Résultats groupés par volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-012 hits on 1790-023 hits on 1790-032 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-061 hits on 1790-070 hits on 1790-081 hits on 1790-091 hits on 1790-101 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-012 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-042 hits on 1791-051 hits on 1791-061 hits on 1791-073 hits on 1791-081 hits on 1791-094 hits on 1791-103 hits on 1791-112 hits on 1791-126 hits on 1792-015 hits on 1792-028 hits on 1792-033 hits on 1792-042 hits on 1792-054 hits on 1792-063 hits on 1792-073 hits on 1792-081 hits on 1792-090 hits on 1792-104 hits on 1792-115 hits on 1792-122 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-031 hits on 1793-041 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-071 hits on 1793-086 hits on 1793-094 hits on 1793-106 hits on 1793-115 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 sur 47 volumes
  • Tome 11 : Du 24 décembre 1789 au 1er mars 1790 2 résultats
    • Séance du lundi 1 février 1790

      - search term matches: (81)

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 406
      Locuteur: Ulry
      ...ente, relativement au décret concernant la division du département du Bar-rois, qu...
      ...re fait mention, dans le procès-verbal, de l'Ecole nationale en faveur de la ville de Ligny.
      représente, relativement au décret concernant la division du département du Bar-rois, qu'il ne doit pas être fait mention, dans le procès-verbal, de l'Ecole nationale en faveur de la ville de Ligny.
      Locuteur: Ulry
      L'Assemblée ordonne la rectification de cette erreur. L'Assemblée ordonne la rectification de cette erreur.
      Locuteur: Le Président
      ...our le nouveau président, n'a pas donné la pluralité absolue; que sur 694 votants, M. Bureaux de Pusy a réuni 331 suffrages; M. le baron de Menou, 328; et que 35 voix ont été donn... annonce que le résultat du scrutin, pour le nouveau président, n'a pas donné la pluralité absolue; que sur 694 votants, M. Bureaux de Pusy a réuni 331 suffrages; M. le baron de Menou, 328; et que 35 voix ont été données à d'autres membres ae l'Assemblée.
      Locuteur: Le Président
      1° Le décret du 23 janvier, concernant la contribution aux décimes pour les six derniers mois de 1789; 1° Le décret du 23 janvier, concernant la contribution aux décimes pour les six derniers mois de 1789;
      Locuteur: Le chevalier de Boufflers
      , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture des ... , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture des procês-ver-baux des deux séances du samedi 30 janvier.
      Locuteur: Ulry
      Un autre, de mettre après le mot cautionnement « ou ... Un autre, de mettre après le mot cautionnement « ou finances. »
      Locuteur: Le Président
      ...secrétaires choisis sont MM. Guillotin, de Marguerittes et de LaCoste. Les secrétaires choisis sont MM. Guillotin, de Marguerittes et de LaCoste.
      Locuteur: Le Président
      ...vier sur le paiement des droits d'aides de toute nature, et autres droits y réunis... 2° Le décret du 28 janvier sur le paiement des droits d'aides de toute nature, et autres droits y réunis, même pour les ci-devant privilégiés ;
      PRÉSIDENCE DE M. TARGET PRÉSIDENCE DE M. TARGET

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 407
      Locuteur: Le Président
      ment de la part des membres de l'Assemblée, à toute place, traitement ... ment de la part des membres de l'Assemblée, à toute place, traitement ou emploi dépendant du gouvernement.
      Locuteur: Le Président
      ...oi avaient dû se flatter que les ordres de Sa Majesté et les précautions prises pour la prompte formation de la Chambre des vacations du parlement de Rennes, ne tarderaient pas à recevoir l...
      ... nombre suffisant. Les causes présumées de ce retard sont l'éloignement inégal des résidences de ces magistrats, ainsi que la difficulté des chemins et des communications; mais de tels obstacles ne peuvent suspendre longtemps l'exécution pleine et entière des décrets de l'Assemblée, sanctionnés par Sa Majesté...
      M. le garde des sceaux prévient l'Assemblée que les ministres du Roi avaient dû se flatter que les ordres de Sa Majesté et les précautions prises pour la prompte formation de la Chambre des vacations du parlement de Rennes, ne tarderaient pas à recevoir leur exécution ; que cependant les magistrats ne sont pas encore rassemblés en nombre suffisant. Les causes présumées de ce retard sont l'éloignement inégal des résidences de ces magistrats, ainsi que la difficulté des chemins et des communications; mais de tels obstacles ne peuvent suspendre longtemps l'exécution pleine et entière des décrets de l'Assemblée, sanctionnés par Sa Majesté.
      Locuteur: Le Président
      L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur la division des départements du royaume. L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur la division des départements du royaume.
      Locuteur: Gossin
      reprend la série de ses rapports et dit que les divisions du département de 1 ouest de la Provence sont attaquées et que Forcalquier et Manosque veulent être chef-lieu de district. Le comité de constitution propose de maintenir les limitesdudépartementtelle...
      ...ues, tracées et signées par les députés de Provence.
      reprend la série de ses rapports et dit que les divisions du département de 1 ouest de la Provence sont attaquées et que Forcalquier et Manosque veulent être chef-lieu de district. Le comité de constitution propose de maintenir les limitesdudépartementtellesqu'elles ont été convenues, tracées et signées par les députés de Provence.
      Locuteur: Bouche
      ... établissements et qu'il serait injuste de les lui enlever au profit d'une ville dont la prospérité est indépendante de ces mêmes établissements. ...t que Forcalquier est dans une position plus centrale, qu'il possède les anciens établissements et qu'il serait injuste de les lui enlever au profit d'une ville dont la prospérité est indépendante de ces mêmes établissements.
      Locuteur: Le Président
      « Les limites du département de l'ouest de la Provence demeurent telles qu'elles ont ...
      ...ues, tracées et signées par les députés de la Provence, à l'exception la communauté de Viens, qui est du département de l'ouest.
      « Les limites du département de l'ouest de la Provence demeurent telles qu'elles ont été convenues, tracées et signées par les députés de la Provence, à l'exception la communauté de Viens, qui est du département de l'ouest.
      Locuteur: Le Président
      La ville de Forcalquier est chef-lieu de son district. La ville de Forcalquier est chef-lieu de son district.
      Locuteur: Le Président
      ...e qu'un courrier extraordinaire, envoyé de la ville de Chinon en Touraine, a apporté des paquets importants, relatifs à l'élection du maire de cette ville. prévient l'Assemblée qu'un courrier extraordinaire, envoyé de la ville de Chinon en Touraine, a apporté des paquets importants, relatifs à l'élection du maire de cette ville.
      Locuteur: Le Président
      Sur la proposition qui est faite à l'Assemblée de s'occuper sur-le-champ de cet objet, elle décide que le paquet et les pièces y annexées seront envoyées au comité de constitution pour les examiner et pour en faire le rapport à la séance du mercredi 3 février. Sur la proposition qui est faite à l'Assemblée de s'occuper sur-le-champ de cet objet, elle décide que le paquet et les pièces y annexées seront envoyées au comité de constitution pour les examiner et pour en faire le rapport à la séance du mercredi 3 février.
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée prend la même délibération pour quelques difficultés qui se sont élevées pour la nomination des officiers municipaux de la ville de Valenciennes. L'Assemblée prend la même délibération pour quelques difficultés qui se sont élevées pour la nomination des officiers municipaux de la ville de Valenciennes.
      Locuteur: Gossin
      ...entions réciproques des villes d'Aix et de Marseille à être chef-lieu du département de l'ouest de la Provence. fait connaître les prétentions réciproques des villes d'Aix et de Marseille à être chef-lieu du département de l'ouest de la Provence.
      Locuteur: Gossin
      La ville de Marseille demande à être chef-lieu La ville de Marseille demande à être chef-lieu
      Locuteur: Gossin
      de département; son influence s'étend sur la France entière; son commerce est dans la dépendance journalière de l'administration. La ville de Lyon, moins importante qu'elle, quoique placée à l'extrémité de son département, a obtenu d'en être le ...
      ...cinquante mille habitants à se réunir à la ville d'Aix, tandis qu'une ancienne ant...
      de département; son influence s'étend sur la France entière; son commerce est dans la dépendance journalière de l'administration. La ville de Lyon, moins importante qu'elle, quoique placée à l'extrémité de son département, a obtenu d'en être le chef-lieu. Pourquoi Marseille ne jouirait-elle pas du même avantage? pourquoi serait-elle l'esclave d'un département agricole? pourquoi forcerait-on cent-cinquante mille habitants à se réunir à la ville d'Aix, tandis qu'une ancienne antipathie leur fait redouter cette réunion ? Dans une délibération prise par les p...
      Locuteur: Gossin
      La ville d'Aix répond à cette cité : Soyez ce que la nature vous a faite; soyez commerçante ...
      ...s pas s'aider mutuellement? Les décrets de l'Assemblée et l'intérêt des administrés prescrivent de placer, autant qu'il est possible, le chef-lieu dans le centre. La prétention de Marseille contrarie cet intérêt et ces ...
      La ville d'Aix répond à cette cité : Soyez ce que la nature vous a faite; soyez commerçante et maritime; n'enviez pas les secours que réclame notre pauvreté ; vous redoutez...
      ...s le commerce et l'agriculture ne tiennent-ils pas l'un à l'autre? nç doivent-ils pas s'aider mutuellement? Les décrets de l'Assemblée et l'intérêt des administrés prescrivent de placer, autant qu'il est possible, le chef-lieu dans le centre. La prétention de Marseille contrarie cet intérêt et ces décrets. Aix est parfaitement central ; à cet immense avantage local se joignent...
      Locuteur: Gossin
      ...se qu'on ne saurait trop, en ce ménager la ville de Marseille.....11 propose le décret suivant : « La ville de Marseille sera le chef-lieu du département de l'ouest de la Provence. Les électeurs s'assembleront ...
      ...des anciens Etats, pour y déterminer, à la pluralité, les chefs-lieux des établissements que la constitution destine à cette partie de la Provence.
      Le comité pense qu'on ne saurait trop, en ce ménager la ville de Marseille.....11 propose le décret suivant : « La ville de Marseille sera le chef-lieu du département de l'ouest de la Provence. Les électeurs s'assembleront à Lambesc, siège des anciens Etats, pour y déterminer, à la pluralité, les chefs-lieux des établissements que la constitution destine à cette partie de la Provence.
      Locuteur: Bouche
      ... quelque temps, se présente à vos yeux. De petites villes viennent se disputer un ...
      ...t disputer à une ville pauvre, le reste de vêtement que lui laisse une révolution salutaire. Marseille est connue de tout l'univers par son luxe, par son op...
      ...ille a demandé l'administration, tantôt la cour des aides, tantôt la monnaie, etc. Elle a voulu toujours exi...
      ...s ne se regardent pas comme Provençaux. La rare honnêteté du comité a été trompée;...
      ... qu'il dit qu'une délibération a décidé la question. Cette délibération n'existe p...
      ...angers entrent et sortent journellement de ses murs et de son port. Elle a tous les établissements que le luxe peut désirer; la vingt-deuxième partie du numéraire, la cinquième partie du papier du royaume c...
      ...dehors étalent les richesses du luxe et de la volupté. Douze mille habitations délici...
      C'est un spectacle bien singulier que celui qui, depuis quelque temps, se présente à vos yeux. De petites villes viennent se disputer un peu plus d'illustration, un peu moins d'obscurité ; aujourd'hui, une ville riche...
      ...ède 800 millions dans son commerce, et dont le territoire vaut 80 millions, vient disputer à une ville pauvre, le reste de vêtement que lui laisse une révolution salutaire. Marseille est connue de tout l'univers par son luxe, par son opulence et par son ambition. Cette ambition s'est montrée sous tous les règnes; tantôt Marseille a demandé l'administration, tantôt la cour des aides, tantôt la monnaie, etc. Elle a voulu toujours exister seule et par elle-même ; ses députés ne se regardent pas comme Provençaux. La rare honnêteté du comité a été trompée; c'est à tort qu'il dit qu'une délibération a décidé la question. Cette délibération n'existe pas; si elle existe, je demande qu'on en dépose le procès-verbal sur le bureau ; ...
      ...parce qu'elle jouit d'avantages immenses. Huit mille bâtiments, trente mille étrangers entrent et sortent journellement de ses murs et de son port. Elle a tous les établissements que le luxe peut désirer; la vingt-deuxième partie du numéraire, la cinquième partie du papier du royaume circulent chaque jour dans son sein. Ses dehors étalent les richesses du luxe et de la volupté. Douze mille habitations délicieuses l'entourent; elles forment une ville immense, dont les maisons semblent s'...
      Locuteur: Pochet
      parle en faveur de Manosque, qui fait un commerce très étendu, et il ajoute que le comité souverain de Saugnes demande à dépendre de Manosque. parle en faveur de Manosque, qui fait un commerce très étendu, et il ajoute que le comité souverain de Saugnes demande à dépendre de Manosque.
      Locuteur: Le Président
      consulte l'Assemblée, qui adopte l'avis de son comité et rend le décret suivant : consulte l'Assemblée, qui adopte l'avis de son comité et rend le décret suivant :
      Locuteur: Le Président
      ...lée nationale, d'après l'avis du comité de constitution, décrète : « L'Assemblée nationale, d'après l'avis du comité de constitution, décrète :

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 408
      Locuteur: Bouche
      ...aisir, dans les sites les plus beureux. La ville d'Aix trouve toutes ses ressource...
      ...dix-huit cents ans. Elle est perdue, si la constitution la prive de cet unique et faible avantage. La raison, la justice et les convenances demandent qu...
      ...ents nouveaux, elle n'en sera pas moins la plus florissante ville de l'univers. Le bienfait de la révolution n'est pas de faire mourir, pour ainsi dire, d'une ap...
      cées, au gré du caprice et du plaisir, dans les sites les plus beureux. La ville d'Aix trouve toutes ses ressources dans quelques gens d'affaire, attirés vers elle par lés établissements civils, politiques et religieux qu'elle renferme depuis dix-huit cents ans. Elle est perdue, si la constitution la prive de cet unique et faible avantage. La raison, la justice et les convenances demandent qu'il lui soit conservé. Elle est au centre du département, Marseille est à l'extr...
      ...inistrés plaident ici pour elle... Que Marseille ait ou n'ait pas les établissements nouveaux, elle n'en sera pas moins la plus florissante ville de l'univers. Le bienfait de la révolution n'est pas de faire mourir, pour ainsi dire, d'une apoplexie politique, des hommes engraissés par le luxe, les richesses et le commer...
      Locuteur: Bouche
      ...on opinion en rappelant un grand nombre de faits historiques, preuves frappantes d...
      ...tous les avantages politiques, le fléau de la peste, qui règne continuellement dans le lazaret de Marseille, et qui, au premier soupçon, oblige d'intercepter les communications et de fermer les barrières et les tribunaux. ...
      ...eu et les établissements du département de l'ouest de la Provence soient accordés à la ville d'Aix.
      M. Bouche termine son opinion en rappelant un grand nombre de faits historiques, preuves frappantes du patriotisme des habitants d'Aix. Il représente, comme une raison qui .jkit prévaloir 6ur tous les avantages politiques, le fléau de la peste, qui règne continuellement dans le lazaret de Marseille, et qui, au premier soupçon, oblige d'intercepter les communications et de fermer les barrières et les tribunaux. Il conclut en demandant que lé chef.-lieu et les établissements du département de l'ouest de la Provence soient accordés à la ville d'Aix.
      Locuteur: Lejeans
      représente les droits anciens de Marseille, son importance, sa populatio...
      ...our se rendre d'Aix à Marseille, et que la peste exige que cette dernière ville so...
      ...us ne décidez pas, dit-il, les intérêts de Marseille, mais les vôtres, mais ceux de toute la France.
      représente les droits anciens de Marseille, son importance, sa population, ses contributions. Il observe qu'il ne faut que trois heures pour se rendre d'Aix à Marseille, et que la peste exige que cette dernière ville soit le siège d'une administration qui veille sans cesse pour écarter ce fléau. Vous ne décidez pas, dit-il, les intérêts de Marseille, mais les vôtres, mais ceux de toute la France.
      Locuteur: De Boisgelin
      , archevêque d'Aix, appuie la conclusion de M. Bouche par des raisonnements dont vo...
      ...re rapproché du centre, Aix est le lieu de correspondance nécessaire. Il faut consulter l'intérêt de plus grand nombre; Marseille et son territoire présentent une population de cent cinquante mille hommes ; mais plus de deux cent mille sontrépandus dans le re...
      ...teurs et des électeurs. Enfin le besoin de favoriser les pays les moins riches, est un motif que la sagesse de l'Assemblée a toujours pris en grande considération. (Voy. le mémoire de M. de Bois-gelin, annexé a la séance de ce jour.)
      , archevêque d'Aix, appuie la conclusion de M. Bouche par des raisonnements dont voici les résultats. Le chef-lieu du département doit être rapproché du centre, Aix est le lieu de correspondance nécessaire. Il faut consulter l'intérêt de plus grand nombre; Marseille et son territoire présentent une population de cent cinquante mille hommes ; mais plus de deux cent mille sontrépandus dans le reste du département. Il faut consulter les convenances : les consommations, extrêmement chères à Marseille, rendraient trop coûteux le séjour des administrateurs et des électeurs. Enfin le besoin de favoriser les pays les moins riches, est un motif que la sagesse de l'Assemblée a toujours pris en grande considération. (Voy. le mémoire de M. de Bois-gelin, annexé a la séance de ce jour.)
      Locuteur: De Boisgelin
      « Que la ville de Marseille sera du département de l'ouest de la Provence, et que celle d'Aix en sera le... « Que la ville de Marseille sera du département de l'ouest de la Provence, et que celle d'Aix en sera le chef-lieu. »
      Locuteur: Gossin
      propose ensuite de diviser le département des deux Flandre...
      ...n laissant aux électeurs du département la faculté de décider Si le chef-lieu du district ser...
      propose ensuite de diviser le département des deux Flandres, du Hainaut et du Gambrésis en huit districts, en laissant aux électeurs du département la faculté de décider Si le chef-lieu du district serait à Bergues ou à Dun-kerque.
      Locuteur: Merlin
      ...ccès plus facile. Il propose, en outre, de laisser aux électeurs du district, et non à ceux du département, la faculté de décider celle des deux villes qui obtie... tendu que Bergues est plus central et d'un accès plus facile. Il propose, en outre, de laisser aux électeurs du district, et non à ceux du département, la faculté de décider celle des deux villes qui obtiendra le tribunal.
      Locuteur: Merlin
      > 4° Que les villes de Valenciennes, Avesnes, le Quesnoy, Camb...
      ...ements ; sauf à statuer sur les limites de la Flandres et de l'Artois, ainsi que sur le chef-lieu du...
      > 4° Que les villes de Valenciennes, Avesnes, le Quesnoy, Cambrai, Lille et Douai réuniront les deux établissements ; sauf à statuer sur les limites de la Flandres et de l'Artois, ainsi que sur le chef-lieu du département dont il s'agit. »
      Locuteur: Gossin
      ... le département d'Evreux et rend compte de toutes les réclamations qui se sont pro...
      ...oins douze pour satisfaire Vernon, Pont-de-l'Arcbe, Breteuil, Ivry, Roger, Harcour...
      ...t. Le comité pense que les réclamations de ces villes ne sont pas fondées et que la division arrêtée par les députés de Normandie est bien faite. Toutes les su...
      ...es comme des propriétés à ces rivalités de clocher. Si les districts ne doivent pa...
      ... au profit des petites villes, en frais de justice et d'administration.
      fait un dernier rapport concernant le département d'Evreux et rend compte de toutes les réclamations qui se sont produites à cet égard. Il propose dediviser le département en six districts, qui se...
      ...Louviers. Plusieurs autres villes réclament des districts et il en faudrait au moins douze pour satisfaire Vernon, Pont-de-l'Arcbe, Breteuil, Ivry, Roger, Harcourt et Beaumont. Le comité pense que les réclamations de ces villes ne sont pas fondées et que la division arrêtée par les députés de Normandie est bien faite. Toutes les subdivisions réclamées n'intéressent que quelques petites villes qui sont trop prè...
      ...s. Les campagnes ne demandent rien et les campagnes ne doivent pas être attribuées comme des propriétés à ces rivalités de clocher. Si les districts ne doivent pas être trop grands, ils ne doivent pas non plus être trop petits, car ce serait écraser les campagnes, au profit des petites villes, en frais de justice et d'administration.
      Locuteur: Buzot
      dit que la division de la forêt de Lions entre le département d'Evreux et celui de Rouen, occasionnera de grandes difficultés dans l'exploitation... dit que la division de la forêt de Lions entre le département d'Evreux et celui de Rouen, occasionnera de grandes difficultés dans l'exploitation.
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      demande que la forêt de Lions, ne soit pas divisée, dans quelque département qu'on la place, et que le concordat fait entre les Andelys et Gisors soit renvoyé à l'assemblée de département : demande que la forêt de Lions, ne soit pas divisée, dans quelque département qu'on la place, et que le concordat fait entre les Andelys et Gisors soit renvoyé à l'assemblée de département :
      Locuteur: De Boisgelin
      On ferme la discussion. On ferme la discussion.
      Locuteur: Merlin
      demande que Bergues soit chef-lieu de district préférablement à Dunkerque, at... demande que Bergues soit chef-lieu de district préférablement à Dunkerque, at-
      Locuteur: Merlin
      La motion mise aux voix est adoptée dans l... La motion mise aux voix est adoptée dans les termes suivants :
      Locuteur: Merlin
      ...onale décrète, d'après l'avis du comité de constitution : « L'Assemblée nationale décrète, d'après l'avis du comité de constitution :
      Locuteur: Merlin
      « 2° Que le tribunal de justice du district d'Hasbrouck sera pl... « 2° Que le tribunal de justice du district d'Hasbrouck sera placé à Bailleul ;
      Locuteur: Merlin
      « 3° Que le tribunal du district de Bergues sera placé à Bergues ou à Dunke... « 3° Que le tribunal du district de Bergues sera placé à Bergues ou à Dunkerque, au choix des électeurs dudit district ;
      Locuteur: Decretot
      dit que la division occasionnerait un doublement d... dit que la division occasionnerait un doublement d'officiers et multiplierait les frais d'adjudication.
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      L'Assemblée ferme la discussion et décrète ce qui suit : L'Assemblée ferme la discussion et décrète ce qui suit :
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      ...onale décrète, d'après l'avis du çomité de constitution : « L'Assemblée nationale décrète, d'après l'avis du çomité de constitution :
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      ...ront s'ils trouvent nécessaire ou utile de former un. plus grand nombre de districts dans ce département; « 2° Que les électeurs du département détermineront s'ils trouvent nécessaire ou utile de former un. plus grand nombre de districts dans ce département;

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 409
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      « 4° Que la demande de la ville d'Elbeuf d'être distraite du département de Rouen, avec quelques paroisses environn...
      ...i est réservée, et qu'il lui sera libre de présenter sa réclamation à cet effet au département, et ensuite à la prochaine législature ;
      « 4° Que la demande de la ville d'Elbeuf d'être distraite du département de Rouen, avec quelques paroisses environnantes, pour être unie à celui d'Evreux, lui est réservée, et qu'il lui sera libre de présenter sa réclamation à cet effet au département, et ensuite à la prochaine législature ;
      Locuteur: L'abbé Lebrun
      « Sauf, en faveur des villes de la province qui en paraîtront susceptibles, la répartition des établissements et des tribunaux qui seront déterminés par la constitution. » « Sauf, en faveur des villes de la province qui en paraîtront susceptibles, la répartition des établissements et des tribunaux qui seront déterminés par la constitution. »
      Locuteur: Le Président
      « Le régiment de Dillon a reçu la lettre qui lui a été adressée au nom de l'Assemblée nationale. Ce régiment dévo...
      ...un siècle, sous le même nom, au service de la nation française, a toujours fait ses e...
      ...en mériter d'elle par son attachement à la patrie; et sa fidélité au Roi. 11 n'a jamais cru qu'un représentant de la nation eût pu se permettre de méconnaître, dans le sein de votre auguste Assemblée, la gloire de l'armée française dont il a l'honneur a...
      « Le régiment de Dillon a reçu la lettre qui lui a été adressée au nom de l'Assemblée nationale. Ce régiment dévoué depuis plus d'un siècle, sous le même nom, au service de la nation française, a toujours fait ses efforts pour bien mériter d'elle par son attachement à la patrie; et sa fidélité au Roi. 11 n'a jamais cru qu'un représentant de la nation eût pu se permettre de méconnaître, dans le sein de votre auguste Assemblée, la gloire de l'armée française dont il a l'honneur ae faire partie.
      Locuteur: Le Président
      « Le régiment de Dillon, toujours fidèle à ses serments, n'oubliera point celui qu'il a prêté à la nation, à la loi et au Roi. « Le régiment de Dillon, toujours fidèle à ses serments, n'oubliera point celui qu'il a prêté à la nation, à la loi et au Roi.
      Locuteur: Le Président
      Dans une de vos précédentes séances vous avez décid...
      ...erait entendu. En conséquence, je donne la parole à M. le vicomte de Noailles, qui, au nom ae ce comité, est chargé de nous présenter un rapport sur les objets constitutionnels de Varmée ; sur quelques rapports entre les milices nationales et tes troupes reglées ;sur la manière dont plusieurs décrets de l'Assemblée doivent être interprétés et...
      Dans une de vos précédentes séances vous avez décidé que le comité militaire serait entendu. En conséquence, je donne la parole à M. le vicomte de Noailles, qui, au nom ae ce comité, est chargé de nous présenter un rapport sur les objets constitutionnels de Varmée ; sur quelques rapports entre les milices nationales et tes troupes reglées ;sur la manière dont plusieurs décrets de l'Assemblée doivent être interprétés et exécutés; enfin sur l'avancement des officiers, bas-officiers et soldats (1).
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Le comité, pénétré de vos principes, a tâché, dans le plan qu'il va vous soumettre, de concilier le génie de la constitution avec les lois de l'avancement dans les troupes. Il s'est proposé de tirer de la composition de l'armée toutes les ressources qu'elle peut avoir pour la rendre ce qu'elle doit être ; d'éviter ...
      ... Français au régime des autres peuples; de préparer des liens intimes et durables entre les citoyens et les troupes réglées; de fixer invariablement que, dans le choix...
      ...ers, l'on n'aura égard ni au rang, ni à la fortune, mais aux talents et aux vertus, enfin de favoriser l'émulation, seule capable de produire des hommes dignes de commander.
      Le comité, pénétré de vos principes, a tâché, dans le plan qu'il va vous soumettre, de concilier le génie de la constitution avec les lois de l'avancement dans les troupes. Il s'est proposé de tirer de la composition de l'armée toutes les ressources qu'elle peut avoir pour la rendre ce qu'elle doit être ; d'éviter d'assujétir les Français au régime des autres peuples; de préparer des liens intimes et durables entre les citoyens et les troupes réglées; de fixer invariablement que, dans le choix des officiers, l'on n'aura égard ni au rang, ni à la fortune, mais aux talents et aux vertus, enfin de favoriser l'émulation, seule capable de produire des hommes dignes de commander.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...t difficile, dans ce travail important, de recueillir tout ce qui est nécessaire à...
      ...a paru que le premier pas à faire était de déterminer l'état civil de l'armée ; et> pour cet effet, nous avons pensé qu'à la vérité la réunion sous les drapeaux ne pouvait pas former un domicile, mais que le temps de service, toujours compté par la patrie, conserverait à celui qui l'aurait ainsi employé, l'avantage de jouir, dans son domicile naturel, de la plénitude des droits de citoyen actif, toutes les fois qu'il vi...
      ...écartant tout ce qui est étranger à son objet, le comité a senti combien il était difficile, dans ce travail important, de recueillir tout ce qui est nécessaire à le compléter. Dans cette carrière, il nous a paru que le premier pas à faire était de déterminer l'état civil de l'armée ; et> pour cet effet, nous avons pensé qu'à la vérité la réunion sous les drapeaux ne pouvait pas former un domicile, mais que le temps de service, toujours compté par la patrie, conserverait à celui qui l'aurait ainsi employé, l'avantage de jouir, dans son domicile naturel, de la plénitude des droits de citoyen actif, toutes les fois qu'il viendrait s'y présenter.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Après avoir fixé l'existence de l'armée, sous le rapport social, nous passons aux rapports de l'armée avec la puissance qui ordonne et avec celle qui... Après avoir fixé l'existence de l'armée, sous le rapport social, nous passons aux rapports de l'armée avec la puissance qui ordonne et avec celle qui exécute.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...qui exécute ne doit pas fixer le nombre de troupes, ni régler la dépense de l'armée, par la raison que la quotité de troupes est la valeur représentative de l'impôt destiné à remplacer le service ... Le pouvoir qui exécute ne doit pas fixer le nombre de troupes, ni régler la dépense de l'armée, par la raison que la quotité de troupes est la valeur représentative de l'impôt destiné à remplacer le service personnel.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Par une suite de ce principe, la disposition première des troupes dans l...
      ...'une convention entre les deux pouvoirs de législation et d'exécution.
      Par une suite de ce principe, la disposition première des troupes dans le royaume doit être le fruit d'une convention entre les deux pouvoirs de législation et d'exécution.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... il reste encore au pouvoir constituant de remettre les éléments de l'armée au pouvoir exécutif, qui en dispose hors du royaume, et qui peut la faire mouvoir, selon sa volonté, dans l...
      ...s fois que cette volonté est conforme à la loi, ou qu'elle a pour but d'agir contre l'ennemi de la nation.
      ...s le pouvoir exécutif exerce l'autorité suprême sur l'armée, étant ainsi posées, il reste encore au pouvoir constituant de remettre les éléments de l'armée au pouvoir exécutif, qui en dispose hors du royaume, et qui peut la faire mouvoir, selon sa volonté, dans l'intérieur, toutes les fois que cette volonté est conforme à la loi, ou qu'elle a pour but d'agir contre l'ennemi de la nation.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Le principe militaire défend de confondre les corps divers ; ce n'est q...
      ...ices nationales et des troupes régléés, de les réunir surtout par petites division...
      ...e pas d'être citoyen, en s'offrant pour la défense de la patrie, conserve, sur les milices
      Le principe militaire défend de confondre les corps divers ; ce n'est qu'en se trouvant dans leur ordre naturel que les troupes peuvent entreprendre avec fruit. Il faudrait éviter, toutes les fois qu'il y aura des milices nationales et des troupes régléés, de les réunir surtout par petites divisions ; elles agiront plus efficacement étant séparées. II paraîtra convenable que le militaire, qui ne cesse pas d'être citoyen, en s'offrant pour la défense de la patrie, conserve, sur les milices
      Locuteur: Le Président
      ...it à l'Assemblée unè lettre du régiment de Dillon, conçue en ces termes : lit à l'Assemblée unè lettre du régiment de Dillon, conçue en ces termes :
      Locuteur: Le Président
      « Signé: LES OFFICIERS DU RÉGIMENT DE DILLON. « Signé: LES OFFICIERS DU RÉGIMENT DE DILLON.
      Locuteur: Le Président
      ...ande et l'Assemblée ordônne l'insertion de cette lettre au procès-verbal. On demande et l'Assemblée ordônne l'insertion de cette lettre au procès-verbal.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...sé aussi que trente années consécutives de service militaire, sans interruption, d...
      ...ogatives accordées aux citoyens actifs. De semblables récompenses, prises dans le nouvel ordre de choses, le rendront aussi recom-mandabl...
      Le comité a pensé aussi que trente années consécutives de service militaire, sans interruption, devaient obtenir, à celui qui les aurait remplies, toutes les prérogatives accordées aux citoyens actifs. De semblables récompenses, prises dans le nouvel ordre de choses, le rendront aussi recom-mandable à chacun qu'il est utile à tous, et c'est l'objet que le législateur doit touj...
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Avant de fixer les éléments qui doivent contribuer à l'organisation de l'armée, il serait bon de déterminer comment les troupes peuvent ... Avant de fixer les éléments qui doivent contribuer à l'organisation de l'armée, il serait bon de déterminer comment les troupes peuvent et doivent sé comporter avec les milices nationales, lorsqu'elles ont à opérer e...
      ...gation vraiment sacrée en vous occupant de l'armée. Cent-cinquante mille Français ont été privés du droit de suffrage dans les assemblées primaires;...
      ...crifice, votre humanité doit s'efforcer de le compenser. En écoutant vos dispositi...
      ...verez dans son zèlë lé plus ferme appui de la liberté français». (1) Le Moniteur ne donne qu'un sommaire de ce rapport.
      Messieurs, vous remplissez une obligation vraiment sacrée en vous occupant de l'armée. Cent-cinquante mille Français ont été privés du droit de suffrage dans les assemblées primaires; et si votre justice a regardé comme nécessaire ce sacrifice, votre humanité doit s'efforcer de le compenser. En écoutant vos dispositions, en vous rappelant l'estime que vous avez conçue pour les troupes, l'admirat...
      ... qui feront chérir à l'armée et vos décrets, et votre constitution, et vous trouverez dans son zèlë lé plus ferme appui de la liberté français». (1) Le Moniteur ne donne qu'un sommaire de ce rapport.

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 410
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      partie de vos décrets doit avoir toute sa force d'exécution/ Privés, pendant des siècles, de tous les avantages que le service militaire peut offrir, la presque totalité des citoyens français était forcée de languir dans des "emplois inférieurs, t...
      ...e privilégiée arrivait aux honneurs par la protection et le crédit de ceux qui les avaient usurpés. Cette mêm...
      ..., que l'on appelait vulgairement nobles de province, nobles de cour et nobles du plus haut rang. Les p...
      ...par des talents souvent ensevelis faute de circonstances, et n'obtenaient rien : la noblesse de cour, en général, franchissait, plutôt qu'elle ne parcourait, la carrière militaire : séparée du soldat ...
      ...aire ni ad oucir même quelques instants la contrainte pénible d'une obéissance éternelle. Elle faisait supporter aux officiers de l'armée tout le poids du service, et en retirait tous les honneurs : de ces distinctions vraiment humiliantes, ...
      ... d'officiers inférieurs ou subalternes; de cette foule immense de grâces accordées aux uns, que vous trou...
      ...us toutes les dénominations, tandis que de faibles pensions de retraite gratifiaient tout au plus les ...
      ...puisque plusieurs familles, avant l'âge de l'inscription civique, commandaient des...
      ...orps ont fait des représentations, mais la malheureuse maxime pour les armées a trop longtemps été de n'avoir aucun égard aux réclamations. A...
      ...rtout pour ceux qui étaient condamnés à de si criantes injustices ; il fallait que...
      partie de vos décrets doit avoir toute sa force d'exécution/ Privés, pendant des siècles, de tous les avantages que le service militaire peut offrir, la presque totalité des citoyens français était forcée de languir dans des "emplois inférieurs, tandis qu'une classe privilégiée arrivait aux honneurs par la protection et le crédit de ceux qui les avaient usurpés. Cette même classe se séparait en trois branches, que l'on appelait vulgairement nobles de province, nobles de cour et nobles du plus haut rang. Les premiers méritaient beaucoup par des services actifs, par une longue expérience, par des talents souvent ensevelis faute de circonstances, et n'obtenaient rien : la noblesse de cour, en général, franchissait, plutôt qu'elle ne parcourait, la carrière militaire : séparée du soldat par un espace immense, elle lui était étrangère : aussi ignorait-elle toujours et ses peines et ses plaisirs; aussi ne savait-eI le ni le distraire ni ad oucir même quelques instants la contrainte pénible d'une obéissance éternelle. Elle faisait supporter aux officiers de l'armée tout le poids du service, et en retirait tous les honneurs : de ces distinctions vraiment humiliantes, d'officiers supérieurs, d'officiers inférieurs ou subalternes; de cette foule immense de grâces accordées aux uns, que vous trouvez divisées sous toutes les dénominations, tandis que de faibles pensions de retraite gratifiaient tout au plus les autres, après des services vraiment utiles. Enfin, il existait une grande erreur, puisque plusieurs familles, avant l'âge de l'inscription civique, commandaient des corps nombreux ; et tant d'abus étaient consacrés par des ordonnances! Tous les corps ont fait des représentations, mais la malheureuse maxime pour les armées a trop longtemps été de n'avoir aucun égard aux réclamations. Ah ! si cette révolution est heureuse, c'est surtout pour ceux qui étaient condamnés à de si criantes injustices ; il fallait que le gouvernement se régénérât pour détruire ces odieux abus; ils ne seront jamai...
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...étant établis, nous allons vous occuper de l'avancement militaire. Nousavons pris pour guide de nos réflexions les observations pressan...
      ...e nous avons cru y reconnaître l'esprit de tous les corps qui composent l'armée. T...
      ...ets; partout on cite l'abus du pouvoir, la faveur et l'arbitraire à la place du droit que donnent les bons ser...
      ...xécute, nous pourrons satisfaire le vœu de l'armée et regarder ce qui intéresse le...
      ...i demandent pour les soldats l'élection de leurs bas-officiers. Le comité a pensé ...
      ... rendre les inférieurs arbitres du sort de leurs supérieurs, et particulièrement d...
      ...cabales pour les élections, et ce droit de suffrage, prenant de l'extension, mettrait la liberté en danger. L'expérience nous montre la république romaine renversée au moment ...
      ...ode, si elle était suivie, entraînerait la destruction des troupes françaises.
      Ces principes constitutionnels étant établis, nous allons vous occuper de l'avancement militaire. Nousavons pris pour guide de nos réflexions les observations pressantes et nombreuses, qui nous sont parvenues sur l'ancien ordre, et nous les avons étudiées avec le plus grand soin, parce que nous avons cru y reconnaître l'esprit de tous les corps qui composent l'armée. Toutes les plaintes portent généralement sur les mêmes objets; partout on cite l'abus du pouvoir, la faveur et l'arbitraire à la place du droit que donnent les bons services et l'ancienneté. Les demandes des troupes sont justes et modérées, et l'on peut croire qne, sans empiéter sur les fonctions qui appartiennent au pouvoir qui exécute, nous pourrons satisfaire le vœu de l'armée et regarder ce qui intéresse le plus intimement son sort comme invariablement fixé. Dans les propositions qui nous ont été faites, il en est quelques-unes qui demandent pour les soldats l'élection de leurs bas-officiers. Le comité a pensé qu'il y aurait beaucoup d'inconvénients à rendre les inférieurs arbitres du sort de leurs supérieurs, et particulièrement dans les premiers grades. Ce principe introduirait des intrigues et des cabales pour les élections, et ce droit de suffrage, prenant de l'extension, mettrait la liberté en danger. L'expérience nous montre la république romaine renversée au moment où les soldats purent choisir leurs chefs. Cette méthode, si elle était suivie, entraînerait la destruction des troupes françaises.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...faut, en laissant le choix àcelui qui a la responsabilité directe, éviter que des ...
      ...érieurs immédiats, ne puisse être privé de l'avancement. Pour cela nous avons cru nécessaire d'indiquer au pouvoir exécutif de prendre des mesures convenables pour re...
      ... responsabilité des officiers utile, en la rendant possible, et fonder l'obéissanc...
      ... des modifications à établir dans les nominations des grades subalternes; qu'il faut, en laissant le choix àcelui qui a la responsabilité directe, éviter que des caractères durs ou inquiets n'obtiennent des préférences, et que le mérite, reconnu tant par les compagnons d'armes que par les supérieurs immédiats, ne puisse être privé de l'avancement. Pour cela nous avons cru nécessaire d'indiquer au pouvoir exécutif de prendre des mesures convenables pour rendre cette responsabilité des officiers utile, en la rendant possible, et fonder l'obéissance des soldats sur leur confiance.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...nnoncent qu'ils supportent ies fatigues de la guerre, et que s'ils parviennent au gra...
      ...à l'instant où leurs infirmités, fruits de services longs et pénibles, les obligen...
      ...s, sont une preuve qu'il est nécessaire de favoriser l'ambition de cette classe où se trouvent d'excellent...
      ...tés qui empêchent les soldats d'obtenir la récompense de leurs travaux et de leurs peines, et, pour cet effet, favor...
      ...es, et qu'alors ils prendront rang dans la ligne militaire ; cette place sera donn...
      ...t avec raison du peu d'égards que l'on a eu jusqu'ici pour leurs services; ils annoncent qu'ils supportent ies fatigues de la guerre, et que s'ils parviennent au grade d'officier, ce n'est jamais qu'à l'instant où leurs infirmités, fruits de services longs et pénibles, les obligent à prendre leur retraite. Cependant nos armées, commandées avec succès par des chefs qui avaient commencé par être soldats, sont une preuve qu'il est nécessaire de favoriser l'ambition de cette classe où se trouvent d'excellents juges, et souvent des talents distingués. Le souverain doit applanir les difficultés qui empêchent les soldats d'obtenir la récompense de leurs travaux et de leurs peines, et, pour cet effet, favoriser leur ambition : ce double but sera rempli, en fixant que, sur cinq places d'officiers, il y en aura toujours une destinée aux subalternes, arrivés par tous les grades, et qu'alors ils prendront rang dans la ligne militaire ; cette place sera donnée au bas-officier le plus méritant, et nommé par un conseil formé pour cet obje...
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      La marche qui a été suivie, ne devant plus...
      ... indispensables pour corriger les vices de l'organisation militaire.
      La marche qui a été suivie, ne devant plus avoir lieu, nous allons vous entretenir des précautions que nous croyons indispensables pour corriger les vices de l'organisation militaire.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...officier, il soit nécessaire d'ê're âgé de 18 ans révolus, et de réunir toutes les autres qualités de citoyen actif. Ce n'est qu'à cet âge qu...
      ...les objets relatifs aux premiers points de la constitution et aux éléments de l'art militaire. Une épreuve de ce genre est faite pour disposer avanta...
      ... publique. Elle paraîtra un juste motif de préférence sur un grand nombre de citoyens qui, n'appprtant au service qu...
      ...te et si méritée dans toutes les armées de l'Europe, sont soumis à des examens que...
      ...pour le reste des troupes : mais pleins de confiance dans les personnes que le Roi a chargées de veiller à toutes les parties de l'administration militaire, nous nous b...
      Il nous paraît convenable que, pour entrer au service dans le grade d'officier, il soit nécessaire d'ê're âgé de 18 ans révolus, et de réunir toutes les autres qualités de citoyen actif. Ce n'est qu'à cet âge que le corps et l'esprit ont une consistance azsez forte pour se passer des soins ...
      ...ur occuper une place d'officier, ait préalablement soutenu un examen public sur les objets relatifs aux premiers points de la constitution et aux éléments de l'art militaire. Une épreuve de ce genre est faite pour disposer avantageusement l'opinion publique. Elle paraîtra un juste motif de préférence sur un grand nombre de citoyens qui, n'appprtant au service que d'heureuses dispositions et du zèle, ne peuvent y entrer que comme soldats. L'artillerie et le génie, qui ont une réputation si haute et si méritée dans toutes les armées de l'Europe, sont soumis à des examens que nous croyons trop sévères pour le reste des troupes : mais pleins de confiance dans les personnes que le Roi a chargées de veiller à toutes les parties de l'administration militaire, nous nous bornons à poser le principe, sans entrer dans aucun détail.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      nationales, l'avantage de l'expérience. Cette attention contribue... nationales, l'avantage de l'expérience. Cette attention contribuera certainement à rendre les opérations, combinées entre les milices et l'armée,...

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 411
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Cette uécessité de se reposer, sur un seul homme, du sort ...
      ...oivent rendre aux nations libres l'état de guerre redoutable, parce que, outre la ruine des finances, il mène à la perte de la liberté. Ce fut en rendant les guerres longues et même continues que les généraux de Rome, despotes de l'armée, parvinrent à se rendre les despotes de la République.
      Cette uécessité de se reposer, sur un seul homme, du sort d'un grand nombre d'individus, est un des motifs qui doivent rendre aux nations libres l'état de guerre redoutable, parce que, outre la ruine des finances, il mène à la perte de la liberté. Ce fut en rendant les guerres longues et même continues que les généraux de Rome, despotes de l'armée, parvinrent à se rendre les despotes de la République.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      venus par tons les grades, dans la proportion d'un sur cinq, et des offici... venus par tons les grades, dans la proportion d'un sur cinq, et des officiers distingués par les examens qu'ils auront soutenus.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...lors suivre l'ancienneté jusqu'au grade de major exclusivement, pourvu seulement q...
      ...g d'officier, prêtent, à l'âge fixé par la loi, le serment civique. Ce ne sera pas dans cette partie de la force publique, qui a toujours été l'asile de l'honneur, que cette loi paraîtra pénib...
      ...idéré, il aime son état, qu'il tienne à la patrie, et qu'il n'en devienne jamais l...
      Nous croyons que l'avancement doit dès lors suivre l'ancienneté jusqu'au grade de major exclusivement, pourvu seulement que les jeunes gens entrés au service avec le rang d'officier, prêtent, à l'âge fixé par la loi, le serment civique. Ce ne sera pas dans cette partie de la force publique, qui a toujours été l'asile de l'honneur, que cette loi paraîtra pénible, et l'on peut assurer d'avance que, sans aucune ordonnance prohibitive, celui...
      ... juste autant qu'utile que le soldat soit citoyen, et que se voyant estimé, considéré, il aime son état, qu'il tienne à la patrie, et qu'il n'en devienne jamais l'oppresseur.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...per en ce moment des grades supérieurs, de ceux qui permettent de mettre les talents sous un plus grand jour, de ceux qni ont souvent servi de prétexte pour seconder l'arbitraire au lieu de favoriser le mérite et l'expérience. Le...
      ...pensé que tous les grades, depuis celui de major jusqu'à celui de lieutenant-général exclusivement, appar...
      ...btenir des préférences et parvenir dans la vigueur de l'âge au commandement des armées. Sur la proposition principale, le comité a cru que où il y aurait incapacité, il ne fallai...
      ...'état pour celui qui serait ainsi privé de l'avancement, sans jugement par conseil de guerre, ou sans une retraite de gré à gré.
      Nous allons vous occuper en ce moment des grades supérieurs, de ceux qui permettent de mettre les talents sous un plus grand jour, de ceux qni ont souvent servi de prétexte pour seconder l'arbitraire au lieu de favoriser le mérite et l'expérience. Le comité militaire a pensé que tous les grades, depuis celui de major jusqu'à celui de lieutenant-général exclusivement, appartenaient principalement à l'ancienneté, en exceptant un sur trois, destiné aux personnes qui, annonçant des talents rares, doivent obtenir des préférences et parvenir dans la vigueur de l'âge au commandement des armées. Sur la proposition principale, le comité a cru que où il y aurait incapacité, il ne fallait pas. accorder des fonctions actives, et qu'il devait avancer comme principe ut...
      ...ment s'il croit y être fondé, mais qu'il ne pourra le faire sans un changement d'état pour celui qui serait ainsi privé de l'avancement, sans jugement par conseil de guerre, ou sans une retraite de gré à gré.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Sur la seconde proposition, il a paru au comité militaire qu'il ne pourrait se rendre juge de l'incapacité ou du mérite, et en fixer ...
      ...s qu'il appartenait au pouvoir exécutif de tenir la balance et d'apprécier la valeur des poids; que c'était un des objets compris dans la responsabilité, que celui de faire des choix utiles et estiuiable8 ;...
      ...it seulement exiger que depuis le grade de major, aucun officier ne pourrait parvenir à celui de lieutenant-général sans passer par tous...
      Sur la seconde proposition, il a paru au comité militaire qu'il ne pourrait se rendre juge de l'incapacité ou du mérite, et en fixer les justes bornes, mais qu'il appartenait au pouvoir exécutif de tenir la balance et d'apprécier la valeur des poids; que c'était un des objets compris dans la responsabilité, que celui de faire des choix utiles et estiuiable8 ; qu'il fallait seulement exiger que depuis le grade de major, aucun officier ne pourrait parvenir à celui de lieutenant-général sans passer par tous les grades.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Enfin, pour les nominations de lieutenants-généraux, et pour les comma...
      ... prescrire que d'observer dans le choix la réuniou des talents éprouvés par l'expé...
      Enfin, pour les nominations de lieutenants-généraux, et pour les commandants d'armées, nous avons pensé qu'il n'y avait d'autre règle à prescrire que d'observer dans le choix la réuniou des talents éprouvés par l'expérience, et d'en laisser le Roi seul arbitre.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...rer son action, il est essentiel encore de tourner votre attention sur les circonstances que la guerre peut offrir. Un militaire alors ...
      ...évoir l'avancement qu'il peut espérer : la gloire d'un général d'armée est attaché...
      ...ont subordonnés ; il faut lui permettre de franchir toutes les règles prescrites pendant la paix, lui donner le droit
      Après avoir ainsi posé les bases sur lesquelles le pouvoir exécutif doit opérer son action, il est essentiel encore de tourner votre attention sur les circonstances que la guerre peut offrir. Un militaire alors ne doit jamais prévoir l'avancement qu'il peut espérer : la gloire d'un général d'armée est attachée à favoriser le talent, le mérite, l'énergie dans tous ceux qui lui sont subordonnés ; il faut lui permettre de franchir toutes les règles prescrites pendant la paix, lui donner le droit
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...e à veiller sur quelques officiers hors de rang, et qu'il est bon et utile de classer. Le zèle et l'honneurjfrançais ...
      ...uit nos guerriers partout où il y avait de la gloire à acquérir. Ou a vu Charles XII ...
      ...ont pas faits des Français pour obtenir la liberté à une grande partie d'un autre ...
      ...rts qu'ils ont déployés dans les champs de Glocester et dans les affaires de Stony-Point et ds Redbanck. Naguères en...
      ... d'une manière distinguée sur les bords de la mer Noire. 11 faut quelques exceptious ...
      ...donc pensé que tout Français qui, ayant la permission de servir une puissance alliée de la France, se ferait connaître par des act...
      ...u'il recommande un jugement sévère pour de semblables services, il trouve qu'il est utile d'avoir des officiers formés à la guerre, sans que la nation soit obligée d'en supporter les ...
      Il nous reste encore à veiller sur quelques officiers hors de rang, et qu'il est bon et utile de classer. Le zèle et l'honneurjfrançais onttoujours conduit nos guerriers partout où il y avait de la gloire à acquérir. Ou a vu Charles XII tué auprès d'un officier français ; et, sans remonter à une époque aussi reculée, quels efforts n'ont pas faits des Français pour obtenir la liberté à une grande partie d'un autre hémisphère? L'Amérique, comme on le sait, doit en partie sa liberté aux efforts qu'ils ont déployés dans les champs de Glocester et dans les affaires de Stony-Point et ds Redbanck. Naguères encore quelques Français se sont fait connaître d'une manière distinguée sur les bords de la mer Noire. 11 faut quelques exceptious pour des personnes dont les noms retentissent d'une manière favorable, et dont les actions méritent une place dans l'histoire. Le comité a donc pensé que tout Français qui, ayant la permission de servir une puissance alliée de la France, se ferait connaître par des actions d'éclat, ne serait pas soumis aux règles strictes qui ont été prescrites pour l'avancement. En même temps qu'il recommande un jugement sévère pour de semblables services, il trouve qu'il est utile d'avoir des officiers formés à la guerre, sans que la nation soit obligée d'en supporter les frais.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...nances exige des réformes dans l'armée, la justice veut qu'elles portent sur les g...
      ...constitution, qui doit faire le bonheur de tous, ne trouble personne dans ses joui...
      Enfin, Messieurs, si l'économie nécessaire aux finances exige des réformes dans l'armée, la justice veut qu'elles portent sur les grands abus; qu'il n'y ait que des changements utiles, et qu'une constitution, qui doit faire le bonheur de tous, ne trouble personne dans ses jouissances.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...mpense des services, le droit important de citoyen actif; que les rapports de l'armée avec le pouvoir qui ordonne et ...
      ...soient enfin écoutées ; que les décrets de l'Assemblée, qui admettent au service toutes les classes de citoyens, soient mis en vigueur; que le...
      ...ractère, ou dont ils n'estimeraient pas la conduite ; que l'avancement pour les ba...
      ...ociale du militaire soit fixée ; qu'on accorde après un certain terme, pour récompense des services, le droit important de citoyen actif; que les rapports de l'armée avec le pouvoir qui ordonne et celui qui exécute, soient réglés d'une manière invariable; que toutes les diffic...
      ...elle doit avoir pour le commandement ; que les justes réclamations du militaire soient enfin écoutées ; que les décrets de l'Assemblée, qui admettent au service toutes les classes de citoyens, soient mis en vigueur; que les soldats n'aient plus à redouter pour bas-officiers des hommes dont ils pourraient craindre le caractère, ou dont ils n'estimeraient pas la conduite ; que l'avancement pour les bas-officiers tleur assure les récompenses qu'ils ont droit d'attendre; que les of...
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... à ceux qui méritent, et elle empêchera de dépouiller un officier arbitrairement, ... ...éral, étant justement appliquée, laissera une carrière qui ne sera jamais fermée à ceux qui méritent, et elle empêchera de dépouiller un officier arbitrairement, puisqu'il faut le placer, le juger, ou qu'il demande à se retirer.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      d'en créer de nouvelles, et l'obliger seulement à une... d'en créer de nouvelles, et l'obliger seulement à une responsabilité sévère.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      Le désir ardent que nous avons de voir tout ce qui compose l'armée en ple...
      ...nvisager comme une chose vraiment utile de limiter le nombre des officiers-généraux à Ja tête des troupes, et de ne les remplacer, le plus souvent, que par des officiers en activité de service.
      Le désir ardent que nous avons de voir tout ce qui compose l'armée en pleine activité, nous fait envisager comme une chose vraiment utile de limiter le nombre des officiers-généraux à Ja tête des troupes, et de ne les remplacer, le plus souvent, que par des officiers en activité de service.

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 412
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ter aux compagnies; que toute propriété de régiment soit détruite; que l'anciennet...
      ... aux grades supérieurs, ainsi qu'à ceux de colonel et de marécnal-de-camp, ait toujours la préférence, lorsqu'elle se trouve accompagnée de la capacité et de l'activité qu'on doit exiger dans un chef; qu'un poste de tranquillité, qu'une retraite honorable soient accordés à celui qui, étant parvenu à la tête de son corps, ne serait pas avancé; ou qu'en cas de refus, il ait droit à un jugement légal; que la guerre laisse au talent le moyen de se faire jour et à l'ambition ceux d'arriver; que la valeur française trouve d'avance des ré...
      ... succès non contestés; que les réformes de l'armée portent sur les grands abus; qu...
      ter aux compagnies; que toute propriété de régiment soit détruite; que l'ancienneté, pour parvenir aux grades supérieurs, ainsi qu'à ceux de colonel et de marécnal-de-camp, ait toujours la préférence, lorsqu'elle se trouve accompagnée de la capacité et de l'activité qu'on doit exiger dans un chef; qu'un poste de tranquillité, qu'une retraite honorable soient accordés à celui qui, étant parvenu à la tête de son corps, ne serait pas avancé; ou qu'en cas de refus, il ait droit à un jugement légal; que la guerre laisse au talent le moyen de se faire jour et à l'ambition ceux d'arriver; que la valeur française trouve d'avance des récompenses préparées pour les succès non contestés; que les réformes de l'armée portent sur les grands abus; qu'enfin l'état militaire devienne, autant qu'il est possible, un état heureux.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...tre examen ; il a été dicté par l'amour de l'ordre, le sentiment le plus vrai de coopérer efficacement au bien public. Nous avons pensé que la fixation des principes appartient au Co...
      ..., et nous ne nous sommes jamais écartés de cette règle.
      Tel est, Messieurs, le rapport que nous avons cru devoir soumettre à votre examen ; il a été dicté par l'amour de l'ordre, le sentiment le plus vrai de coopérer efficacement au bien public. Nous avons pensé que la fixation des principes appartient au Corps législatif, comme l'application au pouvoir exécutif, et nous ne nous sommes jamais écartés de cette règle.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...icile à exécuter; il s'est moins occupé de créer une armée que de détruire des abus consacrés par le temp...
      ...t trouvera à se les approprier, que par la conviction qu'elles offriront à l'officier de la justesse de leurs choix, et par l'heureux développe...
      ...omité ne s'est pas dissimulé combien le travail qu'il avait entrepris était difficile à exécuter; il s'est moins occupé de créer une armée que de détruire des abus consacrés par le temps; il n'a voulu adopter que des formes que chacun puisse calculer, approuver, aimer même, s'il est possible, tant par l'avantage que le soldat trouvera à se les approprier, que par la conviction qu'elles offriront à l'officier de la justesse de leurs choix, et par l'heureux développement qu'elles donneront à. son intelligence et à son ambition.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...dérant que l'objet essentiel et spécial de l'armée est la défense de l'Etat contre l'ennemi de la nation; « L'Assemblée nationale, Considérant que l'objet essentiel et spécial de l'armée est la défense de l'Etat contre l'ennemi de la nation;
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Considérant que le régime sévère de la subordination militaire prête à des abus de pouvoir, et que chez la plupart des nations la perte de la liberté et le maintien de l'oppression sont dus à à un emploi inconstitutionnel des forces de l'armée;* « Considérant que le régime sévère de la subordination militaire prête à des abus de pouvoir, et que chez la plupart des nations la perte de la liberté et le maintien de l'oppression sont dus à à un emploi inconstitutionnel des forces de l'armée;*
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Considérant que la condition pénible des hommes qni se dévouent au service habituel de la guerre leur donne des droits à la gratitude de leurs concitoyens et à l'humanité du lé... « Considérant que la condition pénible des hommes qni se dévouent au service habituel de la guerre leur donne des droits à la gratitude de leurs concitoyens et à l'humanité du législateur;
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Art. 2. Après trente ans de service dans l'armée, un militaire français ou devenu Français, et domicilié, de fait, dans un canton, y jouira de la plénitude des droits du citoyen actif, ... « Art. 2. Après trente ans de service dans l'armée, un militaire français ou devenu Français, et domicilié, de fait, dans un canton, y jouira de la plénitude des droits du citoyen actif, quand même il ne serait sujet à aucune des contributions requises pour être élig...
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...glées sont particulièrement destinées à la défense du royaume contre les ennemis d...
      ...tre employées contre les citoyens, qu'à la réquisition du Corps législatif, des officiers » civils ou municipaux : dans ce cas, la réquisition de la main-forte doit toujours être lue aux t...
      « Art. 3. Les troupes réglées sont particulièrement destinées à la défense du royaume contre les ennemis du dehors ; elles ne peuvent jamais être employées contre les citoyens, qu'à la réquisition du Corps législatif, des officiers » civils ou municipaux : dans ce cas, la réquisition de la main-forte doit toujours être lue aux troupes assemblées avant qu'elles puissent agir hostilement.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... armes, les gardes nationales prendront la droite dans leurs villes et sur leur territoire ; mais hors de la ville et de leur territoire, le pas et le commandem... ...4. Lorsque les gardes nationales et les troupes réglées seront ensemble sous les armes, les gardes nationales prendront la droite dans leurs villes et sur leur territoire ; mais hors de la ville et de leur territoire, le pas et le commandement appartiendront aux troupes réglées.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...tes conduiront au grade d'officier: 1°. la pratique distinguée des devoirs du soldat; 2° la connaissance des premiers éléments de l'art militaire. « Art. 5. Deux voies différentes conduiront au grade d'officier: 1°. la pratique distinguée des devoirs du soldat; 2° la connaissance des premiers éléments de l'art militaire.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... les bas-officiers et par les officiers de la compagnie, choisis par le capitaine et ... « Art. 10. Les bas-officiers seront désignés par les bas-officiers et par les officiers de la compagnie, choisis par le capitaine et confirmés par le colonel.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...s grades militaires compris entre celui de capitaine et celui de lieutenant-général des armées, seront d...
      ...s en suivant l'ordre d'ancienneté, dans la même arme, l'autre tiers à ceux que le ...
      « Art. 12. Tous les grades militaires compris entre celui de capitaine et celui de lieutenant-général des armées, seront donnés, les deux tiers en suivant l'ordre d'ancienneté, dans la même arme, l'autre tiers à ceux que le roi eh jugera les plus dignes.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Art. 14. La nomination des lieutenants-généraux, des' maréchaux de France et des généraux d'armée dépend a... « Art. 14. La nomination des lieutenants-généraux, des' maréchaux de France et des généraux d'armée dépend absolument du Roi.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Art. 15. Pendant la guerre, le Roi peutdonner aux généraux d'armée le droit de conférer des grades hors du rang, à tou... « Art. 15. Pendant la guerre, le Roi peutdonner aux généraux d'armée le droit de conférer des grades hors du rang, à tout militaire distingué par quelque action d'éclat.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...Art. 16. Tout militaire qui aura obtenu la permission de servir une puissance alliée de la « Art. 16. Tout militaire qui aura obtenu la permission de servir une puissance alliée de la
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...evoir soumettre à l'Assemblée le projet de décret suivant : ...et par conséquent à l'armée, dont les intérêts sont inséparables, nous croyons devoir soumettre à l'Assemblée le projet de décret suivant :
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... respect des lois et des justes limites de leurs pouvoirs n'en est pas moins rigou... ...lir cet objet, l'obéissance est un devoir indispensable dans les subalternes, le respect des lois et des justes limites de leurs pouvoirs n'en est pas moins rigoureux-pour les chefs;
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...elle a toujours offert un grand exemple de conduite à toutes les armées, a décrété... ... 'armée française a donné des preuves signalées d'un patriotisme éclairé, et qu'elle a toujours offert un grand exemple de conduite à toutes les armées, a décrété et décrète ce qui suit :
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...rs les qualités exigées par les décrets de l'Assemblée nationale. ... lui faire perdre le droit d'élire et d'être élu dans ce canton, s'il a d'ailleurs les qualités exigées par les décrets de l'Assemblée nationale.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « Art. 6. De cinq emplois de sous-lieutenants, il en sera toujours donné un à un bas-officier du régiment, de telle sorte cependant qu'il ne puisse j...
      ... qu'ils possèdent les premiers éléments de l'art militaire, et qu'ils sont les plu...
      « Art. 6. De cinq emplois de sous-lieutenants, il en sera toujours donné un à un bas-officier du régiment, de telle sorte cependant qu'il ne puisse jamais y avoir, dans l'armée, plus du cinquième des officiers parvenus par tous l...
      ...itoyens qui, dans un examen public, dont les formes seront fixées, auront prouvé qu'ils possèdent les premiers éléments de l'art militaire, et qu'ils sont les plus dignes d'être élevés à ce grade.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ... sous-lieutenants parviendront au grade de lieutenant, et les lieutenants au grade de capitaine, par ordre d'ancienneté : l'i... « Art. 11. Les sous-lieutenants parviendront au grade de lieutenant, et les lieutenants au grade de capitaine, par ordre d'ancienneté : l'incapacité, jugée par un conseil, pourra seule changer cet ordre.

