Résultats groupés par volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-121 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-101 hits on 1789-110 hits on 1789-123 hits on 1790-017 hits on 1790-0215 hits on 1790-038 hits on 1790-049 hits on 1790-056 hits on 1790-0612 hits on 1790-077 hits on 1790-0810 hits on 1790-096 hits on 1790-1016 hits on 1790-116 hits on 1790-126 hits on 1791-0113 hits on 1791-0210 hits on 1791-036 hits on 1791-047 hits on 1791-0520 hits on 1791-0613 hits on 1791-0716 hits on 1791-087 hits on 1791-0912 hits on 1791-1020 hits on 1791-1117 hits on 1791-1218 hits on 1792-0122 hits on 1792-0226 hits on 1792-0326 hits on 1792-0427 hits on 1792-0514 hits on 1792-0636 hits on 1792-0733 hits on 1792-0817 hits on 1792-098 hits on 1792-1015 hits on 1792-1114 hits on 1792-123 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-036 hits on 1793-042 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-078 hits on 1793-0813 hits on 1793-094 hits on 1793-1018 hits on 1793-1118 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-031 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
41 - 50 sur 59 volumes
  • Tome 54 : Du 1er au 10 décembre 1792 6 résultats
    • Séance du samedi 1 décembre 1792

      Séance du samedi 1 décembre 1792

      page 2 - 26
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 1er décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈI1E DE VIEUZAC, président. Carra , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi 29 novembre 1792 , au soir. (La Convention en adopte la rédaction.) Mailhe , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mercredi 28 novembre 1792 . (La Convention en adopte la rédaction.) Mailhe , au nom du c
      ...
      suffisamment détailléles motifs. Ce canal devant être utile aux nations étrangères et setrourantde l'intérêt delà France d'y appeler le plus grand nombre des peuples de l'Europe, il m'a-paru essentiel que la France fît le sacrifice des frais nécessaires à l'exécution, afin de rendre le canal aussi gratuit qu'il peut l'être ; mais c'est une exception, et peut-être même ne doit-elle pas être admise.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 1er décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈI1E DE VIEUZAC, président. Carra , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi 29 novembre 1792 , au so
      ...
      que la France fît le sacrifice des frais nécessaires à l'exécution, afin de rendre le canal aussi gratuit qu'il peut l'être ; mais c'est une exception, et peut-être même ne doit-elle pas être admise.
    • Séance du dimanche 9 décembre 1792, au matin

      Séance du dimanche 9 décembre 1792, au matin

      page 700 - 722
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 9 décembre 1792 , au matin. PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Treilhard , secrétaire, donne lecture du procès» verbal de la séance du vendredi 7 décembre 1792 . (La Convention en adopte la rédaction.) Lepeletier de Saint-Fargeau , secrétaire, donne lecture des lettres et adresses suivantes : 1° Lettre du
      ...
      on; cette marque d'estime m'eût singulièrement flatté : je me trompais; une seule section a fait une contribution volontaire qu'elle a reprise le lendemain, il y a des meneurs de sections. J'ai vu que ceux qui parlaient les derniers étaient des Gicérôns; j ai vu qu'ils sont bien rares les hommes qui sont eux et ne pensent point par les autres; et j'ai dit : ô ma patrie ! quand seras-tu République?
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 9 décembre 1792 , au matin. PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Treilhard , secrétaire, donne lecture du pr
      ...
      ceux qui parlaient les derniers étaient des Gicérôns; j ai vu qu'ils sont bien rares les hommes qui sont eux et ne pensent point par les autres; et j'ai dit : ô ma patrie ! quand seras-tu République?
    • Séance du lundi 3 décembre 1792

      Séance du lundi 3 décembre 1792

      page 57 - 337
      CONVENTION NATIONALE. Séance au LUNDI 3 DÉCEMBRE 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président, ET GUADET, ancien président.s PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE. VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du vendredi 30 novembre 1792 . La Convention en adopte la rédaction.) Treilhard , secrétaire, donne lecture du p
      ...
      t; lequel jugement ne pourra être soumis à la cassation, et sera exécuté le jour même où il aura été, rendu ; 8° Que Marie-Antoinette, femme de Louis Capet, et les membres de la famille ci-devant royale, qui pourront être complices des crimes de Louis Capet, et impliqués dans ce grand procès, seront dénoncés à l'accusateur public, et jugés comme le reste des citoyens, par les tribunaux ordinaires.
      CONVENTION NATIONALE. Séance au LUNDI 3 DÉCEMBRE 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président, ET GUADET, ancien président.s PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE. VIEUZAC, président. La séance est ouverte à di
      ...
      le, qui pourront être complices des crimes de Louis Capet, et impliqués dans ce grand procès, seront dénoncés à l'accusateur public, et jugés comme le reste des citoyens, par les tribunaux ordinaires.
    • Séance du mardi 4 décembre 1792

      Séance du mardi 4 décembre 1792

      page 337 - 353
      CONVENTION NATIONALE. Séance dumardi 4 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÉRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Lepeletier de Saint-Fargeau , secrétairep donne lecture des procès-verbaux des séances du dimanche 2 décembre 1792, matin et soir. (La Convention en adopte la rédaction.) Mailhe , secrétaire, donne lecture des lettres adresses et pétitions suivantes : Adres
      ...
      t s'occuper de Louis XVI, mais de tous les Bourbons, car je suis sûr que nous ne serons tranquilles qu'après que nous aurons prononcé sur tous les membres de cette famille. Je fais la proposition additionnelle suivante : « La Convention nationale discutera sans interruption et prononcera sur la famille des Bourbons. *» (La Convention décrète cette proposition.) (La séance est levée à. six heures.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance dumardi 4 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÉRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Lepeletier de Saint-Fargeau , secrétairep donne lecture d
      ...
      tionnelle suivante : « La Convention nationale discutera sans interruption et prononcera sur la famille des Bourbons. *» (La Convention décrète cette proposition.) (La séance est levée à. six heures.)
    • Séance du mercredi 5 décembre 1792

