Résultats trouvés dans le Tome 34

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-094 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
4 sections trouvées
Tri par date d'édition croissante

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

- search term matches: (14)

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 388
Locuteur: Lequinio
Je demande la parole ^ pour faire une motion d'ordre. Vous allez procéder à la formation d’un comité diplomatique. San...
...nistre, ni prendre sur vous les détails de celte partie. Je propose un article de règlement, qui interdira au comité de communiquer directement avec le ministr...
Je demande la parole ^ pour faire une motion d'ordre. Vous allez procéder à la formation d’un comité diplomatique. Sans doute, vous n’entendez pas entretenir une correspondance suivie avec le ministre, ni prendre sur vous les détails de celte partie. Je propose un article de règlement, qui interdira au comité de communiquer directement avec le ministre. (Murmures.)
Locuteur: Lequinio
...mbre : J'observe que le décret des mois de septembre et octobre 1790 n’a rien statué sur la succession de ceux qui mourront dans leur maison de retraite. Je fais la motion qu’il y ait une loi pour faire c...
...trouvent d’une part les administrateurs de district; d’une autre, les parents, et ...
Un membre : J'observe que le décret des mois de septembre et octobre 1790 n’a rien statué sur la succession de ceux qui mourront dans leur maison de retraite. Je fais la motion qu’il y ait une loi pour faire cesser les incertitudes dans lesquelles se trouvent d’une part les administrateurs de district; d’une autre, les parents, et en troisième lieu, les religieux confrères du décédé. . ,
Locuteur: Guyton-Morveau
au nom du comité central de législation. Messieurs, la loi du 5 novembre 1790 ordonne qn’il se...
...es payables en assignats. Elle contient de plus une disposition qui porte que les reconnaissances porteront l’intérêt à 5 0/0 de la somme capitale jusqu’à leur payement ef...
...ur délivrance en paiement d’acquisition de domaines nationaux.
au nom du comité central de législation. Messieurs, la loi du 5 novembre 1790 ordonne qn’il sera remis à chaque propriétaire d’office liquidé un brevet des reconnaissances payables en assignats. Elle contient de plus une disposition qui porte que les reconnaissances porteront l’intérêt à 5 0/0 de la somme capitale jusqu’à leur payement effectif en assignats, ou leur délivrance en paiement d’acquisition de domaines nationaux.
Locuteur: Guyton-Morveau
...t lieu à plusieurs questions qui tirent la matière d’un mémoire remis au comité de liquidation par le directeur général de la liquidation. L’une de ces questions principales était de savoir si les intérêts des sommes dues ...
...autés ecclésiastiques seraient sujets à la retenue des impositions, c’est-à-dire d...
...er 1791, et du cinquième conformément à la loi du 1er janvier 1791, postérieuremen...
...mportants pour ne pas fixer l’attention de l’Assemblée nationale constituante. Quoiqu’elle fûtsur la fin très prochaine de sa session, elles’en occupa et ordonna qu’il lui fût présenté un projet de décret. Le projet de décret fut fait, mais il ne fut pas possible de le présenter. Je viens vous proposer d’admettre ce projet de décret pour une première lecture, et de renvoyer à huitaine une deuxième lectur...
...suffisamment instruite, vu l’importance de la matière, de renvoyer la question au comité de liquidation, en le chargeant de faire son rapport.
Ces dispositions donnèrent lieu à plusieurs questions qui tirent la matière d’un mémoire remis au comité de liquidation par le directeur général de la liquidation. L’une de ces questions principales était de savoir si les intérêts des sommes dues aux titulaires d’offices et aux créanciers des corps et communautés ecclésiastiques seraient sujets à la retenue des impositions, c’est-à-dire du vingtième, jusqu’au 1er janvier 1791, et du cinquième conformément à la loi du 1er janvier 1791, postérieurement à l’époque du 1er janvier 1791. Ces objets étaient trop importants pour ne pas fixer l’attention de l’Assemblée nationale constituante. Quoiqu’elle fûtsur la fin très prochaine de sa session, elles’en occupa et ordonna qu’il lui fût présenté un projet de décret. Le projet de décret fut fait, mais il ne fut pas possible de le présenter. Je viens vous proposer d’admettre ce projet de décret pour une première lecture, et de renvoyer à huitaine une deuxième lecture ; ou, si l’Assemblée n’est pas suffisamment instruite, vu l’importance de la matière, de renvoyer la question au comité de liquidation, en le chargeant de faire son rapport.
Locuteur: Guyton-Morveau
...ces, à compter du jour du dépôt complet de leurs titres au bureau général de liquidation, et aux créanciers des corp...
...iques, pour dettes exigibles, à compter de la vérification de leurs titres, faite par les directoires de district, continuera d’être calculé à 5 0/0, mais sera sujet à la retenue des 2 vingtièmes et des 4 sols ...
...anvier 1791, et, depuis cette époque, à la retenue du cinquième.
« Art. 1er. L’intérêt des sommes dues aux titulaires d’offices, à compter du jour du dépôt complet de leurs titres au bureau général de liquidation, et aux créanciers des corps et communautés ecclésiastiques, pour dettes exigibles, à compter de la vérification de leurs titres, faite par les directoires de district, continuera d’être calculé à 5 0/0, mais sera sujet à la retenue des 2 vingtièmes et des 4 sols pour livre, jusqu’au 1er janvier 1791, et, depuis cette époque, à la retenue du cinquième.
Locuteur: Guyton-Morveau
...es judi-ciellement, soit aux créanciers de l’Etat, soit à ceux des corps et commun...
...era calculé sur le même pied et sujet à la même retenue.
« Art. 2. L'intérêt des sommes adjugées judi-ciellement, soit aux créanciers de l’Etat, soit à ceux des corps et communautés ecclésiastiques ou laïques, sera calculé sur le même pied et sujet à la même retenue.
Locuteur: Guyton-Morveau
.... 4. Les rentes à 4 0/0 seront exemptes de la rétention, lorsque les parties l’auront... « Art. 4. Les rentes à 4 0/0 seront exemptes de la rétention, lorsque les parties l’auront ainsi stipulé. »
Locuteur: Brissot de Warville
4° Adresse des officiers municipaux de Rouillac, département de la Charente, également sur les émigrants. ... 4° Adresse des officiers municipaux de Rouillac, département de la Charente, également sur les émigrants. Ils annoncent l’émigration des aristocrates et craignent une trame contre l’Asse...
Locuteur: Brissot de Warville
...tent le serment individuel prescrit par la Constitution. Ce sont : DÉPARTEMENTS. Plusieurs membres prêtent le serment individuel prescrit par la Constitution. Ce sont : DÉPARTEMENTS.
Locuteur: Lequinio
(L’Assemblée décrète le renvoi de cette motion au comité de législation.) (L’Assemblée décrète le renvoi de cette motion au comité de législation.)
Locuteur: Guyton-Morveau
Voici le projet de décret : Voici le projet de décret :
Locuteur: Guyton-Morveau
... généralement sur tous intérêts dus par la nation comme succédant au débiteur orig...
...atentes dûment enregistrées, à stipuler la non rétention d’impôts, ainsi que sur t...
...orporations judiciaires, les communautés d’arts et métiers, les pays d’Etats, et généralement sur tous intérêts dus par la nation comme succédant au débiteur originaire, dans tous les cas où les débiteurs n’auraient pas été autorisés par lettres patentes dûment enregistrées, à stipuler la non rétention d’impôts, ainsi que sur tous intérêts moratoires.
Locuteur: Guyton-Morveau
...semblée décrète l’impression et ajourne la seconde lerture à quinzaine.) (L’Assemblée décrète l’impression et ajourne la seconde lerture à quinzaine.)
Locuteur: Brissot de Warville
... aux émigrants, accompagnée d’un projet de décret ; 1° Adresse d'un citoyen, relative aux émigrants, accompagnée d’un projet de décret ;
Locuteur: Brissot de Warville
2° Adresse sur le même sujet, de plusieurs citoyens d'Avr anches, accompagnée d’un projet de décret ; 2° Adresse sur le même sujet, de plusieurs citoyens d'Avr anches, accompagnée d’un projet de décret ;
Locuteur: Brissot de Warville
3° Pétition de deux citoyens de Meulan, contenant un projet de loi sur le même sujet ; 3° Pétition de deux citoyens de Meulan, contenant un projet de loi sur le même sujet ;
Locuteur: Brissot de Warville
...s restent pendant trois jours au bureau de recensement, et qu’il soit libre à chaq... Un membre demande que toutes les listes des comités restent pendant trois jours au bureau de recensement, et qu’il soit libre à chaque membre d’aller les consulter.
PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL. PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL.
La séance est ouverte àj neuf heures du ma... La séance est ouverte àj neuf heures du matin.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 389
Locuteur: Le Président
Plusieurs citoyens de la section du Palais-Royal demandent à être admis à la barre pour exprimer leurs inquiétudes et présenter leurs vues sur les subsistances de la capitale. Plusieurs citoyens de la section du Palais-Royal demandent à être admis à la barre pour exprimer leurs inquiétudes et présenter leurs vues sur les subsistances de la capitale.
Locuteur: Dumolard
...st point porter atteinte au droit sacré de pétition, que de réduire le nombre de ceux qui doivent les présenter. Je suis...
... ceprétexte,il vienne une foule immense de personnes se placer dans l’intérieur de la salle. D’ailleurs la loi a parlé dans l’organisation des mun...
...ons ne pourront être présentés par plus de 10 personnes. Je demande que cette loi ...
...e des députés qui pourront être admis à la barre pour présenter cette pétition.
Ce n’est point porter atteinte au droit sacré de pétition, que de réduire le nombre de ceux qui doivent les présenter. Je suis d avis autant que personne que l’on admette ceux gui ont des réclamations et des pétitions à faire a 1 Assemblée; mais je crois qu’on ne doit pas permettre que, sous ceprétexte,il vienne une foule immense de personnes se placer dans l’intérieur de la salle. D’ailleurs la loi a parlé dans l’organisation des municipalités; il y est dit que les pétitions ne pourront être présentés par plus de 10 personnes. Je demande que cette loi soit exécutée à l’égard du Corps législatif et qu’on fasse en conséquence un article du règlement qui borne 10 le nombre des députés qui pourront être admis à la barre pour présenter cette pétition.
Locuteur: Le Président
... proposition : que ceux qui sont d’avis de l’adopter veuillent bien lever la main. Je mets aux voix cette proposition : que ceux qui sont d’avis de l’adopter veuillent bien lever la main.
Locuteur: Le Président
Un grand nombre de membres : Non! non! La contre-épreuve! faites la contre-épreuve, Monsieur le Président ! Un grand nombre de membres : Non! non! La contre-épreuve! faites la contre-épreuve, Monsieur le Président !
Locuteur: Le Président
La proposition de M. Dumolard est adoptée. La proposition de M. Dumolard est adoptée.
Locuteur: Couthon
...ident, à prouver que vous avez mal posé la question et que vous avez violé la loi, malgré les réclamations d’un grand nombre de membres de l’Assemblée. (Vifs applaudissements dan... Je demande, Monsieur le Président, à prouver que vous avez mal posé la question et que vous avez violé la loi, malgré les réclamations d’un grand nombre de membres de l’Assemblée. (Vifs applaudissements dans les tribunes. — Murmures prolongés dans VAssemblée.)
Locuteur: Le Président
... membres se plaisent à troubler l'ordre de l’Assemblée; on les voit correspondre avec les tribunes qui lui manquent de respect. Nous demandons à nous former e...
...éral. (Applaudissements dans une partie de VAssemblée. — Murmures prolongés à Vextrémité qau-che de la salle.)
Un membre : Des membres se plaisent à troubler l'ordre de l’Assemblée; on les voit correspondre avec les tribunes qui lui manquent de respect. Nous demandons à nous former en comitégénéral. (Applaudissements dans une partie de VAssemblée. — Murmures prolongés à Vextrémité qau-che de la salle.)
Locuteur: Le Président
(Un grand nombre de membres se précipitent vers le bureau pour s’inscrire en faveur de la motion du dernier opinant, aux termes de la loi qui porte que 50 membres pourront exiger la formation du comité général.) (Un grand nombre de membres se précipitent vers le bureau pour s’inscrire en faveur de la motion du dernier opinant, aux termes de la loi qui porte que 50 membres pourront exiger la formation du comité général.)
Locuteur: Le Président
Aux termes de la loi, j’interdis préalablement aux tribu...
...iste pour que les membres qui réclament la parole contre moi soient entendus. La loi veut que j’ac-*a parole à celui qui...
...e sois rappelé à l’ordre. 11 peut avoir de justes reproches à me faire; si j ai manqué, je dois être censuré. Je donne la parole a]M. Couthon, et j’observe à l’A...
Aux termes de la loi, j’interdis préalablement aux tribunes tout mouvement d’approbation ou d’improbation. On insiste pour que les membres qui réclament la parole contre moi soient entendus. La loi veut que j’ac-*a parole à celui qui me l’a demandée. M. Couthon propose que je sois rappelé à l’ordre. 11 peut avoir de justes reproches à me faire; si j ai manqué, je dois être censuré. Je donne la parole a]M. Couthon, et j’observe à l’Assemblée que tout cela peut se faire avec calme.
Locuteur: Couthon
J’ai demandé la parole... (Murmures prolongés.)—Lorsque )’ai demandé la parole contre M. le Président, j’ai cru...
...mais attendu que I usage que je faisais de ce règlement fût un motif puur un grand nombre de membres de me marquer une telle indisposition qu’on m’ait obligé de monter à la tribune, quoique précédemment 1 Assembl...
J’ai demandé la parole... (Murmures prolongés.)—Lorsque )’ai demandé la parole contre M. le Président, j’ai cru y être autorisé par le règlement, et je ne me serais jamais attendu que I usage que je faisais de ce règlement fût un motif puur un grand nombre de membres de me marquer une telle indisposition qu’on m’ait obligé de monter à la tribune, quoique précédemment 1 Assemblée ait eu plusieurs fois égard à mon infirmité. (Applaudissements dans les tribu...
Locuteur: Couthon
...uent à se faire inscrire au bureau pour la formation de l’Assemblée en comité général. Plusieurs membres continuent à se faire inscrire au bureau pour la formation de l’Assemblée en comité général.
Locuteur: Delacroix
Un membre : Il n’y a pas de raison à donner et vous ne connaissez pas la Constitution. (L’Assemblée est dans le ... Un membre : Il n’y a pas de raison à donner et vous ne connaissez pas la Constitution. (L’Assemblée est dans le plus grand tumulte.)
Locuteur: Lacombe-Saint-Michel
... Monsieur le Président, que vous leviez la séance plutôt que de tolérer un pareil désordre. On réclame, Monsieur le Président, que vous leviez la séance plutôt que de tolérer un pareil désordre.
Locuteur: Lacombe-Saint-Michel
...t par son ordre dans toutes les parties de la salle pour rétablir le silence. — Tous ...
...sident se découvre. — Des rires partent de l'extrémité gauche de la salle et des tribunes. — M. le Président se couvre de nouveau. — Plusieurs minutes se passent...
(M. le Président se couvre. —Les huissiers se répandant par son ordre dans toutes les parties de la salle pour rétablir le silence. — Tous les membres se découvrent et s’asseyent. — M. le Président se découvre. — Des rires partent de l'extrémité gauche de la salle et des tribunes. — M. le Président se couvre de nouveau. — Plusieurs minutes se passent dans un profond silence.)
Locuteur: Le Président
...Assemblée décrète qu’ils seront admis à la séance du soir, à six heures.) (L’Assemblée décrète qu’ils seront admis à la séance du soir, à six heures.)
Locuteur: Le Président
...e des députés qui pourront être admis a la barre. , Un membre : Je demande que l’Assemblée fixe a 12 le nombre des députés qui pourront être admis a la barre.
Locuteur: Le Président
...e serait porter atteinte au droit sacré de pétition. (Murmures.) Un membre : Ce serait porter atteinte au droit sacré de pétition. (Murmures.)
Locuteur: Taillefer, Merlin
...membres à gauche demandent avec chaleur la question préalable. et plusieurs autres membres à gauche demandent avec chaleur la question préalable.
Locuteur: Le Président
Je vais commencer la première épreuve. Je vais commencer la première épreuve.
Locuteur: Le Président
(La contre-épreuve a lieu.) (La contre-épreuve a lieu.)
Locuteur: Le Président
Je vous accorde la parole. Je vous accorde la parole.
Locuteur: Le Président
...dent à parler sur le desordre résultant de ce déplacement. (L’Assemblée est dans u... Plusieurs membres demandent à parler sur le desordre résultant de ce déplacement. (L’Assemblée est dans une grande agitation.)
Locuteur: Couthon
se lève et commence à parler de sa place. se lève et commence à parler de sa place.
Locuteur: Couthon
...sieurs membres à droite : Qu’il aille à la tribune! Plusieurs membres à droite : Qu’il aille à la tribune!
Locuteur: Couthon
(M. Couthon monte à la tribune en s’appuyant sur sa bequille.) (M. Couthon monte à la tribune en s’appuyant sur sa bequille.)
Locuteur: Couthon
...mbres : Les tribunes violent sans cesse la loi. En comité général 1 Plusieurs membres : Les tribunes violent sans cesse la loi. En comité général 1

