçus. Pendant ce temps, le peuple se forma en une assemblée que la municipalité fut contrainte à autoriser. Des commissaires furent nommés et choisis parmi les auteurs des troubles. Ils déclarèrent qu'il était utile de faire cesser toute perception aux entrées de la ville, excepté celle des. droits de douane, pour les remplacer par une imposition générale. Le peuple alors se porta aux barrières et chassa les commis. Ce...
...prédestination assez singulière, se trouvaient aux environs des portes, sont entrées en très grande quantité sans payer de droits. Les com-
Locuteur: Chabroud
...ipaux, et les invitèrent à faire cesser la perception des droits et rendre une ord...
...oyens d'une diminution proportionnelle. La municipalité et le conseil de la commune, menacés de la fureur du peuple, n'ont pu résister à c...
... comité des rapports présente le projet de décret suivant :
missaires présentèrent leur délibération aux officiers municipaux, et les invitèrent à faire cesser la perception des droits et rendre une ordonnance pour faire jouir les citoyens d'une diminution proportionnelle. La municipalité et le conseil de la commune, menacés de la fureur du peuple, n'ont pu résister à cette invitation. C'est dans ces circonstances que le comité des rapports présente le projet de décret suivant :
Locuteur: Chabroud
« Que le peuple de Lyon, connu par son attachement à la Constitution et sa soumission aux lois,...
...uteurs sont les vrais coupables, dignes de toute la sévérité des lois;
« Que le peuple de Lyon, connu par son attachement à la Constitution et sa soumission aux lois, a été égaré par d'insidieuses déclamations, dont les auteurs sont les vrais coupables, dignes de toute la sévérité des lois;
Locuteur: Chabroud
« Invitant ce peuple, au nom de la patrie, à réserver sa confiance aux off...
...qui seront compatibles avec les besoins de l'Etat ;
« Invitant ce peuple, au nom de la patrie, à réserver sa confiance aux officiers municipaux dont il a fait choix, et à attendre du nouvel ordre qui sera mis dans les finances, tous les soulagements qui seront compatibles avec les besoins de l'Etat ;
Locuteur: Chabroud
...s commissaires des trente-deux sections de la ville de Lyon, des 9 et 10 de ce mois, sont et demeurent nuls et comm...
...on comité des recherches qu'elle charge de prendre tous les renseignements nécessa...
...particuliers qui ont fait les fonctions de président et de secrétaires dans l'assemblée desdits pr...
. « Les procès-verbaux, contenant nomination et délibération des prétendus commissaires des trente-deux sections de la ville de Lyon, des 9 et 10 de ce mois, sont et demeurent nuls et comme non-avenus, ainsi que tout ce qui a suivi; et cependant l'Assemblée nationale ordqnne que les pièces relatives à cette affaire seront remises à son comité des recherches qu'elle charge de prendre tous les renseignements nécessaires contre les auteurs des troubles dont il s'agit, notamment contre les particuliers qui ont fait les fonctions de président et de secrétaires dans l'assemblée desdits prétendus commissaires, afin qu'il soit procédé contre eux selon ia rigueur des lo...
Locuteur: Chabroud
Art. 2. « Le décret du 13 de ce mois sera exécuté suivant sa forme et teneur; et à cet effet les barrières de la ville de Lyon seront incessamment rétablies, et les commis et préposés à la perception des droits qui y sont exigés, seront remis en possession de leurs fonctions, et le roi sera supplié d'employer la force armée en nombre suffisant pour pr...
...ment le rétablissement des barrières et la perception des droits ; laquelle force sera employée à la réquisition des corps administratifs, conformément à la Constitution.
Art. 2. « Le décret du 13 de ce mois sera exécuté suivant sa forme et teneur; et à cet effet les barrières de la ville de Lyon seront incessamment rétablies, et les commis et préposés à la perception des droits qui y sont exigés, seront remis en possession de leurs fonctions, et le roi sera supplié d'employer la force armée en nombre suffisant pour protéger efficacement le rétablissement des barrières et la perception des droits ; laquelle force sera employée à la réquisition des corps administratifs, conformément à la Constitution.
Locuteur: Chabroud
Art. 3. « Dans la quinzaine, après la publication du présent décret, les cabaretiers, marchands et autres citoyens de la ville de Lyon, pour le compte desquels sont et s...
...rchandises sujettes aux droits, pendant la cessation des barrières, seront tenus d'en faire dans les bureaux respectifs la déclaration, et d'acquitter les droits ...
...et passé ce délai, le roi sera supplié' de donner des ordres pour qu'il soit informé contre ceux qui n'auront pas fait la déclaration et le payement des droits dont il s'agit, sans préjudice de la responsabilité des citoyens composant la commune, qui sera exercée, s'il y échoi...
Art. 3. « Dans la quinzaine, après la publication du présent décret, les cabaretiers, marchands et autres citoyens de la ville de Lyon, pour le compte desquels sont et seront entrées des denrées et marchandises sujettes aux droits, pendant la cessation des barrières, seront tenus d'en faire dans les bureaux respectifs la déclaration, et d'acquitter les droits à concurrence ; et passé ce délai, le roi sera supplié' de donner des ordres pour qu'il soit informé contre ceux qui n'auront pas fait la déclaration et le payement des droits dont il s'agit, sans préjudice de la responsabilité des citoyens composant la commune, qui sera exercée, s'il y échoit, et ainsi qu'il appartiendra.
Locuteur: Loys
...lus aucune dèputation des municipalités de cantons ou des districts. » premier d'août prochain, elle ne recevra plus aucune dèputation des municipalités de cantons ou des districts. »
Locuteur: Le Président
... des reprises du Trésor royal provenant de créances qui ne produisent pas d'intérêt, ou d'objets en retard de payement; 1° L'état des reprises du Trésor royal provenant de créances qui ne produisent pas d'intérêt, ou d'objets en retard de payement;
Locuteur: Le Président
2° L'état des reprises provenant de créances portant intérêt, et remboursab... 2° L'état des reprises provenant de créances portant intérêt, et remboursables à des époques fixes ;
Locuteur: Le Président
...ore terminé, mais il le promet sous peu de jours. ... le premier ministre des finances a demandé un semblable rapport, ne l'a pas encore terminé, mais il le promet sous peu de jours.
Locuteur: Le Président
...du jour est un rapport sur les troubles de Lyon. L'ordre du jour est un rapport sur les troubles de Lyon.
Locuteur: Chabroud
...ue lui a rendu son comité des rapports, de ce qui s'est passé dans 1a ville de Lyon depuis les faits qui ont donné lieu à son décret du 13 de ce mois; « L'Assemblée nationale, après avoir ouï le compte que lui a rendu son comité des rapports, de ce qui s'est passé dans 1a ville de Lyon depuis les faits qui ont donné lieu à son décret du 13 de ce mois;
Locuteur: Chabroud
« Considérant que la chose publique serait en danger si les ... « Considérant que la chose publique serait en danger si les insurrections contre l'impôt étaient tolérées ;
Locuteur: Chabroud
...order sa sanction au présent décret, et de faire donner les ordres nécessaires ...on président se retirera dans le jour vers le roi pour supplier Sa Majesté d'accorder sa sanction au présent décret, et de faire donner les ordres nécessaires

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 166
Locuteur: Moreau
...et, des gardes nationales. Ni elles, ni la municipalité n'ont fait la résistance nécessaire pour arrêter les entreprises du peuple. Il est au moins à propos de leUr rappeler leurs devoirs. Les officiers municipaux de Lyon doivent être déclarés responsables... Je m'étonne qu'il ne soit pas question, dans ce décret, des gardes nationales. Ni elles, ni la municipalité n'ont fait la résistance nécessaire pour arrêter les entreprises du peuple. Il est au moins à propos de leUr rappeler leurs devoirs. Les officiers municipaux de Lyon doivent être déclarés responsables des désordres qu'ils n'ont pas empêchés.
Locuteur: Martineau
...moment où un officier municipal accepte la place à laquelle il est élevé parla confiance de ses concitoyens, il doit être déterminé à remplir ses devoirs au péril même de sa vie. S'il s'arrête ou s'il cède, qua...
...sposé à exposer sa vie pour le maintien de la Constitution et pour l'exécution de vos décrets?
Du moment où un officier municipal accepte la place à laquelle il est élevé parla confiance de ses concitoyens, il doit être déterminé à remplir ses devoirs au péril même de sa vie. S'il s'arrête ou s'il cède, quand il faut agir ou résister, qu'il abandonne un poste dans jequel il n'a pas le ...
...ue Votre mépris, Que penseriez-vous d'un officier municipal qui ne serait pas disposé à exposer sa vie pour le maintien de la Constitution et pour l'exécution de vos décrets?
Locuteur: L'abbé Mayet
, La correspondance particulière de plusieurs d'eqtre nous, nous a appris que les officiers municipaux de Lyon ont fait tous leurs efforts pour a...
... respectable, a (surtout inpntré autant de courage que de &èle : il s'est présenté au peuple mutiné; il lui a ordonné de rentrer danàl'ordre; il l'a supplié de ne pas se livrer à des excès que des ma...
...ne force à laquelle il était impossible de résister.
, La correspondance particulière de plusieurs d'eqtre nous, nous a appris que les officiers municipaux de Lyon ont fait tous leurs efforts pour arrêter le desordre. J^é îpaire, citoyen respectable, a (surtout inpntré autant de courage que de &èle : il s'est présenté au peuple mutiné; il lui a ordonné de rentrer danàl'ordre; il l'a supplié de ne pas se livrer à des excès que des mauvais citoyens seuls pouvaient se permettre. Tous les moyens ont été inutiles : il a fallu céder à une force à laquelle il était impossible de résister.
Locuteur: Périsse
On oublie que la garde nationale de Lyon n'est pas complète, qu'elle n'est ...
...t que, malgré le zèle des individus qui la composent, elle ne pourrait résister au...
...'assure qu'ils sont honnêtes ; que ceux de mes collègues nui les connaissent, dise...
...e demande, coipme M. le rapporteur, que la garde nationale de Lyon soit fortifiée ; je demande qu'au lieu de l'accuser on l'organise. Le peuple est ...
On oublie que la garde nationale de Lyon n'est pas complète, qu'elle n'est point organisée, et que, malgré le zèle des individus qui la composent, elle ne pourrait résister aux citoyens luâçtifsqui remplisse ntnos manufactures, et qui sont quatre fois plu...
...nt fait répandre le sang deB citoyens. GeS officiers sont cependant inculpés ; j'assure qu'ils sont honnêtes ; que ceux de mes collègues nui les connaissent, disent qu'ils ne sont pas fermes et courageux. Je demande, coipme M. le rapporteur, que la garde nationale de Lyon soit fortifiée ; je demande qu'au lieu de l'accuser on l'organise. Le peuple est bon ; ses ennemis l'égarent ; ce sont ses ennemis qu'il faut contenir.
Locuteur: Gossuin
, au nom du comité de Constitution. Messieurs,, la ville de Riberac, chef-lieu de district, offre, plus que toute autre ville du royaume, une preuve de l'inconvénient du trop grand nombre des municipalités actuellement existantes, et de la nécessité de les réduire. Dette ville est de deux paroisses, nommées Saint^Martin et...
...tial, dont les clochers sont à un quart de lieue de la ville, en sorte que Riberac n'a ni curé...
...soin les fonctions curiales. Les bourgs de Saint-Martin et Saint-Martial n'ont pas voulu se réunir à la ville de Riberac, pour former
, au nom du comité de Constitution. Messieurs,, la ville de Riberac, chef-lieu de district, offre, plus que toute autre ville du royaume, une preuve de l'inconvénient du trop grand nombre des municipalités actuellement existantes, et de la nécessité de les réduire. Dette ville est de deux paroisses, nommées Saint^Martin et Saint-Martial, dont les clochers sont à un quart de lieue de la ville, en sorte que Riberac n'a ni curé, ni église paroissiale dans son sein, mais seule» ment deux églises succursales, où les curés viennent faire au besoin les fonctions curiales. Les bourgs de Saint-Martin et Saint-Martial n'ont pas voulu se réunir à la ville de Riberac, pour former
Locuteur: Gossuin
entre eux une seule municipalité. La ville de Riberac a été obligée de constituer la sienne, de manière que, dans un espace de territoire on ne peut moins étendu, et ...
...ivité. L'une des trois,' celle du bourg de Saint-Martin, non contente de son territoire, a tenté d'exercer sur la ville de Riberac des actes d'autorité : elle entend même avoir seule droit de procéder à la confection des rôles des contribnableB de Riberac, tandis que cette ville prétend...
...que sa municipalité doit attirer à elle la municipalité des deux bourgs voisins. De cette mésintelligence résulte un retard dans la répartition et la levée des impôts; votre comité de Constitution a tenté vainement de conoiliér cette difficulté par différen...
...s n'ont pu céder; mais le grand intérêt de la perception des impôts, sans laquelle il ne peut exister d'empire, l'oblige de vous proposer le projet de décret suivant;
entre eux une seule municipalité. La ville de Riberac a été obligée de constituer la sienne, de manière que, dans un espace de territoire on ne peut moins étendu, et pour une très mince population^! y» trois municipalités en activité. L'une des trois,' celle du bourg de Saint-Martin, non contente de son territoire, a tenté d'exercer sur la ville de Riberac des actes d'autorité : elle entend même avoir seule droit de procéder à la confection des rôles des contribnableB de Riberac, tandis que cette ville prétend, au contraire, que sa municipalité doit attirer à elle la municipalité des deux bourgs voisins. De cette mésintelligence résulte un retard dans la répartition et la levée des impôts; votre comité de Constitution a tenté vainement de conoiliér cette difficulté par différents avis, auxquels les prétentions particulières n'ont pu céder; mais le grand intérêt de la perception des impôts, sans laquelle il ne peut exister d'empire, l'oblige de vous proposer le projet de décret suivant;
Locuteur: Gossuin
...utorise l'administration du département de la Dordogne à prononcer, après avoir vérif...
...n des trois municipalités établies dans la ville de Riberac, les bourgs de Saint-Martin et de Sainte-Martial et décrète que ces trois...
...se réuniront à Riberac, pour procéder à la répartition des impositions dans les dépendances des paroisses de Saint-Martin et Saint-Martial. » (Adopté.)
« L'Assembléé nationale autorise l'administration du département de la Dordogne à prononcer, après avoir vérifié les faits, sur l'union des trois municipalités établies dans la ville de Riberac, les bourgs de Saint-Martin et de Sainte-Martial et décrète que ces trois municipalités conserveront provisoirement l'administration, chacune dans leur territoire; mais qu'elles se réuniront à Riberac, pour procéder à la répartition des impositions dans les dépendances des paroisses de Saint-Martin et Saint-Martial. » (Adopté.)
Locuteur: Le Président
demande à l'Assemblée de vouloir bien décider ce qui concerne l'ordre du jour de la séance de cette après-midi, à laquelle ont été ajournées : l'affaire des retours du commerce de l'Inde, jeudi dernier, hier matin celle de la ville d'Orange, et depuis plusieurs jours celle de Schelegtadt, et qu'il y avait aussi plu... demande à l'Assemblée de vouloir bien décider ce qui concerne l'ordre du jour de la séance de cette après-midi, à laquelle ont été ajournées : l'affaire des retours du commerce de l'Inde, jeudi dernier, hier matin celle de la ville d'Orange, et depuis plusieurs jours celle de Schelegtadt, et qu'il y avait aussi plusieurs députations à recevoir.
Locuteur: Le Président
L'Assemblée décide aue l'on commencera la séance par l'affaire d'Orange , qu'on p...
...deSchelestadt, enbn à celle des retours de l'Jnde, si le temps le permet : et que ...
L'Assemblée décide aue l'on commencera la séance par l'affaire d'Orange , qu'on passera ensuite à celle deSchelestadt, enbn à celle des retours de l'Jnde, si le temps le permet : et que si elle ne peut être terminée, il sera tenu pour elle une séance extraordinaire ...
Locuteur: Merlin
...décret du 13 juin dernier, les retraits de bourgeoisie et de communion, ajourné à quinzaine la question de savoir si vous deviez abolir également ... , rapporteur. Messieurs, vous avez, en abolissant, par votre décret du 13 juin dernier, les retraits de bourgeoisie et de communion, ajourné à quinzaine la question de savoir si vous deviez abolir également le retrait lignager.
Locuteur: Le Président
met aux voix le projet de décret ducomité des rapports. Il est ad... met aux voix le projet de décret ducomité des rapports. Il est adopté sans changement.
Locuteur: Merlin
...ui vous avait été fait par votre comité de l'aliénation des biens nationaux, ce mê...
... aujourd'hui vous présenter le résultat de son travail.
Ce décret ayant été rendu sur un rapport qui vous avait été fait par votre comité de l'aliénation des biens nationaux, ce même comité s'est cru obligé d'en suivre les errements ; il s'est, en conséquence, occupé du retrait ligoager, et il vient aujourd'hui vous présenter le résultat de son travail.
...achats que des étrangers font des biens de sa famille, votré comité a cru devoir s...
...incipalement à deux pointa, L'abolition de Ce droit est-elle indifférente, ou (1) Le Moniteur ne donne qu'un somtaaire de ce rapport.
...s, ce droit antique en vertu duquel un parent est admis à se faire subroger aux achats que des étrangers font des biens de sa famille, votré comité a cru devoir se fixer principalement à deux pointa, L'abolition de Ce droit est-elle indifférente, ou (1) Le Moniteur ne donne qu'un somtaaire de ce rapport.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 167
Locuteur: Merlin
peufc-elle être utile au succès de la grande opération que vous avez en trepr... peufc-elle être utile au succès de la grande opération que vous avez en treprise sur les biens nationaux? C'est le premier point.
Locuteur: Merlin
...umis au retrait que dans quelques coins de la France. Ils y sont soumis dans la coutume] de Normandie, article,352; dans celle d'An...
...elle du Maine, article 376 ; dans celle de Poitou, article 358 ; dans celle de Lodu-nois, article 152: dans celle de Touraine, ar-! licle 156: dans celle d'Angoumois, articles 55 et 64; dans celle de la Rochelle, article 29j dans celle de Saintonge au siège de Saint-Jean-d'An-gelv, article 43; dans celle de Saintonge entre Mer et Charente, articles 30 et 36 ; dans celle de Bordeaux, article 14: dang celle d'Ax, titre 12, article 1er; dans celle de Saint-Sever, titre 5, article 2rdans celle de Bergerac, article 39; enfin dans celle de Bretagne, article 298. Et tel est également l'usage Provence, COflàEpè Pat-{ teste Mourgues sur l'édit de 1472.
Et il ne faut pas croire que les acquêts ne soient soumis au retrait que dans quelques coins de la France. Ils y sont soumis dans la coutume] de Normandie, article,352; dans celle d'Anjou, article 366 ; dans celle du Maine, article 376 ; dans celle de Poitou, article 358 ; dans celle de Lodu-nois, article 152: dans celle de Touraine, ar-! licle 156: dans celle d'Angoumois, articles 55 et 64; dans celle de la Rochelle, article 29j dans celle de Saintonge au siège de Saint-Jean-d'An-gelv, article 43; dans celle de Saintonge entre Mer et Charente, articles 30 et 36 ; dans celle de Bordeaux, article 14: dang celle d'Ax, titre 12, article 1er; dans celle de Saint-Sever, titre 5, article 2rdans celle de Bergerac, article 39; enfin dans celle de Bretagne, article 298. Et tel est également l'usage Provence, COflàEpè Pat-{ teste Mourgues sur l'édit de 1472.
Locuteur: Merlin
... aux provinces dans lesquelles il n'y a de sujets au retrait lignager que les prop...
...nation en ligne directe; voilà du moins la maxime la plus généralement reçue. Ainsi, les biens nationaux qui feront acquêts dans la personne des premiers adjudicataires, deviendront propres dans celle de leurs héritiers ou des donataires de leur descendance; et conséquemment ni e...
...ue vous laissassiez entrevoir à un père de famille qui, dans un âge avancé, serait amateur d'acquérir quelqties-uns de ces biens, que si tin jour ses enfants avaient besoin de las revendre, ils ne pourraient le fair...
... menacés, en diminuerait nécessairement la valeur?
...t sans doute. Messieurs, vous m'avez prévenu sur ce que j'ai à dire relativement aux provinces dans lesquelles il n'y a de sujets au retrait lignager que les propres. Vous le savez, un bien devient propre dès qu'une fois il est transmis d'une main, dans une autre, soit par succession, soit par donation en ligne directe; voilà du moins la maxime la plus généralement reçue. Ainsi, les biens nationaux qui feront acquêts dans la personne des premiers adjudicataires, deviendront propres dans celle de leurs héritiers ou des donataires de leur descendance; et conséquemment ni ees héritiprs ni ces donataires ne pourront les vendre sans donner ouverture au r...
...les premiers enchérisseurs des biens nationaux, quelle raison y aurait-il pour que vous laissassiez entrevoir à un père de famille qui, dans un âge avancé, serait amateur d'acquérir quelqties-uns de ces biens, que si tin jour ses enfants avaient besoin de las revendre, ils ne pourraient le faire qu'à perte, parce que le retrait lignager, dont ces biens seraient menacés, en diminuerait nécessairement la valeur?
Locuteur: Merlin
...l n'est donc pas douteux l'avantage que la nation retirerait de l'abolition du retrait lignager, dans la vente qui va s'ouvrir des biens qu'elle...
...is si cette abolition est avantageuse à la nation, non seulement vous pouvez, mais vous devez la prononcer; car la nation ne vous a appelés ici que pour régler ses intérêts de la manière la plus utile pour elle i et ce serait man...
...ion ; ce serait trahir votre devoir que de laisser échapper un seul moyen d'amélio...
Il n'est donc pas douteux l'avantage que la nation retirerait de l'abolition du retrait lignager, dans la vente qui va s'ouvrir des biens qu'elle a à sa disposition; mais si cette abolition est avantageuse à la nation, non seulement vous pouvez, mais vous devez la prononcer; car la nation ne vous a appelés ici que pour régler ses intérêts de la manière la plus utile pour elle i et ce serait manquer à votre mission ; ce serait trahir votre devoir que de laisser échapper un seul moyen d'améliorer son sort.
Locuteur: Merlin
...ne autre question se présente; et c'est la seconde de celles que j'ai annoncées. Si vous affr...
...ignager doit-il entièrement disparaître de dessus la surface de l'Empire français?
Maintenant une autre question se présente; et c'est la seconde de celles que j'ai annoncées. Si vous affranchissez du retrait lignager les biens nationaux que vous mettez en vente, devez-vous en affranchir également les autres biens, et le retrait lignager doit-il entièrement disparaître de dessus la surface de l'Empire français?
Locuteur: Merlin
...us ne puissions pas encore nous occuper de la refonte générale de nos lois civiles, il suffit que nous re...
... dis plus, pour que nous soyons obligés de la proscrire.
... retrait lignager est un abus, nous devons en hâter l'abrogation; car quoique nous ne puissions pas encore nous occuper de la refonte générale de nos lois civiles, il suffit que nous rencontrions dans notre route une institution vicieuse et nuisible, pour que nous soyons autorisés Je dis plus, pour que nous soyons obligés de la proscrire.
Locuteur: Merlin
... pour faire valoir les biens nationaux, de les affranchir du retrait lignager, ne ...
...biens du royaume, et nyest-il pas digne de votre sagesse de saisir cette occasion pour abroger un a...
Si vous pensez qu'il soit avantageux, pour faire valoir les biens nationaux, de les affranchir du retrait lignager, ne devez-vous pas en affranchir également tous les autres biens du royaume, et nyest-il pas digne de votre sagesse de saisir cette occasion pour abroger un abus qui se rencontre, pour ainsi dire, sur votre passage? C'est le second point*
Locuteur: Merlin
Je reprends séparément chacun de ces deux points. Je reprends séparément chacun de ces deux points.
Locuteur: Merlin
...nt, pour exciter le zèle des acquéreurs de, ces biens, que le retrait lignager ces... ...dit-on, ne tiennent à auoune ligne, à aucune parenté; il est donc très indifférent, pour exciter le zèle des acquéreurs de, ces biens, que le retrait lignager cesse ou continue d'avoir lieu eu France.
Locuteur: Merlin
...cieux. Cependant, si vous le rapprochez de l'article 11 du titre III de votre décret du 14 mai, et de l'article 10 de votre décret des 25, 26 et 29 juin dern... Ce raisonnement est en effet très spécieux. Cependant, si vous le rapprochez de l'article 11 du titre III de votre décret du 14 mai, et de l'article 10 de votre décret des 25, 26 et 29 juin dernier, vous le verrez s'évanouir.;
Locuteur: Merlin
...icles, vous avez accordé des exemptions de contrôle, non seulement aux acquisitions qui vont être faites de biens nationaux, mais encore aux revent...
...uront revendu, et cela pendant le terme de .15 ans dans un cas* et de 5 ans dans un autre.
En effet, par ces articles, vous avez accordé des exemptions de contrôle, non seulement aux acquisitions qui vont être faites de biens nationaux, mais encore aux reventes que les acquéreurs ou leurs héritiers en pourront faire, même à celles qui pourront être faites par les personnes à qui ceux-ci auront revendu, et cela pendant le terme de .15 ans dans un cas* et de 5 ans dans un autre.
Locuteur: Merlin
Par , vous avez reconnu bien positivement qu... Par , vous avez reconnu bien positivement que, pour encourager les acquéreurs, il ne suffit pas d'écarter des premières vent...
Locuteur: Merlin
En partant de ce principe, il ne sera pas difficile d...
...abolition du retrait lignager au succès de l'aliénation.des biens nationaux.
En partant de ce principe, il ne sera pas difficile d'apercevoir les rapports qui peuvent lier l'abolition du retrait lignager au succès de l'aliénation.des biens nationaux.
Locuteur: Merlin
...n est subordonnée aux différents points de vue sous lesquels le retrait lignager d... Mais le retrait lignager est-il un abus? Cette question est subordonnée aux différents points de vue sous lesquels le retrait lignager doit être considéré.
Locuteur: Merlin
... lieu, le retrait lignager esMl utile à la société, ou, en d'autres termes, favori... En second lieu, le retrait lignager esMl utile à la société, ou, en d'autres termes, favorise-t-il l'agriculture et le commerce?
Locuteur: Merlin
Avant de prononcer sur ces questions, exami- Avant de prononcer sur ces questions, exami-

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 168
Locuteur: Merlin
...eu pour but, dans son institution,' que de flatter l'attachement des hommes aux biens de leur famille, on pourrait dire que le g...
...par leurs parents, sans autre motif que de conserver le patrimoine des familles ; et l'on sait aussi que la législation romaine fut la seule et unique législation des Gaules,...
Si le retrait lignager n'avait eu pour but, dans son institution,' que de flatter l'attachement des hommes aux biens de leur famille, on pourrait dire que le goût auquel il doit l'être, n'est pas éteint ; et tel est effectivement l'hypothè...
...ar on sait que les Romains avaient admis les parents à retirer les biens vendus par leurs parents, sans autre motif que de conserver le patrimoine des familles ; et l'on sait aussi que la législation romaine fut la seule et unique législation des Gaules, pendant les quatre siècles qui précédèrent les conquêtes des Francs.
Locuteur: Merlin
...aissance sur les bords du Tibre, et qui de s'était répandu dans les Gaules, fut ab... ...retrait lignager ne nous vient pas des Romains, c'est que celui qui avait pris naissance sur les bords du Tibre, et qui de s'était répandu dans les Gaules, fut aboli dans les Gaules mêmes par une loi des empereurs Valentinien, Théodose et Arc...
Locuteur: Merlin
...ôt nous verrons qu'il ne peut venir que de la Germanie; bientôt nous serons convaincu...
...es plus savants modernes (1), que c'est de la Germanie que les Francs en ont apporté dans les Gaules, sinon la loi toute formée, au moins les éléments...
... d'après des principes puisés, non dans de simples habitudes domestiques et privée...
...c lé retrait lignager que nous voyons établi en France? Ouvrons Tacite, et bientôt nous verrons qu'il ne peut venir que de la Germanie; bientôt nous serons convaincus, avec un des plus habiles et des plus savants modernes (1), que c'est de la Germanie que les Francs en ont apporté dans les Gaules, sinon la loi toute formée, au moins les éléments ; bientôt nous sentirons qu'ils ne l'ont établie, et qu'ils ne l'ont maintenue que d'après des principes puisés, non dans de simples habitudes domestiques et privées, mais dans leur gouvernement politique et dans leurs mœurs nationales.
Locuteur: Merlin
...les possessions consistaient en meubles de peu de valeur, les successions appartenaient de plein droit aux familles; toute disposi...
...ments, les armes du défunt, car c'était toute sa richesse; passaient nécessaire...
Chez ce peuple pauvre et nomade qu'on appelait Germains, et dont toutes les possessions consistaient en meubles de peu de valeur, les successions appartenaient de plein droit aux familles; toute disposition testamentaire y était défendue, et les chevaux, les vêtements, les armes du défunt, car c'était toute sa richesse; passaient nécessairement à son plus proche héritier.
Locuteur: Merlin
familles entières, celle de l'offenseur et celle de l'offensé; et souvent la guerre, prolongée pendant une longue su...
...nction totale, ou par l'affaiblissement de l'une des deux armées domestiques. Ainsi dura plus de trente ans cette guerre dont parle Glab...
...s, entre deux familles dont l'une était de Joigny, l'autre d'Auxerre.
familles entières, celle de l'offenseur et celle de l'offensé; et souvent la guerre, prolongée pendant une longue suite d'années, ne finissait que par l'extinction totale, ou par l'affaiblissement de l'une des deux armées domestiques. Ainsi dura plus de trente ans cette guerre dont parle Glaber Rodolphe (1), historien du xi® siècle, et qu'il dit s'être allumée à l'occasion d'une métairie située dans le Sénonais, entre deux familles dont l'une était de Joigny, l'autre d'Auxerre.
Locuteur: Merlin
Il n'y avait qu'un moyen légal de terminer la guerre : c'était que la famille offensante payât à la famille offensée les compositions fixées par la loi. Et il est à remarquer que même dans le payement de ces compositions, on considérait tous les membres de la famille offensée, comme intéressés pers...
...mme assassiné, ne devaient recevoir que la moitié de la somme à laquelle était condamné l'assas...
Il n'y avait qu'un moyen légal de terminer la guerre : c'était que la famille offensante payât à la famille offensée les compositions fixées par la loi. Et il est à remarquer que même dans le payement de ces compositions, on considérait tous les membres de la famille offensée, comme intéressés personnellement à sa vengeance ; car les enfants d'un homme assassiné, ne devaient recevoir que la moitié de la somme à laquelle était condamné l'assassin, et les plus proches parents, tant paternels que maternels, partageaient ent...
Locuteur: Merlin
...ait encore dans cette autre disposition de la loi, qui laissait à chacun la liberté de renoncer à sa famille, et par de s'affranchir de tous les devoirs militaires et domestiq...
... qu'en s'excluant à jamais, et du droit de requérir les secours de ses parents quand il était attaqué ou offensé, et de l'avantage de leur succéder ou de prendre part aux réparations pécuniaire...
Le même esprit éclatait encore dans cette autre disposition de la loi, qui laissait à chacun la liberté de renoncer à sa famille, et par de s'affranchir de tous les devoirs militaires et domestiques qu'elle lui imposait: ce qu'il ne pouvait obtenir qu'en s'excluant à jamais, et du droit de requérir les secours de ses parents quand il était attaqué ou offensé, et de l'avantage de leur succéder ou de prendre part aux réparations pécuniaires que leur mort pouvait provoquer (3).
Locuteur: Merlin
Les familles étaient donc pour ceux de leurs membres qui demeuraient unis, des espèces de républiques. Faut-il s'étonner après cela qu'on ait pris tant de précautions pour empêcher que les biens...
... en quelque sorte dotées, ne sortissent de leur sein ? D'une part, elles avaient des compositions à payer ; de l'autre, il était juste que la succession d'un parent devînt le prix d...
...tenus pour lui. Sous ce double rapport, la loi devait veiller et veillait en effet...
Les familles étaient donc pour ceux de leurs membres qui demeuraient unis, des espèces de républiques. Faut-il s'étonner après cela qu'on ait pris tant de précautions pour empêcher que les biens dont elles étaient en quelque sorte dotées, ne sortissent de leur sein ? D'une part, elles avaient des compositions à payer ; de l'autre, il était juste que la succession d'un parent devînt le prix des combats qu'on avait soutenus pour lui. Sous ce double rapport, la loi devait veiller et veillait en effet à ce que les biens d'une famille ne passassent point dans une autre.
Locuteur: Merlin
De ces dispositions des codes de nos pères, qui excluaient les filles de...
...ouvaient pas s'armer pour les querelles de famille ; qui interdisaient toute institution d'héritier, toute espèce de legs, au préjudice du successeur légitime ; qui défendaient même de vendre malgré les (héritiers présomptif...
... encore, sont en vigueur dans plusieurs de nos coutumes.
De ces dispositions des codes de nos pères, qui excluaient les filles des successions parce qu'elles ne pouvaient pas s'armer pour les querelles de famille ; qui interdisaient toute institution d'héritier, toute espèce de legs, au préjudice du successeur légitime ; qui défendaient même de vendre malgré les (héritiers présomptifs, sans une nécessité juridiquement constatée; dispositions qui, aujourd'hui encore, sont en vigueur dans plusieurs de nos coutumes.
Locuteur: Merlin
D'où pouvait naître un tel régime? De l'attachement des familles à de simples meubles? Sans doute; mais cet a...
...un prix d'affection? Il serait ridicule de le penser, et il est bien plus naturel de s'en tenir au motif qui nous est indiqu...
D'où pouvait naître un tel régime? De l'attachement des familles à de simples meubles? Sans doute; mais cet attachement n'avait-il pour motif qu'un prix d'affection? Il serait ridicule de le penser, et il est bien plus naturel de s'en tenir au motif qui nous est indiqué par Tacite.
Locuteur: Merlin
...térêts d'un particulier devenaient ceux de tous ses parents ; qu'ils devaient conc... ...us d'une famille étaient obligés d'épouser leurs querelles mutuelles; que les intérêts d'un particulier devenaient ceux de tous ses parents ; qu'ils devaient concourir tous, soit à le venger, soit à le soutenir. Suscipere tam inimi-citias, se...
Locuteur: Merlin
...ément dans ces usages que nous trouvons la source du retrait lignager. Voici comme... Et c'est précisément dans ces usages que nous trouvons la source du retrait lignager. Voici comment ils y donnèrent lien.
C'est de que s'est formé, parmi nos ancêtres, ce droit de guerre privée qui fit verser tant de sang en France, et que la force de l'habitude prolongea jusque sous le règ...
..., dans son excellent ouvrage intitulé : de l'état civil de» personnes, etc.
C'est de que s'est formé, parmi nos ancêtres, ce droit de guerre privée qui fit verser tant de sang en France, et que la force de l'habitude prolongea jusque sous le règne du roi Jean. S'agissait-il d'un champ usurpé? on se battait; d'un meuble volé...
...re armait aussitôt deux (1) M. Perreciot, administrateur du département du Donbs, dans son excellent ouvrage intitulé : de l'état civil de» personnes, etc.
...'un propriétaire avait, sur l'exposé et la preuve de ses besoins urgents, obtenu du juge la permission de vendre son héritage, il était obligé de l'offrir à ses plus proches parents, et...
... refus. Manquait-il à cette formalité ? la loi permettait aux plus proches parents de retirer le fonds des mains de l'acquéreur étranger, en lui remboursant le prix et les frais légitimes de son acquisition (4). (1) Hist. Lib. 2, ...
Lorsqu'un propriétaire avait, sur l'exposé et la preuve de ses besoins urgents, obtenu du juge la permission de vendre son héritage, il était obligé de l'offrir à ses plus proches parents, et il ne pouvait en disposer en faveur d'un acquéreur " étranger, que sur leur refus. Manquait-il à cette formalité ? la loi permettait aux plus proches parents de retirer le fonds des mains de l'acquéreur étranger, en lui remboursant le prix et les frais légitimes de son acquisition (4). (1) Hist. Lib. 2, Cap. 10.
(4) Loi Saxone, chap. 16, dans la collection de Lin-dembrock, p. 478. — Lois d'iElfrede... (4) Loi Saxone, chap. 16, dans la collection de Lin-dembrock, p. 478. — Lois d'iElfrede, dans le recueil