      Séance du mercredi 5 décembre 1792

      page 353 - 386
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 5 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEYZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Jean-Bon-Saint-André , secrétaire, donne leçture du procès-verbal du LUNDI 3 DÉCEMBRE 1792, (La Convention en adopte la rédaction.) Treilhard , secrétaire, donne lecture dès lettres suivantes : 1° Lettre àe Roland, ministre "de l'intérieur, relative aux
      ...
      et d'égalité du peuple généreux dont elle fait partie. « Mande aux corps administratifs du département de la Marne, de faire transcrire le présent acte sur leurs registres, et de'veiller à son exécution. « Fait à Paris, le 3 décembre 1792. « L'an Ier de la République française. « Signé ; Roland, Paché, Monge, Garat, Lebrun, Clavière. Et plus bas, par le conseil, « Signé : Grouvelle, secrétaire. »
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 5 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEYZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Jean-Bon-Saint-André , secrétaire, donne leçture du p
      ...
      ion. « Fait à Paris, le 3 décembre 1792. « L'an Ier de la République française. « Signé ; Roland, Paché, Monge, Garat, Lebrun, Clavière. Et plus bas, par le conseil, « Signé : Grouvelle, secrétaire. »
    • Séance du vendredi 7 décembre 1792

      Séance du vendredi 7 décembre 1792

      page 402 - 657
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 7 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Treilhard , secrétaire, donne lecture des lettres et adresses suivantes : 1° Lettre des administrateurs du département de l'Indre, qui font part des mesures par eux prises pour arrêter les efforts des perturbateurs qui devaient se porter sur Valençay. (
      ...
      enné-et-Loire du 1er février 1792. 297 Lettré adressée au roi, au nom des vrais citoyens de la ville de Rouen, à l'occasion de la pétition présentée dans le courant du mois de février dernier à l'Assemblée nationale par la Société dite des amis de la Constitution, séante à Rouen, laquelle pétition a pour objet la destruction des maisons religieuses de cette ville. Fin de la table du second volume.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 7 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE BARÈRE DE VIEUZAC, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Treilhard , secrétaire, donne lecture des lettres et
      ...
      mblée nationale par la Société dite des amis de la Constitution, séante à Rouen, laquelle pétition a pour objet la destruction des maisons religieuses de cette ville. Fin de la table du second volume.
  • Tome 55 : Du 11 au 27 décembre 1792 7 résultats
    • Séance du jeudi 20 décembre 1792

      Séance du jeudi 20 décembre 1792

      page 181 - 331
      CONVENTION NATIONALE. Séance du jeudi 20 décembre 1792 . présidence de barère, guadet et pétion, anciens présidents. présidence de barère, ancien président. La séance est ouverte à dix heures du ïnatin. Treilhard , secrétaire, donne lecture de l'interrogatoire d'Achille Viard (1). Un membre propose de rapporter le décret qui a mis Viard en état d'arrestation. (1) Voy. Archives parlementairelPd séri
      ...
      31,807 Venant des autres ports de la Méditerranée c J «3 CQ 47 38 1,015 40 432 1,596 x % ® h 17 320 270 4,408 4,632 1,230 55,310 910 2,306 22,156 10,976 TOTAL GÉNÉRAL des bâtiments entrés dans chaque port cS 197 1,013 485 606 224 961 89 177 1,045 3,781 1,175 1,123 91.557 35 x S s* a o G G c G ® O'C H 10,427 52,621 13,027 23,655 9,577 55,653 19,371 12,070 60.614 120,719 47,534 63,509 488,777 3,114
      CONVENTION NATIONALE. Séance du jeudi 20 décembre 1792 . présidence de barère, guadet et pétion, anciens présidents. présidence de barère, ancien président. La séance est ouverte à dix heures du ïnatin
      ...
      port cS 197 1,013 485 606 224 961 89 177 1,045 3,781 1,175 1,123 91.557 35 x S s* a o G G c G ® O'C H 10,427 52,621 13,027 23,655 9,577 55,653 19,371 12,070 60.614 120,719 47,534 63,509 488,777 3,114
    • Séance du samedi 22 décembre 1792

      Séance du samedi 22 décembre 1792

      page 351 - 361
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 22 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE GUADET, ancien président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Creuzé-Latouche , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi 20 décembre 1792. ' • (La Convention en adopte la rédaction.) Louvet ,secrétaire, donne lecture des lettres suivantes : 1° Lettre des citoyens Lamarque et Lazare Carnot, commi
      ...
      cette vente sera mis en séquestre entre les mains du receveur du district, pour être remis, sans frais, à qui sera ordonné, après que la Convention nationale aura prononcé sur la validité de l'échange, d'après la vérification et examen des titres, conformément à l'article 34 de la loi du 22 novembre 1790. » (La Convention adopte ce projet de décret.) (La séance est levée à quatre heures et demie.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 22 décembre 1792 . PRÉSIDENCE DE GUADET, ancien président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Creuzé-Latouche , secrétaire, donne lecture du procès-verb
      ...
      , d'après la vérification et examen des titres, conformément à l'article 34 de la loi du 22 novembre 1790. » (La Convention adopte ce projet de décret.) (La séance est levée à quatre heures et demie.)
    • Séance du mercredi 12 décembre 1792

      Séance du mercredi 12 décembre 1792

      page 17 - 36
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 12 décembre 1792 . présidence de barÈre, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just ,secrétaire, donne lecture d'une adresse des députés extraordinaires des citoyens de Strasbourg, qui demandent que le tribunal criminel de Strasbourg ne puisse pas connaître du procès de Frédéric Diétrich, ancien maire de Strasbourg, ce prévenu y ayant
      ...
      pose à cet égard ce qu'il a trouvé de plus simple, de plus convenable et de plus propre en même temps à donner à l'enseignement de la solennité; et à ceux qui s'y dévoueront, un caractère respectable, afin que des fonctions si utiles en elles-mêmes, et si importantes pour la patrie, soient désormais recherchées par les meilleurs citoyens, comme par les hommes les plus capables de les bien remplir.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 12 décembre 1792 . présidence de barÈre, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just ,secrétaire, donne lecture d'une adresse des députés
      ...
      afin que des fonctions si utiles en elles-mêmes, et si importantes pour la patrie, soient désormais recherchées par les meilleurs citoyens, comme par les hommes les plus capables de les bien remplir.
    • Séance du vendredi 14 décembre 1792

