Results grouped by volume (AP + Images)

0 hits on 1782-010 hits on 1782-020 hits on 1782-030 hits on 1782-040 hits on 1782-050 hits on 1782-060 hits on 1782-070 hits on 1782-080 hits on 1782-090 hits on 1782-100 hits on 1782-110 hits on 1782-122 hits on 1783-010 hits on 1783-020 hits on 1783-030 hits on 1783-040 hits on 1783-050 hits on 1783-060 hits on 1783-070 hits on 1783-080 hits on 1783-090 hits on 1783-100 hits on 1783-110 hits on 1783-120 hits on 1784-010 hits on 1784-020 hits on 1784-030 hits on 1784-040 hits on 1784-050 hits on 1784-060 hits on 1784-070 hits on 1784-080 hits on 1784-090 hits on 1784-100 hits on 1784-110 hits on 1784-126 hits on 1785-010 hits on 1785-020 hits on 1785-030 hits on 1785-040 hits on 1785-050 hits on 1785-060 hits on 1785-070 hits on 1785-080 hits on 1785-090 hits on 1785-100 hits on 1785-110 hits on 1785-120 hits on 1786-010 hits on 1786-020 hits on 1786-030 hits on 1786-040 hits on 1786-050 hits on 1786-060 hits on 1786-070 hits on 1786-080 hits on 1786-090 hits on 1786-100 hits on 1786-110 hits on 1786-122 hits on 1787-010 hits on 1787-020 hits on 1787-030 hits on 1787-040 hits on 1787-050 hits on 1787-060 hits on 1787-070 hits on 1787-080 hits on 1787-090 hits on 1787-100 hits on 1787-110 hits on 1787-122 hits on 1788-010 hits on 1788-020 hits on 1788-030 hits on 1788-040 hits on 1788-050 hits on 1788-060 hits on 1788-070 hits on 1788-080 hits on 1788-090 hits on 1788-100 hits on 1788-110 hits on 1788-121139 hits on 1789-010 hits on 1789-020 hits on 1789-030 hits on 1789-040 hits on 1789-050 hits on 1789-0613 hits on 1789-0730 hits on 1789-0824 hits on 1789-0926 hits on 1789-1032 hits on 1789-1139 hits on 1789-122331 hits on 1790-0138 hits on 1790-0242 hits on 1790-0337 hits on 1790-0452 hits on 1790-0543 hits on 1790-0649 hits on 1790-0748 hits on 1790-0841 hits on 1790-0951 hits on 1790-1049 hits on 1790-1145 hits on 1790-121930 hits on 1791-0142 hits on 1791-0245 hits on 1791-0341 hits on 1791-0453 hits on 1791-0544 hits on 1791-0647 hits on 1791-0741 hits on 1791-0845 hits on 1791-092 hits on 1791-100 hits on 1791-110 hits on 1791-12152 hits on 1792-010 hits on 1792-020 hits on 1792-030 hits on 1792-040 hits on 1792-050 hits on 1792-060 hits on 1792-070 hits on 1792-080 hits on 1792-090 hits on 1792-100 hits on 1792-110 hits on 1792-1222 hits on 1793-010 hits on 1793-020 hits on 1793-030 hits on 1793-040 hits on 1793-050 hits on 1793-060 hits on 1793-070 hits on 1793-080 hits on 1793-090 hits on 1793-100 hits on 1793-110 hits on 1793-1220 hits on 1794-010 hits on 1794-020 hits on 1794-030 hits on 1794-040 hits on 1794-050 hits on 1794-060 hits on 1794-070 hits on 1794-080 hits on 1794-090 hits on 1794-100 hits on 1794-110 hits on 1794-1224 hits on 1795-010 hits on 1795-020 hits on 1795-030 hits on 1795-040 hits on 1795-050 hits on 1795-060 hits on 1795-070 hits on 1795-080 hits on 1795-090 hits on 1795-100 hits on 1795-110 hits on 1795-121 hits on 1796-010 hits on 1796-020 hits on 1796-030 hits on 1796-040 hits on 1796-050 hits on 1796-060 hits on 1796-070 hits on 1796-080 hits on 1796-090 hits on 1796-100 hits on 1796-110 hits on 1796-120 hits on 1797-010 hits on 1797-020 hits on 1797-030 hits on 1797-040 hits on 1797-050 hits on 1797-060 hits on 1797-070 hits on 1797-080 hits on 1797-090 hits on 1797-100 hits on 1797-110 hits on 1797-120 hits on 1798-010 hits on 1798-020 hits on 1798-030 hits on 1798-040 hits on 1798-050 hits on 1798-060 hits on 1798-070 hits on 1798-080 hits on 1798-090 hits on 1798-100 hits on 1798-110 hits on 1798-1229 hits on 1799-010 hits on 1799-020 hits on 1799-030 hits on 1799-040 hits on 1799-050 hits on 1799-060 hits on 1799-070 hits on 1799-080 hits on 1799-090 hits on 1799-100 hits on 1799-110 hits on 1799-121 hits on 1800-010 hits on 1800-020 hits on 1800-030 hits on 1800-040 hits on 1800-050 hits on 1800-060 hits on 1800-070 hits on 1800-080 hits on 1800-090 hits on 1800-100 hits on 1800-110 hits on 1800-120 hits on 1801-010 hits on 1801-020 hits on 1801-030 hits on 1801-040 hits on 1801-050 hits on 1801-060 hits on 1801-070 hits on 1801-080 hits on 1801-090 hits on 1801-100 hits on 1801-110 hits on 1801-120 hits on 1802-010 hits on 1802-020 hits on 1802-030 hits on 1802-040 hits on 1802-050 hits on 1802-060 hits on 1802-070 hits on 1802-080 hits on 1802-090 hits on 1802-100 hits on 1802-110 hits on 1802-120 hits on 1803-010 hits on 1803-020 hits on 1803-030 hits on 1803-040 hits on 1803-050 hits on 1803-060 hits on 1803-070 hits on 1803-080 hits on 1803-090 hits on 1803-100 hits on 1803-110 hits on 1803-120 hits on 1804-010 hits on 1804-020 hits on 1804-030 hits on 1804-040 hits on 1804-050 hits on 1804-060 hits on 1804-070 hits on 1804-080 hits on 1804-090 hits on 1804-100 hits on 1804-110 hits on 1804-1217821783178417851786178717881789179017911792179317941795179617971798179918001801180218031804JanFebMarAprMayJunJulAugSep OctNovDec
Less
More
to
1 - 10 of 27 volumes
  • Tome 8 : Du 5 mai 1789 au 15 septembre 1789 showing 10 of 50 results view all
    • Séance du vendredi 17 juillet 1789, au matin

      Séance du vendredi 17 juillet 1789, au matin

      page 246 - 247
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le franc de pompignan, archevêque de vienne. Séance du vendredi 17 juillet 1789 au matin. M. le Président invite les membres de l'Assemblée à se trouver sur le passage du Roi, qui, pour répondre aux vœux des citoyens de Paris, se rend aujourd'hui dans la capitale. Tous les membres sortent de l'Assemblée, le Roi passe au milieu d'eux et d'une foule innombrable,
      ...
      e de l'Assemblée observe que cet objet n'est pas de la compétence du pouvoir législatif ; gu'il y a un pouvoir exécutif et les tribunaux judiciaires chargés de maintenir le repos et la tranquillité publics. M. le Président annonce que le temps dé sa présidence sera demain expiré, il prie les membres de se retirer demain dans leurs bureaux respectifs pour procéder au scrutin. — La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le franc de pompignan, archevêque de vienne. Séance du vendredi 17 juillet 1789 au matin. M. le Président invite les membres de l'Assemblée à se trouver sur le pas
      ...
      blics. M. le Président annonce que le temps dé sa présidence sera demain expiré, il prie les membres de se retirer demain dans leurs bureaux respectifs pour procéder au scrutin. — La séance est levée.
    • Séance du samedi 18 juillet 1789

      Séance du samedi 18 juillet 1789

      page 247 - 248
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m- le franc de pompignan, archevêque de vienne. Séance du samedi 18 juillet 1789 (l). A l'ouverture de la séance, les membres, sur l'invitation du président, sont allés dans leurs bureaux donner leur suffrage pour l'élection d'un nouveau président. On revient sur le rapport, fait dans la séance d'hier, des troubles de la ville de Poissy. Un membre annonce qu'une p
      ...
      tions que Ton a surprises à la religion du monarque ; adoptent dans toutes ses parties la protestation del'Assein-blée nationale, en date du 23 juin dernier. » M. le Président donne lecture d'une lettre de M. le comte d'Escars, député de la noblesse du Haut-Limousin, qui donne sa démission par raison de santé, et demande que son suppléant, sol admis. La séance est levée et renvoyée au lundi matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m- le franc de pompignan, archevêque de vienne. Séance du samedi 18 juillet 1789 (l). A l'ouverture de la séance, les membres, sur l'invitation du président, sont all
      ...
      re de M. le comte d'Escars, député de la noblesse du Haut-Limousin, qui donne sa démission par raison de santé, et demande que son suppléant, sol admis. La séance est levée et renvoyée au lundi matin.
    • Séance du lundi 20 juillet 1789

      Séance du lundi 20 juillet 1789

      page 249 - 255
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du lundi 20 juillet 1789 (1). La séance est ouverte par la lecture de différentes adresses des villes de Valence, Langres, Mayenne, Laon, Pontarlier, Crémieu, Auray, de la noblesse et des communes de Thimerais, de Saint-Thelo, près Ploërmel, et de plusieurs autres communes. Toutes ces adresses se ressemblent par l'adhésion entière qu
      ...
      ant général de la milice parisienne. Il rend compte des mesures qu'il a prises pour assurer la tranquillité de la capitale. L'Assemblée applaudit et ordonne le dépôt de la lettre. M- le Président annonce à l'Assemblée qu'attendu les réparations à faire dans la salle, les bureaux s'assembleront demain à 9 heures et que les députés se réuniront ensuite à l'église de Saint-Louis. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du lundi 20 juillet 1789 (1). La séance est ouverte par la lecture de différentes adresses des villes de Valence, Langres, Mayenne, Lao
      ...
      nce à l'Assemblée qu'attendu les réparations à faire dans la salle, les bureaux s'assembleront demain à 9 heures et que les députés se réuniront ensuite à l'église de Saint-Louis. La séance est levée.
    • Séance du mardi 21 juillet 1789

      Séance du mardi 21 juillet 1789

      page 255 - 261
      ASSEMBLÉE NATIONALE. i présidence de m. le duc de liancourt. Séance du mardi 21 juillet 1789 . Le matin l'Assemblée se forme en bureaux et discute divers objets jusqu'à midi ; alors elle se réunit dans l'église Saint-Louis. Elle commence ses opérations par la lecture des procès-verbaux des séances des 16, 17, 18 et: 20. M. le Président annonce ensuite que la motion proposée hier par M. de Lally, n'
      ...
      fficiers publics, dans tous les I genres de pouvoir, sont responsables de leurs ré- ( varications et de leur conduite. Le Roi seul doit être excepté de cette loi. Sa personne est toujours sacrée et inviolable. Art. 32. Un peuple a toujours le droit de revoir et de réformer sa constitution. Il est même bon de déterminer des époques fixes, où cette révision aura lieu, quelle qu'en soit la nécessité.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. i présidence de m. le duc de liancourt. Séance du mardi 21 juillet 1789 . Le matin l'Assemblée se forme en bureaux et discute divers objets jusqu'à midi ; alors elle se réunit dans
      ...
      violable. Art. 32. Un peuple a toujours le droit de revoir et de réformer sa constitution. Il est même bon de déterminer des époques fixes, où cette révision aura lieu, quelle qu'en soit la nécessité.
    • Séance du jeudi 23 juillet 1789, au matin

      Séance du jeudi 23 juillet 1789, au matin

      page 261 - 267
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du jeudi 23 juillet 1789 au matin (1) . La séance est ouverte par la lecture d'une adresse des communes de Bordeaux, accompagnée de 5,000 signatures et d'une adhésion de 90 électeurs de la même ville. On lit diverses autres adresses des citoyens de Riom, de Sancoins en Nivernais, de la commune du Havre, et des citoyens négociants des
      ...
      eprésentants de la nation ; que l'Assemblée, dans la constitution dont elle s'occupe sans relâche, indiquera le tribunal devant lequel sera traduite toute personne accusée de ces sortes de crimes, pour être jugée suivant la loi et après une instruction publique ; « Et sera la présente déclaration imprimée et envoyée, par tons les députés, à tous leurs commettants respectifs. » La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du jeudi 23 juillet 1789 au matin (1) . La séance est ouverte par la lecture d'une adresse des communes de Bordeaux, accompagnée de 5,0
      ...
      r être jugée suivant la loi et après une instruction publique ; « Et sera la présente déclaration imprimée et envoyée, par tons les députés, à tous leurs commettants respectifs. » La séance est levée.
    • Séance du vendredi 24 juillet 1789

      Séance du vendredi 24 juillet 1789

      page 267 - 273
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du vendredi 24 juillet 1789 (1). A l'ouverture de la séance, ont été présentées plusieurs adresses rédigées dans les mêmes principes et remplies des mêmes sentimentsque celles qui ont précédé. Après lecture de celle d'Arras, on a rendu compte de celles des villes de Marseille, Moulins, Chàlons-sur-Marne, Saint-Pons en Languedoc, Luxe
      ...
      s d'une voix unanime. Un des membres de VAssemblée a fait une motion tendant à l'établissement d'un comité spécialement chargé de recevoir les mémoires qui lui seraient présentés sur le commerce, et de préparer la discussion de ces matières : l'Assemblée a renvoyé à la prochaine séance la discussion de cette motion. M. Le Président a annoncé que l'Assemblée se réunirait demain à l'heure ordinaire.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du vendredi 24 juillet 1789 (1). A l'ouverture de la séance, ont été présentées plusieurs adresses rédigées dans les mêmes principes et
      ...
      e préparer la discussion de ces matières : l'Assemblée a renvoyé à la prochaine séance la discussion de cette motion. M. Le Président a annoncé que l'Assemblée se réunirait demain à l'heure ordinaire.
    • Séance du samedi 25 juillet 1789

      Séance du samedi 25 juillet 1789

      page 273 - 278
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du samedi 25 juillet 1789 (1). MM. les secrétaires rendent compte.des adresses des villes de Brionne en Normandie, de Morlaix, de Beauvais, de Pontivy, de Saint-Malo, d'Ambert en Auvergne, d'Antonne, d'issoudun, d'Abbeville, de Châlon-sur-Saône et de plusieurs autres villes. Toutes expriment les sentiments du plus vif patriotisme et
      ...
      dent de ce comité M. le comte de Latour-du-Pin, et pour secrétaires M. le marquis de Gouv d'Arcy, M. Anson et M. Bcrënger. M. le Président annonce que M, de Lafayette lui a mandé que Paris était calme dans ce moment; mais que la sécurité n'y est pas parfaitement rétablie, et qu'on soupçonne des étrangers de fomenter les troubles. Les bureaux sont invités à s'assembler ce soir. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du samedi 25 juillet 1789 (1). MM. les secrétaires rendent compte.des adresses des villes de Brionne en Normandie, de Morlaix, de Beauv
      ...
      dans ce moment; mais que la sécurité n'y est pas parfaitement rétablie, et qu'on soupçonne des étrangers de fomenter les troubles. Les bureaux sont invités à s'assembler ce soir. La séance est levée.
    • Séance du lundi 27 juillet 1789

