Results grouped by volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-121 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-120 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-120 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-120 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-123 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-060 hits on 1789-070 hits on 1789-080 hits on 1789-091 hits on 1789-102 hits on 1789-111 hits on 1789-1220 hits on 1790-011 hits on 1790-022 hits on 1790-033 hits on 1790-041 hits on 1790-051 hits on 1790-063 hits on 1790-072 hits on 1790-083 hits on 1790-090 hits on 1790-101 hits on 1790-112 hits on 1790-124 hits on 1791-011 hits on 1791-020 hits on 1791-031 hits on 1791-042 hits on 1791-050 hits on 1791-063 hits on 1791-070 hits on 1791-081 hits on 1791-090 hits on 1791-101 hits on 1791-110 hits on 1791-1225 hits on 1792-010 hits on 1792-022 hits on 1792-032 hits on 1792-042 hits on 1792-053 hits on 1792-065 hits on 1792-071 hits on 1792-082 hits on 1792-095 hits on 1792-1013 hits on 1792-1127 hits on 1792-1230 hits on 1793-0121 hits on 1793-0230 hits on 1793-0328 hits on 1793-0419 hits on 1793-057 hits on 1793-0611 hits on 1793-0713 hits on 1793-0812 hits on 1793-097 hits on 1793-1015 hits on 1793-113 hits on 1793-124 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-129 hits on 1795-011 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-123 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-121 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-128 hits on 1798-010 hits on 1798-022 hits on 1798-031 hits on 1798-040 hits on 1798-051 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-091 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-121 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-031 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-120 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-121 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-123 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 of 64 volumes
  • Tome 1 : 1789 – Introduction - états généraux - préliminaires. Cahiers des sénéchaussées et baillages [Agen - Amont] 1 result
    • Introduction

      - search term matches: (14648)

      Introduction

      page 19
      ...lave ne doit rien, parce qu'il n'a rien en propre ; un homme de cœur sortira bient...
      ...e-peut pas, il sera bientôt dégradé. Où la patrie n'est rien, on ne lui doit rien,...
      ...n intérêt ; dès lors, chaque individu a la permission tacite de s'avan- tager autant qu'il le pourra sur le souverain. En justice réglée, il ne saurait y avoir d...
      ...un gouver- nement dont l'essence est de n'en avoir point; et ce défaut de règles est...
      ... ne se conserve et ne se reproduit dans la nature que par des lois fixes et inva- ...
      « Un esclave ne doit rien, parce qu'il n'a rien en propre ; un homme de cœur sortira bientôt d'un pays où le despotisme sera établi : s'il ne le-peut pas, il sera bientôt dégradé. Où la patrie n'est rien, on ne lui doit rien, parce que les devoirs sont réciproques. Le gouvernement qui appartient à un seul homme dispose de tous les autres pour son plaisir, sou caprice ou son intérêt ; dès lors, chaque individu a la permission tacite de s'avan- tager autant qu'il le pourra sur le souverain. En justice réglée, il ne saurait y avoir de trahison dans Un état despotique, parce que l'esclave ne peut être ni créancier ni débiteur. On ne saurait enfreindre des lois et des règles dans un gouver- nement dont l'essence est de n'en avoir point; et ce défaut de règles est le vice qui doit tout dé- truire; car rien ne se conserve et ne se reproduit dans la nature que par des lois fixes et inva- riables. »
      ...stoire des derniers excès du despotisme en France. Des dettes énormes et un crédit...
      ...s antiques... de nouveaux magistrats, à la fois investis de l'opprobre et de leurs...
      ...du, indécisentre Fordredes ministres et la voix de la conscienee, effrayé de la déso- béissance, mais plus effrayé enco...
      ...s provinces entières prêtes à repousser la violence par la violence, unies en- core à la couronne par l'habitude de leur atta- c...
      ... qui suivirent les dernières fureurs de la tyrannie, obligée de recourir aux remèdes dont la violence devait la détruire.
      ...achet. Veut-on que leur vérité devienne plus frappante, il suffit de relire l'histoire des derniers excès du despotisme en France. Des dettes énormes et un crédit public anéanti, des impôts dévorants, un peuple aigri par ses malheurs, prêt à se refuser à leur exac- tion, d'impuissantes lois substituées violemment à nos lois antiques... de nouveaux magistrats, à la fois investis de l'opprobre et de leurs dignités ; un militaire éperdu, indécisentre Fordredes ministres et la voix de la conscienee, effrayé de la déso- béissance, mais plus effrayé encore des assistances qu'on lui commande ; des provinces entières prêtes à repousser la violence par la violence, unies en- core à la couronne par l'habitude de leur atta- chement pour leur roi, mais confédérées par leur haine et leur mépris pour les ministres : ce ta- bleau donne l'image exacte des derniers règnes et des commotions qui suivirent les dernières fureurs de la tyrannie, obligée de recourir aux remèdes dont la violence devait la détruire.
      ...nt plongées : il fallait nous donner de co- lère pour nous rendre un peu de res... ...spotisme vînt les tirer de l'engourdissement léthargique dans lequel elles étaient plongées : il fallait nous donner de co- lère pour nous rendre un peu de ressort. Los
      formes de la justice anéanties, des enregistrements ...
      ...n- tiques; des milliers d'infractions à la foi publique, 1 palliées par des ruses ...
      formes de la justice anéanties, des enregistrements forcés, des exils, deux cent mille citoyens arra- chés de leurs foyers, jetés da...
      ...rité, souvent vendues par des cour- tisanes; deux banqueroutes ouvertes et authen- tiques; des milliers d'infractions à la foi publique, 1 palliées par des ruses de chevaliers d'industriç; nouveaux vingtièmes; augmentation de taille; réunion ...
      ...rriter. Le peuple se reposait même avec la confiance de la sécurité sur le recours des Parlements....
      ... dans tout le royaume, pour apprendre à la France entière com- s bien était redoutable la vengeance d'un ministre. On murmura dès...
      Tous ces prodiges de tyrannie ne suffirent pas pour nous irriter. Le peuple se reposait même avec la confiance de la sécurité sur le recours des Parlements. Le chancelier Maupeou ne tarda pas à lui montrer sur quels roseaux fragiles il ...
      ...son appui. Ils furent tous cassés, leurs mem- bres exilés, relégués et dispersés dans tout le royaume, pour apprendre à la France entière com- s bien était redoutable la vengeance d'un ministre. On murmura dès lors, mais on n'osait encore op- poser aucune résistance, et l'on n'était que f...
      ...potisme avait commencé sous Richelieu ; la dégradante servitude succéda à la franchise du règne de Henri IV. Il voul... Le despotisme avait commencé sous Richelieu ; la dégradante servitude succéda à la franchise du règne de Henri IV. Il voulut asservir jusqu'au génie. C'est lui qui persuada aux rois qu'ils pou- vaient o...
      ...ent Louis XIV : le faste et l'ambition. La première obligea les courtisans à d'éno... Deux passions funestes aux peuples dominèrent Louis XIV : le faste et l'ambition. La première obligea les courtisans à d'énormes dépenses, et les conduisit à. s'avilir pour y suffire. L'intrigue multiplia...
      Mais la prétention de dicter des lois à l'Europe soumise, et de la courber sous le joug, le voua à des gue... Mais la prétention de dicter des lois à l'Europe soumise, et de la courber sous le joug, le voua à des guerres interminables. De ses orgueilleux

      Introduction

      page 20
      triomphes naissait le germe de la vengeance; et de-ses revers, l'espoir d'être enfin .vengé. Le luxe de sa cour, la magnificence de ses bâtiments en tout genre, les travaux exécutés à Bres... triomphes naissait le germe de la vengeance; et de-ses revers, l'espoir d'être enfin .vengé. Le luxe de sa cour, la magnificence de ses bâtiments en tout genre, les travaux exécutés à Brest, à Toulon, à Rocheforî, à Dunkerque, étaient déjà plus que suffisants pour des...
      ... troubles et les guerres qui désolèrent la France pendant la minorité de LouisXIY lui avaient donné la facilité de s'enrichir au point de fair...
      ... lui, concouru à épuiser le Trésor dans la proportion de leur faveur et de leurs places ; en sorte que Golbert trouva, en 1661, les finances dans un désordre eff...
      ...u règne de Charles VII, les dépenses de la cour n'avaient jamais passé 94,000 livres. C'est avec le besoin ou la manie des grandes armées, avec l'éta- blissement de la marine militaire, mais surtout avec la corruption des cours, que s'accrurent l...
      ...les impôts l'extension du territoire et la multiplication des métaux précieux. Aus...
      ... que des ennemis étrangers se portèrent en force sur la France, il fallut des fonds réguliers e...
      ...ions; plus d'une fois ils le tentèrent. La réclamation des gens éclairés les avert...
      ...naître que cette autorité appartenait à la nation assemblée, et n'appartenait qu'à...
      Mazarin avait administré arbitrairement; les troubles et les guerres qui désolèrent la France pendant la minorité de LouisXIY lui avaient donné la facilité de s'enrichir au point de faire désirer son alliance par des princes. Ceux qui administraient sous lui avaient, comme lui, concouru à épuiser le Trésor dans la proportion de leur faveur et de leurs places ; en sorte que Golbert trouva, en 1661, les finances dans un désordre effrayant. A l'époque du règne de Charles VII, les dépenses de la cour n'avaient jamais passé 94,000 livres. C'est avec le besoin ou la manie des grandes armées, avec l'éta- blissement de la marine militaire, mais surtout avec la corruption des cours, que s'accrurent le besoin des finances, dans une proportion plus que décuple de l'accroissement naturel qu'eussent pu apporter dans les impôts l'extension du territoire et la multiplication des métaux précieux. Aus- sitôt que l'épidémie des croisades eût entraîné les Français loin de leurs frontières ; aussitôt que des ennemis étrangers se portèrent en force sur la France, il fallut des fonds réguliers et considé- rables. Les rois auraient bien voulu ordonner eux- mêmes ces contributions; plus d'une fois ils le tentèrent. La réclamation des gens éclairés les avertit de leurs usurpations, et les révoltes des peuples les forcèrent à y renoncer. Il fallut recon- naître que cette autorité appartenait à la nation assemblée, et n'appartenait qu'à elle; ils jurèrent même à leur sacre que ce droit sacré, inaliénable, serait à ...
      Pendant tout le temps que la couronne n'avait eu d'autre revenu que ...
      ...aume. Soit que les taxes portassent sur la personne ou sur les mai- sons des citoy...
      ... l'État voulut qu'on les allât chercher en Italie, où l'art de pressurer les peupl...
      Pendant tout le temps que la couronne n'avait eu d'autre revenu que le produit de son domaine, c'étaient ses sénéchaux, ses baillis, qui, chacun dan...
      ...nouvel ordre de choses, lorsque les impositions devinrent générales dans" le royaume. Soit que les taxes portassent sur la personne ou sur les mai- sons des citoyens, soit qu'on leur, demandât le cinquième ou le dixième de leurs récoltes, le ...
      ...sité d'avoir des gens pour recueillir ces différents tri- buts; et le malheur de l'État voulut qu'on les allât chercher en Italie, où l'art de pressurer les peuples avait déjà fait des progrès immenses.
      La retraite forcée de ce grand homme fut une calamité publique;'la cour s'abandonna d'abord à des profusions qui n'avaient point d'exemple dans la monarchie, et les ministres formèrent dans la suite, des entreprises que les forces de la natiqn ne comportaient pas. Ce double p...
      ...sion certaine ruina de nouveau le fisc. En 1661, les impositions montèrent à 84,22...
      ...t des finances lorsque l'administration en fût confiée à Colbert.
      La retraite forcée de ce grand homme fut une calamité publique;'la cour s'abandonna d'abord à des profusions qui n'avaient point d'exemple dans la monarchie, et les ministres formèrent dans la suite, des entreprises que les forces de la natiqn ne comportaient pas. Ce double principe d'une confusion certaine ruina de nouveau le fisc. En 1661, les impositions montèrent à 84,222,096 li- vres; mais les dettes absorbaient 52,377,172 li vres : il ne restait p...
      ...es,, somme évidem- ment insuffisante pour les besoins de l'État. Tel était l'état des finances lorsque l'administration en fût confiée à Colbert.
      ...il si simple et si clair, qu'il était à la portée du roi, qui écrivait chaque mois de sa propre main le montant de la recette et de la dé- pense, et la balancé de l'une et de l'autre. En 1662, il trouva que les dettes en anticipations, en em- ! prunts sur les receveurs généraux... ...lleur ordre dans l'administration des finances, et il réussit à rendre son travail si simple et si clair, qu'il était à la portée du roi, qui écrivait chaque mois de sa propre main le montant de la recette et de la dé- pense, et la balancé de l'une et de l'autre. En 1662, il trouva que les dettes en anticipations, en em- ! prunts sur les receveurs généraux, et les aliéna- tions montaient à 451,354,033 livres. Pendant son administratio...
      ...ardèrent pas à montrer un génie fertile en inventions frauduleuses. Ces financiers, connus sous le nom de Lom- bards, ne tardèrent pas à montrer un génie fertile en inventions frauduleuses.
      ... les subsides, se chargèrent d'en faire la levée ; et cet arrangement continua jus...
      ...tablir un impôt sans le consentement de la nation, et qui s'appropria le droit de ...
      Après leur expulsion, les États généraux, qui ordonnaient les subsides, se chargèrent d'en faire la levée ; et cet arrangement continua jusqu'à Charles Vil, qui, le premier, se permit d'établir un impôt sans le consentement de la nation, et qui s'appropria le droit de le faire percevoir par ses délégués. Sous le règne de LouisXII, le revenu public...
      A la mort de" François Ier, le fisc recevait...
      ... de ses prédé- cesseurs n'eussent connu la funeste ressource des emprunts, mais c'était toujours sous la caution de leurs agents, et l'État n'ét...
      A la mort de" François Ier, le fisc recevait 15,730,000 livres; c'était 56 de nos millions. Sur cette somme, il fallait prél...
      ...ital de 725,000 livres : c'était une innova- tion. Ce n'est pas que quelques-uns de ses prédé- cesseurs n'eussent connu la funeste ressource des emprunts, mais c'était toujours sous la caution de leurs agents, et l'État n'était jamais engagé. . Quarante ans de guerres civiles, de fanatisme, de déprédati...

      Introduction

      page 21
      ...s à 23,735,274 livres ; elles montaient en 1661, à 52,377,184 li- vres. Il porta les revenus, qui ne s'élevaient, à la même époque de 1661, qu'à 84,200,000 li...
      ...de revenus quand il prit les finances : en 1683, il en avait plus de 92. Malgré ses éco- nomie...
      ...té guidés que par le besoin d'argent et la nécessité d'en trouver pour rester en place.
      ...ilèges, iit des remises sur les- tailles, le sel, les aides, réduisit les charges à 23,735,274 livres ; elles montaient en 1661, à 52,377,184 li- vres. Il porta les revenus, qui ne s'élevaient, à la même époque de 1661, qu'à 84,200,000 livres , à 116,053,374 livres. Le trésor royal n'avait pas 32 millions de revenus quand il prit les finances : en 1683, il en avait plus de 92. Malgré ses éco- nomies, ce grand administrateur encouragea les sciences, le commerce et l'industrie, ...
      ...re de consulter l'intérêt du roi et celui* des sujets. Leurs successeurs n'ont été guidés que par le besoin d'argent et la nécessité d'en trouver pour rester en place.
      A la mort de ce prince, l'État était endetté...
      ...tre milliards; encore est-on étonné que la dette ne soit pas plus énorme, quand on compare les dé- penses en tous genres et tous les revers de son règne, avec la modicité de ses revenus. Pour le concev...
      A la mort de ce prince, l'État était endetté de 2,471,000,000 de livres, l'argent étant à 27 livres le marc, ce qui ferait de nos jours plus de quatre milliards; encore est-on étonné que la dette ne soit pas plus énorme, quand on compare les dé- penses en tous genres et tous les revers de son règne, avec la modicité de ses revenus. Pour le concevoir, il faut convenir que Colbert a trouvé d'immenses ressources dans ses. opéra...
      Ce ne fut qu'aprçs la mort de Louis XIV que la plaie publique fut bien connue. Ce monarque, qui .en avait imposé à la fortune, et qui avait soutenu en grand homme les revers les plus accabla...
      ...u'on éprouva les terreurs qui précèdent la guerre civile! Si le testament du feu r...
      ...erait devenu le vaisseau de l'État sous la main impuissante du duc du Maine ?
      Ce ne fut qu'aprçs la mort de Louis XIV que la plaie publique fut bien connue. Ce monarque, qui .en avait imposé à la fortune, et qui avait soutenu en grand homme les revers les plus accablants, masquait d'un fantôme de grandeur les accès de l'abîme ; mais qu'il parût profond quand on n'eût plus.que sa mémoire à admirer ou à censurer et qu'on éprouva les terreurs qui précèdent la guerre civile! Si le testament du feu roi n'avait pas été cassé, que serait devenu le vaisseau de l'État sous la main impuissante du duc du Maine ?
      ...sur les immenses profits que produirait la découverte de la Louisiane, du Missis- sipi, etc. Malheu...
      ..., d'après ces spéculations, oki établit en 1716 une banque dont le prix des action...
      ...sées, et des agioteurs, des intrigants, en firent d'immenses dans l'espace de quel...
      ...resse publi- que, créa tant de billets, qu'en 1791, la valçur chimérique des actions valait qu...
      ... circuler dans le royaume. On remboursa en papier les rentiers de l'Etat. En soutenant le taux des dividendes, l'ill...
      ... devait satisfaire aux engagements publics avec des bil- lets, et se rembourser sur les immenses profits que produirait la découverte de la Louisiane, du Missis- sipi, etc. Malheureusement les bénéfices étaient fantastiques. Cependant, d'après ces spéculations, oki établit en 1716 une banque dont le prix des actions était hypothéqué sur les produits et béné- fices du commerce du Sénégal ; elle...
      ...e au-dessus de leur première valeur. Les plus grandes for- tunes furent bouleversées, et des agioteurs, des intrigants, en firent d'immenses dans l'espace de quelques mois. Law, enivré de l'ivresse publi- que, créa tant de billets, qu'en 1791, la valçur chimérique des actions valait quatre-vingts fois tout l'argent qui pouvait circuler dans le royaume. On remboursa en papier les rentiers de l'Etat. En soutenant le taux des dividendes, l'illusion se soutint quelque temps encore; mais le régent, emporté malgré lui par le...
      ...ple, des rentes et des offices à gages, en créèrent sans mesure, puisqu'en 1715, i... Les successeurs de Colbert, au lieu d'éteindre, à sou exemple, des rentes et des offices à gages, en créèrent sans mesure, puisqu'en 1715, ils avaient chargé l'État de plus de 73 millions de rentes; leur incapacité et le...
      ...lles des Gobelins et des r Glaces. Mais la révocation de l'édil de Nantes, et la persécution des protestants nous firent... ...dé Lyon, de Tours, de Nîmes; celles de Vaurobais, Sedan, Louviers et Elbeuf ; celles des Gobelins et des r Glaces. Mais la révocation de l'édil de Nantes, et la persécution des protestants nous firent perdré une partie des fruits du génie de Colbert.
      ...onsom- mations diminuèrent; on négligea la culture des terres; les contrats sur l'hôtel de ville ne se ven- daient que la moitié de leur valeur. Louis XIV, sur la fin de ses jours, eut un besoin pressan... ...anqueroutes se multiplièrent; l'argent disparût; le commerce fut anéanti ; les consom- mations diminuèrent; on négligea la culture des terres; les contrats sur l'hôtel de ville ne se ven- daient que la moitié de leur valeur. Louis XIV, sur la fin de ses jours, eut un besoin pressant de 8 millions ; il fut obligé de les acheter par 32 mil- lions de rescriptions...
      ...l- lible de conserver, d'augmenter même la faveur publique, alors ouvertement décl... ...is amis désiraient qu'il assem- blât les États généraux : c'était un moyen infail- lible de conserver, d'augmenter même la faveur publique, alors ouvertement déclarée pour lui. Philippe se prêtait, sans efforts, à cet expédient : malheureusem...
      les tentatives faites pendant la Régence et sous le règne de Louis XV po... les tentatives faites pendant la Régence et sous le règne de Louis XV pour une convocation des États généraux.

      Introduction

      page 22
      ... d'œil juste, une énergie peu commune à la noblesse française, et une par- faite c...
      ...ologne sous son ministère, quoiqu'elles en cherchassent alors les moyens. Ceux qui...
      ...é un coup mortel au militaire français, en contrariant les anciennes ordonnances, lui font hommage des deux plus étonnantes révolutions que les annales du monde puissent offrir ; il prépara la révolution d'Amé- rique, et celle- ci amena la révolution de France.
      ... les remords qui auraient pu le rendre à ses devoirs. Il avait cependant un coup d'œil juste, une énergie peu commune à la noblesse française, et une par- faite connaissance du caractère national et de l'art de manier les hommes. Les cours de Vienne, de Pétersbourg et de Berlin n'osèrent tenter le par- tage delà Pologne sous son ministère, quoiqu'elles en cherchassent alors les moyens. Ceux qui l'ac- cusent d'avoir le premier porté un coup mortel au militaire français, en contrariant les anciennes ordonnances, lui font hommage des deux plus étonnantes révolutions que les annales du monde puissent offrir ; il prépara la révolution d'Amé- rique, et celle- ci amena la révolution de France.
      ...e Louis XVI. Nous avons pris le fond de la plupart de ces portraits dans des ouvrages imprimés avant la Révolution, et publiés par des hommes qui avaient ...
      ...l- ques-uns d'un ouvrage imprimé depuis la Révolution; c'est celui de M. Sénac de Meilhan, qu...
      ... de M. de Calonne et de M, Necker. Nous en avons tiré les détails les plus frap- pants, sans prétendre cependant ni en garantir la vérité, ni partager toutes ses opinions...
      ...nistres les plus marquants qui se sont succédés sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Nous avons pris le fond de la plupart de ces portraits dans des ouvrages imprimés avant la Révolution, et publiés par des hommes qui avaient été à même d'avoir une connaissance particulière des faits. Nous ne nous sommes servis que pour quel- ques-uns d'un ouvrage imprimé depuis la Révolution; c'est celui de M. Sénac de Meilhan, qui contient diverses particularités sur les ministères de M. de Calonne et de M, Necker. Nous en avons tiré les détails les plus frap- pants, sans prétendre cependant ni en garantir la vérité, ni partager toutes ses opinions sur des personnages vi- vants, et qui ne. doivent encore être jugés que comme h...
      ... coup avec lui. Le duc d'Orléans voulut en vain le relever par des arrêts qui l'an...
      ...réduire l'intérêt au centième denier de la primitive valeur.
      put empêcher le masque de tomber, et le crédit tomba tout d'un coup avec lui. Le duc d'Orléans voulut en vain le relever par des arrêts qui l'anéantirent. Il fallut suspendre les payements. Les porteurs de -billets devinrent créanciers de l'État, et l'on fut obligé de réduire l'intérêt au centième denier de la primitive valeur.
      ...is ce fut d'abord l'effet na- turel -de la réunion des ministères dont il était le...
      ..., peut, sans beaucoup de mérite, porter en économie ce que l'envie de se distingue...
      ...-dessus du né- cessaire au ministre qui n'en gère qu'un ; quand on passerait ces éco...
      ...ésor royal, il réduisit les provinces à la misère en ac- caparant tous les blés, pour en faire le commercee
      On a vanté les réductions qu'il avait faites dans ses départements, mais ce fut d'abord l'effet na- turel -de la réunion des ministères dont il était le chef : car un même homme représentant trois ministères, peut, sans beaucoup de mérite, porter en économie ce que l'envie de se distinguer dans son département fait demander au-dessus du né- cessaire au ministre qui n'en gère qu'un ; quand on passerait ces économies, seront-elles compara- bles à sa dissipation reconnue, aux augmentations ...
      ...ites par lui ? Ne sait-on pas qu'il donnait de toutes mains ? Pour réparer le trésor royal, il réduisit les provinces à la misère en ac- caparant tous les blés, pour en faire le commercee
      (1) On peut et l'on doit regarder la vie dissolue du roi comme une des principales causes de la déprédation des finances. On évalue à S00 millions ce qu'il en a coûté à l'Etat, sous ce régne, pour l...
      ...s de familles leur durent l'opprobre et la fortune, et pui- sèrent dans le trésor ...
      (1) On peut et l'on doit regarder la vie dissolue du roi comme une des principales causes de la déprédation des finances. On évalue à S00 millions ce qu'il en a coûté à l'Etat, sous ce régne, pour les dépenses que leur nature honteuse rendait essentiellement secrètes ; des milliers de familles leur durent l'opprobre et la fortune, et pui- sèrent dans le trésor public, les unes le prix attaché aux plus avilissantes faveurs, les autres le dé...
      Après la paix de 1762, l'abbé Terray, homme d'un...
      ...ns moralité, ne pouvant avoir d'argent, en vola au nom du roi y il ruina tous les citoyens qui avaient fourni aux frais de la guerre, en réduisant à deux et demi pour cent les ...
      ... exactions devinrent odieux. Le produit en fut bientôt dévoré : c'était une faible "pluie d'or, il en aurait fallu un fleuve.
      Après la paix de 1762, l'abbé Terray, homme d'un caractère ferme, mais dur et sans moralité, ne pouvant avoir d'argent, en vola au nom du roi y il ruina tous les citoyens qui avaient fourni aux frais de la guerre, en réduisant à deux et demi pour cent les intérêts de leurs créances, soit sur les fermes, les colonies,les pays d'états, billets, etc. Tout le monde sait combien le gouvernement et le ministre de ces exactions devinrent odieux. Le produit en fut bientôt dévoré : c'était une faible "pluie d'or, il en aurait fallu un fleuve.
      ...istère. Le maréchal de Muy, ministre de la guerre, stoïcien sévère, mais auquel on...
      ... néces- saires à sa place, l'apostropha en plein conseil, lui reprochant de déshonorer sa vieillesse et d'abuser de la jeunesse du roi. La suite a prouvé que le maréchal avait raison, au moins dans le système du despotisme de la cour. Le roi eût été
      ...e cinq ans. Leur rappel fut regardé comme une des plus grandes fautes de son ministère. Le maréchal de Muy, ministre de la guerre, stoïcien sévère, mais auquel on n'attribuait pas tous les talents néces- saires à sa place, l'apostropha en plein conseil, lui reprochant de déshonorer sa vieillesse et d'abuser de la jeunesse du roi. La suite a prouvé que le maréchal avait raison, au moins dans le système du despotisme de la cour. Le roi eût été
      A la majorité de Louis XV, le gouvernement, déchargé de l'énormité du fardeau de la dette, et dirigé par la main timide et pacifique du cardinal de... A la majorité de Louis XV, le gouvernement, déchargé de l'énormité du fardeau de la dette, et dirigé par la main timide et pacifique du cardinal de Fleury, se montra avec splendeur. Les trente premières années de ce règne furen...
      A la mort de Louis XV, le revenu public s'él... A la mort de Louis XV, le revenu public s'éle- vait à 375,331,873 livres; mais Jes engagements, malgré cette foule de banque...
      ...ait un malheur ; courtisan disgracié de la cour de Louis XIV, on crut qu'il porter...
      ...p- porta au ministère que l'intrigue et la corruption, l'égoïsme d'un vieillard courtisan, joint à la lé- gèreté et à l'esprit futile de sa j...
      ...habiles. Le comte de Maurepas devint son conseil intime, son tuteur. Ce choix était un malheur ; courtisan disgracié de la cour de Louis XIV, on crut qu'il porterait ses ressenti- ments intéressés à établir un nouvel ordre de choses, à briguer le titre de régénérateur : il n'ap- porta au ministère que l'intrigue et la corruption, l'égoïsme d'un vieillard courtisan, joint à la lé- gèreté et à l'esprit futile de sa jeunesse.

      Introduction

      page 23
      (1) II résulte du Compte rendu, qu'en 1781 les retenus de 1 Etat excédaient d...
      ...penses fixes; mais, comme il existait à mort dé Louis XV un vide de 25 millions entre la recette et la dépense, il faudrait donc que M. Neker eût remboursé, malgré la guerie,
      (1) II résulte du Compte rendu, qu'en 1781 les retenus de 1 Etat excédaient de 10 millions les dépenses fixes; mais, comme il existait à mort dé Louis XV un vide de 25 millions entre la recette et la dépense, il faudrait donc que M. Neker eût remboursé, malgré la guerie,
      ...is XVI avait rendu un premier hommage à la justice et à l'opinion publique, en rappelant à leurs fonctions les an- ciens magistrats devenus ehers à, la France par les maux d'un long exil. Ell...
      ...hilosophe annonça le projet de préparer nation au grand bienfait de la liberté, par l'établissement des ad- ministrations provinciales, et la suppression pro- chaine des intendants,...
      ...visir Richelieu, qui s'engraissaient de la substance des peuples et les affaiblissaient par les corvées, lès exactions, la misère et la faim pour les con- tenir dans l'obéissa...
      ...nt les nuages épais que l'i'mpéritie et la rapacité de ses prédécesseurs avaient a...
      ...s finances, mit sous nos yeux l'état de fortune publique, rendit compte des div...
      A son avènement au trône, Louis XVI avait rendu un premier hommage à la justice et à l'opinion publique, en rappelant à leurs fonctions les an- ciens magistrats devenus ehers à, la France par les maux d'un long exil. Elle acquit un nouveau degré d'énergie, lorsqu'un ministre philosophe annonça le projet de préparer nation au grand bienfait de la liberté, par l'établissement des ad- ministrations provinciales, et la suppression pro- chaine des intendants, de ces pachas créés par le visir Richelieu, qui s'engraissaient de la substance des peuples et les affaiblissaient par les corvées, lès exactions, la misère et la faim pour les con- tenir dans l'obéissance. On se crut déjà libre, lorsque M. Necker, dissipant les nuages épais que l'i'mpéritie et la rapacité de ses prédécesseurs avaient assemblés sur les finances, mit sous nos yeux l'état de fortune publique, rendit compte des diverses branches des revenus du royaume, des frais, du mode de leur perception, et...
      ...e de soulager les peuples sans diminuer la recette du trésor royal; de préparer la nation à la liberté politique, en l'accoutumant peu à peu à traiter elle-même ses propres intérêts ; de créer des hommes, en forçant les talents de se développer 'Le plan de M. Necker présentait un moyen facile de soulager les peuples sans diminuer la recette du trésor royal; de préparer la nation à la liberté politique, en l'accoutumant peu à peu à traiter elle-même ses propres intérêts ; de créer des hommes, en forçant les talents de se développer
      ... prétend au contraire qu'il exis- tait, en 1781, un déficit considérable. ...ne augmentation de 35 millions de revenus. Cela paraît difficile : M. de Calonne prétend au contraire qu'il exis- tait, en 1781, un déficit considérable.
      ...e, il avait demandé à ce jeune monarque la levée de toutes les lettres de cachet, ...
      ... qui avaient encore un grand parti dans la nation, seraient rentrés comme -de simp...
      ... chambres qui lùi devaient leur existence. Si, quand Louis XVI monta sur le trône, il avait demandé à ce jeune monarque la levée de toutes les lettres de cachet, tous les membres des Parle- ments qui, dans leur exil, formaient encore une compagnie formidable, ou qui avaient encore un grand parti dans la nation, seraient rentrés comme -de simples particuliers dans le sein'de leur famille. Isolés, sans titre et sans foncti...
      ...ureuse. Il déploya dans le ministère de la probité et des vues utiles ; mais il fa... ...rgot, intendant du Limousin, connu par une administration pure, vivifiante et heureuse. Il déploya dans le ministère de la probité et des vues utiles ; mais il fallait s'exposer à déplaire pour opérer des réformes nécessaires : il déplut et s...
      ...oge de Colbert et par son habileté dans la banque, fît entrevoir au vieux Maurepas la possibilité de créer du crédit et de se...
      ... censeurs lui reprochent d'avoir établi la ressource illusoire et désastreuse des ...
      ...cusent d'ambition; et prenant pour juge la discussion ouverte entre lui et M. de C...
      M. Necker, connu par son Éloge de Colbert et par son habileté dans la banque, fît entrevoir au vieux Maurepas la possibilité de créer du crédit et de se donner de l'aisance, Il fut nommé directeur géné- ral des finances. Ce nouveau ...
      ...isme, dut avoir des prôneurs enthousiastes et des détracteurs frénéti- ques. Ses censeurs lui reprochent d'avoir établi la ressource illusoire et désastreuse des emprunts ; d'avoir pris pour principes de son administration qu'il faut à un Éta...
      ...nt qu'il a tout soumis aux capitalistes, qu'il a négligé l'agricuiture, Ils l'accusent d'ambition; et prenant pour juge la discussion ouverte entre lui et M. de Calonne, ils le taxent d'avoir trompé dans son Compte rendu (1).
      ...rièrent au sacrilège, et représentèrent la révé- lation des mystères du cabinet comme un attentat contre la majesté du trône. Us se réunirent de co...
      ...us les honneurs du triomphe décerné par la recon- naissance publique.
      ... ; ces prétendus hommes d'Etat, qui se flattaient d'être de grands intrigants, crièrent au sacrilège, et représentèrent la révé- lation des mystères du cabinet comme un attentat contre la majesté du trône. Us se réunirent de concert contre un administrateur qui avait, quelle que fût son ambition particulière, su montrer l'énergie d'un citoyen. Il fut disgracié avec tous les honneurs du triomphe décerné par la recon- naissance publique.
      ...es provinciales qui leur a commu- niqué la première étincelle de l'amour de la li- berté. Ce projet n'était pas absolu...
      ... le goûtait assez, mais les clameurs de la finance le forcèrent à l'abandonner.
      ...lé les Français de leur long assoupissement ; c'est son mémoire sur les assemblées provinciales qui leur a commu- niqué la première étincelle de l'amour de la li- berté. Ce projet n'était pas absolument nouveau : il avait été proposé à M. le duc de Choiseul qui le goûtait assez, mais les clameurs de la finance le forcèrent à l'abandonner.

      Introduction

      page 24
      En 1781, Monsieur voulut lire ce mémoire; ...
      ...me qui l'empêchait d'y parvenir, tire à la hâte des copies de ce mémoire, s'empres...
      ... intendants, aux Parle- ments, chefs de la finance, c'est-à-dire à tous ceux dont ...
      ...comme il ne pouvait avoir dans ce temps- son entrée au conseil, il ne travaillai...
      ..., et M. de Maurepas, qui était toujours en tiers, s'était déclaré contre lui. La gloire que le Compte rendu avait procur...
      En 1781, Monsieur voulut lire ce mémoire; M. Necker le lui confia. On le lut, on le vola, et il tomba entre les mains de M...
      ...l'occasion qu'il cher- chait depuis longtemps d'écarter du ministère le seul homme qui l'empêchait d'y parvenir, tire à la hâte des copies de ce mémoire, s'empresse de les faire parvenir aux intendants, aux Parle- ments, chefs de la finance, c'est-à-dire à tous ceux dont l'intérêt particulier repoussait toute innovation pour l'intérêt public. M. Necker était sans appui contre une masse d'ennemis aussi re- doutables; comme il ne pouvait avoir dans ce temps- son entrée au conseil, il ne travaillait môme jamais seul avec le roi, et M. de Maurepas, qui était toujours en tiers, s'était déclaré contre lui. La gloire que le Compte rendu avait procuré à son auteur lui avait donné de l'ombrage, et il ne pouvait lui pardonner de n...
      ... il ne prétendait point aux honneurs de la pourpre, mais à celui de faire prévaloir ses plans de finance, il quitta le ministère en 1782, empor- tant dans sa retraite les regrets du public, et en consacrant son loisir au célèbre ouvrag... ...lège auraient pu exiger de lui, s'il avait demandé le chapeau de cardinal. Gomme il ne prétendait point aux honneurs de la pourpre, mais à celui de faire prévaloir ses plans de finance, il quitta le ministère en 1782, empor- tant dans sa retraite les regrets du public, et en consacrant son loisir au célèbre ouvrage de l'A d-ministration des finances.
      ... successeur, avec tous les avantages de la supé- riorité, n'avait pas celui de l'o...
      ...mmé commissaire dans l'affaire de M. de La Ghalotais, au lieu de l'impartialité d'...
      ...ce courageux magistrat, uniquement pour en obtenir de la faveur. Mal famé d'ailleurs, il ne lui restait de droits à la confiance que de l'esprit et Fart de l'...
      ...ues amoureuses et dans les intrigues de la cour, chargé de honte et de dettes, venait, avec la troupe avide de ses protec- teurs, fond...
      ... fut bientôt obligé, à son tour, de déposer un fardeau trop pesant. Son brillant successeur, avec tous les avantages de la supé- riorité, n'avait pas celui de l'opinion publique. Nommé commissaire dans l'affaire de M. de La Ghalotais, au lieu de l'impartialité d'un juge, il avait servi Facharnement des ennemis puisssants de ce courageux magistrat, uniquement pour en obtenir de la faveur. Mal famé d'ailleurs, il ne lui restait de droits à la confiance que de l'esprit et Fart de l'insinuation. On fut consterné de voir M. de Galonné remplacer M. d'Ormesson, de ...
      ... magistrat dont il avait été le délateur; qui, de- puis, vieilli dans les intrigues amoureuses et dans les intrigues de la cour, chargé de honte et de dettes, venait, avec la troupe avide de ses protec- teurs, fondre sur les richesses du royaume, comme pour dévorer les finances, sous prétexte ...
      Mais il fallait à la cour un ministre fécond en ressources, habile à couvrir de palliatifs la brèche ouverte par les dissipations, et...
      ...crut l'avoir trouvé dans M. de Galonné. En effet, rien n'était au- dessus de ses t...
      Mais il fallait à la cour un ministre fécond en ressources, habile à couvrir de palliatifs la brèche ouverte par les dissipations, et qui ne se laissât point effrayer par l'abîme : on crut l'avoir trouvé dans M. de Galonné. En effet, rien n'était au- dessus de ses talents et de son audace ; il plut au roi, et le subjugua par ses manières spirit...
      ..., M. Necker avait emprunté 530millions; en deux ans, Son successeur avait emprunté...
      ...ontèrent à plus de 800 millions. Ainsi, en dix ans, l'Etat s'est chargé de la rente d'un capital d'un milliard 630 mi...
      Depuis le mois d'octobre 1776, jusqu'au mois de mai 1781, M. Necker avait emprunté 530millions; en deux ans, Son successeur avait emprunté plus de 300 millions ; mais M. de Galonné les surpassa l'un et l'autre; ses emprunts montèrent à plus de 800 millions. Ainsi, en dix ans, l'Etat s'est chargé de la rente d'un capital d'un milliard 630 mil- , lions (1).
      Gomment, en supposant l'exactitude du Compte Gomment, en supposant l'exactitude du Compte
      dans la discussion des affaires publiques. Mais...
      ...assez pour le faire marquer du sceau de la proscription : et ce mémoire, qui, appu...
      ...blique, au- rait pu faire le bonheur de la France, et amener sans crise la régénération de l'Etat, demeura se- cre...
      dans la discussion des affaires publiques. Mais il dévoilait les vices du régime oppresseur des in tendants, les abus du système financier, l'esprit de corps des Parlements; c'en fut assez pour le faire marquer du sceau de la proscription : et ce mémoire, qui, appuyé de l'opinion publique, au- rait pu faire le bonheur de la France, et amener sans crise la régénération de l'Etat, demeura se- cret entre le roi et son ministre. On fit dans deux provinces l'essai de cette nouv...
      ..., on rejetait ses plans. On avait suivi la même marche pour perdre Turgot. M. Neck...
      ...s une place au con- seil, mais au moins la liberté d'y entrer, pour discuter ses o...
      ...les plans du direc teur général, et comme il n'y était pas présent, on morcelait, on rejetait ses plans. On avait suivi la même marche pour perdre Turgot. M. Necker de- manda donc au roi, non pas une place au con- seil, mais au moins la liberté d'y entrer, pour discuter ses opérations.
      ...qui osa remplacer un ministre honoré de la confiance de la nation, et dont l'élévation était regardée comme le fruit des intrigues de la cabale qui n'était déclarée contre lé p...
      ...mpôts et un emprunt onéreux signalèrent la courte admi- sistration de M. Joly de F...
      On ne put supposer ni talent ni vertu à celui qui osa remplacer un ministre honoré de la confiance de la nation, et dont l'élévation était regardée comme le fruit des intrigues de la cabale qui n'était déclarée contre lé premier. Deux impôts et un emprunt onéreux signalèrent la courte admi- sistration de M. Joly de Fleury ; il retrancha les
      ...us les'impôts de dix sôus pouï livre de la valeur de leur primitive imposition. Il greva la ville de Paris de droits sur le sucre, ... ...a comptabilité fût plus productive et plus simple, il chargea indistinctement tous les'impôts de dix sôus pouï livre de la valeur de leur primitive imposition. Il greva la ville de Paris de droits sur le sucre, etc., et il sortit de place avec des pen- sions et du mépris.

      Introduction

      page 25
      ...er au roi Rambouillet, èt Saint-GIoud à la reine ; on engageait, on échangeait les domaines de la couronne. Jamais la cour n'avait été si bril- lante, ni le ...
      ...mais on n'avait vu tant d'activité dans la circulation; le ministre se changeait en" pluie d'or ; enfin il éta- blissait une caisse d'amortissement pour éteindre la dette nationale : les emprunts se multipliaient en même temps, il est vrai, mais on annonç...
      ... libérer le royaume; qu'avant vingt ans la France aurait remboursé tous ses créanc...
      ...as de le promettre. Les agioteurs, dont la malfaisante activité s'alimente de la multiplicité des effets publics, de l'a...
      ...t du discrédit des emprunts, chantaient la louange d'un ministre qui servait si bi...
      ...inces furent liquidées; on acquitta même des créances simulées. On faisait acheter au roi Rambouillet, èt Saint-GIoud à la reine ; on engageait, on échangeait les domaines de la couronne. Jamais la cour n'avait été si bril- lante, ni le prince si magnifique; jamais on n'avait vu tant d'activité dans la circulation; le ministre se changeait en" pluie d'or ; enfin il éta- blissait une caisse d'amortissement pour éteindre la dette nationale : les emprunts se multipliaient en même temps, il est vrai, mais on annonçait dans de brillants préambules que le contrôleur général avait trouvé le secret de libérer le royaume; qu'avant vingt ans la France aurait remboursé tous ses créanciers, tet serait parvenue au plus haut degré de splendeur et de gloire. Tous les édits portant création de nouveaux em- prunts ne manquaient pas de le promettre. Les agioteurs, dont la malfaisante activité s'alimente de la multiplicité des effets publics, de l'accumu- lation et du discrédit des emprunts, chantaient la louange d'un ministre qui servait si bien leurs désirs.
      Cependant la facilité des emprunts, qui tenait principalement à la confiance qu'avait inspirée M. Necker, ne fut plus la même lorsqu'on eut re- marqué les dissi...
      ...point ce qu'on avait attendu, il fallut en ouvrir de nouveaux à des conditions plu...
      Cependant la facilité des emprunts, qui tenait principalement à la confiance qu'avait inspirée M. Necker, ne fut plus la même lorsqu'on eut re- marqué les dissipations de son successeur. Aussi les premiers emprunts de M. de Galonné ne ren- dant point ce qu'on avait attendu, il fallut en ouvrir de nouveaux à des conditions plus avanta- geuses pour le prêteur, jusqu'à ce que les engage- ments devinssent en...
      ...omesses et par un instant d'aisance qui en imposa ; c'était un songe flatteur; mais le réveil en fut terrible. La convocation des notables fut un coup de foudre qui tira tout à coup la na- tion étonnée de cette incroyable sé...
      ...ter l'opi- nion ; elle planait déjà sur la force exécutrice, et annonçait la puissance qui crée les lois, qui brise en un instant les entraves des antiques ab...
      ...orageuse explosion. Les premiers moments de son ministère séduisirent par des promesses et par un instant d'aisance qui en imposa ; c'était un songe flatteur; mais le réveil en fut terrible. La convocation des notables fut un coup de foudre qui tira tout à coup la na- tion étonnée de cette incroyable sécurité. M. de Galonné voulut reculer, il n'était plus temps ; il voulut dissoudre l'assemblée par des lettres de cachet, mais rien ne pouvait plus surmonter l'opi- nion ; elle planait déjà sur la force exécutrice, et annonçait la puissance qui crée les lois, qui brise en un instant les entraves des antiques abus.
      L'indignation publique fut égale à la surprise lorqu'on entendit annoncer un ...
      ...l- lions. M. de Galonné, prévoyant, par la résistance des notables, qu'il aurait p...
      ... trésor royal n'était pas, au moment de la retraite de M. Necker, dans l'état d'op...
      ...alonné, celui-ci jugea plus à propos de la supprimer que de la combattre : mais l'ex-ministre avait envoyé en même temps au garde des sceaux un double de la lettre qu'il avait adressée au contrôleur général. M. de Miromesnil en parla au roi. Une infidélité de cette nature devait décider de la perte de celui qui s'en était rendu coupable ; mais le rusé courtisan sut en tirer avantage : il attaqua vivement le. chef de la justice, provoqua une rixe, et finit par en imposer au monarque. M. de Miromesnil e...
      ...ar il perdit sa place, mais il retrouva la paix et gagna l'estime pu- blique, par la fermeté avec laquelle il soutint sa dis...
      ...t au roi une lettre noble et touchante, en lui renvoyant les lettres patentes par ...
      L'indignation publique fut égale à la surprise lorqu'on entendit annoncer un déficit de 110 mil- lions. M. de Galonné, prévoyant, par la résistance des notables, qu'il aurait plus d'un assaut à livrer au Parlement, mina sourdement dans l'esprit du roi le f...
      ...e- ment. Le contrôleur général ayant soutenu au grand comité des notables que le trésor royal n'était pas, au moment de la retraite de M. Necker, dans l'état d'opulence qu'il avait annoncé, le roi désira d'avoir sur ce fait le témoignage de M...
      ... Sa réponse ne se trou- vant pas conforme aux vues et aux assertions, de M. de Galonné, celui-ci jugea plus à propos de la supprimer que de la combattre : mais l'ex-ministre avait envoyé en même temps au garde des sceaux un double de la lettre qu'il avait adressée au contrôleur général. M. de Miromesnil en parla au roi. Une infidélité de cette nature devait décider de la perte de celui qui s'en était rendu coupable ; mais le rusé courtisan sut en tirer avantage : il attaqua vivement le. chef de la justice, provoqua une rixe, et finit par en imposer au monarque. M. de Miromesnil eut tort, car il perdit sa place, mais il retrouva la paix et gagna l'estime pu- blique, par la fermeté avec laquelle il soutint sa disgrâce ; il écrivit au roi une lettre noble et touchante, en lui renvoyant les lettres patentes par lesquelles il l'avait nommé chancelier.
      ...eur à M. de Calonne, sous le rapport de la probité, il ne l'était pas de lui donner un successeur qui l'égalât en talents ; et l'archevêque de Toulouse surtout, auquel on n'attribua d'autre mérite que la pré- S'il était facile de trouver un successeur à M. de Calonne, sous le rapport de la probité, il ne l'était pas de lui donner un successeur qui l'égalât en talents ; et l'archevêque de Toulouse surtout, auquel on n'attribua d'autre mérite que la pré-
      .... de Galonné avait-il élevé le déficit, en trois ans et quatre mois, à 140 million... ...endu, c'est-à-dire 10 millions d'excédant, et 25 millions de capitaux éteints, M. de Galonné avait-il élevé le déficit, en trois ans et quatre mois, à 140 millions (l)?Cela paraîtrait inconcevable, si l'on ne savait pas qu'indépendamment des ...
      ...ssemblés s'électrisent puissamment, que la philosophie et la révolution d'Amérique ...s ressources de l'esprit ; mais on ne tarda pas à s'apercevoir que les hommes rassemblés s'électrisent puissamment, que la philosophie et la révolution d'Amérique
      ...de gages et de rentes auxquels a obligé la véna- lité des charges, ét qui étaient ... ...0 millions de .levées nouvelles et perpétuelles, pour remplir les enga- gements de gages et de rentes auxquels a obligé la véna- lité des charges, ét qui étaient doublement onéreuses, puisqu'elles éloignaient les titulaires des spéculations u...
      Dès que la retraite de M. le garde des sceaux fut ...
      ...ir les importantes fonctions de chef de la magistrature : son choix fut agréé. On ...
      ...e, mais ils semèrent dans les provinces la plainte et le soupçon.
      Dès que la retraite de M. le garde des sceaux fut assurée, M. de Galonné proposa au roi M. de Lamoignon, comme l'homme le plus capable, dans des circonstances difficiles, de remplir les importantes fonctions de chef de la magistrature : son choix fut agréé. On avait congédié les nota- bles pour se débarrasser de leur importune pré- sence, mais ils semèrent dans les provinces la plainte et le soupçon.