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 390
Locuteur: Le Président
général. 50 membres peuvent, aux termes de la loi, exiger celte formation. Or, plus de 50 membres se sont fait inscrire. Je va... général. 50 membres peuvent, aux termes de la loi, exiger celte formation. Or, plus de 50 membres se sont fait inscrire. Je vais consulter l’Assemblée pour savoir si elle veut se former en comité général. {...
Locuteur: Delacroix
Voix diverses : La lecture de la loi ! — Nous voulons qu’elle soit exécu... Voix diverses : La lecture de la loi ! — Nous voulons qu’elle soit exécutée !
Locuteur: Delacroix
...n faire pour le bien public. Je demande la continuation de la séance. ...omité général elle ne peut rien décréter, et que par conséquent elle ne peut rien faire pour le bien public. Je demande la continuation de la séance.
Locuteur: Thuriot
La loi résiste à la motion qui a ete faite, car elle porte que 50 membres pourront exiger la formation du comité général. Mais je défie qu’on trouve dans la loi une seule expression qui dise que, ...
...nale tiendra ses séances, on sera libre de provoquer sa dissolution à l’instant. La loi dit que lorsque les affaires import...
... un autre moment. Or, nous n’avons rien de particulier à dire. {Murmures.) Je demande que la loi soit observée et qu’on passe à l’or...
La loi résiste à la motion qui a ete faite, car elle porte que 50 membres pourront exiger la formation du comité général. Mais je défie qu’on trouve dans la loi une seule expression qui dise que, lorsque l’Assemblée nationale tiendra ses séances, on sera libre de provoquer sa dissolution à l’instant. La loi dit que lorsque les affaires importantes exigeront une discussion particulière, on pourra provoquer un comité général, et que ce comité se formera dans un autre moment. Or, nous n’avons rien de particulier à dire. {Murmures.) Je demande que la loi soit observée et qu’on passe à l’ordre du jour. {Murmures. )
Locuteur: Couthon
Si j’eusse pu présumer qu’en demandant la parole contre M.le Président, conformément au règlement, j’eusse altéré tant soit peu la paix, la tranquillité, la décence et la dignité qui doivent régner dans l’Assemblée, peut-etreme serais-je interdit de rien demander. Mais voilà ce que j’ai voulu : Il a été fait une motion de restreindre le nombre des pétitionnaires qui pourront être admis à la barre ; j’avoue que je suis de cet avis; mais contre cette motion la question préalable a été demandée et appuyée par un très grand nombre de membres. Cependant, quoique, le règlement voulut que M. le Président mit aux voix la question préalable avant la question principale, il a pris sur lui de mettre aux voix la question principale avant la question préalable, malgré les réclamations d’une partie de l’Assemblée. J’ai voulu demander purement et simplement, pour l’honneur de l’Assemblée, 1 exécution du règlement, et voilà pourquoi j ai sollicité la parole contre M. le Président. Si j’eusse pu présumer qu’en demandant la parole contre M.le Président, conformément au règlement, j’eusse altéré tant soit peu la paix, la tranquillité, la décence et la dignité qui doivent régner dans l’Assemblée, peut-etreme serais-je interdit de rien demander. Mais voilà ce que j’ai voulu : Il a été fait une motion de restreindre le nombre des pétitionnaires qui pourront être admis à la barre ; j’avoue que je suis de cet avis; mais contre cette motion la question préalable a été demandée et appuyée par un très grand nombre de membres. Cependant, quoique, le règlement voulut que M. le Président mit aux voix la question préalable avant la question principale, il a pris sur lui de mettre aux voix la question principale avant la question préalable, malgré les réclamations d’une partie de l’Assemblée. J’ai voulu demander purement et simplement, pour l’honneur de l’Assemblée, 1 exécution du règlement, et voilà pourquoi j ai sollicité la parole contre M. le Président.
Locuteur: Le Président
Il est vrai que la motion principale a été mise aux voix. La première épreuve était déjà commencée; c’est dans ce moment que j’ai entendu demander la question préalable. J’ai proposé à 1 Assemblée de recommencer l’épreuve totalement. L’Ass... Il est vrai que la motion principale a été mise aux voix. La première épreuve était déjà commencée; c’est dans ce moment que j’ai entendu demander la question préalable. J’ai proposé à 1 Assemblée de recommencer l’épreuve totalement. L’Assemblée ne l’a pas voulu.
Locuteur: Le Président
C*est pourquoi je n’ai pas proposé la question préalable. M. Gouthon n’était pas instruit de cette cirsonstance, il n’y a que du malendu. Que la paix règne parmi nous autres ! {Applaud... C*est pourquoi je n’ai pas proposé la question préalable. M. Gouthon n’était pas instruit de cette cirsonstance, il n’y a que du malendu. Que la paix règne parmi nous autres ! {Applaudissements.)
Locuteur: Le Président
Un membre : Je prie M. le Président de rappeler à l’Assemblée son règlement. L...
...à nous à montrer aux tribunes l’exemple de la désobéissance aux lois.
Un membre : Je prie M. le Président de rappeler à l’Assemblée son règlement. Le règlement interdit à tous les membres tout signe d’approbation ou d’improbaiion. Ge u’est pas à nous à montrer aux tribunes l’exemple de la désobéissance aux lois.
Locuteur: Delacroix
50 membres réunis ont le droit de demander que l’Assemblée se forme en co... 50 membres réunis ont le droit de demander que l’Assemblée se forme en comité général ; mais cette demande doit avoir un motif. Or, je demande s’il exist...
Locuteur: Le Président
donne lecture de l’article de Ja Constitution; il est ainsi conçu : donne lecture de l’article de Ja Constitution; il est ainsi conçu :
Locuteur: Le Président
« 50 membres auront le droit de l’exiger. « 50 membres auront le droit de l’exiger.
Locuteur: Le Président
« Pendant la durée du comité général, les assistants... « Pendant la durée du comité général, les assistants se retireront, le fauteuil du Président sera vacant; l’ordre sera maintenu par ...
Locuteur: Le Président
... rends justice au sentiment d’honnêteté de M. Gouthon, mais une simple observation... Je rends justice au sentiment d’honnêteté de M. Gouthon, mais une simple observation va écarter l’inculpation qu’il m’a faite.
Locuteur: Le Président
...er, sans quoi j’exécuterai contre elles la loi. ...re ici dans un silence respectueux, qu’elles ne peuvent ni applaudir, ni improuver, sans quoi j’exécuterai contre elles la loi.
Locuteur: Le Président
Un membre : La patrie nous appelle à nos fonctions. Je... Un membre : La patrie nous appelle à nos fonctions. Je demande l'ordre du jour sans discussion.
Locuteur: Le Président
...se retire ensuite dans les bureaux pour la nomination des membres du comité diplom... (L’Assemblée se retire ensuite dans les bureaux pour la nomination des membres du comité diplomatique.)
Locuteur: Le Président
(La séance est reprise à midi.) (La séance est reprise à midi.)
Locuteur: Le Président
Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité milita... Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité militaire; sont élus :
Locuteur: Le Président
Dubois de Bellegarde. Dubois de Bellegarde.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 391
Locuteur: Le Président
L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les émigrants. L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les émigrants.
Locuteur: Champion
Avant de passer à l’ordre du jour, je de iiande la parole pour des faits. L’Assemblée, sur la motion de M. Condorcet, a décrété que les députés...
...u Bas-Rhin lui donneraient connaissance de tous les faits relatifs aux émigrants. Elle a lieu de s’applaudir de ce décret; c’est une raison pour 1 eten...
Avant de passer à l’ordre du jour, je de iiande la parole pour des faits. L’Assemblée, sur la motion de M. Condorcet, a décrété que les députés des départements du Haut et du Bas-Rhin lui donneraient connaissance de tous les faits relatifs aux émigrants. Elle a lieu de s’applaudir de ce décret; c’est une raison pour 1 etendre et pour recueillir des députés des départements limitrophes des éclaircissem...
Locuteur: Champion
Les députés du Jura, département voisin de la Suisse et de la République de Genève, peuvent en fournir; ils devienn... Les députés du Jura, département voisin de la Suisse et de la République de Genève, peuvent en fournir; ils deviennent même nécessaires, après l’exposé infidèle qu’on vous a présenté, car ils son...
Locuteur: Champion
...lution. On vous a peint le gouvernement de Berne comme voulant verser le sang fran...
... que les Bernois sont toujours demeurés de bons et iidèles alliés et que leurs mag...
...s pour vivre en bonne intelligence avec la France. Les Suisses n’ont rien oublié p...
...’ancienne amitié qui nous unit. Obligés de rassembler des troupes pour s’opposer a...
...t à fomenter parmi eux, ils ont prévenu de cette mesure les départements et les di...
...ntes qui le forçaient d’établir le camp de Payerne. Il s’est plaint amicalement de...
... ce qui pourrait troubler l’harmonie et la bonne intelligence entre nous. Ces lett...
...s et authentiques. J’ajoute que le camp de Payerne n’existe plus; les troupes ont été licenciées du moment où la tranquillité a été rétablie.
...us a dit que les Suisses avaient témoigné ouvertement leur haine pour notre Révolution. On vous a peint le gouvernement de Berne comme voulant verser le sang français. Je vous certifie que les Bernois sont toujours demeurés de bons et iidèles alliés et que leurs magistrats font tous leurs efforts pour vivre en bonne intelligence avec la France. Les Suisses n’ont rien oublié pour entretenir l’ancienne amitié qui nous unit. Obligés de rassembler des troupes pour s’opposer au soulèvement qu’on cherchait à fomenter parmi eux, ils ont prévenu de cette mesure les départements et les districts les plus voisins. M. Bernach, commandant des troupes bernoises, nous a communiqué les raisons puissantes qui le forçaient d’établir le camp de Payerne. Il s’est plaint amicalement des moyens odieux employés poursouIeverlepaysdeVaux.il nous a renouvelé 1 assurance deFattachementinviolable du canton, et nous a conjurés d’écarter tout ce qui pourrait troubler l’harmonie et la bonne intelligence entre nous. Ces lettres ont été publiées dans tous les départements, affichées dans toutes les munic...
...t étonnant que M.Brissot ait opposé des anecdotes apocryphes à ces faits notoires et authentiques. J’ajoute que le camp de Payerne n’existe plus; les troupes ont été licenciées du moment où la tranquillité a été rétablie.
Locuteur: Champion
...à Genève que l’on a appelé : « un atome de République » je croyais qu’il n’était p...
...ateurs d’insulter à une nation, à cause de la petitesse de son territoire...
Quant à Genève, qui a fait éclater sa haine contre notre Constitution, quant à Genève que l’on a appelé : « un atome de République » je croyais qu’il n’était pas permis à des législateurs d’insulter à une nation, à cause de la petitesse de son territoire...
Locuteur: Champion
Hé bien, Messieurs, la République de Genève, l’année dernière, lorsque nos stériles contrées étaient livrées aux horreurs de la famine, lorsque le blé était à un prix ...
...e sage prévoyance met toujours à l’abri de la disette, s’empressa de nous ouvrir ses greniers, non par un esprit de spéculation, non pour nous vendre chère...
...et sans autre condition que d’en rendre la même quantité l’année suivante. Voilà, Messieurs, le mal que la République de Genève vous a fait, les outrages dont v...
...r. Ils sont consignés dansles registres de nos municipalités, dans ceux du département, dans ceux de l’Assemblée nationale ; ils sont gravés dans le cœur de nos concitoyens, et pour les liers habi...
Hé bien, Messieurs, la République de Genève, l’année dernière, lorsque nos stériles contrées étaient livrées aux horreurs de la famine, lorsque le blé était à un prix exorbitant, ou plutôt qu’on ne pouvait s’en procurer à aucun prix, cette République, qu’une sage prévoyance met toujours à l’abri de la disette, s’empressa de nous ouvrir ses greniers, non par un esprit de spéculation, non pour nous vendre chèrement un secours qu’on ne pouvait trop payer mais par un prêt désintéressé et généreux, et sans autre condition que d’en rendre la même quantité l’année suivante. Voilà, Messieurs, le mal que la République de Genève vous a fait, les outrages dont vous avez à vous venger. Ils sont consignés dansles registres de nos municipalités, dans ceux du département, dans ceux de l’Assemblée nationale ; ils sont gravés dans le cœur de nos concitoyens, et pour les liers habitants du Jura, l’ingratitude est une lâcheté.
Locuteur: Champion
...it imprimé à Genève des libelles contre la Révolution. Quoi, Messieurs, vous regardez avec raison la liberté de la presse comme l’égide et la sauvegarde de la Révolution, et vous voulez l’enlever à ...
...s et les pouvoirs, et Genève n’aura pas la même puissance I Philosophes intolérant...
L’op s’étonnera encore que l’on se soit plaint que l’on ait imprimé à Genève des libelles contre la Révolution. Quoi, Messieurs, vous regardez avec raison la liberté de la presse comme l’égide et la sauvegarde de la Révolution, et vous voulez l’enlever à vos voisins ! Quoi ! Paris vomit tous les matins mille libelles contre toutes les autorités et les pouvoirs, et Genève n’aura pas la même puissance I Philosophes intolérants, vous êtes libres, et vous ne voulez pas que les autres le soient et vous pren...
Locuteur: Champion
... du département du Bas-Rhin. Je demande la parole pour démentir ce qui vient d’êtr...
...r du département du Bas-Rhin, le canton de Fribourg a adressé une lettre à M. de Palavicini, colonel-commandant du régiment de Vigier, en garnison à Strasbourg. Il a ordonné à M. de Palavicini de faire mettre sous les armes les soldats du régiment de Yigier et de lui annoncer que si un soldat fribourgeois se trouvait aux assemblées des Amis de la Constitution de Strasbourg, il serait puni et que l’Eta...
...son ressentiment. Par conséquent l’Etat de Fribourg s’est déclaré contre les amis de la Constitution de Strasbourg ; c’est un fait connu des ad...
Un membre, député du département du Bas-Rhin. Je demande la parole pour démentir ce qui vient d’être dit sur les Suisses. Dans le temps que j’étais administrateur du département du Bas-Rhin, le canton de Fribourg a adressé une lettre à M. de Palavicini, colonel-commandant du régiment de Vigier, en garnison à Strasbourg. Il a ordonné à M. de Palavicini de faire mettre sous les armes les soldats du régiment de Yigier et de lui annoncer que si un soldat fribourgeois se trouvait aux assemblées des Amis de la Constitution de Strasbourg, il serait puni et que l’Etat liu ferait sentir tout son ressentiment. Par conséquent l’Etat de Fribourg s’est déclaré contre les amis de la Constitution de Strasbourg ; c’est un fait connu des administrateurs du Bas-Rhin. {Applaudissements à V
Locuteur: Champion
Je vous ai parlé du canton de Berne. D’ailleurs, Messieurs, le fait que l’on vient de citer ne prouve rien ; on peut bien aimer la Constitution, et n’avoir pas la même passion pour certaines sociétés qu... Je vous ai parlé du canton de Berne. D’ailleurs, Messieurs, le fait que l’on vient de citer ne prouve rien ; on peut bien aimer la Constitution, et n’avoir pas la même passion pour certaines sociétés qu’elle a enfantées. Je conclus donc à ce qu’on veuille bien sur toutes ces matièr...
Locuteur: Fauchet
Je demande la parole; c’est du canton de Berne que je veux parler. Je vis répond... Je demande la parole; c’est du canton de Berne que je veux parler. Je vis répondre aux allégations du préopinant par des faits.
Locuteur: Le Président
Une partie de l’Assemblée demande à passer à l’ordre du jour. Je vais la consulter pour savoir si M. Fauchet ser... Une partie de l’Assemblée demande à passer à l’ordre du jour. Je vais la consulter pour savoir si M. Fauchet sera entendu.
Locuteur: Beaupuy
Un de MM. les secrétaires fait lecture d’une lettre de M. Lortal, député de VAveyron, contenant les motifs qui l’ont empêché, jusqu’à présent, de se rendre à l’Assemblée. Un de MM. les secrétaires fait lecture d’une lettre de M. Lortal, député de VAveyron, contenant les motifs qui l’ont empêché, jusqu’à présent, de se rendre à l’Assemblée.
Locuteur: Champion
Plusieurs membres : Ce ne sont pas des faits! Plusieurs membres : Ce ne sont pas des faits!
Locuteur: Champion
...le’) M. Champion. Ce que monsieur vient de vous dire n’est pas en contradiction av...
... vous ai dit. Il vous a parlé du canton de Fribourg, et moi je vous ai parlé du canton de Berne.
extrémité gauche delà salle’) M. Champion. Ce que monsieur vient de vous dire n’est pas en contradiction avec ce que je vous ai dit. Il vous a parlé du canton de Fribourg, et moi je vous ai parlé du canton de Berne.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 392
Locuteur: Dalmas
Et moi, je dis, que je ne connais pas de plus grand danger pour le salut public,...
...is, que le plus petit changement fait à la Constitution pourrait entraîner l’ébranlement et la ruine de 1 Empire entier, et nous précipiter dans une nouvelle révolution. La nation ne demande que le calme et la tranquillité, à la suite des secousses violentes qui l’ont...
...seront, et les émigrants s’empresseront de revenir dans leur patrie lorsqu’ils cro...
...c, sur ce point, qu’une loi prohibitive de l’emigration serait une infraction aux ...
Et moi, je dis, que je ne connais pas de plus grand danger pour le salut public, qu’une première violation des lois faites pour lui. Je dis, que le plus petit changement fait à la Constitution pourrait entraîner l’ébranlement et la ruine de 1 Empire entier, et nous précipiter dans une nouvelle révolution. La nation ne demande que le calme et la tranquillité, à la suite des secousses violentes qui l’ont agitée, elle n’a pas besoin d'autre chose. Faites renaître l’ordre, l’amour et l’obéissance aux lois; et alors les émigrations cesseront, et les émigrants s’empresseront de revenir dans leur patrie lorsqu’ils croiront pouvoir y trouver sûreté et tranquillité. Je conclus donc, sur ce point, qu’une loi prohibitive de l’emigration serait une infraction aux lois constitutionnelles.
Locuteur: Fauchet
le canton de Berne, pour avoir pris part à la fête qui y avait été célébrée, dans quelques endroits, pour solenniser l’achèvemeut de la Constitution. Leurs biens ont été annotés, ils ont été décrétés de prise de corps. Ils se sont échappés en France avec les preuves de cette persécution. Je les ai remises moi-même au ministre de la guerre, en demandant du service pour ces deux braves officiers attachés à la Révolution. Ils ont attesté que dans le château de Chillon, il y avait une foule de citoyens attachés à notre Révolution, qui étaient dans des cachots affreux, où l’eau de la mer(/îim.) pénétrait. Voilà des faits qui prouvent ce que le gouvernement de Berne pense de votre Révolution. le canton de Berne, pour avoir pris part à la fête qui y avait été célébrée, dans quelques endroits, pour solenniser l’achèvemeut de la Constitution. Leurs biens ont été annotés, ils ont été décrétés de prise de corps. Ils se sont échappés en France avec les preuves de cette persécution. Je les ai remises moi-même au ministre de la guerre, en demandant du service pour ces deux braves officiers attachés à la Révolution. Ils ont attesté que dans le château de Chillon, il y avait une foule de citoyens attachés à notre Révolution, qui étaient dans des cachots affreux, où l’eau de la mer(/îim.) pénétrait. Voilà des faits qui prouvent ce que le gouvernement de Berne pense de votre Révolution.
Locuteur: Bassal
... authentique. Le directoire du district de Versailles a reçu une lettre par laquel...
...ette lettre au comité diplomatique vers la fin de l’Assemblée constituante. Cet argent a ...
Je vais vous citer un fait qui est authentique. Le directoire du district de Versailles a reçu une lettre par laquelle on l’avertissait qu on devait venir chercher à Pari s 500,000 livres pour payer des chevaux achetés par M. d’Artois. Nous avons envoyé cette lettre au comité diplomatique vers la fin de l’Assemblée constituante. Cet argent a été réellement pris à Bar-Je-Uuc et devait servir pour payer les chevaux que 1 o...
Locuteur: Dalmas
J’ai admiré la profondeur des principes politiques de M. Brissot ainsi que sa haute éloquence...
...qu il en a déduites, et j’ai été frappé de 1 étrange contradiction que l’on a remarquée entre les principes de son projet de décret, et ceux de son discours. Je suis loin aussi de partager ses inquiétudes sur les dispos...
... tableau. Tout a changé depuis l’époque de l’acceptation de la Constitution; tout a dû changer depuis 1 événement mémorable, signalé par tant de témoignages de l’allégresse publique qui a reum et confondu les intérêts de la nation et l’in-teret du roi, et enlevé aux ennemis de la patrie J espoir d une dissidence fâcheuse entre elle et lui. Ainsi, ne parlons plus de ces alarmes propres seulement a nuire e...
J’ai admiré la profondeur des principes politiques de M. Brissot ainsi que sa haute éloquence. J adopte en entier sa théorie, mais j avoue que je ne puis pas adopter les conséquences qu il en a déduites, et j’ai été frappé de 1 étrange contradiction que l’on a remarquée entre les principes de son projet de décret, et ceux de son discours. Je suis loin aussi de partager ses inquiétudes sur les dispositions des cours étrangères à notre égard : c’est en confondant les temps et les circonstances qu’il a fait son tableau. Tout a changé depuis l’époque de l’acceptation de la Constitution; tout a dû changer depuis 1 événement mémorable, signalé par tant de témoignages de l’allégresse publique qui a reum et confondu les intérêts de la nation et l’in-teret du roi, et enlevé aux ennemis de la patrie J espoir d une dissidence fâcheuse entre elle et lui. Ainsi, ne parlons plus de ces alarmes propres seulement a nuire et à détruire le crédit public.
Locuteur: Dalmas
... est une maladie politique. Les progrès de cette maladie se sont accrus parmi nous...
...our les arrêter Chaque jour voit naître de perfides, de nouvelles et lâches désertions. Ce qu’il faut regretter ici, ce n'est pas la disparition de ces hommes, la plupart suspects et dangereux, les autres faibles et inutiles, mais c’est la disparition de leur or, l’inquiétude et l’agitation qu...
...uneste manie apporte à l’affermissement de la paix et de 1 ordre intérieur du royaume, et au ret...
L émigration est une maladie politique. Les progrès de cette maladie se sont accrus parmi nous au moment même qui semblait indiqué pour les arrêter Chaque jour voit naître de perfides, de nouvelles et lâches désertions. Ce qu’il faut regretter ici, ce n'est pas la disparition de ces hommes, la plupart suspects et dangereux, les autres faibles et inutiles, mais c’est la disparition de leur or, l’inquiétude et l’agitation que ces émigrations font naître, les retards que cette funeste manie apporte à l’affermissement de la paix et de 1 ordre intérieur du royaume, et au retour du crédit public.
Locuteur: Dalmas
... violents pour arrêter cette contagion. De la grande question de savoir si l’Assemblée nationale peut me...
...mi°rer sans blesser aucun des principes de la Constilu-tion et de la liberté publique.
On vous propose, Messieurs, des remèdes violents pour arrêter cette contagion. De la grande question de savoir si l’Assemblée nationale peut mettre des obstacles au droit naturel d,émi°rer sans blesser aucun des principes de la Constilu-tion et de la liberté publique.
Locuteur: Dalmas
...ionale peut-elle détendre 1 émigration? La réponse se trouve dans a Constitution qui garantit à tout individu la liberté daller, de rester et de sortir du royaume sans etre persécuté, ...
...ue vous avez fait à cette Constitution. La réponse est encore dans les principes éternels du contrat social qui doivent être ceux de toute association libre : cest qu'aucun des individus qui la composent ne puisse être obligé de rester, malgré lui, membre de la société lorsque ses affaires ou ses pla...
Et d’abord, l’Assemblée nationale peut-elle détendre 1 émigration? La réponse se trouve dans a Constitution qui garantit à tout individu la liberté daller, de rester et de sortir du royaume sans etre persécuté, et dans le serment que vous avez fait à cette Constitution. La réponse est encore dans les principes éternels du contrat social qui doivent être ceux de toute association libre : cest qu'aucun des individus qui la composent ne puisse être obligé de rester, malgré lui, membre de la société lorsque ses affaires ou ses plaisirs l’appellent ailleurs.
Locuteur: Dalmas
On objecte le danger de la chose publique; on parle du salut du peuple qui est la première des lois. On objecte le danger de la chose publique; on parle du salut du peuple qui est la première des lois.
Locuteur: Dalmas
Mais, quel serait donc le grand intérêt de la nation d’arrêter les émigrations? Une loi de rigueur ne ferait que les augmenter. Qu...
...vous ferait porter cette loi? Serait-ce la réunion d’une poignée de factieux sans chefs, sans accord, sans ...
...ies chevaleresques méritent bien plutôt la risée que l'attention d’un grand peuple...
...u’ils cherchent à provoquer contre nous de la part des puissances^ étrangères? Non, M...
...l’intérêt du roi suffira pour dissoudre la coalition de ces puissances. De plus, l’impossibilité de leur accord sur la division de notre territoire, la difficulté plus grande encore d’y faire...
...qui ont intérêt à maintenir l’équilibre de l’Europe, la résistance que leur opposeraient des milliers de bras armés pour la défense de la liberté et de leurs foyers, et sur toutes choses, la crainte de hâter, par les efforts même qu’ils feraient pour l’empêcher, la propagation et le triomphe des principes de la Constitution française dans leurs propr...
... que les puissances se déclarent contre la France. Je ne crois pas, Messieurs, à c...
...t qui sont autant d’obstacles au retour de la confiance et du crédit.
Mais, quel serait donc le grand intérêt de la nation d’arrêter les émigrations? Une loi de rigueur ne ferait que les augmenter. Quel danger vous ferait porter cette loi? Serait-ce la réunion d’une poignée de factieux sans chefs, sans accord, sans ressources et sans moyens, et dont les forfanteries ridicules et les folies chevaleresques méritent bien plutôt la risée que l'attention d’un grand peuple?Serait-ce les hostilités qu’ils cherchent à provoquer contre nous de la part des puissances^ étrangères? Non, Messieurs, l’intérêt du roi suffira pour dissoudre la coalition de ces puissances. De plus, l’impossibilité de leur accord sur la division de notre territoire, la difficulté plus grande encore d’y faire accéder les autres puissances qui ont intérêt à maintenir l’équilibre de l’Europe, la résistance que leur opposeraient des milliers de bras armés pour la défense de la liberté et de leurs foyers, et sur toutes choses, la crainte de hâter, par les efforts même qu’ils feraient pour l’empêcher, la propagation et le triomphe des principes de la Constitution française dans leurs propres Etats, toutes ces considérations sont autant d’obstacles à ce que les puissances se déclarent contre la France. Je ne crois pas, Messieurs, à ces hostilités; je le dis avec confiance et franchise, et je substitue avec plais...
...ces, aux craintes, aux erreurs dont on nous entretient peut-être trop souvent, et qui sont autant d’obstacles au retour de la confiance et du crédit.
Locuteur: Dalmas
...à empêcher les émigrations par des lois de rigueur, quand même la libre sortie du royaume ne serait pas une faculté garantie par la Constitution, examinons les tempérament...
...déjà émigré, et assurer les intérêts et la dignité de la nation. Des moyens très simples paraiss...
Maintenant qu’il est prouvé que l’Assemblée nationale n’aurait pas intérêt à empêcher les émigrations par des lois de rigueur, quand même la libre sortie du royaume ne serait pas une faculté garantie par la Constitution, examinons les tempéraments qu’elle peut prendre pour arrêter cette épidémie, fixer les citoyens dans leur patrie, y rappeler ceux qui ont déjà émigré, et assurer les intérêts et la dignité de la nation. Des moyens très simples paraissent s’offrir pour remplir ces différentes vues.
Locuteur: Bassal
La discussion sur les émigrations est repr... La discussion sur les émigrations est reprise.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 393
Locuteur: Dalmas
...ivent être invites à rentrer : cet acte de clémence et d’humanité ne peut qu’honor...
...ics doivent en etre requis. Dans le cas de refus de la part de ceux-ci, ils doivent être déclarés déchus de tout traitement ou pension de la part du Trésor public.
simples citoyens. Tous les émigrés doivent être invites à rentrer : cet acte de clémence et d’humanité ne peut qu’honorer les premiers travaux du Corps législatif. Les fonctionnaires publics doivent en etre requis. Dans le cas de refus de la part de ceux-ci, ils doivent être déclarés déchus de tout traitement ou pension de la part du Trésor public.
Locuteur: Dalmas
...it en même temps renouveler aux nations de l’Europe le désir où est la nation française de vivre en bonne intelligence avec elles; leur rappeler les principes de la Constitution si indignement défigurés e...
...ses ennemis; l’intention bien prononcée de réunir, dans tous les temps, toutes ses forces pour la defense de sa liberté et de sa Constitution.
L Assemblée doit en même temps renouveler aux nations de l’Europe le désir où est la nation française de vivre en bonne intelligence avec elles; leur rappeler les principes de la Constitution si indignement défigurés et calomniés par ses ennemis; l’intention bien prononcée de réunir, dans tous les temps, toutes ses forces pour la defense de sa liberté et de sa Constitution.
Locuteur: Dalmas
Les officiers des troupes de ligne qui ont déserte leur drapeau doiv...
...ituante, ils doivent être jugés suivant la rigueur des lois. C’est sur ces différentes idees que j’ai calqué mon projet de décret. (Applaudissements.)
Les officiers des troupes de ligne qui ont déserte leur drapeau doivent être remplacés. Quant aux olficiers, sous officiers et soldats qui ont déserte depuis le décret d’amnistie rendu par l’Assemblée constituante, ils doivent être jugés suivant la rigueur des lois. C’est sur ces différentes idees que j’ai calqué mon projet de décret. (Applaudissements.)
Locuteur: Dalmas
...Français émigrés seront invités, au nom de la patrie, à revenir dans son sein dans le... « Que tous les Français émigrés seront invités, au nom de la patrie, à revenir dans son sein dans le plus court délai ;
Locuteur: Dalmas
..., frère du roi, seront également requis de rentrer en France dans le délai d’un mois, à compter de la notification dn décret : « Que les princes français, et notamment Monsieur, frère du roi, seront également requis de rentrer en France dans le délai d’un mois, à compter de la notification dn décret :
Locuteur: Dalmas
...uisition, lesdits princes seront déchus de leurs droits éventuels à la couronne, et privés de tout traitement payé par l’Etat; « Que faute d’avoir satisfait à ladite réquisition, lesdits princes seront déchus de leurs droits éventuels à la couronne, et privés de tout traitement payé par l’Etat;
Locuteur: Dalmas
« Que les propriétés et personnes de ceux qui rentreront seront mises sous la sauvegarde spéciale de la loi ; « Que les propriétés et personnes de ceux qui rentreront seront mises sous la sauvegarde spéciale de la loi ;
Locuteur: Dalmas
...s Français qui n’auront pas acquiescé a la première invitation, seront invités de nouveau, et que faute par eux de rentrer ils seront assujettis, pour leu... t Que les Français qui n’auront pas acquiescé a la première invitation, seront invités de nouveau, et que faute par eux de rentrer ils seront assujettis, pour leur service personnel, à une triple contribution.
Locuteur: Dalmas
« Que les biens de ceux qui prendront les armes seront confisqués au profit de la nation, sauf le droit des enfants et de... « Que les biens de ceux qui prendront les armes seront confisqués au profit de la nation, sauf le droit des enfants et des créanciers.
Locuteur: Dumolard
... qui ont parlé jusqu’à présent ont jeté de grandes lumières dans la discussion ; mais elles ne nous ont con...
...l’Assemblée adoptât un ordre, une série de questions sur lesquelles la discussion soit successivement ouverte et dont le résultat conduirait à la loi qui paraît désirée parle majorité de cette Assemblée. Voici, Messieurs, l’ordre que j’aurais l’honneur de vous présenter :
Les opinants qui ont parlé jusqu’à présent ont jeté de grandes lumières dans la discussion ; mais elles ne nous ont conduit à aucun résultat déterminé. Je désirerais que l’Assemblée adoptât un ordre, une série de questions sur lesquelles la discussion soit successivement ouverte et dont le résultat conduirait à la loi qui paraît désirée parle majorité de cette Assemblée. Voici, Messieurs, l’ordre que j’aurais l’honneur de vous présenter :
Locuteur: Dumolard
... si l’on peut mettre quelque obstacle à la sortie des citoyens, si l’on peut empêcher l’exportation des armes et munitions de guerre, et enfin s’il est possible de soumettre les propriétés des émigrés à la triple contribution. ...sur les émigrations proprement dites? En traitant cette question, on examinerait si l’on peut mettre quelque obstacle à la sortie des citoyens, si l’on peut empêcher l’exportation des armes et munitions de guerre, et enfin s’il est possible de soumettre les propriétés des émigrés à la triple contribution.
Locuteur: Vergniaud
Il faut suivre l’ordre de la parole. Il faut suivre l’ordre de la parole.
Locuteur: Le Président
...que je lui avais annoncée sous le titre de citoyens de la paroisse de Saint-Sulpice. Aujourd’hui on m’apprend que ce n’est pas une députation de citoyens, mais bien de citoyennes, au nom d’un grand nombre de mères de famille de la section du Luxembourg, qui demande à être entendue. Ces dames sont à la porte ; l’Assemblée veut-elle les admet... L’Assemblée a refusé hier d’entendre une députation que je lui avais annoncée sous le titre de citoyens de la paroisse de Saint-Sulpice. Aujourd’hui on m’apprend que ce n’est pas une députation de citoyens, mais bien de citoyennes, au nom d’un grand nombre de mères de famille de la section du Luxembourg, qui demande à être entendue. Ces dames sont à la porte ; l’Assemblée veut-elle les admettre ?
Locuteur: Le Président
La députation des citoyennes de la section du Luxembourg est introduite à la barre. La députation des citoyennes de la section du Luxembourg est introduite à la barre.
Locuteur: Le Président
L’orateur de la députation s’exprime ainsi : Messieurs, la citoyenne de la section du Luxembourg, qui a eu l’honneur de vous adresser, le 21 de ce mois, une pétition, nous a chargée d... L’orateur de la députation s’exprime ainsi : Messieurs, la citoyenne de la section du Luxembourg, qui a eu l’honneur de vous adresser, le 21 de ce mois, une pétition, nous a chargée d’y ajouter des faits certains, dont il est important que l’Assemblée nationale a...
Locuteur: Le Président
...s prêtres non assermentés, résidant sur la paroisse de Saint-Sulpice, contre les prêtres const... ...pétition, elle demande que l’Assemblée nationale mette un frein aux manœuvres des prêtres non assermentés, résidant sur la paroisse de Saint-Sulpice, contre les prêtres constitutionnels, et rien jusqu’ici n’en a arrêté les progrès.
Locuteur: Le Président
...que l’effet des suggestions des ennemis de la Révolution. L’opinion publique désigne comme auteur de ces délits, le sieur Saillans, ci-devant .prêtre de la même paroisse, et dénonce hautement la conduite des religieuses du Petit-Calvaire, rue de Vau-girard. Cet attentat ne peut être que l’effet des suggestions des ennemis de la Révolution. L’opinion publique désigne comme auteur de ces délits, le sieur Saillans, ci-devant .prêtre de la même paroisse, et dénonce hautement la conduite des religieuses du Petit-Calvaire, rue de Vau-girard.
Locuteur: Le Président
...venons réclamer l’exécution des lois et la justice de l’Assemblée nationale. C’est sur tous ces objets que nous venons réclamer l’exécution des lois et la justice de l’Assemblée nationale.
Locuteur: Le Président
s’adressant à la députation. Mesdames, la nature vous a destinées à être la consolation de l’homme, et la loi vous appelle à faire le bonheur de vos familles et de la société, en inspirant à vos enfants l’amour de la Constitution. Laissez à l’homme le soin...
...bliques. Donnez-lui seulement l’exemple de la juste obéissance aux lois. Cependant l’...
s’adressant à la députation. Mesdames, la nature vous a destinées à être la consolation de l’homme, et la loi vous appelle à faire le bonheur de vos familles et de la société, en inspirant à vos enfants l’amour de la Constitution. Laissez à l’homme le soin des affaires publiques. Donnez-lui seulement l’exemple de la juste obéissance aux lois. Cependant l’Assemblée nationale fixera votre demande; elle vous permet d’assister à sa séanc...
Locuteur: Dalmas
... au 1er novembre prochain. Mais jusqu’à la connaissance des dispositions ultérieures qui auront ete manifestées, la sortie des munitions et des armes doit ... ...ces voisines, jusqu’après le rapport du ministre des affaires étrangères ajourné au 1er novembre prochain. Mais jusqu’à la connaissance des dispositions ultérieures qui auront ete manifestées, la sortie des munitions et des armes doit être suspendue.
Locuteur: Dalmas
Vorateur ‘présente un projet de décret portant en substance : Vorateur ‘présente un projet de décret portant en substance :
Locuteur: Dalmas
...rtation des armes, chevaux et munitions de guerre s* ra suspendue. « Que l’exportation des armes, chevaux et munitions de guerre s* ra suspendue.
Locuteur: Dumolard
2° Quelles mesures convient-il de prendre contre les fonctionnaires publi... 2° Quelles mesures convient-il de prendre contre les fonctionnaires publics?
Locuteur: Le Président
...tionnaires seront admises à l’instant à la barre.) ...ix diverses : Ce soir! à l’instant! (L’Assemblée, consultée, décide que les pétitionnaires seront admises à l’instant à la barre.)
Locuteur: Le Président
Le 18 de ce mois, le vicaire de cette paroisse fut insulté, rue Garancière, en revenant de porter le saint-viatique à un malade, a... Le 18 de ce mois, le vicaire de cette paroisse fut insulté, rue Garancière, en revenant de porter le saint-viatique à un malade, au point qu’il aurait été blessé, sans le secours qui lui est survenu.
Locuteur: Le Président
La discussion sur les émigrations est repr... La discussion sur les émigrations est reprise.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 394
Locuteur: Roujoux
l’opinion de l’Assemblée flotte encore dans cette di...
...rs des mesures promptes et vigoureuses; de l’autre, on assoupit votre vigilance et l’on invite à la sécurité, sur les elfets et les dangers de D'émigration. L’un vous crie :
l’opinion de l’Assemblée flotte encore dans cette discussion, qui présente des résultals évidents. D’un côté on cherche à vous prouver que l’Etat est en danger, et l’on vous demande contre les ennemis extérieurs des mesures promptes et vigoureuses; de l’autre, on assoupit votre vigilance et l’on invite à la sécurité, sur les elfets et les dangers de D'émigration. L’un vous crie :
Locuteur: Roujoux
...rmes ! » l’autre vous dit : « Dormez! » De tous côtés je rencontre les moyens extrêmes et rien où puisse reposer la confiance publique. « Aux armes ! » l’autre vous dit : « Dormez! » De tous côtés je rencontre les moyens extrêmes et rien où puisse reposer la confiance publique.
Locuteur: Roujoux
Il est nécessaire de mettre un terme à cette espèce d’incert...
...ir leurs projets, il suffira, je crois, de consulter les simples lumières de la raison, pour affimer que l’Etat n’est p...
Il est nécessaire de mettre un terme à cette espèce d’incertitude, et sans calculer les forces des émigrants, sans s’amuser à découvrir leurs projets, il suffira, je crois, de consulter les simples lumières de la raison, pour affimer que l’Etat n’est point en danger.
Locuteur: Roujoux
...ntreprendr e contre vous, eette poignée de fugitifs que l’orgueil entraîne d’abord, que la morgue et le préjugé grossissent, que déjà les remords tourmentent, que la honte retient, et que la misère vous ramènera bientôt? (Rires.) L’irritation de l’orgueil ne résiste pas aux souvenirs d’anciennes habitudes, au sentiment de la nature. C’est en vain qu’ils voudraient...
...patrie ; quels efforts doit-on craindre de la part de ceux qui laissent sous la protection des lois, leurs propriétés, ...
Qu’oseraient-ils, que pourraient-ils entreprendr e contre vous, eette poignée de fugitifs que l’orgueil entraîne d’abord, que la morgue et le préjugé grossissent, que déjà les remords tourmentent, que la honte retient, et que la misère vous ramènera bientôt? (Rires.) L’irritation de l’orgueil ne résiste pas aux souvenirs d’anciennes habitudes, au sentiment de la nature. C’est en vain qu’ils voudraient haïr leur patrie ; quels efforts doit-on craindre de la part de ceux qui laissent sous la protection des lois, leurs propriétés, leurs femmes, leurs enfants?
Locuteur: Roujoux
... elle est aussi le gage le plus certain de la nullité de leurs projets hostiles. On ne conspire ... ... peuple français est le plus bel hommage qu’ils puissent rendre à sa générosité, elle est aussi le gage le plus certain de la nullité de leurs projets hostiles. On ne conspire pas contre sa patrie, quand on lui laisse ses plus chères affections pour otages...
Locuteur: Roujoux
... marchez d’un pas ferme dans le sentier de la liberté, l’orage qui gronde autour de vous n’est qu’un météore artificiel ; c’est en vain qu’on calomnie la liberté chez les nations voisines ; ce ...
...remblant; ils cherchent avec inquiétude la source de leurs pouvoirs, et ils frémissent après...
...t donc pas en danger lorsque 4 millions de bras sont armés pour sa défense. Ecoute...
...a dans les combats que pour y remporter la victoire, elle vous dira: que ces Âlcib...
...oyens, viennent, comme les débordements de la Perse ; la détresse et la honte les attendent sur les frontières de la liberté. Ne savt nt-ils pas que le mépr...
... pour leurs tyrans, leur valut l’empire de l’univers. Ces militaires, aujourd’hui ...
...ez-leur les ennemis, et vous verrez que la valeur leur suggérera l’amour pour l’obéissance et la soumission aux chefs qu’ils se seront donnés en vertu de la loi.;De ces réflexions, il résulte que les émig...
...nc point en danger. Ecoutez les philosophes et les politiques, ils vous disent : marchez d’un pas ferme dans le sentier de la liberté, l’orage qui gronde autour de vous n’est qu’un météore artificiel ; c’est en vain qu’on calomnie la liberté chez les nations voisines ; ce mot commence à plaire aux peuples. Les despotes alarmés ne menacent qu’en tremblant; ils cherchent avec inquiétude la source de leurs pouvoirs, et ils frémissent après l’avoir trouvée. L’Etat n’est donc pas en danger lorsque 4 millions de bras sont armés pour sa défense. Ecoutez cette jeunesse patriote, qui ne se montrera dans les combats que pour y remporter la victoire, elle vous dira: que ces Âlcibiades qui parcourent les empires et demandent aux tyrans des esclaves pour combattre leurs concitoyens, viennent, comme les débordements de la Perse ; la détresse et la honte les attendent sur les frontières de la liberté. Ne savt nt-ils pas que le mépris des Romains pour leurs tyrans, leur valut l’empire de l’univers. Ces militaires, aujourd’hui citoyens, qui vous défendront, sont, dit-on, sans chefs. Montrez-leur les ennemis, et vous verrez que la valeur leur suggérera l’amour pour l’obéissance et la soumission aux chefs qu’ils se seront donnés en vertu de la loi.;De ces réflexions, il résulte que les émigrants, livrés à eux mêmes, ne peuvent donc être l’objet d’aucune inquiétude.
Locuteur: Roujoux
...sieurs, si nous n’avons rien à craindre de leurs moyens hostiles, nous avons à sonder la profondeur de la plaie que leur absence a faite à la prospérité nationale. Vous avez à punir ceux dont la fuite est un délit, et à rappeler ceux ...
...faires ou leurs plaisirs même éloignent de leurs foyers ; qui, jouissant de la plénitude du droit de transporter partout où il leur plaît le...
..., leurs propriétés, sont quittes envers la patrie.
Cependant, Messieurs, si nous n’avons rien à craindre de leurs moyens hostiles, nous avons à sonder la profondeur de la plaie que leur absence a faite à la prospérité nationale. Vous avez à punir ceux dont la fuite est un délit, et à rappeler ceux dont l’absence est illégale. Je considérerai donc deux classes d’émigrants seulement. Les premiers sont ceux que leurs be-oins, leurs affaires ou leurs plaisirs même éloignent de leurs foyers ; qui, jouissant de la plénitude du droit de transporter partout où il leur plaît leur famille leur fortune, leurs propriétés, sont quittes envers la patrie.
Locuteur: Roujoux
Je range dans la seconde classe les fonctionnaires publics qui, comptables envers la nation de quelques obligations, ont abandonné les... Je range dans la seconde classe les fonctionnaires publics qui, comptables envers la nation de quelques obligations, ont abandonné les fonctions qu’elle leur avait confiées, les militaires qui ont déserté leur drap...
Locuteur: Roujoux
...onsidérant les premiers sous le rapport de leur émigration, il est facile d’aperce...
...les sans frapper une foule d’innocents; la surcharge d’impositions serait une pein...
...plus grand nombre; et quand on pourrait la justifier à l’égard de quelques-uns, elle serait vexatoire à l...
En considérant les premiers sous le rapport de leur émigration, il est facile d’apercevoir que, quoique plusieurs aient manifesté des intentions hostiles, une loi générale ne pourrait atteindre les coupables sans frapper une foule d’innocents; la surcharge d’impositions serait une peine inapplicable au plus grand nombre; et quand on pourrait la justifier à l’égard de quelques-uns, elle serait vexatoire à l’égard des autres.
Locuteur: Roujoux
...ns, c’est le prince appelé le premier à la régence du royaume. Mais à son égard, la Constitution vous trace la marche que vous avez à suivre. La résidence dans le royaume est une condi...
...ne fut-elle pas suspecte, est une sorte de résistance à la loi : elle contraste criminellement avec la conduite du roi. Je demande, au nom de la nation, l’exécution de la loi et le retour du prince.
... Messieurs, j’en vois un dont les fonctions particulières étendent les obligations, c’est le prince appelé le premier à la régence du royaume. Mais à son égard, la Constitution vous trace la marche que vous avez à suivre. La résidence dans le royaume est une condition prescrite par l’acte constitutionnel : son absence, ne fut-elle pas suspecte, est une sorte de résistance à la loi : elle contraste criminellement avec la conduite du roi. Je demande, au nom de la nation, l’exécution de la loi et le retour du prince.
Locuteur: Roujoux
...ctionnaires publics émigrés, sont tenus de rentrer dans le royaume dans le délai d’un mois, à compter de la notification du présent décret. Art. 2. Tous les Français, fonctionnaires publics émigrés, sont tenus de rentrer dans le royaume dans le délai d’un mois, à compter de la notification du présent décret.
Locuteur: Roujoux
...r prince français, est requis, en vertu de la loi constitutionnelle, de rentrer dans le royaume sous un mois, à compter du jour de la notification du présent décret. Art. 4. Louis-Philippe Joseph-Xavier, premier prince français, est requis, en vertu de la loi constitutionnelle, de rentrer dans le royaume sous un mois, à compter du jour de la notification du présent décret.
Locuteur: Roujoux
...égale ne liait ceux qui étaient chargés de fonctions publiques; nulle peine n’étai...
...nce. Les fugitifs sont donc encore hors de votre autorité. Mais il en est qui sont...
... ne présente pas le caractère d’un délit. Sous le despotisme aucune obligation légale ne liait ceux qui étaient chargés de fonctions publiques; nulle peine n’était prononcée contre eux en cas d’absence. Les fugitifs sont donc encore hors de votre autorité. Mais il en est qui sont comptables, qui sont responsables; et, sous ce rapport, vous pouvez exiger qu’i...
Locuteur: Roujoux
...tinguer ceux qui, profitant du bénéfice de l’amnistie, rentreraient avant le temps...
...s l’amnistie, ont renoncé à tout espoir de grade.
...délit des militaires qui ont déserté lcuis drapeaux, j’observerai qu’il faut distinguer ceux qui, profitant du bénéfice de l’amnistie, rentreraient avant le temps que vous avez fixé, et ceux qui, ayant déserté depuis l’amnistie, ont renoncé à tout espoir de grade.
Locuteur: Roujoux
Voici le projet de décret que je propose : L’Assemblée nat... Voici le projet de décret que je propose : L’Assemblée nationale décrète :
Locuteur: Roujoux
... pourra sortir du royaume sans un congé de ministre dans le département où il exer... Art. 1er. Aucun fonctionnaire public ne pourra sortir du royaume sans un congé de ministre dans le département où il exerce ses fonctions.
Locuteur: Roujoux
...as rentrés à cette époque seront déchus de tout traitement, et leurs biens seront ... Art. 3. Tous les fonctionnaires publics émigrés qui ne seront pas rentrés à cette époque seront déchus de tout traitement, et leurs biens seront saisis et séquestrés.
Locuteur: Roujoux
Art. 5. Tous les militaires, de quelque grade qu’ils soient, qui, depui...
...teurs, et le pouvoir exécutif sera tenu de les poui suivre sans délai et juger sui...
Art. 5. Tous les militaires, de quelque grade qu’ils soient, qui, depuis l’amnistie, ont quitté leurs drapeaux sans permission ni congé, et qui sont passés dans les pays étrangers, sont déclarés déserteurs, et le pouvoir exécutif sera tenu de les poui suivre sans délai et juger suivant les lois militaires. (Vifs Applaudissements.)
...’est une grande erreur (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Collection des a... (1). C’est une grande erreur (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Collection des affaires du temps, tome CXXYII, n° 15.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 395
Locuteur: Condorcet
de croire que l’utilité commune ne se trou...
...et que le salut public puisse commander de véritables injustices. Cette erreur a été partout l'éternelle excuse des attentats de la tyrannie, etleprétexte des menées artif...
de croire que l’utilité commune ne se trouve pas constamment unie avec le respect pour les droits des individus, et que le salut public puisse commander de véritables injustices. Cette erreur a été partout l'éternelle excuse des attentats de la tyrannie, etleprétexte des menées artificieuses employées pour l’établir.
Locuteur: Condorcet
Nous avons promis de maintenir la Constitution, de ne point souffrir qu’il y fût porté aucune atteinte ; ce serment embrasse et la déclaration des droits qui lui sert debaseetles conséquences générales de ces droits que l’acte constitutionnel g...
...yeux ces maximes sacrées, ces principes de la justice naturelle dictés à tous les hommes par la raison, mais reconnus par la loi française et défendus contre les so...
...voudraient les ébranler, par l’autorité de la volonté générale. Vous ne devez donc écouter, dans la question importante qui vous occupe, ni une juste indignation, ni les sentiments de votre générosité, mais vous devez peser avec sévérité, dans la balance du droit et de la justice, les moyens qui vous seront proposés. Ainsi, avant de chercher ce qu’il peut être à propos de faire, j’examinerai, Messieurs, ce que ...
Nous avons promis de maintenir la Constitution, de ne point souffrir qu’il y fût porté aucune atteinte ; ce serment embrasse et la déclaration des droits qui lui sert debaseetles conséquences générales de ces droits que l’acte constitutionnel garantit expressément. Ainsi nous devons avoir sans cesse devant les yeux ces maximes sacrées, ces principes de la justice naturelle dictés à tous les hommes par la raison, mais reconnus par la loi française et défendus contre les sophismes qui voudraient les ébranler, par l’autorité de la volonté générale. Vous ne devez donc écouter, dans la question importante qui vous occupe, ni une juste indignation, ni les sentiments de votre générosité, mais vous devez peser avec sévérité, dans la balance du droit et de la justice, les moyens qui vous seront proposés. Ainsi, avant de chercher ce qu’il peut être à propos de faire, j’examinerai, Messieurs, ce que pouvez faire avec justice; je chercherai à fixer les limites des moyens dont l’i...
Locuteur: Condorcet
La nature accorde à tout homme le droit de sortir de son pays, la Constitution le garantit à tout citoyen...
...res, pour sa santé, même pour l’intérêt de son repus et de son bien-être, veut quitter son pays, doit en avoir la liberté la plus entière, il doit pouvoir en user sans que son absence le prive du moindre de ses droits. Dans un grand Empire, la diversité des professions, l’inégalité des fortunes, ne permettent pas de regarder la résidence, le service personnel comme une obligation commune que la loi puisse imposer à tous les citoyens....
...té absolue; l’étendre à l’état habituel de la société, et même à tous les temps 011 la sûreté, la tranquillité publique paraissent menacé...
... travaux utiles et attaquer les sources de la prospérité générale.
La nature accorde à tout homme le droit de sortir de son pays, la Constitution le garantit à tout citoyen français et nous ne pouvons y porter atteinte. Le Français qui, pour ses affaires, pour sa santé, même pour l’intérêt de son repus et de son bien-être, veut quitter son pays, doit en avoir la liberté la plus entière, il doit pouvoir en user sans que son absence le prive du moindre de ses droits. Dans un grand Empire, la diversité des professions, l’inégalité des fortunes, ne permettent pas de regarder la résidence, le service personnel comme une obligation commune que la loi puisse imposer à tous les citoyens. Cette obligation rigoureuse ne peut exister que dans le cas d’une nécessité absolue; l’étendre à l’état habituel de la société, et même à tous les temps 011 la sûreté, la tranquillité publique paraissent menacées, ce serait troubler l’ordre des travaux utiles et attaquer les sources de la prospérité générale.
Locuteur: Condorcet
Tout homme a, déplus, le droit de changer de patrie, il peut renoncer à celle où il ...
...oisir une autre. Dès ce moment, citoyen de sa nouvelle patrie, il n’est plus qu’un étranger dans la première, mais s’il y rentre un jour, s’il y a laissé des biens, il doit y jouir de la plénitude des droits de l’homme, il n’a mérité de perdre que ceux du citoyen.
Tout homme a, déplus, le droit de changer de patrie, il peut renoncer à celle où il est né, pour en choisir une autre. Dès ce moment, citoyen de sa nouvelle patrie, il n’est plus qu’un étranger dans la première, mais s’il y rentre un jour, s’il y a laissé des biens, il doit y jouir de la plénitude des droits de l’homme, il n’a mérité de perdre que ceux du citoyen.
Locuteur: Condorcet
...uestion. Ce citoyen se trouve-t-il, par la seule renonciation, délié de toute obligation envers les corps politiques qu’il abandonne? la société dont il se sépare, perd-elle à ...
...ne obligation morale, je ne parle point de ces sentiments qu’une âme noble et reco...
...te; je parle d’obligations rigoureuses, de celles auxquelles on ne peut manquer, s...
...el il porterait les armes, aurait droit de le punir comme un assassin, où l’homme ...
Mais il se présente ici une première question. Ce citoyen se trouve-t-il, par la seule renonciation, délié de toute obligation envers les corps politiques qu’il abandonne? la société dont il se sépare, perd-elle à l’instant même tous ses droits sur lui? Non, sans doute ; et je ne parle pas seulement ici d’une obligation morale, je ne parle point de ces sentiments qu’une âme noble et reconnaissante conserve pour son pays, même injuste; je parle d’obligations rigoureuses, de celles auxquelles on ne peut manquer, sans se rendre coupable d’un délit et je dis qu’il existe un temps pendant lequel...
...t entre elles, se permettre que des vœux, où celui des deux peuples, contre lequel il porterait les armes, aurait droit de le punir comme un assassin, où l’homme qui emploierait ses richesses, ses talents contre ses anciens compatriotes serai...
Locuteur: Condorcet
J’ajouterai que chaque nation a, de plus, le droit de fixer le temps après lequel le citoyen qui l’abandonne doit être regardé comme libre de toute obligation, de déterminer quels sont jusque- ses devoirs et quelles actions elle conserve le pouvoir de lui interdire encore. Nier ce principe,...
... reçus d’elle où il peut lui faire plus de mal qu’un étranger.
J’ajouterai que chaque nation a, de plus, le droit de fixer le temps après lequel le citoyen qui l’abandonne doit être regardé comme libre de toute obligation, de déterminer quels sont jusque- ses devoirs et quelles actions elle conserve le pouvoir de lui interdire encore. Nier ce principe, ce serait briser tous les liens sociaux qui peuvent unir les hommes. Ce terme n...
... lequel le citoyen qui abdique peut employer contre sa patrie les moyens qu’il a reçus d’elle où il peut lui faire plus de mal qu’un étranger.
Locuteur: Condorcet
...on doit attendre qu’il en ait manifesté la volonté; on doit attendre de même que le citoyen qui renonce à sa patrie s’en suit montré l’ennemi, pour cesser de le compter parmi ceux dont l’abdication... ...n’avoir que quitté son pays et pour le regarder comme ayant voulu l’abandonner, on doit attendre qu’il en ait manifesté la volonté; on doit attendre de même que le citoyen qui renonce à sa patrie s’en suit montré l’ennemi, pour cesser de le compter parmi ceux dont l’abdication est innocente.
Locuteur: Condorcet
Mais cette marche, qui est celle de la justice générale, doit-elle être égalem...
...u’ils forment un corps armé, une espèce de nation sans territoire.
Mais cette marche, qui est celle de la justice générale, doit-elle être également suivie dans le moment où une notoriété publique à laquelle aucun esprit rais...
...dont les intentions hostiles ne peuvent être douteuses, où il est bien reconnu qu’ils forment un corps armé, une espèce de nation sans territoire.
Locuteur: Condorcet
... que d’avoir placé ses jouissances dans de vains préjugés que le jour de la raison a dissipés. ...és, mais paisibles, ils sont plus malheureux que coupables, car c’est un malheur que d’avoir placé ses jouissances dans de vains préjugés que le jour de la raison a dissipés.
Locuteur: Condorcet
...emande si, dans une telle circonstance, la justice la plus impartiale, la plus scrupuleuse, peut interdire à la nation française l’usage des moyens qu’elle peut avoir de connaître ses ennemis; je demande pourq...
...t user du droit naturel à tout individu de prendre des précautions pour sa sûreté;...
...er ceux qui ne voudraient pas répondre, de moyens de nuire qu’il est en son pouvoir de leur enlever?
Plusieurs d’entre eux sont déjà coupables; or, je demande si, dans une telle circonstance, la justice la plus impartiale, la plus scrupuleuse, peut interdire à la nation française l’usage des moyens qu’elle peut avoir de connaître ses ennemis; je demande pourquoi elle ne pourrait user du droit naturel à tout individu de prendre des précautions pour sa sûreté; comment surtout ne le pourrait-elle pas, si elle se borne à obliger les émigrants d’expliquer leurs intentions, à priver ceux qui ne voudraient pas répondre, de moyens de nuire qu’il est en son pouvoir de leur enlever?
Locuteur: Condorcet
Dans cette multitude de Français, les uns ne sortent de leur pays que pour des motifs légitimes... Dans cette multitude de Français, les uns ne sortent de leur pays que pour des motifs légitimes, les autres le quittent parce que sa nouvelle Constitution blesse leurs opinion...
Locuteur: Condorcet
...nfin a manifesté avec violence le désir de renverser cette même Constitution. Une troisième classe enfin a manifesté avec violence le désir de renverser cette même Constitution.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 396
Locuteur: Condorcet
...ls courent risque d’être confondus avec de vils transfuges? Par cette fausse génér...
...ne terrible qui poursuit les ennemis ne la patrie.
France, ils courent risque d’être confondus avec de vils transfuges? Par cette fausse générosité on sacrifierait l’innocent au coupable, on exposerait des hommes paisibles, des citoyens respectables à cette haine terrible qui poursuit les ennemis ne la patrie.
Locuteur: Condorcet
...sance étrangère faisait des préparatifs de guerre qui pussent causer à une nation de justes inquiétudes, cette nation aurait le droit de solliciter la déclaration que ces préparatifs ne sont...
...-elle pas à l’égard des citoyens sortis de son sein, si leur nombre, si leurs disp...
...? Le droit est le même, mais les movens de l’exercer doivent être différents. S’il s’agit d’une nation par exemple, la force armée, la propriété publique peuvent seules être ...
...ennemies. Le citoyen paisible, soumis à la volonté générale, n’est rien dans cette...
... sociale reconnue, où il n’existe point de volonté commune, la majorité ne peut obliger la minorité; on ne peut y reconnaître que ...
Enfin, si une puissance étrangère faisait des préparatifs de guerre qui pussent causer à une nation de justes inquiétudes, cette nation aurait le droit de solliciter la déclaration que ces préparatifs ne sont pas dirigés contre elle. Gomment donc ne l’aurai t-elle pas à l’égard des citoyens sortis de son sein, si leur nombre, si leurs dispositions excitent des inquiétudes égales? Le droit est le même, mais les movens de l’exercer doivent être différents. S’il s’agit d’une nation par exemple, la force armée, la propriété publique peuvent seules être regardées comme ennemies. Le citoyen paisible, soumis à la volonté générale, n’est rien dans cette lutte entre les nations. Mais dans un rassemblement qui n’a point une existence sociale reconnue, où il n’existe point de volonté commune, la majorité ne peut obliger la minorité; on ne peut y reconnaître que des volontés individuelles; tous sont membres d’une ligue volontaire, et chaque ...
Locuteur: Condorcet
La première, d’établir une séparation entre les émigrants que nous pouvons continuer de regarder comme des citoyens, ceux qui doivent etre pour nous de simples étrangers, ceux qui enfin n’ayant pas voulu profiter de la faculté de détruire les soupçons élevés contre eux... La première, d’établir une séparation entre les émigrants que nous pouvons continuer de regarder comme des citoyens, ceux qui doivent etre pour nous de simples étrangers, ceux qui enfin n’ayant pas voulu profiter de la faculté de détruire les soupçons élevés contre eux, ont mérité d’être traités comme des ennemis.
Locuteur: Condorcet
La seconde, de fixer de quels droits réservés aux seuls citoyen...
... à qui leurs préjugés ont fait préférer la qualité d’étrangers.
La seconde, de fixer de quels droits réservés aux seuls citoyens français, doivent être privés ceux à qui leurs préjugés ont fait préférer la qualité d’étrangers.
Locuteur: Condorcet
La troisième, de déterminer quels moyens on peut employer pour ôter le pouvoir de nuire à ceux qui doivent être regardés ...
...on judiciaire Je crois avoir montré que la nation avait droit de prendre ces^ mesures, qu’aucune d’elles ne blessait ni les règles de la justice naturelle, ni les principes reconnus dans la Déclaration des droits. Mais ces mêmes ...
La troisième, de déterminer quels moyens on peut employer pour ôter le pouvoir de nuire à ceux qui doivent être regardés comme ayant des vues hostiles et que, cependant, un délitjparticu-Iier n’expose pas à une instruction judiciaire Je crois avoir montré que la nation avait droit de prendre ces^ mesures, qu’aucune d’elles ne blessait ni les règles de la justice naturelle, ni les principes reconnus dans la Déclaration des droits. Mais ces mêmes règles doivent être également observées, ces mêmes principes doivent être égalem...
Locuteur: Condorcet
... en présence d’un envoyé ou d’un consul de la nation française, la déclaration d’adhérer à la Constitution, d’en exécuter toutes les dispositions, de la regarder comme une loi émanée d’une aut...
... comme devant conserver tous les droits de citoyen. Or, quel est l’homme qui, avant ou un motif sérieux ou seulement la volonté de s’absenter de sa patrie, pourrait regarder cette préc...
...e remplir cette obligation sans risquer de le compromettre. Il reste libre de prolonger son absence et plus libre qu’...
...te constitutionnel, relui qui, résidant dans les pays étrangers, aurait souscrit en présence d’un envoyé ou d’un consul de la nation française, la déclaration d’adhérer à la Constitution, d’en exécuter toutes les dispositions, de la regarder comme une loi émanée d’une autorité légitime et vraiment obligatoire, sera regardé comme devant conserver tous les droits de citoyen. Or, quel est l’homme qui, avant ou un motif sérieux ou seulement la volonté de s’absenter de sa patrie, pourrait regarder cette précaution ou comme une gêne ou comme un doute injurieux? Veut-il que sou voyage soit un secret, il peut encore remplir cette obligation sans risquer de le compromettre. Il reste libre de prolonger son absence et plus libre qu’il ne l’était lorsqu’il pouvait craindre d’être confondu avec les transfuges.
Locuteur: Condorcet
...présenter devant un envoyé ou un consul de la nation française et à souscrire l’engagement solennel que, pendant l’espace de deux ans, il n’entrera au service d’auc...
...sans y avoir été autorisé par un décret de l’Assemblée nationale, sanctionné par l...
...’agira d’une manière hostile, ni contre la nation française, ni contre aucun pouvoir établi par la Constitution, qu’il ne sollicitera le s...
...tre le peuple français, ni contre aucun de ces mêmes pouvoirs. Regardé alors comme étranger, il jouira de tous les droits dont jouissent en Franc...
...udra ni prêter le serment civique ni faire cette déclaration sera autorisé à se présenter devant un envoyé ou un consul de la nation française et à souscrire l’engagement solennel que, pendant l’espace de deux ans, il n’entrera au service d’aucune puissance, sans y avoir été autorisé par un décret de l’Assemblée nationale, sanctionné par leroi; qu’il n’agira d’une manière hostile, ni contre la nation française, ni contre aucun pouvoir établi par la Constitution, qu’il ne sollicitera le secours d’aucune puissance, ni contre le peuple français, ni contre aucun de ces mêmes pouvoirs. Regardé alors comme étranger, il jouira de tous les droits dont jouissent en France les étrangers propriétaires.
Locuteur: Condorcet
...mps indéfini, et même il serait absurde de la demander, car celui qui croit illégitimes les pouvoirs établis par la Constitution, qui regarde comme un devoir de s’y opposer, peut considérer comme nulle la promesse absolue de ne pas agir contre eux; mais il n’en est pas de même d’un engagement pour un temps déte...
... chimérique. Malgré le devoir très réel de défendre la patrie, personne n’a jamais réclamé contre l’engagement pris par des militaires de ne point porter les armes pendant tel nombre de mois ou d’années. Parmi les moralistes qui ont discuté ce genre de questions, aucun n’a jamais combattu la validité de ces engagements à terme fixe : aucun n’en a justifié la violation.
II serait tyrannique, sans doute, d’exiger une telle déclaration pour un temps indéfini, et même il serait absurde de la demander, car celui qui croit illégitimes les pouvoirs établis par la Constitution, qui regarde comme un devoir de s’y opposer, peut considérer comme nulle la promesse absolue de ne pas agir contre eux; mais il n’en est pas de même d’un engagement pour un temps déterminé. Ce n’est point ici une distinction chimérique. Malgré le devoir très réel de défendre la patrie, personne n’a jamais réclamé contre l’engagement pris par des militaires de ne point porter les armes pendant tel nombre de mois ou d’années. Parmi les moralistes qui ont discuté ce genre de questions, aucun n’a jamais combattu la validité de ces engagements à terme fixe : aucun n’en a justifié la violation.
Locuteur: Condorcet
... nepourraient rentrer dans leurs droits de citoyens actifs que de la même manière dont les étrangers peuvent...
...moins, et une erreur ne peut en effacer la mémoire. Ils continueraient de jouir des traitements accordés comme in...
...comme retraite, car leur renonciation à la patrie n’est pas un délit.
Les émigrés qui souscriraient ces engagements, réputés alors étrangers, nepourraient rentrer dans leurs droits de citoyens actifs que de la même manière dont les étrangers peuvent les acquérir, les récompenses pour services rendus leur seraient conservés ; car leurs services n’en existent pas moins, et une erreur ne peut en effacer la mémoire. Ils continueraient de jouir des traitements accordés comme indemnités, comme retraite, car leur renonciation à la patrie n’est pas un délit.
Locuteur: Condorcet
...es privations sont une suite nécessaire de la qualité d’étranger et l’on conviendra sans doute que l’homme qui a refusé d'adopter la Constitution de la patrie, ne peut exiger qu’elle le regar... Toutes ces privations sont une suite nécessaire de la qualité d’étranger et l’on conviendra sans doute que l’homme qui a refusé d'adopter la Constitution de la patrie, ne peut exiger qu’elle le regarde comme lui appartenant encore.
Locuteur: Condorcet
...st donc encore dans leurs rapports avec la justice que j’examinerai celles que je ... . C’est donc encore dans leurs rapports avec la justice que j’examinerai celles que je vais vous proposer.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 397
Locuteur: Condorcet
troubler notre repos, de leur réserver précieusement les moyens, non de nous faire la guerre, non de payer une armée, non de soulever les nations, mais d’acheter contre nous des ennemis à la cour des despotes, dans les bureaux de leurs ministères, mais de continuer cette distribution systématique de mensonges, de fausses nouvelles, de calomnies, source première des vexations que les citoyens français ont éprouvées ; mais de désorganiser sans cesse notre armée, d’y corrompre la discipline, de soudoyer l’hypocrisie de nos prêtres séditieux, mais d’établir e...
... ces hommes qui nous parlent sans cesse de l'honneur, ne dédaignent aucune bassesse pourvu qu’elles puissent servir la noble cause du fanatisme et de la tyrannie. (Applaudissements.)
troubler notre repos, de leur réserver précieusement les moyens, non de nous faire la guerre, non de payer une armée, non de soulever les nations, mais d’acheter contre nous des ennemis à la cour des despotes, dans les bureaux de leurs ministères, mais de continuer cette distribution systématique de mensonges, de fausses nouvelles, de calomnies, source première des vexations que les citoyens français ont éprouvées ; mais de désorganiser sans cesse notre armée, d’y corrompre la discipline, de soudoyer l’hypocrisie de nos prêtres séditieux, mais d’établir enfin des manufactures où l’on puisse exercer en grand l’art des faussaires, car ces hommes qui nous parlent sans cesse de l'honneur, ne dédaignent aucune bassesse pourvu qu’elles puissent servir la noble cause du fanatisme et de la tyrannie. (Applaudissements.)
Locuteur: Condorcet
Offrons leur encore une fois le moyen de cesser d’être nos ennemis ; mais, s’ils s’obstinent à l’être, de vains ménagements deviendront une faiblesse ou plutôt un crime, et de quel droit, par pitié pour des hommes méprisables, sacrifierons-nous la sûreté de nos commettants exposés, lorsque le bes...
...le dans les pays étrangers aux outrages de cette horde indolente et barbare?
Offrons leur encore une fois le moyen de cesser d’être nos ennemis ; mais, s’ils s’obstinent à l’être, de vains ménagements deviendront une faiblesse ou plutôt un crime, et de quel droit, par pitié pour des hommes méprisables, sacrifierons-nous la sûreté de nos commettants exposés, lorsque le besoin les appelle dans les pays étrangers aux outrages de cette horde indolente et barbare?
Locuteur: Condorcet
...été inutiles, si dès les premiers temps de la Révolution, le ministère des affaires é...
... il n’eut pas souffert, qu’au mom entoù la France agitée par des troubles, fatiguée du désordre de ses finances, oubliait ses propres maux...
...dont une trop juste défiance avaitexigé la destitution, s’il ne se fut pas rendu c...
...urd’hui, en laissant un cardinal chargé de soutenir à Rome la cause de la raison et de la liberté ; si aux premières insultes faites à des individus de la nation française, il eut osé déployer toute la hauteur d’un peuple libre qui demande justice au nom de la nature humaine outragée.
Sans doute, elles auraient été inutiles, si dès les premiers temps de la Révolution, le ministère des affaires étrangères eût parlé le langage qui convient à l’agent d’une grande nation ; si, par exemple, il n’eut pas souffert, qu’au mom entoù la France agitée par des troubles, fatiguée du désordre de ses finances, oubliait ses propres maux pour secourir l’Espagne menacée, cette même puissance osât refuser tout autre ambassadeur que celui dont une trop juste défiance avaitexigé la destitution, s’il ne se fut pas rendu complice des maux que le fanatisme nous fait aujourd’hui, en laissant un cardinal chargé de soutenir à Rome la cause de la raison et de la liberté ; si aux premières insultes faites à des individus de la nation française, il eut osé déployer toute la hauteur d’un peuple libre qui demande justice au nom de la nature humaine outragée.
Locuteur: Condorcet
...gères, ennemis couverts ou même publics de la Révolution, et conservant dans leurs pl...
...es remplacements on n’avait pas affecté de chercher les hommes qu’il était le plus impossible de soupçonner de ne point haïr la liberté ; si la conduite du gouvernement n’avait pas sa...
... mérité le soupçon d’en avoir abandonné la cause ; si aucun indice n’avait annoncé...
...tre Paris et Goblentz, alors sans doute la clémence eût pu ne paraître que l’effet de la bonté naturelle au peuple français et du sentiment de ses forces ; mais aujourd’hui elle ne s...
Si nos envoyés chez les puissances étrangères, ennemis couverts ou même publics de la Révolution, et conservant dans leurs places une immobilité scandaleuse, n’y avaient établi l’opinion qu’il se préparait une révolution coutraire; si pour les remplacements on n’avait pas affecté de chercher les hommes qu’il était le plus impossible de soupçonner de ne point haïr la liberté ; si la conduite du gouvernement n’avait pas sans cesse excité une juste défiance; si les premiers défenseurs des droits du peuple n’avaient pas mérité le soupçon d’en avoir abandonné la cause ; si aucun indice n’avait annoncé une connivence coupable entre Paris et Goblentz, alors sans doute la clémence eût pu ne paraître que l’effet de la bonté naturelle au peuple français et du sentiment de ses forces ; mais aujourd’hui elle ne serait que faibli sse, elle réveillerait toutes les défiances, elle fortifierait ...
Locuteur: Condorcet
C’est de notre conduite envers cette lie de la nation, qui qse encore s’en nommer l’él...
...ons étrangères, si nécessaire au succès de nos travaux. Soyez modérés et justes, m...
... demande point, on vous croira ou dupes de l’artifice de vos ennemis, ou dominés par une influen...
C’est de notre conduite envers cette lie de la nation, qui qse encore s’en nommer l’élite, que dépend l’opinion des nations étrangères, si nécessaire au succès de nos travaux. Soyez modérés et justes, ma,is fermes, vous serez respectés par elles, mais si vous suivez les mouvements ...
...e indignation, on vous croira faibles ; si vous accordez un pardon qu’on ne vous demande point, on vous croira ou dupes de l’artifice de vos ennemis, ou dominés par une influence secrète, plus occupés des intérêts d’une famille que du salut d un grand peup...
Locuteur: Condorcet
Un grand nombre d’émigrants n’a, pour la Constitution française, qu’une aversion...
... anciens préjugés ; n’a été déterminé à la fuite que par la crainte des troubles trop réels sans do...
...onnelle. Presque tous, une fois assures de la stabilité de la Constitution française, désireront d’en...
..., et ils conviendront qu’il n y a point de proportion entre la suppression d un vain titre et celle de la Bastille ; ils sentiront qu il est doux...
...e, et quand vous leur offrirez un moyen de prouver qu’ils tiennent encore a la nation, qu’ils ne doivent point perdre ...
...t que vous leur laisserez en même temps la liberté de choisir le moment de leur retour, beaucoup profiteront des avantages de Ct tte loi bienfaisante et juste. Croye...
...r des biens réels, pour le vain orgueil de conserver de 1 humeur pendant quelques mois de plus. Quant a ceux dont les préjuges sont plus enracines, mais qui n’ont point formé de projets criminels, qui n’y sont entrés ...
...s plus grands, croyez qu ils céderont à la voix de la raison. Ainsi, nous verrons le nombre de nos ennemis diminuer, en meme temps que...
Un grand nombre d’émigrants n’a, pour la Constitution française, qu’une aversion fondée sur d anciens préjugés ; n’a été déterminé à la fuite que par la crainte des troubles trop réels sans doute, mais qu’une exagération coupable a rendu plus effrayants ; il faut y joindre le désagrément passager d’un changement dans leur importance personnelle. Presque tous, une fois assures de la stabilité de la Constitution française, désireront d’en partager les avantages: encore quelque temps, et ils conviendront qu’il n y a point de proportion entre la suppression d un vain titre et celle de la Bastille ; ils sentiront qu il est doux d’être libre, et quand vous leur offrirez un moyen de prouver qu’ils tiennent encore a la nation, qu’ils ne doivent point perdre sa confiance, et que vous leur laisserez en même temps la liberté de choisir le moment de leur retour, beaucoup profiteront des avantages de Ct tte loi bienfaisante et juste. Croyez qu’ils ne voudront point se déclarer étrangers, et sacrifier des biens réels, pour le vain orgueil de conserver de 1 humeur pendant quelques mois de plus. Quant a ceux dont les préjuges sont plus enracines, mais qui n’ont point formé de projets criminels, qui n’y sont entrés que par complaisance ou par air, en voyant que leur obstination les exposerait a des malheurs plus grands, croyez qu ils céderont à la voix de la raison. Ainsi, nous verrons le nombre de nos ennemis diminuer, en meme temps que nous apprendrons à les connaître.
Locuteur: Condorcet
...tions qui doivent accompagner ces actes de clémence, n’a eu jusqu’ici d’autre effet que de confondre l’innocent avec le coupable : il est temps de les séparer, il est temps que 1 homme r...
... avec le citoyen parjure, avec l’ennemi de la patrie. Ceux-ci, dira-t-on, nous trompe...
... leur perfidie une dernière excuse, que de les avoir réduits à un état où il n’y a...
Une amnistie accordée sans les réserves, sans les précautions qui doivent accompagner ces actes de clémence, n’a eu jusqu’ici d’autre effet que de confondre l’innocent avec le coupable : il est temps de les séparer, il est temps que 1 homme retenu chez l’étranger par des motifs puissants, que l’homme faible poursuivi par des terreurs imaginaires, ne puisse plus être confondu avec le citoyen parjure, avec l’ennemi de la patrie. Ceux-ci, dira-t-on, nous tromperont encore, ils signeront ce qu’on voudra, et ne respecteront cette nouvelle si...
...s ont respecté leurs premiers serments, mais ne serait-ce rien que d’avoir ôté à leur perfidie une dernière excuse, que de les avoir réduits à un état où il n’y aura plus que des princes, des courtisans et des ministres qui osent ne point par...
Locuteur: Condorcet
Mais quel sera l’effet de ces mesures de rigueur qui, justes en elles-mêmes, ont... Mais quel sera l’effet de ces mesures de rigueur qui, justes en elles-mêmes, ont cependant encore besoin d’être justifiées par leur utilité?
Locuteur: Condorcet
...taient cachés, pour qu’il soit possible de cédér au mouvementqui nous porte à rind...
...s le trahir, il pourra nous être permis de pardonner en son nom.
...ont trop montrés à l’Europe comme les jouets d’une intrigue dont les fils nous étaient cachés, pour qu’il soit possible de cédér au mouvementqui nous porte à rindulgence. Que le nom français soit respecté, qu’on rende enfin justice au peuple généreux que nous représentons, et c’est alors seulement que, sans le trahir, il pourra nous être permis de pardonner en son nom.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 398
Locuteur: Condorcet
Je n ai point proposé de mettre entre eux aucune distinction. Que fémigrant qui renonce au titre de citoyen ou qui refuse de s’engager à ne pas troubler la paix, soit un des suppléants du troue, ...
...nance dans un régiment; qu’il abandonne la résidence imposée au régent présomptif ...
...ins important, tous sont égaux aux yeux de la loi; tous placés dans les mêmes circons...
...et ne caressons pas l’orgueil, même par la distinction d’une rigueur plus grande, seulement la publicité nécessaire de leur conduite les empêchera de se soustraire à la loi. Mais que deviendront les familles ...
...s biens? ce que deviennent les familles de ceux qui ont été ou qui sont tombés dans un autre genre de démence, et auxquels il a fallu retirer l’administration de leur fortune.
Je n ai point proposé de mettre entre eux aucune distinction. Que fémigrant qui renonce au titre de citoyen ou qui refuse de s’engager à ne pas troubler la paix, soit un des suppléants du troue, ou qu’il soit appelé à remplir à son tour une lieutenance dans un régiment; qu’il abandonne la résidence imposée au régent présomptif duroyaume, oucellequ’on exigedu fonctionnaire public le moins important, tous sont égaux aux yeux de la loi; tous placés dans les mêmes circonstances, doivent également perdre tous leurs droits, et voir également tous leurs revenus suspendus. Osons enfin tout envisager d’un œil égal et ne caressons pas l’orgueil, même par la distinction d’une rigueur plus grande, seulement la publicité nécessaire de leur conduite les empêchera de se soustraire à la loi. Mais que deviendront les familles des hommes dont on séquestrera les biens? ce que deviennent les familles de ceux qui ont été ou qui sont tombés dans un autre genre de démence, et auxquels il a fallu retirer l’administration de leur fortune.
Locuteur: Condorcet
...aider nos ennemis, ne sera qu une honte de plus, tant que 1rs noms de nos ambassadeurs choisis parmi ceux que...
...évolution ont consacrés dans les fastes de la liberté, n’apprendront pas aux rois et ...
... toute démarche, pour leur faire respecter le nom français, pour les empecher d’aider nos ennemis, ne sera qu une honte de plus, tant que 1rs noms de nos ambassadeurs choisis parmi ceux que les événements delà Révolution ont consacrés dans les fastes de la liberté, n’apprendront pas aux rois et a leurs ministres qu'il n’existe plus parmi nous qu une seule volonté efticace e...
Locuteur: Condorcet
... nationale, considérant qu’il importe a la tranquillité publique et au salut de 1 Empire d enlever à ceux des Français qui ont trahi leur patrie, les moyens de poursuivre leurs projets, et convaincue de l’obligation de ne pas s ecarter, meme à l’égard des ennemis les plus perfides, des lois de l’équité rigoureuse, a décrété ce qui s... L Assemblée nationale, considérant qu’il importe a la tranquillité publique et au salut de 1 Empire d enlever à ceux des Français qui ont trahi leur patrie, les moyens de poursuivre leurs projets, et convaincue de l’obligation de ne pas s ecarter, meme à l’égard des ennemis les plus perfides, des lois de l’équité rigoureuse, a décrété ce qui suit :
Locuteur: Condorcet
...rveront malgré leur absence du royaume, la plénitude de leurs droits de citoyens. « Art 2. Tous ceuxqui auront prêté ce serment conserveront malgré leur absence du royaume, la plénitude de leurs droits de citoyens.
Locuteur: Condorcet
consul de la nation française, l’engagement de maintenir la Constitution de tout leur pouvoir d en exécuter toutes les dispositions, et déclareront qu ils la regardent comme une loi émanée Français... consul de la nation française, l’engagement de maintenir la Constitution de tout leur pouvoir d en exécuter toutes les dispositions, et déclareront qu ils la regardent comme une loi émanée Français V°ir ^ltime et Qbligettoire pour tous les
Locuteur: Condorcet
...rt 4- Quiconque n’aura pas rempli l’une de ces deux obligations et restera hors du royaume, sera réputé avoir renoncé à la qualilé ue citoyen, et en conséquence il ne pourra en obtenir de nouveau le titre que comme tout autre étranger; il sera déchu de tout grade militaire, de tout droit à un remplacement dans i armee, de toute expectative d’une place quelconque, de tout.traitement pécuniaire, à l’excepti... " Art 4- Quiconque n’aura pas rempli l’une de ces deux obligations et restera hors du royaume, sera réputé avoir renoncé à la qualilé ue citoyen, et en conséquence il ne pourra en obtenir de nouveau le titre que comme tout autre étranger; il sera déchu de tout grade militaire, de tout droit à un remplacement dans i armee, de toute expectative d’une place quelconque, de tout.traitement pécuniaire, à l’exception des pensions qui seraient une récompense des services passés ou une indemnité...
Locuteur: Condorcet
iïat iW® °U Ie C011SUl de la nation iïat iW® °U Ie C011SUl de la nation
Locuteur: Condorcet
française, pour 1 espace de deux ans, l’engagement de n’entrer au service d’aucune puissance sans y être autorisé par un décret de l’Assemblée nationale sanctionné parle roi, de ne porter h s armes ni contre la nation française, ni contre aucun des pouvoirs établis par l’acte constitutionnel; de ne solliciter ni contre la nation, ni contre aucun de ces pouvoirs, le secours d’aucune puiss...
...s biens qui lui appartiennent en France de la même manière que les étrangers qui y po...
française, pour 1 espace de deux ans, l’engagement de n’entrer au service d’aucune puissance sans y être autorisé par un décret de l’Assemblée nationale sanctionné parle roi, de ne porter h s armes ni contre la nation française, ni contre aucun des pouvoirs établis par l’acte constitutionnel; de ne solliciter ni contre la nation, ni contre aucun de ces pouvoirs, le secours d’aucune puissance étrangère, jouira des biens qui lui appartiennent en France de la même manière que les étrangers qui y possèdent des propriétés mobilières ou territoriales.
Locuteur: Condorcet
...s le terme fixé, n’aura souscrit aucune de ces déclarations, ou qui aura manqué à ...
...es avoir souscrits, sera déclaré ennemi de la nation ; ses revenus et ses propriétés de toute nature seront mis en séquestre; l’Assemblée nationale se réservant de prononcer sur 1 emploi des revenus, et ...
« Art.6.Tout citoyen français absent, qui, dans le terme fixé, n’aura souscrit aucune de ces déclarations, ou qui aura manqué à ses engagements, après les avoir souscrits, sera déclaré ennemi de la nation ; ses revenus et ses propriétés de toute nature seront mis en séquestre; l’Assemblée nationale se réservant de prononcer sur 1 emploi des revenus, et les fonds étant gardés pour lui être rendus, s’il y a lieu à une amnistie, ou re...
Locuteur: Condorcet
...sera incessamment présenté parle comité de législation une loi pour régler le mode d exécution de cet article, afin de conserver le droit des femmes ou des créanciers antérieurs, et de pourvoir à la subsistance, à l’éducation, à i entreti... « Art. 7, Il sera incessamment présenté parle comité de législation une loi pour régler le mode d exécution de cet article, afin de conserver le droit des femmes ou des créanciers antérieurs, et de pourvoir à la subsistance, à l’éducation, à i entretien des enfants. (Applaudissements.)
Locuteur: Condorcet
« Art. 8. Aucune saisie de biens ne pourra avoir heu sur le motif d’absence, qu’à la réquisition du procureur syndic du dépa...
...r domicile du citoyen tombé dans le cas de l’article 6. »
« Art. 8. Aucune saisie de biens ne pourra avoir heu sur le motif d’absence, qu’à la réquisition du procureur syndic du département où était situe le dernier domicile du citoyen tombé dans le cas de l’article 6. »
Locuteur: Cavellier
Messieurs, sans doute,le premier devoir de tout citoyen est de servir sa patrie, de lui consacrer tous ses talents, tous se...
...tile a son pays, ajoute l’ingratitude à la lâcheté en s armant contre ses compatri...
Messieurs, sans doute,le premier devoir de tout citoyen est de servir sa patrie, de lui consacrer tous ses talents, tous ses moyens; et manquer à cette obligation sacrée que nous contractons en naissant, c’est déjà commettre un grand crime. Mais celui qui, non content d’être inutile a son pays, ajoute l’ingratitude à la lâcheté en s armant contre ses compatriotes, est incomparablement plus coupable.
Locuteur: Condorcet
Voici le projet de décret que je propose : Voici le projet de décret que je propose :
Locuteur: Condorcet
Artf3-1I1l en sera de même de ceux qui, Artf3-1I1l en sera de même de ceux qui,
Locuteur: Condorcet
...yg étrangers, souscriront dans le délai de , chez l’envoyé ou le nHrin?CuUelle,me^,daiîs lesPayg étrangers, souscriront dans le délai de , chez l’envoyé ou le
Locuteur: Condorcet
titre en fran5a^ déchu de ce titre en fran5a^ déchu de ce
Locuteur: Condorcet
rrira ÏrJ de Vartlde Précédent, quisous- rrira ÏrJ de Vartlde Précédent, quisous-
Locuteur: Condorcet
...é l’impression du discours et du projet de décret de M. Gondorcet ) (L’Assemblée décrété l’impression du discours et du projet de décret de M. Gondorcet )
Locuteur: Le Président
Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité diplom... Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité diplomatique. Sont élus :
Locuteur: Le Président
Brissot de Warville. Brissot de Warville.
Locuteur: Le Président
La discussion sur les émigrations est repr... La discussion sur les émigrations est reprise.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 399
Locuteur: Cavellier
prement dits, etj’excepte de cette dénomination les commerçants et les voyageurs, ont doublement tort de quitter leur patrie dans un moment où elle peut avoir besoin de leurs services, et de faire cause commu ne avec ses ennemis. Aussi, je crois que la patrie, à son tour, ne doit, pas balanc...
...rté son poste doit etre déclaié indigne de remplir aucun emploi ; que tout officie...
...ssible. Mais je pense en même temps que doit s’arrêter la sévérité à exercer contre les émigrants, et que toute autre mesure de rigueur serait injuste, inutile et dang...
prement dits, etj’excepte de cette dénomination les commerçants et les voyageurs, ont doublement tort de quitter leur patrie dans un moment où elle peut avoir besoin de leurs services, et de faire cause commu ne avec ses ennemis. Aussi, je crois que la patrie, à son tour, ne doit, pas balancer à retirer son affection aux enfants dénaturés qui aiguisent un fer parricide. Je pense que tout fonctionnaire public qui a déserté son poste doit etre déclaié indigne de remplir aucun emploi ; que tout officier, qui a abandonné ses drapeaux sans congé et sans avoir donné sa démission doit être pour toujours rayé du tableau d's militaires,et remplacé le plus promptement possible. Mais je pense en même temps que doit s’arrêter la sévérité à exercer contre les émigrants, et que toute autre mesure de rigueur serait injuste, inutile et dangereuse.
Locuteur: Cavellier
...on assujettisse les premiers à se munir de passeports, je désire également que toute espèce de marchandises, à 1 exception des armes et munitions de guerre, puisse être importée et exporté...
...ires ; qu’elle ne paraisse pas attacher de l’importance a des événements qui n’en méritent aucune, qu elle se mette au-dessus de ces petits orages qui grondent dans la moyenne région, et qu’elle réserve sa f...
...ajouterai un mot sur l’émigration des choses, et comme je ne suis pas d’avis qu’on assujettisse les premiers à se munir de passeports, je désire également que toute espèce de marchandises, à 1 exception des armes et munitions de guerre, puisse être importée et exportée sans permission et sans formalité. Je conclus à ce que l’Assemblée ne se montre pas accessible à des craintes populaires ; qu’elle ne paraisse pas attacher de l’importance a des événements qui n’en méritent aucune, qu elle se mette au-dessus de ces petits orages qui grondent dans la moyenne région, et qu’elle réserve sa force et son énergie pour les circonstances où elle pourra en avoir besoin, et en...
Locuteur: Cavellier
« Art. 2. Tout militaire, de quelque grade qu’il soit, qui aura aban...
...né sa démission, sera rayé sur-le-champ de la liste des militaires en activité, et re...
« Art. 2. Tout militaire, de quelque grade qu’il soit, qui aura abandonné ses drapeaux ou son département sans congé et sans avoir préalablement donné sa démission, sera rayé sur-le-champ de la liste des militaires en activité, et remplacé le plus promptement possible.
Locuteur: Cavellier
« Art. 3. A cet effet, les ministres de la guerre et de la marine seront tenus de mettre dans le plus court délai sous les yeux de l’Assemblée nationale, la liste des officiers de leurs départements respectifs, en distinguant avec soin ceux absents sans congé, et de faire part à l’Assemblée des moyens qu’...
...us promptement possible le remplacement de ces derniers.
« Art. 3. A cet effet, les ministres de la guerre et de la marine seront tenus de mettre dans le plus court délai sous les yeux de l’Assemblée nationale, la liste des officiers de leurs départements respectifs, en distinguant avec soin ceux absents sans congé, et de faire part à l’Assemblée des moyens qu’ils se proposent d’employer pour opérer le plus promptement possible le remplacement de ces derniers.
Locuteur: Cavellier
...ns et mesures nécessaires pour empêcher la sortie du royaume de l’artillerie, des armes de toute espèce et des munitions de guerre. » ...s administratifs et municipaux des départements frontières, toutes les précautions et mesures nécessaires pour empêcher la sortie du royaume de l’artillerie, des armes de toute espèce et des munitions de guerre. »
Locuteur: Vergniaud
...ces dans lesquelles les droits naturels de l’homme puissent permettre à une nation de prendre une mesure quelconque relative aux émigrations? La nation française se trouve-t-elle dans ... (1). Est-il des circonstances dans lesquelles les droits naturels de l’homme puissent permettre à une nation de prendre une mesure quelconque relative aux émigrations? La nation française se trouve-t-elle dans ces circonstances ?
Locuteur: Vergniaud
...ces dans lesquelles les droits naturels de l’homme puissent permettre a une nàtion de prendre une mesure quelconque relative ...
...ions? L’homme, tel qu il sort des mains de la nature, reçoit avec la vie une liberté pleine, entière, sans a...
...iction, sans aucunes bornes. Il a droit de faire tout ce qu il peut; sa volonté se...
...mmes, et ces rapports deviennent autant de modifications à son état naturel. LVxer...
...même détruit des hommes qui tenteraient de le conserver dans le sein dune association politique; de- la liberté civile qui est la faculté de faire ce qu’on veut, pourvu qu’on ne nuise pas à autrui, et la liberté politique qui doit être aussi la faculté de taire ce qu on veut, pourvu qu’on ne nuise pas a la patrie. *
Première question. Est-il des circonstances dans lesquelles les droits naturels de l’homme puissent permettre a une nàtion de prendre une mesure quelconque relative aux émigrations? L’homme, tel qu il sort des mains de la nature, reçoit avec la vie une liberté pleine, entière, sans aucune restriction, sans aucunes bornes. Il a droit de faire tout ce qu il peut; sa volonté seulé et sa conservation sont sa suprême loi. Dans l’état social, au contraire, 1 homme contracte des rapports avec les autres hommes, et ces rapports deviennent autant de modifications à son état naturel. LVxer-cice en sens contraire d’une indépendance absolue, aurait bientôt dispersé ou même détruit des hommes qui tenteraient de le conserver dans le sein dune association politique; de- la liberté civile qui est la faculté de faire ce qu’on veut, pourvu qu’on ne nuise pas à autrui, et la liberté politique qui doit être aussi la faculté de taire ce qu on veut, pourvu qu’on ne nuise pas a la patrie. *
Locuteur: Vergniaud
C’est donc de l’homme social qu’il s’agit ici. Dr, nous" trouverons les véritables limites de son droit, dans un court développement de ce principe : que sa liberté en société cesse où son exercice peut nuire à la société collectivement prise, ou même aux membres qui la composent. C’est donc de l’homme social qu’il s’agit ici. Dr, nous" trouverons les véritables limites de son droit, dans un court développement de ce principe : que sa liberté en société cesse où son exercice peut nuire à la société collectivement prise, ou même aux membres qui la composent.
Locuteur: Vergniaud
Le plus puissant instinct de l’homme est celui la conservation. De quelques chagrins que les deslmees sement notre vie, la nature en a fait pour la plupart des hommes, le plus précieux de... Le plus puissant instinct de l’homme est celui la conservation. De quelques chagrins que les deslmees sement notre vie, la nature en a fait pour la plupart des hommes, le plus précieux des biens.
Locuteur: Vergniaud
...que nous nous réunissons ; il n’y a pas de bonheur où il n y a pas de sûreté : je consens à être puni de mort, si j’attente à la vôtre ; effrayez par la crainte du meme supplice celui qui concevrait d’attenter a la mienne. ... homme a pu dire, on suppose même qu’il a dit : c est pour notre bonheur mutuel que nous nous réunissons ; il n’y a pas de bonheur où il n y a pas de sûreté : je consens à être puni de mort, si j’attente à la vôtre ; effrayez par la crainte du meme supplice celui qui concevrait d’attenter a la mienne.
Locuteur: Vergniaud
...homme aliène, non seulement une portion de sa liberté mais encore, en quelque sorte, son droit de vie; pourquoi, dis-je, ce pacte est-il ...
...re une aussi étrange aliénation, le cri de a nature? Parce que, comme l’observe le...
... des hommes et des peuples, c’est moins une véritable aliénation de la liberté et de la vie, qu’un mode adopté par l’homme pour...
Pourquoi ce pacte, dans lequel l’homme aliène, non seulement une portion de sa liberté mais encore, en quelque sorte, son droit de vie; pourquoi, dis-je, ce pacte est-il universellement re gardé comme légitime ? Pourquoi n’invoque-t-on )as contre une aussi étrange aliénation, le cri de a nature? Parce que, comme l’observe le philosophe immortel, qui le premier osa parler des droits des hommes et des peuples, c’est moins une véritable aliénation de la liberté et de la vie, qu’un mode adopté par l’homme pour mieux se conserver l’une et l’autre.
Locuteur: Cavellier
...a deserte son poste sera déclaré mnigne de remplir aucun emploi. « Art. 1er. Tout fonctionnaire public qui aura deserte son poste sera déclaré mnigne de remplir aucun emploi.
Locuteur: Vergniaud
... ou vous considérez l’homme dans l’état de nature, ou dans l’état social. Ainsi, ou vous considérez l’homme dans l’état de nature, ou dans l’état social.
Locuteur: Vergniaud
Au premier cas, libre de tout devoir, dégagé de tout sentiment moral, il est maître de changer chaque jour le lieu où il lui p...
...pôles du monde. Mais il serait ridicule de méditer, par rapport à l’homme ainsi co...
Au premier cas, libre de tout devoir, dégagé de tout sentiment moral, il est maître de changer chaque jour le lieu où il lui plaît d’exister ; sa marche et sa volonté n’ont d’autres bornes que Ci lie du possible et les pôles du monde. Mais il serait ridicule de méditer, par rapport à l’homme ainsi considéré, aucune question sur le droit d’é-migrer
Locuteur: Vergniaud
Par la même raison, dans le pacte social, Par la même raison, dans le pacte social,
...trouve, quelles mesures lui convient-il de prendre? Telles sont, Messieurs, les qu...
...pense que l’examen doit nous conduire à la solution du grand problème qui vous occ...
...urnir les réponses que je vais hasarder de vous présenter. (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Cote lection des...
Si elle s’y trouve, quelles mesures lui convient-il de prendre? Telles sont, Messieurs, les questions dont je pense que l’examen doit nous conduire à la solution du grand problème qui vous occupe; et j avoue que mon esprit et mon cœur sont d’accord pour me fournir les réponses que je vais hasarder de vous présenter. (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Cote lection des affaires du temps, tome CXXVII, n° 16.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 400
Locuteur: Vergniaud
...lle convention blesse-t-elle les droits de l’homme? que peut-on y voir autre chose...
...procité d’obligations q; i concourent à la prospérité de la nation et au bonheur de l’individu? Prétendre qu’elle est illégitime, que la nation seule doit s’obliger envers l’in...
...individu ne doit point s’obliger envers la nation, c’est ériger en principe l’ingr...
...’injustice; c’est subordonner l’intérêt de tous à l’intérêt d’un seui; c’est demander la dissolution de la société : car il est impossible qu’une société existe, si chacun de ses membres a le droit de lui refuser les secours par lesquels se...
En quoi une pareille convention blesse-t-elle les droits de l’homme? que peut-on y voir autre chose qu’une réciprocité d’obligations q; i concourent à la prospérité de la nation et au bonheur de l’individu? Prétendre qu’elle est illégitime, que la nation seule doit s’obliger envers l’individu, et que l’individu ne doit point s’obliger envers la nation, c’est ériger en principe l’ingratitude et l’injustice; c’est subordonner l’intérêt de tous à l’intérêt d’un seui; c’est demander la dissolution de la société : car il est impossible qu’une société existe, si chacun de ses membres a le droit de lui refuser les secours par lesquels seuls elle peut assurer son existence.
Locuteur: Vergniaud
...té non moins respectable que les droits de l’homme, et qu’on ne saurait obscurcir ...
...ation juge nécessaire à sa tranquillité de réclamer les secours de tous ses membres, c’est un devoir sacré pour ceux-ci de lui payer Je tribut de fortune ou de sang qu’elle demande. D’où je conclus naturellement que les droits de l’homme, tel du moins qu’il peut en jouir dans l’ordre social, ne renferment pas celui de répondre à cet appel de la patrie par une émigration qui serait la plus lâche désertion. J’explique cette conséquence pour qu’on ne puisse pas la combattre. Je ne veux pas dire que l’homme qui a germé sous le despotisme affreux de l’inquisition espagnole, ne puisse bien...
...s un climat plus heureux chercher l’air de la liberté; que l'homme à qui les lois d’u...
...une autre association où il se flattera de mieux remplir les vœux de son cœur. Je laisse de pareilles maximes aux amis de la tyrannie. Je n’entems pas même que l’ho...
...ection et assistance, ne conserve aussi la faculté physique de l’abandonner, au moment où elle croit avoir besoin de lui, et qu’elle puisse employer la furce pour le retenir. Mais j’entends que la faculté physique qu’il exercerait alors, est précisément la même que celle dont jouit l’impie qui s...
...hison, il a rompu le pacte social ; que la société, à laquelle il est infidèle, ne...
...ds enfin que Je remords dans le cœur et la honte sur le Iront, il devienne à jamais le rebut de tous les peuples.
C’est donc une vérité non moins respectable que les droits de l’homme, et qu’on ne saurait obscurcir par aucun sophisme, que lorsqu’une nation juge nécessaire à sa tranquillité de réclamer les secours de tous ses membres, c’est un devoir sacré pour ceux-ci de lui payer Je tribut de fortune ou de sang qu’elle demande. D’où je conclus naturellement que les droits de l’homme, tel du moins qu’il peut en jouir dans l’ordre social, ne renferment pas celui de répondre à cet appel de la patrie par une émigration qui serait la plus lâche désertion. J’explique cette conséquence pour qu’on ne puisse pas la combattre. Je ne veux pas dire que l’homme qui a germé sous le despotisme affreux de l’inquisition espagnole, ne puisse bien aller sous un climat plus heureux chercher l’air de la liberté; que l'homme à qui les lois d’une association politique déplaisent, ne puisse bien aller s’incorporer dans une autre association où il se flattera de mieux remplir les vœux de son cœur. Je laisse de pareilles maximes aux amis de la tyrannie. Je n’entems pas même que l’homme qui a vécu dans une société où il a constamment reçu protection et assistance, ne conserve aussi la faculté physique de l’abandonner, au moment où elle croit avoir besoin de lui, et qu’elle puisse employer la furce pour le retenir. Mais j’entends que la faculté physique qu’il exercerait alors, est précisément la même que celle dont jouit l’impie qui se déshonore par un parjure, ou le débiteur ingrat qui s’acquite envers ses créanciers par une fuite ban-queroutière. J’entends que, par sa trahison, il a rompu le pacte social ; que la société, à laquelle il est infidèle, ne doit plus aucune protection ni à lui, ni à sa propriété. J’entends enfin que Je remords dans le cœur et la honte sur le Iront, il devienne à jamais le rebut de tous les peuples.
Locuteur: Vergniaud
...et les émigrants qui, après être sortis de leur patrie, tourneraient leurs armes c...
...une désertion criminelle est fondée sur la justice; mais il est évident qu’elle est une chimère pour ceux qui ne croient pas à la possibilité d’une loi juste sur les émigrations, et qu’en la proposant eux-mêmes, ils ont rendu homm...
... pas qu’on puisse adopter aucune mesure de justice relative aux émigrations, parce...
...est un droit naturel et imprescriptible de l’homme, de quitter une patrie où il se déplaît pour en adopter une autre. Mais si c’est un droit naturel insusceptible d’aucune...
...es les circonstances, abdiquer le titre de Français pour prendre celui d’Al-lemand...
...z-vous que je sois gêné dans l’exercice de mon droit par l’acceptation des fonctio...
...ne, entre les émigrants simples citoyens, les émigrants fonctionnaires publics, et les émigrants qui, après être sortis de leur patrie, tourneraient leurs armes contre elle. .Cette distinction qui varie et aggrave les caractères d’une désertion criminelle est fondée sur la justice; mais il est évident qu’elle est une chimère pour ceux qui ne croient pas à la possibilité d’une loi juste sur les émigrations, et qu’en la proposant eux-mêmes, ils ont rendu hommage à mes principes. En effet, ils ne pensent pas qu’on puisse adopter aucune mesure de justice relative aux émigrations, parce que, disent-ils, c’est un droit naturel et imprescriptible de l’homme, de quitter une patrie où il se déplaît pour en adopter une autre. Mais si c’est un droit naturel insusceptible d’aucune modification dans l’ordre social, si je puis à mon gré et dans toutes les circonstances, abdiquer le titre de Français pour prendre celui d’Al-lemand ou d’Espagno'l, pourquoi prétendez-vous que je sois gêné dans l’exercice de mon droit par l’acceptation des fonctions publiques que vous m’aurez confiées?
Locuteur: Vergniaud
Vous répondez que c’est à cause de rengagement particulier qui résulte de mon acceptation; mais quand j’ai accept...
...aisait d’user du droit naturel que j’ai de rester chez vous si bon me semble. Mon ...
...’évanouir dès que je veux user du droit de me transporter ailleurs. L’imprescriptibilité de ce droit naturel anéantit tout engageme...
... n’oseriez condamner les autres memb es de la société à laquelle je me suis donné? Vo...
...n prouvent, ou que vous ne croyez pas à la réalité de mon droit imprescriptible de changer de patrie à ma volonté, ou que vous le vio...
...à sa première demande, voler au secours de la patrie. C’e-t que la liberté absolue n’appartient qu’à l’hom...
... aspire au privilège d’être protégé par la société, il faut qu’il renonce à cette portion de sa liberté dont l’exercice pourrait dev...
...égeront. C’est qu’enfin les obligations de services, de soins, de travaux, de dangers et même d’affeetion, sont réciproques entre la patrie et le citoyen.
Vous répondez que c’est à cause de rengagement particulier qui résulte de mon acceptation; mais quand j’ai accepté, c’est qu’il me plaisait d’user du droit naturel que j’ai de rester chez vous si bon me semble. Mon acceptation doit s’évanouir dès que je veux user du droit de me transporter ailleurs. L’imprescriptibilité de ce droit naturel anéantit tout engagement qui lui serait contraire; lorsque j’aurai brisé les liens qui m’unissaient à ...
...us en rebelle ou en déserteur? pourquoi me réservez-vous un supplice auquel vous n’oseriez condamner les autres memb es de la société à laquelle je me suis donné? Votre G ide pénal et votre distinction prouvent, ou que vous ne croyez pas à la réalité de mon droit imprescriptible de changer de patrie à ma volonté, ou que vous le violez avec scandale. Il n’y a qu’une seule réponse à cette objection; et elle se trouve dans les principes desquels j’ai conclu que tout citoyen doit, à sa première demande, voler au secours de la patrie. C’e-t que la liberté absolue n’appartient qu’à l’homme sauvage ; c’est que si l’individu aspire au privilège d’être protégé par la société, il faut qu’il renonce à cette portion de sa liberté dont l’exercice pourrait devenir funeste à ceux qui le protégeront. C’est qu’enfin les obligations de services, de soins, de travaux, de dangers et même d’affeetion, sont réciproques entre la patrie et le citoyen.
Locuteur: Vergniaud
...s, vous faites disparaître les rapports de l’individu à la société, et de la société à l’individu; vous rendez l’homme plus libre, mais vous l’autorisez à la trahison, à a perfidie, à l’ingratitude...
...qui lui font si souvent trouver au fond de sa conscience le bonheur qu’il cherche ...
..., mais vous l’instruisez à leur manquer de foi. Eh ! que ne nous dit-on plutôt, et plus franchement, de nous retirer dans les forêts eternelles et inhabitées du Nord. sans doute livrés à notre féroce insouc...
... qui ne serait pas nous, nous jouirions de la liberté naturelle dans toute son étendu...
...pose l’harmonie sociale, vous lâchez le frein à toutes les passions particulières, vous faites disparaître les rapports de l’individu à la société, et de la société à l’individu; vous rendez l’homme plus libre, mais vous l’autorisez à la trahison, à a perfidie, à l’ingratitude; vous éteignez en lui les sentiments moraux qui lui font si souvent trouver au fond de sa conscience le bonheur qu’il cherche en vain dans les objets qui l’environnent. Vous lui donnez, il est vrai, l’unive...
...ez celle qui l’avait vu naître. Vous lui donnez tous les hommes pour concitoyens, mais vous l’instruisez à leur manquer de foi. Eh ! que ne nous dit-on plutôt, et plus franchement, de nous retirer dans les forêts eternelles et inhabitées du Nord. sans doute livrés à notre féroce insouciance sur tout ce qui ne serait pas nous, nous jouirions de la liberté naturelle dans toute son étendue; et elle ne serait restreinte par aucun sentiment ni par aucun devoir.
Locuteur: Vergniaud
chaque fois que tu la réclameras; et je me dévoue à l’opprobr... chaque fois que tu la réclameras; et je me dévoue à l’opprobre et au supplice des traitres, si je viole mon serment.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 401
Locuteur: Vergniaud
Jus iii’à présent j’ai raisonné dans la supposition qu’il ne s’agissait que d’é...
..., dans le champ clos où ils ont eu soin de se placer ppur se méuagerau moins les a...
...ur dans une autre arène, et je les prie de me répondre. Supposons que lesémigrants...
...ni courir aucuns hasards. Supposons que la haine et la fureur les bannissent de son sein, qu’ils forment autour d’elle une ceinture de conspirateurs, qu’ils s’agitent et se t...
... ennemis; qu’ils excitent ses soldats à la désertion; qu’ils soufflent parmi ses enfants le feu de la discorde; qu’ils y répandent par leurs manœuvres l’esprit de vertige et de faction; et qu’enfin, le fer et la torche à la main, ils élèvent au ciel indigné des v...
...hâter le jour où ils pourront s’enivrer de son sang et la couvrir de cendres et de ruines ; je le demande aux ardents défenseurs d^s droits de l’homme et de la liberté indéfinie des émigrations, croient-ils qu’il soit de la justice que la patrie attende dans une torpeur funeste...
...Croient-ils qu’elle blessera les droits de l’homme en prenant les précautions qui ...
...raiter en ennemis ceux qui conjurent sa ruine; en rebelles, les enfants ingrats qui aiguisent des poignards pour la déchirer? L’exercice des droits de l’homme ne serait-il permis qu’aux émig...
...qu’on les égorge pour se mettre en état de défense? Oh mais, dit-on, vous sortez de la question; vous parlez de rébel lion, et il s’agit d’émigrations. Je me garderai bien de mêler aux grands intérêts qui nous occupent,une misérable querelle de mots; qu’on appelle comme on voudra les traîtres dont je viens de parler, mais que l’on convienne que la patrie p> ut déployer contre eux une ju...
Jus iii’à présent j’ai raisonné dans la supposition qu’il ne s’agissait que d’émigrations proprement dites, ou .'i l’on veut d’une simple suite. J’ai comhaitu les adversaires d’une loi sur les émigrants, dans le champ clos où ils ont eu soin de se placer ppur se méuagerau moins les avantages «lu terrain. Je jes appelle à mon tour dans une autre arène, et je les prie de me répondre. Supposons que lesémigrants ne quittent pas seulement leur patrie, parce que son gouvernement ne les rend pas heureux, ou parce qu’ils ne veulent supporter pour elle aucune fatigue ni courir aucuns hasards. Supposons que la haine et la fureur les bannissent de son sein, qu’ils forment autour d’elle une ceinture de conspirateurs, qu’ils s’agitent et se tourmentent pour lui susciter des ennemis; qu’ils excitent ses soldats à la désertion; qu’ils soufflent parmi ses enfants le feu de la discorde; qu’ils y répandent par leurs manœuvres l’esprit de vertige et de faction; et qu’enfin, le fer et la torche à la main, ils élèvent au ciel indigné des vœux criminels pour hâter le jour où ils pourront s’enivrer de son sang et la couvrir de cendres et de ruines ; je le demande aux ardents défenseurs d^s droits de l’homme et de la liberté indéfinie des émigrations, croient-ils qu’il soit de la justice que la patrie attende dans une torpeur funeste les coups qu’on lui prépare? Croient-ils qu’elle blessera les droits de l’homme en prenant les précautions qui pourront faire avorter les complots formés contre elle? Pensent-ils qu’elle ne puisse pas traiter en ennemis ceux qui conjurent sa ruine; en rebelles, les enfants ingrats qui aiguisent des poignards pour la déchirer? L’exercice des droits de l’homme ne serait-il permis qu’aux émigrants ou aux assassins? Serait-il interdit aux citoyens vertueux, restés fidèles...
...? L’attaque serait-elle licite a»x premiers, et les autres doivent-ils attendre qu’on les égorge pour se mettre en état de défense? Oh mais, dit-on, vous sortez de la question; vous parlez de rébel lion, et il s’agit d’émigrations. Je me garderai bien de mêler aux grands intérêts qui nous occupent,une misérable querelle de mots; qu’on appelle comme on voudra les traîtres dont je viens de parler, mais que l’on convienne que la patrie p> ut déployer contre eux une juste sévérité. Ce ne sera pas si l’on veut un émigré, mais un rebelle que frapper...
Locuteur: Vergniaud
demander hautement la dissolution du corps social. Il est don...
...tances où une nation peut, pans blesser la justice, chercher les moyens de réprimer les émigrations qui compromett...
demander hautement la dissolution du corps social. Il est donc prouvé qu’il est des circonstances où une nation peut, pans blesser la justice, chercher les moyens de réprimer les émigrations qui compromettent sa tranquillité.
Locuteur: Vergniaud
Seconde question. La France se trouve-t-elle dans les circonstances dont je viens de parler dans la première partie de ma discussion? Certes, je n’ai point l’intention d’exciter ici de vaines terreurs dont je suis bien éloig...
...ui décorent leur rassemblement criminel de nom bizarre de France extérieure; chaque jour leurs ressources s’épuisent. L’augmentation de leur nombre ne fait aue les pousser plus rapidement vers la pénurie la plus absolue de tous moyens d’existence. Les troubles de la fière Catherine et les millions de la Hollande se consument en voyages, en né...
...isent pas d’ailleurs au faste des chefs de la rébellion, bientôt on verra ces superbes mendiants qui n’ont pu s’acclimater à la erre de l’egahté, expier dans la honte et la m£ sère les cri nés de leur orgueil, et tourner des yeux trempés de larmes vers la patrie qu’ils ont abandonnée; et quand ...
...repentir, les précipiterait lès armes à la main fur son territoire, s’ils n’ont pas de soutien chez it'S puissances étrangères...
...s forces, que seraient-ils, si ce n’est de misérables pigmées qui, dans un accès de délire, se hasarderaient à parodier l’e...
...rla guerre ou Nord, pour que nous ayons de grandes craintes a concevoir de leurs projets.
Seconde question. La France se trouve-t-elle dans les circonstances dont je viens de parler dans la première partie de ma discussion? Certes, je n’ai point l’intention d’exciter ici de vaines terreurs dont je suis bien éloigné d’être frappé moi-même. Non, ils ne sont point redoutables ces factieux aussi ridicules qu’insolents, qui décorent leur rassemblement criminel de nom bizarre de France extérieure; chaque jour leurs ressources s’épuisent. L’augmentation de leur nombre ne fait aue les pousser plus rapidement vers la pénurie la plus absolue de tous moyens d’existence. Les troubles de la fière Catherine et les millions de la Hollande se consument en voyages, en négociations, en préparatifs désordonnés, et ne sulfisent pas d’ailleurs au faste des chefs de la rébellion, bientôt on verra ces superbes mendiants qui n’ont pu s’acclimater à la erre de l’egahté, expier dans la honte et la m£ sère les cri nés de leur orgueil, et tourner des yeux trempés de larmes vers la patrie qu’ils ont abandonnée; et quand leur rage, plus forte aue leur repentir, les précipiterait lès armes à la main fur son territoire, s’ils n’ont pas de soutien chez it'S puissances étrangères, s’ils sont livrés à leurs propres forces, que seraient-ils, si ce n’est de misérables pigmées qui, dans un accès de délire, se hasarderaient à parodier l’entreprise des Titans contre le Ciel ? (Applaudissements.) Quant aux Empires dont ils implorent les secours, ils sont gnés* 011 tr°P fat‘gués parla guerre ou Nord, pour que nous ayons de grandes craintes a concevoir de leurs projets.
Locuteur: Vergniaud
... ne reçoivent d’autres secours que ceux de l’hospitalité. Croyez surtout, Messieur...
...inquiétudes. Ils savent qu’il n’y a pas de Pyré-nees pour 1 esprit philosophique qui vous a rendu la liberté: ils frémiraient d’envoyer leurs soldats sur une terre encore brûlante de ce feu sacré-ils tremberaient qu’un jour de bataille ne fît deux armees ennemies un peuple de frères. (Applaudissements.) Mais si enf...
...ous souviendrions que quelques milliers de Grecs combattant pour la liberté triomphèrent d’un million de Perses ; et combattant pour la même cause avec le même courage, nous a...
...s ache l’avenir, je n’en sens pas moins la nécessité de nou3 taire un rempart de toutes les précautions qu'indique la prudence. Le ciel est encore assez orag...
...gèreté a se croire entièrement à l’abri de la tempête ; aucun voile ne nous cache la malveillance des puissances étrangères, elle est bien authentiquement prouvée par la chaîne des faits que M. Bris-sot a si é...
... aux couleurs nationales, et 1 entrevue de Pilnitz sont un avertissement que leur haine nous a donné, et dont la sagesse nous fait un devoir de profiter. Leur inaction actuelle cache peut-être une dissimulation profonde. On a tâché de nous diviser. Qui sait si l’on n.e veut...
...ire que parce qu’ils ont perdu l’espoir de réussir dans leurs projets. Quant aux é...
... haine et leur bas-sessse, ils accusent la franchise de son acceptation. Feindra-t-on d’ignorer...
Hana^Uet> *DSS*eiet ia .^ède désarment, que dans les Pays-Bas les émigrés ne reçoivent d’autres secours que ceux de l’hospitalité. Croyez surtout, Messieurs, que les rois ne sont pas sans inquiétudes. Ils savent qu’il n’y a pas de Pyré-nees pour 1 esprit philosophique qui vous a rendu la liberté: ils frémiraient d’envoyer leurs soldats sur une terre encore brûlante de ce feu sacré-ils tremberaient qu’un jour de bataille ne fît deux armees ennemies un peuple de frères. (Applaudissements.) Mais si enfin il fallait mesurer ses forces et son courage, nous nous souviendrions que quelques milliers de Grecs combattant pour la liberté triomphèrent d’un million de Perses ; et combattant pour la même cause avec le même courage, nous aurions l’espérance d’obtenir le même triomphe. Mais quelque rassuré que je sois sur les événements que nous ache l’avenir, je n’en sens pas moins la nécessité de nou3 taire un rempart de toutes les précautions qu'indique la prudence. Le ciel est encore assez orageux pour qu’il n’y ait pas une grande légèreté a se croire entièrement à l’abri de la tempête ; aucun voile ne nous cache la malveillance des puissances étrangères, elle est bien authentiquement prouvée par la chaîne des faits que M. Bris-sot a si énergiquement développés dans son discours. Les outrages laits aux couleurs nationales, et 1 entrevue de Pilnitz sont un avertissement que leur haine nous a donné, et dont la sagesse nous fait un devoir de profiter. Leur inaction actuelle cache peut-être une dissimulation profonde. On a tâché de nous diviser. Qui sait si l’on n.e veut pas nous inspirer une dangereuse sécurité? Je ne crains rien, mais j’aime a me précautionner contre ceux qui n’ont renoncé à me nuire que parce qu’ils ont perdu l’espoir de réussir dans leurs projets. Quant aux émigrés, feindrait-on d ignorer qu’ils calomnient tous les jours Louis XVI, et que dans toutes les cours d’Allemagne, où ils promènent leur haine et leur bas-sessse, ils accusent la franchise de son acceptation. Feindra-t-on d’ignorer que c’est par ces propos perfides qu’ils entretiennent les puissances étrangère...
Locuteur: Vergniaud
D’ailleurs l’acceptation de l’acte constitutionnel par le roi paraî... D’ailleurs l’acceptation de l’acte constitutionnel par le roi paraît avoir dérangé toutes les combinaisons hostiles. Les dernières nouvelles annon-

