Résultats trouvés dans le Tome 13

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-032 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
2 sections trouvées
Tri par date d'édition croissante

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

- search term matches: (183)

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 151
Adresse de félicitation, adhésion et dévouement des gardes nationales de la ville de l'Aigle ; elles supplient l'Assemblée de s'occuper de l'organisation des milices nationales. Adresse de félicitation, adhésion et dévouement des gardes nationales de la ville de l'Aigle ; elles supplient l'Assemblée de s'occuper de l'organisation des milices nationales.
Adresse de la ville de Saint-Mihiel en Lorraine, contenant le procès-verbal du serment civique, prêté tant par la commune que par la garde nationale de cette ville. Adresse de la ville de Saint-Mihiel en Lorraine, contenant le procès-verbal du serment civique, prêté tant par la commune que par la garde nationale de cette ville.
Adresse de la ville de Gaen, contenant une proclamation faite par le conseil-général de la commune, pour assurer la perception des octrois et des impôts in... Adresse de la ville de Gaen, contenant une proclamation faite par le conseil-général de la commune, pour assurer la perception des octrois et des impôts indirects.
...nouvelles municipalités des communautés de Challerange, d'Artaize, de Stonne, de Saint-Hilaire-les-Andresy, d'Excideuil en Péri-gord, du Louzac, d'Azy en Berry, de Mailly-le-Château en Auxerrois ; de Figueville en Franche-Comté ; de La Veze, de Menotey, département du Jura; de Périgny-sur-Loire, de Mens, de Breyrs en Dauphiné ; de la ville de Nangis en Brie ; de la commune et municipalité de Pordit; . De la communauté de Fontenilles en Poitou ; elle accuse la commission intermédiaire de Saint-Maixant, d'avoir augmenté ses impositions de sa propre autorité; Adresses des nouvelles municipalités des communautés de Challerange, d'Artaize, de Stonne, de Saint-Hilaire-les-Andresy, d'Excideuil en Péri-gord, du Louzac, d'Azy en Berry, de Mailly-le-Château en Auxerrois ; de Figueville en Franche-Comté ; de La Veze, de Menotey, département du Jura; de Périgny-sur-Loire, de Mens, de Breyrs en Dauphiné ; de la ville de Nangis en Brie ; de la commune et municipalité de Pordit; . De la communauté de Fontenilles en Poitou ; elle accuse la commission intermédiaire de Saint-Maixant, d'avoir augmenté ses impositions de sa propre autorité;
11 De la communauté de Charcé, près Angers; elle porte plainte contre les dames abbesse et religieuses de l'abbaye royale du Perray ; 11 De la communauté de Charcé, près Angers; elle porte plainte contre les dames abbesse et religieuses de l'abbaye royale du Perray ;
De la communauté de Sainte-Jalle, district du Buis, en Dauphiné; elle demande le rétablissement de deux foires et d'un marché, qui s'y ten... De la communauté de Sainte-Jalle, district du Buis, en Dauphiné; elle demande le rétablissement de deux foires et d'un marché, qui s'y tenaient anciennement ;
De la communauté deSaint-Martial-de-Vallette; elle fait le don patriotique du produit de la contribution sur les ci-devant privilég...
...ée d'autoriser l'emprunt qu'elle a fait de 3,000 livres, pour subvenir aux dépenses inséparables de la formation de la municipalité, comme aussi de l'autoriser à former un autre emprunt de 3,000 livres, pour le soulagement des p...
De la communauté deSaint-Martial-de-Vallette; elle fait le don patriotique du produit de la contribution sur les ci-devant privilégiés ; elle supplie l'Assemblée d'autoriser l'emprunt qu'elle a fait de 3,000 livres, pour subvenir aux dépenses inséparables de la formation de la municipalité, comme aussi de l'autoriser à former un autre emprunt de 3,000 livres, pour le soulagement des pauvres dont le nombre augmente ae jour en jour ; v;":
...s treize communautés, formant le canton de la ville de Monségur; elles s'engagent solennellement de faire rentrer, d'ici au premier septemb... Des treize communautés, formant le canton de la ville de Monségur; elles s'engagent solennellement de faire rentrer, d'ici au premier septembre prochain, tous les impôts arriérés :
De la ville de Sainl-Pol-de-Léon en Bretagne; elle sollicite, de concert avec les communautés voisines, ... De la ville de Sainl-Pol-de-Léon en Bretagne; elle sollicite, de concert avec les communautés voisines, l'établissement d'une cour royale et d'une amirauté ;
De la communauté de Perteraigues en Provence ; elle supplie l'Assemblée de .statuer au plus tôt sur le remplacement de la dîme; De la communauté de Perteraigues en Provence ; elle supplie l'Assemblée de .statuer au plus tôt sur le remplacement de la dîme;
De la communauté d'Aubiac ; elle fait le don ... De la communauté d'Aubiac ; elle fait le don patriotique du produit des impositions sur les ci-devant privilégiés ;
Enfin, de la ville de Roanne en Lyonnais ; elle annonce que sa contribution patriotique s'élève à près de 100,000 livres. Enfin, de la ville de Roanne en Lyonnais ; elle annonce que sa contribution patriotique s'élève à près de 100,000 livres.
Adresse de la municipalité de la ville de Sainte-Marie en Béarn ; elle adhère à tous les décrets de l'Assemblée, témoigne sa reconnaissance... Adresse de la municipalité de la ville de Sainte-Marie en Béarn ; elle adhère à tous les décrets de l'Assemblée, témoigne sa reconnaissance pour ceux concernant les nouvelles municipalités, et supplie l'Assemblée nation...
De maintenir la ville de Sainte-Marie, siège de l'évêché d'Oléron, pour le siège du dép... De maintenir la ville de Sainte-Marie, siège de l'évêché d'Oléron, pour le siège du département ;
2°. Lors de la formation des districts en Béarn, d'établir le chef-lieu d'un district à Oléron, et de prendre en considération que les distri... 2°. Lors de la formation des districts en Béarn, d'établir le chef-lieu d'un district à Oléron, et de prendre en considération que les districts en Béarn doivent être plus étendus que dans le reste du royaume.
Adresse de la nouvelle municipalité de la ville de Lyon, qui exprime avec énergie les sentiments d'admiration, de reconnaissance et de dévouement dont les citoyens de cette grande ville sont pénétrés pour l...
... nationale-« C'est par amour, dit-elle, de la liberté que nous avons chéri d'anciens ...
...u nous servir d'égide contre l'invasion de nos droits, inutiles aujourd'hui, et do...
...u'à rappeler l'époque où, nous honorant de leur entier abandon, nous sommes venus prononcer notre adhésion entière à la volonté suprême de la nation, promulguée par ses représentants, et prêter le serment solennel de maintenir de tout notre pouvoir la constitution qui assure la liberté de l'empire français, de vivre et de mourir fidèles à la loi et au monarque chargé de son exécution. »
Adresse de la nouvelle municipalité de la ville de Lyon, qui exprime avec énergie les sentiments d'admiration, de reconnaissance et de dévouement dont les citoyens de cette grande ville sont pénétrés pour l'Assemblée nationale-« C'est par amour, dit-elle, de la liberté que nous avons chéri d'anciens privilèges, précieux tant qu'ils ont pu nous servir d'égide contre l'invasion de nos droits, inutiles aujourd'hui, et dont le souvenir ne servira plus qu'à rappeler l'époque où, nous honorant de leur entier abandon, nous sommes venus prononcer notre adhésion entière à la volonté suprême de la nation, promulguée par ses représentants, et prêter le serment solennel de maintenir de tout notre pouvoir la constitution qui assure la liberté de l'empire français, de vivre et de mourir fidèles à la loi et au monarque chargé de son exécution. »
Adresses des habitants de la ville de Gannat et de la communauté deJaignes; ils font à la nation Adresses des habitants de la ville de Gannat et de la communauté deJaignes; ils font à la nation
Adresse des neuf communes de la paroisse, de la municipalité et de la garde nationale de Mouthe, département du Doubs en Franche-Comté. Tous les habitants de cette paroisse, officiers municipaux, officiers et soldats de la garde nationale, adhèrent aux décrets de l'Assemblée nationale, qui les a délivrés de l'état de servitude dans lequel le régime féodal ...
...t prêts à sacrifier leur vie, et jurent de périr tous, si le cas l'exige, pour le maintien de leur liberté et celui de l'heureuse régénération du royaume. A peine ont-ils eu connaissance de l'impôt patriotique, qu'ils se sont emp...
Adresse des neuf communes de la paroisse, de la municipalité et de la garde nationale de Mouthe, département du Doubs en Franche-Comté. Tous les habitants de cette paroisse, officiers municipaux, officiers et soldats de la garde nationale, adhèrent aux décrets de l'Assemblée nationale, qui les a délivrés de l'état de servitude dans lequel le régime féodal les avait réduits ; ils sont prêts à sacrifier leur vie, et jurent de périr tous, si le cas l'exige, pour le maintien de leur liberté et celui de l'heureuse régénération du royaume. A peine ont-ils eu connaissance de l'impôt patriotique, qu'ils se sont empressés à l'envi d'y souscrire ; il n'en est pas un, même jusqu'au plus pauvre, q...
Adresse de la municipalité de Liancourt, près Glermont en Beauvoisis ... Adresse de la municipalité de Liancourt, près Glermont en Beauvoisis ; elle demande des biens
présidence de m. le marquis de bonnay. présidence de m. le marquis de bonnay.
La séance est ouverte à 6 heures du soir. La séance est ouverte à 6 heures du soir.
Un de MM. les secrétaires fait lecture des ad... Un de MM. les secrétaires fait lecture des adresses suivantes :
...s ces municipalités, après avoir prêté, de concert avec les habitants, le serment ...
...ntent à l'Assemblée nationale le tribut de leur admiration et de leur dévouement.
Toutes ces municipalités, après avoir prêté, de concert avec les habitants, le serment civique, présentent à l'Assemblée nationale le tribut de leur admiration et de leur dévouement.
...n faire davantage pour venir au secours de l'Etat. cultés leur permissent d'en faire davantage pour venir au secours de l'Etat.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 152
Locuteur: Pison du Galland
...Dauphiné, présente l'adresse d'adhésion de la part de la commune de Vinai à tous les décrets de l'Assemblée nationale, et le don patrio... , député du Dauphiné, présente l'adresse d'adhésion de la part de la commune de Vinai à tous les décrets de l'Assemblée nationale, et le don patriotique :
Locuteur: Pison du Galland
2° D'une autre rente au principal de 2,000 livres, léguée à la même communauté par feu M. de l'Étang, représenté par Mme d'Archambault de Périgord, sous la seule réserve des arrérages jusqu'à la dernière échéance. Il remet sur le bureau les titres constitutifs de ces créances. 2° D'une autre rente au principal de 2,000 livres, léguée à la même communauté par feu M. de l'Étang, représenté par Mme d'Archambault de Périgord, sous la seule réserve des arrérages jusqu'à la dernière échéance. Il remet sur le bureau les titres constitutifs de ces créances.
Locuteur: Ricard de Séalt
, député de Saint-Maximin en Provence, fait lecture d'une délibération de la municipalité de Saint-Maximin en Provence; elle se plai...
...iotisme lui commandaient impérieusement de manifester un témoignage d'indignation ...
...ération portant qu'étant convaincue que la vente des biens du clergé était l'unique moyen et la ressource la plus prompte de préserver l'Etat des dangers que les en...
... des Français, elle supplie l'Assemblée de comprendre dans la vente des biens du clergé tous ceux qui se trouvent dans le territoire de Saint-Maximin, et d'autoriser la commune à acheter ceux qui seraient à s...
, député de Saint-Maximin en Provence, fait lecture d'une délibération de la municipalité de Saint-Maximin en Provence; elle se plaint d'un libelle dans lequel on a supposé que cette municipalité avait délibéré q...
...des biens ecclésiastiques. Cette municipalité a pensé queson honneur et son patriotisme lui commandaient impérieusement de manifester un témoignage d'indignation contre cette calomnie ; en conséquence, elle a pris, le 21 mars dernier, une délibération portant qu'étant convaincue que la vente des biens du clergé était l'unique moyen et la ressource la plus prompte de préserver l'Etat des dangers que les ennemis du bien public se plaisent à accréditer pour abattre le courage et enchaîner le patriotisme des Français, elle supplie l'Assemblée de comprendre dans la vente des biens du clergé tous ceux qui se trouvent dans le territoire de Saint-Maximin, et d'autoriser la commune à acheter ceux qui seraient à sa convenance.
Locuteur: Ricard de Séalt
...nicipalité, persistant dans son serment de fidélité à la nation, à la loi, au roi et aux décrets de l'Assemblée nationale, a renouvelé tous les pouvoirs de son député à l'Assemblée nationale, à l'effet de ne point se séparer que la constitution de la France ne soit achevée ; elle a délibéré enfin de faire imprimer sa délibération, de l'adresser aux principales villes du ro... Cette municipalité, persistant dans son serment de fidélité à la nation, à la loi, au roi et aux décrets de l'Assemblée nationale, a renouvelé tous les pouvoirs de son député à l'Assemblée nationale, à l'effet de ne point se séparer que la constitution de la France ne soit achevée ; elle a délibéré enfin de faire imprimer sa délibération, de l'adresser aux principales villes du royaume, et d'en présenter un exemplaire à l'Assemblée nationale.
Locuteur: Palasne de Champeaux
« Nous, Français et soldats du régiment de Poitou, en garnison à Saint-Brieuc, défenseurs par inclination de la patrie notre mère commune, informés qu'on a osé calomnier, auprès d'un digne membre de l'Assemblée nationale, notre conduite et notre patriotisme, nous jurons nous venger de cette iniquité, qui nous touche sensiblement, mais avec les armes de la paix et les moyens que nous avons le bonheur de posséder dans la justice des représentants d'une grande ...
...daigneront toujours être les défenseurs de l'innocence opprimée.
« Nous, Français et soldats du régiment de Poitou, en garnison à Saint-Brieuc, défenseurs par inclination de la patrie notre mère commune, informés qu'on a osé calomnier, auprès d'un digne membre de l'Assemblée nationale, notre conduite et notre patriotisme, nous jurons nous venger de cette iniquité, qui nous touche sensiblement, mais avec les armes de la paix et les moyens que nous avons le bonheur de posséder dans la justice des représentants d'une grande nation, qui daigneront toujours être les défenseurs de l'innocence opprimée.
Locuteur: Palasne de Champeaux
« Nous jurons n'avoir de plus grand désir que celui de donner des preuves de notre amour pour la félicité publique, et la maintenir jusqu'au lit de la mort. « Nous jurons n'avoir de plus grand désir que celui de donner des preuves de notre amour pour la félicité publique, et la maintenir jusqu'au lit de la mort.
Locuteur: Palasne de Champeaux
...s jurons enfin soumission sans bornes à la loi régénérée, dévouement et respect au...
...x augustes représentants, restaurateurs de la liberté.
« Nous jurons enfin soumission sans bornes à la loi régénérée, dévouement et respect au roi des Français, attachement inaltérable à notre patrie, et reconnaissance aux augustes représentants, restaurateurs de la liberté.
Locuteur: Palasne de Champeaux
... les sentiments que nous éprouvons, que la plume, interprète de nos cœurs, n'a pu peindre comme nous l'... « Tels sont, malgré nos ennemis, nos affections et les sentiments que nous éprouvons, que la plume, interprète de nos cœurs, n'a pu peindre comme nous l'aurions désiré.
Locuteur: Palasne de Champeaux
* Le présent, souscrit de nous, soldats du premier bataillon du régiment de Poitou, sera présenté à MM. les officie...
...re d'en recevoir le dépôt comme un gage de notre reconnaissance et de notre dévouement envers la patrie, et copie en sera adressée à MM. de Cbampeaux et Corbion, députés à l'Assemblée nationale, à Paris, et la présente copie remise aux mains du colonel des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, comme un hommage de fidélité aux citoyens et d'attachement ...
* Le présent, souscrit de nous, soldats du premier bataillon du régiment de Poitou, sera présenté à MM. les officiers municipaux, avec prière d'en recevoir le dépôt comme un gage de notre reconnaissance et de notre dévouement envers la patrie, et copie en sera adressée à MM. de Cbampeaux et Corbion, députés à l'Assemblée nationale, à Paris, et la présente copie remise aux mains du colonel des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, comme un hommage de fidélité aux citoyens et d'attachement inviolable envers les soldats nationaux.
Locuteur: Palasne de Champeaux
« M. de la Ville-Berno, colonel en second, a donné...
...taires du premier bataillon du régiment de Poitou.
« M. de la Ville-Berno, colonel en second, a donné lecture du pacte des braves militaires du premier bataillon du régiment de Poitou.
Locuteur: Palasne de Champeaux
« L'Assemblée l'a reçu avec autant de sensibilité que de reconnaissance, et a chargé le commandant de leur témoigner son adhésion, et leur remettre une copie du présent, souscrite de plusieurs de3 volontaires, tant en leur nom, qu'au nom de leurs camarades, et de les assurer de la réciprocité des sentiments d'estime, d'... « L'Assemblée l'a reçu avec autant de sensibilité que de reconnaissance, et a chargé le commandant de leur témoigner son adhésion, et leur remettre une copie du présent, souscrite de plusieurs de3 volontaires, tant en leur nom, qu'au nom de leurs camarades, et de les assurer de la réciprocité des sentiments d'estime, d'amitié et d'attachement qui leur sont voués.
Locuteur: Palasne de Champeaux
Adresse de la commune de la ville de Strasbourg; elle développe les motifs qui concourent à faire craindre, dans la province d'Alsace, l'admission des juif... Adresse de la commune de la ville de Strasbourg; elle développe les motifs qui concourent à faire craindre, dans la province d'Alsace, l'admission des juifs à l'état civil, et qui rendent cette admission très nuisible à l'Alsace.
Locuteur: Pison du Galland
1° D'une rente de 127 livres 18 sols 5 deniers, sur le trésor royal, au capital originaire de 12,792 livres 4 sols 6 deniers; 1° D'une rente de 127 livres 18 sols 5 deniers, sur le trésor royal, au capital originaire de 12,792 livres 4 sols 6 deniers;
Locuteur: Palasne de Champeaux
, député de Bretagne, fait lecture d'un pacte fédératif des soldats du réaiment de Poitou, conçu en ces termes : , député de Bretagne, fait lecture d'un pacte fédératif des soldats du réaiment de Poitou, conçu en ces termes :
Locuteur: Palasne de Champeaux
« Pénétrés de l'heureuse révolution qui a rangé tous ...
...larons, en dépit denos ennemis communs, de demeurer inviolablement attachés aux principes de patriotisme desquels nous sommes insépa...
« Pénétrés de l'heureuse révolution qui a rangé tous les hommes à leur place, nous déclarons, en dépit denos ennemis communs, de demeurer inviolablement attachés aux principes de patriotisme desquels nous sommes inséparables.
Locuteur: Palasne de Champeaux
...dministration des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, assemblé le 17 avril 1790... « Extrait du registre du conseil d'administration des volontaires nationaux de Saint-Brieuc, assemblé le 17 avril 1790.
Locuteur: Palasne de Champeaux
...ssemblée nationale applaudit à cet acte de patriotisme. L'Assemblée nationale applaudit à cet acte de patriotisme.
Locuteur: Palasne de Champeaux
...ure à l'Assemblée d'une lettre du sieur de Chazerat, en date de Genève, du 12 du présent mois, par laquelle il supplie M. le président d'obtenir de l'Assemblée quelques instants de son attention pour l'examen de3 comptes de sa gestion, et de son administration en qualité d'intenda...
...gne, dont il joint le mémoire, en forme de compte, à sa lettre.
M. le Président fait lecture à l'Assemblée d'une lettre du sieur de Chazerat, en date de Genève, du 12 du présent mois, par laquelle il supplie M. le président d'obtenir de l'Assemblée quelques instants de son attention pour l'examen de3 comptes de sa gestion, et de son administration en qualité d'intendant en Auvergne, dont il joint le mémoire, en forme de compte, à sa lettre.
Locuteur: Palasne de Champeaux
L'Assemblée nationale ordonne le renvoi de l'adresse au comité de constitution, pour en être incessamment... L'Assemblée nationale ordonne le renvoi de l'adresse au comité de constitution, pour en être incessamment rendu compte à l'Assemblée.
Locuteur: Le Président
fait lecture d'une lettre de fait lecture d'une lettre de
...n million, aux conditions proposées par la municipalité de Paris, ou à telles autres que 1 Assembl... du clergé pour un million, aux conditions proposées par la municipalité de Paris, ou à telles autres que 1 Assemblée ordonnera, et sous telle inspection que l'Assemblée prescrira.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 153
Locuteur: Le Président
M. Necker, qu'il vient de recevoir ; la lettre portant : M. Necker, qu'il vient de recevoir ; la lettre portant :
Locuteur: Le Président
« Le roi m'a ordonné de vous adresser, pour en donner la première connaissance à l' Assemblée nationale, la proclamation de Sa Majesté, relative aux assignats décr... « Le roi m'a ordonné de vous adresser, pour en donner la première connaissance à l' Assemblée nationale, la proclamation de Sa Majesté, relative aux assignats décrétés par l'Assemblée. Je ne doute point que cette disposition, déterminée par le...
Locuteur: Le Président
...blée ayant manifesté son vœu d'entendre la lecture de la proclamation du roi, mentionnée dans la lettre de M. Necker, un de MM. les secrétaires fait lecture de ladite proclamation, dont la teneur suit : i L'Assemblée ayant manifesté son vœu d'entendre la lecture de la proclamation du roi, mentionnée dans la lettre de M. Necker, un de MM. les secrétaires fait lecture de ladite proclamation, dont la teneur suit :
Locuteur: Le Président
« Le roi vient de sanctionner le décret de l'Assemblée nationale pour la création et l'admission dans les paiements, d'une somme de 400 millions de billets nationaux, portant trois pour c...
...boursement. Ces billets, indépendamment de l'hypothèque spéciale qui leur a été assurée, doivent être considérés comme4a dette la plus sacrée de la nation : ainsi, quoique le décret revêtu de la sanction du roi, n'ait imposé et n'ait pu imposer que l'obligation de recevoir ces billets dans les paiements...
...les habitants du royaume à les recevoir de même sans aucune objection ni difficult...
...ous les contrats et les marchés libres; de telle manière que, par l'effet d'une ju...
... faire à tous les bons Français une loi de cette conduite; et dans un temps où tant de biens doivent dériver d'un pareil senti...
...'une manière plus réelle et plus utile, la puissance étendue d'une nation, lorsque les citoyens sont unis par l'honneur, la raison et la liberté. Le roi protégera dans tous les...
...gagement solennel que les représentants de cette grande nation viennent de contracter pour la sûreté des assignats, auxquels ils ont donné le caractère de monnaie; ainsi, le roi en invitant ses sujets à favoriser de tout leur pouvoir le crédit et le cours de ces assignats, croit concilier parfaite...
... attachement aux principes inaltérables de la justice, avec l'intérêt dont il sera constamment animé pour le rétablissement de l'ordre dans les finances, la facilité du commerce et la prospérité générale du royaume. A Paris...
« Le roi vient de sanctionner le décret de l'Assemblée nationale pour la création et l'admission dans les paiements, d'une somme de 400 millions de billets nationaux, portant trois pour cent d'intérêt jusqu'à leur remboursement. Ces billets, indépendamment de l'hypothèque spéciale qui leur a été assurée, doivent être considérés comme4a dette la plus sacrée de la nation : ainsi, quoique le décret revêtu de la sanction du roi, n'ait imposé et n'ait pu imposer que l'obligation de recevoir ces billets dans les paiements qui ont lieu d'un débiteur à un créancier, Sa Majesté invite tous les habitants du royaume à les recevoir de même sans aucune objection ni difficulté, dans ^ tous les contrats et les marchés libres; de telle manière que, par l'effet d'une juste confiance, les billets nationaux soient estimés partout à l'égal du numéraire effectif. Un sentiment patriotique doit faire à tous les bons Français une loi de cette conduite; et dans un temps où tant de biens doivent dériver d'un pareil sentiment, Sa Majesté ne saurait douter que chacun ne s'y montre fidèle. Il n'existera jamais d'occasion où l'on puisse manifester d'une manière plus réelle et plus utile, la puissance étendue d'une nation, lorsque les citoyens sont unis par l'honneur, la raison et la liberté. Le roi protégera dans tous les temps l'engagement solennel que les représentants de cette grande nation viennent de contracter pour la sûreté des assignats, auxquels ils ont donné le caractère de monnaie; ainsi, le roi en invitant ses sujets à favoriser de tout leur pouvoir le crédit et le cours de ces assignats, croit concilier parfaitement son inviolable attachement aux principes inaltérables de la justice, avec l'intérêt dont il sera constamment animé pour le rétablissement de l'ordre dans les finances, la facilité du commerce et la prospérité générale du royaume. A Paris, le dix-neuf avril mil sept cent quatre-vingt-dix.
Locuteur: Le Président
L'Assemblée ordonne que la lettre et la proclamation seraient transcrites dans ...
...sident d'exprimer au roi les sentiments de la vive reconnaissance de l'Assemblée, de l'empressement de Sa Majesté à concourir à tout ce qui tend au bien public, et qui peut opérer le bonheur de l'Etat.
L'Assemblée ordonne que la lettre et la proclamation seraient transcrites dans le procès-verbal; elle charge en outre son président d'exprimer au roi les sentiments de la vive reconnaissance de l'Assemblée, de l'empressement de Sa Majesté à concourir à tout ce qui tend au bien public, et qui peut opérer le bonheur de l'Etat.
Locuteur: Le Président
Les députés du district de l'abbaye Saint-Ger-main-des-Prés, admis à la barre de l'Assemblée, présente le bordereau de l'offrande patriotique de la section de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés. Les députés du district de l'abbaye Saint-Ger-main-des-Prés, admis à la barre de l'Assemblée, présente le bordereau de l'offrande patriotique de la section de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés.
Locuteur: Le Président
. Un membre de la députation fait le discours suivant : . Un membre de la députation fait le discours suivant :
Locuteur: Le Président
« Les citoyens de la section de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés vous présentent ...
...ffert par l'honnête médiocrité. Combien de fois nous nous sommes félicités de ne compter dans notre sein que des hommes égaux entre eux, dès avant lés jours de l'égalité. Nous en avons chéri davantage la Révolution, même à son aurore. Nous avons fourni un plus grand nombre de défenseurs à la patrie et dans ce moment où nous faisons des vœux si ardents pour la prochaine organisation delà municipalité, nous en sommes plus de vrais amis de la constitution et de vos décrets, auxquels nous jurons de nouveau de demeurer inviolablement attachés. »
« Les citoyens de la section de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés vous présentent leur offrande patriotique ; ce n'est pas un tribut payé par l'aisance, c'est un don offert par l'honnête médiocrité. Combien de fois nous nous sommes félicités de ne compter dans notre sein que des hommes égaux entre eux, dès avant lés jours de l'égalité. Nous en avons chéri davantage la Révolution, même à son aurore. Nous avons fourni un plus grand nombre de défenseurs à la patrie et dans ce moment où nous faisons des vœux si ardents pour la prochaine organisation delà municipalité, nous en sommes plus de vrais amis de la constitution et de vos décrets, auxquels nous jurons de nouveau de demeurer inviolablement attachés. »
Locuteur: Le Président
« Tout acte de patriotisme, tout ce qui annonce ou qui...
... a droit d'intéresser les représentants de la nation. Ils sont accoutumés àtrouver ce...
...là capitale, et ledévouementparticulier de la section de Saint-Germain-des-Prés n'a rien qui les...
« Tout acte de patriotisme, tout ce qui annonce ou qui prouve des cœurs vraiment citoyens, a droit d'intéresser les représentants de la nation. Ils sont accoutumés àtrouver ces sentiments dans les habitants delà capitale, et ledévouementparticulier de la section de Saint-Germain-des-Prés n'a rien qui les étonne. L'Assemblée nationale reçoit cet hommage avec satisfaction; elle vous p...
Locuteur: Le Président
...utés du bataillon des Théatins, admis à la barre de l'Assemblée, manifestent lessentiments de leur bataillon de la manière suivante : Les députés du bataillon des Théatins, admis à la barre de l'Assemblée, manifestent lessentiments de leur bataillon de la manière suivante :
Locuteur: Le Président
« Le bataillon de Saint-Etienne-du-Mont a eu l'honneur de vous présenter une Adresse, pour vous a...
... les sentiments patriotiques et le zèle de la garJe nationale parisienne; que la permanence ou la non-permanence des districts ne l'éloigneront jamais de l'obéissance qu'elle doit aux lois décr...
...esse qui vous a été présentée par celui de Saint-Etienoe-du-Mont, nous députe vers...
...e le régime que vos décrets donneront à la ville de Paris, la garde nationale obéira et emploiera son...
...us décrétiez, Messieurs, l'organisation de l'armée, pour connaître ses devoirs qui...
« Le bataillon de Saint-Etienne-du-Mont a eu l'honneur de vous présenter une Adresse, pour vous assurer que rien n'était capable d'altérer les sentiments patriotiques et le zèle de la garJe nationale parisienne; que la permanence ou la non-permanence des districts ne l'éloigneront jamais de l'obéissance qu'elle doit aux lois décrétées par l'Assemblée nationale, et sanctionnées par le roi. Le même esprit, les...
...niment le bataillon des Théatins qui, adhérant aux principes consacrés par Y Adresse qui vous a été présentée par celui de Saint-Etienoe-du-Mont, nous députe vers vous, pour jurer en son nom une entière soumission aux lois décrétées par l'Assemblée nationale et sanctionnées par le roi. N'importe le régime que vos décrets donneront à la ville de Paris, la garde nationale obéira et emploiera son courage et sa force pour le soutenir. Elle attend, cette garde nationale, que vous décrétiez, Messieurs, l'organisation de l'armée, pour connaître ses devoirs qui seuls dirigeront sa con -duite. »
Locuteur: Le Président
...amais eu aucun doute sur les sentiments de la milice parisienne. Elle s'est toujours ...
...ésion le prix qu'elle a attaché à celle de toutes les autres sections de la garde nationale de Paris. Elle vous permet d'assister à sa...
« L'Assemblée nationale n'a jamais eu aucun doute sur les sentiments de la milice parisienne. Elle s'est toujours reposée sur le patriotisme qui l'a formée, pour compter sur sa fidélité, sur son dévouement et sur sa soumission aux lois. Elle attache à votre adhésion le prix qu'elle a attaché à celle de toutes les autres sections de la garde nationale de Paris. Elle vous permet d'assister à sa séance. »
Locuteur: Le Président
Les députés de VAssemblée générale des représentants de la commune de Paris admis à la Les députés de VAssemblée générale des représentants de la commune de Paris admis à la
Locuteur: Le Président
...igné : LOUIS. Et plus bas, par le roi : de Saint-Priest. » Signé : LOUIS. Et plus bas, par le roi : de Saint-Priest. »

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 154
Locuteur: Le Président
barre de l'Assemblée, présentent l'adresse d'adhésion à ses décrets, de protestation d'une fidélité inviolable à la Constitution décrétée par l'Assemblée n...
...qui en sont et seront émanées. Pénétrés de la sainteté de leurs devoirs, ils jurent de rester à leur poste jusqu'au moment où ...
...semblée nationale s'occupe incessamment de l'organisation de la municipalité de Paris et prenne en considération leurs représentations sur celui de ses décrets, qui, liant les droits de l'homme à la législation et à la répartition de l'impôt, prive du droit d'éligibilité à...
barre de l'Assemblée, présentent l'adresse d'adhésion à ses décrets, de protestation d'une fidélité inviolable à la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale, et à toutes les lois qui en sont et seront émanées. Pénétrés de la sainteté de leurs devoirs, ils jurent de rester à leur poste jusqu'au moment où d'autres viendront le remplir, lis demandent que l'Assemblée nationale s'occupe incessamment de l'organisation de la municipalité de Paris et prenne en considération leurs représentations sur celui de ses décrets, qui, liant les droits de l'homme à la législation et à la répartition de l'impôt, prive du droit d'éligibilité à l'Assemblée nationale les citoyens qui ne payent pas un marc d'argent d'imposit...
Locuteur: Le Président
répond aux représentants de la commune de Paris : répond aux représentants de la commune de Paris :
Locuteur: Le Président
...ssemblée nationale, qui siège au milieu de vous, connaît toute l'importance des ob...
...rds qui se portent jusqu'aux extrémités de la France, pour rétablir partout le règne des lois, se sont déjà arrêtés sur la nécessité pressante d'assurer à la capitale une bonne administration. Si le résultat de ses travaux à cet égard n'est pas encore connu, c'est que la marche d'un législateur doit être lente...
...çu différents plans pour l'organisation de la municipalité de Paris ; elle les pèsera tous dans sa sa...
...e à celui qui lui a été présenté au nom de l'Assemblée générale des représentants de la commune de Paris. Elle prendra^ en considération l...
« L'Assemblée nationale, qui siège au milieu de vous, connaît toute l'importance des objets que vous venez lui rappeler. Ses regards qui se portent jusqu'aux extrémités de la France, pour rétablir partout le règne des lois, se sont déjà arrêtés sur la nécessité pressante d'assurer à la capitale une bonne administration. Si le résultat de ses travaux à cet égard n'est pas encore connu, c'est que la marche d'un législateur doit être lente, pour être sûre. L'Assemblée nationale a reçu différents plans pour l'organisation de la municipalité de Paris ; elle les pèsera tous dans sa sagesse, et donnera une attention particulière à celui qui lui a été présenté au nom de l'Assemblée générale des représentants de la commune de Paris. Elle prendra^ en considération les réflexions que vous lui présentez sur les décrets qu'elle a déjà rendus, et v...
Locuteur: Léopold de Nucé
, capitaine au régiment de Gourten, Suisse, fait hommage et don patriotique à la nation de sa pension de 600 livres, pour la présente année et pour 1791. Il jure à la face ae la nation, de la défendre de tout son pouvoir, tant qu'il sera au service 'de la France, sans déroger aux traités des Suisses avec la France. , capitaine au régiment de Gourten, Suisse, fait hommage et don patriotique à la nation de sa pension de 600 livres, pour la présente année et pour 1791. Il jure à la face ae la nation, de la défendre de tout son pouvoir, tant qu'il sera au service 'de la France, sans déroger aux traités des Suisses avec la France.
Locuteur: Le Président
« La France a droit ae compter sur le patriotisme de tout Français ; elle y est encouragée p... « La France a droit ae compter sur le patriotisme de tout Français ; elle y est encouragée par les preuves qu'elle en reçoit chaque jour; vous lui prouvez qu'elle a des enf...
Locuteur: Le Président
La paroisse de Gennevilliers près Paris fait don patri...
...net, syndic municipal, du remboursement de 600 livres de principal de son quart patriotique ; 2° par la commune, de 250 livres en principal de son quart patriotique ; 3° par la fa-Erique, de 200 livres pour même objet; 4° par tous les habitants en nom collectif, du quart de l'imposition des ci-devant privilégiés, pour les six derniers mois de 1789. Les députés de cette paroisse demandent à prêter le se...
... admis à le prêter au nom des habitants de cette paroisse.
La paroisse de Gennevilliers près Paris fait don patriotique : 1° par le sieur Clément-Jeau-fiaptiste Manet, syndic municipal, du remboursement de 600 livres de principal de son quart patriotique ; 2° par la commune, de 250 livres en principal de son quart patriotique ; 3° par la fa-Erique, de 200 livres pour même objet; 4° par tous les habitants en nom collectif, du quart de l'imposition des ci-devant privilégiés, pour les six derniers mois de 1789. Les députés de cette paroisse demandent à prêter le serment civique, et sont admis à le prêter au nom des habitants de cette paroisse.
Locuteur: Le Président
La municipalité de Soissons présente et remet sur le burea...
...le demande d'acquérir pour six millions de biens ecclésiastiques ; elle en fait so...
...resse, sauf à augmenter cette somme par la suite, dans le cas où les biens d'apanage seraient mis à la disposition de la nation.
La municipalité de Soissons présente et remet sur le bureau une délibération par laquelle elle demande d'acquérir pour six millions de biens ecclésiastiques ; elle en fait soumission expresse, sauf à augmenter cette somme par la suite, dans le cas où les biens d'apanage seraient mis à la disposition de la nation.
Locuteur: Le Président
La Société royale d1 agriculture fait, par l'organe de ses députés admis a la barre, le discours suivant: La Société royale d1 agriculture fait, par l'organe de ses députés admis a la barre, le discours suivant:
Locuteur: Le Président
« La société d'agriculture a déjà transmis à...
... dans un mémoire qu'elle a eu l'honneur de lui présenter, les vœux que des cultivateurs de toutes les provinces lui avaient fait p...
... exercice, et conséquemment aux progrès leur article. Ces vœux ont été presqu'a...
...que formés ; chaque jour les laboureurs de tous les cantons du royaume nous annoncent l'amélioration de leur sort et en rendent hommage à votre justiee. Nous venons dans ce moment, de. leur part, vous témoigner leur reconna...
« La société d'agriculture a déjà transmis à l'Assemblée nationale, dans un mémoire qu'elle a eu l'honneur de lui présenter, les vœux que des cultivateurs de toutes les provinces lui avaient fait parvenir sur les abus nuisibles au libre exercice, et conséquemment aux progrès leur article. Ces vœux ont été presqu'aussitôt exaucés que formés ; chaque jour les laboureurs de tous les cantons du royaume nous annoncent l'amélioration de leur sort et en rendent hommage à votre justiee. Nous venons dans ce moment, de. leur part, vous témoigner leur reconnaissance pour vos sages décrets, vous annoncer l'heureuse influence qu'ils ont eu...
Locuteur: Le Président
...vez rendues pour délivrer l'agriculture de ses entraves ne sont point anticipées :...
...s habitants des campagnes, c'est-à-dire la portion la plus saine et la plus nombreuse des citoyens. Elle nous ...
...connaître combien elle était impatiente de rentrer dans ses droits. Que ceux qui croient avoir lieu de se plaindre sachent que s'ils ont été obligés de lui tout rendre, c'est qu'ils lui avaie...
« Non, quoi qu'on ait osé dire, les décisions que vous avez rendues pour délivrer l'agriculture de ses entraves ne sont point anticipées : daignez en croire par notre organe, les habitants des campagnes, c'est-à-dire la portion la plus saine et la plus nombreuse des citoyens. Elle nous a depuis longtemps fait connaître combien elle était impatiente de rentrer dans ses droits. Que ceux qui croient avoir lieu de se plaindre sachent que s'ils ont été obligés de lui tout rendre, c'est qu'ils lui avaient tout ôté.
Locuteur: Le Président
...vez fait disparaître cette longue suite de droits arbitraires qui, prélevés au nom et pour les besoins de la chose publique, appauvrissaient le labo...
...ous; le cultivateur ne sera plus obligé de partager ses récoltes avec le gibier et le déci-mateur ; il ne sera plus avili par la mainmorte ; son asilë ne sera plus suje...
... il ne sera plus humilié par les droits de franc-fief et de la dérogeance; il ne verra plus ses récolt...
...ires qui trop souvent en occasionnaient la perte; son grain, son pain, sa vendange ne seront plus soumis à la banalité; le transportée ses denrées ne...
...ritages, et l'eau courante ne sera plus la possession d'un seul qui en abusait le plus souvent pour noyer les terres voisines; la justice ira trouver les paisibles habit...
...ux-ci ne viendront plus dans les villes la chercher, le plus souvent sans la trouver; des vœux de stérilité et d'inaction n'enlèveront plus à la culture des hommes forts et vigoureux ; les cérémonies augustes de la religion ne seront plus soumises à un t...
...loi odieuse n'ôtera plus au cultivateur la faculté de se procurer le sel si nécessaire à la conservation de ses bestiaux; soldats et laboureurs, se...
« Vous avez fait disparaître cette longue suite de droits arbitraires qui, prélevés au nom et pour les besoins de la chose publique, appauvrissaient le laboureur sans enrichir l'Etat; l'impôt sera réparti eu raison des propriétés, et il sera commun à tous; le cultivateur ne sera plus obligé de partager ses récoltes avec le gibier et le déci-mateur ; il ne sera plus avili par la mainmorte ; son asilë ne sera plus sujet au retrait féodal, aux déclarations; il ne sera plus humilié par les droits de franc-fief et de la dérogeance; il ne verra plus ses récoltes soumises à des baux arbitraires qui trop souvent en occasionnaient la perte; son grain, son pain, sa vendange ne seront plus soumis à la banalité; le transportée ses denrées ne sera plus empêché par des péages établis sur toutes les routes; il ne lui sera plus défendu d'user des eaux pour arroser ses héritages, et l'eau courante ne sera plus la possession d'un seul qui en abusait le plus souvent pour noyer les terres voisines; la justice ira trouver les paisibles habitants des champs, et ceux-ci ne viendront plus dans les villes la chercher, le plus souvent sans la trouver; des vœux de stérilité et d'inaction n'enlèveront plus à la culture des hommes forts et vigoureux ; les cérémonies augustes de la religion ne seront plus soumises à un tarif honteux; une loi odieuse n'ôtera plus au cultivateur la faculté de se procurer le sel si nécessaire à la conservation de ses bestiaux; soldats et laboureurs, ses enfants ne fuiront plus à
Locuteur: Le Président
répond aux députés, porteurs de ces dons : répond aux députés, porteurs de ces dons :
Locuteur: Le Président
« Quand les actes de patriotisme se répètent journellement, ...
...éprouve, en voyant cet heureux concours de tous
« Quand les actes de patriotisme se répètent journellement, il faut bien que l'Assemblée nationale répète les expressions du sentiment qu'elle éprouve, en voyant cet heureux concours de tous