      Introduction

      page 26
      Il avait prévu la chute prochaine de M. de Ga- lonné, et ...
      ...ure. Le silence politique qu'il affecta n'en imposa à personne : on souleva même le ...
      Il avait prévu la chute prochaine de M. de Ga- lonné, et dirigé toutes ses démarches, tous ses discours sur le plan combiné de son élévation fu- ture. Le silence politique qu'il affecta n'en imposa à personne : on souleva même le voile mystérieux dont il couvrait ses prétentions ; mais il louvoyait habilement...
      La mission des deux frères du roi était la même. Cependant, Monsieur, qui s'était ...
      ...lamations du peuple, et reconduit après la séance dans son palais du Luxembourg, a...
      ...ions du mi nistre disgracié, reçut, dès la barrière de la Con- férence, des marques du mécontente...
      ...rdes firent un mouvement pour se mettre en défense ; un homme
      La mission des deux frères du roi était la même. Cependant, Monsieur, qui s'était déclaré ouverte- ment contre M. de Galonné,, à l'assemblée des no- tables et aux...
      ...ssemblées de chambres que tint ensuite le Parlement, fut reçu dans Paris aux acclamations du peuple, et reconduit après la séance dans son palais du Luxembourg, au milieu des bénédictions d'une foule immense, qui s'em- pressait de lui présent...
      ...e, qui s'était cru, par reconnaissance sans doute, obligé de défendre les opérations du mi nistre disgracié, reçut, dès la barrière de la Con- férence, des marques du mécontentement public. Il se manifesta d'une manière effrayante pour sa personne, au Palais, lorsque ses gardes firent un mouvement pour se mettre en défense ; un homme
      ...nt augmenta le tumulte et le danger. Il en fut cependant quitte pour la peur, Lorsqu'il sortit de la cour des. aides, il fut assailli par de...
      ... dont il avait été l'idole, jusque vers la statue d'Henri IV, dont la vue dut être pour lui un nouveau reproc...
      ...sé sur le Pont-Neuf, ferma le passage à la multitude, et donna au prince la facilité de continuer librement sa rout...
      ...per- fides de ceux qui l'entouraient. « La nation était trop éclairée pour que les...
      ...nt l'absurde prétention de tenir le roi en tutelle et de porter la main au gouvernail. Pour cette fois, réduits à la séule vérité pour sortir d'embarras, il...
      ...nutile de circuiter insidieusement; que la vérité de leur incompétence était aperç...
      ...i avaient celui de le consentir, et ils en demandèrent la prochaine convocation.
      blessé par imprudence oU par accident augmenta le tumulte et le danger. Il en fut cependant quitte pour la peur, Lorsqu'il sortit de la cour des. aides, il fut assailli par de nouvelles clameurs, et pour- suivi par les huées de ce môme peuple, dont il avait été l'idole, jusque vers la statue d'Henri IV, dont la vue dut être pour lui un nouveau reproche. Un cordon de troupes, disposé sur le Pont-Neuf, ferma le passage à la multitude, et donna au prince la facilité de continuer librement sa route, après une leçon effrayante dont il eût vraisem- blablement mieux profité, sans les conseils per- fides de ceux qui l'entouraient. « La nation était trop éclairée pour que les Parle- ments r enouvelassent l'absurde prétention de tenir le roi en tutelle et de porter la main au gouvernail. Pour cette fois, réduits à la séule vérité pour sortir d'embarras, ils adoptèrent l'avis d'un conseiller, M. d'Eprémesnil, qui leur représentait avec force qu'il était inutile de circuiter insidieusement; que la vérité de leur incompétence était aperçue et sentie, qu'il fallait se faire un mérite d'un aveu nécessaire. Ils confess...
      ... de sanctionner l'impôt, que ce droit appar- tenait aux seuls États généraux, qui avaient celui de le consentir, et ils en demandèrent la prochaine convocation.
      ... déconcertés et de l'étrange aveu et de la demande dangereuse du Parlement. En effet, elle fut si vivement accueillie,...
      ... un service réel à l'Etat? Oui; mais il s'en faut de beaucoup que leur gloire soit p...
      Les ministres lurent entièrement déconcertés et de l'étrange aveu et de la demande dangereuse du Parlement. En effet, elle fut si vivement accueillie, répétée avec tant d'enthousiasme, que le roi se vit obligé de l'accorder ; il s'y engagea par une pro- messe solennelle. Les Parlements ont donc rendu un service réel à l'Etat? Oui; mais il s'en faut de beaucoup que leur gloire soit pure ; ils ne surent pas même pallier les motifs déterminants de leur résistance ...
      L'entêtement et la faiblesse présidant à toutes les opérations, d'imprudences en imprudences il amena les chpses au poin...
      ...aire l'un et l'autre: heureusement pour la monarchie française, le Parlement ne fu...
      ... ni plus prudent. L'enregistre- ment de la prorogation du deuxième vingtième, pend...
      ...inconséquent qu'incompétent, et le roi, en le ren- dant à la capitale, lui fit perdre pour toujours ...
      L'entêtement et la faiblesse présidant à toutes les opérations, d'imprudences en imprudences il amena les chpses au point qu'il était également dangereux pour l'autorité royale d'avancer ou de reculer, et lui fit faire l'un et l'autre: heureusement pour la monarchie française, le Parlement ne fut ni plus politique ni plus prudent. L'enregistre- ment de la prorogation du deuxième vingtième, pendant son exil, montra qu'il n'était pas moins inconséquent qu'incompétent, et le roi, en le ren- dant à la capitale, lui fit perdre pour toujours l'im- portance qu'il avait usurpée dans l'administration.
      ...impuissance, ne lui parut pas supérieur en vertus. somption d'un ambitieux et les fausses ardeurs de l'impuissance, ne lui parut pas supérieur en vertus.
      ...également sur toutes les propriétés. De ce combat d'ordres et ' de refus, d'inj... ...rofitèrent de l'odieux du second pour éluder l'équité de celui qui aurait porté également sur toutes les propriétés. De ce combat d'ordres et ' de refus, d'injonctions, de remontrances et d'ar- rêtés, qui finit par l'exil du Parlement 4e ....
      ...cte d'autorité fut le premier sigDal de la guerre, et décida l'opinion publique. E...
      ...s pour le même enre- gistrement, l'un à la chambre des comptes, l'autre à la cour des aides, avec une énergie qui étonna également les amis de la liberté et les fauteurs du despotisme.
      Cet acte d'autorité fut le premier sigDal de la guerre, et décida l'opinion publique. Elle se ma- nifesta peu de jours après à l'égard des deux princes qui furent envoyés pour le même enre- gistrement, l'un à la chambre des comptes, l'autre à la cour des aides, avec une énergie qui étonna également les amis de la liberté et les fauteurs du despotisme.
      Dans la crise violente où l'on se trouvait, le ... Dans la crise violente où l'on se trouvait, le conseil n'imagina rien de mieux que de nommer l'archevêque de Toulouse principal...
      La mauvaise foi avait préparé l'accommodem... La mauvaise foi avait préparé l'accommodement

      Introduction

      page 27
      ...s'oc- cupait, soiis les yeux du chef de la justice, de la réforme de la jurisprudence civile et criminelle. Le ...
      ...x, toujours pressé d'agir, voulut faire en quatre mois ce qui demandait plusieurs ...
      ...t à lui, et ils arrêtèrent d'opérer une révolution au mois de mai, comme on arrêtait un vo...
      Un comité de jurisconsultes philosophes s'oc- cupait, soiis les yeux du chef de la justice, de la réforme de la jurisprudence civile et criminelle. Le garde des sceaux, toujours pressé d'agir, voulut faire en quatre mois ce qui demandait plusieurs années de méditation et de travail. Le principal ministre, jaloux de partager sa gloire, se joignit à lui, et ils arrêtèrent d'opérer une révolution au mois de mai, comme on arrêtait un voyage de Compiègne ou de Fontainebleau.
      ...imulé des ministres et des magistrats ; la mau- vaise foi amena une nouvelle rupture; L'arche- vêque, à qui la voie des impôts était fermée, tenta cel...
      ..., et elle lui eût peut-être réussi sans la perfidie de quelques magistrats et la gau- cherie du garde des sceaux. M. de ...
      ...t engagé Je principal ministre à entrer en né- gociation avec les membres du Parle...
      ...nrent des besoins du gouvernement et de la nécessité de lui trouver de l'argent.
      simulé des ministres et des magistrats ; la mau- vaise foi amena une nouvelle rupture; L'arche- vêque, à qui la voie des impôts était fermée, tenta celle des emprunts, et elle lui eût peut-être réussi sans la perfidie de quelques magistrats et la gau- cherie du garde des sceaux. M. de Lamoignon avait engagé Je principal ministre à entrer en né- gociation avec les membres du Parlement qui avaient le plus d'influence dans leur compagnie. Tous convinrent des besoins du gouvernement et de la nécessité de lui trouver de l'argent.
      Le ministre crut la circonstance favorable pour établir une...
      ...uelques magistrats ; c'eût été vraiment la cour pléniére du despotisme. En même temps, le garde des sceaux Lamoignon se vengeait du Parlement, en créant, dans chaque généralité, des bai...
      ...le garde des sceaux, s'aperce- vant que la majorité ne serait pas pour les projets...
      ...i fut de les faire arrêter au milieu de la grand'chambre ; on prévint cette démarc...
      ...it qu'aigrir les esprits. Les ministres n'en furent pas moins poursuivis avec plus d...
      Le ministre crut la circonstance favorable pour établir une cour pléniére imposante, qui lui don- nerait les moyens de se passer des Parlem...
      ...our devait être composée des princes, des pairs, des maréchaux de France et de quelques magistrats ; c'eût été vraiment la cour pléniére du despotisme. En même temps, le garde des sceaux Lamoignon se vengeait du Parlement, en créant, dans chaque généralité, des bailliages auxquels il donnait des pouvoirs très-étendus, tant au civil qu'au crimi...
      ...istance qu'ils sanctionnèrent d'un serment. Pendant qu'on rècueillait les voix, le garde des sceaux, s'aperce- vant que la majorité ne serait pas pour les projets ministériels, monta au trône pour avertir le roi d'en faire cesser le récolemen...
      ... et Sablier de Cabre, qui avaient parlé avec courage. Le premier mouvement du roi fut de les faire arrêter au milieu de la grand'chambre ; on prévint cette démarche, qui n'aurait fait qu'aigrir les esprits. Les ministres n'en furent pas moins poursuivis avec plus de fureur encore par les cris de l'indignation publique, dès que l'ordre d'exil f...
      ...nda s'il était vrai qu'il fût- décidé à en- registrer sans prendre les voix. — San... (1 ) Quand M. de Lamoignon entra au parquet, M. Sé- guier lui- demanda s'il était vrai qu'il fût- décidé à en- registrer sans prendre les voix. — Sans doute, lui ré- pond le garde des sceaux; est-ce que vous voulez que le roi ne ...
      ...t donné l'idée d'un emprunt successif : la déclaration du roi, libellée sur son plan, resta plus de huit jours entre ses mains, et la séance royale ne fut arrêtée au conseil...
      ... assuré du consentement des magistrats. La veille, tout changea : on prétendit que...
      M. d'Eprémesnil avait donné l'idée d'un emprunt successif : la déclaration du roi, libellée sur son plan, resta plus de huit jours entre ses mains, et la séance royale ne fut arrêtée au conseil que l'orsqu'on se crut assuré du consentement des magistrats. La veille, tout changea : on prétendit que des .membres du Parlement avaient eux- mêmes présenté des mémoires pour demande...
      ...nt déclarée pour l'enregistrement, dans la séance royale, il ne res- tait que deux...
      ...à Versailles, et de laisser consom- mer la délibération à la pluralité de voix, puisque le Parlement...
      ...re compromis, et lui manquèrent de paroles Cepen- dant une grande majorité s'étant déclarée pour l'enregistrement, dans la séance royale, il ne res- tait que deux partis à prendre : l'un de faire re- tourner te Toi à Versailles, et de laisser consom- mer la délibération à la pluralité de voix, puisque le Parlement y attachait tant d'importance ; l'autre, d'accorder surTle-champ les États géné...
      ..., qu'un premier président les arrêts de la cour. 11 ne sentit pas que l'assemblée des repré- sentants de la nation était désormais indispen- sable, et qu'il valait mieux, pour la gloire et pour l'intérêt du prince, qu'...
      ...part plutôt qu'un sacrifice arraché par la nécessité. Peut-être aussi n'eût-il pas...
      ...nsa que le roi devait suivre aussi strictement les déterminations de son conseil, qu'un premier président les arrêts de la cour. 11 ne sentit pas que l'assemblée des repré- sentants de la nation était désormais indispen- sable, et qu'il valait mieux, pour la gloire et pour l'intérêt du prince, qu'elle parût un bienfait de sa part plutôt qu'un sacrifice arraché par la nécessité. Peut-être aussi n'eût-il pas lé courage de braver le ressentiment du premier ministre.
      ...êché de Sens et une riche abbaye furent la récompense des brillants succès du prin... ...érissait; mais les affaires particulières des ministres pros- péraient. L'archevêché de Sens et une riche abbaye furent la récompense des brillants succès du prin- cipal ministre, et le garde des sceaux reçut pour prix de son habileté 200,000...
      ... Lamoignon ; pour y réussir, on fatigua la cour d'arrêtés, de députa- tions, de re...
      ...e des sceaux faisait parler le roi avec la hauteur d'un sultan. Les Parlements rép...
      ...espectueuse, et faisaient de leur cause la cause de la nation ,JenJparaissant combattre le des- potisme ministériel, uniquement pour assurer la liberté publique.
      On résolut de perdre M. de Lamoignon ; pour y réussir, on fatigua la cour d'arrêtés, de députa- tions, de remontrances. L'inflexible garde des sceaux faisait parler le roi avec la hauteur d'un sultan. Les Parlements répondaient avec une fer- meté respectueuse, et faisaient de leur cause la cause de la nation ,JenJparaissant combattre le des- potisme ministériel, uniquement pour assurer la liberté publique.
      Cependant la résistance qu'ils opposèrent à l'éta- b...
      ...s assemblées provinciales leur donna de la défaveur ; et les scènes qui se passère...
      ...humble confession de M. d'Epré- mesnil, la scission dont plusieurs membres me- nacèrent la compagnie, jetèrent du ridicule sur leu...
      ... Encore deux lois justes et agréables à la nation, et les ministres triom- phaient...
      Cependant la résistance qu'ils opposèrent à l'éta- blissement des assemblées provinciales leur donna de la défaveur ; et les scènes qui se passèrent au Palais, lors de l'édit qui accordait l'état civil aux protestants, l'humble confession de M. d'Epré- mesnil, la scission dont plusieurs membres me- nacèrent la compagnie, jetèrent du ridicule sur leurs délibérations. Encore deux lois justes et agréables à la nation, et les ministres triom- phaient. Mais leur impêritie et leur audace les perdirent tous deux.

      Introduction

      page 28
      ...une lettre de cachet contre l'auteur de la découverte et contre un jeune magistrat qui avait dénoncé leurs vexations dans la perception des vingtièmes. Ceux-ci échappen t aux satellites porteurs de la lettre, se réfugien t au Palais, et le Parlement les met sous la sauve- garde du roi et de la loi. Les pairs s'assemblent, le peuple se porte en foule à la grand'salle ; une députation solennelle... Le ministre, furieux, lance une lettre de cachet contre l'auteur de la découverte et contre un jeune magistrat qui avait dénoncé leurs vexations dans la perception des vingtièmes. Ceux-ci échappen t aux satellites porteurs de la lettre, se réfugien t au Palais, et le Parlement les met sous la sauve- garde du roi et de la loi. Les pairs s'assemblent, le peuple se porte en foule à la grand'salle ; une députation solennelle part pour Versailles et va supplier le roi d'écouter dans sa sagesse de meil- l...
      ...u fameux arrêté du 3 mai. Les portes de la grand'chambre s'ouvrent, et la cour, les pairs y séant, condamnent aux...
      ...e circon- stance échauffe les esprits ; la fermentation aug- mentait d'heure en heure, tout Paris attendait avec une curiosité inquiète la suite d'un événc- ment qui devait décid...
      ...s, au risque d'encourir l'exécration de la France, emploieraient la violence pour faire exécuter les lettre...
      ... est surpris dans l'enceinte même du Palais, vendant des exemplaires falsifiés du fameux arrêté du 3 mai. Les portes de la grand'chambre s'ouvrent, et la cour, les pairs y séant, condamnent aux flammés ces imprimés d'imposteurs après avoir fait lire au peuple l'ori- ginal même de leur délibération. Cette circon- stance échauffe les esprits ; la fermentation aug- mentait d'heure en heure, tout Paris attendait avec une curiosité inquiète la suite d'un événc- ment qui devait décider si le Palais allait devenir un lieu d'immunité, d'où tout conseiller pourrait désormais braver ies foudres de Versailles, ou si les ministres, au risque d'encourir l'exécration de la France, emploieraient la violence pour faire exécuter les lettres de cachet.
      ...s le3 armes, précédés de leurs sapeurs, la hache sur l'épaule, accourent au Palais à pas précipités, prêts à briser les portes en cas- de résistance ; le sieur Vincent d'Agoult les commande. Il entre dans la cour des pairs et demande les victimes ...
      ...ats. Tous les Fran- çais furent ce jour- pour d'Eprémesnil. Ils ne savaient pas ...
      ...ue l'ennemi du ministre et non l'ami de la liberté. Le marquis d'Àgoult montra ses...
      ...ons naturelles. Vers les cinq heures de la même nuit, les deux con-
      Il était minuit, lorsque plusieurs bataillons sous le3 armes, précédés de leurs sapeurs, la hache sur l'épaule, accourent au Palais à pas précipités, prêts à briser les portes en cas- de résistance ; le sieur Vincent d'Agoult les commande. Il entre dans la cour des pairs et demande les victimes désignées. Nous sommes tous Goiflard et d'Epré- mesnil, répondent les magistrats. Tous les Fran- çais furent ce jour- pour d'Eprémesnil. Ils ne savaient pas qu'il n'était que l'ennemi du ministre et non l'ami de la liberté. Le marquis d'Àgoult montra ses ordres ; mais comme ils n'étaient que ministériels, on refusa de les reconnaîtr...
      ...i faire signer un ordre que l'on doit croire avoir été contraire à ses dispositions naturelles. Vers les cinq heures de la même nuit, les deux con-
      ...nlevés. M. d'Agoult, condui- sant comme en triomphe ces deux magistrats en robe, à la tête de deux mille homme armés, reçut tout, le long de la route les témoignages de l'indi- gnatio...
      ...de siège du Palais et failli em- porter la grand'chambre d'assaut, on lui donna le gouvernement de la place qu'il avait conquise.
      seillers furent enfin enlevés. M. d'Agoult, condui- sant comme en triomphe ces deux magistrats en robe, à la tête de deux mille homme armés, reçut tout, le long de la route les témoignages de l'indi- gnation publique et contre sa personne et contre les ordres dont-il était porteur. Comme il avait fait une espèce. de siège du Palais et failli em- porter la grand'chambre d'assaut, on lui donna le gouvernement de la place qu'il avait conquise.
      ...lent ; il devait paraître trop odieux à la nation pour que les deux ministres xle ...
      ...lace. Comme il nê leur restait plus sur la terre de dédommagement que celui des richesses et des titres, on les en combla. M. de Lamoignon eut une grosse ...
      ...tant qu'il était possible, les grâces à la haine publique. — Il emporta pour près ...
      Ce dernier acte de despotisme était trop violent ; il devait paraître trop odieux à la nation pour que les deux ministres xle qui il émanait conser- vassent leur place. Comme il nê leur restait plus sur la terre de dédommagement que celui des richesses et des titres, on les en combla. M. de Lamoignon eut une grosse pension, et l'archevê- que obtint tout ce qu'un roi de France peut don- ner , afin de proportionner, autant qu'il était possible, les grâces à la haine publique. — Il emporta pour près de 800,000 livres de pensions et de bénéfices.
      L'on reconnût bientôt en effet qu'ils n'avaient montré d'énergie...
      ...rompu et ce qu'il y a de plus sacré sur la terre et-1e seul bien que les gouvernements puissent faire aux hommes, la justice et les lois. Cependant le peupl...
      L'on reconnût bientôt en effet qu'ils n'avaient montré d'énergie qu'autant que leurs prérogatives, leurs prétentions ou leurs intérêts étaient c...
      ...n des impôts ? Selon l'auteur de l'Éloge du chancelier de l'Hôpital, ils ont corrompu et ce qu'il y a de plus sacré sur la terre et-1e seul bien que les gouvernements puissent faire aux hommes, la justice et les lois. Cependant le peuple, qui ne voyait que les motifs
      ...e, les Parlements ont servi puissamment la révolution sous laquelle ils succombèrent. Ils ont averti la nation qu'elle avait des droits puis- s...
      ...de longues réclamations à faire valoir. La volonté personnelle du roi étant nulle devant l'influence des ministres qui la dirigeaient à leur gré, ils ne trouvaie...
      ...tention d'être partier essen- tielle de la législation, ils se sont exposés à l'exa- men, à la surveillance, à la critique; et l'on vit qu'ils avaient ab...
      ... pour usurper les droits et s'attribuer la puissance des grands Par- lements, c'es...
      ...quoiqu'en 1484, aux États tenus pendant la minorité de Charles VIII, le premier président la Vaquerie eût expressément déclaré au régent « que le Parle- ment était pour rendre la justice au peuple ; que les finances, la guerre et le gouvernement du roi n'étai...
      Il faut reconnaître que dans leur lutte avec le ministère, les Parlements ont servi puissamment la révolution sous laquelle ils succombèrent. Ils ont averti la nation qu'elle avait des droits puis- sants à exercer, de longues réclamations à faire valoir. La volonté personnelle du roi étant nulle devant l'influence des ministres qui la dirigeaient à leur gré, ils ne trouvaient point d'antres juges à prendre, entre les ministres et eux, que le peuple ; e...
      ...truire par lui-même de ses droits qu'ils avaient l'air de défendre. Par leur prétention d'être partier essen- tielle de la législation, ils se sont exposés à l'exa- men, à la surveillance, à la critique; et l'on vit qu'ils avaient abusé du mot pour usurper les droits et s'attribuer la puissance des grands Par- lements, c'est à dire des États généraux, quoiqu'en 1484, aux États tenus pendant la minorité de Charles VIII, le premier président la Vaquerie eût expressément déclaré au régent « que le Parle- ment était pour rendre la justice au peuple ; que les finances, la guerre et le gouvernement du roi n'étaient pas de son ressort. »
      ...'objet de leur mission. Le même jour, à la même heure, ils doivent ouvrir des paquets cachetés qui renferment le sort de la France. Une imprimerie était dressée à ... ...éraux et des conseillers d'Etat partent pour les provinces, ignorant eux-mêmes l'objet de leur mission. Le même jour, à la même heure, ils doivent ouvrir des paquets cachetés qui renferment le sort de la France. Une imprimerie était dressée à Versailles, une foule de presses y gémissaient jour et nuit, et un triple rempar...

      Introduction

      page 29
      Peu de jours après la scène du Palais, parurent les fameux éd...
      ...gereux dans l'état où se trouvait alors la législation française, ils ne pouvaient...
      ...utiles et agréables aux provinces. Mais la haine de la cour plénière réunit la nation aux Parlements, et ceux-ci, fort...
      ...s excités dans tous les cœurs, tant par la courageuse résistauce du peuple de Rennes et les. écrits vigoureux de la commission inter- médiaire des États de Bretagne, que par la con- duite ferme, mesurée et vraiment patriotique du Dauphiné, triomphèrent de la puissance royale indignement prostituée, de la force militaire, ébranlée par l'usage déshonorant qu'on en voulait faire, et renversèrent enfin les grands bailliages, la cour plenière et leurs ineptes auteurs.
      Peu de jours après la scène du Palais, parurent les fameux édits du 8 mai 1788 (1). Peut-être eût- ou vu d'un œil tranquille l'établissement de grands bailliages ; quoique dangereux dans l'état où se trouvait alors la législation française, ils ne pouvaient manquer d'être utiles et agréables aux provinces. Mais la haine de la cour plénière réunit la nation aux Parlements, et ceux-ci, forts des sentiments excités dans tous les cœurs, tant par la courageuse résistauce du peuple de Rennes et les. écrits vigoureux de la commission inter- médiaire des États de Bretagne, que par la con- duite ferme, mesurée et vraiment patriotique du Dauphiné, triomphèrent de la puissance royale indignement prostituée, de la force militaire, ébranlée par l'usage déshonorant qu'on en voulait faire, et renversèrent enfin les grands bailliages, la cour plenière et leurs ineptes auteurs.
      ...'est à M. d'Artois que l'on prétend que la France dut être délivrée de l'archevêque de Sens; il ouvrit les yeux ou roi et à la reine sur la situa- tion déplorable des affaires du royaume, sur l'in- capacité du ministre, et la nécessité d'en prendre un autre dont le choix fût agréable à la nation. 11 s'offrit à aller lui-même demander sa démis- sion ; on l'arrêta en lui promettant d'avoir égard à ses représentations. Quelques personnes de la cour avaient déjà fait sentir au princi...
      ...aume de l'abîme où il était plongé ; il en avait parlé au roi. Le prélat consentait à lui abandonner en entier le département des finances. Mai...
      ...tère tant que l'archevêque y resterait. La retraite de celui-ci fut donc résolue. La reine voulut en vain Je préparer à cet événement; il s'...
      ...expli- quer le jour de Saint-Louis dans la matinée.
      C'est à M. d'Artois que l'on prétend que la France dut être délivrée de l'archevêque de Sens; il ouvrit les yeux ou roi et à la reine sur la situa- tion déplorable des affaires du royaume, sur l'in- capacité du ministre, et la nécessité d'en prendre un autre dont le choix fût agréable à la nation. 11 s'offrit à aller lui-même demander sa démis- sion ; on l'arrêta en lui promettant d'avoir égard à ses représentations. Quelques personnes de la cour avaient déjà fait sentir au principal ministre que M. Necker était le seul homme qui pût retirer le royaume de l'abîme où il était plongé ; il en avait parlé au roi. Le prélat consentait à lui abandonner en entier le département des finances. Mais l'ancien administrateur refusa d'entrer dans le ministère tant que l'archevêque y resterait. La retraite de celui-ci fut donc résolue. La reine voulut en vain Je préparer à cet événement; il s'était arrangé pour tenir toujours les rênes du gouvernement, et ne comprit rien à ces discours. 11 fallut que l'abbé de Vermont allât les lui expli- quer le jour de Saint-Louis dans la matinée.
      ... ministère est une nou- velle preuve de la vanité des réputations ; il n'imagina rien que la cour plénière. La manière dont il travailla à soutenir ce...
      ...is il ne chercha qu'à tromper le roi et la nation. Toute la France fut instruite qu'il avait persua...
      ...avait enregistré avec joie son érection en grand bail- liage (2).
      Sa conduite pendant son ministère est une nou- velle preuve de la vanité des réputations ; il n'imagina rien que la cour plénière. La manière dont il travailla à soutenir cette opération fut plus honteuse encore que l'opération même : pendant quatre mois il ne chercha qu'à tromper le roi et la nation. Toute la France fut instruite qu'il avait persuadé au roi que le Châtelet de Paris avait enregistré avec joie son érection en grand bail- liage (2).
      ... n'est pas pos- sible, disait-il, qu'il n'en survienne quelqu'un qui nous soit favor...
      ...ne qui l'écoutait, lui fit observer que la guerre civile pouvait être une de ces chances. — « Nous avons calculé -dessus, » répondit-il froidement.
      ...iné. « Parmi cette foule d'événements qui se succèdent avec tant de rapidité, il n'est pas pos- sible, disait-il, qu'il n'en survienne quelqu'un qui nous soit favorable ; il ne faut qu'une chance heureuse pour nous tirer d'affaire. » Une personne qui l'écoutait, lui fit observer que la guerre civile pouvait être une de ces chances. — « Nous avons calculé -dessus, » répondit-il froidement.
      ...on, ses mauvais succès l'avaient aigri, la moindre contradiction le mettait en fureur, il ne méditait que des violences. Il était à la veille de s'emparer de tout l'argent qui était en dépôt chez les notai- res, et d'y subst...
      ...Sa retraite prévint ce nouveau crime et la ruine d'une foule de fa- milles.
      Dans les derniers temps de son administration, ses mauvais succès l'avaient aigri, la moindre contradiction le mettait en fureur, il ne méditait que des violences. Il était à la veille de s'emparer de tout l'argent qui était en dépôt chez les notai- res, et d'y substituer du papier. Sa retraite prévint ce nouveau crime et la ruine d'une foule de fa- milles.
      La réforme des tribunaux, les jugements par jurés en matière criminelle, l'instruction publique des procès, un conseil donné aux accusés, la sup- pression absolue de la torture et des supplices atroces et une... La réforme des tribunaux, les jugements par jurés en matière criminelle, l'instruction publique des procès, un conseil donné aux accusés, la sup- pression absolue de la torture et des supplices atroces et une foule d'autres règlements utiles
      ...on. (1) C'est une chose remarquable que la prodigieuse rapidité avec laquelle le d...
      ...s; les voilà ici cinquante et tant pour en demander douze qui sont à la Bastille. J'ai voulu bonnement rai- son...
      ...il est vrai que vos compatriotes sont à la Bastille; mais on les y traite avec toute la distinction et tous les égards possi- b...
      ...mmes venus demander ici pour eux, c'est la liberté. — Ma foi, je suis resté confon...
      ...on dise à des animaux de cette es- pèce-? »
      ...'arrêté de cette compagnie, et mit le comble à leur surprise et à leur indignation. (1) C'est une chose remarquable que la prodigieuse rapidité avec laquelle le despotisme s'est enraciné dans l'esprit de ce ministre : « Concevez-vous, disait-...
      ...etons? Ils ne font que nous harceler de mém.oires, nous fatiguer de dépu- tations; les voilà ici cinquante et tant pour en demander douze qui sont à la Bastille. J'ai voulu bonnement rai- sonner avec eux : Messieurs, leur ai-je dit, il est vrai que vos compatriotes sont à la Bastille; mais on les y traite avec toute la distinction et tous les égards possi- bles. — Eh! monseigneur, s'est écrié un d'eux (une bête qui était derrière les autres), ce ne sont pas des égards- que nous sommes venus demander ici pour eux, c'est la liberté. — Ma foi, je suis resté confondu, moi; que voulez-voulez qu'on dise à des animaux de cette es- pèce-? »
      (1) Ces édits sont rapportés en entier dans le courant de cette Introdu... (1) Ces édits sont rapportés en entier dans le courant de cette Introduction.
      (2) La reine, sur sa parole, l'avait annoncé à... (2) La reine, sur sa parole, l'avait annoncé à Mesda-
      ...ns un temps où mille entraves gê naient la liberté de la presse (l). ...ur son administration, et son ouvrage fut vendu publiquement et sans obstacle dans un temps où mille entraves gê naient la liberté de la presse (l).
      ... marches et contre-marches des troupes, la baisse du change, la suspension du payement des impositions, les frais d'espion- nage, etc. coûtèrent à la France plus de cent mil- lions. ...ndues pour soulever le peuple, acheter des juges pour les grands bailliages, les marches et contre-marches des troupes, la baisse du change, la suspension du payement des impositions, les frais d'espion- nage, etc. coûtèrent à la France plus de cent mil- lions.

      Introduction

      page 30
      La jeunesse de Paris ayant appris le dépar...
      ..., alla demander au lieutenant de police la permission de se divertir, c'est-à- dire de donner des marques publiques de la joie que lui procurait cet événement. Elle s'assembla donc à la place Dauphine, et promena un man- nequ...
      ...de satin, et les deux autres de papier, en dérision de l'arrêt du conseil du 16 ao...
      ...orisait les différentes caisses à faire en papier les deux cinquièmes de leurs pay...
      ...rémonie achevée, le mannequin fut brûlé en grande cérémonie, et chacun se retira.
      La jeunesse de Paris ayant appris le départ du principal ministre, alla demander au lieutenant de police la permission de se divertir, c'est-à- dire de donner des marques publiques de la joie que lui procurait cet événement. Elle s'assembla donc à la place Dauphine, et promena un man- nequin vêtu d'une robe d'évêque, dont trois cin- quièmes étaient de satin, et les deux autres de papier, en dérision de l'arrêt du conseil du 16 août, qui autorisait les différentes caisses à faire en papier les deux cinquièmes de leurs payements. On le jugea ensuite ; il fut condamné au feu, ap- paremment comme coupab...
      ...le nom de l'abbé de Vermont, et il fut chargé de confesser son protégé. Cette cérémonie achevée, le mannequin fut brûlé en grande cérémonie, et chacun se retira.
      ...u'elle était volontaire. Il fut tué par la détente d'un fusil de chasse qu'il avait en main, étant dans une grotte de son jard... (1) Le genre de mort de M. de Lamoignon a fait croire qu'elle était volontaire. Il fut tué par la détente d'un fusil de chasse qu'il avait en main, étant dans une grotte de son jardin.
      tumulte, et même l'affluence à la place Dauphine, en s'emparant de bonne heure de cette place, et en faisant garder toutes ses avenues par d... tumulte, et même l'affluence à la place Dauphine, en s'emparant de bonne heure de cette place, et en faisant garder toutes ses avenues par de nombreux détachements ; c'est ce qu'il ne fit pas. Il s'ima- gina que vingt ca...
      Sa présence ne lui paraissant pas en imposer au peuple, il ordonne dé fondre...
      ...es, tant hommes que fem- mes, perdirent la vie.
      Sa présence ne lui paraissant pas en imposer au peuple, il ordonne dé fondre sur lui à coups de sabres, à coups de bayonnettes, ét de charger indistinctemen...
      ...e sur son passage. Plusieurs personnes de marque furent blessées ; quelques autres, tant hommes que fem- mes, perdirent la vie.
      A la vue des morts et des blessés, le peuple, quoique sans armes, se rallié, la fureur succède au premier désordre, et ...
      ...ites du petit tyran subalterne sont mis en fuite avec leur chef. On force le corps de garde placé au pied de la statue de Henri IV; on dépouille les so...
      A la vue des morts et des blessés, le peuple, quoique sans armes, se rallié, la fureur succède au premier désordre, et les satellites du petit tyran subalterne sont mis en fuite avec leur chef. On force le corps de garde placé au pied de la statue de Henri IV; on dépouille les soldats qui y étaient cantonnés, on s'empare de leurs armes, on brûle leurs habits...
      ...e, frère de l'archevêque et ministre de la guerre, arrivait de Versailles à l'inst...
      ...nçaises et un corps de gre- nadiers qui en auraient imposé à cette multitude désarmée : on trouva plus court de la massacrer
      M. da Brienne, frère de l'archevêque et ministre de la guerre, arrivait de Versailles à l'instant où ces forcenés, armés de torches brûlantes, s'ap- prochaient de son hôtel. ...
      ...le-champ chercher du secours. On eût pu faire marcher un bataillon de gardes françaises et un corps de gre- nadiers qui en auraient imposé à cette multitude désarmée : on trouva plus court de la massacrer
      ...argé son prési- dent d'en faire lecture en présence de Sa Majesté ! Sur des copies... ...it pris un arrêté vigoureux contenant une dé- nonciation contre lui, et avait chargé son prési- dent d'en faire lecture en présence de Sa Majesté ! Sur des copies que l'on eut de cet arrêté, le lit de justice fut contremandé : M. de Lamoignon...
      pour l'administration de la justice, entraient dans le plan de trav... pour l'administration de la justice, entraient dans le plan de travail dont s'occupait sous ses ordres le comité de législation qu'il avait établi.
      Comme il fallait, pour faire passer la cour plé- nière, offrir au public quelq... Comme il fallait, pour faire passer la cour plé- nière, offrir au public quelques lois propres à balancer et à couvrir l'odieux de ce nouveau divan, ^on s'emp...
      Après la retraite de l'archevêque, la démission qu'offrit M. de Lamoignon ne ...
      ...n moment de con- server sa place ; mais la haine du Parlement de Paris l'obligea d...
      Après la retraite de l'archevêque, la démission qu'offrit M. de Lamoignon ne fut point sur-le- champ acceptée. Il se flatta un moment de con- server sa place ; mais la haine du Parlement de Paris l'obligea de hâter de deux jours le moment fixé pour sa retraite.
      ...au juste quel traitement lui avait fait la cour. Il est mort (1) avec des dettes. ...
      ...rat intègre ; ministre, il boule- versa la magistrature et le royaume. Il laissa u...
      On n'a jamais su au juste quel traitement lui avait fait la cour. Il est mort (1) avec des dettes. . 11 avait été magistrat intègre ; ministre, il boule- versa la magistrature et le royaume. Il laissa un exemple frappant à cette foule d'ambitieux qui convoitent les grandes places, ...
      ...et d'ouvriers se répandent ensuite dans la ville, et brûlent divers corps de garde...
      ... ; mais n'était-il pas occa- sionné par la violence et l'ineptie du comman- dant d...
      ...tte jeunesse indisciplinée se porta sur la Grève, des corps de troupes que l'on y avait postés, et que la nuit couvrait de son ombre, firent des déchar ges redoublées et étendirent sur la place un grand nombre de ces malheureux, dont on jeta les ca- davres dans la rivière pendant la nuit. Le len- demain, le calme reparut dans la ville, mais il était bien loin d'être d...
      Une foule d'artisans et d'ouvriers se répandent ensuite dans la ville, et brûlent divers corps de garde isolés, sans se permettre de faire aucun mal à ceux qui s'y trouvaient. C'était un désordre punissable, sans doute ; mais n'était-il pas occa- sionné par la violence et l'ineptie du comman- dant du guet? On crut réparer un premier crime par un autre plus grand encore. Lorsque cette jeunesse indisciplinée se porta sur la Grève, des corps de troupes que l'on y avait postés, et que la nuit couvrait de son ombre, firent des déchar ges redoublées et étendirent sur la place un grand nombre de ces malheureux, dont on jeta les ca- davres dans la rivière pendant la nuit. Le len- demain, le calme reparut dans la ville, mais il était bien loin d'être dans les cœurs.
      La retraite de M. de Lamoignon fit recomme...
      ...n, par allusion "à son ordon- nance sur la jurisprudence criminelle. Des brigands ...
      ...des deux ex-ministres, se mêlèrent dans la foule, et l'excitèrent à la vengeance. Des troupes de furieux partent de la place Dauphine pour aller mettre le feu à leurs hôtels et à la maison du chevalier Dubois. ~
      La retraite de M. de Lamoignon fit recommencer les mômes scènes. On le brûla comme l'archevêque après avoir ordonné qu'il serait sursis pendant quarante jours à son exécution, par allusion "à son ordon- nance sur la jurisprudence criminelle. Des brigands et des hommes soudoyés par les ennemis personnels des deux ex-ministres, se mêlèrent dans la foule, et l'excitèrent à la vengeance. Des troupes de furieux partent de la place Dauphine pour aller mettre le feu à leurs hôtels et à la maison du chevalier Dubois. ~

      Introduction

      page 31
      Sur la dénonciation de ces assassinats, le com...
      ...ndé par le Parlement. Le major comparut en son nom, et présenta un ordre supérieur...
      Sur la dénonciation de ces assassinats, le com- mandant du guet fut mandé par le Parlement. Le major comparut en son nom, et présenta un ordre supérieur.
      ... et le rétablissement des tribunaux qui en fut la suite répandirent la joie et une sorte d'enthousiasme qui so... ...crédit personnel, qui pût servir d'une immense caution. Le rappel de ce ministre et le rétablissement des tribunaux qui en fut la suite répandirent la joie et une sorte d'enthousiasme qui soutint momentanément le crédit.
      La première chose que fit M. Necker fut d'ob- tenir la grâce des exilés, et de faire réitérer la promesse de la très-prochaine convocation des États; m...
      ...ndaient qu'ils fussent convo- qués dans la même forme que ceux de 1614, c'est-à-dire en nombre égal de députés de chaque ordre,...
      ...mode d'élection qui assurât l'entrée de la chambre des communes aux offi- ciers mi...
      ... municipaux et.de justice qui, ayant eu en 1614 le droit d'y entrer, étaient toujours du parti de la cour qui les nommait. Tel était aussi le vœu de la noblesse et du clergé; mais la grande majo- rité des Français, quelque...
      La première chose que fit M. Necker fut d'ob- tenir la grâce des exilés, et de faire réitérer la promesse de la très-prochaine convocation des États; mais les Parlements, voulant se ménager une retraite, demandaient qu'ils fussent convo- qués dans la même forme que ceux de 1614, c'est-à-dire en nombre égal de députés de chaque ordre, et d'après un mode d'élection qui assurât l'entrée de la chambre des communes aux offi- ciers ministériels, aux baillis, sénéchaux, officiers municipaux et.de justice qui, ayant eu en 1614 le droit d'y entrer, étaient toujours du parti de la cour qui les nommait. Tel était aussi le vœu de la noblesse et du clergé; mais la grande majo- rité des Français, quelques nobles même rejetèrent cette tyrannique prétention.
      ...octroi des impôts serait absolument, et en dernier ressort, attribué aux États gén...
      ... nul impôt ne pourrait être établi dans la province avant-que les députés en eussent délibéré dans l'assemblée des États généraux. Enfin, ils établirent la nécessité du peuple, en arrêtant que toute loi nouvelle, avant ...
      ...procureurs généraux syndics, afin qu'il en fût dé- libéré, etc. Ils consommèrent leurs travaux pa- triotiques, en déclarant que, dans aucun temps, oii ne...
      ...areille assemblée nationale géné- rale; en demandant enfin que les États généraux de la France fussent formés sur les mêmes bases d'équité, et qu'on les suivît dans la nomination des députés.
      Ils statuèrent : 1° que l'octroi des impôts serait absolument, et en dernier ressort, attribué aux États généraux, ainsi que leur répartition entre les provinces; 2° que cette attribution serait ex- clusive, et que nul impôt ne pourrait être établi dans la province avant-que les députés en eussent délibéré dans l'assemblée des États généraux. Enfin, ils établirent la nécessité du peuple, en arrêtant que toute loi nouvelle, avant son enregis- trement dans les cours, serait communiquée aux procureurs généraux syndics, afin qu'il en fût dé- libéré, etc. Ils consommèrent leurs travaux pa- triotiques, en déclarant que, dans aucun temps, oii ne pourrait changer cette constitution sans le concours d'une pareille assemblée nationale géné- rale; en demandant enfin que les États généraux de la France fussent formés sur les mêmes bases d'équité, et qu'on les suivît dans la nomination des députés.
      ...s qui n'avaient point d'États voulurent s'en .former sur ces principes. , Toutes les... I^e Dauphiné devint l'admiràtion et le modèle du royaume. Les provinces qui n'avaient point d'États voulurent s'en .former sur ces principes. , Toutes les municipalités de Bretagne, les trois ordres du Velay, du Languedoc, du Vivarais...
      ...lement. Deux corps de troupes entrent à la fois par deux extrémités de la rue Saint Dominique, chargent à coups d...
      ... tion, et couvrent le pavé de cadavres. La môme scène se répétait dans la rue Meslay où demeurait le chevalier Du...
      impitoyablement. Deux corps de troupes entrent à la fois par deux extrémités de la rue Saint Dominique, chargent à coups de bayonnettes tout ce qui se trouve entre eux sans aucune distinc- tion, et couvrent le pavé de cadavres. La môme scène se répétait dans la rue Meslay où demeurait le chevalier Dubois, et deux rues de Paris furent inondées de sang.
      ... chevalier Dubois fut obligé de fuir de la ca- pitale : sa sûreté personnelle exig... Le chevalier Dubois fut obligé de fuir de la ca- pitale : sa sûreté personnelle exigea le sacrifice de sa place.
      Le-Dauphiné venait de donner à la France un grand exemple. Il résista aux...
      ...pour discuter leurs intérêts et assurer la, tranquillité publique. L'assemblée de ...
      Le-Dauphiné venait de donner à la France un grand exemple. Il résista aux violences ministé- rielles; ses représentants délibérèrent avec cou- rage à Viz...
      ...égler eux-mêmes leur existence po- litique, de former des assemblées nationales pour discuter leurs intérêts et assurer la, tranquillité publique. L'assemblée de Romans fut convoquée par le roi, à l'effet de dresser un plan de consti- tution ...
      ...rifiant les misé- rables prétentions de la vanité à cet esprit de pa- triotisme, t...
      ...ordre du tiers état aurait aux États de la province une représentation égale à cel...
      Les deux premiers ordres, sacrifiant les misé- rables prétentions de la vanité à cet esprit de pa- triotisme, toujours équitable lorsqu'il est éclairé, s'empressèrént de renoncer à des distin...
      ...nion, et former de toutes les parties de l'État un ensemble, arrêtè- rent que l'ordre du tiers état aurait aux États de la province une représentation égale à celle des deux autres réunis ; que l'assemblée serait une, qu'on y délibérerait par...
      ...ssembler l'ancien conseil des notables. La noblesse bretonne, alarmée pour ses pri...
      ...emblée qui n'était point constituée par la loi, et dont les membres, n'étant ni li...
      ... ni chargés d'aucun man- dat spécial dé la nation, ne pouvaient la repré- senter ni la lier par leur délibération. Il eût peut...
      ... embarrassé entre ces de- mandes et les arrêtés des Parlements, s'empressa de rassembler l'ancien conseil des notables. La noblesse bretonne, alarmée pour ses privilèges, protesta aussitôt contre une assemblée qui n'était point constituée par la loi, et dont les membres, n'étant ni librement élus ni chargés d'aucun man- dat spécial dé la nation, ne pouvaient la repré- senter ni la lier par leur délibération. Il eût peut- être été facile au ministre de décider contre les Parlements qui commençaient ...

      Introduction

      page 32
      Tous les cœurs bouillonnaient de la haine des tyrans et du désir d'une sage...
      ...itulé: Qu'est-ce que le tiers était qui en est la suite et le complément ? Cette producti...
      ...oup à tous les genres de despotisme, et la Révolution fut consommée dans l'opinion pu- blique...
      Tous les cœurs bouillonnaient de la haine des tyrans et du désir d'une sage constitution; le pa- triotisme se propageait avec les lumières,lorsque VEssai sur les privilèges parut, ainsi que le livre intitulé: Qu'est-ce que le tiers était qui en est la suite et le complément ? Cette production porta le dernier coup à tous les genres de despotisme, et la Révolution fut consommée dans l'opinion pu- blique (1).
      ...dilection, comme le dépôt des titres de la na- tion contre le despotisme des rois,...
      ...l'abbé de Mablv), dicté par le génie de la li- berté en faveur de la France, était entre les mains de tous l...
      ...ur ïhistoire de France, cette production que son vertueux auteur aimait avec prédilection, comme le dépôt des titres de la na- tion contre le despotisme des rois, des grands et des corps, ce testament (c'est ainsi que l'appelait l'abbé de Mablv), dicté par le génie de la li- berté en faveur de la France, était entre les mains de tous les citoyens.
      ...à démontré par les premières notions de la justice, la légalité de la double re- présentation, la nécessité de l'unité de l'assemblée et de la délibération par tête. M. d'Entraigues s'élevait avec force contre les abus de la noblesse héréditaire, le plus épouvanta...
      ...isse frapper une nation libre, peignait en traits de feu les fureurs de la tyrannie, et nous faisait frémir, en nous présentant l'effroyable'Louis XI, tout dégoûtant du sang français, armant la justice d'un poignard, habitant au Ples...
      ...ésespoir et les douleurs, autour de lui la trahison, la terreur, la haine, sur sa tête l'implacable colère ...
      ...néraux, et prouvait par l'autorité des faits et des exem- ples, ce qui était déjà démontré par les premières notions de la justice, la légalité de la double re- présentation, la nécessité de l'unité de l'assemblée et de la délibération par tête. M. d'Entraigues s'élevait avec force contre les abus de la noblesse héréditaire, le plus épouvantable fléau qui puisse frapper une nation libre, peignait en traits de feu les fureurs de la tyrannie, et nous faisait frémir, en nous présentant l'effroyable'Louis XI, tout dégoûtant du sang français, armant la justice d'un poignard, habitant au Plessis-les-Tours, au- dessus des cachots où il enchaînait les victimes qu'il réserv...
      ...milieu des ré- fnords, des frayeurs et des angoisses, voyant sous ses pieds le désespoir et les douleurs, autour de lui la trahison, la terreur, la haine, sur sa tête l'implacable colère du ciel.
      ...uènt, parce qu'il joignait aux armes de la raison celles de l'autorité et de J'as- cendant d'un ministre en crédit, fut le rapport fait par M. Neck...
      ...ur les ré- sultats des délibérations de la deuxième assemblée des notables, rapport dans lequel les raisons qui militaient en faveur de la double représentation du tiers état éta...
      ...u'elles déterminèrent l'opinion du roi. La convocation des États généraux fut ains...
      Parmi les nombreux écrits publiés à cette épo- que, le plus influènt, parce qu'il joignait aux armes de la raison celles de l'autorité et de J'as- cendant d'un ministre en crédit, fut le rapport fait par M. Necker, au conseil .du roi, sur les ré- sultats des délibérations de la deuxième assemblée des notables, rapport dans lequel les raisons qui militaient en faveur de la double représentation du tiers état étaient développées avec une telle énergie qu'elles déterminèrent l'opinion du roi. La convocation des États généraux fut ainsi fixée dans cette forme, pour le 27 avril 1789.
      ...que le tiers état eût des représentants en nombre égal aux deux premiers ordres. C...
      ... les opinions connues du comte d'Artois en faisaient peu à ce dernier, fut celle q...
      sieur fui le seul qui vota pour que le tiers état eût des représentants en nombre égal aux deux premiers ordres. Cette délibération, qui fît autant d'honneur à Monsieur que les opinions connues du comte d'Artois en faisaient peu à ce dernier, fut celle que le roi et son ministre adoptèrent.
      ...nt qu'Un petit nombre de représentants. La justice était encore évidente ici ; mai...
      ...sions. Si on suivait l'ordre naturel de la pQpulation et de la pro priété, la grande question de voter par ordre ou p...
      ...guée; et l'on sait combien le clergé et la noblesse tenaient au domaine arist- ocratique des privilèges. Us crièrent que la France était perdue si on touchait à le...
      ...galité de représen- tation, et de poser la base de la population pour règle de députation; mais il n'osa pas trancher la dernière conséquence au sujet de la forme de voter. Cette arrière-question ...
      ...t nécessairement lié avec le bonheur de la nation, que )es institutions sociales n...
      ...use représentation,' tandis que des provinces riches et peuplées n'obtien- draient qu'Un petit nombre de représentants. La justice était encore évidente ici ; mais l'évidence n'existe point pour les passions. Si on suivait l'ordre naturel de la pQpulation et de la pro priété, la grande question de voter par ordre ou par tête semblait préjuguée; et l'on sait combien le clergé et la noblesse tenaient au domaine arist- ocratique des privilèges. Us crièrent que la France était perdue si on touchait à leurs droits ; que les formes antiques devaient être sacrées. Ils cabalèrenl tant que M. Necker crut faire beaucoup que d'obtenir pour le peuple l'égalité de représen- tation, et de poser la base de la population pour règle de députation; mais il n'osa pas trancher la dernière conséquence au sujet de la forme de voter. Cette arrière-question resta à décider aux fyats généraux eux-mêmes ; mais pendant que les notables et ...
      ...aux principes des so- ciétés, démontraient que le véritable intérêt de l'Etat est nécessairement lié avec le bonheur de la nation, que )es institutions sociales ne peuvent être utiles qu'autant qu'elles sont justes, et qu'elles ne peuvent êtr...
      M. de Kersaint eut la gloire de ramener les prin- cipes du Go...
      ...'ordre politique aux lois éternelles de la raison, dans un ouvrage in- titulé Bon ...
      M. de Kersaint eut la gloire de ramener les prin- cipes du Gouvernement et de l'ordre politique aux lois éternelles de la raison, dans un ouvrage in- titulé Bon sens, que les.évêques, les conseillers et les marquis s'efforcèrent de proscrire...
      ...umineux sur les droits du tiers état et la forme des États généraux, défendaient a... MM. Target et Cerutti, dans deux ouvrages vo- lumineux sur les droits du tiers état et la forme des États généraux, défendaient avec éloquence
      ...rivilégiés. Ils jurèrent dans ce moment la perte d'un ministre qui osait préférer ...
      ...millions d'hommes formaient le corps de la nation; et n'étaient pas moins citoyens...
      Ce rapport au conseil fut un coup de foudre pour les privilégiés. Ils jurèrent dans ce moment la perte d'un ministre qui osait préférer à leurs prérogatives les droits du grand;nombre, et pré- tendre que 24 millions d'hommes formaient le corps de la nation; et n'étaient pas moins citoyens que cent mille oisifs décorés.
      (1) On trouvera à la fin de cette Introduction une no- tice ... (1) On trouvera à la fin de cette Introduction une no- tice plus détaillée des principaux ouvrages qui parurent à cette époque.

      Introduction

      page 33
      ...juste et sage représentation annoncée à la France comme devant être la base des opérations rela- tives à la convocation des États généraux. Les seigneurs des fiefs luttaient encore en Provence contre la noblesse, le tiers état et le clergé ; ...
      ...e fondamental de l'assemblée des Etats, en ne se conformant point aux lois établies pour le nombre de leurs représentants, et en se rendant en corps à une assemblée où ils ne devaien...
      ...nt et l'archevêque d'Aix, et contre eux la justice et l'éloquence tonnante de Mira...
      ...de leur accorder, pour leur admi- nistration particulière, le bienfait de cette juste et sage représentation annoncée à la France comme devant être la base des opérations rela- tives à la convocation des États généraux. Les seigneurs des fiefs luttaient encore en Provence contre la noblesse, le tiers état et le clergé ; ils avaient violé le titre fondamental de l'assemblée des Etats, en ne se conformant point aux lois établies pour le nombre de leurs représentants, et en se rendant en corps à une assemblée où ils ne devaient assister que par députés : ils avaient pour eux le Parlement et l'archevêque d'Aix, et contre eux la justice et l'éloquence tonnante de Mirabeau. Ils ne purent. manquer d'être vain- cus(l).
      ...on libre qui était un at- tentat contre la constitution actuelle des Etats. Les Bé...
      ...our les exhorter à s'unir avec eux pour la défense- des privilèges. Cette lettre f...
      ... et ils acquirent une nou- velle gloire en déclarant que leur premier titre était ...
      ...s était le premier qu'on devait faire à la liberté publique.
      ... leurs efforts contre un administrateur qui menaçait le royaume d'une constitution libre qui était un at- tentat contre la constitution actuelle des Etats. Les Béarnais se laissèrent séduire, et écrivirent aux Etats du Dauphiné pour les exhorter à s'unir avec eux pour la défense- des privilèges. Cette lettre fut pour ceux-ci une nouvelle occasion de donner des preuves du patriotisme éclairé qui avait dirigé toutes leurs démarches, et ils acquirent une nou- velle gloire en déclarant que leur premier titre était celui de Français et de citoyens ; que les pré- rogatives des ordres et (les pro...
      ...er au despotisme du gouvernement arbitraire; mais que le sacrifice des privilèges était le premier qu'on devait faire à la liberté publique.
      ...t lui concilia l'admiration pu- blique. La noblesse, à qui il faisait ombrage, J'exclut provisoirement de ses séances, en élevant une contesta- tion générale con...
      ...ut toutes les occasions de se venger de la haine des ordres privilégiés. A Aix, la jeune bourgeoisie lui assigna une garde...
      ...On lui destina une place particulière à la comédie ; enfin on lui posa une couronne sur la tête au milieu des plus vives acclamations. Devenu l'idole de ses concitoyen^, il en était aussi l'arbitre, et il avait une ...
      ...uence, que M. de'Caraman, commandant de la province, crai- gnant les suites d'une ...
      ...our calmer les esprits, et il y réussit en effet avec le secours de M. Antonelle.
      ...ue l'éloquence de Mirabeau commença à se développer avec le pltfs grand éclat, et lui concilia l'admiration pu- blique. La noblesse, à qui il faisait ombrage, J'exclut provisoirement de ses séances, en élevant une contesta- tion générale contre les non possédant fiefs ; elle eut bientôt à se repentir de l'avoir forcé à porter Ta fougue de son génie électrique dans l'assemblée des communes, où il eut toutes les occasions de se venger de la haine des ordres privilégiés. A Aix, la jeune bourgeoisie lui assigna une garde d'honneur ; à Marseille, sa voiture fut traînée parle peuple. Pendant son séjou...
      ...étuelles lui donnaient sous ses fenêtres le spectacle de l'allégresse publique. On lui destina une place particulière à la comédie ; enfin on lui posa une couronne sur la tête au milieu des plus vives acclamations. Devenu l'idole de ses concitoyen^, il en était aussi l'arbitre, et il avait une telle influence, que M. de'Caraman, commandant de la province, crai- gnant les suites d'une effervescence qui commençait à se manifester, lui écrivit le 20 mars pour le supplier d'interposer l'ascendant qu'il avait sur le peuple pour calmer les esprits, et il y réussit en effet avec le secours de M. Antonelle.
      ... depuis près de trois mois, déchiraient la Bretagne, ranimèrent les espérances des aristocrates. Les Bretons, ces vieux amis de la liberté, toujours divisés entre eux, mais tou- jours réunis contre l'oppression et la tyrannie, avaient vu renaître la discorde au milieu des fêtes qu'ils cél...
      ... second ordre était exclu des Etats, et la noblesse en totalité y siégeait depuis plus de deux...
      ...ngers, ac- courait de toutes parts pour la défense de lapa- trie, donnait aux Etats de Bretagne une apparence de force qui en imposait aux ministres, et dans l'assen...
      Les divisions qui, depuis près de trois mois, déchiraient la Bretagne, ranimèrent les espérances des aristocrates. Les Bretons, ces vieux amis de la liberté, toujours divisés entre eux, mais tou- jours réunis contre l'oppression et la tyrannie, avaient vu renaître la discorde au milieu des fêtes qu'ils célébraientpour honorer leur triomphe et le rétablissement des lois et des magistra...
      ...et qu'on ne pouvait recevoir que du choix libre de ses commettants. Le clergé du second ordre était exclu des Etats, et la noblesse en totalité y siégeait depuis plus de deux siècles par le seul droit de sa naissance. Cependant cette affluence de noblesse qui, dans les dangers, ac- courait de toutes parts pour la défense de lapa- trie, donnait aux Etats de Bretagne une apparence de force qui en imposait aux ministres, et dans l'assentiment général, ils avaient conservé un si- mulacre de liberté que le despotisme...
      ...onstance, on se serait borné à demander la réforme des abus criants, et l'on aurai...
      ...es ; mais on commençait à réfléchir sur la justice et les avantages d'une représentation proportion- nelle : la conduite des Etats de Romans, les prin-...
      ...rme et cor- rélatif à celui du royaume, la nécessité de réunir enfin en un seul corps toutes ces provinces qui ...
      ...leurs con- testations fréquentes contre la cour, avaient, ac- coutumé les esprits ...
      ... et les avaient préparés aux orages cfe la liberté.
      Dans toute autre circonstance, on se serait borné à demander la réforme des abus criants, et l'on aurait respecté une constitution si souvent consacrée par l'assentiment de tous les ordres ; mais on commençait à réfléchir sur la justice et les avantages d'une représentation proportion- nelle : la conduite des Etats de Romans, les prin- cipes qui les avaient guidés, les bases qu'ils avaient posées, et Sur lesquelle...
      ...nce d'adopter pour l'universalité des pro- vinces un plan d'administration uniforme et cor- rélatif à celui du royaume, la nécessité de réunir enfin en un seul corps toutes ces provinces qui formaient vingt nations dans une : toutes ces con- sidérations furent vivement senties dans les villes de Bretagne, oùlaprésence des Etats et leurs con- testations fréquentes contre la cour, avaient, ac- coutumé les esprits à discuter les-intérêts natio- naux, à concevoir quelques principes d'indépen- dance politique, et les avaient préparés aux orages cfe la liberté.
      ...enoble ne se firent pas moins d'honneur en répondant aux principales villes du roy... Les négociants de Grenoble ne se firent pas moins d'honneur en répondant aux principales villes du royaume, qui les sollicitaient de se
      ... assemblée devaient être les députés de la nation, et non ceux des corpo- rations particulières qui la composent; que leur force ne pouvait résider que'dans leur unité, et que ce serait la rompre que de substituer une foule d'in... ...éraux une représentation particulière pour le commerce; que les membres de cette assemblée devaient être les députés de la nation, et non ceux des corpo- rations particulières qui la composent; que leur force ne pouvait résider que'dans leur unité, et que ce serait la rompre que de substituer une foule d'intérêts particuliers à l'intérêt commun qui devait les unir.