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 413
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      « L'Assemblée ordonne l'impression et la distribution du rapport ; elle en renvoie la discussion au lundi 8 février. » « L'Assemblée ordonne l'impression et la distribution du rapport ; elle en renvoie la discussion au lundi 8 février. »
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...e action d'éclat pourra être élevé hors de son rang, à un grade supérieur à celui ... France, et qui dans le service se sera fait distinguer par quelque action d'éclat pourra être élevé hors de son rang, à un grade supérieur à celui qu'il avait dans l'armée.
      Locuteur: Le vicomte de Noailles
      ...itaires sera détruite, il n'y aura plus de colonel propriétaire ; on accordera des...
      ...qui sont actuellement pourvus d'emplois de ce genre.
      « Art. 17. Toute vénalité des emplois militaires sera détruite, il n'y aura plus de colonel propriétaire ; on accordera des dédommagements convenables à ceux qui sont actuellement pourvus d'emplois de ce genre.
      Locuteur: Le Président
      annonce que M. Leclerc, député de Paris et M. Périsse-Duluc ont été nom? més pour l'inspection de l'imprimerie. annonce que M. Leclerc, député de Paris et M. Périsse-Duluc ont été nom? més pour l'inspection de l'imprimerie.
      Locuteur: Le Président
      La séance est levée. La séance est levée.
      à la séance de l'Assemblée nationale du 1er à la séance de l'Assemblée nationale du 1er
      Mémoire en réponse à la demande des députés de Marseille, concernant la division des départements en Provence, par M. de Boisgelin, archevêque d'Aix, député de la sénéchaussée d'Aix (i). Mémoire en réponse à la demande des députés de Marseille, concernant la division des départements en Provence, par M. de Boisgelin, archevêque d'Aix, député de la sénéchaussée d'Aix (i).
      Le comité de constitution avait tracé un plan de division de la Provence en trois départements. Le comité de constitution avait tracé un plan de division de la Provence en trois départements.
      Un de ces départements contenait les viguerie...
      ...djacentes d'Arles, les Baux et Salon et la ville et le territoire de Marseille.
      Un de ces départements contenait les vigueries d'Aix, Apt et Tarascon,les terres adjacentes d'Arles, les Baux et Salon et la ville et le territoire de Marseille.
      ...ième département était celui du nord ou de la Haute-Provence, contenant les vigueries de Forcalquier, Sisteron, Digne, Moustiers, Gastel-lanne, Annot, Golmars, Sevne, Vallée de Barcelon-nelte, communauté de Sault et Val de Barrême. Un troisième département était celui du nord ou de la Haute-Provence, contenant les vigueries de Forcalquier, Sisteron, Digne, Moustiers, Gastel-lanne, Annot, Golmars, Sevne, Vallée de Barcelon-nelte, communauté de Sault et Val de Barrême.
      Les députés de Provence furent convoqués pour donner leur avis sur l'établissement et la division des départements. Les députés de Provence furent convoqués pour donner leur avis sur l'établissement et la division des départements.
      Les députée de la sénéchaussée d'Aix avaient volés pour u... Les députée de la sénéchaussée d'Aix avaient volés pour un seul département.
      Les députés de Marseille avaient demandé l'établisseme...
      ...ment pour Marseille et son territoire ; la décision de l'Assemblée nationale n'a point été con...
      ...un département particulier, les députés de Marseille ont demandé que Marseille fût placée dans le département de l'est, et non dans celui de l'ouest : ils ont proposé de former un département des vigueries de Toulon, Hyères, Brignoles, Barjols, Saint-Maximin et de réunir les vigueries de
      Les députés de Marseille avaient demandé l'établissement d'un seul département pour Marseille et son territoire ; la décision de l'Assemblée nationale n'a point été conforme à leurs désirs. Au défaut d'un département particulier, les députés de Marseille ont demandé que Marseille fût placée dans le département de l'est, et non dans celui de l'ouest : ils ont proposé de former un département des vigueries de Toulon, Hyères, Brignoles, Barjols, Saint-Maximin et de réunir les vigueries de
      ...an et Lorgues au département du nord ou de la Haute-Provence. Grasse, Draguignan et Lorgues au département du nord ou de la Haute-Provence.
      Les vigueries de Grasse et de Draguignan sont séparées du département de la Haute-Provence par des montagnes inaccessibles ;ii n'y a point de chemins ouverts ; il serait très diffic... Les vigueries de Grasse et de Draguignan sont séparées du département de la Haute-Provence par des montagnes inaccessibles ;ii n'y a point de chemins ouverts ; il serait très difficile ettrèscoûteux d'y faire des chemins.
      La pente de la Haute-Provence est versée vers les vigueries d'Apt et d'Aix ; la ville ou la viguerie d'Aix est le passage, le centre et le lien nécessaire de toutes les parties de la Provence. La pente de la Haute-Provence est versée vers les vigueries d'Apt et d'Aix ; la ville ou la viguerie d'Aix est le passage, le centre et le lien nécessaire de toutes les parties de la Provence.
      Les députés de Marseille pensent que le département du...
      ... avec Grasse et Draguignan, un surcroît de population, de commerce et de richesse territoriale qui balancerait la disproportion qu'il éprouve dans le plan de division du comité.
      Les députés de Marseille pensent que le département du> nord recevrait, par sa réunion avec Grasse et Draguignan, un surcroît de population, de commerce et de richesse territoriale qui balancerait la disproportion qu'il éprouve dans le plan de division du comité.
      Le commerce de la Haute-Provence suivra toujours la pente de ses montagnes vers la plaine d'Aix, Tarascon et Marseille. Le commerce de la Haute-Provence suivra toujours la pente de ses montagnes vers la plaine d'Aix, Tarascon et Marseille.
      Celui de Grasse et Draguignan aura toujours le m...
      ...et vers Marseille, et ne remontera vers la Haute-Provence que par les relations de commerce des vigueries de Barjols, de Saint-Maximin et d'Aix.
      Celui de Grasse et Draguignan aura toujours le même cours vers les côtes maritimes et vers Marseille, et ne remontera vers la Haute-Provence que par les relations de commerce des vigueries de Barjols, de Saint-Maximin et d'Aix.
      La viguerie de Draguignan se trouverait placée à l'extrémité,de ce nouveau département, et perdrait tou...
      ...dans le département tracé par le comité de constitution.
      La viguerie de Draguignan se trouverait placée à l'extrémité,de ce nouveau département, et perdrait tous les avantages que peut lui donner sa situation dans le département tracé par le comité de constitution.
      Les députés de Marseille ont senti ces raisons; ils ont paru renoncer au projet de réunion de Grasse et de Draguignan avec la montagne ; ils ont proposé la réunion de Marseille avec le département de l'est, quelles qu'en soient l'étendue e... Les députés de Marseille ont senti ces raisons; ils ont paru renoncer au projet de réunion de Grasse et de Draguignan avec la montagne ; ils ont proposé la réunion de Marseille avec le département de l'est, quelles qu'en soient l'étendue et les bornes.
      Les députés de Marseille représentent que la division qu'ils proposent est mieux proportionnée aux bases de division établies par l'Assemblée natio... Les députés de Marseille représentent que la division qu'ils proposent est mieux proportionnée aux bases de division établies par l'Assemblée nationale.
      Ces bases sont celles de l'étendue territoriale, des contributions et de la population. Ces bases sont celles de l'étendue territoriale, des contributions et de la population.
      Il faut observer que le département de l'ouest, tel qu'il avait été tracé par le comité de constitution, ne comprenait point la viguerie d'Apt; c'est par des convenances particulières qu'on l'a séparée de celui delà Haute-Provence. Il faut observer que le département de l'ouest, tel qu'il avait été tracé par le comité de constitution, ne comprenait point la viguerie d'Apt; c'est par des convenances particulières qu'on l'a séparée de celui delà Haute-Provence.
      On sent bien que le département de l'ouest renoncera plutôt à l'accession de la viguerie d'Apt qu'à celle de Marseille. On sent bien que le département de l'ouest renoncera plutôt à l'accession de la viguerie d'Apt qu'à celle de Marseille.
      Un autre était composé des vigueries de Saint-Paul, Grasse, Draguignan, Toulon,... Un autre était composé des vigueries de Saint-Paul, Grasse, Draguignan, Toulon, Brignoles, Apt, Lorgues, Barjols et Saint-Maximin.
      ...es deux départements renfermaient toute la fiasse-Provence et partageaient la côte maritime ; l'un à l'ouest, depuis ...
      ...'autre à l'est depuis Marseille jusqu'à la rivière du Var.
      Ces deux départements renfermaient toute la fiasse-Provence et partageaient la côte maritime ; l'un à l'ouest, depuis les embouchures du Rhône jusqu'à Marseille ; et l'autre à l'est depuis Marseille jusqu'à la rivière du Var.
      ...éputés votèrent pour deux départements; la division en trois départements fut admise à la pluralité des voix. Plusieurs députés votèrent pour deux départements; la division en trois départements fut admise à la pluralité des voix.
      Les productions sont différentes par la nature du climat ; les relations sont impossibles par la disposition des lieux. Les productions sont différentes par la nature du climat ; les relations sont impossibles par la disposition des lieux.
      ...er les différences et les distances que la nature a marquées par des effets sensib... On ne peut pas oublier les différences et les distances que la nature a marquées par des effets sensibles et par des obstacles insurmontables.
      ...stration n'établit pas des rapports que la situation des lieux ne comporte point. L'administration n'établit pas des rapports que la situation des lieux ne comporte point.
      ...ient être transmis qu'avec peine et par de longs détours, de Draguignan à Digne ou de Digne à Draguignan. ...s charges d'utilité publique, nationale ou provinciale ; et les impôts ne pourraient être transmis qu'avec peine et par de longs détours, de Draguignan à Digne ou de Digne à Draguignan.
      Telles sont les proportions de deux départements dans le plan du comit... Telles sont les proportions de deux départements dans le plan du comité des finances.
      Le département de l'ouest est de 40,824 ioises dans sa plus grande longueur, et de 34,992 toises dans sa plus grande large... Le département de l'ouest est de 40,824 ioises dans sa plus grande longueur, et de 34,992 toises dans sa plus grande largeur..
      Celui de l'est est de 55,404 toises de longueur, sur 40,824 de largeur. Celui de l'est est de 55,404 toises de longueur, sur 40,824 de largeur.
      Le département de l'ouest, tel qu'il avait été proposé, c... Le département de l'ouest, tel qu'il avait été proposé, compte environ 1,190 feux, sans y comprendre Marseille.

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 414
      Les feu:| sont la mesure de la valeur des biens et des contributions. Les feu:| sont la mesure de la valeur des biens et des contributions.
      ..., sont à peu près égaux dans le rapport de la population comme dans celui des contrib...
      ...augmenterait d'un côté, par l'accession de Marseille, le département le plus étend...
      ...sans crainte d'une erreur sensible, que ces deux départements, Marseille excepté, sont à peu près égaux dans le rapport de la population comme dans celui des contributions. Leur véritable différence est celle du territoire. On augmenterait d'un côté, par l'accession de Marseille, le département le plus étendu.
      On diminuerait de l'autre, par la séparation de Marseille, le territoire le plus borné. On diminuerait de l'autre, par la séparation de Marseille, le territoire le plus borné.
      Il faut dire la vérité ; de quelque côté que Marseille soit placée, il faut qu'elle dérange la proportion respective* des deux départe... Il faut dire la vérité ; de quelque côté que Marseille soit placée, il faut qu'elle dérange la proportion respective* des deux départements ; elle ne peut pas se partager elle-même ; il est d'une inévitable nécessi...
      Ainsi la"question reste entière; l'inégalité des deux départements n'est que l'effet même de la réunion de Marseille, et ne peut pas être un principe de décision. Ainsi la"question reste entière; l'inégalité des deux départements n'est que l'effet même de la réunion de Marseille, et ne peut pas être un principe de décision.
      ...villes maritimes, entre les commerçants de ces villes, entre leurs entreprises et leurs spéculations différentes que la concurrence peut exciter quelque discus... C'est cependant entre les villes maritimes, entre les commerçants de ces villes, entre leurs entreprises et leurs spéculations différentes que la concurrence peut exciter quelque discussion. On pourrait craindre que, dans le même département, les demandes ou les pl...
      ...bles par elles-mêmes, peuvent emprunter la force de leur département ; il semble qu'elles p...
      ...s ont à supporter dans leur département la prépondérance d'une ville | considérabl...
      ...ue leurs intérêts sont semblables, qu'elles sont en concurrence. Des villes, faibles par elles-mêmes, peuvent emprunter la force de leur département ; il semble qu'elles perdent leur propre force quand elles ont à supporter dans leur département la prépondérance d'une ville | considérable.
      Enfin, si Marseille, la plus puissante des villes dans un dépar...
      ...aintes à former, elle ne craindrait pas de les adresser à l'Assemblée nationale, e...
      Enfin, si Marseille, la plus puissante des villes dans un département comme dans un autre, avait des plaintes à former, elle ne craindrait pas de les adresser à l'Assemblée nationale, et Marseille serait bien sûre d'être entendue.
      ...l n'est pas vraisemblable que ce soient les véritables raisons de la demande des députés de Marseille. Il n'est pas vraisemblable que ce soient les véritables raisons de la demande des députés de Marseille.
      ...laindre. Ce sont les avantages immenses de son eureuse position sur les bords de la mer, qui lui font perdre le faible avantage de devenir le chef-lieu d'un département. ... également placée à l'extrémité des deux départements, et elle ne doit pas s'en laindre. Ce sont les avantages immenses de son eureuse position sur les bords de la mer, qui lui font perdre le faible avantage de devenir le chef-lieu d'un département.
      ...ble pour Aix, et pour toute autre ville de la Provence. ...chef-lieu d'un département ; elle n'en a pas besoin. C'est le bien le plus sensible pour Aix, et pour toute autre ville de la Provence.
      Le département de l'est, 1,160 feux. Le département de l'est, 1,160 feux.
      La différeuce n'est pas sensible, et il es...
      ...itimes, le plus grand débit des viQS et la nouvelle contribution des privilégiés, rapprochent la proportion des deux départements.
      La différeuce n'est pas sensible, et il est possible que, dans un nouvel affouagement, l'accroissement du commerce sur les côtes maritimes, le plus grand débit des viQS et la nouvelle contribution des privilégiés, rapprochent la proportion des deux départements.
      On ne peut énoncer, par rapport à la population, que des évaluations probables, et c'est encore une observation à faire, que la Haute-Provence s'est dépeuplée, et que la population, en approchant des côtes mar... On ne peut énoncer, par rapport à la population, que des évaluations probables, et c'est encore une observation à faire, que la Haute-Provence s'est dépeuplée, et que la population, en approchant des côtes maritimes, est sensiblement augmentée.
      Les députés de Marseille exposent l'avantage de réunir l'administration de Marseille à celle des villes maritimes ... Les députés de Marseille exposent l'avantage de réunir l'administration de Marseille à celle des villes maritimes dont le régime et les intérêts peuvent plus aisément se concilier avec son admin...
      Il n'y aura point de rivalité de commerce entre Marseille et les communa... Il n'y aura point de rivalité de commerce entre Marseille et les communautés du département d'Aix.
      Quel serait l'objet de ces injustices? Quel serait l'objet de ces injustices?
      Le commerce ne dépend point de l'administration d'un département. Le commerce ne dépend point de l'administration d'un département.
      Voilà le premier principe de tout département. Voilà le premier principe de tout département.
      ...redire. Ces privilèges qui font le bien de quelques commerçants ne font pas le bie... ...lèges, l'administration d'un département, quel qu'il soit, peut et doit les contredire. Ces privilèges qui font le bien de quelques commerçants ne font pas le bien du commerce.
      ...doivent point l'être par des assemblées de département ; et, sous ce rapport, l'ad... ... générale. Ces droits peuvent être établis par des Assemblées nationales, et ne doivent point l'être par des assemblées de département ; et, sous ce rapport, l'administration d'un département ne peut porter encore aucun préjudice au commerce.
      ...e inégal et disproportionné des charges de Marseille et du département ? Serait-ce un partage inégal et disproportionné des charges de Marseille et du département ?
      ... communes qui doivent être imposées par la municipalité. Il y aura des charges communes qui doivent être imposées par la municipalité.
      Les députés de Marseille n'ont d'autre motif que d'éta... Les députés de Marseille n'ont d'autre motif que d'établir à Marseille le chef-lieu du département.
      ...ille serait le chef-lieu du département de l'est. Cependant elle en serait exclue,... Ainsi les députés supposent que Marseille serait le chef-lieu du département de l'est. Cependant elle en serait exclue, par les mêmes raisons, dans un département comme dans l'autre.
      On dit que Marseille doit être chef de département à cause de sa grande population. On dit que Marseille doit être chef de département à cause de sa grande population.
      ...pulation est moindre que celle du reste de chacun des deux départements de l'est ou de l'ouest. Sa population est moindre que celle du reste de chacun des deux départements de l'est ou de l'ouest.
      ...habitants, répandus dans le département de l'est, concourent avec les habitants de Marseille, et ont le droit de demander un centre mitoyen dont chaque ... 200,000 habitants, répandus dans le département de l'est, concourent avec les habitants de Marseille, et ont le droit de demander un centre mitoyen dont chaque habitant soit rapproché dans une justé proportion.
      ...tre et le chef-lieu dans le département de l'est comme dans celui de l'ouest. Il faudrait rapprocher le centre et le chef-lieu dans le département de l'est comme dans celui de l'ouest.
      ...Le plus beau des départements est celui de son port et de sa municipalité. Marseille est tout par elle-même. Le plus beau des départements est celui de son port et de sa municipalité.
      ...s'étend jusqu'à l'Amérique; il embrasse de l'autre les côtes de l'Italie et de l'Afrique; il domine sur les Echelles d... . Son département s'appuie d'un côté à Cadix, et delà s'étend jusqu'à l'Amérique; il embrasse de l'autre les côtes de l'Italie et de l'Afrique; il domine sur les Echelles du Levant, et son centre est à Smyrne et à Constantinople.
      ...ation, confiée à toutes les générations de ses concitoyens, s'est maintenue avec u... ...nt dont elle est le chef-lieu depuis deux mille ans, et cette heureuse administration, confiée à toutes les générations de ses concitoyens, s'est maintenue avec une égale

      Séance du lundi 1 février 1790

      page 415
      Si Marseille est chef de département, dans le département de l'ouest, la ville d'Aix est ruinée sans ressources. Elle n'a d'autre resso...
      ...rés par les places et par les affaires. La ville d'Aix est ruinée, et Marseille absorbe, sans s'en apercevoir, un faible accroissement de consommation, comme la mer reçoit un fleuve dans son sein, sans en distinguer les eaux et sans en conserver la trace.
      Si Marseille est chef de département, dans le département de l'ouest, la ville d'Aix est ruinée sans ressources. Elle n'a d'autre ressource que celle des tribunaux et des corps d'administration, et des étrangers attirés par les places et par les affaires. La ville d'Aix est ruinée, et Marseille absorbe, sans s'en apercevoir, un faible accroissement de consommation, comme la mer reçoit un fleuve dans son sein, sans en distinguer les eaux et sans en conserver la trace.
      ...à plus haut prix qu'en aucun autre lieu de la province. La grande consommation en est la cause. Il n'est pas bon, pour des députés qui ne partagent point les richesses de Marseille, de se transporter dans le lieu de la plus grande dépense; il n'est pas bon p... Les denrées y sont à plus haut prix qu'en aucun autre lieu de la province. La grande consommation en est la cause. Il n'est pas bon, pour des députés qui ne partagent point les richesses de Marseille, de se transporter dans le lieu de la plus grande dépense; il n'est pas bon pour un département d'augmenter les honoraires des députés.
      Si Marseille est centre de département dans celui de l'est, elle ravit également sans intérêt ce qui ferait la prospérité d'une autre ville, et il faut, dans tous les cas, déranger la juste proportion des distances pour pro... Si Marseille est centre de département dans celui de l'est, elle ravit également sans intérêt ce qui ferait la prospérité d'une autre ville, et il faut, dans tous les cas, déranger la juste proportion des distances pour procurer à Marseille un honneur dont elle n'a pas besoin.
      ...du Languedoc, du Dauphiné, du Lyonnais, de la Bourgogne et de toutes les autres parties du nord de la France avec Marseille ; se fait par les routes et chemins des vigueries de Tarascon et d Aix, depuis Avignon jusqu...
      ...e commerce est immense, qu'il n'y a pas de comparaison entre les transports par terre dans le département de l'ouest et de l'est, et que ce commerce fait une partie considérable des richesses et de la prospérité de Marseille.
      Il faut enfin considérer que le commerce par terre du Languedoc, du Dauphiné, du Lyonnais, de la Bourgogne et de toutes les autres parties du nord de la France avec Marseille ; se fait par les routes et chemins des vigueries de Tarascon et d Aix, depuis Avignon jusqu'à Marseille, que ce commerce est immense, qu'il n'y a pas de comparaison entre les transports par terre dans le département de l'ouest et de l'est, et que ce commerce fait une partie considérable des richesses et de la prospérité de Marseille.
      ...cales des villes maritimes avaient plus de rapports entre elles. 11 ne s'agit pas, sans doute, de celles que chaque ville doit faire dans le sein de sa propre administration, et quelle est...
      ...rables, telles que Cassis et LaciOutat, la dépense d'utilité publique qui puisse ê...
      ...ands chemins, par lesquels s'entretient la communication de Marseille avec la France entière.
      On a dit que les dépenses locales des villes maritimes avaient plus de rapports entre elles. 11 ne s'agit pas, sans doute, de celles que chaque ville doit faire dans le sein de sa propre administration, et quelle est, dans les villes moins considérables, telles que Cassis et LaciOutat, la dépense d'utilité publique qui puisse être d'une aussi grande importance pour Marseille, que celle des routes et des grands chemins, par lesquels s'entretient la communication de Marseille avec la France entière.
      Il n'y a donc point de raison pour changer la division des départements établis par le comité de constitution. Le vœu des députés de Marseille forme sans doute une autorité respectable. Une ville de 200,000 habitants a des droits sur l'attention de l'Assemblée nationale. Mais la voix de tous les députés de la Provence représente le vœu de 600,000 habitants, et leur suffrage unanime semble devoir justifierj'ouvrage du comité de constitution et le mettre à l'abri des ... Il n'y a donc point de raison pour changer la division des départements établis par le comité de constitution. Le vœu des députés de Marseille forme sans doute une autorité respectable. Une ville de 200,000 habitants a des droits sur l'attention de l'Assemblée nationale. Mais la voix de tous les députés de la Provence représente le vœu de 600,000 habitants, et leur suffrage unanime semble devoir justifierj'ouvrage du comité de constitution et le mettre à l'abri des changements.
      prospérité parmi les variations de tous les empires. Marseille est tout pa...
      ...ance les ressources bornées d'un centre de département.
      prospérité parmi les variations de tous les empires. Marseille est tout par elle-même, et ne peut pas envier à des villes sans richesses et sans puissance les ressources bornées d'un centre de département.
      ... un obstacle sensible à l'établissement de l'administration. Marseille oppose, par ses richesses mêmes, un obstacle sensible à l'établissement de l'administration.
      C'est'sous ce rapport que les intérêts de l'administration, dans le département de l'ouest, s'unissent et se confondent avec tous les intérêts de Marseille ; et telle est leur correspon...
      ...sition le véritable intérêt du commerce de Marseille, et celui des propriétés terr...
      C'est'sous ce rapport que les intérêts de l'administration, dans le département de l'ouest, s'unissent et se confondent avec tous les intérêts de Marseille ; et telle est leur correspondance et leur union qu'on ne peut pas comprendre quelles pourraient être les raisons qui mettraient en opposition le véritable intérêt du commerce de Marseille, et celui des propriétés territoriales dont ce commerce favorise sans cesse les améliorations et le progrès.
    • Séance du mercredi 24 février 1790

      - search term matches: (62)

      Séance du mercredi 24 février 1790

      page 685
      Locuteur: Gaultier de Biauzat
      , Vun de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. , Vun de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier.
      Locuteur: Le Président
      L'ordre du jour appelle la discussion du projet de décret présenté par le comité des droits féodaux, dans la séance du 8 de ce mois. L'ordre du jour appelle la discussion du projet de décret présenté par le comité des droits féodaux, dans la séance du 8 de ce mois.
      Locuteur: Merlin
      La discussion de ce projet est ouverte successivement su... La discussion de ce projet est ouverte successivement sur chaque article.
      Locuteur: Merlin
      ...visé en trois parties et qu'aujourd'hui la discussion porte uniquement sur les dro... , rapporteur, rappelle à l'Assemblée que le rapport est divisé en trois parties et qu'aujourd'hui la discussion porte uniquement sur les droits féodaux abolis sans indemnité.
      Locuteur: Merlin
      ...personnel, semble entraîner l'abolition de toute corvée, sans indemnité, ce qui n'est point dans l'intention de l'Assemblée, parce qu'il y a telle corv...
      ...résentative des droits dûs pour cession de terrain.
      Un membre observe sur l'art. 2 que cette clause » tout autre service purement personnel, semble entraîner l'abolition de toute corvée, sans indemnité, ce qui n'est point dans l'intention de l'Assemblée, parce qu'il y a telle corvée qui est représentative des droits dûs pour cession de terrain.
      PRÉSIDENCE DE M. DE TALLEYRAND, ÉVÊQUE D'AUTUN. PRÉSIDENCE DE M. DE TALLEYRAND, ÉVÊQUE D'AUTUN.

      Séance du mercredi 24 février 1790

      page 686
      Locuteur: Jouffroy de Goussans
      On demande la question préalable sur les amendements;...
      ...ix et adoptée, et l'article est décrété de la manière suivante :
      On demande la question préalable sur les amendements; elle est mise aux voix et adoptée, et l'article est décrété de la manière suivante :
      Locuteur: Jouffroy de Goussans
      Art. 2. « La foi-hommage, et tout autre service pure... Art. 2. « La foi-hommage, et tout autre service purement personnel, auquel les vassaux, censitaires et tenanciers ont été assujettis...
      Locuteur: Jouffroy de Goussans
      ...rt. 3. « Les fiefs, qui ne devaient que la bouche et les mains, ne seront plus sou... Art. 3. « Les fiefs, qui ne devaient que la bouche et les mains, ne seront plus soumis à aucun aveu ni reconnaissance. »
      Locuteur: Mougins de Roquefort
      ...ces se faisaient en corps d'habitants ; la dépense était bien moindre pour chaque ...
      ... corps d'habitants ou individuellement, de simples reconnaissances. »
      Dans quelques provinces, les reconnaissances se faisaient en corps d'habitants ; la dépense était bien moindre pour chaque individu ; je présente sur cet objet un amendement bien simple : « Quant aux fiefs, etc., il en sera fourni par les redevables, à leur choix, en corps d'habitants ou individuellement, de simples reconnaissances. »
      Locuteur: Le duc de Choiseul-Praslin
      propose de retrancher ces mots : aux censives. Il ...
      ...lles ne sont pas préjudiciables au bien de la société. Or, on ne peut pas dire que les censives soient dans ce cas-, donc elles doivent être respectées.
      propose de retrancher ces mots : aux censives. Il dit que ce droit est imprescriptible et que l'Assemblée ne peut y toucher: elle doit respecter les clauses d'un contrat dès lors qu'elles ne sont pas préjudiciables au bien de la société. Or, on ne peut pas dire que les censives soient dans ce cas-, donc elles doivent être respectées.
      Locuteur: Fréteau
      , adoptaut l'avis de M. Tronehet, soutient qu'il n'y a point de tribunal qui eût exempté le tenancier de la reconnaissance. , adoptaut l'avis de M. Tronehet, soutient qu'il n'y a point de tribunal qui eût exempté le tenancier de la reconnaissance.
      Locuteur: Malouet
      ...Art. 4. Quant aux fiefs qui sont grevés de devoirs utiles, ou de profits rachetables, et aux censives, il en sera fourni par les redevables de simples reconnaissances passées à leurs...
      ...vec déclaration expresse des confins et de la contenance, et ce, aux mêmes époques, en la même forme, et de la même manière que sont reconnus, dans le...
      ...ra perçu, sur lesdites reconnaissances, de plus fort droit de contrôle, que celui accoutumé d'être pa...
      ...l'Assemblée ait prononcé sur les droits de contrôle. »
      « Art. 4. Quant aux fiefs qui sont grevés de devoirs utiles, ou de profits rachetables, et aux censives, il en sera fourni par les redevables de simples reconnaissances passées à leurs frais, par-devant tels notaires qu'ils voudront choi-ir, avec déclaration expresse des confins et de la contenance, et ce, aux mêmes époques, en la même forme, et de la même manière que sont reconnus, dans les différentes provinces et lieux du royaume, les autres droits fonciers par les personnes qui en sont chargées ; et ne sera perçu, sur lesdites reconnaissances, de plus fort droit de contrôle, que celui accoutumé d'être payé pour les déclarations et autres actes qui en tenaient lieu, jusqu'à ce que l'Assemblée ait prononcé sur les droits de contrôle. »
      Locuteur: Jouffroy de Goussans
      ...e d'insérer cette clause : « Les droits de mainmorte et autres, seront sujets à ra...
      ...s droits sont fondés sur une concession de terrain. »
      , évêque du Mans, propose d'insérer cette clause : « Les droits de mainmorte et autres, seront sujets à rachat lorsque le seigneur représentera le titre primitif établissant que ces droits sont fondés sur une concession de terrain. »
      Locuteur: Jouffroy de Goussans
      On fait lecture de l'article 4. On fait lecture de l'article 4.
      Locuteur: Espic
      ... Vivarais, les seigneurs et rénovateurs de terriers ont coutume de faire payer aux redevables les frais d'arpentage et levée de plans; il demande que l'art. 4 contienn...
      ...« Sans que les seigneurs ou rénovateurs de leurs terriers puissent exiger les frais d'arpentage ou de levée de plans. »
      , représente que, dans le Vivarais, les seigneurs et rénovateurs de terriers ont coutume de faire payer aux redevables les frais d'arpentage et levée de plans; il demande que l'art. 4 contienne cette clause: « Sans que les seigneurs ou rénovateurs de leurs terriers puissent exiger les frais d'arpentage ou de levée de plans. »
      Locuteur: De Saint-Martin
      ...es reconnaissances ae plus forts droits de contrôle que ceux qui étaient accoutumé... Il serait convenable d'ordonner, « qu'il ne sera pas perçu sur les reconnaissances ae plus forts droits de contrôle que ceux qui étaient accoutumés pour les actes qui en tiennent lieu, jusqu'à ce que l'Assemblée nationale ait ...
      Locuteur: Martineau
      ...Ils demandent que l'article soit rédigé de manière à ce que rien ne soit changé à ... ...t que dans diverses provinces les seigneurs font les frais des reconnaissances. Ils demandent que l'article soit rédigé de manière à ce que rien ne soit changé à cet usage.
      Locuteur: Target
      combat l'opinion de M. le duc de Choiseul-Praslin en disant que l'impres... combat l'opinion de M. le duc de Choiseul-Praslin en disant que l'imprescriptibilité comme privilège seigneurial, doit tomber avec le régime féodal lui-...
      Locuteur: Merlin
      ...après ces mots : reconnaissance passée, de radier ceux-ci à leurs frais et d'ajout...
      ..., aux mêmes frais. 11 donne pour raison de son amendement que les droits féodaux o...
      ...non le débiteur qui est sujet aux frais de reconnaissance; donc il en doit être de même pour les droits ci-devant seigneur...
      propose après ces mots : reconnaissance passée, de radier ceux-ci à leurs frais et d'ajouter après ces mots, aux mêmes époques, ceux-ci, aux mêmes frais. 11 donne pour raison de son amendement que les droits féodaux ont été assimilés aux droits purement fonciers et qu'ils doivent encourir les mêmes sujétions. Or, dans certaines provinces, notamment en Dauphiné, c'est le créancier et non le débiteur qui est sujet aux frais de reconnaissance; donc il en doit être de même pour les droits ci-devant seigneuriaux.
      Locuteur: Malouet
      propose d'ajouter : «On continuera de payer tous cens et droits seigneuriaux qui ne présentent aucune trace de servitude personnelle. » propose d'ajouter : «On continuera de payer tous cens et droits seigneuriaux qui ne présentent aucune trace de servitude personnelle. »
      Locuteur: Merlin
      ... amendement n'est pas à sa place et que la question sera traitée dans le titre sec... fait remarquer que cet amendement n'est pas à sa place et que la question sera traitée dans le titre second du projet du comité.
      Locuteur: Malouet
      retire son amendement et quitte la tribune. retire son amendement et quitte la tribune.
      Locuteur: Malouet
      ... amendements sont rejetés à l'exception de celui qui concerne le contrôle et de celui de M. Martineau. Les amendements sont rejetés à l'exception de celui qui concerne le contrôle et de celui de M. Martineau.
      Locuteur: Le marquis d'Estourmel
      ... continue l'usage parce qu'on peut, par , acquérir une parfaite connaissance des... ...terriers sont désormais inutiles pour les seigneurs; mais il demande que l'on en continue l'usage parce qu'on peut, par , acquérir une parfaite connaissance des fonds et faire peser également l'impôt sur tous les tenanciers.
      Locuteur: Le marquis d'Estourmel
      « Art. 5. En conséquence, la forme ci-devant usitée des reconnaissan... « Art. 5. En conséquence, la forme ci-devant usitée des reconnaissances par aveux et dénombrements, déclarations à terriers, gages-pleiges,

      Séance du mercredi 24 février 1790

      page 687
      Locuteur: Le baron de Juigné
      Lorsque vous proposâtes à la noblesse de donner au peuple des preuves de son attachement, elle décréta qu'elle p...
      ...rs suivants, quand il ne s'agissait que de la rédaction des
      Lorsque vous proposâtes à la noblesse de donner au peuple des preuves de son attachement, elle décréta qu'elle payerait les impôts, et que les droits qui asser-vissaient le peuple seraieut détruits. Le 4 août vous avez aboli ces droits. Les jours suivants, quand il ne s'agissait que de la rédaction des
      Locuteur: Le baron de Juigné
      ...bolir le régime féodal, qui ne fait pas de mal au peuple? Mais vous faites le malheur des habitants des campagnes. J'ai l'honneur de vous avertir que pour rendre le peuple ...
      ...ous ôtez tous les agréments possibles à la noblesse, qui, depuis l'origine de la monarchie, n'a cessé de prodiguer son sang et sa fortune ?
      ... pourquoi on dit aujourd'hui que les droits honorifiques sont abolis. Pourquoi abolir le régime féodal, qui ne fait pas de mal au peuple? Mais vous faites le malheur des habitants des campagnes. J'ai l'honneur de vous avertir que pour rendre le peuple français heureux, il faut qu'il soit propriétaire; et comment les paysans seront-ils propriétaires, si vous ne permettez pas les baux à cens, si vous ôtez tous les agréments possibles à la noblesse, qui, depuis l'origine de la monarchie, n'a cessé de prodiguer son sang et sa fortune ?
      Locuteur: Le marquis d'Estourmel
      ... et il est défendu à tous propriétaires de fiefs de continuer aucuns terriers, gages-pleiges, ou plaids et assises, commencés avant la publication du présent décret. » plaids et assises, est abolie; et il est défendu à tous propriétaires de fiefs de continuer aucuns terriers, gages-pleiges, ou plaids et assises, commencés avant la publication du présent décret. »
      Locuteur: Le marquis d'Estourmel
      On passe à la discussion de l'article 6, dont voici la teneur : On passe à la discussion de l'article 6, dont voici la teneur :
      Locuteur: Le marquis d'Estourmel
      « Art. 6. La saisie féodale et la saisie censuelle sont abolies; mais les...
      ...appartiennent à tous premiers bailleurs de fonds. »
      « Art. 6. La saisie féodale et la saisie censuelle sont abolies; mais les propriétaires des droits féodaux et censuels rachetables pourront exercer les a...
      ...rences qui, par le droit commun, les différentes coutumes et statuts des lieux, appartiennent à tous premiers bailleurs de fonds. »
      Locuteur: Legrand
      ...édigé, que vous n'avez voulu parler que de la saisie des fruits, pour devoirs non fai...
      ...our des cas très différents. Je propose de rédiger ainsi :
      ...uté du Berry. Les seigneurs pourraient prétendre, si cet article restait ainsi rédigé, que vous n'avez voulu parler que de la saisie des fruits, pour devoirs non faits et cen-sives non payées, tandis que les diverses coutumes admettent des saisies particulières pour des cas très différents. Je propose de rédiger ainsi :
      Locuteur: De Montlosier
      demande la question préalable sur la totalité de l'article, en établissant qu'il ne prés... demande la question préalable sur la totalité de l'article, en établissant qu'il ne présente aucun sens.
      Locuteur: De Montlosier
      (Pendant la lecture de cet article, MM. le baron de Juigné. le marquis de La Queuille, le comte de Foucault s'agitent avec,, violence à une des extrémités de la salle. M. le baron de Juigné parle avec plus de chaleur ; mais il ne parvient à une partie de l'Assemblée que des sons inarticulés. On prie. M. le baron de Juigné de monter à la ribune; il y court.) (Pendant la lecture de cet article, MM. le baron de Juigné. le marquis de La Queuille, le comte de Foucault s'agitent avec,, violence à une des extrémités de la salle. M. le baron de Juigné parle avec plus de chaleur ; mais il ne parvient à une partie de l'Assemblée que des sons inarticulés. On prie. M. le baron de Juigné de monter à la ribune; il y court.)
      Locuteur: Defermon
      ...nd il n'est pas dans l'ordre du jour et de la délibération. Il s'agit de la prescription. 11 est permis d'interrompre un préopinant quand il n'est pas dans l'ordre du jour et de la délibération. Il s'agit de la prescription.
      Locuteur: Le baron de Juigné
      M. le baron de Juigné quitte la tribune ; M. le marquis de Foucault y paraît. M. le baron de Juigné quitte la tribune ; M. le marquis de Foucault y paraît.
      Locuteur: Le marquis de Foucault
      ...rte un article qu'il est toujours temps de placer ; ce sont les engagements que vo...
      ...avez dit que je ne serais pas dépouillé de ma propriété si je n'avais rien envahi. J'ai donné les fonds pour les besoins de l'Etat, pouf avoir telle jouissance, quand le Roi m'a investi de quelque chose, et ce quelque chose m'appartient : tout ce que je n'ai pas envahi est la première créance de l'Etat, puisqu'elle rend au propriétaire la vie plus douce et plus aisée, Je dois d...
      ...atrocité commise par... (itf le marquis de Foucault n'achève pas sa phrase et se r...
      Je vous apporte un article qu'il est toujours temps de placer ; ce sont les engagements que vou3 avez pris avec moi, vous ne devez pas les oublier. Vous m'avez dit que je ne serais pas dépouillé de ma propriété si je n'avais rien envahi. J'ai donné les fonds pour les besoins de l'Etat, pouf avoir telle jouissance, quand le Roi m'a investi de quelque chose, et ce quelque chose m'appartient : tout ce que je n'ai pas envahi est la première créance de l'Etat, puisqu'elle rend au propriétaire la vie plus douce et plus aisée, Je dois dire que si on ne rend pas justice; malgré tout, malgré toute loi, je dirai que c'est une violence et une atrocité commise par... (itf le marquis de Foucault n'achève pas sa phrase et se retire.)
      Locuteur: Le marquis de Foucault
      On reprend la délibération. On reprend la délibération.
      Locuteur: Legrand
      « Toutes espèces de saisies résultant de contrats de bail à cens, établies par les coutumes,... « Toutes espèces de saisies résultant de contrats de bail à cens, établies par les coutumes, dans quelque cas que ce soit, et sous quelque dénomination qu'elles soient conn...
      Locuteur: Target
      ...ies que les seigneurs exercent en vertu de leurs fiefs. » propose d'amender ainsi l'article : « et toutes autres saisies que les seigneurs exercent en vertu de leurs fiefs. »
      Locuteur: De Montlosier
      ...te, par M. Merlin, rapporteur du comité de féodalité. Voici cette rédaction ; ...ibérer sut* les amendements,, et adopte l'article, rédigé d'une manière différente, par M. Merlin, rapporteur du comité de féodalité. Voici cette rédaction ;
      Locuteur: De Montlosier
      ...e saisie féodale et censuelle, et droit de commise sont abolis ; mais les propriét...
      ...appartiennent à tous premiers bailleurs de fonds. »
      « Art. 6. Toute saisie féodale et censuelle, et droit de commise sont abolis ; mais les propriétaires des droits féodaux et censuels, non abolis sans indemnité, pourront exerce...
      ...ences, qui, par le droit commun, les différentes coutumes et statuts des lieux, appartiennent à tous premiers bailleurs de fonds. »
      Locuteur: De Montlosier
      ...e comité ainsi qu'il suit, est soumis à la discussion :. L'article 7, modifié par le comité ainsi qu'il suit, est soumis à la discussion :.
      Locuteur: De Montlosier
      ...au rachat» soumis, pour le principal, à la prescription que les différentes lois e...
      ...s, sans rien innover en ce qui concerne la prescription des arrérages. »
      ...r nature ou par l'effet des décrets du 4 août 1789, seront, à l'avenir et jusqu'au rachat» soumis, pour le principal, à la prescription que les différentes lois et coutumes ont établie relativement aux immeubles réels, sans rien innover en ce qui concerne la prescription des arrérages. »
      Locuteur: Le Président
      ...rs articles sont décrétés. Sont-ce ceux- que vous trouvez obscurs, ou bien est-c... Les six premiers articles sont décrétés. Sont-ce ceux- que vous trouvez obscurs, ou bien est-ce le septième ?
      Locuteur: Le baron de Juigné
      ...e permettent pas d'entendre M. le baron de Juigné.) ...serment que m'a prescrit le corps auquel j'appartiens... (Des applaudissements ne permettent pas d'entendre M. le baron de Juigné.)
      Locuteur: Loys
      présente, au nom de ses commettants, l'amendement suivant :...
      ...e pourront être demandés à l'avenir que de cinq ans avant l'interpellation judicia...
      présente, au nom de ses commettants, l'amendement suivant : « Les arrérages ne pourront être demandés à l'avenir que de cinq ans avant l'interpellation judiciaire. »
      Locuteur: De Lachèze
      Plusieurs amendements de celte nature sont encore présentés* Plusieurs amendements de celte nature sont encore présentés*
      Locuteur: De Lachèze
      ...ur rachat, soumis, pour le principal, à la -prescription que ...des décrets du 4 août 1789, et jours suivants, seront, à l'avenir, et jusqu'à leur rachat, soumis, pour le principal, à la -prescription que

      Séance du mercredi 24 février 1790

      page 688
      Locuteur: Merlin
      ...il n'est conséquemment qu'une émanation de cette hiérarchie de puissance publique, de cette puissance seigneuriale qui s'était établie sur les ruines du gouvernement monarchique et qui, par conséquent, ne peut survivre à la destruction de ce régime. II est vrai que, par un abus trop favorisé par la puissance seigneuriale on est venu dans la majeure partie du royaume à regarder le...
      ...ins constant que ce droit ne tient qu'à la. puissance féodale, et cela est si vrai...
      ...a des coutumes qui n'accordent ce droit de retrait féodal qu'à des seigneurs qui se trouvent à un certain degré de puissance., Telle est la coutume d'Orléans, qui n'admet que le seigneur châtelain à l'exercice de ce droit.
      ...ait féodal doit son origine à ce qu'on appelle proprement le régime féodal ; qu'il n'est conséquemment qu'une émanation de cette hiérarchie de puissance publique, de cette puissance seigneuriale qui s'était établie sur les ruines du gouvernement monarchique et qui, par conséquent, ne peut survivre à la destruction de ce régime. II est vrai que, par un abus trop favorisé par la puissance seigneuriale on est venu dans la majeure partie du royaume à regarder le retrait, féodal comme un droit utile qu'on a rendu cessable et dont on a permis l'exercice à un usufruitier et même à un simple fermier; mais il n'en est pas moins constant que ce droit ne tient qu'à la. puissance féodale, et cela est si vrai, qu'il y a des coutumes qui n'accordent ce droit de retrait féodal qu'à des seigneurs qui se trouvent à un certain degré de puissance., Telle est la coutume d'Orléans, qui n'admet que le seigneur châtelain à l'exercice de ce droit.
      Locuteur: De Lachèze
      ...cune opposition; l'Assemblée le décrète de la manière suivante : L'Article 8 n'éprouve aucune opposition; l'Assemblée le décrète de la manière suivante :
      Locuteur: De Lachèze
      Art. 8. « Lés lettres de ratification, établies par l'édit du mois de juin 1771, continueront de n'avoir d'autre effet sur les droits :f...
      ...s les rentes et charges foncières, pour la conservation des privilèges et hypothèq...
      Art. 8. « Lés lettres de ratification, établies par l'édit du mois de juin 1771, continueront de n'avoir d'autre effet sur les droits :féodaux et cen-suéls, que d'en purger les arrérages, jusqu'à ce qu'il ait été pourvu, par une nouvelle loi, à un régime uniforme et Commun à toutes les rentes et charges foncières, pour la conservation des privilèges et hypothèques. »
      Locuteur: Merlin
      ...ait anciennement tenu tout propriétaire de fief. Un seigneur suzerain avait intérêt à avoir, dans la petite armée que composaient ses vassau...
      ...reux plutôt qu'un infirme ou un enfant. De la possession devenue presque générale, dans laquelle les seigneurs se sont mis de retirer les fiefs des mains des acquére...
      ...ières, soit pour les incorporer au gros de leurs domaines, soit pour, les aliéner de nouveau et se. procurer, par des vasseaux qui fussent plus à leur co...
      ...e est l'origine du retrait féodal?, Elle est dans le service militaire auquel était anciennement tenu tout propriétaire de fief. Un seigneur suzerain avait intérêt à avoir, dans la petite armée que composaient ses vassaux,un soldat vigoureux plutôt qu'un infirme ou un enfant. De la possession devenue presque générale, dans laquelle les seigneurs se sont mis de retirer les fiefs des mains des acquéreurs qui ne leur convenaient pas, pour porter les armes sous leurs bannières, soit pour les incorporer au gros de leurs domaines, soit pour, les aliéner de nouveau et se. procurer, par des vasseaux qui fussent plus à leur convenance.
      Locuteur: De Montlosier
      Je demande la question préalable sur cet amendement ; il n'est pas de votre justice de vous en occuper un seul moment. Je demande la question préalable sur cet amendement ; il n'est pas de votre justice de vous en occuper un seul moment.
      Locuteur: De Montlosier
      Lecture faite de l'article 10, l'Assemblée en a ajourné la délibération à demain. Lecture faite de l'article 10, l'Assemblée en a ajourné la délibération à demain.
      Locuteur: De Lachèze
      ...er, quant à présent, eu ce qui concerne la prescription des arrérages. » ...outumes du royaume ont établie relativement aux immeubles réels, sans rien innover, quant à présent, eu ce qui concerne la prescription des arrérages. »
      Locuteur: Merlin
      donne lecture .de l'article 9 et en développé les disposi... donne lecture .de l'article 9 et en développé les dispositions en disant i; ; ,
      Locuteur: Boussion
      ...ntre eux et par convenance ces échanges de fonds. » ...les seigneurs sur les propriétés territoriales, lorsque les propriétaires font entre eux et par convenance ces échanges de fonds. »
      Locuteur: De Montlosier
      le droit de prélation féodale ou censuelle, et le droit de retenue seigneuriale sont, abolis. » le droit de prélation féodale ou censuelle, et le droit de retenue seigneuriale sont, abolis. »
      Locuteur: Le Président
      lève la séance à trois heures et demie. lève la séance à trois heures et demie.
  • Tome 12 : Du 2 mars au 14 avril 1790 2 résultats
    • Séance du mercredi 24 mars 1790

      - search term matches: (40)

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 339
      Locuteur: Le Président
      Adresse de la ville de Langres, contenant adhésion aux décrets de l'Assemblée nationale; et félicitatiôn ...
      ... livre sans interruption, ainsi que sur la bonne harmonie qui règne entre elle et le monarque adoré de la France.
      Adresse de la ville de Langres, contenant adhésion aux décrets de l'Assemblée nationale; et félicitatiôn sur les travaux auxquels elle s'est livrée et se livre sans interruption, ainsi que sur la bonne harmonie qui règne entre elle et le monarque adoré de la France.
      Locuteur: Le Président
      Cette ville joint à ces expressions de son patriotisme» la remise d'une somme de treute mille livres dont elle est créancière de l'Etat, et envoie les titres acquittés de cette créance. Cette ville joint à ces expressions de son patriotisme» la remise d'une somme de treute mille livres dont elle est créancière de l'Etat, et envoie les titres acquittés de cette créance.
      Locuteur: Le Président
      Adresse de la ville de Bar-sur-Aube : après l'expression des mêmes sentiments, elle annonce la formation constitutionnelle de sa municipalité, laquelle s'est faite à la grande satisfaction de tous ses citoyens. Adresse de la ville de Bar-sur-Aube : après l'expression des mêmes sentiments, elle annonce la formation constitutionnelle de sa municipalité, laquelle s'est faite à la grande satisfaction de tous ses citoyens.
      Locuteur: Le Président
      Adresse de la. fille d'Allunèse : elle offre à la nation le montant des impositions sur l... Adresse de la. fille d'Allunèse : elle offre à la nation le montant des impositions sur les ci-devant privilégiés, pour les six derniers mois 1790.
      Locuteur: Le Président
      ...esse des officiers et soldats composant la garde nationale dç la ville de Monde : elle rend Compte de la solennité avec laquelle elle a prêté le serment civique, proteste de maintenir la nouvelle çonstitution du royaume» et se félieite de vivre dans un Etat libre, et sous un monarque si digne de l'amour son peuple* Adresse des officiers et soldats composant la garde nationale dç la ville de Monde : elle rend Compte de la solennité avec laquelle elle a prêté le serment civique, proteste de maintenir la nouvelle çonstitution du royaume» et se félieite de vivre dans un Etat libre, et sous un monarque si digne de l'amour son peuple*
      Locuteur: Le Président
      Adresse des officiers municipaux de la ville de Bar-le-Quc : ils présenteqt à l'Assembl...
      ...n à tous ses décrets. Ils annoncent que la commune de la ville, par un voçu unanime, les a chargés d'exprimer de sa
      Adresse des officiers municipaux de la ville de Bar-le-Quc : ils présenteqt à l'Assemblée nationale l'hommage d,e leur respect, et l'assurance d'une ferme ët entière adhésion à tous ses décrets. Ils annoncent que la commune de la ville, par un voçu unanime, les a chargés d'exprimer de sa
      Locuteur: Gossin
      lit le procès-verbal de la séance d'hier matin. lit le procès-verbal de la séance d'hier matin.
      Locuteur: Merlin
      lit le procès-verbal de la séance d'hier soir. lit le procès-verbal de la séance d'hier soir.
      Locuteur: Le Président
      ...Assemblée.de l'hommage qui lui est fait de plusieurs ouvrages. L'un, de M. de Granthe, a pour titre î Abus dç rancien...
      ...n dévoilée et réformée par les •progrès de la raison. L'autre, en deux parties î la première intitulée : La vie de tous les criminels, et la seconde : La mort de tous les criminels, était accompagnée d...
      ... qui annonce que l'auteur est M. Hector de Chaussier. Un dernier enfin est le Compte de Vadministration de M. Raimond de Saint-Sauveur, intendant de Roussillon.
      fait paFt à l'Assemblée.de l'hommage qui lui est fait de plusieurs ouvrages. L'un, de M. de Granthe, a pour titre î Abus dç rancienne éducation dévoilée et réformée par les •progrès de la raison. L'autre, en deux parties î la première intitulée : La vie de tous les criminels, et la seconde : La mort de tous les criminels, était accompagnée d'une lettre qui annonce que l'auteur est M. Hector de Chaussier. Un dernier enfin est le Compte de Vadministration de M. Raimond de Saint-Sauveur, intendant de Roussillon.
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée applaudit à la délicatesse de cet administrateur, qui donne ainsi l'exemple de soumettre le compte de sa gestion à l'examen des représentants de la nation. L'Assemblée applaudit à la délicatesse de cet administrateur, qui donne ainsi l'exemple de soumettre le compte de sa gestion à l'examen des représentants de la nation.
      Locuteur: Le Président
      ... don patriotique offert par M. le comte de Pawtet dans une des séances précédentes...
      ...ces auxiliaires, les travaux publics et la police générale du royaume-.
      Un membre rappelle le don patriotique offert par M. le comte de Pawtet dans une des séances précédentes, d'un plan eomUné qui. embrasse les milices auxiliaires, les travaux publics et la police générale du royaume-.
      Locuteur: Le Président
      ...semblée ordonne d© nouveau l'impression de çe travail et autorise M* le président à témoigner à ce citoyen la satisfaction* d« l'Assemblée sur l'util... L'Assemblée ordonne d© nouveau l'impression de çe travail et autorise M* le président à témoigner à ce citoyen la satisfaction* d« l'Assemblée sur l'utilité des travaux dont il s'occupe.
      Locuteur: Le Président
      ... conformité du décret du 21 mars, ouvre la séance à 9 heures précises du matin. , en conformité du décret du 21 mars, ouvre la séance à 9 heures précises du matin.
      Locuteur: Le Président
      ...'Assemblée ne comptant qu'une trentaine de membres, il est donné lecture des adres... L'Assemblée ne comptant qu'une trentaine de membres, il est donné lecture des adresses suivantes :
      Locuteur: Le Président
      fait part à l'Assemblée d'une lettre de M. d'ôgny, intendant des postes, par la...
      ...quets contresignés et cachetés du sceau de l'Assemblée nationale; ce qui, suivant ...
      fait part à l'Assemblée d'une lettre de M. d'ôgny, intendant des postes, par laquelle cet administrateur expose qu'il est arrivé deReauvais quatorze paquets contresignés et cachetés du sceau de l'Assemblée nationale; ce qui, suivant lui, peut faire soupçonner qu'on abuse
      ...à l'Assemblée, et fou*, don patriotique de 854 livres en leur nom, etde 324 livres de la part des écoliers de leur collège. part les mêmes sentiments à l'Assemblée, et fou*, don patriotique de 854 livres en leur nom, etde 324 livres de la part des écoliers de leur collège.
      Adresses des municipalités réunies de Miribel, Rillieux, Neyron, Thilet Saton...
      ...ntenant, avec leur adhésion aux décrets de l'Assemblée nationale, les expressions de leur respect pour ses membres, le renou...
      ...ains du serment civique qu'ils ont fait de maintenir les décrets, de les observer, et de les faire observer dans toute leur plénitude, d'être fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir la tranquillité qui a régné j usqu'à présent dans leur canton, et de préserver leurs concitoyens des désordr...
      ...demandent l'établissement d'un tribunal de district à Miribel.
      Adresses des municipalités réunies de Miribel, Rillieux, Neyron, Thilet Satonay en Bresse, contenant, avec leur adhésion aux décrets de l'Assemblée nationale, les expressions de leur respect pour ses membres, le renouvellement entre leurs mains du serment civique qu'ils ont fait de maintenir les décrets, de les observer, et de les faire observer dans toute leur plénitude, d'être fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir la tranquillité qui a régné j usqu'à présent dans leur canton, et de préserver leurs concitoyens des désordres qui ont eu lieu dans les provinces voisines. Ils demandent l'établissement d'un tribunal de district à Miribel.
      Adresse de la ville d'Huriei. district de Noyon, qui supplie l'Assemblée de lui abandonner le» biens d'un prieuré s...
      ...r les faire servir à des établissements de bienfaisance et d'éducation.
      Adresse de la ville d'Huriei. district de Noyon, qui supplie l'Assemblée de lui abandonner le» biens d'un prieuré situé dans son territoire, pour les faire servir à des établissements de bienfaisance et d'éducation.
      Adresse de la communauté de Boussès en AV-bret : elle annonce que le peuple ne s'est livré à des actes de violence dans cette contrée, que parce ...
      ...t été trompé; mais que bientôt désabusé de son erreur, la tranquillité publique n'a pas tardé à s...
      Adresse de la communauté de Boussès en AV-bret : elle annonce que le peuple ne s'est livré à des actes de violence dans cette contrée, que parce qu'il avait été trompé; mais que bientôt désabusé de son erreur, la tranquillité publique n'a pas tardé à se rétablir dans son territoire.
      présidence de m- rabaud de saint-étienne. présidence de m- rabaud de saint-étienne.
      ... des nouvelles municipalités des villes de Reims et de St-Etienne en Forez. ; Adresse des nouvelles municipalités des villes de Reims et de St-Etienne en Forez. ;

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 340
      Locuteur: Le Président
      ...blablement été adressés par des députés de l'Assemblée nationale à la municipalité de Beauvais, chef-lieu d'un département, p...
      ...voyés aux municipalités des chefs-lieux de ses districts, et qu'ils peuvent contenir des instructions pour la formation des assemblées de district et de canton ; ce qui s'est ainsi pratiqué po...
      Un membre observe que ces paquets ont vraisemblablement été adressés par des députés de l'Assemblée nationale à la municipalité de Beauvais, chef-lieu d'un département, pour être par elle envoyés aux municipalités des chefs-lieux de ses districts, et qu'ils peuvent contenir des instructions pour la formation des assemblées de district et de canton ; ce qui s'est ainsi pratiqué pour plusieurs autres départements.
      Locuteur: Le Président
      ...lexion détermine l'Assemblée à renvoyer la lettre et le paquet adressés à M. le Pr...
      ...r M. d'Ogny, aux députés du département de l'Oise, lesquels rendront compte à l'Assemblée,de ce qui a donné lieu à l'envoi de Beauvais dès quatorze paquets coutresignés de son cachet.
      Cette réflexion détermine l'Assemblée à renvoyer la lettre et le paquet adressés à M. le Président par M. d'Ogny, aux députés du département de l'Oise, lesquels rendront compte à l'Assemblée,de ce qui a donné lieu à l'envoi de Beauvais dès quatorze paquets coutresignés de son cachet.
      Locuteur: Baron
      ...ns relatives aux échanges des domain es de la nation non con sommés, et notamment à l'expédition et au sceau de toutes lettres de ratification de ces échanges, jusqu'à ce qu'il en ait é... ... comité des domaines, a décrété et décrète qu'il -sera "sursis à toutes opérations relatives aux échanges des domain es de la nation non con sommés, et notamment à l'expédition et au sceau de toutes lettres de ratification de ces échanges, jusqu'à ce qu'il en ait été autrement ordonné par l'Assemblée. »
      Locuteur: L'abbé Gouttes
      présente, au nom du comité . de liquidation* un projet de décret relatif à la lettre de M. de La Tour-du-Pin. Ce projet est ainsi conçu : « Les appointements des officiers de l'état-major des places frontières, pou...
      ...s cette disposition que les lieutenants de roi, majors, aides-majors, sous-aides-m...
      ...subalternes qui sont en pleine activité de service. »
      présente, au nom du comité . de liquidation* un projet de décret relatif à la lettre de M. de La Tour-du-Pin. Ce projet est ainsi conçu : « Les appointements des officiers de l'état-major des places frontières, pour 1789, seront compris dans les dépenses courantes, et comme tels acquittés par le Trésor royal. L'Assemblée n'entend comprendre dans cette disposition que les lieutenants de roi, majors, aides-majors, sous-aides-majors,capitaines des ports et autres officiers subalternes qui sont en pleine activité de service. »
      Locuteur: Camus
      fait lecture de quelques-uns des articles des états des...
      ...ts au Trésor royal, pour le département de la guerre, depuis le l" janvier au 4 mars. A la date du 18 janvier, c'est-à-dire quatre...
      ...ès le décret qui défendait toute espèce de paiement; se trouve M. le prince de Condé, pour son gouvernement de Bourgogne, 35,000 livres pour les six premiers mois et les six derniers mois de 1788; M. le duc de Bourbon, gouverneur de Champagne, 31,510 livres ; M. le duc du Chàtelet, gouverneur du pays de Toul, 28,000 livres. Les deux états réunis forment un total de 620,471 livres 13 sous.
      fait lecture de quelques-uns des articles des états des paiements taits au Trésor royal, pour le département de la guerre, depuis le l" janvier au 4 mars. A la date du 18 janvier, c'est-à-dire quatre jours après le décret qui défendait toute espèce de paiement; se trouve M. le prince de Condé, pour son gouvernement de Bourgogne, 35,000 livres pour les six premiers mois et les six derniers mois de 1788; M. le duc de Bourbon, gouverneur de Champagne, 31,510 livres ; M. le duc du Chàtelet, gouverneur du pays de Toul, 28,000 livres. Les deux états réunis forment un total de 620,471 livres 13 sous.
      Locuteur: Camus
      M. Camus propose de mander sur-le-champ à la barre le caissier de l'extraordinaire des guerres, pour qu'i...
      ...s dans les deux états déposés au comité de liquidation, et pour exhiber lesdits or...
      M. Camus propose de mander sur-le-champ à la barre le caissier de l'extraordinaire des guerres, pour qu'il rende compte des ordres en vertu desquels il a fait les paiements contenus dans les deux états déposés au comité de liquidation, et pour exhiber lesdits ordres.
      Locuteur: Camus
      ... tous les ordonnateurs des départements de remettre aux différents comités toutes ...
      ... et renseignements qui seront demandés; la faculté accordée aux comités n'appartient-elle pas, de plein droit, à l'Assemblée, et n'est-il pas en ce moment uniquement question de renseignements nécessaires pour une opé...
      Par un décret sanctionné, il est ordonné à tous les ordonnateurs des départements de remettre aux différents comités toutes les pièces et renseignements qui seront demandés; la faculté accordée aux comités n'appartient-elle pas, de plein droit, à l'Assemblée, et n'est-il pas en ce moment uniquement question de renseignements nécessaires pour une opération aussi pressante que celle dont les comités sont chargés?
      Locuteur: Target
      ...e à leur appui. L'Assemblée a déjà jugé la question, en ne faisant point sanctionner le décret par lequel, dans le mois de novembre, M. le garde des sceaux a été ... Les observations du préopinant sont extrêmement justes : un fait vient encore à leur appui. L'Assemblée a déjà jugé la question, en ne faisant point sanctionner le décret par lequel, dans le mois de novembre, M. le garde des sceaux a été mandé.
      Locuteur: Target
      (La proposition de M. Camus est mise aux voix et décrétée.... (La proposition de M. Camus est mise aux voix et décrétée.)
      Locuteur: Le duc du Châtelet
      ...lé, j'ignorais que celui qui est chargé de mes affaires eût touché plus de 3,000 iivres; il a encore reçu 2,655 li...
      ...tte somme ne lui a été remise que le 20 de ce mois, et je ne compte pas tous les j...
      ...t non à des gens d'affaires, dont toute la mission est de recevoir. Les 3,000 livres dont il étai...
      ... m'ont été données en vertu d'un décret de l'Assemblée. Je demande qu'il me soit permis de faire un don patriotique des 2,655 livr...
      Quand hier j'ai été interpellé, j'ignorais que celui qui est chargé de mes affaires eût touché plus de 3,000 iivres; il a encore reçu 2,655 livres. Il n'est pas étonnant que je n'en aie pas été instruit, parce que cette somme ne lui a été remise que le 20 de ce mois, et je ne compte pas tous les jours avec lui. C'est au Trésor royal à savoir ce qu il doit payer, et non à des gens d'affaires, dont toute la mission est de recevoir. Les 3,000 livres dont il était hier question m'ont été données en vertu d'un décret de l'Assemblée. Je demande qu'il me soit permis de faire un don patriotique des 2,655 livres dont je parle aujourd'hui.
      Locuteur: Le duc du Chàtelet
      ...ucher ; les blancs-seings sont arrangés de manière qu'il ne puisse pas en user pou...
      ...ai vu ce matin des ordonnances payables de mois en mois, qui auraient été payées à...
      ...re qu'elles se trouveront sur les rôles de distribution. On a dit hier que les gouvernements étaient donnés à la faveur. Je serais bien fâché d'avoir ai...
      ...les grâces dont je jouis. Cinquante ans de service, un coup de fusil à travers le corps, six campagnes...
      ...s arrangements d'usage. On remet à un homme d'affaires des blancs-seings pour toucher ; les blancs-seings sont arrangés de manière qu'il ne puisse pas en user pour un autre objet. J'ai vu ce matin des ordonnances payables de mois en mois, qui auraient été payées à mon homme d'affaires, à mesure qu'elles se trouveront sur les rôles de distribution. On a dit hier que les gouvernements étaient donnés à la faveur. Je serais bien fâché d'avoir ainsi obtenu les grâces dont je jouis. Cinquante ans de service, un coup de fusil à travers le corps, six campagnes, huit ans d'ambassades; voilà mes titres.
      Locuteur: Garat
      ...tions, l'une bonne et l'autre mauvaise, la justice et la raison veulent qu'on s'arrête à la première; et rien n'est digne de cette Assemblée que ce que veut la raison, que ce que veut la justice. Il suffit que M. du Chàtelet a... l'aîné. Quand un fait est sujet à deux interprétations, l'une bonne et l'autre mauvaise, la justice et la raison veulent qu'on s'arrête à la première; et rien n'est digne de cette Assemblée que ce que veut la raison, que ce que veut la justice. Il suffit que M. du Chàtelet atteste les détails qu'il nous a donnés, pour que nous n'en doutions
      Locuteur: Le Président
      ...s quelques municipalités du contreseing de l'Assemblée. dans quelques municipalités du contreseing de l'Assemblée.
      Locuteur: Le Président
      ...nt un des paquets, effectivement timbré de Beauvais, et scellé du cachet de l'Assemblée. A cette lettre est joint un des paquets, effectivement timbré de Beauvais, et scellé du cachet de l'Assemblée.
      Locuteur: Baron
      ...ts depuis quelques années ; lui propose de suspendre l'exécution de ceux qui ne sont pas encore consommés; et, pour cet effet, il présente un projet de décret qui est adopté par l'Assemblée e... , membre du comité des domaines, expose à l'Assemblée les abus des échanges faits depuis quelques années ; lui propose de suspendre l'exécution de ceux qui ne sont pas encore consommés; et, pour cet effet, il présente un projet de décret qui est adopté par l'Assemblée et qui est conçu en ces termes :
      Locuteur: Fréteau
      à la sanction ; l'Assemblée n'ayant point en... à la sanction ; l'Assemblée n'ayant point encore établi que cette formalité n'est pas nécessaire en pareil cas.
      Locuteur: Voldel
      ... 28,000 livres sur l'état des paiements de l'extraordinaire des guerres; je demande encore s'il est possible qu'il ait reçu, soit de l'argent, soit des ordonnances de paiement, sans avoir fourni ses quittan... Je demande comment il se fait que M. le duc du Chàtelet se trouve pour 28,000 livres sur l'état des paiements de l'extraordinaire des guerres; je demande encore s'il est possible qu'il ait reçu, soit de l'argent, soit des ordonnances de paiement, sans avoir fourni ses quittances.