      Séance du lundi 27 juillet 1789

      page 278 - 290
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du lundi 27 juillet 1789 . Il a été rendu compte des adresses envoyées à l'Assemblée nationale, par les villes de Mâcon, de la Ferté-sous-Jouarre; par les communes de Mon-treuil-sur-Mer ; par les trois ordres de la ville de Montélimart ; par les communes de Louhans et par celle de Saint-Claude ; par les ofticiers municipaux du Havre,
      ...
      et ne trouble pas le culte public. Art. 15. La liberté de la presse est le plus ferme appui de la liberté publique. Les lois doivent la maintenir et assurer la punition de ceux qui pourraient en abuser pour nuire aux droits d'autrui. Art. 16. La force militaire, destinée à la défense de l'Etat, ne peut être employée au maintien de la tranquillité publique que sous les ordres de l'autorité civile.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le duc de liancourt. Séance du lundi 27 juillet 1789 . Il a été rendu compte des adresses envoyées à l'Assemblée nationale, par les villes de Mâcon, de la Ferté-so
      ...
      er pour nuire aux droits d'autrui. Art. 16. La force militaire, destinée à la défense de l'Etat, ne peut être employée au maintien de la tranquillité publique que sous les ordres de l'autorité civile.
    • Séance du mardi 28 juillet 1789

      Séance du mardi 28 juillet 1789

      page 290 - 296
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRESIDENCE DE M. LE DUC DE LIANCOURT. Séance du mardi 28 juillet 1789 (1). M. le Président a fait part à l'Assemblée de la lettre suivante à M. le duc de Liancourt, président de VAssemblée nationale. « Soissons, le 25 juillet 1789 . « Monsieur le duc, peut-être êtes-vous déjà instruit de l'événement affreux qui nous met au comble du désespoir. Un courrier arrivé de Crespy à une
      ...
      sentiments, et reçoit avec plaisir l'hommage respectueux que le bureau des iinances de la ville de Paris lui présente. M. Dupuisel, député du Perche, a entretenu l'Assemblée des troubles qui agitent cette province ; et il fait une motion relative à la perception des impôts actuels. Cette motion a été appuyée ; mais, d'après l'observation de quelquesmemnres, elle aété ajournée. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRESIDENCE DE M. LE DUC DE LIANCOURT. Séance du mardi 28 juillet 1789 (1). M. le Président a fait part à l'Assemblée de la lettre suivante à M. le duc de Liancourt, président de VA
      ...
      ette province ; et il fait une motion relative à la perception des impôts actuels. Cette motion a été appuyée ; mais, d'après l'observation de quelquesmemnres, elle aété ajournée. La séance est levée.
    • Séance du mercredi 29 juillet 1789

      Séance du mercredi 29 juillet 1789

      page 296 - 306
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRESIDENCE DE M.LE DUC DE LIANCOURT. Séance du mercredi 29 juillet 1789 (1). M. le Président a annoncé à l'Assemblée le retour de M. Necker. L'Assemblée a témoigné, par des applaudissements, sa satisfaction de voir enfin totalement rendu aux vœux de la nation et du Roi, le ministre vertueux dont elle a demandé le rappel. M. le Président a annoncé que les nouvelles désastreuses
      ...
      les témoignages du respectueux dévouement de la ville de la Flèche, et elle me charge de vous en témoigner sa satisfaction. Il est Jait lecture du procès-verbal de la séance du 28. M. Martin, suppléant de M. Leblanc, député de Besauçon, décédô ces jours derniers, est admis. M. le Président termine la séance en annonçant que l'Assemblée se réunira en bureaux, ce soir et demain matin, à neuf heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRESIDENCE DE M.LE DUC DE LIANCOURT. Séance du mercredi 29 juillet 1789 (1). M. le Président a annoncé à l'Assemblée le retour de M. Necker. L'Assemblée a témoigné, par des applaud
      ...
      t de M. Leblanc, député de Besauçon, décédô ces jours derniers, est admis. M. le Président termine la séance en annonçant que l'Assemblée se réunira en bureaux, ce soir et demain matin, à neuf heures.
  • Tome 9 : Du 16 septembre au 11 novembre 1789 showing 10 of 47 results view all
    • Séance du mercredi 16 septembre 1789, au matin

      Séance du mercredi 16 septembre 1789, au matin

      page 2 - 23
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE COMTE STANISLAS DE CLERMONT-TONNERRE. Séance du mercredi 16 septembre 1789 , au matin (1). M. le Président donne communication de diverses contributions patriotiques ; et notamment d'une lettre du sieur Legras, marchand de drap à Paris, qui, pour concourir à la libération des dettes de l'Etat, a envoyé cent pistoles ; d'une autre lettre du sieur Laboullée, m
      ...
      nvers le public, en joignant à' cette indication toutes les pièces et les éclaircissements qui peuvent déterminer l'Assemblée à leur accorder un pareil délai, de même que tous les autres renseignements que le comité des finances exigera d'eux, pour qu'ensuite du rapport du comité l'Assemblée fixe définitivement le délai dans lequel la reprise des payements de la caisse d'escompte devra être faite.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE COMTE STANISLAS DE CLERMONT-TONNERRE. Séance du mercredi 16 septembre 1789 , au matin (1). M. le Président donne communication de diverses contributions patriot
      ...
      s que le comité des finances exigera d'eux, pour qu'ensuite du rapport du comité l'Assemblée fixe définitivement le délai dans lequel la reprise des payements de la caisse d'escompte devra être faite.
    • Séance du samedi 26 septembre 1789, au matin

      Séance du samedi 26 septembre 1789, au matin

      page 186 - 196
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE COMTE STANISLAS DE CLERMONT-TONNERRE. Séance du samedi 26 septembre 1789 , au matin (i). A l'ouverture de la séance, M- le président a annoncé les dons patriotiques suivants : 1° L'adresse d'un cultivateur, qui contient la somme de 24 livres, dont il fait hommage à l'Assemblée nationale ; 2° Celle de Pierre Carré, Poitevin, domestique à Paris, qui fait, conj
      ...
      nationale accepte de. confiance le plan de M. le premier ministre des finances. » M. le Président prévient l'Assemblée que la réunion des bureaux aura lieu lundi matin à huit heures et demie pour y procéder à l'élection d'un président, cle trois secrétaires et de trois trésoriers de la caisse patriotique et que de là on se rendra à l'Assemblée générale à neuf heures et demie. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE COMTE STANISLAS DE CLERMONT-TONNERRE. Séance du samedi 26 septembre 1789 , au matin (i). A l'ouverture de la séance, M- le président a annoncé les dons patrioti
      ...
      rocéder à l'élection d'un président, cle trois secrétaires et de trois trésoriers de la caisse patriotique et que de là on se rendra à l'Assemblée générale à neuf heures et demie. La séance est levée.
    • Séance du lundi 28 septembre 1789, au matin

      Séance du lundi 28 septembre 1789, au matin

      page 196 - 201
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du lundi 28 septembre 1789 , au matin (1). La séance a été retardée jusqu'à onze heures par la nomination du président et de trois secrétaires. M. le comte de Clermont Tonnerre , Président sortant, a annoncé que dans le scrutin poulie président M. Mounier avait réuni la pluralité 1 absolue des suffrages. Les voix se sont réparties de la façon su
      ...
      accorderait la priorité, et la priorité a été donnée à la question préalable ; mais l'heure étant très-avancée, et plusieurs personnes observant que l'Assemblée ne contenait peut-être pas alors deux cents membres, la question principale et les questions accessoires sont demeurées dans l'état qu'on vient d'indiquer. M. le Président a levé la séance qu'il a indiquée pour demain à l'heure ordinaire.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du lundi 28 septembre 1789 , au matin (1). La séance a été retardée jusqu'à onze heures par la nomination du président et de trois secrétaires. M.
      ...
      cents membres, la question principale et les questions accessoires sont demeurées dans l'état qu'on vient d'indiquer. M. le Président a levé la séance qu'il a indiquée pour demain à l'heure ordinaire.
    • Séance du mardi 29 septembre 1789, au matin

      Séance du mardi 29 septembre 1789, au matin

      page 201 - 219
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du mardi 29 septembre 1789 , au matin (1). M. le Président ouvre la séance en annonçant que désormais les séances ouvriront régulièrement à 9 heures du matin. M. l'abbé d'Eymar donne lecture du proces-verbal du 26 dont la rédaction avait été discutée hier. Il est adopté après quelques nouvelles observations. M. Démeunier fait lecture du procès-v
      ...
      procédures déjà faites subsisteront; mais il sera procédé au surplus de l'instruction et au jugement, suivant les formes prescrites par le présent décret. Art. 27. L'ordonnance de 1670, et les édits, déclarations et règlements concernant la matière continueront d'être observés en tout ce qui n'est pas contraire au présent décret, jusqu'à ce qu'il en ait été autrement ordonné. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du mardi 29 septembre 1789 , au matin (1). M. le Président ouvre la séance en annonçant que désormais les séances ouvriront régulièrement à 9 heure
      ...
      déclarations et règlements concernant la matière continueront d'être observés en tout ce qui n'est pas contraire au présent décret, jusqu'à ce qu'il en ait été autrement ordonné. La séance est levée.
    • Séance du mercredi 30 septembre 1789, au matin

      Séance du mercredi 30 septembre 1789, au matin

      page 219 - 226
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DË M. MOÙNIËR. Séance du mercredi 30 septembre 1789 , au matin ( 1). La séance est ouverte à 9 heures dil matin; M. Démeunier , secrétairet donne lecture des procès-verbaux des 28 et 29 septembre. Les corrections faites au premier, d'après diverses observations de la veille, avaient nécessité d'en recommencer la lecture^ M. le marquis d'Ambly déhonce à l'Assemblée le
      ...
      si recommandable, et si oublié des dernières, vous portera sans doute à leur donner une proportion qui, pour être juste, doit sûrement être plus forte que celle des villes. En conséquence, je propose qu'il soit au plus tôt nommé un comité pour rédiger un plan pour les assemblées provinciales qui seront arrêtées promptement par l'Assemblée nationale, et établies tout de suite dans tout le royaume.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DË M. MOÙNIËR. Séance du mercredi 30 septembre 1789 , au matin ( 1). La séance est ouverte à 9 heures dil matin; M. Démeunier , secrétairet donne lecture des procès-verb
      ...
      qu'il soit au plus tôt nommé un comité pour rédiger un plan pour les assemblées provinciales qui seront arrêtées promptement par l'Assemblée nationale, et établies tout de suite dans tout le royaume.
    • Séance du jeudi 1er octobre 1789

      Séance du jeudi 1er octobre 1789

      page 226 - 234
      ASSEMBLÉE NATIONALE. presidence de m. mounier. Séance du jeudi 1er octobre 1789> , au matin (1). M. le Président a ouvert la séance par la lecture d'une lettre, datée de ce jour, de M. le premier ministre des finances ; elle est conçue en ces termes : « Monsieur le Président, je vous prie de vouloir bietl me faire donner le moment où l'Assemblée nationale permettrait que j'eusse l'honneur de l'entr
      ...
      pareil intérêt ne pourrait être étranger à l'Assemblée nationale. Qu'est-ce donc quand tout est à créer? M. le Président consulte l'Assemblée sur la motion de M. le baron de Wimpfen. Il est décrété qu'il sera nommé un comité militaire de douze personnes chargé de se concerter avec le ministre de la guerre sur un plan de constitution militaire et en faire rapport à l'Assemblée. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. presidence de m. mounier. Séance du jeudi 1er octobre 1789> , au matin (1). M. le Président a ouvert la séance par la lecture d'une lettre, datée de ce jour, de M. le premier minis
      ...
      'il sera nommé un comité militaire de douze personnes chargé de se concerter avec le ministre de la guerre sur un plan de constitution militaire et en faire rapport à l'Assemblée. La séance est levée.
    • Séance du vendredi 2 octobre 1789, au matin

      Séance du vendredi 2 octobre 1789, au matin

      page 234 - 336
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du vendredi 2 octobre 1789 , au matin (1). La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal des deux séances précédentes. M. le Président donne la parole au rapporteur du comité des finances chargé de la rédaction du projet de décret relatif au plan proposé par le premier ministre des finances. M. de Lablache , au nom du comité, donne lectu
      ...
      énoncées dans l'article 11 des pièces justificatives concernant la nouvelle législation des hypothèques. Telles sont les bases principales qui me paraissent de nature à faire profiter la nation de l'établissement d'une caisse de banque nationale qui porteront l'abondance dans toutes les provinces du royaume, faciliteront les recouvrements de l'impôt et le payement des dépenses de l'administration.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du vendredi 2 octobre 1789 , au matin (1). La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal des deux séances précédentes. M. le Président donn
      ...
      tablissement d'une caisse de banque nationale qui porteront l'abondance dans toutes les provinces du royaume, faciliteront les recouvrements de l'impôt et le payement des dépenses de l'administration.
    • Séance du samedi 3 octobre 1789, au matin

      Séance du samedi 3 octobre 1789, au matin

      page 336 - 342
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. moun1er. Séance du samedi 3 octobre 1789 , au matin (1). La séance est ouverte par la lecture des deux procès-verbaux de la veille. M. Faydel , secrétaire, fait la lecture du recensement des voix pour la nomination du comité militaire, composé de douze membres ; le résultat du scrutin a réuni les suffrages en faveur de : MM. Emmery, l'aîné. De Wirapfen. Marquis
      ...
      e en France. Nous le savons ; mais ce n'est pas ici le lieu d'en parler. Il nous suffit d'avoir prouvé à nos concitoyens combien la conservation de leurs santés nous est chère, et par quel moyen nous désirons l'entretenir, ou au moins la réparer lorsqu'elle est altérée; prolonger leurs jours, et diminuer, s'il est possible, le nombre des victimes de l'ignorance, de la cupidité et du charlatanisme.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. moun1er. Séance du samedi 3 octobre 1789 , au matin (1). La séance est ouverte par la lecture des deux procès-verbaux de la veille. M. Faydel , secrétaire, fait la
      ...
      désirons l'entretenir, ou au moins la réparer lorsqu'elle est altérée; prolonger leurs jours, et diminuer, s'il est possible, le nombre des victimes de l'ignorance, de la cupidité et du charlatanisme.
    • Séance du lundi 5 octobre 1789, au matin

