Résultats groupés par volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-120 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-120 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-064 hits on 1789-0710 hits on 1789-0810 hits on 1789-099 hits on 1789-109 hits on 1789-117 hits on 1789-124 hits on 1790-016 hits on 1790-024 hits on 1790-036 hits on 1790-041 hits on 1790-058 hits on 1790-067 hits on 1790-073 hits on 1790-085 hits on 1790-098 hits on 1790-107 hits on 1790-112 hits on 1790-121 hits on 1791-014 hits on 1791-024 hits on 1791-034 hits on 1791-0410 hits on 1791-051 hits on 1791-067 hits on 1791-077 hits on 1791-087 hits on 1791-098 hits on 1791-104 hits on 1791-114 hits on 1791-1212 hits on 1792-018 hits on 1792-0210 hits on 1792-037 hits on 1792-048 hits on 1792-0510 hits on 1792-068 hits on 1792-075 hits on 1792-085 hits on 1792-094 hits on 1792-105 hits on 1792-1114 hits on 1792-127 hits on 1793-017 hits on 1793-027 hits on 1793-039 hits on 1793-045 hits on 1793-055 hits on 1793-069 hits on 1793-0711 hits on 1793-0819 hits on 1793-0914 hits on 1793-108 hits on 1793-1112 hits on 1793-120 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-120 hits on 1795-011 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-120 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-091 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-120 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-031 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
41 - 50 sur 81 volumes
  • Tome 42 : Du 17 avril au 4 mai 1792 6 résultats
    • Séance du dimanche 22 avril 1792

      - search term matches: (381)

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 275
      Locuteur: Saladin
      ...res-commis au bureau des proeès-verbaux de l'Assemblée nationale, qui font offrande à la nation d'une somme de 40 livres par mois, à compter du 1er mai prochain, jusqu à la fin de la guerre. ...Plateau, Ducroisy, Vannerel, Le-ger, Pierre, Gory, Braille et Philidor, secrétaires-commis au bureau des proeès-verbaux de l'Assemblée nationale, qui font offrande à la nation d'une somme de 40 livres par mois, à compter du 1er mai prochain, jusqu à la fin de la guerre.
      Locuteur: Tarbé
      1° Lettre de M. Roland, ministre de Vintérieur, qui prévient l'Assemblée na...
      ...ent d'adresser à' tous les départements la loi d'hier portant déclaration de guerre contre le roi de Hongrie et de Bohême. Cette lettre est ainsi conçue: ...
      1° Lettre de M. Roland, ministre de Vintérieur, qui prévient l'Assemblée nationale qu'il vient d'adresser à' tous les départements la loi d'hier portant déclaration de guerre contre le roi de Hongrie et de Bohême. Cette lettre est ainsi conçue: (1)
      Locuteur: Tarbé
      , l'an IVe de la liberté. , l'an IVe de la liberté.
      Locuteur: Tarbé
      ...esse aujourd'hui à tous les directoires de département la loi du 20 de ce mois portant déclaration de guerre contre le roi de Hongrie et de Bohême, et je vous prie d'en prévenir. ... « J'adresse aujourd'hui à tous les directoires de département la loi du 20 de ce mois portant déclaration de guerre contre le roi de Hongrie et de Bohême, et je vous prie d'en prévenir. l'Assemblée nationale.
      Locuteur: Tarbé
      2° Lettre de M. Lacoste, ministre de la marine, qui adresse à l'Assemblée natio...
      ...a répartition des quartiers des classes de la marine ; cette lettre est ainsi conçue ...
      2° Lettre de M. Lacoste, ministre de la marine, qui adresse à l'Assemblée nationale un règlement pounla répartition des quartiers des classes de la marine ; cette lettre est ainsi conçue :
      Locuteur: Tarbé
      « J'ai l'honneur de vous adresser le projet de règlement pour la répartition des quartiers des classes, qui, aux termes de l'article 35 de. la loi du 21 octobre 1791, concernant l'ad...
      ...rts, doit être présenté par le ministre de la marine et décrété par le Corps législat...
      ...ement détermine en même temps le nombre de sous-chefs, de commis d'administration et de préposés des classes, qui doivent être ...
      ...aire connaître les bases sur lesquelles la répartition a été établie, ainsi que le...
      ... marins qui m'ont paru être dans le cas de fixer l'attention de l'Assemblée nationale. £ « Comme il imp...
      ...re des classes et aux intérêts des gens de mer, que l'organisation des quartiers s...
      ...e* ie vous prie, monsieur le Président, de vouloir bien engager l'Assemblée nation...
      ...ssible, le règlement que j'ai l'honneur de lui proposer.
      « J'ai l'honneur de vous adresser le projet de règlement pour la répartition des quartiers des classes, qui, aux termes de l'article 35 de. la loi du 21 octobre 1791, concernant l'administration des ports, doit être présenté par le ministre de la marine et décrété par le Corps législatif. Ce règlement détermine en même temps le nombre de sous-chefs, de commis d'administration et de préposés des classes, qui doivent être employés dans chaque quartier, ou dans les petits ports qui en dépendent. J'ai, cru devoir y joindre un mémoire explicatif, pour faire connaître les bases sur lesquelles la répartition a été établie, ainsi que les dispositions relatives aux syndics des marins qui m'ont paru être dans le cas de fixer l'attention de l'Assemblée nationale. £ « Comme il importe essentiellement à l'ordre des classes et aux intérêts des gens de mer, que l'organisation des quartiers soit incessamment arrêtée* ie vous prie, monsieur le Président, de vouloir bien engager l'Assemblée nationale à prendre cet objet en considération et à décréter, le plus tôt possible, le règlement que j'ai l'honneur de lui proposer.
      Locuteur: Tarbé
      ... sommes à allouer, pour frais et loyers de bureaux, aux contrôleurs, chefs, sous-c...
      ...n, je ne tarderai pas à avoir l'honneur de vous l'a-drésser, afin que, conformément à l'article 25 de la loi du 28 septembre 1791, il puisse êtr...
      « Quant à l'état des sommes à allouer, pour frais et loyers de bureaux, aux contrôleurs, chefs, sous-chefs et commis d'administration, je ne tarderai pas à avoir l'honneur de vous l'a-drésser, afin que, conformément à l'article 25 de la loi du 28 septembre 1791, il puisse être décrété par l'Assemblée nationale.
      Locuteur: Saladin
      ...s du 20 avril au matin et au soir, dont la rédaction est optée. , secrétaire, donne lecture des deux Deès-verbaux des deux séances du 20 avril au matin et au soir, dont la rédaction est optée.
      PRÉSIDENCE DE M. BIGOT DE PRÉAMENEU. PRÉSIDENCE DE M. BIGOT DE PRÉAMENEU.
      La séance est ouverte à neuf heures du mat... La séance est ouverte à neuf heures du matin.
      Un de MM. les secrétaires donne lecture d'une... Un de MM. les secrétaires donne lecture d'une 1 ) Archives nationales. Carton Dxxxvm, n° 1.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 276
      Locuteur: Tarbé
      3° Pétition individuelle de plusieurs citoyens qui se plaignent de ce que les administrateurs du directoire du département de la Moselle laissent sans exécution la loi relative au séquestre des biens aes... 3° Pétition individuelle de plusieurs citoyens qui se plaignent de ce que les administrateurs du directoire du département de la Moselle laissent sans exécution la loi relative au séquestre des biens aes émigrés.
      Locuteur: Lecointe-Puyraveau
      ...it que le département n'ait pas exécuté la loi,' soit que le ministre ne l'ait pas envoyée, il y a quelqu'un de coupable, et je demande le renvoi au comité de surveillance pour le trouver. Soit que le département n'ait pas exécuté la loi,' soit que le ministre ne l'ait pas envoyée, il y a quelqu'un de coupable, et je demande le renvoi au comité de surveillance pour le trouver.
      Locuteur: Mayerne
      ...es membres du directoire du,département de Meurthé,qui remettent à l'Assemblée nat... 4° Lettre des membres du directoire du,département de Meurthé,qui remettent à l'Assemblée nationale copie d'un arrêté qu'ils ont pris pour prévenir les troubles auxquels aur...
      Locuteur: Mayerne
      , l'an 1V° de la liberté. , l'an 1V° de la liberté.
      Locuteur: Mayerne
      « Nous avons l'honneur de vous soumettre un arrêté que nous venons de prendre à l'occasion de la fermentation qui commençait à agiter no...
      ...u'à ce jour, nous nous étions contentés de prendre des mesures partielles dont l'effet était de réprimer les désordres causés par les prêtres réfractaires dans les lieux seulement où la tranquillité publique était compromise....
      ...ssi modérée toucherait même les ennemis de la chose publique, et qu'elle en rendrait quelques-uns au moins à la patrie.
      « Nous avons l'honneur de vous soumettre un arrêté que nous venons de prendre à l'occasion de la fermentation qui commençait à agiter notre département, au sujet des opinions religieuses. Jusqu'à ce jour, nous nous étions contentés de prendre des mesures partielles dont l'effet était de réprimer les désordres causés par les prêtres réfractaires dans les lieux seulement où la tranquillité publique était compromise. Nous nous étions flattés qu'une conduite aussi modérée toucherait même les ennemis de la chose publique, et qu'elle en rendrait quelques-uns au moins à la patrie.
      Locuteur: Mayerne
      ...es insensés qui sont arrivés à ce point de démence, de faire une vertu chrétienne de la haine de la Constitution. Tandis que nous travailli...
      ...t dans d'autres, et le torrent menaçait de tout ravager. Au reste, nous avons pensé que ce n'était pas de la division des opinions religieuses que nous devions seulement nous occuper; mais que la mesure que nous avions à prendre devait...
      ...es les circonstances pour produire plus de fruit. L'arrêté que nous vous soumetton...
      ...ssurer que nous en avons écarté jusqu'à la plus légère trace de l'arbitraire. C'est au nom de la loi que nous avons voulu rompre les cri...
      ...s sont indomptables, et qu'il est impossible d'inspirer l'exécution des lois à des insensés qui sont arrivés à ce point de démence, de faire une vertu chrétienne de la haine de la Constitution. Tandis que nous travaillions à réparer les digues dans quelques endroits, elles se rompaient dans d'autres, et le torrent menaçait de tout ravager. Au reste, nous avons pensé que ce n'était pas de la division des opinions religieuses que nous devions seulement nous occuper; mais que la mesure que nous avions à prendre devait s'appliquer à tous les cas et à toutes les circonstances pour produire plus de fruit. L'arrêté que nous vous soumettons est relatif aux rassemblements qui pourraient avoir lieu. Nous l'avons fondé sur les lois, et nous osons assurer que nous en avons écarté jusqu'à la plus légère trace de l'arbitraire. C'est au nom de la loi que nous avons voulu rompre les criminelles coalitions des fanatiques, et nous osons croire qu'en les forçant à res...
      Locuteur: Mayerne
      péremptoires, qu'ils n'auront pas, même la ref source de se dire persécutés. ( Applaudissements péremptoires, qu'ils n'auront pas, même la ref source de se dire persécutés. ( Applaudissements
      Locuteur: Mayerne
      Voici la substance de l'arrêté : Voici la substance de l'arrêté :
      Locuteur: Mayerne
      ...ruit qu'il existe dans que ques parties de son ressort une fermentatic qu'il impor...
      ... pr des mesures ; considérant qu'il est de son devo de déclarer les principes et d'opposer aux er nemis de la chose publique toute la force c son autorité; considérant que l'article 62 de loi constitutive des municipalités, qui donr aux citoyens le droit de s'assembler, n'en a corde cependant l'e...
      ... rassemblés ne peuvent êt autorisés que de la part de ceux qui donne une garantie de leur soumission aux lois ; qu'au contraire ceux qui refusent de reconnattr par ce serment, l'autorité des lois, sont par même suspects; que ce principe s'appliq...
      ...t aux rassemblements qui ont pour motif de cultes religieux, puisqu'il est prouvé ...
      « Le directoire, instruit qu'il existe dans que ques parties de son ressort une fermentatic qu'il importe d'apaiser, que déjà plusieurs mi nicipalités, entraînées par leur zèle, ont pr des mesures ; considérant qu'il est de son devo de déclarer les principes et d'opposer aux er nemis de la chose publique toute la force c son autorité; considérant que l'article 62 de loi constitutive des municipalités, qui donr aux citoyens le droit de s'assembler, n'en a corde cependant l'exercice qu'aux citoyens actif c'est-à-aire à ceux qui ont prêté le serme: civique ; que ces rassemblés ne peuvent êt autorisés que de la part de ceux qui donne une garantie de leur soumission aux lois ; qu'au contraire ceux qui refusent de reconnattr par ce serment, l'autorité des lois, sont par même suspects; que ce principe s'applique sur tout aux rassemblements qui ont pour motif de cultes religieux, puisqu'il est prouvé que 1 haine des lois est alors d'autant plus dangereuse qu'elle est commandée au...
      Locuteur: Mayerne
      « Considérant que la tolérance doit être réci proque et qu'o...
      ...érant que les ministres des cultes sont de officiers de morale, et qu'à ce titre ils sont as sujettis au serment civique, par la loi du 26 cembre 1790, qui y assujettit les prédi...
      ...ersonnes employées dans le dépar tement de; l'instruction;'arrête ;que^le droit df...
      ...mblées dans les lieux publics soit pour la distinction des intérêts politique ou c...
      ...oire, » etc... (Suiven les dispositions de détail de Varrêté, qui porte entre autres disposi...
      « Considérant que la tolérance doit être réci proque et qu'on ne saurait souffrir ceux qui n se rassembleraient que pour insulter aux lois considérant que les ministres des cultes sont de officiers de morale, et qu'à ce titre ils sont as sujettis au serment civique, par la loi du 26 cembre 1790, qui y assujettit les prédicateurs e toutes les personnes employées dans le dépar tement de; l'instruction;'arrête ;que^le droit dformer dés assemblées dans les lieux publics soit pour la distinction des intérêts politique ou civils, soit pour l'exercice des cultes religieux n'appartient qu'à ceux qui sont...
      ... que ce assemblées ne pourront se tenir qu'en verti d'une autorisation du directoire, » etc... (Suiven les dispositions de détail de Varrêté, qui porte entre autres dispositions, que les prêtres réfractaires qui se rassemblent sont considérés commi per...
      Locuteur: Brua
      Il convient de donner des éloges la conduite du directoire de département don l'arrêté est conforme aux principes de sagesse qui doivent diriger tous les ad... Il convient de donner des éloges la conduite du directoire de département don l'arrêté est conforme aux principes de sagesse qui doivent diriger tous les administrateurs. Je demande qu'il en soit fait mention honorable an procès-verbal ...
      Locuteur: Carez
      appuie les observations et la demande de M. Brua. appuie les observations et la demande de M. Brua.
      Locuteur: Jean Debry
      (Aisne). Je ne m'oppose pas s la mention honorable de la conduite des administrateurs du département de la Meurthe. Mais je demande que lé comité des Douze soit chargé de faire un prompt rapport sur la situation intérieure du royaume, et celui de législation sur la motion que j'ai faite, il y a quelques jours, pour la réélection des juges au mois d'août 179... (Aisne). Je ne m'oppose pas s la mention honorable de la conduite des administrateurs du département de la Meurthe. Mais je demande que lé comité des Douze soit chargé de faire un prompt rapport sur la situation intérieure du royaume, et celui de législation sur la motion que j'ai faite, il y a quelques jours, pour la réélection des juges au mois d'août 1792.
      Locuteur: Gossuin
      Je m'oppose à la mention honorable parce qu'elle semblerait préjuger la confirmation de l'article de l'arrêté qui prive les citoyens non act...
      ...lte religieux. J'observe d'ailleurs que la commission des Douze est prête à . vous...
      Je m'oppose à la mention honorable parce qu'elle semblerait préjuger la confirmation de l'article de l'arrêté qui prive les citoyens non actifs du droit d'exercer collectivement un culte religieux. J'observe d'ailleurs que la commission des Douze est prête à . vousj faire son rapport sur les troubles qui désolent
      Locuteur: Tarbé
      ...semblée renvoie cette lettre "au comité de marine pour en faire le rapport incessa... (L'Assemblée renvoie cette lettre "au comité de marine pour en faire le rapport incessamment.)
      Locuteur: Caminet
      La loi n'est peut-être pas encore parvenue... La loi n'est peut-être pas encore parvenue dans le département, ainsi les administrateurs peuvent n être pas coupables.
      Locuteur: Mayerne
      ...mesures qu'il a prises pour l'exécution de cette loi.) (L'Assemblée renvoie au pouvoir exécutif pour rendre compte demain des mesures qu'il a prises pour l'exécution de cette loi.)

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 277
      Locuteur: Gossuin
      ...rment. Tout y obéit à loi et l'enseigne de la liberté a été placée/sur ligne frontière. Je demande, simplement le ivoi de l'arrêté à la commission des Douze. ...lieues a frontière autrichienne, il n'y a pas un seul être qui n'ait prêté le serment. Tout y obéit à loi et l'enseigne de la liberté a été placée/sur ligne frontière. Je demande, simplement le ivoi de l'arrêté à la commission des Douze.
      Locuteur: Rougier-La-Bergerie
      Je demande l'a-irnement de la mention honorable jusqu'après rapport d...
      ...'arrêté des mimstrateurs du département de la Meurthe. [L'Assemblée ordonne la mention honorable procès-verbal et renv...
      Je demande l'a-irnement de la mention honorable jusqu'après rapport du comité des Douze sur l'arrêté des mimstrateurs du département de la Meurthe. [L'Assemblée ordonne la mention honorable procès-verbal et renvoie les pièces au comité s Douze pour proposer incessamment les me-res générales...
      Locuteur: Charlier
      Tous ces troubles n'existeraient s sans la coupable négligence des tribunaux district. 11 faut punir les juges de leur inci-sme. (Applaudissements.) Je demande que le mité de législation fasse, la semaine proaine, un rapport sur la motion de M. Jean bry, relative au renouvellement... Tous ces troubles n'existeraient s sans la coupable négligence des tribunaux district. 11 faut punir les juges de leur inci-sme. (Applaudissements.) Je demande que le mité de législation fasse, la semaine proaine, un rapport sur la motion de M. Jean bry, relative au renouvellement prochain des bunaux.
      Locuteur: Charlier
      (L'Assemblée décrète la motion de M. Charlier.) (L'Assemblée décrète la motion de M. Charlier.)
      Locuteur: Lecointe-Puyraveau
      ...e i comités des finances soient chargés de faire l rapport sur la réduction du traitement de us les fonctionnaires publics. Plusieur...
      ...L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la otton de M. Lecointe-Puyraveau.)
      Je demande que i comités des finances soient chargés de faire l rapport sur la réduction du traitement de us les fonctionnaires publics. Plusieurs membres : L'ordre du,jour! (L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la otton de M. Lecointe-Puyraveau.)
      Locuteur: Tarbé
      ...: 5° Pétition du sieur Delorme, citoyen de Rouen, li a découvert un procédé nouveau pour la inture du fil de lin en couleur rouge, dite Andrinople,'...
      .... (L'Assemblée renvoie cette pétition à la com-ission centrale des arts et métiers...
      ...sson, Combret, Roussel Gouron, citoyens de Paris, qui adressent à Vssemblée le prospectus (1) d'un établissement li a pour objet de ramener l'assignat au . pair 3 l'argent...
      , secrétaire, continuantlalecturedes ttres, adresses et pétitions : 5° Pétition du sieur Delorme, citoyen de Rouen, li a découvert un procédé nouveau pour la inture du fil de lin en couleur rouge, dite Andrinople,'et qui réclame une récompense. (L'Assemblée renvoie cette pétition à la com-ission centrale des arts et métiers;) 6° Lettre des sieurs Masson, Combret, Roussel Gouron, citoyens de Paris, qui adressent à Vssemblée le prospectus (1) d'un établissement li a pour objet de ramener l'assignat au . pair 3 l'argent.
      Locuteur: Tarbé
      ...n du sieur Lecomte, ancien secrétaire 9 la juridiction consulaire de Rouen, qui rélame une indemnité pour la perte d'un état uquel il était attaché ... 7° Pétition du sieur Lecomte, ancien secrétaire 9 la juridiction consulaire de Rouen, qui rélame une indemnité pour la perte d'un état uquel il était attaché depuis 24 ans. (L'Assemblée renvoie cette -pétition au comité e liquidation»)
      Locuteur: Tarbé
      ...es membres du directoire du département de la Seine-Inférieure, qui adressent à l'Assemblée des observations sur l'inconvénient de laissér aux fabriques des paroisses réunies la propriété de plusieurs jeux d'orgues, et d'un grand ...
      ...oyé utilement pour acquitter une partie de la dette publique.
      9° Lettre des membres du directoire du département de la Seine-Inférieure, qui adressent à l'Assemblée des observations sur l'inconvénient de laissér aux fabriques des paroisses réunies la propriété de plusieurs jeux d'orgues, et d'un grand nombre d'autres ornements en partie superflus, et dont le produit peut être, employé utilement pour acquitter une partie de la dette publique.
      Locuteur: Tarbé
      ... sieur Maugeret, secrétaire du district de Lesparre, département de la Gironde, aui fait offrande à la nation de 12 livres en espèces et fait la soumission d'en donner autant chaque mois, tant que durera la guerre. 10° Lettre du sieur Maugeret, secrétaire du district de Lesparre, département de la Gironde, aui fait offrande à la nation de 12 livres en espèces et fait la soumission d'en donner autant chaque mois, tant que durera la guerre.
      Locuteur: Mayerne
      Je demande mention honorable de l'offre au procès-verbal. Je demande mention honorable de l'offre au procès-verbal.
      Locuteur: Mayerne
      (L'Assemblée ordonne la mention honorable et l'envoi de l'extrait du procès-verbal.) (L'Assemblée ordonne la mention honorable et l'envoi de l'extrait du procès-verbal.)
      Locuteur: Mayerne
      ...° Lettre du sieur P. Lasnon, originaire de Vire et commerçant à Rouen, qui fait l'offrande à la patrie : 1° du montant de la liquidation d'une lettre de maîtrise appartenant à son épouse ; cet...
      ...ments que le pouvoir executif l'a forcé de faire aux années 1783 et 1790, dans les rues de la Barillerie, pour les embellissements du palais de justice. Il observe que les deux déménagements lui ont coûté plus de 3,000 livres, et si les besoins de la patrie continuent, il promet de nouvelles contributions.
      11° Lettre du sieur P. Lasnon, originaire de Vire et commerçant à Rouen, qui fait l'offrande à la patrie : 1° du montant de la liquidation d'une lettre de maîtrise appartenant à son épouse ; cette maîtrise vaut 600 livres ; 2° Des justes dédommagements qui lui sont dus et qui sont très considérables, pour deux déménagements que le pouvoir executif l'a forcé de faire aux années 1783 et 1790, dans les rues de la Barillerie, pour les embellissements du palais de justice. Il observe que les deux déménagements lui ont coûté plus de 3,000 livres, et si les besoins de la patrie continuent, il promet de nouvelles contributions.
      Locuteur: Mayerne
      12° Lettre de M. Chaubry, député du département de la Haute-Vienne; elle est ainsi conçue (1)... 12° Lettre de M. Chaubry, député du département de la Haute-Vienne; elle est ainsi conçue (1) :
      Locuteur: Mayerne
      « J'ai demandé la parole aux deux séances d'hier pour énoncer une opinion morale et politique, dont la conséquence est une motion qui ne devra...
      ... genre d'assaut où l'opiniâtreté assure la victoire, ne me permettra jamais de descendre dans l'arène; comme aussi je ...
      « J'ai demandé la parole aux deux séances d'hier pour énoncer une opinion morale et politique, dont la conséquence est une motion qui ne devrait pas être à faire. One répugnance invincible à lutter dans ce genre d'assaut où l'opiniâtreté assure la victoire, ne me permettra jamais de descendre dans l'arène; comme aussi je suis trop économe du temps pour être jamais verbeux ou prolixe.
      Locuteur: Tarbé
      ...le au procès-verbal du zèle du tribunal de Fontenay-le-Comte.) (L'Assemblée décrète qu'il sera fait mention honorable au procès-verbal du zèle du tribunal de Fontenay-le-Comte.)
      Locuteur: Tarbé
      ...ssemblée renvoie cette lettre au comité de l'extraordinaire des finances pour en f... (L'Assemblée renvoie cette lettre au comité de l'extraordinaire des finances pour en faire son rapport incessamment.)
      Locuteur: Mayerne
      ...Veuillez, je vous prie, me faire donner la parole ou un refus. « Veuillez, je vous prie, me faire donner la parole ou un refus.
      ...ettre des juges du tribunal du district de hontenay-le-Comte, département de la Vendée, [ui adressent à l'Assemblée un ...
      ...'ils ont instruits et jugés depuis le 2 -;embre 1790 jusqu'au 12 de ce mois. Il a ter-niné 1,480 proeès civ...
      ...oy. ci-après, ce prospectus aux annexes de la séance, page 285.
      8° Lettre des juges du tribunal du district de hontenay-le-Comte, département de la Vendée, [ui adressent à l'Assemblée un tableau des procès |u'ils ont instruits et jugés depuis le 2 -;embre 1790 jusqu'au 12 de ce mois. Il a ter-niné 1,480 proeès civils, 100 procédures crimi-îelles et le nouveau tribunal criminel a déjà enu 7 jurés d'accusation. (Applaudissements.) Plusieurs membres : Mention honorable ! (1) Voy. ci-après, ce prospectus aux annexes de la séance, page 285.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 278
      Locuteur: Rougier-La-Bergerie
      L'Assemblée nationale ne refuse jamais la parole à aucun de ses membres quand il a quelque chose à ... L'Assemblée nationale ne refuse jamais la parole à aucun de ses membres quand il a quelque chose à dire...
      Locuteur: Chaubry
      130 Lettre de M. de Narbonne, ex-ministre de la guerre, qui demande une expédition du d... 130 Lettre de M. de Narbonne, ex-ministre de la guerre, qui demande une expédition du décret qui l'autorise à aller rejoindre l'armée; cette lettre est ainsi conçue {1...
      Locuteur: Mailhe
      ...sieur Chastel, savoisien, ami et martyr de la liberté, qui s'honore d'avoir été pendu en effigie à Turin pour avoir vanté la Constitution française, Il remet à l'Assemblée une somme de 13 livres 13 sols 6 deniers en argent et contracte l'obligation de remettre 6 livres tous les mois pendant tout le temps que durera la guerre. (Applaudissements.) 1° Lettre du sieur Chastel, savoisien, ami et martyr de la liberté, qui s'honore d'avoir été pendu en effigie à Turin pour avoir vanté la Constitution française, Il remet à l'Assemblée une somme de 13 livres 13 sols 6 deniers en argent et contracte l'obligation de remettre 6 livres tous les mois pendant tout le temps que durera la guerre. (Applaudissements.)
      Locuteur: Mailhe
      (L'Assemblée décrète la mention honorable de cette offre au procès-verbal, dont un e... (L'Assemblée décrète la mention honorable de cette offre au procès-verbal, dont un extrait sera envoyé au sieur Chastel.)
      Locuteur: Mailhe
      urgent, elle doit avoir la préférence. Je la lu donne du meilleur de mon cœur. (Applaudis sements.) urgent, elle doit avoir la préférence. Je la lu donne du meilleur de mon cœur. (Applaudis sements.)
      Locuteur: Cambon
      Les commis du bureau de la comp tabilité centrale de la trésorerie nationale ont pris hier l'engagement de fournir chaque mois 54 livres en numérairè pour les besoins de la guerre. Ils m'ont chargé d'offrir le pr... Les commis du bureau de la comp tabilité centrale de la trésorerie nationale ont pris hier l'engagement de fournir chaque mois 54 livres en numérairè pour les besoins de la guerre. Ils m'ont chargé d'offrir le premier moii a l'Assemblée. (Applaudissements.)
      Locuteur: Cambon
      ...crète qu'il sera fait mention honorable de cette offre au procès-verbal dont un extrait sera envoyé aux Commis du bureau de la comptabilité.) (L'Assemblée décrète qu'il sera fait mention honorable de cette offre au procès-verbal dont un extrait sera envoyé aux Commis du bureau de la comptabilité.)
      Locuteur: Cambon
      ...t garder l'anonyme, a pris l'engagement de fournir chaque année 300 livres en numéraire pendant tout le temps de la guerre. Il m'a chargé d'offrir à l'Asse... Un négociant, qui veut garder l'anonyme, a pris l'engagement de fournir chaque année 300 livres en numéraire pendant tout le temps de la guerre. Il m'a chargé d'offrir à l'Assemblée les 300 livres pour l'année 1792. (App laudissements. )
      Locuteur: Chaubry
      ...ssieurs, on vous a proposé, vendredi, à la séance du soir, de décréter que les contribuables fussent tenus de payer, en numéraire, une partie de leur imposition : ce projet irréfléchi,...
      ... Messieurs, j'attendais dans le silence de la méditation, set nonsans quelque impatie...
      Messieurs, on vous a proposé, vendredi, à la séance du soir, de décréter que les contribuables fussent tenus de payer, en numéraire, une partie de leur imposition : ce projet irréfléchi, destructeur du crédit public, dont l'exécution serait aussi injuste qu'impoli-tique, a été rejeté à l'unanimité ; mais, Messieurs, j'attendais dans le silence de la méditation, set nonsans quelque impatience, qu'un autre membre
      Locuteur: Chaubry
      oux qu'inspire l'amour de la patrie : l'orgueil et le despotisme forcent les Français de recourir aux armes. La liberté, cette première loi de la nature, la base de notre Constitution, est en horreur à des usurpateurs puissants; ils ont juré de la détruire ou de succomber sous les efforts de ses défenseurs. La justice a donc provoqué le décret que vous venez de rendre : l'humanité, Messieurs, l'human...
      ...eur ; ne s'empresse-t-on pas d'aller au-de-vant du feu, d'abattre des édifices sup...
      ...Les navigateurs ne sont-ils pas obligés de composer avec la tempête? La nation française n'estelle pas obligée, dans cette douloUrreuse occurence, de composer avec la mort ? Eh bien ! • Messieurs, cette guerre, la plus sainte qui se soit jamais faite ; ...
      ...re dont les effets sont infailliblement de délivrer les peuples de leurs tyrans ; eette guerre enfin, qui ...
      ...astes du monde, est une grande occasion de donner à l'univers un exemple fraRpant de ce que peut l'esprit public dans un gouvernement libre. 11 est temps, Messieurs, de faire disparaître ce vieil adage latin: ad exemptarrégistolus com-ponitur orbis ; et de le remplacer par celui-ei : La moralité des législateurs fait la moralité des nations. Comme la moralité ne consiste pas dans
      oux qu'inspire l'amour de la patrie : l'orgueil et le despotisme forcent les Français de recourir aux armes. La liberté, cette première loi de la nature, la base de notre Constitution, est en horreur à des usurpateurs puissants; ils ont juré de la détruire ou de succomber sous les efforts de ses défenseurs. La justice a donc provoqué le décret que vous venez de rendre : l'humanité, Messieurs, l'humanité même, qui s'est aussitôt enveloppée «d'un crêpe funèbre, assistait à votre délibération ; et en effet, dans un incendie dévastateur ; ne s'empresse-t-on pas d'aller au-de-vant du feu, d'abattre des édifices superbes qui sont dans toute leur intégrité ? Les navigateurs ne sont-ils pas obligés de composer avec la tempête? La nation française n'estelle pas obligée, dans cette douloUrreuse occurence, de composer avec la mort ? Eh bien ! • Messieurs, cette guerre, la plus sainte qui se soit jamais faite ; cette guerre dont les effets sont infailliblement de délivrer les peuples de leurs tyrans ; eette guerre enfin, qui marquera votre législature dans les fastes du monde, est une grande occasion de donner à l'univers un exemple fraRpant de ce que peut l'esprit public dans un gouvernement libre. 11 est temps, Messieurs, de faire disparaître ce vieil adage latin: ad exemptarrégistolus com-ponitur orbis ; et de le remplacer par celui-ei : La moralité des législateurs fait la moralité des nations. Comme la moralité ne consiste pas dans
      Locuteur: Rougier-La-Bergerie
      Elle ne la refuse qu'à l'abus. Je demande que M. C...
      ...ait pris une pareille voie pour obtenir la parole.
      Elle ne la refuse qu'à l'abus. Je demande que M. Chaubry soit entendu, parce qu'il a sûrement des choses importantes à dire; mais je regrette qu'il ait pris une pareille voie pour obtenir la parole.
      Locuteur: Chaubry
      Il m'a bien fallu la prendre, puisque celle qui m'est assuré... Il m'a bien fallu la prendre, puisque celle qui m'est assurée par le règlement ne m'a pas réussi.
      Locuteur: Chaubry
      « Signé : L. de Narbonne. » « Signé : L. de Narbonne. »
      Locuteur: Chaubry
      ...pédition sera délivrée sans retard à M. de Narbonne.) (L'Assemblée ordonne que eette expédition sera délivrée sans retard à M. de Narbonne.)
      Locuteur: Chaubry
      ... au nom du directoire du département ae la Seine-Inférieure, les procès-verbaux de... Un membre présente, au nom du directoire du département ae la Seine-Inférieure, les procès-verbaux des deux premières sessions du conseil général du département.
      Locuteur: Mailhe
      ...ttre du sieur Thierry, ancien fabricant de chapeaux, qui offre 10 lbuis en or; cet... 2° Lettre du sieur Thierry, ancien fabricant de chapeaux, qui offre 10 lbuis en or; cette lettre est ainsi conçue :
      Locuteur: Mailhe
      ...crète qu'il sera fait mentioi honorable de cette offre au procès-verbal, don un ex... (L'Assemblée décrète qu'il sera fait mentioi honorable de cette offre au procès-verbal, don un extrait sera envoyé au sieur Thierry.)
      Locuteur: Cambon
      ...crète qu'il sera fait mention honorable de cette offre au- procès-verbal .dont un ... (L'assemblée décrète qu'il sera fait mention honorable de cette offre au- procès-verbal .dont un extrait sera remis à M. Cambon.)
      Locuteur: Le Président
      La parole .est à M. Chaubry. La parole .est à M. Chaubry.
      ...ervés pour un premier besoin. Mais dans la circonstance actuelle, où la patrie en a un besoin plus (1) Archives... « Voici 10 louis en or que je m'étais réservés pour un premier besoin. Mais dans la circonstance actuelle, où la patrie en a un besoin plus (1) Archives nationales, Car ion C 147, feuille n» 222.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 279
      Locuteur: Chaubry
      ... je vous propose, Messieurs, d'offrir 4 la patrie le tiers de l'indemnité que vous aurez pour les mois d'avril, de mai et de juin seulement, ce qui donnera à la Trésorerie nationale 406,770 livres ; c...
      ...itiques et positives viennent à l'appui de mon opinion ; mais aussi les circonstances dans lesquelles la France se trouve sont extraordinaires. Comme Citoyen, je dois venir au secours de l'Etat ; et comme législateur, je me croirais indigne de siéger dans ce temple de vertu et de liberté, si mon cœur n'avait pas conçu ...
      des phrases oratoires, mais dans des actions honnêtes, je vous propose, Messieurs, d'offrir 4 la patrie le tiers de l'indemnité que vous aurez pour les mois d'avril, de mai et de juin seulement, ce qui donnera à la Trésorerie nationale 406,770 livres ; ce qui fera pour chaque député 546 livres. Je ne pense pas, Messieurs, que l'indemnité qu'on nous accorde soit trop forte. Des raisons politiques et positives viennent à l'appui de mon opinion ; mais aussi les circonstances dans lesquelles la France se trouve sont extraordinaires. Comme Citoyen, je dois venir au secours de l'Etat ; et comme législateur, je me croirais indigne de siéger dans ce temple de vertu et de liberté, si mon cœur n'avait pas conçu cette pensée. (Applaudissements réitérés dans l'Assemblée et dans les tribunes.)
      Locuteur: Bougier-La-Bergerie
      J'appuie de toutes mes forces la proposition de M. Ghaubry. J'appuie de toutes mes forces la proposition de M. Ghaubry.
      Locuteur: Bougier-La-Bergerie
      Un grand nombre de membres : Aux voix I aux voix ! Un grand nombre de membres : Aux voix I aux voix !
      Locuteur: Le Président
      Je mets aux voix la proposition de M. Ghaubry. Je mets aux voix la proposition de M. Ghaubry.
      Locuteur: Le Président
      ...nt simultané et décrète par acclamation la proposition de M.G haubry, —(Vifs applaudissements dan... (L'Assemblée entière se lève par un mouvement simultané et décrète par acclamation la proposition de M.G haubry, —(Vifs applaudissements dans les tribunes.)
      Locuteur: Pierron
      ...eron et Duval, imprimeurs à Bar-le-Duc, de faire hommage à l'Assemblée de deux ouvrages intitulés : Le Tableau social et la Constitution française mise à la portée de tout le monde. Voici la lettre qu'ils ont écrite (1) à M. le pr... Je suis chargé par MM. Moucheron et Duval, imprimeurs à Bar-le-Duc, de faire hommage à l'Assemblée de deux ouvrages intitulés : Le Tableau social et la Constitution française mise à la portée de tout le monde. Voici la lettre qu'ils ont écrite (1) à M. le président :
      Locuteur: Pierron
      ... l'hommage fait à l'Assemblée nationale de 2 ouvrages l'un intitulé Tableau social par M. Gérard, 1 autre ; la Constitution française mise à la portée de tout le monde, par M. Régnaultj,- c'est auprès de l'Assemblée que l'auteur de ce dernier a pris conseil pour composer... « Daignez recevoir l'hommage fait à l'Assemblée nationale de 2 ouvrages l'un intitulé Tableau social par M. Gérard, 1 autre ; la Constitution française mise à la portée de tout le monde, par M. Régnaultj,- c'est auprès de l'Assemblée que l'auteur de ce dernier a pris conseil pour composer cet ouvrage utile.
      Locuteur: Pierron
      (L'Assemblée aeeepte l'offre de ces citoyens, renvoie les deux ouvrages au comité d'instruction publique et en ordonne la mention honorable au procès-verbal.) (L'Assemblée aeeepte l'offre de ces citoyens, renvoie les deux ouvrages au comité d'instruction publique et en ordonne la mention honorable au procès-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      L'ordre du jour appelle la lecture de l'extrait des adresses renvoyées au co-... L'ordre du jour appelle la lecture de l'extrait des adresses renvoyées au co- ■ mité des pétitions.
      Locuteur: Lafont-Ladebat
      L'Assemblée accorde la priorité au rapport des comités militaire et de l'ordinaire des finances réunis.) L'Assemblée accorde la priorité au rapport des comités militaire et de l'ordinaire des finances réunis.)
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      , au nom des comités militaire et de l'ordinaire des finances, réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur la demande faite par le ministre de la guerre, d'un fonds extraordinaire pour le service de la guerre ; il s'exprime ainsi : , au nom des comités militaire et de l'ordinaire des finances, réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur la demande faite par le ministre de la guerre, d'un fonds extraordinaire pour le service de la guerre ; il s'exprime ainsi :
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...é hier (1) que vos comités militaire et de l'ordinaire des finances vous feraient ...
      ...xtraordinaires 'que demande le ministre de la guerre pour son département. L'état général de la dépense est depuis longtemps à l'impres...
      ...nsés ; et malgré les demandes réitérées de votre comité des finances; plusieurs ét...
      ...us vos yeux l'état général des dépenses de la guerre ; mais il a cru convenable de ne vous les présenter qu'avec l'ensembl...
      ...a remis:, cette semaine. Vous avez, sur la proposition du roi, décrété la guerre. Puisque la détense de la patrie et de la liberté vous a forcés à prononcer ce mot terrible pour la justice et l'humanité, vous devez, par le développement le plus rapide de vos forces et de vos moyens, accélérer l'instant où la paix viendra consoler la terre des maux qui vont l'affliger.
      Vous avez décrété hier (1) que vos comités militaire et de l'ordinaire des finances vous feraient leur rappprt sur les fonds extraordinaires 'que demande le ministre de la guerre pour son département. L'état général de la dépense est depuis longtemps à l'impression, ainsi que les autres parties des dépenses publiques. Les circonstances ont...
      ...objets importants soumis à votre délibération, pour différentes parties des dépensés ; et malgré les demandes réitérées de votre comité des finances; plusieurs états indispensables pour l'état général ne lui ont été remis que depuis 2, ou 3 jours. Votre comité aurait pu, dès ce moment, mettre sous vos yeux l'état général des dépenses de la guerre ; mais il a cru convenable de ne vous les présenter qu'avec l'ensemble des dépenses publiques, dont le tableau général vous sera remis:, cette semaine. Vous avez, sur la proposition du roi, décrété la guerre. Puisque la détense de la patrie et de la liberté vous a forcés à prononcer ce mot terrible pour la justice et l'humanité, vous devez, par le développement le plus rapide de vos forces et de vos moyens, accélérer l'instant où la paix viendra consoler la terre des maux qui vont l'affliger.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...u Nord. Déjà vous avez décrété un fonds de 20 millions d'extraordinaire pour les préparatifs de la campagne. Sur cette sommé de 20 millions, vous avez décrété que les ...
      ...fications des officiers, relativement à la formation de leurs équipages, pour l'achat des cheva...
      ...tes sont .celles qui sont indispensables pour mettre en mouvement les 3 armées du Nord. Déjà vous avez décrété un fonds de 20 millions d'extraordinaire pour les préparatifs de la campagne. Sur cette sommé de 20 millions, vous avez décrété que les fonds qu'exigent les gratifications des officiers, relativement à la formation de leurs équipages, pour l'achat des chevaux et voitures nécessaires, seront imputés sur les 20 millions,
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      Le ministre de la guerre'vous a adressé, le 14 avril, un étât générai de la dépense extraordinaire qui résultera de la campagne de 1792, pour les 3„armés du Nord. Cette dépense a pour objet les traitements de campagne, les suppléments aux masses'de...
      ... et boissons, les fourrages, les effets de campement, la paille de couchage, le bois, les linge et chaussures, les équipages d'artillerie et de vivres, les hôpitaux ambulants, les voi...
      ...ements extraordinaires. L'état sommaire de cette dépense, tel qu'il vous a été rem...
      ...traordinaire s'élève, pour les dépenses de première ligne à 3,889,268iivres.
      Le ministre de la guerre'vous a adressé, le 14 avril, un étât générai de la dépense extraordinaire qui résultera de la campagne de 1792, pour les 3„armés du Nord. Cette dépense a pour objet les traitements de campagne, les suppléments aux masses'des corps, les vivres et boissons, les fourrages, les effets de campement, la paille de couchage, le bois, les linge et chaussures, les équipages d'artillerie et de vivres, les hôpitaux ambulants, les voitures et approvisionnements extraordinaires. L'état sommaire de cette dépense, tel qu'il vous a été remis par le ministre, sera joint à l'état général, qui pourra vous être distribué jeudi. Cette dépense extraordinaire s'élève, pour les dépenses de première ligne à 3,889,268iivres.
      Locuteur: Basire
      Je demande la parole contre cette motion. Je demande la parole contre cette motion.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      Voici, Messieurs, le projet de décret que votre comité vous propose : Voici, Messieurs, le projet de décret que votre comité vous propose :
      ...ionale a chargé ses comité militaire et de l'ordinaire des finances de lui faire un rapport sur la demande faite par le ministre de la guerre d'un fonds extraordinaire pour le service de la guerre. Ge rapport est urgent. SiTAssem... L'Assemblée nationale a chargé ses comité militaire et de l'ordinaire des finances de lui faire un rapport sur la demande faite par le ministre de la guerre d'un fonds extraordinaire pour le service de la guerre. Ge rapport est urgent. SiTAssemblée veut rentendre, je suis prêt à le lui faire. (i) Archives nationales, Carto...
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de ses comités militaire et de l'ordinaire des finances, sur l'état qui lui a été présenté par le ministre de la guerre, le 14 avril, (1) Voy. ci-dessus...
      ...medi 21 avril 1792, au matin, page 221, la. lettre du ministre de la guerxe..
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités militaire et de l'ordinaire des finances, sur l'état qui lui a été présenté par le ministre de la guerre, le 14 avril, (1) Voy. ci-dessus, séance du samedi 21 avril 1792, au matin, page 221, la. lettre du ministre de la guerxe..

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 280
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...épenses extraordinaires qui résulteront de la campogne de 1792, pour les 3 armées du Nord, décrèt... des dépenses extraordinaires qui résulteront de la campogne de 1792, pour les 3 armées du Nord, décrète qu'il v a urgence.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...été l'urgence, décrète : 1° qu'à compte de la somme totale des fonds qui seront décrétés incessamment pour le service de la guerre en 1792, la Trésorerie nationale tiendra a la disposition du ministre de cê département, une somme de 25,121,803 livres, forment avec les 20,000,000 déjà décrétés le 31 décembre dernier, la somme de 45,121,803 livres, montant des dépenses extraordinaires de première mise, et des dépenses aussi ex... « L'Assemblée nationale, après avoir décrété l'urgence, décrète : 1° qu'à compte de la somme totale des fonds qui seront décrétés incessamment pour le service de la guerre en 1792, la Trésorerie nationale tiendra a la disposition du ministre de cê département, une somme de 25,121,803 livres, forment avec les 20,000,000 déjà décrétés le 31 décembre dernier, la somme de 45,121,803 livres, montant des dépenses extraordinaires de première mise, et des dépenses aussi extraordinaires par mois, du 1er janvierx au 30 avril, pour le service des 3 armée...
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      « 2° Qu'à compter du 1er mai prochain, la Trésorerie nationale tiendra également à la disposition du ministre de la guerre une somme de 7,337,445 livres par mois pour le même ... « 2° Qu'à compter du 1er mai prochain, la Trésorerie nationale tiendra également à la disposition du ministre de la guerre une somme de 7,337,445 livres par mois pour le même service;
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      « 3° Que le ministre de la guerre rendra compte à l'Assemblée nati... « 3° Que le ministre de la guerre rendra compte à l'Assemblée nationale, tous les 15 jours, des dépenses ordonnées sur ces fonds.
      Locuteur: Le Président
      La parole est à M. le ministre des contrib...
      ...emblée, des causes qui ont fait exceder la somme de 15 millions à laquelle était fixée par les décrets la fabrication des pièces de-
      La parole est à M. le ministre des contributions publiques pour rendre compte à l'Assemblée, des causes qui ont fait exceder la somme de 15 millions à laquelle était fixée par les décrets la fabrication des pièces de-
      Locuteur: Clavière
      16 de ce mois (1) que je lui rendrais compte des motifs qui ont fait excéder la fabrication des lo millions en pièces de 15 et 30 sols, ainsi qu'elle a été fixée par la loi du 19 janvier 1791 : cet excédent de fabrication, qui s'élève à 337,660 livres, ne résulte pas de mon administration. Dès le 15 mars, jour de mon premier travail avec le premier commis, chargé des monnaies, je m'aperçus que la fabrication approchait de très près les 15 millions déterminés par la loi. Je pris aussitôt des mesures pour la faire suspendre dans tous les hôtels des monnaies, à l'exception de celui de Paris, que j'ai cru devoir laisser en activité jusqu'à la parfaite connaissance des sommes qu'il ...
      ...vail avait été continué jusqu'au moment de l'arrivée de mes lettres; il n'est pas étonnant, dès lors, qu'il y ait un exédent de fabrication; Il est le résultat nécessaire d'un défaut de mesure, lorsque la fabrication a été ordonnée. La loi ayant porté à 15 millions la somme qui devait être fabriquée, l'admi...
      16 de ce mois (1) que je lui rendrais compte des motifs qui ont fait excéder la fabrication des lo millions en pièces de 15 et 30 sols, ainsi qu'elle a été fixée par la loi du 19 janvier 1791 : cet excédent de fabrication, qui s'élève à 337,660 livres, ne résulte pas de mon administration. Dès le 15 mars, jour de mon premier travail avec le premier commis, chargé des monnaies, je m'aperçus que la fabrication approchait de très près les 15 millions déterminés par la loi. Je pris aussitôt des mesures pour la faire suspendre dans tous les hôtels des monnaies, à l'exception de celui de Paris, que j'ai cru devoir laisser en activité jusqu'à la parfaite connaissance des sommes qu'il pourrait en fabriquer. Le travail avait été continué jusqu'au moment de l'arrivée de mes lettres; il n'est pas étonnant, dès lors, qu'il y ait un exédent de fabrication; Il est le résultat nécessaire d'un défaut de mesure, lorsque la fabrication a été ordonnée. La loi ayant porté à 15 millions la somme qui devait être fabriquée, l'administration aurait dû partager cette somme entre les
      Locuteur: Clavière
      ...n prédécesseur à provoquer une décision de l'Assemblée nationale avant d'arrêter ce travail, en lui annonçant que la fabrication sélevait alors à 14,066,490... somme. C'est sans doute ce qui détermina, le 22 mars, mon prédécesseur à provoquer une décision de l'Assemblée nationale avant d'arrêter ce travail, en lui annonçant que la fabrication sélevait alors à 14,066,490 livres.
      Locuteur: Clavière
      ...t à moi, je me suis empressé d'exécuter la loi, dès mon entrée dans le ministère. ...
      ...blée nationale a désirés sur les causes de l'excédent de fabrication ; elle reconnaître sans dou...
      ... résulte d'aucune intention contraire à la loi, et que dès lors il est sans inconv...
      ... déterminant à ordonner une fabrication de pièces de 15 et 30 sols, de même valeur que des écus, eût décrété u...
      ...bien plus considérable d'écus en pièces de 15 à 30 sols; la disparition du numéraire, en eût été pl...
      Quant à moi, je me suis empressé d'exécuter la loi, dès mon entrée dans le ministère. Tels sont les détails que l'Assemblée nationale a désirés sur les causes de l'excédent de fabrication ; elle reconnaître sans doute que cet excédent ne résulte d'aucune intention contraire à la loi, et que dès lors il est sans inconvénient. Il eût même été à désirer que l'Assemblée constituante, en se déterminant à ordonner une fabrication de pièces de 15 et 30 sols, de même valeur que des écus, eût décrété une conversion bien plus considérable d'écus en pièces de 15 à 30 sols; la disparition du numéraire, en eût été plus retardée.
      Locuteur: Clavière
      Je; profite de cette Occasion, Messieurs, pour observe...
      ... incessamment en sérieuse considération la refonte générale de notre numéraire métallique. Nos circons...
      ... système re-nOvàteur, ne manquerait pas de produire ce mouvement ; et si, comme je...
      ...n attendre un très grand secours contre la cherté des espèces, et surtout contre l...
      Je; profite de cette Occasion, Messieurs, pour observer à l'Assemblée nationale qu'il est intéressant qu'elle veuille prendre incessamment en sérieuse considération la refonte générale de notre numéraire métallique. Nos circonstances actuelles nous sollicitent vivement à donner à nos métaux monnoyés le plu...
      ...ssible ; une refonte générale que l'Assemblée décréterait sans doute, d'après un système re-nOvàteur, ne manquerait pas de produire ce mouvement ; et si, comme je le pense, les discussions qui auraient lieu sur cette importante matière, persu...
      ...e faire dorénavant par entreprise, et non suivant lé' régime actuel, j'oserais en attendre un très grand secours contre la cherté des espèces, et surtout contre les spéculations hostiles qui ont pour but d'altérer nos ressources en assignats,...
      Locuteur: Clavière
      Permettez-moi de vous le dire, Messieurs, telle est mon ...
      ... que je ne balance pas à mettre au rang de nos mesures défensives contre les ennemis de l'Etat, celle dont Je vous parle. Elle produirait surtout un grand effet contre la hausse des espèces, si l'Assemblée rend...
      ...n numéraire métallique, soit en métaux, de manière que le porteur fût assuré d'être protégé par la loi lorsqu'il exigerait son rembourseme...
      ...e soit appliqué à bien connaître l'état de la situation des finances, qui ne soit convaincu de la nécessité de ce décret, et je le proposai dès que la législature a été contrainte par dès ci...
      ...font en assignats. Il devient important de prendre toutes les mesures pour attirer toutes les espèces dans la circulation, et opposer les transaction...
      ...x que favorise l'impossibilité actuelle de contracter légalement en espèces métall...
      Permettez-moi de vous le dire, Messieurs, telle est mon opinion à cet égard, que je ne balance pas à mettre au rang de nos mesures défensives contre les ennemis de l'Etat, celle dont Je vous parle. Elle produirait surtout un grand effet contre la hausse des espèces, si l'Assemblée rendait un décret qui légitimât des transactions, soit en numéraire métallique, soit en métaux, de manière que le porteur fût assuré d'être protégé par la loi lorsqu'il exigerait son remboursement, conformément aux conditions convenues entre lui et l'emprunteur. Il n'est personne qui se soit appliqué à bien connaître l'état de la situation des finances, qui ne soit convaincu de la nécessité de ce décret, et je le proposai dès que la législature a été contrainte par dès circonstances impérieuses à décréter une-nouvelle dépensé, en espèces métalliques, pendant que d'autres dépenses se font en assignats. Il devient important de prendre toutes les mesures pour attirer toutes les espèces dans la circulation, et opposer les transactions à faire avec sûreté à l'agiotage ruineux que favorise l'impossibilité actuelle de contracter légalement en espèces métalliques.
      Locuteur: Clavière
      Conformément au décret qui m'ordonne de rendre compte de la fabrication des espèces de 15 et de 30 sous, j'ai l'honneur de soumettre Conformément au décret qui m'ordonne de rendre compte de la fabrication des espèces de 15 et de 30 sous, j'ai l'honneur de soumettre
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...sent décret sera porté, dans le jour, à la sanction du roi. » « 4° Le présent décret sera porté, dans le jour, à la sanction du roi. »
      Locuteur: Clavière
      ...tère; mais le rapport qu'elles ont avec la refonte générale des monnaies que je so... Ces observations semblent étrangères à mon ministère; mais le rapport qu'elles ont avec la refonte générale des monnaies que je sollicite un concours à m'engager à les faire; lorsque je n'y serais pas incité pa...
      17 hôtels des monnaies, de telle manière que chacun d'eux sût d'avance la somme qu'il ne devait pas surpasser. Ce...
      ... il devait en résulter une prépàration .de matière en quantité indéfinie. En effet...
      ...ron 7,600 marcs ae matière préparée, et la totalité du reste des flaons formant 80,000 marcs. J'ai même été obligé de permettre dernièrement au directeur de la monnaie de Toulouse de monnoyer le reste de cette (lj Voy. Archives parlementaires,...
      17 hôtels des monnaies, de telle manière que chacun d'eux sût d'avance la somme qu'il ne devait pas surpasser. Cette précaution ayant été négligée, il devait en résulter une prépàration .de matière en quantité indéfinie. En effet, beaucoup d'hôtels des monnaies, dont les réponses me sont parvenues, m'ont marqué qu'ils pouvaient avoir environ 7,600 marcs ae matière préparée, et la totalité du reste des flaons formant 80,000 marcs. J'ai même été obligé de permettre dernièrement au directeur de la monnaie de Toulouse de monnoyer le reste de cette (lj Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XLI, séance du 16 avril 1792, page 723.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 281
      Locuteur: Le Président
      vainqueurs de la Bastille ne viennent pas vous remercier...
      ....... vous étiez Français, représentants de la nation....., vous ne pouviez que punir ...
      ...us demandent, ils exigent même le poste de l'honneur, le poste du danger, le poste où ils pourront combattre de plus près, et les despotes et leurs val...
      ...égislateurs, oui, nous irons,, précédés de quelques pierres détachées des cachots de la Bastille, nous irons planter le drapeau tricolore sur les remparts de la Belgique; oui, du haut de ces tours, nous donnerons a l'univers le signal de sa délivrance, et nous ne descendrons q...
      ...es des despotes se briser en éclats, et la liberté triomphante au milieu du globe planter ses étendards sur les ruines du despotisme..... Nous vous abandonnons de surveiller et de punir, les traîtres..... L'indulgence n...
      vainqueurs de la Bastille ne viennent pas vous remercier du décret que vous avez rendu..... Le tyrans osaient insulter et menacer un peuple libre.... vous étiez Français, représentants de la nation....., vous ne pouviez que punir et venger.....; mais les hommes du 14 Juillet vous demandent, ils exigent même le poste de l'honneur, le poste du danger, le poste où ils pourront combattre de plus près, et les despotes et leurs valets, et les traîtres. Oui, législateurs, oui, nous irons,, précédés de quelques pierres détachées des cachots de la Bastille, nous irons planter le drapeau tricolore sur les remparts de la Belgique; oui, du haut de ces tours, nous donnerons a l'univers le signal de sa délivrance, et nous ne descendrons qiraprès avoir vu tous les trônes des despotes se briser en éclats, et la liberté triomphante au milieu du globe planter ses étendards sur les ruines du despotisme..... Nous vous abandonnons de surveiller et de punir, les traîtres..... L'indulgence nationale a seule enhardi leur audace. Daignez croire aux vertus, à
      Locuteur: Clavière
      à l'Assemblée l'état de situation des monnaies de Bordeaux, Bayonne, Pau, Toulouse, Perpi...
      ...le, relativement aux quantités ae métal de clocbes et de cuivre qui ont été foudues. Il en résulte que l'approvisionnement de nos hôtels des monnaies excède de 200 millions celui des cloches. Les recherches des comités de finances relativement à la confection des travaux de la dette publique, m'ont fait connaître qu'ils n'avaient pas encore eu le temps de l'examiner. Le silence de MM. lescom-saires de la Trésorerie nationale sur les sommes fab...
      ...versements se faisaient régulièrement à la Trésorerie ; lorsque j'ai appris qu'il ne s'en faisait aucun, quoique la somme fabriquée s'élevât à près ae 2 mi...
      ...tôt écrit à tous les directeurs chargés de cette fabrication qu'ils eussent à envoyer l'état de situation de leur laisser. Je veillerai avec soin à ...
      ...s qui me mettront en état d'éclairer et de suivre cette comptabilité. J'ai appris ...
      ...qu'il y avait dans l'hôtel des monnaies de Paris un million.
      à l'Assemblée l'état de situation des monnaies de Bordeaux, Bayonne, Pau, Toulouse, Perpignan et Marseille, relativement aux quantités ae métal de clocbes et de cuivre qui ont été foudues. Il en résulte que l'approvisionnement de nos hôtels des monnaies excède de 200 millions celui des cloches. Les recherches des comités de finances relativement à la confection des travaux de la dette publique, m'ont fait connaître qu'ils n'avaient pas encore eu le temps de l'examiner. Le silence de MM. lescom-saires de la Trésorerie nationale sur les sommes fabriquées aux hôtels des monnaies, et qui ont dû être échangées contre des assignats, portait à croire que les versements se faisaient régulièrement à la Trésorerie ; lorsque j'ai appris qu'il ne s'en faisait aucun, quoique la somme fabriquée s'élevât à près ae 2 millions : j'ai aussitôt écrit à tous les directeurs chargés de cette fabrication qu'ils eussent à envoyer l'état de situation de leur laisser. Je veillerai avec soin à l'exactitude des comptes qu'ils doivent rendre, et au versement qu'ils doivent e...
      ...nul délai ; en un mot, je recueillerai, le plus tôt possible, toutes les lumières qui me mettront en état d'éclairer et de suivre cette comptabilité. J'ai appris dans ce moment qu'il y avait dans l'hôtel des monnaies de Paris un million.
      Locuteur: Clavière
      Un décret rendu le 19 de ce mois m'oblige à fournir, sous 3 jours, des instructions sur l'administration de la poste aux lettres. Je prie l'Assemblée d'être persuadée que je m'occuperai incessamment de cet objet; mais il m'est impossible de satisfaire au décret dans un aussi conr...
      ... me remettre à ce sujet, et j'ai besoin de quelques jours pour l'examiner. Les affaires de mon département sont si épineuses et si multipliées, qu'elles demandent beaucoup de temps et je prie FÀssemblée d'être persuadée qu'aucun retara ne viendra de défaut de zèle ou d'activité de ma part.
      Un décret rendu le 19 de ce mois m'oblige à fournir, sous 3 jours, des instructions sur l'administration de la poste aux lettres. Je prie l'Assemblée d'être persuadée que je m'occuperai incessamment de cet objet; mais il m'est impossible de satisfaire au décret dans un aussi conrt délai. Je n'ai reçu qu'hier soir le mémoire que l'administration des postes a cru devoir me remettre à ce sujet, et j'ai besoin de quelques jours pour l'examiner. Les affaires de mon département sont si épineuses et si multipliées, qu'elles demandent beaucoup de temps et je prie FÀssemblée d'être persuadée qu'aucun retara ne viendra de défaut de zèle ou d'activité de ma part.
      Locuteur: Le Président
      Neuf ci-devant soldats au régiment de Pondiehêry sont admis à la barre et réclament une somme de 1482 livres 10 sols qu'ils prétendent être due à chacun d'eux pour part de prises auxquelles ils ont contribué dans la dernière guerre. Neuf ci-devant soldats au régiment de Pondiehêry sont admis à la barre et réclament une somme de 1482 livres 10 sols qu'ils prétendent être due à chacun d'eux pour part de prises auxquelles ils ont contribué dans la dernière guerre.
      Locuteur: Le Président
      leur accorde les honneurs de la séance. leur accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      M. GoNCHON, orateur de la députation, s'exprime ainsi : Législateurs, vous venez enfin de M. GoNCHON, orateur de la députation, s'exprime ainsi : Législateurs, vous venez enfin de
      Locuteur: Le Président
      ...eront en instruments aratoires qu'après la chute des tyrans et la mort de leurs vils esclaves... et les piques dont il est armé, ne se changeront en instruments aratoires qu'après la chute des tyrans et la mort de leurs vils esclaves...
      Locuteur: Le Président
      ...éprisez les individus gorgés au sang èt de la sueur du peuple, incapables d'une actio...
      ...ée bienfaisante. Surveillez et méprisez la tourbe de ces vils intrigants qui n'ayant pu retarder les progrès de la philosophie, veulent seuls profiter ue la Révolution et empoisonner la sève de l'arbre constitutionnel. Surveillez et ...
      ...lle a conservé l'habitude et les moyens de corrompre. Surveillez et méprisez enfin...
      ...essés à perpétuer le règne du désordre, de l'ignorance, des préjugés et du crime. ...
      ...s'opposer à tout ce qui peut L'instruire et relever son courage. Surveillez et méprisez les individus gorgés au sang èt de la sueur du peuple, incapables d'une action estimable ou d'une idée bienfaisante. Surveillez et méprisez la tourbe de ces vils intrigants qui n'ayant pu retarder les progrès de la philosophie, veulent seuls profiter ue la Révolution et empoisonner la sève de l'arbre constitutionnel. Surveillez et méprisez les émissaires fidèles d'une. cour essentiellement vicieuse, parce qu'elle a conservé l'habitude et les moyens de corrompre. Surveillez et méprisez enfin tous les hommes intéressés à perpétuer le règne du désordre, de l'ignorance, des préjugés et du crime. Que n'ont-ils pas mis en œuvre pour nous diviser? Une
      Locuteur: Le Président
      le patriotisme des troupes de ligne ; à consolider, aux approches de la guerre, l'union qui doit régner entre tous' les citoyens ; à recueillir les doux fruits de l'égalité ; à porter le coup mortel au fanatisme et à la superstition.....40 malheureux, victimes échappées à la hâche de l'aristocratie, venant d'expier, parplusieurs mois de souffrances les crimes de leurs bourreaux, les soldats de Château-Vieux se trouvent à la porte du sanctuaire des lois..... On les invite à la fête de la liberté; le peuple saisit l'occasion de consoler des patriotes persécutés; les ...
      ...indre que l'esclavage et le déshonneur; la nation a des enfants adoptifs; et l'on nous fait un crime de les appeler au pied de l'autel de la patrie! et des libelles, des pétitions ...
      ...ux, sont employés à comprimer les élans de la reconnaissance, du civisme et de la félicité publique ! et des hommes impud...
      ...onnaires publics osent sonner le tocsin de la guerre civile, calomnier une partie des citoyens, afin de les mettre aux prises avec leurs frères...
      ...uple indignement outragé, pour épargner la sotte vanité de quelques amis ou parents d'un être écha...
      le patriotisme des troupes de ligne ; à consolider, aux approches de la guerre, l'union qui doit régner entre tous' les citoyens ; à recueillir les doux fruits de l'égalité ; à porter le coup mortel au fanatisme et à la superstition.....40 malheureux, victimes échappées à la hâche de l'aristocratie, venant d'expier, parplusieurs mois de souffrances les crimes de leurs bourreaux, les soldats de Château-Vieux se trouvent à la porte du sanctuaire des lois..... On les invite à la fête de la liberté; le peuple saisit l'occasion de consoler des patriotes persécutés; les hommes du 14 Juillet retrouvent ceux qui leur apprirent à ne craindre que l'esclavage et le déshonneur; la nation a des enfants adoptifs; et l'on nous fait un crime de les appeler au pied de l'autel de la patrie! et des libelles, des pétitions illégales, des affiches incendiaires, des rassemblements tumultueux, sont employés à comprimer les élans de la reconnaissance, du civisme et de la félicité publique ! et des hommes impudibonds, des fonctionnaires publics osent sonner le tocsin de la guerre civile, calomnier une partie des citoyens, afin de les mettre aux prises avec leurs frères égarés.....Et pourquoi toutes ces manœuvres odieuses? Pour plaire à des hommes qui ont fait couler déjà le sang d'un peuple indignement outragé, pour épargner la sotte vanité de quelques amis ou parents d'un être échappé à tous les supplices qu'il mérita, et même a celui du remords, que des scélé...
      Locuteur: Clavière
      ... aux comités des assignats et monnaies, de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances, réunis, et ordonne l'impression de l'état y joint.) (L'Assemblée renvoie le mémoire du ministre des contributions publiques aux comités des assignats et monnaies, de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances, réunis, et ordonne l'impression de l'état y joint.)
      Locuteur: Le Président
      ...ppelle Vad-mission des pétitionnaires à la barre. L'ordre du jour appelle Vad-mission des pétitionnaires à la barre.
      Locuteur: Le Président
      ... du faubourg Saint-Antoine est admise à la barre. Une députation des citoyens du faubourg Saint-Antoine est admise à la barre.
      Locuteur: Le Président
      donner le signal que la France attendait.....Le donner le signal que la France attendait.....Le
      Locuteur: Le Président
      la patience, au patriotisme du peuple........ la patience, au patriotisme du peuple..... Nele