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 341
      Locuteur: Garat
      ...rticulières du don qu'il a offert, pour la délicatesse même de M. du Gliâtelet, nous ne devons pas l'a... point. Attendu les circonstances particulières du don qu'il a offert, pour la délicatesse même de M. du Gliâtelet, nous ne devons pas l'accepter.
      Locuteur: Le duc du Châtelet
      ...et je remettrai cette somme au caissier de l'extraordinaire des guerres. , (On revient à la discussion du projet de décret présenté par le comité de liquidation.) ...le, je retirerai les 2,655 livres déposées sur le bureau des dons patriotiques, et je remettrai cette somme au caissier de l'extraordinaire des guerres. , (On revient à la discussion du projet de décret présenté par le comité de liquidation.)
      Locuteur: Delley d'Agier
      ...qu'il se trouvera dans les places, soit de l'intérieur, soit des frontières, aes o...
      ...ront être considérés comme des pensions de retraite, ces appointements seront payés dans la proportion ordonnée par les décrets rel...
      Il faut faire un article particulier, dans lequel on dira que toutes les fois qu'il se trouvera dans les places, soit de l'intérieur, soit des frontières, aes officiersjdont les appointements pourront être considérés comme des pensions de retraite, ces appointements seront payés dans la proportion ordonnée par les décrets relatifs aux pensions.
      Locuteur: D'Harambure
      La demande du ministre n'a rapport qu'aux ...
      ...s; il faut se renfermer dans les bornes de cette demande.
      La demande du ministre n'a rapport qu'aux états-majors des places frontières; il faut se renfermer dans les bornes de cette demande.
      Locuteur: Démeunier
      — Le caissier de l'extraordinaire des guerres est introduit à la barre. — Le caissier de l'extraordinaire des guerres est introduit à la barre.
      Locuteur: L'abbé Maury
      C'est manquer essentiellement à la majesté de cette Assemblée, que de faire subir des interrogatoires sans pr... C'est manquer essentiellement à la majesté de cette Assemblée, que de faire subir des interrogatoires sans préparation... (A ce mot, il s'élève un murmure général : M. l'abbé Maury n'achève...
      Locuteur: Camus
      présente au caissier de l'extraordinaire la copte cles états qui ont été remis au comité de liquidation. présente au caissier de l'extraordinaire la copte cles états qui ont été remis au comité de liquidation.
      Locuteur: Le Chapelier
      ...suis d'avis, ainsi que M. Camus, que M. de Biré doit être mandé sur-le-champ. J'ob...
      ...Maury qu'il n'est nullement contraire à la majesté de cette Assemblée de demander des éclaircissements sur des objets qu'il est de notre devoir d'examiner avec la plus sérieuse attention. J'observe enco...
      ...gnité, interroger les personnes eu état de lui donner ies éclaircissements dont elle a besoin : j'ajoute que, pour beaucoup de motifs, l'Assemblée ne doit pas différer d'un instant à mander M. de Biré.
      Je suis d'avis, ainsi que M. Camus, que M. de Biré doit être mandé sur-le-champ. J'observe à M. l'abbé Maury qu'il n'est nullement contraire à la majesté de cette Assemblée de demander des éclaircissements sur des objets qu'il est de notre devoir d'examiner avec la plus sérieuse attention. J'observe encore quel Assemblée peut, sans blesser sa dignité, interroger les personnes eu état de lui donner ies éclaircissements dont elle a besoin : j'ajoute que, pour beaucoup de motifs, l'Assemblée ne doit pas différer d'un instant à mander M. de Biré.
      Locuteur: L'abbé Maury
      monte à la tribune. L'Assemblée consultée lui refuse la parole. Elle ordonne, à une grande majo...
      ...ement formée par le côté gauche, que M. de Biré sera mandé sur-le-champ.
      monte à la tribune. L'Assemblée consultée lui refuse la parole. Elle ordonne, à une grande majorité, uniquement formée par le côté gauche, que M. de Biré sera mandé sur-le-champ.
      Locuteur: Le Président
      M. Dubois de Crancé a la parole, pour faire un rapport au nom du comité des finances, sur la contribution patriotique du quart des r... M. Dubois de Crancé a la parole, pour faire un rapport au nom du comité des finances, sur la contribution patriotique du quart des revenus.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...e calculait les dangers, vous avez voté la contribution du quart des revenus, et cette offrande à la patrie a été répétée avec enthousiasme ... ... où l'extrême besoin ne s'était pas encore fait sentir, maisdont votre prévoyance calculait les dangers, vous avez voté la contribution du quart des revenus, et cette offrande à la patrie a été répétée avec enthousiasme par nos commettants jus-ques dans les plus petites bourgades.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...us avez ordonné l'impression des listes de tous les contribuants, ainsi que des sommes par eux offertes, afin de soumettre à l'opinion publique l'appréc...
      ...ne, chaque citoyen ferait pour le salut de la patrie.
      Par un second décret vous avez ordonné l'impression des listes de tous les contribuants, ainsi que des sommes par eux offertes, afin de soumettre à l'opinion publique l'appréciation des efforts, que, relativement à sa fortune, chaque citoyen ferait pour le salut de la patrie.
      Locuteur: D'Estourmel
      ...dise pas places frontières, mais places de guerre. demande qu'on ne dise pas places frontières, mais places de guerre.
      Locuteur: De Sinéty
      ...que les officiers généraux, commandants de place, actuellement en activité et en r... demande que les officiers généraux, commandants de place, actuellement en activité et en résidence, soient compris dans les dispositions du décret.
      Locuteur: De Cazalès
      Aux termes de vos décrets, on ne peut pas plus suspendre les appointements de toute personne en activité de service, officiers supérieurs ou subalt... Aux termes de vos décrets, on ne peut pas plus suspendre les appointements de toute personne en activité de service, officiers supérieurs ou subalternes dans les places, soit frontières, soit intérieures, que ceux des officiers...
      Locuteur: Démeunier
      ...journe à vendredi, et ordonne au comité de liquidation de prendre sur ces deux objets les renseig... L'Assemblée ajourne à vendredi, et ordonne au comité de liquidation de prendre sur ces deux objets les renseignements nécessaires.
      Locuteur: Le Président
      Le caissier de Vextraordinaire, des guerres. Nous ne c... Le caissier de Vextraordinaire, des guerres. Nous ne connaissons pas les ordres sur lesquels les paiements sont faits; nous payons sur...
      Locuteur: Camus
      Le caissier de Vextraordinaire. Ils sont signés par l'... Le caissier de Vextraordinaire. Ils sont signés par l'administrateur.
      Locuteur: Camus
      Le caissier de l'extraordinaire. M. de Biré, ou «es représentants. Le caissier de l'extraordinaire. M. de Biré, ou «es représentants.
      Locuteur: Camus
      Ëh bien! c'est M. de Biré qu'il faut demander. — Comment pai... Ëh bien! c'est M. de Biré qu'il faut demander. — Comment paie-t-on? est-ce-en billets, en argent, ou en ordonnances ?
      Locuteur: Camus
      Le caissier de l'extraordinaire. Dès que les objets do...
      ...eau une décharge, et je ne connais rien de plus.
      Le caissier de l'extraordinaire. Dès que les objets dont il s'agit sont portés sur l'état comme acquittés, ils ont été payés en argent...
      ...paiements, je remets les mandats au caissier général; il me donne sur mon bordereau une décharge, et je ne connais rien de plus.
      Locuteur: Camus
      ...fournis, ils ont été payés par lui.— M. de Biré ou son représentant sont-ils en état de nous donner des éclaircissements? Voilà des états ; monsieur ne les nie pas : il convient que, puisqu'ils ont été fournis, ils ont été payés par lui.— M. de Biré ou son représentant sont-ils en état de nous donner des éclaircissements?
      Locuteur: Camus
      Le caissier de l'extraordinaire. 11 n'y a pas de doute. Le caissier de l'extraordinaire. 11 n'y a pas de doute.
      Locuteur: Camus
      (Le caissier de l'extraordinaire des guerres se retire.... (Le caissier de l'extraordinaire des guerres se retire.)
      (1) Le Moniteur ne donne qu'une analyse de se rapport. (1) Le Moniteur ne donne qu'une analyse de se rapport.

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 342
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...abord, comme une des principales causes de l'impossibilité où se .sont trouvés plusieurs individus, plusieurs cantons même, de signaler leur patriotisme, l'instant du passage de l'état ancien à la nouvelle administration, et nous croyon...
      ...ne opinion déterminée sur les résultats de ce dévouement à la chose publique, si naturel à toHS les F...
      Nous avons considéré d'abord, comme une des principales causes de l'impossibilité où se .sont trouvés plusieurs individus, plusieurs cantons même, de signaler leur patriotisme, l'instant du passage de l'état ancien à la nouvelle administration, et nous croyons qu'il est nécessaire d'attendre que tous les districts, que tous les départements soient organisés, pour asseoir une opinion déterminée sur les résultats de ce dévouement à la chose publique, si naturel à toHS les Français.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ... avez-vous pris pour appeler au secours de la patrie tous vos concitoyens? Celui du b...
      ...ier votre loyauté envers les créanciers de l'État, et les rassurer sur leur sort; ...
      ...s préjugés, vous avez agité les esprits de beaucoup de personnes entre la crainte et l'espérance. Ah! convenons-en : le bien public a exigé de grands sacrifices, et ceux-mêmes qui, p...
      ...s principes, méritent plus d'égards que de reproches.
      En second lieu, Messieurs, quel moment avez-vous pris pour appeler au secours de la patrie tous vos concitoyens? Celui du besoin sans doutej et personne ne peut vous blâmer d'avoir voulu .justifier votre loyauté envers les créanciers de l'État, et les rassurer sur leur sort; mais ce moment était aussi celui où, déracinant tous les abus, rompant tous les préjugés, vous avez agité les esprits de beaucoup de personnes entre la crainte et l'espérance. Ah! convenons-en : le bien public a exigé de grands sacrifices, et ceux-mêmes qui, par un retour très naturel sur le parsé, ont balancé longtemps à adopter vos principes, méritent plus d'égards que de reproches.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...ères; il n'existe plus qu'Un corps dans la nation, qu'un chef dans la nation, qu'un intérêt dans la nation ; la loi sera donc exécutée, car elle sera l'ex pression de la vol onté générale ; le roi sera obéi, car il ne commandera qu'au nom de la loi, et tous lés Français connaîtront l...
      ... citoyen le respect dû à ses droits, et la récompense de ses talents et de ses vertus.
      Aujourd'hui; Messieurs, nous sommes tous frères; il n'existe plus qu'Un corps dans la nation, qu'un chef dans la nation, qu'un intérêt dans la nation ; la loi sera donc exécutée, car elle sera l'ex pression de la vol onté générale ; le roi sera obéi, car il ne commandera qu'au nom de la loi, et tous lés Français connaîtront le prix d'une constitution qui assure à tout citoyen le respect dû à ses droits, et la récompense de ses talents et de ses vertus.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...tions Seront formées par le choix libre de tous les citoyens; dès que vous aurez organisé, dans les mêmes principes de fraternité, le pouvoir judiciaire ; dès que vous aurez fixé lès bases de la nouvelle administration des finances, e...
      ...our l'avenir un équilibre Certain entre recette et la dépense publique, la nation entière, voyant réaliser ses esp...
      Votre comité, Messieurs, ne doute donc pas que dès que les administrations Seront formées par le choix libre de tous les citoyens; dès que vous aurez organisé, dans les mêmes principes de fraternité, le pouvoir judiciaire ; dès que vous aurez fixé lès bases de la nouvelle administration des finances, et démontré pour l'avenir un équilibre Certain entre recette et la dépense publique, la nation entière, voyant réaliser ses espérances, ne se dévoue avec facilité à toute l'étendue des sacrifices du moment d...
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Vous auriez désiré, Messieurs, que la contribution du quart des revenus fût libre, uniquement confiée à la conscience de chaque individu* afin que cette contribution, ne participant en rien & la nature ordinaire l'itapôt» pût recevoir un plus grandeff...
      ...nt aucuuedéclarationet en décrétant que la liste de ces déclarations serait imprimée. Vous ...
      Vous auriez désiré, Messieurs, que la contribution du quart des revenus fût libre, uniquement confiée à la conscience de chaque individu* afin que cette contribution, ne participant en rien & la nature ordinaire l'itapôt» pût recevoir un plus grandeffet dupatriotisme quiroffrirait; maisvotre sagesse a cependant prévu certains cas, en ordonnant aux municipalités d'appeler ceux qui ne feraient aucuuedéclarationet en décrétant que la liste de ces déclarations serait imprimée. Vous avez donc considéré, Messieurs, comme obligatoire pour tous, un sacrifice dont d...
      Locuteur: Dubois de Crancé
      lement 1b salut de l'Etat, la sûreté de vos engage* ments envers ses créanciers, et l'affermissement de la constitution. Voué avez senti qu'il y aurait même une injustice évidente à contraindre de payer ceux qui, pâr ledévouèmentleplua ...
      ...tif contre ceux qui ne montreraient qué de l'indifférence pour la chose publique, et dont la patrie n'aurait obtenu que des refus ou...
      lement 1b salut de l'Etat, la sûreté de vos engage* ments envers ses créanciers, et l'affermissement de la constitution. Voué avez senti qu'il y aurait même une injustice évidente à contraindre de payer ceux qui, pâr ledévouèmentleplua louable, ont volontairement fait une offrande, et pourraient en témoigner du regret, si vous n'employez aucun moyen ooactif contre ceux qui ne montreraient qué de l'indifférence pour la chose publique, et dont la patrie n'aurait obtenu que des refus ou de3 déclarations dérisoires.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...as exagérer, Messieurs, en avançant que la contribution patriotique du quart des r...
      ...oriaux oU industriels, monterait à plus de 400 millions , si le même zèle, le même...
      ...rir à une mère-patrie,qui a épuisé tant de sang et de trésors pour les défendre, et qui, plus...
      ...ssources jointes à celles que procurera la vente décrétée de parties des biens du domaine et du clergé* fonds morts la plupart, et qui enrichiront la France , en rentrant dans la circulation» ne doivent laisser aucun doute, aucune inquiétude sur la réalisation de vos engagements envers les créanciers de l'Etat.
      Nous ne croyons pas exagérer, Messieurs, en avançant que la contribution patriotique du quart des revenus territoriaux oU industriels, monterait à plus de 400 millions , si le même zèle, le même civisme dirigeaient toutes les déclarations, et nous ne. Comprenons pas dans œ calcul les Sacrifices que nos frères des colonies s'empresseront sans doute d'offrir à une mère-patrie,qui a épuisé tant de sang et de trésors pour les défendre, et qui, plus généreuse encore, parce qu'elle est plus libre, Va leur assurer tout le bonheurqu'ilspeuvint désirer. D'aussi puissantes ressources jointes à celles que procurera la vente décrétée de parties des biens du domaine et du clergé* fonds morts la plupart, et qui enrichiront la France , en rentrant dans la circulation» ne doivent laisser aucun doute, aucune inquiétude sur la réalisation de vos engagements envers les créanciers de l'Etat.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Le salut de la patrie dépend donc uniquement, Messieurs, des mesures que vous prendrez pour éviter de voir s'anéantir des espérances aussi légitimes et aussi bien fondées. Car, assurés de l'égalité de répartition des impôts, et d'une exacte combinaison de dépense et de recette pour 1791, vous aurez tout fait...
      ...disposition, vous acquittez ies charges de 1790, et si vous parvenez à améliorer le sort de tous ces rentiers, dont M. Necker, dans son dernier rapport, vous a présenté la pénible situation.
      Le salut de la patrie dépend donc uniquement, Messieurs, des mesures que vous prendrez pour éviter de voir s'anéantir des espérances aussi légitimes et aussi bien fondées. Car, assurés de l'égalité de répartition des impôts, et d'une exacte combinaison de dépense et de recette pour 1791, vous aurez tout fait, si, profitant avec Sagesse des secours extraordinaires qui sont à votre disposition, vous acquittez ies charges de 1790, et si vous parvenez à améliorer le sort de tous ces rentiers, dont M. Necker, dans son dernier rapport, vous a présenté la pénible situation.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...core une observation qii'il croit digne de toute votre attention, et qui a dirigé ...
      ...nouveau décret qu'il va avoir l'honneur de vous proposer. C'est qu'au milieu du concours presque général des àGtes de patriotisme, il se trouve cependant, dans toutes les classes de la société, des individus, qui, inquiets sur la publicité des listes", et sur les effet...
      ... évidence leurs facultés, préféreraient de ne pas faire de déclarations, quoique très disposés à adquitter la taxe à laquelle ils demandent d'être assujettis. Cette opinion, dont il est facile de saisir la délicatesse, est spécialement applieablé au commerce, et suspend les preuves de dévouement d'une foule de citoyens riches et bien intentionnés.
      Votre comité, Messieurs, doit vous soumettre encore une observation qii'il croit digne de toute votre attention, et qui a dirigé en grande partie l'esprit du nouveau décret qu'il va avoir l'honneur de vous proposer. C'est qu'au milieu du concours presque général des àGtes de patriotisme, il se trouve cependant, dans toutes les classes de la société, des individus, qui, inquiets sur la publicité des listes", et sur les effets qui pourraient en résulter, intéressés, par des raisocs particu-lières, à ne pas mettre en évidence leurs facultés, préféreraient de ne pas faire de déclarations, quoique très disposés à adquitter la taxe à laquelle ils demandent d'être assujettis. Cette opinion, dont il est facile de saisir la délicatesse, est spécialement applieablé au commerce, et suspend les preuves de dévouement d'une foule de citoyens riches et bien intentionnés.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ... général et plus convenable à vôs vues, de supprimer l'impression dès listes, parc...
      ... très dispendieuse, elle peut entraîner de très graves inconvénients, susciter des haines, donner prétexte à des moyens de reproche ou de jalousie, et livrer des réputations très méritées, aux calculs exagérés de la multitude. Mais nous vous proposerons de suppléera Cette coaction très sévère sa...
      ...publique, en confiant aux municipalités la surveillance des intérêts nationaux, sa...
      ... elles puissent s'écarter des principes de justice et de modération, qui doivent
      Il a donc semblé à votre comité, Messieurs, plus utile au biéb général et plus convenable à vôs vues, de supprimer l'impression dès listes, parce que, outre que cette impression sera très dispendieuse, elle peut entraîner de très graves inconvénients, susciter des haines, donner prétexte à des moyens de reproche ou de jalousie, et livrer des réputations très méritées, aux calculs exagérés de la multitude. Mais nous vous proposerons de suppléera Cette coaction très sévère sans doute, puisque par elle le patriotisme appelle à son së^I cours l'opinion publique, en confiant aux municipalités la surveillance des intérêts nationaux, sans que cependant elles puissent s'écarter des principes de justice et de modération, qui doivent
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ... n'est pas d'accuser ici le patriotisme de nos concitoyens; maisil est de notre devoir de vous rendre compte des obstacles naturels qui s'opposent à l'exécution de vos décrets, et de vous indiquer leB moyens d'y pourvoir. Notre intention n'est pas d'accuser ici le patriotisme de nos concitoyens; maisil est de notre devoir de vous rendre compte des obstacles naturels qui s'opposent à l'exécution de vos décrets, et de vous indiquer leB moyens d'y pourvoir.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...eurs» nous croyons devoir vous proposer de reculer le terme que vous avez fixé pou...
      ...arations, à quinze jours après l'époque de l'établissement des assemblées administratives de districts et de départements, et de déterminer que le premier paiement ne s...
      D'après ces réflexions, Messieurs» nous croyons devoir vous proposer de reculer le terme que vous avez fixé pour les déclarations, à quinze jours après l'époque de l'établissement des assemblées administratives de districts et de départements, et de déterminer que le premier paiement ne sera exigible qu'au premier juillet.

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 343
      Locuteur: Dubois de Crancé
      être la première loi de tous les bons citoyens. être la première loi de tous les bons citoyens.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      sur la contribution patriotique du quart du re... sur la contribution patriotique du quart du revenu.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      . Il sera accordé un délai de quinze jours, à dater de la formation des corps administratifs, pou...
      ...r les bases établies dans le décret sur la contribution patriotique, en date du 6 ...
      . Il sera accordé un délai de quinze jours, à dater de la formation des corps administratifs, pour que tous les contribuables puissent faire leurs déclarations* ou ajouter à cel...
      ...édemment faites et qu'ils jugeraient insuffisantes, d'après les principes, et sur les bases établies dans le décret sur la contribution patriotique, en date du 6 octobre dernier, sanctionné par le roi.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...els, pensions ou appointements, excepté la solde des troupes; tous gages et revenu...
      ...iculier* excéderont quatre cents livres de revenu net, seront sujets à déclaration...
      ...duits territoriaux ou industriels, sous la réserve de diminuer, sur les paiements à faire, la contribution sur ces objets, dans la proportion de la perte ou diminution des traitements, pe...
      ...blée nationale se propose, ou par suite de ces décrets.
      Art» 3. Tout bénéfice, traitements annuels, pensions ou appointements, excepté la solde des troupes; tous gages et revenus d'office, qui, avec les autres biens d'un particulier* excéderont quatre cents livres de revenu net, seront sujets à déclaration, comme les produits territoriaux ou industriels, sous la réserve de diminuer, sur les paiements à faire, la contribution sur ces objets, dans la proportion de la perte ou diminution des traitements, pensions, appointements ou revenus quelconques, qui pourrait avoir lieu par les économies que l'Assemblée nationale se propose, ou par suite de ces décrets.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ... et autres administrateurs seront tenus de faire les déclarations pour les mineurs...
      ...ments dont ils ont l'administration, et la contribution qui en résultera leur sera allouée lors de la reddition de leur compte.
      Arî> 6. Les tuteurs* curateurs, et autres administrateurs seront tenus de faire les déclarations pour les mineurs et interdits, et pour les établissements dont ils ont l'administration, et la contribution qui en résultera leur sera allouée lors de la reddition de leur compte.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...7. L'Assemblée supprime l'impression et la publication des listes ■ mais le délaid...
      ...il est enjoint aux officiers municipaux de vérifier, en corps et en présence dés n...
      ... celles qui leur paraîtront conformes à la vérité; comme aussi pour rectifier, sur l'avis de la majorité du corps municipal et des nota...
      Art. 7. L'Assemblée supprime l'impression et la publication des listes ■ mais le délaidequinze jours* fixé par l'article premier du présent décret, étant expiré, il est enjoint aux officiers municipaux de vérifier, en corps et en présence dés notables* toutes les déclarations, pour approuver et signer celles qui leur paraîtront conformes à la vérité; comme aussi pour rectifier, sur l'avis de la majorité du corps municipal et des notables* les déclarations qui leur paraîtront évidemment infidèles.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...al taxera, suivant les mêmes principes, la contribution de tous les domiciliés qui auraient négligé de faire leur déclaration; il taxera égale...
      ...moins d'intérêt que tous les Français à la conservation de leur propriété-
      Art. 8." Le corps municipal taxera, suivant les mêmes principes, la contribution de tous les domiciliés qui auraient négligé de faire leur déclaration; il taxera également ceux qui, n'étant pas actuellement en France* et n'auraient pas fait leur déclaration, n'ont pas moins d'intérêt que tous les Français à la conservation de leur propriété-
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...s court délai, aux parties intéressées* la taxation à laquelle il les aura assujet... Art. 9, Le corps municipal fera signifier, dans le plus court délai, aux parties intéressées* la taxation à laquelle il les aura assujetties.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...qui dans quinzaine n'aura pas répondu à la signification faite par les officiers Art. 10. Tout citoyen qui dans quinzaine n'aura pas répondu à la signification faite par les officiers
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...ra censé avoir accepté sans réclamation la nouvelle cotisation faite par lesdits o...
      ... cette cotisation sera inscrite au rôle de la contribution patriotique de la commune, pour être mise en recouvrement...
      municipaux, sera censé avoir accepté sans réclamation la nouvelle cotisation faite par lesdits officiers, et cette cotisation sera inscrite au rôle de la contribution patriotique de la commune, pour être mise en recouvrement dans les termes fixés par le décret du 6 octobre dernier, à l'exception que le ...
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Art. 11. Dans le cas de réclamation, le directoire du district prendra connaissance de l'affaire, et la renverra dans huitaine, avec son avis, ... Art. 11. Dans le cas de réclamation, le directoire du district prendra connaissance de l'affaire, et la renverra dans huitaine, avec son avis, au directoire du département qui jugera en définitif.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ... ainsi que les districts et directoires de département, à ne suivre, dans les opérations, qu'exigent ici de leur ministère les pressants besoins de l'Etat, que les principes de justice et de modération qui doivent être la première loi de tous les bons citoyens. Art. 12. L'Assemblée nationale exhorte les municipalités ainsi que les districts et directoires de département, à ne suivre, dans les opérations, qu'exigent ici de leur ministère les pressants besoins de l'Etat, que les principes de justice et de modération qui doivent être la première loi de tous les bons citoyens.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...'impression du rapport et l'ajournement de la discussion. Plusieurs membres demandent l'impression du rapport et l'ajournement de la discussion.
      Locuteur: Le chevalier d'Aubergeon de Murinais
      ...yen une déclaration détaillée des fonds de terre ou des contrats qu'il possède, et l'affirmatioa par serment de la quotité de ses dettes. ...suffisants. Il propose, pour remplacer ces dispositions, d'exiger ae chaque citoyen une déclaration détaillée des fonds de terre ou des contrats qu'il possède, et l'affirmatioa par serment de la quotité de ses dettes.
      Locuteur: Pison du Galand
      appuie la proposition de M. Nairac et y ajoute, pour amendement, que la clause coactive ne s'étende point aux c... appuie la proposition de M. Nairac et y ajoute, pour amendement, que la clause coactive ne s'étende point aux citoyens qui déclareront ne pas posséder un revenu supérieur à 400 livres»
      Locuteur: De La Rochefoucauld
      , évêque de Beauvais, demande à s'absenter pour que... , évêque de Beauvais, demande à s'absenter pour quelques jours»
      Locuteur: Dubois de Crancé
      Nous avons en conséquence l'honneur de vous proposer le décret suivant : Nous avons en conséquence l'honneur de vous proposer le décret suivant :
      Locuteur: Dubois de Crancé
      projet de décrét projet de décrét
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...ion* un emploi ou une partie quelconque de son aisance, ne pourra pour cette raison se croire dispensé de déclarer le quart du revenu qui lui restera, et de contribuer, dans cette proportion, conf... Art. 4. Tout individu qui aura perdu une pension* un emploi ou une partie quelconque de son aisance, ne pourra pour cette raison se croire dispensé de déclarer le quart du revenu qui lui restera, et de contribuer, dans cette proportion, conformément au décret du fi octobre.
      Locuteur: Dubois de Crancé
      ...re, sera tenu à déclaration pour raison de ses produits industriels. Art. 5. Tout fermier, ou colon partiaire, sera tenu à déclaration pour raison de ses produits industriels.
      Locuteur: Féraud
      Il ne faut point imprimer ce rapport. La nouvelle que l'on devait s'occuper ae quelques changements dans les décrets relatifs à la contribution patriotique a féjà suspend... Il ne faut point imprimer ce rapport. La nouvelle que l'on devait s'occuper ae quelques changements dans les décrets relatifs à la contribution patriotique a féjà suspendu les déclarations dans ma province.
      Locuteur: Papin
      , député de Paris hors les murs, demande aussi à fa... , député de Paris hors les murs, demande aussi à faire une courte absence pour affaires urgentes»
      Locuteur: L'abbé Perrier
      ...s, sollicite un oongé qu'il S'efforcera de rendre très court. , député d'Etampes, sollicite un oongé qu'il S'efforcera de rendre très court.
      Locuteur: Le Président
      L'ordre du jour appelle discussion sur la nouvelle organisation du pouvoir judici... L'ordre du jour appelle discussion sur la nouvelle organisation du pouvoir judiciaire.
      Locuteur: Le Président
      ...res, .pages 725 à 741, les deux projets de décrets présentés successivement par le comité de consti* (Voy. Tome X des Archives parlementaires, .pages 725 à 741, les deux projets de décrets présentés successivement par le comité de consti*

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 344
      Locuteur: Thouret
      Messieurs, la matière dont vous venez d'ouvrir la discussion offre un grand intérêt à vos...
      ...onheur des particuliers^ sur Je progrès de l'esprit public, sur le maintien de l'ordre politique et sur la stabilité de la constitution. Après ce que vous avez fa...
      ...et difficile carrière que le courage et la vigilance doivent se ranimer pour atteindre le but. Le vœu de Ja France s'est fait entendre; la réforme de la justice et des tribunaux est un de ses premiers besoins, et la confiance publique dans le succès de la régénération, va s'accroitre ou s'affai...
      Messieurs, la matière dont vous venez d'ouvrir la discussion offre un grand intérêt à vos délibérations. Le pouvoir judiciaire est celui des pouvoirs publics dont l'exercice habituel aura le plus d'influence sur le bonheur des particuliers^ sur Je progrès de l'esprit public, sur le maintien de l'ordre politique et sur la stabilité de la constitution. Après ce que vous avez fait, votre devoir est devenu plus impérieux sur ce qui vous reste à faire : c'est lorsqu'on est parvenu au milieu d'une longue et difficile carrière que le courage et la vigilance doivent se ranimer pour atteindre le but. Le vœu de Ja France s'est fait entendre; la réforme de la justice et des tribunaux est un de ses premiers besoins, et la confiance publique dans le succès de la régénération, va s'accroitre ou s'affaiblir, selon que le pouvoir judiciaire sera bien ou mal organisé.
      Locuteur: Thouret
      ...té vous a proposé, par le premier titre de son projet, de décréter les maximes constitutionnelles...
      ...e même qui vous a déterminés à placer à la tête de la constitution le titre des Droits de l'homme et du citoyen. L'exercice du po...
      ...en rechercher les vrais principes, mais de les tenir sans cesse présents à tous les esprits, et de préserver à l'avenir les juges, les administrateurs et la nation elle-même des fausses opinions d...
      ... acquerrez pour vous-mêmes un moyen sûr de reconnaître, dans la suite de la discussion, les propositions que vous devez admettre ou que vous pourrez examiner, de celles qui ne mériteraient pas même vot...
      Le comité vous a proposé, par le premier titre de son projet, de décréter les maximes constitutionnelles par lesquelles le pouvoir jueidiaire doit être défini, organisé et exercé. Le motif qui l'y a porté est le même qui vous a déterminés à placer à la tête de la constitution le titre des Droits de l'homme et du citoyen. L'exercice du pouvoir judiciaire a été si étrangement dénaturé, en France, qu'il est devenu nécesnaire, non seulement d'en rechercher les vrais principes, mais de les tenir sans cesse présents à tous les esprits, et de préserver à l'avenir les juges, les administrateurs et la nation elle-même des fausses opinions dont elle a élé victime jusqu'ici. En décrétant d'abord les maximes constitutionnelles, vous remplirez ce grand objet d'utilité publique, et vous acquerrez pour vous-mêmes un moyen sûr de reconnaître, dans la suite de la discussion, les propositions que vous devez admettre ou que vous pourrez examiner, de celles qui ne mériteraient pas même votre examen.
      Locuteur: Thouret
      Le plus bizarre et le plus malfaisant de tous les abus qui ont corrompu l'exercice du pouvoir judiciaire, était que des corps et de simples particuliers possédassent patrimonialement, comme on le disait, le droit de faire rendre la justice en leur nom, que d'autres parti...
      ...à titre d'hérédité ou d'achat, le droit de juger leurs concitoyens, et que lesjusticiables fussent obligés de payer les juges pour obtenir un acte de justice. Le comité vous propose, par les cinq premiers articles du titre Ier de son projet, de consacrer, comme maximes inaltérables, que la justice ne peut être rendue qu'au nom d...
      ...t institués par le roi, qu'aucun office de judicature ne pourra être vénal, et que la justice sera rendue gratuitement.
      Le plus bizarre et le plus malfaisant de tous les abus qui ont corrompu l'exercice du pouvoir judiciaire, était que des corps et de simples particuliers possédassent patrimonialement, comme on le disait, le droit de faire rendre la justice en leur nom, que d'autres particuliers pussent acquérir à titre d'hérédité ou d'achat, le droit de juger leurs concitoyens, et que lesjusticiables fussent obligés de payer les juges pour obtenir un acte de justice. Le comité vous propose, par les cinq premiers articles du titre Ier de son projet, de consacrer, comme maximes inaltérables, que la justice ne peut être rendue qu'au nom du roi, que les juges doivent être élus par les justiciables, et institués par le roi, qu'aucun office de judicature ne pourra être vénal, et que la justice sera rendue gratuitement.
      Locuteur: Thouret
      ...é le pouvoir judiciaire en France était la confusion, établie dans les mains de ses dépositaires, des fonctions qui lui... Le second abus qui a dénaturé le pouvoir judiciaire en France était la confusion, établie dans les mains de ses dépositaires, des fonctions qui lui sont propres, a7ec les fonctions incompatibles et incommunicables des autres po...
      Locuteur: Thouret
      Emule de la puissance législative, il revisait, mod...
      ...ents. N'examinons pas quelles furent, à la naissance de ce désordre politique, les circonstance...
      ...olérer l'introduction, ni s'il fut sage de ne donner aux droits de la nation d'autre sauvegarde contre l'autorité arbitraire de gouvernement, que l'autorité aristocrat...
      ...êt devait être, alternativement, tantôt de s'élever, au nom du peuple, au-dessus du gouvernement, et tantôt de s'unir au gouvernement contre la liberté du peuple : ne cherchons pas encore à vérifier, par la balance des biens et des maux publics que cette fausse spéculation a produits, si la violation des vrais principes a été rac...
      ...ble dans une bonne constitution, et que la nôire fait disparaître, pour l'avenir, ...
      ...emment: disons qu'une nation qui exerce la puissance législative par un corps permanent de renrésentants, ne peut p is laisser aux tribunaux exécuteurs de ses lois, et soumis à leur autorité, la faculté de reviser ces lois; disons enfin que, qua...
      ...élit ses administrateurs, les ministres de la justice distri-butive ne doivent point se mêler de l'administration dont le soin ne leur e...
      ... les articles 6, 7, 8 et 9 du litre 1er de son projet ; ils établissent l'entière subordination des cours de justice à la puissance législative, et séparent très...
      Emule de la puissance législative, il revisait, modifiait ou rejetait les lois : rival du pouvoir administratif, il en troublait les opérations, en arrêtait le mouvement, et « n inquiétait les agents. N'examinons pas quelles furent, à la naissance de ce désordre politique, les circonstances qui en firent tolérer l'introduction, ni s'il fut sage de ne donner aux droits de la nation d'autre sauvegarde contre l'autorité arbitraire de gouvernement, que l'autorité aristocratique des corporations judiciaires dont l'intérêt devait être, alternativement, tantôt de s'élever, au nom du peuple, au-dessus du gouvernement, et tantôt de s'unir au gouvernement contre la liberté du peuple : ne cherchons pas encore à vérifier, par la balance des biens et des maux publics que cette fausse spéculation a produits, si la violation des vrais principes a été rachetée par une suffisante compensation d'avantages réels. Disons qu'un tel désordre est intolérable dans une bonne constitution, et que la nôire fait disparaître, pour l'avenir, les motifs qui ont pu le faire supporter précédemment: disons qu'une nation qui exerce la puissance législative par un corps permanent de renrésentants, ne peut p is laisser aux tribunaux exécuteurs de ses lois, et soumis à leur autorité, la faculté de reviser ces lois; disons enfin que, quand cette nation élit ses administrateurs, les ministres de la justice distri-butive ne doivent point se mêler de l'administration dont le soin ne leur est pas confié. Le comité a consigné ces principes dans les articles 6, 7, 8 et 9 du litre 1er de son projet ; ils établissent l'entière subordination des cours de justice à la puissance législative, et séparent très explicitement le pouvoir judiciaire du pouvoir d'administrer.
      Locuteur: Thouret
      Le troisième abus qui déshonorait la justice en France éta t la souillure des privilèges dont l'invasio...
      ...des tribunaux privilégiés et des formes de procédure privilégiées, pour de certaines classes de plaideurs privilégiés. On distinguait e...
      ... d'autrui possédaient le droit exclusif de plaider pour ceux mêmes qui pouvaient se passer de leur secours ; car il est bien remarqua...
      ...en France n'a consacré le droit naturel de chaque citoyen, de se défendre lui-même en matière civile, lorsque la loi criminelle le privait d'un défenseur pour la protection de sa vie. Enfin, le droit égal de tous les justiciables, d'être jugés à l...
      ...u r qu'on ne pou vai t pas con traindre de rapporter, étaient les maîtres de faire que vous ne fussiez pas jugé, ou ...
      Le troisième abus qui déshonorait la justice en France éta t la souillure des privilèges dont l'invasion s'était étendue jusques dans son sanctuaire. Il y avait des tribunaux privilégiés et des formes de procédure privilégiées, pour de certaines classes de plaideurs privilégiés. On distinguait en matière criminelle un délit privilégié d'un délit commun. Des défenseurs privilégiés des causes d'autrui possédaient le droit exclusif de plaider pour ceux mêmes qui pouvaient se passer de leur secours ; car il est bien remarquable qu'aucune loi en France n'a consacré le droit naturel de chaque citoyen, de se défendre lui-même en matière civile, lorsque la loi criminelle le privait d'un défenseur pour la protection de sa vie. Enfin, le droit égal de tous les justiciables, d'être jugés à leur tour, sans préférences personnelles, était violé par l'arbitraire le plus désolant : un pré-ident qui ne pouvait pas être forcé d'accorder l'audience, un rapporteu r qu'on ne pou vai t pas con traindre de rapporter, étaient les maîtres de faire que vous ne fussiez pas jugé, ou que vous ne le fussiez que lorsque l'intérêt d'obtenir le jugement avait péri pa...
      Locuteur: Thouret
      ...sent l'égalité civile des citoyens dans la partie de l'administration publique où cette égalité doit être la plus inviolable. Il ne s'agit pas de simples réformes en législation, mais de points vraiment constitutionnels. Le co...
      ...icles 12, 13, 14, 15 et 16 du titre Ier de son projet, les dispositions qui lui on...
      ...pour anéantir les privilèges en matière de juridiction, les distractions de ressort, les entraves à la liberté de la défense personnelle, et toute préférence arbitraire dans la distribution de la justice.
      ...r judiciaire doit rendre impossibles à l'avenir toutes ces injustices qui détruisent l'égalité civile des citoyens dans la partie de l'administration publique où cette égalité doit être la plus inviolable. Il ne s'agit pas de simples réformes en législation, mais de points vraiment constitutionnels. Le comité a réuni dans les articles 12, 13, 14, 15 et 16 du titre Ier de son projet, les dispositions qui lui ont paru nécessaires pour anéantir les privilèges en matière de juridiction, les distractions de ressort, les entraves à la liberté de la défense personnelle, et toute préférence arbitraire dans la distribution de la justice.
      Locuteur: Le Président
      tution sur la nouvelle organisation du pouvoir judici... tution sur la nouvelle organisation du pouvoir judiciaire.)
      Locuteur: Thouret
      monte à la tribune et prononce le discours suivant... monte à la tribune et prononce le discours suivant :
      Locuteur: Thouret
      ...lyse à quelques points principaux, dont la décision abrégerait beaucoup le travail... ...au premier coup d'œil, présente un champ si vaste, se réduit cependant par l'analyse à quelques points principaux, dont la décision abrégerait beaucoup le travail.
      (1) Le discours de M. Thouret est incomplet au J/o-niteur. (1) Le discours de M. Thouret est incomplet au J/o-niteur.

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 345
      Locuteur: Thouret
      ... voudrez adopter ensuite sur le nombre, la composition et la distribution des tribunaux. La forme des instruments par les-. quels l...
      ...ipps salutaires qui vous guideront dans la suite de votre travail, qui éclaireront les just...
      ...rs devoirs, et qui rendront sensibles à la nation entière les moindres écarts qui menaceraient un jour d'altérer en celte partie la pureté de la constitution.
      ...aire; elles nous ont paru d'une vérité absolue et indépendante du parti que vous voudrez adopter ensuite sur le nombre, la composition et la distribution des tribunaux. La forme des instruments par les-. quels le pouvoir judiciaire peut être exercé est variable jusqu'à un certain point; mai...
      ...immuables. Je crois, Messieurs, que vous devez commencer par proclamer ces principps salutaires qui vous guideront dans la suite de votre travail, qui éclaireront les justiciables sur leurs droits, les juges sur leurs devoirs, et qui rendront sensibles à la nation entière les moindres écarts qui menaceraient un jour d'altérer en celte partie la pureté de la constitution.
      Locuteur: Thouret
      ...pellera à déterminer le système général de l'organisation des tribunaux/ce qui comprend surtout leur classification et la gradation de leurs pouvoirs. Le comité vous a présenté, par le titre II de son projet, un plan sur lequel vous ne ...
      ...egardé comme faisant réellement le fond de l'ordre judiciaire. On peut le diviser ...
      ...es séparément, en s'attachant d'abord à la constitution des tribunaux de première instance, en passant ensuite à...
      ...nt par appel, et en finissant par celle de plusieurs parties du service judiciaire...
      ...mplie, vous aurez déjà fait un grand pas ; et l'ordre naturel du travail vous appellera à déterminer le système général de l'organisation des tribunaux/ce qui comprend surtout leur classification et la gradation de leurs pouvoirs. Le comité vous a présenté, par le titre II de son projet, un plan sur lequel vous ne pourrez prononcer qu'en décidant tout ce qui doit être regardé comme faisant réellement le fond de l'ordre judiciaire. On peut le diviser en trois grandes parties, très susceptibles d'être traitées séparément, en s'attachant d'abord à la constitution des tribunaux de première instance, en passant ensuite à celle des tribunaux supérieurs qui jugeront par appel, et en finissant par celle de plusieurs parties du service judiciaire qui peuvent exiger des formes à part et des juges particuliers.
      Locuteur: Thouret
      ...e que le comité vous a proposé entraîne la destruction nécessaire de tous les tribunaux existants, pour les ...
      ...une création d'établissements nouveaux. se présente cette première question : f...
      ...ans le nouvel édifice plusieurs parties de l'ancien?
      Ce que le comité vous a proposé entraîne la destruction nécessaire de tous les tribunaux existants, pour les remplacer par une création d'établissements nouveaux. se présente cette première question : faut-il régénérer à fond l'ordre judiciaire; pu ne peut-on pas laisser subsister dans le nouvel édifice plusieurs parties de l'ancien?
      Locuteur: Thouret
      La nécessité de la régénération absolue est incontestable. Non seulement la constitution ne sera pas complète, si e...
      ...les parties qui doivent essentiellement la composer; mais elle sera vicieuse, inco...
      ...n ne s'accorde moins avec les principes de la constitution actuelle, que ceux sur les...
      La nécessité de la régénération absolue est incontestable. Non seulement la constitution ne sera pas complète, si elle n'embrasse pas toutes les parties qui doivent essentiellement la composer; mais elle sera vicieuse, incohérente, et sans solidité, si toutes ces parties ne sont pas mises d'accord. Or, rien ne s'accorde moins avec les principes de la constitution actuelle, que ceux sur lesquels l'ancien ordre judiciaire s'est établi.
      Locuteur: Thouret
      ...s pouvoirs publics dont l'influence est la plus active, se sont multipliés par l'établissement des juridictions d'exception et de privilège, à un point qui n'a eu et qui...
      ...ne autre nation. Les abus, inséparables de cette excessive multiplication des tribunaux, ont excité depuis longtemps les plaintes de toute la France. Vous ne pouvez donc pas conserver les tribunaux d'exception, encore moins ceux de privilège.
      ..., est par cela même dangereux et malfaisant. Les tribunaux, dépositaires d'un des pouvoirs publics dont l'influence est la plus active, se sont multipliés par l'établissement des juridictions d'exception et de privilège, à un point qui n'a eu et qui n'a pas encore d'exemple chez aucune autre nation. Les abus, inséparables de cette excessive multiplication des tribunaux, ont excité depuis longtemps les plaintes de toute la France. Vous ne pouvez donc pas conserver les tribunaux d'exception, encore moins ceux de privilège.
      Locuteur: Thouret
      ...ouvoir public est établi pour l'intérêt de ceux à qui son exercice est nécessaire;...
      ...aux doivent être composés et distribués de la manière la plus favorable à l'intérêt des justiciables. Après la suppression des
      C'est une autre maxime constitutionnelle, que tout pouvoir public est établi pour l'intérêt de ceux à qui son exercice est nécessaire; d'où il suit que les tribunaux doivent être composés et distribués de la manière la plus favorable à l'intérêt des justiciables. Après la suppression des
      Locuteur: Thouret
      ...s d'exception indispensable à décréter, la plupart des tribunaux ordinaires ne se ...
      ...posés ni distribués convenablement pour la nécessité de leur service, pour la facilité des justiciables, ni pour s'as...
      ...n calculée plutôt pour l'éclat que pour la bonté réelle du service, plutôt pour soumettre à l'autorité de ces cours d'immenses territoires, que pour mettre l'exercice de cette autorité à la portée de ceux qui en ont besoin, plutôt pour exciter l'intérêt, les préjugés et l'esprit de corps, que pour rappeler aux tribunaux la place qu'ils occupent dans l'ordre des ...
      ...uira plus, flétrirait et compromettrait la constitution actuelle, si elle pouvait ...
      justices seigneuriales déjà décrétée, et celle des juridictions d'exception indispensable à décréter, la plupart des tribunaux ordinaires ne se trouvent ni composés ni distribués convenablement pour la nécessité de leur service, pour la facilité des justiciables, ni pour s'assortir au nouvel ordre politique dont ils doivent faire partie. Ils ne peuvent d...
      ...l. Et quant aux cours supérieures, qui s'appelaient souveraines, leur composition calculée plutôt pour l'éclat que pour la bonté réelle du service, plutôt pour soumettre à l'autorité de ces cours d'immenses territoires, que pour mettre l'exercice de cette autorité à la portée de ceux qui en ont besoin, plutôt pour exciter l'intérêt, les préjugés et l'esprit de corps, que pour rappeler aux tribunaux la place qu'ils occupent dans l'ordre des pouvoirs publics, et dont ils ne peuvent sortir sans blesser l'harmonie politiqu...
      ...r ses effets, et qui n'était tolérable que sous un seul rapport qui ne se reproduira plus, flétrirait et compromettrait la constitution actuelle, si elle pouvait y surprendre une place.
      Locuteur: Thouret
      Tous les pouvoirs, avons-nous dit dans la Déclaration des droits émanent essentiellement de la nation, et sont confiés par elle. Il n'...
      ...le pouvoir judiciaire. Les dépositaires de ce pouvoir sont donc ceux sur le choix desquels la nation a le plus grand intérêt d'influe...
      ...ul des tribunaux actuels un seul juge à la promotion duquel elle ait eu part. Tous...
      ...ssion ou par achat, ce terrible pouvoir de nous juger. Outre que cette intrusion a violé le droit imprescriptible de la nation, gui nous répondra que dans le nombre de ceux qui ont traité du pouvoir judiciaire, comme d'un effet de commerce, il ne s'en trouvera pas qui c...
      ...lic qui n'établit entre eux et nous que la relation du devoir qui les lie et les dévoue au service de la nation ? Et si cette erreur fatale dont la chose publique a tant de fois souffert, et dont tant de citoyens ont été victimes, n'est pas dé...
      ...tuer les habituels effets? Les articles de la Déclaration des droits sont les phares que vous avez élevés pour éclairer la route que vous deviez parcourir: Vous n...
      ...se, maintenir les juges que les chances de l'hérédité et du commerce des offices o...
      ...tribunaux par le plus inconstitutionnel de tous les titres, tant que ces titres ne...
      ...nons pas que le scrutin populaire prive la chose publique du service de ses sujets précieux, dont la capacité, antérieurement éprouvée dans ...
      ...quivoque, ou par une profession ouverte de sentiments antipatriotiques. Plus d'un ...
      ...leurs choix, il l'est en même temps que la nation ne
      Tous les pouvoirs, avons-nous dit dans la Déclaration des droits émanent essentiellement de la nation, et sont confiés par elle. Il n'y en a pas qui agisse plus directement, plus habituellement sur les citoyens, que le pouvoir judiciaire. Les dépositaires de ce pouvoir sont donc ceux sur le choix desquels la nation a le plus grand intérêt d'influer. Cependant il n'y a pas dans un seul des tribunaux actuels un seul juge à la promotion duquel elle ait eu part. Tous ceux qui nous jugent ont acquis, ou par succession ou par achat, ce terrible pouvoir de nous juger. Outre que cette intrusion a violé le droit imprescriptible de la nation, gui nous répondra que dans le nombre de ceux qui ont traité du pouvoir judiciaire, comme d'un effet de commerce, il ne s'en trouvera pas qui continueront à regarder comme une propriété ce caractère public qui n'établit entre eux et nous que la relation du devoir qui les lie et les dévoue au service de la nation ? Et si cette erreur fatale dont la chose publique a tant de fois souffert, et dont tant de citoyens ont été victimes, n'est pas détruite jusque dans sa source, qui nous garantira du malheur d'en voir perpétuer les habituels effets? Les articles de la Déclaration des droits sont les phares que vous avez élevés pour éclairer la route que vous deviez parcourir: Vous ne pourriez donc plus, sans une inconséquence fâcheuse, maintenir les juges que les chances de l'hérédité et du commerce des offices ont placés dans les tribunaux par le plus inconstitutionnel de tous les titres, tant que ces titres ne seront pas purifiés par l'élection libre des justiciables. Ne craignons pas que le scrutin populaire prive la chose publique du service de ses sujets précieux, dont la capacité, antérieurement éprouvée dans les tribunaux actuels, n'a point été ternie dans ces derniers temps par une conduite équivoque, ou par une profession ouverte de sentiments antipatriotiques. Plus d'un exemple a prouvé que le peuple n'est pas si facile à tromper sur ses vrais intér...
      ... quoi qu'il soit vrai que les élections puissent ne pas donner toujours les meilleurs choix, il l'est en même temps que la nation ne
      Locuteur: Thouret
      ...tre constitution s'établit, nous serons de plus en plus convaincus qu'ils se réunissent tous Eour exiger l'entier renouvellement de nos tri-unaux. Si nous parcourons les autres principes sur lesquels notre constitution s'établit, nous serons de plus en plus convaincus qu'ils se réunissent tous Eour exiger l'entier renouvellement de nos tri-unaux.