      Séance du lundi 5 octobre 1789, au matin

      page 342 - 348
      ASSEMBLÉE NATIONALE. pkÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du lundi 5 octobre 1789, au matin (1). L'un de MM. les secrétaires fait lecture du procès-verbal des séances d'avant-hier. M. le Président dit que conformément aux ordres de l'Assemblée, il a présenté au Roi les décrets sur le prêt à intérêt, sur l'abolition des droits de franc-fief, sur la perception des impositions, et enfin sur les juifs, et
      ...
      comte de Mirabeau. Je m'y oppose; il n'est pas de notre dignité, il n'est pas même sage de déserter notre poste au moment où des dangers imaginaires ou réels semblent menacer la chose publique. M. le Président parvient à faire évacuer la salle, et la séance continue jusqu'à trois heures du matin. M. le Président lève la séance après avoir annoncé qu'elle serait reprise le même jour à onze heures,
      ASSEMBLÉE NATIONALE. pkÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du lundi 5 octobre 1789, au matin (1). L'un de MM. les secrétaires fait lecture du procès-verbal des séances d'avant-hier. M. le Président dit que
      ...
      Président parvient à faire évacuer la salle, et la séance continue jusqu'à trois heures du matin. M. le Président lève la séance après avoir annoncé qu'elle serait reprise le même jour à onze heures,
    • Séance du mardi 6 octobre 1789, au matin

      Séance du mardi 6 octobre 1789, au matin

      page 349 - 379
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du mardi 6 octobre 1789 , au matin (1). Dès neuf heures du matin, de nombreux députés se trouvaient dans la salle. Les uns voulaient que l'on se rendît au château en disant que le président s'y était rendu cette nuit et qu'il avait indiqué la séance dans la galerie pour satisfaire aux désirs du Roi. Les autres s'élevaient contre cette propositio
      ...
      acceptant d'entrer dans l'administration de la caisse d'escompte, ils doivent à la compagnie leurs sbins, leur vigilance, l'emploi de tous leurs talents pour l'utilité commune ; et les actionnaires leur devront, en retour, confiance, reconnaissance, soutien; ce sera de cette réunion heureuse que résultera l'oubli des malheurs passés, et le raisonnable eâpoir d'une prospérité solide dans l'avenir.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. MOUNIER. Séance du mardi 6 octobre 1789 , au matin (1). Dès neuf heures du matin, de nombreux députés se trouvaient dans la salle. Les uns voulaient que l'on se re
      ...
      eur devront, en retour, confiance, reconnaissance, soutien; ce sera de cette réunion heureuse que résultera l'oubli des malheurs passés, et le raisonnable eâpoir d'une prospérité solide dans l'avenir.
  • Tome 10 : Du 12 novembre au 24 décembre 1789 showing 10 of 53 results view all
    • Séance du jeudi 12 novembre 1789

      Séance du jeudi 12 novembre 1789

      page 1 - 41
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du jeudi 12 novembre 1789 (l). M. Camus , président, ayant annoncé que M. Thouret avait réuni la majorité des suffrages et était en conséquence éiu président, a dit : Messieurs, l'avantage'que j'ai eu de présider votre auguste Assemblée m'a fait connaître de plus en plus tout le prix de vos moments : je les respecterai lors même que je voudrais
      ...
      nce, je suis d'avis que M. le président se retire par-devers le Roi, pour as?urer Sa Majesté du regret de l'Assemblée nationale, de ne pouvoir obéir à la voix bienfaisante du monarque, et accorder la grâce qu'il sollicite ; mais que la rigueur des devoirs, la sévérité des principes des représentants de la nationales empêchent de se livrer à l'indulgence, et les forcent de n'écouter que la justice.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du jeudi 12 novembre 1789 (l). M. Camus , président, ayant annoncé que M. Thouret avait réuni la majorité des suffrages et était en conséquence éiu
      ...
      grâce qu'il sollicite ; mais que la rigueur des devoirs, la sévérité des principes des représentants de la nationales empêchent de se livrer à l'indulgence, et les forcent de n'écouter que la justice.
    • Séance du vendredi 20 novembre 1789

      Séance du vendredi 20 novembre 1789

      page 128 - 158
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du vendredi 20 novembre 1789 (1). M. Salomon , Vun des secrétaires, donne lecture du procès-verbal des deux séances de la veille. (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. Il est ensuite fait lecture des adresses ci-après : Adresse de félicitations, remercîments et adhésion de la commune de la ville de Cusset en Auvergne. Adresse du conseil p
      ...
      éressant de le lui conserver, que ce sera le moyen décisif pour engager tous les capitalistes à verser tous leurs fonds dans les caisses de la banque, premier objet que je me suis proposé dans cet établissement de banque. 22) En effet, dans tous les temps le commerçant bien famé pourrait se procurer à quatre pour cent toutes les sommes nécessaires aux spéculations auxquelles il voudrait se livrer.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du vendredi 20 novembre 1789 (1). M. Salomon , Vun des secrétaires, donne lecture du procès-verbal des deux séances de la veille. (1) Cette séance
      ...
      blissement de banque. 22) En effet, dans tous les temps le commerçant bien famé pourrait se procurer à quatre pour cent toutes les sommes nécessaires aux spéculations auxquelles il voudrait se livrer.
    • Séance du samedi 21 novembre 1789, au matin

      Séance du samedi 21 novembre 1789, au matin

      page 158 - 168
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du samedi 21 novembre 1789 au matin (1). M. Rabaud de Saint-Etienne , l'un des (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance de la'veillë. Il lit ensuite les adresses, savoir : Adresse de félicitations, remerciements et adhésion des habitants de GuerleSquin en Bretagne et de plusieurs Jparo
      ...
      soir a été de nouveau indiqué par M. le président, qui a aussi réitéré l'avis de la nomination à faire, dans les bureaux, du président, de trois secrétaires, des membres du comité des recherches et de six commissaires, pour la vérification de l'état de la caisse d'escompte. La séance a été levée, et les suivantes ont été indiquées, pour ce soir, à six heures, et pour lundi, à neuf heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thouret. Séance du samedi 21 novembre 1789 au matin (1). M. Rabaud de Saint-Etienne , l'un des (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. secrétaires, donne lect
      ...
      six commissaires, pour la vérification de l'état de la caisse d'escompte. La séance a été levée, et les suivantes ont été indiquées, pour ce soir, à six heures, et pour lundi, à neuf heures du matin.
    • Séance du samedi 21 novembre 1789, au soir

      Séance du samedi 21 novembre 1789, au soir

      page 168 - 223
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. THOURET. Séance du samedi 21 novembre 1789 , au soir (1). M. le maréchal de Mailly fait le don patriotique d'une paire djg boucles d'or. L'ordre du jour appelait un rapport du comité des recherches. M. Goupil de Préfeln , doyen du comité, prend la parole pour dire que le comité s'est constamment occupé, d'après l'esprit de son institution, de tout ce qui peut p
      ...
      l'exigence du cas. art. 26. Que dans les cas où l'Assemblée nationale ou législative jugerait à propos de dissoudre la Banque, elle suspendra dès l'instant ses .opérations ; et que tous les billets au porteur seront retirés dans l'espace de quatre mois ; et le remboursement des actions devra être effectué dans les deux mois suivants; à l'exception des capitaux qui pourront être dus par la nation,
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. THOURET. Séance du samedi 21 novembre 1789 , au soir (1). M. le maréchal de Mailly fait le don patriotique d'une paire djg boucles d'or. L'ordre du jour appelait u
      ...
      u porteur seront retirés dans l'espace de quatre mois ; et le remboursement des actions devra être effectué dans les deux mois suivants; à l'exception des capitaux qui pourront être dus par la nation,
    • Séance du lundi 23 novembre 1789

      Séance du lundi 23 novembre 1789

      page 223 - 246
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thquret. Séance du lundi 23 novembre 1789 (1). Un de MM. les secrétaires a fait la lecture des procèB-verbaUx des séances du samedi matin et soir. On a fait ensuite la lecture des adresses dans l'ordre qui suit : Adresse des abbés et religieux de l'abbaye de Saint-Winoc à Bergues, qui supplient l'Assemblée d'agréer leur offre de se consacrer entièrement à l'ins
      ...
      s grand profit, et des provinces et de la nation. Au surplus, comme dans la nouvelle division des évêchés, dont on veut diminuer le nombre, les diocèses seront plus étendus, il sera bon, il sera nécessaire d'introduire dans tout îe royaume, l'usage ou l'établissement des archiprêtres ruraux ; ce sera une dignité de plus pour les curés parmi lesquels et par lesquels les archiprêtres seront choisis.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. thquret. Séance du lundi 23 novembre 1789 (1). Un de MM. les secrétaires a fait la lecture des procèB-verbaUx des séances du samedi matin et soir. On a fait ensuit
      ...
      saire d'introduire dans tout îe royaume, l'usage ou l'établissement des archiprêtres ruraux ; ce sera une dignité de plus pour les curés parmi lesquels et par lesquels les archiprêtres seront choisis.
    • Séance du mardi 24 novembre 1789

      Séance du mardi 24 novembre 1789

      page 246 - 250
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M, DE BOISGELIN, ARCHEVÊQUE D'AIX. Séance du mardi 24 novembre 1789 (1). M. Salomon de la Saugerie , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance de la veille. Il est ensuite rendu compte des adresses de différentes villes et communautés, dont la teneur suit : Délibération des représentants de la commune de Montpellier, contenant adhésion au décret de l
      ...
      es. « De Lannoye, abbesse ; de Ghistelle, de Ghis-tellé-Saint-Florin, d'Oultremont, d'Andelot. » M. le comte de Saint-Aldegonde dépose sur le bureau le contrat de rente. L'Assemblée applaudit à cet acte de patriotisme et autorise M. le président à écrire aux damés chanoinesses de Maubeuge pour leur exprimer sa satisfaction. M. le Président lève îa séance en indiquant célle du soir pour six heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M, DE BOISGELIN, ARCHEVÊQUE D'AIX. Séance du mardi 24 novembre 1789 (1). M. Salomon de la Saugerie , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance de la vei
      ...
      te de patriotisme et autorise M. le président à écrire aux damés chanoinesses de Maubeuge pour leur exprimer sa satisfaction. M. le Président lève îa séance en indiquant célle du soir pour six heures.
    • Séance du mardi 24 novembre 1789, au soir

      Séance du mardi 24 novembre 1789, au soir

      page 250 - 251
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de M. de bolsgelin, archevêque d'aix. Séance du mardi 24 novembre 1789 , au soir. Là séance a été ouverte par la lecture d'une adresse de la ville de Landau, dans laquelle les habitants de cétté ville offrent l'hommage de leur reconnaissance « celui de leur adhésion à tous les décrets de l'Assemblée nationale, l'assurance de verser jusqu'à la dernière goutte de leur
      ...
      endu compte que par lé dépouillement du scrutin pour la nomination des commissaires chargés dë l'examen de la Caisse d'escompte, cè comité se trouvait composé de : MM. JDupont de Nemours. Fréteau de Saint-Just. -le baron d'Allarde. Laborde de Mérévillei. le duo Du Chatelet. de Talleyrand,. évêque d'Autun. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour neuf heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de M. de bolsgelin, archevêque d'aix. Séance du mardi 24 novembre 1789 , au soir. Là séance a été ouverte par la lecture d'une adresse de la ville de Landau, dans laquel
      ...
      aint-Just. -le baron d'Allarde. Laborde de Mérévillei. le duo Du Chatelet. de Talleyrand,. évêque d'Autun. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour neuf heures du matin.
    • Séance du mercredi 25 novembre 1789

      Séance du mercredi 25 novembre 1789

      page 251 - 258
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. dé b0isgel1n, archevêque b'alx. Séance du mercredi 25 novembre 1789 (1). M. le vicomte de Beauharnais , secrétaire, donne lecture du procès-verbal des deux séances de la veille. (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. On demande l'impression du tableau d'enregistrement des décrets de l'Assemblée dans les tribunaux de justice, envoyé par M. té garde des sce
      ...
      ui, dans les assemblées primaires t se sont élevés contre ce même intendant? Voilà, Messieurs, ce qu'il a fait, ou plutôt voilà ce qu'on a fait en son nom ; c'est ainsi qu'un juge honnête a cessé d'être l'organe impassible de la loi.et que sa procédure est devenue un attentat à la liberté publique. Cette nouvelle dénonciation est renvoyée au comité des rapports. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. dé b0isgel1n, archevêque b'alx. Séance du mercredi 25 novembre 1789 (1). M. le vicomte de Beauharnais , secrétaire, donne lecture du procès-verbal des deux séances
      ...
      re l'organe impassible de la loi.et que sa procédure est devenue un attentat à la liberté publique. Cette nouvelle dénonciation est renvoyée au comité des rapports. La séance est levée à trois heures.
    • Séance du jeudi 26 novembre 1789, au matin

      Séance du jeudi 26 novembre 1789, au matin

      page 258 - 262
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. de bolsgelin, archevêque d'aix. Séance du jeudi 26 novembre 1789 , au matin (1). La séance a été ouverte par la lecture du procès-verbal de la veille, ainsi que des adresses dont la tenéur-suit : Délibération des villes de Forcalquier, Colmars, Annot et Moustier en Provence, et dé cinquante-quatre communautés, contenant adhésion aux décrets de l'Assemblée natio
      ...
      é dépouillés avec la plus grande exactitude; que l'état en avat été mis sous les yeux de M. Dufresne, qui l'avait déclaré conforme à la vérité. L'ordre du soir, annoncé par M. le président, désigne les impositions de la Champagne, les gabelles d'Anjou et l'affaire de l'approvisionnement des colonies. La séance est levée et remise à ce soir 6 heures. présioence de m. de boisgelin, archevêque d'aix.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. de bolsgelin, archevêque d'aix. Séance du jeudi 26 novembre 1789 , au matin (1). La séance a été ouverte par la lecture du procès-verbal de la veille, ainsi que de
      ...
      s impositions de la Champagne, les gabelles d'Anjou et l'affaire de l'approvisionnement des colonies. La séance est levée et remise à ce soir 6 heures. présioence de m. de boisgelin, archevêque d'aix.
    • Séance du jeudi 26 novembre 1789, au soir

      Séance du jeudi 26 novembre 1789, au soir

      page 262 - 267
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE BOISGELIN, ARCHEVÉQUE D'AIX. Séance du jeudi 26 novembre 1789 , au $oir (1). M. le baron de Wimpfen propose de rendre un décret concernant les gardes nationales du bailliage de Caen. M. Prieur demande que cette affaire soit renvoyée au comité des rapports pour y être examinée et être discutée le lendemain à deux heures. Cette proposition n'est pas adoptée et
      ...
      de leurs cultures dont elles empoisonnent le germe. Ils demanderont au nom de leurs commettants la liberté de tous les nègres résidant en France, tant qu'ils y resteront. Ils consentiront encore à l'abolition de la traite des noirs, faite par les négociants français, si c'est le vœu de rAssemblée nationale. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour 9 heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE BOISGELIN, ARCHEVÉQUE D'AIX. Séance du jeudi 26 novembre 1789 , au $oir (1). M. le baron de Wimpfen propose de rendre un décret concernant les gardes nationales
      ...
      abolition de la traite des noirs, faite par les négociants français, si c'est le vœu de rAssemblée nationale. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour 9 heures du matin.
  • Tome 11 : Du 24 décembre 1789 au 1er mars 1790 showing 10 of 74 results view all
    • Séance du jeudi 24 décembre 1789, au soir