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 282
      Locuteur: Le Président
      ... quel est le peuple pour qui le passage de la servitude à la liberté ait été moins pénible, qui ait supporté avec plus de courage et de résignation les maux d'une révolution nécessaire, qui tourmenté à la fois par la misère et l'intrigue, l'aristocratie et le fanatisme, entouré de pièges et d'écueils, ait pendant 3 ans ...
      ..., se soit trouvé debout, libre et digne de l'être au milieu des ruines de l'ancien gouvernement et des convulsions inséparables d'un nouvel ordre de choses!...^ Non, non!... Quoi qu'en dis...
      froids, égoïstes et perfides! dites-nous quel est le peuple pour qui le passage de la servitude à la liberté ait été moins pénible, qui ait supporté avec plus de courage et de résignation les maux d'une révolution nécessaire, qui tourmenté à la fois par la misère et l'intrigue, l'aristocratie et le fanatisme, entouré de pièges et d'écueils, ait pendant 3 ans méprisé ses ennemis et ses calomniateurs, se soit trouvé debout, libre et digne de l'être au milieu des ruines de l'ancien gouvernement et des convulsions inséparables d'un nouvel ordre de choses!...^ Non, non!... Quoi qu'en disent les tyrans et leurs auxiliaires, le
      Locuteur: Le Président
      ...réunir tous les citoyens devant l'autel de la patrie, leur présenter des spectacles dignes d'eux et de la cause qu'ils défendent.. G'est avec des croix et des cordons bleus, que le fanatisme et la tyrannie ont corrompu le génie de la nation. Que la présence des ruines de la Bastillé, des jeux civiquès et guerrier...
      ... à certaines époques délasser le peuple de ses pénibles travaux, lui rappeler son ...
      ...s, que le comité d'instruction s'occupe de ce grand objet. H mérite toute votre attention ; il est digne de vous et d'une nation qui veut et qui sait être libre..... C'est en voyant de près le peuple, que ses calomniateurs e...
      ...gés et leur haine, ouvriront les yeux à la raison, verseront des larmeà de repentir, et se confondront avec les autres pour rendre hommage à la liberté.....Oui, législateurs, vous le ...
      y parvenir il faut réunir tous les citoyens devant l'autel de la patrie, leur présenter des spectacles dignes d'eux et de la cause qu'ils défendent.. G'est avec des croix et des cordons bleus, que le fanatisme et la tyrannie ont corrompu le génie de la nation. Que la présence des ruines de la Bastillé, des jeux civiquès et guerriers, des spectacles propres à réchauffer le germe des vertus sociales viennent à certaines époques délasser le peuple de ses pénibles travaux, lui rappeler son bonheur, sa gloire et sa puissance..... Nous vous demandons, législateurs, que le comité d'instruction s'occupe de ce grand objet. H mérite toute votre attention ; il est digne de vous et d'une nation qui veut et qui sait être libre..... C'est en voyant de près le peuple, que ses calomniateurs et les ennemis ae "l'égalité dépouilleront leurs préjugés et leur haine, ouvriront les yeux à la raison, verseront des larmeà de repentir, et se confondront avec les autres pour rendre hommage à la liberté.....Oui, législateurs, vous le pouvez.....Vous le devez....,
      Locuteur: Le Président
      vidus qui, pour pallier les crimes de ce parjure éhonté, calomnient les infortunés qu'il a conduits à la boucherie!..... Eh! Messieurs, qu'on vidus qui, pour pallier les crimes de ce parjure éhonté, calomnient les infortunés qu'il a conduits à la boucherie!..... Eh! Messieurs, qu'on
      Locuteur: Le Président
      mais aussi nous livrons à l'opprobre la mémoire des scélérats qui ont égaré plu...
      ...rs représentants, qui, après avoir juré de respecter le livre des Droits de l'homme, ont essayé d'en effacer les pa...
      mais aussi nous livrons à l'opprobre la mémoire des scélérats qui ont égaré plusieurs fois nos premiers représentants, qui, après avoir juré de respecter le livre des Droits de l'homme, ont essayé d'en effacer les pages, ont offert au monstre au royalisme un holocauste populaire, ont' incendié l...
      Locuteur: Le Président
      Premiers pas dans la carrière de la législation..... Premiers pas dans la carrière de la législation.....
      Locuteur: Le Président
      ui, Messieurs, de tels monstres doivent être livrés à l'exécration de tous les siècles, de tous les peuples..... Et nous donnons l...
      ... faubourg Saint-Antoine, les vainqueurs de la Bastille, enfin les hommes du 14 Juillet ne connaissent pas de milieu entre, l'amour et la haine, entre l'estime et le mépris..... Ils n'ont pas renversé la colonne des abus pour servir l'intrigue et la corruption; ils n'ont pas brisé les idoles de la tyrannie pour
      ui, Messieurs, de tels monstres doivent être livrés à l'exécration de tous les siècles, de tous les peuples..... Et nous donnons l'exemple avec franchise..... Les citoyens du faubourg Saint-Antoine, les vainqueurs de la Bastille, enfin les hommes du 14 Juillet ne connaissent pas de milieu entre, l'amour et la haine, entre l'estime et le mépris..... Ils n'ont pas renversé la colonne des abus pour servir l'intrigue et la corruption; ils n'ont pas brisé les idoles de la tyrannie pour
      Locuteur: Le Président
      ... le pauvre; on en connaît les motifs et la cause...:. Eh! grand Dieu! que pouvons-nous gagner au désordre ? Le pain de l'artisan ne s'achète pas dans le tumul... calomnies honorent le pauvre; on en connaît les motifs et la cause...:. Eh! grand Dieu! que pouvons-nous gagner au désordre ? Le pain de l'artisan ne s'achète pas dans le tumulte.....Nous
      Locuteur: Le Président
      ...émeutes en calculant sur les besoins et la fortune de nos semblables, en accaparant les denré...
      ... les assemblées primaires, pour obtenir de
      n'avons pas à nous reprocher d'avoir excité des émeutes en calculant sur les besoins et la fortune de nos semblables, en accaparant les denrées, en pillant le Trésor national. Le peuple n'intrigue pas dans les cours, dans les bureaux, dans les assemblées primaires, pour obtenir de
      Locuteur: Le Président
      de la rétraite ou de la disgrâce de tel ou tel ministre; il ne fait pas jouer tous les ressorts de la bassesse, de la flatterie et de la corruption, pour élever ses complices o...
      ...pectateur ignorant et bon homme,, jouet de tous les ambitieux qui tourmentent son ...
      de la rétraite ou de la disgrâce de tel ou tel ministre; il ne fait pas jouer tous les ressorts de la bassesse, de la flatterie et de la corruption, pour élever ses complices ou ses créatures..... Non, certes; spectateur ignorant et bon homme,, jouet de tous les ambitieux qui tourmentent son existence, il souffre patiemment ; et quand il cherche à exaler ses chagrins, il...
      Locuteur: Le Président
      ...ce peuple, ordonner, préparer, célébrer la fête de la liberté, donner partout l'exemple de la décence, du bon ordre et de l'allégresse ; de cette allégresse que produit le témoign... l'avez vu, ce peuple, ordonner, préparer, célébrer la fête de la liberté, donner partout l'exemple de la décence, du bon ordre et de l'allégresse ; de cette allégresse que produit le témoignage d'une bonne conscience, et que les histrions et
      Locuteur: Le Président
      ...voir..... Il ne voyait que le triomphe -de l'innocence et du patriotisme..... Le p...
      ...ur ainsi dire, à tous les regards; mais la présence des rois ne manquait pas à la fête....» La liberté planait sur le cortège; tous les regards, tous les vœux se portaient vers la déesse, et son char était plus élevé qu...
      ...lu troubler ses plaisirs, n'ont pas osé se montrer il n'a pas daigné s'en apercevoir..... Il ne voyait que le triomphe -de l'innocence et du patriotisme..... Le premier fonctionnaire public s'était dérobé, pour ainsi dire, à tous les regards; mais la présence des rois ne manquait pas à la fête....» La liberté planait sur le cortège; tous les regards, tous les vœux se portaient vers la déesse, et son char était plus élevé que tous les trônes des despotes..... Eh dieux! nous nous rappellerons toujours ce...
      Locuteur: Le Président
      ...e nos ennemisont tout mis en usage pour la traverser—Ah ! si la superstition en avait fait les apprêts, si l'on eût pu réchauffer de vieux préjugés, vous les auriez vus, ce...
      ...enthousiasme et se prosterner aux pieds de l'idole et du despotisme..... C'est à v...
      nous est d'autant plus chère que nos ennemisont tout mis en usage pour la traverser—Ah ! si la superstition en avait fait les apprêts, si l'on eût pu réchauffer de vieux préjugés, vous les auriez vus, ces lâches détracteurs, distribuer J'or à pleines mains, flatter le peuple, applaudir avec enthousiasme et se prosterner aux pieds de l'idole et du despotisme..... C'est à vous, législateurs, à protéger les fêtes et les plaisirs d'un peuple libre ; c'es...
      Locuteur: Le Président
      ...e connaîtront d'autre loi que le besoin de l'ordre, d'autre plaisir que la bienfaisance, et d'autre bonheur que l'... ...ndé ne sera plus que ce qu'il doit être, une grande famille dont les individus ne connaîtront d'autre loi que le besoin de l'ordre, d'autre plaisir que la bienfaisance, et d'autre bonheur que l'égalité. (Vifs applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      ...blée nationale et qui, depuis ce moment-, ont toujours environné l'Assemblée, on...
      ...le 20 du même mois, le serment civique, de vivre libre ou mourir; ont Tangé les ch...
      ...matin aux Invalides chercher les canons de la pastille et 60,000 fusils, à 500 pas d'un camp de 10,000 hommes de troupes étrangères, dont nous n'ignorio...
      ...s intentions, ont renversé les créneaux de la Bastille et éveillé la France endormie, ces hommes- ne craignent pas de. combattre. Hs vous demandent que vous ...
      ... pétition ; ils sont presque tous pères de famille ; ils ont vu cette nuit leurs femmes les empêcher de venir auprèsde vous ; mais ils partiron...
      ...e 16 juin 1789, ayant appris que vos prédécesseurs s'étaient constitues en Assemblée nationale et qui, depuis ce moment-, ont toujours environné l'Assemblée, ont prêté avec eux, le 20 du même mois, le serment civique, de vivre libre ou mourir; ont Tangé les chaises dans l'église Saint-Louis, ont invité le Corps constituant à y tenir ses séances; les hommes qui, le 14 juillet 1789, sont aUés le matin aux Invalides chercher les canons de la pastille et 60,000 fusils, à 500 pas d'un camp de 10,000 hommes de troupes étrangères, dont nous n'ignorions pas les chefs et les mauvaises intentions, ont renversé les créneaux de la Bastille et éveillé la France endormie, ces hommes- ne craignent pas de. combattre. Hs vous demandent que vous rassiez droit à leur pétition ; ils sont presque tous pères de famille ; ils ont vu cette nuit leurs femmes les empêcher de venir auprèsde vous ; mais ils partiront, ils veulent aller aux frontières quoiqu'ils aient des enfants. (Applaudisseme...
      Locuteur: Le Président
      ... d'avilir l'Assemblée constituante..... La ne vienne pas nous dire que nous avons le: projet d'avilir l'Assemblée constituante..... La
      Locuteur: Le Président
      ...vers le côté droit), nous vouions toute la Constitution; mais nous la voulons sans commentaire ; et si quelqu...
      ...ation, nous demanderons à juger d'après la Déclaration des Droits, et non d'après ...
      Et nous aussi (.L'orateur se tourne vers le côté droit), nous vouions toute la Constitution; mais nous la voulons sans commentaire ; et si quelquefois elle a besoin d'interprétation, nous demanderons à juger d'après la Déclaration des Droits, et non d'après les petits calculs des agioteurs politiques.....Les scélérats ! ils calomnient

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 283
      Locuteur: Le Président
      M. Gonchqn, orateur de la députation... Une bordure tricolore— M. Gonchqn, orateur de la députation... Une bordure tricolore—
      Locuteur: Le Président
      Messieurs, vous avez les honneurs de la séance. Messieurs, vous avez les honneurs de la séance.
      Locuteur: Albitte
      Je convertis en motion la proposition des pétitionnaires et je de...
      ...pétition soit renvoyée aux commissaires de la salle, afin de mettre les couleurs nationales à l'orif...
      Je convertis en motion la proposition des pétitionnaires et je demande que leur pétition soit renvoyée aux commissaires de la salle, afin de mettre les couleurs nationales à l'oriflamme.
      Locuteur: Taillefer
      ...t ppint au faubourg Saint-Antoine, ni à la ville de Paris, c'est à la France entière qu'appartient cet oriflamme, et il n'est pas au pouvoir de l'Assemblée de changer ce signe éternel de l'union de tous les départements. Lorsque la cérémonie auguste de la fédération fut terminée, les fédérés demandèrent la permission de lé suspendre à la voûte de l'Assemblée nationale; l'Assemblée y co...
      ...u'il a été déposé. C'est un signe sacré de la liberté de la nation française ; on ne doit pas y tou...
      ...onales se trouvent mêlées aux ornements de cette bannière. En conséquence; je dema...
      Ce 'n'est ppint au faubourg Saint-Antoine, ni à la ville de Paris, c'est à la France entière qu'appartient cet oriflamme, et il n'est pas au pouvoir de l'Assemblée de changer ce signe éternel de l'union de tous les départements. Lorsque la cérémonie auguste de la fédération fut terminée, les fédérés demandèrent la permission de lé suspendre à la voûte de l'Assemblée nationale; l'Assemblée y consentit; il doit y demeurer tel qu'il a été déposé. C'est un signe sacré de la liberté de la nation française ; on ne doit pas y toucher. J'observe d'ailleurs que les 3 couleurs nationales se trouvent mêlées aux ornements de cette bannière. En conséquence; je demande qu'on passe à l'ordre du jour.
      Locuteur: Taillefer
      ...L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la dernière partie de la pétition des citoyens du faubourg Saint-Antoine. Elle ordonne en outre l'impression et la distribution du discours des pétitionna... (L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la dernière partie de la pétition des citoyens du faubourg Saint-Antoine. Elle ordonne en outre l'impression et la distribution du discours des pétitionnaires.)
      Locuteur: Le Président
      ...liers, sàcrêtaires-com/mis des bureaux .de correspondance, de renvoi et des scrutins de l'Assemblée nationale., qui font offrande à la patrie d'une somme de 540 livres par an, à prendre sur leurs appointements, tant que durera la guerre. ...eune, Henri, G. Vaillant,, Ren-vâizé, Atrux, Aubusson, Férès, Lekarivelet Devil-liers, sàcrêtaires-com/mis des bureaux .de correspondance, de renvoi et des scrutins de l'Assemblée nationale., qui font offrande à la patrie d'une somme de 540 livres par an, à prendre sur leurs appointements, tant que durera la guerre.
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. • (L'Assemblée ordonne mention honorable de l'offrande au procès-verbal et renvoie la pétition aux comités de marine et de liquidation, qu'elle charge de faire son rapport jeudi soir.) L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. • (L'Assemblée ordonne mention honorable de l'offrande au procès-verbal et renvoie la pétition aux comités de marine et de liquidation, qu'elle charge de faire son rapport jeudi soir.)
      Locuteur: Le Président
      Un citoyen de la ville de Bourbonne-les-Bains est admis à la barre et réclame de nouveaux secours pour raison des désast... Un citoyen de la ville de Bourbonne-les-Bains est admis à la barre et réclame de nouveaux secours pour raison des désastres occasionnés en, cette ville par l'incendie du 28 septembre der- , nier qui a...
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. ; L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. ;
      Locuteur: Le Président
      Un citoyen de Montauban est admis à la barre et demande, au nom de la municipalité de cette ville, plusieurs décisions de l'Assemblée sur des objets d'administra... Un citoyen de Montauban est admis à la barre et demande, au nom de la municipalité de cette ville, plusieurs décisions de l'Assemblée sur des objets d'administration contenus dans le mémoire qu'il dépose sur le bureau.
      Locuteur: Le Président
      L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. L'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      ...stration municipale des biens nationaux de Paris sont admis à la barre. Les commis et employés aux bureaux d'administration municipale des biens nationaux de Paris sont admis à la barre.
      Locuteur: Le Président
      ...eur RureL, en leur nom, fait offrande à la nation d'une somme de 200 livres. Ils se soumettent à adresse...
      ...M. le Président pour subvenir aux frais de la guerre.
      Le sieur RureL, en leur nom, fait offrande à la nation d'une somme de 200 livres. Ils se soumettent à adresser tous les mois pareille somme à M. le Président pour subvenir aux frais de la guerre.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée décrète la mention honorable de cette offre au procès-verbal dont un ex...
      ... commis et employés des biens nationaux de Paris.)
      (L'Assemblée décrète la mention honorable de cette offre au procès-verbal dont un extrait sera remis aux commis et employés des biens nationaux de Paris.)
      Locuteur: Chéron-La-Bruyère
      ... un décret général pour l'rn-, sertion, la mention honorable et l'extrait du procès-verbal de tous ceux qui feront des dons patriotiq... Je demande que l'Assemblée rende un décret général pour l'rn-, sertion, la mention honorable et l'extrait du procès-verbal de tous ceux qui feront des dons patriotiques.
      Locuteur: Chéron-La-Bruyère
      .(L'Assemblée décrète la motion de M. Ghéron-La-Bruyère.) .(L'Assemblée décrète la motion de M. Ghéron-La-Bruyère.)
      Locuteur: Chéron-La-Bruyère
      ...s Pain, ancien cultivateur, est admis à la barre et présente à la nation ses vues sur la question de l'aliénation des forêts. Le sieur Louis Pain, ancien cultivateur, est admis à la barre et présente à la nation ses vues sur la question de l'aliénation des forêts.
      Locuteur: Le Président
      ...nequin b'Herbouvtlle, ancien commandant de bataillon, est admis à la barre et sollicite l'Assemblée de prononcer incessamment sur une pétition...
      ...plusieurs mois pour obtenir le payement de deux petites parties de pension et des arrérages échus.
      Le sieur hennequin b'Herbouvtlle, ancien commandant de bataillon, est admis à la barre et sollicite l'Assemblée de prononcer incessamment sur une pétition qu'il a présentée depuis plusieurs mois pour obtenir le payement de deux petites parties de pension et des arrérages échus.
      Locuteur: Le Président
      ...ns et pavillons français seraient ornés de 3 couleurs. Nous pensons que "l'oriflam... L'Assemblée constituante a décrété que tous les drapeaux, étendards, guidons et pavillons français seraient ornés de 3 couleurs. Nous pensons que "l'oriflamme doit être compris dans ce décret...
      Locuteur: Le Président
      Plusieurs membres : La cravate est aux 3 couleurs. Plusieurs membres : La cravate est aux 3 couleurs.
      Locuteur: Le Président
      (Les pétitionnaires entrent dans la salle.) (Les pétitionnaires entrent dans la salle.)
      Locuteur: Le Président
      ...donne qu'il sera fait mention honorable de cette Offre au procès-verbal dont un extrait sera .envoyé aux commis de l'Assemblée.) L'Assemblée ordonne qu'il sera fait mention honorable de cette Offre au procès-verbal dont un extrait sera .envoyé aux commis de l'Assemblée.)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie le mémoire (1) de M. Pain aux comités des finances et des... (L'Assemblée renvoie le mémoire (1) de M. Pain aux comités des finances et des domaines réunis!
      ...ant négociant à Dun-kerque, est admis à la barre et réclame des indemnités pour ra...
      ...oire et le rétablissement d'une pension de 1,000livres sur la caisse des invalides de la marine, qui a été supprimée par décret (1). Le même pétitionnaire fait offrande à la nation d'une croix du ci-devant ordre de Saint-Michél, qu'il a portée pendant . (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 288, la pétition du sieur Rriansiaux, adressée ...
      ...à cette daté parce que le procès-verbal de la séance ne la mentionne pas.
      Le sieur BriâNSIATJX, ci-devant négociant à Dun-kerque, est admis à la barre et réclame des indemnités pour raison des avances qu'il a faites au gouvernement, un secours provisoire et le rétablissement d'une pension de 1,000livres sur la caisse des invalides de la marine, qui a été supprimée par décret (1). Le même pétitionnaire fait offrande à la nation d'une croix du ci-devant ordre de Saint-Michél, qu'il a portée pendant . (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 288, la pétition du sieur Rriansiaux, adressée à l'Assemblée le 20 janvier 1792. Nous né l'avons pas insérée à cette daté parce que le procès-verbal de la séance ne la mentionne pas.
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page'295, le mémoire de M. Lous Pain. Monsieur, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page'295, le mémoire de M. Lous Pain.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 284
      Locuteur: Le Président
      ...ion, chargé d'en faire son rapport dans la séance de mardi soir.) liquidation, chargé d'en faire son rapport dans la séance de mardi soir.)
      Locuteur: Le Président
      ...et Vauvilliers, instituteurs des écoles de Saint-Rock, sont admis à la barre avec un grand nombre de leurs jeunes élèves. Les sieurs Bouvier et Vauvilliers, instituteurs des écoles de Saint-Rock, sont admis à la barre avec un grand nombre de leurs jeunes élèves.
      Locuteur: Le Président
      ...n peuple libre, nous nous sommes permis de venir aujourd'hui, au nom de tous nos confrères des écoles de la paroisse de Saint-Rocb, pour vous offrir nos hommages; et pour preuve de notre patriotisme, nous avons l'honneur de déposer devant l'auguste Assemblée cett...
      ... assez forts pour repousser les ennemis de la liberté, en attendant ce moment, nous affermirons la Constitution en la gravant dans nos cœurs, (Applaudissemen...
      Dignes représentants d'un peuple libre, nous nous sommes permis de venir aujourd'hui, au nom de tous nos confrères des écoles de la paroisse de Saint-Rocb, pour vous offrir nos hommages; et pour preuve de notre patriotisme, nous avons l'honneur de déposer devant l'auguste Assemblée cette couronne civique. Notant pas assez forts pour repousser les ennemis de la liberté, en attendant ce moment, nous affermirons la Constitution en la gravant dans nos cœurs, (Applaudissements.) et nous jurons tous que nous saurons respecter vos lois comme .nous savons ...
      Locuteur: Le Président
      Gomme instituteurs de ces jeunes organes qui ont l'honneur de présenter leurs ^hommages à l'auguste Assemblée, et qui ont aussi celui de lui assurer leur inébranlable fermeté naissante de leur dévouement pour la Constitution et l'obéissance aux lois ; nous avons jugé à propos de les accompagner par devant nos dignes représentants, pour attesterque cet acte de patriotisme qu'ils ont l'honneur de déposer dans votre sein, ne leur a été suggéré que par leur propre imagination et de leurs sentiments unanimes. Gomme instituteurs de ces jeunes organes qui ont l'honneur de présenter leurs ^hommages à l'auguste Assemblée, et qui ont aussi celui de lui assurer leur inébranlable fermeté naissante de leur dévouement pour la Constitution et l'obéissance aux lois ; nous avons jugé à propos de les accompagner par devant nos dignes représentants, pour attesterque cet acte de patriotisme qu'ils ont l'honneur de déposer dans votre sein, ne leur a été suggéré que par leur propre imagination et de leurs sentiments unanimes.
      Locuteur: Le Président
      Glorieux de les partager sous la domination de vos lois, nous jurons librement et cons...
      ... devant l'auguste et souverain tribunal de la nation française, que nos soins princip...
      ...eux que nous emploierons pour en former de braves citoyens; en leur joignant cette...
      ...ous leur apprendrons, nous ne cesserons de- les exhorter à maintenir, comme nous, ...
      ... et ce qu'ils viennent, ainsi que nous, de jurer à la face du ciel et de tout l'Empire français, d'être constamment fidèles à la patrie, et de mourir plutôt que de violer le serment que nous venons prêter unanimement dans cet auguste Sén...
      Glorieux de les partager sous la domination de vos lois, nous jurons librement et constamment; nous jurons, dis-je, devant l'auguste et souverain tribunal de la nation française, que nos soins principaux seront ceux que nous emploierons pour en former de braves citoyens; en leur joignant cette doctrine aux sciences que nous leur apprendrons, nous ne cesserons de- les exhorter à maintenir, comme nous, ce que leur zële leur a dicté et ce qu'ils viennent, ainsi que nous, de jurer à la face du ciel et de tout l'Empire français, d'être constamment fidèles à la patrie, et de mourir plutôt que de violer le serment que nous venons prêter unanimement dans cet auguste Sénat. (Applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. Messieurs, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      tribué au salut de la France et au maintien des lois. Mais non, destinée à être la proie de la voracité et de la mauvaise foi, je viens vous en dénoncer les abus : à ce mot la hache que vous tenez se lève avec rapid... tribué au salut de la France et au maintien des lois. Mais non, destinée à être la proie de la voracité et de la mauvaise foi, je viens vous en dénoncer les abus : à ce mot la hache que vous tenez se lève avec rapidité et elle frappera avéc vigueur.
      Locuteur: Le Président
      J'étais propriétaire d'un fonds de 3,000 livres dans un emprunt qu'avait fait le Mont-de-Piété, deux reconnaissances payables au porteur étaient les marques ostensibles de ma créance; mon portefeuille qui les contenait me fut d'abord volé et, privé de ces reconnaissances, j'eus la satisfaction de trouver d'abord dans les administrateurs du Mont-de-Piété toutes les Consolations que je pouvais désirer; ils m'assurèrent que la présentation de ces reconnaissances ne pourraient qu'êt...
      ...t acquittées, grâce aux précautions que la sagesse des lois particulières d'un éta...
      ...on sur mon numéro je pouvais vivre dans la plus parfaite sécurité. Après avoir rem...
      J'étais propriétaire d'un fonds de 3,000 livres dans un emprunt qu'avait fait le Mont-de-Piété, deux reconnaissances payables au porteur étaient les marques ostensibles de ma créance; mon portefeuille qui les contenait me fut d'abord volé et, privé de ces reconnaissances, j'eus la satisfaction de trouver d'abord dans les administrateurs du Mont-de-Piété toutes les Consolations que je pouvais désirer; ils m'assurèrent que la présentation de ces reconnaissances ne pourraient qu'être fatale au voléur, et que certes elles ne seraient point acquittées, grâce aux précautions que la sagesse des lois particulières d'un établissement aussi sublime avaient prises pour assurer à ses créanciers toutes les sûretés imaginables, et qu'avec une opposition sur mon numéro je pouvais vivre dans la plus parfaite sécurité. Après avoir rempli cette essentielle formalité, j avoue que ma tranquillité sur ma créance égal...
      Locuteur: Le Président
      ...rrive aujourd'hui que par une confusion de noms propres dans des registres informe...
      ...senté toutes les formalités que le Mont-de-Piété avait coutume de mettre en usage pour s'assurer que c'ét...
      ...; enfin, en vain ai-je dit que les noms de baptême, les demeures, les qualités, les époques, la nature du placement nous différenciaient, je suis condamné et j'ai la douleur de voir triompher l'imposture à la faveur de l'erreur.
      Cependant il arrive aujourd'hui que par une confusion de noms propres dans des registres informes qui ne contiennent nulle distinction, il arrive que mon opposition frappait su...
      ...représenté toutes les différences qui existaient entre nous, en vain ai-je représenté toutes les formalités que le Mont-de-Piété avait coutume de mettre en usage pour s'assurer que c'était au véritable propriétaire qu'elle payait; enfin, en vain ai-je dit que les noms de baptême, les demeures, les qualités, les époques, la nature du placement nous différenciaient, je suis condamné et j'ai la douleur de voir triompher l'imposture à la faveur de l'erreur.
      Locuteur: Le Président
      ...'un effet au porteur, payable au Trésor de la nation et timbré reconnaissance en échange du remboursement suspendu conformément à la proclamation du roi,» du 11 novembre 1789, le dit effet de la somme principale en y joignant les intérêts de 6,000 livres numéroté 15539 en date du ...
      ...0, lequel est représentatif d'un billet de la loterie royale établi par arrêt du cons...
      ...e viens d'énoncer au Sénat : le même portefeuille volé était aussi dépositaire d'un effet au porteur, payable au Trésor de la nation et timbré reconnaissance en échange du remboursement suspendu conformément à la proclamation du roi,» du 11 novembre 1789, le dit effet de la somme principale en y joignant les intérêts de 6,000 livres numéroté 15539 en date du 1er avril 1790, lequel est représentatif d'un billet de la loterie royale établi par arrêt du conseil du mois d'octobre 1783, numéroté 36993, sorti au tirage d'avril 1790 pour 54...
      Locuteur: Le Président
      Mais, non je dois avoir la certitude, puisqu'il dépend de l'Assemblée nationale de lever tout doute à mon égard, et je res...
      ... du pouvoir suprême me rende possesseur de ma propriété.
      Mais, non je dois avoir la certitude, puisqu'il dépend de l'Assemblée nationale de lever tout doute à mon égard, et je reste dans l'attente respectueuse qu'une légale décision émané du pouvoir suprême me rende possesseur de ma propriété.
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. Monsieur, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      M. Bouvier prend la parole et dit : M. Bouvier prend la parole et dit :
      Locuteur: Le Président
      Ce jour est le plus heureux de notre vie, et il sera à jamais mémorabl... Ce jour est le plus heureux de notre vie, et il sera à jamais mémorablè pour nous.
      Locuteur: Le Président
      ... des chasseurs volontaires, est admis à la barre et s'exprime ainsi (2) : Le sieur Marie-Joseph-Félix Chariot-le-Roi, capitaine des chasseurs volontaires, est admis à la barre et s'exprime ainsi (2) :
      Locuteur: Le Président
      Par un décret de l'Assemblée nationale constituante le remboursement total de ces loteries a été ordonné et s'est eff...
      ...ultés reçu le montant ; moi seul, privé de cette marque ostensible de ma Créance, je me vois réduit à l'espoi...
      Par un décret de l'Assemblée nationale constituante le remboursement total de ces loteries a été ordonné et s'est effectué, chaque actionnaire ayant présenté sa reconnaissance en a sans difficultés reçu le montant ; moi seul, privé de cette marque ostensible de ma Créance, je me vois réduit à l'espoir.
      Messieurs, dès que j'ai aperçu l'aurore de la liberté, tous mes soins se sont tournés...
      ...el; ma vie, partout offerte aux ennemis de ce bien suprême, conservée jusqu'à ce j...
      ...c vous, avec tous les Français sous les ruines de la Constitution. Heureux si la partie de ma fortune que je viens réclamer aujourd'hui dans le temple de l'équité avait été consacrée au service de la patrie, ma récompense eût été de l'avoir sacrifiée, et ma gloire d'avoir...
      Messieurs, dès que j'ai aperçu l'aurore de la liberté, tous mes soins se sont tournés à en faire briller le jour éternel; ma vie, partout offerte aux ennemis de ce bien suprême, conservée jusqu'à ce jour est encore consacrée à le maintenir, elle verra pâlir et tomber les tyrans ou s'ensevelira avec vous, avec tous les Français sous les ruines de la Constitution. Heureux si la partie de ma fortune que je viens réclamer aujourd'hui dans le temple de l'équité avait été consacrée au service de la patrie, ma récompense eût été de l'avoir sacrifiée, et ma gloire d'avoir con- (1) Archives nationales. Carton C 147, feuille n° 221. (2) Archives nation...

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 285
      Locuteur: Le Président
      ...L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la pétition de M. Cnariot-Le-Roy.). {L'Assemblée passe à l'ordre du jour sur la pétition de M. Cnariot-Le-Roy.).
      Locuteur: Foissey
      rappelle la motion qu'il a précédemment faite (1) p...
      ...lée à ordonner que les biens et revenus de l'abbaye de Glairac soient mis sous la main de la nation.
      rappelle la motion qu'il a précédemment faite (1) pour engager 1 Assemblée à ordonner que les biens et revenus de l'abbaye de Glairac soient mis sous la main de la nation.
      Locuteur: Foissey
      ... rapport sur cette motion à l'ouverture de la séance de samedi soir.) (L'Assemblée ordonne que le comité des do- f maines fera son rapport sur cette motion à l'ouverture de la séance de samedi soir.)
      Locuteur: Foissey
      ...ers, rentiers, ouvriers et fournisseurs de Louis-Stanislas-Xavier, prince français, sont admis à la barre. Plusieurs citoyens, créanciers, rentiers, ouvriers et fournisseurs de Louis-Stanislas-Xavier, prince français, sont admis à la barre.
      Locuteur: Foissey
      L'orateur de la députation s'exprime ainsi (2) : L'orateur de la députation s'exprime ainsi (2) :
      Locuteur: Foissey
      ...91, avait pourvu, suivant les principes de la justice, au payement de ce qui était dû aux créanciers des frères du roi. En 1790, lors de la suppression des apanages, elle avait affecté aux créanciers de Louis-Stanislas-Xavier, une somme de 500,000 livres par année, indépendamment de la rente apanagère d'un million et d'un million de traitement fixés à son profit et payables, de 6 mois en 6 mois, à compter du 1èr janvier 1791: Au mois de juillet suivant et postérieurement à son • départ, elle, avait ordonné que la somme d'un million attribuée à ce prince à titre de rente apanagère, serait employéé à payer ses créanciers qui seraient porteurs de titres ayant une date certaine, antérie...
      ...s suffisantes pour procurer promptement la rentrée de-toutes les sommes .exigibles par les créanciers, porteurs de titre ayant une date certaine, antérieu...
      ...r ses décrets des 13 août, 20 et 21 décembre 1790, et par celui du 29 juillet 1791, avait pourvu, suivant les principes de la justice, au payement de ce qui était dû aux créanciers des frères du roi. En 1790, lors de la suppression des apanages, elle avait affecté aux créanciers de Louis-Stanislas-Xavier, une somme de 500,000 livres par année, indépendamment de la rente apanagère d'un million et d'un million de traitement fixés à son profit et payables, de 6 mois en 6 mois, à compter du 1èr janvier 1791: Au mois de juillet suivant et postérieurement à son • départ, elle, avait ordonné que la somme d'un million attribuée à ce prince à titre de rente apanagère, serait employéé à payer ses créanciers qui seraient porteurs de titres ayant une date certaine, antérieure au 24 juin précédent, ainsi que les ouvriers et fournisseurs, lesdits créanc...
      ...ent au moins sur ces. deux sommes ; annuellés. Aussi, quoiqu'elles ne fussent pas suffisantes pour procurer promptement la rentrée de-toutes les sommes .exigibles par les créanciers, porteurs de titre ayant une date certaine, antérieure au 24 juin dernieret par lés ouvriers et fournisseurs, ceux qui avaient rempl...
      Locuteur: Foissey
      ...rs à l'Assemblée nationale, dès le mois de décembre dernier, pour abréger les déla...
      ...entes dues à notre débiteur sur l'Hôtel de Ville de Paris, qui montent à la somme de 682,000 livres par année et qui n'ont pas été- payés en 1791 à cause de son absence, fussent employés à payer l...
      Nous demandions d'ailleurs à l'Assemblée nationale, dès le mois de décembre dernier, pour abréger les délais trop considérables que nous avions à subir, que lés arrérages des rentes dues à notre débiteur sur l'Hôtel de Ville de Paris, qui montent à la somme de 682,000 livres par année et qui n'ont pas été- payés en 1791 à cause de son absence, fussent employés à payer les arrérages dus à ses créanciers rentiers qui étaient en France et qui avaient ...
      Locuteur: Foissey
      à prouver la légitimité de nos droits et menacés encore d'un retar...
      ...ons eu cependant quelque consolation et de grandes espérances en nous voyant défendus dans le sein de l'Assemblée nationale avec les armes de la justice et par la seule impulsion de l'équité.
      à prouver la légitimité de nos droits et menacés encore d'un retard qui augmentera chaque jour nos malheurs. Nous avons eu cependant quelque consolation et de grandes espérances en nous voyant défendus dans le sein de l'Assemblée nationale avec les armes de la justice et par la seule impulsion de l'équité.
      Locuteur: Foissey
      ...rs, d'examiner avec attention l'origine de nos créances, d'examiner la destination de sommes que nous réclamons, et surtout de nous distinguer des hommes capables d'entretenir des liaisons avec les ennè-mis de l'Etat. Il y a parmi nous une multitude d'ouvriers et entrepreneurs de toutes les professions, tant de Paris que des départements où notre déb...
      ...cé. Il a été constitué à des créanciers de chacune de ces diverses classes, des rentes perpét...
      ...ces , étaient bien assurées et à l'abri de tous les événements, et elles avaient u...
      Nous vous conjurons, Messieurs, d'examiner avec attention l'origine de nos créances, d'examiner la destination de sommes que nous réclamons, et surtout de nous distinguer des hommes capables d'entretenir des liaisons avec les ennè-mis de l'Etat. Il y a parmi nous une multitude d'ouvriers et entrepreneurs de toutes les professions, tant de Paris que des départements où notre débiteur avait des propriétés. Il y a aussi un nombre çle fournisseurs proportionné...
      ...plusieurs, et notamment les capitalistes génois, sont créanciers pour argent placé. Il a été constitué à des créanciers de chacune de ces diverses classes, des rentes perpétuelles ou viagères, pour des sommes plus ou moins considérables. Toutes ces créances , étaient bien assurées et à l'abri de tous les événements, et elles avaient un gage plus que suffisant dans les immenses revenus dés apanages du prince.
      Locuteur: Foissey
      ...chacun des princes apanagistes, à titre de remplacement, une rente apanagère d'un million; et en ajoutant 1 million de traitement au-dessus de la rente apanagère, pour l'entretien de leurs maisons réunies à celles de leurs épouses, elle restreignit formell...
      ...cordé à l'avenir aux fils et petit-fils de France aucunes sommes, rentes ou traitement pécuniaire distingué de Vapanage; et enfin c'est partfe qu'il existait des dettes considérables de la part des princes, qu'en leur ôtant leur...
      ...r le frère "aîné du roi, 500,000 livres de plus par année, qu'elle affecta aux cré...
      ...te l'Assemblée constituante à y Joindre la rente apanagère d'un million et à l'aff...
      ...mmes, aux créanciers légitimes, pourvus de titrés antérieurs au 24 juin 1791.
      C'est ainsi, Messieurs, qu'elle décréta pour chacun des princes apanagistes, à titre de remplacement, une rente apanagère d'un million; et en ajoutant 1 million de traitement au-dessus de la rente apanagère, pour l'entretien de leurs maisons réunies à celles de leurs épouses, elle restreignit formellement ce traitement aux deux frères du roi, en déclarant qu'il ne serait plus accordé à l'avenir aux fils et petit-fils de France aucunes sommes, rentes ou traitement pécuniaire distingué de Vapanage; et enfin c'est partfe qu'il existait des dettes considérables de la part des princes, qu'en leur ôtant leurs apanages, où il été fait des dépenses et des améliorations, elle décréta, notamment pour le frère "aîné du roi, 500,000 livres de plus par année, qu'elle affecta aux créanciers. Son émigration détermina ensuite l'Assemblée constituante à y Joindre la rente apanagère d'un million et à l'affecter à ces mêmes créanciers, en prenant au surplus tôutes les précautions possibles pour assurer ces deux sommes, aux créanciers légitimes, pourvus de titrés antérieurs au 24 juin 1791.
      Locuteur: Foissey
      A l'égard du million de traitement qui devait être employé spéc...
      ...rimées, ainsi qu'au payement des objets de dépense couranté et d'entretien des mai...
      ...ne pas confondre cette somme avec celle de 150,000 livres composée de la rente apanagère et des 500,000 livres p...
      ...ervation à ce sujet. Nous laissons agir la justice de l'Assemblée nationale et nous réduisons l'objet de notre pétition à demander
      A l'égard du million de traitement qui devait être employé spécialement au payement des officiers et domestiques, étant dans le royaume, tant que leurs charges ne seraient pas supprimées, ainsi qu'au payement des objets de dépense couranté et d'entretien des maisons du prince, ce million avait une destination particulière qui n'était fondéé que sur l'avenir. Pour ne pas confondre cette somme avec celle de 150,000 livres composée de la rente apanagère et des 500,000 livres par année, nous ne faisons aucune observation à ce sujet. Nous laissons agir la justice de l'Assemblée nationale et nous réduisons l'objet de notre pétition à demander
      Locuteur: Foissey
      ... elle était convaincue, ainsi-que toute la nation, que c'eût été une profonde inju... . Lorsque l'Assemblée constituante supprima les apanages, elle était convaincue, ainsi-que toute la nation, que c'eût été une profonde injustice, j tant envers les princes qu'envers les créanciers, si elle eût dépouillé...
      ...émigrés ont tout à coup arrêté le cours de nos payements, parce que les commissaires de la trésorerie nationale ont cru avoir beso...
      ... XLI, Séance du-6 avril 1792, page"233, la motion de M- Foissey. (2) Bibliothèque nationale ...
      Mais, Messieurs, vos décrets sur le séquestre des biens des émigrés ont tout à coup arrêté le cours de nos payements, parce que les commissaires de la trésorerie nationale ont cru avoir besoin d'un décret pour les continuer. Cette suspension fatale et imprévue nous a to...
      ...d'entre nous, nous sommes réduits (1) Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XLI, Séance du-6 avril 1792, page"233, la motion de M- Foissey. (2) Bibliothèque nationale : Assemblée législative, in-4°, Lbz\ n» 5881.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 286
      Locuteur: Foissey
      ...iteur dans le temps où il était en état de les remplir ; les décrets de l'Assemblée constituante, sanctionnés p...
      ...t ce qui appar-tien à leur débiteur, et la parité parfaite de nos créances avec celles qui étaient du...
      ...boursées par l'Etat comme comme arriéré de la maison du roi. Nous croyons pouvoir ajo...
      ...me inébranlable, par notre dévouement à la patrie et par notre zèle à acquitter to...
      ...iques. Vous ne voudriez pas, Messieurs, ruiner, porter au désespoir plus de 2,000 pères de famille, en leur enlevant tout le fruit de leurs travaux. Vous ne puniriez pas le ...
      ...ntraire des citoyens, les fermes appuis de la Constitution, et qui sont ou qui ont leurs enfants employés à la défense des frontières.
      Nos titres, Messieurs, sont les engagements contractés par notre débiteur dans le temps où il était en état de les remplir ; les décrets de l'Assemblée constituante, sanctionnés par le roi, qui ont fixé les fonds nécessaires pour les acquitter, et déterminé l...
      ...nciers seraient assujettis ; les droits qu'ont en général les créanciers sur tout ce qui appar-tien à leur débiteur, et la parité parfaite de nos créances avec celles qui étaient dues par le roi et qui ont été remboursées par l'Etat comme comme arriéré de la maison du roi. Nous croyons pouvoir ajouter avec confiance à l'Assemblée* que nous méritons sa bienveillance par notre civisme inébranlable, par notre dévouement à la patrie et par notre zèle à acquitter toutes les charges publiques. Vous ne voudriez pas, Messieurs, ruiner, porter au désespoir plus de 2,000 pères de famille, en leur enlevant tout le fruit de leurs travaux. Vous ne puniriez pas le prince émigré : vous puniriez au contraire des citoyens, les fermes appuis de la Constitution, et qui sont ou qui ont leurs enfants employés à la défense des frontières.
      Locuteur: Foissey
      ...es 500,000 livres par année, le million de la rente apanagère les 682,000 livres de rente viagères sur l'Hôtel de Ville et en outre la conservation de nos droits, jusqu'à notre parfait payement, sur les autres biens personnels de notre débiteur, qui ne présentent pas d'ailleurs la moindre ressource pour les créanciers. les 500,000 livres par année, le million de la rente apanagère les 682,000 livres de rente viagères sur l'Hôtel de Ville et en outre la conservation de nos droits, jusqu'à notre parfait payement, sur les autres biens personnels de notre débiteur, qui ne présentent pas d'ailleurs la moindre ressource pour les créanciers.
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. Messieurs, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances chargés d... (L'Assemblée renvoie la pétition aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances chargés d'en faire incessamment le rapport.)
      Locuteur: Le Président
      Le sieur Daymery est admis à la barre et demande à être autorisé par un...
      ...ir une tontine nationale pour faciliter la-rentrée du prix de la vente des biens nationaux et retirer promptement les assignats de la circulation.
      Le sieur Daymery est admis à la barre et demande à être autorisé par un brevet d'invention à établir une tontine nationale pour faciliter la-rentrée du prix de la vente des biens nationaux et retirer promptement les assignats de la circulation.
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.. Monsieur, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance..
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances, réunis.) (L'Assemblée renvoie la pétition aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances, réunis.)
      Locuteur: Le Président
      ...sciences, arts^et métiers, sont admis à la barre et sollicitent l'Assemblée de récompenser les services de M. ï Berthollet, académicien, qui, après avoir perdu ses traitements, s'est retiré de la capitale. Ils rappellent les services q...
      ...ures et demandent qu'il soit récompensé de manière qu'il puisse enrichir la société ae nouvelles découvertes.
      Les artistes réunis au point central des sciences, arts^et métiers, sont admis à la barre et sollicitent l'Assemblée de récompenser les services de M. ï Berthollet, académicien, qui, après avoir perdu ses traitements, s'est retiré de la capitale. Ils rappellent les services qu'il a rendus aux aux arts et aux manufactures et demandent qu'il soit récompensé de manière qu'il puisse enrichir la société ae nouvelles découvertes.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de liquidation). (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de liquidation).
      Locuteur: Le Président
      Des citoyens de la paroisse de Mouchy, district de Compiègne, département de l'Oise, sont admis à la barre et réclament des secours, un incendie ayant détruit 52 habitations dans la nuit du 22 au 23 août dernier. Des citoyens de la paroisse de Mouchy, district de Compiègne, département de l'Oise, sont admis à la barre et réclament des secours, un incendie ayant détruit 52 habitations dans la nuit du 22 au 23 août dernier.
      Locuteur: Tenon
      ... des fonds des 14 millions accordés par la loi dû 19 décembre 1791, ne peuvent être pris sur cette somme de 1,300,000 livres, et il demande, au nom...
      ... à les faire porter sur les 11 millions de non-valeurs des contributions foncières et mobilières de 1791.
      ...ecours accordés à des incendiés sur les 1,300,000 livres que l'on croyait rester des fonds des 14 millions accordés par la loi dû 19 décembre 1791, ne peuvent être pris sur cette somme de 1,300,000 livres, et il demande, au nom du comité, à les faire porter sur les 11 millions de non-valeurs des contributions foncières et mobilières de 1791.
      Locuteur: Tenon
      (L'Assemblée renvoie ce rapport à la séance de demain soir.) (L'Assemblée renvoie ce rapport à la séance de demain soir.)
      Locuteur: Tenon
      Le sieur J. L. Gïbert,; citoyen de Paris, présente des observations sur le moyen d'assurer la libre circulation des grains. Le sieur J. L. Gïbert,; citoyen de Paris, présente des observations sur le moyen d'assurer la libre circulation des grains.
      Locuteur: Le Président
      ... l'Assemblée vous accorde les» honneurs de la séance. Monsieur, l'Assemblée vous accorde les» honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      Le sieur Viguier, de Rochefort, est admis à la barre en vertu d'un décret rendu à la séance d'hier soir et se plaint d'un arrêté du directoire du département ae la Charente-Inférieure^ Le sieur Viguier, de Rochefort, est admis à la barre en vertu d'un décret rendu à la séance d'hier soir et se plaint d'un arrêté du directoire du département ae la Charente-Inférieure^
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. t (L'Assemblée renvoie la pétition de M. Viguier au comité de marine.) Monsieur, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. t (L'Assemblée renvoie la pétition de M. Viguier au comité de marine.)
      Locuteur: Le Président
      Le sieur de Monchanin est admis à la barre et présente une pétition sur les ... Le sieur de Monchanin est admis à la barre et présente une pétition sur les subsistances.
      Locuteur: Le Président
      ..., l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance. Monsieur, l'Assemblée vous accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      indique l'ordre de la séance de demain matin. indique l'ordre de la séance de demain matin.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition au comité des secours publics ... (L'Assemblée renvoie la pétition au comité des secours publics chargé d'en faire incessamment le rapport.)
      Locuteur: Le Président
      ...ssemblée renvoie ce mémoire aux comités de commerce et d'agriculture, réunis.) (L'Assemblée renvoie ce mémoire aux comités de commerce et d'agriculture, réunis.)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie le mémoire de M. de Monchanin aux comités de Commerce et d'agriculture, réunis.) (L'Assemblée renvoie le mémoire de M. de Monchanin aux comités de Commerce et d'agriculture, réunis.)
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DI... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DIMANCHE 22 AVRIL 1792
      La foule des établissements qui se sont formés à l'instar de celui de M. de Vauvineux, n'ont d'autre but que de faire passer entre les mains d'un seul intéressé la portion d'or ou d'argent provenant des mises de plusieurs.. Tous ces établissements ne ...
      ... moyens plus ou moins adroits d'exciter la cupidité; tous se parent de la belle idée de faire baisser le taux du numéraire; et ...
      ...ré et impartial, ne paraisse avoir eu ' la ridicule prétention de prouver qu'un simple déplacement d'espè...
      La foule des établissements qui se sont formés à l'instar de celui de M. de Vauvineux, n'ont d'autre but que de faire passer entre les mains d'un seul intéressé la portion d'or ou d'argent provenant des mises de plusieurs.. Tous ces établissements ne diffèrent entre eux que par des moyens plus ou moins adroits d'exciter la cupidité; tous se parent de la belle idée de faire baisser le taux du numéraire; et cependant il n'en est pas un qui ait eu d'autre vue que l'intérêt particulier, et qui, aux yeux d'un observateur éclairé et impartial, ne paraisse avoir eu ' la ridicule prétention de prouver qu'un simple déplacement d'espèces est une circulation vivi-
      (La séance est levée à trois heures et demi... (La séance est levée à trois heures et demiei)
      Change national (2), ou moyen de rapprocher l'assignat du pair de l'argent, et d'aider le gouvernement da... Change national (2), ou moyen de rapprocher l'assignat du pair de l'argent, et d'aider le gouvernement dans ses besoins du numéraire.
      ... Voy. ci-dessus, même séance, page 277, la lettre des sieurs basson, Combret, Rous... (1) Voy. ci-dessus, même séance, page 277, la lettre des sieurs basson, Combret, Roussel et Gouron. (2) Bibliothèque nationale : Assemblée législative, in-4° L&3...

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 287
      ...us. On ose donc assurer que ce serait à la honte du véritable patriotisme, si la nouvelle entreprise de laquelle on va développer ici le but un... fiante et conséqUèmment profitable pour tous. On ose donc assurer que ce serait à la honte du véritable patriotisme, si la nouvelle entreprise de laquelle on va développer ici le but unique et principal, n'obtenait pas une confiance marquée et un succès évident. v
      ...partir le remède qu'il est très instant de porter à un si grand mal. Mais est-il possible de guérir la France d'une plaie qui paraît aussi inc...
      ...ns à choisir pour ressusciter le crédit de nos assignats qui ont sauvé l'Empire, e...
      ...aume qui possède une portion quelconque de numéraire, une voie honnête . et sûre d...
      ...endent par tout le royaume ; Paris doit donc être le point duquel il faut faire partir le remède qu'il est très instant de porter à un si grand mal. Mais est-il possible de guérir la France d'une plaie qui paraît aussi incurable? A-t-on des moyens à choisir pour ressusciter le crédit de nos assignats qui ont sauvé l'Empire, et qu'il est essentiel ae garantir d'une perte exorbitante? Oui, Un des plus puissants existe, et le fvoici : Ouvrez à chaque individu du royaume qui possède une portion quelconque de numéraire, une voie honnête . et sûre d'en faire le placement sans risqué, sous l'espoir d'un bénéfice plus ou moins co...
      ...e des assignats, une portion quelconque de numéraire en argent écus, de-f puis la somme de 6 livres jusqu'à telle autres | somme i...
      ...s espèces, on donnera au porteur autant billets de chance numérotés (me sa mise représentera d'écus de! 6 livres. Le numéraire provenant des r...
      ...essous du cours du jour, on en : cédera de préférence au gouvernement la majeure partie; d'abord parce que l'int...
      ... et ensuite parce qu'il sera' plus aisé de justifier; journellement au public; ae ...
      Dans des caisses publiques, on échangerai aux porteurs contre des assignats, une portion quelconque de numéraire en argent écus, de-f puis la somme de 6 livres jusqu'à telle autres | somme indéterminée. Outre cette valeur égaler d'assignats délivrée pour des espèces, on donnera au porteur autant billets de chance numérotés (me sa mise représentera d'écus de! 6 livres. Le numéraire provenant des recettes ] journalières, légalement et notoirement constaté,, sera vendu pour des assignats à un taux quelconque au-dessous du cours du jour, on en : cédera de préférence au gouvernement la majeure partie; d'abord parce que l'intérêt et Id "bien national doivent marcher avant celui dei tous autres individus, et ensuite parce qu'il sera' plus aisé de justifier; journellement au public; ae l'emploi dès deniers qu'il aura versés dans les caisses ouvertes à cet effet.
      Pour éviter tout soupçon sur la vente du numéraire provenant des mises faites la manière ci-dessus, chaque fois qu'il se...
      ...ui sera délivré un bordereau du montant de la somme à lui vendue e| du prix auquel il l'aura achetée. Le journal de caisse sera le contrôle exact de chaque bordereau particulier et if servira à l'administration pour constater légalement la sortie des fonds en écus dont elle aura à compter au public. On espère que la municipalité voudra bien, sur les instances de l'administration, nommer un commissaire...
      Pour éviter tout soupçon sur la vente du numéraire provenant des mises faites la manière ci-dessus, chaque fois qu'il sera vendu des. écus au porteur, if lui sera délivré un bordereau du montant de la somme à lui vendue e| du prix auquel il l'aura achetée. Le journal de caisse sera le contrôle exact de chaque bordereau particulier et if servira à l'administration pour constater légalement la sortie des fonds en écus dont elle aura à compter au public. On espère que la municipalité voudra bien, sur les instances de l'administration, nommer un commissaire pour surveiller ses opérations journalières.
      Sur la masse totale des assignats résultant de la vente des espèces, déduction faite de 5 O/D pour frais de régie et avances de fonds, le surplus représentera en assignats la mise des ac- Sur la masse totale des assignats résultant de la vente des espèces, déduction faite de 5 O/D pour frais de régie et avances de fonds, le surplus représentera en assignats la mise des ac-
      ...qui se fera publiquement 12 jours après la clôture de la première recette, en présence et sous l... ...ots plus ou moins forts qui écherront aux actionnaires au moyen d'un tirage (1) qui se fera publiquement 12 jours après la clôture de la première recette, en présence et sous l'inspection des magistrats civils.
      ... le montant en papier; en supposant que la chance qu'il court lui soit favorable, la seule perte qu il puisse faire ne sera jamais que de la différence qui se trouvera entre l'arge...
      ...at. Cette légère pèrte n'affaiblira pas de beaucoup l'espoir d'un gain considérable, et sous ce point de vue l'établissement sera donc généralem...
      Chaque actionnaire, en apportant sa misé en écus, en recevra aussitôt le montant en papier; en supposant que la chance qu'il court lui soit favorable, la seule perte qu il puisse faire ne sera jamais que de la différence qui se trouvera entre l'argent et l'assignat. Cette légère pèrte n'affaiblira pas de beaucoup l'espoir d'un gain considérable, et sous ce point de vue l'établissement sera donc généralement accueilli,
      ...a ainsi déjoué et combattu delà manière la plus simple, la plus économique, pour la nation, et la plus profitable à tout le monde. La vente de l'argent pour du papier et k du papier pour de l'argent sera alors vraiment publique, ... L'agiotage se trouvera ainsi déjoué et combattu delà manière la plus simple, la plus économique, pour la nation, et la plus profitable à tout le monde. La vente de l'argent pour du papier et k du papier pour de l'argent sera alors vraiment publique, puisque l'une et l'autre se feront au grand jour et non sous le voile ténébreux ...
      Le gouvernement saura où puiser de l'argent dans des circonstances épineuses, puisque la caisse lui sera ouverte avant qu'elle l...
      ...t il n'aura plus à payer les sacrifices de prévoyance d'une manière ruineuse.
      Le gouvernement saura où puiser de l'argent dans des circonstances épineuses, puisque la caisse lui sera ouverte avant qu'elle le soif pour le publie, et il n'aura plus à payer les sacrifices de prévoyance d'une manière ruineuse.
      ...te le placer à cette banque plutôt que, de s'exposer à la honte de le mettre elle-même sur la place, ou de le confier à des agents inconnus ou suspects ; celui qui a trop peu de numéraire pour être avide d'un faible b...
      ...st leur ouvrir une voie honnête et sûre de tirer parti de leur numéraire sans porter atteinte à leurs intérêts. Que de possesseurs d'une très petite somme en écus sont dans ce dernier cas! Comment rendre à la circulation cette quantité prodigieuse de petits trésors ? On ne saurait les atti...
      ...l but; et, semblable à un nombre infini de filets d'eau isolés et imperceptibles, ...
      Toute personne quelconque ayant un pécule en argent, préférera sans doute le placer à cette banque plutôt que, de s'exposer à la honte de le mettre elle-même sur la place, ou de le confier à des agents inconnus ou suspects ; celui qui a trop peu de numéraire pour être avide d'un faible bénéfice, s'en dessaisira volontiers par l'espoir d'un gain majeur : .c'est donc une ressource pour les gros et les petits capitalistes ; c'est leur ouvrir une voie honnête et sûre de tirer parti de leur numéraire sans porter atteinte à leurs intérêts. Que de possesseurs d'une très petite somme en écus sont dans ce dernier cas! Comment rendre à la circulation cette quantité prodigieuse de petits trésors ? On ne saurait les attirer plus simplement vers un seul but; et, semblable à un nombre infini de filets d'eau isolés et imperceptibles, leur- réunion pourrait alors donner naissance à un fleuve majestueux qui fertili...
      Idée générale de l'établissement. Idée générale de l'établissement.
      La perte des assignats contre l'argent, le... La perte des assignats contre l'argent, leur défaveur qui s'est accrue avec ùn& rapidité effrayante, et qui pourrait augme...
      Plan de l'établissement. Plan de l'établissement.
      ...clôture, on ouvrira une seconde recette de laquelle on disposera comme on vient de le dire, et ainsi de suite pendant toute l'année, jusqu'à ce que les assignats approchent du pair de l'argent. Aussitôt après une clôture, on ouvrira une seconde recette de laquelle on disposera comme on vient de le dire, et ainsi de suite pendant toute l'année, jusqu'à ce que les assignats approchent du pair de l'argent.
      Avantages de l'établissement. Avantages de l'établissement.
      Chacun, par l'entremise de l'administration, pourra sans scrupule ...
      ...ne somme petite ou grande aux avantages de ce commerce annobli alors par ses effet...
      Chacun, par l'entremise de l'administration, pourra sans scrupule et sans risque, sans honte et sans danger, participer pour une somme petite ou grande aux avantages de ce commerce annobli alors par ses effets.
      La trésorerie nationale sera à l'abri des ... La trésorerie nationale sera à l'abri des soupçons injurieux dont elle est accablée par les malveillants, relativement à l...
      ...uira dans peu le publie du nouveau mode de tirage dont on doit se servir : il est ...
      ...t il a surtout l'avantage d'être exempt de soupçon.
      (1) On instruira dans peu le publie du nouveau mode de tirage dont on doit se servir : il est infiniment prompt, simple, économique, et il a surtout l'avantage d'être exempt de soupçon.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 288
      ...lles ont été les causes qui ont anéanti la maison de commerce, renversé le crédit et opéré la ruine entière du sieur Briansiaux; tels sont les justes et puissants motifs de ses réclamations, sur lesquelles les représentants de la France ont à prononcer. Quel que soit le décret qui décidera de son sort, il le recevra avec résignatio... Telles ont été les causes qui ont anéanti la maison de commerce, renversé le crédit et opéré la ruine entière du sieur Briansiaux; tels sont les justes et puissants motifs de ses réclamations, sur lesquelles les représentants de la France ont à prononcer. Quel que soit le décret qui décidera de son sort, il le recevra avec résignation et avec respect.
      Enfin, à la veille d'une guerre, quel est le patriote qui ne se fera pas un devoir et un honneur de s'intéresser dans cette nouvelle entrep...
      ...ra que le seul but qu'on se propose est de faire baisser le taux du numéraire et d...
      Enfin, à la veille d'une guerre, quel est le patriote qui ne se fera pas un devoir et un honneur de s'intéresser dans cette nouvelle entreprise, dès qu'il sentira que le seul but qu'on se propose est de faire baisser le taux du numéraire et d'en procurer au gouvernement?
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DI... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DIMANCHE 22 AVRIL 1792
      ...(3); et en vertu des décrets, nommément de ceux du 22 janvier et du mois de juillet, relus le 3 août 1790, ces mémo...
      ...s les bureaux des comités diplomatique, de finance, d'imposition, de commerce, de marine, de liquidation et des pensions, et renvoyé...
      ...e commissaire du roi, directeur général de la liquidation.
      1789, 9 et 16 octobre 1790 (3); et en vertu des décrets, nommément de ceux du 22 janvier et du mois de juillet, relus le 3 août 1790, ces mémoires ont été déposés avec 46 pièces justificatives, dans les bureaux des comités diplomatique, de finance, d'imposition, de commerce, de marine, de liquidation et des pensions, et renvoyés, quant aux deux dernières parties, à M. le commissaire du roi, directeur général de la liquidation.
      ...us, même séance page 283, l'admission à la barre de M. briansiaux. (2) Rédigée le 20 décemb... (1) Voy. ci-dessus, même séance page 283, l'admission à la barre de M. briansiaux. (2) Rédigée le 20 décembre 1791, présentée par le sieur Briansiaux Je 30 janvier 1792, à M. le président...
      ... continuera à se conformer exactement à la sagesse de ce règlement. Le sieur Briansiaux continuera à se conformer exactement à la sagesse de ce règlement.
      ...es vues qu'il a présentées pour le bien de l'Etat; 2° l'examen sévère des titres q...
      ...réclamations ; et 3° que d'après le vœu de la loi, promulguée en vertu des décrets, il lui soit rendu la justice qu'inutilement il a sollicitée ...
      ...ent, et qu'il réclame des représentants de la nation, avec autant de confiance que de persévérance, depuis le mois d'août 178...
      ...aveur, sinon qu'on veuille bien prendre en considération : 1° ses mémoires, et les vues qu'il a présentées pour le bien de l'Etat; 2° l'examen sévère des titres qui fondent ses réclamations ; et 3° que d'après le vœu de la loi, promulguée en vertu des décrets, il lui soit rendu la justice qu'inutilement il a sollicitée pendant 28 ans auprès du gouvernement, et qu'il réclame des représentants de la nation, avec autant de confiance que de persévérance, depuis le mois d'août 1789.
      ... qui vont suivre, et dont il a démontré la vérité jusqu'au dernier degré d'évidence, attestent de sa part : Les faits qui vont suivre, et dont il a démontré la vérité jusqu'au dernier degré d'évidence, attestent de sa part :
      ... faites en espèces et sans intérêts sur la demande du gouvernement, pour le service direct de l'Etat et la défense de la patrie; « Des avances faites en espèces et sans intérêts sur la demande du gouvernement, pour le service direct de l'Etat et la défense de la patrie;
      ...t sa fortune, ne lui a valu qu'un arrêt de surséance, dont son honneur l'a empêché de faire usage; et la vente à grosse perte ae ses biens et de ses effets, pour s'acquitter noblement ... ...sans bornes à concourir aux vues du ministère, empressement qui, en compromettant sa fortune, ne lui a valu qu'un arrêt de surséance, dont son honneur l'a empêché de faire usage; et la vente à grosse perte ae ses biens et de ses effets, pour s'acquitter noblement envers ses créanciers. »
      ...soit impuissance, soit mauvaise volonté de la part du gouvernement, il n'a pu obtenir le prix des sacrifices qu'il avait faits ; mais la conduite tenue à son égard, loin de porter atteinte à ses droits, n'a fait ... Sous l'ancien régime, soit impuissance, soit mauvaise volonté de la part du gouvernement, il n'a pu obtenir le prix des sacrifices qu'il avait faits ; mais la conduite tenue à son égard, loin de porter atteinte à ses droits, n'a fait qu'y donner une nouvelle force.
      En attendant l'effet de cette justice qui, depuis 1789, n'est p...
      ..., il supplie l'Assemblée nationale : 1° de décréter que jusqu'au rétablissement d'...
      ...emier janvier dernier, et ceux à échoir de la pension de 1,000 livres dont il jouissait depuis 1772 sur la caisse des invalides de la marine, supprimée par les décrets des 2...
      ...i seront payés par le trésorier général de ladite caisse; 2° d'ordonner un prompt rapport de sa demande en indemnités par le commissaire liquidateur au comité de liquidation, et par ce comité au Corps ...
      ... et en attendant, sans préjuger le fond de ses réclamations, de lui accorder, à titre de provision, de gratification ou de secours, une somme qui adoucisse la position trop déplorable et trop connue...
      En attendant l'effet de cette justice qui, depuis 1789, n'est plus un vain nom, il supplie l'Assemblée nationale : 1° de décréter que jusqu'au rétablissement d'une pension sur le Trésor public, aux termes du décret du 3 août 1790, titre III, article 4, les arrérages échus depuis le premier janvier dernier, et ceux à échoir de la pension de 1,000 livres dont il jouissait depuis 1772 sur la caisse des invalides de la marine, supprimée par les décrets des 28 et 30 avril 1791, lui seront payés par le trésorier général de ladite caisse; 2° d'ordonner un prompt rapport de sa demande en indemnités par le commissaire liquidateur au comité de liquidation, et par ce comité au Corps législatif, et en attendant, sans préjuger le fond de ses réclamations, de lui accorder, à titre de provision, de gratification ou de secours, une somme qui adoucisse la position trop déplorable et trop connue, où l'ont] réduit ses services effectifs et son zèle ardent pour le bien public...
      Modèle du billet de change : Modèle du billet de change :
      CHANGE NATIONAL. BILLET DE CHANGE. CHANGE NATIONAL. BILLET DE CHANGE.
      ...r sa mise au change national, à l'effet de concourir au moyen de rapprocher l'assignat du pair de l'argent, et d'aider le Gouvernement dans ses besoins de numéraire. Pour sa mise au change national, à l'effet de concourir au moyen de rapprocher l'assignat du pair de l'argent, et d'aider le Gouvernement dans ses besoins de numéraire.
      ...riansiaux, ancien négociant et armateur de Dunkerque, 30 janvier 1792 Pétition pour Jean-Louis Briansiaux, ancien négociant et armateur de Dunkerque, 30 janvier 1792
      ...quidations et remboursements des dettes de l'Etat. Autres objets d'utilité, servic... Commerce, finances, liquidations et remboursements des dettes de l'Etat. Autres objets d'utilité, services et réclamations.
      ... des mémoires circonstanciés relatifs à la chose publique, présentés et distribués... Cette pétition (2) est formée d'après des réclamations en indemnité, et des mémoires circonstanciés relatifs à la chose publique, présentés et distribués par le sieur Briansiaux à l'Assemblée nationale constituante les 8 août, 26 déc...
      Il joindra ici l'extrait de sa pétition au Corps législatif, du 24 ...
      ...comité des pétitions, et sur le rapport de ce comité le 15 novembre, à celui de liquidation, et de celui-ci, le 29 du même mois, au commissaire du roi, pour son avis. Un ordre de travail des comités, imprimé en
      Il joindra ici l'extrait de sa pétition au Corps législatif, du 24 octobre dernier, renvoyée au comité des pétitions, et sur le rapport de ce comité le 15 novembre, à celui de liquidation, et de celui-ci, le 29 du même mois, au commissaire du roi, pour son avis. Un ordre de travail des comités, imprimé en
      1790, par ordre de l'Assemblée nationale, porte : « Que le... 1790, par ordre de l'Assemblée nationale, porte : « Que les réticences pourraient nuire aux plus
      justes prétentions; que les lettres de recommandation et autres démarches de ce genre seraient justes prétentions; que les lettres de recommandation et autres démarches de ce genre seraient
      (3) Ceux de MM. les députés qui désireront de ces mémoires, voudront bien en donner avis à ce négociant, et il se fera un devoir de se conformer à leur désir. (3) Ceux de MM. les députés qui désireront de ces mémoires, voudront bien en donner avis à ce négociant, et il se fera un devoir de se conformer à leur désir.
      ...lu, des dépenses et des sacrifices pour la chose publique;" Un dévouement absolu, des dépenses et des sacrifices pour la chose publique;"
      ...que lui ont témoignée plusieurs membres de l'Assemblée nationale constituante, nommément MM. Pétion et Mirabeau, pût être de Si le sieur Briansiaux pensait que l'estime particulière que lui ont témoignée plusieurs membres de l'Assemblée nationale constituante, nommément MM. Pétion et Mirabeau, pût être de