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 402
Locuteur: Vergniaud
...mbinaison réfléchie et sans un concours de mesures bien préparées, qu’une fouled’h...
...ussi figurer dans les cours séditieuses de Worms et de Coblentz ? serait-ce par excès de bienveillance qu’on tâche de désorganiser notre armée, qu’on provoque à la désertion et les officiers et les solda...
...ite à voler les caisses et les drapeaux de leurs régiments, et qu’à leur arrivée o...
...s bras comme aux plus loyaux défenseurs de l’honneur de la noblesse ? Aura-t-on l’impudeur de vouloir nous persuader que la présence des Bourbons à Pilnitz est un témoignage de leur dévouement à la France? Non, non, il n’est plus le temp...
...pouvait engager à dissimuler les crimes de nos ennemis. Ils ont refusé le pardon q...
...res, attirer en Allemagne vos munitions de guerre, recruter dans votre sein des ho...
... haine, et brûlent, comme eux, du désir de la vengeance. C’est du sein de cette coalition fatale que sortent et s...
...mes sans caractère, qui voient toujours la justice du côté de la force, plongentles bons citoyens dans u...
...cesse le crédit public par le mouvement de fluctuation qu’ils impriment à l’Empire...
...s traîtres, ils en sont accueillis comme des amis fidèles? Serait-ce sans une combinaison réfléchie et sans un concours de mesures bien préparées, qu’une fouled’hommes également tourmentés, et par le sentiment d’une imbécile fatuité, et par u...
...ssurément les moyens d’entreprendre un grand voyage, ont voulu cependant aller aussi figurer dans les cours séditieuses de Worms et de Coblentz ? serait-ce par excès de bienveillance qu’on tâche de désorganiser notre armée, qu’on provoque à la désertion et les officiers et les soldats, qu’on les excite à voler les caisses et les drapeaux de leurs régiments, et qu’à leur arrivée on leur tend les bras comme aux plus loyaux défenseurs de l’honneur de la noblesse ? Aura-t-on l’impudeur de vouloir nous persuader que la présence des Bourbons à Pilnitz est un témoignage de leur dévouement à la France? Non, non, il n’est plus le temps où une clémence magnanime pouvait engager à dissimuler les crimes de nos ennemis. Ils ont refusé le pardon qu’on leur offrait; eh bien ! livrons-les aux peines qu’ils onttrop méritées: rendons-leur enfin haine pour haine. Voyez-les s’agiter en tous sens sur vos frontières, attirer en Allemagne vos munitions de guerre, recruter dans votre sein des hommes, des chevaux; pomper, ou du moins faire enfouir votre numéraire par les ter...
... l’intérieur du royaume avec des prêtres turbulents et avides qui partagent leur haine, et brûlent, comme eux, du désir de la vengeance. C’est du sein de cette coalition fatale que sortent et se répandent dans les campagnes les haines, les divisions, les insurrections et l...
...itieux qui ont épousé leurs querelles, rallient par crainte à leur parti les hommes sans caractère, qui voient toujours la justice du côté de la force, plongentles bons citoyens dans une incertitude pénible, et fatiguent sans cesse le crédit public par le mouvement de fluctuation qu’ils impriment à l’Empire.
Locuteur: Vergniaud
...j’entends une voix qui s’écrie : où est la preuve légale des faits que vous avancez? Quand vous la produirez il sera temps de punir les coupables. 0 vous, qui tenez ce langage, que n’étiez-vous dans le sénat de Rome, lorsque Ci-céron dénonça la conjuration de Catilina, vous lui auriez demandé aussi la preuve légale I J’imagine que l’orateur...
...t vous et Catilina auriez régné sur ses ruines. Des preuves légales ! vous ignorez donc que telle est la démence de ces nouveaux conjurés, qu’ils tirent même vanité de leurs complots. Lisez cette protestation contre l’acceptation du roi, où l’on insulte la nation avec tant d’audace : rappelez-vous l’insolente détention de M. Duveyrier et la déclaration de Pilnitz, ou plutôt démentez l’Europe en...
...doute, mais qui livrera au pillage et à la mort vos départements frontières et leu...
Ici, j’entends une voix qui s’écrie : où est la preuve légale des faits que vous avancez? Quand vous la produirez il sera temps de punir les coupables. 0 vous, qui tenez ce langage, que n’étiez-vous dans le sénat de Rome, lorsque Ci-céron dénonça la conjuration de Catilina, vous lui auriez demandé aussi la preuve légale I J’imagine que l’orateur romain eût été confondu par l’éloquence d’une aussi sublime observation. Rome aurait été pillée; et vous et Catilina auriez régné sur ses ruines. Des preuves légales ! vous ignorez donc que telle est la démence de ces nouveaux conjurés, qu’ils tirent même vanité de leurs complots. Lisez cette protestation contre l’acceptation du roi, où l’on insulte la nation avec tant d’audace : rappelez-vous l’insolente détention de M. Duveyrier et la déclaration de Pilnitz, ou plutôt démentez l’Europe entière. Attendez une invasion que votre courage repoussera sans doute, mais qui livrera au pillage et à la mort vos départements frontières et leurs infortunés habitants. Des preuves légales

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 404
...droits naturels et civils, garantis par la Constitution : mais comme la liberté ne consiste qu’à pouvoir faire tout ce qui ne nuit ni aux droits d’autrui ni à la [sûreté pu- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Collection des a... ...ra faire aucunes lois qui portent atteinte et mettent obstacle à l’exercice des droits naturels et civils, garantis par la Constitution : mais comme la liberté ne consiste qu’à pouvoir faire tout ce qui ne nuit ni aux droits d’autrui ni à la [sûreté pu- (1) Bibliothèque de la Chambre des députés. — Collection des affaires du temps, tome CXXYIJI, n° 12.

Séance du mardi 25 octobre 1791, au matin

page 405
...ent permises dans les temps ordinaires, la maxime est si évidente que ce n était pas la peine de perdre des moments précieux à l’établir...
... juger en Angleterre les effets heureux de la liberté? Est-ce bien sérieusement qu’on...
...s apportera ensuite comme un tribut? Si la maxime générale sur les émigrations est...
...l est des circonstances où l’on suspend la loi tutélaire comme sous le nom d'Habeas corpus. En Fiance même, on a créé la loi martiale. Voyons donc si nous somme...
Que les émigrations soient permises dans les temps ordinaires, la maxime est si évidente que ce n était pas la peine de perdre des moments précieux à l’établir. Mais est-ce bien sérieusement qu’on veut confondre les émigrants français avec ce voyageur paisible qui va contempler en Italie les prodiges des arts, ou juger en Angleterre les effets heureux de la liberté? Est-ce bien sérieusement qu’on veut confondre ces hommes qui vont dans une ville obscure d’Allemagne, rallier ...
... par ses relations et son industrie, conquérir des richesses nouvelles qu’il nous apportera ensuite comme un tribut? Si la maxime générale sur les émigrations est certaine, il n’est pas moins certain que des remèdes extrêmes sont permis quand les maux sont extrêmes. A Rome, on créait quelquefois un dictateur. En Angleterre, il est des circonstances où l’on suspend la loi tutélaire comme sous le nom d'Habeas corpus. En Fiance même, on a créé la loi martiale. Voyons donc si nous sommes dans une situation politique qui (1) Esprit des lois, Iiv. XII, chap. XIX.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

- search term matches: (20)

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 413
Locuteur: Jagot
député de l’Ain, prête le serment personnel prescrit par la Constitution. député de l’Ain, prête le serment personnel prescrit par la Constitution.
Locuteur: Merlin
a la parole au sujet des élections des prêtres assermentés dans le district de Thionville. a la parole au sujet des élections des prêtres assermentés dans le district de Thionville.
Locuteur: Merlin
M. Merlin. Lorsqu’àMetz, ou mois de septembre dernier, le corps électoral du département de la Moselle était occupé à donner des repré...
...ple français, les électeurs du district de Thionville reçurent individuellement une lettre du procureur syndic du district de cette ville, qui leur désignait la quantité des cures qu ils auraient à donner, et qui les invitait à venir de suite nommer à l’administration de district, puis au remplacement des curés non assermentés. En conformité de cette convocation, les électeurs se rendirent à Thionville le 19 du même mois de septembre, et s’y préparaient à remplac...
...rsque le procureur syndic, en apportant la liste de ces curés, observa que la loi voulait que ces sortes d’élections se fissent un jour de dimanche, à l’is-sde de la messe ; en conséquence, le corps électo...
M. Merlin. Lorsqu’àMetz, ou mois de septembre dernier, le corps électoral du département de la Moselle était occupé à donner des représentants au peuple français, les électeurs du district de Thionville reçurent individuellement une lettre du procureur syndic du district de cette ville, qui leur désignait la quantité des cures qu ils auraient à donner, et qui les invitait à venir de suite nommer à l’administration de district, puis au remplacement des curés non assermentés. En conformité de cette convocation, les électeurs se rendirent à Thionville le 19 du même mois de septembre, et s’y préparaient à remplacer les curés non assermentés, lorsque le procureur syndic, en apportant la liste de ces curés, observa que la loi voulait que ces sortes d’élections se fissent un jour de dimanche, à l’is-sde de la messe ; en conséquence, le corps électoral, après avoir remplacé les administrateurs du directoire du district, s’ajour...
Locuteur: Merlin
... retenait l'ajournement a ce jour. Plus de 30 curés furent nommés, institués bient...
...aient déjà meubles, et tous jouissaient de la confiance du plus grand nombre; les nouveaux curés de Thion-yille et Garsch entre autres, étaient chéris de leurs paroissiens; lorsque le directoire du département de la Moselle, sur la demande de deux cures, non assermentés au moment actuel, MM. Juvinget Lapierre, chefs de la ligue sacerdotale anticonstitutionnelle...
...t les vœux du district, et avait ramené la paix que ces malheureux prêtres avaient su bannir de cette frontière intéressante : de prétendus défauts de formes sont ses motifs. Je transcris son arrêté du 21 de ce mois :
...r, et l on procéda aux élections après avoir donné lecture d u procès-verbal qui retenait l'ajournement a ce jour. Plus de 30 curés furent nommés, institués bientôt après par l’évêque, et légalement mis en possession. Plusieurs étaient déjà meubles, et tous jouissaient de la confiance du plus grand nombre; les nouveaux curés de Thion-yille et Garsch entre autres, étaient chéris de leurs paroissiens; lorsque le directoire du département de la Moselle, sur la demande de deux cures, non assermentés au moment actuel, MM. Juvinget Lapierre, chefs de la ligue sacerdotale anticonstitutionnelle, sans avis du directoire du district, cassa cette élection qui comblait les vœux du district, et avait ramené la paix que ces malheureux prêtres avaient su bannir de cette frontière intéressante : de prétendus défauts de formes sont ses motifs. Je transcris son arrêté du 21 de ce mois :
Locuteur: Merlin
« Considérant que, suivant la Constitution française, les fonctions d...
...lections laites, sans pouvoir se former de nouveau, que lorsqu elles sont convoqué...
...uées à chacune des élections par lettre de convocation du procureur syndic, dans l...
...u procureur général syndic, dans le cas de la réunion des électeurs du département, e...
« Considérant que, suivant la Constitution française, les fonctions des assemblées primaires et électorales se bornent à élire, et qu’elles doivent se séparer aussitôt après les élections laites, sans pouvoir se former de nouveau, que lorsqu elles sont convoquées, si ce n’est dans les deux cas qu’elle prévoit : que les opérations d’un corps électoral doivent être indiquées à chacune des élections par lettre de convocation du procureur syndic, dans le cas du rassemblement des électeurs d’un district; par lettre du procureur général syndic, dans le cas de la réunion des électeurs du département, et qu’il ne peut s’occuper que des., élections qui lui sont désignées par ladite ...
Locuteur: Merlin
....iquejrassemblée électorale du district de Thionville s est écartée des principes constitutionnels en s’ajournant, de son autorité du 19 septembre au 25, et ...
...pas été convoquée, nue d’un autre coté, la loi du 18 mars accordant aux fonctionnaires publics la faculté d’être admis au serment jusqu’au commencement du scrutin il était de toute justice de les prévenir;
+ .\Gonsidué.rant.iquejrassemblée électorale du district de Thionville s est écartée des principes constitutionnels en s’ajournant, de son autorité du 19 septembre au 25, et en procédant ledit ’jour au remplacement des curés non conformistes pour lequel elle n’avait pas été convoquée, nue d’un autre coté, la loi du 18 mars accordant aux fonctionnaires publics la faculté d’être admis au serment jusqu’au commencement du scrutin il était de toute justice de les prévenir;
Locuteur: Merlin
Considérant en outre que ces formes de rigueur ne pouvaient être suppléées par...
... district, qu’en se conformant à ce que la loi;exige dans cette partie, ce n’était pas 1 état des cures vacantes, mais la liste certifiée des curés non-conformis...
...démission et ne 1 est pas par le défaut de prestation du serment du fonctionnaire ...
Considérant en outre que ces formes de rigueur ne pouvaient être suppléées par l’avis donné au corps électoral, pendant sa réunion, des cures vacantes dans ce district, qu’en se conformant à ce que la loi;exige dans cette partie, ce n’était pas 1 état des cures vacantes, mais la liste certifiée des curés non-conformistes qui devait être fournie audit corps électoral, attendu qu’une cure n est vacante que par mort ou par démission et ne 1 est pas par le défaut de prestation du serment du fonctionnaire public...
Locuteur: Merlin
...e prononce pas, les é teurs, que l’on a de la peine à rassembler une fois, seront de nouveau convoqués ; et les prêtres asse...
... les opposant les uns aux autres en peu de mots, i’en démontrerai la futilité jusqu’à l’évidence.
Ainsi, si l’Assemblée ne prononce pas, les é teurs, que l’on a de la peine à rassembler une fois, seront de nouveau convoqués ; et les prêtres assermentés qui sont nommés, institués en en possession et installés, vont devenir l...
...e ; je ne veux pas lui en prêter d’autres que ceux dont j’ai rendu compte: et en les opposant les uns aux autres en peu de mots, i’en démontrerai la futilité jusqu’à l’évidence.
Locuteur: Merlin
Ainsi, et depuis le mois de mai que la loi avait été promulguée, les non asser... Ainsi, et depuis le mois de mai que la loi avait été promulguée, les non assermentés avaient connaissance qu’ils seraient remplacés, remarquez qu’ils ne le fu...
Locuteur: Merlin
...fs, que le procureur syndic du district de Thionville a convoqué le corps électora...
...orps électoral ne devait pas s ajourner de son autorité, il devait attendre une deuxième convocation. La loi voulait que l’on ne pût nommer aux cures qu’un jour de dimanche. La première réunion s’est faite le lundi, et c’est en continuité de ses opérations que le corps électoral s...
...nche suivant. Rappelez-vous, Messieurs, la lettre du procureur syndic et la liste qu’il envoya aux électeurs, et vo...
dans ces motifs, que le procureur syndic du district de Thionville a convoqué le corps électoral; mais, dit-on, le corps électoral ne devait pas s ajourner de son autorité, il devait attendre une deuxième convocation. La loi voulait que l’on ne pût nommer aux cures qu’un jour de dimanche. La première réunion s’est faite le lundi, et c’est en continuité de ses opérations que le corps électoral s’est ajourné au dimanche suivant. Rappelez-vous, Messieurs, la lettre du procureur syndic et la liste qu’il envoya aux électeurs, et vous ne douterez plus que le corps1 électoral ait été convoqué.
Locuteur: Merlin
« Sur le rapport d’une pétition de MM. Juving et Lapierre contenant opposi... « Sur le rapport d’une pétition de MM. Juving et Lapierre contenant opposition à leur remplacement, le directoire du département, ouï et ce requérant le p...
Locuteur: Merlin
continuant la lecture qui peut continuant la lecture qui peut
Locuteur: Merlin
...stes par le corps électoral du district de Thionville; arrête, etc. ...quence nulles toutes les élections faites en remplacement des curés non-conformistes par le corps électoral du district de Thionville; arrête, etc.
PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL. PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL.
La séance est ouverte à neuf heures du mat... La séance est ouverte à neuf heures du matin.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 414
Locuteur: Merlin
pérer. La justice la plus rigoureuse maintiendrait ces pretres, amis de la loi, dans leurs fonctions; plusieurs ayaut déjà fait de grandes dépenses dont il faudrait leur ... pérer. La justice la plus rigoureuse maintiendrait ces pretres, amis de la loi, dans leurs fonctions; plusieurs ayaut déjà fait de grandes dépenses dont il faudrait leur faire état.
Locuteur: Merlin
...ement mention d’avis du district, quand la loi l exige impérieusement, d’argumenter de formes pour troubler la paix. ... en ouire qu’il vamal à des administrateurs qui, dans leur arrêté, ne font aucunement mention d’avis du district, quand la loi l exige impérieusement, d’argumenter de formes pour troubler la paix.
Locuteur: Merlin
Ainsi, au nom de ces nouveaux curés investis de 1 estime publique, au nom de la députation qui m a chargé de vous faire ce rapport, au nom de 1 équité dont je ne saurai jamais m’écarter, je vous propose de décréter le renvoi de l’affaire a votre comité des pétitions, qui sera chargé de vous en rendre compte, et que provisoir...
...mmés par le corps électoral du district de Tiiionville, les 25 et 26 septembre dernier, demeureront en possession de leur état.
Ainsi, au nom de ces nouveaux curés investis de 1 estime publique, au nom de la députation qui m a chargé de vous faire ce rapport, au nom de 1 équité dont je ne saurai jamais m’écarter, je vous propose de décréter le renvoi de l’affaire a votre comité des pétitions, qui sera chargé de vous en rendre compte, et que provisoirement les nouveaux curés nommés par le corps électoral du district de Tiiionville, les 25 et 26 septembre dernier, demeureront en possession de leur état.
Locuteur: Merlin
Plusieurs membres appuient la demande de renvoi au pouvoir exécutif. Plusieurs membres appuient la demande de renvoi au pouvoir exécutif.
Locuteur: Delacroix
...expressément aux assemblées électorales de s’ajourner pour continuer leurs opérati...
...tes a cet égard. Le droit d’interpréter la loi appartenant exclusivement au Corps législatif lui seul doit connaître de cette affaire. Je proposé d adopter le ...
Aucune loi ne défend expressément aux assemblées électorales de s’ajourner pour continuer leurs opérations. Il s’agit donc dinterpréter ou détendre le sens des lois déjà laites a cet égard. Le droit d’interpréter la loi appartenant exclusivement au Corps législatif lui seul doit connaître de cette affaire. Je proposé d adopter le provisoire demandé par M. Merlin et d ordonner le renvoi à un comité.
Locuteur: Delacroix
sonZmé™™11™dema"denl (lue la discussion (L’Assemblée ferme la discussion et anrès ^Mérita) 1,urgence’décrète la Proposition de sonZmé™™11™dema"denl (lue la discussion (L’Assemblée ferme la discussion et anrès ^Mérita) 1,urgence’décrète la Proposition de
Locuteur: Delacroix
...ssemblée nationale, sur le rapport d’un de ses membres, et vu l’arrêté du directoire du département de la Moselle, du 12 de ce mois portant cassation des élections...
...és par le corps électoral ri., district de Thionville, après avoifrendu Valablemen...
« L Assemblée nationale, sur le rapport d’un de ses membres, et vu l’arrêté du directoire du département de la Moselle, du 12 de ce mois portant cassation des élections des prêtref assermentés, nommés par le corps électoral ri., district de Thionville, après avoifrendu Valablement le décret d’urgence
Locuteur: Delacroix
en possession de leur état; déclare en outre que conformément à l’article 7 de la section III chapitre III, titre III de l’acte constitutionnel le présent décret n a pas besoin de sanction. » 1 en possession de leur état; déclare en outre que conformément à l’article 7 de la section III chapitre III, titre III de l’acte constitutionnel le présent décret n a pas besoin de sanction. » 1
Locuteur: Delacroix
Un membre demande la parole au sujet des assignats de 5 livres.11 s’exprime comme suit ; L Assemblée nationale constituante a décrété la fabrication de 100 millions d’assignats de 5 livres, mais elle n’en a point ordonné l’émission. Cependant, Messieurs, la disparition du Un membre demande la parole au sujet des assignats de 5 livres.11 s’exprime comme suit ; L Assemblée nationale constituante a décrété la fabrication de 100 millions d’assignats de 5 livres, mais elle n’en a point ordonné l’émission. Cependant, Messieurs, la disparition du
Locuteur: Delacroix
...es. Peut-etre meme trouverez-vous utile de décréter une émission nouvellede ce papier. J’ai l’honneur de vous proposer le projet de décret suivant: « L Assemblée nationale, considérant que de fabrication des assignats de 5 livres dépend l’activité des manufact...
... circulation facile et prompte ramènera la confiance, décrète l’émission des 100 millions d assignats de 5 livres décrétés pa
tesDpeutPê0tremômie/ l6S opérations commerciales. Peut-etre meme trouverez-vous utile de décréter une émission nouvellede ce papier. J’ai l’honneur de vous proposer le projet de décret suivant: « L Assemblée nationale, considérant que de fabrication des assignats de 5 livres dépend l’activité des manufactures et du commerce en général, qu une circulation facile et prompte ramènera la confiance, décrète l’émission des 100 millions d assignats de 5 livres décrétés pa
Locuteur: Albitte
(L Assemblée adopte la motion de M. Aibitte.) (L Assemblée adopte la motion de M. Aibitte.)
Locuteur: Albitte
1 ordre alphabétique de la liste. 1 ordre alphabétique de la liste.
Locuteur: Albitte
... ces renouvellements Plusieurs articles de la loi du ...ont s’ouvrir incessamment. Sous un moïc, I on va procéder dans le royaume à tous ces renouvellements Plusieurs articles de la loi du
Locuteur: Albitte
endroits. La question est de savoir si un maire, m municipal, ou le procureur syndic de la commune, sortant de leurs fonctions res-fmfplbS’ 5eupent être réélus pour remplir les W i de 1 upe °.u 1 autre Place. Si l’on con-diver« *a ™!iniclPallté comme composée de ces diveis fonctionnaires, de telle sorte que chacun puisse etre rega...
...les. J’adopte cette maniéré d envisager la question. En effet, la loi
endroits. La question est de savoir si un maire, m municipal, ou le procureur syndic de la commune, sortant de leurs fonctions res-fmfplbS’ 5eupent être réélus pour remplir les W i de 1 upe °.u 1 autre Place. Si l’on con-diver« *a ™!iniclPallté comme composée de ces diveis fonctionnaires, de telle sorte que chacun puisse etre regardé comme officier municipal, nfè?P/’°n -paS rééligibles. J’adopte cette maniéré d envisager la question. En effet, la loi
Locuteur: Albitte
...nstififlinn Rn fami!les> COl)tre Esprit de la Lonstitution. En conséquence, levous propose le projet de décret suivant : P^pose le fonstififlinn Rn fami!les> COl)tre Esprit de la Lonstitution. En conséquence, levous propose le projet de décret suivant : P^pose le
Locuteur: Albitte
... les communes ou ils sont autorisés par la meme loi, sont membres des municipalité...
...8 Pia^s ci"dessus désignées, crites par la kiif. e‘ daPrèsles formes près-Un membre appuie ce projet de décret.
danaSpf COmmUneVainSi *ïUe leS Substituts dans les communes ou ils sont autorisés par la meme loi, sont membres des municipalités, et consequemment ne peuvent être respectivement mi^inràQ1pC?ne n8 Pia^s ci"dessus désignées, crites par la kiif. e‘ daPrèsles formes près-Un membre appuie ce projet de décret.
Locuteur: Merlin
... : Le Corps législatif n’a pas le droit de casser ainsi les arrêtés des départemen... Un membre : Le Corps législatif n’a pas le droit de casser ainsi les arrêtés des départements. Ils doivent etre renvoyés au pouvoir exécutif; et l Assemblée ne peut en con...
Locuteur: Delacroix
Plusieurs membres demandent la parole. Plusieurs membres demandent la parole.
Locuteur: Delacroix
...l soit dit que ce décret n a pas besoin de sanction, conformément aux articles con... ' Un membre : Je demande qu’il soit dit que ce décret n a pas besoin de sanction, conformément aux articles constitutionnels.
Locuteur: Delacroix
Décrète le renvoi de l’affaire à son comité des pétitions, e...
...és nommes par les électeurs du district de Thinn
Décrète le renvoi de l’affaire à son comité des pétitions, et décrété que provisoirement les curés nommes par les électeurs du district de Thinn
Locuteur: Delacroix
travaux. Il est nécessaire de le remplacer et nous avons absolument besoin de ces S as- travaux. Il est nécessaire de le remplacer et nous avons absolument besoin de ces S as-
Locuteur: Delacroix
...s Haes ?*otlfs m engagent à faire cette de- nè?pU'ip7mS-fComi-té des assigQals et monnaies Haes ?*otlfs m engagent à faire cette de-
Locuteur: Albitte
Il est important de ne pas faire de lois contradictoires. Je remarque que c... Il est important de ne pas faire de lois contradictoires. Je remarque que chacun les interprète a sa manière. Je voudrais qu’à
Locuteur: Albitte
Parlement de,A°Uî .les»sénats, et notamment du Parlement de,A°Uî .les»sénats, et notamment du
Locuteur: Albitte
...és s’oppose à cette 2?™? ln pror?8at,on de fonctions. S’il en était «imnîa ?rffera... lr!?aHnISatIûn ûesr municipalités s’oppose à cette 2?™? ln pror?8at,on de fonctions. S’il en était «imnîa ?rffera alternativement d’un maire un mS pi iC16r milin.lclpa1’ on le ferait ensuite Sn...
Locuteur: Albitte
d.,%LsAft2p^Lée DÆnale’ instmite que la loi du 28 décembre 1789, sur la constitution des municipalités, est div... d.,%LsAft2p^Lée DÆnale’ instmite que la loi du 28 décembre 1789, sur la constitution des municipalités, est diversement interprétée dans mip fii l communautés du royaume, décrète rpms h namre...

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 415
Locuteur: Albitte
...royaume où l’on ne trouverait pas assez de citoyens pour remplacer les officiers municipaux sortants. L’inconvénient de la multiplicité des municipalités est reconnu. J’en sollicite la réduction et je demande l’ajournement de la motion proposée jusqu’à ce que l’on ait rendu une décision sur la réduction des municipalités. le royaume où l’on ne trouverait pas assez de citoyens pour remplacer les officiers municipaux sortants. L’inconvénient de la multiplicité des municipalités est reconnu. J’en sollicite la réduction et je demande l’ajournement de la motion proposée jusqu’à ce que l’on ait rendu une décision sur la réduction des municipalités.
Locuteur: Albitte
(L’Assemblée renvoie la proposition au comité de division pour en faire le rapport inces... (L’Assemblée renvoie la proposition au comité de division pour en faire le rapport incessamment.)
Locuteur: Le Président
Un grand nombre de citoyens de Paris prétendent être vexés par la municipalité ; ils demandent àêtre admis à la barre pour présenter une pétition. Un grand nombre de citoyens de Paris prétendent être vexés par la municipalité ; ils demandent àêtre admis à la barre pour présenter une pétition.
Locuteur: Ducos
...une des séances précédentes, une motion de M.Garran-de-Coulon, tendant à ce qu’il soit fait un...
...ommuniquer à l’Assemblée leurs vues sur la législation, sur le perfectionnement de...
Il a été décrété, dans une des séances précédentes, une motion de M.Garran-de-Coulon, tendant à ce qu’il soit fait une adresse à tous les citoyens et même aux étrangers, pour les inviter à communiquer à l’Assemblée leurs vues sur la législation, sur le perfectionnement des lois et sur l’afiministration en général. Je demande qu’il soit nommé des comm...
Locuteur: Ducos
(L’Assemblée décide que le comité de législation sera chargé de la rédaction de l’adresse). (L’Assemblée décide que le comité de législation sera chargé de la rédaction de l’adresse).
Locuteur: Clémenceau
J’observe qu’aux termes de la loi, la colonie de Saint-Domingue peut envoyer des députés...
...législatif. Or deux députés du quartier de Jérémie ont présenté leurs pouvoirs à l’archiviste, M. Camus, qui a refusé de les enregistrer.
J’observe qu’aux termes de la loi, la colonie de Saint-Domingue peut envoyer des députés au Corps législatif. Or deux députés du quartier de Jérémie ont présenté leurs pouvoirs à l’archiviste, M. Camus, qui a refusé de les enregistrer.
Locuteur: Clémenceau
...t il a eu raison ? Il ne peut pas juger de la validité des procès-verbaux. Je demande... Comment il a eu raison ? Il ne peut pas juger de la validité des procès-verbaux. Je demande qu’ils soient renvovés au comité colonial. -
Locuteur: Casamajor
...qui se commettent tous les jours contre la Constitution, des invectives qupn lui a...
...s prêtres non assermentés. On le menace de l’écorcher vif de le faire mourir sous le bâton, de l’immoler meme aux pieds des autels. Il n’accuse point la municipalité, mais il lui a communiqué ...
...e ceux qui se plaignent. On empêche que la messe paroissiale soit sonnée. Les prêt...
...rocessions solennelles. Les tambours et la garde nationale les précèdent comme en ...
Il s’y plaint des attentats qui se commettent tous les jours contre la Constitution, des invectives qupn lui adresse et des persécutions qu’il éprouvé journellement à l’instigation des prêtres non assermentés. On le menace de l’écorcher vif de le faire mourir sous le bâton, de l’immoler meme aux pieds des autels. Il n’accuse point la municipalité, mais il lui a communiqué ses griefs et elle paraît disposée à ne punir que ceux qui se plaignent. On empêche que la messe paroissiale soit sonnée. Les prêtres non assermentés ront aussitôt des processions solennelles. Les tambours et la garde nationale les précèdent comme en triomphe, et semblent ainsi braver l’Assem-blee nationale.
Locuteur: Casamajor
(L’Assemblée décrète que la lecture de la lettre sera continuée.) (L’Assemblée décrète que la lecture de la lettre sera continuée.)
Locuteur: Casamajor
Le même membre, député du Puy-de-Dôme, continue la lecture. Le même membre, député du Puy-de-Dôme, continue la lecture.
Locuteur: Casamajor
... demande, pour les prêtres assermentés, la permission de se retirer, si l’on n’éloigne ceux qui ... Le curé demande, pour les prêtres assermentés, la permission de se retirer, si l’on n’éloigne ceux qui nont pas prêté le serment. Il faut que l’un des deux partis triomphe et rien ne ...
Locuteur: Delacroix
... nationale, conformément à l’article 10 de la loi du 29 septembre dernier, que sa majesté a nomme a,ux cinq places de commissaires de la conservation générale forestière, MM. Geoffrov Débonnaire de Forges, Boucault, Gilbert des Mo-lieres... « Le roi m’ordonne d’informer l’Assemblée nationale, conformément à l’article 10 de la loi du 29 septembre dernier, que sa majesté a nomme a,ux cinq places de commissaires de la conservation générale forestière, MM. Geoffrov Débonnaire de Forges, Boucault, Gilbert des Mo-lieres et Desjobert,
Locuteur: Delacroix
Un de MM. les secrétaires donne lecture d’une lettre de M. Amelot, commissaire du roi, près la caisse de l\Extraordinaire, qui annonce qu’il ser...
...ls réunis aux 305 déjà brûlés formeront la somme totale de 312 millions.
Un de MM. les secrétaires donne lecture d’une lettre de M. Amelot, commissaire du roi, près la caisse de l\Extraordinaire, qui annonce qu’il sera brûle le 28 du mois, 7 millions d’assignats, lesquels réunis aux 305 déjà brûlés formeront la somme totale de 312 millions.
Locuteur: Le Président
L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les troubles occasionnés... L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les troubles occasionnés par les prêtres non assermentés.
Locuteur: Albitte
Un membre: J’appelle l’attention de l’Assemblée sur l’organisation des muni... Un membre: J’appelle l’attention de l’Assemblée sur l’organisation des municipalités centrales.
Locuteur: Albitte
Plusieurs membres : Le renvoi au comité de division. Plusieurs membres : Le renvoi au comité de division.
Locuteur: Delacroix
Ils veulent troubler l’ordre et la hiérarchie des pouvoirs, je m’oppose à ... Ils veulent troubler l’ordre et la hiérarchie des pouvoirs, je m’oppose à ce qu’ils soient entendus.
Locuteur: Delacroix
...artement. (L’Assemblée décide le renvoi de leur pétition au directoire du départem... Plusieurs membres : Le reuvoi au département. (L’Assemblée décide le renvoi de leur pétition au directoire du département.)
Locuteur: Le Président
Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité des dé... Voici le résultat du scrutin pour la nomination des membres du comité des décrets. Sont élus :
Locuteur: Ducos
...embre:Se propose d’en charger le comité de législation. Un membre:Se propose d’en charger le comité de législation.
Locuteur: Casamajor
...rete le serment individuel prescrit par la Cons-xii iixio n député des Basses-Pyrénées prete le serment individuel prescrit par la Cons-xii iixio n
Locuteur: Casamajor
Un membre, député du département du Puy-de-Dôme, donne lecture d’une lettre du curé constitutionnel de Cunlhat. Un membre, député du département du Puy-de-Dôme, donne lecture d’une lettre du curé constitutionnel de Cunlhat.
Locuteur: Casamajor
... des partis qui fait eclore cette foule de lettres 1 Un membre : C’est l’intolérance des partis qui fait eclore cette foule de lettres 1
Locuteur: Delacroix
C’est la vérité! C’est la vérité!
Locuteur: Delacroix
... secrétaires donne lecture d’une lettre de M. Tarbé, ministre des contributions pu... / Hn df W' les secrétaires donne lecture d’une lettre de M. Tarbé, ministre des contributions publiques; elle est ainsi conçue :
Locuteur: Delacroix
Un membre demande la parole sur cette nomination. Un membre demande la parole sur cette nomination.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 416
Locuteur: Ducos
(l)0n vient solliciter auprès de l’Assemblée nationale, au nom de Tordre public troublé, au nom de la patrie en péril, une loi répressive des...
...épartements, par le fanatisme turbulent de quel-ues prêtres et la pieuse crédulité du peuple, evez-vous p...
... abstraits et si mal aperçus encore par la multitude, leur développement alarme ta...
...timides ou malveillants, et choque tant de préjugés antiques, que pour éclairer ce...
...u digérées, mais que leur objet seul et la source où je les puise, rendent dignes de quelqu’attention.
(l)0n vient solliciter auprès de l’Assemblée nationale, au nom de Tordre public troublé, au nom de la patrie en péril, une loi répressive des délits commis dans plusieurs départements, par le fanatisme turbulent de quel-ues prêtres et la pieuse crédulité du peuple, evez-vous porter une loi nouvelle sur cet objet et quelle loi pouvez-vous prononcer ? Pour ...
...; mais elles sont du moins délicates à traiter, elles tiennent à des rapports si abstraits et si mal aperçus encore par la multitude, leur développement alarme tant d’esprits timides ou malveillants, et choque tant de préjugés antiques, que pour éclairer cette matière, il faudrait peut-être un long ouvrage. Au lieu d’un livre, Messieurs, je ne puis vous offrir que quelques réflexions trop peu digérées, mais que leur objet seul et la source où je les puise, rendent dignes de quelqu’attention.
Locuteur: Ducos
... sur les prêtres non assermentés louche de très près aux maximes de la liberté des opinions : je dois donc com...
...incipes ; car il faut aller reconnaître la borne quand on veut de la point dépasser. Et qu’on ne dise point que ces principes sacrés, proclamés par la Déclaration des droits de l’homme, n’ont pas besoin d’être reprod...
Une loi quelconque sur les prêtres non assermentés louche de très près aux maximes de la liberté des opinions : je dois donc commencer par en éclaircir et en arrêter les principes ; car il faut aller reconnaître la borne quand on veut de la point dépasser. Et qu’on ne dise point que ces principes sacrés, proclamés par la Déclaration des droits de l’homme, n’ont pas besoin d’être reproduits pour être universellement répandus.
Locuteur: Ducos
La triste épreuve du passé, le récit même ...
...res politiques, semblent à peine sortir de la nuit du seizième par son intolérance et son peu de respect pour la liberté r-eiigieuse. Je ne rappellerai point les scènes de scandale et de cruauté dont nos départements ont été le théâtre, et que les progrès plus marqués de la raison et la surveillance plus éclairée de la police n’ont pu prévenir, ni réprimer d...
...capitale. Mais j’oserai dire qu’au sein de cette Assemblée qui devrait servir d’asile aux principes de la liberté, si l’ignorance et la superstition les exilaient du reste de la France, des motions intolérantes ont été entendues, que de prêtres ont été dénoncés pour avoir bap...
...nt en quelque suite les premières bases de la liberté des opinions.
La triste épreuve du passé, le récit même des événements dont on vous afflige aujourd’hui, attestent trop bien que le plus grand nombre des citoyens, dignes du dix-huitièine siècle pour les lumières politiques, semblent à peine sortir de la nuit du seizième par son intolérance et son peu de respect pour la liberté r-eiigieuse. Je ne rappellerai point les scènes de scandale et de cruauté dont nos départements ont été le théâtre, et que les progrès plus marqués de la raison et la surveillance plus éclairée de la police n’ont pu prévenir, ni réprimer dans cette capitale. Mais j’oserai dire qu’au sein de cette Assemblée qui devrait servir d’asile aux principes de la liberté, si l’ignorance et la superstition les exilaient du reste de la France, des motions intolérantes ont été entendues, que de prêtres ont été dénoncés pour avoir baptisé, marié, enseveli leurs sectateurs, c’est-à-dire accusés du crime d’avoir ex...
...religion. Il faut, Messieurs, prévenir ces funestes erreurs en arrêtant et signant en quelque suite les premières bases de la liberté des opinions.
Locuteur: Ducos
...il ne suffit pas d’ailleurs, Messieurs, de donner des lois à la nation, il faut encore les environner de lumière pour les faire connaître et les faire aimer ; vous voulez parler à la raison et ne prétendez point décréter des articles de foi. ...es les classes du peuplé, et vous devez songer que tout le peuple vous écoute ; il ne suffit pas d’ailleurs, Messieurs, de donner des lois à la nation, il faut encore les environner de lumière pour les faire connaître et les faire aimer ; vous voulez parler à la raison et ne prétendez point décréter des articles de foi.
Locuteur: Ducos
...s. Je considérerai donc rapidement : 1° la liberté des opinions religieuses en gén...
...is ni ne veux envisager ces deux points de discussion, que dans leur rapport avec ...
...’il en était autrement, je m’imposerais la lâche d’un théologien : Dieu et le bon ...
... 1 . Je commencerai par relever un abus de mots, ils sont dangereux sur cette matière. J’entends dire de toutes parts que les opinions religieus...
...; elles étaient libres, Messieurs, sous la verge d’airain du despote, sous le froc...
...nseur royal, et jusque dans les cachots de la Bastille ; elles étaient libres, parce qu’elles avaient la com-cience pour asile, et le silence pour sauvegarde ; seulement il était interdit de les répandre au dehors, et c’est que commençait le ministère des inquisiteurs ; ce n’est donc plus aujourd’hui de la liberté des opinions, mais de la liberté de leur manifestation qu’il s’agit, c’est de leur manifestation seule que peut vouloir parler la Déclaration des droits.
duire nos prédécesseurs. Je considérerai donc rapidement : 1° la liberté des opinions religieuses en général; 2° celte liberté appliquée aux prêtres non assermentés et aux citoyens qui ont embrassé leurdoctrine.il est évident. Messieurs, que je ne puis ni ne veux envisager ces deux points de discussion, que dans leur rapport avec l’association civile; s’il en était autrement, je m’imposerais la lâche d’un théologien : Dieu et le bon sens m’en préservent 1 . Je commencerai par relever un abus de mots, ils sont dangereux sur cette matière. J’entends dire de toutes parts que les opinions religieuses sont libres ; et certes, cette vérité n’offre pas une sublime découverte ; elles étaient libres, Messieurs, sous la verge d’airain du despote, sous le froc du cénobite, sons le ciseau du censeur royal, et jusque dans les cachots de la Bastille ; elles étaient libres, parce qu’elles avaient la com-cience pour asile, et le silence pour sauvegarde ; seulement il était interdit de les répandre au dehors, et c’est que commençait le ministère des inquisiteurs ; ce n’est donc plus aujourd’hui de la liberté des opinions, mais de la liberté de leur manifestation qu’il s’agit, c’est de leur manifestation seule que peut vouloir parler la Déclaration des droits.
Locuteur: Ducos
Tout homme est libre de manifester ses opinions religieuses, et...
...roles, par des écrits et par des actes. La manifestation des opinions religieuses, par un acte quelconque, qui s’adresse à la divinité, constitue essentiellement le ...
...resque toutes les religions connues sur la terre exigent la réunion de leurs sectateurs, pour l’exercice de ce culte ; elles exigent encore une man...
...blique et solennelle qu’elles ordonnent de professer hautement, ce qu’elles ont fa...
...ors on croit combattre et souffrir pour la cause de Dieu, on persécute ou Ton est persécuté ; c’est que commence le fanatisme.
Tout homme est libre de manifester ses opinions religieuses, et cette manifestation peut s’opérer par des paroles, par des écrits et par des actes. La manifestation des opinions religieuses, par un acte quelconque, qui s’adresse à la divinité, constitue essentiellement le culte ; mais remarquez, Messieurs, que presque toutes les religions connues sur la terre exigent la réunion de leurs sectateurs, pour l’exercice de ce culte ; elles exigent encore une manifestation publique et solennelle qu’elles ordonnent de professer hautement, ce qu’elles ont fait reconnaître comme vérités, et qu’elles y obligent surtout lorsqu’un pouvoir q...
...ttre des obstacles à cette manifestation ; alors les consciences s’irritent ; alors on croit combattre et souffrir pour la cause de Dieu, on persécute ou Ton est persécuté ; c’est que commence le fanatisme.
Locuteur: Ducos
...e sont emparées des principales époques de la vie humaine ; elles ont compris dans le...
...ire reconnaître un citoyen comme membre de la société religieuse, servaient encore à constater qu’il était membre de la société civile ; mais toujours est-il v...
...ont partie du culte religieux ; il suit de que tous les culies doivent être permis...
...l’être dans toute leur étendue. Il suit de encore que les cultes touchent sous plu...
...our des rouages étrangers engrénés dans la machine politique, et que de leur nature ils paraissent ressembler à...
...issance, embrassent par degrés le tronc de l’arbre, et finissent par s’enlacer dan...
...udre est donc celui-ci : en établissant la liberté de tous les cultes, comment empêcher qu’aucun d’eux ne devienne partie consiituante de Tordre social ?
Je dis plus, Messieurs, les religions se sont emparées des principales époques de la vie humaine ; elles ont compris dans leur domaine les naissances, les mariages et les décès. Dans le temps d’une religion dominante, les aciesqui servaient à faire reconnaître un citoyen comme membre de la société religieuse, servaient encore à constater qu’il était membre de la société civile ; mais toujours est-il vrai que les cérémonies célébrées, à cause des naissances, des mariages et des morts, font partie du culte religieux ; il suit de que tous les culies doivent être permis, qu’ils doivent être publics et solennels, quand les opinions religieuses ordonnent cette publicité; enfin qu’ils doivent l’être dans toute leur étendue. Il suit de encore que les cultes touchent sous plusieurs rapports à l’ordre social, qu’ils forment jusqu’à ce jour des rouages étrangers engrénés dans la machine politique, et que de leur nature ils paraissent ressembler à ces plantes parasites qui, humbles à leur naissance, embrassent par degrés le tronc de l’arbre, et finissent par s’enlacer dans tous les rameaux. Le problème à résoudre est donc celui-ci : en établissant la liberté de tous les cultes, comment empêcher qu’aucun d’eux ne devienne partie consiituante de Tordre social ?
Locuteur: Ducos
...évident que le culte qui entrerait dans la Constitution de l’Etat ferait éprouver une grande injus... Il est évident que le culte qui entrerait dans la Constitution de l’Etat ferait éprouver une grande injustice à tous les autres.
...s l’avoir adopté, il ne sera plus temps de reculer devant elles ; alors vous verre...
...constituante est restée bien en arrière de ses propos principes, et que l’esprit g...
...ai les principales conséquences ; mais daignez vous souvenir, Messieurs, qu’après l’avoir adopté, il ne sera plus temps de reculer devant elles ; alors vous verrez peut-être avec quelqu’étonnement que l’Assemblée nationale constituante est restée bien en arrière de ses propos principes, et que l’esprit général du peuple est encore plus éloigné du point où l’ont voulu con (1) Bibliot...

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 417
Locuteur: Ducos
...ceinte d immunités, disparut avec celui de la noblesse, et n’insulta plus à J’éga-lite des hom... ine rpdnn^hî6 ® ?u ?/.erSé> retranché dans une redoutable enceinte d immunités, disparut avec celui de la noblesse, et n’insulta plus à J’éga-lite des hommes : sa scandaleuse opulence n’in-
Locuteur: Ducos
La vérité présumée ou démontrée d’un culte ne peut même être un titre pour lui obtenir la preference ; car ce qui m’est démontré ...
...ne l’est pas pour un protestant, et par la même raison le musulman pourrait prétendre a faire écrire en tête de toutes les lois : « il n’est qu un seul...
...parlais comme catholique, je dirais que la diversité des opinions religieuses est un mal ; mais dans le nombre de mes commettants, je compte des réformés...
... même des catholiques qui reconnaissent la constitution civile du clergé, et des catholiques qui ne la reconnaissent pas. Je dois donc me borner à dire que la philosophie regarde comme inévitable la diversité des opinions, puisque même, e...
... idées diverses, et je dois ajouter que la politique juae cette diversité très ava...
...’elle atténue le danger qui résulterait de l’ascendant que prendraient nécessairem...
...e du peuple. Or, Messieurs, est injuste de donner la préférence a un culte quelconque.
La vérité présumée ou démontrée d’un culte ne peut même être un titre pour lui obtenir la preference ; car ce qui m’est démontré à moi catholique, ne l’est pas pour un protestant, et par la même raison le musulman pourrait prétendre a faire écrire en tête de toutes les lois : « il n’est qu un seul Dieu et Mahomet est son prophète. » bans doute, si je parlais comme catholique, je dirais que la diversité des opinions religieuses est un mal ; mais dans le nombre de mes commettants, je compte des réformés, des luthériens et des juifs ; j’y vois même des catholiques qui reconnaissent la constitution civile du clergé, et des catholiques qui ne la reconnaissent pas. Je dois donc me borner à dire que la philosophie regarde comme inévitable la diversité des opinions, puisque même, en employant les mêmes mots, des esprits différents y attachent des idées diverses, et je dois ajouter que la politique juae cette diversité très avantageuse, parce qu’elle atténue le danger qui résulterait de l’ascendant que prendraient nécessairement les ministres d’un seul culte sur une trop grande partie du peuple. Or, Messieurs, est injuste de donner la préférence a un culte quelconque.
Locuteur: Ducos
...même, sous certains rapports, l’intérêt de 1 Etat en sollicite plusieurs ; si la diversité des opinions est impossible à empêcher, et si la manifestation de toute opinion doit être libre, il suit de la que les cultes ne peuvent être l’objet d’une loi, parce qu’elle n’aurait ni la stabilité, ni l’universalité, ni la justice qui forment le caractère de la loi- Dès lors, Messieurs, je crois avoir résolu le problème : séparez de ce qui concerne l’Etat, tout ce qui concerne la religion; assimilez la manifestation des opinions religieuses à la manifestation de toutes les autres ; assimilez les assemblées religieuses à toutes les autres réunions de citoyens ; que toutes les sectes aient la liberté de choisir un évêque ou un iman, un minist...
...s sociétés populaires, par exemple, ont la liberté d’élire dans leur sein un président et des secrétaires; que la loi s adresse toujours au citoyen et ja...
... politique soit absolument indépendante de l’existence religieuse.
Si même, sous certains rapports, l’intérêt de 1 Etat en sollicite plusieurs ; si la diversité des opinions est impossible à empêcher, et si la manifestation de toute opinion doit être libre, il suit de la que les cultes ne peuvent être l’objet d’une loi, parce qu’elle n’aurait ni la stabilité, ni l’universalité, ni la justice qui forment le caractère de la loi- Dès lors, Messieurs, je crois avoir résolu le problème : séparez de ce qui concerne l’Etat, tout ce qui concerne la religion; assimilez la manifestation des opinions religieuses à la manifestation de toutes les autres ; assimilez les assemblées religieuses à toutes les autres réunions de citoyens ; que toutes les sectes aient la liberté de choisir un évêque ou un iman, un ministre ou un rabbin, comme les sociétés populaires, par exemple, ont la liberté d’élire dans leur sein un président et des secrétaires; que la loi s adresse toujours au citoyen et jamais au sectateur d’une religion quelconque ; enfin, que 1 existence civile et politique soit absolument indépendante de l’existence religieuse.
Locuteur: Ducos
Mais, va-t-on répondre, la manifestation des opinions religieuses ...
...Eh bieul n’avez-vous pas alors vos lois de police et votre code pénal? Voilà le ca...
...onstatent le fait, que le juge applique la loi : que vous faut-il de plus ? Et quelle religion pourrait auto...
...e toutes les religions sont fondées sur la même morale, et que cette morale sainte fait la base de vos lois ?
Mais, va-t-on répondre, la manifestation des opinions religieuses peut causer des désordres et dégénérer en délit. Eh bieul n’avez-vous pas alors vos lois de police et votre code pénal? Voilà le catalogue complet des délits et des peines : nulle religion ne peut y ajouter ou en retrancher un seul mot. Que les jurés constatent le fait, que le juge applique la loi : que vous faut-il de plus ? Et quelle religion pourrait autoriser le crime, lorsque toutes les religions sont fondées sur la même morale, et que cette morale sainte fait la base de vos lois ?
Locuteur: Ducos
Ce serait donc une grave erreur de soutenir que la liberté des opinions religieuses peut servir de prétexte au désordre ou à la révolte contre les lois ; cette liberté...
...droits d autrui, et celui qui tenterait de les renverser, tomberait sous la surveillance de la police, comme insensé, ou sous le glaive de la loi, comme criminel.
Ce serait donc une grave erreur de soutenir que la liberté des opinions religieuses peut servir de prétexte au désordre ou à la révolte contre les lois ; cette liberté, comme toutes les autres, trouve ses bornes naturelles dans les droits d autrui, et celui qui tenterait de les renverser, tomberait sous la surveillance de la police, comme insensé, ou sous le glaive de la loi, comme criminel.
Locuteur: Ducos
Je passe maintenant à l’application de ces principes, à la question qui nous occupe ; mais permettez, qu’afin de la mieux poser, j’expose dans un tableau r...
... que vos prédécesseurs ont opérées dans la discipline religieuse. Une religion dom...
... ses oracles, s’emparait des trésors et de la docile soumission des fidèles. Ses ministres, formant un corps séparé du reste de
Je passe maintenant à l’application de ces principes, à la question qui nous occupe ; mais permettez, qu’afin de la mieux poser, j’expose dans un tableau rapide les réformations que vos prédécesseurs ont opérées dans la discipline religieuse. Une religion dominante avait établi son trône en^France ; celui des rois s’abaissait quelquefois...
...s rivales rampaient humiliées à ses pieds : un étranger, qTdfcta ou interprétait ses oracles, s’emparait des trésors et de la docile soumission des fidèles. Ses ministres, formant un corps séparé du reste de
Locuteur: Ducos
...normité même et par l’absurde exemption de toutes les chargesP publiques! étaient dans leurs mains un nouveau moyen de puissance. Car quel peuple résista jamais à la ...trument ou d’é-pouvantail aux despotes. D’immenses richesses, accrues par leur énormité même et par l’absurde exemption de toutes les chargesP publiques! étaient dans leurs mains un nouveau moyen de puissance. Car quel peuple résista jamais à la
Locuteur: Ducos
Tant Shnfnr d° 0 * et de la superstition ? ÏXînoï- I PrÇ>Y,0(ïuaient depuis longtemps l’in-îiïïir îu Philosophe, et la réforme du législateur. L Assemblée nationale parut; la voix de Tant Shnfnr d° 0 * et de la superstition ? ÏXînoï- I PrÇ>Y,0(ïuaient depuis longtemps l’in-îiïïir îu Philosophe, et la réforme du législateur. L Assemblée nationale parut; la voix de
Locuteur: Ducos
...'na’rt«0D?lemp8, étou?ée’ se m entendre de *i ® Ce colosse de Pouvoir et d’orgueil, îEm311 Par,!lgn?rance, et consacré par la véné-!îl ia iih tX- siècles, s;écroula bientôt devant fil Èvl 6 +de conscience fut rendue à tous tmitM8'na’rt«0D?lemp8, étou?ée’ se m entendre de *i ® Ce colosse de Pouvoir et d’orgueil, îEm311 Par,!lgn?rance, et consacré par la véné-!îl ia iih tX- siècles, s;écroula bientôt devant fil Èvl 6 +de conscience fut rendue à tous
Locuteur: Ducos
...oute divine, ne suffisait pas aux chefs de la hiérarchie ecclésiastique ; ils redoutè...
...entôt ils mirent en pratique les leçons de fanatisme dont t t les traditions de leur ordre fournissaient tant d affreux...
...Æ0S,ltl0n’ .que Presque tous agissaient de mauvaise foi, qu ils trompaient sans être trompes, et que leur ignorance a causé moins de maux que leur hypocrisie.
...urs, tous les abu! dis-» ï10 a ^Ue ,a religion, mais cette rJ^lon’ ^te pure et toute divine, ne suffisait pas aux chefs de la hiérarchie ecclésiastique ; ils redoutèrent pour eux-mêmes les maximes évangéliques qu ils prêchaient aux fidèles. Bientôt ils mirent en pratique les leçons de fanatisme dont t t les traditions de leur ordre fournissaient tant d affreux exemples ; car ce n’est point dans leur cour qu’ils trouvèrent cette dernière ressource; j aime à rendre cette justice aux chefs le„!Æ0S,ltl0n’ .que Presque tous agissaient de mauvaise foi, qu ils trompaient sans être trompes, et que leur ignorance a causé moins de maux que leur hypocrisie.
Locuteur: Ducos
...bli, dans le sein du royaume, une sorte de établ 1lS?PTtitieux privilèges, avaient établi, dans le sein du royaume, une sorte de
Locuteur: Ducos
...rotestations insensées, ces expositions de principes ultramontains, et cette nuée de libelles et pamphlets, dernière explosi... Alors on vit naître et fourmiller en France ces protestations insensées, ces expositions de principes ultramontains, et cette nuée de libelles et pamphlets, dernière explosion du volcan théologique. Une résistance combinée avec les agents du pouvoir sou...