      Séance du vendredi 14 décembre 1792

      page 45 - 59
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 14 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin Treilhard , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du lundi, 10 décembre 1792. (La Convention en adopte la rédaction.) Treilhard , au nom du comité d'aliénation, présente un projet de décret pour transférer le dépôt militaire de Saint-Denis à V
      ...
      , sur la liste civile, pour n'avoir pas obtenu une place à Saint-Domingue. Au reste, la lettre de Lavau contenait des phrases fort énergiques et très républicaines. L'autre paquet renfermait des exemplaires de l'opinion d'un officier sur le jugement du roi ; il demande qu'il soit jugé suivant la rigueur de la loi, mais d'une loi antérieure à son délit. (La séance est levée à cinq heures un quart.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 14 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin Treilhard , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la s
      ...
      laires de l'opinion d'un officier sur le jugement du roi ; il demande qu'il soit jugé suivant la rigueur de la loi, mais d'une loi antérieure à son délit. (La séance est levée à cinq heures un quart.)
    • Séance du samedi 15 décembre 1792

      Séance du samedi 15 décembre 1792

      page 59 - 76
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 15 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Creuzé-Latouche , secrétaire, donne lecture d'une lettre de Roland, ministre de l'intérieur, par laquelle il dénonce un sieur Taboureau, qui cherche à exciter des troubles dans la ville d'Orléans au sujet des subsistances. Suit la teneur de cette lettre : « Paris
      ...
      doit exister désormais entre nous. » Un membre commence la lecture d'une autre proclamation à faire par les généraux français aux peuples conquis à la liberté. Il est violemment interrompu et mis dans l'impossibilité de continuer sa lecture. (La Convention adopte, sauf rédaction, le texte de la proclamation des comités réunis, présentée par Cambon) (1). (La séance est levée à cinq heures du soir.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 15 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Creuzé-Latouche , secrétaire, donne lecture d'une lettre de Rol
      ...
      l'impossibilité de continuer sa lecture. (La Convention adopte, sauf rédaction, le texte de la proclamation des comités réunis, présentée par Cambon) (1). (La séance est levée à cinq heures du soir.)
    • Séance du dimanche 16 décembre 1792

      Séance du dimanche 16 décembre 1792

      page 76 - 89
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 16 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just , secrétaire, donne lecture des pro-cès-verbaux de la séance du jeudi 13 décembre 1792, au matin, et de celle du jeudi, 14 décembre 1792, au soir. (La Convention adopte ces deux rédactions.) Osselin , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la
      ...
      r le sort desquels la Convention doit prononcer, sor- tiront dans trois jours du département de Paris, et dans huit jours du territoire de la République, ainsi que des pays occupés par ses armées. « Elle ajourne à deux jours la question de savoir si Philippe, ci-devant d'Orléans, ayant été nommé représentant du peuple, peut être compris dans le décret. » (La séance est levée à six heures du soir.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 16 décembre 1792 . présidence de defermon, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just , secrétaire, donne lecture des pro-cès-verbaux de
      ...
      lle ajourne à deux jours la question de savoir si Philippe, ci-devant d'Orléans, ayant été nommé représentant du peuple, peut être compris dans le décret. » (La séance est levée à six heures du soir.)
    • Séance du lundi 17 décembre 1792, au soir

      Séance du lundi 17 décembre 1792, au soir

      page 119 - 126
      CONVENTION NATIONALE. Séancç du lundi 17 décembre 1792 , au soir. présidence de defermon, président. La séance est ouverte à 6 heures du soir. Paganel , au nom du comité des pétitions et de correspondance, fait un rapport (1) sur diverses adresses envoyées à la Convention : il s'exprime ainsi : Citoyens, je viens au nom de votre comité des pétitions et correspondance, vous rendre compte des adresse
      ...
      itaire. Les officiers 'de santé et employés de l'Hôtel-Dieu de Paris oiit envoyé, pour le deuxième trimestre de la solde de 3 volontaires qu'ils ont çnvoyés aux frontières, une somme de 202 liv. 10 s. en assignats. (La Convention nationale décrète la mention honorable de tous ces dons et ordonne qu'extrait du procès-verbal sera délivré aux donateurs.) (La séance est levée à dix heùres et derîiie.)
      CONVENTION NATIONALE. Séancç du lundi 17 décembre 1792 , au soir. présidence de defermon, président. La séance est ouverte à 6 heures du soir. Paganel , au nom du comité des pétitions et de corresponda
      ...
      en assignats. (La Convention nationale décrète la mention honorable de tous ces dons et ordonne qu'extrait du procès-verbal sera délivré aux donateurs.) (La séance est levée à dix heùres et derîiie.)
  • Tome 56 : Du 28 décembre 1792 au 11 janvier 1793 1 résultat
    • Séance du vendredi 28 décembre 1792

      Séance du vendredi 28 décembre 1792

      page 1 - 34
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 28 décembre 1792. PRÉSIDENCE DE TREILHARD, président, La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just , secrétaire, donne lecture du procès» verbal de la séance du mardi, 25 décembre 1792. (La Convention en adopte la rédaction.) Osselin , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi, 27 décembre 1792, AU MATIN. (La Convention en a
      ...
      é un autre. Qu'il vous suffise de savoir que mon cœur est exempt de haines, qu'il a besoin d'amis, et que son vœu le plus cher est de vous retrouver tel qu'il a cru vous connaître. Si mes raisons vous ont touché, je m'en féliciterai, autant pour la chose publique que pour moi; si, au contraire, je tous ai parlé inutilement, oubliez ma lettre, ne me répondez pas, nous n'avons plus rien à nous dire.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 28 décembre 1792. PRÉSIDENCE DE TREILHARD, président, La séance est ouverte à dix heures du matin. Saint-Just , secrétaire, donne lecture du procès» verbal de l
      ...
      ont touché, je m'en féliciterai, autant pour la chose publique que pour moi; si, au contraire, je tous ai parlé inutilement, oubliez ma lettre, ne me répondez pas, nous n'avons plus rien à nous dire.
  • Tome 57 : Du 12 au 28 janvier 1793 2 résultats
    • Séance du mardi 15 janvier 1793

