Résultats trouvés dans le Tome 38

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-090 hits on 1789-100 hits on 1789-110 hits on 1789-120 hits on 1790-010 hits on 1790-020 hits on 1790-030 hits on 1790-040 hits on 1790-050 hits on 1790-060 hits on 1790-070 hits on 1790-080 hits on 1790-090 hits on 1790-100 hits on 1790-110 hits on 1790-120 hits on 1791-010 hits on 1791-020 hits on 1791-030 hits on 1791-040 hits on 1791-050 hits on 1791-060 hits on 1791-070 hits on 1791-080 hits on 1791-090 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-120 hits on 1792-011 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-120 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 section trouvée
Tri par date d'édition croissante

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

- search term matches: (2)

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 422
...tre au sieur Lemolt-Phalàry, secrétaire de feu Honoré-Riquetti-Mirabeau aîné, qui ...
...n pour présenter une pétition contre un acte de despotisme dont il dit avoir à se plain...
3° Lettre au sieur Lemolt-Phalàry, secrétaire de feu Honoré-Riquetti-Mirabeau aîné, qui demande a être entendu demain pour présenter une pétition contre un acte de despotisme dont il dit avoir à se plaindre.
présidence de m. mathieu dumas, président. présidence de m. mathieu dumas, président.
Un de MM. les secrétaires donne lecture des l... Un de MM. les secrétaires donne lecture des lettres suivantes :
1° Lettre de M. Duport, ministre de la justice, en date de ce jour, qui appelle l'attention de l'Assemblée sur l'exécution ae la loi du 8 juillet dernier, à l'effet de faire mettre dans les décrets du Corps ...
...sseront, quand ils n'auront qu'un objet de localité.
1° Lettre de M. Duport, ministre de la justice, en date de ce jour, qui appelle l'attention de l'Assemblée sur l'exécution ae la loi du 8 juillet dernier, à l'effet de faire mettre dans les décrets du Corps législatif la clause qu'ils seront imprimés et envoyés dans tous les département...
... seront envoyés à tel département, corps administratif ou tribunal qu'ils intéresseront, quand ils n'auront qu'un objet de localité.
2° Lettre de M. Cahier de Gerville, ministre de l'intérieur, du 10 de ce mois, relative au secours' accordé à l'hôpital général de Lille, d'une somme de 81,907 livres par décret du 26 décembre... 2° Lettre de M. Cahier de Gerville, ministre de l'intérieur, du 10 de ce mois, relative au secours' accordé à l'hôpital général de Lille, d'une somme de 81,907 livres par décret du 26 décembre dernier.
4° Pétition de plusieurs citoyens de la Chapelle-Anthenaise, département de la Mayenne, qui réclament la conservation de leur église. 4° Pétition de plusieurs citoyens de la Chapelle-Anthenaise, département de la Mayenne, qui réclament la conservation de leur église.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 423
Locuteur: Le Président
Messieurs, les députés de la république de Mulhausen, qui sont les représentants d...
... mais dans l'Assemblée ; si les députés de la république de Mulhausen ont justifié de leurs pouvoirs, je proposerai à l'Assemblée de les recevoir dans son enceinte.
Messieurs, les députés de la république de Mulhausen, qui sont les représentants d un Etat libre, ont déjà été reçus dans l'Assemblée constituante non à la barre, mais dans l'Assemblée ; si les députés de la république de Mulhausen ont justifié de leurs pouvoirs, je proposerai à l'Assemblée de les recevoir dans son enceinte.
Locuteur: Rouyer
Dans le temps de l'Assemblée constituante, plusieurs dép...
... députés fussent admis dans l'intérieur de l'Assemblée. Il fut rendu un décret par...
Dans le temps de l'Assemblée constituante, plusieurs députés se présentèrent à la barre. Un membre fit la motion que ces députés fussent admis dans l'intérieur de l'Assemblée. Il fut rendu un décret par l'Assemblée nationale constituante, qui adopta cette demande. Je demande qu'il ...
Locuteur: Rouyer
...utés seront introduits dans l'intérieur de la salle.) Un membre : La justification... (L'Assemblée décrète que les députés seront introduits dans l'intérieur de la salle.) Un membre : La justification des pouvoirs!
Locuteur: Le Président
Messieurs, voulez-vous bien justifier de vos pouvoirs. Messieurs, voulez-vous bien justifier de vos pouvoirs.
Locuteur: Le Président
...mais nous les avons présentés au comité de commerce qui les a reconnus, et nous a ... Un des députés : Monsieur le Président, nous n'avons pas nos pouvoirs sur nous, mais nous les avons présentés au comité de commerce qui les a reconnus, et nous a remis une carte en cette qualité : la voici.
Locuteur: Thuriot
...s pour venir solliciter la ratification de cette convention à l'Assemblée national... ...rs pour faire une convention avec le roi est autre chose que d'avoir des pouvoirs pour venir solliciter la ratification de cette convention à l'Assemblée nationale.
Locuteur: Thuriot
...e. Je demande que les membres du comité de commerce qui paraissent avoir vu les pouvoirs de ces Messieurs disent à l'Assemblée nati... ...istinction dont M. le Président a parlé; il faut toujours les entendre à la barre. Je demande que les membres du comité de commerce qui paraissent avoir vu les pouvoirs de ces Messieurs disent à l'Assemblée nationale s'ils sont envoyés spécialement pour solliciter la ratification au traité ...
Locuteur: Caminet
...s législatif; ils sont réellement munis de ce double caractère, parce que ce sont ...
...résentés, et à l'Assemblée et au comité de commerce. Toutes les pièces ont été présentées par eux, pour solliciter la ratification de la convention faite avec le roi, auprès du Corps législatif. Je suis rapporteur (1) de cette affaire-là. Je puis certifier ce ...
...onvention avec le roi, et ensuite pour en solliciter la ratification par le Corps législatif; ils sont réellement munis de ce double caractère, parce que ce sont eux qui se sont présentés, et à l'Assemblée et au comité de commerce. Toutes les pièces ont été présentées par eux, pour solliciter la ratification de la convention faite avec le roi, auprès du Corps législatif. Je suis rapporteur (1) de cette affaire-là. Je puis certifier ce que j'ai vu.
Locuteur: Daverhoult
Nous devons traiter la république de Mulhausen comme nous voudrions qu'elle ... Nous devons traiter la république de Mulhausen comme nous voudrions qu'elle nous traitât. C'est avec le roi qu'elle a fait cette convention, et le roi devra...
Locuteur: Caminet
...ation, et ces messieurs ont été obligés de présenter leurs moyens de ratification. Ainsi, ce que M. Daverhou... ...ntion faite avec le roi (2), afin que le Corps législatif décidât sur la ratification, et ces messieurs ont été obligés de présenter leurs moyens de ratification. Ainsi, ce que M. Daverhoult demande est parfaitement en règle.
Locuteur: Caminet
(L'Assemblée décrète que les députés de Mulhausen seront entendus.) (L'Assemblée décrète que les députés de Mulhausen seront entendus.)
...emblée renvoie cette pétition au comité de division.) (L'Assemblée renvoie cette pétition au comité de division.)
...toire du département du Morbihan,\ du 7 de ce mois, par laquelle il sollicite un décret qui autorise les directoires de département à faire mettre en état d'ar... 5° Délibération du directoire du département du Morbihan,\ du 7 de ce mois, par laquelle il sollicite un décret qui autorise les directoires de département à faire mettre en état d'arrestation les prêtres perturbateurs, sur les procès-verbaux des municipalités et...
...éduit 3 paroisses en une seule. Le curé de la paroisse commune se prétend supprimé... Un membre : J'observe, à cet égard, que, dans mon département, vous avez réduit 3 paroisses en une seule. Le curé de la paroisse commune se prétend supprimé lui-même ; et, en conséquence, il a abandonné sa paroisse.
... demande que la pétition du département de Morbihan soit remise aux commissaires à...
...sous les yeux du pouvoir exécutif, afin de lui faire voir l'heureux effet de son veto. (Applaudissements des tribune...
Un membre: Je demande que la pétition du département de Morbihan soit remise aux commissaires à la sanction pour, par eux, être mis sous les yeux du pouvoir exécutif, afin de lui faire voir l'heureux effet de son veto. (Applaudissements des tribunes.)
...prends à l'Assemblée que le département de Maine-et-Loire est en feu, et que le directoire a été obligé de prendre des mesures très sévères, parce que sans cela le département de Maine-et-Loire était abîmé. Voilà encor... Un membre : J'apprends à l'Assemblée que le département de Maine-et-Loire est en feu, et que le directoire a été obligé de prendre des mesures très sévères, parce que sans cela le département de Maine-et-Loire était abîmé. Voilà encore les suites du veto.
...re du département du Morbihan au comité de législation.) (L'Assemblée renvoie la demande du directoire du département du Morbihan au comité de législation.)
...ant la lecture deslettres : 6° Pétition de plusieurs citoyens du département de la Mayenne, qui sollicitent dans leur a... M. le secrétaire, continuant la lecture deslettres : 6° Pétition de plusieurs citoyens du département de la Mayenne, qui sollicitent dans leur arrondissement une augmentation du nombre des notaires.
Deux députés extraordinaires de la république de Mulhausen sont introduits à la barre. Deux députés extraordinaires de la république de Mulhausen sont introduits à la barre.
(Les députés de la république de Mulhausen font lecture d'un mémoire dont l'objet est d'obtenir la ratification de la convention commerciale (3) tendant à assimiler le commerce de Mulhausen au commerce de France, moyennant un abonnement de 20,000 livres.) M. le Président, répondant aux députés de la (1) Voy .Archives parlementaires, lr...
... du 5 janvier 1792, page 92, le rapport de M. Caminet.
(Les députés de la république de Mulhausen font lecture d'un mémoire dont l'objet est d'obtenir la ratification de la convention commerciale (3) tendant à assimiler le commerce de Mulhausen au commerce de France, moyennant un abonnement de 20,000 livres.) M. le Président, répondant aux députés de la (1) Voy .Archives parlementaires, lr* série, t. XXXVII, séance du 5 janvier 1792, page 92, le rapport de M. Caminet.
...ciale insérée en entier dans le rapport de M. Caminet. ...s, lro série, t. XXXVH, séance du 5 janvier 1792, p. 93, cette convention commerciale insérée en entier dans le rapport de M. Caminet.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 424
Locuteur: Caminet
république de Mulhausen. Messieurs, la république de Mulhausen semblait être placée au milieu de celle de nos provinces où la féodalité pesait da...
... présager le règne ae la liberté. Avant de l'avoir conquise, nous respections, nou...
...ons comme vous, nous nous ferons gloire de donner à l'Europe entière l'exemple de la parfaite égalité politique, de la justice universelle, de la fraternité qui doivent lier tous les...
...a plus scrupuleuse attention, les bases de la ratification qui lui est proposée pa...
république de Mulhausen. Messieurs, la république de Mulhausen semblait être placée au milieu de celle de nos provinces où la féodalité pesait davantage pour nous présager le règne ae la liberté. Avant de l'avoir conquise, nous respections, nous regardions vos droits avec envie. Aujourd'hui que nous les possédons comme vous, nous nous ferons gloire de donner à l'Europe entière l'exemple de la parfaite égalité politique, de la justice universelle, de la fraternité qui doivent lier tous les peuples libres. Aucun langage d'intérêt ne troumera cette harmonie. L'Assemblée nationale examinera, avec la plus scrupuleuse attention, les bases de la ratification qui lui est proposée par le roi. Elle vous invite à sa séance. (Applaudissements,,)y
Locuteur: Caminet
...e que pressante que soit la réclamation de messieurs de la république de Mulhausen, il est un intérêt qui ne doi...
... cher à ceux qui veillent sur tous ceux de l'Empire, c'est de conserver au commerce de France toute sa liberté. Déjà plusieurs...
...s à la semaine qui suivra la discussion de cet objet, afin que, si quelques manufa...
Un membre : Quelle que pressante que soit la réclamation de messieurs de la république de Mulhausen, il est un intérêt qui ne doit pas être moins cher à ceux qui veillent sur tous ceux de l'Empire, c'est de conserver au commerce de France toute sa liberté. Déjà plusieurs manufactures se sont expliquées et ont présenté des observations. Je demande que l'on renvoie non pas à la semaine prochaine, mais à la semaine qui suivra la discussion de cet objet, afin que, si quelques manufactures plus éloignées ont encore quelques observations à faire, elles puissent l...
Locuteur: Caminet
...ssemblée renvoie le mémoire des députés de la république de Mulhausen aux comités diplomatique et de commerce réunis.) (L'Assemblée renvoie le mémoire des députés de la république de Mulhausen aux comités diplomatique et de commerce réunis.)
Locuteur: Calon
, au nom des commissaires-inspecteurs de la salle. Messieurs, je dois vous dénoncer un fait qui intéresse la dignité de l'Assemblée. Avant que votre séance commençât, la garde de l'Assemblée a été forcée par le public, qui s'est emparé de la tribune à billets qui est en face de M. le Président. C'est la première fois...
...ssi indécente. (Des huées et des éclats de rires partent des tribunes.) A l'Assemb...
, au nom des commissaires-inspecteurs de la salle. Messieurs, je dois vous dénoncer un fait qui intéresse la dignité de l'Assemblée. Avant que votre séance commençât, la garde de l'Assemblée a été forcée par le public, qui s'est emparé de la tribune à billets qui est en face de M. le Président. C'est la première fois que les Parisiens se permettent une violence aussi indécente. (Des huées et des éclats de rires partent des tribunes.) A l'Assemblée nationale appartient le droit d'établir l'ordre et la police dans la salle. ...
Locuteur: Rouyer
...ec la même énergie que lorsqu'il s'agit de protéger ses droits. On doit le défendr... Il faut savoir réprimer les excès du peuple avec la même énergie que lorsqu'il s'agit de protéger ses droits. On doit le défendre et non pas le HaXter.(Applaudissements.) Tous ceux qui ont forcé la garde ont ...
Locuteur: Rouyer
...u'elle devienne plus grave. Paris jouit de l'avantage d'occuper journellement deux... ...nfraction au respect qui vous est dû, doit être réprimée si vous ne voulez pas qu'elle devienne plus grave. Paris jouit de l'avantage d'occuper journellement deux tribunes, et les autres, il les envahit souvent par les billets que les membres...
Locuteur: Rouyer
Voix dans les tribunes : Plus de billets I plus de billets! Voix dans les tribunes : Plus de billets I plus de billets!
Locuteur: Le Président
...unes qui ont interrompu l'opinant et je de- Je rappelle à l'ordre les tribunes qui ont interrompu l'opinant et je de-
Locuteur: Le Président
...ue l'on doit au peuple dans la personne de ses représentants. mande que tout le monde reste dans le plus profond respect que l'on doit au peuple dans la personne de ses représentants.
Locuteur: Rouyer
Je dis, Messieurs, que le peuple de Paris a constamment deux tribunes à son...
... quand il lui plaît ; il n'a donc point motifs pour s'emparer des autres tribun...
...oit se réserver expressément la faculté de faire venir avec des billets, à ses séa...
... pour leurs affaires et qui, comme ceux de Paris, ont le droit d'assister aux séances de leurs représentants. Or, cela ne pourra...
...un pareil exemple pendant tout le cours de l'Assemblée constituante et nous ne l'avons pas vu nous-mêmes depuis l'ouverture de nos séances. Je demande, en me résumant, que les commissaires de la salle soient charges de prendre des mesures, pour que ce désord...
Je dis, Messieurs, que le peuple de Paris a constamment deux tribunes à son service ; il vient à nos séances quand il lui plaît ; il n'a donc point motifs pour s'emparer des autres tribunes. L'Assemblée doit se réserver expressément la faculté de faire venir avec des billets, à ses séances, les citoyens des départements qui sont à Paris pour leurs affaires et qui, comme ceux de Paris, ont le droit d'assister aux séances de leurs représentants. Or, cela ne pourrait être, si les consignes étaient forcées comme aujourd'hui. On n'a jamais vu un pareil exemple pendant tout le cours de l'Assemblée constituante et nous ne l'avons pas vu nous-mêmes depuis l'ouverture de nos séances. Je demande, en me résumant, que les commissaires de la salle soient charges de prendre des mesures, pour que ce désordre n'arrive pas une seconde fois.
Locuteur: Rouyer
(L'Assemblée décrète la motion de M. Rouyer.) (L'Assemblée décrète la motion de M. Rouyer.)
Locuteur: Aubert-Dubayet
...ontraire à la dignité des représentants de toute la nation française de céder à de vains tumultes. Non, Messieurs, vous ne... Je suis intimement convaincu que, dans un moment comme celui-ci, il serait contraire à la dignité des représentants de toute la nation française de céder à de vains tumultes. Non, Messieurs, vous ne devez point vous former en comité général. (Bruit.)
Locuteur: Aubert-Dubayet
...vé, que la discussion des représentants de la nation soit troublée aussi longtemps...
... y avoir certainement aussi des ennemis de la patrie, et si les patriotes sont en ...
... continue, c'est qu'il existe un projet de manquer au respect dû aux représentants de la nation, et, comme ce projet est très...
Il est inconcevable, et cela n'est jamais arrivé, que la discussion des représentants de la nation soit troublée aussi longtemps par des murmures. Parmi les citoyens qui sont dans les tribunes, il y a des patriotes ardents, mais il doit y avoir certainement aussi des ennemis de la patrie, et si les patriotes sont en force ils se tairont et imposeront silence aux autres. Mais si le tumulte continue, c'est qu'il existe un projet de manquer au respect dû aux représentants de la nation, et, comme ce projet est très condamnable, nous verrons alors quelles mesures nous aurons à prendre. Pour le ...
Locuteur: Thuriot
...r, et l'Assemblée n'a point à s'occuper de ces objets. S'il se paîsse quelque chose d'extraordinaire, les commissaires de la salle doivent vous en rendre compte. Vous devez faire donner au commandant de la gardé les ordres nécessaires, il ne ... ... vous à donner des ordres pour que l'on observe ici la loi que l'on doit observer, et l'Assemblée n'a point à s'occuper de ces objets. S'il se paîsse quelque chose d'extraordinaire, les commissaires de la salle doivent vous en rendre compte. Vous devez faire donner au commandant de la gardé les ordres nécessaires, il ne faut pas que l'on discute plus longtemps.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 425
Locuteur: Le Président
M. Deleutre, orateur de la députation : Messieurs, si je n'étai...
...ignonnais, et particulièrement ae celui de la municipalité actuelle de cette ville infortunée, si j'avais pu douter de leur attachement inviolable à la Constitution, je n'aurais pas l'honneur de paraître devant vous avec plusieurs de mes compatriotes, et sous le titre de leurs députés extraordinaires. Jugez, Messieurs, de notre affliction en apprenant aujourd'h...
...oi, qui ont écrit le 16 janvier dernier de la manière la plus flatteuse sur le com...
...n, lès accusent, dans une lettre du 1er de ce mois, d'aristocratie, de contre-révolution. De quel crime la municipalité a-t-elle pu ...
...é MM. les commissaires au roi à changer de langage? Je ne puis imaginer l'un, et j...
... mais je supplierai 1 auguste Assemblée de suspendre son jugement dans une affaire...
...ée des voiles ténébreux au mensonge, et de permettre qu'une municipalité, qu'on dit suspendue on ne sait pourquoi, ait le temps de fournir ses défenses. La lettre que je suis expressément chargé de présenter à l'Assemblée nationale est d...
...ettre exprime les véritables sentiments de la commune d'Avignon. Je supplie M. le Président de vouloir bien en ordonner la lecture, ainsi que de celle du 14 janvier, qui n'a pas été co...
M. Deleutre, orateur de la députation : Messieurs, si je n'étais entièrement convaincu du patriotisme des Avignonnais, et particulièrement ae celui de la municipalité actuelle de cette ville infortunée, si j'avais pu douter de leur attachement inviolable à la Constitution, je n'aurais pas l'honneur de paraître devant vous avec plusieurs de mes compatriotes, et sous le titre de leurs députés extraordinaires. Jugez, Messieurs, de notre affliction en apprenant aujourd'hui que MM. les commissaires du roi, qui ont écrit le 16 janvier dernier de la manière la plus flatteuse sur le compte des officiers municipaux d'Avignon, lès accusent, dans une lettre du 1er de ce mois, d'aristocratie, de contre-révolution. De quel crime la municipalité a-t-elle pu se rendre coupable dans un si court intervalle ? ou quel grand intérêt a forcé MM. les commissaires au roi à changer de langage? Je ne puis imaginer l'un, et je ne me permettrai pas d'approfondir l'autre ; mais je supplierai 1 auguste Assemblée de suspendre son jugement dans une affaire dont la connaissance ne lui est jamais parvenue qu'enveloppée des voiles ténébreux au mensonge, et de permettre qu'une municipalité, qu'on dit suspendue on ne sait pourquoi, ait le temps de fournir ses défenses. La lettre que je suis expressément chargé de présenter à l'Assemblée nationale est du 3 février. Les instructions dont elle était accompagnée n'annonçaient aucune division entre la municipalité et les commissaires .du roi,; "cette lettre exprime les véritables sentiments de la commune d'Avignon. Je supplie M. le Président de vouloir bien en ordonner la lecture, ainsi que de celle du 14 janvier, qui n'a pas été communiquée à l'Assemblée nationale.
Locuteur: Aubert-Dubayet
...e des imposteurs coupables et complices de tous les maux que les citoyens ont souffert, ont osé articuler dans la tribune de l'Assemblée nationale : elle vous a transmis l'expression de la reconnaissance que vos bienfaits ont...
...ue vous avez adoptés; elle vous a parlé de l'amour des Avignonnais pour la Constitution qu'ils ont juré de défendre et de maintenir au prix de leur sang. Il vous appartient; .vos déc...
...cé les brigands qui en étaient altérés, de cesser d'en teindre les murs d'une vill...
« Législateurs, la municipalité d'Avignon a démenti les calomnies que des imposteurs coupables et complices de tous les maux que les citoyens ont souffert, ont osé articuler dans la tribune de l'Assemblée nationale : elle vous a transmis l'expression de la reconnaissance que vos bienfaits ont justement excitée dans l'âme des nouveaux enfants que vous avez adoptés; elle vous a parlé de l'amour des Avignonnais pour la Constitution qu'ils ont juré de défendre et de maintenir au prix de leur sang. Il vous appartient; .vos décrets, ont forcé les brigands qui en étaient altérés, de cesser d'en teindre les murs d'une ville qu'ils ont désolée si longtemps. »
Locuteur: Aubert-Dubayet
...depuis Si longtemps, font mouvoir, tant de ressorts, pour surprendre votre religio...
...blisse leur empire formé Sur les débris de notre existence et de nos propriétés? Nous sommes Français, nous voulons l'être; nous aimons la Constitution, nous la maintiendrons ; mais, législat...
...r eux? Faut-il en accuser les ennemis qui nous ont si cruellement désolés, qui, depuis Si longtemps, font mouvoir, tant de ressorts, pour surprendre votre religion, et vous arracher un décret qui rétablisse leur empire formé Sur les débris de notre existence et de nos propriétés? Nous sommes Français, nous voulons l'être; nous aimons la Constitution, nous la maintiendrons ; mais, législateurs, nous demandons à en jouir.
Locuteur: Aubert-Dubayet
...nos municipalités formées, et des juges de paix nommés dans quelques cantons. Nous...
...s-nous en'jouir? Nouveaux enfants ae la Constitution, pourquoi ne participons-nous pas encor...
...que nous ne sommes pas encore au niveau de la Révolution. Nous ne soupirons tous qu'après le bonheur de jouir des autorités constituées, afin de convaincre la France entière de notre respect infini pour elles. Tous les Avignonnais sont au niveau de la Constitution, et nous répétons ici le cri de leurs cœurs en vous priant d'ordonner q...
...isation provisoire. Nous vous écrivons le 3 février, et nous n'avons encore que nos municipalités formées, et des juges de paix nommés dans quelques cantons. Nous n'accusons personne; mais pourquoi serions-nous privés plus longtemps des admin...
...ravé dans tous les cœurs. Un district, un tribunal nous sont promis, quand devons-nous en'jouir? Nouveaux enfants ae la Constitution, pourquoi ne participons-nous pas encore aux oienfaits qu'elle assure à tous les Français? La malveillance seule objectera que nous ne sommes pas encore au niveau de la Révolution. Nous ne soupirons tous qu'après le bonheur de jouir des autorités constituées, afin de convaincre la France entière de notre respect infini pour elles. Tous les Avignonnais sont au niveau de la Constitution, et nous répétons ici le cri de leurs cœurs en vous priant d'ordonner qu'ils jouissent incessamment des bienfaits qu'elle leur promet, et
Locuteur: Aubert-Dubayet
...béir comme à la loi qu'ils sont chargés de faire exécuter; comme à la Constitution qui les a créés. ...ns retard tous les pouvoirs qui oivent les gouverner, et auxquels ils jurent d'obéir comme à la loi qu'ils sont chargés de faire exécuter; comme à la Constitution qui les a créés.
Locuteur: Le Président
...sieurs, le peuple français, en adoptant de nouveaux frères, a eu à essuyer beaucoup de larmes avant de jouir de la douceur d'avoir brisé des fers pesants ae tout le, poids de l'aristocratie sacerdotale. L'Assemblée va porter tous ses soins à répandre au milieu de vous les douceurs de la sainte égalité et toutes les consolations que vous pouvez attendre de notre Constitution ; elfe aurait voulu d'abord n'avoir pas à s'armer du glaive de la loi. Elle désire ardemment étouffer le souvenir de tant de malheurs. Elle a attaché toute son atte...
...e importante affaire, elle s'empressera de consolider l'organisation constitutionnelle d'où vous devez attendre la paix que no...
répondant aux pétitionnaires. Messieurs, le peuple français, en adoptant de nouveaux frères, a eu à essuyer beaucoup de larmes avant de jouir de la douceur d'avoir brisé des fers pesants ae tout le, poids de l'aristocratie sacerdotale. L'Assemblée va porter tous ses soins à répandre au milieu de vous les douceurs de la sainte égalité et toutes les consolations que vous pouvez attendre de notre Constitution ; elfe aurait voulu d'abord n'avoir pas à s'armer du glaive de la loi. Elle désire ardemment étouffer le souvenir de tant de malheurs. Elle a attaché toute son attention à cette importante affaire, elle s'empressera de consolider l'organisation constitutionnelle d'où vous devez attendre la paix que nous désirons aussi vivement que vous. L'Assèm-blée nationale vous invite à sa séa...
Locuteur: Le Président
Avant de donner la parole aux députés extraordin...
...ionale. Je demande que tous les membres de l'Assemblée se tiennent dans le calme et la dignité qui conviennent aux représentants de la nation, en imposent aux factieux et ...
Avant de donner la parole aux députés extraordinaires qui sont à la barre, je préviens l'Assemblée que j ai dans les mains, par le règlement, des moyens suffisants pour faire respecter l'Assemblée nationale. Je demande que tous les membres de l'Assemblée se tiennent dans le calme et la dignité qui conviennent aux représentants de la nation, en imposent aux factieux et comptent sur les patriotes qui les respecteront les premiers.
Locuteur: Aubert-Dubayet
, secrétaire, donne lecture de cette lettre qui est ainsi conçue : , secrétaire, donne lecture de cette lettre qui est ainsi conçue :
Locuteur: Aubert-Dubayet
M. deleutre, orateur de la députation, continuant son discours ... M. deleutre, orateur de la députation, continuant son discours :
Locuteur: Aubert-Dubayet
...coupable qui a dérobé aux représentants de la nation la connaissance des sentiment... ...onnaissance» Qui devons-nous accuser? Nous ne le savons pas encore. Quel est le coupable qui a dérobé aux représentants de la nation la connaissance des sentiments dont les Avi-
Locuteur: Bréard
...rapporteur des comités des pétitions et de surveillance réunis a la parole sur les...
...eurs, les députés d'Avignon se plaindre de ce qu'une lettre de la municipalité n'a *pas été lue a l'Assemblée. J'ai l'honneur de vous observer que j'ignore si cette let...
...je suis actuellement nanti d'une lettre de MM.Jes commissaires civils à Avignon, q...
...uisition,, et qu'ils se sont vus forcés de la suspendre de ses fonctions. v
, rapporteur des comités des pétitions et de surveillance réunis a la parole sur les troubles d'Avignon. Je viens d'entendre, Messieurs, les députés d'Avignon se plaindre de ce qu'une lettre de la municipalité n'a *pas été lue a l'Assemblée. J'ai l'honneur de vous observer que j'ignore si cette lettre a été lue à l'Assemblée oui ou non, mais que ie l'ai parmi les pièces qui, m...
...du compte dans mon rapport à l'Assemblée. Je dois dire encore à l'Assemblée que je suis actuellement nanti d'une lettre de MM.Jes commissaires civils à Avignon, qui annoncent que cette même municipalité srest refusée d'obtempérer à leur réquisition,, et qu'ils se sont vus forcés de la suspendre de ses fonctions. v