      Séance du jeudi 24 décembre 1789, au soir

      page 1 - 20
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du jeudi 24 décembre 1789 , au soir (1). La séance commence par la lecture d'une adresse de la ville de Moret en Gatinais portant adhésion à tous les décrets et offrandes en don patriotique de la somme de 3,000 livres. L'Assemblée permet aux dépulés de cette ville d'assister à la séance. M. Roy , député d'Angouléme, offre au nom de la paroisse
      ...
      pas non plus d'avoir des fonctions qui ajoutent à leur? travaux, puisqu'ils sauront qu'elles sont nécessaires et qu'elles les honorent. On ne peut apporter trop de soins, trop de vigilance et trop de veilles, pour rassurer les citoyens contre des surprises qui pourraient entraîner involontairement les juges à prononcer des jugements qui, quoique par défaut, auraient des suites évidemment funestes.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du jeudi 24 décembre 1789 , au soir (1). La séance commence par la lecture d'une adresse de la ville de Moret en Gatinais portant adhésion à tous
      ...
      veilles, pour rassurer les citoyens contre des surprises qui pourraient entraîner involontairement les juges à prononcer des jugements qui, quoique par défaut, auraient des suites évidemment funestes.
    • Séance du lundi 4 janvier 1790

      Séance du lundi 4 janvier 1790

      page 67 - 103
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du lundi 4 janvier 1790 . M. Démeunier , président. J'ai présenté au Roi les quatre décrets qui ont été rendus, et principalement celui qui ordonné l'exécution de celui des municipalités huit jours après la réception, et Sa Majesté a répondu qu'elle y mettrait la plus grande célérité. M. le Président annonce le résultat suivant du
      ...
      , par la générosité et par l'industrie de ses habitants. Espérons, surtout, ue sous un prince assez magnanime, pour ren-re à ses sujets la liberté que ses prédécesseurs leur avaient ravie, l'Etat reprenant les principes sur lesquels, il repose par sa nature, le trésor de l'honneur, qui est inépuisable sous des administrateurs habiles, suppléera aux autres trésors qui s'épuisent si facilement. (1).
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du lundi 4 janvier 1790 . M. Démeunier , président. J'ai présenté au Roi les quatre décrets qui ont été rendus, et principalement cel
      ...
      enant les principes sur lesquels, il repose par sa nature, le trésor de l'honneur, qui est inépuisable sous des administrateurs habiles, suppléera aux autres trésors qui s'épuisent si facilement. (1).
    • Séance du jeudi 7 janvier 1790, au matin

      Séance du jeudi 7 janvier 1790, au matin

      page 110 - 114
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du jeudi 7 janvier 1790 , au matin (1). M. le chevalier de Boufflers , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance du 5 janvier. M. Camus. Le procès-verbal mentionne bien les divers amendements qui ont été présentés, mais iï ne les énonce pas dans leur ordre de présentation. M. le Président. La rectific
      ...
      ovinces, avec les décrets relatifs à la nouvelle organisation du royaume en départements, en districts et en cantons. Quelques membres interrompent la lecture pour faire remarquer qu'il est tard et qu'il doit y avoir une seconde séance dans la soirée. Cette observation est vivement appuyée. M. le Président lève la séance à cinq heures et fixe à six heures et demie l'ouverture de la séance du soir.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du jeudi 7 janvier 1790 , au matin (1). M. le chevalier de Boufflers , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de
      ...
      'il doit y avoir une seconde séance dans la soirée. Cette observation est vivement appuyée. M. le Président lève la séance à cinq heures et fixe à six heures et demie l'ouverture de la séance du soir.
    • Séance du jeudi 7 janvier 1790, au soir

      Séance du jeudi 7 janvier 1790, au soir

      page 114 - 116
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du jeudi 7 janvier 1790 , au soir (1). M. Démeunier , ancien président, dit que M. le président se trouve indisposé et qu'aux termes du règlement, il occupe sa place. M. le Président annonce une lettre de M. le premier ministre des finances, qui apprend à M. Le Couteulx de Canteleu que le roi l'a nommé caissier de la caisse de l'extraordinaire
      ...
      cret soit limité à l'élection de Paris seulement, et l'Assemblée agrée cet amendement. Quelques membres observent qu'il est très-tard, et que l'Assemblée devenant incomplète par l'absence d'un grand nombre de députés, ne peut plus délibérer. Alors la question est ajournée à mardi au soir dans l'état où elle se trouve. M. le Président , lève la séance, et l'indique au lendemain à l'heure ordinaire.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du jeudi 7 janvier 1790 , au soir (1). M. Démeunier , ancien président, dit que M. le président se trouve indisposé et qu'aux termes du règlement
      ...
      ombre de députés, ne peut plus délibérer. Alors la question est ajournée à mardi au soir dans l'état où elle se trouve. M. le Président , lève la séance, et l'indique au lendemain à l'heure ordinaire.
    • Séance du vendredi 8 janvier 1790

      Séance du vendredi 8 janvier 1790

      page 116 - 127
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE de M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du vendredi 8 janvier 1790 (1). M. Treilhard , Vun de MM. les secrétaires, donne lecture des procès-verbaux des deux séances du 7 janvier. Plusieurs membres font remarquer que le discours de M. Bailly est rapporté intégralement dans le procès-verbal de la séance du matin. Ils demandent que la réponse de M. Duval d'Eprémesnil y soit
      ...
      ru devoir lui proposer : je prendrai ses ordres, et vous saurez ses intentions. » (Les magistrats de la chambre des vacations se retirent.) M. Le Chapelier propose d'informer l'Assemblée de quelques erreurs de fait. M. le vicomte de Mirabeau demande également la parole. M. le Président consulte l'Assemblée qui renvoie la discussion à la séance du lendemain. La séance est levée à 4 heures et demie.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE de M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du vendredi 8 janvier 1790 (1). M. Treilhard , Vun de MM. les secrétaires, donne lecture des procès-verbaux des deux séances du 7 jan
      ...
      rreurs de fait. M. le vicomte de Mirabeau demande également la parole. M. le Président consulte l'Assemblée qui renvoie la discussion à la séance du lendemain. La séance est levée à 4 heures et demie.
    • Séance du samedi 9 janvier 1790

      Séance du samedi 9 janvier 1790

      page 127 - 149
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du samedi 9 janvier 1790 . M. le chevalier de Boufflers , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture des adresses ainsi qu'il suit : Délibération du comité permanent et de l'assemblée générale de3 habitants de la ville de Vienne, et de celle de S. Marcellin en Dauphiné, qui s'élèvent avec force contre le procès-verbal de la commiss
      ...
      .) Plusieurs membres réclament la parole. D'autres membres représentent qu'il est plus de cinq heures. M. le Président met aux voix si la séance sera prolongée ou si elle sera continuée au lendemain. L'Assemblée décide le renvoi à lundi, à 9 heures du matin. M. le Président dit qu'il n'y aura pas de séance le soir, attendu la prolongation extraordi vnaire de celle qui finit. I La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du samedi 9 janvier 1790 . M. le chevalier de Boufflers , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture des adresses ainsi qu'il suit :
      ...
      L'Assemblée décide le renvoi à lundi, à 9 heures du matin. M. le Président dit qu'il n'y aura pas de séance le soir, attendu la prolongation extraordi vnaire de celle qui finit. I La séance est levée.
    • Séance du mercredi 13 janvier 1790

      Séance du mercredi 13 janvier 1790

      page 177 - 180
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du mercredi 13 janvier 1790 (1). M. Duport , Vun de MM. les secrétaires, fait lecture du procès-verbal de la séance d'hier. M. Griffon de Romagné , député de la Rochelle, observe que les réclamations des députés d'Aunis, relativement à la division de cette province et à sa réunion à la Saintonge, ne sont pas insérées au procès-verb
      ...
      ire supporter à la province la moitié des contributions que ses emprunts nécessitent : il n'est pas de la ville ; il craint de supporter les frais de remboursement. Unautre membre oppose à l'emprunt des raisons plus puissantes : il craint qu'il ne serve d'aliment aux ennemis de la révolution. L'Assemblée décrète qu'il n'y a pas lieu à délibérer quant à présent. La séance est levée à quatre heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du mercredi 13 janvier 1790 (1). M. Duport , Vun de MM. les secrétaires, fait lecture du procès-verbal de la séance d'hier. M. Griffo
      ...
      es raisons plus puissantes : il craint qu'il ne serve d'aliment aux ennemis de la révolution. L'Assemblée décrète qu'il n'y a pas lieu à délibérer quant à présent. La séance est levée à quatre heures.
    • Séance du jeudi 14 janvier 1790, au matin

      Séance du jeudi 14 janvier 1790, au matin

      page 180 - 185
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER, ANCIEN PRÉSIDENT. Séance du jeudi 14 janvier 1790 , au matin (1). M. Démeunier , ancien président, ouvre la séance en annonçant que la santé de M. l'abbé de Montesquiou ne lui permettant pas d'occuper le fauteuil, il remplit sa place. M. de Boufflers , l'un de MM. les secrétaires donne lecture du procès-verbal. Il ne s'élève pas de contestation sur s
      ...
      M. de Sèze, Mau-riet de. Flory et Lavenue, combattent cette division ; M. Charles de Lameth et M. d'Aiguillon en demandent l'ajournement. 11 est prononcé. On allait s'occuper de l'affaire de Toulon ; plusieurs membres en demandent l'ajournement à aujourd'hui. M. Prieur. Je demande qu'on la renvoie après la constitution. L'Assemblée l'ajourne à la séance de demain, à une heure. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER, ANCIEN PRÉSIDENT. Séance du jeudi 14 janvier 1790 , au matin (1). M. Démeunier , ancien président, ouvre la séance en annonçant que la santé de M. l'abb
      ...
      plusieurs membres en demandent l'ajournement à aujourd'hui. M. Prieur. Je demande qu'on la renvoie après la constitution. L'Assemblée l'ajourne à la séance de demain, à une heure. La séance est levée.
    • Séance du samedi 26 décembre 1789

      Séance du samedi 26 décembre 1789

      page 20 - 24
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du samedi 26 décembre 1789 (1). M. Massieu , l'un de MM. les secrétaires, commence la lecture du procès-verbal de jeudi 24 décembre. Plusieurs membres demandent que la motion de M. de Gouy-d'Arsy, concernant le ministre de la marine, ne soit pas mentionnée au procès-verbal. M. de Foucault dit que M. le secrétaire est entré dans de trop longs d
      ...
      t pas appuyée.)-V M. Latil demande que la pièce dont il vient d'être question soit rapportée sur le bureau ou au secrétariat et que si elle ne l'est pas dans le jour, M. le président écrive à Bélesme pour déclarer que cette pièce n'est pas un décret de l'Assemblée. La motion est mise aux voix et adoptée. M. le Président "lève la séance après avoir indiqué celle de lundi pour 9 heures 1/2 du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER. Séance du samedi 26 décembre 1789 (1). M. Massieu , l'un de MM. les secrétaires, commence la lecture du procès-verbal de jeudi 24 décembre. Plusieurs me
      ...
      pour déclarer que cette pièce n'est pas un décret de l'Assemblée. La motion est mise aux voix et adoptée. M. le Président "lève la séance après avoir indiqué celle de lundi pour 9 heures 1/2 du matin.
    • Séance du jeudi 14 janvier 1790, au soir

      Séance du jeudi 14 janvier 1790, au soir

      page 185 - 186
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER, ANCIEN PRÉSIDENT. Séance du jeudi 14 janvier 1790 , au soir. Les députés des six corps de Paris présentent à 'Assemblée nationale une adresse concernant l'extrême rareté du numéraire, et les précautions à prendre pour y remédier. Ils observent que tous les négociants et fournisseurs, qui envoient à Paris des denrées ou des marchandises, se plaignent
      ...
      us soutient, d'une autre part, que la rédaction du décret lu par le comité est aussi vicieuse, puisqu'elle renferme une invitation au pouvoir exécutif d'ordonner tout ce qui serait nécessaire pour empêcher les exportations. L'Assemblée renvoie de nouveau la rédaction de ce décret au comité, auquel seront remis tous les amendements, pour le rapport en être fait samedi prochain. La séance est levée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DÉMEUNIER, ANCIEN PRÉSIDENT. Séance du jeudi 14 janvier 1790 , au soir. Les députés des six corps de Paris présentent à 'Assemblée nationale une adresse concernant
      ...
      êcher les exportations. L'Assemblée renvoie de nouveau la rédaction de ce décret au comité, auquel seront remis tous les amendements, pour le rapport en être fait samedi prochain. La séance est levée.
  • Tome 12 : Du 2 mars au 14 avril 1790 showing 10 of 56 results view all
    • Séance du mardi 2 mars 1790

      Séance du mardi 2 mars 1790

      page 1 - 13
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiou. Séance du mardi 2 mars 1790 (1). M. Guillaume , Vun de MM. les secrétaires, don ne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. 11 est adopté sans réclamation. M. Merlin , rapporteur de comité féodal, donne lecture de la nouvelle rédaction de l'article 15. La rédaction adoptée hier provisoirement était la suivante : ; t Art. 15. Sont exc
      ...
      s, et qui en communiqueront ensuite le résultat au corps législatif de France, pour qu'il statue définitivement ce qu'il appartiendra; . 6° Que le roi sera supplié.de prendre en considération la situation actuelle des colonies et dans le cas où cette mesure paraîtrait nécessaire à Sa Majesté pour la sûreté des colonies, d'y envoyer des forces protectrices capables de les préserver de tout dommage.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiou. Séance du mardi 2 mars 1790 (1). M. Guillaume , Vun de MM. les secrétaires, don ne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. 11 est adop
      ...
      tion actuelle des colonies et dans le cas où cette mesure paraîtrait nécessaire à Sa Majesté pour la sûreté des colonies, d'y envoyer des forces protectrices capables de les préserver de tout dommage.
    • Séance du mardi 9 mars 1790, au matin