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 346
      Locuteur: Thouret
      ...es citoyens, avons-nous dit encore dans la Déclaration des étroits sont également ...
      ...té, et sans autre distinction que celle de leurs vertus, et de leurs talents. Avec quelle force ce principe fondamental de toute bonne constitution, ne s'élêve-t-il pas contre ceux de ces tribunaux qui tte se trouvent actuellement s composés que de -clercs et de nobles* parce que ces tribunaux, ayant déjà un certain nombre de places affectées aux ecclésiastiques, o...
      ...rêtés secrets, mais avoués et exécutés, de n'admettre dans leur sein, pour exercer des offices qui n'anoblissent la plupart qu'au second degré, que des cit...
      ...anoblis ? Ainsi ces tribunaux préférant la noblesse à la oapactté pour une fonction publique où la capacité est essentielle, et la noblesse très indifférente, ont sacrifié les droits de leurs concitoyens, la justice due au vrai mérite, et par le bien réel du service, à une inexcusable vanité de corps. La constitution peut-elle conserver ces tr...
      ...r composition, le dogme imprescriptible de l'égalité civile ? Sont-ils autre chose...
      ...re des citoyens y troUve-t-il quelqu'un de ses pairs ? Conservez ces confédération...
      ... former des ordres ; elles ne cesseront de déposer par le fait contre l'abolition des ordres, et de provoquer leur résurrection.
      Tous les citoyens, avons-nous dit encore dans la Déclaration des étroits sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus, et de leurs talents. Avec quelle force ce principe fondamental de toute bonne constitution, ne s'élêve-t-il pas contre ceux de ces tribunaux qui tte se trouvent actuellement s composés que de -clercs et de nobles* parce que ces tribunaux, ayant déjà un certain nombre de places affectées aux ecclésiastiques, ont encore porté l'oubli des principes jusqu'à se faire une loi par des arrêtés secrets, mais avoués et exécutés, de n'admettre dans leur sein, pour exercer des offices qui n'anoblissent la plupart qu'au second degré, que des citoyens nobles ou déjà anoblis ? Ainsi ces tribunaux préférant la noblesse à la oapactté pour une fonction publique où la capacité est essentielle, et la noblesse très indifférente, ont sacrifié les droits de leurs concitoyens, la justice due au vrai mérite, et par le bien réel du service, à une inexcusable vanité de corps. La constitution peut-elle conserver ces tribunaux proscrits d'avance parles maxiiues sur lesquelles elle est établie? Ne violent-ils pas, par leur composition, le dogme imprescriptible de l'égalité civile ? Sont-ils autre chose que des corporations d'anciens privilégiés ? Le plus grand nombre des citoyens y troUve-t-il quelqu'un de ses pairs ? Conservez ces confédérations d'individus des deux classes qui voulaient ici former des ordres ; elles ne cesseront de déposer par le fait contre l'abolition des ordres, et de provoquer leur résurrection.
      Locuteur: Thouret
      Le comité propose que les juges de paix puissent juger, sans appel, jusqu'à la valeur de 50 livres, parce qu'un plaideur n'a rie...
      ...lcule ce qu'i 1 lui en a coûté en perte de temp*, en dépense* dedéplacement et en faux frais de procédure* Je sais bien que 50 livres peuvent fermer, dans la fortune de plusieurs citoyens, un objet important ; mais ce» citoyens- sont ceux qu il faut défendre de la tentation de jouer à une loterie qui les ruine complètement s'ils perdent, et qui ne l...
      Le comité propose que les juges de paix puissent juger, sans appel, jusqu'à la valeur de 50 livres, parce qu'un plaideur n'a rien gagné réellement, même en gagnant sa cause, lorsqu'il a plaidé par appel en justice réglée, pour un aussi petit intérêt, s'il calcule ce qu'i 1 lui en a coûté en perte de temp*, en dépense* dedéplacement et en faux frais de procédure* Je sais bien que 50 livres peuvent fermer, dans la fortune de plusieurs citoyens, un objet important ; mais ce» citoyens- sont ceux qu il faut défendre de la tentation de jouer à une loterie qui les ruine complètement s'ils perdent, et qui ne leur fait rien gagner s'ils ne perdent pas. Pour décider sainement si l'appel doi...
      Locuteur: Thouret
      pourra pas se faire autant de mal en exerçant son droit de choisir, qu'il lui en a été fait pendan...
      ...puis quinze ans, par l'abusive facilité de Vadmittatur des compagnies, et par la funeste insouciance de la chancellerie.
      pourra pas se faire autant de mal en exerçant son droit de choisir, qu'il lui en a été fait pendant qu'elle en a été privée, et, surtout, depuis quinze ans, par l'abusive facilité de Vadmittatur des compagnies, et par la funeste insouciance de la chancellerie.
      Locuteur: Thouret
      Ajoutons que la sûreté de la constitution tient à ce qu'il ne subsis...
      ...ons que l'esprit public qui doit naître de la régénération pour en assurer le succès, n'a pas de plus dangereux ennemi que l'esprit de corps, et qu'il n'y a pas de corps dont l'esprit et la hardiesse soient plus à craindre que ce...
      ...r domination, qui ne pardonneront pas à la nation elle-même de reprendre sur elles l'autorité dont ell...
      ...t qui ne perdront jamais ni le souvenir de ce qu'elles ont été* ni le désir de recouvrer ce qui leur est ôté. Disons enfin sans crainte, puisque la vérité et l'Intérêt de la patrie le commandent, que si la nation doit s'honorer de la vertu de quelques magistrats bons patriotes, une foule de faits malheureusement incontestables an...
      Ajoutons que la sûreté de la constitution tient à ce qu'il ne subsiste plus aucun rejeton vivace du tronc inconstitutionnel qu'elle a abattu et qu'elle remplace. Considérons que l'esprit public qui doit naître de la régénération pour en assurer le succès, n'a pas de plus dangereux ennemi que l'esprit de corps, et qu'il n'y a pas de corps dont l'esprit et la hardiesse soient plus à craindre que ces corporations judiciaires qui ont érigé en principes tous les systèmes favorables à leur domination, qui ne pardonneront pas à la nation elle-même de reprendre sur elles l'autorité dont elles out joui, et qui ne perdront jamais ni le souvenir de ce qu'elles ont été* ni le désir de recouvrer ce qui leur est ôté. Disons enfin sans crainte, puisque la vérité et l'Intérêt de la patrie le commandent, que si la nation doit s'honorer de la vertu de quelques magistrats bons patriotes, une foule de faits malheureusement incontestables annonce que le plus grand nombre résiste encore à se montrer citoyen, et qu'eu gén...
      Locuteur: Thouret
      Une bonne administration de la justice paraît attachée principalement ... Une bonne administration de la justice paraît attachée principalement aux trois conditions sui-
      Locuteur: Thouret
      ...soient pas plus nombreux que ne l'exige la nécessité réelle du service; 2° qu'ils ...
      ...z rapprochés des Justiciables, pour que la dépense et l'incommodité des déplacements ne prive aucun citoyen du droit de se faire rendre justice ; 3° que hors les cas où la faculté de l'appel est, par la modicité de l'objet* plutôt une aggravation qu'une, ressource» il y ait toujours deux degrés de juridiction, mais jamais plus de deux.
      vantes : 1° que les tribunaux ne soient pas plus nombreux que ne l'exige la nécessité réelle du service; 2° qu'ils jsoieni cependant assez rapprochés des Justiciables, pour que la dépense et l'incommodité des déplacements ne prive aucun citoyen du droit de se faire rendre justice ; 3° que hors les cas où la faculté de l'appel est, par la modicité de l'objet* plutôt une aggravation qu'une, ressource» il y ait toujours deux degrés de juridiction, mais jamais plus de deux.
      Locuteur: Thouret
      Attachons-nous d'abord à la composition du premier degré { c'est ce...
      ...mbarras. Le comité vous propose un juge de paix par cantonet un seul tribunal roya...
      Attachons-nous d'abord à la composition du premier degré { c'est celle qui présente le moins d'embarras. Le comité vous propose un juge de paix par cantonet un seul tribunal royal par .district.
      Locuteur: Thouret
      L'établissement des juges de paix est généralement désiré; il est demandé par le plus grand nombre de nos cahiers ; c'est un des plus grands ...
      ...ait aux utiles habitants des Campagnes. La compétence de ces juges doit être bornée aux choses de convention très simple, et de la plus petite valeur, et aux choses de fait qui ne peuvent être bien jugées qu...
      ...trouve» dans son expérience, des règles de décision plus sûres que la science des formes et des lois n'en peu...
      L'établissement des juges de paix est généralement désiré; il est demandé par le plus grand nombre de nos cahiers ; c'est un des plus grands biens qui puisse être fait aux utiles habitants des Campagnes. La compétence de ces juges doit être bornée aux choses de convention très simple, et de la plus petite valeur, et aux choses de fait qui ne peuvent être bien jugées que par l'homme des champs», qui vérifie sur le lieu même l'objet du litige* et qui trouve» dans son expérience, des règles de décision plus sûres que la science des formes et des lois n'en peut fournir aux tribunaux sur ces matières.
      Locuteur: Thouret
      Il faut écarter des fonctions des juges de paix, l'embarras des formes et l'intervention des praticiens c parce que la principale utilité de cette institution ne sera pas remplie, ...
      ...e très simple, très expéditivo, exempte de frais, et dont l'équité naturelle dirige la marche plutôt que les règlements pointilleux de l'art de juger, Il faut que dans chaque canton tout homme d8 bien, ami de la; justice et de l'ordre, ayant l'expérience des mœurs, ...
      ...ffisantes pour devenir? à son tour juge de paix.
      Il faut écarter des fonctions des juges de paix, l'embarras des formes et l'intervention des praticiens c parce que la principale utilité de cette institution ne sera pas remplie, si elle ne procure pas une justice très simple, très expéditivo, exempte de frais, et dont l'équité naturelle dirige la marche plutôt que les règlements pointilleux de l'art de juger, Il faut que dans chaque canton tout homme d8 bien, ami de la; justice et de l'ordre, ayant l'expérience des mœurs, des habitudes et du caractère des habitants, ait, par cela seul, toutes les connaissances suffisantes pour devenir? à son tour juge de paix.
      Locuteur: Thouret
      Le comité a proposé que, les juges de paix connaissent de toutes les causes personnelles, jusqu'à la valeur de 100 livres à la charge de l'appeL; et il a déterminé plusieurs ca...
      ...uraissent les plus fréquentes occasions de procès entre les habitants des campagnes, ceux dont le plus sûr moyen de décision est dans l'inspection de la I chose contentieusej ceux, enfin» que ...
      Le comité a proposé que, les juges de paix connaissent de toutes les causes personnelles, jusqu'à la valeur de 100 livres à la charge de l'appeL; et il a déterminé plusieurs cas dans lesquels il lui a paru nécessaire que ces juges fussent compétents, à quelque Valeur que les demandes pussent se monter. Ces cas sont ceux qui fouraissent les plus fréquentes occasions de procès entre les habitants des campagnes, ceux dont le plus sûr moyen de décision est dans l'inspection de la I chose contentieusej ceux, enfin» que les tribunaux ne jugent eux-mêmes qu'après avoir emprunté les lumières et le jug...
      Locuteur: Thouret
      Concluons qu'il est nécessaire de recomposer constitutionnellement tous n...
      ...ciliable avec l'esprit et les principes de notre constitution régénérée.
      Concluons qu'il est nécessaire de recomposer constitutionnellement tous nos tribunaux dont l'état actuel est inconciliable avec l'esprit et les principes de notre constitution régénérée.
      Locuteur: Thouret
      ...e judiciaire? C'est Ici le second point de question qui s'offre à votre examen, Mais sur quelles bases organiserez-vous le nouvel ordre judiciaire? C'est Ici le second point de question qui s'offre à votre examen,

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 347
      Locuteur: Thouret
      ...tte compétence nécessaire dans l'esprit de l'institution des juges de paix est, d'ailleurs, sans inconvénient, parce que peu de ces procès excéderont la valeur de 100 livres, parce que les habitants des...
      ...rs juges en ces matières que les hommes de loi, et parce qu'en cas d'injustice man...
      experts. Cette compétence nécessaire dans l'esprit de l'institution des juges de paix est, d'ailleurs, sans inconvénient, parce que peu de ces procès excéderont la valeur de 100 livres, parce que les habitants des campagnes sont toujours meilleurs juges en ces matières que les hommes de loi, et parce qu'en cas d'injustice manifeste leurs jugements seront réformables.
      Locuteur: Thouret
      La compétence du tribunal royal de district commencé où liuit celle dés jflgës de paix ; ëlle complète le système du premier degré de jurisprudence dànfc l'ordre ordinaire. La compétence du tribunal royal de district commencé où liuit celle dés jflgës de paix ; ëlle complète le système du premier degré de jurisprudence dànfc l'ordre ordinaire.
      Locuteur: Thouret
      ... votre examen : le nombre des tribunaux de district, le nombre des juges en chaque tribunal et le taux de la èomnétèn'cë en premier. et dernier ressort, jusqu'à la valeur de 250 iivres. Le plan du comité n'offre qùe trois points essentiels à votre examen : le nombre des tribunaux de district, le nombre des juges en chaque tribunal et le taux de la èomnétèn'cë en premier. et dernier ressort, jusqu'à la valeur de 250 iivres.
      Locuteur: Thouret
      C'êst lé noihbre des tribunaux de première instance Surtout qu'il s'agit de fixer avec sagesse. Il n'en faut que pour la stricte nécessité, en ne mettant pas, toutefois, le besoin de plaider au niveau des premières nécessités de la vie; car si vous vouliez le satisfaire ...
      ...dité qui provoquent le goût et excitent la tentation, vous couvririez le ^royaume de tribunaux ; chaque canton, chaque ville...
      ...s ne serait-il pas évident que l'esprit de votre constitution, au lieu de réprimer la fureur de plaider comme un des fléaux les plus destructeurs de la prospérité des familles, tendrait, au contraire, a la favoriser ? Un seul tribunal doit suffire en chaque district, soit qu'on considère la mesure commune du territoire sur laquel...
      ...és, soit qu'on s'attache au taux commun de la population qu'ils doivent renfermer : et si le principe général de Ja composition des districts avait été négligé âans la division des départements, de manière que plusieurs excédassent de beaucoup la proportion commune, alors il paraîtrait sage de pourvoir au service suffisant de la justice, plutôt par une augmenta* tion de juges dans le trihunal de district que par la multiplication des tribunaux dans le mô...
      C'êst lé noihbre des tribunaux de première instance Surtout qu'il s'agit de fixer avec sagesse. Il n'en faut que pour la stricte nécessité, en ne mettant pas, toutefois, le besoin de plaider au niveau des premières nécessités de la vie; car si vous vouliez le satisfaire avec cette aisance et cette commodité qui provoquent le goût et excitent la tentation, vous couvririez le ^royaume de tribunaux ; chaque canton, chaque ville ou même chaque bourg aurait le sien ; mais alors ne serait-il pas évident que l'esprit de votre constitution, au lieu de réprimer la fureur de plaider comme un des fléaux les plus destructeurs de la prospérité des familles, tendrait, au contraire, a la favoriser ? Un seul tribunal doit suffire en chaque district, soit qu'on considère la mesure commune du territoire sur laquelle les districts ont dû être distribués, soit qu'on s'attache au taux commun de la population qu'ils doivent renfermer : et si le principe général de Ja composition des districts avait été négligé âans la division des départements, de manière que plusieurs excédassent de beaucoup la proportion commune, alors il paraîtrait sage de pourvoir au service suffisant de la justice, plutôt par une augmenta* tion de juges dans le trihunal de district que par la multiplication des tribunaux dans le môme district.
      Locuteur: Thouret
      ...aque tribunal, il importe d'autant plus de le calculer sévèrement que le nombre surabondant n'ajoute rien à la bonté du service, et que* vu la grande quantité des tribunaux de district, les moindres réductions dans ... Quant au nombre des juges en chaque tribunal, il importe d'autant plus de le calculer sévèrement que le nombre surabondant n'ajoute rien à la bonté du service, et que* vu la grande quantité des tribunaux de district, les moindres réductions dans leurs dépenses présentent un objet d'économie très considérable.
      Locuteur: Thouret
      tën examinant combien la subdivision des départements en distric...
      ...s égaux en surface* il paraît difficile de conserver le nombre égal de cinq juges en chaque tribunal de district. Cette égalité numérique des juges était établie sur la supposition que les districts seraient ...
      ...e serait pas maintenant plus oonvenable de déterminer que les tribunaux de district ne seront
      tën examinant combien la subdivision des départements en districts a été faite inégalement, puisque le nombre des districts varie depuis trois jusqu'à neùf, quoique les départements soient à peu près égaux en surface* il paraît difficile de conserver le nombre égal de cinq juges en chaque tribunal de district. Cette égalité numérique des juges était établie sur la supposition que les districts seraient à peu près égaux en territoire et en population. Vous verrez* Messieurs, s'il ne serait pas maintenant plus oonvenable de déterminer que les tribunaux de district ne seront
      Locuteur: Thouret
      composés de cinq jugeB et d'un procureur du roi que...
      ...nombre paraît réellement suffisant pour la nécessité du service* en obligeant ces ...
      ...rs pris par supplément parmi jes hommes de loi, dans les cas de maladie ou d'absence légitime d'un des ...
      ...disposition, qui proportionnerait mieux la force des tribunaux à l'étendue de leurs ressorts, assurerait aussi une meilleure composition de ces tribunaux* en n'y laissant de places que pour les plus excellents suj...
      ...d'ailleurs, une économie importante sur la dépense annuelle de la justice.
      composés de cinq jugeB et d'un procureur du roi que dans les départements où les districts sont au-dessous du nombre fixe, et que d...
      ...delà, il n'y aura que trois juges et un procureur du roi eu chaque tribunal. Ce nombre paraît réellement suffisant pour la nécessité du service* en obligeant ces tribunaux à donner autant d'audiences par semaine que l'expédition des affaires l'cxi* géra, et en autorisant le secours desassesseurs pris par supplément parmi jes hommes de loi, dans les cas de maladie ou d'absence légitime d'un des juges. Cette disposition, qui proportionnerait mieux la force des tribunaux à l'étendue de leurs ressorts, assurerait aussi une meilleure composition de ces tribunaux* en n'y laissant de places que pour les plus excellents sujets ; elle produirait, d'ailleurs, une économie importante sur la dépense annuelle de la justice.
      Locuteur: Thouret
      A l'égard de la compétence eu premier et dernier ressort à attribuer aux tribunaux de districts, il ne pourrait y avoir de difficulté sérieuse que pour savoir si le taux de cette compétence ne devrait pas être augmenté au-dessus 250 livres. Les considérations exposées...
      ...ur motiver le dernier ressort des jugea de paix jusqu'à 50 livres reçoivent iei une nouvelle application, en remarquant de plus que les tribunaux de district étant le premier degré de la justice réglée, c'est en ces tribunaux ...
      ...es entre les citoyens los moins en état de supporter- les frais de procédure ; que ces tribunaux, obligés de suivre l'exactitude des formes, ne seront accessibles que sous la direction des officiers ministériels qu...
      ...rop ordinairement ensuite les occasions de dépense superflue se multiplient.
      A l'égard de la compétence eu premier et dernier ressort à attribuer aux tribunaux de districts, il ne pourrait y avoir de difficulté sérieuse que pour savoir si le taux de cette compétence ne devrait pas être augmenté au-dessus 250 livres. Les considérations exposées plus haut pour motiver le dernier ressort des jugea de paix jusqu'à 50 livres reçoivent iei une nouvelle application, en remarquant de plus que les tribunaux de district étant le premier degré de la justice réglée, c'est en ces tribunaux que seront portés les plus minutieuses affaires entre les citoyens los moins en état de supporter- les frais de procédure ; que ces tribunaux, obligés de suivre l'exactitude des formes, ne seront accessibles que sous la direction des officiers ministériels qui en occupent les avenues; et que des appels seront portés à des cours supérieur...
      ...s moins expéditives* et autour desquelles les dépenses inévitables d'abord, et trop ordinairement ensuite les occasions de dépense superflue se multiplient.
      Locuteur: Thouret
      Vérifiez la situation du plaideur qui a plaidé par ...
      ...ésidial, pour une propriétéde 10 livres de revenu ou de 250 livres de capital : s'il a perdu sa cause* voyez s'il n'a pas perdu deux ou trois fois la valeur de l'objet de ses poursuites, et s'il a gagné le proc...
      ...re s'il est vrai qu'il gagne réellement la valeur de la propriété qui lui est adjugée. Vous pro...
      ...usant l'appel dans tous les cas où* par la modicité de l'objet en litige, son avantage n'est q...
      ...'est pas ruineux, et plus vous donnerez de latitude à cette base de la nouvelle organisation judiciaire, plus ...
      Vérifiez la situation du plaideur qui a plaidé par appel dans une cour supérieure,, ou même dans un présidial, pour une propriétéde 10 livres de revenu ou de 250 livres de capital : s'il a perdu sa cause* voyez s'il n'a pas perdu deux ou trois fois la valeur de l'objet de ses poursuites, et s'il a gagné le procès, voyez encore s'il est vrai qu'il gagne réellement la valeur de la propriété qui lui est adjugée. Vous protégerez donc l'intérêt particulier en refusant l'appel dans tous les cas où* par la modicité de l'objet en litige, son avantage n'est qu'illusoire, quand il n'est pas ruineux, et plus vous donnerez de latitude à cette base de la nouvelle organisation judiciaire, plus il vous deviendra facile d'en simplifier le système général.
      Locuteur: Thouret
      ...ntent ultérieurement, étant relatives à la constitution de la justice par appel, tiennent à une nouve...
      ...rées. Je ne me suis proposé, en ouvrant la discussion, que de vous présenter de premiers aperçus, d'abord sur l'ordre q...
      ...ît le plus utile à suivre dans le Gours de cette discussion, ensuite sur les vues ...
      Je m'arrête ici, Messieurs, parce que les observations qui se présentent ultérieurement, étant relatives à la constitution de la justice par appel, tiennent à une nouvelle branche delà discussion; elles me conduiraient trop loin en cet instant, et seraient d'ailleurs prématurées. Je ne me suis proposé, en ouvrant la discussion, que de vous présenter de premiers aperçus, d'abord sur l'ordre qui me paraît le plus utile à suivre dans le Gours de cette discussion, ensuite sur les vues qui ont déterminé les premières parties du projet qui vous est soumis, etqui doi...
      Locuteur: Thouret
      Enfin, l'appel des sentences des juges de paix se portant et se terminant sommairement au tribunal royal de district» il a paru à votre comité que tout était rempli pour que cette classe de procès minutieux, qui sont le fléau des...
      ... avec cette simplicité ét cette douceur de régi me qui conviennent à un peuple rai...
      Enfin, l'appel des sentences des juges de paix se portant et se terminant sommairement au tribunal royal de district» il a paru à votre comité que tout était rempli pour que cette classe de procès minutieux, qui sont le fléau des campagnes, se trouve désormais expédiée avec cette simplicité ét cette douceur de régi me qui conviennent à un peuple raisonnable et à un gouvernement populaire et bienfaisant.
      Locuteur: Thouret
      Je pense qu'il est avantageux de commencer par décréter explicitement le... Je pense qu'il est avantageux de commencer par décréter explicitement les maximes constitutives du pouvoir judiciaire; j'en ai dit les raisons; et si el...

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 348
      Locuteur: Thouret
      La constitution du degré supérieur de juridiction pour le jugement des appels...
      ...vement dans l'ordre du travail. Chacune de ces parties offrira dés considérations ...
      ... serait inutile, disons même nuisible à la bonté et à l'accélération de vos délibérations, de vouloir embrasser toutes à la fois. Je solliciterai, mais avec la plus grande retenue, l'indulgence de l'Assemblée pour lui présenter de nouveaux développements, lorsque le progrès de la discussion aura pu les rendre utiles.
      La constitution du degré supérieur de juridiction pour le jugement des appels, et celle des autres parties nécessaires pour compléter le système judiciaire viendront se placer successivement dans l'ordre du travail. Chacune de ces parties offrira dés considérations particulières qu'il serait inutile, disons même nuisible à la bonté et à l'accélération de vos délibérations, de vouloir embrasser toutes à la fois. Je solliciterai, mais avec la plus grande retenue, l'indulgence de l'Assemblée pour lui présenter de nouveaux développements, lorsque le progrès de la discussion aura pu les rendre utiles.
      Locuteur: De Cazalès
      On vous propose de détruire l'ordre judiciaire qui existe, pour y substituer un ordre de choses tout nouveau; on vous propose de détruire ces corps antiques qui. liés au berceau de la troisième race, ont, depuis huit cents ...
      ...umières et par leurs vertus, l'amour et la vénération des peuples; qui, fidèles organes de la loi, ont les premiers fait respecter le...
      ...ment l'Assemblée nationale. Je sais que la reconnaissance n'est pas la vertu des nations. (Il s élève quelques murmures.) 11 est de fait, Messieurs, que depuis huit siècle...
      ...ent confirmé un ordre arbitraire contre la liberté ou l'honneur des citoyens; et c...
      ...XIII, etc., lorsqu'ils voulaient abuser de leur autorité, recouraient à ces tribun...
      ...ge, à ces commissions qui dénonçaient à la fois l'innoceuce de la victime et le crime du tyran. Je vous l...
      ...ements, si ce n'est pas une vue étroite de les regarder comme les ennemis de la constitution; et d'ailleurs. Messieurs,...
      ...stances pénibles où nous nous trouvons, de rembourser pour 5 millions de charges dont nous ne payons pas l'intér...
      ...t il émane : le roi est le juge suprême de la nation. (Il s'élève de grands murmures du côté gauche de la salle.)C'est au nom du roi que la justice se rend ; c'est .le roi qui répond de tous les jugements. (Nouveaux murmures.) Je conclus, Messieurs, à ce que, avant de vous occuper de l'organisation du pouvoir judiciaire, v...
      ...lement réformé? » (On crie aux voix, et la plus grande partie de V Assemblée se lève pour juger cette qu...
      On vous propose de détruire l'ordre judiciaire qui existe, pour y substituer un ordre de choses tout nouveau; on vous propose de détruire ces corps antiques qui. liés au berceau de la troisième race, ont, depuis huit cents ans, mérité, par leurs lumières et par leurs vertus, l'amour et la vénération des peuples; qui, fidèles organes de la loi, ont les premiers fait respecter les lois qui ont détruit cette odieuse aristocratie sous laquelle gémissait le.roy...
      ...énéreux patriotisme des parlements que vous devez lesEiats généraux, etconséquemment l'Assemblée nationale. Je sais que la reconnaissance n'est pas la vertu des nations. (Il s élève quelques murmures.) 11 est de fait, Messieurs, que depuis huit siècles il n'existe pas une preuve que les parlements aient confirmé un ordre arbitraire contre la liberté ou l'honneur des citoyens; et cela est si vrai, que les Louis XI, les Louis XIII, etc., lorsqu'ils voulaient abuser de leur autorité, recouraient à ces tribunaux honteux, dont le nom même est un outrage, à ces commissions qui dénonçaient à la fois l'innoceuce de la victime et le crime du tyran. Je vous laisse à examiner, Messieurs, si l'on n'a pas exagéré les torts des parlements, si ce n'est pas une vue étroite de les regarder comme les ennemis de la constitution; et d'ailleurs. Messieurs, est-il possible d'ordonner, dans les circonstances pénibles où nous nous trouvons, de rembourser pour 5 millions de charges dont nous ne payons pas l'intérêt à 1 pour 100? Il faut sans doute que le pouvoir judiciaire dépende du pouvoir exécutif dont il émane : le roi est le juge suprême de la nation. (Il s'élève de grands murmures du côté gauche de la salle.)C'est au nom du roi que la justice se rend ; c'est .le roi qui répond de tous les jugements. (Nouveaux murmures.) Je conclus, Messieurs, à ce que, avant de vous occuper de l'organisation du pouvoir judiciaire, vous décidiez préalablement cette question : « L'ordre judiciaire actuel sera-t-il détruit ou seulement réformé? » (On crie aux voix, et la plus grande partie de V Assemblée se lève pour juger cette question.)
      Locuteur: Démeunier
      ...préjugent rien et ne vous empêchent pas de vous élever à la grande idée des jurés. La réforme des tribunaux est devenue sensi...
      ...us sûr moyen d'y parvenir ; mais il est de mon devoir de vous avertir que ce serait un moyen très dangereux de détruire tous les tribunaux à la fois; je demande qu'on mette aux voix i...
      étant applicables à tous les plans, ne préjugent rien et ne vous empêchent pas de vous élever à la grande idée des jurés. La réforme des tribunaux est devenue sensible à tous les esprits, et l'établissement des principes constitutionnels est le plus sûr moyen d'y parvenir ; mais il est de mon devoir de vous avertir que ce serait un moyen très dangereux de détruire tous les tribunaux à la fois; je demande qu'on mette aux voix ies premiers articles.
      Locuteur: De Toulongeon
      Je reprends la question posée par M. de Cazalès. Le principe reconnu, selon lui... Je reprends la question posée par M. de Cazalès. Le principe reconnu, selon lui, depuis huit siècles, et discuté depuis huit mois, sera-t-il jugé dans cette sé...
      Locuteur: De Foucault
      ...blée nationale. Dès que nous commençons la constitution judiciaire à neuf, je demande qu'il soit décrété qu'aucun membre de l'Assemblée ne pourra entrer dans les n... ... ies parlements; mais je veux remplir vos annales d'un fait qui honorera l'Assemblée nationale. Dès que nous commençons la constitution judiciaire à neuf, je demande qu'il soit décrété qu'aucun membre de l'Assemblée ne pourra entrer dans les nouveaux tribunaux.
      Locuteur: Thouret
      ... du projet doit être délibéré, et faire la matière d'un décret. articles composant le premier titre du projet doit être délibéré, et faire la matière d'un décret.
      Locuteur: Thouret
      ...ribunaux qui formeront le premier degré de juridiction; vous vérifierez chacune de...
      ...ux motifs sur l'établissement des juges de paix et des tribunaux de district.
      Vous pourrez passer immédiatement après, à l'organisation des tribunaux qui formeront le premier degré de juridiction; vous vérifierez chacune des dispositions que le comité vous a présentées, et dont je viens d'exposer lés principaux motifs sur l'établissement des juges de paix et des tribunaux de district.
      Locuteur: Thouret
      ...emblée ordonne l'impression du discours de M. Thouret.) (L'Assemblée ordonne l'impression du discours de M. Thouret.)
      Locuteur: De Cazalès
      ...andé qu'elle soit soumise à trois jours de discussion, et j'invoque pour cela le r... ...session ou dans une autre ; si elle doit être traitée dans cette session, je demandé qu'elle soit soumise à trois jours de discussion, et j'invoque pour cela le règlement et vos principes.
      Locuteur: Le Président
      ...ve que M. Thouret a demandé d'abord que la délibération déterminât les articles co... J'observe que M. Thouret a demandé d'abord que la délibération déterminât les articles constitutionnels.
      Locuteur: Prieur
      ... il faut créer avec prudence. Le comité de constitution vous propose de détruire les anciens tribunaux, mais il...
      ...e l'on doit vous proposer. Gardons-nous de consacrer, par uge délibération prématu...
      ...e sera entièrement reconstitué, vous pouvez créer sur une surface uniforme, mais il faut créer avec prudence. Le comité de constitution vous propose de détruire les anciens tribunaux, mais il vous a présenté un svstème judiciaire presque égal à celui que vous allez détru...
      ...ne pouvez donc décréter les articles proposés, sans avoir vu les autres plans que l'on doit vous proposer. Gardons-nous de consacrer, par uge délibération prématurée, des principes qui pourraient gêner nos opérations.
      Locuteur: Rœderer
      H s'agit seulement de déclarer que le pouvoir judiciaire sera...
      ...s, ces éternelles citations et le récit de ces anciennes remontrances que nous n'a...
      H s'agit seulement de déclarer que le pouvoir judiciaire sera reconstitué à neuf. 11 s'agit d'éviter ces longues déclamations, ces éternelles citations et le récit de ces anciennes remontrances que nous n'avons que trop entendu. Je demande que l'on mette aux voix si l'ordre judiciaire ...
      Vous êtes à la veille d'une discussion aussi essentielle qu'intéressante et vous devez sans doute la méliter; mais les cinq premiers article... Vous êtes à la veille d'une discussion aussi essentielle qu'intéressante et vous devez sans doute la méliter; mais les cinq premiers articles du titre 1er

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 349
      Locuteur: De Cazalès
      Je m'élève de tontes mes forces contre la motion. 11 serait injuste, il serait impolitique, que les membres de cette assemblée, après avoir été honorés de la confiance de leurs concitoyens, fussent rendus inuti... Je m'élève de tontes mes forces contre la motion. 11 serait injuste, il serait impolitique, que les membres de cette assemblée, après avoir été honorés de la confiance de leurs concitoyens, fussent rendus inutiles à l'ordre public.
      Locuteur: De Cazalès
      La motion de M. de Cazalès de discuter les principes pendant trois jo... La motion de M. de Cazalès de discuter les principes pendant trois jours est rejetée.
      Locuteur: Le Président
      annonce que l'ordre du jour de demain sera le rapport du comité de liquidation sur la lettre de M. de la Tour-du-Pin, et la continuation du travail sur l'ordre jud... annonce que l'ordre du jour de demain sera le rapport du comité de liquidation sur la lettre de M. de la Tour-du-Pin, et la continuation du travail sur l'ordre judiciaire.
      Locuteur: De Cazalès
      (Ou demande de toutes parts à aller aux voix.) (Ou demande de toutes parts à aller aux voix.)
      Locuteur: De Cazalès
      La motion principale portant que l'ordre j... La motion principale portant que l'ordre judiciaire sera reconstituée en entier est ensuite décrétée.
      Locuteur: Le Président
      La séance est levée à 4 heures. La séance est levée à 4 heures.
      à la séance de l'Assemblée nationale du 24 mars 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 24 mars 1790
      ' Un grand nombre de personnes, étant dans le cas de s'adresser au comité des pensions relat...
      ...récompenses dont l'Assemblée l'a chargé de lui présenter l'état, il convient de rendre l'ordre de son travail public, afin que chacun puisse être instruit de la manière dont le comité se propose d'opérer et des renseignements qu'il est nécessaire de lui adresser.
      ' Un grand nombre de personnes, étant dans le cas de s'adresser au comité des pensions relativement aux récompenses dont l'Assemblée l'a chargé de lui présenter l'état, il convient de rendre l'ordre de son travail public, afin que chacun puisse être instruit de la manière dont le comité se propose d'opérer et des renseignements qu'il est nécessaire de lui adresser.
      La première section examinera les mémoires relatifs aux personnes au-dessous de l'âge de 35 ans; La première section examinera les mémoires relatifs aux personnes au-dessous de l'âge de 35 ans;
      La seconde, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 35 à 45 ans ; La seconde, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 35 à 45 ans ;
      La troisième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 45 à 55 ans ; La troisième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 45 à 55 ans ;
      La quatrième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 55 à 65 ans ; La quatrième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 55 à 65 ans ;
      La cinquième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 65 â 75 ans ; La cinquième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de 65 â 75 ans ;
      La sixième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de plus de 75 ans. La sixième, les mémoires relatifs aux personnes âgées de plus de 75 ans.
      La première section devant être vraisemblablement chargée de l'examen d'un moindre nombre de mémoires que les autres, préparera les travaux et les rapports qui auront un objet de généralité. La première section devant être vraisemblablement chargée de l'examen d'un moindre nombre de mémoires que les autres, préparera les travaux et les rapports qui auront un objet de généralité.
      La nécessité d'éviter tout prétexte de préférence, le désir de mettre l'homme qui vit seul et retiré dans la province, à portée d'être entendu aussi...
      ...bite ou qui a des rapports dans le sein de la capitale, déterminent le comité à auspe...
      La nécessité d'éviter tout prétexte de préférence, le désir de mettre l'homme qui vit seul et retiré dans la province, à portée d'être entendu aussi facilement et aussi promptement que celui qui habite ou qui a des rapports dans le sein de la capitale, déterminent le comité à auspendre jus-
      En attendant le moment de l'examen des mémoires particuliers, le ...
      ...jà imprimés, les renvois à faire soit à la liste civile, soit au comité de liquidation.
      En attendant le moment de l'examen des mémoires particuliers, le comité préparera, d'après les états déjà imprimés, les renvois à faire soit à la liste civile, soit au comité de liquidation.
      Si, indépendamment de Ja présentation d'un mémoire, on croit indispensable de parler aux membres du comité, on pourra...
      ...x jours et heures qui seront indiqués à la fin de cet avis. Mais on se présenterait inuti...
      ...t arrête du ne recevoir personne seuls, de ne rien dire seuls ; les faits qu'ou jugera à propos de leur exposer doivent être entendus de tous et les réponses doivent être les réponses de tous.
      Si, indépendamment de Ja présentation d'un mémoire, on croit indispensable de parler aux membres du comité, on pourra s'y présenter aux jours et heures qui seront indiqués à la fin de cet avis. Mais on se présenterait inutilement chez quelques-uns des membres en particulier: ils ont arrête du ne recevoir personne seuls, de ne rien dire seuls ; les faits qu'ou jugera à propos de leur exposer doivent être entendus de tous et les réponses doivent être les réponses de tous.
      ...tements dont on a joui, les récompenses de différents genres ou les secours qu'on ...
      ...s renseignent-nts s'il en avait besoin. La feuille jointe au présent ordre de travail fournira le modèlede la forme dans laquelle le comité souhaiter...
      ... noms exprimés exactement, l'âge, le genre des services qu'on a rendus, les traitements dont on a joui, les récompenses de différents genres ou les secours qu'on a obtenus: les réticences sur ces derniers articles pourraient nuire aux plus ju...
      ... demeure, soit quelque autre lieu où le comité puisse s'adresser pour obtenir des renseignent-nts s'il en avait besoin. La feuille jointe au présent ordre de travail fournira le modèlede la forme dans laquelle le comité souhaiterait que les mémoires fussent rédigés. Chaque objet propre à fixer l'attention, y...
      Le comité ne manquera pas de faire imprimer dans les listes qu'il pr...
      ...personnes qui ne seront pas admises sur la liste afin qu'on soit bien assuré qu'au...
      ...ne lui a échappé, et qu'on soit en état de juger si les personnes exclues des listes avaient des titres de préférence sur celles qui y ont été adm...
      Le comité ne manquera pas de faire imprimer dans les listes qu'il présentera à l'Assemblée l'exposé des motifs qui auront déterminé son avis en fave...
      ...nes qui s'y trouveront comprises ; mais il fera imprimer aussi les mémoires des personnes qui ne seront pas admises sur la liste afin qu'on soit bien assuré qu'aucun mémoire ne lui a échappé, et qu'on soit en état de juger si les personnes exclues des listes avaient des titres de préférence sur celles qui y ont été admises.
      ...blic qu'il n'y a ni frais ni déboursés, de quelque genre que ce soit, à faire, soit relativement à la présentation des mémoires, soit relativ... On croit devoir prévenir le public qu'il n'y a ni frais ni déboursés, de quelque genre que ce soit, à faire, soit relativement à la présentation des mémoires, soit relativement à aucun autre objet. Les lettres seront adressées à MM. du comité
      Ordre de travail du comité jjes pensions. (Imprimé par ordre de l'Assemblée nationale.) Ordre de travail du comité jjes pensions. (Imprimé par ordre de l'Assemblée nationale.)
      Le comité étant composé de dix-huit membres, s'est partagé (unique...
      ...ires) en six sections composées chacune de trois membres.
      Le comité étant composé de dix-huit membres, s'est partagé (uniquement pour l'examen des affaires) en six sections composées chacune de trois membres.
      ... se feront toujours dans des assemblées de tout le comité réuni. Les rapports se feront toujours dans des assemblées de tout le comité réuni.
      ...tre tenu sous une suite non interrompue de numéros, les mémoires et pièces qui sèr... ...gistrer journellement sur deux registres, l'un tenu par ordre alphabétique, l'autre tenu sous une suite non interrompue de numéros, les mémoires et pièces qui sèront apportés au comité.
      Les registres de chaque section seront distingués de ceux des autres sections par une des lettres de l'alphabet. Les registres de chaque section seront distingués de ceux des autres sections par une des lettres de l'alphabet.
      ...us âgées. Elles ont ordinairement moins de temps à jouir,plus de besoins à satisfaire: c'est une justice de les faire passer les premières. Leur examen commencera alors par ceux des personnes les plus âgées. Elles ont ordinairement moins de temps à jouir,plus de besoins à satisfaire: c'est une justice de les faire passer les premières.
      ...e manière nette et précise. Les lettres de recommandation et autres démarches de ce genre seraient parfaitement inutiles... ...s les mémoires seront vus et examinés: il suffit donc d'y exposer les faits d une manière nette et précise. Les lettres de recommandation et autres démarches de ce genre seraient parfaitement inutiles, elles pourraient même devenir dangereuses en ce -qu'elles porteraient à croire...

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 350
      ...ité tient actuellement ses séances dans la maisonJ placé Vendôme, n° 4 ; lorsqu'il changera de domicile, il aura*soin d'en donner avis... Le comité tient actuellement ses séances dans la maisonJ placé Vendôme, n° 4 ; lorsqu'il changera de domicile, il aura*soin d'en donner avis.
      MM. Expilly, Berthereau, de La Reveiilère de Lé-peaux. MM. Expilly, Berthereau, de La Reveiilère de Lé-peaux.
      ...principalement pour remplir l'intention de l'Assemblée, qu'il lui fût rais sous les yeux le projet d'un corps de règlements à suivre pour la concession des pensions à l'avenir; pour la réduction, l'augmentation et le paiemen... Le comité des pensions a été créé principalement pour remplir l'intention de l'Assemblée, qu'il lui fût rais sous les yeux le projet d'un corps de règlements à suivre pour la concession des pensions à l'avenir; pour la réduction, l'augmentation et le paiement des pensions existantes.
      ...ions, a cru devoir se décharger sur lui de tout ce qui avait trait aux pensions, et particulièrement de ce qui était relatif à l'impression ord...
      ...itements, gratifications et autres dons de tout genre qui se paient sur la caisse publique.
      ... côté, lé comité des finances voyant un comité spécialement établi pour les pensions, a cru devoir se décharger sur lui de tout ce qui avait trait aux pensions, et particulièrement de ce qui était relatif à l'impression ordonnée par l'Assemblée des états des pensions, traitements, gratifications et autres dons de tout genre qui se paient sur la caisse publique.
      ...es qui empêcheront les abus à l'avenir: La conciliation de ces règles avec l'état actuel des pensi... Les règles qui empêcheront les abus à l'avenir: La conciliation de ces règles avec l'état actuel des pensions ;
      ...s sur les abus ont déjà donné au comité la connaissance d'un assez grand nombre de faits qui l'ont mis en état s'occuper du projet des règles à établi... Les recherches sur les abus ont déjà donné au comité la connaissance d'un assez grand nombre de faits qui l'ont mis en état s'occuper du projet des règles à établir.
      ... adresse, elles parr viendront franches de port. des pensions; et, sous cette adresse, elles parr viendront franches de port.
      NOMS de haptéme èt de famille et dètàeure. nature c(es servic...
      ...État. DATES pensions Af miteibnt MOTIFS DE CONSERVATION Wh
      NOMS de haptéme èt de famille et dètàeure. nature c(es services, publics rendus à l'État. DATES pensions Af miteibnt MOTIFS DE CONSERVATION Wh
      ...n jouissait en activité. et d'obtention de récompense. ...du l'on s'est retiré du service.* et grâces obtenues, et . leur , époque. dont en jouissait en activité. et d'obtention de récompense.
      Goupil de Préfeln, vice-président. Goupil de Préfeln, vice-président.
      Gaultier de Biauzat et Expilly, secrétaires. Gaultier de Biauzat et Expilly, secrétaires.
      MM. Camus, Pilastre, de Menou. MM. Camus, Pilastre, de Menou.
      MM. de WimpJfen, Julien, Cottin. MM. de WimpJfen, Julien, Cottin.
      MM. Fréteau, Gaultier de Biauzat, de Crécy. MM. Fréteau, Gaultier de Biauzat, de Crécy.
      MM. de Monterai, Palasne de Ghampeaux,de Jessé. MM. de Monterai, Palasne de Ghampeaux,de Jessé.
      MM, Goupil de Préfetet ChaiUon, Treilhard. MM, Goupil de Préfetet ChaiUon, Treilhard.
      ...s présenteraient1 les'objets et le plan de leurs travaux peur "être Imprimés' et d... ...té, le 21 mars, ue ses comités dresseraient, dans !a huitaine, es tableaux où ils présenteraient1 les'objets et le plan de leurs travaux peur "être Imprimés' et dis-
      ...utés. Le comité des pensions se propose satisfaire à ce décret, en rendant compte des objets de ses travaux, de l'ordre qu'il y a mis et de Pétat dans lequel ils se trouvent au mo... tribués aux députés. Le comité des pensions se propose satisfaire à ce décret, en rendant compte des objets de ses travaux, de l'ordre qu'il y a mis et de Pétat dans lequel ils se trouvent au moment actuel.
      Il était impossible de proposer un corps de règlements sur cette matière, sans conn... Il était impossible de proposer un corps de règlements sur cette matière, sans connaître les abus qu'il y avait à réprimer ; les règles précédemment établies contr...
      La recherche des abus ; La recherche des abus ;

      Séance du mercredi 24 mars 1790

      page 351
      ...e comité a pensé qu'il était convenable de former un premier titre ae règles appli...
      ...péçu-niaires : règles qui devaient être conséquence de quelques principes généraux; qu'il fall...
      cables aux grâces pécuniaires, le comité a pensé qu'il était convenable de former un premier titre ae règles applicables à toutes les grâces péçu-niaires : règles qui devaient être conséquence de quelques principes généraux; qu'il fallait ensuite enfermer sous des titres particuliers les règles relatives aux pensi...
      ...sion décrétée par l'Assemblée des états de traitements, pensions, dons, gratificat...
      ...putés reçoivent maintenant les feuilles de trois volumes auxquelsTimprimeur fait travailler concurremment pour hâter la publicité de tout ce qui est traitement, don, etc.
      Quant à l'impression décrétée par l'Assemblée des états de traitements, pensions, dons, gratifications, le comité y donne journellement ses Soins, et les députés reçoivent maintenant les feuilles de trois volumes auxquelsTimprimeur fait travailler concurremment pour hâter la publicité de tout ce qui est traitement, don, etc.
      ...e Trésor Foyal ou autrement qu'en vertu de brevets expédiés dans la forme ordinaire. L'avertissement qui a été placé en tête de ce volume indique les pièces qui y sero... ...destiné spécialement à rassembler ce qui se donne sur d'autres caisses que sur le Trésor Foyal ou autrement qu'en vertu de brevets expédiés dans la forme ordinaire. L'avertissement qui a été placé en tête de ce volume indique les pièces qui y seront comprises.
      ...lles ont été accordées. Elles résultent de pièces qui n'ont été communiquées que depuis laremise des brevets; f* de tables de rapprochement des parties qui composent la masse des dons faits annuellement sur le Trésor public, 3° de tables alphabétiques pour indiquer les ...
      ... lesquels un même individu est employé, de manière qu'on aperçoive d'un coup d'oei...
      ...d'observations sur les motifs des pensions et sur les personnes par lesquelles elles ont été accordées. Elles résultent de pièces qui n'ont été communiquées que depuis laremise des brevets; f* de tables de rapprochement des parties qui composent la masse des dons faits annuellement sur le Trésor public, 3° de tables alphabétiques pour indiquer les différents états dans lesquels un même individu est employé, de manière qu'on aperçoive d'un coup d'oeil, ce dont il jouit à différents titres sur les fonds publics.
      ...sera prêt à commencer ses rapports dans la seconde semaine d'avril et se tiendra aux ordres de l'Assemblée. Le comité sera prêt à commencer ses rapports dans la seconde semaine d'avril et se tiendra aux ordres de l'Assemblée.
      ...era à l'Assemblée nationale le résultat de ses travaux sur oes différents objets, ... Le comité exposera à l'Assemblée nationale le résultat de ses travaux sur oes différents objets, par des rapports qu'il lui présentera successivement.
      ...mier rapport offrira un résultat abrégé de quelques recherches historiques faites ...
      ...ent, à cet égard, dans un état horrible de déprédation, dont le comité rendra comp...
      Le premier rapport offrira un résultat abrégé de quelques recherches historiques faites par le comité sur les gratifications pécuniaires payées par le Trésor public ; s...
      ...les abus; moyen» infructueux, et qui n'ont pas empêché que les choses ne tombassent, à cet égard, dans un état horrible de déprédation, dont le comité rendra compte à l'Assemblée.
      ...uction des règles générales qui suivent de ces principes. ...s l'exposé des principes généraux sur les récompenses pécuniaires et dans ia déduction des règles générales qui suivent de ces principes.
      ...sur les pensions accordées aux services de terre, aux services de mer, aux sciences et aux arts. Les autres rapports auront pour objet les règles particulières sur les pensions accordées aux services de terre, aux services de mer, aux sciences et aux arts.
      ...tra donc les abus, et elle sera en état de former un corps de règlements sages qui les arrêteront et ... L'Assemblée connaîtra donc les abus, et elle sera en état de former un corps de règlements sages qui les arrêteront et qui en préviendront le retour.
      Signé : Camus, Biauzat, Expilly, de Lépeaux, de ChampeaU, de Wimpfen, Freteau, Cottin. Signé : Camus, Biauzat, Expilly, de Lépeaux, de ChampeaU, de Wimpfen, Freteau, Cottin.
    • Séance du vendredi 5 mars 1790

      - search term matches: (225)

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 29
      Locuteur: Le comte de Castellane
      , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin. , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin.
      Locuteur: Le comte de Croix
      observe qu'on a omis d'insérer dans la rédaction du décret portant suppression de la féodalité la liberté accordée aux communes de se pourvoir, dans Cinq ans, contre les usurpations qui ont été faites de leurs biens communaux. observe qu'on a omis d'insérer dans la rédaction du décret portant suppression de la féodalité la liberté accordée aux communes de se pourvoir, dans Cinq ans, contre les usurpations qui ont été faites de leurs biens communaux.
      Locuteur: L'abbé Gouttes
      ...nances, fait un rapport sur une demande de la ville d'Orléans qui sollicite Vautorisation de faire un emprunt pour le soulagement de... , membre du comité des finances, fait un rapport sur une demande de la ville d'Orléans qui sollicite Vautorisation de faire un emprunt pour le soulagement des pauvres.
      Locuteur: Salomon de La Saugerie
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances, a décrété et d... L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des finances, a décrété et décrète ce qui suit :
      Locuteur: Salomon de La Saugerie
      c Art. lor. La commune d'Orléans est autorisée à faire un emprunt de la somme de deux cent quarante-trois mille six cent...
      ...écial sera le capital des rentes dues à la commune d'Orléans par la ville de Paris, et dont l'intérêt est de 12,180 livres.
      c Art. lor. La commune d'Orléans est autorisée à faire un emprunt de la somme de deux cent quarante-trois mille six cents livres, dont le gage spécial sera le capital des rentes dues à la commune d'Orléans par la ville de Paris, et dont l'intérêt est de 12,180 livres.
      Locuteur: Salomon de La Saugerie
      « Art. 2. Les fonds provenant de cet emprunt seront employés à faire des achats de grains; et les sommes provenant des ven...
      ... au marché, desdits blés conformément à la délibération de la commune, serviront .au-rem*. boursement...
      ...tées au comité dans l'urgent besoin que la ville a éprouvé au mois dernier.
      « Art. 2. Les fonds provenant de cet emprunt seront employés à faire des achats de grains; et les sommes provenant des ventes qui serontfai-tes, au marché, desdits blés conformément à la délibération de la commune, serviront .au-rem*. boursement dçs sommes prêtées au comité dans l'urgent besoin que la ville a éprouvé au mois dernier.
      Locuteur: Salomon de La Saugerie
      « Art. 3. La municipalité d'Orléans justifiera du re... « Art. 3. La municipalité d'Orléans justifiera du remboursement ci-dessus, par les quittances qu'elle produira à l'administration du...
      Locuteur: L'abbé Gouttes
      ...es municipalités du royaume à pourvoir, de la manière la plus prompte et la plus convenable, à la subsistance des pauvres de chaque municipalité.» « L'Assemblée nationale exhorte toutes les municipalités du royaume à pourvoir, de la manière la plus prompte et la plus convenable, à la subsistance des pauvres de chaque municipalité.»
      Locuteur: Le baron de Cernon
      , rapporteur du comité de constitution, fait le rapport d'une difficulté survenue entre les districts de lliom et de Thiers en Auvergne. Chacun de ces districts réclame la ville de Maringues et les paroisses de Limons, Lu-zillat, la Vialle, la Tissonnière et Joze. Le comité est d'avis de les comprendre provisoirement dans , rapporteur du comité de constitution, fait le rapport d'une difficulté survenue entre les districts de lliom et de Thiers en Auvergne. Chacun de ces districts réclame la ville de Maringues et les paroisses de Limons, Lu-zillat, la Vialle, la Tissonnière et Joze. Le comité est d'avis de les comprendre provisoirement dans
      Locuteur: L'abbé Gouttes
      ...us sommes assaillis par un grand nombre de demandes Semblables, votre comité a cru... Gomme nous sommes assaillis par un grand nombre de demandes Semblables, votre comité a cru devoir vous proposer l'article suivant :
      Locuteur: L'abbé Gouttes
      On demande l'ajournement de ce projet de décret. On demande l'ajournement de ce projet de décret.
      présidence de m. l'abbé de montesquiou. présidence de m. l'abbé de montesquiou.

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 30
      Locuteur: Riberolles de Martinanges
      11 a été délibéré que la ville de Maringues serait réunie au district de Riom, jusqu'à ce qu'elle eût pu faire p...
      ...amations étaient fondées. Les habitants de la ville de Maringues, instruits des dispositions de ce décret, se sont, à l'invitation des ...
      ...e lieu; le nombre des délibérants était de soixante et un,et il a été décidé, à l'...
      ... serait adressé à l'Assemblée nationale la demande expresse de réunir cette ville au district de Thiers. Gomme député de la ville de Maringues, j'ai le droit d'appuyer ses ...
      ... despotique, et conséquent ment indigne de vous de faire venir des administrés dans un lie...
      ...répugnance; je demande enfin que le vœu de la ville de Matringues soit décrété par l'Assemblée...
      11 a été délibéré que la ville de Maringues serait réunie au district de Riom, jusqu'à ce qu'elle eût pu faire parvenir des réclamations contraires, et qu'il eût été prouvé que ces réclamations étaient fondées. Les habitants de la ville de Maringues, instruits des dispositions de ce décret, se sont, à l'invitation des officiers municipaux, réunis dans un mcme lieu; le nombre des délibérants était de soixante et un,et il a été décidé, à l'unanimité, qu'il serait adressé à l'Assemblée nationale la demande expresse de réunir cette ville au district de Thiers. Gomme député de la ville de Maringues, j'ai le droit d'appuyer ses réclamations; je demande s'il ne serait p'as despotique, et conséquent ment indigne de vous de faire venir des administrés dans un lieu qui ne leur convient pas, et pour lequel ils montrent une si grande répugnance; je demande enfin que le vœu de la ville de Matringues soit décrété par l'Assemblée.
      Locuteur: Lavie
      Nous demandons la priorité pour la proposition du député de Maringues. Nous demandons la priorité pour la proposition du député de Maringues.
      Locuteur: Lavie
      ...L'Assemblée nationale, d'après l'arrêté de la ville de Maringues, pris à l'unanimité des suffrages dans une délibération générale de la commune du 22 février 1790, décrète que la ville de Maringues, ensemble les paroisses de Limons, Luzillat, la Vialle, la Tiséonnière et Joze resteront au district de Thiers. » « L'Assemblée nationale, d'après l'arrêté de la ville de Maringues, pris à l'unanimité des suffrages dans une délibération générale de la commune du 22 février 1790, décrète que la ville de Maringues, ensemble les paroisses de Limons, Luzillat, la Vialle, la Tiséonnière et Joze resteront au district de Thiers. »
      Locuteur: Camus
      ...s avez chargé votre comité des pensions de vous rendre compte des différents abus qui s'étaient multipliés dans la distribution des grâces. Votre comité n...
      ...rencontre tous les jours pour arriver à la perfection de son travail : tel est le rapport que votre comité des pensions m'a chargé de vous présenter :
      Vous avez chargé votre comité des pensions de vous rendre compte des différents abus qui s'étaient multipliés dans la distribution des grâces. Votre comité n'a pas encore pu faire connaître les obstacles qu'il a rencontrés et qu'il rencontre tous les jours pour arriver à la perfection de son travail : tel est le rapport que votre comité des pensions m'a chargé de vous présenter :
      Locuteur: Camus
      « Messieurs, il est juste de vous rappeler deux décrets que vous ave...
      ...exact des pensions, vous vous occuperez de la suppression de celles qui ne sont pas légitimes, et de la réduction de celles qui seront trop fortes; sauf à d...
      ...ce que l'Assemblée ait connu les motifs de chacune d'elles, et statué sur leur lég...
      « Messieurs, il est juste de vous rappeler deux décrets que vous avez rendus relativement aux pensions; vous avez dit, par le premier, que, sur le compte qui vous sera remis del'état exact des pensions, vous vous occuperez de la suppression de celles qui ne sont pas légitimes, et de la réduction de celles qui seront trop fortes; sauf à déterminer ensuite un.e somme quelconque, dont le roi pourra disposer pour cet objet. Par un autre décret vous avez dit que le paiement des pensions sera différé jusqu'à ce que l'Assemblée ait connu les motifs de chacune d'elles, et statué sur leur légitimité.
      Locuteur: Camus
      ...ctionnés par le roi ; jugez, Messieurs, de notre surprise, lorsque nous avons reçu une lettre de M. de Saint-Priest, qui nous annonce que le roi a cru devoir augmenter de 1,200 livres une pension de la même « Ces deux décrets ont été sanctionnés par le roi ; jugez, Messieurs, de notre surprise, lorsque nous avons reçu une lettre de M. de Saint-Priest, qui nous annonce que le roi a cru devoir augmenter de 1,200 livres une pension de la même
      Locuteur: Camus
      somme déjà accordée au commissaire M. de Chen-non. Les principaux motifs de cette nouvelle grâce sont l'âge de M. de Chenon, son peu de fortune, et le zèle avec lequel il a re...
      ...xpédiés, et plusieurs surtout en faveur de gens occupés à la Bastille, et par exemple à M. Jourdan de Saint-Sauveur,-4,000 livres; à la veuve du lieutenant de roi, 600 livres; à un major 600 livres,...
      somme déjà accordée au commissaire M. de Chen-non. Les principaux motifs de cette nouvelle grâce sont l'âge de M. de Chenon, son peu de fortune, et le zèle avec lequel il a rempli ses devoirs d'inspecteur delà Bastille. Plusieurs brevets postérieurs à vos décrets ont été expédiés, et plusieurs surtout en faveur de gens occupés à la Bastille, et par exemple à M. Jourdan de Saint-Sauveur,-4,000 livres; à la veuve du lieutenant de roi, 600 livres; à un major 600 livres, etc., etc. Total arrêté à Paris, le 19 janvier 1790 : 17,593 livres.
      Locuteur: Camus
      ... s'opposent à une nouvelle distribution de grâces, ont été sanctionnés par le roi ; en second lieu, est-ce dans un temps où la fortune publique est presque ébranlée, ...
      ...ossibles; est-ce enfin dans un temps où la rareté du numéraire est certaine, qu'on doit payer des pensions accordées à la faveur? est-ce dans ce temps que l'on doit contracter de nouveaux engagements? et avec qui? avec...
      ...n homme aura osé devenir le porte-clefs de la Bastille, il faudra qu'un malheureux qu...
      ...ent pécuniaire, puisse être arrêté dans la jouissance de sa somme par celui qui l'aura relénu dans les fers! Non, Messieurs, on n'examinera pas la conduite des gouverneurs, sous-gouverneurs, inspecteurs, sous-inspecteurs de la Bastille; mais la récompenser cotte conduite, serait le scandale le plus révoltant pour la nation. Le ministre s'est donc rendu coupable de contravention à vos décrets ; je l'ai p...
      ... n'ont pas dû être accordées, parce que les décrets que vous avez rendus, et qui s'opposent à une nouvelle distribution de grâces, ont été sanctionnés par le roi ; en second lieu, est-ce dans un temps où la fortune publique est presque ébranlée, o.ù les ressources sont difficiles, je ne dis pas impossibles; est-ce enfin dans un temps où la rareté du numéraire est certaine, qu'on doit payer des pensions accordées à la faveur? est-ce dans ce temps que l'on doit contracter de nouveaux engagements? et avec qui? avec les vils suppôts du despotisme. Quoi ! à cause qu'un homme aura osé devenir le porte-clefs de la Bastille, il faudra qu'un malheureux qui aura obtenu du gouvernement un mince dédommagement pécuniaire, puisse être arrêté dans la jouissance de sa somme par celui qui l'aura relénu dans les fers! Non, Messieurs, on n'examinera pas la conduite des gouverneurs, sous-gouverneurs, inspecteurs, sous-inspecteurs de la Bastille; mais la récompenser cotte conduite, serait le scandale le plus révoltant pour la nation. Le ministre s'est donc rendu coupable de contravention à vos décrets ; je l'ai prouvé, et je passe à un autre objet.
      Locuteur: Lavie
      La priorité est accordée et le décret suiv... La priorité est accordée et le décret suivant est rendu :
      Locuteur: Le Président
      Je donne la parole à M. Camus qui la demande pour proposer un décret au nom ... Je donne la parole à M. Camus qui la demande pour proposer un décret au nom du comité des pensions.
      Locuteur: Camus
      « Nouvel obstacle au travail de vos comités des finances, des pensions,...
      ... décrété qu'un livre, connu sous le nom de Livre rouge, serait surtout remis à vos...
      ... demandé, et longtemps on a eu l'espoir de l'obtenir. Le comité des finances s'est...
      ...re : sa lettre à ce sujet était remplie de sentiments d'égards et de respect. M Nec-ker a répondu, et son bi...
      ... recevra avec satisfaction l'expression de votre respect et de vos égards ; j'aurai l honneur de vous faire connaître ses ïnten» tions.....
      « Nouvel obstacle au travail de vos comités des finances, des pensions, etc. Vous avez décrété que les états authentiques, ainsi que les pièces justifi...
      ... seraient remis à vos comités, pour par eux vous en être rendu compte. Vous avez décrété qu'un livre, connu sous le nom de Livre rouge, serait surtout remis à vos comités. Ce livre a été longtemps demandé, et longtemps on a eu l'espoir de l'obtenir. Le comité des finances s'est enfin adressé au premier ministre : sa lettre à ce sujet était remplie de sentiments d'égards et de respect. M Nec-ker a répondu, et son billet est en date du 27 janvier. « LWssemb'ée nationale ne m'a jamais fait connaî...
      ...lez : ce livre est entre Ips mains du roi; je lui communiquerai votre lettre; il recevra avec satisfaction l'expression de votre respect et de vos égards ; j'aurai l honneur de vous faire connaître ses ïnten» tions.. »
      Locuteur: Camus
      ... du premier ministre: « Le roi a désiré de garder le Livre rouge ; il m'autorisera sans doute àén donner communication à une -pulation du comité des finances ou de celui des pensions : j'aurai l'honnenr de vous faire connaître les dernières intentions de Sa Majesté. » Votre comité a cru devoir...
      ...imanche le Livre rouge, avec permission de Je communiquer à une dèputation du comité des finances ou de celui des pensions. Je ne crois pas que...
      ...un membre du comité : celte conférence a eu lieu. Le 14 janvier, nouvelle lettre du premier ministre: « Le roi a désiré de garder le Livre rouge ; il m'autorisera sans doute àén donner communication à une -pulation du comité des finances ou de celui des pensions : j'aurai l'honnenr de vous faire connaître les dernières intentions de Sa Majesté. » Votre comité a cru devoir réitérer ses demandes ; il a encore écrit au premier ministre, et a obtenu une nouvelle répouseen date du 25janvier: « Le roi m'a remis dimanche le Livre rouge, avec permission de Je communiquer à une dèputation du comité des finances ou de celui des pensions. Je ne crois pas que l'Assemblée y trouve tous les renseignements qu'elle en attend. Au reste, je ne