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 426
Locuteur: Bréard
...us sentirez aussi combien il est urgent de remédier aux maux déjà arrivés, et de prévenir, par des mesures sages, grande...
...coups que l'on se prépare à porter à la Constitution et à la liberté.
... les véritables sources des calamités dont nous vous avons tracé le tableau ; vous sentirez aussi combien il est urgent de remédier aux maux déjà arrivés, et de prévenir, par des mesures sages, grandes et vigoureuses, les nouveaux coups que l'on se prépare à porter à la Constitution et à la liberté.
Locuteur: Bréard
Les prêtres non assermentés et factieux de divers départements se sont réunis à Av...
...ils déclament continuellement contre la Constitution ; ils fomentent le trouble, et prêchent...
Les prêtres non assermentés et factieux de divers départements se sont réunis à Avignon et dans le Comtat* aux prêtres italiens; ils déclament continuellement contre la Constitution ; ils fomentent le trouble, et prêchent la révolte. Les ecclésiastiques fonctionnaires publics sont sans ressource et s...
Locuteur: Fauchet
du jour de ce soir la continuation du rapport sur ...
... prêt à le finir, et comme les affaires de ce malheureux pays sont très urgentes, ...
du jour de ce soir la continuation du rapport sur les troubles d'Avignon. M. Bréard est prêt à le finir, et comme les affaires de ce malheureux pays sont très urgentes, ie demande que la parole lui soit accordée sur-le-champ.(Oui! oui!)
Locuteur: Mathieu Dumas
...nce. M. le Président m'a remis la liste de l'ordre du jour; je n'y vois point l'af... , vice-président qui préside la séance. M. le Président m'a remis la liste de l'ordre du jour; je n'y vois point l'affaire d'Avignon.
Locuteur: Vergniaud
...ue M. Bréard lira sur-le-champ la suite de son rapport sur les troubles d'Avigndn.... (L'Assemblée décide que M. Bréard lira sur-le-champ la suite de son rapport sur les troubles d'Avigndn.)
Locuteur: Vergniaud
...ltent, leur inspirent souvent une sorte de crainte, dont ils ne sont pas toujours les maîtres. Animé du désir d'être utile à tant de braves gens armés pour la défense de notre liberté, j'ai pensé que rien ne serait plus important que de leur faire présent d'une arme sûre dont... ...u, si dangereuses pour ceux qui les portent, par les funestes effets qui en résultent, leur inspirent souvent une sorte de crainte, dont ils ne sont pas toujours les maîtres. Animé du désir d'être utile à tant de braves gens armés pour la défense de notre liberté, j'ai pensé que rien ne serait plus important que de leur faire présent d'une arme sûre dont ils n'auraient point à redouter les effets dans leurs différents exercices.
Locuteur: Vergniaud
...me pour sa sûreté a encore cet avantage de pouvoir être facilement appliquée à tou...
...esse d'en faire hommage à la nation, et de la déposer au milieu de cette auguste Assemblée.
...er une qui me paraît avoir ce précieux avantage. La mécanique adaptée à cette arme pour sa sûreté a encore cet avantage de pouvoir être facilement appliquée à tous les fusils qui sont déjà fabriqués. Je m'empresse d'en faire hommage à la nation, et de la déposer au milieu de cette auguste Assemblée.
Locuteur: Vergniaud
...is que je respire à chercher les moyens de perfectionner les arts auxquels je m'ap...
...eux volontaires, armés pour le maintien de l'ordre et pour la défense de la patrie. (Applaudissements.)
Occupé depuis que je respire à chercher les moyens de perfectionner les arts auxquels je m'applique, mes vœux seront comblés, si ce fusil est adopté, et si par là je préviens les malheurs qui n'arrivent que trop souvent à ces courageux volontaires, armés pour le maintien de l'ordre et pour la défense de la patrie. (Applaudissements.)
Locuteur: Le Président
...s armes qui doivent servir à la défense de la patrie ; élle vous invite à sa séanc... ...'Assemblée nationale voit avec intérêt votre zèle s'appliquer à perfectionner les armes qui doivent servir à la défense de la patrie ; élle vous invite à sa séance.
Locuteur: Le Président
...mande qu'il soit fait mention honorable de cet hommage et que l'objet en soit renv... Un membre : Je demande qu'il soit fait mention honorable de cet hommage et que l'objet en soit renvoyé au comité militaire.
Locuteur: Le Président
...fait mention honorable au procès-verbal de l'hommage de M. Legros et renvoie son invention à l'... (L'Assemblée décrète qu'il sera fait mention honorable au procès-verbal de l'hommage de M. Legros et renvoie son invention à l'examen du comité militaire.)
Locuteur: Bréard
, au nom des comités des pétitions et de surveillance réunis, lit la suite de son rapport sur les troubles d'Avignon (1), et présente e projet de décret qui en est la conséquence; il s'... , au nom des comités des pétitions et de surveillance réunis, lit la suite de son rapport sur les troubles d'Avignon (1), et présente e projet de décret qui en est la conséquence; il s'exprime ainsi :
Locuteur: Bréard
... le ci-devant Comtat, j'ai eu l'honneur de vous dire que le ministre de l'intérieur m'avait remis à 3 neures des dépêches qui venaient de lui être apportées par un courrier extr...
...aits importants, qu'il était nécessaire de vous mettre sous les yeux avant de vous proposer le projet de décret, auquel je prévoyais indispensable de faire quelques changements. Vous avez b...
choses à Avignon et dans le ci-devant Comtat, j'ai eu l'honneur de vous dire que le ministre de l'intérieur m'avait remis à 3 neures des dépêches qui venaient de lui être apportées par un courrier extraordinaire, que lui avaient expédié les commissaires civils. Je vous ai observé qu'en les parcourant rapidement, elles m'avaient pafu contenir des faits importants, qu'il était nécessaire de vous mettre sous les yeux avant de vous proposer le projet de décret, auquel je prévoyais indispensable de faire quelques changements. Vous avez bien voulu accueillir mes observations et en ajourner la lecture à ce soir. • " i...
Locuteur: Bréard
...commissaires craignent que les citoyens de Marseille et de quelques autres villes, qu on leur anno...
...éjà à 25,000 hommes, ne tentent un coup de main pour délivrer les prisonniers déte...
...t été induits à erreur par déclamations de leurs partisans émigrés dernièrement. L...
Nous voyons, par ces dépêches, que les commissaires craignent que les citoyens de Marseille et de quelques autres villes, qu on leur annonce avoir formé un rassemblement que l'on évalue déjà à 25,000 hommes, ne tentent un coup de main pour délivrer les prisonniers détenus à Avignon, sur le sort desquels ils ont été induits à erreur par déclamations de leurs partisans émigrés dernièrement. Les commissaires observent qu'il leur est personnellement indifférent que les pri...
Locuteur: Bréard
... ont refroidi le zèle d'un grand nombre de citoyens bien intentionnés; ils servent de prétexte aux aristocrates fugitifs, qui...
...mmes faibles et s'emparer des places et de l'autorité. Réunis en grand nombre depu...
... le patriote avec l'assassin, le soldat de la liberté avec le brigand ; ils ont profité de la haine qui divise les patriotes^ pour...
...tes les opérations, et déjà ils abusent de leur triomphe, il existe cependant encore un grand nombre de citoyens bien intentionnés, qui ont eu ...
...t public est bien changé à Avignon. Les crimes qui s'y sont commis le 16 octobre ont refroidi le zèle d'un grand nombre de citoyens bien intentionnés; ils servent de prétexte aux aristocrates fugitifs, qui, le 10 juin, après avoir tiré sur le peuple, étaient émigrés pour se soustraire à sa vengeance, pour séduire les hommes faibles et s'emparer des places et de l'autorité. Réunis en grand nombre depuis l'arrivée des commissaires et des troupes, ils sont parvenus à faire confondre l'innocent avec le coupable, le patriote avec l'assassin, le soldat de la liberté avec le brigand ; ils ont profité de la haine qui divise les patriotes^ pour les perdre les uns par les autres ; en plaçant leurs créatures dans les municipalités, ils sont parvenus à en diriger à leur gré toutes les opérations, et déjà ils abusent de leur triomphe, il existe cependant encore un grand nombre de citoyens bien intentionnés, qui ont eu le bon esprit d'apercevoir et d'éviter les pièges qui leur ont été tendus ; et l...
...exposé ce que vos comités connaissaient de l'état des (1) Voy. ci-dessus, séance d...
...soir, page 328, la 1" partie du rapport de M. Rréard.
Messieurs, jeudi au soir, après avoir exposé ce que vos comités connaissaient de l'état des (1) Voy. ci-dessus, séance du jeudi 9 févier 1792, au soir, page 328, la 1" partie du rapport de M. Rréard.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 427
Locuteur: Bréard
Le vicaire général constitutionnel a aussi nommé un pasteur : il s'est for...
...dérable, composé pour la majeure partie de femmes, pour empêcher son installation ; les commissaires, au moyen de la force publique, ont dissipé cet attr...
Le vicaire général constitutionnel a aussi nommé un pasteur : il s'est formé un rassemblement considérable, composé pour la majeure partie de femmes, pour empêcher son installation ; les commissaires, au moyen de la force publique, ont dissipé cet attroupement, qu'ils regardent comme un essai que l'on a voulu faire pour connaître ...
Locuteur: Bréard
...œuvres des prêtres séditieux et ennemis de notre Constitution, contribuent beaucoup à entretenir dans...
...ue le clergé des districts d'Avignon et de Carpentras soit promptement organisé et...
...ion des évêques des Bouches-du-Rhône et de la Drôme ; que tous les ecclésiastiques soient tenus de prêter le serment prescrit par les lois...
...ts et pensions conformément aux décrets de l'Assemblée nationale.
...es d'illuminations pendant deux jours. Les coln-missairesj persuadés que les manœuvres des prêtres séditieux et ennemis de notre Constitution, contribuent beaucoup à entretenir dans tout le pays le désordre et 1 anarchie, demandent que le clergé des districts d'Avignon et de Carpentras soit promptement organisé et mis sous la direction des évêques des Bouches-du-Rhône et de la Drôme ; que tous les ecclésiastiques soient tenus de prêter le serment prescrit par les lois, et qu'il soit promptement pourvu à leurs traitements et pensions conformément aux décrets de l'Assemblée nationale.
Locuteur: Bréard
...mployer tout leur zèle pour le maintien de la Constitution et du respect dû aux lois ; ils compten...
...le courage et la fidélité des habitants de la campagne, qui assez généralement son...
...nt trompés et maîtrisés par les ennemis de la Révolution. Quoique le nombre des pa...
...à rétablir l'opinion publique en faveur de la liberté, à faire échouer les projets des partisans de lacOur de Rome, et à anéantir totalement leurs co...
...ent principalement à ce moyen le retour de l'ordre et ae la tranquillité publique.
...uisitions et leurs ordres seront exécutés : ils promettent dans tous les cas d'employer tout leur zèle pour le maintien de la Constitution et du respect dû aux lois ; ils comptent encore beaucoup sur le courage et la fidélité des habitants de la campagne, qui assez généralement sont bien intentionnés, mais qui, depuis qu'ils ont perdu leurs chefs sont aisement trompés et maîtrisés par les ennemis de la Révolution. Quoique le nombre des patriotes soit considérablement diminué par les émigrations, les commissaires espèrent qu'ils parviendront, s'ils sont protégés et soutenus, à rétablir l'opinion publique en faveur de la liberté, à faire échouer les projets des partisans de lacOur de Rome, et à anéantir totalement leurs coupables espérances. Ils sollicitent vivement l'envoi prompt ae secours pécuniaires pour adoucir la misère qui est à son comble dans ce malheureux pays, et ils attachent principalement à ce moyen le retour de l'ordre et ae la tranquillité publique.
Locuteur: Bréard
...ts nationaux pour servir provisoirement de logement aux ecclésiastiques fonctionna...
...argé la municipalité nouvellement élue, de faire en conséquence loger les curés constitutionnels : un déni formel a été la réponse, les commissaires ont écrit de nouveau à la municipalité pour lui rapp...
La précédente municipalité avait désigné des bâtiments nationaux pour servir provisoirement de logement aux ecclésiastiques fonctionnaires publics; les commissaires ont chargé la municipalité nouvellement élue, de faire en conséquence loger les curés constitutionnels : un déni formel a été la réponse, les commissaires ont écrit de nouveau à la municipalité pour lui rappeler les devoirs qui lui sont imposés par la loi, son obligation d'obéir aux ord...
Locuteur: Bréard
...tion ; et les commissaires ont beaucoup de peine à les empêcher de reprendre leurs fonctions et leurs loge...
...temps réside à Villeneuve, s'est permis de nommer à une cure vacante à Avignon : les commissaires sè sont opposés à la prise de possession.
...e la foi du 23 septembre les a remis au même état où ils étaient avant la Révolution ; et les commissaires ont beaucoup de peine à les empêcher de reprendre leurs fonctions et leurs logements. Le ci-devant archevêque, qui depuis longtemps réside à Villeneuve, s'est permis de nommer à une cure vacante à Avignon : les commissaires sè sont opposés à la prise de possession.
Locuteur: Bréard
...icipaux ont assisté en écnarpes. Le but de cette cérémonie était de célébrer l'anniversaire d'un prétendu miracle attribué à une statue très révérée de la Vierge par l'intercession de saint Siphrem. Une pluie abondante avait forcé les Avignonnais qui faisaient le siège de Carpentras à se retirer le jour même ... on y a fait dernièrement une procession solennelle à laquelle les officiers municipaux ont assisté en écnarpes. Le but de cette cérémonie était de célébrer l'anniversaire d'un prétendu miracle attribué à une statue très révérée de la Vierge par l'intercession de saint Siphrem. Une pluie abondante avait forcé les Avignonnais qui faisaient le siège de Carpentras à se retirer le jour même
Locuteur: Bréard
...s; que les assemblées primaires exigent de grands soins de leur part, vu la profonde ignorance ,de...
...r quelques communes à émettre en faveur de Rome un vœu contraire à celui de la majorité ; ils se plaignent de ce que l'on veut leur retirer les troupes de ligne, et principalement les hussards, ...
... que si cela a lieu, ils seront obligés de se retirer eux-mêmes.
§ alités sont formées provisoirement, et les juges e paix nommés; que les assemblées primaires exigent de grands soins de leur part, vu la profonde ignorance ,des habitants, et les coalitions des malintentionnés qui ont conçu le projet d'accaparer toutes les places, et réussi à décider quelques communes à émettre en faveur de Rome un vœu contraire à celui de la majorité ; ils se plaignent de ce que l'on veut leur retirer les troupes de ligne, et principalement les hussards, et ils disent que si cela a lieu, ils seront obligés de se retirer eux-mêmes.
Locuteur: Bréard
...autorité est méconnue ; que le régiment de la Marck, en particulier, s'est si mal ...
...faire sortir une partie d'Avignon, afin de diminuer son influence, dangereuse pour...
...tres nous apprennent que les commissaires ne se croient pas en sûreté; que leur autorité est méconnue ; que le régiment de la Marck, en particulier, s'est si mal conduit, qu'ils ont été obligés d'en faire sortir une partie d'Avignon, afin de diminuer son influence, dangereuse pour les autres troupes. Les officiers gagnés par les dîners et séduits par les femm...
Locuteur: Bréard
...qui les avait portés à l'administration de la commune, ont fait un nouveau refus e... ...ute par les chanoines et les prêtres non assermentés, et subjugués par le parti qui les avait portés à l'administration de la commune, ont fait un nouveau refus et un appel au roi.
Locuteur: Bréard
...s commissaires ont cru devoir suspendre de leurs fonctions ces officiers municipaux, afin de prévenir les maux que pourrait occasion...
...i elle restait impunie. La municipalité de la petite ville de L'Isle-sur-Sorgue s'est aussi mise dans le cas de la suspension. Les commissaires ajoutent que le même esprit règne dans un grand nombre de corps administratifs, et qu'ils ont la ...
...municipalité d'Arles, celles d'Avignon, de Carpentras, de l iste et de quelques autres communes du Comtat, qui...
...hors du royaume, et les malintentionnés de l'intérieur.
Les commissaires ont cru devoir suspendre de leurs fonctions ces officiers municipaux, afin de prévenir les maux que pourrait occasionner l'exemple d'une insubordination aussi bien caractérisée, si elle restait impunie. La municipalité de la petite ville de L'Isle-sur-Sorgue s'est aussi mise dans le cas de la suspension. Les commissaires ajoutent que le même esprit règne dans un grand nombre de corps administratifs, et qu'ils ont la preuve qu'il s'est formé une coalition secrète entre la municipalité d'Arles, celles d'Avignon, de Carpentras, de l iste et de quelques autres communes du Comtat, qui ont toutes des relations avec les émigrés. hors du royaume, et les malintentionnés de l'intérieur.
Locuteur: Bréard
Beaucoup de gens ont une conduite douteuse ; le peuple acquiert de fausses idées; le fanatisme et l'incivi...
... des municipalités, font tous lés jours de nouveaux progrès, et gangrènent les esp...
...ntz; on aperçoit une impatience marquée de la surveillance active que les commissa...
Beaucoup de gens ont une conduite douteuse ; le peuple acquiert de fausses idées; le fanatisme et l'incivisme, enhardis par l'insouciance, la faiblesse ou la complaisance coupable des municipalités, font tous lés jours de nouveaux progrès, et gangrènent les esprits et les cœurs. Des magistrats ont leurs enfants à Coblentz; on aperçoit une impatience marquée de la surveillance active que les commissaires exercent à l'égard des prêtres fanatisant le peuple, et qui sont ouvertemen...

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 428
Locuteur: Bréard
...ans l'arsenal d'Avignon quarante pièces de canon de bronze de différents calibres et en mauvais état; les commissaires pensent qn'il serait important de les envoyer à la fonte, et qu'elles pou...
...nsportées jusqu'à Montpellier, à raison de 20 sols au cent pesant. Ils disent enfi...
...u une pétition signée d'un grand nombre de citoyens, qui demandent à former un bataillon de gardes nationales pour voler à la défen...
...llir favorablement les déèirs et Toffre de ces patriotes zélés à la Constitution, ce bataillon sera bientôt au complet.
Il existe aussi dans l'arsenal d'Avignon quarante pièces de canon de bronze de différents calibres et en mauvais état; les commissaires pensent qn'il serait important de les envoyer à la fonte, et qu'elles pourraient être transportées jusqu'à Montpellier, à raison de 20 sols au cent pesant. Ils disent enfin qu'ils ont reçu une pétition signée d'un grand nombre de citoyens, qui demandent à former un bataillon de gardes nationales pour voler à la défense des frontières ; et que si l'Assemblée veut accueillir favorablement les déèirs et Toffre de ces patriotes zélés à la Constitution, ce bataillon sera bientôt au complet.
Locuteur: Bréard
...s invoquer en leur faveur les bienfaits de notre Constitution, lorsqu'ils font tous leurs efforts pou...
...lle permet à tous les citoyens d'aller, de venir, de dire et de faire tout ce qui leur plaît; mais ils ...
...ésormais devant elles ; sans cela, plus de bonheur, plus de liberté, la honte et des fers, voilà qu...
tieux, prétendraient-ils invoquer en leur faveur les bienfaits de notre Constitution, lorsqu'ils font tous leurs efforts pour la renverser ? Ils osent bien vous dire qu'elle permet à tous les citoyens d'aller, de venir, de dire et de faire tout ce qui leur plaît; mais ils ne veulent pas savoir que cette liberté a des bornes que l'on ne peut outrepasse...
... lois sont méprisées : le salut public exige impérieusement que tout fléchisse désormais devant elles ; sans cela, plus de bonheur, plus de liberté, la honte et des fers, voilà quel sera notre partage.
Locuteur: Bréard
... Messieurs, qu'il devient indispensable de renouveler en entier toutes les élections faites dans les districts d'Avignon et de Carpentras, de poursuivre la punition de tous les corps et de tous les individus qui désobéissent à la loi, refusent de reconnaître les autorités constitutionnelles, et fomentent le trouble -ou excitent, ...
...Nous croyons aussi qu'il est nécessaire de retirer de ce pays les troupes contre lesquelles il y a des plaintes, soit de la part des commissaires, soit de celle des patriotes qu'elles ont vexés,...
Nous pensons, Messieurs, qu'il devient indispensable de renouveler en entier toutes les élections faites dans les districts d'Avignon et de Carpentras, de poursuivre la punition de tous les corps et de tous les individus qui désobéissent à la loi, refusent de reconnaître les autorités constitutionnelles, et fomentent le trouble -ou excitent, soit par leurs actions soit par leurs discours, les peuples à la révolte. Nous croyons aussi qu'il est nécessaire de retirer de ce pays les troupes contre lesquelles il y a des plaintes, soit de la part des commissaires, soit de celle des patriotes qu'elles ont vexés, et que les officiers qui ont insulté les commissaires doivent être sévèrement p...
Locuteur: Bréard
...éterminé les commissaires du roi à user de mesures rigoureuses pour arrêter, s'il ... nicipaux. Tels sont les motifs qui ont déterminé les commissaires du roi à user de mesures rigoureuses pour arrêter, s'il est possible, le mal dans sa source.
Locuteur: Bréard
Les officiers municipaux de Mourmoiron ont unanimement refusé de prêter le serment civique ; les commiss...
...r élection ; et comme tous les citoyens de cette commune avaient suivi le coupable exemple de leurs magistrats, ils durent nommer deu...
Les officiers municipaux de Mourmoiron ont unanimement refusé de prêter le serment civique ; les commissaires ont annulé leur élection ; et comme tous les citoyens de cette commune avaient suivi le coupable exemple de leurs magistrats, ils durent nommer deux administrateurs provisoires pris dans les lieux lès plus voisins.
Locuteur: Bréard
...ine; ils pensent qu'ils serait à propos de faire démolir, les murs de cette villé et de plusieurs autres ; que cette démolition procurerait de l'ouvrage aux pauvres ouvriers ; et que... ...anons, qu'ils estiment qu'il serait dangereux d'y laisser, vu l'esprit qui y domine; ils pensent qu'ils serait à propos de faire démolir, les murs de cette villé et de plusieurs autres ; que cette démolition procurerait de l'ouvrage aux pauvres ouvriers ; et que le produit des matériaux, plus que suffisant pour leurs salaires, fournirait en...
Locuteur: Bréard
Les faits que nous venons de vous citer, Messieurs, suffisent pour v...
...nes des mesures que nous avions projeté de vous proposer jeudi dernier, et que nou...
Les faits que nous venons de vous citer, Messieurs, suffisent pour vous faire apercevoir quelques-unes des mesures que nous avions projeté de vous proposer jeudi dernier, et que nous regardions alors comme suffisantes, ne pourraient plus convenir dans l'état ac...
Locuteur: Bréard
De longues observations seraient superflues pour vous convaincre de l'urgente nécessité de prendre les moyens les plus prompts et les plus efficaces pour prévenir de grands maux. Il n'est plus permis aè do...
... d'éprouver bientôt toutes les horreurs la guerre, civile.
De longues observations seraient superflues pour vous convaincre de l'urgente nécessité de prendre les moyens les plus prompts et les plus efficaces pour prévenir de grands maux. Il n'est plus permis aè douter que nos départements méridionaux sont menacés d'éprouver bientôt toutes les horreurs la guerre, civile.
Locuteur: Bréard
Hâtez-vous, Messieurs, de détruire le foyer infernal où l'aristoc...
...flammes qui, si on leur laisse recevoir de nouveaux aliments, ne tarderont pas à"a...
Hâtez-vous, Messieurs, de détruire le foyer infernal où l'aristocratie et le fanatisme nourrissent, depuis longtemps, dans le silence, dés flammes qui, si on leur laisse recevoir de nouveaux aliments, ne tarderont pas à"allumer un incendie rapide et général, que le plus pur sang des patriotes ne parv...
Locuteur: Bréard
...nent enfin que qui conque violeles lois de son pays ne>doit plus s'attendre à èn ê...
...société à son tour les répudie et cesse de les compter au nombre de ses membres. Et de quel droit, en effet, et en vertu de quel privilège, des prêtres hypocrites,...
...bre, qui, jusqu'à ce jour, n'a été que trop généreux à leur égard; qu'ils apprennent enfin que qui conque violeles lois de son pays ne>doit plus s'attendre à èn être protégé ; et qUe, puisqu'ils renoncent aux engagements communs à la société, la société à son tour les répudie et cesse de les compter au nombre de ses membres. Et de quel droit, en effet, et en vertu de quel privilège, des prêtres hypocrites, et des hommes vains et fac-
Locuteur: Bréard
...e suffisante pour dissiper toute espèce de rassemblements suspects, et pour imprimer une salutaire terreur aux ennemis de la patrie., . ...l faudra réunir à Avignon, et dans les villes circonvoisines, une force militaire suffisante pour dissiper toute espèce de rassemblements suspects, et pour imprimer une salutaire terreur aux ennemis de la patrie., .
Locuteur: Bréard
...ait le quartier général, il serait aisé de veiller à tout ce qui se passerait dans... ...par sa position, nous parait propre à former un point central d'où, si on y plaçait le quartier général, il serait aisé de veiller à tout ce qui se passerait dans tous les départements environnants et sur les frontières du Midi ; l'histoire n...
Locuteur: Bréard
... des mesures à prendre pour le maintien de la liberté et de la sûreté publique ; ces mesures d'aill...
...comité militaire, qui séra aussi chargé de vous donner son opinion sur les demande...
... troupes, à la formation d'Un bataillon de gardes nationales, de la démolition des murs de Carpentras et de quelques., autres villes, et à l'envoi de 40 canons de bronzé à la fonte. Nous nous bornons donc à vous proposer le projet de décret suivant :
...ns devoir renvoyer à cette époque, qui ne saurait être trop rapprochée, l'examen des mesures à prendre pour le maintien de la liberté et de la sûreté publique ; ces mesures d'ailleurs devront vous être proposées par Votre comité militaire, qui séra aussi chargé de vous donner son opinion sur les demandes que font les Commissaires relativement à ce que lès volontaires nationaux puissent jouir des mêmes gratifications accordées aux autres troupes, à la formation d'Un bataillon de gardes nationales, de la démolition des murs de Carpentras et de quelques., autres villes, et à l'envoi de 40 canons de bronzé à la fonte. Nous nous bornons donc à vous proposer le projet de décret suivant :
Locuteur: Bréard
hePROJET DE DÉCRET. hePROJET DE DÉCRET.
Locuteur: Bréard
...ionale, après avoir entendu' le rapport de ses comités réunis des pétitions et de surveillance, considérant que la situat...
...core les privent des moyens d'ordre, et de tranquillité publique qui résultent dans les autres parties de l'Empire,
« L'Assemblée nationale, après avoir entendu' le rapport de ses comités réunis des pétitions et de surveillance, considérant que la situation isolée des ci-devant Etats d'Avignon et du Comtat, leur organisation incompl...
...lement des bienfaits des nouvelles lois, et les exposent à l'arbitraire, mais encore les privent des moyens d'ordre, et de tranquillité publique qui résultent dans les autres parties de l'Empire,

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 429
Locuteur: Bréard
...issaires civils actuels, il s'en trouve de graves, mais sur lesquelles on n'a pas ...
...l'attachement le plus inébranlable à la Constitution et qu'il est prudent de se garantir d'une décision précipitée ;
« Considérant enfin que parmi les inculpations faites à M. Mulot et aux commissaires civils actuels, il s'en trouve de graves, mais sur lesquelles on n'a pas encore acquis des preuves suffisantes ; qu'elles exigent d'ailleurs d'être pesée...
... civils, dont la correspondance annonce clairement le plus entier dévouement et l'attachement le plus inébranlable à la Constitution et qu'il est prudent de se garantir d'une décision précipitée ;
Locuteur: Bréard
de la surveillance directe et continue de l'administration des départements ; de la surveillance directe et continue de l'administration des départements ;
Locuteur: Bréard
« Considérant qu'il est instant de fixer enfin définitivement le sort des ...
...er le peuple sur la crainte d'un retour de ce pays sous la domination du pape ; op...
« Considérant qu'il est instant de fixer enfin définitivement le sort des ci-devant Etats, pour tranquilliser le peuple sur la crainte d'un retour de ce pays sous la domination du pape ; opinion
Locuteur: Bréard
...ns la volonté ni même dans les pouvoirs de l'Assemblée nationale ; ...s, et décourager les bons citoyens qui ne savent pas que cet abandon n'est ni dans la volonté ni même dans les pouvoirs de l'Assemblée nationale ;
Locuteur: Bréard
...raire; qu'il jette un très grand nombre de citoyens dans un état d'inquiétude et de perplexité qu'il est intéressant de faire cesser en réglant avec plus de précision quels sont les délits qui doivent faire la matière de la procédure, et les personnes contre l... ... trop vague, qu'il donne trop d'extension, et qu'il peut même favoriser l'a,rbitraire; qu'il jette un très grand nombre de citoyens dans un état d'inquiétude et de perplexité qu'il est intéressant de faire cesser en réglant avec plus de précision quels sont les délits qui doivent faire la matière de la procédure, et les personnes contre lesquelles doivent être dirigées les poursuites ;
Locuteur: Bréard
...on; que les craintes qui se manifestent de toutes parts sur leur sort, méritent de...
...us les partis jusqu'au moindre prétexte de suspicion et de faciliter aux accusés les moyens de fournir tous les éclaircissements qu'il...
... grands inconvénients à ce que les prisonniers continuent d'être détenus à Avignon; que les craintes qui se manifestent de toutes parts sur leur sort, méritent des égards, quand même elles seraient sans un fondement réel, et qu'il est intéressant et même juste d'ôter à tous les partis jusqu'au moindre prétexte de suspicion et de faciliter aux accusés les moyens de fournir tous les éclaircissements qu'ils croiront utiles pour leur justification ;
Locuteur: Bréard
« Considérant qu'il est important de mettre en sûreté lés papiers et registres, des assemblées de Carpentras et de Bédarrides, les titres des domaines nat... « Considérant qu'il est important de mettre en sûreté lés papiers et registres, des assemblées de Carpentras et de Bédarrides, les titres des domaines nationaux, et tous les papiers déposés aux archives du gouvernement et dans tous au...
Locuteur: Bréard
...t que provisoires; et qu'il est instant de les remplacer par des élections définit... ...nné l'exemple scandaleux ae la désobéissance à la loi ; que les élections ne sont que provisoires; et qu'il est instant de les remplacer par des élections définitives* pour fixer, tout à la fois, d'une manière stable et permanente, le sort de...
Locuteur: Bréard
...uveraineté nationale, qu'il est instant de prendre des mesures capables d'en imposer aux ennemis de la chose publique, de prévenir les effets du fanatisme et de tranquilliser les bons citoyens; ...r; que la plupart poussent même 1 audace jusqu'à insulter et à méconnaître la souveraineté nationale, qu'il est instant de prendre des mesures capables d'en imposer aux ennemis de la chose publique, de prévenir les effets du fanatisme et de tranquilliser les bons citoyens;
Locuteur: Bréard
« Art. 2. Le district d'Avignon sera de suite et fait réuni au département des Bouches-du-Rhône, et celui de Carpentras au département de la Drôme. « Art. 2. Le district d'Avignon sera de suite et fait réuni au département des Bouches-du-Rhône, et celui de Carpentras au département de la Drôme.
Locuteur: Bréard
« Art. 3. Les directoires de ces deux départements feront parvenir à...
... la distraction qui pourrait être faite de quelques communes avoisinant le distric...
...e nécessaire des districts d'Avignon et de Carpentras.
« Art. 3. Les directoires de ces deux départements feront parvenir à l'Assemblée nationale, et ce dans le plus court délai possible, leur avis sur la distraction qui pourrait être faite de quelques communes avoisinant le district d'Orange, et qui pourraient y être réunies sans cependant nuire a la Consistance nécessaire des districts d'Avignon et de Carpentras.
Locuteur: Bréard
...ois communes à l'Empire français seront de suite mises en vigueur dans les districts de Carpentras et d'Avignon, à la réserve de celles relatives aux contributions publ...
...uelles l'Assemblée nationale se réserve de statuer lorsqu'elle aura reçu l'avis des directoires de départements.
« Art. 4. Toutes les lois communes à l'Empire français seront de suite mises en vigueur dans les districts de Carpentras et d'Avignon, à la réserve de celles relatives aux contributions publiques, auxquelles la situation actuelle du pays, et d'autres considérations particulières, peuvent exiger quelques modifications momentanées, sur lesquelles l'Assemblée nationale se réserve de statuer lorsqu'elle aura reçu l'avis des directoires de départements.
Locuteur: Bréard
...es décrets. On commencera par les juges de paix, les tribunaux de district, et on finira parles députés a... ...le-champ et sans délai à des élections définitives aux termes et dans la forme des décrets. On commencera par les juges de paix, les tribunaux de district, et on finira parles députés au Corps législatif.
Locuteur: Bréard
...es départements des Bouches-du-Rhône et de la Drôme nommeront chacun deux commissaires pris dans les conseils de département qui s'occuperont de l'examen des dettes dès deux ci-devant ...
...ance, supprimés par l'effet des décrets de l'Assemblée nationale, et aussi de la vérification de toutes les réclamations de même nature qui pourraient être faites....
...missaire, nommé par le roi, sera membre de cette commission.
« Art. 6. Les directoires des départements des Bouches-du-Rhône et de la Drôme nommeront chacun deux commissaires pris dans les conseils de département qui s'occuperont de l'examen des dettes dès deux ci-devant Etats, oies offices et charges ayant finance, supprimés par l'effet des décrets de l'Assemblée nationale, et aussi de la vérification de toutes les réclamations de même nature qui pourraient être faites. Ils dresseront des états circonstanciés et y joindront les observations qu'ils ...
...nale, et les deux autres seront déposées aux archives des deux districts. Un commissaire, nommé par le roi, sera membre de cette commission.
Locuteur: Bréard
...quelque titre que ce soit, seront tenus de produire leurs titres, dans le délai de deux mois à compter du jour de la proclamation qui sera faite du prése...
...ar la commission, à peine d'être déchus de leurs créances.
...qui se prétendront créanciers des deux ci-devant Etats, pour quelque cause et à quelque titre que ce soit, seront tenus de produire leurs titres, dans le délai de deux mois à compter du jour de la proclamation qui sera faite du présent décret par la commission, à peine d'être déchus de leurs créances.
Locuteur: Bréard
gnonj huitaine après la nomination de ses mem-res, elle s'occupera de suite de tous les moyens de conciliation, de paix et de tranquillité sur toute l'étendue des de... gnonj huitaine après la nomination de ses mem-res, elle s'occupera de suite de tous les moyens de conciliation, de paix et de tranquillité sur toute l'étendue des deux districts, et requerra aussi au besoin la foree publique- A cet effet, le roi...