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 289
      Attendu la circonstance, on ne peut pas plus série...
      ...rnier jusqu'au 20 décembre, d'écrire et de s'étendre beaucoup sur les objets dont ...
      ...tres d'une aussi grande importance pour la nation, comme peuvent l'attester 46 de MM. les députés à qui il en a fait part. Sa malheureuse position et sa santé, ruinée par les peines et les années, ne lui on...
      ...franchise d'un bon Flamand qui présente la vérité toute nue, et il a eu le bonheur...
      Attendu la circonstance, on ne peut pas plus sérieuse, dont il sera parlé ci-après dans l'énu-mération des faits, et d'après le dé...
      ...le 9 décembre, le sieur Briansiaux s'est fait un devoir, depuis le 24 octobre dernier jusqu'au 20 décembre, d'écrire et de s'étendre beaucoup sur les objets dont il s'agit, et sur plusieurs autres d'une aussi grande importance pour la nation, comme peuvent l'attester 46 de MM. les députés à qui il en a fait part. Sa malheureuse position et sa santé, ruinée par les peines et les années, ne lui ont pas permis d'en faire davantage : il a parlé avec cette franchise d'un bon Flamand qui présente la vérité toute nue, et il a eu le bonheur d'intéresser par cela même.
      ...en sa faveur, il exhiberait les preuves de la correspondance assez étendue et des con...
      ... différents points, il lui sut beaucoup de gré de son zèle et l'engagea à se consacrer to...
      quelque poids en sa faveur, il exhiberait les preuves de la correspondance assez étendue et des conférences répétées qu'il a eues avec eux sur des objets relatifs au bien public :...
      ...s avec le plus vif intérêt ; et quoi qu'ils ne fussent pas toujours d'accord sur différents points, il lui sut beaucoup de gré de son zèle et l'engagea à se consacrer toujours tout entier au bien public, sans se mettre en peine des charmes du style;...
      ... infiniment à ce négociant d'être forcé de taire le nom d'un citoyen éclairé, d'un vrai patriote, qui a mérité à ce double titre la confiance de l'Assemblée nationale consituante et législative, et qui a mis le pétitionnaire à même de publier ses mémoires, où l'on a reconnu à la fois des vues utiles et des réclamations bien fondées, et qui n'a pas craint de compromettre ses intérêts, en faisant l... Il en coûte infiniment à ce négociant d'être forcé de taire le nom d'un citoyen éclairé, d'un vrai patriote, qui a mérité à ce double titre la confiance de l'Assemblée nationale consituante et législative, et qui a mis le pétitionnaire à même de publier ses mémoires, où l'on a reconnu à la fois des vues utiles et des réclamations bien fondées, et qui n'a pas craint de compromettre ses intérêts, en faisant les avances des impressions montant à 1,254 livres ; dette sacrée entre beaucoup ...
      ...lques détails ; mais il ne se permettra de réflexions que celles qui sont absolument nécessaires au soutien de ses droits, fondés sur ce qu'il a fait pour la chose publique, et dont le simple expos...
      ...en sa faveur l'équité des représentants de la nation.
      Le sieur Briansiaux est contraint d'entrer dans quelques détails ; mais il ne se permettra de réflexions que celles qui sont absolument nécessaires au soutien de ses droits, fondés sur ce qu'il a fait pour la chose publique, et dont le simple exposé ne pourra manquer d'intéresser en sa faveur l'équité des représentants de la nation.
      ...uerres, il a essentiellement concouru à la construction d'un nombre considérable de navires, qui ont occasionné 300 armements, la prise de 2,000 bâtiments sur les ennemis, et une circulation au delà de 200 millions. Durant les 2 dernières guerres, il a essentiellement concouru à la construction d'un nombre considérable de navires, qui ont occasionné 300 armements, la prise de 2,000 bâtiments sur les ennemis, et une circulation au delà de 200 millions.
      ...abilité, ainsi que les noms et demeures de ses actionnaires, au nombre de 111, ont été imprimées dans le plus gra...
      ...li, et en firent mettre un exemplaire à la bibliothèque du roi. Il en a été joint deux exemplaires parmi les pièces justificatives de ses réclam âUons.
      Sa gestion et sa comptabilité, ainsi que les noms et demeures de ses actionnaires, au nombre de 111, ont été imprimées dans le plus grand détail et rendues publiques. Les ministres mêmes jugèrent cet ouvrage digne d'être accueilli, et en firent mettre un exemplaire à la bibliothèque du roi. Il en a été joint deux exemplaires parmi les pièces justificatives de ses réclam âUons.
      ... du gouvernement, associa aux vaisseaux de l'Etat un des siens, de quarante canons,[jet tout neuf. La mise-hors fut de 461,000 li- En 17^9, le sieur Briansiaux, pour seconder les vues du gouvernement, associa aux vaisseaux de l'Etat un des siens, de quarante canons,[jet tout neuf. La mise-hors fut de 461,000 li-
      vres, et sa perte personnelle de 92,162 livres ; il souffrit cet échec s...
      ...lui permettait un pareil sacrifice ; et la réflexion qu'il le faisait pour la patrie fut son meilleur et son unique d...
      vres, et sa perte personnelle de 92,162 livres ; il souffrit cet échec sans se plaindre : sa fortune alors lui permettait un pareil sacrifice ; et la réflexion qu'il le faisait pour la patrie fut son meilleur et son unique dédommagement.
      ...iste événement que par plusieurs autres de même nature, et qui avaient pour cause le désir de contribuer à l'avantage commun, le lui ...
      ...aujourd'hui, comme il l'a toujours été, la base de ses réclamations.
      Mais cette époque, déjà si fatale pour lui, tant par ce triste événement que par plusieurs autres de même nature, et qui avaient pour cause le désir de contribuer à l'avantage commun, le lui devint encore bien plus par un fait propre du gouvernement, qui commença l'enchaînement ae ses infortunes, et qui est aujourd'hui, comme il l'a toujours été, la base de ses réclamations.
      ...uipait à cet effet une flotille au port de Dunkerque, sous le commandement du fame...
      ...t tomber en pure perte, et l'on était à la veille de désarmer, faute de vivres et de munitions pour les troupes et matelots embarqués : dans cet instant de crise, le capitaine Thurot désespéré, brûlant de combattre les ennemis, et porteur d'ord...
      ...il vide sa caisse pour venir au secours de l'Etat, et ne se réserve, pour ses affa...
      ...s, pour ses armements particuliers, que la ressource de son crédit. En un mot, outre les emprunts qu'il se voit obligé de faire à gros intérêts, il se trouve devoir 661,000 livres à une multitude de fournisseurs, d'ouvriers de toute espèce, à des marins de toutes classes, qui s'étaient embarqués...
      ... 1759, le gouvernement ordonna une expédition secrète contre les ennemis : on équipait à cet effet une flotille au port de Dunkerque, sous le commandement du fameux capitaine Thurot : les ministres avaient pourvu aux premiers fonds; mais le Trésor royal étant plus qu'épuisé, les dépenses déjà faites allaient tomber en pure perte, et l'on était à la veille de désarmer, faute de vivres et de munitions pour les troupes et matelots embarqués : dans cet instant de crise, le capitaine Thurot désespéré, brûlant de combattre les ennemis, et porteur d'ordres ministériels, s'adressa au sieur Briansiaux pour des avances momentanées et ...
      ...e aussitôt une somme d'environ 200,000 livres en espèces et sans aucun intérêt; il vide sa caisse pour venir au secours de l'Etat, et ne se réserve, pour ses affaires personnelles, pour ses armements particuliers, que la ressource de son crédit. En un mot, outre les emprunts qu'il se voit obligé de faire à gros intérêts, il se trouve devoir 661,000 livres à une multitude de fournisseurs, d'ouvriers de toute espèce, à des marins de toutes classes, qui s'étaient embarqués et s'embarquaient journellement sur ses vaisseaux armés contre les ennemis.
      ...oici un extrait des pièces qui prouvent la vérité de ces faits: 1° L'acte par devant notaire...
      ..., faites sur les assurances des lettres de ministres du roi (en comité), par les o...
      ...'armement avait été fait pour le compte de Sa Majesté. 2° La lettre du même capitaine aux ministres, en date du même mois, et où il dit : la fa on généreuse dont ce patriote s'est porté pour me secoçir de son argent et de son crédit, afin de me mettre en état d'exécuter mes ordres...
      ...s pièces justificatives. (2) Il est bon de rapporter ici un passage de ce fatal arrêt de surséance. Pour compléter, y est-il dit, l'expédition suivant les ordres de Sa Majesté, sans lequel prêt et avances l'on n'aurait pu exécuter lesdits ordres, faute de fonds nécessaires ; mais que n'étant po...
      (1) Voici un extrait des pièces qui prouvent la vérité de ces faits: 1° L'acte par devant notaire souscrit le 23 septembre 1759 par le capitaine Thurot: il y déclare en termes exprès que l'expédition n'aurait pas eu lieu sans les avances du sieur Briansiaux, faites sur les assurances des lettres de ministres du roi (en comité), par les ordres desquels l'armement avait été fait pour le compte de Sa Majesté. 2° La lettre du même capitaine aux ministres, en date du même mois, et où il dit : la fa on généreuse dont ce patriote s'est porté pour me secoçir de son argent et de son crédit, afin de me mettre en état d'exécuter mes ordres, mérite, etc. A l'égard des lettres des ministres, le sieur Briansiaux a joint les extraits à ses pièces justificatives. (2) Il est bon de rapporter ici un passage de ce fatal arrêt de surséance. Pour compléter, y est-il dit, l'expédition suivant les ordres de Sa Majesté, sans lequel prêt et avances l'on n'aurait pu exécuter lesdits ordres, faute de fonds nécessaires ; mais que n'étant point remboursé, et ne pouvant l'être à présent, etc.
      ...50 : depuis 1746 jusqu'à 1762, en temps de paix sous pavillon français, en temps de guerre sous pavillons neutres, il y a f... Né à Dunkerque en 1727, le sieur Briansiaux s'y établit en 1750 : depuis 1746 jusqu'à 1762, en temps de paix sous pavillon français, en temps de guerre sous pavillons neutres, il y a fait une infinité d'entreprises maritimes et commerciales, qui ont embrassé diffé...
      ...élivra, pour tout payement, qu'un arrêt de surséance (2) ! ...nistériels, quelle fut sa surprise, quel fut son accablement, lorsqu'on ne lui délivra, pour tout payement, qu'un arrêt de surséance (2) !

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 290
      ...l ne fît aucun usage direct ni indirect de Y arrêt de surséance; il n'en est résulté pour qui...
      ...udice ni retard; il ne s'est point fait de cette pièce une arme dangereuse ; il s'est contenté de la produire en original au nombre de ses pièces justificatives, pour donner une preuve de plus de son honnêteté et pour ajouter à l'intérêt que la cause de son infortune doit naturellement inspirer: en un mot, lui seul est resté ruiné, et (il ne saurait trop le répéter), pa...
      Encore une fois, il ne fît aucun usage direct ni indirect de Y arrêt de surséance; il n'en est résulté pour qui que ce soit ni préjudice ni retard; il ne s'est point fait de cette pièce une arme dangereuse ; il s'est contenté de la produire en original au nombre de ses pièces justificatives, pour donner une preuve de plus de son honnêteté et pour ajouter à l'intérêt que la cause de son infortune doit naturellement inspirer: en un mot, lui seul est resté ruiné, et (il ne saurait trop le répéter), par le seul fait du gouvernement.
      ...e sieur Briansiaux s'arrête pour parler de la chose publique, et pour contredire la proposition faite par M. Clavière, le 2...
      ...à l'Assemblée nationale, relativement à la suspension des remboursements, même en ...
      Ici le sieur Briansiaux s'arrête pour parler de la chose publique, et pour contredire la proposition faite par M. Clavière, le 24 novembre, à l'Assemblée nationale, relativement à la suspension des remboursements, même en payant les intérêts: il reprendra ensuite le tilde sa narration.
      ... : le sieur Briansiaux, sans l'amertune de sa situation, et les indispositions qui en sont une suite naturelle, eût sollicité la faveur de les prononcer à la harre de l'Assemblée nationale, et il présume qu...
      ...écembre, en adresser copies à 3 membres de la législature, présidents de différents comités, et les recommander ...
      ...x des 125 et 80 millions, avec les notes, ont été rédigés le 25 novembre dernier : le sieur Briansiaux, sans l'amertune de sa situation, et les indispositions qui en sont une suite naturelle, eût sollicité la faveur de les prononcer à la harre de l'Assemblée nationale, et il présume qu'il eût été entendu avec quelque intérêt : il a cru devoir, le 7 décembre, en adresser copies à 3 membres de la législature, présidents de différents comités, et les recommander à leur zèle et à leur patriotisme.
      ..., qu'il n'est pas au pouvoir des arrêts de surséance, ni des suspensions quelconques, même en payant des intérêts, de donner, de maintenir ni de rappeler la confiance et le crédit, d'où dépendent toujours la force et le salut d'un Empire ; que ce ...
      ...nt sage, mais pour toute nation jalouse de conserver sa réputation d'honneur et de loyauté, ne sauraient être le fruit que de l'exécution exacte de ses promesses et du seul acquit des eng...
      ...mes salutaires, et particulièrement par la Constitution même, titre V, article 9, ...
      ...théorie et des combinaisons fondées sur de belles phrases et des inquiétudes chimé...
      L'on sait (et c'est une vérité incontestable, qu'il n'est pas au pouvoir des arrêts de surséance, ni des suspensions quelconques, même en payant des intérêts, de donner, de maintenir ni de rappeler la confiance et le crédit, d'où dépendent toujours la force et le salut d'un Empire ; que ce crédit et tous les avantages qui en résultent, non seulement pour tout gouvernement sage, mais pour toute nation jalouse de conserver sa réputation d'honneur et de loyauté, ne sauraient être le fruit que de l'exécution exacte de ses promesses et du seul acquit des engagements : aussi l'Assemblée nationale constituante a-t-elle plusieurs fois consacré ces maximes salutaires, et particulièrement par la Constitution même, titre V, article 9, paragraphe Ier. (1). Malheur au citoyen qui, par une théorie et des combinaisons fondées sur de belles phrases et des inquiétudes chimériques, fournirait des moyens contraires à ces principes d'équité!
      Qu'il soit permis au sieur Briansiaux de le dire : ces suspensions, ces manques de bonne foi, ont plusieurs fois été on ne peut pas plus fatales à la France, ont forcé l'ancien régime à la multiplicité d'emprunts ruineux, tandis... Qu'il soit permis au sieur Briansiaux de le dire : ces suspensions, ces manques de bonne foi, ont plusieurs fois été on ne peut pas plus fatales à la France, ont forcé l'ancien régime à la multiplicité d'emprunts ruineux, tandis que les gouvernements étrangers, bien moins riches que nous en tout, en trouvai...
      ...t qu'on ne s'y trompe pas) que le salut de l'Etat est attaché à l'exécution littérale de la loi promulguée et à l'accomplissement d...
      ... infailliblement le retour du crédit et de la confiance, et, par contre-coup, celui de l'harmonie. On ne saurait trop se convaincre de la nécessité de liquider et payer les dettes, les rente...
      ...es pensions, les dépenses publiques, et de faire rentrer le plus exactement possib...
      ...t courants. Il ne faut point s'effrayer de la masse des assignats ; les biens domania...
      Le sieur Briansiaux est donc d'avis (et qu'on ne s'y trompe pas) que le salut de l'Etat est attaché à l'exécution littérale de la loi promulguée et à l'accomplissement des promesses: voilà ce qui doit opérer infailliblement le retour du crédit et de la confiance, et, par contre-coup, celui de l'harmonie. On ne saurait trop se convaincre de la nécessité de liquider et payer les dettes, les rentes perpétuelles et viagères, les pensions, les dépenses publiques, et de faire rentrer le plus exactement possible, et par semestres, les impôts arriérés et courants. Il ne faut point s'effrayer de la masse des assignats ; les biens domaniaux et nationaux nese vendront que mieux: il n'y a
      (1) Si la caisse d'Escompte (infidèle en ce point...
      ...ement les fonds que le public lui avait de si bonne foi confiés, si elle n'eût pas obtenu des arrêts de surséance, et suspendu ses payements, son crédit et la confiance publique fussent parvenus au ...
      ...r et l'argent du royaume, et une partie de celui de l'étranger. Il n'est pas besoin d'énumé...
      ...es qui en seraient résultés depuis pour la nation.
      (1) Si la caisse d'Escompte (infidèle en ce point) n'avait pas prêté au gouvernement les fonds que le public lui avait de si bonne foi confiés, si elle n'eût pas obtenu des arrêts de surséance, et suspendu ses payements, son crédit et la confiance publique fussent parvenus au dernier période; elle eût accumulé dans les coffres presque tout l'or et l'argent du royaume, et une partie de celui de l'étranger. Il n'est pas besoin d'énumérer tous les avantages qui en seraient résultés depuis pour la nation.
      qu'à donner une prime de 3 ou 4 0/0 à ceux qu paieront en une seule fois, décréter les mêmes primes (car il est de petits sacrifices qui opèrent souvent un grand bien) en faveur de ceux qui solderont d'ici au mois d'avri...
      ... avec les nouvelles, que nous proposons de faire depuis 10 sols jusqu'à 100 livres, et de porter jusqu'à 500 millions, avec 20 millions de gros sols, ainsi de suite, pour les besoins extraordinaires...
      ... pour déjouer les détestables manœuvres de ces anciens traitants dont la fortune scandaleuse insulte à la misère publique.
      qu'à donner une prime de 3 ou 4 0/0 à ceux qu paieront en une seule fois, décréter les mêmes primes (car il est de petits sacrifices qui opèrent souvent un grand bien) en faveur de ceux qui solderont d'ici au mois d'avril 1792, le restant des adjudications faites; il s'ensuivra successivement une rentrée considérable d'assignats qui mettront au niveau les anciennes émissions avec les nouvelles, que nous proposons de faire depuis 10 sols jusqu'à 100 livres, et de porter jusqu'à 500 millions, avec 20 millions de gros sols, ainsi de suite, pour les besoins extraordinaires. Tels sont les moyens les plus puissants et les plus sûrs pour faire échouer les coupables efforts des ennemis delà Constitution, et pour déjouer les détestables manœuvres de ces anciens traitants dont la fortune scandaleuse insulte à la misère publique.
      ...èle pour le bien public lui fait perdre de vue ses intérêts particuliers, il revient à l'objet de sa pétition. D'après l'exposé qu'il a f...
      ...omme à croire s'acquitter avec un arrêt de surséance. Plus ses créanciers étaient ...
      ... ses yeux, et plus il sentait le besoin de conserver leur estime; aussi n'a-t-il j...
      ...vend précipitamment, et bien au-dessous de leur valeur, ses biens, ses effets, ses intérêts dans divers armements : la vente d'un seul objet de ce genre l'a privé d'un bénéfice de 129,243 1. 18 s. 3 d.; il en a produit la preuve la plus complète. Comment a-t-il supporté ...
      Mais le sieur Briansiaux s'aperçoit que son zèle pour le bien public lui fait perdre de vue ses intérêts particuliers, il revient à l'objet de sa pétition. D'après l'exposé qu'il a fait, on sentira facilement qu'il n'était pas homme à croire s'acquitter avec un arrêt de surséance. Plus ses créanciers étaient honnêtes, plus leurs créances étaient sacrées à ses yeux, et plus il sentait le besoin de conserver leur estime; aussi n'a-t-il jamais donné lieu au moindre doute sur sa bonne foi (1). Pour prévenir tout soupçon à cet égard, il hypothèque, il vend précipitamment, et bien au-dessous de leur valeur, ses biens, ses effets, ses intérêts dans divers armements : la vente d'un seul objet de ce genre l'a privé d'un bénéfice de 129,243 1. 18 s. 3 d.; il en a produit la preuve la plus complète. Comment a-t-il supporté cet événement malheureux comme tant d'autres? En homme.
      ... ses dettes, et pour ne point réduire à la mendicité tant de braves gens à ses gages, et qui au risque de leur liberté et de leur vie^ l'avaient servi sur ses vaiss... ...cuter lui-même, par se dépouiller avec honneur et sans réserve pour satisfaire à ses dettes, et pour ne point réduire à la mendicité tant de braves gens à ses gages, et qui au risque de leur liberté et de leur vie^ l'avaient servi sur ses vaisseaux, et pour ne point ralentir les armements que le gouvernement avait tant d'i...
      11 se présente ensuite à la cour pour demander le remboursement si juste de ses avances,, et le dédommagement non m... 11 se présente ensuite à la cour pour demander le remboursement si juste de ses avances,, et le dédommagement non moins juste des pertes qu'il a essuyées par les retards : et, le croira-ton ? ce ...
      (1) Ce négociant n'a jamais cessé de fréquente^ la Bourse de sa résidence, défendue, par arrêt du ço...
      ... avec trop d'ardeur. Mais il espère que la nation le rétablira dans ses droits pri...
      (1) Ce négociant n'a jamais cessé de fréquente^ la Bourse de sa résidence, défendue, par arrêt du çonseil, à tous ceux qui ont failli et attermoyé. Mais, aux termes rigoureux des d...
      ...en actif ni éligible. A qui en imputer fâ cause ? au gouvernement, qu'il a servi avec trop d'ardeur. Mais il espère que la nation le rétablira dans ses droits primitifs.
      ...péter : liquidation et payement : point de suspension, point de mode, point de biais. Les petits moyens sont indignes ... Nous ne saurions trop le répéter : liquidation et payement : point de suspension, point de mode, point de biais. Les petits moyens sont indignes d'une grande nation.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 291
      dant la guerre, attirant beaucoup d'étrangers à...
      ..., contribuant à l'augmentation des gens de mer, et qui, en produisant un bénéfice ...
      ...dit le roi XV) pour aider notre service de ses propres fonds et faciliter les arme...
      ...s à Dunkerque, il s'est mis à découvert de sommes considérables, et a altéré son c...
      ...rts, non seulement il s'est mis en état de ne point faire usage des sûretés que nous avions jugé à propos de lui accorder contre les créanciers qui ...
      ...in, dans le compte qui nous a été rendu de toutes ses opérations et de sa conduite, nous n'avons reconnu que l'intelligence et la probité d'un bon négociant, les sentime...
      ... à notre service. A ces causes, etc.Par la commission royale qui l'admet dans l'ordre de Saint-Michel, Sa Majesté, en confirmant...
      ...cilement déterminée à l'élever à l'état de noblesse, puisqu'il en avait déjà les sentiments.Nombre d'attestations de différents corps de la ville de Dunkerque, avant 1765 et jusqu'au mois de septembre 1790, également produits, ont...
      ...uteurs du journal militaire etpolitique de 1779 et 1780, dédié à Monsieur, frère d...
      ...s vues du sieur Briansiaux ont été pour la chose publique.(1) Il suffit que le sie...
      ...it Français, qu'il ait fait ses preuves de zèle et d'attachement à la patrie, pour espérer que les dignes représentants de la nation en s'occupant de l'article 5, titre Ier (marques d'honne...
      ...ils ne se contenteront certainement pas de récompenser par une stérile décoration,...
      ...citoyen à regretter les anciens hochets de la vanité, qui néanmoins offraient souvent...
      dant la guerre, attirant beaucoup d'étrangers à Dun-kerque, contribuant à l'augmentation des gens de mer, et qui, en produisant un bénéfice réel à l'Etat, causèrent un tort notable aux ennemis, firent circuler un argent immense, se terminent par les expressions suivantes :En 1759 (dit le roi XV) pour aider notre service de ses propres fonds et faciliter les armements que nous faisions alors à Dunkerque, il s'est mis à découvert de sommes considérables, et a altéré son crédit. Malgré le vide que ces sommes lui ont occasionné, malgré les dommages qu'il en a soufferts, non seulement il s'est mis en état de ne point faire usage des sûretés que nous avions jugé à propos de lui accorder contre les créanciers qui l'auraient voulu inquiéter, mais encore il a rendu ses comptes, etc. et a acquitté, etc. Enfin, dans le compte qui nous a été rendu de toutes ses opérations et de sa conduite, nous n'avons reconnu que l'intelligence et la probité d'un bon négociant, les sentiments d'un zélé citoyen et d'un sujet aussi fidèle que dévoué à notre service. A ces causes, etc.Par la commission royale qui l'admet dans l'ordre de Saint-Michel, Sa Majesté, en confirmant tous les services et procédés du sieur Briansiaux, y déclare qu'elle s'est facilement déterminée à l'élever à l'état de noblesse, puisqu'il en avait déjà les sentiments.Nombre d'attestations de différents corps de la ville de Dunkerque, avant 1765 et jusqu'au mois de septembre 1790, également produits, ont encore constaté tous ces faits.Les auteurs du journal militaire etpolitique de 1779 et 1780, dédié à Monsieur, frère du roi, et depuis, plusieurs papiers publics, ont cru devoir détailler toute l'utilité dont les services, les travaux et les vues du sieur Briansiaux ont été pour la chose publique.(1) Il suffit que le sieur Briansiaux soit Français, qu'il ait fait ses preuves de zèle et d'attachement à la patrie, pour espérer que les dignes représentants de la nation en s'occupant de l'article 5, titre Ier (marques d'honneur) du décret du 3 août 1790, daigneront se rappeler une distinction qu'il ne devait qu'à ses services; mais ils ne se contenteront certainement pas de récompenser par une stérile décoration, des services effectifs, des sacrifices ruinenx, et ne réduiront un honnête citoyen à regretter les anciens hochets de la vanité, qui néanmoins offraient souvent des ressources réelles.
      ... lesquels ce négociant a aidé l'Etat et de sa bourse et de son crédit ; quand on considère que ce ...
      ... les opérations funestes qui en ont été la suite inévitable, on ne peut disconvenir que ce ne soit l'unique source de ses désastres, et qu'aux termes rigoureux de la loi proclamée en vertu des décrets, il ...
      Quand on considère l'empressement et le désintéressement avec lesquels ce négociant a aidé l'Etat et de sa bourse et de son crédit ; quand on considère que ce n'étaient pas des fournitures sur lesquelles il eût spéculé un gros bénéfice, ma...
      ... sans intérêt; quand on considère enfin le retard et le mode du remboursement et les opérations funestes qui en ont été la suite inévitable, on ne peut disconvenir que ce ne soit l'unique source de ses désastres, et qu'aux termes rigoureux de la loi proclamée en vertu des décrets, il ne lui soit dû des indemnités proportionnelles.
      ...fices et lui occasionna des pertes dont la masse, par le défaut de ponctualité de la part du gouvernement, s'est accrue au point que quoique réduit, par une suite de sa délicatesse, à un dénuement absolu, il a la douleur de demeurer reliquataire, avec le cumul des intérêts jusqu'en 1790, d'une somme de 95,377 1. 14 sols. Le service qu'il rendit alors à l'Etat lui coûta des sacrifices et lui occasionna des pertes dont la masse, par le défaut de ponctualité de la part du gouvernement, s'est accrue au point que quoique réduit, par une suite de sa délicatesse, à un dénuement absolu, il a la douleur de demeurer reliquataire, avec le cumul des intérêts jusqu'en 1790, d'une somme de 95,377 1. 14 sols.
      ...: le gouvernement n'a pu en méconnaître la vérité; il n'a pu se mettre à l'abri du reproche d'être l'auteur de la profonde misère où le sieur Briansiaux ...
      ...mmagement légitime, quel a été le fruit de ses réclamations?
      Tous ces faits sont incontestablement prouvés : le gouvernement n'a pu en méconnaître la vérité; il n'a pu se mettre à l'abri du reproche d'être l'auteur de la profonde misère où le sieur Briansiaux est plongé. Quand ce négociant infortuné a fait valoir ses droits à un dédommagement légitime, quel a été le fruit de ses réclamations?
      ...et avec cette noble assurance que donne la vérité, au ministre (c'était en même temps un ministre de la religion) et au premier commis des finances, il no fût traîné dans les cachots d'une de ces fatales prisons appelées d, Etat, dont, grâce au règne de la bienfaisante liberté, il ne reste plus ...
      ... du despotisme irrité, il prit le parti de retourner dans sa province. Il revint à la charge en 1775, 1780; et enfin, depuis ...
      ...entreprises du sieur Briansiaux pendant la paix, de ses armements considérables pen-
      (1) Peu s'en fallut qu'en 1772. parce qu'il parlait avcc franchise et avec cette noble assurance que donne la vérité, au ministre (c'était en même temps un ministre de la religion) et au premier commis des finances, il no fût traîné dans les cachots d'une de ces fatales prisons appelées d, Etat, dont, grâce au règne de la bienfaisante liberté, il ne reste plus que le nom. Pour se dérober aux coups du despotisme irrité, il prit le parti de retourner dans sa province. Il revint à la charge en 1775, 1780; et enfin, depuis 1783 qu'il est à Paris^outes ses démarches ont été infructueuses. (1) Ces ifetjres patentes, après une pompeuse énumé-ration des différentes entreprises du sieur Briansiaux pendant la paix, de ses armements considérables pen-
      et peu de temps après, décoré de l'ordre du Mérite : car on n'a pas rougi, dans le cours de ses sollicitations auprès du ministère, de lui objecter que c'était une compensati...
      ... pécuniaire, ce qui est essentiellement la récompense des vertus, des talents et d...
      et peu de temps après, décoré de l'ordre du Mérite : car on n'a pas rougi, dans le cours de ses sollicitations auprès du ministère, de lui objecter que c'était une compensation des torts que lui avait causés le gouvernement. Il est bien éloigné d'admettre, et personne ne regardera comme une compensation pécuniaire, ce qui est essentiellement la récompense des vertus, des talents et des services. Cet indigne travestissement d'une distinction honorable ne serait p...
      ...nsiaux. Tous ces titres sont disparus : la Constitution, qui a sa principale base ...
      ...s a anéantis. Il serait donc bien juste de lui accorder le remplacement des privil...
      ...eussent prononcé (c'est-à-dire, au mois de juin 1790) il leur a fait l'hommage de ses patentes originales et de son cordon (1) : cet hommage était pur, et il croirait le souiller en le faisant servir de fondement et de prétexte à ses réclamations actuelles, qui portent un caractère de justice indépendant de toute autre considération. 11 en a déve...
      ...son étendue, ce serait un nouveau moyen à l'appui des réclamations du sieur Briansiaux. Tous ces titres sont disparus : la Constitution, qui a sa principale base dans l'égalité les a anéantis. Il serait donc bien juste de lui accorder le remplacement des privilèges et des avantages qui y étaient attachés. Mais non, le sieur Briansiaux, a s...
      ...ndu se prévaloir d'une pareille privation, qu'avant même que les législateurs l'eussent prononcé (c'est-à-dire, au mois de juin 1790) il leur a fait l'hommage de ses patentes originales et de son cordon (1) : cet hommage était pur, et il croirait le souiller en le faisant servir de fondement et de prétexte à ses réclamations actuelles, qui portent un caractère de justice indépendant de toute autre considération. 11 en a développé les motifs, et il
      ...comme il en avait prêté, mais du papier de mauvaise valeur; car, à l'exception de 397 livres qui lui furent comptées en argent, il ne reçut que le capital primitif de ses avances, et en effets royaux, qu il a été forcé d'escompter jusqu'à 33 0/0 de perte, et qui, quelque temps après, per... qu'il parvient à obtenir, nondes espèces réelles, comme il en avait prêté, mais du papier de mauvaise valeur; car, à l'exception de 397 livres qui lui furent comptées en argent, il ne reçut que le capital primitif de ses avances, et en effets royaux, qu il a été forcé d'escompter jusqu'à 33 0/0 de perte, et qui, quelque temps après, perdirent 50 0/0.
      Des renvois de départements à départements, toujours d... Des renvois de départements à départements, toujours des promesses sans effets, souvent des duretés, quelquefois mêmes des menaces (1)...
      Il faut de plus observer ici que le sieur Briansia... Il faut de plus observer ici que le sieur Briansiaux, dès 1765, fut anobli par lettres patentes (2),

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 292
      ...ncien régime lui-même n'a pu s'empêcher de reconnaître cette vérité; et l'Assemblé...
      ...elle a ordonné ledépôt dans ses comités de liquidation et des pensions de toutes les pièces relatives à la demande du sieur Briansiaux en indemnit...
      ...tre III, article 4 des décrets des mois de janvier et de juillet, relus le 3 août 1790; le tout ...
      ...u commissaire du roi, directeur général de la liquidation.
      es croit d'une évidence frappante. L'ancien régime lui-même n'a pu s'empêcher de reconnaître cette vérité; et l'Assemblée nationale constituante a bien montré qu'elle en était également frappée, puisqu'elle a ordonné ledépôt dans ses comités de liquidation et des pensions de toutes les pièces relatives à la demande du sieur Briansiaux en indemnités et pension, aux termes du titre III, article 4 des décrets des mois de janvier et de juillet, relus le 3 août 1790; le tout a été renvoyé depuis 15 mois au commissaire du roi, directeur général de la liquidation.
      ...commissaire du roi liquidateur, au mois de septembre 1790, présente 4 époques de sa réclamation en indemnités, tant rela...
      ... a réellement essuyées par le retard et la nature du remboursement des avances qu'...
      ...e relativement aux pertes qui ont suivi la vente précipitée de ses biens et effets, vente qu'il n'a faite que pour ne pas exciper de ce fatal arrêt de surséan9e, sur lequel sa réclamation l'oblige d'insister. Or la somme principale, avec les intérêts successifs jusqu'en 1760, forment un total de..................... 915,864 1. 7 s. 4 ...
      ...t détaillé, avec toutes les pièces à l'appui qu'il a déposé dans les bureaux du commissaire du roi liquidateur, au mois de septembre 1790, présente 4 époques de sa réclamation en indemnités, tant relativement aux pertes qu'il a réellement essuyées par le retard et la nature du remboursement des avances qu'il a faites pour l'Etat, que relativement aux pertes qui ont suivi la vente précipitée de ses biens et effets, vente qu'il n'a faite que pour ne pas exciper de ce fatal arrêt de surséan9e, sur lequel sa réclamation l'oblige d'insister. Or la somme principale, avec les intérêts successifs jusqu'en 1760, forment un total de..................... 915,864 1. 7 s. 4 d.
      ... il n'a fait que satisfaire à un besoin de son cœur. Or ces cinq neuvièmes montent à la somme de......... 508,807 1. 3 s. 9 d. ...e cette somme. Les uns l'en ont loué ; les autres l'en ont blâmé : mais en cela, il n'a fait que satisfaire à un besoin de son cœur. Or ces cinq neuvièmes montent à la somme de......... 508,807 1. 3 s. 9 d.
      ...s, qu'aux espérances qu'il est en droit de concevoir, et qui ne devraient pas être encore à se réaliser. Il se serait déjà désisté de ses prétentions, quelque fondées qu'ell...
      ...re ne s'opposait à ce nouveau sacrifice de sa part. Mais il a des créanciers, de l'honneur; et il veut s'acquitter envers eux; mais il manque de pain, et il en sollicite avec les meilleurs titres à la main : il ne fera pas aux représentants d'une nation juste et puissante, l'injure de craindre un refus qui serait pour lui un arrêt de mort; puor lui, qui a si bien mérité de vivre par ce qu'il a fait pour la patrie.
      ...le que joue aujourd'hui le sieur Briansiaux, est aussi contraire à ses sentiments, qu'aux espérances qu'il est en droit de concevoir, et qui ne devraient pas être encore à se réaliser. Il se serait déjà désisté de ses prétentions, quelque fondées qu'elles soient, si sa profonde misère ne s'opposait à ce nouveau sacrifice de sa part. Mais il a des créanciers, de l'honneur; et il veut s'acquitter envers eux; mais il manque de pain, et il en sollicite avec les meilleurs titres à la main : il ne fera pas aux représentants d'une nation juste et puissante, l'injure de craindre un refus qui serait pour lui un arrêt de mort; puor lui, qui a si bien mérité de vivre par ce qu'il a fait pour la patrie.
      ...t à faire, et tout ce qui avait trait à la chose publique. Il a eu la satisfaction de voir quelques-uns de ses projets, fruit d'une expérience con...
      ...és du moins en partie, quoiqu'avec trop de lenteur. L'industrieuse activité d'étra...
      ...nous faisait payer des tributs onéreux. La balance du commerce, qui coûtait annuellement 60,000 livres à la France, était entièrement à notre désavantage, tandis que des faiseurs de projets poussaient le charlatanisme jus...
      ...coup-d'œil eût suffi pour se convaincre de la fausseté de cette assertion. Pour rendre cette bala...
      ...790, un mémoire très succinct, intitulé la Chose publique, composé de 26 articles, et dont il joindra à cette...
      ...aires qu'il lui en reste. Quoique dénué de l'élégance ae la diction, ce mémoire intéressera par le caractère de vérité qu'il porte et les vues utiles qu'il présenté. Des ministres de différents départements, tout en applau...
      traités faits et à faire, et tout ce qui avait trait à la chose publique. Il a eu la satisfaction de voir quelques-uns de ses projets, fruit d'une expérience consommée et d'une longue pratique, exécutés du moins en partie, quoiqu'avec trop de lenteur. L'industrieuse activité d'étrangers ' nos voisins nous faisait payer des tributs onéreux. La balance du commerce, qui coûtait annuellement 60,000 livres à la France, était entièrement à notre désavantage, tandis que des faiseurs de projets poussaient le charlatanisme jusqu'à vouloir persuader qu'elle était en notre faveur, et qu'un simple coup-d'œil eût suffi pour se convaincre de la fausseté de cette assertion. Pour rendre cette balance, sinon avantageuse pour nous, au moins égale avec nos voisins, il a produit et distribué, le 9 octobre 1790, un mémoire très succinct, intitulé la Chose publique, composé de 26 articles, et dont il joindra à cette pétition autant d'exemplaires qu'il lui en reste. Quoique dénué de l'élégance ae la diction, ce mémoire intéressera par le caractère de vérité qu'il porte et les vues utiles qu'il présenté. Des ministres de différents départements, tout en applaudissant pendant 28 ans au zèle et aux lumières du sieur Briansiaux, tout en l'in...
      Le sieur Briansiaux, deux fois admis à la barre de l'Assemblée nationale et aux honneurs de la séance, a proposé le 17 juin 1790, entre autres objets, et d'après un calcul dont la justesse lui a paru démontrée, un mode de remboursement pour les séries restantes...
      ...se soient jamais faits en France, celui de 125 millions, édit de décembre 173-i, et celui de 80 millions édit de décembre 1785. Il a observé que la nation, si le plan qu'il présentait éta...
      ...ultât aucun préjudice pour les porteurs de ces effets, qui cependant couraient de gros risques sans la Révolution et sans les décrets qui les ...
      ...i que toutes les dettes et indemnités à la charge de l'Etat, sous la sauvegarde de la nation et de la loyauté française; aux porteurs desquel...
      Le sieur Briansiaux, deux fois admis à la barre de l'Assemblée nationale et aux honneurs de la séance, a proposé le 17 juin 1790, entre autres objets, et d'après un calcul dont la justesse lui a paru démontrée, un mode de remboursement pour les séries restantes des emprunts les plus ruineux qui se soient jamais faits en France, celui de 125 millions, édit de décembre 173-i, et celui de 80 millions édit de décembre 1785. Il a observé que la nation, si le plan qu'il présentait était adopté, ferait un sacrifice d'environ 80 millions, sans qu'il en résultât aucun préjudice pour les porteurs de ces effets, qui cependant couraient de gros risques sans la Révolution et sans les décrets qui les ont mis, ainsi que toutes les dettes et indemnités à la charge de l'Etat, sous la sauvegarde de la nation et de la loyauté française; aux porteurs desquels effets seraient payés les intérêts, à partir du premier bulletin à échoir lors...
      ... quelque temps après, fit, par l'organe de M. Montesquiou, une motion sur cet obje...
      ...ment, et le sieur Briansiaux espère que la présente législature se fera remettre l...
      ...t déposé sur le bureau, et renvoyé, sur sa demande, au comité des finances, qui, quelque temps après, fit, par l'organe de M. Montesquiou, une motion sur cet objet. L'Assemblée prononça l'ajournement, et le sieur Briansiaux espère que la présente législature se fera remettre l'objet sous les yeux.
      à la chose publique, de présenter en détail les moyens de l'exécuter. Agréez de ma part les sentiments d'estime qui son... à la chose publique, de présenter en détail les moyens de l'exécuter. Agréez de ma part les sentiments d'estime qui sont dus à un citoyen
      ...8 août 1789, jusqu'au 20 décembre 1791, de nombreux mé- j moires sur les objets le... ...u gouvernement, depuis 1760 jusqu'à 1788, qu'à l'Assemblée nationale, depuis le 8 août 1789, jusqu'au 20 décembre 1791, de nombreux mé- j moires sur les objets les plus importants, finances, marine, commerces intérieur et extérieur, '
      Les déboursés de voyages, de recherches, etc., pour les susdits mémo... Les déboursés de voyages, de recherches, etc., pour les susdits mémoires, tant en France que chez l'étranger, montent à.......... 78.865" 1.
      Depuis 1772 jusqu'au mois de février 1790, il a arraché de différents départements ministériels, une somme de................................ 9,030 Depuis 1772 jusqu'au mois de février 1790, il a arraché de différents départements ministériels, une somme de................................ 9,030
      encore à découvert de.............. 69,835 1. encore à découvert de.............. 69,835 1.
      ... sieur Briansiaux fut en correspondance de lettres, et eut plusieurs conférences a...
      ...oici comment ce grand homme termine une de ses lettres : « J'approuve entièrement ...
      Le sieur Briansiaux fut en correspondance de lettres, et eut plusieurs conférences avec Mirabeau, et voici comment ce grand homme termine une de ses lettres : « J'approuve entièrement votre

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 293
      claire qui a si bien mérité de la chose publique, t acquiert tous les Jours de nouveaux droits à a reconnaissance de ses concitoyens ». Mirabeau e proposait de faire un extrait des mémoires lu sieur Briânsiaux, et de monter un jour à la ribune pour parler en sa faveur. Mais M... claire qui a si bien mérité de la chose publique, t acquiert tous les Jours de nouveaux droits à a reconnaissance de ses concitoyens ». Mirabeau e proposait de faire un extrait des mémoires lu sieur Briânsiaux, et de monter un jour à la ribune pour parler en sa faveur. Mais Mirabeau ;omba malade, et il mourut!.....(1)
      ...st >hors l'état (comme il l'est encore) de se présenter à la barre; et après un résumé très succinct... ... expose dans sa pétition à l'Assemblée nationale, du 24 octobre dernier, qu'il est >hors l'état (comme il l'est encore) de se présenter à la barre; et après un résumé très succinct des services qui fondent ses demandes, à l'appui desquelles il a joint ses 2 mé...
      « Qu'après tant de zèle, de dévouement, de patriotisme, de procédés d'honneur, dont un peut-être sans exemple (celui de se refuser à tout usage de l'arrêt de surséance, tant de fois rappelé pour des raisons faciles à saisir); qu'après tant de désastres enfin, il ne lui restait que ae Veau à boire par une chétive pension de l,QOO livres, qui lui fut accordée en 1772 sur la caisse des invalides de la marine, tant pour ses services particul... « Qu'après tant de zèle, de dévouement, de patriotisme, de procédés d'honneur, dont un peut-être sans exemple (celui de se refuser à tout usage de l'arrêt de surséance, tant de fois rappelé pour des raisons faciles à saisir); qu'après tant de désastres enfin, il ne lui restait que ae Veau à boire par une chétive pension de l,QOO livres, qui lui fut accordée en 1772 sur la caisse des invalides de la marine, tant pour ses services particuliers à ce département, que pour 28,415 livres qu'il avait déboursées jusqu'alors...
      « Que le titre IV, article 6, de ces décrets, portait : les étrangers à ...
      ...quels il a été accordé des pensions sur la caisse des invalides, ou qui auront des...
      ...mité des pensions, pour être portés sur la liste des pensionnaires de l'Etat, s'il y a lieu (2) ;
      « Que le titre IV, article 6, de ces décrets, portait : les étrangers à ce département, auxquels il a été accordé des pensions sur la caisse des invalides, ou qui auront des droits à des récompenses, fourniront leurs mémoires au comité des pensions, pour être portés sur la liste des pensionnaires de l'Etat, s'il y a lieu (2) ;
      ...rangers à sa demande en indemnités dont la mesure est facile à régler), il lui fût...
      ...st aussi énoncé par les décrets du mois de juillet, relus le 3 août 1790, titre II...
      « Qu'à cet égard et en ce qui concerne tous ces services (parfaitement étrangers à sa demande en indemnités dont la mesure est facile à régler), il lui fût permis d'invoquer ce qui est aussi énoncé par les décrets du mois de juillet, relus le 3 août 1790, titre III, article 4 » :
      ...présent décret, obtiendront une pension de la valeur réglée par lesdits décrets : s'ils avaient déjà une pension, mais de moindre valeur que celle que lesdits décrets leur assurent, la pension dont ils jouissaient demeurera supprimée, et elle sera remplacée par la pension plus considérable qu'ils obtien... ...i l'Etat, se trouveraient dans le cas déterminé par les deux premiers titres du présent décret, obtiendront une pension de la valeur réglée par lesdits décrets : s'ils avaient déjà une pension, mais de moindre valeur que celle que lesdits décrets leur assurent, la pension dont ils jouissaient demeurera supprimée, et elle sera remplacée par la pension plus considérable qu'ils obtiendront ».
      ...l'a honoré M. Pétion, aujourd'hui maire de Paris. Ce magistrat est à même de rendre témoignage de son dévouement. (2) Si le sieur Briansiaux eût été entendu, sans doute que le comité de marine, qui a proposé ces décrets, très sages d'ailleurs, pour l'administration de ladite caisse, ne l'eût point regardé comme étranger à ce département, l'eût excepté de la réglé générale, et lui eût conservé cet...
      ... si manifestes relativement aux parties de la marine, et à la caisse des invalides.
      ...ieur Briansiaux croit devoir garder le silence sur les différentes lettres dont l'a honoré M. Pétion, aujourd'hui maire de Paris. Ce magistrat est à même de rendre témoignage de son dévouement. (2) Si le sieur Briansiaux eût été entendu, sans doute que le comité de marine, qui a proposé ces décrets, très sages d'ailleurs, pour l'administration de ladite caisse, ne l'eût point regardé comme étranger à ce département, l'eût excepté de la réglé générale, et lui eût conservé cette pension (sans préjudice à une plus forte sur le Trésor public), comme y ayant des droits si particuliers et si manifestes relativement aux parties de la marine, et à la caisse des invalides.
      ...e présumait point (que ce serait douter de la justice qui caractérise la nation), que l'Assemblée nationale cons...
      ...aiter moins favorablement ou avec moins de justice, que les autres pensionnaires de l'Etat, qui, en attendant leur fixation...
      * Qu'il ne présumait point (que ce serait douter de la justice qui caractérise la nation), que l'Assemblée nationale constituante ait entendu le traiter moins favorablement ou avec moins de justice, que les autres pensionnaires de l'Etat, qui, en attendant leur fixation, touchent leurs arrérages jusqu'à 2,400 livres.
      ...ence et en attendant aussi le règlement de sa pension, à partir de l'époque ^de sa naissance en 1727, il suppliait le Corps législatif de décréter : 1° que les arrérages lui fussent payés par le trésorier général de ladite caisse des invalides de la marine, à compter du |F janvier dernier... « Qu'en conséquence et en attendant aussi le règlement de sa pension, à partir de l'époque ^de sa naissance en 1727, il suppliait le Corps législatif de décréter : 1° que les arrérages lui fussent payés par le trésorier général de ladite caisse des invalides de la marine, à compter du |F janvier dernier, jusqu'à l'époque dudit remplacement sur le Trésor public ;
      ...intérêt. Le 15 novembre, sur le rapport de M. Chassaignac au nom de ce comité, l'Assemblée nationale a fait le renvoi au comité de liquidation. On y a décidé en premier l...
      ...en personne, lé 29. novembre, le comité de liquidation; quoique très touché de ses services et de sa situation, a cru de sa prudence le renvoi au commissaire du roi, directeur général de la liquidation, pour son avis. Le 3 décemb...
      ...Fresne Saint-Léon, en le priant, au nom de l'humanité, et surtout au nom de la justice, de vouloir bien, attendu l'urgence et d'ap...
      ...l s'y est traîné, y a exposé son contenu, et il a été aeçueilli et entendu avec intérêt. Le 15 novembre, sur le rapport de M. Chassaignac au nom de ce comité, l'Assemblée nationale a fait le renvoi au comité de liquidation. On y a décidé en premier lieu le renvoi à celui des secours; mais sur les observations que le sieur Briansiaux a faites en personne, lé 29. novembre, le comité de liquidation; quoique très touché de ses services et de sa situation, a cru de sa prudence le renvoi au commissaire du roi, directeur général de la liquidation, pour son avis. Le 3 décembre le sieur Briansiaux en a écrit à M. du Fresne Saint-Léon, en le priant, au nom de l'humanité, et surtout au nom de la justice, de vouloir bien, attendu l'urgence et d'après le vu des mémoires et pièces justificatives qui sont depuis 15 mois dans ses...
      La situation du sieur Briansiaux est notoi...
      ...orables; il est forcé enfin d'en donner la publicité. Depuis 9 ans à Paris, il a t...
      ... des dettes indispensables; il est dans la plus grande détresse, et n'a pas même de quoi subvenir au plus strict nécessaire...
      ...on encore pourvues, victimes innocentes de son zèle et de sa générosité pour l'Etat; et il
      La situation du sieur Briansiaux est notoirement des plus déplorables; il est forcé enfin d'en donner la publicité. Depuis 9 ans à Paris, il a tout sacrifié, tout épuisé ; il a dû contracter et il a contracté en effet des dettes indispensables; il est dans la plus grande détresse, et n'a pas même de quoi subvenir au plus strict nécessaire. Il a, en outre, une femme et deux filles non encore pourvues, victimes innocentes de son zèle et de sa générosité pour l'Etat; et il
      ... 1er janvier précédent; qu'il les avait de bonne foi délégués jusqu'en 1793, pour le payement de ses tristes aliments, qu'il devait au 1... ...t supprimé, non seulement sa pension, mais encore les arrérages dus à compter du 1er janvier précédent; qu'il les avait de bonne foi délégués jusqu'en 1793, pour le payement de ses tristes aliments, qu'il devait au 10 juin 1791 ;
      ... 2° Qu'il fût ordonné un prompt rapport de sa demande en indemnités, par le commissaire liquidateur, au comité de liquidation, et, par ce comité, à l'Ass...
      ... qu'en attendant, sans préjuger le fond de ses réclamations, il lui fût accordé une somme, soit à titre de provision, soit à titre de gratification ou de secours.
      « 2° Qu'il fût ordonné un prompt rapport de sa demande en indemnités, par le commissaire liquidateur, au comité de liquidation, et, par ce comité, à l'Assemblée nationale, et qu'en attendant, sans préjuger le fond de ses réclamations, il lui fût accordé une somme, soit à titre de provision, soit à titre de gratification ou de secours.
      ...lamme l'amour du bien public et remplis de sentiments d'équité, ne souffriront poi...
      ...te soit réduit au désespoir, et périsse de misère dans l'antre d'une prison ou dan...
      ...nt fait tout ce que les décrets du mois de juillet 1790, ont prescrit pour obtenir...
      ..., les représentants du peuple français, ces hommes, ces citoyens vertueux qu'enflamme l'amour du bien public et remplis de sentiments d'équité, ne souffriront point que ce patriote soit réduit au désespoir, et périsse de misère dans l'antre d'une prison ou dans un hôpital, après avoir évidemment constaté (sans quoi son historique aurait trop l'air d'un roman), qu'il a littéralement fait tout ce que les décrets du mois de juillet 1790, ont prescrit pour obtenir des récompenses et des indemnités ».
      ...se du 19 décembre, dit : « que l'examen de sa réclamation a été fait, et le travai...
      ...faire le rapport que lorsque son numéro de pn> duction sera en ordre utile; qu'il ...
      ...é sa prière, pour qu'au désir du comité de liquidation, il donne son avis sur sa p...
      M. du Fresne, dans sa réponse du 19 décembre, dit : « que l'examen de sa réclamation a été fait, et le travail préparé, mais qu'il ne pourra faire le rapport que lorsque son numéro de pn> duction sera en ordre utile; qu'il présumait qu'il n'était pas éloigné ». Le sieur Briansiaux lui a réitéré sa prière, pour qu'au désir du comité de liquidation, il donne son avis sur sa pétition du 24 octobre, et sur ses demandes en provisoire.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 294
      ...ront sans doute les cœurs sensibles; et la justice de ses demandes, ainsi que la nécessité d'une décisision prochaine, f...
      ...lement consacré sa fortune et 44 années de travaux utiles (1).
      ... longs services, ses procédés, ses malheurs, ses besoins très urgents, intéresseront sans doute les cœurs sensibles; et la justice de ses demandes, ainsi que la nécessité d'une décisision prochaine, frapperont l'esprit juste et droit des représentants d'une nation à laquelle il a perpétuellement consacré sa fortune et 44 années de travaux utiles (1).
      ...ier et à conjurer l'Assemblée nationale de lui accorder les conclusions par lui prises dans la présente pétition et dans celle du 24 o... Dans ces circonstances, le sieur Briansiaux persiste à supplier et à conjurer l'Assemblée nationale de lui accorder les conclusions par lui prises dans la présente pétition et dans celle du 24 octobre dernier.
      La philosophie l'a soutenu contre tant de revers si inattendus, si peu mérités; mais la philosophie ne tient pas contre l'impossibilité de satisfaire aux premiers besoins, et il n'est pas donné à tout le monde de la porter au point où la porta un Jacques Gassard (2). Ce brave et intrépide marin, parvenu à force de mérite au rang de capitaine de vaisseau, n'était bien placé que vis-à-vis l'ennemi; la terre était pour lui un lieu d'exil ; e...
      ... que j'ai essuyées pour des armements : la franchise de son caractère et la fermeté déplurent au ministre (c'était un cardinal), qui, fatigué de cette noble hardiesse, le fit enfermer ...
      ..., d'où il fut transféré dans le château de Ham : il y mourut en 1740. Telle fut la récompense des services les plus signalés, et de la gloire dont il se couvrit dans de nombreux combats. Sans doute que si l'A...
      ...t homme extraordinaire eût quelques-uns de ses descendants en proie aux horreurs de la misère, elle s'empresserait de leur tendre une main bienfaisante, comme fit l'Assemblée constituante à la fille du fameux capitaine Thurot dont i...
      La philosophie l'a soutenu contre tant de revers si inattendus, si peu mérités; mais la philosophie ne tient pas contre l'impossibilité de satisfaire aux premiers besoins, et il n'est pas donné à tout le monde de la porter au point où la porta un Jacques Gassard (2). Ce brave et intrépide marin, parvenu à force de mérite au rang de capitaine de vaisseau, n'était bien placé que vis-à-vis l'ennemi; la terre était pour lui un lieu d'exil ; et quand on lui offrait des pensions, il répondait : Je ne veux point me parer des dépouilles du peuple, mais j'ai droit d'exiger le remboursement des pertes que j'ai essuyées pour des armements : la franchise de son caractère et la fermeté déplurent au ministre (c'était un cardinal), qui, fatigué de cette noble hardiesse, le fit enfermer dans une citadelle, d'où il fut transféré dans le château de Ham : il y mourut en 1740. Telle fut la récompense des services les plus signalés, et de la gloire dont il se couvrit dans de nombreux combats. Sans doute que si l'Assemblée nationale savait que cet homme extraordinaire eût quelques-uns de ses descendants en proie aux horreurs de la misère, elle s'empresserait de leur tendre une main bienfaisante, comme fit l'Assemblée constituante à la fille du fameux capitaine Thurot dont il a été parlé.
      ... du droit des gens, enleva dans un port de Norwège un des vaisseaux, armé en guerr...
      ...ir des dédommagements, auprès des cours de Versailles, de Londres et de Copenhague, furent inutiles. Le roi de Danemark se trouvant à Dunkerque 8 ans après, ce négociant eut l'honneur de lui exposer le fait : le monarque danois promit peu, mais-tint beaucoup. De retour dans ses Etats, il lui fit passe...
      ...ent, mais une gratification personnelle de 20,000 livres.Cette occasion donna lieu au sieur Briansiaux de s'entretenir avec le feu comte de Bernstorff, premier ministre danois, sur différentes parties de navigation et de commerce : ce ministre lui fit pressent...
      ... dit tout. (2) Un jour qu'il était dans la galerie de Versailles, il fut démêlé dans la foule par Duguay-Trouin : cet émule de gloire quitta un groupe de courtisans pour aller l'embrasser. Les seigneurs, surpris de l'accueil qu'il faisait à un particulier sans décoration, eurent la curiosité de demander son nom : hclas ! dit-il, c'es...
      ...ssard : je donnerais toutes les actions de ma vie pour une des siennes.
      (1) En 1761, un Anglais, au mépris des traités et du droit des gens, enleva dans un port de Norwège un des vaisseaux, armé en guerre, du sieur Briansiaux. Les démarches qu'il fit pour obtenir des dédommagements, auprès des cours de Versailles, de Londres et de Copenhague, furent inutiles. Le roi de Danemark se trouvant à Dunkerque 8 ans après, ce négociant eut l'honneur de lui exposer le fait : le monarque danois promit peu, mais-tint beaucoup. De retour dans ses Etats, il lui fit passer, non un dédommagement, mais une gratification personnelle de 20,000 livres.Cette occasion donna lieu au sieur Briansiaux de s'entretenir avec le feu comte de Bernstorff, premier ministre danois, sur différentes parties de navigation et de commerce : ce ministre lui fit pressentir certains avantages en Danemarck; mais le sieur Briansiaux était véritablement Français; et ce mot dit tout. (2) Un jour qu'il était dans la galerie de Versailles, il fut démêlé dans la foule par Duguay-Trouin : cet émule de gloire quitta un groupe de courtisans pour aller l'embrasser. Les seigneurs, surpris de l'accueil qu'il faisait à un particulier sans décoration, eurent la curiosité de demander son nom : hclas ! dit-il, c'est le grand Cassard : je donnerais toutes les actions de ma vie pour une des siennes.
      « Que celui de la justice (M. Duport), quelqu'in-térêt qu...
      ... ne pouvait lui être utile pour l'objet de sa réclamation;
      « Que celui de la justice (M. Duport), quelqu'in-térêt que lui inspirât sa position, ne devait ni ne pouvait lui être utile pour l'objet de sa réclamation;
      « Que celui de la marine (M. Bertrand) en vertu de la loi du 13 mai dernier, d'après les décr... « Que celui de la marine (M. Bertrand) en vertu de la loi du 13 mai dernier, d'après les décrets des 28 et 30 avril précédent, titre III, article 6, lui accordait au mois d'...
      ...bien vivement le malheur, non seulement de n'avoir point eu de part aux effets de cette justice distributive, de n'avoir pu rien faire terminer, mais mê...
      ...nément au moins, delà modique ressource de sa pension. Il ose donc espérer que les...
      ...s apaiseront par quelques gouttes d'eau la soif qui le dévore depuis si longtemps. Quoiqu'il arrive, il proteste de nouveau qu'il se conformera aux règles ...
      ...ont obtenus y avaient des droits incontestables; mais, d'un autre côté, il sent bien vivement le malheur, non seulement de n'avoir point eu de part aux effets de cette justice distributive, de n'avoir pu rien faire terminer, mais même d'avoir été privé, momentanément au moins, delà modique ressource de sa pension. Il ose donc espérer que les législateurs prendront en considération et ses services et sa situation ; qu'ils apaiseront par quelques gouttes d'eau la soif qui le dévore depuis si longtemps. Quoiqu'il arrive, il proteste de nouveau qu'il se conformera aux règles prescrites en 1790 par l'Assemblée nationale constituante, relativement au trava...
      ...flexions que celles que nécessiteraient la chose publique et ses réclamations, et ...
      ...soires, et par suite, en définitif, sur la totalité de ses réclamations. 11 est temps que son sort, d'où dépend celui de sa famille, soit enfin assuré. Il se cr...
      ...compter sur une décision favorable, que la justice et l'humanité se réunissent en ...
      Ce négociant et armateur s'est aussi engagé à ne faire d'autres réflexions que celles que nécessiteraient la chose publique et ses réclamations, et à se reposer, pour ce qui le concerne, sur l'équité du Corps législatif. Il term...
      ...urgence préalablement rendu) ce qu'on voudra bien statuer sur ses demandes provisoires, et par suite, en définitif, sur la totalité de ses réclamations. 11 est temps que son sort, d'où dépend celui de sa famille, soit enfin assuré. Il se croit d'autant plus fondé à compter sur une décision favorable, que la justice et l'humanité se réunissent en sa faveur.
      ...roduisant ses mémoires imprimés au mois de décembre 1789, et au mois d'octobre 1790, relatifs au bien de l'Etat, à ses services, à ses malheurs ...
      ...out il manifeste le désir dont il brûle de se rendre encore utile, d'après
      ...rès du roi des Français, des ministres etautres agents du pouvoir exécutif, en produisant ses mémoires imprimés au mois de décembre 1789, et au mois d'octobre 1790, relatifs au bien de l'Etat, à ses services, à ses malheurs et à sa pénible situation : partout il manifeste le désir dont il brûle de se rendre encore utile, d'après
      « Que le roi était parfaitement au fait de son affaire; que Sa Majesté n'avait poi...
      ...Tuileries, en lui présentant un mémoire de 6 lignes, et que les diverses réclamati...
      « Que le roi était parfaitement au fait de son affaire; que Sa Majesté n'avait point désapprouvé qu'il lui eût parlé dans le jardin des Tuileries, en lui présentant un mémoire de 6 lignes, et que les diverses réclamations étaient connues au monarque;
      « Que le ministre de l'intérieur (M. de Lessart) prenait une part bien sincère ... « Que le ministre de l'intérieur (M. de Lessart) prenait une part bien sincère à sa situation, mais qu'il n'avait à sa disposition aucun fonds; qu'il en était ...
      ...Le Couteulx n'avaient point obtempéré à la demande qu'il leur avait faite, d'une p... « Enfin que MM. Amelot et Le Couteulx n'avaient point obtempéré à la demande qu'il leur avait faite, d'une place, ni même d'un emploi subalterne quelconque, dans les parties des assignats ...