      Séance du mardi 9 mars 1790, au matin

      page 94 - 97
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du mardi 9 mars 1790 , au matin. M. le Président ouvre la séance à 9 heures, M. le comte de Croix , l'un de MM, les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. M. Hernoux observe qu'il serait, peut-être convenable d'ajouter, dans la dernière partie du décret rendu hier, après ces mata : « L'Assemblée déclare qu
      ...
      ution de trois autres décrets des 28 février et 4 de ce mois. « Le premier est relatif à un plau d'organisation de l'armée. « Le second porte que la paye des soldats sera augmentée. » » Et le troisième concerne le président de la Chambre des vacations, et le procureur général au parlement de Bordeaux. » M. le Président lève la séance à 3 heures 1/2, après avoir indiqué celle du soir pour 7 heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU. Séance du mardi 9 mars 1790 , au matin. M. le Président ouvre la séance à 9 heures, M. le comte de Croix , l'un de MM, les secrétaires, donn
      ...
      e concerne le président de la Chambre des vacations, et le procureur général au parlement de Bordeaux. » M. le Président lève la séance à 3 heures 1/2, après avoir indiqué celle du soir pour 7 heures.
    • Séance du mardi 9 mars 1790, au soir

      Séance du mardi 9 mars 1790, au soir

      page 98 - 108
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le chapelier, ex-président. Séance du mardi 9 mars 1790 , au soir. La séance est ouverte à 7 heures. M. Le Chapelier annonce que la santé ou les affaires de MM. les présidents ses successeurs ne leur permettaut pas de tenir la séance, il aura l'honneur de présider l'Assemblée. Uue députation du district des Récollets est admise à la barre. Elle offre un don pat
      ...
      es les municipalités pour v être répandus avec profusion ; qu'en même temps il sera envoyé à chaque municipalité un certain nombre de nouveaux poids et mesures qui seront distribués gratuitement par elles à ceux que ce changement constituerait dans des dépenses trop fortes; enfin que, six mois seulement après cet envoi, les an- ciennes mesures seront abolies et seront remplacées par les nouvelles.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le chapelier, ex-président. Séance du mardi 9 mars 1790 , au soir. La séance est ouverte à 7 heures. M. Le Chapelier annonce que la santé ou les affaires de MM. le
      ...
      lles à ceux que ce changement constituerait dans des dépenses trop fortes; enfin que, six mois seulement après cet envoi, les an- ciennes mesures seront abolies et seront remplacées par les nouvelles.
    • Séance du mercredi 10 mars 1790

      Séance du mercredi 10 mars 1790

      page 108 - 115
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE TALLÉYRAND, ÉVÊQUE D'AUTUN. Séance du mercredi 10 mars 1790 (1).* La séance est ouverte à neuf heures et demie du matin. M. de Talleyrand , évêque d'Autun, ex-président, annonce que M. l'abbé de Montesquiou, président, se trouvant indisposé, il le remplace au fauteuil. M. de Nompère de Champagny , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal d
      ...
      s autres réclament lavilledeMonera-beau pour leur district. Il propose le décret suivant qui est adopté : L'Assemblée nationale décrète, conformément à l'avis de son comité de constitution, que la ville de Moncrabeau sera réunie au district de Nérac, à moins qu'elle n'exprime à cet égard un vœu contraire. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour neuf heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE TALLÉYRAND, ÉVÊQUE D'AUTUN. Séance du mercredi 10 mars 1790 (1).* La séance est ouverte à neuf heures et demie du matin. M. de Talleyrand , évêque d'Autun, ex-p
      ...
      le de Moncrabeau sera réunie au district de Nérac, à moins qu'elle n'exprime à cet égard un vœu contraire. M. le Président lève la séance après avoir indiqué celle de demain pour neuf heures du matin.
    • Séance du jeudi 11 mars 1790, au matin

      Séance du jeudi 11 mars 1790, au matin

      page 115 - 135
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiqu. Séance du jeudi 11 mars 1790 , au matin, (l)„ M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. M. Merlin , L'un de MM. Les secrétaires, donne lecture de la séance du mardi soir, 9 mars. M. Guillaume , autre secrétaire, fait lecture du procès-verbal de.la, séance d'hier. (1) Cette séance est incomplète au Maniteur. Il ne s'élève aucune
      ...
      par quel- que obstacle, ou quelque événement inattendu, il se trouvait encore du déficit, il y sera pourvu par la caisse de l'extraordinaire. Le rapport de M. Dupont (de Nemours) est fréquemment applaudi. L'Assemblée en ordonne l'impression et la distribution préalablement à toute discussion. M. le Président lève la séance à trois heures et demie, après avoir indiqué celle du soir pour six heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiqu. Séance du jeudi 11 mars 1790 , au matin, (l)„ M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. M. Merlin , L'un de MM. Les secrétaires,
      ...
      udi. L'Assemblée en ordonne l'impression et la distribution préalablement à toute discussion. M. le Président lève la séance à trois heures et demie, après avoir indiqué celle du soir pour six heures.
    • Séance du jeudi 11 mars 1790, au soir

      Séance du jeudi 11 mars 1790, au soir

      page 135 - 140
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. bureaux de pusy, ancien président. Séance du jeudi 11 mars 1790 , au soir (1). M. Bureaux de Pusy , ex-président, occupe le fauteuil en l'absence de M. l'abbé de Montesquieu, président, et ouvre la séance à 6 heures. M. Vieillard , député de Saint-Lô, présente Une adresse du corps municipal de cette ville, il observe, au nom de ses concitoyens, que ceux-ci ont
      ...
      'Assemblée, pour le féliciter sur la manière dont ses membres se sont acquittés du premier de leurs devoirs, en réclamant contre les vexations dont ils croyaient que leurs concitoyens étaient victimes. Les murmures empêchent l'orateurdecontinuer. La proposition n'est pas mise aux voix. M. le Président lève la séance à dix heures et demie, après avoir indiqué celle de demain pour 9 heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. bureaux de pusy, ancien président. Séance du jeudi 11 mars 1790 , au soir (1). M. Bureaux de Pusy , ex-président, occupe le fauteuil en l'absence de M. l'abbé de M
      ...
      . Les murmures empêchent l'orateurdecontinuer. La proposition n'est pas mise aux voix. M. le Président lève la séance à dix heures et demie, après avoir indiqué celle de demain pour 9 heures du matin.
    • Séance du vendredi 12 mars 1790

      Séance du vendredi 12 mars 1790

      page 140 - 152
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiou. Séance du vendredi 12 mars 1790 (1). M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. deux de MM. les secrétaires donnent lecture des procès-verbaux des deux séances d'hier. 11 ne s'élève pas de réclamation. M. Cochelet , député de Charleville, fait une motion portant que les membres du Corps législatif ne pourront être ni électeurs n
      ...
      délibère : elle renvoie au comité des finances toutes les motions relatives à la contribution patriotique. M. le Président. L'Assemblée aura à son ordre du jour de demain, d'abord la discussion du projet de décret pour le remplacement de la gabelle, ensuite la discussion du projet de décret qui vient d'être présenté aujourd'hui par le comité des finances. (La séance est levée à 3 heures et demie.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé de montesquiou. Séance du vendredi 12 mars 1790 (1). M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. deux de MM. les secrétaires donnent lecture des pr
      ...
      jet de décret pour le remplacement de la gabelle, ensuite la discussion du projet de décret qui vient d'être présenté aujourd'hui par le comité des finances. (La séance est levée à 3 heures et demie.)
    • Séance du samedi 13 mars 1790, au matin

      Séance du samedi 13 mars 1790, au matin

      page 152 - 156
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTÈSQUIOU. Séance du samedi 13 mars 1790 , au matin. M. Guillaume , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la. séance d'hier. H ne s'élève pas de réclamation. M. le Président. M. Anisson, imprimeur du roi, m'a écrit pour déclarer que la faute qui s'est glissée dans l'adresse aux Français n'est point de lui et que le manuscrit
      ...
      L'article 3 {>arle de 2 millions à imposer sur les provinces ranches;vous feriez ainsi supporter à ma province une gabelle qu'elle n'a jamais payée. — Je supplie le comité de finances de présenter lundi un état comparatif des charges des provinces gabellées et non gabellées. (La séance est levée à trois heures, et l'Assemblée se relire dans les bureaux pour procéder à l'élection de ses officiers.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTÈSQUIOU. Séance du samedi 13 mars 1790 , au matin. M. Guillaume , l'un de MM. les secrétaires, donne lecture du procès-verbal de la. séance d'hier. H
      ...
      di un état comparatif des charges des provinces gabellées et non gabellées. (La séance est levée à trois heures, et l'Assemblée se relire dans les bureaux pour procéder à l'élection de ses officiers.)
    • Séance du samedi 13 mars 1790, au soir

      Séance du samedi 13 mars 1790, au soir

      page 156 - 162
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. Prétbau, ancien président. Séance du samedi 13 mars 1790 , au soir (1). M. Fréteau , ancien président, ouvre la séance à 6 heures, en l'absence de M. l'abbé de Montes-quiou, président. M. Gaultier de Biauzat , l'un de MM. les secrétaires, fait lecture du procès-verbal de la séàhce du matin. Il ne se produit aucune réclamation. M. le Président annonce que d'aprè
      ...
      emportant peine afflietive, ou que leurs père, mère, aïeul ou aïeule, ou autres parents réunis, n'aient sollicité et Obtenu leur détention d'après des mémoires et demandes appuyées sur des faits j,rès graves} ou, enfin, qu'elles ne soient renfermées pour cause de folie, seront remises en liberté. » M. le Président lève la séance à 10 heures et demie, et indique celle de demain 11 heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. Prétbau, ancien président. Séance du samedi 13 mars 1790 , au soir (1). M. Fréteau , ancien président, ouvre la séance à 6 heures, en l'absence de M. l'abbé de Mon
      ...
      s graves} ou, enfin, qu'elles ne soient renfermées pour cause de folie, seront remises en liberté. » M. le Président lève la séance à 10 heures et demie, et indique celle de demain 11 heures du matin.
    • Séance du dimanche 14 mars 1790

      Séance du dimanche 14 mars 1790

      page 162 - 169
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU Séance du dimanche 14 mars 1790 . M. le Président puvre la séance à 11 heures du matin. M. le comte d'Alençon , député suppléant du bailliage de Toul, est adtqia à remplacer îu. IÎ3 comte de Renel, démissionnàîre. M, le comte; d'AIepgon prête le serment civique, M, l'abbé Grégoire , président du comité des rappQrts, que ce comité est surch
      ...
      et les droi ts de traite sur les sels destinés à la consommation des départements anciennement connus sous le nom de provinces franches et de provinces rédimées, seront supprimés à compter du premier avril prochain. » M. le Président. L'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour procéder à un second tour de scrutin pour l'élection de son président. (La séance est levée à deux heures et demie.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ DE MONTESQUIOU Séance du dimanche 14 mars 1790 . M. le Président puvre la séance à 11 heures du matin. M. le comte d'Alençon , député suppléant du bailliage
      ...
      avril prochain. » M. le Président. L'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour procéder à un second tour de scrutin pour l'élection de son président. (La séance est levée à deux heures et demie.)
  • Tome 13 : Du 14 au 20 avril 1790 10 results
    • Séance du mardi 20 avril 1790, au matin

      Séance du mardi 20 avril 1790, au matin

      page 143 - 151
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mardi 20 avril 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. Brevet de Beaujour , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. Il ne s'élève aucune réclamation. M. Brevet de Beaujour lit ensuite un thé* moire du district de Sàint-Martin-des-Champs pour détruire la mendicité dans le royau
      ...
      emande à être remplacé par M. le comte de Villeblanche, son suppléant, dont les pouvoirs ont été vérifiés. La démission de M. de Thébaudière est acceptée, et l'Assemblée renvoie à son comité de vérification l'examen des pouvoirs de M. le comte de Villeblanche. M. le Président , après avoir annoncé l'ordre du jour du lendemain, lève la séance à trois heures, et la continue à six du soir de ce jour.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mardi 20 avril 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. Brevet de Beaujour , secrétaire, donne lecture
      ...
      cation l'examen des pouvoirs de M. le comte de Villeblanche. M. le Président , après avoir annoncé l'ordre du jour du lendemain, lève la séance à trois heures, et la continue à six du soir de ce jour.
    • Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      Séance du mardi 20 avril 1790, au soir

      page 151 - 162
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mardi 20 avril 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. Un de MM. les secrétaires fait lecture des adresses suivantes : Adresse de félicitation, adhésion et dévouement des gardes nationales de la ville de l'Aigle ; elles supplient l'Assemblée de s'occuper de l'organisation des milices nationales. Adresse de l
      ...
      pactes, des conventions évidemment infirmés et rendus invalides par uu nouvel ordre de choses 1 C'est à la haute sagesse de l'Assemblée nationale et du monarque à juger si les considérations politiques du moment sont assez puissantes, assez impérieuses pour exiger une pareille exception, ou des indemnités quelconques. Hais, quant à la question de droit, je conclus qu'il n'y a pas lieu à délibérer.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mardi 20 avril 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. Un de MM. les secrétaires fait lecture des adresses su
      ...
      s du moment sont assez puissantes, assez impérieuses pour exiger une pareille exception, ou des indemnités quelconques. Hais, quant à la question de droit, je conclus qu'il n'y a pas lieu à délibérer.
    • Séance du mercredi 21 avril 1790

      Séance du mercredi 21 avril 1790

      page 162 - 176
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mercredi 21 avril 1790 (1). M. le prince de Broglie , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin. M. Bouche. H. le président a-t-il reçu une lettre des volontaires de Dunkerque? (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. M. le Président. Je ne puis répondre précisément à la question de M. Bouche. Je re
      ...
      vre rouge, ainsi que I'état des pensions sur le trésor royal, étaient à l'impression. — Ces pièces ont été distribuées à des dates diverses; beaucoup d'entre elles sont devenues très rares, on peut même dire à peu près introuvables. — Nous avons pensé qu'il y avait avantage à les grouper ensemble, autant que possible, en conservant à chacune d'elles la date que lui assigne l'original. LlVRK ROUGE.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du mercredi 21 avril 1790 (1). M. le prince de Broglie , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin. M. Bouc
      ...
      me dire à peu près introuvables. — Nous avons pensé qu'il y avait avantage à les grouper ensemble, autant que possible, en conservant à chacune d'elles la date que lui assigne l'original. LlVRK ROUGE.
    • Séance du jeudi 15 avril 1790, au matin

      Séance du jeudi 15 avril 1790, au matin

      page 44 - 65
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY. Séance du jeudi 15 avril 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. Rœderer , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de là séance d'hier. M. Millon de Montherlan. Hier, j'ai demandé la parole pour présenter quelques observations sur les dîmes dites inféodées, mais je n'ai pu l'obtenir ; je demande à les produ
      ...
      considérations, je conclus que lé papier-monnaie avec intérêt est une absurdité politique; que le papier-monnaie sans intérêt est une calamité; et je m'oppose, autant qu'il est en moi, et au nom de ma province, à tout papier-monnaie M. Bégouen , député du bailliage de Gaux, demande à s'absenter pendant quinze jours, pour ses affaires. L'Assemblée le lui permet. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY. Séance du jeudi 15 avril 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. Rœderer , secrétaire, donne lecture du procès-
      ...
      a province, à tout papier-monnaie M. Bégouen , député du bailliage de Gaux, demande à s'absenter pendant quinze jours, pour ses affaires. L'Assemblée le lui permet. La séance est levée à trois heures.
    • Séance du jeudi 15 avril 1790, au soir