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 430
Locuteur: Bréard
..., toute personne qui se permettront des actes tendant à méconnaître ou a faire méconnaître la souveraineté de la nation et la Constitution, seront poursuivis comme traîtres à la patrie, et criminels de lèse-nation. « Art. 19. Tout corps, toute personne qui se permettront des actes tendant à méconnaître ou a faire méconnaître la souveraineté de la nation et la Constitution, seront poursuivis comme traîtres à la patrie, et criminels de lèse-nation.
Locuteur: Bréard
« Art. 9. Cette commission, de concert avec les commissaires actuels, ... « Art. 9. Cette commission, de concert avec les commissaires actuels, dirigera l'organisation tant civile qu'ecclésiastique du pays; elle assignera le...
Locuteur: Bréard
..., par les directoires du département et de district, chacun en ce gui le concerne,...
...crit pour tout l'empire par les décrets de l'Assemblée nationale.
« Art. 10. Il sera pourvu, sans délai, par les directoires du département et de district, chacun en ce gui le concerne, à la recherche, estimation, administration et vente des biens nationaux et immobiliers, ils se conformeront, à cet égard, à tout ce qui est prescrit pour tout l'empire par les décrets de l'Assemblée nationale.
Locuteur: Bréard
...erra la remise des papiers et registres de la première assemblée de Carpentras, dite représentative du Comtat et de l'assemblée électorale représentative d...
...convenable pour assurer la conservation de ces papiers ; ils vérifieront encore l'...
« Art. 11. La commission reqùerra la remise des papiers et registres de la première assemblée de Carpentras, dite représentative du Comtat et de l'assemblée électorale représentative des deux Etats. Us feront, à cet effet, tout ce qui leur paraîtra juste et convenable pour assurer la conservation de ces papiers ; ils vérifieront encore l'état des archives au ci-devant gouvernement, et feront effectuer le dépôt des pa...
Locuteur: Bréard
... responsabilité, ae veiller à la sûreté de ce transport, et à ce que, sans néglige...
...cipalités d'Avignon et des autres lieux de passage seront pareillement tenues, sou...
... traîtresses à la patrië et criminelles de lèse-nation, toutes personnes qui ferai...
... sûre garde : les commissaires civils envoyés par le roi seront tenus, sous leur responsabilité, ae veiller à la sûreté de ce transport, et à ce que, sans négliger les précautions nécessaires, on ait pour ces prisonniers les égards qu'exige l'humanité. Les municipalités d'Avignon et des autres lieux de passage seront pareillement tenues, sous leur responsabilité, ae faire tout ce qui sera en leur pouvoir pour éviter tout empêchement qui pourrait être apporté à ce transport, l'Assemblee nationale déclarant traîtresses à la patrië et criminelles de lèse-nation, toutes personnes qui feraient quelques tentatives, soit en faveur, soit contre les prisonniers.
Locuteur: Bréard
...rès le tribunal criminel du département de la Drôme poursuivra la procédure à fair...
...e et la Villasse, contre les meurtriers de Carmel.
« Art. 14. L'accusateur public près le tribunal criminel du département de la Drôme poursuivra la procédure à faire contre les assassins d'Anselme et la Villasse, contre les meurtriers de Carmel.
Locuteur: Bréard
...sion établie par l'article 6 sera tenue de prendre sur les lieux, et de faire parvenir incessamment à l'Assembl... « Art. 16. La commission établie par l'article 6 sera tenue de prendre sur les lieux, et de faire parvenir incessamment à l'Assemblée des renseignements précis sur les faits dénoncés contre M. Mulot et les commi...
Locuteur: Bréard
...rendront à la barre, pour rendre compte de leur mission lorsqu'elle sera terminée ... se rendront à la barre, pour rendre compte de leur mission lorsqu'elle sera terminée : l'Assemblée ajourne jusqu'à cette époque toute discussion sur cet objet.
Locuteur: Bréard
...irement aux deux districts d'Avignon et de Carpentras, un secours de 500,000 livres : cette somme, fournie p...
... surveillance et la direction immédiate de la nouvelle commission, en réparations ...
...blique, et en établissements d'ateliers de charité.
« Art. 17. II sera accordé provisoirement aux deux districts d'Avignon et de Carpentras, un secours de 500,000 livres : cette somme, fournie par le Trésor public, sera employée, sous la surveillance et la direction immédiate de la nouvelle commission, en réparations et reconstructions des digues, routes et autres travaux d'utilité publique, et en établissements d'ateliers de charité.
Locuteur: Bréard
« Art. 18. Le roi sera invité de donner les ordres les plus prompts pour retirer d'Avignon et du Comtat, les régiments de la Marck, et les escadrons de hussards qui s'y trouvent, et pour les faire remplacer par un régiment d'infanterie, un de troupes à cheval, et quatre bataillons de volontaires nationaux. « Art. 18. Le roi sera invité de donner les ordres les plus prompts pour retirer d'Avignon et du Comtat, les régiments de la Marck, et les escadrons de hussards qui s'y trouvent, et pour les faire remplacer par un régiment d'infanterie, un de troupes à cheval, et quatre bataillons de volontaires nationaux.
Locuteur: Bréard
« Les commissaires civils seront tenus de dénoncer sans délai à ceux qui en doivent connaître, les officiers des troupes de ligne qui les ont menacés et insultés ; ils seront de suite poursuivis suivant la rigueur des... « Les commissaires civils seront tenus de dénoncer sans délai à ceux qui en doivent connaître, les officiers des troupes de ligne qui les ont menacés et insultés ; ils seront de suite poursuivis suivant la rigueur des lois.
Locuteur: Bréard
...ent qui lui était attribué : il en sera de même pour l'avenir jusqu'à son organisa... ...'Avignon et du Comtat, lui sera payé par le Trésor public sur le pied du traitement qui lui était attribué : il en sera de même pour l'avenir jusqu'à son organisation définitive, qui est renvoyée au comité militaire.
Locuteur: Bréard
...Il sera pourvu provisoirement aux frais de tous les établissements et traitements ... « Art. 22. Il sera pourvu provisoirement aux frais de tous les établissements et traitements des fonctionnaires publics, civils et ecclésiastiques, conformément au décret du...
Locuteur: Bréard
...ngères rendra compte, sous trois jours, de l'état des négociations qui, conforméme...
...doivent avoir été ouvertes avec la cour de Rome, relativement aux indemnités ou dé...
« Art. 23. Le ministre des affaires étrangères rendra compte, sous trois jours, de l'état des négociations qui, conformément au décret du 14 septembre dernier, doivent avoir été ouvertes avec la cour de Rome, relativement aux indemnités ou dédommagements qui pourraient lui être dus.
Locuteur: Bréard
...ution du présent décret : les ministres de la justice et de l'intérieur seront tenus, sous leur responsabilité, d'en rendre compte de quinzaine en quinzaine, chacun en ce qu... ...Art. 24. Le pouvoir exécutif donnera les ordres nécessaires pour la prompte exécution du présent décret : les ministres de la justice et de l'intérieur seront tenus, sous leur responsabilité, d'en rendre compte de quinzaine en quinzaine, chacun en ce qui est relatif à son administration.
Locuteur: Bréard
... militaire la pétition faite par nombre de citoyens d'Avignon et du Comtat par l'o...
..., pour être admis à former un bataillon de volontaires pour la défense des frontiè...
« Art. 25. L'Assemblée renvoie à son comité militaire la pétition faite par nombre de citoyens d'Avignon et du Comtat par l'organe des commissaires civils, pour être admis à former un bataillon de volontaires pour la défense des frontières. ^
Locuteur: Bréard
...itoyens des deux districts d'Avignon et de Carpentras à abjurer tout sentiment de haine, et à ne plus se livrer qu'aux douces impulsions de la fraternité. Ce n'est que par une con... « Art. 26. L'Assemblée nationale invite , les citoyens des deux districts d'Avignon et de Carpentras à abjurer tout sentiment de haine, et à ne plus se livrer qu'aux douces impulsions de la fraternité. Ce n'est que par une conduite paisible et digne des nommes libres, qu'ils seconderont puissamment les ef...
Locuteur: Bréard
(L'Assemblée ordonne l'impression de la suite du rapport'et du projet de décret, et ajourne la (L'Assemblée ordonne l'impression de la suite du rapport'et du projet de décret, et ajourne la

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 431
Locuteur: Calvet
« Considérant qu'il importe de conserver l'ensemble de ces compagnies citoyennes, dont la formation remonte a l'époque mémorable de la Révolution; qu'il importe de ne pas séparer des frères d'armes, unis...
...rfait a toujours régné pour le maintien de la Constitution et de l'ordre public ;
« Considérant qu'il importe de conserver l'ensemble de ces compagnies citoyennes, dont la formation remonte a l'époque mémorable de la Révolution; qu'il importe de ne pas séparer des frères d'armes, unis par des dangers communs et parmi lesquels l'accord le plus parfait a toujours régné pour le maintien de la Constitution et de l'ordre public ;
Locuteur: Bréard
...matin, qu'elle charge le comité central de fixer;) discussion à une séance du matin, qu'elle charge le comité central de fixer;)
Locuteur: Grégoire
, au nom du comité de marine, fait un rapport, et propose un projet de décret tendant à faire concourir au service et aux places de la marine, les officiers qui s'en étaie...
...et qui demandent à y rentrer. Le projet de décret est ainsi conçu (2) :
, au nom du comité de marine, fait un rapport, et propose un projet de décret tendant à faire concourir au service et aux places de la marine, les officiers qui s'en étaient retirés, et qui demandent à y rentrer. Le projet de décret est ainsi conçu (2) :
Locuteur: Grégoire
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de marine, L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de marine,
Locuteur: Grégoire
...nt d'une interprétation trop rigoureuse l'article 25 de la loi du 7 janvier 1791 sur les classes des gens de mer, ainsi que de l'article 15 de la loi du 15 mai 1791, relative au corps de la marine ; et voulant traiter favorabl...
...officiers qui peuvent être susceptibles de leur retour au service, et être compris dans la nouvelle organisation de la marine, décrète qu'il y a urgence.
Considérant les inconvénients qui résulteraient d'une interprétation trop rigoureuse l'article 25 de la loi du 7 janvier 1791 sur les classes des gens de mer, ainsi que de l'article 15 de la loi du 15 mai 1791, relative au corps de la marine ; et voulant traiter favorablement les officiers qui peuvent être susceptibles de leur retour au service, et être compris dans la nouvelle organisation de la marine, décrète qu'il y a urgence.
Locuteur: Grégoire
...delà marine, mentionnés en l'article 25 de la loi du 7 janvier 1791 sur les classes des gens de mer qui avaient quitté le service de la mer avant d'entrer dans , celui des classes, et qui seront susceptibles de leur retour au service, pourront concou...
...des classes, mentionnés en l'article 24 de la susdite loi, pour la nouvelle organisation du corps de la marine, ou pour les remplacements qu...
« Art. 1er. Les officiers militaires delà marine, mentionnés en l'article 25 de la loi du 7 janvier 1791 sur les classes des gens de mer qui avaient quitté le service de la mer avant d'entrer dans , celui des classes, et qui seront susceptibles de leur retour au service, pourront concourir avec les autres officiers militaires des classes, mentionnés en l'article 24 de la susdite loi, pour la nouvelle organisation du corps de la marine, ou pour les remplacements qui seraient à faire après ladite organisation, dans le cas où ils n auraient pu y...
Locuteur: Grégoire
en 'exécution de la susdite: loi du 15 mai 1791. en 'exécution de la susdite: loi du 15 mai 1791.
Locuteur: Grégoire
...é compris dans la nouvelle organisation de la marine, demanderont leur retraite, ne pourront obtenir une pension de retraite à raison de leur nouveau grade, qu'après la cinquième année de leur nouveau service, pour les officiers supérieurs, y compris les capitaines de vaisseaux, et après la huitième année de service pour les officiers des grades inférieurs à celui ae capitaine de vaisseau. » « Art. 3. Les officiers qui, après avoir été compris dans la nouvelle organisation de la marine, demanderont leur retraite, ne pourront obtenir une pension de retraite à raison de leur nouveau grade, qu'après la cinquième année de leur nouveau service, pour les officiers supérieurs, y compris les capitaines de vaisseaux, et après la huitième année de service pour les officiers des grades inférieurs à celui ae capitaine de vaisseau. »
Locuteur: Grégoire
...ssemblée décrète l'impression du projet de décret et en ajourne la discussion.) (L'Assemblée décrète l'impression du projet de décret et en ajourne la discussion.)
Locuteur: Grégoire
...Assemblée que M. Bouy, ancien capitaine de vaisseau, a remis au comité ae marine un plan d'organisation de la marine militaire, dont il fait homma...
...travail long, est exécuté avec beaucoup de soin. Le comité m'a chargé d'engager l'...
J'annonce à l'Assemblée que M. Bouy, ancien capitaine de vaisseau, a remis au comité ae marine un plan d'organisation de la marine militaire, dont il fait hommage à l'Assemblée nationale. Cet ouvrage, fruit, sans doute, d'un travail long, est exécuté avec beaucoup de soin. Le comité m'a chargé d'engager l'Assemblée à agréer cet hommage et à en faire mention honorable au procès-verbal.
Locuteur: Grégoire
...crète qu'il sera fait mention honorable de l'hommage au procès-verbal et renvoie l'ouvrage au comité de marine.) (L'Assemblée décrète qu'il sera fait mention honorable de l'hommage au procès-verbal et renvoie l'ouvrage au comité de marine.)
Locuteur: Calvet
...re la troisième lecture (1) du pro6 jet de décret sur la nouvelle formation des chasseurs volontaires de l'armée parisienne en six bataillons, s...
...tion d'infanterie légère (1). Le projet de décret est ainsi conçu :
, au nom du comité militaire, obtient la parole pour faire la troisième lecture (1) du pro6 jet de décret sur la nouvelle formation des chasseurs volontaires de l'armée parisienne en six bataillons, sous la dénomination d'infanterie légère (1). Le projet de décret est ainsi conçu :
Locuteur: Calvet
...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité militaire, voulant donner aux compagnies de chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne, une preuve de la satisfaction qu'elle a de leurs services ; « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité militaire, voulant donner aux compagnies de chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne, une preuve de la satisfaction qu'elle a de leurs services ;
Locuteur: Calvet
« Considérant que l'organisation de la garde nationale de la ville de Paris ne peut être assimilée à celle des autres parties de l'Empire, à raison de son immense population, de fa présence du Corps législatif et du r... « Considérant que l'organisation de la garde nationale de la ville de Paris ne peut être assimilée à celle des autres parties de l'Empire, à raison de son immense population, de fa présence du Corps législatif et du roi ;
Locuteur: Calvet
... pourraient exiger la formation prompte de plusieurs bataillons, de troupes légères nationales, pour se por... « Considérant, enfin, que des circonstances impérieuses pourraient exiger la formation prompte de plusieurs bataillons, de troupes légères nationales, pour se porter au dehors à la première réquisition ; décrété ce qui suit :
Locuteur: Calvet
« Art. 1er. Les chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne seront fo... « Art. 1er. Les chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne seront formés en 6 bataillons, sous la dénomination d'infanterie légère.
Locuteur: Calvet
« Art. 2. Chaque bataillon sera composé de 10 compagnies aux ordres du chef de légion, à la division duquel il apparti... « Art. 2. Chaque bataillon sera composé de 10 compagnies aux ordres du chef de légion, à la division duquel il appartiendra.
...primés, qui ont servi sur les vaisseaux de l'Etat pendant la dernière guerre, et qui ont navigué avec permission du ministre de la marine, sur les navires de commerce, depuis qu'ils ont été faits s...
...ensés du service exigé par l'article 15 de la loi au 15 mai 1791, relative au corps de la marine et concourir, suivant l'article 14 de la même loi, avec les autres sous-lieutenants, pour, le grade de lieutenants de vaisseaux et d'enseignes entretenus, (1) Voir ci-après aux annexes de la séance, page 435, le rapport de M. Verninac-Saint-Maur sur les troubles d'Avignon, et page 433, un Démenti formel de Duprat et Rovère aux assertions du ministre de l'intérieur, dans la séance du 22 janvi...
« Art. 2. Les sous-lieutenants supprimés, qui ont servi sur les vaisseaux de l'Etat pendant la dernière guerre, et qui ont navigué avec permission du ministre de la marine, sur les navires de commerce, depuis qu'ils ont été faits sous-lieutenants, peuvent être dispensés du service exigé par l'article 15 de la loi au 15 mai 1791, relative au corps de la marine et concourir, suivant l'article 14 de la même loi, avec les autres sous-lieutenants, pour, le grade de lieutenants de vaisseaux et d'enseignes entretenus, (1) Voir ci-après aux annexes de la séance, page 435, le rapport de M. Verninac-Saint-Maur sur les troubles d'Avignon, et page 433, un Démenti formel de Duprat et Rovère aux assertions du ministre de l'intérieur, dans la séance du 22 janvier 1792.
...infanterie légère feront, dans la ville de Paris, le Service qui leur sera commandé par le chef de légion aux ordres duquel chacun d'eux s...
...es règlements que les autres bataillons de volontaires de la garde nationale parisienne. (1) Voy....
...vier 1792, page 639, la seconde lecture de ce projet ae décret.
« Art. 3. Les bataillons d'infanterie légère feront, dans la ville de Paris, le Service qui leur sera commandé par le chef de légion aux ordres duquel chacun d'eux se trouvera et seront soumis, pour la discipline et le service, aux mêmes règlements que les autres bataillons de volontaires de la garde nationale parisienne. (1) Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XXXVII, séance du 24 janvier 1792, page 639, la seconde lecture de ce projet ae décret.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 432
Locuteur: Mallarmé
Messieurs, le projet de décret qui vous est présenté par votre comité militaire, me semble contraire à l'esprit de la Constitution. Son but est immoral et impolitique : i...
... ; impolitique, en ce qu'il peut mettre de la division parmi les citoyens.
Messieurs, le projet de décret qui vous est présenté par votre comité militaire, me semble contraire à l'esprit de la Constitution. Son but est immoral et impolitique : immoral, en ce qu'il crée des corporations, et que le nouveau regime les a toutes anéanties ; impolitique, en ce qu'il peut mettre de la division parmi les citoyens.
Locuteur: Calvet
« Art. 4. L'état-major de chaque bataillon sera composé de : « Art. 4. L'état-major de chaque bataillon sera composé de :
Locuteur: Calvet
1 commandant de bataillon en premier ; 1 commandant en ... 1 commandant de bataillon en premier ; 1 commandant en second ; 1 adjudant-major; 1 adjudant.
Locuteur: Calvet
... Art. 5. Chaque compagnie sera composée de : « Art. 5. Chaque compagnie sera composée de :
Locuteur: Calvet
...ant les formes usitées dans les troupes de ligne. » « Le reste des sous-divisions, suivant les formes usitées dans les troupes de ligne. »
Locuteur: Calvet
...s : La question préalable sur le projet de décret ! Plusieurs membres : La question préalable sur le projet de décret !
Locuteur: Thuriot
...e me paraît admissible sous aucun point de vue ; son système est de conserver en exercice des citoyens soldats qui ont bien mérité de la patrie en remplissant ponctuellement leurs devoirs. Sous ce point de vue, je serais parfaitement d'accord, m...
...d, et au moment même où il vous propose de ne point séparer des frères d'armes, il articule un système de division qui est infiniment dangereux. (.Applaudissements.) En effet, au lieu de laisser les citoyens qui sont accoutumés de porter les armes ensemble sous le même drapeau, on vous propose de former des bataillons distincts, et d'e...
... aux frontières, il faut bien se garder de former un corps séparé dans le sein de la capitale, et susceptible de recevoir des impulsions dangereuses. (A...
Le projet présenté par le comité militaire ne me paraît admissible sous aucun point de vue ; son système est de conserver en exercice des citoyens soldats qui ont bien mérité de la patrie en remplissant ponctuellement leurs devoirs. Sous ce point de vue, je serais parfaitement d'accord, mais votre comité ne voit point la ligne qu'il semble se tracer. D'abord, et au moment même où il vous propose de ne point séparer des frères d'armes, il articule un système de division qui est infiniment dangereux. (.Applaudissements.) En effet, au lieu de laisser les citoyens qui sont accoutumés de porter les armes ensemble sous le même drapeau, on vous propose de former des bataillons distincts, et d'enlever, par conséquent, à une surveillance utile ceux qui doivent toujours y res...
...me temps qu'on veut conserver une troupe légère, utile au besoin, pour la porter aux frontières, il faut bien se garder de former un corps séparé dans le sein de la capitale, et susceptible de recevoir des impulsions dangereuses. (Applaudissements.)
Locuteur: Thuriot
...ide semble avoir été calculé sur la fin de l'Assemblée constituante. Il semble qu'...
... (Applaudissements.) C'est en exécution de ce système cruel que l'on a anéanti, pa...
Un système perfide semble avoir été calculé sur la fin de l'Assemblée constituante. Il semble qu'on se soit dit : divisons et le despotisme reprendra son autorité. (Applaudissements.) C'est en exécution de ce système cruel que l'on a anéanti, par des calculs secrets, l'existence bien légitime, bien précieuse et bien essenti...
Locuteur: Thuriot
le plus sûr de la liberté. (Applaudissements dans les tribunes.) C'est en exécution de ce plan, qu'on avait adroitement combin...
...agnie connue sous le nom des vainqueurs de la Bastille, n'était pas suffisante, pu...
...des nationales, dans les grands moments de troubles, s'y portassent en nombre cons...
...asin à poudre abandonné à la discrétion de nos ennemis. (Applaudissements.) C'est encore, Messieurs, en exécution de ce plan que l'on ne confie plus la gard...
...la capitale des hommes qui se réuniront de tous les points de Paris, sans se connaître, pour être soumis à la volonté de tous' hommes auxquels ils sont naturell...
...e peuvent jamais se connaître. On veut, de là, tirer cette conséquence funeste, c'...
...t pas seront réunis, on sera plus libre de les tromper, on sera plus libre de donner des ordres contraires à la liberté et, par conséquent, de parvenir à un but que nous avons intérê...
le plus sûr de la liberté. (Applaudissements dans les tribunes.) C'est en exécution de ce plan, qu'on avait adroitement combiné, qu'on vient d'enlever la garde des poudres, garde qui était infiniment essentielle, puisque la compagnie connue sous le nom des vainqueurs de la Bastille, n'était pas suffisante, puisqu'il fallait que les gardes nationales, dans les grands moments de troubles, s'y portassent en nombre considérable ; et c'est, Messieurs, lorsqu'on sait combien le poste est important, q...
...ait très bien qu'on est menace par des conjurations particulières, à voir le magasin à poudre abandonné à la discrétion de nos ennemis. (Applaudissements.) C'est encore, Messieurs, en exécution de ce plan que l'on ne confie plus la garde du Trésor national à ceux qui devraient l'avoir; c'est-à-dire non seulement au...
...n veut formellement maintenant vous insinuer perfidement qu'il faut former dans la capitale des hommes qui se réuniront de tous les points de Paris, sans se connaître, pour être soumis à la volonté de tous' hommes auxquels ils sont naturellement étrangers. Car, Messieurs, la capitale ne peut être assimilée à aucune autre ville. C'est une grande république dans laquelle tous les citoyens ne peuvent jamais se connaître. On veut, de là, tirer cette conséquence funeste, c'est que lorsque tous les hommes qui ne se connaîtront pas seront réunis, on sera plus libre de les tromper, on sera plus libre de donner des ordres contraires à la liberté et, par conséquent, de parvenir à un but que nous avons intérêt d'éviter.
Locuteur: Thuriot
Qu on se garde bien de consentir qu'aucun citoyen soldat soit distrait de sa section pour porter les armes dans u...
... les armes à côté ae son propre voisin, de manière que son voisin le surveille, qu'il soit toujours prêt de déposer continuellement s'il est fidèle...
...onc, Messieurs, ou qu'il n'existe point de compagnies de chasseurs, ou, s'il existe des compagnies de chasseurs, qu'elles soient conservées d...
..., et qu'elles soient réduites au nombre de 50.
Qu on se garde bien de consentir qu'aucun citoyen soldat soit distrait de sa section pour porter les armes dans une autre section. Il faut, autant qu'il sera possible, que le citoyen soldat soit sous les armes à côté ae son propre voisin, de manière que son voisin le surveille, qu'il soit toujours prêt de déposer continuellement s'il est fidèle au serment qu'il a prêté. (Vifs applaudissements.) Je demande donc, Messieurs, ou qu'il n'existe point de compagnies de chasseurs, ou, s'il existe des compagnies de chasseurs, qu'elles soient conservées dans le mode d'existence qu'elles ont toujours eu, et qu'elles soient réduites au nombre de 50.
Locuteur: Mallarmé
...incipes qui ont déterminé l'institution de la garde nationale, et à faire renaître cet esprit de parti si opposé aux progrès de la raison. Ce projet tend à renverser les principes qui ont déterminé l'institution de la garde nationale, et à faire renaître cet esprit de parti si opposé aux progrès de la raison.
Locuteur: Mallarmé
...oivent leur existence qu'à la frivolité de quelques individus encore enfants pour ... ... l'Assemblée constituante aurait fait disparaître toutes ces inégalités qui ne doivent leur existence qu'à la frivolité de quelques individus encore enfants pour la liberté.
Locuteur: Mallarmé
Rien de plus contraire, en effet, à ce système ... Rien de plus contraire, en effet, à ce système d'égalité si désirable, que ces distinctions pué-