      Introduction

      page 34
      La noblesse bretonne, surprise de ce mouve...
      ...l, au moment où elle venait de rendre à la patrie des services signalés, crut voir...
      ...excitée ou fomentée par le mi- nistère, en représailles de la protection qu'elle avait accordée aux P...
      La noblesse bretonne, surprise de ce mouve- ment universel, au moment où elle venait de rendre à la patrie des services signalés, crut voir dans ce concert unanime du peuple une insurrec- tion contre elle, excitée ou fomentée par le mi- nistère, en représailles de la protection qu'elle avait accordée aux Parlements (1).
      ...s ordres, Cette commission s'appe- lait la commission de la chiffrature: elle devait être nommée le troisième jour de tenue des Etats. Toutes les communautés de la province dé- fendirent d'un commun acco...
      ...utes les administrations intérieures de la province, en refusant de continuer, comme cela était...
      ...it été chiffré, signé et paraphé, page par page, par des commis- saires des trois ordres, Cette commission s'appe- lait la commission de la chiffrature: elle devait être nommée le troisième jour de tenue des Etats. Toutes les communautés de la province dé- fendirent d'un commun accord à leurs représen- tants deprocéder à cette nomination, avant qu'on eût fait d...
      ...our déterminer plus efficacement l'assentiment des Etats,, elles suspendirent toutes les administrations intérieures de la province, en refusant de continuer, comme cela était d'usage à l'époque des élections, les pouvoirs de leurs députés membres des com...
      ...s. Le procureur général syndic protesta en présence de M. Thiard contre un acte d'autorité contraire aux droits de la province et aux droits des Etats. Les p... nouveaux pouvoirs. Le procureur général syndic protesta en présence de M. Thiard contre un acte d'autorité contraire aux droits de la province et aux droits des Etats. Les présidents et les orateurs des premiers ordres conjurèrent le tiers état. Il répo...
      ...e jeter du ridicule sur ces opérations, en hs parodiant ! on avait installé sous l...
      ... par des portefaix et dés gagne-deniers en simares. Les mêmes acteurs paraissant é...
      ...lut de les employer, Des billets furent en conséquence distribués dans les dernièr...
      ...hamp de Montmorin î elles y accoururent en foule. Un laquais fut l'orateur de ces ...
      ...au Parlement qu'elle était de l'avis de la noblesse ; et prier les magistrats de m...
      Pendant le ministère de l'archevêque de Sens, on avait imaginé de jeter du ridicule sur ces opérations, en hs parodiant ! on avait installé sous les fenêtres du commandant un grand bail- liage figuré par des portefaix et dés gagne-deniers en simares. Les mêmes acteurs paraissant égale- ment propres à jeter du ridicule sur les assem- blées des corps de métiers et des communautés, on résolut de les employer, Des billets furent en conséquence distribués dans les dernières classes du peuple, pour les inviter à se rendre à une as- semblée indiquée au champ de Montmorin î elles y accoururent en foule. Un laquais fut l'orateur de ces nouveaux comices, une table fut sa tri- bune aux harangues. Il représenta à ses ...
      ... prix. Il conclut à ce que l'as- semblée se transportât au Palais pour déclarer au Parlement qu'elle était de l'avis de la noblesse ; et prier les magistrats de mettre le pain à bon marché.
      ...er au pied du trône les réclamations de la province sur les vices de l'organisatio... une députatioû nombreuse, pour porter au pied du trône les réclamations de la province sur les vices de l'organisation de ses Etats, Cet exemple fut suivi par une foule de villes et de provinces ; ...
      Telle était la disposition des esprits, lorsque les Et...
      ... qu'un moyen de prévenir l'influence de la coalition des deux pre- miers ordres s ...
      ... à pouvoir se lier par ses dé crets, Il la demanda, et profita, pour parvenir à son but, de la première formalité à laquelle il de- va...
      Telle était la disposition des esprits, lorsque les Etats furent convoqués à Rennes le 29 -décem- bre 1788, Le tiers état n'avait qu'un moyen de prévenir l'influence de la coalition des deux pre- miers ordres s c'était d'obtenir une représentation suffisante dans l'assemblée avant quelle fût con- stituée, de manière à pouvoir se lier par ses dé crets, Il la demanda, et profita, pour parvenir à son but, de la première formalité à laquelle il de- vait concourir.
      Aussi la noblesse et le clergé réunirent tous le... Aussi la noblesse et le clergé réunirent tous leurs efforts pour contraindre le tiers à franchir ce pas décisif. Mais celui-ci s...
      Le 7 janvier, le commandant de la province apporta à l'assemblée un arrêt... Le 7 janvier, le commandant de la province apporta à l'assemblée un arrêt du conseil qui suspendait les séances des Etats jusqu'au 3 février, et enjoigna...
      ... rjers contre les nobles, faire écraser la noblesse par le peuple, ann d'écraser e... ...archevêque de Sens avait ré- pandu des sommes considérables pour armer les rotu- rjers contre les nobles, faire écraser la noblesse par le peuple, ann d'écraser ensuite le peuple sous le poids immense de l'autorité royale.
      ...elle des Etats formée et réglée - selon la constitution actuelle. Mais ça serment ne produisit aucun effet sur le tiers; et la 9 janvier, après avoir intimé de nou- v...
      ... premiers ordres résolurent de proroger la séance, sans désemparer, jusqu'au 3 fév...
      ...ergé qu'ils n'entreraient jamais dans aucune administration publique autre que celle des Etats formée et réglée - selon la constitution actuelle. Mais ça serment ne produisit aucun effet sur le tiers; et la 9 janvier, après avoir intimé de nou- veau sa résolution à l'assemblée, il se retira ; les deux premiers ordres résolurent de proroger la séance, sans désemparer, jusqu'au 3 février.
      ...endit à Paris, persuadé que ce serait à la cour que l'on chercherait à frapper les...
      ...avait gardé le silence, vint se mêler à la querelle, et décréta d'ajournement pers...
      ...tes, des catastrophes, qui menacè- rent la province d'un massacre général et faill...
      Le plus grand nombre des députés du tiers se rendit à Paris, persuadé que ce serait à la cour que l'on chercherait à frapper les plus grands coups. Cependant les diverses corporations et com- munautés s'assem...
      ...prendre dans des circonstances aussi difficiles. Le Parlement qui, jusqu'alors, avait gardé le silence, vint se mêler à la querelle, et décréta d'ajournement personnel les syndics des commu- nautés. Cet arrêt, auquel ils ne jugèrent pas à pro...
      ...uelques parti- sans outrés des ordres privilégiés, occasionna des scènes sanglantes, des catastrophes, qui menacè- rent la province d'un massacre général et faillirent imprimer au nom breton une infamie étemelle.

      Introduction

      page 35
      i Le lendemain, la jeunesse de la ville, armée d'épées, sabres et pistolets, partagée en divers groupes, parcourait les places e...
      ...e deux hommes du peuple vint ral- lumer la fureur générale et précipiter l'explosi...
      ...n ennemi est un gentilhomme tra- vesti. La rage était au comble; dans les transpor...
      ... les États le projet d'assassiner toute la bourgeoisie.
      i Le lendemain, la jeunesse de la ville, armée d'épées, sabres et pistolets, partagée en divers groupes, parcourait les places et les rues. Une querelle entre deux hommes du peuple vint ral- lumer la fureur générale et précipiter l'explosion. L'un d'entre eux, blessé d'un coup de couteau, s'écrie que son ennemi est un gentilhomme tra- vesti. La rage était au comble; dans les transports qu'elle excite, on attribue aux douze cents gen- tilshommes qui composaient les États le projet d'assassiner toute la bourgeoisie.
      ...taient entrées dans Rennes'; mais elles n'en imposaient point au peuple. L'Hôtel- de-Ville était toujours assemblé; mais la noblesse refusa d'entrer en composition. Enfin M. de Tbiard, commandant de la province, également cher aux ^eux parti... Des troupes étaient entrées dans Rennes'; mais elles n'en imposaient point au peuple. L'Hôtel- de-Ville était toujours assemblé; mais la noblesse refusa d'entrer en composition. Enfin M. de Tbiard, commandant de la province, également cher aux ^eux partis, parvint à leur faire accepter un ac-
      ...pensent plus qu'aux moyens de se mettre en défense. Les Etats te- naient leurs séa... Les gentilhommes ne pensent plus qu'aux moyens de se mettre en défense. Les Etats te- naient leurs séances dans une salle des Gorde- liers : dans le cloître était une boutique d'armu...
      La multitude courut au Palais sur les pas ...
      ...it de faire droit sur sa plainte. Toute la troupe enorgueillie de ses démarches pa...
      ...ine de joie et de vin, se répandit dans la ville, armée de bâtons, et maltraita pl...
      La multitude courut au Palais sur les pas de son tribun. Celui-ci harangua le Parlement, qui promit de faire droit sur sa plainte. Toute la troupe enorgueillie de ses démarches patriotiques, pleine de joie et de vin, se répandit dans la ville, armée de bâtons, et maltraita plusieurs jeunes geps as- semblés dans un café.
      ...ls presque tous altérés et exagérés par la colère, augmentaient parmi la bourgeoisie l'indignation et la soif de la ven- geance. ... li- vrée, des membres des Etats et du Parlement. Une foule do faits et de détails presque tous altérés et exagérés par la colère, augmentaient parmi la bourgeoisie l'indignation et la soif de la ven- geance.
      ...sin sonne, tous les citoyens accourent, la foule augmente le désordre ; les magist...
      ..., et leur ordonne, au, nom du roi et dp la patrie, de mettre bas les armes. Sa pré- sence et sa vqix suspendent la fureur du peuple, l'Hôtel-de-Ville s'assemble et la noblesse rentre aux Etats.
      Le tocsin sonne, tous les citoyens accourent, la foule augmente le désordre ; les magistrats sont insultés; enfin le commandant se jette au milieu des combattants, et leur ordonne, au, nom du roi et dp la patrie, de mettre bas les armes. Sa pré- sence et sa vqix suspendent la fureur du peuple, l'Hôtel-de-Ville s'assemble et la noblesse rentre aux Etats.
      commodement. On convint que la noblesse sorti- rait sans autres armes que son épée de la salle des Etats, et l'on promit de part et d'autre de ne point troubler tranquillité publique. commodement. On convint que la noblesse sorti- rait sans autres armes que son épée de la salle des Etats, et l'on promit de part et d'autre de ne point troubler tranquillité publique.
      A la première nouvelle des événements qui venaient de soulever Ja capitale de la province, les citoyens de tous les ordr...
      ...bles campagnards quittèrent le timon de la char- rue, ceignirent la vieille épée de leurs aïeux, * ornement...
      ...'élite de leur jeu- nesse pour soutenir la cause commune ; les villes de Gaen, d'A...
      ...ir le secours de leurs bras pour venger la mort de son fils, tué dans l'émeute du ...
      A la première nouvelle des événements qui venaient de soulever Ja capitale de la province, les citoyens de tous les ordres s'émurent, les no- bles campagnards quittèrent le timon de la char- rue, ceignirent la vieille épée de leurs aïeux, * ornement de leur cabane, et coururent'à Rennes pour défendre leur ordre. Les villes de Nantes et de Saint-Malo firent marcher l'élite de leur jeu- nesse pour soutenir la cause commune ; les villes de Gaen, d'Angers et plusieurs autres, leur offri- rent des secours, Rennes vit aussi à ses ...
      ...M. Bies-Ha, leur seigneur, deB marques touchantes de leur affection, et lui offrir le secours de leurs bras pour venger la mort de son fils, tué dans l'émeute du 26 janvier.
      ...larmé de tous ces mouvements, marche, à la tête de quelques troupes, à la rencontre des légions citoyennes. Quelq...
      ...ès s'être assurées du rétablissement de la tranquillité, con- sentent à retourner ...
      ...andant des troupes du roi, entrent dans la ville, confèrent avec des commissaires ...
      ...s rassembler. Tous les ordres sentirent la nécessité de cette séparation.
      M. de Thiard» alarmé de tous ces mouvements, marche, à la tête de quelques troupes, à la rencontre des légions citoyennes. Quelques-unes, après s'être assurées du rétablissement de la tranquillité, con- sentent à retourner dans leurs foyers; d'autres qui, pour n'être pas à charge à ceux qu'elles ve- na...
      ...s chariots remplis de vivres et de munitions, refu- sent de traiter avec le commandant des troupes du roi, entrent dans la ville, confèrent avec des commissaires nommés par les jeunes patriotes, déposent leurs armes dans les magasins, où ils ...
      ...eil de se séparer, jusqu'au mo- ment où le calme renaîtrait et permettrait de les rassembler. Tous les ordres sentirent la nécessité de cette séparation.
      ...lles de Bretagne, durent faire présager-la fermeté dés États généraux et le triomphe des amis de la liberté sur les partisans du despotisme... ...des députés du tiers, et les démarches courageuses et soutenues de toutes les villes de Bretagne, durent faire présager-la fermeté dés États généraux et le triomphe des amis de la liberté sur les partisans du despotisme.
      ...ibua ces désastres à l'insouciance ou à la malveillance du parlement. Tous frémiss...
      ...loir revenir sur ses pas et com- mencer la guerre contre les Etats; deux fois les ...
      ...ux membres des deux" premiers ordres de la province, qui avaient eu le courage de ...
      ...ique de cette cour souveraine ; et pour la première fois peut-être on vit un acte ...
      On attribua ces désastres à l'insouciance ou à la malveillance du parlement. Tous frémissaient à l'approche de cette assemblée qui allait détruire leur existence politique. Deux fois celui de Gre- noble sembla vouloir revenir sur ses pas et com- mencer la guerre contre les Etats; deux fois les menaces du peuple le forcèrent à garderie silence. Le Parlement de Besançon ne fut pas plus heu- reux dans les actes de despotisme qu'il se permit contre trente-deux membres des deux" premiers ordres de la province, qui avaient eu le courage de s'élever contre leurs collègues et de renoncer aux prérogatives. Un arrêt du conseil flétrit l'arrêt tyrannique de cette cour souveraine ; et pour la première fois peut-être on vit un acte de pouvoir

      Introduction

      page 36
      arbitraire employé à protéger la liberté indivi- duelle des citoyens. arbitraire employé à protéger la liberté indivi- duelle des citoyens.
      Tous les membres de la noblesse de Franche- Comté avaient égal... Tous les membres de la noblesse de Franche- Comté avaient également déclaré dans leur assem- blée, tenue à Quingey, le 1er octobre 1788, qu'il...
  • Tome 2 : 1789 – États généraux. Cahiers des sénéchaussées et baillages [Angoumois - Clermont-Ferrand] 1 result
    • Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      - search term matches: (810)

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 166
      ...et Bourbourg et leurs territoires, pour la convocation des trois états de cette partie de la Flandre, le clergé ayant été averti de s'assembler en la salle du collège royal de cette ville d...
      ...rait faire aux Etats généraux convoqués en la ville de Versailles au 27 du mois d'avr...
      ...nécessaires pour le besoin de l'Etat et la prospérité du royaume, sont comparus :
      ...liage de Flandre, aux juridictions du ressort et celles de Dunkerque,Gravelines et Bourbourg et leurs territoires, pour la convocation des trois états de cette partie de la Flandre, le clergé ayant été averti de s'assembler en la salle du collège royal de cette ville de Bailleul, pour conférer ensemble sur les remontrances, requêtes, plaintes, doléances que le clergé voudrait faire aux Etats généraux convoqués en la ville de Versailles au 27 du mois d'avril prochain, et élire des personnes de probité et intégrité requises pour aller et comparoir pour ledit clergé et y faire les remontrances qu'ils jugeront nécessaires pour le besoin de l'Etat et la prospérité du royaume, sont comparus :
      M. de Fabry, pour l'abbaye de la Woestynne. M. de Fabry, pour l'abbaye de la Woestynne.

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 167
      ...'élection d'un secrétaire, ont choisi à la pluralité des suffrages le sieur et cur...
      ...re, curé de Terdeghem, qui a bien voulu s'en charger.
      Lesquels, âïant procédé à haute voix à l'élection d'un secrétaire, ont choisi à la pluralité des suffrages le sieur et curé G.-J. Vanaen Bavierre, prêtre, curé de Terdeghem, qui a bien voulu s'en charger.
      En conséquence, nous avons nommé à la pluralité des voix, MM. de Fabry-Blanka...
      ... Van de Weghe et Légier pour procéder à la rédaction desdits cahiers.
      En conséquence, nous avons nommé à la pluralité des voix, MM. de Fabry-Blankaert, Roussel, Macquet, Van de Weghe et Légier pour procéder à la rédaction desdits cahiers.
      ... quatre heures du soir, afin d'entendre la lecture du cahier rédigé ; mais Msr l'é...
      ...tion par eux prise ledit jour et conçue en ces termes : Il a été dit par un des me...
      ...énéral, expatrié, avait fiarû hier dans la ville de Bailleul, et y avoit manifesté...
      Le lendemain le clergé s'est assemblé à quatre heures du soir, afin d'entendre la lecture du cahier rédigé ; mais Msr l'évêque; d'Ypres, l'abbé de Bergues-Saint-Winnoe, suivant l'ordre hiérarchique, co...
      ...ant assemblé avec ledit clergé : le tiers-état nous aïant -présenté une délibération par eux prise ledit jour et conçue en ces termes : Il a été dit par un des membres dê l'assemblée, que M. de Calonne, ex-contrôleur général, expatrié, avait fiarû hier dans la ville de Bailleul, et y avoit manifesté le désir de se faire nommer député aux Etats généraux.
      La matière misé en délibération, a été unanimement résolu,... La matière misé en délibération, a été unanimement résolu, que le tiers état ne pouvait admet*
      ...r et après que cette matière a été mise en délibération, nous y avons adhéré à la pluralité des voix. Nous demandant de vouloir y adhérer et après que cette matière a été mise en délibération, nous y avons adhéré à la pluralité des voix.
      Après ce la lecture du cahier a été commencée, et on en a remis la continuation au lendemain Après ce la lecture du cahier a été commencée, et on en a remis la continuation au lendemain
      ...é faite l'élection de trois scrutateurs en la manière prescrite par le règlement du 24 janvier dernier, et par la voie du scrutin ont été élus,M. de Roo,... Ensuite de quoi a été faite l'élection de trois scrutateurs en la manière prescrite par le règlement du 24 janvier dernier, et par la voie du scrutin ont été élus,M. de Roo, curé, doyen dé Bailleul ; Macquet, curé doyen de Dunkerque, et le sieur préside...
      ... pour député aux Etats généraux, conçûe en ces termes : « Monseigneur, Monsieur Cu...
      ...étant indisposé, je niai point été dans la dernière assemblée qui a fini par le sc...
      ... de mes confrères et ne point prolonger la besogne au lendemain, auquel jour plusi...
      ... faire : je supplie Votre Excellence de la vouloir agréer et d'être convaincu de tous les sentiments de la plus profonde vénération, etc. « Etoit ...
      ...de M. Blanckaert, doyen de Ghretienneté et curé de Wormhout, élu le 3 du courant pour député aux Etats généraux, conçûe en ces termes : « Monseigneur, Monsieur Cuveiierm'a donné part, qu'il avoit informé Votre Grandeur du choix des députés pour le clergé ; étant indisposé, je niai point été dans la dernière assemblée qui a fini par le scrutin ; assurément Votre Excellence a été informée de tout ce qui s'est passé ; ...
      ...r que j'étois député avec le sieur curé de Blaringhem ; pour satisfaire aux Vœux de mes confrères et ne point prolonger la besogne au lendemain, auquel jour plusieurs curés auraient été absents, j'ai acquiescé cependant contre mon inclination...
      ... de désister et faire démission de l'honneur que messieurs du clergé m'ont voulù faire : je supplie Votre Excellence de la vouloir agréer et d'être convaincu de tous les sentiments de la plus profonde vénération, etc. « Etoit signé P.-C. Blanckaërt, doyen curé de Wormhout, ce 8 avril 1789. s
      ...ons continué laditte lecture du cahier, en marge duquel différentes protestations ... Le jeudi 2 avril nous avons continué laditte lecture du cahier, en marge duquel différentes protestations ont été actées.
      Ainsi arrêté à Bailleul, en pleine assemblée, ce Ainsi arrêté à Bailleul, en pleine assemblée, ce
      M. Van Uxem, pour la Gathédrale de Saint-Omer, seigneur de la Schotterye. M. Van Uxem, pour la Gathédrale de Saint-Omer, seigneur de la Schotterye.
      ...éderaient conjointement ou séparément à la rédaction de leurs cahiers, a été résol... Ensuite de quoi aïant été délibéré, si les trois ordres procéderaient conjointement ou séparément à la rédaction de leurs cahiers, a été résolu de faire cette rédaction séparément.
      ...i peut concerner les besoins de l'Etat, la réforme des abus, l'établissement d'un ...
      ...toutes les parties de l'administration, la prospérité générale du royaume et le bi...
      ...généraux et suffisants, pour proposer, remontrer, aviser et consentir tout ce qui peut concerner les besoins de l'Etat, la réforme des abus, l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l'administration, la prospérité générale du royaume et le bien de tous et chacun des sujets du Roi.

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 168
      Ainsi vû la démission du sieur Blanckaert cy-dessus...
      ...autre député aux Etats généraux suivant la forme énoncée et prescrite par le règlement de Sa Majesté, du 24 janvier dernier; et en conséquence le clergé assemblé, composé...
      ... etc., etc., lequel a accepté et aggréé la-ditte nomination, pour, conjointement avec le susdit sieur Roussel, curé de la paroisse de Bla-ringhem, se rendre aux ...
      Ainsi vû la démission du sieur Blanckaert cy-dessus, il a été résolu de procéder à l'élection d'un autre député aux Etats généraux suivant la forme énoncée et prescrite par le règlement de Sa Majesté, du 24 janvier dernier; et en conséquence le clergé assemblé, composé de MM. lesabbés deBergues-Saint-Vinnoe, de Saint-Jean-aux-Monts, et de Vermezee...
      ...Alexandre, comte du saint empire romain, d'Art erg et Vallengin, évêque d'Y près etc., etc., lequel a accepté et aggréé la-ditte nomination, pour, conjointement avec le susdit sieur Roussel, curé de la paroisse de Bla-ringhem, se rendre aux Etats généraux avec tous pouvoirs cv-devant énoncés. Fait à Bailleul, ce 14 avri...
      tilude; et qu en conséquence; les baillis, qui non-seule...
      ...s généraux, lorsqu'ils ne tiendront pas la main à l exécution desdites ordonnances...
      tilude; et qu en conséquence; les baillis, qui non-seulement tolèrent aujourd'hui les infractions qui y sont laites, mais encore les aut...
      ...ns qu'ils se font payer, soient punis rigoureusement par les soins des procureurs généraux, lorsqu'ils ne tiendront pas la main à l exécution desdites ordonnances.
      ... résulte que les curés et vicaires, qui en sont la classe la plus utile, n ont point une dotation su...
      ...er au delà de leurs besoins personnels. En prêchant la chanté, ils donnent le droit qu'on la leur demande sans cesse; et tous les pa...
      ...pour l'entretien de tous ses ministres; mais il est inégalement réparti, d'où il résulte que les curés et vicaires, qui en sont la classe la plus utile, n ont point une dotation suffisante. Ils prêchent contre les richesses; ils ne doivent point les désirer ; mais ils ont besoin d'une subsistance honnête : leur dotation doit même aller au delà de leurs besoins personnels. En prêchant la chanté, ils donnent le droit qu'on la leur demande sans cesse; et tous les pauvres honteux de leurs paroisses sont principalement à leur charge. D après ces ...
      4° Que les curés, dont les revenus, en sus de la somme représentative de la portion congrue, n'excéderaient pas le tiers de dîme générale de la paroisse, soient exempts de toutes char... 4° Que les curés, dont les revenus, en sus de la somme représentative de la portion congrue, n'excéderaient pas le tiers de dîme générale de la paroisse, soient exempts de toutes charges inhérentes aux dîmes, étant à présumer que les dîmes et terres appartenantes...
      ...tendu que mondit sieur Blanckaert étoit en ville, il convenoit de lui envoyer des ...
      ...equel, aïant comparû et sa lettre reçue en sa présence, il a répondu que cette lettre n'étoit pas une démission en règle, mais uniquement-un conseil qu'il...
      ...ion aux Etats généraux, et a signé ceci en conséquence.
      Cette lecture aïant été faite, Mgr. le président a proposé, qu'attendu que mondit sieur Blanckaert étoit en ville, il convenoit de lui envoyer des députés pour l'inviter à se rendre personnellement à l'assemblée, lequel, aïant comparû et sa lettre reçue en sa présence, il a répondu que cette lettre n'étoit pas une démission en règle, mais uniquement-un conseil qu'il demandoit à son évêque ; mais après mûre délibération, ledit sieur Blanckaert a répondu, qu'il se de'sisioit de sa de'putation aux Etats généraux, et a signé ceci en conséquence.
      Des demandes et doléances du clergé de la Flandre maritime (1). Des demandes et doléances du clergé de la Flandre maritime (1).
      ... le premier sentiment dont le clergé de la Flandre maritime doit être animé est de...
      ...ins et son autorité pour faire rendre à la religion catholique romaine tout l'honneur et le respect qui lui sont dus. Sans la religion, point de mœurs; et sans les m...
      ...iera que le Roi est l'image de Dieu sur la terre, et on se livrera à un esprit de ...
      ...s aux mœurs, comme celles qui défendent la profanation des dimanches et fêtes, soient renouvelées pour être exécutées avec la plus scrupuleuse exac-
      Si le premier sentiment dont le clergé de la Flandre maritime doit être animé est de remercier le Roi des vues de sagesse, de justice et de bienfaisance qui ont por...
      ...de supplier un roi aussi digne-de l'amour de ses peuples, d'employer tous ses soins et son autorité pour faire rendre à la religion catholique romaine tout l'honneur et le respect qui lui sont dus. Sans la religion, point de mœurs; et sans les mœurs, point de félicité publique : les plus beaux plans d'administration, s'ils ne sont point fondés sur cette base, seront défectueux : bientôt on oubliera que le Roi est l'image de Dieu sur la terre, et on se livrera à un esprit de système et de philosophie qui plongera l'état dans le désordre. Plus, au contrai...
      ...nances du royaume, qui proscrivent l'introduction des livres impies et contraires aux mœurs, comme celles qui défendent la profanation des dimanches et fêtes, soient renouvelées pour être exécutées avec la plus scrupuleuse exac-
      ...xister dans le clergé, et faire revivre la discipline ec-clesiastique dans toute s... ...ovinciaux et nationaux étant les seuls moyens de détruire les abus qui peuvent exister dans le clergé, et faire revivre la discipline ec-clesiastique dans toute sa vigueur, il paraît indispensable d'en ramener l'usage.
      1° Que la portion congrue des curés et vicaires (... 1° Que la portion congrue des curés et vicaires (1) serait fixée d'une manière proportionnée aux circonstances de leur état, sans...
      ...eront dotées d'une manière qui excédera la valeur de la portion congrue qui sera déterminée, el...
      ... exemption ne pouvait se concilier avec la loi générale qui assujettirait indiffér...
      ...le Roi l'a toujours expressément ordonné. Que. dans le cas où les cures se trouveront dotées d'une manière qui excédera la valeur de la portion congrue qui sera déterminée, elles soient exemptes de toute charges jusqu'à concurrence de ladite portion congrue. Que si cette exemption ne pouvait se concilier avec la loi générale qui assujettirait indifféremment toutes les propriétés au pavement des charges publiques, il serait accord...
      ... de leur portion congrue, aux termes de la déclaration du Roi touchant les dîmes, ... ...s à perpétuité aux curés par préférence aux gros décimateurs, et sans diminution de leur portion congrue, aux termes de la déclaration du Roi touchant les dîmes, rendue le 28 août 1759, et enregistrée au Parlement de Paris ; sauf néanmoins le...
      ...s. D'autres ont demandé qu'il fût mis à la suite de cet article : Nonobstant tous ... ...ajouté après ces mots de curés et rie vicaires : Soit des villes et des campagnes. D'autres ont demandé qu'il fût mis à la suite de cet article : Nonobstant tous arrêtés, sentences ou transactions, précédemment faites avec les décimateurs. — ...
      ...imateurs ont demandé qu'il fût ajouté à la fin de l'article 2 : Moyennant que le dédommagement ne soit point à la charge des décimateurs. (2) Les décimateurs ont demandé qu'il fût ajouté à la fin de l'article 2 : Moyennant que le dédommagement ne soit point à la charge des décimateurs.

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 169
      ...e divin, subsidiai-rementaux revenus de la fabrique, mais encore à la construction £t entretien des églises e...
      ... une imposition pour les pauvres ; mais qu'en même temps, les décimateurs seraient ad...
      ...és et marguil-liers, librement élus par la paroisse, et que les propriétaires des dîmes inféodées seraient tenus de partager, dans la proportion de leurs dîmes, la charge des autres décimateurs ; car, si, dans le droit, la charge est essentiellement inhérente au...
      ...ulle convention particulière n'a pu les en libérer (2).
      ...aires, coutres ou clers, ainsi qu'à toutes les fournitures nécessaires au service divin, subsidiai-rementaux revenus de la fabrique, mais encore à la construction £t entretien des églises et maisons pastorales et vicariales, auxquelles charges les curés désirent encore qu'il soit ajouté une imposition pour les pauvres ; mais qu'en même temps, les décimateurs seraient admis à participer à l'administration des fabriques, dans un bureau composé des seuls décimateurs, curés et marguil-liers, librement élus par la paroisse, et que les propriétaires des dîmes inféodées seraient tenus de partager, dans la proportion de leurs dîmes, la charge des autres décimateurs ; car, si, dans le droit, la charge est essentiellement inhérente aux dîmes, nulle loi, nulle convention particulière n'a pu les en libérer (2).
      ...roisse, et un plus grand nombre suivant la proportion de la paroisse, la distance des lieux et la difficulté des chemins ; que le nombre ...
      ... par les ordinaires des diocèses, sauf, en cas de contestation, d'en appeler au métropolitain, en conformité des arrêts du conseil d'Etat...
      Qu'il serait désormais établi un vicaire par chaque paroisse, et un plus grand nombre suivant la proportion de la paroisse, la distance des lieux et la difficulté des chemins ; que le nombre nécessaire ne serait déterminé que par les ordinaires des diocèses, sauf, en cas de contestation, d'en appeler au métropolitain, en conformité des arrêts du conseil d'Etat du 13 décembre 1653, et de juin 1654; de sorte que de pareilles contestations n...
      ...férées qu'à des ecclésiastiques avancés en âge, qui auraient rendu, pendant dix an...
      ...tère, soit dans l'éducation publique de la paroisse (4).
      Que les prébendes desdites églises ne pourraient être conférées qu'à des ecclésiastiques avancés en âge, qui auraient rendu, pendant dix ans au moins, des services, soit dans le ministère, soit dans l'éducation publique de la paroisse (4).
      ...es, et maisoi.s pastorales, qu'ils sont en instance au conseil d'Elat du Roi, pour obtenir la révocation des lettres patentes de 1773...
      ... Majesté une décision; 2° par rapport à la portion du coutre, qu'ils n'ont, pour la plupart, jamais été tenus au payement d...
      ...té communément payée par les paroisses, la possession ayant, jusqu'à présent, serv...
      ...t libre, et qu'elle doit eire laissée à la conscience des décimateurs. — Les curés...
      ... sur cet article : 1° par rapport aux constructions et reconstructions des églises, et maisoi.s pastorales, qu'ils sont en instance au conseil d'Elat du Roi, pour obtenir la révocation des lettres patentes de 1773, qui les assujettisent à cette charge, et aucunement à celles de maisons vicariales; sur quoi ils attendent de Sa Majesté une décision; 2° par rapport à la portion du coutre, qu'ils n'ont, pour la plupart, jamais été tenus au payement de ladite portion, laquelle a été communément payée par les paroisses, la possession ayant, jusqu'à présent, servi de règle à cet égard; 3° par rapport à l'imposition demandée sur les dîmes pour les pauvres, que l'aumône est libre, et qu'elle doit eire laissée à la conscience des décimateurs. — Les curés ont observé sur le même, article qu'il est important que l'élection des coutres...
      ...loi, les vexations de toutes sortes que la régie des domaines fait éprouver à.tout...
      ...is de revendiquer de pareils droits, et qu'en outre, toutes les quittances données au...
      11 n'est pas moins nécessaire d'arrêter, par une autre loi, les vexations de toutes sortes que la régie des domaines fait éprouver à.toutes les mainmortes, relativement aux droits d'amortissement, d'indemnité, et autr...
      ...es ; qu'à cet effet, il serait fixé un terme après lequel il ne serait plus permis de revendiquer de pareils droits, et qu'en outre, toutes les quittances données aux gèns de mainmorte à raison d'iceux , seraient enregistrées dans les tribunaux ...
      Qu'il serait aussi prescrit, par la même loi, que les maisons abbatiales, p...
      ...me, sans que leur destination primitive en soit changée, soient déchargées des dro...
      Qu'il serait aussi prescrit, par la même loi, que les maisons abbatiales, prieuriales, canouicales, paroissiales, et vicariales, qui ne seraient louées que pour un terme, sans que leur destination primitive en soit changée, soient déchargées des droits d'amortissement et de nouvel acquêt.
      ...torisés à faire le rem-ploi des deniers en provenant, soit en acquisition d'autres propriétés foncières, soit en rentes constituées, sans qu'ils soient ... ... propriétaires des terres grevées de ces rentes, les gens de mainmorte soient autorisés à faire le rem-ploi des deniers en provenant, soit en acquisition d'autres propriétés foncières, soit en rentes constituées, sans qu'ils soient tenus à aucun droit d'amortissement, ou autres.
      ... nécessaire que, par le même règlement, la jurisprudence relative aux dîmes insoli...
      ... ecclésiastiques, ni de surcharges dans la contribution des peuples.
      Il est nécessaire que, par le même règlement, la jurisprudence relative aux dîmes insolites soit fixée de manière qu'il n'y ait point d'altération dans les propriétés ecclésiastiques, ni de surcharges dans la contribution des peuples.
      Que les bénéfices de la province seraient donnés de préférence ... Que les bénéfices de la province seraient donnés de préférence aux naturels du pays, et que les premières dignités des églises collégiales leur...
      ...urs ont protesté pour que l'excédant de la portion congrue soit assujetti au prora... (1) Les décimateurs ont protesté pour que l'excédant de la portion congrue soit assujetti au prorata. Sur quoi, les curés ont observé que( l'excédant de leur portion congrue pour...
      ...raient tenus de résider dans le lieu de la situation desdits bénéfices. ...esdits bénéfices ne seraient point employés dans le ministère du diocèse, ils seraient tenus de résider dans le lieu de la situation desdits bénéfices.
      Que la disposition du concile de Trente, relativement au nombre des commensaux de la maison du Roi, seraient observée à l'égard des églises de la Flandre. Que la disposition du concile de Trente, relativement au nombre des commensaux de la maison du Roi, seraient observée à l'égard des églises de la Flandre.
      ...as durer plus de cinquante ans, et dont la rente n'excéderait pas la somme de 300 livres, soient exemptes du... Que les fondations pour les prières, ou rétributions des messes qui ne doivent pas durer plus de cinquante ans, et dont la rente n'excéderait pas la somme de 300 livres, soient exemptes du droit d'amortissement.
      ...uels, le Roi doit être supplié, attendu la diminution des sujets français, de voul... ...n-seulement utiles, mais encore très-souvent nécessaires pour les besoins spirituels, le Roi doit être supplié, attendu la diminution des sujets français, de vouloir accorder gratis des lettres de naturalisation aux étrangers : à quoi les aut...

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 170
      L administration de la Flandre maritime se trouve constituée d...
      ...ieuse, que les intérêts du clergé et de la noblesse, ainsi que ceux des,habitants ...
      ...i-ci se trouve presque entièrement dans la dépendance d'un seul homme, tout à la fois subdelegue de la Flandre maritime, subdélégué particulier de Cassel, député du département à la cour, commissaire perpétuel de la province, inspecteur général de ses pav...
      ...eux de Châtellenie de Cassel, député de la meme châtellenie, conseiller pensionnaire de la cour de Cassel, greffier de la même cour, et en cette qualité exerçant l'office de tabe...
      ...e nécessaire sur toutes les affaires de la province et dont il pourrait si facilement abuser ; en conséquence, le clergé demande le rétablissement Si-aailens ?,tats de la Sandre, composés et régies d. après 1 o...
      L administration de la Flandre maritime se trouve constituée d'une manière si vicieuse, que les intérêts du clergé et de la noblesse, ainsi que ceux des,habitants des campagnes, y sont entièrement entre les mains du tiers-état des villes; ei que celui-ci se trouve presque entièrement dans la dépendance d'un seul homme, tout à la fois subdelegue de la Flandre maritime, subdélégué particulier de Cassel, député du département à la cour, commissaire perpétuel de la province, inspecteur général de ses pavés, inspecteur particu-îer de ceux de Châtellenie de Cassel, député de la meme châtellenie, conseiller pensionnaire de la cour de Cassel, greffier de la même cour, et en cette qualité exerçant l'office de tabellion krde-notes; offices et emplois qui lui donnent, outre des gages et des émoluments considérables avec ie maniement des deniers publics, une influence nécessaire sur toutes les affaires de la province et dont il pourrait si facilement abuser ; en conséquence, le clergé demande le rétablissement Si-aailens ?,tats de la Sandre, composés et régies d. après 1 organisation même des Etats généraux, et dans lesquels les curés et autres ecclés...
      La Flandre maritime, ayant des intérêts différents de ceux de-la Flandre Wallonne, demande aussi que les...
      ...s et sépares de ceux de cette province; qu'en conséquence, 'arrêt du conseil du 2 mar...
      La Flandre maritime, ayant des intérêts différents de ceux de-la Flandre Wallonne, demande aussi que les Etats soient entièrement distincts et sépares de ceux de cette province; qu'en conséquence, 'arrêt du conseil du 2 mars 1789, qui réunit les deux administrations, ne soit point exé-cute.
      Que la Flandre maritime soit confirmée et rétablie dans tous ses privilèges et usages, en tant qu ils ne seraient pas contraires ...
      ...nformément aux capitulations, notamment en ce qui cpncerne l'exclusion de la commende et des pensions, ainsi que l'e...
      ... et Gravelines, comme faisant partie de la Flandre maritime.
      Que la Flandre maritime soit confirmée et rétablie dans tous ses privilèges et usages, en tant qu ils ne seraient pas contraires au plan général qui sera établi par tout le royaume, conformément aux capitulations, notamment en ce qui cpncerne l'exclusion de la commende et des pensions, ainsi que l'exemption des grades, y compris les villes et territoires de Dunkerque, Bour-oourg et Gravelines, comme faisant partie de la Flandre maritime.
      ...ns, cçmme évidemment injuste et abusif, en ce qu'il diminue le respect que les peu...
      ...e citoyens, à l'administration même cte la province; et qu'en conséquence, les comptes oesdites admin...
      ...e l'administration des biens des fabriques, tables de pauvres et autres fondations, cçmme évidemment injuste et abusif, en ce qu'il diminue le respect que les peuples doivent à leurs pasteurs, et contradictoire avec leur droit de participer, comme citoyens, à l'administration même cte la province; et qu'en conséquence, les comptes oesdites administrations soient présentés et rendus, suivant Le droit commun, aux curés conjoi...
      ...n secours aux étrangers domiciliés dans la province et tombés dans l'indigence, so...
      ...omme blessant l humanité et contraire à la charité, sauf a la province à s'occuper des moyens les plu...
      ...évenir les inconvénients qui pourraient en résulter.
      Que, pareillement, l'usage de n'accorder aucun secours aux étrangers domiciliés dans la province et tombés dans l'indigence, soit aboli, comme blessant l humanité et contraire à la charité, sauf a la province à s'occuper des moyens les plus propres de prévenir les inconvénients qui pourraient en résulter.
      ...ent rendus de même manière Le clergé de la Flandre maritime demande en outre, qu'il ne soit établi des impôts que par le consentement libre de la nation, et qu'ils soient principalement... comptes annuels soient rendus de même manière Le clergé de la Flandre maritime demande en outre, qu'il ne soit établi des impôts que par le consentement libre de la nation, et qu'ils soient principalement établis sur les objets de luxe
      ...rangères ne puissent y être introduites qu'en payant un droit considérable, afin que la balance ne reste plus en faveur des étrangers, et que leurs manufactures puissent être attirées en France. Que les toiles étrangères ne puissent y être introduites qu'en payant un droit considérable, afin que la balance ne reste plus en faveur des étrangers, et que leurs manufactures puissent être attirées en France.
      ...bvie, par une nouvelle loi, aux abus de la prévention en matière criminelle. ...rs soient tenus de résider dans les lieux dont ils sont baillis, et qu'il eoit obvie, par une nouvelle loi, aux abus de la prévention en matière criminelle.
      ...articuliers, et converti enfariné, mise en sacs. ...ermis d'en exporter Je blé, qu'à une valeur déterminée par les soins des Etats particuliers, et converti enfariné, mise en sacs.
      ...pris dans ies trois ordres des Etats de la province, et ...es années de leur administration, par-devant une commission composée de membres pris dans ies trois ordres des Etats de la province, et
      ...us; et qua 1 effet de les prévenir pour la suite les mi'?[îwfÇ?rlUX/ifin dG C-0nstater les abus; et qua 1 effet de les prévenir pour la suite les
      ...uir ses sujets le plus tôt possible, de la réforme que Sa Majesté ii bien voulu le... Que le Roi soit supplié de faire jouir ses sujets le plus tôt possible, de la réforme que Sa Majesté ii bien voulu leur annoncer, tant dans le code criminel que dans le code civil.
      ...uns documents qui pourraient intéresser la cure ni aucune lettre concernant des se... ...pourraient se trouver chez le curé delunt, et d'y apposer le scellé, afin qu'aucuns documents qui pourraient intéresser la cure ni aucune lettre concernant des secrets de conscience, ou des affaires qui pourraient compromettre 1 honneur des p...
      ...uatre menbres de Flandre, ou droits sur la consommation. (1)L'on entend iei les droits des quatre menbres de Flandre, ou droits sur la consommation.

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 171
      Que personne ne puisse perdre la liberté, ni être arrêté sans un jugement préalable et conforme aux lois; qu'en conséquence, les lettres de cachet cess... Que personne ne puisse perdre la liberté, ni être arrêté sans un jugement préalable et conforme aux lois; qu'en conséquence, les lettres de cachet cessent d'avoir lieu.
      ...plications que l'assemblée du clergé de la Flandre maritime croit devoir présenter à l'assemblée des Etats généraux du royaume, en exécution des ordres du Roi, pour y êtr... Telles sont les demandes, remontrances, doléances et supplications que l'assemblée du clergé de la Flandre maritime croit devoir présenter à l'assemblée des Etats généraux du royaume, en exécution des ordres du Roi, pour y être fait droit, conformément aux vues de sagesse, de justice et de bienfaisance de...
      ...doléances et supplications de Vordre de la noblesse de la Flandre maritime, assemblée à Bailleul, en exécution de la lettre du Roi du 19 février dernier (2)... Des doléances et supplications de Vordre de la noblesse de la Flandre maritime, assemblée à Bailleul, en exécution de la lettre du Roi du 19 février dernier (2).
      Art. 7. D'assurer la liberté individuelle de tous -les citoyens, laquelle sera sous la sauvegarde de la loi; et en conséquence d'abolir formellement toute...
      ...s ordres de réclusion, mais seulement à la demande du tribunal qui sera à cet effe...
      ...et dûment motivée par les familles, qui en seront responsables.
      Art. 7. D'assurer la liberté individuelle de tous -les citoyens, laquelle sera sous la sauvegarde de la loi; et en conséquence d'abolir formellement toutes lettres de cachet, d'exil, et autres arbitraires, sauf toutefois que, pour des cas graves et de nature à inquiéter les familles, il pourra être expédié des ordres de réclusion, mais seulement à la demande du tribunal qui sera à cet effet établi de l'autorité du Roi, par les Etats provinciaux, lequel ne pourra lui-même faire cette demande au ministre que sur ia réquisition par écrit et dûment motivée par les familles, qui en seront responsables.
      Art. 12. Que la noblesse soit maintenue inviola-blement...
      ...es droits honorifiques, qui ne blessent en aucune manière la liberté des citoyens, et qui font parti...
      Art. 12. Que la noblesse soit maintenue inviola-blement dans sa possession de tous les droits honorifiques, qui ne blessent en aucune manière la liberté des citoyens, et qui font partie essentielle de sa propriété, déclarant qu'elle ne veut, ni au présent, ni pour...
      Qu'il ne puisse, en aucun cas, être accordé d'arrêt de sur^...
      ...e ses juges naturels et domiciliaires-, qu'en conséquence, tout privilège de committi...
      Qu'il ne puisse, en aucun cas, être accordé d'arrêt de sur^éance ni d'évocation ; et que, sous aucun prétexte, personne ne puisse être distrait de ses juges naturels et domiciliaires-, qu'en conséquence, tout privilège de committimus, et autres semblables soient abolis.
      ...e l'Etat soient rassemblées et rédigées en un code national pour assurer invio-lab... ...ations des Etats généraux, toutes les lois constitutionnelles et fondamentales de l'Etat soient rassemblées et rédigées en un code national pour assurer invio-lablementla constitution du royaume.
      Ainsi fait, clos et arrêté en ladite assemblée, à Bailleul, le 3 avri... Ainsi fait, clos et arrêté en ladite assemblée, à Bailleul, le 3 avril 1789. Signé Renoît Van de Weghe, abbé de Saint-Winnoe, président de l'assemblé...
      ...rs Etats généraux dans trois ans, et de s'en rapporter, pour les retours successifs ... Art. 2. De fixer le retour des premiers Etats généraux dans trois ans, et de s'en rapporter, pour les retours successifs desdits Etats, à ce qui sera statué à cet égard par ceux qui vont s'assembler.
      ...ats généraux soient imprimées, et qu'il en soit envoyé des expéditions aux Etats provinciaux, pour en donner connaissance dans les paroisses ... Art. 13. Que les lois constitutives arrêtées pâlies Etats généraux soient imprimées, et qu'il en soit envoyé des expéditions aux Etats provinciaux, pour en donner connaissance dans les paroisses de leurs départements respectifs.
      ...ue assemblée fixe le jour où se tiendra la suivante, saos qu'il puisse être changé... ...assemblée des Etats généraux se tienne régulièrement tous les deux ans; que chaque assemblée fixe le jour où se tiendra la suivante, saos qu'il puisse être changé; et que les différentes provinces puissent se réunir pour élire leurs députés, ...
      Que, pendant la tenue des Etats généraux, il soit établi dans la province une commission intermédiaire, ...
      ...uatre membres, dont un du clergé, un de la noblesse, et deux du tiers-état; laquel...
      ...ctions, pour être envoyé aux députés de la province à ladite assemblée (1).
      Que, pendant la tenue des Etats généraux, il soit établi dans la province une commission intermédiaire, composée de quatre membres, dont un du clergé, un de la noblesse, et deux du tiers-état; laquelle sera autorisée par le Roi à chercher, dans les dépôts publics, tout ce qui pourra servir de documents et instructions, pour être envoyé aux députés de la province à ladite assemblée (1).
      ...x Etats généraux l'importance réelle de la dette nationale. Art. 3. De faire constater ifux Etats généraux l'importance réelle de la dette nationale.
      (1) Les décimateurs protestent contre la trop grande influence des curés dans l'... (1) Les décimateurs protestent contre la trop grande influence des curés dans l'assemblée, dont le nombre surpasse le leur de deux tiers, disent-ils.
      ...ublions ce cahier d'après un imprimé de la Bibliothèque du Sénat. (2) Nous publions ce cahier d'après un imprimé de la Bibliothèque du Sénat.
      ...es lettres, abus dangereux,,contraire à la foi et à la sûreté publique. Art. 8. De faire cesser le violation du sceau des lettres, abus dangereux,,contraire à la foi et à la sûreté publique.
      Art. 9. D'établir la liberté indéfinie de la presse par la suppression absolue de la censure et de la nécessité des privilèges, à la charge par les auteurs et imprimeurs de...
      ...rits pourraient contenir de contraire à la religion, aux mœurs, au bon ordre génér...
      Art. 9. D'établir la liberté indéfinie de la presse par la suppression absolue de la censure et de la nécessité des privilèges, à la charge par les auteurs et imprimeurs de mettre leurs noms à tous les ouvrages quelconques, et de répondre personnellement et solidairement de tout ce que les écrits pourraient contenir de contraire à la religion, aux mœurs, au bon ordre générai et à l'honneur des citoyens.
      ...ats généraux, une commission chargée de la réforme des lois civiles et criminelles... Art. 10. D'établir dès à présent, de concert avec les Etats généraux, une commission chargée de la réforme des lois civiles et criminelles, mais qui maintienne celles qui prescrivent que tout individu arrêté par le pou...
      Art. 11. D'accorder la réformé de l'abus des anoblissements pa... Art. 11. D'accorder la réformé de l'abus des anoblissements par charges, ni par aucun moyen de finance, suppliant Sa Majesté den'user à l'aven...
      Art. 14. D'autoriser la création d'une banque nationale,à l'ins...
      ...rre (sauf les corrections convenables à la constitution monarchique), sous la seule surveillance des Etats généraux q...
      Art. 14. D'autoriser la création d'une banque nationale,à l'instar de celle d'Angleterre (sauf les corrections convenables à la constitution monarchique), sous la seule surveillance des Etats généraux qui, dans leurs assemblées, auront seuls le droit de faire les règlements relatif...

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 172
      ...oit le régime et l'administration, soit la police générale de la province; qu'en un mot, dans les intervalles- de la convocation des Etats généraux, ceux pr...
      ..., les représenteront au petit-pied dans la Flandre maritime, et y auront les mêmes...
      ...dra le droit de consentir toutes les lois locales, concernant soit les impôts, soit le régime et l'administration, soit la police générale de la province; qu'en un mot, dans les intervalles- de la convocation des Etats généraux, ceux provinciaux, pour tous ces objets, les représenteront au petit-pied dans la Flandre maritime, et y auront les mêmes pouvoirs.
      Art. 18. De s'en rapporter à la sagesse desdits Mats provinciaux, et leur donner en conséquence tous pouvoirs de régler tou...
      ...lture, du commerce, des manufactures, à la destruction de la mendicité et autres objets quelconques,...
      Art. 18. De s'en rapporter à la sagesse desdits Mats provinciaux, et leur donner en conséquence tous pouvoirs de régler tout ce qui peut être favorable à l'augmentation de l'agriculture, du commerce, des manufactures, à la destruction de la mendicité et autres objets quelconques, propres a améliorer lesortdes liabitantsde leur province, étant par leur positi...
      ...ormément aux lois constitutionnelles de la Flandre maritime et a ses capitulations, au Parlement de Douai seul peut appartenir la juridiction souveraine sur tous les tribunaux de la province ; en conséquence, rendre à cette cour et au siège royal l'exercice de la plénitude de la juridiction ordinaire; déclarer . toute...
      ...ement quelconques, sauf celles faites a la juridiction consulaire, dont la conservation importe essentiellement au...
      ... 20. D'accorder au Parlement de Flandre la juridiction de la cour des aides, et de comprendre faans ...
      ...essortissaientau conseil de Gand, et de au conseil de Malines.
      Art. 19. De déclarer que, conformément aux lois constitutionnelles de la Flandre maritime et a ses capitulations, au Parlement de Douai seul peut appartenir la juridiction souveraine sur tous les tribunaux de la province ; en conséquence, rendre à cette cour et au siège royal l'exercice de la plénitude de la juridiction ordinaire; déclarer . toutes commissions inconstitutionnelles et illégales, révoquer comme telles les évocations hors des tribunaux provinciaux, et toutes les attributions généralement quelconques, sauf celles faites a la juridiction consulaire, dont la conservation importe essentiellement au bien du commerce. . Art. 20. D'accorder au Parlement de Flandre la juridiction de la cour des aides, et de comprendre faans son ressort les villes de Dunkerque, Bour-bourg et Gravelines, avec leurs territ...
      ...es que provisoirement dans le ressort du Parlement de Paris, et qui auparavant ressortissaientau conseil de Gand, et de au conseil de Malines.
      ...ion des deux provinces de Flandre, pour n'en faire qu'un seul pavs d'Etat conforméme...
      ...icle premier de l'arrêt du 2 mars 1789, en laissant à chaque province son administ...
      ...u intermédiaire,composé de Wallons pour la Flandre wallone, et de Flamands pour la Flandre maritime; et que dans le cas où...
      ...ux quatre seigneurs hauts justiciers de la Flandre wallone, ou à leurs représentants, dans la nouvelle formation des Etats provinciaux, il soit accordé la même faveur aux seigneurs hauts justiciers de la Flandre maritime, pourvu que lesdits seigneurs soient en état de faire les preuves de la cour.
      Art. 24. D accorder l'union des deux provinces de Flandre, pour n'en faire qu'un seul pavs d'Etat conformément à l'article premier de l'arrêt du 2 mars 1789, en laissant à chaque province son administration particulière, régie par un bureau intermédiaire,composé de Wallons pour la Flandre wallone, et de Flamands pour la Flandre maritime; et que dans le cas où l'on conserverait quelques distinctions ou prérogatives aux quatre seigneurs hauts justiciers de la Flandre wallone, ou à leurs représentants, dans la nouvelle formation des Etats provinciaux, il soit accordé la même faveur aux seigneurs hauts justiciers de la Flandre maritime, pourvu que lesdits seigneurs soient en état de faire les preuves de la cour.
      ... officiers municipaux le droit de juger en dernier ressort, jusqu'à la concurrence de 100 livres au principal. Qu'il soit aussi attribué aux officiers municipaux le droit de juger en dernier ressort, jusqu'à la concurrence de 100 livres au principal.
      ... habitants des provinces deFlan-dre, vu la perte résultante de la défense qui leur serait faite de cultiv...
      ...uple, à qui l'usage de cette plante est en quelque sorte devenue un besoin.
      ...a Majesté, de concert avec les Etats généraux, daigne pourvoir a l'indemnité des habitants des provinces deFlan-dre, vu la perte résultante de la défense qui leur serait faite de cultiver le tabac, culture également avantageuse et pour l'agriculture et pour le peuple, à qui l'usage de cette plante est en quelque sorte devenue un besoin.
      ...t peu ou point de propriétés foncières, en proportion de ce que leur industrie peu... ...es peuples les gens de finance, capitalistes ou autres commerçants, etc., qui ont peu ou point de propriétés foncières, en proportion de ce que leur industrie peut leur procurer.
      ...lus efficace pour rétablir le crédit de la nation, et détruire l'agiotage. l'Etat; cette banque paraissant le moyen le plus efficace pour rétablir le crédit de la nation, et détruire l'agiotage.
      ...ns; qu'il ne sera point lixé de terme à la durée de leurs assemblées, et que dans ... Art. 17. De statuer que ces Etats provinciaux s assembleront tous les ans; qu'il ne sera point lixé de terme à la durée de leurs assemblées, et que dans les intervalles de celles-ci, ils auront une commission toujours subsistante, ai...
      Art. 22. De réaliser la promesse que Sa Majesté a daigné faire,... Art. 22. De réaliser la promesse que Sa Majesté a daigné faire, de rendre publics, chaque année, les comptes effectifs de recettes et dépenses ...
      Art. 23. D'accorder la supression des receveurs généraux et pa...
      ...s provinciaux que Sa Majesté a promis à la Flandre, nommément par l'arrêt de son conseil du 2 mars de la présente année, soient chargés de faire sans frais la répartition, le recouvrement et le vers...
      Art. 23. D'accorder la supression des receveurs généraux et particuliers des finances, et que les Etats provinciaux que Sa Majesté a promis à la Flandre, nommément par l'arrêt de son conseil du 2 mars de la présente année, soient chargés de faire sans frais la répartition, le recouvrement et le versement direct des impôts au trésor royal.
      Art. 25. Que le bureau intermédiaire de la Flandre maritime soit composé d'un nombre de membres égal à celui de la Flandre wallone, réglé pour les trois ordres dans la même proportion que les Etats généraux. Art. 25. Que le bureau intermédiaire de la Flandre maritime soit composé d'un nombre de membres égal à celui de la Flandre wallone, réglé pour les trois ordres dans la même proportion que les Etats généraux.
      Art. 26. Que la nomination des officiers municipaux soi...
      ...s Etats provinciaux, qui statueront sur la meilleure-manière d'y procéder pour le bien et la sûreté du service public.
      Art. 26. Que la nomination des officiers municipaux soit faite par les Etats provinciaux, qui statueront sur la meilleure-manière d'y procéder pour le bien et la sûreté du service public.
      ... Que dans chaque ville intermédiaire de la Flandre maritime, il soit accordé aux officiers municipaux la juridiction consulaire, à charge déjuge... Art. 28. Que dans chaque ville intermédiaire de la Flandre maritime, il soit accordé aux officiers municipaux la juridiction consulaire, à charge déjuger consulairement, suivant l'ordonnance observée dans celte juridiction, étant ab...
      Art. 30. D'accorder la maintenue de l'exemption delà gabelle,'... Art. 30. D'accorder la maintenue de l'exemption delà gabelle,' dans le cas où, contre les intentions paternelles de Sa Majesté, elle ne serait...
      Art. 31. D'abolir la vénalité des charges aussitôt que l'éta... Art. 31. D'abolir la vénalité des charges aussitôt que l'état des finances permettra d'en faire le remboursement effectif; et, dans ce cas, ...
      ...rais des procédures criminelles, et que la totalité de ceux qui sont faits sur les...
      ... le domaine, et qu'ils ne soient plus à la charge des châtellenies, ainsi qu'ils l...
      ...l'exécution de l'édit de 1771 registré au Parlement de Flandre, concernant les frais des procédures criminelles, et que la totalité de ceux qui sont faits sur les terres appartenantes au Roi soit payée par le domaine, et qu'ils ne soient plus à la charge des châtellenies, ainsi qu'ils l'ont été abusivement jusqu'à présent.
      ...s les mains du Roi. Art. 35. D'accorder la revente des paroisses ap- ...ous les biens qui, par quelques motifs que ce puisse être, pourraient passer dans les mains du Roi. Art. 35. D'accorder la revente des paroisses ap-

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 173
      ...s abbayes et bénéfices dans les églises belgiques, dont les droits qui les en exemptent sont solidairement établis pa... Art. 47. De supprimer les commendes des abbayes et bénéfices dans les églises belgiques, dont les droits qui les en exemptent sont solidairement établis par les capitulations et les constitutions des conciles.
      Art. 36. D'accorder à la province de la Flandre maritime, la restitution des droits des quatre membr...
      ...que Sa Majesté daigne au moins accorder la suppression de l'aide ordinaire, à l'instar de la province du Hainaut, où l'on ne l'impose pas, et où la cry de Mons en tient lieu, ce qui fait un objet de 250...
      Art. 36. D'accorder à la province de la Flandre maritime, la restitution des droits des quatre membres de Flandre; et s'il n'est pas possible de l'obtenir eu entier, que Sa Majesté daigne au moins accorder la suppression de l'aide ordinaire, à l'instar de la province du Hainaut, où l'on ne l'impose pas, et où la cry de Mons en tient lieu, ce qui fait un objet de 250 mille livres.
      ... avoir point égard, si l'importunité ou la surprise en obtenait aucun, révoquer tous ceux actu... ...rt. 44. D'abolir les arrêts de répit et surséance, autoriser les tribunaux à n'y avoir point égard, si l'importunité ou la surprise en obtenait aucun, révoquer tous ceux actuellement existants.
      ...aux maisons régulières l'instruction de la jeunesse, en laissant (dansJes endroits où il n'y a ... Art. 45. De confier aux maisons régulières l'instruction de la jeunesse, en laissant (dansJes endroits où il n'y a point de réguliers susceptibles de s'y livrer) subsister les collèges qui s'y tr...
      Art. 50. D'ordonner que la perception du droit d'amortissement ser...
      ...par le règlement du 12 juillet 1729, et en conséquence déclarer valablement amortis ou réputés tels avec la finance, tout les fonds, maisons, hérit...
      Art. 50. D'ordonner que la perception du droit d'amortissement sera restreinte dans les bornes posées par le règlement du 12 juillet 1729, et en conséquence déclarer valablement amortis ou réputés tels avec la finance, tout les fonds, maisons, héritages et biens quelconques, possédés par les gens de mainmorte, avant le premier ...
      Art. 52. D'ordonner la suppression du droit d'écart ou d'issue...
      ... de faire exécuter dans ses Etats, mais en indemnisant les seigneurs et autres pro...
      Art. 52. D'ordonner la suppression du droit d'écart ou d'issue entre tous les sujets français, à l'instar de ce, que l'empereur vient aussi de faire exécuter dans ses Etats, mais en indemnisant les seigneurs et autres propriétaires.
      ...nces et représentations que le corps de la noblesse de la Flandre maritime charge ses députés de ...
      ...i peut concerner les besoins de l'Etat, la réforme des abus, l'établissement d'un ...
      ...toutes les parties-de l'administration, la prospérité générale du royaume, et en particulier celle de cette province, conformément à la teneur du présent cahier de doléances, ...
      ...ront tenus de se conformer sans pouvoir s'en écarter dans aucun cas.
      Telles sont les doléances et représentations que le corps de la noblesse de la Flandre maritime charge ses députés de présenter au Roi et aux Etats généraux, déclarant leur donner les pouvoirs nécessaires et suffisants pour proposer, remontrer, aviser et consentir tout ce qui peut concerner les besoins de l'Etat, la réforme des abus, l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties-de l'administration, la prospérité générale du royaume, et en particulier celle de cette province, conformément à la teneur du présent cahier de doléances, auquel lesdits députés seront tenus de se conformer sans pouvoir s'en écarter dans aucun cas.
      ...é moire joint au présent cahier) ; mais en observant que les droits ae lods et ven... ... de Cassei, Bourbourg, Rergues et Dunkerque (dont les motifs sont détaillés au mé moire joint au présent cahier) ; mais en observant que les droits ae lods et ventes et de mutations ne seront perçus que dans les lieux où ils sont établis d'an...
      ...vec l'Angleterre exactement réciproque, en y mettant en France les mêmes restrictions qui l'accompagnent en Angleterre. " Art. 41. De rendre l'exécution du traité de commerce avec l'Angleterre exactement réciproque, en y mettant en France les mêmes restrictions qui l'accompagnent en Angleterre. "
      Art. 38. D'accorder la liberté de la navigation intérieure de toutes les provinces belgiques, sauf à charger les Etats provinciaux r... Art. 38. D'accorder la liberté de la navigation intérieure de toutes les provinces belgiques, sauf à charger les Etats provinciaux respectifs de ces provinces, de preudre les arrangements convenables pour que per...
      ...es collèges qui seraient dans le cas de la suppression, soient employés à faire de...
      ..., ou à d'autres objets de charité, sous la direction des bureaux intermédiaires et...
      Art. 46. D'ordonner que les revenus des collèges qui seraient dans le cas de la suppression, soient employés à faire des maisons de travail, ou à d'autres objets de charité, sous la direction des bureaux intermédiaires et des Etats provinciaux.
      ...nts pieux, existants, ou à établir dans la province où le monastère scFci situé. ...e pourront être données qu'à des ecclésiastiques résidants, ou à des établissements pieux, existants, ou à établir dans la province où le monastère scFci situé.
      Art. 49. D'accorder la suppression du privilège Art. 49. D'accorder la suppression du privilège
      ...niversité de Paris prétend exercer dans la Flandre maritime pour les cures ; et qu...
      ... et aux anciens privilèges et usages de la province.
      que l'université de Paris prétend exercer dans la Flandre maritime pour les cures ; et que celles-ci continueront d'être données au concours, conformément au concile de Trente et aux anciens privilèges et usages de la province.
      ...e espèce, que d'après l'état arrêté par la cour. ...ni à aucune personne quelconque ni fourrages, ni logement, ni fourniture d'aucune espèce, que d'après l'état arrêté par la cour.
      Art. 55. D'accorder la conservation des privilèges, exemptions et franchises de la ville de Dunkerque, et tout ce qui n'est pas contraire à la libre navigation intérieure du pays. Art. 55. D'accorder la conservation des privilèges, exemptions et franchises de la ville de Dunkerque, et tout ce qui n'est pas contraire à la libre navigation intérieure du pays.
      ... dirigés des provinces de Flandre, sous la surveillance des Etats provinciaux, ser...
      ...ordonnée aux considérations majeures de la conservation etamé-lioration des terres...
      ... autant que possible, pour le bien du service du Roi, et pour les avantages bien dirigés des provinces de Flandre, sous la surveillance des Etats provinciaux, sera néanmoins toujours subordonnée aux considérations majeures de la conservation etamé-lioration des terres.
      ...t arrêté dans l'assemblée de l'ordre de la noblesse de la Flandre maritime, tenue à Bailleul le 9... Fait et arrêté dans l'assemblée de l'ordre de la noblesse de la Flandre maritime, tenue à Bailleul le 9 avril 1789.
      ...ier Du Portal, secrétaire de l'ordre de la noblesse. ... Len-gle de Schoebeeque; Maloteau de Beaumont, grand bailli d'épée, et le chevalier Du Portal, secrétaire de l'ordre de la noblesse.