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 295
      ...e des pièces justificatives, au [nombre de 4®, déposées en vertu des décrets de l'Assemblée nationale constituante, aux...
      ...89, 9 et 16 octobre 1790, et relatifs à la présente pétition; lesdits mémoires et ...
      ... indemnités et pensions (conformément à la loi promulguée en vertu des décrets des mois de janvier et de juillet, relus le 3aoûtl79Ô; et en force encore de la Constitution française) au commissaire ...
      Etat d'une partie des pièces justificatives, au [nombre de 4®, déposées en vertu des décrets de l'Assemblée nationale constituante, aux bureaux des différents comités, constatant tous les: faits consignés dans les mémoires du sieur Briansiaux, des 8 août et 26 décembre 1789, 9 et 16 octobre 1790, et relatifs à la présente pétition; lesdits mémoires et pièces renvoyés en 1790, quant à ce qui concerne ses réclamations en indemnités et pensions (conformément à la loi promulguée en vertu des décrets des mois de janvier et de juillet, relus le 3aoûtl79Ô; et en force encore de la Constitution française) au commissaire du roi, directeur général delà liquidation;
      ...it des lettres des ministres en comité, de celle du capitaine Thurot, commandant la flotille du roi, aux ministres ; de différentes autres lettres, relatives à ses avances pour le service direct de l'Etat, et du retard du remboursement, ... L'extrait des lettres des ministres en comité, de celle du capitaine Thurot, commandant la flotille du roi, aux ministres ; de différentes autres lettres, relatives à ses avances pour le service direct de l'Etat, et du retard du remboursement, depuis 1759 jusqu'à 1786;
      L'extrait de 10 attestations des différents corps de la ville de Dunkerque, constatant explicitement tou... L'extrait de 10 attestations des différents corps de la ville de Dunkerque, constatant explicitement tout les faits' ci-dessus et autres, depuis 1758 jusqu'au 18 septembre 1790;
      Copie ae l'état présenté à la cour pour le remboursement de ses avances réelles faites à l'Etat; Copie ae l'état présenté à la cour pour le remboursement de ses avances réelles faites à l'Etat;
      L'imprimé de ses armements, de sa gestion, les noms et demeures de ses 111 actionnaires pendant la guerre de 1756; L'imprimé de ses armements, de sa gestion, les noms et demeures de ses 111 actionnaires pendant la guerre de 1756;
      ...ef état des 18 chapitres et 26 articles de ses mémoires pour le commerce, les finances et autres objets de la chose publique, fournis aux différents départements de la cour, depuis 1760 à 1788, dont partie a...
      ...cution, et dont les autres parties sont de même susceptibles de l'être pour l'avantage de la nation ;
      Bref état des 18 chapitres et 26 articles de ses mémoires pour le commerce, les finances et autres objets de la chose publique, fournis aux différents départements de la cour, depuis 1760 à 1788, dont partie a été mise à exécution par le ministère; et ensuite dudit état, chapitres et arti...
      ...e nationale, concernant les mêmes objets, dont partie a été également mise à exécution, et dont les autres parties sont de même susceptibles de l'être pour l'avantage de la nation ;
      Idé)rt. de sa lettre du 22 juin à M. le président, et de la réponse de M. le président, du 22 juillet 1790, relativement à son hommage fait à la nation, de ses parchemins et de son cordon. Idé)rt. de sa lettre du 22 juin à M. le président, et de la réponse de M. le président, du 22 juillet 1790, relativement à son hommage fait à la nation, de ses parchemins et de son cordon.
      Copie de celui du 22 septembre 1790, portant les détails et calculs de ses réclamations, à quatre époques réun...
      ...d auprès du ministère, et depuis auprès de la nation, montant,. avec les intérêts jus...
      Copie de celui du 22 septembre 1790, portant les détails et calculs de ses réclamations, à quatre époques réunies, d'abord auprès du ministère, et depuis auprès de la nation, montant,. avec les intérêts jusqu'en 1790, à 915,854 liv, 7 s. 4 d. ; sur quoi déduits les 5/9 qu'il a; offerts...
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DI... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU DIMANCHE 22 AVRIL 1792
      Opinion de louis pain, cultivateur, sur la conservation (tes forêts nationales. Opinion de louis pain, cultivateur, sur la conservation (tes forêts nationales.
      Tous les habitants de la France attendent encore avec inquiétude le décret qui doit prononcer sur le sort de ses forêts ; leur destin est entre les ...
      ...teurs, qui vont décider, par cette loi, de la pitospérité de l'Empire, ou des maux incalculables que...
      ...iomphants, renverser l'éjdifice ruineux de cette doctrine désastreuse, développée ...
      ...connu! Que ne puis-je, aidé des secours de leur éloquence, les* convaincre par tou...
      ...ents et ma longue expérience me donnent de ressources! J'ose me flatter qu';l me serait possible de leur démontrer, jusqu'à la plus parfaite évidence, les erreurs funestes où l'esprit de système les fait malheureusement tomber...
      Tous les habitants de la France attendent encore avec inquiétude le décret qui doit prononcer sur le sort de ses forêts ; leur destin est entre les mains des législateurs, qui vont décider, par cette loi, de la pitospérité de l'Empire, ou des maux incalculables que peut lui faire le coup que ce décret va porter. Que ne puis-je, par des moyèns triomphants, renverser l'éjdifice ruineux de cette doctrine désastreuse, développée dans l'Assemblée nationale par des hommes d'ailleurs estimables et d'un mérite généralement reconnu! Que ne puis-je, aidé des secours de leur éloquence, les* convaincre par tout ce que mes faibles talents et ma longue expérience me donnent de ressources! J'ose me flatter qu';l me serait possible de leur démontrer, jusqu'à la plus parfaite évidence, les erreurs funestes où l'esprit de système les fait malheureusement tomber, et les affreuses conséquences qui résulteraient des mesures qu'ils proposent, ...
      ...s, même séance, page 2$3, l'admission à la barre Louis Pain. (1) Voy. ci^dessus, même séance, page 2$3, l'admission à la barre Louis Pain.
      L'état de sa fortune au 3 novembre 1753, adressé ...
      ...à Paris; , L'acte d'association au mois de juillet 1759, de ce vaisseau neuf, de 40 canons, à ceux de l'Etat;
      L'état de sa fortune au 3 novembre 1753, adressé le même jour aux sieurs Thélusson, Necker et compagnie, ses banquiers à Paris; , L'acte d'association au mois de juillet 1759, de ce vaisseau neuf, de 40 canons, à ceux de l'Etat;
      Copie de l'acte par devant notaires, souscrit le... Copie de l'acte par devant notaires, souscrit le 25 septembre 1759, par le capitaine Thurot, porteur des lettres ministérielles,...
      Les actes de vente à-grosse perte de ses biens et intérêts de vaisseaux, afin de ne faire aucun usage de cet arrêt, de ne point nuire aux vues du gouvernement, et de ne faire souffrir à personne ni préjudi... Les actes de vente à-grosse perte de ses biens et intérêts de vaisseaux, afin de ne faire aucun usage de cet arrêt, de ne point nuire aux vues du gouvernement, et de ne faire souffrir à personne ni préjudice ni retard;
      Lettres patentes et commission royale de 1765, confirmant tous les faits ci-dess...
      ...issement, et son admission dans l'ordre de Mérite ;
      Lettres patentes et commission royale de 1765, confirmant tous les faits ci-dessus, et portant son anoblissement, et son admission dans l'ordre de Mérite ;
      ...s agents, concernant lesdits - ouvrages de 1767 à 1789 ; L'extrait des lettres des ministres et autres agents, concernant lesdits - ouvrages de 1767 à 1789 ;
      Idem, de celles de plusieurs députés à l'As-' semblée nati... Idem, de celles de plusieurs députés à l'As-' semblée nationale constituante, des 11 août 1789, au 6 juin 1790;
      L'extrait de 11 saufs-conduits que lui accorda succe...
      ...ertes, d'après ses avances pouï l'Etat, de 1767 à 1783 ;..
      L'extrait de 11 saufs-conduits que lui accorda successivement le gouvernement, au lieu d'indemnité pour les pertes réelles et prouvées qu'ii a souffertes, d'après ses avances pouï l'Etat, de 1767 à 1783 ;..
      ...s proposés.en 1777, pour 5 associations de commerce maritime, bien faits pour être... Le prospectus imprimé des projets proposés.en 1777, pour 5 associations de commerce maritime, bien faits pour être mis aujourd'hui à exécution ;
      Copie et extrait de son mémoire manuscrit présenté à l'Asse... Copie et extrait de son mémoire manuscrit présenté à l'Assemblée nationale constituante le 8 août 1789;
      Et la présente pétition, pour être présentée ... Et la présente pétition, pour être présentée et distribuée comme dessus.
      11 est donc hors de doute que réfléchissant alors de nouveau sur cette matière délicate, et considérant, sous tous les points de vue possibles, le plan d'aliénation qu'il créent avec tant de complaisance, et qu'ils développent ave... 11 est donc hors de doute que réfléchissant alors de nouveau sur cette matière délicate, et considérant, sous tous les points de vue possibles, le plan d'aliénation qu'il créent avec tant de complaisance, et qu'ils développent avec tant d'habilete; on ne peut douter, dis-je, qu'avec les lumières qu'ils font p...

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 296
      La grande question concernant les forêts n...
      ...ssentielle à l'agriculture, au commerce de la marine et à l'intérêt du peuple, pour d...
      ...l y en avait qui, par leur situation et la nature du sol, pouvaient produire du bois propre à la marine, et alors elle crut devoir prend...
      ...a en conséquence que les grandes masses de bois et forêts demeureraient exceptées de la vente et aliénation des biens nationaux, et qu'à l'égard des autres parties de bois éparses au-dessous de la contenance de 100 arpents, elle pourraient être aliénées, sauf à prendre L'avis des assemblées de département : elle arrêta la même chose pour les bois et forêts de ladite contenance qui peuvent produire des bois propres à la marine, avec cette clause plus rigoureuse encore, que les administrations de département, prendront à leur tour l'avis des administrations de district dans lesquels ces bois sont si...
      La grande question concernant les forêts nationales a déjà été discutée par l'Assemblée nationale constituante, qui regarda cette propriété comme trop essentielle à l'agriculture, au commerce de la marine et à l'intérêt du peuple, pour devoir être aliénée. Elle pensa bien différemment à l'égard des bois d'une conten...
      ...rbé par les frais d'administration; toutefois elle observa que parmi ces bois, il y en avait qui, par leur situation et la nature du sol, pouvaient produire du bois propre à la marine, et alors elle crut devoir prendre des mesures pour que ces bois ne fussent pas vendus inconsidérément. Elle décréta en conséquence que les grandes masses de bois et forêts demeureraient exceptées de la vente et aliénation des biens nationaux, et qu'à l'égard des autres parties de bois éparses au-dessous de la contenance de 100 arpents, elle pourraient être aliénées, sauf à prendre L'avis des assemblées de département : elle arrêta la même chose pour les bois et forêts de ladite contenance qui peuvent produire des bois propres à la marine, avec cette clause plus rigoureuse encore, que les administrations de département, prendront à leur tour l'avis des administrations de district dans lesquels ces bois sont situés.
      ...ette loi conservatrice, avait considéré la France sous deux rapports importants ; ...
      ...t vagues qui couvrent une grande partie de sa surface, le besoin de tous les instruments aratoires rendrait...
      ...t le nombre augmente chaque jour depuis la destruction des lois fiscales, les usin...
      ...es leur fournissent les premiers objets de leur établissement (2) ; les salines du...
      L'Assemblée nationale constituante, en portant cette loi conservatrice, avait considéré la France sous deux rapports importants ; comme puissance territoriale et comme puissance maritime. Elle avait senti gue, ...
      ...lement par le dessèchement des marais (1) et le défrichement des terres vaines et vagues qui couvrent une grande partie de sa surface, le besoin de tous les instruments aratoires rendrait ses bois encore plus précieux ; que les manufactures, dont le nombre augmente chaque jour depuis la destruction des lois fiscales, les usines à feu si nécessaires aux autres manufactures, en ce qu'elles leur fournissent les premiers objets de leur établissement (2) ; les salines du département du Gard, dont le produit étonne, celles du département delà Meurthe...
      ...nses; mais on en est bien payé, J'en ai la preuve par les dessèchements que j'ai entrepris dans les paroisses de Marne et de Messay en Anjou, que tout le monde avan...
      ...aient faute d'une assez grande quantité de terrains mis en cnlture. (2) M. Cunin, ...
      ...tionale, dans son excellent ou\rage sur la conservation des forêts, prouve mathématiquement la nécessité de conserver les bois dans ces département...
      ...ois plus haut. Les malheureux habitants de ces contrées n'ont de ressources pour îeurs bestiaux que la vaine pâture dans ces forêts ; si on les en prive, on les prive de leur subsistance. D'un autre côté, ces ...
      ...is, faute d'autres, matériaux propres à la bâtisse, et no pouvant se passer de bois chauffage
      ...s frais qu'il en coûte pour mettre en valeur des terrains inondés, qui sont immenses; mais on en est bien payé, J'en ai la preuve par les dessèchements que j'ai entrepris dans les paroisses de Marne et de Messay en Anjou, que tout le monde avant moi avait regardés comme impraticables. Outre l'excellent revenu que donnent c...
      ...elles portent l'abondance dans toutes les paroisses circonvoisines, qui languissaient faute d'une assez grande quantité de terrains mis en cnlture. (2) M. Cunin, député à l'Assemblée nationale, dans son excellent ou\rage sur la conservation des forêts, prouve mathématiquement la nécessité de conserver les bois dans ces départements, où les salines qui font vivre le pays, sont d'un si grand revenu. Il démontre...
      ...ommation si considérable en bois, donnent en retour un produit qui s'élève dix fois plus haut. Les malheureux habitants de ces contrées n'ont de ressources pour îeurs bestiaux que la vaine pâture dans ces forêts ; si on les en prive, on les prive de leur subsistance. D'un autre côté, ces infortunés construisent leurs mai-bons en bois, faute d'autres, matériaux propres à la bâtisse, et no pouvant se passer de bois chauffage
      ...e à 1,800,000 livres, défalcation faite de 200,000 livres de bois servant à les alimenter; les nouve...
      ...u peuple enfin, premier objet des soins de ses représentants, exigeant une mesure ...
      ...es qu'il endurait depuis longtemps, par la disette qu'à causée dans cette partie la négligence funeste des préposés de l'ancien régime ; tous ces motifs fixèr...
      le revenu s'élève à 1,800,000 livres, défalcation faite de 200,000 livres de bois servant à les alimenter; les nouveaux édifices publics dont les nouvelles lois nécessitent l'établissement; les parcs, les quais, les canaux à réparer ou à construire; l'intérêt du peuple enfin, premier objet des soins de ses représentants, exigeant une mesure décisive qu'il n'ajoutât pas aux sou-frances qu'il endurait depuis longtemps, par la disette qu'à causée dans cette partie la négligence funeste des préposés de l'ancien régime ; tous ces motifs fixèrent les idées du législateur sur l'extrême utilité des forêts nationales, et sur...
      ...cond rapport, sous lequel elle envisage la France comme puissance maritime, sa pos...
      ...plus grande circonspection dans l'usage de ses bois. La consommation annuelle qu'elle en fait pour la marine militaire est de 2 millions de pieds cubes (1) (cette quantité double en temps de guerre) et de 4 à 5 millions de pieds cubes pour la marine marchande. Il est donc vrai de dire que nous trouvons dans nos forêts plus d'un tiers de nos besoins en ce genre, sans y comprendre les quantités de bois que les Hollandais nous fournissen...
      ...s avoir achetés, et qui rentreront dans la masse de nos consommations, quand l'exécution des canaux projetés dans l'intérieur nous donnera la facilité de les transporter d'un bout du royaume à l'autre. La France possède les plus beaux bois de construction ; ses superbes forêts de la Sarthe, de la Moselle et de la Meuse lui donnent en cette partie une p...
      ... décidée sur presque toutes les nations de l'Europe. Il est donc de la plus grande importance pour elle de les conserver et même de les agrandir.
      Quant au second rapport, sous lequel elle envisage la France comme puissance maritime, sa position exige une plus grande circonspection dans l'usage de ses bois. La consommation annuelle qu'elle en fait pour la marine militaire est de 2 millions de pieds cubes (1) (cette quantité double en temps de guerre) et de 4 à 5 millions de pieds cubes pour la marine marchande. Il est donc vrai de dire que nous trouvons dans nos forêts plus d'un tiers de nos besoins en ce genre, sans y comprendre les quantités de bois que les Hollandais nous fournissent après nous les avoir achetés, et qui rentreront dans la masse de nos consommations, quand l'exécution des canaux projetés dans l'intérieur nous donnera la facilité de les transporter d'un bout du royaume à l'autre. La France possède les plus beaux bois de construction ; ses superbes forêts de la Sarthe, de la Moselle et de la Meuse lui donnent en cette partie une prépondérance décidée sur presque toutes les nations de l'Europe. Il est donc de la plus grande importance pour elle de les conserver et même de les agrandir.
      On a droit de s'étonner que des hommes éclairés aient...
      ...allait suppléer à l'énorme consommation de bois que font nos manufactures, nos usi...
      ...gnes, en multipliant l'usage du charbon de terre, de la tourbe et des autres combustibles, etqu...
      On a droit de s'étonner que des hommes éclairés aient pu avancer, pour favoriser leur projet d'aliénation, qu'il fallait suppléer à l'énorme consommation de bois que font nos manufactures, nos usines à feu, et même les habitants des villes et des campagnes, en multipliant l'usage du charbon de terre, de la tourbe et des autres combustibles, etqu'il fallait imiter en cela les nations qui nous avoisinent.
      Certes il est intéressant de multiplier les exploitations de combustibles qui peuvent suppléer à l'usage du bois, dont la disette se fait sentir dans la majeure partie de l'Empire, et dont le prix dès à présent...
      ...actures 'd'Amiens et du Beauvoisis dans la ci-devant province de Picardie, mal fournies de bois, n'existeraient plus depuis longte...
      Certes il est intéressant de multiplier les exploitations de combustibles qui peuvent suppléer à l'usage du bois, dont la disette se fait sentir dans la majeure partie de l'Empire, et dont le prix dès à présent est tel, que les habitants les moins aisés des campagnes, ainsi que ceux des villes, n'y peuvent atteindre; et les riches manufactures 'd'Amiens et du Beauvoisis dans la ci-devant province de Picardie, mal fournies de bois, n'existeraient plus depuis longtemps sans
      ...umide, où le froid règne pendant 6 mois de l'année, ils perdraient tout en perdant...
      ... trouveraient réduits à s'expatrier, et la nation perdrait 1 million de citoyens laborieux. (1) Il faut lire, p...
      ...es comités des domaines, d'agriculture, de commerce et de finances. Il offre les développements l...
      ...r les avantages qu'on peut se promettre de la conservation de nos forêts. La marche sûre et méthodique que suit le r...
      ...s le but auquel doivent tendre les vœux de tous les vrais citoyens. Il est impossible de traiter mieux ce sujet de haute importance, et de présenter sous un jour aussi frappant les inconvénients sans nombre qui résulteraient de l'a-: liénation de cette riche portion de nos propriétés territoriales.
      dans un pays humide, où le froid règne pendant 6 mois de l'année, ils perdraient tout en perdant leurs bois, se trouveraient réduits à s'expatrier, et la nation perdrait 1 million de citoyens laborieux. (1) Il faut lire, pour s'en convaincre, le rapport fait par M. Juéry, fau nom des comités des domaines, d'agriculture, de commerce et de finances. Il offre les développements les plus satisfaisants sur les avantages qu'on peut se promettre de la conservation de nos forêts. La marche sûre et méthodique que suit le rapporteur dans son travail, mène tout lecteur impartial et instruit, vers le but auquel doivent tendre les vœux de tous les vrais citoyens. Il est impossible de traiter mieux ce sujet de haute importance, et de présenter sous un jour aussi frappant les inconvénients sans nombre qui résulteraient de l'a-: liénation de cette riche portion de nos propriétés territoriales.
      ...nt essayer, malgré mes faibles talents, de tracer quelques idées sur un sujet plus savamment traité par des hommes de mérite, mais qui ne désirent pas plus ardemment que moi le bien de mon pays. J'oserai pourtant essayer, malgré mes faibles talents, de tracer quelques idées sur un sujet plus savamment traité par des hommes de mérite, mais qui ne désirent pas plus ardemment que moi le bien de mon pays.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 297
      l'usage de la tourbe qu'elles ont adoptée. Mais on s'...
      ...t moins communes, et dans certains pays la corde de tourbe, qui valait primitivement 4 à 5 ...
      ...i 18 à 20 francs. Ajoutez que les mines de charbon ne sont pas encore aussi commun...
      ...t d'une manière effrayante ; que celles de Mons et de Hainaut ne tarderont peut-être pas à éprouver le même sort, à cause de l'immense quantité de matière qu'on en tire pour les besoins ...
      ...s qu'on a multipliées dans les environs de la capitale n'a pas répondu, à beaucoup près, aux espérances qu'on avait conçues. Ainsi la France ne paraît pas être aussi abondante que les nations voisines, en objets de cette nature; et c'est une raison déterminante pour prononcer la conservation de ses bois, qui sont pour elle la mine la plus féconde et la plus digne de ses soins.
      l'usage de la tourbe qu'elles ont adoptée. Mais on s'aperçoit déjà dans ces cantons que les tourbières y sont moins communes, et dans certains pays la corde de tourbe, qui valait primitivement 4 à 5 livres, se vend aujourd'hui 18 à 20 francs. Ajoutez que les mines de charbon ne sont pas encore aussi communes qu'on le pense; que les plus abondantes qu'on connaisse, celles d'Auvergne, s'épuisent d'une manière effrayante ; que celles de Mons et de Hainaut ne tarderont peut-être pas à éprouver le même sort, à cause de l'immense quantité de matière qu'on en tire pour les besoins journaliers, et que le succès des recherches qu'on a multipliées dans les environs de la capitale n'a pas répondu, à beaucoup près, aux espérances qu'on avait conçues. Ainsi la France ne paraît pas être aussi abondante que les nations voisines, en objets de cette nature; et c'est une raison déterminante pour prononcer la conservation de ses bois, qui sont pour elle la mine la plus féconde et la plus digne de ses soins.
      ...ur leur amélioration que dans les mains de la nation. ... me reste maintenant à démontrer que les forêts ne peuvent être mieux placées pour leur amélioration que dans les mains de la nation.
      Elles sont aujourd'hui dans un état de dégradation tellement déplorable, qu'el...
      ...par des améliorations qui nécessiteront de grandes dépenses pendant plusieurs anné...
      ... continuelle, qui préviendra les délits de tout genre qui se commettaient impunéme...
      ...yeux même des anciens officiers chargés de les réprimer : une surveillance qui ren...
      ...is impossible toute espèce d'usurpation de la part des usagers et riverains.
      Elles sont aujourd'hui dans un état de dégradation tellement déplorable, qu'elles ne peuvent se régénérer que par des améliorations qui nécessiteront de grandes dépenses pendant plusieurs années, et par une surveillance continuelle, qui préviendra les délits de tout genre qui se commettaient impunément sous les yeux même des anciens officiers chargés de les réprimer : une surveillance qui rendra désormais impossible toute espèce d'usurpation de la part des usagers et riverains.
      ...-il se trouver des particuliers en état de faire des dépenses aussi considérables,...
      ...tre remplis? N'a-t-on pas au contraire, la preuve que l'intérêt particulier ne cal...
      Or, je le demande, peut-il se trouver des particuliers en état de faire des dépenses aussi considérables, et d'attendre aussi longtemps pour en être remplis? N'a-t-on pas au contraire, la preuve que l'intérêt particulier ne calcule que les profits, et les multiplie, en multipliant les coupes, que
      ...ar quiconque en a fait l'ohjet constant de ses observations. Une expérience de près de 40 ans dans ce genre de travail et que j'ai su faire tourner à ...
      ...lque poids à mon suffrage. Ce qu'il y a de certain, du moins, c'est que tous les bois que j'ai vendus au gouvernement, pour la marine, ou aux particuliers, pour la construction, ont passé, de l'avis de tout le monde, pour les plus beaux qu'o...
      ... à leur âge; tant il est vrai.que c'est la manière de les travailler qui leur donne ce beau d...
      ...oyens à employer pour toutes ces choses, ne peuvent être sûrement indiqués que par quiconque en a fait l'ohjet constant de ses observations. Une expérience de près de 40 ans dans ce genre de travail et que j'ai su faire tourner à mon profit, donne quelque poids à mon suffrage. Ce qu'il y a de certain, du moins, c'est que tous les bois que j'ai vendus au gouvernement, pour la marine, ou aux particuliers, pour la construction, ont passé, de l'avis de tout le monde, pour les plus beaux qu'on eût vus, relativement à leur âge; tant il est vrai.que c'est la manière de les travailler qui leur donne ce beau développement qu'on admirait dans les miens.
      ...ent, puisqu'il détruit en peu d'années, la source d'un produit dix fois plus fort, s'il avait la patience de l'attendre? D'ailleurs, le fils en héritant des biens de son père, n'hérite pas toujours de son économie, et une belle propriété, d...
      ...e administration, devient en un instant la proie d'un dissipateur. Encore un coup, la nation ne peut pas entrer en comparaiso...
      ...jouissances présentes, sans s'inquiéter de ceux qui leur survivront. L'intérêt de la nation est de tous les temps, sa propriété s'étend au...
      ...nt. Il serait donc étrangement ridicule de lui enlever un bien qui peut s'améliorer dans ses mains et faire sa richesse, de l'aliéner sous le spécieux prétexte qu'...
      ...qu'étant mal administré, il est instant de changer son régime et de faire de bons règlements qui le rendent suscepti...
      le gain même qu'il fait l'appauvrit insensiblement, puisqu'il détruit en peu d'années, la source d'un produit dix fois plus fort, s'il avait la patience de l'attendre? D'ailleurs, le fils en héritant des biens de son père, n'hérite pas toujours de son économie, et une belle propriété, devenue plus belle encore par une sage administration, devient en un instant la proie d'un dissipateur. Encore un coup, la nation ne peut pas entrer en comparaison avec des particuliers, qui, s'em-barrassant peu d'un avenir incertain, sacrifient un bien éloigné à des jouissances présentes, sans s'inquiéter de ceux qui leur survivront. L'intérêt de la nation est de tous les temps, sa propriété s'étend aux siècles les plus reculés, parce qu'elle ne meurt point. Il serait donc étrangement ridicule de lui enlever un bien qui peut s'améliorer dans ses mains et faire sa richesse, de l'aliéner sous le spécieux prétexte qu'étant mal administré, les frais qu'il en coûte en absorbent, pour ainsi dire, le produit, sans vouloir faire attention qu'il est à conserver précisément, parce qu'étant mal administré, il est instant de changer son régime et de faire de bons règlements qui le rendent susceptible d'un produit infiniment plus avantageux.
      ... suffire pour acquitter les engagements de la nation; serait-il d'unebonnepolitiquede...
      ... avoir mis auparavant tous les citoyens de l'Empire à portée de juger de l'indispensable nécessité de cette mesure? Car personne, ni l'Assemb...
      ...les besoins ni l'étendue des ressources de la France. Or, comme il est plus que proba...
      ...éjà mis en vente et les petites parties de bois éparses qu'on peut destiner au mêm...
      ...rait ses ravages sur tous les habitants de l'Empire et ruinerait la fortune publique.
      Mais supposons que les biens nationaux qui sont actuellement en vente ne pussent suffire pour acquitter les engagements de la nation; serait-il d'unebonnepolitiquede prononcer l'aliénation totale des forêts, sans avoir mis auparavant tous les citoyens de l'Empire à portée de juger de l'indispensable nécessité de cette mesure? Car personne, ni l'Assemblée nationale elle-même, ne connaît encore parfaitement les besoins ni l'étendue des ressources de la France. Or, comme il est plus que probable que les biens nationaux déjà mis en vente et les petites parties de bois éparses qu'on peut destiner au même objet suffiront et au delà pour combler le déficit, l'aliénation totale des fo...
      ...olitique, désastreuse, et doit être rejetée comme un fléau destructeur qui étendrait ses ravages sur tous les habitants de l'Empire et ruinerait la fortune publique.
      Et d'ailleurs, les partisans de l'aliénation sont-ils sûrs que le prix de cette vente s'élevât à 12 ou 1,400 mill...
      ...st-il pas à craindre, au contraire, que la concurrence établie par cette vente, en...
      ... et principalement aux premiers? Alors, de quelle ressource ne nous aurait-on pas ...
      ...oir adopté une mesure qui ruinerait par la suite la nation, sans l'avoir soulagée, qui la ruinerait d'autant plus sûrement, que d...
      ..., peut-être avant, nous serions obligés de recourir à l'étranger pour nous procurer à grands frais des bois de marine et de construction, nous verrions augmenter par considérablement la dépense publique et les malheurs du peu...
      Et d'ailleurs, les partisans de l'aliénation sont-ils sûrs que le prix de cette vente s'élevât à 12 ou 1,400 millions, comme ils paraissent vouloir l'insinuer? .N'est-il pas à craindre, au contraire, que la concurrence établie par cette vente, entre les bois et les autres biens nationaux, ne soit préjudiciable à tous, et principalement aux premiers? Alors, de quelle ressource ne nous aurait-on pas dépouillés ! et quels regrets pour l'Assemblée nationale, d'avoir adopté une mesure qui ruinerait par la suite la nation, sans l'avoir soulagée, qui la ruinerait d'autant plus sûrement, que dans 25 ans, peut-être avant, nous serions obligés de recourir à l'étranger pour nous procurer à grands frais des bois de marine et de construction, nous verrions augmenter par considérablement la dépense publique et les malheurs du peuple, qui en manquerait même pour ses besoins les plus pressants.
      Mais soyons plus confiants dans la sagesse de l'Assemblée; elle saura se garantir des...
      ...on lui tend et ne fera pas le sacrifice de ses principes, pour enrichir de voraces agioteurs, qui n'attendent que ...
      ...iser les craintes des bons citoyens, et de malveillants et avides
      Mais soyons plus confiants dans la sagesse de l'Assemblée; elle saura se garantir des pièges qu'on lui tend et ne fera pas le sacrifice de ses principes, pour enrichir de voraces agioteurs, qui n'attendent que cette loi funeste pour trafiquer du bonheur national. Car, ne nous y trompons pa...
      ...ne se verserait que dans des mains impures. Une baisse effrayante viendrait réaliser les craintes des bons citoyens, et de malveillants et avides
      Ruinées jusque dans le sol qui les porte, elles...
      ...r se reproduire, d'une culture soignée, de défrichements considérables et de nouveaux semis, de repeuplements dans les endroits dévastés, de nouvelles coupes, d'aménagements nouvea...
      ...ement coûteuses, et ce ne sera qu'après de longues années qu'on en recueillera ava...
      Ruinées jusque dans le sol qui les porte, elles ont besoin, pour se reproduire, d'une culture soignée, de défrichements considérables et de nouveaux semis, de repeuplements dans les endroits dévastés, de nouvelles coupes, d'aménagements nouveaux, si bien réglés, qu'ils puissent fournir aux besoins des consommateurs, sans nuire au développement des bois (1). Toutes ces opérations sont extrêmement coûteuses, et ce ne sera qu'après de longues années qu'on en recueillera avantageusement les fruits.
      ... devoir, par amour pour le bien public, de donner tous les renseignements qu'on pourra souhaiter de moi ; j'emploierai même, si on veut, mon temps et mes soins pour diriger des travaux de ce genre, et le bien qui, à coup sûr, résultera de l'emploi de mes moyens, sera mon unique récompense. Au surplus, je me ferai toujours un devoir, par amour pour le bien public, de donner tous les renseignements qu'on pourra souhaiter de moi ; j'emploierai même, si on veut, mon temps et mes soins pour diriger des travaux de ce genre, et le bien qui, à coup sûr, résultera de l'emploi de mes moyens, sera mon unique récompense.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 298
      ...devait faire l'Assemblée constituante à la vue d'un monument gothique qui menaçait ruine de toutes parts? Ce qu'elle fit : détruire...
      ... temps avait respectés. Ainsi les vices de 1 ancienne institution disparurent, pou...
      Que devait faire l'Assemblée constituante à la vue d'un monument gothique qui menaçait ruine de toutes parts? Ce qu'elle fit : détruire pour rebâtir après avoir déblayé Le terrain, et employer dans Cette reconstruction les matériaux que le temps avait respectés. Ainsi les vices de 1 ancienne institution disparurent, pour faire place à un nouvel ordre des choses qui promet d'heureux effets.
      ...avantageusement, en attendant des temps de disette, peu éloignés peut-être, pour s...
      ... qu'on ne'croie pas qu'il fût bien aisé de lés contraindre à faire des coupes régl...
      ...ssives et des réserves pour les besoins de construction ; ils n'écouteraient que la voix de l'intérêt personnel et les lois coercit...
      ...eux ; ils sauraient bien éluder l'effet de tous les moyens répressifs, en invoquant avec raison les grands principes de justice et de liberté, consacrés par le nouvel ordre de choses. En effet, ne serait-ce pas porter une atteinte directe à la propriété, que d'empêcher un propriétaire de couper ses bois quand il le jugerait à propos? Chaque nomme n'a-t-il pas le droit de disposer de son bien comme bon lui semble? Et cette...
      ...sentée, n'éloigneràit-elle pas Beaucoup de capitalistes qui, comptant sur de grands profits par la liberté ae tout faire, cesseraient tout à coup de diriger leurs spéculations sur cet obje...
      ...ortée, elle paraîtrait vexatoire, digne l'ancien despotisme, détournerait les propriétaires de leurs projets d'amélioration, rendrait ...
      ...it pour les surveiller, un grand nombre de préposés et une forte dépense qu'on peu...
      ...tous les rapports, les immenses profits de l'aliénation sont chimériques.
      ...es auraient bientôt achetées à vil prix, pour en vendre une partie à l'étranger avantageusement, en attendant des temps de disette, peu éloignés peut-être, pour se défaire du reste a un taux encore plus haut. Et qu'on ne'croie pas qu'il fût bien aisé de lés contraindre à faire des coupes réglées et successives et des réserves pour les besoins de construction ; ils n'écouteraient que la voix de l'intérêt personnel et les lois coercitives seraient sans pouvoir contre eux ; ils sauraient bien éluder l'effet de tous les moyens répressifs, en invoquant avec raison les grands principes de justice et de liberté, consacrés par le nouvel ordre de choses. En effet, ne serait-ce pas porter une atteinte directe à la propriété, que d'empêcher un propriétaire de couper ses bois quand il le jugerait à propos? Chaque nomme n'a-t-il pas le droit de disposer de son bien comme bon lui semble? Et cette loi cruelle, si elle était seulement présentée, n'éloigneràit-elle pas Beaucoup de capitalistes qui, comptant sur de grands profits par la liberté ae tout faire, cesseraient tout à coup de diriger leurs spéculations sur cet objet? Une fois portée, elle paraîtrait vexatoire, digne l'ancien despotisme, détournerait les propriétaires de leurs projets d'amélioration, rendrait leurs échanges difficiles et nécessirait pour les surveiller, un grand nombre de préposés et une forte dépense qu'on peut employer bien plus utilement, en l'appliquant aux besoins d'une administration quelconque. Ainsi, sous tous les rapports, les immenses profits de l'aliénation sont chimériques.
      Qu'il me soit maintenant permis de- faire quelques réflexions sur l'opinion des personnes qui pensent que la manière de les administrer en rend les profits dou... Qu'il me soit maintenant permis de- faire quelques réflexions sur l'opinion des personnes qui pensent que la manière de les administrer en rend les profits douteux.
      ...s des administrateurs tendent a grossir la dépense et à diminuer la recette; que le système nouveau qu'on v...
      ...ominera toujours, lorsqu'il y aura plus de profit pour eux à s'écarter de leurs devoirs qu'à s'y maintenir, rendr...
      ...nte itoute mesure coactive et illusoire la responsabilité qu'on voudrait employer ...
      ...r les contenir dans les bornes étroites de leurs obligations ; que tous les vices enfin de l'ancien régime se reproduiront dans le nouveau et qu'on n'empêchera jamais la corruption, les monopoles et l'intrigue...
      ...s ; puisqu'il est impossible d empêcher la coalition des compagnies de gros consommateurs, qui se concertent p...
      ...qu'une bonne administration en cette partie est impossible ; que/tous les efforts des administrateurs tendent a grossir la dépense et à diminuer la recette; que le système nouveau qu'on veutintroduire ne fera que propager le désordre, parce que l'intérêt éternel mobile des actions des hommes et qui les dominera toujours, lorsqu'il y aura plus de profit pour eux à s'écarter de leurs devoirs qu'à s'y maintenir, rendra insuffisante itoute mesure coactive et illusoire la responsabilité qu'on voudrait employer contre les préposés pour les contenir dans les bornes étroites de leurs obligations ; que tous les vices enfin de l'ancien régime se reproduiront dans le nouveau et qu'on n'empêchera jamais la corruption, les monopoles et l'intrigue d'agir dans les adjudications et d'y présider toujours ; puisqu'il est impossible d empêcher la coalition des compagnies de gros consommateurs, qui se concertent pour obtenir à vil prix les bois qui sont à leur convenance.
      ...elques égards, puisque tout ce qui sort de la main des hommes porte un caractère d'imperfection qui atteste la faiblesse de ses auteurs; mais le temps fait disparaître de grands défauts qui ne tenaient qu'aux c...
      ...es qui les avaient vu naître; et il est de fait aussi
      Çe principe me semble trop rigoureux, quoique vrai à quelques égards, puisque tout ce qui sort de la main des hommes porte un caractère d'imperfection qui atteste la faiblesse de ses auteurs; mais le temps fait disparaître de grands défauts qui ne tenaient qu'aux circonstances qui les avaient vu naître; et il est de fait aussi
      ...alutaires et devenir très excellentes,, de très vicieuses qu'elles étaient; l'expérience le prouve assez tous les jours. Au reste, la bonté de l'édifice dépend de sa base;et si ses fondements sont ruine...
      ...an. , C'est ce qui est arrivé à l'égard de L'administration forestière. Elle s'éta...
      ...nsi dire, pièce à pièce, un amas confus de règlements dont les circonstances avaient fait sentir la nécessité, une foule d'ordonnances cont...
      ..., des abus sans nombre nés du vice même de son institution, en avaient fait un tou...
      ...enues que par une longue succession d'années, peuvent recevoir des changements salutaires et devenir très excellentes,, de très vicieuses qu'elles étaient; l'expérience le prouve assez tous les jours. Au reste, la bonté de l'édifice dépend de sa base;et si ses fondements sont ruineux, il faut abattre et reconstruire sur un nouveau plan. , C'est ce qui est arrivé à l'égard de L'administration forestière. Elle s'était formée, pour ainsi dire, pièce à pièce, un amas confus de règlements dont les circonstances avaient fait sentir la nécessité, une foule d'ordonnances contradictoires, des abus sans nombre nés du vice même de son institution, en avaient fait un tout monstrueux en matière d'administration publique.
      ...sont brillantes; l'a-mour-propre se met de la partie et on veut les soutenir, au risque de passer pour un esprit paradoxal, pourvu...
      ...quand on a le talent d'écrire, d'élever de brillants systèmes et de les embellir de tout ce que la magie du style peut offrir de plus séduisant. On se laisse plus facil...
      ...qu'au tableau peu flatteur que présente la vérité dénuée des ornements qu on prodigue à de trompeurs objets. Mais le regret de s'être laissé surprendre par des apparences mensongères vient toujours à la suite d'une détermination qu'on a prise...
      Mais on s'est fait des idées sur certains objets, on y tient parce qu'elles sont brillantes; l'a-mour-propre se met de la partie et on veut les soutenir, au risque de passer pour un esprit paradoxal, pourvu qu'on se fasse admirer. Mais disons-le avec fermeté, il est aisé, quand on a le talent d'écrire, d'élever de brillants systèmes et de les embellir de tout ce que la magie du style peut offrir de plus séduisant. On se laisse plus facilement entraîner au, charme d'un prestige aimable qu'au tableau peu flatteur que présente la vérité dénuée des ornements qu on prodigue à de trompeurs objets. Mais le regret de s'être laissé surprendre par des apparences mensongères vient toujours à la suite d'une détermination qu'on a prise sans consulter sa raison.
      Alors l'Assemblée nationale sortant de l'état d'indécision oû la retient la diversité des opinions sur ce point, passerait promptement à la discussion d'un des plus importants obj...
      ...desirée, elle ferait cesser les alarmes de la nation, en statuant enfin sur une propriété qu'elle souhaite de conserver pour son bonheur, puisqu'elle y attache toutes les idées de richesse et de prospérité publiques.
      Alors l'Assemblée nationale sortant de l'état d'indécision oû la retient la diversité des opinions sur ce point, passerait promptement à la discussion d'un des plus importants objets qui puissent être soumis à sa décision. Alors par l'heureux résultat d'une délibération longtemps desirée, elle ferait cesser les alarmes de la nation, en statuant enfin sur une propriété qu'elle souhaite de conserver pour son bonheur, puisqu'elle y attache toutes les idées de richesse et de prospérité publiques.
      ...cependant* peut-être est-il susceptible de quelques modifications ; mais le terrai... Tel qu'il est cependant* peut-être est-il susceptible de quelques modifications ; mais le terrain sur lequel il pose est bon, sa base est solide et les changements que le temps...
      Si donc les bons esprits de l'Assemblée, qui penchent pour l'aliéna...
      ...douteux qu'ils n'en revinssent à l'avis de tous les cultivateurs instruits, qui ne voient dans cette mesure qu'une source de pertes et de caal-mités.
      Si donc les bons esprits de l'Assemblée, qui penchent pour l'aliénation des forêts et qui sont égarés, même par un violent amour du bien, voulaient méditer davantage ce sujet et l'envisager sous tous ses rapports, il n'est pas douteux qu'ils n'en revinssent à l'avis de tous les cultivateurs instruits, qui ne voient dans cette mesure qu'une source de pertes et de caal-mités.

      Séance du dimanche 22 avril 1792

      page 299
      De toutes les richesses territoriales d'un Empire, celle qui exige le plus de connaissances et la surveillance d'une bonne administration, est sans contredit la partie forestière. Cette branche de produits singulièrement susceptible d'a...
      ... et les met dans l'impérieuse nécessité de décréter la conservation de nos forêts.
      De toutes les richesses territoriales d'un Empire, celle qui exige le plus de connaissances et la surveillance d'une bonne administration, est sans contredit la partie forestière. Cette branche de produits singulièrement susceptible d'amélioration sous un excellent régime, appelle l'attention des législateurs et les met dans l'impérieuse nécessité de décréter la conservation de nos forêts.
      Personne, que je sache, n'a jeté plus de jour sur cette matière que M. de Betz, député du département de l'Orne, dans l'ouvrage très lumineux qu'il vient de faire paraître pour combattre le projet...
      ...eraient entrevoir un grand intérêt pour la nation dans l'aliénation des forêts et qu'elle en décrétât la vente, c'en serait fait pour jamais de cette branche de revenu public et l'Assemblée, en portan...
      ...i, tarirait une des plus riches sources de la prospérité nationale.
      Personne, que je sache, n'a jeté plus de jour sur cette matière que M. de Betz, député du département de l'Orne, dans l'ouvrage très lumineux qu'il vient de faire paraître pour combattre le projet funeste d'aliénation des forêts nationales. Il est bien constant, comme il le d...
      ...aisse éblouir par les prestiges d'une compagnie d'avides spéculateurs, qui lui feraient entrevoir un grand intérêt pour la nation dans l'aliénation des forêts et qu'elle en décrétât la vente, c'en serait fait pour jamais de cette branche de revenu public et l'Assemblée, en portant cette fatale loi, tarirait une des plus riches sources de la prospérité nationale.
      M. de Betz paraît avoir de grandes lumières en cette partie, ses p...
      ...es, son opinion est véritablement celle de tous les gens instruits, et son ouvrage, plein de réflexions, utiles est un guide sûr pou...
      ...n objet aussi important. Une expérience de 35 ans dans cette partie me met en état d'adopter une opinion en connaissance de cause, et les lumières que j'ai acquises pendant ce laps de temps me donnent les muyens d'en apprécier la justesse; aussi le répéterai-je : c'est...
      M. de Betz paraît avoir de grandes lumières en cette partie, ses principes sont certains, ses conséquences sont décisives, son opinion est véritablement celle de tous les gens instruits, et son ouvrage, plein de réflexions, utiles est un guide sûr pour prononcer sur un objet aussi important. Une expérience de 35 ans dans cette partie me met en état d'adopter une opinion en connaissance de cause, et les lumières que j'ai acquises pendant ce laps de temps me donnent les muyens d'en apprécier la justesse; aussi le répéterai-je : c'est le meilleur écrit que j'aie lu sur cette matière.
      ...nsacrer mes faibles talents et le fruit de mes observations à la chose publique, je me déterminai, il y ...
      ...nstituante un travail sur ce sujet. MM. de Lameth, La Rochefoucault et Saint Far-geau eurent la bonté d'accueillir mon ouvrage et en tr...
      ...ipes sont absolument les mêmes que ceux de M. de Betz, seulement je les ai plus particulièrement appliqués aux moyens à employer pour la conservation et la coupe des bois (2). J'ai aussi jeté un ...
      Voulant aussi consacrer mes faibles talents et le fruit de mes observations à la chose publique, je me déterminai, il y a plusieurs mois, à offrir à l'Assemblée constituante un travail sur ce sujet. MM. de Lameth, La Rochefoucault et Saint Far-geau eurent la bonté d'accueillir mon ouvrage et en trouvèrent le résultat satisfaisant ; il est coté n° 1688, au comité des domaines et administration forestière. Mes principes sont absolument les mêmes que ceux de M. de Betz, seulement je les ai plus particulièrement appliqués aux moyens à employer pour la conservation et la coupe des bois (2). J'ai aussi jeté un coup d'oeil
      ...s 1772 que j'ai passé un marché avec M. de Roine, ministre de la marine alors, je me suis engagé et j'ai livré pendant 15 ans consécutifs, des bois de construction pour la marine, à la satisfaction de mes commettants. (1) Depuis 1772 que j'ai passé un marché avec M. de Roine, ministre de la marine alors, je me suis engagé et j'ai livré pendant 15 ans consécutifs, des bois de construction pour la marine, à la satisfaction de mes commettants.
      (2) Pour ce qui concerne les bois de 100 ans et plus, qu'on exploite, la manière de se réserver des baliveaux n'est pas indifférente. L'ordonnance de Louis XIV sur cet objet est bonne en so...
      ...euse. Cette ordonnance enjoint sagement de conserver 16 baliveaux par arpent, mais...
      ...les uns des autres et exposés à manquer de nourriture et à dépérir en les laissant...
      ... d'un jeune bois qui attire à lui toute la sève. Loin donc de les disperser, on devrait au contraire ...
      ... â et 3 cantons, selon le plus ou moins de terrain -
      (2) Pour ce qui concerne les bois de 100 ans et plus, qu'on exploite, la manière de se réserver des baliveaux n'est pas indifférente. L'ordonnance de Louis XIV sur cet objet est bonne en soi, l'exécution seule en est vicieuse. Cette ordonnance enjoint sagement de conserver 16 baliveaux par arpent, mais on s'y prend d'une manière désavantageuse; on les laisse épars et isolés, trop éloignés les uns des autres et exposés à manquer de nourriture et à dépérir en les laissant au milieu d'un jeune bois qui attire à lui toute la sève. Loin donc de les disperser, on devrait au contraire les réunir en 1, â et 3 cantons, selon le plus ou moins de terrain -
      ... administration forestière telle que je la voudrais et telle qu'on pensera sans doute qu'elle doit être ; car tant que les abus de l'ancien régime subsisteront et que, loin d'employer pour le bien de la chose des hommes qui ont passé leur vie entière à étudier la nature du sol, le genre de culture qui lui convient, l'espèce d'am...
      ...ssent que les opérations financières et la manutention des bureaux, il est impossible d'obtenir de cette branche de produit les avantages immenses qu'on en retirerait, en se servant de tous les moyens qui sont indiqués par la nature même des choses. Ma manière de voir à cet égard se trouve encore entièrement conforme à l'opinion de M. de Betz ; je désire donc très ardemment qu...
      ...ont répandues dans son ouvrage, décrite la conservation des bois et forêts (1) et ordonne l'organisation de l'administration forestière d'après les...
      sur les détails d'une administration forestière telle que je la voudrais et telle qu'on pensera sans doute qu'elle doit être ; car tant que les abus de l'ancien régime subsisteront et que, loin d'employer pour le bien de la chose des hommes qui ont passé leur vie entière à étudier la nature du sol, le genre de culture qui lui convient, l'espèce d'amélioration dont il est susceptible, on leur substituera des gens qui ne connaissent que les opérations financières et la manutention des bureaux, il est impossible d'obtenir de cette branche de produit les avantages immenses qu'on en retirerait, en se servant de tous les moyens qui sont indiqués par la nature même des choses. Ma manière de voir à cet égard se trouve encore entièrement conforme à l'opinion de M. de Betz ; je désire donc très ardemment que l'Assemblée nationale, adoptant les vues qui sont répandues dans son ouvrage, décrite la conservation des bois et forêts (1) et ordonne l'organisation de l'administration forestière d'après les bases qu'en a décrété l'Assemblée constituante.
      ...u trop secs, quand il serait nécessaire de les tenir placés dans les lieux les plu...
      ...leur belle venue. Alors on ferait choix de ceux qui seraient de la plus belle espérance, et s'il y en avait ae défectueux, ils seraient abattus par ordre de l'inspecteur ou d'après son martelage.
      ...rt par les ventes. D'un autre côté, on les expose sur des terrains trop élevés ou trop secs, quand il serait nécessaire de les tenir placés dans les lieux les plus bas, afin que recouvrant les engrais des hauteurs, ils absorbassent tous les s...
      ...fs, tous les sucs nourriciers qui augmenteraient leur vigueur et faciliteraient leur belle venue. Alors on ferait choix de ceux qui seraient de la plus belle espérance, et s'il y en avait ae défectueux, ils seraient abattus par ordre de l'inspecteur ou d'après son martelage.
      Il faudrait aussi que tous les bois de futaie qui ap-tiennent à la nation et qui dépérissent, fussent abattus. Toutefois il est essentief de faire sur ceci une remarque très import...
      ... observé par les anciens abatages, soit de haute futaie, soit de taillis, que les ouvriers avaient coupé machinalement et sans donner à la souche, après la coupe, une façon qui devient pour la venue du baliveau une sorte d'opération préparatoire que seconde beaucoup la nature. Cet oubli, ou plutôt cette ignorance de leur part, porte un très grand préjudic...
      ...veaux qui viennent à sortir des racines de la souche croissent avec une lenteur incro...
      ...n d'opérer une pousse vigoureuse serait de donner de l'ouverture à la souche, de manière qne les sels végétatifs pussent...
      ...pénétrer jusqu'aux racines, l'air donne de la force et concourt puissamment au développement de la tige qui ne rencontre aucun obstacle à ...
      Il faudrait aussi que tous les bois de futaie qui ap-tiennent à la nation et qui dépérissent, fussent abattus. Toutefois il est essentief de faire sur ceci une remarque très importante. J'ai observé par les anciens abatages, soit de haute futaie, soit de taillis, que les ouvriers avaient coupé machinalement et sans donner à la souche, après la coupe, une façon qui devient pour la venue du baliveau une sorte d'opération préparatoire que seconde beaucoup la nature. Cet oubli, ou plutôt cette ignorance de leur part, porte un très grand préjudice aux intérêts du propriétaire, parce qu'alors les bois taillis ou baliveaux qui viennent à sortir des racines de la souche croissent avec une lenteur incroyable et que d'ailleurs les rejetons sont rarement beaux; mais, au contraire, le moyen d'opérer une pousse vigoureuse serait de donner de l'ouverture à la souche, de manière qne les sels végétatifs pussent s'y introduire, et que l'air pouvant pénétrer jusqu'aux racines, l'air donne de la force et concourt puissamment au développement de la tige qui ne rencontre aucun obstacle à son élévation.
      ... ressources qui seraient dans les mains de la nation par la conservation des forêts, on retirerait encore de cet état de choses un avantage inappréciable, en occupant des milliers de malheureux qui gémissent sous le poids de la misère, et qui répandraient l'abondance...
      ...oisinent ces forêts. Il serait possible de les employer, soit à la coupe et à l'exploitation des bois quan...
      ...es, au dessèchement des marais, enfin à la culture de tous autres terrains que l'on destinera...
      ... l'on réserverait pour tout autre genre de eulture.
      (1) Indépendamment des grandes ressources qui seraient dans les mains de la nation par la conservation des forêts, on retirerait encore de cet état de choses un avantage inappréciable, en occupant des milliers de malheureux qui gémissent sous le poids de la misère, et qui répandraient l'abondance dans les campagnes qui avoisinent ces forêts. Il serait possible de les employer, soit à la coupe et à l'exploitation des bois quand elles auraient lieu, soit au défrichement des landes, des terres vaines ou vagues, au dessèchement des marais, enfin à la culture de tous autres terrains que l'on destinerait à porter des forêts ou que l'on réserverait pour tout autre genre de eulture.
      RÉFLEXIONS DE LOUIS PAIN (1) Sur le projet d'aliénati... RÉFLEXIONS DE LOUIS PAIN (1) Sur le projet d'aliénation des forêts nationales.
      ... B. M. Pain a fait dessécher les marais de Marne et de Messay, en Anjou; ce qui fait un bien g... N. B. M. Pain a fait dessécher les marais de Marne et de Messay, en Anjou; ce qui fait un bien général dans les 2 paroisses.
      Il serait indispensable de suivre le môme procédé pour les jeunes bois de 10, 20, 30, 40 et 50 ans, ainsi que pou... Il serait indispensable de suivre le môme procédé pour les jeunes bois de 10, 20, 30, 40 et 50 ans, ainsi que pour les taillis.
      ...'a constamment confirmé. Pendant 35 ans de ma vie j'en ai fait une heureuse épreuv...
      ...ompte, et les personnes qui ont profité de mes observations s'en sont singulièreme...
      Ce procédé est certain, une longue expérience me l'a constamment confirmé. Pendant 35 ans de ma vie j'en ai fait une heureuse épreuve pour mon compte, et les personnes qui ont profité de mes observations s'en sont singulièrement bien trouvées.
    • Séance du jeudi 26 avril 1792

      - search term matches: (162)