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 31
      Locuteur: Camus
      puis pas fixer l'heure et le jour de ma conférence avec les personnes que l'Assemblée chargera de voir ce livre, parce que toutes mes soi...
      ... paru que, puisqu'il était si difficile de voir ce livre chez le ministre, il était juste de demander qu'il fut envoyé à votre comit...
      ...s pensé que l'Assemblée devait en faire la demande. Le fait est que, depuis six se...
      puis pas fixer l'heure et le jour de ma conférence avec les personnes que l'Assemblée chargera de voir ce livre, parce que toutes mes soirées sont occupées. » Votre comité a demandé que cette conférence fut fixée au lundi d'après, et le lundi le ministre a été indisposé: il nous a paru que, puisqu'il était si difficile de voir ce livre chez le ministre, il était juste de demander qu'il fut envoyé à votre comité, et nous avons pensé que l'Assemblée devait en faire la demande. Le fait est que, depuis six semaines, le Livre rouge, dont l'existence est connue et sa communication indispen...
      Locuteur: Camus
      ... lui fussent présentés; il n'est pas un de nous qui n'ait dit, après avoir eu connaissance de la dénonciation : il faut ouvrir le dépôt de ces bons. Votre comité s'est adressé à ...
      ...ation, nous avons enfin reçu une lettre de M. Dufresne, qui nous annonce qu'on est occupé à faire un relevé de ces bons, qui sera ensuite communiqué à...
      ...rcissements qu'il sollicite, m'a chargé de vous présenter le projet de décret suivant :
      ...ciation ne porte pas sur le ministère actuel. Votre comité a demandé que cesbons lui fussent présentés; il n'est pas un de nous qui n'ait dit, après avoir eu connaissance de la dénonciation : il faut ouvrir le dépôt de ces bons. Votre comité s'est adressé à M. Dufresne d'abord, et ensuite au premier ministre; je ne sais pas ce que les m...
      ...ette communication, mais elle n'a point eu lieu. Après mainte et mainte sollicitation, nous avons enfin reçu une lettre de M. Dufresne, qui nous annonce qu'on est occupé à faire un relevé de ces bons, qui sera ensuite communiqué à votre comité. — Je ne sais pourquoi on nous promet un relevé lorsque nous avons...
      ...ginales. — Votre comité, non moins étonne que moi des retards apportés aux éclaircissements qu'il sollicite, m'a chargé de vous présenter le projet de décret suivant :
      Locuteur: Glezen
      M. de Maissemy, ci-devant directeur de la librairie, estemplové pour lb,000 livre...
      ...omme est pour lui et pour quatre hommes de lettres qu'il occupe. J'ai la certitude que M. de Maissemy n'a jamais occupé d'hommes de lettres: j'ai encore la certitude qu'il n'a jamais reçu 16,000 ...
      M. de Maissemy, ci-devant directeur de la librairie, estemplové pour lb,000 livres. Il est dit que celte somme est pour lui et pour quatre hommes de lettres qu'il occupe. J'ai la certitude que M. de Maissemy n'a jamais occupé d'hommes de lettres: j'ai encore la certitude qu'il n'a jamais reçu 16,000 livres; 12,000 livres seulement ont été
      Locuteur: Glezen
      accordées à M. de Maissemy. Toutes les quittances par quartier sont de 3,000 livres chacune. La dernière est du mois de septembre dernier. M. de Maissemy avait donné sa démission au mois de juillet. Je demande que le fait que j'a... accordées à M. de Maissemy. Toutes les quittances par quartier sont de 3,000 livres chacune. La dernière est du mois de septembre dernier. M. de Maissemy avait donné sa démission au mois de juillet. Je demande que le fait que j'allègue soit vérifié. L'Assemblée y réfléchira dans sa sagesse.
      Locuteur: Le Président
      ...er M. le président qu'il aura l'honneur de lui adresser demain, avant midi, pour l...
      ...e, un mémoire relatif essentiellement à la situation actuelle des finances. Il regrette que l'état de sa santé ne lui permette pas d'aller le...
      « Le premier ministre des finances croit devoir informer M. le président qu'il aura l'honneur de lui adresser demain, avant midi, pour l'Assemblée nationale, un mémoire relatif essentiellement à la situation actuelle des finances. Il regrette que l'état de sa santé ne lui permette pas d'aller le présenter lui-même à l'Assemblée.
      Locuteur: Le Président
      annonce ensuite que le ministre de la marine lui a envoyé diverses pièces nouvel lement arrivées de la Martinique ; ces pièces seront transmis... annonce ensuite que le ministre de la marine lui a envoyé diverses pièces nouvel lement arrivées de la Martinique ; ces pièces seront transmises au comité des rapports.
      Locuteur: Dupont
      (de Nemours). Le comité des finances a cru ...
      ...rt qu il a à vous faire, relativement à la suppression de la gabelle, jusqu'à ce que le mémoire qu'i...
      ...semblée. Le comité continue à promettre de faire tous ses efforts pour présenter à l'Assemblée les moyens de couvrir les embarras de la présente année.
      (de Nemours). Le comité des finances a cru devoir retarder le rapport qu il a à vous faire, relativement à la suppression de la gabelle, jusqu'à ce que le mémoire qu'il savait devoir vous être envoyé par M. Necker eût été connu par l'Assemblée. Le comité continue à promettre de faire tous ses efforts pour présenter à l'Assemblée les moyens de couvrir les embarras de la présente année.
      Locuteur: Fréteau
      Vous avez été informés du nombre infini de malheureux que la ville de Paris renferme dans son sein. Ce nombre...
      ...vingt mille; il ne m'a pas été possible de vérifier l'exactitude de ce calcul ; mais,
      Vous avez été informés du nombre infini de malheureux que la ville de Paris renferme dans son sein. Ce nombre, vous a-t-on dit, s'élève à cent vingt mille; il ne m'a pas été possible de vérifier l'exactitude de ce calcul ; mais,
      Locuteur: Camus
      « jNous avons éprouvé une continuité de refus sur un autre objet non moins impo...
      ... dénoncé qu'il existait un grand nombre de bons et brevets, non pas signés du roi, mais seulement de certains miuistres.
      « jNous avons éprouvé une continuité de refus sur un autre objet non moins important. Il nous a été dénoncé qu'il existait un grand nombre de bons et brevets, non pas signés du roi, mais seulement de certains miuistres.
      Locuteur: Camus
      ...jour pardevers le roi, pour le supplier de défendre à tous ses ministres et à tous autres ordonnateurs et agents de son autorité de lui présenter de nouveaux bons et brevets de pensions, contradictoiremerit aux décrets de l'Assemblée, sanctionnés par Sa Majesté; charge en outre son président de supplier le roi d'en-joindreti ses ministres, ordonnateurs, etc., de remettre aux différents comités de l'Assemblee, et sur leur première réqui... ...ans son autorisation particulière, décrète que le président se retirera dan^ le jour pardevers le roi, pour le supplier de défendre à tous ses ministres et à tous autres ordonnateurs et agents de son autorité de lui présenter de nouveaux bons et brevets de pensions, contradictoiremerit aux décrets de l'Assemblée, sanctionnés par Sa Majesté; charge en outre son président de supplier le roi d'en-joindreti ses ministres, ordonnateurs, etc., de remettre aux différents comités de l'Assemblee, et sur leur première réquisition, les pièces justificatives qui leur serout demandées,et notamment le Livr...
      Locuteur: Fréteau
      J'ai l'honneur de vous faire observer messieurs, qu'il est d'autant plus important de rendre le décret qui vous est présenté par M. Camus, qu'il est naturel de penser qu'après avoir pris connaissanee... J'ai l'honneur de vous faire observer messieurs, qu'il est d'autant plus important de rendre le décret qui vous est présenté par M. Camus, qu'il est naturel de penser qu'après avoir pris connaissanee du Livre rouge, nous aurons encore beaucoup d'autres choses à demander. Je conc...
      Locuteur: Glezen
      ... demande à aller aux voix sur le projet de décret présenté par M. Camus.) (On demande à aller aux voix sur le projet de décret présenté par M. Camus.)
      Locuteur: Le Président
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité des pensions, déclare que, d...
      ...par devers Sa Majesté, pour le supplier de défendre à ses ministres et à tous autres ordonnateurs, de lui présenter aucune demande de pension jusqu'à ce que les règles d'apr...
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité des pensions, déclare que, d'après les décrets des 4 et 5 janvier, sanctionnés par le roi Je 14 du même mois...
      ...ar le roi ; décrète, en conséquence, que son président se retirera dans le jour par devers Sa Majesté, pour le supplier de défendre à ses ministres et à tous autres ordonnateurs, de lui présenter aucune demande de pension jusqu'à ce que les règles d'après lesquelles elles doivent être accordées, aient été décrétées et acceptées.
      Locuteur: Le Président
      ...ationale charge également son président de supplier Sa Majesté d'enjoindre à ses ministres et à tous autres agents de son autorité, de délivrer des copies et communiquer les ...
      ...notamment le registre connu sous le nom de Livre rouge, et les originaux des bons ...
      « L'Assemblée nationale charge également son président de supplier Sa Majesté d'enjoindre à ses ministres et à tous autres agents de son autorité, de délivrer des copies et communiquer les originaux des pièces qui leur sont demandées par ses comités,et à leur première réquisition, notamment le registre connu sous le nom de Livre rouge, et les originaux des bons des pensions, dons et gratifications accordés dans les différents départe^ mentf...
      Locuteur: Le Président
      J'ai reçu de M. Necker ie billet suivant, dont je do... J'ai reçu de M. Necker ie billet suivant, dont je donne connaissance à l'As semblée :
      Locuteur: Le Président
      ...prie M. le président d'agréer l'hommage de son respot. « Le premier ministre des finances prie M. le président d'agréer l'hommage de son respot.
      Locuteur: Le Président
      « Le mémoire sera de deux heures de lecture. » « Le mémoire sera de deux heures de lecture. »

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 32
      Locuteur: Fréteau
      ... des rapports avec plusieurs présidents de districts, je puis assurer que le nombr...
      ...gé les trésoriers des dons patriotiques de lui rendre compte de l'état des sommes effectives qu'ils ont reçues; quand il n'y aurait dans la caisse patriotique que de quoi payer les petites rentes, il faudr...
      ...calmer en partie les maux qui affligent la capitale. Je demande que les trésoriers des dons patriotiques rendent compte de l'état de leur caisse et que les fonds provenant ...
      ayant eu des rapports avec plusieurs présidents de districts, je puis assurer que le nombre des malheureux est grand, et que dans deux districts particulièrement il se porte à dix mille. Je rappelle à l'Assemblée un décret par lequel elle a chargé les trésoriers des dons patriotiques de lui rendre compte de l'état des sommes effectives qu'ils ont reçues; quand il n'y aurait dans la caisse patriotique que de quoi payer les petites rentes, il faudrait se hâter d'avoir recours à ce moyen, pour calmer en partie les maux qui affligent la capitale. Je demande que les trésoriers des dons patriotiques rendent compte de l'état de leur caisse et que les fonds provenant des dons patriotiques soient employés au paiement des petites rentes dues sur le...
      Locuteur: Le comte de Virieu
      ...iotiques. Je déclare avoir remis l'état de la caisse au comité des finances, ainsi qu... , l'un des trésoriers des dons patriotiques. Je déclare avoir remis l'état de la caisse au comité des finances, ainsi que le prescrivait le décret, dont les préopinants réclament l'exécution.
      Locuteur: Le comte de Virieu
      (La discussion de la motion deM.Fréteau est renvoyée à une s... (La discussion de la motion deM.Fréteau est renvoyée à une séance indiquée pour dimanche prochain.)
      Locuteur: Le comte de Virieu
      L'Assemblée reprend la suite de la discussion du projet de décret sur l'abolition des droits féoda... L'Assemblée reprend la suite de la discussion du projet de décret sur l'abolition des droits féodaux.
      Locuteur: Merlin
      ...uis trente ans, ont distrait, au profit de certains seigneurs desdites provinces, ...
      ... dont les communautés jouissent à titre de propriété ou d'usage, sont révoqués, et...
      ...s par l'article précédent, rentrer dans la jouissance desdites portions, sans aucu...
      ...sauf aux seigneurs à percevoir le droit de tiers-denier dans les cas ci-dessus exp...
      « Les arrêts du conseil et lettres-patentes qui, depuis trente ans, ont distrait, au profit de certains seigneurs desdites provinces, des portions des bois et autres biens dont les communautés jouissent à titre de propriété ou d'usage, sont révoqués, et les communautés pourront, dans le temps et par les voies indiqués par l'article précédent, rentrer dans la jouissance desdites portions, sans aucune répétition des fruits perçus, sauf aux seigneurs à percevoir le droit de tiers-denier dans les cas ci-dessus exprimés. »
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      "vonte à la "vonte à la
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      tribune et, au nom des comités de féodalité, domaine, agriculture et comm...
      ...blée le rapport suivant, sur les droits de péage, minage, hallage, étalonnage et a...
      tribune et, au nom des comités de féodalité, domaine, agriculture et commerce, fait à l'Assemblée le rapport suivant, sur les droits de péage, minage, hallage, étalonnage et autres semblables (1) :
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...sieurs, vous avez ordonné à vos comités de féodalité, agriculture et commerce, de vous présenter de concert un rapport et des projets de décrets sur les moyens de supprimer sans injustice le droit de minage, hallage, leydes, étalles, péage... Messieurs, vous avez ordonné à vos comités de féodalité, agriculture et commerce, de vous présenter de concert un rapport et des projets de décrets sur les moyens de supprimer sans injustice le droit de minage, hallage, leydes, étalles, péages et autres droits semblables.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...gnorez pas, Messieurs, que quelques-uns de ces droits sont au nombre de ceux qui font une partie du domaine, et votre comité des domaines, persuadé qu'il était de son devoir d'envisager les biens domaniaux dans toutes leurs différentes espèces, a de son côté fixé son attention sur les péa... Vous n'ignorez pas, Messieurs, que quelques-uns de ces droits sont au nombre de ceux qui font une partie du domaine, et votre comité des domaines, persuadé qu'il était de son devoir d'envisager les biens domaniaux dans toutes leurs différentes espèces, a de son côté fixé son attention sur les péages.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...r un objet aussi essentiel, les comités de féodalité, agriculture et commerce se sont empressés de puiser dans des conférences communes av...
      ...nes, des connaissances que les lumières de ce comité et l'importance du sujet qu'i...
      Instruits du travail auquel ce comité s'était livré sur un objet aussi essentiel, les comités de féodalité, agriculture et commerce se sont empressés de puiser dans des conférences communes avec celui des domaines, des connaissances que les lumières de ce comité et l'importance du sujet qu'ils avaient à traiter devaient leur rendre infiniment précieuses.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Ainsi, Messieurs, c'est au nom de ces trois comités que je viens essayer de remplir le devoir que vous avez imposé ... Ainsi, Messieurs, c'est au nom de ces trois comités que je viens essayer de remplir le devoir que vous avez imposé à deux d'entre eux, et vous soumettre un travail auquel l'amour du bien public a...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ..., devoir être, dans l'ordre des choses, la suite immédiate de celui que M. Merlin vous a fait sur les droits féodaux au nom du comité de féodalité; établi sur les mêmes bases, ... Ce rapport nous a paru, Messieurs, devoir être, dans l'ordre des choses, la suite immédiate de celui que M. Merlin vous a fait sur les droits féodaux au nom du comité de féodalité; établi sur les mêmes bases, puisse-t-il obtenir le même succès!
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Il est inutile de vous parler ici, Messieurs, des réclama...
      ...tuellement élevées et contre les droits de péages et minages eu eux-mêmes, et surt...
      ...porterons pas à l'époque peu reculée où la faculté de s'affranchir avec les plus grands sacrifices pécuniaires de servitudes même injustes, était inutile...
      Il est inutile de vous parler ici, Messieurs, des réclamations qui se sont perpétuellement élevées et contre les droits de péages et minages eu eux-mêmes, et surtout contre les extensions données à leur perception; nous ne nous reporterons pas à l'époque peu reculée où la faculté de s'affranchir avec les plus grands sacrifices pécuniaires de servitudes même injustes, était inutilement sollicitée.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...libre, vivant en société, aura toujours la certitude d'obtenir quand il aura l'énergie de les réclamer, et vous avez brisé en une nuit des chaînes que la féodalité rivait depuis huit siècles. Vous avez rétabli les Français dans tous les droits que l'homme libre, vivant en société, aura toujours la certitude d'obtenir quand il aura l'énergie de les réclamer, et vous avez brisé en une nuit des chaînes que la féodalité rivait depuis huit siècles.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ..., ni rechercher au milieu des décombres de la féodalité, les principes d'après lesque...
      ...n détruire les vestiges. Ils ont laissé de côté les réclamations de ceux qui étaient assujétis à ces droits, les défenses de ceux qui les faisaient percevoir, et sa...
      ...les principes qui ont servi constamment de règle aux commissions chargées, depuis près d'un siècle, des travaux relatifs à la suppression ou modération de ces droits, et particulièrement à celle connue sous le nom de commission des péages, à démontrer combien la jurisprudence qu'elle s'était faite, d'...
      ... droits dont il s'agit par des lois anéanties avec le système qu'elles étayaient, ni rechercher au milieu des décombres de la féodalité, les principes d'après lesquels vous devez vous déterminer, pour en conserver ou en détruire les vestiges. Ils ont laissé de côté les réclamations de ceux qui étaient assujétis à ces droits, les défenses de ceux qui les faisaient percevoir, et sans s'arrêter à débattre les principes qui ont servi constamment de règle aux commissions chargées, depuis près d'un siècle, des travaux relatifs à la suppression ou modération de ces droits, et particulièrement à celle connue sous le nom de commission des péages, à démontrer combien la jurisprudence qu'elle s'était faite, d'après les décisions particulières du conseil, était en contradiction avec les an...
      Locuteur: Merlin
      ...un article additionnel relatif au droit de tiers-denier qui a lieu en Lorraine et ... , rapporteur, propose un article additionnel relatif au droit de tiers-denier qui a lieu en Lorraine et dans d'autres provinces.
      Locuteur: Merlin
      Le droit de tiers-denier est aboli dans les provinces de Lorraine, du Barrois, du Clermontois et... Le droit de tiers-denier est aboli dans les provinces de Lorraine, du Barrois, du Clermontois et autres où il pourrait avoir lieu, à l'égard des bois et autres biens quisont po...
      Locuteur: Merlin
      ...titre 11. Votre comité a pensé qu'avant de passer au titre III de son projet de décret sur l'abolition des droits féoda...
      ... des comités domanial, d'agriculture et de commerce, sur les droits de minage, péage, etc. ; il vous invite à ...
      ... que nous vous soumettrons tout à l'heure, les divers articles qui composent le titre 11. Votre comité a pensé qu'avant de passer au titre III de son projet de décret sur l'abolition des droits féodaux, il était convenable que vous entendissiez le rapport qui doit vous être l'ait au nom des comités domanial, d'agriculture et de commerce, sur les droits de minage, péage, etc. ; il vous invite à entendre ce rapport à présent.
      ... Le Moniteur insère seulement le projet de décret qui termine ce rapport. (1) Le Moniteur insère seulement le projet de décret qui termine ce rapport.

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 33
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...rents droits connus sous le nom général de péages, minages, hallages et étalonnage...
      ...x questions dont vous nous avez ordonné de nous occuper.
      ...ume sur cette matière, vos comités ont pensé qu'ils devaient envisager les différents droits connus sous le nom général de péages, minages, hallages et étalonnages, d'après les décrets que vous avez rendus, et les principes qui vou- ont guidé...
      ...ent. Ceux-ci une fois posés, les conséquences s'en appliqueront naturellement aux questions dont vous nous avez ordonné de nous occuper.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...odaux que censuels, ceux qui tiennent à la mainmorte réelle ou personnelle et à la servitude personnel le, et ceux qui les...
      ...ant le mode que vous vous étiez réservé de fixer. Voyons maintenant quelle est l'origine des droits qui sont l'objet de ce rapport.
      ...le régime téodal était entièrement aboli, que dans les droits et devoirs tant féodaux que censuels, ceux qui tiennent à la mainmorte réelle ou personnelle et à la servitude personnel le, et ceux qui les représentent, sont abolis sans indemnité; tous les autres sont déclarés rachetables au prix et suivant le mode que vous vous étiez réservé de fixer. Voyons maintenant quelle est l'origine des droits qui sont l'objet de ce rapport.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ..., hallages et étalonnages dérivent pour la plupart, les uns du droit de justice, les autres de l'abus qu'on a fait de la féodalité. Or, l'Assemblée nationale a supprimé sans indemnité les droits de justice, et elle a aussi, quant à la féodalité, supprimé sans indemnité ceux de ces droits qui tenaient à la servitude personnelle. Il est incontestable que les péages, minages, hallages et étalonnages dérivent pour la plupart, les uns du droit de justice, les autres de l'abus qu'on a fait de la féodalité. Or, l'Assemblée nationale a supprimé sans indemnité les droits de justice, et elle a aussi, quant à la féodalité, supprimé sans indemnité ceux de ces droits qui tenaient à la servitude personnelle.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ... nous croyons devoir définir exactement la nature et l'espèce des droits et devoirs personnels ou réels résultant de la féodalité. Je pense que la définition s'en trouve dans la dénomination même. Ici, Messieurs, nous croyons devoir définir exactement la nature et l'espèce des droits et devoirs personnels ou réels résultant de la féodalité. Je pense que la définition s'en trouve dans la dénomination même.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Un devoir est réel, quand il dérive de la concession d'un fonds ou droit réel dont il a été le prix : je trouve dans celui-ci la condition qui .légitime tous les contra... Un devoir est réel, quand il dérive de la concession d'un fonds ou droit réel dont il a été le prix : je trouve dans celui-ci la condition qui .légitime tous les contrats, celle d'un échange libre et volontaire; je ne vois dans l'autre que l'exerci...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      L'un est donc, aux termes de votre décret, remboursable, à raison de la nature même du contrat dont il dérive; ...
      ...celui qui réclame le droit à en prouver la légitimité.
      L'un est donc, aux termes de votre décret, remboursable, à raison de la nature même du contrat dont il dérive; l'autre est évidemment dans le cas d'être supprimé sans aucune indemnité, s'il n'est qu'une obligation sans cause, et vous concevez, Messieurs, que c'est toujours à celui qui réclame le droit à en prouver la légitimité.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Examinons maintenant dans laquelle de ces deux classes peuvent et doivent être rangés les différents droits connus sous la dénomination générale de droits de péages ; c'est par eux que nous allons ... Examinons maintenant dans laquelle de ces deux classes peuvent et doivent être rangés les différents droits connus sous la dénomination générale de droits de péages ; c'est par eux que nous allons commencer.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Nous prenons dans la première ceux qui ne sont grevés d'aucu... Nous prenons dans la première ceux qui ne sont grevés d'aucunes charges ou entretiens.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Dans la seconde, ceux qui sont restés grevés de quelques charges ou entretiens. Dans la seconde, ceux qui sont restés grevés de quelques charges ou entretiens.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Dans la troisième enfin, ceux qui ont été accordés pour dédommagement de frais de construction et entretien d'ouvrages d'art, ou pour dédommagement de moulins, usines, bâtiments ou établisse... Dans la troisième enfin, ceux qui ont été accordés pour dédommagement de frais de construction et entretien d'ouvrages d'art, ou pour dédommagement de moulins, usines, bâtiments ou établissements détruits pour l'avantage public.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      j'ai dit que les péages avaient, pour la plus grande partie, leur source dans l'abus de la féodalité, et j'ai entendu parler de ceux de la première et seconde classe. j'ai dit que les péages avaient, pour la plus grande partie, leur source dans l'abus de la féodalité, et j'ai entendu parler de ceux de la première et seconde classe.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...ous ont pris naissance à des époques où la raison et la justice étaient sans force, et où la force était elle-même sans raison et sa... ...vent les uns et les autres leur origine qu'au* malheurs des anciens temps, que tous ont pris naissance à des époques où la raison et la justice étaient sans force, et où la force était elle-même sans raison et sans justice?
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...oits ont pû avoif un degré d'utilité et de justice dans ces temps confusion,, de troubles et d'anarchie, oùdivi-éeen plu...
      ...êmes en grandes et petites seigneuries, la France com ptait presque autant de tyrans que de propriétaires de fiefs, souvent indépendants les uns des...
      ... trompe : en nous arrêtant à celte époque, nous trouverions peut-être que ces droits ont pû avoif un degré d'utilité et de justice dans ces temps confusion,, de troubles et d'anarchie, oùdivi-éeen plusieurs royaumes, subdivisés eux-mêmes en grandes et petites seigneuries, la France com ptait presque autant de tyrans que de propriétaires de fiefs, souvent indépendants les uns des autres, mais toujours isolés ou réunis par leur seul intérêt personnel.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...t un droit quand elle était appuyée par la force. Les seigneurs s'étaient donc attribué tous les droits et notamment celui de haute police; mais par une exception infinimeot rare, peut-être unique dans les effets de la tyrannie, dont l'essence est de dépraver les meilleures institutions, elle avait trouvé le moyen de faire tolérer, j'ai presque dit de légitimer l'exaction des péages, par l'...
      ...tait naturel, il était juste que chacun de ceux à qui les seigneurs accordaient, avec k liberté de passage, sûreté et protection sur leur ...
      ... occasionnaient l'entretien des routes, la solde des gens armés qui protégeaient l...
      ...lques pertes ou dommages dans l'enclave de leur territoire.
      Dans ces temps, toute prétention était un droit quand elle était appuyée par la force. Les seigneurs s'étaient donc attribué tous les droits et notamment celui de haute police; mais par une exception infinimeot rare, peut-être unique dans les effets de la tyrannie, dont l'essence est de dépraver les meilleures institutions, elle avait trouvé le moyen de faire tolérer, j'ai presque dit de légitimer l'exaction des péages, par l'avantage qui résultait, pour les passagers, du service dont les seigneurs s'étaient chargés en les établissant. En effet, il était naturel, il était juste que chacun de ceux à qui les seigneurs accordaient, avec k liberté de passage, sûreté et protection sur leur territoire, les dédommageassent des frais que leur occasionnaient l'entretien des routes, la solde des gens armés qui protégeaient les voyageurs, enfin les dédommagements auxquels les seigneurs étaient tenus dans le cas où les passagers éprouvaient quelques pertes ou dommages dans l'enclave de leur territoire.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...par l'établissement des maréchaussées à la sûreté et à la police des chemins; depuis que la dépense de leur confection et de leur entretien a été assignée et prise ...
      ...elles des chemins vicinaux a été mise à la charge des propriétaires des héritages ...
      ...rver des droits évidemment contraires à la liberté du commerce ; droits qui par le...
      ... établissement; droits conservés malgré la léttre précise des ordonnances de 1663 et 1669, et dont ia quotité n'a souvent eu d'autre tarif que la faveur des possesseurs, ou les surprise...
      ...ts ou infidèles, aux magistrats chargés de la vérification de ces droits?
      ...epuis que le souverain, rentré dans l'exercice d'un droit inaliénable, a pourvu par l'établissement des maréchaussées à la sûreté et à la police des chemins; depuis que la dépense de leur confection et de leur entretien a été assignée et prise sur les fonds publics, et que celles des chemins vicinaux a été mise à la charge des propriétaires des héritages voisins, quels motifs pourraient vous déterminer, Messieurs, à conserver des droits évidemment contraires à la liberté du commerce ; droits qui par leur nature même devaient disparaître avec les charges qui seules avaient pu faire tolérer leur établissement; droits conservés malgré la léttre précise des ordonnances de 1663 et 1669, et dont ia quotité n'a souvent eu d'autre tarif que la faveur des possesseurs, ou les surprises trop fréquentes faites par des agents subalternes, ignorants ou infidèles, aux magistrats chargés de la vérification de ces droits?
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      La perception des péages de la première classe ne nous paraît donc plu...
      ...er plus longtemps, et qui rentrant dans la classe des servitudes personnelles, don...
      ...noncé l'abolition par l'article premier de votre décret du 4 août doit être suppri...
      ...ésumable qu'on puisses'étayer vis-à-vis de vous avec quelque succès.
      La perception des péages de la première classe ne nous paraît donc plus qu'une exaction que rien ne peut justifier, ni faire tolérer plus longtemps, et qui rentrant dans la classe des servitudes personnelles, dont vous avez prononcé l'abolition par l'article premier de votre décret du 4 août doit être supprimée sans aucune espèce d'indemnité, quels que soit l'ancienneté ou le titre des ...
      ...e titre quel qu'il soit, si ce n'est l'ancienneté des abus, dont il n'est pas présumable qu'on puisses'étayer vis-à-vis de vous avec quelque succès.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Il en est de même, Messieurs, des péages de la , seconde classe, à la différence qu'il faut, en les suppriman... Il en est de même, Messieurs, des péages de la , seconde classe, à la différence qu'il faut, en les supprimant aussi sans indemnité, libérer ceux

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 34
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      qui jouissaient de ces droits des charges et entretiens do... qui jouissaient de ces droits des charges et entretiens dont ils sont demeurés grevés jusqu'à présent.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Quant aux péages de la troisième classe, et qui se subdivisent...
      ...été établis pour dédommagementsde frais de constructions et entretien d'ouvrages d...
      ...ux qui ont été accordés en remplacement de bâtiments, moulins, usines, etc., légit...
      ...is, mais supprimés ou détruits à raison de l'utilité publique (et nous entendons p...
      ... premiers^ d'ouvrages tels que le canal de Languedoc, celui de Briare, etc. ; pour les seconds, de ponts ou autres ouvrages a'art, constru...
      ...s provinces ou communautés, à condition de concession de péages); quant à celte classe de péages, disons-nous, on ne peut se diss...
      ...s qu'on y perçoit sont évidemment, pour la première espèce, le résultat d'une de ces conventions dont nous avons parlé p...
      ...s a trouvé un avantage réciproque; pour la seconde espèce, le prix d'un sacrifice de propriété qu'on a été obligé de faire à l'avantage public. Les sommes q...
      ...sent à leurs propriétaires sont donc ou la récompense de l'invention et le dédommagement des ava...
      Quant aux péages de la troisième classe, et qui se subdivisent en deux espèces, savoir: ceux qui ont été établis pour dédommagementsde frais de constructions et entretien d'ouvrages d'art, et ceux qui ont été accordés en remplacement de bâtiments, moulins, usines, etc., légitimement établis, mais supprimés ou détruits à raison de l'utilité publique (et nous entendons parler ici, pour les premiers^ d'ouvrages tels que le canal de Languedoc, celui de Briare, etc. ; pour les seconds, de ponts ou autres ouvrages a'art, construits par des particuliers ou compagnies, d'accord avec le gouvernement, ou avec des provinces ou communautés, à condition de concession de péages); quant à celte classe de péages, disons-nous, on ne peut se dissimuler que les droits qu'on y perçoit sont évidemment, pour la première espèce, le résultat d'une de ces conventions dont nous avons parlé plus haut, dans lesquelles chacune des parties a trouvé un avantage réciproque; pour la seconde espèce, le prix d'un sacrifice de propriété qu'on a été obligé de faire à l'avantage public. Les sommes qu'ils produisent à leurs propriétaires sont donc ou la récompense de l'invention et le dédommagement des avances premières et des dépenses annuelles que ces ouvrages nécessitent, ou le pri...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Sans doute, Messieurs, la nature même de ces perceptions, quelle qu'en soit la légitimité, déterminera les législature...
      ... l'agriculture; et nous regrettons bien de ne pouvoir vous proposer, dans cet instant, de mettre la dernière main à votre ouvrage, en prononçant aussi, dè3 ce moment, la suppression des péages de cette troisième classe. Mais il serait ...
      ...emnité préalable dont nous avons établi la justice, et proportionnée, pour les seconds à la valeur primitive du sacrifice exigé, po...
      ...e produit actuel, mais encore au mérite de l'invention et aux risques qu'ont couru...
      ... ne pas être assuré. Or, indépendamment de ce que le remboursement de ces droits préalable à leur suppression...
      ..., des déboursés très considérables, que la situation actuelle des finances ne permet pas à notre zèle de vous proposer, et que votre prudence po...
      ...ser provisoirement subsister les péages de cette troisième classe.
      Sans doute, Messieurs, la nature même de ces perceptions, quelle qu'en soit la légitimité, déterminera les législatures suivantes à faire tous les sacrifices nécessaires pour en débarrasser le commerce et l'agriculture; et nous regrettons bien de ne pouvoir vous proposer, dans cet instant, de mettre la dernière main à votre ouvrage, en prononçant aussi, dè3 ce moment, la suppression des péages de cette troisième classe. Mais il serait injuste d'en dépouiller les propriétaires sans celte même indemnité préalable dont nous avons établi la justice, et proportionnée, pour les seconds à la valeur primitive du sacrifice exigé, pour les premiers, non seulement aux premiers frais d'établissement combinés avec le produit actuel, mais encore au mérite de l'invention et aux risques qu'ont couru les entrepreneurs dans des spéculations dont le succès pouvait ne pas être assuré. Or, indépendamment de ce que le remboursement de ces droits préalable à leur suppression nécessiterait, Messieurs, des déboursés très considérables, que la situation actuelle des finances ne permet pas à notre zèle de vous proposer, et que votre prudence pourrait nous empêcher d'adopter dans cet instant, une considération plus puissante encore, nous a paru devoir vous décider à laisser provisoirement subsister les péages de cette troisième classe.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...ention connue nesoit pas d'isoler, mais de réunir et d'amalgamer, pour ainsi dire, ensemble toutes les parties de ce vaste empire, et qu'il ne soit pas p...
      ...tous les autres partagent les avantages de cette vivitication d'une manière plus o...
      ... ne peut se dissimuler que quelques-uns de ces ouvrages d'art, et quelques-unes de ces suppressions n'ont eu qu'un objet d'utilité particulière à la province, au pays dans lesquels ils se sont faits, et que, sous ce point de vue,, on ne peut se dispenser d'envisag...
      En effet, quoique votre intention connue nesoit pas d'isoler, mais de réunir et d'amalgamer, pour ainsi dire, ensemble toutes les parties de ce vaste empire, et qu'il ne soit pas possible qu'un département soit vivifié sans que tous les autres partagent les avantages de cette vivitication d'une manière plus ou moins sensible, plus ou moins étendue, mais pourtant très réelle ; cependant, comme on ne peut se dissimuler que quelques-uns de ces ouvrages d'art, et quelques-unes de ces suppressions n'ont eu qu'un objet d'utilité particulière à la province, au pays dans lesquels ils se sont faits, et que, sous ce point de vue,, on ne peut se dispenser d'envisager tes péages qui
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      en font le prix comme devant rester à la charge particulière de ces pays ou provinces, nous avons cru, Messieurs, qu'il suffisait, dans cet instant, de vous proposer de consacrer les principes généraux, sans entrer dans des détails partiels d'opérations, de liquidations qui ne peuvent être que le résultat d'une infinité de renseignements particuliers que vous n'...
      ...squels le temps ne vous permettrait pas de vous livrer. Nous avons donc pensé que ...
      ...ous proposer d'autoriser provisoirement la continuation de la perception des péages de la troisième classe, conformément aux litres primitifs de leur création ou établissement, reconnu...
      ...nts qu'ils seront tenus d'en adresser à la prochaine législature, il ait été statué par elle, soit sur la continuation de la perception de ces droits, soit sur le remboursement à...
      en font le prix comme devant rester à la charge particulière de ces pays ou provinces, nous avons cru, Messieurs, qu'il suffisait, dans cet instant, de vous proposer de consacrer les principes généraux, sans entrer dans des détails partiels d'opérations, de liquidations qui ne peuvent être que le résultat d'une infinité de renseignements particuliers que vous n'avez pas, et à l'examen desquels le temps ne vous permettrait pas de vous livrer. Nous avons donc pensé que nous devions vous proposer d'autoriser provisoirement la continuation de la perception des péages de la troisième classe, conformément aux litres primitifs de leur création ou établissement, reconnus et vérifiés par les départements dans lesquels ils sont situés, jusqu'à ce que, sur les renseignements qu'ils seront tenus d'en adresser à la prochaine législature, il ait été statué par elle, soit sur la continuation de la perception de ces droits, soit sur le remboursement à en faire des deniers du trésor public, ou des fonds particuliers des départemen...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Il en est de même, Messieurs, des droits de bac qui ont lieu sur différents fleuves...
      ...e à cet égard, ainsi que sur les péages de la troisième classe, statué définitivement...
      Il en est de même, Messieurs, des droits de bac qui ont lieu sur différents fleuves, rivières ou canaux. Ils ne nous ont pas paru pouvoir être supprimés dans ce mo...
      ...nous avons pensé qu'ils devaient être aussi provisoirement conservés, sauf à être à cet égard, ainsi que sur les péages de la troisième classe, statué définitivement d'après les observations des différentes assemblées administratives.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...ent sur le transport, mesurage ou vente de grains, sous quelque dénomination parti... Sous cette dénomination générale, nous comprenons tous les droits qui se perçoivent sur le transport, mesurage ou vente de grains, sous quelque dénomination particulière qu'ils soient connus.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Nous avons dit que le droit de minage dont nous parlons, dérivait rit la justice, et c'était l'origine la plus favorable que nous pussions lui assigner. Car bien des auteurs la rapportent à la servitude personnelle ; ils la fixent à cette époque où les seigneurs interdisaient toute espèce de vente et d achat entre particuliers de leur seigneurie, lorsqu'ils voulaient v...
      ... qu'a été, selon eux, subtitué le droit de minage.
      Nous avons dit que le droit de minage dont nous parlons, dérivait rit la justice, et c'était l'origine la plus favorable que nous pussions lui assigner. Car bien des auteurs la rapportent à la servitude personnelle ; ils la fixent à cette époque où les seigneurs interdisaient toute espèce de vente et d achat entre particuliers de leur seigneurie, lorsqu'ils voulaient vendre leurs denrées et c'est à cette tyrannie révoltante qu'a été, selon eux, subtitué le droit de minage.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Il suffirait. Messieurs, de vous indiquer une pareille origine, pour vous déterminer à la proscription d'un droit qui en dérive. Il suffirait. Messieurs, de vous indiquer une pareille origine, pour vous déterminer à la proscription d'un droit qui en dérive.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ... que prenaient les seigneurs justiciers de prévenir, par des règlements de police, et les injustices des ventes et... Mais, selon d'autres auteurs, ce droit est larécom-pense du soin que prenaient les seigneurs justiciers de prévenir, par des règlements de police, et les injustices des ventes et les querelles qui en pouvaient naître.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Voyons donc sous ce point de vue, que nous avons en partie adopté, F...
      ... favorable. Nous supposons qu'il dérive de l'exercice de la justice, et pour le prouver il suffirait de le définir.
      Voyons donc sous ce point de vue, que nous avons en partie adopté, Fi ce droit serait plus favorable. Nous supposons qu'il dérive de l'exercice de la justice, et pour le prouver il suffirait de le définir.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...st-ce en effet, Messieurs, que le droit de minage? c'est le droit de juge^ de la contenance des mesures et de les fournir. Lp minager est un juge, ou si l'on veut un inspecteur de police pour les mesures des grains; il ...
      ...our l'exercice du mesurage; et le droit de minage est la rétribution attachée à l'exécution de cette police et du mesurage. Or, on sait que la-police est une partie
      Qu'est-ce en effet, Messieurs, que le droit de minage? c'est le droit de juge^ de la contenance des mesures et de les fournir. Lp minager est un juge, ou si l'on veut un inspecteur de police pour les mesures des grains; il est en même temps un percepteur d'un droit quelconque, pour l'exercice du mesurage; et le droit de minage est la rétribution attachée à l'exécution de cette police et du mesurage. Or, on sait que la-police est une partie

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 35
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      de la justice. Le droit de minage dérive donc évidemment de la justice. de la justice. Le droit de minage dérive donc évidemment de la justice.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...e,, c'est que le seigneur en a consenti la distraction; mais il n'est pas moins sûr que celui qui jouit de ce droit, seigneur, ou non seigneur, jouit aussi en cette partie d'un droit de juridiction, d'inspection de police sur les mesures. C'eml doue un droit de justice, quoiqu'il ait pût sortir de la main du seigneur justicier. ...'appartient point au seigneur justicier. S'il est quelquefois séparé delà justice,, c'est que le seigneur en a consenti la distraction; mais il n'est pas moins sûr que celui qui jouit de ce droit, seigneur, ou non seigneur, jouit aussi en cette partie d'un droit de juridiction, d'inspection de police sur les mesures. C'eml doue un droit de justice, quoiqu'il ait pût sortir de la main du seigneur justicier.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...ar votre décret du 8 août, interprétant de l'article 6 du décret du 4 du même mois...
      ...é : or, l'effet ne peut subsister quand la cause est détruite. S'ils sont domaniau...
      ...un impôt qui n'a point été consenti par la nation, et par conséquent nul de droit; c'est un impôt contraire aux principes de circulation et de liberté du commerce, il faut le supprim...
      ...me tous les autres minages, dans le cas de la suppression sans aucune indemnité.
      S'ils sont seigneuriaux, ils sont implicitement supprimés par votre décret du 8 août, interprétant de l'article 6 du décret du 4 du même mois, car vous avez décrété que toutes les justices seigneuriales étaient supprimées sari3 indemnité : or, l'effet ne peut subsister quand la cause est détruite. S'ils sont domaniaux, ou le produitex-cède le salaire légitime du minageur pour le service dont il ...
      ...Dans le second cas, nul prétexte pour le conserver ; dans le premier cas, c'est un impôt qui n'a point été consenti par la nation, et par conséquent nul de droit; c'est un impôt contraire aux principes de circulation et de liberté du commerce, il faut le supprimer. Ainsi, dans l'une ou l'autre supposition, les minages domaniaux sont, comme tous les autres minages, dans le cas de la suppression sans aucune indemnité.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      il n'en est pas tout à fait de même, Messieurs, des droits de halle, hallage, harage, place, marché, etc. Ceux-ci sont non seulement la rétribution exigée pour l'apport des grains et autres denrées sous la halle, ou dans la place ou local de marché quelconque, maïs encore celle at... il n'en est pas tout à fait de même, Messieurs, des droits de halle, hallage, harage, place, marché, etc. Ceux-ci sont non seulement la rétribution exigée pour l'apport des grains et autres denrées sous la halle, ou dans la place ou local de marché quelconque, maïs encore celle attachée au resserrement, au rentoiement des grains, et le dédommagement des dépen...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...y a ou il peut y avoir ici deux espèces de droits; celui d'apport ou dépôt sous la halle, ou sur la place ou marché, et celui de resserrement ou rentoiement. Ainsi, il y a ou il peut y avoir ici deux espèces de droits; celui d'apport ou dépôt sous la halle, ou sur la place ou marché, et celui de resserrement ou rentoiement.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Il y a aussi deux espèces de perceptions, libre ou forcée. Il y a aussi deux espèces de perceptions, libre ou forcée.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...servées, garanties ; payez-moi un droit de dépôt; c'est la loi de convention, do ut des. Elle subsistera ... ...hé; vous voulez les mettre à couvert dans un lit u sûr, où elles vous seront conservées, garanties ; payez-moi un droit de dépôt; c'est la loi de convention, do ut des. Elle subsistera tant qu'elle conviendra également aux deux parties.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...re, l'apport, le dépôt, le resserrement de mes denrées n'est pas libre, mais forcé, mais exclusif de toutes autres places ou halles, en faveur de celles qui vous appartiennent, je ne vois plus dans la perception que vous faites qu'une exact... Mais si, au contraire, l'apport, le dépôt, le resserrement de mes denrées n'est pas libre, mais forcé, mais exclusif de toutes autres places ou halles, en faveur de celles qui vous appartiennent, je ne vois plus dans la perception que vous faites qu'une exaction, qu'une servitude purement personnelle, dont j'ai été affranchi par l'articl...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Ces différences bien établies, la conséquence toute naturelle, Messieurs,...
      ... et par conséquent sans indemnité, ceux de ces droits qui ne sont pas facultatifs,...
      ... aux municipalités et aux propriétaires la liberté de s'arranger entre eux pour le loyer des places, halles et marchés, où il serait commode et utile à l'une d...
      ...rties d'en conserver l'usage, à l'autre de le concéder. Bt tel sera, Messieurs, sur cet obj t, l'esprit de l'article du décret que nous vous propo...
      Ces différences bien établies, la conséquence toute naturelle, Messieurs, est qu'il faut supprimer comme servitude purement personnelle, et par conséquent sans indemnité, ceux de ces droits qui ne sont pas facultatifs, et laisser aux municipalités et aux propriétaires la liberté de s'arranger entre eux pour le loyer des places, halles et marchés, où il serait commode et utile à l'une des deux parties d'en conserver l'usage, à l'autre de le concéder. Bt tel sera, Messieurs, sur cet obj t, l'esprit de l'article du décret que nous vous proposerons.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Avant de terminer ce rapport, il nous reste, Mes...
      ...it est celui qu'a le seigneur justicier de faire vérilier la contenance des mesures dont on se sert,...
      ...tion ; elle Se fait par une comparaison de la mesure nouvelle ou ancienne dont on ne connaît pas ou dont on suspecte la contenance, avec la mesure seigneuriale, appelée matrice ou étalon ; car c'est ainsi qu'on nomme la mesure en fer ou airain, que le seigneur fait conserver à son greffe, ou dans un |jôt public. Cette vérilication est constatée par la marque d'un fer rouge, aux armes du seigneur, qu'on applique sur la mesure en présence du juge. On payait pour ces vérifications et marques de mesures, différents droits suivants les...
      ... y présidaient. Il résulte, et du motif de cette opération, et du lieu du dépôt de...
      ... et poinçons, que ce droit est un droit de justice : il est aussi évident qu'il es...
      ...lle; il est donc, par ces deux raisons, de nature à être aussi supprimé sans indem...
      Avant de terminer ce rapport, il nous reste, Messieurs, à vous parler du droit d'étalonnage. Ce droit est celui qu'a le seigneur justicier de faire vérilier la contenance des mesures dont on se sert, ou veut se servir dans sa seigneurie, où nulle ne peut être d'usage légal sans cette vérification ; elle Se fait par une comparaison de la mesure nouvelle ou ancienne dont on ne connaît pas ou dont on suspecte la contenance, avec la mesure seigneuriale, appelée matrice ou étalon ; car c'est ainsi qu'on nomme la mesure en fer ou airain, que le seigneur fait conserver à son greffe, ou dans un |jôt public. Cette vérilication est constatée par la marque d'un fer rouge, aux armes du seigneur, qu'on applique sur la mesure en présence du juge. On payait pour ces vérifications et marques de mesures, différents droits suivants les différents pays, ou plutôt suivant le caprice et l'intérêt des juges qui y présidaient. Il résulte, et du motif de cette opération, et du lieu du dépôt des matrices, étalons et poinçons, que ce droit est un droit de justice : il est aussi évident qu'il est un droit personnel, car il n'est représentatif d'aucune concession réelle; il est donc, par ces deux raisons, de nature à être aussi supprimé sans indemnité.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      En nous résumant, Messieurs, sur chacun de ces objets, voici Je projet de décret que nous avons l'honneur de vous proposer : En nous résumant, Messieurs, sur chacun de ces objets, voici Je projet de décret que nous avons l'honneur de vous proposer :
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      PROJET DE DÉCRET PROJET DE DÉCRET
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      sur les droits péage, minage, hallage, étalon-nage et ... sur les droits péage, minage, hallage, étalon-nage et autres semblables.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...érant qu'en vain, par l'article premier de ses décrets des 4 et 6 août, elle aurai... L'Assemblée nationale considérant qu'en vain, par l'article premier de ses décrets des 4 et 6 août, elle aurait entièrement détruit le régime féodal, si elle laissait subsister aucuu des abu...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Que Si, par l'article 6 de ses décrets des 4 et 8 août, elle a pro...
      ...isser subsister aucun des droits qui en * rivent :
      Que Si, par l'article 6 de ses décrets des 4 et 8 août, elle a prononcé l'abolition absolue des justices seigneuriales, elle ne peut sans contradiction laisser subsister aucun des droits qui en * rivent :
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...lle doit à l'agriculture et au commerce de les dégager des entraves multipliées qu... Considérant qu'elle doit à l'agriculture et au commerce de les dégager des entraves multipliées qui en enchaînent les opérations, mais considérant en même temps que toutes ces su...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Art. 1er. Les droits de péage, delong et de travers, passage, pontonnage, barrage, ...
      ...t petite coutume, et tous autres droits de ce genre ou qui en seraient représentatifs, de quélcfue nature qu'ils soient, et sous ...
      Art. 1er. Les droits de péage, delong et de travers, passage, pontonnage, barrage, chaînage, grande et petite coutume, et tous autres droits de ce genre ou qui en seraient représentatifs, de quélcfue nature qu'ils soient, et sous quelque dénomination qu'ils puissent être perçus, par terre ou par eau, soit en ...

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 36
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...ntretien des ouvrages dont quelques-uns de ces péages pourraient être grevés et do... indemnité ; et quant à l'entretien des ouvrages dont quelques-uns de ces péages pourraient être grevés et dont les possesseurs demeurent déchargés, il y sera pourvu par les assemblées admi...
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...onale comprendre, quant à présent, dans la suppression prononcée par l'article précédent, les droits de Lac, ni ceux des droits dont il est par...
      ...accordés ou concédés pour dédommagement de frais de construction d'ouvrages d'art qui n'ont...
      ...priétaires légitimes, pour suppressions de moulins, usines ou bâtiments et établissements quelconques, sous la considération de l'utilité publique, lesquels droits con...
      ...perçus suivant les titres et les tarifs de leur création primitive, reconnus et vé...
      ...tivement statué à cet égard ; à l'effet de quoi les propriétaires de ces droits seront tenus, dans trois mois à compter de la publication du présent décret, de représenter leurs titres auxdits départements; et faute de satisfaire à cette disposition, les per...
      Art. 2. N'entend néanmoins l'Assemblée nationale comprendre, quant à présent, dans la suppression prononcée par l'article précédent, les droits de Lac, ni ceux des droits dont il est parié dans le premier article, qui ont été accordés ou concédés pour dédommagement de frais de construction d'ouvrages d'art qui n'ont été construits qu'à cette condition, non plus que les péages accordés à des propriétaires légitimes, pour suppressions de moulins, usines ou bâtiments et établissements quelconques, sous la considération de l'utilité publique, lesquels droits continuerontprovisoire-ment a être perçus suivant les titres et les tarifs de leur création primitive, reconnus et vérifiés par les départements des lieux où ils sont situés, jusqu'à ce que, sur leur avis, il soit définitivement statué à cet égard ; à l'effet de quoi les propriétaires de ces droits seront tenus, dans trois mois à compter de la publication du présent décret, de représenter leurs titres auxdits départements; et faute de satisfaire à cette disposition, les perceptions demeureront suspendues en vertu du présent décret.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      ...soit en argent, perçus sous le prétexte de marque, fourniture, inspection de mesures, ou mesuragede grains, grenaill...
      ...urs ventes ou transports à l'intérieur, de quelque espèce qu'ils soient, sont supp...
      ...tifiés avoir pour cause des concessions de fonds : les étalons, matrices et poinço...
      ...ipalités des lieux qui tiendront compte de leur valeur, et pourvoiront dorénavant ...
      ...autres droits qui en tiennent lieu et généralement tous droits, soit en nature, soit en argent, perçus sous le prétexte de marque, fourniture, inspection de mesures, ou mesuragede grains, grenailles et toutes autres denrées ou marchandises, ainsi que sur leurs ventes ou transports à l'intérieur, de quelque espèce qu'ils soient, sont supprimés sans indemnité; sans préjudice néanmoins des droits qui, quoique perçus sous les mêmes dénominations, seraient justifiés avoir pour cause des concessions de fonds : les étalons, matrices et poinçons qui servaient à l'étalonnage des mesures seront remis aux municipalités des lieux qui tiendront compte de leur valeur, et pourvoiront dorénavant et gratuitement à l'étalonnage et vérification des mesures.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Art. 4. Les droits connus sous le nom de hallage, avage, cohue, etc., et tous ce...
      ... marchés, places ou halles, sont aussi, de quelque espèce qu'ils soient, supprimés...
      ...é;' mais les halles et places resteront la propriété de ceux auxquels elles appartenaient, sauf...
      ... les municipalités des lieux; et en cas de difficultés, elles seront soumises à l'...
      Art. 4. Les droits connus sous le nom de hallage, avage, cohue, etc., et tous ceux relatifs à l'apport ou au dépôt des grains, et toutes autres denrées et marchandises dans les marchés, places ou halles, sont aussi, de quelque espèce qu'ils soient, supprimés sans indemnité;' mais les halles et places resteront la propriété de ceux auxquels elles appartenaient, sauf à eux à s'arranger à l'amiable, soit pour le loyer, soit nour leur aliéna-ion, avec les municipalités des lieux; et en cas de difficultés, elles seront soumises à l'arbitrage des assemblées administratives.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      Art. 5. En conséquence de ce que dessus, le mesuragedes grains et...
      ...ute l'étendue du royaume, en se servant de mesures étalonnées et légales; et quant...
      ...alités des lieux, pourvu à l'exactitude de ce service.
      Art. 5. En conséquence de ce que dessus, le mesuragedes grains et denrées, dans les maisons particulières, sera libre dans toute l'étendue du royaume, en se servant de mesures étalonnées et légales; et quant aux places et marchés publics, il sera, par les municipalités des lieux, pourvu à l'exactitude de ce service.
      Locuteur: Gillet de La Jacquemnière
      (L'Assemblée ordonne l'impression et la distribution du rapport de M. Gillet de La Jacque-minière.) (L'Assemblée ordonne l'impression et la distribution du rapport de M. Gillet de La Jacque-minière.)
      Locuteur: Le Président
      Nous allons reprendre la discussion du projet de décret sur l'abolition des. droits féod... Nous allons reprendre la discussion du projet de décret sur l'abolition des. droits féodaux, ,
      Locuteur: Merlin
      ...s dispositions ci-dessus, à l'exception de celle de l'article 10 du titre premier, auront leur effet à compter du jour de la publication des lettres-patentes du roi...
      ... pourront être jugés que pour les frais de procédure faits, et les arrérages échus...
      Art. 22. « Toutes les dispositions ci-dessus, à l'exception de celle de l'article 10 du titre premier, auront leur effet à compter du jour de la publication des lettres-patentes du roi, du 3 novembre 1789; en conséquence, tous procès intentés et non décidés par ju...
      ...ation, qui concernent des droits abolis sans indemnité par le présent décret, ne pourront être jugés que pour les frais de procédure faits, et les arrérages échus antérieurement à cette époque.
      Locuteur: Merlin
      ... 23. « L'Assemblée nationale se réserve de prononcer, s'il y a lieu, sur les indemnités dont la nation pourrait être chargée envers les propriétaires de certains fiefs u Alsace, d'après les traités qui ont réuni cette province à la France. » Art. 23. « L'Assemblée nationale se réserve de prononcer, s'il y a lieu, sur les indemnités dont la nation pourrait être chargée envers les propriétaires de certains fiefs u Alsace, d'après les traités qui ont réuni cette province à la France. »
      Locuteur: Merlin
      ...ou censuels utiles, qui sont le prix et la convention d'une concession primitive de fonds ». ...eront d'être payés jusqu'au rachat effectué, tous les droits et devoirs féodaux ou censuels utiles, qui sont le prix et la convention d'une concession primitive de fonds ».
      Locuteur: Vieillard
      , député de Reims. Je demande à faire connaître mon...
      ...euriales. (Voy. cette opinion annexée à la séance de ce jour).
      , député de Reims. Je demande à faire connaître mon opinion sur les justices seigneuriales. (Voy. cette opinion annexée à la séance de ce jour).
      Locuteur: Merlin
      ...odal un travail sur cette matière, mais la discussion ne peut s'ouvrir aujourd'hui devant vous sans nuire a la marche de vos travaux. M. Vieillard a soumis au comité féodal un travail sur cette matière, mais la discussion ne peut s'ouvrir aujourd'hui devant vous sans nuire a la marche de vos travaux.
      Locuteur: Merlin
      ...discussion et quelques changements dans la rédaction, ces deux articles sont adopt... Après une courte discussion et quelques changements dans la rédaction, ces deux articles sont adoptés ainsi qu'il suit :
      Locuteur: Merlin
      fait lecture de l'article 2. fait lecture de l'article 2.
      ...aux rachelables. Je vais donner lecture de l'article 1er L'Assemblée a à s'occuper, maintenant du titre III relatif aux droits seigneuriaux rachelables. Je vais donner lecture de l'article 1er

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 37
      à la séance de l'Assemblée nationale du 5 mars 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 5 mars 1790
      ...mes ont cru devoir céder, lorsque, dans la nuit du 4 au 5 août, ils ont consenti, ou plutôt ils ont offert l'abolition de leurs justices. ...les avait excité cette réclamation universelle, à. laquelle les seigneurs eux-mêmes ont cru devoir céder, lorsque, dans la nuit du 4 au 5 août, ils ont consenti, ou plutôt ils ont offert l'abolition de leurs justices.
      ...mme pour origine, que le régime féodal; la destruction entière et absolue de ce régime ne D'ailleurs, ces justices n'avaient pour base, comme pour origine, que le régime féodal; la destruction entière et absolue de ce régime ne
      Personne de vous, Messieurs, n'ignore que l'usurpation a été la principale origine des justices seigneuriales. Les anciens capitaines ou barons de France, chargés par commissions et à titre d'offices, d'exercer la puissance publique dans l'étendue des t...
      ...percevaient comme émoluments et à titre de bénéfice, révocable comme la commission même, tout ce qui appartenait au prince dans la même étendue de territoire qu'ils étaient chargés de gouverner.
      Personne de vous, Messieurs, n'ignore que l'usurpation a été la principale origine des justices seigneuriales. Les anciens capitaines ou barons de France, chargés par commissions et à titre d'offices, d'exercer la puissance publique dans l'étendue des territoires qui formèrent depuis leurs duchés, marquisats et comtés, percevaient comme émoluments et à titre de bénéfice, révocable comme la commission même, tout ce qui appartenait au prince dans la même étendue de territoire qu'ils étaient chargés de gouverner.
      ... iLoyseau, que les capitaines ou barons de France, que nous appelons maintenant seigneurs, ayani gagné ce point de rendre leurs fiefs patrimoniaux, afin de faire de même de leurs offices, qui, par une si longue s...
      ... ce ne fut déjà qu'un, trouvèrent moyen de comprendre leurs offices, c'est-à-dire leurs capitaineries et justices, dans les aveux de leurs fiefs, comme un droit et dépendance d'iceux., même firent par exprès la foi et hommage de leurs offices comme fiefs, et ainsi ren...
      ...ffices patrimoniaux, parce que le titre de fiefs emporte propriété, et par conséqu...
      « Il est vrai, d; iLoyseau, que les capitaines ou barons de France, que nous appelons maintenant seigneurs, ayani gagné ce point de rendre leurs fiefs patrimoniaux, afin de faire de même de leurs offices, qui, par une si longue suite d'années étaien demeurés j'oints avec iceux, qu'il semblait que ce ne fut déjà qu'un, trouvèrent moyen de comprendre leurs offices, c'est-à-dire leurs capitaineries et justices, dans les aveux de leurs fiefs, comme un droit et dépendance d'iceux., même firent par exprès la foi et hommage de leurs offices comme fiefs, et ainsi rendirent leurs offices patrimoniaux, parce que le titre de fiefs emporte propriété, et par conséquent on ne les appelle , plus offices, mais seigneuries. «
      ...toutes les conséquences qui résultèrent de cette première usurpation. De la, ces seigneurs, préposés d'abord pour rendre la justice au nom du souverain, se crurent en droit de préposer à leur tour des officiers pour la Il passe rapidement sur toutes les conséquences qui résultèrent de cette première usurpation. De la, ces seigneurs, préposés d'abord pour rendre la justice au nom du souverain, se crurent en droit de préposer à leur tour des officiers pour la
      (1) Chargé de faire au comité féodal le rapport de ce qui me paraîtrait nécessaire pour le développement entier de ia suppression des justices seigneurial...
      ...demnité, je lui ai présenté ce travail. La première lecture excita sur différents points de vives réclamations ; c'est pour en provoquer de nouvelles, c'est pour faciliter la discussion, que j6 livre à l'impression...
      (1) Chargé de faire au comité féodal le rapport de ce qui me paraîtrait nécessaire pour le développement entier de ia suppression des justices seigneuriales, sans indemnité, je lui ai présenté ce travail. La première lecture excita sur différents points de vives réclamations ; c'est pour en provoquer de nouvelles, c'est pour faciliter la discussion, que j6 livre à l'impression cette ébauche imparfaite.
      rendre en leur nom; de , ils se crurent en droit de concéder des portions de cette justice qu'ils s'étaient habitués à regarder comme patrimoniale; de , tant de justices attachées à des fiefs, à des s...
      ...iefs, ressortissant les unes des autres de la même manière que les fiefs relevaient les uns des autres; de , en un mot, ce chaos au milieu duquel l'administration de la justice partagea toute l'absurdité, tou...
      rendre en leur nom; de , ils se crurent en droit de concéder des portions de cette justice qu'ils s'étaient habitués à regarder comme patrimoniale; de , tant de justices attachées à des fiefs, à des sous-fiefs, à des arrière-fiefs, ressortissant les unes des autres de la même manière que les fiefs relevaient les uns des autres; de , en un mot, ce chaos au milieu duquel l'administration de la justice partagea toute l'absurdité, toutes les inconséquences et toutes les odieuses vexations du régime féodal auquel ...
      L'administration de la justice est une des principales parties de la puissance publique, fussions-nous encore sous l'empire de ces principes qui nous ont gouvernés si longtemps, et d'après lesquels la puissance publique était supposée dans la main du prince comme une propriété; sous l'empire même de ces principes je soutiendrai que le prince ne pouvait aliéner aucune portion ae la puissance publique. En considérant cett...
      ...apanage nécessaire, comme le patrimoine de la souveraineté attribuée au monarque, il faudrait la regarder comme le vrai, comme le propre domaine de la couronne, et c'eût été à ce domaine de la couronne qu'il eût fallu appliquer le principe de l'inaliénabilité. Car pouvait-on détacher de la couronne ce qui est son essence, ce qui la constitue? Par quel étrange renversement avait-on appliqué au domaine privé de nos rois le principe de l'inaliénabilité, et semblait-on autori...
      ... eux, ou les concessions faites par eux de la puissance publique? Il n'est pas de l'essence d'un roi d'avoir plus ou moins de domaines; il ne peut sans altérer la royauté abdiquer le droit ou plutôt renoncer au devoir de rendre ou faire rendre la justice à un seul de ses sujets.
      L'administration de la justice est une des principales parties de la puissance publique, fussions-nous encore sous l'empire de ces principes qui nous ont gouvernés si longtemps, et d'après lesquels la puissance publique était supposée dans la main du prince comme une propriété; sous l'empire même de ces principes je soutiendrai que le prince ne pouvait aliéner aucune portion ae la puissance publique. En considérant cette puissance comme l'apanage nécessaire, comme le patrimoine de la souveraineté attribuée au monarque, il faudrait la regarder comme le vrai, comme le propre domaine de la couronne, et c'eût été à ce domaine de la couronne qu'il eût fallu appliquer le principe de l'inaliénabilité. Car pouvait-on détacher de la couronne ce qui est son essence, ce qui la constitue? Par quel étrange renversement avait-on appliqué au domaine privé de nos rois le principe de l'inaliénabilité, et semblait-on autoriser les usurpations faites sur eux, ou les concessions faites par eux de la puissance publique? Il n'est pas de l'essence d'un roi d'avoir plus ou moins de domaines; il ne peut sans altérer la royauté abdiquer le droit ou plutôt renoncer au devoir de rendre ou faire rendre la justice à un seul de ses sujets.
      Il est donc certain que les concessions de justice faites par nos rois, n'avaient ...
      ...çue jusqu'à nos jours,où l'on regardait la puissance publique comme la propriété, comme le patrimoine des rois...
      ...ouveraineté réside essentiellement dans la nation; que nul corps, nul individu, ne...
      Il est donc certain que les concessions de justice faites par nos rois, n'avaient aucune valeur dans l'hypothèse même reçue jusqu'à nos jours,où l'on regardait la puissance publique comme la propriété, comme le patrimoine des rois : à combien plus forte raison s'évanouissent-elles aujourd'hui qu'il est solennellement reconnu que toute souveraineté réside essentiellement dans la nation; que nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.
      Gette vérité consacrée dans la déclaration des Droits a été développée dans les articles de la constitution qui, en conférant le pouvoir exécutif suprême à la personne du roi exclusivement, ont statué que la justice ne sera administrée qu'au seul ... Gette vérité consacrée dans la déclaration des Droits a été développée dans les articles de la constitution qui, en conférant le pouvoir exécutif suprême à la personne du roi exclusivement, ont statué que la justice ne sera administrée qu'au seul nom du roi.
      ...eut-être, sur les principes qui servent de bases au décret de l'Assemblée, destructif des justices se...
      ... semble que le plus ou moins d'évidence de ces principes doit influer sur le plus ...
      ...ns ou des concessions illégitimes ; que la justice est une de ces choses qui n'ont jamais
      En voilà saus doute assez, en voilà trop peut-être, sur les principes qui servent de bases au décret de l'Assemblée, destructif des justices seigneuriales; mais j'ai cru devoir les rappeler, parce qu'il me semble que le plus ou moins d'évidence de ces principes doit influer sur le plus ou moins d'étendue à donner aux conséquences. Ceux pour qui il est parfaitement démontré que les justices seigneuriales n'ont pour origine que des usurpations ou des concessions illégitimes ; que la justice est une de ces choses qui n'ont jamais
      ...uvait donc manquer d'entraîner dans ses ruines es justices qui étaient iin des principaux vices de son organisation.' fiouvait donc manquer d'entraîner dans ses ruines es justices qui étaient iin des principaux vices de son organisation.'
      ... dérivent, par M. Vieillard (1), député de Reims. Opinion sur l'abolition des justices seigneuriales et des droits qui en dérivent, par M. Vieillard (1), député de Reims.
      Mai§, Messieurs, le décret de l'Assemblée nationale ne s'est pas born...
      ...ans indemnité, et il devient nécessaire de vous rappeler les principes qui n'ont p...
      ...er une indemnité aux seigneurs à raison de ces justices abolies, parce que ce sont...
      ...l'égard desquels vous serez dans le cas de provoquer de l'Assemblée nationale des décisions qu'elle nous a chargés de préparer.
      Mai§, Messieurs, le décret de l'Assemblée nationale ne s'est pas borné à abolir les justices seigneuriales, il les a abolies sans indemnité, et il devient nécessaire de vous rappeler les principes qui n'ont pas permis d'accorder une indemnité aux seigneurs à raison de ces justices abolies, parce que ce sont ces principes qui vous détermineront sur différents objets, à l'égard desquels vous serez dans le cas de provoquer de l'Assemblée nationale des décisions qu'elle nous a chargés de préparer.
      Il serait inutile d'entrer dans de plus longs détails, pour vous rappeler,...
      ... rie crois pas inutile d'établir en peu de mots, c'est que, fussent-elles toutes c...
      ...inféodées par le roi lui-même; le titre de création, d'érection, d'inféodation fût-il représenté revêtu de toutes les formes les plus authentiques...
      Il serait inutile d'entrer dans de plus longs détails, pour vous rappeler, Messieurs, les vices qui présidèrent à l'érection des justices seigneuriales, mais ce que je rie crois pas inutile d'établir en peu de mots, c'est que, fussent-elles toutes créées, érigées, inféodées par le roi lui-même; le titre de création, d'érection, d'inféodation fût-il représenté revêtu de toutes les formes les plus authentiques, le décçet qui a aboli ces justices sans indemnité, ne serait pas moins fondé.