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 433
Locuteur: Mallarmé
...l est futile ce motif; il ne mérite pas de vous fixer ; qu'est-ce que ces motifs vides de sens, de troupes légères nationales; laissons to...
...s qui ne conviennent pas dans un siècle de liberté et d'égalité : la Constitution ne reconnaît que des citoyens.
Eh ! Messieurs, qu'il est futile ce motif; il ne mérite pas de vous fixer ; qu'est-ce que ces motifs vides de sens, de troupes légères nationales; laissons toutes ces qualifications ridicules qui ne conviennent pas dans un siècle de liberté et d'égalité : la Constitution ne reconnaît que des citoyens.
Locuteur: Mallarmé
...x appelés à défendre la cause commune : de là ces factions clandestines, avant-coureurs certains de la division, cet isolement funeste d'une classe de citoyens à une autre ; je dis plus, en adoptant le projet de votre comité, on courrait peut-être des risques de fournir dans un temps ou dans l'autre, ...
...ant qui saurait les employer au soutien de ses vues ambitieuses.
riles entre des égaux appelés à défendre la cause commune : de là ces factions clandestines, avant-coureurs certains de la division, cet isolement funeste d'une classe de citoyens à une autre ; je dis plus, en adoptant le projet de votre comité, on courrait peut-être des risques de fournir dans un temps ou dans l'autre, des forces terribles à quelque intrigant qui saurait les employer au soutien de ses vues ambitieuses.
Locuteur: Mallarmé
...re le nombre des états-majors, lorsque, de toutes les parties de l'Empire, le vœu le plus formel en soll... Gomment votre comité vous propose-t-il d'accroître le nombre des états-majors, lorsque, de toutes les parties de l'Empire, le vœu le plus formel en sollicite au contraire la diminution.
Locuteur: Mallarmé
En un mot, des dangers de toute espèce résultent de ce projet. Je n'aurai besoin, pour établir complètement la preuve de mon assertion, que de combattre les motifs exposés dans le pr... En un mot, des dangers de toute espèce résultent de ce projet. Je n'aurai besoin, pour établir complètement la preuve de mon assertion, que de combattre les motifs exposés dans le préambule du décret soumis à votre examen, et d'en démontrer la solidité.
Locuteur: Mallarmé
D'abord, les chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne ont reçu,...
...ères d'armes, la seule récompense digne de leur être offerte, dans les témoignages éclatants de satisfaction consignés, par l'Assemblée...
D'abord, les chasseurs volontaires de la garde nationale parisienne ont reçu, ainsi que leurs frères d'armes, la seule récompense digne de leur être offerte, dans les témoignages éclatants de satisfaction consignés, par l'Assemblée constituante, dans son décret relatif à l'organisation définitive des gardes na...
Locuteur: Mallarmé
Tous les citoyens de l'Empire les ont partagés, c'est le seu... Tous les citoyens de l'Empire les ont partagés, c'est le seul honneur, c est la seule récompense que dçs hommes libres doivent recevoir.
Locuteur: Mallarmé
...ormer une caste particulière aux ordres de quelques chefs. Il anéantit, en outre, cette disposition si sage de la loi qui veut que chacun serve la chose publique sous les yeux de ses voisins, seuls juges impartiaux de sa fidélité à remplir ses devoirs. ... des dangers communs ; il les isole gratuitement du reste des citoyens pour en former une caste particulière aux ordres de quelques chefs. Il anéantit, en outre, cette disposition si sage de la loi qui veut que chacun serve la chose publique sous les yeux de ses voisins, seuls juges impartiaux de sa fidélité à remplir ses devoirs.
Locuteur: Mallarmé
...tituante a proscrit le vœu des sections de Paris, tendant, ainsi que votre comité, à solliciter une différence dans l'organisation de la municipalité. Elles arguaient, ainsi...
...ucune autre partie ae l'Empire à raison de son immense population, de la présence du Corps législatif et du r...
L'Assemblée constituante a proscrit le vœu des sections de Paris, tendant, ainsi que votre comité, à solliciter une différence dans l'organisation de la municipalité. Elles arguaient, ainsi que lui, qu'elles ne pouvaient être assimilées à aucune autre partie ae l'Empire à raison de son immense population, de la présence du Corps législatif et du roi. Toutes ces considérations s'abaissèrent devant le principe d'égalité général...
Locuteur: Mallarmé
... pourraient exiger la formation prompte de plusieurs bataillons de troupes legères nationales, pour se por... Enfin, votre comité termine par vous exposer que des circonstances impérieuses pourraient exiger la formation prompte de plusieurs bataillons de troupes legères nationales, pour se porter au dehors à la première réquisition.
Locuteur: Mallarmé
...ns ensuite un regard sur l'universalité de l'Empire. On n'attend que le signal pou...
...moins difficile pour nos braves soldats de l'armée de ligne, nos gardes nationales, de vaincre que de tempérer leur ardeur, et c'est dans le ...
...doivent régner entre toutes les classes de citoyens, que l'on vous propose d'établir des lignes de démarcation.
Plaçons-nous à la hauteur qui nous convient ; ietons ensuite un regard sur l'universalité de l'Empire. On n'attend que le signal pour voler à la Victoire, et il sera moins difficile pour nos braves soldats de l'armée de ligne, nos gardes nationales, de vaincre que de tempérer leur ardeur, et c'est dans le moment où 1 union la plus intime, l'égalité la plus parfaite doivent régner entre toutes les classes de citoyens, que l'on vous propose d'établir des lignes de démarcation.
Locuteur: Mallarmé
...ns des despotes, pour amuser le sommeil de leurs esclaves. Déjà la trompette guerr... Citoyens soldats, abjurez ces vils hochets, instruments utiles dans les mains des despotes, pour amuser le sommeil de leurs esclaves. Déjà la trompette guerrière prélude la liberté des nations. Saisissez ce feu sacré que la patrie a remi...
Locuteur: Mallarmé
...contemplez cette mère tendre qui brille de votre propre courage; regardez, elle vo...
... triomphales qui vous attendent au bout de votre carrière.
Braves gardes nationales, contemplez cette mère tendre qui brille de votre propre courage; regardez, elle vous apprête déjà les couronnes triomphales qui vous attendent au bout de votre carrière.
Locuteur: Gouvion
...e constituante a décrété l'organisation de la garde nationale parisienne, dont les bataillons étaient Composés ae grenadiers, de fusiliers et de chasseurs, elle a conservé les compagnies de grenadiers, et elle a gardé le plus prorond silence sur les compagnies de chasseurs. Les chasseurs sont venus pré...
...urs n'ont exprimé d'autre vœu que celui de n'être pas divisés ni séparés de leurs bataillons. Ils ont demandé à res...
...e du nom d'armée, à l'armée des troupes de ligne. C'est ce qui avait engagé votre comité à proposer de former les chasseurs en bataillon. Par ...
...s n'étaient pas soustraits à l'autorité de tous les chefs de la garde nationale. Mais depuis, le com...
... Il vous aurait proposé un autre projet de décret si le premier n'eût pas été ajou...
Lorsque l'Assemblée nationale constituante a décrété l'organisation de la garde nationale parisienne, dont les bataillons étaient Composés ae grenadiers, de fusiliers et de chasseurs, elle a conservé les compagnies de grenadiers, et elle a gardé le plus prorond silence sur les compagnies de chasseurs. Les chasseurs sont venus présenter une pétition à l'Assemblée nationale (1), elle a été renvoyée au comité militaire; les chasseurs n'ont exprimé d'autre vœu que celui de n'être pas divisés ni séparés de leurs bataillons. Ils ont demandé à rester en compagnie. Votre comité militaire avait cru, dans ce temps-là, qu'il sera...
...ssimiler l'armée nationale parisienne, car la garde nationale peut être qualifiée du nom d'armée, à l'armée des troupes de ligne. C'est ce qui avait engagé votre comité à proposer de former les chasseurs en bataillon. Par cette formation, les chasseurs n'étaient pas soustraits à l'autorité de tous les chefs de la garde nationale. Mais depuis, le comité militaire a pensé qu'en conservant les chasseurs, il fallait les conserver d...
...tion qu'ils ont depuis la Révolution, et dans laquelle ils l'ont si bien servie. Il vous aurait proposé un autre projet de décret si le premier n'eût pas été ajourné pour la troisième fois. Je ne demande pas à le défendre, mais à soutenir l'o...
Locuteur: Ducos
...le sur le fond, car les bases du projet de M. Thuriot et celles du comité sont absolument les mêmes; il n'y a de division que dans l'organisation future... J'observe, Messieurs, qu'on ne demande pas la question préalable sur le fond, car les bases du projet de M. Thuriot et celles du comité sont absolument les mêmes; il n'y a de division que dans l'organisation future des chasseurs. Je demande que le projet du comité soit lu article par article, ...
Locuteur: Merlin
...nde la question préalable sur le projet de décret du comité. Je demande la question préalable sur le projet de décret du comité.
Locuteur: Delacroix
...ra décidé cette question, on s'occupera de leur organisation, ou on ne s'en occupe... ... : « Conservera-t-on des chasseurs, oui ou non? » Lorsqu'une fois l'Assemblée aura décidé cette question, on s'occupera de leur organisation, ou on ne s'en occupera pas.
Locuteur: Merlin
Je demande à prouver qu'il ne faut pas de chasseurs. Je demande à prouver qu'il ne faut pas de chasseurs.
Locuteur: Merlin
...nstabilité dans ses lois, et sa manière de décider aujourd'hui ce qu'il abolissait... Le plus grand tort qu'on ait reproché à l'ancien régime est l'instabilité dans ses lois, et sa manière de décider aujourd'hui ce qu'il abolissait le lendemain. Craignons, Messieurs, craignons que bientôt les règlements que no...

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 434
Locuteur: Grangeneuve
Je crois qu'il est du devoir de tout membre de l'Assemblée nationale d'observer à ceux qui peuvent, jusqu'à présent, s'être servi de l'expression d'armée parisienne, que nous ne pouvons pas nous permettre de considérer les gardes nationales, dans ...
...ue ce soit, comme formant une armée, la Constitution le défend. Le comité militaire, d'après...
...vaient jamais être assimilées à l'armée de ligne. J'ai entendu celui qui a succédé...
...e : nous avons cru qu'il était possible de conserver une infanterie légère dans l'...
... une infanterie légère pour les troupes de ligne et vous allez établir... (Murmures.) Nous porterez des décrets que la Constitution a proscrits. Elle vous a dit : les gard...
...s citoyens eux-mêmes appelés au service de la chose publique. Voilà les gardes nat...
...guidé ceux qui ont organisé les troupes de ligne, vous vous tromperez toujours et vous vous tromperez aù préjudice de la Constitution qui a veillé d'une manière plus sûre au salut de la chose publique. On vous propose des ...
...s armés pour la patrie; il n'y en a pas de classeurs, il n'y a que des citoyens. (...
Je crois qu'il est du devoir de tout membre de l'Assemblée nationale d'observer à ceux qui peuvent, jusqu'à présent, s'être servi de l'expression d'armée parisienne, que nous ne pouvons pas nous permettre de considérer les gardes nationales, dans quelque département que ce soit, comme formant une armée, la Constitution le défend. Le comité militaire, d'après le rappprt que j'ai entendu à la tribune et d'après les observations qui ont été faites après le rapport, n'a pas senti lui-même que les gardes nationales ne pouvaient jamais être assimilées à l'armée de ligne. J'ai entendu celui qui a succédé au rapporteur, vous dire : nous avons cru qu'il était possible de conserver une infanterie légère dans l'armée parisienne; car on a conservé une infanterie légère pour les troupes de ligne et vous allez établir... (Murmures.) Nous porterez des décrets que la Constitution a proscrits. Elle vous a dit : les gardes nationales ne formeront ni un corps militaire ni une institution dans l'Etat : ce sont les citoyens eux-mêmes appelés au service de la chose publique. Voilà les gardes nationales. (Applaudissements dans les tribunes.) Toutes les fois que, pour vous guider dans l'organisation des gardes nationales, vous adopterez les idées qui ont guidé ceux qui ont organisé les troupes de ligne, vous vous tromperez toujours et vous vous tromperez aù préjudice de la Constitution qui a veillé d'une manière plus sûre au salut de la chose publique. On vous propose des chasseurs parmi des citoyens armés pour la patrie; il n'y en a pas de classeurs, il n'y a que des citoyens. (Applaudissements dans les tribunes.) Ainsi je demande la question préalable.
Locuteur: Merlin
les troupes de ligne, les compagnies de chasseurs, elle ne les a pas laissé sub...
...tionale parisienne. Je ne vois donc pas de raison qui nous oblige à porter une loi qui adjoigne aux bataillons de garde nationale des compagnies de chasseurs. Mais si nous n'avons pas de raison qui nous oblige à le faire, nous...
...der le contraire. Rien, Messieurs, rien de plus inconstitutionnel que les corps hé...
...ibre, et je soutiens que les chasseurs, de quelque manière qu'on les forme, sont un corps hétérogène. Dans la garde nationale de Paris, on formera ces différentes compagnies en troupe différente de la garde nationale parisienne. On les p...
...différentes expéditions, on les isolera de leurs frères d'armes, et ce n'est qu'en...
...onstitutionnelle- Je demande que la loi de l'Assemblée constituante soit maintenue...
les troupes de ligne, les compagnies de chasseurs, elle ne les a pas laissé subsister dans la garde nationale parisienne. Je ne vois donc pas de raison qui nous oblige à porter une loi qui adjoigne aux bataillons de garde nationale des compagnies de chasseurs. Mais si nous n'avons pas de raison qui nous oblige à le faire, nous en avons infiniment qui nous obligent à décider le contraire. Rien, Messieurs, rien de plus inconstitutionnel que les corps hétérogènes dans un pays libre, et je soutiens que les chasseurs, de quelque manière qu'on les forme, sont un corps hétérogène. Dans la garde nationale de Paris, on formera ces différentes compagnies en troupe différente de la garde nationale parisienne. On les portera sous le commandement des différents chefs à différentes expéditions, on les isolera de leurs frères d'armes, et ce n'est qu'en trompant l'opinion des chasseurs patriotes ae Paris, qu'on a pu les conduire à faire une pétition aussi inconstitutionnelle- Je demande que la loi de l'Assemblée constituante soit maintenue.
Locuteur: Gouvion
... voit, dans la formation des compagnies de chasseurs, ce qui, je crois, n'existe p...
..., on y voit privilège, on y voit source de jalousie. Je ne vois pas comment une co...
...ompagnie particulière, qu'une compagnie de grenadiers qui est déjà attachée à chaq...
...rouve des canonniers et deux compagnies de cavalerie par département. On voit, dan...
...rsqu'ils des chefs qui ne sont pas ceux de tous les autres; lorsqu'il prétend à un rang particulier; mais les compagnies de chasseurs n'ont rien de tout cela. On y voit un sujet de jalousie. A Dieu ne plaise que j'imagine jamais qu'il y aura de la jalousie entre des citoyens qui ne p...
On voit, dans la formation des compagnies de chasseurs, ce qui, je crois, n'existe pas; on y voit une corporation particulière, on y voit privilège, on y voit source de jalousie. Je ne vois pas comment une compagnie attachée à chaque bataillon, sous les ordres du même commandant, serait plutôt une compagnie particulière, qu'une compagnie de grenadiers qui est déjà attachée à chaque bataillon. L'Assemblée constituante a créé des corporations bien plus particu...
...aissent les décrets sur l'organisation des gardes nationales, savent qu'il s'y trouve des canonniers et deux compagnies de cavalerie par département. On voit, dans la conservation des chasseurs, des privilèges. Je dis qu'un corps n'est privilégié que lorsqu'il a un service distinct et particulier, lorsqu'ils des chefs qui ne sont pas ceux de tous les autres; lorsqu'il prétend à un rang particulier; mais les compagnies de chasseurs n'ont rien de tout cela. On y voit un sujet de jalousie. A Dieu ne plaise que j'imagine jamais qu'il y aura de la jalousie entre des citoyens qui ne portent les armes que pour servir la patrie, mais j'ai une meilleure opinion des ...
Locuteur: Gouvion
...ême vu, ici, à la barre, des compagnies de grenadiers venir demander pour les compagnies de chasseurs ce que je vous demande aujour...
...x. Non, Messieurs, il n'existera jamais de jalousie entre les compagnies des différents bataillons de gardes nationales. S'il existait jamais...
...e finis en demandant que les compagnies de chasseurs restent attachées aux bataill...
...leure union et la meilleure harmonie a toujours existé entre elles. Nous avons même vu, ici, à la barre, des compagnies de grenadiers venir demander pour les compagnies de chasseurs ce que je vous demande aujourd'hui pour eux. Non, Messieurs, il n'existera jamais de jalousie entre les compagnies des différents bataillons de gardes nationales. S'il existait jamais quelque chose entre eux, ce sera quelque chose d'utile à la patrie, ce sera une noble émulation pour qui la servira le mieux. (Applaudissements.) Je finis en demandant que les compagnies de chasseurs restent attachées aux bataillons comme elles l'ont été jusqu'à présent, et qu'elles fassent le même service q...
Locuteur: Le Président
... à l'Assemblée que M. Delacroix propose de poser ainsi la question : « Y aùra-t-if... Je rappelle à l'Assemblée que M. Delacroix propose de poser ainsi la question : « Y aùra-t-if, dans la garde nationale
Locuteur: Le Président
parisienne, des compagnies de chasseurs, oui ou non? » parisienne, des compagnies de chasseurs, oui ou non? »
Locuteur: Le Président
...s : La question préalable sur la motion de M. Delacroix ! Plusieurs membres : La question préalable sur la motion de M. Delacroix !
Locuteur: Cambon
On vous propose de poser ainsi la question : conservera-t-...
...urs dans l'armée parisienne? Je propose de supprimer ces mots armée parisienne, pa...
On vous propose de poser ainsi la question : conservera-t-on des chasseurs dans l'armée parisienne? Je propose de supprimer ces mots armée parisienne, parce que cela ferait croire que l'armée parisienne peut seule avoir des chasseurs...
Locuteur: Becquey
...as décider aussi légèrement une affaire de cette importance. Quant à moi, je deman... ...e demande que la discussion se rouvre sur la question générale, car on ne peut pas décider aussi légèrement une affaire de cette importance. Quant à moi, je demande la question préalable sur l'existence des chasseurs.
Locuteur: Choudieu
...la question préalable, et sur le projet de décret au comité, et sur l'existence de...
...le, vous allez vous priver d'un secours de 6,000 hommes, très utiles dans les circ...
...ans aucune autre dénomination que celle de
J'appuie la question préalable, et sur le projet de décret au comité, et sur l'existence des chasseurs en général; mais je demande à faire une observation. En décrétant la question préalable, vous allez vous priver d'un secours de 6,000 hommes, très utiles dans les circonstance où nous nous trouvons, comme ces compagnies se sont nommé des officiers...
...que provisoirement elles continuassent leur service sous, les mêmes officiers, sans aucune autre dénomination que celle de

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 435
Locuteur: Choudieu
...la nouvelle organisation qui se fera en 1793 ; mais je demande que ce soit sans aucune distinction et sans la dénomination de chasseurs. gapdes nationales, jusqu'à la nouvelle organisation qui se fera en 1793 ; mais je demande que ce soit sans aucune distinction et sans la dénomination de chasseurs.
Locuteur: Calvet
, rapporteur. J'ai l'honneur de vous réprésenter que, dans les circonst...
...bite des chasseurs pourrait occasionner de la fermentation; et M. le maire de Paris, dont le témoignage-n'est oint su...
, rapporteur. J'ai l'honneur de vous réprésenter que, dans les circonstances où nous nous trouvons, la suppression subite des chasseurs pourrait occasionner de la fermentation; et M. le maire de Paris, dont le témoignage-n'est oint suspect, est fort d'avis que les compagnies e chasseurs soient provisoirement cons...
Locuteur: Jouneau
J'appuie la motion de conserver provisoirement les compagnies de chasseurs qui existent encore dans la g... J'appuie la motion de conserver provisoirement les compagnies de chasseurs qui existent encore dans la garde nationale et voici la rédaction que je propose :
Locuteur: Jouneau
...crète que les légions et les bataillons de gardes nationales resteront définitivem...
...dernier et que néanmoins les compagnies de chasseurs qui existent encore, continue...
...assé, jusqu'au1 second dimanche du mois de mai 17v)3, epoque fixée par la loi, pou...
* L'Assemblée nationale décrète que les légions et les bataillons de gardes nationales resteront définitivement composées conformément au décret du 29 septembre dernier et que néanmoins les compagnies de chasseurs qui existent encore, continueront à faire le service comme par le passé, jusqu'au1 second dimanche du mois de mai 17v)3, epoque fixée par la loi, pour le remplacement des officiers et sous-officiers. »
Locuteur: Jouneau
(L'Assemblée décrète la proposition de M. Jouneau, sauf rédaction.) En conséqu...
...ntendu la troisième lecture d'un projet de décret présenté par son comité militaire, concernant les compagnies de chasseurs qui ont été conservées dans quelques lieux, dans les bataillons de la garde nationale, les deux autres lec...
...rès avoir déclaré qu'elle était en état de statuer définitivement sur cette questi...
(L'Assemblée décrète la proposition de M. Jouneau, sauf rédaction.) En conséquence, le décret suivant est rendu : « L'Assemblée nationale ayant entendu la troisième lecture d'un projet de décret présenté par son comité militaire, concernant les compagnies de chasseurs qui ont été conservées dans quelques lieux, dans les bataillons de la garde nationale, les deux autres lectures en ayant été faites dans les séances des, 7 et 24 janvier 1792, et après avoir déclaré qu'elle était en état de statuer définitivement sur cette question, décrète ce qui suit, :
Locuteur: Jouneau
«Les légions et les bataillons de la garde nationale du royaume seront co...
...ù il aurait été conservé des compagnies de chasseurs, elles continueront à faire l...
... par la loi, au second dimanche du mois de mai de chaque année. » (La séance est levée à ...
«Les légions et les bataillons de la garde nationale du royaume seront composés conformément au décret du 29 septembre dernier; et néanmoins, dans les lieux où il aurait été conservé des compagnies de chasseurs, elles continueront à faire le service comme par le passé, jusqu'au premier renouvellement des officiers et sous-officiers fixés par la loi, au second dimanche du mois de mai de chaque année. » (La séance est levée à dix heures.)
a LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE a LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE
...t-ilaur, envoyé f ar le roi, en qualité de médiateur de la France entre les peuples de ces Etats,, au mois de mai 1791 (2). ...Venaissin (1), depuis le mois a août 1789, jusqu'à ce jour, par M. Verninac-Saint-ilaur, envoyé f ar le roi, en qualité de médiateur de la France entre les peuples de ces Etats,, au mois de mai 1791 (2).
...on, ne se régénéraient que dans un bain de leur (1) Voy. ci-dessus, même séance, la suite du rapport de M. Bréard sur les troubles d'Avignon. L'on a dit que les peuples, semblables àEson, ne se régénéraient que dans un bain de leur (1) Voy. ci-dessus, même séance, la suite du rapport de M. Bréard sur les troubles d'Avignon.
...reuve nouvelle cette affligeante vérité de l'histoire. propre sang. La révolution d'Avignon et du comté ' Venaissin a scellé d'une preuve nouvelle cette affligeante vérité de l'histoire.
... il est difficile, en se les rappelant, de se défendre d'un frisson d'horreur trop...
...r sur des bases solides la tranquillité de l'avenir, et préserver le midi d'une gu...
...e sanglante par les passions des partis, ont presque fatigué la sensibilité ; et il est difficile, en se les rappelant, de se défendre d'un frisson d'horreur trop légitime. Cependant, il est bon que l'on approfondisse ces événements mieux dép...
...clairés, ils puissent, par d'utiles mesures, fermer la blessure du passé, asseoir sur des bases solides la tranquillité de l'avenir, et préserver le midi d'une guerre civile. C'est dans cette vue, dans cette vue seule, et non pour faire préva...
... faisaient partie, encore au x® siècle, de cet antique royaume d'Arles, dont l'exi...
...t d'Avignon, après avoir souvent changé de maîtres, passèrent, l'un dans la maison des comtes 'de Provence, l'autre dans celle des comtes de Toulouse.
Les deux comtés Venaissin et d'Avignon faisaient partie, encore au x® siècle, de cet antique royaume d'Arles, dont l'existence contestée et obscure a laissé pourtant des vestiges dans nos anciennes histoires. Ce royaume ayant été démembré, les comtes Venaissin et d'Avignon, après avoir souvent changé de maîtres, passèrent, l'un dans la maison des comtes 'de Provence, l'autre dans celle des comtes de Toulouse.
La fameuse reine Jeanne de Naples, comtesse de Provence, vendit le comté d'Avignon au ...
..., et pour être absoute, par ce pontife, de l'accusation d'avoir étouffe son mari. ...
La fameuse reine Jeanne de Naples, comtesse de Provence, vendit le comté d'Avignon au pape Clément vi, en 1348, pour une somme ae 80,000 florins, et pour être absoute, par ce pontife, de l'accusation d'avoir étouffe son mari. Les 80,000 florins ne furent jamais payés; et l'absolution du pape n'empêcha pas...
...usurpé le comté Venaissin sur la maison de Toulouse, dont les infortunes, fruit de l'intolérance odieuse des papes et de l'ambition de Montfort, ont laissé dans l'histoire un... Près d'un siècle auparavant, le Saint-Siège avait usurpé le comté Venaissin sur la maison de Toulouse, dont les infortunes, fruit de l'intolérance odieuse des papes et de l'ambition de Montfort, ont laissé dans l'histoire une trace si intéressante.
...urs siècles, quoique frappés d'ailleurs de protestations, de révocations, d'actes conservatoires et de réserves, lorsqu'enfin une Révolution q... ...origine respectable. Cependant, les papes avaient su les maintenir durant plusieurs siècles, quoique frappés d'ailleurs de protestations, de révocations, d'actes conservatoires et de réserves, lorsqu'enfin une Révolution qu'il n'avait point su prévenir et à laquelle il ne voulut point se faire, entraî...
...à leur tour ils renferment des portions de c'é territoire. Un tel mélange, fortifié d'ailleurs par les rapports du sang, de l'amitié, des affaires, et surtout par ...
...olitiques, liait invinciblement le sort de ces deux petits Etats aux destinées de la France, et les condamnait à être les satellites de notre Révolution. Aussi, la commotion de 1789, cette commotion étonnante qui, le...
...a même heure, mit en armes, dun point ..de .l'Empire à l'autre, toutes les fractio...
...'Avignon ; on sait que pressés dans tous les points par le territoire français, à leur tour ils renferment des portions de c'é territoire. Un tel mélange, fortifié d'ailleurs par les rapports du sang, de l'amitié, des affaires, et surtout par celui des mêmes éléments politiques, liait invinciblement le sort de ces deux petits Etats aux destinées de la France, et les condamnait à être les satellites de notre Révolution. Aussi, la commotion de 1789, cette commotion étonnante qui, le même jour, presque à la même heure, mit en armes, dun point ..de .l'Empire à l'autre, toutes les fractioùs du peuple français, se fit-elle sentir dans les Etats Venaissin et d'Avignon....

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 436
...du pouvoir législatif ; avait adopté la Constitution et les lois françaises, et commit à une assemblée de 30 citoyens le droit d'appliquer cette Constitution et ces lois d'après les convenances loc... vril 1790, le peuple s'était ressaisi, dans les mains du vice-légat, du pouvoir législatif ; avait adopté la Constitution et les lois françaises, et commit à une assemblée de 30 citoyens le droit d'appliquer cette Constitution et ces lois d'après les convenances locales.
...novations n'avaient produit d'abord que de légères secousses. L'énergique volonté ...
...ts marquèrent d'improbation la conduite de ceux qui menaient le peuple à un nouveau régime ; si même le monstre de l'inquisition menaça des foudres indiscrets de l'excommunication la main qui venait de la détruire ; tous ces actes, désavoués et révoqués dès leur princip...
Ces innovations n'avaient produit d'abord que de légères secousses. L'énergique volonté du peuple subjuguait aisément la faible résistance d'un gouvernement sans force et sans considération; et si les prisons s'ouvrirent quelquefois, si des décrets marquèrent d'improbation la conduite de ceux qui menaient le peuple à un nouveau régime ; si même le monstre de l'inquisition menaça des foudres indiscrets de l'excommunication la main qui venait de la détruire ; tous ces actes, désavoués et révoqués dès leur principe, ne servaient qu'à proclamer l'impuissance des anciennes autorités.
...diqua donc à Carpentras, ville capitale de la province. Le pape improuva et défend...
... dans l'Etat d'Avignon, quoique revêtue de la sanction du vice-légat; mais il ne s...
...t effet, l'Italien Celestini fut envoyé de Rome. Avignon leur ferma ses portes, dè...
...ffer dans cette ville le germe naissant de la Constitution française; et Carpentras ne l'admit dan...
...irent donc à Carpentras, chargés chacun de mandats précis, qui, de la part du clergé et de la noblesse, avaient pour but, entre au...
...iècles. Les circonstances devenaient favorables pour le faire revivre. On les indiqua donc à Carpentras, ville capitale de la province. Le pape improuva et défendit cette assemblée, ainsi qu'il avait rejeté l'adoption des lois françaises dans l'Etat d'Avignon, quoique revêtue de la sanction du vice-légat; mais il ne soutint pas cette mesure, et après avoir ainsi parlé en maître, il en vint jusqu'à négocier à cet effet, l'Italien Celestini fut envoyé de Rome. Avignon leur ferma ses portes, dès qu'on fut informé que les ordres secrets du pontife étaient d'étouffer dans cette ville le germe naissant de la Constitution française; et Carpentras ne l'admit dans son sein, que lorsqu'il eût donné son assentiment à cette convocation d'Etats généraux, que le Pape avait proscrite. Les trois ordres du comté venaissin se réunirent donc à Carpentras, chargés chacun de mandats précis, qui, de la part du clergé et de la noblesse, avaient pour but, entre autres dispositions, la convocation des trois ordres.
C'est peut-être ici le lieu de dire quelles étaient ces autorités. Exa...
...ou bien absolve les peuples du reproche de la Révolution.
C'est peut-être ici le lieu de dire quelles étaient ces autorités. Examinons ce gouvernement dont on a si fort exalté le désintéressement et la modéra...
... exacte analyse fixe enfin l'estime universelle sur l'administration des papes, ou bien absolve les peuples du reproche de la Révolution.
...s administrateurs infidèles n'ont garde de se choisir des successeurs scrupuleux. ...
...n se trouve-t-elle accablée d'une dette de 4 millions. Une justice civile, dispens...
...prévarications, ou un succès rendu hors de prix, par l'attente. Un tribunal, sous le nom de congrégation criminelle, prêtait des dé...
.... La hideuse inquisition avait l'audace de tenir dans l'abjection et dans la crain...
... Rome, au sein d'un pays où la religion de Rome était presque généralement réduite à l'idolâtrie des madones, aux pratiques de la superstition, et aux ridicules travestissements des confréries. Un faix de dîme pesait sur le peuple. Enfin, pour une rétribution légère, la cour de Rome avait livré la contrée à lividité ...
...x-mêmes; circonstance qui favorisait à l'excès les malversations, attendu que des administrateurs infidèles n'ont garde de se choisir des successeurs scrupuleux. Aussi, la ville d'Avignon se trouve-t-elle accablée d'une dette de 4 millions. Une justice civile, dispensée par des hommes d'une insolente corruption, rendait ruineux l'abord des tribun...
...déroute des plaideurs en les forçant d'aller chercher au delà des monts, ou des prévarications, ou un succès rendu hors de prix, par l'attente. Un tribunal, sous le nom de congrégation criminelle, prêtait des délits à l'innocence, afin d'en obtenir des compositions, et vendait au coupable l'horrible immunité des peines. La hideuse inquisition avait l'audace de tenir dans l'abjection et dans la crainte les religions désavouées par Rome, au sein d'un pays où la religion de Rome était presque généralement réduite à l'idolâtrie des madones, aux pratiques de la superstition, et aux ridicules travestissements des confréries. Un faix de dîme pesait sur le peuple. Enfin, pour une rétribution légère, la cour de Rome avait livré la contrée à lividité des traitants français, en enchaînant l'industrie et le génie du sol national.
...inistrés arbitrairement pour un conseil de nobles et d'évêques. ...lement, le vice-légat n'y pouvait rien entreprendre sur les deniers publics, administrés arbitrairement pour un conseil de nobles et d'évêques.
... qu'on ne pense pas que ce que je viens de dire ne soit que l'histoire de ses abus : c'est celle du gouvernement ... Tel était ce gouvernement si vanté. Et qu'on ne pense pas que ce que je viens de dire ne soit que l'histoire de ses abus : c'est celle du gouvernement lui-même.
Du reste, l'Etat ne payait point de subside au Saint-Siège, si toutefois ce... Du reste, l'Etat ne payait point de subside au Saint-Siège, si toutefois ce n'en est pas un que l'impôt du despotisme.
...ation. Dans l'Etat Venaissin, le projet de faire exercer la souveraineté par une a... infiniment simplifié l'opération. Dans l'Etat Venaissin, le projet de faire exercer la souveraineté par une assemblée représentative, l'avait rendue plus longue, plus difficile et plus péri...
... n'avaient pas corioouru à la formation de ces Etats. Plusieurs, séduites par l'ex...
...pouvait y fomenter, s'étaient détachées de l'administration de l'Etat Venaissin, dont jusqu'alors elle...
...ns, à celle que l'Etat d'Avignon venait de se donner. Il est essentiel de retenir cette circonstance. Elle fut le premier germe de division entre Avignon et Carpentras. E...
Cependant, toutes les communes du comté Venaissin n'avaient pas corioouru à la formation de ces Etats. Plusieurs, séduites par l'exemple d'Avignon, qui. en adoptant les lois françaises, s'épargnaient les dépenses d'une Assemblée législative, et les troubles que la diversité des opinions pouvait y fomenter, s'étaient détachées de l'administration de l'Etat Venaissin, dont jusqu'alors elles avaient fait partie, et s'étaient réunies, par des fédérations, à celle que l'Etat d'Avignon venait de se donner. Il est essentiel de retenir cette circonstance. Elle fut le premier germe de division entre Avignon et Carpentras. Elle mit en fermentation l'ancien levain des haines qui ont toujours subsisté ent...
..., enjoué, spirituel, ardent au plaisir, de mœurs faciles. Seulement l'influence au... ... se distinguait par un caractère public, analogue à ces éléments. On y était vif, enjoué, spirituel, ardent au plaisir, de mœurs faciles. Seulement l'influence au gouvernement avait empreint ce beau naturel des vices ordinaires aux opprimés ;...
Carpentras, placé au milieu de terres peu fertiles et non loin des âpres sommets du Van-toux, privé de communications, n'attirant ni le voyage...
...r des ateliers, existait dans une sorte de stagnation physique, qui s'était communiquée au caractère de ses habitants. On y était grave et lent...
...et dans l'esprit les mêmes pensées. Peu de richesse et presque point de luxe, laissaient aux mœurs une teinte de rudesse et d'austérité; le défaut de circulation des idées y conservait aux ...
Carpentras, placé au milieu de terres peu fertiles et non loin des âpres sommets du Van-toux, privé de communications, n'attirant ni le voyageur par des monuments et par un beau site, ni le commerçant par des ateliers, existait dans une sorte de stagnation physique, qui s'était communiquée au caractère de ses habitants. On y était grave et lent, parce qu'on avait sans cesse sous les yeux les mêmes objets, et dans l'esprit les mêmes pensées. Peu de richesse et presque point de luxe, laissaient aux mœurs une teinte de rudesse et d'austérité; le défaut de circulation des idées y conservait aux superstitions religieuses presque toute leur activité, et du reste, là. comme à ...