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 407
      Locuteur: Tarbé
      ...rétaire, donnelecl.ure du procès-verbal de la séance d$ mercredi 21 avril 1792, au matin, dont la rédaction est adoptée. , secrétaire, donnelecl.ure du procès-verbal de la séance d$ mercredi 21 avril 1792, au matin, dont la rédaction est adoptée.
      Locuteur: Tarbé
      Un de MM. les secrétaires annonce les dons pa... Un de MM. les secrétaires annonce les dons patrotiques suivants :
      Locuteur: Tarbé
      1° Le sieur Legris, électeur de 1789, demeurant 1° Le sieur Legris, électeur de 1789, demeurant
      PRÉSIDENCE DE M. BIGOT DE PRÉAMENEU PRÉSIDENCE DE M. BIGOT DE PRÉAMENEU
      La séance est ouvertè à neuf heures du màt... La séance est ouvertè à neuf heures du màtin.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 408
      Locuteur: Tarbé
      au Gros-Caillou, offre à la nation, pour les frais de la guerre, 96 livres en argent. (Applaudis... au Gros-Caillou, offre à la nation, pour les frais de la guerre, 96 livres en argent. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      ...ui ne possède en numéraire qu'une pièce de 15 sols en argent, ne croit pas pouvoir en faire un meilleur usage que de l'offrir a la patrie. (Applaudissements.) 2° Un colporteur, attaché au « Journal du soir » depuis six mois, qui ne possède en numéraire qu'une pièce de 15 sols en argent, ne croit pas pouvoir en faire un meilleur usage que de l'offrir a la patrie. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      3° Lettre de M. Théodore Dallée, qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, un écu de 6 livres en argent, qu'il a acheté de ses épargnes. 11 témoigne à l'Assemblée ses regrets de n avoir pas la taille nécessaire pour servir la liberté en personne. (Applaudissements.... 3° Lettre de M. Théodore Dallée, qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, un écu de 6 livres en argent, qu'il a acheté de ses épargnes. 11 témoigne à l'Assemblée ses regrets de n avoir pas la taille nécessaire pour servir la liberté en personne. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      4* Lettre de M. Gl. Durant, négociant à Paris, qui renouvelle l'obligation qu'il avait prise de déposer sur l'autel de la patrie, chaque année, 20U livres tant que la guerre et les besoins de l'Etat l'exigeraient et remet 200 livre... 4* Lettre de M. Gl. Durant, négociant à Paris, qui renouvelle l'obligation qu'il avait prise de déposer sur l'autel de la patrie, chaque année, 20U livres tant que la guerre et les besoins de l'Etat l'exigeraient et remet 200 livres en assignats. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      5° Lettre de M. John Burn, Anglais, qui offre à la nation, pour lesrfrais de la guerre, la somme de 200 livres en assignats; cette lettre e... 5° Lettre de M. John Burn, Anglais, qui offre à la nation, pour lesrfrais de la guerre, la somme de 200 livres en assignats; cette lettre est ainsi conçue (1) :
      Locuteur: Tarbé
      , l'an IVe de la liberté. , l'an IVe de la liberté.
      Locuteur: Tarbé
      ...t qui se prépare fiour tous les peuples de l'Europe : les tyrans se iguent contre les nations, l'erreur contre la vérité, Je fanatisme contre la raison, les préjugés contre la philosophie, et c'est pour soutenir un combat vigoureux entre ces monstres que la liberté va s'armer d'un glaive terrible qui en purgera la terre; non sans doute, ils ont, beau fa...
      ...bre et généreux, à qui il était réservé de faire tomber le colosse monstrueux du d...
      ...,> à votre exemple, les peuples revenus de leur stupeur attaqueront de toutes parts cet être aussi faible qu'i...
      ...les épouvantait; tels sont les souhaits de l'homme libre et du philosophe, telles sont les espérances de la nation libre dont je me glorifie d'être...
      ...e pour diviser deux nations que l'amour de la liberté, les lumières et même les intér...
      ...u genre humain ; une prompte liberté ou un long et dur esclavage, tel est le sort qui se prépare fiour tous les peuples de l'Europe : les tyrans se iguent contre les nations, l'erreur contre la vérité, Je fanatisme contre la raison, les préjugés contre la philosophie, et c'est pour soutenir un combat vigoureux entre ces monstres que la liberté va s'armer d'un glaive terrible qui en purgera la terre; non sans doute, ils ont, beau faire, elle ne Succombera pas cette liberté; ses armes sont plus terribles que cel...
      ...ffermi que celui des despotes; mais c'est à vous, ô représentants d'un peuple libre et généreux, à qui il était réservé de faire tomber le colosse monstrueux du despotisme, vous allez lui porter courageusement le premier coup et,> à votre exemple, les peuples revenus de leur stupeur attaqueront de toutes parts cet être aussi faible qu'il était horrible, et verront bientôt dans le lointain se réduire en fumée un fantôme qui jadis les épouvantait; tels sont les souhaits de l'homme libre et du philosophe, telles sont les espérances de la nation libre dont je me glorifie d'être membre; le peuple anglais aime et estime le Français, malgré les moyens qu'on ait pu prendre pour diviser deux nations que l'amour de la liberté, les lumières et même les intérêts bien entendus du commerce devraient rapprocher j>our toujours.
      Locuteur: Tarbé
      France jouir de la sienne et préparer celle des autres nat...
      ...e prie l'Assemblée nationale d'accepter la somme de 200 livres, contribuant autant qu'il est en moi aux frais de la guerre la plus juste qui fût entreprise. (Applaud...
      France jouir de la sienne et préparer celle des autres nations? C'est dans ces sentiments que je prie l'Assemblée nationale d'accepter la somme de 200 livres, contribuant autant qu'il est en moi aux frais de la guerre la plus juste qui fût entreprise. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      7° Lettre des employés au département de la garde nationale parisienne, qui offrent à la nation, pour les frais de la guerre, la somme de 60 livres en assignats, et s'engagent à offrir la même somme chaque mois, tant que la guerre durera. (Applaudissements.) 7° Lettre des employés au département de la garde nationale parisienne, qui offrent à la nation, pour les frais de la guerre, la somme de 60 livres en assignats, et s'engagent à offrir la même somme chaque mois, tant que la guerre durera. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      ...procureur général syndic du département de Seine-et-Marne et le procureur syndicj du district de Melun sont admis à la barre. Le procureur général syndic du département de Seine-et-Marne et le procureur syndicj du district de Melun sont admis à la barre.
      Locuteur: Tarbé
      Ils applaudissent, au nom de tous leurs concitoyens, au décret portant déclaration de guerre aux despotes et de paix aux nations : Ils jurent de mourir à leur poste plutôt que de souffrir que la liberté, la Constitution et la loi reçoivent la moindre atteinte. (Applaudissements.) Ils font offrande à la patrie d'une partie de leur traitement et prennent l'engagemen...
      ...s et en celui des membres du directoire de ce département et de ce district, de fournir 240 livres par mois pendant tout le temps que durera la guerre. Ils déposent sur le bureau la somme de 240 livres en assignats pour le premier...
      Ils applaudissent, au nom de tous leurs concitoyens, au décret portant déclaration de guerre aux despotes et de paix aux nations : Ils jurent de mourir à leur poste plutôt que de souffrir que la liberté, la Constitution et la loi reçoivent la moindre atteinte. (Applaudissements.) Ils font offrande à la patrie d'une partie de leur traitement et prennent l'engagement, en leurs noms et en celui des membres du directoire de ce département et de ce district, de fournir 240 livres par mois pendant tout le temps que durera la guerre. Ils déposent sur le bureau la somme de 240 livres en assignats pour le premier mois, (Vifs applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      accorde à ces citoyens les honneurs de la séance. accorde à ces citoyens les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      Un jeune homme est admis à la barre. Il offre, au nom des commis des bureaux du département de Seine-et-Marne et du district de Melun et au nom des inspectèurs et visiteurs des rôles, une somme de 120 livres en assignats. Il prend l'engagement de fournir la même somme tous les mois tant que durera la guerre. (Vifs applaudissements.) Un jeune homme est admis à la barre. Il offre, au nom des commis des bureaux du département de Seine-et-Marne et du district de Melun et au nom des inspectèurs et visiteurs des rôles, une somme de 120 livres en assignats. Il prend l'engagement de fournir la même somme tous les mois tant que durera la guerre. (Vifs applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      lui accorde les honneurs de la séance. lui accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      ...? 24 livres en argent; 2® sa soumission de donner 200 livres à la fin de chaque année pendant la durée de la guerre; 3° un projet d'adresse aux cito... 1° Lettre anonyme d'un citoyen qui envoie pçur offrande patriotique : 1? 24 livres en argent; 2® sa soumission de donner 200 livres à la fin de chaque année pendant la durée de la guerre; 3° un projet d'adresse aux citoyens et soldats étrangers. 11 finit ainsi sa lettre : « Somme totale, pas grand'...
      Locuteur: Tarbé
      ...nné son nom. Il envoie en don une boîte de montre d'or dont il désire que le prix ... 6° Lettre d'un citoyen qui n'a point donné son nom. Il envoie en don une boîte de montre d'or dont il désire que le prix soit employé à récompenser les déserteurs autrichiens. (Applaudissements.)
      Locuteur: Tarbé
      ...lée accepte ces offrandes et en décrète la mention honorable au procès-verbal dont... (L'Assemblée accepte ces offrandes et en décrète la mention honorable au procès-verbal dont un extrait sera envoyé à chacun des soumissionnaires.)
      Locuteur: Le Président
      ...L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extra... (L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extrait du procès-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      ...Assemblée accepte l'offre et en décrète la mention honorable au procès-verbal dont... (L'Assemblée accepte l'offre et en décrète la mention honorable au procès-verbal dont un extrait sera envoyé aux soumissionnaires.)
      Locuteur: Le Président
      Un de MM. les secrétaires donne lecture des l... Un de MM. les secrétaires donne lecture des lettres suivantes contenant des dons patriotiques :
      Locuteur: Le Président
      ...L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention au procès-verbal et renvoie le ... (L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention au procès-verbal et renvoie le projet
      « La rapidité et le courage avec lesquels vo...
      ...iration d'un peuple auquel elle a coûté de si longues années de troubles et de calamités ; si j'en excepte quelques âm...
      ...t pas d'être comptées, chaque individu, la masse entière de la nation, fait des vœux au ciel pour le succès de vos armes; et comment un peuple qui connaît et qui aime la liberté pourrait-il ne pas voir avec plaisir la (1) Archives nationales, Carton C 147, ...
      « La rapidité et le courage avec lesquels vous avez conquis votre liberté font l'étonnement et l'admiration d'un peuple auquel elle a coûté de si longues années de troubles et de calamités ; si j'en excepte quelques âmes esclaves ou vénales qui ne méritent pas d'être comptées, chaque individu, la masse entière de la nation, fait des vœux au ciel pour le succès de vos armes; et comment un peuple qui connaît et qui aime la liberté pourrait-il ne pas voir avec plaisir la (1) Archives nationales, Carton C 147, feuille, n° 222.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 409
      Locuteur: Le Président
      ...ui n'a pas donné son nom et qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, Ta somme de 24 livres en argent. 2° Lettre d'un citoyen qui n'a pas donné son nom et qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, Ta somme de 24 livres en argent.
      Locuteur: Le Président
      3° Lettre de M. Garreau, ancien boulanger à Versailles et officier de la reine, âgé de 80 ans, qui offre à la nation 8 écus de 6 livres en argent. 3° Lettre de M. Garreau, ancien boulanger à Versailles et officier de la reine, âgé de 80 ans, qui offre à la nation 8 écus de 6 livres en argent.
      Locuteur: Le Président
      4° Lettre de M. Daix, maître de langues, qui offre la somme de 50 livres en assignats destinée à récompenser ceux de nos ennemis qui abandonneront les drapeaux de la servitude, et la somme de 24 sols en numéraire, destinée à l'achat d'un exemplaire de la Constitution ou de l'Almanach du père Gérard qui sera donn... 4° Lettre de M. Daix, maître de langues, qui offre la somme de 50 livres en assignats destinée à récompenser ceux de nos ennemis qui abandonneront les drapeaux de la servitude, et la somme de 24 sols en numéraire, destinée à l'achat d'un exemplaire de la Constitution ou de l'Almanach du père Gérard qui sera donné à un soldat. Il désire que son exemple soit imité pour toute l'armée. (Applaud...
      Locuteur: Le Président
      5° Lettre des garçons de bureau attachés à VAssemblée nationale et de ceux employés pour la salle, qui offrent la somme de 900 livres par année à prendre sur leurs gages annuels pendant la durée de la guerre. 5° Lettre des garçons de bureau attachés à VAssemblée nationale et de ceux employés pour la salle, qui offrent la somme de 900 livres par année à prendre sur leurs gages annuels pendant la durée de la guerre.
      Locuteur: Le Président
      6° Lettre de M. Ozon, qui offre, en faveur du Trésor public, l'abandon de sa prétention à l'objet de liquidation et remboursement de son titre par brevet de maîtrise d'épicier-droguiste de la ville de Rouen, et remet la pièce principale en parchemin par lui s... 6° Lettre de M. Ozon, qui offre, en faveur du Trésor public, l'abandon de sa prétention à l'objet de liquidation et remboursement de son titre par brevet de maîtrise d'épicier-droguiste de la ville de Rouen, et remet la pièce principale en parchemin par lui souscrite et signée. {Applaudissements.).
      Locuteur: Le Président
      7° Lettre de M. Druillon, député de l'Assemblée constituante, qui fait don à la nation du montant de la liquidation qu'il a à répéter contre el...
      ...'échange qu'il possédait dans l'étendue de la paroisse d'Orchaise, district de Blois, département de Loir-et-Cher, lequel droit a été suppri...
      ...able, et dont les titres sont au bureau de liquidation n° 70. (Applaudissements.)
      7° Lettre de M. Druillon, député de l'Assemblée constituante, qui fait don à la nation du montant de la liquidation qu'il a à répéter contre elle pour raison d'un droit d'échange qu'il possédait dans l'étendue de la paroisse d'Orchaise, district de Blois, département de Loir-et-Cher, lequel droit a été supprimé et déclaré remboursable, et dont les titres sont au bureau de liquidation n° 70. (Applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      8° LeHre de M. Guérin, de la section Poissonnière, qui, après avoir ...
      ...'environ 400 livres que ses concitoyens de la rue Poissonnière firent à la nation, pour les frais de la guerre, envoie 8 louis en or pour être échangés contre des assignats de 5 livres. (Applaudissements.)
      8° LeHre de M. Guérin, de la section Poissonnière, qui, après avoir rappelé qu'il contribua l'année dernière pour 200 livres à un don d'environ 400 livres que ses concitoyens de la rue Poissonnière firent à la nation, pour les frais de la guerre, envoie 8 louis en or pour être échangés contre des assignats de 5 livres. (Applaudissements.)
      Locuteur: Le Président
      8° Lettre de M. Laubespine, qui désirant contribuer aux frais de guerre, remet à la nation, pour l'année courante, la pension de 540 livres qu'il a provisoirement obten... 8° Lettre de M. Laubespine, qui désirant contribuer aux frais de guerre, remet à la nation, pour l'année courante, la pension de 540 livres qu'il a provisoirement obtenue depuis très peu 'années.
      Locuteur: Le Président
      10° Lettre d'un citoyen de Paris, père de 9 enfants, et qui ne veut pas être connu. Il offre à la nàtion, pour les frais de la guerre, la somme de 50 livres en assignats. 10° Lettre d'un citoyen de Paris, père de 9 enfants, et qui ne veut pas être connu. Il offre à la nàtion, pour les frais de la guerre, la somme de 50 livres en assignats.
      Locuteur: Le Président
      11° Lettre de M. Dejajet qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, la somme de 12 livres en argent. 11° Lettre de M. Dejajet qui offre à la nation, pour les frais de la guerre, la somme de 12 livres en argent.
      Locuteur: Le Président
      12° Lettre de MM. Mopinot et Perronnet, âgés le' premier de 75 ans, le second de 80]ans, qui demandent d'être admis à la barre à" une séance du soir, pour faire...
      ...r l'emplacement des statues exécutées à la mémoire des Français qui se sont illust...
      12° Lettre de MM. Mopinot et Perronnet, âgés le' premier de 75 ans, le second de 80]ans, qui demandent d'être admis à la barre à" une séance du soir, pour faire hommage à l'Assemblée d'un ouvrage intitulé : Observations et propositions sur l'emplacement des statues exécutées à la mémoire des Français qui se sont illustrés par leurs actions.
      Locuteur: Le Président
      ...Assemblée décrète qu'ils seront admis à la barre à la séance de ce soir (1). (L'Assemblée décrète qu'ils seront admis à la barre à la séance de ce soir (1).
      Locuteur: Le Président
      Une députation des vainqueurs de la Bastille est admise à la barre. Une députation des vainqueurs de la Bastille est admise à la barre.
      Locuteur: Le Président
      L'orateur de la députation demande que l'Assemblée forme une légion des hommes qui ont pris la Bastille, au nombre desquels seront les... L'orateur de la députation demande que l'Assemblée forme une légion des hommes qui ont pris la Bastille, au nombre desquels seront les braves gardes françaises et tous les citoyens soldats et les soldats citoyens q...
      Locuteur: Le Président
      accorde à la députation les honneurs de la séance. accorde à la députation les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      Un de MM. les secrétaires donne lecture d'une pétition des vétérans de Paris, qui demandent qu'il soit formé. 3 divisions des vétérans de de l'Empire, pour aller mêler leur sang à celui des défenseurs de la patrie sur les frontières, et qu'il soi... Un de MM. les secrétaires donne lecture d'une pétition des vétérans de Paris, qui demandent qu'il soit formé. 3 divisions des vétérans de de l'Empire, pour aller mêler leur sang à celui des défenseurs de la patrie sur les frontières, et qu'il soit pris dans chaque département, 24 vétérans par bataillon, lesquels s'habilleron...
      Locuteur: Le Président
      1° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui adresse à l'Assemblée, avec son avis, les pièces Relatives à la demande formée par la commune d'Anjou, département de l'Isère, pour être autorisée à acquérir...
      ...ives, une salle d'assemblée, et un lieu de détention pour la police municipale.
      1° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui adresse à l'Assemblée, avec son avis, les pièces Relatives à la demande formée par la commune d'Anjou, département de l'Isère, pour être autorisée à acquérir une maison, dans laquelle on puisse établir des archives, une salle d'assemblée, et un lieu de détention pour la police municipale.
      Locuteur: Le Président
      2° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui envoie à l'Assemblée une pétition de la commune de Jeux-lès-Bards, département de la Gôte-d'Or, district de Semur, canton d'Epoisse, qui demande d'être réunie au canton de Mou-tier-Saint-Jean, avec un arrêté du directoire du département, qui est d'avis de cette réunion. 2° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui envoie à l'Assemblée une pétition de la commune de Jeux-lès-Bards, département de la Gôte-d'Or, district de Semur, canton d'Epoisse, qui demande d'être réunie au canton de Mou-tier-Saint-Jean, avec un arrêté du directoire du département, qui est d'avis de cette réunion.
      Locuteur: Le Président
      ...à ses comités d'instruction publique et de législation réunis.) d'adresse à ses comités d'instruction publique et de législation réunis.)
      Locuteur: Le Président
      ...Assemblée accepte l'offre et en décrète la mention honorable au procès-verbal.) (L'Assemblée accepte l'offre et en décrète la mention honorable au procès-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      ...lée accepte ces offrandes et en décrète la mention honorable au procès-verbal .don... (L'Assemblée accepte ces offrandes et en décrète la mention honorable au procès-verbal .dont un extrait sera adressé aux soumissionnaires.)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée accepte l'offre et la renonciation, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extr... (L'Assemblée accepte l'offre et la renonciation, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extrait du procès-verbal,)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée accepte ce don, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extr... (L'Assemblée accepte ce don, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extrait du procès-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      ...L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extr...
      ...cès-verbal, et renvoie pour l'échange à la Trésorerie nationale.)
      (L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable, et l'envoi d'un extrait du procès-verbal, et renvoie pour l'échange à la Trésorerie nationale.)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée accepte le don, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extra... (L'Assemblée accepte le don, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extrait du procès'-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      ...L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extra... (L'Assemblée accepte l'offre, en décrète la mention honorable et l'envoi d'un extrait du procès-verbal.)
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition au comité militaire.) (L'Assemblée renvoie la pétition au comité militaire.)
      Locuteur: Le Président
      Un de MM. les secrétaires donne lecture des l... Un de MM. les secrétaires donne lecture des lettres suivantes :
      Locuteur: Le Président
      ...ssemblée renvoie cet'e lettre au comité de l'extraordinaire des finances.) (L'Assemblée renvoie cet'e lettre au comité de l'extraordinaire des finances.)
      ...ssemblée renvoie cette lettre au comité de division.) (1) Cette séance n'a pas eu ...
      ...au matin, page 369, une première lettre de MM. Mopinot et Perronnet sur le même su...
      (L'Assemblée renvoie cette lettre au comité de division.) (1) Cette séance n'a pas eu lieu. Voy. ci-dessus séance du mercredi 25 avril au matin, page 369, une première lettre de MM. Mopinot et Perronnet sur le même sujet.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 410
      Locuteur: Le Président
      3° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui annonce à l'Assemblée ...
      ... a approuvé, par une proclamation du 22 de cë mois, un arrêté du directoire du département de la Corse du 14 mars dernier, qui a suspendu de leurs fonctions MM. Savelii, Fondàri et...
      ...reurs syndics du directoire du district de l'île Rousse, pour avoir, à l'occasion de l'emprisonnement d'un particulier, ordo...
      ...ures plus propres à troubler l'ordre et la tranqnillué publique, qu'à les rétablir...
      3° Lettre de M. Roland, ministre de l'intérieur, qui annonce à l'Assemblée que le roi a approuvé, par une proclamation du 22 de cë mois, un arrêté du directoire du département de la Corse du 14 mars dernier, qui a suspendu de leurs fonctions MM. Savelii, Fondàri et Marini, administrateurs; et Nobîli, Savelii, procureurs syndics du directoire du district de l'île Rousse, pour avoir, à l'occasion de l'emprisonnement d'un particulier, ordonné, par le maire du lieu, tenu une conduite, et pris des mesures plus propres à troubler l'ordre et la tranqnillué publique, qu'à les rétablir, et pour avoir refusé d'obéir aux ordres réitérés au directoire du département.
      Locuteur: Le Président
      4° Lettre de M. Lacoste, ministre de la marine, qui prie l'Assemblée de porter les décrets nécessaires pour compléter le corps militaire de la marine, et lui soumet une question dont la solution est, dit-il, instante pour le mettre en état de former les états-majors des bâtiments én armement et de ceux qui peuvent y être incessamment; c... 4° Lettre de M. Lacoste, ministre de la marine, qui prie l'Assemblée de porter les décrets nécessaires pour compléter le corps militaire de la marine, et lui soumet une question dont la solution est, dit-il, instante pour le mettre en état de former les états-majors des bâtiments én armement et de ceux qui peuvent y être incessamment; cette lettre est ainsi conçue (1) :
      Locuteur: Le Président
      , Pan IVe de la liberté. , Pan IVe de la liberté.
      Locuteur: Le Président
      ...uvera certainement le motif et l'excuse de, mes instances réitérées, pour obtenir les lois qui doivent me mettre en état de compléter le corps militaire de la marine, dans le devoir qui m'est imposé d'assurer le service de l'armée navale, quel que soit le développement de forces que les circonstances puissent e... « L'Assemblée nationale trouvera certainement le motif et l'excuse de, mes instances réitérées, pour obtenir les lois qui doivent me mettre en état de compléter le corps militaire de la marine, dans le devoir qui m'est imposé d'assurer le service de l'armée navale, quel que soit le développement de forces que les circonstances puissent exiger.
      Locuteur: Le Président
      « Le résultat de la revue du 15 mars dernier laisse un grand vide dans le corps des officiers de vaisseau; j'attends la loi que j'ai sollicitée par mes lettres des 7 .et 23 de ce mois, et qui doit déterminer les moy...
      ...'Assemblée nationale une question, dont la solution est instante pour me mettre en état de former lés états-majors des bâtiments en armement, et de ceux qui peuvent y être mis incessammen...
      « Le résultat de la revue du 15 mars dernier laisse un grand vide dans le corps des officiers de vaisseau; j'attends la loi que j'ai sollicitée par mes lettres des 7 .et 23 de ce mois, et qui doit déterminer les moyens d'v pourvoir ; mais en attendant, je dois soumettre à l'Assemblée nationale une question, dont la solution est instante pour me mettre en état de former lés états-majors des bâtiments en armement, et de ceux qui peuvent y être mis incessamment.
      Locuteur: Le Président
      ...mai 1791 ont fixé le nombre d'officiers de chaque grade, et le mode suivant lequel...
      ...ir. Des démissions données au moment où la liste de la nouvelle formation allait paraître,la nécessité de réserver, dans les divers grades un certain nombre de places, pour des officiers .dont les se...
      « Les lois du 15 mai 1791 ont fixé le nombre d'officiers de chaque grade, et le mode suivant lequel le roi devait le remplir. Des démissions données au moment où la liste de la nouvelle formation allait paraître,la nécessité de réserver, dans les divers grades un certain nombre de places, pour des officiers .dont les services n'étaient pas alors assez connus, ont fait laisser vacantes sur cette lis...
      Locuteur: Le Président
      Le roi avait alors le droit de compléter ces grades : si l'Assemblée pense qu'il peut en user encore sans attendre la loi pour les remplacer, nécessités par le résultat de la revue du 15 mars, je prendrai surië-chàmp les ordres de Sa Majesté, et les difficultés que j'ép... Le roi avait alors le droit de compléter ces grades : si l'Assemblée pense qu'il peut en user encore sans attendre la loi pour les remplacer, nécessités par le résultat de la revue du 15 mars, je prendrai surië-chàmp les ordres de Sa Majesté, et les difficultés que j'éprouve pour les armements s'évanouiront.
      Locuteur: Le Président
      « Le ministre de la marine, « Le ministre de la marine,
      Locuteur: Le Président
      ... Lettre du procureur syndic du district de Boïs-commun qui envoie à l'Assemblée copie du procès-verbal dressé par le directoire de ce district sur les causes qui ont occasionné la désertion de 5 citoyens engagés devant la municipalité de Bois commun. 6° Lettre du procureur syndic du district de Boïs-commun qui envoie à l'Assemblée copie du procès-verbal dressé par le directoire de ce district sur les causes qui ont occasionné la désertion de 5 citoyens engagés devant la municipalité de Bois commun.
      Locuteur: Le Président
      ...ui demande que l'Assemblée prononce sur la conduite tenue parla municipalité de Hazebrouck relativement aux troubles qu... -7° Lettre du directoire du département du Nord qui demande que l'Assemblée prononce sur la conduite tenue parla municipalité de Hazebrouck relativement aux troubles qui ont eu lieu dans cette ville; cette lettre est ainsi conçue :
      Locuteur: Le Président
      ...ous avons rendu compte à M. le ministre de l'intérieur des émeutes populaires qui ...
      ...tion est arrivée les 2 et 3 avril, lors de la mise en activité de la nouvelle garde nationale; et nous ne pouvons vous dissimuler que la négligence du corps municipal à déployer la force publique le il mars, a enhardi les brigands, et a préparé la désobéissance à la loi, dont l'ancienne garde nationale s'...
      ...vril. Le chef des rebelles et plusieurs de ses complices sont-arrêtés; le tribunal...
      ...ice. Il vous reste à juger laf conduite de la municipalité; c'est au Corps législatif qu'il appartient de prononcer; c'est à lui seul que l'article 28 de la loi 1791 défère le droit de juger le délit public. Si le maire d'Ha...
      ...ésentés aux rebelles avec cette fermeté de caractère dont les administrateurs du d...
      ...t donné l'exemple; s'ils avaient requis la troupe de ligne présente, au refus de la garde nationale, de dissiper les factieux, nous n'en doutons pas, force serait restée à la loi ; vous en jugerez vous-même, Monsie...
      ...par les pièces que nous avons l'honneur de vous envoyer, et que nous vous prions de mettre sous les yeux du Corps législati...
      « Nous avons rendu compte à M. le ministre de l'intérieur des émeutes populaires qui ont eu lieu à Hazebrouck les 11 et 13 février; les grains y ont été pillés; nous lui avons fait parvenir le double des pièces. Une seconde insurrection est arrivée les 2 et 3 avril, lors de la mise en activité de la nouvelle garde nationale; et nous ne pouvons vous dissimuler que la négligence du corps municipal à déployer la force publique le il mars, a enhardi les brigands, et a préparé la désobéissance à la loi, dont l'ancienne garde nationale s'est rendue coupable le 2 et le 3 avril. Le chef des rebelles et plusieurs de ses complices sont-arrêtés; le tribunal criminel en fera justice. Il vous reste à juger laf conduite de la municipalité; c'est au Corps législatif qu'il appartient de prononcer; c'est à lui seul que l'article 28 de la loi 1791 défère le droit de juger le délit public. Si le maire d'Hazebrouck, si les otficiers municipaux s'étaient présentés aux rebelles avec cette fermeté de caractère dont les administrateurs du district leur avaient donné l'exemple; s'ils avaient requis la troupe de ligne présente, au refus de la garde nationale, de dissiper les factieux, nous n'en doutons pas, force serait restée à la loi ; vous en jugerez vous-même, Monsieur le président, par les pièces que nous avons l'honneur de vous envoyer, et que nous vous prions de mettre sous les yeux du Corps législatif.
      Locuteur: Le Président
      ...tte lettre aux commissaires inspecteurs de la salle.) ^L'Assemblée renvoie cette lettre aux commissaires inspecteurs de la salle.)
      Locuteur: Le Président
      « Une place vice-amiral. « Une place vice-amiral.
      Locuteur: Le Président
      « Six de capitaines de vaisseau. « Six de capitaines de vaisseau.
      Locuteur: Le Président
      « Soixante de lieutenants. « Soixante de lieutenants.
      Locuteur: Le Président
      ...ssemblée renvoie cette lettre au comité de marine pour en faire incessamÉnent lé r... (L'Assemblée renvoie cette lettre au comité de marine pour en faire incessamÉnent lé râpport.)
      Locuteur: Le Président
      5° Lettre de M. Duverger, capitaine au 43e régiment ...
      ...e relatif au remplacement des officiers de l'armée.
      5° Lettre de M. Duverger, capitaine au 43e régiment d'infanterie, qui adresse à l'Assemblée, un mémoire relatif au remplacement des officiers de l'armée.
      Locuteur: Le Président
      ...emblée renvoie cette lettre aux comités de surveillance et de législation, réunis.) (L'Assemblée renvoie cette lettre aux comités de surveillance et de législation, réunis.)
      Locuteur: Le Président
      ...ys, qui dénonce un abus du contre-seing de l'Assemblée nationale, à l'ombre duquel on a fait passer à un membre de ce directoire lin prétendu bref de l'évêque de Rome. 8° Lettre du directoire du district des Andelys, qui dénonce un abus du contre-seing de l'Assemblée nationale, à l'ombre duquel on a fait passer à un membre de ce directoire lin prétendu bref de l'évêque de Rome.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 411
      Locuteur: Le Président
      rectoire du département de Rhône-et-Loire, par laquelle ils annonc...
      ... par les papiers publics, que le comité de surveillance avait fait un rapport contre eux (1), ils espèrent de la justice de l'Assemblée qu'elle voudra bien leur do...
      ..., et ne laisser à leurs accusateurs que la honte de la calomnie.
      rectoire du département de Rhône-et-Loire, par laquelle ils annoncent qu'ayant appris, par les papiers publics, que le comité de surveillance avait fait un rapport contre eux (1), ils espèrent de la justice de l'Assemblée qu'elle voudra bien leur donner un temps convenable pour établir leur justification, et ne laisser à leurs accusateurs que la honte de la calomnie.
      Locuteur: Goupilleau
      Si l'on veut attendre la justification des administrateurs du département de Rhône-et-Loire, on perdra un temps très... Si l'on veut attendre la justification des administrateurs du département de Rhône-et-Loire, on perdra un temps très considérable.
      Locuteur: Caminet
      ...qu'il puisse entrer dans les intentions de 1 Assemblée de vouloir que des personnes accusées, sur...
      ... Je m'étonne queM.Goupilleau s'oppose à la demande des administrateurs de Rhône-et-Loire. Ils sont innocents ou i...
      ... par lesquels vous jugerez qui d'eux ou de la municipalité a enfreint les lois. Je ne...
      ...réjuger ni en leur faveur, ni en faveur de la municipalité qui lésa dénoncés; mais je...
      ... leur accordiez au moins 15 jours avant la discussion du projet de décret que vous a présenté M. Fauchet.
      Je ne pense pas qu'il puisse entrer dans les intentions de 1 Assemblée de vouloir que des personnes accusées, surtout lorsqu'il s'agit d'administrateurs, soient jugées sans avoir: été entendues. Je m'étonne queM.Goupilleau s'oppose à la demande des administrateurs de Rhône-et-Loire. Ils sont innocents ou ils sont coupables. Ils vous apporteront des arrêtés par lesquels vous jugerez qui d'eux ou de la municipalité a enfreint les lois. Je ne prétends rien préjuger ni en leur faveur, ni en faveur de la municipalité qui lésa dénoncés; mais je demande que vous leur accordiez au moins 15 jours avant la discussion du projet de décret que vous a présenté M. Fauchet.
      Locuteur: Goupilleau
      Je ne m'oppose pas à la demande des administrateurs; mais je propose qu'ils soient tenus de se justifier» dans le plus court délai ... Je ne m'oppose pas à la demande des administrateurs; mais je propose qu'ils soient tenus de se justifier» dans le plus court délai possible.
      Locuteur: Goupilleau
      (L'Assemblée renvoie la lettre au comité de surveillance et ajourne à quinzaine la discussion du rapport et du projet de décret.) (L'Assemblée renvoie la lettre au comité de surveillance et ajourne à quinzaine la discussion du rapport et du projet de décret.)
      Locuteur: Goupilleau
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'agriculture et militaire ...
      ... dispositions relativés aux préparatifs de la guerre, ne peuvent éprouver aucun retar...
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'agriculture et militaire réunis, considérant que toutes les dispositions relativés aux préparatifs de la guerre, ne peuvent éprouver aucun retard, décrète qu'il y a urgence. »
      Locuteur: Goupilleau
      ...e que le décret définitif, qui est sous la date du 18 avril, soit rapporté et daté de ce jour 26. Un autre membre demande que le décret définitif, qui est sous la date du 18 avril, soit rapporté et daté de ce jour 26.
      Locuteur: Goupilleau
      frontières, et de ceux qui se trouveront à la proximité des armées, nommeront, dans la huitaine delà publication du présent dé...
      ...officier municipal, lè nombre des bêtes de somme ou de trait, des chariots et charrettes exist...
      frontières, et de ceux qui se trouveront à la proximité des armées, nommeront, dans la huitaine delà publication du présent décret, des commissaires pour constater, en présence d'iin officier municipal, lè nombre des bêtes de somme ou de trait, des chariots et charrettes existants chez chaque particulier.
      Locuteur: Goupilleau
      ...res, il sera dressé par les directoires de département, un tableau contenant sous plusieurs colonnes les noms de Chaque municipalité, ceux de chaque particulier ayant des bêtes de trait ou de somme, le nombre total de ce qu'il en aura, et la part contributive qu'il fournira lorsqu... . « Sur le rapport desdits commissaires, il sera dressé par les directoires de département, un tableau contenant sous plusieurs colonnes les noms de Chaque municipalité, ceux de chaque particulier ayant des bêtes de trait ou de somme, le nombre total de ce qu'il en aura, et la part contributive qu'il fournira lorsqu'il en sera requis.
      Locuteur: Goupilleau
      « Les directoires de département détermineront définitivemen...
      ...eaux et tarifs sera adressé au ministre de la guerre.
      « Les directoires de département détermineront définitivement, d'après les observations des municipalités et sur l'avis des districts, le prix à accorder pour le loyer des chevaux et voitures : le double ae ces tableaux et tarifs sera adressé au ministre de la guerre.
      Locuteur: Goupilleau
      « Les voitures seront fournies sur la réquisition des commissaires ordonnateurs, d'après les ordres des directoires de district, qui en rendront compte aussitôt aux directoires de département. « Les voitures seront fournies sur la réquisition des commissaires ordonnateurs, d'après les ordres des directoires de district, qui en rendront compte aussitôt aux directoires de département.
      Locuteur: Goupilleau
      « Les loyers de voitures et chevaux seront acquittés à la fin de chaque convoi, d'après les ordres des c... « Les loyers de voitures et chevaux seront acquittés à la fin de chaque convoi, d'après les ordres des commissaires ordonnateurs, et indépendamment du prix desdits loyers, les fourrage...
      Locuteur: Goupilleau
      ...voitures seront indemnisés ; le montant de leur indemnité sera déterminé par les c...
      ...près l'estimation qui en sera faite par la municipalité du lieu du domicile du pro...
      « Les propriétaires qui auraient perdu des chevaux ou voitures seront indemnisés ; le montant de leur indemnité sera déterminé par les corps administratifs, sur le certificat au chef du convoi, et d'après l'estimation qui en sera faite par la municipalité du lieu du domicile du propriétaire.
      Locuteur: Goupilleau
      « Les particuliers seront tenus de donner aussitôt qu'ils en seront requis, à la municipalité du lieu de leur domicile, la déclaration des pailles et fourrages qu...
      ...état qu'elles enverront aux directoires de district et les directoires de district aux départements, et ceux-ci e...
      « Les particuliers seront tenus de donner aussitôt qu'ils en seront requis, à la municipalité du lieu de leur domicile, la déclaration des pailles et fourrages qu'ils auront en totalité, et celle qu'ils pourront vendre, desquelles déclarations les municipalités dresseront un état qu'elles enverront aux directoires de district et les directoires de district aux départements, et ceux-ci en rendront compte aussitôt au pouvoir exécutif. »
      Locuteur: Cavellier
      , au nom du comité de marine> fait un rapport et présente un projet de décret relatif au payement des appointements des officiers de la marine-, il s'exprime ainsi : , au nom du comité de marine> fait un rapport et présente un projet de décret relatif au payement des appointements des officiers de la marine-, il s'exprime ainsi :
      Locuteur: Goupilleau
      ...ue le procès-verbal ne fait mention que de deux lectures du projet de décret, rendu le 18 de ce mois, (2) au nom des comités militai...
      ...ulture, concernant quelques préparatifs de guerre relatif s aux charrois et fourrages dans les départements frontières. Il propose de réparer cette omission par un décret d'...
      Un membre, au nom du comité des décrète, observe que le procès-verbal ne fait mention que de deux lectures du projet de décret, rendu le 18 de ce mois, (2) au nom des comités militaire et d'agriculture, concernant quelques préparatifs de guerre relatif s aux charrois et fourrages dans les départements frontières. Il propose de réparer cette omission par un décret d'urgence.
      Locuteur: Goupilleau
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'agriculture et militaire ...
      ... dispositions relatives aux préparatifs de guerre ne peuvent éprouver aucun retard...
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités d'agriculture et militaire réunis, considérant que toutes les dispositions relatives aux préparatifs de guerre ne peuvent éprouver aucun retard, décrète qu'il y a urgence.
      Locuteur: Cavellier
      ...ieurs, vous avez renvoyé à votre comité de marine une lettre du ministre de ce département, par laquelle il soumet ... Messieurs, vous avez renvoyé à votre comité de marine une lettre du ministre de ce département, par laquelle il soumet une difficulté qui lui a été présentée. Gette difficulté consiste à
      ...ril 1792, au soir, page 44, le rapport .de M. Fauchet. ... corps administratifs des départements (1) Voy. ci-dessus, séance du mardi 17 avril 1792, au soir, page 44, le rapport .de M. Fauchet.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 412
      Locuteur: Cavellier
      ...voir si les officiers qui ont eu part à la revue du 15 mars dernier, ou qui ont justifié des causes légitimes de leur absence, toucheront le traitement de leur nouveau grade, à compter du 1er ja...
      ...par le roi ; ou du jour ae l'expédition de leurs brevets; ou bien si leur nouveau traitement ne courra que du jour de la revue. Votre comité observe que, suivan...
      ...jour, les officiers attachés au service de la. marine ont été payés du traitement qui était affecté à leur grade, à compter de l'époque de leurs brevets. Il observe que cet usage est conforme à la justice, parce qu'il est naturel qu'un ...
      ... retard. En conséquence, il a l'honneur de vous proposer le décret suivant :
      savoir si les officiers qui ont eu part à la revue du 15 mars dernier, ou qui ont justifié des causes légitimes de leur absence, toucheront le traitement de leur nouveau grade, à compter du 1er janvier, date sous laquelle il a été annoncé, par le roi ; ou du jour ae l'expédition de leurs brevets; ou bien si leur nouveau traitement ne courra que du jour de la revue. Votre comité observe que, suivant l'usage qui a constamment été suivi jusqu'à ce jour, les officiers attachés au service de la. marine ont été payés du traitement qui était affecté à leur grade, à compter de l'époque de leurs brevets. Il observe que cet usage est conforme à la justice, parce qu'il est naturel qu'un fonctionnaire quelconque ait un . grade, dès l'instant qu'il y a été élevé. Votr...
      ...injuste que des officiers restés fidèles à leur serment, souffrissent le moindre retard. En conséquence, il a l'honneur de vous proposer le décret suivant :
      Locuteur: Cavellier
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de marine, considérant que le payement des appointements des officiers de la marine est suspendu, décrète qu'il y a ... « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de marine, considérant que le payement des appointements des officiers de la marine est suspendu, décrète qu'il y a urgence. »
      Locuteur: Cavellier
      ...ers delà marine qui se sont présentes à la revue du 15 mars ou aui ne se sont dispensés de .s'y trouver que pour es causes légitim...
      ..., à compter du 1er janvier 1792, époque de l'expédition de leurs brevets. »
      « L'Assemblée nationale, après avoir décrété l'urgence, décrète que les officiers delà marine qui se sont présentes à la revue du 15 mars ou aui ne se sont dispensés de .s'y trouver que pour es causes légitimes et prouvées, toucheront les appointements attachés à leur nouveau grade, à compter du 1er janvier 1792, époque de l'expédition de leurs brevets. »
      Locuteur: Mulot
      Dernièrement j'ai eu l'honneur de prier l'Assemblée de vouloir bien autoriser les directoires de département à payer les secours annuels...
      ...e payés à des maisons religieuses, dont la liquidation n'est pas faite. L'Assemblé...
      ...u 1er janvier 1792. Dans le département de Paris il y a plusieurs maisons religieuses dont la liquidation n'est pas faite, et je trou...
      ...ue le décret soit prorogé pour le resté de cette année.
      Dernièrement j'ai eu l'honneur de prier l'Assemblée de vouloir bien autoriser les directoires de département à payer les secours annuels qui doivent être payés à des maisons religieuses, dont la liquidation n'est pas faite. L'Assemblée passa à l'ordre du jour motivé, sur ce qu'il existait une loi. Cette loi existait effectivement, elle est du 17 mars 1791 ; maïs elle borne le délai au 1er janvier 1792. Dans le département de Paris il y a plusieurs maisons religieuses dont la liquidation n'est pas faite, et je trouve qu'il y a des religieuses auxquelles on ne donne que 18 livres par tête tous ...
      ...driez sûrement pas, Messieurs, qu'elles fussent aussi maltraitées ; je demande que le décret soit prorogé pour le resté de cette année.
      Locuteur: Marant
      Plusieurs membres demandent que la motion de M. Mulot soit renvoyée au comité de l'ordinaire des finances pour le rappor... Plusieurs membres demandent que la motion de M. Mulot soit renvoyée au comité de l'ordinaire des finances pour le rapport en être fait. samedi.
      Locuteur: Marant
      ..., après avoir décrété l'urgence, adopte la motion de M. Mulot avec l'amendement de M. Marant.) En conséquence, le décret s... (L'Assemblée décide que le décret sera rendu sur-le-champ, puis, après avoir décrété l'urgence, adopte la motion de M. Mulot avec l'amendement de M. Marant.) En conséquence, le décret suivant est rendu :
      Locuteur: Marant
      ...nant les secours à donner à des maisons de religieuses, sera prorogé pour l'année 1792, en faveur de celles de ces maisons qui auront présenté leurs comptes et se seront mises en règle pour la liquidation. ... que le décret du 17 mars 1791, sanctionné par le roi le 27 du même mois, concernant les secours à donner à des maisons de religieuses, sera prorogé pour l'année 1792, en faveur de celles de ces maisons qui auront présenté leurs comptes et se seront mises en règle pour la liquidation.
      Locuteur: Marant
      ...embre demande que l'Assemblée détermine la somme qui doit être appliquée à l'éducation des deux jumeaux du département de la Drôme, les frères Pierre et Joseph Fran... Un membre demande que l'Assemblée détermine la somme qui doit être appliquée à l'éducation des deux jumeaux du département de la Drôme, les frères Pierre et Joseph Franques, qu'elle a confiés aux soins du peintre David, par décret du 15 janvier der...
      Locuteur: Marant
      (L'Assemblée décrète que le rapport de cette affaire lui sera fait dans la séance du vendredi soir, 27 de ce mois.)./ (L'Assemblée décrète que le rapport de cette affaire lui sera fait dans la séance du vendredi soir, 27 de ce mois.)./
      Locuteur: Goupilleau
      Je demande la parole pour une motion d'ordre : hier soir l'Assemblée a été forcée de lever sa séance de très bonne heure, cet inconvénient aura... Je demande la parole pour une motion d'ordre : hier soir l'Assemblée a été forcée de lever sa séance de très bonne heure, cet inconvénient aura lieu tant que vous aurez séance tous les soirs, parce qu'il n'est pas possible ...
      Locuteur: Dumolard
      Je suis de l'avis du préopinant ; mais je ne crois...
      ...que vous deviez vous enchaîner au point de n'avoir que. 3 séances le soir par semaine. Ce n'est pas dans un moment où la guerre exige des décisions continuelles...
      ...s au moins tous les deux jours. Quant à la séance d'hier soir, ce ne sont point le...
      ...ue moins nombreuse; si tous les membres de l'Assemblée s'étaient rendus ici, et n'...
      ...ociété étrangère, nous aurions été plus de 200. Je demande donc l'ordre du jour sur la proposition de M. Goupil-leau. (Vifs applaudissements ...
      Je suis de l'avis du préopinant ; mais je ne crois pas comme lui que vous deviez vous enchaîner au point de n'avoir que. 3 séances le soir par semaine. Ce n'est pas dans un moment où la guerre exige des décisions continuelles du€orps législatif, qu'on peut nous priver d'avoir des séances ;ie ne dis pas tous les jours, mais au moins tous les deux jours. Quant à la séance d'hier soir, ce ne sont point les comités qui l'ont rendue moins nombreuse; si tous les membres de l'Assemblée s'étaient rendus ici, et n'étaient pas allés dans une société étrangère, nous aurions été plus de 200. Je demande donc l'ordre du jour sur la proposition de M. Goupil-leau. (Vifs applaudissements dans l'Assemblée et dans les tribunes. — Quelques rires et murmures.)
      Locuteur: Goupilleau
      ... séances du soir; mais s'il arrive dans la semaine des occasions extraordinaires, ...
      ...extraordinaire, nous ne pouvons refuser de la tenir.
      Un membre ; Le règlement ne porte effectivement que 3 séances du soir; mais s'il arrive dans la semaine des occasions extraordinaires, et si elles semblent exiger une séance extraordinaire, nous ne pouvons refuser de la tenir.
      Locuteur: Marant
      Je consens que la loi soit prorogée, mais qu'elle ne puis...
      ...mptes, et se seront mises en règle pour la liquidation.
      Je consens que la loi soit prorogée, mais qu'elle ne puisse l'être que pour les religieuses qui auront rendu leurs comptes, et se seront mises en règle pour la liquidation.
      Locuteur: Goupilleau
      ...rer le vide des séances dont je demande la suppression, je propose que la séance commence tous les matins à 9 heu... ...u et qu'il n'y ait que deux ou trois séances du soir par semaine. Mais pour réparer le vide des séances dont je demande la suppression, je propose que la séance commence tous les matins à 9 heures; que jusqu'à 10 heures on fasse leçture des adresses et des motions d'ordre,...
      , au nom du comité de l'ordinaire des finances, présente la rédaction du décret rendu dans la séance d'hier matin (2) relatif à l'éch... , au nom du comité de l'ordinaire des finances, présente la rédaction du décret rendu dans la séance d'hier matin (2) relatif à l'échange du numéraire contre les assignats, (1) Voy. Archives parlementaires, 1" sér...

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 413
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      à la trésorerie nationale, ou chez les receveurs de district (1). Elle est ainsi conçue : à la trésorerie nationale, ou chez les receveurs de district (1). Elle est ainsi conçue :
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finances, sur la délibération prise par les commissaires de la trésorerie nationale, d'après la demande d'un grand nombre de citoyens qui se sont'adressés au Trésor...
      ... d'égale valeur d'assignats; approuvant la délibération des commissaires de la trésorerie nationale, et considérant qu'il importe de faciliter à tous les citoyens de l'Empire aes moyens de donner une nouvelle preuve de leur zèle pour la patrie et la liberté, décrète qu'il y a urgence.
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finances, sur la délibération prise par les commissaires de la trésorerie nationale, d'après la demande d'un grand nombre de citoyens qui se sont'adressés au Trésor public, pour y porter des espèces en échange d'égale valeur d'assignats; approuvant la délibération des commissaires de la trésorerie nationale, et considérant qu'il importe de faciliter à tous les citoyens de l'Empire aes moyens de donner une nouvelle preuve de leur zèle pour la patrie et la liberté, décrète qu'il y a urgence.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...; ils tiendront un registre particulier de ces échanges, et fourniront à chaque particulier un bordereau de la somme qu'il aura échangée. Les registres d'échanges du receveur de district seront cotés et paraphés par le.direcr toire de district. ...e district, les receveurs échangeront également le numéraire qui leur sera porté; ils tiendront un registre particulier de ces échanges, et fourniront à chaque particulier un bordereau de la somme qu'il aura échangée. Les registres d'échanges du receveur de district seront cotés et paraphés par le.direcr toire de district.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...Art. 4. Lesdits receveurs adresseront à la trésorerie nationale, tous les 15 jours, un état certifié et visé par le directoire de district, des échanges qu'ils auront fa...
      ...rticuliers qui auront donné ces preuves de civisme. Ils en adresseront un duplicata au directoire de leur département : et ces états seront inscrits sur les registres des directoires de département.
      « Art. 4. Lesdits receveurs adresseront à la trésorerie nationale, tous les 15 jours, un état certifié et visé par le directoire de district, des échanges qu'ils auront faits, avec les noms des particuliers qui auront donné ces preuves de civisme. Ils en adresseront un duplicata au directoire de leur département : et ces états seront inscrits sur les registres des directoires de département.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      « Art. 5. La trésorerie nationale adressera tous les...
      ...'ailleurs, au directoire du département de Paris, l'état nominatif des personnes q...
      « Art. 5. La trésorerie nationale adressera tous les 15 jours à l'Assemblée nationale, un état du montant des échanges, opérés par l...
      ...ats qui leur auront été adressés par les receveurs du district. Elle adressera d'ailleurs, au directoire du département de Paris, l'état nominatif des personnes qui auront fait ces échanges au Trésor public, pour que cet état soit également i...
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      Art. 6. Les directoires de département feront imprimer chaque mois...
      ... se seront distinguées par cette preuve de dévouement pour la patrie.
      Art. 6. Les directoires de département feront imprimer chaque mois l'état nominatif des personnes qui se seront distinguées par cette preuve de dévouement pour la patrie.
      Locuteur: Caminet
      ...onsidérant l'approbation des opérations de la trésorerie nationale. Je pense qu'il faut supprimer du considérant l'approbation des opérations de la trésorerie nationale.
      Locuteur: Caminet
      (L'Assemblée adopte la motion de M. Caminet.) (L'Assemblée adopte la motion de M. Caminet.)
      Locuteur: Caminet
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finances, instruite que...
      ...en assignats; considérant qu'il importe de faciliter à tous les habitants de 1 Empire les moyens de donner cette nouvelle preuve de leur zèle pour la patrie et la liberté, décrète qu'il y a urgence.
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finances, instruite que plusieurs personnes se sont adressées au Trésor public pour y porter du numéraire en échange d'une égale valeur en assignats; considérant qu'il importe de faciliter à tous les habitants de 1 Empire les moyens de donner cette nouvelle preuve de leur zèle pour la patrie et la liberté, décrète qu'il y a urgence.
      Locuteur: Caminet
      ...le valeur; qu'ils tiendront un registre de ces échanges, et fourniront à chaque particulier un bordereau de la somme qu'il aura échangée. Ces registre... ... et d'argent qui lui seront apportés; qu'ils délivreront des assignats d'une égale valeur; qu'ils tiendront un registre de ces échanges, et fourniront à chaque particulier un bordereau de la somme qu'il aura échangée. Ces registres d'échange seront cotés et paraphés par le directoire du district.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...ale valeur d'assignats, qu'il sera tenu de leur délivrer. ...s d'or et d'argent ; et que les citoyens qui voudront échanger, recevront une égale valeur d'assignats, qu'il sera tenu de leur délivrer.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      .... 2. Il tiendra un registre particulier de ces échanges, et délivrera a chaque par... « Art. 2. Il tiendra un registre particulier de ces échanges, et délivrera a chaque particulier un bordereau du numéraire qu'il aura reçu.
      Locuteur: Lafon-Ladebat
      ...iculiers qui voudront s'engager à faire de pareils échanges, à termes fixes, seron...
      ...général du Trésor public et du receveur de district. L'état' de ces souscriptions, ainsi que l'abandon ...
      Art. 8. Les particuliers qui voudront s'engager à faire de pareils échanges, à termes fixes, seront admis à faire leurs souscriptions dans les mains du caissier général du Trésor public et du receveur de district. L'état' de ces souscriptions, ainsi que l'abandon des pensions et traitements qui seront offerts, seront joints à l'état des échan...
      Locuteur: Caminet
      La rédaction est adoptée. La rédaction est adoptée.
      Locuteur: Caminet
      ...le valeur en assignats, qu'il sera tenu de leur délivrer. ... matières d'or ou d'argent qu'on lui présentera pour les échanger contre une égale valeur en assignats, qu'il sera tenu de leur délivrer.
      Locuteur: Caminet
      « Qu'il tiendra un registre particulier de ces échanges, et qu'il délivrera à chaque particulier un bordereau signé de lui, du numéraire et matière d'or et d'... « Qu'il tiendra un registre particulier de ces échanges, et qu'il délivrera à chaque particulier un bordereau signé de lui, du numéraire et matière d'or et d'argent qu'il aura reçus.
      Locuteur: Caminet
      « Les bordereaux contiendront la nature des espèces et le poids des mati... « Les bordereaux contiendront la nature des espèces et le poids des matières d'or et d'argent qui auront été reçues, et ils ne seront point assujettis a...
      Locuteur: Caminet
      « Que lesdits receveurs adresseront à la Tré- « Que lesdits receveurs adresseront à la Tré-
      « Art. 7. Les receveurs de district tiendront aux ordres de la trésorerie nationale le numéraire qui a...
      ...u'au paiement des troupes et au service de la guerre ; on prendra les mesures nécessaires pour remplacer la valeur de ce numéraire dans les différentes caisses desdits (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 435, l'opinion et le projet de décret de M. Deliars sur le même objet.
      « Art. 7. Les receveurs de district tiendront aux ordres de la trésorerie nationale le numéraire qui aura été versé dans leur caisse. Il ne pourra être employé qu'au paiement des troupes et au service de la guerre ; on prendra les mesures nécessaires pour remplacer la valeur de ce numéraire dans les différentes caisses desdits (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 435, l'opinion et le projet de décret de M. Deliars sur le même objet.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 414
      Locuteur: Caminet
      « La Trésorerie nationale adressera tous les...
      ...e remettra au directoire du département de Paris l'état nominatif des personnes qu...
      « La Trésorerie nationale adressera tous les 15 jours à l'Assemblée nationale un état du montant des échanges opérés par le ...
      ...et des états qui lui auront été adressés par les receveurs des districts; et elle remettra au directoire du département de Paris l'état nominatif des personnes qui auront fait ces échanges au Trésor public, pourvu que cet état soit également ...
      Locuteur: Caminet
      ... se seront distinguées par cette preuve de dévouement pour la patrie. ...es départements feront imprimer, chaque mois, l'état nominatif des personnes qui se seront distinguées par cette preuve de dévouement pour la patrie.
      Locuteur: Caminet
      « Les receveurs de district tiendront aux ordres de la Trésorerie nationale le numéraire qui a...
      ...u'au payement des troupes et au service de la guerre; et elle prendra les mesures nécessaires pour remplacer la valeur de ce numéraire dans les différentes caiss...
      « Les receveurs de district tiendront aux ordres de la Trésorerie nationale le numéraire qui aura été versé dans leurs caisses, qui ne pourra être employé qu'au payement des troupes et au service de la guerre; et elle prendra les mesures nécessaires pour remplacer la valeur de ce numéraire dans les différentes caisses desdits receveurs, pour que le service particulier dont ils sont chargés n'ép...
      Locuteur: Emmery
      , Les comités diplomatique et de marine sont chargés de vous faire un rapport pour l'abolition de la course sur mer ; ce rapport intéressant...
      ...entendiez en ce moment; il nous importe de déclarer à l'Europe que nous ne faisons pas la guerre aux nations, mais aux despotes.
      , Les comités diplomatique et de marine sont chargés de vous faire un rapport pour l'abolition de la course sur mer ; ce rapport intéressant devait être présenté lundi; il est prêt. Je demande que Vous l'entendiez en ce moment; il nous importe de déclarer à l'Europe que nous ne faisons pas la guerre aux nations, mais aux despotes.
      Locuteur: Coustard
      Puisqu'il s'agit de Corsaires, je demande que l'affaire des prêtres passe la première et que le rapport du comité des Douze ait la priorité. (Rires et applaudissements.) Puisqu'il s'agit de Corsaires, je demande que l'affaire des prêtres passe la première et que le rapport du comité des Douze ait la priorité. (Rires et applaudissements.)
      Locuteur: Kersaint
      ...suis prêt à faire le rapport dont vient de parler M. Emmery, si l'Assemblée veut m'accorder la parole. Je suis prêt à faire le rapport dont vient de parler M. Emmery, si l'Assemblée veut m'accorder la parole.
      Locuteur: Aréna
      Il s'agit de fixer nos moyens de défense sur mer : déjà les ennemis ont ...
      ...oubler notre commerce. Il est important de savoir si on accordera à des particuliers des lettres de marque pour armer en course et protéger...
      ...-heure. Je demande que vous lui donniez la priorité.
      Il s'agit de fixer nos moyens de défense sur mer : déjà les ennemis ont fait des préparatifs pour troubler notre commerce. Il est important de savoir si on accordera à des particuliers des lettres de marque pour armer en course et protéger nos armateurs. Cette discussion ne durera qu'une demi-heure. Je demande que vous lui donniez la priorité.
      Locuteur: Rouyer
      ...es corsaires. Le préopinant affirme que la discussion ne durera pas plus d'une dem...
      ...ue 1 Assemblée n'adoptera pas le projet de décret des comités diplomatique et de marine qui ne présente que l'apparence ...
      ... du jour, qui contient des objets importants, pour savoir s'il y aura, ou non, des corsaires. Le préopinant affirme que la discussion ne durera pas plus d'une demi-heure, et moi, je soutiens le contraire. Je suis persuadé que 1 Assemblée n'adoptera pas le projet de décret des comités diplomatique et de marine qui ne présente que l'apparence d'une fausse vertu, et une hypocrisie toute pure. Je demande qu'on passe à 1 ord...
      Locuteur: Rouyer
      ...blée passe à l'ordre du jour et accorde la priorité au rapport de Ja commission des Douze.) (L'Assemblée passe à l'ordre du jour et accorde la priorité au rapport de Ja commission des Douze.)
      Locuteur: Rouyer
      ...e que les propositions d'ajournement et de placement de rapports à l'ordre du jour ne puisse être reçues qu'à la première heure. (Appuyé! appuyé!) ' (L'...
      ...e demande qu'il n'y ait pas d'assemblée de comité pendant les séances du matin, à ...
      Un membre demande que les propositions d'ajournement et de placement de rapports à l'ordre du jour ne puisse être reçues qu'à la première heure. (Appuyé! appuyé!) ' (L'Assemblée décrète cette motion.) Un membre demande qu'il n'y ait pas d'assemblée de comité pendant les séances du matin, à moins que, pour des cas urgents, il n'en soit autrement ordonné par l'Assemblée ...
      Locuteur: Baignoux
      , au nom du comité de l'ordinaire des finances. Messieurs, j!ai à vous présenter un projet de décret sur la pétition de M. le maréchal Luckner relative à sa pe... , au nom du comité de l'ordinaire des finances. Messieurs, j!ai à vous présenter un projet de décret sur la pétition de M. le maréchal Luckner relative à sa pension. Je ne serai que 4 minutes à vous en développer les motifs. (Oui! oui!)
      Locuteur: Baignoux
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finan* ces, sur la pétition de M. le maréchal Luckner, empressée de donner à ce général un nouveau témoignage de ses sentiments, et voulant, sans aucun ...
      ...ire naître à son égard les dispositions de l'article 9 du titre 3 du décret du 3 a...
      « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de l'ordinaire des finan* ces, sur la pétition de M. le maréchal Luckner, empressée de donner à ce général un nouveau témoignage de ses sentiments, et voulant, sans aucun retard, lever h s difficultés que pourraient faire naître à son égard les dispositions de l'article 9 du titre 3 du décret du 3 août 1790, décrète qu'il y a urgence.
      Locuteur: Baignoux
      ...l'urgence, décrète que les commissaires de la Trésorerie nationale seront autorisés à payer à M. le maréchal Luckner la pension de 36,000 livres qui lui a été accordée le... « L'Assemblée nationale, après avoir décrété l'urgence, décrète que les commissaires de la Trésorerie nationale seront autorisés à payer à M. le maréchal Luckner la pension de 36,000 livres qui lui a été accordée le 20 j uin 1763, sans aucune retenue ni déduction. »
      Locuteur: Français
      (de Nantes), au nom de la commission des Douze, fait un rapport (... (de Nantes), au nom de la commission des Douze, fait un rapport (1) sur les troubles intérieurs du royaume; il s'exprime ainsi :
      Locuteur: Français
      ... plusieurs départements, s'est empressé de vous proposer des mesures locales, qui, en frappant quelques chefs de conjuration, dissipant les factions, donnant de la force aux administrations, et maintenant le respect dû à la loi, ont rétabli la paix dans ces 4épartements. Ce nouveau comité, frappé des maux qu'éprouvent plusieurs départements, s'est empressé de vous proposer des mesures locales, qui, en frappant quelques chefs de conjuration, dissipant les factions, donnant de la force aux administrations, et maintenant le respect dû à la loi, ont rétabli la paix dans ces 4épartements.
      Locuteur: Caminet
      ...personnes qui auront donné cette preuve de civisme; qu ils en remettront un duplicata au directoire leur département, et que ces états sero... ...s directoires des districts, des échanges qu'ils auront faits avec les noms des personnes qui auront donné cette preuve de civisme; qu ils en remettront un duplicata au directoire leur département, et que ces états seront inscrits sur les registres du département.
      Locuteur: Caminet
      ...iculiers qui voudront s'engager à faire de pareils échanges à terme fixe, seront a...
      ... et des receveurs des districts. L'état de Ces souscriptions, ainsi que de l'abandon des pensions ou traitements q...
      « Les particuliers qui voudront s'engager à faire de pareils échanges à terme fixe, seront admis à faire leurs souscriptions dans les mains du caissier général du Trésor public et des receveurs des districts. L'état de Ces souscriptions, ainsi que de l'abandon des pensions ou traitements qui seront offerts, seront joints aux états des échanges prescrits par les articl...
      Locuteur: Baignoux
      ...t un court rapport et propose le projet de décret suivant : M. le rapporteur fait un court rapport et propose le projet de décret suivant :
      Locuteur: Baignoux
      (L'Assemblée adopte ce projet de décret.) (L'Assemblée adopte ce projet de décret.)
      Locuteur: Français
      ...voulu connaître les causes des troubles de l'intérieur et en chercher les remèdes....
      ...nstitué dans votre sein une+coinmisSion de 12 membres choisis dans vos divers comi...
      ...t les moyens que présente chaque partie de l'administration publique.
      Messieurs, vous avez voulu connaître les causes des troubles de l'intérieur et en chercher les remèdes. Vous avez, en conséquence, institué dans votre sein une+coinmisSion de 12 membres choisis dans vos divers comités, pour réunir dans un foyer commun les éclaircissements et les moyens que présente chaque partie de l'administration publique.
      ...nérales, votre Comité a voulu connaître la véritable position du (1) Bibliothèque ... Passant ensuite aux mesures générales, votre Comité a voulu connaître la véritable position du (1) Bibliothèque nationale : Assemblée législative. Administration. tome I, n° 29.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 415
      Locuteur: Français
      ...levée ae 100,000 hommes que le cri seul de la liberté a faite en un jour; lorsque nous avons tant de peine à retenir cette bouillante ardeur, qui semble entrai ner la Franee libre sur l'Europe esclave ou ennemie; lorsque 10 millions de bras n'attendent que le premier coup de canon pour aller délivrer les peuples q...
      ...après avoir payé à l'humanité ce tribut de sensibilité, nous avons considéré de sang-froid les causes de ces troubles, nous n'y avons trouvé aucun caractère qui puisse présager des périls pour la liberté. Nous avons entendu, à la vérité, une poignée d'esclaves décorés crier à la noblesse ; d'autres, armés de poignards, crier à la monarchie; d'autres, couverts d'habits lugubres, crier à la religion ; et quelques uns, à la République. Mais, au milieu de tous ces cris, nous avons entendu une v...
      ...rait toutes; cette voix reten-: tissait de tous les points de l'Empire : c'était celle de la nation ; elle disait : Périssent toutes les factions! Nous voulons la Constitution et la loi! (Applaudissements réitérés.)
      ...rsqu'il considère que les despotes ne pouvaiènt faire en plusieurs années cette levée ae 100,000 hommes que le cri seul de la liberté a faite en un jour; lorsque nous avons tant de peine à retenir cette bouillante ardeur, qui semble entrai ner la Franee libre sur l'Europe esclave ou ennemie; lorsque 10 millions de bras n'attendent que le premier coup de canon pour aller délivrer les peuples qui les appellent et préparer l'affranchissement du genre humain? Et nous aussi, ...
      ...rant l'histoire des troubles que cette effervescence a fait naître; mais lorsqu'après avoir payé à l'humanité ce tribut de sensibilité, nous avons considéré de sang-froid les causes de ces troubles, nous n'y avons trouvé aucun caractère qui puisse présager des périls pour la liberté. Nous avons entendu, à la vérité, une poignée d'esclaves décorés crier à la noblesse ; d'autres, armés de poignards, crier à la monarchie; d'autres, couverts d'habits lugubres, crier à la religion ; et quelques uns, à la République. Mais, au milieu de tous ces cris, nous avons entendu une voix toute-puissante qui les couvrait toutes; cette voix reten-: tissait de tous les points de l'Empire : c'était celle de la nation ; elle disait : Périssent toutes les factions! Nous voulons la Constitution et la loi! (Applaudissements réitérés.)
      Locuteur: Français
      ... à un système commun. Venant aux moyens de répression, il a examiné ceux qui ont é...
      ...ent du peuple qui entoure le sanctuaire de la loi de ses avis et de ses instructions. Tout ce qui vous sera proposé de juste, de bon, de constitutionnel, vous l'adopterez toujo...
      ...s aux causes générales, et s'assurer si elles ne tenaient pas à un fil unique et à un système commun. Venant aux moyens de répression, il a examiné ceux qui ont été employés par les corps administratifs, et l'effet qu'ils ont produit ; il a m...
      ...projets qui vous ont été adressés, et il ne peut que rendre grâces à l'empressement du peuple qui entoure le sanctuaire de la loi de ses avis et de ses instructions. Tout ce qui vous sera proposé de juste, de bon, de constitutionnel, vous l'adopterez toujours, et vous rendrez au peuple, en décrets, ce qu'il vous aura donné en lumières...
      Locuteur: Français
      ...vérité consolante: c'est que s'il règne de l'effervescence dans les départements, la très grande majorité est cependant tran...
      ... districts seulement offrent des scènes de dévastation dont le scandale est encore grossi par ceux qui se chargent du triste soin de les retracer. L'envie de faire effet dans une grande assemblée, le besoin de peindre des choses merveilleuses ou terribles, la frayeur qu'elles inspirent, le désir d'...
      ...tes à former ces lugubres tableaux dans la peinture desquels elles trouvent un ins...
      ...aison en teu, on s'ecrie déjà que toute la ville est en cendre. La peur et l'exagération sont toujours de mauvais historiens: nous en avons vu un...
      ...bitrairement les grains; et le ministre de l'intérieur, dans l'émotion qu'il en éprouva, vint vous dire : La patrie est en danger. En prononçant ces formidables paroles, le ministre céda à la sensibilité qu'on lui connait, sensibil...
      Votre comité commencera par vous présenter une vérité consolante: c'est que s'il règne de l'effervescence dans les départements, la très grande majorité est cependant tranquille. 5 ou 6 districts seulement offrent des scènes de dévastation dont le scandale est encore grossi par ceux qui se chargent du triste soin de les retracer. L'envie de faire effet dans une grande assemblée, le besoin de peindre des choses merveilleuses ou terribles, la frayeur qu'elles inspirent, le désir d'un secours prompt et efficace, tout provoque les imaginations ardentes à former ces lugubres tableaux dans la peinture desquels elles trouvent un instant d'adoucissement au sentiment qui les oppresse. Lorsqu'on voit une maison en teu, on s'ecrie déjà que toute la ville est en cendre. La peur et l'exagération sont toujours de mauvais historiens: nous en avons vu un exemple récent. Quelques municipalités étaient en insurrection et taxaient arbitrairement les grains; et le ministre de l'intérieur, dans l'émotion qu'il en éprouva, vint vous dire : La patrie est en danger. En prononçant ces formidables paroles, le ministre céda à la sensibilité qu'on lui connait, sensibilité qui, dans les vives agitations qu'elle donne à l'âme, ôte au jugement cette ...
      Locuteur: Français
      ... caractère ae.l'homme d'Etat se compose de la sensibilité du cœur et de la froideur de la raison ; et celui-, chez un peuple libre, serait peu propre à servir la chose publique, qui pourrait jamais dés...
      ... des dangers imminents et à deux doigts de leur perte; vingt fois les hommes pusil...
      ...mais ceux qui savaient ce que c'est que la liberté, l'énergique courage dont elle remplit les âmes, la hauteur où elle les élève; ceux qui sav...
      ...n ne vit plus que pour soi, et non pour la patrie, lorsqu'on ne trouve plus de volupté à lui offrirson sang et son pat...
      Le caractère ae.l'homme d'Etat se compose de la sensibilité du cœur et de la froideur de la raison ; et celui-, chez un peuple libre, serait peu propre à servir la chose publique, qui pourrait jamais désespérer d'elle. Vingt fois les Etats libres se sont trouvés dans des dangers imminents et à deux doigts de leur perte; vingt fois les hommes pusillanimes s'écriaient que tout était perdu, et qu'il fallait tout abandonner : mais ceux qui savaient ce que c'est que la liberté, l'énergique courage dont elle remplit les âmes, la hauteur où elle les élève; ceux qui savaient que 10 hommes libres valent mieux que 100 esclaves, ne désespérèrent jamai...
      ...u : c'est lorsque cette noble passion est éteinte dans touies les âmes, lorsqu'on ne vit plus que pour soi, et non pour la patrie, lorsqu'on ne trouve plus de volupté à lui offrirson sang et son patrimoine, lorsque chaque citoyen est un tout isolé qui ne ressent plus l'outrage ...
      Locuteur: Français
      Depuis l'institution de votre comité, les mesures que vous avez...
      ...chez l'étranger, des approvisionnements de grains ; vous avez organisé la gendarmerie, décrété la loi des passeports; vous avez mis les biens des émigrés sous la main de la nation ; vous avez décrété l'émission d...
      ... résultera encore plus sensiblement par la suite, l'ouverture des greniers, la circulation des grains «t la paix des marchés; la conservation des propriétés des ci-devant seigneurs, la répression du vagabondage, la tranquillité des ouvriers qui manquaient de monnaie, la confiance entre le peuple et son gouver...
      ...chaque jour, chaque instant sera un pas de plus que nous aurons fait vers l'ordre, et loin de l'anarchie, parce qu'il éteindra les viles passions, calmera de plus en plus les citoyens, les attachera davantage à la liberté par toutes les douceurs d'une p...
      Depuis l'institution de votre comité, les mesures que vous avez prises ont ralenti et presque entièrement apaisé les troubles. Vous avez fait, chez l'étranger, des approvisionnements de grains ; vous avez organisé la gendarmerie, décrété la loi des passeports; vous avez mis les biens des émigrés sous la main de la nation ; vous avez décrété l'émission d'un petit numéraire; vous avez frappé l'ancien clergé dans son enveloppe extérie...
      ...premiers agents au pouvoir exécutif ont été changés; il en est résulté, et il en résultera encore plus sensiblement par la suite, l'ouverture des greniers, la circulation des grains «t la paix des marchés; la conservation des propriétés des ci-devant seigneurs, la répression du vagabondage, la tranquillité des ouvriers qui manquaient de monnaie, la confiance entre le peuple et son gouvernement constitutionnel. Ainsi, chaque année, chaque jour, chaque instant sera un pas de plus que nous aurons fait vers l'ordre, et loin de l'anarchie, parce qu'il éteindra les viles passions, calmera de plus en plus les citoyens, les attachera davantage à la liberté par toutes les douceurs d'une paisible jouissance.
      Locuteur: Français
      Dans les révolutions de la nature, comme dans celles de la politique, le temps est la seule chose qu'on ne puisse ni devancer... Dans les révolutions de la nature, comme dans celles de la politique, le temps est la seule chose qu'on ne puisse ni devancer ni arrêter. Ce n'est pas assez d'avoir fait une révolution; il faut que le temp...
      Locuteur: Français
      royaume; il a examiné avec la plus grande attention les pièces qui lu... royaume; il a examiné avec la plus grande attention les pièces qui lui ont été adressées.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 416
      Locuteur: Français
      Ï>our le distraire du poids de ses maux et de a vue de ses chaînes ; qui avait étouffé la pensée humaine, empoisonné les sources ...
      ...ui s'était coalisé avec le sacerdoce et la noblesse, pour corrompre et tuer enfin l'homme e...
      ... Il l'a vue ensuite dans les mouvements de la Révolution, dans les ressentiments qu'e...
      Ï>our le distraire du poids de ses maux et de a vue de ses chaînes ; qui avait étouffé la pensée humaine, empoisonné les sources delà morale, et qui s'était coalisé avec le sacerdoce et la noblesse, pour corrompre et tuer enfin l'homme et le citoyen. Il l'a vue ensuite dans les mouvements de la Révolution, dans les ressentiments qu'elle a allumés, dans l'effervescence qu'elle a fait naître, et qui, ayant remué t...
      Locuteur: Français
      ...vée. Ce n'est pas assez d'avoir conquis la liberté, il faut encore que le peuple s...
      ... d'elle; il faut en écarter le flambeau de la discorde, le poignard de la licence, la hache des brigands; il faut la pré"-sénter au peuple dans sa pureté, a...
      ...utes les âmes sensibles puissent dire : La voilà, celle que nous voulons adorer. Cette liberté et ce bonheur sont surtout dans la soumission aux lois, soumission d'autan...
      ...vrai citoyen le sentiment noble et fier de la volonté qui se soumet, et de la force qui se modère. (Applaudissernents...
      lequel elle a été élevée. Ce n'est pas assez d'avoir conquis la liberté, il faut encore que le peuple se façonne à ses saintes lois : car il ne suffit pas d'être libre, il faut encore...
      ...tourer, cette liberté, d'institutions qui puissent faire naître des mœurs dignes d'elle; il faut en écarter le flambeau de la discorde, le poignard de la licence, la hache des brigands; il faut la pré"-sénter au peuple dans sa pureté, avec ses charmes natnrels, accompagnée des mœurs et des vertus, afin que toutes les âmes sensibles puissent dire : La voilà, celle que nous voulons adorer. Cette liberté et ce bonheur sont surtout dans la soumission aux lois, soumission d'autant plus honorable, qu'elle laisse dans le cœur du vrai citoyen le sentiment noble et fier de la volonté qui se soumet, et de la force qui se modère. (Applaudissernents.)
      Locuteur: Français
      ...pour rétablir l'ordre, il fut suffisant de vous proposer des mesures répressives, ni que sa mission se bornât à perfectionner la loi martiale. Il s'est élevé à de plus hautes considérations; il a cru qu...
      ...une loi sur les séditions, qu'une suite de lois qui affermissent le pouvoir des au...
      Votre comité n'a pas cru que, pour rétablir l'ordre, il fut suffisant de vous proposer des mesures répressives, ni que sa mission se bornât à perfectionner la loi martiale. Il s'est élevé à de plus hautes considérations; il a cru qu'il fallait moins décréter une loi contre les attroupés, que des lois qui prévissent les attroupements ; qu'il fallait moins rendre une loi sur les séditions, qu'une suite de lois qui affermissent le pouvoir des autorités constituées, qui procurassent du travail à tous les bras, des salaires à...
      Locuteur: Français
      ...ancien régime, dans le nouveau, et dans la révolution qui a servi de passage de l'un à l'autre. Ces racines ne sont Cette discussion sur les troubles tient à tout. Ils ont leurs racines dans l'ancien régime, dans le nouveau, et dans la révolution qui a servi de passage de l'un à l'autre. Ces racines ne sont
      Locuteur: Français
      Sas sur la surface; il faut fouiller les entrailles e la terre pour les trouver. Votre comité a vu la plus ancienne, et peut-être la plus active cause des troubles, dans un despotisme de plusieurs siècles, qui a déposé sur une population malheureuse le germe de beaucoup de vices, et l'aigreur de beaucoup de besoins; qui a préparé cette excessive inégalité de richesses, cause première de toute corruption sociale; qui entretenait l'ignorance par le moyen de laquelle il conservait son funeste empire; qui offrait au peuple des jouets et de vains plaisirs, Sas sur la surface; il faut fouiller les entrailles e la terre pour les trouver. Votre comité a vu la plus ancienne, et peut-être la plus active cause des troubles, dans un despotisme de plusieurs siècles, qui a déposé sur une population malheureuse le germe de beaucoup de vices, et l'aigreur de beaucoup de besoins; qui a préparé cette excessive inégalité de richesses, cause première de toute corruption sociale; qui entretenait l'ignorance par le moyen de laquelle il conservait son funeste empire; qui offrait au peuple des jouets et de vains plaisirs,
      Locuteur: Français
      ... dans un gouvernement qui, pendant plus de deux ans, a persisté à ne pas changer, lorsque tout changeait autour de lui; qui, tantôt faible et vacillant, jamais ami sincère de la liberté, s'obstinait à laisser, et nos ...
      ...ns agents, qui entravaient tout au lieu de tout seconder, et qui, après avoir prou...
      Enfin, il l'a vue dans un gouvernement qui, pendant plus de deux ans, a persisté à ne pas changer, lorsque tout changeait autour de lui; qui, tantôt faible et vacillant, jamais ami sincère de la liberté, s'obstinait à laisser, et nos relations au dehors, et l'exécution des lois au dedans, à nos plus mortels ennemis, à ses anciens agents, qui entravaient tout au lieu de tout seconder, et qui, après avoir prouvé toute l'im-
      Locuteur: Français
      fuissance d'une poignée de courtisans contre essor de la volonté nationale, sont cependant parvenus à retarder le cours de la Révolution, fuissance d'une poignée de courtisans contre essor de la volonté nationale, sont cependant parvenus à retarder le cours de la Révolution,
      Locuteur: Français
      ...ligent. Ici des hommes libres faisaient la loi ; et presque partout c'étaient les anciens esclaves au gouvernement qui la faisaient exécuter. Comment les nobles conceptions de la liberté ne se seraient-elles pas dégradées en passant par des canaux empoisonnées de l'antique rouille du despotisme? (Applaudissements.) En décrétant la rétorme de tous ces agents, le corps constituant eût accéléré la Révolution et prévenu bien des maux. ...n'ont pu détruire, et à prolonger les troubles qui leur plaisent et qui nous affligent. Ici des hommes libres faisaient la loi ; et presque partout c'étaient les anciens esclaves au gouvernement qui la faisaient exécuter. Comment les nobles conceptions de la liberté ne se seraient-elles pas dégradées en passant par des canaux empoisonnées de l'antique rouille du despotisme? (Applaudissements.) En décrétant la rétorme de tous ces agents, le corps constituant eût accéléré la Révolution et prévenu bien des maux.
      Locuteur: Français
      ...gouvernement ne donnera pas longtemps à la France le scandale de voir ses anciens op-presseurs, ses anci...
      ... des forces considérables, diriger plus de 20,000 hommes ; et n'est-ce pas outrager un peuple libre que de lui donner pour administrateurs ses anciens tyrans? La bonté du service se compose d'une confi...
      ...ormés : espérons que ces réformes ne seront pas faites à demi ; espérons que le gouvernement ne donnera pas longtemps à la France le scandale de voir ses anciens op-presseurs, ses anciens fermiers ou régisseurs replacés sous d'autres litres, commander des forces considérables, diriger plus de 20,000 hommes ; et n'est-ce pas outrager un peuple libre que de lui donner pour administrateurs ses anciens tyrans? La bonté du service se compose d'une confiance mutuelle entre les administrateurs et les administrés ; mais quelle confian...
      Locuteur: Français
      Une autre cause de trouble est dans l'insubordination d'un certain nombre de petites municipalités contre les admini...
      ... avons vu dans les départements du Lot, de la Gironde, à Ourcamp» les municipalités, à la tête des attroupements, qui taxaient le...
      Une autre cause de trouble est dans l'insubordination d'un certain nombre de petites municipalités contre les administrations supérieures. Nous avons vu dans les départements du Lot, de la Gironde, à Ourcamp» les municipalités, à la tête des attroupements, qui taxaient les grains. Quelques-unes y ont été véritablement forcées ; d'autres s'y sont prêt...
      Locuteur: Français
      ...que leur clocher; ils n'aperçoivent pas la grande pyramide nationale, qui est la loi; et à l'égard des grandes municipal...
      ...on perpétuelle avec lui, par ce pouvoir de police, qui agit fortement sur les cito...
      ...ec peine à un directoire qui, dépouillé de toutes ces forces accessoires, n'a de puissance que dans les décrets. Je sais...
      ...ertie tenait principalement à l'inertie de l'ancien ministère. Si le nouveau va, c...
      ...ls fils par lesquels il ait vu l'espoir de ramener partout l'ordre. Fortifions ces instruments, au lieu de les affaiblir. (Applaudissements.)
      Ces magistrats ne voient que leur clocher; ils n'aperçoivent pas la grande pyramide nationale, qui est la loi; et à l'égard des grandes municipalités, produit immédiat du choix du peuple, en relation perpétuelle avec lui, par ce pouvoir de police, qui agit fortement sur les citoyens, ayant des gardes nationales nombreuses à leurs ordres, se montrant toujours avec des décorations et un appareil imposant, quelques-unes ne se soumettent qu'avec peine à un directoire qui, dépouillé de toutes ces forces accessoires, n'a de puissance que dans les décrets. Je sais que quelques directoires sont accusés d'administrer dans des principes relâchés; màis, dans mon opinion, cette inertie tenait principalement à l'inertie de l'ancien ministère. Si le nouveau va, comptez que les directoires iront. Dans toutes les pièces que votre comité a exam...
      ...res lui ont paru les seuls conservateurs des principes constitutionnels, les seuls fils par lesquels il ait vu l'espoir de ramener partout l'ordre. Fortifions ces instruments, au lieu de les affaiblir. (Applaudissements.)
      Locuteur: Français
      Le secret de faire cesser les troubles, c'est d'atta...
      ...ement et au Corps législatif, et tous à"la Constitution et à la loi. Si cette chaîne vient à se rompre,...
      Le secret de faire cesser les troubles, c'est d'attacher les citoyens à leurs municipalités, les municipalités aux corps administratifs, les corps administratifs au gouvernement et au Corps législatif, et tous à"la Constitution et à la loi. Si cette chaîne vient à se rompre, si cette har-
      Locuteur: Français
      ...tendrons que l'expérience nous permette de le juger : mais ce grand changement a à produit l'utile effet de faire cesser les défiances. Un nouveau ministère a succédé â l'ancien; nous attendrons que l'expérience nous permette de le juger : mais ce grand changement a à produit l'utile effet de faire cesser les défiances.
      Locuteur: Français
      ...ffriraient bientôt l'informe agrégation de 40,000 gouvernements municipaux, qui fo... ... que si on ne soumettait pas les municipalités aux corps administratifs, ellés offriraient bientôt l'informe agrégation de 40,000 gouvernements municipaux, qui formeraient un vrai chaos, et dont les mouvements irréguliers et discordants nous ...