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 38
      Ne suttira-t-il pas, Messieurs, de renvoyer les uns et les autres au procès-verbal du 6 août? On y lit : « Qu'après la lecture du premier article des arrêtés de la nuit portant destruction du régime féodal et de ses droits, dont les uns furent abolis ...
      ... déclarés rachetables, quelques membres de la noblesse observèrent qu'il n'était pas question,...
      ...oits honorifiques, et qu'il était juste de les conserver aux seigneurs. M. le prés...
      ...it pas à délibérer, et ce fut le vœu et la décision de l'Assemblée. » Croi-riez-vous, Messieur...
      Ne suttira-t-il pas, Messieurs, de renvoyer les uns et les autres au procès-verbal du 6 août? On y lit : « Qu'après la lecture du premier article des arrêtés de la nuit portant destruction du régime féodal et de ses droits, dont les uns furent abolis et les autres déclarés rachetables, quelques membres de la noblesse observèrent qu'il n'était pas question, dans cet article, des droits honorifiques, et qu'il était juste de les conserver aux seigneurs. M. le président demanda à l'Assemblée, si elle voulait délibérer sur cette proposition. 11 fut soutenu qu'il n'y avait pas à délibérer, et ce fut le vœu et la décision de l'Assemblée. » Croi-riez-vous, Messieurs, qu'il fût besoin d'une décision plus positive et plus formelle? Je ne le pens...
      ...qui se trouvaient naguère en possession de ce droit ne peuvent se défendre par une bonne foi que la loi soit dans le cas de reconnaître ; ceux-, dis-je, seront plus sévères dans le rè...
      ...pour l'extinction des droits dépendants de la justice.
      pu être valablement dans le commerce; que, par conséquent,les seigneurs qui se trouvaient naguère en possession de ce droit ne peuvent se défendre par une bonne foi que la loi soit dans le cas de reconnaître ; ceux-, dis-je, seront plus sévères dans le règlement qui reste à faire pour l'extinction des droits dépendants de la justice.
      Il faut la tarir, cette source de discorde : lorsque les seigneurs étaient revêtus d'une portion quelconque de la puissance publique, il convenait peut-ê...
      ...e respect qui est dû à tout dépositaire de la puissance publique; mais à quel titre l...
      ...igneuriales sont abolies; il n'y a plus de seigneurs.
      Il faut la tarir, cette source de discorde : lorsque les seigneurs étaient revêtus d'une portion quelconque de la puissance publique, il convenait peut-être qu'ils fussent distingués par des honneurs, et que tout contribuât à inspirer aux peuples le respect qui est dû à tout dépositaire de la puissance publique; mais à quel titre les droits honorifiques pourraient-ils être aujourd'hui réclamés? Le régime féodal est détruit; les justices seigneuriales sont abolies; il n'y a plus de seigneurs.
      ...assent le tarif des différents prix que la vanité attachait aux différents honneur...
      ...t que ces honneurs n'ont jamais dépendu de leurs terres ; ils n'appartenaient qu'à la puissance publique exercée si illégitimement par les seigneurs. Leur usurpation de la puis» sance publique a cessé; ils n'ont...
      ...clamer? Le taux en serait difficile à régler; il faudrait que les seigneurs donnassent le tarif des différents prix que la vanité attachait aux différents honneurs. Mais ce qui tranche toute difficulté, c'est que ces honneurs n'ont jamais dépendu de leurs terres ; ils n'appartenaient qu'à la puissance publique exercée si illégitimement par les seigneurs. Leur usurpation de la puis» sance publique a cessé; ils n'ont plus à prétendre ni honneurs ni indemnité.
      Passons donc à la seconde classe des droits de justice, à ceux qu'on a compris sous la dénomination de droits utiles. Ce mot seul n'a-t-il pas encore la force d'étonner tous ceux que la révo- Passons donc à la seconde classe des droits de justice, à ceux qu'on a compris sous la dénomination de droits utiles. Ce mot seul n'a-t-il pas encore la force d'étonner tous ceux que la révo-
      ...us tenaient d'antiques préjugés? Quoi ! la justice, dette de tout souverain, était devenue un titre ...
      ...es justiciers ! Hâtons-nous, Messieurs, de parcourir ces différents droits, et tou...
      ...veront n être réellement que des fruits de justice, vous ne balancerez point, sans...
      lution actuelle a fait sortir du profond engourdissement où nous tenaient d'antiques préjugés? Quoi ! la justice, dette de tout souverain, était devenue un titre d'exactions! Quoil ce qui n'a pu être institué que pour l'intérêt des justiciables était devenu une source productive d'émoluments en faveur des justiciers ! Hâtons-nous, Messieurs, de parcourir ces différents droits, et tous ceux qui se trouveront n être réellement que des fruits de justice, vous ne balancerez point, sans doute, à proposer qu'ils soient abolis, sans indemnité, au profit des seigneurs...
      Ces différents droits et fruits de justice formaient entre les mains des s...
      ...'ils appelaient leur fisc; or, ce droit de fisc n'était qu'une usurpation de la puissance publique qu'il n'est pas possible de laisser subsister, qui ne subsiste déjà plus; c'est ce qu'il est facile de démontrer.
      Ces différents droits et fruits de justice formaient entre les mains des seigneurs ce qu'ils pouvaient appeler, et qu'ils appelaient leur fisc; or, ce droit de fisc n'était qu'une usurpation de la puissance publique qu'il n'est pas possible de laisser subsister, qui ne subsiste déjà plus; c'est ce qu'il est facile de démontrer.
      Lorsque la loi royale eut transféré sur la tête des empereurs tous les droits de la souveraineté, ce fut une conséquence as...
      ...aient précédemment appartenu au peuple. De les empereurs se regardèrent comme prop...
      ... celles qui se trouvèrent n'avoir point de maître, ne purent tomber que dans leurs mains, ainsi que tout ce qui était attribué à la puissance publique.
      Lorsque la loi royale eut transféré sur la tête des empereurs tous les droits de la souveraineté, ce fut une conséquence assez facile à en déduire, que c'était entre les mains des empereurs que résidaient toutes les propriétés qui avaient précédemment appartenu au peuple. De les empereurs se regardèrent comme propriétaires des choses qui étaient auparavant res universitatis; puis bientôt après, celles qui se trouvèrent n'avoir point de maître, ne purent tomber que dans leurs mains, ainsi que tout ce qui était attribué à la puissance publique.
      ...ul. Ce que le prince percevait à raison de la puissance publique dont il était revêtu, finit par être regardé comme fruit de son propre domaine. ...eux trésors, disons-nous, finirent par se confondre et n'en plus former qu'un seul. Ce que le prince percevait à raison de la puissance publique dont il était revêtu, finit par être regardé comme fruit de son propre domaine.
      ..., ils leur attribuèrent pour émoluments de leurs offices la perception des différents droits, ceux ... ...pitaines au gouvernement des provinces, et que, comme nous l'avons dit plus haut, ils leur attribuèrent pour émoluments de leurs offices la perception des différents droits, ceux du fisc en firent partie.
      ...eigneurs l'usurpation qui fut l'origine de leurs droits de fisc, bornons-nous à conclure de ce que nous venons de dire, que le droit de fisc étant une portion de puissance publique, n'a jamais pu être ...
      ...t pu légitimement aliéner cette portion de puissance publique, qu'enfin la nation rentrant aujourd'hui en possessi...
      Sans reprocher aujourd'hui aux seigneurs l'usurpation qui fut l'origine de leurs droits de fisc, bornons-nous à conclure de ce que nous venons de dire, que le droit de fisc étant une portion de puissance publique, n'a jamais pu être attaché valablement à des seigneuries privées; que nos rois n'avaient pu légitimement aliéner cette portion de puissance publique, qu'enfin la nation rentrant aujourd'hui en possession delà souverain
      Deux classes de droits semblaient appartenir aux seigneurs, en qualité de seigneurs justiciers, les uns étaient p... Deux classes de droits semblaient appartenir aux seigneurs, en qualité de seigneurs justiciers, les uns étaient purement honorifiques, les autres étaient utiles.
      ...neurs. L'orgueil n'eut peut-être jamais de plus vaine pâture; et cependant vous le savez, Messieurs, que d'abus, que de vexations dans l'exercice de ces droits; que de scènes scandaleuses n'ont-ils pas occasionnées jusque dans le sanctuaire! de combien d'éclatantes contestations n'on...
      ...es tribunaux! Quelle source inépuisable de haines, de décisions, de procès entre les seigneurs et les curés...
      ... offrande, processions, tels étaient les objets des droits honorifiques des seigneurs. L'orgueil n'eut peut-être jamais de plus vaine pâture; et cependant vous le savez, Messieurs, que d'abus, que de vexations dans l'exercice de ces droits; que de scènes scandaleuses n'ont-ils pas occasionnées jusque dans le sanctuaire! de combien d'éclatantes contestations n'ont-ils pas fait ret illir les tribunaux! Quelle source inépuisable de haines, de décisions, de procès entre les seigneurs et les curés, et les fabriques et les pa-roisse? !
      ...t je ne vous aurais nullement entretenu de cet objet, si je n'eusse reçu plusieurs mémoires portant réclamation, soit de seiyneurs qui prétendent encore les exiger, soit de curés et fabriques qui demandent un règ... ...oser à cet égard un décret formel? Il m'eût paru qu'il n'en était pas besoin ; et je ne vous aurais nullement entretenu de cet objet, si je n'eusse reçu plusieurs mémoires portant réclamation, soit de seiyneurs qui prétendent encore les exiger, soit de curés et fabriques qui demandent un règlement précis.
      ...ont l'usage est commun à tout le monde; la propriété, disaient-ils, n'en appartien... ...daient comme extra commercium, comme res nullius, étaient celles entre autres, dont l'usage est commun à tout le monde; la propriété, disaient-ils, n'en appartient à personne, ou, si elle peut être à quelqu'un, c'est à l'universalité; ce sont...
      ...ut presque toujours avec une concession de justice et de fisc que furent postérieurement créées ... ...taires et leurs justices patrimoniales ; et enfin l'exemple une fois donné, ce fut presque toujours avec une concession de justice et de fisc que furent postérieurement créées les Seigneuries diverses que l'on vit se multiplier à l'infini dans le royaume.

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 39
      ...tiré des mains des seigneurs tout droit de fisc qui n'était que l'exercice d'une portion quelconque de la puissance publique. ...e féodal et en supprimant les justices seigneuriales, l'Assemblée nationale a retiré des mains des seigneurs tout droit de fisc qui n'était que l'exercice d'une portion quelconque de la puissance publique.
      ...es attributs, des émoluments attachés à la justice et au droit de fisc qu'ils exerçaient, peuvent réclame... C'est d'après ces priacipes que j'examine si les seigneurs privés des attributs, des émoluments attachés à la justice et au droit de fisc qu'ils exerçaient, peuvent réclamer quelque indemnité.
      Ils rougiraient sans doute eux-mêmes de calr culer au nombre de leurs pertes le droit de confiscation, genre de peine immoral et injuste, qu'un décret solennel a fait disparaître de notre code criminel, et que les seigneu...
      ...e y maintenir à leur profit, quand même la justice s'exercerait encore en leur nom...
      ...e pouvait légitimer ou excuser le droit de confiscation, c'est qu'il pouvait être ...
      ...cès criminels. Ces seigneurs, déchargés de ces frais, ne pourraient donc rien prétendre à titre de confiscation quand même elle ne serait ...
      Ils rougiraient sans doute eux-mêmes de calr culer au nombre de leurs pertes le droit de confiscation, genre de peine immoral et injuste, qu'un décret solennel a fait disparaître de notre code criminel, et que les seigneurs ne pourraient sans doute y maintenir à leur profit, quand même la justice s'exercerait encore en leur nom. D'ailleurs, si quelque chose pouvait légitimer ou excuser le droit de confiscation, c'est qu'il pouvait être considéré comme l'indemnité des frais qu'occasionnaient les procès criminels. Ces seigneurs, déchargés de ces frais, ne pourraient donc rien prétendre à titre de confiscation quand même elle ne serait point abolie; ils n'ont donc point à réclamer d'indemnité à cet égard.
      Ils n'ont pas conservé plus de droit sur les amendes, c'est-à-dire sur ces peines pécuniaires que la justice impose, soit pour infraction aux lois, soit pour satisfaction ou réparation de quelque faute. Ces amendes sont une réparation de l'ordre public offensé. C'était donc en...
      ...naient aux seigneurs, parce qu'en vertu de la portion delà puissance publique par eux usurpée, ils avaient un fisc qui est échappé de leurs mains.
      Ils n'ont pas conservé plus de droit sur les amendes, c'est-à-dire sur ces peines pécuniaires que la justice impose, soit pour infraction aux lois, soit pour satisfaction ou réparation de quelque faute. Ces amendes sont une réparation de l'ordre public offensé. C'était donc en vertu d'une puissance publique qu'ils n'ont plus, que les seigneurs autorisaient leurs officiers à prononcer ces amendes, et ces amendes appartenaient aux seigneurs, parce qu'en vertu de la portion delà puissance publique par eux usurpée, ils avaient un fisc qui est échappé de leurs mains.
      ...st évident que les seigneurs, au profit de qui les confiscations et amendes ne pou...
      ...ppartenu qu'au fisc, parce que le droit de fisc ne peut dépendre que de la puissance publique, parce qu'enfin les ...
      ...sc, ne peuvent préteadrea une indemnité de ce que la nation, rentrant dans ses droits les pl...
      ...mprescriptibles, leur retire tout droit de fisc, tout exercice, toute jouissance de puissance publique.
      En un mot, il est évident que les seigneurs, au profit de qui les confiscations et amendes ne pourront plus être prononcées, n'ont aucune indemnité à réclamer, parce que ces confiscations et amendes n'ont jamais appartenu qu'au fisc, parce que le droit de fisc ne peut dépendre que de la puissance publique, parce qu'enfin les seigneurs n'ayant jamais pu posséder légitimement ni puissance publique ni fisc, ne peuvent préteadrea une indemnité de ce que la nation, rentrant dans ses droits les plus inaliénables, les plus imprescriptibles, leur retire tout droit de fisc, tout exercice, toute jouissance de puissance publique.
      Vous penserez de même, sans doute, Messieurs, à l'égard du droit de déshérence, en vertu duquel lorsqu'un r...
      ...succéder, les seigneurs, dans l'étendue de la haute justice desquels se trouvaient se...
      Vous penserez de même, sans doute, Messieurs, à l'égard du droit de déshérence, en vertu duquel lorsqu'un regnicole français, né en légitime mariage, décédait sans héritiers connus, habiles à lui succéder, les seigneurs, dans l'étendue de la haute justice desquels se trouvaient ses biens, croyaient pouvoir s'en emparer.
      ...cre que ce droit est un véritable droit de fisc, il suffit peut-être de remarquer que son origine remonteà cequ...
      ...se conservèrent longtemps en possession de ce droit; ce ne fut que sous la troisième race que les seigneurs l'usurpèrent, en se l'attribuant comme une dépendance de la haute justice, quoiqu'il n'ait rien de commun avec la justice, si ce n'est qu'on le regarde comme une indemnité de ce que les seigneurs étaient tenus de rendre la justice et de poursuivre à leurs frais la punition des crimes. Quoi qu'il en soit, qu'il soit un fruit de justice ou un droit de fisc, il n'en
      Pour se convaincre que ce droit est un véritable droit de fisc, il suffit peut-être de remarquer que son origine remonteà cequise pratiquait à Rome, où l'on vendait à l'encan les successions vacantes pour en déposer le prix dans le trésor public. Nos rois se conservèrent longtemps en possession de ce droit; ce ne fut que sous la troisième race que les seigneurs l'usurpèrent, en se l'attribuant comme une dépendance de la haute justice, quoiqu'il n'ait rien de commun avec la justice, si ce n'est qu'on le regarde comme une indemnité de ce que les seigneurs étaient tenus de rendre la justice et de poursuivre à leurs frais la punition des crimes. Quoi qu'il en soit, qu'il soit un fruit de justice ou un droit de fisc, il n'en
      ... pas susceptible d'exception, même pour la Normandie où le droit de déshérence appartient aux seigneurs féo...
      ...seigneurs féodaux et non les titulaires de haute justice qui se sont emparés du droit de fisc (1). Or le droit de fisc étant essentiellement un droit de souveraineté, n'a pas été plus légitime...
      ...rétendre, lorsqu'ils ne font que cesser de jouir d'un droit qu'ils n'ont jamais lé...
      Et cette décision ne paraît pas susceptible d'exception, même pour la Normandie où le droit de déshérence appartient aux seigneurs féodaux, car que s'ensuit-il? qu'en Normandie, Ce sont les seigneurs féodaux et non les titulaires de haute justice qui se sont emparés du droit de fisc (1). Or le droit de fisc étant essentiellement un droit de souveraineté, n'a pas été plus légitimement possédé par des seigneurs féodaux que par des seigneurs justiciers ; on ne ...
      ...ans les mains des autres, et ni les uns ni les autres n'ont aucune indemnité à prétendre, lorsqu'ils ne font que cesser de jouir d'un droit qu'ils n'ont jamais légitimement possédé.
      ...mais percevra les amendes, les d roi 18 de déshérence, d'épaves, de bâtardise, d'aubaine? Il n'est pas de votre ressort, Messieurs, d'examiner si une partie de ces droits n'est pas susceptible d'être...
      ...ication. Mais ne vous appartient-il pas de manifester que d'après les principes ci...
      ...es droits usurpés par les seigneurs sur la couronne, ne doivent pourtant point rentrer dans les mains de nos rois?
      Qui donc désormais percevra les amendes, les d roi 18 de déshérence, d'épaves, de bâtardise, d'aubaine? Il n'est pas de votre ressort, Messieurs, d'examiner si une partie de ces droits n'est pas susceptible d'être anéantie, et si les autres n'éxi-gent point une plus ou moins grande modification. Mais ne vous appartient-il pas de manifester que d'après les principes ci-dessus développés vous ne pouvez croire que ces droits usurpés par les seigneurs sur la couronne, ne doivent pourtant point rentrer dans les mains de nos rois?
      C'est de la souveraineté que naît, que dépend le droit de fisc; son alliance avec la justice avait même quelque chose de monstrueux, car une des fonctions de la justice étant de déterminer ce qui appartient au fisc, c...
      ..., n'est-il pas révoltant que les droits de fisc fussent adjugés à ceux au nom de qui la justice était rendue?
      C'est de la souveraineté que naît, que dépend le droit de fisc; son alliance avec la justice avait même quelque chose de monstrueux, car une des fonctions de la justice étant de déterminer ce qui appartient au fisc, comme tout ce qui appartient aux citoyens, n'est-il pas révoltant que les droits de fisc fussent adjugés à ceux au nom de qui la justice était rendue?
      Par la constitution que la France vient de se donner, c'est au roi seul qu'il appartient de faire rendre la justice en son nom, mais la nation s'est conservé la souveraineté tout entière; c'est donc à elle que doit demeurer le droit de fisc et gar-dohs-nous de le céder au prince entre les mains de qui il est toujours odieux, parce qu'il... Par la constitution que la France vient de se donner, c'est au roi seul qu'il appartient de faire rendre la justice en son nom, mais la nation s'est conservé la souveraineté tout entière; c'est donc à elle que doit demeurer le droit de fisc et gar-dohs-nous de le céder au prince entre les mains de qui il est toujours odieux, parce qu'il y ,devient trop aisément tyrannique.
      (1) Effectivement, en Normandie mêmé, la édftfisca-tioû appartenait au! seigneurs de fiefs. Art. 143. (1) Effectivement, en Normandie mêmé, la édftfisca-tioû appartenait au! seigneurs de fiefs. Art. 143.
      ... Ne serait-ce pas titre joste indemnité de» frais d« la^police dont on a chargé les municipalit... (Sty Ne serait-ce pas titre joste indemnité de» frais d« la^police dont on a chargé les municipalités'
      est pas moins évident que ce droit de déshérence est enlevé aux seigneurs et ... est pas moins évident que ce droit de déshérence est enlevé aux seigneurs et qu'ils n'ont aucune indemnité à demander.
      Il en est de même à l'égard des épaves, et trésors et des droits d'aubaine et de bâtardise. Je croirais inutile, Messieu...
      ...trésors, aubaine, bâtardise. Leur droit de fisc est évanoui, et avec lui tous les ...
      Il en est de même à l'égard des épaves, et trésors et des droits d'aubaine et de bâtardise. Je croirais inutile, Messieurs, d'entrer dans aucun détail sur le plus ou moins d'étendue que les divers usa...
      ...Normandie à leurs fiefs, qu'ils pouvaient avoir des prétentions sur les épaves, trésors, aubaine, bâtardise. Leur droit de fisc est évanoui, et avec lui tous les autres droits qu'ils exerçaient en conséquence.
      ...jugerez-vous pas convenable, Messieurs, de proposer à l'Assemblée nationale d'ordo...
      ..., épaves, bâtardise, aubaine, et autres de ce genre, tourneront au profit des muni...
      D'après cette considération ne jugerez-vous pas convenable, Messieurs, de proposer à l'Assemblée nationale d'ordonner que désormais ces droits d'amendes,déshérences, épaves, bâtardise, aubaine, et autres de ce genre, tourneront au profit des municipalités dans l'étendue du territoire desquelles il y aura lieu d'exercer des d...
      ...ortants encore que ceux que nous venons de traiter vont maintenant rappeler, Messi... Des objets plus importants encore que ceux que nous venons de traiter vont maintenant rappeler, Messieurs, d'une manière spéciale, toute

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 40
      ...is les seigneurs soutenant leur droit à la propriété des chemins, rues, places publiques et terrains vagues, le faisaient dériver de ce que tout seigneur était présumé avoir été originairement propriétaire de tout le territoire de sa seigneurie, et avoir ainsi fourni le...
      ...ue possession, le droit des seigneurs à la propriété du sol est demeuré inaltérabl...
      On ne peut se dissimuler que quelquefois les seigneurs soutenant leur droit à la propriété des chemins, rues, places publiques et terrains vagues, le faisaient dériver de ce que tout seigneur était présumé avoir été originairement propriétaire de tout le territoire de sa seigneurie, et avoir ainsi fourni les chemins sur leur propriété, en sorte que lorsque le public eut asservi ces chemins à son usage par une longue possession, le droit des seigneurs à la propriété du sol est demeuré inaltérable.
      Mais ce système qui supposerait la propriété des seigneurs préexistante aux chemins dont l'origine ou plutôt la nécessité est évidemment antérieure à toute féodalité, à quelque époque qu'on puisse la faire remonter; ce système, disons-nous...
      ...l n'eut été appuyé des droits résultant de leurs justices.
      Mais ce système qui supposerait la propriété des seigneurs préexistante aux chemins dont l'origine ou plutôt la nécessité est évidemment antérieure à toute féodalité, à quelque époque qu'on puisse la faire remonter; ce système, disons-nous, n'aurait jamais puobtenir aux seigneurslemoindre succès, quant aux chemins, rues et places publiques, s'il n'eut été appuyé des droits résultant de leurs justices.
      ...ire du territoire, suivant l'expression de Lo-seau, avait la propriété de tous les vacants, de toutes les terres vaines et vagues, de tout ce qui n'appartenait à personne en vertu de titres particuliers; en un mot il avait...
      ...s l'a-Yons expliqué, un véritable droit de fisc.
      Le seigneur haut justicier, magistrat propriétaire du territoire, suivant l'expression de Lo-seau, avait la propriété de tous les vacants, de toutes les terres vaines et vagues, de tout ce qui n'appartenait à personne en vertu de titres particuliers; en un mot il avait, ainsi que nous l'a-Yons expliqué, un véritable droit de fisc.
      C'est en vertu de ce droit que les seigneurs pouvaient êt...
      ...s places, qui destinés à l'usage commun de tous les individus, par une espèce de consécration publique forment ce qu'on ...
      ...: aucun particulier n'en peut prétendre la propriété; cette propriété appartient donc à la puissance dépositaire des droits de la société, c'est-à-dire à la seigneurie publique.
      C'est en vertu de ce droit que les seigneurs pouvaient être considérés comme propriétaires des chemins, des rues, des places, qui destinés à l'usage commun de tous les individus, par une espèce de consécration publique forment ce qu'on appelle res publicas : aucun particulier n'en peut prétendre la propriété; cette propriété appartient donc à la puissance dépositaire des droits de la société, c'est-à-dire à la seigneurie publique.
      ...e et moyenne justice, que l'article 184 de la coutume d'Amiens, donne les chemins, fl... ...e droit des seigneurs par rapport aux chemins. C'est à tous seigneurs ayant haute et moyenne justice, que l'article 184 de la coutume d'Amiens, donne les chemins, flocs, flogards et voiries...
      « La justice du vicomtier, dit l'article 5 de la coutume d'Artois, s'étend ès flocs, flo...
      ...ns, et ce qui y croît du tout, le droit de justice et seigneurie d'iceux lui appar...
      « La justice du vicomtier, dit l'article 5 de la coutume d'Artois, s'étend ès flocs, flogards, chemins et voiries... Telles voies et chemins, et ce qui y croît du tout, le droit de justice et seigneurie d'iceux lui appartiennent.
      ...laces communes d'aucune seigneurie, dit la coutume de Montreuil, article 19, appartiennent au seigneur vicomtier, ayant la justice vicomtière auxdits flogards et ... a Tous abres croissants sur flocs, flogards, places communes d'aucune seigneurie, dit la coutume de Montreuil, article 19, appartiennent au seigneur vicomtier, ayant la justice vicomtière auxdits flogards et places commuues.
      ...rs (porte l'article 17 du titre premier de la coutume de la Salle, de Lille) compétent et appartiennent s'il ... « Aux seigneurs hauts justiciers, ou vicomtiers (porte l'article 17 du titre premier de la coutume de la Salle, de Lille) compétent et appartiennent s'il n'appert du contraire, tous les chemins, flocs, flogards.»
      Les dispositions des coutumes de Clermont en Beauvoisis, de Senlis, du Boulonnois, ne sont pas moins formelles, pour attester que la propriété qu'elles accordent aux seigneurs sur les chemins, est un attribut de la justice alors déposée entre leurs mains...
      ... Frepiainviile, Lorry, Hervé, flen-rion de Pancçy,
      Les dispositions des coutumes de Clermont en Beauvoisis, de Senlis, du Boulonnois, ne sont pas moins formelles, pour attester que la propriété qu'elles accordent aux seigneurs sur les chemins, est un attribut de la justice alors déposée entre leurs mains. Tel est aussi le sentiment des auteurs tels que Loysel, Frepiainviile, Lorry, Hervé, flen-rion de Pancçy,
      Ce sont enfin les droits de la haute justice qui ont été consacrés par...
      ...noncé en faveur des seigneurs réclamant la propriété des chemins. C'est au profit du seigneur haut justicier de Belleval qu'a été rendu l'arrêt de 1715, qui lui a adjugé un chemin abando...
      ... dont il était couvert. C'est parce que la dame de Senozan justifia avoir la haute justice sur le chemin de la Villette à Mitry, jju'un arrêt du 11 juillet 1759 préjugea que le sieur de Nicolaï n'aurait droit à des arbres plantés par la dame de Fav, qu'il représentait, qu'autant qu'ils fussent en dedans de son domaine et non sur le chemin.
      Ce sont enfin les droits de la haute justice qui ont été consacrés parla jurisprudence des arrêts, lorsqu'ils ont prononcé en faveur des seigneurs réclamant la propriété des chemins. C'est au profit du seigneur haut justicier de Belleval qu'a été rendu l'arrêt de 1715, qui lui a adjugé un chemin abandonné et le bois dont il était couvert. C'est parce que la dame de Senozan justifia avoir la haute justice sur le chemin de la Villette à Mitry, jju'un arrêt du 11 juillet 1759 préjugea que le sieur de Nicolaï n'aurait droit à des arbres plantés par la dame de Fav, qu'il représentait, qu'autant qu'ils fussent en dedans de son domaine et non sur le chemin.
      Il est donc démontré que la propriété des seigneurs sur les chemins...
      ...é maintenue jusqu'à présent qu'à raison de la puissance publique dont ils étaient revêtus, à raison enfin du droit de fisc dont ils étaient en possession (1)...
      Il est donc démontré que la propriété des seigneurs sur les chemins, rues, places publiques, terres vaines et vagues, n'a été maintenue jusqu'à présent qu'à raison de la puissance publique dont ils étaient revêtus, à raison enfin du droit de fisc dont ils étaient en possession (1).
      ... pouvez donc, Messieurs, vous dispenser de proposer à l'Assemblée un décret par le...
      ...terres vaines et vagues appartiennent à la nation. La nation, en qui réside la souveraineté, a seule le droit de propriété sur ce qui de sa nature ne peut être celle d'aucun pa...
      Vous ne pouvez donc, Messieurs, vous dispenser de proposer à l'Assemblée un décret par lequel elle déclarera que les chemins, rues, places publiques, terres vaines et vagues appartiennent à la nation. La nation, en qui réside la souveraineté, a seule le droit de propriété sur ce qui de sa nature ne peut être celle d'aucun particulier.
      Mais par qui la nation exercera-t-elle les droits de cette propriété? Par qui jouira-t-elle ... Mais par qui la nation exercera-t-elle les droits de cette propriété? Par qui jouira-t-elle des fruits qui peuvent en provenir ? Par les municipalités.
      C'est sans doute un objet de grand intérêt que ces plantations sur l...
      ... être un moyen à employer pour prévenir la rareté des bois qui excite partout des ...
      C'est sans doute un objet de grand intérêt que ces plantations sur les chemins ! ce pourrait être un moyen à employer pour prévenir la rareté des bois qui excite partout des plaintes amères, et menace les générations futures d'une disette absolue en ce g...
      ...essieurs, que cet objet soit du ressort de votre comité. D'ailleurs, il serait difficile de faire sur ce point une loi générale, pu...
      ...donc qu'il faudra laisser cet article à la vigilance des assemblées de département et de district, qui feront à cet égard les rè...
      ...t n'est-ce point une partie essentielle de la juridiction que l'Assemblée nationale l...
      Je ne pense pas, Messieurs, que cet objet soit du ressort de votre comité. D'ailleurs, il serait difficile de faire sur ce point une loi générale, puisque les diversités des besoins, des cultures, des sols rendent impraticables dans une province ce qui est essentiel dans l'autre. Je crois donc qu'il faudra laisser cet article à la vigilance des assemblées de département et de district, qui feront à cet égard les règlements les mieux appropriés aux localités; et n'est-ce point une partie essentielle de la juridiction que l'Assemblée nationale leur
      ...'une fois qu'en Normandie les seigneurs de fiefs avaient le droit de fisc; ce ne peut être qu'à ce titre qu'ils avaient la propriété des chemins, rues et places p... (1) Nous avons déjà remarqué plus d'une fois qu'en Normandie les seigneurs de fiefs avaient le droit de fisc; ce ne peut être qu'à ce titre qu'ils avaient la propriété des chemins, rues et places publiques; ils ne peuvent donc pas y être maintenus plus que les seigneurs hauts ...
      ...velés rarement le droit des seigneurs à la propriété des chemins, rues et places p... Après quelques combats, renouvelés rarement le droit des seigneurs à la propriété des chemins, rues et places publiques, était devenu incontestable.
      ...à quel titre ? était-ce comme seigneurs de fief? était-ce comme seigneurs hauts ju... Mais à quel titre ? était-ce comme seigneurs de fief? était-ce comme seigneurs hauts justiciers qu'ils pouvaient prétendre à cette propriété?
      ...n, ce ne fut qu'en invoquant les droits de haut justicier, que le comte de Serant obtint, le 11 août 1785, un arrê...
      ...rûs sur les chemins traversant rétendue de sa seigneurie.
      Enfin, ce ne fut qu'en invoquant les droits de haut justicier, que le comte de Serant obtint, le 11 août 1785, un arrêt qui adjugea les arbres crûs sur les chemins traversant rétendue de sa seigneurie.
      Aujourd'hui ils ont perdu tout droit de fisc, tout exercice de justice, toute puissance publique; ils ...
      ...endre à cet égard, parce que leur droit de fiso ne peut être considéré aujourd'hui...
      Aujourd'hui ils ont perdu tout droit de fisc, tout exercice de justice, toute puissance publique; ils n'ont plus rien à réclamer sur les chemins ; ils n'ont point d'indemnité à prétendre à cet égard, parce que leur droit de fiso ne peut être considéré aujourd'hui que comme essentiellement illégal.
      C'est au profit de chaque communauté que pourront être fai... C'est au profit de chaque communauté que pourront être faites à l'avenir des plantations sur les chemins qui ont une largeur suffisante po...

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 41
      ...er les seigneurs à faire, dans l'année, la coupe et vendange de ces arbres ? et dans le second cas ne d...
      ...rs une indemnité à raison des frais que la plantation aurait pu nécessiter, laquelle indemnité serait payée par la communauté au profit de laquelle tournerait la propriété des arbres ? Peut-être même p...
      ...e cette indemnité devrait être portée à la valeur que ces arbres se trouveront avoir acquise au moment de l'estimation.
      ... doivent • être laissés sur pied. Dans le premier cas ne pourrait-on pas autoriser les seigneurs à faire, dans l'année, la coupe et vendange de ces arbres ? et dans le second cas ne devrait-il pas être accordé aux seigneurs une indemnité à raison des frais que la plantation aurait pu nécessiter, laquelle indemnité serait payée par la communauté au profit de laquelle tournerait la propriété des arbres ? Peut-être même penserez-vous, Messieurs, que cette indemnité devrait être portée à la valeur que ces arbres se trouveront avoir acquise au moment de l'estimation.
      Cette discussion un peu longue sur la propriété des chemins, rues et places p...
      ...blerait devoir me dispenser, Messieurs, de m'é-tendre sur celle des rivières. A bi...
      ...inition, même intérêt public. Cependant la différence du régime qui gouvernait lés...
      ...lle pour me forcer à entrer encore dans de nouveaux détails à l'égard des unes, mê...
      Cette discussion un peu longue sur la propriété des chemins, rues et places publiques semblerait devoir me dispenser, Messieurs, de m'é-tendre sur celle des rivières. A bien des égards les rivières, surtout les rivières navigables, ont une grande analogie avec les chemins : même objet, même définition, même intérêt public. Cependant la différence du régime qui gouvernait lés rivières et les chemins est assez essentielle pour me forcer à entrer encore dans de nouveaux détails à l'égard des unes, même après avoir épuisé ceux relatifs aux autres.
      ... d'aucune utilité publique, font partie de la propriété privée de ceux à qui appartiennent les héritages ...
      ...source et continuent à couler ensuite ; de même que je ne vous ai point parlé de ces chemins particuliers, qui, faits pour l'utilité personnelle de quelques petits propriétaires, leur app...
      ...e n'aurai point, Messieurs, à vous entretenir des ruisseaux qui, ne pouvant être d'aucune utilité publique, font partie de la propriété privée de ceux à qui appartiennent les héritages où ces ruisseaux prennent leur source et continuent à couler ensuite ; de même que je ne vous ai point parlé de ces chemins particuliers, qui, faits pour l'utilité personnelle de quelques petits propriétaires, leur appartiennent quant au fonds, aussi bien que quant à l'usage.
      ...stable, que si elles étaient navigables de leur fond, sans artifice et ouvrages de mains d'hommes, elles appartenaient au roi, elles faisaient partie du domaine de la couronne; mais à quel titre? Par le seul titre de la souveraineté. C'est ce qu'ont formellem...
      ...leurs ordonnances, notamment dans celle de 1669, et dans l'édit de 1683.
      ...ux rivières navigables, il a été reconnu jusqu'à présent, comme un point incontestable, que si elles étaient navigables de leur fond, sans artifice et ouvrages de mains d'hommes, elles appartenaient au roi, elles faisaient partie du domaine de la couronne; mais à quel titre? Par le seul titre de la souveraineté. C'est ce qu'ont formellement reconnu nos rois dans toutes leurs ordonnances, notamment dans celle de 1669, et dans l'édit de 1683.
      ...olennellement reconnue et consacrée par la constitution de cet empire, que dans la nation seule résident tous les droits de la souveraineté, il s'ensuit évidemment que la propriété des grands fleuves et rivières navigables appartient à la nation. Mais puisque aujourd'hui c'est une vérité solennellement reconnue et consacrée par la constitution de cet empire, que dans la nation seule résident tous les droits de la souveraineté, il s'ensuit évidemment que la propriété des grands fleuves et rivières navigables appartient à la nation.
      ...res rendues navigables par des ouvrages de mains d'hommes et les auteurs varient sur le plus ou moins de droit que conservaient ea ce cas les seigneurs, à la propriété desquels elles étaient consid...
      ...ation n'en pouvait faire aucune lorsque la justice et la possession directe du territoire se trouvaient dans la même main ; mais lorsqu'elles appartena...
      ...x seigneurs différents, alors s'élevait la question de savoir à qui, du seigneur justicier ou du seigneur féodal, on devait donner la propriété de la rivière.
      Il y avait des difficultés et des distinctions à l'égard des rivières rendues navigables par des ouvrages de mains d'hommes et les auteurs varient sur le plus ou moins de droit que conservaient ea ce cas les seigneurs, à la propriété desquels elles étaient considérées comme enlevées pour l'utilité publique. Mais qu'était-ce que cette proprié...
      ...censées appartenir aux seigneurs, ce principe était sans difficulté ; son application n'en pouvait faire aucune lorsque la justice et la possession directe du territoire se trouvaient dans la même main ; mais lorsqu'elles appartenaient à deux seigneurs différents, alors s'élevait la question de savoir à qui, du seigneur justicier ou du seigneur féodal, on devait donner la propriété de la rivière.
      La jurisprudence des Parlements de droit écrit avait décidé la question en faveur des hauts justiciers...
      ...ais les sentiments des auteurs des pays de coutumes étaient partagés.
      La jurisprudence des Parlements de droit écrit avait décidé la question en faveur des hauts justiciers dans leur ressort ; mais les sentiments des auteurs des pays de coutumes étaient partagés.
      ...ent nominativement aux hauts justiciers la propriété des rivières. « Il advient en plusieurs lieux, dit Boutellier (1), que parmi la terre d'aucun seigneur justicier, soit ...
      ...eigneur parmi les terres et seigneuries de qui elles passent. »
      On peut les diviser en trois classes : les uns donnaient nominativement aux hauts justiciers la propriété des rivières. « Il advient en plusieurs lieux, dit Boutellier (1), que parmi la terre d'aucun seigneur justicier, soit haut, soit moyen, passe aucune rivière, soit grande ou petite... les petites rivières... sont au seigneur parmi les terres et seigneuries de qui elles passent. »
      Loyseau fait de même, de la propriété des ri vières, un droit de haute justice : « les rivières non navi... Loyseau fait de même, de la propriété des ri vières, un droit de haute justice : « les rivières non navigables sont domini privati f, appartiennent aux particuliers, et par conséquent ...
      Laquelle de ces deux opinions croirez-vous,-Messieurs, devoir adopter, de celle qui faisait r®s garder le seigneur féodal comme propriétaire de petites rivières, ou de celle qui croyait voir résider la propriété en la main au seigneur haut justicier? Laquelle de ces deux opinions croirez-vous,-Messieurs, devoir adopter, de celle qui faisait r®s garder le seigneur féodal comme propriétaire de petites rivières, ou de celle qui croyait voir résider la propriété en la main au seigneur haut justicier?
      (2) Lebret, Traité de la souveraineté, li>-. II, chap. xv. (2) Lebret, Traité de la souveraineté, li>-. II, chap. xv.
      a confiée en les chargeant de l'inspection de tous les chemins? a confiée en les chargeant de l'inspection de tous les chemins?
      ...ulté sur laquelle il n'est pas possible de ne point statuer. Il existe nombre de pays dans lesquels les seigneurs, fondé...
      ...es Romains nous ont transmises au sujet de ceux qui plantent sur un terrain qui ne...
      Mais il reste une difficulté sur laquelle il n'est pas possible de ne point statuer. Il existe nombre de pays dans lesquels les seigneurs, fondés sur les droits dont ils étaient en possession, ont fait des plantations consid...
      ...s sur les chemins ; leur appliquera-t-on avec toute leur rigueur, les lois que les Romains nous ont transmises au sujet de ceux qui plantent sur un terrain qui ne leur appartient pas ?
      ...ns y avoir été plantés, et quant à ceux-, je ne verrais aucune difficulté à les ... ...des pays où des des arbres ont crû sur des chemins et places vaines et vagues sans y avoir été plantés, et quant à ceux-, je ne verrais aucune difficulté à les adjuger aux communautés, sans nulle indemnité aux seigneurs.
      ...Loysel et quelques autres se contentent de dire que les rivières appartiennent aux...
      ...aussi sont-elles appelées par plusieurs de nos auteurs, rivières banales. Les peti...
      Lebret, Loysel et quelques autres se contentent de dire que les rivières appartiennent aux seigneurs sans spécifier à quel seigneur. « Les petites rivières (2) qui ne sont pas navigables appartiennent en propriété aux seigneurs des terres qu'elles arrosent, aussi sont-elles appelées par plusieurs de nos auteurs, rivières banales. Les petites rivières et chemins (3) sont aux seigneurs des terres. »
      ...es rivières appartiennent aux seigneurs de hefs ; c'est l'avis de Chopin, c Les petites rivières, dit-il ...
      ...neurs des fiefs dans le ressort et lieu de leurs seigneuries, jusqu'à l'étendue d'...
      Enfin, d'autres disent textuellement que les rivières appartiennent aux seigneurs de hefs ; c'est l'avis de Chopin, c Les petites rivières, dit-il (4), sont aux seigneurs des fiefs dans le ressort et lieu de leurs seigneuries, jusqu'à l'étendue d'icelles ou par prescription d'un loug temps ou par privilège et permission du ro...
      Guyot pense de même que Chopin, cite un arrêt du 18 ju...
      ...veur du seigneur féodal ; et M« Henrion de Pansey cite un autre jugement souverain...
      Guyot pense de même que Chopin, cite un arrêt du 18 juillet 1733, qu'il a fait rendre en faveur du seigneur féodal ; et M« Henrion de Pansey cite un autre jugement souverain des eaux et forêts du 16 septembre 1769, qui a confirmé celte jurisprudence.
      ... à moi je ne balance point à croire que la justice seule pouvait former le titre d... Quant à moi je ne balance point à croire que la justice seule pouvait former le titre des seigneurs

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 42
      H reconnaît dooc que la seule force du titre de *eigneur de fief ne donne aucun droit aux rivières- H reconnaît dooc que la seule force du titre de *eigneur de fief ne donne aucun droit aux rivières-
      Guyot suit Chopin sans douner de nouveaux motifs, et il est même forcé de convenir qu'on ne peut contester au seigneur justicier la police des rivières, la conservation des lois y relatives, cell...
      ...mettre ; en sorte qu'il fait une espèce de partage entre le seigneur féodal et le ...
      Guyot suit Chopin sans douner de nouveaux motifs, et il est même forcé de convenir qu'on ne peut contester au seigneur justicier la police des rivières, la conservation des lois y relatives, celle des délits qui peuvent s'y commettre ; en sorte qu'il fait une espèce de partage entre le seigneur féodal et le seigneur justicier.
      Henrion de Pansey soutient que le droit sur le® ri...
      ...ce qui en compose le domaine appartient de droit commun au seigneur direct; que d'...
      ...eur direct qui e*t demeuré propriétaire de toutes les parties qu'il n'a pas compri...
      ...propos d'en faire. Or, tel est le solde la rivière; il n'a pas été aliéné, il est donc demeuré dans la main du seigneur féodal.
      Henrion de Pansey soutient que le droit sur le® rivières est un droit utile et domanial, que tout l'utile d'un territoire, tout ce qui en compose le domaine appartient de droit commun au seigneur direct; que d'ailleurs c'est une maxime reçue, que l'universalité du territoire appartenait originairement au seigneur direct qui e*t demeuré propriétaire de toutes les parties qu'il n'a pas comprises dans les baux à ceux qu'il a jugé à propos d'en faire. Or, tel est le solde la rivière; il n'a pas été aliéné, il est donc demeuré dans la main du seigneur féodal.
      ...t pouvait s'appliquer et même avec plus de force, aux chemins ; et cependant on ne peut contester, et M* Henrion de Pansey convieot, que la propriété des chemins n'appartenait qu'...
      ...féodaux. Tout ce que .j'ai eu l'honneur de vous dire, Messieurs, relativement aux ...
      ...s justiciers sur les chemins, sert donc de réponse à ce que M9 Henrion de Pancey dit en faveur des seigneurs féod...
      Tout ce raisonnement pouvait s'appliquer et même avec plus de force, aux chemins ; et cependant on ne peut contester, et M* Henrion de Pansey convieot, que la propriété des chemins n'appartenait qu'aux seigneurs justiciers, et non point aux seigneurs féodaux. Tout ce que .j'ai eu l'honneur de vous dire, Messieurs, relativement aux droits des seigneurs hauts justiciers sur les chemins, sert donc de réponse à ce que M9 Henrion de Pancey dit en faveur des seigneurs féodaux.
      M* Henrion de Pansey ne s'est point dissimulé que la certitude du point de droit, quant à la propriété des chemins en faveur des sei...
      ...ssiper les doutes qu'il élevait quant à la propriété des rivières; et forcé de convenir qu'il y a une grande analogie ...
      M* Henrion de Pansey ne s'est point dissimulé que la certitude du point de droit, quant à la propriété des chemins en faveur des seigneurs hauts justiciers, pouvait servir à dissiper les doutes qu'il élevait quant à la propriété des rivières; et forcé de convenir qu'il y a une grande analogie entre les rivières et les chemins, il fait remarquer qu'on les a toujours regard...
      « Lors de l'établissement du régime féodal, on du...
      ...ui appartenaient au public à celui dans la main duquel se trouvaient concentrés to...
      ...eigneur haut justicier. Il n'en fut pas de même des rivières dont le sol,dut, d'après le long usage, être considéré comme la propriété des riverains,
      « Lors de l'établissement du régime féodal, on dut donner les chemins qui appartenaient au public à celui dans la main duquel se trouvaient concentrés tous les droits du public, c'est-à-dire au seigneur haut justicier. Il n'en fut pas de même des rivières dont le sol,dut, d'après le long usage, être considéré comme la propriété des riverains,
      « Depuis, continue M* Henrion de Pansey, le développement du système féodal a conduit à la maxime, qu'il faut présumer que toutes les propriétés privées se sont réunies dans la main du seigneur féodal, qu'ensuite il ...
      ...il justifie lui appartenir par un titre de concession ou une possession qui le fas...
      « Depuis, continue M* Henrion de Pansey, le développement du système féodal a conduit à la maxime, qu'il faut présumer que toutes les propriétés privées se sont réunies dans la main du seigneur féodal, qu'ensuite il les a concédées, et que nul ne peut prétendre que ce qu'il justifie lui appartenir par un titre de concession ou une possession qui le fasse présumer. »
      3» Qu'en remontant, avec M* Henrion de Pancey au temps des Romains, la propriété des rivières, abandonnée aux ...
      ...is ; parce qu'enfin, suivant M® Henrion de Pansey, les riverains représentaient le...
      3» Qu'en remontant, avec M* Henrion de Pancey au temps des Romains, la propriété des rivières, abandonnée aux riveraine, ne parait l'avoir été que par tolérance, parce que les rivières étaient res nullius, ou plutôt res universitatis ; parce qu'enfin, suivant M® Henrion de Pansey, les riverains représentaient le public d'une manière spéciale.
      C'est qu'il faut vous fixer, c'est de la nature invariable des choses qu'il faut partir pour, nous retrouver au milieu de la variabilité des institutions humaines. Or, par la nature des choses, tes rivières sont res publicœ, la propriété des rivières n'a donc dû résider qu'entre les mains de ceux qui avaient concentré en eux tous ...
      ...urs sur les rivières que comme un droit de justice, comme un droit de fisc, comme l'exercice de la puis-sance publique.
      C'est qu'il faut vous fixer, c'est de la nature invariable des choses qu'il faut partir pour, nous retrouver au milieu de la variabilité des institutions humaines. Or, par la nature des choses, tes rivières sont res publicœ, la propriété des rivières n'a donc dû résider qu'entre les mains de ceux qui avaient concentré en eux tous les' droits du public. Vous ne pourrez donc considérer, Messieurs, les droits des seigneurs sur les rivières que comme un droit de justice, comme un droit de fisc, comme l'exercice de la puis-sance publique.
      ...aturellement ; les seigneurs n'ont plus de justice, n'ont plus de fisc, n'exercent plus de puissance publique ; ils n'ont donc plus de droit sur les rivières : la propriété des rivières appartient à la nation ; chaque municipalité jouira de cette propriété dans l'étendue de son territoire. Si ce point e3t une fois démontré, les conséquences en dérivent naturellement ; les seigneurs n'ont plus de justice, n'ont plus de fisc, n'exercent plus de puissance publique ; ils n'ont donc plus de droit sur les rivières : la propriété des rivières appartient à la nation ; chaque municipalité jouira de cette propriété dans l'étendue de son territoire.
      ...ux communautés qu'appartiendra le droit de pêche? je ne le pense pas ; le moindre des inconvénients qui-en résulteraient serait la destruction du poisson, comestible d'au...
      ...ux, que le poisson n'a nui à rien avant de devenir utile. On pourra donc étendre à la pêche de toutes les rivières la disposition de l'ordonnance de 1669, faite pour les communautés à qui appartenaient des droits de pêche ; elles devaient "les affermer pa...
      ...proposer d'enjoindre, aux municipalités de faire tourner le produit des adjudicati...
      ... les plus indigents à qui il semble que la nature voulait prodiguer un aliment qu'...
      Ainsi, c'est aux communautés qu'appartiendra le droit de pêche? je ne le pense pas ; le moindre des inconvénients qui-en résulteraient serait la destruction du poisson, comestible d'autant plus précieux, que le poisson n'a nui à rien avant de devenir utile. On pourra donc étendre à la pêche de toutes les rivières la disposition de l'ordonnance de 1669, faite pour les communautés à qui appartenaient des droits de pêche ; elles devaient "les affermer par adjudication, et vous pourrez, Messieurs, proposer d'enjoindre, aux municipalités de faire tourner le produit des adjudications au soulagement des citoyens les plus indigents à qui il semble que la nature voulait prodiguer un aliment qu'elle ne leur aurait point fait acheter.
      Par une autre conséquence de la propriété des rivières reconnue appartenir à la nation, vous tiendrez, Messieurs, à fai...
      ...milieu d'une rivière, ou plus près d'un de ses bords, pour l'attribuer primativement h une seule de deux
      Par une autre conséquence de la propriété des rivières reconnue appartenir à la nation, vous tiendrez, Messieurs, à faire déclarer toutes les îles qui pourront s'élever dans le sein des rivières navi...
      ...ptant d'ailleurs toutes les règles reconnues pour les cas où une île s'élève au milieu d'une rivière, ou plus près d'un de ses bords, pour l'attribuer primativement h une seule de deux
      sur les rivières; cela ne faisait point de doute dans tout le pays de droit écrit; les seules coutumes qui s'...
      ... seigneurs féodaux, qu'ils sont obligés de restreindre aux coutumes muettes et s'a...
      sur les rivières; cela ne faisait point de doute dans tout le pays de droit écrit; les seules coutumes qui s'expliquent sont Bourbonnois, Amiens, Boulogne, Anjou, Maine, Tours, Poitou, et c...
      ...qu'elles accordent droit aux rivières ; je n'en connais point qui le'donnent aux seigneurs féodaux, qu'ils sont obligés de restreindre aux coutumes muettes et s'appuient sur deux jugements.
      Les arrêts n'ont été que trop souvent de fausses applications de lois assez imparfaites ; ils ne peu-veu...
      ... car en se déclarant pour les seigneurs de fief, il ne leur donne droit aux rivières que parce qu'il suppose prescription de leur part, privilège ou permission du r...
      Les arrêts n'ont été que trop souvent de fausses applications de lois assez imparfaites ; ils ne peu-veutservir d'élémeutsau travail des législateurs. Ne cherchons donc à apprécier que les raisons des auteurs ci-dessus cités. Chopin détruit lui-même sa propre opinion, car en se déclarant pour les seigneurs de fief, il ne leur donne droit aux rivières que parce qu'il suppose prescription de leur part, privilège ou permission du roi ou quelfue autre titre légitime.
      ...es riverains, soit comme faisant partie de leurs héritages, soit que l'on eut peus... ...it des rivières était en quelque sorte regardé comme appartenant aux propriétaires riverains, soit comme faisant partie de leurs héritages, soit que l'on eut peusé qu'à cet égard, ils représentaient le public d'une manière plus formelle.
      ...rait les droits des seigneurs féodaux à la propriété des rivières, dans les coutumes où était admise la maxime : nulle terre sans seigneur, et ... Remarquez, Messieurs : 1° que ce raisonnement renfermerait les droits des seigneurs féodaux à la propriété des rivières, dans les coutumes où était admise la maxime : nulle terre sans seigneur, et dans le cas où cette maxime y serait maintenue;
      ... une usurpation, décorée par M* Henrion de Pancey du titre de développement du système féodal, que le... 2° Que ce serait par une usurpation, décorée par M* Henrion de Pancey du titre de développement du système féodal, que les rivières, considérées précédemment comme propriétés des riverains, auraient pu...