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 174
      Des doléances du tiers-état de la Flandre maritime, assemble à Bailleul, en exécution de la lettre du Roi du 19 février 1780 (1). Des doléances du tiers-état de la Flandre maritime, assemble à Bailleul, en exécution de la lettre du Roi du 19 février 1780 (1).
      Que les changements, pendant la guerre, dans la perception de ces impôts, qui se faisait par les officiers municipaux, dont la réunion forme l'assemblée du département, n'a pas pu en changer la nature ; Que les changements, pendant la guerre, dans la perception de ces impôts, qui se faisait par les officiers municipaux, dont la réunion forme l'assemblée du département, n'a pas pu en changer la nature ;
      Que la surveillance accordée au commissaire dé...
      ...ssurer le maintien de l'ordre public et la conservation des privilèges de la province, en a absolument renversé la constitution municipale, au mépris des ...
      ...uer, aussi illégalement qu'injustement, la nomination ; que les habitants des chât...
      ...patibles de surveillants et surveillés, en même temps qu'ils coopèrent à la nomination des autres officiers municip...
      Que la surveillance accordée au commissaire départi, pour d'autant plus assurer le maintien de l'ordre public et la conservation des privilèges de la province, en a absolument renversé la constitution municipale, au mépris des capitulations, contre l'intention juste et bienfaisante du Roi; que les contribu...
      ...dministrateurs et leurs juges, dont le commissaire surveillant s'est fuit attribuer, aussi illégalement qu'injustement, la nomination ; que les habitants des châtellenies unies aux villes ont été définilivement exefus de coopérer à l'administ...
      ...e l'intendant qui, réunissant dans leurs personnes les qualités évidemment incompatibles de surveillants et surveillés, en même temps qu'ils coopèrent à la nomination des autres officiers municipaux, se trouvent les maîtres absolus et très-absolus des villes, des châtellenie...
      ...articulière, se faisant un pria-cipe de n'en admettre aucune, a osé s'élever au-dess...
      ...euse, arbitraire et désastreuse, a pris la place d'une administration publique, légale et bienfaisante; que la liberté n'a plus été respectée, et que les droits sacrés de la propriété ont été violés ;
      Qu'une autorité particulière, se faisant un pria-cipe de n'en admettre aucune, a osé s'élever au-dessus de l'autorité légitime, qui se fait gloire de suivre les règles delà justice; qu'une administration mystérieuse, arbitraire et désastreuse, a pris la place d'une administration publique, légale et bienfaisante; que la liberté n'a plus été respectée, et que les droits sacrés de la propriété ont été violés ;
      ...iers municipaux, qui sont au choix et à la dévotion des subdéléguês, dans lesquels...
      ...us; que, par ces raisons, les citoyens, en s'oc-cupant de leurs doléances, ont rec...
      ...ats provinciaux, dans lesquels le tiers-état aurait été représenté par les officiers municipaux, qui sont au choix et à la dévotion des subdéléguês, dans lesquels les habitants des campagnes n'auraient eu qu'une vaine représentation, et dont ...
      ...coote, Hazebrouck, Etaires, Waten et le bourg de Steen-Voorde, auraient été exclus; que, par ces raisons, les citoyens, en s'oc-cupant de leurs doléances, ont reconnu qu'il était nécessaire d'écarter de l'élection des députés aux Etats généra...
      Que l'état déplorable de la chose publique, qui ne permet aux citoy...
      ... des gémissements, excite d'autant plus la réclamation générale, qu'en renvoyant toutes les plaintes aux subdé...
      ... séparation entre les fidèles sujets et la justice de leur souverain ; -
      Que l'état déplorable de la chose publique, qui ne permet aux citoyens d'exprimer leurs sentiments que par des gémissements, excite d'autant plus la réclamation générale, qu'en renvoyant toutes les plaintes aux subdélégués, et les faisant juges de leur propre administration, on a élevé un mur de séparation entre les fidèles sujets et la justice de leur souverain ; -
      ...reuses, qui accablent les laboureurs de la Flandre maritime, en portant atteinte au droit sacré de la propriété, se joignent non-seulement le...
      ...de moulage, le droit de triage, qui ôte la faculté de tuer une bête dangereusement...
      Qu'aux impositions territoriales excessives, il-egales, arbitraires et désastreuses, qui accablent les laboureurs de la Flandre maritime, en portant atteinte au droit sacré de la propriété, se joignent non-seulement les impôts considérables sur les boissons, mais encore les droits exorbitants sur les chevaux de labour et autres bestiaux nécessaires a 1 agriculture, le droit de moulage, le droit de triage, qui ôte la faculté de tuer une bête dangereusement blessée ou attaquée d'une maladie contagieuse, sans une permission qu'on doit a...
      L'assemblée du tiers-état de la Flandre maritime, tenue à Bailleul, con... L'assemblée du tiers-état de la Flandre maritime, tenue à Bailleul, considérant que cette province est un pays d'Etat, qui a sesJois, ses usages et ses...
      Que le retour du pays sous la domination française, promettait une di... Que le retour du pays sous la domination française, promettait une diminution sur ces droits consentis dans des temps malheureux; que, ce-pendant, on...
      ... Roi, se faisant un devoir de respecter la constitution du royaume et les droits n...
      ...usement interdit le pouvoir d'augmenter la taille, sans une loi dûment
      Que le Roi, se faisant un devoir de respecter la constitution du royaume et les droits naturels de son peuple, s'est glorieusement interdit le pouvoir d'augmenter la taille, sans une loi dûment
      ...gues, soutenue par leurs créatures dans la Flandre maritime, y a augmenté, sans au... ...lierement registrée dans les Parlements; que l'autorité monstrueuse des subdélé-gues, soutenue par leurs créatures dans la Flandre maritime, y a augmenté, sans aucun titre que leur volonté, et sans aucune formalité légale 1 imposition territo...
      ...ue par le nombre des offices réunis sur la même personne; ^ ...eurs parents et leurs amis, n'ont fait qu augmenter leur fortune, déjà trop accrue par le nombre des offices réunis sur la même personne; ^
      ...ables de toute espèce, qui ont augmenté la masse des impositions territoriales, au... ...ans toutes les administrations particulières^ a engendré partout des abus incroyables de toute espèce, qui ont augmenté la masse des impositions territoriales, au point que, dans plusieurs parties, ces impositions, jointes aux autres charges,...
      ...pour le service du Roi, le don gratuit, la capita-tion, les droits sur les huiles,...
      ...e du royaume n'est aussi surchargée que la Mandre maritime ;
      Que l'on ajoute les octrois particuliers des villes pour le service du Roi, le don gratuit, la capita-tion, les droits sur les huiles, sur les cuirs, sur 1 amidon, sur les papiers et cartons, sur les cartes, les dr...
      ...e, et toutes les autres inventions fiscales, et l'on reconnaîtra qu'aucune partie du royaume n'est aussi surchargée que la Mandre maritime ;
      ...à 20 livres 3 sous par tête d habitant, la contribution de cette province ...s, dont le nom inspire autant de vénération que de re-GonQ|issapcÈ, n'évalue qu'à 20 livres 3 sous par tête d habitant, la contribution de cette province

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 175
      ...ble, avant tout consentement à l'impôt, la constitution du royaume, et que l'on en pose pour base le retour périodique des... 2° Que l'on consacre, d'une manière certaine et irrévocable, avant tout consentement à l'impôt, la constitution du royaume, et que l'on en pose pour base le retour périodique des Etats généraux ;
      ...ris dans les dépenses du département de la guerre, et que les villes èn soient déchargées ; ...ments des troupes, les fournitures et l'entretien des fortifications soient compris dans les dépenses du département de la guerre, et que les villes èn soient déchargées ;
      11° Que la masse des pensions sur les fonds du royaume ne puisse excéder la somme qui sera déterminée par les Etats...
      ...usqu'à leur réduction à cette somme, il n'en puisse etre accordé de nouvelles, qu'à ...
      11° Que la masse des pensions sur les fonds du royaume ne puisse excéder la somme qui sera déterminée par les Etats généraux, et que, jusqu'à leur réduction à cette somme, il n'en puisse etre accordé de nouvelles, qu'à concurrence du quart des anciennes qui auront été éteintes ;
      ...s nécessaires au soutien de l'Etat et à la liquidation de la dette nationale, à raison de leur popul...
      ... et de leurs productions territoriales; qu'en conséquence, les barrières soient recul...
      15° Que toutes les provinces supportent également les contributions nécessaires au soutien de l'Etat et à la liquidation de la dette nationale, à raison de leur population, de leur commerce et de leurs productions territoriales; qu'en conséquence, les barrières soient reculées aux frontières du royaume;
      ...sitions territoriales soient converties en une seule, qui soit partout la môme et proportionnée à la valeur des fonds; 18° Que toutes les impositions territoriales soient converties en une seule, qui soit partout la môme et proportionnée à la valeur des fonds;
      ...liéner que de conserver les domaines de la couronne;que les forêts ne puissent néanmoins être aliénées dans aucun cas, que la régie et aménagement en soient confiés aux Etats provinciaux, a... 21° Que les députés proposent aux Etats généraux, s'il est plus avantageux d'aliéner que de conserver les domaines de la couronne;que les forêts ne puissent néanmoins être aliénées dans aucun cas, que la régie et aménagement en soient confiés aux Etats provinciaux, ainsi que l'administration des autres domaines, dans le cas où l'on jugerait à pr...
      22° Que l'on défende la mendicité, en soulageant les pauvres enfants, les infirmes, et en procurant du travail aux pauvres valide... 22° Que l'on défende la mendicité, en soulageant les pauvres enfants, les infirmes, et en procurant du travail aux pauvres valides ;
      ...ts provinciaux, le tiers-état soit égal en nombre et en voix aux deux ordres réunis ; 5° Que, dans les Etats généraux comme dans les Etats provinciaux, le tiers-état soit égal en nombre et en voix aux deux ordres réunis ;
      ...soient subordonnées aux Etats généraux; qu'en conséquence, les intendants soient supp... ...rdonnées aux administrations provinciales; que les administrations provinciales soient subordonnées aux Etats généraux; qu'en conséquence, les intendants soient supprimés comme inutiles et onéreux aux provinces ;
      ... Français, que leur nombre soit diminué en temps de paix, et que l'on ménage les c... 10° Que les soldats soient traités comme des Français, que leur nombre soit diminué en temps de paix, et que l'on ménage les changements de garniso
      ...supprime les banquiers expéditionnaires en cour de Rome; qu'il soit défendu à tout... 23° Que l'on supprime les banquiers expéditionnaires en cour de Rome; qu'il soit défendu à toutes personnes, sous les peines les plus sévères d'y faire passer aucune somme pou...
      ...us qui y régnent ; et c'est parce qu'il la confond avec la Flandre wallone et l'Artois, qui, malgr... c'est qu'il n'a pas été possible de lui faire connaître tous les abus qui y régnent ; et c'est parce qu'il la confond avec la Flandre wallone et l'Artois, qui, malgré les vices de leur administration, ne payent pas, à beaucoup près, autant que c...
      ...particulières s'élèvent au détriment de la chose publique, la misère des habitants des villes anéanti...
      ..., peuvent à peine suffire pour donner à la terre les travaux et les avances qu'ell...
      Que, pendant que des fortunes particulières s'élèvent au détriment de la chose publique, la misère des habitants des villes anéantit leur commerce et leur industrielles laboureurs, aecablés sous le poids des charges qui leur sont imposées, peuvent à peine suffire pour donner à la terre les travaux et les avances qu'elle exige ;
      ... encourager l'agriculture, pour assurer la prospérité du royaume, et pour rendre l... ...ux charges, de l'Etat, pour soulager le peuple, pour favoriser le commerce, pour encourager l'agriculture, pour assurer la prospérité du royaume, et pour rendre le roi véritablement heureux par le bonheur de tous ses fidèles sujets;
      3° Que la forme de l'assemblée des Etats généraux...
      ... pour l'avenir, et que cette forme soit la même, partout, pour les Etats provincia...
      3° Que la forme de l'assemblée des Etats généraux soit réglée pour l'avenir, et que cette forme soit la même, partout, pour les Etats provinciaux ;
      ... perçus sans un nouveau consentement de la nation au delà de six mois, qui suivront l'époque qui aura été fixée par la seconde, assemblée nationale; ...le régime actuel; et que les autres impôts qui seront consentis ne puissent être perçus sans un nouveau consentement de la nation au delà de six mois, qui suivront l'époque qui aura été fixée par la seconde, assemblée nationale;
      ...aient une augmentation de subsides pour la sûreté de l'Etat, il soit convoqué une ... 7° Que, dans le temps de guerre ou autres événements imprévus, qui exigeraient une augmentation de subsides pour la sûreté de l'Etat, il soit convoqué une assemblée de tous les députés des Etats provinciaux, et que cette assemblée puis...
      9° Que la milice ne soit formée, dans tout le roy... 9° Que la milice ne soit formée, dans tout le royaume, que par des engagements volontaires,
      ...ris dans les dépenses du département de la guerre ; et que les frais soient aussi compris dans les dépenses du département de la guerre ;
      ...ion d'ordre et de rang, à proportion de la consommation et de la possession territoriale de chacun, et q... ...fficiers des places, que sur ceux de tous les particuliers, sans aucune distinction d'ordre et de rang, à proportion de la consommation et de la possession territoriale de chacun, et que leur produit soit directement versé au trésor royal;
      ...du consentement des Etats généraux; que la dette nationale soit consolidée, et qu'... 19° Qu'il ne puisse être fait aucun emprunt que du consentement des Etats généraux; que la dette nationale soit consolidée, et qu'il soit établi, pour son extinction, une caisse d'amortissement distincte et sép...
      ...née, et qu'il soit donné au public, par la voie de l'impression, avec i'état de la caisse d'amortissement et celui des pen... 20° Que le compte des finances soit rendu chaque année, et qu'il soit donné au public, par la voie de l'impression, avec i'état de la caisse d'amortissement et celui des pensions, qui contiendra le nom des pensionnaires;

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 176
      ...ageries soit supprimé; que le secret de la correspondance par la poste soit inviolablementgardé; que les...
      ...t le même, et que le prix du port, dans la Flandre, soit fixé en monnaie de France, comme dans les autre...
      27° Que le privilège exclusif des messageries soit supprimé; que le secret de la correspondance par la poste soit inviolablementgardé; que les directeurs des postes ne puissent faire aucun commerce; que le poids pour les lettres et paquets soit partout le même, et que le prix du port, dans la Flandre, soit fixé en monnaie de France, comme dans les autres provinces du royaume;
      2° Qu'elle soit chargée de la répartition et de la perception des impositions, de la direction et entretien des grands chemi...
      ...tration des ponts et chaussées puissent s'en mêler.
      2° Qu'elle soit chargée de la répartition et de la perception des impositions, de la direction et entretien des grands chemins, rivières, grands canaux, écluses et ponts, sans que, ni le corps royal du génie, ni l'administration des ponts et chaussées puissent s'en mêler.
      ...avec le corps municipal, l'assemblée de la commune, pour les affaires importantes,...
      ...illes, justices vassales, et paroisses, en l'a forme qui sera prescrite, et dans la proportion ci-dessus énoncée ;
      7° Que les notables, qui formeront, avec le corps municipal, l'assemblée de la commune, pour les affaires importantes, les comptes, etc., dont le tiers sera aussi renouvelé chaque année, soient librement élus par les habitants des villes, justices vassales, et paroisses, en l'a forme qui sera prescrite, et dans la proportion ci-dessus énoncée ;
      ...nts de l'endroit que l'on voudra donner en échange, pour qu'ils puissent faire connaître les inconvénients qui pourraient en résulter ; ...it fait aucun changement de limites, sans avoir préalablement entendu les habitants de l'endroit que l'on voudra donner en échange, pour qu'ils puissent faire connaître les inconvénients qui pourraient en résulter ;
      ...t inviolable, et que personne ne puisse en être privé, même à raison de l'intérêt public, qu'il n'en soit dédommagé au plus haut prix, et sa... 30° Que toute propriété soit inviolable, et que personne ne puisse en être privé, même à raison de l'intérêt public, qu'il n'en soit dédommagé au plus haut prix, et sans délai ;
      ...istrations particulières, soient rendus en présence de tous les membres des admini... ...es comptes, tant de l'administration provinciale, que de toutes les autres administrations particulières, soient rendus en présence de tous les membres des administrations, et qu'une expédition de chaque compte soit mise dans un dépôt public,...
      ...ite des travaux du canal de jonction de la rivière de Lys à celle d'Aa, aux frais du Roi et des provinces qui ont contribué à la dépense dudit canal de jonction; ... Que le canal de Vatendam à Bergues soit curé, approfondi et élargi comme une suite des travaux du canal de jonction de la rivière de Lys à celle d'Aa, aux frais du Roi et des provinces qui ont contribué à la dépense dudit canal de jonction;
      31° Qu'à l'avenir, la noblesse ne soit accordée qu'au seul mé... 31° Qu'à l'avenir, la noblesse ne soit accordée qu'au seul mérite ;
      ...s, qui ont des Siens considérables dans la Flandre, soient tenus d'enseigner gratuitement la jeunesse, et d'établir des collèges dan... 33° Que les abbayes, qui ont des Siens considérables dans la Flandre, soient tenus d'enseigner gratuitement la jeunesse, et d'établir des collèges dans les villes de cette province.
      1° Que la Flandre maritime ait une administration...
      ...t à l'instar de celle du Dauphiné, dont la moitié des membres sera renouvelée tous...
      1° Que la Flandre maritime ait une administration provinciale distincte et séparée, et à l'instar de celle du Dauphiné, dont la moitié des membres sera renouvelée tous les deux ans, et ne pourra être remplacée qu'après quatre ans d'intervalle;
      3° Que la direction et entretien des chemins part... 3° Que la direction et entretien des chemins particuliers, et des petits canaux qui s'écoulent dans les grands, soit confiée, à u...
      ...châtellenie, soit réglée de manière que la dépense particulière desdites villes, p...
      ... nécessaires ou utiles aux habitants dë la ville,
      4° Que l'administration particulière de chaque ville et bourg, ayant châtellenie, soit réglée de manière que la dépense particulière desdites villes, pour ouvrages dans son enceinte, et autres choses nécessaires ou utiles aux habitants dë la ville,
      ... à sa charge, sans que les habitants de la châtellenie soient assujettis à ces dépenses particulières, attendu que ceux de la châtellenie ont également des frais loc... soit à sa charge, sans que les habitants de la châtellenie soient assujettis à ces dépenses particulières, attendu que ceux de la châtellenie ont également des frais locaux à payer et à supporter personnellement;
      ... vacations, droits de robe ou autres, à la charge de l'administration ou des parti... ...sera renouvelé chaque année, ne puissent s'attirer aucun profit sous le titre de vacations, droits de robe ou autres, à la charge de l'administration ou des particuliers, à peine de concussion ;
      ...gents, soient nommés par l'assemblée de la commune, qui réglera leurs honoraires, ... ...sionnaires, greffiers, commis et autres officiers nécessaires, ainsi que les sergents, soient nommés par l'assemblée de la commune, qui réglera leurs honoraires, appointements, émoluments, et gages;
      ...es qui seront librement élues par toute la paroisse;que celte administration, subo... ...ration de chaque paroisse, separée de celle des villes, soit composée de personnes qui seront librement élues par toute la paroisse;que celte administration, subordonnée immédiatement à l'assemblée provinciale, ne soit chargée que des objets ...
      ...dre, soit rendu à l'administration et à la juridiction de cette province, et que l'on fixe les limites entre la Flandre et l'Artois; 12° Que le pays deLangle, démembré du comté de Flandre, soit rendu à l'administration et à la juridiction de cette province, et que l'on fixe les limites entre la Flandre et l'Artois;
      14° Que l'adjudication de la collecte se fasse chaque année au rabai... 14° Que l'adjudication de la collecte se fasse chaque année au rabais;
      ...mmunautés religieuses , • établies dans la Flandre maritime pour l'instruction de la jeunesse ou le soulagement des malades,... 15° Qu'il soit établi des écoles gratuites ; et que les communautés religieuses , • établies dans la Flandre maritime pour l'instruction de la jeunesse ou le soulagement des malades, se conforment à leur institution, et que celles inutiles soient supprimées ;
      17° Que les abbayes de la Flandre maritime soient exemptes de la commende, et qu'il ne soit accordé des ...
      ... qu'à des ecclésiastiques résidant dans la province..
      17° Que les abbayes de la Flandre maritime soient exemptes de la commende, et qu'il ne soit accordé des pensions sur icelles qu'à des ecclésiastiques résidant dans la province..

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 177
      ...truire l'injuste préjugé qui répand sur la famille d'un coupable la honte résultant d'une condamnation infamante; qu'en conséquence, les lettres de cachet soient supprimées, et que la peine soit toujours proportionnée au cr... 11° Que l'on ne néglige aucun des moyens de détruire l'injuste préjugé qui répand sur la famille d'un coupable la honte résultant d'une condamnation infamante; qu'en conséquence, les lettres de cachet soient supprimées, et que la peine soit toujours proportionnée au crime, sans distinction des rangs et conditions.
      ... un dépôt public avant le mariage, pour en constater la date, et qu'il soit libre de les dépose... 26° Que les contrats de mariage soient mis dans un dépôt public avant le mariage, pour en constater la date, et qu'il soit libre de les déposer clos et cachetés;
      ...t, toutes les contestations relatives à la perception des dîmes, en supprimant la dîme de sang et autres menues dîmes ; 35° Que l'on prévienne, par un sage règlement, toutes les contestations relatives à la perception des dîmes, en supprimant la dîme de sang et autres menues dîmes ;
      ...ans chaque paroisse soit aliéné, soit à la charge d'être tenu en fief, ou qu'il soit loué au profit des ... 43° Que le droit de chasse de Sa Majesté dans chaque paroisse soit aliéné, soit à la charge d'être tenu en fief, ou qu'il soit loué au profit des pauvres ;
      16° Que tout commerce en détail soit interdit' aux officiers de ... 16° Que tout commerce en détail soit interdit' aux officiers de police, et qu'ils soient obligés à résidence ;
      ... soit plus privé du droit de connaître, en première instance, des contestations re... 36° Que le présidial de Bailleul ne soit plus privé du droit de connaître, en première instance, des contestations relatives aux portions congrues.
      ...Que le bureau des finances, le siège de la prévôté, la juridiction des traites et tous autres ... 1° Que le bureau des finances, le siège de la prévôté, la juridiction des traites et tous autres tribunaux d'exception, les committimus, commissions et évocations soient supprim...
      ...ont introduits dans l'administration de la justice civile et criminelle, et qu'ell... 2° Que l'on fasse cesser tous les abus qui se sont introduits dans l'administration de la justice civile et criminelle, et qu'elle soit rendue gratuitement ;
      ...its commis par les militaires soient de la compétence du juge ordinaire, sauf ceux... 10° Que les délits commis par les militaires soient de la compétence du juge ordinaire, sauf ceux qui seront nommément exceptés;
      12° Que la peine du bannissement soit supprimée ; 12° Que la peine du bannissement soit supprimée ;
      ... aux ordonnances de police des juges de la ville ; 14° Que les enclavements dans les villes soient soumis aux ordonnances de police des juges de la ville ;
      ... Gravelines continuent d'être régis par la coutume de Bruges, et que celle de Bail... ...oires et châtellenies assortissent au Parlement de Flandre ; et que Dunkerque et Gravelines continuent d'être régis par la coutume de Bruges, et que celle de Bailleul soit généralement suivie à Merville ;
      25° Que l'on donne la faculté de rembourser les rentes fonciè... 25° Que l'on donne la faculté de rembourser les rentes foncières etespiers;
      ...erpétuité, moyennant l'intérêt fixé par la loi ; 28° Qu'il soit permis d'aliéner l'argent à terme, comme à perpétuité, moyennant l'intérêt fixé par la loi ;
      30° Que la garde coutumière sur les biens des mine... 30° Que la garde coutumière sur les biens des mineurs soit étendue, pour les pères et mères, aux biens des successions échues pend...
      31° Que la presse soit libre ; 31° Que la presse soit libre ;
      ...es continuent de ne pas avoir lieu dans la Flandre maritime pour aucun bénéfice; 32° Que les grades continuent de ne pas avoir lieu dans la Flandre maritime pour aucun bénéfice;
      ...ans, les anciens curés et les natifs de la province préférés ; ...rempli les fonctions de son ministère dans une paroisse ou chapelle pendant dix ans, les anciens curés et les natifs de la province préférés ;
      ...rgés des pauvres, ou qu'ils abandonnent la part des pauvres dans les dîmes ecclési... 34° Que les décimateurs soient chargés des pauvres, ou qu'ils abandonnent la part des pauvres dans les dîmes ecclésiastiques, outre les charges dont ils sont tenus ; qu'ils soient aussi obligés au...
      ...gouverneurs, officiers des places et de la garnison, soient aussi supprimées ; 41° Que les réserves des gouverneurs, officiers des places et de la garnison, soient aussi supprimées ;
      ...exercice du droit de chasse du Roi dans la Flandre, ne soit plus accordé aux offic... 42° Que l'exercice du droit de chasse du Roi dans la Flandre, ne soit plus accordé aux officiers municipaux, ni autres;
      44° Que les habitants de la campagne puissent avoir des armes à feu... 44° Que les habitants de la campagne puissent avoir des armes à feu pour leur défense ;
      45° Que l'on réclame contre la maxime nulle terre sans seigneur, qui n'a point lieu dans la Flandre ; 45° Que l'on réclame contre la maxime nulle terre sans seigneur, qui n'a point lieu dans la Flandre ;

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 178
      La revendication égale dans tout le royaum...
      ...nge, billets à ordre, et billets valeur en marchandises ;
      La revendication égale dans tout le royaume, et qui donne aux négociants français le même droit qu'ont sur eux les étrangers, et uniformité d'usances et échéances pour toutes sortes de lettres de change, billets à ordre, et billets valeur en marchandises ;
      13° Que les étrangers seront exclus de la navi- I gation de France en France, à l'expiration des j traités de... 13° Que les étrangers seront exclus de la navi- I gation de France en France, à l'expiration des j traités de navigation ;
      ... aux différentes villes et villages qui en ont fait la demande reprise au cahier particulier. 6° Qu'il est essentiel pour l'agriculture d'accorder les chaussées et canaux aux différentes villes et villages qui en ont fait la demande reprise au cahier particulier.
      ...T RÉCLAMA" TIONS, POUR LES HABITANTS DE LA VILLE DE BER-GÙES-SAINT-WINOC, EN DATE DU 24 MARS 1789, ET JOURS SUIVANTS... DES PLAINTES, DOLÉANCES , DEMANDES ËT RÉCLAMA" TIONS, POUR LES HABITANTS DE LA VILLE DE BER-GÙES-SAINT-WINOC, EN DATE DU 24 MARS 1789, ET JOURS SUIVANTS (1),
      ...rs pour capitaines de navires marchands en France, sauf ceux qui auront fait leurs...
      ...sseaux du Roi, les Nantuquois exceptés, en prenant un quart d'équipage français;
      2° L'exclusion des étrangers pour capitaines de navires marchands en France, sauf ceux qui auront fait leurs campagnes sur les vaisseaux du Roi, les Nantuquois exceptés, en prenant un quart d'équipage français;
      ..., et celle de tous privilèges exclusifs en fait de manufactures ; 4° Suppression du droit du consulat de Cadix, et celle de tous privilèges exclusifs en fait de manufactures ;
      ...ttres des négociants et marchands, tant en gros qu'en détail, seront cotés et paraphés par le... 21a Que les registres, journaux et copies des lettres des négociants et marchands, tant en gros qu'en détail, seront cotés et paraphés par les juges et consuls;
      ... à une bonté si grande et si généreuse, en offrant courageusement le sacrifice de ... ...iment filiale, l'invitation que fait le Roi à tous ses fidèles sujets, répondons à une bonté si grande et si généreuse, en offrant courageusement le sacrifice de nos Corps et biens, et disons qu'il serait encore possible de Venir au secours d...
      ...villes de commerce aient deux députés à la suite de la cour et des Etats généraux, à leur dépe... 1° Que les principales villes de commerce aient deux députés à la suite de la cour et des Etats généraux, à leur dépens ;
      ...urag'ement des manufactures et celui de la plantation des bois propres à la construction, dont la coupe sera défendue hors de saison ; 3° L'encourag'ement des manufactures et celui de la plantation des bois propres à la construction, dont la coupe sera défendue hors de saison ;
      9° Que la franchise du port de Dunkerque soit con... 9° Que la franchise du port de Dunkerque soit continuée ;
      12° Que la main-d'œuvre des constructions maritime... 12° Que la main-d'œuvre des constructions maritimes soit conservée aux nationaux ; défendu aux armateurs d'employer dorénavant auc...
      15° Que le produit de la caisse des invalides de | la marine soit employé au soulagement des ... 15° Que le produit de la caisse des invalides de | la marine soit employé au soulagement des pauvres marins;
      18° Que la libre navigation soit accordée sur les ... 18° Que la libre navigation soit accordée sur les canaux et rivières ;
      ...en de Creusaert; Huyghe ; Gaillard ; de la Croix ; de Kytspotter ; Rouchette; Van ... ...gt" neuf. Signé J.-B.-L. de Kytspotter; de Cousse-maker; Maeyens ; Top; Van Kempen de Creusaert; Huyghe ; Gaillard ; de la Croix ; de Kytspotter ; Rouchette; Van Rambeke l'aîné; P.-J. de Schodt ; Van Rambeke; de Lattre deRatsart; Marchand; Di...
      Les habitants de la châtellenie de Bergues de* mandent à être séparés de la ville, et d'être.resti-tués dans les an... Les habitants de la châtellenie de Bergues de* mandent à être séparés de la ville, et d'être.resti-tués dans les anciens usages et prérogatives, comme ils étaient avant l'union à ladite ville.
      ...ues demandent l'indépendance absolue de la même ville et châtellenie. Les six vassaux de ladite ville et châtellenie de Bergues demandent l'indépendance absolue de la même ville et châtellenie.
      ...lusieurs villes, bourgs et paroisses de la châtellenie de Cassel, demandent d'être... Plusieurs villes, bourgs et paroisses de la châtellenie de Cassel, demandent d'être désunis de ladite ville et châtellenie.
      L'Ambagt et plusieurs paroisses de la châtêlle*-nie de Railleul, demandent à ... L'Ambagt et plusieurs paroisses de la châtêlle*-nie de Railleul, demandent à rester désunis.
      ...en de Creusaert; Huyglie; Gaillard ; de la Croix ■ de Kytspotter ; BoUchette ; Van... ...ue dessus. Signé: J.-R.-L. de Kystpotter ; CouSsemakeer \ Maeyens; Top; Van Kempen de Creusaert; Huyglie; Gaillard ; de la Croix ■ de Kytspotter ; BoUchette ; Van Bambeke l'aîné ; de Schodt ; Van Bambeke; de Lattre de Batsart; Marchand; Dieus...

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 179
      ...ci, danâ notre administration) personne n'en saurait disconvenir ; mais il faut en connaître la source : hâtons-nous de la développer. Qu'il y ait des abus et des abus sans nombre ici, danâ notre administration) personne n'en saurait disconvenir ; mais il faut en connaître la source : hâtons-nous de la développer.
      Aux termes de l'Union, qui est la loi fondamentale pour l'administration de la généralité de cette ville et châtelleni...
      ...ndue, c'est-à-dire, par l'intervention, en raison égale et proportionnelle des par...
      Aux termes de l'Union, qui est la loi fondamentale pour l'administration de la généralité de cette ville et châtellenie, les intérêts communs doivent être régis, dirigés et administrés, comme il se fait dans une société bien entendue, c'est-à-dire, par l'intervention, en raison égale et proportionnelle des parties intéressées.
      En un mot, d'après l'Union, il doit y avôir un conseil de notables choisis dans la ville et le plat pays, lesquels doivent...
      ...es comptes ; telle a été très-longtemps la manière d'administrer. Il n'en est pas ainsi à présent : notre adminis...
      ...onvenir pour porter ces noms, mais qui, en effet, n'en ont que le nom ; car il a sous lui son ...
      ...r, d'encourir sa disgrâce, et de perdre la faveur et la protection de M. l'intendant. G'est donc l'arbi^ traire, la volonté d'un seul, qui est le principe ...
      En un mot, d'après l'Union, il doit y avôir un conseil de notables choisis dans la ville et le plat pays, lesquels doivent être convoqués, ainsi que les députés des vassaux, pour délibérer sur toutes affaires importantes ; et ces notables et ces députés sont les contradicteurs légitimes des comptes ; telle a été très-longtemps la manière d'administrer. Il n'en est pas ainsi à présent : notre administration actuelle est conduite par l'autorité d'un seul homme : c'est le commissa...
      ... commissaire départi, ses coad* nmiistrateurs les magistrats, tels qu'il croit convenir pour porter ces noms, mais qui, en effet, n'en ont que le nom ; car il a sous lui son subdélégué qui le représente, et qui assiste à toutes les délibérations du corps...
      ...ersonne n'oserait manifester un avis différent du sien, on craint de l'indisposer, d'encourir sa disgrâce, et de perdre la faveur et la protection de M. l'intendant. G'est donc l'arbi^ traire, la volonté d'un seul, qui est le principe de l'administration actuelle.
      La forme de l'administration est illégale,...
      .... Cet ordre était juste et raisonnable, en ce qu'il établissait une mesure et un é...
      ...s affaires serait conduit et dirigé par la volonté d'un seul; que ce seul disposer...
      La forme de l'administration est illégale, contraire aux lois; elle est inconstitutionnelle, puisqu'elle est directement opposée à l'ordre qui est établi par l'Union. Cet ordre était juste et raisonnable, en ce qu'il établissait une mesure et un équilibre entre les différents intérêts, tandis que le mode actuel ne présente qu'un désordre complet. Jamais il n'a été dit dans aucune société, que le total des affaires serait conduit et dirigé par la volonté d'un seul; que ce seul disposerait des intérêts de tous, et qu'il ne rendrait compte qu'à soi-même ; ce serait ...
      Cette administration attaque la liberté et le£ propriétés des citoyens. La liberté se trouve attaquée par les lois...
      ...l'avantage commun des citoyens, et l'on n'en peut point faire d'autres.
      Cette administration attaque la liberté et le£ propriétés des citoyens. La liberté se trouve attaquée par les lois particulières qu'on s'avise de faire sous l'autorité du magistrat. Ces lois par...
      ...es, puisqu'elles n'ont aucun rapport avec l'utilité publique, avec le profit et l'avantage commun des citoyens, et l'on n'en peut point faire d'autres.
      3° On prête l'argent de la généralité pour en aider une autre, avec laquelle Bergues ...
      ...teront. Il est aisé de voir que c'est à la ville de Dunkerque. G'est en vertu d'un arrêt du conseil sollicité p...
      ...nkerque devra rembourser lorsqu'il sera en état. Or, l'intendant dira toujours pour les Dunkerquois, qu'ils ne sont point en état ; et nos administrateurs ici devro...
      3° On prête l'argent de la généralité pour en aider une autre, avec laquelle Bergues n'a rien de commun qu'une rivalité déclarée, si ancienne et si invétérée qu'elle ne s'effacera jamais, tant .que les deux villes existeront. Il est aisé de voir que c'est à la ville de Dunkerque. G'est en vertu d'un arrêt du conseil sollicité par l'intendant, où il est dit que Dunkerque devra rembourser lorsqu'il sera en état. Or, l'intendant dira toujours pour les Dunkerquois, qu'ils ne sont point en état ; et nos administrateurs ici devront le croire et se taire.
      ...rachat ? On a allégué au conseil du Roi la constitution de la province dé la Flandre maritime, et les prétendus droi...
      ...ont propriétaires d'am-manies : et il y en a un qui acquiert, de jour ea jour, des seigneuries qui ont droit de haute justice. Qu'en est-il arrivé? C'est que l'amman contin...
      Pourquoi fait-on ce rachat ? On a allégué au conseil du Roi la constitution de la province dé la Flandre maritime, et les prétendus droits des seigneurs hauts justiciers. C'étaient les amtnans qui étaient accoutumés ...
      ...tre deniers pour livre à leur profit, Dans le fait, il y a des subdélégués qui sont propriétaires d'am-manies : et il y en a un qui acquiert, de jour ea jour, des seigneuries qui ont droit de haute justice. Qu'en est-il arrivé? C'est que l'amman continue de percevoir les quatre deniers pour livfé
      ... On rachète des offices, tels que ceux, en dernier lieu, des jurés-priseurs vendeu... 5° On rachète des offices, tels que ceux, en dernier lieu, des jurés-priseurs vendeurs de meubles.
      ...istration de l'Etat, soit dans celle de la province, soit dans celle dé cette vill... drait de faire, soit dans l'administration de l'Etat, soit dans celle de la province, soit dans celle dé cette ville et châtellenie.
      ...ctive de tous les droits : elle attaque la liberté et les propriétés des citoyens* Dans son effet, elle est injuste, pernicieuse, destructive de tous les droits : elle attaque la liberté et les propriétés des citoyens*
      ...écieux, tel que celui d'intervenir dans la direction de leurs propres affaires et ... ... par cela même qu'elle prive les citoyens de l'exercice de leur droit le plus précieux, tel que celui d'intervenir dans la direction de leurs propres affaires et intérêts.
      ...le est pernicieuse, parce qu'elle ouvre la porte aux abus de toute espèce, abus d'... Elle est pernicieuse, parce qu'elle ouvre la porte aux abus de toute espèce, abus d'autorité, abus de confiance, abus de justice, abus de direction particulière et ...
      ...ctive de tous les droits; tout, jusqu'à la raison même dans les magistrats, les . Elle est destructive de tous les droits; tout, jusqu'à la raison même dans les magistrats, les
      ... détruit, Leur jugement est captivé par la présence du substitut de l'intendant; I...
      ... ils rejettent ce qu'il désapprouve. De , très-souvent, le bien qui devrait se faire ne se fait point ; la protection qui devrait être accordée est refusée ; et de , aussi, le mal qui devrait être empêché...
      coopérateurs de cette étrange administration tout est détruit, Leur jugement est captivé par la présence du substitut de l'intendant; Ils consentent ce qu'il désire ; ils rejettent ce qu'il désapprouve. De , très-souvent, le bien qui devrait se faire ne se fait point ; la protection qui devrait être accordée est refusée ; et de , aussi, le mal qui devrait être empêché, est toléré, quelquefois favorisé et protégé.
      ... que, suivant le traité d'union, et par la disposition expresse de la cou-» tume homologuée, il ne peut être ...
      ...ervention des notables, on pêche contre la loi, on usurpe une autorité injuste, on exerce la tyrannie, eu s'élevant sur ses concitoyens, dont on opprime la liberté.
      Le magistrat doit savoir que, suivant le traité d'union, et par la disposition expresse de la cou-» tume homologuée, il ne peut être fait aucuttd ordonnance de police, que par l'intervention des notables, qui doiv...
      ...outes les fois que l'on entreprend de faire des ordonnances de police sans l'intervention des notables, on pêche contre la loi, on usurpe une autorité injuste, on exerce la tyrannie, eu s'élevant sur ses concitoyens, dont on opprime la liberté.
      ...ssaires; ils contractent des dettes sur la généralité; ee sont des rentes perpétue... ...ls font des dépenses sans aucune utilité, ils construisent des ouvrages non nécessaires; ils contractent des dettes sur la généralité; ee sont des rentes perpétuelles, dont nos terres et nos propriétés, pour nous et nos descendants, demeurero...