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 169
Locuteur: Merlin
...ononcée plus tôt. Quelle a donc pu être la cause de ce retard? Sans doute, iPne peut être a...
...; mais du moins il n'a plus aujourd'hui de prétexte, puisque, par vos décrets du 15 mars et au 19 juin, vous avez détruit la noblesse héréditaire, et avec elle le droit d'aî...
Si quelque chose doit étonner, c'est que l'abolition n'en ait pas été prononcée plus tôt. Quelle a donc pu être la cause de ce retard? Sans doute, iPne peut être attribué qu'à celte aveugle routine qui a si longtemps conduit les hommes et dirigé leur sort ; mais du moins il n'a plus aujourd'hui de prétexte, puisque, par vos décrets du 15 mars et au 19 juin, vous avez détruit la noblesse héréditaire, et avec elle le droit d'aînesse.
Locuteur: Merlin
...r le retrait lignager ce n'est pas dans la seule affection que chacun est censé avoir pour les biens de ses ancêtres, qu'il faut chercher le motif de la loi pàr laquelle ce retrait a été intro...
...aient les parents d'embrasser, au péril de leur vie, toutes les querelles les uns ...
Ce n'est donc pas, comme l'ont dit et répété tous les légistes qui ont écrit sur le retrait lignager ce n'est pas dans la seule affection que chacun est censé avoir pour les biens de ses ancêtres, qu'il faut chercher le motif de la loi pàr laquelle ce retrait a été introduit en France ; c'est dans l'obligation où étaient les parents d'embrasser, au péril de leur vie, toutes les querelles les uns des autres, ou, en d'autres termes, c'est dans les guerres privées qui ont si lo...
Locuteur: Merlin
Mais par même on voit ce qu'est devenue la cause de l'admission du retrait lignager en France. Il n'est plus de guerres privées ; chaque citoyen ayant échangé contre la protection de la société entière, le droit naturel de poursuivre son ennemi, toute, vengeance...
... privées, puisque ce sont les querelles de familles qui ont donné lieu au retrait ...
...nt les légistes eux-mêmes, que le motif de la loi cessant, la loi doit cesser en même temps : (cessan...
Mais par même on voit ce qu'est devenue la cause de l'admission du retrait lignager en France. Il n'est plus de guerres privées ; chaque citoyen ayant échangé contre la protection de la société entière, le droit naturel de poursuivre son ennemi, toute, vengeance particulière est regardée comme une infraction du pacte social, comme un attentat contre l'ordre public. Et puisque ce sont les guerres privées, puisque ce sont les querelles de familles qui ont donné lieu au retrait lignager, il est évident que le retrait lignager est actuellement en France un droit sans càuse. Et s'il est vrai, comme l'enseignent les légistes eux-mêmes, que le motif de la loi cessant, la loi doit cesser en même temps : (cessante ratione legis, cessare debet lex) il n'est pas douteux que le retrait lignage...
Locuteur: Merlin
...ent plus s'allier avec l'esprit général de la Constitution française. — Cependant ne ...
...encore notre jugement; et voyons, avant de nous décider sur le sort de ce droit antique, si, dans son exercice, il est ou favorable ou contraire aux progrès de l'agriculture et du commerce.
...ui ne subsistent plus;et il n'y a été conservé que par des prétextes qui ne peuvent plus s'allier avec l'esprit général de la Constitution française. — Cependant ne précipitons pas encore notre jugement; et voyons, avant de nous décider sur le sort de ce droit antique, si, dans son exercice, il est ou favorable ou contraire aux progrès de l'agriculture et du commerce.
Locuteur: Merlin
Mais quoil faut-il ouvrir -dessus une discussion sérieuse ? Non : ...
...en deux mots tout ce qu'il est possible de dire sur cette matière : « Le retrait lignager (ce sont ses termes) « fait une infinité de procès nécessaires; et tous « les fonds...
Mais quoil faut-il ouvrir -dessus une discussion sérieuse ? Non : Montesquieu a dit en deux mots tout ce qu'il est possible de dire sur cette matière : « Le retrait lignager (ce sont ses termes) « fait une infinité de procès nécessaires; et tous « les fonds du royaume vendus sont au moins, « en quelque façon, sans maître pendant un « a...
Locuteur: Merlin
...retrait lignager, l'ont marqué du sceau de la réprobation à laquelle l'avaient universellement dévoué tous les amis du commerce et de l'agriculture? N'ont-elles pas toutes mis en principe que l'omission de la moindre des formalités prescrites pour ...
... principe d'où dérive-t-il ? quelle est la cause qui l'a établi ? quelle est celle...
...e ou cinq cents coutumes qui gouvernent la France? N'en doutons pas, c'est cette r...
... par l'observation stricte et littérale de tout ce qu'il fallait pour l'obtenir.
...'y a-t-il pas assez longtemps que nos coutumes elles-mêmes, tout en adoptant le retrait lignager, l'ont marqué du sceau de la réprobation à laquelle l'avaient universellement dévoué tous les amis du commerce et de l'agriculture? N'ont-elles pas toutes mis en principe que l'omission de la moindre des formalités prescrites pour l'exercice du retrait, fait déchoir le retrayant? Et ce principe d'où dérive-t-il ? quelle est la cause qui l'a établi ? quelle est celle qui l'a étendu si loin, et qui en a fait une des maximes fondamentales des quatre ou cinq cents coutumes qui gouvernent la France? N'en doutons pas, c'est cette raison innée qui dicte toutes les bonnes lois ou qui tempère les mauvaises; c'est...
...ux ne pouvaient le prononcer que lorsqu'ils y étaient en quelque sorte violentés par l'observation stricte et littérale de tout ce qu'il fallait pour l'obtenir.
Locuteur: Merlin
...ges qu'il semble leur promettre ? C'est la dernière question que je me suis propos...
... sans hésiter : non ; il s'en faut même de beaucoup.
...moins le retrait procure-t-il réellement et généralement aux familles les avantages qu'il semble leur promettre ? C'est la dernière question que je me suis proposé d'examiner, et je réponds sans hésiter : non ; il s'en faut même de beaucoup.
Locuteur: Merlin
... plus souvent ne finissent que par leur ruine entière. C'est pourtant un assez grand ...
... parvienne jamais à convaincre un homme de bonne foi qu'un droit, dont l'exercice ...
... ne parle pas des procès dans lesquels le retrait engage les familles, et qui le plus souvent ne finissent que par leur ruine entière. C'est pourtant un assez grand fléau qu'un procès, et je doute qu'on parvienne jamais à convaincre un homme de bonne foi qu'un droit, dont l'exercice l'entraîne inévitablement dans un procès, puisse lui être véritablement avantage...
Locuteur: Merlin
...e prouve, c'est que, dans quelques-unes de nos coutumes, notamment dans celle de Mons qui régit une grande partie du Hai...
...et que ce n'est qu'à défaut d'une offre de cette nature, que les plus proches pare...
...ment l'origine du retrait lignager, tel qu'il s'exerce aujourd'hui ; et ce qui le prouve, c'est que, dans quelques-unes de nos coutumes, notamment dans celle de Mons qui régit une grande partie du Hainaut français, il est encore d'usage d'offrir aux plus proches parents les biens dont le juge a permis l'aliénation , et que ce n'est qu'à défaut d'une offre de cette nature, que les plus proches parents ont une année pour exercer le retrait. "
...rnement où il n'y a d'égaux et d'agents de la souveraineté que des nobles, il ne doit...
...yens inventés d'ailleurs pour perpétuer la grandeur des familles (1). Il vous dira encore que dans la monarchie organisée selon ses vues, et telle qu'était la France avant notre Révolution, le retra...
...ndre aux familles nobles les terres que la prodigalité d'un parent avait aliénées,...
...ution absolument des Lois Anglo-Saxones de Wilkins, p. 43. — Jus provinciale Alter...
...oits ? Il vous répondra que, même dans Varistocratie, c'est-à-dire dans un gouvernement où il n'y a d'égaux et d'agents de la souveraineté que des nobles, il ne doit y avoir ni droit d'aînesse ni retrait lignager, ni aucun des autres moyens inventés d'ailleurs pour perpétuer la grandeur des familles (1). Il vous dira encore que dans la monarchie organisée selon ses vues, et telle qu'était la France avant notre Révolution, le retrait lignager ne pouvait être bon qu'à rendre aux familles nobles les terres que la prodigalité d'un parent avait aliénées, et que le communiquer au peuple, c'était choquer inutilement tous les principes...
...s d'une manière implicite et très claire, que le retrait lignager est une institution absolument des Lois Anglo-Saxones de Wilkins, p. 43. — Jus provinciale Alternait. Cap. 131, § 5.
...aux familles en leur accordant le droit de retrait lignager ? c'est de conserver dans leur sein les héritages ...
...'empêcher que ces héritages ne changent de ligne. — Cependant qu'arrive-t-il par la mauvaise combinaison de cette vue avec les autres parties du système général de notre législation? C'est que le retrait lignager, au lieu de conserver les propres dans les lignes, ...
...aussi fréquemment que le simple contrat de vente. En effet, ou les coutumes déclarent acquêts dans la personne du retrayant, les biens qui on...
Quel est l'avantage qu'on promet aux familles en leur accordant le droit de retrait lignager ? c'est de conserver dans leur sein les héritages qui y ont fait souche ; c'est conséquemment d'empêcher que ces héritages ne changent de ligne. — Cependant qu'arrive-t-il par la mauvaise combinaison de cette vue avec les autres parties du système général de notre législation? C'est que le retrait lignager, au lieu de conserver les propres dans les lignes, les en fait sortir presqu'aussi fréquemment que le simple contrat de vente. En effet, ou les coutumes déclarent acquêts dans la personne du retrayant, les biens qui ont été retirés lignagèrement (et il y en a un très grand (1) Liv. 5, chap. 9.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 170
Locuteur: Merlin
...ition); ou elles attribuent à ces biens la qualité de propres, sous la condition'que l'héritier des propres re...
... évident que les biens retirés changent de ligne, etconséquemment que le but du re...
...pour que l'héritage retiré demeure dans la ligne de laquelle il est provenu, que la condition de remboursement soit exécutée dans un ter...
...er atteigne son but. — Est-ce donc bien la peine de conserver, que dis-je? n'est-ice pas pour nous un devoir de proscrire un droit qui ne remplit pas les vues de la loi qui l'a établi?
nombre qui renferment cette disposition); ou elles attribuent à ces biens la qualité de propres, sous la condition'que l'héritier des propres remboursera à l'héritier des acquêts le prix du retrait. Au premier cas, il est évident que les biens retirés changent de ligne, etconséquemment que le but du retrait est absolument manqué. Au second cas, il faut, pour que l'héritage retiré demeure dans la ligne de laquelle il est provenu, que la condition de remboursement soit exécutée dans un terme très court ; et comme il est rare qu'elle le soit, il est rare aussi que, dans ces gou-tumes, le retrait lignager atteigne son but. — Est-ce donc bien la peine de conserver, que dis-je? n'est-ice pas pour nous un devoir de proscrire un droit qui ne remplit pas les vues de la loi qui l'a établi?
Locuteur: Merlin
...ues, conséquemment d'autant plus dignes de la proscription que je sollioite pour tout...
... dit ce jurisconsulte sur l'article 366 de celle du Maine.
...que, par cela même, ces coutumes sont d'autant plus odieuses, d'autant plu? iniques, conséquemment d'autant plus dignes de la proscription que je sollioite pour toutes. Hœe consuetudo est odiosa et > iniqua, > dit ce jurisconsulte sur l'article 366 de celle du Maine.
Locuteur: Merlin
...lle qu'une partie considérable des pays de droit écrit, tels encore que les territoires des coutumes de Douai, d'Arras, d'Hesdin, du Gambresis, du bailliage de Bapaume, telle aussi que la chatellenie d'Issoudun dans le Berri ; ...
...r qu'il faut attribuer cette différence de bonheur?
...amilles^ à jeter les yeux sur les provinces et les villes où il n'a pas lieu, telle qu'une partie considérable des pays de droit écrit, tels encore que les territoires des coutumes de Douai, d'Arras, d'Hesdin, du Gambresis, du bailliage de Bapaume, telle aussi que la chatellenie d'Issoudun dans le Berri ; et je leur demanderai si, dans ces provinces, dans ces villes, dans ces cantons,...
... en cas qu'elles le soient moins en effet, si c'est aU défaut du retrait lignager qu'il faut attribuer cette différence de bonheur?
Locuteur: Merlin
...t le prétexte qui pourrait servir ici à la défense du retrait lignager ? Dira-t-on du moins qu'il contribue à la perfection des mœurs, à l'amélioration ...
...'il est devenu une occasion journalière de mensonges et de parjures? Combien de fausses déclarations sur le prix des ve...
...trait les parents des vendeurs? combien de contrats déguisés sous des couleurs fac...
...aux recherches des retrayants ? combien de faux serments prêtés devant" les juges, soit sur la nature, soit sur la sincérité des actes qui font l'objet du...
...u comptez-vous les mœurs pour rien dans la grande entreprise que vous avez formée de rendre la France à jamais libre?... J'en rougis.....
...lus morales que nous. Ecouton?-les dans la loi 14, au Gode, de contrahendâ emptione:
Quel serait maintenant le prétexte qui pourrait servir ici à la défense du retrait lignager ? Dira-t-on du moins qu'il contribue à la perfection des mœurs, à l'amélioration du cœur humain? Mais ne savons-nous pas qu'il est devenu une occasion journalière de mensonges et de parjures? Combien de fausses déclarations sur le prix des ventes, pour détourner du retrait les parents des vendeurs? combien de contrats déguisés sous des couleurs factices pour les soustraire aux recherches des retrayants ? combien de faux serments prêtés devant" les juges, soit sur la nature, soit sur la sincérité des actes qui font l'objet du retrait? — Et que pouvez-vous espérer d'un peuple ainsi habitué à lutter sans c...
... sa conscience? quelles mœurs lui inspirerez-vous dans cette funeste habitude? ou comptez-vous les mœurs pour rien dans la grande entreprise que vous avez formée de rendre la France à jamais libre?... J'en rougis... cependant il faut que je le dise : les despotes qui tyrannisèrent Rome et les ...
...le titre d'empereurs, avaient sur le retrait lignager des idées plus justes et plus morales que nous. Ecouton?-les dans la loi 14, au Gode, de contrahendâ emptione:
Locuteur: Merlin
...ent exécuté; eela est si vrai, que dans la coutume de Paris, par exemple, si vous ne consigne... ... en dernier ressort soit rendu sur cette matière, pour qu'il doive être entièrement exécuté; eela est si vrai, que dans la coutume de Paris, par exemple, si vous ne consignez pas dans les vingt-quatre heures, vous êtes déchu.
Locuteur: Merlin
...ne pas convenir que, sous ces coutumes, la conservation des propres dans les ligne... ...mis pour les acquêts comme pour les propres; et, en effet, il est impossible defne pas convenir que, sous ces coutumes, la conservation des propres dans les lignes dont ils oroviennent, n'a pas été le but qu'on s'est propose.
Locuteur: Merlin
...opriétaires ne pouvaient, « par l'effet de ce privilège, disposer à leur gré « de Ce qu'ils avaient à vendre. Dudùm proxi...
..., que les hommes ne soient pas libres « de faire de leur bien ce qu'il leur plaît, nous « o...
...honestatis colore velatur, ut % homines de rébus suis facere aliquid cogantur « in...
...ptorem. » C'est, Messieurs, à l'exemple de cette loi juste-mont célèbre, que votre comité a l'honneur de ypus proposer le décret suivant :
« d'acquérir; et les propriétaires ne pouvaient, « par l'effet de ce privilège, disposer à leur gré « de Ce qu'ils avaient à vendre. Dudùm proximis « consoriibusque concessum erat, ut extraneos ab « emptione. removerent, ne ...
...rai, d'une vaine appa-« rence d'honnêteté, mais qui n'en est pas moins « criante, que les hommes ne soient pas libres « de faire de leur bien ce qu'il leur plaît, nous « ordonnons, en abrogeant cette loi ancienne, « que chacun puisse traiter avec tel acheteur « qu'il jugera à propos. Sed quia gravis videtur « injuria quœ inani honestatis colore velatur, ut % homines de rébus suis facere aliquid cogantur « inviti, superiore lege cessatâ, unusquisque suo « arbitratu quœrere vel probare possit emptorem. » C'est, Messieurs, à l'exemple de cette loi juste-mont célèbre, que votre comité a l'honneur de ypus proposer le décret suivant :
Locuteur: Merlin
...tie et adjugée en dernier ressort avant la publication du présent décret, sera et ... Art, 2. Toute demande en retrait lignager, qui n'aurait pas été consentie et adjugée en dernier ressort avant la publication du présent décret, sera et demeurera comme non-avenue ; il ne pourra être fait droit que sur ies procédures...
Locuteur: Fréteau
...e, Ce serait souiller une bonne loi par la disposition la plus inique. Si l'on adoptait cet article, Ce serait souiller une bonne loi par la disposition la plus inique.
Locuteur: Martineau
...tions ne soient pas exécutées, il tombe de droit. Il n'est pas besoin pour cela d'un décret de l'Assemblée nationale; moi, j'ai consig...
... chicanes, et je suis déchu, aux termes de votre décret.
... est bien sûr que si un jugement est rendu à telles conditions, et que les conditions ne soient pas exécutées, il tombe de droit. Il n'est pas besoin pour cela d'un décret de l'Assemblée nationale; moi, j'ai consigné dans les vingt-quatre heures, j'aivoulu entrer en possession, on m'a suscité des chicanes, et je suis déchu, aux termes de votre décret.
Locuteur: Martineau
L'article 3 est écarté par la question préalable, et les deux premier... L'article 3 est écarté par la question préalable, et les deux premiers articles sont adoptés en ces termes 1
Locuteur: Martineau
...tie ou adjugée en dernier ressort avant la publication du présent décret, . Art. 2- « Toute demande en retrait lignager, qui n'aura pas été consentie ou adjugée en dernier ressort avant la publication du présent décret,
Locuteur: Martineau
et le retrait de société aboli par le décret du 13 juin ... et le retrait de société aboli par le décret du 13 juin 1790

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 171
Locuteur: D'Esclaibes
(ci-devant comte), député de Chaumont, prie l'Assemblée de vouloir bien lui accorder un congé pour...
...ntes. II observe que.cette absence sera la première qu'il se sera permise.
(ci-devant comte), député de Chaumont, prie l'Assemblée de vouloir bien lui accorder un congé pour affaires pressantes. II observe que.cette absence sera la première qu'il se sera permise.
Locuteur: Merlin
... le même motif qui a porté votre comité de l'aliénation des biens nationaux à vous proposer l'abolition du retrait de bourgeoisie, du retrait de communion et du retrait lignager, lui fait encore une loi de vous proposer celle du droit d'écart ou...
... provinces belgiques sont en possession de lever sur les biens qui passent des mai...
...otte, à Bourbourg, Bapaume, à Seclin, à la Bassée et à Comines, dans le dixième de la valeur ou du prix des biens sur lesquel...
...s, dans le quart des immeubles, et dang la moitié des meubles et des rentes ; — à ...
...me; — à Saint-Omer, dans le huitième. — La coutume d'Orchies le porte à huit pour cent ; — celle du pays de Langle le borne au douzième denier; — et celle de la Gorgue au treizième.
Messieurs, le même motif qui a porté votre comité de l'aliénation des biens nationaux à vous proposer l'abolition du retrait de bourgeoisie, du retrait de communion et du retrait lignager, lui fait encore une loi de vous proposer celle du droit d'écart ou boute-hors ; droit vraiment absurde et barbare, que plusieurs villes des provinces belgiques sont en possession de lever sur les biens qui passent des mains d'un bourgeois entre celles d'un forain ou non bourgeois. Ce droit consiste à Douai, à Lille, à Bergues, à Gassel, à Bailleul, à Merville, à Honschotte, à Bourbourg, Bapaume, à Seclin, à la Bassée et à Comines, dans le dixième de la valeur ou du prix des biens sur lesquels on l'exerce; — à Arras, dans le quart des immeubles, et dang la moitié des meubles et des rentes ; — à Aire, dans le cinquième denier; à Béthune, dans le septième; — à Saint-Omer, dans le huitième. — La coutume d'Orchies le porte à huit pour cent ; — celle du pays de Langle le borne au douzième denier; — et celle de la Gorgue au treizième.
Locuteur: Merlin
...es dans toutes les villes dont je viens de parler. Mais assez généralement ils se réduisent à quatre, qui sont la perte de la bourgeoisie, la succession d'un bourgeois dévolue à un ... Les cas où il y a ouverture à ce droit ne sont pas les mêmes dans toutes les villes dont je viens de parler. Mais assez généralement ils se réduisent à quatre, qui sont la perte de la bourgeoisie, la succession d'un bourgeois dévolue à un forain, le mariage contracté entre deux personnes dont l'une est bourgeoise et l...
Locuteur: Merlin
Ainsi : lp à Bourbourg, à Bergues, à la Gorgue et à Orchies, tout homme qui a encouru la privation de son droit de bourgeoisie, même par le seul changement de domicile, est obligé de payer à la ville dont il cesse d'être bourgeois, le dixième de la valeur de ses biens; — et par conséquent celui qui, étant bourgeois de l'une de ces quatre villes, y acquerrait aujourd...
...bourgeois, qu'en leur payant le dixième de ce qu'il aurait acquis dans letir encei...
Ainsi : lp à Bourbourg, à Bergues, à la Gorgue et à Orchies, tout homme qui a encouru la privation de son droit de bourgeoisie, même par le seul changement de domicile, est obligé de payer à la ville dont il cesse d'être bourgeois, le dixième de la valeur de ses biens; — et par conséquent celui qui, étant bourgeois de l'une de ces quatre villes, y acquerrait aujourd'hui des biens nationaux, ne pourrait demain quitter ces villes et c sser d'en être bourgeois, qu'en leur payant le dixième de ce qu'il aurait acquis dans letir enceinte.
Locuteur: Merlin
Ainsi : 2° dans toutes les villes de Flandre et d'Artois, où a lieu le droit...
...t vient à mourir sans enfants, le quart de ses biens sera confisqué sur moi par la commune d'Arras, parce que, quoi qu'héritier de mon frère, je ne suis pas bourgeois de cette ville.
Ainsi : 2° dans toutes les villes de Flandre et d'Artois, où a lieu le droit d'écart, il y a ouverture à ce droit toutes les fois qu'un étranger succède à u...
..., bourgeois d'Arras, par exemple, acquiert en cette ville des biens nationaux, et vient à mourir sans enfants, le quart de ses biens sera confisqué sur moi par la commune d'Arras, parce que, quoi qu'héritier de mon frère, je ne suis pas bourgeois de cette ville.
Locuteur: Merlin
conséquent si, sans être bourgeois de l'une de ces villes, j'y épouse une femme qui a précédemment acquis ou hérité de ses parents des biens nationaux, le dixième de ces* biens appartiendra à la commune. conséquent si, sans être bourgeois de l'une de ces villes, j'y épouse une femme qui a précédemment acquis ou hérité de ses parents des biens nationaux, le dixième de ces* biens appartiendra à la commune.
Locuteur: Merlin
...ans les mêmes villes, comme dans celles de la Gorgue, d'Honschotte, d'Orchies, de Comines, de Seclin, et dans le pays de Langle, l'écart a lieu toutes les fois ...
...r acheté des biens nationaux dans celle de ces villes dont je ne suis pa3 bourgeois, il me prend envie de les vendre, ou même de les donner, l'écart en est dû à la ville elle-même, soit que je donne ou v...
Ainsi: 4° dans les mêmes villes, comme dans celles de la Gorgue, d'Honschotte, d'Orchies, de Comines, de Seclin, et dans le pays de Langle, l'écart a lieu toutes les fois qu'un forain vend ou transporte d'une manière quelconque, non seulement à un bourgeois, mais encore à un autre forain ; — et par conséquent, si, après avoir acheté des biens nationaux dans celle de ces villes dont je ne suis pa3 bourgeois, il me prend envie de les vendre, ou même de les donner, l'écart en est dû à la ville elle-même, soit que je donne ou vende à un étranger, soit que je donne ou vende à un bourgeois.
Locuteur: Merlin
...s dispositions barbares peuvent nuire à la vente des biens nationaux, et de quelle importance il est pour vous de détruire les obstacles qu'elles pourraient apporter tant à la prompte aliénation de ces biens, qu'à la grande concurrence des acheteurs, seul moyen de les faire monter à leur véritable prix. Vous sentez, Messieurs, oombien toutes ces dispositions barbares peuvent nuire à la vente des biens nationaux, et de quelle importance il est pour vous de détruire les obstacles qu'elles pourraient apporter tant à la prompte aliénation de ces biens, qu'à la grande concurrence des acheteurs, seul moyen de les faire monter à leur véritable prix.
Locuteur: Merlin
...ion du droit d'écart ne fût pas un acte de justice, il faudrait que ce droit fût, ...
...été ; c'est-à-dire qu'il fût le prix et la condition primitive d'une concession de fonds qu'elles auraient faite à leurs h...
Pour que l'abrogation du droit d'écart ne fût pas un acte de justice, il faudrait que ce droit fût, pour les villes qui l'exercent actuellement, une véritable propriété ; c'est-à-dire qu'il fût le prix et la condition primitive d'une concession de fonds qu'elles auraient faite à leurs habitants.
Locuteur: Merlin
Or, il est évident que ce n'est point le caractère du droit d'écart. Une vill...
...habitants ne soient que des concessions de la ville elle-même; et, dès lors, comment le droit d'écart serait-il une émanation de la propriété foncière ? — Je le dis avec c...
Or, il est évident que ce n'est point le caractère du droit d'écart. Une ville ne peut pas avoir existé avant ses habitants : il est donc impossible que toutes les propriétés des habitants ne soient que des concessions de la ville elle-même; et, dès lors, comment le droit d'écart serait-il une émanation de la propriété foncière ? — Je le dis avec confiance, il ne l'est pas, il ne peut pas l'être; et je suis d'autant plus ferme...
Locuteur: Merlin
...origine ; ils nous le montrent dérivant de l'obligation qu'avaient anciennement ies habitants d'un même lieu, de se défendre respectivement des attaques de leurs voisins. Vous le savez, Messieurs...
...rivées étaient tellement dans les mœurs de nos pères, que nos rois n'ont pu arrête...
... ; et elles avaient lieu, non seulement de famille à famille, mais encore de villagé à village, de ville à ville, de province à province. De ces confédérations qui liaient entre eux tous les habitants de chaque lieu; de le soin qu'on prit d'empêcher que les biens des membres de chaque confédération ne passassent dans des mains étrangères; delà le retrait de bourgeoisie que vous avez abrogé par votre décret du 13 juin ; de enfin le droit d'écart dont nous vous proposons aujourd'hui de prononcer également l'abolition.
Ces auteurs nous indiquent d'ailleurs sa véritable origine ; ils nous le montrent dérivant de l'obligation qu'avaient anciennement ies habitants d'un même lieu, de se défendre respectivement des attaques de leurs voisins. Vous le savez, Messieurs, les guerres privées étaient tellement dans les mœurs de nos pères, que nos rois n'ont pu arrêter ce désordre que très tard ; et elles avaient lieu, non seulement de famille à famille, mais encore de villagé à village, de ville à ville, de province à province. De ces confédérations qui liaient entre eux tous les habitants de chaque lieu; de le soin qu'on prit d'empêcher que les biens des membres de chaque confédération ne passassent dans des mains étrangères; delà le retrait de bourgeoisie que vous avez abrogé par votre décret du 13 juin ; de enfin le droit d'écart dont nous vous proposons aujourd'hui de prononcer également l'abolition.
Locuteur: Merlin
...ver qu'abroger ces dispositions serait, de voire part, une loi utile ; je me borne...
...it une loi juste, et je n'ai pas besoin de grands efr forts pour y parvenir.
Je ne m'arrêterai donc pas à vous prouver qu'abroger ces dispositions serait, de voire part, une loi utile ; je me borne à établir que ce serait une loi juste, et je n'ai pas besoin de grands efr forts pour y parvenir.
Locuteur: Merlin
...ue comme un lien imagina pour resserrer de plus en plus les anciennes confédératio... ...lle est l'origiue du droit d'écart, il est si vrai qu'on qe doit le considérer que comme un lien imagina pour resserrer de plus en plus les anciennes confédérations, qu'ac^
Ainsi: 3q àDouay, à la Bassée, à Bergues, les biens qu'une bou...
...art ; — et par (1) Le Moniteur contient la simple mention de ce rapport.
Ainsi: 3q àDouay, à la Bassée, à Bergues, les biens qu'une bourgeoise apporte en mariage à un forain, sont soumis au droit d'écart ; — et par (1) Le Moniteur contient la simple mention de ce rapport.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 172
Locuteur: Merlin
...llement encore les Yilles qui jouissent de ce droit, ne l'exercent pas contre les ...
... confédérées. L'article 3 du titre XVII de la coutume de Bourbourg est, dessus, très formel; il exempte du droi...
...les biens des bourgeois qui se retirent de la ville pour aller demeurer dans un lieu confédéré. La coutume deBergues, qui nous présente la même disposition, a soin d'indiquer, ti...
... est en confédération, et Bourbourg est de ce nombre.
tuellement encore les Yilles qui jouissent de ce droit, ne l'exercent pas contre les bourgeois des villes avec lesquelles elles se sont jadis confédérées. L'article 3 du titre XVII de la coutume de Bourbourg est, dessus, très formel; il exempte du droit d'écart les biens des bourgeois qui se retirent de la ville pour aller demeurer dans un lieu confédéré. La coutume deBergues, qui nous présente la même disposition, a soin d'indiquer, titre V, article 25, les villes avec lesquelles elle est en confédération, et Bourbourg est de ce nombre.
Locuteur: Merlin
...e et politique, il n'a plus aujourd'hui de cause, et ne peut plus être regardé que...
...qui engage votre comité à vous proposer de l'abolir de la même manière que vous avez aboli le ïdroit de franc-fief, c'est-à-dire avec un effet ...
...pour raisons d'arrérages et d'échéances de ce droit. C'est l'objet du décret suiva...
...est donc bien clair que si le droit d'écart a eu, dans son origine, un motif sage et politique, il n'a plus aujourd'hui de cause, et ne peut plus être regardé que comme une exaction. C'est ce qui engage votre comité à vous proposer de l'abolir de la même manière que vous avez aboli le ïdroit de franc-fief, c'est-à-dire avec un effet rétroactif qui embrasse toutes les poursuites et toutes les recherches qui auraient été faites jusqu'à présent, ou pourraient être faites à l'avenir, pour raisons d'arrérages et d'échéances de ce droit. C'est l'objet du décret suivant :
Locuteur: Martineau
demande que les droits de late et d'inquant, qui ont lieu dans les départements de l'ancienne Provence, soient regardés comme compris dans la suppression. demande que les droits de late et d'inquant, qui ont lieu dans les départements de l'ancienne Provence, soient regardés comme compris dans la suppression.
Locuteur: Martineau
L'ordre du jour est la discussion du projet de décret sur la limite des fonctions et des attributions du comité de liquidation (1). L'ordre du jour est la discussion du projet de décret sur la limite des fonctions et des attributions du comité de liquidation (1).
Locuteur: De Batz
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de liquidation sur la nécessité de fixer d'une manière précise les pouvoirs de ce comité et de déterminer les fonctions qui lui sont a... L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de liquidation sur la nécessité de fixer d'une manière précise les pouvoirs de ce comité et de déterminer les fonctions qui lui sont attribuées, a décrété ce qui suit :
Locuteur: Démeunier
Je propose une nouvelle rédaction de l'article premier, plus large que celle du comité, la voici •' Je propose une nouvelle rédaction de l'article premier, plus large que celle du comité, la voici •'
Locuteur: De Batz
... du décret sanctionné du 22 janvier, et de la décision du 15 février dernier, aucunes...
...avoir été soumises à l'examen du comité de liquidation ; mais, néanmoins, les véri...
... à s'effectuer comme ci-devant, suivant la forme ordinaire, et devant les tribunau...
Art. 2. « Eu exécution du décret sanctionné du 22 janvier, et de la décision du 15 février dernier, aucunes créances arriérées ne seront présentées à l'Assemblée nationale pour être liquidées, qu'après avoir été soumises à l'examen du comité de liquidation ; mais, néanmoins, les vérifications et apurements des comptes continueront à s'effectuer comme ci-devant, suivant la forme ordinaire, et devant les tribunaux à ce compétents ; l'Assemblée nationale n'entend, quant à présent, rien innove...
Locuteur: Démeunier
...raît autoriser d'une manière trop vague la chambre des comptes à vérifier et à apurer les comptes. Je proposerais de dire : Les vérifications et apurements ...
... continueront provisoirement et jusqu'à la nouvelle organisation des tribunaux.
L'article me paraît autoriser d'une manière trop vague la chambre des comptes à vérifier et à apurer les comptes. Je proposerais de dire : Les vérifications et apurements des comptes dont les chambres des comptes et autres tribunaux peuvent être actuellement saisis, continueront provisoirement et jusqu'à la nouvelle organisation des tribunaux.
Locuteur: L'abbé Gouttes
Votre comité de liquidation s'est déterminé à vous proposer l'article, tel 3u'il vient de vous être lu, par la conviction que es créanciers illégitime...
...quité. Les créanciers, pour fournitures de fourrages dans les guerres d'Allemagne, ont eu l'imprudence de m'offrir deux cent mille livres pour appuyer leurs réclamations. Le conseil, convaincu de leur illégitimité, n'a pas balancé d'éc...
Votre comité de liquidation s'est déterminé à vous proposer l'article, tel 3u'il vient de vous être lu, par la conviction que es créanciers illégitimes pourraient vouloir vous faire revenir contre des arrêts du conseil, rendus avec une parfaite équité. Les créanciers, pour fournitures de fourrages dans les guerres d'Allemagne, ont eu l'imprudence de m'offrir deux cent mille livres pour appuyer leurs réclamations. Le conseil, convaincu de leur illégitimité, n'a pas balancé d'écarter leurs demandes. J'ai été dans les bureaux avec tous les commis, j'ai exami...
Locuteur: Charles de Lameth
... les décisions qui vont intervenir sont de la plus haute importance, je voudrais que le comité de liquidation ne pût arrêter aucun projet de décret, qu'en présence des deux tiers de ses membres. Nous donnons toute notre c...
... proposent a été consenti par un nombre de membres suffisant.
Gomme les décisions qui vont intervenir sont de la plus haute importance, je voudrais que le comité de liquidation ne pût arrêter aucun projet de décret, qu'en présence des deux tiers de ses membres. Nous donnons toute notre confiance à nos comités, mais du moins faut-il être sûr que ce qu'ils nous proposent a été consenti par un nombre de membres suffisant.
Locuteur: De Foucault
... vos travaux. Je demande l'exécution, à la rigueur, du décret qui ordonne qu'on ne pourra être en même temps membre de deux comités. ...oujours presque complets pour ' prendre des délibérations, vous verriez retarder vos travaux. Je demande l'exécution, à la rigueur, du décret qui ordonne qu'on ne pourra être en même temps membre de deux comités.
Locuteur: Merlin
... dans le' département du Nord et du Pas-de-Calais, sous le nom d écart, escasse ou... « L'Assemblée nationale supprime le droit connu, dans le' département du Nord et du Pas-de-Calais, sous le nom d écart, escasse ou boutte-hors, et éteint toutes les procédures, poursuites ou recherches qui aura...
Locuteur: Martineau
L'Assemblée ordonne le renvoi de cette demande au comité des domaines et... L'Assemblée ordonne le renvoi de cette demande au comité des domaines et au comité des impositions.
Locuteur: De Batz
, rapporteur, donne lecture de l'article 1er ainsi conçu : , rapporteur, donne lecture de l'article 1er ainsi conçu :
Locuteur: De Batz
...ée ne peut être admise parmi les dettes de l'État, qu'en vertu d'un décret de l'Assemblée nationale, sanctionné par l... ...blée nationale décrète, comme principe constitutionnel, que nulle créance arriérée ne peut être admise parmi les dettes de l'État, qu'en vertu d'un décret de l'Assemblée nationale, sanctionné par le roi.
Locuteur: Démeunier
...ic ne peut être admise parmi les dettes de l'État, qu'en vertu d'un décret de l'Assemblée nationale, sanctionné par l... ...le décrète, comme principe constitutionnel, que nulle créance sur le Trésor public ne peut être admise parmi les dettes de l'État, qu'en vertu d'un décret de l'Assemblée nationale, sanctionné par le roi.»
Locuteur: De Custine
...se d'ajouter que les rapports du comité de liquidation ne pourront être discutés d... Je propose d'ajouter que les rapports du comité de liquidation ne pourront être discutés dans l'Assemblée, qu'ils n'aient été imprimés et distribués 15 jours auparavant.
Locuteur: Merlin
Le comité de liquidation ne devrait être autorisé qu... Le comité de liquidation ne devrait être autorisé qu'à examiner les créances revêtues d'une décision favorable.
Locuteur: Le Chapelier
Je trouve l'observation de M. de Lameth très juste, et je m'y joins pour... Je trouve l'observation de M. de Lameth très juste, et je m'y joins pour l'appuyer. Mais il ne faut pas trop lui jdoniier
... 2 en ces termes : (1) Voyez le rapport de M. de Ratz, séance du 3 juillet 1790. Archive... , rapporteur, lit l'article 2 en ces termes : (1) Voyez le rapport de M. de Ratz, séance du 3 juillet 1790. Archives Parlementaires. Tome XVI, p. 679.