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 418
Locuteur: Ducos
tance que de la part de l’intérêt et de l’orgueil, et qu’elle terminerait à la fois toutes ces luttes particulières qui n’auraient cessé de renaître partout où un ministre des autels eût osé abuser de son influence sur le peuple, pour entraver la marche de la Révolution. Et toujours est-il vrai que...
... l’homme le plus versé dans les calculs de l’avenir n’oserait prédire ce qu’il en ...
...eurs trônes, et des prêtres corrompus à la tête de leur troupeau. Cependant, ce qui avait paru si simple et si facile à la philosophie et à la raison devint la cause funeste d’une complication de querelles théologiques; l’astuce fut plus habile que la bonne foi, elle réussit à dénaturer l’o...
...s qu’on pouvait en attendre; l’habitude de jurer sur les paroles d’un maître, cell...
...nts et faibles, dans le piège tendu par de perfides conspirateurs, et on parvint m...
...u parler, et où il lui était impossible de rien entendre. Hélas! ce. peuple retenu...
...l était destiné à en être éternellement la victime, alla se précipiter de nouveau dan3 les fers dont une main bie...
...l se sentit disposé à rejeter les biens de la Révolution, parce que l'on savait lui persuader qu’il les achetait au prix du salut de son âme. Dès lors la scission fut déclarée ; des hommes simples et égarés embrassèrent la doctrine des évêques avec toute la ferveur d’une secte nouvelle ; et ce qu’il y a de plus funeste, c’est que, sans le savoir, ils servirent d’instrument aux ennemis de l’Etat.
tance que de la part de l’intérêt et de l’orgueil, et qu’elle terminerait à la fois toutes ces luttes particulières qui n’auraient cessé de renaître partout où un ministre des autels eût osé abuser de son influence sur le peuple, pour entraver la marche de la Révolution. Et toujours est-il vrai que si nous savons ce qu’il en a coûté pour suivre cette mesure, l’homme le plus versé dans les calculs de l’avenir n’oserait prédire ce qu’il en serait résulté, si nous avions laissé les évêques sur leurs trônes, et des prêtres corrompus à la tête de leur troupeau. Cependant, ce qui avait paru si simple et si facile à la philosophie et à la raison devint la cause funeste d’une complication de querelles théologiques; l’astuce fut plus habile que la bonne foi, elle réussit à dénaturer l’objet du serment, et à détruire en grande partie les salutaires effets qu’on pouvait en attendre; l’habitude de jurer sur les paroles d’un maître, celle d’obéir à une autorité longtemps révérée, entraîna des hommes respecta-i les, mais ignorants et faibles, dans le piège tendu par de perfides conspirateurs, et on parvint même à réduire une partie du peuple à s’engager dans une dispute dont il n’avait jamais entendu parler, et où il lui était impossible de rien entendre. Hélas! ce. peuple retenu dans une ignorance si commode à ses oppresseurs, comme s’il était destiné à en être éternellement la victime, alla se précipiter de nouveau dan3 les fers dont une main bienfaisante avait voulu le délivrer : il se sentit disposé à rejeter les biens de la Révolution, parce que l'on savait lui persuader qu’il les achetait au prix du salut de son âme. Dès lors la scission fut déclarée ; des hommes simples et égarés embrassèrent la doctrine des évêques avec toute la ferveur d’une secte nouvelle ; et ce qu’il y a de plus funeste, c’est que, sans le savoir, ils servirent d’instrument aux ennemis de l’Etat.
Locuteur: Ducos
On peut voir maintenant le point de la difficulté, ce n’est pas parce que les prêtres non assermentés refusent de reconnaître la Constitution civile du clergé qu’ils so...
...t l’aversion pour un culte régénéré par la loi avec l’éloignement pour la Constitution ; cette Constitution a tel...
... pour citer le rapport des commissaires de la Vendée, ceux qui se dispensent de tous leurs devoirs de citoyen, en allant à la messe du prêtre constitutionnel, sont l...
... les aristocrates, s’ils ont le malheur de préférer la messe du non-conformiste. De la, ce que la saine politique avait si fort à cœur d ...
...ant en querelles, en haines politiques, la Iacilité d armer le peuple contre son p...
...riomphe qui se prépare pour les ennemis de la Révolution, s’ils peuvent canoniser d’a...
On peut voir maintenant le point de la difficulté, ce n’est pas parce que les prêtres non assermentés refusent de reconnaître la Constitution civile du clergé qu’ils sont dangereux; c’est parce qu’ils sont parvenus à faire confondre aux esprits faibles les opinions religieuses avec les opinions politiques, et l’aversion pour un culte régénéré par la loi avec l’éloignement pour la Constitution ; cette Constitution a tellement égaré 1 opinion dans quelques départements que, pour citer le rapport des commissaires de la Vendée, ceux qui se dispensent de tous leurs devoirs de citoyen, en allant à la messe du prêtre constitutionnel, sont les patriotes dans l’esprit du peuple, et que ceux, au contraire, qui font leur service avec zèle, payent avec exactitude leurs impositions, sont les aristocrates, s’ils ont le malheur de préférer la messe du non-conformiste. De la, ce que la saine politique avait si fort à cœur d éviter, des querelles et des haines religieuses dégénérant en querelles, en haines politiques, la Iacilité d armer le peuple contre son propre bonheur, et le triomphe qui se prépare pour les ennemis de la Révolution, s’ils peuvent canoniser d’avance comme martyrs ceux qui ne sont que des criminels dans l’ordre social.
Locuteur: Ducos
...us le sentez, Messieurs, ici s’applique la maxime générale, qu’il ne faut jamais f...
...n ! il taut leur ôter jusqu’au prétexte de s’écrier qu’ils sont persécutés. Mais quand même ceux qui re-j ettent la constitution civile du clergé, rejetteraient encore la Constitution, vous n’avez pas le droit de les en punir tant qu’ils ne manifestero...
... des actions positivement défendues par la loi. Nous voici donc encore ramenés au principe qu’il ne faut point de loi particulière contre les prêtres, et...
Déjà, vous le sentez, Messieurs, ici s’applique la maxime générale, qu’il ne faut jamais faire ce que l’ennemi désire. Vos ennemis veulent cm-tondre des choses très distinctes: eh bien! il faut les séparer; ils veulent être persécutés : eh bien ! il taut leur ôter jusqu’au prétexte de s’écrier qu’ils sont persécutés. Mais quand même ceux qui re-j ettent la constitution civile du clergé, rejetteraient encore la Constitution, vous n’avez pas le droit de les en punir tant qu’ils ne manifesteront point cette aversion par des actions positivement défendues par la loi. Nous voici donc encore ramenés au principe qu’il ne faut point de loi particulière contre les prêtres, et qu’ils ne peuvent jamais être punis que comme citoyens.
Locuteur: Ducos
...? Le pouvoir exécutif est-il organisé ? La responsabilité de ses agents est-elle une loi de l’Etat? Si les délits demeurent impunis, la question change- de face, c’est ou 1 organisation des pouvo...
...er des lois nouvelles; mais l’exécution de celles qui existent.
...demande Messieurs, avez-vous une Constitution? Cette Constitution est-elle bonne? Le pouvoir exécutif est-il organisé ? La responsabilité de ses agents est-elle une loi de l’Etat? Si les délits demeurent impunis, la question change- de face, c’est ou 1 organisation des pouvoirs, ou les pouvoirs organisés qu’il faut en accuser, on ne doit pas demander des lois nouvelles; mais l’exécution de celles qui existent.
Locuteur: Ducos
...te une réflexion. Ne serait-il pas vrai de dire que sur cette matière chacun s’est...
... guise, et qu on a voulu exiger du juge de punir des crimes qui n existaient pas d...
...ais dans 1 imagination. Voilà peut-être la source de beaucoup d’erreurs et de maux; prétendre que des actes de religion soient défendus et punis, c’es...
Au surplus, souffrez que j’ajoute une réflexion. Ne serait-il pas vrai de dire que sur cette matière chacun s’est créé des délits à sa guise, et qu on a voulu exiger du juge de punir des crimes qui n existaient pas dans le code pénal, mais dans 1 imagination. Voilà peut-être la source de beaucoup d’erreurs et de maux; prétendre que des actes de religion soient défendus et punis, c’est moins indiquer des coupables, que se rendre coupable soi-même.
Locuteur: Ducos
...dites que ces actes religieux répandent la confusion et le désordre dans l’Etat, q...
...idemment cet abus dangereux ? des vices de votre législation, du défaut d officier...
...tent l’existence civile, indépendamment de tout culte et de toute religion. La nécessité de cet établissement est si pressante, que l’ajournement de la loi qui l’aurait fixé, fournit peut-êtr...
..., s’ils avaient pu consentir à examiner de plus près les chimériques objections qu...
Mais si vous dites que ces actes religieux répandent la confusion et le désordre dans l’Etat, que 1 existence civile des citoyens ne peut plus être constatée, certes, j’adopte votre opinion, mais je suis loin d’en tirer les mêmes conséquences. D’où naît évidemment cet abus dangereux ? des vices de votre législation, du défaut d officiers publics qui constatent l’existence civile, indépendamment de tout culte et de toute religion. La nécessité de cet établissement est si pressante, que l’ajournement de la loi qui l’aurait fixé, fournit peut-être le sujet d’un des reproches les plus graves que l’on puisse adresser à nos prédécesseurs. Sans doute, ils auraient moins redouté ses prétendus dangers, s’ils avaient pu consentir à examiner de plus près les chimériques objections qu’on lui oppose.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 419
Locuteur: Ducos
loi vous désigne : si vous avez besoin de la protection de la loi, c’est à lui qu'il faudra recourir; peu nous importe quelle idée vous attachez à la validité de ces actes ; mais leur validité aux yeux de l’Etat, la voilà. loi vous désigne : si vous avez besoin de la protection de la loi, c’est à lui qu'il faudra recourir; peu nous importe quelle idée vous attachez à la validité de ces actes ; mais leur validité aux yeux de l’Etat, la voilà.
Locuteur: Ducos
...e remplacés d’après le mode ordonné par la constitution civile du clergé, que sur la demande formelle du conseil général de la commune; j’adopte volontiers la mesure de M. Le Montey, et j’ose ajouter que si c’est tout ce que les circonstances permetten...
...ésenté par le même orateur : il propose de charger les tribunaux de police correctionnelle de la procédure contre les troubles occasionn...
...nt d’une nature trop grave, le tribunal de police se déchargerait de l’affaire sur le tribunal criminel.
... aux principes que j’ai posés. Il veut que les curés ou vicaires ne puissent être remplacés d’après le mode ordonné par la constitution civile du clergé, que sur la demande formelle du conseil général de la commune; j’adopte volontiers la mesure de M. Le Montey, et j’ose ajouter que si c’est tout ce que les circonstances permettent, ce n’est pas encore tout ce que les principes exigent ; mais tel est par malh...
...es vérités dont il fant ajourner les conséquences. Je rejette un second moyen présenté par le même orateur : il propose de charger les tribunaux de police correctionnelle de la procédure contre les troubles occasionnés par l’exercice d’un culte religieux. Il ajoute cependant que, dans le cas où les excès commis seraient d’une nature trop grave, le tribunal de police se déchargerait de l’affaire sur le tribunal criminel.
Locuteur: Ducos
...eurs, il n’entrait pas dans l’intention de l’opinant de créer des attributions aussi impolitiques qu’inconstitutionnelles, parce que la loi ne peut admettre d’exceptions, ni p...
...olitiques, parce qu’il serait dangereux de placer les tribunaux trop près du foyer de l’effervescence, pour les mettre peut-être sous la dépendance des passions; parce que tout...
...ue soigneusement les cas qui ressortent de la police correctionnelle, et ceux qui app...
Sans doute, Messieurs, il n’entrait pas dans l’intention de l’opinant de créer des attributions aussi impolitiques qu’inconstitutionnelles, parce que la loi ne peut admettre d’exceptions, ni pour les personnes, ni pour les délits ; impolitiques, parce qu’il serait dangereux de placer les tribunaux trop près du foyer de l’effervescence, pour les mettre peut-être sous la dépendance des passions; parce que toute distinction entre les délits ordinaires et les délits qui prennent leur source...
...’attribution, son article est visiblement inutile, puisque le Gode pénal distingue soigneusement les cas qui ressortent de la police correctionnelle, et ceux qui appartiennent aux tribunaux.
Locuteur: Ducos
... consciences timorées, ces abus infâmes de la sainteté des confessionnaux. Par malheu...
...preuves, ne tombent point sous les yeux de la loi, et quand il serait possible de les atteindre, l’œil de la justice devrait peut-être s’en détourner; si le juge osait se placer entre la conscience du fidèle, et les exhortations du confesseur, l’asile de la religion serait violé, la liberté des cultes détruite et la sainte barrière renversée. D’ailleurs i...
...favorise aussi les complots des ennemis de la Révolution? et cependant est-il des circonstances où vous osiez vous permettre de rompre le sceau de la confiance et de l’intimité?
...tout votre vigilance contre ces crimes obscurs, ces influences furtives, sur des consciences timorées, ces abus infâmes de la sainteté des confessionnaux. Par malheur, Messieurs, ces délits, ni leurs preuves, ne tombent point sous les yeux de la loi, et quand il serait possible de les atteindre, l’œil de la justice devrait peut-être s’en détourner; si le juge osait se placer entre la conscience du fidèle, et les exhortations du confesseur, l’asile de la religion serait violé, la liberté des cultes détruite et la sainte barrière renversée. D’ailleurs il faut être conséquent pour être juste. Doutez-vous que le secret des correspondances ne favorise aussi les complots des ennemis de la Révolution? et cependant est-il des circonstances où vous osiez vous permettre de rompre le sceau de la confiance et de l’intimité?
Locuteur: Ducos
...uvé que les délits commis sous prétexte de religion, doivent être punis comme tous les autres ; après avoir indiqué l’endroit où la loi est défectueuse, il me reste à comb... Après avoir prouvé que les délits commis sous prétexte de religion, doivent être punis comme tous les autres ; après avoir indiqué l’endroit où la loi est défectueuse, il me reste à combattre une dernière objection.
Locuteur: Ducos
aide de la philosophie et de l’expérience, que 1 Etat ne doit plus s...
.... D’ailleurs, c’est ce funeste prétexte de prévenir les délits, qui a dans tous les siècles favorisé la marche rapide du despotisme ; c’est lui...
...ssance aux censeurs royaux, aux espions de police, aux lettres de cachet. Sans doute, il faut les prévenir, mais par des moyens compatibles avec la liberté.
aide de la philosophie et de l’expérience, que 1 Etat ne doit plus s’en alarmer. D’ailleurs, c’est ce funeste prétexte de prévenir les délits, qui a dans tous les siècles favorisé la marche rapide du despotisme ; c’est lui qui a donné naissance aux censeurs royaux, aux espions de police, aux lettres de cachet. Sans doute, il faut les prévenir, mais par des moyens compatibles avec la liberté.
Locuteur: Ducos
Observez un instant la conduite des prêtres séditieux; par quels moyens ont-ils entraîné tant de prosélytes^ sur leurs pas? C’est avec la persuasion, l’activité des enseignements secrets, l’erreur et la calomnie qu’ils enlèvent chaque jour quelques citoyens à la Constitution. Observez un instant la conduite des prêtres séditieux; par quels moyens ont-ils entraîné tant de prosélytes^ sur leurs pas? C’est avec la persuasion, l’activité des enseignements secrets, l’erreur et la calomnie qu’ils enlèvent chaque jour quelques citoyens à la Constitution.
Locuteur: Ducos
Eh quoi! des prêtres, amis de la Constitution, sont répandus sur toute la surface de l’Empire, et ils ne connaîtraient point de ressources plus légitimes et plus assurées, lorsqu’ils ont pour eux la justice, le bon sens et la bienveillance de l’autorité, lorsqu’ils peuvent opposer avec tant de succès la vérité à l’erreur, la charité à la calomnie I Quelle marche rétrograde sup...
...sprit humain, si vous le crovez si près de rentrer sous le joug des subtilités' th...
...’en affranchir! Vous-mêmes, choisis par la nation et les élus de sa confiance, n’auriez-vous sur l’âme de vos concitoyens d’autre ascendant que l’autorité, d’autre empire que la force? Est-ce donc le g aive à la main que vous devez attaquer l’erreur? ...
...ière civique, en accélérant les progrès de la raison, en faisant avancer d’un pas nou...
...ons les plus douces et les plus sacrées de son âme? Ne le séparez pas de son prêtre, il croirait l’être de son Dieu.
Eh quoi! des prêtres, amis de la Constitution, sont répandus sur toute la surface de l’Empire, et ils ne connaîtraient point de ressources plus légitimes et plus assurées, lorsqu’ils ont pour eux la justice, le bon sens et la bienveillance de l’autorité, lorsqu’ils peuvent opposer avec tant de succès la vérité à l’erreur, la charité à la calomnie I Quelle marche rétrograde supposez-vous donc à l’esprit humain, si vous le crovez si près de rentrer sous le joug des subtilités' théologiques, lorsque tout concourt à l’en affranchir! Vous-mêmes, choisis par la nation et les élus de sa confiance, n’auriez-vous sur l’âme de vos concitoyens d’autre ascendant que l’autorité, d’autre empire que la force? Est-ce donc le g aive à la main que vous devez attaquer l’erreur? Ah ! plutôt ennoblissez les plus hautes fonctions qui puissent décorer votre carrière civique, en accélérant les progrès de la raison, en faisant avancer d’un pas nouveau l’esprit du peuple vers les vérités pratiques dont son bonheur se compose. Que gagnerez-vous à le tyranniser dans les affections les plus douces et les plus sacrées de son âme? Ne le séparez pas de son prêtre, il croirait l’être de son Dieu.
Locuteur: Ducos
...cent du plus grand malheur ; on a parlé de mesures extraordinaires, sous prétexte ... ... troubles excités jusqu’à ce jour par les prêtres, vous avertissent et vous menacent du plus grand malheur ; on a parlé de mesures extraordinaires, sous prétexte que les circonstances sont extraordinaires ; on a ajouté qu il ne faut pas atten...
Locuteur: Ducos
...t à tous ceux que l’esprit d’orgueil et de parti a produits depuis douze siècles, ...
...ter une seule manœuvre dont les annales de l’histoire ne nous offrent de fréquents exemples ; mais je trouve sur...
...ge immense sur es siècles passés, celui de reconnaître enfin, à
...ne sont point extraordinaires, que les événements dont nous gémissons ressemblent à tous ceux que l’esprit d’orgueil et de parti a produits depuis douze siècles, j’ajoute même que l’imagination des prêtres non-conformistes n’a pu inventer une seule manœuvre dont les annales de l’histoire ne nous offrent de fréquents exemples ; mais je trouve surtout que nous avons un avantage immense sur es siècles passés, celui de reconnaître enfin, à
Locuteur: Ducos
Les seuls moyens, Messieurs, de prévenir les délits, sont les mœurs et ... Les seuls moyens, Messieurs, de prévenir les délits, sont les mœurs et l’instruction ; tous les autres sont tyranniques.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 420
Locuteur: Ducos
...peuple, dites-lui qu’il ne s’agit point de savoir de quel côté se trouve l’erreur ou la vérité, que vous êtes loin d’usurper un droit qui n’appartien t qu’à Dieu et à la conscience ; dites-lui que ceux dont la confiance repousse les prêtres du nouveau régime, ont le droit de recourir au prêtre de leur foi; et que ce n’est point par leu...
...e aux lois, que vous jugerez s’ils sont de vrais citoyens; dites-lui cependant que la simple lueur du bon sens suffit pour justifier les réformes établies par la constitution civile du clergé, qu’elle ne porte point attein te à la religion ; mais qu ’aucune religion ne ...
...i, depuis une année, affligent les amis de l’ordre public et réjouissent les malve...
...es commandés par le cœur, et avoués par la conscience; mais que, sans doute, la religion du plus honnête homme est la meilleure et la plus digne de son auteur.
une adresse au peuple, dites-lui qu’il ne s’agit point de savoir de quel côté se trouve l’erreur ou la vérité, que vous êtes loin d’usurper un droit qui n’appartien t qu’à Dieu et à la conscience ; dites-lui que ceux dont la confiance repousse les prêtres du nouveau régime, ont le droit de recourir au prêtre de leur foi; et que ce n’est point par leur culte, mais par leur obéissance aux lois, que vous jugerez s’ils sont de vrais citoyens; dites-lui cependant que la simple lueur du bon sens suffit pour justifier les réformes établies par la constitution civile du clergé, qu’elle ne porte point attein te à la religion ; mais qu ’aucune religion ne peut justifier les haines, les calomnies et les outrages qui, depuis une année, affligent les amis de l’ordre public et réjouissent les malveillants; que tout homme est libre d’adresser à son Dieu des hommages commandés par le cœur, et avoués par la conscience; mais que, sans doute, la religion du plus honnête homme est la meilleure et la plus digne de son auteur.
Locuteur: Ducos
...es précepteurs d’un peuple renaissant à la liberté; proposez des prix pour les ouvrages qui mettront à la portée du peuple le plus grand nombre de vérités utiles, enfin hâtez l’organisation de l’instruction publique ; consacrez vos ...
...’instruction publique à l’établissement de celle des habitants des campagnes; ils ont tant fait pour la liberté, qu’ils sont dignes de connaître les biens qu’elle leur assure...
... ; surtout, Messieurs, ne perdez jamais de vue que, quand tous les Français sauron...
, Encouragez les écrivains patriotes, ces dignes précepteurs d’un peuple renaissant à la liberté; proposez des prix pour les ouvrages qui mettront à la portée du peuple le plus grand nombre de vérités utiles, enfin hâtez l’organisation de l’instruction publique ; consacrez vos premiers travaux sur l’instruction publique à l’établissement de celle des habitants des campagnes; ils ont tant fait pour la liberté, qu’ils sont dignes de connaître les biens qu’elle leur assure, les devoirs qu’elle leur impose ; surtout, Messieurs, ne perdez jamais de vue que, quand tous les Français sauront lire, le règne des fourbes et des fanatiques sera bien près d’expirer.
Locuteur: Ducos
...nir, d’après les formes déterminées par la constitution civile du clergé, que sur la demande formelle du conseil de la commune, de la municipalité sur le territoire de laquelle ladite paroisse se trouvera si... ...ou vicariats qui viendront à vaquer dans les paroisses ne seront remplis à l’avenir, d’après les formes déterminées par la constitution civile du clergé, que sur la demande formelle du conseil de la commune, de la municipalité sur le territoire de laquelle ladite paroisse se trouvera située.
Locuteur: Ducos
...’Assemblée nationale ajourne à huitaine la première lecture du projet de décret sur le mode de constater civilement les naissances, le...
... nationale constituante par les comités de Constitution et ecclésiastique.
« Art. 2. L’Assemblée nationale ajourne à huitaine la première lecture du projet de décret sur le mode de constater civilement les naissances, les mariages et les enterrements, présenté à l’Assemblée nationale constituante par les comités de Constitution et ecclésiastique.
Locuteur: Ducos
« Art. 3. Les ministres de la justice et de l’intérieur rendront compte à l’Assemblée nationale de l’état du royaume sous le rapport des t...
...premier compte sera rendu 8 jours après la sanction du présent décret et les autres régulièrement de mois en mois.
« Art. 3. Les ministres de la justice et de l’intérieur rendront compte à l’Assemblée nationale de l’état du royaume sous le rapport des troubles religieux; leur premier compte sera rendu 8 jours après la sanction du présent décret et les autres régulièrement de mois en mois.
Locuteur: Ducos
« Art. 4. Elle charge des commissaires de lui résenter sous 3 jours un projet d’adresse aux rançais, dont l’objet sera de démontrer au peuple que la qualité de citoyen est indépendante des opinions religieuses de chacun et de les mettre en garde contre les manœuvres de quelques hommes perfides qui saisissent ce prétexte pour troubler le nouvel ordre de choses qu’ils n’aiment pas. » ((.Applau... « Art. 4. Elle charge des commissaires de lui résenter sous 3 jours un projet d’adresse aux rançais, dont l’objet sera de démontrer au peuple que la qualité de citoyen est indépendante des opinions religieuses de chacun et de les mettre en garde contre les manœuvres de quelques hommes perfides qui saisissent ce prétexte pour troubler le nouvel ordre de choses qu’ils n’aiment pas. » ((.Applaudissements.)
Locuteur: Le Président
C’est une difficulté sur l’ordre de la parole; on prétend que M. Fauchet ne do... C’est une difficulté sur l’ordre de la parole; on prétend que M. Fauchet ne doit point l’avoir.
Locuteur: Fauchet
La dernière fois que l’on traila la question qui nous occupe, lorsque M. Ducos monta à la tribune, je devais y monter après lui. ...
...nt fit nous empêchèrent l’un et l’autre de parler. Je m’adressai hier au Bureau pour savoir quel serait l’ordre de la parole ; on me dit que le premier ordre...
.... Quelques membres avaient déjà demandé la parole. J’ai représenté au Bureau que j’avais la parole. M. Ducos a parlé sans réclamation. Je dois avoir la parole. (Applaudissements.)
La dernière fois que l’on traila la question qui nous occupe, lorsque M. Ducos monta à la tribune, je devais y monter après lui. Des communications que M. le Président fit nous empêchèrent l’un et l’autre de parler. Je m’adressai hier au Bureau pour savoir quel serait l’ordre de la parole ; on me dit que le premier ordre serait suivi. Je me suis rendu ici ce matin à 9 heures quelques minutes. Quelques membres avaient déjà demandé la parole. J’ai représenté au Bureau que j’avais la parole. M. Ducos a parlé sans réclamation. Je dois avoir la parole. (Applaudissements.)
Locuteur: Fauchet
Un grand nombre de membres : Oui ! oui ! (L’Assemblée décide que M. Fauchet aura la parole.) Un grand nombre de membres : Oui ! oui ! (L’Assemblée décide que M. Fauchet aura la parole.)
Locuteur: Fauchet
...loi définitive qui réprime efficacement la révolte des prêtres réfractaires contre la Constitution et qui fasse cesser les troubles qu’ils excitent dans toutes les parties de l’Empire, est urgente. Mais il faut combiner cette loi avec les droits de l’homme et du citoyen, avec la liberté des opinions, avec la liberté de la presse, avec la liberté des cultes, avec toutes les libertés. 11 faut donc ici une grande mesure de tolérance, de justice, de sagesse et de force. Point de persécution, Messieurs, le fanatisme en est avide, la philosophie l’abhorre, la vraie religion la réprouve; et ce n’est pas dans l’Assemblée nationale de France qu’on l’é-rigera en loi. Gardons-nous d’emprisonner les réfractaires, de les exiler, même de les déplacer. Qu’ils pensent, disent, é...
... être que l’ouvrage du temps et l’effet de la progression des lumières, il faudrait t...
...en efficace et prompt pour les empêcher de soulever les faibles esprits contre les lois, de souffler la guerre civile, d’entretenir le désir et...
(1). Messieurs, une loi définitive qui réprime efficacement la révolte des prêtres réfractaires contre la Constitution et qui fasse cesser les troubles qu’ils excitent dans toutes les parties de l’Empire, est urgente. Mais il faut combiner cette loi avec les droits de l’homme et du citoyen, avec la liberté des opinions, avec la liberté de la presse, avec la liberté des cultes, avec toutes les libertés. 11 faut donc ici une grande mesure de tolérance, de justice, de sagesse et de force. Point de persécution, Messieurs, le fanatisme en est avide, la philosophie l’abhorre, la vraie religion la réprouve; et ce n’est pas dans l’Assemblée nationale de France qu’on l’é-rigera en loi. Gardons-nous d’emprisonner les réfractaires, de les exiler, même de les déplacer. Qu’ils pensent, disent, écrivent tout ce qu’ils voudront. Nous opposerons nos pensées à leur3 pensées, no...
... notre triomphe et leur défaite. En attendant cet infaillible succès qui ne peut être que l’ouvrage du temps et l’effet de la progression des lumières, il faudrait trouver un moyen efficace et prompt pour les empêcher de soulever les faibles esprits contre les lois, de souffler la guerre civile, d’entretenir le désir et l’espoir d’une contre-révolution.
Locuteur: Fauchet
Ce n’est pas une religion. Messieurs, c’est la plus grande des impiétés. Elle est intolérable puisqu’elle tend à la dissolution de l’ordre social, et qu’elle ferait du genre humain un troupeau de bêtes féroces. Le fanatisme est le plus grand fléau de l’univers, il faut l’anéantir. Ce n’est pas une religion. Messieurs, c’est la plus grande des impiétés. Elle est intolérable puisqu’elle tend à la dissolution de l’ordre social, et qu’elle ferait du genre humain un troupeau de bêtes féroces. Le fanatisme est le plus grand fléau de l’univers, il faut l’anéantir.
Locuteur: Fauchet
La liberté n’est pas compatible avec cet asservissement brutal qui sanctifie la haine et défie les tyrans. Voyez à quelles horreurs se portent, au nom de Dieu, ces détestables arbitres des Cons...
...t comme ils réussissent à leur inoculer la rage contre leurs frères comme la plus sainte des vertus ! ils voudraient...
La liberté n’est pas compatible avec cet asservissement brutal qui sanctifie la haine et défie les tyrans. Voyez à quelles horreurs se portent, au nom de Dieu, ces détestables arbitres des Consciences abusées, et comme ils réussissent à leur inoculer la rage contre leurs frères comme la plus sainte des vertus ! ils voudraient nager dans le sang des patriotes ; c’est leur douce et familière expresmn.{Appl...
Locuteur: Fauchet
En comparaison de ces prêtres, les athées sont des anges....
...u moins ne les payons pas pour déchirer la patrie. C’est à cette unique mesure que je réduis la loi réprimante que nous devons porter c...
En comparaison de ces prêtres, les athées sont des anges. {Applaudissements.) Cependant, Messieurs, je le répète, tolérons-les, mais du moins ne les payons pas pour déchirer la patrie. C’est à cette unique mesure que je réduis la loi réprimante que nous devons porter contre eux.
Locuteur: Ducos
Voici mon projet de décret. Voici mon projet de décret.
Je soutiens que la suppression de toute pension sur le trésor national po...
...uste, convenable et suffisante. Je mets la justice avant les convenances et les (1...
Je soutiens que la suppression de toute pension sur le trésor national pour les prêtres non assermentés est juste, convenable et suffisante. Je mets la justice avant les convenances et les (1) Bibliothèque nationale. — Assemblée nationale législative. — Ecclésiastique, n...

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 421
Locuteur: Fauçhet
... pourrait-il donc que celui qui invoque la destruction des lois et prépare la ruine de leur patrie, eût des titres à ses large...
...e aux dernières mesures du crime contre la liberté publique I Faut-il une solde po...
... ? (Rires.) Cette conscience infernale, la patrie la supporte ? c’est le dernier excès de la tolérance ; la payer encore, c’est une inique absurdité. — La loi constitutionnelle met au rang des dettes de la nation leur traitement convenu. — Si cela était, Messieurs, il ne serait pas possible de le supprimer, si ce n’est pour chacun des coupables en particulier et par voie de confiscation prononcée dans les tribuna...
Comment se pourrait-il donc que celui qui invoque la destruction des lois et prépare la ruine de leur patrie, eût des titres à ses largesses ? — Ils avaient des offices qu’on leur a ôtés : faux. — Ce sont eux qui les...
...aine des lois. — Ils ont suivi leur conscience : — leur conscience qui les pousse aux dernières mesures du crime contre la liberté publique I Faut-il une solde pour une pareille conscience ? (Rires.) Cette conscience infernale, la patrie la supporte ? c’est le dernier excès de la tolérance ; la payer encore, c’est une inique absurdité. — La loi constitutionnelle met au rang des dettes de la nation leur traitement convenu. — Si cela était, Messieurs, il ne serait pas possible de le supprimer, si ce n’est pour chacun des coupables en particulier et par voie de confiscation prononcée dans les tribunaux, selon les formes judiciaires établies. Heureusement cela n’est point. Il n’e...
Locuteur: Fauchet
...tre réprouvée. Nous n’irions pas brûler la flotte des alliés sur l’avis de Thémistocle: nous nous ran-erions à l’opinion d’Aristide. Prouvons donc 'abord l’équité de cette loi. ...es ; car une loi qui serait opportune et utile, si elle n’était juste, devrait être réprouvée. Nous n’irions pas brûler la flotte des alliés sur l’avis de Thémistocle: nous nous ran-erions à l’opinion d’Aristide. Prouvons donc 'abord l’équité de cette loi.
Locuteur: Fauchet
... quel titre possédaient-ils des revenus de bénéfice ? A titre d’office. C'est leur...
... à rien dans l’Eglise ; qui ne sert pas la nation ne doit pas être payé par la nation.Qbtmfaw-dissements.)
Il n'est rien dû par l’Etat aux prêtres non assermentés. A quel titre possédaient-ils des revenus de bénéfice ? A titre d’office. C'est leur propre loi canonique, et cela est incontestable en principe. Qui ne fait rien dans l’Eglise n’a droit à rien dans l’Eglise ; qui ne sert pas la nation ne doit pas être payé par la nation.Qbtmfaw-dissements.)
Locuteur: Fauçhet
...és, élus ou nommés en vertu des décrets de l'Assemblée nationale constituante, fait partie de la dette nationale. » . « Le traitement des ministres du culte catholique, pensionnés, conservés, élus ou nommés en vertu des décrets de l'Assemblée nationale constituante, fait partie de la dette nationale. »
Locuteur: Fauçhet
Or, il est manifeste que la loi ne peut pas les considérer comme mi...
...salaires au nombre des premières dettes de la nation. Elle ne reconnaît pas 2 cultes ...
...ctaires ne sont donc pas considérés par la loi comme ministres du culte catholique qu’elle veut et doit payer. Si ces ennemis de la constitution civile du clergé veulent e...
...ciples abusés qu’ils pourront séduire ; la loi ne s'en mêle pas, si ce n'est pour en protéger la liberté, et mettre ceux qui auront la fantaisie de le suivre à l’abri de toute insulte. La nation permet tous les cultes mais elle n’en paye qu'un. (Applaudissements.) Celui- seul dont elle avoue et constitue les m...
... catholique à sa charge. Il n’est point de sophisme qui puisse obscurcir cette évi...
Or, il est manifeste que la loi ne peut pas les considérer comme ministres du culte catholique dont elle a mis les salaires au nombre des premières dettes de la nation. Elle ne reconnaît pas 2 cultes catholiques ; cela est même contradictoire dans les termes. Le culte dont elle r...
... par les fonctionnaires publics avoués et constitués par elle. Les prêtres réfractaires ne sont donc pas considérés par la loi comme ministres du culte catholique qu’elle veut et doit payer. Si ces ennemis de la constitution civile du clergé veulent exercer un culte opposé à celui des prêtres constitutionnels, c'est leur affaire personnelle et celles des disciples abusés qu’ils pourront séduire ; la loi ne s'en mêle pas, si ce n'est pour en protéger la liberté, et mettre ceux qui auront la fantaisie de le suivre à l’abri de toute insulte. La nation permet tous les cultes mais elle n’en paye qu'un. (Applaudissements.) Celui- seul dont elle avoue et constitue les ministres comme des fonctionnaires, est à sa solde. Elle ne reconnaît donc pas dans sa Constitution d’autres ministres du culte catholique à sa charge. Il n’est point de sophisme qui puisse obscurcir cette évidence.
Locuteur: Fauçhet
...ué des pensions, et qui n’ont pas exigé la prestation du serment pour qu’elles leu...
...tuante elle-même a élevé plusieurs fois la question de revenir sur ces lois réglementaires, et d’abolir une charge publique qui pèse sur la nation, sans profit pour elle, sans droit de justice pour ceux qui en jouissent, et contre toute convenance à l’égard de ceux qui en abusent ; elle a eu un soin très attentif de ne rien mettre dans l’acte constitution...
...constitutionnel, il l’est du moins par les lois réglementaires qui leur ont alloué des pensions, et qui n’ont pas exigé la prestation du serment pour qu’elles leur soient payées. Mais vous savez, Messieurs, que l’Assemblée constituante elle-même a élevé plusieurs fois la question de revenir sur ces lois réglementaires, et d’abolir une charge publique qui pèse sur la nation, sans profit pour elle, sans droit de justice pour ceux qui en jouissent, et contre toute convenance à l’égard de ceux qui en abusent ; elle a eu un soin très attentif de ne rien mettre dans l’acte constitutionnel qui pût lier les législateurs prêts à lui succéder; et par cette attention r...
Locuteur: Fauçhet
...s sont arrivés; et après avoir démontré la justice de cette mesure, je vais en développer mai... Les moments sont arrivés; et après avoir démontré la justice de cette mesure, je vais en développer maintenant les convenances.
Locuteur: Fauçhet
Il convient beauconp à la nation de se délivrer d’une surchage de 30 millions de rente qu’elle paye déraisonnablement à ...
...d’anciens fonctionnaires qui ont abjuré la patrie; des légions de moines et de chanoines qui n’ont jamais rien fait d’...
...ohortes d’abbés, prieurs et bénéficiers de toutes espèces, qui n’étaient auparavan...
...ffreux, par une haine implacable contre la liberté d’autrui? Pourquoi toute cette armée d’adversaires furibonds du bien public, et de contempteurs insolents de la majesté nationale, serait-elle stipendiée sur les fonds nationaux? Il y aurait plus que de l’inconvenance, ce serait de la déraison. Ajoutez à cette considération celle des conjonctures cruelles où, par l’effet de leurs suggestions perfides, se trouve placée la patrie : ils ont encouragé les émigrati...
...nobles, allez, épuisez l’or et l’argent de la France; combinez au dehors les attaques...
Il convient beauconp à la nation de se délivrer d’une surchage de 30 millions de rente qu’elle paye déraisonnablement à ses plus implacables ennemis. (Applaudissements.) Il est même impossible d’imaginer une convenance plus sensible. Pourquoi des phalanges d’anciens fonctionnaires qui ont abjuré la patrie; des légions de moines et de chanoines qui n’ont jamais rien fait d’utile au monde, et qui travaillent aujourd’hui dans les ténèbres à renverser l’édifice des lois (Applaudissements), des cohortes d’abbés, prieurs et bénéficiers de toutes espèces, qui n’étaient auparavant remarquables que par leur afféterie, leur inutilité, leur intrigue, leur licen...
...t maintenant par un fanatisme affecté, par une fureur active, par des complots affreux, par une haine implacable contre la liberté d’autrui? Pourquoi toute cette armée d’adversaires furibonds du bien public, et de contempteurs insolents de la majesté nationale, serait-elle stipendiée sur les fonds nationaux? Il y aurait plus que de l’inconvenance, ce serait de la déraison. Ajoutez à cette considération celle des conjonctures cruelles où, par l’effet de leurs suggestions perfides, se trouve placée la patrie : ils ont encouragé les émigrations, le transport du numéraire et tous les projets hostiles conçus et préparés contre elle. « Allez, ont-ils dit aux ci-devant nobles, allez, épuisez l’or et l’argent de la France; combinez au dehors les attaques, pendant qu’au dedans nous vous disposerons d’innombrables complices. Le royaum...
Locuteur: Fauçhet
« Abîmons tout plutôt, c’est l’esprit de l’Eglise. » Bien bon, quelle Eglise ! ce n’est pas la vôtre ; et si l’enfer peut en avoir une parmi les hommes, c’est de cet esprit qu’elle doit être animée ; et ils osent parler de l’évangile, de ce code divin des droits de l’homme, qui ne prêche que l’égalité, la fraternité, qui dit : « Tout ce qui n’e...
...t avec nous; annonçons les nou-« velles de la délivrance à toutes les nations de « la terre ; malheur aux riches et aux oppre...
... dédaignent; appelons-les au bon-« heur de la liberté, par le doux éclat de la lu-« mière. » (Applaudissements.)
« Abîmons tout plutôt, c’est l’esprit de l’Eglise. » Bien bon, quelle Eglise ! ce n’est pas la vôtre ; et si l’enfer peut en avoir une parmi les hommes, c’est de cet esprit qu’elle doit être animée ; et ils osent parler de l’évangile, de ce code divin des droits de l’homme, qui ne prêche que l’égalité, la fraternité, qui dit : « Tout ce qui n’est pas con-« tre nous est avec nous; annonçons les nou-« velles de la délivrance à toutes les nations de « la terre ; malheur aux riches et aux oppres-« seurs ! n’invoquons point les fléaux contre les « cités qui nous dédaignent; appelons-les au bon-« heur de la liberté, par le doux éclat de la lu-« mière. » (Applaudissements.)

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 422
Locuteur: Fauçhet
Ne craiguons point que la liste civile vienne à leur secours, on ...
...ur soudoyer, dans les diverses contrées de l’Empire, les prédicateurs de la contre-révolution, qui ne savent garder...
... soyons assurés, Messieurs, que le roi, la reine et ce qu’il y a d’hommes éclairés...
...ent rien à gagner, et courraient risque de tout perdre. (Applaudissements.) La Constitution élève le trône assez haut;...
...e manière intime ses intérêts avec ceux de la Constitution, et sa sécurité avec celle de la patrie. Il se dégoûtera bientôt des prê...
...e, des vils courtisans qui mettent leur noblesse à ramper devant lui, des bas valets qui...
...rs comme un despote. Il se débarrassera de toute cette vermine de la couronne, (Applaudissements dans les: t...
...elle gloire, a se montrer le digne chef de la plus grande, de la
Ne craiguons point que la liste civile vienne à leur secours, on en a besoin pour d’autres usages. (Rires et applaudissements.) Elle ne suffirait pas pour soudoyer, dans les diverses contrées de l’Empire, les prédicateurs de la contre-révolution, qui ne savent garder aucune mesure. D’ailleurs, soyons assurés, Messieurs, que le roi, la reine et ce qu’il y a d’hommes éclairés dans Je conseil, ne veulent pas plus que nous une contre-révolution, dans laquelle ils n’auraient rien à gagner, et courraient risque de tout perdre. (Applaudissements.) La Constitution élève le trône assez haut; les méchants et les conspirateurs parlent du roi des Français avec assez d insolence, pour qu’il lie d’une manière intime ses intérêts avec ceux de la Constitution, et sa sécurité avec celle de la patrie. Il se dégoûtera bientôt des prêtres fanatiques qui torturent sa conscience, des vils courtisans qui mettent leur noblesse à ramper devant lui, des bas valets qui 1 outragent en Je traitant toujours comme un despote. Il se débarrassera de toute cette vermine de la couronne, (Applaudissements dans les: tribunes) et mettra sa pure, son immortelle gloire, a se montrer le digne chef de la plus grande, de la
Locuteur: Fauçhet
...r, et prodigués à ces ingrats. On parle de la générosité de la nation française ; mais ce n’est point la de la générosité, c’est de la stupidité. Il vaut mieux, sans doute, e...
...ur salarier nos nombreux indigents, que de nous réduire à la détresse pour continuer des dons insensés aux plus furieux ennemis de la liberté de la France et de la libération du genre humain. (Applaudiss...
... et tous enfin sont au moins inutiles à la patrie.
sor, et prodigués à ces ingrats. On parle de la générosité de la nation française ; mais ce n’est point la de la générosité, c’est de la stupidité. Il vaut mieux, sans doute, enrichir nos caisses pour salarier nos nombreux indigents, que de nous réduire à la détresse pour continuer des dons insensés aux plus furieux ennemis de la liberté de la France et de la libération du genre humain. (Applaudissements.) Ils ne sont pas animés tous d’une fureur égale, il est vrai, mais tous abhorrent nos lois, et voudraient les voir renversées, et tous enfin sont au moins inutiles à la patrie.
Locuteur: Fauçhet
Or, nous avons assez de serviteurs utiles, que nous ne pouvons pas payer aux termes mêmes de la justice et de l’humanité, pour que ce soit, non seule...
...ir nos ressources pour les prostituer à de pareils hommes. Payons le travail et no...
... indigence, en supprimant le traitement de tous les prêtres oisifs et réfractaires...
... qui serons des inhumains. L’infirmité, la vieillesse, lors même quelles maudissent la patrie, recueilleront ses bienfaits. Les municipalités, les administrations de district et de département enverront les listes de ces refractaires infirmes ou vieux. Le ...
Or, nous avons assez de serviteurs utiles, que nous ne pouvons pas payer aux termes mêmes de la justice et de l’humanité, pour que ce soit, non seulement une inconvenance mais une immoralité, mais un crime national, d’amoindrir nos ressources pour les prostituer à de pareils hommes. Payons le travail et non pas l’inutilité et encore moins le perfidie. On s’écriera que nous allons réduire des infirmes, des vieillards a 1 indigence, en supprimant le traitement de tous les prêtres oisifs et réfractaires. Non, Messieurs, non ce n’est pas nous qui serons des inhumains. L’infirmité, la vieillesse, lors même quelles maudissent la patrie, recueilleront ses bienfaits. Les municipalités, les administrations de district et de département enverront les listes de ces refractaires infirmes ou vieux. Le comité
Locuteur: Fauçhet
...ard, et l’Assemblée nationale décrétera la mesure convenable de la bénéficence publique envers ces faibles... des secours présentera les projets d’une sainte allégeance a leur égard, et l’Assemblée nationale décrétera la mesure convenable de la bénéficence publique envers ces faibles ennemis qui balbutieront, s ils veulent encore, des imprécations contre les loi...
Locuteur: Fauçhet
il me reste à prouver, Messieurs, que la loi qui supprimera le traitement de tous les prêtres valides, et qui ne voudront servir la patrie dans aucune des fonctions qu’ell...
...s excitent, permet des doutes. Essayons de vous convaincre de la suffisance de cette loi.
il me reste à prouver, Messieurs, que la loi qui supprimera le traitement de tous les prêtres valides, et qui ne voudront servir la patrie dans aucune des fonctions qu’elle salarie avec les fonds publics, est suffisante. Sa justice et sa convenance so...
...icacité seule pour contenir les réfractaires, et faire cesser les troubles qu’ils excitent, permet des doutes. Essayons de vous convaincre de la suffisance de cette loi.
Locuteur: Fauçhet
D’abord par Peffet de ce décret, la moitié au moins de 1 armee du fanatisme va disparaître. Le...
...Vous en verrez les trois quarts revenir de bonne grâce à la patrie, jurer à haute voix de lui être fidèles (.Applaudissements.), ...
...ments et aux évêques et bien satisfaits de conserver le tiers de leurs traitements, avec le salaire de leurs places de curés ou de vicaires. De double avantage, deux tiers de traitement gagnés pour le Trésor public, et des fonctionnaires que la nécessité autant que le devoir rendront...
...trouvés enfin pour une immense quantité de paroisses qui restent au dépourvu, ou q...
D’abord par Peffet de ce décret, la moitié au moins de 1 armee du fanatisme va disparaître. Les chanoines, les moines, les bénéficiers simples qui, considères à juste titre c...
...qui les attend, s’ils se constituent définitivement et légalement réfractaires. Vous en verrez les trois quarts revenir de bonne grâce à la patrie, jurer à haute voix de lui être fidèles (.Applaudissements.), demander des fonctions constitutionnelles aux départements et aux évêques et bien satisfaits de conserver le tiers de leurs traitements, avec le salaire de leurs places de curés ou de vicaires. De double avantage, deux tiers de traitement gagnés pour le Trésor public, et des fonctionnaires que la nécessité autant que le devoir rendront très attentifs à conserver leurs places, trouvés enfin pour une immense quantité de paroisses qui restent au dépourvu, ou que les réfractaires encore en exercice soulèvent à plaisir contre les lois.
Locuteur: Fauçhet
...nce, et obstinés dans leur fureur, mais la faim chassera bientôt ces loups dévorants d’une bergerie où ils ne trouveront plus de pâture. Les fidèles désabusés par deux grands moyens de lumière, le bon sens et 1 intérêt (Rire...
...xercé. Ils reviendront sur les tombeaux de leurs pères, dans leurs églises natives...
... entendre des prêtres toujours écumants de rage, ni bour-siller continuellement po...
...s prédications sans charité. L’évangile de la concorde générale, l’évangile des saint...
...mes sincères en recueilleront avidement la doctrine. Ainsi la sanction du ciel sera donnée aux fraternelles institutions de la liberté ; on goûtera la simplicité des moeurs, l’unité des principes, le charme de l’union et le bonheur de la paix. Dans les premiers moments, je l’avoue, ces restes de prêtres effrénés et affamés ennemis de la Révolution, redoubleront leurs cris, et...
...ues dupes qui soudoieront leur religion de haine, et seconderont leur fanatisme implacable : mais quelques grands exemples de justice légale contre les instigateurs ...
..., brûles d un fanatisme ardent, resteront cuirassés dans leur p retendue conscience, et obstinés dans leur fureur, mais la faim chassera bientôt ces loups dévorants d’une bergerie où ils ne trouveront plus de pâture. Les fidèles désabusés par deux grands moyens de lumière, le bon sens et 1 intérêt (Rires.) ne voudront pas longtemps payer un culte qu’ils peuvent avoir plus commodément, plus majestueusement et pour rien, dans les mêmes temples où ils l’ont toujours exercé. Ils reviendront sur les tombeaux de leurs pères, dans leurs églises natives, et aux rites solennels qui furent l’éducation dès l’enfance. Les habitants sensés des campagnes ne voudront plus entendre des prêtres toujours écumants de rage, ni bour-siller continuellement pour payer un culte sans pompe, et des prédications sans charité. L’évangile de la concorde générale, l’évangile des saintes lois sera annoncé par les ministres constitutionnels, et toutes les âmes sincères en recueilleront avidement la doctrine. Ainsi la sanction du ciel sera donnée aux fraternelles institutions de la liberté ; on goûtera la simplicité des moeurs, l’unité des principes, le charme de l’union et le bonheur de la paix. Dans les premiers moments, je l’avoue, ces restes de prêtres effrénés et affamés ennemis de la Révolution, redoubleront leurs cris, et trouveront quelques dupes qui soudoieront leur religion de haine, et seconderont leur fanatisme implacable : mais quelques grands exemples de justice légale contre les instigateurs des troubles, frapperont leurs disciples imbéciles d’une utile terreur.
Locuteur: Fauçhet
...’exposer, en partageant leurs crimes, à la vengeance des lois. Ceux de ces prêtres moins coupables qui se trou...
...riculteurs, et seront doucement surpris de se trouver ensuite eux-mêmes des citoye...
...ur argent et respecter l’ordre public, que s’appauvrir pour des brouillons, et s’exposer, en partageant leurs crimes, à la vengeance des lois. Ceux de ces prêtres moins coupables qui se trouveront alors dénués, mais valides, seront réduits à embrasser une utile profession pour vivre : ils deviendront des commerçants ou des agriculteurs, et seront doucement surpris de se trouver ensuite eux-mêmes des citoyens.
Locuteur: Fauçhet
... ne sera doncp lus soutenu par l’erreur de la cour, ni par l’imbé-cilité populaire. N... plus libre des nations.Le fanatisme ne sera doncp lus soutenu par l’erreur de la cour, ni par l’imbé-cilité populaire. Nous l’aurons mis à nu; ses convulsions hideuses le rendront un objet d’horreur à...
Locuteur: Fauçhet
fnnJîïî e? C0D7en,ir> la PluPart des ci-devant fonctionnaires révoltés contre la Constitution, et fnnJîïî e? C0D7en,ir> la PluPart des ci-devant fonctionnaires révoltés contre la Constitution, et
Locuteur: Fauçhet
Voici donc, Messieurs, le projet de décret que je vous présente: Voici donc, Messieurs, le projet de décret que je vous présente:

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 423
Locuteur: Fauçhet
« L’Assemblée nationale, considérant la nécessité de ne salarier sur les fonds de l’Etal que les fonctionnaires ou les citoyens utiles, et de réprimer efficacement les troubles excités dans les diverses parti s de l’Empire par les prêtres non assermenté... « L’Assemblée nationale, considérant la nécessité de ne salarier sur les fonds de l’Etal que les fonctionnaires ou les citoyens utiles, et de réprimer efficacement les troubles excités dans les diverses parti s de l’Empire par les prêtres non assermentés, décrète ce qui suit :
Locuteur: Fauçhet
...clésiastiques qui refuseront le serment de fidélité à la Constitution, et qui ne voudront pas se présenter 15 jours au plus tard après la publication du présent décret, devant les municipalités, les directoires de district et de département, les évêques constitutionne...
...r demander des fonctions, seront déchus de toute pension et de tout traitement.
« Art. 3. Tous les ecclésiastiques qui refuseront le serment de fidélité à la Constitution, et qui ne voudront pas se présenter 15 jours au plus tard après la publication du présent décret, devant les municipalités, les directoires de district et de département, les évêques constitutionnels ou leur conseil, pour demander des fonctions, seront déchus de toute pension et de tout traitement.
Locuteur: Fauçhet
« Art 4. Seront également déchus de toute pension et de tout traitement ceux qui, après avoir p...
...pas accepter et remplir, conformément à la Constitution, les fonctions qui leur au...
« Art 4. Seront également déchus de toute pension et de tout traitement ceux qui, après avoir prêté le serment et demandé des fonctions, ne voudront pas accepter et remplir, conformément à la Constitution, les fonctions qui leur auront été offertes ou confiées.
Locuteur: Fauçhet
...et demander des fonctions dans le délai de 15 jours, et qui en obtiendront d’ici au mois de janvier prochain, conserveront la moitié de leurs pensions ou traitements, avec le ... ...rt. 5. Tous ceux des ecclésiastiques qui se présenteront pour prêter le serment et demander des fonctions dans le délai de 15 jours, et qui en obtiendront d’ici au mois de janvier prochain, conserveront la moitié de leurs pensions ou traitements, avec le traitement attaché aux fonctions qu’ils auront obtenues.
Locuteur: Fauçhet
... aucune église ou édifice appartenant à la nation pour le culte des prêtres non as...
...dues ou provisoirement louées au profit de la caisse de l’extraordinaire, sans que les municipa...
... cet égard aucune exception, sous peine de destitution pour les administrateurs, et de responsabilité personnelle pour les sommes qui auraient dû revenir à l’Etat à raison de la vente ou de la location de ces édifices.
Art. 7. Il ne sera ouvert gratuitement aucune église ou édifice appartenant à la nation pour le culte des prêtres non assermentés; celles des églises qui ne seront pas conservées pour le culte des prêtres constitutionnels, seront vendues ou provisoirement louées au profit de la caisse de l’extraordinaire, sans que les municipalités, districts et départements, puissent se permettre à cet égard aucune exception, sous peine de destitution pour les administrateurs, et de responsabilité personnelle pour les sommes qui auraient dû revenir à l’Etat à raison de la vente ou de la location de ces édifices.
Locuteur: Fauçhet
...astiques non assermentés qui refuseront de se soumettre à la loi du serment et à l’obligation d’être utiles à la patrie dans les fonctions constitutionnelles, auront la liberté de leur culte particulier, en se conforman...
...ai, et condammés à , 2 et jusqu’à 5 ans de gêne, selon la gravité des délits. Les accusateurs pub...
« Art. 8. Ceux des ecclésiastiques non assermentés qui refuseront de se soumettre à la loi du serment et à l’obligation d’être utiles à la patrie dans les fonctions constitutionnelles, auront la liberté de leur culte particulier, en se conformant aux décrets. Mais ceux qui s’élèveront contre les lois et occasionneront du trouble, seront oursuivis et jugés sans délai, et condammés à , 2 et jusqu’à 5 ans de gêne, selon la gravité des délits. Les accusateurs publics... (Mur-mures.)
Locuteur: Fauçhet
...ssemblée d’observer qu’en leur laissant la pleine liberté de leur culte, il ne faut pas du tout la liberté de troubler le culte des autres. Je prie l’Assemblée d’observer qu’en leur laissant la pleine liberté de leur culte, il ne faut pas du tout la liberté de troubler le culte des autres.
Locuteur: Fauçhet
...cs et les tribunaux seront responsables de la moindre négligence à cet égard ; le ministre de la justice, y tiendra sévèrement la main, et l’Assemblée nationale renverra à son comité de pétition toutes les réclamations relati...
...ort toutes les semaines, jusqu’à ce que la tranquillité sur les cultes soit pleine...
« Les accusateurs publics et les tribunaux seront responsables de la moindre négligence à cet égard ; le ministre de la justice, y tiendra sévèrement la main, et l’Assemblée nationale renverra à son comité de pétition toutes les réclamations relatives à cet objet et s’en fera faire le rapport toutes les semaines, jusqu’à ce que la tranquillité sur les cultes soit pleinement établie dans l’Empire.
Locuteur: Le Président
Je consulte l’Assemblée sur la question préalable (Des murmures violents s'élèvent dans une partie de la salle et interrompent la délibération.) Je consulte l’Assemblée sur la question préalable (Des murmures violents s'élèvent dans une partie de la salle et interrompent la délibération.)
Locuteur: Quatremère-Quincy
J’appuie la motion de l’impression du discours de M. l’abbé Fauehet, mais je demande que la demande soit motivée, afin qu’il soit notoire que le projet de loi le plus intolérant qui ait été prop... J’appuie la motion de l’impression du discours de M. l’abbé Fauehet, mais je demande que la demande soit motivée, afin qu’il soit notoire que le projet de loi le plus intolérant qui ait été proposé sur cet objet, est celui d’un prêtre.
Locuteur: Le Président
La délibération a été interrompue par la demande de la question préalable ; je ne puis répondr...
... pour savoir si elle veut délibérer sur la demande de l’impression.
La délibération a été interrompue par la demande de la question préalable ; je ne puis répondre à tout le monde ; je consulte l’Assemblée pour savoir si elle veut délibérer sur la demande de l’impression.
Locuteur: Le Président
...entant d’un peuple libre, je dois avoir la liberté d’énoncer mon opinion : Je pense qu’il faut laisser aux journalistes le soin de propager la doctrine de M. Fauehet ; mais qu’une Assemblée légi...
...emarquable que par l’Intolérance ou par la calomnie.
Un membre: Représentant d’un peuple libre, je dois avoir la liberté d’énoncer mon opinion : Je pense qu’il faut laisser aux journalistes le soin de propager la doctrine de M. Fauehet ; mais qu’une Assemblée législative ne doit pas ordonner l’impression d’un discours qui n’est remarquable que par l’Intolérance ou par la calomnie.
Locuteur: Le Président
Je mets aux voix la demande faite de l’impression. Je mets aux voix la demande faite de l’impression.
Locuteur: Le Président
(L’Assemblée ordonne l’impression et la distribution du discours de M. Fauehet.) (Applaudissements dans les... (L’Assemblée ordonne l’impression et la distribution du discours de M. Fauehet.) (Applaudissements dans les tribunes.)
Locuteur: Fauçhet
...pension sur le Trésor public, sera tenu de se lier par le serment de fidélité à toutes les lois décrétées et sanctionnées, et de s’offrir pour remplir quelques-unes des... « Art. 2. Tout citoyen valide qui jouit d’un traitement ou d’une pension sur le Trésor public, sera tenu de se lier par le serment de fidélité à toutes les lois décrétées et sanctionnées, et de s’offrir pour remplir quelques-unes des fonctions analogues à sa profession, et salariées par l’Etat.
Locuteur: Fauçhet
... des fonctions qu’après le premier jour de janvier prochain, ne conserveront que l... Art. 6. Ceux qui n’obtiendront des fonctions qu’après le premier jour de janvier prochain, ne conserveront que le tiers des pensions et traitements qui leur avaient été ci-devant accordés.
Locuteur: Fauçhet
... le serment ne seront plus admis à dire la messe dans les églises nationales ; on ... « Art. 9. Les prêtres valides qui auront refusé le serment ne seront plus admis à dire la messe dans les églises nationales ; on ne le permettra qu’aux vieillards et aux infirmes non assermentés, dont il va êt...
Locuteur: Fauçhet
...pas prêter le serment, et qui, à raison de leur âge ou de leurs infirmités, ne peuvent remplir au...
...icipalités, qui enverront au directoire de district, et ceux-ci aux directoires de département les certificats qui attesteront leur invalidité; les directoires de département adresseront les listes de ces ecclésiastiques et leurs titres con...
...Assemblée nationale qui, sur le rapport de son comité de secours, décrétera en leur faveur, d'ici au mois de janvier, un traitement d’allégeance con...
... jusqu’à cette époque, ils continueront de recevoir les traitements ou pensions qu...
...rt. 10. Les ecclésiastiques non valides, vieillards ou infirmes qui ne voudront pas prêter le serment, et qui, à raison de leur âge ou de leurs infirmités, ne peuvent remplir aucune fonction publique, se présenteront devant les municipalités, qui enverront au directoire de district, et ceux-ci aux directoires de département les certificats qui attesteront leur invalidité; les directoires de département adresseront les listes de ces ecclésiastiques et leurs titres constatés à l’Assemblée nationale qui, sur le rapport de son comité de secours, décrétera en leur faveur, d'ici au mois de janvier, un traitement d’allégeance convenable, et jusqu’à cette époque, ils continueront de recevoir les traitements ou pensions qu’ils avaient auparavant. » (Applaudissements.)
Locuteur: Fauçhet
...bres demandent l’impression du discours de M. Fauehet. Plusieurs membres demandent l’impression du discours de M. Fauehet.
Locuteur: Quatremère-Quincy
Je demande la parole. Je demande la parole.
Locuteur: Quatremère-Quincy
Plusieurs membres : La question préalable sur l’impression! Plusieurs membres : La question préalable sur l’impression!
Locuteur: Le Président
Un autre membre : C’est un discours de club. Un autre membre : C’est un discours de club.