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 417
      Locuteur: Français
      monie de mouvements vient à se troubler, nous ve...
      ...entons tous qu'il faut un gouvernement: La société fut le résultat des besoins et des vertus des hommes; le gouvernement fut celui de leurs besoins et de leurs vices. Si la voix du devoir retentissait au fond de tous les cœurs, si la France comptait dans son sein 24 millio...
      ...ires, il est certain que l'image sacrée de la loi, sans l'appui d'aucune force publique,.y maintiendrait seule la subordination. Mais au milieu de tant de passions irritées, de l'aigreur, de tant de besoins, de conspirations toujours avortées et touj...
      ...in d'un gouvernement qui soit environné de cette puissance d'opinion qui commande ...
      ...ce, qui puisse faire tomber le poignard la main des Gethegus, le masque de la figure dés Cromwell, et descendre jusqu...
      ...repaissent oe paraître un jour précédés de licteurs et suivis de conjurés, au milieu de la conflagration générale. La masse générale du peuple est Essentiell...
      monie de mouvements vient à se troubler, nous verrons toujours des pillages et des insubordinations. Nous sentons tous qu'il faut un gouvernement: La société fut le résultat des besoins et des vertus des hommes; le gouvernement fut celui de leurs besoins et de leurs vices. Si la voix du devoir retentissait au fond de tous les cœurs, si la France comptait dans son sein 24 millions d'Aristides, si elle ne contenait ni traîtres, ni brigands, ni contre-révolutionnaires, il est certain que l'image sacrée de la loi, sans l'appui d'aucune force publique,.y maintiendrait seule la subordination. Mais au milieu de tant de passions irritées, de l'aigreur, de tant de besoins, de conspirations toujours avortées et toujours renaissantes, nous avons besoin d'un gouvernement qui soit environné de cette puissance d'opinion qui commande impérieusement l'obéissance, qui puisse faire tomber le poignard la main des Gethegus, le masque de la figure dés Cromwell, et descendre jusque dans l'âme des Sylla, pour y étouffer l'espoir dont ils se repaissent oe paraître un jour précédés de licteurs et suivis de conjurés, au milieu de la conflagration générale. La masse générale du peuple est Essentiellement saine et bonne : c'est pour le défendre contre ses ennemis, c'est pour dém...
      Locuteur: Français
      ...e : confions-nous au nouveau. Au milieu de tant de lumières, il ne pourrait pas se flatter de nous tromper lôngtemps. Le peuple, long...
      ...s avec le peuple: nous n'avons pas trop de toutes nos forces pour comprimer l'anar...
      ...c'est sous ces voûtes, augustes témoins de tant d'actions généreuses, qui virent consacrer plus d'utiles principes, rétablir plus de droits, fàire plus pour la perfectibilité et le bonheur de l'espèce humaine, que tous les palais d...
      ...agite, dans ce sanctuaire, les brandons de la discorde, qu'on y sème le poison de la défiance, qu'on y avilise les autorités constituées ; ce serait saper la Constitution par ses bases et couper l'arbre de la liberté par le pied. Comment, en effet,...
      ...ublique pourrait-elle marcher, lorsqu'à la face des premiers magistrats du peuple ...
      ...enir obéissance, en parlant même aq nom de la loi? Oui, Messieurs, le salut public es...
      ...es défiances très fondées nous avaient mis en garde contre le précédent ministère : confions-nous au nouveau. Au milieu de tant de lumières, il ne pourrait pas se flatter de nous tromper lôngtemps. Le peuple, longtemps léger, examine et surveille depuis] qu'il existe pour lui une patrie. Unissons-nous donc avec le gouvernement, comme nous sommes unis avec le peuple: nous n'avons pas trop de toutes nos forces pour comprimer l'anarchie et nous sauver tous. Dans les grandes crises, tout est perdu lorsqu'une con...
      ... ce traité d'une,utile union. Oui, Messieurs, c'est ici qu'est le salut public; c'est sous ces voûtes, augustes témoins de tant d'actions généreuses, qui virent consacrer plus d'utiles principes, rétablir plus de droits, fàire plus pour la perfectibilité et le bonheur de l'espèce humaine, que tous les palais des rois, depuis qu'il en existe. Nous ne souffrirons pas que jamais on agite, dans ce sanctuaire, les brandons de la discorde, qu'on y sème le poison de la défiance, qu'on y avilise les autorités constituées ; ce serait saper la Constitution par ses bases et couper l'arbre de la liberté par le pied. Comment, en effet, l'administration publique pourrait-elle marcher, lorsqu'à la face des premiers magistrats du peuple ses premiers agents seraient avilis et discrédités? Gomment, flétris par une censure imposante et publique, pourraient-ils obtenir obéissance, en parlant même aq nom de la loi? Oui, Messieurs, le salut public est ici : veuillons fortement et Constamment l'ordre; faisons que le gouvernement ...
      Locuteur: Français
      ...déré comme une mesure propre à rétablir la marche régulière de l'Administration, de renvoyer à vos comités les dénonciation... Votre comité a considéré comme une mesure propre à rétablir la marche régulière de l'Administration, de renvoyer à vos comités les dénonciations qui seraient faites, tant contre le gouvernement que contre les administration...
      Locuteur: Français
      Ici un nouvel ordre de choses se présente, et nous ne nous consolons de la nécessité où nous sommes de vous entretenir de culte et de prêtres, que par l'espoir que les mesur...
      ...allez prendre vous mettront dans le cas de ne plus en entendre parler.
      Ici un nouvel ordre de choses se présente, et nous ne nous consolons de la nécessité où nous sommes de vous entretenir de culte et de prêtres, que par l'espoir que les mesures que vous allez prendre vous mettront dans le cas de ne plus en entendre parler.
      Locuteur: Français
      ...rs hommes fut d'admirer l'ordre sublime de nature; et l'un de leurs premiers besoins, de rendre hommage à son inconcevable auteu...
      ... milieu des champs des autels couronnés feuillages, et que, paisibles ministres...
      ...isant, leurs innocentes mains offrirent de simples fruits à la divinité, la paix régna sur la terre. Mais bientôt il s'éleva des homm...
      ...ntré à nous, et il nous a dit que c'est de ce côté que vous devez tourner vos aute...
      ... avec le grand être ; il nous a ordonné de vous dire que vous devez ne consumer qu...
      ...abominable. » Alor§ les hommes, au lieu de laisser la dispute se vider entre ces divers proph...
      ... ne pouvaient rien saisir ni concevoir, la perspective de biens et de maux infinis : et la terre fut rougie du sang humain.
      Le sentiment des premiers hommes fut d'admirer l'ordre sublime de nature; et l'un de leurs premiers besoins, de rendre hommage à son inconcevable auteur. Tant qu'ils se livrèrent à ces inspirations naturelles, tant qu'ils se bornèrent à élever au milieu des champs des autels couronnés feuillages, et que, paisibles ministres d'un Diep bienfaisant, leurs innocentes mains offrirent de simples fruits à la divinité, la paix régna sur la terre. Mais bientôt il s'éleva des hommes qui leur dirent : « Le grand être s'est montré à nous, et il nous a dit que c'est de ce côté que vous devez tourner vos autels, que vous devez lui présenter telle offrande et observer telle cérémonie. » D...
      ... ambitieux s'écrièrent : « Ne croyez pas ces imposteurs; nous seuls communiquons avec le grand être ; il nous a ordonné de vous dire que vous devez ne consumer que nos parfums, ne pratiquer que notre culte; tout autre est abominable. » Alor§ les hommes, au lieu de laisser la dispute se vider entre ces divers prophètes, y prirent eux-mêmes une part d'autant plus ardente qu'elle offrait à l'imagination humaine, au milieu des ténèbres où ils ne pouvaient rien saisir ni concevoir, la perspective de biens et de maux infinis : et la terre fut rougie du sang humain.
      Locuteur: Français
      ... culte respectable des chrétiens est un de ceux qui ait eu le plus à se plaindre de ses ministres. Lorsque,, voisins encore de son berceau, ils furent pénétrés de son esprit primitif, ils adoucirent, éc...
      ...chers, usurpant les biens, asservissant la pensée, abrutissant les peuples, flatta...
      ...cratie monstrueuse qui avait placé sous la sauvegarde de l'Evangile le premier anneau de la servitude de 20 peuples malheureux par eûx.
      Depuis l'origine des cultes, le culte respectable des chrétiens est un de ceux qui ait eu le plus à se plaindre de ses ministres. Lorsque,, voisins encore de son berceau, ils furent pénétrés de son esprit primitif, ils adoucirent, éclairèrent ét affranchirent les hommes, mais bientôt on les vit tenant lé glaive, allumant des bûchers, usurpant les biens, asservissant la pensée, abrutissant les peuples, flattant ou assassinant les rois, former Cette théocratie monstrueuse qui avait placé sous la sauvegarde de l'Evangile le premier anneau de la servitude de 20 peuples malheureux par eûx.
      Locuteur: Français
      Des nations entières disparues de la surface du monde ; les deux hémisphères couverts du sang de leurs victimes, le sang de tant de rois qui avait coulé sous leurs mains impies et sacrées, la terre enfin fatiguée de tant de forfaits, tout demandait que cette puissance monstrueuse reçut enfin la loi au lieu de la donner. On établit en France une Constitution.libre, et il conspirèrent contre la liberté; on établit la fraternité et l'égalité, et ils protest...
      ...it les biens qu'ils avaient usurpés sur la crédulité, et ils se révoltèrent. On leur demanda la paix, et ils rendirent, la discorde ; ils se dirent persécutés, pa...
      ...l cessassent d'être persécuteurs. Enfin la nation, lassée de tant de résistance, voulant connaître ses amise...
      Des nations entières disparues de la surface du monde ; les deux hémisphères couverts du sang de leurs victimes, le sang de tant de rois qui avait coulé sous leurs mains impies et sacrées, la terre enfin fatiguée de tant de forfaits, tout demandait que cette puissance monstrueuse reçut enfin la loi au lieu de la donner. On établit en France une Constitution.libre, et il conspirèrent contre la liberté; on établit la fraternité et l'égalité, et ils protestèrent contre ces principes qu'ils ne voulaieut reconnaître que dans leurs livres. On reprit les biens qu'ils avaient usurpés sur la crédulité, et ils se révoltèrent. On leur demanda la paix, et ils rendirent, la discorde ; ils se dirent persécutés, parce qu'on voulut qu'il cessassent d'être persécuteurs. Enfin la nation, lassée de tant de résistance, voulant connaître ses amiset ses ennemis, leur demande | avec ranchise lé sermênt solennel qui devait
      Locuteur: Français
      sur leur rapport, avec plus de lumières et de maturité, et frapper ou absoudre sans que des dénonciations publiques et destructives de toute autorité l'aient précédée. Il a v...
      ... aux citoyens qui cesseront d'entravér, de fatiguer des administrateurs fidèles à ...
      sur leur rapport, avec plus de lumières et de maturité, et frapper ou absoudre sans que des dénonciations publiques et destructives de toute autorité l'aient précédée. Il a vu, dans cette mesure, un utile exemple à donner aux citoyens qui cesseront d'entravér, de fatiguer des administrateurs fidèles à leurs devoirs. (Applaudis sements. — Quelques murmures.)

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 418
      Locuteur: Français
      ... et des superstitieux, dont 'l'habitude de leur ministère leur avait conquis la confiance. D'une autre part, tous les m...
      ...nité, surprise et indignée, vit au pied de ses autels des hommes qui, toute leur v...
      ...s "dissidents attirèrent dans leur faction l'ignorante et lourde masse des béats et des superstitieux, dont 'l'habitude de leur ministère leur avait conquis la confiance. D'une autre part, tous les mécontents firent cause commune avec eux; tous les contre-révolutionnaires devinrent autant d'apôtres ; et 1a divinité, surprise et indignée, vit au pied de ses autels des hommes qui, toute leur vie, avaient insulté tous, les cultes et nié son existence. (Applaudissements.)
      Locuteur: Français
      ...part encore, ils provoquent le courroux l'évêque de Rome contre la France, Ce prince, Mrlesquement menaçan...
      ...à prendre l'attitude du Jupiter tonnant de Phy-dias; mais ses traits impuissants viennent ^émousser contre le bouclier de la liberté, placé sur le sommet des Alpes, Ils promènent sur toute la France l'image courroucée du saint-père...
      ... le théâtre. Hais croit-on que le jour 'de la raison luise si peu sur la France, qu'il ne nous fasse pas voir 1 inanité de ces ombres romaines? Ehî que nous veut l'évêque de Rome? Qu'y a-t-il donc de commun entre le saint-
      D'une autre part encore, ils provoquent le courroux l'évêque de Rome contre la France, Ce prince, Mrlesquement menaçant, cherche à prendre l'attitude du Jupiter tonnant de Phy-dias; mais ses traits impuissants viennent ^émousser contre le bouclier de la liberté, placé sur le sommet des Alpes, Ils promènent sur toute la France l'image courroucée du saint-père, comme les décorateurs "font paraître des fantômes sur le théâtre. Hais croit-on que le jour 'de la raison luise si peu sur la France, qu'il ne nous fasse pas voir 1 inanité de ces ombres romaines? Ehî que nous veut l'évêque de Rome? Qu'y a-t-il donc de commun entre le saint-
      Locuteur: Français
      ...euse, que, lorsqu'il le prononce, toute la France doive à l'instant descendre aux enfers? Eh! pourquoi se mêle-t-il de nos affaires, tandis que nous nous occu...
      ...Liîi demandons-nous à Toir ie testament de Constantin, et comment il se fait que l'humble serviteur de Dieu ait pris la .place des Césars et commande aujourd'h...
      ...i demandons-nous pourquoi il tient dans la servitude la postérité des Caton et des Scevola, et pourquoi on ne voit plfts que des croix, où parut, durant tant ae siècles,, la gloire des aigles romaines? Ah! qù'il s...
      ...leront qu'ils furent autrèfOis citoyens de Rome; que le sang des Grecques et des S...
      ...re des plus .grands exploits, et honoré de la présence des héros ; et s'arrêtant, devant les monuments qui leur retracent tant de vertus généreuses, ils diront : « C'est...
      ...s quij composent le mot schisme aient dans sa bouche une vertu tellement miraculeuse, que, lorsqu'il le prononce, toute la France doive à l'instant descendre aux enfers? Eh! pourquoi se mêle-t-il de nos affaires, tandis que nous nous occupons si peu des siennes? Liîi demandons-nous à Toir ie testament de Constantin, et comment il se fait que l'humble serviteur de Dieu ait pris la .place des Césars et commande aujourd'hui au Capitale ? Lui demandons-nous pourquoi il tient dans la servitude la postérité des Caton et des Scevola, et pourquoi on ne voit plfts que des croix, où parut, durant tant ae siècles,, la gloire des aigles romaines? Ah! qù'il s'occupe plutôt d'étayer dans ses Etats le chancelant édifice d'une domination qui croule sur toutes ses bases... Bientôt les esclaves d'un prêtre se rappelleront qu'ils furent autrèfOis citoyens de Rome; que le sang des Grecques et des Sapions caule dans leurs veines; que le sol qu'ils habitent fut le théâtre des plus .grands exploits, et honoré de la présence des héros ; et s'arrêtant, devant les monuments qui leur retracent tant de vertus généreuses, ils diront : « C'est ici que vécut Brutus ! » et l'Italie sera libre.
      Locuteur: Français
      L'évêque de Rome, abandonné à sa propre faiblesse et au mécontentement de ses concitoyens, serait sans doute pour...
      ...térieur du royaume une milice nombreuse de prêtres réfractaires à la loi et fidèles à ses ordres. Ici votre ...
      L'évêque de Rome, abandonné à sa propre faiblesse et au mécontentement de ses concitoyens, serait sans doute pour nous peu formidable ; mais il a dans l'intérieur du royaume une milice nombreuse de prêtres réfractaires à la loi et fidèles à ses ordres. Ici votre comité a eu à examiner quels sont ces hommes, quelles sont les maximes qu'ils pr...
      Locuteur: Français
      La secte des prêtres dissidents tient pour maxime une subordination absolue aux ordres de l'évêque de Rome ; car je ne compte pas ici ces dérisoires libertés de l'Eglise gallicane, qui constituent une véritable servitude et la plus honteuse de toutes, puisque son premier anneau est ... La secte des prêtres dissidents tient pour maxime une subordination absolue aux ordres de l'évêque de Rome ; car je ne compte pas ici ces dérisoires libertés de l'Eglise gallicane, qui constituent une véritable servitude et la plus honteuse de toutes, puisque son premier anneau est entre les mains des prêtres. Et qu'est-ce
      Locuteur: Français
      ... comme des démons tout eeiqu'iil existe de citoyens libres? Sent-on bien la force de 30 ou 40,000 leviers de ce genre, qui, répandus sur toute ila surface de l'Empire, agissent tous à la .fois par un système commun, sont remué...
      ...et .dans leurs biens et le renversement de la Constitution? Comment ne voit-on pas l'...
      ... exercent sur cette intéressante moitié de l'espèce humaine, qui est la plus ardente et plus mobile, dont l'âme est ouverte de toutes parts aux séductions contagieuse...
      ...ges, peuvent influer si puissamment sur la servitude ou sur la liberté, suivant que leur conscience es...
      ...t-on pas jusqu'à quel point ils abusent de leur ancien empire sur des nommes faibl...
      ...e le conspirateur est un prêtre, et que la conjuration se fait au pied des autels?...
      ...uer toutes ces machinations, quel.moyen de répression avez-vous? Ne sentez-vous pa...
      ...délits vous échappent; que, semblable à la peste, cette faction vous frappe de toutes parts, sans que vous, puissiez a...
      ... faut, Messieurs, conjurer cette légion de génies malfaisants qui, dans leur invisibilité, agitent et tourmentent la nation. Mais comment ferez-vous? Placerez-vous un juge de paix à côté de chaque confessionnal ? Vans introduirez...
      ... célèbrent dans les champs et au milieu de la nuit? Enverrez-vous des commissaires de l'Académie des sciences pour démontrer aux agriculteurs le ridicule de leurs miracles imposteurs ? Les famille...
      ...ar tous les citoyens; voilà fe résultat de ce système théo-cratiqué qui s'était enraciné dans les sicèles et qui, dans les jours de son agonie, reste encore fidèle à cet instinct qu'iLeût toujours d'abrutir et de dévorer. Nous sommes arrivés au point o...
      ...me; qui dans ses principes damne tout ce qui ne pense pas comme elle, et regarde comme des démons tout eeiqu'iil existe de citoyens libres? Sent-on bien la force de 30 ou 40,000 leviers de ce genre, qui, répandus sur toute ila surface de l'Empire, agissent tous à la .fois par un système commun, sont remués pre deux fils dont l'un est au delà du Rhin et l'autre au delà des Alpes, et tendent tous «au même hul, qui est le retour,dans leurs cures et .dans leurs biens et le renversement de la Constitution? Comment ne voit-on pas l'influence qu'ils exercent sur cette intéressante moitié de l'espèce humaine, qui est la plus ardente et plus mobile, dont l'âme est ouverte de toutes parts aux séductions contagieuses des passions qu'elles prennent et .qu'elles inspirent,-et qui, dans les temps d'orages, peuvent influer si puissamment sur la servitude ou sur la liberté, suivant que leur conscience est dirigée par des prêtres ou que leur cœur est enflammé (par -des hommes libres? Comment ne voit-on pas jusqu'à quel point ils abusent de leur ancien empire sur des nommes faibles et ignorants, qui leur confièrent si longtemps leurs fautes et leurs faibless...
      ...rop timides /pour entrer dans un complot ordinaire, croient ne pas pêcher lorsque le conspirateur est un prêtre, et que la conjuration se fait au pied des autels? Et, pour déjouer toutes ces machinations, quel.moyen de répression avez-vous? Ne sentez-vous pas qu'ici tout est mystère, tout est secret et confidence ; que les moyens ordinaires ne vous laissent aucune prise sur eux; que tous leurs délits vous échappent; que, semblable à la peste, cette faction vous frappe de toutes parts, sans que vous, puissiez apercevoir les traits mortels dont elle vous Messe? H. faut, Messieurs, conjurer cette légion de génies malfaisants qui, dans leur invisibilité, agitent et tourmentent la nation. Mais comment ferez-vous? Placerez-vous un juge de paix à côté de chaque confessionnal ? Vans introduirez-vousr dans les familles pour arrêter l'effet du poison qu'ils y versent? Ferez-vous dissiper, parles gendarmes, ces espècesjde saturnales qu'ils célèbrent dans les champs et au milieu de la nuit? Enverrez-vous des commissaires de l'Académie des sciences pour démontrer aux agriculteurs le ridicule de leurs miracles imposteurs ? Les familles divisées, les municipalités insultées, les prêtres conformistes menaces et cha...
      ...e ; voilà les maux qui vous sont dénoncés par tous les corps administratifs et par tous les citoyens; voilà fe résultat de ce système théo-cratiqué qui s'était enraciné dans les sicèles et qui, dans les jours de son agonie, reste encore fidèle à cet instinct qu'iLeût toujours d'abrutir et de dévorer. Nous sommes arrivés au point où il faut que l'Etat soit écrasé par cette faction, ou que cette faction soit éc...
      Locuteur: Français
      Eère et la liberté? Se croit-il dans ces temps Eère et la liberté? Se croit-il dans ces temps

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 419
      Locuteur: Français
      Vous devez donc à la majorité de la nation de la préserver des suites de la révolte d'une minorité turbulente et fa...
      ...ciés contracte avec l'Etat l'obligation de respecter et de maintenir ses lois, et l'Etat, à son tour, celle de conserver à l'associé tous les droits q...
      ...t à L'association, sont libres ou tenus de sortir de l'Etat, suivant que la majorité des associés le juge plus utile à l'intérêt général. Lorsque la grande famille des Français se donna de...
      ...1790, les prêtres dissidents refusèrent de les reconnaître ; dès lors, la société acquit le droit de ne plus reconnaître, et même d'expulser de son sein ceux qui refusaient de la reconnaître elle-même... Mais notre rel...
      ... et frappe ; c'est encore cette faction de contre-révolutionnaires, qui a refusé c...
      Vous devez donc à la majorité de la nation de la préserver des suites de la révolte d'une minorité turbulente et factieuse. Certainement lorsqu'une société s'organise dans une forme libre, chacun des associés contracte avec l'Etat l'obligation de respecter et de maintenir ses lois, et l'Etat, à son tour, celle de conserver à l'associé tous les droits qu'il n'a pas aliénés. Ceux qui ne veulent prendre aucune part à L'association, sont libres ou tenus de sortir de l'Etat, suivant que la majorité des associés le juge plus utile à l'intérêt général. Lorsque la grande famille des Français se donna des lois nouvelles en 1789 et 1790, les prêtres dissidents refusèrent de les reconnaître ; dès lors, la société acquit le droit de ne plus reconnaître, et même d'expulser de son sein ceux qui refusaient de la reconnaître elle-même... Mais notre religion ! mais notre conscience 1... Qu'est-ce que c'est donc qu'une religion inso...
      ... utile, à tous? Et ce n'est pas seulement les dissidents que ce principe atteint et frappe ; c'est encore cette faction de contre-révolutionnaires, qui a refusé comme eux le serment, qui se cache derrière les autels, comme les criminels se ré...
      Locuteur: Français
      ...es d'hommes : ceux qui se seront unis à la patrie par leur serment et qui jouiront...
      ...au chef-lieu du département, et, en cas de refus ou de rébellion au chef-lieu, seront condamnés à la déportation. Par ce moyen, vous purgere...
      ...es dévaste ; vous y étoufferez le germe de ees hideuses disputes qui s'élèvent ent...
      ...et un prêtre ; vous n'occasionnerez pas de troubles dans les villes, parce qu'au milieu des lumières, sous la surveillance des corps administratifs, ...
      ...vous les priverez du droit d'enseigner, de prêcher et de confesser. Déjà les lois ont interdit à...
      ...nt ces deux premières fàeultés. Mais si la chaire publique «de religion leur est déjà interdite, à combien plus forte raison la chaire secrète, qui est le confessionna...
      ...t public ; et vous ne tomberez pas dans la bizarre inconséquence de permettre le plus dangereux, de dérendre le moins important. Tel fut autrefois l'avis de Mirabeau ; et votre comité ne peut s'ét...
      Qu'il n'y ait plus en France que deux classes d'hommes : ceux qui se seront unis à la patrie par leur serment et qui jouiront des droits communs à tous les citoyens, et les ministres du culte gui, payant l...
      ...ont subordonnés à une police extraordinaire et pourront être arrêtés et détenus au chef-lieu du département, et, en cas de refus ou de rébellion au chef-lieu, seront condamnés à la déportation. Par ce moyen, vous purgerez les campagnes du fléau qui les dévaste ; vous y étoufferez le germe de ees hideuses disputes qui s'élèvent entre un prêtre et un prêtre ; vous n'occasionnerez pas de troubles dans les villes, parce qu'au milieu des lumières, sous la surveillance des corps administratifs, avec d'appui d'une garde nationale nombreuse, leurs manœuvres n'y seront jamais ...
      ...us leur laisserez pratiquer leur culte s'il ne trouble pas l'ordre public, mais vous les priverez du droit d'enseigner, de prêcher et de confesser. Déjà les lois ont interdit à ceux qui n'ont pas prêté le serment ces deux premières fàeultés. Mais si la chaire publique «de religion leur est déjà interdite, à combien plus forte raison la chaire secrète, qui est le confessionnal 1 Un enseignement mystérieux est cent fois plus à craindre qu'un enseignement public ; et vous ne tomberez pas dans la bizarre inconséquence de permettre le plus dangereux, de dérendre le moins important. Tel fut autrefois l'avis de Mirabeau ; et votre comité ne peut s'étayerici d'une autorité plus imposante.
      Locuteur: Français
      ... a accusé quelques prêtres conformistes de vexation et d'intolérance. Loin de tenter de les justifier, nous demandons que les tribunaux les punissent. La nation ne s'est pas soustraite au joug d'une section de prêtres pour se soumettre au joug d'une autre. En leur étant le droit de constater l'état des personnes, vous av...
      ...| soumis à d'autres ministres qu'à ceux de la loi| Si quelques-uns des conformistes s...
      On a accusé quelques prêtres conformistes de vexation et d'intolérance. Loin de tenter de les justifier, nous demandons que les tribunaux les punissent. La nation ne s'est pas soustraite au joug d'une section de prêtres pour se soumettre au joug d'une autre. En leur étant le droit de constater l'état des personnes, vous avez prouvé que vous vouliez que le peuple fût entièrement indépendant des uns et dés autres, et qu'il ne fû| soumis à d'autres ministres qu'à ceux de la loi| Si quelques-uns des conformistes se sont montrés
      Locuteur: Français
      intolérants, c'est presque toujours la persécution de leurs adversaires qui les y a provoqués ; il ne s'agit pas, d'ailleurs, de juger te caractère particulier de quelques individus, mais l'esprit génér...
      ...mentés sont les plus ardents promoteurs de la Constitution ; ils en prêchent les maxi...
      ...ntit notre existence. Un jour, délivrés de eurs adversaires, environnés de plus de lumières et de moins de périls, ils diront avec Thomas Payne : ...
      ...Un jour ils sentiront que cette variété de cultes est le produit nécessaire de ce qu'il y a dans le monde de plus divers et de plus varié, le sentiment et la pensée ; qu'il est le résultat de vues également louables, et que cette d...
      ...oid spectacle d'un culte uniforme, dont la monotonie ressemble plutôt à l'étiquette réglée de la cour d'un despote, qu'à l'émulation d'u...
      ...empressés et divers, honore les auteurs de ses jours. (Applaudissements réitérés d...
      intolérants, c'est presque toujours la persécution de leurs adversaires qui les y a provoqués ; il ne s'agit pas, d'ailleurs, de juger te caractère particulier de quelques individus, mais l'esprit général d'une secte entière * or, les prêtres assermentés sont les plus ardents promoteurs de la Constitution ; ils en prêchent les maximes avec cet attachement qu'on porte à ce qui assure et garantit notre existence. Un jour, délivrés de eurs adversaires, environnés de plus de lumières et de moins de périls, ils diront avec Thomas Payne : « Tous les cultes qui rendent les hommes bons, sont bons ». Un jour ils sentiront que cette variété de cultes est le produit nécessaire de ce qu'il y a dans le monde de plus divers et de plus varié, le sentiment et la pensée ; qu'il est le résultat de vues également louables, et que cette diversité est plus agréable à l'Être suprême que le froid spectacle d'un culte uniforme, dont la monotonie ressemble plutôt à l'étiquette réglée de la cour d'un despote, qu'à l'émulation d'une famille nombreuse qui, par des soins toujours nouveaux, par des hommages empressés et divers, honore les auteurs de ses jours. (Applaudissements réitérés dans VAssemblée et dans les tribunes.)
      Locuteur: Français
      ...és populaires sont accusées par les uns de perpétuer l'anarchie et de saper la Constitution, comme elles sont regardée...
      ...autres comme les . plus fermes soutiens de la Constitution, nous n'avons pas cru devoir nous dispenser de vous en entretenir : et peut-être faut-...
      ... point à l'Assemblée nationale l'injure de croire que cette matière puisse réveill...
      ...ucune passion : je n'aperçois point ici de sociétaires; je n'y vois que le majestueux spectacle d'une assemblée de législateurs. (Quelques applaudissement...
      Comme les sociétés populaires sont accusées par les uns de perpétuer l'anarchie et de saper la Constitution, comme elles sont regardées par les autres comme les . plus fermes soutiens de la Constitution, nous n'avons pas cru devoir nous dispenser de vous en entretenir : et peut-être faut-il, pour' en parler avec impartialité, être dans le cas où je suis : les connaître toutes et n'être membre d'aucune. Je ne ferai point à l'Assemblée nationale l'injure de croire que cette matière puisse réveiller en elle aucune passion : je n'aperçois point ici de sociétaires; je n'y vois que le majestueux spectacle d'une assemblée de législateurs. (Quelques applaudissements. — Un profond silence leur succède.)
      Locuteur: Français
      Lors des premiers jours de la Révolution, des hommes à peine échappés...
      ... des hommes qui, en passant tout-à-coup de l'état de sujet à l'état de citoyen, sentaient toutes leurs facultés élevées et ennoblies ; qui, pour la première fois, éprouvaient le sentiment...
      Lors des premiers jours de la Révolution, des hommes à peine échappés au danger qui les menaçait, des hommes qui, en passant tout-à-coup de l'état de sujet à l'état de citoyen, sentaient toutes leurs facultés élevées et ennoblies ; qui, pour la première fois, éprouvaient le sentiment du lien «ommun qui les1 unissait, s'assemblèrent pour délibérer sur une situati...
      Locuteur: Français
      ... d'une vie nouvelle : telle fut l'image de la résurrection des Français en 1789. Alors se développa au fond de tous les cœurs uné passion différente de toutes les autres, puisque, loin de s'user, elle s'accroît par la jouissance; une passion qui absorbe tou...
      ...ui l'éprouve ne sent plus que le besoin de vivre heureux par elle, ou de mourir satisfait pour elle; une passion dont toutes les pages de l'histoire nous attestent la puissance et les prodiges, et dont l'existence ne sera niée que 'par celui que la bassesse de son être condamne à ramper honteusement dans la fange des affections personnelles. Cette passion, qu'ai-je besoin de la nommer, lorsque je suis dans son temple et au milieu de ses défenseurs?
      Qu'on se figure des êtres qui sortent du tombeau, et qui sont appelés à jouir d'une vie nouvelle : telle fut l'image de la résurrection des Français en 1789. Alors se développa au fond de tous les cœurs uné passion différente de toutes les autres, puisque, loin de s'user, elle s'accroît par la jouissance; une passion qui absorbe tout ce qui n'est point elle, et qui devient tellement impérieuse, que celui qui l'éprouve ne sent plus que le besoin de vivre heureux par elle, ou de mourir satisfait pour elle; une passion dont toutes les pages de l'histoire nous attestent la puissance et les prodiges, et dont l'existence ne sera niée que 'par celui que la bassesse de son être condamne à ramper honteusement dans la fange des affections personnelles. Cette passion, qu'ai-je besoin de la nommer, lorsque je suis dans son temple et au milieu de ses défenseurs?
      Locuteur: Français
      ... qu'elle prit naissance. Et par combien de services rendus à la chose publique, ne se sont-elles pas de... Ce fut surtout dans les sociétés qu'elle prit naissance. Et par combien de services rendus à la chose publique, ne se sont-elles pas depuis signalées? quel est le cœur glacé qu'elles n'aient pas échauffé? quel est l...

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 420
      Locuteur: Français
      ...t l'opprimé dont elles n'aient pas pris la défense? quel est le complot qu'elles n...
      ...vu ou dévoilé? quelle est l'association de monarchistes qu'elles n'aient pas dénon...
      ...mme ae mérite qu'elles n'aient pas tiré de l'obscurité? quelle est la ville où elles n'aient pas répandu l'amour de la liberté? quels sont les villages qu'elles n'ont pas éclairés? quel .est l'acte de dévouement patriotique ou quelle est l'utile mesure de législation qu'elles n'aient pas provoq...
      ...s se montrèrent difficiles sur le choix de leurs membres, tant qu'elles eurent pour maxime et pour règlement de ne jamais souffrir que la discussion s'ouvrît sur les lois déjà d...
      ...ours d'une loi qu'on attaquait dans une de ces sociétés, et lui servir de rempart contre de factieuses atteintes.
      pas fait rougir? quel est le malheureux qu'elles n'aient pas soulagé? quel est l'opprimé dont elles n'aient pas pris la défense? quel est le complot qu'elles n aient pas ou prévu ou dévoilé? quelle est l'association de monarchistes qu'elles n'aient pas dénoncée? quel est l'homme ae mérite qu'elles n'aient pas tiré de l'obscurité? quelle est la ville où elles n'aient pas répandu l'amour de la liberté? quels sont les villages qu'elles n'ont pas éclairés? quel .est l'acte de dévouement patriotique ou quelle est l'utile mesure de législation qu'elles n'aient pas provoqués? Tels sont les services qu'elles ont rendus, tant qu'elles se montrèrent difficiles sur le choix de leurs membres, tant qu'elles eurent pour maxime et pour règlement de ne jamais souffrir que la discussion s'ouvrît sur les lois déjà décrétées, ni qu'on avilît les autorités constituées, tant qu'enfin on vit un Mirabeau appeler ses collègues au secours d'une loi qu'on attaquait dans une de ces sociétés, et lui servir de rempart contre de factieuses atteintes.
      Locuteur: Français
      ...ir violé tous ces règlements, d'arrêter la marche de l'administration, de s'être emparé de la multitude comme d'un instrument favorable à leurs vues, de former une sorte de tribunal qui n'est pas dans la Constitution et qui en rompt l'équilibr...
      ...ule leur donner une grande importance ; de vouloir changer un des points capitaux|de notre gouvernement, avant le terme fixé par l'Acte constitutionnel; de former enfin, par leur affiliation et l...
      On accuse aujourd'hui ces sociétés d'avoir violé tous ces règlements, d'arrêter la marche de l'administration, de s'être emparé de la multitude comme d'un instrument favorable à leurs vues, de former une sorte de tribunal qui n'est pas dans la Constitution et qui en rompt l'équilibre, d'entretenir l'anarchie qui peut seule leur donner une grande importance ; de vouloir changer un des points capitaux|de notre gouvernement, avant le terme fixé par l'Acte constitutionnel; de former enfin, par leur affiliation et leur correspondance, une chaîne qui soumet tous les pouvoirs à leur domination.
      Locuteur: Français
      Il est dans la nature de toute assemblée nombreuse d'agir puissa...
      ...remiers besoins des hommes est l'estime de leurs semblables, il en résulte que si ...
      ... dans une telle assemblée un grand acte de dévouement public : à l'instant 1,000 v...
      ...e enthousiasme se disputeront l'honneur de vaincre en générosité l'auteur de la proposition. Qu'on y propose un crime, ...
      ...le est peu éclairé, s'il ne connaît pas la ligne qui sépare la liberté de la licence, s'il ne sait pas apercevoir les vues secrètes de ceux qui ragitent, alors des hommes malintentionnés pourront proposer une infraction à la loi comme le seul moyen de sauver la chose publique; ils feront passer la calomnie comme un masque ôté à la perfidie, les outrages faits à tous les...
      ...e. Il en résulte donc que le seul moyen de donner une direction saine à toutes ces...
      Il est dans la nature de toute assemblée nombreuse d'agir puissamment sur les âmes et d'en faire sortir tout ce qu'elles renferment d'énergie, soit en bien soit en mal. Mais comme, chez une nation sociable et civilisée, un des premiers besoins des hommes est l'estime de leurs semblables, il en résulte que si le peuple est doux et éclairé, toutes les passions nobles se montrent, toutes les passions viles se cachent. Qu'on propose dans une telle assemblée un grand acte de dévouement public : à l'instant 1,000 voix animées du plus noble enthousiasme se disputeront l'honneur de vaincre en générosité l'auteur de la proposition. Qu'on y propose un crime, il sera repoussé avec horreur. Mais si le peuple est peu éclairé, s'il ne connaît pas la ligne qui sépare la liberté de la licence, s'il ne sait pas apercevoir les vues secrètes de ceux qui ragitent, alors des hommes malintentionnés pourront proposer une infraction à la loi comme le seul moyen de sauver la chose publique; ils feront passer la calomnie comme un masque ôté à la perfidie, les outrages faits à tous les pouvoirs comme un grand service rendu à4la patrie. Il en résulte donc que le seul moyen de donner une direction saine à toutes ces sociétés c'est d'éclairer le peuple. (Applaudissements.)
      Locuteur: Français
      La liberté peut périr en France de deux manières : ou par un choc violent ...
      ...as ainsi, parce qu'entre l'esclavage et la liberté le combat ne sera jamais douteux); ou par l'insubordination des citoyens, par la dissolution des pouvoirs, par la fatigue d'une longue et douloureuse
      La liberté peut périr en France de deux manières : ou par un choc violent entre deux partis (et certes elle ne périra pas ainsi, parce qu'entre l'esclavage et la liberté le combat ne sera jamais douteux); ou par l'insubordination des citoyens, par la dissolution des pouvoirs, par la fatigue d'une longue et douloureuse
      Locuteur: Français
      ...es au pied du Vésuve. Dans un tel ordre de choses, il n'y a de profit que pour les usurpateurs et les ...
      ... régénérer un Empire, mais qu'une suite de révolutions le tue. (Applaudissements.)...
      ...qui sait ou qui veut voir, que le péril de la chose publique est dans l'anarchie, et qu'il n'est que ; que c'est où tous nos ennemis nous travaillent ; que c'est où se réunissent tous les efforts des a...
      ...ds, des exagérés: les uns par le regret de leur pouvoir; les lautres par le désir ...
      ...urs en avant et qui les rend incapables de savoir s'arrêter jamais. Il faudra bien...
      ...urs à cette première impulsion, qui fut de détruire, on traitait les nouvelles ins...
      ... l'écueil, sont sur le rivage, et c'est qu'ils nous attendent.
      ... et en convulsion? On ne place pas son domicile, on n'établit pas des manufactures au pied du Vésuve. Dans un tel ordre de choses, il n'y a de profit que pour les usurpateurs et les brigands. 11 est prouvé par toute l'histoire qu'une révolution peut régénérer un Empire, mais qu'une suite de révolutions le tue. (Applaudissements.) Il est donc évident, pour, tout homme qui sait ou qui veut voir, que le péril de la chose publique est dans l'anarchie, et qu'il n'est que ; que c'est où tous nos ennemis nous travaillent ; que c'est où se réunissent tous les efforts des aristocrates, des brigands, des exagérés: les uns par le regret de leur pouvoir; les lautres par le désir du pillage ; les autres, enfin, par cet entraînement qui les pousse toujours en avant et qui les rend incapables de savoir s'arrêter jamais. Il faudra bien cependant que ce mouvement s'arrête, ou que nous périssions; il faudra bien cep...
      ...s pouvoirs, nous respections ceux qui sont notre ouvrage : mais si, cédant toujours à cette première impulsion, qui fut de détruire, on traitait les nouvelles institutions comme les anciennes, alors il faudrait bien faire naufrage; et les brigands qui, par des signaux mensongers, nous auraient attirés sur l'écueil, sont sur le rivage, et c'est qu'ils nous attendent.
      Locuteur: Français
      ...e vous-même. Si vous n'êtes pas content de vos administrateurs, bientôt de nouvelles élection vous permettront de les remplacer ; si quelques-unes des in...
      ...tionnel; il ne faut ici que du temps et de la patience. Pourquoi se hâter de couper un membre lorsqu'on peut le guérir? Le mal que peut vous faire un de vos fonctionnaires n'est que momentané ; la loi est pour le surveiller, et la justice pour le punir; mais le mal que ...
      ...n les avilissant fous est le plus cruel de tous les maux; vous vous tuez vous-même...
      ...? où sont les lois vengeresses ? où est la société ?
      ...ous avilissez en les avilissant; c'est donc vous-même qui prenez les armes contre vous-même. Si vous n'êtes pas content de vos administrateurs, bientôt de nouvelles élection vous permettront de les remplacer ; si quelques-unes des institutions nouvelles vous blessent, l'espoir d'un utile changement est dans l'Acte constitutionnel; il ne faut ici que du temps et de la patience. Pourquoi se hâter de couper un membre lorsqu'on peut le guérir? Le mal que peut vous faire un de vos fonctionnaires n'est que momentané ; la loi est pour le surveiller, et la justice pour le punir; mais le mal que vous vous faites en les avilissant fous est le plus cruel de tous les maux; vous vous tuez vous-même pour vous épargner une légère incommodité ; et lorsqu'on se permet, dans quelqu...
      ..., ces outrages contre les lois et leurs organes, où est donc l'accusateur public? où sont les lois vengeresses ? où est la société ?
      Locuteur: Français
      ...ls pas les fautes pour avoir le plaisir de calomnier? En effet, n'est-il pas souverainemeni injuste de faire tomber sur tous les clubs en géné...
      ...tes particulières à quelques-uns d'eux, de rendre responsable toute une société de la faute faite par un ou quelques-uns de ces membres? D'un autre côté, les clubs...
      ... tous ceux qui, par principe, détestent la liberté, et ceux encore qui, par pusillanimité, sont incapables de s'élever jusqu'à elle? Et n'a-ton pas vu de quoi est capable une telle coalition,, ...
      ...nt Philippe dans Athènes, sous prétexte de la pacifier. Mais qui ne voit que c'était ...
      Mais les malveillants n'exagéreraient-ils pas les fautes pour avoir le plaisir de calomnier? En effet, n'est-il pas souverainemeni injuste de faire tomber sur tous les clubs en général les fautes particulières à quelques-uns d'eux, de rendre responsable toute une société de la faute faite par un ou quelques-uns de ces membres? D'un autre côté, les clubs n'ont-ils pas pour ennemis tous ceux qui, par principe, détestent la liberté, et ceux encore qui, par pusillanimité, sont incapables de s'élever jusqu'à elle? Et n'a-ton pas vu de quoi est capable une telle coalition,, lorsqu'elle a été chercher jusqu'en Allemagne un empereur pour l'opposer aux clubs? (Applaudissements.) Les misérables appelaient Philippe dans Athènes, sous prétexte de la pacifier. Mais qui ne voit que c'était pour l'asservir? Qui ne

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 421
      Locuteur: Français
      voit que la destruction des clubs devait servir de prélude à la destruction de la Constitution, que c'est à elle qu'ils 'ne peuvent pardonner, et que la guerre qu'ils nous préparent a pour pré...
      ...ur montreront comment chez un peuple où la loi est l'expression de la volonté générale, c'est insulter le peu...
      ... manquer au souverain, que d'enfreindre la loi, et comment on n'est vraiment libre et heureux que sous son empire. Dans la multitude de pièces que notre comité a eu à examiner...
      ...ais que surtout il faut aimer. Les amis de la liberté sont dans toute la France, mais ses amants sont dans les c...
      ...sa jouissance, que l'on doit cet esprit de défiance qui anime quelques-uns de leurs membres. Croyez que certains de sa possession, les inquiétudes et les e...
      ...ls ne voudront voir changer aucun point de la Constitution que par les moyens qui son...
      ... à le vouloir, l'Assemblée nationale et la nation, se levant d'un même mouvement, ...
      ...ne sont qu'un minimum dans l'expression de la volonté publique*
      voit que la destruction des clubs devait servir de prélude à la destruction de la Constitution, que c'est à elle qu'ils 'ne peuvent pardonner, et que la guerre qu'ils nous préparent a pour prétexte les factieux, et pour 'objet les patriotes? Mais du moment où les puissanc...
      ...ages modéreront alors l'ardeur impétueuse qui anime les esprits exagérés. Ils leur montreront comment chez un peuple où la loi est l'expression de la volonté générale, c'est insulter le peuple- entier, c'est manquer au souverain, que d'enfreindre la loi, et comment on n'est vraiment libre et heureux que sous son empire. Dans la multitude de pièces que notre comité a eu à examiner, il a trouvé les prêtres et les brigands à chaque page; il n'y a presque pas vu...
      ... à combattre ; il y a vu des amis très ardents qu'il faut éclairer et adoucir, mais que surtout il faut aimer. Les amis de la liberté sont dans toute la France, mais ses amants sont dans les clubs et c'est peut-être au prix qu'ils attachent à sa jouissance, que l'on doit cet esprit de défiance qui anime quelques-uns de leurs membres. Croyez que certains de sa possession, les inquiétudes et les exagérations tiendront s'éteindre dans le charme d'un amour plus tranquille. Jamais ils ne voudront voir changer aucun point de la Constitution que par les moyens qui sont en elle-même ; mais si jamais ils venaient à le vouloir, l'Assemblée nationale et la nation, se levant d'un même mouvement, leur feraient bien voir qu'ils ne sont qu'un minimum dans l'expression de la volonté publique*
      Locuteur: Français
      ... que plus ils sèmeront l'anarchie, plus la nation fortifiera son gouvernement; que plus ils voudront la République, plus elle se renfermera dans les bornes d'une monarchie libre? De tous les côtés sont des précipices profonds ; la Constitution est la seule planche sur laquelle les Français... ...s que tous leurs efforts produisent un effet opposé à celui qu'ils en attendent? que plus ils sèmeront l'anarchie, plus la nation fortifiera son gouvernement; que plus ils voudront la République, plus elle se renfermera dans les bornes d'une monarchie libre? De tous les côtés sont des précipices profonds ; la Constitution est la seule planche sur laquelle les Français puissent se sauver. (Applaudissements réitérés et unanimes.)
      Locuteur: Français
      Quant aux moyens de répression, ils sont dans les lois générales, et dans la loi particulière du 30 novembre 1791. La loi ne connaît point de sociétaires ; elle ne connaît que des c...
      ...strats, que ce soit dans un club ou sur la place publique, elle doit également att...
      ...ent, mais infaillible : les lumières et de sages exemples. Dans les temps d'orages, la position des affaires et l'espèce du danger changent très fréquemment; et la conduite du peuplé doit se diriger sur ...
      ...ur les situations diverses où se trouve la chose publique. -
      Quant aux moyens de répression, ils sont dans les lois générales, et dans la loi particulière du 30 novembre 1791. La loi ne connaît point de sociétaires ; elle ne connaît que des citoyens ; et lorsqu'on avilit les autorités, lorsqu'on calomnie volontairement les magistrats, que ce soit dans un club ou sur la place publique, elle doit également atteindre et frapper le calomniateur. Pourquoi cette loi n'est-elle pas exécutée? Quant à ce qui nous regarde, nous ne pouvons vous présenter qu'un remède lent, mais infaillible : les lumières et de sages exemples. Dans les temps d'orages, la position des affaires et l'espèce du danger changent très fréquemment; et la conduite du peuplé doit se diriger sur les lois et sur les situations diverses où se trouve la chose publique. -
      Locuteur: Français
      ...ers magistrats sont singulièrement dans la nature du gouvernement populaire. Ces i...
      ... dans tous les clubs. Elles serviraient de point de ralliement à la divergence des opinions, et de contre-poison aux productions de l'esprit de parti. Nous vous proposons une seconde mesure, qui n'est qu une suite de la première : c'est d'obliger les municipa...
      ...leurs concitoyens tous les dimanches, à la maison commune, pour leur lire les lois qui auront été décrétées durant la semaine, et leur donner des instructions relatives à la situation des affaires en général, et à...
      ...nstructions fortifieront les sentiments de confiance qui doivent exister entre les...
      ...gare, mais je crois que l'obéissance et la paix régneront partout, le jour où les ...
      ...ue leur règne ne commencera que ce jour-.
      ...crétez. Ces communications franches et fraternelles entre le peuple et ses premiers magistrats sont singulièrement dans la nature du gouvernement populaire. Ces instructions-périodiques seraient lues avec avidité dans toutes les communes, dans toutes les écoles, dans tous les clubs. Elles serviraient de point de ralliement à la divergence des opinions, et de contre-poison aux productions de l'esprit de parti. Nous vous proposons une seconde mesure, qui n'est qu une suite de la première : c'est d'obliger les municipalités à rassembler leurs concitoyens tous les dimanches, à la maison commune, pour leur lire les lois qui auront été décrétées durant la semaine, et leur donner des instructions relatives à la situation des affaires en général, et à leur position en particulier. Ces instructions fortifieront les sentiments de confiance qui doivent exister entre les magistrats et leurs administrés, et elles pourront prévenir lès émeutes. Je ne sais si je m'égare, mais je crois que l'obéissance et la paix régneront partout, le jour où les lumières auront pénétré partout; mais que leur règne ne commencera que ce jour-.
      Locuteur: Français
      Votre comité a vu une autre cause de troubles dans une population nombreuse qui manque aujourd'hui de travail. Il est dans l'essence - du despotisme de créer un fisc très compliqué, et, pour ...
      ...s citoyens dans toutes les transactions de leur vie, et dans toutes les parties de leur existence ; de former autour de lui des corporations oppressives et parasites, qui font vivre une multitude de subàlternes, en leur donnant une petite...
      ...se proie qu'elles arrachent au peuple ; de s'entourer de financiers et de seigneurs, toujours suivis d'une nombre...
      ..., et qui sont à leurs ordres ; et enfin de former autour de lui une ceinture de prêtres qui, tandis que le despote oppr...
      ...uples, goûtent en paix le pieux plaisir de les bénir. Ce sont comme autant de petits forts que le despotisme place en avant, et qu'il faut prendre avant de pouvoir attaquer la place.
      Votre comité a vu une autre cause de troubles dans une population nombreuse qui manque aujourd'hui de travail. Il est dans l'essence - du despotisme de créer un fisc très compliqué, et, pour l'alimenter, d'instituer des milices nombreuses qui poursuivent les citoyens dans toutes les transactions de leur vie, et dans toutes les parties de leur existence ; de former autour de lui des corporations oppressives et parasites, qui font vivre une multitude de subàlternes, en leur donnant une petite part dans cette immense proie qu'elles arrachent au peuple ; de s'entourer de financiers et de seigneurs, toujours suivis d'une nombreuse suite d'hommes qui travaillent pour eux, et qui sont à leurs ordres ; et enfin de former autour de lui une ceinture de prêtres qui, tandis que le despote opprime les peuples, goûtent en paix le pieux plaisir de les bénir. Ce sont comme autant de petits forts que le despotisme place en avant, et qu'il faut prendre avant de pouvoir attaquer la place.
      Locuteur: Français
      Il est dans 1 essence de toute société de posséder une classe d'hommes qui vit de se3 propriétés, et une autre classe qui vit de ses travaux. Sous le gouvernement arbit...
      ...usse et les cœurs une morale corrompue, la classe des hommes riches goûte moins le plaisir d'être que de paraître; elle recherche moins ce qui e...
      ... est brillant et fastueux : alors toute la classe qui n'a que son industrie pour vivre, la dirige vers tout ce qui peut flatter l'opulence, varier de mille manières ses jouissances, réveiller les goûts usés de l'indolence et de la satiété.
      Il est dans 1 essence de toute société de posséder une classe d'hommes qui vit de se3 propriétés, et une autre classe qui vit de ses travaux. Sous le gouvernement arbitraire, les esprits ayant une direction fausse et les cœurs une morale corrompue, la classe des hommes riches goûte moins le plaisir d'être que de paraître; elle recherche moins ce qui est utile et commode, que ce qui est brillant et fastueux : alors toute la classe qui n'a que son industrie pour vivre, la dirige vers tout ce qui peut flatter l'opulence, varier de mille manières ses jouissances, réveiller les goûts usés de l'indolence et de la satiété.
      Locuteur: Français
      Lorsque la liberté vient à paraître, toutes ces co...
      ...route nouvelle, u existe une suspension de travail, une surabondance de population. Tandis que d'un côté la liberté est obligée, pour sa propre défense, de faire peser le joug de la loi sur la tête de tous ceux qui opprimaient et qui voudraient encore opprimer, de l'autre elle est obligée de tendre une main secourable à des subalternes qui vivaient des déprédations et du luxe de leurs chefs, et d'ouvrir d'autres res-
      Lorsque la liberté vient à paraître, toutes ces corporations sont nécessairement anéanties, tous les rapports sont nécessairement ...
      ...nd nécessairement une autre direction ; et jusqu'à ce qu'elle se soit frayé une route nouvelle, u existe une suspension de travail, une surabondance de population. Tandis que d'un côté la liberté est obligée, pour sa propre défense, de faire peser le joug de la loi sur la tête de tous ceux qui opprimaient et qui voudraient encore opprimer, de l'autre elle est obligée de tendre une main secourable à des subalternes qui vivaient des déprédations et du luxe de leurs chefs, et d'ouvrir d'autres res-
      Locuteur: Français
      ...papiers publics, trop souvent empreints de l'esprit de parti. Pourquoi ne vous chargeriez-vous pas d'une telle instruction ? Le titre précepteur du peuple, ajouté à celui de législateur, ne pourrait que vous honor...
      ...us les jours des milliers d'adresses et de pétitions. Répondez-leur à toutes une f...
      ...le et même adresse. C'est bien le moins de consacrer une séance à encourager, inst...
      Lejpeuple, pour s'instruire, n'a que des papiers publics, trop souvent empreints de l'esprit de parti. Pourquoi ne vous chargeriez-vous pas d'une telle instruction ? Le titre précepteur du peuple, ajouté à celui de législateur, ne pourrait que vous honorer. Vous recevez tous les jours des milliers d'adresses et de pétitions. Répondez-leur à toutes une fois par mois par une seule et même adresse. C'est bien le moins de consacrer une séance à encourager, instruire, éclairer, ceux qui consacrent toutes leurs veilles, et se dévouent à tous

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 422
      Locuteur: Français
      ...es, il y a un moyen fort simple : c'est de faire qu'ils soient laborieux. Parmi eu...
      ...arts paisibles, et qui sont hors d'état de cultiver la terre; d'autres ne sont propres qu'à ce dernier genre de travail. Pour occuper les premiers, vot...
      ...le d'ouvrir dans chaque département, et de placer dans d'anciens couvents de moines, sous, la surveillance des corps administratifs, ...
      ...coutumés à ces arts,, et que le produit de leur travail serait plus que suffisant pour subvenir aux frais de ces établissements. Il y a une multitude d'hommes qui ont reçu de l'éducation, que la Révolution a ruinés» et qui viendraient s occuper dans ces-...
      ...t, aujourd'hui appréciés à leur valeur. La liberté honore les hommes utile® que le despotisme. flétrissait sous, le nom de gens de métier.
      Pour rendre ces hommes tranquilles, il y a un moyen fort simple : c'est de faire qu'ils soient laborieux. Parmi eux, il y en a qui sont accoutumés à pratiquer des arts paisibles, et qui sont hors d'état de cultiver la terre; d'autres ne sont propres qu'à ce dernier genre de travail. Pour occuper les premiers, votre comité a pensé qu'il serait, possible d'ouvrir dans chaque département, et de placer dans d'anciens couvents de moines, sous, la surveillance des corps administratifs, des fabriques et; des manufactures nationales où ils pourraient faire leur apprentissage gratuitement, sous des maîtres accoutumés à ces arts,, et que le produit de leur travail serait plus que suffisant pour subvenir aux frais de ces établissements. Il y a une multitude d'hommes qui ont reçu de l'éducation, que la Révolution a ruinés» et qui viendraient s occuper dans ces- établissements nationaux. Tous les arts sont, aujourd'hui appréciés à leur valeur. La liberté honore les hommes utile® que le despotisme. flétrissait sous, le nom de gens de métier.
      Locuteur: Français
      ...ommes opulents. Et qu'il me soit permis de citer un exemple qui, quoique fort loin de notre temps, montrera la différence entre la manière de vivre d'un peuple libre, et celle d'un ...
      ...ieu au milieu, d'un champ, entre un roi de Lacédémone et un satrape de Perse. Tandis que ce dernier, entouré d'esclaves, se faisait préparer, une espèce de trône avec toute la magnificence orientale» le roi de Sparte s'assied sur un rocher, simpleme...
      ... ferai'pas à des hommes libres l'injure de leur dire da quel côté est ici la vraie grandeur. -
      ...x qui ne peuvent-plus exercer leur industrie, en travaillant à faire jouir les hommes opulents. Et qu'il me soit permis de citer un exemple qui, quoique fort loin de notre temps, montrera la différence entre la manière de vivre d'un peuple libre, et celle d'un peuple esclave c'est une entrevue qui eut lieu au milieu, d'un champ, entre un roi de Lacédémone et un satrape de Perse. Tandis que ce dernier, entouré d'esclaves, se faisait préparer, une espèce de trône avec toute la magnificence orientale» le roi de Sparte s'assied sur un rocher, simplement couvert d'une peau d'ours. Je ne ferai'pas à des hommes libres l'injure de leur dire da quel côté est ici la vraie grandeur. -
      Locuteur: Français
      De ce passage de la servitude à la liberté, il est donc résulté en France ...
      ...evons* offrir des travaux et des moyens de vivre : l9 à» toute l'ancienne armée du use ; 2° à ceux qui passaient leur temps à la combattre, et qui vivaient de ce métier immoral; 3P à ceux qui étaient à la suite de tous ces seigneurs, de ces financiers, de ces abbés, de ces évêques; 4° à ceux qu'un très grand nombre d'hommes riches ont cessé de faire travailler, et qui, pour jouir du plaisir de faire crier le peuple, laissent leurs p...
      ...eur,, et leurs terres en friche ; 5°' a la classe très nombreuse des ouvriers de luxe.
      De ce passage de la servitude à la liberté, il est donc résulté en France que nous devons* offrir des travaux et des moyens de vivre : l9 à» toute l'ancienne armée du use ; 2° à ceux qui passaient leur temps à la combattre, et qui vivaient de ce métier immoral; 3P à ceux qui étaient à la suite de tous ces seigneurs, de ces financiers, de ces abbés, de ces évêques; 4° à ceux qu'un très grand nombre d'hommes riches ont cessé de faire travailler, et qui, pour jouir du plaisir de faire crier le peuple, laissent leurs propriétés sans valeur,, et leurs terres en friche ; 5°' a la classe très nombreuse des ouvriers de luxe.
      Locuteur: Français
      ...ommes qui ne sont propres qu'à cultiver la terre, vous avez, sans qu'il en coûte rien au Trésor public, des moyens nombreux de les occuper. Le royaume présente plus de 300 lieues de cotes, des rivières et des fleuves qui ...
      ...es fleuves; s© communiquent par le plus de points qu'il est possible. Il n'est point de département qui ne demande à être autor...
      ...toutes parts, aux corps administratifs, de former ces canaux sans rien exiger du Trésor public, et moyennant la concession d'un droit de péage, qui finira à une époque déterminée^ lors de laquelle ces canaux resteront en-toute propriété à la nation. Pendant qu'on fera ces canaux, ils occuperont une multitude de bras oisifs et peut-être dangereux dans...
      Et à l'égard des hommes qui ne sont propres qu'à cultiver la terre, vous avez, sans qu'il en coûte rien au Trésor public, des moyens nombreux de les occuper. Le royaume présente plus de 300 lieues de cotes, des rivières et des fleuves qui le traversent dans tous les sens. Faites que ces rivières, ces côtes et ces fleuves; s© communiquent par le plus de points qu'il est possible. Il n'est point de département qui ne demande à être autorisé à faire creuser un ou plusieurs canaux ; et il est tel département qui en demande iusqu'à cinq ou six, Des entrepreneurs offrent ae toutes parts, aux corps administratifs, de former ces canaux sans rien exiger du Trésor public, et moyennant la concession d'un droit de péage, qui finira à une époque déterminée^ lors de laquelle ces canaux resteront en-toute propriété à la nation. Pendant qu'on fera ces canaux, ils occuperont une multitude de bras oisifs et peut-être dangereux dans ces temps d'orages; et lorsqu'ils, seront faits, ils ouvriront à. l'agriculture...