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 437
Par un effet naturel de cet ordre de choses à Carpentras, l'on était envieux d'Avignon, et dans Avignon on se prévalait de ses avantages sur Carpentras ; et la jalousie de l'un se tournant en haine, tandis que l'orgueil de l'autre s'échappait en saillie, il en é...
... imagine bien que le gouvernement, fort de leur division, n'avait garde de les rapprocher.
Par un effet naturel de cet ordre de choses à Carpentras, l'on était envieux d'Avignon, et dans Avignon on se prévalait de ses avantages sur Carpentras ; et la jalousie de l'un se tournant en haine, tandis que l'orgueil de l'autre s'échappait en saillie, il en était nécessairement résulté une mésintelligence ouverte et héréditaire entre ces deux villes. On imagine bien que le gouvernement, fort de leur division, n'avait garde de les rapprocher.
...uvement des communes gui se détachèrent de l'Etat venaissin pour suivre le sort de l'Etat d'Avignon, réveilla les anciennes ani-mosités de Carpentras. Aussi, la première opératio...
...mmunes à fournir leurs représentants et de casser tout ce qu'elles avaient pu faire d'opérations politiques de concert avec Avignon.
Le mouvement des communes gui se détachèrent de l'Etat venaissin pour suivre le sort de l'Etat d'Avignon, réveilla les anciennes ani-mosités de Carpentras. Aussi, la première opération des Etats fut d'appeler ces communes à fournir leurs représentants et de casser tout ce qu'elles avaient pu faire d'opérations politiques de concert avec Avignon.
Cet Etat renfermait un grand nombre de familles nobles, dont le nouvel ordre de choses abaissait la tête sous le niveau de l'égalité politique : il renfermait aussi beaucoup de familles plébéiennes, à qui ce nouvel o...
...premiers grades. Mais bientôt, revenant de leur surprise, ces ennemis naturels de la Révolution résolurent de l'étouffer dans le sang du peuple.
Cet Etat renfermait un grand nombre de familles nobles, dont le nouvel ordre de choses abaissait la tête sous le niveau de l'égalité politique : il renfermait aussi beaucoup de familles plébéiennes, à qui ce nouvel ordre faisait perdre une part considérable dans les déprédations d'un gouvernemen...
... nationale; et, soit confiance, soit habitude d'égards, on leur avait donné les premiers grades. Mais bientôt, revenant de leur surprise, ces ennemis naturels de la Révolution résolurent de l'étouffer dans le sang du peuple.
... mannequin qui fut trouvé pendu, décoré de l'écharpe municipale, d'autres indices ...
...e, sans cependant lui faire rien perdre de sa confiance. Enfin, le 10 juin, au mil...
..., tandis que les citoyens se reposaient de leur sûreté sur la loi et la foi mutuel...
...les, qu'ils composaient presque entièrement ou dont ils étaient les maîtres ; un mannequin qui fut trouvé pendu, décoré de l'écharpe municipale, d'autres indices non moins indiscrets, décelaient leurs complots, et avertissaient le peuple, sans cependant lui faire rien perdre de sa confiance. Enfin, le 10 juin, au milieu d'une sécurité profonde, tandis que les citoyens se reposaient de leur sûreté sur la loi et la foi mutuelles, éclatèrent dans Avignon, ces ressentiments longtemps contenus, et qui n'att...
...révolutionnaires avaient choisi le jour de la Fête-Dieu, parce que cette solennité...
...évolution-naires se portèrent au nombre de 800, dans l'église des Célestins. Une distribution considérable de cartouches avait été faite dès la veill...
...nies contre-révolutionnaires se trouvât de service à la maison commune, où l'on vo...
...dministration consulaire sur lés débris de la municipalité. Tout étant ainsi dispo...
Les contre-révolutionnaires avaient choisi le jour de la Fête-Dieu, parce que cette solennité, sous le prétexte d'escorter des processions, favorisait un rassemblement d'hommes en armes. En effet, sous cette couleur, les contre-révolution-naires se portèrent au nombre de 800, dans l'église des Célestins. Une distribution considérable de cartouches avait été faite dès la veille. Les têtes dévouées plus particulièrement à la mort étaient désignées au fer d...
...on devait surprendre étaient marqués; et l'on avait du soin que l'une des compagnies contre-révolutionnaires se trouvât de service à la maison commune, où l'on voulait relever l'ancienne administration consulaire sur lés débris de la municipalité. Tout étant ainsi disposé, les contre-révolutionnaires sortent des Célestins à 4 heures, et se répanden...
signal de la violence. Bientôt le sang coule : de...
...impitoyablement : le touchant privilège de l'âge et du sexe n'est point respecté :...
...s nationales demeurées fidèles. Revenus de leur étonnement, ils courent aux armes ...
...ortant par sa situation et par le dépôt de l'artillerie et des poudres ; ils march...
...é que des assassins, ils furent obligés de devenir des soldats. Dans cette lutte n...
...ne ne fut pas la même : après un combat de quelques heures, repoussés, vaincus, mi...
signal de la violence. Bientôt le sang coule : des hommes sans armes sont massacrés impitoyablement : le touchant privilège de l'âge et du sexe n'est point respecté : l'asile sacré des maisons est sans force. Une attaque, si soudaine et si imprévue avait jeté d'abord la consternation parmi les gardes nationales demeurées fidèles. Revenus de leur étonnement, ils courent aux armes ; ils s'emparent du palais, poste important par sa situation et par le dépôt de l'artillerie et des poudres ; ils marchent contre leurs ennemis. Jusqu'ici les contre-révolutionnaires avaient usurpé s...
... honneur d'une facile victoire ; dès lors il fallut la mériter. Ils n'avaient été que des assassins, ils furent obligés de devenir des soldats. Dans cette lutte nouvelle, leur fortune ne fut pas la même : après un combat de quelques heures, repoussés, vaincus, mis en fuite, ils demandèrent à composer.
...ut le monde connaît la déplorable issue de cette affaire. On sait quelle vengeance le peuple tira de quelques-uns des chefs du complot. Quatre périrent des mains de bourreaux, mandés par les contre-révolu...
...ds partisans des idées nouvelles. L'une de ces victimes, le marquis d'Aulan, homme charitable et pieux, emporta les regrets de toutes les âmes sensibles. Du pied de la potence, où son courage et sa résign...
...ments, il adressa au peuple des paroles de réconciliation, et s'excusa en disant :...
...e. On trouva dans son testament un legs de 12,000 livres en faveur des pauvres.
Tout le monde connaît la déplorable issue de cette affaire. On sait quelle vengeance le peuple tira de quelques-uns des chefs du complot. Quatre périrent des mains de bourreaux, mandés par les contre-révolutionnaires eux-mêmes et auxquels ils avaient réservé le supplice des plus chauds partisans des idées nouvelles. L'une de ces victimes, le marquis d'Aulan, homme charitable et pieux, emporta les regrets de toutes les âmes sensibles. Du pied de la potence, où son courage et sa résignation honorèrent ses derniers moments, il adressa au peuple des paroles de réconciliation, et s'excusa en disant : J'avais promis à Rochegude. On trouva dans son testament un legs de 12,000 livres en faveur des pauvres.
Au premier bruit de cet événement, les communes françaises,...
...iment d'humanité, envoyèrent au secours de cette ville de nombreux détachements de gardes nationales. Leur présence obtint l'honorable succès de mettre un terme à ce scandale d'exécuti...
Au premier bruit de cet événement, les communes françaises, voisines d'Avignon, poussées d'un sentiment d'humanité, envoyèrent au secours de cette ville de nombreux détachements de gardes nationales. Leur présence obtint l'honorable succès de mettre un terme à ce scandale d'exécutions arbitraires ; mais ce ne fut pas sans difficulté. Le peuple, exalté par la v...
De fortes raisons portaient à croire que l...
... voyait qu'avec chagrin le nouvel ordre de choses. On s'assembla pour délibérer su...
...à l'Assemblée nationale la souveraineté de l'Etat d'Avignon. A cet effet, MM. Tiss...
...signifiait au vice-légat Cazoni l'ordre de s'éloigner, et que l'on faisait poser les armes de France partout où étaient placées la ti...
De fortes raisons portaient à croire que le le vice-légat avait eu connaissance des projets qui venaient d'avorter. Quelqu...
...it penser au peuple qu'il n'aurait jamais une paix sincère avec un prince qui ne voyait qu'avec chagrin le nouvel ordre de choses. On s'assembla pour délibérer sur le parti que les conjonctures rendaient nécessaires, et il fut unanimement résolu d'offrir à l'Assemblée nationale la souveraineté de l'Etat d'Avignon. A cet effet, MM. Tissot, Duprat et Lécuyer furent envoyés à Paris; en même temps que l'on signifiait au vice-légat Cazoni l'ordre de s'éloigner, et que l'on faisait poser les armes de France partout où étaient placées la tiare et les clefs roumaines.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 438
Tandis que la Révolution de l'Etat d'Avignon s'était ainsi enveloppée de deuil, celle de 1 Etat Venaissin avait également pris u...
... sombre et nébuleuse. Quelques communes de cet Etat n'avaient point voulu députer ...
...ts; et l'assemblée, après quelques mois de séances, se trouvait réduite aux deux tiers de ses membres. Je ne sais quelle fatale r...
...ularité, elle avait récemment adopté la Constitution française. On trouvait à cette adoption...
...our, d'ailleurs, rassemblée faisait les actes les plus contraires à cette constitution. Ses lois avaient Consacré l'intoléranc...
..., les Juifs continuaient à être flétris de l'humiliante livrée de l'oppression ; à être parqués comme un vil bétail, et à subir le supplice de salarier et d'entendre les prêches d'un prêtre qui médisait de leur religion, et qui leur exaltait les dogmes de l'Eglise de Rome. Une circonstance perdit surtout l...
...t qu'on apprit qu'elle négociait rachat de quelques pièces d'artillerie et de flammes propres à servir de signaux.
Tandis que la Révolution de l'Etat d'Avignon s'était ainsi enveloppée de deuil, celle de 1 Etat Venaissin avait également pris une couleur sombre et nébuleuse. Quelques communes de cet Etat n'avaient point voulu députer à l'assemblée représéntative, ainsi que je l'ai déjà observé. Bientôt d'autres communes avaient rappelé leurs représentants; et l'assemblée, après quelques mois de séances, se trouvait réduite aux deux tiers de ses membres. Je ne sais quelle fatale renommée d'aristocratie l'avait discréditée parmi les peuples. En vain, pour conquérir un peu d'influence et quelque popularité, elle avait récemment adopté la Constitution française. On trouvait à cette adoption une clause qui la rendait illusoire. Chaque jour, d'ailleurs, rassemblée faisait les actes les plus contraires à cette constitution. Ses lois avaient Consacré l'intolérance religieuse. Sous ses yeux, les Juifs continuaient à être flétris de l'humiliante livrée de l'oppression ; à être parqués comme un vil bétail, et à subir le supplice de salarier et d'entendre les prêches d'un prêtre qui médisait de leur religion, et qui leur exaltait les dogmes de l'Eglise de Rome. Une circonstance perdit surtout l'assemblée, dans l'opinion publique ; c'est qu'on apprit qu'elle négociait rachat de quelques pièces d'artillerie et de flammes propres à servir de signaux.
§arti et toute la recherche de la passion, tant e si bons moyens d'opérer la ruine de cette assemblée. D'ailleurs, telle était la situation des choses, que l'intérêt de sa révolution lui en faisait la loi. L'...
...sentative, malgré qu'elle eût adopté la Constitution française, quoiqu'elle fût en querelle ouverte avec le Saint-Siège, ne voulait point de cette Constitution, dont les bases étaient odieuses aux pr...
...constances favorables. Affranchie alors de ses craintes, s'élevant au-dessus ' de ses ménagements, elle se serait abandon...
...ues; et le pape» ressaisi par son moyen de toutes les forces au Comtat, s eh serai...
§arti et toute la recherche de la passion, tant e si bons moyens d'opérer la ruine de cette assemblée. D'ailleurs, telle était la situation des choses, que l'intérêt de sa révolution lui en faisait la loi. L'assemblée représentative, malgré qu'elle eût adopté la Constitution française, quoiqu'elle fût en querelle ouverte avec le Saint-Siège, ne voulait point de cette Constitution, dont les bases étaient odieuses aux prêtres et aux nobles qui la dirigeaient et tenait fortement au gouvernement du Sa...
...té du peuple l'obligeait à dissimuler. Mais il n'avait qu'à se présenter des circonstances favorables. Affranchie alors de ses craintes, s'élevant au-dessus ' de ses ménagements, elle se serait abandonnée à ses vues; et le pape» ressaisi par son moyen de toutes les forces au Comtat, s eh serait servi pour replacer Avignoh sous son empire.
...ération n'avait pas échappé aux auteurs de la révolution avignonnaise ; et c'était...
...es peuples, et à se faire des partisans de leur système parmi les communes de l'Etat Venaissin. Leurs soins n'avaient pas été inutiles ; il n'était presque pas de commune, surtout dans le bas Gom-tat où il n'y eut deux partis, dont l'un adoptant la Constitution française, mais modifiée par l'assemblé...
...ont l'autre, embrassant sans réserve la Constitution française, telle qu'elle était adoptée dans Avignon, s'attachait aux destinées de cet Etat, et réprouvait l'assemblée rep...
Cette considération n'avait pas échappé aux auteurs de la révolution avignonnaise ; et c'était ce motif 'qui les avait fait chercher à perdre l'assemblée représentative dans l'esprit des peuples, et à se faire des partisans de leur système parmi les communes de l'Etat Venaissin. Leurs soins n'avaient pas été inutiles ; il n'était presque pas de commune, surtout dans le bas Gom-tat où il n'y eut deux partis, dont l'un adoptant la Constitution française, mais modifiée par l'assemblée représentative, tenait à cette assemblée; et dont l'autre, embrassant sans réserve la Constitution française, telle qu'elle était adoptée dans Avignon, s'attachait aux destinées de cet Etat, et réprouvait l'assemblée représentative.
...f-à-dire pour l'adoption pure et simple de la Constitution française. La présence de ces étrangers excita la plus vive fermentation dans la ville. Inquiet de leurs projets, le parti de l'assemblée représentative s'ameute, s'arme, les force à sortir des murs, s'empare de la maison commune, et se porte au crime de massacrer, au pied d'une potence, un vieillard septuagénaire, commandant de la garde nationale, et dont le seul tort était de ne pas aimer à demi la Constitution Française. Je me suis fait attester, sur le lieu même de cette catastrophe, que les assassins avaient fait subir à un prêtre, fils de leur malheureuse victime, le supplice de rendre à son père expirant les derniers...
... nationales; mais ils étaient partisans de son système, et ils le favorisèrent. Ainsi les meurtriers du malheureux vieillard, de l'infortuné Bressi, ne portèrent point ...
...oyens du parti d'Avignon furent chargés de fers et traduits dans les prisons de Carpentras; et le reste de ce parti fut contraint draller chercher...
...oix que se proposait le parti qui tenait au Thor pour le système d'Avignon, c'esf-à-dire pour l'adoption pure et simple de la Constitution française. La présence de ces étrangers excita la plus vive fermentation dans la ville. Inquiet de leurs projets, le parti de l'assemblée représentative s'ameute, s'arme, les force à sortir des murs, s'empare de la maison commune, et se porte au crime de massacrer, au pied d'une potence, un vieillard septuagénaire, commandant de la garde nationale, et dont le seul tort était de ne pas aimer à demi la Constitution Française. Je me suis fait attester, sur le lieu même de cette catastrophe, que les assassins avaient fait subir à un prêtre, fils de leur malheureuse victime, le supplice de rendre à son père expirant les derniers devoirs religieux. L'assemblée représentative se hâta bien d'envoyer au Thor des gardes nationales; mais ils étaient partisans de son système, et ils le favorisèrent. Ainsi les meurtriers du malheureux vieillard, de l'infortuné Bressi, ne portèrent point la peine due à leur crime; au contraire, plusieurs citoyens du parti d'Avignon furent chargés de fers et traduits dans les prisons de Carpentras; et le reste de ce parti fut contraint draller chercher, loin du Tnor, un asile contre les assassins ou la tyrannie.
... son caractère, était-elle sur ia ligne de ses droits? Exerçait-elle une autorité ...
...u'elle forçait à fournir leurs éléments de représentation, quelle punissait de leur penchant vers un autre ordre polit...
...é constamment des fractions intégrantes de l'Etat, dont elle exerçait la souveraineté. Sous ce rapport, les actes qu'elle se permettait, paraissent en pr...
...t constamment refusé à exercer le droit de sanction qui lui avait été réservé (1) ...
...x sollicitations qui lui étaient faites de sanctionner les décrets de cette assemblée : « Je ne sanctionnerai...
...l'assemblée représentative," en imposant la loi aux communes qui méconnaissaient son caractère, était-elle sur ia ligne de ses droits? Exerçait-elle une autorité légitime? On le pense au premier aspect. En effet, les communes qu'elle forçait à fournir leurs éléments de représentation, quelle punissait de leur penchant vers un autre ordre politique, avaient été constamment des fractions intégrantes de l'Etat, dont elle exerçait la souveraineté. Sous ce rapport, les actes qu'elle se permettait, paraissent en principe. Mais on lui objectait qu'elle n'était pas reconnue par le prince ; que même elle avait été déclarée par lui nulle et illégale ; qu'il s'était constamment refusé à exercer le droit de sanction qui lui avait été réservé (1) et que, ainsi, ses décrets sans caractère exécutés à main armée, (1) Le vice-légat répondait constamment aux sollicitations qui lui étaient faites de sanctionner les décrets de cette assemblée : « Je ne sanctionnerais pas le Pater. »
...ait en valeur, avec tout l'empressement de l'esprit de On sent bien que l'Etat d'Avignon mettait en valeur, avec tout l'empressement de l'esprit de
De cette division sortirent les malheurs l... De cette division sortirent les malheurs les
...pçonna d'avoir été appelés pour appuyer de leur présence, ...pérer au Thor, il se trouva dans cette ville *È> citoyens d'Avignon que l'on soupçonna d'avoir été appelés pour appuyer de leur présence,
...e extrême activité, étaient travaillées de troubles de même genre. L'assemblée représentative ...
...rtisans du système avignonnais, martyrs de son intolérance* y gémissaient dans l'o...
...le, Piolène, Malancène, Vaison, villes où les deux opinions fermentaient avec une extrême activité, étaient travaillées de troubles de même genre. L'assemblée représentative y dominait par des soldats, et les partisans du système avignonnais, martyrs de son intolérance* y gémissaient dans l'oppression, ou s'exilaient pour n'en pas éprouver l'atteinte.
...nir par l'opinion, se mettait en mesure de gouverner par la force. Elle marchait m...
... on achetait des armes et des munitions de guerre dans plusieurs villes de France, ses émissaires négociaient, dans Toulon, l'acquisition de quelques pièces d'artillerie, la créati...
...e auquel elle avait délégué l'exécution de ses lois, et qui ne daignait pas la rec...
...'était abandonnée à l'indiscrète mesure de créer une sorte d'administration triumv...
Ainsi l'assemblée représentative, ne pouvant se maintenir par l'opinion, se mettait en mesure de gouverner par la force. Elle marchait même assez ouvertement à ce but. Par ses ordres, on achetait des armes et des munitions de guerre dans plusieurs villes de France, ses émissaires négociaient, dans Toulon, l'acquisition de quelques pièces d'artillerie, la création d'un état-major, à laquelle elle se livrait, annonçait la prochaine formation d'une armée ; et enfin, pour suppléer à l'inaction du prince auquel elle avait délégué l'exécution de ses lois, et qui ne daignait pas la reconnaître, elle s'était abandonnée à l'indiscrète mesure de créer une sorte d'administration triumvirale.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 439
...haque jour : elle avait même gagné ceux de nos départements qui touchent aux Etats...
...r le blâme et par le ridicule, la cause de l'assemblée représentative. Ces mouvements de haine et d'amour se faisaient sentir jusque dans Paris, au sein même de l'Assemblée nationale. Le parti de l'assemblée représentative, connu sous la désignation de parti de Carpentras, suspect du crime, alors irrémissible d'aristocratie, accusé de rassembler, dans le Comtat, les élément...
...tion, coupable d'avoir abattu les armes de France que quelques communes de cet Etat avaient arborées sur leurs mur...
...ises, y était profondément haï des amis de la Révolution; et le parti d'Avignon y ...
» Cette opinion était fondée; aussi se propageait-elle chaque jour : elle avait même gagné ceux de nos départements qui touchent aux Etats d'Avignon et du Comtat, et qui, se passionnant pour les intérêts qu'on y agitai...
...ation française, lui portaient un tendre intérêt, tandis qu'ils desservaient, par le blâme et par le ridicule, la cause de l'assemblée représentative. Ces mouvements de haine et d'amour se faisaient sentir jusque dans Paris, au sein même de l'Assemblée nationale. Le parti de l'assemblée représentative, connu sous la désignation de parti de Carpentras, suspect du crime, alors irrémissible d'aristocratie, accusé de rassembler, dans le Comtat, les éléments d'une contre-révolution, coupable d'avoir abattu les armes de France que quelques communes de cet Etat avaient arborées sur leurs murs, pour s'en faire un préservatif contre ses entreprises, y était profondément haï des amis de la Révolution; et le parti d'Avignon y trouvait une faveur toute particulière.
...ter à tant d'obstacles. Elle était près de se dissoudre au mois de janvier 1791, après 8 mois d'inutiles e... L'assemblée représentative ne pouvait pas résister à tant d'obstacles. Elle était près de se dissoudre au mois de janvier 1791, après 8 mois d'inutiles efforts. Un événement brusqua sa ruine.
...vaillon, ville épiscopale sur lés bords de la Durancé et la seconde cité de l'Etat Venaissin. Cette commune avait é...
...ment par 2,500 hommes; des commissaires de l'assemblée représentative y avaient ca...
... les habitants s'étaient vus contraints de nommer des députés à l'assemblée représentative. De nombreux excès avaient suivi l'invasion : plus de 500 hommes avaient été forcés de fuir, et une forte garnison qu'on avait...
...consolations dans Avignon. Le spectacle de leurs larmes, le récit de leur infortune, et surtout la nature de...
...ent pas manqué d'exalter les esprits et de pousser à des mesures violentes cette n...
...e vais rendre compte, précipita l'effet de cette détermination.
Parmi les communes qu'elle avait persécutées, se trouvait Cavaillon, ville épiscopale sur lés bords de la Durancé et la seconde cité de l'Etat Venaissin. Cette commune avait été envahie inopinément par 2,500 hommes; des commissaires de l'assemblée représentative y avaient cassé la municipalité, parce qu'elle s'était formée dans les principes du parti d'Avignont avait fait désarmer la garde nationale ; et les habitants s'étaient vus contraints de nommer des députés à l'assemblée représentative. De nombreux excès avaient suivi l'invasion : plus de 500 hommes avaient été forcés de fuir, et une forte garnison qu'on avait placée dans leur patrie, et qui continuait à l'opprimer, les en avait tenus écartés durant plusieurs mois. Ces èmigrants étaient allés chercher des consolations dans Avignon. Le spectacle de leurs larmes, le récit de leur infortune, et surtout la nature delà cause pour laquelle ils souffraient, qui était celle d'Avignon même, n'avaient pas manqué d'exalter les esprits et de pousser à des mesures violentes cette naine déjà trop animée que l'on portait à l'assemblée représentative. 11 fut résolu qu'on prendrait les armes. Uti incident, dont je vais rendre compte, précipita l'effet de cette détermination.
...0 juin, avait envoyé des députés auprès l'Assemblée nationale pour solliciter s...
...signifiaient ces paroles dans la bouché de Mirabeau), Mirabeau, dis-je, avait proposé un de ces moyens termes, qui sont toujours ac...
...nvoyer à Avignon des troupes, à l'effet de protéger les établissements français ex...
...ée ayant adopté ce parti, les régiments de Penthièvre et de Soissorir-nais avaient été placés à Avi...
On a vu qu'Avignon, après l'avènement du 10 juin, avait envoyé des députés auprès l'Assemblée nationale pour solliciter sa réunion à la France. Les députés avaient été accueillis avéc distinction, mais...
...éputés : « Je n'ai point encore d'opinion sur votre affaire » (l'on sent ce que signifiaient ces paroles dans la bouché de Mirabeau), Mirabeau, dis-je, avait proposé un de ces moyens termes, qui sont toujours acceptés, parce qu'ils ne décident rien; il avait ouvert l'avis d'envoyer à Avignon des troupes, à l'effet de protéger les établissements français existant dans cette ville. L'Assemblée ayant adopté ce parti, les régiments de Penthièvre et de Soissorir-nais avaient été placés à Avignon sous les ordres
...s longtemps à Avignon sans se ressentir de la fièvre qui agitait cette ville. Des ...
...ur le patriotisme du lieutenant-colonel de Soissonnais. On prétendit qu'il avait m...
...ent, dans lequel 80 soldats du régiment de Soissonnais et quelques dragons de Penthièvre, se déclarèrent pour les citoyens ; et qui força nos troupes de quitter la ville. Cet événement eut lie...
...l'on était vivement affecté sur le sort de Cavaillon. La garde nationale d'Avignon...
...es à cheval, partent d'Avignon précédés de trois pièces d'artillerie, et suivis de plusieurs chariots chargés de munitions de bouche et de guerre. Après avoir marché toute la nui...
...es du matin, devant Cavaillon. La ville de Cavaillon est ceinte d'une muraille, ai...
...s du Comtat, depuis le temps désastreux de nos guerres honteuses de religion, lorsque le Saint-Siège avait fait de cette province l'arsenal et le foyer de...
... désolaient la France; lorsqu'un pâtre, de la Marche d'Ancône, devenu pape, appelait l'un des aïeux de Louis XVI, génération bâtarde et détestable de la maison de Bourbon. Un trompette somma la ville de se rendre. Il fut répondu que l'on se d...
...ale, on l'ébranlé; des sapeurs achèvent de l'abattre ; l'armée pénètre, et après un combat de deux heures, elle se rend maîtresse de la ville et de la maison commune où elle dicte des loi...
...t livrées au pillage; mais il est juste de dire que ce fut plutôt le tort de quelques-uns des èmigrants, qui rentrés...
du maire. Ces corps ne furent pas longtemps à Avignon sans se ressentir de la fièvre qui agitait cette ville. Des soupçons s'élevèrent sur le patriotisme du lieutenant-colonel de Soissonnais. On prétendit qu'il avait manifesté l'intention d'être l'instrument, c'en fut assez pour exciter dans la ville un soulèvement, dans lequel 80 soldats du régiment de Soissonnais et quelques dragons de Penthièvre, se déclarèrent pour les citoyens ; et qui força nos troupes de quitter la ville. Cet événement eut lieu dans les circonstances où. l'on était vivement affecté sur le sort de Cavaillon. La garde nationale d'Avignon, fortifiée par la désertion qui venait d'avoir lieu dans les troupes françaises...
...n effet, le 9 janvier 1791, à 11 heures du matin, 3,000 hommes à pied et 60 hommes à cheval, partent d'Avignon précédés de trois pièces d'artillerie, et suivis de plusieurs chariots chargés de munitions de bouche et de guerre. Après avoir marché toute la nuit, cette petite armée se trouva le 10, à 6 heures du matin, devant Cavaillon. La ville de Cavaillon est ceinte d'une muraille, ainsi que le sont toutes les communes du Comtat, depuis le temps désastreux de nos guerres honteuses de religion, lorsque le Saint-Siège avait fait de cette province l'arsenal et le foyer des fanatiques qui désolaient la France; lorsqu'un pâtre, de la Marche d'Ancône, devenu pape, appelait l'un des aïeux de Louis XVI, génération bâtarde et détestable de la maison de Bourbon. Un trompette somma la ville de se rendre. Il fut répondu que l'on se défendrait. Aussitôt un canon est braqué vers la porte principale, on l'ébranlé; des sapeurs achèvent de l'abattre ; l'armée pénètre, et après un combat de deux heures, elle se rend maîtresse de la ville et de la maison commune où elle dicte des lois. L'on était venu pour venger des excès et l'on en commit soi-même. Plusieurs maisons furent livrées au pillage; mais il est juste de dire que ce fut plutôt le tort de quelques-uns des èmigrants, qui rentrés avec l'armée d'Avignon, s'abandonnèrent à la vengeance. Les vainqueurs se remir...
Au premier bruit de la marche de cette armée, l'assemblée représentative...
...membres s'étaient enfuis précipitamment de Carpentras. Elle avait craint que l'arm...
...Cette ville ; et, en effet, l'intention de ceux qui dirigeaient la faction avignonnaise était de 1 y conduire. La dissolution de l'assemblée, ne les fit point renoncer ...
...vu soutenir avec gloire un siègede près de trois mois, n'était point alors capable...
...nt ; il ne fut plus* dès lors, possible de faire usage de l'artillerie, et les assaillants se ret...
Au premier bruit de la marche de cette armée, l'assemblée représentative s'était dissoute, et ses membres s'étaient enfuis précipitamment de Carpentras. Elle avait craint que l'armée victorieuse ne se portât sur Cette ville ; et, en effet, l'intention de ceux qui dirigeaient la faction avignonnaise était de 1 y conduire. La dissolution de l'assemblée, ne les fit point renoncer à ce projet. On était accoutumé a confondre Carpentras et l'assemblée ; ils étai...
...des mêmes principes. On marcha donc sur Carpentras. Carpentras, que depuis on a vu soutenir avec gloire un siègede près de trois mois, n'était point alors capable d'une longue résistance ; une heureuse circonstance le sauva. A peine l'ennemi eût-il fait ses premières décharges qu'un orage survint ; il ne fut plus* dès lors, possible de faire usage de l'artillerie, et les assaillants se retirèrent.
...une haute prépondérance. Ce déploiement de forees qu'il venait de faire, l'heureux essai qu'il en avait f...
... gouvernement ultramontain qui venaient de S'enfuir du Comtat, lui conciliaient
Cependant le parti d'Avignon prenait chaque jour dans l'Etat Venaissin une haute prépondérance. Ce déploiement de forees qu'il venait de faire, l'heureux essai qu'il en avait fait contre Cavaillon, le crédit qii il avait en France, son triomphe sur l'assemblée représentative, et sur les agents du gouvernement ultramontain qui venaient de S'enfuir du Comtat, lui conciliaient
n'étaient que des actes iniques, arbitraires et oppresseurs. n'étaient que des actes iniques, arbitraires et oppresseurs.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 440
de plus en plus des amis et imposaient à s... de plus en plus des amis et imposaient à ses ennemis.
...le, le plus grand nombre par conformité de sentiments, députaient à Avignon pour c...
... arborant, comme cette ville, les armes de France, exprimaient le vœu de rentrer dans la famille des Français.
... communes du Comtat, les unes par crainte, les autres pour se faire un allié utile, le plus grand nombre par conformité de sentiments, députaient à Avignon pour contracter des liens d'amitié ; et arborant, comme cette ville, les armes de France, exprimaient le vœu de rentrer dans la famille des Français.
...es les anciennes autorités, et entourée de décombres au moment où s'évanouit sa fa...
...elques personnes imaginèrent un système de gouvernement, qui s'alliant au plan projeté de réunion et qui même lui étant favorable...
...née, et ramener enfin le règne paisible de la loi.
...s politique. L'assemblée représentative avait détruit dans l'Etat Venaissin toutes les anciennes autorités, et entourée de décombres au moment où s'évanouit sa faible et inféconde existence, elle n'avait laissé que des corps municipaux après ...
... paraissait encore éloignée d'accepter les deux Etats dans ces circonstances, quelques personnes imaginèrent un système de gouvernement, qui s'alliant au plan projeté de réunion et qui même lui étant favorable, devait faire cesser, en attendant qu'il s'exécutât, l'odieuse anarchie dans laquelle on vivait depuis plus d'une année, et ramener enfin le règne paisible de la loi.
...gnon le 7 février 1791, par les députés de la très grande majorité des communes des deux Etats. Aux termes de ce pacte, les deux Etats d'Avignon et du comté Venaissin réunis sous le nom de département de Vaucluse, confondant leur souveraineté,...
...oportions que tous nos corps électoraux de France. Cette assemblée électorale deva...
...nt des tribunaux, celui des chefs-lieux de district, élire un conseil de département, organiser une force publiq...
...ion nécessaire pour alimenter cet ordre de choses.
... fin qu'on se proposa dans l'établissement du pacte fédératif, souscrit dans Avignon le 7 février 1791, par les députés de la très grande majorité des communes des deux Etats. Aux termes de ce pacte, les deux Etats d'Avignon et du comté Venaissin réunis sous le nom de département de Vaucluse, confondant leur souveraineté, la déposaient momentanément et jusqu'à ce que l'Assemblée nationale l'eût acceptée, dans le sein d'une assemblée électorale, formée dans les mêmes proportions que tous nos corps électoraux de France. Cette assemblée électorale devait distribuer les deux Etats en districts, déterminer le placement des tribunaux, celui des chefs-lieux de district, élire un conseil de département, organiser une force publique, et établir le système d'imposition nécessaire pour alimenter cet ordre de choses.
...tre salutaire; et l'on voit qu'au moyen de ce système, la France pouvait attendre ... ...ait tous les pouvoirs était une chose dangereuse. Cependant, l'effet en eût pu être salutaire; et l'on voit qu'au moyen de ce système, la France pouvait attendre que les circonstances vinssent sourire à la réunion, et l'opérer alors sans seco...
Tant de bonheur n'était pas réservé à la malheu... Tant de bonheur n'était pas réservé à la malheureuse contrée dont je trace les infortunes.
...politique que le pacte fédératif venait de créer, s'était cependant formée dans les murs d'Avignon, composée des députés électeurs de la très grande majorité des communes de...
... qui lui étaient prescrits par le pacte de sa création, lorsqu'un attentat exécrable vint troubler la paix de ses délibérations et pousser les peuples au crime de la guerre civile.
L'assemblée électorale, ce nouveau corps politique que le pacte fédératif venait de créer, s'était cependant formée dans les murs d'Avignon, composée des députés électeurs de la très grande majorité des communes des deux Etats réunis. Déjà même elle se livrait aux travaux qui lui étaient prescrits par le pacte de sa création, lorsqu'un attentat exécrable vint troubler la paix de ses délibérations et pousser les peuples au crime de la guerre civile.
Les députés de trente communes du Haut-Comtat, lesquel...
...dans Sainte-Cécile depuis la dispersion de l'assemblée représentative; et là, sous le nom d'assemblée de l'union, ils réchauffaient la cendre des projets de cette première assemblée,
Les députés de trente communes du Haut-Comtat, lesquelles n'avaient point souscrit le pacte fédératif proposé par Avignon, s'étaient réunis dans Sainte-Cécile depuis la dispersion de l'assemblée représentative; et là, sous le nom d'assemblée de l'union, ils réchauffaient la cendre des projets de cette première assemblée,
dont ils étaient les débris. L'un de leurs desseins était d'annuler d'abord, par la force, le pacte fédératif qui venait de confondre la souveraineté des deux Etats et de contraindre les communes du Venaissin, ...
...ption politique. A cet effet, une armée de 7,000 hommes avait été mise sur pied. La première expédition de cette armée fut un forfait atroce. Elle...
...lane et Anselme. La Villane était maire de Vaison, Anselme était notaire et secrétaire-greffier de cette commune ; tous deux membres de l'assemblée électorale ; tous deux extr...
...ar un dévouement sans bornes à la cause de la Révolution. Le meurtre de ces deux infortunés fut accompagné de circonstances atroces : des danses furent faites autour de leurs membres palpitants ; et le chant ...
dont ils étaient les débris. L'un de leurs desseins était d'annuler d'abord, par la force, le pacte fédératif qui venait de confondre la souveraineté des deux Etats et de contraindre les communes du Venaissin, qui l'avaient souscrit, à rentrer dans leur première circonscription politique. A cet effet, une armée de 7,000 hommes avait été mise sur pied. La première expédition de cette armée fut un forfait atroce. Elle surprit nuitamment Vaison, ville fédérée avec Avignon, et fit lâchement égorger la Villane et Anselme. La Villane était maire de Vaison, Anselme était notaire et secrétaire-greffier de cette commune ; tous deux membres de l'assemblée électorale ; tous deux extrêmement accrédités dans le parti d'Avignon, l'un par son caractère et par ses lumières, Anselme par un dévouement sans bornes à la cause de la Révolution. Le meurtre de ces deux infortunés fut accompagné de circonstances atroces : des danses furent faites autour de leurs membres palpitants ; et le chant que l'Eglise a consacré pour signaler la joie dfun heureux événement, fut prosti...
La nouvelle de ces atrocités ne fut pas plutôt connue dans Avignon, qu'un cri de vengeance se fit entendre, la guerre fu...
...ns l'assemblée électorale, et une armée de 3,000hommes fut mise en campagne, le troisième jour après les assassinats que je viens de raconter, sous la conduite d'un chevalier Patrix. Le jour même de sa sortie d'Avignon, cette armée et celle de l'assemblée de l'union se heurtèrent près de Sarrians. Le nombre n'était pas égal des deux côtés. L'armée de l'union était composée de 7,000 hommes, mais elle n'avait qu'une très légère artillerie, tandis que l'armée de l'assemblée électorale était forte de plusieurs grosses pièces de canon. On se battit de part et d'autre avec le courage de la haine. La victoire avait souri d'abord au parti de l'assemblée de l'union ; mais l'armée de rassemblée électorale étant parvenue à ...
...e dans des fossés, se ressaisit bientôt de l'avantage : et après un combat de quelques heures, l'armée de l'union prit la fuite et se dispersa sa...
La nouvelle de ces atrocités ne fut pas plutôt connue dans Avignon, qu'un cri de vengeance se fit entendre, la guerre fut résolue dans l'assemblée électorale, et une armée de 3,000hommes fut mise en campagne, le troisième jour après les assassinats que je viens de raconter, sous la conduite d'un chevalier Patrix. Le jour même de sa sortie d'Avignon, cette armée et celle de l'assemblée de l'union se heurtèrent près de Sarrians. Le nombre n'était pas égal des deux côtés. L'armée de l'union était composée de 7,000 hommes, mais elle n'avait qu'une très légère artillerie, tandis que l'armée de l'assemblée électorale était forte de plusieurs grosses pièces de canon. On se battit de part et d'autre avec le courage de la haine. La victoire avait souri d'abord au parti de l'assemblée de l'union ; mais l'armée de rassemblée électorale étant parvenue à dégager son artillerie, qui se trouvait prise dans des fossés, se ressaisit bientôt de l'avantage : et après un combat de quelques heures, l'armée de l'union prit la fuite et se dispersa sans retour.
...ontenait plusieurs officiers au service de France. On assure Il est constant que cette armée contenait plusieurs officiers au service de France. On assure
5ue M. Albert de Rioms n'avait point dédaigné e s'y trou...
...ter une contre-révolution dans le Midi, de concert avec les instigateurs du camp de Jalès. Sa défaite ruina ces hautes espé...
5ue M. Albert de Rioms n'avait point dédaigné e s'y trouver; et ce n'est plus un mystère qu'elle était destinée à tenter une contre-révolution dans le Midi, de concert avec les instigateurs du camp de Jalès. Sa défaite ruina ces hautes espérances.
L'action s'était passée sous les murs de Sarrians. Après le combat, les vainqueu... L'action s'était passée sous les murs de Sarrians. Après le combat, les vainqueurs se portèrent sur cette ville. Ils trouvèrent le drapeau blanc flottant sur se...
Sur la foi de ces préliminaires, le président de l'assemblée électorale, lequel se trouv...
...ille, suivi d'un détachement, à l'effet de conférer dans la maison commune. Tout à coup ces apparences de paix se changèrent en une scène d'horreur. Le parti contraire se défend de cette perfidie, et en établit l'invrais...
... la commettre sous les yeux d'une armée de 3,000 hommes, transportés de l'ivresse d'une victoire. Quoi qu'il en...
... à la dévastation. J'ai vu la cicatrice de cette plaie hideuse. J'ai vu la trace
Sur la foi de ces préliminaires, le président de l'assemblée électorale, lequel se trouvait à l'armée, entra dans la ville, suivi d'un détachement, à l'effet de conférer dans la maison commune. Tout à coup ces apparences de paix se changèrent en une scène d'horreur. Le parti contraire se défend de cette perfidie, et en établit l'invraisemblance, en argumentant du péril qu'il y aurait eu à la commettre sous les yeux d'une armée de 3,000 hommes, transportés de l'ivresse d'une victoire. Quoi qu'il en soit, Sarrians fut livré à la dévastation. J'ai vu la cicatrice de cette plaie hideuse. J'ai vu la trace