      Séance du mardi 15 janvier 1793

      page 60 - 328
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mardi 15 JANVIER 1793 . PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président. La séance est ouverte à dix heures cinquante-trois minutes du matin. Manuel , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du lundi 14 JANVIER 1793. (La Convention en adopte la rédaction.) Bancal , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du dimanche 13 JANVIER 1793. (La Convention
      ...
      e nature serait un monstre dans le sein du corps social, et tout membre de ce corps aurait le droit de courir sus, et d'en purger le sol de la liberté. Je conclus donc à ce que, quel que soit le jugement qui sera prononcé contre Louis, il ne puisse être exécuté sans la sanction du peuple souverain, réuni en assembles primaires. Telle est mon opinion, tels sont mes doutes, j'en demande la solution.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mardi 15 JANVIER 1793 . PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président. La séance est ouverte à dix heures cinquante-trois minutes du matin. Manuel , secrétaire, donne lecture du pr
      ...
      ent qui sera prononcé contre Louis, il ne puisse être exécuté sans la sanction du peuple souverain, réuni en assembles primaires. Telle est mon opinion, tels sont mes doutes, j'en demande la solution.
    • Séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 janvier 1793

      Séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 janvier 1793

      page 328 - 423
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 JANVIER 1793 . PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président, et de BARÈRE, ancien président. PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président. La séance est ouverte à dix heures et demie du matin. Bancal , secrétaire, donne lecture d'une lettre des membres du conseil général de la commune de Houen, qui adressent à la Convention le procès-verbal de ce qu
      ...
      re français. C'orbel. Pour là déportation pendant la guerre; le bannissement à la paix. Enlart. RÉSUMÉ. Pour la mort sans condition...... 361 Pour la mort avec l'amendement de Mailhe..................... 26 Pour la mort conditionnelle...... 44 Pour diverses peines autres que la mort......................... 290 Absents......................... 28 Total des membres de la - Convention........... 749
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 JANVIER 1793 . PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président, et de BARÈRE, ancien président. PRÉSIDENCE DE VERGNIAUD, président. La séance es
      ...
      ... 26 Pour la mort conditionnelle...... 44 Pour diverses peines autres que la mort......................... 290 Absents......................... 28 Total des membres de la - Convention........... 749
  • Tome 61 : Du 31 mars au 12 avril 1793 6 résultats
    • Séance permanente du samedi 6 avril 1793

      Séance permanente du samedi 6 avril 1793

      page 360 - 391
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du samedi 6 avril 1793 . présidence de delmas, président (1). La séance est reprise à dix heures et quart du matin. La Révellière-Lépeaux , secrétaire (2), donne lecture du procès-verbal de la séance permanente du jeudi 4 avril 1793, depuis une heure du matin jusqu'à six heures du soir. (La Convention en adopte la rédaction.) Mellinet , secrétaire, donne lect
      ...
      unal révolutionnaire, l'armée des sans-culottes que l'on a décrétée hier, et qu'il fût placé dans ce comité d'exécution ; que ne pourra-t-il pas faire 1 Croyez-vous qu'un ami de la liberté, un vrai républicain, ne puisse pn être effrayé 1 (Interruption.) Il est étonnant que je ne jouisse pas ici de ma liberté. (L'Assemblée ferme la discussion, et décrète les articles suivants du projet de décret.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du samedi 6 avril 1793 . présidence de delmas, président (1). La séance est reprise à dix heures et quart du matin. La Révellière-Lépeaux , secrétaire (2), donne
      ...
      publicain, ne puisse pn être effrayé 1 (Interruption.) Il est étonnant que je ne jouisse pas ici de ma liberté. (L'Assemblée ferme la discussion, et décrète les articles suivants du projet de décret.)
    • Séance permanente du dimanche 7 avril 1793, au matin

      Séance permanente du dimanche 7 avril 1793, au matin

      page 391 - 400
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du dimanche 7 avril 1793 , au matin. présidence de delmas, président, et de garran-coulon, secrétaire. Présidence de Delmas, président. La séance est reprise à 10 heures 40 minutes i du matin. David (1). J'ai l'honneur de déposer sur l'autel de la patrie une somme de J00 livres, (1) P. y., tome 9, page 121. qu'une jeune personne Qui étudie les arts, et qtii e
      ...
      . (La Convention décrète le renvoi de cette lettre au comité de Salut public et en ordonne l'insertion au Bulletin.) Le Président (1) fait connaître que Robert Lindet a obtenu 148 voix, soit la majorité absolue des suffrages exprimés. Il le proclame membre du comité de Salut public, en remplacement de Jean Debry. (La séance est suspendue à cinq heures du soir et prorogée au même jour sept heures.)
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du dimanche 7 avril 1793 , au matin. présidence de delmas, président, et de garran-coulon, secrétaire. Présidence de Delmas, président. La séance est reprise à 1
      ...
      té absolue des suffrages exprimés. Il le proclame membre du comité de Salut public, en remplacement de Jean Debry. (La séance est suspendue à cinq heures du soir et prorogée au même jour sept heures.)
    • Séance permanente du dimanche 7 avril 1793, au soir

      Séance permanente du dimanche 7 avril 1793, au soir

      page 400 - 413
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du dimanche 7 avril 1793 , au soir. présidence de treilhard, ex-président (1). La séance est reprise à sept heures du soir. La Révellière-Lepeaux , secrétaire, donne lecture d'une lettre de Carnot et Lesage-Senault, commissaires de la Convention dans le Nord et le Pas-de-Calais, par laquelle ils annoncent l'envoi d'une malle remplie de papiers ayant appartenu
      ...
      té; et ils instruisent toutes les villes du royaume du danger où se trouve la capitale menacée; le serment de fidélité est prêté de leur part; ils s'occupent de la chose publique, dénoncent tous les traîtres à la patrie. Ainsi, chers camarades et frères d'armes, en ranimant notre courage nous sommes sûrs de vivre heureux. Cela ne tient qu'au patriotisme le plus pur. Signé : de Rubigny de Berteval.
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du dimanche 7 avril 1793 , au soir. présidence de treilhard, ex-président (1). La séance est reprise à sept heures du soir. La Révellière-Lepeaux , secrétaire, d
      ...
      raîtres à la patrie. Ainsi, chers camarades et frères d'armes, en ranimant notre courage nous sommes sûrs de vivre heureux. Cela ne tient qu'au patriotisme le plus pur. Signé : de Rubigny de Berteval.
    • Séance du vendredi 12 avril 1793