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 155
Locuteur: Le Président
la nouvelle de la milice, espèce de dîme prélevée sur des malheureux à qui ...
...reur ne se trouvera plus le dernier sur la liste des citoyens. Vous avez enfin, en faisant disparaître les funestes effets de la fiscalité et de la féodalité, délivré l'agriculture d'autant de fléaux qui ravageaient annuellement les...
...elles attestent déjà les heureux effets de vos premiers efforts. Que n'a-t-on pas ...
la nouvelle de la milice, espèce de dîme prélevée sur des malheureux à qui on n'avait plus à prendre que leur propre personne : grâce à l'anéantissement des privilèges, le laboureur ne se trouvera plus le dernier sur la liste des citoyens. Vous avez enfin, en faisant disparaître les funestes effets de la fiscalité et de la féodalité, délivré l'agriculture d'autant de fléaux qui ravageaient annuellement les campagnes; elles attestent déjà les heureux effets de vos premiers efforts. Que n'a-t-on pas droit d'espérer, lorsqu'après avoir détruit le mal qui n'aurait pas dû se faire,...
Locuteur: Le Président
« Les ministres de la religion, répandus dans les campagnes, ne seront plus, au moyen de vos nouveaux bienfaits, les témoins inutiles de la misère qui régnait autour d'eux, et qu'ils ne pouvaient soulager sans la partager; en leur confiant une portion de terre, vous ajouterez à leurs vertus l'amour de l'agriculture qu'il faudrait ériger en ... « Les ministres de la religion, répandus dans les campagnes, ne seront plus, au moyen de vos nouveaux bienfaits, les témoins inutiles de la misère qui régnait autour d'eux, et qu'ils ne pouvaient soulager sans la partager; en leur confiant une portion de terre, vous ajouterez à leurs vertus l'amour de l'agriculture qu'il faudrait ériger en vertu, si ce n'en était pas une.
Locuteur: Le Président
« La société nous a chargés de vous présenter la collection de ses ouvrages : ils ne consistent pas seulement dans les travaux de ses membres, mais surtout dans les obse...
...s nombreux correspondants, cultivateurs de tous les genres, l'ont mise à portée de publier; ils sont peu volumineux, mais ...
...peu à dire lorsque les faits ont parlé. La brièveté est d'ailleurs le caractère de...
« La société nous a chargés de vous présenter la collection de ses ouvrages : ils ne consistent pas seulement dans les travaux de ses membres, mais surtout dans les observations que ses nombreux correspondants, cultivateurs de tous les genres, l'ont mise à portée de publier; ils sont peu volumineux, mais en agriculture, on a bien peu à dire lorsque les faits ont parlé. La brièveté est d'ailleurs le caractère des productions qui ont pour objet une grande utilité; nous en attestons les écrit...
Locuteur: Le Président
« Gomme membres de la société d'agriculture, nous n'avons que...
...but à offrir; privés d'appointements et de pensions, nous le sommes de la satisfaction d'en faire aujourd'hui le sacrifice sur l'autel de la patrie, mais peut-être daigne-rez-vous ...
... avons donnés lorsque nous avons décidé de n'en recevoir jamais.
« Gomme membres de la société d'agriculture, nous n'avons que ce faible tribut à offrir; privés d'appointements et de pensions, nous le sommes de la satisfaction d'en faire aujourd'hui le sacrifice sur l'autel de la patrie, mais peut-être daigne-rez-vous croire que nous les avons donnés lorsque nous avons décidé de n'en recevoir jamais.
Locuteur: Le Président
...n'oubliera jamais que l'agriculture est la base de toute prospérité, la source de toute richesse. Elle fait profession d'...
...s, soit qu'ils emploient les ressources de leur esprit à diriger ceux qui le profe...
...ards ont dû se porter vers cette classe de la société, qui nourrit toutes les autres, et qui, dans l'inégalité des chances de la vie, n'avait eu jusqu'ici pour apanage que le lot de l'indigence, de la servitude et du malheur.
« Messieurs, l'Assemblée nationale n'a jamais oublié, elle n'oubliera jamais que l'agriculture est la base de toute prospérité, la source de toute richesse. Elle fait profession d'honorer tous ceux qui se dévouent à ce premier des arts, soit qu'ils rexercent par eux-mêmes, soit qu'ils emploient les ressources de leur esprit à diriger ceux qui le professent. Ainsi, ses premiers regards ont dû se porter vers cette classe de la société, qui nourrit toutes les autres, et qui, dans l'inégalité des chances de la vie, n'avait eu jusqu'ici pour apanage que le lot de l'indigence, de la servitude et du malheur.
Locuteur: Le Président
...riptibles, elle a voulu que le sol même de la France connût le bienfait de la liberté. Mais, Messieurs, tandis que le...
...re les moissons, marche timidement dans la route sûre, mais bornée, de l'expérience, c'est à des compagnies savantes, telles que la vôtre, qu'il appartient d'ajouter les lumières de la théorie aux
...remiers décrets, assuré à chaque citoyen français ses droits naturels et imprescriptibles, elle a voulu que le sol même de la France connût le bienfait de la liberté. Mais, Messieurs, tandis que le citoyen rustique qui fait croître les moissons, marche timidement dans la route sûre, mais bornée, de l'expérience, c'est à des compagnies savantes, telles que la vôtre, qu'il appartient d'ajouter les lumières de la théorie aux
Locuteur: Le Président
avantages de la pratique, et de contribuer ainsi journellement au progrès de l'agriculture. La France entière connaît l'utilité de vos travaux, et rend une égale justice ... avantages de la pratique, et de contribuer ainsi journellement au progrès de l'agriculture. La France entière connaît l'utilité de vos travaux, et rend une égale justice à vos connaissances et à votre désintéressement. L'Assemblée nationale reçoit vo...
Locuteur: Le Président
...ée nationale ordonne que le discours et la réponse de M. le président seront insérés en entie... L'Assemblée nationale ordonne que le discours et la réponse de M. le président seront insérés en entier dans le procès-verbal, imprimés et envoyés dans chaque district du royaume.
Locuteur: Le Président
Le sieur Baudouin, imprimeur de VAssemblée, demande qu'il lui soit remis, par MM. les députés, la liste des districts et cantons de leurs départements, afin de faciliter les envois des objets dont l'... Le sieur Baudouin, imprimeur de VAssemblée, demande qu'il lui soit remis, par MM. les députés, la liste des districts et cantons de leurs départements, afin de faciliter les envois des objets dont l'impression est ordonnée par l'Assemblée nationale.
Locuteur: Prieur
...comité des rapports, présente un projet de décret sur l'affaire du sieur de Laborde, lieutenant général du bailliage de Crécy, persécuté par la municipalité de cette ville. , membre du comité des rapports, présente un projet de décret sur l'affaire du sieur de Laborde, lieutenant général du bailliage de Crécy, persécuté par la municipalité de cette ville.
Locuteur: Houdet
...nde que le décret improuve formellement la conduite de la municipalité. demande que le décret improuve formellement la conduite de la municipalité.
Locuteur: Houdet
...d'aucun délit doit jouir tranquillement de sa liberté et de son état, et être en sûreté sous la sauvegarde de la loi; en conséquence, que la municipalité de Crécy aurait dû et doit employer tous l...
... son pouvoir, pour faire jouir le sieur de Laborde, lieutenant général de cette ville, des droits appartenant à t...
...ète en outre que son président écrira à la municipalité de Crécy, que l'Assemblée improuve les délibérations prises par les habitants de cette ville, les 14 décembre et 3 janvi...
...s, par lesquelles ils ont voulu flétrir la réputation et l'honneur du sieur de Laborde. j»
...oir entendu son comité des rapports, déclare que tout citoyen qui n'est prévenu d'aucun délit doit jouir tranquillement de sa liberté et de son état, et être en sûreté sous la sauvegarde de la loi; en conséquence, que la municipalité de Crécy aurait dû et doit employer tous les moyens qui sont en son pouvoir, pour faire jouir le sieur de Laborde, lieutenant général de cette ville, des droits appartenant à tous les citoyens ; décrète en outre que son président écrira à la municipalité de Crécy, que l'Assemblée improuve les délibérations prises par les habitants de cette ville, les 14 décembre et 3 janvier derniers, par lesquelles ils ont voulu flétrir la réputation et l'honneur du sieur de Laborde. j»
Locuteur: Merlin
...té des droits féodauxprésente un projet de décret, relatif aux plaisirs de Sa Majesté, sur le fait de la chasse. L'Assemblée, n'ayant rien de plus cher que ce qui peut concourir aux... , membre du comité des droits féodauxprésente un projet de décret, relatif aux plaisirs de Sa Majesté, sur le fait de la chasse. L'Assemblée, n'ayant rien de plus cher que ce qui peut concourir aux plaisirs du roi, rend le décret suivant :
Locuteur: Merlin
...ionale, considérant que par l'article 3 de ses décrets du 4 août et jours suivants...
...n des capitaineries, elle s'est réservé de pourvoir, par des moyens compatibles avec le respect qu'exigent les propriétés et la liberté, à la conservation des plaisirs personnels de Sa Majesté ;
« L'Assemblée nationale, considérant que par l'article 3 de ses décrets du 4 août et jours suivants, portant abolition des capitaineries, elle s'est réservé de pourvoir, par des moyens compatibles avec le respect qu'exigent les propriétés et la liberté, à la conservation des plaisirs personnels de Sa Majesté ;
Locuteur: Merlin
...devers le roi, pour supplier Sa Majesté de faire connaître à l'Assemblée nationale...
... réserver exclusivement pour le plaisir de la chasse. »
« A décrété et décrète que son président se retirera, dans le jour, par devers le roi, pour supplier Sa Majesté de faire connaître à l'Assemblée nationale 1 étendue et les limites des cantons qu'elle entend se réserver exclusivement pour le plaisir de la chasse. »
Locuteur: Le Président
« La société voit depuis quelque temps se ré... « La société voit depuis quelque temps se répandre parmi les laboureurs ce goût pour l'instruction, cet amour pour leur prof...
Locuteur: Le Président
La demande du sieur Baudouin est approuvée... La demande du sieur Baudouin est approuvée.
Locuteur: Merlin
...ue ce décret sera porté immédiatement à la sanction du roi. L'Assemblée décide ensuite que ce décret sera porté immédiatement à la sanction du roi.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 156
Locuteur: Merlin
, député de Douai, présente ensuite, au nom du comité de féodalité le rapport suivant, concernant la chasse et la pêche. , député de Douai, présente ensuite, au nom du comité de féodalité le rapport suivant, concernant la chasse et la pêche.
Locuteur: Merlin
Messieurs, chargé de dresser le projet d'une loi sur la chasse, votre comité féodal a cru ne pouvoir, quant à présent, remplir définitivement la tâche que vous lui aviez imposée; il ne...
...i vous présenter qu'un moyen provisoire de parer aux abus dont la chasse peut être en ce moment ou la cause, ou l'occasion, ou le prétexte.
Messieurs, chargé de dresser le projet d'une loi sur la chasse, votre comité féodal a cru ne pouvoir, quant à présent, remplir définitivement la tâche que vous lui aviez imposée; il ne vient aujourd'hui vous présenter qu'un moyen provisoire de parer aux abus dont la chasse peut être en ce moment ou la cause, ou l'occasion, ou le prétexte.
Locuteur: Merlin
En abolissant par l'article 3 de vos décrets du 4 août 1789, le droit exclusif de la chasse, vous avez rendu à chaque propriétaire le droit qu'il tenait de la nature, de détruire sur ses possessions toute espèce de gibier; mais en même temps, et par une ...
... que nécessaire, vous lui avez prescrit la condition de se conformer aux lois de police que la sûreté publique pourrait exiger de vous sur l'exercice de ce droit.
En abolissant par l'article 3 de vos décrets du 4 août 1789, le droit exclusif de la chasse, vous avez rendu à chaque propriétaire le droit qu'il tenait de la nature, de détruire sur ses possessions toute espèce de gibier; mais en même temps, et par une précaution aussi sage que nécessaire, vous lui avez prescrit la condition de se conformer aux lois de police que la sûreté publique pourrait exiger de vous sur l'exercice de ce droit.
Locuteur: Merlin
... et, sans doute, vous ne terminerez pas la constitution, sans y avoir inséré un article sur un objet aussi essentiellement lié à la Révolution et au maintien de la liberté publique. Vous n'avez pas encore réglé le port d'armes ; et, sans doute, vous ne terminerez pas la constitution, sans y avoir inséré un article sur un objet aussi essentiellement lié à la Révolution et au maintien de la liberté publique.
Locuteur: Merlin
Il reste incertain, si, même dans la classe des citoyens actifs, et pour les...
...e entre ceux qui ont une étendue donnée de propriétés foncières et ceux qui n'en o...
Il reste incertain, si, même dans la classe des citoyens actifs, et pour les campagnes surtout, vous n'établissez pas à cet égard une différence entre ceux qui ont une étendue donnée de propriétés foncières et ceux qui n'en ont que peu ou point.
Locuteur: Merlin
C'est au milieu de ces doutes, de ces incertitudes, que votre comité a dû marcher dans son travail sur la chasse, et il a bientôt senti qu'une lo...
...erait toujours fort au-dessous du degré de perfection dont elle serait susceptible...
C'est au milieu de ces doutes, de ces incertitudes, que votre comité a dû marcher dans son travail sur la chasse, et il a bientôt senti qu'une loi sur cette matière, demeurerait toujours fort au-dessous du degré de perfection dont elle serait susceptible, tant que ces incertitudes ne seraient pas fixées.
Locuteur: Merlin
Si la chasse avec armes à feu est libre à tout homme qui, sans être citoyen actif, est muni de la permission du propriétaire sur le fonds... Si la chasse avec armes à feu est libre à tout homme qui, sans être citoyen actif, est muni de la permission du propriétaire sur le fonds duquel il veut chasser?
Locuteur: Merlin
Si, dans l'exercice de la faculté de chasser avec des armes à feu, il doit ê...
...entre celui qui ne possède qu'un arpent de terre, ou moins encore, et celui qui en...
...sions sont enclavées dans une multitude de petits corps de terre; entre celui dont les possessions...
Si, dans l'exercice de la faculté de chasser avec des armes à feu, il doit être établi une distinction entre celui qui ne possède qu'un arpent de terre, ou moins encore, et celui qui en possède cinquante, cent ou plus; entre celui dont les possessions communiquent immédiatement aux chemins ou lieux publics,et celui dont les possessions sont enclavées dans une multitude de petits corps de terre; entre celui dont les possessions sont
Locuteur: Merlin
éparses en petites parties sur la surface d'un territoire, et celui dont les possessions réunies forment de grandes masses? éparses en petites parties sur la surface d'un territoire, et celui dont les possessions réunies forment de grandes masses?
Locuteur: Merlin
...uelle peut, quelle doit être sur chacun de ces points, l'influence de la loi que vous devez faire sur le port d'...
... être notre embarras pour régler chacun de ces points dans l'état présent des chos...
Vous apercevez, Messieurs, quelle peut, quelle doit être sur chacun de ces points, l'influence de la loi que vous devez faire sur le port d'armes, et, par une suite nécessaire, quel a dû être notre embarras pour régler chacun de ces points dans l'état présent des choses.
Locuteur: Merlin
...sés, il ne pouvait être fait sur chacun de ces points qu'une loi, non seulement im...
...qu'elle restreindrait ou étendrait trop la liberté de chasser avec des armes à feu, et que vo...
...ences qui doivent être appelées loi sur la chasse. Cependant, nous venons vous pré...
...er à les consacrer, sauf à discuter par la suite le principe qui nous aura servi de base pour les poser. »
...près y avoir longtemps réfléchi, nous avons cru que, dans l'état présent des chosés, il ne pouvait être fait sur chacun de ces points qu'une loi, non seulement imparfaite, mais ou mauvaise, ou dangereuse, suivant qu'elle restreindrait ou étendrait trop la liberté de chasser avec des armes à feu, et que vous proposer dans ce moment une pareille loi, ce serait vous dire : « Vous n'avez pas encore fixé constitutionnellement le principe d'où doivent dériver les conséquences qui doivent être appelées loi sur la chasse. Cependant, nous venons vous présenter ces conséquences; nous venons vous engager à les consacrer, sauf à discuter par la suite le principe qui nous aura servi de base pour les poser. »
Locuteur: Merlin
...ux partis; il ne s'en offrait qu'un, et la raison ne souffrant pas que l'on remont...
... crus obligés d'abandonner toute espèce de projet de loi sur les points dont il s'agit, et de vous proposer le renvoi de cette partie de votre travail, sinon à la prochaine législature, du moins au très...
...es circonstances pourraient vous forcer de mettre entre la clôture de la constitution et celle de vos séances.
...vions-nous faire? J'ose le dire, Messieurs, nous n'avions pas à choisir entre deux partis; il ne s'en offrait qu'un, et la raison ne souffrant pas que l'on remonte jamais des conséquences aux principes, mais voulant, au contraire, que l'on descende toujours des principes aux conséquences, nous nous sommes crus obligés d'abandonner toute espèce de projet de loi sur les points dont il s'agit, et de vous proposer le renvoi de cette partie de votre travail, sinon à la prochaine législature, du moins au très court intervalle que les circonstances pourraient vous forcer de mettre entre la clôture de la constitution et celle de vos séances.
Locuteur: Merlin
...e loi provisoire, les dégâts que l'abus de la chasse pourrait occasionner dans les riches récoltes qui couvrent en ce moment la terre, et dont le riant aspect n'est pas une des moindres preuves de la protection que le ciel accorde si visib... Mais en prenant ce parti, il vous restera à prévenir, par une loi provisoire, les dégâts que l'abus de la chasse pourrait occasionner dans les riches récoltes qui couvrent en ce moment la terre, et dont le riant aspect n'est pas une des moindres preuves de la protection que le ciel accorde si visiblement à notre grande et heureuse Révolution.
Locuteur: Merlin
Dans l'application de ce principe, il s'est présenté deux sortes de personnes à observer par rapport à la chasse : ceux qui, usurpant un droit qu'ils n'ont pas, entreprendraient de chasser sur le terrain d'autrui; et ceu... Dans l'application de ce principe, il s'est présenté deux sortes de personnes à observer par rapport à la chasse : ceux qui, usurpant un droit qu'ils n'ont pas, entreprendraient de chasser sur le terrain d'autrui; et ceux qui usant, du droit que vous, leur avez rendu, voudraient chasser dans ce mome...
Locuteur: Merlin
L'ordonnance de 1669 avait fixé cette peine à une amende de 100 livres pour la première fois, au double pour la seconde, et au carcan avec bannissement pour la troisième. Mais qu'est-il arrivé ?En vo... L'ordonnance de 1669 avait fixé cette peine à une amende de 100 livres pour la première fois, au double pour la seconde, et au carcan avec bannissement pour la troisième. Mais qu'est-il arrivé ?En voulant, par une rigueur aussi excessive, réprimer le braconnage, elle l'a facilit...
Locuteur: Le Président
de Menou, ex-président, et se retire par d... de Menou, ex-président, et se retire par devers Sa Majesté.
Locuteur: Merlin
Ce sont ces lois de police que vous nous avez chargés de préparer; et rien en apparence n'était ... Ce sont ces lois de police que vous nous avez chargés de préparer; et rien en apparence n'était plus simple, plus facile à exécuter qu'une telle mission. Elle l'eût été, en eff...
Locuteur: Merlin
...port d'armes libre à tous les habitants de l'Empire, ou si vous le restreindrez au... Mais, en attendant, il reste incertain si vous laisserez le port d'armes libre à tous les habitants de l'Empire, ou si vous le restreindrez aux citoyens actifs.
Locuteur: Merlin
C'est, Messieurs, le projet de cette loi provisoire que nous venons au... C'est, Messieurs, le projet de cette loi provisoire que nous venons aujourd'hui vous présenter. Lee dispositions en sont très bornées, et les bases tr...
Locuteur: Merlin
...us sommes partis, c'est que jusqu'après la dépouille prochaine des terres, la chasse doit être extrêmement gênée dans...
... tout ce qui ne leur sera pas nuisible, la pleine liberté qui est établie par l'ar...
Le point d'où nous sommes partis, c'est que jusqu'après la dépouille prochaine des terres, la chasse doit être extrêmement gênée dans tout ce qui peut nuire aux récoltes, mais qu'elle doit avoir, dans tout ce qui ne leur sera pas nuisible, la pleine liberté qui est établie par l'article 3 des décrets du 4 août 1789.
Locuteur: Merlin
...qu'une seule question à examiner, celle de savoir quelle peine doit leur être infl... Quant aux premiers, il ne peut y avoir qu'une seule question à examiner, celle de savoir quelle peine doit leur être infligée.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 157
Locuteur: Merlin
aurait eu la force de se porter à une dénonciation qui aurait pu conduire un malheureux à sa ruine et quelquefois à l'infamie? et tel sera toujours l'effet des lois qui, dans la fixation des peines, dépasseront la mesure de sévérité que la raison indique et que l'humanité consei...
...ence l'a prouvé) une loi trop dure dans la main du juge qui doit l'appliquer, est un bâton dans la main d'un père : celui-ci veut châtier ...
...s'il n'était armé que d'une verge; mais la crainte de l'estropier arrête son bras paternel et l'excès de sa rigueur nécessite l'impunité.
aurait eu la force de se porter à une dénonciation qui aurait pu conduire un malheureux à sa ruine et quelquefois à l'infamie? et tel sera toujours l'effet des lois qui, dans la fixation des peines, dépasseront la mesure de sévérité que la raison indique et que l'humanité conseille. Une loi trop dure (il y a longtemps que l'expérience l'a prouvé) une loi trop dure dans la main du juge qui doit l'appliquer, est un bâton dans la main d'un père : celui-ci veut châtier un lils rebelle; il le ferait, s'il n'était armé que d'une verge; mais la crainte de l'estropier arrête son bras paternel et l'excès de sa rigueur nécessite l'impunité.
Locuteur: Merlin
...e considération, quenous vous proposons de réduire à 20 livres l'amende que l'ordonnance de 1669 élevait à 100livres, déporter à 40 livres celle qui, par la même loi, était fixée, pour le cas de récidive, à 200 livres, et de convertir en une amende de 60 livres la peine afflictive et infamante dont était punie la troisième contravention. C'est d'après cette grande considération, quenous vous proposons de réduire à 20 livres l'amende que l'ordonnance de 1669 élevait à 100livres, déporter à 40 livres celle qui, par la même loi, était fixée, pour le cas de récidive, à 200 livres, et de convertir en une amende de 60 livres la peine afflictive et infamante dont était punie la troisième contravention.
Locuteur: Merlin
... serait exercé dans un enclos. Violer à la fois et la propriété et la clôture qui la défend, c'est un délit bien plus grave que de chasser simplement sur le terrain d autrui; et la gravité de ce délit s'accroît encore, si c'est dan...
...stances particulières, une augmentation de peine qui la portera à un tiers en sus dans l'une et...
...eines pourraient ne pas paraître assez sévères : c'est celui où le braconnage se serait exercé dans un enclos. Violer à la fois et la propriété et la clôture qui la défend, c'est un délit bien plus grave que de chasser simplement sur le terrain d autrui; et la gravité de ce délit s'accroît encore, si c'est dans l'enclos même que réside le propriétaire. Nous vous proposerons donc, pour ces deux circonstances particulières, une augmentation de peine qui la portera à un tiers en sus dans l'une et au double dans l'autre.
Locuteur: Merlin
Ou il s'agit de prendre ou détruire le gibier d'une manière qui ne puisse pas nuire aux fruits de la terre, etconséquemment avec des filets ... Ou il s'agit de prendre ou détruire le gibier d'une manière qui ne puisse pas nuire aux fruits de la terre, etconséquemment avec des filets ou d'autres engins semblables;
Locuteur: Merlin
...e liberté pour le propriétaire : il use de son droit, et comme il en use sans préjudicier à autrui, la loi ne peut lui imposer aucune gêne, car le véritable caractère de la liberté est de pouvoir faire tout ce qui ne blesse les droits de personne. Au premier cas, pleine liberté pour le propriétaire : il use de son droit, et comme il en use sans préjudicier à autrui, la loi ne peut lui imposer aucune gêne, car le véritable caractère de la liberté est de pouvoir faire tout ce qui ne blesse les droits de personne.
Locuteur: Merlin
Au second cas, doit-il en être de même? Les lois qui ont réglé jusqu'à présent la police de la chasse décidaient que non; et, il faut ...
... principe duquel semble devoir résulter la conséquence que la loi n'a pas le droit de venir inspecter ni ce qu'il y fait, ni la manière dont il le fait, ni, par une su...
Au second cas, doit-il en être de même? Les lois qui ont réglé jusqu'à présent la police de la chasse décidaient que non; et, il faut en convenir, du premier abord, elles paraissaient en cela inconciliables avec ce grand principe, que chacun est maître sur son terrain ; principe duquel semble devoir résulter la conséquence que la loi n'a pas le droit de venir inspecter ni ce qu'il y fait, ni la manière dont il le fait, ni, par une suite nécessaire, s'il y chasse et comment il y chasse.
Locuteur: Merlin
1° Il importe à la société que personne n'abuse de sa propriété, surtout quand cette propriété est d'une nature qui la rend nécessaire à la conservation de la société elle-même : Reipublicœ inte-res...
...aîtres, ont reconnu et consacré. Ainsi, la société, ou, si l'on veut, la loi qui est l'expression de la volonté sociale, a le droit d'exiger qu...
1° Il importe à la société que personne n'abuse de sa propriété, surtout quand cette propriété est d'une nature qui la rend nécessaire à la conservation de la société elle-même : Reipublicœ inte-rest ne quis re sua abutatur : c'est un principe que les législateurs romains, presque en tout nos modèles et nos maîtres, ont reconnu et consacré. Ainsi, la société, ou, si l'on veut, la loi qui est l'expression de la volonté sociale, a le droit d'exiger qu'un propriétaire ne détruise pas ses moissons
Locuteur: Merlin
...d'y chasser, et ce serait peu connaître la passion de la chasse que de croire qu'elle ne puisse jamais l'emporter dans l'homme sur le désir de conserver les fruits de son champ : elle l'emporte bien chez lu... pour le vain plaisir d'y chasser, et ce serait peu connaître la passion de la chasse que de croire qu'elle ne puisse jamais l'emporter dans l'homme sur le désir de conserver les fruits de son champ : elle l'emporte bien chez lui sur le plus doux et le plus impérieux des sentiments! Venator tenerce conjugis...
Locuteur: Merlin
...opriétaire lui-même qui est intéressé à la conservation des fruits de son champ : presque toujours, au contraire, son champ est affermé; et il est digne de la sagesse de la loi d'aller au devant des torts que pou...
... un bailleur qui peut, en l'expulsant à la fin de son bail, lui ôter tous les moyens de subsistance.
2° Ce n'est pas toujours le propriétaire lui-même qui est intéressé à la conservation des fruits de son champ : presque toujours, au contraire, son champ est affermé; et il est digne de la sagesse de la loi d'aller au devant des torts que pourrait essuyer un fermier rarement assez hardi pour déplaire à un bailleur qui peut, en l'expulsant à la fin de son bail, lui ôter tous les moyens de subsistance.
Locuteur: Merlin
...s, à interdire au propriétaire le droit de chasser avec des armes à feu dan3 ses champs ensemencés, c'est la certitude morale qu'il ne pourrait pas ...
...us, comme sous les deux premières races de nos rois, de grandes masses cle fonds, des territoires entiers; ce sont des pièces d'un, de deux, de quatre arpents, rarement il s'en trouve de plus grandes; l'on en voit au contraire de plus petites encore, et jugez d'après c...
...trer dans les grains ou dans les vignes de son voisin, pour tuer le gibier qu'il y...
3° Mais ce qui doit principalement vous déterminer, Messieurs, à interdire au propriétaire le droit de chasser avec des armes à feu dan3 ses champs ensemencés, c'est la certitude morale qu'il ne pourrait pas se nuire à lui-même sans nuire à ses voisins. Considérez en effet combien nos propriétés foncières sont divisées et éparses. Ce ne sont plus, comme sous les deux premières races de nos rois, de grandes masses cle fonds, des territoires entiers; ce sont des pièces d'un, de deux, de quatre arpents, rarement il s'en trouve de plus grandes; l'on en voit au contraire de plus petites encore, et jugez d'après cela, s'il est possible, s'il est prudent, s'il ne serait pas téméraire d'espérer...
...d'aller avec des armes à feu dans ses grains ou ses vignes, pùt se défendre d'entrer dans les grains ou dans les vignes de son voisin, pour tuer le gibier qu'il y apercevrait, ou que ses chiens y tiendraient en arrêt.
Locuteur: Merlin
...vous engager, Messieurs, à foire un pas de plus, et à défendre la chasse même sur les champs non ensemenc... Cette considération doit vous engager, Messieurs, à foire un pas de plus, et à défendre la chasse même sur les champs non ensemencés et en jachères, tant que les terres adjacentes offriront des récoltes à conse...
Locuteur: Merlin
... devez-vous mettre les mêmes entraves à la liberté que doit avoir un propriétaire de chasser dans ses bois et forêts ?Nous n...
...ment y chasser sans nuire ni être tenté de nuire aux héritages voisins: ainsi, les raisons qui doivent faire suspendre, avant la récolte, l'exercice du droit de chasse avec chiens et armes à feu sur l...
Mais mettrez-vouR, devez-vous mettre les mêmes entraves à la liberté que doit avoir un propriétaire de chasser dans ses bois et forêts ?Nous ne le pensons pas, Messieurs : un bois, une forêt offrent au chasseur plus d'espace que les terres à labour ou à vignes ; ou peut facilement y chasser sans nuire ni être tenté de nuire aux héritages voisins: ainsi, les raisons qui doivent faire suspendre, avant la récolte, l'exercice du droit de chasse avec chiens et armes à feu sur les terres ensemencées, ne s'appliquent pas aux forêts.
Locuteur: Merlin
...t sur les formes qui doivent conduire à la punition des contrevenants aux différents articles de la loi que vous allez décréter. 11 nous reste à dire un mot sur les formes qui doivent conduire à la punition des contrevenants aux différents articles de la loi que vous allez décréter.
Locuteur: Merlin
...égard, il y a deux choses à distinguer: la compétence du juge qui doit prononcer la peine et la nature de la preuve qu'il doit exiger avant de la prononcer. A cet égard, il y a deux choses à distinguer: la compétence du juge qui doit prononcer la peine et la nature de la preuve qu'il doit exiger avant de la prononcer.
Locuteur: Merlin
La question de compétence est décidée à l'avance par l'article de votre, décret du 21 mars dernier, qui confie aux municipalités l'exercice provisoire de la police tant administrative que contentieuse. C'est une loi de police que vous allez faire; c'est donc... La question de compétence est décidée à l'avance par l'article de votre, décret du 21 mars dernier, qui confie aux municipalités l'exercice provisoire de la police tant administrative que contentieuse. C'est une loi de police que vous allez faire; c'est donc aux municipalités que doit naturellement en être déférée l'exécution.
Locuteur: Merlin
...re, et que c'est à elles, au moins dans la plus grande partie du royaume, qu'est attribuée par l'ordonnaucede 1669, la connaissance de tous les délits de chasSe. Je sais bien que les maîtrises des eaux et forêts existent encore, et que c'est à elles, au moins dans la plus grande partie du royaume, qu'est attribuée par l'ordonnaucede 1669, la connaissance de tous les délits de chasSe.
Locuteur: Merlin
Mais serait-il prudent de faire dépendre de la vigilance des tribunaux qu'on peut rega... Mais serait-il prudent de faire dépendre de la vigilance des tribunaux qu'on peut regarder comme
Locuteur: Merlin
...ant au propriétaire qui voudrait, avant la dépouille des terres, chasser sur celle... Quant au propriétaire qui voudrait, avant la dépouille des terres, chasser sur celles qui iui appartiennent, votre comité a cru devoir distinguer, et voici comment ...
Locuteur: Merlin
Ou il s'agit de chasser avec des armes à feu, avec des chiens, avec des traîneaux, ou de toute autre manière capable de causer quelque dégât dans les champs en... Ou il s'agit de chasser avec des armes à feu, avec des chiens, avec des traîneaux, ou de toute autre manière capable de causer quelque dégât dans les champs ensemencés.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 158
Locuteur: Merlin
...ne loi qui intéresse si essentiellement la conservation des fruits de la terre? lit la subsistance du peuple ne serait-elle pa...
...s qu'il s'est lui-même choisis, le soin de veiller à tout ce qui pourrait y porter...
expirante, l'exécution d'une loi qui intéresse si essentiellement la conservation des fruits de la terre? lit la subsistance du peuple ne serait-elle pas compromise, si vous ne remettiez pas à ses représentants directs aux officiers qu'il s'est lui-même choisis, le soin de veiller à tout ce qui pourrait y porter atteinte?
Locuteur: Merlin
Quant à la nature des preuves qui doivent fonder les jugements de condamnation, il existe des régies généralement connues, et qu'il ne s'agit que de rappeler. Quant à la nature des preuves qui doivent fonder les jugements de condamnation, il existe des régies généralement connues, et qu'il ne s'agit que de rappeler.
Locuteur: Merlin
Suivant ces règles, un délit de chasse peut être prouvé de deux manières, c'est-à-dire, ou par un rapport de garde, ou par la déposition de deux témoins. Suivant ces règles, un délit de chasse peut être prouvé de deux manières, c'est-à-dire, ou par un rapport de garde, ou par la déposition de deux témoins.
Locuteur: Merlin
Nous disons un rapport de garde ; et, sans doute, on ne nous soupçonnera pas de vouloir maintenir dans leurs fonctions oppressives, ces officiers qui, sous la domination de gardes-chaste étaient uniquement chargés de veiller à la conservation du gibier. Aussi est-ce au...
...rdes-chasse, que nous vous proposerons, de confier le soin de veiller sur les délits de chagse et d'en dresser leurs rapports.
Nous disons un rapport de garde ; et, sans doute, on ne nous soupçonnera pas de vouloir maintenir dans leurs fonctions oppressives, ces officiers qui, sous la domination de gardes-chaste étaient uniquement chargés de veiller à la conservation du gibier. Aussi est-ce aux gardes-messiers, et non aux anciensgardes-chasse, que nous vous proposerons, de confier le soin de veiller sur les délits de chagse et d'en dresser leurs rapports.
Locuteur: Merlin
...eurs, les vues qui nous ont guidés dans la rédaction du décret que nous avons l'honneur de vous proposer. Mais je dois observer, en finissant, que votre comité a cru de son devoir d'y ajouter une disposition relative à la pêche. Telles sont, Messieurs, les vues qui nous ont guidés dans la rédaction du décret que nous avons l'honneur de vous proposer. Mais je dois observer, en finissant, que votre comité a cru de son devoir d'y ajouter une disposition relative à la pêche.
Locuteur: Merlin
La pêche, sur laquelle vous n'avez encore ...
...acts ou infidèles, que yous aviez donné la plus grande liberté; la pêche*mérite, en ce moment, toute votre...
...'ontaucun titre pour prétendre au droit de pêche, se livrent en foule à l'exercice de ce droit; mais ces mêmes individus y emploient des instruments qui, tais que la cliquette, dépeuplent absolument les ri...
...eresse et leur longueur, il nous suffit de vous assurer que s'il n'y était pas pou...
La pêche, sur laquelle vous n'avez encore rien prononcé, et à laquelle cependant on a publié, dans des journaux inexacts ou infidèles, que yous aviez donné la plus grande liberté; la pêche*mérite, en ce moment, toute votre attention. Non seulement des personnesqui n'ontaucun titre pour prétendre au droit de pêche, se livrent en foule à l'exercice de ce droit; mais ces mêmes individus y emploient des instruments qui, tais que la cliquette, dépeuplent absolument les rivières. Votre comité, Messieurs, a reçu, à ce sujet, des plaintes aussi graves q...
...es; et sans entrer, à cet égard, dans des détails qui rebuteraient par leur sécheresse et leur longueur, il nous suffit de vous assurer que s'il n'y était pas pourvu incessamment, il n'existerait bientôt plus dans les rivières ni poissons ni ...
Locuteur: Merlin
projet de décret provisoire sur la chasse et sur la pêche. projet de décret provisoire sur la chasse et sur la pêche.
Locuteur: Merlin
...oût 1789, elle a aboli ledroit exclusif de la chasse, et rendu à tout propriétaire ledroit de détruire ou faire détruire, sur ses possessions seulement, toute espèce de gibier, sauf à se conformeraux lois de police qui pourraientêtre faites relativement à la 6ûreté publique ; mais que par un abus répréhensible de cette disposition, la chasse est devenue une source de désordres qui, s'ils se prolongeaient d...
...oltes ,dont il est si instant d'assurer la conservation ; qu'il s'est également introduit dans la pêche une licence dont il est
L'Assemblée nationale, considérant que par les décrets des 4, 6,7, 8 et 11 août 1789, elle a aboli ledroit exclusif de la chasse, et rendu à tout propriétaire ledroit de détruire ou faire détruire, sur ses possessions seulement, toute espèce de gibier, sauf à se conformeraux lois de police qui pourraientêtre faites relativement à la 6ûreté publique ; mais que par un abus répréhensible de cette disposition, la chasse est devenue une source de désordres qui, s'ils se prolongeaient davantage, pourraient devenir funestes aux récoltes ,dont il est si instant d'assurer la conservation ; qu'il s'est également introduit dans la pêche une licence dont il est
Locuteur: Merlin
II est défendu à toute personne de chasser, même dans les jachères et dans...
... avec ou sans chiens, à compter du jour de la publication du présent décret, jusqu'après la dépouille entière des fruits croissants, à peine de 20 livres d'amende envers la municipalité du lieu, et d'une somme de 10 livres envers le propriétaire ou possesseur, sans préjudice des dommages-intérêts de ce dernier.
II est défendu à toute personne de chasser, même dans les jachères et dans ses propriétés non closes, soit à pied, soit à cheval, avec ou sans chiens, à compter du jour de la publication du présent décret, jusqu'après la dépouille entière des fruits croissants, à peine de 20 livres d'amende envers la municipalité du lieu, et d'une somme de 10 livres envers le propriétaire ou possesseur, sans préjudice des dommages-intérêts de ce dernier.
Locuteur: Merlin
Art. 2. Lamende et la somme ci-dessus seront portées respecti...
...abitation du propriétaire ou possesseur de ce terrain.
Art. 2. Lamende et la somme ci-dessus seront portées respectivement à 30 et 15 livres contre celui qui aura chassé dans un terrain clos, dont...
..., et à 40 et 20 livres dans le cas où le terrain clos tiendrait sans moyen à l'habitation du propriétaire ou possesseur de ce terrain.
Locuteur: Merlin
Art. 3. Chacune de ces différentes peines sera doublée en cas de récidive ; elle sera triplée s'il survient une troisième contravention, et la même progression sera suivie pour les c...
... ultérieures ; le tout, dans le courant de la même année seulement.
Art. 3. Chacune de ces différentes peines sera doublée en cas de récidive ; elle sera triplée s'il survient une troisième contravention, et la même progression sera suivie pour les contraventions ultérieures ; le tout, dans le courant de la même année seulement.
Locuteur: Merlin
...ines seront prononcées sommairement par la municipalité du délit, soit sur la plainte du propriétaire ou possesseur, soit sur la dénonciation d'un citoyen quelconque, soit sur les poursuites du procureur de la commune, d'après les rapports des garde... Art. 4. Lesdites peines seront prononcées sommairement par la municipalité du délit, soit sur la plainte du propriétaire ou possesseur, soit sur la dénonciation d'un citoyen quelconque, soit sur les poursuites du procureur de la commune, d'après les rapports des gardes-messiers, ban-gards ou gardes champêtres.
Locuteur: Merlin
...s seront ou dressés par écrit, ou faits de vive'voix au greffe de la municipalité, et affirmés entre les mai... Art. 6. Lesdits rapports seront ou dressés par écrit, ou faits de vive'voix au greffe de la municipalité, et affirmés entre les mains d'un officier municipal, le tout dans les vingt-quatre heures du délit qui en...
Locuteur: Merlin
...ourra être suppléé auxdits rapports par la déposition de deux témoins. Art. 7. 11 pourra être suppléé auxdits rapports par la déposition de deux témoins.
Locuteur: Merlin
...t temps, au propriétaire ou possesseur, de détruire le gibier dsms ses récoltes non closes, en se servant de filets ou autres engins qui ne puissent pas nuire aux fruits de la terre. Art. 9. Il est pareillement libre, en tout temps, au propriétaire ou possesseur, de détruire le gibier dsms ses récoltes non closes, en se servant de filets ou autres engins qui ne puissent pas nuire aux fruits de la terre.
Locuteur: Merlin
Art. 10. Les règlements sur la pêche continueront provisoirement d'êtr...
...ence, il est défendu à toutes personnes de pêcher sans droit; et quant à Ceux qui ont droit de pêche, de se servir de filets ou engins prohibés, le tout sous...
Art. 10. Les règlements sur la pêche continueront provisoirement d'être exécutés jusqu'à ce qu'il en ait été autrement ordonné; en conséquence, il est défendu à toutes personnes de pêcher sans droit; et quant à Ceux qui ont droit de pêche, de se servir de filets ou engins prohibés, le tout sous les peines portées par lesdits règlements.
Locuteur: De Robespierre
...ntre le principe qui restreint le droit de chasse aux propriétaires seulement. Je soutiens que la chasse n'est point une faculté qui dérive de la propriété. Aussitôt après la dépouille de la superficie de la terre, la chasse doit ôtre libre à tout citoyen i... Je m'élève contre le principe qui restreint le droit de chasse aux propriétaires seulement. Je soutiens que la chasse n'est point une faculté qui dérive de la propriété. Aussitôt après la dépouille de la superficie de la terre, la chasse doit ôtre libre à tout citoyen in-
Locuteur: Merlin
...s seigneuriaux sans décider si le droit de pêche devra à 1 avenir être considéré, ...
...consacrer à cette question quelques-uns de vos moments, il faut arrêter les abus q...
Sans doute, Messieurs, vous ne terminerez pas vos décrets sur les droits seigneuriaux sans décider si le droit de pêche devra à 1 avenir être considéré, ou comme appartenant encore, soit à l'Etat, soit aux seigneurs, ou comme dévolu ...
...ires des héritages adjacents aux rivières ; mais en attendant que vous puissiez consacrer à cette question quelques-uns de vos moments, il faut arrêter les abus que son indécision favorise.
Locuteur: Merlin
... provision, et en attendant que l'ordre de ses travaux lui per-mettedeplus grands ... important d'arrêter le cours ; a, par provision, et en attendant que l'ordre de ses travaux lui per-mettedeplus grands développements sur cette matière, a décrété et décrète ce qui suit:
Locuteur: Merlin
...ssier, bangard ou garde champêtre, dans la forme prescrite par les anciens règleme...
...les faisant recevoir et assermenter par la municipalité.
...5. A cet effet, chaque municipalité est autorisée à établir au moins un garde-messier, bangard ou garde champêtre, dans la forme prescrite par les anciens règlements, et il sera libre à chaque propriétaire d'en établir un ou plusieurs, en les faisant recevoir et assermenter par la municipalité.
Locuteur: Merlin
...ibre à tout propriétaire ou possesseur, de chasser et faire chasser, en tout temps...
... sur ses lacs et étangs, et dans celles de ses possessions qui sont séparées par d...
Art. 8. Il est libre à tout propriétaire ou possesseur, de chasser et faire chasser, en tout temps, et nonobstant l'article premier du présent décret, dans ses bois et forêts, sur ses lacs et étangs, et dans celles de ses possessions qui sont séparées par des murs ou des haies les héritages d'autrui.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 159
Locuteur: De Robespierre
...nt au premier occupant. Je réclame donc la liberté illimitée de la chasse, en prenant toutefois les mesures pour la conservation des récoltes et pour la sûreté publique. distinctement. Dans tous le3 cas, les bêtes fauves appartiennent au premier occupant. Je réclame donc la liberté illimitée de la chasse, en prenant toutefois les mesures pour la conservation des récoltes et pour la sûreté publique.
Locuteur: Mougins de Roquefort
Le privilège de la propriété doit s'étendre jusqu'à empêch... Le privilège de la propriété doit s'étendre jusqu'à empêcher sur son héritage l'exercice d'aucun droit sans une permission préalable.
Locuteur: Rewbell
La matière est assez importante pour être ... La matière est assez importante pour être traitée dans une séance du matin. Je demande donc l'ajournement à demain.
Locuteur: Rewbell
La séance est levée à dix heures. La séance est levée à dix heures.
à la séance de l'Assemblée nationale du 20 avril 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 20 avril 1790
Plusieurs princes de l'Allemagne possèdent, en Alsace et en Franche-Comté, des fiefs et des seigneuries dont la propriété leur a été transmise par droit d'hérédité, de cession ou d'acquisition. Plusieurs princes de l'Allemagne possèdent, en Alsace et en Franche-Comté, des fiefs et des seigneuries dont la propriété leur a été transmise par droit d'hérédité, de cession ou d'acquisition.
...bres du corps germanique prétendent que la Révolution opérée en France porte atteinte à leurs droits et à leurs privilèges ; et la diète de Ratisbonne réclame pour les possessions des immédiats de l'empire dans les provinces françaises. Examinons, Messieurs, si les prétentions de ces princes sont fondées, je ne dis pas...
...avez consacrés et remis en vigueur dans la Constitution française : sous ce rapport la question n'en est pas une ; mais sur le...
Ces divers membres du corps germanique prétendent que la Révolution opérée en France porte atteinte à leurs droits et à leurs privilèges ; et la diète de Ratisbonne réclame pour les possessions des immédiats de l'empire dans les provinces françaises. Examinons, Messieurs, si les prétentions de ces princes sont fondées, je ne dis pas sur les principes du droit naturel que vous avez consacrés et remis en vigueur dans la Constitution française : sous ce rapport la question n'en est pas une ; mais sur les traités qu'ils attestent, sur le droit public germanique quils voudraient oppo...
À l'époque de la conquête de l'Alsace et de celle de la Franche-Comté par Louis XIV, tous les p...
...eté, dans ces deux provinces, des fiefs de la mouvance de l'Empire, et qui en relevaient immédiat...
...ord par les Suédois, et par eux cédée à la France ; donnée au duc de Weymar par celle-ci, qui la reprit à sa mort ; cédée à la France, malgré l'Espagne, par le traité de Munster, et reconquise par le maréchal de Turenne, a été enfin invariablement aba...
... l'empire àLouisXIV, en vertu du traité de Rysvick.
À l'époque de la conquête de l'Alsace et de celle de la Franche-Comté par Louis XIV, tous les princes que nous avons nommés, possédaient en souveraineté, dans ces deux provinces, des fiefs de la mouvance de l'Empire, et qui en relevaient immédiatement. L'Alsace, conquise d'abord par les Suédois, et par eux cédée à la France ; donnée au duc de Weymar par celle-ci, qui la reprit à sa mort ; cédée à la France, malgré l'Espagne, par le traité de Munster, et reconquise par le maréchal de Turenne, a été enfin invariablement abandon née par l'empereur et l'empire àLouisXIV, en vertu du traité de Rysvick.
Les titres de possession de la France sur l'Alsace sont, pour nous, le...
...s qui l'habitent; pour lespubli-cistes, la conquête que nous avons faite de cette province par le succès de ses armes, et la cession
Les titres de possession de la France sur l'Alsace sont, pour nous, le consentement et l'affection des peuples qui l'habitent; pour lespubli-cistes, la conquête que nous avons faite de cette province par le succès de ses armes, et la cession
que le gouvernement en a obtenue de l'Empire et de l'empereur. Pour jouir visiblement et à perpétuité d'une si belle acquisition, dont la France était redevable à la valeur de ses armées et à l'habileté de ses généraux, il fallait la renonciation formelle et irrévocable du corps germanique et de son chef, et tel fut l'objet des négociations du traité de Westphalie. Développons ce premier aper... que le gouvernement en a obtenue de l'Empire et de l'empereur. Pour jouir visiblement et à perpétuité d'une si belle acquisition, dont la France était redevable à la valeur de ses armées et à l'habileté de ses généraux, il fallait la renonciation formelle et irrévocable du corps germanique et de son chef, et tel fut l'objet des négociations du traité de Westphalie. Développons ce premier aperçu par un résumé rapide des principaux faits historiques, et un court examen des...
Les conférences du traité de Westphalie se tinrent d'abord à Ognabruck : des discussions sur l'état de la religion catholique en Alsace, et la prétention des protestants de pouvoir posséder des canonicats dans le chapitre de Strasbourg, firent languir les négociations politiques. On débattit cependant le projet de cession de la province d'Alsace par l'empire et l'empereur, à la France. Les électeurs de plusieurs princes d'Allemagne auraient ...
... que comme fiefs dépendants et soumis à la souveraineté de l'empereur et qu'en conséquence, ce mon...
...toutes les diètes comme prince immédiat de l'Empire. Mais la fierté de Louis XIV rejeta cette proposition malgré tout le désir qu'il aurait eu de pouvoir, par l'admission ses ministres dans les diètes, se mêler...
Les conférences du traité de Westphalie se tinrent d'abord à Ognabruck : des discussions sur l'état de la religion catholique en Alsace, et la prétention des protestants de pouvoir posséder des canonicats dans le chapitre de Strasbourg, firent languir les négociations politiques. On débattit cependant le projet de cession de la province d'Alsace par l'empire et l'empereur, à la France. Les électeurs de plusieurs princes d'Allemagne auraient voulu que le roi ne pût posséder les deux landgraviats d'Alsace, que comme fiefs dépendants et soumis à la souveraineté de l'empereur et qu'en conséquence, ce monarque fût admis à toutes les diètes comme prince immédiat de l'Empire. Mais la fierté de Louis XIV rejeta cette proposition malgré tout le désir qu'il aurait eu de pouvoir, par l'admission ses ministres dans les diètes, se mêler plus immédiatement des affaires du corps germanique.
Les Etats de Munster attirèrent chez eux les plénipo...
... pour lui et pour sa maison, cédèrent à la France les deux landgraviats de naute et basse Alsace, le Sundgau, la ville de fiissac, la préfecture d'Haguenau et les dix villes...
...ent incorporées à perpétuité au royaume de France, à la charge d'y maintenir la religion catholique dans le même état où elle était sous la domination autrichienne. L'empereur, l'...
...es habitants des pays cédés, du serment de fidélité, dérogèrent à toutes lois cons...
... à l'aliénation des droits et des biens de l'Empire; promirent et s'engagèrent solennellement à ratifier cette cession à la première diète et à ne jamais faire aucune tentative pour le recouvrement de ces biens et de ces droits aliénés, quelque pacte ou pr...
Les Etats de Munster attirèrent chez eux les plénipotentiaires; et par l'article 73 et suivants au traité qui fut signé dans cette ville, devenue le foyer des négociations, l'Empire et l'empereur, pour lui et pour sa maison, cédèrent à la France les deux landgraviats de naute et basse Alsace, le Sundgau, la ville de fiissac, la préfecture d'Haguenau et les dix villes impériales, avec leurs dépendances ; consentirent que ces possessions fussent incorporées à perpétuité au royaume de France, à la charge d'y maintenir la religion catholique dans le même état où elle était sous la domination autrichienne. L'empereur, l'Empire et l'archiduc Ferdinand-Charles délièrent tous les habitants des pays cédés, du serment de fidélité, dérogèrent à toutes lois constitutionnelles, décrets, rescripts, qui peuvent s'opposer à l'aliénation des droits et des biens de l'Empire; promirent et s'engagèrent solennellement à ratifier cette cession à la première diète et à ne jamais faire aucune tentative pour le recouvrement de ces biens et de ces droits aliénés, quelque pacte ou proposition qui pût se faire dans l'Empire.
...mme on craignait d'alarmer et peut-être de soulever une province de laquelle on disposait arbitrairement, et que l'on faisait passer sous la domination d'une puissance étrangère, o...
...aité, une clause que l'on jugea capable de calmer ses craintes ; il y fut dit que ...
...rdres-villes et gentilshommes immédiats de l'Empire, conserveraient leur mouvance ...
...s droits et prérogatives, et que le roi de France ne pourrait prétendre, sur les villeç die la préfecture, que le droit de protection, tel que l'avaient les princ...
...ause qui aurait pu rompre le traité, en la terminant par une déclaration formelle,...
...dant déroger en aucune manière au droit de souverain-domaine, cédé à la France par l'article 73.
Cependant, comme on craignait d'alarmer et peut-être de soulever une province de laquelle on disposait arbitrairement, et que l'on faisait passer sous la domination d'une puissance étrangère, on ajouta, dans l'article 88 du traité, une clause que l'on jugea capable de calmer ses craintes ; il y fut dit que les Etats, ordres-villes et gentilshommes immédiats de l'Empire, conserveraient leur mouvance immédiate, leurs droits et prérogatives, et que le roi de France ne pourrait prétendre, sur les villeç die la préfecture, que le droit de protection, tel que l'avaient les princes autrichiens. JVlais, en même temps, on rendit nulle et dérisoire cette clause qui aurait pu rompre le traité, en la terminant par une déclaration formelle, quç l'empereur et l'empire n'entendaient cependant déroger en aucune manière au droit de souverain-domaine, cédé à la France par l'article 73.
...opriétés dans les provinces d'Alsace et de Franche-Comté, par M. de Peys-sonnel (1). ...e sur les demandes et prétentions des divers princes d'Allemagne, qui ont des propriétés dans les provinces d'Alsace et de Franche-Comté, par M. de Peys-sonnel (1).
Ces princes sont : le prince de Wirtemberg, le duc des Deux-Ponts, l'Electeur de Trêves, le Margrave de Bade-Dourlac, le Landgrave de Hesse-Darmstadt, le prince de Salm, le prince de Nassau Saarbruck ; le prince de Limbourg, le comte de Linange, l'évêque de Bàle et l'évêque de Spire. Ces princes sont : le prince de Wirtemberg, le duc des Deux-Ponts, l'Electeur de Trêves, le Margrave de Bade-Dourlac, le Landgrave de Hesse-Darmstadt, le prince de Salm, le prince de Nassau Saarbruck ; le prince de Limbourg, le comte de Linange, l'évêque de Bàle et l'évêque de Spire.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 160
En 1673, les dix villes de la préfecture voulurent se maintenir dans leur indépendance et leur liberté. Une partie de la noblesse suivit leur exemple, et fit à peu près la même démarche qu'aujourd'hui ; mais les nobles de la haute Alsace ne se réunirent point à eux pour la conservation de leurs droits. Dès l'an 1651, après l'établissement de la Chambre souveraine de cette province, les nobles de la haute Alsace avaient reconnu solennellement, dansun mémoire, le roi de Frauce, leur souverain, roi et prince, comme étant entré, par le traité de Munster, dans tous les droits des archi...
...iche, auxquels ils étaient soumis avant la cession. Les nobles de la basse Alsace, qui jamais n'avaient été vassaux que de l'Empire, ei non de l'Autriche, avaient refusé de reconnaître la souveraineté de la France; ils avaient dressé, à Strasbour...
...ucune dépendance médiate, à l'exclusion de tous autres ; leur demeurer inviolablement attachés et ne vouloir jamais se séparer de Sa Majesté ni de ia couronne impériale.
En 1673, les dix villes de la préfecture voulurent se maintenir dans leur indépendance et leur liberté. Une partie de la noblesse suivit leur exemple, et fit à peu près la même démarche qu'aujourd'hui ; mais les nobles de la haute Alsace ne se réunirent point à eux pour la conservation de leurs droits. Dès l'an 1651, après l'établissement de la Chambre souveraine de cette province, les nobles de la haute Alsace avaient reconnu solennellement, dansun mémoire, le roi de Frauce, leur souverain, roi et prince, comme étant entré, par le traité de Munster, dans tous les droits des archiducs d'Autriche, auxquels ils étaient soumis avant la cession. Les nobles de la basse Alsace, qui jamais n'avaient été vassaux que de l'Empire, ei non de l'Autriche, avaient refusé de reconnaître la souveraineté de la France; ils avaient dressé, à Strasbourg, le 6 novembre 1651, un pacte que l'empereur Ferdinand III avait approuvé et r...
... Romains, ses successeurs, comme leur unique souverain, chef et seigneur, sans aucune dépendance médiate, à l'exclusion de tous autres ; leur demeurer inviolablement attachés et ne vouloir jamais se séparer de Sa Majesté ni de ia couronne impériale.
...toujours plus leur dépendance immédiate de l'Empire et la conservation de leurs privilèges, ils avaient envoyé, c...
...hui, des députés aux cercles Àe Souabe, de Franconie et du Rhin, pour renouveler l...
...ssociation et leur demander leur appui. La négociation avait réussi à certaines co...
...atre cercles associés s'étaient obligés de s'assister mutuellement par toutes les voies possibles. La même négociation a été faite aujourd'hui pour la même cause, mais on n'a pas eu un succès aussi complet. Le cercle de Souabe a refusé d'accéder à cette association : on en est redevable à l'intelligence, à la sagesse, à la considération personnelle de M. le baron de Makau, ministre du roi, auprès du duc de Wirtemberg et du cercle de Souabe. Cette coalition n'avait pas empêché Louis XIV de prendre possession de tout ce qui lui avait été cédé par le traité de Munster ; mais comme cette démarche pou...
...bles pour faire échouer les entreprises de ses ennemis. En vain, les plénipotentiaires de l'empereur Léopold, au congrès de Nimègue, en 1679, eurent l'audace de reprendre cette affaire sous-œuvre, les ministres de France ne répondirent jamais rien à leurs motions sur cet objet, et la chose se termina par une protestation ridicule de ia part des ministres impériaux.
Pour tâcher d'assurer toujours plus leur dépendance immédiate de l'Empire et la conservation de leurs privilèges, ils avaient envoyé, comme aujourd'hui, des députés aux cercles Àe Souabe, de Franconie et du Rhin, pour renouveler leur ancienne association et leur demander leur appui. La négociation avait réussi à certaines conditions, et ces quatre cercles associés s'étaient obligés de s'assister mutuellement par toutes les voies possibles. La même négociation a été faite aujourd'hui pour la même cause, mais on n'a pas eu un succès aussi complet. Le cercle de Souabe a refusé d'accéder à cette association : on en est redevable à l'intelligence, à la sagesse, à la considération personnelle de M. le baron de Makau, ministre du roi, auprès du duc de Wirtemberg et du cercle de Souabe. Cette coalition n'avait pas empêché Louis XIV de prendre possession de tout ce qui lui avait été cédé par le traité de Munster ; mais comme cette démarche pouvait cependant avoir des suites lâcheuses, il s'était décidé à aller lui-même en Alsace, où il avait pris les mesures convenables pour faire échouer les entreprises de ses ennemis. En vain, les plénipotentiaires de l'empereur Léopold, au congrès de Nimègue, en 1679, eurent l'audace de reprendre cette affaire sous-œuvre, les ministres de France ne répondirent jamais rien à leurs motions sur cet objet, et la chose se termina par une protestation ridicule de ia part des ministres impériaux.
Le traité de Ryswick termina radicalement cette disc...
...encèrent le 9 mai 1697. Les prétentions de l'Empire et de l'empereur furentd'abord exorbitantes et tendaient à enlever à la France tout ce qu'elle avait acquis par le traité de Nimègue. Les cercles associés de Franconie, de Souabe et du Rhin insistaient sur la restitution de la ville de Strasbourg et ses dépendances, en deçà et eu delà' du Rhin, sans démolition de fortifications, ni anciennes, ni nouvelles, de la ville de Pnilisbourg, de tous les Etats compris dans les cercles...
...agements convenables; notamment du fief de Rapolstein appartenant à l'évêque
Le traité de Ryswick termina radicalement cette discussion. Les conférences commencèrent le 9 mai 1697. Les prétentions de l'Empire et de l'empereur furentd'abord exorbitantes et tendaient à enlever à la France tout ce qu'elle avait acquis par le traité de Nimègue. Les cercles associés de Franconie, de Souabe et du Rhin insistaient sur la restitution de la ville de Strasbourg et ses dépendances, en deçà et eu delà' du Rhin, sans démolition de fortifications, ni anciennes, ni nouvelles, de la ville de Pnilisbourg, de tous les Etats compris dans les cercles associés, avec d'autres dédommagements convenables; notamment du fief de Rapolstein appartenant à l'évêque
de Bâle, et sur la démolition des fortifications d'Huningue, de Fort-Louis, de Landau et de plusieurs autres places. L'électeur pal...
...oits qu'il possédait avant les troubles de fiohême, et surtout les bailliages de Gerraersheim, de Saùdshut et d'AI-tenstat. Le duc Everhard, régent de Wirtemberg, demandait que le duc George de Wirtemberg, de la branche de Montbeillard, fût rétabli dans sa dépendance immédiate de l'Empire; annulât la reconnaissance de son vasselage de la couronne de France, faite en 1681 ; rentrât dans la possession des fiefs, que les comtes de Rapolstein et les nobles de Rathsemhausen reconaissaient dépendre d...
...conservât l'immédiatetépour les comités de Horbourg et de Richemwir, situés en Alsace. Le margrave de Bade-Dourlach revendiquait quelques fie...
...n avait occupé pour fortifier Huningue, la faculté de disposer de quelques autres nefs dans l'Alsace et dans le Sundgaw, et l'hôtel que la maison de Bade possédait à Strasbourg. Le roi de Suède demandait la restitution du duché des Deux-Ponts, des comtés de Veldentz, de la Petite-Pierre, de Spouheim et de quelques autres terres.
de Bâle, et sur la démolition des fortifications d'Huningue, de Fort-Louis, de Landau et de plusieurs autres places. L'électeur palatin redemandait tous les domaines, fiefs et droits qu'il possédait avant les troubles de fiohême, et surtout les bailliages de Gerraersheim, de Saùdshut et d'AI-tenstat. Le duc Everhard, régent de Wirtemberg, demandait que le duc George de Wirtemberg, de la branche de Montbeillard, fût rétabli dans sa dépendance immédiate de l'Empire; annulât la reconnaissance de son vasselage de la couronne de France, faite en 1681 ; rentrât dans la possession des fiefs, que les comtes de Rapolstein et les nobles de Rathsemhausen reconaissaient dépendre du comté d'Horbourg, et conservât l'immédiatetépour les comités de Horbourg et de Richemwir, situés en Alsace. Le margrave de Bade-Dourlach revendiquait quelques fiefs entre Haguenau et Weissembourg, les îles et le terrain qu'on avait occupé pour fortifier Huningue, la faculté de disposer de quelques autres nefs dans l'Alsace et dans le Sundgaw, et l'hôtel que la maison de Bade possédait à Strasbourg. Le roi de Suède demandait la restitution du duché des Deux-Ponts, des comtés de Veldentz, de la Petite-Pierre, de Spouheim et de quelques autres terres.
Après de iongues discussions, toutes ces prétentions furent réglées. La France consentit à rétrocéder à l'empereur les villes de Brissac et de Fribourg; les forts de Kehl et de Philisbourg, avec toutes les réunions faites hors de l'Alsace, et à raser la forteresse du Mont-Royal et les forts construits dans les îles du Rhin, sur la rive droite de ce fleuve vis-à-vis du Fort-Louis, de Strasbourg et d'Huningue, à condition que la religion catholique, dans les pays rétr...
...ême état où elle se trouvait à l'époque de la signature du traité. Les plénipotentiai...
...nt point contre les réunions faites par la France, dans l'intérieur l'Alsace, et désavouèrent par leur sile...
...canes qu'ils avaient élevées au congrès de Nimègue.
Après de iongues discussions, toutes ces prétentions furent réglées. La France consentit à rétrocéder à l'empereur les villes de Brissac et de Fribourg; les forts de Kehl et de Philisbourg, avec toutes les réunions faites hors de l'Alsace, et à raser la forteresse du Mont-Royal et les forts construits dans les îles du Rhin, sur la rive droite de ce fleuve vis-à-vis du Fort-Louis, de Strasbourg et d'Huningue, à condition que la religion catholique, dans les pays rétrocédés, serait maintenue dans le même état où elle se trouvait à l'époque de la signature du traité. Les plénipotentiaires impériaux ne réclamèrent point contre les réunions faites par la France, dans l'intérieur l'Alsace, et désavouèrent par leur silence les mauvaises chicanes qu'ils avaient élevées au congrès de Nimègue.
Le duc des Deux-Ponts fut obligé de prêter foi et hommage au roi, qui alors...
...roupes des pays et seigneuries, en deçà de la Quaïche; et tous les autres possesseurs de fiefs se soumirent à la même condition. Le prince de Wirtem-berg-Montbeillard fut rétabli dans la possession des seigneuries de Glerval et de Passavant en Bourgogne, et de Granges et Héricourt en. Franche-Comté ...
...ne parla pas, dans le traité, des fiefs de Horbourg ni de RichenVihr, situés en Alsace, parce que la ville de Strasbourg, et toute la province, demeuraient à la France en pleine et entière souverainet...
Le duc des Deux-Ponts fut obligé de prêter foi et hommage au roi, qui alors retira ses troupes des pays et seigneuries, en deçà de la Quaïche; et tous les autres possesseurs de fiefs se soumirent à la même condition. Le prince de Wirtem-berg-Montbeillard fut rétabli dans la possession des seigneuries de Glerval et de Passavant en Bourgogne, et de Granges et Héricourt en. Franche-Comté ; mais on ne parla pas, dans le traité, des fiefs de Horbourg ni de RichenVihr, situés en Alsace, parce que la ville de Strasbourg, et toute la province, demeuraient à la France en pleine et entière souveraineté.
...stacles à l'exécution du traité. Malgré la restitution, qui avait été faite à l'électeur Charles-Louis, du bailliage de Germershein et des prévôtés et sous-bai...
... autres lieux qui étaient enfermés dans la province d'Alsace, dont la France avait acquis la souveraineté. 11 ne voulait se contenter de la restitution qui lui avait été faite qu'à condition qu'il posséderait sous la dépendance immédiate de l'empereur et de l'Empire. Enfin, dans le mois de juillet de 1699, l'électeur palatin, pressé par le plénipotentiaire de l'empereur, écrivit au roi une lettre, ...
...mes les plus mesurés, que les officiers de Sa Majesté ne lelaissaieotpasjouirdudroit de supériorité territoriale dans les fiefs...
L'électeur Palatin mit pendant longtemps des obstacles à l'exécution du traité. Malgré la restitution, qui avait été faite à l'électeur Charles-Louis, du bailliage de Germershein et des prévôtés et sous-bailliages qui en dépendent, il voulait encore qu'on lui rendît Selz, Haguenbach, Altenstat, et autres lieux qui étaient enfermés dans la province d'Alsace, dont la France avait acquis la souveraineté. 11 ne voulait se contenter de la restitution qui lui avait été faite qu'à condition qu'il posséderait sous la dépendance immédiate de l'empereur et de l'Empire. Enfin, dans le mois de juillet de 1699, l'électeur palatin, pressé par le plénipotentiaire de l'empereur, écrivit au roi une lettre, dans laquelle, après s'être plaint, dans les termes les plus mesurés, que les officiers de Sa Majesté ne lelaissaieotpasjouirdudroit de supériorité territoriale dans les fiefs d'Haguenbac,
Les Etats de l'Alsace immédiats de l'Empire essayèrent plusieurs fois, sans succès, de se prévaloir des termes de cet article 88. Les Etats de l'Alsace immédiats de l'Empire essayèrent plusieurs fois, sans succès, de se prévaloir des termes de cet article 88.