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 424
Locuteur: Viénot-Vaublanc
blée le développement de mes idées. La liberté des cultes est un principe sacré; aucun de vous ne veut y porter atteinte. Je passe donc rapidement aux moyens de faire cesser les troubles qui se manife... blée le développement de mes idées. La liberté des cultes est un principe sacré; aucun de vous ne veut y porter atteinte. Je passe donc rapidement aux moyens de faire cesser les troubles qui se manifestent dans tous les départements.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
Il existe une source particulière de troubles, et ici, comme dans la question des émigrants, il faut, en respectant le principe, ne pas perdre de vue l’intérêt général, et laisser troubler la tran-uillitê publique ; et je n’aurai pas la cruauté de dire aux départements tourmentés par le... Il existe une source particulière de troubles, et ici, comme dans la question des émigrants, il faut, en respectant le principe, ne pas perdre de vue l’intérêt général, et laisser troubler la tran-uillitê publique ; et je n’aurai pas la cruauté de dire aux départements tourmentés par le fanatisme : Souffrez en attendant que le peuple soit plus éclairé.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...a-t-on dit, laissez aux administrateurs la liberté de prendre cette mesure sévère envers les ...
...sa pension, sans un £ u k°Dn,e conduite de la municipalité, et M . Fauchet a demandé ...
...j’y vois au contraire que le traitement de tout prêtre non assermenté, pensionné en vertu des décrets de l’As-semblee constituante, est une dett...
Eh bien ! a-t-on dit, laissez aux administrateurs la liberté de prendre cette mesure sévère envers les factieux. On n’a pas vu que c’était confondre deux pouvoirs différents, que c’ét...
...uge arbitraire. On vous a proposé que nul prêtre non assermente ne pût recevoir sa pension, sans un £ u k°Dn,e conduite de la municipalité, et M . Fauchet a demandé qu’on exécutât cette loi rigoureusement. Je ne vois pas comme lui, dans I acte constitutionnel, une expression qui puisse justifier cette tyrannie ; j’y vois au contraire que le traitement de tout prêtre non assermenté, pensionné en vertu des décrets de l’As-semblee constituante, est une dette nationale J y vois une dette sacrée qu’on ne peut cesser d acquitter sous aucu...
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...e ? Pour moi, si l’article que je viens de citer ne s’y opposait, je proposerais à...
...é à cette tribune, et qui est si jaloux de faire gagner 30,000,000 à l’Etat je lui proposerais de décharger le Trésor public des frais du...
...ements.) Cette mesure serait conforme a la raison et à la justice; car ceux qui ne peuvent se passer de prêtres doivent les payer (Applaudissem...
Voulez-vous adopter une mesure vraiment constitutionnelle ? Pour moi, si l’article que je viens de citer ne s’y opposait, je proposerais à 1 orateur qui m a précédé à cette tribune, et qui est si jaloux de faire gagner 30,000,000 à l’Etat je lui proposerais de décharger le Trésor public des frais du culte et d’en charger les localités. {Applaudissements.) Cette mesure serait conforme a la raison et à la justice; car ceux qui ne peuvent se passer de prêtres doivent les payer (Applaudissements.)
Locuteur: Viénot-Vaublanc
Mais, Messieurs, la proposition de M. Fauchet tend a mettre les prêtres non assermentés dans la nécessite de trahir leur conscience ou de mounr de faim. (Murmures.) Ce n’est pas tout d a... Mais, Messieurs, la proposition de M. Fauchet tend a mettre les prêtres non assermentés dans la nécessite de trahir leur conscience ou de mounr de faim. (Murmures.) Ce n’est pas tout d admettre un principe ; il faut en respecter religieusement toutes les conséquence...
Locuteur: Viénot-Vaublanc
«oSnXraS!eS les peines de la police correctionnelle. Cette mesure se...
...villes; mais dans les villages, au fond de* campagnes, les juges de paix pourraient-ils appliquer avec discernement la peine, et en imposeront-ils assez pour ...
..., ne devoir chercher le remède que dans la force et les moyens placés près des pou...
...titués. J’ai cru qu’il fallait combiner la loi de telle sorte qu’il n’y eût ni faiblesse,...
...rêtre factieux vît sans cesse le glaive de la loi suspendu sur sa tête, qu’il vît tou...
... les troubles dès leur naissance, avant de parvenir au jugement définitif. J ai pe...
...ient le moindre retard dans l’exécution de la loi, qu envers le factieux lui-même.
«oSnXraS!eS les peines de la police correctionnelle. Cette mesure serait excellente dans les villes; mais dans les villages, au fond de* campagnes, les juges de paix pourraient-ils appliquer avec discernement la peine, et en imposeront-ils assez pour être obéis. (Murmures.) J’ai cru, Messieurs, ne devoir chercher le remède que dans la force et les moyens placés près des pouvoirs constitués. J’ai cru qu’il fallait combiner la loi de telle sorte qu’il n’y eût ni faiblesse, m négligence à redouter dans l’exécution. J’ai cru qu’elle devait prescrire des mesures telles que le prêtre factieux vît sans cesse le glaive de la loi suspendu sur sa tête, qu’il vît toujours devant lui le juge prêt à le poursuivre et le tribunal prêt a le juger. J’...
...ait mettre dans les mains des juges un moyen provisoire, nécessaire pour arrêter les troubles dès leur naissance, avant de parvenir au jugement définitif. J ai pensé qu’il fallait être aussi sévère envers les fonctionnaires rebelles qui mettraient le moindre retard dans l’exécution de la loi, qu envers le factieux lui-même.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...tout a 1 accusateur public ; mais c’est pré-^êmen t que l’exécution de la loi rencontre des difficultés; cest qu’elle est souvent arrêtée Pa?.,la, faiblesse ou la négligence. J’ai donc pensé qui! fallai...
...t toujours remplie ; j’ai cru aussi que la loi devait être sans cesse sous les yeu...
...vous propose, en conséquence, le projet de décret suivant :
...palités doivent en dresser procês-verbal, entendre les déclarations, envoyer le tout a 1 accusateur public ; mais c’est pré-^êmen t que l’exécution de la loi rencontre des difficultés; cest qu’elle est souvent arrêtée Pa?.,la, faiblesse ou la négligence. J’ai donc pensé qui! fallait s’assurer que celte formalité serait toujours remplie ; j’ai cru aussi que la loi devait être sans cesse sous les yeux du peuple, afin que toutes les dispositions fussent présentes à son esprit; en...
...se réunir à ces deux mots s assurerqu’on dénoncera, s’assurer.qu’on jugera.’ Je vous propose, en conséquence, le projet de décret suivant :
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...rédications ou par des attentats contre la liberté des cuites, diriges contre des ...
...ront obligés, sous leur responsabilité, de dresser procès-verbal des faits et d’en instruire sur-le-champ le directoire de district qui en donnera aussitôt avis au directoire de département.
...er. Lorsque des troubles auront été excités soit par des menaces, soit par des prédications ou par des attentats contre la liberté des cuites, diriges contre des prêtres assermentés ou cçmtre ceux qui ne le sont pas, les officiers municipaux seront obligés, sous leur responsabilité, de dresser procès-verbal des faits et d’en instruire sur-le-champ le directoire de district qui en donnera aussitôt avis au directoire de département.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
directoire de district enverra aussitôt sur le territ...
...roces-verbal, s’il n’a pas été fait par la munici-pafite. Ce proces-verbal sera en...
...lai à 1 accusateur public qui sera tenu de réunir aussitôt tous les membres du tribunal, et si la gravité des circonstances lui paraît ex...
...rdre provisoire a 1 auteur des troubles de sortir sans délai, et celui qui n’y obé...
directoire de district enverra aussitôt sur le territoire où le trouble se sera manifeste, deux commissaires qui en dresseront proces-verbal, s’il n’a pas été fait par la munici-pafite. Ce proces-verbal sera envoyé sans délai à 1 accusateur public qui sera tenu de réunir aussitôt tous les membres du tribunal, et si la gravité des circonstances lui paraît exiger une mesure prompte, il pourra requérir un ordre provisoire a 1 auteur des troubles de sortir sans délai, et celui qui n’y obéira pas sur-le-champ sera conduit en prison comme perturbateur du repos public. ...
Locuteur: Viénot-Vaublanc
« Art. 3. Les tribunaux seront tenus de juger toutes affaires cessantes, celles...
...s attentats contre les principes sacrés de la liberté des cultes « Art. 4. Tout tribu...
... sur-le-champ communication au ministre de la Justice, qui en instruira le Lorps législatif. La même chose aura lieu lorsque 1 affaire ...
« Art. 3. Les tribunaux seront tenus de juger toutes affaires cessantes, celles qui auront pour cause les idées religieuses ou les attentats contre les principes sacrés de la liberté des cultes « Art. 4. Tout tribunal saisi d’une pareille affaire en donnera sur-le-champ communication au ministre de la Justice, qui en instruira le Lorps législatif. La même chose aura lieu lorsque 1 affaire sera jugée.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...ssances et enterrements, indépendamment de tout culte. Séparez des choses aussi di... ...ns d’abord aux orateurs qui ont demandé une loi pour constater les mariages, naissances et enterrements, indépendamment de tout culte. Séparez des choses aussi distinctes que les
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...ser les administrateurs des directoires de département à forcer les pretres non as...
...; mais je demande si c est un délit que de n’avoir pas prêté le serment, d ailleur...
On vous a proposé ensuite d’autoriser les administrateurs des directoires de département à forcer les pretres non assermentés à se retirer dans le cnef-Iieu du département ; mais je demande si c est un délit que de n’avoir pas prêté le serment, d ailleurs les uns sont factieux, les autres sont tranquilles.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
la diflerence entre l’homme libre et l’esc...
... le despote et le chef constitutionnel. La liberté des cultes étant indéfinie, vou...
la diflerence entre l’homme libre et l’esclave entre le despote et le chef constitutionnel. La liberté des cultes étant indéfinie, vous ne pouvez pas, sans y porter atteinte, considérer ceux
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...lée nationale, s’étant fait représenter la loi du 22 avril 1790 et voulant ajouter des mesures pour la liberté des cultes et pour rétablir la paix et la tranquillité dans tous les départements... « L’Assemblée nationale, s’étant fait représenter la loi du 22 avril 1790 et voulant ajouter des mesures pour la liberté des cultes et pour rétablir la paix et la tranquillité dans tous les départements, décrète ce qui suit :

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 425
Locuteur: Jean Duval
Si j’avais besoin d’user de quelques moyens pour me concilier votre...
...ue peu éloignée, où un honorable membre de cette Assemblée, pour obtenir de l’indulgence, vous dit avec la timidité d’une agreste modestie, qu’il n'était qu'un cultivateur : je dirais dans la même intention, mais avec un peu plus d...
...reur. J’ose maintenant vanter l’antique noblesse de ma charrue. Quelques bœufs ont été les ...
...ts; leur authenticité, mieux tracée sur de frêles parchemins, est à l’abri des atteintes de toutes les révolutions possibles. (Appl...
Si j’avais besoin d’user de quelques moyens pour me concilier votre attention, je vous reporterais à une époque peu éloignée, où un honorable membre de cette Assemblée, pour obtenir de l’indulgence, vous dit avec la timidité d’une agreste modestie, qu’il n'était qu'un cultivateur : je dirais dans la même intention, mais avec un peu plus d’énergie, je suis un laboureur. J’ose maintenant vanter l’antique noblesse de ma charrue. Quelques bœufs ont été les purs et incorruptibles tabellions par devant lesquels mes bons ancêtres en ont passé les contrats; leur authenticité, mieux tracée sur de frêles parchemins, est à l’abri des atteintes de toutes les révolutions possibles. (Applaudissements.) Je viens à l’ordre du jour.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...ette affaire importante, et il l’a fait de la manière la plus intolérante. J’ai l’honneur d’être...
...t je porte dans mon cœur les sentiments de la plus douce tolérance.
...e motion d’ordre. M.l’évêque du Calvados est le seul évêque qui ait parlé dans cette affaire importante, et il l’a fait de la manière la plus intolérante. J’ai l’honneur d’être prêtre, d’être évêque comme lui, et je porte dans mon cœur les sentiments de la plus douce tolérance.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
En conséquence, je demande, avant que la discussion soit fermée, qu’il me soit permis de présenter à l’Assemblée, des vues de tolérance plus saines et plus étendues. En conséquence, je demande, avant que la discussion soit fermée, qu’il me soit permis de présenter à l’Assemblée, des vues de tolérance plus saines et plus étendues.
Locuteur: Briche
J’invoque la question préalable sur la motion de M. l’évêque, parce que les opinants ne ...
...ans ce cas il doit attendre que l’ordre de la parole l’appelle à la tribune. (Bruit.)
J’invoque la question préalable sur la motion de M. l’évêque, parce que les opinants ne doivent pas parler ici en qualité d’évê-ques, mais comme députés, et dans ce cas il doit attendre que l’ordre de la parole l’appelle à la tribune. (Bruit.)
Locuteur: Aubert-Dubayet
...e discussion, parce qn elle a senti que la constitution civile du clergé était la plus difficile à établir, en ce qu’elle renfermait deux grands mobiles, l’intérêt de l’orgueil et celui des richesses.Elle a...
... fallait sonder les profondeurs du cœur de 1 homme, et que Ja profondeur du cœur d...
...rois qu’après avoir entendu le discours de M. Fauchet,je laisse à ceux qui sont in...
...je crois, dis-je, qu’après ce discours, la discussion doit être prolongée jusqu’à ...
L’Assemblée a donné une grande solennité à cette discussion, parce qn elle a senti que la constitution civile du clergé était la plus difficile à établir, en ce qu’elle renfermait deux grands mobiles, l’intérêt de l’orgueil et celui des richesses.Elle a longtemps appelé les moyens d’en assurer l’exécution, parce qu’il fallait sonder les profondeurs du cœur de 1 homme, et que Ja profondeur du cœur des prêtres est incommensurable. Je crois qu’après avoir entendu le discours de M. Fauchet,je laisse à ceux qui sont inscrits après moi le soin d’y répondre ; je crois, dis-je, qu’après ce discours, la discussion doit être prolongée jusqu’à ce que d’autres ecclésiastiques aient été entendus.
Locuteur: Lecoz
évêque de Rennes. Comme le préopinant, je hais le fanatisme, j’abhorre la persécution. Tous les hommes sont mes f...
... si vous ne vous occupez pas d’éteindre la source des querelles religieuses. Or, j...
évêque de Rennes. Comme le préopinant, je hais le fanatisme, j’abhorre la persécution. Tous les hommes sont mes frères ; mais cette paix, cette fraternité universelle n’existeront jamais, si vous ne vous occupez pas d’éteindre la source des querelles religieuses. Or, je soutiens que bien loin d’y parvenir, en faisant imprimer
Locuteur: Jean Duval
sagé la question qui vous occupe, comme l’ontpr...
...ujourd’hui, dans cette tribune, essayer de fixer votre attention, je ne ferais que...
...ées ; vous les recevrez comme le tribut de mon zèle et de ma bonne volonté !
sagé la question qui vous occupe, comme l’ontpré-sentée les préopinants qui ont parlé avant moi, je ne viendrais pas aujourd’hui, dans cette tribune, essayer de fixer votre attention, je ne ferais que vous engourdir dans un ennui pénible. Mais comme jecrois l’avoir vue tout autre...
...ns différents, mon projet plus différent encore, je vous offrirai mes faibles idées ; vous les recevrez comme le tribut de mon zèle et de ma bonne volonté !
Locuteur: Jean Duval
...ume les malheurs d’une guerre intestine de religion par des moyens que la justice dicte et que la sagesse avoue, voilà la tâche de l’Assemblée nationale : ainsi, nécessité de remèdes, justice et efficacité de remèdes, telle est toute la question. Ecarter du royaume les malheurs d’une guerre intestine de religion par des moyens que la justice dicte et que la sagesse avoue, voilà la tâche de l’Assemblée nationale : ainsi, nécessité de remèdes, justice et efficacité de remèdes, telle est toute la question.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
« Art. 5. Les directoires de district veilleront à l’exécution du pr...
...rectoire du département jes suspendrait de leurs fonctions et on instruirait sur-le-champ le ministre de l’Intérieur qui en donnerait connaissan...
« Art. 5. Les directoires de district veilleront à l’exécution du présent décret ; et si les administrateurs dedistrict négligeaient d’envoyer sur-le-champ des commissaires aux lieux où se seraient manifestés les troubles, le directoire du département jes suspendrait de leurs fonctions et on instruirait sur-le-champ le ministre de l’Intérieur qui en donnerait connaissance à l’Assemblée. Dans ce dernier cas, le directoire enverrait deux commissaires...
Locuteur: Viénot-Vaublanc
...que nous sommes tous d’ardents fauteurs de l’intolérance religieuse, et des persécutions déguisées sous le masque de l’équité. ...yaume, que le public ne puisse pas induire du silence d’autres évêques députés, que nous sommes tous d’ardents fauteurs de l’intolérance religieuse, et des persécutions déguisées sous le masque de l’équité.
Locuteur: Viénot-Vaublanc
Plusieurs membres : La question préalable. Plusieurs membres : La question préalable.
Locuteur: Lecoz
le discours d’un de nos collègues (Murmures le discours d’un de nos collègues (Murmures
Locuteur: Lecoz
...our ! L’ordre du jour! M. Lecoz n’a pas la parole! Voix diverses : L’ordre du jour ! L’ordre du jour! M. Lecoz n’a pas la parole!
Locuteur: Jean Duval
...l attaque un ouvrage que vous ave* juré de maintenir de tout votre pouvoir. Je ne croyais point d’abord que ce point eût besoin de discussion ni de preuve: mais quelques préopinants ont m... ...ous énerviez ses efforts puisqu’il désole ceux que vous devez consoler, puisqu'il attaque un ouvrage que vous ave* juré de maintenir de tout votre pouvoir. Je ne croyais point d’abord que ce point eût besoin de discussion ni de preuve: mais quelques préopinants ont manifesté des opinions contraires.
La nécessité de venir au secours des citoyens, des corps administratifs, de l’Empire enfin, n’est donc pas aussi pr...
...pensé. Je m’effrayais donc mal à propos de voir se gonfler nos archives de leurs nombreuses pétitions; et leurs al...
...t à ceux qui l’ont voulu gazer du voile de la légèreté et de l’insouciance), je dois, dis-je, aux pr...
...sincère aveu qu’ils n’ont pas eu le peu de partisans. Elle ne vaut donc rien... Ce...
...s. Jusqu’à ce que j’ai vu quelque chose de mieux, je la croirai la moins mauvaise, bien entendu. En attend...
...ement, elle ne perd rien sous les coups de la plupart. Je crois seulement que je n’ai...
...r fait une belle découverte, en mettant la société dans l’heureuse position de voir se retirer de son sein, ou se convertir à elle, les m...
... à réfléchir qu’on ne pense... Au reste la partie exécutive de mon projet, peut convenir dans tous les...
...éflexions, que j’ai cru devoir mettre à la suite de mon projet de décret, ne prévoyant pas pouvoir aborder de nouveau la tribune, où j’avais dessein de les faire. (Note de Vopinant.) — (Voir les dernières réflexions de M. Jean Duval aux Annexes de la séance, p. 432.)
La nécessité de venir au secours des citoyens, des corps administratifs, de l’Empire enfin, n’est donc pas aussi pressante, aussi évidente que je l’avais d’abord pensé. Je m’effrayais donc mal à propos de voir se gonfler nos archives de leurs nombreuses pétitions; et leurs alarmes ne devaient pas atteindre mon impassibilité législative ! Eh bien I Messie...
...e qui m’effraie, moi, qui n’aime pourtant pas àtrembleren vain (je ne parle point à ceux qui l’ont voulu gazer du voile de la légèreté et de l’insouciance), je dois, dis-je, aux premiers, le sincère aveu qu’ils n’ont pas eu le peu de partisans. Elle ne vaut donc rien... Ce n’est pas moi qui en tire cette conséquence ; j’en préviens. Jusqu’à ce que j’ai vu quelque chose de mieux, je la croirai la moins mauvaise, bien entendu. En attendant, j’apprécie les censures qu’elle essuie ; et à parler franchement, elle ne perd rien sous les coups de la plupart. Je crois seulement que je n’ai pas été bein compris. Je croyais avoir fait une belle découverte, en mettant la société dans l’heureuse position de voir se retirer de son sein, ou se convertir à elle, les méchants qui (a tourmentent... Il y a peut-être plus à réfléchir qu’on ne pense... Au reste la partie exécutive de mon projet, peut convenir dans tous les cas, et j’en crois l’efficacité indubitable. Je le recommande à mes collègues. Je leur recommande aussi mes dernières réflexions, que j’ai cru devoir mettre à la suite de mon projet de décret, ne prévoyant pas pouvoir aborder de nouveau la tribune, où j’avais dessein de les faire. (Note de Vopinant.) — (Voir les dernières réflexions de M. Jean Duval aux Annexes de la séance, p. 432.)
(2) Mon opinion a eu beaucoup de censeurs, et bien (2) Mon opinion a eu beaucoup de censeurs, et bien

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 426
Locuteur: Jean Duval
secret de me persuader, bien moins celui de me convaincre. L’on ne s’aveugle point ...
...sprit acompris, et mon cœur a été serré de douleur voila mes orateurs,à moi.Geux-, mais ceux- seulement me dominent par un empire irr...
...sont point un don stérile que je tienne de la nature. (Applaudissements.) Il faut n a...
...hère philosophique pour ignorer l’abîme de maux dans lequel les insinuations des prêtres malveillants ont bientôt plonge la moitié de la génération actuelle. Ne cherchons point Messieurs, à nous faire illusion; ehte de la plus belle nation du monde, donnons a 1 univers un grand et solennel aveu de la folie de nos principes et de l’impuissance de nos moyens, ou bien montrons la sagesse des uns, et déployons 1 energie des autres. La nécessité ne corn ait point de milieu; si je me trompe, je ne savais ce que je faisais, quand j’ai juré de vivre libre ou mourir. Dépositaire de la majesté nationale, n ayons pas l’air de ployer sous ce grand caractere.La natio...
secret de me persuader, bien moins celui de me convaincre. L’on ne s’aveugle point sur des faits. Mes yeux ont vu, mes oreilles ont entendu, mon esprit acompris, et mon cœur a été serré de douleur voila mes orateurs,à moi.Geux-, mais ceux- seulement me dominent par un empire irrésistible parce que mes sens ne sont point un don stérile que je tienne de la nature. (Applaudissements.) Il faut n avoir vu que les grandes villes, ou n’avoir point franchi leur atmosphère philosophique pour ignorer l’abîme de maux dans lequel les insinuations des prêtres malveillants ont bientôt plonge la moitié de la génération actuelle. Ne cherchons point Messieurs, à nous faire illusion; ehte de la plus belle nation du monde, donnons a 1 univers un grand et solennel aveu de la folie de nos principes et de l’impuissance de nos moyens, ou bien montrons la sagesse des uns, et déployons 1 energie des autres. La nécessité ne corn ait point de milieu; si je me trompe, je ne savais ce que je faisais, quand j’ai juré de vivre libre ou mourir. Dépositaire de la majesté nationale, n ayons pas l’air de ployer sous ce grand caractere.La nation le tient suspendu sur nos têtes,
Locuteur: Jean Duval
... clairement expliquée sur les faits qui la desolent. 11 est donc vrai, Messieurs, ...
...t raisonnement qui distrait 1 attention de cette fatale vérité, n’a aucun mérimitp...
mip frnCn°Ta-nCe' ile n(ûs’est malheureusement que trop clairement expliquée sur les faits qui la desolent. 11 est donc vrai, Messieurs, que le trou-^ et raisonnement qui distrait 1 attention de cette fatale vérité, n’a aucun mérimitp p0S yeUX^ n est pas moins vraii sa«s
Locuteur: Jean Duval
ontSî 5 i?mD8 es uns> de l’injustice dans les ?n.!o T 1 éloquence et de l’insuffisance dans dp LLVT ,pne’ Messieurs, de me permettre Vn.ïl quelques développeme...
...! Hp0P°-UVez !rop PréParer une loi, que la mais dix circonstances exige impérieuse...
ontSî 5 i?mD8 es uns> de l’injustice dans les ?n.!o T 1 éloquence et de l’insuffisance dans dp LLVT ,pne’ Messieurs, de me permettre Vn.ïl quelques développements à ces idées, forï! Hp0P°-UVez !rop PréParer une loi, que la mais dix circonstances exige impérieusement,
Locuteur: Jean Duval
...lée ne doit se livrer qu en tremblant à la sévérité extrême, et qu’elle soit bien ...
...s seraient illusoires; car, en général, la rigueur ne doit commencer que la raodéra-v°«-*nS p-.e,ul °Pérer- J’aimerais à la voir dans l attitude d un médecin qui sonde, avec la timidité du discernement, la profondeur de la plaie, et qui ne se détermine à couper ...
...plaudissements.) J aimerais encore à me la représenter comme un pere de famille, dont la sagesse dirige les soins journaliers su...
...éris. Si, malgré sa vigilance, en dépit de ses précautions, la corruption se glisse dans le cœur de quelques-uns, abandonnera-t-il les autr...
...res ; mais il s’appliquera à rechercher la source du mal ; il examinera les rapports mutuels de ses enfants; il reculera, s’il le faut ...
... si après avoir épuisé toutes les voies de ménagement, il voit que la contagion menace sa famille d une désol...
... éclairera sa sensibilité ; il s’armera de force et de courage, couvrira de sa malédiction l’enfant corrupteur, le chassera, et il restera environné de caresses et de bénédictions, au sein du reste de sa famille, purifiée, vertueuse et pais...
... l’étendue. Quant au caractère que cette mesure doit avoir, je sais que l’Assemblée ne doit se livrer qu en tremblant à la sévérité extrême, et qu’elle soit bien convaincue, auparavant, que d’autres moyens seraient illusoires; car, en général, la rigueur ne doit commencer que la raodéra-v°«-*nS p-.e,ul °Pérer- J’aimerais à la voir dans l attitude d un médecin qui sonde, avec la timidité du discernement, la profondeur de la plaie, et qui ne se détermine à couper le membre gangrené qu’après s’être bien assuré qu’il ne peut autrement sauver le corps entier. (.Applaudissements.) J aimerais encore à me la représenter comme un pere de famille, dont la sagesse dirige les soins journaliers sur des enfants nombreux et chéris. Si, malgré sa vigilance, en dépit de ses précautions, la corruption se glisse dans le cœur de quelques-uns, abandonnera-t-il les autres à ses rayages? Eh! non, l’insouciance ne fut jamais le vice des pères ; mais il s’appliquera à rechercher la source du mal ; il examinera les rapports mutuels de ses enfants; il reculera, s’il le faut dans le passé, s’avancera dans l’avenir, pesera le présent. Il descendra dans le...
... voilà en quoi je fais consister lesressources d’une modération ingénieuse. Mais si après avoir épuisé toutes les voies de ménagement, il voit que la contagion menace sa famille d une désolation générale ; alors l’intérêt dyi plus grand nombre éclairera sa sensibilité ; il s’armera de force et de courage, couvrira de sa malédiction l’enfant corrupteur, le chassera, et il restera environné de caresses et de bénédictions, au sein du reste de sa famille, purifiée, vertueuse et paisible.
Locuteur: Jean Duval
...s, Messieurs, présentent des idées dont la vérité est bien connue, et la moralité bien sentie dans cette assembl...
... Messieurs, vous en obtiendrez le fruit de la sagesse, que la France attend de vous. Qui devez-vous guérir, Messieurs? l’Etat. Ce malade est digne de vous, et yous seuls êtes dignes de regarder la plaie. Quel est son mal? une fièvre rel...
...z-y à plus d’une fois. Il faut beaucoup de discernement et de forces. Le fanatisme s’irrite et s’enfl...
...s moyens injustes, frappez le fanatique de manière qu’il crie à la douleur; mais qu’il ne puisse crier à l...
...ition injuste qui excite une compassion de quelque importance delà part d’autrui, ...
... ne pourrait être puni sans danger pour la société. Ainsi, faire une loi répressiv...
Ces comparaisons simples, Messieurs, présentent des idées dont la vérité est bien connue, et la moralité bien sentie dans cette assemblée. Elles sont fécondes ces idées, surtout quand le génie sait les caresser! Que le vôtre les féconde, Messieurs, vous en obtiendrez le fruit de la sagesse, que la France attend de vous. Qui devez-vous guérir, Messieurs? l’Etat. Ce malade est digne de vous, et yous seuls êtes dignes de regarder la plaie. Quel est son mal? une fièvre religieuse. {Rires et applaudissements.) Ah! regardez-y à plus d’une fois. Il faut beaucoup de discernement et de forces. Le fanatisme s’irrite et s’enflamme par une opposition violente vous a-t-on dit. Et moi aussi, je l’avais dit, ...
...’elle serait violente, que parce qu’elle serait intempestive, ou employée par des moyens injustes, frappez le fanatique de manière qu’il crie à la douleur; mais qu’il ne puisse crier à l’injustice, et scs cris ne perceront que sa conscience. {Applaudissements.) Ce n’est point un châtiment mérité, mais une punition injuste qui excite une compassion de quelque importance delà part d’autrui, et dont on doive redouter les suites; autrement Je brigand meme ne pourrait être puni sans danger pour la société. Ainsi, faire une loi répressive, mais juste; trouver des moyens certains pour qu elle soit exécutée, voilà tou...
Locuteur: Jean Duval
Messieurs, disons-le franchement. La France es -eUe agitee ou non par le fan... Messieurs, disons-le franchement. La France es -eUe agitee ou non par le fanatisme?
Locuteur: Jean Duval
...t, ceux qui q *ne 1 es,t Pas> mentent à la nation. ’ a ,1, question. Si elle l’est, ceux qui q *ne 1 es,t Pas> mentent à la nation.
Locuteur: Jean Duval
rpnrif t P38’ 0 la nati°n Qui ment à ses représentants. Je... rpnrif t P38’ 0 la nati°n Qui ment à ses représentants. Je sais bien à quelle opinion je
Locuteur: Jean Duval
...nf i s’ s* nos commettants nous doivent la soumission, nous ne leur refuserons Hnîuonf i s’ s* nos commettants nous doivent la soumission, nous ne leur refuserons
Locuteur: Jean Duval
...rez-vous dans les inextricables détails de remèdes partiels? Vous armerez-vous de toute votre force, et de ...mment vous y prendrez-vous? sera-ce par îfno[1]e®es générales ; ou bien, descendrez-vous dans les inextricables détails de remèdes partiels? Vous armerez-vous de toute votre force, et de
Locuteur: Jean Duval
...ût infaillible. J avoue que les projets de ceux qui in adiihîp8 IS0S m°yens, Que son exécution fût infaillible. J avoue que les projets de ceux qui
Locuteur: Jean Duval
ont pane avant moi m’ont paru bien loin de ont pane avant moi m’ont paru bien loin de
Locuteur: Jean Duval
... trois conditions essentielles. J’ai vu de reunir ces trois conditions essentielles. J’ai vu de
Locuteur: Jean Duval
...t ffénJrH p,renclra » tel est mon avis. La Dlale^st ffénJrH p,renclra » tel est mon avis. La

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 427
Locuteur: Jean Duval
... épuratoire est légitime; elle est dans la justice, elle est même nécessaire, puis...
...u prêtre non assermenté mais pacifique, de séparer sa cause de celle des séditieux avec lesquels il es...
... a l’avantage, inappréciable peut-être, de faire prononcer au mal intentionné sa propre condamnation, et de faire appeler sur lui-même la peine discernée contre le perturbateur,...
...nnent que par faute d’un motif éventuel de le quitter. Cette mesure épuratoire consommée dans les délais que la loi fixerait, il s’agirait de prononcer sur le sort de ceux qui, n’ayant pas voulu promettre à la société qu’ils ne la troubleraient point, l’auraient bien av...
...s précautions contre leur malice. Alors la voie de réclusion ou d’expulsion semble s’offrir d’elle-même : car la société peut très bien rejeter de son sein un être qui ne veut y rester q...
...funestes. Ce moyen vous met donc à même de purger l’Etat, si vous le voulez, avec ...
...auvais sujets qui travaillent avec tant de zèle à sa ruine. Voilà donc déjà un grand pas fait vers...
...’on ne dise pas que ce parti excéderait la modération législative : car la modération politique bien combinée ne peut être qu’un heureux accord de la sévérité et de la justice.
Cette mesure épuratoire est légitime; elle est dans la justice, elle est même nécessaire, puisqu’elle est le seul moyen, peut-être, que vous puissiez offrir au prêtre non assermenté mais pacifique, de séparer sa cause de celle des séditieux avec lesquels il est enveloppé dans un rapport commun. Cette mesure a l’avantage, inappréciable peut-être, de faire prononcer au mal intentionné sa propre condamnation, et de faire appeler sur lui-même la peine discernée contre le perturbateur, comme cette mesure pourrait aussi offrir à un grand nombre une occasion d’abandonner un projet, dont ils ont honte, et auquel ils ne tiennent que par faute d’un motif éventuel de le quitter. Cette mesure épuratoire consommée dans les délais que la loi fixerait, il s’agirait de prononcer sur le sort de ceux qui, n’ayant pas voulu promettre à la société qu’ils ne la troubleraient point, l’auraient bien avertie et bien autorisée, sans doute, à prendre des précautions contre leur malice. Alors la voie de réclusion ou d’expulsion semble s’offrir d’elle-même : car la société peut très bien rejeter de son sein un être qui ne veut y rester que pour lui donner des convulsions funestes. Ce moyen vous met donc à même de purger l’Etat, si vous le voulez, avec discernement et justice, des mauvais sujets qui travaillent avec tant de zèle à sa ruine. Voilà donc déjà un grand pas fait vers une loi en même temps efficace et juste. Qu’on ne dise pas que ce parti excéderait la modération législative : car la modération politique bien combinée ne peut être qu’un heureux accord de la sévérité et de la justice.
Locuteur: Jean Duval
...es; ceux qui n’ayant d’autres torts que de n’avoir point prêté le serment subissent paisiblement les privations que la loi a attachées à leur refus; et ceux q...
...à répandre dans les sociétés des germes de séditions. Les premiers sont punis de leur imbécillité. Ils sont à plaindre, ...
...il est nécessaire que vous soyez à même de les connaître. C’est une précaution qui...
Il faut distinguer ces prêtres en deux classes; ceux qui n’ayant d’autres torts que de n’avoir point prêté le serment subissent paisiblement les privations que la loi a attachées à leur refus; et ceux qu’un aveuglement fatal, ou des intentions perverses portent à répandre dans les sociétés des germes de séditions. Les premiers sont punis de leur imbécillité. Ils sont à plaindre, mais ils ne peuvent, sans injustice, être enveloppés dans les mesures que vous dirigerez contre les autres. Il faut donc que vous les en sépariez, et pour cela, il est nécessaire que vous soyez à même de les connaître. C’est une précaution qui ne peut échapper à votre sagesse sans compromettre votre justice.
Locuteur: Jean Duval
...uer les moyens, vous pourrez vous armer de toute votre force, de cette vertu de législateur, seule susceptible, peut-être de plus ou de moins, et votre justice, toujours une, toujours la même, ne sera point altérée. ...nction des bons et des mauvais, une fois bien établie, et j’espère vous en indiquer les moyens, vous pourrez vous armer de toute votre force, de cette vertu de législateur, seule susceptible, peut-être de plus ou de moins, et votre justice, toujours une, toujours la même, ne sera point altérée.
Locuteur: Jean Duval
...doit lancer ses traits que sur ceux que la modération ne peut atteindre, je voudrais trouver dans le moral de l’homme, dans sa pudeur naturelle que le plus méchant ne vient jamais à bout de secouer tout à fait, dans ses habitudes, un moyen de les laisser (ces prêtres) végéter sans ... Mais comme j’ai dit que l’extrême sévérité ne doit lancer ses traits que sur ceux que la modération ne peut atteindre, je voudrais trouver dans le moral de l’homme, dans sa pudeur naturelle que le plus méchant ne vient jamais à bout de secouer tout à fait, dans ses habitudes, un moyen de les laisser (ces prêtres) végéter sans danger dans une société qui ne pourrait plus avoir pour eux que
Locuteur: Jean Duval
ils ont trouvé le secret de l’éluder en se réfugiant dans des retra... ils ont trouvé le secret de l’éluder en se réfugiant dans des retranchements spirituels où elle ne pénètre point. Gomment faire pour diriger des pr...
Locuteur: Jean Duval
...votre loi atteigne l’événement possible de ces circonstances diverses. Pour venir à ce but j’exigerais de tout prêtre non sermenté un acte car le... ... séditieux revienne d’un jour à l’autre, à des sentiments civiques. 11 faut que votre loi atteigne l’événement possible de ces circonstances diverses. Pour venir à ce but j’exigerais de tout prêtre non sermenté un acte car lequel il s’obligerait solennellement à ne jamais troubler une société dont il vou...

Séance du mercredi 26 octobre 1791, au matin

page 432
...pêcher ce moyen, sinon l’impos-sibilite de l’employer sans être injuste. Si c’est ...
...e que je suis attaché à ce péché social-. La doctrine contraire m’a paru acquérir quelque faveur dans la bouche éloquente de quelques opinants et 1 impression que l’Assemblée a ordonnée des discours de quelques-uns, est une preuve de celles qu’ils ont laite sur elle. Elle ...
...sentiment pour celui qui oserait tenter de les réfuter. Je me permettrai néanmoins quelques réflexions. La témérité n’a point de plus belle cause que le zèle du bien pu...
...d un coup qu’ils n’ont nullement abordé la question. Elle leur a paru étroite ; el...
...vaste champ dans lequel ils ont préféré de développer de grandes idées de tolérance, ou d’intolérance comme l’on ...
...our arriver sans coup férir, aux effets de leurs trop tolérants projets. Messieurs...
...iNon, Messieurs, ils n’ont point abordé la ques- (1) Voir ci-dessus l’opinion de M. Jean Duval, page 42S,
... quand l’existence du trouble n’était point contestée, et que rien ne pouvait empêcher ce moyen, sinon l’impos-sibilite de l’employer sans être injuste. Si c’est une erreur; elle me conduira loin, car j’avoue que je suis attaché à ce péché social-. La doctrine contraire m’a paru acquérir quelque faveur dans la bouche éloquente de quelques opinants et 1 impression que l’Assemblée a ordonnée des discours de quelques-uns, est une preuve de celles qu’ils ont laite sur elle. Elle est aussi un lacheux pressentiment pour celui qui oserait tenter de les réfuter. Je me permettrai néanmoins quelques réflexions. La témérité n’a point de plus belle cause que le zèle du bien public. Ainsi, comme je veux être court, je dirai tout d un coup qu’ils n’ont nullement abordé la question. Elle leur a paru étroite ; elle l’est en effet. Ils ont découvert à côté un vaste champ dans lequel ils ont préféré de développer de grandes idées de tolérance, ou d’intolérance comme l’on voudra l’entendre, une éloquence déliée et ingénieuse, un art bien marqué, des i...
...ien exprimées, en un mot, un grand talent, mais trop faible encore, j’es-pere, pour arriver sans coup férir, aux effets de leurs trop tolérants projets. Messieurs, un raisonnement qui prouve trop, ne prouve rien : en politique qui tolère trop, ne tolère point. iNon, Messieurs, ils n’ont point abordé la ques- (1) Voir ci-dessus l’opinion de M. Jean Duval, page 42S,
A LA A LA
séance de l’Assemblée nationale législative séance de l’Assemblée nationale législative

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

- search term matches: (635)

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 462
Locuteur: Le Président
...ce en même temps à l’Assemblée qu’après la séance elle devra procéder à la, nomination des membres du comité d’instruction publique, et à celle du soir, à la nomination des quatre commissaires pour les lettres de cachet. J’annonce en même temps à l’Assemblée qu’après la séance elle devra procéder à la, nomination des membres du comité d’instruction publique, et à celle du soir, à la nomination des quatre commissaires pour les lettres de cachet.
Locuteur: Le Président
...t que M. Giroult, député du département de la Manche, avait été assassiné. J’ai écrit à M. le maire de Paris pour qu’il prenne des information...
...écarter les bruits, qui se répandraient -dessus.
Quelques papiers publics ont répandu le bruit que M. Giroult, député du département de la Manche, avait été assassiné. J’ai écrit à M. le maire de Paris pour qu’il prenne des informations. Il me répond qu’il est certain que M. Giroult n’a pas été assassiné. Je fais cette déclaration pour écarter les bruits, qui se répandraient -dessus.
Locuteur: Jacob Dupont
J’ai demandé la parole au sujet de la lettre que le ministre des contribution...
...istre, qu’il s’agit surtout d’accélérer la répartition des contributions, par le moyen des directoires de disirict, à l’égard des municipalités. ...
J’ai demandé la parole au sujet de la lettre que le ministre des contributions publiques a adressée à l’Assemblée hier matin. J’observe, d’après les états remis par le ministre, qu’il s’agit surtout d’accélérer la répartition des contributions, par le moyen des directoires de disirict, à l’égard des municipalités. A cet effet, voici les trois questions que je propose :
Locuteur: Jacob Dupont
...comité des impositions sera-t-il chargé de faire pour les directoires de disirict une instruction qui leur facilitera le travail de la répartition des contributions foncière et mobilière, en leur indiquant la base qu’ils doivent prendre; 1° Le comité des impositions sera-t-il chargé de faire pour les directoires de disirict une instruction qui leur facilitera le travail de la répartition des contributions foncière et mobilière, en leur indiquant la base qu’ils doivent prendre;
Locuteur: Jacob Dupont
...argera-t-elle seulement les direcioires de district de faire les répartitions des contributions pour l’année 1792, comme ils l’ont faiie ou la feront pour l’année 1791? 2° L’Assemblée nationale chargera-t-elle seulement les direcioires de district de faire les répartitions des contributions pour l’année 1792, comme ils l’ont faiie ou la feront pour l’année 1791?
Locuteur: Jacob Dupont
...elle au cinquième ou au sixième le taux de la contribution foncière pour 1792? 3° L’Assemblée nauonafe fixera-t-elle au cinquième ou au sixième le taux de la contribution foncière pour 1792?
Locuteur: Condorcet
secrétaire, donne lecture d’une lettre de l assemblée des citoyens actifs de la ville de Carpentras, écrite en leur nom, et.par laquelle ils prient l’Assemblée de faire cesser les désordres et les briga... secrétaire, donne lecture d’une lettre de l assemblée des citoyens actifs de la ville de Carpentras, écrite en leur nom, et.par laquelle ils prient l’Assemblée de faire cesser les désordres et les brigandages dont leur pays' est infesté : elle est ainsi conçue :
Locuteur: Condorcet
...ne époque qui devait nous faire espérer de voir finir les malheurs qui ont désolé ...
...par le roi en vertu du décret rendu par la précédente législature. Nous reposions tranquilles à l’ombre de cette médiation sainte, lorsque tout à ...
...ssément articulé dans les préliminaires de paix dont vos prédéces eurs ont prononcé garantie, les troupes de ligne qui étaient dans la. ville avaient été retirées, et que leu...
... ayant laissé le palais, et L’arsenal à la disposition de l’armée de Monteux, appelée. Vauclusienne, et du sieur Jourdan, chef de tous les factieux et général de cette armée, les. avait rendus maîtres de la vie des citoyens de cette malheureuse con'rée.
« S’il était une époque qui devait nous faire espérer de voir finir les malheurs qui ont désolé Avignon et le Gomtat, c’était, sans doute, celle qui avait amené dans ces.contrées les commis-saires-médiateurs envoyés par le roi en vertu du décret rendu par la précédente législature. Nous reposions tranquilles à l’ombre de cette médiation sainte, lorsque tout à coup nous apprîmes que, contre ce q,ui est expressément articulé dans les préliminaires de paix dont vos prédéces eurs ont prononcé garantie, les troupes de ligne qui étaient dans la. ville avaient été retirées, et que leur retraite ayant laissé le palais, et L’arsenal à la disposition de l’armée de Monteux, appelée. Vauclusienne, et du sieur Jourdan, chef de tous les factieux et général de cette armée, les. avait rendus maîtres de la vie des citoyens de cette malheureuse con'rée.
Locuteur: Condorcet
...vaient plus d’autre parti à prendre que de quitter une ville ui avait été le théâtre de tant de forfaits. Cenen-ant, rassurés par la présence de M. Mulot, médiateur de la France, nous pensions qu’il ne perdrait pas de vue une ville où pourraient se renouveler les horreurs de la guerre civile. Mais tout à coup nous sommes informés que le-eieur Jourdan, à l’appui de tous ses satellites, y commet, sous les yeux de la médiation, les forfaits les plus affreu... ...ette nouvelle,, Messieurs, nous remplit d’effroi. Tous les honnêtes citoyens n’avaient plus d’autre parti à prendre que de quitter une ville ui avait été le théâtre de tant de forfaits. Cenen-ant, rassurés par la présence de M. Mulot, médiateur de la France, nous pensions qu’il ne perdrait pas de vue une ville où pourraient se renouveler les horreurs de la guerre civile. Mais tout à coup nous sommes informés que le-eieur Jourdan, à l’appui de tous ses satellites, y commet, sous les yeux de la médiation, les forfaits les plus affreux, et tels qu’on n en voit pas d’exemples, chef les nations les plus barbares.
Locuteur: Le Président
...our lu nomination des membres du comité de féodalité. Sont élus : Voici' le résultat du scrutin pour lu nomination des membres du comité de féodalité. Sont élus :
PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL. PRÉSIDENCE DE M. DUCASTEL.
La séance est ouverte à neuf heures du mat... La séance est ouverte à neuf heures du matim..
Un de MM. les secrétaires fait lecture des pr... Un de MM. les secrétaires fait lecture des procès-verbaux des séances du matin et du soir du jeudi 27, octobre.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 463
Locuteur: Condorcet
de ces hommes les biens et la fortune de* ces habitants éiorgés sans miséricorde... de ces hommes les biens et la fortune de* ces habitants éiorgés sans miséricorde, rendra infailliblement' celte ville- entièrement déserte.
Locuteur: Condorcet
...tes pour dissiper ou anéantir une horde de scélérats, presque tous gens sans aveu ...
...er.se nourrissent depuis longtemps, que de sang, de meurtres et de pillage. Nous osons nous promeitre de la justice de nos réclamations, que suspendant, pour ...
...nibles travaux, vous jetterez un regard de compassion sur une ville dont les citoy...
...age, si vous ne venez bientôt les tirer de l’oppression dans laquelle ils gémissen...
...même courrier au roi des Français, pour qu’il daigne envoyer des ferres suffisantes pour dissiper ou anéantir une horde de scélérats, presque tous gens sans aveu et voués à l’infamie et qui ner.se nourrissent depuis longtemps, que de sang, de meurtres et de pillage. Nous osons nous promeitre de la justice de nos réclamations, que suspendant, pour quelques moments, vos-pénibles travaux, vous jetterez un regard de compassion sur une ville dont les citoyens finiront par être massacrés sans pitié, et auxquels il ne restera que le désespoir pour partage, si vous ne venez bientôt les tirer de l’oppression dans laquelle ils gémissent.
Locuteur: Condorcet
...e d’une lettre des officiers municipaux de Strasbourg, qui demanda nt justice, au nom de la commune de cette ville, des violences exercées dans la principauté d’Ettenheim, par des officiers déserteurs du régiment de Berwiek, sur des citoyens de Strasbourg ; elle est ainsi conçue : secrétaire, donne lecture d’une lettre des officiers municipaux de Strasbourg, qui demanda nt justice, au nom de la commune de cette ville, des violences exercées dans la principauté d’Ettenheim, par des officiers déserteurs du régiment de Berwiek, sur des citoyens de Strasbourg ; elle est ainsi conçue :
Locuteur: Condorcet
...commis contre des citoveos français sur la rive droite du Rhin. Nous venons vous les dénoncer et vous prier de-rendre justice' à nos concitoyens en fa...
... Les sieurs B ger et Cormer, citoyens e la commune de Strasbourg, traversant la partie du ci-devant évêché de Strasbourg, siiuée de l’autre côté du Rhin, y ont été arrêtés...
...et maltraités par les lâches déserteurs de la patrie que soudoient et commandent deux transfuges de l’Assemblée constituante, les sieurs de Rotian et Mirabeau cadet.
« Des attentats multipliés ont été commis contre des citoveos français sur la rive droite du Rhin. Nous venons vous les dénoncer et vous prier de-rendre justice' à nos concitoyens en faisant cesser les attentats que l’on commet sur le territoire d’Etteoheim, par les mesures les plus promptes. Les sieurs B ger et Cormer, citoyens e la commune de Strasbourg, traversant la partie du ci-devant évêché de Strasbourg, siiuée de l’autre côté du Rhin, y ont été arrêtés, insultés et maltraités par les lâches déserteurs de la patrie que soudoient et commandent deux transfuges de l’Assemblée constituante, les sieurs de Rotian et Mirabeau cadet.
Locuteur: Condorcet
« L1 s moments sont décisifs pour la fortune de l'Empire français. La plus grande énergie doit suivre la proclamation de la liberté. Nous vous demandons une réparation éclatante au nom de vos devoirs et de vos serments. Nous la demandons au roi des Français, au nom du pacte solennel qu’il vient de contracter avec la nation. L’impunité trop longtemps prolo...
...ntières pour se rallier sous l’étendard de la rébellion? Eh! s’il faut combattre qu’i...
« L1 s moments sont décisifs pour la fortune de l'Empire français. La plus grande énergie doit suivre la proclamation de la liberté. Nous vous demandons une réparation éclatante au nom de vos devoirs et de vos serments. Nous la demandons au roi des Français, au nom du pacte solennel qu’il vient de contracter avec la nation. L’impunité trop longtemps prolongée ne fait qu’enhardir les traitres. Ne voyez-vous pas comme ils se précipitent sur nos frontières pour se rallier sous l’étendard de la rébellion? Eh! s’il faut combattre qu’ils viennent, nous sommes prêts. L’aliernative est vaincre ou mourir. (Applaudiss...
Locuteur: Condorcet
secrétaire, donne lecture d’une lettre de M. Anisson, directeur de Vlmprimerie royale, qui demande a l’Assemblée ses ordres sur la manière dont elle désire que les lois i... secrétaire, donne lecture d’une lettre de M. Anisson, directeur de Vlmprimerie royale, qui demande a l’Assemblée ses ordres sur la manière dont elle désire que les lois imprimées dans cette imprimerie soient distribuées à ses membres.
Locuteur: Brissot de Warville
...résentée à MM. les officiers municipaux de Ghâieau-Thierry, par M. Louis Lequny, l...
...es volontaires nationaux du département de Sei>ne-et-Marne, tendant à ce que, pour les motifs y exprimés, il soit accordé, le 21: de ce- mois, un séjour à la troupe qu’il commande ; vu l’arrêté de la municipalité de Château-Thierry, contenant le renvoi de cette pétition au directoire.
« Vu une pétition présentée à MM. les officiers municipaux de Ghâieau-Thierry, par M. Louis Lequny, lieutenant-colonel du second bataillon des volontaires nationaux du département de Sei>ne-et-Marne, tendant à ce que, pour les motifs y exprimés, il soit accordé, le 21: de ce- mois, un séjour à la troupe qu’il commande ; vu l’arrêté de la municipalité de Château-Thierry, contenant le renvoi de cette pétition au directoire.
Locuteur: Brissot de Warville
...ue, s’il ne s’arrêtait qu’aux principes de la subordination qui exigent qu’un corps m...
...n dans l’ordre et le temps indiqués par la route qui lui a été tracée, il se dispenserait de donner son avis sur le séjour demandé, par la raison que la route délivrée par le pouvoir exécutif, le 15 de ce mois, au deuxième bataillon, ne fixe de séjour qu’à Epernay; mais qu’il est des circonstances impérieuses qui forcent de se'relâcher de la rigueur de ce qui est prescrit ;
« Le directoire considérant que, s’il ne s’arrêtait qu’aux principes de la subordination qui exigent qu’un corps militaire se rende à sa destination dans l’ordre et le temps indiqués par la route qui lui a été tracée, il se dispenserait de donner son avis sur le séjour demandé, par la raison que la route délivrée par le pouvoir exécutif, le 15 de ce mois, au deuxième bataillon, ne fixe de séjour qu’à Epernay; mais qu’il est des circonstances impérieuses qui forcent de se'relâcher de la rigueur de ce qui est prescrit ;
Locuteur: Brissot de Warville
« Considérant que la négligence du ministre à prévenir les-municipalités de la marche du bataillon exige un séjour, ne...
...ce bataillon n’a trouvé dans les villes son' passage aucuns approvisionnements, et qu’il a été forcé, après avoir employé la matinée à marcher par la pluie, d’attendrejjusqu’à 6 heures du s...
« Considérant que la négligence du ministre à prévenir les-municipalités de la marche du bataillon exige un séjour, ne fût-ce que pour réparer son omission, et dépêcher vers les municipales deDorman...
...instruire du passage du bataillon, et faire préparer des- vivres; que jusqu’ici ce bataillon n’a trouvé dans les villes son' passage aucuns approvisionnements, et qu’il a été forcé, après avoir employé la matinée à marcher par la pluie, d’attendrejjusqu’à 6 heures du soir pour avoir du pain chaud.
Locuteur: Brissot de Warville
...yant dépêché vers le ministre; il reçut la réponse de se rendre à Sainte-Menehould, et n’obtr... ...érents à ce deuxième bataillon, l’ont mis dans une incertitude désagréable, qu’ayant dépêché vers le ministre; il reçut la réponse de se rendre à Sainte-Menehould, et n’obtrnt, pour motif des deux ordres donnés, que l’assertion qu’on s’était trompé dans...
Locuteur: Condorcet
...e sont pas l'es seuls qui aient éprouvé de pareilles insultes, qui aient été arrêt... « Ges citoyens ne sont pas l'es seuls qui aient éprouvé de pareilles insultes, qui aient été arrêtés contre le droit des nations. Les sieurs Cliouart, Fresso! etautres ontété emp...
Locuteur: Condorcet
...onnue des nations? Jusqu’à quand le nom de Français sera-t-il insulté sur nus fron... « Jusqu’à quand notre sainte Constitution sera-t-elle inconnue des nations? Jusqu’à quand le nom de Français sera-t-il insulté sur nus frontières ? Les actes ci-joints portent les détails des attentats dont nous nous pl...
Locuteur: Condorcet
...ette lettre au comité du secrétariat et de l’Imprimerie.) (L’Assemblée renvoie cette lettre au comité du secrétariat et de l’Imprimerie.)
Locuteur: Brissot de Warville
... registre des délibérations du district de Château-Thierry, qui se. plaint de. ce que le bataillon de gardes nationaux du département de Seine-et-Marne n’a point reçu les armes dont il. avait besoin, et de divers manquements qu’il a éprouvés dan... secrétaire. Voici un extrait du registre des délibérations du district de Château-Thierry, qui se. plaint de. ce que le bataillon de gardes nationaux du département de Seine-et-Marne n’a point reçu les armes dont il. avait besoin, et de divers manquements qu’il a éprouvés dans sa marche vers les frontières; comme il est très court, je vais en donner lect...
Locuteur: Brissot de Warville
...délibérations du directoire du district de. Château-Thierry, séance du 20 octobre. Extrait des registres des délibérations du directoire du district de. Château-Thierry, séance du 20 octobre.
Locuteur: Brissot de Warville
...idérant qu’il est du devoir du ministre de prévenir et d’empêcher de pareilles erreurs ; « Considérant qu’il est du devoir du ministre de prévenir et d’empêcher de pareilles erreurs ;