      Bailliage de bailleïïl ou flandre maritime

      page 180
      ...qu'il les perçoit une seconde fois pour en compter et fournir au payement et rembo... à son profit, et qu'il les perçoit une seconde fois pour en compter et fournir au payement et remboursement des rentes créées pour ce rachat.
      ... créait de nouveau pour être perçus, et en être compté au profit du Roi. Ainsi, le... Et cependant, l'édit de 1771 supprima les quatre deniers pour livre, et les créait de nouveau pour être perçus, et en être compté au profit du Roi. Ainsi, le droit ne pouvait jamais être perçu qu'une fois, soit au profit de Sa Majesté, s...
  • Tome 7 : Table des cahiers des états généraux 1 result
    • - search term matches: (13170)
      page
      Du tiers-état de la ville de Paris, t. V, p. 290, art. 22. Du tiers-état de la ville de Paris, t. V, p. 290, art. 22.
      De la ville de Paris, t. V, p. 292, art. 12; ... De la ville de Paris, t. V, p. 292, art. 12; p. 296, art. 19; p. 306, art. 36; p. 317, art. 45.
      La ville de Marseille réclame l'admission ... La ville de Marseille réclame l'admission du tiers-état marseillais dans le chapitre de cette abbaye, t. III, p. 705, art....
      Demande de la paroisse de Montreuil-sur-Vincennes, t.... Demande de la paroisse de Montreuil-sur-Vincennes, t. IV, p. 736, art. 26.
      La communauté d'Aurons (Sénéchaussée d'Aix... La communauté d'Aurons (Sénéchaussée d'Aix), demande que tout homme qui aura droit de voter soit mis à une amende commune ...
      La paroisse de Ballainvilliers demande la suppression de l'Académie française, son utilité ne répondant pas à la dépense qu'elle occasionne, t. V, p. 33... La paroisse de Ballainvilliers demande la suppression de l'Académie française, son utilité ne répondant pas à la dépense qu'elle occasionne, t. V, p. 339, art. 23.
      ...latives à Tétablissement de dépôts pour la conservation des actes notariés, etc. Demandes relatives à Tétablissement de dépôts pour la conservation des actes notariés, etc.
      page 30
      De la noblesse d'Amiens, p, 741. Du tiers-éta... De la noblesse d'Amiens, p, 741. Du tiers-état d'Amiens, p. 745.
      De la ville d'Angoulême, p. 17. De la ville d'Angoulême, p. 17.
      De la noblesse de Forez, p. 384. De la noblesse de Forez, p. 384.
      Du tiers-état de La Rochelle, p. 482, art. 53. Du tiers-état de La Rochelle, p. 482, art. 53.
      Du tiers-état de la Basse-Marche, p. 679, art. 17; p? 681, ... Du tiers-état de la Basse-Marche, p. 679, art. 17; p? 681, art. 33?
      De la ville de Nantes, p. 99, art. 147. De la ville de Nantes, p. 99, art. 147.
      Du tiers-état de la ville de Paris, p, 290, art. 38. Du tiers-état de la ville de Paris, p, 290, art. 38.
      De la noblesse du Périgord, p. 340, 1M col. De la noblesse du Périgord, p. 340, 1M col.
      De la sénéchaussée de Rennes, p. 545, art. 14... De la sénéchaussée de Rennes, p. 545, art. 140.
      Demandes de la paroisse de Montgeron, t. IV, p. 727, a... Demandes de la paroisse de Montgeron, t. IV, p. 727, art. 13.
      De la paroisse de Trappes, t. V, p. 140, art.... De la paroisse de Trappes, t. V, p. 140, art. 7, lre
      De la noblesse de Reims, t.V, p. 528, art. 55... De la noblesse de Reims, t.V, p. 528, art. 55.
      De la noblesse d'Albret (lois, presse, police... De la noblesse d'Albret (lois, presse, police , administrations provinciales ) , p. 700, art. 11.
      page 31
      Du clergé de Chaumont-en-Bassigny, (constitution, impôts, justic... Du clergé de Chaumont-en-Bassigny, (constitution, impôts, justice, etc.), p. 720.
      De la noblesse d'Angoumois (dette, finances, ... De la noblesse d'Angoumois (dette, finances, états provinciaux), p. 4.
      De la noblesse d'Anjou (éducation publique, s... De la noblesse d'Anjou (éducation publique, subsides, finances, impôts, municipalités, police, milices, poids et mesures, com...
      De la noblesse d'Artois (constitution, admini... De la noblesse d'Artois (constitution, administration, justice, commerce, officiers municipaux, mont-de-piété, etcA p. 80 et ...
      De la noblesse d'Autun (presse, justice), p. ... De la noblesse d'Autun (presse, justice), p. 102.
      De la noblesse d'Aval (constitution, res-i po... De la noblesse d'Aval (constitution, res-i ponsairilité ministérielle, hôpitaux, finances, administrations municipales, domai...
      De la ville de Bergues-Saint^Winoc, (abus dan... De la ville de Bergues-Saint^Winoc, (abus dans l'administration), p. 179.
      De la noblesse du Berry (promulgation des loi... De la noblesse du Berry (promulgation des lois d'administration), p. 320.
      De la noblesse de Béziers (législation, lettr... De la noblesse de Béziers (législation, lettres de cachet, constitution, responsabilité des ministres, impôts, douanes, poids...
      De la ville de Ghâlons (constitution, impôts,... De la ville de Ghâlons (constitution, impôts, finances, pensions), p. 596.
      De la noblesse de Châteauneuf (finances, subs... De la noblesse de Châteauneuf (finances, subsides, domaines, routes, places, etc.), p. 644.
      De la ville de Dijon (constitution, emplois, ... De la ville de Dijon (constitution, emplois, impôts, finances, troupes, justice, etc.), p. 141,
      De la noblesse de Dôle (finances, impôts, pla... De la noblesse de Dôle (finances, impôts, places, emplois, pensions, etc.), p. 157 et 158.
      -De la noblesse de Douai (officiers municipaux... -De la noblesse de Douai (officiers municipaux, places et emplois), p. 178.
      De la ville d'Orchies (réforme dans l'adminis... De la ville d'Orchies (réforme dans l'administration des finances), p. 189, art. 11.
      De commune de Ribaucourt (conservation de ... De commune de Ribaucourt (conservation de l'administration (le ce pays, etc.), p. 194, art 2 et 4.
      De la communauté de Courtiches (abus dans l'a... De la communauté de Courtiches (abus dans l'administration), p. 198, art. 25.
      De la communauté d'Aix (impositions), p. 208,... De la communauté d'Aix (impositions), p. 208, art. 13.
      De la noblesse de Dourdan (officiers municipa... De la noblesse de Dourdan (officiers municipaux, grains, bureaux de charité, etc.), p. 247.
      De la noblesse d'Evreux (justice, procédure, ... De la noblesse d'Evreux (justice, procédure, notariats, commerce, milice, domaines), p. 298,
      page 32
      De la communauté de Fours (plaintes relatives... De la communauté de Fours (plaintes relatives à l'administration), p. 380.
      De la noblesse de Forez (finances, impôts, pr... De la noblesse de Forez (finances, impôts, propriétés, domaines, clergé, officiers municipaux, etc.), p. 383.
      De la noblesse de Gex (maintien de l'administration de la province), p. 392. De la noblesse de Gex (maintien de l'administration de la province), p. 392.
      Du tiers-état de La Rochelle (impôts, finances, routes, cor... Du tiers-état de La Rochelle (impôts, finances, routes, corvées, pensions, places, domaines, etc.), p. 479 et 488.
      De la noblesse de Lille (officiers municipaux... De la noblesse de Lille (officiers municipaux), p. 528.
      De la noblesse de Lyon (création d'administra... De la noblesse de Lyon (création d'administrations, pouvoirs), p. 604, art. 6, lre col.
      De la ville de Lyon (finances, impôts, police... De la ville de Lyon (finances, impôts, police, hôpitaux, etc.), p. 617.
      De la noblesse de Mâcon (abus de l'administra... De la noblesse de Mâcon (abus de l'administration du Maçonnais), p. 627, lre
      De la ville de Mâcon (réformation de l'admini... De la ville de Mâcon (réformation de l'administration), p. 635.
      De la noblesse de Marseille (administration m... De la noblesse de Marseille (administration municipale), p. 701, art. 32.
      De la noblesse de Meaux (dette de l'État, imp... De la noblesse de Meaux (dette de l'État, impôts, dépenses, subsides, finances, code des chasses, promulgation des lois), p. ...
      De la noblesse de Gévaudan (administration di... De la noblesse de Gévaudan (administration diocésaine, presbytères), p. 753.
      De la noblesse de Thionville (états provincia... De la noblesse de Thionville (états provinciaux, municipalités, etc.), p. 775.
      De la noblesse de Montargis (impositions, fin... De la noblesse de Montargis (impositions, finances, grains, hôpitaux), p. 23.
      De la ville de Nantes (domaines, propriétés, ... De la ville de Nantes (domaines, propriétés, hôpitaux, police, milices, justice, municipalités, écoles gratuites, etc.), p. 9...
      ...raveil (maintien de l'administration de la province), p. 494, art. 2, 484, art. 19. Paroisse de Draveil (maintien de l'administration de la province), p. 494, art. 2,
      page 33
      De la noblesse et du tiers-état de Pé-ronne (... De la noblesse et du tiers-état de Pé-ronne (législation, finances, justice, baux, etc.), p. 358.
      la noblesse de Provins et de Monte-reau (i... la noblesse de Provins et de Monte-reau (impôts, detle nationale, pensions, secret des lettres, corvées, justice, anobliss...
      De la noblesse du Quesnoy (Etats provinciaux,... De la noblesse du Quesnoy (Etats provinciaux, leurs fonctions), p. 506,
      De la noblesse de Rouen (lettres dè cachet, p... De la noblesse de Rouen (lettres dè cachet, propriétés, secret des lettres, presse, police, domaines, etc.), p. 595.
      De la noblesse de Soûle (Etats généraux et pr... De la noblesse de Soûle (Etats généraux et provinciaux, impôts, finances, do-
      De la noblesse de Toul (impôts, finances, pen... De la noblesse de Toul (impôts, finances, pensions, secret des lettres, presse, etc.), p. 5.
      De la ville de Valenciennes (constitution, im... De la ville de Valenciennes (constitution, impôts, finances, navigation, liberté individuelle, etc.), p. 97, 98 et 100.
      De la sénéchausséé d'Auray (finances, impôts,... De la sénéchausséé d'Auray (finances, impôts, propriétés, places, etc.), p. 113, art. 11 et suiv.
      De la sénéchaussée d'Aix : Communauté d'Allen... De la sénéchaussée d'Aix : Communauté d'Allen (réformés dans l'administration), p. 243, art. 17. Communauté d'Aurons (réforme...
      Communauté de Quinson (administra-de la province, administration des vigueries)... Communauté de Quinson (administra-de la province, administration des vigueries), p. 390 et 392. Communauté de Saint-Zacharie (réfor mes dans l'administration),...
      page 34
      . Demandes et doléances qui intéressent la nation en général, p. 675. . Demandes et doléances qui intéressent la nation en général, p. 675.
      ...ances qui intéressent l'ordre du clergé en général, p. 676. II. Demandes et doléances qui intéressent l'ordre du clergé en général, p. 676.
      Demande relative à la construction d'un pont sur la rivière de l'Adour, à Dax, t. III, p. 1... Demande relative à la construction d'un pont sur la rivière de l'Adour, à Dax, t. III, p. 108, 2e col.
      Le tiers-état de la ville de Paris demande l'abrogation de la loi Mde qui fonde le droit connu sous l... Le tiers-état de la ville de Paris demande l'abrogation de la loi Mde qui fonde le droit connu sous le nom de Droit bourgeois, t. V. p. 285, art.
      De la noblesse de Dombes, t. VI, p. 68, art. ... De la noblesse de Dombes, t. VI, p. 68, art. 47.
      Cahier de la noblesse, t. I. p. -679 : Cahier de la noblesse, t. I. p. -679 :
      Demandes particulières de la province, p. 683. Demandes particulières de la province, p. 683.
      Du tiers-état d'Agertois (droits sur la production des campagnes), p. 690» Du tiers-état d'Agertois (droits sur la production des campagnes), p. 690»
      De la noblesse d'Alençon (abolition des entra... De la noblesse d'Alençon (abolition des entraves fiscales qui retardent les progrès de ragriculture), p. 714, art 8.
      De la noblesse d'Amiens (encouragements pour la multiplication des bestiaux ; résiliati... De la noblesse d'Amiens (encouragements pour la multiplication des bestiaux ; résiliation des baux), p. 741, art. 39 et 41.
      page 35
      Du tiers-état de CJiaumont-en-Vexin (encouragements, grains, dîmes ve... Du tiers-état de CJiaumont-en-Vexin (encouragements, grains, dîmes vertes, droits de champart, rentes foncières, baux, lapins, capitaineries, pigeons...
      De la ville d'Arles (encouragements, troupeau... De la ville d'Arles (encouragements, troupeaux, baux)* P- 6ÔP
      De la ville d'Hénin^-Liétard (baux), p. 90, a... De la ville d'Hénin^-Liétard (baux), p. 90, art. 47,
      De la noblesse de Blois (haut intérêt de l'ar... De la noblesse de Blois (haut intérêt de l'argent nuisible à l'agriculture, grains, banalités, marais, communaux, encourageme...
      De la noblesse de Cambrai (bestiaux, défriche... De la noblesse de Cambrai (bestiaux, défrichement de commune et marais), p. 519,
      De la ville de Cambrai (Capitaineries, chasse... De la ville de Cambrai (Capitaineries, chasses, primes aux cultivateurs) , p. 524.
      De la communauté de Saubens (encouragements, ... De la communauté de Saubens (encouragements, entretien des bestiaux, dîmes, etc.), p. 31, art. 20.
      De la noblesse de Crépy (exploitation de char... De la noblesse de Crépy (exploitation de charrues), p. 74, art. 9.
      De la ville de Vienne (droits personnels, gra... De la ville de Vienne (droits personnels, grains, sëcours, partage des communes, milices), p. 84.
      De la sénéchaussée des Lannes (ravages dès te... De la sénéchaussée des Lannes (ravages dès terres, communaux), p. 108,
      De la ville de Dijon (encouragements), p. 142... De la ville de Dijon (encouragements), p. 142, art. 31.
      De la ville d'Ornans (défrichements, semences... De la ville d'Ornans (défrichements, semences), p. 171, art. 27.
      De la ville-d'Orchies (culture des colzas), p... De la ville-d'Orchies (culture des colzas), p. 191, art. 23.
      De la ville de Marchiennes (suppression des g... De la ville de Marchiennes (suppression des grandes fermes), p. 192, art. 18.
      De la communauté de Vatines (primes De la communauté de Vatines (primes
      page 36
      De la communauté de Courtiches (encouragement... De la communauté de Courtiches (encouragements), p. 197, art. 10.
      De la paroisse de Marquette (dîme, imposition... De la paroisse de Marquette (dîme, impositions), p. 221.
      De la noblesse de Dourdan '(droit de champart... De la noblesse de Dourdan '(droit de champart, dîmes, corvées,, impositions, franc-fief, noblesse pauvre), p. 247.
      De la ville de Forcalquier (bestiaux, communa... De la ville de Forcalquier (bestiaux, communauté des eaux), p. 351 et 356.
      De la sénéchaussée de Lesneven (défrichements... De la sénéchaussée de Lesneven (défrichements, engrais, baux), p. 498.
      De la ville de Marseille (bestiaux), p. 704, ... De la ville de Marseille (bestiaux), p. 704, art 30.
      De la noblesse de Melun (capitaineries, impôt... De la noblesse de Melun (capitaineries, impôts), p. 742.
      De la paroisse de Montarlot (lapins, capitain... De la paroisse de Montarlot (lapins, capitaineries), p. 750, art. 1er.
      page 37
      Paroisse de Ghâtenay-en-France (blés, colombiers), p. 413. Paroisse de Ghâtenay-en-France (blés, colombiers), p. 413.
      Paroisse de Ghartres-en-Brie (loi Empto-rem, tiérachiens, prair... Paroisse de Ghartres-en-Brie (loi Empto-rem, tiérachiens, prairies artificielles, arbres, écoulement des eaux), p. 416, art. 28, 38, 45, 48 et ...
      ...mauvaises herbes, labourage, des terres en friche), p. 428, art. 3 et 4. Paroisse de Ghevannes - sur - Seine (mauvaises herbes, labourage, des terres en friche), p. 428, art. 3 et 4.
      Paroisse de Gormeilles - en - Parisis (terrains incultes, défrichem... Paroisse de Gormeilles - en - Parisis (terrains incultes, défrichements), p. 463, art. 18.
      ...des servitudes personnelles, liberté de la propriété, réduction des fêtes), p. 259... Du tiers-état du Nivernais (abolition des servitudes personnelles, liberté de la propriété, réduction des fêtes), p. 259.
      ...p. 314. Paroisse d'Asnières (liberté de la propriété, lapins), p. 318, art. 14. Pa... ...'Argenteuil (colombiers, chasses, propriétés, remises, gibier, gardes-chasses), p. 314. Paroisse d'Asnières (liberté de la propriété, lapins), p. 318, art. 14. Paroisse d'Athis (gibier, nettoyage des grains, fauchaison des prés, impôts), p. 3...
      Paroisse du Bourg-la-Reine (chasse, milice, vaines pâtures),... Paroisse du Bourg-la-Reine (chasse, milice, vaines pâtures), p. 372.
      Paroisse de Clichy-la-Garenne (circulation des grains, colomb... Paroisse de Clichy-la-Garenne (circulation des grains, colombiers, capitaineries), p. 447, art. 18.
      Paroisse de Gombs-la-Ville (mauvaises herbes, pâturage, baux... Paroisse de Gombs-la-Ville (mauvaises herbes, pâturage, baux, dîmes, pigeons), p. 456, art. 14 et suiv.
      page 38
      Paroisse de Croissy-en-Br/e (gibier, pigeons, etc.), p. 479, a... Paroisse de Croissy-en-Br/e (gibier, pigeons, etc.), p. 479, art; 6.
      Paroisse de Grés-en-Brie (champart, dîHie, gibier, impositi... Paroisse de Grés-en-Brie (champart, dîHie, gibier, impositions)^ p. 592 et 593.
      page 39
      Paroisse de Louvres-en-Parisis (pacage, gibier, remises, colom... Paroisse de Louvres-en-Parisis (pacage, gibier, remises, colombiers), p. 662, 2e
      Paroisse de Mareil-en-France (exploitation des fermes), p. 67... Paroisse de Mareil-en-France (exploitation des fermes), p. 673, art. 26.
      Paroisse de Marles-en-Brie (loi Emptorem, baux, remises, gibi... Paroisse de Marles-en-Brie (loi Emptorem, baux, remises, gibier, pigeons), p. 676, art. 28 et suiv.
      Paroisse du Mesnil-en-Franee (capitaineries, lapins, gibier, ... Paroisse du Mesnil-en-Franee (capitaineries, lapins, gibier, chainpart, baux, colombiers, pigeons), p. 697, art. v15 et suiv.
      Paroisse de Mory-en-France (cultures), p. 741, art. Paroisse de Mory-en-France (cultures), p. 741, art.
      Paroisse de la Chapelle-Saint-Denis (engrais), p. 638,... Paroisse de la Chapelle-Saint-Denis (engrais), p. 638, 2 col.
      Paroisse de la Ferté - sous - Jouarre (baux, exploitat... Paroisse de la Ferté - sous - Jouarre (baux, exploitation de fermes, blés), p. 635, art. 28 et suiv.
      Paroisse de la Madeleine-lès-Tournan (loi Emptorem, ba... Paroisse de la Madeleine-lès-Tournan (loi Emptorem, baux, voituriers tié-rachiens), p. 636, art. 29 et 30 ; p. 637, art. 39.
      page 40
      Paroisse de Roissy-en-France (cultures), p. 53, art. 10. Paroisse de Roissy-en-France (cultures), p. 53, art. 10.
      Paroisse de Rueil-en-Brie (baux, dîmes, exploitation de ferm... Paroisse de Rueil-en-Brie (baux, dîmes, exploitation de fermes, banalités, poids et mesures, pacage, pigeons), p. 62, art. 13 et suiv. ; p. ...
      page 41
      ...res, chemins, droits d'échange, remises en terres labourables), p. 93. ...geons, exploitation de fermes, droits seigneuriaux, milices, bois et forêts, arbres, chemins, droits d'échange, remises en terres labourables), p. 93.
      Paroisse des Troux (culture de terres en friche), p. 149, art. 17. Paroisse des Troux (culture de terres en friche), p. 149, art. 17.
      ...letaneuse (exploitation de fermes, dîme en nature), p. 206, 15 et art. 16. Paroisse de Villetaneuse (exploitation de fermes, dîme en nature), p. 206, 15 et art. 16.
      Paroisse de Veuilly-la-Poterie (baux, exploitation de fermes),... Paroisse de Veuilly-la-Poterie (baux, exploitation de fermes), p. 187, art. 24 et suiv.
      Paroisse de la Villedubois (pâturages, chaumages, bois... Paroisse de la Villedubois (pâturages, chaumages, bois secs, herbages), p. 195, art. 10.
      page 42
      De la noblesse de Touraine (nullité de l'agriculture en Touraine), p. 42. . De la noblesse de Touraine (nullité de l'agriculture en Touraine), p. 42. .
      Clergé de Paris hors les murs (corvée en nature, capitaineries, liberté de fauch... Clergé de Paris hors les murs (corvée en nature, capitaineries, liberté de faucher et de vendanger, colombiers, banalités, plantations), p, 234.
      Des citoyens nobles de la Ville de Paris, (liberté de l'agricultu... Des citoyens nobles de la Ville de Paris, (liberté de l'agriculture), p. 274, lre col.
      De la noblesse et du tiers-état de Pé-ronne (... De la noblesse et du tiers-état de Pé-ronne (chasses, haras, plantations, liberté de Récolter), p. 360.
      De la noblesse du Poitou (diminution de l'imp... De la noblesse du Poitou (diminution de l'impôt sur les terres), p. 396, art. 19.
      De la sénéchaussée de Rennes (récompenses, en... De la sénéchaussée de Rennes (récompenses, encouragements, terres vagues, clôtures, plantations, bois, écoulement des eaux, b...
      De la sénéchaussée de Saint-Brieuc (droits se... De la sénéchaussée de Saint-Brieuc (droits seigneuriaux, chemins, dîmes, grains, plantations , défrichements) , p. 631.
      De la noblesse de Saint-Quentin (animaux serv... De la noblesse de Saint-Quentin (animaux servant à l'agriculture, entraves fiscales), p. 653.
      De la noblesse de Bouzonvilïe (délits champêt... De la noblesse de Bouzonvilïe (délits champêtre^, pâture), p. 702.
      De la paroisse de Villechauve (chasse, délits... De la paroisse de Villechauve (chasse, délits champêtres, exploitation de labour), p. 59, art. 4 et suiv.
      De la noblesse de Troyes (baux), p, 79, art. ... De la noblesse de Troyes (baux), p, 79, art. 78 et 79.
      page 43
      Des syndics de la province de Champagne (droit personnel ... Des syndics de la province de Champagne (droit personnel appelé congé), p. 94.
      De la ville de Valenciennes (pâisson, réducti... De la ville de Valenciennes (pâisson, réduction des fermes)j p. 404, 4re col.
      De la communauté, de Doilnàin (exploitation d... De la communauté, de Doilnàin (exploitation des fermes, vergers, écoulement 'des eaux, prairies, bestiaux), p. 405.
      De la sénéchaussée d'Auray-(baux), p. 446, ar... De la sénéchaussée d'Auray-(baux), p. 446, art. 50,
      De la noblesse de Verdun (édit des clôtures ,... De la noblesse de Verdun (édit des clôtures , échanges), p. 432.
      De la noblesse de Vermandois (encouragements,... De la noblesse de Vermandois (encouragements, grains j échanges, édit dés rivières, chasse), p. 143.
      De la ville de La Fère (liberté de cultiver, d'ensemencer... De la ville de La Fère (liberté de cultiver, d'ensemencer et de récolter, clôture, baux)* p. 149, art. 20 et 24.
      De la noblesse de Villers - Ooiterets (baux, ... De la noblesse de Villers - Ooiterets (baux, gibier), p. 490, art. 24.
      De la Sénéchaussée d'Aix : Communauté de Cabr... De la Sénéchaussée d'Aix : Communauté de Cabrières - d'Aiguës (suppression de l'édit du défrichement), p. 270, art 1er. Commu...
      Est nommé député de la noblesse d'Agenois aux Etats généraux, ... Est nommé député de la noblesse d'Agenois aux Etats généraux, t. I, p. 679.
      ...alonné à l'Assemblée des -notables, sur la suppression de divers droits d'aides, t... Mémoire de M. de Galonné à l'Assemblée des -notables, sur la suppression de divers droits d'aides, t. I, p,242,—Voyez Fisc. — Impôts. Vins.
      page 44
      De la paroisse de Mareil en France, p. 673, art. 10-. De la paroisse de Mareil en France, p. 673, art. 10-.
      Demandes de la sénéchaussée d'Anjou, p. 42, art. 18. Demandes de la sénéchaussée d'Anjou, p. 42, art. 18.
      De la ville d'Arras, p. 90, art. 50. De la ville d'Arras, p. 90, art. 50.
      Demandes de la Communauté de Cour-tiches, p.198, art. ... Demandes de la Communauté de Cour-tiches, p.198, art. 24.
      Demandes de la Communauté d'Attain-ville, p. 322, art,... Demandes de la Communauté d'Attain-ville, p. 322, art, 17.
      De la paroisse de Marly, p. 679, 2e col. De la paroisse de Marly, p. 679, 2e col.
      De la noblesse et du tiers-état de Péronne, p... De la noblesse et du tiers-état de Péronne, p. 358, art. 21.
      Pouvoirs donnés aux députés de la noblesse, p. 693. Pouvoirs donnés aux députés de la noblesse, p. 693.
      Instructions données aux députés de la noblesse, p. 694. Instructions données aux députés de la noblesse, p. 694.
      Doléances de la communauté du lieu d'Albertas, p, 237. Doléances de la communauté du lieu d'Albertas, p, 237.
      Doléanoes de la communauté d'Allauch, p. 237. Doléanoes de la communauté d'Allauch, p. 237.
      Cahier de la communauté d'Allen, p. 242. Cahier de la communauté d'Allen, p. 242.
      Cahier de la communauté d'Ansouis, p. 244. Cahier de la communauté d'Ansouis, p. 244.
      Cahier de la paroisse d'Artigues, p. 246. Cahier de la paroisse d'Artigues, p. 246.
      Cahier de la communauté d'Artignosc, p. 247. Cahier de la communauté d'Artignosc, p. 247.
      Cahier de la communauté de la ville d'Aubagne, p. 249. Cahier de la communauté de la ville d'Aubagne, p. 249.
      Cahier de la ville et communauté d'Auriol, p. 251. Cahier de la ville et communauté d'Auriol, p. 251.
      Cahier de la communauté d'Aurons, p. 254. Cahier de la communauté d'Aurons, p. 254.
      Cahier de la communauté de la Bastidonne ou bastide du Prévôt, p. 258... Cahier de la communauté de la Bastidonne ou bastide du Prévôt, p. 258.
      Cahier de la communauté de la Bastidonne de Sanerie, p. 259. Cahier de la communauté de la Bastidonne de Sanerie, p. 259.
      Cahier de la communauté de Baudinard, p. 260. Cahier de la communauté de Baudinard, p. 260.
      Cahier de la communauté de Beaurecueil, p. 262. Cahier de la communauté de Beaurecueil, p. 262.
      Doléances et plaintes de la communauté de Belcodène, p. 262. Doléances et plaintes de la communauté de Belcodène, p. 262.
      Cahier de la ville de Berre, p." 263. Cahier de la ville de Berre, p." 263.
      Cahier de la paroisse de Brue, p. 265. Cahier de la paroisse de Brue, p. 265.
      Extrait d'une lettre de la Chambre de commerce de Marseille, à M. ... Extrait d'une lettre de la Chambre de commerce de Marseille, à M. le duc de Praslin, p. 267.
      Copie de la lettre écrite par le marquis de Roux à ... Copie de la lettre écrite par le marquis de Roux à M. Necker, p. 267.
      Cahier de la communauté de Cabrières-d'Aiguës, p. 26... Cahier de la communauté de Cabrières-d'Aiguës, p. 268.
      ...cès-verbal de nomination des députés de la paroisse de Cabriès, p. 270. Procès-verbal de nomination des députés de la paroisse de Cabriès, p. 270.
      Cahier de la communauté de Cabriès, p. 271. Cahier de la communauté de Cabriès, p. 271.
      page 45
      Cahier de la communauté du bourg de Cadenet en Provence, p, 272. Cahier de la communauté du bourg de Cadenet en Provence, p, 272.
      Cahier de la communauté de Cuger, p. 274. Cahier de la communauté de Cuger, p. 274.
      Cahier de la communauté de Carri et le Rouet, p. 279... Cahier de la communauté de Carri et le Rouet, p. 279.
      Cahier de la communauté de Cassis, p. 281. Cahier de la communauté de Cassis, p. 281.
      Cahier de la communauté du bourg de Cucuron, p. 282. Cahier de la communauté du bourg de Cucuron, p. 282.
      Cahier de la communauté de Ghâteauneuf, p. 285/ Cahier de la communauté de Ghâteauneuf, p. 285/
      Délibération prise par la communauté de Châteauneuf-le-Rouge, p. ... Délibération prise par la communauté de Châteauneuf-le-Rouge, p. 286.
      Cahier de la communauté d'Eguilles, p, 288. Cahier de la communauté d'Eguilles, p, 288.
      Cahier de la communauté d'Esparron-de-Pallières, p. ... Cahier de la communauté d'Esparron-de-Pallières, p. 289.
      Cahier de la communauté de Fos-Am-phoux, p. 290. Cahier de la communauté de Fos-Am-phoux, p. 290.
      Cahier de la communauté de Fos-lès-Martigues, p. 291... Cahier de la communauté de Fos-lès-Martigues, p. 291.
      Cahier de la communauté de Gardanne, p. 293. Cahier de la communauté de Gardanne, p. 293.
      Cahier de la communauté de Gemenos, p. 295. Cahier de la communauté de Gemenos, p. 295.
      Cahier de la communauté de Gignac, p. 296. Cahier de la communauté de Gignac, p. 296.
      Cahier de la communauté de Ginasse-rois, p. 300. . Cahier de la communauté de Ginasse-rois, p. 300. .
      ...ocès-verbal des assemblées générales de la paroisse de Gréasqiie, p. 302. Procès-verbal des assemblées générales de la paroisse de Gréasqiie, p. 302.
      Cahier de la ville et communauté d'Istres, p. 303. Cahier de la ville et communauté d'Istres, p. 303.
      Cahier de la paroisse de Jouques, p. 307. Cahier de la paroisse de Jouques, p. 307.
      ...ès-verbal d'assemblée extraordinaire de la paro'isse de Jouques, p. 309. Procès-verbal d'assemblée extraordinaire de la paro'isse de Jouques, p. 309.
      Cahier de la ville de Lambesc, p. 314. Cahier de la ville de Lambesc, p. 314.
      Cahier des chefs de famille de la communauté de Lauris, p. 316. Cahier des chefs de famille de la communauté de Lauris, p. 316.
      Cahier de la communauté de Lourma-rin, p. 320. Cahier de la communauté de Lourma-rin, p. 320.
      Cahier de la communauté de La Ciotat, p. 321. Cahier de la communauté de La Ciotat, p. 321.
      Cahier de la communauté de La Fare, p. 329. Cahier de la communauté de La Fare, p. 329.
      Cahier de la communauté de la Galinière, p. 330. Cahier de la communauté de la Galinière, p. 330.
      Cahier de la communauté des Pennes, p. 331. Cahier de la communauté des Pennes, p. 331.
      Cahier de la communauté de Pland-haups, p. 332. Cahier de la communauté de Pland-haups, p. 332.
      Cahier de la communauté du Puy-Sainte-Réparade et Sa... Cahier de la communauté du Puy-Sainte-Réparade et Saint-Canadet, p. 333.
      Cahier de la communauté de la Roquette, p. 334. Cahier de la communauté de la Roquette, p. 334.
      Cahier de la communauté de la Tour-d'Aiguës, p. 335: Cahier de la communauté de la Tour-d'Aiguës, p. 335:
      Cahier de la communauté de la Verdière, p. 337. Cahier de la communauté de la Verdière, p. 337.
      Cahier de la communauté de Mallemort, p. 339. Cahier de la communauté de Mallemort, p. 339.
      Cahier de la communauté de Marignan, p. 340. Cahier de la communauté de Marignan, p. 340.
      Cahier du tiers-état de la ville de Marti -gues, p. 342. Cahier du tiers-état de la ville de Marti -gues, p. 342.
      Cahier de la communauté de Mayrar-gues, p. 345. Cahier de la communauté de Mayrar-gues, p. 345.
      Cahier de la communauté de Mérindol, p. 346. Cahier de la communauté de Mérindol, p. 346.
      Cahier de la communauté de Megrueil, p. 349. Cahier de la communauté de Megrueil, p. 349.
      Cahier de la communauté de Mimet, p. 350. Cahier de la communauté de Mimet, p. 350.
      Cahier de la communauté de Mirabeau, p. 351. Cahier de la communauté de Mirabeau, p. 351.
      Cahier de la communauté de Miramas, p. 358. Cahier de la communauté de Miramas, p. 358.
      Cahier de la communauté de Mont-meyan, p. 360. Cahier de la communauté de Mont-meyan, p. 360.
      Cahier de la communauté de Naux, p. 362. Cahier de la communauté de Naux, p. 362.
      Cahier de la communauté du lieu d'Ol-lières, p. 365. Cahier de la communauté du lieu d'Ol-lières, p. 365.
      Cahier de la communauté de Peypin, p. 366. Cahier de la communauté de Peypin, p. 366.
      Cahier de la communauté de la Penne, p. 368. Cahier de la communauté de la Penne, p. 368.
      Cahier de la ville de Pertuis, p. 370. Cahier de la ville de Pertuis, p. 370.
      Cahier de la communauté de Peynier, p. 373. Cahier de la communauté de Peynier, p. 373.
      Cahier de la communauté de Peypin-d'Aiguës, p. 374. Cahier de la communauté de Peypin-d'Aiguës, p. 374.
      Cahier de la communauté de Peyrolles, p. 376. Cahier de la communauté de Peyrolles, p. 376.
      Cahier de la communauté de Porcioux, p. 377. Cahier de la communauté de Porcioux, p. 377.
      Cahier de la communauté de Puget-les-Lauris, p. 383. Cahier de la communauté de Puget-les-Lauris, p. 383.
      page 46
      Cahier de la communauté de Puyloubier, p. 385. Cahier de la communauté de Puyloubier, p. 385.
      Cahier de la communauté de Puyvert, p. 387, Cahier de la communauté de Puyvert, p. 387,
      Cahier de la communauté de Quinson, p, 388, Cahier de la communauté de Quinson, p, 388,
      Cahier de la communauté de Rians, p. 393. Cahier de la communauté de Rians, p. 393.
      Cahier de la communauté de Riboux, p, 397. Cahier de la communauté de Riboux, p, 397.
      Cahier de la communauté de Rognes, p. 400. Cahier de la communauté de Rognes, p. 400.
      Cahier de la communauté de la Roque-d'Antheron, p. 401. Cahier de la communauté de la Roque-d'Antheron, p. 401.
      Cahier de la communauté de Roquefort, p. 402. Cahier de la communauté de Roquefort, p. 402.
      Cahier de la communauté de Roques-* Hautes, p. 404. Cahier de la communauté de Roques-* Hautes, p. 404.
      Cahier de la communauté de Roque-vaire, p. 405. Cahier de la communauté de Roque-vaire, p. 405.
      Cahier de la communauté de Roussettes-Aix, p. 408. Cahier de la communauté de Roussettes-Aix, p. 408.
      Cahier de la communauté de Saint-Anto* nin, p. 409. Cahier de la communauté de Saint-Anto* nin, p. 409.
      Cahier de la communauté de Saint-Can* nat, p. 409. Cahier de la communauté de Saint-Can* nat, p. 409.
      Gabier de la communauté de Saint^Cha-mas, p. 411. Gabier de la communauté de Saint^Cha-mas, p. 411.
      Cahier de la communauté de Saint-Es* tève-de-Jançon,... Cahier de la communauté de Saint-Es* tève-de-Jançon, p. 414.
      Cahier de la communauté de f3aint-Julien-Ie-Montagni... Cahier de la communauté de f3aint-Julien-Ie-Montagnier, p. 414.
      Cahier de la commune de Saint-Marc-Jaumegarde, p. 41... Cahier de la commune de Saint-Marc-Jaumegarde, p. 417.
      Cahier de la communauté de Saint-Mar-=-tin-de-Brasqu... Cahier de la communauté de Saint-Mar-=-tin-de-Brasque, p. 418f
      Cahier de la communauté de Saint-Mar-tin-de-Palliére... Cahier de la communauté de Saint-Mar-tin-de-Palliére, p, 419.
      Cahier de la communauté de Saint-Paul-le-Longassier,... Cahier de la communauté de Saint-Paul-le-Longassier, p. 420.
      Cahier de la communauté de Saint-Sa*-vournin, p. 421... Cahier de la communauté de Saint-Sa*-vournin, p. 421.
      Cahier de la communauté de Saint-Vic-toret, p, 422. Cahier de la communauté de Saint-Vic-toret, p, 422.
      Cahier de la communauté de Saint-Zaeha-rie, p. 422. Cahier de la communauté de Saint-Zaeha-rie, p. 422.
      Cahier de la communauté de Saunes, p. 423. Cahier de la communauté de Saunes, p. 423.
      Cahier de la communauté de Silans, p. 423. Cahier de la communauté de Silans, p. 423.
      Cahier de la communauté de Simiane, p. 425. Cahier de la communauté de Simiane, p. 425.
      Cahier de la communauté de Sue, p. 426. Cahier de la communauté de Sue, p. 426.
      Cahier de la communauté de Tholonet, p. 427. Cahier de la communauté de Tholonet, p. 427.
      Cahier - de la communauté de Trets, p. 427. " Cahier - de la communauté de Trets, p. 427. "
      Cahier de la communauté de Valbonnette-Charleval, p.... Cahier de la communauté de Valbonnette-Charleval, p. 429, ' ; >
      Cahier de la communauté de Varages, p. 430. Cahier de la communauté de Varages, p. 430.
      Cahier de la communauté de Vaugines, p. 432. Cahier de la communauté de Vaugines, p. 432.
      Cahier de la communauté de Vellaux, p. 436. Cahier de la communauté de Vellaux, p. 436.
      Cahier de la communauté de Venelles, p. 438. Cahier de la communauté de Venelles, p. 438.
      Cahier de la communauté de Ventabres,. p, 439. Cahier de la communauté de Ventabres,. p, 439.
      Cahier de la communauté de Vernègues, p, 440. Cahier de la communauté de Vernègues, p, 440.
      Cahier de la Communauté de Villeneuve-Coutelas, p. 4... Cahier de la Communauté de Villeneuve-Coutelas, p. 442.
      Cahier de la communauté de Vinon, p, 443. Cahier de la communauté de Vinon, p, 443.
      Cahier de la communauté de Vitrolles-d'Aiguës, p. 44... Cahier de la communauté de Vitrolles-d'Aiguës, p. 445.
      Cahier de la communauté de Vitrolles-les-Martigues, ... Cahier de la communauté de Vitrolles-les-Martigues, p. 447.
      ...de M. le baron de Batz à l'ouverture de la séance des trois ordres, p. 698. Discours de M. le baron de Batz à l'ouverture de la séance des trois ordres, p. 698.
      Cahier du corps de la noblesse du duché d'Albret, p. 699. Cahier du corps de la noblesse du duché d'Albret, p. 699.
      page 47
      Cahier de la noblesse, t. I, p. 710. Cahier de la noblesse, t. I, p. 710.
      De la ville d'Arles, p. 58, art. 4. De la ville d'Arles, p. 58, art. 4.
      De la ville de Dieppe, p. 580, art. 68. De la ville de Dieppe, p. 580, art. 68.
      Demande de la ville de Nantes, p. 98. art. 118. Demande de la ville de Nantes, p. 98. art. 118.
      Demandes de la paroisse de Vernouillet- Demandes de la paroisse de Vernouillet-
      page 48
      De la noblesse de Saumur, p. 722, 2e col. De la noblesse de Saumur, p. 722, 2e col.
      Demandes de la sénéchaussée d'Aix : Demandes de la sénéchaussée d'Aix :
      Cahier des doléances de la noblesse, p. 739. Cahier des doléances de la noblesse, p. 739.
      lre partie. — De la Constitution nationale, p. 744. lre partie. — De la Constitution nationale, p. 744.
      2e partie. — De la police générale du royaume, p. 744. 2e partie. — De la police générale du royaume, p. 744.
      4e partie. —De noblesse et du gouvernement militaire, ... 4e partie. —De noblesse et du gouvernement militaire, p. 746.
      5e partie. — De la justice, p. 747 . 5e partie. — De la justice, p. 747 .
      Pétitions particulières de la ville d'Amiens et du bailliage-de Ham, ... Pétitions particulières de la ville d'Amiens et du bailliage-de Ham, p. 755.
      De la ville d'Ornane, t. III, p. 168, art. 14... De la ville d'Ornane, t. III, p. 168, art. 14.
      Cahier des doléances de noblesse, t. I, p. 763. - Cahier des doléances de noblesse, t. I, p. 763. -
      page 49
      Mémoire en forme d'observations pour servir à tout... Mémoire en forme d'observations pour servir à toutes fins _de doléances et plaintes qué les députés du tiers-état de ladite ville ...
      Du domaine de la couronne, de l'Eglise, des hôpitaux, de la justice, p. 770. Du domaine de la couronne, de l'Eglise, des hôpitaux, de la justice, p. 770.
      De l'intérêt particulier de la Franche-Comté, pétitions et doléances d... De l'intérêt particulier de la Franche-Comté, pétitions et doléances diverses, p. 772.
      ... Galonné à l'assemblée des notables sur la suppression du droit d'ancrage sur navi...
      ...imposés sur le commerce maritime et sur la pêche, t. I, p. 213. § II. Le tiers-éta...
      g Ier. Mémoire de M. de Galonné à l'assemblée des notables sur la suppression du droit d'ancrage sur navires , français et d'autres droits imposés sur le commerce maritime et sur la pêche, t. I, p. 213. § II. Le tiers-état de Morlaix demande que les vaisseaux étrangers soient assujettis à un droit de...
      ...bération des 9 et 24 décembre 1788, sur la composition des Etats de la province, t. I, p. 541. Délibération des 9 et 24 décembre 1788, sur la composition des Etats de la province, t. I, p. 541.
      ...1. Lettres dé cachet, p. 11. Liberté de la presse, p. 11. États provinciaux, p. 11... ...néraux, p. 11. Établissement d'impôts, p. 11. Responsabilité des ministres, p. 11. Lettres dé cachet, p. 11. Liberté de la presse, p. 11. États provinciaux, p. 11. Etablissements d'États provinciaux pour
      ...12. Suppression des offices qui donnent la l'Angoumois, p. 11. Le tiers-état rappelé aux places, p. 12. Suppression des offices qui donnent la
      noblesse, p. 12. Administration de la justice, p. 12. Lois criminelles, p. 12... noblesse, p. 12. Administration de la justice, p. 12. Lois criminelles, p. 12. Juridictions consulaires, p. 12. Lettres de change tirées ou endossées par
      page 50
      Son discourà à 1 assemblée des notables en 1788, t; I, p. 485. Son discourà à 1 assemblée des notables en 1788, t; I, p. 485.
      ... routes et chemins? p. 25. Travaux pour la navigation de la Charente, ps, 25t Droits sur les papier... Grandes routes et chemins? p. 25. Travaux pour la navigation de la Charente, ps, 25t Droits sur les papiers, p. 26. Droits sur les cuirs, p. 26. Droits sur les fers, p: 27. Droits d aide...
      ...oi pour fixer Je nombre des députés que la sénéchaussée doit envoyer aux États gén...
      ...ordre dû clergé* t. II, p. 1; Cahier de la noblesse, p. ,3. Division : Charte nati...
      Règlement fait par le roi pour fixer Je nombre des députés que la sénéchaussée doit envoyer aux États généraux* t; I, p . §33. , . • ] Cahier de l'ordre dû clergé* t. II, p. 1; Cahier de la noblesse, p. ,3. Division : Charte nationale, p. 3. Administration; p. 4. Impôts, p. 4. Justice, p. 5. Objets divers, p...
      ... villes* p« 9. Mémoire du tierô-état de vilie d'Angou-. lême, p. . ., , Demandes particulières Jes . villes* p« 9. Mémoire du tierô-état de vilie d'Angou-. lême, p. . ., ,
      La paroisse de yincehnes demande qu'on déf... La paroisse de yincehnes demande qu'on défende de laissèr conduire dans les
      Cahier de la noblesse, t. II, p. 32. DMèibn : £)é la tlSUstitution, p. 33. De la législation, p. 84./ De l'administration, p. 34. Des intérêts de la prôvinôë, p. Des intérêts de hoblëêâé, pi.fit'. PbUVoirs tiêé dépUtè... Cahier de la noblesse, t. II, p. 32. DMèibn : £)é la tlSUstitution, p. 33. De la législation, p. 84./ De l'administration, p. 34. Des intérêts de la prôvinôë, p. Des intérêts de hoblëêâé, pi.fit'. PbUVoirs tiêé dépUtèë, p. 38. Càhiér dh tîèrs-ét'ât, p; 88. Artlblè préliminaire, p. 38. Cônètitutio...
      ... études, p. 44. Articles particuliers à la province d'Anjou, p. 44. Liste des sign... ...elles, p. 42. Tribunaux* p. 42. Commerce, p. 43. Agriculture) p. 43. Réforme des études, p. 44. Articles particuliers à la province d'Anjou, p. 44. Liste des signatirëë dîl C'ânièr, p. 44.
      ...ts. Voyéz Noblesse (chargés qui doîment la). Anoblissements. Voyéz Noblesse (chargés qui doîment la).
      page 51
      Arc-en-Bar rois (Ville d'). Arc-en-Bar rois (Ville d').
      Les communes de la sénéchaussée de Grasse demandent qu'il ... Les communes de la sénéchaussée de Grasse demandent qu'il soit établi ■ à ÂntiBës un professeur d'hydrographie, t. III, p. 275.
      La paroisse de Nantouillet demande que les... La paroisse de Nantouillet demande que les ouvriers des bâtiments ne soient plus réglés par les architectes, mais par des ...
      page 52
      ...ataires du cahier, ]-. 56. Assemblée de la noblesse d'Arles, p. 57. Cahier des doléances de la ville. Division : Clergé, p. 59. Nobles... Liste des signataires du cahier, ]-. 56. Assemblée de la noblesse d'Arles, p. 57. Cahier des doléances de la ville. Division : Clergé, p. 59. Noblesse, p. 59. Tiers-état, p. 59. Agriculture, p. 60. Commerce, p, 60. Finances, p. ...
      Voyez la note concernant les cahiers des - trois... Voyez la note concernant les cahiers des - trois ordres de cette sénéchaussée, t. II, p. 54.
      Cahier de la noblesse d'Armagnac et Cahier de la noblesse d'Armagnac et
      Le roi, sous la troisième race, devient le chef absolu ... Le roi, sous la troisième race, devient le chef absolu des armées, t. I, p. 48.
      De la noblèsse d'Agenois (emplois militaires,... De la noblèsse d'Agenois (emplois militaires, serment, logement des gens de guerre, officiers non catholiques, arrérages), p....
      De la noblesse d'Aix (réduction J de places d... De la noblesse d'Aix (réduction J de places de commandants et lieutenants généraux), p. 694.
      De la noblesse d'Albret (établissement d'une ... De la noblesse d'Albret (établissement d'une constitution militaire, destitution par conseil de guerre), p. 703, art. £ et 3,...
      De la noblesse d'Alençon (destitutions milita... De la noblesse d'Alençon (destitutions militaires), p. 714, art. 4.
      De la noblesse d'Amiens (destitution par cons... De la noblesse d'Amiens (destitution par conseil de guerre), p. 742, art. 47.
      De la ville' d'Amiens (milice, commandement d... De la ville' d'Amiens (milice, commandement des troupes), p. 755.
      De la noblesse d'Amont (demande de constituti... De la noblesse d'Amont (demande de constitution militaire immuable, destitutions, conseil de guerre), p. 766, col. 2.
      page 53
      ...mbre des gens de guerre, suppression de la discipline actuelle, emploi des troupes en temps de paix, logement des troupes), p... Du tiers-état d'Arles (proportion du nombre des gens de guerre, suppression de la discipline actuelle, emploi des troupes en temps de paix, logement des troupes), p. 60.
      ...militaires, option entre les emplois de la cour, du militaire ou de la diplomatie, abus dû cumul, confection d... ...nements particuliers, traitement à accorder par suite de suppressions d'emplois militaires, option entre les emplois de la cour, du militaire ou de la diplomatie, abus dû cumul, confection du code militaire, destitutions, admission du tiers-état aux emplois militaires, ...
      De la Ville d'Angoulême (châteaux et états-ma... De la Ville d'Angoulême (châteaux et états-majors, logement des gens de guerre, mouvements des troupes, troupes provinciales)...
      De la noblesse d'Auch (demande d'une institut... De la noblesse d'Auch (demande d'une institution immuable, destitutions, con* seils de guerre), p. 95, art. 17.
      De la noblesse d'Auxois (réforme militaire, d...
      ...ilitaire, augmentation des retraites de la classe la plus subalterne du militaire), p. 130, ...
      De la noblesse d'Auxois (réforme militaire, diminution des officiers généraux, suppression des coups de plat de sabre, croix de Saint-Louis, médaille militaire, augmentation des retraites de la classe la plus subalterne du militaire), p. 130, art. 15 et suiv.
      De la noblesse d'Aval (serment, emplois milit... De la noblesse d'Aval (serment, emplois militaires, soldats provinciaux, renvoi des militaires dans leurs foyers, rédaction d...
      De la noblesse de Saint-Mihiel (nombre de tro...
      ...on d'emplois, places de guerre, abus de la discipline actuelle, conseil de guerre)...
      De la noblesse de Saint-Mihiel (nombre de troupes à garder sous les drapeaux, suppression d'emplois, places de guerre, abus de la discipline actuelle, conseil de guerre), p. 241.
  • Tome 9 : Du 16 septembre au 11 novembre 1789 2 results
    • Séance du samedi 31 octobre 1789

      - search term matches: (36)

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 613
      Speaker: Le Président
      ...iés. L'Assemblée admet M. Sancy fils, à la place de son père. ... être remplacé par son fils, élu pour suppléant, dont les pouvoirs ont été vérifiés. L'Assemblée admet M. Sancy fils, à la place de son père.
      Speaker: Le Président
      ... remplir ses fonctions dans le cours de la séance, se fait remplacer au fauteuil p... , s'apercevant que l'extinction de sa voix le met hors d'état de remplir ses fonctions dans le cours de la séance, se fait remplacer au fauteuil par M. Fréteau, ex-président. .
      Speaker: Le Président
      « Messieurs, la dignité dont je suis revêtu, le ministè...
      ...'éloigner pendant quelque temps. Madame la maréchale de Castries désire consulter ...
      ...stration, et qui pourront être utiles à la nation et au Roi.
      « Messieurs, la dignité dont je suis revêtu, le ministère que j'ai exercé, et dont je suis prêt à rendre compte, le respect que j'ai po...
      ...rets de l'Assemblée, exigent de moi que je vous prévienne que je suis forcé de m'éloigner pendant quelque temps. Madame la maréchale de Castries désire consulter M. Tissot. Nous allons à Lausanne, et je serai prêt de revenir pour donner à l'Assemblée tous les renseignements nécessaires dans mon administration, et qui pourront être utiles à la nation et au Roi.
      Speaker: Le marquis de Foucault
      demande que les membres aient la permission de se couvrir la tête, permission nécessaire aux vieilla... demande que les membres aient la permission de se couvrir la tête, permission nécessaire aux vieillards et à ceux qui ont contracté cette habitude. L'observation de M. de Foucault ...
      Speaker: Le marquis de Foucault
      L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur les notions relatives à la propriété des biens ecclésiastiques. L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur les notions relatives à la propriété des biens ecclésiastiques.
      Speaker: Le marquis de Foucault
      M. le duc de La Rochefoucauld demande la parole sur l'ordre du jour. M. le duc de La Rochefoucauld demande la parole sur l'ordre du jour.
      D'une délibération de la communauté de Saint-André de Valborgne en Cévennes, contenant félicitations, reme... D'une délibération de la communauté de Saint-André de Valborgne en Cévennes, contenant félicitations, remerciements et adhésion aux décrets de l'Assemblée nationale, notamment à celui co...
      ...lliage et -ét siège présidial de Vesoul en Franche-Comté, où ils adhèrent de même audit décret concernant la contribution patriotique ; D'une délibération des officiers du bailliage et -ét siège présidial de Vesoul en Franche-Comté, où ils adhèrent de même audit décret concernant la contribution patriotique ;
      D'une délibération de la ville de Saint-Marcellin .en Dauphiné, où elle renouvelle son vœu d'...
      ..., et arrête que son député aux Etats de la province, et celui du doublement, atten...
      D'une délibération de la ville de Saint-Marcellin .en Dauphiné, où elle renouvelle son vœu d'adhésion sans réserve à tous les décrets de l'Assemblée nationale, et arrête que son député aux Etats de la province, et celui du doublement, attendront que leur convocation soit confirmée par un décret de l'Assemblée nationale...
      D'une adresse et délibération de la ville de Joinville en Champagne, contenant félicitations, 11 ...
      ...invite tous les ^habitants du royaume à la contribution patriotique du quart de le...
      ...tenir une juridiction royale au lieu de la justice seigneuriale qui se trouve supp...
      D'une adresse et délibération de la ville de Joinville en Champagne, contenant félicitations, 11 remerciements et adhésion aux décrets de l'Assemblée, notamment à celui qui invite tous les ^habitants du royaume à la contribution patriotique du quart de leur revenu ; y joint un arrêté du comité permanent pour arrêter les fraudes des droits sur le sel et le tabac, et un mémoire tendant à obtenir une juridiction royale au lieu de la justice seigneuriale qui se trouve supprimée
      D'une délibération de la ville de Donzy en Nivernais, par laquelle, en persistant dans celle du 6 du mois dern...
      ...décret du 6 du présent mois, concernant la contribution patriotique, et renonce au...
      D'une délibération de la ville de Donzy en Nivernais, par laquelle, en persistant dans celle du 6 du mois dernier, où elle souscrit à tous les décrets rendus et à rendre par l'Assemblée nationale, elle ratifie spécialement le décret du 6 du présent mois, concernant la contribution patriotique, et renonce au remboursement promis aux contribuants.
      ... délibérations du comité de Saint-Péray en Vivarais, contenant plusieurs observati...
      ...ionale, relativement à sa permanence, à la sanction royale, et à la contribution du quart des revenus.
      Et enfin, des délibérations du comité de Saint-Péray en Vivarais, contenant plusieurs observations sur les décrets de l'Assemblée nationale, relativement à sa permanence, à la sanction royale, et à la contribution du quart des revenus.
      La séance a commencé par la lecture du pro-leès-verbal de celle du ... La séance a commencé par la lecture du pro-leès-verbal de celle du jour précédent ; cette lecture a été suivie de celle de plusieurs adresses de vi...
      D'une adresse des officiers de la sénéchaussée des Lannes, séant à Saint-...
      ...ar jaquelle ils s'engagent à distribuer la justice gratuitement ;
      D'une adresse des officiers de la sénéchaussée des Lannes, séant à Saint-Sever-Cap, contenant 'une délibération du 25 septembre dernier, par jaquelle ils s'engagent à distribuer la justice gratuitement ;
      D'une délibération du même genre de la ville ^.de Fumay. Les habitants déclare...
      ...devoir inaltérable de sacrifier jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour le maintien de la liberté de la nation, et de l'autorité légitime d'un ...
      ... adorent comme le plus beau présent que la Divinité ait jamais pu leur faire. La municipalité offre, * comme don patriotique, la somme de 1,200 livres qu'elle avait obt...
      ...ulagement des malheureuses familles que la rigueur du froid avait affligées ;
      D'une délibération du même genre de la ville ^.de Fumay. Les habitants déclarent qu'ils regarderont toujours comme un devoir inaltérable de sacrifier jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour le maintien de la liberté de la nation, et de l'autorité légitime d'un Roi qu'ils adorent comme le plus beau présent que la Divinité ait jamais pu leur faire. La municipalité offre, * comme don patriotique, la somme de 1,200 livres qu'elle avait obtenue du gouvernement pour le soulagement des malheureuses familles que la rigueur du froid avait affligées ;
      ...citations, remerciements et adhésion de la ville d'Eu, qui demande une (1) Cette s... D'une adresse de félicitations, remerciements et adhésion de la ville d'Eu, qui demande une (1) Cette séance est incompléte au Moniteur.
      ...oyale ; y joint un arrêté pour protéger la perception des impôts, et un mémoire sur la formation de sa milice bourgeoise. justice royale ; y joint un arrêté pour protéger la perception des impôts, et un mémoire sur la formation de sa milice bourgeoise.
      ...pe allégorique sur le rétablissement de la paix. ...e distribué dans les bureaux ; et que M. Prieur, graveur, a fait don d'une estampe allégorique sur le rétablissement de la paix.
      (1). Mes- (1) La motion de M. le duc de La Rochefoucauld est incomplète au Moniteu... (1). Mes- (1) La motion de M. le duc de La Rochefoucauld est incomplète au Moniteur.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 614
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      sieurs, si j'ai demandé la parole sur l'ordre du jour, ce n'est pa...
      ..., mais seulement pour vous observer que la question qui vous est soumise a été dis...
      ...nces tant à Versailles qu'à Paris ; que la France en attend avec impatience la décision, et que cette décision intéresse le plus peut-être ceux qui semblent la craindre.
      sieurs, si j'ai demandé la parole sur l'ordre du jour, ce n'est pas pour l'interrompre, mais seulement pour vous observer que la question qui vous est soumise a été discutée avec étendue et profondeur pendant six séances tant à Versailles qu'à Paris ; que la France en attend avec impatience la décision, et que cette décision intéresse le plus peut-être ceux qui semblent la craindre.
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ...évêque d'Autun; lorsqu'il sera soumis à la discussion, j'aurai mon avis, et peut-être penserai-je que la vente des biens ecclésiastiques ne doit être faite qu'à mesure des extinctions, et qu'en économie politique comme en finance, cette opération faite successi...
      ...ous proposer de décréter le principe de la propriété des biens du clergé, et à sol...
      ...s. J'ai donc l'honneur de vous proposer la motion suivante :
      Je n'examine point le plan des finances proposé par M. de Talleyrand, évêque d'Autun; lorsqu'il sera soumis à la discussion, j'aurai mon avis, et peut-être penserai-je que la vente des biens ecclésiastiques ne doit être faite qu'à mesure des extinctions, et qu'en économie politique comme en finance, cette opération faite successivement sera préférable à une vente totale et simultanée des biens du domaine et des biens ecclésiastiques ; mais aujourd'hui je dois me borner à vous proposer de décréter le principe de la propriété des biens du clergé, et à solliciter votre sagesse et surtout votre justice pour le principe du droit des titulaires actuels. J'ai donc l'honneur de vous proposer la motion suivante :
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      Et j'adopte la motion telle qu'elle vous a été présentée par M. Thouret, en vous proposant d'y ajouter : Et j'adopte la motion telle qu'elle vous a été présentée par M. Thouret, en vous proposant d'y ajouter :
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ... sera au moins de 1,200 livres évaluées en grains sur le prix moyen depuis 10 ans; 1° Que le traitement des curés, outre le logement et le jardin, sera au moins de 1,200 livres évaluées en grains sur le prix moyen depuis 10 ans;
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ...t celles qui voudront continuer à vivre en commun pourront se réunir; ...roportionnée aux facultés de l'ordre et qu'il sera assigné des maisons où ceux et celles qui voudront continuer à vivre en commun pourront se réunir;
      Speaker: De Béthisy de Mézières
      ...êque d'Uzès, rejette cette proposition, en observant que l'Assemblée ne peut pas savoir si dans la suite on ne • présentera pas la question sous de nouveaux points de vue... , évêque d'Uzès, rejette cette proposition, en observant que l'Assemblée ne peut pas savoir si dans la suite on ne • présentera pas la question sous de nouveaux points de vue qui pourraient rendre nécessaire une plus longue discussion.
      Speaker: Jallet
      ...n corps, encore moins au grand corps de la nation. Le souverain ne peut posséder des biens, mais il peut présider à leur usage et en régler la destination. Ce n'est donc pas comme propriétaire, c'est comme souverain que la nation disposera des biens du clergé. L...
      ...é qu'au premier de janvier prochain ils n'en payeraient plus aucune; il faut donc pr...
      , curé de Chérignè (1). Je ne conçois pas qu'une propriété puisse appartenir à un corps, encore moins au grand corps de la nation. Le souverain ne peut posséder des biens, mais il peut présider à leur usage et en régler la destination. Ce n'est donc pas comme propriétaire, c'est comme souverain que la nation disposera des biens du clergé. Leur emploi est un objet très-urgent, car les décimateurs chargés des portions congrues ont déclaré qu'au premier de janvier prochain ils n'en payeraient plus aucune; il faut donc prendre des précautions pour cette époque.
      Speaker: Jallet
      Art. 3. La nation, en qualité de souverain, peut et doit supp... Art. 3. La nation, en qualité de souverain, peut et doit supprimer tous les établissements religieux inutiles; ainsi l'Assemblée ordonnera pr...
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      Je ne dirai rien sur le principe de la propriété des biens du clergé qui me pa...
      ...ur un autre principe collatéral à celui-, et sur lequel les préopinants me sembl...
      ...e disciple et l'ami, bien convaincu que la nation peut disposer des biens de tous ...
      ...essieurs, était également convaincu que la jouissance usufruitière appartenait aux...
      ...e Je droit public du royaume et surtout la bonne foi la leur assuraient, à la déduction seulement des charges tant pu...
      ...iens peuvent être tenus. Un Etat de qui la France aurait dû plutôt être le modèle que l'imitatrice, la Pologne, qui vient cette année même de ...
      Je ne dirai rien sur le principe de la propriété des biens du clergé qui me paraît avoir été suffisamment traité ; mais j'attirerai votre attention sur un autre principe collatéral à celui-, et sur lequel les préopinants me semblent ne s'être pas assez expliqués. Un grand ministre, dont le nom prononcé hier ...
      ...-indécemment relevé, M. Turgot, de qui je me ferai toujours gloire d'avoir été le disciple et l'ami, bien convaincu que la nation peut disposer des biens de tous les corps qui n'existent que par sa volonté, M. Turgot, Messieurs, était également convaincu que la jouissance usufruitière appartenait aux titulaires actuels et que Je droit public du royaume et surtout la bonne foi la leur assuraient, à la déduction seulement des charges tant publiques que particulières dont ces sortes de biens peuvent être tenus. Un Etat de qui la France aurait dû plutôt être le modèle que l'imitatrice, la Pologne, qui vient cette année même de prononcer un décret semblable à celui qu'on vous propose, a conservé les droits ...
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ...ourd'hui sans désemparer sur l'objet de la discussion actuelle. Que l'Assemblée nationale statuera aujourd'hui sans désemparer sur l'objet de la discussion actuelle.
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ...mérique de ce traitement augmentera par la suite à proportion de l'augmentation du... 2° Que le taux numérique de ce traitement augmentera par la suite à proportion de l'augmentation du prix des grains ;
      Speaker: Le duc de La Rochefoucauld
      ... des évêques et autres bénéfi-ciers, si la vente des biens ecclésiastiques était o...
      ... à l'importance de leurs fonctions qu'à la valeur de leurs bénéfices ;
      3° Qu'à l'égard des évêques et autres bénéfi-ciers, si la vente des biens ecclésiastiques était ordonnée avant l'extinction des titulaires actuels,il sera fixé à ces titulaires un traitement honorable et proportionné, tant à l'importance de leurs fonctions qu'à la valeur de leurs bénéfices ;
      Speaker: Le marquis de Crillon
      ...es, que cinquante personnes ont demandé la parole, je pense qu'il serait convenabl... Sur l'observation faite par un des secrétaires, que cinquante personnes ont demandé la parole, je pense qu'il serait convenable d'autoriser le clergé à choisir des défenseurs auxquels un nombre égal de memb...
      Speaker: L'abbé d'Eymard
      rejette cette motion, parce que la question que l'on discute n'intéresse pas seulement le clergé, mais toute la nation. rejette cette motion, parce que la question que l'on discute n'intéresse pas seulement le clergé, mais toute la nation.
      Speaker: L'abbé d'Eymard
      On demande la division de la motion de M. le duc de La Rochefoucauld. On demande la division de la motion de M. le duc de La Rochefoucauld.
      Speaker: Le Président
      consulte l'Assemblée sur la première proposition seulement tendant à rendre un décret, dans la séance de ce jour, sur la question des biens ecclésiastiques. consulte l'Assemblée sur la première proposition seulement tendant à rendre un décret, dans la séance de ce jour, sur la question des biens ecclésiastiques.
      Speaker: Le Président
      L'Assemblée décide que le décret sur la propriété des biens ecclésiastiques ser... L'Assemblée décide que le décret sur la propriété des biens ecclésiastiques sera rendu aujourd'hui.
      Speaker: Le Président
      La discussion est ouverte sur les diverses... La discussion est ouverte sur les diverses motions précédemment faites sur cette question.
      Speaker: Jallet
      . La nation, à raison du droit de souveraine...
      ...pplication des biens ecclésiastiques de la manière la plus avantageuse à la société.
      . La nation, à raison du droit de souveraineté, peut et doit faire l'application des biens ecclésiastiques de la manière la plus avantageuse à la société.
      Speaker: Jallet
      ...aux bénéfices simples qui vaqueront par la suite, et que ces sortes de bénéfices seront supprimées à la première vacance; 1° Qu'il ne sera point nommé aux bénéfices simples qui vaqueront par la suite, et que ces sortes de bénéfices seront supprimées à la première vacance;
      ...plus nommer aux abbayes et aux prieurés en commende, et de différer la nomination aux églises cathédrales, (1) La motion de M. Jallet n'est pas exactemen... 2° Que le Roi sera supplié de ne plus nommer aux abbayes et aux prieurés en commende, et de différer la nomination aux églises cathédrales, (1) La motion de M. Jallet n'est pas exactement reproduite au Moniteur.
      Art. 2. La dépense nécessaire pour l'entretien décent du culte public, et pour la dotation honnête des ministres, est une... Art. 2. La dépense nécessaire pour l'entretien décent du culte public, et pour la dotation honnête des ministres, est une dette nationale privilégiée dont l'Assemblée assurera l'acquittement pour le 1e...