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 173
Locuteur: Démeunier
... du décret sanctionné du 22 janvier, et de la décision du 15 février dernier, aucunes...
...avoir été soumises à l'examen du comité de liquidation, dont les délibérations ne ...
...par les deux tiers au moins des membres de ce comité ; et lorsque le rapport du co...
Art. 2. « En exécution du décret sanctionné du 22 janvier, et de la décision du 15 février dernier, aucunes créances arriérées ne seront présentées à l'Assemblée nationale pour être définitivement reconnues ou rejetées, qu'après avoir été soumises à l'examen du comité de liquidation, dont les délibérations ne pourront être prises que par les deux tiers au moins des membres de ce comité ; et lorsque le rapport du comité devra être fait à l'Assemblée, il sera imprimé et distribué huitaine avant ...
Locuteur: Démeunier
...continueront provisoirement, et jusqu'à la nouvelle organisation des tribunaux et rétablissement de règles fixées sur la comptabilité, à s'effectuer, comme ci-d... ... les chambres des comptes ou autres tribunaux peuvent être saisis actuellement, continueront provisoirement, et jusqu'à la nouvelle organisation des tribunaux et rétablissement de règles fixées sur la comptabilité, à s'effectuer, comme ci-devant, suivant les formes ordinaires. »
Locuteur: Rewbell
...e-droits ont eu lieu, vous vous enlevez la possibilité de les réparer. ... trouve cette article révoltant, car si une injustice a été commise, si des passe-droits ont eu lieu, vous vous enlevez la possibilité de les réparer.
Locuteur: Démeunier
...Art. 4. « Le garde des sceaux sera tenu de donner au comité de liquidation connaissance et état exact de toutes les instances actuelles concernant la vérification, apurement et liquidation ... Les articles suivants sont décrétés sans discussion en ces termes: Art. 4. « Le garde des sceaux sera tenu de donner au comité de liquidation connaissance et état exact de toutes les instances actuelles concernant la vérification, apurement et liquidation des créances sur le Trésor public, a quelque titre que ce puisse être. »
Locuteur: Démeunier
Art. 5. « La chambre des comptes fera pareillement remettre audit comité un tableau de toutes les parties de comptabilité dont la vérification et apurement sont actuelle... Art. 5. « La chambre des comptes fera pareillement remettre audit comité un tableau de toutes les parties de comptabilité dont la vérification et apurement sont actuellement à l'examen du tribunal »
Locuteur: De Batz
...ui prétendent être employés dans l'état de la dette arriérée seront tenus de présenter leurs titres dans le délai de deux mois. Art. 7. « Tous les créanciers qui prétendent être employés dans l'état de la dette arriérée seront tenus de présenter leurs titres dans le délai de deux mois.
Locuteur: De Batz
...élai, n'auraient pas justifié au comité de liquidation, soit de leurs titres dûment vérifiés, soit de l'action qu'ils auraient dirigée devant...
...i en doivent connaître, pour en obtenir la vérification, seront déchus de plein droit de leurs répétitions sur le Trésor public....
« Tous ceux qui, dans ce délai, n'auraient pas justifié au comité de liquidation, soit de leurs titres dûment vérifiés, soit de l'action qu'ils auraient dirigée devant le3 tribunaux qui en doivent connaître, pour en obtenir la vérification, seront déchus de plein droit de leurs répétitions sur le Trésor public. »
Locuteur: Démeunier
Les réclamations qui viennent de se produire sont justes et je crois que la rédaction que je vais vous proposer réserverait tous les droits. La voici : Les réclamations qui viennent de se produire sont justes et je crois que la rédaction que je vais vous proposer réserverait tous les droits. La voici :
Locuteur: Démeunier
...ui prétendent être employés dans l'état de la dette arriérée seront tenus de se faire connaître dans les délais suivants : savoir, à dater de la publication du présent décret, deux moi... Art. 7. « Tous les créanciers qui prétendent être employés dans l'état de la dette arriérée seront tenus de se faire connaître dans les délais suivants : savoir, à dater de la publication du présent décret, deux mois pour les personnes domiciliées en France;
Locuteur: Démeunier
...justifié au comité de'liquidation, soit de leurs titres dûment vérifiés, soit de l'action qu'ils auraient dirigée devant...
...i en doivent connaître, pour en obtenir la vérification, seront déchus de plein droit de leurs répétitions sur le Trésor public....
« Tous ceux qui, dans ces délais, n'auraient pas justifié au comité de'liquidation, soit de leurs titres dûment vérifiés, soit de l'action qu'ils auraient dirigée devant les tribunaux qui en doivent connaître, pour en obtenir la vérification, seront déchus de plein droit de leurs répétitions sur le Trésor public. »
Locuteur: Démeunier
... 8° du décret, réclame une modification de rédaction, d'accord avec le rapporteur, je vous propose la suivante : L'article 7 du projet du comité, qui devient le 8° du décret, réclame une modification de rédaction, d'accord avec le rapporteur, je vous propose la suivante :
Locuteur: Démeunier
Art. 8. « L'objet du travail du comité de liquidation sera l'examen et la liquidation de toute créance et demande sur le Trésor public, qui sera susceptible de contestation ou de difficulté. » (L'article 8, ainsi amend... Art. 8. « L'objet du travail du comité de liquidation sera l'examen et la liquidation de toute créance et demande sur le Trésor public, qui sera susceptible de contestation ou de difficulté. » (L'article 8, ainsi amendé, est adopté.) -
Locuteur: Le Chapelier
...le comité des rapports, qui est composé de/trente membres, ne pût jamais rien proposer à l'Assemblée, que lorsqu'il serait composé de vingt personnes. d'extension ; il serait ridicule, par exemple, d'exiger que le comité des rapports, qui est composé de/trente membres, ne pût jamais rien proposer à l'Assemblée, que lorsqu'il serait composé de vingt personnes.
Locuteur: Démeunier
présente une nouvelle rédaction de l'article 2. Elle est décrétée ainsi qu... présente une nouvelle rédaction de l'article 2. Elle est décrétée ainsi qu'il suit :
Locuteur: Démeunier
...itionnel à ceux présentes par le comité de liquidation. Cet article est ainsi conç... propose un article 3 additionnel à ceux présentes par le comité de liquidation. Cet article est ainsi conçu :
Locuteur: Démeunier
...aux, ne pourra être présentée au comité de liquidation. » ...i par les ordonnateurs, ministres du roi, chambres des comptes, ou autres tribunaux, ne pourra être présentée au comité de liquidation. »
Locuteur: Blin
Je demande le rejet de cet article qui viole toutes les règles de l'humanité. En effet, lesRochelais ont ...
...les Indes, au profit et pour le service de l'État, non seulement leurs navires, mais leurs cargaisons ; loin de faire droit à leurs justes réclamations, ou ne leur a même pas tenu compte du prix de leurs marchandises.
Je demande le rejet de cet article qui viole toutes les règles de l'humanité. En effet, lesRochelais ont été obligés d'abandonner dans les Indes, au profit et pour le service de l'État, non seulement leurs navires, mais leurs cargaisons ; loin de faire droit à leurs justes réclamations, ou ne leur a même pas tenu compte du prix de leurs marchandises.
Locuteur: Démeunier
Si vous voulez ouvrir la porte à une foule d'abus, vous rejetter...
...ez poser des principes, vous décréterez la disposition que je vous propose.
Si vous voulez ouvrir la porte à une foule d'abus, vous rejetterez l'article ; si, au contraire, vous entendez poser des principes, vous décréterez la disposition que je vous propose.
Locuteur: Démeunier
tenus de fournir les documents et instructions q... tenus de fournir les documents et instructions qui leur seront demandés par le comité. »
Locuteur: Blin
... spoliation au préjudice des créanciers de l'Etat. Les délais sont trop courts et ce serait commettre une véritable spoliation au préjudice des créanciers de l'Etat.
Locuteur: Démeunier
Art. 9. « Le comité de liquidation présentera à l'Assemblée nationale ses observations sur ia nature de toutes les créances arriérées, sur lesq... Art. 9. « Le comité de liquidation présentera à l'Assemblée nationale ses observations sur ia nature de toutes les créances arriérées, sur lesquelles l'Assemblée nationale aura à prononcer.
Locuteur: Démeunier
...ui doivent lui être remis, en exécution de l'article 7 du décret du 22 janvier, on... ...ment si les créances arriérées, comprises dans les états certifiés véritables, qui doivent lui être remis, en exécution de l'article 7 du décret du 22 janvier, ont été dûment vérifiées ou jugées et appuyées dans les formes prescrites par lès ...

Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

page 174
Locuteur: De Batz
...ssoUs: Art. 11. « Il sera tenu registre de toutes les décisions qui auront été portées sur l'admisgidfi, rejet ou réduction de diverses portions la dette arriérée, afin que, dans aucun temps et sous au-« cun prétexte, les porteurs de titres rejetés ou réduits, ne puissent ... Les articles 11 et 12 Sont décrétés sans débat, dans les termes ci-déssoUs: Art. 11. « Il sera tenu registre de toutes les décisions qui auront été portées sur l'admisgidfi, rejet ou réduction de diverses portions la dette arriérée, afin que, dans aucun temps et sous au-« cun prétexte, les porteurs de titres rejetés ou réduits, ne puissent renouveler leurs prétentidtis.»
Locuteur: De Batz
...rejet ou réductièn des diverses parties de la dette arriérée ne seront que provisoires; aucune portion de créance} présentée au comité de liquidàtionfrne pouvant être placée sur le tableau de la dette liquidée qu'après avoir été soumise au jugement de l'Assemblée nationale et à ia sanction ... ... 9 du décret du 9 janvier dernier, les délibérations du comité sur l'admission, rejet ou réductièn des diverses parties de la dette arriérée ne seront que provisoires; aucune portion de créance} présentée au comité de liquidàtionfrne pouvant être placée sur le tableau de la dette liquidée qu'après avoir été soumise au jugement de l'Assemblée nationale et à ia sanction du rbi.
Locuteur: Le Président
Je propose à l'ÀsSembléê de faire imprimer le procès-verbal de la cérémonie de la fédération en nombre suffisant et assez promptement pour que MM. les députés à la fédération puissent eb emporter chacun ... Je propose à l'ÀsSembléê de faire imprimer le procès-verbal de la cérémonie de la fédération en nombre suffisant et assez promptement pour que MM. les députés à la fédération puissent eb emporter chacun un exemplaire.
Locuteur: Bouche
Je demande que la dèputation de chaque département reçoive 350 exemplaires de ce procés-Terbal pour qu'elle puisse le... Je demande que la dèputation de chaque département reçoive 350 exemplaires de ce procés-Terbal pour qu'elle puisse les envoyer dans les districts.
Locuteur: Le Président
...etirer dans ses bureaux pour procéder à la nomination : 1° de son Président: 2° de trois secrétaires en remplacement de MM. Pierre Delley-d'Agier, Po-pulus et Robespierre; 3° de quinze membres du comité dès rapports. L'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour procéder à la nomination : 1° de son Président: 2° de trois secrétaires en remplacement de MM. Pierre Delley-d'Agier, Po-pulus et Robespierre; 3° de quinze membres du comité dès rapports.
Locuteur: De Batz
Art* 10* * Le comité sera tedu de éë procure? tous les renseignements néc... Art* 10* * Le comité sera tedu de éë procure? tous les renseignements nécessaires sur les créai!»-ces que le Trésor public a droit d'exercer contre diffé...
Locuteur: Le Président
(La séance est levée à deux heures et demie... (La séance est levée à deux heures et demie»)

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

- search term matches: (1)

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 34
Locuteur: Robespierre
...étaire, donne lecture dut procès-verbal de la séance du jeudi au soif. , secrétaire, donne lecture dut procès-verbal de la séance du jeudi au soif.
Locuteur: Dupont
(de Nemours)> secrétaire, donne lecture d une déclaration solennelle de patriotisme et de civisme, signée par tous les membres de la société des amis de la constitution, établie à Beaune. — L'Ass... (de Nemours)> secrétaire, donne lecture d une déclaration solennelle de patriotisme et de civisme, signée par tous les membres de la société des amis de la constitution, établie à Beaune. — L'Assemblée ordonne que cette déclaration sera ingérée dans son procès-verbal. Elle e...
Locuteur: Dupont
« Nous soussignés, membres de la société des amis de la constitution, établie à Beaune, pénétrés d'admiration et de respect pour les travaux | de l'auguste Assemblée nationale, déclarons, devant l'Etre Suprême, que nous adhérons de cœur et d'esprit aux décrets émanés de sa sagesse, et jurons tous de conserver, au péril de notre vie, et dans toute son intégrité, ce dépôt sacré qui est et sera à jamais le gage de notre liberté ; chargeons, en conséquence, ceux de nos députés à la confédération de Paris, de prier nos vertueux représentants d'agré... « Nous soussignés, membres de la société des amis de la constitution, établie à Beaune, pénétrés d'admiration et de respect pour les travaux | de l'auguste Assemblée nationale, déclarons, devant l'Etre Suprême, que nous adhérons de cœur et d'esprit aux décrets émanés de sa sagesse, et jurons tous de conserver, au péril de notre vie, et dans toute son intégrité, ce dépôt sacré qui est et sera à jamais le gage de notre liberté ; chargeons, en conséquence, ceux de nos députés à la confédération de Paris, de prier nos vertueux représentants d'agréer notre adhésion et notre respectueuse reconnaissance pour le plus beau monumen...
Locuteur: Populus
« 1° De lettres patentes sur le décret du 26 ju...
...récédents, concernant les prés soumis à la vaine pâture ;
« 1° De lettres patentes sur le décret du 26 juin, interprétatif des décrets précédents, concernant les prés soumis à la vaine pâture ;
Locuteur: Populus
« 2° De lettres patentes sur le décret du même ...
...blée nationale peuvent être arrêtés, et la forme des procédures à faire contre eti...
« 2° De lettres patentes sur le décret du même jour, qui règle provisoirement les cas où les députés à l'Assemblée nationale peuvent être arrêtés, et la forme des procédures à faire contre etiX;
Locuteur: Populus
, secrétaire-, fait ledure d'une note de M. le garde des sceaux, portant que le ...
...ans exception, toucheront les arrérages de leurs pensions jusqu'au 31 décembre 178...
, secrétaire-, fait ledure d'une note de M. le garde des sceaux, portant que le roi & sanctiortôé le décret du 27 juin, qui statue que les pensionnaires, sans exception, toucheront les arrérages de leurs pensions jusqu'au 31 décembre 1789, et d'une autre note semblable ainsi conçue :
Locuteur: Populus
...in pour être déposées dans les archives de fAssemblée nationale. Expéditions en parchemin pour être déposées dans les archives de fAssemblée nationale.
PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY.
La séance est ouverte à neuf heures du mat... La séance est ouverte à neuf heures du matin.
« 3° De lettre» patentes sur le décret des 28 e... « 3° De lettre» patentes sur le décret des 28 el 30 du même mois, pour mettre les nouveaux corps administratifs en activité ; (...

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 35
Locuteur: Populus
« 4° Et de lettres patefites Sur le décret du premier de ce mois, qui déclare demmë non-avenue la procédure commencée à l'ocCààion de l'incendie des barrières, au mois de juillet 1789. « 4° Et de lettres patefites Sur le décret du premier de ce mois, qui déclare demmë non-avenue la procédure commencée à l'ocCààion de l'incendie des barrières, au mois de juillet 1789.
Locuteur: Le Président
... que M. Luckfier demande à être admis à la barre pour témoigner sa reconnaiss&flce â l'^ssènîblëë de l'exception qu'elle a bîeû voulu faire en sâ faveur dans le décret de réduction sur lés tensions. ahnotlce que M. Luckfier demande à être admis à la barre pour témoigner sa reconnaiss&flce â l'^ssènîblëë de l'exception qu'elle a bîeû voulu faire en sâ faveur dans le décret de réduction sur lés tensions.
Locuteur: Gaultier de Biauzat
...laquelle on lui annonce que Je régiment Koyaï-Màrînë, dont îë côlôrièfëst M. Me...
...uf aîlep à l'îlë d'Oleron, s'est plaint de sori déplacèàienf el dés mauvais traite...
...rùffrir* Un soldat, ayant vingt-six ans de services, a éu fës cfieyeux et les orei...
...our avoir ait qu'il ûé tirerait pas sur la nâtion* M. Biâuzàt annonce qu'il n'a aucune pFeove légale de ces faits, mais qûe, vu leur importance, il demande^ le renvoi de sa lettre au comité militaire, pour qu'...
fait lecture d'une lettré par laquelle on lui annonce que Je régiment Koyaï-Màrînë, dont îë côlôrièfëst M. Merle1 (ci-devant marquis d'Ambert), passant par Gler-moUt, pouf aîlep à l'îlë d'Oleron, s'est plaint de sori déplacèàienf el dés mauvais traitements qu'on lu! faisait sdrùffrir* Un soldat, ayant vingt-six ans de services, a éu fës cfieyeux et les oreilles coupés* pour avoir ait qu'il ûé tirerait pas sur la nâtion* M. Biâuzàt annonce qu'il n'a aucune pFeove légale de ces faits, mais qûe, vu leur importance, il demande^ le renvoi de sa lettre au comité militaire, pour qu'il prenne les informations nécessaires.
Locuteur: De Marsanne-Fontjulianne
...ui leur ont été ravis et mis en régie : la restitution de ces-biens est un devoir pour les légisfaiteurs. Un siècle de misère- éï (Topprpbre sont à vos yeux dés titres, qui, réunis à la justice, ne peuvent être rejeté^ voici, en conséquence, le projet de décret que j'ai l'honneur de vous proposer au nom du comité des doma... ...mois* une motïon pour faire restituer aux non-rcatholiques fugitifs, les biens qui leur ont été ravis et mis en régie : la restitution de ces-biens est un devoir pour les légisfaiteurs. Un siècle de misère- éï (Topprpbre sont à vos yeux dés titres, qui, réunis à la justice, ne peuvent être rejeté^ voici, en conséquence, le projet de décret que j'ai l'honneur de vous proposer au nom du comité des domaines i À
Locuteur: De Marsanne-Fontjulianne
...jourd'hui! entre les mains des fermiers de la régie des biens des religiarmaires, ser...
...après avoir entendu, à ce sujet, l'avis de son comité des domaines.- »
...ée nationale décrète que les bien» des non-catholiques qui se trouvent encore aujourd'hui! entre les mains des fermiers de la régie des biens des religiarmaires, sero#t reodus aux héritiers, successeurs, ou ayants droit des fugitifs^ à charge pa...
...stifier aux termes et selon les formes que l'Assemblée nationale aura décrétés, après avoir entendu, à ce sujet, l'avis de son comité des domaines.- »
Locuteur: D'Estourmel
...que j'étais député des Etats d'Artois à la cour, en 1786, j'ai fait rendre, parla réglé, des biens de réligionnaires. biens dêsJ rëligionnaires fugitifs une loi en tiguéùr. Pendant que j'étais député des Etats d'Artois à la cour, en 1786, j'ai fait rendre, parla réglé, des biens de réligionnaires.
Locuteur: Bégouen
...é d'une réclamation que Itii adressé M. de Mâzièrè, associé la maison de We&tphàléh,, du Havre, aji sujet d'un emprisonnelUëdt vioiënt i a été fait de sa personne à Bruxelles, sans qu'il ait... fait part â l'Asseriîbléé d'une réclamation que Itii adressé M. de Mâzièrè, associé la maison de We&tphàléh,, du Havre, aji sujet d'un emprisonnelUëdt vioiënt i a été fait de sa personne à Bruxelles, sans qu'il ait pu savoir encore, q6toi que quelques jours se soient écoulés depuis sa détectio...
Locuteur: Vernier
L'Assemblée nationale, Sur lé rapport de son' comité des finances,' informée des...
...t éxcitër deS insurrections etf abusant de la crédulité dfeS habitants des eampagnès, notamment qtt'&tt lieà d'Eglise-Neuve--Liard, district et département de Puy-de-Dôme, On avait persuadé1 aUX contribuables qu'ils né devaient payer qUé1 5 sofô toutes tailles, a décrété ét décfètë: « 1° QUe lés rôles taillés, rédigés par le^ Officiers muni...
L'Assemblée nationale, Sur lé rapport de son' comité des finances,' informée des fëntatrves qae font des gens maliaientiônfnés pour empêche? lë recouvrement des deniers publics, ét éxcitër deS insurrections etf abusant de la crédulité dfeS habitants des eampagnès, notamment qtt'&tt lieà d'Eglise-Neuve--Liard, district et département de Puy-de-Dôme, On avait persuadé1 aUX contribuables qu'ils né devaient payer qUé1 5 sofô toutes tailles, a décrété ét décfètë: « 1° QUe lés rôles taillés, rédigés par le^ Officiers municipaux et notables déta dite éommuné' seront exécutés et mis en recouvrement par...
Locuteur: Vernier
... sera ptétégé parlés dronpes nationales de SâuXmangés et autres villes voisines, sur la réquisition de l£ municipalité d'Eglise-Neuve-de-Liard,' § (t Que le recouvrement desdits rôles sera ptétégé parlés dronpes nationales de SâuXmangés et autres villes voisines, sur la réquisition de l£ municipalité d'Eglise-Neuve-de-Liard,' §
Locuteur: Populus
...tië lettre des offlclëitë ÉtiUnîëiflaUx de lai vîlte dd Havre ; ils annoncent à l'... continué et fait ie'ètUrê d'titië lettre des offlclëitë ÉtiUnîëiflaUx de lai vîlte dd Havre ; ils annoncent à l'Assemblée tonnent emprisonné un, soldat dénoncé comme un des auteurs des troublé...
Locuteur: Le Président
...que, demandent également à être admis à la fédération. annoncé encore que M. Paul Jones, âvéc plusieurs citoyens dès Etats-Unis d'Amérique, demandent également à être admis à la fédération.
Locuteur: Le Président
t est chargé de leur répondre, au nom' de l'Assemblée, quelle les verra avec plai... t est chargé de leur répondre, au nom' de l'Assemblée, quelle les verra avec plaisir à! cette cérémonie.
Locuteur: Dupont
(de Nemours). Il a été rend», en 178?, une loi qui remet les non-catholiques en possession de leurs biens, et ces biens leur ont été ... (de Nemours). Il a été rend», en 178?, une loi qui remet les non-catholiques en possession de leurs biens, et ces biens leur ont été restitués aussitôt qu'ils se sont présentés avec dés" titres talablfeS.
Locuteur: Camus
M. Dupont a fait erreur sur Fédit de 1787 qui ne renferme pôint restitution ... M. Dupont a fait erreur sur Fédit de 1787 qui ne renferme pôint restitution des biens des réligionnaireSf mais annonce simple* ment une loi à cet égard.
Locuteur: Bouche
.fttjoUtë une' iùotion au projet de décret qui VoUS est proposé, jc'ést que les âdmi-nisirâféufs dès économats soient tenus de reùdre incessamment leurs comptes. .fttjoUtë une' iùotion au projet de décret qui VoUS est proposé, jc'ést que les âdmi-nisirâféufs dès économats soient tenus de reùdre incessamment leurs comptes.
Locuteur: Le Président
met aùx voix le. projet de décrét M. de Marsanne : il est adopté. met aùx voix le. projet de décrét M. de Marsanne : il est adopté.
Locuteur: Bégouen
L'Assemblée charge soû président de réGom-mander cette réclamation au roi. L'Assemblée charge soû président de réGom-mander cette réclamation au roi.
Locuteur: Vernier
...omité des finafices, présente le projet de décret suivant qui est adopté sans disc... , membre du comité des finafices, présente le projet de décret suivant qui est adopté sans discussion, ainsi qu'il Suit :
Locuteur: Vernier
« 3° Ordonne aux ofticiers municipaux de Sauxmanges- ou aux commissaires qui seront par eux nommés, de prendre le» informations lés plus exact...
...ndues dans ledit! fieti d'Eglisé^NeaVé^ de»Liard, et d'en rendra compte à l'Assemblée dans le délai quinzaine;'
« 3° Ordonne aux ofticiers municipaux de Sauxmanges- ou aux commissaires qui seront par eux nommés, de prendre le» informations lés plus exactes sur les auteurs des fausses insinuations répandues dans ledit! fieti d'Eglisé^NeaVé^ de»Liard, et d'en rendra compte à l'Assemblée dans le délai quinzaine;'
Locuteur: Volfius
...comité dés fttianôés. Lés anciens éltis de Bourgogne, chargés" précédemment des tr...
...rps administratifs actuels et fefiïSéht de leur remettre aueatos papiers. Votre co...
...tre les- administrateurs du département de ïf Côte-d'Or et les ei-devant élus généraux dû? cfUcfié de Bourgogne, vous propose le décret suiva...
, membre dit comité dés fttianôés. Lés anciens éltis de Bourgogne, chargés" précédemment des travaux du cainal du ChWoiàis'/ veulent retenir cette administration au préjudice des corps administratifs actuels et fefiïSéht de leur remettre aueatos papiers. Votre comité fiê& financés,-; saisi d»u' litige qui s?ésf élevé â cet égard entre les- administrateurs du département de ïf Côte-d'Or et les ei-devant élus généraux dû? cfUcfié de Bourgogne, vous propose le décret suivant :

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 36
Locuteur: Volfius
...'de Saône-et-Loire, ceux du département de la Gôte-d'Or d'une part, et les ci-devant élus généraux du duché de Bourgogne d'autre part, au sujet de la suite des travaux publics, et notamment du parachèvement du canal de Charollais et autres objets d'administr... ...es, des difficultés qui se sont élevées entre les administrateurs du département'de Saône-et-Loire, ceux du département de la Gôte-d'Or d'une part, et les ci-devant élus généraux du duché de Bourgogne d'autre part, au sujet de la suite des travaux publics, et notamment du parachèvement du canal de Charollais et autres objets d'administration, a décrété et décrète ce qui suit :
Locuteur: Volfius
« Art. 2. Les élus de Bourgogne rendront compte Sans délai au...
...t ou seront nommés par les départements de la Gôte-d'Or, de Saône-et-Loire et de l'Yonne : 1° de la position où sè trouvent actuellement toutes lés parties de leur administration ; 2° de; l'état actuel de tous les ouvrages publies dont ils étaiènt ordonnateurs ; B° de l'état des finances qu'ils ont reçues et employées auxdits ouvrages, et généralement de toué les objets dont, ils étaient responsables aux ci-deVant Etats de Bourgogne, sans aucune exception.
« Art. 2. Les élus de Bourgogne rendront compte Sans délai aux commissaires qui sont ou seront nommés par les départements de la Gôte-d'Or, de Saône-et-Loire et de l'Yonne : 1° de la position où sè trouvent actuellement toutes lés parties de leur administration ; 2° de; l'état actuel de tous les ouvrages publies dont ils étaiènt ordonnateurs ; B° de l'état des finances qu'ils ont reçues et employées auxdits ouvrages, et généralement de toué les objets dont, ils étaient responsables aux ci-deVant Etats de Bourgogne, sans aucune exception.
Locuteur: Volfius
...ur en chef des ci-devant Etats généraux de Bourgogne, ainsi qu'à tous les employés...
...x des ouvrages relatifs aux canaux et à la navigation des rivières de Bourgogne, de reconnaître l'autorité des nouveaux corps administratifs, et -de leur obéir, respectivement pour toutes ...
...ent actuellement chargées. » (Ce projet de décret est mis aux voix et adopté.)
« Art. 4. Il sera enjoint à l'ingénieur en chef des ci-devant Etats généraux de Bourgogne, ainsi qu'à tous les employés sous ses ordres, et à tous adjudicataires d ouvrages publies, ordonnés par lesdits ci-devant élue généraux, notamment à ceux des ouvrages relatifs aux canaux et à la navigation des rivières de Bourgogne, de reconnaître l'autorité des nouveaux corps administratifs, et -de leur obéir, respectivement pour toutes les parties dont lesdites administrations particulières se trouvent actuellement chargées. » (Ce projet de décret est mis aux voix et adopté.)
Locuteur: Le Président
Des abus se sont glissés dans la distribution des billets de tribunes qui sont exclusivement destinés aux députés des gardes nationales pour la fédération du 14 juillet ; j'ai reçu à ... Des abus se sont glissés dans la distribution des billets de tribunes qui sont exclusivement destinés aux députés des gardes nationales pour la fédération du 14 juillet ; j'ai reçu à ce sujet des réclamations nombreuses dont j'ai cru devoir faire part à l'Assembl...
Locuteur: Guillotin
l'un des commissaires de la salle. Je propose que le député à la fédération, qui voudra entrer dans les ...
...sente le billet qui lui a été remis par la commune Parisien vertu de ses pouvoirs, et le billet de tribune qui lui sera donné par les dépu...
l'un des commissaires de la salle. Je propose que le député à la fédération, qui voudra entrer dans les tribunes, présente le billet qui lui a été remis par la commune Parisien vertu de ses pouvoirs, et le billet de tribune qui lui sera donné par les députés à l'Assemblée nationale.
Locuteur: Populus
...oivent être abandonnés à l'appréciation de M. le Président et des commissaires de la salle. Je demande que, sans perdre un plus long temps à la dis- Il me semble que les meilleurs moyens à prendre pour éviter les abus, doivent être abandonnés à l'appréciation de M. le Président et des commissaires de la salle. Je demande que, sans perdre un plus long temps à la dis-
Locuteur: Le Président
...incipes généraux qui doivent présider à la distribution des récompenses de l'Etat (1). ...en du projet du décret proposé par le comité des pensions pour déterminer les principes généraux qui doivent présider à la distribution des récompenses de l'Etat (1).
Locuteur: Palasne de Champeaux
, rapporteur, commence la lecture des articles. , rapporteur, commence la lecture des articles.
Locuteur: Martineau
...rale ; les principes qui doivent servir de base aux articles proposés sont de la plus haute évidence ; ce sont des principes de justice et d'économie; je demande que l...
...ainsi que l'on verra si on s'est écarté de l'un ou de l'autre de ces principes, qui doivent être la seule base de la discussion.
Il n'y a pas lieu à une discussion générale ; les principes qui doivent servir de base aux articles proposés sont de la plus haute évidence ; ce sont des principes de justice et d'économie; je demande que l'on discute article par article ; c'est ainsi que l'on verra si on s'est écarté de l'un ou de l'autre de ces principes, qui doivent être la seule base de la discussion.
Locuteur: Malouet
Tout le monde sait que le service de la marine est beaucoup plus pénible que . ...
... service ; qu'il use le corps et abrège la vie ; il faut donc avoir des égards pou...
... votre comité ne sont pas applicables à la marine.
Tout le monde sait que le service de la marine est beaucoup plus pénible que . tout autre service ; qu'il use le corps et abrège la vie ; il faut donc avoir des égards pour ceux qui s'y adonnent ; c'est pourquoi je pense que les bases proposées par votre comité ne sont pas applicables à la marine.
Locuteur: Emmery
...té militaire. J'avoue que les principes de votre comité sont parfaitement d'accord avec la justice et l'économie, et qu'il n'y a r...
...enus entre les trois comités militaire, de la marine et des pensions ; il faut combiner quel est le plan de constitution de l'armée : cdmme l'avis du comité est d'...
...qu'il le trouve pour récompense au bout de sa carrière.Lorsque l'on dit qu'après 30 ans de services, on donnera au soldat un quart de ses appointements, c'est-àrdire le quart de 7 sous 6 deniers, je demande si ce n'est pas la plus chétive aumône : le soldat que vous obligeriez de servir jusqu'à 70 ans pour obtenir ses ...
... tout entiers, ne pourrait-il pas faire de justes réclamations ? Je demande donc que les articles de détail soient réglés par les trois comités réunis, et qu'on se contente seulement de décréter les principes.
, au nom du comité militaire. J'avoue que les principes de votre comité sont parfaitement d'accord avec la justice et l'économie, et qu'il n'y a rien à y ajouter; mais avant d'en faire l'application, il faut que ces détails aient été convenus entre les trois comités militaire, de la marine et des pensions ; il faut combiner quel est le plan de constitution de l'armée : cdmme l'avis du comité est d'écarter le prix que l'on mettait à l'engagement du soldat, ce qu'on ne lui donne pour appât, il faut qu'il le trouve pour récompense au bout de sa carrière.Lorsque l'on dit qu'après 30 ans de services, on donnera au soldat un quart de ses appointements, c'est-àrdire le quart de 7 sous 6 deniers, je demande si ce n'est pas la plus chétive aumône : le soldat que vous obligeriez de servir jusqu'à 70 ans pour obtenir ses appointements tout entiers, ne pourrait-il pas faire de justes réclamations ? Je demande donc que les articles de détail soient réglés par les trois comités réunis, et qu'on se contente seulement de décréter les principes.
Locuteur: De Montealm
appuie la motion de M. Emmery. appuie la motion de M. Emmery.
Locuteur: Volfius
...vant confiée aux élus généraux du duché de Bourgogne, comté et pays adjacents, dem...
...; et il sera fait défenses auxdits élus de s'immiscer ni directement ni indirectement dans aucune partie de laditë administration.
...es administrations particulières des anciennes provinces, l'administration ci-devant confiée aux élus généraux du duché de Bourgogne, comté et pays adjacents, demeure entièrement révoquée; et il sera fait défenses auxdits élus de s'immiscer ni directement ni indirectement dans aucune partie de laditë administration.
Locuteur: Volfius
... effets appartenant aux ci-devant Etats de Bourgogne, le tout sans aucune exceptio... ...,notamment ceux concernant le canal du Charollais ; ensemble tous les meubles et effets appartenant aux ci-devant Etats de Bourgogne, le tout sans aucune exception ni réserve.
Locuteur: Populus
cussion de ces détails/ l'Assemblée passe à son ! ... cussion de ces détails/ l'Assemblée passe à son ! ordre du jour.
Locuteur: De Custine
...de qu'il soit permis à tous les membres de l'Assemblée de vous soumettre leurs idées- ... si, au contraire, comme je crois pouvoir le démontrer, il s'en écarte, je demande qu'il soit permis à tous les membres de l'Assemblée de vous soumettre leurs idées-