      Séance du jeudi 15 avril 1790, au soir

      page 65 - 75
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY. Séance du ieudi 15 avril 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures du soir. Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses suivantes : Adresses de félicitation, adhésion et dévouement des nouvelles municipalités des communautés de Vobles et Mougeffond en Franche-Comté; de Bel-pech, de Sollies-lès-Toucas, de Ghàteaumur, d
      ...
      édit, qui sont cependant nécessaires pour faire baisserl intérêt de l'argent, et étendre le commerce et l'industrie. Enfin, il est urgent de prendre les précautions les plus sages pour éteindre ces billets, ou les faire payer a bureau ouvert, et je crois que le décret que j'aurai l'honneur de vous soumettre, remplira tous les objets que vous vous proposez et pourvoira aux besoins du Trésor public.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY. Séance du ieudi 15 avril 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures du soir. Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses
      ...
      llets, ou les faire payer a bureau ouvert, et je crois que le décret que j'aurai l'honneur de vous soumettre, remplira tous les objets que vous vous proposez et pourvoira aux besoins du Trésor public.
    • Séance du vendredi 16 avril 1790

      Séance du vendredi 16 avril 1790

      page 75 - 85
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du vendredi 16 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. La Poule , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'nier matin. Il ne s'élève aucune réclamation. M. le Président fait donner lecture à l'Assemblée d'une note qui lui a été adressée par M. le garde des sceaux, dont la teneur suit : Le roi a
      ...
      aux voix et adopté en ces termes : « Art. 3. Les assignats créés par le décrets des 19 et 21 décembre 1789, auront cours de monnaie, entre toutes personnes, dans toute l'étendue du royaume, et seront reçus comme espèces sonnantes dans les différentes caisses publiques et particulières. » M. le Président ajourne l'Assemblée àdemain, neuf heures du matin, et lève la séance à quatre heures et demie.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du vendredi 16 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. La Poule , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de
      ...
      reçus comme espèces sonnantes dans les différentes caisses publiques et particulières. » M. le Président ajourne l'Assemblée àdemain, neuf heures du matin, et lève la séance à quatre heures et demie.
    • Séance du samedi 17 avril 1790, au matin

      Séance du samedi 17 avril 1790, au matin

      page 85 - 92
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de ronnay. Séance du samedi 17 avril 1790 au matin (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Brevet de Beaujour , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi au soir. M. le prince de Broglie , autre secrétaire, lit celui de la séance d'hier. (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. Ces procès-verbaux sont adoptés. 11
      ...
      déficit pour le mois d'avril sera de 25 millions, et pour le mois de mai de 24. Ces états ont été imprimés et distribués. M. Le Couteulx de Canteleu en fait lecture. L'Assemblée délibère, et adopte le projet de décret présenté par M. de Montesquiou, au nom du comité des finances. M. le Président lève la séance à cinq heures, après avoir annoncé que la séance du soir ne commencera qu'à sept heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de ronnay. Séance du samedi 17 avril 1790 au matin (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Brevet de Beaujour , secrétaire, donne lecture du
      ...
      projet de décret présenté par M. de Montesquiou, au nom du comité des finances. M. le Président lève la séance à cinq heures, après avoir annoncé que la séance du soir ne commencera qu'à sept heures.
    • Séance du samedi 17 avril 1790, au soir

      Séance du samedi 17 avril 1790, au soir

      page 92 - 96
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du samedi 17 avril 1790 , au soir (1). Il est fait lecture, à l'ouverture de la séance, des adresses suivantes : 1° Adresse* des habitants de Chazé, assemblés extraordinairement; ils ont prêté, avec transport, le serment civique. 2° Adresse des volontaires nationaux de la ville (1) Cette séance est incomplète au Moniteur. de Morlaix
      ...
      qu'elles sont expressément chargées d'apaiser. Je demande donc que la municipalité de Crécy soit mandée à la barre pour rendre compte de sa conduite. Plusieurs membres font remarquer qu'il est tard et que l'Assemblée n'est pas en nombre suffisant pour délibérer. Ils demandent l'ajournement. Cette affaire est ajournée à la prochaine séance du soir. La séance est levée à dix heures et demie du soir.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de bonnay. Séance du samedi 17 avril 1790 , au soir (1). Il est fait lecture, à l'ouverture de la séance, des adresses suivantes : 1° Adresse* des habit
      ...
      que l'Assemblée n'est pas en nombre suffisant pour délibérer. Ils demandent l'ajournement. Cette affaire est ajournée à la prochaine séance du soir. La séance est levée à dix heures et demie du soir.
    • Séance du dimanche 18 avril 1790

      Séance du dimanche 18 avril 1790

      page 97 - 103
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de k. le marquis de bonnay. Séance du dimanche 18 avril 1790 (1). La séance est ouverte à onze heures du matin. M. Muguet de Nanthou , secrétaire, donne lecture du procès-verbal d'hier au matin. M. Gaultier de Biauzat. Je propose de supprimer ou de modifier la mention faite dans le procès-verbal « que l'Assemblée a manifesté le dé-« sir d'aller aux voix sur le projet
      ...
      s généraux et un état-major instruit à la guerre, s'il n'y en avait pas un nombre suffisant d'employés pendant la paix. L'erreur, à cet égard, neprovient que dece qu'on considère que l'inutilité actuelle de tant d'officiers, et qu'on ne songe pas que si l'on n'a une armée que pour la guerre, il faut toujours avoir des officiers instruits pour la plus grande force où cette armée puisse être portée.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de k. le marquis de bonnay. Séance du dimanche 18 avril 1790 (1). La séance est ouverte à onze heures du matin. M. Muguet de Nanthou , secrétaire, donne lecture du procè
      ...
      lle de tant d'officiers, et qu'on ne songe pas que si l'on n'a une armée que pour la guerre, il faut toujours avoir des officiers instruits pour la plus grande force où cette armée puisse être portée.
    • Séance du lundi 19 avril 1790

      Séance du lundi 19 avril 1790

      page 103 - 134
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m- le marquis de bonnay. Séance du lundi 19 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. La Poule , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du samedi soir. M. Rœderer , autre secrétaire, lit le procès-verbal de la séance d'hier dimanche. Ces procès-verbaux n'éprouvent aucune réclamation. 11 est fait lecture des adresses suivantes :
      ...
      année seront allouées à la somme de 3,679,548 livres dont les fonds seront également remis à la disposition du ministre, à raison d'un douzième chaque mois. Art. 8. Il sera rendu compte de l'emploi de ces différentes sommes, et des économies qui pourront être opérées à raison des réformes et réductions qui auront lieu par la nouvelle organisation de l'établissement civil et militaire de la marine.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m- le marquis de bonnay. Séance du lundi 19 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. La Poule , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la
      ...
      ces différentes sommes, et des économies qui pourront être opérées à raison des réformes et réductions qui auront lieu par la nouvelle organisation de l'établissement civil et militaire de la marine.
  • Tome 15 : Du 21 avril au 30 mai 1790 showing 10 of 60 results view all
    • Séance du mercredi 28 avril 1790

      Séance du mercredi 28 avril 1790

      page 314 - 323
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de boxnay, ex-président, Séance du mercredi 28 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin par M. le marquis de Bonnay, ex-président. Un de MM. les sècrétaires lit les extraits des adresses suivantes : Adresse de félicitation, adhésion et dévouement de la garde nationale de la ville de Thouars ; elle supplie l'Assemblée de décréter que
      ...
      des autres provinces du royaume sous la sauvegarde de la loi. 8° Et des lettres-patentes sur le déeret des 2G; 23 mars ét 19 de ce mois, contenant diverses dispositions relatives aux administrations de département et de district, çt à l'exercice de la police. M. le Président invite l'Assemblée "à se retirer dans ses bureaux pour l'élection du président. La séance est levée à deux heures et demie.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. le marquis de boxnay, ex-président, Séance du mercredi 28 avril 1790 (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin par M. le marquis de Bonnay, ex-président. Un d
      ...
      de département et de district, çt à l'exercice de la police. M. le Président invite l'Assemblée "à se retirer dans ses bureaux pour l'élection du président. La séance est levée à deux heures et demie.
    • Séance du jeudi 29 avril 1790, au matin

      Séance du jeudi 29 avril 1790, au matin

      page 323 - 333
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du jeudi 29 avril 1790 , au matin (1). M. de La Réveillère de Lépeaux , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. M. Dufraisse-Duchey s'étonne que la lettre de M. de Virieu à M. de Bonnay n'ait pas été insérée au procès-wbai, et.çe-Ue omission est d'autant plus inexplicable que les discours des présidents y ,so.nt re
      ...
      nion. M. Girard , curé, doyen de Lorris, député de Montargis, demande la permission de s'absenter pendant un mois pour affaires très pressantes. M. de Barville , député d'Orléans, demande la même permission, peudant le même temps, pour raison de santé. Ces deux congés sont accordés. M. le Président annonce que la séance de ce soir aura lieu à l'heure accoutumée. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du jeudi 29 avril 1790 , au matin (1). M. de La Réveillère de Lépeaux , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. M. D
      ...
      ission, peudant le même temps, pour raison de santé. Ces deux congés sont accordés. M. le Président annonce que la séance de ce soir aura lieu à l'heure accoutumée. La séance est levée à trois heures.
    • Séance du jeudi 29 avril 1790, au soir

      Séance du jeudi 29 avril 1790, au soir

      page 333 - 338
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du jeudi 29 avril 1790 , au soir (1). Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses suivantes : Adresse d'adhésion et dévouement de la chambre du commerce de Dunkerque; elle a prêté le serment civique entre les mains des officiers municipaux. Adresse des citoyens de la ville de Bourbon, où ils annoncent à l'Assemblée que si l'espri
      ...
      tion est ensuite mise aux voix et adoptée ainsi qu'il suit : « L'Assemblée nationale, prenant en considé- ration la demande du département de Corse, et iattendu que M. de Biron a été nommé au corn--mandement de cette île avant le décret du 26 janvier dernier, déclare que rien ne s'oppose à ce que M. de Biron prenne ie commandement des troupes en Corse. » (La séance est levée à dix heures du soir,}
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du jeudi 29 avril 1790 , au soir (1). Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses suivantes : Adresse d'adhésion et dévouement de l
      ...
      ndement de cette île avant le décret du 26 janvier dernier, déclare que rien ne s'oppose à ce que M. de Biron prenne ie commandement des troupes en Corse. » (La séance est levée à dix heures du soir,}
    • Séance du vendredi 30 avril 1790

      Séance du vendredi 30 avril 1790

      page 338 - 349
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé gouttes. Séance du vendredia 30 avril 1790 (1), M. Palasne de Champeaux , secrétaire, donne lecture du procèa-verbal de la séance de la veille qui est adopté sans réclamation. tin de MM. les secrétaires fait lecture d'une adresse, par*Iaquelle la commune de Clermont-Ferrand témoigne à l'Assemblée toute sa reconr naissance des sages décrets qui ont ordonn
      ...
      rité, cette postérité qui vous jugera, se dirait ce que vous ne voulez pas qu'elle dise : Il y a une vérité pour laquelle l'Assemblée nationale de 1790 n'était pa-mûre. Je conclus à ce que vous admettiez le juré au civil et au criminel, et à ce que, considérant le jury de M. l'abbé Sieyès comme un véritable juré, vous permettiez de vous le présenter lorsque nous en serons au détail d'organisation.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. l'abbé gouttes. Séance du vendredia 30 avril 1790 (1), M. Palasne de Champeaux , secrétaire, donne lecture du procèa-verbal de la séance de la veille qui est adopt
      ...
      iez le juré au civil et au criminel, et à ce que, considérant le jury de M. l'abbé Sieyès comme un véritable juré, vous permettiez de vous le présenter lorsque nous en serons au détail d'organisation.
    • Séance du samedi 1 mai 1790, au matin

      Séance du samedi 1 mai 1790, au matin

      page 349 - 354
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du samedi 1er mai 1790 , au matin (1). M. le comte de Crillon , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi 29 avril au soir. Il ne se produit aucune réclamation. M. le comte de Marsanne-Fontjuliane propose le projet de décret suivant tendant à supprimer le droit d?aubaine : « L'Assemblée nationale, persuadée que le m
      ...
      és de juridiction en matière civile, sauf les exceptions particulières qu'elle pourra déterminer, et sans entendre rien préjuger en matière criminelle. » M. le comte de Latouche , député de Montar-gis, demande à s'absenter pendant huit jours pour affairés importantes. Ce congé est accordé. M. le Président annonce l'ordre du jour pour ce soir et pour demain et lève la séance à deux heures et demie.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du samedi 1er mai 1790 , au matin (1). M. le comte de Crillon , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du jeudi 29 avril au
      ...
      , demande à s'absenter pendant huit jours pour affairés importantes. Ce congé est accordé. M. le Président annonce l'ordre du jour pour ce soir et pour demain et lève la séance à deux heures et demie.
    • Séance du samedi 1 mai 1790, au soir

      Séance du samedi 1 mai 1790, au soir

      page 354 - 358
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du samedi 1er mai 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses suivantes : Délibération de la communauté de Saint-Laurent de Chamousset en Lyonnais, qui fait le.dqn patriotique de la contribution des six derniers mois des privilégiés. Adresses de félicitation, adhésion
      ...
      res sont situées, en commençant, autant qu'il sera possible, les améliorations par les marais les plus nuisibles à la santé, et dont le sol pourrait devenir le plus propre à la production des subsistances, et chaque assemblée de département emploiera les moyens les plus avantageux aux communautés pour parvenir au dessèchement de leurs marais. » M. le Président lève la séance à dix heures et demie.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du samedi 1er mai 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. Un de MM. les secrétaires donne lecture des adresses suivant
      ...
      nces, et chaque assemblée de département emploiera les moyens les plus avantageux aux communautés pour parvenir au dessèchement de leurs marais. » M. le Président lève la séance à dix heures et demie.
    • Séance du dimanche 2 mai 1790

      Séance du dimanche 2 mai 1790

      page 358 - 362
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du dimanche 2 mai 1790 (1). M. de La Reveillère de Lépeaux ,secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin. Plusieurs membres demandent qu'il y soit fait mention du décret par lequel l'Assemblée a décidé de ne pas tenir compte de la lettre des deux députés d'Alençon. D'autres membres objectent que ce serait faire men
      ...
      use : la résistance à l'oppression, autorisée par la Déclaration des droits et la présence perpétuelle de la législature. Je conclus à ce que les tribunaux d'appel soient sédentaires. (On demande que la discussion soit fermée.) La manière de poser la question au fond donne lieu à quelques débats. — L'Assemblée ne délibère pas, et continue la discussion à demain. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du dimanche 2 mai 1790 (1). M. de La Reveillère de Lépeaux ,secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier matin. Plusieurs
      ...
      la discussion soit fermée.) La manière de poser la question au fond donne lieu à quelques débats. — L'Assemblée ne délibère pas, et continue la discussion à demain. La séance est levée à trois heures.
    • Séance du lundi 3 mai 1790, au matin