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 161
d'Altenstat, de Seltz, et dans plusieurs autres lieux, ...
...tats, avec tous les droits régaliens et de supériorité territoriale, et reconnut ne pouvoir plus contester le droit de souveraineté et de suprême domaine de la France sur l'Alsace, puisque l'empire e...
d'Altenstat, de Seltz, et dans plusieurs autres lieux, il déclara qu'il se contenterait d'être restitué pleinement dans ses Btats, avec tous les droits régaliens et de supériorité territoriale, et reconnut ne pouvoir plus contester le droit de souveraineté et de suprême domaine de la France sur l'Alsace, puisque l'empire et l'empereur eux-mêmes ne les contestaient plus.
Il est donc évident que la France a acquis la souveraineté pléniêre, paisible et imperturbable de l'Alsace, par le succès de ses armes, et la cession solennelle qui lui en a été fai...
...ire, qui ont consenti à l'incorporation de cette province au royaume de France, délié les sujets du serment de fidélité, et renoncé à tous leurs droit...
... souverain domanial. 11 est évident que la souveraineté du domaine total abolissan...
... partiels ne peuvent plus conserver que la seigneurie de leurs fiefs, et les autres droits et prérogatives qui peuvent être compatibles avec la souveraineté du prince territorial, et qui sont communs aux autres seigneurs de la province.
Il est donc évident que la France a acquis la souveraineté pléniêre, paisible et imperturbable de l'Alsace, par le succès de ses armes, et la cession solennelle qui lui en a été faite par l'empereur et par l'empire, qui ont consenti à l'incorporation de cette province au royaume de France, délié les sujets du serment de fidélité, et renoncé à tous leurs droits et prérogatives, et par conséquent à leur mouvance. Il est évident tgue les te...
...Alsace par les immédiats, ne peuvent plus être immédiates, et doivent relever du souverain domanial. 11 est évident que la souveraineté du domaine total abolissant toutes les souverainetés partielles, les souverains partiels ne peuvent plus conserver que la seigneurie de leurs fiefs, et les autres droits et prérogatives qui peuvent être compatibles avec la souveraineté du prince territorial, et qui sont communs aux autres seigneurs de la province.
... arguments sont également applicables à la Franche-Comté, dont la France a acquis la souveraineté par droit de conquête ; et les immédiats de l'empire, qui possèdent des terres en Franche-Comté, doivent naturellement subir la même loi que ceux de l'Alsace. Ces arguments sont également applicables à la Franche-Comté, dont la France a acquis la souveraineté par droit de conquête ; et les immédiats de l'empire, qui possèdent des terres en Franche-Comté, doivent naturellement subir la même loi que ceux de l'Alsace.
... Louis XIV inclusivement, aux immédiats de l'empire, et notamment aux princes de Wirtemberg, en confirmation de la propriété des droits et des prérogative...
... jamais reconnue ni prononcée, à raison de cesmèmes terres, et il est toujours dit...
...ilèges ne seront pas incompatibles avec la souveraineté du roi. Cette immédiateté,...
...dans tous les actes, conventions, lettres-patentes accordés par nos rois, depuis Louis XIV inclusivement, aux immédiats de l'empire, et notamment aux princes de Wirtemberg, en confirmation de la propriété des droits et des prérogatives des terres qu'ils possèdent dans les deux provinces, l'immédiateté n'est jamais reconnue ni prononcée, à raison de cesmèmes terres, et il est toujours dit, en tant que ces droits et privilèges ne seront pas incompatibles avec la souveraineté du roi. Cette immédiateté, en effet, impliquerait contradiction, et il serait absurde qu un vassal relevât...
Un membre très éclairé de l'Assemblée nationale a avancé que l'empire et l'empereur n'ont cédé que la souveraineté dont ils jouissaient, et que, par conséquent, la nation française ne peut jouir que d'une portion égale de souveraineté; mais on peut répondre à c...
...que l'empire et l'empereur, en cédant à la France, par l'article 73 du traité de Munster, la pleine et entière souveraineté de l'Alsace, se sont réservé leurs droits ...
...e ces droits ne seront pas contraires à la souveraineté du roi.
Un membre très éclairé de l'Assemblée nationale a avancé que l'empire et l'empereur n'ont cédé que la souveraineté dont ils jouissaient, et que, par conséquent, la nation française ne peut jouir que d'une portion égale de souveraineté; mais on peut répondre à cela ce que j'ai déjà fait remarquer, que l'empire et l'empereur, en cédant à la France, par l'article 73 du traité de Munster, la pleine et entière souveraineté de l'Alsace, se sont réservé leurs droits par l'article 88, en ajoutant les paroles sacramentelles : autant que ces droits ne seront pas contraires à la souveraineté du roi.
... Haut-Rhin est composé presqu'en entier de parties intéressées à cette cause, et que la plupart des gentilshommes d'Alsace se sont fait immatriculer dans le territoire de la Basse-Alsace, comme immédiats; et que s...
...il faudrait que nous payassions le prix de leur collusion. Les princes allemands e...
... peuvent posséder des droits qu'à titre de gentilshommes alsaciens, comme sujets ou vassaux de la France, qui a» acquis la souveraineté plénière de la province, et en tant que ces droits seront compatibles avec la souveraineté du roi. Or, la souveraineté est
11 faut observer que le cercle du Haut-Rhin est composé presqu'en entier de parties intéressées à cette cause, et que la plupart des gentilshommes d'Alsace se sont fait immatriculer dans le territoire de la Basse-Alsace, comme immédiats; et que si le directoire pouvait donner l'immédiateté, il faudrait que nous payassions le prix de leur collusion. Les princes allemands et les nobles, ci-devant immédiats d'Alsace, ne peuvent posséder des droits qu'à titre de gentilshommes alsaciens, comme sujets ou vassaux de la France, qui a» acquis la souveraineté plénière de la province, et en tant que ces droits seront compatibles avec la souveraineté du roi. Or, la souveraineté est
... et, pour tel passage, telle fourniture de vivres ou de troupes qu'ils étaient en état d'accord...
...t les seigneurs ne devraient jouir qu'à la charge d'aller à la guerre; par les impôts qu'ils lèvent à ...
...ertu d'arrêts du conseil, sous prétexte de payer les frais de justice ; par la vente des offices de judicature dont plusieurs sont portés aux prix exagérés de 40 et 50,000 livres, et de la cherté desquels ceux qui les acquièrent...
... abus étaient portés à un tel excès que la femme d'un prince de Sirkenfeldt, bisaïeule du duc des Deux-Ponts ayant accouché, les vassaux demandèrent la permission de lui faire un présent de 15,000 livres. L'intendant la leur refusa, mais le conseil du roi l'a...
...s lettres-patentes qui lui permettaient de lever sur ses vassaux 24,000 livres à chaque naissance de ses enfants, sous le prétexte d'une dot ,que l'on payait tout de suite, et qui, si l'enfant venait à mou...
...r cela remboursée. Il y a quelque chose de bien plus fort encore : le 3 juin dernier, pendant la tenue de l'assemblée, les nobles de la commission intermédiaire d'Alsace ont o...
...te articles; l'un défendait aux vassaux de se plaindre, même à la commission intermédiaire, sans la permission du directoire de leurs seigneuries en Basse-Alsace; un a...
...issait les districts établis par l'édit de leur création. On voulut mettre cet arrêt à exécution dans la province : on recourut pour cela à l'As...
... Versailles ; mais l'épouvante donnée à la commission intermédiaire par un député ...
... ses démarches. Il fut convenu, chez M. de Flachslau-den,que l'arrêt resterait nul...
...donné à ces nobles d'Alsace un prétexte de le faire valoir, llsont fait un règleme...
... enregistrer, le 1 décembre, au conseil de Col-mar, comme si ce conseil avait le d...
... qui leur avait donné l'épouvante; mais la chose en est demeurée , vu la tenue prochaine des assemblées de départements qui anéantiront toutes ces...
...i abusaient des services qu'ils pouvaient rendre, traitaient avec le ministère ; et, pour tel passage, telle fourniture de vivres ou de troupes qu'ils étaient en état d'accorder, demandaient tant en argent, et tant en lettres-patentes ou en arrêts du cons...
...uries, les vassaux sont foulés d'une horrible manière par les droits féodaux dont les seigneurs ne devraient jouir qu'à la charge d'aller à la guerre; par les impôts qu'ils lèvent à leur profit sur le peuple, en vertu d'arrêts du conseil, sous prétexte de payer les frais de justice ; par la vente des offices de judicature dont plusieurs sont portés aux prix exagérés de 40 et 50,000 livres, et de la cherté desquels ceux qui les acquièrent savent se rédimer sur les plaideurs; par les frais exorbitants dont les malheur...
...n charge les pauvres que l'on renvoie ensuite au conseil supérieur d'Alsace. Ces abus étaient portés à un tel excès que la femme d'un prince de Sirkenfeldt, bisaïeule du duc des Deux-Ponts ayant accouché, les vassaux demandèrent la permission de lui faire un présent de 15,000 livres. L'intendant la leur refusa, mais le conseil du roi l'accorda pour cette fois seulement; et le duc des Deux-Ponts, père du Régnant, obtint depuis par son crédit, des lettres-patentes qui lui permettaient de lever sur ses vassaux 24,000 livres à chaque naissance de ses enfants, sous le prétexte d'une dot ,que l'on payait tout de suite, et qui, si l'enfant venait à mourir, n'était pas pour cela remboursée. Il y a quelque chose de bien plus fort encore : le 3 juin dernier, pendant la tenue de l'assemblée, les nobles de la commission intermédiaire d'Alsace ont obtenu un arrêt du Conseil d'Etat en cinquante articles; l'un défendait aux vassaux de se plaindre, même à la commission intermédiaire, sans la permission du directoire de leurs seigneuries en Basse-Alsace; un autre adjugeait aux seigneurs les amendes forestales, qui par un arrêt antérieur ...
...ignait les amendes des forêts communales appartenant aux villages; un autre abolissait les districts établis par l'édit de leur création. On voulut mettre cet arrêt à exécution dans la province : on recourut pour cela à l'Assemblé nationale à Versailles ; mais l'épouvante donnée à la commission intermédiaire par un député auquel on s'était adressé, arrêta ses démarches. Il fut convenu, chez M. de Flachslau-den,que l'arrêt resterait nul et comme non-avenu; mais le décret rendu, par l'Assemblée nationale, sur les forêts, a donné à ces nobles d'Alsace un prétexte de le faire valoir, llsont fait un règlement, par lequel ils se sont approprié les amendes forestales, même celles des communautés ; ils l'ont fait enregistrer, le 1 décembre, au conseil de Col-mar, comme si ce conseil avait le droit d'enregistrer des règlements pécuniaires. Ces nobles ont été dénoncés à l'Assemblée, par le même député qui leur avait donné l'épouvante; mais la chose en est demeurée , vu la tenue prochaine des assemblées de départements qui anéantiront toutes ces monstruosités.
...d'Alsace ont présenté un eonclusum pour la conservation de leurs droits. On Les possessionnaires d'Alsace ont présenté un eonclusum pour la conservation de leurs droits. On

Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

page 162
'ont signé sont colonels de nos régiments allemands; les principales piècesqui viennent à l'appui de ce conclusum sont les lettres-patentes accordées par Louis XV au duc de Wirtemberg, au mois de juin 1768; d'autres accordées par Louis XVI, au corps de la noblesse immédiate de la Basse-Alsace, au mois de mai 1779, et par le même au duc des Deux-Ponts, au mois de juin 1780. L'immédiateté n'est reconnue, ni articulée dans aucune de ces lettres-patentes qui ne font que co...
...ux et féodaux, communs àun grand nombre de gentilshommes, hauts-justiciers; et à c...
...itions ne seront pas incompatibles avec la souveraineté du roi, ou l'équivalent de ces paroles.
'ont signé sont colonels de nos régiments allemands; les principales piècesqui viennent à l'appui de ce conclusum sont les lettres-patentes accordées par Louis XV au duc de Wirtemberg, au mois de juin 1768; d'autres accordées par Louis XVI, au corps de la noblesse immédiate de la Basse-Alsace, au mois de mai 1779, et par le même au duc des Deux-Ponts, au mois de juin 1780. L'immédiateté n'est reconnue, ni articulée dans aucune de ces lettres-patentes qui ne font que confirmer, ou concéder des droits réguliers, domaniaux et féodaux, communs àun grand nombre de gentilshommes, hauts-justiciers; et à chaque article deces lettres-patentes sont toujours ajoutées les paroles sacramentelles : En tant que ces dispositions ne seront pas incompatibles avec la souveraineté du roi, ou l'équivalent de ces paroles.
...artielles abolies, les droits d'impôts, de collectes, etc., on t dû s'éclipser et ...
...droits tant qu'ils ont été dépositaires de la souveraineté que la nation leur a confiée.
... dernière analyse, il est donc évident que les droits émanés des souverainetés partielles abolies, les droits d'impôts, de collectes, etc., on t dû s'éclipser et disparaître avec ces mêmes souverainetés qui leur avaient douDé naissance; il n'...
...es-unes sont le produit du rachat des premières. Nos rois ont confirmé tous ces droits tant qu'ils ont été dépositaires de la souveraineté que la nation leur a confiée.
... que les possédant-fiefs n'ont plus que la propriété nue de leurs terres, peut-elle sans injustice traitçr les immédiats de l'Empire avecplus de faveur que ses propres citoyens? peut-e...
...et rendus invalides par uu nouvel ordre de choses 1
Îiersonnelles, toutes les redevances et les privi-èges pécuniaires, et que les possédant-fiefs n'ont plus que la propriété nue de leurs terres, peut-elle sans injustice traitçr les immédiats de l'Empire avecplus de faveur que ses propres citoyens? peut-elle, en abolissant tous tes droits des nationaux, conserver ceux des étrangers, maintenir des traités, des pactes, des conventions évidemment infirmés et rendus invalides par uu nouvel ordre de choses 1
C'est à la haute sagesse de l'Assemblée nationale et du monarque à ... C'est à la haute sagesse de l'Assemblée nationale et du monarque à juger si les considérations politiques du moment sont assez puissantes, assez im...
Hais, quant à la question de droit, je conclus qu'il n'y a pas lieu ... Hais, quant à la question de droit, je conclus qu'il n'y a pas lieu à délibérer.
Îieut observer en passant qu'une partie de ceux qui Îieut observer en passant qu'une partie de ceux qui
... droit d'imposer, qui n'appartient qu'à la Dation; et il donnait aux possessionnai... Le roi ne pouvait pas même confirmer, ni concéder le droit d'imposer, qui n'appartient qu'à la Dation; et il donnait aux possessionnaires d'Alsace un pouvoir qu'il n'avait pas lui-même.
Aujourd'hui que la nation a repris cette souveraineté qui ... Aujourd'hui que la nation a repris cette souveraineté qui lui appartenait; aujourd'hui qu'elle a aboli tous les droits féodaux, toutes les...

Séance du lundi 19 avril 1790

- search term matches: (590)

Séance du lundi 19 avril 1790

page 103
Locuteur: La Poule
...rétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du samedi soir. , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du samedi soir.
Locuteur: Rœderer
... autre secrétaire, lit le procès-verbal de la séance d'hier dimanche. , autre secrétaire, lit le procès-verbal de la séance d'hier dimanche.
Locuteur: Rœderer
...eurs, etc., composant le régiment royal-la-marine. Ils protestent de leur attachement inébranlable à la constitution, du zèle qu'ils mettront à la maintenir; ils renouvellent enfin leur ...
...que, et supplient l'Assemblée nationale de rendre leur colonel, M. d'Ambert, à ses...
Adresse des bas-officiers, grenadiers,chasseurs, etc., composant le régiment royal-la-marine. Ils protestent de leur attachement inébranlable à la constitution, du zèle qu'ils mettront à la maintenir; ils renouvellent enfin leur serment civique, et supplient l'Assemblée nationale de rendre leur colonel, M. d'Ambert, à ses fonctions.
Locuteur: Rœderer
...eurs, etc., composant le régiment royal-la-marine, pénétrés de respect pour l'auguste Assemblée, se reposant toujours sur la justice de ses décrets, et disposés à ne former qu...
...aux gardes nationales pour lemaintiende la constitution, qui assure à tout individu sa liberté, ne peuvent s'empêcher de vous témoigner tout leur respect sur un événement assez malheureux pour, au moment de leur départ, les priver de leur colonel, qui depuis le commencement de la régénération de cet empire ne nous a inspiré que l'amour du bien public et la plus parfaite union avec tous les citoy...
« Les bas-officiers, grenadiers, chasseurs, etc., composant le régiment royal-la-marine, pénétrés de respect pour l'auguste Assemblée, se reposant toujours sur la justice de ses décrets, et disposés à ne former qu'un même esprit et à se réunir aux gardes nationales pour lemaintiende la constitution, qui assure à tout individu sa liberté, ne peuvent s'empêcher de vous témoigner tout leur respect sur un événement assez malheureux pour, au moment de leur départ, les priver de leur colonel, qui depuis le commencement de la régénération de cet empire ne nous a inspiré que l'amour du bien public et la plus parfaite union avec tous les citoyens.
Locuteur: Rœderer
pour nous rendre un citoyen aussi digne de nous commander que soumis aux décrets de l'Assemblée et fidèle à les faire exécuter, suppliant de ne pas le priver plus longtemps de sa liberté et de le rendre à ses fonctions ; nos peines actuelles nous empêchent de peindre celles où nous sommes sur l'incertitude de son sort. Nous avons de plus renouvelé le serment d'être fidèles à la nation, au roi et à la loi, comme aussi d'employer toutes nos forces pour assurer la nouvelle constitution. pour nous rendre un citoyen aussi digne de nous commander que soumis aux décrets de l'Assemblée et fidèle à les faire exécuter, suppliant de ne pas le priver plus longtemps de sa liberté et de le rendre à ses fonctions ; nos peines actuelles nous empêchent de peindre celles où nous sommes sur l'incertitude de son sort. Nous avons de plus renouvelé le serment d'être fidèles à la nation, au roi et à la loi, comme aussi d'employer toutes nos forces pour assurer la nouvelle constitution.
Locuteur: Ricard de Séalt
...e roi a déféré M. le colonel d'Ambert à la justice et qu'il faut attendre le jugem... dit que le roi a déféré M. le colonel d'Ambert à la justice et qu'il faut attendre le jugement qui sera prononcé.
Locuteur: Ricard de Séalt
Adresse de reconnaissance, d'adhésion et de dévouement de la garde nationale de Toulon, dans laquelle elle dit : Adresse de reconnaissance, d'adhésion et de dévouement de la garde nationale de Toulon, dans laquelle elle dit :
Locuteur: Ricard de Séalt
...un devoir sacré d'un tribut particulier de vénération et d'amour; hommage trop lon...
...empire des circonstances qui ont occupé la garde nationale pour la nouvelle élection des officiers municip...
...ins le serment solennel d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la constitution dont le peuple français est a la veille de jouir et qui sera le fruit de vos lumières, de votre zèle et de votre courage. Vous verriez les soldats nationaux de Toulon verser jusqu'à la dernière goutte de leur sang, si ce sacrifice pouvait être nécessaire à l'exécution de vos décrets et à la régénération du royaume de laquelle dépend le rétablissement durable de la liberté française. »
« Le jugement équitable que vous avez rendu dans sa cause lui fait un devoir sacré d'un tribut particulier de vénération et d'amour; hommage trop longtemps suspendu par l'empire des circonstances qui ont occupé la garde nationale pour la nouvelle élection des officiers municipaux. Nous prêtons entre vos mains le serment solennel d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la constitution dont le peuple français est a la veille de jouir et qui sera le fruit de vos lumières, de votre zèle et de votre courage. Vous verriez les soldats nationaux de Toulon verser jusqu'à la dernière goutte de leur sang, si ce sacrifice pouvait être nécessaire à l'exécution de vos décrets et à la régénération du royaume de laquelle dépend le rétablissement durable de la liberté française. »
Locuteur: Ricard de Séalt
Délibération des officiers municipaux de la ville de Toulon qui ont arrêté que les régents e...
...étiennes seraient invités à puiser dans la déclaration des droits de l'homme et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale, sanctionnés par le roi, la matière des thèmes de leurs écoliers et les lignes qu'ils leu...
Délibération des officiers municipaux de la ville de Toulon qui ont arrêté que les régents et professeurs du collège et les frères des Écoles chrétiennes seraient invités à puiser dans la déclaration des droits de l'homme et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale, sanctionnés par le roi, la matière des thèmes de leurs écoliers et les lignes qu'ils leur donneront à copier.
Locuteur: Ricard de Séalt
Voici le texte de la délibération : Voici le texte de la délibération :
Locuteur: Ricard de Séalt
...t : « Messieurs, pour propager l'esprit de patriotisme, pour le faire germer dans le cœur des jeunes étudiants du collège de cette ville, il me semblerait utile d'inviter MM. les régents et professeurs de puiser la matière de leurs thèmes dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale que le roi a sanctionnés; de les inviter à faire lire dans les class...
... le 4 février 1790, ainsi que l'adresse de l'Assemblée nationale aux Français ; d'...
... chrétiennes et les maîtres d'écriture, de prendre dans ces écrits, qui respirent l'amour de la patrie, les phrases et lignes qu'ils do...
...es chrétiennes dont ils sont en coutume de faire usage; et j'ai l'honneur de vous proposer, en même temps, Messieurs, d'adresser aux supérieurs de la maison de l'oratoire un nombre de placards de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, avec prière tl'e...
« M. Leclerc, officier municipal, a dit : « Messieurs, pour propager l'esprit de patriotisme, pour le faire germer dans le cœur des jeunes étudiants du collège de cette ville, il me semblerait utile d'inviter MM. les régents et professeurs de puiser la matière de leurs thèmes dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale que le roi a sanctionnés; de les inviter à faire lire dans les classes et salles d'étude, le discours prononcé par le roi à l'Assemblée nationale le 4 février 1790, ainsi que l'adresse de l'Assemblée nationale aux Français ; d'inviter pareillement les frères des écoles chrétiennes et les maîtres d'écriture, de prendre dans ces écrits, qui respirent l'amour de la patrie, les phrases et lignes qu'ils donneront à copier à leurs écoliers, sans préjudice des maximes chrétiennes dont ils sont en coutume de faire usage; et j'ai l'honneur de vous proposer, en même temps, Messieurs, d'adresser aux supérieurs de la maison de l'oratoire un nombre de placards de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, avec prière tl'en faire afficher un dans chaque classe et un
« Persuadés que les représentants de la nation et le roi regarderont comme inco...
...tre chef, a qui on ne peut qu'attribuer la régularité de notre conduite, si elle a pu paraître t...
« Persuadés que les représentants de la nation et le roi regarderont comme inconséquents des propos peu mesurés qu'on impute à notre chef, a qui on ne peut qu'attribuer la régularité de notre conduite, si elle a pu paraître telle dans toutes les circonstances, nous recourons à leurs bontés (1) Cette séan...
« Séance de la municipalité du 27 mars 1790 « Séance de la municipalité du 27 mars 1790
présidence de m- le marquis de bonnay. présidence de m- le marquis de bonnay.
La séance est ouverte à 9 heures du matin. La séance est ouverte à 9 heures du matin.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 104
Locuteur: Ricard de Séalt
dans la salle d'étude des pensionnaires. C'est un vœu que j'ai formé; puisse-t-il, Mes... dans la salle d'étude des pensionnaires. C'est un vœu que j'ai formé; puisse-t-il, Messieurs, être aussi le vôtre.
Locuteur: Ricard de Séalt
« Sur quoi la municipalité de Toulon a arrêté que les régents et professeurs du collège de cette ville seront invités à puiser dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale, sanctionnés par le roi, la matière des thèmes qu'ils donneront à l...
... le 4 février 1790, ainsi que l'adresse de l'Assemblée nationale aux Français; que...
...étiennes et tous les maîtres d'écriture de la ville seront pareillement invités à pre...
...imes chrétiennes dont ils ont accoutumé de faire usage.
« Sur quoi la municipalité de Toulon a arrêté que les régents et professeurs du collège de cette ville seront invités à puiser dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, et dans les divers décrets de l'Assemblée nationale, sanctionnés par le roi, la matière des thèmes qu'ils donneront à leurs écoliers et à faire lire dans les classes et salles d'étude le discours prononcé par le roi à l'Assemblée nationale le 4 février 1790, ainsi que l'adresse de l'Assemblée nationale aux Français; que les frères des écoles chrétiennes et tous les maîtres d'écriture de la ville seront pareillement invités à prendre dans ces écrits patriotiques les phrases et lignes qu'ils donneront à copier à leurs écoliers, sans préjudice des maximes chrétiennes dont ils ont accoutumé de faire usage.
Locuteur: Ricard de Séalt
...rêté, en outre, d'adresser au supérieur de la maison de l'oratoire, un nombre de placards de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, avec prière d'en faire afficher un dans chaque classe et un dans la salle d'étude des pensionnaires, et qu'extrait de la présente délibération lui sera remis par le secrétaire-greffier, ainsi qu'au supérieur de la communauté des frères des écoles chrétiennes ; et qu'au surplus les maîtres d'écriture de la ville seront convoqués dans la salle consulaire pour ouïr lecture de ladite délibération, avec exhortation de s'y conformer ; c'est ainsi qu'ils acquitteront tous un vœu cher à la municipalité. « Collationné : Simian, s... « Arrêté, en outre, d'adresser au supérieur de la maison de l'oratoire, un nombre de placards de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, avec prière d'en faire afficher un dans chaque classe et un dans la salle d'étude des pensionnaires, et qu'extrait de la présente délibération lui sera remis par le secrétaire-greffier, ainsi qu'au supérieur de la communauté des frères des écoles chrétiennes ; et qu'au surplus les maîtres d'écriture de la ville seront convoqués dans la salle consulaire pour ouïr lecture de ladite délibération, avec exhortation de s'y conformer ; c'est ainsi qu'ils acquitteront tous un vœu cher à la municipalité. « Collationné : Simian, secrétaire-greffier. »
Locuteur: Ricard de Séalt
La délibération de la municipalité de Toulon reçoit de nombreux applaudissements. La délibération de la municipalité de Toulon reçoit de nombreux applaudissements.
Locuteur: L'abbé Chatizel
, député de la province d'Anjou, donne sa démission, q... , député de la province d'Anjou, donne sa démission, qui est acceptée.
Locuteur: Merlin
Vous avez chargé le comité féodal de vous présenter un projet de décret sur le droit de pacage ou de ravage, connu dans la Lorraine, le Barrois, les Trois-Evêchés, la Franche-Comté, la Normandie, etc, etc., qui consiste à fa...
...rairies, depuis le mois d'avril jusqu'à la fauchaison. Ce droit pourrait être le prix d'une concession de fonds ou d'une convention. Si telle éta...
... pu se donner des fonds en se réservant de les dévaster? Le propriétaire se trouve libéré de cette servitude en changeant la nature de ses propriétés...
Vous avez chargé le comité féodal de vous présenter un projet de décret sur le droit de pacage ou de ravage, connu dans la Lorraine, le Barrois, les Trois-Evêchés, la Franche-Comté, la Normandie, etc, etc., qui consiste à faire courir des bestiaux dans les prairies, depuis le mois d'avril jusqu'à la fauchaison. Ce droit pourrait être le prix d'une concession de fonds ou d'une convention. Si telle était son origine, on pourrait le déclarer rachetable; mais, dans le doute, peut-on...
...ervitude qui détruirait leur propriété ; d'une autre part, les seigneurs ont-ils pu se donner des fonds en se réservant de les dévaster? Le propriétaire se trouve libéré de cette servitude en changeant la nature de ses propriétés...
Locuteur: Merlin
...nt d'une convention ou d'une concession de fonds, on doit croire qu'il est la suite de la négligence des propriétaires, ou l'effe...
...ous le devez d'autant moins, qu'un édit de Louis XV a assujetti toute servitude de cette espèce à la puissance de la loi.
Ainsi, jusqu'à ce qu'on ait prouvé que ce droit provient d'une convention ou d'une concession de fonds, on doit croire qu'il est la suite de la négligence des propriétaires, ou l'effet des guerres et des vexations féodales. Vous ne devez pas hésiter à l'abolir; vous le devez d'autant moins, qu'un édit de Louis XV a assujetti toute servitude de cette espèce à la puissance de la loi.
Locuteur: Gossin
...roit dont le comité féodal vous propose la suppression, est une de ces usurpations oppressives qui découra... Messieurs, le droit dont le comité féodal vous propose la suppression, est une de ces usurpations oppressives qui découragent l'agriculture, révoltent l'agriculteur et qu'il était réservé à l'Assemblée...
Locuteur: Gossin
Il a lieu dans un très grand nombre de paroisses du Barrois et dans aucune les...
...s plus vastes prairies qui enrichissent la Meuse, sont obligés de se soumettre.
Il a lieu dans un très grand nombre de paroisses du Barrois et dans aucune les possesseurs ne peuvent ni prouver son origine, ni justifier ce joug sous lequel tous les propriétaires des plus belles et des plus vastes prairies qui enrichissent la Meuse, sont obligés de se soumettre.
Locuteur: Gossin
L'exercice capricieux de ce prétendu droit en-tièrement abandonné à la direction d'un fermier, peut être et est souvent entre ses mains un moyen de vengeance cruelle puisqu'il peut faire ...
...r quarante fois son troupeau sur le pré de l'habitant qui a pu lui déplaire.
L'exercice capricieux de ce prétendu droit en-tièrement abandonné à la direction d'un fermier, peut être et est souvent entre ses mains un moyen de vengeance cruelle puisqu'il peut faire passer et repasser quarante fois son troupeau sur le pré de l'habitant qui a pu lui déplaire.
Locuteur: Gossin
J'ai vu, Messieurs, et j'ose dire avec la plus profonde douleur, les plus belles prairies dévastées par l'exercice de cette usurpation et enlever aux laboureurs la plus belle de leurs ressources. J'ai vu, Messieurs, et j'ose dire avec la plus profonde douleur, les plus belles prairies dévastées par l'exercice de cette usurpation et enlever aux laboureurs la plus belle de leurs ressources.
Locuteur: Gossin
Cette classe de citoyens qui bénit vos travaux, attend ...
...s laquelle ils soupirent et qui eût été la première de toutes celles que vous avez prononcées,...
Cette classe de citoyens qui bénit vos travaux, attend avec impatience une abolition après laquelle ils soupirent et qui eût été la première de toutes celles que vous avez prononcées, si le droit qui en est l'objet eût été connu du comité féodal.
Locuteur: Boutaric
Il me semble que, par la dernière partie du décret, on abolit le droit de vaine pâture. Cet objet mériterait d'êt... Il me semble que, par la dernière partie du décret, on abolit le droit de vaine pâture. Cet objet mériterait d'être discuté.
Locuteur: De Boislandry
« Le droit de ravage, vautrage, préage, coiro-lage, parcours ou pâturage sur les prés, avant la fauchaison de la première herbe, sous quelque dénominati...
... dans le cas où il serait justifié dans la forme prescrite par l'article 29 du tit...
...établi par convention ou par concession de fonds, et sans que, sous ce prétexte, i...
...n ont joui jusqu'à présent, aucun droit de pâturage sur les secondes herbes ou reg...
« Le droit de ravage, vautrage, préage, coiro-lage, parcours ou pâturage sur les prés, avant la fauchaison de la première herbe, sous quelque dénomination qu'il soit connu, est aboli, sauf indemnité, dans le cas où il serait justifié dans la forme prescrite par l'article 29 du titre 2 du décret du 15 mars dernier, avoir été établi par convention ou par concession de fonds, et sans que, sous ce prétexte, il puisse être prétendu par ceux qui en ont joui jusqu'à présent, aucun droit de pâturage sur les secondes herbes ou regains, lorsqu'il ne leur serait pas attribué par titre, coutume ou usage valable.
Locuteur: L'abbé Jacquemart
, suppléant de M. Chatizel, dont les pouvoirs ont été ... , suppléant de M. Chatizel, dont les pouvoirs ont été vérifiés et reconnus valables, est admis et prête le serment civique.
Locuteur: Le comte de Vogué
, député de Villeneuve-de-Berg, demande un congé de trois semaines pour raison d'affaires. , député de Villeneuve-de-Berg, demande un congé de trois semaines pour raison d'affaires.
Locuteur: Le vicomte de Ségur
, député de Bordeaux, demande également un congé de trois semaines pour motif de santé. Ces deux congés sont accordés. , député de Bordeaux, demande également un congé de trois semaines pour motif de santé. Ces deux congés sont accordés.
Locuteur: Gossin
...s vexatoire, en effet, que le pouvoir , de faire fouler et pâturer pendant trois mois, par un troupeau de bœufs, ies propriétés les plus précieus...
...es lois municipales protègent avec plus de soin, puisqu'elles interdisent ~ l'accè...
Quoi déplus vexatoire, en effet, que le pouvoir , de faire fouler et pâturer pendant trois mois, par un troupeau de bœufs, ies propriétés les plus précieuses, celles que les lois municipales protègent avec plus de soin, puisqu'elles interdisent ~ l'accès des prairies aux bestiaux des propriétaires mêmes !
Locuteur: Gossin
...mendement, que tous procès mus à raison de ce droit, soient abolis. Je propose, comme amendement, que tous procès mus à raison de ce droit, soient abolis.
Locuteur: De Boislandry
Le droit de vaine pâture est dangereux sous beaucoup de rapports ; mais il n'en est pas questio... Le droit de vaine pâture est dangereux sous beaucoup de rapports ; mais il n'en est pas question dans l'article proposé.
Locuteur: De Boislandry
Le projet de décret est adopté ainsi qu'il suit ; Le projet de décret est adopté ainsi qu'il suit ;
Locuteur: De Boislandry
... par jugement en dernier ressort, avant la publication du présent décret, relative... .« Les procès intentés et non décidés par jugement en dernier ressort, avant la publication du présent décret, relativement au droit ci-dessus aboli, ne pourront être jugés que pour les frais des pro...