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 37
Locuteur: De Montealm
...es rendez-vous aux comités militaire et de la marine; ils ne s'y sont point rendus : je suis obligé de le dire, Messieurs ; il faut non seulement de l'activité, de la tenue, ae la patience dans le travail dont vous avez...
...es, mais sur les 16 millions qui feront la masse des pensions, gratifications et s...
...e en aura âu moins treize; l'immensité1 la dette publique ne permet pas d'user de munificence; mais le nouvel ordre de choses que vous avez établi, nous donne...
jusqu'à présent, des rendez-vous aux comités militaire et de la marine; ils ne s'y sont point rendus : je suis obligé de le dire, Messieurs ; il faut non seulement de l'activité, de la tenue, ae la patience dans le travail dont vous avez chargé le comité des pensions, mais encore le plus grand courage pour résister ...
...ons sur lesquelles on les appuie : on réclame avec raison en faveur des militaires, mais sur les 16 millions qui feront la masse des pensions, gratifications et secours extraordinaires, le militaire en aura âu moins treize; l'immensité1 la dette publique ne permet pas d'user de munificence; mais le nouvel ordre de choses que vous avez établi, nous donne tout lieu d'espérer que les législatures suivantes feront ce que vous n'avez pu...
Locuteur: De Custine
...e sans occasionner à l'Etat un surcroît de dépense considérable : je crois qu'avec...
...ceux qui ont des droits aux récompenses la nàtiOn.
On «peut être juste sans occasionner à l'Etat un surcroît de dépense considérable : je crois qu'avec 18 millions on pourrait contenter toUs ceux qui ont des droits aux récompenses la nàtiOn.
Locuteur: Lanjuinais
Je vous prie de considérer que lés mëmbréfe des comités de marine et militaire sont eux-rriêmes, pour la plupart, dès pensionnaires de l'Etat, et il n'ëst point étoùnant qu'ils cherchent à éloigner la. délibération. : rendons grâces au comité deS pétisionS de no.Os" avoir fourni, par son travail1 infatigable,vîéS moyens de délivrer la France tous tes déprédateurs connus souà te'iïbm de pensionnaires. Je vous prie de considérer que lés mëmbréfe des comités de marine et militaire sont eux-rriêmes, pour la plupart, dès pensionnaires de l'Etat, et il n'ëst point étoùnant qu'ils cherchent à éloigner la. délibération. : rendons grâces au comité deS pétisionS de no.Os" avoir fourni, par son travail1 infatigable,vîéS moyens de délivrer la France tous tes déprédateurs connus souà te'iïbm de pensionnaires.
Locuteur: D'Ambly
...uis). "Jè n'étais point au commencement de la séance, mais.je viens d'entendre le pré...
...ue lés membres des comités militaire et mariné avaient des pensions ; je certifie que non ; ils; sont trop jeunes; la plupart n'ont pas fait la guérré; je ne suis pas riche ; j'ai pas...
...st pas riche ; vous pouvez être assurés de cela.'Je conviens que le Trésor public est chargé d'une foule de pensions données à des officiers qui se...
...lonels, parce qu'ils n'avaient pas fait la révérence" à l'inspecteur; pouvez-vous ...
...ciers généraux qui ont fait les guerres de 1770 èt 1775, ils ont marié leurs fille...
...s; en vérité, Messieurs, je suis obligé de vous le dire, pour une nation comme la vôtre 10 millions ne sont pas assez pour les pensionnaires de l'Etat.
(ci-devant marquis). "Jè n'étais point au commencement de la séance, mais.je viens d'entendre le préopinant dire que lés membres des comités militaire et mariné avaient des pensions ; je certifie que non ; ils; sont trop jeunes; la plupart n'ont pas fait la guérré; je ne suis pas riche ; j'ai passé par tous les grades ; je connais le service, il est dur quand on n*est pas riche ; vous pouvez être assurés de cela.'Je conviens que le Trésor public est chargé d'une foule de pensions données à des officiers qui se sont retirés malgré eux, parce qu'ils ne plaisaient pas à leurs colonels, parce qu'ils n'avaient pas fait la révérence" à l'inspecteur; pouvez-vous ôter quelque chose à ces malheureux? (On féerie que non et on applaudit.) Un moméût, Messieurs ; j'ai autre chose à vous dire, il y a nombre d'officiers généraux qui ont fait les guerres de 1770 èt 1775, ils ont marié leurs filles ; ils comptaient sur leur traitement ; vous ne leur ôterez rien non plus; en vérité, Messieurs, je suis obligé de vous le dire, pour une nation comme la vôtre 10 millions ne sont pas assez pour les pensionnaires de l'Etat.
Locuteur: Palasne de Champeaux
et leur d'uréë méritent ce témoignage de reconnaissance. La nation doit aussi payer aux citoyens le... et leur d'uréë méritent ce témoignage de reconnaissance. La nation doit aussi payer aux citoyens le,prix des sacrifices qu'ils.ont faits à l'utilité publique. »
Locuteur: Regnaud
... seuls services qu'il convient à l'Etat de récompenser, sont ceux qui intéressent la société , entière. Les services qu'un i...
...asse, qu'autant qu'ils sont accompagnés de circonstances qui en font réfléchir l'e...
Art. 2 « Les seuls services qu'il convient à l'Etat de récompenser, sont ceux qui intéressent la société , entière. Les services qu'un individu fend à un autre individu ne peuvent être rangés dans cette classe, qu'autant qu'ils sont accompagnés de circonstances qui en font réfléchir l'effet sur tout le corps social. »
Locuteur: Palasne
...patrie, ou qui a donné un grand exemple de dévouement à la chose publique, a des droits à la çeçonnaissance de la nation et peut,, suivant sa position, la nature et la durée de ses services, prétendre aux récompenses... « Art. 4. Tout Citoyen, qui 'a servi, illustré, éclairé sa patrie, ou qui a donné un grand exemple de dévouement à la chose publique, a des droits à la çeçonnaissance de la nation et peut,, suivant sa position, la nature et la durée de ses services, prétendre aux récompenses honorifiques, ou pécuniaires. »
Locuteur: Le Chapelier
...s sont adoptés. L'article 4 est décrété de la manière suivante : Ges amendements sont adoptés. L'article 4 est décrété de la manière suivante :
Locuteur: Le Chapelier
...atrie, ou c(ui a donné un grand exemple de dévouement à la chose publiques des droits à la reconnaissance de.la nation, et peut, suivant la nature et la durée de ses services^ prétendre à des récompens... « Art. 4. Tout citoyen qui a servi, défendu, illustré, éclairé sa patrie, ou c(ui a donné un grand exemple de dévouement à la chose publiques des droits à la reconnaissance de.la nation, et peut, suivant la nature et la durée de ses services^ prétendre à des récompenses. »
Locuteur: Palasne
Une médaille, ou tout autre symbole de la gratitude nationale, seront la récompense la plus flatteuse et lajplus distinguée. - Une médaille, ou tout autre symbole de la gratitude nationale, seront la récompense la plus flatteuse et lajplus distinguée. -
Locuteur: Le Chapelier
...férence qui insensiblement ramènerait à la noblesse que vous venez d'abolir; Une belle acti... Je pense que les médailles marqueraient uuè préférence qui insensiblement ramènerait à la noblesse que vous venez d'abolir; Une belle action suffit par elle-même
Locuteur: Emmery
...iciteen faveur des malheureux officiers fortune et. des soldats. Je solliciteen faveur des malheureux officiers fortune et. des soldats.
Locuteur: Le Chapelier
... prématurée ; il serait bien plus court de faire ces réflexions sur chacun des art... Cette discussion est prématurée ; il serait bien plus court de faire ces réflexions sur chacun des articles auxquels elles pourraient s'appliquer.
Locuteur: Le Chapelier
(L'Assemblée décide que la discussion s'établira successivement su... (L'Assemblée décide que la discussion s'établira successivement sur chacun des articles.)
Locuteur: Regnaud
(de Saint-Jean-d" Angely). Afin qu'il ne reste aucun doute sur le sens de cet article, je propose d'y ajouter un mot et de com-mënëer l'article ainsi.: « Les seul... (de Saint-Jean-d" Angely). Afin qu'il ne reste aucun doute sur le sens de cet article, je propose d'y ajouter un mot et de com-mënëer l'article ainsi.: « Les seuls service?.! ».
Locuteur: Regnaud
Art. 3. « Les sacrifices ont la .nation doit payer le prix, sont ceux q...
... des pertes qu'on éprouve^en^ défendant la patrie, ou des dépenses qu'on a faites ...
Art. 3. « Les sacrifices ont la .nation doit payer le prix, sont ceux qui naissent des pertes qu'on éprouve^en^ défendant la patrie, ou des dépenses qu'on a faites pour lui procurer un avantage réel et constaté. »
Locuteur: Garat
aîné. .Je demande, la suppression des.jspols.: suivant sa [po... aîné. .Je demande, la suppression des.jspols.: suivant sa [position, qui sonnent mal à l'oreille et je les crois très impolitiquement placés ...
Locuteur: Regnaud
(de Saint-Jean-d'Angely). Je me range à l'avis de M. Garat et je demande que les mots sur... (de Saint-Jean-d'Angely). Je me range à l'avis de M. Garat et je demande que les mots sur lesquels il appelle votre attention soient mieux expliqués.
Locuteur: Le Chapelier
Il conviendrait également de faire disparaître les qualifications de pécuniaires ou honorifiques; parce que ... Il conviendrait également de faire disparaître les qualifications de pécuniaires ou honorifiques; parce que toutes les récompenses, même pécuniaires, sont reconnues honorifiques quand c es...

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 38
Locuteur: Regnaud
« Art. 6. Il y aura deux espèces de récompen-* ses pécuniaires, les pension...
...au soUtien du citoyen qui a bien mérité de la patrie : les secondés, à payer le prix ...
« Art. 6. Il y aura deux espèces de récompen-* ses pécuniaires, les pensions et les gratifications. Les premières sont destinées au soUtien du citoyen qui a bien mérité de la patrie : les secondés, à payer le prix des pertes souffertes et deB sacrifices faits a l'utilité publique. »
Locuteur: Palasne
...accordée à qui que ee soit, «vec clause de réversibilité au profit d'un autre ; mais suivant les circonstances et dans le cas de défaut absolu de patrimoine, la veuve « Aucune pension ne sera accordée à qui que ee soit, «vec clause de réversibilité au profit d'un autre ; mais suivant les circonstances et dans le cas de défaut absolu de patrimoine, la veuve
Locuteur: Palasne
d'un homme mort dans le cours de son service public, pourra obtenir une ...
...taire, et les enfants élevés aux dépens de la nation, jusqu'à ce qu'elle les ait mis en état de pourvoir eux-mêmes à leur subsistance. ...
d'un homme mort dans le cours de son service public, pourra obtenir une pension alimentaire, et les enfants élevés aux dépens de la nation, jusqu'à ce qu'elle les ait mis en état de pourvoir eux-mêmes à leur subsistance. »
Locuteur: De Virieu
La veuve d'un homme qui a bien mérité de la patrie et a obtenu d'elle une gratifica...
...s service?, mérite: autant d'égards que la veuve d'un homme mort dans le cours de son service public. Celle- peut se trou-* ver dans la misère comme celle-ci, Il ne peut pas être dans l'intention de l'Assemblée de ne pas adopter les mêmes mesures d'huma...
La veuve d'un homme qui a bien mérité de la patrie et a obtenu d'elle une gratification pour ses service?, mérite: autant d'égards que la veuve d'un homme mort dans le cours de son service public. Celle- peut se trou-* ver dans la misère comme celle-ci, Il ne peut pas être dans l'intention de l'Assemblée de ne pas adopter les mêmes mesures d'humanité pour l'une que pour l'autre.
Locuteur: Camus
...nt réellement et personnellement mérité de la patrie, Si vous suivies les disposition...
..., ce serait retomber dans tous les abus de la réversibilité qu'il ne peut pas être dans l'intention de renouveler. L'humanité et la raison nous ont suggéré de venir au secours d'une veuve dont je mari est mort dans le cours de ses services publics, parce qu'il est certain qu'un homme peut mourir à la fleur de son âge, être tué dans une bataille ou ...
...ve et ses enfants en bas âge en proie à la misère. Un tel homme n'a point eu le te...
...pes sont certains. Les pensions ne doivent être accordées qu'aux personnes qui ont réellement et personnellement mérité de la patrie, Si vous suivies les dispositions qu'on vous propose, ce serait retomber dans tous les abus de la réversibilité qu'il ne peut pas être dans l'intention de renouveler. L'humanité et la raison nous ont suggéré de venir au secours d'une veuve dont je mari est mort dans le cours de ses services publics, parce qu'il est certain qu'un homme peut mourir à la fleur de son âge, être tué dans une bataille ou autrement et laisser sa veuve et ses enfants en bas âge en proie à la misère. Un tel homme n'a point eu le temps d'économiser ; au lieu que le fonctionnaire retiré peut e| doit l'avoir fait...
Locuteur: Regnaud
...jea,n*dy Angely). J'appuie l'amendement M, de Yiriau parce qu'il n'est pas possible q...
... les veuves d'hommes qui au? ront servi la patrie.
(dp Saint-rjea,n*dy Angely). J'appuie l'amendement M, de Yiriau parce qu'il n'est pas possible que l'Assemblée envoie mourir dans les hôpitaux les veuves d'hommes qui au? ront servi la patrie.
Locuteur: De Noailles
...mblée proponce elle ne doit écouter que la sévérité des principes, Or, en principe...
... qui ont travaillé personnellement pour la patrie, Les exceptions proposées par le comité sont contraires à la règle, mais comme l'humanité les comman...
...dispositions, je crois que c'est ouvrir la porte à des abus incroyables. La nation doit salarier et salariera ses f...
...re honnête. Il ne me paraît point juste de payer deux fois les mêmes services; or, par la disposition que MM. de Virieu et Regnaud sollir citent d'adopt...
...s retiré, ne se mettra plus en peine ni de sa femme ni de ses enfants, dans la persuasion que la nation viendra à leur secours.
Quand l'Assemblée proponce elle ne doit écouter que la sévérité des principes, Or, en principe, Icb pensions ne sont dues qu'aux personnes qui ont travaillé personnellement pour la patrie, Les exceptions proposées par le comité sont contraires à la règle, mais comme l'humanité les commande, j'y acquiesce. Quant aux autres dispositions, je crois que c'est ouvrir la porte à des abus incroyables. La nation doit salarier et salariera ses fonctionnaires d'une manière honnête. Il ne me paraît point juste de payer deux fois les mêmes services; or, par la disposition que MM. de Virieu et Regnaud sollir citent d'adopter, vous tomberiez dans cet inconr vénient. Le foàctionnairevpublic, une fois retiré, ne se mettra plus en peine ni de sa femme ni de ses enfants, dans la persuasion que la nation viendra à leur secours.
Locuteur: Malouet
...ens, il faut tout faire pour encourager la vertu et les talents. Je dis qu'une méd...
...opose d'amener l'article du comité sous la réserve absolue que les marques d'honne...
Je suis d'un avis opposé à celui du préopinant et, à mon sens, il faut tout faire pour encourager la vertu et les talents. Je dis qu'une médaille ne doit pas être le dernier terme auquel puisse prétendre un citoyen et j§...
... puisse obtenir une statue, s'il èp est digne, C'est diaprés ces idées que je propose d'amener l'article du comité sous la réserve absolue que les marques d'honneur resteront personnelles au citoyen qui les aura obtenues.
Locuteur: Palasne
...pporteur, déclare que Je comité préfère la réduction présenté parM. Ma^ iguef. à la sienne,. , rapporteur, déclare que Je comité préfère la réduction présenté parM. Ma^ iguef. à la sienne,.
Locuteur: Palasne
...5. Les marques d'honneur, décernées par la natiou, seront personnelles, et miseg a... « Art. 5. Les marques d'honneur, décernées par la natiou, seront personnelles, et miseg au premier rang des récompenses publiques. »
Locuteur: Palasne
« Il y aura deux espèces de récompenses pécuniaires : les pensions ... « Il y aura deux espèces de récompenses pécuniaires : les pensions pi les gratifications. Les premières sont destinées au soutien honorable du cito...
Locuteur: Lanjuinais
Je propose de dire que les pensiQns êjprpnj uniquemen... Je propose de dire que les pensiQns êjprpnj uniquement accordées qu besoin.
Locuteur: D'Ambly
... une gratification au$ militaires après la guerre,"aux artistes pendant la paix. C'est pour soutenir les uns pt po...
...du pesoiq qui avilit 'J'^me. Je demande la question préalable sur ramendeméât.
On accorde une gratification au$ militaires après la guerre,"aux artistes pendant la paix. C'est pour soutenir les uns pt pour dédommager les autres. Ne parlons pas du pesoiq qui avilit 'J'^me. Je demande la question préalable sur ramendeméât.
Locuteur: D'Ambly
(La question préalable est prononcée.) (La question préalable est prononcée.)
Locuteur: Prieur
Je propose de mettre les encoura-gements pour le zèle... Je propose de mettre les encoura-gements pour le zèle aux travaux publ|çs, au nombre dès causes qui pourront légitimer les gratiâcati...
Locuteur: Fréteau
(La proposition est rejetée.) (La proposition est rejetée.)
Locuteur: Regnaud
(de Saint*Jean-dlAngely). L'article porte :... (de Saint*Jean-dlAngely). L'article porte : au soutien honorable du citoyen ; je demandé que le mot honorable disparaisse} ...
Locuteur: Palasne
, rapporteur. Je donne lecture de l'article 7 ; il est ainsi conçu : , rapporteur. Je donne lecture de l'article 7 ; il est ainsi conçu :
Locuteur: De Virieu
... il y a un précipice. Je ne parle point de ces pensions de luxe sur lesquelles M. Camus s'étend avec tant de complaisance} je parie de ces veuves de mir litaires qui meurent sans laisser u... Entre l'usage et l'abus, il y a un précipice. Je ne parle point de ces pensions de luxe sur lesquelles M. Camus s'étend avec tant de complaisance} je parie de ces veuves de mir litaires qui meurent sans laisser un patrimoine et qui n'ont ni pu ni dû faire d'économies,
Locuteur: Lucas
... insuffisance du patrimoine ou à défaut de patrimoine, ...un moyen terme qui consisterait à n'accorder les pensions aux veuves quxen cas é insuffisance du patrimoine ou à défaut de patrimoine,
Locuteur: Alquier
... pas à dilapider leur patrimoine en vue de s'assurer une pension. ...amendement aurait un effet funeste, car les femmes et les enfants n'hésiteraient pas à dilapider leur patrimoine en vue de s'assurer une pension.

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 39
Locuteur: De Custine
J'ajoute une considération en faveur de l'article. Vous avez le devoir de défendre la liste oivile contre des obsessions qui ne manqueraient pas de la ruiner. J'ajoute une considération en faveur de l'article. Vous avez le devoir de défendre la liste oivile contre des obsessions qui ne manqueraient pas de la ruiner.
Locuteur: Fréteau
La sévérité que le comité a été obligé d'adopter daos la rédaction de cet article lui a été extrêmement pénib...
... vous voulez bien rechercher les motifs de sa conduite, vous les trouverez dans les dettes de l'Etat ; dans le chiffre assez restrein...
...rsonnes ayant droit à des récompenses. (La discussion est fermée sur l'article 7.) Le rapporteur modifie les termes la rédaction et l'article est adopté ainsi...
La sévérité que le comité a été obligé d'adopter daos la rédaction de cet article lui a été extrêmement pénible; mais si vous voulez bien rechercher les motifs de sa conduite, vous les trouverez dans les dettes de l'Etat ; dans le chiffre assez restreint des pensions qu'on peut distribuer ; enfin, outre le fonds proposé, il y aura encore quatre millions destinés à subvenir à l'indigence extrême des personnes ayant droit à des récompenses. (La discussion est fermée sur l'article 7.) Le rapporteur modifie les termes la rédaction et l'article est adopté ainsi qu'il suit,
Locuteur: Fréteau
...accordée à qui que ce soit, avec clause de réversibilité $ mais dans le cas de défaut absolu de patrimoine, la veuve d'un homme mort dans le cours de 6on service public, pourra obtenir une ...
..., et les enfants être élevés aux dépens de la nation, jusqu'à ce qu'elle les ait mis en état de pourvoir eux-mêmes à leur subsistance. ...
Art. 7. « Aucune pension ne sera accordée à qui que ce soit, avec clause de réversibilité $ mais dans le cas de défaut absolu de patrimoine, la veuve d'un homme mort dans le cours de 6on service public, pourra obtenir une pension alimentaire, et les enfants être élevés aux dépens de la nation, jusqu'à ce qu'elle les ait mis en état de pourvoir eux-mêmes à leur subsistance. »
Locuteur: Palasne
...rt. 8. « Il ne sera compris dans l'état de§ pensions que ce qui est accordé pour récompense de service. -Tout ce qui sera prétendu à titre d'indemnité, de dédommagement, comme prix d'aliénation ou autres causes semblables, sera placé dans la classe des dettes de l'Etat, et soumis aux. règles qui seront décrétées pour la liquidation des créanciers de la nation. » Art. 8. « Il ne sera compris dans l'état de§ pensions que ce qui est accordé pour récompense de service. -Tout ce qui sera prétendu à titre d'indemnité, de dédommagement, comme prix d'aliénation ou autres causes semblables, sera placé dans la classe des dettes de l'Etat, et soumis aux. règles qui seront décrétées pour la liquidation des créanciers de la nation. »
Locuteur: Palasne
rapporteur. Le comité a modifié la rédaction primitive de l'article 9. La rédaction nouvelle que nous vous proposons est toute de jfprme et porte ; rapporteur. Le comité a modifié la rédaction primitive de l'article 9. La rédaction nouvelle que nous vous proposons est toute de jfprme et porte ;
Locuteur: Palasne
...même article. Ceux qui auraient usurpé, de quelque manière que ce soit, plusieurs pensions, seront rayés de la liste des pensionnaires et prives des g... ...9. « On ne pourra jamais être employé sur l'état des pensions, qu'en un seul et même article. Ceux qui auraient usurpé, de quelque manière que ce soit, plusieurs pensions, seront rayés de la liste des pensionnaires et prives des grâces qui leur auraient été accordées, »> .
Locuteur: Garat
...que vient d'y apporter M. Palasne. Dans la dernière guerre, ofiï les couronnes de France et d'Espagne avaient la même cause à défendre, il a été rendu d...
...ar exemple, d'empêcher le roi d'Espagne de récompenser un officier français qui a bien servi les deux pays? D'ailleurs, la disposition sur la liste civile est absolument illusoire; si l'on ne peut faire de pensions ostensiblement, ou en fera cla...
ainè. Je ne puis admettre l'article, même avec les restrictions que vient d'y apporter M. Palasne. Dans la dernière guerre, ofiï les couronnes de France et d'Espagne avaient la même cause à défendre, il a été rendu des services communs aux deux Etats. Est-il juste, par exemple, d'empêcher le roi d'Espagne de récompenser un officier français qui a bien servi les deux pays? D'ailleurs, la disposition sur la liste civile est absolument illusoire; si l'on ne peut faire de pensions ostensiblement, ou en fera clandestinement.
Locuteur: De Noailles
La question de savoir si l'on défendra aux Français de recevoir dés pensions des nations étrangères me parait hors de doute. Les officiers français qui vont ...
... Je puis citer, comme exemple, M. Roger de Damas qui a précisément rempli envers l'empire de Russie toutes les vues de désintéressement dont je Viens de parler.
La question de savoir si l'on défendra aux Français de recevoir dés pensions des nations étrangères me parait hors de doute. Les officiers français qui vont s'instruire au service des autres puissances savent refuser toutes les places, t...
...chaîner leur liberté et ne veulent se distinguer que par des actions mémorables. Je puis citer, comme exemple, M. Roger de Damas qui a précisément rempli envers l'empire de Russie toutes les vues de désintéressement dont je Viens de parler.
Locuteur: De Custine
Plusieurs membres réclament de nouveau la question préalable sur l'article 12. Plusieurs membres réclament de nouveau la question préalable sur l'article 12.
Locuteur: De Custine
« Art. 12. Un pensionnaire de l'Etat ne pourra recevoir de pension, ni sur la liste civile, ni d'aucune puissance étr... « Art. 12. Un pensionnaire de l'Etat ne pourra recevoir de pension, ni sur la liste civile, ni d'aucune puissance étrangère. »
Locuteur: Le Président
...ive au deoret concernant les cérémonies de la fédération. ...endre l'examen des autres articles du projet pour soumettre une difficulté relative au deoret concernant les cérémonies de la fédération.
Locuteur: Le Président
Je n'ai point porté à la sanction les articles qui ont été décrétés dans la séance d'hier, parce que j'ai appris que plusieurs membres réclamaient contre la rédaction du second article, relatif à la place que le président doit occuper à la fédération. 11 porte ces mots : à la fédération du 14 juillet, le président de F Assemblée nationale... Plusieurs memb...
... les cérémonies publiques, le président de VAssemblée nationale...
Je n'ai point porté à la sanction les articles qui ont été décrétés dans la séance d'hier, parce que j'ai appris que plusieurs membres réclamaient contre la rédaction du second article, relatif à la place que le président doit occuper à la fédération. 11 porte ces mots : à la fédération du 14 juillet, le président de F Assemblée nationale... Plusieurs membres prétendent qu'il a été décrété i dans toutes les cérémonies publiques, le président de VAssemblée nationale...
Locuteur: Le Président
La discussion a été fermée hier sur cette matière. L'intention de l'Assemblée n'est certainement point de la recommencer; je. mets donc aux voix. Qu... La discussion a été fermée hier sur cette matière. L'intention de l'Assemblée n'est certainement point de la recommencer; je. mets donc aux voix. Que ceux qui sont d'avis
Locuteur: Palasne
rapporteur, donne lecture de l'article 8, qui est adopté, sans discu... rapporteur, donne lecture de l'article 8, qui est adopté, sans discussion, en ces termes :
Locuteur: Palasne
...ion ne pourra êtrè accordée sous le nom de traitement conservé et de retraite. » ...Nul ne pourra recevoir, en même temps, une pension et un traitement, Aucune pension ne pourra êtrè accordée sous le nom de traitement conservé et de retraite. »
Locuteur: Palasne
Art. u « il ne pourra être concédé de. pensions à ceux qui jouissent d'appoin... Art. u « il ne pourra être concédé de. pensions à ceux qui jouissent d'appointements, gages ou honoraires, sauf à leur accorder des gratifications g'il y a l...
Locuteur: Palasne
Art. 12. « Un pensionnaire de l'Etat ne pourra recevoir de pension d'aucune autre personne- » Art. 12. « Un pensionnaire de l'Etat ne pourra recevoir de pension d'aucune autre personne- »
Locuteur: De Virieu
...le sibyllin ne me paraîtraient pas hors de propos. Quelques explications données par le comité sur cet article sibyllin ne me paraîtraient pas hors de propos.
Locuteur: Palasne
...sions qui pourraient être accordées par liste civile ou par des puissance^ étra... ...egt pas suffisamment clair. Je propose d'en restreindre les dispositions aux pensions qui pourraient être accordées par liste civile ou par des puissance^ étrangères.
Locuteur: Fréteau
...issants avec sa liste civile et c'est à la nation à récompenser ensuite tous les s... ...ie l'article ainsi limité, car le roi doit se borner à encourager les talents naissants avec sa liste civile et c'est à la nation à récompenser ensuite tous les services publics.
Locuteur: Rewbell
Il est de principe que personne ne peut servir de...
...s permettes aux fonctionnaires français de recevoir des pensions et gratifications...
Il est de principe que personne ne peut servir deux maîtres. Si vous permettes aux fonctionnaires français de recevoir des pensions et gratifications des puissances étrangères, il se produira ce qui est presque toujours arrivé, q...
Locuteur: De Custine
La question préalable est ensuite mise aux... La question préalable est ensuite mise aux voix et rejetée.
Locuteur: Le Président
...d'autres attestent le procès-verbal, et la rédaction du rapporteur lui-même. Plusieurs membres soutiennent cette dernière rédaction ; d'autres attestent le procès-verbal, et la rédaction du rapporteur lui-même.

Séance du samedi 10 juillet 1790, au matin

page 40
Locuteur: Le Président
La délibération se passe au milieu des cris redoublés de plusieurs membres de la partie gauche, on crie à la surprise ; on demande que M. le préside... La délibération se passe au milieu des cris redoublés de plusieurs membres de la partie gauche, on crie à la surprise ; on demande que M. le président soit rappelé à l'ordre.
Locuteur: Charles de Lameth
rappelle l'état de la délibération, les principes de M. de Delley, auteur de la motion, et il soutient que l'article a ...
...ionnellement. — Je sais, dit M. Cbarle§ de Lameth, qu'il a été proposé par amendement de dire seulement, à la fédération du 14 juillet; mais j'en appelle à la bonne foi de l'Assemblée, a-t-on statué sur cet amendement ? je dis que non. Je propose donc que la question soit ainsi posée : que ceux qu...
rappelle l'état de la délibération, les principes de M. de Delley, auteur de la motion, et il soutient que l'article a été décrété constitutionnellement. — Je sais, dit M. Cbarle§ de Lameth, qu'il a été proposé par amendement de dire seulement, à la fédération du 14 juillet; mais j'en appelle à la bonne foi de l'Assemblée, a-t-on statué sur cet amendement ? je dis que non. Je propose donc que la question soit ainsi posée : que ceux qui pensent que l'amendement ait été adopté veuillent bien se lever.
Locuteur: Charles de Lameth
On s'oppose à cette manière de poser la question. M. Rœderer atteste que le déc...
... réclamation. M. Rœderer est appuyé par la majorité de l'As-sëmblée. Enfin, après de longs et de tumultueux débats, le calme se rétablit, La priorité est refusée à la manière de poser la question proposée par M. de Lameth. L'Assemblée décide que le procè...
On s'oppose à cette manière de poser la question. M. Rœderer atteste que le décrét a été porté ainsi qu'il est dans le procès-verbal ; que M. Le Chapelier l'a lu plusieurs fois dans les mêmes termes, et qu'il n'a été fait aucune réclamation. M. Rœderer est appuyé par la majorité de l'As-sëmblée. Enfin, après de longs et de tumultueux débats, le calme se rétablit, La priorité est refusée à la manière de poser la question proposée par M. de Lameth. L'Assemblée décide que le procès-verbal restera ainsi qu'il a été rédigé.
Locuteur: Charles de Lameth
« Art. 2. A la fédération du 14 juillet, le président de l'Assemblée, etc. » « Art. 2. A la fédération du 14 juillet, le président de l'Assemblée, etc. »
Locuteur: Charles de Lameth
(La séance est levée à quatre heures.) (La séance est levée à quatre heures.)
Locuteur: Cottin
en fait la motion expresse. en fait la motion expresse.
Locuteur: Le Président
remercie l'opinant de ce qu'il a pris un parti modéré, et de ce qu'il n'a pas demandé sa destitution... remercie l'opinant de ce qu'il a pris un parti modéré, et de ce qu'il n'a pas demandé sa destitution. Il descend du fauteuil pour que l'Assemblée le juge. — Quelques membres applau...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

- search term matches: (393)

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 321
Locuteur: Camus
...sident, occupe le fauteuil en l'absence de M. le Président qui s'est retiré par-devers le roi pour présenter plusieurs décrets à la sanction. , ancien Président, occupe le fauteuil en l'absence de M. le Président qui s'est retiré par-devers le roi pour présenter plusieurs décrets à la sanction.
Locuteur: Rewbell
Adresse de la garde nationale de la ville de Châteauroux, par laquelle elle réitère à l'Assemblée nationale l'assurance de ses sentiments d'admiration, de reconnaissance et de soumission. Adresse de la garde nationale de la ville de Châteauroux, par laquelle elle réitère à l'Assemblée nationale l'assurance de ses sentiments d'admiration, de reconnaissance et de soumission.
Locuteur: Rewbell
Sauvé la vie et les propriétés d'une femme dont le peuple égaré démolissait la maison et demandait la tête; dipsipé, par l'exécution delà loi...
...nniers sont en ce moment sous le glaive de la loi ;
Sauvé la vie et les propriétés d'une femme dont le peuple égaré démolissait la maison et demandait la tête; dipsipé, par l'exécution delà loi martiale, un complot pour lequel plusieurs prisonniers sont en ce moment sous le glaive de la loi ;
Locuteur: Rewbell
Rétabli, à dix lieues de leurs foyers, et par une marche forcée, la tranquillité troublée par des cultivate... Rétabli, à dix lieues de leurs foyers, et par une marche forcée, la tranquillité troublée par des cultivateurs qui, égarés par des conseils pervers, coupaient les haies et se partageaient...
Locuteur: Rewbell
...reconnaît que trente hommes du régiment de Royal-Roussillon, commandés par le sieur Comaire ; et la maréchaussée, commandée par le sieur Douard, ont partagé ses dangers et la gloire de ses succès, obtenus sans qu un seul homme ait perdu la vie. Cette garde nationale reconnaît que trente hommes du régiment de Royal-Roussillon, commandés par le sieur Comaire ; et la maréchaussée, commandée par le sieur Douard, ont partagé ses dangers et la gloire de ses succès, obtenus sans qu un seul homme ait perdu la vie.
Locuteur: Rewbell
Elle annonce qu'elle protège la perception des impôts et réprime la contrebande. Elle se glorifie d'avoir pris, avant que l'Assemblée nationale eût décrété la formule du serment à prêter à la fédération générale, une délibération c...
...sergent, caporal et soldat qui refusera de marcher pour la perception des impôts, ou pour arrêter la fraude, sera cassé, et le jugement du conseil de guerre rendu public. »
Elle annonce qu'elle protège la perception des impôts et réprime la contrebande. Elle se glorifie d'avoir pris, avant que l'Assemblée nationale eût décrété la formule du serment à prêter à la fédération générale, une délibération conçue en ces termes : « Tout officier, sergent, caporal et soldat qui refusera de marcher pour la perception des impôts, ou pour arrêter la fraude, sera cassé, et le jugement du conseil de guerre rendu public. »
Locuteur: Rewbell
Cette garde nationale aspire à la seule récompense digne de ses travaux, la gloire d'obtenir l'approbation de l'Assemblée nationale. Cette garde nationale aspire à la seule récompense digne de ses travaux, la gloire d'obtenir l'approbation de l'Assemblée nationale.
Locuteur: Rewbell
Adresses de félicitation, adhésion et dévouement des habitants de la ville de Mirebeau, de la municipalité et de la garde nationale de Saint-Etienne, de Saint-Geoire et de Saint-Michel ; Adresses de félicitation, adhésion et dévouement des habitants de la ville de Mirebeau, de la municipalité et de la garde nationale de Saint-Etienne, de Saint-Geoire et de Saint-Michel ;
Locuteur: Rewbell
De la commune d'Aire-en-Gascogne, qui sollici... De la commune d'Aire-en-Gascogne, qui sollicite l'établissement d'un collège national ;
Locuteur: Rewbell
...és militaires du département du Doubs à la fédération du 14 juillet, qui remercient l'Assemblée, de la justice particulière qu'elle a rendue à la Franche-Comté, en faisant enlever, d'un de ses monuments publics, l'image d'une se...
...juger d'une province qui se donnerait à la France aujourd'hui, si depuis longtemps...
Des députés militaires du département du Doubs à la fédération du 14 juillet, qui remercient l'Assemblée, de la justice particulière qu'elle a rendue à la Franche-Comté, en faisant enlever, d'un de ses monuments publics, l'image d'une servitude dont tous les Français sont délivrés, et qui, rappelant une conquête, faisait mal juger d'une province qui se donnerait à la France aujourd'hui, si depuis longtemps elle n'en faisait partie ;
Locuteur: Rewbell
Des officiers municipaux de la ville de Montauban, qui envoient le procès-verbal de la confédération des troupes nationales et de ligne, et de tous les citoyens de leur arrondissement, à l'exemple de la confédération du Champ-de-Mars, ainsi qu'un exemplaire imprimé de leur proclamation par laquelle ils ont ... Des officiers municipaux de la ville de Montauban, qui envoient le procès-verbal de la confédération des troupes nationales et de ligne, et de tous les citoyens de leur arrondissement, à l'exemple de la confédération du Champ-de-Mars, ainsi qu'un exemplaire imprimé de leur proclamation par laquelle ils ont invité tous les habitants à ce pacte fédératif :
Locuteur: Rewbell
Des habitants de la ville d'Agde, qui supplient l'Assemblée d'appliquer aux conseils généraux de toutes les municipalités, de tous les corps administratifs, le principe de la publicité que l'Assemblée a consacré par ses décrets sur les séances de la commune de Paris ; Des habitants de la ville d'Agde, qui supplient l'Assemblée d'appliquer aux conseils généraux de toutes les municipalités, de tous les corps administratifs, le principe de la publicité que l'Assemblée a consacré par ses décrets sur les séances de la commune de Paris ;
Locuteur: Rewbell
De la société des amis de 1a Constitution de la ville de Saint-Genies, rive d'Olt, qui forme la même demande que les habitants de la ville d'Agde; De la société des amis de 1a Constitution de la ville de Saint-Genies, rive d'Olt, qui forme la même demande que les habitants de la ville d'Agde;
Locuteur: Rewbell
Des écoliers du collège de la ville de Gray, qui se sont réunis à l'assemblée générale des citoyens de cette ville, pour prêter le serment fédératif des Français. Ils font le don patriotique de la somme de 300 livres provenant des contributions volontaires de chacun d'eux, et de la va- Des écoliers du collège de la ville de Gray, qui se sont réunis à l'assemblée générale des citoyens de cette ville, pour prêter le serment fédératif des Français. Ils font le don patriotique de la somme de 300 livres provenant des contributions volontaires de chacun d'eux, et de la va-
Locuteur: Rewbell
, secrétaire, fait lecture de l'extrait de plusieurs adresses, savoir : , secrétaire, fait lecture de l'extrait de plusieurs adresses, savoir :
Locuteur: Rewbell
...u des aides, et sauvé les employés dont la vie était en danger; Qu'elle a empêché l'incendie du bureau des aides, et sauvé les employés dont la vie était en danger;
Locuteur: Rewbell
Des gardes nationales de Gavray et de Belloy ; Des gardes nationales de Gavray et de Belloy ;
PRÉSIDENCE DE M.CAMUS, ANCIEN PRÉSIDENT. PRÉSIDENCE DE M.CAMUS, ANCIEN PRÉSIDENT.
La séance est ouverte à six heures-du soir... La séance est ouverte à six heures-du soir. .