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 464
Locuteur: Brissot de Warville
...que le deuxième bataillon n a pas cessé de recevoir la pluie depuis 4 jours; que ses voitures ...
...e transport des volontaires hors d’état de marcher ; que forcer encore la marche pendant 2 jours, et par le mauva...
...er en route dans les hôpitaux, beaucoup de soldats, dont l’existence est précieuse ; qu’en séjournant ils seront à même de faire sécher leurs habit-', et qu’ils é...
...ntre eux sont attaqués; que l'humanité, la reconnaissance due à leur zèle, leur civisme et leur dévouement à la cause commune exigent des égards ;
« Considérant que le deuxième bataillon n a pas cessé de recevoir la pluie depuis 4 jours; que ses voitures ne suffisent pas pour le transport des volontaires hors d’état de marcher ; que forcer encore la marche pendant 2 jours, et par le mauvais temps, c’est exposer le bataillon à laisser en route dans les hôpitaux, beaucoup de soldats, dont l’existence est précieuse ; qu’en séjournant ils seront à même de faire sécher leurs habit-', et qu’ils éviteront les fièvres, dont plusieurs d’entre eux sont attaqués; que l'humanité, la reconnaissance due à leur zèle, leur civisme et leur dévouement à la cause commune exigent des égards ;
Locuteur: Brissot de Warville
...nfin qu’il est d’usage pour les trounes de ligne de leur donner séjour après 4 jours de marche; qu’on ne doit pas en exiger 6 d...
...peut être accordé au deuxième bataillon de Srine-et-Marne un séjour en cet!e ville, le 21 de ce mois ; que la municipalité de Château-Thierrv pourvoira en conséquenc...
...onnements nécessaires, q u’on profitera de ce délai pour prévenir les villes à parcourir, de l’instant du passage.
« Cousidérant enfin qu’il est d’usage pour les trounes de ligne de leur donner séjour après 4 jours de marche; qu’on ne doit pas en exiger 6 des volontaires ; tsdme, le procureur-syndic entendu, qu’il peut être accordé au deuxième bataillon de Srine-et-Marne un séjour en cet!e ville, le 21 de ce mois ; que la municipalité de Château-Thierrv pourvoira en conséquence, dans le jour, aux approvisionnements nécessaires, q u’on profitera de ce délai pour prévenir les villes à parcourir, de l’instant du passage.
Locuteur: Brissot de Warville
... à Sainte-Menehould le jour indiqué par la route, et à ne pas prendre séjour à Epe... « Le directoire invite le bataillon des volontaires à se rendre à Sainte-Menehould le jour indiqué par la route, et à ne pas prendre séjour à Epernay, et à ne pas faire part des présentes aux corps administratifs d’Epernay.
Locuteur: Brissot de Warville
...syndic a remis sur le bureau une lettre de M. Montholon, maire de la Ferlé-Milon ; cette lettre contient : « A l’instant le procureur syndic a remis sur le bureau une lettre de M. Montholon, maire de la Ferlé-Milon ; cette lettre contient :
Locuteur: Brissot de Warville
...né au département des avis contraires à la route délivrée au deuxième bataillon pu...
...n devait être et était en effet le 19 à la Ferté-sous-Jouarrc, d’où il est arrivé ...
« Le directoire a encore remarqué que le ministre avait donné au département des avis contraires à la route délivrée au deuxième bataillon puisque cette route qui est sous les yeux, établit que ce deuxième bataillon devait être et était en effet le 19 à la Ferté-sous-Jouarrc, d’où il est arrivé aujourd’hui à Ghâteau-Thierry.
Locuteur: Brissot de Warville
...ire a arrêté, en conséquence, que copie de la présente délibération serait envoyée à l’instant au maire de la Ferté-Milon, pour le prévenir du passag...
...eux au ministre, pour éviter à l’avenir de pareils abus ; 2° à faire délivrer au d...
...le prétexte spécieux d’éviter ces frais de transport; observant qu’il est inouï, étrange même de faire voyager un bataillon sans autres ...
...t que ce bataillon qui est déjà formé à la tact que de la marche, a perdu un temps utile à son in...
« Le directoire a arrêté, en conséquence, que copie de la présente délibération serait envoyée à l’instant au maire de la Ferté-Milon, pour le prévenir du passage en cette ville du deuxième bataillon ; que pareille copie serait adressée à l’...
...nt, que le Gurps législatif serait invité : 1° à donner les ordres les plus sérieux au ministre, pour éviter à l’avenir de pareils abus ; 2° à faire délivrer au deuxième bataillon des armes que le ministre lui a refusées jusqu’à ce jour, sous le prétexte spécieux d’éviter ces frais de transport; observant qu’il est inouï, étrange même de faire voyager un bataillon sans autres arn es que des bâtons, et que ce bataillon qui est déjà formé à la tact que de la marche, a perdu un temps utile à son instruction dans le maniement des armes;
Locuteur: Brissot de Warville
a Lecture faite de la présente délibération, en assemblée com...
...ion et d’estime qu’il témoigne au corps de volontaires patriotes.
a Lecture faite de la présente délibération, en assemblée complète, le conseil l’a approuvée, dans tout son contenu, et se joint au directoir...
...tion contre les erreurs ou les abus du ministre, et quant aux sentiments d’afection et d’estime qu’il témoigne au corps de volontaires patriotes.
Locuteur: Jean-Antoine Debry
... que dit le procès-verbal du directoire de Ghâteau-Thierry. Non seulement on fait ...
...nationales envoyées dans le département de l’Aisne, dans la viLe de Marie, distante de 6 lieues de la frontière, au bourg de la Capelle-en Thiérache, distant de la frontière d’une lieue et demie, au bourg d’Hirson, distant d’une lieue de la frontière. Je les ai vues ; elles n’ont...
Je crois devoir ajouter un fait à ce que dit le procès-verbal du directoire de Ghâteau-Thierry. Non seulement on fait voyager les gardes nationales sans armes, mais quand elles sont arrivées à desti...
... dit le ministre, elles n’en trouvent point. J’en ai été témoin pour les gardes nationales envoyées dans le département de l’Aisne, dans la viLe de Marie, distante de 6 lieues de la frontière, au bourg de la Capelle-en Thiérache, distant de la frontière d’une lieue et demie, au bourg d’Hirson, distant d’une lieue de la frontière. Je les ai vues ; elles n’ont point d’armes.
Locuteur: Jean-Antoine Debry
Gomme on doit être économe de notre temps, je m’abstiendrai de toute réflexion ; je ne vous rapportera...
... est passé et surtout quand l’objet est de cette importance, le ministre doit s’as...
...es détails ont été remplis. Le ministre de la guerre vous a dit ici que les gardes na...
...y a que deux jours, pendant une absence de 48 heures que j’ai faite ; je vous le r...
...s. Elles en gémissent et en sollicitent de vous. {Applaudissements.)
Gomme on doit être économe de notre temps, je m’abstiendrai de toute réflexion ; je ne vous rapporterai que celles que j’ai entendu dire par ces volontaires eux-mêmes. « Nous n’avons...
...qu’un ministre ne peut pas suivre tous les détails ; mais quand un certain temps est passé et surtout quand l’objet est de cette importance, le ministre doit s’assurer que les détails ont été remplis. Le ministre de la guerre vous a dit ici que les gardes nationales trouveraient des armes à leur arrivée; j’ai vu ces gardes nationales, il n’y a que deux jours, pendant une absence de 48 heures que j’ai faite ; je vous le répète, Messieurs, elles n’ont pas d’armes. Elles en gémissent et en sollicitent de vous. {Applaudissements.)
Locuteur: Laurent Lecointre
Hier, j’ai écrit au ministre de la guerre une lettre que j’ai livrée à l’i... Hier, j’ai écrit au ministre de la guerre une lettre que j’ai livrée à l’impression; comme elle est relative aux faits dont il s’agit, je vais en donner l...
Locuteur: Laurent Lecointre
...verait à son arrivée à Marie et à Grécy la quantité de fusils nécessaire pour compléter son armement; que ces armes seraient tirées de l’arsenal de La Fère. Depuis 6 jours que le bataillon e...
...ndu à son poste, il n’a aucune nouvelle de l’arrivée des armes qui lui sont destinées. Un bataillon de Seine-et-Marne est passé à Marie le 21 de ce mois ; il se rendait à laCapelle plus près des frontières. Lors de son passage à Marie, ce bataillon n’ava...
« Yous aviez promis, Monsieur, que le bataillon trouverait à son arrivée à Marie et à Grécy la quantité de fusils nécessaire pour compléter son armement; que ces armes seraient tirées de l’arsenal de La Fère. Depuis 6 jours que le bataillon est arrivé et est rendu à son poste, il n’a aucune nouvelle de l’arrivée des armes qui lui sont destinées. Un bataillon de Seine-et-Marne est passé à Marie le 21 de ce mois ; il se rendait à laCapelle plus près des frontières. Lors de son passage à Marie, ce bataillon n’avait en tout que 12 fusils. » (Exclamations!)
Locuteur: Laurent Lecointre
Tel est le récit historique de ce qui s’est passé depuis le départ du premier bataillon des volontaires du département de Seine-et-Oise : j’en garantie l’exactit...
...plus sincèrement attachée aux principes de la Constitution que la ville de Versailles; aucune n’est plus attachée à la nation, à la loi et au roi constitutionnel des Franç...
...lon est une petite portion des citoyens de cette ville et de ce département. Trois nouveaux bataillons, animés du même esprit, viennent de se former dans la même ville. Leurs chefs sont nommés ; ils brûlent de partir ; ils attendent Fordre du roi que vous serez chargés de leur faire parvenir. {Applaudissements....
Tel est le récit historique de ce qui s’est passé depuis le départ du premier bataillon des volontaires du département de Seine-et-Oise : j’en garantie l’exactitude. Yous en ferez l’usage que votre prudence vous suggérera. Je ne me permets aucune réflexion. Aucune ville française n’est plus sincèrement attachée aux principes de la Constitution que la ville de Versailles; aucune n’est plus attachée à la nation, à la loi et au roi constitutionnel des Français. Ge premier bataillon est une petite portion des citoyens de cette ville et de ce département. Trois nouveaux bataillons, animés du même esprit, viennent de se former dans la même ville. Leurs chefs sont nommés ; ils brûlent de partir ; ils attendent Fordre du roi que vous serez chargés de leur faire parvenir. {Applaudissements. )
Locuteur: Brissot de Warville
... pour but que d’établir le désordre, et de décourager les volontaires ; avoir pour but que d’établir le désordre, et de décourager les volontaires ;
Locuteur: Brissot de Warville
...emier bataillon des gardes nationales « de Seine-et-Marne, qui devait arriver le 4... « Le premier bataillon des gardes nationales « de Seine-et-Marne, qui devait arriver le 4 octo-« bre, n’est arrivé que le 17, sans ordre ni avis ;
Locuteur: Brissot de Warville
...du consi il général, qu’il a l’avantage de réunir, a arrêté de lui faire part à l’instant de sa délibération. « Le directoire, jaloux d’obtenir les suffrages et l’assentiment du consi il général, qu’il a l’avantage de réunir, a arrêté de lui faire part à l’instant de sa délibération.
Locuteur: Laurent Lecointre
...ue le premier bataillon des volontaires de Seine-et-Oise a éprouvées dans sa roule de Versailles à Marie, j’ajoute : Après lui avoir donné le détail des difficultés que le premier bataillon des volontaires de Seine-et-Oise a éprouvées dans sa roule de Versailles à Marie, j’ajoute :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 465
Locuteur: Audrein
part, la plusgrar.de attention ; car, en vérité,...
...elle-ci, ce soit parfaitement se moquer de nous. Je demande donc, qu’une bonne foi...
...ique très Sérieusement avec le ministre de la guerre sur tous ces objets. Si vous voulez y mettre beaucoup de modération, je le veux bien, mais il fa...
part, la plusgrar.de attention ; car, en vérité, pour trancher le mot, il me semble que dans une circonstance comme celle-ci, ce soit parfaitement se moquer de nous. Je demande donc, qu’une bonne foi pour toutes, on s’explique très Sérieusement avec le ministre de la guerre sur tous ces objets. Si vous voulez y mettre beaucoup de modération, je le veux bien, mais il faut que ces renseignements soient donnés au comité militaire pour en conférer ave...
Locuteur: Delacroix
Vous avez entendu le ministre de la guerre qui, pour se disculper du reproche mérité qui lui avait été fait de faire voyager les gardes nationales sans armes, vous a dit que, pour éviter les frais de transport, il n’avait pas envoyé d’arme...
...es? Les volontaires sont encore, malgré la retenue qu'on leur fait sur leur paye, ...
... à toutes les inculpations qui viennent de lui être faites et dont il est impossib...
...l’instant afin qu’il n’ait pas le temps de préparer une réponse. {Applaudissements...
Vous avez entendu le ministre de la guerre qui, pour se disculper du reproche mérité qui lui avait été fait de faire voyager les gardes nationales sans armes, vous a dit que, pour éviter les frais de transport, il n’avait pas envoyé d’armes aux bataillons, mais qu’ils en recevraient à leur arrivée; cependant ils n’en reçoivent pas. Que font-ils donc sur nos frontières s’ils n’ont point d’ermes? Les volontaires sont encore, malgré la retenue qu'on leur fait sur leur paye, sans habits; il faut donc que le ministre soit mandé à l’instant pour répondre à toutes les inculpations qui viennent de lui être faites et dont il est impossible qu’il se justifie; et je demande qu’il soit mandé à l’instant afin qu’il n’ait pas le temps de préparer une réponse. {Applaudissements dans les tribunes.)
Locuteur: Delacroix
Quand le ministre s’est présenté le 16 de ce mois, il est venu, avec un air assur...
...dissements qu’il faut au ministre, mais de la surveillance sur sa conduite. Qu’on le ...
... Si elle est fondée, on doit lui donner la satisfaction de dire qu’il a fait son devoir; si elle ne l’est pas, on doit lui enjoindre de s’acquitter de son devoir, et cette injonction doit êt...
Quand le ministre s’est présenté le 16 de ce mois, il est venu, avec un air assuré, vou3 faire un rapport insuffisant et dont les comptes n’étaient pas exacts. C...
...ements parmi vous. {Applaudissements dans les tribunes.) Ce n’est pas des applaudissements qu’il faut au ministre, mais de la surveillance sur sa conduite. Qu’on le reçoive ici, qu’on l’entende, qu’on examine sa justification. Si elle est fondée, on doit lui donner la satisfaction de dire qu’il a fait son devoir; si elle ne l’est pas, on doit lui enjoindre de s’acquitter de son devoir, et cette injonction doit être très rigoureuse. {Applaudissements dans les tribunes.)
Locuteur: Gossuin
J’appuie la motion de M. Delacroix, et j’y suis d’autant plus...
...re à l’Assemblée qu’un bataillon entier de
J’appuie la motion de M. Delacroix, et j’y suis d’autant plus fondé, que j’assure à l’Assemblée qu’un bataillon entier de
Locuteur: Gossuin
gardes nationales destiné pour la garnison de ravelines, extrême frontière du départe...
...û moi, avec nos collègues du directoire de département, leur en fournir et en acheter chez tous les marchands, près de 500 paires. C’est ainsi qu’on les laiss...
...e ces gardes nationales n’avaient point de fusils; que ceux dont quelques-uns sont...
gardes nationales destiné pour la garnison de ravelines, extrême frontière du département du Nord, est arriver à Douai, le premier septembre, saus souliers. J’ai dû moi, avec nos collègues du directoire de département, leur en fournir et en acheter chez tous les marchands, près de 500 paires. C’est ainsi qu’on les laisse dans un dénuement total. J’ajouterai encore que ces gardes nationales n’avaient point de fusils; que ceux dont quelques-uns sont maintenant pourvus, sont rouillés et absolument défectueux; il est impossible q...
Locuteur: Guadet
La même négligence, ou plutôt la même prévarication de la part du ministre, a excité d'*s réclamations de la part de tous les départements du royaume. Le bataillon du département de la Gironde devait être distribué en divers...
...s. Suivant le commissaire des guerres à la résidence de Bordeaux, il existait dans la citadelle de Blaye, 2,000 fusils qu’on leur destinai...
...ortés à Saintes par l’ordre du ministre de la guerre : et voilà comment on livre vos décrets au ridicule, voilà comment on s’efforce de livrer au mépris les défenseurs de la liberté!
La même négligence, ou plutôt la même prévarication de la part du ministre, a excité d'*s réclamations de la part de tous les départements du royaume. Le bataillon du département de la Gironde devait être distribué en diverses garnisons : on se proposait d’instruire les volontaires dans le métier des armes. Suivant le commissaire des guerres à la résidence de Bordeaux, il existait dans la citadelle de Blaye, 2,000 fusils qu’on leur destinait. Cependant, lors iu’il a été question d’armer le bataillon, les fusils se sont trouvés avoir été transportés à Saintes par l’ordre du ministre de la guerre : et voilà comment on livre vos décrets au ridicule, voilà comment on s’efforce de livrer au mépris les défenseurs de la liberté!
Locuteur: Guadet
...vous étonnez, après cela, des manœuvres de vos nouveaux Gatilina tonsurés ! Et vous vous étonnez, anrès cela, de l’insolence de vos émigrés! Messieurs, vous appellerez vainement le ministre de la guerre devant vous il ne manquera pas de beaux prétextas et de belles réponses pour se disculper des d...
...oi, je proposededéclarerque le ministre de la guerre a perdu la confiance de la nation. {Vifs applaudissements dans VAs...
Et vous vous étonnez, après cela, des manœuvres de vos nouveaux Gatilina tonsurés ! Et vous vous étonnez, anrès cela, de l’insolence de vos émigrés! Messieurs, vous appellerez vainement le ministre de la guerre devant vous il ne manquera pas de beaux prétextas et de belles réponses pour se disculper des divers reproches que vous lui adresserez. Moi, je proposededéclarerque le ministre de la guerre a perdu la confiance de la nation. {Vifs applaudissements dans VAssemblée et dans les tribunes.)
Locuteur: Guadet
Un membre : J’appuie la motion du préopinanf, et je demande en ...
...ter avec le plus grand soin les bureaux de la guerre. Le mal réside dans leur organisation. Ils sont infestés de la plus virulente aristocratie. {Applaudis...
Un membre : J’appuie la motion du préopinanf, et je demande en outre que l’Assemblée nationale charge sm comité militaire d’inspecter avec le plus grand soin les bureaux de la guerre. Le mal réside dans leur organisation. Ils sont infestés de la plus virulente aristocratie. {Applaudissements.) Il n’y a pas un seul des commis sur le compte duquel il n’y ait quelqu...
Locuteur: Audrein
...n membre : Dans les départements du Puy-de-Dôme, depuis 9 mois, on annonce 747 fus...
...t été inspectés et reconnus hors d’état de servir. On a annoncé ces fusils comme n...
...s crosses même ne peuvent servir. Jugez de l’effet que ces armes feraient dans le cas où l’on serait obligé de s’en servir; elles crèveraient dans les mains. Si ce sont les armes qu’on veut donner à des volon...
...’on veut seconder fortement les ennemis de la patrie.
Un membre : Dans les départements du Puy-de-Dôme, depuis 9 mois, on annonce 747 fusils; ce département n’en a encore reçu que 96, qui ont été inspectés et reconnus hors d’état de servir. On a annoncé ces fusils comme neufs, et cependant les canons sont usés, les batteries n’ont point d’arrêts, les crosses même ne peuvent servir. Jugez de l’effet que ces armes feraient dans le cas où l’on serait obligé de s’en servir; elles crèveraient dans les mains. Si ce sont les armes qu’on veut donner à des volontaires, il est probable qu’on veut seconder fortement les ennemis de la patrie.
Locuteur: Laurent Lecointre
...ée décrète que sous 3 jours le ministre de la guerre soit tenu de vous rendre compte. {Murmures.) Votre p...
...u’il y a lieu à accusation ou à exercer la responsabilité contre le ministre, alor...
...s provisoirement il faut que les sujets de plaintes portés contre le ministre lui ...
...is après les avoir entendus, car ils sont re-ponsables. Je demande que l’Assemblée décrète que sous 3 jours le ministre de la guerre soit tenu de vous rendre compte. {Murmures.) Votre premier devoir est d’être justes ; si le ministre ne répond pas d’une manière satisfaisante, et si l’Assemblée nationale juge ensuite qu’il y a lieu à accusation ou à exercer la responsabilité contre le ministre, alors elle décrétera. Mais provisoirement il faut que les sujets de plaintes portés contre le ministre lui soient communiqués officiellement, afin qu’il y réponde.
Locuteur: Delacroix
Il est temps de prendre des précaution- rigoureuses pour réveiller de leur assoupissement les agents du pouvoir exécutif. 11 est temps que vous surveilliez de près et que vous examiniez leur conduit... Il est temps de prendre des précaution- rigoureuses pour réveiller de leur assoupissement les agents du pouvoir exécutif. 11 est temps que vous surveilliez de près et que vous examiniez leur conduite.
Locuteur: Laurent Lecointre
...sés; il faut leur communiquer les chefs de plainte et d’accusation. Messieurs, vous avez des lois; les ministres sont accusés; il faut leur communiquer les chefs de plainte et d’accusation.
Locuteur: Laurent Lecointre
...mbres: Non! non! Il faut qu’il vienne à la barre ! Plusieurs membres: Non! non! Il faut qu’il vienne à la barre !
Locuteur: Laurent Lecointre
...rien. Le fait est connu, je demande que la discussion soit fermée. Un membre: Nous parlons beaucoup, nous ne disous rien. Le fait est connu, je demande que la discussion soit fermée.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 466
Locuteur: Pontard
...it au ministre lui-même etil m’a offert de me donner son assertion par écrit, et d...
...e le ministre soit mande en ce moment à la barre; car voici ce qu il en arrive dans l’esprit du publie : le ministre fait de belles phrases, présente de beaux prétextes, et on est obligé de t’en croire. Je demande donc que l’Asse...
...rès avoir rassemble sur le bureau assez de preuves pour l’écraser; après celaqu e ...
Ce particulier m’a promis qu’il le soutiendrait au ministre lui-même etil m’a offert de me donner son assertion par écrit, et d’en répondre. Je ne suis pas d’avis que le ministre soit mande en ce moment à la barre; car voici ce qu il en arrive dans l’esprit du publie : le ministre fait de belles phrases, présente de beaux prétextes, et on est obligé de t’en croire. Je demande donc que l’Assemblée n’agisse que par des mesures grandes et dignes d’elle et quelle ne maude le ministre qu’après avoir rassemble sur le bureau assez de preuves pour l’écraser; après celaqu e le fasse sur-le-champ un coup dautorité. (Vifs applaudissements.)
Locuteur: Ducos
Oui! oui !), qui, demain, à l’ouverture de la séance, sera tenu de faire un rapport et qui vous présentera une série de questions sur lesquelles le ministre, mandé sur-le-champ, sera tenu de répondre, c’est le moyen de procéder avec ordre; c’est le moyen de rendre sa justification difficile; et certes ce n’est pas pour la lui rendre aisee que je suis monté à ce... Oui! oui !), qui, demain, à l’ouverture de la séance, sera tenu de faire un rapport et qui vous présentera une série de questions sur lesquelles le ministre, mandé sur-le-champ, sera tenu de répondre, c’est le moyen de procéder avec ordre; c’est le moyen de rendre sa justification difficile; et certes ce n’est pas pour la lui rendre aisee que je suis monté à cette tribune.
Locuteur: Ducos
...ndrait qu’à donner au ministre le temps de préparer les phrases avec lesquelles il capterait vos suffrages et échapperait a la responsabilité. On vous a proposé de le mander sur-le-champ à la barre, c’est la seule mesure aue vous deviez adopter. (... Un membre: Je m’oppose au renvoi aux comités ce renvoi ne tendrait qu’à donner au ministre le temps de préparer les phrases avec lesquelles il capterait vos suffrages et échapperait a la responsabilité. On vous a proposé de le mander sur-le-champ à la barre, c’est la seule mesure aue vous deviez adopter. (Murmures.) Il est inconcevable que lorsqu’on ne parle point dans cette Assemblée...
Locuteur: Daverhoult
... qui ont suivi avec soin les opérations de M. Duportail, dès le moment où il est entré au ministère, ont aperçu de 1 indolence et de la nonchalance. On a cru que, ne connaissant pas encore la partie, il s’en rapportait entièrement ...
...s lesquels on savait que l’aristocratie la plus enracinée existait. On pardonnait ...
...ais depuis, Messieurs, il a eu le temps de nettoyer ses bureaux, de les composer de manière a être servi et a pouvoir répon...
...si ses bureaux ont manqué. Ce n’est pas la seule cause des griefs dont on se plain...
...tif, contre tous ceux qui ont ete mis a la tete des magasins, ou auxquels on a con...
...cessaire pour ne pas courir les risques de porter leurs têtes sur 1 échafaud. Tous...
Tous ceux qui ont suivi avec soin les opérations de M. Duportail, dès le moment où il est entré au ministère, ont aperçu de 1 indolence et de la nonchalance. On a cru que, ne connaissant pas encore la partie, il s’en rapportait entièrement à ses bureaux, dans lesquels on savait que l’aristocratie la plus enracinée existait. On pardonnait alors au ministre. Mais depuis, Messieurs, il a eu le temps de nettoyer ses bureaux, de les composer de manière a être servi et a pouvoir répondre sur sa tête des objets qui lui sont confiés M. Duportail est donc criminel si ses bureaux ont manqué. Ce n’est pas la seule cause des griefs dont on se plaint : il en existe encore contre les agents subalternes du pouvoir executif, contre tous ceux qui ont ete mis a la tete des magasins, ou auxquels on a confie 1 armement des gardes nationales; aucun cependant n est assez încuïpable pour être poursuivi; ils nont fait que ce qui était nécessaire pour ne pas courir les risques de porter leurs têtes sur 1 échafaud. Tous ne pouvez donc vous adresser qu au
Locuteur: Daverhoult
Mais si vous mandez le ministre de la guerre, que vous dira-t-il? 11 vous dir... Mais si vous mandez le ministre de la guerre, que vous dira-t-il? 11 vous dira qu’il a envoyé des ordres ; il vous montrera des lettres ; il vous dira que si...
Locuteur: Daverhoult
...e vous propose une mesure qui me paraît la seule digne de cette Assemblée, et qui peut répondre de la sûreté nationale. Cette mesure a déjà é...
...es surveiller, vous devez être certains de leur exécution 1 Je vous propose donc d...
Je vous propose une mesure qui me paraît la seule digne de cette Assemblée, et qui peut répondre de la sûreté nationale. Cette mesure a déjà été prise par l’Assemblée constituante dans diverses circonstances non moins impo...
...us ne devez point entraver les opérations du pouvoir exécutif; mais vous devez les surveiller, vous devez être certains de leur exécution 1 Je vous propose donc dénommer, dès ce jour, des commissaires pris dans votre sein, qui se transportero...
Locuteur: Daverhoult
Un membre : Pour connaître la vérité de ces dénonciaiions, je demande que le ministre soit tenu de remettre, dans le jour, au comité milit...
... armes qui ont été retirées, et un état de la fabrication afin de connaître l’état des arsenaux.
Un membre : Pour connaître la vérité de ces dénonciaiions, je demande que le ministre soit tenu de remettre, dans le jour, au comité militaire, un état des armes existant dans les arsenaux en 1789, un état des armes qui ont été retirées, et un état de la fabrication afin de connaître l’état des arsenaux.
Locuteur: Daverhoult
Un membre : Je viens de recevoir une lettre de Sarrelouis, qui peut concourir à faire adopter la mesure d’envoyer des commissaires. Voici ce qu’ede porte en un passage de quatre lignes: Un membre : Je viens de recevoir une lettre de Sarrelouis, qui peut concourir à faire adopter la mesure d’envoyer des commissaires. Voici ce qu’ede porte en un passage de quatre lignes:
Locuteur: Daverhoult
». Nous n’avons pas de casemates, rien pour mettre les troupes...
...éfendent notre ville n’ont que 6 pièces de 24pour toutedéfense. Il faudraitau moin...
...out, le découragement répandu sur toute la frontière Yient encore nous désoler. »
». Nous n’avons pas de casemates, rien pour mettre les troupes qui auront passé 24 heures dan' l’ouvrage, à l’abri delà pluie. Cinq bastions qui défendent notre ville n’ont que 6 pièces de 24pour toutedéfense. Il faudraitau moins6 pièces à chaque bastion : et par-dessus tout, le découragement répandu sur toute la frontière Yient encore nous désoler. »
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
Ce n’est pas pour justifier le ministre de la guerre que je suis monté à la tiibune, je suis frappé moi-même de la gravité des plaintes qui semblent l’acc... Ce n’est pas pour justifier le ministre de la guerre que je suis monté à la tiibune, je suis frappé moi-même de la gravité des plaintes qui semblent l’accuser. (Murmures.)
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
...on viole à leur égard des lois qui sont la sauvegarde des citoyens? (Murmures prol...
...onctions sont importantes et tiennent à la sûreté de l’Empire.
... cela seul qu’ils sont ministres? Et faut-il, parce qu’ils sont ministres que l’on viole à leur égard des lois qui sont la sauvegarde des citoyens? (Murmures prolongés.) Ce soff des fonctionnaires publies, soumis par les lois à une responsabilité d’autant plus grande, que leurs fonctions sont importantes et tiennent à la sûreté de l’Empire.
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
...t admissibles pour le moment. On a fait la motion de mander sur-le-champ le ministre à la barre ; cette mesure est mauvaise sous plusieurs rapports. Elle compromet la dignité de l’Assemblée. Vous manderez le ministre;... ...rs, je crois que les différentes mesures qui vous ont été proposées ne sont point admissibles pour le moment. On a fait la motion de mander sur-le-champ le ministre à la barre ; cette mesure est mauvaise sous plusieurs rapports. Elle compromet la dignité de l’Assemblée. Vous manderez le ministre; le ministre sera absent ou se fera cacher chez lui et vous vous exposerez a une...
Locuteur: Ducos
...es dénonciations faites et accompagnées de pièces soient renvovées au comité milit... ... plus à l’avenir des coups inutiles aux ministres. Je demande donc que toutes^ les dénonciations faites et accompagnées de pièces soient renvovées au comité militaire (Non! non!
Locuteur: Daverhoult
...e président, vous ne pouv. z pas fermer la discussion, je reclame Monsieur le président, vous ne pouv. z pas fermer la discussion, je reclame
Locuteur: Daverhoult
Un membre : Je demande que la discussion soit fermée. , Un membre : Je demande que la discussion soit fermée. ,
Locuteur: Daverhoult
(L’Assemblée, consultée, décide que la discussion sera continuée.) (L’Assemblée, consultée, décide que la discussion sera continuée.)
Locuteur: Daverhoult
« Le ministre a rendu compte de l’état des villes frontières à ce qu’on... « Le ministre a rendu compte de l’état des villes frontières à ce qu’on nous a marqué. Comment a-t-il pu le faire? Notre place ne tiendrait pas 8 jours...

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 467
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
Il ne s’agit pas ici de demander aux ministres des rensei~uemen...
...ers. Je crois qu’il est évident qu’avec la meilleure volonté du monde, le ministre...
...lée, il serait interdit à chaque membre de lui faire subir des interrogatoires par...
...lée seule doit communiquer avec lui par la voie de son président.
Il ne s’agit pas ici de demander aux ministres des rensei~uement sur des faits particuliers. Je crois qu’il est évident qu’avec la meilleure volonté du monde, le ministre, interrogé inopinément, ne pourra pas répondre catégoriquement à ces différents...
...cusation. Yous avez décrélé sagement que, quand le ministre serait dans l’Assemblée, il serait interdit à chaque membre de lui faire subir des interrogatoires particuliers, l’Assemblée seule doit communiquer avec lui par la voie de son président.
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
On a proposé de déclarer que le ministre a perdu la confiance de la nation. Je cherche c tte disposition dans la Constitution,et je vois que la sagesse du corps constituant ne lui a p...
...ais celte responsabilité est fondée sur la loi, et ne peut être exercée que dans l...
...z beau déclarer que le ministre n’a pas la confiance de la nation, cette déclaration ne suffit pas quand la nation demande justice; il faut qu’il s...
On a proposé de déclarer que le ministre a perdu la confiance de la nation. Je cherche c tte disposition dans la Constitution,et je vois que la sagesse du corps constituant ne lui a pas permis d’en faire une loi. Je sais que les ministres sont responsables; mais celte responsabilité est fondée sur la loi, et ne peut être exercée que dans les formes prescrites par elle ; il faut donc que les faits soient constatés. Vous aurez beau déclarer que le ministre n’a pas la confiance de la nation, cette déclaration ne suffit pas quand la nation demande justice; il faut qu’il soit puni s il est coupable, et qu’on fasse un grand exemple légal.
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
Un membre : Toute la discussion porte dans ce moment contre les intérêts de la nation et pour les intérêts du ministre...
...s ultérieures, le ministre soit mandé à la barre.
Un membre : Toute la discussion porte dans ce moment contre les intérêts de la nation et pour les intérêts du ministre. (Applaudissements dans les tribunes.) Le ministre viendra-t-il rendre compte à l’instant, ou ne viendra-t-il pas? Je demande que, sans discussions ultérieures, le ministre soit mandé à la barre.
Locuteur: Vergniaud
Il importe à l’Assemblée de ne pas prendre une mesure qui ménage au...
...me innocent ; mats qui nous pénétrerait de douleur, s’il était celui d’un homme qu...
...s le confondre. On a proposé 3 mesures; la première, de mander le ministre à l’instant; la seconde, de déclarer qu’il a perdu la confiance publique; la troisième, de renvoyer au comité.
Il importe à l’Assemblée de ne pas prendre une mesure qui ménage au ministre un triomphe, dont nous ne nous effrayerions pas sans doute, si c’était celui d’un homme innocent ; mats qui nous pénétrerait de douleur, s’il était celui d’un homme qui n’échapperait que parce que vous ne pourriez pas le confondre. On a proposé 3 mesures; la première, de mander le ministre à l’instant; la seconde, de déclarer qu’il a perdu la confiance publique; la troisième, de renvoyer au comité.
Locuteur: Vergniaud
Quant au projet de décréter que le ministre a perdu la confiance publique, j’observe que le dé... Quant au projet de décréter que le ministre a perdu la confiance publique, j’observe que le décret est déjà rendu par l’opinion publique des 83. départements. (Applaudissemen...
Locuteur: Vergniaud
Mais il y a de la différence entre un décret rendu par l’...
...s preuves légales et certaines aux yeux de tous. S’il y avait des plaintes officielles des baladions de gardes nationale?, elles pourraient fai...
...t consultent plus souvent leur zèle que la situation véritable des choses qu'ils n...
Mais il y a de la différence entre un décret rendu par l’opinion et ceux que doit rendre l’Assemblée nationale. L’opinion se décide souve...
...e des preuves légales ; mais l’Assemblée nationale ne peut le décider que sur des preuves légales et certaines aux yeux de tous. S’il y avait des plaintes officielles des baladions de gardes nationale?, elles pourraient faire l’objet d’une délibération ; mais veuillez bien observer qu’il n’existe ici que des plaintes individuelles, et vous savez que ceux qui les envoient consultent plus souvent leur zèle que la situation véritable des choses qu'ils ne connaissent même pas.
Locuteur: Vergniaud
...nderons-nous sur-le-champ le ministre à la barre? Ce parti paraît plaire à beaucoup de mern-bies de cette Assemblée, et je serais le premie... Manderons-nous sur-le-champ le ministre à la barre? Ce parti paraît plaire à beaucoup de mern-bies de cette Assemblée, et je serais le premier à l’adopter si je pensais que nous puissions en tirer quelque fruit. Mais que ...
Locuteur: Vergniaud
...s, il en est qui concernent le ministre de la guerre, parce qu’ils sont relatifs à de... J'observe que parmi les griefs qui vous ont été présentés, il en est qui concernent le ministre de la guerre, parce qu’ils sont relatifs à des détails dont il est chargé. Mais il en est d’autres sur lesquels vo"S ne pourr...
Locuteur: Vergniaud
...i ont été articulées contre le ministre de la guerre, et que le ministre de la guerre sera teuu de lui faire demain un rnppoit de l’état dans lequel se trouvent les bataillons de gardes nationa'es, dans les villes ftou... ... le comité militaire lui fera demain le rapport relatif aux diverses plaintes qui ont été articulées contre le ministre de la guerre, et que le ministre de la guerre sera teuu de lui faire demain un rnppoit de l’état dans lequel se trouvent les bataillons de gardes nationa'es, dans les villes ftoutières qu’on lui désignera. (Applaudissements.)
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
...lative qu'on peut proposer sérieusement de condamner un homme sans lui communiquer... ...ments qu’il aurait à vous communiquer. Est-ce dans le sein d’une assemblée législative qu'on peut proposer sérieusement de condamner un homme sans lui communiquer d’avance les chefs d’accusation? (Murmures.)
Locuteur: Dehaussy-Robecourt
... soient mis par écrit (Oui! oui!), afin de les lui communiquer (Non! non !) pour q... ...truit pour lui faire les questions que vous désirez. Il faut donc que les griefs soient mis par écrit (Oui! oui!), afin de les lui communiquer (Non! non !) pour qu’il réponde demain ou après-demain et qu’ensuite les griefs et les réponses du ...
Locuteur: Vergniaud
...on rapport. Dès aujourd’hui, je propose de faire demander au ministre, pour demain, un état des armes et munitions de guerre pour les gaules nationales, dans... ... pour déposer leurs pièces, et le comité, d’après ces piè es, vous fera demain son rapport. Dès aujourd’hui, je propose de faire demander au ministre, pour demain, un état des armes et munitions de guerre pour les gaules nationales, dans les villes surtout où l’on prétend qu’elles ne sont pas servies comme elles dev...
Locuteur: Vergniaud
...irs, et que vous empêcherez le ministre de tergiverser; car il do t maintenant avo...
...mporter une victoire qui donnerait lieu de croire que nous ne cherchons qu’à traca...
...té; et c’est par cette comparaison que vous pourrez juger s’il a rempli ses devoirs, et que vous empêcherez le ministre de tergiverser; car il do t maintenant avoir reçu des réponses aux ordres qu’il a donnés; et s’il ne s’accorde pas avec le...
... ce qu’il faudra pour le confondre. Et vous ne vous exposerez pas à lui faire remporter une victoire qui donnerait lieu de croire que nous ne cherchons qu’à tracasser les ministres.
Locuteur: Vergniaud
... membres : Aux voix ! aux voix ! Fermez la discussion! Plusieurs membres : Aux voix ! aux voix ! Fermez la discussion!
Locuteur: Vergniaud
(L’Assemblée ferme la discussion.) (L’Assemblée ferme la discussion.)