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 426
      ...l'Assemblée - comme s'il était question de créer des fonctions nouvelles, tandis qu'il ne s'agit que de les rendre (1) M. Français a présenté son projet de décret à la séance du a mai au matin. ...à l'Assemblée, est celui du commandement des places. Cet objet a été présenté à l'Assemblée - comme s'il était question de créer des fonctions nouvelles, tandis qu'il ne s'agit que de les rendre (1) M. Français a présenté son projet de décret à la séance du a mai au matin.
      « En suite des ordres que la sûreté et la tranquillité publique ont engagé Sa Majesté de donner depuis quelque temps à tous les gouverne-, ments des provinces frontières, de ne laisser passer outre j dans l'intérieur de l'Etat, aucun étranger, sans le munir de passeport, et de n'acccorder point de passeports à ceux qui dirigeraient leur...
      ...enir à cette' capitale sans en prévenir la cour, et en attendre les ordres par écr...
      ...19 du courant, il y était arrivé venant de Gènes, M. de Sémonville, s'annonçant ministre plénipotentiaire de Sa Majesté Très Chrétienne près de Sa Majesté, et dirigeant sa route vers ...
      ... au gouvernement, pour obtenir, suivant la règle établie, un passeport, n'en ayant...
      ...ici, et déclarant que son dessein-était de se rendre à Turin, le gouvernement lui ...
      ...gouverneur expédia un estafette pour se la procurer plus têt. Quoique d'après l'acquiescement et les remerciements de (1). Archives nationales, Carton Dxxii,...
      « En suite des ordres que la sûreté et la tranquillité publique ont engagé Sa Majesté de donner depuis quelque temps à tous les gouverne-, ments des provinces frontières, de ne laisser passer outre j dans l'intérieur de l'Etat, aucun étranger, sans le munir de passeport, et de n'acccorder point de passeports à ceux qui dirigeraient leur route pour venir à cette' capitale sans en prévenir la cour, et en attendre les ordres par écrit, M. le gouverneur d'Alexandrie vient d'informer par un estafette qu'hier jeudi,. 19 du courant, il y était arrivé venant de Gènes, M. de Sémonville, s'annonçant ministre plénipotentiaire de Sa Majesté Très Chrétienne près de Sa Majesté, et dirigeant sa route vers Turin, et que le ministre s'étant rendu au gouvernement, pour obtenir, suivant la règle établie, un passeport, n'en ayant préalablement fait demander aucun ici, et déclarant que son dessein-était de se rendre à Turin, le gouvernement lui avait fait pari; des ordres sus-mentionnés, .qui ne lui permettaient par d'accor...
      ...ports mentionnés, avant d?en avoir informé et reçu l'autorisation; cependant le gouverneur expédia un estafette pour se la procurer plus têt. Quoique d'après l'acquiescement et les remerciements de (1). Archives nationales, Carton Dxxii, n° t.
      (2) Ces dépêches, jusques et y compris la lettre de M. de Sémonville à M. de La Lande, sont empruntées-au Logographe qu... (2) Ces dépêches, jusques et y compris la lettre de M. de Sémonville à M. de La Lande, sont empruntées-au Logographe qui n'en donne que des extraits.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 429
      « Ep conséquence vous êtes chargé de demander que les ordres donnés au gouve... « Ep conséquence vous êtes chargé de demander que les ordres donnés au gouverneur (1) Archives nationales, Carton Dxl. n° 1.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 430
      , au nom des comitfè diplomatiques et de l'extraordinaire des finances réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur la lettre que le roi écrivit le 23 de ce mois à l'Assemblée, pour demander une somme de six millions, destinée aux dépenses sec... , au nom des comitfè diplomatiques et de l'extraordinaire des finances réunis, fait un rapport et présente un projet de décret sur la lettre que le roi écrivit le 23 de ce mois à l'Assemblée, pour demander une somme de six millions, destinée aux dépenses secrètes du départi (1)Archives nationales, Carton Dxxiii, n° 1.
      Voix diverses : La question préalable 1 — Aux voix ! aux v... Voix diverses : La question préalable 1 — Aux voix ! aux voix ! (Bruit.) (1) Voy. ci-dessus cette lettre, séance du lundi 23 avril 1792, a...

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 434
      (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 436, l'opinion de Â. Danthon. (1) Voy. ci-après aux annexes de la séance, page 436, l'opinion de Â. Danthon.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 435
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU JE... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU JEUDI 26 AVRIL 1792
      Opinion et projet de décret (2) sur la recette des deniers publics en général ... Opinion et projet de décret (2) sur la recette des deniers publics en général et dons patriotiques en particulier, vroposé à VAssemblée nationale, le 26 avril...
      Messieurs, je ne puis résister à la nécessité de vous observer que la patrie ne recevra rien en Messieurs, je ne puis résister à la nécessité de vous observer que la patrie ne recevra rien en
      comparaison de ce qui pourrait lui être offert pour la défense de sa Constitution, tant qu'il n'existera pas un mode uniforme de recette et de comptabilité des dons patriotiques, combiné de manière que tous les citoyens puissent en suivre la marche jusqu'à leur destination et en c... comparaison de ce qui pourrait lui être offert pour la défense de sa Constitution, tant qu'il n'existera pas un mode uniforme de recette et de comptabilité des dons patriotiques, combiné de manière que tous les citoyens puissent en suivre la marche jusqu'à leur destination et en constater eux-mêmes le résultat général.
      En effet, Messieurs, qui, de vous surtout» connaîtrait assez peu les hommes, pour ignorer que la plupart répugnent à des sacrifices pécu...
      ...emént leurs offrandes, mais même celles de tous, feront infailliblement partie de la recette du compte public de la Trésorerie nationale ?
      En effet, Messieurs, qui, de vous surtout» connaîtrait assez peu les hommes, pour ignorer que la plupart répugnent à des sacrifices pécuniaires, lorsqu'ils ne sont pas convaincus jusqu'à l'évidence, que, non-séulemént leurs offrandes, mais même celles de tous, feront infailliblement partie de la recette du compte public de la Trésorerie nationale ?
      Qui de vous pourrait me contester que si la comptabilité des dépositaires particuli...
      ...mathématiques, dont chacun puisse faire la preuve incontestable: les trois quarts ...
      ...t fermées : et comme on ne manquera pas de conclure du petit nombre de contribuables, que celui des amis de la Constitution est circonscrit dans la même proportion; quel parti nos ennemis...
      Qui de vous pourrait me contester que si la comptabilité des dépositaires particuliers et généraux des deniers publics n'est pas appuyée par des certitudes mathématiques, dont chacun puisse faire la preuve incontestable: les trois quarts des bourses seront fermées : et comme on ne manquera pas de conclure du petit nombre de contribuables, que celui des amis de la Constitution est circonscrit dans la même proportion; quel parti nos ennemis ne tireront-ils pas, en Ce moment, d'une pareille erreur !...
      Un autre motif met encore des bornes à la générosité des bons citoyens. J'ai souvent entendu dire : A quoi sert de se sacrifier, si la contribution n'est pas générale; et si ...
      ...riverions, ne peut produire que l'effet de quelques gouttes d'eau dans l'océan?...
      Un autre motif met encore des bornes à la générosité des bons citoyens. J'ai souvent entendu dire : A quoi sert de se sacrifier, si la contribution n'est pas générale; et si le pain dont nous nous priverions, ne peut produire que l'effet de quelques gouttes d'eau dans l'océan?...
      ... espérer, Messieurs, que vous trouverez la solution de toutes ces difficultés dans le projet de décret que je vais vous soumettre. Je me dispense de le motiver davantage, persuadé que des législateurs ont assez de pénétration pour concevoir le but de chacun des articles qui le composent, et pour sentir qu'il serait indiscret de leur donner tout le développement dont ... J'ose espérer, Messieurs, que vous trouverez la solution de toutes ces difficultés dans le projet de décret que je vais vous soumettre. Je me dispense de le motiver davantage, persuadé que des législateurs ont assez de pénétration pour concevoir le but de chacun des articles qui le composent, et pour sentir qu'il serait indiscret de leur donner tout le développement dont ils seront un jour susceptibles.
      ...général, il en doit résulter l'avantage de voir les sections des grandes villes, l...
      ...s, se disputer l'honneur d'avoir offert la plus forte somme, en proportion de leurs facultés respectives.
      J'observerai seulement, qu en général, il en doit résulter l'avantage de voir les sections des grandes villes, les municipalités indivises, et successivement les districts et les départements, se disputer l'honneur d'avoir offert la plus forte somme, en proportion de leurs facultés respectives.
      ...rop tardive, j'en aurais plus ae regret de n'avoir pu conserver la parole que j'avais obtenue sur cette ma...
      ... si aans quelques communes, comme celle de Paris surtout, quantité de citoyens ont déjà déposé leur offrande sur le bureau de l'Assemblée nationale, les registres de ces municipalités peuvent avoir une colonne de plus, pour en laire la mention individuelle* : Je dois encore ...
      ...plus commodément au bureau municipal ou de section, qu'au chef-lieu de district; sauf la mention individuelle sur le registre, m...
      ...re seulement, attendu que cette manière de donner n'opère aucun accroissement de fonds.
      Si ma proposition paraissait trop tardive, j'en aurais plus ae regret de n'avoir pu conserver la parole que j'avais obtenue sur cette matière. Mais si aans quelques communes, comme celle de Paris surtout, quantité de citoyens ont déjà déposé leur offrande sur le bureau de l'Assemblée nationale, les registres de ces municipalités peuvent avoir une colonne de plus, pour en laire la mention individuelle* : Je dois encore observer que le change des assignats contre des espèces pourrait s'effectuer, dans mon système, sur les dons déjà faits en papier; et plus commodément au bureau municipal ou de section, qu'au chef-lieu de district; sauf la mention individuelle sur le registre, mais pour mémoire seulement, attendu que cette manière de donner n'opère aucun accroissement de fonds.
      ... est inexécutable par les municipalités de campagne, où très peu de citoyens savent écrire; je demanderais s il est rien de plus à la portée de toutes les clasges de la société, qué la rédaction d'une liste de noms dans une colonne, et de chiffres dans les autres? 11 existe par... Enfin, si l'on prétendait que «e mode est inexécutable par les municipalités de campagne, où très peu de citoyens savent écrire; je demanderais s il est rien de plus à la portée de toutes les clasges de la société, qué la rédaction d'une liste de noms dans une colonne, et de chiffres dans les autres? 11 existe partout plus d'un individu en état d'effectuer une opération aussi

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 436
      simple, et qui n'est que la répétition de ce qui s'est fait indispensablement pou... simple, et qui n'est que la répétition de ce qui s'est fait indispensablement pour les assemblées primaires.
      Nota. Je prie l'Assemblée de ne pas exagérer la dépense ; elle sera tout au plus de 15,000 livres; et, faute d'elle, on per... Nota. Je prie l'Assemblée de ne pas exagérer la dépense ; elle sera tout au plus de 15,000 livres; et, faute d'elle, on perd aes millions.
      ...e, voulant procurer à tous les citoyens de l'Empire la connaissance infaillible de la somme résultant des dons patriotiques déposés sur l'autel de la patrie, pour la défense de la liberté, décrète qu'il y a urgence. « L'Assemblée nationale, voulant procurer à tous les citoyens de l'Empire la connaissance infaillible de la somme résultant des dons patriotiques déposés sur l'autel de la patrie, pour la défense de la liberté, décrète qu'il y a urgence.
      « Art. 3. Un mois au plus tard après la publication du présent décret, lé regis...
      ...orps municipal, ou par les commissaires de section ainsi que par 2 citoyens sur 10...
      ...nt au général des habitants du lieu, ou de la section, de les déléguer, pour constater l'exactitu...
      ...droit appartenant à chaque contribuant, de compulser ledit registre à vor lonté.
      « Art. 3. Un mois au plus tard après la publication du présent décret, lé registre sera fermé, l'addition des sommes sera faite, et le total, arrêté en toutes lettres, sera certifié véritable par le corps municipal, ou par les commissaires de section ainsi que par 2 citoyens sur 100, s'il convient au général des habitants du lieu, ou de la section, de les déléguer, pour constater l'exactitude des enregistrements et calculs; et sans préjudice du droit appartenant à chaque contribuant, de compulser ledit registre à vor lonté.
      « Art. 4. Une expédition de l'arrêté, signée comme l'original, sera...
      ...u district, et une troisième affichée à la porte du lieu des séances municipales ou de la section.
      « Art. 4. Une expédition de l'arrêté, signée comme l'original, sera remise sans délai au receveur du district, avec les sommes réalisées, tant en a...
      ...l délivrera sa reconnaissance. Une autre expédition sera déposée au directoire du district, et une troisième affichée à la porte du lieu des séances municipales ou de la section.
      ...era un tableau des» résultats en sommes de toutes les municipalités de son arrondissement; il le fera viser pa...
      ... 1 au payeur général chargé d'effectuer la solde des troupes.
      « Art. 5. Le receveur dressera un tableau des» résultats en sommes de toutes les municipalités de son arrondissement; il le fera viser par le directoire du district, lequel en ordonnera l'impression par placards, qui seront envoyés, savoir : 2 à chaque municipalité,. 2 au directoire du département, et 1 au payeur général chargé d'effectuer la solde des troupes.
      ...autre en assignats, par chaque district de son ressort. Il en enverra 2 exemplaire...
      ...ipalité ou section, au procureur syndic de chaque district, qui les fera parvenir ...
      ...l s'agit article 5 ci-dessus, affiché à la porte du
      ...nt en placards le tableau indicatif des 2 sommes données, l'une en argent, et l'autre en assignats, par chaque district de son ressort. Il en enverra 2 exemplaires, par municipalité ou section, au procureur syndic de chaque district, qui les fera parvenir à leur destination. L'un des 2 sera, ainsi que celui dont il s'agit article 5 ci-dessus, affiché à la porte du
      lieu des séances du corps municipal ou de la section, et l'autre déposé dans ses arc... lieu des séances du corps municipal ou de la section, et l'autre déposé dans ses archives.
      ...ments adresseront chacun 3 exemplaires! de ces derniers placards à l'Assemblée nationale, et 3 aux commissaires de la Trésorerie. « Art. 7. Les procureurs généraux syndics des départements adresseront chacun 3 exemplaires! de ces derniers placards à l'Assemblée nationale, et 3 aux commissaires de la Trésorerie.
      ... à prendre, pour que cet ordre graduel, de payements et de tableaux, ait lieu désormais, relativement à l'acquit de toutes espèces de Contributions, de manière à faciliter aux habitants de chaque municipalité, le moyen d'acquitt...
      ...ntributions en masse avec des assignats de haute valeur; et pour les mettre à même de connaître indubitablement le résultat des contributions du royaume entier, d'après la certitude qu'ils auront acquise originairement du versement exact de la leur, en la suivant d'affiche en affiche, jusqu'à c...
      « Art. 10. L'Assemblée nationale s'occupera des. mesures à prendre, pour que cet ordre graduel, de payements et de tableaux, ait lieu désormais, relativement à l'acquit de toutes espèces de Contributions, de manière à faciliter aux habitants de chaque municipalité, le moyen d'acquitter leurs contributions en masse avec des assignats de haute valeur; et pour les mettre à même de connaître indubitablement le résultat des contributions du royaume entier, d'après la certitude qu'ils auront acquise originairement du versement exact de la leur, en la suivant d'affiche en affiche, jusqu'à celle générale dressée par ordre du Côrps législatif inclusivement. »
      A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU JE... A LA SÉANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE DU JEUDI 26 AVRIL 1792
      Opinion de Charles Danthôn, député à l'Assemblée nationale, sur la demande faite par M. le ministre des affaires étrangères, d'une somme de 6 millions pour être employée à des dép... Opinion de Charles Danthôn, député à l'Assemblée nationale, sur la demande faite par M. le ministre des affaires étrangères, d'une somme de 6 millions pour être employée à des dépenses secrètes.
      « Messieurs (3), mettre à la disposition du ministre des affaires étrangères une somme de 6 millions pour être employée à des dépenses secrètes, sans que, par la nature de ces - « Messieurs (3), mettre à la disposition du ministre des affaires étrangères une somme de 6 millions pour être employée à des dépenses secrètes, sans que, par la nature de ces -
      ...on opinion qu'il ne m'a pas été permis^ de développer à la tribune. Je dis à mes concitoyens la vérité que je n'ai pu faire écouter à l...
      ...it m'accuser d'erreur quand on a refusé de m'en convaincre, quand le décret rendu ...
      ...volonté préméditée? 6 millions viennent de passer des mains du peuple dans celle d...
      (3) Je publie mon opinion qu'il ne m'a pas été permis^ de développer à la tribune. Je dis à mes concitoyens la vérité que je n'ai pu faire écouter à leurs représentants. Qui pourrait m'accuser d'erreur quand on a refusé de m'en convaincre, quand le décret rendu sans débats, sans discussion, ne peut être envisagé que comme l'expression d'une volonté préméditée? 6 millions viennent de passer des mains du peuple dans celle du mis nistre des affaires étrangères ; je souhaite qu'il en fasse bon usage, mai...
      ...ciales dévolues à tous les citoyens par la Constitution?... ...s essais, que nous généraliserons les connaissances nécessaires aux fonctions sociales dévolues à tous les citoyens par la Constitution?...
      Telles sont en peu de mots les vues d'utilité publique qui m'ont inspiré le projet de décret suivant. Telles sont en peu de mots les vues d'utilité publique qui m'ont inspiré le projet de décret suivant.
      ...re du Corps législatif, aux directoires de départements, qui en feront parvenir un... ...rgent, qu'en assignats,, par chaque département, sera imprimé et envoyé, par ordre du Corps législatif, aux directoires de départements, qui en feront parvenir un exemplaire à chaque municipalité.
      Art. 9. Les receveurs de district, en se conformant aux formalit...
      ...ons patriotiques, tant qu'il en restera de cette espèce entre leurs mains.
      Art. 9. Les receveurs de district, en se conformant aux formalités prescrites par le décret du 26 avril dernier, n'emploieront à l'échange du numéraire contre des assignats, que ceux provenant des dons patriotiques, tant qu'il en restera de cette espèce entre leurs mains.
      ...sus, même séance, page 432, le discours de M. Danthon. (1) Voy. ci-dessus, même séance, page 432, le discours de M. Danthon.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 437
      ...é puisse jamais être compromise à cause de l'emploi qu'il en aura fait, me paraît une mesure si dangereuse pour la liberté (1), que vous auriez décrété cette alarmante proposition" et que je la tiendrais pour anéantie du moment où ce...
      ...arent d'utilité politique, un sûr moyen de déprédation ministérielle, un germe de corruption semé parmi nous, le lien d'u...
      ...agents du pouvoir exécutif, et le sceau de leur impunité. Si l'on vous montrait cette mesure, indépendamment de ses conséquences ultérieures, si l'on vous la faisait envisager sous ses rapports extérieurs, sans vous la présenter en même temps sous ses rappor...
      ...constance contre le témoignage pressant de toutes les autres, on vous induirait da...
      ...re des affaires étrangères mérite assez la confiance des représentants du peuple, ...
      ...utre garantie que sa moralité, un dépôt de cette importance. Je n'argumente pas su...
      ... délicat, et j'envisage, sans acception de personne, cette question en elle-même. J'examine s'il convient à la nation française de suivre encore les errements d'un gouver...
      ... disposés à se vendre, à sacrifier pour de l'argent l'intérêt de leur patrie au leur. J'examine encore s...
      ...ur nous d'une nécessité qui en compense la bassesse et le danger (2). »
      penses, il soit jamais tenu d'en rendre compte, sans que sa responsabilité puisse jamais être compromise à cause de l'emploi qu'il en aura fait, me paraît une mesure si dangereuse pour la liberté (1), que vous auriez décrété cette alarmante proposition" et que je la tiendrais pour anéantie du moment où cette diplomatie méprisable réduite en système, serait devenue, sous un prétexte apparent d'utilité politique, un sûr moyen de déprédation ministérielle, un germe de corruption semé parmi nous, le lien d'une coalition perfide entre les intrigants et les agents du pouvoir exécutif, et le sceau de leur impunité. Si l'on vous montrait cette mesure, indépendamment de ses conséquences ultérieures, si l'on vous la faisait envisager sous ses rapports extérieurs, sans vous la présenter en même temps sous ses rapports intérieurs, on abuserait étrangement d'une seule circonstance contre le témoignage pressant de toutes les autres, on vous induirait dans une pernicieuse erreur. Je n'examine point si le ministre des affaires étrangères mérite assez la confiance des représentants du peuple, pour qu'ils doivent remettre dans ses mains, et sans autre garantie que sa moralité, un dépôt de cette importance. Je n'argumente pas sur ce point si délicat, et j'envisage, sans acception de personne, cette question en elle-même. J'examine s'il convient à la nation française de suivre encore les errements d'un gouvernement déshonoré et justement proscrit, s'il convient d'acheter chez ses voisins tous les traîtres disposés à se vendre, à sacrifier pour de l'argent l'intérêt de leur patrie au leur. J'examine encore si ce vil moyen a le degré d'utilité qu'on lui suppose, s'il est aussi généralement employé qu'on le présume, et s'il est pour nous d'une nécessité qui en compense la bassesse et le danger (2). »
      ...érêts relatifs, qui n'échappent point à la clairvoyance de ses agents; rien ne peut dévier leur ma...
      ...'ils ne soient tous circonvenus, tous à la solde de la puissance étrangère qui les paye, tout ...
      Tout Etat a ses intérêts absolus et ses intérêts relatifs, qui n'échappent point à la clairvoyance de ses agents; rien ne peut dévier leur marche, à moins qu'ils ne soient tous circonvenus, tous à la solde de la puissance étrangère qui les paye, tout disposés à gagner l'argent qu'elle leur donne, ce qui n'arrive presque jamais, a...
      (1) A ces mots on a commencé de m'interrompre, de m'apostropher, de m'injurier; cette défaveur précoce m'a ...
      ...it pas me surprendre : je l'avais avant de parler, avant qu'on sût ce que j'avais ...
      ...ndu, si elle serait mise en discussion. La liberté des opinions n'a pas été seulement violée, elle a été interdite, et la force a fait la loi.
      (1) A ces mots on a commencé de m'interrompre, de m'apostropher, de m'injurier; cette défaveur précoce m'a d'ailleurs appris que je n'irais pas fort loin; au reste, elle ne devait pas me surprendre : je l'avais avant de parler, avant qu'on sût ce que j'avais à dire : les seuls débats que cette question ait suscités n'ont eu lieu que pour savoir si je serais entendu, si quelqu'un serait entendu, si elle serait mise en discussion. La liberté des opinions n'a pas été seulement violée, elle a été interdite, et la force a fait la loi.
      ...out ce que j'ai pu dire, et j'ai trouvé le terme de la patience de mes bruyants interrupteurs; un décret m'a retiré la parole, sous le prétexte que je calomni...
      ...des dépenses secrètes. Quel est l'objet de ces dépenses dont il ne doit rendre auc...
      ...e le veux; mais est-il exempt pour cela de l'immoralité dont je l'accuse? Le respect que je dois à l'Assemblée, le dois-je de même aux propositions qu'on lui fait, e...
      (2) C'est tout ce que j'ai pu dire, et j'ai trouvé le terme de la patience de mes bruyants interrupteurs; un décret m'a retiré la parole, sous le prétexte que je calomniais l'Assemblée; ceci demande explication; il s'agissait d'accorder au ministre des affaires étrangères un fonds pour des dépenses secrètes. Quel est l'objet de ces dépenses dont il ne doit rendre aucun compte. N'est-ce pas d'en faire un usage que l'on ne peut, que l'on n'ose pas...
      ...la ne serait-il pas obligé d'en justifier l'emploi' Que cet emploi soit utile, je le veux; mais est-il exempt pour cela de l'immoralité dont je l'accuse? Le respect que je dois à l'Assemblée, le dois-je de même aux propositions qu'on lui fait, et ne puis-je pas, quand elles sont mises en discussion, en parler comme j'en pen...
      ...jours à se déclarer contre les intérêts de sa patrie. Un projet, un avis contraire...
      ... sur celui qui les propose un caractère de perfidie qui ne tarde guère à signaler ...
      ...emps, fait beaucoup valoir l'efficacité de ce moyen, et qu'on soupçonne même qu'il...
      ...s secondaires, infiniment faibles, pour la cause motrice des variations de la politique des cours, pour le levier qui...
      ...nt plus à nous qui avons si fort changé de système, et qui ne pouvons, qui ne voul...
      ...nos desseins, qui n'en avons point dont la politique des cours doive s'alarmer, et...
      ...re étranger, si ce n'est dans le cas et la nécessité d'une légitime défense.
      qu'il y a toujours à se déclarer contre les intérêts de sa patrie. Un projet, un avis contraire à ces intérêts, impriment sur celui qui les propose un caractère de perfidie qui ne tarde guère à signaler le traître et à déjouer ses intrigues. Je sais bien qu'on a, dans tous les temps, fait beaucoup valoir l'efficacité de ce moyen, et qu'on soupçonne même qu'il est utilement employé parmi nous par une puissance étrangère; mais je suis pers...
      ...ortance, qu'on se trompe tous les jours sur ses effets, et qu'on prend des causes secondaires, infiniment faibles, pour la cause motrice des variations de la politique des cours, pour le levier qui les meut et les dirige, les divise ou les réunit. Quand même les guerres, les p...
      ...uelquefois été déterminés par ces intrigues ténébreuses, elles ne nous conviennent plus à nous qui avons si fort changé de système, et qui ne pouvons, qui ne voulons pas cacher aux nations nos principes, nos intérêts, nos desseins, qui n'en avons point dont la politique des cours doive s'alarmer, et qui ne ferons jamais agression sur un territoire étranger, si ce n'est dans le cas et la nécessité d'une légitime défense.
      ... chef qui les gouverne, où les finances de l'Etat sont à sa libre disposition, et ...
      ...s cabinets des autres princes, un moyen de corruption, une intrigue bien profondém...
      ... nous, mettre publiquement 6 millions à la disposition d'un ministre qui ne passe ...
      ...duire, et n'ont-elles pas toutes sortes de facilités pour les tourner contre nous,...
      ...eillir le fruit, et ne nous laisser que la honte d'une trame si mal ourdie? Ne peu...
      ...pas aposter des gens sûrs qui feindront de les trahir, qui promettront de nous servir, qui prendront notre argent...
      ...vec nos propres armes, ne suffit-il pas de considérer que nous ne saurons rien de leurs desseins, et qu'elles connaîtront...
      ...se point, Messieurs, qu'il faut opposer la ruse à la ruse, l'intrigue à l'intrigue, et porter chez eux la trahison qu'ils stipendient peut-être chez nous; nous n'avons pas besoin de nous servir de tels moyens, et nous n'avons rien à en ...
      ...mal employés dans cette guerre honteuse de cabinets, lors même que cette somme ira...
      ... sans comparaison mieux pour le service de la patrie, que les traîtres que nous pourr...
      Partout où l'intérêt du peuple est sacrifié à l'intérêt du chef qui les gouverne, où les finances de l'Etat sont à sa libre disposition, et où, par conséquent, il peut cacher les fils qu'il fait mouvoir pour diriger les cabinets des autres princes, un moyen de corruption, une intrigue bien profondément scélérate, peut quelquefois lui réussir ; mais nous, mettre publiquement 6 millions à la disposition d'un ministre qui ne passe pas encore pour un aigle en diplomatie, pour les employer en dépenses secrètes, ...
      ... en doit faire, n'est-ce pas les tenir en garde contre les effets qu'il peut produire, et n'ont-elles pas toutes sortes de facilités pour les tourner contre nous, pour recueillir le fruit, et ne nous laisser que la honte d'une trame si mal ourdie? Ne peuvent-elles pas aposter des gens sûrs qui feindront de les trahir, qui promettront de nous servir, qui prendront notre argent et ne trahiront que nous-mêmes. Sans s'appesantir sur tous les moyens qu'elles emploieront pour nous battre avec nos propres armes, ne suffit-il pas de considérer que nous ne saurons rien de leurs desseins, et qu'elles connaîtront tous les nôtres, puisqu'ils en auront été publiquement décrétés, pour être certain que l'avantage leur demeurera dans cette lutte inégale? Qu'on ne dise point, Messieurs, qu'il faut opposer la ruse à la ruse, l'intrigue à l'intrigue, et porter chez eux la trahison qu'ils stipendient peut-être chez nous; nous n'avons pas besoin de nous servir de tels moyens, et nous n'avons rien à en craindre, nous avons un esprit public, un caractère formé; notre état politique est un faisceau qu'on ne pourra fléchir ni rompre. 6 millions seraient bien mal employés dans cette guerre honteuse de cabinets, lors même que cette somme irait tout entière à sa destination. 6 millions entretiendront 10,000 soldats citoyens qui vaudront sans comparaison mieux pour le service de la patrie, que les traîtres que nous pourrions susciter dans toute l'Europe contre nos ennemis déclarés ou secrets.
      ...ns effets que nous pourrions recueillir de cette mesure ; vous n'en devez pas être... Mais je veux admettre tous les bons effets que nous pourrions recueillir de cette mesure ; vous n'en devez pas être plus disposés à l'adopter. Hasards pour hasards, il vaut mieux courir

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 438
      ...urs chancelants dans un poste environné de précipices, n'ont pour s'y maintenir, o...
      ...ous voulez qu'ils marchent toujours sur la ligne de leurs devoirs, si vous ne voulez pas vous en écarter vous-mêmes, gardez-vous de leur confier en même temps des sommes considérables, et la faculté d'en disposer sans en rendre co...
      ...rien n'est plus incertain que l'utilité de leur destination ; rien ne serait plus ...
      ...'en faire. Après avoir tant crié contre la liste civile, comment justifierez-vous ...
      ...osera les complicités des représentants de la nation à la résistance du corps représentatif, et comme celui de Hollande, achètera l'alliance des rois ...
      ...tte dégradation morale, qui menace déjà de pervertir votre gouvernement politique. Prévenez-la donc et ne la précipitez pas, en garnissant les mains...
      ..., tournent toujours à l'oppression ou à la ruine du peuple, et sont par conséquent toujo...
      Les ministres, toujours chancelants dans un poste environné de précipices, n'ont pour s'y maintenir, ou pour en descendre avec sécurité, que deux moyens : une conduite sans tache, qu...
      ...x, un secret pressentiment m'avertit qu'il ne serait pas longtemps à faire. Si vous voulez qu'ils marchent toujours sur la ligne de leurs devoirs, si vous ne voulez pas vous en écarter vous-mêmes, gardez-vous de leur confier en même temps des sommes considérables, et la faculté d'en disposer sans en rendre compte. Quelque plausibles que fussent les motifs qui vous détermineraient a les accorder, rien n'est plus incertain que l'utilité de leur destination ; rien ne serait plus certain que l'abus qu'on en pourrait, je dis plus, qu'on ne tarderait pas d'en faire. Après avoir tant crié contre la liste civile, comment justifierez-vous l'inconséquence avec laquelle vous décréteriez une liste ministérielle? Le pouvo...
      ...indéfiniment l'époque où le gouvernement français, comme celui d'Angleterre, opposera les complicités des représentants de la nation à la résistance du corps représentatif, et comme celui de Hollande, achètera l'alliance des rois aux dépens du peuple, et se servira d'eux pour l'opprimer. Il est problématique si vous serez toujours assez forts pour arrêter cette dégradation morale, qui menace déjà de pervertir votre gouvernement politique. Prévenez-la donc et ne la précipitez pas, en garnissant les mains d'un ministre d'un fonds dont il pourrait si facilement abuser. Soyez certains,...
      ...ts des cours, ne sont jamais employés que pour le pouvoir exécutif ou ses agents, tournent toujours à l'oppression ou à la ruine du peuple, et sont par conséquent toujours dirigés contre lui.
      à l'événement d'avoir quelques ennemis de plus à combattre, et n'opposer à la politique des cours que la noble franchise d'un peuple libre, que de mettre ce peuple aux prises avec ses ag...
      ... nous, et pour leur intérêt, pour celui de leurs créateurs ou de leurs créatures, encore plus que pour l...
      à l'événement d'avoir quelques ennemis de plus à combattre, et n'opposer à la politique des cours que la noble franchise d'un peuple libre, que de mettre ce peuple aux prises avec ses agents; d'investir ceux-ci d'une puissance pécuniaire qu'ils peuvent employer contre nous, comme pour nous, et pour leur intérêt, pour celui de leurs créateurs ou de leurs créatures, encore plus que pour le nôtre.
      ... moyens conviennent aux princes revêtus de la souveraineté dans leurs Etats, ils ne conviennent plus à la nation française, et quand il y aurait ...
      ...ux sans les employer, il y aurait pl(is de danger encore à en confier la direction impunie aux agents du pouvoir...
      ...cueilli, il y a 3 mois, une proposition de cette espèce (1); une juste défiance ne...
      Je le répète, si ces moyens conviennent aux princes revêtus de la souveraineté dans leurs Etats, ils ne conviennent plus à la nation française, et quand il y aurait quelque désavantage a se mesurer avec eux sans les employer, il y aurait pl(is de danger encore à en confier la direction impunie aux agents du pouvoir exécutif. Le ministre des affaires étrangères vous demande 6 millions pour en faire ce qu'il voudra, dites-moi, Messieurs, comment aurîez-vous accueilli, il y a 3 mois, une proposition de cette espèce (1); une juste défiance ne l'aurait-elle pas
      (1) La même demande, dans la même hypothèse de la guerre, M. Dqlessart l'avait faite au comité diplomatique, avec cette différence qu'il la limitait à 2 mil- (1) La même demande, dans la même hypothèse de la guerre, M. Dqlessart l'avait faite au comité diplomatique, avec cette différence qu'il la limitait à 2 mil-
      ... Personne n'ignore par quelle influence la révolution ministérielle s est opérée, ...
      ...nistère suit. Permettez-moi, Messieurs, de faire une supposition. Si vous aviez décrété la proposition du ministre; qu'ensuite, re...
      ...hommes, dit-on, ont changé. Je dis, moi, que les hommes sont toujours les mêmes. Personne n'ignore par quelle influence la révolution ministérielle s est opérée, et quelle direction le nouveau ministère suit. Permettez-moi, Messieurs, de faire une supposition. Si vous aviez décrété la proposition du ministre; qu'ensuite, recherché sur sa conduite, il vint se justifier dans cette Assemblée, et qu'il y t...
      ...gereux; écartons du ministère, écartons de nous ces semences de corruption, écartons-en jusqu'au soupçon, en appelant la lumière sur la conduite des ministres et sur l'emploi ...
      ...forts pour avoir besoin d'être si fins. La Constitution a tellement accru les forces de la France, en intéressant individuellement...
      ...a conservation, en les suscitant tous a la fois contre ses ennemis, que nous trouvons dans cet accroissement de forces une compensation suffisante des ...
      ...nous interdire. Nous n'avons pas besoin de corrompre les cabinets de l'Europe pour les disposer en notre fav...
      ...e convaincus que leur intérêt n'est pas de se réunir contre nous à la maison d'Autriche, ni de prendre part à la guerre qu'elle nous a forcés de lui déclarer. La monstrueuse ligue dont on nous menace n...
      ...es, tant que nous serons à notre place. La Constitution ne peut périr que par nos ...
      ...r législatif à sa solde. N'altérons pas la responsabilité des ministres, n'altérons pas la nôtre, qui ne repose que sur la confiance de la nation. Faisons, dans nos négociations avec les cours étrangères, l'essai de la franchise et de la loyauté ; elles nous réussiront mieux q...
      ...ébreuses, dont nous ne pourrions suivre la trace, connaître la fin, les moyens, si elles étaient dirig...
      ...e ae bassesse qui déshonore encore plus la nation qui les emploie, que celle qu'el...
      Tirons-nous, Messieurs, d'un piège si dangereux; écartons du ministère, écartons de nous ces semences de corruption, écartons-en jusqu'au soupçon, en appelant la lumière sur la conduite des ministres et sur l'emploi des deniers publics; renonçons à une mesure surabondante, inutile; nous sommes trop forts pour avoir besoin d'être si fins. La Constitution a tellement accru les forces de la France, en intéressant individuellement tous les citoyens à sa conservation, en les suscitant tous a la fois contre ses ennemis, que nous trouvons dans cet accroissement de forces une compensation suffisante des moyens qu'on nous propose et que nous devons nous interdire. Nous n'avons pas besoin de corrompre les cabinets de l'Europe pour les disposer en notre faveur; ils sont assez éclairés pour être convaincus que leur intérêt n'est pas de se réunir contre nous à la maison d'Autriche, ni de prendre part à la guerre qu'elle nous a forcés de lui déclarer. La monstrueuse ligue dont on nous menace ne s'effectuera pas ou ne peut pas durer et, quoiqu'il en soit, nous n'avons rien à craindre d'elle tant que nous voudrons être libres, tant que nous serons à notre place. La Constitution ne peut périr que par nos mains; et je prédis qu'elle périra, si jamais le pouvoir exécutif tient le pouvoir législatif à sa solde. N'altérons pas la responsabilité des ministres, n'altérons pas la nôtre, qui ne repose que sur la confiance de la nation. Faisons, dans nos négociations avec les cours étrangères, l'essai de la franchise et de la loyauté ; elles nous réussiront mieux que ces intrigues ténébreuses, dont nous ne pourrions suivre la trace, connaître la fin, les moyens, si elles étaient dirigées pour ou contre nous, et qui ont un carac^ tère ae bassesse qui déshonore encore plus la nation qui les emploie, que celle qu'elle pervertit, Les despotes, du moins, exercent leur machiavélisme dans l'ombre, ...
      lions, et qu'il offrait de rendre compte au comité de l'emploi qu'il en ferait. La proposition fut rejetée avec indisr nat...
      ...ssot fut un des membres qui mit le plus de chaleur à l'écarter, et son langage ne ...
      ...ien. Je ne dois pas craindre le désaveu de ce fait, parce qu'il est vrai; mais s'i...
      ...antage : je n'ai pas adopté mon opinion de confiance, et c'est surabondamment que ...
      lions, et qu'il offrait de rendre compte au comité de l'emploi qu'il en ferait. La proposition fut rejetée avec indisr nation, M- Rrissot fut un des membres qui mit le plus de chaleur à l'écarter, et son langage ne fut pas fort différent du mien. Je ne dois pas craindre le désaveu de ce fait, parce qu'il est vrai; mais s'il était démenti, je n'insiste point, et je n'en veux tirer aucun avantage : je n'ai pas adopté mon opinion de confiance, et c'est surabondamment que je rappelle les principes que professait alors le comité.

      Séance du jeudi 26 avril 1792

      page 439
      ...ns une position semblable, ai-je besoin de toucher du doigt Fécueil ue vous devez ...
      ...s ennemies. Je demande qu'il soit mis à la disposition du ministre de la guerre telle somme que vous jugerez convenable pour cet objet; et je demande la question préalable sur la proposition faite d'employer 6 millions...
      ...t je prends, pour l'en convaincre, acte de ses propres déclarations. Il vous a dit...
      ...au ministère, qu'il bannirait le secret de la diplomatie : ii a bientôt changé de système ; il est revenu bien vite à l'esprit de son emploi. Tout m'est suspect dans sa proposition : tout vous doit l'être de même. Examinez-la sévèrement et si vous devez l'accueilli...
      ... plus qu'un mot à dire, et c'est à vous de m'en-tendre : nous avons des ennemis, m...
      ...oudront se réunir à nous pour recouvrer la liberté. Nous n'avons pas besoin d'employer une astucieuse politique pour les délivrer de leurs tyrans. Nous ne pouvons plus enve...
      ...gtemps produits au grand jour, Le règne de la diplomatie est passé ; ce n'est plus de M. Dumou-riez que vous avez affaire, c'est des La Fayette, des Luckner, des Rochambeau, et de ces armées de braves gens que le saint enthousiasme de la liberté précipite sur leurs pas; fiez-v...
      qu'a-t-il à redouter d'eux? Mais, nous, Messieurs, sommes-nous dans une position semblable, ai-je besoin de toucher du doigt Fécueil ue vous devez craindre, le danger dont vous evez vous garantir? Non, non, je ne vous ferai pas...
      ... croiront nécessaire pour être informés des desseins et des mouvements des armées ennemies. Je demande qu'il soit mis à la disposition du ministre de la guerre telle somme que vous jugerez convenable pour cet objet; et je demande la question préalable sur la proposition faite d'employer 6 millions en dépenses secrètes. Je revendique ces millions pour des dépenses plus urgentes et plus utiles. Le ministre vous égare ou vous abuse: et je prends, pour l'en convaincre, acte de ses propres déclarations. Il vous a dit, en entrant au ministère, qu'il bannirait le secret de la diplomatie : ii a bientôt changé de système ; il est revenu bien vite à l'esprit de son emploi. Tout m'est suspect dans sa proposition : tout vous doit l'être de même. Examinez-la sévèrement et si vous devez l'accueillir, que ce ne soit pas du moins sans en avoir mûrement délibéré. Je n'ai plus qu'un mot à dire, et c'est à vous de m'en-tendre : nous avons des ennemis, mais c'est par les armes qu'il faut les vaincre, c'est par les armes qu'il faut délivrer d'oppression les Belges, les Bataves, tous les peuples qui, comme eux, voudront se réunir à nous pour recouvrer la liberté. Nous n'avons pas besoin d'employer une astucieuse politique pour les délivrer de leurs tyrans. Nous ne pouvons plus envelopper dans l'ombre des intérêts et des desseins dès longtemps produits au grand jour, Le règne de la diplomatie est passé ; ce n'est plus de M. Dumou-riez que vous avez affaire, c'est des La Fayette, des Luckner, des Rochambeau, et de ces armées de braves gens que le saint enthousiasme de la liberté précipite sur leurs pas; fiez-vous à eux, et gardez vos millions pour les employer quelque jour à récompenser l...
      ...tter que ses représentants aient refusé de m'entendre. On ne dispose pas aussi légèrement de ses sueurs; on ne met pas ainsi la partie payante de la nation à la discrétion de la partie prenante. L'emploi d'une somme q...
      ...enses secrètes a pu devenir nécessaire. La chose valait la peine d'être décrétée. Rien de tout cela n'a eu lieu. Le rapport des comités diplomatique et de l'extraordinaire des finances réunis, n...
      ...ministre des affaires étrangères venait de faire un rapport qui avait intéressé l'...
      ...allait se séparer. M. Vergniaud monte à la tribune, quatre mots lui suffisent pour établir la proposition; il y avait cependant plusieurs points importants à considérer : 1° la nécessité des dépenses secrètes; 2° la quotité de la somme qu'il y fallait destiner; 3° la manière, la possibilité, ou la difficulté d'en surveiller l'emploi : v...
      ...it convaincre dans l'Assemblée le parti de l'opposition; en France, tous les citoy...
      ...fort concourent Volontiers aux dépenses de l'Etat. Il fallait, dis-je, les convain...
      ...e lui ont point rendu. Rien ne justifie la précipitation de la délibération qu'ils ont prise. Le secret nécessaire au ministre pour le succès de ses opérations n'était pas Un motif
      (1) Telle est mon opinion et le peuple doit regretter que ses représentants aient refusé de m'entendre. On ne dispose pas aussi légèrement de ses sueurs; on ne met pas ainsi la partie payante de la nation à la discrétion de la partie prenante. L'emploi d'une somme quelconque en dépenses secrètes a pu devenir nécessaire. La chose valait la peine d'être décrétée. Rien de tout cela n'a eu lieu. Le rapport des comités diplomatique et de l'extraordinaire des finances réunis, n'était pas à l'ordre du jour. Il était 3 heures, le ministre des affaires étrangères venait de faire un rapport qui avait intéressé l'Assemblée, qui l'avait favorablement disposée. Elle allait se séparer. M. Vergniaud monte à la tribune, quatre mots lui suffisent pour établir la proposition; il y avait cependant plusieurs points importants à considérer : 1° la nécessité des dépenses secrètes; 2° la quotité de la somme qu'il y fallait destiner; 3° la manière, la possibilité, ou la difficulté d'en surveiller l'emploi : voilà sur quoi, il fallait convaincre dans l'Assemblée le parti de l'opposition; en France, tous les citoyens contribuables, créanciers, pensionnaires, tous ceux qui, par un généreux effort concourent Volontiers aux dépenses de l'Etat. Il fallait, dis-je, les convaincre que l'Assemblée nationale ne se laisse pas surprendre, et que le Trésor publ...
      ...ais des représentants du peuple, voilà le compte qu'ils lui devaient et qu'ils ne lui ont point rendu. Rien ne justifie la précipitation de la délibération qu'ils ont prise. Le secret nécessaire au ministre pour le succès de ses opérations n'était pas Un motif
    • Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      - search term matches: (170)

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 41
      Locuteur: Tardiveau
      ...rétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mardi 17 avril 1792, au matin, dont la rédaction est adoptée. , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mardi 17 avril 1792, au matin, dont la rédaction est adoptée.
      ...n a fait mention, dans le procès-verbal de la séance d'hier, de la pétition des médecins qui demandent une interprétation de la loi sur les patentes et de son renvoi au comité de l'ordinaire des finances (1). J'observe...
      ...jour. Renvoyer à un comité, c'est dire, de la part de l'Assemblée, qu'elle n'est pas assez éc...
      ...ns, que celle des talents et des vertus de ceux qui les exercent. Tous les arts, tous les métiers, doivent être égaux aux yeux de la loi et du législateur. (1) Voy. Archive...
      On a fait mention, dans le procès-verbal de la séance d'hier, de la pétition des médecins qui demandent une interprétation de la loi sur les patentes et de son renvoi au comité de l'ordinaire des finances (1). J'observe que ce renvoi est parfaitement inutile et que Pon aurait dù passer sur-le-champ à l'ordre du jour. Renvoyer à un comité, c'est dire, de la part de l'Assemblée, qu'elle n'est pas assez éclairée, et dire cela, c'est fermer les yeux & l'évidence. En effet, il ne doit exister d'autre distinction entre les différentes professions, que celle des talents et des vertus de ceux qui les exercent. Tous les arts, tous les métiers, doivent être égaux aux yeux de la loi et du législateur. (1) Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XLI, séance du 16 avril 1792. au soir, page 726,
      PRÉSIDENCE DE M. GUADET, ex-président. PRÉSIDENCE DE M. GUADET, ex-président.
      La séance est ouverte à six heures du soir... La séance est ouverte à six heures du soir.

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 42
      Locuteur: Rouyer
      La profession des médecins ne peut pas être exceptée de la charge commune) et en général* toute pr...
      ...oit être assujettie aux formalités ét à la contribution que la loi impose. (Applaudissements). , . Je ...
      ...ret pat lequel elle a renvoyé au comité la pétition des médecins., et qu'elle pass...
      La profession des médecins ne peut pas être exceptée de la charge commune) et en général* toute profession quelconque, qui procure des bénéfices à, ceux ^ui l'exercent, doit être assujettie aux formalités ét à la contribution que la loi impose. (Applaudissements). , . Je demande dope que l'Assemblée rapporte le décret pat lequel elle a renvoyé au comité la pétition des médecins., et qu'elle passe à i'ordre qu jour, ihotivé sur les principes que je viens d'énodeer.
      Locuteur: Merlet
      ...iers dolVent êtrfe aèsiijëttlk âù droit de pàtëhte; Mais le dëfen-sëui4 omeieui ri...
      ...i ët qUl jBtlit d'uri drdit accObdé ba^ la Gottâ-tlttitldd â tout Citd^ëh. Jë voii...
      Je contiens que tdUteS lés professions, tous les arts et métiers dolVent êtrfe aèsiijëttlk âù droit de pàtëhte; Mais le dëfen-sëui4 omeieui ri'éxerdë ni Un art, rii uri métier, rli Uhë t}rofe§èion. ti'ëfei tort âtni tjiii défend un athi ët qUl jBtlit d'uri drdit accObdé ba^ la Gottâ-tlttitldd â tout Citd^ëh. Jë voiiâ deniattdë si vottfc pOlirHez ëxigèi', jiftr ëxeddblë, que M. Duvêyriët1, qui v...
      Locuteur: Merlet
      Je demande la question préalable sur l'amendement de M. Broûssonnet. Je demande la question préalable sur l'amendement de M. Broûssonnet.
      Locuteur: Lagrévol
      II faut faire à l'amendement de M. Broûssonnet, une distinction qui me ...
      ... profit, qui exerce unet fois en sa vie la fonction de défenseur officieux, ne doit, certainement pas payer de patente; mais je, crois qu'on doit y assujettir lés hommes de loi qui exercent journellement près les...
      II faut faire à l'amendement de M. Broûssonnet, une distinction qui me paraît admissible. Le citoyen qui défend son ami ou un malheureux, sans en retirer aucun profit, qui exerce unet fois en sa vie la fonction de défenseur officieux, ne doit, certainement pas payer de patente; mais je, crois qu'on doit y assujettir lés hommes de loi qui exercent journellement près les tribunaux cette même fonction.
      Locuteur: Lagrévol
      En conséquencë, j'appuie la proposition M. BrousSonrtet en cë qui concërne les ... En conséquencë, j'appuie la proposition M. BrousSonrtet en cë qui concërne les défenseurs bfficiëtti pt*ès les tribliilâUX.
      Locuteur: Tardiveau
      disposition réclamée par le préopinant est portée par, la loi. Tous ceux qui exercent une rohetio...
      ...rent Un lucre, sont assujettis au droit de patente.
      disposition réclamée par le préopinant est portée par, la loi. Tous ceux qui exercent une rohetion quelconque, et qui en retirent Un lucre, sont assujettis au droit de patente.
      Locuteur: Tardiveau
      ...oirs d'athis, qiii ilë remplissent dans la société que des fonctions officieuses^ ...
      ... sur un produit 4ui n'existe pas. Aussi la loi doffië- t-elfe aux brocureurs-syndi...
      ... les hommes qui exercent des fonctions? , iis sont obligés de déclarer, sur la fbi du serment; s'ils se font ou s'ils ...
      Au, contraire, tous ceux qui rie rendent que des( devoirs d'athis, qiii ilë remplissent dans la société que des fonctions officieuses^ rte peuvent paë être assujettis à une imuosiiion sur un produit 4ui n'existe pas. Aussi la loi doffië- t-elfe aux brocureurs-syndics lé droit d'appeler devant lés tribUHaiiX tous les hommes qui exercent des fonctions? , iis sont obligés de déclarer, sur la fbi du serment; s'ils se font ou s'ils ne së fbnt pas payer à raison des fonctions qtt'ilti exercent;
      Locuteur: Tardiveau
      Il est donc vrai qu'on ne peut élever de difficultés, ni donner .lieu à une nouvelle discussion sur l'exercice de telle ou telle profession puisque la loi y a pourvu. Il est donc vrai qu'on ne peut élever de difficultés, ni donner .lieu à une nouvelle discussion sur l'exercice de telle ou telle profession puisque la loi y a pourvu.
      Locuteur: Mailhe
      ...ssëfflbléë décrété lé Rapport dU décfët rërtvoi de pétition dës médëcirtà, et siir lëii^ p...
      ...é à l'Ordre dU jéÉfy par le ttidtif que loi ne les éicepte pas.)
      (L'Assëfflbléë décrété lé Rapport dU décfët rërtvoi de pétition dës médëcirtà, et siir lëii^ proposition et celle relative âiix défeUséilH officieux, elle passé à l'Ordre dU jéÉfy par le ttidtif que loi ne les éicepte pas.)
      Locuteur: Mailhe
      i 1° Lettre de M. Clavière, ministre des contributions...
      ...qui annonce qué, pllisieurs directoires de départements lui ont adressé différentes questiorts sur la manière de. pourvoir aux charges locales des munic...
      i 1° Lettre de M. Clavière, ministre des contributions publiques* qui annonce qué, pllisieurs directoires de départements lui ont adressé différentes questiorts sur la manière de. pourvoir aux charges locales des municipalités; il envoie un médioire relatif a cet objet.
      Locuteur: Mailhe
      (L'Assemblée renvoie la lettre du mihistre et son mémoire aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances réunis.) (L'Assemblée renvoie la lettre du mihistre et son mémoire aux comités de l'ordinaire et de l'extraordinaire des finances réunis.)
      Locuteur: Rouyer
      ...e dës contributions publiques Soit tenU de rètiiétttë adi Comités leë art-étés bu ...
      ...e Mit Une inotiort tëhdant à sufcpendrë la liquidation dés créanciers de l'État, proposition qu'il Vodiait nous fàirë adOptei* de feonfiance; (Applàudisiefhents li gàùcï...
      Jë dëmartde quë lë minière dës contributions publiques Soit tenU de rètiiétttë adi Comités leë art-étés bu pétitions quë lës départements lui ont adrëssës, afin tjlie tOUs le8 membres pui...
      ...ëusë. Eh ënët) l'Afe-semblée doit se rappeler qu'elle a déjà rejëtë bn rtiéinoire Mit Une inotiort tëhdant à sufcpendrë la liquidation dés créanciers de l'État, proposition qu'il Vodiait nous fàirë adOptei* de feonfiance; (Applàudisiefhents li gàùcïùs):
      Locuteur: Rouyer
      2° Lettre de M. Clavière, -ministre des contribution...
      ...l s'est élevé plusieurs difficultés sur la retenue du cinquième, autorisée par les...
      2° Lettre de M. Clavière, -ministre des contributions publiques, par laquelle il fait part à, rAs-semblée qu'il s'est élevé plusieurs difficultés sur la retenue du cinquième, autorisée par les iois du 1er décembre 1790, et 10 juin 1791.
      Locuteur: Rouyer
      (L'Assemblée renvoie la lettre et lé méttioirë qui y est joint au comité législation.) (L'Assemblée renvoie la lettre et lé méttioirë qui y est joint au comité législation.)
      Locuteur: Rouyer
      3d Lettre de M. Clavière, mihiitïe des contrïbu-tiôn...
      ...ïoill1 demander urië loi interprétative l'article 37 loi dù 9 mai 1790.
      3d Lettre de M. Clavière, mihiitïe des contrïbu-tiôns publiques, jïoill1 demander urië loi interprétative l'article 37 loi dù 9 mai 1790.
      Locuteur: Broussonnet
      ...défenseurs officieux soiënt aussi tenus de prendre une patente; Je dematide par amendement que les défenseurs officieux soiënt aussi tenus de prendre une patente;
      Locuteur: Mailhe
      Je demande la parole pour appuyer l'amendemënt. Je demande la parole pour appuyer l'amendemënt.
      Locuteur: Broussonnet
      ...us éclairé. Us se sont d'abord soumis à la loi des patentes. Ils n'attértdent que ... ...gards pour les médecitis qui tous ont montré le patriotisme le pids pur et lé plus éclairé. Us se sont d'abord soumis à la loi des patentes. Ils n'attértdent que l'interprétation qu ils vous demandent pour s'y souméttre encore si vous le juge...
      Locuteur: Mailhe
      ... seule foië dans sa vië les itinëtidnfi de défenseur officiëux, polir un attii tid...
      ...tribunal et qd'ily exerce les fbhctidnà défenseur officieux.
      Je coUçoiâ très bien qu'un hoihtttë qui exerce une seule foië dans sa vië les itinëtidnfi de défenseur officiëux, polir un attii tid potlb uU malheureuxj në doit pas êtrë sOUmis âU dfroit d$ patente; mais il doit y être assujetti lorsqd'il suit un tribunal et qd'ily exerce les fbhctidnà défenseur officieux.
      Locuteur: Mailhe
      Plusieurs membres : La loi ie pOrtë. Plusieurs membres : La loi ie pOrtë.
      Locuteur: Mailhe
      ...me! n'auraiertt pas été soumis au droit de patente? Je proposé donc qu'il soit décrété que tout npmme de loi qui suit les tribunaux, soit assujetti au droit de pàtente. ...n avocat sous L'ancien régime; Or, jë demande si lës avocats, sous l'ahcien régime! n'auraiertt pas été soumis au droit de patente? Je proposé donc qu'il soit décrété que tout npmme de loi qui suit les tribunaux, soit assujetti au droit de pàtente.
      Locuteur: Mailhe
      tjii de MM. les kècrétdires dOrtné lectufe dëà ... tjii de MM. les kècrétdires dOrtné lectufe dëà lëtti-ëà suivante^ î
      Locuteur: Rouyer
      (L'Assemblée décrété ià iiiotidh M. ftOÙyëi'.) (L'Assemblée décrété ià iiiotidh M. ftOÙyëi'.)
      Locuteur: Rouyer
      (L'Âssëinbléë rertVoîè lettre ët le inémoir*® qui y èst joint ... (L'Âssëinbléë rertVoîè lettre ët le inémoir*® qui y èst joint aU comité féodal.)
      Un membre, au nom du comité de division. Messieurs, je suis chargé au pom du comité de di-: vision de vous proposer de déclarer vérifiés ët valideSj les pouvoirs (1) de M. Demoy4 curé de (2) Voy. ci-ajjrês aux annexes séanfcé, lëà pOii-voits de M. Dëttldy. Un membre, au nom du comité de division. Messieurs, je suis chargé au pom du comité de di-: vision de vous proposer de déclarer vérifiés ët valideSj les pouvoirs (1) de M. Demoy4 curé de (2) Voy. ci-ajjrês aux annexes séanfcé, lëà pOii-voits de M. Dëttldy.

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 43
      Locuteur: Queslin
      ...eut-être ce qu'a déjà fait le ,ministre de marine, mais comme en cette affaire l'e...
      ...d'une négligence serait infailliblement la ruine de plusieurs milliers de familles, il est, ce me semble, de la prudence de l'Assemblée, nationale de s'en assurer. Je propose donc quelle décrète que le ministre de la marine sera tenu de rendre compte des mesures qu'il aura pr...
      C'est peut-être ce qu'a déjà fait le ,ministre de marine, mais comme en cette affaire l'effet d'un oubli ou d'une négligence serait infailliblement la ruine de plusieurs milliers de familles, il est, ce me semble, de la prudence de l'Assemblée, nationale de s'en assurer. Je propose donc quelle décrète que le ministre de la marine sera tenu de rendre compte des mesures qu'il aura prises à cet égard.
      Locuteur: Queslin
      Messieurs, je demande la parole pour une motion d'ordre. . Messieurs, si Constitution a corlférë àii roi le croit de faire exclusivement les préparatifs de la guerre, de distribuer les forces de terre et de mer, et d'en régler la direction, elle a aussi attribué au Cor...
      ...ois devoir fixer un instant l'attention de l'Assembléé nationale sur un danger qui menace plusieurs de nos départements, et principalement ceux du Finistère et de la Manche, danger imminent dont le ministr...
      Messieurs, je demande la parole pour une motion d'ordre. . Messieurs, si Constitution a corlférë àii roi le croit de faire exclusivement les préparatifs de la guerre, de distribuer les forces de terre et de mer, et d'en régler la direction, elle a aussi attribué au Corps législatif le soin d'exercer sur Cette partie du gouvernement comme sur toutes les autres, une Surveillance active. D'après ce principe, je crois devoir fixer un instant l'attention de l'Assembléé nationale sur un danger qui menace plusieurs de nos départements, et principalement ceux du Finistère et de la Manche, danger imminent dont le ministre le moins vigilant pouvait, faute d'avoir les connaissances locales riécessaire...
      Locuteur: Queslin
      Le département des côtes de la Màricïië ëstj comme vous le savez, mess...
      ...peuplées par lin ramassis d aventuriers de toutes nations, dont la principale pro-fessioU est d'être. contrebandiers en temps de paix, corsaires en temps de guerre. Si nous avons la guerre avec l'Autriche comme tout sëmbl...
      ... et en supposant, comme nous avons liëu de l'espérer, que l'Angleterre gardé la hëùtraliiê, que va-t-il arriver? Les nombreux corsaires de Jersey, tîuernesey et Aurigny, accoutumés à faire à main armée, leur commerce de contrebande, et proinpts à tirer parti ...
      ...qu'autre port des Pays-Bas Autrichiens. La ils prennent quelques hommes d'équipagé Ostèn-dois, ils vont croiser à la hauteur d'OUessânt, se répandre sur tou...
      ...t intercepter toute communication entre la Manche et l'Océan, entre la Manche et les mers dû Nord, en sorte qu...
      ... ports neutres, ou dans les ports mêmes de Jersey, Guernesey et Aurigny.
      Le département des côtes de la Màricïië ëstj comme vous le savez, messieurs, masqué à l'Ouest par les trois îles appartenant aux Anglais, Jersey, Guer...
      ... trois petites îlesj assez incommodes d'ailleurs, sont fréquentées et en partie peuplées par lin ramassis d aventuriers de toutes nations, dont la principale pro-fessioU est d'être. contrebandiers en temps de paix, corsaires en temps de guerre. Si nous avons la guerre avec l'Autriche comme tout sëmble nous l'annoncer, et en supposant, comme nous avons liëu de l'espérer, que l'Angleterre gardé la hëùtraliiê, que va-t-il arriver? Les nombreux corsaires de Jersey, tîuernesey et Aurigny, accoutumés à faire à main armée, leur commerce de contrebande, et proinpts à tirer parti des événements, se rendent a Osteiide ou dans quei-qu'autre port des Pays-Bas Autrichiens. La ils prennent quelques hommes d'équipagé Ostèn-dois, ils vont croiser à la hauteur d'OUessânt, se répandre sur toutes les côtes et intercepter toute communication entre la Manche et l'Océan, entre la Manche et les mers dû Nord, en sorte qu'il ne peut entrer ni sortir un seul bâtiment marchand, sans être exposé à être vendu dans les ports neutres, ou dans les ports mêmes de Jersey, Guernesey et Aurigny.
      Locuteur: Queslin
      Le moyen d'obvier à ces manœuvres de brigandage est fort simple, ii s'agit uniquement de tenir dans les ports de ces parages un certain nombre de frégates prêtes à sortir au premier signal, et qui croisant dans la Manche, la purgeront de Cés écùineurs, et couvriront nos vaisse... Le moyen d'obvier à ces manœuvres de brigandage est fort simple, ii s'agit uniquement de tenir dans les ports de ces parages un certain nombre de frégates prêtes à sortir au premier signal, et qui croisant dans la Manche, la purgeront de Cés écùineurs, et couvriront nos vaisseaux marchands en sûreté dans nos ports.
      Locuteur: Merlet
      J'appuie la tobtidn de M. QUëSM' je vous déclaré qu'il y a 300 corsàirëd qui n'attendent que la déclaration de la guerre poUr entrer daus nos ports. Ils ...
      ...ue l'Àssetnblée nationale s'est Occupée de faire armer lés cbbvëttès pour protéger notre commerce, dès Cet Ihstânt- même, les corsaires n'oseront paràître ...
      ...cune mesure, ou si vous n'en prenez pas de secrètes, ces corsaires mettront immédiatement à la voile, et feront un tort notoire à votr...
      J'appuie la tobtidn de M. QUëSM' je vous déclaré qu'il y a 300 corsàirëd qui n'attendent que la déclaration de la guerre poUr entrer daus nos ports. Ils sont sous le. pavillon d'Ûstendé, ët sont prêts à fohdre sur nos vaisseaux marchands, liés l'instant qu'on saura que l'Àssetnblée nationale s'est Occupée de faire armer lés cbbvëttès pour protéger notre commerce, dès Cet Ihstânt- même, les corsaires n'oseront paràître et seront à demi vaincus. Au contraire, si vous he prenez aucune mesure, ou si vous n'en prenez pas de secrètes, ces corsaires mettront immédiatement à la voile, et feront un tort notoire à votre commerce.
      Locuteur: Merlet
      (L'Assemblée décrète .la motion de M. QuëSlin.) (L'Assemblée décrète .la motion de M. QuëSlin.)
      Locuteur: Merlet
      ...mblée nationale décrète que le ministre la marine sera tenu de rendre compte des mesures qu'il a dû prendre pour mettre* en cas de guerre, nos navires marchands à l'abri des corsaires qui pourraient croiser dans la Manche: » « L'Assemblée nationale décrète que le ministre la marine sera tenu de rendre compte des mesures qu'il a dû prendre pour mettre* en cas de guerre, nos navires marchands à l'abri des corsaires qui pourraient croiser dans la Manche: »
      Locuteur: Merlet
      Trois citoyens de la ville de Ëresi sont admis à barre. Trois citoyens de la ville de Ëresi sont admis à barre.
      Locuteur: Merlet
      ... lé plbs prpmptement possible le projet de décret du comité de marine sur la création d'une infanterie et d'une artillerie destinées Spécialement à la marine. Us remettent sur le bureau leur pétition revêtue d'un très grand nombre signatures. ...tisme et aU zèle dës Canonniers matelots et demandent que l'As-setilblée discuté lé plbs prpmptement possible le projet de décret du comité de marine sur la création d'une infanterie et d'une artillerie destinées Spécialement à la marine. Us remettent sur le bureau leur pétition revêtue d'un très grand nombre signatures.
      Locuteur: Le Président
      ...tionnaires et leur accorde les honneurs de la séance. répond aux pétitionnaires et leur accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de marine.) (L'Assemblée renvoie la pétition au comité de marine.)
      Locuteur: Le Président
      ... sieur MaUgèRët, secrétaire du district de Lesvarre, est adihis à la barre (1). Le sieur MaUgèRët, secrétaire du district de Lesvarre, est adihis à la barre (1).
      Locuteur: Le Président
      ... l'Assemblée constituante et ,se plaint de ce que le ministre de la marine lui a eonstammërtt refusé, et à ...
      ...'ils eussent subi l'examen prescrit par la loi et qu'ils eussent été admis. 11 se plaint âdssi d'uné infraction à loi cOtnrrtise par l'amirauté de BordeàuX.
      11 réclartie contre l'existence d'un privilège supprimé par l'Assemblée constituante et ,se plaint de ce que le ministre de la marine lui a eonstammërtt refusé, et à trente autrés pildtes lâmàhëurs, leUr lettre d'admission, quoiqu'ils eussent subi l'examen prescrit par la loi et qu'ils eussent été admis. 11 se plaint âdssi d'uné infraction à loi cOtnrrtise par l'amirauté de BordeàuX.
      Locuteur: Le Président
      ...itionnaire ët lui accorde les honneitrs de la séance. répond au pétitionnaire ët lui accorde les honneitrs de la séance.
      Locuteur: Le Président
      (L'Assemblée renvoie la pétition et les pièces y jointes aux comités de marine et de législation réunis). (L'Assemblée renvoie la pétition et les pièces y jointes aux comités de marine et de législation réunis).
      Locuteur: Le Président
      Un membre demande que le ministre de marine rende compte des motifs qui ontretârdë l'exécution de la loi du 9 août 1791. Un membre demande que le ministre de marine rende compte des motifs qui ontretârdë l'exécution de la loi du 9 août 1791.
      Locuteur: Rouyer
      Saint-Laurent} député suppléant de Paris, appelé à remplacer M. Gouvion. Vdici le projet de décret : Saint-Laurent} député suppléant de Paris, appelé à remplacer M. Gouvion. Vdici le projet de décret :
      Locuteur: Rouyer
      ...tionale, après avoir entendu le rapport de son comité de division, déclare les pouvoirs du sieur... « L'Assemblée nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de division, déclare les pouvoirs du sieur DemOy dûment vérifiés et valides; en conséquence* décrète qu'il sera admis à pr...
      Locuteur: Rouyer
      (L'Assemblée adopte le projet de décret). (L'Assemblée adopte le projet de décret).
      Locuteur: Demoÿ
      ...të lé sërUient ihdividUël pfres-cht par GbristitUtidrl. , pHètë lé sërUient ihdividUël pfres-cht par GbristitUtidrl.
      Locuteur: Albitte
      Je demande la question préalable sur cette propositio... Je demande la question préalable sur cette proposition.
      ...atif aux réparations à faire aux digues de Dol, département de Ville-et-Vilaine 02), il s'est glissé, dans la copié envoyée à la sanction, des omissions qui la rendent incomplète ; il propose, èii conséquence, que ce décret soit envoyé Uou-VeaU à la sanction, et qu'à la fin de l'article lèi" il soit ajouté ces mots : « pour la réparation des (1) Voy. ci-dessus, séance du 17 avril 1792, au matin, la lettre par laquelle M. Maugeret demande Son admission à la barre. (2) Voy. Archives parlementaires...
      ... page 55; le déclret relatif aux digues de Dol.
      ...nom dû comité des décrets, expose que, dans le décret du 31 janvier dernier, relatif aux réparations à faire aux digues de Dol, département de Ville-et-Vilaine 02), il s'est glissé, dans la copié envoyée à la sanction, des omissions qui la rendent incomplète ; il propose, èii conséquence, que ce décret soit envoyé Uou-VeaU à la sanction, et qu'à la fin de l'article lèi" il soit ajouté ces mots : « pour la réparation des (1) Voy. ci-dessus, séance du 17 avril 1792, au matin, la lettre par laquelle M. Maugeret demande Son admission à la barre. (2) Voy. Archives parlementaires, lre série, t. XXXVIII, séance du 31 janvier 1792, page 55; le déclret relatif aux digues de Dol.