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 322
Locuteur: Rewbell
Des municipalités la ville d'Aigfe, de Ghe-rac, de Saint-Etiendc-d'Arvers, de Cosnàc et de Pont-l'Abbé, département de la Charente-Inférieure; de la commune du Villar, d'Orville et Caumainil* de Saint-Vincent-du-Bouley, district de Bernfty ; de Porte-^Joie, près le VaudreUil ; de Sainte-Marie-Laumont, d'Estrepilly, district de Château-Thierry; de la Chapelle-Orthemale, département de l'Indre; de Stains, département de Parts ; de la ville de Mello, ét des gardes nationales du département de la Lozère. Des municipalités la ville d'Aigfe, de Ghe-rac, de Saint-Etiendc-d'Arvers, de Cosnàc et de Pont-l'Abbé, département de la Charente-Inférieure; de la commune du Villar, d'Orville et Caumainil* de Saint-Vincent-du-Bouley, district de Bernfty ; de Porte-^Joie, près le VaudreUil ; de Sainte-Marie-Laumont, d'Estrepilly, district de Château-Thierry; de la Chapelle-Orthemale, département de l'Indre; de Stains, département de Parts ; de la ville de Mello, ét des gardes nationales du département de la Lozère.
Locuteur: Rewbell
...ésentent à l'Assemblée le procès-verbal de la fête Civique que tous les citoyens ont ...
... prononcé le serment fédératif du Champ-de-Mars ;
Toutes ces municipalités et gardes nationales présentent à l'Assemblée le procès-verbal de la fête Civique que tous les citoyens ont célébrée, le 14 juillet, et dans laquelle ils ont prononcé le serment fédératif du Champ-de-Mars ;
Locuteur: Rewbell
...s assemblées électorales du département de la Moselle et dtt département des Basses-A... Des assemblées électorales du département de la Moselle et dtt département des Basses-Alpes.
Locuteur: Rewbell
...eB pour en maintenir l'exécution. Elles la conjurent de poursuivre sans relâche, et jusqu'à sa consommation, Constitution qu'elle a si glorieusement... ...'hommage d'une adhésion absolue à tous ses décrets, et d'uh dévouement sans borneB pour en maintenir l'exécution. Elles la conjurent de poursuivre sans relâche, et jusqu'à sa consommation, Constitution qu'elle a si glorieusement commencée-.
Locuteur: Rewbell
... avec leurs frères, amour et fidélité à la GdhstitUtiOh, lés premiers vœux des gar...
...ira vous ont été offerts. En approchant cette imtnense cité, désormais pluê Coh...
...té^ ressèment, lé courageux patriotisme de ses habitante, que par ce qui peut, à tant de titres, la rendre célèbre* un sentiment d'attendrissement et tié respect s'ést emparé de nous, et, dans Un religieux silence, no...
...rs l'As-feembléé nationale, A l'instant de retourner dans nos foyers, c'est encore...
...s murs qui renferment les représentants de 24 millions d'hommeB* que nous venons nous réunir ; c'est de cette enceinte révérée que noué reprenons le chemin de nos montagnes, Encore quelques jours et nos familles attentives Vont apprendre de nous les consolantes vérités que nos ye...
« En Venant jurer j avec leurs frères, amour et fidélité à la GdhstitUtiOh, lés premiers vœux des gardes nationales du Jtira vous ont été offerts. En approchant cette imtnense cité, désormais pluê Cohntie dans l'univers par le noble désinté^ ressèment, lé courageux patriotisme de ses habitante, que par ce qui peut, à tant de titres, la rendre célèbre* un sentiment d'attendrissement et tié respect s'ést emparé de nous, et, dans Un religieux silence, nous avons porté nos pas vers l'As-feembléé nationale, A l'instant de retourner dans nos foyers, c'est encore aux pieds des murs qui renferment les représentants de 24 millions d'hommeB* que nous venons nous réunir ; c'est de cette enceinte révérée que noué reprenons le chemin de nos montagnes, Encore quelques jours et nos familles attentives Vont apprendre de nous les consolantes vérités que nos yeux ont vues, et le mépris Qu'on doit aux erreurs dont on veut les envelopper.
Locuteur: Rewbell
...table tristesse que nous nous éloignons de vous, Messieurs, mais au moins c'est avec sécurité ; tout ce que la courageuse Verttt peut inspirer de confiance, nos frères de Paris nous l'ont fait éprouver; nous ne...
... tie petit âésefc admirer l'héroïsme et la touchante hospitalité* tiê fesSènt rèèpecter votre glorieux ouvrage; tnais si Constitution pouvait eticbre courir que...
...solennel que nous prêtons en ce moment, de faire briller les armes de Vingt mille hommes dans cé lieu même d'où nous vous adressons les témoignages de notre vive et profonde reconnais^-sance...
* Ce n'est pas sans une véritable tristesse que nous nous éloignons de vous, Messieurs, mais au moins c'est avec sécurité ; tout ce que la courageuse Verttt peut inspirer de confiance, nos frères de Paris nous l'ont fait éprouver; nous ne pouvons douter que ces citoyens, dont on tie petit âésefc admirer l'héroïsme et la touchante hospitalité* tiê fesSènt rèèpecter votre glorieux ouvrage; tnais si Constitution pouvait eticbre courir quelques dangers ; s'il était possible, que nos se* cours leur fussent nécessaires, recevez le serment solennel que nous prêtons en ce moment, de faire briller les armes de Vingt mille hommes dans cé lieu même d'où nous vous adressons les témoignages de notre vive et profonde reconnais^-sance.
Locuteur: Rewbell
...esclavage a tellement éteint toute idée de vertu, qu'ils ne peuvent concevoir l'ég...
...d'enthousiasme, notre ardent amour pour la liberté, il est assez d'hommes généreux...
...soit n'osera nous en présenter ; jamais la liberté ne nous Sera ravie : Vivre libre ou mourir-, voilà désormais la devise des citoyens du Jura ; voilà les...
« Que ceux en qui l'esclavage a tellement éteint toute idée de vertu, qu'ils ne peuvent concevoir l'égalité, les sublimes principes que vous avez décrétés, regardent comme Une ivresse passagère, comme un vain mouvement d'enthousiasme, notre ardent amour pour la liberté, il est assez d'hommes généreux qui le partagent avec nous. Non, jamais nous ne reprendrons nos chaînes ; jamais qui que ce soit n'osera nous en présenter ; jamais la liberté ne nous Sera ravie : Vivre libre ou mourir-, voilà désormais la devise des citoyens du Jura ; voilà les premiers mots que nos enfants apprendront à prononcer.
Locuteur: Rewbell
...profond que l'on doit aux représentants de la nation, vos très humbles et très obéiss... « Nous sommes, Messieurs, avec le respect profond que l'on doit aux représentants de la nation, vos très humbles et très obéissants serviteurs,
Locuteur: Coster
...ent du Jura Un extrait du procès-verbal de la séance d'hier constatant que l'Assemblée avait l'intention de les recevoir. Je propose d'envoyer aux gardes nationales du département du Jura Un extrait du procès-verbal de la séance d'hier constatant que l'Assemblée avait l'intention de les recevoir.
Locuteur: Rewbell
L'une, des habitants de la ville de Rugles, au département de J'Eure, qui annoncent que les officiers...
...ues, les religieuses et un grand nombre de citoyens des deux sexes, après avoir en...
...is à un repas où ont régné l'égalité et la fraternité; on a ensuite retourné a l'é...
...e Deum, après lequel on a allumé un feu de joie, où chacun, en répétant les cris de Vive la nation ! semblait condamner aux flammes...
...me, les distinctions insupportables que la nature ne donna jamais.
L'une, des habitants de la ville de Rugles, au département de J'Eure, qui annoncent que les officiers municipaux* les ecclésiastiques, les religieuses et un grand nombre de citoyens des deux sexes, après avoir entendu une messe solennelle et prêté le serment civique, se sont réunis à un repas où ont régné l'égalité et la fraternité; on a ensuite retourné a l'église pour y chanter le Te Deum, après lequel on a allumé un feu de joie, où chacun, en répétant les cris de Vive la nation ! semblait condamner aux flammes le despotisme, l'aMStocratie, le fanatisme, les distinctions insupportables que la nature ne donna jamais.
Locuteur: Rewbell
Et l'autre, des prêtres bénéficiera de l'église cathédrale de Riez eh Provence, qui supplient l'Assemblée d'ordonner que les chanoines leur payent la distribution de cette année qui leur est due. Ges bépéf... Et l'autre, des prêtres bénéficiera de l'église cathédrale de Riez eh Provence, qui supplient l'Assemblée d'ordonner que les chanoines leur payent la distribution de cette année qui leur est due. Ges bépéficiers manquent d'aliments.
Locuteur: Rewbell
... d'une adresse des officiers municipaux paroisse de Sainte-Croix-de-MOntiVilllers-en-CaUX, par laquelle ils témoignent leur respect et leur soumission à la sagesse de tous les décrets de l'Assemblée nationale; et, aU nom de la fabrique de cette même paroisse, ils offrent le don patriotique d'un billet de caisse de 200 livres, de 100 livres en argent, et d'une croix d'... , secrétaire, lit l'extrait d'une adresse des officiers municipaux paroisse de Sainte-Croix-de-MOntiVilllers-en-CaUX, par laquelle ils témoignent leur respect et leur soumission à la sagesse de tous les décrets de l'Assemblée nationale; et, aU nom de la fabrique de cette même paroisse, ils offrent le don patriotique d'un billet de caisse de 200 livres, de 100 livres en argent, et d'une croix d'argent, du poids d'un marc sept gros deux grains.
Locuteur: Rewbell
...rchant uniquement à oblenir l'assurance de s'en être rendus dignes ; leur des prix d'usage auxquels ils ont renoncé, cherchant uniquement à oblenir l'assurance de s'en être rendus dignes ;
Locuteur: Rewbell
De l'assemblée primaire du canton de Severac-le-Gbàteati* département de l'Aveyron; De l'assemblée primaire du canton de Severac-le-Gbàteati* département de l'Aveyron;
Locuteur: Rewbell
De rassemblée administrative du district de Montpellier $ De rassemblée administrative du district de Montpellier $
Locuteur: Rewbell
...des nationales du département du Jurû à la fédération générale. Adressé efivoyêè par les députés des gardes nationales du département du Jurû à la fédération générale.
Locuteur: Rewbell
« Signé : Lorain, capitaine du district de Saint-Claude ; Buchet, capitaine de Dôle ; — Jobin, capitaine du district de Lons-le-Saunier ; — Charles Duhamel* ma...
... député dti Jura ; — Vuillot, capitaine de Poligny ; -^Levrat* commandant d'Orgelet ; — Deglanne, Commandant du district de Salins ; — Malet, commandant des député...
« Signé : Lorain, capitaine du district de Saint-Claude ; Buchet, capitaine de Dôle ; — Jobin, capitaine du district de Lons-le-Saunier ; — Charles Duhamel* major du détachement, député dti Jura ; — Vuillot, capitaine de Poligny ; -^Levrat* commandant d'Orgelet ; — Deglanne, Commandant du district de Salins ; — Malet, commandant des députés des gardes nationales du Jura. »
Locuteur: Christin
Je demande l'impression cette adresse dans le procès-verbal. Je demande l'impression cette adresse dans le procès-verbal.
Locuteur: Rewbell
, secrétaire* lit ensuite l'extrait de deux adresses : , secrétaire* lit ensuite l'extrait de deux adresses :
Locuteur: Bouche
fils fait la motion que cette dernière adresse soit ... fils fait la motion que cette dernière adresse soit renvoyée au comité ecclésiastique, ce qui est décrété par l'Assemblée.

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 323
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
...s du bailliage d'Auxois, après avoir lu la protestation faite, le 21 juin dernier, par M.d'Argen-teuil, député de la noblesse dudit bailliage, contre le décret rendu... « Nous, soussignés, ci-devant nobles et privilégiés du bailliage d'Auxois, après avoir lu la protestation faite, le 21 juin dernier, par M.d'Argen-teuil, député de la noblesse dudit bailliage, contre le décret rendu par l'Assemblée nationale le 19 du même mois ;
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
« Considérant que l'abolition de la noblesse héréditaire est une conséqueuce nécessaire des principes de justice et d'égalité, consacrés dans la déclaration des droits de l'homme ; « Considérant que l'abolition de la noblesse héréditaire est une conséqueuce nécessaire des principes de justice et d'égalité, consacrés dans la déclaration des droits de l'homme ;
Locuteur: Charrier
teurs du département de la Lozère, qui témoignent leur zèle pour s...
...s les décrets et à l'esprit patriotique de l'Assemblée nationale, et peignent celu...
teurs du département de la Lozère, qui témoignent leur zèle pour se conformer à tous les décrets et à l'esprit patriotique de l'Assemblée nationale, et peignent celui dont ils sont eux-mêmes animés.
Locuteur: Charrier
...s, disent-ils, dans les vrais principes de la religion, dans les principes de la justice et de l'égalité ; en un mot, dans les principes de la Constitution, nous vouons la guerre aux opinions qui la contrarient ; mais nous avons fait le vœu de ramener par la douceur ceux qui pourraient être encore...
...nécessaires au bien public... Tout pour la paix, ajoutent-ils, est notre cri de ralliement ; tout pour la paix sera notre seul esprit de corps. »
« Inébranlables, disent-ils, dans les vrais principes de la religion, dans les principes de la justice et de l'égalité ; en un mot, dans les principes de la Constitution, nous vouons la guerre aux opinions qui la contrarient ; mais nous avons fait le vœu de ramener par la douceur ceux qui pourraient être encore aigris par des sacrifices nécessaires au bien public... Tout pour la paix, ajoutent-ils, est notre cri de ralliement ; tout pour la paix sera notre seul esprit de corps. »
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
donne lecture de Vadresse suivante de trois citoyens ci-devant nobles du district de Sémur, département de la Côte-dOr : donne lecture de Vadresse suivante de trois citoyens ci-devant nobles du district de Sémur, département de la Côte-dOr :
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
...nt que l'Assemblée nationale ayant reçu de la France entière le droit de lui donner une nouvelle Constitution, les décrets de cette auguste Assemblée, acceptés ou sa... « Considérant que l'Assemblée nationale ayant reçu de la France entière le droit de lui donner une nouvelle Constitution, les décrets de cette auguste Assemblée, acceptés ou sanctionnés par le roi, sont pour tous les Français des lois inviolables et sacrée...
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
« Considérant enfin que la protestation de M. d'Argenteuil, vicieuse dans son prin...
...t opposée à l'instruction qu'il a reçue de ses commettants au mois d'août 1789 :
« Considérant enfin que la protestation de M. d'Argenteuil, vicieuse dans son principe, dangereuse dans ;ses conséquences, est diamétralement opposée à l'instruction qu'il a reçue de ses commettants au mois d'août 1789 :
Locuteur: Le Président
...un monument qui pourrait être élevé sur la place de la Bastille : 1 Assemblée accepte l'estamp... ...veur, supplie l'Assemblée d'agréer l'hommage d'une image encadrée, représentant un monument qui pourrait être élevé sur la place de la Bastille : 1 Assemblée accepte l'estampe.
Locuteur: Rewbell
...rétaire, fait lecture du procès* verbal de la séance de ce matin. , secrétaire, fait lecture du procès* verbal de la séance de ce matin.
Locuteur: Rewbell
Les députés de la ville de Paimpol, â la confédération du 14 juillet, offrent un aon patriotique', l'un d'eux, M. Thomas, porte la parole en ces termes : Les députés de la ville de Paimpol, â la confédération du 14 juillet, offrent un aon patriotique', l'un d'eux, M. Thomas, porte la parole en ces termes :
Locuteur: Rewbell
« La France a parlé : 25 millOns d'hommes ont exprimé leur vœu : l'alliance de toutes les parties de l'Empire pour soutenir l'ouvrage de votre sagesse, le serment que tous les Français ont fait de vivre et de mourir pour la Constitution : voilà le plus bel éloge de l'Assemblée nationale. Il était depuis ...
...rand peuple, qui sera bientôt le modèle de tous les autres, va réveiller ceux qui dorment encore dans la servitude : vous leur avez révélé le secret de leurs droits, trop longtemps méconnus. ...
...qui nous entouraient, et, régénérateurs de votre pays, vous deviendrez les bienfai...
« La France a parlé : 25 millOns d'hommes ont exprimé leur vœu : l'alliance de toutes les parties de l'Empire pour soutenir l'ouvrage de votre sagesse, le serment que tous les Français ont fait de vivre et de mourir pour la Constitution : voilà le plus bel éloge de l'Assemblée nationale. Il était depuis longtemps dans tous les cœurs, il a été au même instant dans toutes les bouches ; il a retenti dans l'univers, et ce cri d'un grand peuple, qui sera bientôt le modèle de tous les autres, va réveiller ceux qui dorment encore dans la servitude : vous leur avez révélé le secret de leurs droits, trop longtemps méconnus. Ils les ressaisiront, ils rompront leurs chaînes, comme vous avez brisé toutes celles qui nous entouraient, et, régénérateurs de votre pays, vous deviendrez les bienfaiteurs, les libérateurs du monde.
Locuteur: Rewbell
...enu une non moins précieuse, l'amour et la reconnaissance de vos concitoyens : ils bénissent vos tra...
...pprennent à leurs enfants avec les mots de patrie et de liberté. La France sera heureuse, et le spectacle de son bonheur fera votre bonheur et votre...
« L'admiration des siècles sera votre récompense ; vous en avez déjà obtenu une non moins précieuse, l'amour et la reconnaissance de vos concitoyens : ils bénissent vos travaux, ils répètent vos noms avec transport, ils les apprennent à leurs enfants avec les mots de patrie et de liberté. La France sera heureuse, et le spectacle de son bonheur fera votre bonheur et votre gloire.
Locuteur: Rewbell
...voir déjà été les organes des habitants de la ville de Paimpol au pacte de famille des Français, nous ne nous honorons pas moins de vous apporter l'hommage de leur respect et de leur dévouement ; vous l'avez plusieurs...
...à répéter ce qu il est si doux pour eux de sentir : ils osent le dire, laRévolution n'a pas eu plus de fermes soutiens, ni l'Assemblée nationa...
...eurs nombreux sacrifices, les habitants de Paimpol ont cherché autour d'eux ce qu'ils pourraient encore offrir à la patrie ; ils n'ont trouvé que leurs bou...
... les déposer entre vos mains* Ce tribut de notre patriotisme eût été plus digne de vous, si nos ressources avaient égalé n...
... bien public, notre vigilance à assurer la perception des impôts, et notre infatigable ardeur à soutenir la plus belle des révolutions. >
« Fiers d'avoir déjà été les organes des habitants de la ville de Paimpol au pacte de famille des Français, nous ne nous honorons pas moins de vous apporter l'hommage de leur respect et de leur dévouement ; vous l'avez plusieurs fois reçu, mais ils aiment à répéter ce qu il est si doux pour eux de sentir : ils osent le dire, laRévolution n'a pas eu plus de fermes soutiens, ni l'Assemblée nationale d'admirateurs plus sincères. Epuisés par leur zèle et leurs nombreux sacrifices, les habitants de Paimpol ont cherché autour d'eux ce qu'ils pourraient encore offrir à la patrie ; ils n'ont trouvé que leurs boucles d'argent, leurs femmes y ont joint des bijoux ; nous venons les déposer entre vos mains* Ce tribut de notre patriotisme eût été plus digne de vous, si nos ressources avaient égalé notre courage à déjouer les sourdès menées des ennemis du bien public, notre vigilance à assurer la perception des impôts, et notre infatigable ardeur à soutenir la plus belle des révolutions. >
Locuteur: Le Président
...t un rapport du comité des rapports sur la succession de Jean Thierry. Vordre du jour est un rapport du comité des rapports sur la succession de Jean Thierry.
Locuteur: Pellerin
, député de Nantes, rapporteur. Messieurs, la succession de Jean Thierry existe-t-elle? Il n'est pa... , député de Nantes, rapporteur. Messieurs, la succession de Jean Thierry existe-t-elle? Il n'est pas permis d'en douter d'après une
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
...t dans cette heureuse Révolution l'état de citoyens libres, bien au-dessus de l'état de gentilshommes esclaves ; « Considérant que les ci-devant nobles et privilégiés acquièrent dans cette heureuse Révolution l'état de citoyens libres, bien au-dessus de l'état de gentilshommes esclaves ;
Locuteur: Guiot de Saint-Florent
...s, et nous prions l'Assemblée nationale de recevoir ce désaveu comme l'expression de nos plus vrais sentiments; et comme lé gage de notre soumission profonde à ses décrets... ...savouons formellement cette protestation, faite à notre insu et contre notre avis, et nous prions l'Assemblée nationale de recevoir ce désaveu comme l'expression de nos plus vrais sentiments; et comme lé gage de notre soumission profonde à ses décrets.
Locuteur: Bouche
...ion tendant à ce que le roi fût supplié de donner des ordres pour envoyer, dans le...
...troupes à Avignon ou aux environs, afin de protéger les établissements français qu...
...te motion, qui a été renvoyée à l'ordre de deux heures, soitinséréeau procès-verba...
représente qu'il a été fait une motion tendant à ce que le roi fût supplié de donner des ordres pour envoyer, dans le plus court délai, des troupes à Avignon ou aux environs, afin de protéger les établissements français qui sont dans cette ville. Il demande, en conséquence, que cette motion, qui a été renvoyée à l'ordre de deux heures, soitinséréeau procès-verbal.
Locuteur: Le Président
...a entendu avec sensibilité l'expression de votre patriotisme, et reçoit, avec sati... L'Assemblée nationale applaudit au zèle qui vous anime; elle a entendu avec sensibilité l'expression de votre patriotisme, et reçoit, avec satisfaction, le don que vous, lui présentez. Puissent tous les Français mériter, co...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 324
Locuteur: Pellerin
foule de faits accumulés qui la constatent. Jean Thierry tint toutes ses richesses du legs universel porté au testament de Stipaldy, son coassocié dans le commerc...
...onnu : il contient un détail énonciatif de propriétés foncières et de titres de créances ; deux certificats d'ambassadeurs de France à Venise attestent l'existence de Thierry et de son hérédité. Quels sont les biens qui ...
...t des capitaux sur l'hôtel des monnaies de Venise, sur l'hôtel de ville de Paris, et trois maisons- situées à Gorfou. Quel est l'intérêt de l'Etat à l'examen de cette succession ? C'est de donner, d'une part, des juges aux parties contendantes, afin que la justice soit rendue ; et, de l'autre part, d'approprier auTrésor pub...
...opulente qui lui serait dévolue à titre de déshérence. Qui peut statuer sur cette ...
...é établi une commission du conseil pour la juger ; les prétendants, écouduits par ...
... restent en litige, et, en consentant à la prorogation d'une commission qui ne réunit pas la confiance, ilsdésirent qu'elle ne juge qu'à la charge de l'appel.
foule de faits accumulés qui la constatent. Jean Thierry tint toutes ses richesses du legs universel porté au testament de Stipaldy, son coassocié dans le commerce, lequel l'avait adopté pour son frère. Ce testament est reconnu : il contient un détail énonciatif de propriétés foncières et de titres de créances ; deux certificats d'ambassadeurs de France à Venise attestent l'existence de Thierry et de son hérédité. Quels sont les biens qui composent cette succession? Ce sont des capitaux sur l'hôtel des monnaies de Venise, sur l'hôtel de ville de Paris, et trois maisons- situées à Gorfou. Quel est l'intérêt de l'Etat à l'examen de cette succession ? C'est de donner, d'une part, des juges aux parties contendantes, afin que la justice soit rendue ; et, de l'autre part, d'approprier auTrésor public une succession opulente qui lui serait dévolue à titre de déshérence. Qui peut statuer sur cette question ? L'Assemblée nationale. En l'année 1781, il a été établi une commission du conseil pour la juger ; les prétendants, écouduits par d'anciens arrêts, demandent un nouveau tribunal, deux seuls restent en litige, et, en consentant à la prorogation d'une commission qui ne réunit pas la confiance, ilsdésirent qu'elle ne juge qu'à la charge de l'appel.
Locuteur: Pellerin
...ant faire jouir les prétendants droit à la succession de Jean Thierry, décédé à Venise en 1676, ...
...ssent tous les citoyens dans des causes de bien moindre importance, proroge provisoirement, à la commission ci-devant nommée par le roi ...
... à naître entre les prétendants droit à la même succession, l'attribution de juridiction qui lui a été accordée à cet effet, à la charge que les jugements, par elle rendus ou à rendre, ne seront censés l'être qu'à la condition de l'appel ; en conséquence, l'Assemblée n...
...ui out été précédemment jugés, le droit de se pourvoir par appel contre les jugements de la commission, rendus ou à rendre, par-dev...
...unal d'appel ; et pour venir au secours de ceux des prétendants droit à cette succ...
...nationale leur accorde un nouveau délai de six mois, à compter de la publication de son présent décret, pour servir à ladit...
« L'Assemblée nationale, après avoir entendu son comité des rapports, désirant faire jouir les prétendants droit à la succession de Jean Thierry, décédé à Venise en 1676, daus une affaire qui présente un grand intérêt, des droits dont jouissent tous les citoyens dans des causes de bien moindre importance, proroge provisoirement, à la commission ci-devant nommée par le roi pour juger ces contestations nées et à naître entre les prétendants droit à la même succession, l'attribution de juridiction qui lui a été accordée à cet effet, à la charge que les jugements, par elle rendus ou à rendre, ne seront censés l'être qu'à la condition de l'appel ; en conséquence, l'Assemblée nationale accorde aux prétendants droit, actuellement en instance, et à ceux qui out été précédemment jugés, le droit de se pourvoir par appel contre les jugements de la commission, rendus ou à rendre, par-devant celui des tribunaux qui vont être incessamment organisés, qui leur sera désigné pour tribunal d'appel ; et pour venir au secours de ceux des prétendants droit à cette succession, qui ne se sont pas mis en étal, dans les délais successivement fixés par les arrêts du conseil précédemment rendus, l'Assemblée nationale leur accorde un nouveau délai de six mois, à compter de la publication de son présent décret, pour servir à ladite commission leurs titres, papiers, documents, généalogies et mémoires, dans les...
Locuteur: Bouchotte
...qu'il soit fait des informations auprès de la république de Venise pour connaître les sommes qu'ell... Je demande qu'il soit fait des informations auprès de la république de Venise pour connaître les sommes qu'elle a payées aux ministres ou aux prétendants à l'hérédité.
Locuteur: Goupil
La succession de Jean Thierry me paraît ressembler à la dent d'or de l'enfant de la Silésie. Les savants se disputèrent, se...
...our combattre ou prouver l'existence et la possibilité de ce prétendu* phénomène. Voilà l'histoire de la conduite de tous les contendants à cet héritage ima...
La succession de Jean Thierry me paraît ressembler à la dent d'or de l'enfant de la Silésie. Les savants se disputèrent, se dirent force injures, pour combattre ou prouver l'existence et la possibilité de ce prétendu* phénomène. Voilà l'histoire de la conduite de tous les contendants à cet héritage imaginaire. Si cette succession existe, les héritiers doivent aller à Venise, deman...
Locuteur: Boutteville-Dumetz
...commission dans l'acceptation ordinaire de ce terme, qui a été établie pour cette ...
...ent accorder aux contendants déjà jugés la faculté d'appeler des jugements déjà re...
Ge n'estpas une commission dans l'acceptation ordinaire de ce terme, qui a été établie pour cette affaire,mais un tribunal institué par un pouvoir légitime,lorsqu'il n'y en avait...
...ent en être légalement saisis. D'après ces principes,on ne doit pas raisonnablement accorder aux contendants déjà jugés la faculté d'appeler des jugements déjà rendus.
Locuteur: Pellerin
Voici le projet de décret que vous propose votre comité de... Voici le projet de décret que vous propose votre comité des rapports :
Locuteur: Pellerin
...ssemblée nationale charge son Président de se retirer par-devers le roi pour le supplier de donner sa sanction au présent décret. » « L'Assemblée nationale charge son Président de se retirer par-devers le roi pour le supplier de donner sa sanction au présent décret. »
Locuteur: Goupil
...écution du testament créé sous les lois de cette république. Je crois donc qu'il n... l'exécution du testament créé sous les lois de cette république. Je crois donc qu'il n'y a pas lieu à délibérer.
Locuteur: Prieur
...ies ont aquiescé en renonçant aux voies de requête civile ou de cassation. ...appel facultatif, des jugern nts rendus en dernier ressort, et auxquels les parties ont aquiescé en renonçant aux voies de requête civile ou de cassation.
Locuteur: Prieur
... comité pour proposer un nouveau projet de décret.) (L'Assemblée renvoie cette affaire au comité pour proposer un nouveau projet de décret.)
Locuteur: Prieur
(La séance est levée à dix heures.) (La séance est levée à dix heures.)
a la séance de l'assemblée nationale du samedi 24 juil... a la séance de l'assemblée nationale du samedi 24 juillet 1790
député de Picardie, sur les finances et sur la dette publique ; dont l'état a été prés... député de Picardie, sur les finances et sur la dette publique ; dont l'état a été présenté et discuté par lui au comité des finances, le 23 et le juillet 1790
Messieurs, en ma qualité de membre de votre comité des finances, j'ai été dép...
...endant que le premier article du projet de décret dont on vient de vous faire lecture, préjuge définitivement la question que vous nous avez ordonné d'examiner. Nous sommes ajournés pour la traiter à fond, lundi prochain; mais el...
...oment, le décret présenté par M. le duc de La Rochefoucauld.
Messieurs, en ma qualité de membre de votre comité des finances, j'ai été député au nouveau bureau institué pour régler les aliénations des bienti nationaux....
... depuis cette première assemblée, où nous n'avions rien arrêté. Il me semble cependant que le premier article du projet de décret dont on vient de vous faire lecture, préjuge définitivement la question que vous nous avez ordonné d'examiner. Nous sommes ajournés pour la traiter à fond, lundi prochain; mais elle ne serait plus entière, et vous l'auriez décidée d'avance, si vous adoptiez, dès ce moment, le décret présenté par M. le duc de La Rochefoucauld.
...s'agit d'examiner s'il est avantageux à la nation d'aliéner tous les biens du domaine et du clergé, et de recevoir, en payement de ces ventes, les créances sur l'Etat, en évaluant les capitaux, à raison de 5 0/0 de leur intérêt annuel. 11 s'agit d'examiner s'il est avantageux à la nation d'aliéner tous les biens du domaine et du clergé, et de recevoir, en payement de ces ventes, les créances sur l'Etat, en évaluant les capitaux, à raison de 5 0/0 de leur intérêt annuel.
...cette discussion, j'insiste d'abord sur la demande que j'ai si souvent et si inuti...
...ationale. Je ne cesse, depuis dix mois, de faire les motions les plus expresses po...
Avant d'entrer dans cette discussion, j'insiste d'abord sur la demande que j'ai si souvent et si inutilement réitérée dans l'Assemblée nationale. Je ne cesse, depuis dix mois, de faire les motions les plus expresses pour vous engager à vous élever, dans vos délibérations sur les finances, au-dessu...
opinion de M. l'abbé Maury, opinion de M. l'abbé Maury,

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 325
.... Je répète donc encore aujourd'hui que la nation attend de M. Necker un compte absolu et un plan général des linances ; et puisqu'on affecte de ne pas m'entendre quand je parle d'un c... ...'étende jamais sa vue plus loin, et que l'avenir n'ait pour lui que trente jours. Je répète donc encore aujourd'hui que la nation attend de M. Necker un compte absolu et un plan général des linances ; et puisqu'on affecte de ne pas m'entendre quand je parle d'un compte et d'un plan général des finances, je vais expliquer nettement l'idée que ...
Le premier de ces cahiers doit contenir l'universalit...
...de ou l'arriéré des perceptions : voilà la recette.
Le premier de ces cahiers doit contenir l'universalité des contributions payées au Trésor public, le produit actuel des impôts et l'exactitude ou l'arriéré des perceptions : voilà la recette.
...fin, le troisième cahier doit embrasser la totalité de la dette publique, constituée ou non constituée; savoir: la dette en contrats perpétuels, la dette en rentes viagères, les anticipations, l'arriéré de tous les départements, les remboursements à époques fixes, la valeur de tous les offices de judicature et de tous les effets publics, les fonas des jurandes, les avances des compagnies de finance, la dette du clergé général, des diocèses, ...
...provinces régies en pays d'Etat; enfin, la masse entière de la dette nationale, sous quelque dominatio...
Enfin, le troisième cahier doit embrasser la totalité de la dette publique, constituée ou non constituée; savoir: la dette en contrats perpétuels, la dette en rentes viagères, les anticipations, l'arriéré de tous les départements, les remboursements à époques fixes, la valeur de tous les offices de judicature et de tous les effets publics, les fonas des jurandes, les avances des compagnies de finance, la dette du clergé général, des diocèses, des chapitres, des monastères, des bénéfices, des provinces régies en pays d'Etat; enfin, la masse entière de la dette nationale, sous quelque domination qu'elle existe.
...rer votre route, il vous est impossible de faire un pas dans le dédale obscur des ...
...i vous ne connaissez pas avec précision la recette du Trésor public, vous ne pouve...
...pôt: vous n'avez aucune base pour fixer la proportion de l'impôt direct avec l'impôt indirect; p...
... économie. Si le voile épais qui couvre la dette de l'Etat n'était pas déchiré sous vos yeux, vous feriez d'inutiles efforts pour assurer la libération du royaume; et la caisse d'amortissement qu'il faut établ...
...être établie si vous ne connaissiez pas la totalité de la dette dont vous devez préparer et assur...
Je dis, Messieurs, que, sans ces trois fanaux qui doivent éclairer votre route, il vous est impossible de faire un pas dans le dédale obscur des finances. En eflet, si vous ne connaissez pas avec précision la recette du Trésor public, vous ne pouvez rien statuer sur l'impôt: vous n'avez aucune base pour fixer la proportion de l'impôt direct avec l'impôt indirect; pour taxer les hommes, les biens, les marchandises on les denrées. Si vous ignorez le montant des dépenses, vous ne pouvez régler aucune économie. Si le voile épais qui couvre la dette de l'Etat n'était pas déchiré sous vos yeux, vous feriez d'inutiles efforts pour assurer la libération du royaume; et la caisse d'amortissement qu'il faut établir, même quand on emprunte, parce qu'on regagne par le crédit beaucoup plus qu'on ne paraît perdre par les remboursements, cette caisse, vraiment nationale, ne saurait être établie si vous ne connaissiez pas la totalité de la dette dont vous devez préparer et assurer l'extinction.
...ker a su qu'il allait correspondre avec la nation assemblée, il a dû prévoir que c...
...sou département que toutes les matières de législation dont il s'est chargé par un excès volontaire de zèle, devait être tout prêt dans son po...
...est obligé d'en faire l'objet continuel de ses méditations ; car enfin on ne reçoi...
...à l'exception des nouvelles dettes dont la nation s'est chargée, et dont l'apureme...
Le travail que je demande est, sans doute, très considérable ; mais quand M. Necker a su qu'il allait correspondre avec la nation assemblée, il a dû prévoir que ce compte lui serait demandé, ou plutôt cet état, plus approprié à sou département que toutes les matières de législation dont il s'est chargé par un excès volontaire de zèle, devait être tout prêt dans son portefeuille. Un administrateur des finances est obligé d'en faire l'objet continuel de ses méditations ; car enfin on ne reçoit point au hasard, on ne dépense point au hasard; et. à l'exception des nouvelles dettes dont la nation s'est chargée, et dont l'apurement n'est pas encore fait, je ne conçois pas que nous puissions demander inutilem...
de séances, le compte de la recette, de la dépense et de la dette du Trésor public. de séances, le compte de la recette, de la dépense et de la dette du Trésor public.
...pas avec précision l'actif et le passif de sa fortune. Or, je déclare qu'après m'être longtemps occupé de l'état des finances, leur situation act...
...t dérobée à mes calculs. J'ai poursuivi la vérité jusque dans le cabinet des minis...
...jamais à rétablr l'ordre dans les affaires d'un particulier, si l'on ne connaît pas avec précision l'actif et le passif de sa fortune. Or, je déclare qu'après m'être longtemps occupé de l'état des finances, leur situation actuelle s'est constamment dérobée à mes calculs. J'ai poursuivi la vérité jusque dans le cabinet des ministres; et je n'y ai découvert qu'un mystère qu'ils ne connaissent peut-être pas e...
Les partisans de M. Necker prétendent que cet administrateur, si vigilant sur tous les petits sentiers de la renommée dont il a tant négligé les gra...
...immenses occupations lui laissent assez de loisir pour défendre sa gloire en compo...
...i manque pour fournir aux représentants de la nation un compte précis et détaillé des...
Les partisans de M. Necker prétendent que cet administrateur, si vigilant sur tous les petits sentiers de la renommée dont il a tant négligé les grandes routes, est trop occupé pour rédiger le travail que je demande. Je réponds que, puisque sa mauvaise santé et ses immenses occupations lui laissent assez de loisir pour défendre sa gloire en composant des brochures contre des particu-culiers et même contre moi, il est étonnant que le temps lui manque pour fournir aux représentants de la nation un compte précis et détaillé des finances.
...doute pour entretenir le bon ordre dans la comptabilité, n'examine que les dépense...
...our les allouer sans examiner jamais ni la dette, ni l'impôt. Le compte définitif ...
...licite, et je ne veux plus rien adopter de confiance. J'admire ceux de nos collègues qui sont ou qui se croien...
...ns celte matière; mais je ne crains pas de répéter encore qu'il semble qu'on ait voulu fatiguer cette Assemblée de sa propre ignorance, en la laissant flotter dans le chaos de douze cents opinions isolées qui se heu...
...res que l'on obtient àla chambre des comptes. Ge tribunal, très nécessaire sans doute pour entretenir le bon ordre dans la comptabilité, n'examine que les dépenses du Trésor public ; et il est institué pour les allouer sans examiner jamais ni la dette, ni l'impôt. Le compte définitif dont j'ai besoin pour éclairer ma raison et pour rassurer ma conscience, en disp...
...universalité des finances. Je ne trouve nulle part le travail complet que je sollicite, et je ne veux plus rien adopter de confiance. J'admire ceux de nos collègues qui sont ou qui se croient suffisamment instruits dans celte matière; mais je ne crains pas de répéter encore qu'il semble qu'on ait voulu fatiguer cette Assemblée de sa propre ignorance, en la laissant flotter dans le chaos de douze cents opinions isolées qui se heurtent, se croisent et se combattent sans cesse.
Il me serait très facile de prouver en détail que ce n'est ni par m...
...que j'avoue mon ignorance sur les bases de nos délibérations. Voici un précis très court de ce que M. Necker ne nous a pas encore appris relativement à la recette^ à la dépense et à la dette de l'Etat.
Il me serait très facile de prouver en détail que ce n'est ni par ma faute, ni par une hypocrite modestie que j'avoue mon ignorance sur les bases de nos délibérations. Voici un précis très court de ce que M. Necker ne nous a pas encore appris relativement à la recette^ à la dépense et à la dette de l'Etat.
Relativement à la recette, plusieurs impôts sont supprimé...
...s autres ne sont pas perçus. Le produit de la contribution patriotique n'est pas déte...
...ù se trouve le royaume; mais je dis que la fortune publique ne sera point sans pér...
...rons pas avec certitude le produit réel de toutes les contributions.
Relativement à la recette, plusieurs impôts sont supprimés, plusieurs autres ne sont pas perçus. Le produit de la contribution patriotique n'est pas déterminé avec précision. L'arriéré des impositions dues à l'Etat nous est inconnu e...
...ntant des revenus dont nous sommes assurés, dans le malheureux état d'anarchie où se trouve le royaume; mais je dis que la fortune publique ne sera point sans péril, tant que nous né connaîtrons pas avec certitude le produit réel de toutes les contributions.
...culte des assemblées administratives et de l'administration de la justice échappent encore à tous les calculs; et, par conséquent, la dépense annuelle de l'Etat est pour nous, dans ce moment, u... ...ies, les améliorations, les réductions, les suppressions, les nouveaux frais du culte des assemblées administratives et de l'administration de la justice échappent encore à tous les calculs; et, par conséquent, la dépense annuelle de l'Etat est pour nous, dans ce moment, un mys-
...férents, tous certifiés et garantis par la responsabilité du ministre des finances... Je demanda un compte divisé en trois cahiers différents, tous certifiés et garantis par la responsabilité du ministre des finances.
Le second doit énoncer avec précision la dépense annuelle et ordinaire du Trésor national, avec l'indication et la durée des charges qu'on appelle dépense... Le second doit énoncer avec précision la dépense annuelle et ordinaire du Trésor national, avec l'indication et la durée des charges qu'on appelle dépenses extraordinaires.