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 468
Locuteur: Vergniaud
Plusieurs membres : La priorité pour la proposition de M. Vergniaud ! Plusieurs membres : La priorité pour la proposition de M. Vergniaud !
Locuteur: Le Président
...n a fait plusieurs proposa lions: l’une de mander le ministre a I instant a la barre; l’autre, de déclarer quil a Peijd“.Jj confiance de la nation; la troisième, de lui faire connaître les faits qui ont ete dénonces , la qua trième, de renvoyer au comité; la cinquième, d’envoyer des commissaires sur les frontières ; la sixième, de demander au comité militaire et au mini... On a fait plusieurs proposa lions: l’une de mander le ministre a I instant a la barre; l’autre, de déclarer quil a Peijd“.Jj confiance de la nation; la troisième, de lui faire connaître les faits qui ont ete dénonces , la qua trième, de renvoyer au comité; la cinquième, d’envoyer des commissaires sur les frontières ; la sixième, de demander au comité militaire et au ministre un rapport pour demain.
Locuteur: Delacroix
Je propose de décréter que d’après la lecture de l’arrêté du district de Gha-teau-Thierry, et sur les différents...
...vement par un secrétaire; et je demande la question Çjealable sur la propi sitiou de renvoi au comité militaire qui ne pourr...
Je propose de décréter que d’après la lecture de l’arrêté du district de Gha-teau-Thierry, et sur les différents laits qui ont été articulés, desquels il sera mis sur « bureau une série, le mi...
...pondre à ces différents chefs d’accusation, dont lecture lui sera faite successivement par un secrétaire; et je demande la question Çjealable sur la propi sitiou de renvoi au comité militaire qui ne pourrait vous faire demain d autre rapport que ce que vous venez d’entendre.
Locuteur: Delacroix
Plusieurs membres : La priorité pour la motion de M. Vergniaud 1 D'autres membres : La question préalable^ (L’Assemblée rejette la question préalable et accorde la priorité à la motion de M. Vergniaud.) Plusieurs membres : La priorité pour la motion de M. Vergniaud 1 D'autres membres : La question préalable^ (L’Assemblée rejette la question préalable et accorde la priorité à la motion de M. Vergniaud.)
Locuteur: Grangeneuve
Je propose un amendement. Le vœu de l’Assemblée est d’avoir une réponse positive du ministre de la guerre sur les Je propose un amendement. Le vœu de l’Assemblée est d’avoir une réponse positive du ministre de la guerre sur les
Locuteur: Lacombe-Saint-Michel
...poser silence à ce x qui parlent tous à la fois. Lu eliet, Gst—il possible de faire des lois dans un pareil tumulte? Monsieur le Président, je vous prie en grâce d imposer silence à ce x qui parlent tous à la fois. Lu eliet, Gst—il possible de faire des lois dans un pareil tumulte?
Locuteur: Vergniaud
« 1° Que le ministre de la guerre viendra demain faire un rapport sur l’état d s gardes nationales, sur l’état de leur armement, de leur équipement, et de tout ce qui concerne les établissements militaires, notamment dans les villes de etc. * « 1° Que le ministre de la guerre viendra demain faire un rapport sur l’état d s gardes nationales, sur l’état de leur armement, de leur équipement, et de tout ce qui concerne les établissements militaires, notamment dans les villes de etc. *
Locuteur: Vergniaud
...tes énoncées contre le ministre, et sur la série des questions quil conviendra de lui faire, relativement anxdites plaint... « 2° Que son comité militaire lui fera demain à midi un rapport sur les plaintes énoncées contre le ministre, et sur la série des questions quil conviendra de lui faire, relativement anxdites plaintes, au moment où il viendra faire son rap-
Locuteur: Vergniaud
« 1° Que le ministre de la guerre viendra demain, à 2 heures, fair...
... des villes frontières, notamment celle de Sarrelouis, sur celui des gardes nationales, de leur mouvement, équipement, et de tout ce qui concerne leur service, notamment dans les villes de Gra-velines, Marie, Grécy, les départements de la Gironde, du Puy-de-Dôme et de Seine-et-Marne;
« 1° Que le ministre de la guerre viendra demain, à 2 heures, faire un rapport sur• 1 état: des villes frontières, notamment celle de Sarrelouis, sur celui des gardes nationales, de leur mouvement, équipement, et de tout ce qui concerne leur service, notamment dans les villes de Gra-velines, Marie, Grécy, les départements de la Gironde, du Puy-de-Dôme et de Seine-et-Marne;
Locuteur: Vergniaud
...ou à énoncer contre le ministre, et sur la série des que-tions qu’il conviendra de lui faire, après qu’il aura fait son ra... ...aire lui fera pareillement demain, à midi, un rapport sur les plaintes énoncées ou à énoncer contre le ministre, et sur la série des que-tions qu’il conviendra de lui faire, après qu’il aura fait son rapport. »
Locuteur: Le Président
L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les émigrations. L’ordre du jour est la suite de la discussion sur les émigrations.
Locuteur: Brissot de Warville
L’ordre du jour appelle la lecture des divers projets de décret sur Pémigration. Vous avez à cho...
.... Vous devez vous prescrire, Messieurs, de porter dans cette délibération toute la gravité et tout le calme qui conviennen...
...multe si facile à créer quant une foule de projets viennent se disputer votre choi...
L’ordre du jour appelle la lecture des divers projets de décret sur Pémigration. Vous avez à choisir entre ces projets celui qui vous paraîtra préférable. Vous devez vous prescrire, Messieurs, de porter dans cette délibération toute la gravité et tout le calme qui conviennent à une Assemblée législati ve, et éviter le tumulte si facile à créer quant une foule de projets viennent se disputer votre choix. Or, vous ne parviendrez à écarter ce tumulte quen réduisant les questions qui...
Locuteur: Brissot de Warville
...? Je voudrais donc, Messieurs, qu’avant de passer a la discussion des projets qui vous sont pr... ...es publics déserteurs? Faut-il une loi enfin contre les simples citoyens émigres? Je voudrais donc, Messieurs, qu’avant de passer a la discussion des projets qui vous sont présentes, vous prissiez une délibération, par assis et leve, our
Locuteur: Vergniaud
Un membre : Je demande à descendre à la barre pour accuser le ministre sous ma ... Un membre : Je demande à descendre à la barre pour accuser le ministre sous ma propre responsabilité.
Locuteur: Grangeneuve
...s qu’on a dirigées iCh,ï!reMUVc?ffniaud de décret ne va point a ce but. M. V rgnia...
...istre d un côté et un travail du comité de l’autre ; procéder ainsi, c’est donner au ministre le temps de nous faire
accusations qu’on a dirigées iCh,ï!reMUVc?ffniaud de décret ne va point a ce but. M. V rgniaua propose un travail du ministre d un côté et un travail du comité de l’autre ; procéder ainsi, c’est donner au ministre le temps de nous faire
Locuteur: Daverhoult
Plusieurs membres : La question préalable sur Plusieurs membres : La question préalable sur
Locuteur: Daverhoult
‘^’SSée décide qu’il n’y a pas lieu à -libérer sur ces propositions.) ‘^’SSée décide qu’il n’y a pas lieu à -libérer sur ces propositions.)
Locuteur: Vergniaud
(L’Assemblée adopte ce projet de décret sauf (L’Assemblée adopte ce projet de décret sauf
Locuteur: Vergniaud
...xte du décret, tel qu il a été adopté a la lecture du procès verbal : Suit le texte du décret, tel qu il a été adopté a la lecture du procès verbal :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 469
Locuteur: Brissot de Warville
... ser à guérir un cor aux pieds, lorsque la tête est danger usement malade. Observe...
...rme nominativement, parce que le secret de la lorce de votre décret est dans le nom des prince...
..., quand vpus aurez délibéré sur chacune de ces 3 questions, il vous sera facile de déterminer quel projet de décret vous paraîtra préférable. (Appla...
... les émigrants. S’amuser aux émigrants ou aux simples fonctionnaires, c’est >’am ser à guérir un cor aux pieds, lorsque la tête est danger usement malade. Observez encore, que je mets le lerme nominativement, parce que le secret de la lorce de votre décret est dans le nom des princes. Ainsi donc, quand vpus aurez délibéré sur chacune de ces 3 questions, il vous sera facile de déterminer quel projet de décret vous paraîtra préférable. (Applaudissements.)
Locuteur: Brissot de Warville
Plusieurs membres : La motion est appuyée. Plusieurs membres : La motion est appuyée.
Locuteur: Brissot de Warville
Un membre : La motion de M. Brissot me parait réunir différents objets qu’il est utile de ne pas confondre. Il est impossible de confondre le premier prince eu sang avec les autres princes fr.*ii-çais, que la Constitution ne vous permet pas de frapper nominativement. Si vous les confondez dans la même loi, vus expo-ez votre marche aux ...
...âcheux; car vous soumettez à 3 semaines de discussion un décret qui n’a pas besoin...
... Ion fasse une distinction particulière de l’exécution de l’article conventionnel, qui impose, au parent le plus proche de l’héritier présomptif, l’obligation de résider en France, et charge l’Assemblée nationale de lui fixer un délai, sous peine, de sa part, d’être présumé avoir renoncé à son droit a la régence. On adoptera, si l’on veut, les...
Un membre : La motion de M. Brissot me parait réunir différents objets qu’il est utile de ne pas confondre. Il est impossible de confondre le premier prince eu sang avec les autres princes fr.*ii-çais, que la Constitution ne vous permet pas de frapper nominativement. Si vous les confondez dans la même loi, vus expo-ez votre marche aux retards les plus fâcheux; car vous soumettez à 3 semaines de discussion un décret qui n’a pas besoin d’être sanctionné. Je demande que Ion fasse une distinction particulière de l’exécution de l’article conventionnel, qui impose, au parent le plus proche de l’héritier présomptif, l’obligation de résider en France, et charge l’Assemblée nationale de lui fixer un délai, sous peine, de sa part, d’être présumé avoir renoncé à son droit a la régence. On adoptera, si l’on veut, les 3 autres questions proposées par M. Brissot.
Locuteur: Ramond
Il est sans doute e-sentiel de chercher le moyen de parvenir le plus promptement possible au terme de cette discussion; mais j’ai l’honneur de vous observer que les trois questions q...
...M. Brissot préjugent avec beaucoup trop de crédulité la décision que vous allez être dans le cas de prendre. Les trois divisions qu’i vous ...
...in déclaircir cette discussion. Chacune de ces questions est susceptible de division et embrasse plusieurs des projets dont vous avez déjà entendu la lecture. Je ne vous ferai d'ailleurs qu...
...’est qu’il juge en son entier un projet de décret que vous avez paru accueillir a cause de l’esprit philosophique qui régnait dans...
...e propose un moyen qui pourra accélérer la délibéraûon et qui est infiniment plus ...
...ojets exutants et à présenter au comité de législation, pour en présenter un table...
Il est sans doute e-sentiel de chercher le moyen de parvenir le plus promptement possible au terme de cette discussion; mais j’ai l’honneur de vous observer que les trois questions que vous présente M. Brissot préjugent avec beaucoup trop de crédulité la décision que vous allez être dans le cas de prendre. Les trois divisions qu’i vous propose sont loin déclaircir cette discussion. Chacune de ces questions est susceptible de division et embrasse plusieurs des projets dont vous avez déjà entendu la lecture. Je ne vous ferai d'ailleurs qu’une seule observation ; c’est qu’il juge en son entier un projet de décret que vous avez paru accueillir a cause de l’esprit philosophique qui régnait dans le discours qui l’a précédé. Je propose un moyen qui pourra accélérer la délibéraûon et qui est infiniment plus sûr que celui proposé par M. Brissot. Je demande que, dès à présent, et sans ultérieure discussion, on renvoyé tous les projets exutants et à présenter au comité de législation, pour en présenter un tableau abrégé,-ans un très court délai. (Murmures.)
Locuteur: Ramond
...ès remarquable que dans le grand nombre de projets de décret qui vous ont été proposés, et do...
... une assemblée où brû*e le même amour d la patrie. Or, il est impossible que vous réduisiez à trois points extrêmement purs la discussion, lorsqu’on a trouvé les moyens de se faire applaudir en proposant une loi...
...et quand vous aurez entendu aujourd’hui la lecture des projets, vous ne serez pas à la tin de la séance, plus avancés que vous l’êies ac...
...erez dans le même embarras pour décider de la priorité. Le comité, au contraire, vous présentera des moyens d’t-xé: cution et de concordance. Je demande le renvoi des différents projets au comité de législation avec charge a’en rendre com...
Il est très remarquable que dans le grand nombre de projets de décret qui vous ont été proposés, et dont trois ont pa-u mériter votre attention, leurs principes sont aussi différents qu’il est possible qu’ils le soient dans une assemblée où brû*e le même amour d la patrie. Or, il est impossible que vous réduisiez à trois points extrêmement purs la discussion, lorsqu’on a trouvé les moyens de se faire applaudir en proposant une loi contre l’émigration, lorsqu’un autre opinant a obtenu les mêmes applaudi s ment...
...ait impossible. Il est donc nécessaire que le comité vous présente son opinion, et quand vous aurez entendu aujourd’hui la lecture des projets, vous ne serez pas à la tin de la séance, plus avancés que vous l’êies actuel ement, vous serez dans le même embarras pour décider de la priorité. Le comité, au contraire, vous présentera des moyens d’t-xé: cution et de concordance. Je demande le renvoi des différents projets au comité de législation avec charge a’en rendre compte dans quatre jours. (Murmures)
Locuteur: Ramond
Un membre : Vous avez décrété que la discussion était fermée, et que les différents projets de décret seraient lus. M. Brissot vous a ... Un membre : Vous avez décrété que la discussion était fermée, et que les différents projets de décret seraient lus. M. Brissot vous a propose trois questions qui me paraissent conçues d’une manière si général que l...
Locuteur: Lecointe-Puyraveau
Je m’oppose de tou: tes mes forces à la proposition de M. Brissot qui n’aurait d’autre résultat que d’apporter le trouble dans la délibération. En quoi consiste 1 ordre ...
...-l’on a décrété, à moins qu on y trouve de grands inconvénients. Or, vous avez décrété que les projeis de décret vous seraient lus. La proposition de M. Brissot n’e3t qu une manœuvre adroite pour fixer l’attemion de 1 Assemblée sur son projet. C’est aussi...
...e manière, parce que, quoique le projet de M. Brissot soit excellent au premier co...
...p d’autres. Je demande doue l’exécution de votre décret, c’est-à-dire la lecture d tons les projets. Vous y trouverez 1 avantage de fixer vos idées, même sur la série de question qu’il conviendra d’adopter.
Je m’oppose de tou: tes mes forces à la proposition de M. Brissot qui n’aurait d’autre résultat que d’apporter le trouble dans la délibération. En quoi consiste 1 ordre dans cette Assemblée ? L’ordre consiste a faire ce qu -l’on a décrété, à moins qu on y trouve de grands inconvénients. Or, vous avez décrété que les projeis de décret vous seraient lus. La proposition de M. Brissot n’e3t qu une manœuvre adroite pour fixer l’attemion de 1 Assemblée sur son projet. C’est aussi pour cela qu il a divisé son projet en trois parties : projet contre les chefs,...
...t contre les simples émigrants. Je ois que l’Assemblée ne d ut pas ad m ter cette manière, parce que, quoique le projet de M. Brissot soit excellent au premier coup d’œil, il sera peut-être possible qu’on vous en présente d’autres, qui réunissent les memes avantages à beaucoup d’autres. Je demande doue l’exécution de votre décret, c’est-à-dire la lecture d tons les projets. Vous y trouverez 1 avantage de fixer vos idées, même sur la série de question qu’il conviendra d’adopter.
Locuteur: Briche
L’Assemblée a décrété qu’on lui ferait la lecture de tous les projets de décret. Je demande que, sans s’arrêter ... L’Assemblée a décrété qu’on lui ferait la lecture de tous les projets de décret. Je demande que, sans s’arrêter aux différentes propositions qui sont faites, on passe à l’ordre du jour. . ,
Locuteur: Briche
...L’Assemblée passe à l’ordre du jour sur la motion de M. Brissot et décide qu’elle entendra la le ture des projets de décret.) (L’Assemblée passe à l’ordre du jour sur la motion de M. Brissot et décide qu’elle entendra la le ture des projets de décret.)
Locuteur: Le Président
J’accorde la parole à M. le ministre de la justice qui demande à consulter l’Assi-...
... les deux substituts auprès du tribunal de cassation.
J’accorde la parole à M. le ministre de la justice qui demande à consulter l’Assi-mblée sur les conditions que doivent remplir le commissaire du roi et les deux substituts auprès du tribunal de cassation.
Locuteur: Duport
ministre de la justice. L’objet sur lequel j’ai à cons...
...e, demande une décision très pressante. La loi du 27 novembre sur l’établissement ...
... porte qu’il y aura, auprès du tribunal de cassation, un commissaire du roi, qui s...
...e les commissaires auprès des tribunaux de district, et qu’il aura des fouctions du même genre. La loi ne s’explique pas sur la capacité ; mais j’ai pensé, e , dans la pratique, je 1 ai exécuté, que le commi...
...es capaciiés que les juges du tribunal; la loi du 24 août porte, article 9 :
ministre de la justice. L’objet sur lequel j’ai à consulter l’Assemblée, demande une décision très pressante. La loi du 27 novembre sur l’établissement du tribunal decassation porte qu’il y aura, auprès du tribunal de cassation, un commissaire du roi, qui sera nommé par le roi, co nme les commissaires auprès des tribunaux de district, et qu’il aura des fouctions du même genre. La loi ne s’explique pas sur la capacité ; mais j’ai pensé, e , dans la pratique, je 1 ai exécuté, que le commissaire du roi devait avoir absolument les mêmes capaciiés que les juges du tribunal; la loi du 24 août porte, article 9 :
Locuteur: Duport
...ons du ministère public, s’il n’est âgé de 30 ans accomplis, et s’il n’a été pendant 5 ans juge ou homme de loi exerçant publiquement auprès d’un t... Nul ne pourra être élu juge ou suppléant, ou chargé les fonctions du ministère public, s’il n’est âgé de 30 ans accomplis, et s’il n’a été pendant 5 ans juge ou homme de loi exerçant publiquement auprès d’un tribunal. »
Locuteur: Duport
...a rendu un décret portant établissement de deux substituts du commissaire du roi auprès du tribunal de cassation ; il porte : Le 21 sepœmbre dernier, l’Assemblee constituante a rendu un décret portant établissement de deux substituts du commissaire du roi auprès du tribunal de cassation ; il porte :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 470
Locuteur: Duport
La loi ne s’explique pas sur les capacités...
...rmine les capacité ; car, il n’v a rien de plus dangereux que de laisser une loi muette sur différents objets. J’ai entendu dire que l’opinion de plusieurs mernb-es du tribunal de cassation était que les substituts deva...
...u roi. Je prierai l’Assemblée nationale de prendre cet objet *n considération. Le roi désire une règle sûre et claire la-dessus. Je prie l’Assemblée de vouloir bien s en occuper.
La loi ne s’explique pas sur les capacités que doivent avoir ces deux substituts. Je crois qu il est utile que l’Assemblée nationale détermine les capacité ; car, il n’v a rien de plus dangereux que de laisser une loi muette sur différents objets. J’ai entendu dire que l’opinion de plusieurs mernb-es du tribunal de cassation était que les substituts devaient avoir les mêmes capacités que les commissaires du roi. Je prierai l’Assemblée nationale de prendre cet objet *n considération. Le roi désire une règle sûre et claire la-dessus. Je prie l’Assemblée de vouloir bien s en occuper.
Locuteur: Laurent Lecointre
(L’Assemblée adopte la motion de M. Laurent Lecointre.) (L’Assemblée adopte la motion de M. Laurent Lecointre.)
Locuteur: Duport
ministre de la justice. L’Assemblée a désiré avoir des...
...écution du décret d'amnistie, ou plutôt de la loi du 14 septembre 1791. . ,
ministre de la justice. L’Assemblée a désiré avoir des.éclaircissements sur l'exécution du décret d'amnistie, ou plutôt de la loi du 14 septembre 1791. . ,
Locuteur: Duport
...es du roi du sixième ar-rondi'S'ment et de la Haute-Cour nationale. Il est revenu de l’impression le 17. Il a été renvoyé le...
...uestions que faisait natire l’exécution de cette loi. Pour hâter cette exécut.on, ...
... circulaire pour leur expliquer le sens de la loi.
...envoyé le mêm* jour à l’impression, envoyé le même jour manU'Crit aux commissaires du roi du sixième ar-rondi'S'ment et de la Haute-Cour nationale. Il est revenu de l’impression le 17. Il a été renvoyé le même jour à M. Delessart pour tous les départements, envoyé le 20 à tous les tr...
... ce sujet. J’ai été consulté par presque tous les trib naux du royaume sur les questions que faisait natire l’exécution de cette loi. Pour hâter cette exécut.on, je me propose d’envoyer à tous les tribunaux une circulaire pour leur expliquer le sens de la loi.
Locuteur: Duport
...tendue dans le--sens le plus large; gue la loi avait entendu me tre une ligne de démarcation entre les événement- qui avaient précédé la Résolution et ceux qui pourraient la suivre. J’ai écrit déjà à tous les tribunaux que c’était à eux à tain* l’applicatio i de la loi. Je pensais que n’était la l’esprit dans lequel elle devait être e...
...r prévenir les différent* s difficultés de détail, je compte dans la circulaire relever toutes celles qui m’ont été laites, et y répondre de manière que l’exécution soit uni-for m * et la plus prompte possible dans les tribunau...
J’ai pense que cette loi devait etre entendue dans le--sens le plus large; gue la loi avait entendu me tre une ligne de démarcation entre les événement- qui avaient précédé la Résolution et ceux qui pourraient la suivre. J’ai écrit déjà à tous les tribunaux que c’était à eux à tain* l’applicatio i de la loi. Je pensais que n’était la l’esprit dans lequel elle devait être exécutée. En même temps, pour prévenir les différent* s difficultés de détail, je compte dans la circulaire relever toutes celles qui m’ont été laites, et y répondre de manière que l’exécution soit uni-for m * et la plus prompte possible dans les tribunaux.
Locuteur: Un de MM. les Secrétaires
donne lecture d’une lettre de M. Bertrand, ministre de la marine, qui rend compte des ordres qVil a donnés à la nouvelle d*e l’insurrection des noirs de Saint-Domingue ; cette lettre est ainsi... donne lecture d’une lettre de M. Bertrand, ministre de la marine, qui rend compte des ordres qVil a donnés à la nouvelle d*e l’insurrection des noirs de Saint-Domingue ; cette lettre est ainsi conçue :
Locuteur: Un de MM. les Secrétaires
...les avis particuliers qui sont parvenus de Saint-Dominque, quoique non officiels, ...
...u roi. Sa Majesté ne voulaut pas perdre de temp en une circonstance aussi importan...
...i. Je me suis concerté avec le ministre de la guerre ; et d’apiès les ordres de Sa Majesté, j’ai expédié hier au soir u...
« J’ai pense que les avis particuliers qui sont parvenus de Saint-Dominque, quoique non officiels, étaient assez précis pour que je dusse en rendre compte au roi. Sa Majesté ne voulaut pas perdre de temp en une circonstance aussi importante, a décidé que deux bataillons seraient embarqués a Brest sans délai. Je me suis concerté avec le ministre de la guerre ; et d’apiès les ordres de Sa Majesté, j’ai expédié hier au soir un courrier extraordinaire pour porter dans ce port les ordres nécessaires pour c...
Locuteur: Un de MM. les Secrétaires
La discussion sur les émigrations est renr... La discussion sur les émigrations est renrise.
Locuteur: Isnard
La multiplicité et la va* iélé des projets d'* décret présentés à l’Assemblée rendra la décision à prendre très diff'cii;*. Je nropo-e de faire un tableau qui contiendra les divers articles présentés, de les discuter l’un après l’autre, et d’en former un seul projet de décret qui sera ensuite soumis aux formalités exigées par la loi constitutionnelle. La multiplicité et la va* iélé des projets d'* décret présentés à l’Assemblée rendra la décision à prendre très diff'cii;*. Je nropo-e de faire un tableau qui contiendra les divers articles présentés, de les discuter l’un après l’autre, et d’en former un seul projet de décret qui sera ensuite soumis aux formalités exigées par la loi constitutionnelle.
Locuteur: Isnard
...l’ordre du jour. ) [L’Assemblée passe à la lecture des projets de décret sur les émigrations (1).] Plusieurs membres : L’ordre du jour ! (L’Assemblée passe à l’ordre du jour. ) [L’Assemblée passe à la lecture des projets de décret sur les émigrations (1).]
Locuteur: Isnard
... nationale, considérant qu’il importe à la tranquillité publique et au salut de l’Emp re d’enlever à ceux des Français q ff ont trahi leur patrie les moyens de poursuivre leurs dessei s, et convaincue de l’obligation de ne pas s’écarter, même à l’égard des ennemis 1 s plus perfides, des lois de l’équité rigoureuse, a décrété ce qui s... L’Assemblée nationale, considérant qu’il importe à la tranquillité publique et au salut de l’Emp re d’enlever à ceux des Français q ff ont trahi leur patrie les moyens de poursuivre leurs dessei s, et convaincue de l’obligation de ne pas s’écarter, même à l’égard des ennemis 1 s plus perfides, des lois de l’équité rigoureuse, a décrété ce qui suit : . , . ,
Locuteur: Isnard
...veront, malgré leur absence du royaume, la plénitude de. leurs droits de cit >yens. Art. 2. Tous ceux qui auront prêté ce serment conserveront, malgré leur absence du royaume, la plénitude de. leurs droits de cit >yens.
Locuteur: Isnard
de la nation tiançaise, l’engage neutde maintenir la Constitution de tout leur pouvoir, d’en exécuter toutes les dispositions, et déclareront qu ils la rég ir mut comme une loi émanée d’un po...
... connaissance certaine delà publication de la loi.)
de la nation tiançaise, l’engage neutde maintenir la Constitution de tout leur pouvoir, d’en exécuter toutes les dispositions, et déclareront qu ils la rég ir mut comme une loi émanée d’un pouvoir légitime et obligatoire pour tous les Français. (Ces délais seront, pour c...
... un rapport du comité diplomatique, u’après le temps nécessaire pour y avoir une connaissance certaine delà publication de la loi.)
Locuteur: Duport
...u commissaire du roi auprès du tribunal de cassation. Ces deux substituts auront h... « Il sera nommé, par le roi, deux substituts du commissaire du roi auprès du tribunal de cassation. Ces deux substituts auront h s deux tiers du traitement fixé pour le commissaire du roi
Locuteur: Laurent Lecointre
Je demande le renvoi au comité de législation pour en faire le rappoitdem... Je demande le renvoi au comité de législation pour en faire le rappoitdemain.
Locuteur: Un de MM. les Secrétaires
Voix diverses : Le renvoi au comité de marine! Voix diverses : Le renvoi au comité de marine!
Locuteur: Isnard
Second projet de décret (2) de M. Condorcet. Second projet de décret (2) de M. Condorcet.
Locuteur: Isnard
Art. 3. Il en sera de même de ceux qui, étant actuellement dans les p... Art. 3. Il en sera de même de ceux qui, étant actuellement dans les pays éirangers, souscriront
Locuteur: Isnard
dans te délai de , cliez l’envoyé ou le consul dans te délai de , cliez l’envoyé ou le consul
...t. 4. Quiconque n’aura pas rempli l’une de ces deux obligations et restera hors du royaume, sera réputé avoir renoncé à la qualité de citoyen, et, en conséquence, il ne pourra en obtenir de nouveau le titre que comme tout autre étranger; il sera déchu de tout grade militaire, de tout (1) Le procès-verbal ne relate pas...
...ent que des indications très vagues sur la lecture des projets de décret à la tribune. Nous n’insérons ici que ceux pour lesquels on a demandé la priorité ou ceux qui, imprimés et publi...
...séance. Nous nous abstenons, toutefois, de reproduire les projets présentés et ins...
Art. 4. Quiconque n’aura pas rempli l’une de ces deux obligations et restera hors du royaume, sera réputé avoir renoncé à la qualité de citoyen, et, en conséquence, il ne pourra en obtenir de nouveau le titre que comme tout autre étranger; il sera déchu de tout grade militaire, de tout (1) Le procès-verbal ne relate pas cette discussion et les divers journaux ne donnent que des indications très vagues sur la lecture des projets de décret à la tribune. Nous n’insérons ici que ceux pour lesquels on a demandé la priorité ou ceux qui, imprimés et publiés par leurs auteurs, sont mentionnés par eux comme lus en séance. Nous nous abstenons, toutefois, de reproduire les projets présentés et insérés dans les séances antérieures, et nous renvoyons pour les autres aux annexe
Voir ci-dessus le premier projet de décret de M. con-dorcet, page 394 et suiv. Voir ci-dessus le premier projet de décret de M. con-dorcet, page 394 et suiv.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 471
Locuteur: Isnard
... exception, ne pourront être payés sans la présentation d un certificat de résidence, et d’un acte, soit de prestation de serment civique, soit de déclaration faite en conformité de 1 article précédnnt. Art. 5. En conséquence, aucun traitement, aucune pension non comprise dans cette exception, ne pourront être payés sans la présentation d un certificat de résidence, et d’un acte, soit de prestation de serment civique, soit de déclaration faite en conformité de 1 article précédnnt.
Locuteur: Isnard
Art. 6. A compter de la publication du présent décret, jusqu’au 1er janvier 1794, le ministre de la guerre ne pourra nommer aux places do/l...
...aucun militaire, s’il n’a justifié soit de sa résidence dans le royaume depuis le octobre A791, soit du serment civique ou de la déclaration exigée par les articles 1 et 3. Le ministre sera tenu de former une liste des officiers de l’armée de tous grades, jusques et compris celui de maréchal de France, dans laquelle il ne placera que...
...rouveront pas compris, ne pourront, par la suit ', etre employés dans ces grades, ...
Art. 6. A compter de la publication du présent décret, jusqu’au 1er janvier 1794, le ministre de la guerre ne pourra nommer aux places do/liciers vacantes aucun militaire, s’il n’a justifié soit de sa résidence dans le royaume depuis le octobre A791, soit du serment civique ou de la déclaration exigée par les articles 1 et 3. Le ministre sera tenu de former une liste des officiers de l’armée de tous grades, jusques et compris celui de maréchal de France, dans laquelle il ne placera que ceux qui auront rempli les conditions exigées; et ceux qui ne s’y trouveront pas compris, ne pourront, par la suit ', etre employés dans ces grades, ni promus à des grades supérieurs.
Locuteur: Isnard
Art. 7. Tout citoyen français déchu de ee titre en vertu de l’article 5, qui souscrira chez 1 envoyé ou le consul de la nation française, pour l’espace de deux ans, rengagement de n’entrer au service d’aucune puissance sans y être autorisé par un décret de l’Assemblée nationale sanctionné par le roi, de ne porter les armes ni contre la nation française, ni contre aucun des p...
...itutionn 1; rie ne solliciter ni contre la nation, ni contre aucun de ces pouvoirs, >e secours d’aucune puiss...
...s biens quilui appartiennent en France, de la même manière que les étrangers qui y po...
Art. 7. Tout citoyen français déchu de ee titre en vertu de l’article 5, qui souscrira chez 1 envoyé ou le consul de la nation française, pour l’espace de deux ans, rengagement de n’entrer au service d’aucune puissance sans y être autorisé par un décret de l’Assemblée nationale sanctionné par le roi, de ne porter les armes ni contre la nation française, ni contre aucun des pouvoirs établis par l’aete con-titutionn 1; rie ne solliciter ni contre la nation, ni contre aucun de ces pouvoirs, >e secours d’aucune puissance étrangère, jouira des biens quilui appartiennent en France, de la même manière que les étrangers qui y possèdent des propriétés mobilières ou ter-ri to ri et 6s
Locuteur: Isnard
...era incessamment présenté par le comité de législation une loi pour régler le mode d’exécution de cet article, afin de conserver le droit des femmes ou des créanciers antérieurs, et de pourvoir à la subsistance, à l’éducation, à l’entreti... « Art. 10. Il sera incessamment présenté par le comité de législation une loi pour régler le mode d’exécution de cet article, afin de conserver le droit des femmes ou des créanciers antérieurs, et de pourvoir à la subsistance, à l’éducation, à l’entretien des entants.
Locuteur: Isnard
« Art. 12. Aucune saisie de biens ne pourra avoir lieu sur le motif d’absence qu’à la réquisition du prucureur-syndic du dépa...
...r domicile du citoven tombé dans le cas de l’article 7, et il sera t. nu de faire saisir ceux des citoyens notoirem...
« Art. 12. Aucune saisie de biens ne pourra avoir lieu sur le motif d’absence qu’à la réquisition du prucureur-syndic du département où était situé le dernier domicile du citoven tombé dans le cas de l’article 7, et il sera t. nu de faire saisir ceux des citoyens notoirement absents des terres françai-es, qui n’auront point prêté le serment civique, ...
Locuteur: Isnard
...’Assemblée nationale, considérant qu’un de ses premiers devoirs est de veiller à l’exécution ripou reuse, égale et impartiale des lois, et de donner l’exemple de l’obéissance à la loi constitutionnelle, décrété que Loui...
...avier, priuce français premier appelé à la régence, est re suis par le Corps législatif de rentrer dans le royaume sous un mois, à compier de la promulgation du présent décret, faute de quoi, conformément à l’article 2 de la troisième section du deuxième chapitre ...
...utionnel, il sera censé avoir renoncé à la régence;
« L’Assemblée nationale, considérant qu’un de ses premiers devoirs est de veiller à l’exécution ripou reuse, égale et impartiale des lois, et de donner l’exemple de l’obéissance à la loi constitutionnelle, décrété que Louis-J seph-François-Xavier, priuce français premier appelé à la régence, est re suis par le Corps législatif de rentrer dans le royaume sous un mois, à compier de la promulgation du présent décret, faute de quoi, conformément à l’article 2 de la troisième section du deuxième chapitre du titre III d - l’Acte c institutionnel, il sera censé avoir renoncé à la régence;
Locuteur: Isnard
« Décrète que le ministre de la guerre sera tenu de lui rendre compte, de mois en mois, des poursuites faites conformément à la loi cont'e les officiers nui, depuis l’époque de l’aministie, se sont rendus coupables de désertion, de sibornation de soldat^, d’enlèvements de caisse, de soustractions d’eflets appartenant à leur corps, ou de tout autre crime compris dans la classe des délits militaires. » « Décrète que le ministre de la guerre sera tenu de lui rendre compte, de mois en mois, des poursuites faites conformément à la loi cont'e les officiers nui, depuis l’époque de l’aministie, se sont rendus coupables de désertion, de sibornation de soldat^, d’enlèvements de caisse, de soustractions d’eflets appartenant à leur corps, ou de tout autre crime compris dans la classe des délits militaires. »
Locuteur: Isnard
...es revenus des citoyens émig-és le prix de la protec ion p blique accordée à leurs pr... « Considérant enfin qu’il est d’une ju-ti e éternelle que l’Etat trouve, dans les revenus des citoyens émig-és le prix de la protec ion p blique accordée à leurs propriétés et, du service personnel auquel ils sont tenus décrète ce qui suit :
Locuteur: Isnard
..., prince français, est req is, en vertu de l’article 2, section 111, chapitre II de la Constitution, de re trer en France dans la quinzaine à compter du jour de la notification qui lui -era faite, dans l... « Art. 1er. Louis-Joseph-Sianislas-Xavier Bourbon, prince français, est req is, en vertu de l’article 2, section 111, chapitre II de la Constitution, de re trer en France dans la quinzaine à compter du jour de la notification qui lui -era faite, dans les formes légales, du présent décret.
Locuteur: Isnard
...a censé, conformément au même article 2 de la Constitution, avoir abdiqué son droit à la régence, et il en demeurera, en conséqu... ...s-las-Xavier, priuce français, ne rentrerait pas dans le délai ci-dessus, il sera censé, conformément au même article 2 de la Constitution, avoir abdiqué son droit à la régence, et il en demeurera, en conséquence, irrévocablement déchu.
Locuteur: Isnard
...oit à un remplacement dans l’armée (1), de tout tracement pécuniaire, à l'exception des pensions qui seraient une récompense de services passés, ou une indemnité. droit à un remplacement dans l’armée (1), de tout tracement pécuniaire, à l'exception des pensions qui seraient une récompense de services passés, ou une indemnité.
Locuteur: Isnard
... 8. Les envoyés et consuls seront tenus de faire parvenir quinzaine par quinzaine,...
...tère es affaires étrangères, le tableau de ceux qui ont souscrit en leur présence ...
« Art. 8. Les envoyés et consuls seront tenus de faire parvenir quinzaine par quinzaine, jus-u’à l’expiration des délais fixés, au ministère es affaires étrangères, le tableau de ceux qui ont souscrit en leur présence les déclarations prescrites par les articles 3 et 7.
Locuteur: Isnard
...s le terme fixé, n’aura souscrit aucune de ces déclarations, sera déclaré ennemi delà nation ; ses revenus et ses propriétés de toute nature seront mises au séquestre,... » Art. 9. Tout citoyen absent qui, dans le terme fixé, n’aura souscrit aucune de ces déclarations, sera déclaré ennemi delà nation ; ses revenus et ses propriétés de toute nature seront mises au séquestre, et gardées pour lui être r ndues, s’il y a lieu à une amnistie, ou restituées a...
Locuteur: Isnard
Projet de décret relatif au 'premier prince franç... Projet de décret relatif au 'premier prince français et aux officiers déserteurs.
Locuteur: Isnard
Projet de décret de M. Cowthoas (1). Projet de décret de M. Cowthoas (1).
...cette saisie purement conservatoire, et la privation d’avantages accordés par la nation, ne pouvant ê're décernée que pa...
... (1)Dans le premier projet, on lisait c de toute expectative quelcouque »; mais en...
...us d’expectative que celle du trône; et la question de celte déchéance est trop importante pour la confondre avec toute autre : par cet ar...
...sont, comme les autres citoyens, déchus de leurs grades et de leurs traitements.
...rès avoir >ouscrii ces engagements, les auraient rompus ; aucune peine excédant cette saisie purement conservatoire, et la privation d’avantages accordés par la nation, ne pouvant ê're décernée que par un jugement personnel rendu sur chaque coupable. (1)Dans le premier projet, on lisait c de toute expectative quelcouque »; mais en France, il n existe plus d’expectative que celle du trône; et la question de celte déchéance est trop importante pour la confondre avec toute autre : par cet article, les princes français sont, comme les autres citoyens, déchus de leurs grades et de leurs traitements.
...ui se trouveraient hors du royaume lors de la publication du présent décret, seront é... ... Français fonctionnaires publics, salariés, rétribués ctpensionnés par l’Etat, qui se trouveraient hors du royaume lors de la publication du présent décret, seront également (1) Bibliothèque nationale, Assemblée nationale législative, Administra...
Voir aux annexes de la séance le développement de ce projet de décret, page 478. Voir aux annexes de la séance le développement de ce projet de décret, page 478.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 472
Locuteur: Isnard
... qui ne rentreront pas dans ledit délai de quinzaine, seront et demeureront dérhos et privé' de toutes fonctions, salaires, traitements...
...i leur en serait continué, au préjudice de la présente disposition, sera considéré comme crime de haute trahison, et puni suivant la rigueur des lois.
« Art. 4. Les dénommésdans l’article précédent, qui ne rentreront pas dans ledit délai de quinzaine, seront et demeureront dérhos et privé' de toutes fonctions, salaires, traitements, rétributions et pensions ; et le payement qui leur en serait continué, au préjudice de la présente disposition, sera considéré comme crime de haute trahison, et puni suivant la rigueur des lois.
Locuteur: Isnard
...éloignés ou qui s’éloigneraient du sein de leur patrie, sont invités, en son nom, à y rentrer dans le mois à compter du jour de la publication du présent décret. « Art. 6. Les citoyens privés qui se sont éloignés ou qui s’éloigneraient du sein de leur patrie, sont invités, en son nom, à y rentrer dans le mois à compter du jour de la publication du présent décret.
Locuteur: Isnard
...es citoyens privés, ou devenus tels par la déchéance de leurs fonctions publiques, ui ne se ren...
...ère et mobilière, pendant tout le temps de leur absence ; ils souffriront, en outr...
... autres redevances, à raison desquelles la retenue simple est autorisée, et, au surplus, les articles 3, 4, 5 et 6 de la loi du mois d’août dernier seront exécu...
« Art. 7. Les citoyens privés, ou devenus tels par la déchéance de leurs fonctions publiques, ui ne se rendront pas à cette invitation dans le-it délai d’un mois, payeront, par forme d’i...
...ervice personnel que chaque citoyen doit à l’Etat, une triple contribution foncière et mobilière, pendant tout le temps de leur absence ; ils souffriront, en outre, une triple retenue sur les intérêts des rentes, prestations et autres redevances, à raison desquelles la retenue simple est autorisée, et, au surplus, les articles 3, 4, 5 et 6 de la loi du mois d’août dernier seront exécutés à leur égard, nonobstant toutes autres lois et dispositions conttaires.
Locuteur: Isnard
...es personnes comprimes dans l’article 7 de la même loi du mois d’août. « Art. 8. Sont exceptées des dispositions ci-dessus, les personnes comprimes dans l’article 7 de la même loi du mois d’août.
Locuteur: Isnard
... qui rentreront en France sont mis sous la protection spéciale et la sauvegarde de la loi. En conséquence, et conformément aux dispositions de 1 article 2 de la même loi du mois d’août, les corps admi...
...s sont tenus, sous leur responsabilité, de veiller à leur sûreté et de les en faire jouir.
« Art. 9. Les émigrés qui rentreront en France sont mis sous la protection spéciale et la sauvegarde de la loi. En conséquence, et conformément aux dispositions de 1 article 2 de la même loi du mois d’août, les corps administratifs et municipalités sont tenus, sous leur responsabilité, de veiller à leur sûreté et de les en faire jouir.
Locuteur: Isnard
...l sera sursis, jusqu’à 'nouvel ordre, à la sortie du royaume, de toute espèce d’armes, chevaux, munitions et ustensiles de guerre. Les corps adminhtratifs et les ...
...s veilleront spécialement à l’exécution de cet article.
« Art. 10. Il sera sursis, jusqu’à 'nouvel ordre, à la sortie du royaume, de toute espèce d’armes, chevaux, munitions et ustensiles de guerre. Les corps adminhtratifs et les municipalités veilleront spécialement à l’exécution de cet article.
Locuteur: Isnard
... S’il arrivait que des caisses d’armes, de munitions ou ustensiles de guerre destinés à sortir du royaume fus...
...dépôt dans le lieu qui sera indiqué par la municipalité, pour être rendues à qui de droit; et cependant, s’il était instant de repousser une invasion, ces armes, munitions et ustensiles pourront rester à la disposition du directoire du département, à la charge d’en payer le montant aux expédi...
« Art. 11. S’il arrivait que des caisses d’armes, de munitions ou ustensiles de guerre destinés à sortir du royaume fussent arrêtées, elles seront mises en dépôt dans le lieu qui sera indiqué par la municipalité, pour être rendues à qui de droit; et cependant, s’il était instant de repousser une invasion, ces armes, munitions et ustensiles pourront rester à la disposition du directoire du département, à la charge d’en payer le montant aux expéditionnaires, et en prenant à cet égard, sur l’avis du directoire du district, un ...
Locuteur: Isnard
...xé, rentreront en France, sont mis sous la protection et sous la sauvegarde spéciale de la loi. « Art. 2. Les Français émigrés qui, dans le délai fixé, rentreront en France, sont mis sous la protection et sous la sauvegarde spéciale de la loi.
Locuteur: Isnard
...ce d’ici au premier janvier, y jouiront de tous les droits de citoyen, sans néanmoins pouvoir ni prétendre au poste qu’ils occupaient à l’époque de leur départ, et dont ils demeurent déchus, ni obtenir du service dans la suite, que de la manière qui pourra être déterminée par la loi. ...Art. 3. Les militaires émigrés depuis le 14 juillet 1789, qui rentreront en France d’ici au premier janvier, y jouiront de tous les droits de citoyen, sans néanmoins pouvoir ni prétendre au poste qu’ils occupaient à l’époque de leur départ, et dont ils demeurent déchus, ni obtenir du service dans la suite, que de la manière qui pourra être déterminée par la loi.
Locuteur: Isnard
... 5. Le 1er janvier prochain, et ensuite de quinzaine an quinzaine, l’état-maj'r de chaque régiment sera tenu de renvoyer le dénombrement de tous ses officiers, et sous-officl rs et soldats émigrés, au ministre de la guerre, qui aussitôt en fera son rappor... « Art. 5. Le 1er janvier prochain, et ensuite de quinzaine an quinzaine, l’état-maj'r de chaque régiment sera tenu de renvoyer le dénombrement de tous ses officiers, et sous-officl rs et soldats émigrés, au ministre de la guerre, qui aussitôt en fera son rapport à l’Assemblée nationale.
Locuteur: Isnard
« Art. 6. Il sera, à la même époque, établi dans les villes de Metz, Lille et Strasbourg, des cours mariiales, pour juger suivant la rigueur des lois les militaires, de quelque grade qu’ils soient, qui se tro... « Art. 6. Il sera, à la même époque, établi dans les villes de Metz, Lille et Strasbourg, des cours mariiales, pour juger suivant la rigueur des lois les militaires, de quelque grade qu’ils soient, qui se trouveront dans le cas prévu par l’article 4.
Locuteur: Isnard
...martiales ainsi établies, seront tenues de renvoyer, le premi- r de chaque mois, copie des jugements qu’elles auront rendus, au ministre de la guerre, qui en informera, sans dé'ai, l... « Art. 7. Les cours martiales ainsi établies, seront tenues de renvoyer, le premi- r de chaque mois, copie des jugements qu’elles auront rendus, au ministre de la guerre, qui en informera, sans dé'ai, l’Asssemblée nationale,
Locuteur: Isnard
Art. 10. Louis-Philippe-Joseph-Xavier de Bourbon, prince français, sera, faute d’avoir, dans le délai fixé, obéi à la loi et d’avoir déféré à l’invitation du chef suprême de la nation, censé avoir abdiqué son droit à la régence. Art. 10. Louis-Philippe-Joseph-Xavier de Bourbon, prince français, sera, faute d’avoir, dans le délai fixé, obéi à la loi et d’avoir déféré à l’invitation du chef suprême de la nation, censé avoir abdiqué son droit à la régence.
Locuteur: Isnard
...nné ses drapeaux, est déclaré incapable de rentrer dans son corps et d’occuper auc... .... Tout officier qui, sans congé ou sans avoir donné sa dérai-sion, aurait abandonné ses drapeaux, est déclaré incapable de rentrer dans son corps et d’occuper aucun poste ni emploi civil ou militaire.
Locuteur: Isnard
Projet de décret (1) de M. Bordas. Projet de décret (1) de M. Bordas.
Locuteur: Isnard
...élai fixé ; ensemble ceux qui, à partir de ce jour, quitteront leur poste, sans av... « Art. 4. Les militaires émigrés qui ne rentreront pas en France dans le délai fixé ; ensemble ceux qui, à partir de ce jour, quitteront leur poste, sans avoir fait leur démission, ou sans congé, sont déclarés déserteurs et seront jugés...
Locuteur: Isnard
...aire, et irrévocablement déchu et privé de tout salaire, traitemeut, rétribution e... ...ion qui ne rentrera pas en France dans le délai fixé, sera rayé du tab eau militaire, et irrévocablement déchu et privé de tout salaire, traitemeut, rétribution et pension.
Locuteur: Isnard
...xception, qui tournera ses armes contre la nation, qui cherchera à débaucher des c...
...ances étrangères s ra déclaré traî re à la i atrie, poursuivi et jugé par la haute cour nationale. , „
« Art. 9. Tout Français, sans exception, qui tournera ses armes contre la nation, qui cherchera à débaucher des citoyens français ou à soluever des puissances étrangères s ra déclaré traî re à la i atrie, poursuivi et jugé par la haute cour nationale. , „
Locuteur: Isnard
...ippe-Louis Joseph et Louis-Henri Joseph de Bourbon, aussi princes français, seront...
...il en ait été autrement ordonné, privés de tous traitements et pensions.
« Art. 11. Charles-Philippe-Louis Joseph et Louis-Henri Joseph de Bourbon, aussi princes français, seront, pendant leur absence et jusqu’à ce qu’il en ait été autrement ordonné, privés de tous traitements et pensions.
Locuteur: Isnard
...prescril, seront irrévocablement déchus de leurs droits de citoyen actif et privés de tous emplois, salaires, rétributions et... ...iés ou pensionnés par l’Etat, qui ne seront pas rentrés en France dans le délai prescril, seront irrévocablement déchus de leurs droits de citoyen actif et privés de tous emplois, salaires, rétributions et pensions.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 473
Locuteur: Isnard
..., ceux qui ont justifie ou justifieront de causes légitimes de leur absence, tes gens de mer, les négociants et généralement tous ceux qui, à raison de leurs propriétés, état ou commerce, sont dans l’usage ou dans la nécessité de faire des voyages chez l’étranger. ...itions ci-dessus les Français établis en pays étraoger avant le 1er juillet 1789, ceux qui ont justifie ou justifieront de causes légitimes de leur absence, tes gens de mer, les négociants et généralement tous ceux qui, à raison de leurs propriétés, état ou commerce, sont dans l’usage ou dans la nécessité de faire des voyages chez l’étranger.
Locuteur: Isnard
« Art. 16. L’exportation des munitions de guerre, armes, poudres et salpêtre, est...
... d arrestation, poursuivis et jugés par la haute cour naiionale, et veilL ront spé...
...tifs et les municipalités a l’exécution de cet article.
« Art. 16. L’exportation des munitions de guerre, armes, poudres et salpêtre, est expressément défendue : seront les contrevenants mis en état d arrestation, poursuivis et jugés par la haute cour naiionale, et veilL ront spécialement les corps administratifs et les municipalités a l’exécution de cet article.
Locuteur: Isnard
...nçais, frère du roi, plus proche parent de l’héritier présomptif de la couronne, encore mineur, est requis par le Corps législatif, aux termes de l’article 2 de la troisième section du chapitre III de l’acte constitutionnel, de rentrer en France dans le délai d’un mois, à compter du jour de la proclamation qui sera faite dans la ville de Pari', lieu des séances du Corps législatif : faute de quoi il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. . ... « Art. 1er. Louis-Stanislas-Xavier, prince français, frère du roi, plus proche parent de l’héritier présomptif de la couronne, encore mineur, est requis par le Corps législatif, aux termes de l’article 2 de la troisième section du chapitre III de l’acte constitutionnel, de rentrer en France dans le délai d’un mois, à compter du jour de la proclamation qui sera faite dans la ville de Pari', lieu des séances du Corps législatif : faute de quoi il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. . ...
Locuteur: Isnard
...itime justifiée par congé, seront tenus de rentrer en France dans le délai d un mois, à compter du jour de la publication de la loi dans leurs départements et district...
...t et demeureront irrévocablement déchus de leurs places, pensions, emplois et traitements. Limrs noms seront rayés de tous états ou ils seraient employés; défenses sont faites à tous administrateurs de leur délivrer aucun mandat et à tous caissiers, trésoriers et payeurs, de les payer, sous peine de responsabilité des sommes qu’ils auraient payées et de perdre leurs emplois. . .
...lics, civils, militair* s ou ecclésiastiques, absents du royaume, sans cause légitime justifiée par congé, seront tenus de rentrer en France dans le délai d un mois, à compter du jour de la publication de la loi dans leurs départements et districts ; sinon ils seront et demeureront irrévocablement déchus de leurs places, pensions, emplois et traitements. Limrs noms seront rayés de tous états ou ils seraient employés; défenses sont faites à tous administrateurs de leur délivrer aucun mandat et à tous caissiers, trésoriers et payeurs, de les payer, sous peine de responsabilité des sommes qu’ils auraient payées et de perdre leurs emplois. . .
Locuteur: Isnard
« Art. 5. Il est réservé de prendre les mesures que les circonstanc...
...omité diplomatique sur l’etat politique de la France à l’égard des puissances étrangè...
« Art. 5. Il est réservé de prendre les mesures que les circonstances exigeront à l’égard des princes français, absent* du royaume, et d’engager le...
... novembre, et le rapport qui sera fait ensuite à l’Assemblée nationale par son comité diplomatique sur l’etat politique de la France à l’égard des puissances étrangères. »
Locuteur: Isnard
Un membre: Je renouvelle la proposition qui a été faite de renvoyer au comité de législation les divers projets de décret. Un membre: Je renouvelle la proposition qui a été faite de renvoyer au comité de législation les divers projets de décret.
Locuteur: Isnard
On continue la lecture des projets de décret; plusieurs présentent des préamb... On continue la lecture des projets de décret; plusieurs présentent des préambules très étendus.
Locuteur: Isnard
... demande que les opinants s’abstiennent de rouvrir la discussion par la voie des préambules. Ces longueurs ont pour cause la rage parlière de certains orateurs qui sont fâches de n’avoir pu développer toute leur opinio... Un membre : Je demande que les opinants s’abstiennent de rouvrir la discussion par la voie des préambules. Ces longueurs ont pour cause la rage parlière de certains orateurs qui sont fâches de n’avoir pu développer toute leur opinion. (L’Assemblée ai opte cette motion.)
Locuteur: Isnard
...e motion d’ordre sur les divers projets de décret concernant les émigrations. L’Assemblée sera très embarrassée de choisir parmi tant de projets de décret qui ont été et qui seront encore...
...plus simple et plus économique du temps de mettre sous les veux une série de principes d’après lesquels la loi devrait être faite. Quand ils auront été adoptés, on les renverra au comité de législation qui dressera un projet de décret et le proposera à l’Assemblée.
Un membre: Je demande à faire une motion d’ordre sur les divers projets de décret concernant les émigrations. L’Assemblée sera très embarrassée de choisir parmi tant de projets de décret qui ont été et qui seront encore proposés. 11 serait plus simple et plus économique du temps de mettre sous les veux une série de principes d’après lesquels la loi devrait être faite. Quand ils auront été adoptés, on les renverra au comité de législation qui dressera un projet de décret et le proposera à l’Assemblée.
Locuteur: Isnard
...d’adopter, dèsce moment, un des projets de décret pour le soumettre a la discussion, sauf à y ajouter ou diminue... Un membre :Je propose d’adopter, dèsce moment, un des projets de décret pour le soumettre a la discussion, sauf à y ajouter ou diminuer.
Locuteur: Ducos
Plus on entendra de projets de décret, plus le choix sera difficile. Je demande que l’on ferme la discussion. Plus on entendra de projets de décret, plus le choix sera difficile. Je demande que l’on ferme la discussion.
Locuteur: Voysin-de-Gartempe
...une loi, mais quels seront les articles de cette loi? C’est a l’Assemblée de le déterminer. Je pense donc qu il conviendrait de fixer une série d’articles qui, s il3 étaient adoptés, serviraient de base à la loi que nous devons faire. Je demande la permission de lire une série et de la soumettre à la décision de l’Assemblée. Il faut une loi, mais quels seront les articles de cette loi? C’est a l’Assemblée de le déterminer. Je pense donc qu il conviendrait de fixer une série d’articles qui, s il3 étaient adoptés, serviraient de base à la loi que nous devons faire. Je demande la permission de lire une série et de la soumettre à la décision de l’Assemblée.
Locuteur: Voysin-de-Gartempe
...n membre : Mais, Monsieur le Président, la discussion est à l’agonie. Ou va, à fprce de projets de décret, faire émigrer leCorps législati... Un membre : Mais, Monsieur le Président, la discussion est à l’agonie. Ou va, à fprce de projets de décret, faire émigrer leCorps législatif lui-même.
Locuteur: Brival
Comme il ne faut pas que les membres de l’Assemblée écoutent dans cette délibération la voix du sang, je demande que tous ceux ...
...igrants, ne puissent pas prendre part à la délibération. {Murmures.)
Comme il ne faut pas que les membres de l’Assemblée écoutent dans cette délibération la voix du sang, je demande que tous ceux qui ont des pères ou des frères, des oncles ou des cousins parmi les émigrants, ne puissent pas prendre part à la délibération. {Murmures.)
Locuteur: Merlin
...a été faite. Je demande qu’arrêtant ici la lecture des projets de décret, on en adopte un comme base de délibération, sauf à ajouter ou à retra... Je renouvelle une motion qui a été faite. Je demande qu’arrêtant ici la lecture des projets de décret, on en adopte un comme base de délibération, sauf à ajouter ou à retrancher a ce projet. {Oui ! oui !)
Locuteur: Isnard
...aque municipalité du royaume sera tenue de renvoyer, le l#r de chaque mois, à compter du 1er janvier 1...
...ssemblée nationale, par l’intermédiaire de ses district et département, un état ex...
..., domicile et signalement des personnes de son arrondissement qui sont sorties ou ...
c Art. 14. Chaque municipalité du royaume sera tenue de renvoyer, le l#r de chaque mois, à compter du 1er janvier 1792, à l Assemblée nationale, par l’intermédiaire de ses district et département, un état exact des noms, âge, qualités, domicile et signalement des personnes de son arrondissement qui sont sorties ou qui sortiront
Locuteur: Isnard
...t. 17. Se réserve l’Assemblée nationale de prendre, après le rapport du ministre d... « Art. 17. Se réserve l’Assemblée nationale de prendre, après le rapport du ministre des affaires étrangères, ajourné au 1er novembre, les mesures convenables à l’éga...
Locuteur: Isnard
Projet de décret (1) de M. Dehaussy-Robecourt. Projet de décret (1) de M. Dehaussy-Robecourt.
Locuteur: Isnard
...poursuivis et pu is comme tels, suivant la rigueur des lois militaires. . , . . ... avoir donné leur démission, ou sans congé, ser nt considérés comme déserteurs, poursuivis et pu is comme tels, suivant la rigueur des lois militaires. . , . .
Locuteur: Brival
...l’ordre du jour I (Cette motion n’a pas de suite.) Plusieurs membres : A l’ordre du jour I (Cette motion n’a pas de suite.)
...pourront être employés dans les troupes de ligne, ni dans les gardes nationales. (... ... 4. Les officiers, qui, depuis le 20 juin dernier, ont donné leur démission, ne pourront être employés dans les troupes de ligne, ni dans les gardes nationales. (1) Bibliothèque nationale. — Assemblée nationale législative. Administrationi N.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 474
Locuteur: Goujon
(L’Assemblée adopte la motion de M. Merlin.) (L’Assemblée adopte la motion de M. Merlin.)
Locuteur: Merlin
Je demande la priorité pour le projet de M. Couthon. Je demande la priorité pour le projet de M. Couthon.
Locuteur: Ramond
Je la demande pour celui de M. Condorcet. Je la demande pour celui de M. Condorcet.
Locuteur: Ramond
Plusieurs membres demandent la priorité pour le projet d décret de M. Brissot (1). Plusieurs membres demandent la priorité pour le projet d décret de M. Brissot (1).
Locuteur: Ramond
D'autres membres demandent la priorité pour le projet de décret de M. Vergniaud (2). D'autres membres demandent la priorité pour le projet de décret de M. Vergniaud (2).
Locuteur: Ramond
Quelques membres demandent la priorité pour le projet ne décret de M. Dehaussy-Robecourt. Quelques membres demandent la priorité pour le projet ne décret de M. Dehaussy-Robecourt.
Locuteur: Ramond
Un membre : Je demande la b cture des projets de déer t pour lesquels la priorité est réclamée. Un membre : Je demande la b cture des projets de déer t pour lesquels la priorité est réclamée.
Locuteur: Le Président
(L’Assemblée ordonne ensuite la réimpression de ce projet de décret avec les modifications qui y ont... (L’Assemblée ordonne ensuite la réimpression de ce projet de décret avec les modifications qui y ont été faites.)
Locuteur: Gérardin
...arler contre l’ajourne rient. Le projet de M. Condorcet contient 2 propositions di...
...prince français. Je demande l’exécutiun de la loi constitutionnelle, qui porte qu’il sera tenu de résider dans le royaume sous peine d’être déchu de ses droits à la régence ; c’e^ un devoir que l’Assemblé...
Je demande à parler contre l’ajourne rient. Le projet de M. Condorcet contient 2 propositions distinctes et séparées. L’une est relative au premier prince français. Je demande l’exécutiun de la loi constitutionnelle, qui porte qu’il sera tenu de résider dans le royaume sous peine d’être déchu de ses droits à la régence ; c’e^ un devoir que l’Assemblée doit remplir à l’instant même. Je demande qu’elle décrète l’article que voici ...
Locuteur: Gérardin
...onale fera dans 3 jours et dans ie lieu de ses séances une proclamation pour requé...
...seph-Stanislas-Xavier, prince français, de rentrer dans le royaume ; et s’il ne s’est pas conformé à la réquisition de l’Assemb'ée nationale, il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. »
...onstitutionnel, titre III, chapitre II, section III, article 2, l’Assemblée nationale fera dans 3 jours et dans ie lieu de ses séances une proclamation pour requérir Louis-Joseph-Stanislas-Xavier, prince français, de rentrer dans le royaume ; et s’il ne s’est pas conformé à la réquisition de l’Assemb'ée nationale, il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. »
Locuteur: Gérardin
Un membre : Je crois que la proclamation faite au sein de l’Assemblée paraîtrait ne pas remplir le vœu de l’acte constitutionnel. D’après cela, j’ai l’honneur de proposer à l’Assemblée de permettre de lui donner lecture d’un projet de décret qui diffère de celui-. (Bruit.) Un membre : Je crois que la proclamation faite au sein de l’Assemblée paraîtrait ne pas remplir le vœu de l’acte constitutionnel. D’après cela, j’ai l’honneur de proposer à l’Assemblée de permettre de lui donner lecture d’un projet de décret qui diffère de celui-. (Bruit.)
Locuteur: Gérardin
...las-Xavier, prince français, aux termes de l’article, etc., sera te m de résider dans le royaume, comme étant le parent majeur le plus proche de l’héritier présomptif de la couronne encore mineur. » « L’Assemblée nationale décrète que Louis-Joseph-Stanislas-Xavier, prince français, aux termes de l’article, etc., sera te m de résider dans le royaume, comme étant le parent majeur le plus proche de l’héritier présomptif de la couronne encore mineur. »
Locuteur: Henry Reboul
Je propose qu’on décrète la motion de M. Gérardin, sauf rédaction. Je propose qu’on décrète la motion de M. Gérardin, sauf rédaction.
Locuteur: Gérardin
Un membre : Il s’agit ici de l’exécution d’une loi constitutionnelle : l’As«emblée doit déclarer ennemis de la Constitution tous ceux qui s’y oppo-ent... Un membre : Il s’agit ici de l’exécution d’une loi constitutionnelle : l’As«emblée doit déclarer ennemis de la Constitution tous ceux qui s’y oppo-ent. (Bruit.)
Locuteur: Le Président
...era entendu, et adopte, sauf rédaction, la proposition de M. Gérardin.) (L’Assemblée décide que personne ne sera entendu, et adopte, sauf rédaction, la proposition de M. Gérardin.)
Locuteur: Merlin
Plusieurs membres : La question préalable. Plusieurs membres : La question préalable.
Locuteur: Le Président
Je mets aux voix la question préalable. Je mets aux voix la question préalable.
Locuteur: Le Président
(L’épreuve est renouvelée et la question préalable est rejetée.) (L’épreuve est renouvelée et la question préalable est rejetée.)
Locuteur: Le Président
relit la motion do M. Merlin. relit la motion do M. Merlin.
Locuteur: Le Président
Un membre : Je demande la parole pour combattre cette motion. Un membre : Je demande la parole pour combattre cette motion.
Locuteur: Goujon
Un grand nombre de membres : Aux voix ! aux voix ! Un grand nombre de membres : Aux voix ! aux voix !
Locuteur: Le Président
(L’As,^emblée décide que les projets de décret seront lus.) (L’As,^emblée décide que les projets de décret seront lus.)
Locuteur: Le Président
met ensuite aux voix la priorité pour chacun des décrets succes... met ensuite aux voix la priorité pour chacun des décrets successivement; elle est accordée à une très grande majorité pour le projet proposé pa...
Locuteur: Gérardin
Il est impossible de remettre à demain l’exécution de l’acte constitutionnel. Vous n’avez déjà que trop tardé à vous acquitter de votre devoir et de vos serments. (Applaudissements.) Il est impossible de remettre à demain l’exécution de l’acte constitutionnel. Vous n’avez déjà que trop tardé à vous acquitter de votre devoir et de vos serments. (Applaudissements.)
Locuteur: Goujon
et plusieurs autres membres demandent la parole et insistent avec chaleur pour l... et plusieurs autres membres demandent la parole et insistent avec chaleur pour l’ajournement.
Locuteur: Le Président
(La séance est levée à trois heures et demi... (La séance est levée à trois heures et demie.)
C’est ici l’exécution de la loi constitutionnelle : il n’y a pas li...
...i à ajournement. Je demande l’exécution de la loi. (Applaudissements.) (1) Voy. ci-de...
C’est ici l’exécution de la loi constitutionnelle : il n’y a pas lieu à discussion ni à ajournement. Je demande l’exécution de la loi. (Applaudissements.) (1) Voy. ci-dessus, page 309.
Les droits de chacun sont subordonnés au droit de tous, ou, ce qui est égal, au salut de la société. Les droits de chacun sont subordonnés au droit de tous, ou, ce qui est égal, au salut de la société.
(2) N’ayant pu obtenir la parole pour manifester une opinion qui diffère de celle des orateurs qui ont parlé, je me crois obligé de la faire connaître à l’Assemblée par la voie de l’impression. (Note de l’opinant.) (2) N’ayant pu obtenir la parole pour manifester une opinion qui diffère de celle des orateurs qui ont parlé, je me crois obligé de la faire connaître à l’Assemblée par la voie de l’impression. (Note de l’opinant.)
A LA A LA
séance de l’Assemblée nationale législative DU VE... séance de l’Assemblée nationale législative DU VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
Opinion de M. Pnganel, député du département de Lot-et-Garonne, à l'Assemblée nationale... Opinion de M. Pnganel, député du département de Lot-et-Garonne, à l'Assemblée nationale, sur les émigrations (2).
...migrations? Quelles mesures convient-il de prendre contre les émigrations? ...migrations? Doit-il, dans les circonstances présentes faire une loi contre les émigrations? Quelles mesures convient-il de prendre contre les émigrations?
La liberté individuelle cesse au moment où son usage nuit à la liberté d’autrui. La liberté individuelle cesse au moment où son usage nuit à la liberté d’autrui.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 475
...jouissances individuelles, au détriment de la chose publique. . . 11 le serait qu’elle garantit à chacun sa propriété et ses jouissances individuelles, au détriment de la chose publique. . .
Les premiers, par la consommation de leurs revenus, font subsister ceux qui n’ont de propriété que leurs aris, leur mdu-trm. Les premiers, par la consommation de leurs revenus, font subsister ceux qui n’ont de propriété que leurs aris, leur mdu-trm.
La progression successive des émigrants pr...
...sistance un nombre également progressif de citoyens industriels, da s la proportion établie de 14 a 24 et même dans une plus grande pr...
La progression successive des émigrants propriétaires laisse donc oisif et sans subsistance un nombre également progressif de citoyens industriels, da s la proportion établie de 14 a 24 et même dans une plus grande proportion, puisque les émigrés sont les plus riches propriétaires.
... dans ses conséquences, puisqu’elle e t la dernière crise de la Révol dion, la dernière m sure de la cupidité désespérée et et de l’orgueil révolté. Ne pas lui opposer la volonté sup ême de la loi, ce serait consacrer, en faveur des propriétaires, le droit barbare de vie et de mort sur les citoyens industriels, et le droit absurde de détruire l’état social. ...certée. Epidémie passagère, croisade ridicule au premier aspect, mais da gereuse dans ses conséquences, puisqu’elle e t la dernière crise de la Révol dion, la dernière m sure de la cupidité désespérée et et de l’orgueil révolté. Ne pas lui opposer la volonté sup ême de la loi, ce serait consacrer, en faveur des propriétaires, le droit barbare de vie et de mort sur les citoyens industriels, et le droit absurde de détruire l’état social.
Puisque le principe universel de toute sociéie est l’utilité commune de tous, puisque chacun doit concourir au bien de tous par les moyens que la force publique lui garantit, il est évident que la toute-puissance de la nation doit empêcher les émigrations, t...
... que, par leur progrès, elles nuisent à la chose publique.
Puisque le principe universel de toute sociéie est l’utilité commune de tous, puisque chacun doit concourir au bien de tous par les moyens que la force publique lui garantit, il est évident que la toute-puissance de la nation doit empêcher les émigrations, toutes les fois que, par leur progrès, elles nuisent à la chose publique.
Si, dans cette hypothèse, le droit de tou-1 n’était invinciblement opposé à l’usage de la liberté individuelle, la durée de la société ne reposerait sur aucune base s... Si, dans cette hypothèse, le droit de tou-1 n’était invinciblement opposé à l’usage de la liberté individuelle, la durée de la société ne reposerait sur aucune base solide.
La chose publique est-elle jamais dans un ...
...t, que lorsque des citoyens, riches par la force protectrice du peuple, p*ra: lyse...
...ar l'exportation prog'essive des fruits de la terre, le placent dans l'alternative, ou de violer les lois, ou de subir la mort lente de la faim? Ceux-ci doivem-ils être tout à la fois les garants de la richesse des pro-priétaire et leurs victimes? Les propriéiaires peuveut-ils être à la fois, par leur désertion combinée, les frères » t les bourreaux de leurs concitoyens? Non, cette horrible inégalité de condition ne doit pas être plus longtemps tolérée. La Constitution, en consacrant les droits de l’homme n’a pu ni voulu soumettre les principes de a morale politique, aux abus qu’il peut faire de la liberté. . i „ ....
La chose publique est-elle jamais dans un péril plus imminent, que lorsque des citoyens, riches par la force protectrice du peuple, p*ra: lysent son industiie, le forcent à foisivete, lui soutirent sa subsistance, et, par l'exportation prog'essive des fruits de la terre, le placent dans l'alternative, ou de violer les lois, ou de subir la mort lente de la faim? Ceux-ci doivem-ils être tout à la fois les garants de la richesse des pro-priétaire et leurs victimes? Les propriéiaires peuveut-ils être à la fois, par leur désertion combinée, les frères » t les bourreaux de leurs concitoyens? Non, cette horrible inégalité de condition ne doit pas être plus longtemps tolérée. La Constitution, en consacrant les droits de l’homme n’a pu ni voulu soumettre les principes de a morale politique, aux abus qu’il peut faire de la liberté. . i „ ....
...au moment où elle expose les citoyens à de grands maux, et la patrie à de grands périls. L’émigration n’est répréhensible qu’au moment où elle expose les citoyens à de grands maux, et la patrie à de grands périls.
...violee, et qui con-tate ia ri bel-lion, la désertion, la désobéissance? Cette loi n’existe pas encore. Faire une loi de circonstance, quand les émigrants sont encore sous la sauvegarde de la Constitution, c’est s’exposer à porter ... Elle n'est un délit que lorsqu’elle a été prohibée. Quelle est 'a loi violee, et qui con-tate ia ri bel-lion, la désertion, la désobéissance? Cette loi n’existe pas encore. Faire une loi de circonstance, quand les émigrants sont encore sous la sauvegarde de la Constitution, c’est s’exposer à porter atteinte aux droits individuels quela Constitution a solennellement consacrés.
même veillerait sur la Constitution; qui, agissant constamment par l’opinion, aurait rarement besoin de se momrer sous l’appareil de la iorce publique, et de laquelle enfin le pouvoir législatif, ou le concours des deux p uvuirs, annoncerait la redoutable, application par ces mots : la chose publique est en péril. , même veillerait sur la Constitution; qui, agissant constamment par l’opinion, aurait rarement besoin de se momrer sous l’appareil de la iorce publique, et de laquelle enfin le pouvoir législatif, ou le concours des deux p uvuirs, annoncerait la redoutable, application par ces mots : la chose publique est en péril. ,
La loi particulière, après un délai fixe, ...
...a chute doit être entière : qu’il tombe de toute la hauteur où la Constitution l’avait placé ; quil soit puni, s’il est possible, et de sp * crime et des crimes de ceux qu’il a séduits par son exemple, a...
La loi particulière, après un délai fixe, pèserait snr les têtes coupables, et principalement sur les chefs des rebelles. Si ce chef est un prince, qu’el'e s'appesantisse encore davantage sur lui ; sa chute doit être entière : qu’il tombe de toute la hauteur où la Constitution l’avait placé ; quil soit puni, s’il est possible, et de sp * crime et des crimes de ceux qu’il a séduits par son exemple, attirés par ses relations, influences par l’éclat qui l’environne.
...ernés aux princes fugitifs et rebelles, la déchéance du droit de succession à la couronne doive être compromise: cette d...
... qu’a ete institue et consacré le d-oit de succession à la couronne; c’est un droit de la nation. Son intérêt a dicte cette sage mesure, seule capable de prévenir les secousses violentes, inséparables des successions électives. Décréter la déchéance serait une démarché impoli'iq...
...eler exclusivement une famille au droit de succession à la couronne.
Néanmoins, je ne pense pas que, dans les châtiments décernés aux princes fugitifs et rebelles, la déchéance du droit de succession à la couronne doive être compromise: cette disposition blesserait nos principes constitutionnels. Ce n est pas pour une famille privilégiée qu’a ete institue et consacré le d-oit de succession à la couronne; c’est un droit de la nation. Son intérêt a dicte cette sage mesure, seule capable de prévenir les secousses violentes, inséparables des successions électives. Décréter la déchéance serait une démarché impoli'ique et contraire aux grands principes qui déterminèrent le pouvoir constituant à appeler exclusivement une famille au droit de succession à la couronne.
... L’Assemblée nationale, cousi érant que la durée et le bonheur de la société doivent reposer sur une base immuable; que le droit de tous est la limite salutaire du droit de chacun, tandis qu’il reste membre de la société, décrète : « L’Assemblée nationale, cousi érant que la durée et le bonheur de la société doivent reposer sur une base immuable; que le droit de tous est la limite salutaire du droit de chacun, tandis qu’il reste membre de la société, décrète :
...r le roi, soit par un tiers des membres de l’Assemblee, elle mettra à l’ordre du jour la question de savoir s il V a lieu de rappeler les émigrants. ...ue sur les émigrations des citoyens sera manifestée au Corps législatif, soit par le roi, soit par un tiers des membres de l’Assemblee, elle mettra à l’ordre du jour la question de savoir s il V a lieu de rappeler les émigrants.
...blée nationale exprimera qu’il y a lieu de rapneler les émigrants par ces mot : la chose publique est en péril. « Art 2. — L’Assemblée nationale exprimera qu’il y a lieu de rapneler les émigrants par ces mot : la chose publique est en péril.
m Nota. — Quant à la loi particulière, j’adopte les projets de décret de MM. Condorcetet Pastoret. m Nota. — Quant à la loi particulière, j’adopte les projets de décret de MM. Condorcetet Pastoret.
Il serait absurde et contradictoire que la société protégeât les individus contre ... Il serait absurde et contradictoire que la société protégeât les individus contre elle-meme.
... divises en deux grandes clauses: l’une de propriétaires ou agricoles, l’autres d’... Les citovens français sont divises en deux grandes clauses: l’une de propriétaires ou agricoles, l’autres d’hommes industriels.
...mbre des seconds comme 14 est à 24. Que de familles subsistent du salaire payé à l... Le nombre des premiers est au nombre des seconds comme 14 est à 24. Que de familles subsistent du salaire payé à l’industrie par les consommateurs! , .
...iolables, serait celle qui, semblable à la loi martiale, reposerait dans les temps... ...ui se concilierait avec ces droits, qui même le- rendrait plus chers et p us inviolables, serait celle qui, semblable à la loi martiale, reposerait dans les temps ordinaires, et ne déploient son irrér-‘J,"~ HQ,,a ,pa '*aR mi lps
...iculière, déclarés rébelles, traîtres à la patrie, et, comme tels, poursuivis deva... « Ârt 4. _ Après ce délai, les émigrants seront par une loi particulière, déclarés rébelles, traîtres à la patrie, et, comme tels, poursuivis devant les tribunaux compétents, pour y etre condamnés aux peines portées par les lo...
...tis du royaume pour affaires publiques, de commerce, ou pour leur santé, seront re... — Ceux qui seront sortis du royaume pour affaires publiques, de commerce, ou pour leur santé, seront reçus à justifier leur eloigne-

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 476
...es plus importants du droit public, une de ces questions qui ramènent l’observateur à la naissance des conventions na'ionales, et qui le forcent de peser si les contractants ont eu plus d...
...n, qu’à s’y soustraire. Peut-on rejeter la soc iété qu’on a adoptée ? L’émigration...
...es moyens d’y remédier? En ce moment où la haine dela régénération entraîne loin de la France et c ntre elle les dignes serviteurs de l’aristocratie; où le ton de ce qu’on appelle le monde semble se joindre au regret des abus détruits, à l’espoir de le- rétablir pour multiplier les émigra...
...ner le principe, comme législateurs, et de voir, comme citoyens français, de quelle manière il peut s’appliquer à no...
L’Assemblée nationale va décider un des points les plus importants du droit public, une de ces questions qui ramènent l’observateur à la naissance des conventions na'ionales, et qui le forcent de peser si les contractants ont eu plus d’intéiêtà souscrire l’obligation, qu’à s’y soustraire. Peut-on rejeter la soc iété qu’on a adoptée ? L’émigration en elle-même est-elle criminelle ? Existe-t-il des cas où elle le devient? L’acte social offre-t-il des moyens d’y remédier? En ce moment où la haine dela régénération entraîne loin de la France et c ntre elle les dignes serviteurs de l’aristocratie; où le ton de ce qu’on appelle le monde semble se joindre au regret des abus détruits, à l’espoir de le- rétablir pour multiplier les émigrations, il nous importe d’examiner le principe, comme législateurs, et de voir, comme citoyens français, de quelle manière il peut s’appliquer à notre position poli— tiqme actuelie.
... lier-ans restriction; car, s’il reçoit la protection de la volonté générale, il lui rend en échange les actes de sa volonté particulière : chaque jour i... En thèse générale, l’homme qui adopte une patrie, ne me paraît pas s’y lier-ans restriction; car, s’il reçoit la protection de la volonté générale, il lui rend en échange les actes de sa volonté particulière : chaque jour il est donc quitte (1) Bibliothèque nationale. Assemblée nationale législative. A...
(2) Note additionnelle de t'opinant. La difficulté d’obtenir la parole, et l’empressement simultané de se faire inscrire à l’inslant où s’ouvre la séance, m’a empêché de satisfaire à mon devoir, en faisant connaître mon opinion. J’y ai gagné de voir la question développée sous des rapports p...
...vais fait. En rendant justice au talent de J.-P. Brissot, j’ai regretté avec beaucoup de mes collègues, que son projet de décret ait contrarié les principes de justice qu’il avait établis lui-même : ...
... l’intérêt du peuple et le respect pour la loi le demandent : mais pourquoi violer...
..., sous le nom d'adhérents, cette tourbe de lâches voués au mépris, ou de fanatiques qui ne méritaient que pitié ? D’un autre côté, la partie du décret, relative aux puissanc...
...llement aux conquêtes, plus rapprochées de l’esprit même du décret proposé par J. ...
...sont pas plus inaccessibles que le camp de Gorsenna; il est temps enfin que l’huma...
...t plus sacrifiés en aveugles au mainden de la tyrannie ; et que, si pour le malheur de notre espèce, les guerres doivent encor...
...our punir les infracteurs des principes de liberté, d’égalité et de puissance, sans lesquels il n’est point de société.
(2) Note additionnelle de t'opinant. La difficulté d’obtenir la parole, et l’empressement simultané de se faire inscrire à l’inslant où s’ouvre la séance, m’a empêché de satisfaire à mon devoir, en faisant connaître mon opinion. J’y ai gagné de voir la question développée sous des rapports plus étendus que je ne l’avais fait. En rendant justice au talent de J.-P. Brissot, j’ai regretté avec beaucoup de mes collègues, que son projet de décret ait contrarié les principes de justice qu’il avait établis lui-même : que des mesures rigoureuses soient prises à l’égard des chefs révoltes et des fonctionnaires déserteurs; qu’elles Boient prises, non pas dans un mois, mais sur-le-champ, l’intérêt du peuple et le respect pour la loi le demandent : mais pourquoi violer un principe sacré en confondant avec eux, sous le nom d'adhérents, cette tourbe de lâches voués au mépris, ou de fanatiques qui ne méritaient que pitié ? D’un autre côté, la partie du décret, relative aux puissances étrangères, est-elle complète? Il est, je le sens, une mesure plus vaste, plus digne du peuple qui a renoncé solennellement aux conquêtes, plus rapprochées de l’esprit même du décret proposé par J. P. Brissot; c’est cette disposition par laquelle dans le cas d’assistance donnée...
...crimes des esclaves. Ces cours lointaines et fières, ces retraites hérissées ne sont pas plus inaccessibles que le camp de Gorsenna; il est temps enfin que l’humanité reprenne ses droits, que les peuples ne soient plus sacrifiés en aveugles au mainden de la tyrannie ; et que, si pour le malheur de notre espèce, les guerres doivent encore exister parmi les hommes, elles n’aient lieu au moins que pour punir les infracteurs des principes de liberté, d’égalité et de puissance, sans lesquels il n’est point de société.
...iété, entre l’état social même et celui de nature, à ses risques et périls; il peut en se fixant où bon lui semble, porter dans la société qui lui paraît la mieux élémentée le tribut de ses forces et le produit de son travail. Un gouvernement desp tique seul peut prescrire à des sujets de rester continuellement sous sa tyrannie...
...comme sa propriété ; mais sous le règne de la loi, la liberté n’est limitée que par le mal d’...
...st donc point un crime en elle-même; et la véritable question est de s ivoir s’il existe des cas ou l’exercice de la liberté d’aller et de venir peut nuire à la chose commune.
et libre ; chaque jour il peut opter entre telle et telle société, entre l’état social même et celui de nature, à ses risques et périls; il peut en se fixant où bon lui semble, porter dans la société qui lui paraît la mieux élémentée le tribut de ses forces et le produit de son travail. Un gouvernement desp tique seul peut prescrire à des sujets de rester continuellement sous sa tyrannie, parce que le tyran regarde les hommes comme sa propriété ; mais sous le règne de la loi, la liberté n’est limitée que par le mal d’aulrui. L'émigration n’est donc point un crime en elle-même; et la véritable question est de s ivoir s’il existe des cas ou l’exercice de la liberté d’aller et de venir peut nuire à la chose commune.
Ici il faut que la circonstance soit tellement déterminée ...
...e soit elle-même un principe, ou dérive de cet axiome suptême : le salut de la nation; que la lm entin ne soit pas exposée aux gloses de l’esprit arbitraire; car, s’il importe de main tenir la force sociale, il n’est pas moins essentiel de ne toucher qu’avec réserve et frayeur au droit naturel. Quand la loi a déclaré que le patrie est en dang...
... se retire lorsqu’on les attaque, est à la fois un ingrat et un rebelle, car il n’a reçu les avances de la patrie qu’à la charge de les lui payer quand elle le demande : a...
...t un crime honteux, parce qu’elle est à la fois un refus et une fuite. Il est donc des époques dans la vie des socié és, où la volonté gé érale peut dire aux individus : « Restez à votre s oste. l’Etat n’a pas trop de tous ses membres; et votre évasion, out...
Ici il faut que la circonstance soit tellement déterminée que nul ne puisse révoquer en doute l’application ; que l’exception du principe soit elle-même un principe, ou dérive de cet axiome suptême : le salut de la nation; que la lm entin ne soit pas exposée aux gloses de l’esprit arbitraire; car, s’il importe de main tenir la force sociale, il n’est pas moins essentiel de ne toucher qu’avec réserve et frayeur au droit naturel. Quand la loi a déclaré que le patrie est en danger, l’homme qui se tient àl’écart, qui, après avoir joui du bienfait des lois, se retire lorsqu’on les attaque, est à la fois un ingrat et un rebelle, car il n’a reçu les avances de la patrie qu’à la charge de les lui payer quand elle le demande : alors l’émigration est un crime honteux, parce qu’elle est à la fois un refus et une fuite. Il est donc des époques dans la vie des socié és, où la volonté gé érale peut dire aux individus : « Restez à votre s oste. l’Etat n’a pas trop de tous ses membres; et votre évasion, outre qu’elle amène le découragement, laisse dans l’enceinte civique une place vide...
... même que celui en vertu duquel s’exige la contribution : si l’Etat n’avait pas besoin d’une portion de la propriété pour donner à la force publique les moyens de défendre le reste, l’impôt serait un vol comme l’obligation de rester à son poste est un devoir lorsque la patrie l’ordonne, et qu’ede déclare avo...
...ement du produit des biens, mais encore de l’assistance des personnes; encore une ...
Ce droit du gouvernement est absolument le même que celui en vertu duquel s’exige la contribution : si l’Etat n’avait pas besoin d’une portion de la propriété pour donner à la force publique les moyens de défendre le reste, l’impôt serait un vol comme l’obligation de rester à son poste est un devoir lorsque la patrie l’ordonne, et qu’ede déclare avoir besoin non seulement du produit des biens, mais encore de l’assistance des personnes; encore une fois, ce n’est pas gratuitement que tous les membres vous ont protégé.
A LA A LA
SÉANCE DE VENDREDI 28 OCTOBRE 1791 SÉANCE DE VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
OPINION de M. Jean-Antoîne Debry, député du département de l'Aisne, à VAssemblée nationale, sur le... OPINION de M. Jean-Antoîne Debry, député du département de l'Aisne, à VAssemblée nationale, sur les émigrants (2).