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 43
      ...uvions ainsi qu'aux bords des rivières, la nation rougirait, sans doute, Je faire ...
      ...tait aux propriétaires riverains, à qui la nature et les vrais principes les accordent, et je crois pouvoir me dispenser de justifier ici les droits des propriétai...
      Quant aux alluvions ainsi qu'aux bords des rivières, la nation rougirait, sans doute, Je faire renaître ces honteuses prétentions, en vertu desquelles on les disputait aux propriétaires riverains, à qui la nature et les vrais principes les accordent, et je crois pouvoir me dispenser de justifier ici les droits des propriétaire:) riverains.
      ...e qu'ils étaient propriétaires du cours de l'eau ? Conai-dérera-t-on la propriété du moulin et des bâtiments comme accessoire ducours de l'eau, devant suivre le principal, e'ea...
      ...ns des communautés, en payant par elles la valeur des constructions et du terrain ...
      ...es seigneurs, qui le désireraient, dans la propriété de leurs moulins, en les assujettissant à ...
      ...ui serait déterminée par les assemblées de départements?
      ...nt en ce moment, et que les seigneurs ont fait construire d'après l'opinion reçue qu'ils étaient propriétaires du cours de l'eau ? Conai-dérera-t-on la propriété du moulin et des bâtiments comme accessoire ducours de l'eau, devant suivre le principal, e'eat-à-dire rentrer dans les mains des communautés, en payant par elles la valeur des constructions et du terrain sur lequel elles sont assises ? ou, prenant un parti moins conforme aux priuei|es, mais plus approprié aux circonstances, no pourrait-on pas confirmer les seigneurs, qui le désireraient, dans la propriété de leurs moulins, en les assujettissant à payer aux communautés une redevance qui serait déterminée par les assemblées de départements?
      ...es seigneurs inte disaient toute espèce de ventes et d'achats entr® particuliers, ...
      ...endent qu'ont été substitués les droite de minage, stellage, hallage, etc ; si ces...
      ...suivant le témoignage d'autres auteurs, la récompense du soin que prenaient les seigneurs justiciers de prévenir par des ré» glements de police, et lea injustices des ventes, e...
      ...rix stipulé paF les seigneurs, à raison de leur prétendue propriété des places pub...
      ...ns tous ces rapporta, il n'y aurait pas de difficulté à abolir sans indemnité des ...
      ...ux, puisqu'ils frappant sur les denrées de première nécessité et sur la cjaise la plus indigente des Peuples.
      Si ces différents droits n'avaient pour origi que celui en vertu duquel les seigneurs inte disaient toute espèce de ventes et d'achats entr® particuliers, lorsqu'ils voulaient vendre leurs denréesv tyrannie révoltante à laquelle plusieurs auteurs prétendent qu'ont été substitués les droite de minage, stellage, hallage, etc ; si ces différents droits étaient, suivant le témoignage d'autres auteurs, la récompense du soin que prenaient les seigneurs justiciers de prévenir par des ré» glements de police, et lea injustices des ventes, et les querelles qui en pouvaient naître; si, comme je suis porté à le croire, ces différents objets étaient un prix stipulé paF les seigneurs, à raison de leur prétendue propriété des places publiques, sur lesquelles ils consentaient que les marchés s'établissent; sons tous ces rapporta, il n'y aurait pas de difficulté à abolir sans indemnité des droits infiniment odieux, puisqu'ils frappant sur les denrées de première nécessité et sur la cjaise la plus indigente des Peuples.
      ...ait vainement que, dans un grand nombre de lieux, ces droits ont des causes partic...
      ...ion qui a des causes légitimes* peut-on la dissoudre? , c'est une concession des rois et quoique les rois n'aient pu valablement faire de nouvelles concessions, qui sont des imp...
      Mais on se dissimulerait vainement que, dans un grand nombre de lieux, ces droits ont des causes particulières. Ici., c'est une convention qui a des causes légitimes* peut-on la dissoudre? , c'est une concession des rois et quoique les rois n'aient pu valablement faire de nouvelles concessions, qui sont des impôts non consentis, le prix qu'a déboursé le seigneur ou autre titulaire (car ce ...
      ... trouverez,"Messieurs, infiniment moins de difficultés quant aux droits que les se...
      ... dans les cabarets. C'est sous prétexte de la police qu'il fallait maintenir dans ces...
      ...igneurs ont établi ces diverses espèces de droits. Ou leur a retiré l'exercice deia justice, on leur a interdit celui de toute puissance publique, on les a donc dispensés de tous les soins qu'exigeait la manutention de la police; ils n'ont donc plus de prétexte pour prélever des droits qui n'ont été inventés que par l'avidité de leurs officiers.
      Vous trouverez,"Messieurs, infiniment moins de difficultés quant aux droits que les seigneurs s'étaient attribués sur les poids et mesures, et quant à ceux qu'ils prélevaient sur les boissons débitées dans les cabarets. C'est sous prétexte de la police qu'il fallait maintenir dans ces différentes parties que les seigneurs ont établi ces diverses espèces de droits. Ou leur a retiré l'exercice deia justice, on leur a interdit celui de toute puissance publique, on les a donc dispensés de tous les soins qu'exigeait la manutention de la police; ils n'ont donc plus de prétexte pour prélever des droits qui n'ont été inventés que par l'avidité de leurs officiers.
      Il ne me reste, Messieurs, que peu de choses à vous dire de ces officiers seigneuriaux, tant de ceux préposés à la juridiction contentieuse, que de ceux préposés à la juridiction volontaire. Il ne me reste, Messieurs, que peu de choses à vous dire de ces officiers seigneuriaux, tant de ceux préposés à la juridiction contentieuse, que de ceux préposés à la juridiction volontaire.
      ...tution des notaires et tabellions était de la part des seigneurs, un droit ne dépendant pas moins de la haute justice que l'établissement des autres officiers préposés à la juridiction contentieuse. Toute démonstration serait sans doute superflue pour établir que l'institution des notaires et tabellions était de la part des seigneurs, un droit ne dépendant pas moins de la haute justice que l'établissement des autres officiers préposés à la juridiction contentieuse.
      ...dre doute à cet égard, il serait facile de lui faire reconnaître que la juridiction volontaire et la juridiction forcée ont une seule et mêm...
      ...ue l'une et l'autre sont des émanations de la puissance publique dont tes seigneurs étaient investis ; que si c'est un exercice de puissance publique que de préposer des officiers pour terminer le...
      ...des particuliers, c'en est un aussi que de préposer d'autres officiers qui, en vertu de cette puissance publique qu'ils empruntent, donnent de l'authenticité aux conventions, et communiquent aux actes la force qui les rend exécutoires.
      Si quelqu'un pouvait avoir le moindre doute à cet égard, il serait facile de lui faire reconnaître que la juridiction volontaire et la juridiction forcée ont une seule et même origine ; que l'une et l'autre sont des émanations de la puissance publique dont tes seigneurs étaient investis ; que si c'est un exercice de puissance publique que de préposer des officiers pour terminer les différends entre des particuliers, c'en est un aussi que de préposer d'autres officiers qui, en vertu de cette puissance publique qu'ils empruntent, donnent de l'authenticité aux conventions, et communiquent aux actes la force qui les rend exécutoires.
      communautés riveraines, ou en partager la jouis-sauce entre les deux. communautés riveraines, ou en partager la jouis-sauce entre les deux.
      ...s parlerai point, Messieurs, des droits de péage, passage, bacs et bateaux que vou...
      ...ir plus spécialement à une autre partie de votre travail ; mais je no puis me défendre de vous faire part des difficultés qui peu...
      Je ne vous parlerai point, Messieurs, des droits de péage, passage, bacs et bateaux que vous avez jugés appartenir plus spécialement à une autre partie de votre travail ; mais je no puis me défendre de vous faire part des difficultés qui peuvent naître au sujet (lea moulina construits ou à construire.
      Le cours de l'eau est nécessaire à un moulin, d'où il suit qu'au propriétaire seul du cours de l'eau appartient le droit de construire un moulin \ mais, d'un autre...
      ...propriétaire d'un terrain près le cours de l'eau pour pouvoir construire un moulin...
      ...uté acquerrait ce qui serait nécessaire de terrain pour asseoir les bâtiments d'un...
      ...t une redevance annuelle, par une sorte de' bail emphytéotique.
      Le cours de l'eau est nécessaire à un moulin, d'où il suit qu'au propriétaire seul du cours de l'eau appartient le droit de construire un moulin \ mais, d'un autre côté, les bâtiments se construisent sur l'une des rives. Il faut doneêtre propriétaire d'un terrain près le cours de l'eau pour pouvoir construire un moulin. Il n'y a pas grande difficulté pour les moulins à construire ; car, ou une communauté acquerrait ce qui serait nécessaire de terrain pour asseoir les bâtiments d'un moulin qu'elle ferait établir, ou le propriétaire d'un terrain voisin d'une rivière se ferait concéder le cours d'eau, moyennant une redevance annuelle, par une sorte de' bail emphytéotique.
      ... aussi étendues que celles que viennent de nécessiter les chemins et les rivières,...
      ...celles que pourraient exiger lea droits de minage, stellage, hallage et tous autre...
      Après des discussions aussi étendues que celles que viennent de nécessiter les chemins et les rivières, entrerai-je ici, Messieurs, dans celles que pourraient exiger lea droits de minage, stellage, hallage et tous autres qui, sous différents noms se perçoivent sur les grains et denrées qui ' venden...
      ... donc qu'en considérant même les droits de minage, hallage, stellage et autres de cette nature, comme étant, en quelques ...
      ...s qu'on pourrait proposer à l'Assemblée de décréter que tous lea droits dont il es...
      J'estimerais donc qu'en considérant même les droits de minage, hallage, stellage et autres de cette nature, comme étant, en quelques pays, des propriétés, il ne faudrait pas moins les abolir, parce qu'il faut détr...
      ... comme on ne doit enlever à personne une propriété sans l'indemniser, je croirais qu'on pourrait proposer à l'Assemblée de décréter que tous lea droits dont il est question, sont et demeurent abolis sauf aux seigneurs et autres titulaires dea...
      ...en France où ces mêmes fonctions furent de même exercées par les juges. Ce ne fut que par l'ordonnance de 1302, que Philippe le Bel détacha l'office de notaire de celui de juge. Mais, par cette même ordonnance, ...
      ...stituer des notaires, ajouta en parlant de?
      ...lles attribué aux juges eux-mêmes les fonctions des notaires. Il fut une époque en France où ces mêmes fonctions furent de même exercées par les juges. Ce ne fut que par l'ordonnance de 1302, que Philippe le Bel détacha l'office de notaire de celui de juge. Mais, par cette même ordonnance, Philippe le Bel, en se réservant à lui et à ses successeurs le droit d'instituer des notaires, ajouta en parlant de?

      Séance du vendredi 5 mars 1790

      page 44
      ...mboursement?Et cette action, contre qui la dirigeront-ils ? C'est sur quoi il paraît encore nécessaire de s'expliquer. ...pourvus moyennant finance ou à titre onéreux, auront-ils une action pour leur remboursement?Et cette action, contre qui la dirigeront-ils ? C'est sur quoi il paraît encore nécessaire de s'expliquer.
      ...va s'occuper incessamment nous dispense de nous occuper des officiers seigneuriaux...
      ... partie des fonctions publiques subisse la réforme qui peut y paraître nécessaire,...
      Une nouvelle organisation du pouvoir judiciaire dont l'Assemblée nationale va s'occuper incessamment nous dispense de nous occuper des officiers seigneuriaux proprement dits : le décret du 4 août a textuellement prononcé que leurs foncti...
      ...cette nouvelle organisation lie s'étend point aux notaires; jusqu'à ce que cette partie des fonctions publiques subisse la réforme qui peut y paraître nécessaire, quel inconvénien t y aurait-il à conserver le droit dinstrumenter, au moins pen...
      ... les droits qu'ils percevaient à raison de ces justices, n'y aurait-il pas de la rigueur à les laisser exposés à des répétitions de la part des officiers institués par eux ? ...
      ...ésavouée par l'équité même ? Et puisque la nation rentre dans la souveraineté du droit de justice, n'est-ce point à la nation à indemniser tous ceux qui avaie...
      ...u'en supprimant les justices des seigneurs, on leur enlève, sans indemnité, tous les droits qu'ils percevaient à raison de ces justices, n'y aurait-il pas de la rigueur à les laisser exposés à des répétitions de la part des officiers institués par eux ? cette extrême rigueur ne serait-elle pas désavouée par l'équité même ? Et puisque la nation rentre dans la souveraineté du droit de justice, n'est-ce point à la nation à indemniser tous ceux qui avaient déboursé quelques sommes pour acquérir ce même droit ?
      ...autorisés à faire liquider ces finances de la même manière que les officiers royaux, pour être, comme eux, remboursés au nom de la nation et des deniers de la caisse nationale. evraient être autorisés à faire liquider ces finances de la même manière que les officiers royaux, pour être, comme eux, remboursés au nom de la nation et des deniers de la caisse nationale.
      ...eurs, que ceux qui étaient dans l'usage de laire exercer dans leurs terres les fon... seigneurs, que ceux qui étaient dans l'usage de laire exercer dans leurs terres les fonctions du notariat, conserveraient cette prérogative.
      ... évident que ces finances étant le prix de l'hérédité des offices, les titulaires ... Quant aux Finances des différents officiers seigneuriaux, il est évident que ces finances étant le prix de l'hérédité des offices, les titulaires sont fondés à les réclamer du moment où les offices sont supprimés, ou cessent d...
      ... différentes vues que j'ai eu l'honneur de vous préseater dans ce mémoire sur l'ef...
      ...ugez que, pour le parfait développement de ce décret, U soit nécessaire que l'Asse...
      Si vous adoptez, Messieurs, les différentes vues que j'ai eu l'honneur de vous préseater dans ce mémoire sur l'effet du décret qui a supprimé les justices seigneuriales sans indemnité; si vous jugez que, pour le parfait développement de ce décret, U soit nécessaire que l'Assemblée nationale statue positivement sur toutes les questions que j'ai dis-cutées...
  • Tome 13 : Du 14 au 20 avril 1790 2 résultats
    • Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      - search term matches: (183)

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 151
      Adresse de félicitation, adhésion et dévouement des gardes nationales de la ville de l'Aigle ; elles supplient l'Assemblée de s'occuper de l'organisation des milices nationales. Adresse de félicitation, adhésion et dévouement des gardes nationales de la ville de l'Aigle ; elles supplient l'Assemblée de s'occuper de l'organisation des milices nationales.
      Adresse de la ville de Saint-Mihiel en Lorraine, contenant le procès-verbal du serment civique, prêté tant par la commune que par la garde nationale de cette ville. Adresse de la ville de Saint-Mihiel en Lorraine, contenant le procès-verbal du serment civique, prêté tant par la commune que par la garde nationale de cette ville.
      Adresse de la ville de Gaen, contenant une proclamation faite par le conseil-général de la commune, pour assurer la perception des octrois et des impôts in... Adresse de la ville de Gaen, contenant une proclamation faite par le conseil-général de la commune, pour assurer la perception des octrois et des impôts indirects.
      ...nouvelles municipalités des communautés de Challerange, d'Artaize, de Stonne, de Saint-Hilaire-les-Andresy, d'Excideuil en Péri-gord, du Louzac, d'Azy en Berry, de Mailly-le-Château en Auxerrois ; de Figueville en Franche-Comté ; de La Veze, de Menotey, département du Jura; de Périgny-sur-Loire, de Mens, de Breyrs en Dauphiné ; de la ville de Nangis en Brie ; de la commune et municipalité de Pordit; . De la communauté de Fontenilles en Poitou ; elle accuse la commission intermédiaire de Saint-Maixant, d'avoir augmenté ses impositions de sa propre autorité; Adresses des nouvelles municipalités des communautés de Challerange, d'Artaize, de Stonne, de Saint-Hilaire-les-Andresy, d'Excideuil en Péri-gord, du Louzac, d'Azy en Berry, de Mailly-le-Château en Auxerrois ; de Figueville en Franche-Comté ; de La Veze, de Menotey, département du Jura; de Périgny-sur-Loire, de Mens, de Breyrs en Dauphiné ; de la ville de Nangis en Brie ; de la commune et municipalité de Pordit; . De la communauté de Fontenilles en Poitou ; elle accuse la commission intermédiaire de Saint-Maixant, d'avoir augmenté ses impositions de sa propre autorité;
      11 De la communauté de Charcé, près Angers; elle porte plainte contre les dames abbesse et religieuses de l'abbaye royale du Perray ; 11 De la communauté de Charcé, près Angers; elle porte plainte contre les dames abbesse et religieuses de l'abbaye royale du Perray ;
      De la communauté de Sainte-Jalle, district du Buis, en Dauphiné; elle demande le rétablissement de deux foires et d'un marché, qui s'y ten... De la communauté de Sainte-Jalle, district du Buis, en Dauphiné; elle demande le rétablissement de deux foires et d'un marché, qui s'y tenaient anciennement ;
      De la communauté deSaint-Martial-de-Vallette; elle fait le don patriotique du produit de la contribution sur les ci-devant privilég...
      ...ée d'autoriser l'emprunt qu'elle a fait de 3,000 livres, pour subvenir aux dépenses inséparables de la formation de la municipalité, comme aussi de l'autoriser à former un autre emprunt de 3,000 livres, pour le soulagement des p...
      De la communauté deSaint-Martial-de-Vallette; elle fait le don patriotique du produit de la contribution sur les ci-devant privilégiés ; elle supplie l'Assemblée d'autoriser l'emprunt qu'elle a fait de 3,000 livres, pour subvenir aux dépenses inséparables de la formation de la municipalité, comme aussi de l'autoriser à former un autre emprunt de 3,000 livres, pour le soulagement des pauvres dont le nombre augmente ae jour en jour ; v;":
      ...s treize communautés, formant le canton de la ville de Monségur; elles s'engagent solennellement de faire rentrer, d'ici au premier septemb... Des treize communautés, formant le canton de la ville de Monségur; elles s'engagent solennellement de faire rentrer, d'ici au premier septembre prochain, tous les impôts arriérés :
      De la ville de Sainl-Pol-de-Léon en Bretagne; elle sollicite, de concert avec les communautés voisines, ... De la ville de Sainl-Pol-de-Léon en Bretagne; elle sollicite, de concert avec les communautés voisines, l'établissement d'une cour royale et d'une amirauté ;
      De la communauté de Perteraigues en Provence ; elle supplie l'Assemblée de .statuer au plus tôt sur le remplacement de la dîme; De la communauté de Perteraigues en Provence ; elle supplie l'Assemblée de .statuer au plus tôt sur le remplacement de la dîme;
      De la communauté d'Aubiac ; elle fait le don ... De la communauté d'Aubiac ; elle fait le don patriotique du produit des impositions sur les ci-devant privilégiés ;
      Enfin, de la ville de Roanne en Lyonnais ; elle annonce que sa contribution patriotique s'élève à près de 100,000 livres. Enfin, de la ville de Roanne en Lyonnais ; elle annonce que sa contribution patriotique s'élève à près de 100,000 livres.
      Adresse de la municipalité de la ville de Sainte-Marie en Béarn ; elle adhère à tous les décrets de l'Assemblée, témoigne sa reconnaissance... Adresse de la municipalité de la ville de Sainte-Marie en Béarn ; elle adhère à tous les décrets de l'Assemblée, témoigne sa reconnaissance pour ceux concernant les nouvelles municipalités, et supplie l'Assemblée nation...
      De maintenir la ville de Sainte-Marie, siège de l'évêché d'Oléron, pour le siège du dép... De maintenir la ville de Sainte-Marie, siège de l'évêché d'Oléron, pour le siège du département ;
      2°. Lors de la formation des districts en Béarn, d'établir le chef-lieu d'un district à Oléron, et de prendre en considération que les distri... 2°. Lors de la formation des districts en Béarn, d'établir le chef-lieu d'un district à Oléron, et de prendre en considération que les districts en Béarn doivent être plus étendus que dans le reste du royaume.
      Adresse de la nouvelle municipalité de la ville de Lyon, qui exprime avec énergie les sentiments d'admiration, de reconnaissance et de dévouement dont les citoyens de cette grande ville sont pénétrés pour l...
      ... nationale-« C'est par amour, dit-elle, de la liberté que nous avons chéri d'anciens ...
      ...u nous servir d'égide contre l'invasion de nos droits, inutiles aujourd'hui, et do...
      ...u'à rappeler l'époque où, nous honorant de leur entier abandon, nous sommes venus prononcer notre adhésion entière à la volonté suprême de la nation, promulguée par ses représentants, et prêter le serment solennel de maintenir de tout notre pouvoir la constitution qui assure la liberté de l'empire français, de vivre et de mourir fidèles à la loi et au monarque chargé de son exécution. »
      Adresse de la nouvelle municipalité de la ville de Lyon, qui exprime avec énergie les sentiments d'admiration, de reconnaissance et de dévouement dont les citoyens de cette grande ville sont pénétrés pour l'Assemblée nationale-« C'est par amour, dit-elle, de la liberté que nous avons chéri d'anciens privilèges, précieux tant qu'ils ont pu nous servir d'égide contre l'invasion de nos droits, inutiles aujourd'hui, et dont le souvenir ne servira plus qu'à rappeler l'époque où, nous honorant de leur entier abandon, nous sommes venus prononcer notre adhésion entière à la volonté suprême de la nation, promulguée par ses représentants, et prêter le serment solennel de maintenir de tout notre pouvoir la constitution qui assure la liberté de l'empire français, de vivre et de mourir fidèles à la loi et au monarque chargé de son exécution. »
      Adresses des habitants de la ville de Gannat et de la communauté deJaignes; ils font à la nation Adresses des habitants de la ville de Gannat et de la communauté deJaignes; ils font à la nation
      Adresse des neuf communes de la paroisse, de la municipalité et de la garde nationale de Mouthe, département du Doubs en Franche-Comté. Tous les habitants de cette paroisse, officiers municipaux, officiers et soldats de la garde nationale, adhèrent aux décrets de l'Assemblée nationale, qui les a délivrés de l'état de servitude dans lequel le régime féodal ...
      ...t prêts à sacrifier leur vie, et jurent de périr tous, si le cas l'exige, pour le maintien de leur liberté et celui de l'heureuse régénération du royaume. A peine ont-ils eu connaissance de l'impôt patriotique, qu'ils se sont emp...
      Adresse des neuf communes de la paroisse, de la municipalité et de la garde nationale de Mouthe, département du Doubs en Franche-Comté. Tous les habitants de cette paroisse, officiers municipaux, officiers et soldats de la garde nationale, adhèrent aux décrets de l'Assemblée nationale, qui les a délivrés de l'état de servitude dans lequel le régime féodal les avait réduits ; ils sont prêts à sacrifier leur vie, et jurent de périr tous, si le cas l'exige, pour le maintien de leur liberté et celui de l'heureuse régénération du royaume. A peine ont-ils eu connaissance de l'impôt patriotique, qu'ils se sont empressés à l'envi d'y souscrire ; il n'en est pas un, même jusqu'au plus pauvre, q...
      Adresse de la municipalité de Liancourt, près Glermont en Beauvoisis ... Adresse de la municipalité de Liancourt, près Glermont en Beauvoisis ; elle demande des biens
      présidence de m. le marquis de bonnay. présidence de m. le marquis de bonnay.
      La séance est ouverte à 6 heures du soir. La séance est ouverte à 6 heures du soir.
      Un de MM. les secrétaires fait lecture des ad... Un de MM. les secrétaires fait lecture des adresses suivantes :
      ...s ces municipalités, après avoir prêté, de concert avec les habitants, le serment ...
      ...ntent à l'Assemblée nationale le tribut de leur admiration et de leur dévouement.
      Toutes ces municipalités, après avoir prêté, de concert avec les habitants, le serment civique, présentent à l'Assemblée nationale le tribut de leur admiration et de leur dévouement.
      ...n faire davantage pour venir au secours de l'Etat. cultés leur permissent d'en faire davantage pour venir au secours de l'Etat.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 152
      Locuteur: Pison du Galland
      ...Dauphiné, présente l'adresse d'adhésion de la part de la commune de Vinai à tous les décrets de l'Assemblée nationale, et le don patrio... , député du Dauphiné, présente l'adresse d'adhésion de la part de la commune de Vinai à tous les décrets de l'Assemblée nationale, et le don patriotique :
      Locuteur: Pison du Galland
      2° D'une autre rente au principal de 2,000 livres, léguée à la même communauté par feu M. de l'Étang, représenté par Mme d'Archambault de Périgord, sous la seule réserve des arrérages jusqu'à la dernière échéance. Il remet sur le bureau les titres constitutifs de ces créances. 2° D'une autre rente au principal de 2,000 livres, léguée à la même communauté par feu M. de l'Étang, représenté par Mme d'Archambault de Périgord, sous la seule réserve des arrérages jusqu'à la dernière échéance. Il remet sur le bureau les titres constitutifs de ces créances.
      Locuteur: Ricard de Séalt
      , député de Saint-Maximin en Provence, fait lecture d'une délibération de la municipalité de Saint-Maximin en Provence; elle se plai...
      ...iotisme lui commandaient impérieusement de manifester un témoignage d'indignation ...
      ...ération portant qu'étant convaincue que la vente des biens du clergé était l'unique moyen et la ressource la plus prompte de préserver l'Etat des dangers que les en...
      ... des Français, elle supplie l'Assemblée de comprendre dans la vente des biens du clergé tous ceux qui se trouvent dans le territoire de Saint-Maximin, et d'autoriser la commune à acheter ceux qui seraient à s...
      , député de Saint-Maximin en Provence, fait lecture d'une délibération de la municipalité de Saint-Maximin en Provence; elle se plaint d'un libelle dans lequel on a supposé que cette municipalité avait délibéré q...
      ...des biens ecclésiastiques. Cette municipalité a pensé queson honneur et son patriotisme lui commandaient impérieusement de manifester un témoignage d'indignation contre cette calomnie ; en conséquence, elle a pris, le 21 mars dernier, une délibération portant qu'étant convaincue que la vente des biens du clergé était l'unique moyen et la ressource la plus prompte de préserver l'Etat des dangers que les ennemis du bien public se plaisent à accréditer pour abattre le courage et enchaîner le patriotisme des Français, elle supplie l'Assemblée de comprendre dans la vente des biens du clergé tous ceux qui se trouvent dans le territoire de Saint-Maximin, et d'autoriser la commune à acheter ceux qui seraient à sa convenance.
      Locuteur: Ricard de Séalt
      ...nicipalité, persistant dans son serment de fidélité à la nation, à la loi, au roi et aux décrets de l'Assemblée nationale, a renouvelé tous les pouvoirs de son député à l'Assemblée nationale, à l'effet de ne point se séparer que la constitution de la France ne soit achevée ; elle a délibéré enfin de faire imprimer sa délibération, de l'adresser aux principales villes du ro... Cette municipalité, persistant dans son serment de fidélité à la nation, à la loi, au roi et aux décrets de l'Assemblée nationale, a renouvelé tous les pouvoirs de son député à l'Assemblée nationale, à l'effet de ne point se séparer que la constitution de la France ne soit achevée ; elle a délibéré enfin de faire imprimer sa délibération, de l'adresser aux principales villes du royaume, et d'en présenter un exemplaire à l'Assemblée nationale.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      « Nous, Français et soldats du régiment de Poitou, en garnison à Saint-Brieuc, défenseurs par inclination de la patrie notre mère commune, informés qu'on a osé calomnier, auprès d'un digne membre de l'Assemblée nationale, notre conduite et notre patriotisme, nous jurons nous venger de cette iniquité, qui nous touche sensiblement, mais avec les armes de la paix et les moyens que nous avons le bonheur de posséder dans la justice des représentants d'une grande ...
      ...daigneront toujours être les défenseurs de l'innocence opprimée.
      « Nous, Français et soldats du régiment de Poitou, en garnison à Saint-Brieuc, défenseurs par inclination de la patrie notre mère commune, informés qu'on a osé calomnier, auprès d'un digne membre de l'Assemblée nationale, notre conduite et notre patriotisme, nous jurons nous venger de cette iniquité, qui nous touche sensiblement, mais avec les armes de la paix et les moyens que nous avons le bonheur de posséder dans la justice des représentants d'une grande nation, qui daigneront toujours être les défenseurs de l'innocence opprimée.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      « Nous jurons n'avoir de plus grand désir que celui de donner des preuves de notre amour pour la félicité publique, et la maintenir jusqu'au lit de la mort. « Nous jurons n'avoir de plus grand désir que celui de donner des preuves de notre amour pour la félicité publique, et la maintenir jusqu'au lit de la mort.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      ...s jurons enfin soumission sans bornes à la loi régénérée, dévouement et respect au...
      ...x augustes représentants, restaurateurs de la liberté.
      « Nous jurons enfin soumission sans bornes à la loi régénérée, dévouement et respect au roi des Français, attachement inaltérable à notre patrie, et reconnaissance aux augustes représentants, restaurateurs de la liberté.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      ... les sentiments que nous éprouvons, que la plume, interprète de nos cœurs, n'a pu peindre comme nous l'... « Tels sont, malgré nos ennemis, nos affections et les sentiments que nous éprouvons, que la plume, interprète de nos cœurs, n'a pu peindre comme nous l'aurions désiré.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      * Le présent, souscrit de nous, soldats du premier bataillon du régiment de Poitou, sera présenté à MM. les officie...
      ...re d'en recevoir le dépôt comme un gage de notre reconnaissance et de notre dévouement envers la patrie, et copie en sera adressée à MM. de Cbampeaux et Corbion, députés à l'Assemblée nationale, à Paris, et la présente copie remise aux mains du colonel des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, comme un hommage de fidélité aux citoyens et d'attachement ...
      * Le présent, souscrit de nous, soldats du premier bataillon du régiment de Poitou, sera présenté à MM. les officiers municipaux, avec prière d'en recevoir le dépôt comme un gage de notre reconnaissance et de notre dévouement envers la patrie, et copie en sera adressée à MM. de Cbampeaux et Corbion, députés à l'Assemblée nationale, à Paris, et la présente copie remise aux mains du colonel des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, comme un hommage de fidélité aux citoyens et d'attachement inviolable envers les soldats nationaux.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      « M. de la Ville-Berno, colonel en second, a donné...
      ...taires du premier bataillon du régiment de Poitou.
      « M. de la Ville-Berno, colonel en second, a donné lecture du pacte des braves militaires du premier bataillon du régiment de Poitou.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      « L'Assemblée l'a reçu avec autant de sensibilité que de reconnaissance, et a chargé le commandant de leur témoigner son adhésion, et leur remettre une copie du présent, souscrite de plusieurs de3 volontaires, tant en leur nom, qu'au nom de leurs camarades, et de les assurer de la réciprocité des sentiments d'estime, d'... « L'Assemblée l'a reçu avec autant de sensibilité que de reconnaissance, et a chargé le commandant de leur témoigner son adhésion, et leur remettre une copie du présent, souscrite de plusieurs de3 volontaires, tant en leur nom, qu'au nom de leurs camarades, et de les assurer de la réciprocité des sentiments d'estime, d'amitié et d'attachement qui leur sont voués.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      Adresse de la commune de la ville de Strasbourg; elle développe les motifs qui concourent à faire craindre, dans la province d'Alsace, l'admission des juif... Adresse de la commune de la ville de Strasbourg; elle développe les motifs qui concourent à faire craindre, dans la province d'Alsace, l'admission des juifs à l'état civil, et qui rendent cette admission très nuisible à l'Alsace.
      Locuteur: Pison du Galland
      1° D'une rente de 127 livres 18 sols 5 deniers, sur le trésor royal, au capital originaire de 12,792 livres 4 sols 6 deniers; 1° D'une rente de 127 livres 18 sols 5 deniers, sur le trésor royal, au capital originaire de 12,792 livres 4 sols 6 deniers;
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      , député de Bretagne, fait lecture d'un pacte fédératif des soldats du réaiment de Poitou, conçu en ces termes : , député de Bretagne, fait lecture d'un pacte fédératif des soldats du réaiment de Poitou, conçu en ces termes :
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      « Pénétrés de l'heureuse révolution qui a rangé tous ...
      ...larons, en dépit denos ennemis communs, de demeurer inviolablement attachés aux principes de patriotisme desquels nous sommes insépa...
      « Pénétrés de l'heureuse révolution qui a rangé tous les hommes à leur place, nous déclarons, en dépit denos ennemis communs, de demeurer inviolablement attachés aux principes de patriotisme desquels nous sommes inséparables.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      ...dministration des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, assemblé le 17 avril 1790... « Extrait du registre du conseil d'administration des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, assemblé le 17 avril 1790.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      ...ssemblée nationale applaudit à cet acte de patriotisme. L'Assemblée nationale applaudit à cet acte de patriotisme.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      ...ure à l'Assemblée d'une lettre du sieur de Chazerat, en date de Genève, du 12 du présent mois, par laquelle il supplie M. le président d'obtenir de l'Assemblée quelques instants de son attention pour l'examen de3 comptes de sa gestion, et de son administration en qualité d'intenda...
      ...gne, dont il joint le mémoire, en forme de compte, à sa lettre.
      M. le Président fait lecture à l'Assemblée d'une lettre du sieur de Chazerat, en date de Genève, du 12 du présent mois, par laquelle il supplie M. le président d'obtenir de l'Assemblée quelques instants de son attention pour l'examen de3 comptes de sa gestion, et de son administration en qualité d'intendant en Auvergne, dont il joint le mémoire, en forme de compte, à sa lettre.
      Locuteur: Palasne de Champeaux
      L'Assemblée nationale ordonne le renvoi de l'adresse au comité de constitution, pour en être incessamment... L'Assemblée nationale ordonne le renvoi de l'adresse au comité de constitution, pour en être incessamment rendu compte à l'Assemblée.
      Locuteur: Le Président
      fait lecture d'une lettre de fait lecture d'une lettre de
      ...n million, aux conditions proposées par la municipalité de Paris, ou à telles autres que 1 Assembl... du clergé pour un million, aux conditions proposées par la municipalité de Paris, ou à telles autres que 1 Assemblée ordonnera, et sous telle inspection que l'Assemblée prescrira.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 153
      Locuteur: Le Président
      M. Necker, qu'il vient de recevoir ; la lettre portant : M. Necker, qu'il vient de recevoir ; la lettre portant :
      Locuteur: Le Président
      « Le roi m'a ordonné de vous adresser, pour en donner la première connaissance à l' Assemblée nationale, la proclamation de Sa Majesté, relative aux assignats décr... « Le roi m'a ordonné de vous adresser, pour en donner la première connaissance à l' Assemblée nationale, la proclamation de Sa Majesté, relative aux assignats décrétés par l'Assemblée. Je ne doute point que cette disposition, déterminée par le...
      Locuteur: Le Président
      ...blée ayant manifesté son vœu d'entendre la lecture de la proclamation du roi, mentionnée dans la lettre de M. Necker, un de MM. les secrétaires fait lecture de ladite proclamation, dont la teneur suit : i L'Assemblée ayant manifesté son vœu d'entendre la lecture de la proclamation du roi, mentionnée dans la lettre de M. Necker, un de MM. les secrétaires fait lecture de ladite proclamation, dont la teneur suit :
      Locuteur: Le Président
      « Le roi vient de sanctionner le décret de l'Assemblée nationale pour la création et l'admission dans les paiements, d'une somme de 400 millions de billets nationaux, portant trois pour c...
      ...boursement. Ces billets, indépendamment de l'hypothèque spéciale qui leur a été assurée, doivent être considérés comme4a dette la plus sacrée de la nation : ainsi, quoique le décret revêtu de la sanction du roi, n'ait imposé et n'ait pu imposer que l'obligation de recevoir ces billets dans les paiements...
      ...les habitants du royaume à les recevoir de même sans aucune objection ni difficult...
      ...ous les contrats et les marchés libres; de telle manière que, par l'effet d'une ju...
      ... faire à tous les bons Français une loi de cette conduite; et dans un temps où tant de biens doivent dériver d'un pareil senti...
      ...'une manière plus réelle et plus utile, la puissance étendue d'une nation, lorsque les citoyens sont unis par l'honneur, la raison et la liberté. Le roi protégera dans tous les...
      ...gagement solennel que les représentants de cette grande nation viennent de contracter pour la sûreté des assignats, auxquels ils ont donné le caractère de monnaie; ainsi, le roi en invitant ses sujets à favoriser de tout leur pouvoir le crédit et le cours de ces assignats, croit concilier parfaite...
      ... attachement aux principes inaltérables de la justice, avec l'intérêt dont il sera constamment animé pour le rétablissement de l'ordre dans les finances, la facilité du commerce et la prospérité générale du royaume. A Paris...
      « Le roi vient de sanctionner le décret de l'Assemblée nationale pour la création et l'admission dans les paiements, d'une somme de 400 millions de billets nationaux, portant trois pour cent d'intérêt jusqu'à leur remboursement. Ces billets, indépendamment de l'hypothèque spéciale qui leur a été assurée, doivent être considérés comme4a dette la plus sacrée de la nation : ainsi, quoique le décret revêtu de la sanction du roi, n'ait imposé et n'ait pu imposer que l'obligation de recevoir ces billets dans les paiements qui ont lieu d'un débiteur à un créancier, Sa Majesté invite tous les habitants du royaume à les recevoir de même sans aucune objection ni difficulté, dans ^ tous les contrats et les marchés libres; de telle manière que, par l'effet d'une juste confiance, les billets nationaux soient estimés partout à l'égal du numéraire effectif. Un sentiment patriotique doit faire à tous les bons Français une loi de cette conduite; et dans un temps où tant de biens doivent dériver d'un pareil sentiment, Sa Majesté ne saurait douter que chacun ne s'y montre fidèle. Il n'existera jamais d'occasion où l'on puisse manifester d'une manière plus réelle et plus utile, la puissance étendue d'une nation, lorsque les citoyens sont unis par l'honneur, la raison et la liberté. Le roi protégera dans tous les temps l'engagement solennel que les représentants de cette grande nation viennent de contracter pour la sûreté des assignats, auxquels ils ont donné le caractère de monnaie; ainsi, le roi en invitant ses sujets à favoriser de tout leur pouvoir le crédit et le cours de ces assignats, croit concilier parfaitement son inviolable attachement aux principes inaltérables de la justice, avec l'intérêt dont il sera constamment animé pour le rétablissement de l'ordre dans les finances, la facilité du commerce et la prospérité générale du royaume. A Paris, le dix-neuf avril mil sept cent quatre-vingt-dix.
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée ordonne que la lettre et la proclamation seraient transcrites dans ...
      ...sident d'exprimer au roi les sentiments de la vive reconnaissance de l'Assemblée, de l'empressement de Sa Majesté à concourir à tout ce qui tend au bien public, et qui peut opérer le bonheur de l'Etat.
      L'Assemblée ordonne que la lettre et la proclamation seraient transcrites dans le procès-verbal; elle charge en outre son président d'exprimer au roi les sentiments de la vive reconnaissance de l'Assemblée, de l'empressement de Sa Majesté à concourir à tout ce qui tend au bien public, et qui peut opérer le bonheur de l'Etat.
      Locuteur: Le Président
      Les députés du district de l'abbaye Saint-Ger-main-des-Prés, admis à la barre de l'Assemblée, présente le bordereau de l'offrande patriotique de la section de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés. Les députés du district de l'abbaye Saint-Ger-main-des-Prés, admis à la barre de l'Assemblée, présente le bordereau de l'offrande patriotique de la section de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés.
      Locuteur: Le Président
      . Un membre de la députation fait le discours suivant : . Un membre de la députation fait le discours suivant :
      Locuteur: Le Président
      « Les citoyens de la section de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés vous présentent ...
      ...ffert par l'honnête médiocrité. Combien de fois nous nous sommes félicités de ne compter dans notre sein que des hommes égaux entre eux, dès avant lés jours de l'égalité. Nous en avons chéri davantage la Révolution, même à son aurore. Nous avons fourni un plus grand nombre de défenseurs à la patrie et dans ce moment où nous faisons des vœux si ardents pour la prochaine organisation delà municipalité, nous en sommes plus de vrais amis de la constitution et de vos décrets, auxquels nous jurons de nouveau de demeurer inviolablement attachés. »
      « Les citoyens de la section de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés vous présentent leur offrande patriotique ; ce n'est pas un tribut payé par l'aisance, c'est un don offert par l'honnête médiocrité. Combien de fois nous nous sommes félicités de ne compter dans notre sein que des hommes égaux entre eux, dès avant lés jours de l'égalité. Nous en avons chéri davantage la Révolution, même à son aurore. Nous avons fourni un plus grand nombre de défenseurs à la patrie et dans ce moment où nous faisons des vœux si ardents pour la prochaine organisation delà municipalité, nous en sommes plus de vrais amis de la constitution et de vos décrets, auxquels nous jurons de nouveau de demeurer inviolablement attachés. »
      Locuteur: Le Président
      « Tout acte de patriotisme, tout ce qui annonce ou qui...
      ... a droit d'intéresser les représentants de la nation. Ils sont accoutumés àtrouver ce...
      ...là capitale, et ledévouementparticulier de la section de Saint-Germain-des-Prés n'a rien qui les...
      « Tout acte de patriotisme, tout ce qui annonce ou qui prouve des cœurs vraiment citoyens, a droit d'intéresser les représentants de la nation. Ils sont accoutumés àtrouver ces sentiments dans les habitants delà capitale, et ledévouementparticulier de la section de Saint-Germain-des-Prés n'a rien qui les étonne. L'Assemblée nationale reçoit cet hommage avec satisfaction; elle vous p...
      Locuteur: Le Président
      ...utés du bataillon des Théatins, admis à la barre de l'Assemblée, manifestent lessentiments de leur bataillon de la manière suivante : Les députés du bataillon des Théatins, admis à la barre de l'Assemblée, manifestent lessentiments de leur bataillon de la manière suivante :
      Locuteur: Le Président
      « Le bataillon de Saint-Etienne-du-Mont a eu l'honneur de vous présenter une Adresse, pour vous a...
      ... les sentiments patriotiques et le zèle de la garJe nationale parisienne; que la permanence ou la non-permanence des districts ne l'éloigneront jamais de l'obéissance qu'elle doit aux lois décr...
      ...esse qui vous a été présentée par celui de Saint-Etienoe-du-Mont, nous députe vers...
      ...e le régime que vos décrets donneront à la ville de Paris, la garde nationale obéira et emploiera son...
      ...us décrétiez, Messieurs, l'organisation de l'armée, pour connaître ses devoirs qui...
      « Le bataillon de Saint-Etienne-du-Mont a eu l'honneur de vous présenter une Adresse, pour vous assurer que rien n'était capable d'altérer les sentiments patriotiques et le zèle de la garJe nationale parisienne; que la permanence ou la non-permanence des districts ne l'éloigneront jamais de l'obéissance qu'elle doit aux lois décrétées par l'Assemblée nationale, et sanctionnées par le roi. Le même esprit, les...
      ...niment le bataillon des Théatins qui, adhérant aux principes consacrés par Y Adresse qui vous a été présentée par celui de Saint-Etienoe-du-Mont, nous députe vers vous, pour jurer en son nom une entière soumission aux lois décrétées par l'Assemblée nationale et sanctionnées par le roi. N'importe le régime que vos décrets donneront à la ville de Paris, la garde nationale obéira et emploiera son courage et sa force pour le soutenir. Elle attend, cette garde nationale, que vous décrétiez, Messieurs, l'organisation de l'armée, pour connaître ses devoirs qui seuls dirigeront sa con -duite. »
      Locuteur: Le Président
      ...amais eu aucun doute sur les sentiments de la milice parisienne. Elle s'est toujours ...
      ...ésion le prix qu'elle a attaché à celle de toutes les autres sections de la garde nationale de Paris. Elle vous permet d'assister à sa...
      « L'Assemblée nationale n'a jamais eu aucun doute sur les sentiments de la milice parisienne. Elle s'est toujours reposée sur le patriotisme qui l'a formée, pour compter sur sa fidélité, sur son dévouement et sur sa soumission aux lois. Elle attache à votre adhésion le prix qu'elle a attaché à celle de toutes les autres sections de la garde nationale de Paris. Elle vous permet d'assister à sa séance. »
      Locuteur: Le Président
      Les députés de VAssemblée générale des représentants de la commune de Paris admis à la Les députés de VAssemblée générale des représentants de la commune de Paris admis à la
      Locuteur: Le Président
      ...igné : LOUIS. Et plus bas, par le roi : de Saint-Priest. » Signé : LOUIS. Et plus bas, par le roi : de Saint-Priest. »

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 154
      Locuteur: Le Président
      barre de l'Assemblée, présentent l'adresse d'adhésion à ses décrets, de protestation d'une fidélité inviolable à la Constitution décrétée par l'Assemblée n...
      ...qui en sont et seront émanées. Pénétrés de la sainteté de leurs devoirs, ils jurent de rester à leur poste jusqu'au moment où ...
      ...semblée nationale s'occupe incessamment de l'organisation de la municipalité de Paris et prenne en considération leurs représentations sur celui de ses décrets, qui, liant les droits de l'homme à la législation et à la répartition de l'impôt, prive du droit d'éligibilité à...
      barre de l'Assemblée, présentent l'adresse d'adhésion à ses décrets, de protestation d'une fidélité inviolable à la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale, et à toutes les lois qui en sont et seront émanées. Pénétrés de la sainteté de leurs devoirs, ils jurent de rester à leur poste jusqu'au moment où d'autres viendront le remplir, lis demandent que l'Assemblée nationale s'occupe incessamment de l'organisation de la municipalité de Paris et prenne en considération leurs représentations sur celui de ses décrets, qui, liant les droits de l'homme à la législation et à la répartition de l'impôt, prive du droit d'éligibilité à l'Assemblée nationale les citoyens qui ne payent pas un marc d'argent d'imposit...
      Locuteur: Le Président
      répond aux représentants de la commune de Paris : répond aux représentants de la commune de Paris :
      Locuteur: Le Président
      ...ssemblée nationale, qui siège au milieu de vous, connaît toute l'importance des ob...
      ...rds qui se portent jusqu'aux extrémités de la France, pour rétablir partout le règne des lois, se sont déjà arrêtés sur la nécessité pressante d'assurer à la capitale une bonne administration. Si le résultat de ses travaux à cet égard n'est pas encore connu, c'est que la marche d'un législateur doit être lente...
      ...çu différents plans pour l'organisation de la municipalité de Paris ; elle les pèsera tous dans sa sa...
      ...e à celui qui lui a été présenté au nom de l'Assemblée générale des représentants de la commune de Paris. Elle prendra^ en considération l...
      « L'Assemblée nationale, qui siège au milieu de vous, connaît toute l'importance des objets que vous venez lui rappeler. Ses regards qui se portent jusqu'aux extrémités de la France, pour rétablir partout le règne des lois, se sont déjà arrêtés sur la nécessité pressante d'assurer à la capitale une bonne administration. Si le résultat de ses travaux à cet égard n'est pas encore connu, c'est que la marche d'un législateur doit être lente, pour être sûre. L'Assemblée nationale a reçu différents plans pour l'organisation de la municipalité de Paris ; elle les pèsera tous dans sa sagesse, et donnera une attention particulière à celui qui lui a été présenté au nom de l'Assemblée générale des représentants de la commune de Paris. Elle prendra^ en considération les réflexions que vous lui présentez sur les décrets qu'elle a déjà rendus, et v...
      Locuteur: Léopold de Nucé
      , capitaine au régiment de Gourten, Suisse, fait hommage et don patriotique à la nation de sa pension de 600 livres, pour la présente année et pour 1791. Il jure à la face ae la nation, de la défendre de tout son pouvoir, tant qu'il sera au service 'de la France, sans déroger aux traités des Suisses avec la France. , capitaine au régiment de Gourten, Suisse, fait hommage et don patriotique à la nation de sa pension de 600 livres, pour la présente année et pour 1791. Il jure à la face ae la nation, de la défendre de tout son pouvoir, tant qu'il sera au service 'de la France, sans déroger aux traités des Suisses avec la France.
      Locuteur: Le Président
      « La France a droit ae compter sur le patriotisme de tout Français ; elle y est encouragée p... « La France a droit ae compter sur le patriotisme de tout Français ; elle y est encouragée par les preuves qu'elle en reçoit chaque jour; vous lui prouvez qu'elle a des enf...
      Locuteur: Le Président
      La paroisse de Gennevilliers près Paris fait don patri...
      ...net, syndic municipal, du remboursement de 600 livres de principal de son quart patriotique ; 2° par la commune, de 250 livres en principal de son quart patriotique ; 3° par la fa-Erique, de 200 livres pour même objet; 4° par tous les habitants en nom collectif, du quart de l'imposition des ci-devant privilégiés, pour les six derniers mois de 1789. Les députés de cette paroisse demandent à prêter le se...
      ... admis à le prêter au nom des habitants de cette paroisse.
      La paroisse de Gennevilliers près Paris fait don patriotique : 1° par le sieur Clément-Jeau-fiaptiste Manet, syndic municipal, du remboursement de 600 livres de principal de son quart patriotique ; 2° par la commune, de 250 livres en principal de son quart patriotique ; 3° par la fa-Erique, de 200 livres pour même objet; 4° par tous les habitants en nom collectif, du quart de l'imposition des ci-devant privilégiés, pour les six derniers mois de 1789. Les députés de cette paroisse demandent à prêter le serment civique, et sont admis à le prêter au nom des habitants de cette paroisse.
      Locuteur: Le Président
      La municipalité de Soissons présente et remet sur le burea...
      ...le demande d'acquérir pour six millions de biens ecclésiastiques ; elle en fait so...
      ...resse, sauf à augmenter cette somme par la suite, dans le cas où les biens d'apanage seraient mis à la disposition de la nation.
      La municipalité de Soissons présente et remet sur le bureau une délibération par laquelle elle demande d'acquérir pour six millions de biens ecclésiastiques ; elle en fait soumission expresse, sauf à augmenter cette somme par la suite, dans le cas où les biens d'apanage seraient mis à la disposition de la nation.
      Locuteur: Le Président
      La Société royale d1 agriculture fait, par l'organe de ses députés admis a la barre, le discours suivant: La Société royale d1 agriculture fait, par l'organe de ses députés admis a la barre, le discours suivant:
      Locuteur: Le Président
      « La société d'agriculture a déjà transmis à...
      ... dans un mémoire qu'elle a eu l'honneur de lui présenter, les vœux que des cultivateurs de toutes les provinces lui avaient fait p...
      ... exercice, et conséquemment aux progrès leur article. Ces vœux ont été presqu'a...
      ...que formés ; chaque jour les laboureurs de tous les cantons du royaume nous annoncent l'amélioration de leur sort et en rendent hommage à votre justiee. Nous venons dans ce moment, de. leur part, vous témoigner leur reconna...
      « La société d'agriculture a déjà transmis à l'Assemblée nationale, dans un mémoire qu'elle a eu l'honneur de lui présenter, les vœux que des cultivateurs de toutes les provinces lui avaient fait parvenir sur les abus nuisibles au libre exercice, et conséquemment aux progrès leur article. Ces vœux ont été presqu'aussitôt exaucés que formés ; chaque jour les laboureurs de tous les cantons du royaume nous annoncent l'amélioration de leur sort et en rendent hommage à votre justiee. Nous venons dans ce moment, de. leur part, vous témoigner leur reconnaissance pour vos sages décrets, vous annoncer l'heureuse influence qu'ils ont eu...
      Locuteur: Le Président
      ...vez rendues pour délivrer l'agriculture de ses entraves ne sont point anticipées :...
      ...s habitants des campagnes, c'est-à-dire la portion la plus saine et la plus nombreuse des citoyens. Elle nous ...
      ...connaître combien elle était impatiente de rentrer dans ses droits. Que ceux qui croient avoir lieu de se plaindre sachent que s'ils ont été obligés de lui tout rendre, c'est qu'ils lui avaie...
      « Non, quoi qu'on ait osé dire, les décisions que vous avez rendues pour délivrer l'agriculture de ses entraves ne sont point anticipées : daignez en croire par notre organe, les habitants des campagnes, c'est-à-dire la portion la plus saine et la plus nombreuse des citoyens. Elle nous a depuis longtemps fait connaître combien elle était impatiente de rentrer dans ses droits. Que ceux qui croient avoir lieu de se plaindre sachent que s'ils ont été obligés de lui tout rendre, c'est qu'ils lui avaient tout ôté.
      Locuteur: Le Président
      ...vez fait disparaître cette longue suite de droits arbitraires qui, prélevés au nom et pour les besoins de la chose publique, appauvrissaient le labo...
      ...ous; le cultivateur ne sera plus obligé de partager ses récoltes avec le gibier et le déci-mateur ; il ne sera plus avili par la mainmorte ; son asilë ne sera plus suje...
      ... il ne sera plus humilié par les droits de franc-fief et de la dérogeance; il ne verra plus ses récolt...
      ...ires qui trop souvent en occasionnaient la perte; son grain, son pain, sa vendange ne seront plus soumis à la banalité; le transportée ses denrées ne...
      ...ritages, et l'eau courante ne sera plus la possession d'un seul qui en abusait le plus souvent pour noyer les terres voisines; la justice ira trouver les paisibles habit...
      ...ux-ci ne viendront plus dans les villes la chercher, le plus souvent sans la trouver; des vœux de stérilité et d'inaction n'enlèveront plus à la culture des hommes forts et vigoureux ; les cérémonies augustes de la religion ne seront plus soumises à un t...
      ...loi odieuse n'ôtera plus au cultivateur la faculté de se procurer le sel si nécessaire à la conservation de ses bestiaux; soldats et laboureurs, se...
      « Vous avez fait disparaître cette longue suite de droits arbitraires qui, prélevés au nom et pour les besoins de la chose publique, appauvrissaient le laboureur sans enrichir l'Etat; l'impôt sera réparti eu raison des propriétés, et il sera commun à tous; le cultivateur ne sera plus obligé de partager ses récoltes avec le gibier et le déci-mateur ; il ne sera plus avili par la mainmorte ; son asilë ne sera plus sujet au retrait féodal, aux déclarations; il ne sera plus humilié par les droits de franc-fief et de la dérogeance; il ne verra plus ses récoltes soumises à des baux arbitraires qui trop souvent en occasionnaient la perte; son grain, son pain, sa vendange ne seront plus soumis à la banalité; le transportée ses denrées ne sera plus empêché par des péages établis sur toutes les routes; il ne lui sera plus défendu d'user des eaux pour arroser ses héritages, et l'eau courante ne sera plus la possession d'un seul qui en abusait le plus souvent pour noyer les terres voisines; la justice ira trouver les paisibles habitants des champs, et ceux-ci ne viendront plus dans les villes la chercher, le plus souvent sans la trouver; des vœux de stérilité et d'inaction n'enlèveront plus à la culture des hommes forts et vigoureux ; les cérémonies augustes de la religion ne seront plus soumises à un tarif honteux; une loi odieuse n'ôtera plus au cultivateur la faculté de se procurer le sel si nécessaire à la conservation de ses bestiaux; soldats et laboureurs, ses enfants ne fuiront plus à
      Locuteur: Le Président
      répond aux députés, porteurs de ces dons : répond aux députés, porteurs de ces dons :
      Locuteur: Le Président
      « Quand les actes de patriotisme se répètent journellement, ...
      ...éprouve, en voyant cet heureux concours de tous
      « Quand les actes de patriotisme se répètent journellement, il faut bien que l'Assemblée nationale répète les expressions du sentiment qu'elle éprouve, en voyant cet heureux concours de tous