Séance du lundi 19 avril 1790

page 105
Locuteur: Démeunier
, membre du comité de constitution. M. le garde des sceaux no...
...veurs qui n'ont pas encore rendu compte de la gestion des affaires de chaque province ou du maniement des deniers publics, ne pourront, avant l'arrêté de leurs comptes, être élus membres des administrations de département ou de district. » Le ministre représente que ...
...écessaire que des hommes instruits dans la connaissance des affaires puissent être...
...ptions : il faut que le peuple use avec la plus grande liberté possible du droit de choisir les citoyens auxquels il veut d...
, membre du comité de constitution. M. le garde des sceaux nous a fait remettre un mémoire relatif à l'article 2 d'un décret du 20 mars, qui ...
...ctionné. Cet article est ainsi conçu : « Les administrateurs, trésoriers et receveurs qui n'ont pas encore rendu compte de la gestion des affaires de chaque province ou du maniement des deniers publics, ne pourront, avant l'arrêté de leurs comptes, être élus membres des administrations de département ou de district. » Le ministre représente que cet article peut donner lieu à beaucoup d'embarras dans les élections. En se ser...
... membres, soit des assemblées provinciales, soit des Etats provinciaux. 11 est nécessaire que des hommes instruits dans la connaissance des affaires puissent être admis dans les nouvelles assemblées. Le législateur, en général, doit être avare des exceptions : il faut que le peuple use avec la plus grande liberté possible du droit de choisir les citoyens auxquels il veut donner sa confiance.
Locuteur: Le Chapelier
, au nom du comité de constitution et de la députation de Bretagne, propose un projet de décret pour distraire quelques paroisses du district de Saint-Brieuc en Bretagne afin de les rattacher à celui de Guingamp. Il se fonde sur la convenance et sur la proportion de population que ce changement établirait... , au nom du comité de constitution et de la députation de Bretagne, propose un projet de décret pour distraire quelques paroisses du district de Saint-Brieuc en Bretagne afin de les rattacher à celui de Guingamp. Il se fonde sur la convenance et sur la proportion de population que ce changement établirait entre les deux districts.
Locuteur: Fréteau
...erait dangereux d'admettre en ce moment de semblables réclamations ; ce serait favoriser les retards dans la formation des districts et des départem...
...er les bruits qui circulent jusque dans la capitale, que l'Assemblée cherche à ajourner la constitution de ces districts et départements, afin de pouvoir cacher l'immensité des impôts d...
dit qu'il serait dangereux d'admettre en ce moment de semblables réclamations ; ce serait favoriser les retards dans la formation des districts et des départements et accréditer les bruits qui circulent jusque dans la capitale, que l'Assemblée cherche à ajourner la constitution de ces districts et départements, afin de pouvoir cacher l'immensité des impôts dont est grevé le royaume.
Locuteur: Le marquis de Vaudreuil
...son rapport du 15 avril sur les classes de la marine. donne lecture des 12 articles qui terminent son rapport du 15 avril sur les classes de la marine.
Locuteur: Le marquis de Vaudreuil
...is qui ont embrassé ou qui embrasseront la profession de navigateur sur la mer et sur les rivières, et tous ceux q...
...s professions maritimes seront, à l'âge de dix-huit ans, inscrits sur la matricule des classes, et tenus dès lors de servir à tour de rôle dan3 l'armée navale ou dans les po...
...té qui ne leur permette pas les voyages de long cours. Cette obligation cessera pour eux lorsqu'ils auront renoncé à la navigation ou à la pêche, sauf le temps de guerre, pendant lequel ces renonciation...
« Tous les Français qui ont embrassé ou qui embrasseront la profession de navigateur sur la mer et sur les rivières, et tous ceux qui exercent des professions maritimes seront, à l'âge de dix-huit ans, inscrits sur la matricule des classes, et tenus dès lors de servir à tour de rôle dan3 l'armée navale ou dans les ports ou arsenaux jusqu'à cinquante-six ans, à moins qu'ils ne se trouvent dans un état d'infirmité qui ne leur permette pas les voyages de long cours. Cette obligation cessera pour eux lorsqu'ils auront renoncé à la navigation ou à la pêche, sauf le temps de guerre, pendant lequel ces renonciations ne seront pas admises. »
Locuteur: D'André
L'objet des classes est de procurer des sujets à la marine en aussi grand nombre qu'il est ...
...à vingt-cinq et trente hommes. En temps de guerre, on prend cet équipage. Si vous ...
...traire vous ne les emmenez pas en temps de guerre, ils formeront de nouveau leur équipage, et feront ainsi une pépinière de matelots. Je demande qu'on exempte de la classification tous les patrons-pêcheurs ayant un bateau au moins de quatre hommes.
L'objet des classes est de procurer des sujets à la marine en aussi grand nombre qu'il est possible. Les patrons-pêcheurs ont des bateaux à eux : leur équipage est depuis quatre jusqu'à vingt-cinq et trente hommes. En temps de guerre, on prend cet équipage. Si vous classez les patrons, ils sont obligés d'abandonner les bâtiments ; si au contraire vous ne les emmenez pas en temps de guerre, ils formeront de nouveau leur équipage, et feront ainsi une pépinière de matelots. Je demande qu'on exempte de la classification tous les patrons-pêcheurs ayant un bateau au moins de quatre hommes.
Locuteur: D'André
L'Assemblée ajourne le projet de décret sur les classes de la marine. L'Assemblée ajourne le projet de décret sur les classes de la marine.
Locuteur: D'André
( Voy. plus loin aux annexes de la séance de ce jour : 1° Observations et projet de décret sur les classes par MM. le marquis de Vaudreuil et le chevalier de La Coudraye; 2* Rapport sur les dépenses et le régime économique de la marine, par M. Malouet). ( Voy. plus loin aux annexes de la séance de ce jour : 1° Observations et projet de décret sur les classes par MM. le marquis de Vaudreuil et le chevalier de La Coudraye; 2* Rapport sur les dépenses et le régime économique de la marine, par M. Malouet).
Locuteur: Le Chapelier
demande la parole, au nom du comité de constitution, pour faire un rapport demande la parole, au nom du comité de constitution, pour faire un rapport
Locuteur: De Boislandry
...ut ce qui est relatif à d'autres droits de parcours non compris dans le décret, et... demande que tout ce qui est relatif à d'autres droits de parcours non compris dans le décret, et en usage dans quelques provinces du royaume, soit renvoyé au comité d'agricultu...
Locuteur: Démeunier
lit un projet de décret. lit un projet de décret.
Locuteur: De Saint-Martin
...ît nécessaire d'indiquer dans le projet de décret que les procureurs syndics y son... Il me paraît nécessaire d'indiquer dans le projet de décret que les procureurs syndics y sont compris.
Locuteur: Le marquis de Digoine
Le trésorier des États de Bourgogne ne rend ses comptes que tous les deux ans; il serait injuste de l'exclure. Le trésorier des États de Bourgogne ne rend ses comptes que tous les deux ans; il serait injuste de l'exclure.
Locuteur: Le marquis de Digoine
L'Assemblée délibère, et le projet de rédaction présenté par le comité de constitution est adopté en ces termes : L'Assemblée délibère, et le projet de rédaction présenté par le comité de constitution est adopté en ces termes :
Locuteur: Le marquis de Digoine
...État, qui n'ont pas encore rendu compte de ta gestion des affaires de chaque province, ou du maniement des deniers publics, ne pourront, avant l'arrêté de leurs comptes, être élus membres des administrations de département ou de district. .... 2. Les administrateurs comptables, trésoriers ou receveurs des anciens pays d'État, qui n'ont pas encore rendu compte de ta gestion des affaires de chaque province, ou du maniement des deniers publics, ne pourront, avant l'arrêté de leurs comptes, être élus membres des administrations de département ou de district.
Locuteur: Le marquis de Digoine
« Il en sera de même des trésoriers ou comptables des a...
... seront admissibles aux administrations de département ou de district, qu'après l'arrêté de leurs comptes. »
« Il en sera de même des trésoriers ou comptables des autres parties du royaume, lesquels ne seront admissibles aux administrations de département ou de district, qu'après l'arrêté de leurs comptes. »
Locuteur: Fréteau
Vordre du jour appelle la discussion sur les dîmes. Vordre du jour appelle la discussion sur les dîmes.
Locuteur: D'André
...l'Assemblée ne peut décréter des objets de détail avant qu'on ne lui ait présenté les principes de cette matière, et que d'ailleurs les. membres du comité de marine ne sont pas encore d'accord sur ... Après quelques discussions, plusieurs membres observent que l'Assemblée ne peut décréter des objets de détail avant qu'on ne lui ait présenté les principes de cette matière, et que d'ailleurs les. membres du comité de marine ne sont pas encore d'accord sur ces bases.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 106
Locuteur: Le Chapelier
sur la prolongation des pouvoirs de MM. les députés. sur la prolongation des pouvoirs de MM. les députés.
Locuteur: Le Chapelier
(1). Messieurs, voire comité de constitution doit arrêter vos regards sur un objet de la plus haute importance, parce que c'est qu'est le dernier espoir des ennemis de la patrie, le terme auquel ils se flattent de porter échec à la constitution, de détruire la liberté publique et de renverser les espérances de bonheur que le peuplev français fonde a... (1). Messieurs, voire comité de constitution doit arrêter vos regards sur un objet de la plus haute importance, parce que c'est qu'est le dernier espoir des ennemis de la patrie, le terme auquel ils se flattent de porter échec à la constitution, de détruire la liberté publique et de renverser les espérances de bonheur que le peuplev français fonde avec raison sur l'ouvrage que l'Assemblée nationale est près d'achever.
Locuteur: Le Chapelier
...rits et à jeter dans ta nation un sujet de discorde : et confondant tous les principes, les altérant tous pour essayer de les violer, abusant même de la composition vicieuse de l'Assemblée nationale actuelle qui cont...
...ordres, ils disent au peuple que maître de retirer ses pouvoirs, il lui est utile de les confier à d'autres citoyens et de renouveler l'Assembée nationale.
...rviendront, à l'aide des passions et des intérêts particuliers, à agiter les esprits et à jeter dans ta nation un sujet de discorde : et confondant tous les principes, les altérant tous pour essayer de les violer, abusant même de la composition vicieuse de l'Assemblée nationale actuelle qui contient à côté des députés élus par le peuple, des députés des anciens ordres, ils disent au peuple que maître de retirer ses pouvoirs, il lui est utile de les confier à d'autres citoyens et de renouveler l'Assembée nationale.
Locuteur: Le Chapelier
...t d'éclairer ceux qu'on veut égarer, et de fixer les véritables principes auxquels est attaché le sort de l'Bmpire, et auxquels doivent se rallier tous les amis de la patrie, de l'ordre et de la tranquilité publique. Notre obligation est d'éclairer ceux qu'on veut égarer, et de fixer les véritables principes auxquels est attaché le sort de l'Bmpire, et auxquels doivent se rallier tous les amis de la patrie, de l'ordre et de la tranquilité publique.
Locuteur: Le Chapelier
...ubli, mais désormais très reconnue, que la souveraineté réside dans la nation; que tous ceux qui exercent une ...
...e principe sacré est sans application à la question que nous forcent d'examiner les adversaires de la constitution qui s'établit.
C'est sans doute une vérité trop longtemps mise en oubli, mais désormais très reconnue, que la souveraineté réside dans la nation; que tous ceux qui exercent une autorité quelconque, l'exercent en son nom et pour elle, et qu'elle peut retirer les pouvoirs qu'elle a délégués ; mais ce principe sacré est sans application à la question que nous forcent d'examiner les adversaires de la constitution qui s'établit.
Locuteur: Le Chapelier
... serait détruire cette constitution que de renouveler, avant qu'elle fût fixée, l'Assemblée chargée de la former. Ce serait détruire cette constitution que de renouveler, avant qu'elle fût fixée, l'Assemblée chargée de la former.
Locuteur: Le Chapelier
... déjà consacré cette doctrine qui est à la fois le garant et du repos de l'empire et de la liberté des citoyens. Vous avez, Messieurs, déjà consacré cette doctrine qui est à la fois le garant et du repos de l'empire et de la liberté des citoyens.
Locuteur: Le Chapelier
...utionnel sur l'armée, vous avez, au nom de la nation dont vous exprimez la volonté, interdit aux législatures qui vous succéderont la faculté d'établir aucune distinction qu... Dans le décret constitutionnel sur l'armée, vous avez, au nom de la nation dont vous exprimez la volonté, interdit aux législatures qui vous succéderont la faculté d'établir aucune distinction quelconque entre tous les citoyens pour l'admissibilité aux emplois.
Locuteur: Le Chapelier
...e maxime s'étend sur toutes les parties de la constitution. Cette maxime s'étend sur toutes les parties de la constitution.
Locuteur: Le Chapelier
...e l'Assemblée, qui forme ou qui examine la constitution, a des pouvoirs différents de celui dont les législatures seront investies; elles existeront par la forme du gouvernement, elles feront les...
...ns publiques, et ne toucheront jamais à la constitution, à laquelle elles seront s...
Il en résulte que l'Assemblée, qui forme ou qui examine la constitution, a des pouvoirs différents de celui dont les législatures seront investies; elles existeront par la forme du gouvernement, elles feront les lois, elles établiront les contributions publiques, et ne toucheront jamais à la constitution, à laquelle elles seront soumises comme tous les délégués du peuple et comme tous les citoyens.
Locuteur: Le Chapelier
Chargés par tous nos mandats d'examiner la constitution, d'en réformer les abus, n...
...ée constituante. Nous avons travaillé à la constitution, nous en avons fait la plus grande partie; notre devoir est de l'achever. La nation a donné son assentiment aux étab...
...t notre ouvrage, aux décrets qui fixent la forme du gouvernement français; tous le...
...n serment individuel, promis fidélité à la constitution, et se sont engagés à la maintenir dfe tout leur pouvoir.
Chargés par tous nos mandats d'examiner la constitution, d'en réformer les abus, nous avons dès ce moment été créés, par le peuple, Assemblée constituante. Nous avons travaillé à la constitution, nous en avons fait la plus grande partie; notre devoir est de l'achever. La nation a donné son assentiment aux établissements qui sont notre ouvrage, aux décrets qui fixent la forme du gouvernement français; tous les citoyens ont, d'une voix unanime et par un serment individuel, promis fidélité à la constitution, et se sont engagés à la maintenir dfe tout leur pouvoir.
Locuteur: Le Chapelier
La nation a donc de plus en plus consacré le caractère d'As... La nation a donc de plus en plus consacré le caractère d'Assemblée constituante que nous avions reçu par nos mandats.
Locuteur: Le Chapelier
Si, avant la fia de ce travail, nous étions remplacés par d...
...r despouvoirs essentiellement distincts de ceux dont nous sommes revêtus, aurait pourtant les mêmes, et que par conséquent la constitution serait livrée à toutes les...
..., au grand détriment public, pourraient la changer ou la modifier.
Si, avant la fia de ce travail, nous étions remplacés par d'autres députés, ou si même, sans être remplacés, nous étions confirmés par une ...
...évident que l'Assemblée formée alors sur des éléments différents, et devant avoir despouvoirs essentiellement distincts de ceux dont nous sommes revêtus, aurait pourtant les mêmes, et que par conséquent la constitution serait livrée à toutes les législatures, qui, au grand détriment public, pourraient la changer ou la modifier.
Locuteur: Le Chapelier
Car si l'Assemblée qui prendrait la place de celle qui existe maintenant n'avait pas les mêmes pouvoirs, la constitution resterait imparfaite, ou p...
...constitution n'est pas le rassemblement de quelques principes, ou l'arrangement de quelques-unes des parties du gouverneme...
Car si l'Assemblée qui prendrait la place de celle qui existe maintenant n'avait pas les mêmes pouvoirs, la constitution resterait imparfaite, ou plutôt elle ne serait pas établie. Une constitution n'est pas le rassemblement de quelques principes, ou l'arrangement de quelques-unes des parties du gouvernement : c'est une machine qui doit être complète et avoir un ensemble.
Locuteur: Le Chapelier
...e savons, Messieurs, ce qu'on se promet de l'insinuation funeste qu on essaye de donner au peuple; mais aussi, c'est pré...
...'une main ferme, mettre pour barrière à de semblables tentatives, et la patrie qu'elles menacent, et les principes sur lesquels la constitution est établie.
Voilà, nous le savons, Messieurs, ce qu'on se promet de l'insinuation funeste qu on essaye de donner au peuple; mais aussi, c'est précisément parce que nous savons que tel est le projet conçu, que nous devons, d'une main ferme, mettre pour barrière à de semblables tentatives, et la patrie qu'elles menacent, et les principes sur lesquels la constitution est établie.
Locuteur: Le Chapelier
...demandent que le rapport soit fait tout de suite. D'autres membres demandent que le rapport soit fait tout de suite.
Locuteur: Le Chapelier
...départements et les districts, à nommer de nouveaux députés à l'Assemblée nationale. Les auteurs de cette insinuation perfide se servent du... ...liquement annoncé d'engager les assemblées qui vont se réunir pour composer les départements et les districts, à nommer de nouveaux députés à l'Assemblée nationale. Les auteurs de cette insinuation perfide se servent du prétexte qu'il y a quelques députés dont les pouvoirs ont été limités à un an.
Locuteur: Le Chapelier
La nature des pouvoirs qu'exerce l'Assembl... La nature des pouvoirs qu'exerce l'Assemblée actuelle n'est sûrement pas douteuse.
Locuteur: Le Chapelier
Nous disons les principes sur lesquels la constitution est établie : en effet, ap... Nous disons les principes sur lesquels la constitution est établie : en effet, après avoir déterminé qu'il y aurait une Assemblée unique et permanen te, après av...
...ce en effet qu'une constitution ? C'est la convention qui établit une forme de gouvernement : le mot seul annonce qu'elle ne doit pas varier ; que s'il est salutaire de l'examiner quelquefois, ce doit être ou...
...t des formes convenues ; mais que, pour la tranquillité publique, elle doit, dans ...
...ps, être fixe et à l'abri des atteintes de (!) Le rapport de M, Le Chapelier est incomplet an Monite...
Qu'est-ce en effet qu'une constitution ? C'est la convention qui établit une forme de gouvernement : le mot seul annonce qu'elle ne doit pas varier ; que s'il est salutaire de l'examiner quelquefois, ce doit être ou à des époques déterminées, ou suivant des formes convenues ; mais que, pour la tranquillité publique, elle doit, dans tous les autres temps, être fixe et à l'abri des atteintes de (!) Le rapport de M, Le Chapelier est incomplet an Moniteur.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 107
Locuteur: Le Chapelier
...'hésite donc pas à avertir les citoyens de chacun des départements, que les hommes...
...lée nationale actuelle, veulent essayer de détruire la constitution, et de ruiner la liberté publique ; qu'ils voudraient voir renaître les ordres, les distinctions, la prodigalité des revenus publics, tous les abus enfin qui marchent à la suite du despotisme ou de l'anarchie -, que s'ils n'osent pas parler de la destruction du corps législatif, ils vo...
...elle qu'il lui fût impossible d'exercer la puissance qui doit lui être confiée...
Que l'Assemblée nationale n'hésite donc pas à avertir les citoyens de chacun des départements, que les hommes qui pourraient leur conseiller d'élire des députés pour remplacer ceux qui composent l'Assemblée nationale actuelle, veulent essayer de détruire la constitution, et de ruiner la liberté publique ; qu'ils voudraient voir renaître les ordres, les distinctions, la prodigalité des revenus publics, tous les abus enfin qui marchent à la suite du despotisme ou de l'anarchie -, que s'ils n'osent pas parler de la destruction du corps législatif, ils voudraient du moins lui donner une organisation telle qu'il lui fût impossible d'exercer la puissance qui doit lui être confiée...
Locuteur: Le Chapelier
...ont ce peuple s'est entouré pour donner de la stabilité à sa constitution. ...nglais ; nous montrerions ensuite les entraves très convenables au despotisme, dont ce peuple s'est entouré pour donner de la stabilité à sa constitution.
Locuteur: Le Chapelier
...é à prendre, et nous déterminerons dans la lin de notre travail des moyensplus simples, p...
... droits du peuple, plus rassurants pour la liberté.
Nous avons commencé à prendre, et nous déterminerons dans la lin de notre travail des moyensplus simples, plus conformes aux droits du peuple, plus rassurants pour la liberté.
Locuteur: Le Chapelier
...repose sur les principes les plus vrais de la monarchie : l'expérience éclairera sur les imperfections de notre ouvrage ; et à une époque donnée,... ...ous soit échappé quelques erreurs dans l'établissement d'une constitution , qui repose sur les principes les plus vrais de la monarchie : l'expérience éclairera sur les imperfections de notre ouvrage ; et à une époque donnée, ou par des formes convenues, l'examen sera porté sur ce travail.
Locuteur: L'abbé Maury
Il faut envoyer ces gens- au Châtelet. (Extrême agitation des voisins de M. l'abbé Maury ; grands eris ; menaces du geste et de la voix.) Il faut envoyer ces gens- au Châtelet. (Extrême agitation des voisins de M. l'abbé Maury ; grands eris ; menaces du geste et de la voix.)
Locuteur: Le Chapelier
...le que nous mettons dans nos travaux, à la fréquence de nos séances, à l'attention que nous app...
... tout ce qui n'est pas intimement lié à la constitution et aux finances, le public...
...ions ; il sait assez qu'il n'est pas un de nous pour qui un si long séjour à Versailles et à Paris, un éloignement de plus d'un an de sa famille, de ses affaires, de ses habitudes, n'entraînent quelques sa...
...notre situation, il nous était possible de nous isoler de la chose publique, nous demanderions pour nous-mêmes la fin de notre mission. Mais ce h'ost ni à soi, ni aux calomnies de quelques détracteurs qu'il faut songer,...
Ne craignons pas que l'on dise que nous voulons perpétuer notre mission ; au zèle que nous mettons dans nos travaux, à la fréquence de nos séances, à l'attention que nous apportons à éloigner tout ce qui n'est pas intimement lié à la constitution et aux finances, le public ne se laisse pas tromper sur nos intentions ; il sait assez qu'il n'est pas un de nous pour qui un si long séjour à Versailles et à Paris, un éloignement de plus d'un an de sa famille, de ses affaires, de ses habitudes, n'entraînent quelques sacrifices, et que si, dans notre situation, il nous était possible de nous isoler de la chose publique, nous demanderions pour nous-mêmes la fin de notre mission. Mais ce h'ost ni à soi, ni aux calomnies de quelques détracteurs qu'il faut songer, o'est à l'Etat.
Locuteur: Le Chapelier
Or, deux choses sont nécessaires ; que la cons-titution soit achevée, et que, qua...
... fixité sans laquelle on ne connaît pas de gouvernement. Il est impossible qu'une ...
...tes, dont l'une n'aurait pas le pouvoir de changer ce qu'aurait fait la première ; et si elle a ce pouvoir, les...
Or, deux choses sont nécessaires ; que la cons-titution soit achevée, et que, quand elle sera achevée, elle ait cette fixité sans laquelle on ne connaît pas de gouvernement. Il est impossible qu'une constitution ne soit pas faite par une seule Assemblée; il est impossible d'imaginer deux assemblées successives, toutes deux constituantes, dont l'une n'aurait pas le pouvoir de changer ce qu'aurait fait la première ; et si elle a ce pouvoir, les maux qui peuvent en résulter sont incalculables.
Locuteur: Le Chapelier
...reste à parcourir. Lorsqu'on a beaucoup de travaux à faire, il n'est pas possible de fixer précisément l'époque à laquelle i...
...sommes désormais sûrs que dans bien peu de mois nous serons à même " d'indiquer le moment où la nation pourra nommer sa première Assemb...
...les devoirs que nous avons à remplir ; elle mesure comme nous l'espace qui nous reste à parcourir. Lorsqu'on a beaucoup de travaux à faire, il n'est pas possible de fixer précisément l'époque à laquelle ils seront terminés ; mais nous sommes désormais sûrs que dans bien peu de mois nous serons à même " d'indiquer le moment où la nation pourra nommer sa première Assemblée législative.
Locuteur: Le Chapelier
...ons d'établir, il est peut-être inutile de dire qu'il y aurait une impossibilité p...
...e nationale ; aucun d'eux n'est en état de calculer le nombre de députés qu'il aura à envoyer ; il faut ...
...i apprenne à chaque département combien la population, sa richesse et sa contribution lui donnent de voix dans l'Assemblée législative.
Après les principes que nous venons d'établir, il est peut-être inutile de dire qu'il y aurait une impossibilité physique à ce que les départements fissent actuellement des élections pour l'Assemblée nationale ; aucun d'eux n'est en état de calculer le nombre de députés qu'il aura à envoyer ; il faut un travail préliminaire, qui apprenne à chaque département combien la population, sa richesse et sa contribution lui donnent de voix dans l'Assemblée législative.
Locuteur: Le Chapelier
Nous croyons, Messieurs, que la clause limitative est saris effet; que ...
...s d'eux quittaient le travail qu'il est de leur devoir d'achever, l'Assemblée ne d...
...ait ni moins complète, ni moins obligée de continuer ses opérations.
Nous croyons, Messieurs, que la clause limitative est saris effet; que ces députés doivent demeurer dans l'Assemblée, qu'ils n'ont point besoin d'une élection, qu'il est impossible que cette élection ait lieu, et que si quelques-uns d'eux quittaient le travail qu'il est de leur devoir d'achever, l'Assemblée ne devrait pas s'en apercevoir ; elle n'en serait ni moins complète, ni moins obligée de continuer ses opérations.
Locuteur: Le Chapelier
En effet, d'après la maxime consacrée par un décret, que chacun de nous est le représentant de la nation entière et non de tel ou tel bailliage, la retraite de quelques députés ne peut d'aucune manière influer sur la légalité de l'Assemblée. En effet, d'après la maxime consacrée par un décret, que chacun de nous est le représentant de la nation entière et non de tel ou tel bailliage, la retraite de quelques députés ne peut d'aucune manière influer sur la légalité de l'Assemblée.
Locuteur: Le Chapelier
...mandats qui limitent à un an le pouvoir de quelques députés, ont été donnés dans u...
...mbarras qui retarderaient notre marche. La crainte du despotisme fut la cause de cette limitation ; ceux qui l'imposèren...
... temps plus que suffisant pour terminer la constitution, car il n'a pas pu être dans leur esprit de nommer des députés pour ne faire qu'une partie de cet ouvrage, et pour l'abandonner avant qu'il fût consommé. Tous les députés ont reçu la mission de réformer la constitution. Voilà l'objet spécial de leur mandat, c'est à cette clause intégrale que toutes les autres sont soumises. La constitution n'est pas achevée) donc le...
Les mandats qui limitent à un an le pouvoir de quelques députés, ont été donnés dans un temps où l'on ne pouvait calculer que très imparfaitement les travaux qu'entra...
...ait pas les difficultés qui nous seraient suscitées, on ne prévoyait point les embarras qui retarderaient notre marche. La crainte du despotisme fut la cause de cette limitation ; ceux qui l'imposèrent à leurs mandats croyaient donner un temps plus que suffisant pour terminer la constitution, car il n'a pas pu être dans leur esprit de nommer des députés pour ne faire qu'une partie de cet ouvrage, et pour l'abandonner avant qu'il fût consommé. Tous les députés ont reçu la mission de réformer la constitution. Voilà l'objet spécial de leur mandat, c'est à cette clause intégrale que toutes les autres sont soumises. La constitution n'est pas achevée) donc le man-
Locuteur: Le Chapelier
il faut bien que la constitution ne puisse être changée que... il faut bien que la constitution ne puisse être changée que suivant les formes prescrites.
Locuteur: Le Chapelier
...voir les défauts ; il faut que le cours de quelques années ait fait taire les pass... ...ns politiques s'établissent, qu'on peut en juger tous les avantages ou en apercevoir les défauts ; il faut que le cours de quelques années ait fait taire les passions, ait calmé tous les regrets.
Locuteur: Le Président
... on se permet d'interrompre un opinant, de l'interrompre avec violence, ce n'est p... Quand on se permet d'interrompre un opinant, de l'interrompre avec violence, ce n'est pas àcet opinant que l'on manque, mais à toute l'Assemblée : M. l'abbé, je vous r...
Locuteur: Le Chapelier
Nous parlons dans ce moment d'après la connaissance des mouvements qui se font... Nous parlons dans ce moment d'après la connaissance des mouvements qui se font dans les provinces.
Locuteur: Le Chapelier
...tion sera-t-elle finie? Faut-il laisser la nation incertaine sur le moment où elle... Mais quand cette constitution sera-t-elle finie? Faut-il laisser la nation incertaine sur le moment où elle n'aura plus besoin que d'une Assemblée législative, et où elle pourra en nommer...
Locuteur: Le Chapelier
...te ; elle se résout par un petit nombre de réflexions : il y a quelques députés do... Une seconde question se présente ; elle se résout par un petit nombre de réflexions : il y a quelques députés dont les pouvoirs ne devaient dans le principe durer qu'un an.
Locuteur: Le Chapelier
Mais cette retraite aurait cela de fâcheux, qu'elle nous priverait de membres éclairés. Nous voyons avec plai...
... des principes et des faits, les moyens de les conserver.
Mais cette retraite aurait cela de fâcheux, qu'elle nous priverait de membres éclairés. Nous voyons avec plaisir, dans l'application des principes et des faits, les moyens de les conserver.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 108
Locuteur: Le Chapelier
...our réformer tous les abus, chargée par la nation de tout corriger dans toutes les parties, ...
...aurait certainement reçu par l'adhésion de toutes les provinces du royaume : chaque citoyen a fait le serment de soutenir la constitution de tout sOn pouvoir; il y a donc une constitution commencée, et, pour la faire, un pouvoir existant et reconnu.
...vé que quand on voudrait chercher à persuader que 1 Assemblée nationale réunie pour réformer tous les abus, chargée par la nation de tout corriger dans toutes les parties, n'avait pas, dans le principe, le caractère d'Assemblée constituante, elle l'aurait certainement reçu par l'adhésion de toutes les provinces du royaume : chaque citoyen a fait le serment de soutenir la constitution de tout sOn pouvoir; il y a donc une constitution commencée, et, pour la faire, un pouvoir existant et reconnu.
Locuteur: Le Chapelier
Ce n'est pas tout, les représentants de la nation, menacés par le despotisme, ont juré de ne pas se séparer que la constitution ne fût achevée; ce serment a été approuvé par toute la nation des louanges universelles l'ont ...
..., auraient sans doute l'effet d'effacer la clause du mandat, si elle avait eu besoin de l'être.
Ce n'est pas tout, les représentants de la nation, menacés par le despotisme, ont juré de ne pas se séparer que la constitution ne fût achevée; ce serment a été approuvé par toute la nation des louanges universelles l'ont consacré ; cet engagement solennel et l'approbation qu'il a reçue, auraient sans doute l'effet d'effacer la clause du mandat, si elle avait eu besoin de l'être.
Locuteur: Le Chapelier
...ordres sont supprimés, et ce sont, pour la plus grande partie, des députes de ces anciens ordres qui ont reçu des pou... Où prendrait-on les- électeurs ? Les anciens n'existent plus, les ordres sont supprimés, et ce sont, pour la plus grande partie, des députes de ces anciens ordres qui ont reçu des pouvoirs avec cette limitation.
Locuteur: Le Chapelier
...s en sens contraire, et que, tandis que la division du royaume et la représentation s'établissent conformément aux règles sages de la constitution actuelle, on suivît encore...
...lement les formes inégales et vicieuses de l'ancienne représentation ?
... dans un autre département. Faudrait-il qu'il se Ht au même moment des assemblées en sens contraire, et que, tandis que la division du royaume et la représentation s'établissent conformément aux règles sages de la constitution actuelle, on suivît encore très inutilement les formes inégales et vicieuses de l'ancienne représentation ?
Locuteur: Le Chapelier
...ssieurs : attachons-nous aux principes; la confirmation des pouvoirs limités est inutile ; la clause limitative est devenue sans vale...
...est impossible, elle serait contraire à la constitution; que les députés porteurs de ces mandats restent donc sans scrupule ...
Non, Messieurs : attachons-nous aux principes; la confirmation des pouvoirs limités est inutile ; la clause limitative est devenue sans valeur ; l'élection nouvelle est impossible, elle serait contraire à la constitution; que les députés porteurs de ces mandats restent donc sans scrupule parmi nous ; leur serment les y oblige, l'intérêt public le leur commande.
Locuteur: Le Chapelier
...les assemblées qui vont avoir lieu pour la formation des corps administratifs dans...
...oivent point, dans ce moment, s'occuper de l'élection de nouveaux députés à l'Assemblée national...
...élection ne peut avoir lieu que lorsque la constitution sera près d'être achevée, et qu'à cette époque, qu'il est impossible de déterminer précisément mais qui est trè...
...ssemblée nationale suppliera Sa Majesté de faire proclamer le jour où les assemblées électorales se formeront pour élire la première législature.
« L'Assemblée nationale déclare que les assemblées qui vont avoir lieu pour la formation des corps administratifs dans les départements et dans les districts ne doivent point, dans ce moment, s'occuper de l'élection de nouveaux députés à l'Assemblée nationale; que cette élection ne peut avoir lieu que lorsque la constitution sera près d'être achevée, et qu'à cette époque, qu'il est impossible de déterminer précisément mais qui est très rapprochée, l'Assemblée nationale suppliera Sa Majesté de faire proclamer le jour où les assemblées électorales se formeront pour élire la première législature.
Locuteur: Le Chapelier
...re aussi qu'attendu que les commettants de quelques députés n'ont pu leur donner le pouvoir de ne travailler qu'à une partie de la constitution; qu'attendu le serment fait le 20 juin par les représentants de la nation , et approuvé par elle, de ne se séparer que lorsque la constitution serait achevée, elle regarde comme toujours subsistants jusqu'à la fin de la constitution, les pouvoirs de ceux dont les mandats porteraient une limitation quelconque, et considère la clause limitative comme ne pouvant avoi... « Déclare aussi qu'attendu que les commettants de quelques députés n'ont pu leur donner le pouvoir de ne travailler qu'à une partie de la constitution; qu'attendu le serment fait le 20 juin par les représentants de la nation , et approuvé par elle, de ne se séparer que lorsque la constitution serait achevée, elle regarde comme toujours subsistants jusqu'à la fin de la constitution, les pouvoirs de ceux dont les mandats porteraient une limitation quelconque, et considère la clause limitative comme ne pouvant avoir aucun effet.
Locuteur: L'abbé Maury
...dans le royaume un complot formé contre la liberté publique (2); s'il est vrai que les ennemis de la constitution se permettent de criminelles manœuvres pour renverser ce monument sacré que nous élevons à la gloire et au bonheur de la nation ; si les chefs et les complices de cette conspiration sont connus, je dema...
...ts au Châtelet comme coupables du crime de lèse-nation. Si le rapporteur qui vient de nous dénoncer cette conjuration refuse de nommer à l'Assemblée les auteurs,d'un d...
...e le dénonce lui-même aux représentants de la France; et je l'accuse d'abord de nous avoir insidieusement environnés de vaines terreurs, pour nous arracher un ...
...égislatif et attenia-tatoire aux droits de la nation.
(1). Messieurs, s'il existe dans le royaume un complot formé contre la liberté publique (2); s'il est vrai que les ennemis de la constitution se permettent de criminelles manœuvres pour renverser ce monument sacré que nous élevons à la gloire et au bonheur de la nation ; si les chefs et les complices de cette conspiration sont connus, je demande hautement qu'ils soient traduits au Châtelet comme coupables du crime de lèse-nation. Si le rapporteur qui vient de nous dénoncer cette conjuration refuse de nommer à l'Assemblée les auteurs,d'un délit si effrayant, je le dénonce lui-même aux représentants de la France; et je l'accuse d'abord de nous avoir insidieusement environnés de vaines terreurs, pour nous arracher un décret également injurieux au Corps législatif et attenia-tatoire aux droits de la nation.
Locuteur: L'abbé Maury
...ers les plus grands intérêts. Il s'agit de déterminer les droits des représentants de la nation, les droits du Corps législatif,...
...igations qu'il impose, enfin les droits de nos commettants sur la limitation ou la durée de nos pouvoirs. Il s'agit surtout de tracer, d'une main ferme, la ligne de démarcation de tous ces droits divers entre l'Assemblée nationale et la nation elle-même. Aucune de ces discussions ne nous a été annoncée,...
On appelle vos regards dans ce moment, Messieurs, vers les plus grands intérêts. Il s'agit de déterminer les droits des représentants de la nation, les droits du Corps législatif, lés droits des législatures suivantes, les droits du serment, ou plutôt les obligations qu'il impose, enfin les droits de nos commettants sur la limitation ou la durée de nos pouvoirs. Il s'agit surtout de tracer, d'une main ferme, la ligne de démarcation de tous ces droits divers entre l'Assemblée nationale et la nation elle-même. Aucune de ces discussions ne nous a été annoncée, et l'on nous accorde à peine un instant pour délibérer.
Locuteur: L'abbé Maury
Voici l'état de la question. Voici l'état de la question.
Locuteur: Le Chapelier
Enfin, il serait impossible de faire procéder à un remplacement ou à u... Enfin, il serait impossible de faire procéder à un remplacement ou à une confirmation des députés porteurs des mandats dont nous parlons.
Locuteur: Le Chapelier
...rations, nous vous présentons le projet de décret suivant : Par ces considérations, nous vous présentons le projet de décret suivant :
Locuteur: Le Chapelier
projet de décret. projet de décret.
Locuteur: Le Chapelier
...cret à l'acceptation, et supplier S. M. de donner les ordres nécessaires pour qu'i... ...ésident se retirera dans le jour par devers le roi, pour présenter le présent décret à l'acceptation, et supplier S. M. de donner les ordres nécessaires pour qu'il soit le plus promptement possible envoyé aux commissaires qu'elle a nommés pou...
Locuteur: L'abbé Maury
C'est un stratagème coupable de l'art oratoire, que de supposer ainsi des dangers chimériques,... C'est un stratagème coupable de l'art oratoire, que de supposer ainsi des dangers chimériques, pour obtenir des injustices réelles, en les sollicitant comme des précautions n...
Locuteur: L'abbé Maury
...ieurs, toutes ces importantes questions de droit public. Je vais présenter à votre...
... à votre patriotisme, l'hommage soudain de mes premières pensées ; et vous décider...
Je vais parcourir avec vous, Messieurs, toutes ces importantes questions de droit public. Je vais présenter à votre sagesse et à votre patriotisme, l'hommage soudain de mes premières pensées ; et vous déciderez ensuite si vous pouvez défendre par un décret, aux corps administratifs, d'él...
(2) Je n'avais pas prévu le projet de décret qui vient de nous être présenté par le comité de constitution. Après avoir entendu la lecture très rapide qui nous en a été faite par M. Le Chapelier, j'ai demandé la parole pour le combattre et je dicte, à la hâte, cette réfutation imprévue, dont on me demande la plus prompte publicité. (Noie de M. l'abbé MauryJ (2) Je n'avais pas prévu le projet de décret qui vient de nous être présenté par le comité de constitution. Après avoir entendu la lecture très rapide qui nous en a été faite par M. Le Chapelier, j'ai demandé la parole pour le combattre et je dicte, à la hâte, cette réfutation imprévue, dont on me demande la plus prompte publicité. (Noie de M. l'abbé MauryJ
...eurs bailliages ont limité les pouvoirs de (1) Le Moniteur ne donne qn'une analyse du discours de M. l'abbé Maury. Plusieurs bailliages ont limité les pouvoirs de (1) Le Moniteur ne donne qn'une analyse du discours de M. l'abbé Maury.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 109
Locuteur: L'abbé Maury
...députés à une seule aDnée. L'expiration de ce terme approche, et les départements vont s'assembler. La forme des nouvelles élections va deveni...
...s ne sommes plus simplement des députés de nos bailliages; que nous sommes devenus les représentants de la nation ; qu'à ce dernier titre, la liberté politique de la nation nous est subordonnée; que nous avons fait, le 20 du mois de juin dernier, le serment solennel de ne nous séparer qu'après avoir décrété la constitution; que nos commettants n'ont pas eu le droit de restreindre nos pouvoirs à une époque f...
...ge ; que l'Assemblée doit suppléer, par la plénitude de sa toute-puissance, à la mission des députés dont les pouvoirs v...
...atures prochaines n'auront pas le droit de s'occuper de la constitution, quoiqu'elle soit encore i...
...tuant, qu'à des époques déterminées par la constitution elle-même; qu'elles former...
...ue nous avons, par conséquent, le droit de suspendre les élections de nos successeurs, jusqu'à ce que nous in...
leurs députés à une seule aDnée. L'expiration de ce terme approche, et les départements vont s'assembler. La forme des nouvelles élections va devenir plus régulière qu'elle ne l'a jamais été, puisqu'elle est déterminée par nos propres décrets. On nous dit que nous ne sommes plus simplement des députés de nos bailliages; que nous sommes devenus les représentants de la nation ; qu'à ce dernier titre, la liberté politique de la nation nous est subordonnée; que nous avons fait, le 20 du mois de juin dernier, le serment solennel de ne nous séparer qu'après avoir décrété la constitution; que nos commettants n'ont pas eu le droit de restreindre nos pouvoirs à une époque fixe, qui ne nous laisse pas le temps d'achever cet ouvrage ; que l'Assemblée doit suppléer, par la plénitude de sa toute-puissance, à la mission des députés dont les pouvoirs vont expirer; que les législatures prochaines n'auront pas le droit de s'occuper de la constitution, quoiqu'elle soit encore incomplète ; que les Assemblées nationales ne seront investies du pouvoir constituant, qu'à des époques déterminées par la constitution elle-même; qu'elles formeront alors une Convention nationale; et que nous avons, par conséquent, le droit de suspendre les élections de nos successeurs, jusqu'à ce que nous invitions les départements à les choisir, lorsque nos travaux constitutionnels ser...
Locuteur: L'abbé Maury
...t où le roi convoqua les États généraux de son royaume, les assemblées électorales...
... procéder à l'élection des députés et à la rédaction des cahiers. Nous fûmes tous revêtus alors de l'honorable mission que nous exerçons dans cette Assemblée. Mai3 avant la vérification réciproque de nos pouvoirs, nous n'étions encore que les députés de nos bailliages, et aucun bailliage particulier ne pouvait nous autoriser à représenter la nation tout entière. Dès que l'universalité des délégués de chaque bailliage fut rassemblée, dès qu...
...ats furent reconnus, nous ne fûmes plus de simples mandataires de nos provinces, nous prîmes un plus gran...
...ple réunion, le corps des représentants de la nation française. Mais ce titre auguste...
...Je pouvoir radical que nous avions reçu de nos commettants ; et nous eussions été frappés d'une incapacité légale de représenter la nation, si nous n'avions été d'abord les délégués de nos bailliages. Nul citoyen n'a le droit d'être admis dans un corps de représentants, sans le titre primitif qui le constitue lui-même mandataire : de sorte, Messieurs, qu'au moment où nous cessons d'être les députés de nos bailliages, nous ne saurions plus être les représentants de la nation; nous n'appartenons plus au Corps législatif; nous rentrons dans la classe commune des citoyens, pour être ...
Au moment où le roi convoqua les États généraux de son royaume, les assemblées électorales se formèrent pour procéder à l'élection des députés et à la rédaction des cahiers. Nous fûmes tous revêtus alors de l'honorable mission que nous exerçons dans cette Assemblée. Mai3 avant la vérification réciproque de nos pouvoirs, nous n'étions encore que les députés de nos bailliages, et aucun bailliage particulier ne pouvait nous autoriser à représenter la nation tout entière. Dès que l'universalité des délégués de chaque bailliage fut rassemblée, dès que nos mandats furent reconnus, nous ne fûmes plus de simples mandataires de nos provinces, nous prîmes un plus grand caractère; nous formâmes, par notre simple réunion, le corps des représentants de la nation française. Mais ce titre auguste supposait en nous Je pouvoir radical que nous avions reçu de nos commettants ; et nous eussions été frappés d'une incapacité légale de représenter la nation, si nous n'avions été d'abord les délégués de nos bailliages. Nul citoyen n'a le droit d'être admis dans un corps de représentants, sans le titre primitif qui le constitue lui-même mandataire : de sorte, Messieurs, qu'au moment où nous cessons d'être les députés de nos bailliages, nous ne saurions plus être les représentants de la nation; nous n'appartenons plus au Corps législatif; nous rentrons dans la classe commune des citoyens, pour être soumis comme eux à toutes les lois, que nous avons décrétées.
Locuteur: L'abbé Maury
...il y a, dans cette Assemblée, plusieurs de nos collègues, dont les pouvoirs doivent expirer le premier du mois de mai prochain. A cette époque, tous les mandataires dont la mission est ainsi limitée cesseront d'être les organes de leurs commettants. Ils ne seront plus alors, aux yeux de la loi, les députés de leurs bailliages; ils se verront privés de tous leurs pouvoirs, par le titre même ...
..., loin d'être ensuite les représentants de la nation, ils ne représenteront pas même ...
Or, Messieurs, il y a, dans cette Assemblée, plusieurs de nos collègues, dont les pouvoirs doivent expirer le premier du mois de mai prochain. A cette époque, tous les mandataires dont la mission est ainsi limitée cesseront d'être les organes de leurs commettants. Ils ne seront plus alors, aux yeux de la loi, les députés de leurs bailliages; ils se verront privés de tous leurs pouvoirs, par le titre même qui les en a investis ; et il est par conséquent démontré que, loin d'être ensuite les représentants de la nation, ils ne représenteront pas même leurs provinces dans l'Assemblée.
Locuteur: L'abbé Maury
...lement le droit d'examiner les pouvoirs de tous les membres du Corps législatif ; mais avons-nous également le droit de les conférer, le droit de les suppléer? Je ne pense pas qu'on ose...
...paradoxe si antinational. Comme députés de nos bailliages nous ne sommes que de simples délégués, et il est de principe qu'un délégué n'a pas le droit de déléguer. Comme membres du Corps législ...
...connaître pour véritables représentants de la nation que les mandataires d'une portion de la nation elle-même.
Nous avons incontestablement le droit d'examiner les pouvoirs de tous les membres du Corps législatif ; mais avons-nous également le droit de les conférer, le droit de les suppléer? Je ne pense pas qu'on ose soutenir sérieusement un paradoxe si antinational. Comme députés de nos bailliages nous ne sommes que de simples délégués, et il est de principe qu'un délégué n'a pas le droit de déléguer. Comme membres du Corps législatif, nous ne pouvons reconnaître pour véritables représentants de la nation que les mandataires d'une portion de la nation elle-même.
Locuteur: L'abbé Maury
Il résulte du développement de ces principes, que nul de vous ne doit oublier son premier titre de député d'un bailliage. Si cette qualité...
...ns pouvoirs et-sans mission. En matière de pouvoirs, il faut toujours remonter au titré ; c'est donc à la seule autorité de nos cahiers que nous devons croire ; c'est la seule volonté de nos commettants que nous devons interro...
Il résulte du développement de ces principes, que nul de vous ne doit oublier son premier titre de député d'un bailliage. Si cette qualité indispensable ne nous appartient plus, nous sommes sans pouvoirs et-sans mission. En matière de pouvoirs, il faut toujours remonter au titré ; c'est donc à la seule autorité de nos cahiers que nous devons croire ; c'est la seule volonté de nos commettants que nous devons interroger.
Locuteur: L'abbé Maury
...rs mandataires, ni leurs représentants. La religion du serment et toutes les lois de l'honneur repoussent les vains sophisme...
...n tenterait d'obscurcir ces maximes; et de travestir les devoirs de la probité la plus commune en autant de scrupules d'une conscience trop timorée...
...er en leur nom, dans une Assemblée où nous ne sommes plus ni leur organe, ni leurs mandataires, ni leurs représentants. La religion du serment et toutes les lois de l'honneur repoussent les vains sophismes par lesquels on tenterait d'obscurcir ces maximes; et de travestir les devoirs de la probité la plus commune en autant de scrupules d'une conscience trop timorée.
Locuteur: L'abbé Maury
Je pars maintenant de tous ces principes, et je dis : s'il y ...
...droit d'élire, comme elles ont le droit de confirmer ou de révoquer leurs députés. Cette Assemblée...
...nt s'assembler, n'ont pas le même droit de rappeler leurs mandataires et d'élire de nouveaux députés? La permanence des Assemblées nationales n'emporte pas la permanence de leurs membres, et il me semble qu'il est digne de tous les bons citoyens de reconnaître comme un point fondamental de notre droit public que chaque député de la nation doit être subordonné à la portion de la nation, dont il est le représentant. J'ose douter que l'on parvienne jamais, par de subtiles déclamations, à persuader au p...
...r cette Assemblée ne me permettrait pas de lui développer des dangers qui ne sont pas vraisemblables; mais mon zèle pour la nation m'obligerait de lui rappeler l'époque lamentable du lon...
Je pars maintenant de tous ces principes, et je dis : s'il y a dans le royaume des bailliages, et même des provinces entières, dont les déput...
...oit d'être représentées dans l'Assemblée nationale; elles ont par conséquent le droit d'élire, comme elles ont le droit de confirmer ou de révoquer leurs députés. Cette Assemblée ne peut, sous aucun prétexte, les priver d'une prérogative nationale ; et si el...
...irs limités. Je demande à présent, si les autres départements du royaume, qui vont s'assembler, n'ont pas le même droit de rappeler leurs mandataires et d'élire de nouveaux députés? La permanence des Assemblées nationales n'emporte pas la permanence de leurs membres, et il me semble qu'il est digne de tous les bons citoyens de reconnaître comme un point fondamental de notre droit public que chaque député de la nation doit être subordonné à la portion de la nation, dont il est le représentant. J'ose douter que l'on parvienne jamais, par de subtiles déclamations, à persuader au peuple que ces principes sont antipatriotiques. S'il restait encore à cet égard quelques nuages dans les esprits, mon respect pour cette Assemblée ne me permettrait pas de lui développer des dangers qui ne sont pas vraisemblables; mais mon zèle pour la nation m'obligerait de lui rappeler l'époque lamentable du long parlement d'Angleterre.
Locuteur: L'abbé Maury
...s, nous dit-on, n'ont pu nous enjoindre de nous retirer avant que la constitution fût faite : et la constitution n'est pas encore achevée ;...
...r un serment public à le terminer avant la lin de cette session.
Nos commettants, nous dit-on, n'ont pu nous enjoindre de nous retirer avant que la constitution fût faite : et la constitution n'est pas encore achevée ; et nous devons d'autant moins abandonner ce grand ouvrage, que nous nous sommes engagés par un serment public à le terminer avant la lin de cette session.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 110
Locuteur: L'abbé Maury
...aux en ont été solennellement reconnus. La grande charte du roi Jean sans Terre qu...
...ardent comme le contrat constitutionnel de la Grande-Bretagne avec ses rois, cette grande charte assure la liberté de la nation contre les emprisonnements arbitraires, et le droit de propriété contre les impositions que la nation n aurait pas consenties. Voilà le titre constitutionnel, qui, depuis plus de cinq siècles, a opposé en Angleterre un...
...gative nationale, et cè fondement sacré de notre nouvelle constitution est d'autan...
...'avance dans nos cahiers, et qu'ensuite la volonté libre du monarque l'a cimenté.
...evée; mais nous en avons posé les grandes bases, et tous les principes fondamentaux en ont été solennellement reconnus. La grande charte du roi Jean sans Terre que les Anglais regardent comme le contrat constitutionnel de la Grande-Bretagne avec ses rois, cette grande charte assure la liberté de la nation contre les emprisonnements arbitraires, et le droit de propriété contre les impositions que la nation n aurait pas consenties. Voilà le titre constitutionnel, qui, depuis plus de cinq siècles, a opposé en Angleterre une barrière insurmontable au despotisme. Le double affranchissement des personnes et des biens est devenu à jamais pour nous une prérogative nationale, et cè fondement sacré de notre nouvelle constitution est d'autant plus immuable que tous nos commettants l'avaient posé d'avance dans nos cahiers, et qu'ensuite la volonté libre du monarque l'a cimenté.
Locuteur: L'abbé Maury
Le rapporteur de notre comité nous présente je ne sais quelle définition métaphysique de notre constitution, qui n'offre à mon e...
...ller toute cette scientifique confusion de principes. Quant à moi, Messieurs, je dirai clairement que la constitution n'est autre en ose que la fixation et la distribution des pouvoirs politiques. On en ferait le travail de Pénélope, un ouvrage interminable, si l...
...stions accessoires, qui appartiennent à la législation. Méfions-nous, Messieurs, de toutes ces fausses notions, oui feraient de notre constitution un chaos, en la surchargeant de prétendues lois constitutionnelles qui ...
...usé, dans cette Assemblée, du grand mot de constitution, toutes les fois que nous ...
Le rapporteur de notre comité nous présente je ne sais quelle définition métaphysique de notre constitution, qui n'offre à mon esprit que des idées vagues, incohérentes et peut-être inexactes. Ma mémoire n'a ...
...on des conventions nationales, dont je m'occuperai dans un instant, pour débrouiller toute cette scientifique confusion de principes. Quant à moi, Messieurs, je dirai clairement que la constitution n'est autre en ose que la fixation et la distribution des pouvoirs politiques. On en ferait le travail de Pénélope, un ouvrage interminable, si l'on y attachait toutes les questions accessoires, qui appartiennent à la législation. Méfions-nous, Messieurs, de toutes ces fausses notions, oui feraient de notre constitution un chaos, en la surchargeant de prétendues lois constitutionnelles qui sont étrangères à ce contrat solennel. J'observerai à ce sujet, que l'on a singulièrement abusé, dans cette Assemblée, du grand mot de constitution, toutes les fois que nous avons demandé le rétablissement du pouvoir exécutif. l)e quel pouvoir parlez-vou...
Locuteur: L'abbé Maury
...n seul instant suspendu sans péril pour la chose publique ; que son influence, loin de renaître de l'organisation I de tous ces divers pouvoirs, sera, au cont...
... auront tous mis, pour ainsi dire, hors de la sphère de son activité. Mais revenons à l'objet direct de notre délibération actuelle.
voir exécutif ne peut pas être un seul instant suspendu sans péril pour la chose publique ; que son influence, loin de renaître de l'organisation I de tous ces divers pouvoirs, sera, au contraire, constitutiohnellement anéantie, lorsque nos décrets constitutionnels les auront tous mis, pour ainsi dire, hors de la sphère de son activité. Mais revenons à l'objet direct de notre délibération actuelle.
Locuteur: L'abbé Maury
...ot liberté, et l'on nous parle des amis de la liberté comme d'une secte particulière. Or, Messieurs, la liberté n'a point d'ennemis ; il suffit d'être homme et Français pour la regarder comme le plus précieux de tous les biens. Sous ce rapport, de la liberté des citoyens, j'ose dire que no...
...slatif est aujourd'hui bien reconnu, et la nation a recouvré ce beau droit pour ne le perdre jamais. Hâtons-nous de faire du pouvoir exécutif une partie vraiment intégrante de la législation; et l'autorité ministériell...
...juin est rempli. Les véritables ennemis de la liberté seraient les ambitieux qui voud...
On répète souvent, dans nos séances, le mot liberté, et l'on nous parle des amis de la liberté comme d'une secte particulière. Or, Messieurs, la liberté n'a point d'ennemis ; il suffit d'être homme et Français pour la regarder comme le plus précieux de tous les biens. Sous ce rapport, de la liberté des citoyens, j'ose dire que notre constitution est achevée. Le pouvoir législatif est aujourd'hui bien reconnu, et la nation a recouvré ce beau droit pour ne le perdre jamais. Hâtons-nous de faire du pouvoir exécutif une partie vraiment intégrante de la législation; et l'autorité ministérielle ne sera plus redoutable ; et notre liberté sera désormais assurée ; et notre consentement seul pourra légitimer l'impôt ; et notre serment du 20 juin est rempli. Les véritables ennemis de la liberté seraient les ambitieux qui voudraient éterniser nos fonctions.
Locuteur: L'abbé Maury
..., que pour accréditer tous ces systèmes de quelques novateurs, il a fallu créer de...
...'avait pas encore articulé formellement la distinction que l'on vient d'établir entre l Assemblée nationale, la Convention nationale et la Législature. L'acception de tous ces mots inconnus à nos pères doit être déterminée avec la plus sévère précision ; et puisque cette discussion s'établit aujourd'hui pour la première fois dans votre tribune, je va...
Remarquez, Messieurs, que pour accréditer tous ces systèmes de quelques novateurs, il a fallu créer des mots nouveaux, qui énoncent des dogmes politiques inconnus à notre gouvernement. On nous a souvent insinué, mais on n'avait pas encore articulé formellement la distinction que l'on vient d'établir entre l Assemblée nationale, la Convention nationale et la Législature. L'acception de tous ces mots inconnus à nos pères doit être déterminée avec la plus sévère précision ; et puisque cette discussion s'établit aujourd'hui pour la première fois dans votre tribune, je vais, Messieurs, je ne dis pas fixer vos idées, mais vous exposer clairement les m...
Locuteur: L'abbé Maury
...emblées nationales, qui auront le droit de réformer la constitution, et les législatures ordinaires, dont la mission sera bornée à décréter les lois...
... nationale? C'est une Assemblée chargée de représenter une nation qui, n'ayant pas de gouvernement, ou voulant changer la forme de son gouvernement, ou même en réformer les vices, investit, de son propre mouvement, ses députés des p...
...e Convention nationale, il faudrait que la nation entière, soulevée contre legouvernement, et mécontente de son roi, eût choisi d'elle-même des représentants sans la participation du monarque, eût donné de pleins pouvoirs, à ses députés, et leur...
...remier moment où elle se forma en corps de nation. Telle est l'idée qu'il faut se ...
...bscures et insidieuses? On veut, Messieurs, établir une différence entre les Assemblées nationales, qui auront le droit de réformer la constitution, et les législatures ordinaires, dont la mission sera bornée à décréter les lois et à consentir l'impôt. Voilà le système qu'il faut approfondir. "Qu'est-ce qu'une Convention nationale? C'est une Assemblée chargée de représenter une nation qui, n'ayant pas de gouvernement, ou voulant changer la forme de son gouvernement, ou même en réformer les vices, investit, de son propre mouvement, ses députés des pouvoirs nécessaires pour lui en donner un. Or, pour qu'il y eût en France une Convention nationale, il faudrait que la nation entière, soulevée contre legouvernement, et mécontente de son roi, eût choisi d'elle-même des représentants sans la participation du monarque, eût donné de pleins pouvoirs, à ses députés, et leur eût transmis tous les droits qui lui appartenaient au premier moment où elle se forma en corps de nation. Telle est l'idée qu'il faut se former d'une Convention nationale. Le caractère essentiel d'une pareille assembl...
Locuteur: L'abbé Maury
de nos pouvoirs qu'il s'agit dans ce momen...
...urations, qui, en matière légale, n'ont de valeur qu'en vertu du texte littéral de...
de nos pouvoirs qu'il s'agit dans ce moment. Avant ce second serment, dont on se fait un titre pour interpréter, soit des intentions, soit des procurations, qui, en matière légale, n'ont de valeur qu'en vertu du texte littéral des actes, nous étions liés par un premier serment qui nous obligeait d'exécuter r...
Locuteur: L'abbé Maury
...ommencée. Pourquoi nous méfierions-nous de leurs lumières ou de leur patriotisme? Pourquoi commenterions-nous les intentions de nos commettants, quand leurs ordres son...
... Pourquoi voudrions-nous conquérir, par de subtiles et chimériques interprétations...
...time, ne doit être suspect d'aucun abus de confiance?
...uccesseurs achèveront, Messieurs, cette constitution précieuse, que nous avons commencée. Pourquoi nous méfierions-nous de leurs lumières ou de leur patriotisme? Pourquoi commenterions-nous les intentions de nos commettants, quand leurs ordres sont formels? Pourquoi voudrions-nous conquérir, par de subtiles et chimériques interprétations, un pouvoir qui, pour que l'exercice en soit légitime, ne doit être suspect d'aucun abus de confiance?