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 326
...pie du compte rendu par M. l'archevêque de Sens ; et il ne nous parla, dans ce long discours, ni de l'évaluation des économies qui montaient à plus de 50 millions, ni de la caisse d'amortissement qui deyait nous coûter au moins 30 millions par année, ni de la dette arriérée des départements qui peu...
... bien confondues qu'il était impossible de les distinguer. Il nous proposa d'établ...
...roduit des quatre deniers par livre sur la valeur des biens meubles, au moment où les ventes sont forcées par la ruine OU par la mort des citoyens. La distribution du tabac râpé dans la province de Bretagne, dont il évaluait le produit à...
... pouvait pas rapporter une augmentation de 100,000 écus. Quand il nous indiqua ses...
...'on place parmi les revenus, le produit de la gabelle, des droits d'aides, les revenu...
... des finances. A l'ouverture des Etats généraux, ce ministre nous apporta uné copie du compte rendu par M. l'archevêque de Sens ; et il ne nous parla, dans ce long discours, ni de l'évaluation des économies qui montaient à plus de 50 millions, ni de la caisse d'amortissement qui deyait nous coûter au moins 30 millions par année, ni de la dette arriérée des départements qui peut s'élever à deux cents millions. Les économies et les impositions y étaient si bien confondues qu'il était impossible de les distinguer. Il nous proposa d'établir un impôt sur le malheur, en augmentant le produit des quatre deniers par livre sur la valeur des biens meubles, au moment où les ventes sont forcées par la ruine OU par la mort des citoyens. La distribution du tabac râpé dans la province de Bretagne, dont il évaluait le produit à 1,200,000 livrés, ne pouvait pas rapporter une augmentation de 100,000 écus. Quand il nous indiqua ses moyens pour convrirle déficit qu'il fixait à ^millions, il prit pour base le compte rendu par M. Dufresne, ou l'on place parmi les revenus, le produit de la gabelle, des droits d'aides, les revenus caspels et ceux du marc 4'PC» QUI sont anéantis, ou du mpiqs prodigieusement d...
tère qui exige de longues méditations pour être éctyirci....
... ministre aurait rallié tous les ordres de la nation autour de son vertueux monarque, en lui faisant exécuter noblement les sages réductions de dépense que son cœur désirait, et dont il méritait de recueillir, dès lors, toute la gloire. L'article des dépenses extraord...
tère qui exige de longues méditations pour être éctyirci. Je ne saurais arrêter un instant mes réflexions sur les économies, sans regrett...
...cker ne nous en ait pas présenté Je tableau à l'Ouverture des Etats généraux. Le ministre aurait rallié tous les ordres de la nation autour de son vertueux monarque, en lui faisant exécuter noblement les sages réductions de dépense que son cœur désirait, et dont il méritait de recueillir, dès lors, toute la gloire. L'article des dépenses extraordinaires pour l'avenir, lesquelles seront pour nous, pendant longtemps, malhéu^ r...
... chargé ont rendu ençore plus difficile la liquidation de la dette publique. D'ailleurs, de combien de nuages est encore enveloppée cette partie de nos finances I Dans le rapport de M. le marquis de Moptesquiou, du 18 novembre, les dettes...
... estimées 80 millions : dans le mémoire de M. Necker, du 6 mars dernier, elles sont évaluées de 150 à 200 millions. D'où peut naître une différence de plus de moitié entre ces deux évaluations ? Gom...
...ns ses bureaux l'état arrêté des dettes de son département? Sommes-nous dans un état de prospérité qui nous permette de passer légèrement sur soixante et dix, et peut-être sur 120 millions de plus ou de moins? Tel est Ïiourtant le contraste que nous apercevons entre es rapports de M, Necker et du comité des finances.
Les créances accessoires dont l'Etat s'est chargé ont rendu ençore plus difficile la liquidation de la dette publique. D'ailleurs, de combien de nuages est encore enveloppée cette partie de nos finances I Dans le rapport de M. le marquis de Moptesquiou, du 18 novembre, les dettes arriérées des départements sont estimées 80 millions : dans le mémoire de M. Necker, du 6 mars dernier, elles sont évaluées de 150 à 200 millions. D'où peut naître une différence de plus de moitié entre ces deux évaluations ? Gomment chaque ministre n'a-t-il pas dans ses bureaux l'état arrêté des dettes de son département? Sommes-nous dans un état de prospérité qui nous permette de passer légèrement sur soixante et dix, et peut-être sur 120 millions de plus ou de moins? Tel est Ïiourtant le contraste que nous apercevons entre es rapports de M, Necker et du comité des finances.
Quant à la dette nationale, M. Necker prétend que lorsque que l'on connaît la somme des intérêts dont une nation est grevée, c'est une curiosité bien oiseuse que de vouloir calculer le capital nécessaire ...
..., mais du moins un aperçu incontestable de vos dettes. Mais quand une partie de la dette est remboursable à des termes fixes ; quand une autre partie de la dette ne porte aucun intérêt; enfin, quand toutes les parties de la dette sont constituées à des intérêts d...
...ital. Il est donc intéressant ppur nous de le connaître en détail. Le devoir du ministre des finances était de noys en présenter le tableau raisonné, ...
Quant à la dette nationale, M. Necker prétend que lorsque que l'on connaît la somme des intérêts dont une nation est grevée, c'est une curiosité bien oiseuse que de vouloir calculer le capital nécessaire pour éteindre cette créance. J'ignore si M. Necker a raison. Vous en jugerez dan...
...s, lorsque je mettrai sous vos yeux, je ne dis pas le compte entier et définitif, mais du moins un aperçu incontestable de vos dettes. Mais quand une partie de la dette est remboursable à des termes fixes ; quand une autre partie de la dette ne porte aucun intérêt; enfin, quand toutes les parties de la dette sont constituées à des intérêts différents, depuis un jusqu'à 10 0/0, ce n'est plus une çuriositê oiseuse, c'est un esprit d'ordre qui réclame le compte précis du capital. Il est donc intéressant ppur nous de le connaître en détail. Le devoir du ministre des finances était de noys en présenter le tableau raisonné, et c'est ce qu'il n'a jamais fait-
...cker et moi- Qu'il dise si j'ai eu tort de demander un compte détaillé des finance...
...ncore entièrement pprau dans le royaume la faveur populaire dont nous l'ayons vu j...
...e pas les préventions que l'intrigue et la calomnie ont cherché à répandre contre ...
...rais-je pu, comme tant d'autres, capter la bienveillance du peuple, en le trompant...
Que le public prononce maintenant entre M. Necker et moi- Qu'il dise si j'ai eu tort de demander un compte détaillé des finances. Je ne propose point à M. Necjter un juge qui lui soit suspect. Ce ministre n'a pas encore entièrement pprau dans le royaume la faveur populaire dont nous l'ayons vu jouir; et je n'ignore pas les préventions que l'intrigue et la calomnie ont cherché à répandre contre moi- Peut-être aurais-je pu, comme tant d'autres, capter la bienveillance du peuple, en le trompant sans cesse, tantôt par les plus hçnteuses adulations, tantôt
Ai-je donc tort de me plaindre de ce que l'on nous laisse ignorer la somme de nos dettes? M, Necker nous a dit que le...
...r 40 millions dans un instant : il prit la plume, et tint parole. J'admirerai long...
...ux avec lequel on réduit en un instant, de 40 millions une dépense déjà faite, et ...
...me M. Anson, qui m'a reproché depuis, à la tribune, de vouloir effrayer les créanciers de l'Etat. Il ne s'agit ni d'épouvanter, ni de rassurer personne ; mais il s'agit de calculer. Je calcule donc, et je dis qu...
...ans les années suivantes; qu'une partie de ces dépenses, dont je peux fournir l'ét...
...ordinaire, devient, par conséquent, une -, pense ordinaire, surtout pour les lég...
...e trompe sur cet article, il est facile de me le prouver en produisant le tableau certifié véritable de nos dépenses extraordinaires d'ici à di...
...agements pris envers les créanciers, ou de fonds à payer pour des travaux publics ...
...ion particulière ; et qu'enfin le total de ces dépenses, dont le premier mn nistre des finances n'a pas eu le temps de nous fournir les détails, s'élève à des...
Ai-je donc tort de me plaindre de ce que l'on nous laisse ignorer la somme de nos dettes? M, Necker nous a dit que les dépenses extraordinaires, pour l'année 1789, montaient à 500 millions. Il est ...
...neur d'être membre? l'accommodant M. Anson me répondit qu'il allait en retrancher 40 millions dans un instant : il prit la plume, et tint parole. J'admirerai longtemps cè talent merveilleux avec lequel on réduit en un instant, de 40 millions une dépense déjà faite, et j'en ai rappelé plusieurs fois le souvenir à ce même M. Anson, qui m'a reproché depuis, à la tribune, de vouloir effrayer les créanciers de l'Etat. Il ne s'agit ni d'épouvanter, ni de rassurer personne ; mais il s'agit de calculer. Je calcule donc, et je dis que les dépenses que l'on appelle extraordinaires, s'élèveront à une somme à peu près égale dans les années suivantes; qu'une partie de ces dépenses, dont je peux fournir l'état, que j'ai vu au comité des dix, doit se prolonger pendant plusieurs années; que cette dépense qu'on appelle extraordinaire, devient, par conséquent, une -, pense ordinaire, surtout pour les législatures qui ne doivent durer que deux ans 5 que, si je me trompe sur cet article, il est facile de me le prouver en produisant le tableau certifié véritable de nos dépenses extraordinaires d'ici à dix ans ; que ces dépenses n'étant composées pres-qu'en entier que d'engagements pris envers les créanciers, ou de fonds à payer pour des travaux publics qu'on ne veut pas abandonner, méritent une considération particulière ; et qu'enfin le total de ces dépenses, dont le premier mn nistre des finances n'a pas eu le temps de nous fournir les détails, s'élève à des sommes très considérables.
... d'Une pareille obscurité dans le bilan de la fortune publique. ...mande ce que penseraient les Anglais [d'une pareille réticence, ou si l'on veut, d'Une pareille obscurité dans le bilan de la fortune publique.
... les plus lâches réticences, tantôt par la plus ypocrite popularité : mais ie déda...
...urper son e^irne ; jpveu* l'attendre et la conquérir, en servant toujours (a nation avec la plus courageuse franchi^, et en ne |a f...
Ear les plus lâches réticences, tantôt par la plus ypocrite popularité : mais ie dédaigne ouvertement d'usurper son e^irne ; jpveu* l'attendre et la conquérir, en servant toujours (a nation avec la plus courageuse franchi^, et en ne |a flattant jamais.

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 327
Ahl s'il avait voulu se servir de toute l'autorité de sa renommée, et de l'ascendant que luidonnait la confiance publique sur les représentants de la nation, il lui aurait été bien facile, dans le mois de juillet dernier, de nous faire reconnaître la dette, de déterminer de sages économies, et d'obtenir tous les impôts directs ou indirects, nécessaires à la régénération des finances. Si son plan général eût été arrêté à cette époque, un mois de travail suivi, au milieu de l'Assemblée nationale, lui aurait assuré une immortelle gloire. La perception des tributs n'avait pas encore été troublée ; la force publique était dans toute sa vigu...
... auprès des députés du peuple français. La plupart des cahiers exigeaient, il est vrai, que la Constitution fût terminée avant que l'a...
...r toutes les résistances, aurait montré la banqueroute, c'est-à-dire la ruine et l'opprobre de la nation, à Ja porte de ce sanctuaire; à un ministre qui, en ré...
...urer le patriotisme sur l'établissement de la Constitution, nous aurait proposé de ne rien voter en matière d'impôts, que jusqu'au jour de notre séparation, et qui nous aurait ainsi réservé le droit de proroger à la fin de nos séances les décrets que nous aurion...
...me. Nous eussions parcouru paisiblement la carrière de nos immenses travaux; les droits de la nation auraient été assurés; et nous ne...
... plus à notre suite cette longue chaîne de désastres qui acccablent aujourd'hui toutes les classes de citoyens. J'éveille, sans doute, des sentiments douloureux dans le cœur de tous les bons Français, en regrettant q...
... sa gloire, combien il lui était facile de rétablir l'ordre dans nos finances, au moment où notre enthousiasme le rappela de la Suisse. Un court intervalle de résolution et d'activité eût consacré à jamais son nom, en assurant à la France plusieurs siècles de concorde et de bonheur.
Ahl s'il avait voulu se servir de toute l'autorité de sa renommée, et de l'ascendant que luidonnait la confiance publique sur les représentants de la nation, il lui aurait été bien facile, dans le mois de juillet dernier, de nous faire reconnaître la dette, de déterminer de sages économies, et d'obtenir tous les impôts directs ou indirects, nécessaires à la régénération des finances. Si son plan général eût été arrêté à cette époque, un mois de travail suivi, au milieu de l'Assemblée nationale, lui aurait assuré une immortelle gloire. La perception des tributs n'avait pas encore été troublée ; la force publique était dans toute sa vigueur. Nul obstacle n'eût arrêté l'exécution d'un projet si vaste, qu'aucune indécision, aucune incertitude dans l'esprit du ministre n'auraient décrédité auprès des députés du peuple français. La plupart des cahiers exigeaient, il est vrai, que la Constitution fût terminée avant que l'article des finances fût définitivement réglé ; mais qu'aurait-on pu répondre à un ministrequi, pour surmonter toutes les résistances, aurait montré la banqueroute, c'est-à-dire la ruine et l'opprobre de la nation, à Ja porte de ce sanctuaire; à un ministre qui, en rétablissant l'ordre, ne nous aurait demandé que les décrets provisoires ; à un ministre qui, pour rassurer le patriotisme sur l'établissement de la Constitution, nous aurait proposé de ne rien voter en matière d'impôts, que jusqu'au jour de notre séparation, et qui nous aurait ainsi réservé le droit de proroger à la fin de nos séances les décrets que nous aurions rendus provisoirement ? Rien n'eût résisté à une marche si loyale et si ferme. Nous eussions parcouru paisiblement la carrière de nos immenses travaux; les droits de la nation auraient été assurés; et nous ne traînerions plus à notre suite cette longue chaîne de désastres qui acccablent aujourd'hui toutes les classes de citoyens. J'éveille, sans doute, des sentiments douloureux dans le cœur de tous les bons Français, en regrettant que M. Necker ait oublié, dans sa gloire, combien il lui était facile de rétablir l'ordre dans nos finances, au moment où notre enthousiasme le rappela de la Suisse. Un court intervalle de résolution et d'activité eût consacré à jamais son nom, en assurant à la France plusieurs siècles de concorde et de bonheur.
... son ouvrage; mais je dis que le compte de M. Du-fresne supposant une erreur de recette de 80 à 90 millions dans l'état actuel des finances, et que ce compte servant de base à tous les calculs de M. Necker, il était absolument nécessai...
... calcul précis. Je ne me livre à aucune de ces réflexions pour le vain plaisir d'embarrasser la modestie de M. Nçcker ; mais je crois devoir rendre à l'Assemblée nationale un compte fidèle de l'état dans lequel a laissé mon esprit, la lecture attentive des discours et des m...
...e à M. Necker ni ces suppressions, ni ces modifications d'impôts qui ne sont pas son ouvrage; mais je dis que le compte de M. Du-fresne supposant une erreur de recette de 80 à 90 millions dans l'état actuel des finances, et que ce compte servant de base à tous les calculs de M. Necker, il était absolument nécessaire qu'il nous présentât un nouveau travail. Les moyens qu'il nous a offerts depi...
...e renferment que des indications vagues, des phrases obscures, et jamais un seul calcul précis. Je ne me livre à aucune de ces réflexions pour le vain plaisir d'embarrasser la modestie de M. Nçcker ; mais je crois devoir rendre à l'Assemblée nationale un compte fidèle de l'état dans lequel a laissé mon esprit, la lecture attentive des discours et des mémoires du premier ministre des finances.
Au lieu de suivre une marche si simple, M. Necker ...
...remier administrateur qui, étant honoré de la confiance d'un grand monarque, n'ait pa...
...donner l'impuLsion, au moins en matière de finance, aux délibérations d'un corps n...
Au lieu de suivre une marche si simple, M. Necker a imaginé d'abandonner cette Assemblée à elle-même ; et il est, sans doute, le premier administrateur qui, étant honoré de la confiance d'un grand monarque, n'ait pas cru devoir donner l'impuLsion, au moins en matière de finance, aux délibérations d'un corps nombreux, dont il ne pouvait pas, sans doute, être l'arbitre, mais
... chaos, dès qu'il cessait d'être son gu de. Que dirait le parlement de la Grande-Bretagne, du cabinet de Saint-James, si les ministres du roi d'...
...aires? Eh! qu'avons nous donc dû penser de la longue inaction de M. Necker, nous qui avons voté sur sa parole, et sans aucune discussion, la contribution patriotique du quart des r...
...s lequel il établissait, relativement à la sanction royale, qu'il suffisait à l'A-...
...ns pas dans ce moment son influence sur la Constitution, et revenons aux finances ...
qu'il précipitait infailliblement dans un chaos, dès qu'il cessait d'être son gu de. Que dirait le parlement de la Grande-Bretagne, du cabinet de Saint-James, si les ministres du roi d'Angleterre se renfermaient dans ce rôle passif, durant le cours des sessions parlementaires? Eh! qu'avons nous donc dû penser de la longue inaction de M. Necker, nous qui avons voté sur sa parole, et sans aucune discussion, la contribution patriotique du quart des revenus; nous qui avons interrompu l'ordre du jour, toutes les f >is qu'il a voul...
...ne seul'- fois les délibérations, lorsqu'il nous envoya cet étonnant mémoire dans lequel il établissait, relativement à la sanction royale, qu'il suffisait à l'A-«semblée d'accorder au monarque des Français un veto purement suspensif? Mais n'examinons pas dans ce moment son influence sur la Constitution, et revenons aux finances dont l'administration lui est confiée.
...saires d s vues bornées, partielles, et de cet esprit d'inaction ou d'incertitude ...
...n des finances. Il n'a pas su s'emparer de la confiance publique, eu la dirigeant par un plan invariablement arrêté. Satisfait de nous montrer de la mesure, dans un temps où il aurait dû développer toute la puissance du génie, il n'a pas connu le...
...guer l'opinion. Dès qu'on a vu le timon de l'Etat vaciller dans ses mains, chacun ...
...elle vous en offre un exemple frappant. La cupidité qui a sans cesse les yeux ouve...
...tale, sur les besoins et sur les fautes de l'administration, enfante chaque jour de nouveaux systèmes pour colorer, sous le...
...blic, les complots qu'elle trame contre la prospérité générale du royaume. On vous...
... et du clergé, au profit des créanciers de l'Etat, qui payeront ces acquisitions a...
...ntrats portant 5 0/0 d'intérêt, ou dont la valeur sera estimée à raison du denier vingt de leur intérêt annuel.
... l'on vous propose aujourd'hui, M ssieurs, est l'une dés suites fatales et nécessaires d s vues bornées, partielles, et de cet esprit d'inaction ou d'incertitude que M. Necker nous a toujours montré dans l'administration des finances. Il n'a pas su s'emparer de la confiance publique, eu la dirigeant par un plan invariablement arrêté. Satisfait de nous montrer de la mesure, dans un temps où il aurait dû développer toute la puissance du génie, il n'a pas connu les hommes ; il a laissé flotter et divaguer l'opinion. Dès qu'on a vu le timon de l'Etat vaciller dans ses mains, chacun a cru pouvoir s'en emparer et s'ériger en administrateur. Votre délibération actuelle vous en offre un exemple frappant. La cupidité qui a sans cesse les yeux ouverts, dans cette capitale, sur les besoins et sur les fautes de l'administration, enfante chaque jour de nouveaux systèmes pour colorer, sous le prétexte du ben public, les complots qu'elle trame contre la prospérité générale du royaume. On vous présente, dans ce moment, un projet pour faire décréter l'aliénation des biens du domaine et du clergé, au profit des créanciers de l'Etat, qui payeront ces acquisitions avec des contrats portant 5 0/0 d'intérêt, ou dont la valeur sera estimée à raison du denier vingt de leur intérêt annuel.
...que l'on ose proposer aux représentants de la nation, comme une opération juste, de recevoir en payement, sur le pied du capital de la rente actuelle, et non pas au taux de la somme constituée dans l'origine, les contrats que la mauvaise foi et l'impé-ritie des minist...
...s arbitrairement. Quelle étrange mesure de loyauté, que de payer rigoureusement toutes les charges...
...ont ouverts dans ces derniers temps, et de vouloir anéantir les capitaux des rentes, que l'immoralité et la mauvaise foi de leurs prédécesseurs ont diminuées par t...
... mal déguisées, sans aucun respect pour la justice! Je ne devine pas les raisons q...
...rs, tandis que nous traitons, avec tant de rigueur, nos plus honnêtes concitoyens,que nous punissions d'une réduction forcée de leurs revenus, réduction qui n'a jamais...
Il est inconcevable d'abord, que l'on ose proposer aux représentants de la nation, comme une opération juste, de recevoir en payement, sur le pied du capital de la rente actuelle, et non pas au taux de la somme constituée dans l'origine, les contrats que la mauvaise foi et l'impé-ritie des ministres ont déjà réduits arbitrairement. Quelle étrange mesure de loyauté, que de payer rigoureusement toutes les charges des em-prùnts usuraires que nos administrateurs ont ouverts dans ces derniers temps, et de vouloir anéantir les capitaux des rentes, que l'immoralité et la mauvaise foi de leurs prédécesseurs ont diminuées par trois banqueroutes mal déguisées, sans aucun respect pour la justice! Je ne devine pas les raisons qui peuvent nous rendre si scrupuleusement favorables à des usuriers étrangers, tandis que nous traitons, avec tant de rigueur, nos plus honnêtes concitoyens,que nous punissions d'une réduction forcée de leurs revenus, réduction qui n'a jamais été autorisée que par le despotisme ministériel.
...l'on vous conseille est le chef-d'œuvre de l'esprit d'agiotage. Elle doit être cél... Mais ne nous arrêtons pas à celte considération. L'opération que l'on vous conseille est le chef-d'œuvre de l'esprit d'agiotage. Elle doit être célé-

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 328
...honteuses manœuvres. Les agioteurs sont ruinés toutes les fois que le papier reste en stagnation, sans augmenter ni diminuer de valeur. Or, les effets qui circulent sur la place, n'ont pas varié depuis près de deux mois, et les agioteurs sont à l'au...
...res qu'ils baisseront; et ces joueurs à la hausse ou à la baisse rentreront en activité dès qu'ils pourront spéculer sur les variations de la place. Cet état actuel de stagnation absolue leur, a paru fort tr...
...e, que M. l'évêque d'Autun vous propose de décréter l'aliénation soudaine de tous les biens du domaine et du clergé....
...vendre ou d'en acheter, et qui ne cessent d'influer sur leur prix, par les plus honteuses manœuvres. Les agioteurs sont ruinés toutes les fois que le papier reste en stagnation, sans augmenter ni diminuer de valeur. Or, les effets qui circulent sur la place, n'ont pas varié depuis près de deux mois, et les agioteurs sont à l'aumône. Ils ont pris des engagements pour en fournir ou pour en recevoir, et ils s...
... que les effets haussent ou baissent. Les uns parient qu'ils hausseront, les autres qu'ils baisseront; et ces joueurs à la hausse ou à la baisse rentreront en activité dès qu'ils pourront spéculer sur les variations de la place. Cet état actuel de stagnation absolue leur, a paru fort triste. C'est donc pour vivifier l'agiotage, en fertilisant tout à coup ce champ devenu si aride, que M. l'évêque d'Autun vous propose de décréter l'aliénation soudaine de tous les biens du domaine et du clergé. Or, je prétends que c'est le calcul le plus antipatriotique qui a dirigé ce com...
...ulte. Je demande donc quel sera le gage de subsistance qui restera aux ministres de la religion, que vous venez de dépouiller avec une si scandaleuse inhu...
...ous vendez dans ce moment le patrimoine de l'Église? Vos pasteurs seront aussitôt confondus avec tous les autres créanciers de l'Etat. Il ne leur restera plus qu'une ...
... à toutes les chances du Trésor public. La religion ne sera plus qu'uu impôt, et le plus onéreux de tous les impôts. La faculté que vous nous donnerez d'acquérir nous-mêmes une portion de nos biens sera manifestement illusoire. Vous avez réduit nos salaires avec tant de barbarie, qu'il ne nous est plus possible de nous priver du nécessaire en achetant des propriétés. Or, le culte est la base de tout gouvernement; et vous ne devez pas...
...éclamons notre hypothèque, l'hypothèque de nos créanciers ; et nous demandons que la nation française ne confonde point ses ...
...dépouille, avec les agioteurs qui l'ont ruinée. Que dis-je? Non, nous ne serions pas même traités aussi favorablement que la plupart des agioteurs. Ceux-ci se hâteraient de réaliser leurs papiers en achetant des biens-fonds. Nous n'aurions pas la même ressource; et nous nous verrions r...
...pas, sans doute, que ces biens ne soient spécialement hypothéqués aux frais du culte. Je demande donc quel sera le gage de subsistance qui restera aux ministres de la religion, que vous venez de dépouiller avec une si scandaleuse inhumanité, si vous vendez dans ce moment le patrimoine de l'Église? Vos pasteurs seront aussitôt confondus avec tous les autres créanciers de l'Etat. Il ne leur restera plus qu'une subsistance précaire, soumise à toutes les chances du Trésor public. La religion ne sera plus qu'uu impôt, et le plus onéreux de tous les impôts. La faculté que vous nous donnerez d'acquérir nous-mêmes une portion de nos biens sera manifestement illusoire. Vous avez réduit nos salaires avec tant de barbarie, qu'il ne nous est plus possible de nous priver du nécessaire en achetant des propriétés. Or, le culte est la base de tout gouvernement; et vous ne devez pas le compromettre, en aliénant les biens qui forment sa dotation. Nous réclamons notre hypothèque, l'hypothèque de nos créanciers ; et nous demandons que la nation française ne confonde point ses pasteurs qu'elle dépouille, avec les agioteurs qui l'ont ruinée. Que dis-je? Non, nous ne serions pas même traités aussi favorablement que la plupart des agioteurs. Ceux-ci se hâteraient de réaliser leurs papiers en achetant des biens-fonds. Nous n'aurions pas la même ressource; et nous nous verrions relégués parmi ceux des agioteurs qui se seraient présentés trop tard aux enchère...
brée à jamais dans la rue Yivienne, et unanimement abhorrée d...
...nséquences et peut-être aussi le secret de son plan.
brée à jamais dans la rue Yivienne, et unanimement abhorrée dans tout le reste du royaume. Je n'ai pas l'honneur d'être le confidenlde M. l'é...
...en a donné le conseil dans une motion imprimée, mais je vais Vous révéler les conséquences et peut-être aussi le secret de son plan.
... tous les contrats sur l'Etat, à raison de 5 0/0 d'intérêt qu'ils produisent, il e...
...cs, élevés par votre opération au titre de la monnaie, monteront sur-le-champ au pair...
...fet qui perdrait aujourd'hui 25 0/0 sur la f)lace, ne perdrait plus rien demain; de sorte que e porteur de ces effetsserait aussitôt gratifié par vous d'une augmentation du quart de sa fortune ; et tous les agioteurs, qui ont joué à la hausse, seraient évidemment enrichis. G...
...irculation qui ne perde au moins 10 0/0 de sa valeur, tous les capitalistes de la Bourse gagneraient un dixième sur leurs...
...mettez en vente des biens-fonds pour 2 milliards, et si vous recevez en payement tous les contrats sur l'Etat, à raison de 5 0/0 d'intérêt qu'ils produisent, il est évident qu'au moment où votre décret sera prononcé, tous les effets publics, élevés par votre opération au titre de la monnaie, monteront sur-le-champ au pair. Ainsi, un effet qui perdrait aujourd'hui 25 0/0 sur la f)lace, ne perdrait plus rien demain; de sorte que e porteur de ces effetsserait aussitôt gratifié par vous d'une augmentation du quart de sa fortune ; et tous les agioteurs, qui ont joué à la hausse, seraient évidemment enrichis. Gomme il n'existe dans ce moment aucun effet en circulation qui ne perde au moins 10 0/0 de sa valeur, tous les capitalistes de la Bourse gagneraient un dixième sur leurs capitaux.
... papier-monnaie qui participera au gain de cette révolution imprévue. Pourquoi nos assignats, qui perdent déjà plus de 3 0/0 outre l'intérêt, quand on veut le...
...t, sont-ils néanmoins le plus accrédité de tous les effets publics? La raison en est bien simple : vous leur avez assigné une hypothèque spéciale qui soutient la confiance publique. Au moment où cette ...
...liénée, les assignats rentreraient dans la classe de tous les papiers qui sont en circulatio...
...airement que les effets s'élèveraient à la valeur des assignats, ou que les assign...
...e l'opinion ne pourrait plus apercevoir la plus légère différence entre aucun de ces papiers qui auraient tous la même valeur, jusqu'à ce que toutes les ventes fussent consommées, en concentrant dans la capitale toutes les grandes propriétés ...
Ce ne sera point votre papier-monnaie qui participera au gain de cette révolution imprévue. Pourquoi nos assignats, qui perdent déjà plus de 3 0/0 outre l'intérêt, quand on veut les réaliser en argent, sont-ils néanmoins le plus accrédité de tous les effets publics? La raison en est bien simple : vous leur avez assigné une hypothèque spéciale qui soutient la confiance publique. Au moment où cette hypothèque serait aliénée, les assignats rentreraient dans la classe de tous les papiers qui sont en circulation; et il arriverait nécessairement que les effets s'élèveraient à la valeur des assignats, ou que les assignats descendraient au niveau des effets publics. Il est évident, en effet, que l'opinion ne pourrait plus apercevoir la plus légère différence entre aucun de ces papiers qui auraient tous la même valeur, jusqu'à ce que toutes les ventes fussent consommées, en concentrant dans la capitale toutes les grandes propriétés territoriales du royaume.
...nt pas pour éteindre cette masse énorme de papiers dont la place est ou serait Je sais bien que tous les domaines nationaux ne suffiraient pas pour éteindre cette masse énorme de papiers dont la place est ou serait
...on doit être pour vous un nouveau motif de ne point adopter l'opération qui vous e...
...rgé n'est pas faite encore. L'abolition de la dîme et des droits féodaux diminue les revenus ecclésiastiques de plus de la moitié de leur produit. On peut donc prévoir, avec certitude, de terribles mécomptes dans leur évaluatio...
...x à 2 milliards : et je n'ai nul besoin de contester cette appréciation que je cro...
bientôt couverte ; mais cétte considération doit être pour vous un nouveau motif de ne point adopter l'opération qui vous est proposée. L'appréciation dos biens du domaine et du clergé n'est pas faite encore. L'abolition de la dîme et des droits féodaux diminue les revenus ecclésiastiques de plus de la moitié de leur produit. On peut donc prévoir, avec certitude, de terribles mécomptes dans leur évaluation. Malgré cette réduction, on estime encore les biens nationaux à 2 milliards : et je n'ai nul besoin de contester cette appréciation que je crois excessivement exagérée. Supposons donc que l'aliénation projetée monte à 2 mi...
Quand nous insistons ainsi sur la conservation de notre hypothèque, on nous répond que nous voulons empêcher la vente de nos biens, parce que nous conservons l'espérance secrète de les recouvrer. C'est ajouter l'insulte et la dérision à l'injustice et à la violence. Faut-il nous exposer et je po...
...iers qui auront envahi nos possessions, de peur que la nation ne nous les restitue? Si les rep...
... nous réintégrer dans l'ancien héritage de l'Eglise, seraient-ils embarrassés pour écarter tous ces acquéreurs de mauvaise foi qui nous auraient supplantés; des acquéreurs dont, la plupart n'auraient sacrifié à l'Etat que les profits criminels de leur agiotage; des acquéreurs, ou plutô...
...nt vous intimide-t-on? En vous menaçant de votre seule volonté, à laquelle rien ne...
...is dans le royaume. C'est ici le combat de la force contre la faiblesse; et le fort ne pourrait affec...
...e, que pour s'autoriser, sans pudeur, à de nouveaux excès d'injustice.
Quand nous insistons ainsi sur la conservation de notre hypothèque, on nous répond que nous voulons empêcher la vente de nos biens, parce que nous conservons l'espérance secrète de les recouvrer. C'est ajouter l'insulte et la dérision à l'injustice et à la violence. Faut-il nous exposer et je pourrais dire nous condamner à venir demander honteusement l'aumône aux usuriers qui auront envahi nos possessions, de peur que la nation ne nous les restitue? Si les représentants du peuple français voulaient un jour nous réintégrer dans l'ancien héritage de l'Eglise, seraient-ils embarrassés pour écarter tous ces acquéreurs de mauvaise foi qui nous auraient supplantés; des acquéreurs dont, la plupart n'auraient sacrifié à l'Etat que les profits criminels de leur agiotage; des acquéreurs, ou plutôt des usurpateurs qui auraient ënglouti des biens hypothéqués aux créanciers du ...
...te? Ou cherche à vous intimider, Messieurs, pour vous rendre injustes. Ehl comment vous intimide-t-on? En vous menaçant de votre seule volonté, à laquelle rien ne résistera jamais dans le royaume. C'est ici le combat de la force contre la faiblesse; et le fort ne pourrait affecter une crainle hypocrite en présence du faible, que pour s'autoriser, sans pudeur, à de nouveaux excès d'injustice.