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 155
      Locuteur: Le Président
      la nouvelle de la milice, espèce de dîme prélevée sur des malheureux à qui ...
      ...reur ne se trouvera plus le dernier sur la liste des citoyens. Vous avez enfin, en faisant disparaître les funestes effets de la fiscalité et de la féodalité, délivré l'agriculture d'autant de fléaux qui ravageaient annuellement les...
      ...elles attestent déjà les heureux effets de vos premiers efforts. Que n'a-t-on pas ...
      la nouvelle de la milice, espèce de dîme prélevée sur des malheureux à qui on n'avait plus à prendre que leur propre personne : grâce à l'anéantissement des privilèges, le laboureur ne se trouvera plus le dernier sur la liste des citoyens. Vous avez enfin, en faisant disparaître les funestes effets de la fiscalité et de la féodalité, délivré l'agriculture d'autant de fléaux qui ravageaient annuellement les campagnes; elles attestent déjà les heureux effets de vos premiers efforts. Que n'a-t-on pas droit d'espérer, lorsqu'après avoir détruit le mal qui n'aurait pas dû se faire,...
      Locuteur: Le Président
      « Les ministres de la religion, répandus dans les campagnes, ne seront plus, au moyen de vos nouveaux bienfaits, les témoins inutiles de la misère qui régnait autour d'eux, et qu'ils ne pouvaient soulager sans la partager; en leur confiant une portion de terre, vous ajouterez à leurs vertus l'amour de l'agriculture qu'il faudrait ériger en ... « Les ministres de la religion, répandus dans les campagnes, ne seront plus, au moyen de vos nouveaux bienfaits, les témoins inutiles de la misère qui régnait autour d'eux, et qu'ils ne pouvaient soulager sans la partager; en leur confiant une portion de terre, vous ajouterez à leurs vertus l'amour de l'agriculture qu'il faudrait ériger en vertu, si ce n'en était pas une.
      Locuteur: Le Président
      « La société nous a chargés de vous présenter la collection de ses ouvrages : ils ne consistent pas seulement dans les travaux de ses membres, mais surtout dans les obse...
      ...s nombreux correspondants, cultivateurs de tous les genres, l'ont mise à portée de publier; ils sont peu volumineux, mais ...
      ...peu à dire lorsque les faits ont parlé. La brièveté est d'ailleurs le caractère de...
      « La société nous a chargés de vous présenter la collection de ses ouvrages : ils ne consistent pas seulement dans les travaux de ses membres, mais surtout dans les observations que ses nombreux correspondants, cultivateurs de tous les genres, l'ont mise à portée de publier; ils sont peu volumineux, mais en agriculture, on a bien peu à dire lorsque les faits ont parlé. La brièveté est d'ailleurs le caractère des productions qui ont pour objet une grande utilité; nous en attestons les écrit...
      Locuteur: Le Président
      « Gomme membres de la société d'agriculture, nous n'avons que...
      ...but à offrir; privés d'appointements et de pensions, nous le sommes de la satisfaction d'en faire aujourd'hui le sacrifice sur l'autel de la patrie, mais peut-être daigne-rez-vous ...
      ... avons donnés lorsque nous avons décidé de n'en recevoir jamais.
      « Gomme membres de la société d'agriculture, nous n'avons que ce faible tribut à offrir; privés d'appointements et de pensions, nous le sommes de la satisfaction d'en faire aujourd'hui le sacrifice sur l'autel de la patrie, mais peut-être daigne-rez-vous croire que nous les avons donnés lorsque nous avons décidé de n'en recevoir jamais.
      Locuteur: Le Président
      ...n'oubliera jamais que l'agriculture est la base de toute prospérité, la source de toute richesse. Elle fait profession d'...
      ...s, soit qu'ils emploient les ressources de leur esprit à diriger ceux qui le profe...
      ...ards ont dû se porter vers cette classe de la société, qui nourrit toutes les autres, et qui, dans l'inégalité des chances de la vie, n'avait eu jusqu'ici pour apanage que le lot de l'indigence, de la servitude et du malheur.
      « Messieurs, l'Assemblée nationale n'a jamais oublié, elle n'oubliera jamais que l'agriculture est la base de toute prospérité, la source de toute richesse. Elle fait profession d'honorer tous ceux qui se dévouent à ce premier des arts, soit qu'ils rexercent par eux-mêmes, soit qu'ils emploient les ressources de leur esprit à diriger ceux qui le professent. Ainsi, ses premiers regards ont dû se porter vers cette classe de la société, qui nourrit toutes les autres, et qui, dans l'inégalité des chances de la vie, n'avait eu jusqu'ici pour apanage que le lot de l'indigence, de la servitude et du malheur.
      Locuteur: Le Président
      ...riptibles, elle a voulu que le sol même de la France connût le bienfait de la liberté. Mais, Messieurs, tandis que le...
      ...re les moissons, marche timidement dans la route sûre, mais bornée, de l'expérience, c'est à des compagnies savantes, telles que la vôtre, qu'il appartient d'ajouter les lumières de la théorie aux
      ...remiers décrets, assuré à chaque citoyen français ses droits naturels et imprescriptibles, elle a voulu que le sol même de la France connût le bienfait de la liberté. Mais, Messieurs, tandis que le citoyen rustique qui fait croître les moissons, marche timidement dans la route sûre, mais bornée, de l'expérience, c'est à des compagnies savantes, telles que la vôtre, qu'il appartient d'ajouter les lumières de la théorie aux
      Locuteur: Le Président
      avantages de la pratique, et de contribuer ainsi journellement au progrès de l'agriculture. La France entière connaît l'utilité de vos travaux, et rend une égale justice ... avantages de la pratique, et de contribuer ainsi journellement au progrès de l'agriculture. La France entière connaît l'utilité de vos travaux, et rend une égale justice à vos connaissances et à votre désintéressement. L'Assemblée nationale reçoit vo...
      Locuteur: Le Président
      ...ée nationale ordonne que le discours et la réponse de M. le président seront insérés en entie... L'Assemblée nationale ordonne que le discours et la réponse de M. le président seront insérés en entier dans le procès-verbal, imprimés et envoyés dans chaque district du royaume.
      Locuteur: Le Président
      Le sieur Baudouin, imprimeur de VAssemblée, demande qu'il lui soit remis, par MM. les députés, la liste des districts et cantons de leurs départements, afin de faciliter les envois des objets dont l'... Le sieur Baudouin, imprimeur de VAssemblée, demande qu'il lui soit remis, par MM. les députés, la liste des districts et cantons de leurs départements, afin de faciliter les envois des objets dont l'impression est ordonnée par l'Assemblée nationale.
      Locuteur: Prieur
      ...comité des rapports, présente un projet de décret sur l'affaire du sieur de Laborde, lieutenant général du bailliage de Crécy, persécuté par la municipalité de cette ville. , membre du comité des rapports, présente un projet de décret sur l'affaire du sieur de Laborde, lieutenant général du bailliage de Crécy, persécuté par la municipalité de cette ville.
      Locuteur: Houdet
      ...nde que le décret improuve formellement la conduite de la municipalité. demande que le décret improuve formellement la conduite de la municipalité.
      Locuteur: Houdet
      ...d'aucun délit doit jouir tranquillement de sa liberté et de son état, et être en sûreté sous la sauvegarde de la loi; en conséquence, que la municipalité de Crécy aurait dû et doit employer tous l...
      ... son pouvoir, pour faire jouir le sieur de Laborde, lieutenant général de cette ville, des droits appartenant à t...
      ...ète en outre que son président écrira à la municipalité de Crécy, que l'Assemblée improuve les délibérations prises par les habitants de cette ville, les 14 décembre et 3 janvi...
      ...s, par lesquelles ils ont voulu flétrir la réputation et l'honneur du sieur de Laborde. j»
      ...oir entendu son comité des rapports, déclare que tout citoyen qui n'est prévenu d'aucun délit doit jouir tranquillement de sa liberté et de son état, et être en sûreté sous la sauvegarde de la loi; en conséquence, que la municipalité de Crécy aurait dû et doit employer tous les moyens qui sont en son pouvoir, pour faire jouir le sieur de Laborde, lieutenant général de cette ville, des droits appartenant à tous les citoyens ; décrète en outre que son président écrira à la municipalité de Crécy, que l'Assemblée improuve les délibérations prises par les habitants de cette ville, les 14 décembre et 3 janvier derniers, par lesquelles ils ont voulu flétrir la réputation et l'honneur du sieur de Laborde. j»
      Locuteur: Merlin
      ...té des droits féodauxprésente un projet de décret, relatif aux plaisirs de Sa Majesté, sur le fait de la chasse. L'Assemblée, n'ayant rien de plus cher que ce qui peut concourir aux... , membre du comité des droits féodauxprésente un projet de décret, relatif aux plaisirs de Sa Majesté, sur le fait de la chasse. L'Assemblée, n'ayant rien de plus cher que ce qui peut concourir aux plaisirs du roi, rend le décret suivant :
      Locuteur: Merlin
      ...ionale, considérant que par l'article 3 de ses décrets du 4 août et jours suivants...
      ...n des capitaineries, elle s'est réservé de pourvoir, par des moyens compatibles avec le respect qu'exigent les propriétés et la liberté, à la conservation des plaisirs personnels de Sa Majesté ;
      « L'Assemblée nationale, considérant que par l'article 3 de ses décrets du 4 août et jours suivants, portant abolition des capitaineries, elle s'est réservé de pourvoir, par des moyens compatibles avec le respect qu'exigent les propriétés et la liberté, à la conservation des plaisirs personnels de Sa Majesté ;
      Locuteur: Merlin
      ...devers le roi, pour supplier Sa Majesté de faire connaître à l'Assemblée nationale...
      ... réserver exclusivement pour le plaisir de la chasse. »
      « A décrété et décrète que son président se retirera, dans le jour, par devers le roi, pour supplier Sa Majesté de faire connaître à l'Assemblée nationale 1 étendue et les limites des cantons qu'elle entend se réserver exclusivement pour le plaisir de la chasse. »
      Locuteur: Le Président
      « La société voit depuis quelque temps se ré... « La société voit depuis quelque temps se répandre parmi les laboureurs ce goût pour l'instruction, cet amour pour leur prof...
      Locuteur: Le Président
      La demande du sieur Baudouin est approuvée... La demande du sieur Baudouin est approuvée.
      Locuteur: Merlin
      ...ue ce décret sera porté immédiatement à la sanction du roi. L'Assemblée décide ensuite que ce décret sera porté immédiatement à la sanction du roi.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 156
      Locuteur: Merlin
      , député de Douai, présente ensuite, au nom du comité de féodalité le rapport suivant, concernant la chasse et la pêche. , député de Douai, présente ensuite, au nom du comité de féodalité le rapport suivant, concernant la chasse et la pêche.
      Locuteur: Merlin
      Messieurs, chargé de dresser le projet d'une loi sur la chasse, votre comité féodal a cru ne pouvoir, quant à présent, remplir définitivement la tâche que vous lui aviez imposée; il ne...
      ...i vous présenter qu'un moyen provisoire de parer aux abus dont la chasse peut être en ce moment ou la cause, ou l'occasion, ou le prétexte.
      Messieurs, chargé de dresser le projet d'une loi sur la chasse, votre comité féodal a cru ne pouvoir, quant à présent, remplir définitivement la tâche que vous lui aviez imposée; il ne vient aujourd'hui vous présenter qu'un moyen provisoire de parer aux abus dont la chasse peut être en ce moment ou la cause, ou l'occasion, ou le prétexte.
      Locuteur: Merlin
      En abolissant par l'article 3 de vos décrets du 4 août 1789, le droit exclusif de la chasse, vous avez rendu à chaque propriétaire le droit qu'il tenait de la nature, de détruire sur ses possessions toute espèce de gibier; mais en même temps, et par une ...
      ... que nécessaire, vous lui avez prescrit la condition de se conformer aux lois de police que la sûreté publique pourrait exiger de vous sur l'exercice de ce droit.
      En abolissant par l'article 3 de vos décrets du 4 août 1789, le droit exclusif de la chasse, vous avez rendu à chaque propriétaire le droit qu'il tenait de la nature, de détruire sur ses possessions toute espèce de gibier; mais en même temps, et par une précaution aussi sage que nécessaire, vous lui avez prescrit la condition de se conformer aux lois de police que la sûreté publique pourrait exiger de vous sur l'exercice de ce droit.
      Locuteur: Merlin
      ... et, sans doute, vous ne terminerez pas la constitution, sans y avoir inséré un article sur un objet aussi essentiellement lié à la Révolution et au maintien de la liberté publique. Vous n'avez pas encore réglé le port d'armes ; et, sans doute, vous ne terminerez pas la constitution, sans y avoir inséré un article sur un objet aussi essentiellement lié à la Révolution et au maintien de la liberté publique.
      Locuteur: Merlin
      Il reste incertain, si, même dans la classe des citoyens actifs, et pour les...
      ...e entre ceux qui ont une étendue donnée de propriétés foncières et ceux qui n'en o...
      Il reste incertain, si, même dans la classe des citoyens actifs, et pour les campagnes surtout, vous n'établissez pas à cet égard une différence entre ceux qui ont une étendue donnée de propriétés foncières et ceux qui n'en ont que peu ou point.
      Locuteur: Merlin
      C'est au milieu de ces doutes, de ces incertitudes, que votre comité a dû marcher dans son travail sur la chasse, et il a bientôt senti qu'une lo...
      ...erait toujours fort au-dessous du degré de perfection dont elle serait susceptible...
      C'est au milieu de ces doutes, de ces incertitudes, que votre comité a dû marcher dans son travail sur la chasse, et il a bientôt senti qu'une loi sur cette matière, demeurerait toujours fort au-dessous du degré de perfection dont elle serait susceptible, tant que ces incertitudes ne seraient pas fixées.
      Locuteur: Merlin
      Si la chasse avec armes à feu est libre à tout homme qui, sans être citoyen actif, est muni de la permission du propriétaire sur le fonds... Si la chasse avec armes à feu est libre à tout homme qui, sans être citoyen actif, est muni de la permission du propriétaire sur le fonds duquel il veut chasser?
      Locuteur: Merlin
      Si, dans l'exercice de la faculté de chasser avec des armes à feu, il doit ê...
      ...entre celui qui ne possède qu'un arpent de terre, ou moins encore, et celui qui en...
      ...sions sont enclavées dans une multitude de petits corps de terre; entre celui dont les possessions...
      Si, dans l'exercice de la faculté de chasser avec des armes à feu, il doit être établi une distinction entre celui qui ne possède qu'un arpent de terre, ou moins encore, et celui qui en possède cinquante, cent ou plus; entre celui dont les possessions communiquent immédiatement aux chemins ou lieux publics,et celui dont les possessions sont enclavées dans une multitude de petits corps de terre; entre celui dont les possessions sont
      Locuteur: Merlin
      éparses en petites parties sur la surface d'un territoire, et celui dont les possessions réunies forment de grandes masses? éparses en petites parties sur la surface d'un territoire, et celui dont les possessions réunies forment de grandes masses?
      Locuteur: Merlin
      ...uelle peut, quelle doit être sur chacun de ces points, l'influence de la loi que vous devez faire sur le port d'...
      ... être notre embarras pour régler chacun de ces points dans l'état présent des chos...
      Vous apercevez, Messieurs, quelle peut, quelle doit être sur chacun de ces points, l'influence de la loi que vous devez faire sur le port d'armes, et, par une suite nécessaire, quel a dû être notre embarras pour régler chacun de ces points dans l'état présent des choses.
      Locuteur: Merlin
      ...sés, il ne pouvait être fait sur chacun de ces points qu'une loi, non seulement im...
      ...qu'elle restreindrait ou étendrait trop la liberté de chasser avec des armes à feu, et que vo...
      ...ences qui doivent être appelées loi sur la chasse. Cependant, nous venons vous pré...
      ...er à les consacrer, sauf à discuter par la suite le principe qui nous aura servi de base pour les poser. »
      ...près y avoir longtemps réfléchi, nous avons cru que, dans l'état présent des chosés, il ne pouvait être fait sur chacun de ces points qu'une loi, non seulement imparfaite, mais ou mauvaise, ou dangereuse, suivant qu'elle restreindrait ou étendrait trop la liberté de chasser avec des armes à feu, et que vous proposer dans ce moment une pareille loi, ce serait vous dire : « Vous n'avez pas encore fixé constitutionnellement le principe d'où doivent dériver les conséquences qui doivent être appelées loi sur la chasse. Cependant, nous venons vous présenter ces conséquences; nous venons vous engager à les consacrer, sauf à discuter par la suite le principe qui nous aura servi de base pour les poser. »
      Locuteur: Merlin
      ...ux partis; il ne s'en offrait qu'un, et la raison ne souffrant pas que l'on remont...
      ... crus obligés d'abandonner toute espèce de projet de loi sur les points dont il s'agit, et de vous proposer le renvoi de cette partie de votre travail, sinon à la prochaine législature, du moins au très...
      ...es circonstances pourraient vous forcer de mettre entre la clôture de la constitution et celle de vos séances.
      ...vions-nous faire? J'ose le dire, Messieurs, nous n'avions pas à choisir entre deux partis; il ne s'en offrait qu'un, et la raison ne souffrant pas que l'on remonte jamais des conséquences aux principes, mais voulant, au contraire, que l'on descende toujours des principes aux conséquences, nous nous sommes crus obligés d'abandonner toute espèce de projet de loi sur les points dont il s'agit, et de vous proposer le renvoi de cette partie de votre travail, sinon à la prochaine législature, du moins au très court intervalle que les circonstances pourraient vous forcer de mettre entre la clôture de la constitution et celle de vos séances.
      Locuteur: Merlin
      ...e loi provisoire, les dégâts que l'abus de la chasse pourrait occasionner dans les riches récoltes qui couvrent en ce moment la terre, et dont le riant aspect n'est pas une des moindres preuves de la protection que le ciel accorde si visib... Mais en prenant ce parti, il vous restera à prévenir, par une loi provisoire, les dégâts que l'abus de la chasse pourrait occasionner dans les riches récoltes qui couvrent en ce moment la terre, et dont le riant aspect n'est pas une des moindres preuves de la protection que le ciel accorde si visiblement à notre grande et heureuse Révolution.
      Locuteur: Merlin
      Dans l'application de ce principe, il s'est présenté deux sortes de personnes à observer par rapport à la chasse : ceux qui, usurpant un droit qu'ils n'ont pas, entreprendraient de chasser sur le terrain d'autrui; et ceu... Dans l'application de ce principe, il s'est présenté deux sortes de personnes à observer par rapport à la chasse : ceux qui, usurpant un droit qu'ils n'ont pas, entreprendraient de chasser sur le terrain d'autrui; et ceux qui usant, du droit que vous, leur avez rendu, voudraient chasser dans ce mome...
      Locuteur: Merlin
      L'ordonnance de 1669 avait fixé cette peine à une amende de 100 livres pour la première fois, au double pour la seconde, et au carcan avec bannissement pour la troisième. Mais qu'est-il arrivé ?En vo... L'ordonnance de 1669 avait fixé cette peine à une amende de 100 livres pour la première fois, au double pour la seconde, et au carcan avec bannissement pour la troisième. Mais qu'est-il arrivé ?En voulant, par une rigueur aussi excessive, réprimer le braconnage, elle l'a facilit...
      Locuteur: Le Président
      de Menou, ex-président, et se retire par d... de Menou, ex-président, et se retire par devers Sa Majesté.
      Locuteur: Merlin
      Ce sont ces lois de police que vous nous avez chargés de préparer; et rien en apparence n'était ... Ce sont ces lois de police que vous nous avez chargés de préparer; et rien en apparence n'était plus simple, plus facile à exécuter qu'une telle mission. Elle l'eût été, en eff...
      Locuteur: Merlin
      ...port d'armes libre à tous les habitants de l'Empire, ou si vous le restreindrez au... Mais, en attendant, il reste incertain si vous laisserez le port d'armes libre à tous les habitants de l'Empire, ou si vous le restreindrez aux citoyens actifs.
      Locuteur: Merlin
      C'est, Messieurs, le projet de cette loi provisoire que nous venons au... C'est, Messieurs, le projet de cette loi provisoire que nous venons aujourd'hui vous présenter. Lee dispositions en sont très bornées, et les bases tr...
      Locuteur: Merlin
      ...us sommes partis, c'est que jusqu'après la dépouille prochaine des terres, la chasse doit être extrêmement gênée dans...
      ... tout ce qui ne leur sera pas nuisible, la pleine liberté qui est établie par l'ar...
      Le point d'où nous sommes partis, c'est que jusqu'après la dépouille prochaine des terres, la chasse doit être extrêmement gênée dans tout ce qui peut nuire aux récoltes, mais qu'elle doit avoir, dans tout ce qui ne leur sera pas nuisible, la pleine liberté qui est établie par l'article 3 des décrets du 4 août 1789.
      Locuteur: Merlin
      ...qu'une seule question à examiner, celle de savoir quelle peine doit leur être infl... Quant aux premiers, il ne peut y avoir qu'une seule question à examiner, celle de savoir quelle peine doit leur être infligée.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 157
      Locuteur: Merlin
      aurait eu la force de se porter à une dénonciation qui aurait pu conduire un malheureux à sa ruine et quelquefois à l'infamie? et tel sera toujours l'effet des lois qui, dans la fixation des peines, dépasseront la mesure de sévérité que la raison indique et que l'humanité consei...
      ...ence l'a prouvé) une loi trop dure dans la main du juge qui doit l'appliquer, est un bâton dans la main d'un père : celui-ci veut châtier ...
      ...s'il n'était armé que d'une verge; mais la crainte de l'estropier arrête son bras paternel et l'excès de sa rigueur nécessite l'impunité.
      aurait eu la force de se porter à une dénonciation qui aurait pu conduire un malheureux à sa ruine et quelquefois à l'infamie? et tel sera toujours l'effet des lois qui, dans la fixation des peines, dépasseront la mesure de sévérité que la raison indique et que l'humanité conseille. Une loi trop dure (il y a longtemps que l'expérience l'a prouvé) une loi trop dure dans la main du juge qui doit l'appliquer, est un bâton dans la main d'un père : celui-ci veut châtier un lils rebelle; il le ferait, s'il n'était armé que d'une verge; mais la crainte de l'estropier arrête son bras paternel et l'excès de sa rigueur nécessite l'impunité.
      Locuteur: Merlin
      ...e considération, quenous vous proposons de réduire à 20 livres l'amende que l'ordonnance de 1669 élevait à 100livres, déporter à 40 livres celle qui, par la même loi, était fixée, pour le cas de récidive, à 200 livres, et de convertir en une amende de 60 livres la peine afflictive et infamante dont était punie la troisième contravention. C'est d'après cette grande considération, quenous vous proposons de réduire à 20 livres l'amende que l'ordonnance de 1669 élevait à 100livres, déporter à 40 livres celle qui, par la même loi, était fixée, pour le cas de récidive, à 200 livres, et de convertir en une amende de 60 livres la peine afflictive et infamante dont était punie la troisième contravention.
      Locuteur: Merlin
      ... serait exercé dans un enclos. Violer à la fois et la propriété et la clôture qui la défend, c'est un délit bien plus grave que de chasser simplement sur le terrain d autrui; et la gravité de ce délit s'accroît encore, si c'est dan...
      ...stances particulières, une augmentation de peine qui la portera à un tiers en sus dans l'une et...
      ...eines pourraient ne pas paraître assez sévères : c'est celui où le braconnage se serait exercé dans un enclos. Violer à la fois et la propriété et la clôture qui la défend, c'est un délit bien plus grave que de chasser simplement sur le terrain d autrui; et la gravité de ce délit s'accroît encore, si c'est dans l'enclos même que réside le propriétaire. Nous vous proposerons donc, pour ces deux circonstances particulières, une augmentation de peine qui la portera à un tiers en sus dans l'une et au double dans l'autre.
      Locuteur: Merlin
      Ou il s'agit de prendre ou détruire le gibier d'une manière qui ne puisse pas nuire aux fruits de la terre, etconséquemment avec des filets ... Ou il s'agit de prendre ou détruire le gibier d'une manière qui ne puisse pas nuire aux fruits de la terre, etconséquemment avec des filets ou d'autres engins semblables;
      Locuteur: Merlin
      ...e liberté pour le propriétaire : il use de son droit, et comme il en use sans préjudicier à autrui, la loi ne peut lui imposer aucune gêne, car le véritable caractère de la liberté est de pouvoir faire tout ce qui ne blesse les droits de personne. Au premier cas, pleine liberté pour le propriétaire : il use de son droit, et comme il en use sans préjudicier à autrui, la loi ne peut lui imposer aucune gêne, car le véritable caractère de la liberté est de pouvoir faire tout ce qui ne blesse les droits de personne.
      Locuteur: Merlin
      Au second cas, doit-il en être de même? Les lois qui ont réglé jusqu'à présent la police de la chasse décidaient que non; et, il faut ...
      ... principe duquel semble devoir résulter la conséquence que la loi n'a pas le droit de venir inspecter ni ce qu'il y fait, ni la manière dont il le fait, ni, par une su...
      Au second cas, doit-il en être de même? Les lois qui ont réglé jusqu'à présent la police de la chasse décidaient que non; et, il faut en convenir, du premier abord, elles paraissaient en cela inconciliables avec ce grand principe, que chacun est maître sur son terrain ; principe duquel semble devoir résulter la conséquence que la loi n'a pas le droit de venir inspecter ni ce qu'il y fait, ni la manière dont il le fait, ni, par une suite nécessaire, s'il y chasse et comment il y chasse.
      Locuteur: Merlin
      1° Il importe à la société que personne n'abuse de sa propriété, surtout quand cette propriété est d'une nature qui la rend nécessaire à la conservation de la société elle-même : Reipublicœ inte-res...
      ...aîtres, ont reconnu et consacré. Ainsi, la société, ou, si l'on veut, la loi qui est l'expression de la volonté sociale, a le droit d'exiger qu...
      1° Il importe à la société que personne n'abuse de sa propriété, surtout quand cette propriété est d'une nature qui la rend nécessaire à la conservation de la société elle-même : Reipublicœ inte-rest ne quis re sua abutatur : c'est un principe que les législateurs romains, presque en tout nos modèles et nos maîtres, ont reconnu et consacré. Ainsi, la société, ou, si l'on veut, la loi qui est l'expression de la volonté sociale, a le droit d'exiger qu'un propriétaire ne détruise pas ses moissons
      Locuteur: Merlin
      ...d'y chasser, et ce serait peu connaître la passion de la chasse que de croire qu'elle ne puisse jamais l'emporter dans l'homme sur le désir de conserver les fruits de son champ : elle l'emporte bien chez lu... pour le vain plaisir d'y chasser, et ce serait peu connaître la passion de la chasse que de croire qu'elle ne puisse jamais l'emporter dans l'homme sur le désir de conserver les fruits de son champ : elle l'emporte bien chez lui sur le plus doux et le plus impérieux des sentiments! Venator tenerce conjugis...
      Locuteur: Merlin
      ...opriétaire lui-même qui est intéressé à la conservation des fruits de son champ : presque toujours, au contraire, son champ est affermé; et il est digne de la sagesse de la loi d'aller au devant des torts que pou...
      ... un bailleur qui peut, en l'expulsant à la fin de son bail, lui ôter tous les moyens de subsistance.
      2° Ce n'est pas toujours le propriétaire lui-même qui est intéressé à la conservation des fruits de son champ : presque toujours, au contraire, son champ est affermé; et il est digne de la sagesse de la loi d'aller au devant des torts que pourrait essuyer un fermier rarement assez hardi pour déplaire à un bailleur qui peut, en l'expulsant à la fin de son bail, lui ôter tous les moyens de subsistance.
      Locuteur: Merlin
      ...s, à interdire au propriétaire le droit de chasser avec des armes à feu dan3 ses champs ensemencés, c'est la certitude morale qu'il ne pourrait pas ...
      ...us, comme sous les deux premières races de nos rois, de grandes masses cle fonds, des territoires entiers; ce sont des pièces d'un, de deux, de quatre arpents, rarement il s'en trouve de plus grandes; l'on en voit au contraire de plus petites encore, et jugez d'après c...
      ...trer dans les grains ou dans les vignes de son voisin, pour tuer le gibier qu'il y...
      3° Mais ce qui doit principalement vous déterminer, Messieurs, à interdire au propriétaire le droit de chasser avec des armes à feu dan3 ses champs ensemencés, c'est la certitude morale qu'il ne pourrait pas se nuire à lui-même sans nuire à ses voisins. Considérez en effet combien nos propriétés foncières sont divisées et éparses. Ce ne sont plus, comme sous les deux premières races de nos rois, de grandes masses cle fonds, des territoires entiers; ce sont des pièces d'un, de deux, de quatre arpents, rarement il s'en trouve de plus grandes; l'on en voit au contraire de plus petites encore, et jugez d'après cela, s'il est possible, s'il est prudent, s'il ne serait pas téméraire d'espérer...
      ...d'aller avec des armes à feu dans ses grains ou ses vignes, pùt se défendre d'entrer dans les grains ou dans les vignes de son voisin, pour tuer le gibier qu'il y apercevrait, ou que ses chiens y tiendraient en arrêt.
      Locuteur: Merlin
      ...vous engager, Messieurs, à foire un pas de plus, et à défendre la chasse même sur les champs non ensemenc... Cette considération doit vous engager, Messieurs, à foire un pas de plus, et à défendre la chasse même sur les champs non ensemencés et en jachères, tant que les terres adjacentes offriront des récoltes à conse...
      Locuteur: Merlin
      ... devez-vous mettre les mêmes entraves à la liberté que doit avoir un propriétaire de chasser dans ses bois et forêts ?Nous n...
      ...ment y chasser sans nuire ni être tenté de nuire aux héritages voisins: ainsi, les raisons qui doivent faire suspendre, avant la récolte, l'exercice du droit de chasse avec chiens et armes à feu sur l...
      Mais mettrez-vouR, devez-vous mettre les mêmes entraves à la liberté que doit avoir un propriétaire de chasser dans ses bois et forêts ?Nous ne le pensons pas, Messieurs : un bois, une forêt offrent au chasseur plus d'espace que les terres à labour ou à vignes ; ou peut facilement y chasser sans nuire ni être tenté de nuire aux héritages voisins: ainsi, les raisons qui doivent faire suspendre, avant la récolte, l'exercice du droit de chasse avec chiens et armes à feu sur les terres ensemencées, ne s'appliquent pas aux forêts.
      Locuteur: Merlin
      ...t sur les formes qui doivent conduire à la punition des contrevenants aux différents articles de la loi que vous allez décréter. 11 nous reste à dire un mot sur les formes qui doivent conduire à la punition des contrevenants aux différents articles de la loi que vous allez décréter.
      Locuteur: Merlin
      ...égard, il y a deux choses à distinguer: la compétence du juge qui doit prononcer la peine et la nature de la preuve qu'il doit exiger avant de la prononcer. A cet égard, il y a deux choses à distinguer: la compétence du juge qui doit prononcer la peine et la nature de la preuve qu'il doit exiger avant de la prononcer.
      Locuteur: Merlin
      La question de compétence est décidée à l'avance par l'article de votre, décret du 21 mars dernier, qui confie aux municipalités l'exercice provisoire de la police tant administrative que contentieuse. C'est une loi de police que vous allez faire; c'est donc... La question de compétence est décidée à l'avance par l'article de votre, décret du 21 mars dernier, qui confie aux municipalités l'exercice provisoire de la police tant administrative que contentieuse. C'est une loi de police que vous allez faire; c'est donc aux municipalités que doit naturellement en être déférée l'exécution.
      Locuteur: Merlin
      ...re, et que c'est à elles, au moins dans la plus grande partie du royaume, qu'est attribuée par l'ordonnaucede 1669, la connaissance de tous les délits de chasSe. Je sais bien que les maîtrises des eaux et forêts existent encore, et que c'est à elles, au moins dans la plus grande partie du royaume, qu'est attribuée par l'ordonnaucede 1669, la connaissance de tous les délits de chasSe.
      Locuteur: Merlin
      Mais serait-il prudent de faire dépendre de la vigilance des tribunaux qu'on peut rega... Mais serait-il prudent de faire dépendre de la vigilance des tribunaux qu'on peut regarder comme
      Locuteur: Merlin
      ...ant au propriétaire qui voudrait, avant la dépouille des terres, chasser sur celle... Quant au propriétaire qui voudrait, avant la dépouille des terres, chasser sur celles qui iui appartiennent, votre comité a cru devoir distinguer, et voici comment ...
      Locuteur: Merlin
      Ou il s'agit de chasser avec des armes à feu, avec des chiens, avec des traîneaux, ou de toute autre manière capable de causer quelque dégât dans les champs en... Ou il s'agit de chasser avec des armes à feu, avec des chiens, avec des traîneaux, ou de toute autre manière capable de causer quelque dégât dans les champs ensemencés.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 158
      Locuteur: Merlin
      ...ne loi qui intéresse si essentiellement la conservation des fruits de la terre? lit la subsistance du peuple ne serait-elle pa...
      ...s qu'il s'est lui-même choisis, le soin de veiller à tout ce qui pourrait y porter...
      expirante, l'exécution d'une loi qui intéresse si essentiellement la conservation des fruits de la terre? lit la subsistance du peuple ne serait-elle pas compromise, si vous ne remettiez pas à ses représentants directs aux officiers qu'il s'est lui-même choisis, le soin de veiller à tout ce qui pourrait y porter atteinte?
      Locuteur: Merlin
      Quant à la nature des preuves qui doivent fonder les jugements de condamnation, il existe des régies généralement connues, et qu'il ne s'agit que de rappeler. Quant à la nature des preuves qui doivent fonder les jugements de condamnation, il existe des régies généralement connues, et qu'il ne s'agit que de rappeler.
      Locuteur: Merlin
      Suivant ces règles, un délit de chasse peut être prouvé de deux manières, c'est-à-dire, ou par un rapport de garde, ou par la déposition de deux témoins. Suivant ces règles, un délit de chasse peut être prouvé de deux manières, c'est-à-dire, ou par un rapport de garde, ou par la déposition de deux témoins.
      Locuteur: Merlin
      Nous disons un rapport de garde ; et, sans doute, on ne nous soupçonnera pas de vouloir maintenir dans leurs fonctions oppressives, ces officiers qui, sous la domination de gardes-chaste étaient uniquement chargés de veiller à la conservation du gibier. Aussi est-ce au...
      ...rdes-chasse, que nous vous proposerons, de confier le soin de veiller sur les délits de chagse et d'en dresser leurs rapports.
      Nous disons un rapport de garde ; et, sans doute, on ne nous soupçonnera pas de vouloir maintenir dans leurs fonctions oppressives, ces officiers qui, sous la domination de gardes-chaste étaient uniquement chargés de veiller à la conservation du gibier. Aussi est-ce aux gardes-messiers, et non aux anciensgardes-chasse, que nous vous proposerons, de confier le soin de veiller sur les délits de chagse et d'en dresser leurs rapports.
      Locuteur: Merlin
      ...eurs, les vues qui nous ont guidés dans la rédaction du décret que nous avons l'honneur de vous proposer. Mais je dois observer, en finissant, que votre comité a cru de son devoir d'y ajouter une disposition relative à la pêche. Telles sont, Messieurs, les vues qui nous ont guidés dans la rédaction du décret que nous avons l'honneur de vous proposer. Mais je dois observer, en finissant, que votre comité a cru de son devoir d'y ajouter une disposition relative à la pêche.
      Locuteur: Merlin
      La pêche, sur laquelle vous n'avez encore ...
      ...acts ou infidèles, que yous aviez donné la plus grande liberté; la pêche*mérite, en ce moment, toute votre...
      ...'ontaucun titre pour prétendre au droit de pêche, se livrent en foule à l'exercice de ce droit; mais ces mêmes individus y emploient des instruments qui, tais que la cliquette, dépeuplent absolument les ri...
      ...eresse et leur longueur, il nous suffit de vous assurer que s'il n'y était pas pou...
      La pêche, sur laquelle vous n'avez encore rien prononcé, et à laquelle cependant on a publié, dans des journaux inexacts ou infidèles, que yous aviez donné la plus grande liberté; la pêche*mérite, en ce moment, toute votre attention. Non seulement des personnesqui n'ontaucun titre pour prétendre au droit de pêche, se livrent en foule à l'exercice de ce droit; mais ces mêmes individus y emploient des instruments qui, tais que la cliquette, dépeuplent absolument les rivières. Votre comité, Messieurs, a reçu, à ce sujet, des plaintes aussi graves q...
      ...es; et sans entrer, à cet égard, dans des détails qui rebuteraient par leur sécheresse et leur longueur, il nous suffit de vous assurer que s'il n'y était pas pourvu incessamment, il n'existerait bientôt plus dans les rivières ni poissons ni ...
      Locuteur: Merlin
      projet de décret provisoire sur la chasse et sur la pêche. projet de décret provisoire sur la chasse et sur la pêche.
      Locuteur: Merlin
      ...oût 1789, elle a aboli ledroit exclusif de la chasse, et rendu à tout propriétaire ledroit de détruire ou faire détruire, sur ses possessions seulement, toute espèce de gibier, sauf à se conformeraux lois de police qui pourraientêtre faites relativement à la 6ûreté publique ; mais que par un abus répréhensible de cette disposition, la chasse est devenue une source de désordres qui, s'ils se prolongeaient d...
      ...oltes ,dont il est si instant d'assurer la conservation ; qu'il s'est également introduit dans la pêche une licence dont il est
      L'Assemblée nationale, considérant que par les décrets des 4, 6,7, 8 et 11 août 1789, elle a aboli ledroit exclusif de la chasse, et rendu à tout propriétaire ledroit de détruire ou faire détruire, sur ses possessions seulement, toute espèce de gibier, sauf à se conformeraux lois de police qui pourraientêtre faites relativement à la 6ûreté publique ; mais que par un abus répréhensible de cette disposition, la chasse est devenue une source de désordres qui, s'ils se prolongeaient davantage, pourraient devenir funestes aux récoltes ,dont il est si instant d'assurer la conservation ; qu'il s'est également introduit dans la pêche une licence dont il est
      Locuteur: Merlin
      II est défendu à toute personne de chasser, même dans les jachères et dans...
      ... avec ou sans chiens, à compter du jour de la publication du présent décret, jusqu'après la dépouille entière des fruits croissants, à peine de 20 livres d'amende envers la municipalité du lieu, et d'une somme de 10 livres envers le propriétaire ou possesseur, sans préjudice des dommages-intérêts de ce dernier.
      II est défendu à toute personne de chasser, même dans les jachères et dans ses propriétés non closes, soit à pied, soit à cheval, avec ou sans chiens, à compter du jour de la publication du présent décret, jusqu'après la dépouille entière des fruits croissants, à peine de 20 livres d'amende envers la municipalité du lieu, et d'une somme de 10 livres envers le propriétaire ou possesseur, sans préjudice des dommages-intérêts de ce dernier.
      Locuteur: Merlin
      Art. 2. Lamende et la somme ci-dessus seront portées respecti...
      ...abitation du propriétaire ou possesseur de ce terrain.
      Art. 2. Lamende et la somme ci-dessus seront portées respectivement à 30 et 15 livres contre celui qui aura chassé dans un terrain clos, dont...
      ..., et à 40 et 20 livres dans le cas où le terrain clos tiendrait sans moyen à l'habitation du propriétaire ou possesseur de ce terrain.
      Locuteur: Merlin
      Art. 3. Chacune de ces différentes peines sera doublée en cas de récidive ; elle sera triplée s'il survient une troisième contravention, et la même progression sera suivie pour les c...
      ... ultérieures ; le tout, dans le courant de la même année seulement.
      Art. 3. Chacune de ces différentes peines sera doublée en cas de récidive ; elle sera triplée s'il survient une troisième contravention, et la même progression sera suivie pour les contraventions ultérieures ; le tout, dans le courant de la même année seulement.
      Locuteur: Merlin
      ...ines seront prononcées sommairement par la municipalité du délit, soit sur la plainte du propriétaire ou possesseur, soit sur la dénonciation d'un citoyen quelconque, soit sur les poursuites du procureur de la commune, d'après les rapports des garde... Art. 4. Lesdites peines seront prononcées sommairement par la municipalité du délit, soit sur la plainte du propriétaire ou possesseur, soit sur la dénonciation d'un citoyen quelconque, soit sur les poursuites du procureur de la commune, d'après les rapports des gardes-messiers, ban-gards ou gardes champêtres.
      Locuteur: Merlin
      ...s seront ou dressés par écrit, ou faits de vive'voix au greffe de la municipalité, et affirmés entre les mai... Art. 6. Lesdits rapports seront ou dressés par écrit, ou faits de vive'voix au greffe de la municipalité, et affirmés entre les mains d'un officier municipal, le tout dans les vingt-quatre heures du délit qui en...
      Locuteur: Merlin
      ...ourra être suppléé auxdits rapports par la déposition de deux témoins. Art. 7. 11 pourra être suppléé auxdits rapports par la déposition de deux témoins.
      Locuteur: Merlin
      ...t temps, au propriétaire ou possesseur, de détruire le gibier dsms ses récoltes non closes, en se servant de filets ou autres engins qui ne puissent pas nuire aux fruits de la terre. Art. 9. Il est pareillement libre, en tout temps, au propriétaire ou possesseur, de détruire le gibier dsms ses récoltes non closes, en se servant de filets ou autres engins qui ne puissent pas nuire aux fruits de la terre.
      Locuteur: Merlin
      Art. 10. Les règlements sur la pêche continueront provisoirement d'êtr...
      ...ence, il est défendu à toutes personnes de pêcher sans droit; et quant à Ceux qui ont droit de pêche, de se servir de filets ou engins prohibés, le tout sous...
      Art. 10. Les règlements sur la pêche continueront provisoirement d'être exécutés jusqu'à ce qu'il en ait été autrement ordonné; en conséquence, il est défendu à toutes personnes de pêcher sans droit; et quant à Ceux qui ont droit de pêche, de se servir de filets ou engins prohibés, le tout sous les peines portées par lesdits règlements.
      Locuteur: De Robespierre
      ...ntre le principe qui restreint le droit de chasse aux propriétaires seulement. Je soutiens que la chasse n'est point une faculté qui dérive de la propriété. Aussitôt après la dépouille de la superficie de la terre, la chasse doit ôtre libre à tout citoyen i... Je m'élève contre le principe qui restreint le droit de chasse aux propriétaires seulement. Je soutiens que la chasse n'est point une faculté qui dérive de la propriété. Aussitôt après la dépouille de la superficie de la terre, la chasse doit ôtre libre à tout citoyen in-
      Locuteur: Merlin
      ...s seigneuriaux sans décider si le droit de pêche devra à 1 avenir être considéré, ...
      ...consacrer à cette question quelques-uns de vos moments, il faut arrêter les abus q...
      Sans doute, Messieurs, vous ne terminerez pas vos décrets sur les droits seigneuriaux sans décider si le droit de pêche devra à 1 avenir être considéré, ou comme appartenant encore, soit à l'Etat, soit aux seigneurs, ou comme dévolu ...
      ...ires des héritages adjacents aux rivières ; mais en attendant que vous puissiez consacrer à cette question quelques-uns de vos moments, il faut arrêter les abus que son indécision favorise.
      Locuteur: Merlin
      ... provision, et en attendant que l'ordre de ses travaux lui per-mettedeplus grands ... important d'arrêter le cours ; a, par provision, et en attendant que l'ordre de ses travaux lui per-mettedeplus grands développements sur cette matière, a décrété et décrète ce qui suit:
      Locuteur: Merlin
      ...ssier, bangard ou garde champêtre, dans la forme prescrite par les anciens règleme...
      ...les faisant recevoir et assermenter par la municipalité.
      ...5. A cet effet, chaque municipalité est autorisée à établir au moins un garde-messier, bangard ou garde champêtre, dans la forme prescrite par les anciens règlements, et il sera libre à chaque propriétaire d'en établir un ou plusieurs, en les faisant recevoir et assermenter par la municipalité.
      Locuteur: Merlin
      ...ibre à tout propriétaire ou possesseur, de chasser et faire chasser, en tout temps...
      ... sur ses lacs et étangs, et dans celles de ses possessions qui sont séparées par d...
      Art. 8. Il est libre à tout propriétaire ou possesseur, de chasser et faire chasser, en tout temps, et nonobstant l'article premier du présent décret, dans ses bois et forêts, sur ses lacs et étangs, et dans celles de ses possessions qui sont séparées par des murs ou des haies les héritages d'autrui.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 159
      Locuteur: De Robespierre
      ...nt au premier occupant. Je réclame donc la liberté illimitée de la chasse, en prenant toutefois les mesures pour la conservation des récoltes et pour la sûreté publique. distinctement. Dans tous le3 cas, les bêtes fauves appartiennent au premier occupant. Je réclame donc la liberté illimitée de la chasse, en prenant toutefois les mesures pour la conservation des récoltes et pour la sûreté publique.
      Locuteur: Mougins de Roquefort
      Le privilège de la propriété doit s'étendre jusqu'à empêch... Le privilège de la propriété doit s'étendre jusqu'à empêcher sur son héritage l'exercice d'aucun droit sans une permission préalable.
      Locuteur: Rewbell
      La matière est assez importante pour être ... La matière est assez importante pour être traitée dans une séance du matin. Je demande donc l'ajournement à demain.
      Locuteur: Rewbell
      La séance est levée à dix heures. La séance est levée à dix heures.
      à la séance de l'Assemblée nationale du 20 avril 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 20 avril 1790
      Plusieurs princes de l'Allemagne possèdent, en Alsace et en Franche-Comté, des fiefs et des seigneuries dont la propriété leur a été transmise par droit d'hérédité, de cession ou d'acquisition. Plusieurs princes de l'Allemagne possèdent, en Alsace et en Franche-Comté, des fiefs et des seigneuries dont la propriété leur a été transmise par droit d'hérédité, de cession ou d'acquisition.
      ...bres du corps germanique prétendent que la Révolution opérée en France porte atteinte à leurs droits et à leurs privilèges ; et la diète de Ratisbonne réclame pour les possessions des immédiats de l'empire dans les provinces françaises. Examinons, Messieurs, si les prétentions de ces princes sont fondées, je ne dis pas...
      ...avez consacrés et remis en vigueur dans la Constitution française : sous ce rapport la question n'en est pas une ; mais sur le...
      Ces divers membres du corps germanique prétendent que la Révolution opérée en France porte atteinte à leurs droits et à leurs privilèges ; et la diète de Ratisbonne réclame pour les possessions des immédiats de l'empire dans les provinces françaises. Examinons, Messieurs, si les prétentions de ces princes sont fondées, je ne dis pas sur les principes du droit naturel que vous avez consacrés et remis en vigueur dans la Constitution française : sous ce rapport la question n'en est pas une ; mais sur les traités qu'ils attestent, sur le droit public germanique quils voudraient oppo...
      À l'époque de la conquête de l'Alsace et de celle de la Franche-Comté par Louis XIV, tous les p...
      ...eté, dans ces deux provinces, des fiefs de la mouvance de l'Empire, et qui en relevaient immédiat...
      ...ord par les Suédois, et par eux cédée à la France ; donnée au duc de Weymar par celle-ci, qui la reprit à sa mort ; cédée à la France, malgré l'Espagne, par le traité de Munster, et reconquise par le maréchal de Turenne, a été enfin invariablement aba...
      ... l'empire àLouisXIV, en vertu du traité de Rysvick.
      À l'époque de la conquête de l'Alsace et de celle de la Franche-Comté par Louis XIV, tous les princes que nous avons nommés, possédaient en souveraineté, dans ces deux provinces, des fiefs de la mouvance de l'Empire, et qui en relevaient immédiatement. L'Alsace, conquise d'abord par les Suédois, et par eux cédée à la France ; donnée au duc de Weymar par celle-ci, qui la reprit à sa mort ; cédée à la France, malgré l'Espagne, par le traité de Munster, et reconquise par le maréchal de Turenne, a été enfin invariablement abandon née par l'empereur et l'empire àLouisXIV, en vertu du traité de Rysvick.
      Les titres de possession de la France sur l'Alsace sont, pour nous, le...
      ...s qui l'habitent; pour lespubli-cistes, la conquête que nous avons faite de cette province par le succès de ses armes, et la cession
      Les titres de possession de la France sur l'Alsace sont, pour nous, le consentement et l'affection des peuples qui l'habitent; pour lespubli-cistes, la conquête que nous avons faite de cette province par le succès de ses armes, et la cession
      que le gouvernement en a obtenue de l'Empire et de l'empereur. Pour jouir visiblement et à perpétuité d'une si belle acquisition, dont la France était redevable à la valeur de ses armées et à l'habileté de ses généraux, il fallait la renonciation formelle et irrévocable du corps germanique et de son chef, et tel fut l'objet des négociations du traité de Westphalie. Développons ce premier aper... que le gouvernement en a obtenue de l'Empire et de l'empereur. Pour jouir visiblement et à perpétuité d'une si belle acquisition, dont la France était redevable à la valeur de ses armées et à l'habileté de ses généraux, il fallait la renonciation formelle et irrévocable du corps germanique et de son chef, et tel fut l'objet des négociations du traité de Westphalie. Développons ce premier aperçu par un résumé rapide des principaux faits historiques, et un court examen des...
      Les conférences du traité de Westphalie se tinrent d'abord à Ognabruck : des discussions sur l'état de la religion catholique en Alsace, et la prétention des protestants de pouvoir posséder des canonicats dans le chapitre de Strasbourg, firent languir les négociations politiques. On débattit cependant le projet de cession de la province d'Alsace par l'empire et l'empereur, à la France. Les électeurs de plusieurs princes d'Allemagne auraient ...
      ... que comme fiefs dépendants et soumis à la souveraineté de l'empereur et qu'en conséquence, ce mon...
      ...toutes les diètes comme prince immédiat de l'Empire. Mais la fierté de Louis XIV rejeta cette proposition malgré tout le désir qu'il aurait eu de pouvoir, par l'admission ses ministres dans les diètes, se mêler...
      Les conférences du traité de Westphalie se tinrent d'abord à Ognabruck : des discussions sur l'état de la religion catholique en Alsace, et la prétention des protestants de pouvoir posséder des canonicats dans le chapitre de Strasbourg, firent languir les négociations politiques. On débattit cependant le projet de cession de la province d'Alsace par l'empire et l'empereur, à la France. Les électeurs de plusieurs princes d'Allemagne auraient voulu que le roi ne pût posséder les deux landgraviats d'Alsace, que comme fiefs dépendants et soumis à la souveraineté de l'empereur et qu'en conséquence, ce monarque fût admis à toutes les diètes comme prince immédiat de l'Empire. Mais la fierté de Louis XIV rejeta cette proposition malgré tout le désir qu'il aurait eu de pouvoir, par l'admission ses ministres dans les diètes, se mêler plus immédiatement des affaires du corps germanique.
      Les Etats de Munster attirèrent chez eux les plénipo...
      ... pour lui et pour sa maison, cédèrent à la France les deux landgraviats de naute et basse Alsace, le Sundgau, la ville de fiissac, la préfecture d'Haguenau et les dix villes...
      ...ent incorporées à perpétuité au royaume de France, à la charge d'y maintenir la religion catholique dans le même état où elle était sous la domination autrichienne. L'empereur, l'...
      ...es habitants des pays cédés, du serment de fidélité, dérogèrent à toutes lois cons...
      ... à l'aliénation des droits et des biens de l'Empire; promirent et s'engagèrent solennellement à ratifier cette cession à la première diète et à ne jamais faire aucune tentative pour le recouvrement de ces biens et de ces droits aliénés, quelque pacte ou pr...
      Les Etats de Munster attirèrent chez eux les plénipotentiaires; et par l'article 73 et suivants au traité qui fut signé dans cette ville, devenue le foyer des négociations, l'Empire et l'empereur, pour lui et pour sa maison, cédèrent à la France les deux landgraviats de naute et basse Alsace, le Sundgau, la ville de fiissac, la préfecture d'Haguenau et les dix villes impériales, avec leurs dépendances ; consentirent que ces possessions fussent incorporées à perpétuité au royaume de France, à la charge d'y maintenir la religion catholique dans le même état où elle était sous la domination autrichienne. L'empereur, l'Empire et l'archiduc Ferdinand-Charles délièrent tous les habitants des pays cédés, du serment de fidélité, dérogèrent à toutes lois constitutionnelles, décrets, rescripts, qui peuvent s'opposer à l'aliénation des droits et des biens de l'Empire; promirent et s'engagèrent solennellement à ratifier cette cession à la première diète et à ne jamais faire aucune tentative pour le recouvrement de ces biens et de ces droits aliénés, quelque pacte ou proposition qui pût se faire dans l'Empire.
      ...mme on craignait d'alarmer et peut-être de soulever une province de laquelle on disposait arbitrairement, et que l'on faisait passer sous la domination d'une puissance étrangère, o...
      ...aité, une clause que l'on jugea capable de calmer ses craintes ; il y fut dit que ...
      ...rdres-villes et gentilshommes immédiats de l'Empire, conserveraient leur mouvance ...
      ...s droits et prérogatives, et que le roi de France ne pourrait prétendre, sur les villeç die la préfecture, que le droit de protection, tel que l'avaient les princ...
      ...ause qui aurait pu rompre le traité, en la terminant par une déclaration formelle,...
      ...dant déroger en aucune manière au droit de souverain-domaine, cédé à la France par l'article 73.
      Cependant, comme on craignait d'alarmer et peut-être de soulever une province de laquelle on disposait arbitrairement, et que l'on faisait passer sous la domination d'une puissance étrangère, on ajouta, dans l'article 88 du traité, une clause que l'on jugea capable de calmer ses craintes ; il y fut dit que les Etats, ordres-villes et gentilshommes immédiats de l'Empire, conserveraient leur mouvance immédiate, leurs droits et prérogatives, et que le roi de France ne pourrait prétendre, sur les villeç die la préfecture, que le droit de protection, tel que l'avaient les princes autrichiens. JVlais, en même temps, on rendit nulle et dérisoire cette clause qui aurait pu rompre le traité, en la terminant par une déclaration formelle, quç l'empereur et l'empire n'entendaient cependant déroger en aucune manière au droit de souverain-domaine, cédé à la France par l'article 73.
      ...opriétés dans les provinces d'Alsace et de Franche-Comté, par M. de Peys-sonnel (1). ...e sur les demandes et prétentions des divers princes d'Allemagne, qui ont des propriétés dans les provinces d'Alsace et de Franche-Comté, par M. de Peys-sonnel (1).
      Ces princes sont : le prince de Wirtemberg, le duc des Deux-Ponts, l'Electeur de Trêves, le Margrave de Bade-Dourlac, le Landgrave de Hesse-Darmstadt, le prince de Salm, le prince de Nassau Saarbruck ; le prince de Limbourg, le comte de Linange, l'évêque de Bàle et l'évêque de Spire. Ces princes sont : le prince de Wirtemberg, le duc des Deux-Ponts, l'Electeur de Trêves, le Margrave de Bade-Dourlac, le Landgrave de Hesse-Darmstadt, le prince de Salm, le prince de Nassau Saarbruck ; le prince de Limbourg, le comte de Linange, l'évêque de Bàle et l'évêque de Spire.

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 160
      En 1673, les dix villes de la préfecture voulurent se maintenir dans leur indépendance et leur liberté. Une partie de la noblesse suivit leur exemple, et fit à peu près la même démarche qu'aujourd'hui ; mais les nobles de la haute Alsace ne se réunirent point à eux pour la conservation de leurs droits. Dès l'an 1651, après l'établissement de la Chambre souveraine de cette province, les nobles de la haute Alsace avaient reconnu solennellement, dansun mémoire, le roi de Frauce, leur souverain, roi et prince, comme étant entré, par le traité de Munster, dans tous les droits des archi...
      ...iche, auxquels ils étaient soumis avant la cession. Les nobles de la basse Alsace, qui jamais n'avaient été vassaux que de l'Empire, ei non de l'Autriche, avaient refusé de reconnaître la souveraineté de la France; ils avaient dressé, à Strasbour...
      ...ucune dépendance médiate, à l'exclusion de tous autres ; leur demeurer inviolablement attachés et ne vouloir jamais se séparer de Sa Majesté ni de ia couronne impériale.
      En 1673, les dix villes de la préfecture voulurent se maintenir dans leur indépendance et leur liberté. Une partie de la noblesse suivit leur exemple, et fit à peu près la même démarche qu'aujourd'hui ; mais les nobles de la haute Alsace ne se réunirent point à eux pour la conservation de leurs droits. Dès l'an 1651, après l'établissement de la Chambre souveraine de cette province, les nobles de la haute Alsace avaient reconnu solennellement, dansun mémoire, le roi de Frauce, leur souverain, roi et prince, comme étant entré, par le traité de Munster, dans tous les droits des archiducs d'Autriche, auxquels ils étaient soumis avant la cession. Les nobles de la basse Alsace, qui jamais n'avaient été vassaux que de l'Empire, ei non de l'Autriche, avaient refusé de reconnaître la souveraineté de la France; ils avaient dressé, à Strasbourg, le 6 novembre 1651, un pacte que l'empereur Ferdinand III avait approuvé et r...
      ... Romains, ses successeurs, comme leur unique souverain, chef et seigneur, sans aucune dépendance médiate, à l'exclusion de tous autres ; leur demeurer inviolablement attachés et ne vouloir jamais se séparer de Sa Majesté ni de ia couronne impériale.
      ...toujours plus leur dépendance immédiate de l'Empire et la conservation de leurs privilèges, ils avaient envoyé, c...
      ...hui, des députés aux cercles Àe Souabe, de Franconie et du Rhin, pour renouveler l...
      ...ssociation et leur demander leur appui. La négociation avait réussi à certaines co...
      ...atre cercles associés s'étaient obligés de s'assister mutuellement par toutes les voies possibles. La même négociation a été faite aujourd'hui pour la même cause, mais on n'a pas eu un succès aussi complet. Le cercle de Souabe a refusé d'accéder à cette association : on en est redevable à l'intelligence, à la sagesse, à la considération personnelle de M. le baron de Makau, ministre du roi, auprès du duc de Wirtemberg et du cercle de Souabe. Cette coalition n'avait pas empêché Louis XIV de prendre possession de tout ce qui lui avait été cédé par le traité de Munster ; mais comme cette démarche pou...
      ...bles pour faire échouer les entreprises de ses ennemis. En vain, les plénipotentiaires de l'empereur Léopold, au congrès de Nimègue, en 1679, eurent l'audace de reprendre cette affaire sous-œuvre, les ministres de France ne répondirent jamais rien à leurs motions sur cet objet, et la chose se termina par une protestation ridicule de ia part des ministres impériaux.
      Pour tâcher d'assurer toujours plus leur dépendance immédiate de l'Empire et la conservation de leurs privilèges, ils avaient envoyé, comme aujourd'hui, des députés aux cercles Àe Souabe, de Franconie et du Rhin, pour renouveler leur ancienne association et leur demander leur appui. La négociation avait réussi à certaines conditions, et ces quatre cercles associés s'étaient obligés de s'assister mutuellement par toutes les voies possibles. La même négociation a été faite aujourd'hui pour la même cause, mais on n'a pas eu un succès aussi complet. Le cercle de Souabe a refusé d'accéder à cette association : on en est redevable à l'intelligence, à la sagesse, à la considération personnelle de M. le baron de Makau, ministre du roi, auprès du duc de Wirtemberg et du cercle de Souabe. Cette coalition n'avait pas empêché Louis XIV de prendre possession de tout ce qui lui avait été cédé par le traité de Munster ; mais comme cette démarche pouvait cependant avoir des suites lâcheuses, il s'était décidé à aller lui-même en Alsace, où il avait pris les mesures convenables pour faire échouer les entreprises de ses ennemis. En vain, les plénipotentiaires de l'empereur Léopold, au congrès de Nimègue, en 1679, eurent l'audace de reprendre cette affaire sous-œuvre, les ministres de France ne répondirent jamais rien à leurs motions sur cet objet, et la chose se termina par une protestation ridicule de ia part des ministres impériaux.
      Le traité de Ryswick termina radicalement cette disc...
      ...encèrent le 9 mai 1697. Les prétentions de l'Empire et de l'empereur furentd'abord exorbitantes et tendaient à enlever à la France tout ce qu'elle avait acquis par le traité de Nimègue. Les cercles associés de Franconie, de Souabe et du Rhin insistaient sur la restitution de la ville de Strasbourg et ses dépendances, en deçà et eu delà' du Rhin, sans démolition de fortifications, ni anciennes, ni nouvelles, de la ville de Pnilisbourg, de tous les Etats compris dans les cercles...
      ...agements convenables; notamment du fief de Rapolstein appartenant à l'évêque
      Le traité de Ryswick termina radicalement cette discussion. Les conférences commencèrent le 9 mai 1697. Les prétentions de l'Empire et de l'empereur furentd'abord exorbitantes et tendaient à enlever à la France tout ce qu'elle avait acquis par le traité de Nimègue. Les cercles associés de Franconie, de Souabe et du Rhin insistaient sur la restitution de la ville de Strasbourg et ses dépendances, en deçà et eu delà' du Rhin, sans démolition de fortifications, ni anciennes, ni nouvelles, de la ville de Pnilisbourg, de tous les Etats compris dans les cercles associés, avec d'autres dédommagements convenables; notamment du fief de Rapolstein appartenant à l'évêque
      de Bâle, et sur la démolition des fortifications d'Huningue, de Fort-Louis, de Landau et de plusieurs autres places. L'électeur pal...
      ...oits qu'il possédait avant les troubles de fiohême, et surtout les bailliages de Gerraersheim, de Saùdshut et d'AI-tenstat. Le duc Everhard, régent de Wirtemberg, demandait que le duc George de Wirtemberg, de la branche de Montbeillard, fût rétabli dans sa dépendance immédiate de l'Empire; annulât la reconnaissance de son vasselage de la couronne de France, faite en 1681 ; rentrât dans la possession des fiefs, que les comtes de Rapolstein et les nobles de Rathsemhausen reconaissaient dépendre d...
      ...conservât l'immédiatetépour les comités de Horbourg et de Richemwir, situés en Alsace. Le margrave de Bade-Dourlach revendiquait quelques fie...
      ...n avait occupé pour fortifier Huningue, la faculté de disposer de quelques autres nefs dans l'Alsace et dans le Sundgaw, et l'hôtel que la maison de Bade possédait à Strasbourg. Le roi de Suède demandait la restitution du duché des Deux-Ponts, des comtés de Veldentz, de la Petite-Pierre, de Spouheim et de quelques autres terres.
      de Bâle, et sur la démolition des fortifications d'Huningue, de Fort-Louis, de Landau et de plusieurs autres places. L'électeur palatin redemandait tous les domaines, fiefs et droits qu'il possédait avant les troubles de fiohême, et surtout les bailliages de Gerraersheim, de Saùdshut et d'AI-tenstat. Le duc Everhard, régent de Wirtemberg, demandait que le duc George de Wirtemberg, de la branche de Montbeillard, fût rétabli dans sa dépendance immédiate de l'Empire; annulât la reconnaissance de son vasselage de la couronne de France, faite en 1681 ; rentrât dans la possession des fiefs, que les comtes de Rapolstein et les nobles de Rathsemhausen reconaissaient dépendre du comté d'Horbourg, et conservât l'immédiatetépour les comités de Horbourg et de Richemwir, situés en Alsace. Le margrave de Bade-Dourlach revendiquait quelques fiefs entre Haguenau et Weissembourg, les îles et le terrain qu'on avait occupé pour fortifier Huningue, la faculté de disposer de quelques autres nefs dans l'Alsace et dans le Sundgaw, et l'hôtel que la maison de Bade possédait à Strasbourg. Le roi de Suède demandait la restitution du duché des Deux-Ponts, des comtés de Veldentz, de la Petite-Pierre, de Spouheim et de quelques autres terres.
      Après de iongues discussions, toutes ces prétentions furent réglées. La France consentit à rétrocéder à l'empereur les villes de Brissac et de Fribourg; les forts de Kehl et de Philisbourg, avec toutes les réunions faites hors de l'Alsace, et à raser la forteresse du Mont-Royal et les forts construits dans les îles du Rhin, sur la rive droite de ce fleuve vis-à-vis du Fort-Louis, de Strasbourg et d'Huningue, à condition que la religion catholique, dans les pays rétr...
      ...ême état où elle se trouvait à l'époque de la signature du traité. Les plénipotentiai...
      ...nt point contre les réunions faites par la France, dans l'intérieur l'Alsace, et désavouèrent par leur sile...
      ...canes qu'ils avaient élevées au congrès de Nimègue.
      Après de iongues discussions, toutes ces prétentions furent réglées. La France consentit à rétrocéder à l'empereur les villes de Brissac et de Fribourg; les forts de Kehl et de Philisbourg, avec toutes les réunions faites hors de l'Alsace, et à raser la forteresse du Mont-Royal et les forts construits dans les îles du Rhin, sur la rive droite de ce fleuve vis-à-vis du Fort-Louis, de Strasbourg et d'Huningue, à condition que la religion catholique, dans les pays rétrocédés, serait maintenue dans le même état où elle se trouvait à l'époque de la signature du traité. Les plénipotentiaires impériaux ne réclamèrent point contre les réunions faites par la France, dans l'intérieur l'Alsace, et désavouèrent par leur silence les mauvaises chicanes qu'ils avaient élevées au congrès de Nimègue.
      Le duc des Deux-Ponts fut obligé de prêter foi et hommage au roi, qui alors...
      ...roupes des pays et seigneuries, en deçà de la Quaïche; et tous les autres possesseurs de fiefs se soumirent à la même condition. Le prince de Wirtem-berg-Montbeillard fut rétabli dans la possession des seigneuries de Glerval et de Passavant en Bourgogne, et de Granges et Héricourt en. Franche-Comté ...
      ...ne parla pas, dans le traité, des fiefs de Horbourg ni de RichenVihr, situés en Alsace, parce que la ville de Strasbourg, et toute la province, demeuraient à la France en pleine et entière souverainet...
      Le duc des Deux-Ponts fut obligé de prêter foi et hommage au roi, qui alors retira ses troupes des pays et seigneuries, en deçà de la Quaïche; et tous les autres possesseurs de fiefs se soumirent à la même condition. Le prince de Wirtem-berg-Montbeillard fut rétabli dans la possession des seigneuries de Glerval et de Passavant en Bourgogne, et de Granges et Héricourt en. Franche-Comté ; mais on ne parla pas, dans le traité, des fiefs de Horbourg ni de RichenVihr, situés en Alsace, parce que la ville de Strasbourg, et toute la province, demeuraient à la France en pleine et entière souveraineté.
      ...stacles à l'exécution du traité. Malgré la restitution, qui avait été faite à l'électeur Charles-Louis, du bailliage de Germershein et des prévôtés et sous-bai...
      ... autres lieux qui étaient enfermés dans la province d'Alsace, dont la France avait acquis la souveraineté. 11 ne voulait se contenter de la restitution qui lui avait été faite qu'à condition qu'il posséderait sous la dépendance immédiate de l'empereur et de l'Empire. Enfin, dans le mois de juillet de 1699, l'électeur palatin, pressé par le plénipotentiaire de l'empereur, écrivit au roi une lettre, ...<