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 441
Les meurtres de la Villane et d'Anselme étaient vengés ; l'armée de l'assemblée de l'union était détruite, et par cette dé...
.... A cet effet, l'armée alla camper près de Montreux. Indépendamment de la haine que l'on portait à Carpentras,...
...e compte. Carpentras, dans un mouvement de crainte, ou d'enthousiasme, ou de surprise, avait souscrit le pacte fédér...
...us haut l'analyse. Cependant, au mépris de son adhésion à ce pacte, laquelle l'obl...
...rale, non seulement il n'envoyait point de députés, mais même il avait remué, auprès de plusieurs communes, pour les porter à rappeler les leurs. De plus, il avait délibéré, depuis son adh...
...semblée, et avait fourni un détachement de sa garde nationale à cette armée de l'assemblée ae l'union, qui venait d'être vaincue. Ces actes étaient regardés comme une révolte. Ce ...
...ble, Carpentras n'avait pas eu le droit de se soustraire au pacte fédératif après ...
Les meurtres de la Villane et d'Anselme étaient vengés ; l'armée de l'assemblée de l'union était détruite, et par cette défaite, l'on avait acquis des droits à la reconnaissance des Français ; il sembla...
...n, et c'était l'avis d'un grand nombre. Le projet d'assiéger Carpentras prévalut. A cet effet, l'armée alla camper près de Montreux. Indépendamment de la haine que l'on portait à Carpentras, on s'était arrêté à ce parti par une considération dont je vais rendre compte. Carpentras, dans un mouvement de crainte, ou d'enthousiasme, ou de surprise, avait souscrit le pacte fédératif proposé par Avignon, et dont j'ai fait plus haut l'analyse. Cependant, au mépris de son adhésion à ce pacte, laquelle l'obligeait à envoyer ses députés à l'assemblée électorale, non seulement il n'envoyait point de députés, mais même il avait remué, auprès de plusieurs communes, pour les porter à rappeler les leurs. De plus, il avait délibéré, depuis son adhésion, un projet tendant à dissoudre cette assemblée, et avait fourni un détachement de sa garde nationale à cette armée de l'assemblée ae l'union, qui venait d'être vaincue. Ces actes étaient regardés comme une révolte. Ce furent eux qui engagèrent principalement à faire la guerre à Carpentras. Le motif était plausible, Carpentras n'avait pas eu le droit de se soustraire au pacte fédératif après l'avoir consenti librement ; sur-
...ils avaient éprouvée à l'instant du sac de leur déplorable patrie. Sarrians resta désert durant trois jours, après la retraite de l'armée. Les malfaiteurs du voisinage profitèrent de cet abandon pour la piller. ...ncore, dans toute leur énergie, la sombre stupeur, la douleur et l'épouvante qu'ils avaient éprouvée à l'instant du sac de leur déplorable patrie. Sarrians resta désert durant trois jours, après la retraite de l'armée. Les malfaiteurs du voisinage profitèrent de cet abandon pour la piller.
... temps d'anarchie, ils ne perdent point de leur rigueur et de leur exactitude, il est certain que Car... et si dans des temps d'anarchie, ils ne perdent point de leur rigueur et de leur exactitude, il est certain que Carpentras avait tort contre l'assemblée électorale.
Le siège de Carpentras dura trois mois, il n'aurait...
...out ce qui est nécessaire pour ce genre de guerre. A force de constance, ils parvinrent à établir une fonderie de canons et de boulets ; et leur dévouement leur fit trouver, dans les sacrifices de leurs ustensiles, les matières pour l'a...
Le siège de Carpentras dura trois mois, il n'aurait pas duré trois jours, quoique cette ville ait d'assez bonnes murailles, si les assiégeants avaient eu à leur disposition tout ce qui est nécessaire pour ce genre de guerre. A force de constance, ils parvinrent à établir une fonderie de canons et de boulets ; et leur dévouement leur fit trouver, dans les sacrifices de leurs ustensiles, les matières pour l'alimenter.
Sans doute, il est permis de croire que les assiégés durent leur sal...
...le dévouement, un peu plus qu'à l'image de Notre-Dame de Santé, qu'ils avaient arborée sur leurs...
... laquelle le peuple attribuait la vertu de repousser les boulets de l'armée ennemie.
Sans doute, il est permis de croire que les assiégés durent leur salut à cet honorable dévouement, un peu plus qu'à l'image de Notre-Dame de Santé, qu'ils avaient arborée sur leurs murs ; et à laquelle le peuple attribuait la vertu de repousser les boulets de l'armée ennemie.
La longue durée de ce siège perdit l'armée de l'assemblée électorale. Insensiblement,...
...nt les habitudes qu'ils avaient portées de la ville, contre les licences d'un camp ; et ils eurent le malheur de se faire craindre dans leur parti même. D'un autre côté, les communes tenues de fournir les munitions de bouche nécessaires à leurs détachements...
La longue durée de ce siège perdit l'armée de l'assemblée électorale. Insensiblement, les citoyens qui la composaient échangèrent les habitudes qu'ils avaient portées de la ville, contre les licences d'un camp ; et ils eurent le malheur de se faire craindre dans leur parti même. D'un autre côté, les communes tenues de fournir les munitions de bouche nécessaires à leurs détachements, ayant fini par supporter impatiemment ces dépenses, laissèrent échapper des re...
...campagne entra, par là même, en partage de son discrédit. D'ailleurs, elle n'avait...
...veillance, empressée à nuire au système de la Révolution, accourut pour mettre à p...
...irconstances. Elle frappa tout ce parti de l'armée et de l'assemblée électorale de la désignation de parti des brigands.
...er l'armée comme leur ennemie. L'assemblée électorale qui tenait cette armée en campagne entra, par là même, en partage de son discrédit. D'ailleurs, elle n'avait encore organisé aucun établissement politique; ses opérations n'existaient que ...
...rre fatigante. La confiance disparut ; l'inquiétude gagna les esprits, et la malveillance, empressée à nuire au système de la Révolution, accourut pour mettre à profit ces circonstances. Elle frappa tout ce parti de l'armée et de l'assemblée électorale de la désignation de parti des brigands.
...é trop commune, au reste dans des temps de troubles, les ennemis les plus ardents de l'armée et de l'assemblée électorale étaient dans Avi...
...té, depuis la guerre, entre les auteurs de la Révolution, division féconde en crim...
...ette ville misérable. Il est nécessaire de suivre avec attention le récit que je vais faire de ce nouvel incident, si l'on veut compre...
...s événements d'Avignon, lesquels, faute de ces notions premières, n'ont pu être entendus que de peu de personnes.
Par une singularité trop commune, au reste dans des temps de troubles, les ennemis les plus ardents de l'armée et de l'assemblée électorale étaient dans Avignon, où s'étaient formées l'une et l'autre, et parmi ceux mêmes qui y avaient le plus concouru. Triste effet d'une division funeste qui avait éclaté, depuis la guerre, entre les auteurs de la Révolution, division féconde en crimes, et d'où sont sortis tous les malheurs, qui, depuis, ont affligé cette ville misérable. Il est nécessaire de suivre avec attention le récit que je vais faire de ce nouvel incident, si l'on veut comprendre les derniers événements d'Avignon, lesquels, faute de ces notions premières, n'ont pu être entendus que de peu de personnes.
... que j'ai fait connaître, les partisans de la Révolution étaient restés les maître...
... tranquillité parfaite sous l'influence de cet ordre de choses, et surtout par l'effet de la bonne intelligence qui régnait entre...
...chefs ae la Révolution. L'établissement de l'assemblée électorale, en introduisant de nouveaux intérêts, détruisit cette heur...
... municipalité d'Avignon, cause première de l'existence de l'assemblée électorale, et dont presque tous les membres l'étaient en même temps de cette assemblée, aurait dû vivre avec elle dans un heureux accord de sentiments et de principes ; et d'abord il en fut ainsi....
...cipalité, qui durant 15 mois d'exercice de la souveraineté, s'était accoutumée à la douceur de régner sans contradicteur et sans émule...
...ui lui dictait des lois, et cette œuvre de ses mains lui devint importune et odieuse. La distribution des places de l'administration dans laquelle l'amour-propre de quelques membres de la municipalité fut trop rudement heurté, développa ces premiers germes de discorde. Dès lors, l'assemblée électorale devint l'objet des diffamations de la municipalité ; et par malheur pour e...
...tion indiscrète des chefs, les dépenses de cette guerre qu'elle soutenait, une taxe qu'elle venait de mettre sur les citoyens riches : tout cela ne présentait à la malveillance que trop de moyens de lui nuire. Menacée de mouvements populaires, elle se vit enfin contrainte de transporter ses séances hors des murs d'Avignon, où il ne resta de ses membres qu'un petit nombre
Depuis la conjuration au 10 juin que j'ai fait connaître, les partisans de la Révolution étaient restés les maîtres dans Avignon. Ceux qui lui étaient contraires, ou étaient en fuite, ou dominés par une force supérieure ; ils subissaient paisiblement la loi. Avignon avait joui d'une tranquillité parfaite sous l'influence de cet ordre de choses, et surtout par l'effet de la bonne intelligence qui régnait entre, les auteurs et les chefs ae la Révolution. L'établissement de l'assemblée électorale, en introduisant de nouveaux intérêts, détruisit cette heureuse harmonie. Cette assemblée, comme on l'a vu, existait en vertu d'un pacte fé...
...e qu'il s'établirait un grand concert entre ces deux autorités. Il semble que la municipalité d'Avignon, cause première de l'existence de l'assemblée électorale, et dont presque tous les membres l'étaient en même temps de cette assemblée, aurait dû vivre avec elle dans un heureux accord de sentiments et de principes ; et d'abord il en fut ainsi. Mais, bientôt, la municipalité, qui durant 15 mois d'exercice de la souveraineté, s'était accoutumée à la douceur de régner sans contradicteur et sans émule, vit avec chagrin à ses côtés une puissance nouvelle qui lui dictait des lois, et cette œuvre de ses mains lui devint importune et odieuse. La distribution des places de l'administration dans laquelle l'amour-propre de quelques membres de la municipalité fut trop rudement heurté, développa ces premiers germes de discorde. Dès lors, l'assemblée électorale devint l'objet des diffamations de la municipalité ; et par malheur pour elle, l'ambition indiscrète des chefs, les dépenses de cette guerre qu'elle soutenait, une taxe qu'elle venait de mettre sur les citoyens riches : tout cela ne présentait à la malveillance que trop de moyens de lui nuire. Menacée de mouvements populaires, elle se vit enfin contrainte de transporter ses séances hors des murs d'Avignon, où il ne resta de ses membres qu'un petit nombre