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 329
...ns du clergé affectés par leur nature à la dépense éternelle du culte public, et d...
...t pas été évalués jusqu'à présent, mais la dette publique elle-même est encore un mystère pour les représentants de la nation. Vous savez que j'ai souvent insisté dans cette tribunp pour vous presser de liquider la dette de l'Etat. Cette Opération, qui devait être la base de tous vos travaux en matière de finance, est à peine ébauchée. Votre co...
.... M. l'évêque d'Autun, fortement occupé de l'exécution de son projet, vient de publier, dit-on, des observations dans lesquelles il affirme que la dette de l'Etat ne s'élève qu'à la somme de 4,373,214,616 livres.
Non seulement les biens du clergé affectés par leur nature à la dépense éternelle du culte public, et déjà insuffisants à cette destination sacrée, non seulement ces biens n'ont pas été évalués jusqu'à présent, mais la dette publique elle-même est encore un mystère pour les représentants de la nation. Vous savez que j'ai souvent insisté dans cette tribunp pour vous presser de liquider la dette de l'Etat. Cette Opération, qui devait être la base de tous vos travaux en matière de finance, est à peine ébauchée. Votre comité des finances a livré a l'impression les états qui lui ont été remis par le Trésor royal. M. l'évêque d'Autun, fortement occupé de l'exécution de son projet, vient de publier, dit-on, des observations dans lesquelles il affirme que la dette de l'Etat ne s'élève qu'à la somme de 4,373,214,616 livres.
...ête ici M. l'évêque d'Autun ou l'auteur de l'écrit qu'on lui attribue, et, je dis : si les biens nationaux ne valent, de votre propre aveu, que 2 milliards; et si vous reconnaissez vous-même que la dette de l'Etat s'élève à 4 milliards et demi, il résultera évidemment de l'aliénation de ces biens qu'une dette de 2 milliards et demi restera sans hypoth...
... libération du Trésor pûbhc en aliénant la totalité de ces biens, et en remboursant des capita...
... engloutir une partie très considérable de l'impôt; que plusieurs impôts actuellement abolis, tels que la gabelle, par exemple, étaient hypothéqués aux créanciers de l'Etat; que vous ne vouiez voter l'impô...
...raison pour favoriser l'un au préjudice de l'autre, et que, ne pouvant pas tous participer à vos ventes, ils ont tous le droit de s'opposer aux aliénations.
Mais d'abord j'arrête ici M. l'évêque d'Autun ou l'auteur de l'écrit qu'on lui attribue, et, je dis : si les biens nationaux ne valent, de votre propre aveu, que 2 milliards; et si vous reconnaissez vous-même que la dette de l'Etat s'élève à 4 milliards et demi, il résultera évidemment de l'aliénation de ces biens qu'une dette de 2 milliards et demi restera sans hypothèque. Vous n'opérez donc pas l'entière libération du Trésor pûbhc en aliénant la totalité de ces biens, et en remboursant des capitaux dont un tiers ne coûte presqu'aucun intérêt à l'Etat. Direz-vous que l'impôt ...
...t pas être admis à vos acquisitions? Mais considérez que les frais du culte vont engloutir une partie très considérable de l'impôt; que plusieurs impôts actuellement abolis, tels que la gabelle, par exemple, étaient hypothéqués aux créanciers de l'Etat; que vous ne vouiez voter l'impôt que pour deux ans, et que l'impôt devrait être perpétuel pour servir d'hypothè...
...connus ont un droit égal à l'hypothèque des biens nationaux; qu'il n'y a aucune raison pour favoriser l'un au préjudice de l'autre, et que, ne pouvant pas tous participer à vos ventes, ils ont tous le droit de s'opposer aux aliénations.
Mais je n'ai pas besoin de m'arrêter à ces considérations pour appuyer l'argument que je tire de la dette publique. Cette dette n'est pas e...
...ée. Personne au monde n'a donc le droit de la fixer. Vous prétendez qu'èlle ne s'élève pas au-dessus de 4 milliards et demi. Quant à moi, qui m...
...t que vous, et peut-être plus que vous, de cette liquidation importante, je connai...
...ps le tableau que vous me présentez sur la foi apparente du comité des finances do...
...nir à évaluer avec une exacte précision la dette publique; mais je vais prouver que, sans avoir atteint la borne de vos créances, mes découvertes m'ont appris que la dette publique s'élevait au-dessus de 7 milliards. Eh ! qu'on ne m'accuse point du projet criminel de provoquer la banqueroute, en révélant à la nation cette effrayante vérité.
Mais je n'ai pas besoin de m'arrêter à ces considérations pour appuyer l'argument que je tire de la dette publique. Cette dette n'est pas encore liquidée. Personne au monde n'a donc le droit de la fixer. Vous prétendez qu'èlle ne s'élève pas au-dessus de 4 milliards et demi. Quant à moi, qui me suis occupé autant que vous, et peut-être plus que vous, de cette liquidation importante, je connais depuis longtemps le tableau que vous me présentez sur la foi apparente du comité des finances dont je suis membre. Malgré mes recherches, je n'ai pas encore pu parvenir à évaluer avec une exacte précision la dette publique; mais je vais prouver que, sans avoir atteint la borne de vos créances, mes découvertes m'ont appris que la dette publique s'élevait au-dessus de 7 milliards. Eh ! qu'on ne m'accuse point du projet criminel de provoquer la banqueroute, en révélant à la nation cette effrayante vérité.
Non, je ne désespère point du salut de l'Etat, qu'une ignorance coupable pouva...
...e point à répandre l'alarme, en portant la lumière jusqu'au fond de cet abîme, qu'il faut sonder dans toute...
Non, je ne désespère point du salut de l'Etat, qu'une ignorance coupable pouvait seule compromettre. Je ne cherche point à répandre l'alarme, en portant la lumière jusqu'au fond de cet abîme, qu'il faut sonder dans toute sa profondeur, puisqu'il faut le combler. Je déclare hautement que ia nation a ...
Voici donc, Messieurs, le tableau de la partie de la dette nationale que je connais, et dont je garantis la certitude en vous la dénonçant. Je ne parle point des intérêts que la nation paye; je parle uniquement du cap...
... les articles dans deux longues séances de votre comité des finances; je m'engage,dis-je, à en démontrer la vérité contre tous ceux qui voudront me contredire, à la seule condition qu'ils mettront leur no...
Voici donc, Messieurs, le tableau de la partie de la dette nationale que je connais, et dont je garantis la certitude en vous la dénonçant. Je ne parle point des intérêts que la nation paye; je parle uniquement du capital qu'elle doit. Je ne répondrai à aucun anonyme; mais je m'engage solennellement à justifier l'exactitude du compté suivant, dont j'ai déjà discuté tous les articles dans deux longues séances de votre comité des finances; je m'engage,dis-je, à en démontrer la vérité contre tous ceux qui voudront me contredire, à la seule condition qu'ils mettront leur nom aux écrits qu'ils voudront publier contre moi.
ÉTAT DE LA DETTE PUBLIQUE. ÉTAT DE LA DETTE PUBLIQUE.
Les remboursements en annuités dues à la caisse d'escompte et aux notaires de Paris, 77 millions, ci...77,000,000 Les remboursements en annuités dues à la caisse d'escompte et aux notaires de Paris, 77 millions, ci...77,000,000
...es effets au porteur, qui circulent sur la place, en y comprenant les fonds -de l'a ncie n ne com pagn ie d es Indes, 4... Tous les effets au porteur, qui circulent sur la place, en y comprenant les fonds -de l'a ncie n ne com pagn ie d es Indes, 497 millions, ci...
...urage d'entendre ce que j'ai le courage de dire. On veut nous éblouir par des prom...
...latteries qu'on appelle ici des preuves de patriotisme; mais il faut des calculs; ...
sans lequel l'impôt ne peut jamais être perçu. Ayez donc, Messieurs, le courage d'entendre ce que j'ai le courage de dire. On veut nous éblouir par des promesses, par des approximations, par des flatteries qu'on appelle ici des preuves de patriotisme; mais il faut des calculs; on ne nous en présente aucUn, et ceux que je viens vous offrir sont incontestabl...
...ines s'élèvent à 103 millions, à raison de 7, 8, 9, 10 0/0 d'intérêt. Je suppose q...
...es forment,, par conséquent, un capital de 1 milliard 236 millions, ci.1,236,000,0...
Les rentes viagères et les tontines s'élèvent à 103 millions, à raison de 7, 8, 9, 10 0/0 d'intérêt. Je suppose qu'elles sont toutes à 8 0/0, et qu'elles forment,, par conséquent, un capital de 1 milliard 236 millions, ci.1,236,000,000
La dette du clergé général, 150 millions, ... La dette du clergé général, 150 millions, ci......150,000,000
Emprunt national du mois de septembre dernier, moitié en argent, mo... Emprunt national du mois de septembre dernier, moitié en argent, moitié en papier, et dont un quart n'est pas rempli, 30 millions, ci.30,000,000
...u Trésor royal, par M. Necker ou par M. de Mory, 4 millions, ci.4,000,000 Les prêts faits au Trésor royal, par M. Necker ou par M. de Mory, 4 millions, ci.4,000,000
Le gouvernement de l'intérieur du royaume, 4 millions, ci.... Le gouvernement de l'intérieur du royaume, 4 millions, ci..................4,000,000

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 330
Les dîmes inféodées dont la nation a promis le remboursement au denier 25, et dont le produit est de 10 à 11 millions de revenus, selon le rapport imprimé du co... Les dîmes inféodées dont la nation a promis le remboursement au denier 25, et dont le produit est de 10 à 11 millions de revenus, selon le rapport imprimé du comité ecclésiastique, 250 millions, ci...........250,000,000
Les charges de la maison du roi, de la reine et des princes, 52 millions, ci..... Les charges de la maison du roi, de la reine et des princes, 52 millions, ci...52,000,000
...dettes particulières à l'administration de chaque pays d'Etat, qui sont devenues la dette de la nation, depuis que ces administrations ... Les dettes particulières à l'administration de chaque pays d'Etat, qui sont devenues la dette de la nation, depuis que ces administrations sont anéanties, et que l'ancienne division des provinces est changée , au moins ...
Les jurandes de tout le royaume, qui ne sont pas encore supprimées, mais dont la suppression est une conséquence nécessaire de Ja nouvelle Constitution, et qui, dans tous les cas, n'en forment pas moins une partie de la dette publique, puisque l'Etat a vendu ... Les jurandes de tout le royaume, qui ne sont pas encore supprimées, mais dont la suppression est une conséquence nécessaire de Ja nouvelle Constitution, et qui, dans tous les cas, n'en forment pas moins une partie de la dette publique, puisque l'Etat a vendu ces privilèges, dont il a garanti Ja jouissance, 130 millions, ci..................
Je m'arrête. J'avais affirmé que la dette publique montait à 7 milliards : je le démontre. Je n'ai parlé ni de la non-valeur de la perception des impôts, ni de leur suppression, ni des nouvelles dépenses dont l'Etat est chargé en veFtu de nos décrets, pour les frais du culte, l... Je m'arrête. J'avais affirmé que la dette publique montait à 7 milliards : je le démontre. Je n'ai parlé ni de la non-valeur de la perception des impôts, ni de leur suppression, ni des nouvelles dépenses dont l'Etat est chargé en veFtu de nos décrets, pour les frais du culte, le traitement des bénéficiers, des pensions des rëligieux et des re-
ligieuses, l'administration de la justice, les assemblées nationales perm...
...elles, dont l'Assemblée nationale vient de charger, pour la première fois, le Trésor publie, il faut ajouter la masse de la dette, que nos décrets ont prodigieusement augmentée, comme on vient de le voir dans le tableau précédent, et s...
...ns nécessité d'une portion considérable de nos dettes, dont la nation ne payait point ou presque point...
... qui révèle avec franchise les créances de l'Etat que doivent s'en prendre les cit...
...que le patriotisme peut demander compte de ce formidable résultat de leurs décrets. En disant ainsi la vérité, je crois, Messieurs, faire un g...
...avoir aucune sûreté pour les créanciers de l'Etat.
ligieuses, l'administration de la justice, les assemblées nationales permanentes, les assemblées administratives des départements, des districts, des directoires, des municipalités. A toutes ces dépenses annuelles, dont l'Assemblée nationale vient de charger, pour la première fois, le Trésor publie, il faut ajouter la masse de la dette, que nos décrets ont prodigieusement augmentée, comme on vient de le voir dans le tableau précédent, et surtout le remboursement que nous avons nécessité d'une portion considérable de nos dettes, dont la nation ne payait point ou presque point d'intérêt. Ce n'est pas à celui qui révèle avec franchise les créances de l'Etat que doivent s'en prendre les citoyens justement contristés d'une si affligeante énumération ; c'est uniquement à ceux qui ont tant aggravé notre fardeau que le patriotisme peut demander compte de ce formidable résultat de leurs décrets. En disant ainsi la vérité, je crois, Messieurs, faire un grand pas vers l'ordre, sans lequel il ne saurait y avoir aucune sûreté pour les créanciers de l'Etat.
...° que l'exacte appréciation des charges de judicature était inférieure à mon estimation ; 2* qu'il ne fallait pas évaluer la dette constituée par l'énonciation des ...
...étant anéanti, il fallait le retrancher de la dette publique.
On m'a objecté : 1° que l'exacte appréciation des charges de judicature était inférieure à mon estimation ; 2* qu'il ne fallait pas évaluer la dette constituée par l'énonciation des capitaux, mais uniquement par le montant des intérêts; 3° que le capital des rentes viagères étant anéanti, il fallait le retrancher de la dette publique.
...ais vous communiquer mes réponses, dont la grande majorité de mes collègues m'a paru satisfaite, et vous jugerez entre nos différents systèmes de quel côté se trouve l'illusion ou lp vé... ...jections sérieuses qui m'aient été opposées dans votre comité des finances. Je vais vous communiquer mes réponses, dont la grande majorité de mes collègues m'a paru satisfaite, et vous jugerez entre nos différents systèmes de quel côté se trouve l'illusion ou lp vérité.
D'abord, ce n'est point sur la première quittance de finance qui n'existe plus : ce n'est point en raison du centième dernier, auquel la plupart des charges n'étaient point soumises, et qu'aucun office ne payait à la rigueur, qu'il faut évaluer les charges de magistrature. La liquidation doit en être faite dans tous les tribunaux, conformément aux dispositions de l'édit de 1771. Ce travail est encore très incomplet; et le comité de judicature le terminerait promptement, ...
...e suppression presque générale en vertu de la nouvelle organisation des tribunaux. J'...
...s les districts, des tribunaux composés de cinq juges, et qu'ils ont anéanti tous ...
...mi les jurisconsultes, et pour prévenir la corruption des juges, il fallait avoir peu de tribunaux, et beaucoup de juges dans chaque tribunal. Nous avoh$ ...
D'abord, ce n'est point sur la première quittance de finance qui n'existe plus : ce n'est point en raison du centième dernier, auquel la plupart des charges n'étaient point soumises, et qu'aucun office ne payait à la rigueur, qu'il faut évaluer les charges de magistrature. La liquidation doit en être faite dans tous les tribunaux, conformément aux dispositions de l'édit de 1771. Ce travail est encore très incomplet; et le comité de judicature le terminerait promptement, s'il voulait s'en occuper. Les offices ministériels doivent subjr une suppression presque générale en vertu de la nouvelle organisation des tribunaux. J'observerai à ce sujet que nos décrets ont établi, dans tous les districts, des tribunaux composés de cinq juges, et qu'ils ont anéanti tous les tribunaux supérieurs. On avait cru, jusqu'à présent, que pour exciter l'émulation parmi les jurisconsultes, et pour prévenir la corruption des juges, il fallait avoir peu de tribunaux, et beaucoup de juges dans chaque tribunal. Nous avoh$ décrété tout le contraire: et le temps nous jugera. Mais* sans me livrer a cette...
Toutes les charges de magistrature et de finances, aveo les offices ministériels... Toutes les charges de magistrature et de finances, aveo les offices ministériels des procureurs, des huissiers et des notaires, les greffes, les grandes et les ...
Les emplois militaires, les charges de l'état-major et des commissaires des gu... Les emplois militaires, les charges de l'état-major et des commissaires des guerres, 40 millions, ci...40,000,000
Les avances des fermiers de Sceaux et de Poissy, 1,200,000livres, ci........1,20... Les avances des fermiers de Sceaux et de Poissy, 1,200,000livres, ci........1,200,000
... pour mémoire, les dettes particulières de tous les tribunaux du royaume, le rembo...
...s, et l'examen des dettes particulières de l'hôtel de ville de Paris, sur lesquelles il est faoile de prévoir les plus sérieuses contestation...
...s, en y comprenant le semestre, échu le 1er juillet dernier. Je porte, également pour mémoire, les dettes particulières de tous les tribunaux du royaume, le remboursement du papier des îles, les anticipations dont le renouvellement nous a été dénoncé, toutes les créances sur l'Etat qui me sont inconnues, et l'examen des dettes particulières de l'hôtel de ville de Paris, sur lesquelles il est faoile de prévoir les plus sérieuses contestations.