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 44
      Locuteur: Le Président
      Le maire de Dieppe est introduit à la barre. Il témoigne d'abord ses regrets ...
      ...s autres villes principales du royaume, la rareté du numéraire détermina l'émission de 110,000 livres de confiance. La valeur représentative en assignats fut ...
      ...rateurs. On croyait avoir pris beaucoup de précautions pour la sûreté de la caisse; elle vient d'être enlevée sans ...
      ... en découvrir aucune trace. Les billets de confiance circulent cependant encore, a...
      ...l'époque des remboursements, aux termes de la loi, est près d'arriver.
      Le maire de Dieppe est introduit à la barre. Il témoigne d'abord ses regrets d'avoir à entretenir l'Assemblée d'un objet particulier. Il expose ensuite qu'à Dieppe, comme dans les autres villes principales du royaume, la rareté du numéraire détermina l'émission de 110,000 livres de confiance. La valeur représentative en assignats fut déposée dans les mains des administrateurs. On croyait avoir pris beaucoup de précautions pour la sûreté de la caisse; elle vient d'être enlevée sans qu'on ait pu en découvrir aucune trace. Les billets de confiance circulent cependant encore, ayant pour garantie le respect des administrés pour les administrateurs. Mais l'époque des remboursements, aux termes de la loi, est près d'arriver.
      Locuteur: Le Président
      Messieurs, l'objet de ma pétition est que la ville de Dieppe obtienne une avance de 110,000 livres. Je suis porteur de la délibération du conseil général de la commune de Dieppe, en conséquence de laquelle j'ai été député vers vous. Cet... Messieurs, l'objet de ma pétition est que la ville de Dieppe obtienne une avance de 110,000 livres. Je suis porteur de la délibération du conseil général de la commune de Dieppe, en conséquence de laquelle j'ai été député vers vous. Cette délibération est appuyée par le directoire du département. Il est évident, pa...
      Locuteur: Le Président
      ...titionnaire et lui accorde les honneurs de la séance. répond au pétitionnaire et lui accorde les honneurs de la séance.
      Locuteur: Fauchet
      , au nom du comité de surveillance, fait un rapport et présente un projet de décret (1) sur les griefs de la municipalité de Lyon contre le directoire du département de Rhône-et-Loire (2) ; il s'exprime ainsi... , au nom du comité de surveillance, fait un rapport et présente un projet de décret (1) sur les griefs de la municipalité de Lyon contre le directoire du département de Rhône-et-Loire (2) ; il s'exprime ainsi :
      Locuteur: Fauchet
      ...intenir l'esprit public à ce haut degré de puissance qui domine les malintentionnés et rend leur succès impossible. Cependant de grandes causes et de puissants moyens ont ranimé l'espoir des contre-révolutionnaires de Lyon, et ^promettaient de réaliser leurs espérances. L'affaiblissement du ressort de la liberté par la revision de l'Acte constitutionnel, la crise d'un premier changement de législature, les intentions plus que su...
      ... principaux agents du pouvoir exécutif. la fureur épidémique des émigrations, le c...
      ...ances étrangères contre le nouvel ordre de choses établi en France, la faveur accordée par un refus de sanction et par une extension très absurde des principes de la tolérance universelle aux plus grands ennemis de la Constitution française, la disette du numéraire, la difficulté combinée des subsistances, l...
      ...des ouvriers innombrables qui demandent de l'ouvrage et du pain, l'aristocratie du Comtat, la révolte d'Arles, l'incandescence du fan...
      ...t manifestement développées des projets de nos adversaires,-et qui en annonçaient ...
      ...ment les succès infaillibles si le Dieu de la liberté qui l'avait fait naître au milieu de nous, afin de l'étendre à l'univers, n'eût frappé des...
      ...es orages qu'ils avaient amoncelés pour la détruire; tous ces éléments de contre-révolution étaient à Lyon et y s...
      ...n accuse les administrateurs principaux de ce département de servir la cause de nos adversaires et d'être, ou par une c...
      ...s, Messieurs, l'examiner avec calme, et la juger avec impartialité. C'est la municipalité qui dénonce, c'est le conseil général delà commune qui appuie la dénonciation, ce sont d'innombrables signataires patriotes de cette ville qui élèvent la voix du civisme contre les administrateurs infidèles. Le directoire a fourni des moyens de défense, il provoque même la justice de l'Assemblée, il attend avec sécurité un décret solennel qui constate la fidélité de ses services et l'imposture de ses accusateurs. Toutes les pièces de cette cause ont été successivement renv...
      ... par le comité des pétitions, au comité de surveillance. La première plainte de la municipalité avait été renvoyée seule a...
      ...ctoire sur les dispositions principales de ses arrêtés contre defr officiers munic...
      ... simple désapprobation d'une usurpation de la part des législateurs sur le pouvoir ju...
      ...s delà municipalité, du conseil général de la commune, de 4,000 citoyens signataires ont été adre...
      ...é qui se trouve saisi, eri conséquence, de la totalité de la cause et qui m'a enargé de vous en faire le rapport. Il est imposs...
      elle avait réussi à y élever et à y maintenir l'esprit public à ce haut degré de puissance qui domine les malintentionnés et rend leur succès impossible. Cependant de grandes causes et de puissants moyens ont ranimé l'espoir des contre-révolutionnaires de Lyon, et ^promettaient de réaliser leurs espérances. L'affaiblissement du ressort de la liberté par la revision de l'Acte constitutionnel, la crise d'un premier changement de législature, les intentions plus que suspectes des principaux agents du pouvoir exécutif. la fureur épidémique des émigrations, le concert des puissances étrangères contre le nouvel ordre de choses établi en France, la faveur accordée par un refus de sanction et par une extension très absurde des principes de la tolérance universelle aux plus grands ennemis de la Constitution française, la disette du numéraire, la difficulté combinée des subsistances, l'accaparement des matières premières nécessaires aux manufactures, les murmures inévitables et le désespoir préparé des ouvriers innombrables qui demandent de l'ouvrage et du pain, l'aristocratie du Comtat, la révolte d'Arles, l'incandescence du fanatisme dans les contrées du Midi, toutes les combinaisons profondément exécrables et manifestement développées des projets de nos adversaires,-et qui en annonçaient très prochainement les succès infaillibles si le Dieu de la liberté qui l'avait fait naître au milieu de nous, afin de l'étendre à l'univers, n'eût frappé des coups imprévus pour défendre son berceau et n'eût repoussé contre les despotes et les fanatiques mêmes les orages qu'ils avaient amoncelés pour la détruire; tous ces éléments de contre-révolution étaient à Lyon et y sont encore dans une effrayante activité. On accuse les administrateurs principaux de ce département de servir la cause de nos adversaires et d'être, ou par une connivence passive, ou par une sourde intelligence, ou par des actes illégaux et ...
      ...me et les fléaux des patriotes, Plus cette accusation est grave, plus nous devons, Messieurs, l'examiner avec calme, et la juger avec impartialité. C'est la municipalité qui dénonce, c'est le conseil général delà commune qui appuie la dénonciation, ce sont d'innombrables signataires patriotes de cette ville qui élèvent la voix du civisme contre les administrateurs infidèles. Le directoire a fourni des moyens de défense, il provoque même la justice de l'Assemblée, il attend avec sécurité un décret solennel qui constate la fidélité de ses services et l'imposture de ses accusateurs. Toutes les pièces de cette cause ont été successivement renvoyées, ou par l'Assemblée, pu par le comité des pétitions, au comité de surveillance. La première plainte de la municipalité avait été renvoyée seule au pouvoir exécutif. Une proclamation vague et indécise du roi qui n'approuve ni ne désapprouve le directoire sur les dispositions principales de ses arrêtés contre defr officiers municipaux, et qui se borne à une simple désapprobation d'une usurpation de la part des législateurs sur le pouvoir judiciaire, est intervenue. Les plaintes delà municipalité, du conseil général de la commune, de 4,000 citoyens signataires ont été adressées à l'Assemblée nationale contre cette proclamation et renvoyées au même comité qui se trouve saisi, eri conséquence, de la totalité de la cause et qui m'a enargé de vous en faire le rapport. Il est impossible d'être laconique dans une affaire qui en renferme un grand
      Locuteur: Le Président
      digues de Dol »; à l'article 2, ces mots : du dép... digues de Dol »; à l'article 2, ces mots : du département, et ceux-ci : « ne pourra être employée. »
      Locuteur: Le Président
      M. le maire de Dieppe ajoute : M. le maire de Dieppe ajoute :
      , l'une des plus importantes cités de l'Empire, français, la ville de Lyon, appelle, en ce moment, toute l'attention de l'Assemblée nationale. Depuis la Révolution, cette grande métropole n'a ...
      ...breuse, sa position près des frontières de la Savoie, ses faciles communications par ...
      ...s et fomente les plus chères espérances de l'aristocratie, la perspective, chimérique sans doute, mai...
      ...e sous les couleurs les plus flatteuses de l'intérêt des habitants et des convenances du despotisme, de voir cette ville devenir la capitale du royaume ont entretenu, dans son sein, un ferment toujours plus actif de contre-révolution, et des factions cont...
      ... renaissantes, pour disposer et assurer la ruine de notre liberté. Déjà l'Assemblée nationa...
      ...les projets des contre-révolutionnaires de Lyon, mais puissamment secondée par la municipalité toujours fidèle et par les sociétés populaires, alors en grande activité de civisme, (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collection des af...
      ...I, séance du 13 février 1792, page 470, la pétition de Joseph Chalier et tome XXXIX, séance du 4 mars 1792, page 370, la lettre justificative du Directoire.
      , l'une des plus importantes cités de l'Empire, français, la ville de Lyon, appelle, en ce moment, toute l'attention de l'Assemblée nationale. Depuis la Révolution, cette grande métropole n'a cessé d'être agitée par les manœuvres des ennemis du bien public. Sa population nombreuse, sa position près des frontières de la Savoie, ses faciles communications par le Rhône avec les départements méridionaux où le feu du fanatisme cause les plus grands ravages et fomente les plus chères espérances de l'aristocratie, la perspective, chimérique sans doute, mais présentée sans cesse sous les couleurs les plus flatteuses de l'intérêt des habitants et des convenances du despotisme, de voir cette ville devenir la capitale du royaume ont entretenu, dans son sein, un ferment toujours plus actif de contre-révolution, et des factions continuellement renaissantes, pour disposer et assurer la ruine de notre liberté. Déjà l'Assemblée nationale constituante avait été fatiguée par les coupables projets des contre-révolutionnaires de Lyon, mais puissamment secondée par la municipalité toujours fidèle et par les sociétés populaires, alors en grande activité de civisme, (1) Bibliothèque de la Chambre des députés : Collection des affaires du temps, tome 139, n° 26, (2) Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XXXVIII, séance du 13 février 1792, page 470, la pétition de Joseph Chalier et tome XXXIX, séance du 4 mars 1792, page 370, la lettre justificative du Directoire.
      (L'Assemblée renvoie la pétition et la délibération au comité de l'extraordinaire des finances.) (L'Assemblée renvoie la pétition et la délibération au comité de l'extraordinaire des finances.)

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 45
      Locuteur: Fauchet
      Le premier grief remonte au 10 juin de l'année dernière. L'époque en est remarquable, en raison de sa coïncidence avec un événement qui devait donner une si grande secousse à la Révolution française. Le sieur Imbert, vice-président, avait prononcé dans la session générale du département de Rhône-et-Loire, le 11 décembre 1790, un...
      ...emblée représentative ailleurs que dans la capitale, c'est-à-dire à Lyon. Une si violente insurrection de la part d'un administrateur principal, à la tête du conseil rassemblé, n'avait pas réuni tous les suffrages, même de ceux des membres qui partagaient ses désirs. L'auteur observe lui-même, au bas de son manuscrit qu'il n'avait pu faire consigner la motion dans le procès-verbal de l'assemblée de département, que MM. Pesant, Lacroix, Laval et Servant avaient eu seuls la noblesse de caractériser leur assentiment; que M. Pesant, le Nestor de l'Assemblée, lui avait dit en l'embrass...
      ... plains; votre voix qui peint l'énergie de votre âme et la saine logique de votre esprit est une voix qui crie dans...
      Le premier grief remonte au 10 juin de l'année dernière. L'époque en est remarquable, en raison de sa coïncidence avec un événement qui devait donner une si grande secousse à la Révolution française. Le sieur Imbert, vice-président, avait prononcé dans la session générale du département de Rhône-et-Loire, le 11 décembre 1790, une opinion où l'aristocratie se mettait à l'aise, où l'Assemblée nationale consti...
      ...artements pour dissoudre le premier Corps législatif, pour établir une autre Assemblée représentative ailleurs que dans la capitale, c'est-à-dire à Lyon. Une si violente insurrection de la part d'un administrateur principal, à la tête du conseil rassemblé, n'avait pas réuni tous les suffrages, même de ceux des membres qui partagaient ses désirs. L'auteur observe lui-même, au bas de son manuscrit qu'il n'avait pu faire consigner la motion dans le procès-verbal de l'assemblée de département, que MM. Pesant, Lacroix, Laval et Servant avaient eu seuls la noblesse de caractériser leur assentiment; que M. Pesant, le Nestor de l'Assemblée, lui avait dit en l'embrassant. « Je vous plains; votre voix qui peint l'énergie de votre âme et la saine logique de votre esprit est une voix qui crie dans le désert. — Ferai-je imprimer ma motion? lui dis-je. — Non, mon ami, ce n'est ...
      Locuteur: Fauchet
      ...et l'exposition d'un volumineux recueil de pièces justificatives. Pour mettre de l'ordre dans une cause si compliquée, j...
      ...attentif, tous les moyens employés pour la repousser. J'offrirai après, avec exact...
      ...je vous, soumettrai, avec d'autant plus de confiance, le projet de décret, qu'il paraît impérieusement commandé par la.justicè de la loi et par l'utilité publique.
      nombre, et qui exige l'examen et l'exposition d'un volumineux recueil de pièces justificatives. Pour mettre de l'ordre dans une cause si compliquée, je vais d'abord exposer brièvement tous les objets qui fondent l'accusation. Je présenterai ensuite,avec un soin attentif, tous les moyens employés pour la repousser. J'offrirai après, avec exactitude, toutes les réflexions du comité qui peuvent concourir à motiver le jugement. Enfin, je vous, soumettrai, avec d'autant plus de confiance, le projet de décret, qu'il paraît impérieusement commandé par la.justicè de la loi et par l'utilité publique.
      Locuteur: Fauchet
      La municipalité de lyon accuse le directoire du départemen...
      ...r les pétitions des citoyens et appuyés de pièces justificatives.
      La municipalité de lyon accuse le directoire du département sur 17 griefs principaux, confirmés par les pétitions des citoyens et appuyés de pièces justificatives.
      Locuteur: Fauchet
      ...e le moment était venu, dans le courant de juin dernier, et qu'il n'y avait plus rien à craindre. La ville de Lyon fut inondée de la brochure contre-révolutionnaire. Mais la municipalité, qu'aucune circonstance n'intimidait, arrêta la circulation de cet écrit propagé au nom d'un chef du d...
      ...bir l'interrogatoire à l'auteur, arrêta de le dénoncer à l'accusateur public et le...
      ...n au tribunal qui, craignant sans doute de se commettre avec radministration de département, se déclara incompétent pou...
      Le sieur Imbert et ses amis crurent que le moment était venu, dans le courant de juin dernier, et qu'il n'y avait plus rien à craindre. La ville de Lyon fut inondée de la brochure contre-révolutionnaire. Mais la municipalité, qu'aucune circonstance n'intimidait, arrêta la circulation de cet écrit propagé au nom d'un chef du département, fit subir l'interrogatoire à l'auteur, arrêta de le dénoncer à l'accusateur public et le renvoya en état d'arrestation au tribunal qui, craignant sans doute de se commettre avec radministration de département, se déclara incompétent pour en connaître, quoique le directoire lui-même eût arrêté, publié et affiché que...
      Locuteur: Fauchet
      ment placé par le crédit de la dame Ruffey, ci-devant abbesse du ci-devant noble chapitre de Salles, lorsque la c- ntre-révolutioii serait faite. Les lettres ae la dame Ruffey ne laissent aucun doute sur la confiance que le noble chapitre avait d...
      ... ses projets et remplir ses espérances. La municipalité, après avoir interrogé les sieurs Siffredi et Olivier et avoir acquis la preuve de leur incivisme, les avait mis en état d...
      ...nonciateurs, ne secondèrent pas le zèle de la municipalité. Le sieur Olivier fut de nouveau recueilli par le directoire du département, où il occupe encore, au scandale de tous les citoyens, sa place dans le bureau de cette administration. On ajoute, par ad...
      ...oir tenu des propos incendiaires contre la Constitution, a été pareillement admis ...
      ...es bureaux du directoire où il se vante de gagner 3 livres par jour pour se moquer de la nation.
      ment placé par le crédit de la dame Ruffey, ci-devant abbesse du ci-devant noble chapitre de Salles, lorsque la c- ntre-révolutioii serait faite. Les lettres ae la dame Ruffey ne laissent aucun doute sur la confiance que le noble chapitre avait dans les bons administrateurs du département et tiaus le zèle du sieur Olivier à servir ses projets et remplir ses espérances. La municipalité, après avoir interrogé les sieurs Siffredi et Olivier et avoir acquis la preuve de leur incivisme, les avait mis en état d'arrestation. Ces deux détenus furent rais en liberté quelques jours après, parce que les autres pouvoirs constitués, disent les dénonciateurs, ne secondèrent pas le zèle de la municipalité. Le sieur Olivier fut de nouveau recueilli par le directoire du département, où il occupe encore, au scandale de tous les citoyens, sa place dans le bureau de cette administration. On ajoute, par addition à ce grief, qu'un sieur Colombeau, ci-devant commis aux aides à Lyon, et renvoyé pour avoir tenu des propos incendiaires contre la Constitution, a été pareillement admis avec faveur dans les bureaux du directoire où il se vante de gagner 3 livres par jour pour se moquer de la nation.
      Locuteur: Fauchet
      Troisième grief. La municipalité, faisant droit, sur les plaintes réitérées des citoyens, contre la mauvaise qualité du pain fourni par les...
      ... avait fait vérifier les contraventions de ces derniers aux règlements de police. Les injonctions de la municipalité à ces boulangers avaient é...
      ...euple était extrême. Le conseil général la commune, assemblé pour aviser au moyen ...
      ... d'après les procès-verbaux, des essais de panification faits a la diligence de la municipalité, l'espèce de pain qui serait vendu par les boulangers, sous la dénomination de pain blanc-ferain, dans la composition duquel il n'entrerait que la farine fine et le gruau, et ordonna en même temps-aux fariniers et meuniers de changer les toiles de leurs moulins et bluterie, pour y substituer l'espèce de torbe, propre à ne laisser passer que les parties de mouture qui devaient former ce pain. Le...
      ...à cette délibération du conseil général de la commune : le directoire du district l'approuva; mais celui du département la rendit inutile, exigea de nouveaux essais de panification, auxquels, depuis le mois de septembre, on n'avait pas encore procédé. Au commencement de février, il accorda aux boulangers des ...
      ...glement qui interviendrait, et au moyen de cet arrêté du directoire le pain des boulangers a continué d'être mauvais et de se vendre très cher, relativement au prix du blé, ce qui entretient, à la vive satisfaction des contre-révolution...
      Troisième grief. La municipalité, faisant droit, sur les plaintes réitérées des citoyens, contre la mauvaise qualité du pain fourni par les boulangers, avait fait vérifier les contraventions de ces derniers aux règlements de police. Les injonctions de la municipalité à ces boulangers avaient été inutiles, les plaintes se réitéraient, le mécontentement du peuple était extrême. Le conseil général la commune, assemblé pour aviser au moyen le plus sûr d'avoir du bon pain dont le prix fût toujours proportionné à celui du blé, arrêta, d'après les procès-verbaux, des essais de panification faits a la diligence de la municipalité, l'espèce de pain qui serait vendu par les boulangers, sous la dénomination de pain blanc-ferain, dans la composition duquel il n'entrerait que la farine fine et le gruau, et ordonna en même temps-aux fariniers et meuniers de changer les toiles de leurs moulins et bluterie, pour y substituer l'espèce de torbe, propre à ne laisser passer que les parties de mouture qui devaient former ce pain. Les citoyens applaudirent généralement à cette délibération du conseil général de la commune : le directoire du district l'approuva; mais celui du département la rendit inutile, exigea de nouveaux essais de panification, auxquels, depuis le mois de septembre, on n'avait pas encore procédé. Au commencement de février, il accorda aux boulangers des délais pour se conformer au règlement qui interviendrait, et au moyen de cet arrêté du directoire le pain des boulangers a continué d'être mauvais et de se vendre très cher, relativement au prix du blé, ce qui entretient, à la vive satisfaction des contre-révolutionnaires, un grand mécontentement dans les esprits.
      Locuteur: Fauchet
      Quatrième grief. Les meuniers de Lyon* en raison de la sécheresse qui avait fait baisser consi...
      ...ncé leurs moulins et les avaient placés de manière qu'ils gênaient la navigation et s'en-trepêchaient naturel...
      ... en résultait une moins grande quantité de moutures que s'ils eussent été placés à...
      ...'est ce placement avantageux qu'ordonna la municipalité, afin de désobstruer
      Quatrième grief. Les meuniers de Lyon* en raison de la sécheresse qui avait fait baisser considérablement les eaux du Rhône, avaient avancé leurs moulins et les avaient placés de manière qu'ils gênaient la navigation et s'en-trepêchaient naturellement, en sorte qu'il en résultait une moins grande quantité de moutures que s'ils eussent été placés à des distances plus convenables. C'est ce placement avantageux qu'ordonna la municipalité, afin de désobstruer
      Locuteur: Fauchet
      ...tres, et à un sieur Olivier, secrétaire de bureau au département. Il résulte des p... ... grief a rapport à un sieur Siffredi, sous-lieutenant du régiment ci-devant Chartres, et à un sieur Olivier, secrétaire de bureau au département. Il résulte des pièces justificatives que le sieur Siffredi était un contre-révolution^ naire déc...

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 46
      Locuteur: Fauchet
      la navigation c}u Rhône, et pour que les moulins pussent moudre une Plus grande quantité de bjc nécessaire & !a consommation de la ville. Le directoire, constant daus le plan qu'il a constamment suivi de contredire les plus sages et les plus utiles dispositions de la municipalité, rendit un arrêté contradi...
      ...rept obligés, pour leur propre intérêt, de revenir à l'arrêté de la municipalité, d'en demander l'exécution au directoire, qui fut obligé de l'ordonner, poutre son premier arrêté, ...
      ...l'arrêté du bureau municipal, afin, dit la municipalité, de dimipuer la çoppapce qpe le peuple doit avoir dans ses représentants immédiats, et de leur laisser du moins l'apparence d'un ...
      la navigation c}u Rhône, et pour que les moulins pussent moudre une Plus grande quantité de bjc nécessaire & !a consommation de la ville. Le directoire, constant daus le plan qu'il a constamment suivi de contredire les plus sages et les plus utiles dispositions de la municipalité, rendit un arrêté contradictoire; mais le corps municipal avait tellement raison et le directoire tellement tort qpe les meuniers eux-mêmes furept obligés, pour leur propre intérêt, de revenir à l'arrêté de la municipalité, d'en demander l'exécution au directoire, qui fut obligé de l'ordonner, poutre son premier arrêté, et qui n'en blâma pas moins l'arrêté du bureau municipal, afin, dit la municipalité, de dimipuer la çoppapce qpe le peuple doit avoir dans ses représentants immédiats, et de leur laisser du moins l'apparence d'un tort lorsqu'ils ont le plus manifestement raison.
      Locuteur: Fauchet
      Cinquième grief. Le corps de garde du pont de la GuiUotière coûtait à la ville 600 livres de location. Un plan est proposé au conseil général de la commune le 8 septembre 1791 et adopté, l'adjudication en est passée au prix de 2,300 livres. La municipalité ne pouvant pas prévoir que...
      ...ût entravée par le département, se hâte de faire commencer la construction. 11 fallait évacuer à Npël...
      ...n, il n'y avait pas un moment a perdre. La commune gagnait à cette opération la prqpriété d'un corps de garde, qui ne lui coûtait que 4 apnées dp loyer de l'ancien, Quelle apparence que le direc...
      ...on soit presque faite, pour en ordonner la -: molitipn et déplacer le corps de garde du pont dansTappien bureau des pc...
      ...octrois p'est pas assez grand, il est à la descente du pont, le passage est étroit, la municipalité aurait eu à payer' 830 livres de loyer et à indemniser les locataires. Malgré ses représentations le CQPgeil de département confirme l'arrêté dp directoire, prescrit de démolir Tes 2 tourelles, qui sont à l'entrée du pont, et d'élever 2 pavillons à la place. Cet arrêté excite des réclamations de toutes parts. Les pétitions des citoyens affluent ap département, la municipalité demande, sous sa responsabilité, qiie le corps de garde commencé s'achève. La voix publique, si fortement prononcée, ...
      Cinquième grief. Le corps de garde du pont de la GuiUotière coûtait à la ville 600 livres de location. Un plan est proposé au conseil général de la commune le 8 septembre 1791 et adopté, l'adjudication en est passée au prix de 2,300 livres. La municipalité ne pouvant pas prévoir que cette délibération du conseil municipal fût entravée par le département, se hâte de faire commencer la construction. 11 fallait évacuer à Npël l'emplacement qq'on tenait en location, il n'y avait pas un moment a perdre. La commune gagnait à cette opération la prqpriété d'un corps de garde, qui ne lui coûtait que 4 apnées dp loyer de l'ancien, Quelle apparence que le directqire, malgré sa malveillance, pût s'y opposer- Cependant il attend que Ja construction soit presque faite, pour en ordonner la -: molitipn et déplacer le corps de garde du pont dansTappien bureau des pctrpjs, d'en expulser qeux qui l'occupent et les indemniser. Ce bureau des octrois p'est pas assez grand, il est à la descente du pont, le passage est étroit, la municipalité aurait eu à payer' 830 livres de loyer et à indemniser les locataires. Malgré ses représentations le CQPgeil de département confirme l'arrêté dp directoire, prescrit de démolir Tes 2 tourelles, qui sont à l'entrée du pont, et d'élever 2 pavillons à la place. Cet arrêté excite des réclamations de toutes parts. Les pétitions des citoyens affluent ap département, la municipalité demande, sous sa responsabilité, qiie le corps de garde commencé s'achève. La voix publique, si fortement prononcée, l'emporte epfiq. Le copseif
      Locuteur: Fauchet
      ...onné se reprend et se termine. A jvpôi, la garde nationale est installée dans le nouveau corps de gardPi 4 appéefi de jouissance de ce local suffiront pour dédommager la commune de ce qu'il lui CQÛte, et l'approbatiop générale dps citoyens, ep faveur de la municipalité, expie le blâme qpe le directoire ne perd pas une occasion de lui prodiguer pour le de §on gèje, ' général reconnaît qu ii a été induit en erreur par le directoire, Le travail ordonné se reprend et se termine. A jvpôi, la garde nationale est installée dans le nouveau corps de gardPi 4 appéefi de jouissance de ce local suffiront pour dédommager la commune de ce qu'il lui CQÛte, et l'approbatiop générale dps citoyens, ep faveur de la municipalité, expie le blâme qpe le directoire ne perd pas une occasion de lui prodiguer pour le de §on gèje, '
      Locuteur: Fauchet
      ...ème grief. Des lettres patentes du mois de janvier ï§7£> avaient autorisé l'établissement d'une mftiPOn I tyon? sous }e nom de Propagation 4e la foi, pqpr recevoir ceux qui auraient volonté de se convertir, ét pour leur rendre toute...
      ... patentes mettent cette communauté sous la conduite et la djrectipn de l'archevêque, qui seul est autorise a donner et a faire observer les statpts. A la tin de novembre 1791, les femmes composant Qet...
      Sixième grief. Des lettres patentes du mois de janvier ï§7£> avaient autorisé l'établissement d'une mftiPOn I tyon? sous }e nom de Propagation 4e la foi, pqpr recevoir ceux qui auraient volonté de se convertir, ét pour leur rendre toute assistance corporelle et spirituelle, kes lettres patentes mettent cette communauté sous la conduite et la djrectipn de l'archevêque, qui seul est autorise a donner et a faire observer les statpts. A la tin de novembre 1791, les femmes composant Qette maisop se plaignent qès
      Locuteur: Fauchet
      désordres qui existent dans la communauté. C'est, d'un côté, le fanati...
      ...sme trop ppo^ nonce qui ne connaît plus de règle ni de dépendance. Des requêtes sont présentée...
      ...t, et cette administration les référé à la municipalité, p >ur avoir son avis. Le Ie? -? cembre, les officiers municipaux se présentent dans la maison de la Propagation-La supérieure est interrogée, on lui deman...
      ... lettres patentes portant établissement de sa maison ? Elle répond que oui, qu'ell...
      ...épartement, pour supérieur et directeur de la maison? Elle répond que ni elle ni ses ...
      ...ncore moins pour supérieur et directeur de la maison, que ce droit appartient à M. de Marbœuf, seul archevêque légitime de Lyon ; qu'ainsi les prétendus vicai-r r...
      ...mourette ne doivent pas être reçus dans la maison, d'autant plus qu'ils serr vaient de prétexte à la dame Trémollet, l'une des propagandes, pour causer du scandale dans la communauté.
      désordres qui existent dans la communauté. C'est, d'un côté, le fanatisme des prêtres réfracr taires, qui veut tout subjuguer; c'est, suivant les autres, les élans d'un patriotisme trop ppo^ nonce qui ne connaît plus de règle ni de dépendance. Des requêtes sont présentées au direc* toire du département, elles sont renvoyées au district, et cette administration les référé à la municipalité, p >ur avoir son avis. Le Ie? -? cembre, les officiers municipaux se présentent dans la maison de la Propagation-La supérieure est interrogée, on lui demande si elle connaît les lettres patentes portant établissement de sa maison ? Elle répond que oui, qu'elle s'y conforme et s'y conformera topjoprs. On lui demande si, conformément aux lettres patentes, elle reconnaît M. Lamourette, évêque du département, pour supérieur et directeur de la maison? Elle répond que ni elle ni ses Gompagnes ne le reconnaissent pour évêque, encore moins pour supérieur et directeur de la maison, que ce droit appartient à M. de Marbœuf, seul archevêque légitime de Lyon ; qu'ainsi les prétendus vicai-r res du sieur Lamourette ne doivent pas être reçus dans la maison, d'autant plus qu'ils serr vaient de prétexte à la dame Trémollet, l'une des propagandes, pour causer du scandale dans la communauté.
      Locuteur: Fauchet
      La daine Trémollet est entendue à son tour...
      ...epuis qu'elle s'est fait connaître dans la maison par son attachement à la Constitution, elle est devenue un objet...
      ...e par un prêtre déguisé, introduit dans la commu-r nauté ; que tous les jours, ces prêtres viennent ainsi déguisés pour y célébrer la messe. La dame Trémollet réclame la protection de la loi, elle observe qu'il serait trop malheureux pour elle que son attachement à la Constitution fût plus longtemps le prétexte de la tyrannie sous laquelle on la fait gémir.
      La daine Trémollet est entendue à son tour et ait que, depuis qu'elle s'est fait connaître dans la maison par son attachement à la Constitution, elle est devenue un objet d'horreur pour ses compagnes ; que même elle a été menacée par un prêtre déguisé, introduit dans la commu-r nauté ; que tous les jours, ces prêtres viennent ainsi déguisés pour y célébrer la messe. La dame Trémollet réclame la protection de la loi, elle observe qu'il serait trop malheureux pour elle que son attachement à la Constitution fût plus longtemps le prétexte de la tyrannie sous laquelle on la fait gémir.
      Locuteur: Fauchet
      ...es et les renseignements pris par elle, la municipalité répondit au dis? trict qu'...
      ...our vivre sous le régime et les statuts de l'évêque, et qui se mets tait en insurrection contre les lois de son éta-= blissement, devait cesser d'exister; que d'ails leurs, i'objet de l'institution, outre qu'il était sans application depuis plus de 20 ans, ne pouvait plus compatir avec n...
      jj'après pes réponses et les renseignements pris par elle, la municipalité répondit au dis? trict qu'une maison instituée pour vivre sous le régime et les statuts de l'évêque, et qui se mets tait en insurrection contre les lois de son éta-= blissement, devait cesser d'exister; que d'ails leurs, i'objet de l'institution, outre qu'il était sans application depuis plus de 20 ans, ne pouvait plus compatir avec nos lois qui n'admettent
      Locuteur: Fauchet
      Elus de missionnaires pour la conversion des .érétiques- Elus de missionnaires pour la conversion des .érétiques-
      Locuteur: Fauchet
      La municipalité observa que la maison de la Propagation étant devenue un bôtel garn...
      ...ourries, il serait bien plus convenable de la destiner à la réunion des religieuses patriotes qui, ...
      ...ana? tiques compagnes, s'empresseraient de trouve? un asile sous la protection des lois et d'y ren» contrer...
      La municipalité observa que la maison de la Propagation étant devenue un bôtel garni où 30 à 40 dames et demoiselles étaient logées et nourries, il serait bien plus convenable de la destiner à la réunion des religieuses patriotes qui, tyrannisées et persécutées par leurs fana? tiques compagnes, s'empresseraient de trouve? un asile sous la protection des lois et d'y ren» contrer d'autres compagnes animées des mêmes sentiments.
      Locuteur: Fauchet
      ...rict, il les approuve ; il reppnpaU que la roaispp de la Pror pagatipn, dans son prigine, est un établissement Inconstitutionnel, contraire à la liberté des cultes; que c'est une école...
      ...différence i que, dans le fait, l'objet de cet établissement est tombé en désuétud...
      ...est sans exercice; qqe l'administration de celte maison doit être, conformément aux décrets de§ 28 et 29 povem-
      Ces vues sont présentées au district, il les approuve ; il reppnpaU que la roaispp de la Pror pagatipn, dans son prigine, est un établissement Inconstitutionnel, contraire à la liberté des cultes; que c'est une école d'intolérance, monstre dans l'ordre social, que les autorités constituées ne peuvent laisser subsister sans une coupable indifférence i que, dans le fait, l'objet de cet établissement est tombé en désuétude ; que, fjepuis 20 ans, il est sans exercice; qqe l'administration de celte maison doit être, conformément aux décrets de§ 28 et 29 povem-

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 47
      Locuteur: Fauchet
      hre 1790, eenflée à ceux que nommera la municipalité ; qu'ayant égard a la position malheureuse des religieuses patriotes, répandues dans les différents couvents de la ville où leur attachement à la Constitution leur fait éprouver toutes ...
      ...ent doit les autoriser à se réunir dans la maison de la Propagation.
      hre 1790, eenflée à ceux que nommera la municipalité ; qu'ayant égard a la position malheureuse des religieuses patriotes, répandues dans les différents couvents de la ville où leur attachement à la Constitution leur fait éprouver toutes les horreurs du despotisme religieux, le département doit les autoriser à se réunir dans la maison de la Propagation.
      Locuteur: Fauchet
      Les procès-verbaux de la municipalité, son avis, celui du distri...
      ...l délibère, se jette dans une multitude de considérations, et trouve que je décret...
      ...ar le distriet repousse les prétentions de la municipalité; quë ceux des 26 septembre...
      ...; .que, d'après ces lois, les démarches de la municipalité sont vexatoi-res, et qu'el...
      ...atoire est une sorte d'inquisition; que la municipalité empiète sur des fonctions ...
      Les procès-verbaux de la municipalité, son avis, celui du district sont mis sous les yeiix du dipectoir-e du département ; il délibère, se jette dans une multitude de considérations, et trouve que je décret invoqué par le distriet repousse les prétentions de la municipalité; quë ceux des 26 septembre et 12 octobre 1791 ordonnent que les-maisons d'instruction et d'éducation existantes continueront provisoirement d'existèr sous leur régime actuel ; .que, d'après ces lois, les démarches de la municipalité sont vexatoi-res, et qu'elle ne devait pas se permettre l'interrogatoire du 1er décembre; que cet interrogatoire est une sorte d'inquisition; que la municipalité empiète sur des fonctions réservées aux corps administratifs.
      Locuteur: Fauchet
      ...rectoire arrête, le 9 janvier 1|92, que la maison de la Propagation de la foi continuera provisoirement a exister...
      ...r décembre, dressé par les commissaires de la municipalité, est déclaré nul et de nul effet, avec défense à la municipalité d'y revenir. Et par rapport; à la liberté des opinions religieuses, déiep...
      ...même aux administrateurs et supérieurs, de gêner ïes dites sœurs de la Propagation dans l'exercice du culte.
      D'après ces considérations, le directoire arrête, le 9 janvier 1|92, que la maison de la Propagation de la foi continuera provisoirement a exister sous ses anciens règlements ; en conséquence, le procès-verbal par forme d'interrogatoire, du lar décembre, dressé par les commissaires de la municipalité, est déclaré nul et de nul effet, avec défense à la municipalité d'y revenir. Et par rapport; à la liberté des opinions religieuses, déiepse à , tôqtes personnes, même aux administrateurs et supérieurs, de gêner ïes dites sœurs de la Propagation dans l'exercice du culte.
      Locuteur: Fauchet
      De m.âïîiliFe? dit la municipalité, que, de par le directoire dq département, ces s...
      ...r que sous l'autorité,et les règlements de l'évèque, sorit autorisées à les fouler...
      ...ui que ces mèmeslois oqt déclaré décbq, de manière qu'uq établissement crée pour la propagation de la foi catholique, sous l'autorité et la protection du gouvernement, foule aux pieds les lois de l'Empire pour n'obéir qu'à des prêtres dissidents et çpqspuer ceux de la Constitution, de manière qu unè maison inutile et qui n'est, depuis plus de 20 ans, qu'un hôtel g^irni, est maintenu dans cette ridicule destination, au préjudice de l'usage firudent et constitutionnel indiqué par le dis-rict et lei municipalité; de manière que les vexations des sœurs fan...
      ...rcent à Pégard des sœurs qui chérissent la Constitution, sont consacrées et encour...
      ... administratif supérieur du département de Rhône-et-Loiré ; qu'il est interdit àla municipalité de voler à leur secours, et qu'elle" est punie pour avoir rempli up mi njstère de paix, dopt les lois lui faisaient un dèvoir, ainsi que l'iflYi&tiQn du directoire de district.
      De m.âïîiliFe? dit la municipalité, que, de par le directoire dq département, ces sqpurs qui ne peuyeqt exister que sous l'autorité,et les règlements de l'évèque, sorit autorisées à les fouler §,qx pieds, à insulter au pasteur élu eonformé-meqf aux }ois, et à lui opposer celui que ces mèmeslois oqt déclaré décbq, de manière qu'uq établissement crée pour la propagation de la foi catholique, sous l'autorité et la protection du gouvernement, foule aux pieds les lois de l'Empire pour n'obéir qu'à des prêtres dissidents et çpqspuer ceux de la Constitution, de manière qu unè maison inutile et qui n'est, depuis plus de 20 ans, qu'un hôtel g^irni, est maintenu dans cette ridicule destination, au préjudice de l'usage firudent et constitutionnel indiqué par le dis-rict et lei municipalité; de manière que les vexations des sœurs fanatiques et des prêtres qiii lès secondent daps les mauvais traitements qu'elles exercent à Pégard des sœurs qui chérissent la Constitution, sont consacrées et encouragées par le corps administratif supérieur du département de Rhône-et-Loiré ; qu'il est interdit àla municipalité de voler à leur secours, et qu'elle" est punie pour avoir rempli up mi njstère de paix, dopt les lois lui faisaient un dèvoir, ainsi que l'iflYi&tiQn du directoire de district.
      Locuteur: Fauchet
      Septième grief. La Providence est une autre maison établie en 1711 pour servir de retraite à des jeunes filles d'artisans...
      ...ns jusqu'à 9, exposées à se perd ne par la mauvaise conduite et le mauvais exemple4de leurs parents, sous le titre de maison ou hôpital la Provi-dence. EJlle est conduite par des tilles ou sœurs appelées de la Trinité, àu nombre de 9. Le temporel est sous la direction d'un bureauj composé
      Septième grief. La Providence est une autre maison établie en 1711 pour servir de retraite à des jeunes filles d'artisans, depuis 7 ans jusqu'à 9, exposées à se perd ne par la mauvaise conduite et le mauvais exemple4de leurs parents, sous le titre de maison ou hôpital la Provi-dence. EJlle est conduite par des tilles ou sœurs appelées de la Trinité, àu nombre de 9. Le temporel est sous la direction d'un bureauj composé
      Locuteur: Fauchet
      de citoyens, et tant ce bureau que les sœu...
      ...ion, ainsi qu'aux statuts et règlements l'évèque de Lyon, Suivant les règlements, les sœurs et les pauvres filles sont obligées de se confesser tous les 15 jours aux prêt...
      ...res. Les prêtres dissidents ont soufflé la discorde dans cette maison, comme dans ...
      ...8 sœurs qui y sont, 3 se sont garanties de leurs embûches et ies 5 autres pe veulent reconnaître ni l'évèque ni la Constitution ? ces dernières sont secondées parla plus grande partie du bureau, et de con* cert elfes accablent d'injures et de vexations les sœurs patriotes, et celle...
      ...s portes qui, auparavant, s'ouvraient à la volonté des sœurs, leur sont impitoyablement fermées Ces faits sont * noucés, le 23 novembre 1791, par les s...
      ...iotes, au département. Des commissaires de district se rendent à la Providence, ils interrogent les sœurs ; les 3 signataires de la requête répè-r tent et confirment leurs...
      ...êtres aseermentés, qui étaient en usage de venir dans la communauté. Les commissaires parlent aux jeunes filles; toutes ont qit que la supérieure leur défend journellement de reconnaître M. Lamourette pour évêque, ...
      ...des contusions, après avoir été frappée de coups de bâton à la tête ; qu'une autre fille a été traînée par les cheveux dans la salle ; qu'enfin il n'y a sorte de mauvais traitements qu on ne leur fasse...
      ...es paraissent prendre quelque intérêt à la Constitution; que les membres du bureau...
      ...s mêmes menaces pour les mêmes raisons, De semblables plaintes sont adressées à municipalité; elle n'hésite pas un seul moment à se charger de l'administration de cette maisoq, d'autant plus que le décr...
      ...ns cette communauté. Le conseil général de la commune nomme 6 administrateurs pour coopérer avec la municipalité à la régie de la Providence. Le district approuve la conduite de la municipalité, et dit qu'il'serait indigne des corps administratifs de souffrir que l'ancien bureau continuât ...
      ...lections faites par le cor(sei( général de la commune comme contraires aux lois ; fait défense à la municipalité de s'immiscer 1 l'avenir dans la dite âdmipistration etrégie, pi dans aucune autre de ce genre ; remet la maison de la Providence sous celle de l'ancien bureau, qui sera tenu de laisser aux enfants et aux religieuses une entière liberté de culte, déléguant au district la surveillance et le pouvoir d'éc^rlef to...
      ... trouble et le désordre. En conséquence de cet arrêté la municipalité et les
      de citoyens, et tant ce bureau que les sœurs et pauvres filles sont soumis à l?a,utoritéj visites, juridiction, ainsi qu'aux statuts et règlements l'évèque de Lyon, Suivant les règlements, les sœurs et les pauvres filles sont obligées de se confesser tous les 15 jours aux prêtres qui seront choisis par l'évèque) son suffragant ou ses vicaires. Les prêtres dissidents ont soufflé la discorde dans cette maison, comme dans toutes les autres communautés. Des 8 sœurs qui y sont, 3 se sont garanties de leurs embûches et ies 5 autres pe veulent reconnaître ni l'évèque ni la Constitution ? ces dernières sont secondées parla plus grande partie du bureau, et de con* cert elfes accablent d'injures et de vexations les sœurs patriotes, et celles des jeunes filles qui leur sont attachées. Les punitions les plus rigou^ reuse...
      ...et célébiee dans cette maison en sont chassés parce qu'ils ont prêté serment, Les portes qui, auparavant, s'ouvraient à la volonté des sœurs, leur sont impitoyablement fermées Ces faits sont * noucés, le 23 novembre 1791, par les sœurs pa-r. triotes, au département. Des commissaires de district se rendent à la Providence, ils interrogent les sœurs ; les 3 signataires de la requête répè-r tent et confirment leurs plaintes ; les 5 autres sœurs conviennent des ordres du bureau pour fermer les portes, et en refuser l'entrée aux prêtres aseermentés, qui étaient en usage de venir dans la communauté. Les commissaires parlent aux jeunes filles; toutes ont qit que la supérieure leur défend journellement de reconnaître M. Lamourette pour évêque, que 5 des sœurs les maltraitent sans raison et ayeo inhumanité, au point que l'une d'elles a gardé plus d'un mois des blessures et des contusions, après avoir été frappée de coups de bâton à la tête ; qu'une autre fille a été traînée par les cheveux dans la salle ; qu'enfin il n'y a sorte de mauvais traitements qu on ne leur fasse essuyer lorsqu'elles paraissent prendre quelque intérêt à la Constitution; que les membres du bureau leur fqnt les mêmes menaces pour les mêmes raisons, De semblables plaintes sont adressées à municipalité; elle n'hésite pas un seul moment à se charger de l'administration de cette maisoq, d'autant plus que le décret du 5 novembre 1790 défère ce genre d'administration aux municipalités; elle envoie, en conséquence, des commissaires dans cette communauté. Le conseil général de la commune nomme 6 administrateurs pour coopérer avec la municipalité à la régie de la Providence. Le district approuve la conduite de la municipalité, et dit qu'il'serait indigne des corps administratifs de souffrir que l'ancien bureau continuât d'entretenir dans cette maison les fureurs et les maux du fanatisme? Mais les ad...
      ...'avoir été remplacés. Le département entend leurs plainte^, déclare nulles les élections faites par le cor(sei( général de la commune comme contraires aux lois ; fait défense à la municipalité de s'immiscer 1 l'avenir dans la dite âdmipistration etrégie, pi dans aucune autre de ce genre ; remet la maison de la Providence sous celle de l'ancien bureau, qui sera tenu de laisser aux enfants et aux religieuses une entière liberté de culte, déléguant au district la surveillance et le pouvoir d'éc^rlef toutes lés personnes qui seraient convaipcpèg d y avoir apportèle trouble et le désordre. En conséquence de cet arrêté la municipalité et les

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 48
      Locuteur: Fauchet
      ...ouveaux administrateurs ont été chassés de cette maison et tout est retombé sous la verge du despotisme fanatique. nouveaux administrateurs ont été chassés de cette maison et tout est retombé sous la verge du despotisme fanatique.
      Locuteur: Fauchet
      ...hambre; il se forme attroupement devant la maison, la tranquillité est troublée, la vie même de ces prêtres fanatiques est menacéel Des...
      ...ur le lieu accompagnés d un commissaire de police et d'un détachement de garde nationale. Ils interrogent les auteurs de ces troubles, les mettent à l'abri de toute insulte, les renvoient à la police correctionnelle, calment le peup...
      ...dant le tribunal, qui n'avait pas droit de prendre connaissance de ce fait d'administration, sans y être autoHsé par le directoire de département, juge en dernier ressort le...
      ...rrogatoires irréguliers et contraires à la loi, autorise les perturbateurs à prend...
      ...unicipaux pour avoir veillé au maintien de l'ordre et à la sûreté des personnes. Ainsi, toutes les autorités constituées concouraient à avilir la magistrature municipale et à favoriser la coaliliou de 4,i>00 ou 5,000 prêtres fanatiques de tous les pays, qui se sont réunis à Lyo...
      ...rrection contre les lois, et y souffler la haine de la Constitution.
      ...mariages bénis par les assermenté s sont nuls, célèbrent des mariages dans une chambre; il se forme attroupement devant la maison, la tranquillité est troublée, la vie même de ces prêtres fanatiques est menacéel Des officiers municipaux se transportent sur le lieu accompagnés d un commissaire de police et d'un détachement de garde nationale. Ils interrogent les auteurs de ces troubles, les mettent à l'abri de toute insulte, les renvoient à la police correctionnelle, calment le peuple et rétablissent l'ordre. Cependant le tribunal, qui n'avait pas droit de prendre connaissance de ce fait d'administration, sans y être autoHsé par le directoire de département, juge en dernier ressort les officiers municipaux, déclare leurs interrogatoires irréguliers et contraires à la loi, autorise les perturbateurs à prendre à partie les officiers municipaux pour avoir veillé au maintien de l'ordre et à la sûreté des personnes. Ainsi, toutes les autorités constituées concouraient à avilir la magistrature municipale et à favoriser la coaliliou de 4,i>00 ou 5,000 prêtres fanatiques de tous les pays, qui se sont réunis à Lyon pour y prêcher l'insurrection contre les lois, et y souffler la haine de la Constitution.
      Locuteur: Fauchet
      ...du grand collège, vendaient les meubles de cette maison et les livres de la bibliothèque. La municipalité, instruite que la dilapidation est constatée par les administrateurs du bureau des collèges, se hâte de l'arrêter; elle met le scellé sur les portes du cabinet des médailles et de l'observatoire et demande que livres et les effets ne soient plus à la garde des Oratoriens mais à celle des. ...
      ...u. Le district refuse, et le directoire de département, non-content de remettre tout à la disposition des prêtres de l'Oratoire, blâme dans son arrêté toute...
      Neuvième grief. Les Oratoriens, dépositaires du mobilier du grand collège, vendaient les meubles de cette maison et les livres de la bibliothèque. La municipalité, instruite que la dilapidation est constatée par les administrateurs du bureau des collèges, se hâte de l'arrêter; elle met le scellé sur les portes du cabinet des médailles et de l'observatoire et demande que livres et les effets ne soient plus à la garde des Oratoriens mais à celle des. administrateurs composant le bureau. Le district refuse, et le directoire de département, non-content de remettre tout à la disposition des prêtres de l'Oratoire, blâme dans son arrêté toutes les opérations des officiers municipaux dans cet acte conservatoire et fait l'...
      Locuteur: Fauchet
      Dixième grief. La municipalité, pour se conformer aux dis...
      ... celles des ci-devant barons, chanoines de Saint-Just, placées au portail de leur église et celles qui, entourées de cordons et autres emblèmes d'ordres abolis, étaient au bâtiment de la comédie. Arrêté du directoire de département qui réclament les licornes des ci-devant chanoines-barons de Saint-Just, gui qualifie les officiers'municipaux de GotUs et ae Vandales pour avoir effacé ces monuments monstrueux de la féodalité, les condamne à les ériger de nouveau à leurs frais, et à rétablir les armes de Fi ance à l'hôtel de la comédie. Il faut observer que ces armes...
      ...i les entouraient, étaient accompagnées de plusieurs autres cartouches d'armoiries particulières et que la décoration même, dont MM. du directoire...
      Dixième grief. La municipalité, pour se conformer aux dispositions constitutionnelles qui suppriment les armoiries, fait enlevër celles des ci-devant barons, chanoines de Saint-Just, placées au portail de leur église et celles qui, entourées de cordons et autres emblèmes d'ordres abolis, étaient au bâtiment de la comédie. Arrêté du directoire de département qui réclament les licornes des ci-devant chanoines-barons de Saint-Just, gui qualifie les officiers'municipaux de GotUs et ae Vandales pour avoir effacé ces monuments monstrueux de la féodalité, les condamne à les ériger de nouveau à leurs frais, et à rétablir les armes de Fi ance à l'hôtel de la comédie. Il faut observer que ces armes, outre les emblèmes féodaux qui les entouraient, étaient accompagnées de plusieurs autres cartouches d'armoiries particulières et que la décoration même, dont MM. du directoire se montrent si jaloux, ne permettait pas qu'on supprimât les unes sans effacer ...
      Locuteur: Fauchet
      ...terrompions ici l'exposition des griefs de la municipalité et des citoyens contre le ...
      ... Tordre suivi dans ce rapport obligeait de re-
      Permettez, Messieurs, que nous interrompions ici l'exposition des griefs de la municipalité et des citoyens contre le directoire du département. 11 en reste encore 8 et qui sont les plus graves. Mais nous nous sommés aperçus que Tordre suivi dans ce rapport obligeait de re-
      Locuteur: Fauchet
      ... sur chacun des chefs d'accusation dans la comparaison à faire des charges et de la défense, et qu'il faudrait ainsi vous r...
      ...x les mêmes faits. Nous avons pensé que la seule exposition des derniers griefs renvoyés à la fin du rapport, suffira pour ré-* pondre à la justification des administrateurs et la faire apprécier. C'est le directoire lu...
      venir sur chacun des chefs d'accusation dans la comparaison à faire des charges et de la défense, et qu'il faudrait ainsi vous remettre trois fois sous les yeux les mêmes faits. Nous avons pensé que la seule exposition des derniers griefs renvoyés à la fin du rapport, suffira pour ré-* pondre à la justification des administrateurs et la faire apprécier. C'est le directoire lui-même qu'il faut entendre maintenant.
      Locuteur: Fauchet
      ...s adversaires. Je demande à l'Assemblée la permission de lire tout le mémoire des administrateurs, comme s'ils étaient présents à la barre, et qu'il- m'eussent chargé de prononcer leur défense avec l'accent de l'innocence outragée et de la vertu qui s'indigne du soupçon. (Ici le...
      ...catif des administrateurs du directoire de Rhône-et-Loire, adressé à l'Assemblée n...
      ... comme j'ai abrégé le récit des dix premiers chefs d'accusation présentés par ses adversaires. Je demande à l'Assemblée la permission de lire tout le mémoire des administrateurs, comme s'ils étaient présents à la barre, et qu'il- m'eussent chargé de prononcer leur défense avec l'accent de l'innocence outragée et de la vertu qui s'indigne du soupçon. (Ici le rapporteur a lu tout le mémoire justificatif des administrateurs du directoire de Rhône-et-Loire, adressé à l'Assemblée nationale (1). Il a repris ensuite son rapport.)
      Locuteur: Fauchet
      ...est maintenant, Messieurs, votre comité de surveillance qui doit peser attentiveme...
      ... réponses, vous présenter les résultats de ses réflexions, et vous offrir les motifs d'un décret nécessaire à la tranquillité publique, dans une ville principale, qu'ou peut regarder comme la métropole des départements du Midi.
      C est maintenant, Messieurs, votre comité de surveillance qui doit peser attentivement les dénonciations et les réponses, vous présenter les résultats de ses réflexions, et vous offrir les motifs d'un décret nécessaire à la tranquillité publique, dans une ville principale, qu'ou peut regarder comme la métropole des départements du Midi.
      Locuteur: Fauchet
      ...êté qu'ils firent afficher au moment où la motion incendiaire de M. Imbert fut rendue publique parle vote de l'impression, qu'ils n'avaient point ép...
      .... Mais ils démentent, dans cette espèce de proclamation de leur sentiment, un fait notoirement avo...
      ...ncivique et contre-révolutionnaire dans la session du conseil général de département, et que c'est par réflexion...
      Les administrateursétablissentbien parl'arrêté qu'ils firent afficher au moment où la motion incendiaire de M. Imbert fut rendue publique parle vote de l'impression, qu'ils n'avaient point épousé ses opinions anticiviques, et qu'ils professaient des principes opposés aû plan ae contre-révolution que dévoilait le vice-président. Mais ils démentent, dans cette espèce de proclamation de leur sentiment, un fait notoirement avoué par M. Imbert lui même, et sur lequel il ne pouvait y avoir aucun dou'e.: c'est qu'il avait prononcé sa motion incivique et contre-révolutionnaire dans la session du conseil général de département, et que c'est par réflexion qu'on ne vou'ut pas en faire mention dans , le procès-verbal.
      Locuteur: Fauchet
      ...apporteur. Voici ce que je trouvé écrit de la main ae M. Imbert : , rapporteur. Voici ce que je trouvé écrit de la main ae M. Imbert :
      Locuteur: Fauchet
      ... : « Votre discours, qui peint Vénergie de votre âme, est la voix qui se perd dans le désert. » ...x autres membres me donnèrent leur assentiment. M. Pesant me dit en m'embrassant : « Votre discours, qui peint Vénergie de votre âme, est la voix qui se perd dans le désert. »
      Locuteur: Sage
      ..., que M. Imbert n'a lu que deux phrases de sa motion, et a été sur-le-champ rappel... Il est notoire, au contraire, que M. Imbert n'a lu que deux phrases de sa motion, et a été sur-le-champ rappelé à l'ordre.
      ...ue le prévenu avoue et qu'il a consigné de sa main dans un écrit qui contient les détails de l'impression que fit son discours sur l...
      ...eurs dont était composé le conseil dans la session où il le prononça? Cependant le...
      ...XXIX, séance cfu 4 mars 1791, page 370, la lettre des admi* nistratours du département de Rhôie-et-Loire.
      ...pas tenu registre, ils osent s'inscrire en faux contre un fait certain, avéré, que le prévenu avoue et qu'il a consigné de sa main dans un écrit qui contient les détails de l'impression que fit son discours sur les divers administrateurs dont était composé le conseil dans la session où il le prononça? Cependant le directoire déclare dans son affiche, qu'il est faux que l'écrit dont il s'agit ait jamais été prononcé et lu dans (1) Voy. Archives parlementaires, 1" série, t. XXXIX, séance cfu 4 mars 1791, page 370, la lettre des admi* nistratours du département de Rhôie-et-Loire.

      Séance du mardi 17 avril 1792, au soir

      page 49
      Locuteur: Fauchet
      aucune séance de l'administration. II y a dans cette dén...
      ... Il est difficile à des administrateurs de braver plus hardiment la conviction publique et d'appeler plus hautement contre eux la défiance des citoyens. Il semble qu'on entende un despote détendre à ses sujets de croire que le soleil ait été sur l'hori...
      ...ce qu'il y a eu une éclipse à ce moment-. L'éclipsé du registre empêche-t-elle q...
      ... ses feux dans le conseil général avant de les produire au dehors, pour embrasser ...
      ...se foi du directoire nous donne d abord la mesure du caractère de ceux qui le composent, et décrédite, fâ...
      ...rance qu'ils emploient pour se defendre de tous les traits de despotisme et d'incivisme qu'on leur im...
      aucune séance de l'administration. II y a dans cette dénégation une étrange audace. Il est difficile à des administrateurs de braver plus hardiment la conviction publique et d'appeler plus hautement contre eux la défiance des citoyens. Il semble qu'on entende un despote détendre à ses sujets de croire que le soleil ait été sur l'horizon au milieu du jour, parce qu'il y a eu une éclipse à ce moment-. L'éclipsé du registre empêche-t-elle que le brandon du vice-président n ait lancé ses feux dans le conseil général avant de les produire au dehors, pour embrasser tout le département. Cette inconcevable mauvaise foi du directoire nous donne d abord la mesure du caractère de ceux qui le composent, et décrédite, fâcheusement pour leur cause, le ton d'assurance qu'ils emploient pour se defendre de tous les traits de despotisme et d'incivisme qu'on leur impute.
      Locuteur: Fauchet
      ...tratif se disculpe sur le mauvais choix de ses commis, et sur son obstination à les conserver malgré les preuves de leur haine pour la Révolution, en disant : Nous ne sommes nullement responsables de la conduite privée des secrétaires de nos bureaux. Le sieur Olivier était convaincu par ses écrits de relations intimes avec le sieur Siffredi, la dame de Rutï'ey et les ci-devant chanoinesses de Salles; l'attente de la contre-révolution, et l'espoir qu'il fo...
      ...te sa correspondance. Malgré ces pièces de conviction, l'on n'élargit pas moins les détenus par un crédit dont la source n'est pas douteuse quand on voit dans les lettres de la ci-devant abbesse du noble chapitre de Salles, aristocrate déclarée s'il y en eût jamais, la confiance qu'elle avait dans les bons a...
      ... servait si bien, reprennent, au sortir de sa prison, ce même commis et l'accueill...
      ... aides pour ses propos insolents contre la Révolution et reçu dans les bureaux du ...
      ...mission dans ce qui avait paru un titre de réjeclion à une administration de l'ancien réfrime; ce sieur Golombeau qui se vante encore de gagner dans le département 3 livres par jour pour se... moquer de la nation : qu'en dit le département dûment averti par la municipalité? rien. Il le garde, c'est ...
      ...e secrétaire général lui-même a emporté la caisse chez les émigrés? Il est vrai qu.