Séance du lundi 19 avril 1790

page 111
Locuteur: L'abbé Maury
... cette conséquence insensée ; que c'est le point précis de la difficulté, et le principe fondamental ... tous nos adversaires que leur doctrine aboutit à cette conséquence insensée ; que c'est le point précis de la difficulté, et le principe fondamental qu'ils ont à combattre.
Locuteur: L'abbé Maury
La nation nous a envoyés, Messieurs; mais ce n'est pas la nation, c'est le roi qui nous a convoqués. La nation a voulu, et elle a impérieusement dédaré qu'aucun de nos décrets ne serait exécutoire sans la sanction libre du roi. Nous avons reconnu nous-mêmes cette doctrine de nos commettants; nous avons posé la borne de nos pouvoirs aux pieds du trône; et, dès lors, il est bien évident que la première page de notre constitution dépose invinciblement contre les publi-cistes qui voudraient faire de cette Assemblée une Convention nationale. Cette exposition de mes principes, combinée avec le récit d...
...votre assentiment, et j'ose espérer |ue la prétention de former une Convention nationale, ne rep...
La nation nous a envoyés, Messieurs; mais ce n'est pas la nation, c'est le roi qui nous a convoqués. La nation a voulu, et elle a impérieusement dédaré qu'aucun de nos décrets ne serait exécutoire sans la sanction libre du roi. Nous avons reconnu nous-mêmes cette doctrine de nos commettants; nous avons posé la borne de nos pouvoirs aux pieds du trône; et, dès lors, il est bien évident que la première page de notre constitution dépose invinciblement contre les publi-cistes qui voudraient faire de cette Assemblée une Convention nationale. Cette exposition de mes principes, combinée avec le récit des faits, n'est ni systématique ni conjecturale : elle porte un caractère d'évidence auquel vous ne refuserez point votre assentiment, et j'ose espérer |ue la prétention de former une Convention nationale, ne reparaîtra jamais dans cette Assemblée.
Locuteur: L'abbé Maury
...ourut. Jacques VI, roi d'Ecosse, hérita de son trône. W fut question alors de savoir comment l'Ecosse serait gouverné...
...uverain particulier, ou sielle suivrait la destinée de la maison de Stuart, pourse réunir à l'Angleterre. L...
...tion. Ils consentirent Tolontairement à la réunion de l'Ecosse avec l'Angleterre, en se réservant le droit d'être représentés an parlement de la Grande-Bretagne ; droit qui a été défin...
..., en 1707, à quarante-cinq députés dans la Chambre des communes, et à seize lords dans la Chambre des pairs. Voilà une Convention...
...i, sans consulter son roi, délibère sur la manière dont il veut être gouverné.
... deux Conventions vraiment nationales. En 1603, Elisabeth, reine d'Angleterre, mourut. Jacques VI, roi d'Ecosse, hérita de son trône. W fut question alors de savoir comment l'Ecosse serait gouvernée ; si eHe conserverait son souverain particulier, ou sielle suivrait la destinée de la maison de Stuart, pourse réunir à l'Angleterre. Les Ecossais s'assemblèrent à Edimbourg, sans y être convoqués par leur roi, pour juger cette grande question. Ils consentirent Tolontairement à la réunion de l'Ecosse avec l'Angleterre, en se réservant le droit d'être représentés an parlement de la Grande-Bretagne ; droit qui a été définitivement fixé, en 1707, à quarante-cinq députés dans la Chambre des communes, et à seize lords dans la Chambre des pairs. Voilà une Convention nationale; "voilà un contract synallagmatique et fondamental d'un peuple entier, qui, sans consulter son roi, délibère sur la manière dont il veut être gouverné.
Locuteur: L'abbé Maury
...ne désertion, avait, disait-on, abdiqué la couronne en sortant du royaume. L'absen...
...ir exécutif étant une partie intégrante de la constitution anglaise, les représentants de la nation ne pouvaient plus décréter aucun...
...let. Le parlement se déclara donc, sous la garantie supposée du salut public, Conv...
...range au trône d'Angleterre, et se hâta de rentrer aussitôt, sous l'administration royale, dans l'exercice ordinaire de ses fonctions.
...élibérer sur le départ du monarque infortuné qui, par sa fuite, qu'on appelait une désertion, avait, disait-on, abdiqué la couronne en sortant du royaume. L'absence du roi devint le sujet d'une contestation très importante. Le parlement comprit que le pouvoir exécutif étant une partie intégrante de la constitution anglaise, les représentants de la nation ne pouvaient plus décréter aucune loi, tant que le gouvernement serait incomplet. Le parlement se déclara donc, sous la garantie supposée du salut public, Convention nationale, pour recouvrer son activité, qu'il avait perdue par le défaut d'action du pouvoir exécutif. Il reconnut les droits du prince d'Orange au trône d'Angleterre, et se hâta de rentrer aussitôt, sous l'administration royale, dans l'exercice ordinaire de ses fonctions.
Locuteur: L'abbé Maury
...oins d'autorité que le Corps législatif de la Franee, lorsque nos décrets sont sancti...
...s, qui en sont émanés, ont été soumis à la revision et à l'acceptation libre des peuples. Les peuples ont usé de ce droit, et la province de Massachu-sets, en particulier, a modifié ou rejeté plusieurs actes de ces assemblées, que l'on n'appelle des ...
...Ces assemblées, qu'on appelle fastueusement des Conventions nationales, ont eu moins d'autorité que le Corps législatif de la Franee, lorsque nos décrets sont sanctionnés par le roi. Tous les décrets constitutionnels, qui en sont émanés, ont été soumis à la revision et à l'acceptation libre des peuples. Les peuples ont usé de ce droit, et la province de Massachu-sets, en particulier, a modifié ou rejeté plusieurs actes de ces assemblées, que l'on n'appelle des Conventions nationales que par le plus étrange abus des mots.
Locuteur: L'abbé Maury
On nous dit, Messieurs, qu'il importe à la solidité de la constitution, que des assemblées nationales permanentes ou de simples législatures n'aient pas le droit de changer les articles constitutionnels. On prétend que cette instabilité continuelle de la constitution suffirait pour l'anéantir ; qu'un peuple n'a pas de constitution, quand elle est soumise à de si fréquents changements ; que la nation ne doit exercer ce droit qu'à de...
...lement d'Angleterre, uniquement borné à la législation, n'a pas le droit de s'occuper de la constitution du royaume. Je répète fidèlement l'objection à laquelle on m'a, défié de répondre. J'accepte donc le défi, et c'...
On nous dit, Messieurs, qu'il importe à la solidité de la constitution, que des assemblées nationales permanentes ou de simples législatures n'aient pas le droit de changer les articles constitutionnels. On prétend que cette instabilité continuelle de la constitution suffirait pour l'anéantir ; qu'un peuple n'a pas de constitution, quand elle est soumise à de si fréquents changements ; que la nation ne doit exercer ce droit qu'à des époques marquées, et même éloignées ; et l'on affirme tranquillement, dans cette tribune, que le parlement d'Angleterre, uniquement borné à la législation, n'a pas le droit de s'occuper de la constitution du royaume. Je répète fidèlement l'objection à laquelle on m'a, défié de répondre. J'accepte donc le défi, et c'est mon adversaire lui-même que je veux prendre pour juge.
Locuteur: L'abbé Maury
...s, mais qu'ils ne veulent pas réformer, de peur de s'exposer à tous les abus du mieux idéal. Parlons donc avec de justes égards de ce peuple aîné de la liberté ; de ce peuple qui, le premier, a su conquérir, assurer et limiter sa liberté; de ce peuple qui, par un heureux instinct,...
... les plus hautes conceptions du génie ; de ce peuple dont le gouvernement est le chef-d'œuvre de sagesse humaine, et qui a eu le bons sens de réléguer tous les systèmes exagérés de l'utopie de Thomas Morus dans la classe des romans. Dans ee pays classique de la liberté, où l'on nous dit que les représentants de la nation sont bornés à la rédaction des lois ou à la discussion des impôts, je vois, au cont...
... a continuellement les yeux ouverts sur la constitution, et qu'il ne cesse de l'améliorer. La balance et le concours de tous les pouvoirs politiques favorisent cette direction et cette tendance habituelle de la nation vers le perfectionnement de la constitution anglaise. Il serait facile de prouver que dans l'acceptation la plus exacte, toutes les lois, et même t...
...s'occupe, dans ce moment même, du droit de représentation; et incontestablement la disposition en vertu de laquelle on peut siéger parmi les légis...
...ibérait l'année dernière, pour conférer la régence pendant la maladie du roi. Il balançait, avec un saint respect, les droits de la reine d'Angleterre et du prince de Galles ; et certes une pareille questio...
...er te bill en loi, nommer un curateur à la couronne, et suppléer à l'acceptation d...
...n, malgré quelques imperfections que les Anglais y découvrent aussi hien que nous, mais qu'ils ne veulent pas réformer, de peur de s'exposer à tous les abus du mieux idéal. Parlons donc avec de justes égards de ce peuple aîné de la liberté ; de ce peuple qui, le premier, a su conquérir, assurer et limiter sa liberté; de ce peuple qui, par un heureux instinct, a deviné dans ce genre les plus hautes conceptions du génie ; de ce peuple dont le gouvernement est le chef-d'œuvre de sagesse humaine, et qui a eu le bons sens de réléguer tous les systèmes exagérés de l'utopie de Thomas Morus dans la classe des romans. Dans ee pays classique de la liberté, où l'on nous dit que les représentants de la nation sont bornés à la rédaction des lois ou à la discussion des impôts, je vois, au contraire, que le parlement a continuellement les yeux ouverts sur la constitution, et qu'il ne cesse de l'améliorer. La balance et le concours de tous les pouvoirs politiques favorisent cette direction et cette tendance habituelle de la nation vers le perfectionnement de la constitution anglaise. Il serait facile de prouver que dans l'acceptation la plus exacte, toutes les lois, et même tous les actes du parlement d'Angleterre sont vraiment constitutionnels. Mais, sa...
...ci dans des digressions métaphysiques, vous savez que le parlement d'Angleterre s'occupe, dans ce moment même, du droit de représentation; et incontestablement la disposition en vertu de laquelle on peut siéger parmi les législateurs d'une nation, est un article constitutionnel. Il délibérait l'année dernière, pour conférer la régence pendant la maladie du roi. Il balançait, avec un saint respect, les droits de la reine d'Angleterre et du prince de Galles ; et certes une pareille question était d'autant plus constitutionnelle qu'il fallait, pour faire passer te bill en loi, nommer un curateur à la couronne, et suppléer à l'acceptation du roi lui-même.
Locuteur: L'abbé Maury
... convoquée par le roi, et subordonnée à la sanction du roi, n'a ni la mission, ni le caractère, ni lefe pouvo... ...x exemples prouvent jusqu'à l'évidence que l'Assemblée dont nous sommes membres, convoquée par le roi, et subordonnée à la sanction du roi, n'a ni la mission, ni le caractère, ni lefe pouvoirs d'une Convention nationale.
Locuteur: L'abbé Maury
...u dans rÂmérique septentrionale, depuis la dernière révolution. L'on ne saurait as... !Je ne parle point, Messieurs, des Conventions nationales'qui ont eu lieu dans rÂmérique septentrionale, depuis la dernière révolution. L'on ne saurait assimiler les représentants d'une république aux représentants d'une monartihie. D...

Séance du lundi 19 avril 1790

page 112
Locuteur: L'abbé Maury
..., pour régler les qualités, les titres, la fortuue nécessaires à l'obtention de tous les emplois, et même aux députatio...
... corporations. C'est lui qui a délibéré de nos jours sur la suppression de l'acte du test. C'est lui qui a suspendu sept fois, depuis un siècle, la loi tuté-laire d'habeas corpus. C'est lui qui a décrété, au commencement de ce siècle, l'acte d'établissement qui appelle la maison de Hanovre au trône d'Angleterre. C'est lu...
...m'arrête, Messieurs, et je vous supplie de rapprocher tous ces faits de l'assertion que vous venez d'entendre, quand on vous a dit que la juridiction du parlement d'Angleterre n...
...t pas jusqu'aux points constitutionnels de la Grande-Bretagne.
l'acte des qualifications, pour régler les qualités, les titres, la fortuue nécessaires à l'obtention de tous les emplois, et même aux députations parlementaires. C'est lui qui a rédigé l'acte des corporations. C'est lui qui a délibéré de nos jours sur la suppression de l'acte du test. C'est lui qui a suspendu sept fois, depuis un siècle, la loi tuté-laire d'habeas corpus. C'est lui qui a décrété, au commencement de ce siècle, l'acte d'établissement qui appelle la maison de Hanovre au trône d'Angleterre. C'est lui enfin qui a délibéré sur les droits du prince d'Orange au trône des Stuarts. Je m'arrête, Messieurs, et je vous supplie de rapprocher tous ces faits de l'assertion que vous venez d'entendre, quand on vous a dit que la juridiction du parlement d'Angleterre ne s'étendait pas jusqu'aux points constitutionnels de la Grande-Bretagne.
Locuteur: L'abbé Maury
...i appartient à toutes les législatures, de s'occuper de la constitution. Loin d'affaiblir l'autori...
...rincipes populaires, l'élever au-dessus de nos propres décrets. Les partisans outrés de la démocratie ne Îieuvent récuser l'opinion de leur maître, Jean-acques Rousseau, qui l'exprime en ces termes, dans le troisième livre de son trop fameux Contrat social : Les dé...
Nous pouvons donc, sans aucun péril pour notre liberté, reconnaître le droit qui appartient à toutes les législatures, de s'occuper de la constitution. Loin d'affaiblir l'autorité nationale, nous devons, si nous sommes conséquents dans nos principes populaires, l'élever au-dessus de nos propres décrets. Les partisans outrés de la démocratie ne Îieuvent récuser l'opinion de leur maître, Jean-acques Rousseau, qui l'exprime en ces termes, dans le troisième livre de son trop fameux Contrat social : Les députés du peuple ne sont et ne peuvent être ses représentants ; ils ne sont que s...
Locuteur: L'abbé Maury
...rment que nous avons fait, et que toute la nation a adopté, de maintenir notre constitution. It'on pré...
...rment serait incompatible avec le droit de changer habituellement les articles' co...
...ant vous mon serment, par ma profession de foi la plus solennelle. J'ai donc pensé, et je pense encore, que je dois obéir fidèlement à la constitution que vous avez décrétée, pa...
... cette obéissance, nous tomberions dans la plus horrible anarchie. Je maintiendrai la constitution contre tout particulier qui oserait en méconnaître l'autorité : je la maintiendrai tant qu'elle subsistera, t...
...irais être insensé, si je m'engageais à la maintenir contre la nation elle-même. Le vœu national sera ...
...e qui m'oblige d'açlhérer aux décisions de cette Assemblée. Quiconque méconnaîtrai...
...e, serait un parjure et un perturbateur de l'ordre public. Mais tous ceux qui, en s'y soumettant, éclaireront la nation sur les moyens de la perfectionner ; tous ceux qui, en reven...
...ution, indiqueront au peuple les moyens de la rendre plus parfaite, mériteront d'être...
...ours plus persuasifs que nos principes. On vous parle, dans cette tribune, du serment que nous avons fait, et que toute la nation a adopté, de maintenir notre constitution. It'on prétend que ce serment serait incompatible avec le droit de changer habituellement les articles' constitutionnels du royaume. Je réponds à ce sophisme, en expliquant devant vous mon serment, par ma profession de foi la plus solennelle. J'ai donc pensé, et je pense encore, que je dois obéir fidèlement à la constitution que vous avez décrétée, parce qu'il faut, avant tout, que nous ayons une constitution; parce que, sans cette obéissance, nous tomberions dans la plus horrible anarchie. Je maintiendrai la constitution contre tout particulier qui oserait en méconnaître l'autorité : je la maintiendrai tant qu'elle subsistera, tant qu'elle ne sera pas renversée par une autorité légitime. Mais je croirais être absurde, je croirais être insensé, si je m'engageais à la maintenir contre la nation elle-même. Le vœu national sera donc toujours ma suprême loi, et je m'y soumettrai par le même principe qui m'oblige d'açlhérer aux décisions de cette Assemblée. Quiconque méconnaîtrait notre constitution, tant qu'elle ne sera pas réformée, serait un parjure et un perturbateur de l'ordre public. Mais tous ceux qui, en s'y soumettant, éclaireront la nation sur les moyens de la perfectionner ; tous ceux qui, en revendiquant toujours une constitution, indiqueront au peuple les moyens de la rendre plus parfaite, mériteront d'être placés, par l'opinion publique, au rang des meilleurs citoyens.
Locuteur: L'abbé Maury
puissent porter aucune atteinte. La nation a promis de reconnaître nos décrets ; mais la nation ne nous a point autorisés à limiter les pouvoirs qu'il lui plairait de confier à nos successeurs. Ce n'est point à nous de dire au peuple français, comme l'Etre suprême dit autrefois aux flots de la mer : vous viendrez jusqu'ici, mais vou...
...nationaux ; vous deviendriez les tyrans de vos concitoyens ; vous seriez les ennemis de la liberté des Français, si vous entrepreniez de restreindre d'avance l'autorité du Corp...
...ous imprimer à vos décrets un caractère de perpétuité qui les mette à l'abri de cette loi éternelle des révolutions et ...
...éfenses qu'ils ne respecteraient pas si la réformedevos lois constitutionnelles ét...
...ional. Non, vous ne déshériterez jamais la nation du droit de juger, de corriger, d'améliorer enfin votre ouvra...
puissent porter aucune atteinte. La nation a promis de reconnaître nos décrets ; mais la nation ne nous a point autorisés à limiter les pouvoirs qu'il lui plairait de confier à nos successeurs. Ce n'est point à nous de dire au peuple français, comme l'Etre suprême dit autrefois aux flots de la mer : vous viendrez jusqu'ici, mais vous n'irez pas plus loin. Non, vous ne seriez plus les gardiens des droits nationaux ; vous deviendriez les tyrans de vos concitoyens ; vous seriez les ennemis de la liberté des Français, si vous entrepreniez de restreindre d'avance l'autorité du Corps législatif. Voulez-vous imprimer à vos décrets un caractère de perpétuité qui les mette à l'abri de cette loi éternelle des révolutions et des changements? C'est leur sagesse, c'est leur utilité qui doit leur imprimer c...
...elle consécration. Vous auriez beau enchaîner d'avance vos successeurs par des défenses qu'ils ne respecteraient pas si la réformedevos lois constitutionnelles était regardée comme un grand bienfait national. Non, vous ne déshériterez jamais la nation du droit de juger, de corriger, d'améliorer enfin votre ouvrage.
Locuteur: L'abbé Maury
Mais sans parler de ces pleins pouvoirs de la postérité, je m'arrête dans ce moment à...
...as défendre aux départements assemblés, de choisir de nouvaux représentants, et de nommer les successeurs qui doivent occuper nos places. Il n'y a dans l'histoire de la monarchie aucun exemple d'une Assemblée nationale dont la durée ait égalé le long cours de cette session; et cependant, malgré l'accablante continuité de nos travaux, nous sommes encore loin, quoi qu'on en dise, du terme de la carrière que nous aurions à parcourir, ...
...tif, l'ordre judiciaire, l'organisation de l'armée et l'éducation nationale. Voilà...
...mais il faudra peut être un siècle pour la fixer invariablement. Oes provinces entières n'auront bientôt plus ici de légitimes représentants. Veut-ou éterni...
...ure en ne comptant pour rien le serment de nous conformer aux limitations de nos cahiers, en suppléant d'office à de...
...ataires du peuple d'aller rendre compte de leur mission à leurs commettants ? Je ne le pense pas, Messieurs. Non, ce n'est pas ce que l'on se propose. Mais la nation ne nous jugera pas sur nos inten...
...noncer. Les départements n'ont pas reçu de nous leurs pouvoirs ; ce n'est donc pas à nous de les resteindre ; et c'est l'autorité inaliénable de la nation que je défends, en réclamant pour elle le droit de renouveler ses représentants. Ce n'est point à nous citoyens, à nous élever contre la volonté générale dont nous ne sommes que les organes et à substituer des entreprises de mandataires à la toute-puissance des commettants. Une année entière s'est écoulée depuis l'ouverture de nos séances. Si la nation juge qu'il importe à son bonheur de délibérer dans les départements sur le droit de représentation, et de nous envoyer des successeurs, qui de nous refusera de leur céder sa place ? Qui de nous s'emparera de vive force de la confiance de ses concitoyens? Voilà, Messieurs, la véritable anarchie, qui compromettrait la liberté de la France. Un décret, un seul décret qui rendrait incertaine la légitime autorité de l'Assemblée nationale, bouleverserait t...
Mais sans parler de ces pleins pouvoirs de la postérité, je m'arrête dans ce moment à nos contemporains; et je dis que nous ne pouvons pas défendre aux départements assemblés, de choisir de nouvaux représentants, et de nommer les successeurs qui doivent occuper nos places. Il n'y a dans l'histoire de la monarchie aucun exemple d'une Assemblée nationale dont la durée ait égalé le long cours de cette session; et cependant, malgré l'accablante continuité de nos travaux, nous sommes encore loin, quoi qu'on en dise, du terme de la carrière que nous aurions à parcourir, si nous voulions discuter et décréter les articles constitutionnels qui intéressent le Corps législatif, le pouvoir exécutif, l'ordre judiciaire, l'organisation de l'armée et l'éducation nationale. Voilà bien incontestablement ce qui nous reste à faire. Votre constitution est assurée; mais il faudra peut être un siècle pour la fixer invariablement. Oes provinces entières n'auront bientôt plus ici de légitimes représentants. Veut-ou éterniser nos fonctions? Veut-on commander le parjure en ne comptant pour rien le serment de nous conformer aux limitations de nos cahiers, en suppléant d'office à des pouvoirs expirés? Veut-on empêcher les mandataires du peuple d'aller rendre compte de leur mission à leurs commettants ? Je ne le pense pas, Messieurs. Non, ce n'est pas ce que l'on se propose. Mais la nation ne nous jugera pas sur nos intentions, elle nous jugera sur le résultat du décret que vous allez prononcer. Les départements n'ont pas reçu de nous leurs pouvoirs ; ce n'est donc pas à nous de les resteindre ; et c'est l'autorité inaliénable de la nation que je défends, en réclamant pour elle le droit de renouveler ses représentants. Ce n'est point à nous citoyens, à nous élever contre la volonté générale dont nous ne sommes que les organes et à substituer des entreprises de mandataires à la toute-puissance des commettants. Une année entière s'est écoulée depuis l'ouverture de nos séances. Si la nation juge qu'il importe à son bonheur de délibérer dans les départements sur le droit de représentation, et de nous envoyer des successeurs, qui de nous refusera de leur céder sa place ? Qui de nous s'emparera de vive force de la confiance de ses concitoyens? Voilà, Messieurs, la véritable anarchie, qui compromettrait la liberté de la France. Un décret, un seul décret qui rendrait incertaine la légitime autorité de l'Assemblée nationale, bouleverserait tout le royaume. Hélas !
Locuteur: L'abbé Maury
...ieurs, cette sainte autorité nationale, la seule à laquelle nos décrèts ne Respectons donc, Messieurs, cette sainte autorité nationale, la seule à laquelle nos décrèts ne

Séance du lundi 19 avril 1790

page 113
Locuteur: L'abbé Maury
...s pas juges. Je dirais plus, Messieurs, la convocation des représentants du peuple...
..., parce qu'il importe essentiellement à la liberté que les membres du Corps législ...
...vons ni rejeter, ni appeler les députés de la nation, ni leur prescrire ce qu'ils aur...
...ont réunis. Il est digne des fondateurs de la liberté de respecter la plénitude de cette liberté dans la nation tout entière. Je m'oppose donc à...
...e droit qu'ont les départements d'élire de nouveaux députés pour nous remplacer. C...
...ux enfants à s'élever contre l'autorisé de leurs pères. Nous devons donc être guidés dans cette délibération par un sentiment de piété filiale, qui nous dit que la souveraineté réside dans le corps de la nation ; que la nation, de laquelle nous tirons toute notre force, est au-dessus de nous ; et que nous saperions par ses fondements l'autorité de cette Assemblée, si nous limitions, par...
...ns pas du moins leur défendre, par un décret, ces députations dont nous ne sommes pas juges. Je dirais plus, Messieurs, la convocation des représentants du peuple ne saurait jamais appartenir au Corps législatif, parce qu'il importe essentiellement à la liberté que les membres du Corps législatif ne puissent jamais se perpétuer dans leurs fonctions malgré le vœu national...
...entants du peuple, notre mission ne doit pas aller plus loin, et que nous ne pouvons ni rejeter, ni appeler les députés de la nation, ni leur prescrire ce qu'ils auront à faire quand ils seront réunis. Il est digne des fondateurs de la liberté de respecter la plénitude de cette liberté dans la nation tout entière. Je m'oppose donc à tout décret qui limiterait le droit du peuple sur ses représentants, et le droit qu'ont les départements d'élire de nouveaux députés pour nous remplacer. Ce n'est pas aux enfants à s'élever contre l'autorisé de leurs pères. Nous devons donc être guidés dans cette délibération par un sentiment de piété filiale, qui nous dit que la souveraineté réside dans le corps de la nation ; que la nation, de laquelle nous tirons toute notre force, est au-dessus de nous ; et que nous saperions par ses fondements l'autorité de cette Assemblée, si nous limitions, par nos décrets, l'autorité nationale.
Locuteur: Démeunier
Je prie M. le président de m'accorder la parole, quoique ce ne soit pas mon tour... Je prie M. le président de m'accorder la parole, quoique ce ne soit pas mon tour, pour rappeler uniquement des faits qui peuvent être utiles à l'Assemblée. Sans...
Locuteur: Démeunier
, poursuit : Le comité de constitution, avant de vous présenter son projet de décret, a cherché à connaître le nombre...
...ouvent dans ce cas: encore les pouvoirs de l'une d'elles ont-ils été changés depui...
...a dit que c'était une Assemblée chargée de créer la constitution. Mais il y a une autre espèce de Convention, celle qui doit réformer la constitution. Ii aurait pu nous dire, p...
...us avons eu deux Conventions nationales de nature différente. La première eut pour objet de former le gouvernement de ces républiques. La seconde n'a plus créé; mais son but a été de revoir et de réformer ie gouvernement qui avait été ...
...es conventions nationales pour réformer la constitution. C'est en parlant d'une fausse supposition que ie préopinant a dit que la Convention pouvait -
, poursuit : Le comité de constitution, avant de vous présenter son projet de décret, a cherché à connaître le nombre des députés dont les pouvoirs sont bornés à une année: il n'y a que cinq députations qui se trouvent dans ce cas: encore les pouvoirs de l'une d'elles ont-ils été changés depuis. Je dois citer un second fait qui abrégera beaucoup les discussions. Le préopinant a donné une définition très fausse d'une Convention- nationale. 11 a dit que c'était une Assemblée chargée de créer la constitution. Mais il y a une autre espèce de Convention, celle qui doit réformer la constitution. Ii aurait pu nous dire, puisqu'il se livrait à des citations historiques, qu'en Amérique nous avons eu deux Conventions nationales de nature différente. La première eut pour objet de former le gouvernement de ces républiques. La seconde n'a plus créé; mais son but a été de revoir et de réformer ie gouvernement qui avait été créé. Il est donc bien évident qu'il peut exister des conventions nationales pour réformer la constitution. C'est en parlant d'une fausse supposition que ie préopinant a dit que la Convention pouvait -
Locuteur: Le Président
J'observe à l'opinant qu'il n'a obtenu la parole que pour exposer des faits et qu'il ne doit point discuter le fond de la question. J'observe à l'opinant qu'il n'a obtenu la parole que pour exposer des faits et qu'il ne doit point discuter le fond de la question.
Locuteur: Pétion de Villeneuve
...; si vous vouliez vous élever au-dessus de la nation. Je demande, à mon tour, s'il n'...
...onnant qu'on fasse dans cette Assemblée de pareilles interpellations ? à cette Ass...
...euple I On a dit que vous hasardez pour la première fois cette distinction d'Assemblée nationale et de Législature. Cette distinction est dans tous nos décrets, elle existe dans la différence qu'on reconnaît entre la sanction et l'acceptation. Je demande s...
...lui où chaque année on pourrait changer la forme du gouvernement? n'avoir pas de constitution, ou en avoir une aussi mobile, c'est absolument la même chose. Je répondrai au préopinant, sur ce qu'il a dit de l'Angleterre, que le parlement de la Grande-Bretagne ne change rien à la constitution; qu'il fait seulement des ...
...te vicieuse qu'elle est, ne cessera pas de l'être tant que l'Angleterre n'aura pas...
...onvention nationale. On a cité le Sénat de Suède, qui n'était précisément si dange...
...pétuelles, si elles pouvaient loucher à la constitution. On ne veut pas de conventions nationales, et l'on veut à la fois que toutes les législatures soient des Conventions; je passe maintenant à la question dont on n'aurait pas dû s'écar...
...emandé si vous entendiez vous éterniser dans le poste périlleux que vous occupez; si vous vouliez vous élever au-dessus de la nation. Je demande, à mon tour, s'il n'est pas étonnant qu'on fasse dans cette Assemblée de pareilles interpellations ? à cette Assemblée qui a reconnu que tous les pouvoirs émanent du peuple I On a dit que vous hasardez pour la première fois cette distinction d'Assemblée nationale et de Législature. Cette distinction est dans tous nos décrets, elle existe dans la différence qu'on reconnaît entre la sanction et l'acceptation. Je demande s'il y aurait un Etat plus funeste que celui où chaque année on pourrait changer la forme du gouvernement? n'avoir pas de constitution, ou en avoir une aussi mobile, c'est absolument la même chose. Je répondrai au préopinant, sur ce qu'il a dit de l'Angleterre, que le parlement de la Grande-Bretagne ne change rien à la constitution; qu'il fait seulement des actes législatifs, et que cette constitution, toute vicieuse qu'elle est, ne cessera pas de l'être tant que l'Angleterre n'aura pas établi une Convention nationale. On a cité le Sénat de Suède, qui n'était précisément si dangereux que parce que c'est une convention perpétuelle. Et nos législatures seraient des conventions perpétuelles, si elles pouvaient loucher à la constitution. On ne veut pas de conventions nationales, et l'on veut à la fois que toutes les législatures soient des Conventions; je passe maintenant à la question dont on n'aurait pas dû s'écarter. Les pouvoirs peuvent-ils être limités?
Locuteur: Pétion de Villeneuve
Vous êtes autorisés, par le vœu même de vos commettants, à prolonger vos pouvoirs. Ils vous ont envoyés pour réformer les abus de la constitution. Ils ont cru qu'à une époq...
...aient achevés. Je demande maintenant si la constitution est faite. On prétend que les grandes bases de la constitution sont posées. Sans doute ; ...
Vous êtes autorisés, par le vœu même de vos commettants, à prolonger vos pouvoirs. Ils vous ont envoyés pour réformer les abus de la constitution. Ils ont cru qu'à une époque déterminée vos travaux seraient achevés. Je demande maintenant si la constitution est faite. On prétend que les grandes bases de la constitution sont posées. Sans doute ; mais vous avez encore le pouvoirjudiciaire à organiser, etc..... J'adopte le pro...
Locuteur: Garat
...né. Si je n'écoutais que les sentiments de mon cœur, je ne me joindrais pas à M. P...
... dans mes moments solitaires, à pousser de profonds soupirs vers ma famille et ver...
...nt: mais je dois les faire taire, quand la voix de la nation me parle. Je crois, je me suis d...
Païné. Si je n'écoutais que les sentiments de mon cœur, je ne me joindrais pas à M. Pétion pour combattre M. l'abbé Maury. Je me surprends souvent, dans mes moments solitaires, à pousser de profonds soupirs vers ma famille et vers ma patrie. L'une et l'autre m'appellent: mais je dois les faire taire, quand la voix de la nation me parle. Je crois, je me suis du moins flatté que je pourrais suivre pas à pas M. l'abbé Maury dans ses raisonn...
Locuteur: Garat
...ord, a dit M. l'âbbé Maury? Des députés de bailliage. Que sommes-nous devenus? Des représentant de la nation. Gomment sommes-nous devenus représentants de la nation? Par notre réunion. Jusqu'ici no...
...quand nous sommes devenus représentants de la nation, notre titre de députés de bailliage s'est-ilévanoui? Non, dit l'a...
Qu'est-ce que nous étions d'abord, a dit M. l'âbbé Maury? Des députés de bailliage. Que sommes-nous devenus? Des représentant de la nation. Gomment sommes-nous devenus représentants de la nation? Par notre réunion. Jusqu'ici nous sommes d'accord; mais, demande M. l'abbé Maury, quand nous sommes devenus représentants de la nation, notre titre de députés de bailliage s'est-ilévanoui? Non, dit l'abbé Maury; et moi je dis non, comme lui. Mais ce titre n'est-il pas resté prédom...
Locuteur: Duval d'Eprémesnil
... Démeunier que les pouvoirs des députés de Paris finissent le 1er mai. ...terrompant Porateur, ie ne réponds pas par un sophisme, lorsque je rappelle à M. Démeunier que les pouvoirs des députés de Paris finissent le 1er mai.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 114
Locuteur: Garat
...nant laquelle des deux propositions est la vraie. Deux titres se confondant sur nos têtes, celui de mandataires de bailliage, et celui de représentants de la nation. Au sens seul propre à ces deux ...
...et qu'ils ont dû faire sur les oreilles de M. l'abbé Maury, n'a-t-il pas senti...
Maury dit oui, et moi je dis non. Voyons maintenant laquelle des deux propositions est la vraie. Deux titres se confondant sur nos têtes, celui de mandataires de bailliage, et celui de représentants de la nation. Au sens seul propre à ces deux mots, à l'effet qu'ils ont dû faire sur les oreilles de M. l'abbé Maury, n'a-t-il pas senti...
Locuteur: Garat
...ommant M. l'abbé Maury; mais je promets de ne plus le nommer, car rien ne coûterait plus à mon cœur que de déplaire à quelqu'un dans cette Assembl...
...t supposé que le premier, le plus mince de ces deux titres, était prédominant sur ...
...é qu'il ne récusera pas, par l'autorité de nos cahiers: d'un côté j'y vois des pétitions particulières de nos bailliages; de l'autre, l'abandon de ces mêmes pétitions à nos lumières, à n...
...dataire du bailliage et le représentant de la nation. Le mandataire du bailliage doit présenter la pétition, et peut, d'après sa conscience, comme représentant de la nation, opiner contre celte pétition. J...
...pien contraires à cette première partie de l'augmentation du préopinant. Il a mis ...
...ous avons prononcé, comme représentants de la nation, dans la journée mémorable du 20 juin: c'est le ...
...voque encore nos cahiers, et j'y trouve la preuve dont j'ai besoin; ainsi disparaît la seconde partie de l'argumentation du préopinant. Mais, di...
Je reconnais que je suis tombé dans une sorte d'incongruité en nommant M. l'abbé Maury; mais je promets de ne plus le nommer, car rien ne coûterait plus à mon cœur que de déplaire à quelqu'un dans cette Assemblée. Je reprends mon observation et je demande comment il est possible que l'honorable préopinant ait supposé que le premier, le plus mince de ces deux titres, était prédominant sur l'autre? Je le combats ensuite par une autorité qu'il ne récusera pas, par l'autorité de nos cahiers: d'un côté j'y vois des pétitions particulières de nos bailliages; de l'autre, l'abandon de ces mêmes pétitions à nos lumières, à notre conscience. Voyez comme nos commettants eux-mêmes ont distingué le mandataire du bailliage et le représentant de la nation. Le mandataire du bailliage doit présenter la pétition, et peut, d'après sa conscience, comme représentant de la nation, opiner contre celte pétition. Je crois ces observations pien contraires à cette première partie de l'augmentation du préopinant. Il a mis ensuite en opposition notre serment au bailliage avec le serment que nous avons prononcé, comme représentants de la nation, dans la journée mémorable du 20 juin: c'est le premier, dit-il, qui doit être prédominant. Rien n'est plus vrai que ce principe...
...ci il n'y a pas d'opposition; le second serment est confirmatif du premier. J'invoque encore nos cahiers, et j'y trouve la preuve dont j'ai besoin; ainsi disparaît la seconde partie de l'argumentation du préopinant. Mais, dit-il, nous sommes étonnés d'entendre des mots nouveaux auxquels le gouvernement ...
Locuteur: Garat
... est venu, pour ainsi dire, se mettre à la tête de ceux qui font retentir ces mots consola...
...l'a un peu égaré. Il ne reconnaît point de Convention nationale dans un pays où il...
...isme, ou qu'on en vînt au parti extrême de détrôner un roi. L'honorable membre se ...
..., moi, contre cette hypothèse et contre la phrase qu'elle a amenée. Je voudrais que dans cette tribune on ne se servît jamais de ces hypothèses qui affectent toutes les facultés de l'âme. Que l'honorable préopinant veuil...
...former une Convention nationale... Rien de ce qui a pu alarmer l'honorable préopin...
... craindre ici. Nous devons donc achever la constitution... Le préopi-
...mplit d'une joie patriotique, c'est que notre bon monarque s'y habitue, et qu'il est venu, pour ainsi dire, se mettre à la tête de ceux qui font retentir ces mots consolateurs. Le préopinant a voulu définir ces mots qu'il n'est pas accoutumé à entend...
...ouvait compter sur son génie; mais ne l'a-t-il pas trompé ? Moi, je crois qu'il l'a un peu égaré. Il ne reconnaît point de Convention nationale dans un pays où il y a un roi; alors il faudrait que, tant qu'on aurait un roi, on restât sous le despotisme, ou qu'on en vînt au parti extrême de détrôner un roi. L'honorable membre se soulève lui-même contre cette idée hypothétique; je me soulève, moi, contre cette hypothèse et contre la phrase qu'elle a amenée. Je voudrais que dans cette tribune on ne se servît jamais de ces hypothèses qui affectent toutes les facultés de l'âme. Que l'honorable préopinant veuille donc abandonner l'impossibilité d'une Convention nationale ou son incompatibilité avec un roi. Il est faux qu'une nation ne puisse former une Convention nationale... Rien de ce qui a pu alarmer l'honorable préopinant n'était à craindre ici. Nous devons donc achever la constitution... Le préopi-
Locuteur: Garat
...oit pas distinguer les amis des ennemis de la liberté; il y en avait cependant qui aimaient la liberté pour eux-mêmes, Je despotisme et la servitude pour les autres. Parmi ceux-, il y en avait dans un tel état d'abjection, qu'ils semblaient aimer la servitude. Il n'y en aura plus, je l'espère très fort, de ceux qui aimaient la liberté, c'est-à-dire le despotisme pou...
...ux objections auxquelles je sois obligé de répondre : la mission du mandataire de la nation était limitée à un terme; son se...
... chargés. Je vais parler ici le langage de mon état : c'est le prêtre de la justice qui va répondre au ministre de la religion. Dans les principes du droit civil, la stipulation du délai d'une mission a de...
...tal? Je l'avoue, alors le terme expiré, la mission cesse. N'est-il que comminatoire? Le terme expiré, la mission peut continuer. Gomment disting...
...ux caractères? Ou les objets tracés par la mission paraissent évidemment pouvoir s...
...rit, alors on croit le délai fatal : ou de sa nature la mission est telle qu'il soit possible qu'il y ait impossibilité de la remplir dans le délai, et ce délai, éno...
...loppements me paraissent si simples, et la justesse d'esprit du préopinant est si ...
... pas dans son erreur. Me voici arrivé à la I dernière objection. De ce que nous disons que les Assemblées subséquentes seront de simples législatures, s'ensuit-ii que nous voulions gêner la volonté de la nation? Nous usons du pouvoir I que la nation nous a confié quand elle nous a ...
...ndant les siècles.,. J'adopte le projet de décret.
nant prétend qu'on ne doit pas distinguer les amis des ennemis de la liberté; il y en avait cependant qui aimaient la liberté pour eux-mêmes, Je despotisme et la servitude pour les autres. Parmi ceux-, il y en avait dans un tel état d'abjection, qu'ils semblaient aimer la servitude. Il n'y en aura plus, je l'espère très fort, de ceux qui aimaient la liberté, c'est-à-dire le despotisme pour eux et l'esclavage pour les autres; il y en aura quelques-uns encore, mais très peu. Maintenant, je ne vois plus que deux objections auxquelles je sois obligé de répondre : la mission du mandataire de la nation était limitée à un terme; son serment le lie à ce terme ; ce terme arrivé, il devient un homme isolé. Le serment...
...il n'a porté que sur ceci : remplir avec fidélité les fonctions dont nous étions chargés. Je vais parler ici le langage de mon état : c'est le prêtre de la justice qui va répondre au ministre de la religion. Dans les principes du droit civil, la stipulation du délai d'une mission a deux caractères: le délai est ou fatal ou comminatoire. Est-il fatal? Je l'avoue, alors le terme expiré, la mission cesse. N'est-il que comminatoire? Le terme expiré, la mission peut continuer. Gomment distingue-t-on ces deux caractères? Ou les objets tracés par la mission paraissent évidemment pouvoir se remplacer dans le terme prescrit, alors on croit le délai fatal : ou de sa nature la mission est telle qu'il soit possible qu'il y ait impossibilité de la remplir dans le délai, et ce délai, énoncé vaguement, est comminatoire. Ces développements me paraissent si simples, et la justesse d'esprit du préopinant est si connue, qu'assurément il ne persistera pas dans son erreur. Me voici arrivé à la I dernière objection. De ce que nous disons que les Assemblées subséquentes seront de simples législatures, s'ensuit-ii que nous voulions gêner la volonté de la nation? Nous usons du pouvoir I que la nation nous a confié quand elle nous a dit : « Faites une constitution; » c'est-à-dire faites des règles_sur lesquelles je puisse m'asseoir pendant les siècles.,. J'adopte le projet de décret.
Locuteur: Le comte de Mirabeau
...pour entraver, pour arrêter les efforts de l'Assemblée nationale, qu'on la met sans cesse en opposition avec la nation, comme si la nation, qu'on veut ameuter d'opinion co...
...ent d'art le projet du comité, a défini la Convention nationale une nation assembl...
... l'incertitude, du moins l'incomplélion de son raisonnement. La nation qui peut former une Convention p...
...ute, le préopinant n'aurait pas nié que la nation, conventionnellement assemblée, pouvait augmenter la prérogative royale. Il a demandé comment, de simples députés de bailliages, nous nous étions tout à cou...
... nationale le jour où, trouvant le lieu de l'Assemblée des représentants du peuple hérissé de baïonnettes, ils se sont rassemblés, ils ont juré de périr plutôt que d'abandonner les intér...
...e; ce jour où l'on a voulu, par un acte de démence, les empêcher de remplir leur mission sacrée ; ils sont
Je ne puis me défendre d'un sentiment d'indignation lorsque j'entends, pour entraver, pour arrêter les efforts de l'Assemblée nationale, qu'on la met sans cesse en opposition avec la nation, comme si la nation, qu'on veut ameuter d'opinion contre l'Assemblée nationale, avait appris par d'autres qu'elle a à connaître ses droits... Un des préopinants, qui a attaqué avec infiniment d'art le projet du comité, a défini la Convention nationale une nation assemblée par ses représentants pour se donner un gouvernement. Lui-même a senti, sinon l'incertitude, du moins l'incomplélion de son raisonnement. La nation qui peut former une Convention pour se donner un gouvernement peut nécessairement eu former une pour le changer : et, sans doute, le préopinant n'aurait pas nié que la nation, conventionnellement assemblée, pouvait augmenter la prérogative royale. Il a demandé comment, de simples députés de bailliages, nous nous étions tout à coup transformés en Convention nationale? Je répondrai nettement : Les députés du peuple sont devenus Convention nationale le jour où, trouvant le lieu de l'Assemblée des représentants du peuple hérissé de baïonnettes, ils se sont rassemblés, ils ont juré de périr plutôt que d'abandonner les intérêts du peuple; ce jour où l'on a voulu, par un acte de démence, les empêcher de remplir leur mission sacrée ; ils sont