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 615
      Speaker: De Boisgelin
      ... donner, ils pouvaient les retenir. Ils en avaient la liberté, par le droit naturel, quand elle n'était point interdite par la loi. Cette liberté même, assurée par la loi, formait une partie de leur propriété. La propriété des églises est celle des citoyens qui les ont dotées. C'est la même loi qui protégeait la libre disposition de leurs biens dans l...
      ...le cours du commerce, et qui protégeait la disposition qu'ils en ont faite en faveur des églises. On ne peut pas enfreindre la loi qui maintient le don, sans enfreindre la loi qui maintenait la faculté de donner.
      ...es biens des églises appartenaient à ceux qui les ont donnés ; ils pouvaient les donner, ils pouvaient les retenir. Ils en avaient la liberté, par le droit naturel, quand elle n'était point interdite par la loi. Cette liberté même, assurée par la loi, formait une partie de leur propriété. La propriété des églises est celle des citoyens qui les ont dotées. C'est la même loi qui protégeait la libre disposition de leurs biens dans l'usage de leur vie et daus le cours du commerce, et qui protégeait la disposition qu'ils en ont faite en faveur des églises. On ne peut pas enfreindre la loi qui maintient le don, sans enfreindre la loi qui maintenait la faculté de donner.
      Speaker: Jallet
      ...exact de l'argenterie des églises et de la vaisselle à l'usage des maisons religie... ...s cathédrales et collégiales, ainsi que dans tous les monastères, un inventaire exact de l'argenterie des églises et de la vaisselle à l'usage des maisons religieuses, et que cet inventaire sera envoyé à l'Assemblée nationale.
      Speaker: De Boisgelin
      ...glises ont acquis à titre onéreux, sous la protection des lois, une grande partie ... ...faites par les églises semblent ajouter un droit de plus à leur propriété. Les églises ont acquis à titre onéreux, sous la protection des lois, une grande partie de ce qu'elles possèdent. Voudrait-on leur ravir ce qu'elles ont acquis, comme c...
      Speaker: De Boisgelin
      ...s, et leur abolition était stipulée, et la confirmation de toutes les parties intéressées donnait à ces stipulations la force et la perpétuité. ... église les acquittait selçn les lois ou les coutumes ; tantôt ils étaient abolis, et leur abolition était stipulée, et la confirmation de toutes les parties intéressées donnait à ces stipulations la force et la perpétuité.
      Speaker: De Boisgelin
      La plus grande partie des possessions des églises provient de la cession des biens des chefs des églises...
      ...uvernement des diocèses, consacraient à la religion leurs biens comme leur liberté. C'est la plus grande partie des biens des église...
      ...qu'ils leur ont transmis? 11 n'y a rien qui manque à l'intégrité du contrat. Ce...
      ...ne pénitence tardive et des terreurs de la mort. C'est la disposition d'une vie entière et non l'acte d'un moment. C'est sous la protection des lois que les cessions on...
      La plus grande partie des possessions des églises provient de la cession des biens des chefs des églises et des monastères. C'étaient les plus puissantes familles qui donnaient des religieux aux églises et des chefs aux églises. Ces hommes,dévoués au cloître et au gouvernement des diocèses, consacraient à la religion leurs biens comme leur liberté. C'est la plus grande partie des biens des églises de France. Comment peut-on ravir à leurs successeurs les droits qu'ils leur ont transmis? 11 n'y a rien qui manque à l'intégrité du contrat. Ce n'est pas l'effet d'une pénitence tardive et des terreurs de la mort. C'est la disposition d'une vie entière et non l'acte d'un moment. C'est sous la protection des lois que les cessions ont été faites et consommées. Et c'est après cinq, après huit et douze siècles qu'...
      Speaker: De Boisgelin
      ...estables, avant l'établissement même de la monarchie. Les divi sions de métropoles et des diocèses d'une partie de la France furent connues sous l'empire des... Il est des possessions de l'Eglise dont l'origine remonte, par des titres incontestables, avant l'établissement même de la monarchie. Les divi sions de métropoles et des diocèses d'une partie de la France furent connues sous l'empire des Romains, et les chefs des églises, admis dans les municipalités des Gaules, jou...
      Speaker: De Boisgelin
      Que devient la première de toutes les lois, sans laquelle toutes les autres ne sont rien, la prescription? Il n'y a pas dans les loi...
      ...s policées, il n'y a pas dans celles de la France une seule loi sur les propriétés qui ne suppose la prescription. Cette loi, qui prévient o...
      ...arables de l'oubli des traditions et de la perte des titres, est rappelée dans tou...
      Que devient la première de toutes les lois, sans laquelle toutes les autres ne sont rien, la prescription? Il n'y a pas dans les lois de toutes les nations policées, il n'y a pas dans celles de la France une seule loi sur les propriétés qui ne suppose la prescription. Cette loi, qui prévient ou qui répare tous les maux inséparables de l'oubli des traditions et de la perte des titres, est rappelée dans toutes les ordonnances, édits et déclarations qui concernent les propriétés.
      Speaker: De Boisgelin
      Quelle est la possession qui puisse invoquer cette pr... Quelle est la possession qui puisse invoquer cette prescription dix ou douze fois centenaire, qui semblait mettre les antiques posses...
      Speaker: De Boisgelin
      ...de biens-fonds. Us ont enrichi, fécondé la France entière, et la valeur progressive de leurs possessions... ...Ils ont ouvert des routes au commerce. Us ont donné l'exemple aux propriétaires de biens-fonds. Us ont enrichi, fécondé la France entière, et la valeur progressive de leurs possessions, et de toutes les possessions, est le monument éternel de leurs travaux ou de l...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ésent qu ils ont fait à l'Eglise et que la nation ne peut pas lui disputer. ...i ne furent ni données, ni vendues, sont l'ouvrage de leurs mains et comme un présent qu ils ont fait à l'Eglise et que la nation ne peut pas lui disputer.
      ...de celle de l'Europe, pour les révoquer en doute. (1) Le Moniteur ne donne qu'une ... ...leur existence? 11 faut renverser tous les monuments de l'histoire de France et de celle de l'Europe, pour les révoquer en doute. (1) Le Moniteur ne donne qu'une analyse du discours de M. de Boisgelin.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 616
      Speaker: De Boisgelin
      ...e serait révoquer toutes les propriétés en doute, que de ne pas regarder les jouis...
      ...été. L'usufruit même des titulaires est la propriété perpétuelle de chaque église....
      L'usufruit est l'élément de toute propriété : ce serait révoquer toutes les propriétés en doute, que de ne pas regarder les jouissances habituelles et usufruitières de chaque génération comme une propriété. L'usufruit même des titulaires est la propriété perpétuelle de chaque église. C'est un usufruit dans les mains des titulaires ; c'est une propriété dans les ...
      Speaker: De Boisgelin
      ...les communautés, les provinces et comme la nation ? La nation elle-même n'est qu'un corps mora...
      ...sur les églises, quand elle ne peut pas en avoir une.
      ...elle pas posséder, comme un hôpital, un collège, un établissement public, comme les communautés, les provinces et comme la nation ? La nation elle-même n'est qu'un corps moral. Elle ne peut pas posséder, s'il est vrai qu'un corps moral ne puisse pas avoi...
      ... est vrai qu'elle ne puisse pas posséder. Elle ne peut pas exercer sa propriété sur les églises, quand elle ne peut pas en avoir une.
      Speaker: De Boisgelin
      Vos députés avaient dit, en votre nom, que toutes les possessions e... Vos députés avaient dit, en votre nom, que toutes les possessions et les propriétés du clergé seraient inviolables et sacrées.
      Speaker: De Boisgelin
      ... bonheur de vos pères et pour le vôtre, la plus riche des manufactures, celle d'un... ...re, et vous ne voulez pas reconnaître les droits de ceux qui ont établi, pour le bonheur de vos pères et pour le vôtre, la plus riche des manufactures, celle d'une terre cultivée et féconde.
      Speaker: De Boisgelin
      ...its, parmi les habitants des campagnes. La plupart des terres possédées sans redev...
      ...voisinage des monastères sont un don de la religion et de la charité. On les distingue des possessio...
      ...portent toutes les anciennes charges de la féodalité.
      ...es mêmes qu'ils avaient cultivées. Ils les ont distribuées, sans réserves ni droits, parmi les habitants des campagnes. La plupart des terres possédées sans redevances dan3 le voisinage des monastères sont un don de la religion et de la charité. On les distingue des possessions plus éloignées qui supportent toutes les anciennes charges de la féodalité.
      Speaker: De Boisgelin
      ...tiques possessions, l'inviolable loi de la prescription, le droit du travail et de...
      ...lus saint et plus respectable eucore de la bienfaisance et de la charité.
      ...essions des églises, ceux des donations, ceux des acquisitions, ceux des plus antiques possessions, l'inviolable loi de la prescription, le droit du travail et de l'industrie, et le droit plus saint et plus respectable eucore de la bienfaisance et de la charité.
      Speaker: De Boisgelin
      ...r. L'impôt est l'emploi d'une partie de la propriété. Nous devon-s avoir les mêmes...
      ...e partie de notre propriété. Quelle est la classe de citoyens dont on puisse alién...
      ...un impôt sur nos biens, et vous ne le demandez pas pour les vendre et les aliéner. L'impôt est l'emploi d'une partie de la propriété. Nous devon-s avoir les mêmes droits sur notre propriété tout entière que sur une partie de notre propriété. Quelle est la classe de citoyens dont on puisse aliéner les possessions, sans l'offre et le consentement des possesseurs? Il ne suffi...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ionale, plus forte et plus éclairée par la réunion de tous les représentants de la nation, oublie ses engagements,ses prom...
      ...mme fondés sur les premières notions de la justice et sur la législation entière du royaume.
      Il est impossible qu'une Assemblée nationale, plus forte et plus éclairée par la réunion de tous les représentants de la nation, oublie ses engagements,ses promesses et tous les principes qu'elle regardait comme fondés sur les premières notions de la justice et sur la législation entière du royaume.
      Speaker: De Boisgelin
      On dit que la propriété des biens ecclésiastiques n'e... On dit que la propriété des biens ecclésiastiques n'est pas une vraie propriété :
      Speaker: De Boisgelin
      ...emièrement, parce qu'elle n'emporte pas la liberté d'aliéner, et qu'elle se borne à la simple jouissance d'un usufruit ; Premièrement, parce qu'elle n'emporte pas la liberté d'aliéner, et qu'elle se borne à la simple jouissance d'un usufruit ;
      Speaker: De Boisgelin
      Les substitutions ne laissent pas la liberté d'aliéner, et les substitutions...
      ...ens ecclésiastiques, et vous jugerez de la nature de leurs propriétés, ainsi que d...
      Les substitutions ne laissent pas la liberté d'aliéner, et les substitutions sont des propriétés. Vous pouvez détruire les substitutions pour l'avenir. Vous...
      ...es, et faire des choses utiles. Appliquez ces principes aux substitutions des biens ecclésiastiques, et vous jugerez de la nature de leurs propriétés, ainsi que des moyens sages d'y mettre des bornes.
      Speaker: De Boisgelin
      ...lises de France n'ont point aujourd'hui la liberté d'aliéner ; elles avaient la liberté d'aliéner dans les mêmes temps ...
      ...cquisitions. On n'a pas voulu laisser à la discrétion des titulaires le dangereux ...
      Les églises de France n'ont point aujourd'hui la liberté d'aliéner ; elles avaient la liberté d'aliéner dans les mêmes temps qui sont l'époque de leurs donations et de leurs acquisitions. On n'a pas voulu laisser à la discrétion des titulaires le dangereux pouvoir de dissiper les biens des églises. C'est pour les conserver qu'une loi p...
      Speaker: De Boisgelin
      tectrice a fait perdre aux titulaires la faculté de les aliéner. On ne peut pas ... tectrice a fait perdre aux titulaires la faculté de les aliéner. On ne peut pas invoquer, pour détruire les possessions ecclésiastiques, les lois établies pour ...
      Speaker: De Boisgelin
      ...riété des rentes foncières transmises à la succession des titulaires, dans toutes les générations ! Qu'importe, enfin, que ce soit la propriété d'un homme ou d'une successio...
      ...uccessives de chaque génération ; et si la possession . d'une seule génération n'e...
      ... et qui doivent s'éteindre avec elle, et nous ne regarderions pas comme une propriété des rentes foncières transmises à la succession des titulaires, dans toutes les générations ! Qu'importe, enfin, que ce soit la propriété d'un homme ou d'une succession d'hommes? Les propriétés héréditaires ou transmissibles se composent elles-mêmes des propriétés successives de chaque génération ; et si la possession . d'une seule génération n'est pas inviolable, celle de toutes les générations ne peut pas l'être.
      Speaker: De Boisgelin
      Il faut considérer que la propriété de chaque église n'est que la succession des usufruits de chaque titulaire : c'est la même question, considérée sous une autr...
      ...r une propriété qui n'est elle-même que la succession des usufruits des bénéficier...
      Il faut considérer que la propriété de chaque église n'est que la succession des usufruits de chaque titulaire : c'est la même question, considérée sous une autre dénomination. On ne peut pas nier que chaque titulaire ne puisse être usufruitier, on ne peut donc pas nier que chaque église ne puisse avoir une propriété qui n'est elle-même que la succession des usufruits des bénéficiers.
      Speaker: De Boisgelin
      La plus grande propriété, dans toutes les nations, est celle de la puissance publique ; et c'est par des c...
      ...es collections de citoyens que s'exerce la puissance publique.
      La plus grande propriété, dans toutes les nations, est celle de la puissance publique ; et c'est par des classes et des collections de citoyens que s'exerce la puissance publique.
      Speaker: De Boisgelin
      La propriété des églises doit, sans doute,... La propriété des églises doit, sans doute, avoir des bornes, comme les pouvoirs exercés par tous les corps,celles que leur...

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 617
      Speaker: De Boisgelin
      de ses travaux et de son sommeil. C'est , c'est dans le fond de son cœur que les...
      ... ne plaise que je croie pouvoir exposer en un moment toutes les raisons qui renden...
      ... plus sensible l'utilité delà religion. La puissance civile a besoin sans cesse d'...
      ...s et des maximes toujours respectées de la religion. Quand on reconnaît que le maintien de la religion est utile et nécessaire aux Kt...
      de ses travaux et de son sommeil. C'est , c'est dans le fond de son cœur que les lois des humains ont besoin d'un autre appui que celui de toutes les puissances humaines. A Dieu ne plaise que je croie pouvoir exposer en un moment toutes les raisons qui rendent chaque jour plus sensible l'utilité delà religion. La puissance civile a besoin sans cesse d'y recourir elle-même dans les grandes calamités; et le Roi n'a pas trouvé de frein plus puissant pour réprimer les mouvements populaires, que celui des leçons et des maximes toujours respectées de la religion. Quand on reconnaît que le maintien de la religion est utile et nécessaire aux Ktats, on doit reconnaître le droit des fondateurs qui donnent leur propre bien po...
      Speaker: De Boisgelin
      ...acent plus sensiblement le caractère de la propriété des fondateurs, celles qui stipulent la reversion dans le cas de changements prévus. C'est en vertu d'une clause semblable que le roi... Il est même des donations qui effacent plus sensiblement le caractère de la propriété des fondateurs, celles qui stipulent la reversion dans le cas de changements prévus. C'est en vertu d'une clause semblable que le roi de Sardaigne a repris des biens donnés à l'Eglise par ses ancêtres. Et si les f...
      Speaker: De Boisgelin
      Voilà le vrai principe. Ce n'est pas la nation qui donne les biens aux églises ; ce n'est pas à la nation, c'est aux églises que les biens ont été donnés. Mais c'est de la nation que chaque église tient la faculté de posséder, nous sommes loin d...
      ...dateurs, des citoyens ou des rois. Nous en affaiblirions l'autorité, si nous ne re...
      ... sont les représentants héréditaires de la nation : les rois et les citoyens sont soumis aux lois de la nation. C'est en vertu des lois qu'ils ont donné des dro...
      ...est l'autorité des lois, c'est celle de la nation qui confirmait tous les pouvoirs...
      ... au titre le plus respectable, celui de la volonté de la nation depuis l'établissement de la monarchie. Rien ne manque à nos possessions de tout ce qui peut en légitimer la propriété. Les possessions patrimoniale...
      ... de séparer aucun titre de propriété de la loi qui le protège, et parce que la loi ne peut pas avoir une plus grande force que celle de la volonté de la nation.
      Voilà le vrai principe. Ce n'est pas la nation qui donne les biens aux églises ; ce n'est pas à la nation, c'est aux églises que les biens ont été donnés. Mais c'est de la nation que chaque église tient la faculté de posséder, nous sommes loin de fonder les titres des églises sur les seules volontés des patrons et des fondateurs, des citoyens ou des rois. Nous en affaiblirions l'autorité, si nous ne remontions pas à sa source. Les rois sont les représentants héréditaires de la nation : les rois et les citoyens sont soumis aux lois de la nation. C'est en vertu des lois qu'ils ont donné des droits aux églises; c'est l'autorité des lois, c'est celle de la nation qui confirmait tous les pouvoirs et tous les droits des églises, et qui les mit à l'abri de toute atteinte. Oui, nous possédons au titre le plus respectable, celui de la volonté de la nation depuis l'établissement de la monarchie. Rien ne manque à nos possessions de tout ce qui peut en légitimer la propriété. Les possessions patrimoniales ne sont pas fondées sur d autres lois que les nôtres, parce qu'il est impossible de séparer aucun titre de propriété de la loi qui le protège, et parce que la loi ne peut pas avoir une plus grande force que celle de la volonté de la nation.
      Speaker: De Boisgelin
      ...rvice indispensable ; ce n'est pas pour la libre disposition et le seul entretien personnel des ministres de la religion que leurs biens leur furent do...
      ...ns respectée, par les raisons mêmes qui la rendent plus respectable? Supposez que la propriété n'apDartient pas aux titulair...
      ...'appartient pas même aux églises ; nous la réclamons pour les objets et les servic...
      Leurs propriétés sont chargées d'un service indispensable ; ce n'est pas pour la libre disposition et le seul entretien personnel des ministres de la religion que leurs biens leur furent donnés. Peut-on croire que leurs droits soient affaiblis par l'utilité des objets sur lequels ils doivent s'exercer? Et leur propriété doit-elle être moins respectée, par les raisons mêmes qui la rendent plus respectable? Supposez que la propriété n'apDartient pas aux titulaires ; supposez qu'elle n'appartient pas même aux églises ; nous la réclamons pour les objets et les services auxquels elle est affectée.
      Speaker: De Boisgelin
      ...l faut détruire des liens consacrés par la religion et confirmés par r la loi pour changer l'état des titulaires et la disposition des revenus. On ne peut pas séparer le titre et la propriété; on ne peut pas ravir la propriété sans détruire le titre ; ii n...
      ...sa juridiction dans l'ordre des lois de la religion. Faut-il regarder l'Eglise com...
      ... reçue dans l'Etat ? Faut-il attribuera la puissance civile cette suprématie que t...
      ...l'Eglise et de l'Etat. C'est l'union de la puissance civile et de la juridiction ecclésiastique qui forme le...
      ...les et canoniques ont uni les possessions au titre et le titulaire à l'Eglise. Il faut détruire des liens consacrés par la religion et confirmés par r la loi pour changer l'état des titulaires et la disposition des revenus. On ne peut pas séparer le titre et la propriété; on ne peut pas ravir la propriété sans détruire le titre ; ii n'est personne, sans doute, parmi nous qui veuille ôter à l'Eglise le pouvoir de conférer les titres canoniques, d'établir les services spirituels, et d'exercer sa juridiction dans l'ordre des lois de la religion. Faut-il regarder l'Eglise comme étrangère et non * reçue dans l'Etat ? Faut-il attribuera la puissance civile cette suprématie que toutes les décisions regardent comme une autre religion et comme un schisme ? Un ...
      ...révoquées, et qui subsistent dans toute leur force; ce sont les lois mêmes de v l'Eglise et de l'Etat. C'est l'union de la puissance civile et de la juridiction ecclésiastique qui forme le titre des bénéfices. On ne peut pas annuler, sans leur concours, leurs formes c...
      Speaker: De Boisgelin
      ... sont affectés. Ce service est celui de la religion, vous la respectez et vousne ? voulez pas la détruire, et vous sentez à quel point ii est nécessaire de conserver la religion dans . l'esprit des peuples. Vous ôteriez une base à la morale. Quelle est la base que vous pourriez y substituer? Nu... ... seront pas remplies?^ ont chargé les titulaires d'un service auquel leurs biens sont affectés. Ce service est celui de la religion, vous la respectez et vousne ? voulez pas la détruire, et vous sentez à quel point ii est nécessaire de conserver la religion dans . l'esprit des peuples. Vous ôteriez une base à la morale. Quelle est la base que vous pourriez y substituer? Nulle voix ne parle au cœur de l'homme malheureux et solitaire, comme celle qui ne...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ne peut pas posséder sans l'autorité de la nation ; c'est la nation dont elle tient la faculté de posséder. La nation peut retirer son autorisation : la nation peut refuser à l'Eglise la faculté qu'elle lui donne. Car enfin l'Eglise ne peut pas posséder sans l'autorité de la nation ; c'est la nation dont elle tient la faculté de posséder. La nation peut retirer son autorisation : la nation peut refuser à l'Eglise la faculté qu'elle lui donne.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 618
      Speaker: De Boisgelin
      ... les églises étaient habiles à posséder en vertu de toutes les lois nationales, leurs possessions sont légitimes ; elles sont sous la protection de la justice et de la foi publique, et nulle force humaine ne peut légitimer l'infraction de la justice et de la foi publique. Si les églises étaient habiles à posséder en vertu de toutes les lois nationales, leurs possessions sont légitimes ; elles sont sous la protection de la justice et de la foi publique, et nulle force humaine ne peut légitimer l'infraction de la justice et de la foi publique.
      Speaker: De Boisgelin
      ...e espérance? Nous aurions dit : C'est à la nation à nous défendre. Nous serions venus plaider devant vous avec confiance la cause des lois, celle des possessions d...
      ...aurions mis notre force dans l'appui de la puissance législative, que nous n'avons...
      ...lois. Nous aurions dit : Des hommes que la nation a choisis pour faire les lois on...
      ...e leurs pouvoirs. Ils ne pourraient pas en mesurer l'étendue, s'ils ne voulaient pas en connaître les bornes. Ils veulent faire...
      ...e du gouvernement avait voulu nous ravir nos possessions, quelle aurait été notre espérance? Nous aurions dit : C'est à la nation à nous défendre. Nous serions venus plaider devant vous avec confiance la cause des lois, celle des possessions de nos commettants et celle des propriétés de tous les citoyens. Nous aurions mis notre force dans l'appui de la puissance législative, que nous n'avons pas à distinguer de celle des lois. Nous aurions dit : Des hommes que la nation a choisis pour faire les lois ont dépouillé les préjugés, les erreurs et les haines. Ils sont sans passions, comme les lois mêmes. Us considèrent quelle est l'étendue de leurs pouvoirs. Ils ne pourraient pas en mesurer l'étendue, s'ils ne voulaient pas en connaître les bornes. Ils veulent faire des lois utiles, et ils
      Speaker: De Boisgelin
      ...s des réclamations qui peuvent partager la nation; et s'il est vrai qu'elles soient celles de la justice, qui doivent la persuader; si la nation persuadée révoque dans la suite des lois que nous aurons portées, quels seront les sages représentants de la nation qui n'auront pas su s'en défendre ? Il est des moments où le courage est dans la sagesse et dans la modération. Est-il dans notre pensée, e...
      ...ées? Souvenons-nous que nous avons fait la déclaration des droits de l'homme et du...
      ...marquer les bornes que nous prescrivent la raison et la loi.
      Nous éprouverons des réclamations qui peuvent partager la nation; et s'il est vrai qu'elles soient celles de la justice, qui doivent la persuader; si la nation persuadée révoque dans la suite des lois que nous aurons portées, quels seront les sages représentants de la nation qui n'auront pas su s'en défendre ? Il est des moments où le courage est dans la sagesse et dans la modération. Est-il dans notre pensée, est-il dans notre pouvoir d'interdire les réclamations des parties intéressées? Souvenons-nous que nous avons fait la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Le premier droit du citoyen est de réclamer les lois qui forment son é...
      ... point de bornes, que chaque citoyen a le droit et l'intérêt de découvrir et de marquer les bornes que nous prescrivent la raison et la loi.
      Speaker: De Boisgelin
      ...oine à ses parents, à ses enfants, pour en faire l'héritage de la patrie. 11 paraît qu'aujourd'hui les regards de la charité se tournent vers les asiles de l'indigence. La religion donne les mêmes conseils que l... ...es. Ce n'est pas sans peine et sans effort qu'on dérobe une partie de son patrimoine à ses parents, à ses enfants, pour en faire l'héritage de la patrie. 11 paraît qu'aujourd'hui les regards de la charité se tournent vers les asiles de l'indigence. La religion donne les mêmes conseils que l'humanité. Ses ministres se plaisent à remplir dans des rapports chaque jour plu...
      Speaker: De Boisgelin
      Quelles peuvent en être les suites? Les voici : Quelles peuvent en être les suites? Les voici :
      Speaker: De Boisgelin
      La nation a donné la faculté de posséder à l'Eglise. La nation a donné la faculté de posséder à l'Eglise.
      Speaker: De Boisgelin
      Elle peut la lui retirer. Elle peut la lui retirer.
      Speaker: De Boisgelin
      ...sions : elle exerce ainsi le retrait de la faculté qu'elle avait donnée. L'édit de 1749 a rempli le voeu de la nation, et ne lui laisse plus rien à cr... Elle peut interdire à l'Eglise le droit d'acquérir de nouvelles possessions : elle exerce ainsi le retrait de la faculté qu'elle avait donnée. L'édit de 1749 a rempli le voeu de la nation, et ne lui laisse plus rien à craindre pour l'avenir.
      Speaker: De Boisgelin
      ...jourd'hui qu'elle n'avait point accordé la faculté de posséder aux églises. Sa déc... ... pas donner un effet rétroactif à son interdiction; elle ne peut pas déclarer aujourd'hui qu'elle n'avait point accordé la faculté de posséder aux églises. Sa déclaration serait démentie par l'état même des possessions ecclésiastiques, comme ...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ives de chaque église et dans celles de la nation? Pouvons-nous révoquer tous les ...
      ...qu'une révocation qui devient elle-même la preuve de la légitimité, de toutes les possessions q...
      ...s, toutes les chartes, tous les contrats privés ou publics déposés dans les archives de chaque église et dans celles de la nation? Pouvons-nous révoquer tous les édits, ordonnances et déclarations qui forment le droit public du royaume, comme...
      ...ise de France? Pouvons-nous révoquer douze siècles de possession ? Et qu'est-ce qu'une révocation qui devient elle-même la preuve de la légitimité, de toutes les possessions qu'elle tend à détruire?
      Speaker: De Boisgelin
      ...l'usurpation de l'homme puissant, et de la réclamation de ses vassaux ? ...s qui menacent les possessions des églises, que dirait l'Assemblée nationale de l'usurpation de l'homme puissant, et de la réclamation de ses vassaux ?
      Speaker: De Boisgelin
      ... et je romps moi-même tous les biens de la féodalité: mes vassaux rentrent dans le...
      ...: une légère redevance était Je gage de la protection; c'était un bienfait bien plus qu'un service. Ils ne veulent plus acquitter la redevance; ils ne doivent plus posséder la terre. Je leur retire ce que mes pères ...
      ...ient les servitudes d'un temps de barbarie; oublions-les pour jamais. Je détruis et je romps moi-même tous les biens de la féodalité: mes vassaux rentrent dans leur liberté ; je rentre dans mon domaine. C'est de mes pères qu'ils tenaient ce qu'ils possèdent : une légère redevance était Je gage de la protection; c'était un bienfait bien plus qu'un service. Ils ne veulent plus acquitter la redevance; ils ne doivent plus posséder la terre. Je leur retire ce que mes pères leur avaient donné.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ustice est l'injure faite au droit et à la loi. Gomment la loi peut-elle s'offenser elle-même? La justice et la vérité reposent dans son sanctuaire,et ...
      ...it les lois,ne peut admettreni souffrir la violation des lois.
      ...t pas que les lois ne sont pas utiles quand les moyens ne sont pas justes; l'injustice est l'injure faite au droit et à la loi. Gomment la loi peut-elle s'offenser elle-même? La justice et la vérité reposent dans son sanctuaire,et l'Assemblée, qui fait les lois,ne peut admettreni souffrir la violation des lois.
      Speaker: De Boisgelin
      ... sont loin de cetle étonnante et subite révolution. Avons-nous des pouvoirs contraires à t... ...ouvoirs que nous n'avons pas? Lisez vos propres cahiers, vous verrez combien ils sont loin de cetle étonnante et subite révolution. Avons-nous des pouvoirs contraires à toutes les volontés connues de ceux qui nous ont donné des pouvoirs?
      Speaker: De Boisgelin
      ...s droits des églises. Nous avons plaidé la cause même des lois. Et nous ne pensons pas qu'il soit de l'intérêt de la nation de renverser tous les principes qui sont la force des lois. Nous n'avons pas seulement défendu les droits des églises. Nous avons plaidé la cause même des lois. Et nous ne pensons pas qu'il soit de l'intérêt de la nation de renverser tous les principes qui sont la force des lois.
      Speaker: De Boisgelin
      ...s fondateurs, déposées sous le sceau de la foi publique, sans détruire des droits ...
      ...les temps, des propriétés antérieures à la monarchie, et sans annuler toutes les lois des donations et des acquisitions, la loi même de la prescription sans laquelle il n'y a poi...
      ...l'Etat ne peut pas s'emparer des biens des églises sans trahir les intentions des fondateurs, déposées sous le sceau de la foi publique, sans détruire des droits acquis et reconnus de tous les temps, des propriétés antérieures à la monarchie, et sans annuler toutes les lois des donations et des acquisitions, la loi même de la prescription sans laquelle il n'y a point de propriété.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 619
      Speaker: De Boisgelin
      ... des actes illégitimes qui transmettent la propriété des moissons qui ne sont pas ...
      ...Nous ferons d'un mot, d'un seul mot une révolution subite dans les lois delà moitié de la France. A quelles conséquences ne peuve...
      ...ndre des principes que ne tempère point la connaissance des mœurs et des lois? On ...
      ...ence des principes du droit naturel sur la législation. Mais on doit savoir aussi ...
      ... donations faites à l'Eglise dans toute la franchise de la propriété, il n'y a point de donations ...
      ...us pouvons donner un effet rétroactif à la révocation des lois, il n'y a point de citoyen qui puisse se reposer en paix sur les titres de sa propriété.
      ...n nous a déjà proposé d'abolir les testaments. Nous dirons : Les testaments sont des actes illégitimes qui transmettent la propriété des moissons qui ne sont pas encore, des moissons que le testateur, injuste usurpateur de l'avenir, ne doit ni semer ni recueillir. Nous ferons d'un mot, d'un seul mot une révolution subite dans les lois delà moitié de la France. A quelles conséquences ne peuvent point s'étendre des principes que ne tempère point la connaissance des mœurs et des lois? On sait quelle doit être l'influence des principes du droit naturel sur la législation. Mais on doit savoir aussi quelles sont les modifications indispensables que les plus sages lois reçoivent de l'influence des usages et des lois établies. Si nous pouvons rétracter les donations faites à l'Eglise dans toute la franchise de la propriété, il n'y a point de donations qui soient à l'abri de notre nouvelle législation. Et si nous pouvons donner un effet rétroactif à la révocation des lois, il n'y a point de citoyen qui puisse se reposer en paix sur les titres de sa propriété.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ont leurs abus et même leurs vices. Ils n'en seront pas moins nécessaires aussi longtemps que les soins de la charité n'iront pas rechercher les beso...
      ...et des biens qui seront appelés ceux de la nation. Quel est l'établissement public...
      ...uand il ne peut plus se reposer, ni sur la sainteté des donations, ni sur la validité des contrats, ni sur la protection des lois?
      comme toutes les autres administrations publiques, ont leurs abus et même leurs vices. Ils n'en seront pas moins nécessaires aussi longtemps que les soins de la charité n'iront pas rechercher les besoins au lieu de les attendre, et ne répandront pas les secours dans l'intérieur d...
      ...lation d'un moment pour enlever aux établissements les plus solides des revenus et des biens qui seront appelés ceux de la nation. Quel est l'établissement public qui puisse avoir une administration bien ordonnée, quand il peut craindre que chaque moment ne soit celui de sa chute, quand il ne peut plus se reposer, ni sur la sainteté des donations, ni sur la validité des contrats, ni sur la protection des lois?
      Speaker: De Boisgelin
      ...utôt que sur un autre? L'infraction est la même. La loi était générale; elle cesse de l'êtr...
      ...t multiplier ses exceptions, quand elle en admet une.
      ...lois, et nous les violons. Et qu'importe qu'elles soient violées sur un point plutôt que sur un autre? L'infraction est la même. La loi était générale; elle cesse de l'être; elle peut multiplier ses exceptions, quand elle en admet une.
      Speaker: De Boisgelin
      ...argés d'un service, et donnés au nom de la nation. On peut dire, on dira dans la suite que les terres données en fief ne sont que d'anciens bénéfices chargés d'un service, et donnés au nom de la nation comme les biens des églises. On dira que la nation peut les reprendre comme les terres données à l'Eglise, et la même comparaison peut servir également ... On a dit que les biens des églises étaient semblables aux anciens bénéfices chargés d'un service, et donnés au nom de la nation. On peut dire, on dira dans la suite que les terres données en fief ne sont que d'anciens bénéfices chargés d'un service, et donnés au nom de la nation comme les biens des églises. On dira que la nation peut les reprendre comme les terres données à l'Eglise, et la même comparaison peut servir également pour envahir les biens des églises et les fiefs.
      Speaker: De Boisgelin
      Ces droits, diront les ministres de la religion, ces droits étaient les nôtres...
      ...ient communs avec nos concitoyens. Nous n'en voulions pointd'autres. Nous abjurions ...
      ... qui pouvaient tendre à nous séparer de la nation. Ge n'est pas seulement dans cette Assemblée que nous avons établi la maxime fondamentale de l'égalité des co...
      ...pe de l'égalité des contributions et de la nécessité du consentement, on nous rédu...
      ...e premier exemple de de l'infraction de la loi des propriétés, qui réclame le cons...
      Ces droits, diront les ministres de la religion, ces droits étaient les nôtres, ils nous étaient communs avec nos concitoyens. Nous n'en voulions pointd'autres. Nous abjurions avec empressement tous les privilèges qui pouvaient tendre à nous séparer de la nation. Ge n'est pas seulement dans cette Assemblée que nous avons établi la maxime fondamentale de l'égalité des contributions. Lisez nos cahiers, les cahiers de toutes les assemblées d'élection....
      ... nos biens quand nous voulions les imposer, et qu'au lieu de confirmer le principe de l'égalité des contributions et de la nécessité du consentement, on nous réduirait à donner le premier exemple de de l'infraction de la loi des propriétés, qui réclame le consentement des propriétaires.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ne sont plus ? Parce que les uns ont eu la faculté de vendre, et les autres celle ...
      ...é'ait libre et volontaire, et parce que la loi, toujours présente, peut donner à d...
      ...changes, les ventes et les achats des particuliers sont-ils respectés quand ils ne sont plus ? Parce que les uns ont eu la faculté de vendre, et les autres celle d'acheter; parce que leur contrat mutuel é'ait libre et volontaire, et parce que la loi, toujours présente, peut donner à des actes qui semblent des volontés d'un moment une existence durable et perpétue...
      Speaker: De Boisgelin
      Ce sont des lois immuables qui forment la sanction des contrats ; c'est parce que...
      ...s confient à des lois toujours vivantes la disposition de leurs volontés.
      Ce sont des lois immuables qui forment la sanction des contrats ; c'est parce que les générations disparaissent, c'est parce que les hommes étendent leurs pensées par delà le terme de l'âge humain, qu'ils confient à des lois toujours vivantes la disposition de leurs volontés.
      Speaker: De Boisgelin
      Si nous pouvons ébranler la validité, la perpé- Si nous pouvons ébranler la validité, la perpé-
      Speaker: De Boisgelin
      ...ons le cours du commerce. Nous arrêtons la circulation des biens et des richesses....
      ...mutuels des hommes et tous les biens de la société.
      ... de tous les droits transmis et de toutes les possessions acquises, nous suspendons le cours du commerce. Nous arrêtons la circulation des biens et des richesses. Nous détruisons tous les rapports des besoins mutuels des hommes et tous les biens de la société.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ment de l'impôt était une violation, et la plus funeste violation des propriétés, ... L'établissement de l'impôt était une violation, et la plus funeste violation des propriétés, quand il n'était point consenti par les propriétaires.
      Speaker: De Boisgelin
      ...er de nos princes qui rend ses droits à la nation. Nous ne comptons pas encore deu...
      ...es depuis qu'un roi de France a reconnu la loi fondamentale d'un peuple libre.
      ...ne songeons pas assez à quel point nous devons rendre grâces aux vertus du premier de nos princes qui rend ses droits à la nation. Nous ne comptons pas encore deux années écoulées depuis qu'un roi de France a reconnu la loi fondamentale d'un peuple libre.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 620
      Speaker: De Boisgelin
      ...ouvoir satisfaire aux besoins de l'Etat en vous emparant des biens des églises, et...
      ... que produit l'injustice, qu'on ne peut la servir par une opération intéressée don...
      ...e vertu publique sans justice; et c'est la vertu publique qui donne la confiance et le crédit.
      Vous croyez pouvoir satisfaire aux besoins de l'Etat en vous emparant des biens des églises, et telle est l'estimable erreur qui vous séduit. On peut avoir des vertus personne...
      ...s une ressource pour les Etats. On nuit plus à l'administration par Je sentiment que produit l'injustice, qu'on ne peut la servir par une opération intéressée dont l'effet a ses bornes. Il n'y a point de vertu publique sans justice; et c'est la vertu publique qui donne la confiance et le crédit.
      Speaker: De Boisgelin
      ...uses, et vous n'aviez pas considéré que la dispersion de ceux qui les habitent vou...
      ... suffire. On ne songe pas assez combien la vie commune épargne de dépenses, en multipliant les ressources. Les grands ...
      ...n entretien continuel et peu coûteux, à la ruine du temps. L'économie se répand su...
      ...unis n'a nulle proportion avec ce qu'il en coûte pour suffire au besoin des hommes...
      ...re les maisons religieuses sans charger la nation pen-dont longtemps d'un surcroît...
      Vous aviez porté vos regards sur les possessions des maisons religieuses, et vous n'aviez pas considéré que la dispersion de ceux qui les habitent vous imposait pendant longtemps de nouvelles charges auxquelles leurs revenus ne pourraient plus suffire. On ne songe pas assez combien la vie commune épargne de dépenses, en multipliant les ressources. Les grands bâtiments construits avec solidité résistent, par un entretien continuel et peu coûteux, à la ruine du temps. L'économie se répand sur tous les objets; les maisons les moins riches et les mieux ordonnées ajoutent ...
      ... et l'abondance dans une vie privée. L'entretien facile et commode des hommes réunis n'a nulle proportion avec ce qu'il en coûte pour suffire au besoin des hommes dispersés. Vous ne pouvez pas administrer les biens ecclésiastiques et détruire les maisons religieuses sans charger la nation pen-dont longtemps d'un surcroît considérable de contributions.
      Speaker: De Boisgelin
      Vous aviez cru abolir les dîmes, sans en considérer les charges. Vous aviez cru abolir les dîmes, sans en considérer les charges.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ice, s'accroissent successivement selon la mesure de l'utilité publique, nous remp...
      ...ibre consentement des propriétaires; et la nation, reconnaissant cette empreinte d...
      ... les lois mêmes qui dirigent une grande révolution, ne pourra plus se défendre d'une confi...
      ...imité qui ne laisse plus à craindre, ni la violation des engagements de l'Etat ni ...
      ...ources à l'Etat ; si ces ressources mêmes, subordonnées d'abord aux lois de justice, s'accroissent successivement selon la mesure de l'utilité publique, nous remplirons avec le temps les mêmes objets. Nous aurons respecté les possessions. Nous pourrons obtenir le libre consentement des propriétaires; et la nation, reconnaissant cette empreinte de sagesse dans les lois mêmes qui dirigent une grande révolution, ne pourra plus se défendre d'une confiance sans bornes, et de ce crédit illimité qui ne laisse plus à craindre, ni la violation des engagements de l'Etat ni l'excès des charges publiques.
      Speaker: De Boisgelin
      ...'un corps considérable pût exister dans la nation sans avoir des rapports avec la nation entière. Il n'est pas possible de faire une révolution subite dans l'état de ses biens, sans a... ...ses, et qui deviennent sensibles par les changements. Il n'était pas possible qu'un corps considérable pût exister dans la nation sans avoir des rapports avec la nation entière. Il n'est pas possible de faire une révolution subite dans l'état de ses biens, sans altérer cette balance générale dont les mouvements changent l'état de toutes les ...
      Speaker: De Boisgelin
      ...s droits que nous pouvions acquérir sur la postérité, comme nous regrettons les dr... ...exemples, et ne suivront pas nos lois. Ils regretteront nos décrets; qui sont les droits que nous pouvions acquérir sur la postérité, comme nous regrettons les droits des églises acquis et reconnus de tous les temps.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ent, ne se livrent qu'au cours libre de la confiance ; et la confiance a pour base non-seulement une valeur réelle, mais la justice et les lois. ...ichesses, subordonnées aux craintes etaux espérances de tous ceux qui les possèdent, ne se livrent qu'au cours libre de la confiance ; et la confiance a pour base non-seulement une valeur réelle, mais la justice et les lois.
      Speaker: De Boisgelin
      ...s de l'Etat par des retranchements dans la dépense, par les réformes dans'la perce... J'ai pensé, je pense encore qu'on peut acquitter les dettes de l'Etat par des retranchements dans la dépense, par les réformes dans'la perception, par l'indispensable conversion des impôts, par l'égalité totale, et sans ...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ons les principes des propriétés. Voilà la première loi pour défendre les propriét... Respectons les principes des propriétés. Voilà la première loi pour défendre les propriétés de tous les citoyens de l'excès des impôts, comme des violations des lois.
      Speaker: De Boisgelin
      ...harges auxquelle il faudrait assujettir la nation? Sait-on quelles sont les charges auxquelle il faudrait assujettir la nation?
      Speaker: De Boisgelin
      naître les bornes. La dignité de notre ministère s'accorde avec la sévérité de vos dispositions. naître les bornes. La dignité de notre ministère s'accorde avec la sévérité de vos dispositions.
      Speaker: De Boisgelin
      Il résulte de ces recherches que la charge de la nation serait immense et que les biens ... Il résulte de ces recherches que la charge de la nation serait immense et que les biens du clergé seraient bien loin d'v suffire.
      Speaker: De Boisgelin
      ...les biens de chaque église entrent dans la combinaison de ces affiches multipliées...
      ...ue le besoin de leurs affaires met dans la nécessité de vendre. Ils partageront le...
      ...ens ecclésiastiques, et leur ruine sera la déplorable suite de la ruine du clergé.
      ...s, d'une liste de cinq ou six mille terres à vendre. Que sera-ce si tout à coup les biens de chaque église entrent dans la combinaison de ces affiches multipliées? Vous ferez tort à tous les propriétaires que le besoin de leurs affaires met dans la nécessité de vendre. Ils partageront les dommages de cette même concurrence qui doit nuire à l'aliénation des biens ecclésiastiques, et leur ruine sera la déplorable suite de la ruine du clergé.
      Speaker: De Boisgelin
      ...spérer que les biens de l'Eglise auront la préférence dans le nombre des biens exposés à la vente, quand l'aliénation forcée peut écarter la concurrence ? Peut-on espérer que les biens de l'Eglise auront la préférence dans le nombre des biens exposés à la vente, quand l'aliénation forcée peut écarter la concurrence ?

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 621
      Speaker: De Boisgelin
      Nous n'avons pas mis en ligne de compte tous les frais et tous les abus de la régie des biens en séquestre. Les recettes multipliées, le...
      ...égation dont leurs poursuites ont opéré la dissolution : ils ont vu leurs droits e...
      ...s formalités d'un séquestre établi sous la protection des lois. Des séquestres, ch...
      ...semblable à celle qui semble attachée à la nature d'un séquestre, et il ne sera pa...
      Nous n'avons pas mis en ligne de compte tous les frais et tous les abus de la régie des biens en séquestre. Les recettes multipliées, les agences subalternes, les formalités de justice, les intérêts toujours habiles ...
      ...vendus ou revenus affermés. Voyez ce qne sont devenus les créanciers d'une congrégation dont leurs poursuites ont opéré la dissolution : ils ont vu leurs droits et leur action se briser contre les innombrables formalités d'un séquestre établi sous la protection des lois. Des séquestres, chargés de liquider les dettes de quelques familles, ont été prolongés pendant plus d'un siècle. Il n'y a point de corruption semblable à celle qui semble attachée à la nature d'un séquestre, et il ne sera pas dans le pouvoir de l'Assemblée nationale ou des assemblées provinciales d'en p...
      Speaker: De Boisgelin
      ...nos terres passeront dans des mains qui n'en rempliront point les services. Une contribution nouvelle et générale sera la taxe de la religion. La religion ne semblera plus qu'une taxe sur le peuple, et la nation sera toujours plus imposée pour ...
      ...ous les siècles ^semblaient avoir voulu la soulager par leurs utiles fondations.
      Ainsi les revenus diminueront sans cesse et les charges seront les mêmes; nos terres passeront dans des mains qui n'en rempliront point les services. Une contribution nouvelle et générale sera la taxe de la religion. La religion ne semblera plus qu'une taxe sur le peuple, et la nation sera toujours plus imposée pour (les charges dont les bons citoyens de tous les siècles ^semblaient avoir voulu la soulager par leurs utiles fondations.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ndes opérations. Une subite et violente révolution semble d'abord n'avoir point de bornes....
      ...pérations sans bornes sont l'ouvrage de la sagesse et du temps.
      ...iens ecclésiastiques. Le temps est un des éléments nécessaires de toutes les grandes opérations. Une subite et violente révolution semble d'abord n'avoir point de bornes. Mais les choses résistent par elles-mêmes encore plus que les hommes, et les seules opérations sans bornes sont l'ouvrage de la sagesse et du temps.
      Speaker: De Boisgelin
      Avons-nous pensé quelle est la situation douloureuse à laquelle nous r...
      ...steurs à l'abri d'une austère et subite révolution. Par quelle fatalité leur ruine serait-...
      ... nous reste à faire? Peut-on eroire que la Providence ne laisse aux hommes courage...
      Avons-nous pensé quelle est la situation douloureuse à laquelle nous réduirions une multitude de ministres utiles et de pasteurs respectables? Les hab...
      ... et des malades, doivent sans doute mettre vos frères, vos concitoyens et vos pasteurs à l'abri d'une austère et subite révolution. Par quelle fatalité leur ruine serait-elle le seul moyen d'opérer le bien qui nous reste à faire? Peut-on eroire que la Providence ne laisse aux hommes courageux et aux bons citoyens d'autre moyen d'être utiles que celui d'être impitoyable...
      Speaker: De Boisgelin
      C'est dans les grandes révolutions qu'il faut rechercher toutes les ressou...
      ...rs pasteurs qui les mettent à l'abri de la saisie, de l'emprisonnement ou de la fuite.
      C'est dans les grandes révolutions qu'il faut rechercher toutes les ressources de l'humanité. Nous devons sentir combien nos décrets peuvent épargner ou c...
      ...cales qui pénètre dans l'obscurité de leur réduit, et ce sont les aumônes de leurs pasteurs qui les mettent à l'abri de la saisie, de l'emprisonnement ou de la fuite.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ce à ceux qui les acquièrent. On craint la réclamation des successeurs qui sont toujours admis à justifier la lésion faite à l'Eglise. ... peuvent seules légitimer l'acquisition des biens de l'Eglise, et donner confiance à ceux qui les acquièrent. On craint la réclamation des successeurs qui sont toujours admis à justifier la lésion faite à l'Eglise.
      Speaker: De Boisgelin
      ...dra qu'un long temps s'écoule avant que la confiance publique, constamment^établie... Il faudra qu'un long temps s'écoule avant que la confiance publique, constamment^établie, environne de son rempart les droits incertains et précaires des nouveaux posse...
      Speaker: De Boisgelin
      Si les recherches qu'on a faites sur la valeur et sur l'emploi des biens du cle...
      ...ouvez faire; vous ne pouvez pas charger la nation d'une dette immense qu'elle ne p...
      Si les recherches qu'on a faites sur la valeur et sur l'emploi des biens du clergé vous sont suspectes, il faut les examiner vous-mêmes. Il faut connaître ce que vous pouvez faire; vous ne pouvez pas charger la nation d'une dette immense qu'elle ne peut acquitter.
      Speaker: De Boisgelin
      bien sensible. Si quand la nation gémit sous l'excès des impôts, l...
      ...elle reconnaissance mêlée d'étonnement, la nation entière recevrait leurs bienfaits, et recommanderait leur souvenir à la postérité 1 C'est ce qu'ont fait nos pè...
      bien sensible. Si quand la nation gémit sous l'excès des impôts, les plus riches citoyens formaient tout à coup, dans leur opulence, une noble conjuration pour l'affranchir d'une surcharge de 130 ou 150 millions, avec quelle reconnaissance mêlée d'étonnement, la nation entière recevrait leurs bienfaits, et recommanderait leur souvenir à la postérité 1 C'est ce qu'ont fait nos pères, et nous blâmons leur mémoire, et nous dissipons leurs dons, et nous voulons...
      Speaker: De Boisgelin
      ...es , si chaque classe de citoyens était la victime de réformes dures et sévères, i...
      ... aurait le droit de demander quelle est la différence des réformes et des abus.
      ...ent proscrits ? Si chaque génération adoptait successivement ces méthodes cruelles , si chaque classe de citoyens était la victime de réformes dures et sévères, il n'y aurait point de repos et de bonheur dans le présent ni dans l'avenir, et chaque citoyen, plus malheureux, s'interrogeant lui-même dans le tourment de ses pensées, aurait le droit de demander quelle est la différence des réformes et des abus.
      Speaker: De Boisgelin
      ... Pourquoi veut-on arracher du milieu de la nation un état qui, par sa nature, est ... ...asteur dans sa négligence, serait estimé par sa bienfaisance et par sa charité ? Pourquoi veut-on arracher du milieu de la nation un état qui, par sa nature, est un centre de services publics et d'occupations salutaires ?
      Speaker: De Boisgelin
      ...e le malheur d'un million d'hommes dont la destinée est unie par les rapports de f... Il s'agit peut-être de faire le malheur d'un million d'hommes dont la destinée est unie par les rapports de famille, et surtout par le lien des besoins, au sort de 80,000 ecclésiastiques qu...
      Speaker: De Boisgelin
      ...es vertus des hommes concourent mieux à la prospérité des empires que des principe... ... de chaque citoyen et l'habitude de sa vie doivent avoir sur ses dispositions. Les vertus des hommes concourent mieux à la prospérité des empires que des principes et des calculs sans observation et sans expérience. Que faites-vous ?