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 477
enfants de la loi et de la liberté; mais bien offre-t-elleles souv... enfants de la loi et de la liberté; mais bien offre-t-elleles souvenirs des plus puissants rois mimi liés par des hommes qui nont voulu, qui nom
Quel moyen faut-il donc employer dans la circonstance? non pas des loi? sévères ...
...n compromettre l’auguste caractère, que de les promulguer quand il y a plus de désirs de les élucider que de moyens d’execution.
Quel moyen faut-il donc employer dans la circonstance? non pas des loi? sévères : cest ris-aur d'en compromettre l’auguste caractère, que de les promulguer quand il y a plus de désirs de les élucider que de moyens d’execution.
...n des projets, aucune des vues perfides de nos ennemis; nous savons combien est dé...
...lution qui a fait connaître aux nations la laideur du despotisme et la beauté de la liberté : le sang de tous les peuples serait à leurs yeux une juste expiaiion de l’outrage fait à leur autorité. Lest do...
... mobiles mis en œuvre par des scélérats de toutes classes, que, constants dans not...
..., nous opposerons des moyens fondés sur la loi. Qu’ils aillent, ces héros d’un rég...
...les cours étrangères, avec l’exécration de la patrie, tous ces vices corrupteurs de notre morale et de notre politique; n’irritons pas cette epidemie insensée, cet espèce de fanatisme nobiliaire qui, comme tous les genres de fanatisme, se propagerait par la persécution. Seuls avec les soldats de la liberté, nous n’aurons ni à les regrett...
...ndre : retenons seulement par les liens de l’honneur français ceux que l’exemple, la séduction ou les menaces entraînent. Je vous propose, en conséquence, le projet de décret suivant :
L’Etat a besoin d’une surveillance active, parce que nous n’ignorons aucun des projets, aucune des vues perfides de nos ennemis; nous savons combien est détestée des despotes une Révolution qui a fait connaître aux nations la laideur du despotisme et la beauté de la liberté : le sang de tous les peuples serait à leurs yeux une juste expiaiion de l’outrage fait à leur autorité. Lest donc ces projets qu’il faut déjouer; c est aux vils mobiles mis en œuvre par des scélérats de toutes classes, que, constants dans notre marche et toujours justes dans nos mesures, nous opposerons des moyens fondés sur la loi. Qu’ils aillent, ces héros d’un régime déprédateur, porter dans les cours étrangères, avec l’exécration de la patrie, tous ces vices corrupteurs de notre morale et de notre politique; n’irritons pas cette epidemie insensée, cet espèce de fanatisme nobiliaire qui, comme tous les genres de fanatisme, se propagerait par la persécution. Seuls avec les soldats de la liberté, nous n’aurons ni à les regretter ni a les craindre : retenons seulement par les liens de l’honneur français ceux que l’exemple, la séduction ou les menaces entraînent. Je vous propose, en conséquence, le projet de décret suivant :
...ils aient justifie devant le directoire de leur département, d après 1 avis du district et l’attestation de la municipalité, de motifs valables de leur absence. . . ...re 1791, seront censés avoir renoncé à ce titre, et fui le péril, jusqu’à ce qu’ils aient justifie devant le directoire de leur département, d après 1 avis du district et l’attestation de la municipalité, de motifs valables de leur absence. . .
... Art. 3. Sont exceptés des dispositions de la présente loi les seuls négociants français, reconnus en cette qualité sur les rôles de contribution. » « Art. 3. Sont exceptés des dispositions de la présente loi les seuls négociants français, reconnus en cette qualité sur les rôles de contribution. »
...e constituante avait, jusqu’à l'instant de l’acceptation de la Constitution, pris des mesures sages po...
...t r le cours; il semble que les ennemis de la patrie se larguent de celte acceptation pour se rallier aux p...
...dent, pijut-être,que l’insubordin dion, la chute du corn-merce, le discrédit des assignats et la pénurie des finances, seront les suites funestes de leurs démarches inconsidéré s. La proclamation du roi, du 14 de ce mois, est pour eux un avertissement,...
...s sollicitent les secours, que le salut de l’Empire ne sera troublé, ni par 1 urs ...
...par leur exemple. Que ces perturbateurs de l’ordre public sachant que les vrais Français, et le nombre en est grand, ont de l'âme, des bras et du fer. ...
...ontières, ne peuvent pas nous être abso-lqmntindifférentes. L’Assemblée nationale constituante avait, jusqu’à l'instant de l’acceptation de la Constitution, pris des mesures sages pour en arrêt r le cours; il semble que les ennemis de la patrie se larguent de celte acceptation pour se rallier aux princes fugitifs; ils s’attendent, pijut-être,que l’insubordin dion, la chute du corn-merce, le discrédit des assignats et la pénurie des finances, seront les suites funestes de leurs démarches inconsidéré s. La proclamation du roi, du 14 de ce mois, est pour eux un avertissement, ainsi q daux puissances étrangères, dont vainement ils sollicitent les secours, que le salut de l’Empire ne sera troublé, ni par 1 urs menaces, ni par leur exemple. Que ces perturbateurs de l’ordre public sachant que les vrais Français, et le nombre en est grand, ont de l'âme, des bras et du fer. ...
...ndre, sans doute, ces enfants égarés ie la patrie, mais il est temps de mettre un frein à leurs entreprises. Qu...
...rotégeront, ils se rendent enfin dignes de la qualité de citoyens français.
On doit plaindre, sans doute, ces enfants égarés ie la patrie, mais il est temps de mettre un frein à leurs entreprises. Qu’ils rentrent incessamment dans le royaume et que, par leur obéissance aux lois, qui les protégeront, ils se rendent enfin dignes de la qualité de citoyens français.
« Art. 1er. A compter de la publication du présent écret, l’article 5 de la loi sur l’amnistie « Art. 1er. A compter de la publication du présent écret, l’article 5 de la loi sur l’amnistie
... Français absents du royaume pour cause de la Révolution, sont invités à rentrer en F... « Art. 2. Tous Français absents du royaume pour cause de la Révolution, sont invités à rentrer en France avant le 1er janvier prochain.
« Art. 3. Les directoires de département se feront remettre, dans le délai d’un mms, par les directoires de district, et ceux-ci par les municipalités de leurs territoires respectifs, des états...
...ont envoyés au plus tard le 15 décembre de la présente année, au ministre de l’intérieur, pour être mis alors sou? les yeux de l’Assemblé ¦ nationale, contiendront l’âge des dits absents, leur ci-devant profession, la hauteur de leur contribution, le lieu ordinaire de leur domicile en Franco, l’époque de leur départ, et, autant que possible, les causes de leur absence.
« Art. 3. Les directoires de département se feront remettre, dans le délai d’un mms, par les directoires de district, et ceux-ci par les municipalités de leurs territoires respectifs, des états nominatifs des Français absents du royaume, à compter du 1er juillet 1789; ces états, qui seront envoyés au plus tard le 15 décembre de la présente année, au ministre de l’intérieur, pour être mis alors sou? les yeux de l’Assemblé ¦ nationale, contiendront l’âge des dits absents, leur ci-devant profession, la hauteur de leur contribution, le lieu ordinaire de leur domicile en Franco, l’époque de leur départ, et, autant que possible, les causes de leur absence.
...ais absents du royaume seulement depuis la loi de l’amnistie. « Art. 4. II sera fait une liste séparée d^sFran-; çais absents du royaume seulement depuis la loi de l’amnistie.
...dres nécessaires aux officiers-généraux de l’armée de ligne, pour qu’aux époques ci-dessus un...
...l’Assemblée nationale par les ministres de la guerre et de la marine, chacun en ce qui les concernera...
« Art. 5. Le pouvoir executif donnera pareillement les ordres nécessaires aux officiers-généraux de l’armée de ligne, pour qu’aux époques ci-dessus une liste exacte des officiers et soldats qui ont déserté leurs drapeaux, soit remise à l’Assemblée nationale par les ministres de la guerre et de la marine, chacun en ce qui les concernera.
« Art. 6. Les articles 1, 2, 9 et 10 de la loi du 6 août 1791, relative aux émigra... « Art. 6. Les articles 1, 2, 9 et 10 de la loi du 6 août 1791, relative aux émigrants, seront exécutés en ce qui n’y est pas dérogé par le présent décret. L’Assem...
...is, sera requis par le Corps législatif de rentrer dans le royaume au plus tard au 1er décembre de la présente année; s’il n’adhère pas à cet...
...i prescrit, il est ensé, conformément à la Constitution, avoir ab iqué son droit à la régence, et il en demeurera déchu.
« Art. 7. Louis-Xavier, prince français, sera requis par le Corps législatif de rentrer dans le royaume au plus tard au 1er décembre de la présente année; s’il n’adhère pas à cette réquisition dans le délai prescrit, il est ensé, conformément à la Constitution, avoir ab iqué son droit à la régence, et il en demeurera déchu.
« Art. 1er. Tous les citoyens de l’Empire français sont prévenus de se tenir ou de revenir a leurposte, l’Assemblée les dé... « Art. 1er. Tous les citoyens de l’Empire français sont prévenus de se tenir ou de revenir a leurposte, l’Assemblée les déclarant formellement
en état de réquisition permanente. en état de réquisition permanente.
A LA A LA
SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VE... SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
Opinion de M. Gossuin, député du département du No... Opinion de M. Gossuin, député du département du Nord, sur Les émigrations (2).
(2) J’étais inscrit deux fois pour la parole : n ayant pu l’obtenir j’imprime... (2) J’étais inscrit deux fois pour la parole : n ayant pu l’obtenir j’imprime mon opinion.
En conséq ence, j’ai l’honneur de proposer a l’Assemblée le projet de décret suivant : En conséq ence, j’ai l’honneur de proposer a l’Assemblée le projet de décret suivant :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 478
... délai fixé, paieront, pendant le lemps de leur absente, une quadruple contribution foncière et mobilière, suivant le montant de la cote d'imposition de chacun d’eux, à quel effi t, les articles 3, 4, 5, 6, 7 et 8 de la loi du 6 août dernier seront également ... « Art. 9. Tous les autres Français émigrés qui ne rentreront pas dans le délai fixé, paieront, pendant le lemps de leur absente, une quadruple contribution foncière et mobilière, suivant le montant de la cote d'imposition de chacun d’eux, à quel effi t, les articles 3, 4, 5, 6, 7 et 8 de la loi du 6 août dernier seront également nus en exécution en ce qui n’y est pas dérogé par le pré-SGiit décret.
... avaient été nommés à des places depuis la Révolution, et qui étaient en fonctions au moment de leur départ, seront privés du droit de citoyen actif pendant 3 ans, s’ils rent... « Art. 10. Les Français émigrés qui avaient été nommés à des places depuis la Révolution, et qui étaient en fonctions au moment de leur départ, seront privés du droit de citoyen actif pendant 3 ans, s’ils rentrent dans le royaume avant le 1er janvier 1792 ; s’i's n’y rentrent qu’après cet...
« Art. 11. Les officiers et soldats de ligne émigrés, qui ont été parjures au ...
... sont déclarés incapatdes pour toujours de servir leur patrie ; en tel temps qu’il...
...n France, ils ne pourront plus y porter la décoration militaire .
« Art. 11. Les officiers et soldats de ligne émigrés, qui ont été parjures au serment décrété le 22 juin dernier sont déclarés incapatdes pour toujours de servir leur patrie ; en tel temps qu’ils rentrent en France, ils ne pourront plus y porter la décoration militaire .
...affaires étrangères fera constater dans la quinzaine, si fait n’a été, de l’exécution de la loi du 1er décembre 1790, relative aux ... « Art. 13. Le ministre des affaires étrangères fera constater dans la quinzaine, si fait n’a été, de l’exécution de la loi du 1er décembre 1790, relative aux serments à prêter par les ambassadeurs, ministres, envoyés, résidents, consuls, ...
Si la question qui occupe dans^ ce moment l’A...
...et décidée que dans le sens unique dont la plupart des préopinants semblent avoir ...
...pés, il faudrait, sans perdre davantage de temps, renoncera toute espèce de résultat. Prétendre qu’en général une loi répressive (1) Voyez ci-dessus ce projet de décret, page 471.
Si la question qui occupe dans^ ce moment l’Assemblée nationale, ne pouvait être discutée et décidée que dans le sens unique dont la plupart des préopinants semblent avoir été seulement frappés, il faudrait, sans perdre davantage de temps, renoncera toute espèce de résultat. Prétendre qu’en général une loi répressive (1) Voyez ci-dessus ce projet de décret, page 471.
...possible, c’est vouloir établir au sein de la liberté un système d’op-pie sion, d’inj...
...oux , c’est attaquer les luis immuables de la nature et de la raison ; c’est oublier enfin qu’il existe une déclaration des droits, et que la Constitution garantit à tous les individus la liberté d’aller, de rester, de partir, sans pouvoir être arrêtés ni dé...
contre les émigrations est possible, c’est vouloir établir au sein de la liberté un système d’op-pie sion, d’injustice et d’immoralité, c’est vou-ii ir enlever à l’homme le bien dont il soit le plus jaloux , c’est attaquer les luis immuables de la nature et de la raison ; c’est oublier enfin qu’il existe une déclaration des droits, et que la Constitution garantit à tous les individus la liberté d’aller, de rester, de partir, sans pouvoir être arrêtés ni détenus.
...nt que je ne sois très convaincu que si la patrie se trouvait dans un danger immin...
...es droits del’homme pour maintenir ceux de la société.
Ce n’est pas cependant que je ne sois très convaincu que si la patrie se trouvait dans un danger imminent, les représentants du peuple ne pussent et même ne dussent, par le grand principe du salut public, oublier momeutanéme t les droits del’homme pour maintenir ceux de la société.
Mais nous sommes loin de ce danger imminent, qui seul pourrait commander à la loi, et nous sommes sans doute plus éloignés encore de le craindre. Mais nous sommes loin de ce danger imminent, qui seul pourrait commander à la loi, et nous sommes sans doute plus éloignés encore de le craindre.
Dans la seconde espèce, je place les citoyens p...
...re également criminels, ont fait sortir de leurs foyers.
Dans la seconde espèce, je place les citoyens privés, que divers motifs, également puérils, sans être également criminels, ont fait sortir de leurs foyers.
...e II, le parent majeur premier appelé à la régence est tenu de résider dans le royaume, et dans le cas...
...serait sorti et n’y rentrerait pas, sur la réquisition du Corps législatif, il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. »
« Si l’héritier présomptif est mineur, porte l’article 2 du chapitre II, le parent majeur premier appelé à la régence est tenu de résider dans le royaume, et dans le cas où il en serait sorti et n’y rentrerait pas, sur la réquisition du Corps législatif, il sera censé avoir abdiqué son droit à la régence. »
...e grade qu’ils ont abandonné à l’époque de leur départ. ... du service que deux ans après leur retour, sans pouvoir prétendre à reprendre le grade qu’ils ont abandonné à l’époque de leur départ.
...es aux émigrations, aux passeports et à la sécurité des frontières, seront exécuté... « Art. 14. Toutes les lois relatives aux émigrations, aux passeports et à la sécurité des frontières, seront exécutéesen ce qui n’y est fias dérogé, en raison des circonstances, par le présent déc...
QUATRIÈME ANNEXE A LA QUATRIÈME ANNEXE A LA
SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VE... SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
Développement du projet de décret relatif aux émigrants (1), présenté par M. Couthon, député du département du Puy-de-Dôme (2). Développement du projet de décret relatif aux émigrants (1), présenté par M. Couthon, député du département du Puy-de-Dôme (2).
Cessons donc de nous occuper d’une loi contre les émigrations en général, et arrêtons-nous à un ordre de choses qui, sans blesser les principes,... Cessons donc de nous occuper d’une loi contre les émigrations en général, et arrêtons-nous à un ordre de choses qui, sans blesser les principes, puisse produire un effet salutaire. Nous devons, je crois, diviser des émigrant...
Dans la première espèce, je comprends : 1° les ... Dans la première espèce, je comprends : 1° les fonctionnaires publics, qui, sans permission ou congé, ont abandonné le poste qu...
...onale peut-elie, sans porter atteinte à la déclaration des dioits et à la Constitution, rendre une loi relativeme... 1° L’Assemblée nationale peut-elie, sans porter atteinte à la déclaration des dioits et à la Constitution, rendre une loi relativement à l’émi-gration du prince français, ci-devant Monsieur ?
...s fonctionnaires publics, et en général de tous citoyens rétribués, salariés ou pe... ...t-elle aussi constitutionnellement, rendre une loi par rapport à l’émigration des fonctionnaires publics, et en général de tous citoyens rétribués, salariés ou pensionnés par l’Etat?
...ois questions, pour les résoudre en peu de mots. Je parcours successivement ces trois questions, pour les résoudre en peu de mots.
...i-devant Monsieur, je trouve écrit dans la Constitution même, le décret que l’Asse... Et d’abord, par rapport au prince français ci-devant Monsieur, je trouve écrit dans la Constitution même, le décret que l’Assemblée doit rendre.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 479
...n ne le croit généralement, au maintien de l’ordre, de la justice, de la paix et des mœurs. ...on veut en approfondir l’esprit, l’on verra qu’elles sont plus essentielles qu’on ne le croit généralement, au maintien de l’ordre, de la justice, de la paix et des mœurs.
...fera que leur rappeler les dispositions de la loi même; et quand elle les privera de leur traitement, s’ils ne se rendent po... ... nationale appellera à leur poste les fonctionnaires qui l’ont déserté, elle ne fera que leur rappeler les dispositions de la loi même; et quand elle les privera de leur traitement, s’ils ne se rendent point, elle ne fera que décréter une peine juste, encourue et prononcée pur leur r...
Je passe maintenant à la troisième question qui concerne ceux qui sans être fonctionnaires reçoivent cependant de l’Etat un traitement quelconque. Je passe maintenant à la troisième question qui concerne ceux qui sans être fonctionnaires reçoivent cependant de l’Etat un traitement quelconque.
...d, il me semble qu’il suffit d’écou-ter la justice et la raison pour demeurer convaincu de cette vérité de tous les temps, que les bienfaits d’une nation ne sont faits que pour les hommes qui la servent et qui l’honorent, et non pour ceux qui la fuient, méconnaissent ses lois, ses droits, sa souveraineté, qui de leur néant osent élever l’insolente pré...
...i achètent, avec ses dons, des ennemis, la troublent, l’agitent et la déchirent.
A cet égard, il me semble qu’il suffit d’écou-ter la justice et la raison pour demeurer convaincu de cette vérité de tous les temps, que les bienfaits d’une nation ne sont faits que pour les hommes qui la servent et qui l’honorent, et non pour ceux qui la fuient, méconnaissent ses lois, ses droits, sa souveraineté, qui de leur néant osent élever l’insolente prétention d’être plus grands qu’elle; qui lui cherchent, lui achètent, avec ses dons, des ennemis, la troublent, l’agitent et la déchirent.
...ns et petits ne supportent que les fers de leurs passions dévorantes; qu’ils soien...
...ut leur nuisible oisiveté, et s’étayent de cette déclaration des droits qui fait leur supplice; la France, qui ne veut que ce que la nature, ramenée dans l’ordre social à l’unité de ses lois, veut, n’y mettra jamais obsta...
Que ces êtres vains et petits ne supportent que les fers de leurs passions dévorantes; qu’ils soient libres d’ailleurs, qu’ils aillent, viennent, restent, agissent, le monde entier leur est ouvert; qu’ils traînent partout leur nuisible oisiveté, et s’étayent de cette déclaration des droits qui fait leur supplice; la France, qui ne veut que ce que la nature, ramenée dans l’ordre social à l’unité de ses lois, veut, n’y mettra jamais obstacle.
J’arrive actuellement à la troisième question, relative aux citoye...
...qui se sont éloignés pour leur commerce de ceux qui sont sortis par le seul fait de leur volonté.
J’arrive actuellement à la troisième question, relative aux citoyens privés qui se trouvent en ce moment hors du royaume. Il faut distinguer parmi ces citoyens ceux qui se sont éloignés pour leur commerce de ceux qui sont sortis par le seul fait de leur volonté.
...activité au loin est un service utile à la nation, et il est de l’intérêt d’un gouvernement sagement ordonné, de les favoriser et de les tenir perpétuellement présents. ...leurs affaires, sont évidemment étrangers au sujet qui occupe l’Assemblée; leur activité au loin est un service utile à la nation, et il est de l’intérêt d’un gouvernement sagement ordonné, de les favoriser et de les tenir perpétuellement présents.
...t, n’ont été déterminés que par le fait de leur volonté, la nation n’a pas sans doute de loi coercitive à prononcer contre eux; ils ont eu la liberté de sortir, ils peuvent resbm, aller, venir...
...l leur plaira, sans autre passeport que la déclaration des droits et de la Constitution; mais le service personnel qu’ils doivent à la patrie comme citoyens n’étant pas acquitté par eux, et le prix de la protection publique accordée à leurs propriétés, n’étant pas remplacé par le concours de leur surveillance, il est juste, il est...
...qu’ils supportent une taxe indépendante de leur contribution ordinaire dans l’acquittement de la dette commune; et à cet égard les dispositions de la loi du 6 août me paraissent être celles...
Les seconds, c’est-à-dire ceux qui, dans leur éloignement, n’ont été déterminés que par le fait de leur volonté, la nation n’a pas sans doute de loi coercitive à prononcer contre eux; ils ont eu la liberté de sortir, ils peuvent resbm, aller, venir, rentrer, aussi souvent et aussi longtemps qu’il leur plaira, sans autre passeport que la déclaration des droits et de la Constitution; mais le service personnel qu’ils doivent à la patrie comme citoyens n’étant pas acquitté par eux, et le prix de la protection publique accordée à leurs propriétés, n’étant pas remplacé par le concours de leur surveillance, il est juste, il est raisonnable qu’ils supportent une taxe indépendante de leur contribution ordinaire dans l’acquittement de la dette commune; et à cet égard les dispositions de la loi du 6 août me paraissent être celles que l’Assemblée nationale doive adop-ter.
Avant de terminer, je dois dire un mot de la précaution que je crois devoir être prise contre 1 exportation des armes et munitions de guerre. Avant de terminer, je dois dire un mot de la précaution que je crois devoir être prise contre 1 exportation des armes et munitions de guerre.
...ont libres parce qu’elles ont des idées de liberté; ce serait une tyrannie sentie que.deleur interdire la faculté de chercher leur bien-être relatif partout... Il n’en est pas des choses comme des personnes; les personnes sont libres parce qu’elles ont des idées de liberté; ce serait une tyrannie sentie que.deleur interdire la faculté de chercher leur bien-être relatif partout où elles croient le trouver.
...s, parce qu’elles manquent du sentiment de la volonté; elles sont donc ou aux individus ou à la société. Mais quant aux choses, elles ne sont et ne peuvent pas être à elles, parce qu’elles manquent du sentiment de la volonté; elles sont donc ou aux individus ou à la société.
La propiiété des individus sur les choses est un droit inviolable et sacré; cependant si la nécessité publique l’exige, l’individu peut en être privé à la charge de l’indemnité; c’est ainsi que s’explique l’article dix-septième de la Constitution. La propiiété des individus sur les choses est un droit inviolable et sacré; cependant si la nécessité publique l’exige, l’individu peut en être privé à la charge de l’indemnité; c’est ainsi que s’explique l’article dix-septième de la Constitution.
Or, la nécessité publique est ici démontrée pa...
...t avoué par les ministres eux-mêmes que la force agissante de l’Etat manque d’armes; des millions de bras sont prêts à voler au secours de la patrie, et ces bras n’ont pour toute ar...
Or, la nécessité publique est ici démontrée par le fait constant et avoué par les ministres eux-mêmes que la force agissante de l’Etat manque d’armes; des millions de bras sont prêts à voler au secours de la patrie, et ces bras n’ont pour toute arme que leur valeur.
...ra l’exportation des armes et munitions de guerre, et qui en autorisera la retenue au profit de l’Etat, au préjudice de îa propriété individuelle, en imposant toutelois la condition de l’indemnité, l’Assemblée nationale ne fera que rendre la loi de nécessité prévue par la Constitution et dont l’urgence est évid... Ainsi donc, quand l’Assemblée nationale rendra un décret qui interdira l’exportation des armes et munitions de guerre, et qui en autorisera la retenue au profit de l’Etat, au préjudice de îa propriété individuelle, en imposant toutelois la condition de l’indemnité, l’Assemblée nationale ne fera que rendre la loi de nécessité prévue par la Constitution et dont l’urgence est évidemment démontrée.
droit à la régence, et il devra en être irrévocabl... droit à la régence, et il devra en être irrévocablement déchu.
... première question, et je passerai tout de suite à celle relative aux fonctionnair... Je ne m’arrêterai pas plus longtemps sur cette première question, et je passerai tout de suite à celle relative aux fonctionnaires publics.
En parcourant l'o ganisation partielle de tous les établissements publics, l’on t...
...devoir rigoureux d'habiter dans le lieu de leurs fonctions, et qui leur défend exp...
...’ils contractent en acceptant l’honneur de servir leur pays.
En parcourant l'o ganisation partielle de tous les établissements publics, l’on trouvera, dans chaque code, une loi positive qui impose aux différents fonctionnaires, le devoir rigoureux d'habiter dans le lieu de leurs fonctions, et qui leur défend expressément d’en sortir sans un congé requis et délivré dans les formes prescrites...
...re respectivement dans les lois qui leur sont propres, les engagements divers qu’ils contractent en acceptant l’honneur de servir leur pays.
...il serait aussi impolitique qu’absurde, de conserver à ces hommes sans patrie des bienfaits annulés par leur ingratitude, et de souffrir que le Trésor national fût enc... Mais il serait aussi impolitique qu’absurde, de conserver à ces hommes sans patrie des bienfaits annulés par leur ingratitude, et de souffrir que le Trésor national fût encore ouvert à des mains avides peut-être du sang des citoyens.
...près ces bases que j’ai conçu le projet de décret qui suit : (Voir ci-dessus le projet de décret, p. 471.) C’est d’après ces bases que j’ai conçu le projet de décret qui suit : (Voir ci-dessus le projet de décret, p. 471.)

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 480
Opinion (1) et Projet de décret de M. liafon-Ladebat, député du département de la Gironde, à VAssemblée nationale, sur le... Opinion (1) et Projet de décret de M. liafon-Ladebat, député du département de la Gironde, à VAssemblée nationale, sur les émigrants (2).
...ortante qu’une loi puisse paraître pour la sûreté de l’Empire, le premier de nos devoirs est de consulter les principes sacrés de la liberté et de la justice. C’est dans ces principes immuables de la raison et de la vérité que sont placées les bases de l’ordre social. Messieurs, quelque importante qu’une loi puisse paraître pour la sûreté de l’Empire, le premier de nos devoirs est de consulter les principes sacrés de la liberté et de la justice. C’est dans ces principes immuables de la raison et de la vérité que sont placées les bases de l’ordre social.
...é d’après ces principes, est sans doute la liberté d’aller, de venir, de rester; mais cette liberté s’étend-t-elle jusqu’au droit d’abandonner sa patrie et de s’unir ou de conspirer contre elle, pour porter dans...
...e, après avoir fait le serment solennel de lui être fidèle?
Le premier droit des membres d’un corps politique organisé d’après ces principes, est sans doute la liberté d’aller, de venir, de rester; mais cette liberté s’étend-t-elle jusqu’au droit d’abandonner sa patrie et de s’unir ou de conspirer contre elle, pour porter dans son sein un fer parricide, après avoir fait le serment solennel de lui être fidèle?
Confondrons-nous les droits sacrés de la liberté av c la trahison, l’infamie et le parjure? Confondrons-nous les droits sacrés de la liberté av c la trahison, l’infamie et le parjure?
...le parent majeur premier étant appelé à la régence, est tenu de résider dans le royaume. Dans le cas où il en serait sorti, et n’y rentrerait pas sur la réquisition du Corps législatif, il sera censé avoir . abdiqué son droit à la régence. Ce sont les expressions de la Gon-titutio (section III, art. 2). Vous...
... requérir l’aîné des deux frères du roi de i entrer dans le royaume.
Si l'héritier présomptif est mineur, le parent majeur premier étant appelé à la régence, est tenu de résider dans le royaume. Dans le cas où il en serait sorti, et n’y rentrerait pas sur la réquisition du Corps législatif, il sera censé avoir . abdiqué son droit à la régence. Ce sont les expressions de la Gon-titutio (section III, art. 2). Vous devez donc requérir l’aîné des deux frères du roi de i entrer dans le royaume.
...er au ministre des affaires étrangères, de vous rendre compte de tous les faits qui peuvent constater le...
...me et charger votre comité diplomatique de l’examen de ces faits, et de recueillir d’ailleurs tout ce qui a rapport à la conduite de ces princes.
Vous devez ensuite, Messieurs, demander au ministre des affaires étrangères, de vous rendre compte de tous les faits qui peuvent constater les véritables intentions des princes français absents du royaume et charger votre comité diplomatique de l’examen de ces faits, et de recueillir d’ailleurs tout ce qui a rapport à la conduite de ces princes.
...ver leur accusation; s’ils ne se hâtent de rentrer dans le royaume, et de profiter enfin de la longanimité d’une nation généreuse, qui... ...e : mais nous devons les constater par des pièces authentiques qui puissent motiver leur accusation; s’ils ne se hâtent de rentrer dans le royaume, et de profiter enfin de la longanimité d’une nation généreuse, qui aime bien mieux pardonner que punir.
...) J’ai été inscrit deux fois pour avoir la parole ; mais le sort me l’ayant ôtée, je crois devoir imprimer mon opinion. (Note de l’opinant.) (2) J’ai été inscrit deux fois pour avoir la parole ; mais le sort me l’ayant ôtée, je crois devoir imprimer mon opinion. (Note de l’opinant.)
...des projets dont se bercent les ennemis de la patrie, et je ne m’effraie pas des dangers qu’un excès de zèle multiplie; mais je crois qu’il est temps de connaître le véritable état des rapports de- puissances étrangères avec les princes...
...litique ténébreuse ne doit plus couvrir de voiles nos relations. Nous devrons pren...
Je ne crois à aucun des projets dont se bercent les ennemis de la patrie, et je ne m’effraie pas des dangers qu’un excès de zèle multiplie; mais je crois qu’il est temps de connaître le véritable état des rapports de- puissances étrangères avec les princes absents. Une politique ténébreuse ne doit plus couvrir de voiles nos relations. Nous devrons prendre une at itude imposante qui déconcerte ces ligues impuissantes, qui apprenne ...
...aux, l’Assemblée constituante a décrété la loi d’après laquelle ils doivent être j...
...rs, d’autre mesure à prendre, que celle de demander au ministre de vous rendre compte de la loi du 29 juillet.
Quant aux fonctionnaires publics qui ont lâchement abandonné leurs drapeaux, l’Assemblée constituante a décrété la loi d’après laquelle ils doivent être jugés et punis. Vous n’avez à cet égard, Messieurs, d’autre mesure à prendre, que celle de demander au ministre de vous rendre compte de la loi du 29 juillet.
...s l’ordre ordinaire des choses, lorsque la patrie n’est pas en danger, tout citoye...
...st pas fonctionnaire public, a le droit de sortir du royaume et d’y rentrer librement. Ainsi, Messieurs, la patrie n’étant pas en danger, vous n’avez pas de loi à porter contre eux; mais si nous é...
...ommes coupables ou abusés par le délire de l’orgueil, qui ont quitté leur patrie, ...
...nos ennemis, alors vous auriez le droit de les déclarer traîtres à leur serment et coupables du crime de lèse-nation. ,
Dans l’ordre ordinaire des choses, lorsque la patrie n’est pas en danger, tout citoyen actif, qui n’est pas fonctionnaire public, a le droit de sortir du royaume et d’y rentrer librement. Ainsi, Messieurs, la patrie n’étant pas en danger, vous n’avez pas de loi à porter contre eux; mais si nous étions attaqués; si ces hommes coupables ou abusés par le délire de l’orgueil, qui ont quitté leur patrie, s’unissaient à nos ennemis, alors vous auriez le droit de les déclarer traîtres à leur serment et coupables du crime de lèse-nation. ,
Mais, Messieurs, de toutes les mesures à prendre contre les émigrations, la plus importante est d’assnrer la paix intérieure, le respect des lois et...
... remplir tous nos moments. Voilà ce que la France attend de nous. Alors les émigrants eux-mêmes se hâteront de rentrer dans le sein de leur patrie et ils seront assez punis par le sentiment de l’erreur coupable qui les égare encore : alors, Messieurs, cette terre de liberté deviendra l’asile de tous ceux qui gémissent aujourd’hui sou...
Mais, Messieurs, de toutes les mesures à prendre contre les émigrations, la plus importante est d’assnrer la paix intérieure, le respect des lois et des propriétés : voilà les grands objets qui doivent fixer toutes nos pensées et remplir tous nos moments. Voilà ce que la France attend de nous. Alors les émigrants eux-mêmes se hâteront de rentrer dans le sein de leur patrie et ils seront assez punis par le sentiment de l’erreur coupable qui les égare encore : alors, Messieurs, cette terre de liberté deviendra l’asile de tous ceux qui gémissent aujourd’hui sous le sceptre des tyrans.
...e douleur l’égarement d’un grand nombre de Français qui abandonnent leur patrie, et vou; lant concilier les principes sacrés de la liberté individuelle avec la surveillance qu’elle doit au salut de l’Empire, décrète ; « L’Assemblée nationale, voyant avec une profonde douleur l’égarement d’un grand nombre de Français qui abandonnent leur patrie, et vou; lant concilier les principes sacrés de la liberté individuelle avec la surveillance qu’elle doit au salut de l’Empire, décrète ;
...rt. 1er. Que conformément à l’article 2 de la 3e section de l’acte constitutionnel, Louis-Jo-seph-S...
...nçais, est requis par le présent décret de rentrer dans le royaume avant le 15 déc...
« Art. 1er. Que conformément à l’article 2 de la 3e section de l’acte constitutionnel, Louis-Jo-seph-Stanislas-Xavier Bourbon, prince français, est requis par le présent décret de rentrer dans le royaume avant le 15 décembre.
A LA A LA
SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VE... SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
...aires publics, qui ne peuvent continuer de l’être, s’ils refusent ou s’ils trahiss... ...us devez donc distinguer, Messieurs, parmi les émigrants français, les fonctionnaires publics, qui ne peuvent continuer de l’être, s’ils refusent ou s’ils trahissent le serment d’être fidèles à leur patrie; les citoyens actifs qui ont fait ce...
...r d’abord les princes français qui, par la Constitution même, ont un droit éventue...
... leur serment, sans perdre le droit que la Constitution leur assure.
Parmi les fonctionnaires publics vous devez distinguer d’abord les princes français qui, par la Constitution même, ont un droit éventuel au trône. Ils ne peuvent refuser ou trahir leur serment, sans perdre le droit que la Constitution leur assure.
C’est au ministre de l’intérieur à vous faire connaître le n...
...nné leurs postes : mais il n’existe pas de loi contre eux et votre comité de législation doit vous proposer un projet de décret, qui puisse prévenir cette coupa...
C’est au ministre de l’intérieur à vous faire connaître le nombre et les noms des fonctionnaires publics civils qui peuvent avoir abandonné leurs postes : mais il n’existe pas de loi contre eux et votre comité de législation doit vous proposer un projet de décret, qui puisse prévenir cette coupable désertion.
Tels sont, je pense, les principes de raison et de justice qui doivent dicter le décret im... Tels sont, je pense, les principes de raison et de justice qui doivent dicter le décret important dont nous nous occupons.
... conséquence, Messieurs, j’ai l’honneur de proposer à l’Assemblée le projet de décret suivant : En conséquence, Messieurs, j’ai l’honneur de proposer à l’Assemblée le projet de décret suivant :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 481
...emises, prendra d’ailleurs (onnaissance de tous les faits relatifs à la conduite des princes français absents et présentera, s’il y a lieu, un projet de décret relatif auxdits princes. ... le comité diplomatique, auquel toutes les pièces relatives à cet objet seront remises, prendra d’ailleurs (onnaissance de tous les faits relatifs à la conduite des princes français absents et présentera, s’il y a lieu, un projet de décret relatif auxdits princes.
...né ses drapeaux, sera poursuivi suivant*la rigueur des lois, et particulièrement de celle du 29 juillet. « Art. 6. Tout fonctionnaire public militaire, qui aura abandonné ses drapeaux, sera poursuivi suivant*la rigueur des lois, et particulièrement de celle du 29 juillet.
« Art. 7. Le ministre de la guerre sera chargé de rendre compte incessamment des mesures piises pour l’exécution de cette dernière loi. « Art. 7. Le ministre de la guerre sera chargé de rendre compte incessamment des mesures piises pour l’exécution de cette dernière loi.
« Art. 9. Le comité de législation présentera incessamment un projet de décret qui déterminera les formes d’apr...
...eur poste, pourront être poursuivis, et la nature des punitions qu’ils encourront.
« Art. 9. Le comité de législation présentera incessamment un projet de décret qui déterminera les formes d’après lesquelles les fonctionnaires civils élus par le peuple, ou nommés par le pouvoir exécutif, qui auront abandonné leur poste, pourront être poursuivis, et la nature des punitions qu’ils encourront.
De tous les orateurs qui ont parlé sur les émigrations, peu ont aiteint le but de la question, et M. Brissot lui-même, qui l...
... autre décret une mesure qui doit faire la principale disposition de celui-ci.
De tous les orateurs qui ont parlé sur les émigrations, peu ont aiteint le but de la question, et M. Brissot lui-même, qui l’a si bien saisie dans son discours, semble s’en s’être écarté ensuite, en renvoyant à un autre décret une mesure qui doit faire la principale disposition de celui-ci.
D’un autre côté, une foule de leurs partisans, et notamment les prêtres réfractaires, restant dans l’intérieur de la France, s’occupent journellement à diviser les esprits et à les détacher de la Constitution. D’un autre côté, une foule de leurs partisans, et notamment les prêtres réfractaires, restant dans l’intérieur de la France, s’occupent journellement à diviser les esprits et à les détacher de la Constitution.
...t pas déjà? et une fois entrés, combien de gens saisiront ce moment pour se joindre à eux ! ... Une intelligence dans une place frontière. Or, qui nous répondra qu’ils ne l’ont pas déjà? et une fois entrés, combien de gens saisiront ce moment pour se joindre à eux !
... faire sans cette ressource. Quelle est la puissance voisine de la France qui ne soit intéressée à affaibl...
..., sa richesse, est le premier des Etats de l’Europe; un royaume qui, malgré le des...
...ablait, n’en a pas moins tenu longtemps la balance politique, et qui enfin, quoiqu’il ait renoncé à toute vue de conquête, doit être biemôt la terreur de tous les despotes autant par les influences de sa liberté, que par l’énergie que lui d...
Mais je veux bien croire qu’ils ne puissent rien faire sans cette ressource. Quelle est la puissance voisine de la France qui ne soit intéressée à affaiblir, à morceler, s’il est possible, un royaume qui, par sa position, son étendue, sa richesse, est le premier des Etats de l’Europe; un royaume qui, malgré le despotisme qui l’accablait, n’en a pas moins tenu longtemps la balance politique, et qui enfin, quoiqu’il ait renoncé à toute vue de conquête, doit être biemôt la terreur de tous les despotes autant par les influences de sa liberté, que par l’énergie que lui donnera sa Gons titution ?
naissance sur la conduite des princes français absents d... naissance sur la conduite des princes français absents du royaume, et sur leurs relations actuelles avec les puissances étrangères.
...ons communes des puissances étrangères, de 1 urs réponses aux notifications qui le...
...du mouvement ou du rassemblement actuel de leurs troupes.
...4. Que le ministre des affair-s étrangères rendra également compte des dispositions communes des puissances étrangères, de 1 urs réponses aux notifications qui leur ont été faites, et du mouvement ou du rassemblement actuel de leurs troupes.
...que, qui en fera son ranport, ainsi que de tous les autres faits authentiques que ...
...onale se réservant, d’après ce rapport, de prier le roi de demander une réponse catégorique aux pu...
... les pièces relatives à l’article précédent seront renvoyées au comité diplomatique, qui en fera son ranport, ainsi que de tous les autres faits authentiques que le comité pourra recueillir; l’Assemblée nationale se réservant, d’après ce rapport, de prier le roi de demander une réponse catégorique aux puissances étrangères, dont les dispositions paraîtraient douteuses.
...r du royaume, sera provisoirement déchu de ses fonctions, et privé de son traitement. ...ui aura abandonné, sans ordre ou sans congé, le poste qu’il occupait, pour sortir du royaume, sera provisoirement déchu de ses fonctions, et privé de son traitement.
...st pas fonctionnaire public, a le droit de sortir du royaume et d’y rentrer, mais ...
...erment, et s’ils s’unissent aux ennemis de l’Etat, comme coupables du crime de lèse-nation.
...are que, conformément aux principes constitutionnels, tout citoyen actif qui n’est pas fonctionnaire public, a le droit de sortir du royaume et d’y rentrer, mais qu’au moment où l’Etat serait attaqué, tous ceux qui, sans ordre ou sans passepo...
...as dans les délais qu’elle- prescrira, seront poursuivis comme traîtres à leur serment, et s’ils s’unissent aux ennemis de l’Etat, comme coupables du crime de lèse-nation.
...tifs et à tous les tribunaux du royaume de redoubler de zèle pour l’exécution des lois, le maintien de l’ordre public et du respect dû aux propriétés de tous les citoyens. » « Art. 11. L’Assemblée nationale enjoint à tous les corps administratifs et à tous les tribunaux du royaume de redoubler de zèle pour l’exécution des lois, le maintien de l’ordre public et du respect dû aux propriétés de tous les citoyens. »
A LA A LA
SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VE... SÉANCE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU VENDREDI 28 OCTOBRE 1791
OPINION (1) de M. S***, député du département de l'Aube (2), à L'Assemblée nationale, su... OPINION (1) de M. S***, député du département de l'Aube (2), à L'Assemblée nationale, sur les émigrants.
...s il me semble que lorsqu’on veut juger de ce que des h mimes feront, il faut, en ... Presque tous ont cherché à nousrassurersurles entreprises des émigrants. Mais il me semble que lorsqu’on veut juger de ce que des h mimes feront, il faut, en considérant ce qu’ils ont déjà fait, considérer en même temps leur caractère, le...
Les émigrants, après avoir erré de pays en pays, sollicitant du secours, et tâchant de lier leur cause à celle des souverains, des princes, des nobles et du clergé de l’Europe, se rallient aujourd’hui auprès de nos frontières, et appellent auprès d’e... Les émigrants, après avoir erré de pays en pays, sollicitant du secours, et tâchant de lier leur cause à celle des souverains, des princes, des nobles et du clergé de l’Europe, se rallient aujourd’hui auprès de nos frontières, et appellent auprès d’eux toim ceux qui ont quelque aptitude, ou quelque intérêt à seconder leurs vues ...
...t aucun intérêt, ni même aucun prétexte de les seconder. ...rien faire sans le secours des puissances étrangères, et que ces puissances n’ont aucun intérêt, ni même aucun prétexte de les seconder.
...és les enrôlent, et tout se fait au nom de ces derniers. Mais les émigrés, dit-on,... ...roi, rien n’est plus facile à concilier; ils licencient leurs troupes; les émigrés les enrôlent, et tout se fait au nom de ces derniers. Mais les émigrés, dit-on, n’ont point d’argent :

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 482
le dépit les a emmenés, la honte les retient, la misère les ramènera. En vérité, je ne conçois pas comment on peut se faire de pareilles illusions ; et comment surtou...
...en nlace; des hommes qui possèdent lart de la au tre aussi bien que celui de la politique, ne sauraient pas calculer le...
...es ; des hommes qu mspnent l’orgueil et la cupidité, qui, indépendamment de leurs anciens titres, de le rs anciennes dignités, ont encore en...
... honneur, leur repos, le so t en un mdt de toute leur postérité, au hasard dun projet mal concerté, ou joindraient à la honte d une teme-raire entreprise, celle de n’avoir pas osé rueme en essayer l’exéc...
le dépit les a emmenés, la honte les retient, la misère les ramènera. En vérité, je ne conçois pas comment on peut se faire de pareilles illusions ; et comment surtout on vut les faire partager à un oublie éclairé. Quoi 1 des hommes qui ont l’hab...
...naissance, leurs relations lient avec toutes les puissances, avec tous les gens en nlace; des hommes qui possèdent lart de la au tre aussi bien que celui de la politique, ne sauraient pas calculer leurs moyens, et combiner leurs démarches ; des hommes qu mspnent l’orgueil et la cupidité, qui, indépendamment de leurs anciens titres, de le rs anciennes dignités, ont encore en France les plus grands intérêts à ménager, auraient exposé ces memes intérêts, leur honneur, leur repos, le so t en un mdt de toute leur postérité, au hasard dun projet mal concerté, ou joindraient à la honte d une teme-raire entreprise, celle de n’avoir pas osé rueme en essayer l’exécution.
Les uns ont envoyé déjà une partie de leurs revenus, les autres les tiennent en reserve pour la même lin. Jusqu’au clergé d’Espagne, qu...
...driez-vous que les puissances, que tant de raisons portent a désirer de voir une attaque, quel qu en soit le su...
Les uns ont envoyé déjà une partie de leurs revenus, les autres les tiennent en reserve pour la même lin. Jusqu’au clergé d’Espagne, qui a fourni des sommes ! Gomment voudriez-vous que les puissances, que tant de raisons portent a désirer de voir une attaque, quel qu en soit le succès, ne fournissent pas également leur contin-
...différé iusqu’à cette heure l’exécution de leurs projet?, c’est que, comme tout le...
...roit-on qu’ils veulent exposer 1 ardeur de leurs soldats à se ralentir dans une inaction aussi dispendieuse que la guerre clle-meme? Non, tout nous port *...
...rapperont bientôt leurs premiers coups. De quel côte les porteront-ils? Quel en sç...
^Oue si, au surplus, les émigrés ont différé iusqu’à cette heure l’exécution de leurs projet?, c’est que, comme tout le manife-te, leurs moyens n’étaient pas rassemblés, leurs mesures n étaien pas pr...
...rd’hui qu il« se réunissent en foule, qu’ils ont fait des enrôlements nombreux croit-on qu’ils veulent exposer 1 ardeur de leurs soldats à se ralentir dans une inaction aussi dispendieuse que la guerre clle-meme? Non, tout nous port * à croire qu ils frapperont bientôt leurs premiers coups. De quel côte les porteront-ils? Quel en sçra le succès ? G est ce due i'ignore; mais n’est-il pas a craindre, je: je répèt...
...ipes, dis-je, une fois posés, il s’agit de savoir quel parti Ion doit prendre pour...
...séquences : ce parti est simple : c’est de prévenir pour ne pas être prévenu; c’est d’étouffer la mèche si Ion ne veut pas que la bombe éclate.
...les faits les plus notoires ei sur les raisonnements les plus simples; ces principes, dis-je, une fois posés, il s’agit de savoir quel parti Ion doit prendre pour en éviter l s funestes conséquences : ce parti est simple : c’est de prévenir pour ne pas être prévenu; c’est d’étouffer la mèche si Ion ne veut pas que la bombe éclate.
...aient : ad opté, se sont fait un devoir de rendre hommage aux sublimes vérités qu’a consacrées notre Constitution sur la propriété et la hberte individuelles; je ne répéterai p...
... ont dit a cet égard; je me contenterai de joindre mon hommage au leur; mais je di...
...e sujet le mot d’un prince philosophe : la consciencedes rois n'est point celle de...
...ous les orateurs qui ont çarlé sur cette matière, quel que soit le parti qu ils aient : ad opté, se sont fait un devoir de rendre hommage aux sublimes vérités qu’a consacrées notre Constitution sur la propriété et la hberte individuelles; je ne répéterai point ce quils ont dit a cet égard; je me contenterai de joindre mon hommage au leur; mais je dirai aussi avec quelques-uns d’entre eux, que le salut du peuple a des lois qui f...
...e sont précisément c^s lois qui doivent commander ici. Je ne répéterai point à ce sujet le mot d’un prince philosophe : la consciencedes rois n'est point celle des citoyens.
La conscience des rois a été trop souvent le type de l’injustice et le fléau des peuples, pour être citée dans une assemblée de sag»*s. C’est dans la nature même que je veux puiser l’exemple qui doit décider la question. Malheur à ceux qui, se formalisant de la comparaison dont je vais me servir, feindraient d’ignorer que les exemples de la nature sont le tableau de nos devoirs, et que son langage, quel que soit l’organe qui l’exprime, est celui de la divinité. La conscience des rois a été trop souvent le type de l’injustice et le fléau des peuples, pour être citée dans une assemblée de sag»*s. C’est dans la nature même que je veux puiser l’exemple qui doit décider la question. Malheur à ceux qui, se formalisant de la comparaison dont je vais me servir, feindraient d’ignorer que les exemples de la nature sont le tableau de nos devoirs, et que son langage, quel que soit l’organe qui l’exprime, est celui de la divinité.
...s du peuple, vous êtes les représentant de la patrie, et la patrie est véritablement une mère ; or, considérez jusqu à quel point les mères portent la tendresse pour leurs enfants ; voyez comment la femelle la plus doute, et la plus difficile même à se prêter à une d...
...use et irascible dès qu’elle est auprès de ses petits ; voyez comment, sans consul...
...e qui l’approche, et à qui elle suppo-e de mauvaises intentions: colère sainte que...
...emble se retirer confus d avoir troublé de si tendres soins.
Augustes représentants du peuple, vous êtes les représentant de la patrie, et la patrie est véritablement une mère ; or, considérez jusqu à quel point les mères portent la tendresse pour leurs enfants ; voyez comment la femelle la plus doute, et la plus difficile même à se prêter à une défen-e personnelle, devient ombrageuse et irascible dès qu’elle est auprès de ses petits ; voyez comment, sans consulter ses forces, s ins attendre même qu’on l’attaque, elle s'élance sur l’être qui l’approche, et à qui elle suppo-e de mauvaises intentions: colère sainte que respecte l’animal imprudent, qui, quelque violent qu’il soit, semble se retirer confus d avoir troublé de si tendres soins.
On ne manquera pas de dire que cette colere maternelle que l’on voudrait inspirer aux représentants de la patrie, se dirigerait nécessairement co...
...me servant du même exemple que je viens de citer. Lorsque la mère s’élance sur l’animal qui lui fait ombrage, considère-t-elle s’il est un de ces enfants qu’elle a mis précédemment ...
...sont sous ses ailes, ou qu’elle couvre. de son sein. Et en effet, peut-on regarder comme des enfants de la patrie des hommes que la sagesse de ses lois Fa fait abandonner ; des homme...
... menaces, rétablissent déjà, comme pour la braver d’avance, le régime abusif qu’el...
...rit? Que leur reste-t-il à faire, sinon de forcer nos bannières,, de déchirer le sein de la patrie, et d’égorger dans ses bras, les...
..., quoi qu’on nous dise, employer encore la lenteur des ménagements ? Non, tout dél...
...eprésentants se rendraient responsables de tous les maux que leur fausse délicatesse les aurait empêchés de pre-venir.
On ne manquera pas de dire que cette colere maternelle que l’on voudrait inspirer aux représentants de la patrie, se dirigerait nécessairement contre ses propres enfants, mais je répondrai d’abord à cette objection, en me servant du même exemple que je viens de citer. Lorsque la mère s’élance sur l’animal qui lui fait ombrage, considère-t-elle s’il est un de ces enfants qu’elle a mis précédemment au monde ? Non, elle ne voit que ceux qui sont sous ses ailes, ou qu’elle couvre. de son sein. Et en effet, peut-on regarder comme des enfants de la patrie des hommes que la sagesse de ses lois Fa fait abandonner ; des hommes qui, après s'en être éloignés, se rassemblent en force pour revenir contre elle ; des hommes, enfin, qui vomissant les imprécations et les menaces, rétablissent déjà, comme pour la braver d’avance, le régime abusif qu’elle avait proscrit? Que leur reste-t-il à faire, sinon de forcer nos bannières,, de déchirer le sein de la patrie, et d’égorger dans ses bras, les enfants qui lui sont restés fidèles? Devons-nous donc attendre qu’ils en viennent à cette affreuse extrémité ? devons-no us, quoi qu’on nous dise, employer encore la lenteur des ménagements ? Non, tout délai qui peut devenir si funeste serait lui-même un parricide, et les représentants se rendraient responsables de tous les maux que leur fausse délicatesse les aurait empêchés de pre-venir.
...lons-nous donc l’exemple que nous offre la nature ; telle est la règle que nous devons suivre, surtout l...
... aussi conforme au droit des gens, qu’à la polique de tous les peuples, peut s’allier encore avec les principes de la Constitution.
Rappelons-nous donc l’exemple que nous offre la nature ; telle est la règle que nous devons suivre, surtout lorsque cette règle, aussi conforme au droit des gens, qu’à la polique de tous les peuples, peut s’allier encore avec les principes de la Constitution.
...frayer le peuple; mais je ne crains pas de le dire, cette lobnée d'hommes qui s’ap... ...e s’aeit point ici d’atténuer mdexagerer les choses, je ne veux ni séduire ni elfrayer le peuple; mais je ne crains pas de le dire, cette lobnée d'hommes qui s’appellent avec audace a France extérieure, sont réellement plus riches
la moitié du revenu du royaume. Depuis deu... la moitié du revenu du royaume. Depuis deux ans ils ne dépensent presque rien, et ne payent
pas même ce qu’ils dépens-nt. La meme coalition pas même ce qu’ils dépens-nt. La meme coalition

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 483
...à débarrasser sur-le-champ le voisinage de la République d’un rassemblement d’hommes ...
...ts, et une attaque vigoureuse eût suivi de près le refus ou la réponse équivoque de cette puissance.
...les auraient retirés dans leurs tats ; ils leur auraient notifié qu’ils eussent à débarrasser sur-le-champ le voisinage de la République d’un rassemblement d’hommes que leur défection et leur conduite rendaient plus que suspects, et une attaque vigoureuse eût suivi de près le refus ou la réponse équivoque de cette puissance.
...e d’attaque est contraire aux principes de justice adoptés par la Constitution; mais celle dont il s’agit... Peut-être dira-t-on que toute espèce d’attaque est contraire aux principes de justice adoptés par la Constitution; mais celle dont il s’agit ici serait-elle doue autre chose qu’une véritable défense?
La France, dira-t-on enfin, est remplie de mécontent' et d'ennemis secrets à qui il faut bien se garder de fournir l’occasion de faire éclater leurs mauvaises dispositi...
... ce sont les incertitudes, les lenteurs de nos opérations qui leur ont donné le temps et les facilités de se réunir et de se fortifier.
La France, dira-t-on enfin, est remplie de mécontent' et d'ennemis secrets à qui il faut bien se garder de fournir l’occasion de faire éclater leurs mauvaises dispositions. Mais, tout au contraire, ce sont les incertitudes, les lenteurs de nos opérations qui leur ont donné le temps et les facilités de se réunir et de se fortifier.
...s voyait, ou errants et isolés, traîner de pays en pays la honte de leur défection, ou cachant dans leur retaite le désespoir de leur orgueil. Les voilà aujourd’hui qui...
...tionnertl, tandis que, d’un autre côté, la longue incertitude où ils nous tiennent...
...riotisme. Tel est en effet le caractère de l’homme ; les combats, les assauts irri...
... ue les Français commencent à se lasser de la évolution ; cela se peut, mais faisons flotter à leurs yeux les enseignes de la liberté, et l’on verra bientôt tons les...
...res sacerdotales, combien n’ont-ils pas obtenu d’avantages depuis 6 mois ? On les voyait, ou errants et isolés, traîner de pays en pays la honte de leur défection, ou cachant dans leur retaite le désespoir de leur orgueil. Les voilà aujourd’hui qui se rallient, qui s’enrégimentent, qui se munitionnertl, tandis que, d’un autre côté, la longue incertitude où ils nous tiennent semble engourdir les esprits, et amortir en eux le feu du patriotisme. Tel est en effet le caractère de l’homme ; les combats, les assauts irritent et alimentent son courage. L’ennuyeuse inaction, au contraire, l'impatiente inceriitude le minent sourdement et l’affaiblissent. On nous dit ue les Français commencent à se lasser de la évolution ; cela se peut, mais faisons flotter à leurs yeux les enseignes de la liberté, et l’on verra bientôt tons les cœurs se ranimer et se rallier autour d’elles.
Malgré la longueur de cette discussion, qu’il me s ut permis ...
...as moins importante ni moins analogue à la circonstance.
Malgré la longueur de cette discussion, qu’il me s ut permis enfin d’y ajouter une autre observation qui ne me paraît pas moins importante ni moins analogue à la circonstance.
...ns un droit naturel qu’un droit social. La jouissance de la terre ayant été donnée indivisément à t...
...ssessions ou propriétés. Or, il résulte de cette définition que nulle personne ne ...
...pecter et à le protéger, ce droit tombe de lui-même, et s’anéantit.
Les propriétés, et surtout les propriétés foncières, sont moins un droit naturel qu’un droit social. La jouissance de la terre ayant été donnée indivisément à tous les hommes, ce n’est que pour l’utilité commune, et par des conventions réci...
...tte jouissance indéfinie a été divisée en divers lots exclusifs qu’on appelle possessions ou propriétés. Or, il résulte de cette définition que nulle personne ne peut prétendre à ce droit exclusif, qu’autant qu’elle contribue à l’utilité comm...
..., dès que l’on manque aux engagements qui obligeaient les autres hommes à le respecter et à le protéger, ce droit tombe de lui-même, et s’anéantit.
« Art. 1er. Qu’aussitôt la sanction du décret à intervenir, tous les princes voisins de la France, et notamment l’archevêque de Trêves, soient engagés de faire sortir de leurs Etats, le plus promptement possib...
...ent rassemblés, à l’exception néanmoins de ceux qui y auraient acquis domicile ava...
...d’empêcher qu’il ne se fasse à l’avenir de pareils rassemblements dans leurs dits Etats, à moins que ce ne soit à plus de 60 lieues des frontières de la France.
« Art. 1er. Qu’aussitôt la sanction du décret à intervenir, tous les princes voisins de la France, et notamment l’archevêque de Trêves, soient engagés de faire sortir de leurs Etats, le plus promptement possible, tous Français qui s’y seraient rassemblés, à l’exception néanmoins de ceux qui y auraient acquis domicile avant le mois d ¦ juin dernier, et d’empêcher qu’il ne se fasse à l’avenir de pareils rassemblements dans leurs dits Etats, à moins que ce ne soit à plus de 60 lieues des frontières de la France.
..., soient incontinent saisis et mis sous la main de la justice, sauf à leur en donner main lev...
...iles ; ce qui sera vérifié par une cour de hauts-jurés qui seront convoqués à cet ...
... traitements des Français maintenant hors du royaume, quels qu’ils puissent être, soient incontinent saisis et mis sous la main de la justice, sauf à leur en donner main levée et à les leur restituer dès que le danger sera passé, et dans le cas où il ne sera pas prouvé qu’ils sè seraient portés à des procédés hostiles ; ce qui sera vérifié par une cour de hauts-jurés qui seront convoqués à cet effet.
...Qu’il soit enjoint à toute municipalité de canton voisin des frontières de moins de 20 lieues d’envoyer à l’Assemblée nationale un état de la position de son canton, de ses fortifications, de ses approvisionnements de guerre et de bouche, des troupes qu’il contient, soit de ligne, soit nationale avec le nom des o... « Art. 7. Qu’il soit enjoint à toute municipalité de canton voisin des frontières de moins de 20 lieues d’envoyer à l’Assemblée nationale un état de la position de son canton, de ses fortifications, de ses approvisionnements de guerre et de bouche, des troupes qu’il contient, soit de ligne, soit nationale avec le nom des officiers.
...ançais pour leur rappeler les avantages de la Constitution, et le serment qu’ils ont fait de la défendre jusqu’à la mort ; qu’en conséquence, il soit écrit en gros caractères à la principale porte de chaque église paroissiale, à l’entrée d...
...serment auguste que nous avons consacré de nouveau par l’expression d’un sentiment...
« Art. 9. Qu’il soit fait adresse aux Français pour leur rappeler les avantages de la Constitution, et le serment qu’ils ont fait de la défendre jusqu’à la mort ; qu’en conséquence, il soit écrit en gros caractères à la principale porte de chaque église paroissiale, à l’entrée des villes et au millieux des places publiques, ce serment auguste que nous avons consacré de nouveau par l’expression d’un sentiment unanime :
... patrie, et ils se frissent bien gardés de l’exposer à un refus encore plus outrag... naître des perfides qui auraient eux-mêmes méconnu leur patrie, et ils se frissent bien gardés de l’exposer à un refus encore plus outrageant ; mais ils se fussent adressés directement aux
...un peuple puissant qui vient d’acquérir la liberté, s’arrêt* rait-il à cette consi... ...ôté, que nous adons nous mettre une foule d’ennemis sur les bras. Eh quoi donc! un peuple puissant qui vient d’acquérir la liberté, s’arrêt* rait-il à cette considération? Ne sait-on pas que les Spartiates, les Athéniens, les Romains ne deman...
...sera défendu à tous Français domiciliés de sortir du royaume, à moins qu’ils ne pr...
...leur être délivré que sur un certificat de leur municipalité, visé par le départem...
« Art. 5. Que par provision il sera défendu à tous Français domiciliés de sortir du royaume, à moins qu’ils ne produisent un passe port qui ne pourra leur être délivré que sur un certificat de leur municipalité, visé par le département, portant qu’ils n’ont manifesté aucun mauvais dessein et qu’ils sont appelés...
...ar provision, il soit également défendu de laisser sortir du royaume aucune espèce de munition de guerre et aucun convoi de grains. « Art. 6. Que, par provision, il soit également défendu de laisser sortir du royaume aucune espèce de munition de guerre et aucun convoi de grains.
« Art. 8. Que les soldats des troupes de ligne soient autorisés à nommer eux-mêm...
... conséquence, à tous les postes vacauts de leurs régiments respectifs.
« Art. 8. Que les soldats des troupes de ligne soient autorisés à nommer eux-mêmes, vu l’urgence des cas, et sans tirer à conséquence, à tous les postes vacauts de leurs régiments respectifs.

Séance du vendredi 28 octobre 1791, au matin

page 484
Opinion de M. Guillaume Delfau, député du département de la Dordogne, à VAssemblée nationale, sur l... Opinion de M. Guillaume Delfau, député du département de la Dordogne, à VAssemblée nationale, sur les émigrants (2).
Premièrement, il ne sera pas difficile de prouver que le moyen infaillible de multiplier les émigrations, à l’instant où nous sommes, serait de vouloir les arrêter ; nous avons, pour ...
...stituante a voulu arrêter les émigrams, la désertion n’a fait qu’augmenter, malgré...
...es plus inquiètes. Ayant donc senti que la mesure qu’ils avaient prise était impol...
Premièrement, il ne sera pas difficile de prouver que le moyen infaillible de multiplier les émigrations, à l’instant où nous sommes, serait de vouloir les arrêter ; nous avons, pour nous eu convaincre, une expérience toute récente. Lorsque l’Assemblée constituante a voulu arrêter les émigrams, la désertion n’a fait qu’augmenter, malgré les précautions les plus inquiètes. Ayant donc senti que la mesure qu’ils avaient prise était impolitique et ne faisait qu’aggraver le mal, nos prédécesseurs ont aussitôt abrogé l...
...ouliez aujourd’hui, Messieurs, empêclmr la libre sortie du royaume, vous jetteriez...
...affreux dése-poir s’emparerait au-sitôt de tous les citoyens que la haine du peuple a marqués ; ils croiraient être autant d’oiages, autant de victimes dévouées à sa vengeance. En ad...
...eulement ceux-ci, mais encore une foute de citoye» s paisibles, qui sont amis sincères de la Constitution, mais que la terreur domine, que la crainte d une guerre étrangère ou intes...
...ers ne verraient dans votre décri t que la confiimation des maux que leur imagi (1...
En effet, si vous vouliez aujourd’hui, Messieurs, empêclmr la libre sortie du royaume, vous jetteriez l’épouvante dans tout l’Empire. Le plus affreux dése-poir s’emparerait au-sitôt de tous les citoyens que la haine du peuple a marqués ; ils croiraient être autant d’oiages, autant de victimes dévouées à sa vengeance. En adoptant cette mesure, vous perdri z non seulement ceux-ci, mais encore une foute de citoye» s paisibles, qui sont amis sincères de la Constitution, mais que la terreur domine, que la crainte d une guerre étrangère ou intestine fait frissonner d’avance. Ces derniers ne verraient dans votre décri t que la confiimation des maux que leur imagi (1) Bibliothèque nationale, Assemblée nationale législative. Administration M.