      Séance du vendredi 12 avril 1793

      page 609 - 696
      CONVENTION NATIONALE Séance du vendredi 12 avril 1793 présidence de thuriot, vice président et de delmas, président. La séance est reprise à dix heures cinq minutes du matin. La Révellière-Lépeaux , secrétaire, donne lecture des lettres et adresses suivantes : 1° Lettre de Dalbarade, ministre de la marine ; il demande une prompte expédition du décret qui réunit les forges de la Chaussade à son; dép
      ...
      er votre marche doivent être mis en usage. Si nous sommes attaqués avant notre arrivée, nous saurons combattre et mourir, et nous ne livrerons Paris que réduit en cendres. « Signé : Marat, député-président ; Dubois-son, w'ce-prmdtewtf ;Jay, Duquesnoy, député; Coindre, Deperret, Champertois, Prieur, secrétaire. » FIN DU TOME LXI ARCHIVES PARLEMENTAIRES première série TARLE CHRONOLOGIQUE DU TOME LXI
      CONVENTION NATIONALE Séance du vendredi 12 avril 1793 présidence de thuriot, vice président et de delmas, président. La séance est reprise à dix heures cinq minutes du matin. La Révellière-Lépeaux , se
      ...
      ident ; Dubois-son, w'ce-prmdtewtf ;Jay, Duquesnoy, député; Coindre, Deperret, Champertois, Prieur, secrétaire. » FIN DU TOME LXI ARCHIVES PARLEMENTAIRES première série TARLE CHRONOLOGIQUE DU TOME LXI
    • Séance du mercredi 3 avril 1793, au matin

      Séance du mercredi 3 avril 1793, au matin

      page 112 - 260
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 3 avril 1793 , au matin. présidence de bréard, ancien président. La séance est ouverte à neuf heures du matin. La Revellière-Lépeaux , secrétaire, donne lecture des procès-verbaux des séances du samedi 30 et dimanche 31 avril 1793. (La Convention approuve cette rédaction) (1). Garran-Coulon , secrétaire, donne lecture des lettres, adresses et pétitions suiva
      ...
      on à la Convention nationale, si je m'exprime avec une chaleur qui n'est peut-être permise qu'à ses membres, et qù'un de ses ministres ne doit pas se permettre ; mais soyez assurés que c'est le zèle, c'est le sentiment profond qui m'inspire et qui me fait un besoin de vous communiquer ces mesures; il y a longtemps que je suis persuadé qu'il n'y en a pas de meilleure pour le salut de la République.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du mercredi 3 avril 1793 , au matin. présidence de bréard, ancien président. La séance est ouverte à neuf heures du matin. La Revellière-Lépeaux , secrétaire, donne lecture
      ...
      c'est le sentiment profond qui m'inspire et qui me fait un besoin de vous communiquer ces mesures; il y a longtemps que je suis persuadé qu'il n'y en a pas de meilleure pour le salut de la République.
    • Séance permanente du vendredi 5 avril 1793, au matin

      Séance permanente du vendredi 5 avril 1793, au matin

      page 317 - 345
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du vendredi 5 avril 1793 , au matin. présidence de delmas, président. La séance est reprise à neuf heures du matin. Rabaut-Satnt-Étienne donne lecture d'une lettre du citoyen Strouyen, disciple du thes-salien Hérodote, qui adresse à la Convention une somme de 50 livres pour les frais de la guerre; cette lettre est ainsi conçue (1) : 1er avril 1793 , l'an II d
      ...
      urmures.) J'ai été le seul dans cette assemblée qui se soit opposé à la fuite de Beurnonville ; d'après le passeport que lui avait donné le comité, on vous a dit que ce comité était celui de Dumouriez ; èh bien, moi je déclare que c'est celui des traîtres. (Nouveaux murmures.) (La Convention passe à l'ordre du jour.) (La séance est suspendue à 5 heures et demie et prorogée à huit heures du soir. )
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du vendredi 5 avril 1793 , au matin. présidence de delmas, président. La séance est reprise à neuf heures du matin. Rabaut-Satnt-Étienne donne lecture d'une lett
      ...
      ; èh bien, moi je déclare que c'est celui des traîtres. (Nouveaux murmures.) (La Convention passe à l'ordre du jour.) (La séance est suspendue à 5 heures et demie et prorogée à huit heures du soir. )
  • Tome 62 : Du 13 au 19 avril 1793 1 résultat
    • Séance permanente du samedi 18 avril 1798

      Séance permanente du samedi 18 avril 1798

      page 1 - 75
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du samedi 18 avril 1798. PRÉSIDENCE DE THUBIOT vice-président. La séance est reprise à dix heures cinq minutes du matin. Sergent (1). Je demande qu'on fasse imprimer et distribuer aux armées toutes les lettres de Dumouriez dans lesquelles ce traître a indignement accusé les soldats d'être des lâches, des brigands et des assassins. Elles contrastent avec le dé
      ...
      rdollin (Basses-Alpes). Vergniaud (Gironde). Vermon (Ardennes). Vernerey (Doubs). Vlllers (Loire-Inférieure). Vinet (Charente-Inférieure). Vitet (Rhône-et-Loire), Voulliuid (Gard). Wandelaineoiirt (Haute-Marne). Yger (Seine-Inférieure). Ysabeau (Indre-et-Loire), NON MENTIONNÉS : Bertrand (Cantal) (1). Blaviel (Lot) (2). Chambon-Latour (Gard) (3). Mallet (Nord) (4). Villetard-Prunières (Tonné) (5),
      CONVENTION NATIONALE. Séance permanente du samedi 18 avril 1798. PRÉSIDENCE DE THUBIOT vice-président. La séance est reprise à dix heures cinq minutes du matin. Sergent (1). Je demande qu'on fasse impr
      ...
      ute-Marne). Yger (Seine-Inférieure). Ysabeau (Indre-et-Loire), NON MENTIONNÉS : Bertrand (Cantal) (1). Blaviel (Lot) (2). Chambon-Latour (Gard) (3). Mallet (Nord) (4). Villetard-Prunières (Tonné) (5),
  • Tome 64 : Du 2 au 16 mai 1793 1 résultat
    • Séance du samedi 4 mai 1793