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 622
      Speaker: De Boisgelin
      ...e partie des biens qui nous attachent à la patrie ? Vous ne pouvez pas vous dissim...
      ...tachement semble avoir uni l'homme avec la terre. Il est des espérances et des consolations inséparables du sentiment de la propriété. Il est de satisfaisantes pen...
      ... sein des possessions territoriales. Et la patrie devient plus chère au paisible possesseur des biens-fonds, parce qu'elle est la protectrice de la paix dont il jouit au milieu de ses cha...
      ...s qui sont les principes des devoirs de la plus utile partie des citoyens envers l'Etat. La religion consacre tous les fondements de la morale et leur prête une force supérieu...
      ...cieux qui font leur honneur et qui sont la force de la nation ; et vous ne voulez pas que nous...
      ...érêts communs. Ils s'écrieront bientôt, en suivant les conséquences de leurs princ...
      ...priétés, et vous nous offrez un salaire en un impôt sur la nation. Ne soyez pas étonnés si nous réclamons tous nos titres pour épagner un impôt à la nation. Ce n'est pas elle qui doit empl...
      ...d nous pouvons employer les nôtres pour la secourir. Nous devons sentir, plus que ...
      ...donnent nos possessions d'être utiles à la patrie.
      Quelle aveugle persécution tend à retrancher une partie des biens qui nous attachent à la patrie ? Vous ne pouvez pas vous dissimuler quelle est l'intime et constante union qui se forme entre l'intérêt général...
      ...r d'eux, et deviennent les revenus de l'indigence. Je ne sais quel invincible attachement semble avoir uni l'homme avec la terre. Il est des espérances et des consolations inséparables du sentiment de la propriété. Il est de satisfaisantes pensées d'amélioration, de repos et de sécurité qui semblent se lever du sein des possessions territoriales. Et la patrie devient plus chère au paisible possesseur des biens-fonds, parce qu'elle est la protectrice de la paix dont il jouit au milieu de ses champs, plus ou moins étendus, dont il recueille les moissons. Nous devons encourager ces sentiments qui sont les principes des devoirs de la plus utile partie des citoyens envers l'Etat. La religion consacre tous les fondements de la morale et leur prête une force supérieure à celle des sentiments naturels et des lois humaines. Vous voulez, avec raison, que notre voix s'élève pour inspirer aux citoyens ces sentiments précieux qui font leur honneur et qui sont la force de la nation ; et vous ne voulez pas que nous puissions les partager nous-mêmes. Ceux qui veulent nous dépouiller de nos possessions veulent aussi nous rendre étrangers à tous les intérêts communs. Ils s'écrieront bientôt, en suivant les conséquences de leurs principes, que nous sommes sans possessions et sans propriétés dans l'Etat, qu'on ne ...
      ... partager leurs intérêts et de contribuer à leur bonheur. Vous nous ôtez nos propriétés, et vous nous offrez un salaire en un impôt sur la nation. Ne soyez pas étonnés si nous réclamons tous nos titres pour épagner un impôt à la nation. Ce n'est pas elle qui doit employer pour nous une partie, de ses propriétés, quand nous pouvons employer les nôtres pour la secourir. Nous devons sentir, plus que jamais, l'avantage que nous donnent nos possessions d'être utiles à la patrie.
      Speaker: De Boisgelin
      ...s troubler l'ordre établi par les lois, n'en laisseront point subsister les abus, et ne porteront point la crainte et le tour-men t dans les famil... Nos propositions, sans troubler l'ordre établi par les lois, n'en laisseront point subsister les abus, et ne porteront point la crainte et le tour-men t dans les familles des titulaires et dans les asiles de l'indigence, privés de toutes leurs res...
      Speaker: De Boisgelin
      ...le au cœur de tous les hommes, celle de la nécessité. Il est une seconde religion pour tous les citoyens, celle de la patrie. il ne faut pas nous le dissimuler : l'Etat est en péril; les impositions, dans plus d'une...
      ...plus ; un crédit prêta naître, celui de la nation, n'existe pas encore; les emprun...
      Il est une voix qui parle au cœur de tous les hommes, celle de la nécessité. Il est une seconde religion pour tous les citoyens, celle de la patrie. il ne faut pas nous le dissimuler : l'Etat est en péril; les impositions, dans plus d'une province, ont été suspendues et tous les droits interceptés. Ce qu'on appelait le crédit de l'Etat n'existe plus ; un crédit prêta naître, celui de la nation, n'existe pas encore; les emprunts ne peuvent point se remplir, il n'est plus possible de recourir aux anticipat...
      Speaker: De Boisgelin
      C'est dans ces circonstances que la nation entière tourne ses regards vers ...
      ...le que le clergé doive combler l'abîme, en s'y jetant lui-même ; on pense que ses ...
      ...'entretien du culte et des ministres de la religion , peuvent offrir un excédant i...
      ...jetés comme contraires aux principes de la justice et de la propriété. Telles sont les dispositions...
      C'est dans ces circonstances que la nation entière tourne ses regards vers le clergé. Il semble que le clergé doive combler l'abîme, en s'y jetant lui-même ; on pense que ses biens, destinés à l'entretien du culte et des ministres de la religion , peuvent offrir un excédant immense et superflu, comme un fonds réservé pour satisfaire à tous les besoins de...
      ...ntes justifient des plans de destruction qu'une raison plus tranquille aurait rejetés comme contraires aux principes de la justice et de la propriété. Telles sont les dispositions du public et les sentiments du clergé, qui, se partageant sur les moyens doiven...
      Speaker: De Boisgelin
      ...le plus noble hommage à vos intentions, en écartantlesmoyens durs et rigoureux qui peuvent en faire méconnaître les principes et déna... ...sentiment juste peut diriger vos délibérations, ah 1 sans doute, nous rendrions le plus noble hommage à vos intentions, en écartantlesmoyens durs et rigoureux qui peuvent en faire méconnaître les principes et dénaturer les effets.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ssions utiles à l'Etat, et d'épargner à la nation les impôts qui doivent être la suite de la dispendieuse régie et de l'insuffisante... Combien il est plus juste et plus facile de rendre nos possessions utiles à l'Etat, et d'épargner à la nation les impôts qui doivent être la suite de la dispendieuse régie et de l'insuffisante aliénation des biens du clergé !
      Speaker: De Boisgelin
      leuses de la justice et tous les soins de l'humanité...
      ...préféré des moyens doux et paisibles, à la dure nécessité des injustices et des de...
      leuses de la justice et tous les soins de l'humanité des arrangements qui répondront à vos vues, et vous n'aurez pas à regretter d'avoir préféré des moyens doux et paisibles, à la dure nécessité des injustices et des destructions.
      Speaker: De Boisgelin
      Nous parlerons avec la même franchise des devoirs du clergé que des intérêts de la nation. La voix d'un évêque doit être celle d'un a...
      ...itoyen, fit tel est le premier effet de la liberté publique, qu'elle fait d'abord ...
      Nous parlerons avec la même franchise des devoirs du clergé que des intérêts de la nation. La voix d'un évêque doit être celle d'un administrateur et d'un citoyen, fit tel est le premier effet de la liberté publique, qu'elle fait d'abord tomber toutes les chaînes d'un intérêt personnel et d'un esprit de corps.
      Speaker: De Boisgelin
      ...il n'acquitte jamais ce qu'il lui doit. La protection de l'Etat est constante; la reconnaissance du clergé ne doit point ... Quels que soient les services que le clergé puisse rendre à l'Etat, il n'acquitte jamais ce qu'il lui doit. La protection de l'Etat est constante; la reconnaissance du clergé ne doit point avoir de bornes.
      Speaker: De Boisgelin
      ...rivées le tribut honorable qu'il doit à la classe indigente de la société. Mais certes le public a le dro... ...aux impositions communes, neremplisse que par des contributions volontaires et privées le tribut honorable qu'il doit à la classe indigente de la société. Mais certes le public a le droit de réclamer les secours les plus étendus dans les temps de calamité. Les guer...
      Speaker: De Boisgelin
      ...écesseurs. Où sont ces dons précieux de la piété des fidèles ? où sont ces ornemen...
      ...souvent prodigués, tantôt pour racheter la liberté d'un roi que son cou-
      Souvenons-nous des exemples que nous ont laissés nos prédécesseurs. Où sont ces dons précieux de la piété des fidèles ? où sont ces ornements de nos temples, et ces richesses qui formaient l'antique trésor de nos églises ? que sont devenus ces biens si souvent prodigués, tantôt pour racheter la liberté d'un roi que son cou-

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 623
      Speaker: De Boisgelin
      La première dette du clergé est celle des ...
      ...rêts personnels. Il s'agit de conserver la dignité du culte et l'utilité du ministère. Leur situation, digne des regards de la nation, avait depuis longtemps occupé t...
      ...u clergé. JNos désirs n'ont été remplis qu'en partie, et nous avons connu les obstacl...
      ...tter cettef charge indispensable, quels qu'en puissent être les moyens. Il n'est ni j...
      La première dette du clergé est celle des curés à portion congrue. Il ne s'agit pas seulement de leurs intérêts personnels. Il s'agit de conserver la dignité du culte et l'utilité du ministère. Leur situation, digne des regards de la nation, avait depuis longtemps occupé tous les soins du clergé. JNos désirs n'ont été remplis qu'en partie, et nous avons connu les obstacles sans pouvoir les surmonter. Les longues et dispendieuses formalités, les oppo...
      ...squelles les donations convenables ne pouvaient pas être remplies. Il faut acquitter cettef charge indispensable, quels qu'en puissent être les moyens. Il n'est ni juste, ni possible de faire éprouver de plus longs délais à des pasteurs dont les...
      Speaker: De Boisgelin
      ...amner ceux qui les possèdent, quand ils en font un convenable usage. Il ne nous appartient pas de condamner ceux qui les possèdent, quand ils en font un convenable usage.
      Speaker: De Boisgelin
      ... tantôt pour défendre l'indépendance de la couronne et de l'Etat ? La nation retrouve dans les annales de cha...
      ...les monuments du zèle des minis-très de la religion. Est-il un plus convenable usa...
      ...ar l'emploi de nos biens aux besoins de la nation que nous pouvons leur rendre, sa...
      ...s, si ce n'était pas pour le service de la religion et de la patrie ?
      rage égare au milieu de ses ennemis, tantôt pour défendre l'indépendance de la couronne et de l'Etat ? La nation retrouve dans les annales de chaque siècle les monuments du zèle des minis-très de la religion. Est-il un plus convenable usage des biens que nous avons reçus, que de défendre les biens de ceux qui nous le...
      ...re, et font partie de cette nation à laquelle nous dévouons nos secours. C'est par l'emploi de nos biens aux besoins de la nation que nous pouvons leur rendre, sans les connaître, ce que nous avons reçu d'eux. Les droits du clergé sont ses de...
      ...ropriétés, sans offrir nos revenus ? Comment voudrions-nous disposer de nos biens, si ce n'était pas pour le service de la religion et de la patrie ?
      Speaker: De Boisgelin
      ...esoins. Il faut qu'il soit plus utile à la nation de respecter et de maintenir les... ...nsi dire toutes les difficultés pour satisfaire, s'il est possible, à tous les besoins. Il faut qu'il soit plus utile à la nation de respecter et de maintenir les propriétés des églises, que de régir ou d'aliéner leurs possessions.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ut manquer à des obligations auxquelles la nation ne pourrait manquer elle-même. ...é doit remplir d'abord les services pour lesquels il est établi. Le clergé ne peut manquer à des obligations auxquelles la nation ne pourrait manquer elle-même.
      Speaker: De Boisgelin
      La religion est la loi de l'Etat, parce qu'elle est le bie... La religion est la loi de l'Etat, parce qu'elle est le bien du peuple, et son culte et son enseignement exigent des établissements indispe...
      Speaker: De Boisgelin
      ...s ministres essentiels et nécessaires à la religion. ...vent être répartis dans une proportion convenable et suffisante à l'entretien des ministres essentiels et nécessaires à la religion.
      Speaker: De Boisgelin
      ... et non des hommes. Et c'est le sort de la vertu de rendre jusqu'aux abus respecta... Mais il s'agit ici de parler des établissements et non des hommes. Et c'est le sort de la vertu de rendre jusqu'aux abus respectables, comme c'est celui des vices d'abuser de ses plus saintes instructions.
      Speaker: De Boisgelin
      ... persuader, dans le moment d'une grande révolution qui doit enfanter une Constitution nati... On ne pourra jamais persuader, dans le moment d'une grande révolution qui doit enfanter une Constitution nationale, qu'il est bon de conserver des places sans fonctions.
      Speaker: De Boisgelin
      ...e pourrait pas se dissimuler encore que la plus grande partie des bénéfices libres... Quand on serait moins frappé des abus, on ne pourrait pas se dissimuler encore que la plus grande partie des bénéfices libres devient indispensable pour faire une dotation suffisante aux places utiles.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ces et des établissements utiles, selon la population des villes et des campagnes. Il convient aux intérêts mêmes de la juridiction ecclésiastique d'ordonner e... Le clergé même sentira l'inévitable nécessité de réduire le nombre des places et des établissements utiles, selon la population des villes et des campagnes. Il convient aux intérêts mêmes de la juridiction ecclésiastique d'ordonner et d'exécuter les réductions convenables par les formes canoniques.
      Speaker: De Boisgelin
      ...unir dans un nombre propre à renouveler la discipline et la règle, et qu'ils voudront consacrer leu...
      ...on nationale, comme à l'enseignement de la religion.
      ...es. Et nous sommes bien persuadés que les bons religieux s'empresseront de se réunir dans un nombre propre à renouveler la discipline et la règle, et qu'ils voudront consacrer leurs travaux et leurs soins au progrès de l'éducation nationale, comme à l'enseignement de la religion.
      Speaker: De Boisgelin
      Il est dans la disposition du clergé de renoncer à son...
      ... ne peut pas condamner les titulaires à la double dépense d'un régime sans nécessi...
      ...rer tous les liens qui doivent l'unir à la nation.
      Il est dans la disposition du clergé de renoncer à son administration temporelle. Les biens dépendant des bénéfices doivent être soumis, sans distinction, à toutes les charges de l'Etat, des provinces et des communautés. On ne peut pas condamner les titulaires à la double dépense d'un régime sans nécessité. Il n'est pas possible de conserver les receveurs des décimes, quand les déci...
      ... à regretter son administration particulière, quand il aura l'avantage de resserrer tous les liens qui doivent l'unir à la nation.
      Speaker: De Boisgelin
      Il serait à désirer qu'on pût fixer la portion congrue à quinze cents livres. ...
      ...nce, offrent des secours qui manquent à la misère publique, toujours plus sensible...
      ...s ressources que celles du ministère de la religion.
      Il serait à désirer qu'on pût fixer la portion congrue à quinze cents livres. Le luxe des villes couvre à vos yeux les secrets de l'indigence, et les vertus, toujours plus utiles dans l'opulence, offrent des secours qui manquent à la misère publique, toujours plus sensible dans les campagnes. C'est dans les paroisses de campagne que les pauvres n'ont d'autres ressources que celles du ministère de la religion.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 624
      Speaker: De Boisgelin
      ...xions ; mais il n'est pas douteux qu'il en résulte une espérance presque assurée d...
      .... Ce n'est pas sans doute encore ce que la nation peut et doit attendre de vos soi...
      ... susceptibles de quelques changements, et qu'ils se perfectionnent par vos réflexions ; mais il n'est pas douteux qu'il en résulte une espérance presque assurée d'une juste et convenable proportion entre les charges et les revenus. Ce n'est pas sans doute encore ce que la nation peut et doit attendre de vos soins.
      Speaker: De Boisgelin
      Les moyens doivent être en proportion avec les revenus et les char...
      ...un si grand intérêt avec les charges de la religion et les revenus de clergé. Il f...
      ...ter dans tous les temps ce qu'il doit à la religion et à la patrie.
      Les moyens doivent être en proportion avec les revenus et les charges, et nous croyons pouvoir proposer des opérations qui peuvent concilier un si grand intérêt avec les charges de la religion et les revenus de clergé. Il faut rendre les biens de l'Eglise utiles pour l'intérêt de l'avenir comme pour les besoins du moment, et laisser au clergé le pouvoir d'acquitter dans tous les temps ce qu'il doit à la religion et à la patrie.
      Speaker: De Boisgelin
      ...t, des provinces et des communautés. 11 en résulte une diminution inévitable et ju... ...tretien du culte et des ministres, que doivent se lever les impositions de l'Etat, des provinces et des communautés. 11 en résulte une diminution inévitable et juste des revenus du clergé.
      Speaker: De Boisgelin
      ...faire cesser et disparaître le culte de la religion dans les églises cathédrales. On ne peut pas faire cesser et disparaître le culte de la religion dans les églises cathédrales.
      Speaker: De Boisgelin
      Il faut pourvoir à la dotation des sièges épis-copaux. Il faut pourvoir à la dotation des sièges épis-copaux.
      Speaker: De Boisgelin
      ...us de 150 millions. Il est démontré par même, que ses revenus doivent être épuisés par la seule dotation des places nécessaires e... On ne peut pas du moins porter les revenus du clergé à plus de 150 millions. Il est démontré par même, que ses revenus doivent être épuisés par la seule dotation des places nécessaires et des établissements conservés.
      Speaker: De Boisgelin
      ...ns les plus pressants de l'Etat, et que la proportion de ces besoins soit aussi la mesure des secours du clergé. ...l est à désirer que ces secours extraordinaires puissent être employés aux besoins les plus pressants de l'Etat, et que la proportion de ces besoins soit aussi la mesure des secours du clergé.
      Speaker: De Boisgelin
      Vous avez jugé par la mémoire du premier ministre des finance...
      ...e votre comité, des moyens par lesquels la balance pouvait être rétablie à l'avenir entre la recette et la dépense.
      Vous avez jugé par la mémoire du premier ministre des finances, et par le rapport de votre comité, des moyens par lesquels la balance pouvait être rétablie à l'avenir entre la recette et la dépense.
      Speaker: De Boisgelin
      La première était de déterminer le rapport... La première était de déterminer le rapport des revenus avec les intérêts des dettes et les dépenses de chaque année;
      Speaker: De Boisgelin
      La seconde est de pourvoir au payement des... La seconde est de pourvoir au payement des remboursements à terme et des sommes exigibles ;
      Speaker: De Boisgelin
      La troisième est celle de l'extinction successive de la dette publique. La troisième est celle de l'extinction successive de la dette publique.
      Speaker: De Boisgelin
      les produits de la recette, les impositions nouvelles à pr...
      ...és, et que ces impositions entrent dans la balance de la recette avec la dépense.
      les produits de la recette, les impositions nouvelles à prendre sur les biens des privilégiés, et que ces impositions entrent dans la balance de la recette avec la dépense.
      Speaker: De Boisgelin
      Il reste à se servir du crédit de la nation, et ce crédit ne peut lui-même ê... Il reste à se servir du crédit de la nation, et ce crédit ne peut lui-même être le résultat que des deux premières opérations.
      Speaker: De Boisgelin
      Si la recette n'égale pas la dépense de chaque année, il n'y aura po... Si la recette n'égale pas la dépense de chaque année, il n'y aura point de crédit. Il n'y aura point encore de crédit, si chaque année est surchargé...
      Speaker: De Boisgelin
      ...et ces remboursements à terme montent à la somme de 435 millions. Ces dettes exigibles et ces remboursements à terme montent à la somme de 435 millions.
      Speaker: De Boisgelin
      ...inaire que doit dépendre le maintien de la proportion une fois établie entre la recette et la dépense, et le succès de toutes les opé...
      ...ui doivent pourvoir au remboursement de la dette publique.
      C'est de l'acquit de cette charge extraordinaire que doit dépendre le maintien de la proportion une fois établie entre la recette et la dépense, et le succès de toutes les opérations de crédit qui doivent pourvoir au remboursement de la dette publique.
      Speaker: De Boisgelin
      C'est de que dépend la destinée de l'Etat. C'est de que dépend la destinée de l'Etat.
      Speaker: De Boisgelin
      ...niverselle que le besoin sollicite, que la loi ne fixe point, et dont aucune autorité n'a droit de régler la proportion? Croyons-nous pouvoir mesurer l'étendue du zèle pour la patrie, ou lui donner les mêmes bornes qu'à la levée d'un impôt? Quel sera le produit de cette contribution universelle que le besoin sollicite, que la loi ne fixe point, et dont aucune autorité n'a droit de régler la proportion? Croyons-nous pouvoir mesurer l'étendue du zèle pour la patrie, ou lui donner les mêmes bornes qu'à la levée d'un impôt?
      Speaker: De Boisgelin
      ...donner cette consistance qui doit fixer la balance des charges et des revenus, et servir de base à la libération progressive de la dette publique. ...e une somme de 300 millions pour rétablir l'Etat sur ses fondements et pour lui donner cette consistance qui doit fixer la balance des charges et des revenus, et servir de base à la libération progressive de la dette publique.
      Speaker: De Boisgelin
      ...soient les extensions ou les limites de la taxe patriotique, il est nécessaire d'y... Quelles que soient les extensions ou les limites de la taxe patriotique, il est nécessaire d'y suppléer, et tel est le service important que le clergé, s'il est possible, doi...
      Speaker: De Boisgelin
      ...ces avait proposé d'appeler le clergé à la concurrence d'un revenu de 10 ou 12 mil...
      ...ent et par quels moyens on peut établir la taxe du clergé, et donner son exécution à la garantie des biens ecclésiastiques.
      Le comité des finances avait proposé d'appeler le clergé à la concurrence d'un revenu de 10 ou 12 millions, applicable au supplément des anticipations. Il ne s'agit pas de déterminer encore comment et par quels moyens on peut établir la taxe du clergé, et donner son exécution à la garantie des biens ecclésiastiques.
      Speaker: De Boisgelin
      Premièrement, que la propriété des biens ecclésiastiques app... Premièrement, que la propriété des biens ecclésiastiques appartient aux églises auxquelles

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 625
      Speaker: Pétion de Villeneuve
      ...es ; quelle ressource on a trouvée dans la superstition? Gomment ne se point souve...
      ..., etc.? Ainsi, les fon-dations blessent en même temps la charité et la religion. Gomment d'ailleurs mettre dan...
      ...enouvellent un holo-r causte sacré fait en faveur de tous. Lorsque leurs vœux demandent au ciel, par de pieuses expiations, la diminution des souffrances des riches, ...
      ...is comment ne pas se rappeler à quel point on a abusé de l'ignorance des b peuples ; quelle ressource on a trouvée dans la superstition? Gomment ne se point souvenir de ces dons immenses faits avec des clauses odieuses, de ces testaments qui n'étaient valables que s'ils ^ renfermaient des legs pieux, etc.? Ainsi, les fon-dations blessent en même temps la charité et la religion. Gomment d'ailleurs mettre dans les prières des intérêts personnels? Les prêtres sont institués . pour prier pour tous, ils renouvellent un holo-r causte sacré fait en faveur de tous. Lorsque leurs vœux demandent au ciel, par de pieuses expiations, la diminution des souffrances des riches, ils abandonnent donc les pauvres à des douleurs éternelles? Si ces prières parti...
      Speaker: Pétion de Villeneuve
      ...nnais point de réponse à ce dilemme, et j'en conclus que toutes fondations pour des ...
      ...Hors des fondations de cette espèce, il n'en reste plus qui n'aient été faites en faveur des pauvres et pour l'entretien ...
      ...ue, que les fondations ont été faites à la décharge de l'Etat, qui, sans elles, de...
      ...siastiques appartiennent ài l'Etat, que la nation peut les modifier et les détruir...
      ...; on a, au contraire, augmenté sa force en reconnaissant que la nation, comme souveraine, peut réduire ...
      ...euses. On est donc au moins convenu que la société peut disposer en partie des biens du clergé; elle ne peut en aucune manière disposer des biens des p...
      ...sséder? Mais les corps militaires, mais la magistrature....... Cette dotation est ...
      ...e est utile, payez donc le militaire et la magistrature en fonds de terre..... L'existence du clergé ne tient donc pas essentiellement à la dotation en fonds de terre. Ce sont les immenses ri...
      devez à tous : je ne connais point de réponse à ce dilemme, et j'en conclus que toutes fondations pour des prières particulières sont des dons déguisés, surpris et acceptés par le clergé. Hors des fondations de cette espèce, il n'en reste plus qui n'aient été faites en faveur des pauvres et pour l'entretien des églises et des ministres. Sans cesse on a confondu le patrimoine des pauvres...
      ...ons, forme le droit des ecclésiastiques; il résulte incontestablement de celte vue, que les fondations ont été faites à la décharge de l'Etat, qui, sans elles, devrait entretenir et solder les ministres. On a dit avec justice que les corps ecclésiastiques appartiennent ài l'Etat, que la nation peut les modifier et les détruire. Ge principe n'a point encore été attaqué; on a, au contraire, augmenté sa force en reconnaissant que la nation, comme souveraine, peut réduire et supprimer des communautées religieuses. On est donc au moins convenu que la société peut disposer en partie des biens du clergé; elle ne peut en aucune manière disposer des biens des particuliers: donc les biens ecclésiastiques ne sont pas de même nature que ceux ...
      ...e l'existence de votre corps tient aux fonds de terre que votre corps prétend posséder? Mais les corps militaires, mais la magistrature....... Cette dotation est politiquement ou utile ou nuisible aux corporations. Si elle est utile, payez donc le militaire et la magistrature en fonds de terre..... L'existence du clergé ne tient donc pas essentiellement à la dotation en fonds de terre. Ce sont les immenses richesses des ecclésiastiques qui ont perdu leurs mœurs..... (Ici l'on interrompt ...
      Speaker: Pétion de Villeneuve
      continue: Cette Assemblée doit entendre la vérité: j'en ai dit une qui a vingt fois été répétée... continue: Cette Assemblée doit entendre la vérité: j'en ai dit une qui a vingt fois été répétée avec édification. Jésus-Chris.....
      Speaker: De Boisgelin
      ...et communautés fondées seront réduites, en sorte que le nombre de ceux qui les com... Septièmement, queles maisons et communautés fondées seront réduites, en sorte que le nombre de ceux qui les composent puisse suffire à remplir % leur destination, et les objets utiles auxquel...
      Speaker: Pétion de Villeneuve
      ...opinion particulière, on ne peut vendre en ce moment tous les biens du clergé sans...
      ...onvulsion violenie et inévitable; mais, en suspendant cette vente, il est des supp...
      Dans mon opinion particulière, on ne peut vendre en ce moment tous les biens du clergé sans s'exposer à une convulsion violenie et inévitable; mais, en suspendant cette vente, il est des suppressions indispensables.... Agissons comme le temps, avec une sage et circonspec...
      Speaker: De Boisgelin
      ... été donnés, et qui les ont acquis sous la ^ protection des lois et selon toutes l...
      ...ruit aux titulaires des bénéfices, avec la faculté d'en exercer les droits et l'ob...
      ... culte, de l'entretien des ministres de la religion, du soulagement des pauvres et de la contribution proportionnelle aux charge...
      ils ont été donnés, et qui les ont acquis sous la ^ protection des lois et selon toutes les formes lé-w gales ; et l'usufruit aux titulaires des bénéfices, avec la faculté d'en exercer les droits et l'obligation d'en remplir les charges; P Deuxièmement, que cet usufruit et cette propriété restent éternellement grevés des dépenses du culte, de l'entretien des ministres de la religion, du soulagement des pauvres et de la contribution proportionnelle aux charges publi-s ques;
      Speaker: De Boisgelin
      ...ces et les établissements utiles, selon la population des villes et des campagnes ... Sixièmement, qu'il faut réduire dans les formes canoniques et légales les places et les établissements utiles, selon la population des villes et des campagnes ;
      Speaker: De Boisgelin
      ...des biens et des revenus du clergé ; de la proportion dans laquelle ils doivent.être répartis entre les ministres essentiels de la religion; des moyens justes et légitime...
      ...s biens ecclésiastiques peut procurer à la nation.
      ...membres du clergé, laquelle sera chargée de lui rendre compte de l'état au vrai des biens et des revenus du clergé ; de la proportion dans laquelle ils doivent.être répartis entre les ministres essentiels de la religion; des moyens justes et légitimes d'exécuter cette proportion, et des se-^ cours présents et progressifs que l'Etat des biens ecclésiastiques peut procurer à la nation.
      Speaker: Pétion de Villeneuve
      ...is parties sont sans cesse confondues ; la question n'est jamais présentée. ... a été plus séduisant que profond, et toujours il a oublié le principe ; les trois parties sont sans cesse confondues ; la question n'est jamais présentée.
      ...s (1). Les pères de l'Eglise ont dit : «La piété a engendré (1) Le discours de M. ... , évêque de Nîmes (1). Les pères de l'Eglise ont dit : «La piété a engendré (1) Le discours de M. Cortois de Balore est très-incomplet au Moniteur.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 626
      Speaker: Cortois de Balore
      ...nnent à chaque église particulière pour la portion qui lui en a été donnée; ils n'appartiennent à la nation, au souverain, que comme protecteur, ordonnateur suprême, en cette qualité, chargé de veiller à leur...
      ...e administrateurs nés de ces biens, par la volonté des donateurs, chargés d'en fai...
      ...el ils ont été donnés; ils ne sont ni à la nation, ni aux ecclésiastiques comme le...
      ...hanger, d'en intervertir arbitrairement la destination.
      Les biens ecclésiastiques appartiennent à chaque église particulière pour la portion qui lui en a été donnée; ils n'appartiennent à la nation, au souverain, que comme protecteur, ordonnateur suprême, en cette qualité, chargé de veiller à leur conservation et à ce qu'ils soient employés à leur destination -, ils appartiennent aux ecclésiastiques comme administrateurs nés de ces biens, par la volonté des donateurs, chargés d'en faire l'usage sacré, fixe, invariable, pour lequel ils ont été donnés; ils ne sont ni à la nation, ni aux ecclésiastiques comme leur propriété, comme ayant le pouvoir d'en changer, d'en intervertir arbitrairement la destination.
      Speaker: Cortois de Balore
      ...ractère d'une concession nationale, car la prestation n'en est pas uniforme, de province à provinc...
      ...ulières qui, multipliée» à l'infini par la piété des fidèles, acquirent la sanction et le sceau de la loi, par un consentement tacite dans le...
      ...dont vous avez décrété l'abolition, sauf leur remplacement, ne portent pas le caractère d'une concession nationale, car la prestation n'en est pas uniforme, de province à province, de communauté à communauté. Ce sont autant de concessions particulières qui, multipliée» à l'infini par la piété des fidèles, acquirent la sanction et le sceau de la loi, par un consentement tacite dans le principe, clairement et solennellement exprimé depuis dans les capitulaires, pe...
      Speaker: Cortois de Balore
      Et peut-être en général cette utile et sainte destinati...
      ...-t-elle été plus fidèlement remplie que la malignité ne se plaît à le croire.
      Et peut-être en général cette utile et sainte destination des biens ecclésiastiques a-t-elle été plus fidèlement remplie que la malignité ne se plaît à le croire.
      Speaker: Cortois de Balore
      ...us sommes tous chargés de vous demander la réforme ; malgré cette multitude de bénéfices sans office, inutiles et par même nuisible à l'Eglise et à l'Etat ; ...
      ...ésiastiques indignes de leur état, dont la capitule surtout est inondée, cette cap...
      ...lissements de piété et de charité dus à la bienfaisance de nos prédécesseurs, atte...
      ...écents annoncent celui que de nos jours en font un grand nombre des membres du cle...
      ...é quelques abus révoltants que nous serons les premiers à vous dénoncer, dont nous sommes tous chargés de vous demander la réforme ; malgré cette multitude de bénéfices sans office, inutiles et par même nuisible à l'Eglise et à l'Etat ; nous osons le dire avec confiance, si vous détournez les yeux du scandale de ces ecclésiastiques indignes de leur état, dont la capitule surtout est inondée, cette capitale même et toutes nos provinces, dans une foule d'anciens établissements de piété et de charité dus à la bienfaisance de nos prédécesseurs, attestent l'utile emploi de leurs revenus, comme des bienfaits plus récents annoncent celui que de nos jours en font un grand nombre des membres du clergé.
      Speaker: Cortois de Balore
      ...in si nous étions assez malheureux pour en abuser, pour ne pas en douner aux autels et aux pauvres la juste part qui leur appartient, sans doute, Messieurs, le souverain et la nation, chargés d'en surveiller l'emplo... Mais enfin si nous étions assez malheureux pour en abuser, pour ne pas en douner aux autels et aux pauvres la juste part qui leur appartient, sans doute, Messieurs, le souverain et la nation, chargés d'en surveiller l'emploi, auraient le droit incontestable de nous y rappeler et de nous faire rougir de...
      Speaker: Cortois de Balore
      ...administrateur né de tous ces biens par la volonté du donateur, pourrait-il consen...
      ...l a le noble orgueil de croire qu'il ne s'en est pas montré indigne ?
      Mais, Messieurs, comment le clergé, administrateur né de tous ces biens par la volonté du donateur, pourrait-il consentir à se voir dépouiller de cette honorable et importante administration, lorsqu'il a le noble orgueil de croire qu'il ne s'en est pas montré indigne ?
      Speaker: Cortois de Balore
      ... bienfaiteurs de l'Eglise, découverte à la fin du dix-huitième siècle, comment pou...
      ...eut devenir le patrimoine arbitraire de la nation, qu'elle peut l'aliéner à son gré, en tout ou en partie, et en payer la dette contractée parles riches, et due ...
      Entraîné tout à coup par une prétendue vérité, inconnue à tous les dotateurs et bienfaiteurs de l'Eglise, découverte à la fin du dix-huitième siècle, comment pourrait-il surtout, oubliant les misères des peuples qu'il a journellement sous les yeux, croire que le patrimoine éternel des pauvres peut devenir le patrimoine arbitraire de la nation, qu'elle peut l'aliéner à son gré, en tout ou en partie, et en payer la dette contractée parles riches, et due par eux pour le soutien de l'Etat ?
      Speaker: Cortois de Balore
      J'aurai l'honneur, lorsqu'il en sera temps, de vous rappeler cette supp...
      ...; mais je regrette, pour le triomphe de la nuit des sacrifices, qu'elle n'ait pas ...
      J'aurai l'honneur, lorsqu'il en sera temps, de vous rappeler cette supplique importante ; mais je regrette, pour le triomphe de la nuit des sacrifices, qu'elle n'ait pas été mentionnée dans le procès-verbal, puisqu'elle a été faite. Cette de-
      Speaker: Cortois de Balore
      ...d'abord, à l'objection sur les pne-res: la bienfaisance de l'Eglise ne lui permet ... Je répondrai d'abord, à l'objection sur les pne-res: la bienfaisance de l'Eglise ne lui permet pas de séparer les fidèles des fidèles ; une prière particulière est faite pour ...
      Speaker: Cortois de Balore
      ...elle présente: les dépenses relatives à la décence, disons même à la dignité du culte divin, dans toute l'étendue de ce vaste empire ; la subsistance honorable des ministres du culte et de la religion ; et le soulagement des pauvre... ...us utile, rien de plus/espectable que cette destination, par le triple objet qu'elle présente: les dépenses relatives à la décence, disons même à la dignité du culte divin, dans toute l'étendue de ce vaste empire ; la subsistance honorable des ministres du culte et de la religion ; et le soulagement des pauvres.
      Speaker: Cortois de Balore
      ...les biens ecclésiastiques puissent être la propriété de la nation, ce seraient, au contraire, ces ...
      ...ient pas, sous l'inspection et non sous la propriété de la nation, des biens destinés à y pourvoir...
      ...tre postérité, si vous laissant aller à la funeste facilité de vous emparer de ces biens pour payer la dette de l'Etat, vous rejetez sur vos e...
      ... éternelle et énorme dépense, dont, par la pieuse libéralité de vos pères, vous n'...
      Et remarquez-le, Messieurs, loin que les biens ecclésiastiques puissent être la propriété de la nation, ce seraient, au contraire, ces trois grands objets de dépense qui deviendraient uoe dette onéreuse pour elle, si l'Eglise et ses ministres n'avaient pas, sous l'inspection et non sous la propriété de la nation, des biens destinés à y pourvoir: craignez donc les justes reproches de votre postérité, si vous laissant aller à la funeste facilité de vous emparer de ces biens pour payer la dette de l'Etat, vous rejetez sur vos enfants une éternelle et énorme dépense, dont, par la pieuse libéralité de vos pères, vous n'avez jamais supporté le poids jusqu'à ce jour.
      Speaker: Cortois de Balore
      ...ar vous ne t'ignorez pas, Messieurs, de la provient une grande partie de ces richesses du clergé si enviées. La nation ou le souverain qui n'est interv... ..., ou du travail, des défrichements, des sages économies des ordres religieux ; car vous ne t'ignorez pas, Messieurs, de la provient une grande partie de ces richesses du clergé si enviées. La nation ou le souverain qui n'est intervenu dans tous ces dons primitifs, que pour sanctionner l'engagement mutuel du
      Speaker: Cortois de Balore
      ...e peut, tant que cette église subsiste, la dépouiller du don duquel il a promis de la faire jouir; il ne peut avoir ni exerce... ...j'accepte; mais qui a dit: j'approuve, je confirme le don fait à telle église, ne peut, tant que cette église subsiste, la dépouiller du don duquel il a promis de la faire jouir; il ne peut avoir ni exercer d'autre droit sur ce don, que celui de veiller à ce qu'il soit employé à sa vé...
      Speaker: Cortois de Balore
      Ah ! Messieurs, gardons-nous de couvrir la nation de cet opprobre, gardons-nous de...
      ...ffres les plus patriotiques, dévouent à la libération de l'Etat une partie de leur...
      Ah ! Messieurs, gardons-nous de couvrir la nation de cet opprobre, gardons-nous de croire qu'elle veuille jamais offrir à ses créanciers une hypothèque que rejett...
      ...âmes sensibles et bienfaisantes, tandis que tant de généreux Français, par les offres les plus patriotiques, dévouent à la libération de l'Etat une partie de leur fortune; croyons qu'une nation qui possède de tels citoyens ne recourra jamais ...
      Speaker: Cortois de Balore
      ...e j'eus l'honneur de vous annoncer dans la nuit du 4 au 5 août, comme propre à ill...
      ...t à prouver à cette portion des peuples la plus nombreuse, la plus intéressante par ses besoins, comb...
      Messieurs, je suis chargé par mes commettants de vous faire une demande que j'eus l'honneur de vous annoncer dans la nuit du 4 au 5 août, comme propre à illustrer davantage celte nuit et à prouver à cette portion des peuples la plus nombreuse, la plus intéressante par ses besoins, combien vous vous occupez de les soulager.

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 627
      Speaker: Cortois de Balore
      En vain dira-t-on que tous les propriétair...
      ...profiteront de cette manière d'éteindre la dette de l'Etat ; j'en conviens, mais les propriétaires riches en profiteront dans une bien plus énorme p...
      En vain dira-t-on que tous les propriétaires pauvres profiteront de cette manière d'éteindre la dette de l'Etat ; j'en conviens, mais les propriétaires riches en profiteront dans une bien plus énorme proportion ; mais tous les pauvres non propriétaires, et c'est le plus grand nomb...
      Speaker: Cortois de Balore
      En vain dira-t-on encore que la nation pourvoira d'ailleurs au soulagem... En vain dira-t-on encore que la nation pourvoira d'ailleurs au soulagement des pauvres. Sans doute, Messieurs, vous le direz, vous le voudrez même, et ...
      Speaker: Cortois de Balore
      ...int de propriété, point d'industrie, ou n'en ayant qu'une si faible qu'il n'ait ni g... ...aturelle, y est « que tout ouvrier, manoeuvre, artisan ou journalier, n ayant point de propriété, point d'industrie, ou n'en ayant qu'une si faible qu'il n'ait ni garçon, ni compagnon pour l'aider dans son travail, soit exempt de toute espèce d...
      Speaker: Cortois de Balore
      ... les dettes de l'Etat, du seul bien que la Providence leur avait réservé dans le p... ...s opposer à les voir condamnés à une contribution aussi forte que celle de payer les dettes de l'Etat, du seul bien que la Providence leur avait réservé dans le patrimoine de l'Eglise!
      Speaker: Cortois de Balore
      ...aient droit d'y recourir, lors même que la ^ justice et la ...assurée? Dans les calamités générales et particulières ils y recouraient, ils avaient droit d'y recourir, lors même que la ^ justice et la

      Séance du samedi 31 octobre 1789

      page 629
      (2) On comprenait sous la dénomination de provinces belgiques: le Cambrésis, l'Artois, la Flandre et le Hainaut. (2) On comprenait sous la dénomination de provinces belgiques: le Cambrésis, l'Artois, la Flandre et le Hainaut.
    • Séance du lundi 2 novembre 1789

      - search term matches: (123)

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 629
      Speaker: Le Président
      ...mblée est que les députés des provinces belgiques soient particulièrement entendus. demande si l'intention de l'Assemblée est que les députés des provinces belgiques soient particulièrement entendus.
      Speaker: Le Président
      dit ensuite qu'il a reçu la lettre suivante, dont il donne lecture ... dit ensuite qu'il a reçu la lettre suivante, dont il donne lecture :
      Speaker: Le Président
      « Voulez-vous bien avoir la bonté de prévenir l'Assemblée que je me...
      ... député aux Etats libres et généraux de la France.
      « Voulez-vous bien avoir la bonté de prévenir l'Assemblée que je me démets de l'emploi qui m'avait été confié de député aux Etats libres et généraux de la France.
      Speaker: Le Président
      L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur les motions relatives à la propriété des biens ecclesiastiques. L'ordre du jour appelle la suite de la discussion sur les motions relatives à la propriété des biens ecclesiastiques.
      Speaker: Briois de Beaunietz
      ... province, mais des maximes nationales. La nation n'est pas propriétaire, le clerg... Je ne viens point ici développer des maximes particulières à ma province, mais des maximes nationales. La nation n'est pas propriétaire, le clergé ne lest pas non plus.
      Le premier principe, en fait de propriété, est que celui qui n'est pas possesseur prouve sa propriété ; or, la nation ne possède pas : donc elle doit ...
      ...rgé n'est pas propriétaire ; donc c'est la nation. (1) Cette séance est incomplète...
      Le premier principe, en fait de propriété, est que celui qui n'est pas possesseur prouve sa propriété ; or, la nation ne possède pas : donc elle doit prouver et produire ses titres. On a dit : Le clergé n'est pas propriétaire ; donc c'est la nation. (1) Cette séance est incomplète au Moniteur.
      De Saint-Germain-en-Laye, le 10 octobre 1789 De Saint-Germain-en-Laye, le 10 octobre 1789
      (2) Voy. annexée à la séance de ce jour la lettre de M. de Lally-Tollendal à ses c... (2) Voy. annexée à la séance de ce jour la lettre de M. de Lally-Tollendal à ses commettants.

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 630
      Speaker: Briois de Beaunietz
      ...z aux créanciers de Etat, les provinces belgiques feront une perle plus grande encore. Le...
      ...r parmi nous, par le charme certain que la terre a pour celui qui la possède. Cette réclamation n'est pas ce...
      ...à l'endroit d'où il sort. Les provinces belgiques renferment très-peu d'abbayes en commende; et, si vous les privez de cette consommation, vous les livrez à la plus grande pénurie.
      Las, et que vous les déléguiez aux créanciers de Etat, les provinces belgiques feront une perle plus grande encore. Le créancier indifférent ne retirera que son revenu, pour le consommer ailleurs, tandis que si des étrangers avaient acquis, nous conserverions l'espérance de les attirer parmi nous, par le charme certain que la terre a pour celui qui la possède. Cette réclamation n'est pas celle d'un privilège, mais du droit naturel qui prescrit que le revenu soit consommé à l'endroit d'où il sort. Les provinces belgiques renferment très-peu d'abbayes en commende; et, si vous les privez de cette consommation, vous les livrez à la plus grande pénurie.
      Speaker: Briois de Beaunietz
      La propriété est le droit d'user et d'abuser. Or, la nation n'a jamais usé des biens du cler...
      ...'impose jamais sa propriété. On a dit : La nation a jusqu'ici salarié les ministre...
      ... d'un autre mode. Gela n'est pas exact. La nation n'a pas salarié les ministres; e...
      ...fisamment dotés, et ne leur donne rien. La dîme était un salaire: vous l'avez supprimée ; le reste n'en est pas un : il est le fruit des libéra...
      ...s particuliers ont doté les ministres à la décharge de la nation. Je suppose que je suis débiteur d'une somme de 300 livres; un tiers la paye pour moi, puis-je prétendre que ce...
      La propriété est le droit d'user et d'abuser. Or, la nation n'a jamais usé des biens du clergé; elle n'a donc pas le droit d'en abuser; elle a imposé les biens du clergé. On n'impose jamais sa propriété. On a dit : La nation a jusqu'ici salarié les ministres avec des fonds de terre; elle peut user d'un autre mode. Gela n'est pas exact. La nation n'a pas salarié les ministres; elle les a trouvés suffisamment dotés, et ne leur donne rien. La dîme était un salaire: vous l'avez supprimée ; le reste n'en est pas un : il est le fruit des libéralités particulières. On a dit ; Des particuliers ont doté les ministres à la décharge de la nation. Je suppose que je suis débiteur d'une somme de 300 livres; un tiers la paye pour moi, puis-je prétendre que ces 300 livres sont à moi?
      Speaker: Briois de Beaunietz
      ... il n'a donc droit qu'à une jouissance. La propriété est le droit d'user et d'abus...
      ... comme il lui plaît. Il est assujetti à en faire un emploi déterminé.
      ...taire. Le clergé, comme tous les corps, ne peut avoir qu'une existence précaire; il n'a donc droit qu'à une jouissance. La propriété est le droit d'user et d'abuser. Si un corps pouvait abuser il se détruirait lui-même. Tout corps moral a don...
      ...érente à son existence. Le clergé n'a pas même le droit de consommer ses revenus comme il lui plaît. Il est assujetti à en faire un emploi déterminé.
      Speaker: Briois de Beaunietz
      Les provinces helgiques ont la moitié de leurs terres entre les mains des ecclésiastiques; en décidant que la propriété est à la nation, vous nuiriez infailliblement à ...
      ... puisque vous changeriez nécessairement la destination de ces biens. En effet, si vous décrétez la vente, il est évident qu'un très petit ...
      Les provinces helgiques ont la moitié de leurs terres entre les mains des ecclésiastiques; en décidant que la propriété est à la nation, vous nuiriez infailliblement à ces provinces, puisque vous changeriez nécessairement la destination de ces biens. En effet, si vous décrétez la vente, il est évident qu'un très petit nombre de propriétaires indigènes acquerra ces propriétés, qui passeront dans de...
      Speaker: La Poule
      La question de savoir si les biens de l'Eglise appartiennent à la nation est suffisamment discutée. J'ajo...
      ...nsacrés à Dieu ne doivent rien posséder en propre. Le clergé ne serait donc propriétaire que contre son institution ; la loi devrait donc faire cesser cet abus....
      La question de savoir si les biens de l'Eglise appartiennent à la nation est suffisamment discutée. J'ajouterai seulement des observations qui n'ont pas été faites. L'Evangile prescrit ...
      ...ment des biens temporels, et les lois de l'Eglise établissent que les fidèles consacrés à Dieu ne doivent rien posséder en propre. Le clergé ne serait donc propriétaire que contre son institution ; la loi devrait donc faire cesser cet abus. Les fondateurs ne pouvaient donner qu'à ceux qui pouvaient recevoir ; on invoqu...
      Speaker: La Poule
      ...it recevoir, puisqu'il devait par état, en suivant l'exemple des chefs suprêmes de la religion, renoncer à l'éclat des riches...
      ... biens, mais de sa pauvreté. Le clergé, en possédant des biens-fonds, a donc inter...
      ...r des terres, et encore moins abuser de la crédulité des fidèles pour les spolier, non en faveur des églises, mais constamment en faveur de leurs individus. De , et c'est moi qui tire cette conséquenc...
      ... jamais, au moins de gaîté de cœur ; de ces abus, ces scandales, ces infamies, ...
      ... vois pas de preuves plus frappantes de la solidité et de la divinité de la chrétienté que le libertinage du clergé...
      ... l'un à donner, l'autre à recevoir. Or, le clergé, par son institution, ne pouvait recevoir, puisqu'il devait par état, en suivant l'exemple des chefs suprêmes de la religion, renoncer à l'éclat des richesses et s'enorgueillir, non de ses biens, mais de sa pauvreté. Le clergé, en possédant des biens-fonds, a donc interverti l'ordre des choses, foulé aux pieds sa première institution, qui lui défen...
      ...es richesses. Donc il ne pouvait, sous quelque prétexte que ce soit, s'approprier des terres, et encore moins abuser de la crédulité des fidèles pour les spolier, non en faveur des églises, mais constamment en faveur de leurs individus. De , et c'est moi qui tire cette conséquence conforme aux principes de justice, de vérité, dont je ne m'écarte jamais, au moins de gaîté de cœur ; de ces abus, ces scandales, ces infamies, qui auraient renversé notre divine religion, si elle n'eut été assise sur les immuables bases que lui a posées Jéhova. Non, je ne vois pas de preuves plus frappantes de la solidité et de la divinité de la chrétienté que le libertinage du clergé, et l'abus incommensurable qu'il a fait du texte même de l'Evangile, tantôt pou...
      Speaker: Briois de Beaunietz
      ...tiennent donc les biens du clergé? Quel en est le propriétaire ; Personne ? ils so... A qui appartiennent donc les biens du clergé? Quel en est le propriétaire ; Personne ? ils sont res sacrœ, res religiosœ, res nullius.
      Speaker: La Poule
      Ce livre que je tiens en main contient les institutions ecclésia... Ce livre que je tiens en main contient les institutions ecclésiastiques. Voici une maxime fondamentale que je tire du chapitre.....
      Speaker: La Poule
      ...cclésiastiques ne peuvent rien posséder en propre. » « Les ecclésiastiques ne peuvent rien posséder en propre. »
      Speaker: Briois de Beaunietz
      Ce n'est pas une preuve. Ce n'est pas à ceux qui disent que la propriété n'appartient pas à la nation à prouver qu'elle n'a point de t... Ce n'est pas une preuve. Ce n'est pas à ceux qui disent que la propriété n'appartient pas à la nation à prouver qu'elle n'a point de titre.
      Speaker: Briois de Beaunietz
      La nation, sous aucuns rapports, n'est don... La nation, sous aucuns rapports, n'est donc propriétaire des biens du clergé.
      Speaker: Briois de Beaunietz
      ...que toucherait à ces dons. S'agit-il de la destination? Elle est indiquée par la fondation. C'est un contrat, on ne peut violer les clauses. La destination des biens est le culte qui consiste dans la prière, l'aumône et l'entretien du mini... ...e, vous verriez quel intérêt ils y attachaient; ils vouaient à l'anathème quiconque toucherait à ces dons. S'agit-il de la destination? Elle est indiquée par la fondation. C'est un contrat, on ne peut violer les clauses. La destination des biens est le culte qui consiste dans la prière, l'aumône et l'entretien du ministre. Mais à qui confierez-vous le soin de veiller à cette destination ?
      Speaker: Briois de Beaunietz
      Je demande que la question soit ajournée jus- Je demande que la question soit ajournée jus-
      Speaker: La Poule
      ...ur tire de sa poche un gros volume dont la vue excite de l'agitation parmi les mem... (Ici l'orateur tire de sa poche un gros volume dont la vue excite de l'agitation parmi les membres du clergé.)
      Speaker: La Poule
      ...e chef de l'Eglise donnant l'exemple de la pauvreté et de l'humilité; l'égoïsme et... Rappelons donc le clergé à ses premières institutions ; rappelons-nous le chef de l'Eglise donnant l'exemple de la pauvreté et de l'humilité; l'égoïsme et l'intérêt ont perverti l'esprit et l'intention des fondateurs ; le clergé, à so...
      Speaker: La Poule
      ...ui ne se soutiennent qu'au détriment de la génération présente, des biens immenses... ...ts qu'il y' aurait à laisser entre les mains de ces grandes familles stériles, qui ne se soutiennent qu'au détriment de la génération présente, des biens immenses, condamnés par l'esprit ecclésiastique à une éternelle stagnation.

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 631
      Speaker: Hennet
      Je prends la parole pour déclarer que l'effroi des provinces belgiques n'est pas tel qu'on a voulu le présenter. Le cahier d'Avesnes, dont je suis porteur, en est une preuve, puisque le Haïnaut me charge par ses instructions de demander la vente des biens du clergé. Je m'oppose ... Je prends la parole pour déclarer que l'effroi des provinces belgiques n'est pas tel qu'on a voulu le présenter. Le cahier d'Avesnes, dont je suis porteur, en est une preuve, puisque le Haïnaut me charge par ses instructions de demander la vente des biens du clergé. Je m'oppose à l'ajournement.
      Speaker: La Poule
      ...er à leurs yeux le glaive flamboyant de la puissance temporelle et spirituelle. De , depuis l'usurpation de Pépin, qui se s...
      ... les têtes couronnées et les fustiger a la porte de nos temples. Le pauvre Louis le Débonnaire en a été un exemple frappant.
      rois sous le joug du despotisme ecclésiastique, tantôt pour faire briller à leurs yeux le glaive flamboyant de la puissance temporelle et spirituelle. De , depuis l'usurpation de Pépin, qui se servit de l'ambition des prêtres pour affermir son usurpation, nos rois ont dépen...
      ...orgueilleux des humains, et ont poussé le fanatisme de l'orgueil jusqu a déposer les têtes couronnées et les fustiger a la porte de nos temples. Le pauvre Louis le Débonnaire en a été un exemple frappant.
      Speaker: Besse
      ...ès, les principes de M. de Beaumetz. Ni la nation, ni le clergé ne sont propriétaires; la nation, comme souveraine, a la grande main sur les biens ecclésiastiques; elle en est la gardienne ; c'est à elle à pourvoir à c...
      ...sagement administrés; mais elle ne peut s'en attribuer la possession : ces fonds sont tels que nul ne peut s'en arroger la propriété ; mais cette possession sans ...
      ...mément à ma conscience, je ne dirai rien d'outré. Je suivrai, à quelque chose près, les principes de M. de Beaumetz. Ni la nation, ni le clergé ne sont propriétaires; la nation, comme souveraine, a la grande main sur les biens ecclésiastiques; elle en est la gardienne ; c'est à elle à pourvoir à ce que les fonds du clergé soient sagement administrés; mais elle ne peut s'en attribuer la possession : ces fonds sont tels que nul ne peut s'en arroger la propriété ; mais cette possession sans propriétaire est sacrée,Domino Deo.
      Speaker: Besse
      ...hapitres, que l'on supprime les abbayes en commende entièrement et sans réserve, mais je demande grâce pour quelques communautés; en élaguant l'arbre de la religion jusqu'à sa dernière branche, o... Je conclus à ce que l'on réduise les chapitres, que l'on supprime les abbayes en commende entièrement et sans réserve, mais je demande grâce pour quelques communautés; en élaguant l'arbre de la religion jusqu'à sa dernière branche, on pourrait faire mourir le tronc.
      Speaker: Darche
      ...pinant que ses craintes sont paniques ; la religion a de fermes soutiens et des so...
      ...s moines, ni les abbés, ni les prélats. J'en excepte quelques-uns qui, dans un siècl...
      ..., sont de ces fastueux sulpiciens à qui la grande Cateau (le docteur Lefèvre, surn...
      ...sacré à l'immortalité) disait hautement en pleine Sorbonne : In angulis sordes,et ...
      Je dis hardiment au préopinant que ses craintes sont paniques ; la religion a de fermes soutiens et des soutiens inébranlables dans le clergé u'ile et laborieux ; et cette classe du clergé n'est ni les moines, ni les abbés, ni les prélats. J'en excepte quelques-uns qui, dans un siècle éclairé, ont secoué le joug des préjugés ; mais les autres, et malheureusement c'est le plus grand nombre, sont de ces fastueux sulpiciens à qui la grande Cateau (le docteur Lefèvre, surnommé ainsi par dérision, mais dont le nom doit être consacré à l'immortalité) disait hautement en pleine Sorbonne : In angulis sordes,et ex sordi-bus nascuntur episcopi.
      Speaker: Bécherel
      Les ecclésiastique en sont et en doivent demeu; rer les administrateurs ...
      ...rs, ainsi qu'ils ont été constitués par la volonté des donateurs de ces biens; mai...
      ...rendre compte de cette administration à la nation, qui a le droit de la surveiller et de la diriger.
      Les ecclésiastique en sont et en doivent demeu; rer les administrateurs et les dispensateurs, ainsi qu'ils ont été constitués par la volonté des donateurs de ces biens; mais ils doivent rendre compte de cette administration à la nation, qui a le droit de la surveiller et de la diriger.
      Speaker: Bécherel
      Les fondateurs ont eu en vue d'entretenir l'exercice de la prière et le soin des pauvres. En donnant aux ecclésiastiques, ils ont fa... Les fondateurs ont eu en vue d'entretenir l'exercice de la prière et le soin des pauvres. En donnant aux ecclésiastiques, ils ont fait entre leurs mains un dépôt au profit d'un tiers.
      Speaker: Bécherel
      Les ecclésiastiques, en ajoutant aux biens qui leur ont été don...
      ...eur économie, ont acquis au bénéfice de la chose remise à leur administration. Ils ont fait valoir en serviteurs fidèles le talent qui leur a...
      Les ecclésiastiques, en ajoutant aux biens qui leur ont été donnés des biens acquis par leur travail, leurs soins et leur économie, ont acquis au bénéfice de la chose remise à leur administration. Ils ont fait valoir en serviteurs fidèles le talent qui leur avait été confié.
      Speaker: Bécherel
      ...lusieurs députés du Gotentin, s'exprime en ces termes (1) : , curé de Saint-Loup, au nom de plusieurs députés du Gotentin, s'exprime en ces termes (1) :
      Speaker: Bécherel
      S'ils ne remplissaient pas en cela leur devoir, il serait juste qu'il... S'ils ne remplissaient pas en cela leur devoir, il serait juste qu'ils eussent dès ce monde un juge au-dessus d'eux qui les y contraignît.
      Speaker: Bécherel
      S'il en était autrement, qui procurerait les ré... S'il en était autrement, qui procurerait les réformes d'abus et les redressements de griefs ?
      Speaker: Bécherel
      Ge ne serait certainement pas ceux qui en devaient être l'objet, ni les pauvres, ... Ge ne serait certainement pas ceux qui en devaient être l'objet, ni les pauvres, qui n'ont point de procureurs particuliers pour réclamer ce qui leur est dû.
      Speaker: Besse
      Ainsi la propriété n'est à personne, l'usufruit est au clergé, la serveillance à la nation . Ainsi la propriété n'est à personne, l'usufruit est au clergé, la serveillance à la nation .
      Speaker: Darche
      ...son âge lui permettait encore d'exercer la théologie, ne tiendrait plus le même langage. La sagesse de l'Assemblée nationale a détr...
      ...de grandes maisons, et qui n'obtenaient la divine hiérarchie d'être les serviteurs...
      ...ù le clergé sera ce qu'il doit être, où la religion reprendra ses droits ; où le c...
      Ce grand homme, si son âge lui permettait encore d'exercer la théologie, ne tiendrait plus le même langage. La sagesse de l'Assemblée nationale a détruit aujourd'hui ce préjugé qui faisait élever à l'épiscopat des prêtres qui n'avaient d'autre mérite que celui d'appartenir à de grandes maisons, et qui n'obtenaient la divine hiérarchie d'être les serviteurs des serviteurs que pour écraser dans leur insolente ignorance les personnes de mérite du bas clergé, terme honteux consacré jusqu'aujourd'hui : époque fameuse où le clergé sera ce qu'il doit être, où la religion reprendra ses droits ; où le curé de village, s'il est un homme de mérite, s'il a des mœurs pures, parviendra ...
      Speaker: Le Roux
      m'impose la loi de m'élever contre cette vente, et c'est pour y obéir que je prends la parole. m'impose la loi de m'élever contre cette vente, et c'est pour y obéir que je prends la parole.
      Speaker: Le Roux
      La propriété des biens ecclésiastiques n'appartient ni au clergé, ni à la nation. Le clergé n'est qu'administrate...
      ...compte qu'à Dieu de son administration. La nation n'a que la surveillance ; elle doit réprimer les a...
      La propriété des biens ecclésiastiques n'appartient ni au clergé, ni à la nation. Le clergé n'est qu'administrateur; il ne doit compte qu'à Dieu de son administration. La nation n'a que la surveillance ; elle doit réprimer les abus, détruire ce qui nuit, mais conserver ce qui est utile.
      Speaker: Bécherel
      Messieurs, la propriété des biens que l'on appelle biens ecclésiastiques, n'appartient ni à la nation, ni aù clergé: elle appartient à la chose à laquelle ils ont été destinés; ... Messieurs, la propriété des biens que l'on appelle biens ecclésiastiques, n'appartient ni à la nation, ni aù clergé: elle appartient à la chose à laquelle ils ont été destinés; et cette chose est:
      Speaker: Bécherel
      Ge juge est la nation. Les représentants de la nation sont ses mandataires pour faire ... Ge juge est la nation. Les représentants de la nation sont ses mandataires pour faire rendre le compte.
      Speaker: Bécherel
      La nation n'a donc pas le droit d'aliéner ... La nation n'a donc pas le droit d'aliéner à son profit les biens ecclésiastiques ; mais non-seulement elle a le droit, mai...
      Speaker: Bécherel
      La nation a donc le droit d'en ordonner un... La nation a donc le droit d'en ordonner une répartition juste qui sera :
      Speaker: Bécherel
      ...venable sous les différents rapports de la société dans l'état actuel et de l'esse... 1° De donner à chaque ministre du culte un victum et vestitum convenable sous les différents rapports de la société dans l'état actuel et de l'essence de l'état apostolique : première partie de l'entretien du culte;
      ...lus après que ces biens auront acquitté en gros avec tous les autres biens du royaume indistinctement la taxe proportionnelle de contributions q... 3° De pourvoir à ce que tout le surplus après que ces biens auront acquitté en gros avec tous les autres biens du royaume indistinctement la taxe proportionnelle de contributions qu'ils (1) L'opinion des députés du Cotentin n'a pas été insérée au Moniteur.