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 331
...ique des emprunts viagers sera l'époque la plus remarquable du ministère de M- Necker. C'est lui seul, il faut l'av...
...erre sans augmenter les impôts, a opéré la ruine du royaume, par des emprunts exorbitant...
...lic, ou que le Crédit public anéantisse la nation. Le grand art de M. Necker consista toujours à substituer de nom* le crédit des banquiers au crédit ...
...aires qu'ils offraient aux prêteurs, si la caisse d'escompte n'avait facilité les ...
Cette théorie-pratique des emprunts viagers sera l'époque la plus remarquable du ministère de M- Necker. C'est lui seul, il faut l'avouer, qui, èn donnant à nos finances une prospérité apparente, en assurant contre toute vérité qu'il soutenait une guerre sans augmenter les impôts, a opéré la ruine du royaume, par des emprunts exorbitants. L'appât qu'il présentait aux prêteurs a singulièrement renforcé son crédit pe...
... devenu si funeste. Il faut, dit M. Hume, qu'une nation anéantisse le crédit public, ou que le Crédit public anéantisse la nation. Le grand art de M. Necker consista toujours à substituer de nom* le crédit des banquiers au crédit des financiers. Ses énormes emprunts eussent été impossibles, malgré les avantages usu-raires qu'ils offraient aux prêteurs, si la caisse d'escompte n'avait facilité les opérations inouïes qui se succédaient avec une si étonnante rapi-
...0 millions, en y comprenant les charges de finance. L'avis de plusieurs personnes instruites dans cet...
...acquisition, le remboursement des frais de réception et des droits du marc d'or; l'appréciation que j'ai faite des charges de la chancellerie et du conseil des parties;...
...me conduisent au résultat d'une créance de plus de 600 millions. La conservation des offices des notaires e...
cière des offices, et je l'évalue à 600 millions, en y comprenant les charges de finance. L'avis de plusieurs personnes instruites dans cette matière; les omissions remarquables que je trouve dans les liquidations déjà ...
...es par plusieurs bailliages, où l'on demande avec justice, outre le prix réel d'acquisition, le remboursement des frais de réception et des droits du marc d'or; l'appréciation que j'ai faite des charges de la chancellerie et du conseil des parties; enfin, tous les renseignements que j'ai pris à ce sujet me conduisent au résultat d'une créance de plus de 600 millions. La conservation des offices des notaires en suspendrait le remboursement, mais elle n'en éteindrait pas le capital.
Je passe maintenant à la liquidation delà dette constituée et je...
... les sommes stipulées dans les contrats de constitution. Je sais bien qu'en appréciant la dette constituée à raison de 5 0/0 des intérêts annuels que paye l'E...
... à 7 0/0, doivent-ils perdre, au moment de leur remboursement, un cinquième de leur créance ? Les rentes constituées o...
...emboufser annuellement les capitaux par la voie des loteries. G'est à cette condition que les plus honnêtes créanciers de l'Etat ont subi une énorme diminution dans leur fortune. La condition n'a point été remplie, Peut-on se faire aujourd'hui un titre contré eux de l'injustice et de la mauvaise foi des ministres ? Quel est celui de ces créanciers ainsi réduits qui, ne po...
... puisqu'elle aurait tous les caractères de la plus infâme banqueroute, ne préfère ses...
...'en représenterait lè fonds qu'à raison de 5 0/0 de l'intérêt annuel dont il jouit ? Le fis...
...n évaluant ainsi les créances e l'Etat. La fiction appartient ici tout entière au système que l'on m'oppose, en composant la masse idéale de la dette d'après l'intérêt de 5 0/0 qu'elle coûte au royaume. D'ailleurs, tous les efforts de l'Assemblée nationale tendent à la diminution progressive de l'intérêt de l'argent ; et cette désirable révolutio...
...nt du crédit public. Qr, plus l'intérêt de l'argent baissera, plus vous vous rapprocherez de la valeur primitive des capitaux que vous devez : ils auront alors, par la seule diminution de l'intérêt, toute la valeur foncière qu'ils
Je passe maintenant à la liquidation delà dette constituée et je dis qu'il ne faut point l'évaluer par le montant des intérêts, mais par les sommes stipulées dans les contrats de constitution. Je sais bien qu'en appréciant la dette constituée à raison de 5 0/0 des intérêts annuels que paye l'Etat, on obtient une réduction fictive très considérable; mais cette évaluation m...
...éjà observé, tandis qu'ils auraient pu placer leurs fonds sur le roi à 6 et même à 7 0/0, doivent-ils perdre, au moment de leur remboursement, un cinquième de leur créance ? Les rentes constituées ont été déjà réduites par le gouvernement, avec le despotisme le plus arbitraire ...
...tablir, comme dédommagement des réductions ,' des caisses d'amortissement pour remboufser annuellement les capitaux par la voie des loteries. G'est à cette condition que les plus honnêtes créanciers de l'Etat ont subi une énorme diminution dans leur fortune. La condition n'a point été remplie, Peut-on se faire aujourd'hui un titre contré eux de l'injustice et de la mauvaise foi des ministres ? Quel est celui de ces créanciers ainsi réduits qui, ne pouvant plus redouter aucune nouvelle réduction, puisqu'elle aurait tous les caractères de la plus infâme banqueroute, ne préfère ses rentes actuelles ainsi diminuées, à un capital qui n'en représenterait lè fonds qu'à raison de 5 0/0 de l'intérêt annuel dont il jouit ? Le fisc le plus avide ne peut plus l'atteindre; et intérêt pour intérêt il préférera t...
... sommes énoncées dans les contrats. Ce n'est donc pas moi ui fait une fiction, en évaluant ainsi les créances e l'Etat. La fiction appartient ici tout entière au système que l'on m'oppose, en composant la masse idéale de la dette d'après l'intérêt de 5 0/0 qu'elle coûte au royaume. D'ailleurs, tous les efforts de l'Assemblée nationale tendent à la diminution progressive de l'intérêt de l'argent ; et cette désirable révolution serait l'effet nécessaire dq rétablissement du crédit public. Qr, plus l'intérêt de l'argent baissera, plus vous vous rapprocherez de la valeur primitive des capitaux que vous devez : ils auront alors, par la seule diminution de l'intérêt, toute la valeur foncière qu'ils
... aujourd'hui leur remboursement'd'après la réduction des intérêts ; et qu'outre la priorité de leur hypothèque, la lésion même qu'ils ont soufferte ne permet plus de faire aucune spéculation qui réduise encore une fois leur créance de moitié. G'est la cause commune de tous les rentiers de l'hôtel de ville de Paris, du clergé et des pays d'Etat, qu...
...ès nous avoir fait longtemps uu mystère de la dette de l'Etat, on a recours aux plus misérable...
...ons les plus immorales pour en diminuer la masse.
cepter aujourd'hui leur remboursement'd'après la réduction des intérêts ; et qu'outre la priorité de leur hypothèque, la lésion même qu'ils ont soufferte ne permet plus de faire aucune spéculation qui réduise encore une fois leur créance de moitié. G'est la cause commune de tous les rentiers de l'hôtel de ville de Paris, du clergé et des pays d'Etat, que je défends, en développant ces principes; et j'observe qu'après nous avoir fait longtemps uu mystère de la dette de l'Etat, on a recours aux plus misérables sophismes et aux fictions les plus immorales pour en diminuer la masse.
... et que l'Etat ne pouvant pas être tenu de le rembourser, je ne dois le compter pour rien dans la liquidation de la dette publique. On m'oppose enfin que le capital des rentes viagères est anéanti, et que l'Etat ne pouvant pas être tenu de le rembourser, je ne dois le compter pour rien dans la liquidation de la dette publique.
... sérieuse, sans doute, à ceux mêmes qui la proposent. Je sais bien que le capital ...
... à perpétuité, l'Etat ne peut être tenu de le restituer aux prêteurs ; mais il n'en est pas moins vrai que la nation est intéressée, et qu'elle est a...
...dont l'intérêt annuel s'élève au-dessus de 100 millions, forme non seulement une véritable dette à la charge de l'Etat, mais qu'elle est encore la plus grande plaie. Cette discussion exi...
Cette objection ne paraît pas sérieuse, sans doute, à ceux mêmes qui la proposent. Je sais bien que le capital des rentes viagères étant aliéné à perpétuité, l'Etat ne peut être tenu de le restituer aux prêteurs ; mais il n'en est pas moins vrai que la nation est intéressée, et qu'elle est autorisée à faire Ce remboursement, et qu'une créanee dont l'intérêt annuel s'élève au-dessus de 100 millions, forme non seulement une véritable dette à la charge de l'Etat, mais qu'elle est encore la plus grande plaie. Cette discussion exige quelques développements.
...ns qui ont placé sur leur tête le fruit de leurs travaux ou de leurs économies, et les étrangers qui, par de savantes spéculations, ont placé leurs fonds ou les produits de leur agiotage sur vingt, trente, quaran...
...e sur cent vingt têtes choisies à l'âge de nuit ou dix ans, à Genève et en Suisse....
...é avec l'Etat, qu'ils vivraient au bout de l'année : ils ont gagné dès qu'ils rapportent leur certificat de vie ; ils doivent être payés. Les secon...
...s infaillibles ; il ont spéculé que par la répartition de leurs rentes viagères sur un grand nombre de têtes choisies, la longue vie du plus grand nombre des suj...
... morts imprévues, et qu'ils recevraient la totalité de leurs rentes pendant qua-rante-trois ans. Les calculs des probabilités de la vie humaine, font eu ce genre de véritables démonstrations. Le capitaliste genevois est assuré de jouir de son revenu viager, pendant quarante tro...
Distinguons d'abord entre les rentiers viagers, les honnêtes citoyens qui ont placé sur leur tête le fruit de leurs travaux ou de leurs économies, et les étrangers qui, par de savantes spéculations, ont placé leurs fonds ou les produits de leur agiotage sur vingt, trente, quarante et jusque sur cent vingt têtes choisies à l'âge de nuit ou dix ans, à Genève et en Suisse. Les premiers sont des joueurs qui ont parié avec l'Etat, qu'ils vivraient au bout de l'année : ils ont gagné dès qu'ils rapportent leur certificat de vie ; ils doivent être payés. Les seconds ne sont pas des joueurs, mais des calculateurs infaillibles ; il ont spéculé que par la répartition de leurs rentes viagères sur un grand nombre de têtes choisies, la longue vie du plus grand nombre des sujets compenserait quelques morts imprévues, et qu'ils recevraient la totalité de leurs rentes pendant qua-rante-trois ans. Les calculs des probabilités de la vie humaine, font eu ce genre de véritables démonstrations. Le capitaliste genevois est assuré de jouir de son revenu viager, pendant quarante trois ans ; et s'il veut l'aliéner, il peut le vendre tous les jours à un prix régl...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 332
...sa gloire. Ce n'est point ici le moment de montrer le mal irréparable qu'a fait la caisse d'escompte en ruinant le commerce, en fournissant des moyens si faciles de faire des avances en papier au gouverne...
...és ont été déjà développées en présence de l'Assemblée nationale. Les fortunes incompréhensibles de plusieurs banquiers, depuis dix ou douz...
...fet naturel des systèmes administratifs de M. Necker. Outre les facilités que l'agiotage donnait à la caisse d'escompte, pour faire remplir l...
...térêt pendant neuf mois pour le montant de leurs soumissions; et ils négociaient ensuite, pendant un semestre entier, le titre de l'emprunt à leur profit; de sorte que les mêmes opérations qui ont ruiné le royaume, ies ont enrichis.
...istre a prodigieusement favorisé cet établissement, sur lequel il a fondé toute sa gloire. Ce n'est point ici le moment de montrer le mal irréparable qu'a fait la caisse d'escompte en ruinant le commerce, en fournissant des moyens si faciles de faire des avances en papier au gouvernement, en transportant notre numéraire chez les étrangers, et en accréditant, par cette extraction, les plus absurdes et les plus infâmes calomnies. Toutes ces vérités ont été déjà développées en présence de l'Assemblée nationale. Les fortunes incompréhensibles de plusieurs banquiers, depuis dix ou douze ans, et les brigandages des agioteurs, ont été l'effet naturel des systèmes administratifs de M. Necker. Outre les facilités que l'agiotage donnait à la caisse d'escompte, pour faire remplir les emprunts viagers, les banquiers recevaient 1 0/0 d'intérêt pendant neuf mois pour le montant de leurs soumissions; et ils négociaient ensuite, pendant un semestre entier, le titre de l'emprunt à leur profit; de sorte que les mêmes opérations qui ont ruiné le royaume, ies ont enrichis.
Ces rentiers viagers, qui ont fait de si lucratives spéculations sur le peupl...
...r toujours. Si le désordre a lieu, leur ruine est inévitable; si l'ordre est rétabli,...
...iagers, par des annuités qui éteindront la dette dans quatorze ans, au lieu d'en supporter l'intérêt pendant plus de quarante années.
Ces rentiers viagers, qui ont fait de si lucratives spéculations sur le peuple français, prévoient aujourd'hui que l'ordre sera rétabli dans les finances, ou que le désordre le plus irrémédiable va les bouleverser pour toujours. Si le désordre a lieu, leur ruine est inévitable; si l'ordre est rétabli, leur proie doit leur é( happer, parce que ia première opération d'un ministre intelligent sera Je remboursement des capitaux viagers, par des annuités qui éteindront la dette dans quatorze ans, au lieu d'en supporter l'intérêt pendant plus de quarante années.
raient. S'ils les conservaient, la France serait ruinée à jamais, parce que l'extraction annuelle de notre numéraire transportant, ch z l'ét...
...ple tribut, mais le produit territorial de deux de nos meilleures provinces, épuiserait no...
...omaines qu'ils auraient acquis, le prix de ces ventes absorberait et extrairait le numéraire de toutes nos provinces. Voilà le complot ...
...formé, et que je dénonce au patriotisme de tous les bons Français.
raient. S'ils les conservaient, la France serait ruinée à jamais, parce que l'extraction annuelle de notre numéraire transportant, ch z l'étranger, non pas seulement comme à Tunis ou à Maroc, un simple tribut, mais le produit territorial de deux de nos meilleures provinces, épuiserait nos trésors et entretiendrait à jamais le change dans l'état le plus onéreux au royaume. S'ils se déterminaient, au contraire, à vendre avec prudence les domaines qu'ils auraient acquis, le prix de ces ventes absorberait et extrairait le numéraire de toutes nos provinces. Voilà le complot que l'agiotage a formé, et que je dénonce au patriotisme de tous les bons Français.
... annuels, l'intérêt et le principal. M. de Parcieux publia, en 1746, la théorie des annuités, et il en diviea la table depuis un jusqu'à cent ans. Les étrangers ont su très bien profiter de celte explication; mais comme, en Franc...
...urs été jusqu'à présent fort en arrière de la nation, nous sommes obligés d'apprendre...
... ont appris eux-mêmes dans les ouvrages de nos écrivains.
...e que dans un nombre déterminé d'années et qui réunissent par des remboursements annuels, l'intérêt et le principal. M. de Parcieux publia, en 1746, la théorie des annuités, et il en diviea la table depuis un jusqu'à cent ans. Les étrangers ont su très bien profiter de celte explication; mais comme, en France, le gouvernement a toujours été jusqu'à présent fort en arrière de la nation, nous sommes obligés d'apprendre, par l'exemple des étrangers, ce qu'ils ont appris eux-mêmes dans les ouvrages de nos écrivains.
...remboursements des renies viagères, par la voie de ces annuités, je tâcherai de prouver la justice d'une pareille opération, et on... Quand l'Assemblée voudra discuter les remboursements des renies viagères, par la voie de ces annuités, je tâcherai de prouver la justice d'une pareille opération, et on ne vous persuadera pas sans doute aisément, Messieurs, que l'Etat fasse banquer...
Si les étrangers, qui jouissent de nos rentes viagères, acquéraient aujourd'hui nos biens nationaux, cette conversion de propriétés présenterait à leurs avides ...
...i avantageuses pour eux, que funestes à la France. D'abord, celte immensité de domaines que nous mettrions en vente, e...
...ser le prix, et ensuite l'impossibilité de placer l'argent dans les fonds publics amènerait une augmentation inévitable dans la valeur des propriétés foncières.
Si les étrangers, qui jouissent de nos rentes viagères, acquéraient aujourd'hui nos biens nationaux, cette conversion de propriétés présenterait à leurs avides spéculations deux opérations aussi avantageuses pour eux, que funestes à la France. D'abord, celte immensité de domaines que nous mettrions en vente, en ferait nécessairement baisser le prix, et ensuite l'impossibilité de placer l'argent dans les fonds publics amènerait une augmentation inévitable dans la valeur des propriétés foncières.
Après avoir expliqué le système de M. Necker, relativement aux emprunts, e...
...rés dans nos finances, je vais profiter de cette discusion pour développer et comparer les principes et la méthode du gouvernement anglais sur cette partie d'autant plus importante de l'administration, qu'il est impossible d'entreprendre ou de soutenir aucune guerre aujourd'hui sans la ressource des emprunts.
Après avoir expliqué le système de M. Necker, relativement aux emprunts, et les ravages qu'il a opérés dans nos finances, je vais profiter de cette discusion pour développer et comparer les principes et la méthode du gouvernement anglais sur cette partie d'autant plus importante de l'administration, qu'il est impossible d'entreprendre ou de soutenir aucune guerre aujourd'hui sans la ressource des emprunts.
La première, c'est que l'intérêt payé par le gouvernement anglais est fort au-dessous de l'intérêt légal que chaque citoyen peut exiger de son débiteur. L'intérêt du prêt a été l...
...urir à un contrat pignoratif connu dans la jurisprudencedelaGrande-Bretagne sous le nom de mort-gage, en vertu duquel le créancier...
...euble. Pendant longtemps, les tribunaux de la loi commune n'ont autorisé que cette es...
... qu'un intérêt pécuniaire déterminé par la législation. Il était d'usage que le pr...
...venu entre le créancier et le débiteur. La loi avait pris des précautions pour empêcher la cession des propriétés engagées, quand la lésion était trop forte ; mais elle u'a...
...ère à l'usure, qui n'était soumise, par la loi, à aucune peine, et même à aucune i...
La première, c'est que l'intérêt payé par le gouvernement anglais est fort au-dessous de l'intérêt légal que chaque citoyen peut exiger de son débiteur. L'intérêt du prêt a été longtemps inconnu dans les lois anglaises. Pour placer son argent à intérêt, il fallait recourir à un contrat pignoratif connu dans la jurisprudencedelaGrande-Bretagne sous le nom de mort-gage, en vertu duquel le créancier n'avait pour intérêt que le revenu d'un immeuble. Pendant longtemps, les tribunaux de la loi commune n'ont autorisé que cette espèce d'intérêt, qui ne saurait être fixé légalement, et qui est par sa nature nécessairement plus considérable qu'un intérêt pécuniaire déterminé par la législation. Il était d'usage que le propriétaire, après avoir ainsi engagé un immeuble, en prit le bail qui durait autant que le mort-gage, et dont le produit représentait l'intérêt volontairement convenu entre le créancier et le débiteur. La loi avait pris des précautions pour empêcher la cession des propriétés engagées, quand la lésion était trop forte ; mais elle u'avait opposé aucune barrière à l'usure, qui n'était soumise, par la loi, à aucune peine, et même à aucune inspection.
... stipulés pour un prêt, sans recourir à la forme du contrat pignoratif. Les tribunaux de la loi commune ont ensuite admis la même jurisprudence, au moyen de plusieurs fictions de droit, infiniment bizarres. Les difficultés qu'entraînait cette jurisprudence, et la lenteur des décisions ont donné, dans l...
...e payées jusqu'au parfait remboursement de la somme reçue; les autres sont à vie, et ...
...is que le parlement a créé des annuités de cette dernière clase, il les a déclarée...
...é fournirent, les premiers, aux créanciers, le moyen légal d'exiger les intérêts stipulés pour un prêt, sans recourir à la forme du contrat pignoratif. Les tribunaux de la loi commune ont ensuite admis la même jurisprudence, au moyen de plusieurs fictions de droit, infiniment bizarres. Les difficultés qu'entraînait cette jurisprudence, et la lenteur des décisions ont donné, dans l'opinion publique, une grande faveur aux obligations du gouvernement, qui a touj...
...leterre trois espèces d'annuités ; les unes sont fort rachetables et doivent être payées jusqu'au parfait remboursement de la somme reçue; les autres sont à vie, et les dernières sont limitées à un certain nombre d'années. Toutes les fois que le parlement a créé des annuités de cette dernière clase, il les a déclarées non rachetables, parce qu'elle doivent s'éteindre sans aucun remboursement.
Pour bien entendre la manière dont les emprunts nationaux se ... Pour bien entendre la manière dont les emprunts nationaux se font en Angleterre, où l'on n'a jamais abusé du moyen ruineux des anticipations,...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 333
La seconde observation que j'ai annoncée, ...
...ement anglais ayant commencé, avant que la méthodedes appropriations des fonds fût admise, ils n'étaient que des engagements de la couronne, sans aucune garantie du parlement. Telles sont encore aujourd'hui les dettes de la liste civile, dont le roi seul répond j...
...ois, et elles sont alors comprises dans la dépense de l'année. Tant que les dettes du gouvern...
...able, et toujours payé d'avance : c'est de qu'est venue une forme d'emprunt très commune en Angleterre sous le nom de billets de l'Echiquier, dont le parlement a continué de faire usage, depuis qu'il s'est réservé...
...ion des finances. Charles II suspendit, de son autorité privée, pendant environ dix-huit mois, le payement des billets de l'échiquier, dans un temps où il n'espé...
...ouveler. Cette scandaleuse infidélité à la foi publique avait décrédité les billets de l'échiquier. Le parlement reconquit la confiance publique, et il en rétablit la circulation.
La seconde observation que j'ai annoncée, c'est que les emprunts du gouvernement anglais ayant commencé, avant que la méthodedes appropriations des fonds fût admise, ils n'étaient que des engagements de la couronne, sans aucune garantie du parlement. Telles sont encore aujourd'hui les dettes de la liste civile, dont le roi seul répond jusqu'à ce que le parlement s'en charge volontairement, ce qui est arrivé plusieurs fois, et elles sont alors comprises dans la dépense de l'année. Tant que les dettes du gouvernement anglais n'ont été que des engagements particuliers du roi, elles ont été contractées à des termes fort courts, avec un intérêt assez considérable, et toujours payé d'avance : c'est de qu'est venue une forme d'emprunt très commune en Angleterre sous le nom de billets de l'Echiquier, dont le parlement a continué de faire usage, depuis qu'il s'est réservé l'administration des finances. Charles II suspendit, de son autorité privée, pendant environ dix-huit mois, le payement des billets de l'échiquier, dans un temps où il n'espérait pas pouvoir les renouveler. Cette scandaleuse infidélité à la foi publique avait décrédité les billets de l'échiquier. Le parlement reconquit la confiance publique, et il en rétablit la circulation.
...ue très peu éloignée du moment présent, la législature anglaise a fixé le taux de l'intérêt légal, mais à titre de dommages seulement, à 6 0/0. Sous le règne de la reine Anne, Je même intérêt fut réduit à 5 0/0, et c'est encore aujourd'hui le taux de l'argent en Angleterre. A une époque très peu éloignée du moment présent, la législature anglaise a fixé le taux de l'intérêt légal, mais à titre de dommages seulement, à 6 0/0. Sous le règne de la reine Anne, Je même intérêt fut réduit à 5 0/0, et c'est encore aujourd'hui le taux de l'argent en Angleterre.
...runts cautionnés par le parlement, sous la forme de création ou d'aliénation d'annuités, su... Les premiers emprunts cautionnés par le parlement, sous la forme de création ou d'aliénation d'annuités, supportèrent uu intérêt plus considérable.
L'établissement de la banque d'Angleterre, dont l'utilité pol...
...i grand problème, fit baisser l'intérêt de l'argent, parce que, pour obtenir son privilège, la banque acquit du gouvernement une annui...
... risques et périls, une grande quantité de billets de l'échiquier, à un an de terme et à un intérêt inférieur à celui de la place.
L'établissement de la banque d'Angleterre, dont l'utilité politique est encore un si grand problème, fit baisser l'intérêt de l'argent, parce que, pour obtenir son privilège, la banque acquit du gouvernement une annuité plus chère pour le préteur que le prix courant. Elle s'engagea d'ailleurs à faire circuler, à ses risques et périls, une grande quantité de billets de l'échiquier, à un an de terme et à un intérêt inférieur à celui de la place.
...e fictivement, par le moyen des billets de cette même banque, dont on a souvent ex...
...rédit momentané, a beaucoup contribué à la réduction de l'intérêt de l'argent. Daus des temps difficiles, le gouvernement anglais a été obligé de l'augmenter pour se procurer des fonds;...
...t sentir principalement au commencement de ce siècle, pour les frais de la guerre de la succession d'Espagne. Le parlement, ne ...
...x plus élevé, ajouta dès lors par forme de prime, à une annuité rachetable, une au...
...mentation des capitaux qui sont en circulation en Angleterre, tant réellement que fictivement, par le moyen des billets de cette même banque, dont on a souvent exagéré, dans cette Assemblée, le discrédit momentané, a beaucoup contribué à la réduction de l'intérêt de l'argent. Daus des temps difficiles, le gouvernement anglais a été obligé de l'augmenter pour se procurer des fonds; et cette détresse se tit sentir principalement au commencement de ce siècle, pour les frais de la guerre de la succession d'Espagne. Le parlement, ne voulant point paraître empruntera un taux plus élevé, ajouta dès lors par forme de prime, à une annuité rachetable, une autre an-
...rnement classique pour tous les peuples de l'Europe, adopta de bonne heure la méthode de créer des impôts pour payer les nouvell...
... et les impôts, a préservé l'Angleterre de l'abus et du discrédit des annuités.
...r d'une annuité particulière. Ce sage gouvernement, que je revère comme un gouvernement classique pour tous les peuples de l'Europe, adopta de bonne heure la méthode de créer des impôts pour payer les nouvelles annuités dont il se chargeait. Cette correspondance vraiment morale, vraiment économique, vraiment patriotique entre les emprunts et les impôts, a préservé l'Angleterre de l'abus et du discrédit des annuités.
La banque royale acquit ensuite une nouvelle annuité pour obtenir le renouvellement de son privilège : mais les conditions en ...
... paya un intérêt moins considérable; et la banque fit circuler une plus forte somme des billets de l'échiquier, à un moindre intérêt. La compagnie des Indes acheta également un...
...rix très favorable au Trésor public; et la compagnie de la mer du Sud se soumit aux mêmes conditio...
... le gouvernement se fut ainsi environné de secours, il s'établit un fonds d'amorti...
...ements commencèrent immédiatement après la paix d'Utrecht. J'avoue que ces amortis...
...c'était une grande leçon d'économie, et la nation anglaise ne l'a jamais oubliée.
La banque royale acquit ensuite une nouvelle annuité pour obtenir le renouvellement de son privilège : mais les conditions en furent plus avantageuses au gouvernement, qui paya un intérêt moins considérable; et la banque fit circuler une plus forte somme des billets de l'échiquier, à un moindre intérêt. La compagnie des Indes acheta également une annuité, à un prix très favorable au Trésor public; et la compagnie de la mer du Sud se soumit aux mêmes conditions pour obtenir son privilège. Les loteries furent instituées d'après le même principe, et dirigées vers le même but. Dès que le gouvernement se fut ainsi environné de secours, il s'établit un fonds d'amortissement, et les remboursements commencèrent immédiatement après la paix d'Utrecht. J'avoue que ces amortissements furent d'abord très faibles ; mais c'était une grande leçon d'économie, et la nation anglaise ne l'a jamais oubliée.
... bouleversement des fortunes, qui ruina la France, se lit sentir en Angleterre. La compagnie de la mer du Sud se chargea de toutes les dettes du gouvernement, moye...
... utile au Trésor public. Les directeurs de la banque royale montrèrent, dans ce moment de crise, une politique très profonde et t...
...profits d'une grande opération'manquée. La banque vint au secours de la compagnie de la mer du Sud, qui était prête à faire banqueroute; et du milieu de ce désordre, dont les administrateurs s...
...e diminution considérable sur l'intérêt de l'argent. Cette réduction fut l'effet de l'obéissance de l'opinion en Angleterre, et de la confiance du public dans les billets de banque, confiance qui, en élevant son crédit au-dessus de ses fonds, la mit en état de faire à très bas prix, des avances fort...
...iers, soit au gouvernement. Les actions de la banque commencèrent à gagner alors ; el...
...oque, et, dans ce moment, elles gagnent de soixante-douze à soixante-quatorze pour...
En 1719, te même bouleversement des fortunes, qui ruina la France, se lit sentir en Angleterre. La compagnie de la mer du Sud se chargea de toutes les dettes du gouvernement, moyennant une annuité rachetable à un taux moindre que l'intérêt dont l'état était grevé entre ses créanciers. Cette entreprise, qui ne réussit pas, fut cependant très utile au Trésor public. Les directeurs de la banque royale montrèrent, dans ce moment de crise, une politique très profonde et très sage, et partagèrent avec le gouvernement les profits d'une grande opération'manquée. La banque vint au secours de la compagnie de la mer du Sud, qui était prête à faire banqueroute; et du milieu de ce désordre, dont les administrateurs surent adroitement profiter, on vit s'établir une diminution considérable sur l'intérêt de l'argent. Cette réduction fut l'effet de l'obéissance de l'opinion en Angleterre, et de la confiance du public dans les billets de banque, confiance qui, en élevant son crédit au-dessus de ses fonds, la mit en état de faire à très bas prix, des avances fort importantes, soit aux particuliers, soit au gouvernement. Les actions de la banque commencèrent à gagner alors ; elles ont toujours gagné depuis cette époque, et, dans ce moment, elles gagnent de soixante-douze à soixante-quatorze pour cent.
...le parlement se fut ainsi concerté avec la banque d'Angleterre, il offrit aux créanciers de l'Etat de racheter les annuités qui avaient été c...
... lut trouvé solide pour l'amortissement de la dette publique; plusieurs créanciers pr...
...les à un remboursement imprévu. Le taux de toutes les annuités rachetables fut fix...
Dès que le parlement se fut ainsi concerté avec la banque d'Angleterre, il offrit aux créanciers de l'Etat de racheter les annuités qui avaient été créées à un taux élevé. Cet arrangement lut trouvé solide pour l'amortissement de la dette publique; plusieurs créanciers préférèrent ces annuités rachetables à un remboursement imprévu. Le taux de toutes les annuités rachetables fut fixé à trois et demi pour cent, jusqu'à l'année 1782, et le parlement décréta qu'à ...
...nement anglais ne profita presque point de la longue paix dont il jouit depuis le Le gouvernement anglais ne profita presque point de la longue paix dont il jouit depuis le
... des premiers emprunts, l'intérêt légal de l'argent n'était pas connu encore en An... Le gouvernement anglais a employé l'expression d'annuités, parce qu'à l'époque des premiers emprunts, l'intérêt légal de l'argent n'était pas connu encore en Angleterre. Les premiers emprunts du gouvernement français furent faits dans les m...
...particuliers ont adopté, en Angleterre, la forme d'emprunts parannuités, dont le g... Les particuliers ont adopté, en Angleterre, la forme d'emprunts parannuités, dont le gouvernement leur avait donné l'exemple ; et ce genre d'engagement a été maintenu...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 334
...'Utrecht, jusqu'au moment où il déclara la guerre à l'Espagne en 1739. Cette paix ...
...ibraltar en 1727. Durant cet intervalle de tranquillité, la nation remboursa peu de capitaux, et le Trésor public ne fut soulagé que par la réduction des intérêts.
traité d'Utrecht, jusqu'au moment où il déclara la guerre à l'Espagne en 1739. Cette paix ne fut troublée que par l'entreprise des Espagnols sur Gibraltar en 1727. Durant cet intervalle de tranquillité, la nation remboursa peu de capitaux, et le Trésor public ne fut soulagé que par la réduction des intérêts.
La guerre d'Espagne, la guerre avec la France, qui d'auxiliaire devint partie ...
...es, et cette dépense augmenta l'intérêt de l'argent. Le parlement fut fidèle à sa ...
...s annuités, et son alliance intime avec la banque d'Angleterre rendit ses opérations moins onéreuses à l'Etat. Après la paix d'Aix-la-Chapelle, en 1748, la nation reprit ses opérations économique...
La guerre d'Espagne, la guerre avec la France, qui d'auxiliaire devint partie principale, obligèrent le gouvernement anglais à des emprunts très considérables, et cette dépense augmenta l'intérêt de l'argent. Le parlement fut fidèle à sa méthode des annuités, et son alliance intime avec la banque d'Angleterre rendit ses opérations moins onéreuses à l'Etat. Après la paix d'Aix-la-Chapelle, en 1748, la nation reprit ses opérations économiques, et continua ses remboursements.
La guerre de 1756 lit sur les fonds publics l'effet ...
...des dépenses extraordinaires. L'intérêt de l'argent augmenta; et le parlement, ne ...
...guisa sa détresse en ajoutant par forme de prime, aux annuités rachetables, des an...
La guerre de 1756 lit sur les fonds publics l'effet que doivent toujours Opérer des dépenses extraordinaires. L'intérêt de l'argent augmenta; et le parlement, ne voulant pas se soumettre à un plus haut intérêt, déguisa sa détresse en ajoutant par forme de prime, aux annuités rachetables, des annuités à terme fixe.
. Après la paix de Paris, en 1762, les représentants de la Grande-Bretagne revinrent à l'économie ...
...s. On avait déjà remboursé dix millions de livres sterlings, lorsque l'insurrection de l'Amérique septentrionale suspendit les amortissements, nécessita de nouveaux emprunts et éleva la dette nationale à des sommes exorbitant...
. Après la paix de Paris, en 1762, les représentants de la Grande-Bretagne revinrent à l'économie et aux amortissements. On avait déjà remboursé dix millions de livres sterlings, lorsque l'insurrection de l'Amérique septentrionale suspendit les amortissements, nécessita de nouveaux emprunts et éleva la dette nationale à des sommes exorbitantes.
...nt tous les intervalles que nous venons de parcourir, l'intérêt des billets de l'échiquier, qui sont à un an de terme, fut réglé, comme il l'est encore...
...dire à trois livres dix deniers par an. La somme de ces billets, que la banque est obligée de mettre en Circulation à un prix si modique» fut déterminée à trois millions de livres sterlings; mais la banque a eu très rarement, en émission, la représentation d'un pareil capital*
Durant tous les intervalles que nous venons de parcourir, l'intérêt des billets de l'échiquier, qui sont à un an de terme, fut réglé, comme il l'est encore aujourd'hui, à deux deniers par jour pour cent livres, c'est-à-dire à trois livres dix deniers par an. La somme de ces billets, que la banque est obligée de mettre en Circulation à un prix si modique» fut déterminée à trois millions de livres sterlings; mais la banque a eu très rarement, en émission, la représentation d'un pareil capital*
...eurs, en quoi consiste cette obligation de faire circuler les billets de l'échiquier. La banque s'oblige de faire payer à vue tous ceux de ses billets qui lui sont présentés, en tenant compte de l'intérêt. Elle les donne en payement de ses propres billets au porteur, ou de ses obligations à terme, à tous ceux qu...
...bien remarquer que le cours des billets de l'échiquier n'a jamais été forcé en Ang...
... gardent dans leur caisse pour profiter de l'intérêt journalier qu'ils produisent» Ordinairement la banque elle-même prend ce dernier parti, de sorte que ce qu'on appelle, en Angleter...
...utre chose dans le fait que les retirer de la circulation.
Voici» Messieurs, en quoi consiste cette obligation de faire circuler les billets de l'échiquier. La banque s'oblige de faire payer à vue tous ceux de ses billets qui lui sont présentés, en tenant compte de l'intérêt. Elle les donne en payement de ses propres billets au porteur, ou de ses obligations à terme, à tous ceux qui veulent les accepter; car il faut bien remarquer que le cours des billets de l'échiquier n'a jamais été forcé en Angleterre. Les capitalistes anglais le3 gardent dans leur caisse pour profiter de l'intérêt journalier qu'ils produisent» Ordinairement la banque elle-même prend ce dernier parti, de sorte que ce qu'on appelle, en Angleterre, faire circuler des billets, n'est autre chose dans le fait que les retirer de la circulation.
...uand le parlement d'Angleterre a besoin de fonds extraordinaires, il crée des annu...
...vement. L'urgence, plus ou moins grande de ces secours, détermine à créer des annu...
...ission d'une certaine somme des billets de l'échiquier ; il statue que le payement des annuités ou des billets de loterie sera fait sur le fonds d'amorti...
...veaux impôts auquel il affecte toujours la majeure portion des contributions publi...
...acquisition des annuités ou des billets de loterie. Les
Quand le parlement d'Angleterre a besoin de fonds extraordinaires, il crée des annuités auxquelles il affecte des impôts, pour les acquitter et les racheter successivement. L'urgence, plus ou moins grande de ces secours, détermine à créer des annuités à terme, ou à les rendre viagères, ou à établir une loterie. Le parlement ordonne, eh conséquence, l'émission d'une certaine somme des billets de l'échiquier ; il statue que le payement des annuités ou des billets de loterie sera fait sur le fonds d'amortissement ou sur le produit des nouveaux impôts auquel il affecte toujours la majeure portion des contributions publiques. Dès que ces dispositions sont décrétées, on ouvre une souscription pour l'acquisition des annuités ou des billets de loterie. Les
... les banquiers négocient les conditions de la souscription avec le ministre des finan...
...nt jamais que par termes, dans le cours de l'année. On fixe ensuite le prix des di...
...uvernement doit payer pour chaque somme de cent livres sterlings. Pendant la dernière guerre, les effets ainsi mis e...
...exemple, une aunuité rachetable du prix de cent livres, une annuité à terme estimée dix-huit livres, et un billet de loterie qui valait environ douze livres...
capitalistes et les banquiers négocient les conditions de la souscription avec le ministre des finances. On règle d'abord les époques auxquelles les souscripteurs feront leurs payements, qui ne s'effectuent jamais que par termes, dans le cours de l'année. On fixe ensuite le prix des différents effets, et on détermine l'intérêt que le gouvernement doit payer pour chaque somme de cent livres sterlings. Pendant la dernière guerre, les effets ainsi mis en circulation ont été payés quelquefois à cent trente pour cent. On donnait, par exemple, une aunuité rachetable du prix de cent livres, une annuité à terme estimée dix-huit livres, et un billet de loterie qui valait environ douze livres.
Lorsque les clauses de l'emprunt sont ainsi convenues, les ban...
...ier payement que le ministère exige sur la souscription, est assez fort pour que l...
...res, si le premier souscripteur néglige de tenir sa parole, parce que ses avances ...
... lui. On conçoit que cette inexactitude de payement doit être très rare, attendu q...
...érables, aime mieux vendre à perte, que de sacrifier ses déboursés. Le corps des s...
Lorsque les clauses de l'emprunt sont ainsi convenues, les banquiers et les capitalistes font leurs soumissions ; et comme leurs engagements e...
... un parti avantageux des effets qui leur sont remis par le gouvernement. Le premier payement que le ministère exige sur la souscription, est assez fort pour que l'engagement puisse être rempli par d'autres, si le premier souscripteur néglige de tenir sa parole, parce que ses avances sont perdues pour lui. On conçoit que cette inexactitude de payement doit être très rare, attendu que le souscripteur qui a fourni d'abord des fonds considérables, aime mieux vendre à perte, que de sacrifier ses déboursés. Le corps des souscripteurs concerte assez bien ces ventes pour les rendre toujours avantageuse...
D'après cette méthode de lever les fonds nécessaires au service ...
...ir des moyens très abusifs pour couvrir de si énormes escomptes; aussi, excepté la solde des troupes, dont les comptes son...
...malités rigoureuses, les autres parties de la dépense publique ne sont jamais bien co...
...on, j'oserai prédire ici, d'avance, que la même obscurité et le même désordre s'ét...
...ce, qu'il n'existe pas, dans l'univers, de gouvernement moins économique que celui...
... pièces justificatives des dépenses, et la comptabilité deviendra un chaos beaucou...
... que l'abîme d'où nous sortons. Au lieu de profiter, en ce genre, de l'exemple de nos voisins, nous ne serons éclairés qu...
...ux plus cruelles injustices; il ne juge de ses droits que par l'immensité de son pouvoir. Se croit-il dispensé de la parcimonie, il s'abandonne aux plus exc...
...rodigalités ; et il ne change ainsi que de manière d'être injuste. Voilà l'inévita...
D'après cette méthode de lever les fonds nécessaires au service public, il doit y avoir des moyens très abusifs pour couvrir de si énormes escomptes; aussi, excepté la solde des troupes, dont les comptes sont soumis à des formalités rigoureuses, les autres parties de la dépense publique ne sont jamais bien connues. A cette occasion, j'oserai prédire ici, d'avance, que la même obscurité et le même désordre s'établiront bientôt dans notre comptabilité. C'est une vérité que l'on ne saurait comprendre aujourd'hui* mais qui sera incessamment démontrée par l'expérience, qu'il n'existe pas, dans l'univers, de gouvernement moins économique que celui qu'on introduit dans ce moment en France. On y sera nécessairement ou trop resserré sur les fournitures des fonds, ou trop facile sur les pièces justificatives des dépenses, et la comptabilité deviendra un chaos beaucoup plus impénétrable que l'abîme d'où nous sortons. Au lieu de profiter, en ce genre, de l'exemple de nos voisins, nous ne serons éclairés que par nos propres fautes. Quand un gouvernement populaire vise à l'économie, il se livre ordinairement aux plus cruelles injustices; il ne juge de ses droits que par l'immensité de son pouvoir. Se croit-il dispensé de la parcimonie, il s'abandonne aux plus excessives 'prodigalités ; et il ne change ainsi que de manière d'être injuste. Voilà l'inévitable alternative d'une grande nation qui doit charger son chef des affaires qu'el...

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 335
... ces formes dispendieuses à l'influence de la cour ; mais j'observerai que cette infl...
...ascendant des partis qui ne cesseraient de le déchirer, ne pourrait pas se souteni...
munément ces formes dispendieuses à l'influence de la cour ; mais j'observerai que cette influence est heureusement inévitable dans un grand ntat, puisque^ sans elle, un grand Etat, livré à l'ascendant des partis qui ne cesseraient de le déchirer, ne pourrait pas se soutenir pendant un demi-siècle sans être démembré.
...s, ne vous suffisent-ils pas pour juger de l'économie des gouvernements populaires ? Toute la nation reconnaissait depuis longtemps la nécessité d'augmenter la solde des troupes. Notre comité militai...
...on, nous avait proposé une augmentation de vingt deniers par jour, pour chaque sol...
... sans aucune discussion, sur le rapport de son nouveau comité, que la solde serait augmentée de trente-deux deniers ; et nous avons ain...
...le Trésor public d'une dépense annuelle de deux millions six cent mille livres, qu'il est impossible de diminuer. Nous avons également augmenté...
...eurs, par une conséquence des principes de notre nouveau gouvernement; principes t...
...d'interroger ici l'expérience des autres peuples ? Vos propres décrets, Messieurs, ne vous suffisent-ils pas pour juger de l'économie des gouvernements populaires ? Toute la nation reconnaissait depuis longtemps la nécessité d'augmenter la solde des troupes. Notre comité militaire, avant sa nouvelle composition, nous avait proposé une augmentation de vingt deniers par jour, pour chaque soldat français* L'Assemblée nationale a décrété, sans aucune discussion, sur le rapport de son nouveau comité, que la solde serait augmentée de trente-deux deniers ; et nous avons ainsi chargé le Trésor public d'une dépense annuelle de deux millions six cent mille livres, qu'il est impossible de diminuer. Nous avons également augmenté les appointements des officiers supérieurs, par une conséquence des principes de notre nouveau gouvernement; principes toujours actifs, quoiqu'ils ne soient peut-être pas toujours connus, ni même soup...
... gages qu'il faut attribuer aux offices de judicature? Dans l'ancienne administration, l'Etat jouissait de l'intérêt des charges que nous sommes obligés de rembourser, ainsi que des revenus casue...
...Je demande si l'administration gratuite de la justice, c'est-à-dire si la suppression des épices paraîtra une opé...
...st-ce pas l'influence du gouvernement populaire, qui va changer notre Trésor des gages qu'il faut attribuer aux offices de judicature? Dans l'ancienne administration, l'Etat jouissait de l'intérêt des charges que nous sommes obligés de rembourser, ainsi que des revenus casuels que nos nouvelles formes vont éteindre. Je demande si l'administration gratuite de la justice, c'est-à-dire si la suppression des épices paraîtra une opération économique aux plaideurs eux-mêmes, et surtout aux citoyens paisibles qui...
...tentivement, Messieurs, les difficultés de la comptabilité, vous comprendrez aussitôt qu'elle ne peut être livrée sans danger à la seule vigilance des assemblées administ...
...rait inévitablement une nouvelle source de dilapidations, si vous l'abandonniez au...
...uxquels vos nouveaux principes semblent la confier. Qui de vous, Mes-
Si vous examinez attentivement, Messieurs, les difficultés de la comptabilité, vous comprendrez aussitôt qu'elle ne peut être livrée sans danger à la seule vigilance des assemblées administratives, et qu'elle deviendrait inévitablement une nouvelle source de dilapidations, si vous l'abandonniez aux commissaires auxquels vos nouveaux principes semblent la confier. Qui de vous, Mes-
...dera que l'Assemblée nationale, ou l'un de ses comités, pourra juger, chaque année, avec exactitude, de la comptabilité ati Trésor national ? L'in...
...ette question est environnée. Plusieurs de nos décrets prouvent, jusqu'à l'évidenc...
...pas les véritables principes en matière de comptabilité. suppression des tribunaux qui en étaient chargés est déjà votée dans le nouveau projet de l'organisation judiciaire. Hélas! il fa...
...x, comme on l'a fait en Hollande, après de funestes expériences» s'ils n'étaient p...
...s comptes sont nécessaires au bon ordre de la comptabilité; et que si nous voulions r...
... fardeau dont le poids serait au-dessus de leurs forces. Ce nouveau régime ne sera...
...vons pas imiter les instructions utiles de nos voisins, profitons du moins de leurs fautes. La comptabilité coûte fort cher à l'Anglet...
... (1) Les Anglais ont reconnu l'avantage de réunir tous les revenus publics dans une seule caisse, qui rend compte de la totalité de la recette et qui fournit à l'universalité...
... les autres caisses publiques dépendent de cette caisse nationale, de laquelle elles reçoivent leurs fonds, et à laquelle il faut qu'elles rendent compte de leur emploi. Voici la marche que l'on a suivie à cet égard. Jusque vers le milieu du régne de Guillaume 111, à quelques exceptions pr...
... l'échiquier, une forme très compliquée de comptes ; mais comme elle n'intéressait...
... qu'il voulait établir dans l'intérieur de ce tribunal, d'une nature particulière. La sanction du parlement était nécessaire,...
...lement n'examine que les grandes masses de la dépense publique, lorsque des raisons très graves ne l'obligent pas de scruter quelques détails qu'il ne peut ...
...Le dépérissement des revenus ordinaires de la couronne et les dépenses extraordinaires de Guillaume III donnèrent naissance aux appropriations des revenus publics. La première de toutes fut la liste civile. Le Parlement fut bientôt obligé de pourvoir au payement des annuités qu'il avait créées au profit des créanciers de l'Etat; il établit des impôts d'une lon...
...és à ce remboursement annuel. On adopta la même méthode pour les dépenses extraord...
...enfin, d'hypothéquer plusieurs branches de revenus, pour payer les emprunts qui se...
...sque sans interruption, sous les règnes de Guillaume III et de la reine Anne. Ces destinations particuliè...
sieurs, se persuadera que l'Assemblée nationale, ou l'un de ses comités, pourra juger, chaque année, avec exactitude, de la comptabilité ati Trésor national ? L'inexpérience est toujours hardie i on n'a pas encore effleuré les difficultés dont cette question est environnée. Plusieurs de nos décrets prouvent, jusqu'à l'évidence, que l'Assemblée ne soupçonne pas les véritables principes en matière de comptabilité. suppression des tribunaux qui en étaient chargés est déjà votée dans le nouveau projet de l'organisation judiciaire. Hélas! il faudrait créer ces tribunaux, comme on l'a fait en Hollande, après de funestes expériences» s'ils n'étaient pas institués dans le royaume; et on nous propose d'anéantir les chambres des com...
...modifier leur énergie; mais je soutiens, et je le prouverai, que les chambres des comptes sont nécessaires au bon ordre de la comptabilité; et que si nous voulions réserver leurs fonctions aux prochaines législatures, nous accablerions nos successeurs d'un fardeau dont le poids serait au-dessus de leurs forces. Ce nouveau régime ne serait, Messieurs, ni moral, ni économique. Ah! puisque nous ne savons pas imiter les instructions utiles de nos voisins, profitons du moins de leurs fautes. La comptabilité coûte fort cher à l'Angleterre, et elle y est fort mal administrée. Les institutions anglaises l'ont cepen...
...ifiée très avantageusement sur plusieurs points essentiels (1) ; mais il est im- (1) Les Anglais ont reconnu l'avantage de réunir tous les revenus publics dans une seule caisse, qui rend compte de la totalité de la recette et qui fournit à l'universalité des dépenses. Toutes les autres caisses publiques dépendent de cette caisse nationale, de laquelle elles reçoivent leurs fonds, et à laquelle il faut qu'elles rendent compte de leur emploi. Voici la marche que l'on a suivie à cet égard. Jusque vers le milieu du régne de Guillaume 111, à quelques exceptions près, qui ont toujours été regardées comme des irrégularités, toutes les contribut...
...re responsabilité que celle des trésoriers envers le monarque. Il s'établit dans l'échiquier, une forme très compliquée de comptes ; mais comme elle n'intéressait que le roi, elle në ressortis-sait qu'à lui. Le Parlement n'en prenait jamais a...
...ins que le roi ne lui proposât des lois pour faire observer au dehors les règles qu'il voulait établir dans l'intérieur de ce tribunal, d'une nature particulière. La sanction du parlement était nécessaire, surtout pour contraindre les comptables en retard. Cette forme subsiste encore aujourd'hui. On juge les comptes dans l'échiquier. Le parlement n'examine que les grandes masses de la dépense publique, lorsque des raisons très graves ne l'obligent pas de scruter quelques détails qu'il ne peut pas surveiller habituellement. Le dépérissement des revenus ordinaires de la couronne et les dépenses extraordinaires de Guillaume III donnèrent naissance aux appropriations des revenus publics. La première de toutes fut la liste civile. Le Parlement fut bientôt obligé de pourvoir au payement des annuités qu'il avait créées au profit des créanciers de l'Etat; il établit des impôts d'une longue durée, lesquels furent appropriés à ce remboursement annuel. On adopta la même méthode pour les dépenses extraordinaires. L'usage s'établit, enfin, d'hypothéquer plusieurs branches de revenus, pour payer les emprunts qui se succédèrent presque sans interruption, sous les règnes de Guillaume III et de la reine Anne. Ces destinations particulières ont toujours été religieusement respectées. Les recettes furent ainsi distin...
...parlé, Messieurs, dans cette Assemblée, de l'économie des nouveaux Etats américain...
...armée, on ne vous dit pas que les frais de justice y sont énormes, et que cette dé...
On vous a souvent parlé, Messieurs, dans cette Assemblée, de l'économie des nouveaux Etats américains. Mais, outre que ces gouvernements fédératifs sont dispensés, par leur pusition, d'entretenir une flotte et une armée, on ne vous dit pas que les frais de justice y sont énormes, et que cette dépense n'en est pas moins onéreuse au peuple, quoiqu'elle ne soit pas versée dans...
... une économie durable dans les dépenses de l'administration? ... beaucoup plus à l'Etat que les anciennes ; et espérez-vous qu'elles établissent une économie durable dans les dépenses de l'administration?

Séance du samedi 24 juillet, au soir

page 336
...r ces méthodes récentes au gouvernement de la France. possible, du moins à présent, d'appliquer ces méthodes récentes au gouvernement de la France.
Outre les frais de comptabilité, la perception des tributs sur laquelle on espère parmi nous tant de réductions de dépense, nous révélera bientôt les plus...
...adopter pour faire parvenir les revenus de l'Etat au Trésor public, les grandes économies que l'on se promet dans cette partie de l'administration, comme des bienfaits a...
... elle qui nous convaincra, chaque jour, de l'indispensable nécessité d'exiger, des receveurs de l'impôt, un cautionnement proportionné ...
... en taxations fixes, soit en jouissance de fonds : ce qui compose la même charge pour la caisse nationale. J'ose prédire hardiment, Messieurs, que la surveillance des directoires, en suppos...
Outre les frais de comptabilité, la perception des tributs sur laquelle on espère parmi nous tant de réductions de dépense, nous révélera bientôt les plus étranges mécomptes. Quelque moyen que l'on puisse adopter pour faire parvenir les revenus de l'Etat au Trésor public, les grandes économies que l'on se promet dans cette partie de l'administration, comme des bienfaits assurés du nouveau régime, seront peut-être incessamment reléguées parmi les éblouissantes théories démenties par l'expérience. Ge sera elle qui nous convaincra, chaque jour, de l'indispensable nécessité d'exiger, des receveurs de l'impôt, un cautionnement proportionné à leur recette. Il faudra, dès lors, leur assigner des émoluments, soit en taxations fixes, soit en jouissance de fonds : ce qui compose la même charge pour la caisse nationale. J'ose prédire hardiment, Messieurs, que la surveillance des directoires, en supposant même qu'elle fût payée, ne suppléera jamais à ces cautionnements effectifs.
...t surtout, Messieurs, dans cette partie de la perception des tributs publics, que les principes secrets attachés à l'essence de tous les gouvernements populaires exerc...
...ntements que l'on n'oserait pas avouer, de peur de compromettre sa popularité, du moins en...
G'est surtout, Messieurs, dans cette partie de la perception des tributs publics, que les principes secrets attachés à l'essence de tous les gouvernements populaires exercent promptement leur action et leur influence; que les places se multiplient sous mille prétextes spécieux ; que leurs profits grossissent sans cesse, sinon en appointements que l'on n'oserait pas avouer, de peur de compromettre sa popularité, du moins en émoluments qui coûtent encore plus cher à l'Etat; que les régies s'établissent ...
Je citerai, Messieurs, en preuve de cette tendance qu'a l'Assemblée nationa...
...ers les systèmes les moins économiques, la différence très remarquable que nous présentent l'Angleterre et la France, relativement à leur navigation ...
Je citerai, Messieurs, en preuve de cette tendance qu'a l'Assemblée nationale elle-même vers les systèmes les moins économiques, la différence très remarquable que nous présentent l'Angleterre et la France, relativement à leur navigation intérieure.
étaient chargées de les employe