Séance du lundi 19 avril 1790

page 115
Locuteur: Le comte de Mirabeau
...ntion nationale, pour renverser l'ordre de choses où la violence attaquait les droits de la nation. Je ne demande pas si les pouvoirs qui nous appelaient à régénérer la France n'étaient pas altérés, si le roi...
...s pouvoirs, ils ont été changés ce jour-; que s'ils avaient besoin d'extension, ils en ont acquis ce jour-; nos efforts, nos travaux, les ont assu...
...s les ont consacrés; les adhésions tant de fois répétées de la nation les ont sanctifiés. Pourquoi chercher la généalogie de ce mot Convention? Quel étrange reproch...
devenus Convention nationale, pour renverser l'ordre de choses où la violence attaquait les droits de la nation. Je ne demande pas si les pouvoirs qui nous appelaient à régénérer la France n'étaient pas altérés, si le roi n'avait pas prononcé le mot régénération; si, dans des circonstances révolutionnaires, nous pouvions consulter nos commettants; je dis que, quels que fussent alors nos pouvoirs, ils ont été changés ce jour-; que s'ils avaient besoin d'extension, ils en ont acquis ce jour-; nos efforts, nos travaux, les ont assurés; nos succès les ont consacrés; les adhésions tant de fois répétées de la nation les ont sanctifiés. Pourquoi chercher la généalogie de ce mot Convention? Quel étrange reproche! Pouvait-on ne pas se servir d'un mot nouveau pour exprimer des sentiments nou...
Locuteur: Le comte de Mirabeau
Vous vous rappelez le trait de ce grand homme qui, pour sauver sa patrie d'une conspiration, avait été obligé de se décider, contre les lois de son pays, avec cette rapidité que l'in vincible tocsin de la nécessité justifie. On lui demandait s'...
... Il répondit : « Je jure que j'ai sauvé la république. » Messieurs ! je jure que vous avez sauvé la chose publique! (Le geste de l'orateur est dirigé vers la partie gauche de l'Assemblée.)
Vous vous rappelez le trait de ce grand homme qui, pour sauver sa patrie d'une conspiration, avait été obligé de se décider, contre les lois de son pays, avec cette rapidité que l'in vincible tocsin de la nécessité justifie. On lui demandait s'il n'avait pas contrevenu à soq serment, et le tribun captieux qui l'interrogeai...
... mettre dans l'alternative dangereuse ou d'un parjure ou d'un aveu embarrassant. Il répondit : « Je jure que j'ai sauvé la république. » Messieurs ! je jure que vous avez sauvé la chose publique! (Le geste de l'orateur est dirigé vers la partie gauche de l'Assemblée.)
Locuteur: Le marquis de Laqueuille
Je prie l'Assemblée de m'entendre; je suis le premier inscrit dans l'ordre de la parole et je n'ai que quelques courtes observations à présenter. (Voyez aux annexes de la séance, l'opinion de M. le marquis de Laqueuille.) Je prie l'Assemblée de m'entendre; je suis le premier inscrit dans l'ordre de la parole et je n'ai que quelques courtes observations à présenter. (Voyez aux annexes de la séance, l'opinion de M. le marquis de Laqueuille.)
Locuteur: Le marquis de Laqueuille
Un grand nombre de membres : La clôture 1 aux voix, aux voix 1 Un grand nombre de membres : La clôture 1 aux voix, aux voix 1
Locuteur: Le vicomte de Mirabeau
...ai à présenter un amendement. Le projet de décret qui vous est soumis comprend deux parties : la première porte que les départements ne s'occuperont pas d'élections ; la seconde que le mandat de députés est prorogé pour un temps indéterminé. Je demande la division. Puisque le précédent orateur nous a vanté le trait de Cicéron répondant à un tribun factieux,...
...n, remerciant Varron, après sa défaite, de n'avoir pas désespéré du salut de la république.
J'ai à présenter un amendement. Le projet de décret qui vous est soumis comprend deux parties : la première porte que les départements ne s'occuperont pas d'élections ; la seconde que le mandat de députés est prorogé pour un temps indéterminé. Je demande la division. Puisque le précédent orateur nous a vanté le trait de Cicéron répondant à un tribun factieux, vous n'applaudirez pas moins le trait du sénat romain, remerciant Varron, après sa défaite, de n'avoir pas désespéré du salut de la république.
Locuteur: De Lachèze
...'Assemblée est incomplète et je propose de décider que les départements qui existent dans la même étendue que les anciens bailliages puissent nommer de nouveaux députés à la place de ceux qui ont donné leur démission. L'Assemblée est incomplète et je propose de décider que les départements qui existent dans la même étendue que les anciens bailliages puissent nommer de nouveaux députés à la place de ceux qui ont donné leur démission.
Locuteur: Le Chapelier
...aurait dans l'Assemblée deux catégories de députés procédant de deux origines différentes. D'ailleurs, il n'existe pas un seul bailliage dont la composition soit identique à celle d'un département dans la nouvelle division du royaume. Cet amendement est inadmissible parce qu'il y aurait dans l'Assemblée deux catégories de députés procédant de deux origines différentes. D'ailleurs, il n'existe pas un seul bailliage dont la composition soit identique à celle d'un département dans la nouvelle division du royaume.
Locuteur: Le Chapelier
fait quelques changements de mots dans la rédaction de son décret qui est adopté ainsi qu'il s... fait quelques changements de mots dans la rédaction de son décret qui est adopté ainsi qu'il suit :
Locuteur: Le Chapelier
...les assemblées qui vont avoir lieu pour la formation des corps administratifs, dan...
...oivent point, dans ce moment, s'occuper de l'élection de nouveaux députés à l'Assemblée national...
...tion ne peut avoir lieu qu'au moment où la constitution sera près d'être achevée, et qu'à cette époque qu'il est impossible de déterminer précisément, mais qui est tr...
...ssemblée nationale suppliera Sa Majeste de faire proclamer le jour où les assemblées électorales se formeront pour élire la première législature.
« L'Assemblée nationale déclare que les assemblées qui vont avoir lieu pour la formation des corps administratifs, dans les départements et dans les districts, ne doivent point, dans ce moment, s'occuper de l'élection de nouveaux députés à l'Assemblée nationale ; que cette élection ne peut avoir lieu qu'au moment où la constitution sera près d'être achevée, et qu'à cette époque qu'il est impossible de déterminer précisément, mais qui est très rapprochée, l'Assemblée nationale suppliera Sa Majeste de faire proclamer le jour où les assemblées électorales se formeront pour élire la première législature.
Locuteur: Le Chapelier
...e aussi, qu'attendu que les commettants de quelques députés n'ont pu leur donner ce pouvoir de ne travailler qu'à une partie de la constitution ;qu'attendu le serment fait le 20juin parles représentants de la nation, etapprouvé par elle,dene se séparer qu'au moment où la constitution serait achevée, elle regarde comme toujours subsistants, jusqu'à la fin de la constitution, les pouvoirs de ceux dont les mandats porteraient limitation quelconque, et considère la clause limitatrice, comme ne pouvant av... « Déclare aussi, qu'attendu que les commettants de quelques députés n'ont pu leur donner ce pouvoir de ne travailler qu'à une partie de la constitution ;qu'attendu le serment fait le 20juin parles représentants de la nation, etapprouvé par elle,dene se séparer qu'au moment où la constitution serait achevée, elle regarde comme toujours subsistants, jusqu'à la fin de la constitution, les pouvoirs de ceux dont les mandats porteraient limitation quelconque, et considère la clause limitatrice, comme ne pouvant avoir aucun effet.
Locuteur: Le Président
...t du 14, qui confie aux administrations de département et de district l'administration des biens déclarés à la disposition de la nation ; 3° Au décret du 14, qui confie aux administrations de département et de district l'administration des biens déclarés à la disposition de la nation ;
Locuteur: Le Président
...upprime, à compter du 1er janvier 1791, la perception des dîmes de toutes espèces; Supprime, à compter du 1er janvier 1791, la perception des dîmes de toutes espèces;
Locuteur: Le Président
... que dans l'état des dépenses publiques de chaque année, il sera porté une somme suffisante pour fournir aux frais du culte de la religion catholique, apostolique et rom... Et déclare que dans l'état des dépenses publiques de chaque année, il sera porté une somme suffisante pour fournir aux frais du culte de la religion catholique, apostolique et romaine, à l'entretien des ministres des autels, au soulagement des pauvres et aux ...
Locuteur: Le Président
4° Au décret du 15, qui excepte de celui du 6 mars, concernant les juridictions prévôtales, les prévôts de la marine; 4° Au décret du 15, qui excepte de celui du 6 mars, concernant les juridictions prévôtales, les prévôts de la marine;
Locuteur: Le Président
consulte l'Assemblée qui ferme la discussion générale. consulte l'Assemblée qui ferme la discussion générale.
Locuteur: Garat
l'aîné. Je demande la question préalable sur tous les amendem... l'aîné. Je demande la question préalable sur tous les amendements.
Locuteur: Garat
(La question préalable est mise aux voix et... (La question préalable est mise aux voix et adoptée,)
Locuteur: Le Chapelier
...cceptation, et pour supplier Sa Majesté de donner les ordres nécessaires pour qu'i... ... retirera, dans le jour, par devers le roi, pour porter le présentdécret à son acceptation, et pour supplier Sa Majesté de donner les ordres nécessaires pour qu'il soit, le plus promptement possible, envoyé aux commissaires qu'elle a nommés p...
Locuteur: Roussillon
Je demande que le rapport du comité de constitution soit imprimé et envoyé dan... Je demande que le rapport du comité de constitution soit imprimé et envoyé dans les provinces. (Cette motion est adoptée.)
Locuteur: Le Président
1° Au décret de l'Assemblée nationale du 3 de ce mois, portant que le commerce de l'Inde, au delà du cap de Bonne-Espérance, est libre pour tous le... 1° Au décret de l'Assemblée nationale du 3 de ce mois, portant que le commerce de l'Inde, au delà du cap de Bonne-Espérance, est libre pour tous les Français;
Locuteur: Le Président
...ales où il y a deux ou plusieurs titres de bénéfices-cures, il sera, par provision, en cas de vacance d'un des titres, sursis à toute... 2° Au décret du 11, portant que dans toutes les églises paroissiales où il y a deux ou plusieurs titres de bénéfices-cures, il sera, par provision, en cas de vacance d'un des titres, sursis à toute nomination;
Locuteur: Le Président
...ortant que les électeurs du département de l'Aisne, qui s'assembleront à Chauny, p... 5° Au décretdu même jour, portant que les électeurs du département de l'Aisne, qui s'assembleront à Chauny, pourront procéder à l'élection des

Séance du lundi 19 avril 1790

page 116
Locuteur: Le Président
6° Au décret du 16, qui met de nouveau sous la sauvegarde de la loi les juifs de l'Alsace et des autres provinces du roy... 6° Au décret du 16, qui met de nouveau sous la sauvegarde de la loi les juifs de l'Alsace et des autres provinces du royaume;
Locuteur: Le Président
..., qui autorise les officiers municipaux de la ville de Verseil à faire un emprunt de 2,000 livres; 7° Au décret dudit jour, qui autorise les officiers municipaux de la ville de Verseil à faire un emprunt de 2,000 livres;
Locuteur: Le Président
8° Au décret dudit jour, contenant la même autorisation en faveur de la municipalité de Pou-langy, pour une somme de 7,000 livres ; 8° Au décret dudit jour, contenant la même autorisation en faveur de la municipalité de Pou-langy, pour une somme de 7,000 livres ;
Locuteur: Le Président
..., qui autorise les officiers municipaux de la ville de Saini-Dié en Lorraine, à percevoir, par provision, 15,500 livres sur le prix de la vente de ses biens communaux; 9° Au décret dudit jour, qui autorise les officiers municipaux de la ville de Saini-Dié en Lorraine, à percevoir, par provision, 15,500 livres sur le prix de la vente de ses biens communaux;
Locuteur: Le Président
...es domaines nationaux, en attendant que la vente de ces domaines soit effectuée; ... dudit jour et 17, concernant les dettes du clergé, les assignats, les revenus des domaines nationaux, en attendant que la vente de ces domaines soit effectuée;
Locuteur: Le Président
...ruction ultérieure et à toute exécution de sentence, s'il en a été rendu, dans la procédure commencée par les officiers municipaux de Sclielestat, contre les sieurs Streiche...
...ur l'apport d:une expédition des pièces de cette procédure. Signé jl'archevêque de Bordeaux.
12° Enfin Sa Majesté a donné des ordres pour qu'il soit sursis à toute instruction ultérieure et à toute exécution de sentence, s'il en a été rendu, dans la procédure commencée par les officiers municipaux de Sclielestat, contre les sieurs Streicher, Ambruster,Fuchs et autres citoyens emprisonnés, et pour l'apport d:une expédition des pièces de cette procédure. Signé jl'archevêque de Bordeaux.
Locuteur: Le Président
annonce l'ordre du jour de demain. Il comprend la suite de la discussion du projet de décret pour le remplacement de la dîme; un rapport sur les postes et un r... annonce l'ordre du jour de demain. Il comprend la suite de la discussion du projet de décret pour le remplacement de la dîme; un rapport sur les postes et un rapport sur les chasses.
Locuteur: Le Président
...cret dudit jour, portant queleChâte-let de Paris peut et doit continuer l'instruct...
...l'altération et fabrication des lettres de change, acceptées par les sieurs Tourton, Ravel et Gallet de Santerre, aux termes des lettres-patent...
12° Au décret dudit jour, portant queleChâte-let de Paris peut et doit continuer l'instruction, jusqu'à jugement définitif, des contestations et procédures criminelles, relatives à l'altération et fabrication des lettres de change, acceptées par les sieurs Tourton, Ravel et Gallet de Santerre, aux termes des lettres-patentes du 2 décembre 1786 ;
à la séance de l'Assemblée nationale du 19 avril 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 19 avril 1790
Opinion du marquis de Eaquenille sur le pro-, jet de décret du comité de constitution, concernant la prolongation des pouvoirs de MM. les députés (1). Opinion du marquis de Eaquenille sur le pro-, jet de décret du comité de constitution, concernant la prolongation des pouvoirs de MM. les députés (1).
(1) La discussion a été fermée au moment où j'allais prendre la parole, quoique M. le Président ait bie...
...à l'Assemblée que j'avais à l'instruire de mon mandat.
(1) La discussion a été fermée au moment où j'allais prendre la parole, quoique M. le Président ait bien voulu observer à l'Assemblée que j'avais à l'instruire de mon mandat.
...ntendre le premier opinant (1), l'oubli de nos devoirs et l'abus de l'autorité qui nous a été confiée. Je le répète, d'après lui et d'après toute la France, nous ne sommes que des députes de bailliages, nous avons été convoqués pa...
...responsables à lui et à nos commettants de l'usage que nous avons fait de nos pouvoirs. Pourquoi avons-nous été a...
...donné en nous constituant représentants de la nation? De réformer les abus, d'affermir l'autorit...
...es ministres, d'améliorer les finances, de soulager le fardeau de l'impôt qui pesait sur la classe indigente du peuple, d'assurer la dette de l'Etat, après en avoir écarté les intér...
vous est soumis; j'y ai vu, comme vous l'a fait entendre le premier opinant (1), l'oubli de nos devoirs et l'abus de l'autorité qui nous a été confiée. Je le répète, d'après lui et d'après toute la France, nous ne sommes que des députes de bailliages, nous avons été convoqués par le roi, nous sommes responsables à lui et à nos commettants de l'usage que nous avons fait de nos pouvoirs. Pourquoi avons-nous été appelés, et que nous a-t-on ordonné en nous constituant représentants de la nation? De réformer les abus, d'affermir l'autorité du roi, en écartant l'arbitraire des ministres, d'améliorer les finances, de soulager le fardeau de l'impôt qui pesait sur la classe indigente du peuple, d'assurer la dette de l'Etat, après en avoir écarté les intérêts usuraires : voilà notre mission. Qu'avons-nous fait?
...communes, assemblés illégalement au jeu de paume, se sont déclarés Assemblée nationale : qui leur avait permis de prendre ce titre? N'étaient-ils pas con...
...nt pouvaient-ils se déclarer, au mépris de leurs serments, Assemblée constituante?...
...royable,aussi attentatoireàl'autoritéde la nation qu'à celle du roi. Et l'on vient...
...comité a donc oublié qu'à cette époque, la moitié de ce qui compose aujourd'hui l'Assemblée ...
... pas réunie à celle qui existait au jeu de paume, et je suis bien aise de déclarer à cette Assemblée, que je ne m...
...le d'un pareil forfait, car c'en est un de manquer à la fois, au roi, à la loi et à la nation. Je viens d'entendre le préopinant (2) déclarer que l'Assemblée avait rendu à la France sa liberté, et lui avait recouvré tous ses droits ; cela n'est pas. C'est la nation elle-même qui les a réclamés dan...
...même préopinant quUpour couvrir l'oubli de toutes les lois et le mépris de toutes les autorités, a cité ce bon mot de l'antiquité, lorsque l'on demandait à C...
...eint les lois, il répondit : J'ai sauvé la république. Et moi, je lui dirai : Vous...
...ires; vous avez employé tous les genres de séduction pour égarer vos concitoyens; vous avez trahi la cause commune. Quel bien avez-vous fait...
Les députés des communes, assemblés illégalement au jeu de paume, se sont déclarés Assemblée nationale : qui leur avait permis de prendre ce titre? N'étaient-ils pas convoqués pour des Etats généraux? N'avaient-ils pas été envoyés pour former des Etats généraux ?Comment pouvaient-ils se déclarer, au mépris de leurs serments, Assemblée constituante? tandis qu'ils savaient bien qu'ils n'étaient et ne sont encore qu'une assemblée...
... prévariqué en ce point essentiel, ils ont cru devoir se lier par un serment incroyable,aussi attentatoireàl'autoritéde la nation qu'à celle du roi. Et l'on vient nous dire que nous sommes tous liés par ce ferment; le comité a donc oublié qu'à cette époque, la moitié de ce qui compose aujourd'hui l'Assemblée nationale, n'était pas réunie à celle qui existait au jeu de paume, et je suis bien aise de déclarer à cette Assemblée, que je ne me serais jamais renducoupa-ble d'un pareil forfait, car c'en est un de manquer à la fois, au roi, à la loi et à la nation. Je viens d'entendre le préopinant (2) déclarer que l'Assemblée avait rendu à la France sa liberté, et lui avait recouvré tous ses droits ; cela n'est pas. C'est la nation elle-même qui les a réclamés dans nos cahiers, et le roi qui les lui a accordés dans sa déclaration du 23 juin. C'est le même préopinant quUpour couvrir l'oubli de toutes les lois et le mépris de toutes les autorités, a cité ce bon mot de l'antiquité, lorsque l'on demandait à Cicéron s'il n'avait pas enfreint les lois, il répondit : J'ai sauvé la république. Et moi, je lui dirai : Vous l'avez perdue. Vous avez effrayé les peuples par des terreurs imaginaires; vous avez employé tous les genres de séduction pour égarer vos concitoyens; vous avez trahi la cause commune. Quel bien avez-vous fait?
Nous devions opérer le salut de l'Etat en faisant le bien du peuple. Croyez-vous l'avoir opéré, en brisant la chaîne qui unissait les citoyens França...
... dans le royaume; en excitant partout à la sédition et à la révolte contre l'autorité légitime? Prétendez-vous faire le bien, en refusant de déclarer que la religiou catholique est la religion de l'Etat? Qu'est-ce que c'est que cedécret, où vous prétendez que le respect nous empêche de délibérer, que la religion de nos pères est et sera toujours la nôtre? Je suis attaché à cette religion...
...^ elle fonde notre bonheur sur l'acquit de nos devoirs. Espérez-vous avoir fait le bien du peuple, en dépouillant les ministres de l'Eglise des biens qu'ils ne tenaient pas de la nation, mais
Nous devions opérer le salut de l'Etat en faisant le bien du peuple. Croyez-vous l'avoir opéré, en brisant la chaîne qui unissait les citoyens Français, en armant un millions d'hommes dans le royaume; en excitant partout à la sédition et à la révolte contre l'autorité légitime? Prétendez-vous faire le bien, en refusant de déclarer que la religiou catholique est la religion de l'Etat? Qu'est-ce que c'est que cedécret, où vous prétendez que le respect nous empêche de délibérer, que la religion de nos pères est et sera toujours la nôtre? Je suis attaché à cette religion par serment, par persuasion, par inclination^ elle fonde notre bonheur sur l'acquit de nos devoirs. Espérez-vous avoir fait le bien du peuple, en dépouillant les ministres de l'Eglise des biens qu'ils ne tenaient pas de la nation, mais
Messieurs, le projet de décret qui vient de vous être proposé, exige de ma part une discussion particulière. Je suis porteur d'un mandat qui m'enjoint de me retirer au bout d'un an de l'Assemblée des Etats généraux. Je suis loin de vouloir lutter contre les préopinants, ...
... J'ai entendu avec étonnement le projet de décret qui
Messieurs, le projet de décret qui vient de vous être proposé, exige de ma part une discussion particulière. Je suis porteur d'un mandat qui m'enjoint de me retirer au bout d'un an de l'Assemblée des Etats généraux. Je suis loin de vouloir lutter contre les préopinants, j'admire leur éloquence et n'ai que le langage d'un soldat. J'ai entendu avec étonnement le projet de décret qui
(2) M. le comte de Mirabeau. (2) M. le comte de Mirabeau.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 117
de citoyens qui les avaient consacrés au culte de Dieu et au soulagement de l'humanité souffrante, au lieu d'accepter l'offre d'un emprunt de 40 millions, qui eût sauvé l'Etat. Croy...
...e que parce qu'il leur donnait le droit de les traiter en père? Quant à moi, mes a...
...onorifiques, qui ont diminué d'un tiers la valeur des biens du royaume; croyez-vou...
... les propriétés, en privant les peuples de ces magistrats qu'ils étaient accoutumés à respecter? Dépositaires de nos lois, ils en étaient l'organe. N'av...
...uit l'ordre établi dans ce royaume pour la tranquillité du citoyen; lorsque vous a...
...devions parler au peuple que le langage de la paix, de la soumission et de l'amour. On parle sans cesse de ses intérêts; s'en est-on vraiment occupé?Non, Messieurs, nous les avons trahi au lieu de les avoir servis; si ces vérités avaient le malheur de vous déplaire, songez que ce langage n'...
... travaux, ne veut pas partager le blâme de vos opérations. Il vous en abandonne toute la gloire si vous en retirez. Daignez écla...
...existe, n'a respiré que pour le bonheur de son roi et de sa patrie, leur a consacré sa vie et sa...
...flatté, en arrivant aux Etats généraux, de voir réparer les maux de l'Etat, et ses concitoyens jouir d'un b...
...amertume, le peuple français troublé et ruiné, et le commerce détruit, le numéraire disparu, la confiance perdue, toutes les classes des citoyens craignant la dissolution de cette brillante monarchie.
de citoyens qui les avaient consacrés au culte de Dieu et au soulagement de l'humanité souffrante, au lieu d'accepter l'offre d'un emprunt de 40 millions, qui eût sauvé l'Etat. Croyez-vous avoir fait du bien aux habitants des campagnes,en leur ôlant leurs seigneurs, qui n'étaient attachés à ce titre que parce qu'il leur donnait le droit de les traiter en père? Quant à moi, mes anciens vassaux seront toujours mes amis. Quel bien avez-vous fait en supprimant les droits honorifiques, qui ont diminué d'un tiers la valeur des biens du royaume; croyez-vous avoir fait une action louable en attaquant et violant toutes les propriétés, en privant les peuples de ces magistrats qu'ils étaient accoutumés à respecter? Dépositaires de nos lois, ils en étaient l'organe. N'avez-vouspasàvousrepro-cher les égarements du peuple, et par conséquent son malheur? Lorsque vous vantez sans cesse une révolution qui a détruit l'ordre établi dans ce royaume pour la tranquillité du citoyen; lorsque vous applaudissez, quand on ose vous dire que l'insurrection est le plus saint des devoirs, nous ne devions parler au peuple que le langage de la paix, de la soumission et de l'amour. On parle sans cesse de ses intérêts; s'en est-on vraiment occupé?Non, Messieurs, nous les avons trahi au lieu de les avoir servis; si ces vérités avaient le malheur de vous déplaire, songez que ce langage n'est permis qu'à celui qui, associé à vos travaux, ne veut pas partager le blâme de vos opérations. Il vous en abandonne toute la gloire si vous en retirez. Daignez éclairer un cœur sensible, qui, depuis qu'il existe, n'a respiré que pour le bonheur de son roi et de sa patrie, leur a consacré sa vie et sa fortune, qui s'était flatté, en arrivant aux Etats généraux, de voir réparer les maux de l'Etat, et ses concitoyens jouir d'un bonheur auquel il aurait contribué. Je ne vois au contraire que le plus vertueux et le meilleur des monarques abreuvé d'amertume, le peuple français troublé et ruiné, et le commerce détruit, le numéraire disparu, la confiance perdue, toutes les classes des citoyens craignant la dissolution de cette brillante monarchie.
contraires. Fidèle, jusqu'à la fin de ma mission, au serment que j'ai prononcé entre les mains de mes commettants, je ne croirai jamais que vous ayez le pouvoir de le délier, et lès opinions de la majorité de cette Assemblée, sur ce lien sacré, qui nous unit à nos commettants, loin de me convaincre, m'ont paru contradictoir...
...leurs pouvoirs. Comme ils m'ont ordonné de me retirer au bout d'un an, je serai ex...
...Ils m'ont aussi expressément recommandé de faire autoriser les Etats généraux, une assemblée de la noblesse de la sénéchaussée d'Auvergne, pour leur rendre compte de ma conduite. Quelque étrange que puisse...
... demande, je n'aurai pas à me reprocher de ne l'avoir pas faite, en quittant le titre honorable de représentant de la nation; je rentrerai dans la classe de vos juges, j'y attendrai, en silence et avec respect, la décision que la nation française portera sur vos travau...
contraires. Fidèle, jusqu'à la fin de ma mission, au serment que j'ai prononcé entre les mains de mes commettants, je ne croirai jamais que vous ayez le pouvoir de le délier, et lès opinions de la majorité de cette Assemblée, sur ce lien sacré, qui nous unit à nos commettants, loin de me convaincre, m'ont paru contradictoires avec celui que vous exigiez pour une constitution contraire au vœu connu des ...
..., le seul qui nous lie est celui que nous avons prêté à ceux qui nous ont donné leurs pouvoirs. Comme ils m'ont ordonné de me retirer au bout d'un an, je serai exact à leur obéir. Ils m'ont aussi expressément recommandé de faire autoriser les Etats généraux, une assemblée de la noblesse de la sénéchaussée d'Auvergne, pour leur rendre compte de ma conduite. Quelque étrange que puisse vous paraître cette demande, je n'aurai pas à me reprocher de ne l'avoir pas faite, en quittant le titre honorable de représentant de la nation; je rentrerai dans la classe de vos juges, j'y attendrai, en silence et avec respect, la décision que la nation française portera sur vos travaux; si elle adopte votre constitution, j'en serai un des plus zélés défenseurs et...
Dans le projet du comité de constitution, on vous propose de défendre aux assemblées de département de remplacer la législature actuelle; on annonce que celle qui nous remplacera n'aura pas le droit de rien changer dans la constitution que nous avons établie ; m...
...us pas qu'on ne vous compare aux tyrans de l'Asie, qui exigent l'obéissance servi ...
...que celui d'un sénat, que le despotisme de la multitude est le règne des passions, et non celui de la raison; soyez sûrs que l'on vous dira q...
...ous deviez à ceux qui vous ont envoyés, la mission dont ils vous avaient chargés; ...
...our n'avoir plus aucuns censeurs ; mais la nation entière sera votre juge, et le p...
...s l'honneur d'être un des représentants de la nation, que la constitution, que j'étais chargé de réclamer, était la même dans tous les cahiers, que c'était...
...lare que j'ai protesté contre tous ceux de vos décrets qui y sont
Dans le projet du comité de constitution, on vous propose de défendre aux assemblées de département de remplacer la législature actuelle; on annonce que celle qui nous remplacera n'aura pas le droit de rien changer dans la constitution que nous avons établie ; mais ne craignez-vous pas qu'on ne vous compare aux tyrans de l'Asie, qui exigent l'obéissance servi le à leurs lois, sans permettre une réclamation ? L'histoire nous apprend que le despotisme d'un seul a toujours été moins funeste que celui d'un sénat, que le despotisme de la multitude est le règne des passions, et non celui de la raison; soyez sûrs que l'on vous dira que vous avez oublié ce que vous deviez à ceux qui vous ont envoyés, la mission dont ils vous avaient chargés; on vous appellera des factieux, qui, craignant le compte que vous aviez à rendre, avez détruit les provinces et les bailliages pour n'avoir plus aucuns censeurs ; mais la nation entière sera votre juge, et le premier moment d'ivresse étant passé, elle verra l'abîme où vous l'avez plongée. Quant à moi, Messieurs, persuadé que ce n'est qu'à mon bailliage que je dois l'honneur d'être un des représentants de la nation, que la constitution, que j'étais chargé de réclamer, était la même dans tous les cahiers, que c'était celle établie par nos pères, que l'Assemblée nationale en a fait une diamétralement opposée, je déclare que j'ai protesté contre tous ceux de vos décrets qui y sont
à la séance de V Assemblée nationale du 19 avril 1790 à la séance de V Assemblée nationale du 19 avril 1790
Observations et projet de décret sur les classes de la marine (1), par MM. le marquis de Vau-dreuil, lieutenant général des armées navales, député de Castelnaudary ; et le chevalier de La Coudraye, ancien lieutenant de vaisseau, député du Poitou, l'un et Vautre membres du comité de marine. (Imprimés par ordre de l'Assemblée nationale). Observations et projet de décret sur les classes de la marine (1), par MM. le marquis de Vau-dreuil, lieutenant général des armées navales, député de Castelnaudary ; et le chevalier de La Coudraye, ancien lieutenant de vaisseau, député du Poitou, l'un et Vautre membres du comité de marine. (Imprimés par ordre de l'Assemblée nationale).
...du 31 octobre 1784; et voici les motifs de notre avis : nous supplions l'Assemblée nationale de les méditer avec attention et de les peser rigoureusement dans sa sagess...
...nt important d'où peut dépendre le sort de nos années navales. Ce sont des marins ...
...élèvent qu'avec regret contre l'opinion de la majorité du comité de la marine, dont ils font eux-mêmes partie.
...lasses nous semble devoir être conservé tel qu'il est prescrit par l'ordonnance du 31 octobre 1784; et voici les motifs de notre avis : nous supplions l'Assemblée nationale de les méditer avec attention et de les peser rigoureusement dans sa sagesse, puisqu'il s'agit d'un point important d'où peut dépendre le sort de nos années navales. Ce sont des marins qui les présentent; des marins qui prennent l'intérêt le plus vif à cet état, et qui ne s'élèvent qu'avec regret contre l'opinion de la majorité du comité de la marine, dont ils font eux-mêmes partie.
...t convenir qu'embarquer sur un vaisseau de guerre sera toujours une corvée pour le...
...; c'est que l'on se bat sur un vaisseau de guerre et que l'on prévoit la possibilité d'y être estropié ou de laisser une veuve et des orphelins; c'est que le matelot s'y trouve dans un degré de subordination et de dépendance qu'il ne connaît pas sur le bâtiment de commerce; c'est qu'enfin il y est privé de son coffre, de ses aisances, qui lui rendraient les fatigues de la navigation plus supportables.
1° Il faut convenir qu'embarquer sur un vaisseau de guerre sera toujours une corvée pour le matelot, quand même on y doublerait sa paye; c'est que l'on se bat sur un vaisseau de guerre et que l'on prévoit la possibilité d'y être estropié ou de laisser une veuve et des orphelins; c'est que le matelot s'y trouve dans un degré de subordination et de dépendance qu'il ne connaît pas sur le bâtiment de commerce; c'est qu'enfin il y est privé de son coffre, de ses aisances, qui lui rendraient les fatigues de la navigation plus supportables.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 118
2° 11 est trois manières de se procurer des matelots : l'une, en le...
...tablissement semblable pour les travaux de ses arsenaux ; mais cela ne peut conven...
...puissance dont les armements, dépendant de la situation politique de l'Europe, n'ont jamais rien de fixe, ni de déterminé, et cela lui conviendrait moi...
... autre manière est d'enlever des hommes de force, lorsqu'on en a besoin, •ainsi qu...
...e l'on nomme lapresse, est certainement la plus violente de toutes : l'on peut prévoir même qu'elle...
... presque tous les habitants connaissent la mer, et mettent leur amour-propre à dominer sur la mer; parce qu'elle exciterait conséquem...
...ne fournirait point un nombre suffisant de marins. Enfin, la troisième manière est celle que nous em...
...es côtes et qui tirent leur subsistance de la mer par la pêche, par la construction des navires, par la navigation sur les bâtiments de commerce, etc., sont enregistrés et ass...
... employés tour à tour sur les bâtiments de guerre.
2° 11 est trois manières de se procurer des matelots : l'une, en les engageant comme les soldats. Le Danemarck, qui a cependant des classes, a un établissement semblable pour les travaux de ses arsenaux ; mais cela ne peut convenir à une grande puissance dont les armements, dépendant de la situation politique de l'Europe, n'ont jamais rien de fixe, ni de déterminé, et cela lui conviendrait moins encore si ses finances étaient obérées. Une autre manière est d'enlever des hommes de force, lorsqu'on en a besoin, •ainsi que cela se fait en Angleterre. Cette manière, que l'on nomme lapresse, est certainement la plus violente de toutes : l'on peut prévoir même qu'elle ne réussirait point en France, parce que cette contrée n'est point une île dont tous les points soient peu distants des côtes, et dont presque tous les habitants connaissent la mer, et mettent leur amour-propre à dominer sur la mer; parce qu'elle exciterait conséquem-ment des troubles lors du transport des hommes pressés et qu'elle ne fournirait point un nombre suffisant de marins. Enfin, la troisième manière est celle que nous employons. Louis XIV établit les classes. Les hommes qui habitent les côtes et qui tirent leur subsistance de la mer par la pêche, par la construction des navires, par la navigation sur les bâtiments de commerce, etc., sont enregistrés et assujettis à être employés tour à tour sur les bâtiments de guerre.
3° Peu de personnes ont une idée exacte de l'état des classes. Beaucoup les regard...
...ans doute, que depuis, par l'ordonnance de 1784, chaque homme classé peut se faire rayer à sa volonté de la matricule, en renonçant toutefois à son...
...st-à-dire, au bénéfice qu'il retirerait de la mer : seulement on a exigé que l'homme fût encore sujet, un an après sa demande, à la police des classes, et cet assujettisse...
...es aux circonslances. En effet, pendant la guerre, le déclassement ne serait pas libre, et la politique l'interdirait. Or, qui ne sent combien ce régime est préférable à celui de l'Angleterre, et combien il est plus doux? Il est de fait que cette nation si célèbre sur le...
...ie cet établissement auquel nous devons de primer constamment nos ennemis la première année d'une guerre, et auquel ...
3° Peu de personnes ont une idée exacte de l'état des classes. Beaucoup les regardent comme vexatoires et iniques, parce qu'ils les jugent sur leur établissement réellement trop sévère dans le principe. Ils ignorent, sans doute, que depuis, par l'ordonnance de 1784, chaque homme classé peut se faire rayer à sa volonté de la matricule, en renonçant toutefois à son état, c'est-à-dire, au bénéfice qu'il retirerait de la mer : seulement on a exigé que l'homme fût encore sujet, un an après sa demande, à la police des classes, et cet assujettissement ne doit être considéré que comme une précaution contre des demandes combinées ou trop contraires aux circonslances. En effet, pendant la guerre, le déclassement ne serait pas libre, et la politique l'interdirait. Or, qui ne sent combien ce régime est préférable à celui de l'Angleterre, et combien il est plus doux? Il est de fait que cette nation si célèbre sur les mers nous envie cet établissement auquel nous devons de primer constamment nos ennemis la première année d'une guerre, et auquel nous ne pourrions renoncer sans porter un coup funeste à notre marine.
...tre 12). Elle autorise même "tout homme de mer, avec l'agrément du chef des classe...
... par un autre homme du même syndicat et de même qualité que lui (art. 23, titre 12). On a étendu la prévoyance et l'intérêt jusqu'à défendre d'inscrire sur les rôles, à la suite les uns des autres, les gens d'un...
...a possible, ils soient rarement obligés de marcher tous à la même levée (art. 4, titre 12). Cette ordonnance a amélioré le sort des gens de mer pour les pensions et gratifications...
...s chaque quartier aux familles des gens de mer employés sur les vaisseaux de guerre (article 1er, titre 16). 11 est spécialement enjoint de laisser aux matelots qui ne seront point employés au service de l'Etat, la plus entière liberté de s'occuper à la navigation marchande ou à la pêche (art. 3, titre 11, et art. 2, tit. 14). Elle défend de lever les capitaines reçus au grand cab...
... 12). Enfin, il est enjoint aux syndics de garder le rôle du tour de service qui leur sera remis par le chef des classes, de l'afficher dans un lieu apparent de leur maison, et d'en laisser prendre des copies qu'ils ne pourront refuser de collationner, s'ils en sont requis, aux...
... soit son grade au service, pourvu toutefois que le fils y consente (art. 24, titre 12). Elle autorise même "tout homme de mer, avec l'agrément du chef des classes, à se faire substituer par un autre homme du même syndicat et de même qualité que lui (art. 23, titre 12). On a étendu la prévoyance et l'intérêt jusqu'à défendre d'inscrire sur les rôles, à la suite les uns des autres, les gens d'une mêmefamille, pour qu'autant qu'il sera possible, ils soient rarement obligés de marcher tous à la même levée (art. 4, titre 12). Cette ordonnance a amélioré le sort des gens de mer pour les pensions et gratifications à accorder à eux, à leurs veuves et à leurs enfants (titres 15 et 17). Ellea prescrit des fonds particuliers, tous les trois mois, pour donner des acomptes dans chaque quartier aux familles des gens de mer employés sur les vaisseaux de guerre (article 1er, titre 16). 11 est spécialement enjoint de laisser aux matelots qui ne seront point employés au service de l'Etat, la plus entière liberté de s'occuper à la navigation marchande ou à la pêche (art. 3, titre 11, et art. 2, tit. 14). Elle défend de lever les capitaines reçus au grand cabotage, et même les maîtres du petit cabotage, lorsqu'ils commandent des bâtiments (art. 5 et 6 du titre 12). Enfin, il est enjoint aux syndics de garder le rôle du tour de service qui leur sera remis par le chef des classes, de l'afficher dans un lieu apparent de leur maison, et d'en laisser prendre des copies qu'ils ne pourront refuser de collationner, s'ils en sont requis, aux officiers municipaux des lieux et à toutes autres personnes (art. 9, titre 2).
...ent du premier janvier 1786, concernant la réception des capitaines de navire de commerce (art. 31), restreint à neuf mois le temps nécessaire de navigation sur les bâtiments du roi pour être reçu capitaine; et ces neuf mois de navigation peuvent être faits en qualité de volontaire, par les dispositions des articles 1 et 2 de l'ordonnance de la même date, concernant les volontaires. Le règlement du premier janvier 1786, concernant la réception des capitaines de navire de commerce (art. 31), restreint à neuf mois le temps nécessaire de navigation sur les bâtiments du roi pour être reçu capitaine; et ces neuf mois de navigation peuvent être faits en qualité de volontaire, par les dispositions des articles 1 et 2 de l'ordonnance de la même date, concernant les volontaires.
Il reste à augmenter la solde du matelot; ce serait un nouvel a...
...elles rendent possible; c'est un devoir de s'en occuper, mais ce n'est qu'en régla...
Il reste à augmenter la solde du matelot; ce serait un nouvel adoucissement que les réformes actuelles rendent possible; c'est un devoir de s'en occuper, mais ce n'est qu'en réglant les autres dépenses, que l'on pourra fixer quelle serait cette augmentation.
...missaire ne sont donc que des relations de bon ordre, nécessaires pour savoir où i...
...s procès qu'ils peuvent avoir vis-à-vis de leurs bourgeois ou armateurs, soit aupr...
...es motifs qui déterminèrent les auteurs de l'ordonnance de 1784 à faire concourir à ces fonctions ...
...uis vues. 11 est certain que l'officier de la marine voit, dans le matelot, son compagnon d'armes et de périls, et qu'il s'intéresse vivement à...
Les relations des matelots à terre avec leur commissaire ne sont donc que des relations de bon ordre, nécessaires pour savoir où ils sont, et pour les retrouver au besoin. Ce commissaire, d'ailleurs, est leur protecteur et leur patron, soit dans les procès qu'ils peuvent avoir vis-à-vis de leurs bourgeois ou armateurs, soit auprès du ministre pour présenter leurs titres à obtenir les invalides ou autres grâ...
...ptibles. Quelques abus, presque inséparables du gouvernement d'un seul, furent les motifs qui déterminèrent les auteurs de l'ordonnance de 1784 à faire concourir à ces fonctions les officiers militaires : l'expérience a justifié leuis vues. 11 est certain que l'officier de la marine voit, dans le matelot, son compagnon d'armes et de périls, et qu'il s'intéresse vivement à son sort et à son bien-être. On objecte que cela est coûteux ; nous ne le croyo...
ment pour les vaisseaux de guerre soit général et absolu ; les matelots de Brest, par exemple, les meilleurs peut-...
...sseaux du roi, et ce n'est qu'au défaut de ces armements qu'ils vont chercher quelquefois des embarquements dans les ports de commerce.
ment pour les vaisseaux de guerre soit général et absolu ; les matelots de Brest, par exemple, les meilleurs peut-être du monde entier, se livrent presque exclusivement, et par goût, au service des vaisseaux du roi, et ce n'est qu'au défaut de ces armements qu'ils vont chercher quelquefois des embarquements dans les ports de commerce.
...rmi les adoucissements que l'ordonnance de 1784 a apportés au régime des classes, celui de se déclasser à volonté n'est pas le seu...
...) a rendu leurs marches, dans les temps de levées, plus faciles et plus salubres, ...
...eux, comme pour les soldats, des ordres de transport, de logement et de réception aux hôpitaux. Elle a dispensé du service tout homme de mer, ayant trois fils classés, et elle ...
4° Parmi les adoucissements que l'ordonnance de 1784 a apportés au régime des classes, celui de se déclasser à volonté n'est pas le seul important pour les matelots. Cette même ordonnance (titre 13) a rendu leurs marches, dans les temps de levées, plus faciles et plus salubres, en établissant pour eux, comme pour les soldats, des ordres de transport, de logement et de réception aux hôpitaux. Elle a dispensé du service tout homme de mer, ayant trois fils classés, et elle a prescrit que ceux des enfants qui auraient été tués au service ou seraient dev...

Séance du lundi 19 avril 1790

page 119
...e nous croyons avantageux à tous égards de conserver les vingt-neuf chefs des clas...
...er qui serait plus utilement conservé à la régie des classes.
...nombre des employés, ou se borner même à des inspections ; mais nous répétons que nous croyons avantageux à tous égards de conserver les vingt-neuf chefs des classes, lorsqu'on en écartera le double emploi d'un traitement particulier et d'une...
... à penser que s'il fallait éloigner le commissaire ou l'officier, c'est l'officier qui serait plus utilement conservé à la régie des classes.
...s présentés sur les classes, on a parlé de considérer le matelot à terre comme un simple citoyen entièrement libre, et soumis à la seule police de sa municipalité. On a ajouté que, si l'on conservait le commissaire du roi pour la tenue des rôles ou matricules, toujours faudrait-il que le matelot pût appeler à la municipalité de la régularité de son tour de service, et des décisions du commissaire ou de l'officier. Un tel projet porterait, no...
...on esprit du matelot qui le rend tout à la fois si obéissant, si actif, si attaché...
...ot est militaire : ce serait une erreur de le considérer différemment, parce que t...
..., et qu'après tout il ne faudrait point de classes, s'il n'était point de marine militaire. C'est avec les matelots que l'on se bat sur les bâtiments de guerre : ce sont eux seuls qui agissent...
... les dangers d'une tempête, vont braver la mort au bout d'une vergue, et ils en de...
...eculé ou perdu. Est-il un seul vaisseau de guerre français où l'on ait vu l'insurr...
...niraient plus d'un exemple? Que veut-on de mieux, et que peut-on changer? Aussi n'est-il point d'officier de la marine qui ne chérisse les matélots, et...
...xercice, sans tenue, il règne entre eux la même liaison, le même rapprochement, et...
...cier qui le commande, s'il peut appeler de leurs jugements, s'ils ne sont plus pou...
...s perdront en considération à ses yeux; la dignité du pouvoir exécutif sera affaib...
5° Dans les divers plans présentés sur les classes, on a parlé de considérer le matelot à terre comme un simple citoyen entièrement libre, et soumis à la seule police de sa municipalité. On a ajouté que, si l'on conservait le commissaire du roi pour la tenue des rôles ou matricules, toujours faudrait-il que le matelot pût appeler à la municipalité de la régularité de son tour de service, et des décisions du commissaire ou de l'officier. Un tel projet porterait, nous le pensons, un coup funeste à cette subordination, à ce bon esprit du matelot qui le rend tout à la fois si obéissant, si actif, si attaché à son état. Le matelot est militaire : ce serait une erreur de le considérer différemment, parce que tout homme doit être envisagé dans ses fonctions principales, et qu'après tout il ne faudrait point de classes, s'il n'était point de marine militaire. C'est avec les matelots que l'on se bat sur les bâtiments de guerre : ce sont eux seuls qui agissent sur les canons, et les canons sont l'arme des vaisseaux; les abordages, les descentes s'exécutent avec les matelots. Ces mêmes hommes, dans les dangers d'une tempête, vont braver la mort au bout d'une vergue, et ils en descendent avec gaieté pour gratter les ponts et nettoyer les postes :ils supporte...
...veilles et les travaux forcés. Jamais ils n'ont murmuré d'un repas interrompu, reculé ou perdu. Est-il un seul vaisseau de guerre français où l'on ait vu l'insurrection d'un équipage, et les Anglais en fourniraient plus d'un exemple? Que veut-on de mieux, et que peut-on changer? Aussi n'est-il point d'officier de la marine qui ne chérisse les matélots, et qui qui travaillât avec délice à leur procurer un sort heureux. Sans uniforme, sans exercice, sans tenue, il règne entre eux la même liaison, le même rapprochement, et une intimité bien plus grande encore qu'entre les officiers et les soldats ae t...
...e, si légère et si douce d'ailleurs, cesse entre lui et le commissaire ou l'officier qui le commande, s'il peut appeler de leurs jugements, s'ils ne sont plus pour lui ses chefs et ses protecteurs immédiats et uniques, alors ils perdront en considération à ses yeux; la dignité du pouvoir exécutif sera affaiblie ; tout est relâché, discipline, subordination, attachement, et le mal est in...
...a égard aux impositions qu'ils payent à la caisse des invalides sur leur solde, tous jouiront du droit de citoyen actif. Leur dépendance des muni...
...us ce titre. Celui qui voudrait obtenir la voix d'un matelot dans une élection, se...
...aussi , sévère sur l'exactitude du tour de service, sur le classement ou le déclassement, sur la présentation des titres pour l'obtentio...
6° Des matelots sont fréquemment des propriétaires; et si l'on a égard aux impositions qu'ils payent à la caisse des invalides sur leur solde, tous jouiront du droit de citoyen actif. Leur dépendance des municipalités serait encore funeste sous ce titre. Celui qui voudrait obtenir la voix d'un matelot dans une élection, serait-il bien aussi , sévère sur l'exactitude du tour de service, sur le classement ou le déclassement, sur la présentation des titres pour l'obtention des grâces ?
étrangers à la ville où ils sont employés; et nous avons été témoins cependant de toute la force qui leur est nécessaire pour rési...
...s toujours existantes, lorsqu'il s'agit de faire marcher un matelot au service. C'...
... sa famille, pour tous les petits liens de la société que l'on poursuit avec obstinat...
...ceptions. Or, que les juges soient ceux- mêmes que ces liens regardent et attachent, croit-on de bonne foi qu'il y aurait plus de justice et plus d'avantage pour le matelot? Que les municipalités dans les ports de commerce soient formées de personnes intéressées à armer leurs nav...
...ênera pas les levées pour les vaisseaux de guerre? C'est encore sous ce point de vue, que le concours des officiers de la marine, à la discipline des classes, présente des avantages et qu'il faut craindre de se décider trop légèment à les en écart...
étrangers à la ville où ils sont employés; et nous avons été témoins cependant de toute la force qui leur est nécessaire pour résister aux sollicitations toujours existantes, lorsqu'il s'agit de faire marcher un matelot au service. C'est par considération pour lui, pour sa famille, pour tous les petits liens de la société que l'on poursuit avec obstination des exceptions. Or, que les juges soient ceux- mêmes que ces liens regardent et attachent, croit-on de bonne foi qu'il y aurait plus de justice et plus d'avantage pour le matelot? Que les municipalités dans les ports de commerce soient formées de personnes intéressées à armer leurs navires particuliers, peut-on croire que toujours ils négligeront leur fortune, et que leur influence ne gênera pas les levées pour les vaisseaux de guerre? C'est encore sous ce point de vue, que le concours des officiers de la marine, à la discipline des classes, présente des avantages et qu'il faut craindre de se décider trop légèment à les en écarter.
7° Il n'est point, pour les matelots, de tour de service assez marqué, assez positif pour qu'il ne soit susceptible de contestation. Celui qui viendra de faire une campagne de deux ou trois ans, marchera-t-il à son ...
... a fait une simple campagne d'évolution de trois mois? Si l'on voulait compter les...
...our les particuliers, et a causé autant de préjudice qu'une campagne plus longue. Convient-il enfin de n'avoir aucun égard à la santé, ni à ces positions où la présence d'un père ou d'un époux a quel...
7° Il n'est point, pour les matelots, de tour de service assez marqué, assez positif pour qu'il ne soit susceptible de contestation. Celui qui viendra de faire une campagne de deux ou trois ans, marchera-t-il à son tour, en le comparant à celui qui a fait une simple campagne d'évolution de trois mois? Si l'on voulait compter lesmois deser-vice,bientôt on objecterait qu'une campagne, quoique courte, a fait manquer un armement avantageux pour les particuliers, et a causé autant de préjudice qu'une campagne plus longue. Convient-il enfin de n'avoir aucun égard à la santé, ni à ces positions où la présence d'un père ou d'un époux a quelquefois une influence importante pour sa famille entière? Ainsi toute possibilit...
8* Votre comité de marine vous présente un autre projet, celui de donner droit aux matelots d'élire eux-m...
...ndic serait pour eux un officier public de leur choix, un juge à l'aide duquel on pourrait se passer de l'intervention de la municipalité, du moins tant qu'il n'y aurait pas de contestation ; mais si l'on conteste, qui jugera en dernier ressort? Si c'est la municipalité ou tout autre tribunal, on...
...e contrainte, et qu'il offre des moyens de contester sa légalité. On doit prévoir ...
...e le refus d'un matelot menace toujours de peser sur un autre, que les femmes, don...
...ultiplieraient les résistances. Bientôt la discorde s'établirait dans les classes,...
...me lieu. Ce moyen, employé à Saint-Jean-de-Luz, y rend les levées difficiles et le...
...et il a d'ailleurs le même inconvénient de disposer le matelot à l'indiscipline et...
8* Votre comité de marine vous présente un autre projet, celui de donner droit aux matelots d'élire eux-mêmes un syndic qui fixerait leur tour à marcher. Alors ce syndic serait pour eux un officier public de leur choix, un juge à l'aide duquel on pourrait se passer de l'intervention de la municipalité, du moins tant qu'il n'y aurait pas de contestation ; mais si l'on conteste, qui jugera en dernier ressort? Si c'est la municipalité ou tout autre tribunal, on retombe dans les mêmesincon-vénients ; si c'est le commissaire, à quoi bon cet ...
..., lorsque l'ordre est constamment d'une nature pénible, qu'il présente une longue contrainte, et qu'il offre des moyens de contester sa légalité. On doit prévoir que les femmes, si fortement intéressées à ces querelles, puisque le refus d'un matelot menace toujours de peser sur un autre, que les femmes, dont l'influence sur les hommes est si certaine et si marquée, aigriraient encore ces disputes et multiplieraient les résistances. Bientôt la discorde s'établirait dans les classes, dans les familles et parmi les matelots d'un même lieu. Ce moyen, employé à Saint-Jean-de-Luz, y rend les levées difficiles et lentes; souvent des paysans viennent remplacer les marins; et il a d'ailleurs le même inconvénient de disposer le matelot à l'indiscipline et à l'insubordination.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 120
...ffet, allait, sur un vaisseau, invoquer la liberté, l'égalité, et parler de ses droits? Si, à son tour et à l'instant d'un combat, il comptait qu'il est, vis-à-vis de ses officiers, dans une proportion non pas seulement de vingt-trois contre un, mais dans celle de cinquante à cent contre un? ...force, qu'une subordination affaiblie déjà n'existe plus. Et si le matelot, en effet, allait, sur un vaisseau, invoquer la liberté, l'égalité, et parler de ses droits? Si, à son tour et à l'instant d'un combat, il comptait qu'il est, vis-à-vis de ses officiers, dans une proportion non pas seulement de vingt-trois contre un, mais dans celle de cinquante à cent contre un?
9° Il semblerait, à la sorte de besoin que l'on montre d'innover, à ce désir de se fortifier du pouvoir civil, que les classes sont soulevées et dans un état de plainte contre leurs chefs ; cependant jamais, sur nos côtes de l'océan, matelot commandé ne murmura et...
...ils ne doivent point être comptés. 11 a la justice de sentir que sa corvée est un mal nécessa...
...e sa tâche; il sait que sur un vaisseau de guerre on lui rendra la vie aussi douce qu'il est possible, et ...
9° Il semblerait, à la sorte de besoin que l'on montre d'innover, à ce désir de se fortifier du pouvoir civil, que les classes sont soulevées et dans un état de plainte contre leurs chefs ; cependant jamais, sur nos côtes de l'océan, matelot commandé ne murmura et ne désobéit, ou du moins les exemples en sont si rares qu'ils ne doivent point être comptés. 11 a la justice de sentir que sa corvée est un mal nécessaire, que celui qui a le bénéfice doit avoir les charges ; il connaît les moyens des autres nations, et il préfère encore sa tâche; il sait que sur un vaisseau de guerre on lui rendra la vie aussi douce qu'il est possible, et il se résigne en voyant d'autres hommes nés pour plus d'aisance que lui s'intére...
De quelque manière que l'on s'y prenne, l'état d'un matelot embarqué sur un vaisseau de ligne, sera toujours un état de contrainte ; mais chaque officier, chaq...
...ité du régime des classes. L'ordonnance de 1784 est le résultat de cet intérêt. C'est à sa douceur que l'o...
... excès d'imaginer qu'il n'existait rien de bien. L'expérience nous donne droit de le dire : jamais on ne fera mieux sur l...
...ue ce qui est prescrit par l'ordonnance de 1784. Dans les réclamations qui vous sont parvenues de la part des maîtres, officiers mariniers e...
... ils invoquent expressément l'exécution de plusieurs des articles de cette ordonnance. Cet établissement, en...
...mble avoir été porté au plus haut degré de liberté qu'il soit possible de donner sans compromettre la discipline. Ou en reste persuadé en voy...
...ans le moral on ne peut prévoir l'effet de l'action la plus simple ; le moindre poids rompt l'...
...ère considération : ces matelots, doués de toutes les vertus militaires, ces homme...
...aux enrichissent les nations, jouissent de l'avantage de n'inspirer ni craintes, ni inquiétudes, et jamais ils ne peuvent être suspects de devenir un moyen d'oppression contre la liberté publique.
De quelque manière que l'on s'y prenne, l'état d'un matelot embarqué sur un vaisseau de ligne, sera toujours un état de contrainte ; mais chaque officier, chaque administrateur s'est attaché à améliorer son sort, à adoucir pour lui l'aspérité du régime des classes. L'ordonnance de 1784 est le résultat de cet intérêt. C'est à sa douceur que l'on attribue généralement l'augmentation sensible du nombre des hommes classés, et...
...français, il faut en convenir, étaient portés à l'excès, mais ce serait un autre excès d'imaginer qu'il n'existait rien de bien. L'expérience nous donne droit de le dire : jamais on ne fera mieux sur les classes que ce qui est prescrit par l'ordonnance de 1784. Dans les réclamations qui vous sont parvenues de la part des maîtres, officiers mariniers et matelots, ils invoquent expressément l'exécution de plusieurs des articles de cette ordonnance. Cet établissement, en effet, semble avoir été porté au plus haut degré de liberté qu'il soit possible de donner sans compromettre la discipline. Ou en reste persuadé en voyant cet excellent esprit, ces excellentes qualités des matelots. Gardons-nous do...
... que le mieux est l'ennemi du bien, et que tout mouvementinutile est nuisible. Dans le moral on ne peut prévoir l'effet de l'action la plus simple ; le moindre poids rompt l'équilibre, peut détruire des dispositions favorables et tout renverser. Ajoutez une dernière considération : ces matelots, doués de toutes les vertus militaires, ces hommes précieux dont le courage et les travaux enrichissent les nations, jouissent de l'avantage de n'inspirer ni craintes, ni inquiétudes, et jamais ils ne peuvent être suspects de devenir un moyen d'oppression contre la liberté publique.
...soit considéré comme militaire, sujet à la police des ordonnances militaires, de la même manière que le soldat ; qu'il ne p...
...nation, parce que l'on ne peut supposer la possibilité qu'un commissaire et un oft...
...ui auraient abusé seraient dans un état de responsabilité d'autant plus réel, qu'i...
...rganisation même des municipalités, que la voix du faible puisse être étouffée.
mais que dès l'instant qu'il sera nommé par ceux-ci pour le service, il soit considéré comme militaire, sujet à la police des ordonnances militaires, de la même manière que le soldat ; qu'il ne puisse se pourvoir à aucun tribunal civil contre sa nomination, parce que l'on ne peut supposer la possibilité qu'un commissaire et un ofticier violent gratuitement toute équité à-son sujet; parce que le pouvoir exécutif doit être entier et plein pour être respecté, et que l'officier et le commissaire qui auraient abusé seraient dans un état de responsabilité d'autant plus réel, qu'il n'est plus à craindre, d'après l'organisation même des municipalités, que la voix du faible puisse être étouffée.
« 1° Que les gens de mer et ceux qui exercent des professions relatives à la marine, continueront à être classés, pour servir, à tour de rôle et suivant les besoins de l'Etat, sur les vaisseaux de guerre ou dans les arsenaux; « 1° Que les gens de mer et ceux qui exercent des professions relatives à la marine, continueront à être classés, pour servir, à tour de rôle et suivant les besoins de l'Etat, sur les vaisseaux de guerre ou dans les arsenaux;
« 2° Que la discipline des classes, la quantité et la qualité des agents nécessaires à cette ...
...s par l'Assemblée nationale sur le fait de l'économie et sur la responsabilité des ministres ;
« 2° Que la discipline des classes, la quantité et la qualité des agents nécessaires à cette administration, continueront à appartenir au pouvoir exécutif, sous les réserves prescrites par l'Assemblée nationale sur le fait de l'économie et sur la responsabilité des ministres ;
...donnance du 31 octobre 1784, n'ont rien de contraire aux principes de la constitution, ni d'attentatoire à la juste liberté des citoyens. » « 3° Que les dispositions concernant les classes, contenues dans l'ordonnance du 31 octobre 1784, n'ont rien de contraire aux principes de la constitution, ni d'attentatoire à la juste liberté des citoyens. »
à la séance de l'Assemblée nationale du 19 avril 1790 à la séance de l'Assemblée nationale du 19 avril 1790
...ur les dépenses et le régime économique de la marine, par M. Malouet, membre du comité de la marine (1). (Imprimé par ordre de l'Assemblée). Rapport fait à VAssemblée nationale sur les dépenses et le régime économique de la marine, par M. Malouet, membre du comité de la marine (1). (Imprimé par ordre de l'Assemblée).
...an général du comité sur l'organisation de la marine; et un honorable membre a dit, à... ...mblée nationale, en ajournant le décret sur les classes, a voulu connaître le plan général du comité sur l'organisation de la marine; et un honorable membre a dit, à cette occasion, qu'il était d'autaut plus nécessaire d'attendre, qu'on était di...
... Il est certain que nous cherchons tous la vérité de bonne foi, mais que nous ne sommes pas ...
...discussions multipliées que j'ai désiré de rendre un avis commun, sans pouvoir y p...
Puisqu'on a divulgué notre secret, il n'y a plus rien à dissimuler. Il est certain que nous cherchons tous la vérité de bonne foi, mais que nous ne sommes pas d'accord sur son signalement. Chargé du travail relatif aux dépenses et à l'administration, j'en ai fait le rapport : c'est après des discussions multipliées que j'ai désiré de rendre un avis commun, sans pouvoir y parvenir.Mon travail n'a point obtenu l'appro-
...poser est simple : que le matelot, hors de son tour de service, soit à terre homme civil, qu'il jouisse de tous les droits de citoyens, et que ses relations avec son... 10° L'idée que l'on va exposer est simple : que le matelot, hors de son tour de service, soit à terre homme civil, qu'il jouisse de tous les droits de citoyens, et que ses relations avec son commissaire et son officier ne puissent avoir pour objet que sa protection et s...
...citoyens avec le service qui est dû à « la chose publique, a déclaré et déclare, o... ...« L'Assemblée « nationale, attentive à concilier les droits parti-« culiers des citoyens avec le service qui est dû à « la chose publique, a déclaré et déclare, ordonne « et décrète :