      Séance du samedi 4 mai 1793

      page 40 - 123
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 4 mai 1793 présidence de boyer-eonfrède, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Pénières , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du vendredi 3 mai 1793 (1). (La Convention en adopte la rédaction.) Génissieu, secrétaire, donne lecture des lettres, adresses et pétitions suivantes : 1° Pétition de Laurent Lecointre, membre de la
      ...
      tés et les corps administratifs sont expressément chargés de l'exécution de la présente loi, et d'employer tous les moyens qui sont en leur pouvoir, pour faire approvisionner les marchés et y rétablir l'abondance. Art. 22. La Convention nationale déclare qu'elle prendra ultérieurement toutes les mesures qu'elle croira nécessaires, pour réprimer la malveillance, et assurer la subsistance du peuple.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 4 mai 1793 présidence de boyer-eonfrède, président. La séance est ouverte à dix heures du matin. Pénières , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séanc
      ...
      l'abondance. Art. 22. La Convention nationale déclare qu'elle prendra ultérieurement toutes les mesures qu'elle croira nécessaires, pour réprimer la malveillance, et assurer la subsistance du peuple.
  • Tome 70 : Du 30 juillet au 9 août 1793 2 résultats
    • Séance du jeudi 1 août 1793

      Séance du jeudi 1 août 1793

      page 62 - 120
      CONVENTION NATIONALE. Séance du jeudi 1er août 1793 . présidence de danton, Président. La séance est ouverte à 10 heures du matin. Un membre communique à la Ccmvention les actes d'adhésion à Iql Constitution (2). (La Convention renvoie ces actes à la commission des Sut et en ordonne l'insertion au Bullçtin.) Audouin , secrétaire, donne ensuite lecture des lettres suivantes : 1° Lettre des administr
      ...
      s de Lyon vonr capter leur confiance, proposez-leur de faire arrêter et livrer au glaive de la loi, ceux qu'elle a désignés comme rebelles et de se soumettre aux décrets de la Convention. Yoilà votre devoir ! voilà la seule fonction que vous puissiez remplir ! et voilà la «eule composition que nous puissions accepter. iSigné : Dubois-Crancé et Gauthier. Pour copie conforme : Signé : Dubois-Crancé.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du jeudi 1er août 1793 . présidence de danton, Président. La séance est ouverte à 10 heures du matin. Un membre communique à la Ccmvention les actes d'adhésion à Iql Consti
      ...
      devoir ! voilà la seule fonction que vous puissiez remplir ! et voilà la «eule composition que nous puissions accepter. iSigné : Dubois-Crancé et Gauthier. Pour copie conforme : Signé : Dubois-Crancé.
    • Séance du dimanche 4 août 1793

      Séance du dimanche 4 août 1793

      page 199 - 249
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 4 août 1793. PRÉSIDENCE DE DANTON, Président. La séance est ouverte à 9 heures du matin. » . • Un membre du comité de correspon -dencé (1) fait lecture des adresses d'adhésion et de félicitation sur les journées des âl mai et jours suivants, ainsi que sur l'achèvement de la Constitution. Gantons et communes. Liesle. Saint-Sauveur-sur-Douve. Libourne, section
      ...
      xprès avec R. et les plans. 21. Webber est revenu de Lille. 22. Payé à G. et H. 12,000 livres. Et pour l'impression, 16,570 livres. 24. Envoyé à Nantes et à Thouars 54,000 1. 25. Parti pour Dunkerque. 26. Terminé avec Hunter. 27. Envoyé A. à Londres. 28. D® à Tours et Nantes. 29. Reçu une lettre de sa grâce. 30. Envoyé à Paris. Juillet. 1. Envoyé à Rouen vers D. 2. Envoyé G. avec M. à Caen 60,000.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du dimanche 4 août 1793. PRÉSIDENCE DE DANTON, Président. La séance est ouverte à 9 heures du matin. » . • Un membre du comité de correspon -dencé (1) fait lecture des adre
      ...
      26. Terminé avec Hunter. 27. Envoyé A. à Londres. 28. D® à Tours et Nantes. 29. Reçu une lettre de sa grâce. 30. Envoyé à Paris. Juillet. 1. Envoyé à Rouen vers D. 2. Envoyé G. avec M. à Caen 60,000.
  • Tome 72 : Du 11 au 24 août 1793 4 résultats
    • Séance du vendredi 23 août 1793

      Séance du vendredi 23 août 1793

      page 642 - 690
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 23 août 1793 l'an deuxième de la République française, une et indivisible. PRÉSIDENCE DE DANTON. Les administrateurs du département de police de la commune de Paris, font passer à la Convention nationale l'état des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du département de Paris, lequel se monte à* 1,658 (1). La lettre des administrateurs
      ...
      ures tratours qui ont conspiré crétée sur la proposition de Gay. 12 Boisset (Le nom de Trullard a été porté deux fois et ensuite rayé ; puis Billaud-Varennes a été proposé, puis rayé. Enfin, le nom de Boisset est resté) ; 13 Taillefer; 14 (Espert a d'abord été proposé; on lui a substitué- Bayle, qui est écrit Bai le) ; 15 Pinet; 16 Fayolle ; 17 Lacroix (de la Marne) ; 18 Ingrand» peuple République
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 23 août 1793 l'an deuxième de la République française, une et indivisible. PRÉSIDENCE DE DANTON. Les administrateurs du département de police de la commune de P
      ...
      Boisset est resté) ; 13 Taillefer; 14 (Espert a d'abord été proposé; on lui a substitué- Bayle, qui est écrit Bai le) ; 15 Pinet; 16 Fayolle ; 17 Lacroix (de la Marne) ; 18 Ingrand» peuple République
    • Séance du samedi 24 août 1793