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 442
Le parti de l'assemblée électorale avait pour chef un homme à peine âgé de 28 ans, et qui jusqu'à cet âge, errant ...
...s ateliers, n'avait senti, qu'au tocsin de la Révolution, qu'il tenait de la iiature une âme ardente, une éloquence forte et de l'audace. Ces dons étaient relevés par ...
...ple. Passionné pour l'égalité, idolâtre de la liberté, ambitieux de rénommée, il avait cru satisfaire à la ...
... passions, en élevant dans sa patrie la Constitution française sur les ruines du gouvernemen...
...chés à la France, sont gouvernés par la Constitution française ; mais, lui, persécuté, fugitif, diffamé j il proclame de nouveau cette vérité de l'histoire, qu'un homme peut bien être doué d'assez de force pour changer le gouvernement de son pays, mais non pour résister au tor...
... succès lui suscite^ Celui que je viens de peindre est connu sous le nom de Duprat.
Le parti de l'assemblée électorale avait pour chef un homme à peine âgé de 28 ans, et qui jusqu'à cet âge, errant pour son commerce sur les âpres montagnes du vivarais et du Dauphiné, ou obscur dans ses ateliers, n'avait senti, qu'au tocsin de la Révolution, qu'il tenait de la iiature une âme ardente, une éloquence forte et de l'audace. Ces dons étaient relevés par une figure intéressante. Médiateur entre le peuple et le vice-légat, dès les premiers jours ae 1 insurrection, ses négociations avaient toujours été au profit du peuple. Passionné pour l'égalité, idolâtre de la liberté, ambitieux de rénommée, il avait cru satisfaire à la fois toutes ses passions, en élevant dans sa patrie la Constitution française sur les ruines du gouvernement italien. Le succès a couronné ses vœux. Les deux Etats Venaissin et d'Avignon* rattachés à la France, sont gouvernés par la Constitution française ; mais, lui, persécuté, fugitif, diffamé j il proclame de nouveau cette vérité de l'histoire, qu'un homme peut bien être doué d'assez de force pour changer le gouvernement de son pays, mais non pour résister au torrent des haines que ce périlleux succès lui suscite^ Celui que je viens de peindre est connu sous le nom de Duprat.
de partisans de la municipalité. Il y eut dès ce moment...
...isés parmi les révolutionnaires : celui de l'assemblée électorale et celui de la municipalité. La garde nationale se ...
de partisans de la municipalité. Il y eut dès ce moment deux partis bien caractérisés parmi les révolutionnaires : celui de l'assemblée électorale et celui de la municipalité. La garde nationale se divisa entre eux. La partie qui faisait la guerre se dévoua à rassemblée ; la mu...
...tisans du Saint-Siège, fondant la ruine de la Révolution sur la division des révolutionnaires j attisaient adroitement'le feu de la discorde, et quelques-uns d'entre eux, ayant syr-pris par des dehors de bienveillance la confiance ae la munici...
...erra dans la suite j toujours soigneuse de se cacher, sous la couleur de l'une des factions du parti révolutionn...
...servir, mettre aux prises les partisans de la révolution et de la réunion à la France, et les faire ma...
Les partisans du Saint-Siège, fondant la ruine de la Révolution sur la division des révolutionnaires j attisaient adroitement'le feu de la discorde, et quelques-uns d'entre eux, ayant syr-pris par des dehors de bienveillance la confiance ae la municipalité, la poussaient à des mesures imprudentes. Cette manœuvre perfide eut tout le succès qu'on en espérait ; on la verra dans la suite j toujours soigneuse de se cacher, sous la couleur de l'une des factions du parti révolutionnaire j dissimulant avec habileté la cause qu'elle voulait servir, mettre aux prises les partisans de la révolution et de la réunion à la France, et les faire massacrer les uns par les autres.
A la tête de la faction municipale était un homme faible et trop abandonné aux conseils de gens dont la morale avait toujours été ...
...me qui, d'ailleurs, jusqu'à ces moments de troubles, avait joui d'une réputation g...
... Il s'appelle Richard. Les autres chefs de cette faction n étaient remarquables qu...
A la tête de la faction municipale était un homme faible et trop abandonné aux conseils de gens dont la morale avait toujours été fort équivoque. Cet homme qui, d'ailleurs, jusqu'à ces moments de troubles, avait joui d'une réputation générale d'intégrité, était maire d'Avignon. Il s'appelle Richard. Les autres chefs de cette faction n étaient remarquables que par une extrême opiniâtreté, et des haines peu scrupuleuses.
...icuyer, mort récemment sous le poignard de la faction contraire; homme d'un esprit...
...venu si odieux dans le Midi aux ennemis de la Révolution, par un journal où il leu...
...l) ne sont coupables que d'un sentiment de liberté mal distinct de I'inaé-pendance ; que de s'être mis à la tête d'une révolution, ...
...as la confiance, sans cette supériorité de talents et de caractère qui l'entraîne; sans cette ex...
Les autres agents du même parti étaient ce Leicuyer, mort récemment sous le poignard de la faction contraire; homme d'un esprit sain, mais d'une humeur difficile : ces Mainville, jeunes gens que l'on dit cruels, et qui portent lés traits les plus doux : ce Tournai, devenu si odieux dans le Midi aux ennemis de la Révolution, par un journal où il leur a fait une guerre ardente; tous peints sous des couleurs odieuses ; et qui (si toutefois je ne suis abusé par une âme peu encline à faire le mal) ne sont coupables que d'un sentiment de liberté mal distinct de I'inaé-pendance ; que de s'être mis à la tête d'une révolution, dans un âge qui n'inspire pas la confiance, sans cette supériorité de talents et de caractère qui l'entraîne; sans cette existence
dans le monde, qui rassure ; et de n'avoir pas senti que, faute de ees moyens, ils auraient contre eux l'orgueil de la classe opulente, tandis que trop rapprochés de ceux qUi les reconnaîtraient pour chefs...
...eraient jamais assez, pour les empêcher de se livrer à des écarts dont eux-mêmes, ...
dans le monde, qui rassure ; et de n'avoir pas senti que, faute de ees moyens, ils auraient contre eux l'orgueil de la classe opulente, tandis que trop rapprochés de ceux qUi les reconnaîtraient pour chefs, ils ne leur imposeraient jamais assez, pour les empêcher de se livrer à des écarts dont eux-mêmes, en les improuvant, partageraient néanmoins le blâme.
...avoir conseillé la vengeance du meurtre de l'infortuné Lescuyer, leurs actions sont dans la balance de la loi; et dans peu la justice détermin...
...issimulant mal l'impatience où ils sont de leur Sang, sollicitent partout contre e...
...ssera l'opinion reposer autour d'eux et de leurs juges : instruit qu'il est par de lamentables exemples, que souvent le cr...
Du reste, accusés en ce moment d'avoir conseillé la vengeance du meurtre de l'infortuné Lescuyer, leurs actions sont dans la balance de la loi; et dans peu la justice déterminera ce que nous devons croire. Jusque-là l'honnête homme* l'homme délicat n'imitera point ceux qui; dissimulant mal l'impatience où ils sont de leur Sang, sollicitent partout contre eux l'indignation publique. Il laissera l'opinion reposer autour d'eux et de leurs juges : instruit qu'il est par de lamentables exemples, que souvent le criftië d'un accusé n'existe que dans l'opinion cOrrompué par la calomnie, en infl...
... la municipalité, une détestable guerre de mauvais procédés, de libelles et de. calomnies. Les chefs de l'armée et de l'assemblée électorale furent frappés de •décrets évidemment eotamandés par la m...
... violées ; on les dépouilla sans forme* de leurs places ; et l'on fit délibérer contre eux dans les districts une sorte d'arrêt de proscription.
Dès qiie l'assemblée électorale eut quitté Avignon, ù s'établit, entre elle et la municipalité, une détestable guerre de mauvais procédés, de libelles et de. calomnies. Les chefs de l'armée et de l'assemblée électorale furent frappés de •décrets évidemment eotamandés par la municipalité (1) à des juges complaisants ; leurs maisons furent violées ; on les dépouilla sans forme* de leurs places ; et l'on fit délibérer contre eux dans les districts une sorte d'arrêt de proscription.
...lement en butte aux efforts des ennemis de la Révolution, mais à la malveillance d... Ainsi l'assemblée électorale et Farinée se trouvèrent non seulement en butte aux efforts des ennemis de la Révolution, mais à la malveillance d'une fraction du parti révolutionnaire qui remuait partout pour leur susciter de...
Ce fut de ce système de diffamation et de -cri que naquit l'étrange anecdote répandue contre le chef de l'armée. Ce fut de ce système de diffamation et de -cri que naquit l'étrange anecdote répandue contre le chef de l'armée.
Cet homme, que la bizarrerie de la renommée a condamné à une triste cél...
...s 5 et 6 octobre, sous l'exécrable nota de Coupe-tête. On sent que ceux dont ces b...
... vrai que cette anecdote à qui l'esprit de parti a fait faire une si grande fortun...
...s'appelle Nicolas. Il servait autrefois de modèle à l'Académie ; et alors il était...
...Châtelet. Que l'on parcoure les détails de cette procédure ! Il n'en est aucun qui...
...lle montre au moins quelle avait le don de la deviner. M. de Les-sart, instruit de cette arrestation illégale, rappela la ...
Cet homme, que la bizarrerie de la renommée a condamné à une triste célébrité était, disait-on, l'infâme assassin connu, depuis les journées des 5 et 6 octobre, sous l'exécrable nota de Coupe-tête. On sent que ceux dont ces bruits surprenaient la confiance, étaient peu disposés à donner leur estime à une armée qui s'était mise aux ordres d'un pareil général. Cependant} rien n'était moins vrai que cette anecdote à qui l'esprit de parti a fait faire une si grande fortune. L'homme qui coupa les têtes des victimes immolées, les 5 et 6 octobre* est connu. Il s'appelle Nicolas. Il servait autrefois de modèle à l'Académie ; et alors il était remarquable par une grande barbe. Lùi seul est signalé dans la procédure du Châtelet. Que l'on parcoure les détails de cette procédure ! Il n'en est aucun qui chargé Jour dan; aucun témoin ne le nomme, ni le désigne même; et la preuve est...
...e prouve pas que la milhicipalité d'Avignon dirigeait la conscience des juges, elle montre au moins quelle avait le don de la deviner. M. de Les-sart, instruit de cette arrestation illégale, rappela la commune française à la loi; et le journaliste Tournoi fut relâché.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 443
...blée électorale toujours fermes au plan de tenir les deux Etats sous la loi du pacte fédératif et de la Constitution française* luttaient ainsi contre tant de difficultés, et poursuivaient le siège de Carpentras, M. Tissot, que l'assemblée électorale entretenait auprès de l'Assemblée nationale, avait enfin réussi à obtenir qu'elle s'occupât de la demande de la réunion des deux Etats à la France. Tandis que l'armée et l'assemblée électorale toujours fermes au plan de tenir les deux Etats sous la loi du pacte fédératif et de la Constitution française* luttaient ainsi contre tant de difficultés, et poursuivaient le siège de Carpentras, M. Tissot, que l'assemblée électorale entretenait auprès de l'Assemblée nationale, avait enfin réussi à obtenir qu'elle s'occupât de la demande de la réunion des deux Etats à la France.
...nvironnèrent, les mirent bientôt à même de connaître en quoi les esprits divergeai...
...qifi, quelle que fût la caUse apparente de leur querelle, se battaient bien réellement pour la Constitution française. L'un de ces partis, le plus fort, le plus nombr...
...s l'y eussent peint comme un assemblage de brigands, et correspondant avec l'Assem...
...es députés, n'entendait pas se départir de l'exécution du pacte fédératif que j'ai...
...l liait les deux Etats, y consacrait la Constitution française, et aboutis-sait'à un système de réunion de ces Etats à la France^ Si les médiateurs eussent proposé des articles de pacification contraires à ces vues, ils...
...le reproche d'avoir mal senti le décret de leur commission où l'Assemblée nationale avait formellement laissé ouverts les droits de la France sur les deux Etats et ils eussent été proclamés dans tout l'Empire, ennemis de la Constitution. Le parti contraire ne voulait point de la Constitution française, ni par Conséquent de la réunion. Toutefois, il n'avouait pas...
...à la satisfaire en demandant un système de pacification, au moyen duquel se trouva...
Les députés des , parties bélligérantes, dont les médiateurs's'environnèrent, les mirent bientôt à même de connaître en quoi les esprits divergeaient, en quoi ils se rapprochaient encore. Bientôt ils s'aperçurent combien était délicate la négociation où ils étaient engagés. Ils se trouvaient entre deux partis qifi, quelle que fût la caUse apparente de leur querelle, se battaient bien réellement pour la Constitution française. L'un de ces partis, le plus fort, le plus nombreux, favorisé en France, malgré que déjà ses ennemis l'y eussent peint comme un assemblage de brigands, et correspondant avec l'Assemblée nationale par des députés, n'entendait pas se départir de l'exécution du pacte fédératif que j'ai analysé plus haut, lequel liait les deux Etats, y consacrait la Constitution française, et aboutis-sait'à un système de réunion de ces Etats à la France^ Si les médiateurs eussent proposé des articles de pacification contraires à ces vues, ils n'auraient pas* été acceptés par ce parti ; l'on eût fait en France, aux médiateurs, le reproche d'avoir mal senti le décret de leur commission où l'Assemblée nationale avait formellement laissé ouverts les droits de la France sur les deux Etats et ils eussent été proclamés dans tout l'Empire, ennemis de la Constitution. Le parti contraire ne voulait point de la Constitution française, ni par Conséquent de la réunion. Toutefois, il n'avouait pas cette double répugnance, mais il la décelait et cherchait à la satisfaire en demandant un système de pacification, au moyen duquel se trouvassent dissous et le pacte fédératif et l'Assemblée électorale, lesquels le soume...
...ommerce, lorsque la Révolution s'empara de lui. Il faisait circuler dans les provinces méridionales 30 mulets chargés de garance, plante précieuse, qu'un habitant du Comtat importa de Perse au commencement du siècle, et dont il enrichit sa patrie. Nommé d'abord capitaine de la garde avi-gnonnaise, puis lieutenant général de l'armée, puis général, quand Patrix eut payé de sa tête une conduite equivoque, il ne m...
...il eût été plus imposant dans les mains de M. de Rovère, officier français* qui réunit, ...
...itiques, mais chacun craignait l'emploi de chef (l'une troupe qu'on laissait souve...
commerce, lorsque la Révolution s'empara de lui. Il faisait circuler dans les provinces méridionales 30 mulets chargés de garance, plante précieuse, qu'un habitant du Comtat importa de Perse au commencement du siècle, et dont il enrichit sa patrie. Nommé d'abord capitaine de la garde avi-gnonnaise, puis lieutenant général de l'armée, puis général, quand Patrix eut payé de sa tête une conduite equivoque, il ne montra dans ses grades que l'espèce ae mérite qui l'y avait fait élever, cette gr...
...ct pour l'aristocratie. L'armée avait des hommes plus propres au commandement : il eût été plus imposant dans les mains de M. de Rovère, officier français* qui réunit, à des talents militaires,des connaissances politiques, mais chacun craignait l'emploi de chef (l'une troupe qu'on laissait souvent man-
6 Jourdan. Jourdan eût bien fait de continuer à fournir les paisibles magasins de Lyon et de Marseille, de la riche plante* émule de l'insecte du nopal, et de ne pas atteler ses mules nourricières à... 6 Jourdan. Jourdan eût bien fait de continuer à fournir les paisibles magasins de Lyon et de Marseille, de la riche plante* émule de l'insecte du nopal, et de ne pas atteler ses mules nourricières à des canons meurtriers.
A l'appui de cette demande, on produisait le vœu de la majorité des habitants, énoncé dans les délibérations de 78 communes. Mais ceux qui n'étaient point favorables au système de la réunion, objectaient que l'émission de ce vœu s'était faite au milieu des trou...
...s chargés d'interposer les bons offices de la France entre les peuples d'Avignon et du Comtat, et de faire tous leurs efforts pour les amener à la cessation de toute hostilité, comme un provisoire nécessaire avant de prendre aucun parti ultérieur relativement aux droits de la France.
A l'appui de cette demande, on produisait le vœu de la majorité des habitants, énoncé dans les délibérations de 78 communes. Mais ceux qui n'étaient point favorables au système de la réunion, objectaient que l'émission de ce vœu s'était faite au milieu des troubles ; et l'Assemblée nationale ayant égard à cette observation, décréta qu'il serait envoyé des médiateurs chargés d'interposer les bons offices de la France entre les peuples d'Avignon et du Comtat, et de faire tous leurs efforts pour les amener à la cessation de toute hostilité, comme un provisoire nécessaire avant de prendre aucun parti ultérieur relativement aux droits de la France.
Le roi daigna confier l'exécution de cette loi à MM. Mulot, Le Scène des Maisons et Verninafi-Saint-Maur. Afin de conserver toute leur liberté, afin d'écarter jusqu'au plus léger signe de préférence, ces médiateurs n'entrèrent ...
...nférences où ils appelèrent des députés de tous les partis.
Le roi daigna confier l'exécution de cette loi à MM. Mulot, Le Scène des Maisons et Verninafi-Saint-Maur. Afin de conserver toute leur liberté, afin d'écarter jusqu'au plus léger signe de préférence, ces médiateurs n'entrèrent d'abora ni dans Avignon* ni dans le Comtat; ils s'arrêtèrent à Orange, et là, ils ouvrirent des conférences où ils appelèrent des députés de tous les partis.
...amais et plus sanglante. Devers la tour de Sabran, sous la conduite de M. Grégoire de Saint-André, et dans les gorges du Ventoux, sous le commandement de M. ae Roxis, venaient de se former deux corps de troupes, destinés à se réunir sous les murs de Carpentras, pour de là, fondre de concert avec les forces de cette ville, sur l'armée de l'assemblée électorale. Ce mouvement eût été le signal d'un incendie dans le midi de la France. Au ;premier cri d'alarme poussé par l'armée de l'assemblée électorale, des gardes nationales seraient accourus de l'un ae nos départements méridionaux, tandis que d'un autre, une foule d'ennemis- de la Révolution serait allée au secours d... ...l'instant où les médiateurs arrivèrent* la guerre allait devenir plus vive que jamais et plus sanglante. Devers la tour de Sabran, sous la conduite de M. Grégoire de Saint-André, et dans les gorges du Ventoux, sous le commandement de M. ae Roxis, venaient de se former deux corps de troupes, destinés à se réunir sous les murs de Carpentras, pour de là, fondre de concert avec les forces de cette ville, sur l'armée de l'assemblée électorale. Ce mouvement eût été le signal d'un incendie dans le midi de la France. Au ;premier cri d'alarme poussé par l'armée de l'assemblée électorale, des gardes nationales seraient accourus de l'un ae nos départements méridionaux, tandis que d'un autre, une foule d'ennemis- de la Révolution serait allée au secours du parti contraire.
...ier; et par ce moyen, ils furent à même de présenter un plan de pacification, le cinquième jour après l... ...ent le temps en passant les nuits à démêler les intérêts qu'ils avaient à concilier; et par ce moyen, ils furent à même de présenter un plan de pacification, le cinquième jour après leur arrivee.
On voit jusqu'à quel degré de haine, de dissentiment, de désorganisation et de férocité, une déplorable anarchie de deux années avait conduit les deux Etat...
...res ; une guerre épuisant les campagnes de cultivateurs; les communes, d'argent et de vivres ; une ville près de succomber à un siège de trois mois ; des champs couverts de riches moissons que le fer usurpateur du soldat allait ravir à la faux de l'agriculteur; des haines générales, at...
...itique romaine, couvant tous ces germes de dévastation pour en faire éclore un regret vers l'ancièn ordre de choses. Telle était la plaie hideuse dont les deux Etats étaient couverts à l'instant de l'arrivée des médiateurs.
On voit jusqu'à quel degré de haine, de dissentiment, de désorganisation et de férocité, une déplorable anarchie de deux années avait conduit les deux Etats. Une assemblée électorale divisée en deux fractions ennemies, reconnue par les uns, désavouée par les autres ; une guerre épuisant les campagnes de cultivateurs; les communes, d'argent et de vivres ; une ville près de succomber à un siège de trois mois ; des champs couverts de riches moissons que le fer usurpateur du soldat allait ravir à la faux de l'agriculteur; des haines générales, atroces, des haines privées non moins cruelles, et qui avaient subdivisé la guerre...
...èces d'amour-propre aux prises les unes avec les autres, et pour achever, la politique romaine, couvant tous ces germes de dévastation pour en faire éclore un regret vers l'ancièn ordre de choses. Telle était la plaie hideuse dont les deux Etats étaient couverts à l'instant de l'arrivée des médiateurs.
... la suppression des hostilités, l'armée de l'assemblée électorale fut extrêmement ...
...u'elle en contracta. Carpentras le tint de même ; et si des hommes de son parti, vils assassins plutôt que soldats, joignirent, sous Gigondas, au crime de souiller la sainteté d'une médiation ouverte, en répandant le sang de leurs ennemis* la lâcheté de les attaquer à jeu sûr dans une embuscade, et l'audace de faire servir le territoire de France de théâtre à ces forfaits ; il serait inju...
Leur premier soin fut d'obtenir la suppression des hostilités, l'armée de l'assemblée électorale fut extrêmement fidèle à l'engagement qu'elle en contracta. Carpentras le tint de même ; et si des hommes de son parti, vils assassins plutôt que soldats, joignirent, sous Gigondas, au crime de souiller la sainteté d'une médiation ouverte, en répandant le sang de leurs ennemis* la lâcheté de les attaquer à jeu sûr dans une embuscade, et l'audace de faire servir le territoire de France de théâtre à ces forfaits ; il serait injuste d'en accuser cette ville.

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 444
Constitution française, et lui faisaient courir la la chance de la réunion. Constitution française, et lui faisaient courir la la chance de la réunion.
...saient qu'à interposer les bons offices de la France, et qu'ils n'avaient le droit de rien prescrire. ...laive ; car il ne faut pas oublier que les pouvoirs des médiateurs ne les autorisaient qu'à interposer les bons offices de la France, et qu'ils n'avaient le droit de rien prescrire.
...ation comprenant les opérations passées de l'assemblée, ces opérations se trouvaient soumises à un examen, lequel à raison de l'intervention des médiateurs, devait rassurer le parti de Gar- ...s sollicitudes qui pouvaient naître du passé ; car les objets relatifs à la médiation comprenant les opérations passées de l'assemblée, ces opérations se trouvaient soumises à un examen, lequel à raison de l'intervention des médiateurs, devait rassurer le parti de Gar-
onnant à leurs divers articles de conciliation que le titre de préliminaires de paix, les médiateurs laissèrent la port...
...blée nationale se refusant à la demande de la réunion, abandonnerait les deux Etat...
onnant à leurs divers articles de conciliation que le titre de préliminaires de paix, les médiateurs laissèrent la porte ouverte à un traité définitif et solide, pour obvier au cas où l'Assemblée nationale se refusant à la demande de la réunion, abandonnerait les deux Etats à eux-mêmes.
En conséquence, ayant réuni les députés de de l'assemblée électorale, des municipalités d'Avignon, de Carpentras et de l'armée de l'assemblée électorale, les médiateurs ... En conséquence, ayant réuni les députés de de l'assemblée électorale, des municipalités d'Avignon, de Carpentras et de l'armée de l'assemblée électorale, les médiateurs proposèrent les dispositions suivantes :
...ne soit soup-« çonné d'aucune influence de parti, le plus « propre à la liberté de... ...rt. 2. Il est convenu que l'assemblée élec-« torale se réunira dans un lieu qui ne soit soup-« çonné d'aucune influence de parti, le plus « propre à la liberté des suffrages, et qui sera « indiqué par MM. les médiateurs.
...e succès des intentions « bienfaisantes de l'Assemblée nationale de « France, les députés de l'assemblée électorale « arrêtent qu'el... « Art. 3. Pour hâter le succès des intentions « bienfaisantes de l'Assemblée nationale de « France, les députés de l'assemblée électorale « arrêtent qu'elle ne s'occupera que d'objets re-« latifs à la médiation pendant sa durée.
...ue l'assemblée électo-« raie s'occupera de la décision de l'état politi-« que du pays, tous les c...
...t circonscrits dans les droits qui sont de « léur essence, et qu'ils ne s'attribuent aucun « de ceux qui appartiennent au corps représen-« tatif de la nation.
« Art. 4. Il a été arrêté par toutes les parties « que pendant le temps que l'assemblée électo-« raie s'occupera de la décision de l'état politi-« que du pays, tous les corps administratifs se-« ront circonscrits dans les droits qui sont de « léur essence, et qu'ils ne s'attribuent aucun « de ceux qui appartiennent au corps représen-« tatif de la nation.
...re et absolue, enfin, pour prévenir les -« sordres de ceux qui, après le licenciement, ...ndre à ceux qui auraient « pu être intimidés par la force, leur liberté en-« tière et absolue, enfin, pour prévenir les -« sordres de ceux qui, après le licenciement,
... exercer des vexations, MM. les députés de « l'assemblée électorale 4es municipalités d'Avi-« gnon, de Carpentras et de l'armée de Vau- * pourraient se répandre dans les campagnes, « et y exercer des vexations, MM. les députés de « l'assemblée électorale 4es municipalités d'Avi-« gnon, de Carpentras et de l'armée de Vau-
...nanimement à MM. les mé-« diateurs : 1° de se porter pour garants envers « chacun ...
... engagements ci-dessus « mentionnés; 2° de placer dans les deux villes « d'Avignon et de Carpentras, et dans tout autre « lieu o...
« cluse, demandent unanimement à MM. les mé-« diateurs : 1° de se porter pour garants envers « chacun des contractants, comme aussi contre « toute association et attroupement faits dans « les deux Etats, pour s'opposer à l'ordre public, « et à l'exécution dés engagements ci-dessus « mentionnés; 2° de placer dans les deux villes « d'Avignon et de Carpentras, et dans tout autre « lieu où besoin serait, des troupes françaises, « pour prévenir tous les maux prévus da...
...eraient « envoyés à toutes les communes de l'Etat d'Avi-« gnon et du comté Venaiss...
...et par elles « d'envoyer un député muni de pouvoirs suffi-« sants, pour contracter...
... Il a été convenu, entre toutes les par-« ties, que les présents préliminaires seraient « envoyés à toutes les communes de l'Etat d'Avi-« gnon et du comté Venaissin, à l'effet par elles « d'envoyer un député muni de pouvoirs suffi-« sants, pour contracter et souscrire ce présent « engagement.
...ratification respective des commettants de cha-« cune des députations, entre les mains de « MM. les médiateurs de la France, députés par « le roi. » ...liminaires ont été arrêtés et « signés, pour- être exécutés aussitôt après la « ratification respective des commettants de cha-« cune des députations, entre les mains de « MM. les médiateurs de la France, députés par « le roi. »
...ée nationale, ils se trouvèrent revêtus de l'auguste garantie de la France. ...arti contraire ne tarda pas à les accepter ; et bientôt, confirmés par l'Assemblée nationale, ils se trouvèrent revêtus de l'auguste garantie de la France.
...ner aux médiateurs une marque honorable de satisfaction, en déclarant qu'elle appr...
...malveillance et l'injustice des ennemis de la Révolution, qu'ils reprochaient aux ...
...avoir admis aux conférences les députés de l'assemblée électorale et de l'armée, comme si l'on pouvait concilie...
...ntendre ; comme s'il avait été possible de faire la paix sans le concours de ces deux corps, maîtres du pays, et les...
L'Assemblée nationale, en ratifiant ce traité, daigna donner aux médiateurs une marque honorable de satisfaction, en déclarant qu'elle approu-vaittoutes leurs mesures. Maistelles étaientfa malveillance et l'injustice des ennemis de la Révolution, qu'ils reprochaient aux médiateurs d'avoir admis aux conférences les députés de l'assemblée électorale et de l'armée, comme si l'on pouvait concilier des ennemis sans les entendre ; comme s'il avait été possible de faire la paix sans le concours de ces deux corps, maîtres du pays, et les principales des parties belli gérantes. D'autres se plaignaient que les médiate...
...re des citoyens qui composaient l'armée de l'assemblée électorale; lequel contrast... Je n'omettrai point ici un fait qui peut donner la mesure du caractère des citoyens qui composaient l'armée de l'assemblée électorale; lequel contraste singulièrement avec cette réputation d'inhumanité que ses ennemis lui avaient ...
Il y a, dans le midi de la France, une danse populaire, connue sous le nom de farandoule, et consacrée de tout temps à exprimer la joie publique ...
...les mains entrelacées, sans distinction de rang et de fortune, parcourent les rues au son du ...
... les personnes qu'ils rencontrent, vont de maison en maison, se répandent dans la ...
Il y a, dans le midi de la France, une danse populaire, connue sous le nom de farandoule, et consacrée de tout temps à exprimer la joie publique d'un événement agréable, et surtout l'union et la fraternité. Dans cette danse extrêmement vive, hommes, femmes, enfants, les mains entrelacées, sans distinction de rang et de fortune, parcourent les rues au son du tambourin et du galoubé, engagent les personnes qu'ils rencontrent, vont de maison en maison, se répandent dans la campagne, et ne se reposent

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 445
...t à la fois. Tel est l'effet électrique de cette danse qu'elle déride les fronts les plus tristes, ranime les forces de la vieillesse, et apaise l'inimitié. Il n'y a point de vieillard, de malheureux, d'ennemis dans une ville, l... ... heures, lorsque tous les ci-toyens formant une chaîne immense, sont en mouvement à la fois. Tel est l'effet électrique de cette danse qu'elle déride les fronts les plus tristes, ranime les forces de la vieillesse, et apaise l'inimitié. Il n'y a point de vieillard, de malheureux, d'ennemis dans une ville, le jour où s'y danse la farandoule.
A l instant où la nouvelle de la signature de la paix parvint dans l'armée de l'assemblée électorale, le contentement y fut extrême. Un grand nombre de soldats se livrant à l'épanchement de la joie, commandent le tambourin et le ...
..., et toujours dansant, durant une lieue de route, arrivent aux portes de Carpentras, et provoquent les habitants au doux abandon de la farandoule. Le peuple de Carpentras est grave. La charte privée ...
A l instant où la nouvelle de la signature de la paix parvint dans l'armée de l'assemblée électorale, le contentement y fut extrême. Un grand nombre de soldats se livrant à l'épanchement de la joie, commandent le tambourin et le galoubé, se mettent en mouvement, partent, et toujours dansant, durant une lieue de route, arrivent aux portes de Carpentras, et provoquent les habitants au doux abandon de la farandoule. Le peuple de Carpentras est grave. La charte privée d'où il sortait à peine, ne l'avait point disposé à la gaîté. La saillie ne lui ...
... trait prouvera, peut-être, que l'armée de l'assemblée électorale n'avait point de...
... aux offres qu'on leur faisait pour Mme de Villeneuve, prise avec des lettres pour...
...i ils délivrèrent sans rançon messieurs de Sainte-Croix, prévenus cependant d'avoir commandé le détachement de l'armée de l'assemblée de l'union, qui avait égorgé dans Vaison l...
Ce trait prouvera, peut-être, que l'armée de l'assemblée électorale n'avait point des mœurs farouches. Quelques autres faits pourraient prouver aussi que les chefs ...
...is ils ne mirent à rançon leurs prisonniers. C'est ainsi qu'après s'être refusés aux offres qu'on leur faisait pour Mme de Villeneuve, prise avec des lettres pour les ennemis, ils la rendirent gratuitement, avant la paix, aux médiateurs. Ainsi ils délivrèrent sans rançon messieurs de Sainte-Croix, prévenus cependant d'avoir commandé le détachement de l'armée de l'assemblée de l'union, qui avait égorgé dans Vaison la Villasse et Anselme.
Afin de se mettre en mesure d'exercer la garant...
...-mêmes ils s'y transportèrent pour voir de plus près les plaies de la longue anarchie et mieux juger de ce qui restait à faire pour l'affermissement de la paix.
Afin de se mettre en mesure d'exercer la garantie stipulée dans le traité et ratifiée par l'Assemblée nationale, les médiateurs...
... été demandé par les parties, dans les principales villes des deux Etats; et eux-mêmes ils s'y transportèrent pour voir de plus près les plaies de la longue anarchie et mieux juger de ce qui restait à faire pour l'affermissement de la paix.
Il est difficile d'avoir de plus douces sensations que celles que les médiateurs éprouvèrent à 1 époque de leur entrée dans les deux Etats après la pacification. C'était l'instant de la moisson. Les champs étaient couverts de cultivateurs, ivres du bonheur inespéré de recueillir en paix leurs riches récolte...
..., depuis trois mois, couvait, tout près de s enflammer, le feu de la guerre civile. Des bénédictions pour la France leur étaient adressées de toute part ; de toute part le nom du roi, suivi des plus douces expressions de l'amour, se faisait entendre ; partout s'offraient des guirlandes d'épis, de feuilles d'amandiers et d'oliviers, emblème, tout à la fois, du bienfait et de la reconnaissance; partout d'ingénieux symboles que l'imagination vivé des peuples de ces contrees avait diversifiés à l'infi...
Il est difficile d'avoir de plus douces sensations que celles que les médiateurs éprouvèrent à 1 époque de leur entrée dans les deux Etats après la pacification. C'était l'instant de la moisson. Les champs étaient couverts de cultivateurs, ivres du bonheur inespéré de recueillir en paix leurs riches récoltes, au pied desquelles, depuis trois mois, couvait, tout près de s enflammer, le feu de la guerre civile. Des bénédictions pour la France leur étaient adressées de toute part ; de toute part le nom du roi, suivi des plus douces expressions de l'amour, se faisait entendre ; partout s'offraient des guirlandes d'épis, de feuilles d'amandiers et d'oliviers, emblème, tout à la fois, du bienfait et de la reconnaissance; partout d'ingénieux symboles que l'imagination vivé des peuples de ces contrees avait diversifiés à l'infini,peignaient aux médiateurs le vœu d'être confondus avec la nation français.
Ce fut au milieu de ces douces circonstances que, aux termes du traité, fut opéré le licenciement de l'armée électorale. Cette armée, composée, ainsi que je l'ai déjà dit, de détachements de gardes nationales des communes, et forte de 3,000 hommes, ramena, dans l'arsenal d'... Ce fut au milieu de ces douces circonstances que, aux termes du traité, fut opéré le licenciement de l'armée électorale. Cette armée, composée, ainsi que je l'ai déjà dit, de détachements de gardes nationales des communes, et forte de 3,000 hommes, ramena, dans l'arsenal d'Avignon, l'artillerie qui avait servi à faire la campagne. Elle passa une nuit d...
...blia dans le temps que tous les soldats de cette armée étaient entrés dans Avignon...
...apeau ces mots imprimés : brave brigand de Vaucluse, et l'on ne manqua pas de faire aux médiateurs le reproche de l'avoir permis. Il est très vrai que l'...
...eurs flamands, qui désignés sous le nom de gueux, par l'infante Marauerite de Parme, contre l'oppression de laquelle ils disputaient avec courage le droit sacré de la liberté de conscience* s'honorèrent longtemps eux-mêmes de cette désignation, et se glorifiaient d...
... l'emblème, sous la forme d'une écuelle de bois pendue à la boutonnière de leur habit. Mais s'il est vrai que l'armée de l'assemblée électorale s'abandonna à ce...
dans Avignon, ne fut plus paisible que celle-là. L'on publia dans le temps que tous les soldats de cette armée étaient entrés dans Avignon, portant à leur chapeau ces mots imprimés : brave brigand de Vaucluse, et l'on ne manqua pas de faire aux médiateurs le reproche de l'avoir permis. Il est très vrai que l'armée se présenta devant la ville avec cette inscription, voulant sans doute mon...
... qualification que lui avaient donnée ses ennemis; et, imitant en cela ces seigneurs flamands, qui désignés sous le nom de gueux, par l'infante Marauerite de Parme, contre l'oppression de laquelle ils disputaient avec courage le droit sacré de la liberté de conscience* s'honorèrent longtemps eux-mêmes de cette désignation, et se glorifiaient d'en porter l'emblème, sous la forme d'une écuelle de bois pendue à la boutonnière de leur habit. Mais s'il est vrai que l'armée de l'assemblée électorale s'abandonna à cette saillie, il n'est pas moins vrai que les médiateurs la jugèrent peu séante; ...
La rentrée des détachements de l'armée dans leurs communes respectives, fut, dans quelques-unes, une occasion de troubles. Là où les ennemis de la Révolution étaient les plus forts, c... La rentrée des détachements de l'armée dans leurs communes respectives, fut, dans quelques-unes, une occasion de troubles. Là où les ennemis de la Révolution étaient les plus forts, ceux qui avaient fait la guerre éprouvaient des persécutions et des violences.
...s assez général. Mais la petite commune de Caromb, adossée au mont Vantoux, dans u...
...re, bien moins toutefois que le naturel de ses habitants, échappa à tous leurs soi...
...évoyance, et marqua ces jours naissants de paix et de concorde par un crime plus atroce que t...
...eux où les haines leur avaient semblé le plus actives. Cette mesure eut un succès assez général. Mais la petite commune de Caromb, adossée au mont Vantoux, dans un site barbare, bien moins toutefois que le naturel de ses habitants, échappa à tous leurs soins, trompa leur prévoyance, et marqua ces jours naissants de paix et de concorde par un crime plus atroce que tous ceux que la guerre avait vengés ou commis.
Il faut conserver le souvenir de cet événement horrible. Il servira du m... Il faut conserver le souvenir de cet événement horrible. Il servira du moins à faire exécrer les discordes intestines, en montrant jusqu'à quel
ommes. La commune de Caromb, longtemps incertaine entre les ...
...quittés tour à tour, suivant leur degré de force ou de faiblesse. Mais enfin, celui de rassemblée électorale ayant prévalu, pour éviter de nouveaux changements, des troupes avaie...
...et tous ceux qui avaient été soupçonnés de porter au fond de leur âme de la haine pour la Révolution, avaient été désarmés. Le ressentiment de cette injure dormit dans le cœur de ceux qui l'avaient éprouvée jusqu'au moment de la rentrée du détachement que la commune avait fourni à l'armée de l'assemblée électorale, et ce fut sur lui qu'on résolut de se venger. Ce malheureux détachement était voué à la mort. Sous les murs de Carpentras, une méprise le mit aux main...
...lheureux étaient déposés, sous la garde de 40 hommes d'artillerie française. Le commandant de ce poste demande en vain l'ordre de repousser la
ommes. La commune de Caromb, longtemps incertaine entre les partis qui divisaient le Comtat, les avait embrassés et quittés tour à tour, suivant leur degré de force ou de faiblesse. Mais enfin, celui de rassemblée électorale ayant prévalu, pour éviter de nouveaux changements, des troupes avaient été placées dans Caromb ; et tous ceux qui avaient été soupçonnés de porter au fond de leur âme de la haine pour la Révolution, avaient été désarmés. Le ressentiment de cette injure dormit dans le cœur de ceux qui l'avaient éprouvée jusqu'au moment de la rentrée du détachement que la commune avait fourni à l'armée de l'assemblée électorale, et ce fut sur lui qu'on résolut de se venger. Ce malheureux détachement était voué à la mort. Sous les murs de Carpentras, une méprise le mit aux mains avec le peuple ; et il perdit deux hommes. Le reste, protégé par des troupes f...
...anti-révolutionnaires, se met en fermentation. On se porte au château, où ces malheureux étaient déposés, sous la garde de 40 hommes d'artillerie française. Le commandant de ce poste demande en vain l'ordre de repousser la