      Séance du lundi 3 mai 1790, au matin

      page 362 - 371
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du lundi 3 mai 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le comte de Crillon , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier. Ce procès-verbal est adopté. M. le comte de Mazancourt , suppléant de M. le comte de Barbançon, démissionnaire, est admis à la place de ce dernier, en qualité de député
      ...
      nion publique, que l'homme dont le suffrage est pour ainsi dire une loi, parce qu'il a gagné la confiance publique: tel est l'homme dont M. Garat à présenté le tableau. (On ferme la discussion.) L 'J^UTt Après quelques débats sur là manière de poser la question, tin délibère: t( L'Assemblée nationale décrète que les juges peuvent être réélus sans intervalle. » (La séance est levée à trois heures.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du lundi 3 mai 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le comte de Crillon , secrétaire, donne lecture du proc
      ...
      UTt Après quelques débats sur là manière de poser la question, tin délibère: t( L'Assemblée nationale décrète que les juges peuvent être réélus sans intervalle. » (La séance est levée à trois heures.)
    • Séance du lundi 3 mai 1790, au soir

      Séance du lundi 3 mai 1790, au soir

      page 371 - 381
      ASSEMBLÉE NATIONALE PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du lundi 3 mai 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures précises. Un de MM. leè secrétaires fait lecture des adresses suivantes : Adresses des nouvelles municipalités dés communautés dé la Noailles, renfermànt un bourg et vingt-quatre villages ; de Prigny-en-Retz ; de la ville du Palais à Belle-Isle-en-Mer ; De la ville de Ma
      ...
      de Paris, et tous les offices qui en dépendaient, la municipalité provisoire, subsistante à l'Hôtel-de-Ville ou dans les sections de la capitale, connues aujourd'hui sous le nom de districts, seront supprimés et abolis ; et néanmoins la municipa-lité,provisoire et les autres personnes en exercice continueront leurs fonctions jusqu'à leur remplacement. » M. le Président lève la séance à dix heures:
      ASSEMBLÉE NATIONALE PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES. Séance du lundi 3 mai 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures précises. Un de MM. leè secrétaires fait lecture des adresses suivantes
      ...
      upprimés et abolis ; et néanmoins la municipa-lité,provisoire et les autres personnes en exercice continueront leurs fonctions jusqu'à leur remplacement. » M. le Président lève la séance à dix heures:
    • Séance du mardi 4 mai 1790, au matin

      Séance du mardi 4 mai 1790, au matin

      page 381 - 384
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ARBÉ GOUTTTES. Séance du mardi 4 mai 1790 , au matin (1). La séance n'est ouverte qu'à dix heures du matin. M. La Réveillère de Lépeaux , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier au matin. Il ne s'élève pas de réclamation. M. Gautier des Orcières , membre du comité des finances. Messieurs, votre comité des finances a été consulté pour sa
      ...
      bres du côté droit réclament. M. le Président observe que le doute vient de ce que beaucoup de membres de cette partie se sont levés pour et contre. On fait l'appel nominal. Le résultat donne 517 voix pour six ans, et 274 pour huit ans. M. le Président prononce que l'Assemblée a décrété « que les juges exerceront leurs fonctions pendant six ans ». La séance est levée à trois heures moins un quart.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ARBÉ GOUTTTES. Séance du mardi 4 mai 1790 , au matin (1). La séance n'est ouverte qu'à dix heures du matin. M. La Réveillère de Lépeaux , secrétaire, donne lectu
      ...
      pour six ans, et 274 pour huit ans. M. le Président prononce que l'Assemblée a décrété « que les juges exerceront leurs fonctions pendant six ans ». La séance est levée à trois heures moins un quart.
  • Tome 16 : Du 31 mai au 8 juillet 1790 showing 10 of 57 results view all
    • Séance du lundi 31 mai 1790, au matin

      Séance du lundi 31 mai 1790, au matin

      page 2 - 18
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du lundi 31 mai 1790 , au matin (1). M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. M. Defermon , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier qui est adopté. M. Fouquier d'Hérouel , député de Saint-Quentin, fait, au nom des communes deTrescon, Villecholles et Vermand , Whommage de leurs dons patriotiques, et l
      ...
      u'il nry aura que trois séances du soir par semaine. Un de MM. les secrétaire} fçiit lecture d'une lettre des officiers municipaux de MonÇauban, et d'une proclamation que cette municipalité a fait publier: cette proclamation a pour objet de calmer l'effroi du peuple, et d'augmenter encore « sa confiance dans la sagesse de i'A.ssemWee nationale. » La séance est ieyêe à quatre heures moins un quart.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du lundi 31 mai 1790 , au matin (1). M. le Président ouvre la séance à 9 heures du matin. M. Defermon , secrétaire, donne lecture du pro
      ...
      lier: cette proclamation a pour objet de calmer l'effroi du peuple, et d'augmenter encore « sa confiance dans la sagesse de i'A.ssemWee nationale. » La séance est ieyêe à quatre heures moins un quart.
    • Séance du samedi 5 juin 1790

      Séance du samedi 5 juin 1790

      page 115 - 120
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE CHAPELIER, EX-PRÉSIDENT. Séance du samedi 5 juin 1790 , au (1). M. Le Chapelier , ex-président, remplace M. le président au fauteuil et ouvre la Séance à six heures du soir. Un de MM. les secrétaires fait lecture des adresses et délibérations suivantes : Adresses de félicitatiop, adhésion et dévouement des citoyens armés de la ville de Dipan, qui conjurent l
      ...
      r d'assister à la séance. M. Boullé , député de Ploërmel, rend compte, au nom du comité des rapports, d'une affaire qui concerne la municipalité de la ville de Saint-Jean-de-Luz. M. Garat (l'atné) demande l'ajournement de la discussion. L'affaire est ajournée à la séance de mardi soir 8 juin. M. le Président lève la séance à 10 heures et demie, et indique celle de demain pour onze heures du matin.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE CHAPELIER, EX-PRÉSIDENT. Séance du samedi 5 juin 1790 , au (1). M. Le Chapelier , ex-président, remplace M. le président au fauteuil et ouvre la Séance à six he
      ...
      ande l'ajournement de la discussion. L'affaire est ajournée à la séance de mardi soir 8 juin. M. le Président lève la séance à 10 heures et demie, et indique celle de demain pour onze heures du matin.
    • Séance du dimanche 6 juin 1790

      Séance du dimanche 6 juin 1790

      page 120 - 132
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du dimanche 6 juin 1790 (1). M. le président s'étant rendu auprès du roi et n'étant pas de retour au début de la séance, est remplacé par M. l'abbé Qouttes, ex-président. Le procès-verbal de la séance de la veille au soir est lu et adopté. 11 est fait lecture d'une adresse des curés et vicaires composant la congrégation deMorès-en-Mon
      ...
      blies dans un ordre nécessaire et essentiellement utile. De ce nombre sont les enfants trouvés, les prisons, les maisons de correction, l'établissement des chirurgiens et sages-femmes dans les campagnes, la loi relative à la vente en petites parties aes biens domaniaux et ecclésiastiques. Le comité se propose de les présenter à la délibération de l'Assemblée nationale quand elle voudra l'entendre.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du dimanche 6 juin 1790 (1). M. le président s'étant rendu auprès du roi et n'étant pas de retour au début de la séance, est remplacé pa
      ...
      es, la loi relative à la vente en petites parties aes biens domaniaux et ecclésiastiques. Le comité se propose de les présenter à la délibération de l'Assemblée nationale quand elle voudra l'entendre.
    • Séance du lundi 7 juin 1790

      Séance du lundi 7 juin 1790

      page 132 - 137
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du lundi 7 juin 1790 (2). M. le baron de Jessé , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier, dimanche. M. Decrétot , rapporteur du comité de mendicité, demande et obtient la ptrole sur Je procès-verbal. Messieurs, dit-il, le comité m'a chargé de vous proposer un changement dans la rédaction de l'article 3, décrété
      ...
      s, que le roi soit supplié d'ordonner qu'aucune députation ne pourra entrer dansPari3 avant le 10. M. le Président , observe que l'heure est très avancée; qu'il serait à propos de se retirer dans les bureaux pour procéder au troisième scrutin pour Vélection d'un président, qui doit se faire entre M. l'abbé Sieyès et M. Le Pelletier de Saint-Fargeau. (La séance est levée à 4 heures moins un quart.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. BRIOIS DE BEAUMETZ. Séance du lundi 7 juin 1790 (2). M. le baron de Jessé , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier, dimanche. M. Decrétot ,
      ...
      bureaux pour procéder au troisième scrutin pour Vélection d'un président, qui doit se faire entre M. l'abbé Sieyès et M. Le Pelletier de Saint-Fargeau. (La séance est levée à 4 heures moins un quart.)
    • Séance du mardi 8 juin 1790, au matin

      Séance du mardi 8 juin 1790, au matin

      page 138 - 145
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ SIEYÈS. Séance du mardi 8 juin 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le baron de Jessé , secrétaire, donne lecture du procès-verbal'de la séance d'hier, qui est adopté sans réclamation. M.Brioisde Beaumetz , président sortant; Le résultat du troisième scrutin, pour la nomination d'un nouveau président, a donné la majorité
      ...
      . le président et au comité de constitution, pour renouveler la demande qu'elle avait déjà faite, que, lors de la fédération, les départements députent aussi des officiers civils. - M. Le Chapelier rappelle les motifs qui ont ce matin déterminé à rejeter cette proposition. L'Assemblée persiste dans le décret qu'elle a rendu à ce sujet. La séance est levée à 3 heures et renvoyée à ce soir 6 heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ SIEYÈS. Séance du mardi 8 juin 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le baron de Jessé , secrétaire, donne lecture du procès
      ...
      ppelle les motifs qui ont ce matin déterminé à rejeter cette proposition. L'Assemblée persiste dans le décret qu'elle a rendu à ce sujet. La séance est levée à 3 heures et renvoyée à ce soir 6 heures.
    • Séance du mardi 8 juin 1790, au soir

      Séance du mardi 8 juin 1790, au soir

      page 145 - 150
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES, EX-PRÉSIDENT. Séance du mardi 8 juin 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. M. l'abbé Gouttes , ex-président, occupe le fauteuil par suite de l'absence de M. Sieyès, président. M. de Pardieu , secrétaire, fait lecture de l'extrait des adresses suivantes : Adresse de la garde nationale de la ville de Reims, portant l'expres
      ...
      s, toutes-ont dû compter sur la'stabilité de leur état. Il est juste de leur en assurer un équivalent, il ne faut pas qu'Une Constitution! juste et fondée sur les-premiers principes du1 droit naturel., soit une source de malheurs privés1 et d'injustices individuelles. Voilà ce que sait1, ce que sent l'Assemblée nationale; voilà ce qui la guidera, lorsqu'elle statuera sur le sort des titufe lairesï
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ GOUTTES, EX-PRÉSIDENT. Séance du mardi 8 juin 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à 6 heures du soir. M. l'abbé Gouttes , ex-président, occupe le faut
      ...
      , soit une source de malheurs privés1 et d'injustices individuelles. Voilà ce que sait1, ce que sent l'Assemblée nationale; voilà ce qui la guidera, lorsqu'elle statuera sur le sort des titufe lairesï
    • Séance du mercredi 9 juin 1790

      Séance du mercredi 9 juin 1790

      page 150 - 159
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE BONNAY, EX-PRÉSIDENT. Séance du mercredi 9 juin 1790 (1)- La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. le marquis de Bonnay , ex-présidentoc* cupe le fauteuil, à la place ae M. l'abbé Sieyès qui n'est pas présent. M. l'abbé Dumouchel ; secrétaire, donne lecture du procès-verbal dë là séance d'hier matin. L'Assemblée renvoie la lecture et la rédaction défini
      ...
      it message. Elle a de plus fixé à quatre millions le dtHiaire de là reine, et a ordonné que son pré-sident se retirera sur l'heure par devers Leurs Majestés, pour leur faire partdela détermination qu'elle vient de prendre. » (La séance est levée à trois heures et demie et indiquée au lendemain pour cinq heures du soir, à cause de la procession du matin, à laquelle l'Assemblée a arrêté d'assister.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. DE BONNAY, EX-PRÉSIDENT. Séance du mercredi 9 juin 1790 (1)- La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. le marquis de Bonnay , ex-présidentoc* cupe le fauteuil,
      ...
      elle vient de prendre. » (La séance est levée à trois heures et demie et indiquée au lendemain pour cinq heures du soir, à cause de la procession du matin, à laquelle l'Assemblée a arrêté d'assister.)
    • Séance du jeudi 10 juin 1790, au matin

      Séance du jeudi 10 juin 1790, au matin

      page 159 - 160
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PROCÈS-VERBAL DE L'ASSISTANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE AUX CÉRÉMONIES DE SALNT-GERMAIN-L'AUXERROIS. Du jeudi 10 juin 1790 , au matin. L'Assemblée, s'étant rendue à neuf heures du matin au lieu ordinaire de ses séances, s'est transportée, son président à la tâte, à l'église de.Sa!ai- Germain-l'Auxerrois, et y a entendu la messe et accompagné le Saint-Sacrement, ainsi qu'elle l'avait pratiqué le jeudi précédent. Signé : Sieyès, président ; H. de Jessé, Prieur, Royer, curé de Chavannes, Dumouchel, de Par-dieu, Gourdan, secrétaires. ASSEMBLÉE NATIONALE. PROCÈS-VERBAL DE L'ASSISTANCE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE AUX CÉRÉMONIES DE SALNT-GERMAIN-L'AUXERROIS. Du jeudi 10 juin 1790 , au matin. L'Assemblée, s'étant rendue à neuf heures du m
      ...
      compagné le Saint-Sacrement, ainsi qu'elle l'avait pratiqué le jeudi précédent. Signé : Sieyès, président ; H. de Jessé, Prieur, Royer, curé de Chavannes, Dumouchel, de Par-dieu, Gourdan, secrétaires.
    • Séance du 10 juin 1790, au soir

      Séance du 10 juin 1790, au soir

      page 160 - 164
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY, EX-PRÉSIDENT. Séance du 10 juin 1790 , au soir (1). La séance n'est ouverte qu'à six heures du soir. M. le marquis de Bonnay , ex-président, remplace au fauteuil M. l'abbé Sieyès, président, indisposé. La séance commence par la lecture du procès-verbal de la veille. Plusieurs membres demandent à présenter des observations sur une erreur de
      ...
      lésiastiques dans le diocèse ou moins pendant quinze ans, soit'en qualité de curé, soit en qualité de vicaire, ou comme vicaire supérieur ou vicaire-directeur du séminaire. M. le Président. La séance de demain sera ouverte à neuf heures du matin. L'ordre du jour sera la suite du rapport du comité des finances sur toutes les parties de la dépense publique. (La séance est levée à 10 heures du soir.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. LE MARQUIS DE BONNAY, EX-PRÉSIDENT. Séance du 10 juin 1790 , au soir (1). La séance n'est ouverte qu'à six heures du soir. M. le marquis de Bonnay , ex-président,
      ...
      de demain sera ouverte à neuf heures du matin. L'ordre du jour sera la suite du rapport du comité des finances sur toutes les parties de la dépense publique. (La séance est levée à 10 heures du soir.)
    • Séance du vendredi 11 juin 1790