Séance du lundi 19 avril 1790

page 121
bation de la pluralité des membres du comité ; et si l'adhésion de la minorité ne m'autorisait pas à le prése... bation de la pluralité des membres du comité ; et si l'adhésion de la minorité ne m'autorisait pas à le présenter comme rapport, ce serait mon opinion personnelle que je soumettrais à l'Ass...
...utre observation. Quoique j'aie réuni à la fin du rapport tous les états énonciati...
...artie; et assurément j'aurais pu, à peu de Irais, faire un volume d'explications s...
...rt est déjà assez long pour que j'eusse de la peine à le lire à haute voix dans la tribune, j'ai pensé que ce serait inutilement fatiguer l'attention de l'Assemblée, qui ordonne, quand elle le juge à propos, l'examen et la vérification des détails, mais qui ne p...
Je veux prévenir, puisque j'y suis, une autre observation. Quoique j'aie réuni à la fin du rapport tous les états énonciatifs des diverses dépenses, avec des notes sur quelques erreurs du premier rapport du comité des finances, on trouvera peut-être que je n'ai point assez détaillé chaque partie; et assurément j'aurais pu, à peu de Irais, faire un volume d'explications sur les approvisionnements et les consommations des ports. Mais, outre que ce rapport est déjà assez long pour que j'eusse de la peine à le lire à haute voix dans la tribune, j'ai pensé que ce serait inutilement fatiguer l'attention de l'Assemblée, qui ordonne, quand elle le juge à propos, l'examen et la vérification des détails, mais qui ne peut entendre que des observations et des résultats.
...e plus grand détail toutes les dépenses de la marine et des colonies ; ce travail, do...
...us fait connaître les différents objets de dépenses qui s'élèvent pour la marine à 31,236,366 livres, pendant l'a...
... à 10,484,416 livres, non compris celle de 7,173,333 provenant des impôts perçus d...
...onies. Nous pensons donc qu'il convient de commencer notre rapport où finit celui du comité des finances, ...
... rendu compte que des dépenses estimées de l'année courante telles qu'elles ont ét...
...par le ministre actuel, au commencement de l'année, nous avons dû rechercher d'abo...
...ans les années antérieures, cette masse de dépenses, et ce qui reste dû par le département de la marine.
Messieurs, le rapport publié par le comité des finances vous expose dans le plus grand détail toutes les dépenses de la marine et des colonies ; ce travail, dont nous relevons quelques inexactitudes, vous fait connaître les différents objets de dépenses qui s'élèvent pour la marine à 31,236,366 livres, pendant l'année 1789, non compris les dépenses extraordinaires, et pour les colonies à 10,484,416 livres, non compris celle de 7,173,333 provenant des impôts perçus dans les colonies. Nous pensons donc qu'il convient de commencer notre rapport où finit celui du comité des finances, et comme il ne vous a rendu compte que des dépenses estimées de l'année courante telles qu'elles ont été réduites par le ministre actuel, au commencement de l'année, nous avons dû rechercher d'abord à combien s'élevait, dans les années antérieures, cette masse de dépenses, et ce qui reste dû par le département de la marine.
...té des finances, pour distinguer celles de la paix, celles occasionnées par la guerre, jusqu'au premier septembre 1789... A partir du premier janvier 1784, époque adoptée par le comité des finances, pour distinguer celles de la paix, celles occasionnées par la guerre, jusqu'au premier septembre 1789, nous
trouvons que la marine a dépensé 380,683,136 livres; ce qui donne une année commune de 63,447,172 livres Nous apercevons que, ...
... absorbé seize à vingt millions (1), et la marine quarante à quarante-six, et qu'i...
... septembre dernier, par le département, la somme de 73,008,665 livres. — Mais cette dette, ...
...stration, car les comptes sont arriérés de onze années.
trouvons que la marine a dépensé 380,683,136 livres; ce qui donne une année commune de 63,447,172 livres Nous apercevons que, dans ,celte somme, les colonies ont annuellement absorbé seize à vingt millions (1), et la marine quarante à quarante-six, et qu'il restait dû au premier septembre dernier, par le département, la somme de 73,008,665 livres. — Mais cette dette, par le paiement fait jusqu'au premier janvier 1790, se trou-vaitréduite,àcette é...
... que celle des bordereaux et des états qui nous ont été communiqués par l'administration, car les comptes sont arriérés de onze années.
...plus avant dans les aétails économiques de cette administration, en examiner la forme et les principes, comparer le passé au présent, et vous mettre en état de prononcer sur l'avenir. D'après ce premier aperçu, nous ^vons dû entrer plus avant dans les aétails économiques de cette administration, en examiner la forme et les principes, comparer le passé au présent, et vous mettre en état de prononcer sur l'avenir.
La première présentera la situation de la marine actuelle et de son administration; dans la seconde, nous indiquerons les changemen... La première présentera la situation de la marine actuelle et de son administration; dans la seconde, nous indiquerons les changements et les améliorations dont elle nous a paru susceptible.
Le premier de ces moyens n'est pas l'argent,, c'est le nombre des hommes de mer, qui consistent en soixante initie ...
...itié: ne sont pas constamment occupés à la pêche et, à la navigation marchande.
Le premier de ces moyens n'est pas l'argent,, c'est le nombre des hommes de mer, qui consistent en soixante initie effectifs (2), dont moitié: ne sont pas constamment occupés à la pêche et, à la navigation marchande.
On peut donc compter pour une année de guerre trente-cinq mille hommes disponi...
...nq; mille recrues ou novices engagés et la garnison des vaisseaux, on peut armer soixante-dix à. quatre-vingt vaisseaux de ligne, soixante frégates* et autant de corvettes et flûtes. Tel est l'état relatif des forces navales que la France peut entretenir pendant la guerre, sans anéantir la course et la navigation marchande.
On peut donc compter pour une année de guerre trente-cinq mille hommes disponibles pour l'armée navale, auxquels associant vingt cinq; mille recrues ou novices engagés et la garnison des vaisseaux, on peut armer soixante-dix à. quatre-vingt vaisseaux de ligne, soixante frégates* et autant de corvettes et flûtes. Tel est l'état relatif des forces navales que la France peut entretenir pendant la guerre, sans anéantir la course et la navigation marchande.
Cette somme de force peut être accrue par un effort mo...
...nt inconnus. — Il n'y a que l'extension de la pêche et de la navigation marchande qui puisse produire un acér'oissement progressif de la force navale. Les mesures que je viens d'indiquer ont été celles de nos opérations pendant la dernière guerre.
Cette somme de force peut être accrue par un effort momentané, mais nous ne devons déterminer ici que des bases fixes et non des combinaisons accidentelles dont les rapports et les proportions nous sont inconnus. — Il n'y a que l'extension de la pêche et de la navigation marchande qui puisse produire un acér'oissement progressif de la force navale. Les mesures que je viens d'indiquer ont été celles de nos opérations pendant la dernière guerre.
Depuis la paix nous n'avons pas eu constamment soixante vaisseaux de ligne en état de tenir la mer; ils y sont maintenant, il y en a m...
... douze sur les chantiers, ce qui excède la proportion de vaisseaux qu'il convient d'entretenir à flot pendant la paix. Le comité a cru devoir la fixer à soixante, et le nombre des bâti...
...ents relatifs à une augmentation subite de vingt vaisseaux au moment de la guerre (3).
Depuis la paix nous n'avons pas eu constamment soixante vaisseaux de ligne en état de tenir la mer; ils y sont maintenant, il y en a même soixante-trois, et douze sur les chantiers, ce qui excède la proportion de vaisseaux qu'il convient d'entretenir à flot pendant la paix. Le comité a cru devoir la fixer à soixante, et le nombre des bâtiments inférieurs dans cette proportion ; mais il est nécessaire d'avoir en sus les bois travaillés, et tous les approvisionnements relatifs à une augmentation subite de vingt vaisseaux au moment de la guerre (3).
...) On n'a pu obtenir des états distincts de la dépense des colonies par chaque année. (1) On n'a pu obtenir des états distincts de la dépense des colonies par chaque année.
...n trouvera dans le rapport et le projet de décret les principes et les bases. 11 p...
... qui compose l'armée navale étant objet de dépense, il faut bien dire ou au moins ...
...eut-être aurais-je osé présenter un plan d'administration plus précis; mais on en trouvera dans le rapport et le projet de décret les principes et les bases. 11 pourrait même se faire qu'on me demandât pourquoi j'ai lié à des détails économiques, des principes constitutifs. Pourquoi? parce que tout ce qui compose l'armée navale étant objet de dépense, il faut bien dire ou au moins indiquer sa meilleure composition, pour en régler l'administration qui comprend ...
...contradicteurs dans l'Assemblée et hors de l'Assemblée; mais, quand mes opinions ne seraient pas appuyées par celles de plusieurs membres du comité, je crois que je n'en serais pas moins obligé de les produire: ainsi, quel que soit le succès de mon zèle, j'aurai rempli mon devoir. Je n'ignore pas que j'aurai des contradicteurs dans l'Assemblée et hors de l'Assemblée; mais, quand mes opinions ne seraient pas appuyées par celles de plusieurs membres du comité, je crois que je n'en serais pas moins obligé de les produire: ainsi, quel que soit le succès de mon zèle, j'aurai rempli mon devoir.
Le plan de notre travail se trouve donc déterminé ... Le plan de notre travail se trouve donc déterminé par l'ordre naturel des objets que nous avons à traiter, lesquels se divisent en...
..., surtout des premières campagnes ; car la France (3) Cette mesure est d'une grande importance pour le succès, surtout des premières campagnes ; car la France

Séance du lundi 19 avril 1790

page 122
Or, en fixant ainsi l'état de paix à soixante vaisseaux de ligne, en entretenant le nombre actuellement existant de bâtiments à trois ponts de quatre-vingts et soixante-quatorze cano...
...haque année en activité trois vaisseaux de ligne, trente frégates ou corvettes, la somme de dépense qu'exige le département de la marine, sans y comprendre les colonies, ne doit pas s'élever à plus de trente millions (1).
Or, en fixant ainsi l'état de paix à soixante vaisseaux de ligne, en entretenant le nombre actuellement existant de bâtiments à trois ponts de quatre-vingts et soixante-quatorze canons, et les bâtiments inférieurs dans cette proportion, en mettant chaque année en activité trois vaisseaux de ligne, trente frégates ou corvettes, la somme de dépense qu'exige le département de la marine, sans y comprendre les colonies, ne doit pas s'élever à plus de trente millions (1).
...té dépensé, année commune, depuis 1784, de 40 à 46 millions, sans y comprendre les...
...'on avait fait chaque année des projets de dépense et des demandes de fonds qui annonçaient une moindre dépense: il faut donc se préserver pour l'avenir de sem-blabes erreurs de calculs, et chercher : 1° pourquoi la dépense effective a toujours excédé les projets et la proportion qu'elle devait avoir avec les forces navales entretenues; 2° comment la dépense peut être invariablement ramenée à de plus justes proportions, sans nuire à la force navale qu'il convient d'entreteni...
...rvice qu'elle doit remplir; 3° pourquoi la comptabilité de ce département est aussi arriérée, et c...
Cependant il a été dépensé, année commune, depuis 1784, de 40 à 46 millions, sans y comprendre les colonies; et l'on avait fait chaque année des projets de dépense et des demandes de fonds qui annonçaient une moindre dépense: il faut donc se préserver pour l'avenir de sem-blabes erreurs de calculs, et chercher : 1° pourquoi la dépense effective a toujours excédé les projets et la proportion qu'elle devait avoir avec les forces navales entretenues; 2° comment la dépense peut être invariablement ramenée à de plus justes proportions, sans nuire à la force navale qu'il convient d'entretenir, et au service qu'elle doit remplir; 3° pourquoi la comptabilité de ce département est aussi arriérée, et comment elle peut être soumise à l'ordre et à l'exactitude désirable.
11 convient d'abord de vous présenter une idée nette de l'administration de la marine, de son objet, de ses moyens et de ses formes. 11 convient d'abord de vous présenter une idée nette de l'administration de la marine, de son objet, de ses moyens et de ses formes.
La préparation et l'entretien des forces n...
...tion dans les ports et ravitaillement à la mer, voilà en quoi consiste l'administration de la marine.
La préparation et l'entretien des forces navales, le gouvernement des hommes et des choses qui y contribuent, leur conservation, leur réparation dans les ports et ravitaillement à la mer, voilà en quoi consiste l'administration de la marine.
... crut devoir éloigner les consommateurs de la direction des consommations; il institu...
...ments et les dépenses; et les officiers de port, les constructeurs, les chefs des ...
... ce premier agent, qui l'était lui-même de toutes les opérations. L'armée navale, et tout ce qui la compose, n'étaient en action et en service qu'à la mer. La police, le régime et la comptabilité des ports furent absolument séparés, par l'ordonnance de 1689, du service, des pouvoirs et des f...
...ert le détermina d'après ces principes, qui lui ont survécu plus d'un siècle. Il crut devoir éloigner les consommateurs de la direction des consommations; il institua un ordonnateur civil dans chaque port pour diriger les approvisionnements et les dépenses; et les officiers de port, les constructeurs, les chefs des travaux étaient responsables à ce premier agent, qui l'était lui-même de toutes les opérations. L'armée navale, et tout ce qui la compose, n'étaient en action et en service qu'à la mer. La police, le régime et la comptabilité des ports furent absolument séparés, par l'ordonnance de 1689, du service, des pouvoirs et des fonctions militaires.
Tels sont les principes de l'administration de la marine en Angleterre, de celles de la Hollande, de toutes les compagnies des Indes, de tous les armateurs particuliers. Tels sont les principes de l'administration de la marine en Angleterre, de celles de la Hollande, de toutes les compagnies des Indes, de tous les armateurs particuliers.
tirant du dehors la majeure partie des munitions navales , on conçoit qu'au moment d'une déclaration de guerre, si nos approvisionnements étaie...
...ptés, nous serions dans l'impossibilité de pourvoir tout à la fois à la défense des côtes et des colonies, de protéger le commerce et de déterminer aucune des opérations offensives et défensives qui exigent, sinon la supériorité, au moins l'égalité des for...
tirant du dehors la majeure partie des munitions navales , on conçoit qu'au moment d'une déclaration de guerre, si nos approvisionnements étaient interceptés, nous serions dans l'impossibilité de pourvoir tout à la fois à la défense des côtes et des colonies, de protéger le commerce et de déterminer aucune des opérations offensives et défensives qui exigent, sinon la supériorité, au moins l'égalité des forces combinées*
cuter les grands principes de l'administration, défendraient obstiném...
...ion, en soutenant qu'il faut être homme de mer pour diriger les travaux des ports,...
...s et les abus, dépensait peu, parce que la marine était sans emploi; que s'il est vrai que le corps militaire de la marine anglaise n'est chargé d'aucun se...
...rts, c'est presque toujours un officier de ce corps qui est le principal administrateur; que les marines d'Espagne, de Suède, de Danemark et de Russie ont à peu près le régime que nous avons substitué à celui de 1689; qu'en éloignant, ainsi que les Anglais, nos officiers de touté espèce de service dans les arsenaux, c'est les pr...
... continue, et par le spectacle habituel de tous les travaux, de tous les intérêts maritimes qui compose...
cuter les grands principes de l'administration, défendraient obstinément ceux que leur conscience réprouve; on ne doit pas douter que des officiers, ...
...ar leur expérience et par leurs lumières, ne parlent d'après leur propre conviction, en soutenant qu'il faut être homme de mer pour diriger les travaux des ports, qu'ils n'ont jamais été mieux conduits que depuis qu'ils en ont été chargés; quel'anciennne administration, dont on cite les fautes et les abus, dépensait peu, parce que la marine était sans emploi; que s'il est vrai que le corps militaire de la marine anglaise n'est chargé d'aucun service dans les ports, c'est presque toujours un officier de ce corps qui est le principal administrateur; que les marines d'Espagne, de Suède, de Danemark et de Russie ont à peu près le régime que nous avons substitué à celui de 1689; qu'en éloignant, ainsi que les Anglais, nos officiers de touté espèce de service dans les arsenaux, c'est les priver d'un grand moyen d'instruction, remplacé en Angleterre par une navigation plus active, plus continue, et par le spectacle habituel de tous les travaux, de tous les intérêts maritimes qui composent les occupations principales des Anglais.
Les partisans de l'ordonnance de 1689, parmi lesquels il se trouve aussi des militaires estimés, répondent que la comparaison d'un régime à un autre ne p...
... par celle des principes et des effets. La comparaison des principes est de tous les temps; celle des effets exige ...
...ainsi il ne faut pas opposer Je système de Colbert, dans le long intervalle où la marine a été abandonnée en France, au système de M. de Sartine, à l'époque où les projets de guerre en Amérique ont dirigé tous nos efforts vers le rétablissement de l'armée navale. Dans les temps d'inerti...
... lois, dont on ne reconnaît l'empire et la nécessité que lorsqu'il s'agit de comparer, non pas le mouvement au mouvement, mais l'ordre au chaos, le le produit à la dépense.
Les partisans de l'ordonnance de 1689, parmi lesquels il se trouve aussi des militaires estimés, répondent que la comparaison d'un régime à un autre ne peut se faire que par celle des principes et des effets. La comparaison des principes est de tous les temps; celle des effets exige des circonstances et des époques analogues : ainsi il ne faut pas opposer Je système de Colbert, dans le long intervalle où la marine a été abandonnée en France, au système de M. de Sartine, à l'époque où les projets de guerre en Amérique ont dirigé tous nos efforts vers le rétablissement de l'armée navale. Dans les temps d'inertie, les bonnes lois sont, comme les forces physiques, sans action et sans dévelop...
...les passions, les intérêts peuvent faire, à quelques égards, l'office des bonnes lois, dont on ne reconnaît l'empire et la nécessité que lorsqu'il s'agit de comparer, non pas le mouvement au mouvement, mais l'ordre au chaos, le le produit à la dépense.
En revenant maintenant à la comparaison des deux époques du grand éclat de notre marine, nous trouvons que la première embrasse un intervalle de vingt-sept ans, depuis 1679 jusqu'en 1697, et la seconde ne date que de la dernière guerre. C'est dans cette premi...
...aucoup moins utiles surpassèrent celles-, et cependant Colbert, en mourant, ne l...
...'épuisement où elles se trouvèrent dans la guerre de la Succession. La seconde époque ne nous présente en admi...
...jusqu'à nos revers attestant le'zèle et la valeur de notre armée navale, mais Je Trésor publ...
...ont il est aussi difficile d'apurer que de classer les dépenses.
En revenant maintenant à la comparaison des deux époques du grand éclat de notre marine, nous trouvons que la première embrasse un intervalle de vingt-sept ans, depuis 1679 jusqu'en 1697, et la seconde ne date que de la dernière guerre. C'est dans cette première époque que tout a été créé, les ports, les arsenaux, les magasins, l'armée navale et ses succès. On sait que d'autres dépenses beaucoup moins utiles surpassèrent celles-, et cependant Colbert, en mourant, ne laissa point les finances dans l'état d'épuisement où elles se trouvèrent dans la guerre de la Succession. La seconde époque ne nous présente en administration que des vaisseaux réparés et construits, des campagnes glorieuses, et jusqu'à nos revers attestant le'zèle et la valeur de notre armée navale, mais Je Trésor public épuisé par cette guerre maritime, dont il est aussi difficile d'apurer que de classer les dépenses.
...s plus illustres marins, consultés pour la rédaction de l'ordonnance de 1689: Les Du-quesne, les d'Estrée, les ...
...ait séparer l'administration économique de l'action militaire.
Quant aux principes des deux régimes, Colbert et nos plus illustres marins, consultés pour la rédaction de l'ordonnance de 1689: Les Du-quesne, les d'Estrée, les Château-Renaud, pensèrent, comme Colbert, qu'il fallait séparer l'administration économique de l'action militaire.
Il est en effet très probable que la direction continue d'une multitude de détails mécaniques, Il est en effet très probable que la direction continue d'une multitude de détails mécaniques,
L'ordre, la clarté, l'économie, la responsabilité des agents d'uu tel régi... L'ordre, la clarté, l'économie, la responsabilité des agents d'uu tel régime, voilà ce qu'on doit en attendre.
Cette opinion a souffert de grandes contradictions dans les ports e... Cette opinion a souffert de grandes contradictions dans les ports et dans votre comité, et quels que soient, dans une telle controverse, les préjug...

Séance du lundi 19 avril 1790

page 123
...ve; et ce que Louis XIV, le plus absolu de nos rois, avait soigneusement évité, ce que la noblesse de son temps aurait peut-être dédaigné, l'invasion de tous les pouvoirs, de toutes les places d'administration et magistratures supérieures, et ensuite de tous les emplois militaires, s'est exécutée de nos jours, et était devenue le partage d'une seule classe de citoyens. ...u en France une prééminence d'opinion, il acquit alors une prépondérance effective; et ce que Louis XIV, le plus absolu de nos rois, avait soigneusement évité, ce que la noblesse de son temps aurait peut-être dédaigné, l'invasion de tous les pouvoirs, de toutes les places d'administration et magistratures supérieures, et ensuite de tous les emplois militaires, s'est exécutée de nos jours, et était devenue le partage d'une seule classe de citoyens.
de travaux sédentaires, exige des hommes p...
...ême lieu, qui n'aient d'intérêt éminent de distinction possible que par le succès de l'administration qui leur est confiée. Qu'au contraire, on charge de travaux économiques des hommes dont tou...
...leur zèle et leurs ta-léns se déploient où ils peuvent avoir le plus d'éclat, et qu'ils mettent moins de suite et d'importance à des occupations...
de travaux sédentaires, exige des hommes permanents dans le même lieu, qui n'aient d'intérêt éminent de distinction possible que par le succès de l'administration qui leur est confiée. Qu'au contraire, on charge de travaux économiques des hommes dont toutes les espérances et les vœux se dirigent sur les opérations et les succès militaires, il est naturel que leur zèle et leurs ta-léns se déploient où ils peuvent avoir le plus d'éclat, et qu'ils mettent moins de suite et d'importance à des occupations obscures et paisibles.
Enfin, la destination d'un officier de la marine étant ou les fatigues de la mer, ou le repos qui doit leur succéder... Enfin, la destination d'un officier de la marine étant ou les fatigues de la mer, ou le repos qui doit leur succéder, il y a une sorte d'inconséquence à leur assigner dans les ports Un service per...
...ans une autorité active d'inspection et de police de la part des ordonnateurs, celte juridiction des officiers civils devint de plus en plus désagréable aux officiers de marine résidant dans les ports. Cependant l'administration des ports ne pouvant s'exécuter sans une autorité active d'inspection et de police de la part des ordonnateurs, celte juridiction des officiers civils devint de plus en plus désagréable aux officiers de marine résidant dans les ports.
... privilégiés se développaient avec plus de force et d'avantage, l'influence de toute autorité qui leur était étrangère...
...it sensiblement, et le ministère du duc de dhoiseul fut la première époque de cette révolution, dont les progrès rapi...
A mesure que les prétentions des corps privilégiés se développaient avec plus de force et d'avantage, l'influence de toute autorité qui leur était étrangère, s'effaçait sensiblement, et le ministère du duc de dhoiseul fut la première époque de cette révolution, dont les progrès rapides n'ont pas peu contribué à celle qui s'opère aujourd'hui.
L'ordonnance de 1765 fut, pour le corps militaire de la marine, l'exorde du nouveau système qui...
...ent coopérateurs des officiers civils ; de ce mélange de fonctions, de toutes les prétentions respectives et de l'inexpérience de la marche incertaine des ministres, naquirent les conflits d'autorité, la confusion, les embarras, qui s'accrurent par les nouvelles ordonnances de 1772, mais qui devait s'accroître encore par celle de 1776, laquelle a subi de nouveaux changements en 1786. Le Corps militaire de la marine était parvenu, depuis plusieurs années, à un degré d'instruction et de connaissances qui présageait le zèle et l'éclat de ses services dans la guerre d'Amérique, et si les places d'a...
...s les talents militaires, les officiers de la marine méritaient sans doute toute préférence ; mais l'obscurité même de ces détails, l'assiduité qu'ils exigent, les occupations de bureau, les habitudes d'ordre et de ménage auxquelles il faut se soumettre ...
L'ordonnance de 1765 fut, pour le corps militaire de la marine, l'exorde du nouveau système qui devait changer l'administration des ports. A cette époque, le commandant et les officiers militaires devinrent coopérateurs des officiers civils ; de ce mélange de fonctions, de toutes les prétentions respectives et de l'inexpérience de la marche incertaine des ministres, naquirent les conflits d'autorité, la confusion, les embarras, qui s'accrurent par les nouvelles ordonnances de 1772, mais qui devait s'accroître encore par celle de 1776, laquelle a subi de nouveaux changements en 1786. Le Corps militaire de la marine était parvenu, depuis plusieurs années, à un degré d'instruction et de connaissances qui présageait le zèle et l'éclat de ses services dans la guerre d'Amérique, et si les places d'administration devaient être le prix d'une grande supériorité dans lès sciences exactes, dans les talents militaires, les officiers de la marine méritaient sans doute toute préférence ; mais l'obscurité même de ces détails, l'assiduité qu'ils exigent, les occupations de bureau, les habitudes d'ordre et de ménage auxquelles il faut se soumettre pour les remplir avec succès, contrarient une perspective plus brillante, et sem...
...es temps antérieurs, sur cette mobilité de principes et de formes, sans se rappeler que nos minist...
... pouvoir était très étendu ; mais, avec la facilité de nos mœurs, il n'y a rien de si va-
On ne peut revenir sur les temps antérieurs, sur cette mobilité de principes et de formes, sans se rappeler que nos ministres étaient des vice-rois, dont le pouvoir était très étendu ; mais, avec la facilité de nos mœurs, il n'y a rien de si va-
...artement, augmenter les dépenses, faire de nouvelles lois, accorder de nouvelles prérogatives; mais il était m...
...ant pour maintenir l'ordre, l'économie, la discipline ; car, à mesure que le gouve...
... fait que par exception, et l'influence de tous les désordres s'accroit de toute la puissance publique qui les favorise.
Un ministre pouvait, à son gré, bouleverser son département, augmenter les dépenses, faire de nouvelles lois, accorder de nouvelles prérogatives; mais il était moins puissant pour maintenir l'ordre, l'économie, la discipline ; car, à mesure que le gouvernement s'éloigne des bons principes, le bien ne se fait que par exception, et l'influence de tous les désordres s'accroit de toute la puissance publique qui les favorise.
L'ordonnance de 1776 détruisit toutes les bases de celle de 1689, et, par des principes inverses, é...
...ministration, à laquelle fut transférée la direction des travaux et conséquemment des dépenses de la marine; mais les ordonnateurs et les directeurs de ces travaux n'en furent point comptables, et pour conserver les formes de l'ancienne comptabilité, on laissa subs...
...trateurs civils, avec le droit apparent de concourir à toutes les dépenses sans aucuns moyens de les modérer.
L'ordonnance de 1776 détruisit toutes les bases de celle de 1689, et, par des principes inverses, établit une hiérarchie militaire d'administration, à laquelle fut transférée la direction des travaux et conséquemment des dépenses de la marine; mais les ordonnateurs et les directeurs de ces travaux n'en furent point comptables, et pour conserver les formes de l'ancienne comptabilité, on laissa subsister les administrateurs civils, avec le droit apparent de concourir à toutes les dépenses sans aucuns moyens de les modérer.
Les motifs de cette ordonnance sont que la meilleure éducation des officiers de la marine, leurs études obligées des sciences exactes, s'unis-sant à la pratique de la mer, les rendent infiniment plus propres que toute autre classe d'hommes à la direction des travaux des arsenaux. Il est en effet toute impossibilité que lés travaux s'e...
... des officiers et des maîtres exercés à la manœuvre des vaisseaux, et au mouvement...
...ervention des ingénieurs, des officiers de port, des officiers d'artillerie et des...
...aire dans les arsenaux, et l'ordonnance de 1689 les avait institués. Il s'agit de savoir si l'agence de ces différents chefs d'ouvrage doit avoir pour point de réunion et de direction un administrateur géné-' ral ...
...ité. On pourrait concevoir l'inspection de l'officier commandant sur l'administrat...
...t être que fictive et dérisoire : aussi la surveillance réciproque des deux autori...
...onsidérée aujourd'hui par les partisans de ce système, que comme une disposition i...
...sant disparaître tout à fait le partage de l'autorité, en la concentrant dans un seul administrateur...
...it en rendre compte et en répondre, car la comptabilité ne peut être que l'exposé, le résultat et les motifs de cette action.
Les motifs de cette ordonnance sont que la meilleure éducation des officiers de la marine, leurs études obligées des sciences exactes, s'unis-sant à la pratique de la mer, les rendent infiniment plus propres que toute autre classe d'hommes à la direction des travaux des arsenaux. Il est en effet toute impossibilité que lés travaux s'exécutent sans le concours des nommes versés dans les sciences mathématiques, des officiers et des maîtres exercés à la manœuvre des vaisseaux, et au mouvement des ports et des artistes les plus distingués dans leur art: mais l'intervention des ingénieurs, des officiers de port, des officiers d'artillerie et des maîtres les plus experts des divers ateliers, a toujours été nécessaire dans les arsenaux, et l'ordonnance de 1689 les avait institués. Il s'agit de savoir si l'agence de ces différents chefs d'ouvrage doit avoir pour point de réunion et de direction un administrateur géné-' ral des dépenses et des approvisionnements, qui surveille et réponde des consommatio...
...r ordonner les consommations, et qui s'en sépare lorsqu'il s'agit delà comptabilité. On pourrait concevoir l'inspection de l'officier commandant sur l'administration comptable, mais celle du comptable sur l'administrateur commandant ne peut être que fictive et dérisoire : aussi la surveillance réciproque des deux autorités, établie par l'ordonnance cle 1776, n'est-elle considérée aujourd'hui par les partisans de ce système, que comme une disposition incomplète qui se perfectionnerait en faisant disparaître tout à fait le partage de l'autorité, en la concentrant dans un seul administrateur militaire, qui aurait sous ses ordres un comptable. Mais il est, je crois, démontré que, dans toute administration, celui qui ordonne une dépense doit en rendre compte et en répondre, car la comptabilité ne peut être que l'exposé, le résultat et les motifs de cette action.
cillant, rien de moins imposant que l'autorité arbitrair... cillant, rien de moins imposant que l'autorité arbitraire; rarement nous l'avons vue ferme et conséquente.
Il résulta donc du système de J776 une multiplication d'agents et une complication de formes sans responsabilité. Le pouvoir ...
...s officiers militaires, et l'obligation de rendre compte une vaine formule pour le...
Il résulta donc du système de J776 une multiplication d'agents et une complication de formes sans responsabilité. Le pouvoir d'administration devint une prérogative pour les officiers militaires, et l'obligation de rendre compte une vaine formule pour les officiers civils.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 124
Ainsi, la seule considération, dans une monarchie, qui doive empêcher l'influence de l'autorité militaire sur une police et un régime éco-mique, est de ne point associer l'armée au gouverneme... Ainsi, la seule considération, dans une monarchie, qui doive empêcher l'influence de l'autorité militaire sur une police et un régime éco-mique, est de ne point associer l'armée au gouvernement.
...ues et tous les intérêts publics, c'est de séparer, dans une administration quelconque, la responsabilité de l'influence et de l'action immédiate sur les dépenses, d'...
...n'appelle pas comptabilité les monceaux de papiers, de registres et d'états que l'on trouve pa...
...nt appeler chambre des comptes le dépôt de toutes ces pièces, dans lequel se vérif...
...nd on les présente à l'examen. Ce n'est qu'un exposé des sommes dépensées bien ...
Mais ce qui contrarie tous les principes politiques et tous les intérêts publics, c'est de séparer, dans une administration quelconque, la responsabilité de l'influence et de l'action immédiate sur les dépenses, d'instituer des officiers administrant sans comptabilité y et les officiers comptables sans responsabilité. J'observe ici que je n'appelle pas comptabilité les monceaux de papiers, de registres et d'états que l'on trouve partout, et dans lesquels on inscrit des chiffres et des valeurs : comme on ne devrait point appeler chambre des comptes le dépôt de toutes ces pièces, dans lequel se vérifie des calculs toujours justes quand on les présente à l'examen. Ce n'est qu'un exposé des sommes dépensées bien ou mal à propos.
La comptabilité exigible de tout administrateur consiste en deux points essentiels : 1° la comparaison authentique des fonds assignés à chaque nature de dépense, et la justification de leur emploi ; 2° l'indication des motifs de tout excès de dépense sur les fonds assignés, et la preuve de leur nécessité. La comptabilité exigible de tout administrateur consiste en deux points essentiels : 1° la comparaison authentique des fonds assignés à chaque nature de dépense, et la justification de leur emploi ; 2° l'indication des motifs de tout excès de dépense sur les fonds assignés, et la preuve de leur nécessité.
...nt encore en France, et c'est ainsi que la nation doit près de quatre milliards sans pouvoir mettre en...
... administrateur, quoiqu'une telle masse de dette n'ait pût s'élever sans un gaspil...
Une telle comptabilité n'exi3te point encore en France, et c'est ainsi que la nation doit près de quatre milliards sans pouvoir mettre en jugement aucun comptable, aucun administrateur, quoiqu'une telle masse de dette n'ait pût s'élever sans un gaspillage affreux ou sans déprédation.
La marine a donc participé au désordre gén...
...es, ou si les formes nouvelles, au lieu de détendre tous les ressorts économiques, les avaient resserrés; si enfin un système de prérogatives et de pouvoirs indépendants n'avait prévalu, au commencement de la dernière guerre, sur la nécessité et les moyens la plus sévère économie.
La marine a donc participé au désordre général des finances. Mais, d'une part, on avance qu'elle aurait pu s'y soustraire si on avait conservé les formes anciennes, ou si les formes nouvelles, au lieu de détendre tous les ressorts économiques, les avaient resserrés; si enfin un système de prérogatives et de pouvoirs indépendants n'avait prévalu, au commencement de la dernière guerre, sur la nécessité et les moyens la plus sévère économie.
...t qu'aux accidents et aux circonstances de la guerre l'épuisemeut du Trésor public. L...
...cessifs dans l'Amérique ou dans l'Inde, la longue station de nos escadres dans les parages éloignés ...
... d'équipage d'un vaisseau à l'autre, et la difficulté de tenir les notes exactes dans un mouvement continuel en présence de l'ennemi; voilà, disent-ils, les causes...
D'une autre part, les défenseurs du régime actuel n'imputent qu'aux accidents et aux circonstances de la guerre l'épuisemeut du Trésor public. Les convois pris par l'ennemi ; les approvisionnements renouvelés à des prix excessifs dans l'Amérique ou dans l'Inde, la longue station de nos escadres dans les parages éloignés ; les morts, les désertions, les changements d'équipage d'un vaisseau à l'autre, et la difficulté de tenir les notes exactes dans un mouvement continuel en présence de l'ennemi; voilà, disent-ils, les causes du désordre dont on se plaint.
Quoi qu'il en soit, les dépenses de cette guerre ont été énormes : on en dit autant de celles de l'Angleterre ; mais celle puissance a e...
... campagnes jusqu'à huit cents bâtiments de guerre ou de transports, et deux cent mille hommes à sa solde en Amérique. Ce développement de forces à une telle distance de la métropole est sans exemple dans l'histo...
...s: les nôtres ne peuvent l'être que par la dispense et l'impossibilité d'en rendre...
Quoi qu'il en soit, les dépenses de cette guerre ont été énormes : on en dit autant de celles de l'Angleterre ; mais celle puissance a eu pendant plusieurs campagnes jusqu'à huit cents bâtiments de guerre ou de transports, et deux cent mille hommes à sa solde en Amérique. Ce développement de forces à une telle distance de la métropole est sans exemple dans l'histoire du monde, et les Anglais ont réglé tous leurs comptes: les nôtres ne peuvent l'être que par la dispense et l'impossibilité d'en rendre d'exacts; car les dépenses des escadres, étant faites par les officiers, il n'é...
ni facile ni juste de soumettre à toutes les précautions, à t...
...igues et tous les périls assaillaient à la fois.
ni facile ni juste de soumettre à toutes les précautions, à toutes les formules d'économie, des hommes que toutes les fatigues et tous les périls assaillaient à la fois.
Cette considération a fait rétablir à la paix les commissaires d'escadres, mais ...
...et, comme depuis douze ans les dépenses de la marine ont excédé toutes les proportion...
Cette considération a fait rétablir à la paix les commissaires d'escadres, mais ce n'est point par des mesures partielles que se répare une administration désorganisée dans ses principes et dans ses formes : et, comme depuis douze ans les dépenses de la marine ont excédé toutes les proportions qu'elles doivent avoir avec leur objet, il faut rétablir les bases sur lesquel...
J'observe donc d'abord que la force de l'armée navale doit être la mesure de la dépense annuellement nécessaire à son entretien, sous quelque dénomination de dépenses fixe ou variable qu'on considè... J'observe donc d'abord que la force de l'armée navale doit être la mesure de la dépense annuellement nécessaire à son entretien, sous quelque dénomination de dépenses fixe ou variable qu'on considère l'emploi des fonds.
...ports, tout est relatif aux vaisseaux : la somme des approvisionnements nécessaire...
...es magasins, des ateliers, des employés de toute espèce, les vivres, les hôpitaux,...
...oduits, il est constant qu'il y a faute de combinaison et de régime.
On conçoit en effet que, dans l'administration des ports, tout est relatif aux vaisseaux : la somme des approvisionnements nécessaires pour les entretenir et les armer, le nombre des officiers, des ouvriers, des administrateurs, l'entretien des magasins, des ateliers, des employés de toute espèce, les vivres, les hôpitaux, tout doit être en proportion avec le nombre des vaisseaux et le service auquel il sont destinés ; ou, si cette proportion est violée, si les frais surpassent les. produits, il est constant qu'il y a faute de combinaison et de régime.
Or, en calculant la valeur totale des vaisseaux, frégates et bâtiments de guerre actuellement existants dans nos ports, on l'estime à 102 millions. Et comme la durée movenne d'un vaisseau est estimée...
...elle des frégates à quinze, l'entretien de l'armée navale, en construction et radoub, peut être déterminé à un dixième de sa valeur, c'est-à-dire de 10 à 11 millions.
Or, en calculant la valeur totale des vaisseaux, frégates et bâtiments de guerre actuellement existants dans nos ports, on l'estime à 102 millions. Et comme la durée movenne d'un vaisseau est estimée à dix années (t) et celle des frégates à quinze, l'entretien de l'armée navale, en construction et radoub, peut être déterminé à un dixième de sa valeur, c'est-à-dire de 10 à 11 millions.
Le service actif de la marine pendant la paix se réduisant à la protection des colonies dans l'Océan, et du commerce dans la Méditerranée, on peut en estimer la dépense sur le pied qui a été réglé pou...
...ntrenus n'excédant pas 13 millions (2), la dépense totale de ce département ne paraît pas devoir pas...
... en réserve chaque année, pour le temps de la guerre. Cependant, depuis 1784, la dépense a été annuellement de 40 à 46 millions, sans y comprendre les...
...livres, ce qui forme en total une somme de 40,500,000 livres: et nous voyons dans ...
Le service actif de la marine pendant la paix se réduisant à la protection des colonies dans l'Océan, et du commerce dans la Méditerranée, on peut en estimer la dépense sur le pied qui a été réglé pour l'année 1789 à 4,800,000 livres : et les dépenses fixes qui comprennent le cor...
...on, les chiourmes, vivres, hôpitaux, consulats, les bâtiments civils, tous les entrenus n'excédant pas 13 millions (2), la dépense totale de ce département ne paraît pas devoir passer 30 millions, en ne supposant aucun approvisionnement mis en réserve chaque année, pour le temps de la guerre. Cependant, depuis 1784, la dépense a été annuellement de 40 à 46 millions, sans y comprendre les colonies portées aujourd'hui dans l'état pour (3) 10, 500, 000 livres, ce qui forme en total une somme de 40,500,000 livres: et nous voyons dans les états remis au comité, qu'en 1784, le département a dépensé 63,724,996 liv.
gens de guerre, rendent les formules du commandement et de l'obéissance plus actives et plus impos...
... telle administration, il ne s'agit que de faire compter et de rendre responsables ceux qui dirigent.
gens de guerre, rendent les formules du commandement et de l'obéissance plus actives et plus imposantes. L'ordre et l'économie sont très compatibles avec une telle administration, il ne s'agit que de faire compter et de rendre responsables ceux qui dirigent.
... Des vaisseaux construits avec des bois de bonne qualité, et bien entretenus, doiv... ; (1) Des vaisseaux construits avec des bois de bonne qualité, et bien entretenus, doivent durer vingt ans.
...ur latitude, que l'on croit susceptible de réduction, comme on le verra ci-après. (2) On considère ici ces évaluations dans toute leur latitude, que l'on croit susceptible de réduction, comme on le verra ci-après.
...nt aux Colonies, et surtout dans celles de l'Inde. (3) Il paraît que l'excès des dépenses a eu lieu principalement aux Colonies, et surtout dans celles de l'Inde.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 125
...y a rien à imputer aux dettes arriérées de la dernière guerre, et que, dans ces six années, il n'y a eu qu'un moment de préparatifs hostiles en 1787, pour lesquels on a fait un fonds extraordinaire de 14 millions, on sera, sans doute, étonné de cette masse de dépense que dirigeait cependant un mini... n'y a rien à imputer aux dettes arriérées de la dernière guerre, et que, dans ces six années, il n'y a eu qu'un moment de préparatifs hostiles en 1787, pour lesquels on a fait un fonds extraordinaire de 14 millions, on sera, sans doute, étonné de cette masse de dépense que dirigeait cependant un ministre intègre et vigilant.
...observer que, si l'armée navale était à la paix à peu près dans l'état où elle se ...
...er .ordre. Il n'est pas moins essentiel de remarquer que jamais la marine, pendant la paix, n'avait été dansuneaussigrande ac...
...aurait pu sans doute s'effectuera moins de frais ; mais, lorsqu'on manque d'une mesure exacte et de moyens réprimants dans les détails écon...
11 est juste d'observer que, si l'armée navale était à la paix à peu près dans l'état où elle se trouve aujourd'hui quant au nombre des bâtiments, les magasins étaient dépourvus...
...besoin d'être réparés, et ils sont tous en état maintenant d'être armés au premier .ordre. Il n'est pas moins essentiel de remarquer que jamais la marine, pendant la paix, n'avait été dansuneaussigrande activité quant au nombre des bâtiments en commission : ainsi les fonds assignés au département ont au moins produit un entretien effectif ; il aurait pu sans doute s'effectuera moins de frais ; mais, lorsqu'on manque d'une mesure exacte et de moyens réprimants dans les détails économiques, dans les dispositions qui en résultent, l'ordre ne peut être maintenu, ...
Il est indispensable de connaître tous les moyens, tous les cou...
...ense, pour être en état d'en déterminer la fixation raisonnable; ainsi en en présentant la somme, je dois indiquer les causes de l'excès, pour arriver ensuite aux moyens de réduction.
Il est indispensable de connaître tous les moyens, tous les couloirs d'une grande dépense, pour être en état d'en déterminer la fixation raisonnable; ainsi en en présentant la somme, je dois indiquer les causes de l'excès, pour arriver ensuite aux moyens de réduction.
...pêcher. C'est ainsi qu'on consomme plus de vivres, d'ustensiles, de marchandises et de munitions qu'une surveillance sévère n'...
...n consommer et qu'on paye plus d'agents de toute espèce qu'il n'est nécessaire : le prix des constructions, des munitions de toute espèce augmente, non seulement dans la proportion du cours du commerce, mais p...
...luence sur une même chose et se reposent l'un sur l'autre du,soin d'agir ou d'empêcher. C'est ainsi qu'on consomme plus de vivres, d'ustensiles, de marchandises et de munitions qu'une surveillance sévère n'aurait permis d'en consommer et qu'on paye plus d'agents de toute espèce qu'il n'est nécessaire : le prix des constructions, des munitions de toute espèce augmente, non seulement dans la proportion du cours du commerce, mais plus encore par l'inexactitude des paiements.
J'ai vu fréquemment 10 et 15 0/0 de différence des paiements comptant au cr...
...fournisseur n'exprimait autre chose que la reconnaissance de son titre, et qu'il était obligé de solliciter, d'attendre comme une grâce,...
J'ai vu fréquemment 10 et 15 0/0 de différence des paiements comptant au crédit, parce qu'un engagement contracté avec un fournisseur n'exprimait autre chose que la reconnaissance de son titre, et qu'il était obligé de solliciter, d'attendre comme une grâce, l'argent qui lui était dû.
... doit arriver si les approvisionnements de toute espèce dont les bâtiments sont munis pour un laps de temps déterminé, peuvent être remplacés...
...t le départ et à l'arivée, si les frais de conduitese multiplient d'un département...
... économique, peuvent facilement doubler la dépense des consommations. Quant aux in...
... ont eu des variations plus étranges dans les colonies, et l'on conçoit que cela doit arriver si les approvisionnements de toute espèce dont les bâtiments sont munis pour un laps de temps déterminé, peuvent être remplacés à volonté avant terme, et si les achats se font dans les colonies à des prix to...
...iments sont changés arbitrairement, si le séjour dans les rades se prolonge avant le départ et à l'arivée, si les frais de conduitese multiplient d'un département à l'autre. Toutes ces causes réunies, qui tiennent absolument au régime économique, peuvent facilement doubler la dépense des consommations. Quant aux individus soldés, il n'y a encore qu'unesageécono-miequi puisseendéterminerutileme...
Enfin le défaut de fixité dans la mesure des fournitures de toute espèce, le défaut de résistance aux demandes exagérées, la facilité avec laquelle on a multiplié l...
...e considérés comme les premières causes de l'accroissement successif des dépenses....
...ivre plus facilement aux considérations de faveur, de protection et d'amitié qui peuvent le d...
...qu'aucun ne prend jamais sur son compte la force négative de tous.
Enfin le défaut de fixité dans la mesure des fournitures de toute espèce, le défaut de résistance aux demandes exagérées, la facilité avec laquelle on a multiplié les places et les postes soldés, doivent être considérés comme les premières causes de l'accroissement successif des dépenses. — Mais ce ne sont pas les seules; le concours et l'influence d'un grand nombre d'agents sur ces dépenses font que chacun d'eux se livre plus facilement aux considérations de faveur, de protection et d'amitié qui peuvent le déterminer, tandis qu'aucun ne prend jamais sur son compte la force négative de tous.
...sions qui tiennent à ses vices : ainsi, de même qu'un homme désordonné dans ses affaires est tout à la fois avare et dissipateur, difficultueux et inconsidéré, s'em-barrassant sans cesse de petits détails et perdant de vueses intérêts majeurs, de même ledépartement de la marine est depuis longtemps un abîme de papiers, de bordereaux et d'états où l'on trouverai...
...mêlent à celles d'une autre ; parce que la surabondance des formes produit une sécurité funeste sur les mouvements d'argent et de consommations; parce que des subalternes experts dans toutes les formes d'écriture et de langue financière en ont formé un code ...
...nt toujours respecté comme le palladium de l'économie.
On remarquera toujours dans l'administration les traits caractéristiques des passions qui tiennent à ses vices : ainsi, de même qu'un homme désordonné dans ses affaires est tout à la fois avare et dissipateur, difficultueux et inconsidéré, s'em-barrassant sans cesse de petits détails et perdant de vueses intérêts majeurs, de même ledépartement de la marine est depuis longtemps un abîme de papiers, de bordereaux et d'états où l'on trouverait les plus grands détails pour les plus petites dépenses, sans principes et sans...
...sque toujours acheté au moment du besoin; parce que les dépenses d'une année se mêlent à celles d'une autre ; parce que la surabondance des formes produit une sécurité funeste sur les mouvements d'argent et de consommations; parce que des subalternes experts dans toutes les formes d'écriture et de langue financière en ont formé un code mystérieux, que les ministres et les administrateurs ont toujours respecté comme le palladium de l'économie.
Exposer les causes de l'accroissement des dépenses, c'est ind...
...s d'une juste appréciation; mais, avant de m'y arrêter, je dois faire connaître en quel état se trouve la comptabilité de la marine, pourquoi elle est arriérée, et comment on parviendra à la mieux ordonner.
Exposer les causes de l'accroissement des dépenses, c'est indiquer les moyens d'une juste appréciation; mais, avant de m'y arrêter, je dois faire connaître en quel état se trouve la comptabilité de la marine, pourquoi elle est arriérée, et comment on parviendra à la mieux ordonner.
...ent authentiques, voilà ce que prescrit la raison : mais leur nombre, leurs formes, la multiplicité des états et des signature...
...oilà ce qui n'importe point au maintien de l'ordre, et ce qui y nuit le plus sûrem...
...e textuel d'un état qui n'ajoute rien à la preuve d'une dépense, retarde la reddition d'un compte; la trop grande pluralité des signatures qui se garantissent l'une l'autre, atténue la surveillance et la responsabilité de chacun.
Il faut que ces pièces soient authentiques, voilà ce que prescrit la raison : mais leur nombre, leurs formes, la multiplicité des états et des signatures au delà du nécessaire, voilà ce qui n'importe point au maintien de l'ordre, et ce qui y nuit le plus sûrement; car l'absence d'une signature très souvent inutile, le vice textuel d'un état qui n'ajoute rien à la preuve d'une dépense, retarde la reddition d'un compte; la trop grande pluralité des signatures qui se garantissent l'une l'autre, atténue la surveillance et la responsabilité de chacun.
...me. On réformait, disait-on, une partie de l'administration civile comme trop disp...
...et dans les classes 459 employés civils de tous grades : il y en a aujourd'hui 663...
...strateurs militaires. Les appointements de cette administration coûtaient, en 1776...
...peut dire que ce n'est pas l'ordonnance de 1776 qui a produit l'augmentation des o...
...duit celui des registres, des écritures de toute espèce, a occasionné l'augmentati...
nouveau régime. On réformait, disait-on, une partie de l'administration civile comme trop dispendieuse; il y avait alors dans les ports et dans les classes 459 employés civils de tous grades : il y en a aujourd'hui 663, et on y a ajouté 74 administrateurs militaires. Les appointements de cette administration coûtaient, en 1776,749,530 livres; ils coûtent aujourd'hui 1,272,677 livres; et tous les frais possibles augmentent dans cette proportion. On peut dire que ce n'est pas l'ordonnance de 1776 qui a produit l'augmentation des officiers civils, puisqu'elle tendait à les réduire; mais ici le fait a prévalu sur l'intention, parce que le doublement des agents supérieurs, ayant produit celui des registres, des écritures de toute espèce, a occasionné l'augmentation du nombre des subalternes.
La comptabilité, qu'on a si mal à propos c... La comptabilité, qu'on a si mal à propos compliquée, n'est autre chose que les pièces justificatives d'une dépense.
Ensuite la diversité des pièces nécessaires à la Ensuite la diversité des pièces nécessaires à la