      Séance du samedi 24 août 1793

      page 691 - 742
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 24 août 1793 , l'an deuxième1 de la République française, une et indivisible^ PRÉSIDENCE DE ROBESPIERRE aîné. A l'ouverture de la séance, on donne lecture des lettres, pétitions et adresses suivantes (1). Lettre du citoyen Cusset, représentant du peuple près l'armée de la Moselle. Il rend compte des mesures qu'il a prises pour approvisionner la place de Thionv
      ...
      résumée du père n'était point de le reconnaître, et que d'ailleurs on n'a rien ôté à un enfant qui n'avait rien. Lacroix demande que si cette loi est prononcée, son effet rétroactif ne date que de l'époque où la Convention a décrété que les enfants naturels succéderaient à leurs pères. L'Assemblée renvoie les articles et toutes les propositions à l'examen du comité, a fin du tomb lxxii (lre série)
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 24 août 1793 , l'an deuxième1 de la République française, une et indivisible^ PRÉSIDENCE DE ROBESPIERRE aîné. A l'ouverture de la séance, on donne lecture des let
      ...
      poque où la Convention a décrété que les enfants naturels succéderaient à leurs pères. L'Assemblée renvoie les articles et toutes les propositions à l'examen du comité, a fin du tomb lxxii (lre série)
    • Séance du vendredi 16 août 1793

      Séance du vendredi 16 août 1793

      page 223 - 276
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 16 août 1793 l'an deuxième de la République française, une et indivisible. La séance a été ouverte à dix heures, par Dartigoeyte (2). La commune de Paris écrit à la Convention que le nombre des personnes détenues dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention de ce département, à l'époque du 14 août présent mois, est de 1,580. On ordonne l'insertion au
      ...
      e collègue Chau-dron-Roussau qui m'apprend que l'armée bordelaise marche sur Toulouse pour punir les patriotes d'y avoir déjoué les ennemis de la patrie. Je lui réponds que je ne crois pas à sa nouvelle, que cependant je hâterai mon arrivée à Toulouse pour y prendre des mesures. Signé : Cl. Alex. Ysabeau. Pour copie conforme à l'original : Signé : B. Martin, secrétaire des représentants du peuple.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du vendredi 16 août 1793 l'an deuxième de la République française, une et indivisible. La séance a été ouverte à dix heures, par Dartigoeyte (2). La commune de Paris écrit
      ...
      le, que cependant je hâterai mon arrivée à Toulouse pour y prendre des mesures. Signé : Cl. Alex. Ysabeau. Pour copie conforme à l'original : Signé : B. Martin, secrétaire des représentants du peuple.
    • Séance du samedi 17 août 1793

      Séance du samedi 17 août 1793

      page 276 - 347
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 17 août 1793 , l'an deuxième de la République française une et indivisible. Le rapporteur de la commission des dépêches observe que les appointements du chef de bureau de cette commission n'ont pas reçu une augmentation progressive à celle des chefs des comités des décrets et procès-verbaux : il propose le projet de décret suivant, qui est adopté : « La Conven
      ...
      du jour. III Compte rendu du Journal de Perlet (1). Le nommé Brémont, prévenu de complicité dans une fabrication de faux assignats, a été condamné à mort par le tribunal criminel. Depuis ce jugement, le chef de la fabrication, condamné comme lui, a déclaré que Brémont n'avait pris aucune part à son crime, qu'il lui était entièrement inconnu. Son avis l'a emporté, et on est passé à l'ordre du jour.
      CONVENTION NATIONALE. Séance du samedi 17 août 1793 , l'an deuxième de la République française une et indivisible. Le rapporteur de la commission des dépêches observe que les appointements du chef de b
      ...
      le chef de la fabrication, condamné comme lui, a déclaré que Brémont n'avait pris aucune part à son crime, qu'il lui était entièrement inconnu. Son avis l'a emporté, et on est passé à l'ordre du jour.
  • Tome 73 : Du 25 août au 11 septembre 1793 7 résultats
    • Séance du mercredi 4 septembre 1793

      Séance du mercredi 4 septembre 1793

      page 370 - 398
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 4 septembre 1793. L'an II de la République Française, une et indivisible Les administrateurs de police de Paris font passer l'état des prisons, dam lesquelles il y avait, au 2 de ce mois, 1,640 détenus (2). La lettre des administrateurs de police de Paris est ainsi conçue (3) : « Commune de Paris, le 3 septembre 1793, l'an II de la République une et indivisib
      ...
      araît que les comités n'ont en vue que de protéger ceux qui ont une certaine fortune; car d'après le projet qui vous est présenté, les petits particuliers qui n'auraient que 15 ou 20 arpents de terre ne jouiraient pas de la même faveur que ceux qui en auraient 50. Je demande la question préalable sur un projet qui viole si ouvertement les principes de l'égalité. La question préalable est décrétée.
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 4 septembre 1793. L'an II de la République Française, une et indivisible Les administrateurs de police de Paris font passer l'état des prisons, dam lesquelles il
      ...
      ne jouiraient pas de la même faveur que ceux qui en auraient 50. Je demande la question préalable sur un projet qui viole si ouvertement les principes de l'égalité. La question préalable est décrétée.
    • Séance du jeudi 5 septembre 1793

      Séance du jeudi 5 septembre 1793

      page 398 - 441
      CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal de la séance du 1er septembre présent mois. La Convention en adopte la rédaction (1). .gg Au nom de la Commission des dépêches, un membre donne lecture des pièces suivantes : État des détenus dans les maisons de justice et d'arrêt du dép
      ...
      ue le présent sera sur-le-champ adressé au comité de Salut pubhc avec pressante invitation de proposer à la Convention d'adopter ces mesures et de les rendre communes à tous les départements de la Répubhque. « A Strasbourg, le 14 août 1793, l'an II de la Répubhque française une et indivisible. « Signé : Ruamps, Borie, Milhaut, J.-B. Lacoste et Gutardin. » Pour copie conforme : « Signé: Gutardin. »
      CONVENTION NATIONALE Séance du jeudi 5 septembre 1793, L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal de la séance du 1er septembre présent
      ...
      ubhque. « A Strasbourg, le 14 août 1793, l'an II de la Répubhque française une et indivisible. « Signé : Ruamps, Borie, Milhaut, J.-B. Lacoste et Gutardin. » Pour copie conforme : « Signé: Gutardin. »
    • Séance du samedi 7 septembre 1793