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 446
.... Le peuple force le château; se saisit de ces malheureux; les conduit dans un cha...
...destinée à les engloutir; les contraint de se réconcilier à un prêtre ; et après les avoir commencés à coups de rusil, il les achève à coups de sabre, vsous les yeux mêmes de leurs parents, que le féroce Clément av...
...quel je l'ai ouï raconter aux habitants de la coupable commune (le Caromb.
violence. La municipalité, ou intimidée ou complice, ne se trouve pas. Le peuple force le château; se saisit de ces malheureux; les conduit dans un champ, dont l'un d'eux était propriétaire; y creuse, sous leurs yeux, la tombe destinée à les engloutir; les contraint de se réconcilier à un prêtre ; et après les avoir commencés à coups de rusil, il les achève à coups de sabre, vsous les yeux mêmes de leurs parents, que le féroce Clément avait traînés à ce spectacle. Attentat atroce, mais mille fois moins encore que le sang-froid avec lequel je l'ai ouï raconter aux habitants de la coupable commune (le Caromb.
... des gardes nationales des départements de la Drôihe, des Bouches-du-Rhône et du G...
...ur discipline, empêchèrent ces malheurs de se reproduire. Insensiblement la blessu...
...rentrèrent bientôt presque tous au sein de leurs foyers devenus paisibles.
...manifestait quelque fermentation; leurs exhortations, leurs prières, le concours des gardes nationales des départements de la Drôihe, des Bouches-du-Rhône et du Gard, remarquables par leur intelligence, leur fermeté et leur discipline, empêchèrent ces malheurs de se reproduire. Insensiblement la blessure du passé devint moins vive ; l'on s'accoutuma à se voir, et les émigrants, que leur frayeur ou leur faute avaient forcés à sèloigner, rentrèrent bientôt presque tous au sein de leurs foyers devenus paisibles.
...ollègues me donnèrent la tâche délicate de surveiller ses opérations, et, en consé...
...e M. Mulot demeurait dans Avignon, afin de contenir les différents partis qui agit...
...ue les médiateurs indiquèrent, ainsi que cela avait été également convenu. Mes collègues me donnèrent la tâche délicate de surveiller ses opérations, et, en conséquence, je me rendis auprès d'elle, tandis que l'un deux, M. Le Scène, se portait dans le haut Comtat, pour en étudier l'esprit public, et que M. Mulot demeurait dans Avignon, afin de contenir les différents partis qui agitaient cette ville.
On se souvient que, par un article de préliminaires, l'assemblée électorale a...
...iation, pendant sa durée. Il s'agissait de déterminer d'une manière précise quels étaient ces objets. Vainement, avant de quitter mes collègues, je m'étais effor...
...édiation, toutes les opérations passées de l'assemblée électorale, sur lesquelles ...
On se souvient que, par un article de préliminaires, l'assemblée électorale avait arrêté qu'elle ne s'occuperait que d'objets relatifs à la médiation, pendant sa durée. Il s'agissait de déterminer d'une manière précise quels étaient ces objets. Vainement, avant de quitter mes collègues, je m'étais efforcé d'obtenir d'eux une explication précise à cet égard, qui rendît ma surveillan...
... je ne fusse bien convaincu que l'on devait entendre par objets relatifs à la, médiation, toutes les opérations passées de l'assemblée électorale, sur lesquelles il existait du différend, et
...t en activité et celles qu'il convenait de laisser sommeiller jusqu'à de nouvelles circonstances. Mais divers motifs m'imposaient la loi de prudence, de ne rien appuyer, par ma présence, dans ...
.... N'ayant pu obtenir ce que je désirais de mes collègues, je tâchai d'aller à mes ...
...ant sous nos yeux, elle nous mît à même de déterminer si ces travaux avaient le caractère de ceux qui étaient signalés dans les prél...
...oir quelles étaient celles qu'un intérêt instant et général exigeait que l'on mît en activité et celles qu'il convenait de laisser sommeiller jusqu'à de nouvelles circonstances. Mais divers motifs m'imposaient la loi de prudence, de ne rien appuyer, par ma présence, dans l'assemblée électorale que je n'y eusse été autorisé par une délibération prise entre nous trois, et l'on verra bientôt combien ma circonspection était fondée. N'ayant pu obtenir ce que je désirais de mes collègues, je tâchai d'aller à mes vues par un autre moyen ; j'invitai l'assemblée électorale à dresser un plan des travaux qu'elle se proposait, afin que, le plaçant sous nos yeux, elle nous mît à même de déterminer si ces travaux avaient le caractère de ceux qui étaient signalés dans les préliminaires.
...ire, méritait à mes intentions l'estime de tous les gens de bien, et particulièrement la reconnaissance des ennemis de la . En même temps, je fis à l'assemblée une invitation qui, j'ose croire, méritait à mes intentions l'estime de tous les gens de bien, et particulièrement la reconnaissance des ennemis de la
...ée électorale, conformément aux décrets de l'Assemblée nationale qu'elle avait adoptés, avait mis à la disposition de l'Etat les biens ecclésiastiques. En co...
...n vivait depuis longtemps, et le manque de corps administratif n'ayant point permis qu'on veillât utilement à la gestion de ces biens et qu'on perçût leurs revenus...
... fis entrevoir a, l'assemblée que faute de corps administratifs, il était utile de rendre au clergé non supprimé, la gestion provisoire de ses bénéfices. J'appelai également sa sollicitude sur l'administration de la justice interrompue sur toute l'éten...
... point qu'il n'existait nul moyen légal de faire arrêter les meurtriers de Caromb, et persuadé que l'institution bienfaisante des juges de paix s'ac-commodant à tout état de choses, ne préjugerait aucunement le fo...
...isferait cependant aux premiers besoins de la justice, je fis sentir que ce serait un bienfait que de la mettre en activité dans les deux Eta...
...riétaires s étaient refusés au payemeut de l'impôt établi par l'assemblée électorale, pour les frais de la guerre. Ce dernier point et le premier furent accordés. Quant à celui de l'établissement des juges de paix, lequel n'avait de contradicteurs dans aucun parti, il fut...
...dont l'assemblée était dans l'intention de s'occuper, et dont el^e dressa un plan ...
Révolution. L'assemblée électorale, conformément aux décrets de l'Assemblée nationale qu'elle avait adoptés, avait mis à la disposition de l'Etat les biens ecclésiastiques. En conséquence, le clergé était dépossédé. Mais l'anarchie où l'on vivait depuis longtemps, et le manque de corps administratif n'ayant point permis qu'on veillât utilement à la gestion de ces biens et qu'on perçût leurs revenus, les ecclésiastiques ne recevaient nul salaire; je fis entrevoir a, l'assemblée que faute de corps administratifs, il était utile de rendre au clergé non supprimé, la gestion provisoire de ses bénéfices. J'appelai également sa sollicitude sur l'administration de la justice interrompue sur toute l'étendue des deux Etats, au point qu'il n'existait nul moyen légal de faire arrêter les meurtriers de Caromb, et persuadé que l'institution bienfaisante des juges de paix s'ac-commodant à tout état de choses, ne préjugerait aucunement le fond des querelles, et satisferait cependant aux premiers besoins de la justice, je fis sentir que ce serait un bienfait que de la mettre en activité dans les deux Etats. Enfin, je demandai la délivrance des biens seigneuriaux qui avaient été saisis, parce que les propriétaires s étaient refusés au payemeut de l'impôt établi par l'assemblée électorale, pour les frais de la guerre. Ce dernier point et le premier furent accordés. Quant à celui de l'établissement des juges de paix, lequel n'avait de contradicteurs dans aucun parti, il fut mis au nombre des Objets dont l'assemblée était dans l'intention de s'occuper, et dont el^e dressa un plan pour être mis sous les veux des médiateurs, conformément à ma demande.
...fa première émission des vœux en faveur de la réunion, s'étant faite au temps des ...
... l'assemblée profita dés premiers jours de calme pour inviter les communes à faire...
...ue la première fois. Sur une population de 150,000 âoaes, 30,000 seulement énoncèrent le va?u de demeurer sous la domination du Saint-Si...
...ergiques, le désir d'être appelé du nom de Français, de s'incorporer à la nation française, de vivre sous le gouvérnment du roi des Fr...
...'assemblée s'était livrée dès ses premières séances. On avait dit en France que fa première émission des vœux en faveur de la réunion, s'étant faite au temps des troubles, n'était point libre. Pour répondre à cette objection, l'assemblée profita dés premiers jours de calme pour inviter les communes à faire une émission nouvelle. Dans cette seconde épreuve, le résultat fut le même que la première fois. Sur une population de 150,000 âoaes, 30,000 seulement énoncèrent le va?u de demeurer sous la domination du Saint-Siège. Tout le reste émit, dans les termes plus énergiques, le désir d'être appelé du nom de Français, de s'incorporer à la nation française, de vivre sous le gouvérnment du roi des Français.
... semble qu'en France l'on a montré trop de surprise de cé mouvement presque unanime. Que l'on ...
... placés à une distance enorme du centre de l'ancien gouvernement, n'ayant aucun secours à attendre de ce gouvernement sans force, condamnas à...
...l'avenir; tandis que les autres touchés de notre régénération, croyant voir, dans nos nouveaux principes, le germe, l'espérance de la liberté, de la gloire nationale et du bonheur public, ont été mûs par la passion, généreuse de partager nos destinées.
Il me semble qu'en France l'on a montré trop de surprise de cé mouvement presque unanime. Que l'on considère la situation des deux Etats 1 Battus par deux ans d'orage ; placés à une distance enorme du centre de l'ancien gouvernement, n'ayant aucun secours à attendre de ce gouvernement sans force, condamnas à nager longtemps dans le sang s'ils restaient abandonnés à eux-mêmes, les uns on...
... seule issue à tous les malheurs passés, comme le seul asile contre les maux ae l'avenir; tandis que les autres touchés de notre régénération, croyant voir, dans nos nouveaux principes, le germe, l'espérance de la liberté, de la gloire nationale et du bonheur public, ont été mûs par la passion, généreuse de partager nos destinées.
...e faut point chercher ailleurs la cause de cet événement. Surtout, il ne faut poin...
...er daijs cette prétendue évangélisation de nos principes, inventée par la malveillance pour Soulever contre nous tous les princes de PEu-
Il ne faut point chercher ailleurs la cause de cet événement. Surtout, il ne faut point la chercher daijs cette prétendue évangélisation de nos principes, inventée par la malveillance pour Soulever contre nous tous les princes de PEu-

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 447
...e circonstance surtout dépose en faveur de la liberté et de la sincérité des vœux. Leur énon-ciation se fit à cette époque délicate où le sommeil de la royauté, les émigrations, les apprêts hostiles au dehors, la ligue des princes de l'Europe, la division des chefs de la Révolution et l'incertitude de l'acceptation de l'Acte constitutionnel rehaussaient l'espoir d'une contre-révo...
...n au peuple, dans des pamphlets envoyés de Paris, d'attacher votre sort à celui d'...
Une circonstance surtout dépose en faveur de la liberté et de la sincérité des vœux. Leur énon-ciation se fit à cette époque délicate où le sommeil de la royauté, les émigrations, les apprêts hostiles au dehors, la ligue des princes de l'Europe, la division des chefs de la Révolution et l'incertitude de l'acceptation de l'Acte constitutionnel rehaussaient l'espoir d'une contre-révo-lution. On ne manquait pas d'en rehausser insidieusement le bruit dans Avignon et dans le Gomtat.: « Aurez-vous l'imprudence, disait-on au peuple, dans des pamphlets envoyés de Paris, d'attacher votre sort à celui d'un empire près d'être embrasé par la guerre civile. Certains d'être rendus an Sa...
... nos opinions ne les pressent-elles pas de toute part? pouvons-nous exprimer un se... ...tat, d'y envoyer des apôtres? Ces Etats ne sont-ils pas enfermés dans la France? nos opinions ne les pressent-elles pas de toute part? pouvons-nous exprimer un sentiment qui ne s'y exhale?
Quant aux médiateurs que l'esprit de parti accusa d'avoir enhardi le vœu de la réunion, à qui l'on fit l'injuste re...
... ils défient la haine la plus intrépide de prouver qu'ils aient influé d'aucune manière sur aucun genre de suffrage. 30 communes qui votèrent sous les yeux des troupes françaises, en faveur de l'ancien gouvernement, ne témoignent-elles pas assez de la liberté des opinions? Et si la majorité de celles qui s'exprimèrent pour la France, n'avaient point de garnison française à l'époque de rémission du vœu, n'est-il pas assez dé...
...ion à la France ne furent point l'effet de la présence des troupes.
Quant aux médiateurs que l'esprit de parti accusa d'avoir enhardi le vœu de la réunion, à qui l'on fit l'injuste reproche d'avoir peu souri aux partisans du Saint-Siège, ils défient la haine la plus intrépide de prouver qu'ils aient influé d'aucune manière sur aucun genre de suffrage. 30 communes qui votèrent sous les yeux des troupes françaises, en faveur de l'ancien gouvernement, ne témoignent-elles pas assez de la liberté des opinions? Et si la majorité de celles qui s'exprimèrent pour la France, n'avaient point de garnison française à l'époque de rémission du vœu, n'est-il pas assez démontré pour toute personne juste et impartiale, que les délibérations pour la réunion à la France ne furent point l'effet de la présence des troupes.
... impressions étrangères dans l'émission de son vœu, d'après ces circonstances, c'eût été au profit du pape qu'il eût dû s'écarter de son sentiment propre. Certes, si le peuple se fût abandonné à des impressions étrangères dans l'émission de son vœu, d'après ces circonstances, c'eût été au profit du pape qu'il eût dû s'écarter de son sentiment propre.
...évolutionnaires, dans Avignon, au temps de la guerre, se trouvant en présence depu... ...siblement dans les deux Etats, les deux partis qu'on a vus se former parmi les révolutionnaires, dans Avignon, au temps de la guerre, se trouvant en présence depuis la pacification, prononçaient, d'une façon alarmante, leurs prétentions et le...
L'on n'a pas oublié que le parti de la munici- L'on n'a pas oublié que le parti de la munici-
...ait rendre des décrets contre les chefs de cétte assemblée, et les avait destitués de leurs places. Dans les premiers jours de la paix; ceux qui avaient éprouvé ces v...
... sollicitèrent, avec force, le jugement de la procédure. Leur parti composé de tous ceux des citoyens de la ville qui avaient fait la guerre, et...
...ard, des efforts particuliers. Le parti de la municipalité, conduit par des hommes...
...rès que 'assemblée électorale eut été forcée d'en sortir pour sa sûreté, avait fait rendre des décrets contre les chefs de cétte assemblée, et les avait destitués de leurs places. Dans les premiers jours de la paix; ceux qui avaient éprouvé ces vexations demandèrent instamment à être réintégrés et sollicitèrent, avec force, le jugement de la procédure. Leur parti composé de tous ceux des citoyens de la ville qui avaient fait la guerre, et qui étaient demeurés fidèles au pacte fédératif et à l'assemblée électorale, ap...
...e transaction salutaire, et je ne me refuserai point à dire que je fis, à cet égard, des efforts particuliers. Le parti de la municipalité, conduit par des hommes hypocrites qui fo*
...uloir pousser ses ennemis à des mesures de violence qui lui donnassent le droit de faire' mouvoir contre eux les forces militaires de la médiation. C'est ainsi qu'il ne se d...
...quel avait été moins destitué qu'écarté de son tribunal par l'anarchie.
...ressentiments des deux partis, se refusaient à toute conciliation et semblait vouloir pousser ses ennemis à des mesures de violence qui lui donnassent le droit de faire' mouvoir contre eux les forces militaires de la médiation. C'est ainsi qu'il ne se détermina qu'après plusieurs mouvements populaires, à payer aux citoyens ■ qui av...
...iscussions éclatantes, au rétablissement d'un juge du parti qu'elle haïssait, lequel avait été moins destitué qu'écarté de son tribunal par l'anarchie.
L'assemblée électorale eût pu, de concert avec la médiation, faire rentrer les partis dans les termes de la loi et de la justice; mais, comme je l'ai dit plu...
...es ; et la médiation n'avait point fait de réponse -formelle. D'un autre côté, sur des rapports de mauvaise intelligence entre des détachements du régiment de Soissonnais et les citoyens des commune...
...spute infiniment vive entre les députes de l'assemblée et M. Le Scène, dans laquel...
..., sur la commission que j'en avais reçu de mes collègues, j'avais ajourné l'assemb...
L'assemblée électorale eût pu, de concert avec la médiation, faire rentrer les partis dans les termes de la loi et de la justice; mais, comme je l'ai dit plus haut, elles commençaient à ne plus s'entendre. Depuis peu, l'assemblée élector...
...s pour les prier d'examiner s'il était dans la mesure tracée par les préliminaires ; et la médiation n'avait point fait de réponse -formelle. D'un autre côté, sur des rapports de mauvaise intelligence entre des détachements du régiment de Soissonnais et les citoyens des communes où ils étaient placés, l'assemblée avait demandé que ces détache» ments fussent relevés, et cette réclamation n'avait abouti qu'à une dispute infiniment vive entre les députes de l'assemblée et M. Le Scène, dans laquelle ce médiateur avait annoncé qu'il rompait avec elle. Mais, surtout le mécontentement était devenu extrême, lorsque, sur la commission que j'en avais reçu de mes collègues, j'avais ajourné l'assemblée.
Ge corps politique, établi. dépositaire de la souveraineté des deux Etats par le pacte de sa création, et reconnu pour tel par l'...
... médiation, dans les faits que je viens de citer, s'était écartée de la loi commune des préliminaires. Elle se plaignait de ce que quelques-uns des médiateurs gouv...
... lorsqu'elle en était requise, en vertu de la garantie à laquelle elle s était obligée. Elle reprochait aux médiateurs de -r truire ainsi le seul lien qui existât entre les peuples, et surtout de prolonger l'anarchie en laissant sans r...
Ge corps politique, établi. dépositaire de la souveraineté des deux Etats par le pacte de sa création, et reconnu pour tel par l'Assemblée nationale, prétendait que la médiation, dans les faits que je viens de citer, s'était écartée de la loi commune des préliminaires. Elle se plaignait de ce que quelques-uns des médiateurs gouvernaient, régissaient, administraient les deux Etats sans sa participation, sans que même elle fût prévenue, tandis que la médiation n'aurait dû se mouvoir que lorsqu'elle en était requise, en vertu de la garantie à laquelle elle s était obligée. Elle reprochait aux médiateurs de -r truire ainsi le seul lien qui existât entre les peuples, et surtout de prolonger l'anarchie en laissant sans réponse le plan des travaux qu'elle avait présenté.
... par la répugnance qu'un certain nombre de communes avait pour les opérations de l'assemblée électorale. A toutes ces plaintes, la médiation répondait par la répugnance qu'un certain nombre de communes avait pour les opérations de l'assemblée électorale.
...ns d'Avignon, qui se trouvaient frappés de décrets, impatients ae rentrer dans leu...
...ts, que l'on disait être des manifestes de parti plutôt que de froides et impartiales émanations de la justice, restassent dans un oubli sa...
Telle était la situation des choses lorsque les citoyens d'Avignon, qui se trouvaient frappés de décrets, impatients ae rentrer dans leurs fonctions publiques, demandèrent définitivement à être juges. Cette démarche ...
...vaient désiré qu'elle n'eût pas lieu ; et ils essayèrent d'obtenir que ces décrets, que l'on disait être des manifestes de parti plutôt que de froides et impartiales émanations de la justice, restassent dans un oubli salutaire. Mais l'honneur des accusés ne voulait point accéder à cette composition...
Le parti de la municipalité, se voyant ainsi presse...
...a à une mesure dangereuse. Soit crainte de voir s'engager un combat judiciaire don...
Le parti de la municipalité, se voyant ainsi presse par ses ennemis, s'abandonna à une mesure dangereuse. Soit crainte de voir s'engager un combat judiciaire dont l'événement pour-

Séance du samedi 11 février 1792, au soir

page 448
...nutiles. Le parti qui éprouvait ce déni de justice, n'avait malheureusement pas de...
... patiemment.. Nourri, durant trois mois de guerre civile, des leçons de la violence, accoutumé depuis deux ans ...
...er à la force, emporté par le sentiment de la haine et de la vengeance, animé peut-être aussi du désir de se mettre à la tête de l'administration la ville, il résolut de se faire raison à main armée; et le 21 août il jeta dans les prisons les chefs de la municipalité et plusieurs citoyens de ce parti. Cet excès se commit sous nos ...
...aient enlevé successivement les troupes de ligne et les gardes nationales qui jusq...
...ns nulle utilité pour le rétablissement de l'ordre, que de la faire se porter contre 1,200 hommes, forts d'un poste extrêmement avantageux, saisis de 60 pièces d'artillerie, et maîtres d'un arsenal rempli de boulets et de poudre.
...fet ; les accusés présentèrent des pétitions à la municipalité et elles furent inutiles. Le parti qui éprouvait ce déni de justice, n'avait malheureusement pas des mœurs assez douces pour le supporter patiemment.. Nourri, durant trois mois de guerre civile, des leçons de la violence, accoutumé depuis deux ans d'anarchie d'appeler à la force, emporté par le sentiment de la haine et de la vengeance, animé peut-être aussi du désir de se mettre à la tête de l'administration la ville, il résolut de se faire raison à main armée; et le 21 août il jeta dans les prisons les chefs de la municipalité et plusieurs citoyens de ce parti. Cet excès se commit sous nos yeux mêmes. Dans ce moment, nous étions sans force. Diverses circonstances que nous n'avions pu maîtriser, nous avaient enlevé successivement les troupes de ligne et les gardes nationales qui jusque-là avaient maintenu la paix dont nous étions les garants, en imposant à tous ...
...ent des hussards étaient notre seule ressource. C'eût été perdre cette troupe sans nulle utilité pour le rétablissement de l'ordre, que de la faire se porter contre 1,200 hommes, forts d'un poste extrêmement avantageux, saisis de 60 pièces d'artillerie, et maîtres d'un arsenal rempli de boulets et de poudre.
... dont nous étions revêtus, ce caractère de médiateur et d'arbitre, sacré même parm...
...tre à notre voix ; et que sans effusion de sang, par l'ascendant seul de la persuasion et de la justice, nous aurions le bonheur de rétablir le respect des personnes, ou q...
...te inégalité par une accusation revêtue de 200 signatures.
Nous nous flattions, d'ailleurs, que le caractère dont nous étions revêtus, ce caractère de médiateur et d'arbitre, sacré même parmi les peuples les moins civilisés, n'aurait point perdu tout son empire; que l'ordre encore pouvait renaître à notre voix ; et que sans effusion de sang, par l'ascendant seul de la persuasion et de la justice, nous aurions le bonheur de rétablir le respect des personnes, ou que du moins nous empêcherions qu'il fût entièrement violé. Ce doux espoir ne fut...
...etint les autres, rendue honteuse par nos représentations, pallia, du moins, cette inégalité par une accusation revêtue de 200 signatures.
Dès lors, le parti de l'assemblée électorale domina dans Avig... Dès lors, le parti de l'assemblée électorale domina dans Avignon; et la municipalité ou fugitive ou détenue, fut remplacée par une administra...
... décida à faire un nouvel effort auprès de l'Assemblée nationale pour l'engager à ...
...e Scène, allèrent à Paris rendre compte de l'état des choses.
Dans ces circonstances, l'assemblée électorale se décida à faire un nouvel effort auprès de l'Assemblée nationale pour l'engager à nxer enfin la destinée des deux Etats, et à jeter parla réunion les fondements d...
...me et Duprat, devers elle. En même temps, deux des médiateurs, MM. Verninac et Le Scène, allèrent à Paris rendre compte de l'état des choses.
...lus étranges s'étaient établies au sein de Paris. Ceux qui ne voulaient point de la réunion dès deux Etats à la France, avaient imaginé un système de calomnie, au moyen duquel ils se flattaient de l'empêcher. Ils avaient peint les média... Les opinions les plus étranges s'étaient établies au sein de Paris. Ceux qui ne voulaient point de la réunion dès deux Etats à la France, avaient imaginé un système de calomnie, au moyen duquel ils se flattaient de l'empêcher. Ils avaient peint les médiateurs comme ayant violé toutes les volontés, comme ayant forcé tous les principe...
...phie, et dans ses biens par les besoins de l'Etat, avait commis la tâche de le défendre ; et qui, dans cette guerre...
...nt vaincu, il eût fallu réunir la force de Bos-suet, l'âme du bienveillant Fénelon, et la finesse de Pascal, n'apporta qu'une facilité verbeuse, et un luxe mal entendu de mémoire; gladiateur^ malhabile, qui n'e...
...'en sauver uh autre, contempteur secret de la ■ cause qu'il était chargé de défendre, dont la profession de foi sur cette cause était de croire à ses bénéfices; lui sur qui Rome paraît avoir placé de hautes espérances; mais qui, plus fougu...
...qu'Innocent XIII, achèvera, sans doute, de perdre l'héritage de Grégoire VII, et hâtera l'instant où le peuple de Rome, se rappelant que ses ancêtres n'obéissaient pas à un prêtre de la bonne déesse, doit ouvrir le
tique par la philosophie, et dans ses biens par les besoins de l'Etat, avait commis la tâche de le défendre ; et qui, dans cette guerre, ou pour n'être point vaincu, il eût fallu réunir la force de Bos-suet, l'âme du bienveillant Fénelon, et la finesse de Pascal, n'apporta qu'une facilité verbeuse, et un luxe mal entendu de mémoire; gladiateur^ malhabile, qui n'entra jamais dans l'arène sans prêter le flanc à son ennemi ; épuisant toujours sur un poste désespéré, des forces, susceptibles d'en sauver uh autre, contempteur secret de la ■ cause qu'il était chargé de défendre, dont la profession de foi sur cette cause était de croire à ses bénéfices; lui sur qui Rome paraît avoir placé de hautes espérances; mais qui, plus fougueux que Boniface VIII, plus impérieux que Sixte-Quint, plus ambitieux que Jules II, plus imprudent qu'Innocent XIII, achèvera, sans doute, de perdre l'héritage de Grégoire VII, et hâtera l'instant où le peuple de Rome, se rappelant que ses ancêtres n'obéissaient pas à un prêtre de la bonne déesse, doit ouvrir le