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 632
      Speaker: Bécherel
      ... soustraire par aucun fait au devoir de la contribution générale) ; pourvoir, dis-je, à ce que tout le surplus soit emp'oyé en établissements de charité. ...nt s'ils étaient encore possédés par les donateurs (lesquels n'ont jamais pu les soustraire par aucun fait au devoir de la contribution générale) ; pourvoir, dis-je, à ce que tout le surplus soit emp'oyé en établissements de charité.
      Speaker: Bécherel
      2° Les ecclésiastiques doivent en être et demeurer les administrateurs, sous la surveillance et la tutelle des représentants de la nation. 2° Les ecclésiastiques doivent en être et demeurer les administrateurs, sous la surveillance et la tutelle des représentants de la nation.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...es, de discuter les conséquences qu'ils en tirent, d'en présenter les avantages ou...
      ...n d'une plus grande importance, et dont la décision est telle qu'elle aura une inf...
      ...du royaume. On a posé pour principe que la nation était propriétaire de tous les b...
      ...du pacte social et les conséquences qui en découlent.
      Je me permettrai d'examiner leurs principes, de discuter les conséquences qu'ils en tirent, d'en présenter les avantages ou désavantages, afin de parvenir à des résultats quelconques. Cette discussion est d'autant plus nécessaire, qu'il ne s'est pas encore présenté de question d'une plus grande importance, et dont la décision est telle qu'elle aura une influence majeure, tant sur les opinions religieuses que sur Je droit public du royaume. On a posé pour principe que la nation était propriétaire de tous les biens du domaine et du clergé. Si ce principe était admis, elle doit l'être de to...
      ...exception à un principe. Je rejette donc celui des préopinanls comme destructif du pacte social et les conséquences qui en découlent.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...peut avoir de propriété. Une nation est la réunion d'hommes gouvernés par la loi : la loi est l'expression de leurs volontés. La nation constituée souveraine fait exécuter la loi; et jamais des hommes réunis pour s...
      ...disposer des propriétés particulières : la nation est donc constituée pour les conserver, et non pour en disposer.
      Une nation est un corps fictif, un être moral. Un être moral n'a et ne peut avoir de propriété. Une nation est la réunion d'hommes gouvernés par la loi : la loi est l'expression de leurs volontés. La nation constituée souveraine fait exécuter la loi; et jamais des hommes réunis pour se donner des lois n'ont dit ni voulu dire que leur assemblée, appelée depuis nation, eût le droit de disposer des propriétés particulières : la nation est donc constituée pour les conserver, et non pour en disposer.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ..., tantôt augmentés, tantôt diminués, et en quelque état qu'ils soient aujourd'hui,...
      ...t pas tous indistinctement appartenir à la nation ; ils ont passé de mâle en mâle par une substitution perpétuelle, et sont le patrimoine de la maison régnante, comme une terre est le...
      ...ues Gapet est arrivé au trône avec des domaines très-considérables. Ces domaines, tantôt augmentés, tantôt diminués, et en quelque état qu'ils soient aujourd'hui, ne peuvent pas tous indistinctement appartenir à la nation ; ils ont passé de mâle en mâle par une substitution perpétuelle, et sont le patrimoine de la maison régnante, comme une terre est le patrimoine d'une famille.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Les rois sont toujours mineurs : la substitution est graduelle et perpétuel...
      ...s dans le royaume quelques familles qui en ont de pareilles ? Ainsi je base l'inaliénabilité du domaine, non sur le droit de la couronne, mais sur le droit d'une propriété substituée dans la race masculine des Capétiens. Les domaines sont donc improprement appelés de la couronne, ils sont domaines des rois; c...
      ...oniaux: les descendants de Hugues Capet en sont propriétaires, indépendamment de la souveraineté.
      Les rois sont toujours mineurs : la substitution est graduelle et perpétuelle. JN'existe-t-il pas dans le royaume quelques familles qui en ont de pareilles ? Ainsi je base l'inaliénabilité du domaine, non sur le droit de la couronne, mais sur le droit d'une propriété substituée dans la race masculine des Capétiens. Les domaines sont donc improprement appelés de la couronne, ils sont domaines des rois; ce sont des biens patrimoniaux: les descendants de Hugues Capet en sont propriétaires, indépendamment de la souveraineté.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Si la nation les aliénait, elle renverserait de fond en comble tous les principes qui assurent l'inviolabilité de la propriété. Si la nation les aliénait, elle renverserait de fond en comble tous les principes qui assurent l'inviolabilité de la propriété.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      On croit fortifier ce système en l'étayant de ce que la nation se charge des dépenses du servic...
      ... dettes du gouvernement et des frais de la liste civile.
      On croit fortifier ce système en l'étayant de ce que la nation se charge des dépenses du service public, des dettes du gouvernement et des frais de la liste civile.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...ent être tenus aux dépenses qu'entraîne la garantie des personnes et des biens qu'en raison de leurs intérêts personnels. Le... Les rois, n'étant que les dépositaires delà force publique, ne pourraient être tenus aux dépenses qu'entraîne la garantie des personnes et des biens qu'en raison de leurs intérêts personnels. Leurs propriétés n'y seraient donc assujetties que par une contribution proportion...
      Speaker: Bécherel
      ...ont sacrés et inaliénables; qu'ils sont la propriété, non de la nation, mais d'une portion de la nation, sous la garantie et la tutelle de la nation entière. Et cette portion de la nation ce ne sont point les ecclésiasti...
      ...priétaires de toutes les religion s nui la composent ; mais ce sont les fidèles ca...
      Sous ce rapport, il est incontestable que ces biens sont sacrés et inaliénables; qu'ils sont la propriété, non de la nation, mais d'une portion de la nation, sous la garantie et la tutelle de la nation entière. Et cette portion de la nation ce ne sont point les ecclésiastiques, ni les riches propriétaires de toutes les religion s nui la composent ; mais ce sont les fidèles catholiques, quant au culte, dont l'exercice gratuit leur est dû, et les pauvres d...
      Speaker: Bécherel
      La propriété des biens ecclésiastiques appartient à la chose à laquelle ils ont été destinés, ... La propriété des biens ecclésiastiques appartient à la chose à laquelle ils ont été destinés, et cette chose est l'entretien du culte et le soulagement des pauvres. Ils sont ...
      Speaker: Bécherel
      3° Le devoir des représentants de la nation est de régler la distribution de ces biens tellement qu'... 3° Le devoir des représentants de la nation est de régler la distribution de ces biens tellement qu'une partie soit affectée à l'entretien décent des ministres, une autre à l'entre...
      Speaker: Bécherel
      ...nt contribuer aux charges de l'Etat, de la même manière que s'ils étaient encore p... 4° Ces hiens doivent contribuer aux charges de l'Etat, de la même manière que s'ils étaient encore possédés par les citoyens qui les ont donnés aux églises.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...grandes questions sur les propriétés de la couronne, du clergé et de tous les étab... (2). Messieurs, plusieurs orateurs ont agité de grandes questions sur les propriétés de la couronne, du clergé et de tous les établissements de mainmorte.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... dérivent toutes les lois qui tendent à la garantie des personnes et des biens. Tel est son droit de souveraineté, d'où dérivent toutes les lois qui tendent à la garantie des personnes et des biens.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...priétés appelées domaines du Roi, ou de la couronne, et je passerai ensuite à ceux... D'après ce principe, je vais examiner d'abord les propriétés appelées domaines du Roi, ou de la couronne, et je passerai ensuite à ceux du clergé, et des gens de mainmorte.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...testable, que les domaines du Roi ou de la couronne étaient les biens de la nation; surtout depuis que, par des subsides, la nation se charge de pourvoir non-seulem...
      ... gouvernement, mais encore aux frais de la liste civile pour la personne du Roi et pour sa maison.
      On a posé pour vérité incontestable, que les domaines du Roi ou de la couronne étaient les biens de la nation; surtout depuis que, par des subsides, la nation se charge de pourvoir non-seulement aux dépenses du service public et aux dettes du gouvernement, mais encore aux frais de la liste civile pour la personne du Roi et pour sa maison.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...r à l'origine des choses, que je fixe à la dynastie régnante. Il ne s'agit que de remonter à l'origine des choses, que je fixe à la dynastie régnante.
      ...siastiques pour acquitter les dettes de la nation, ce serait payer les dettes des ... Une nation est souveraine et n'est pas pro- (1) Vendre les biens ecclésiastiques pour acquitter les dettes de la nation, ce serait payer les dettes des riches avec le patrimoine des pauvres.
      (2) L'opinion de M. le comte de La Galissonnière n'a pas été insérée au Mo... (2) L'opinion de M. le comte de La Galissonnière n'a pas été insérée au Moniteur.

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 633
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Cet article est personnel au Roi et à la famille royale ; mais il fait naître aussi la question de la Y valeur des domaines. Ou ces domaines ...
      ...uffisent pas pour l'acquit des frais de la dépense personnelle du Roi. S'ils sont suffisants, et ils le seraient si, en vertu de la substi-r tution perpétuelle et du princ...
      ... les anciens Etats généraux du royaume, la nation décrétait que le Roi y rentrera ...
      ...dis-je, le revenu des domaines suffit à la dépense persônnelle du Roi, pourquoi le souverain n'en jouirait-il pas comme tous les usufruit...
      Cet article est personnel au Roi et à la famille royale ; mais il fait naître aussi la question de la Y valeur des domaines. Ou ces domaines suffisent, ou ils ne suffisent pas pour l'acquit des frais de la dépense personnelle du Roi. S'ils sont suffisants, et ils le seraient si, en vertu de la substi-r tution perpétuelle et du principe de l'aliénabilité consacré par les anciens Etats généraux du royaume, la nation décrétait que le Roi y rentrera enremboursant le prix des aliénations; si, dis-je, le revenu des domaines suffit à la dépense persônnelle du Roi, pourquoi le souverain n'en jouirait-il pas comme tous les usufruitiers substitués? Dans le cas d'insuffisance, pourquoi vendre ces mêmes domaines?...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...?. Les domaines du Roi consistent, pour la majeure partie, en forêts de haute futaie. Le reste, en terre, est à peine du revenu annuel de ... ...ns politiques et d'utilité publique ne s'opposent-elles pas à cette aliénation? ?. Les domaines du Roi consistent, pour la majeure partie, en forêts de haute futaie. Le reste, en terre, est à peine du revenu annuel de 160,000 livres, suivant M. Necker.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...orêts sont une ressource précieuse pour la marine. C'est de qu'on tire presque tous les bois de con...
      ...ntières, des compagnies pourront seules en faire l'acquisition. Dans l'un et l'autre cas, ces forêts seront exploitées, et la plupart réduites en taillis.En vain voudra-t-on prescrire d...
      ...nes du Roi sera de priver le royaume de la ressource des bois de construction indi...
      Ces forêts sont une ressource précieuse pour la marine. C'est de qu'on tire presque tous les bois de construction et même de charpente. Pour les aliéner, il faudra les diviser, ou, si on les vend entières, des compagnies pourront seules en faire l'acquisition. Dans l'un et l'autre cas, ces forêts seront exploitées, et la plupart réduites en taillis.En vain voudra-t-on prescrire des conditions conservatoires aux acheteurs : ce serait les écarter, parce que to...
      ...i puisse faire rentrer les capitaux. Ainsi le résultat de l'aliénation des domaines du Roi sera de priver le royaume de la ressource des bois de construction indispensables pour l'architecture navale et civile.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... domaines du Roi; l'administration doit en être confiée aux assemblées provinciale... ... plus fortes d'utilité publique et de justice s'opposent donc à l'aliénation des domaines du Roi; l'administration doit en être confiée aux assemblées provinciales.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... citer les assemblées soleunelles, dont la première est de 1279, les Etats généraux tenus à Paris en 1401, qui ont déclaré que le domaine ro...
      ...e droit public. Nos rois, à leur sacre, en renouvellent et consacrent l'observance; Louis XVI, à son sacre, en a confirmé les dispositions : la nation peut-elle le délier de son serme...
      Je pourrais citer les assemblées soleunelles, dont la première est de 1279, les Etats généraux tenus à Paris en 1401, qui ont déclaré que le domaine royal ne pourrait être aliéné à perpétuité. Je passe sous silence les ordonnances,...
      ...667, 1717, qui tous ont confirmé ce principe, au point qu'il fait partie de notre droit public. Nos rois, à leur sacre, en renouvellent et consacrent l'observance; Louis XVI, à son sacre, en a confirmé les dispositions : la nation peut-elle le délier de son serment?
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Ces propriétés sont mises en question : leur aliénation et leur vent... Ces propriétés sont mises en question : leur aliénation et leur vente sont proposées.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      En adoptant et en étendant ce principe, la nation est propriétaire des biens du clergé; ses membres n'en sont que les administrateurs ; je dis s...
      ...e de leur vivant on agite et on propose la vente des fonds.
      En adoptant et en étendant ce principe, la nation est propriétaire des biens du clergé; ses membres n'en sont que les administrateurs ; je dis simplement les administrateurs, et non les usufruitiers, puisque de leur vivant on agite et on propose la vente des fonds.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Ainsi, dans le système moderne, la nation est constituée propriétaire de t...
      ... que c'est confondre les idées de créer en droit positif ce qui est en droit négatif.
      Ainsi, dans le système moderne, la nation est constituée propriétaire de tous les biens du clergé. Je ne crains pas de répéter qu'un être moral n'a pas de propriétés, et que c'est confondre les idées de créer en droit positif ce qui est en droit négatif.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...toutes les corporations religieuses, si la nation voulait les supprimer? L'emploi en est facile et conforme aux vues primiti... On ne manquera pas de demander : que deviendraient les biens de toutes les corporations religieuses, si la nation voulait les supprimer? L'emploi en est facile et conforme aux vues primitives de leur destination : le culte public et le soulagement des pauvres.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...mées n'avoir été contractées que r pour la chose publique, c'est-à-dire pour les frais de la guerre, et pour ceux que nécessitent un... Elles sont présumées n'avoir été contractées que r pour la chose publique, c'est-à-dire pour les frais de la guerre, et pour ceux que nécessitent une grande administration et un vaste empire : tels que des arsenaux de terre et d...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      3° Les frais de la liste civile. 3° Les frais de la liste civile.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...obligatoire pour l'un et pour l'antre ; la prévoyance prescrit à l'Assemblée de ma... Ce serment est obligatoire pour l'un et pour l'antre ; la prévoyance prescrit à l'Assemblée de maintenir les décrets des précédents Etats généraux; il serait impolitique de les ...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ..., du moins les anciens, appartenaient à la maison régnante et non à la nation, il me reste à parler des propri... Après avoir prouvé, je pense, que les domaines du Roi, du moins les anciens, appartenaient à la maison régnante et non à la nation, il me reste à parler des propriétés du clergé et de ce qu'on appelle gens de mainmorte.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... Etat n'existait que du consentement de la nation ; que cette nation, étant maîtresse de la supprimer et de disposer d'une manière ...
      ...séquemment disposer de ses fonds ; donc la propriété des biens de cette corporation appartient à la nation.
      On est parti de ce principe : que toute corporation religieuse existant dans un Etat n'existait que du consentement de la nation ; que cette nation, étant maîtresse de la supprimer et de disposer d'une manière quelconque de ses jouissances, pourrait conséquemment disposer de ses fonds ; donc la propriété des biens de cette corporation appartient à la nation.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... les pensions des ministres des autels, la nourriture des pauvres. Ces établissements sont à perpétuité, et la plupart sans clause de réversion dans l...
      ...r à jamais le patrimoine des pauvres et la dépense du culte public.
      ... motifs des donations, des fondations et des dotations? L'entretien des temples, les pensions des ministres des autels, la nourriture des pauvres. Ces établissements sont à perpétuité, et la plupart sans clause de réversion dans le cas même que ces établissements fussent détruits. Les principes des donateurs ou des acquéreurs ont donc été d'assurer à jamais le patrimoine des pauvres et la dépense du culte public.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... ses héritiers le droit de rentrer dans la propriété de cet hôtel, si les célestins l'abandonnaient. Lors de la suppression des célestins, le roi de Sa... , duc cle Savoie, qui avait réservé par l'acte de donation à ses héritiers le droit de rentrer dans la propriété de cet hôtel, si les célestins l'abandonnaient. Lors de la suppression des célestins, le roi de Sardaigne revendiqua juridiquement l'hôtel de Savoie, qui lui fut adjugé nonobstan...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      La nation n'est donc pas propriétaire. Il ...
      ...gieuse, et ce droit a été exercé ; mais la conséquence n'est pas qu'elle ait le dr...
      ...ser des fonds pour un usage contraire à la volonté des donateurs.
      La nation n'est donc pas propriétaire. Il ne s'ensuit pas qu'une nation n'ait pas le droit de supprimer une corporation religieuse, et ce droit a été exercé ; mais la conséquence n'est pas qu'elle ait le droit de disposer des fonds pour un usage contraire à la volonté des donateurs.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Ainsi, la nation peut ordonner une répartition pl...
      ...ienfaisance ou de justice. Ce n'est pas disposer des fonds, c'est disposer des ...
      Ainsi, la nation peut ordonner une répartition plus égale entre les ministres des autels, et réformer des établissements publics, tels que des maisons d'éducation nationale, et des hospices de bienfaisance ou de justice. Ce n'est pas disposer des fonds, c'est disposer des revenus.
      ...evendiquer les fonds. Un exemple récent en fournit la preuve. Le roi de Sardaigne a réclamé, en 1784, l'hôtel de Savoie dans la ville de Lyon, légué aux célestins par ... ...il est hors de doute que les ayants cause des fondateurs n'aient le droit d'en revendiquer les fonds. Un exemple récent en fournit la preuve. Le roi de Sardaigne a réclamé, en 1784, l'hôtel de Savoie dans la ville de Lyon, légué aux célestins par Emmanuel Ier

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 634
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      On a fort bien défini le droit de la propriété par son usage : user, abuser ; mais je pense aussi qu'on a abusé de la définition, quand, en l'appliquant au clergé, on a tiré la conséquence qu'il n'était pas propriéta...
      ...'user des biens de leurs bénéfices; ils n'en peuvent abuser, puisque la vente leur en est interdite.
      On a fort bien défini le droit de la propriété par son usage : user, abuser ; mais je pense aussi qu'on a abusé de la définition, quand, en l'appliquant au clergé, on a tiré la conséquence qu'il n'était pas propriétaire de ses biens. Sans doute les ecclésiastiques ne sont que des usufruitiers, et, sous ce rapport, ils ne peuvent qu'user des biens de leurs bénéfices; ils n'en peuvent abuser, puisque la vente leur en est interdite.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...dre autrefois : une sage prévoyance lui en a ôté le droit ; et ce n'est que depuis...
      ...epuis, le gouvernement lui ait restitué la faculté de placer sur le Trésor royal e...
      ...ter, et tout emprunt n'est-il pas une aliénation déguisée? Le clergé pouvait vendre autrefois : une sage prévoyance lui en a ôté le droit ; et ce n'est que depuis" 1749 qu'il a perdu celui d'acquérir, quoique depuis, le gouvernement lui ait restitué la faculté de placer sur le Trésor royal et sur les maisons fondées.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Les caractères de la propriété sont de pouvoir affermer, dis...
      ... , mais au contraire le législateur lui en a conservé la faculté, avec la seule formalité des lettres patentes. Sa propriété est donc réelle, puisqu'elle en a tous les caractères primitifs et tous...
      Les caractères de la propriété sont de pouvoir affermer, discuter, transiger, vendre, aliéner, échanger, inféoder, emprunter, acquérir. Or, ...
      ... vendre ni aliéner, non-seulement l'édit de 1749 n'a point prononcé d'incapacité , mais au contraire le législateur lui en a conservé la faculté, avec la seule formalité des lettres patentes. Sa propriété est donc réelle, puisqu'elle en a tous les caractères primitifs et tous les droits constitutifs.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...u'il n'a de droits civils que ceux dont la nation lui donne communication. J'avoue...
      ... sont tellement sophistiques qu'il faut en demander l'explication à M. Thouret. Si...
      ...ée, comme elle peut l'être, au corps de la magistrature, au corps d'une armée, un ...
      ...tique n'est pas un individu réel ; que c'est un être fictif, un être idéal, et qu'il n'a de droits civils que ceux dont la nation lui donne communication. J'avoue que de pareilles distinctions sont tellement sophistiques qu'il faut en demander l'explication à M. Thouret. Si les individus qui appartiennent à des corps moraux sont ainsi définis, et que cette définition soit appliquée, comme elle peut l'être, au corps de la magistrature, au corps d'une armée, un magistrat, un militaire, seront étonnés de n'être pas dans un état de nature, de...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      En vain dit-on que les membres du clergé n...
      ... nombre de tenues d'Etats généraux : je m'en tiens au principe. Le clergé possède, c...
      ...tivement, usufruitier individuellement. La nation, par son droit de souveraineté, ...
      ...s biens de son pupille ; mais le clergé n'en est pas moins propriétaire réel et inco...
      En vain dit-on que les membres du clergé ne composent qu'une classe stérile. Il ne faut pas considérer les individus, c'es...
      ...u'elle soit d'un grand poids ; je n'invoque pas cette possession sanctionnée par nombre de tenues d'Etats généraux : je m'en tiens au principe. Le clergé possède, c'est un corps toujours subsistant : il est propriétaire collectivement, usufruitier individuellement. La nation, par son droit de souveraineté, a l'administration suprême des biens ecclésiastiques, comme un tuteur a l'administration des biens de son pupille ; mais le clergé n'en est pas moins propriétaire réel et incommutable, comme ce dernier.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... : l'Assemblée ne rendra pas, au nom de la nation, un décret aussi immoral. En vain me parle-t-on d'une taxe pour les pauvres : leur soulagement est plus assuré par la charité active des pasteurs qui, rappro...
      ...ns ; ils n'ignorent pas que les pauvres en sont les co-propriétaires. La nation ne peut y avoir d'autres droits que ceux d'enclave, de souveraineté, de la même manière qu'elle peut en exercer dans les provinces. Qui peut ré...
      ...s au royaume, et à coup sûr étrangers à la province ou à la paroisse?
      ... sort, pour assurer son bonheur, et nous ferions des malheureux ! Non, Messieurs : l'Assemblée ne rendra pas, au nom de la nation, un décret aussi immoral. En vain me parle-t-on d'une taxe pour les pauvres : leur soulagement est plus assuré par la charité active des pasteurs qui, rapprochés d'eux, connaissent leurs besoins. Ces pasteurs savent à quelles conditions ils jouissent de leurs biens ; ils n'ignorent pas que les pauvres en sont les co-propriétaires. La nation ne peut y avoir d'autres droits que ceux d'enclave, de souveraineté, de la même manière qu'elle peut en exercer dans les provinces. Qui peut répondre, Messieurs, que les provinces, que les paroisses ne forment opposition à ...
      ...tés, au lieu de les voir passer dans les mains de capitalistes, souvent étrangers au royaume, et à coup sûr étrangers à la province ou à la paroisse?
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      La propriété du clergé est antérieure à la conquête des Gaules : lorsque Clovis s'en empara, il trouva le clergé doté, et sa...
      ... tant aujourd'hui. Le droit prétendu de la nation sur les propriétés ecclésiastiqu...
      ...xister avant celui de conquête, puisque la nation, comme nation française, n'exist...
      La propriété du clergé est antérieure à la conquête des Gaules : lorsque Clovis s'en empara, il trouva le clergé doté, et sa richesse était peut-être supérieure à celle qu'on exagère tant aujourd'hui. Le droit prétendu de la nation sur les propriétés ecclésiastiques ne peut exister avant celui de conquête, puisque la nation, comme nation française, n'existait pas avant cette époque.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      On connaît la fameuse pétition du peuple français à l...
      ...dait que les évêques ne vinssent plus à la guerre, qu'ils restassent dans leurs di...
      ... enlever les biens du clergé, mais pour en confirmer la propriété, et suppliait l'empereur de la sanctionner.
      On connaît la fameuse pétition du peuple français à l'empereur Charlemagne : son peuple demandait que les évêques ne vinssent plus à la guerre, qu'ils restassent dans leurs diocèses, non qu'il voulût enlever les biens du clergé, mais pour en confirmer la propriété, et suppliait l'empereur de la sanctionner.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      D'après cette définition de la propriété appliquée au clergé, considér...
      ... qu'elle aliène jamais hors de son sein la masse collective de ses propriétés.
      D'après cette définition de la propriété appliquée au clergé, considéré comme corps moral, une nation qui ne peut être considérée que sous le même rap...
      ... jouir, mais elle ne peut abuser, puisqu'il y a impossibilité morale et physique qu'elle aliène jamais hors de son sein la masse collective de ses propriétés.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      La propriété ne réside donc pas exclusivement dans la seule faculté de pouvoir aliéner ; elle...
      ...généralement toutes les personnes à qui la loi refuse le droit d'aliéner, ne sont ...
      La propriété ne réside donc pas exclusivement dans la seule faculté de pouvoir aliéner ; elle réside spécialement dans une possession non interrompue et fondée sur le princi...
      ...ommunes des villes, les pères de famille enchaînés par des coutumes locales, et généralement toutes les personnes à qui la loi refuse le droit d'aliéner, ne sont pas moins propriétaires et ne peuvent être dépouillées que par l'infraction du c...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...nation ou d'acquisition. Ce n'est point la nation qui a donné ; ce n'est point la nation qui a reçu : ce sont des proprié...
      ...aires, et dont les titres ont pour base la religion, la morale et l'humanité.
      ...usurpé les possessions de personne ; tes siennes lui appartiennent à titre de donation ou d'acquisition. Ce n'est point la nation qui a donné ; ce n'est point la nation qui a reçu : ce sont des propriétaires, et les donataires ont accepté pour subvenir aux dépenses des ministres d...
      ... l'entretien des autels, et du soulagement des pauvres. Voilà les trois propriétaires, et dont les titres ont pour base la religion, la morale et l'humanité.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Cette pétition nous a conservé la formule de la donation, qui porte que son objet est destiné à perpétuité à la dépense du culte divin, à l'utilité Cette pétition nous a conservé la formule de la donation, qui porte que son objet est destiné à perpétuité à la dépense du culte divin, à l'utilité

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 635
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...contre mon opinion, quel intérêt aurait la nation à la vente des biens du clergé. C'est de la balance des avantages et des désavantages qui peuvent en résulter, que je vais tirer de nouveaux arguments pour lui en conserver la propriété. Il me reste à examiner, si l'Assemblée prononçait contre mon opinion, quel intérêt aurait la nation à la vente des biens du clergé. C'est de la balance des avantages et des désavantages qui peuvent en résulter, que je vais tirer de nouveaux arguments pour lui en conserver la propriété.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      L'Assemblée nationale a décrété la suppression des dîmes ecclésiastiques. Elle a eu en vue de soulager les peuples, et de vivi... L'Assemblée nationale a décrété la suppression des dîmes ecclésiastiques. Elle a eu en vue de soulager les peuples, et de vivifier l'agriculture.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      1° De continuer la perception de la dîme, et en cela c'est éluder l'exécution du décret... 1° De continuer la perception de la dîme, et en cela c'est éluder l'exécution du décret.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...n serait onéreuse et souvent vexatoire, en la confiant aux agents du fisc ; J'observe que cette perception serait onéreuse et souvent vexatoire, en la confiant aux agents du fisc ;
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      J'observe qu'en joignant ces 2,100 millions des biens d...
      ...ente constamment les fonds à vendre, il en résultera une baisse si considérable da...
      J'observe qu'en joignant ces 2,100 millions des biens du clergé à un capital de 600 millions qui représente constamment les fonds à vendre, il en résultera une baisse si considérable dans le prix général des fonds, qu'au lieu du denier 30, on serait heureux d'en tr...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      3° De rembourser, soit en argent, soit par la cession des biens, partie des rentes vi... 3° De rembourser, soit en argent, soit par la cession des biens, partie des rentes viagères et partie des rentes constituées, et enfin les charges de judicature.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...les rentiers viagers à qui l'on destine en remboursement un capital de 500 million...
      ...mple de transformer les rentes viagères en rentes perpétuelles au denier 20? L'Etat y gagnerait, sur la totalité des rentes viagères montant à 105 millions, 52,500,000 livres, et en employant cette moitié bénéficiée en amortissement, ces capitaux seraient remboursés dans la quinzième année.
      J'observe d'abord qu'il faut supposer que les rentiers viagers à qui l'on destine en remboursement un capital de 500 millions, pour extinction de 50 millions de rentes viagères, se réduiront volontairemen...
      ...umer. Si on les croit aussi disposés à un pareil sacrifice, n'est-il pas plus simple de transformer les rentes viagères en rentes perpétuelles au denier 20? L'Etat y gagnerait, sur la totalité des rentes viagères montant à 105 millions, 52,500,000 livres, et en employant cette moitié bénéficiée en amortissement, ces capitaux seraient remboursés dans la quinzième année.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Il en est de même des rentes perpétuelles, pa... Il en est de même des rentes perpétuelles, payées sur le pied du denier 20 sans retenue. Les propriétaires de ces rentes, acq...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...évêque d'Autun le propose du produit de la vente des biens du clergé, On ne peut croire qu'il veuille en faire une opération de finance dont le ...
      ...lions d'honoraires, ce qui augmenterait la surcharge des peuples de 30 à 36 millio...
      ... du remboursement des offices de judicature, ce n'est pas sérieusement que M. l'évêque d'Autun le propose du produit de la vente des biens du clergé, On ne peut croire qu'il veuille en faire une opération de finance dont le résultat est tel que pour 6 millions d'intérêts au capital de 5 à 600, l'Etat perdrait 20 à 24 millions d'intérêts annuels, indépendamment de 10 à 12 millions d'honoraires, ce qui augmenterait la surcharge des peuples de 30 à 36 millions.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      de l'Eglise, et à la nourriture des pauvres et des clercs, e... de l'Eglise, et à la nourriture des pauvres et des clercs, et non à un autre, nonalteri.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... clergé (1), et l'on voudrait au nom de la nation, attaquer une pareille propriété! Comment! la nation, qui n'a pas donné, à qui l'on n...
      ...ention nationale, décréterait au nom de la nation et contre les anciennes sessions convoquée» ad hoc, que la nation est propriétaire des biens du cl...
      ...e pas des droits ; le l'ait peut suivre la déclaration, mai-s le droit ne suivrait...
      ...cieux de sophismes et de paradoxes, que la discussion ne peut soutenir les regards de la justice et du raisonnement.
      ...connut et ratifia de nouveau, dans trois sessions successives, les propriétés du clergé (1), et l'on voudrait au nom de la nation, attaquer une pareille propriété! Comment! la nation, qui n'a pas donné, à qui l'on n'a pas donné, qui depuis quatorze siècles reconnaît cette propriété, qui a deman...
      ...ibre et pur consentement du clergé; comment! l'Assemblée, qui n'est pas une convention nationale, décréterait au nom de la nation et contre les anciennes sessions convoquée» ad hoc, que la nation est propriétaire des biens du clergé! Un pareil décretserait illusoire : une déclaration d'un fait qui n'est pas vrai, ne donne pas des droits ; le l'ait peut suivre la déclaration, mai-s le droit ne suivrait ni l'un ni l'autre. Le principe de cetté prétendue propriété nationale e?:t renfermé dans un cercle si vicieux de sophismes et de paradoxes, que la discussion ne peut soutenir les regards de la justice et du raisonnement.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...s le principe, consacrée par les temps. La nation pouvait donc faire cesser cette prestation. Elle a usé dans la rigueur du principe de son droit; mais ... ... propriétés foncières du clergé. Les dîmes n'étaient qu'une prestation libre dans le principe, consacrée par les temps. La nation pouvait donc faire cesser cette prestation. Elle a usé dans la rigueur du principe de son droit; mais elle n'a pas celui de s'emparer des propriétés foncières, parce que ces propriét...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      Je pense que la motion de ce prélat ne peut être admise... Je pense que la motion de ce prélat ne peut être admise, et si jamais elle est discutée, il me serait aisé d'en montrer les dangers, co...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...n que, joints aux 80, produit estimé de la dîme, la dépense du clergé protée à 100 millions... 4° De grever les peuples d'une prestation annuelle de 20 millions, afin que, joints aux 80, produit estimé de la dîme, la dépense du clergé protée à 100 millions soit acquittée.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...rner à corriger les abus, et nonobstant la suppression de la dîme, j'estime que les autres ...et commentle seront ils quand leur patrimoine aura été vendu? il faut donc se borner à corriger les abus, et nonobstant la suppression de la dîme, j'estime que les autres
      ...M. Le Chapelier a avancé le 2 novembre, en parlant des capilutaires, qu'il a liés ...
      ...épondérance, avait fait reconnaître par la nation la propriété de ses biens. Il y a dans cet...
      ...es distincts du temps de Char -lemagne; la pétition que j'ai citée est celle du peuple français assemblé à Worms en 803, cette pétition fut sanctionnée par...
      ...r son petit-fils Charles le Chauve, sur la demande des assemblées générales et con...
      ...0 millions de revenu ; je crois ce revenu fort supérieur ; mais enfin, quel (1) M. Le Chapelier a avancé le 2 novembre, en parlant des capilutaires, qu'il a liés mal à propos avec les Etats de Bluis et d'Orléans, que c'était le clergé qui, abusant de sa prépondérance, avait fait reconnaître par la nation la propriété de ses biens. Il y a dans cette assertion une confusion d'ordres et do choses, îl n'existait point d'ordres distincts du temps de Char -lemagne; la pétition que j'ai citée est celle du peuple français assemblé à Worms en 803, cette pétition fut sanctionnée par l'empereur et confirmée depuis par son petit-fils Charles le Chauve, sur la demande des assemblées générales et conventions nationales de 863. 873 et 877.
      ...ier avança encore que laisser au clergé la propriété de ses biens, ce serait faire renaître la distinction des ordres. Si j'avais pu obtenir la parole, j'aurais démontré facilement qu...
      ...nte n'était fondée que sur un sophisme; en effet les autres citoyens n'ont-ils pas...
      M. Le Chapelier avança encore que laisser au clergé la propriété de ses biens, ce serait faire renaître la distinction des ordres. Si j'avais pu obtenir la parole, j'aurais démontré facilement que cette crainte n'était fondée que sur un sophisme; en effet les autres citoyens n'ont-ils pas une propriété? et dès que le clergé n'a plus de mode particulier d'administrati...

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 636
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...n nationale et les hospices de charité. La vente de ces biens consommée, la perception de la dîme cessée, il faudrait remplacer par ...
      ...ployé aux besoins du moment : le nombre en serait diminué, on s'habituerait à s'en passer, et bientôt sans ministres, la religion ne serait plus respectée.
      ...ants pour l'entretien des temples, le service des autels, les maisons d'éducation nationale et les hospices de charité. La vente de ces biens consommée, la perception de la dîme cessée, il faudrait remplacer par un impôt sur les peuples un revenu de 80 à 100 millions pour les frais du culte ...
      ...use compromettraient leur subsistance, le subside qui y serait destiné serait employé aux besoins du moment : le nombre en serait diminué, on s'habituerait à s'en passer, et bientôt sans ministres, la religion ne serait plus respectée.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...itué et non le pouvoir constituant; et, en effet, comment pourrait-elle s'attribue...
      ...ir constituant, puisque les députés qui la composent ont été envoyés par les provinces avec des cahiers, des mandats, des pouvoirs la plupart formels? Aucun bailliage, aucune sénéchaussée n'a dit à ces députés : Nous nous en rapportons entièrement à vous ; vous êt...
      ...litiques qui forment l'union de l'Etat, en un mot de transiger, établir, supprimer et créer, comme si la France était un peuple nouveau et n'ava...
      ... telles clauses, sous peine de désaveu. La limitation d'une clause quelconque excl...
      ...tants, qui ont prescrit à leurs députés la conservation des lois fondamentales du ...
      ...e qu'elle n'est pas une convention nationale; qu'elle n'est que le pouvoir constitué et non le pouvoir constituant; et, en effet, comment pourrait-elle s'attribuer le pouvoir constituant, puisque les députés qui la composent ont été envoyés par les provinces avec des cahiers, des mandats, des pouvoirs la plupart formels? Aucun bailliage, aucune sénéchaussée n'a dit à ces députés : Nous nous en rapportons entièrement à vous ; vous êtes libres et maîtres de prononcer dans votre sagesse sur les lois fondamentales du royaume, sur les propriétés des corps politiques qui forment l'union de l'Etat, en un mot de transiger, établir, supprimer et créer, comme si la France était un peuple nouveau et n'avait aucunes lois. Les bailliages, au contraire, ont limité les pouvoirs de leurs députés à telles et telles clauses, sous peine de désaveu. La limitation d'une clause quelconque exclut l'idée de pouvoir constituant. L'Assemblée est donc conditionnelle et non conventionnelle : elle ne peut donc rendre des décrets contraires aux ordres de ses commettants, qui ont prescrit à leurs députés la conservation des lois fondamentales du royaume et le respect absolu des propriétés.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...ments de mainmorte continueront à jouir en toute propriété administrative des bien... 1° Le clergé séculier et régulier et tous les corps et établissements de mainmorte continueront à jouir en toute propriété administrative des biens-fonds qu'ils possèdent aujourd'hui, sauf les restrictions, réductions, modific...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      La nationusant.de son droit de souveraineté se réserve de prononcer sur la répartition de toutes les propriétés fo...
      ...uppressions ou changements de diocèses; en conséquence de fixer le nombre des évêc...
      ...utile de conserver, soit qu'elle adopte la division de la France en quatre-vingts départements qui pourraie...
      ...êchés ou évêchés, soit qu'elle conserve la division des provinces telle qu'elle ex...
      La nationusant.de son droit de souveraineté se réserve de prononcer sur la répartition de toutes les propriétés foncières du clergé ainsi que sur les suppressions ou changements de diocèses; en conséquence de fixer le nombre des évêchés, cathédrales, chapitres, collégiales et séminaires qu'elle croira utile de conserver, soit qu'elle adopte la division de la France en quatre-vingts départements qui pourraient former quatre-vingts archevêchés ou évêchés, soit qu'elle conserve la division des provinces telle qu'elle existe aujourd'hui.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...le soulagement des pauvres seront dotés en biens-fonds d'un revenu calculé d'après... ...ue cure et chaque établissement public ayant pour objet l'entretien du culte et le soulagement des pauvres seront dotés en biens-fonds d'un revenu calculé d'après les localités et les charges qui leur seront imposées.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...ces devant être libres, et chacun ayant la faculté de vivre sous un mode que la loi avait approuvé, les religieux de ces ordres seront les maîtres de se réunir en certain nombre, pour y vivre en communauté, ou de se faire séculariser....
      ... vendus pour le produit être appliqué à la pension alimentaire de ces religieux.
      ...t ses services multipliés, une distinction particulière. Néanmoins, les consciences devant être libres, et chacun ayant la faculté de vivre sous un mode que la loi avait approuvé, les religieux de ces ordres seront les maîtres de se réunir en certain nombre, pour y vivre en communauté, ou de se faire séculariser. Les maisons et terrains abandonnés seront vendus pour le produit être appliqué à la pension alimentaire de ces religieux.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... de ces ordres, le produit successif de la vente de leurs biens sera employé à for...
      ...uffisant pour leur entretien, déterminé en raison des dépenses, des charges et des...
      Après l'extinction de ces ordres, le produit successif de la vente de leurs biens sera employé à former aux curés et vicaires de chaque paroisse un domaine suffisant pour leur entretien, déterminé en raison des dépenses, des charges et des lieux.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...seront employés à doter les évêchés qui en auraient besoin, ainsi que les cures, c... Les fonds et les revenus des maisons supprimées, et ceux des maisons réduites, seront employés à doter les évêchés qui en auraient besoin, ainsi que les cures, chacun dans leur arrondissement autant qu'il sera possible, et s'il y a un excéda...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... ramènent donc à sanctionner de nouveau la propriété réelle des biens du clergé, s... Ces puissantes considérations ramènent donc à sanctionner de nouveau la propriété réelle des biens du clergé, sauf à prononcer sur une répartition proportionnelle aux fonctions relatives de s...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...e payer ; qu'elle lui demande au nom de la nation un secours extraordinaire de 50,...
      ...'elle garantisse et confirme de nouveau la propriété de ses biens, comme Je gage d...
      ...n; son administration particulière doit cesser. Eh bien! que l'Assemblée le fasse payer ; qu'elle lui demande au nom de la nation un secours extraordinaire de 50,de 100 millions, et plus s'il le faut ; qu'elle l'impose fortement pendant un ce...
      ...elle ordonne une répartition plus égale entre les ministres des autels : mais qu'elle garantisse et confirme de nouveau la propriété de ses biens, comme Je gage des dépenses du culte divin et du soulagement des pauvres : que l'Assemblée ne pe...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...iastiques et de gens de mainmorte, dont la suppression a été décrétée le 11 août dernier, et la perception néanmoins continuée jusqu'à ... 2° Les dîmes ecclésiastiques et de gens de mainmorte, dont la suppression a été décrétée le 11 août dernier, et la perception néanmoins continuée jusqu'à leur remplacement, cesseront d'être acquittées par les peuples, dès qu'il aura é...
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ...ieuses de l'un et de l'autre sexe, dont la suppression n'aura pas été ordonnée, se... 5° Les maisons religieuses de l'un et de l'autre sexe, dont la suppression n'aura pas été ordonnée, seront réunies de manière à ce qu'il y ait dans chacune d'elles un nombre suffisan...

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 637
      Speaker: Le comte de La Marck
      L'exposé seul de cette question la décide en faveur des provinces beiges. L'exposé seul de cette question la décide en faveur des provinces beiges.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...s provinces et du royaume, puisqu'elles en font une partie considérable et qu'elles en augmentent la richesse, le commerce et la prospérité. ...sesseurs, cultivateurs, fermiers, journaliers, et par conséquent à ' celui de ces provinces et du royaume, puisqu'elles en font une partie considérable et qu'elles en augmentent la richesse, le commerce et la prospérité.
      Speaker: Le comte de La Marck
      La transmission des biens du clergé en d'autres mains tarirait, pour les provinces belges, les sources de la production, enlèverait aux pauvres les ... La transmission des biens du clergé en d'autres mains tarirait, pour les provinces belges, les sources de la production, enlèverait aux pauvres les secours abondants, ruinerait l'industrie . et le commerce ; c'est ce que je vais...
      Speaker: Le comte de La Marck
      Par des possesseurs pour lesquels la bienfaisance, la charité éclairée sont une habitude auta...
      ...portés à tourmenter les campagnes, pour en forcer les revenus, en disputant même aux cultivateurs, l'abso...
      Par des possesseurs pour lesquels la bienfaisance, la charité éclairée sont une habitude autant qu'un devoir ; qui, par l'esprit même qui les anime, ne sont pas portés à tourmenter les campagnes, pour en forcer les revenus, en disputant même aux cultivateurs, l'absolu néces-saire ;
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...fermiers de ces terres, tranquilles sur la durée de leurs baux, sur le prix très-m...
      ...e propriété ; ils n'épargnent rien pour la culture et la fertilité du sol qu'ils occupent: ils en recueillent des richesses pour leurs fa...
      ...leurs maîtres semblent les inviter, ils la répandent eux-mêmes sur tous ceux qui l...
      ...territoire de ces provinces appartient au clergé, aux hôpitaux et collèges; les fermiers de ces terres, tranquilles sur la durée de leurs baux, sur le prix très-modéré, presque invariable de leur fermage, s'accoutument à regarder cette terre louée comme une propriété ; ils n'épargnent rien pour la culture et la fertilité du sol qu'ils occupent: ils en recueillent des richesses pour leurs familles nombreuses ; et cette abondance à laquelle leurs maîtres semblent les inviter, ils la répandent eux-mêmes sur tous ceux qui les environnent et qui partagent leurs travaux.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...apitrés, consomment leurs richesses sur la terre même qui les produit: ils n'ont a...
      ..., bien supérieurs à leurs besoins, sont en partie employés à construire ou entretenir d'immenses bâtiments, et en partie aux frais de l'éducation publiqu...
      Le plus grand nombre de ces possesseurs, les religieux, les chapitrés, consomment leurs richesses sur la terre même qui les produit: ils n'ont aucune idée de ces objets de luxe et de curiosité qu'on va chercher au loin et qui transportent le numéraire d'un pays dans un autre. Leurs revenus, bien supérieurs à leurs besoins, sont en partie employés à construire ou entretenir d'immenses bâtiments, et en partie aux frais de l'éducation publique, et toujours aux secours éclairés versés sur les indigents.
      Speaker: Le comte de La Marck
      Pour affecter ces biens à la nation, il faudra expulser les possesseurs actuels, soit en vendant ces biens, soit eu les livrant ... Pour affecter ces biens à la nation, il faudra expulser les possesseurs actuels, soit en vendant ces biens, soit eu les livrant à des administrateurs.
      Speaker: Le comte de La Marck
      Cette vérité paraîtra incontestable en réfléchissant que la vente ne serait avantageuse aux vendeurs que par la concurrence des acheteurs ; et il ne fa...
      ...ire des acquisitions ; leur nombre sera en disproportion avec celui des vendeurs, et dès lors, la valeur des biens sera considérablement ...
      Cette vérité paraîtra incontestable en réfléchissant que la vente ne serait avantageuse aux vendeurs que par la concurrence des acheteurs ; et il ne faut pas croire, lorsqu'il y a déjà un aussi grand nombre de terres à vendre, que ...
      ...més à jouir des biens qui ne demandent aucun soin, ne seront pas empressés de faire des acquisitions ; leur nombre sera en disproportion avec celui des vendeurs, et dès lors, la valeur des biens sera considérablement diminuée, et le bas prix seul sera un motif déterminant pour les acheteurs.
      Speaker: Le comte de La Galissonnière
      ... que le nouveau plan ait été présenté à la sanction de Sa Majesté. ...e ne ï nommer à aucun évêché ou abbaye qui pourraient venir à vaquer, jusqu'à ce que le nouveau plan ait été présenté à la sanction de Sa Majesté.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...ne injuste distribution de charges pour la province qui m'a honoré de son choix. ...concourent également à ce but, et je dois mon opinion sur ce qui me paraîtrait une injuste distribution de charges pour la province qui m'a honoré de son choix.
      Speaker: Le comte de La Marck
      Je n'entrerai point dans l'examen de la question de la propriété ; je n'envisagerai l'objet que sous l'aspect de la justice distributive, et de l'intérêt d... Je n'entrerai point dans l'examen de la question de la propriété ; je n'envisagerai l'objet que sous l'aspect de la justice distributive, et de l'intérêt des propriétaires et cultivateurs journaliers des provinces belges.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...uittent 300 millions, plus ou moins, de la dette publique, tandis que des provinces aussi considérables ne contribueraient qu'à la plus petite partie de cette dette ? Est-il juste que ces provinces acquittent 300 millions, plus ou moins, de la dette publique, tandis que des provinces aussi considérables ne contribueraient qu'à la plus petite partie de cette dette ?
      Speaker: Le comte de La Marck
      ... les sources de richesse et de bonheur, la réponse est facile. Si on demande quelles sont dans une province les sources de richesse et de bonheur, la réponse est facile.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...ies, qui répandent dans le sein même de la province le numéraire échangé contre le... ...par des possesseurs qui n'étendent pas au dehors leurs dépenses et leurs fantaisies, qui répandent dans le sein même de la province le numéraire échangé contre les fruits de leurs terres ;
      Speaker: Le comte de La Marck
      ... dépenses nécessaires, et chez lesquels la province, dans un moment de disette et ... ...s, les établissements publics, les maisons d'instruction et de charité, sont des dépenses nécessaires, et chez lesquels la province, dans un moment de disette et de calamité, peut trouver des greniers toujours pleins et des secours presque in...
      Speaker: Le comte de La Marck
      ... de ces biens, soit pour le payement de la dette nationale, soit pour tout autre u... ... l'Assemblée nationale, d'après le décret qu'elle a rendu le 2 novembre, dispose de ces biens, soit pour le payement de la dette nationale, soit pour tout autre usage commun à tout le royaume.
      ... choses (1) L'opinion de M. le comte de la Marck, député du bailliage du Quesnoy, ... ...possesseurs enfin pour lesquels, dans v leur éloignement extrême de tout luxe de choses (1) L'opinion de M. le comte de la Marck, député du bailliage du Quesnoy, n'a pas été insérée au Moniteur.
      ... à une éponge qu'il faut pressurer sans la déchirer ; à un arbre qui fournit des pommes pour la soif qu'on doit cueillir sans abattre l... ...poule qu'il faut laisser vivre parce qu'elle pond des œufs d'or pour le carême ; à une éponge qu'il faut pressurer sans la déchirer ; à un arbre qui fournit des pommes pour la soif qu'on doit cueillir sans abattre l'arbre au pied.

      Séance du lundi 2 novembre 1789

      page 638
      Speaker: Le comte de La Marck
      ... lentement et seront dégradés avant que la vente n'en soit opérée. ves, ils seront vendus lentement et seront dégradés avant que la vente n'en soit opérée.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...ressés feront précisément le contraire; la consommation en un mot ne sera plus locale, en supposant même, ce qui n'est pas possib... ...alousent pas les bénéfices. Les nouveaux propriétaires, les administrateurs intéressés feront précisément le contraire; la consommation en un mot ne sera plus locale, en supposant même, ce qui n'est pas possible, des propriétaires résidants, parce qu'un propriétaire, quel qu'il soit, ne b...
      Speaker: Le comte de La Marck
      Une partie de la noblesse pourrait gagner à cette vente, en faisant des acquisitions de biens qui s...
      ...eurs nombreuses lamilles. Les provinces en outre se trouveraient entièrement privées du produit des biens situés en pays étrangers; le clergé de la Flandre possède des biens considérables...
      ...vendus, et c'est une valeur perdue pour la France ; et les peuples seront privés d...
      Une partie de la noblesse pourrait gagner à cette vente, en faisant des acquisitions de biens qui sont à sa portée ; mais dans quelques mains que passent les propriétés du clergé, on peut dire que cette transmission sera un coup mortel porté aux communes et à leurs nombreuses lamilles. Les provinces en outre se trouveraient entièrement privées du produit des biens situés en pays étrangers; le clergé de la Flandre possède des biens considérables dans le Pays-Bas, dont il consomme les revenus dans le pavs (1); ces biens seront vendus, et c'est une valeur perdue pour la France ; et les peuples seront privés d'un numéraire considérable qui se répand chez eux, sert d'échange à leurs denrée...
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...rai le sentiment des administrateurs de la Flandre. Depuis qu'elle est sous la domination française, ils ont tous fait...
      ...à ne pas établir de trop fortes charges en pensions sur ces abbayes; ils ont pensé avec raison et constamment que la prospérité de ces provinces n'était due qu'à ce genre de possesseurs, qui fécondaient la terre par leurs avances et consommaient...
      A l'appui de ce que je viens d'établir, je citerai le sentiment des administrateurs de la Flandre. Depuis qu'elle est sous la domination française, ils ont tous fait, lors des vacances d'abbayes, les plus fortes représentations pour écarter les com-mendes, et pour engager le ministre à ne pas établir de trop fortes charges en pensions sur ces abbayes; ils ont pensé avec raison et constamment que la prospérité de ces provinces n'était due qu'à ce genre de possesseurs, qui fécondaient la terre par leurs avances et consommaient utilement sur les lieux.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ... peut pas réclamer des avantages locaux en particulier; que l'empire français enfi... ... se considérer comme les parties indivisibles d'un même tout; qu'une province ne peut pas réclamer des avantages locaux en particulier; que l'empire français enfin n'est plus qu'une grande machine, une grande terre, dont toutes les richesses ...
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...e, enfants bien inégalement traités par la nature et la fortune? Proposerait-on de remettre en masse tous les biens de la famille, pour en faire une répartition plus égale ? Tous les Français ne sont-il pas enfants d'une même famille, enfants bien inégalement traités par la nature et la fortune? Proposerait-on de remettre en masse tous les biens de la famille, pour en faire une répartition plus égale ?
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...s humaines sont toujours soumises à des révolutions, seulement plus ou moins éloignées. N'e...
      ...t de fusion entre toutes les parties de la monarchie soit suivi d'un système tout ...
      ... principes ne sont pas des vérités de tous les temps, que toutes les institutions humaines sont toujours soumises à des révolutions, seulement plus ou moins éloignées. N'est-il pas possible que le système d'unité et de fusion entre toutes les parties de la monarchie soit suivi d'un système tout opposé, et peut-être non moins favorable aux peuples9 celui par exemple, de plus...
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...es fermiers, ils consommeront tout dans la capitale. ...l'abbé Maury a dit : Les propriétaires ne résideront pas, ils exploiteront par des fermiers, ils consommeront tout dans la capitale.
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...s provinces belges; car n'est-il pas de la plus étroite équité que la dette nationale doit être acquittée pro...
      ...ges seraient appauvries, ruinées, quand la privation serait à peine sensible, et m...
      ...résor national le prix ou le produit des biens ecclésiastiques que renferment les provinces belges; car n'est-il pas de la plus étroite équité que la dette nationale doit être acquittée proportionnellement par tous? Et quelle proportion pourrait-il exister entre toutes...
      ...biens ecclésiastiques qu'elles ossèdent sans aucune proportion? Les provinces elges seraient appauvries, ruinées, quand la privation serait à peine sensible, et même nulle, peut-être même avantageuse pour d'autres provinces, pour des localité...
      Speaker: Le comte de La Marck
      ...ut observer encore qu'indép