      Séance du samedi 7 septembre 1793

      page 471 - 508
      CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 7 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des procès-verbaux des séances du 5 et du La rédaction de ces deux procès-verbaux est approuvée (1). L'Administration de police fait passer à la Convention nationale le tableau des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du départem
      ...
      res les plus prompts et les mesures les plus fortes ont été envoyés à Lyon, hier à une heure, par le ministre de la guerre. Il annonce ensuite la mort du général.Del-becq, employé à l'armée des Pyrénées, la prise du fils du ministre de la guerre en Espagne et l'arrestation de Pétion : l'un et l'autre, seront traduits à Paris. Barère annonce" enfin que le général Brunet est actuellement à l'Abbaye.
      CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 7 septembre 1793. L'an II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte par la lecture des procès-verbaux des séances du 5 et du La rédactio
      ...
      es, la prise du fils du ministre de la guerre en Espagne et l'arrestation de Pétion : l'un et l'autre, seront traduits à Paris. Barère annonce" enfin que le général Brunet est actuellement à l'Abbaye.
    • Séance du dimanche 8 septembre 1793

      Séance du dimanche 8 septembre 1793

      page 509 - 551
      CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 8 septembre 1793, L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte à dix heures par la lecture des procès-verbaux des 29 et 30 août dernier. La rédaction en est adoptée 1). Sur la proposition d'un membre [Merlin (de Douai) (2)]' : « La Convention nationale décrète que dans la loi d'hier, qui défend à tout Français de percevoir des
      ...
      ces abus, source de renchérissement des denrées, elle propose de porter la peine de mort, ou du moins, de la confiscation, contre quiconque garderait de l'argent enfoui et par là de forcer ceux qui en cachent à l'échanger contre des assignats. Cet amas d'argent, versé dans une caisse générale, servirait à acheter à tout prix chez l'étranger des grains et des armes. Renvoyé au comité des finances.
      CONVENTION NATIONALE Séance du dimanche 8 septembre 1793, L'An II de la République française, une et indivisible La séance est ouverte à dix heures par la lecture des procès-verbaux des 29 et 30 août d
      ...
      n cachent à l'échanger contre des assignats. Cet amas d'argent, versé dans une caisse générale, servirait à acheter à tout prix chez l'étranger des grains et des armes. Renvoyé au comité des finances.
    • Séance du mercredi 11 septembre 1793

      Séance du mercredi 11 septembre 1793

      page 645 - 709
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi, 11 septembre 1793. L'An II de la République française, une et indivisible. BUlaud-Varenne, président, occupe le fauteuil. ij Un membre donne lecture des lettres, adresses et pétitions suivantes : Les administrateurs du département de pohce de Paris font passer l'état des détenus dans les diverses maisons de justice et d'arrêt de cette viUe, à l'époque du 9 d
      ...
      n'est pas mentionnée au procès-verbal. Nous l'empruntons au Journal de la Montagne (n° 102 du jeudi 12 septembre 1793, p. 714, col 1). (4) Cette déclaration n'est pas mentionnée au procès-verbal. Nous l'empruntons au Moniteur universel n* 2o6 du vendredi 13 septembre 1793, p. 1087, col. 3.) (5) D'après les Annales patriotiques (n° 203 du vendredi 13 septembre 1793) cet Anglais te nomme Rrui-cham.
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi, 11 septembre 1793. L'An II de la République française, une et indivisible. BUlaud-Varenne, président, occupe le fauteuil. ij Un membre donne lecture des lettres
      ...
      s l'empruntons au Moniteur universel n* 2o6 du vendredi 13 septembre 1793, p. 1087, col. 3.) (5) D'après les Annales patriotiques (n° 203 du vendredi 13 septembre 1793) cet Anglais te nomme Rrui-cham.
    • Séance du mercredi 28 août 1793

      Séance du mercredi 28 août 1793

      page 108 - 139
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 28 août 1793 L'an deuxième de la République française, une et indivisible. La séance est ouverte par la lecture des Procès - abattue à coups de canon ; dès les premiers coups, dit le général du camp de Limonet, l'on voyait voler des oiseaux effrayés, incertains des maux qui les menaçaient, mais la maison a été renversée; les Lyonnais firent une canonnade très
      ...
      érité* à l'honneur et à mon patriotisme connu depuis 1789. Je défie qui que ce puisse être de m ôtejr un cheveu qui ne soit pas pour ma patrie ; mon corps, mon âme, je suis tout entier à elle. J'ai juré d'exterminer partout les rebelles et les intrigants ; je ne connais que le peuple. Dans- trois semaines, les scélérate de la Vendée ne seront plus. » (Ce discours reçoit de vifs, applaudissements.)
      CONVENTION NATIONALE Séance du mercredi 28 août 1793 L'an deuxième de la République française, une et indivisible. La séance est ouverte par la lecture des Procès - abattue à coups de canon ; dès les p
      ...
      ré d'exterminer partout les rebelles et les intrigants ; je ne connais que le peuple. Dans- trois semaines, les scélérate de la Vendée ne seront plus. » (Ce discours reçoit de vifs, applaudissements.)
    • Séance du samedi 31 août 1793

      Séance du samedi 31 août 1793

      page 236 - 270
      CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 31 août 1793 L'an II de la République française, une et indivisible Le citoyen Robespierre, président, occupe le fauteuil. La séance est ouverte à dix heures du matin. Un membre de la commission des dépêches donne lecture de différentes pièces (1). Il résulte de l'état des détenus dans les maisons de justice, d'arrêt et de détention du département de Paris, env
      ...
      de 250 hommes de troupes à cheval. Sur la proposition do Danton, le comité de Salut public présentera un projet qui réglera l'indemnité à accorder aux patriotes, victimes de la contre-révolution qui a éclaté à Marseille et celui de législation, un projet qui déterminera l'application des peines encourues par les chefs des rebelles. Les drapeaux pris sur les Marseillais seront brûlés publiquement.
      CONVENTION NATIONALE Séance du samedi 31 août 1793 L'an II de la République française, une et indivisible Le citoyen Robespierre, président, occupe le fauteuil. La séance est ouverte à dix heures du ma
      ...
      a éclaté à Marseille et celui de législation, un projet qui déterminera l'application des peines encourues par les chefs des rebelles. Les drapeaux pris sur les Marseillais seront brûlés publiquement.