Séance du lundi 19 avril 1790

page 126
décharge du trésorier, nuit à la prompte expédition des comptes. 11 faut, pour tel genre de dépense, rapporter une décision du mini...
...dant on paie provisoirement sur l'ordre de l'ordonnateur, de sorte que ce n'est qu'après la dépense faite qu'on y applique les form...
...istérielles, quand il y a impossibilité de remplir les premières : ainsi, toute ce...
... propos, et à multiplier des simulacres de preuves, lorsqu'il serait si raisonnable et si utile de s'en tenir à celles qui suffisent.
décharge du trésorier, nuit à la prompte expédition des comptes. 11 faut, pour tel genre de dépense, rapporter une décision du ministre, pour tel autre un ordre du roi : trois, quatre, cinq officiers différents doivent signer un état ; et cependant on paie provisoirement sur l'ordre de l'ordonnateur, de sorte que ce n'est qu'après la dépense faite qu'on y applique les formes, et qu'on y supplée par d'autres formes, par des ordres du roi, par des lettres ministérielles, quand il y a impossibilité de remplir les premières : ainsi, toute cette science se réduit à mettre une grande importance aux formes, mais à les violer quand on le juge à propos, et à multiplier des simulacres de preuves, lorsqu'il serait si raisonnable et si utile de s'en tenir à celles qui suffisent.
La Chambre des comptes a adopté et consacr...
...déploie toute son autorité, non pas sur la conduite des comptables, mais sur la forme nominale et arithmétique des pièces qu'ils produisent ; et tel compte de la marine qui coûte 100,000 francs d'épices pour la Chambre, et qui l'occupe pendant un an, ne produit pas quelquefois pour cent écus de remarque et de radiation : car la Chambre ne peut ni vérifier, ni connaît...
La Chambre des comptes a adopté et consacré toutes ces formules : cette cour, qui devrait avoir, pour être utile, l'inspection effective des dépenses, et -juridiction sur les administrateurs qui les ordonnent, déploie toute son autorité, non pas sur la conduite des comptables, mais sur la forme nominale et arithmétique des pièces qu'ils produisent ; et tel compte de la marine qui coûte 100,000 francs d'épices pour la Chambre, et qui l'occupe pendant un an, ne produit pas quelquefois pour cent écus de remarque et de radiation : car la Chambre ne peut ni vérifier, ni connaître un marché onéreux, une dépense exagérée, lorsque les pièces qui les justifien...
Ainsi, l'institution de la Chambre des comptes, sagement motivée d...
...ctions si dérisoires, qu'on aurait lieu de s'étonner qu'elles puissent convenir à ...
...ives et des émoluments correspondants à la finance de ces charges.
Ainsi, l'institution de la Chambre des comptes, sagement motivée dans son origine pour surveiller les négligences et les déprédations, a été tellement altérée, et se réduit aujourd'hui à des fonctions si dérisoires, qu'on aurait lieu de s'étonner qu'elles puissent convenir à des magistrats, si l'on n'avait compensé leur nullité par des distinctions, des prérogatives et des émoluments correspondants à la finance de ces charges.
...esponsable qu'au monarque, avait autant de prétextes que de facilités pour annuler la surveillance de la Chambre des comptes; mais, quels que so...
...des départements, et pour les tribunaux de justice, je crois cette juridiction trè...
...ment que l'administration supérieure, attirant tout à elle, et ne voulant être responsable qu'au monarque, avait autant de prétextes que de facilités pour annuler la surveillance de la Chambre des comptes; mais, quels que soient aujourd'hui les formes et les principes adoptés pour le régime économique des départements, et pour les tribunaux de justice, je crois cette juridiction très importante à rétablir dans toute son étendue.
11 n'est pas moins essentiel de fixer la comptabilité, et de la rappeler à ses principes primitifs, qui... 11 n'est pas moins essentiel de fixer la comptabilité, et de la rappeler à ses principes primitifs, qui doivent être l'authenticité, et, autant qu'il se peut, l'évidence des recettes ...
...s par acomptes ont aussi l'inconvénient de multiplier les écritures, et de favoriser les erreurs ; ainsi tout est ...
...n système d'économie. L'exactitude suit la simplicité; l'une et l'autre sont les compagnes de l'ordre, qui produit seul l'économie. Dans l'état actuel, il n'y a rien de tout cela ; les comptes sont arriérés de dix années. Ceux de la dernière guerre sont inextricables; on a dû, pendant cinq ou six ans,la solde des matelots; et les comptes d'armement, ceux de la régie des vivres, ne peuvent être défin...
...ptables paraissent avec sécurité devant la Ghambre des comptes. i
Les paiements par acomptes ont aussi l'inconvénient de multiplier les écritures, et de favoriser les erreurs ; ainsi tout est lié, tout se tient dans un bon système d'économie. L'exactitude suit la simplicité; l'une et l'autre sont les compagnes de l'ordre, qui produit seul l'économie. Dans l'état actuel, il n'y a rien de tout cela ; les comptes sont arriérés de dix années. Ceux de la dernière guerre sont inextricables; on a dû, pendant cinq ou six ans,la solde des matelots; et les comptes d'armement, ceux de la régie des vivres, ne peuvent être définitivement arrêtés que par des ordres du roi, qui valident les pièces informes qui suppléent à celles qui manquent. Tout cet échafaudage est nécessaire pour que les comptables paraissent avec sécurité devant la Ghambre des comptes. i
...s comptables. Les extraits authentiques de ces livres doivent former le compte présenté à la Chambre, et cette cour, si elle est con...
... marchés, les registres et les dépenses de toute espèce.
...iales, qui sont les plus simples, les livres à parties doubles, certifiés par les comptables. Les extraits authentiques de ces livres doivent former le compte présenté à la Chambre, et cette cour, si elle est conservée, doit envoyer des commissaires dans les ports, quand elle le juge à propos, pour vérifier les marchés, les registres et les dépenses de toute espèce.
Mais ces réflexions appartiennent à la seconde partie de ce travail ; c'est en reprenant chacun des objets de dépense que nous apprécierons les chang...
...orations dont les détails et l'ensemble de l'administration sont susceptibles. Le résumé de cet examen sera celui des principes con...
Mais ces réflexions appartiennent à la seconde partie de ce travail ; c'est en reprenant chacun des objets de dépense que nous apprécierons les changements et les améliorations dont les détails et l'ensemble de l'administration sont susceptibles. Le résumé de cet examen sera celui des principes constitutifs.
Plus de quarante ordonnances depuis trente ans, plus de six cents décisions qui les commentent ou qui y dérogent, composent aujourd'hui le code de la marine. Plus de quarante ordonnances depuis trente ans, plus de six cents décisions qui les commentent ou qui y dérogent, composent aujourd'hui le code de la marine.
De cette multitude de systèmes et d'ordonnances divisés, une seule parviendra peut-être à la postérité comme elle est parvenue jusqu'à nous : c'est celle de 1689, dont toutes les nations maritimes...
... présenta cependant, dans l'application de ces principes, des différences frappant...
De cette multitude de systèmes et d'ordonnances divisés, une seule parviendra peut-être à la postérité comme elle est parvenue jusqu'à nous : c'est celle de 1689, dont toutes les nations maritimes ont extrait leur règlement; il se présenta cependant, dans l'application de ces principes, des différences frappantes dans les formes d'administration adoptées en Angleterre et celles que nous su...
...ation. L'amirauté, composée d'officiers de la marine et d'hommes étrangers à cette pr...
...ience et les lumières sont susceptibles de cette direction. Un très petit nombre de constructeurs, de maîtres d'ouvrages, de commissaires, d'officiers de ports et de commis, compose la liste des employés de chaque port. Il n'y a pas de noviciat, point de grades successifs dans cette administra...
Les Anglais n'ont ni corps, ni hiérarchie d'administration. L'amirauté, composée d'officiers de la marine et d'hommes étrangers à cette profession, emploie indifféremment dans ses arsenaux, ou d'anciens officiers qui deviennent dès lors des administrateurs civils, ou des hommes civils dont l'expérience et les lumières sont susceptibles de cette direction. Un très petit nombre de constructeurs, de maîtres d'ouvrages, de commissaires, d'officiers de ports et de commis, compose la liste des employés de chaque port. Il n'y a pas de noviciat, point de grades successifs dans cette administration ; elle est extrêmement simple et peu dispendieuse ; nous n'avons dans aucun...
...vaisseaux i marchands, un nombre infini de manufactures, I un commerce immense, tels sont les moyens et l'aliment de la navigation anglaise. Dans celle île cél...
...fforts, toutes les issues du travail et de l'industrie, aboutissent à la mer, et l'on y voit une si prodigieuse ...
...mment aux ressources et aux occupations de plusieurs. Ainsi l'agriculteur est inté...
...t dans les armements maritimes; l'homme de guerre, les employés de l'administration ont des fonds placés d...
Deux cent mille matelots, vingt mille vaisseaux i marchands, un nombre infini de manufactures, I un commerce immense, tels sont les moyens et l'aliment de la navigation anglaise. Dans celle île célèbre, tous les travaux, tous les efforts, toutes les issues du travail et de l'industrie, aboutissent à la mer, et l'on y voit une si prodigieuse activité qu'aucun homme n'est sans emploi, et qu'un seui homme participe fréquemment aux ressources et aux occupations de plusieurs. Ainsi l'agriculteur est intéressé dans les fabriques, le frabricant dans les armements maritimes; l'homme de guerre, les employés de l'administration ont des fonds placés dans le commerce. L'artisan, le citadin, le cam-I pagnard sont dans un mouvement ...
...que les doubles emplois, les confusions de noms, les erreurs de dates, nécessitent les délais et les ex... Les paiements arriérés y nuisent infiniment; car c'est alors que les doubles emplois, les confusions de noms, les erreurs de dates, nécessitent les délais et les explications.
L'ordonnance de 1776, qui en forme encore le cadre apparent, est presque effacé par les ordonnances de 1786. L'ordonnance de 1776, qui en forme encore le cadre apparent, est presque effacé par les ordonnances de 1786.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 127
de spéculations et d'entreprises ; l'administration trouve rarement des hommes libres de tout autre soin qui se dévouent exclusivement à celui-. line aisance générale dans toutes les classes du peuple annonce partout la facilité, l'habitude et la récompense du travail. Tels sont, Messieurs, les fruits de la liberté, telle est la perspective qui s'offre à nous; ah! quand on envisage le terme, quand on voit au bout de la carrière, la gloire, le bonheur, le repos, on oublie, sans doute, les fatigues et les périls de la route. de spéculations et d'entreprises ; l'administration trouve rarement des hommes libres de tout autre soin qui se dévouent exclusivement à celui-. line aisance générale dans toutes les classes du peuple annonce partout la facilité, l'habitude et la récompense du travail. Tels sont, Messieurs, les fruits de la liberté, telle est la perspective qui s'offre à nous; ah! quand on envisage le terme, quand on voit au bout de la carrière, la gloire, le bonheur, le repos, on oublie, sans doute, les fatigues et les périls de la route.
...santes, une multitude d'hommes manquant de travail, une navigation bornée et quatre mille vaisseaux marchands, dont la moitié encore est occupée par le commer... ...n peuple pauvre ; une industrie active, mais enchaînée; des manufactures languissantes, une multitude d'hommes manquant de travail, une navigation bornée et quatre mille vaisseaux marchands, dont la moitié encore est occupée par le commerce direct ou indirect des colonies.
...le dans ses développements aux employés de tous les départements du royaume, et el...
...rces vont se multiplier à l'infini pour la génération qui nous suit, parla seule a...
... mais celle qui s'avance avec nous vers la fin de sa carrière, faisons en sorte qu'elle bénisse la révolution qui s'opère !
Cette considération générale serait applicable dans ses développements aux employés de tous les départements du royaume, et elle ne doit pas échapper, Messieurs, au moment d'un nouveau régime; les réformes ...
...p combinées avec les ressources possibles à chaque classe d'employés. Les ressources vont se multiplier à l'infini pour la génération qui nous suit, parla seule action d'une libre industrie; mais celle qui s'avance avec nous vers la fin de sa carrière, faisons en sorte qu'elle bénisse la révolution qui s'opère !
...ment des deux administrations maritimes de France et d'Angleterre, et déjà vous co...
... des arsenaux chez un peuple né au sein de l'océan, dont la capitale immense est un port de mer et le plus riche entrepôt de commerce qu'il y ait sur le globe. , des compagnies puissantes sont aux ordres de l'amirauté pour faire parvenir dans les ports les munitions et les denrées de toute espèce, et ce qui forme dans notre administration un des objets de correspondance et de sollicitude continuelle, s'exécute en Angleterre par de simples mandats, sur des fournisseurs a...
Je reviens au rapprochement des deux administrations maritimes de France et d'Angleterre, et déjà vous concevez, Messieurs, avec quelle facilité on trouve tous les agents, tous les moyens, toutes les fournitures des arsenaux chez un peuple né au sein de l'océan, dont la capitale immense est un port de mer et le plus riche entrepôt de commerce qu'il y ait sur le globe. , des compagnies puissantes sont aux ordres de l'amirauté pour faire parvenir dans les ports les munitions et les denrées de toute espèce, et ce qui forme dans notre administration un des objets de correspondance et de sollicitude continuelle, s'exécute en Angleterre par de simples mandats, sur des fournisseurs attitrés qui traitent au prix courant toujours plus facile à vérifier.
...ue tous les Anglais pour le commerce et la navigation leur fait trouver, au moment...
...r les chantiers, ou pour les Hottes; et la cessation de ce service momen-
Enfin l'aptitude qu'ont presque tous les Anglais pour le commerce et la navigation leur fait trouver, au moment du besoin, tous les suppléments nécessaires en des agents extraordinaires, soit pour les bureaux, soit pour les chantiers, ou pour les Hottes; et la cessation de ce service momen-
Les mêmes causes, c'est-à-dire la diversité des moyens de lucre, font que celui qui accepte à Por... Les mêmes causes, c'est-à-dire la diversité des moyens de lucre, font que celui qui accepte à Portsmouth un traitement modique, le considère comme un accessoire à son aisance, f...
Toutes ces différences de mœurs et de situation n'empêchent qu'il n'y ait dan...
...'en entretenir plus que les Anglais, et de les former pour le service auquel on le...
...espérons que l'Assemblée approuvera que la prudence et l'équité la dirigent par des opérations successives...
Toutes ces différences de mœurs et de situation n'empêchent qu'il n'y ait dans nos ports un trop grand nombre d'agents, en ayant même égard à fa nécessité où nous sommes d'en entretenir plus que les Anglais, et de les former pour le service auquel on les destine; mais en indiquant les principes d'une réduction convenable, nous espérons que l'Assemblée approuvera que la prudence et l'équité la dirigent par des opérations successives.
On demande la somme de 30 millions assignée comme dans l'état joint aux dépenses fixes et variables de la marine (2). On demande la somme de 30 millions assignée comme dans l'état joint aux dépenses fixes et variables de la marine (2).
...-à-dire l'entretien et le service actif de la flotte, entrent dans cette somme de 30 millions, pour 16,718,254 livres, do... Les approvisionnements, les travaux et les armements, c'est-à-dire l'entretien et le service actif de la flotte, entrent dans cette somme de 30 millions, pour 16,718,254 livres, dont 4,873,776 livres pour les armements.
Nous pensons que le calcul de cette dépense ayant été fait avec plus de soin et plus de recherches de toutes les parties qui la composent, que dans les années antécéde...
...ne sont pas comprises les augmentations de paye qui sont accordées, et qui, dans le compte de l'année prochaine, feront un article de supplément.
Nous pensons que le calcul de cette dépense ayant été fait avec plus de soin et plus de recherches de toutes les parties qui la composent, que dans les années antécédentes, le service qu'elle représente est à peu près estimé à sa juste valeur. Dans ce calcul ne sont pas comprises les augmentations de paye qui sont accordées, et qui, dans le compte de l'année prochaine, feront un article de supplément.
...main-d'œuvre, ainsi que le remplacement de tous les objets dépéris, sont aussi calculés sur des états détaillés de chaque partie de dépense, et il serait téméraire d'en fixer précisément la moins-value, d'autant que le prix des m...
...ons, variant annuellement, dépend aussi de l'exactitude des payements, de la confiance qu'inspire l'administration, de son intelligence à choisir les époques ...
...nde activité dans les chantiers et dans la navigation du commerce diminuerait déjà cet article de dépense des constructions.
...nstruction, radoub et entretien des bâtiments contenant le prix des matières et main-d'œuvre, ainsi que le remplacement de tous les objets dépéris, sont aussi calculés sur des états détaillés de chaque partie de dépense, et il serait téméraire d'en fixer précisément la moins-value, d'autant que le prix des marchandises et munitions, variant annuellement, dépend aussi de l'exactitude des payements, de la confiance qu'inspire l'administration, de son intelligence à choisir les époques d'approvisionnements, et à en déterminer les conditions. Mais, quand on considèr...
..., parce qu'ils ne trouveraient pas d'emploi ailleurs, on conçoit qu'une plus grande activité dans les chantiers et dans la navigation du commerce diminuerait déjà cet article de dépense des constructions.
...d que dès l'annce dernière les dépenses de la marine ont subi une forte réduction, et... (2) Nous devons remarquer d'abord que dès l'annce dernière les dépenses de la marine ont subi une forte réduction, et que toutes les dispositions d'approvisionnement, construction et armement pour ...
...e, ils affluent dans toutes les avenues de l'administration, et il faut bien, sous peine de plus grands maux, que les erreurs des g... ...ster, ils s'attachent comme le lierre au tronc et aux branches du corps politique, ils affluent dans toutes les avenues de l'administration, et il faut bien, sous peine de plus grands maux, que les erreurs des gouvernements se réparent même par d'autres erreurs, et que lorsqu'ils ne savent ...
Les constructions s'exécutent par de riches entrepreneurs, qui se chargent de tous les frais, et dont le compte se règle par un seul arrêté. Rien de semblable n'existe parmi nous : on ne voit dans nos arsenaux que de pauvres charpentiers, hors d'état de faire l'avance de trois mois de solde à leurs ouvriers. Les constructions s'exécutent par de riches entrepreneurs, qui se chargent de tous les frais, et dont le compte se règle par un seul arrêté. Rien de semblable n'existe parmi nous : on ne voit dans nos arsenaux que de pauvres charpentiers, hors d'état de faire l'avance de trois mois de solde à leurs ouvriers.
...nombre d'administrateurs, d'ingénieurs, de commiset de maîtres entretenus que dans les nôtres. ...es sont les raisons pour lesquelles il y a dans les arsenaux anglais un moindre nombre d'administrateurs, d'ingénieurs, de commiset de maîtres entretenus que dans les nôtres.
...s d'une aisance générale. Le domestique de l'auberge où je logeais était propriéta...
... et il était en même temps propriétaire de deux bateaux pêcheurs. Son salaire comme domestique était peu de chose, mais ses relations avec les étra...
...ses calculs ; et cet homme, à six louis de gage, gagnait au moins deux mille écus ...
...ort d'Angleterre, à Veymouth ; c'est peut-être un des exemples les plus marquants d'une aisance générale. Le domestique de l'auberge où je logeais était propriétaire d'une petite maison qu'il louait aux étrangers quatre louis par semaine, et il était en même temps propriétaire de deux bateaux pêcheurs. Son salaire comme domestique était peu de chose, mais ses relations avec les étrangers et le débit sur son poisson entraient dans ses calculs ; et cet homme, à six louis de gage, gagnait au moins deux mille écus par an.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 128
Si l'on ajoute que des fournitures de bois mieux assorties, des hangars plus ...
...our les conserver, un plus grand nombre de bassins ou de demi-formes pour y remiser les vaisseaux à l'abri des injures de l'air, prolongeraient de moitié leur durée, on restera alors convaincu que la diminution des dépenses annuelles d'entretien dépend absolument de celles faites à propos pour l'établissement complet de l'armée navale, et d'un régime bien con...
Si l'on ajoute que des fournitures de bois mieux assorties, des hangars plus spacieux pour les conserver, un plus grand nombre de bassins ou de demi-formes pour y remiser les vaisseaux à l'abri des injures de l'air, prolongeraient de moitié leur durée, on restera alors convaincu que la diminution des dépenses annuelles d'entretien dépend absolument de celles faites à propos pour l'établissement complet de l'armée navale, et d'un régime bien conçu pour son administration.
On n'a pas de données plus positives pour la dépense des radoubs, ordinairement divisés en grands et petits radoubs : indépendamment de l'entretien journalier, qui est compté ...
...t les grands radoubs, et en réduiraient la dépense à celle d'un entretien journali...
On n'a pas de données plus positives pour la dépense des radoubs, ordinairement divisés en grands et petits radoubs : indépendamment de l'entretien journalier, qui est compté pour 960,000 livres, les radoubs sont compris pour quinze à dix-huit cent millel...
...s et des réparations répétées, aussitôt qu'elles sont nécessaires, préviendraient les grands radoubs, et en réduiraient la dépense à celle d'un entretien journalier, autrement calculé qu'il ne l'est dans nos ports ; car on n'y comprend que ia...
...t aux soins journaliers qu'est attachée la conservation de la flotte ; c'est en réparant, en prévenan...
...rait pas plus économique d'y renonceret de construire un vaisseau neuf, que d'entreprendre de grandes réparations.
C'est aux soins journaliers qu'est attachée la conservation de la flotte ; c'est en réparant, en prévenant les plus petits dommages, qu'on empêche le dépérissement d'un vaisseau; car lo...
...ligé au point d'exiger un grand radoub, il est très souvent incertain s'il ne serait pas plus économique d'y renonceret de construire un vaisseau neuf, que d'entreprendre de grandes réparations.
C'est ici le lieu de fixer l'attention de l'Assemblée sur deux objets d'une haute importance, soit pour l'entretien de la marine à moindres frais, soit pour la prospérité intérieure du royaume. C'est ici le lieu de fixer l'attention de l'Assemblée sur deux objets d'une haute importance, soit pour l'entretien de la marine à moindres frais, soit pour la prospérité intérieure du royaume.
...us sommes, comme je l'ai déjà dit, dans la dépendance des étrangers, pour la majeure partie des approvisionnementsde la marine. Nous tirons de la Baltique, de la Méditerranée et même de la Mer Noire, une grande quantité de bois et de chanvre; les productions de l'Ukraine, de la Pologne, de l'Italie, delà Livonie, arrivent à gran...
...e à 6 livres le pied cube; des chanvres de Russie à45 et 48 livres le quintal; et cepen dan t la France eût été, par un mei lleur régime
Nous sommes, comme je l'ai déjà dit, dans la dépendance des étrangers, pour la majeure partie des approvisionnementsde la marine. Nous tirons de la Baltique, de la Méditerranée et même de la Mer Noire, une grande quantité de bois et de chanvre; les productions de l'Ukraine, de la Pologne, de l'Italie, delà Livonie, arrivent à grands frais dans nos arsenaux. Le prix des mâtures est devenu excessif. Nous consommons des bois d'Italie et d'Albanie à 6 livres le pied cube; des chanvres de Russie à45 et 48 livres le quintal; et cepen dan t la France eût été, par un mei lleur régime
sur la culture des bois et des chanvres, sur l'aménagement des forêts, en état de fournir avec avantage à sa propre conso... sur la culture des bois et des chanvres, sur l'aménagement des forêts, en état de fournir avec avantage à sa propre consommation.
La Corse, depuis que nous la possédons, pouvait aider merveilleusement à cetteéconomieintérieure par l'étendue de ses forêts, par qualité précieuse de ses bois de pin, propre pour mâture et bordage. Mai...
...sans proportion dans les remplacements. La reproduction des bois n'a point été encouragée; et l'exploitation de ceux de Corse, livrée à des entreprises mal conçue, faute de chemins et de canaux pour en faciliter l'exploitation, a produit une destruction prodigieuse de bois convertis en charbon, ou sacrifiés...
La Corse, depuis que nous la possédons, pouvait aider merveilleusement à cetteéconomieintérieure par l'étendue de ses forêts, par qualité précieuse de ses bois de pin, propre pour mâture et bordage. Mais faute d'un plan général et sagement combiné pour cette police, nos propres forêts ont été dévastées; un luxe dissipateur a détruit nos futaies sans proportion dans les remplacements. La reproduction des bois n'a point été encouragée; et l'exploitation de ceux de Corse, livrée à des entreprises mal conçue, faute de chemins et de canaux pour en faciliter l'exploitation, a produit une destruction prodigieuse de bois convertis en charbon, ou sacrifiés sans ménagement pour l'extraction du brai et du goudron.
...e côté nous avons dédaigné les chanvres de notre crû; au lieu d'en améliorer la culture et la manipulation, nous avons préféré la meilleure qualité des chanvres étrangers, et cette branche de commerce national a été négligée. D'un autre côté nous avons dédaigné les chanvres de notre crû; au lieu d'en améliorer la culture et la manipulation, nous avons préféré la meilleure qualité des chanvres étrangers, et cette branche de commerce national a été négligée.
Il est important de revenir, sur l'un et l'autre point, aux...
...nt nous n'aurions pas dû nous écarter ; la culture, l'exploitation et l'emploi des...
...ncouragés ; une moindre perfection dans la qualité ne doit pas nous soumettre aux inconvénients de la disette en temps de guerre, et à une plus forte dépense d'a...
...s biens ecclésiastiques, trouvera juste de réserver les forêts qui se trouventà la proximité des ports ou des rivières navigables, de les réunir au domaine national, de les soumettre à une inspection vigilant...
...tiner uniquement les coupes aux besoins de la marine.
Il est important de revenir, sur l'un et l'autre point, aux vues sages dont nous n'aurions pas dû nous écarter ; la culture, l'exploitation et l'emploi des chanvres denotre crû doivent être encouragés ; une moindre perfection dans la qualité ne doit pas nous soumettre aux inconvénients de la disette en temps de guerre, et à une plus forte dépense d'approvisionnements dans tous les temps. Le soin des forêts, des dispositions plus...
...e sont pas moins pressantes, et je présume que l'Assemblée, dans l'aliénation des biens ecclésiastiques, trouvera juste de réserver les forêts qui se trouventà la proximité des ports ou des rivières navigables, de les réunir au domaine national, de les soumettre à une inspection vigilante, et d'en destiner uniquement les coupes aux besoins de la marine.
Le comité de la marine, en vous présentant à cet égard ...
...ions,n'oublie point que c'est au comité de commerce et d'agriculture à les appréci...
Le comité de la marine, en vous présentant à cet égard ses réclamations,n'oublie point que c'est au comité de commerce et d'agriculture à les apprécier et à vous proposer un plan ultérieur; il se borne donc à le solliciter.
... ordonnances des eaux et forêts, celles de la marine, ont attribué au roi le droit de faire marquer dans les forêts même des particuliers les bois propres à la construction des vaisseaux; ils sont alors réservés jusqu'au temps de la coupe, et payés au propriétaire au prix courant ou à dire d'arbitres. Les droits de propriété ne pouvant être protégés que par la force publique, tout ce qui est nécessa...
...ndemnisant le propriétaire, et les bois de construction sont devenus si rares et si précieux qu'en abrogeant sur ce point- les anciennes ordonnances, les entrepreneurs seraient hors d'état de faire les fournitures auxquelles ils se...
... autre servitude pour les propriétaires de bois, que celle de la préférence à donner aux prix courants aux fournisseurs de la marine.
Les ordonnances des eaux et forêts, celles de la marine, ont attribué au roi le droit de faire marquer dans les forêts même des particuliers les bois propres à la construction des vaisseaux; ils sont alors réservés jusqu'au temps de la coupe, et payés au propriétaire au prix courant ou à dire d'arbitres. Les droits de propriété ne pouvant être protégés que par la force publique, tout ce qui est nécessaire à son entretien semble devoir lui être destiné par préférence à tout autre usage, en indemnisant le propriétaire, et les bois de construction sont devenus si rares et si précieux qu'en abrogeant sur ce point- les anciennes ordonnances, les entrepreneurs seraient hors d'état de faire les fournitures auxquelles ils se sont engagés. Ce régimedoit donc être maintenu en évitant toute lésion, toute autre servitude pour les propriétaires de bois, que celle de la préférence à donner aux prix courants aux fournisseurs de la marine.
La «seconde partie des dépenses de la marine est celle qu'on appelle dépenses... La «seconde partie des dépenses de la marine est celle qu'on appelle dépenses fixes; elle va à 13,281,746 liv., et comprend tous les objets détaillés en l'ét...
...e les différentes évaluations des frais de construction pour chaque rang de bâtiments, exigent de nouvelles vérifications, et qu'il n'en ... On estime, au surplus, que les différentes évaluations des frais de construction pour chaque rang de bâtiments, exigent de nouvelles vérifications, et qu'il n'en a pas été fait depuis longtemps qui permettent une fixation précise et absolue.
...que chose ; on ne saurait indiquer avec la même précision ce que l'on peut gagner ... ...e, est susceptible des mêmes réflexions, en indiquant ce qu'il en coûte pour chaque chose ; on ne saurait indiquer avec la même précision ce que l'on peut gagner par une plus grande surveillance.
... chapitre se trouve compris l'entretien de 1,400 petits bâtiments pour le service ... Dans le même chapitre se trouve compris l'entretien de 1,400 petits bâtiments pour le service intérieur des ports, coûtant 600,000 livres ; nous pensons que cet objet peut et...
...t nous devons vous rendre compte, c'est la manière dont les approvisionnements des... Mais ce qui nous regarde plus particulièrement, ce dont nous devons vous rendre compte, c'est la manière dont les approvisionnements des ports s'exécutent.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 129
...st compris pour 2,900,879 liv., formant la solde de 1,975 officiers, y compris les élèves: ... Le corps" d'officiers militaires y est compris pour 2,900,879 liv., formant la solde de 1,975 officiers, y compris les élèves: leur nombre ne s'élevait en 1776 qu'à mille soixante-dix-sept, et ne coûtait que...
...ulée, qui est célle du plus grand éclat de la puissance navale de la France, en 1692. Louis XIV avait 130 vaisseaux de ligne, dont 97 armés, et 190 frégates o...
...poque, le corps militaire était composé de 1,021 officiers, dont 849 étaient embar...
Kn remontant à une époque plus reculée, qui est célle du plus grand éclat de la puissance navale de la France, en 1692. Louis XIV avait 130 vaisseaux de ligne, dont 97 armés, et 190 frégates ou moindres bâtiments, dont 84 étaient armés: à cette époque, le corps militaire était composé de 1,021 officiers, dont 849 étaient embarqués.
Mais la dernière guerre ne peut être comparée à aucune autre, ni pour l'activité, ni pour la durée des campagnes qui se sont prolong...
... nombre d'officiers pour suffire à tant de fatigues; et ceux qui s'y sont dévoués avec zèle ne méritaient pas à la paix de perdre leur état. Il était même impossible de mesurer sur le service de paix le nombre d'officiers à entretenir...
...r on s'en trouverait dépourvu au moment de la guerre; mais l'abrogation des titres exclusifs d'admission dans le corps de la marine, donnant à cet égard plus de facilité, et ouvrant cette carrière à t...
...rement pour l'avenir un nouveau système de composition pour le corps des officiers de vaisseaux,' dont les combinaisons seron...
...omiques, car l'alliance naturelte entre la navigation marchande et celle des bâtim...
...s; et en réduisant à cinq Ou six années de navigation, et à un examen au concours ...
... pourraient être reçus sous-lieutenants de vaisseaux sans appointements lorsqu'ils ne serviraient pas sur la flotte. Ainsi on pourrait supprimer les...
...e partie des lieutenants pourrait avoir la liberté de servir pendant la paix dans les armements du commerce, et la dépense totale de ce corps éprouve-rait ainsi une grande ...
...urvoyant aux indemnités et aux pensions de retraite. Un plan plus détaillé sur cette partie de service devant être présenté à l'Assemb...
...s tous les systèmes, le corps militaire de la marine doit être maintenu dans une prop...
...d'officiers au moment d'une déclaration de guerre, mais qu'il ne doit pas y en avoir une telle quantité, qu'ils perdent pendant la paix l'habitude de la mer. En supposant donc que 150 officiers soient annuellement embarqués pendant la paix, et 1,300 pendant la guerre, il paraîtrait suffisant d'avoir 1,000 officiers de tout grade pendant la paix.
Mais la dernière guerre ne peut être comparée à aucune autre, ni pour l'activité, ni pour la durée des campagnes qui se sont prolongées presque sans interruption pendant six années dans l'Inde et en Amérique. Il était donc nécessaire d'avoir un plus grand nombre d'officiers pour suffire à tant de fatigues; et ceux qui s'y sont dévoués avec zèle ne méritaient pas à la paix de perdre leur état. Il était même impossible de mesurer sur le service de paix le nombre d'officiers à entretenir tant qu'elle dure, car on s'en trouverait dépourvu au moment de la guerre; mais l'abrogation des titres exclusifs d'admission dans le corps de la marine, donnant à cet égard plus de facilité, et ouvrant cette carrière à tous les navigateurs dont l'éducation et les études se dirigeront vers les mathématiques, il en résulte nécessairement pour l'avenir un nouveau système de composition pour le corps des officiers de vaisseaux,' dont les combinaisons seront plus économiques, car l'alliance naturelte entre la navigation marchande et celle des bâtiments du roi assure un renouvellement facile d'officiers; et en réduisant à cinq Ou six années de navigation, et à un examen au concours les conditions d'admission aux premiers grades d'officiers, tous les navigateurs du commerce qui auraient l'instruction et le service suffisants pourraient être reçus sous-lieutenants de vaisseaux sans appointements lorsqu'ils ne serviraient pas sur la flotte. Ainsi on pourrait supprimer les élèves entretenus et les collèges où ils sont admis au frais du roi, mais non les écoles établies dans les ports: Une partie des lieutenants pourrait avoir la liberté de servir pendant la paix dans les armements du commerce, et la dépense totale de ce corps éprouve-rait ainsi une grande réduction ; elle en est même susceptible dans l'état actuel, mais en pourvoyant aux indemnités et aux pensions de retraite. Un plan plus détaillé sur cette partie de service devant être présenté à l'Assemblée, nous nous dispensons d'un plus grand développement; nous ' pensons seulement que, dans tous les systèmes, le corps militaire de la marine doit être maintenu dans une proportion telle qu'il s'y trouve un nombre suffisant d'officiers au moment d'une déclaration de guerre, mais qu'il ne doit pas y en avoir une telle quantité, qu'ils perdent pendant la paix l'habitude de la mer. En supposant donc que 150 officiers soient annuellement embarqués pendant la paix, et 1,300 pendant la guerre, il paraîtrait suffisant d'avoir 1,000 officiers de tout grade pendant la paix.
la nouvelle composition du corps et l'extension de la navigation marchande, qui fournirait alors des ressources et de l'emploi à ceux de3 officiers dont la demi-solde serait insuffisante, et le n...
...emarquer que si le nombre des officiers de la marine est trop considérable, il n'en est pas de même de leur traitement dans aucun grade.
la nouvelle composition du corps et l'extension de la navigation marchande, qui fournirait alors des ressources et de l'emploi à ceux de3 officiers dont la demi-solde serait insuffisante, et le nombre en est peut-être considérable. — En général, on doit remarquer que si le nombre des officiers de la marine est trop considérable, il n'en est pas de même de leur traitement dans aucun grade.
...xposées que par celles des fonctions et de la surveillance du pouvoir exécutif, qui d... ...re absolue, nous nous trouvons arrêtés autant par les considérations ci-devant exposées que par celles des fonctions et de la surveillance du pouvoir exécutif, qui doivent s'exercer dans un espace libre pour agir utilement.
Savoir : pour les officiers de la marine, soit à raison des nouveaux grades, de leur distribution en escadres, et des s...
...appointements atribués aux états-majors de chaque
Savoir : pour les officiers de la marine, soit à raison des nouveaux grades, de leur distribution en escadres, et des suppléments d'appointements atribués aux états-majors de chaque
Pour la direction des ports . . . 44,720 Pour la direction de l'artillerie . 25,200 Pour la direction des constructions 26,400 Pour... Pour la direction des ports . . . 44,720 Pour la direction de l'artillerie . 25,200 Pour la direction des constructions 26,400 Pour les officiers militaires des
Pour la direction de l'école des élèves de la marine.......116,200 Pour la direction de l'école des élèves de la marine.......116,200
Nous pensons que les avantages de cette nouvelle (1) formation n'en compensent point la dépense, qu'il est possible de la réduire et la ramener, par des réformes successives, à la somme de 2,000,000 livres. Nous pensons que les avantages de cette nouvelle (1) formation n'en compensent point la dépense, qu'il est possible de la réduire et la ramener, par des réformes successives, à la somme de 2,000,000 livres.
La même observation s'applique au corps des canonniers-matelots, composé de 6,051 canonniers et 162 officiers, coût... La même observation s'applique au corps des canonniers-matelots, composé de 6,051 canonniers et 162 officiers, coûtant ensemble 1,819,070 liv.
Lors de cet établissement, qui date aussi de 1786, on n'approuva pas généralement qu...
...s classes, fût remplacé pour le service de l'artillerie des vaisseaux par des soldats d'infanterie, dont le zèle, la bravoure et l'application même aux exercices de l'artillerie, ne peuvent dans tous les ...
...es comme les hommes les plus essentiels de l'armée navale, et les premiers canonniers de l'Europe.
Lors de cet établissement, qui date aussi de 1786, on n'approuva pas généralement que l'ancien corps très distingué des maîtres et aides-ca-nonniers des classes, fût remplacé pour le service de l'artillerie des vaisseaux par des soldats d'infanterie, dont le zèle, la bravoure et l'application même aux exercices de l'artillerie, ne peuvent dans tous les cas suppléer à l'expérience des canonniers marins, qui étaient considérés dans nos équipages comme les hommes les plus essentiels de l'armée navale, et les premiers canonniers de l'Europe.
Mais soit que la dernière formation subsiste, ou qu'on se rapproche de l'ancienne, comme cela serait désirable... Mais soit que la dernière formation subsiste, ou qu'on se rapproche de l'ancienne, comme cela serait désirable, il n'y aurait aucun inconvénient à réduire d'un sixième le corps d'infanterie ...
(1) Mon opinion personnelle est que la division du corps de la marine en escadres est une bonne opérat... (1) Mon opinion personnelle est que la division du corps de la marine en escadres est une bonne opération ; mais je sais que ce n'est pas l'opinion générale.
tretenus, administrateurs et agents de toute espèce employés dans les arsenaux... tretenus, administrateurs et agents de toute espèce employés dans les arsenaux.
... aucun service lorsqu'ils ne sont pas à la mer, présenterait encore une plus grand... L'usage des demi-soldes, établi en Angleterre où. les officiers ne sont tenus à aucun service lorsqu'ils ne sont pas à la mer, présenterait encore une plus grand économie. — Mais nous ne pensons pas qu'il puisse être établi parmi nous, avant...
...ans le corps militaire par l'ordonnance de 1786, on trouve qu'ils occasionnent un excédent de dépense de 993,963 livres. Cependant, en considérant les changements opérés dans le corps militaire par l'ordonnance de 1786, on trouve qu'ils occasionnent un excédent de dépense de 993,963 livres.

Séance du lundi 19 avril 1790

page 130
Nous voici arrivés à un article de dépense qui exige plus de détails: c'est celui de l'administration des ports et des classes ; on a remarqué dans la première partie de ce rapport que, dans le système actuel, cette administration était double. de telle sorte que dans chaque détail des ... Nous voici arrivés à un article de dépense qui exige plus de détails: c'est celui de l'administration des ports et des classes ; on a remarqué dans la première partie de ce rapport que, dans le système actuel, cette administration était double. de telle sorte que dans chaque détail des ports et des classes, il se trouve deux agents, l'un militaire, l'autre civil.
On a dit (2) que ce partage de fonctions avait été motivé sur la distinction récemment imaginée entre la direction et Ift comptabilité des dépenses; mais comme il n'y a jamais eu de véritablement comptable que celui qui dispose de l'objet et de la matière d'un compte, et non celui qui e...
... responsabilité rigoureuse les préposés l'administration qu'on remplira le but auquel n'a pu atteindre l'ordonnancé de 1776.
On a dit (2) que ce partage de fonctions avait été motivé sur la distinction récemment imaginée entre la direction et Ift comptabilité des dépenses; mais comme il n'y a jamais eu de véritablement comptable que celui qui dispose de l'objet et de la matière d'un compte, et non celui qui en transcrit lés pièces et les calculs, le principe d'une double agence militaire...
...gtemps soutenu, et ce n'est qu'en soumettant à tiûé inspection efficace et à une responsabilité rigoureuse les préposés l'administration qu'on remplira le but auquel n'a pu atteindre l'ordonnancé de 1776.
La dépênSe de la direction militaire dans les ports et d...
...nt à payêr qUatré-vingt-trois officiers de la direction des ports et de l'artillerie, cin-quante-quatre ingénie...
La dépênSe de la direction militaire dans les ports et dans les blassôâ, s'élève à 640,466 liv., qui servent à payêr qUatré-vingt-trois officiers de la direction des ports et de l'artillerie, cin-quante-quatre ingénieurs, trente et un officiers militaires des Classes, et deux cent■ soixante-douze...
ce qui produirait sur cet objet de dépense une économie de cent4 mille écus (1K ce qui produirait sur cet objet de dépense une économie de cent4 mille écus (1K
Les appointements l'administration civile montent à un mi... Les appointements l'administration civile montent à un million trente cinq mille huit cent quatre-vingt-trois livres, qui servent à payer...
A cet article.de dépense* composé de parties doublés, l'administration milit... A cet article.de dépense* composé de parties doublés, l'administration militaire et civile des ports, l'administration militaire et civile ^ des classés, il...