      Séance du vendredi 11 juin 1790

      page 164 - 180
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ SIEYÈS. Séance du vendredi 11 juin 1790 (1). M. le Président ouvre >la séance à 9 heures du matin. M. l'abbé Dumouchel , secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du mardi matin 8 juin. M. l'abbé Mougins de Roquefort. Messieurs, le travail du comité ecclésiastique me paraît incomplet, en ce qu'il dit que les assemblées administratives pourr
      ...
      voyée au comité des recherches. Nous aimons à croire que c'est à tort que cet article a été inséré. Mais, en cas que la dénonciation fût vraie, nous supplions l'Assemblée nationale de vouloir bien nous nommer les dénonciateurs. » M. le Président invite l'Assemblée à se retirer dans ses bureaux pour procéder à la nomination de six adjoints au comité de la marine. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. L'ABBÉ SIEYÈS. Séance du vendredi 11 juin 1790 (1). M. le Président ouvre >la séance à 9 heures du matin. M. l'abbé Dumouchel , secrétaire, donne lecture du procès
      ...
      s nommer les dénonciateurs. » M. le Président invite l'Assemblée à se retirer dans ses bureaux pour procéder à la nomination de six adjoints au comité de la marine. La séance est levée à trois heures.
  • Tome 17 : Du 9 juillet au 12 août 1790 showing 10 of 53 results view all
    • Séance du vendredi 9 juillet 1790

      Séance du vendredi 9 juillet 1790

      page 2 - 34
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C. F. DE BONNAY. Séance du vendredi 9 juillet 1790 (1), La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Regnaud (de Saint-Jean-d'Angély), secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance d'hier au matin. Aucune réclamation ne se produit. M. le Président annonce l'hommage que fait M. Gatteaux* graveur des médailles du roi, d'un projet de monument pour consa
      ...
      leur donner confiance. L'économie des finances,la tranquillité publique et le bonheur général reposent sur la scrupuleuse exactitude des renseignements que fourniront les départements. Fait au comité, le 9 juillet 1790. Signé : Lian-Courtj, président; Bonnefoi, secrétaire. (1) Ce document n'a pas été inséré au Moniteur. (2) Ces tableaux, n'ont pas été imprimés à la âuîté de la présente circulaire.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C. F. DE BONNAY. Séance du vendredi 9 juillet 1790 (1), La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Regnaud (de Saint-Jean-d'Angély), secrétaire, donne lecture d
      ...
      le 9 juillet 1790. Signé : Lian-Courtj, président; Bonnefoi, secrétaire. (1) Ce document n'a pas été inséré au Moniteur. (2) Ces tableaux, n'ont pas été imprimés à la âuîté de la présente circulaire.
    • Séance du jeudi 15 juillet 1790, au soir

      Séance du jeudi 15 juillet 1790, au soir

      page 91 - 133
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Seance du jeudi 15 juillet 1790 , au soir (1). La stance est ouverte & six heures et demie du soir. M. Dupont (de Nemours), secretaire,' donne lecture du proems-verbal de la seauce du mardi 13 juillet au sort. La redaction en est adoptee. M. Robespierre secretaire, se dispose a don- ner lecture des adresses. M. Delley-d'Agier. Je reclame l'ex£c
      ...
      , et la position actuelle de cette branche de revenu des pauvres, sollicitera l'attention de l'Assemblée. La déclaration solennelle qu'elle a faite de mettre au rang de ses premiers devoirs le3 secours et la protection à donner à la classe malheureuse, doit ôter toute inquiétude à ceux auprès de qui les ennemis de la chose publique voudraient employer encore ce moyen d'alarme et de mécontentement.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Seance du jeudi 15 juillet 1790 , au soir (1). La stance est ouverte & six heures et demie du soir. M. Dupont (de Nemours), secretaire,' donne lec
      ...
      s et la protection à donner à la classe malheureuse, doit ôter toute inquiétude à ceux auprès de qui les ennemis de la chose publique voudraient employer encore ce moyen d'alarme et de mécontentement.
    • Séance du vendredi 16 juillet 1790

      Séance du vendredi 16 juillet 1790

      page 133 - 164
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du vendredi 16 juillet 1790 (1). M. Regnaud (de Saint-Jean d'Angely) lit le procès-verbal de la cérémonie du 14 juillet. La rédaction en est adoptée. M. Robespierre , secrétaire, donne lecture du procès-verbal des deux séances du jeudi 15 juillet, matin et soir. Il ne se produit aucune réclamation. M. le Président donne lecture d'une let
      ...
      sieur Rony. Enquis de ses noms, etc. A répondu s'appeler Pierre Rony, âgé de quarante-trois ans, ménager de son bien, et habitant de Blagnac. Dépose savoir que M. de Lautrec a resté en visite chez le sieur Dutré, au château de Blagnac, pendant cinq à six jours, et qu'il l'a vu une seule fois venir à Toulouse, et en revenir le même jour, et céla dans le mois de juin dernier, et plus n'a dit savoir.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du vendredi 16 juillet 1790 (1). M. Regnaud (de Saint-Jean d'Angely) lit le procès-verbal de la cérémonie du 14 juillet. La rédaction en es
      ...
      sieur Dutré, au château de Blagnac, pendant cinq à six jours, et qu'il l'a vu une seule fois venir à Toulouse, et en revenir le même jour, et céla dans le mois de juin dernier, et plus n'a dit savoir.
    • Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

      Séance du samedi 17 juillet 1790, au matin

      page 164 - 174
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du samedi 17 juillet 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le Président annonce qu'il a présenté à la sanction du roi six décrets, savoir : 1° Celui du 9 juillet, portant suppression des offices de jurés^priseurs ; 2° Celui du 10, portant que les biens des non-catholiques qui sont entre les mains des fermi
      ...
      ce procés-Terbal pour qu'elle puisse les envoyer dans les districts. Ces propositions sont adoptées. M. le Président. L'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour procéder à la nomination : 1° de son Président: 2° de trois secrétaires en remplacement de MM. Pierre Delley-d'Agier, Po-pulus et Robespierre; 3° de quinze membres du comité dès rapports. (La séance est levée à deux heures et demie»)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du samedi 17 juillet 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à neuf heures du matin. M. le Président annonce qu'il a présenté à la sanct
      ...
      son Président: 2° de trois secrétaires en remplacement de MM. Pierre Delley-d'Agier, Po-pulus et Robespierre; 3° de quinze membres du comité dès rapports. (La séance est levée à deux heures et demie»)
    • Séance du samedi 17 juillet 1790, au soir

      Séance du samedi 17 juillet 1790, au soir

      page 174 - 184
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSlDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séancé du samedi 17 juillet 1790 , où soir (1). La séance est ouverte à six heures du soin M. le Président fait part à l'Assemblée de deux hommages qui lui sont présentés; l'un par M. Go-defroy, d'un ouvrage qui a pour titre : Spectacle historique, par période de vingt-cinq ans, gravé d'après tes médailles du cabinet du roi de Sainte-Geneviève
      ...
      eau, recteur de Saint-Liphard; — Alno, supérieur de la communauté de Saint-Clément; Bizeul, vicaire de Guérande ; — Yves Leguen, vicaire de Batz; — J. Orfeau, prêtre, vicaire de Batz; — F. Monfort, recteur de Batz ; — Anezo, prêtre, vicaire de Guérande; — P. Chaùssun, prêtre; — P. Lecard, vicaire, de Saint-André-des-Eaux ; — Hyacinthe Tardiveâux, recteur de Gouëron; — Lemaitre, vicaire de Savenay.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSlDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séancé du samedi 17 juillet 1790 , où soir (1). La séance est ouverte à six heures du soin M. le Président fait part à l'Assemblée de deux hommage
      ...
      cteur de Batz ; — Anezo, prêtre, vicaire de Guérande; — P. Chaùssun, prêtre; — P. Lecard, vicaire, de Saint-André-des-Eaux ; — Hyacinthe Tardiveâux, recteur de Gouëron; — Lemaitre, vicaire de Savenay.
    • Séance du dimanche 18 juillet 1790

      Séance du dimanche 18 juillet 1790

      page 184 - 189
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du dimanche 18 juillet 1790 (1). M. le Président lit à l'Assemblée: 1° une lettre de M. Bailly, qui fait part à l'Assemblée nationale des arrangements pris par la ville de Paris, pour célébrer, par des réjouissances, la réunion des gardes nationales dans la capitale ; 2° Une lettre de M. de la Tour-du-Pin, relative à la paie des officier
      ...
      er. (On demande l'ajournement et l'impression du rapport et des articles.) M. Dufraisse. Le comité d'aliénation n'avait aucuns pouvoirs pour faire des articles de législation; il cherche à mettre le trouble dans toutes les familles du royaume. (L'impression et l'ajournement sont mis aux voix et ordonnés.) La séance est levée à trois heures, pour procéder dans les bureaux à l'élection du Président.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du dimanche 18 juillet 1790 (1). M. le Président lit à l'Assemblée: 1° une lettre de M. Bailly, qui fait part à l'Assemblée nationale des a
      ...
      rouble dans toutes les familles du royaume. (L'impression et l'ajournement sont mis aux voix et ordonnés.) La séance est levée à trois heures, pour procéder dans les bureaux à l'élection du Président.
    • Séance du lundi 19 juillet 1790, au matin

      Séance du lundi 19 juillet 1790, au matin

      page 189 - 196
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du lundi 19 juillet 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Garat l'aîné, secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la séance du samedi au soir, dans lequel il est fait mention d'une adresse par laquelle des ecclésiastiques réclament contre le célibat des prêtres. M. l'abbé Bourdon. Je demande que les prêtr
      ...
      encore décidé. Je demande l'ajournement. M. Bouche. J'observe que pour ne pas nou-i lier sur l'établissement des juges de districts, il suffit de dire : juge supérieur ou juge d'appel. (L'ajournement est de nouveau demandé. Il est mis aux voix et adopté.) M. le Président annonce que l'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour la nomination de son Président. La séance est levée à trois heures.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. C.-F. DE BONNAY. Séance du lundi 19 juillet 1790 , au matin (1). La séance est ouverte à 9 heures du matin. M. Garat l'aîné, secrétaire, donne lecture du procès-ve
      ...
      est de nouveau demandé. Il est mis aux voix et adopté.) M. le Président annonce que l'Assemblée va se retirer dans ses bureaux pour la nomination de son Président. La séance est levée à trois heures.
    • Séance du lundi 19 juillet 1790, au soir

      Séance du lundi 19 juillet 1790, au soir

      page 197 - 201
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. c.-f. de bonnay. Séance du lundi 19 juillet 1790 , au soir. La séance est ouverte à six heures du soir. M. le Président. Cette séance entière est consacrée à terminer la discussion sur les retours du commerce de l'Inde; aucun autre objet ne doit y être traité. L'article en discussion est l'article 4 au projet du comité d'agriculture et de commerce qui porte que
      ...
      ours ne sont pas libres dans tous les ports,qu'ils sefassent à Toulon ou à Marseille. (On demande de nouveau à aller aux voix.) L'article 4 proposé par le comité d'agriculture et du commerce est rejeté et remplacé par la rédaction suivante : Art. 4. « Les retours ne pourront avoir lieu provisoirement que dans les ports de Lorient et de Toulon. » M. le Président lève la séance à dix heures du soir.
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. c.-f. de bonnay. Séance du lundi 19 juillet 1790 , au soir. La séance est ouverte à six heures du soir. M. le Président. Cette séance entière est consacrée à termi
      ...
      é et remplacé par la rédaction suivante : Art. 4. « Les retours ne pourront avoir lieu provisoirement que dans les ports de Lorient et de Toulon. » M. le Président lève la séance à dix heures du soir.
    • Séance du mardi 20 juillet 1790, au matin

      Séance du mardi 20 juillet 1790, au matin

      page 201 - 211
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. treilhard. Séance du mardi 20 juillet 1790 , au matin (1). M. de Bonnay ouvre la séance à neuf heures du matin. M. Garat l'aîné donne lecture du procès-verbal d'hier au matin. M. Rabaud de Saint-Etienne. Le comité de Constitution, sur les observations qui lui ont été faites, vous propose d'ajouter au décret que vous avez rendu hier matin, concernant les bannièr
      ...
      la plus vive reconnaissance pour le décret du 8 mars, concernant les colonies. Nous espérons, est-il dit dans une de ces lettres (en parlant de M. de La Luzerne), que la honte de ses mensonges le forcera à descendre de sa place. Le retour de l'ordre en dépend. L'assemblée provinciale de la partie de Saint-Domingue vote des remerciements particuliers à M. Barnave. (La séance est levée à 4 heures.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. présidence de m. treilhard. Séance du mardi 20 juillet 1790 , au matin (1). M. de Bonnay ouvre la séance à neuf heures du matin. M. Garat l'aîné donne lecture du procès-verbal d'hi
      ...
      cera à descendre de sa place. Le retour de l'ordre en dépend. L'assemblée provinciale de la partie de Saint-Domingue vote des remerciements particuliers à M. Barnave. (La séance est levée à 4 heures.)
    • Séance du mardi 20 juillet 1790, au soir

      Séance du mardi 20 juillet 1790, au soir

      page 211 - 219
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. TREILHARD. Séance du mardi 20 juillet 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures du soir. M. Melon présente une adresse des élèves des collèges de Tfulle et de Brive, département de la Corrèze, fédéré à Tulle, qui, à la suite de leur serment fédératif, transmettent à l'Assemblée nationale le témoignage de ïeûr soumission, de leur respect et de leur
      ...
      ts dans le territoire desquels lesdites redevances se perçoivent ; à l'effet de quoi les titres concédés seront représentés 'dans l'année par les possesseurs et conpessionnaires ; « Décrète enfin qu'il ne pourra être exigé aucun arrérage desdites redevances, et que les poursuites qui seront exercées pour raison d'iceux, sont et demeurent éteintes. » (La séance est levée à dix heures trois quarts.)
      ASSEMBLÉE NATIONALE. PRÉSIDENCE DE M. TREILHARD. Séance du mardi 20 juillet 1790 , au soir (1). La séance est ouverte à six heures du soir. M. Melon présente une adresse des élèves des collèges de Tful
      ...
      l ne pourra être exigé aucun arrérage desdites redevances, et que les poursuites qui seront exercées pour raison d'iceux, sont et demeurent éteintes. » (La séance est levée à dix heures trois quarts.)